Td corrigé grille competences qualite c327 c328 pdf

grille competences qualite c327 c328

C 3.2.7 Définir la notion de qualité et en dégager les enjeux. C 3.2.8 Présenter la .... Résultat : Galva Eclair est certifié ISO 9001, 14001 et 18001 en mai 2006.




part of the document



Thème 3.2 L’organisation de la production et du travail

LA DEMARCHE QUALITE

Compétences
(niveau 2)Connaissances associéesLimites de connaissancesObservationsC 3.2.7 Définir la notion de qualité et en dégager les enjeux.
C 3.2.8 Présenter la démarche de qualité totaleLa qualité totale : de la conception d’un produit au service après-vente.

Normes, chartes qualité

La démarche qualité et ses enjeux- Identifier les références qualité appliquées au secteur professionnel

- Analyser des démarches qualité en vigueur dans le secteur professionnel

- Repérer les enjeux de la démarche qualité pour les organisationsSe limiter à l’analyse des démarches concrètes d’usage dans le secteur professionnelPlace dans la progression : à définirDurée : 2 séances
(à redéfinir)Evaluation formative :
Exercice(s) d’applicationEvaluation sommative :
Analyse de documents


Objectifs 

A l’issue de cette séquence, l’élève devra être capable de :
Donner une définition de la qualité, définir la qualité totale, citer des exemples de certification
Proposer différents outils pour améliorer la qualité,
Participer à l’élaboration d’une ou plusieurs solutions pour éliminer les causes du problème retenu.

Supports

Plan de leçon
Recherches internet sur les outils (ex. diagramme d’Ishikawa)
Exercice à faire par groupes
Documents
Vidéos à télécharger sur Internet
Synthèse à faire compléter
Evaluation sommative

LA DEMARCHE QUALITE

En préambule, il peut être profitable (en fonction du temps !) de faire télécharger aux élèves une séquence vidéo sur les 5 S.
http://www.canal-u.tv/themes__1/economie_et_gestion/gestion/les_5_s
Ou sur la qualité et organisation
http://www.canal-u.tv/themes__1/economie_et_gestion/gestion/qualite_et_organisation

Introduction
Les entreprises les plus performantes ont fait de la qualité la stratégie de leur développement. Ecouter, satisfaire et fidéliser le client, tels sont les enjeux de la démarche autour de laquelle elles construisent l’organisation de leur production et leur approche commerciale.

Définition de la qualité
La qualité, c’est l’aptitude d’un produit à satisfaire les besoins des utilisateurs. La qualité d’un produit dépend à la fois de l’originalité ou de la simplicité de sa conception, mais aussi de la qualité du travail apporté dans l’élaboration comme dans le suivi.

La démarche qualité consiste donc à trouver l’adéquation entre la réponse aux besoins du client, l’expression correcte de ces besoins, d’une écoute attentive et une réalisation répondant à l’expression de ces besoins.








Conséquences de la non-qualité
Le produit ne répond pas aux attentes (défaut et gaspillage).
Les défauts de conception vont se répercuter sur la qualité du produit, car la réalisation de celui-ci sera plus complexe. Elle peut aussi entrainer un fonctionnement difficile du produit. Les défauts de réalisations s’ils sont décelés avant la vente peuvent être corrigés dans l’usine. La qualité ne sera pas affectée mais le coût de production sera plus important car retouches ou démontages etc… seront nécessaires. Ces coûts augmenteront proportionnellement selon le stade de découverte des défauts (de 1 à 500 fois plus).











Qu’appelle-t-on la qualité totale ?
Elle ne concerne pas uniquement la qualité du produit mais l’application de la qualité dans tous les domaines : vie au travail, organisation, travail administratif, relations avec les partenaires extérieurs, suivi, entretien etc…

Si la qualité totale est bien appliquée, elle génèrera une meilleure compétitivité : coûts moins élevés, meilleure qualité et disponibilité du produits, relations humaines plus développées etc…


1/Les enjeux de la qualité

Amélioration des produits et des procédures
Qualité du service et partenariat : satisfaction des clients internes et fidélisation des clients externes (*)
Amélioration de l’organisation du travail et du climat relationnel
Amélioration des résultats, avantage concurrentiel, image de l’entreprise

2/La démarche qualité

Principes et concepts de base : implication de tous les acteurs, chaîne de qualité, mesure de la qualité
Niveaux de qualité : qualité attendue, qualité voulue, qualité proposée
Méthodologie : processus d’amélioration progressive, état des lieux, objectifs prioritaires, plan d’action, indicateurs de réussite, mesure des progrès…

3/Les outils de la qualité (les termes surlignés sont à compléter par les élèves)

Techniques ou organisationnels, ils sont nombreux !

Concernant l’étude des problèmes :
Questionnement systématique : QQQOCCP
Diagramme causes/effets : ISHIKAWA (pour visualiser les facteurs qui affectent la qualité et leur enchaînement)

Concernant le choix des priorités :
Diagramme des affinités : diagramme de Pareto (pour classer des causes de non-qualité par ordre d’importance, donc de cibler les efforts)

Concernant la planification d’actions :
La roue de Deming montre comment appliquer les principes de la démarche qualité au processus mais aussi à ses tâches élémentaires : « PLAN, DO, CHECK, ACTION » soit 4 phases (planification, réalisation, vérification, action correctrice)

Concernant la mesure des résultats :
Enquêtes de satisfaction, tableaux de bord, reporting





Applications :
Les 5 Zéros : zéro défaut, zéro délai, zéro stock, zéro panne, zéro papier… Au vu du réchauffement climatique, on peut rajouter zéro déchet, zéro nuisances !
Les 5 S appliqués aux services : Seiri (trier, classer, débarrasser) – Seiton (ranger) – Seiso (nettoyer) – Seiketsu (conserver en ordre, standardiser) – Shitsuke (impliquer, formaliser)

Sans oublier les cercles de qualité, petits groupes de volontaires d’une même unité de travail se réunissant avec leurs responsables pour identifier, analyser et résoudre leurs problèmes de travail suivant une méthode définie, les tests, l’auto-contrôle, le Poka-Yoké (en japonais, « à l’épreuve des erreurs », cette méthode vise à repérer les erreurs qui auraient échappé à la vigilance des opérateurs)

4/Les engagements de la qualité

Engagements internes : accords et procédures, cahiers des charges, contrats de services…
Engagements externes : charte qualité, assurance qualité, certification

5/L’assurance qualité

Selon l’AFNOR, c’est « l’ensemble des actions préétablies et systématiques nécessaires pour donner la confiance appropriée en ce qu’un produit ou service satisfera aux exigences données relatives à la qualité ».

Elle présente de nombreux avantages pour l’entreprise qui aura obtenu une certification au terme d’un audit qualité, notamment en matière d’avantage concurrentiel.

La certification produit : exemple, marque NF (sécurité, durabilité, résistance etc…) délivrée par l’AFNOR
La certification d’entreprise : elle atteste que l’entreprise maîtrise son système d’assurance qualité en conformité aux normes internationales de la série ISO 9000 qui servent de référentiels pour la certification et qui sont délivrées par des organismes indépendants. Cependant, en plus du coût élevé de la démarche de certification, on peut lui reprocher un certain formalisme (perte de réactivité, peu de compatibilité avec le « système D » à la française…).

Bon à savoir !
Pour des raisons historiques (l’obligation d’exporter des produits manufacturés de qualité pour pouvoir importer des produits vitaux), bien que l’origine du mouvement soit américaine, le Japon s’initie très tôt à la notion de la qualité. Depuis, la gestion occidentale s’inspire largement des méthodes pratiquées au pays du Soleil Levant (d’où ces nombreux termes) tout en essayant de normaliser le vocabulaire et les méthodes !



EVALUATION

Le groupe GALVA UNION obtient une triple certification qualité , sécurité et environnement Communiqué de presse du 04/05/2007  Le  HYPERLINK "http://www.galvaunion.com" \t "_blank" groupe Galva Union, spécialisé dans les techniques de traitement de surface (traitements anti-corrosion et décoration des métaux), s’est impliqué depuis plusieurs années dans une démarche de progrès particulièrement ambitieuse. Son but ? Bien sûr, être compétitif, ce qu’atteste sa place de leader sur le marché français. Mais cette condition nécessaire n’est pas suffisante explique Jean Lampre, Président du Groupe. « Nous voulons être une entreprise respectueuse. Et cela doit se comprendre au sens le plus large possible : nous avons d’abord des responsabilités en tant qu’employeur, mais également dans l’environnement dans lequel nous exerçons notre activité, sans oublier nos responsabilités envers nos clients et nos partenaires ». Cette volonté affirmée de conduire chaque filiale aux plus hauts niveaux d’excellence en matière de qualité, de sécurité et d’environnement a conduit le Groupe à la création, en 2003, d’une « cellule de progrès ». Derrière ces mots, un concept original et novateur. Il s’agit de mettre au point un savoir-faire interne unique en matière de démarche de progrès, et qui s’appuie sur la participation de tous les collaborateurs de l’entreprise. Pour les dirigeants du Groupe, la clé du succès se situe là : la véritable dynamique de progrès est générée par l’implication de chacun à la réussite de tous. L’idée suscite d’ailleurs l’intérêt d’autres entreprises du département de l’Allier qui étudient en ce moment le modèle Galva Union. Premier site à avoir initié la démarche : Galva Eclair. D’importants investissements y sont consacrés notamment la modernisation de l’outil de production. Objectif : faire de l’entreprise la référence majeure dans son domaine. Les illustrations de cette réussite sont parlantes : « Aujourd’hui, les sites de Galva Union confient tous leurs déchets, liquides ou solides à des circuits de destruction homologués. Et cela va bien au-delà des déchets industriels : absolument tous les déchets produits sont concernés » confie Eric Kolasinski, de la « cellule de progrès ». Interrogés, les ouvriers se félicitent de cette modernisation « la sécurité a progressé » confie l’un d’eux ; « l’automatisation des systèmes d’alarme est un plus » assure un deuxième ; même conviction du côté du Directeur Commercial et Marketing du Groupe Galva Union « il est essentiel de pouvoir répondre aux attentes de nos clients en termes de qualité et de rapidité si l’on veut rester compétitif » résume Stéphane Vlahovic. Résultat : Galva Eclair est certifié ISO 9001, 14001 et 18001 en mai 2006. Une première en France dans le domaine de la galvanisation. Le 14 décembre 2006, Déco Galva, l’entreprise de Saint Pourçain spécialisée dans le thermolaquage des matériels galvanisés a pris le relais avec succès, en obtenant à son tour la triple certification. Cette filiale mise sur l’innovation pour mieux répondre aux demandes de ses clients. « L’excellence technique ne suffit plus, confirme Stéphane Vlahovic. Il faut sans cesse anticiper, pour proposer des matériaux qui soient non seulement résistants, mais également mieux intégrés à l’architecture urbaine. » Responsables de collectivités, maîtres d’œuvres, particuliers, tous recherchent des équipements qui allient l’esthétisme à la durabilité, sans oublier le respect des normes environnementales. Autant d’atouts détenus par Déco Galva qui lui ont permis de suivre Galva Eclair sur la voie de la triple certification. Prochain objectif ? Depuis cette première étape,  HYPERLINK "http://www.galvaunion.com/fr/respect-galvanisation/respect-galvanisation.php" \t "_blank" 5 autres sites ont rejoint les pionniers de Saint-Pourçain et se sont vus certifier « 9-14-18 ». D’ici un an au plus tard, la totalité des implantations du Groupe devrait suivre le mouvement. Lexique : ISO 9001 Norme internationale de qualité de prestations décernée par des organismes agréés (Afaq, BVQI…) aux entreprises. Ce label recouvre aussi bien la qualité intrinsèque du produit (fiabilité, résistance), que, par exemple, l’excellence du service client (Délais de livraison, logistique, traitement des litiges…). ISO 14001 Même type de norme appliquée à l’amélioration continue de la qualité environnementale. Une fois encore, cette appellation regroupe tous les paramètres concernés : rejets (dans l’air, dans l’eau), traitement des déchets, économies d’énergie, etc. OHSAS 18001 Il s’agit cette fois d’une dimension particulière de la qualité puisqu’elle note la capacité de l’entreprise à prendre en compte la sécurité des hommes et des femmes présents sur le site (salariés, bien sûr, mais aussi entreprises extérieures ou simples visiteurs). Galvanisation Process industriel permettant de protéger les métaux de la corrosion. Le Groupe Galva Union en quelques chiffres 2 métiers : - le traitement de surface (80% du CA). Leader français du marché. - les équipements de sécurité pour la route (20% du CA) 12 sites, dont 3 dans l’Allier 550 salariés 2ème employeur de Saint-Pourçain sur Sioule (Allier) avec plus de 300 salariés 60 M¬ de CA.

Questions
1° Quelle est l activité du groupe GALVA UNION ?
2° Quel est l objectif de l entreprise ?
3° Quels moyens met-elle en Suvre pour y parvenir ?
4°Quelles certifications qualité a-t-elle obtenu ?
5°Quelles sont les démarches à effectuer pour obtenir ces certifications ?
6°Quels avantages procurent-t-elles à l’entreprise ?
7° Définissez la qualité totale.
8° Citez des exemples d’outils qualité.

SYNTHESE




La qualité est l’aptitude d’un produit à satisfaire les besoins du client. Un produit de qualité doit correspondre aux exigences spécifiées : tout écart conduit finalement à la non-conformité du produit.



On définit la qualité totale par la maîtrise de la qualité dans tous les domaines et pas seulement concernant le produit, elle s’applique à tous les acteurs de l’entreprise.



La maîtrise de la qualité s’obtient en respectant une démarche rigoureuse qui passe par la prévention, la vérification et la correction.



Elle repose sur un système qualité composé d’éléments divers (procédures, manuels, organisation etc…) qui permettent de réduire le coût d’obtention de la qualité.


Sa mise en œuvre s’appuie sur de nombreux outils organisationnels et techniques (exemples : cercles de qualité, auto-contrôle, roue de Deming, diagramme de Pareto, diagramme d’Ishikawa…) et concerne l’ensemble de l’entreprise.


L’assurance qualité permet d’obtenir et conserver la confiance des clients dans la qualité des produits fournis. Elle permet à l’entreprise d’avoir un avantage concurrentiel.


Elle s’acquiert par une procédure de certification accordée le plus souvent par des organismes tiers, en référence à des normes imposées comme les normes NF pour les produits ou les normes ISO 9000 … pour les entreprises.










Pascale BELBENOIT La démarche qualité
LP Adam de Craponne Salon de Provence Economie-Gestion
BAC PRO SECTEURS DE LA PRODUCTION












QUALITE DU PRODUIT

Efficacité
Performance
Fiabilité
Sécurité
suivi après-vente…


Non-satisfaction
du client

Baisse des ventes
Image d’entreprise écornée
Coûts supplémentaires