Td corrigé TD Fascicule complet 2014-2015 CORRIGE.doc pdf

TD Fascicule complet 2014-2015 CORRIGE.doc

CORRIGE. Une entreprise fabrique et commercialise un produit unique. Cette entreprise vient de s'engager sur la voie de la certification ISO. Dans un but de ...




part of the document




 HYPERLINK "http://www.u-bourgogne.fr/index.php"  INCLUDEPICTURE "http://www.u-bourgogne.fr/images/index/Index/logo.gif" \* MERGEFORMATINET  
SYNTHESE -Qualité - InnovationM1 STICTD
1- Questions de réflexion
1. Proposez une définition générale de la qualité d’un produit ou d’une prestation qui intègre l’ensemble de ses caractéristiques.
2. Quelles sont les étapes d’une boucle qualité ? Décrivez chaque phase en détail.
3. Un objectif « zéro défaut » est-il pertinent ? Est-il réaliste ?
4. On évalue souvent un COQ (coût d’obtention de la qualité). De quels éléments est-il constitué et quelle peut-être son utilité ?
5. Certains auteurs ont dit : « La qualité, c’est gratuit ». Que pensez-vous de cette affirmation?
6. Vous êtes responsable d’une usine à qui un fournisseur livre régulièrement des pièces dont le taux de défectueux est de trois pour cent. Le service Achats est partisan de conserver ce fournisseur, qui est cinq pour cent moins cher que ses concurrents. Qu’en pensez-vous ?
8. Le contrôle statistique de processus a été inventé par Shewhart dans les années 1950. Or, malgré son indéniable efficacité, beaucoup d’entreprises ne sont pas encore aujourd’hui en mesure de l’appliquer totalement. Pourquoi ?
9. En quoi l’approche préventive de la qualité est-elle très supérieure à une approche « corrective » ?
11. Quels sont les principaux outils méthodologiques d’amélioration de la qualité ?
12. Que signifie le concept « d’Assurance Qualité »?
13. Quels sont les avantages de la normalisation ISO 9000 v2000 pour les entreprises ?
14. La Qualité Totale concerne l’ensemble du personnel d’une entreprise ou d’une organisation. Que signifie-t-elle dans une école de Sciences et Techniques


 DIAGRAMME CAUSES EFFET
(ISHIKAWA)Qualité  M1 STIC TD
Analyse

A partir de l’analyse du film relatant la catastrophe aérienne du vol évitée de justesse, proposer une synthèse d’analyse sous forme de diagramme 5M.

2- Non conformité de produit

Face au nombre important de produits électromécaniques non conformes, un groupe de travail composé d’opérateur, d’agent de maitrise, de concepteur de ligne de fabrication et d’assemblage, de programmeur, d’automaticien et de responsable de production a effectué un brainstorming. La synthèse des facteurs semblants importants est listée :

Manque de sécurité
Nuance des matières souvent inadaptéeMauvaise gestionMachines sensibles aux vibrationsGaspillage d’énergieNon respect de tolérances à la sortie de l’atelier AManque de fiabilité des outillagesManque de formationMauvaise communication entre operateursEspace de travail encombréMachine mal adaptéePas assez d’entretien AbsentéismeinattentionTurn-over important entre atelier A et BPas de consignes aux postesCahier des charges incompletTrop ou pas assez de stockAmplitude thermique trop importante

Question
Proposez une représentation synthétique de l’analyse sous forme de diagramme 5M.

3- Non-Qualité d’une base de données

L’utilisation faite par un client d’une base de données n’est pas satisfaisante.
Le fournisseur est amené à analyser la situation et recense les points suivant :

Le matériel est vieux et disparate
Les logiciels sont inadaptés, nombreux
La structure de la Base de données apparaît complexe
La programmation est mal maitrisée
Les données initiales
La qualité est variable et inferieure à la qualité nominale de la BD
Les sources de collecte ne sont pas fiables
La sélection est mal maitrisée
Les spécifications sont floues, mal définies
La formation est insuffisante
L’état de santé de l’operateur est entaché par une nervosité et une fatigue chronique
Manque de vigilance
La documentation est incomplète et non validée
Absence de contrôle final
Absence de contrôle en cours de process
Organisation inadaptée
Question
Proposer un diagramme cause – effet mettant en avant les 4 principales causes recensées:

ProcessusChoix techniquesDonnées initialesOpérateur
 HYPERLINK "http://www.u-bourgogne.fr/index.php"  INCLUDEPICTURE "http://www.u-bourgogne.fr/images/index/Index/logo.gif" \* MERGEFORMATINET  DIAGRAMME CAUSES EFFET
(ISHIKAWA)Qualité  M1 ESI TD
1- Non conformité de produit

Face au nombre important de produit non conforme, un groupe de travail composé d’opérateur, d’agent de maitrise, de concepteur de ligne d’outillage, et de responsable de production a effectué un brainstorming. La synthèse des facteurs semblants importants est listée :

Manque de sécurité
Nuance Acier souvent inadaptéeMauvaise gestionMachines sensibles aux vibrationsGaspillage d’énergieNon respect de tolérances à la sortie de l’atelier AManque de fiabilité des outillagesManque de formationMauvaise communication entre operateursEspace de travail encombréMachine mal adaptéePas assez d’entretien AbsentéismeinattentionTurn-over important entre atelier A et BPas de consignes aux postesCahier des charges incompletTrop ou pas assez de stockAmplitude thermique trop importante

Question
Proposez une représentation synthétique de l’analyse sous forme de diagramme 5M.

2- Non-Qualité d’une base de données

L’utilisation faite par un client d’une base de données n’est pas satisfaisante.
Le fournisseur est amené à analyser la situation et recense les points suivant :

Le matériel est vieux et disparate
Les logiciels sont inadaptés, nombreux
La structure de la Base de données apparaît complexe
La programmation est mal maitrisée
Les données initiales
La qualité est variable et inferieure à la qualité nominale de la BD
Les sources de collecte ne sont pas fiables
La sélection est mal maitrisée
Les spécifications sont floues, mal définies
La formation est insuffisante
L’état de santé de l’operateur est entaché par une nervosité et une fatigue chronique
Manque de vigilance
La documentation est incomplète et non validée
Absence de contrôle final
Absence de contrôle en cours de process
Organisation inadaptée
Question





























Proposer un diagramme cause – effet mettant en avant les 4 principales causes :
Choix, techniques, Données initiales, Opérateur, Processus recensées.






CORRIGE





 SHAPE \* MERGEFORMAT 



Remarque ;: chercher l’amélioration continue pour diminuer systématiquement le couts des défauts

balance COQ / CNQ




Exercice 2 : Couts de Qualité - Non Qualité (CQ - CNQ)

Une entreprise fabrique et commercialise un produit unique. Cette entreprise vient de s’engager sur la voie de la certification ISO. Dans un but de diagnostic, il est question d’évaluer les coûts résultants de la Non Qualité. Pour ce faire, on dispose des éléments suivants  (tableau récapitulatif annuel ci-dessous) :

Anomalies internesrebuts2300 unités pour un coût global de 80 500 ¬ Produits reconditionnés700 unités pour un coût moyen de 5 ¬ par produitsAchats inemployable (erreur de commandes sur les conditionnements4 500 ¬ Accidents du travail3% de la masse salariale qui s élève à 90 000 ¬ Anomalies externesPénalités de retard15 % du prix de vente pour 800 produits livrés en retard annuel
(le prix de vente étant de 50 ¬ )Coût du service après-vente2% du chiffre d affaires :
CA = 1 150 000 ¬ Couts de détectionSalaire du contrôleur1800 ¬ /mois sur 12 mois Amortissement du matériel de contrôle500 ¬ annuelsFrais d étalonnage100 ¬ annuelsCout de préventionSensibilisation et formation à la qualité17 000 ¬ annuels
En déduire alors les résultats suivants (on fera un bilan annuel):

Eléments de coûtsCoût des anomaliesFonction QualitéinternesexternespréventiondétectionProduits mis au rebut80 500Produits reconditionnés3 500Achats inemployables4 500Accidents du travail2 700Pénalités de retard6 000Coût du SAV23 000Salaire du contrôleur11 600Amortissement du matériel500Frais d’étalonnage100Sensibilisation à la qualité17 000Total91 20029 00017 00012 200
En déduire le coût des anomalies :  91 200 + 29 000 = 120 200

En déduire le coût de la fonction Qualité : 17 000 +12 200 = 29 200

En déduire le coût de la non qualité : Coût de des anomalies et non conformités et coût de la fonction Qualité = 120 200 + 29 200 = 149 400

Quelle est la part de chiffre d’affaires que cela représente pour l’entreprise
(Détailler vos calculs et donner votre valeur en %) :

149 400 / 1 150 000 = 12,99 %




Calculer le rapport entre le coût de la fonction Qualité et le coût des anomalies :

29 200 / 120 200 = 0,24




Un contrôleur réalise une inspection finale du produit. En considérant un coût du salaire annuel du contrôleur de 12 000 euros, en-dessous de quel volume de pièces rebutées devient-il moins avantageux de contrôler les pièces à 100%? Détailler le calcul.

2300 unités pour un cout global de 80 500 ¬  :
80 500 / 2300 = soit 35 ¬ / unité rebutée
Seuil = 12000 / 35 = 343 unités rebutées




CORRIGE


Une entreprise fabrique et commercialise un produit unique. Cette entreprise vient de s’engager sur la voie de la certification ISO. Dans un but de diagnostic, il est question d’évaluer les couts résultants de la non qualité. Pour ce faire, on dispose des éléments suivant :


Anomalies internesrebuts2300 unités pour un cout global de 80 500 ¬ Produits reconditionnés700 unités pour un cout moyen de 5 euros par produitsAchats inemployable (erreur de commandes sur les conditionnements4 500 eurosAccident du travail3% de la masse salariale : celle-ci s ‘élève à 90 000 eurosAnomalies externesPénalités de retards15 % du prix de vente (50 euros) pour 800 produits livrés en retard annuelCout du service après vente2% du chiffre d’affaire :
CA = 1 150 000 eurosCouts de détectionSalaire du contrôleur1800 euros sur 12 mois Amortissement du matériel de contrôle500 euros annuelFrais d’étalonnage100 euros annuelCout de préventionSensibilisation et formation à la qualité17 000 euros annuel

En déduire alors les résultats suivants :

Eléments de coutsCout des anomaliesFonction QualitéinternesexternespréventiondétectionProduits mis au rebut80 500Produits reconditionnés3 500Achats inemployables4 500Accidents du travail2 700 Pénalité de retard6 000Cout du SAV23 000Salaire du contrôleur21 600Amortissement du matériel500Frais d ‘étalonnage100Sensibilisation a la qualité17 000Total91 20029 00017 00022 200
En déduire le cout des anomalies : 91 200 + 29 000 = 120 200

En déduire le cout de la fonction Qualité : 17 000 +22 200 = 39 200

En déduire le cout de la non-qualité : cout des anomalies et non conformités et cout de la fonction Qualité = 120 200 + 39 200 = 159 400

Calculer le rapport entre les couts DE LA NON qualité sur le chiffre d’affaire :

159 400 / 1 150 000 = 13,86 %




Calculer le rapport entre le cout de la fonction Qualité sur le cout des anomalies :

39 200 / 120 200 = 0,32




Le contrôleur réalise une inspection finale du produit. En considérant un cout du salaire annuel du contrôleur de 12 000 euros, en dessous de quel volume d unités produit devient il moins avantageux? Détailler le calcul.

2300 unités pour un cout global de 80 500 ¬  :
80 500 / 2300 = soit 35 ¬ / unité rebutée
Seuil = 12000 / 35 = 343 unités rebutées

Management Industriel et Logistique
Corrigé Eurêka

1. Plan d’action pour augmenter le nombre d’idées
Le constat actuel
Les résultats sont faibles : une trentaine d’idées par an pour 500 personnes, cela fait 0,06 idée par personne et par an (soit : 1 une idée par personne tous les 16 ans !).
En réalité, ce sont toujours les mêmes qui déposent des idées : 3% du personnel a une idée primée, soit 15 personnes pour 32 idées. Il y a donc des spécialistes qui ont appris le mécanisme, mais 97% du personnel ne participe pas. Le système de boîte à idée est « élitiste » et non « participatif ».
Autre remarque : le délai de réponse est long, ce qui n’incite pas à déposer des idées. Le délai est dû au fait que les idées sont examinées par un Comité qui ne se réunit qu’une fois par trimestre.
Enfin la prime est calculée sur le gain financier de l’idée. Sont donc exclues les idées qui n’ont pas d’impact financier mesurables : amélioration des conditions de travail, ergonomie, réimplantation, rangement, etc.
Conclusion : la boîte à idées en place n’atteint pas son objectif de mobilisation générale pour recueillir des idées. Il faut proposer autre chose.
Un nouveau dispositif capable d’impliquer davantage le personnel.
On peut imaginer un dispositif à 2 niveaux :
Un premier niveau destiné à recueillir de nombreuses idées simples, pratiques, peu coûteuses à développer, visant un taux de participation du personnel supérieur à 80%. Ce dispositif serait caractérisé par :
Un délai de réponse rapide, avec une procédure ne passant pas par un comité de direction, mais par un binôme manager d’équipe / technicien (délai maxi : une semaine dans la plupart des cas).
Une mise en commun des idées au niveau de l’équipe avec une reconnaissance collective (à définir, mais généralement non financière).
Une animation basée sur l’affichage des propositions d’amélioration et un commentaire en réunion d’équipe, plus une célébration annuelle des meilleures idées au niveau de l’établissement.
Une réalisation des idées aussi rapide que possible, avec utilisation de moyens décentralisés (par ex. un petit atelier de mécanique décentralisé, ou une personne dédiée dans les services techniques, ou encore un budget décentralisé au niveau de l’équipe).
Un deuxième niveau destiné à recueillir les idées ayant un coût et un impact important. Ce dispositif serait caractérisé par :
Un délai de réponse pouvant aller jusqu’à un mois.
Une individualisation de la reconnaissance, pouvant être financière le cas échéant.
Remarque : comment impliquer l’encadrement de premier niveau (agent de maîtrise).
L’encadrement de premier niveau n’est a priori pas favorable à la Boîte à idées. La raison principale est qu’une idée d’un collaborateur apparaît toujours comme une idée que « le chef n’a pas eue ». Elle est donc vécue, d’une certaine façon, comme une critique.
Pour lutter contre ce phénomène, il faut changer le style de management, et obtenir que le manager d’équipe considère son rôle comme étant de stimuler l’intelligence de son équipe et de l’aider à monter en compétences.
Pour renforcer cette attitude on demandera au manager de venir commenter régulièrement en réunion de Direction un indicateur : le nombre d’idées réalisées dans son équipe.
2. Quel résultat peut-on atteindre ?
Les entreprises japonaises telles que Toyota, Fuji ou Sumitomo atteignent des niveaux de 40 ou 50 idées appliquées par personne et par an.
En France, on considère qu’entre 5 et 10 idées réalisées par personne et par an est un bon objectif.
Cet objectif est atteint dans de nombreuses entreprises (en particulier l’automobile, mais pas uniquement).
Il s’agit pour la majorité de petites idées simples, qui contribuent par leur nombre à améliorer de façon permanente l’efficacité et la qualité du travail.



 HYPERLINK "http://www.u-bourgogne.fr/index.php"  INCLUDEPICTURE "http://www.u-bourgogne.fr/images/index/Index/logo.gif" \* MERGEFORMATINET 
Outils de la Qualité Diagramme de ParetoQualité M1 STICTD
Analyse des défauts de montage

Le processus de montage d'un automate est organisé suivant le synoptique suivant :



Un groupe de travail désire améliorer la qualité sur une ligne de production.
Le service qualité fournit les principales causes de rebut avec leur quantité mensuelle
et le coût unitaire de chaque rebut ou reprise.

Défauts constatésCatégorieTypeQuantité Coût unitaire   mensuelle[¬ ]ADéfaut au test carte 402300,32BDéfaut d'aspect 465400,16CDéfaut au test diélectrique12080,87DManque d'étiquette 8291,85EDéfaut à l'emballage 2231,54FDéfaut au test module 18502,58
Questions
Établir le Pareto du nombre de défauts
Établir le Pareto du coût des défauts.


 HYPERLINK "http://www.u-bourgogne.fr/index.php"  INCLUDEPICTURE "http://www.u-bourgogne.fr/images/index/Index/logo.gif" \* MERGEFORMATINET  Cout de la Qualité – Non QualitéQualité M1 STICTD
Rentabilité de contrôle à 100%
Un contrôleur visuel à 100 %, sur un joint d’étanchéité, effectue un tri et rebute les pièces présentant certains défauts caractéristiques : rayure, bavure, manque de matière…Si un joint défectueux poursuit la ligne de production son état est détecté au contrôle d’étanchéité (à 100 %) de l’électrovanne. En cas de fuite l’on pratique alors une retouche qui consiste à démonter l’électrovanne et à changer le joint. Cette opération dure 3 minutes. Le contrôle des joints occupe un inspecteur à temps plein. Le coût horaire de tous les agents techniques est identique sur la ligne. Les agents travaillent 170 heures par mois. La production mensuelle d’électrovanne est en moyenne de 30 000 éléments.

En dessous de quel pourcentage de joints défectueux est-il rentable de supprimer le contrôle à 100 % sur les joints ?



 SHAPE \* MERGEFORMAT 
 HYPERLINK "http://imageshack.us"  INCLUDEPICTURE "http://img256.imageshack.us/img256/2347/pgvcutyr2.jpg" \* MERGEFORMATINET   INCLUDEPICTURE "http://laparrej.free.fr/Images/sw/electrovanne.jpg" \* MERGEFORMATINET 




 HYPERLINK "http://www.u-bourgogne.fr/index.php"  INCLUDEPICTURE "http://www.u-bourgogne.fr/images/index/Index/logo.gif" \* MERGEFORMATINET  Cout de la Qualité– Non QualitéQualité F334aTD


Grille AFCIQ-AFNOR Modifiée
Frais de prévention

Frais d’évaluation
Coût des défauts internes
Coût des défaillances après venteA1 Gestion de la fonction qualité
A.1.1 Administration
A1.2 Ingénierie Qualité
A1.2.1 Etude Qualité
A1.2.2 Méthodes d’inspections
A1.2.3 Audit de qualité

A2 Préparation et réalisation des revues (réunion)

A2.1 revue de conception
A2.2 revue de dossier de définition
A2.3 revue de dossier de fabrication
A2.4 revue de dossier de contrôle

A3 Système qualité relatif aux achats

A3.1 Evaluation des fournisseurs
A3.2 Spécification d’inspection
A3.3 Vérification des ordres d’achat

A4 Programme de formation à la qualité

A5 Autres dépenses de prévention
A5.1 Tous groupes et actions d’amélioration de la qualité
A5.2 Analyse de la valeur
B1 Qualification du produit

B2 Réception des produits achetés
B2.1 Qualification des produits achetés
B2.2 Inspection chez le fournisseur
B2.3 Inspection entrante
B2.4 Coût des matériels consommés
B2.5 Analyse et traitement des données

B3 Inspection de la production
B3.1 Inspection du procédé
B3.2 inspection du démarrage de la production
B3.3 Inspection en cours
B3.4 Super inspection
B3.5 Inspection conditionnement manutention
B3.6 inspection finale
B3.7 Homologation par les services officiels
B3.8 Evaluation des éléments stockés
B3.9 Matériels consommés lors des essais
B3.10 traitement des données d’inspection
B3.11 Audit qualité du produit

B4 Métrologie
B4.1 Matériels utilisé pour l’inspection
B4.2 Matériel utilisés pour la productionC1 Rebuts
C1.1 Défaillance de fabrication
C1.2 défaillance de conception
C1.3 Défaillance de fourniture externe

C2 retouche
C2.1 C1.1 Défaillance de fabrication C1.2 défaillance de conception
C1.3 Défaillance de fourniture externe

C3 Recherche des défauts

C.4 Commissions des refus

C5 Réinspection des produits retouchés

C6 Déclassement du produitD1 Réclamations

D1.1 Service après vente
D1.2 Produit refusé et retourné
D1.3 Expertise et réparation du produit refusé
D1.4 Remplacement sous garantie
D1.5 Malfaçon en installation
D1.6 Erreur d ’études d’application
D1.7 Erreur de conception
D1.8 responsabilité civile et pénale

D2 Perte de clientèle connue

D3 Pénalité agio/délais



 HYPERLINK "http://www.u-bourgogne.fr/index.php"  INCLUDEPICTURE "http://www.u-bourgogne.fr/images/index/Index/logo.gif" \* MERGEFORMATINET  AMELIORATION CONTINUE
PROGRES PERMANENTQualité - InnovationM1 STICTD
Société Eurêka

La société Eurêka fabrique des batteries pour poids lourds. Elle emploie 500 personnes dans l’Est de la France (400 ouvriers et employés, 100 cadres et techniciens). La fabrication de batteries est une activité qui s’effectue dans des conditions de travail difficiles (environnement pollué). Le personnel, en majorité des ouvriers spécialisés, est rémunéré sur la base d’un salaire fixe auquel s’ajoute une prime de productivité individuelle.
En 1999, sous l’initiative du Directeur du personnel qui souhaite développer la Qualité Totale, Eurêka met en place des Cercles de qualité. En 2001, le Président constate que les Cercles de Qualité s’essoufflent. Il décide de les supprimer : “les Français n’ont pas le sens collectif, comme les Japonais. Il faut créer une boîte à idées, avec une prime à la clé. Ainsi, chacun pourra être reconnu pour ses propositions.”. Il met en place une « boîte à idées » dont les règles de fonctionnement sont les suivantes :
Règles de la boîte à idées
1- Chacun peut déposer une idée, sauf l’encadrement et les services techniques.
2- Les idées, écrites sur un formulaire, sont déposées dans une boîte. Elles sont transmises à un Comité qui se réunit en début de chaque trimestre pour valider les propositions (après enquête complémentaire, si nécessaire).
3- La prime est égale à trois mois de gains nets (sur la base des gains annuels moins l’amortissement du coût d’installation).
Bilan au bout de trois ans de fonctionnement
Idées déposéesIdées priméesIdées installéesPrimes moyennesDélai moyen de réponse200120151270 ¬ 4 mois200258281685 ¬ 7 mois2003383223115 ¬ 5 moisQuestion
1/ Quel plan d action proposez-vous pour augmenter de façon importante le nombre d idées installées par an ?
2/ A combien d’idées par personne pensez-vous parvenir ?

 HYPERLINK "http://www.u-bourgogne.fr/index.php"  INCLUDEPICTURE "http://www.u-bourgogne.fr/images/index/Index/logo.gif" \* MERGEFORMATINET  INTRODUCTION AUX NORMES ISO9000: ETUDE DE CASQualité - InnovationF334aTD
PRESENTATION DE L'ENTREPRISE

A. L'entreprise et ses produits
L'entreprise TOUMTOUM, dirigée par Monsieur Fisch, est une entreprise de fabrication de positionnement par GPS. Elle souhaite conquérir le marché de l’automobile. La société TOUMTOUM souhaite fournir des entreprises comme PSA (Groupe Peugeot Citroën), Ford, ou encore BMW.


B. Principal processus de l’entreprise
Le principal processus de l’entreprise (la production de joints) est résumé sur la cartographie ci-dessous.

 SHAPE \* MERGEFORMAT 

C. Les ambitions de l’entreprise TOUMTOUM
Bien que la société de monsieur Fisch fabrique des produits dits "de qualité", elle n'est pas certifiée ISO 9001, ce qui est la première étape pour séduire de prestigieux clients.

Monsieur Fisch décide alors d'entreprendre les démarche nécessaires à la certification ISO 9001 version 2008.

LES ETAPES VERS LA CERTIFICATION
A. Etapes préliminaires:
Monsieur Fisch souhaite obtenir les principes essentiels et le vocabulaire nécessaires à I’ aboutissement de sa démarche. A cet effet, quel document devra t-il s'approprier? ISO 9004 : principe essentiel et vocabulaire

B. Les démarches entreprises
Monsieur Fisch met plusieurs actions en place. Les principales sont les suivantes:
1. Demande à 5 opérateurs de suivre un stage sur l’assemblage des produits électroniques
2. Achat d'un centre de tri à haute cadence
3. Mise en place d'un laboratoire où seront rangés les moyens de mesure et de contrôle
4. Rédaction d'une "lettre à tous les employés" concernant les nouveaux objectifs de l’entreprise et diffusion de cette lettre.
5. Tous les mois, les principaux clients seront consultés par courrier afin de savoir s’ils sont satisfaits de l’entreprise TOUMTOUM.
6. Les produits non-conformes seront étudiés afin d'éviter les accidents du même type par la suite.
7. Les constituants achetés seront contrôlés par échantillons.
8. Les procédés mis en œuvre pour des éléments assemblés à plus de 1000 exemplaires par jour et risquant de poser problème feront l'objet de surveillance par cartes de contrôles.
9 Tous les mois, les cadres de l’entreprise (les dirigeants) feront l’objet d'un entretien avec monsieur Fisch afin d'évaluer l'efficacité du système de management.
10. Mise en place d'un indicateur qualité: Tous les mois, le point sera fait sur les pièces non conformes.

Compléter le schéma ci-après et préciser dans les cadres "mesures prises" dans quels chapitres s'inscrivent ces mesures, puis repérer dans le tableau page suivante quel sous-chapitre est concerné par chaque disposition. La première d'entre elles est traitée en exemple.






 SHAPE \* MERGEFORMAT 

lI. L'AUDIT DE CERTIFICATION

A. Les points vérifiés
Lorsqu'il estime que son entreprise est prête pour la certification, Monsieur FISCH fait appel à un
Organisme extérieur (I'AFAQ: Association Française de l'Assurance Qualité par exemple).
Durant une semaine, un auditeur vient donc vérifier les points de la norme. Les principaux points de l'audit portent sur:
( Plusieurs entretiens avec la direction (Monsieur Fisch) concernant la politique qualité de l'entreprise et sa mise en place
( Le service achat de constituants
( L’assemblage des constituants dans les halls de production
( Le contrôle de ces assemblages
( Des entretiens avec les employés (Pour estimer leurs compétences, motivation...)
( Les relations entre l'entreprise TOUMTOUM et ses clients.

B. Le résultat

L'auditeur de I'AFAQ annonce à monsieur Fisch que son entreprise n'est pas prête pour recevoir la certification à IISO 9001. En effet, pendant l'audit, il a relevé 3 non-conformités:
l. Un opérateur n’a pas effectués les bons tests sur le produit concerné .
2. Aucune évaluation du fournisseur n'est effectuée, et les constituants ne sont pas contrôlés avant de lancer les assemblages (contrairement à ce qu'avait demandé monsieur F à ses employés).
3. Un opérateur utilisait une machine d’assemblage sans y être formée.

Compléter le tableau ci-dessous en suivant l'exemple donné pour la première non-conformité.

Non-
conformité
Différence par rapport à la norme
Proposition de remédiation
1chapitre 7: Réalisation du produit ou service: "doit aussi maîtriser les dispositifs de surveillance et de mesure et enregistrer les résultats d'étalonnage et de vérification.
On pourrait étiqueter tous les instruments de mesure pour les identifier, puis stocker dans une armoire tous les documents d'étalonnage correspondants


2






3





INTRODUCTION AUX NORMES ISO9000 : Entreprise LEMETRAI


Compléter le tableau ci-dessous en suivant l'exemple donné pour la première non-conformité.

Non-
conformité
Différence par rapport à la norme
Proposition de remédiation
1chapitre 7: Réalisation du produit ou service: "doit aussi maîtriser les dispositifs de surveillance et de mesure et enregistrer les résultats d'étalonnage et de vérification.
On pourrait étiqueter tous les instruments de mesure pour les identifier, puis stocker dans une armoire tous les documents d'étalonnage correspondants

2
chapitre 7: Réalisation du produit ou service:
( contrôler les produits achetés selon des modalités définies avant de les introduire dans sa chaîne de production.
METTRE EN PLACE UN CONTROLE DE RECEPTION 
EVALUER LES PRODUITS ET DONNEES CHEZ LE FOURNISSEUR …

3Chapitre 6 : management des ressources
Des compétences nécessaires…Mettre des formations et évaluation…
Mettre en place un suivi de compétences sur les équipements
  SHAPE \* MERGEFORMAT 

 HYPERLINK "http://www.u-bourgogne.fr/index.php"  INCLUDEPICTURE "http://www.u-bourgogne.fr/images/index/Index/logo.gif" \* MERGEFORMATINET Ingénierie de la qualité  (MSP) Test d’appartenance Qualité M1 ESITD
SCHNEIDER
Mise en situation
Vous travaillez pour Schneider Electric, et vous êtes en charge du contrôle de la qualité des produits entrant dans la fabrication des transformateurs.  Les bobines sont achetées en lots de 32.  Elles doivent  avoir une résistance de 1000 ± 100 ohms. 
Suite à des problèmes de fabrication vous décidez de vérifier si les bobines respectent les spécifications.
Voici les valeurs recueillies
Valeur en ohms9309401022122010051215117011721084951108811601002109596011741080122510191164113510271102102911909901024116299511659651132107612001202115567610121007113211959881015118411151182111011281046103911451204980116610101180118810371186121010351125112810331 / Calcul des paramètres :
ClasseBorne
InférieureBorne SupérieureNombre d’élément  (fréquence absolue)fréquence absolue relative [%]fréquence cumuléefréquence cumulée relative [%]nombre d'individusDe (exclue) A (inclue)moyennemédianevaleur minivaleur maxiétenduenombre de classelargeur théorique de classeécart type (n-1)
Sur le document page 18 :
2 / tracer l’histogramme
3 / Conclusion sur la distribution
Est-ce que l’image de la distribution présente une particularité et suggérer une hypothèse pour cette particularité
 

 HYPERLINK "http://www.u-bourgogne.fr/index.php"  INCLUDEPICTURE "http://www.u-bourgogne.fr/images/index/Index/logo.gif" \* MERGEFORMATINET Ingénierie de la qualité  (MSP) Test d’appartenance Qualité M1 ESITD
Loi de comportement

Un lot de 130 diodes issues d'une même fabrication est testé en Laboratoire.
Le critère de défaillance est la destruction de la diode
Les résultats obtenus sont les suivants :

temps (heures)nombre de  défaillantsdeàni0200020040004006001260080019800100025100012003212001400201400160013160018008180020001
Sur le document page 19 :

Calculer les paramètres de position (moyenne) et de dispersion

Établir l'histogramme des défaillants et de leur fréquence relative en fonction du temps

Établir l'histogramme des défaillants cumulés et de leur fréquence cumulée au cours du temps.

Établir le test de normalité (droite de Henry) permettant d'affirmer la normalité de la distribution.

Estimer graphiquement les paramètres de position (moyenne) et de dispersion (écart type)

Etablir un modèle de fonction de répartition F(t), représentant la probabilité de défaillance entre les instants t et (t+dt)


La fiabilité se définit comme étant la probabilité de fonctionner a une date t
C'est donc le complément de la probabilité de défaillance R(t) = 1-F(t)
Etablir un modèle de la probabilité de défaillance

En admettant un écart type de 340 heures et une moyenne de 1070 heures :

En utilisant les tables de la loi normale, estimer la probabilité qu'une ampoule reste allumée pendant 800 heures.



 HYPERLINK "http://www.u-bourgogne.fr/index.php"  INCLUDEPICTURE "http://www.u-bourgogne.fr/images/index/Index/logo.gif" \* MERGEFORMATINET  (MSP) Test d’appartenance M1 ESI TD
SPC – 1 Non conformité
(données : SPC-1-non-conformité)
Le nombre d'unités non conformes X à un poste d'inspection pour des lots de 150 unités est présenté dans le tableau selon l'ordre temporel de la production (lignes) temps

3425610543119278426543679101413109810324641087141348410148124514286108646154726910791611133133732941336141312102571042264108146474873678412617510891172
(a) Construire les 4 cartes suivantes: carte p, carte np, carte c, carte XmR (b) Interpréter, comparer et choisir les cartes les plus appropriées.
SPC – 2 Comptage d'imperfections
(données : SPC-7-imperfections.xls)
On observe des imperfections de type trou d'épingle à la surface d'un acier. À chaque heure, une surface de 300 cm2 est inspectée et on compte le nombre d'imperfection qui excèdent une aire de 0.001 cm2. Les 20 premières observations sont :

00232101121432014201(a) Quelle est l'aire d'opportunité du défaut ? (b) Est-ce que ces données satisfont les hypothèses d’un modèle de Poisson? (c) Calculez une carte de contrôle de type C pour le nombre d'imperfections. (d) Calculez une carte XmR. (e) Est-ce que ces deux cartes proposent des interprétations différentes des données?
SPC – 8 données : SPC-8-billes.xls
Les données représentent les moyennes Xbar et les étendues R de 24 échantillons de taille 5 pièces prélevées sur un procédé de fabrication de roulement à billes. La caractéristique qualité est le diamètre intérieur en cm mesurée au millième de cm.

échantillon12345678Xbar5.3455.3425.3465.3155.3505.3415.325.338R0.0310.0420.0390.0420.0500.0610.040.037
échantillon910111213141516Xbar5.3485.3365.3195.3865.3545.3405.375.349R0.0710.0830.0330.0900.0810.0600.050.073
échantillon1718192021222324Xbar5.3355.3175.3405.3515.3375.3285.3355.342R0.0410.0360.0820.0430.0240.0140.0360.027 (a) Produire une carte Xbar et R. Le procédé est-il en contrôle statistique?
(b) Éliminez les points (groupes) hors contrôle et révisez les limites de contrôle.


Etude de la Capabilité Machine
(loi normale)Etude effectuée par : Date : Imprimé inspiré d’un document de la société FordCaractéristique : Dimension : Opération : Machine : Référence : Bobine de TransfoDésignation Histogramme Droite de Henry






















Tableau de relevé Résultats930940102212201005121511701172104612041010Estimation
des défectueux :
Maxi = %
Mini = % Spécification :
78 ± 0,5

Capabilité estimé :
8s =Moyenne estimée
 EMBED Equation.3 

Ecart type (s) :Observations :108495110881160100210959601174118812101128108012251019116411351027110210291039980118011909901024116299511659651132103710351033Indices de « capabilité machine » :
Cm =
Cmki =
Cmks =
Cmk = 107612001202115567610121007113211451166119598810151184111511821110112811861125
Etude de la Capabilité Machine
(loi normale)Etude effectuée par : Date : Imprimé inspiré d’un document de la société FordCaractéristique : Dimension : Opération : Machine : Référence : Bobine de TransfoDésignation Histogramme Droite de Henry






















 Tableau de relevé Résultats930940102212201005121511701172104612041010Estimation
des défectueux :
Maxi = %
Mini = % Spécification :
78 ± 0,5

Capabilité estimé :
8s =Moyenne estimée
 EMBED Equation.3 

Ecart type (s) :Observations :108495110881160100210959601174118812101128108012251019116411351027110210291039980118011909901024116299511659651132103710351033Indices de « capabilité machine » :
Cm =
Cmki =
Cmks =
Cmk = 107612001202115567610121007113211451166119598810151184111511821110112811861125
Etude de la Capabilité Machine
(loi normale)Etude effectuée par : Date : Imprimé inspiré d’un document de la société FordCaractéristique : Dimension : Opération : Machine : Référence : Bobine de TransfoDésignation Histogramme Droite de Henry






















Tableau de relevé RésultatsEstimation
des défectueux :
Maxi = %
Mini = % Spécification :
78 ± 0,5

Capabilité estimé :
8s =Moyenne estimée
 EMBED Equation.3 

Ecart type (s) :Observations :Indices de « capabilité machine » :
Cm =
Cmki =
Cmks =
Cmk =  
La table ci-dessous comporte les valeurs de la fonction de répartition de la loi normale de t à + infini, à savoir les valeurs de :

u0,000,010,020,030,040,050,060,070,080,0900,50,4960106440,4920216860,4880335270,4840465630,4800611940,4760778170,472096830,4681186280,4641436070,10,4601721630,4562046870,4522415740,4482832130,4443299950,4403823080,4364405370,4325050680,4285762840,4246545650,20,4207402910,4168338370,4129355770,4090458850,4051651280,4012936740,3974318870,3935801270,3897387520,3859081190,30,3820885780,3782804780,3744841650,3706999810,3669282640,3631693490,3594235670,3556912450,3519727080,3482682730,40,3445782580,3409029740,3372427270,3335978210,3299685540,326355220,322758110,3191775090,3156136970,3120669490,50,3085375390,3050257310,3015317880,2980559650,2945985160,2911596870,2877397190,2843388490,2809573090,2775953250,60,2742531180,2709309040,2676288930,2643472920,26108630,2578461110,2546269150,2514288950,248252230,2450970940,70,2419636520,2388520680,2357624980,2326950920,2296499970,2266273520,2236272920,2206499460,2176954380,2147638840,80,2118553990,2089700880,2061080540,2032693920,2004541930,1976625430,1948945210,1921502020,1894296550,1867329430,90,1840601250,1814112550,178786380,1761855420,173608780,1710561260,1685276070,1660232460,1635430590,1610870610,1586552540,1562476450,153864230,1515050030,149169950,1468590560,14457230,1423096540,140071090,1378565721,10,1356660610,1334995130,1313568810,1292381120,1271431510,1250719360,1230244030,1210004840,1190001070,1170231961,20,115069670,1131394460,1112324370,1093485520,1074876970,1056497740,1038346810,1020423150,1002725680,0985253291,30,0968004850,0950979180,0934175090,0917591360,0901226720,0885079910,0869149620,0853434510,0837933220,0822644391,40,0807566590,0792698410,0778038410,076358510,07493370,073529260,0721450370,0707808770,0694366230,0681121181,50,0668072010,0655217120,0642554880,0630083640,0617801770,0605707580,0593799410,0582075560,0570534330,0559174031,60,0547992920,0536989280,0526161380,0515507480,0505025830,0494714680,0484572260,0474596820,0464786580,0455139771,70,0445654630,0436329370,0427162210,0418151380,0409295090,0400591570,0392039030,038363570,037537980,0367269561,80,0359303190,0351478940,0343795020,0336249690,0328841190,0321567750,0314427630,0307419090,0300540390,029378981,90,028716560,0280666070,027428950,0268034190,0261898450,025588060,0249978950,0244191850,0238517640,02329546820,0227501320,0222155940,0216916940,021178270,0206751630,0201822150,019699270,0192261720,0187627660,01830892,10,0178644210,0174291780,0170030230,0165858070,0161773830,0157776070,0153863350,0150034230,0146287310,0142621182,20,0139034480,0135525810,0132093840,0128737210,0125454610,0122244730,0119106250,0116037920,0113038440,0110106582,30,010724110,0104440770,0101704390,0099030760,009641870,0093867060,0091374680,0088940430,0086563190,0084241862,40,0081975360,007976260,0077602540,0075494110,0073436310,0071428110,0069468510,0067556530,0065691190,0063871552,50,0062096650,0060365580,0058677420,0057031260,0055426230,0053861460,0052336080,0050849260,0049400160,0047987972,60,0046611880,0045271110,0043964880,0042692430,0041453010,0040245890,0039070330,0037925620,0036811080,0035726012,70,0034669740,003364160,0032640960,0031667160,0030719590,0029797630,0028900680,0028028150,0027179450,0026354022,80,002555130,0024770750,0024011820,00232740,0022556770,0021859610,0021182050,0020523590,0019883760,0019262092,90,0018658130,0018071440,0017501570,001694810,0016410610,001588870,0015381950,0014889990,0014412420,00139488730,0013498980,0013062380,0012638730,0012227690,0011828910,0011442070,0011066850,0010702940,0010350030,0010007823,10,0009676030,0009354370,0009042550,0008740320,0008447390,0008163520,0007888460,0007621950,0007363750,0007113643,20,0006871380,0006636750,0006409530,0006189510,0005976480,0005770250,0005570610,0005377370,0005190350,0005009373,30,0004834240,000466480,0004500870,000434230,0004188920,0004040580,0003897120,0003758410,0003624290,0003494633,40,0003369290,0003248140,0003131060,0003017910,0002908570,0002802930,0002700880,0002602290,0002507070,000241513,50,0002326290,0002240530,0002157730,000207780,0002000640,0001926160,0001854270,0001784910,0001717970,0001653393,60,0001591090,0001530990,0001473020,0001417110,0001363190,000131120,0001261080,0001212750,0001166170,0001121273,70,00010780,000103639,96114E-059,57399E-059,20101E-058,84173E-058,49567E-058,16238E-057,84142E-057,53236E-053,87,2348E-056,94834E-056,67258E-056,40716E-056,15172E-055,90589E-055,66935E-055,44177E-055,22282E-055,01221E-053,94,80963E-054,61481E-054,42745E-054,24729E-054,07408E-053,90756E-053,74749E-053,59363E-053,44576E-053,30366E-05u0,00,10,20,30,40,50,60,70,80,930,0013498980,0009676030,0006871380,0004834240,0003369290,0002326290,0001591090,00010787,2348E-054,80963E-0543,16712E-052,06575E-051,33457E-058,53991E-065,41254E-063,39767E-062,11245E-061,30081E-067,93328E-074,79183E-0752,86652E-071,69827E-079,96443E-085,79013E-083,33204E-081,89896E-081,07176E-085,99037E-093,31575E-091,81751E-0969,86588E-105,30342E-102,82316E-101,48823E-107,76885E-114,016E-112,05579E-111,0421E-115,23093E-122,60014E-12
Utilisation

  On lit les décimales dans les lignes, et les centièmes en colonnes. Par exemple, la valeur de F(1.65) se trouve à l'intersection de la ligne 1.6 et de la colonne 0.05 - on trouve 1- F(1.65)=0.0494, à 10-4 près. Pour les valeurs négatives de x, on utilise la relation F(-x)=1-F(x). soit F(1.65)=0.9505, à 10-4














2011-2012TD QUALITEPage  PAGE 29 sur  NUMPAGES 29






Ligne de fabrication d’électrovanne

Retouche


contrôle à 100% des EV

Montage de l’électrovanne


Rebut de joints

contrôle à 100% des joints

Approvisionnement du joint d’étanchéité

vue en coupe d’une Electrovanne

Avec contrôle des joints

Sans contrôle des joints


1041

1078

1114


10 (


9 (


8 (


7 (


6 (


5 (


4 (


3 (


2 (


1

Mesure

Chapitre 8: Mesure, analyse et amélioration:
L'entreprise doit planifier et mettre en œuvre des processus de surveillance, de mesure et d'amélioration concernant:
( la satisfaction du client (par exemple en menant une enquête de satisfaction),
( l’efficacité du système de management de la qualité (en évaluant l’implication des dirigeants de l’entreprise),
( les caractéristiques du produit : le produit non conforme doit être maîtrisé (L’entreprise doit trouver des solutions de remédiation).


Chapitre 7: Réalisation du produit ou service:
Il s'agit de la synthèse des processus relatifs au client (prise en compte de ses exigences et communication) et au cycle de vie du produit ou service (de la conception au contrôle final).
En ce qui concerne les processus relatifs au client:
( l'entreprise doit identifier les exigences spécifiées par le client, qu'elles soient formulées clairement ou de façon implicite.
En ce qui concerne les processus relatifs au cycle de vie, l'entreprise doit:
( évaluer et sélectionner ses fournisseurs selon des critères définis pour assurer la qualité de son produit fini ou service.
( formuler clairement les informations relatives aux produits à acheter (ex: approvisionnements en matières premières).
( contrôler les produits achetés selon des modalités définies avant de les introduire dans sa chaîne de production.
( déterminer quels sont les informations, les documents, les équipements et les matières nécessaires à la production pour éviter les non-conformités.
( s'assurer que le résultat obtenu est conforme aux exigences spécifiées
( (vérification à 100%, statistique, ou autre).
( vérifier que le produit fini a été contrôlé conformément aux dispositions établies et doit aussi maîtriser les dispositifs de surveillance et de mesure (appareils de mesure. contrôle. etc...) et enregistrer les résultats d'étalonnage et de vérification.

Chapitre 6: Management des ressources:
La direction doit mettre à disposition les ressources nécessaires à la mise en œuvre et à l’amélioration continue du système qualité, c'est à dire:
(. un environnement de travail et des moyens matériels (machines, documents, etc...) qui aident à obtenir des produits conformes au cahier des charges,
( des compétences nécessaires (formations, stages, etc...) pour le personnel en relation directe avec la qualité et la conformité du produit.

Critère auquel répond cette disposition

Chapitre 5: Responsabilité de la direction:
C'est un point essentiel de la norme dans sa version 2000 et suivantes. La direction doit s'engager explicitement dans la mise en œuvre du système de management de la qualité. Cela doit se traduire par:
( la définition d'une politique qualité clairement exprimée,
( des objectifs qualité mesurables (par exemple, on peut mesurer un taux de rebuts tous les mois),
( I’assurance que cette politique et ces objectifs sont bien communiqués et compris par tous les employés,
( la disponibilité des ressources nécessaires à la réalisation des objectifs fixés (voir paragraphe suivant)

non

non

oui

oui



Entreprise





Client


Expédier les GPS avec les données et programmes

Rebuter le produit, trouver la cause de non-conformité et y remédier

Produit conforme ? ?

Contrôler le fonctionnement de l’ensemble

Intégrer les données et programmes

Contrôler les assemblages

Assembler les constituants
Fabriquer les joints

Données

Coder les données


Commande passé avec Cahier des Charges

Client

Client

0,03

5

1151

1188

1225

0,03

dimension

X

2s

3s

4s

2s

3s

4s

99,997

99,87

98

99

95

97

90

80

70

60

50

40

30

20

10

5

4

3

2

1

0,13

1004

967

930

10

4

3

1

2

0,13

20

30

40

50

60

70

80

90

97

95

99

98

99,87

99,997

4s

3s

2s

4s

3s

2s

X

dimension

1600

1400

1200

1000

800

600

400

200

0

défectueux

1800

2000

Cout (en mn)



CLIENT

Système de management de la qualité amélioration continue chap. 5 à 8

Chap. 6

Chap. 5

Chap. 8

Chap. 7

Réalisation du
Produit

Mesures, analyses, améliorations

Management des ressources

Responsabilité de la direction

Produit

Satisfaction

Exigences

CLIENT

Chapitre 5: Responsabilité de la direction:
C'est un point essentiel de la nonne dans sa version 2000. La direction doit s'engager explicitement dans la mise en œuvre du système de management de la qualité. Cela doit se traduire par:
( la définition d'une politique qualité clairement exprimée,
( des objectifs qualité mesurables (par exemple, on peut mesurer un taux de rebuts tous les mois),
(I’ assurance que cette politique et ces objectifs sont bien communiqués et compris par tous les employés,
( la disponibilité des ressources nécessaires à la réalisation des objectifs fixés (voir paragraphe suivant)

Critère auquel répond cette disposition

Chapitre 6: Management des ressources:
 
;-U-W-Z-\-¦-§-Ü-Ý-ô-ý-þ- ...D.‚.².¶/¸/¾/Â/Ò/11Z2\2ú2ü2š3œ3Ü3Þ3ô3óéóéóéóÖÅóéóÖÅóéóéóéóÖÅóéóéóéóéóéóéóéóÖó鱚–Ž–Ž–Ž–Ž–Š–hÊb­h“J¼h“J¼5h“J¼,h‰@sh“J¼5B*CJ$OJQJ^JaJ$phÿ&h“J¼5B*CJ$OJQJ^JaJ$phÿ!hÁv‰h“J¼B*OJQJ^Jphÿÿÿ$hÁv‰h“J¼5B*OJQJ^Jphÿÿÿh“J¼OJQJ^Jh-* h“J¼OJQJ^J6X-Y-Z-°.²./b/¶/¸/º/¾/Â/Ò/Ô/Ö/ÿ01111X2ØÓÓÓØØØØØÊÓÊÓÓÓÓÓÁÁÁ $Ifgdo(
ÆÊgd“J¼gd“J¼&$d%d&d'dNÆÿOÆÿPÆÿQÆÿgd“J¼X2Z2\2Œ2ø2’‰‰‰ $Ifgdo(lkd’7$$IfT–l4ÖF”ÿ†
Èâ&àò
€B€

tàö6öÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿ4Ö4Ö
laöyt“J¼ŠTø2ú2ü2€3˜3’‰‰‰ $Ifgdo(lkd68$$IfT–l4ÖF”ÿ†
Èâ& ò
€B€

tàö6öÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿ4Ö4Ö
laöyt“J¼ŠT˜3š3œ3Ä34’‰‰€ $IfgdÊb­ $Ifgdo(lkdÚ8$$IfT–l4ÖF”ÿ†
Èâ& ò
€B€

tàö6öÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿ4Ö4Ö
laöyt“J¼ŠTô34424“4”4á4ô4#5$5\5]5‚5•568696a6x6‚6›6¤6º6Ã6Ù6ã6÷67
77.787S7Z7o7v7”7ž7Ÿ7¥7Á7æ7è78-85868>8?8D8µ8¿8À8É8Ê8Ë8Ì8Ï8õ8þ8$9%9&9;9GHÇHìHwIÝIJJæJçJéJêJòòòòçÖÖÎçççÉçççç¾¹±$a$gde|gdÊX?
$dða$gdWWbgdWWbdðgdWWb
& F
Æp#dð¤xgdWWb 
Æp#dðgdWWb
& Fdð¤xgdWWbêJK„K­K¶K·K¸K¹KññáÕI@@ $IfgdxRCŒkdêQ$$If–F4ÖÖFºÿø $E'`>
`,! Ö0ÿÿÿÿÿÿö6ööÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿ4Ö
Faöf4ytxRC $$Ifa$gdxRC$¤x¤x$Ifa$gdxRC$¤x$Ifa$gdxRC¬K­K¶K·K¹KÄKÆKæKçK:L;LLM(M)MPMQMN
NRNTN’N”NäNæN&O(OlOnO¶O¸OÄOØOBPCPDPEPFPIPJP{P|PíÝÓÅÝÓº¶Ó¶®¶Ó•Ó•Ó•Ó•Ó•Ó•Ó•Ó•Ó•ÓˆÓ¶„€|xp„pjh/T¸Uh5]h(‰hL0h/T¸he|5OJQJ\^Jhe|CJaJ he|5CJOJQJ\^JaJj˜She|Uhe|he|5OJQJ^Jhe|B*OJQJ^Jphÿhe|OJQJ^Jhe|B*CJOJQJ^Jphÿ$hOqhe|5B*OJQJ^Jphÿ*¹KÁKÄKÅKÆKæKçKóóRM@8$a$gde|
$d NÆÿ gde|gde|¡kd´R$$If–F4Ö”yÖ\ºÿø $•!E' >
,q°Ö0ÿÿÿÿÿÿö6ööÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿ4Ö
Faöf4ytxRC $$Ifa$gdxRCçK:L;L=L>LŒLåLMM(M)M3M8MBMPM÷÷ï÷êêêêޕÞÞÞÞIkd
È$$If–F”wÖ¾$'¾$ö¾$6ööÖÿÖÿÖÿÖÿ4Ö4Ö
FaöFpÖ
ÿÿytxRC $$Ifa$gdxRCgde|$a$gde|$a$gde|PMQMSMUMVMXMbMNnbbYYbb $IfgdxRC $$Ifa$gdxRC‘kdÈ$$If–F”,Ö\܇7¾$'Üÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿ'«
ÿÿÿÿ'°ÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿ'‡ ÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿö¾$6ööÖÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿ4Ö4Ö
FaöFpÖ(ÿÿÿÿÿÿÿÿytxRCN
NN8N2)) $IfgdxRC $$Ifa$gdxRCÁkdáÉ$$If–F”;ֈÜB‹‡7¾$'Üÿÿÿÿÿÿÿÿ'fÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿ'Iÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿ'üÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿ'°ÿÿÿÿÿÿÿÿ'‡ ÿÿÿÿÿÿÿÿö¾$6ööÖÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿ4Ö4Ö
FaöFpÖ
>
Ö0ÿ ÿ ÿ ÿ ÿÿö¿'ööÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿ4Ö
FaöÔyt’0è
ÎWèW
X3XVXWX}X~X¡XÃXêXëXYY4YpYŒYY©YªYÑYûY"Z;Z]Z„Z…Z¤Z¿Zòòòòòòòòòòòòòòòòòòòòòòòòòòòò
¤(¤($Ifgd=%ëXYY3YY¨YªYÑY„Z£Z$\1\…\Ž\÷\]o]‡]‰]£]¤]Ê]Ì]æ]ç]ö]__!_8_9_:_;_
Ö0ÿ ÿ ÿ ÿ ÿÿö¿'ööÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿ4Ö
FaöÔyt’0èÖ_Ø_ÿ_`````#`%`5``‘`ì`í`6aBaažaObPb­b®bâb c
chcïØŵ«µ«|o«o«obo«o«o«oRERhW|€6OJQJ]^Jh5ÊhW|€6OJQJ]^Jh5Êh iKOJQJ^Jh5ÊhW|€OJQJ^J hW|€5CJOJQJ\^JaJhÂYüB*CJOJQJ^JphÿhW|€B*OJQJ^JphÿhW|€OJQJ^JhW|€B*CJOJQJ^Jphÿ$hOqhW|€5B*OJQJ^Jphÿ,hW|€5B*CJ OJQJ\]^JaJ phÿhW|€B*CJOJQJ^JphÿØ_î_````` `#`ïïãWNNãã $Ifgd=%Œkd¦$$If–F4ÖÖFºÿj $E'`° `º! Ö0ÿÿÿÿÿÿö6ööÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿ4Ö
Faöf4yt5] $$Ifa$gd=%$¤x¤x$Ifa$gd=%#`$`%`4`5`ðaóc^YC666
¤x¤x7$8$H$gdW|€¤x¤x$d 7$8$H$NÆÿ gdW|€gdW|€¡kdY§$$If–F4Ö”¯Ö\ºÿj $•!E' ° ºq°Ö0ÿÿÿÿÿÿö6ööÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿ4Ö
Faöf4yt5]hcic”cÄcÅcócd¼d½dee”e•e¾eëe„fŽfºfÄfðfúf(g@gêgìg h
h hhhChDhEhFhGhóãÖÌÖ¼ÖÌÖÌÖÌÖ¼®¼ÖÌֆ̼ÌÖuÌd\h‚A«OJQJ h¨B+hW|€CJOJQJ^JaJ h5ÊhW|€CJOJQJ^JaJhw¯OJQJ^Jh‘Z÷hW|€OJQJ^J!h‘Z÷hW|€56OJQJ]^Jh‘Z÷hW|€5OJQJ^Jh5ÊhW|€5OJQJ\^JhW|€OJQJ^Jh5ÊhW|€OJQJ^Jh5ÊhW|€6OJQJ]^JhW|€6OJQJ]^J"ócd^d?e¾eëeìeûef4fTf‚fòòòòòàààààà¤x¤x$7$8$H$Ifgd‘Z÷
¤x¤x7$8$H$gdW|€ ‚f„fŽf”f8##$¤x¤x$7$8$H$Ifa$gd‘Z÷Çkd=¨$$If–FÖֈ”ÿ[‡ OméN ÇéÈÈ,e
tàÖ0ÿÿÿÿÿÿö6öÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿ4Ö4Ö
laöyt‘Z÷”fšf fªf¸fêêêê$¤x¤x$7$8$H$Ifa$gd‘Z÷¸fºfÄfÊf6!!$¤x¤x$7$8$H$Ifa$gd‘Z÷Ékd ©$$If–FÖ”§ֈ”ÿ[‡ OméN ÇéÈÈ,e
tàÖ0ÿÿÿÿÿÿö6öÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿ4Ö4Ö
laöyt‘Z÷ÊfÐfÖfàfîfêêêê$¤x¤x$7$8$H$Ifa$gd‘Z÷îfðfúfg8##$¤x¤x$7$8$H$Ifa$gd‘Z÷Çkdª$$If–FÖֈ”ÿ[‡ OméN ÇéÈÈ,e
tàÖ0ÿÿÿÿÿÿö6öÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿ4Ö4Ö
laöyt‘Z÷gg gg&gêêêê$¤x¤x$7$8$H$Ifa$gd‘Z÷&g(g:g hDh8+++
¤x¤x7$8$H$gdW|€Çkdêª$$If–FÖֈ”ÿ[‡ OméN ÇéÈÈ,e
tàÖ0ÿÿÿÿÿÿö6öÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿ4Ö4Ö
laöyt‘Z÷DhFháhi$i%i&iöèØÌ@7 $Ifgd‘Z÷Œkde¶$$If–F4ÖÖFºÿj $E'`° `º! Ö0ÿÿÿÿÿÿö6ööÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿ4Ö
Faöf4yt‘Z÷ $$Ifa$gd‘Z÷$¤x¤x$Ifa$gd‘Z÷$¤x$Ifa$gd‚A«¤x¤xgdÂYüGhHhyhzh{hÖh×hØhÙhÚhÞháhiii$i%i'i0i1i2iOi÷ó÷æÞæÎæ÷ʺ£‰vf\Nf\F:hV[“h‚A«5OJQJh‚A«OJQJh‚A«B*OJQJ^Jphÿh‚A«OJQJ^Jh‚A«B*CJOJQJ^Jphÿ$hOqh‚A«5B*OJQJ^Jphÿ2hòjQh‚A«5B*CJOJQJ\]^JaJphÿ,h‚A«5B*CJOJQJ\]^JaJphÿh‚A«B*CJOJQJ^Jphÿh‚A«jÍ«hOqhqs B*Uphÿhqs B*phÿjhqs B*Uphÿhqs jhqs U&i'i-i0i1i2iöêêI@ 7$8$H$gd‚A«¡kd/·$$If–F4Ö”¯Ö\ºÿj $•!E' ° ºq°Ö0ÿÿÿÿÿÿö6ööÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿ4Ö
Faöf4yt‘Z÷ $$Ifa$gd‘Z÷ $Ifgd‘Z÷2iOiQiqi‚jƒj„j«jkk7k8kckll‡lˆl©lÂlmžm»mngn“nênóêêêêêêêêêêêêêêêêêêêêêÛÛÛ„¤¬5CJOJQJaJh‚A«CJOJQJaJh/§h‚A«CJOJQJaJh¾)Ì5CJOJQJaJh‚A«5CJOJQJaJh/§h‚A«5CJOJQJaJ?nfngnin|n’n“n•nênìn?o@ojoloÙoÛoæoîoðoòoTpVp[phpop“p•p¯p¹pÀpÌpÖpÚpFqHqìqïqfsgshsisòáÏáòáÏáÏáÁáÏáÁáòáÏáÏáò°áÏáò¢òá”áÏáÏá†|ohvt{h‚A«OJQJ^Jh‚A«OJQJ^Jjh‚A«UmHnHuh=~êCJOJQJ^JaJhý:`CJOJQJ^JaJ h/§húBCJOJQJ^JaJh‚A«CJOJQJ^JaJ#h/§h‚A«5CJOJQJ^JaJ h/§h‚A«CJOJQJ^JaJh¾)ÌCJOJQJ^JaJ(ênjoðoTp“pFqìqWrXrfshsisjskslsms‹sŒsªs«sÂs&t~tùtwušu×uðððððððççççççççâââââââââââgd‚A« 7$8$H$gd‚A«„¤f¢r¢~¢Š¢–¢¢¢®¢¹¢Å¢Ñ¢Ò¢Ö¢â¢î¢ú¢£££*£6£B£N£O£S£_£k£w£ƒ£öööööööööñöööööööööööìöööööFfæ Ffë $$Ifa$ƒ££›£§£³£¿£Ë£Ì£Ð£Ü£è£ô£¤ ¤¤$¤0¤³B³N³Z³f³q³}³‰³•³¡³­³ööööñöööööööööööìööööööööööFfAFfF‰ $$Ifa$­³¹³º³¾³Ê³Ö³â³î³ú³´´´)´5´6´:´D´O´[´g´s´´‹´—´£´¯´°´öñöööööööööööìöööööööööööçFf2™Ff7•Ff