Td corrigé I - Free pdf

I - Free

Lire le sujet au complet. Répondre aux questions posées. Problème 1 : Génératrice à courant continu . Le flux maximum utile sous chaque pôle inducteur d'une ...




part of the document



I.U.T. Formation Continue
D.U.T. GENIE ELECTRIQUE & INFORMATIQUE INDUSTRIELLE
 
Enseignant responsable : B. DELPORTE
 
Tout document manuscrit autorisé.
Calculatrice autorisée
 
 
ELECTROTECHNIQUE
- Devoir Surveillé n°2 du jeudi 11 décembre 2003 -
- CORRIGE -
*********
 
Travail demandé :
 
Lire le sujet au complet.
Répondre aux questions posées.
 
 
Problème 1 : Génératrice à courant continu .
 
Le flux maximum utile sous chaque pôle inducteur d’une machine à courant continu, parfaitement compensée, est ( = 24 mWb. La f.é.m. vaut E = 200 V lorsque le rotor tourne à n = 1200 tr/mn.
 
Questions :
 
1 – Calculer, en rad/s, la vitesse de rotation (.
2 – Calculer la constante K de la machine.
3 – Le courant dans l’induit valant I = 10 A, calculer le moment du couple électromagnétique.
4 – Le flux ( restant constant, quelle est la valeur E’ de la f.é.m. lorsque la vitesse de rotation du rotor devient n’ = 1500 tr/mn ?
5 – Quelle devrait être la valeur (’ du flux pour que la f.é.m. reste égale à E = 200 V à la fréquence de rotation n’ =1500 tr/mn ?
 
 
Problème 2 : Etude d’un moteur shunt
 
Données : - Résistance des inducteurs (pas de rhéostat d’excitation) r = 110 (.
-        Résistance de l’induit R = 0,2 ((.
-        Tension d’alimentation : U = 220 V.
-        Pertes constantes : Pc = 700 W.
 
1 - La fréquence du moteur est de 1500 tr/mn quand l’induit absorbe un courant de 75 A.
Calculer : a – la force électromotrice ;
b – la puissance absorbée ;
c – la puissance utile ;
d – le rendement ;
e  le couple utile.
2  Déterminer la résistance du rhéostat de démarrage pour que l intensité au démarrage soit de 160 A. Quel est alors le couple au démarrage ? (On suppose le circuit magnétique non saturé, le 1° permet le calcul de N. ð(.
3  Variations spontanées de fréquence de rotation : Calculer la fréquence lorsque le courant induit est 45 A, puis lorsque le moteur est à vide (Pu = 0 ; R.I² négligeable devant Pc).
4 – Réglage de la fréquence : Le flux restant proportionnel à l’excitation, quelle valeur faut-il donner au rhéostat d’excitation pour porter la fréquence à 1650 tr/mn avec le même courant I qu’au 1er ?
 
 


 
Exercice 3 : Moteur à courant continu à excitation série.
 
1 – On désire mesurer, à la température de fonctionnement, les résistances de l’induit et de l’inducteur d’un moteur série.
1-1  - Donner le schéma de mesure.
1-2  - Préciser le mode opératoire et les précautions à prendre pour réaliser cet essai.
 
2 – La plaque signalétique d’un moteur série indique :
240 V – 15 A – 1500 tr/mn – 3 kW
La résistance totale du moteur est Rt = 2,0 (.
 
2-1 – Le moteur est alimenté sous une tension U = 240 V maintenue constante.
Calculer pour le fonctionnement nominal :
2-1-a – la f.é.m. ;
2-1-b – le moment du couple électromagnétique ;
2-1-c – la puissance absorbée et le rendement ;
2-1-c – les pertes dues à l’effet joule ; en déduire la valeur des pertes collectives (pertes constantes) ; comment déterminer expérimentalement ces pertes collectives.
2-2 – On alimente maintenant le moteur sous tension variable.
2-2-a – Le circuit magnétique n’étant pas saturé, montrer que la f.é.m. peut s’écrire E = k.I .n. Calculer la valeur numérique de k, si n est exprimé en tr/s.
2-2-b – Le moteur entraîne une charge imposant un couple résistant constant. Montrer que si l’on néglige le couple de pertes, le moteur absorbe un courant d’intensité constante.
2-2-c – Etablir l’équation des variations de n (en tr/s) en fonction de U lorsque le courant I = 15 A. Représenter la caractéristique n = f(U) pour 0(U(240 V.
 
---oooOooo---
 
Barême :
-        Problème 1 : 6 pts
-        Problème 2 : 18 pts
-        Problème 3 : 13 pts
 
TOTAL sur 37 pts
 
 
 
 
 
 
 
 
Eléments de correction de l’Exercice 1 : Génératrice à courant continu 
 1 - Détermination de la vitesse de rotation : 
 2 – Détermination de la constante K :
 
 avec ( la vitesse de rotation en rd/s.
 
or, N, le nombre de conducteur est constant d’où : 
 3 – Détermination du moment du couple électromagnétique : 
 4 – Le flux ( reste constant, détermination de la nouvelle f.é.m. lorsque n = 1500 tr/mn :
-        n1 --> E1 ;
-        n2 --> E2..
 
On en déduit E2 tel que : 
 5 – On souhaite une f.é.m. E = 200 V toujours à la vitesse n2 = 1500 tr/mn :
 
-        à  ; ( E1 = 250 V ; n1 = 1500 tr/mn
-        à  . ( E2 = 200 V ; n2 = 1500 tr/mn
 
On en déduit la nouvelle valeur du flux  telle que :  
Eléments de correction de l’Exercice 2 : Moteur shunt.
 La fréquence du moteur est de 1500 tr/mn quand l’induit absorbe un courant de 75 A
 
1 - a - Détermination de la force électromotrice (f.é.m.) :
 
Equation du circuit moteur :  avec Ia le courant dans l’induit. D’où 

b – Détermination de la puissance absorbée :

Courant dans l’inducteur : 
 
On en déduit la puissance absorbée : 
 
c - Détermination de la puissance utile :
 
Détermination de la puissance transmise ou puissance électromagnétique : 
 
D’où le calcul de la puissance utile : 
 
d – Rendement : 
 
e – Détermination du moment du couple utile : 
 2 – Déterminer la résistance du rhéostat de démarrage pour que l’intensité au démarrage soit de 160 A :
Au moment du démarrage, la f.é.m. E’ est nulle puisque n = 0 tr/mn, le courant n’est limité que par la résistance du bobinage de l’induit et la résistance du rhéostat de démarrage. Soit  avec ra la résistance de l’induit.
 
On peut alors calculer la valeur de la résistance du rhéostat de démarrage dans ces conditions :

 
Moment du couple au démarrage tel que : 

 3 – Variation spontanée de la fréquence de rotation :
 
3-a – Le courant d’induit est de 45 A : 
 
D’où la vitesse de rotation : 
 
3-b – A vide : 
 
On néglige les Pertes Joules à vide : 
 
D’où la vitesse de rotation à vide : 
 4 - Réglage de la fréquence :
 
Si la charge est inchangée, E’ est inchangée et donc E’ = 205 V et n.( = cte. Or le flux est proportionnel au courant inducteur d’où :  or  et 
Soit : 
 
D’où la résistance totale : . Soit :  
Eléments de correction de l’exercice 3 : Moteur à courant continu à excitation série.
 1 – Mesure de la résistance de l’induit et l’inducteur du moteur :
1-1         – Schéma de mesure :

1-2         - Mode opératoire :
On utilise la méthode Volt-ampèremétrique, montage dit « aval » (ou courte dérivation) pour mesurer séparément les résistances de l’induit et de l’inducteur, traversés respectivement par leur courant nominal. Le rotor doit être bloqué.
 2      – Etude du moteur série :
2-1         – Etude en fonctionnement nominal :
2-1-a – Détermination de la f.é.m. du moteur : 
 
2-1-b – Détermination du moment du couple électromagnétique :

 
2-1-c – Détermination de la puissance absorbée : 

On en déduit alors le rendement du moteur : 
 
2-1-d – Pertes par effet Joule totales : 
 
On en déduit la valeur des pertes constantes  : 
 
Détermination des pertes collectives (ou pertes constantes) :
 
Pour déterminer la valeur des pertes constantes, on fait un essai du moteur à excitation indépendante à vide, avec le même flux et la même vitesse qu’en fonctionnement nominal, ceci pour que les pertes magnétiques et mécaniques aient le mêmes valeurs. 
2-2         – Le moteur est maintenant alimenté sous tension variable :

2-2-a – Le circuit magnétique n’est pas saturé, donc le flux est proportionnel au courant d’où  avec k = Cte. Par ailleurs, la vitessevaut 
 
D’où :  avec  d’où 
 
2-2-b – Le moteur entraîne une charge imposant un couple résistant constant. Par ailleurs, on néglige le couple de pertes, soit . D’où  avec  le moment du couple résistant. On en déduit alors la valeur du courant correspondant dans l’induit tel que :
 

2-2-c – Equation de la vitesse du moteur en fonction de la tension d’alimentation U pour un courant dans l’induit I = 15 A :

´Åø   a l n Œ   þ ÿ 

"
A
O
S
ïÛïÃï± ‰wbwMw7bwbwbw+ jfh`”h`”6CJOJQJ]aJh)h`”h`”5CJOJQJ\^JaJh)h`”h`”6CJOJQJ]^JaJh#h`”h`”CJOJQJ^JaJh,h`”h`”5>*CJOJQJ\^JaJh h`”h`”CJOJQJ^JaJ#h`”h`”>*CJOJQJ^JaJ/h`”h`”5B*CJOJQJ\^JaJphÿ&h`”h`”5CJOJQJ\^JaJ h`”h`”CJOJQJ^JaJNPuw™°²´Åø   " $ > ] _ a Ž  Q
úîúúúúúúúãÛÛÛÛúúúúúúÌÌÌ$
Æ Ä¸p#a$gd`”$a$gd`”
$$@&a$gd`”
Æ Ä¸p#gd`”gd`”uýQ
S
_
a
“
¾
 ¥ * , . T V § Ó
)
+
ƒ
­
Ì
è
þ
,èððððððððððääðÓÓÓðððððððð$
& F
Ƹp#a$gd`”
Æ Ä¸p#gd`”$
Æ Ä¸p#a$gd`”S
\
_
r
w

‘
­
®
â
ê
( ) Q S “ ¢ Ç È É ó ü  ' . 7 ; V éÔÂÔ¬ÂÔÂÔ™ÂÔÂÔƒÔÂÔÂÔÂnZF&h`”h`”6CJOJQJ]^JaJ&h`”h`”5CJOJQJ\^JaJ)h`”h`”5>*CJOJQJ\^JaJ+ jfh`”h`”6CJOJQJ]aJh% jfh`”h`”CJOJQJaJh+ jWh`”h`”6CJOJQJ]aJh#h`”h`”CJOJQJ^JaJh)h`”h`”6CJOJQJ]^JaJh,h`”h`”6>*CJOJQJ]^JaJhV œ ¤ ¥ § ¨ ° Ç Ï Ð Ñ Ó Ô Ü õ ÿ





(
)
+
M
W
}

ìöÚÞïÛÅ°¤˜†°pÅ°¤˜†°†¤˜†°Y°†°†°†°†°†°,h`”h`”6CJH*OJQJ]^JaJh+ j h`”h`”6CJOJQJ]aJh#h`”h`”CJOJQJ^JaJhh`”h`”CJaJhh`”h`”CJaJh)h`”h`”6CJOJQJ]^JaJh+ jWh`”h`”6CJOJQJ]aJh&h`”h`”6CJOJQJ]^JaJ h`”h`”CJOJQJ^JaJ Þàâèð&]a†Œ“§¨©°ÇISrtwyzìÖÁ°ž°Š°Š°Š°Šu°ž°Š°c°Q=&h`”h`”5CJOJQJ\^JaJ#h`”h`”CJOJQJ^JaJh#h`”h`”CJH*OJQJ^JaJ)h`”h`”6CJH*OJQJ]^JaJ&h`”h`”6CJOJQJ]^JaJ#h`”h`”>*CJOJQJ^JaJ h`”h`”CJOJQJ^JaJ)h`”h`”6CJOJQJ]^JaJh+ jFh`”h`”6CJOJQJ]aJh%h`”h`”6CJOJQJ]aJhè¬wy{|}¹»8[´¶í=?Œ¶ðððääääÜÜÐÅÅÐкÜЪª$„Ä„Ä^„Ä`„Äa$gd`”
$$@&a$gd`” $
& Fa$gd`” $„Ä`„Äa$gd`”$a$gd`”
Æ Ä¸p#gd`”$
Æ Ä¸p#a$gd`”z{|}‰‹Œ¸¹»;=^`í123:ïÞʶ¡¶ŠvŠ¶eZeZe¶evEv)h`”h`”6CJH*OJQJ]^JaJh`”h`”CJaJ h`”h`”CJOJQJ^JaJ&h`”h`”6CJOJQJ]^JaJ,h`”h`”56CJOJQJ\]^JaJ)h`”h`”5>*CJOJQJ\^JaJ&h`”h`”5CJOJQJ\^JaJ&h`”hÆf­5CJOJQJ\^JaJ hÆf­5CJOJQJ\^JaJ h`”5CJOJQJ\^JaJ:;*CJOJQJ^JaJ#h`”h`”CJOJQJ^JaJh)h`”h`”6CJOJQJ]^JaJh h`”h`”CJOJQJ^JaJ&h`”h`”5CJOJQJ\^JaJhijkŠ‹Œ“ÚÛ 
€¬ì×ìƯƞŠžsž\žŠžEž-jCBh`”h`”CJEHøÿOJQJU^JaJ-j¶ h`”h`”CJOJQJ^JaJ)h`”h`”6CJOJQJ]^JaJh#h`”h`”CJOJQJ^JaJh&h`”h`”5CJOJQJ\^JaJh`”h`”CJaJ-jQPh`”h`”CJEHîÿOJQJU^JaJ-j¥Kh`”h`”CJEHèÿOJQJU^JaJ&h`”h`”5CJOJQJ\^JaJ h`”h`”CJOJQJ^JaJ-jîFh`”h`”CJEHøÿOJQJU^JaJ„†™¤$%&'§¨ÔÕ×ØÙÚÛÜìÛìÛÄÛ쯝ۆÛoÛXÛGÛ`aeluv ¡ÊËÍÎÏÐÕ ìÛìÛÄÛ­ÛìۖÛÛhÛWÛLìÛh`”h`”CJaJ h`”h`”CJOJQJ^JaJ-j܁h`”h`”CJEHèÿOJQJU^JaJ-j‘|h`”h`”CJEHôÿOJQJU^JaJ-jõwh`”h`”CJEHîÿOJQJU^JaJ-j=qh`”h`”CJEHèÿOJQJU^JaJ-j˜lh`”h`”CJEHôÿOJQJU^JaJ h`”h`”CJOJQJ^JaJ&h`”h`”5CJOJQJ\^JaJÏÐïñ…  ’ ¼ ½ ¿ !!ƽ½½½½½„w½$a$gd`”gd`”8kdå¤$$If–FÖºÿ¶#5&ö6ÖÿÖÿÖÿÖÿ4Ö4Ö
Faö $Ifgd`”8kdŸˆ$$If–FÖºÿ¶#5&ö6ÖÿÖÿÖÿÖÿ4Ö4Ö
Faö   ' 1 5 7 8 > y z ~  ƒ „ Ž  ¯ ° º » ¼ ìÛìÛìÄìۭۖÛÛhÛQÛ:Û-j\ h`”h`”CJEHôÿOJQJU^JaJ-jèšh`”h`”CJEHèÿOJQJU^JaJ-j4“h`”h`”CJEHîÿOJQJU^JaJ-jFh`”h`”CJEHþÿOJQJU^JaJ-jfh`”h`”CJEHþÿOJQJU^JaJ-jëˆh`”h`”CJEHþÿOJQJU^JaJ, jFh`”h`”6CJOJQJ]^JaJ h`”h`”CJOJQJ^JaJ&h`”h`”6CJOJQJ]^JaJ¼ ½ ¿ å ç è !!!!!![!^!g!i!|!}!!‚!‹!!Ÿ! !""‘"õäÏ»¤Ïõ»õ|ä|n|äYä|n|äDäõä)h`”h`”B*CJOJQJ^JaJphÿ)jh`”h`”CJOJQJU^JaJh`”h`”5CJ\aJ&h`”h`”5CJOJQJ\^JaJ&h`”h`”6CJOJQJ]^JaJ,h`”h`”56CJOJQJ\]^JaJ&h`”h`”5CJOJQJ\^JaJ)h`”h`”5>*CJOJQJ\^JaJ h`”h`”CJOJQJ^JaJh`”h`”CJaJ!![!|!!Ÿ!"‘"’"³"ƽ°½°››bU
& F$Ifgd`”8kd}¥$$If–FÖºÿ¶#5&ö6ÖÿÖÿÖÿÖÿ4Ö4Ö
Faö
ÆĈL Ô
°$Ifgd`”
& F$Ifgd`” $Ifgd`”8kd1¥$$If–FÖºÿ¶#5&ö6ÖÿÖÿÖÿÖÿ4Ö4Ö
Faö ‘"’"“"™"›"³"¶"¿"å"ê"###!#Z#[#`#g#‘#’#Ä#Å#Ê#Ñ#ó#ô#&$õáÓáÂáÓÂá«Âá”ÂáÂ}ÂfÂáÂOÂ-jCºh`”h`”CJEHöÿOJQJU^JaJ-jµh`”h`”CJEHèÿOJQJU^JaJ-jú°h`”h`”CJEHøÿOJQJU^JaJ-j»ªh`”h`”CJEHîÿOJQJU^JaJ-jÉ¥h`”h`”CJEHøÿOJQJU^JaJ h`”h`”CJOJQJ^JaJh`”h`”5CJ\aJ&h`”h`”5CJOJQJ\^JaJh`”h`”CJaJ³"ã"##X#\#^#“#–#Æ#È#õ#÷#3$5$u$w$s%t%òåååååååååååååååå¬8kdhÈ$$If–FÖºÿ¶#5&ö6ÖÿÖÿÖÿÖÿ4Ö4Ö
Faö
„¼$If^„¼gd`”
& F$Ifgd`”&$'$1$2$s%t%v%y%‚%Ã%È%"&#&)&+&-&1&J&K&P&Q&[&è×À׵ס“ס×|×h×h×Q×:×-jÎh`”h`”CJEHþÿOJQJU^JaJ-j–Ëh`”h`”CJEHþÿOJQJU^JaJ&h`”h`”6CJOJQJ]^JaJ-j´Èh`”h`”CJEHþÿOJQJU^JaJh`”h`”5CJ\aJ&h`”h`”5CJOJQJ\^JaJh`”h`”CJaJ-jÁh`”h`”CJEHôÿOJQJU^JaJ h`”h`”CJOJQJ^JaJ-jî¾h`”h`”CJEHøÿOJQJU^JaJt%v%¾%Á%R&T&q&s&s'u'y'ø'ü'btdt˜tštëtîtðtöéÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜööööööö
„¼$If^„¼gd`”
& F$Ifgd`” $Ifgd`”[&\&b&c&o&p&u&{&õ&ö&ý&þ&''w'x'{'‚'í'è×Àשו×~×g×P×9ו×-jcëh`”h`”CJEHìÿOJQJU^JaJ-jÞèh`”h`”CJEHøÿOJQJU^JaJ-jCäh`”h`”CJEHöÿOJQJU^JaJ-jráh`”h`”CJEHöÿOJQJU^JaJ&h`”h`”5CJOJQJ\^JaJ-jYÛh`”h`”CJEHîÿOJQJU^JaJ-jóÖh`”h`”CJEHþÿOJQJU^JaJ h`”h`”CJOJQJ^JaJ-jþÑh`”h`”CJEHþÿOJQJU^JaJí'õ'ú'û'ü't7t8tftgtmtttxt}t–t—t®t·tëtìtîtïtðtþtÿtuuìÛÄÛÂÛìÛ«ÛìÛì۔ÛìÛÛnÛcÛQMhLZÙ#h`”h`”CJOJQJ^JaJhh`”h`”CJaJ h`”h`”CJOJQJ^JaJ)jh`”h`”CJOJQJU^JaJ-jˆÿh`”h`”CJEHøÿOJQJU^JaJ-jiûh`”h`”CJEHøÿOJQJU^JaJU-j×òh`”h`”CJEHêÿOJQJU^JaJ h`”h`”CJOJQJ^JaJ&h`”h`”6CJOJQJ]^JaJn est une fonction affine de la tension d’alimentation U après la tension de décollage qui vaut :
 
 avec E’ = 0 car n = 0 au moment du démarrage. 
 
Par ailleurs, pour U = 240 V, n = 25 tr/s d’où l’allure de la caractéristique :

 ---oooOooo---