Td corrigé les systemes d'allumage electronique pdf

les systemes d'allumage electronique

T.P. / T.D. corrigé ... Résumé / descriptif du T.P. / T.D. : ... Sans objet ... et au réparateur (diagnostic par mémoire embarquée et fonctionnement en mode dégradé). ... La valeur de la f.e.m. est définie par une loi traduite par la formule suivante :.




part of the document



   




THEME : 7-1-8 ALLUMAGE PRINCIPE ET SYSTEME

TITRE : Rappel DES PrincipeS de l allumage
transistorisé 1ère génération




TYPE :

 Dossier ressources formateursxðCoursCours corrigéT.P. / T.D.T.P. / T.D. corrigé
Date mise à jourAuteur référent12/10/04Nom : BESSAZ Gérard
Établissement : LP Emile Béjuit 69500 BRON
Adresse électronique : gbessaz@wanadoo.fr
Fiche de présentation


Titre du COURS :Secteur d’Activité (ou Zone) :Rappel DES PrincipeS de l’allumage
transistorisé 1ère générationZ5Spécialité  MAINTENANCE DES VEHICULES AUTOMOBILESExemple de Niveau de formation NIVEAU IV Thème ALLUMAGE PRINCIPE ET SYSTEMEObjectifs opérationnels :Etre capable d’intervenir sur un système d’allumage transistorisé de 1ème générationRésumé / descriptif du T.P. / T.D. :
(énoncé de la tâche)Sans objetSupports didactiques utilisés :Générateurs à impulsion et à effet Hall Temps : 2 heuresPré-requis :Cours de technologie sur l’allumage classiqueSavoirs Associés : S31.3, S31.4Compétences Visées : C132, C223, C224.











Sommaire




 TOC \o "1-2" \h \z \u Rappel: conditions à remplir 3
Principe de l'allumage 4
Fonctionnement de la bobine d'induction 6
Allumage transistorisé 1ère génération 7





LES SYSTEMES D’ALLUMAGE ELECTRONIQUE


RAPPEL :

Conditions à remplir par un système d’allumage :

Déclencher la combustion en transformant l’énergie électrique en énergie calorifique, avec une puissance calorifique instantanée importante.

L’instant d’allumage correspond à une position précise du piston dans le cycle : c’est le point d’allumage.

Le point d’allumage doit être modifié en fonction :
de la fréquence de rotation du moteur,
de la charge du moteur,
ainsi que des informations de cliquetis, T°, Pa., etc.

Le système d’allumage doit être d’une grande fiabilité et parfois fournir des informations sur son état au conducteur (témoin défaut) et au réparateur (diagnostic par mémoire embarquée et fonctionnement en mode dégradé).



Position du piston avant PMH

 ( moteur Ordre du conducteur

Charge moteur Informations diverses


Energie électrique Transformer W électrique Energie calorifique
 en W calorifique et
déclencher la combustion Informations
 défauts

Système d’allumage



Fonction globale du système d’allumage









Principe de l’allumage à source d’énergie électrique :

L’énergie électrique est celle qui répond le mieux aux exigences qui sont demandées au système d’allumage :
l’arc électrique peut apporter une quantité de chaleur dans un temps extrêmement court (puissance calorifique élevée),
il peut être obtenu à un instant précis,
il est facile à déplacer dans le temps.

L’arc électrique doit jaillir à l’intérieur de la chambre de combustion entre deux électrodes d’une bougie, alors que règne une pression relativement élevée : La pression de compression.

Il faut une tension d’amorçage suffisante pour que l’arc électrique puisse vaincre la résistance aux électrodes, elle est d’environ : 20 KV pour un écartement des électrodes de 1 mm sous une pression de 30 bars.

Tension de l’arc ( pressions
 en KV en bar

 20 KV 30 b


 12 b
 10


 2 1 b

 0 écartement
0,2 0,5 1mm des électrodes
en mm

Elévation de la tension :

Elle est commandée par un déclencheur selon différentes techniques :
les rupteurs,
l’impulsion magnétique
l’effet Hall.

L’information conducteur est nécessaire pour entraîner le moteur (action clé de contact).







Le déclencheur :

Il est piloté par :
la fréquence de rotation du moteur (info : centrifuge, fréquence, tension.),
la pression d’admission (info charge moteur, variation d’une résistance...).

La répartition du courant H.T. :

Elle est obtenue par le système de distribution qui est commandé en même temps que l’ordre de déclenchement. Le système de distribution peut être dynamique (en bout d’arbre à cames) ou statique (pilotage par le boîtier électronique comme sur les véhicules actuels).

Le contrôle sur les systèmes électroniques :

Les défauts de fonctionnement du système sont enregistrés en permanence dans une mémoire.
Si un défaut perturbe le fonctionnement (info pression incorrecte par exemple), grâce à la mémoire embarquée le système reçoit une valeur moyenne : on dit qu’il fonctionne en
mode dégradé.

Le réparateur peut lire les codes défauts mémorisés.







Fonctionnement de la bobine d’induction :

Son fonctionnement est basé sur les lois d’électrotechnique et particulièrement sur les lois de LENZ qui définissent la force électromotrice (f.e.m.) induite prenant naissance dans un enroulement soumis à une variation de flux d’induction magnétique.

Le flux d’induction magnétique est crée par un enroulement appelé primaire, parcouru par un courant crée par la basse tension (BT).

La variation de flux d’induction magnétique est obtenue par la rupture du circuit primaire. L’enroulement appelé secondaire est le siège de la f.e.m. capable de produire l’arc électrique aux électrodes.

La valeur de la f.e.m. est définie par une loi traduite par la formule suivante :


(i n2
 E = K .
(t n1


E : en volts ;. i : en ampères ;. t : en secondes ;. n : nombre de spires ; k : coefficient.


Les systèmes d’allumage électronique :

L’augmentation de puissance des moteurs de petites et moyennes cylindrées est généralement obtenue par l’accroissement de la vitesse de rotation.

Le système d’allumage classique présente :
un dispositif mécanique de rupture, limité en fréquences, qui ne peut convenir pour des moteurs très rapides ;
une auto-induction qui fait décroître l’intensité primaire de rupture quand la vitesse croît.

Les systèmes d’allumage électronique permettent, par leur conception, d’obtenir facilement une puissance calorifique plus élevée, et de maintenir une tension d’allumage convenable à des vitesses de rotation élevées.















Allumage transistorisé dit de première génération :

L’allumage transistorisé comporte un système de déclenchement qui :
soit soulage le dispositif de rupture mécanique,
soit supprime ce dispositif.

La rupture mécanique transistorisée :

Elle se différencie essentiellement du système conventionnel à rupture mécanique par la coupure d’un courant de base de quelques mA d’un transistor.

La figure ci-dessous représente un transistor T qui permet de couper le courant principal primaire : il suffit d’annuler le courant émetteur ( base par une ouverture du circuit.
A l’instant de l’ouverture du rupteur, le courant passe par la diode D1 et la résistance R1, ce qui provoque une chute de tension dans D1 et crée aussi une inversion de polarité émetteur ( base (Ub ( Ud). Le transistor se bloque.

L’ensemble diode Zener D2 et résistance R2 protège le transistor de la tension inverse créée par l’auto-induction de l’enroulement primaire.








Le déclencheur à impulsion magnétique :

C’est un générateur constitué par un circuit magnétique comprenant un aimant permanent et un rotor à dents. Celui-ci provoque une variation d’induction magnétique dans l’enroulement L et par conséquent, une variation du flux magnétique.

Cet enroulement est le siège d’une force électromotrice pointue (impulsion) pour chacune des variations.

En l’absence d’impulsion, les transistors T1, T2 et T3 sont conducteurs ; le transistor T1 est le pilote puisqu’il commande les transistors T2 et T3.

Quand T2 est conducteur, le courant émetteur ( collecteur de T3 traverse l’enroulement primaire.

Lorsque l’impulsion négative est appliquée au transistor T1, le pilote est bloqué, tous les transistors sont bloqués.

Le circuit de l’enroulement primaire est coupé.















Le déclencheur à effet Hall :

Un semi-conducteur de forme plate, traversé par un courant suivant XX’ et placé sous l’influence d’un champ magnétique Bo perpendiculaire au sens du courant, est le siège d’une tension U, suivant la direction YY’ perpendiculaire au courant XX’ et au champ magnétique Bo.

Le champ magnétique de l’aimant situé dans le boîtier de l’allumeur agit sur la cellule Hall, chaque fois que la partie découpée du tambour en tôle, entraîné par l’allumeur passera devant elle (fig.1).

La tension de Hall provoquera le déclenchement, c’est à dire bloquera, par un amplificateur, le transistor de puissance et coupera le primaire.





L’augmentation de la tension primaire est obtenue généralement par un convertisseur à un ou plusieurs transistors (fig.4).

Souvent le convertisseur est alimenté en 12 V continu ; il charge un condensateur qui à son tour se déchargera dans l’enroulement primaire au moment du déclenchement, ce qui crée une tension secondaire plus importante (fig.5 page 11).




Fonctionnement du convertisseur (voir fig. 4) :

Phase 1 : le transistor est conducteur (courbe de E à B fig. 4), le courant variable qui circule dans K induit une force électromotrice induite dans l’enroulement J qui fait varier la polarité jusqu'à l’inversion de la polarité émetteur-base.
Phase 2 : la tension émetteur-base diminue jusqu'à l’inversion, le courant émetteur-collecteur dans le transistor diminue jusqu'à ce que celui-ci se bloque (courbe de B à C).


Une force électromotrice induite redressée est obtenue aux bornes G et H.


Schéma d’un allumage électronique.

Figure 5
Nomenclature :

T, T1, T2 : transistors P : photodiode
Rf : tambour à fentes L : source lumineuse
D1 : diode de redressement D2 : diode contrôlée (thyristor)
C : condensateur de charge P : enroulement primaire
S : enroulement secondaire




Base de calcul sommaire pour déterminer les valeurs de C et de P.

C : Capacité du condensateur.

P : Coefficient d’auto-induction (L) de l’enroulement primaire.

Considérons un moteur fonctionnant sous le cycle à quatre temps.

La durée de la décharge du condensateur (durée de l’arc électrique) ne doit pas être supérieure au temps T que met le vilebrequin pour décrire un arc de (/ 9 rad, quand le moteur tourne à 8000 tr/mn.

Calcul du temps T :


60 ( 1
 T = . ( s
8000 . 2( 9 2500


Calcul de la capacité du condensateur :

Pour obtenir un allumage correct, il faut disposer d’une puissance moyenne de 400 W.

L’énergie totale est :

Wt = Pm . t

Wt = 400 . 1/2500

Wt = 0,16 J.

Cette énergie est calculée compte tenu du rendement déterminé par :
les pertes par effet Joule
les pertes dans le fer et dans la bobine d’induction.

Si nous apprécions ce rendement ( = 0,8, l’énergie dans le condensateur sera :

Wc = 0,16/ 0,8

Wc = 0,2 J.








Si la tension de sortie du convertisseur est Uc = 200V.

Wc = 1/2 CU²

C = 2 Wc / U²

C = (2 . 0,2) / 200² = 1 . 10 -5

C = 10 (F


Calcul du coéficient d’auto-induction L de l’enroulement primaire P :

En reportant la valeur C dans l’égalité, on peut écrire et tirer L de la même égalité :

2( (LC ( 1/2500

L ( = 1 / (2( . 1250)² . C

L ( = 1 . 106 / (2( . 1250)² . 10

L ( = 1/6 . 10-2

L = 1,6 mH


Remarques :

La bobine d’induction possède un enroulement primaire peu inductif et de faible résistance.

Allumage classique n1/n2 = 1/150
Allumage électronique n1/n2 = 1/400










Nom auteur : BESSAZ Page  PAGE 2 sur  NUMPAGES 14
Titre : Airbag et prétentionneur

Centre de Ressources des Métiers de l’Automobile :  HYPERLINK "mailto:crma@ac-grenoble.fr" crma@ac-grenoble.fr page 1 sur 14

02DF®ÌÔæè & D J d l n r t ‚ „ † Ä Æ È Ê Î Ú Ü Þ ú ü þ




#
$
6
÷ïëãëÛëÓëÎÉÎÉÎÉÎÂÎë²ë¬ë¥ž—¥‘Š묞륑Št¥t¥ëhí5CJOJQJhí5CJ(OJQJ
hí5CJ
híCJ hí56
hí5CJ(
hí5CJ
híCJ jhíCJUmHnHu hí;H* h­0; hí;jZæhíUj³¶híUj>#híUhíj“
híUjhíU,HJLNP¬® b d j l p ýýýýýòðááÛÕýÌ $$Ifa$
Æ/ 
Æ/ 
Æf/ „ô „Íû^„ô `„Íû

Æfô „¼^„¼
5ñ¨þþp r t ‚ „ † Ä £›•Œƒ $$Ifa$ $$Ifa$„7^„7„ª^„ª[kdÛ¾$$If–FÖ”1ñÖ™V&½$Ö0ÿÿÿÿÿÿöÖÿÖÿÖÿÖÿ4Ö
FaößÄ Æ È Ê Î Ú ·­ulf$If $$Ifa$7kdÀ$$If–F4”`ÿÖ$& $ÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿöÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿ4Ö
Faö_f4
„n$If^„nGkdw¿$$If–F”pþÖ0á$&ÈC"ÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿöÖÿÿÿÿÿÖÿÿÖÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿ4Ö
Faö_Ú Ü Þ ú ü þ ·®¨`V
„n$If^„nGkdÁ$$If–F”pþÖ0á$&ÈC"ÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿöÖÿÿÿÿÿÖÿÿÖÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿ4Ö
Faö_$If $$Ifa$GkdÀ$$If–F”pþÖ0á$&ÈC"ÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿöÖÿÿÿÿÿÖÿÿÖÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿ4Ö
Faö_þ




#
Ǿ´l¾´Gkd&Â$$If–F”pþÖ0á$&ÈC"ÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿöÖÿÿÿÿÿÖÿÿÖÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿ4Ö
Faö_
„c$If^„c $$Ifa$7kd·Á$$If–F4”`ÿÖ$& $ÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿöÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿ4Ö
Faö_f4#
$
%
6
7
G
·µ¯¦¯ $$Ifa$$IfGkdÁÂ$$If–F”pþÖ0á$&ÈC"ÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿöÖÿÿÿÿÿÖÿÿÖÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿ4Ö
Faö_6
7
G
H
Q
R
¨
º
»
¼
Õ
 
   ) 8 ; G K € ž   © Ò Ô ë ï 5 8 G l € úöúëúáÕöÎöëáÉÄÉÄÉ·©· ’Š’|’áoëádáëYhí6CJOJQJhíCJH*OJQJhí5:CJOJQJh­0h­05CJOJQJh­0h­05h­0hí5CJOJQJhí5mHsHhí5;CJH*OJQJhí5;CJOJQJ h­0; hí;
hí5CJ hí0JCJOJQJhíCJOJQJhí5CJOJQJhí hí5"G
H
Q
R
f
‘
»
zqkkkk$If $$Ifa$„kd\Ã$$If–F4Ö”­ÖF7¡ J
5&j ©ÿÿÿÿÿÿÿÿëÖ0ÿÿÿÿÿÿöÖ ÿÿÿÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÿÿÿÖ ÿÿÿ4Ö
Faö}f4»
¼
½
Ó
Ô
Õ
æ
 zvjhh__ $$Ifa$ „L„Ĥx^„L`„Ä ¤x„kdbÄ$$If–F4Ö”1ûÖF7¡ J
5&j ©ÿÿÿÿëÖ0ÿÿÿÿÿÿöÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÿÿÿÖ ÿÿÿ4Ö
Faö}f4  ) G J gVJA $$Ifa$ $$Ifa$gd­0$
Æf/ $Ifa$gd­0˜kdvÅ$$IfT–9Ö”ÆÖ0Çÿ‚+€»  €ƒ   Ö
t¿ÖÿÿÿÿÿÿÖ0ÿÿÿÿÿÿö`+öö"ÖÿÿÖÿÿÖÿÿÖÿÿ4Ö
9aöpÖÿÿÿÿÿÿyt­0ŠTJ K X  wl

Ƹp#$If
ÆÊ$If}kd˜Æ$$IfT–9Ö”–üÖ0ôÿ+€™ €x 
t¿Ö0ÿÿÿÿÿÿö`+ö-ö"ÖÿÿÖÿÿÖÿÿÖÿÿ4Ö
9aöyt­0ŠT € Ÿ « rhb$If
ÆÊ$IfkdŠÇ$$IfT–9Ö”pþÖ0åÿC +€^ ÿÿÿÿ ÿÿÿÿÿÿÿÿ€Â!ÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿ  Ö
t¿Ö
ÿÿÿÿÖ0ÿÿÿÿÿÿö`+öö"ÖÿÿÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿ4Ö
9aöpÖ
ÿÿÿÿyt­0ŠT« ¬ ´ Ñ rhb$If
ÆÊ$Ifkd›È$$IfT–9Ö”ŸýÖ0åÿC +€^ ÿÿÿÿ ÿÿÿÿÿÿÿÿ€Â!ÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿ  Ö
t¿Ö
ÿÿÿÿÖ0ÿÿÿÿÿÿö`+öö"ÖÿÿÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿ4Ö
9aöpÖ
ÿÿÿÿyt­0ŠTÑ Ò Ó rg

Ƹp#$Ifkd¬É$$IfT–9Ö”pþÖ0åÿC +€^ ÿÿÿÿ  ÿÿÿÿ€Â!ÿÿÿÿÿÿÿÿ   Ö
t¿Ö
ÿÿÿÿÖ0ÿÿÿÿÿÿö`+öö"ÖÿÿÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÖÿÿÖÿÿÿÿÿ4Ö
9aöpÖ
ÿÿÿÿyt­0ŠTÓ Ô î ‚y $$Ifa$}kd½Ê$$IfT–94Ö”ÆÖ!+€ä*ÿÿÿÿÿÿÿÿ Ö
t¿Ö
ÿÿÿÿÖ0ÿÿÿÿÿÿö`+öZö"ÖÿÖÿÿÿÿÖÿÖÿÿÿÿ4Ö
9aöf4pÖ
ÿÿÿÿyt­0ŠTî ï D …$Ifzkd”Ë$$IfT–FÖ”ÆÖ!'+€+    Ö
t¿Ö
ÿÿÿÖ0ÿÿÿÿÿÿö`+öZöÖÿÖÿÖÿÖÿ4Ö
FaöpÖ
ÿÿÿyt­0ŠTD E F G ”‰jkd3Í$$IfT–FÖ”EþÖ!'++ÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿ
t¿Ö0ÿÿÿÿÿÿö`+öZöÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÖÿÿÿÿ4Ö
Faöyt­0ŠT

Ƹp#$IfjkdsÌ$$IfT–FÖ”8úÖ!'+€+   
t¿Ö0ÿÿÿÿÿÿö`+öZöÖÿÖÿÖÿÖÿ4Ö
Faöyt­0ŠTG l  Œ  ­ Ö ùùðcùðkdßÍ$$IfT–9Ö”Ö0!J +€)  €»   Ö
t¿Ö
ÿÿÿÿÖ0ÿÿÿÿÿÿö`+öZö"ÖÿÿÖÿÿÖÿÿÖÿÿ4Ö
9aöpÖ
ÿÿÿÿyt­0ŠT $$Ifa$$If€  Œ  ­ × Þ ì ù (
;
J
\
]
^
s
t
€
‰

Ž
¥
¦
¬
Â
Ä
Å
Û
Ü
ß
 
"%045679:`aóéßÔßÔßÔßÔßÔßÔßÍƺ²Â²§š‘„§š‘§š‘§w§‘„²ºÂÆÂÆhí0JH*mHnHuhíOJQJmHnHuhímHnHuhí0J>*mHnHuhí0JmHnHujhíUhíOJQJhí
hí5CJ
hí5CJhí5CJOJQJhíCJOJQJhíCJOJQJhí56CJOJQJ,Ö × ß é rll$IfkdþÎ$$IfT–9Ö” Ö0!J +€)  €»  Ö
t¿Ö
ÿÿÿÿÖ0ÿÿÿÿÿÿö`+öZö"ÖÿÿÖÿÿÖÿÿÖÿÿ4Ö
9aöpÖ
ÿÿÿÿyt­0ŠTé ê ë rl$IfkdÐ$$IfT–9Ö”—Ö0!a '+€@   €Æ   Ö
t¿Ö
ÿÿÿÿÖ0ÿÿÿÿÿÿö`+öZöÖÿÿÖÿÿÖÿÿÖÿÿ4Ö
9aöpÖ
ÿÿÿÿyt­0ŠTë ì ù '
‚|o
$„C$If]„Ca$$If}kdðhí6CJOJQJ jÞðhí6CJOJQJhí6CJH*OJQJ jÞðhíCJOJQJ
híCJ híOJQJhíCJOJQJhí5CJOJQJ
hí5CJ
híCJhí6CJOJQJhí56CJOJQJ+ÿ'(º»æU³´Œ  Ž   ‘ ’ “ ” • – — ððððððÝÝðððÑѹÑÑÑÑÑÑÑ
& F
Æ Á 9!¤¤5$7$8$9DH$
& F
Æ Á 9!$
& F
Æ Á 9!„×^„×a$$
& F
Æ Á 9!a$— ˜ ™ š › Ï Ð !E!b!c!‰!Š!" "Ò"¸#¹#F$G$H$I$óóóóçÛÛÉÉ¿¿¿¿¿¿¿¿¹¿¿¿
ÆÜ
$
ÆÜ a$$
& F
ÆÜ „ô ^„ô a$ $
& F
Æ a$ $
& F
Æ a$
& F
Æ Á 9!I$K$L$M$N$O$w$x$e%f%Ï%Ð%f&g&È&É&?'@'p'q'r't'u'õëâââââââââÖâââÊââââÁâ$
Æ a$ $
& F
Æ a$ $
& F
Æ a$$
Æ a$
$
ÆÜ a$
$
ÆÜ a$O$v$û%ü%ÿ%&&&)&*&2&9&]&^&c&d&e&g&n&o&”&•&¥&¦&È&É&''''6'='@'o'p'r's'{'|'€''ž'Ÿ' '((­(®(|)
****Ž*z+ôêßêßêßêßêÔêßêßêÎêßêÁêßêÎêßêÔêÔêԺତ¬ÎôêÎêßêß꬚”¬ê¬
híCJjPŸhíCJUj‰šhíUhíjlShíCJU
hí6CJ jÞðhíCJOJQJ
híCJhí6CJOJQJhíCJH*OJQJhíCJOJQJhí5CJOJQJ6u'v'w'x'y'z'{'}'~''€''Ÿ' '°(±({)|) *
******Ž*y+öööôôôôôôôôööööööòôôððððãò $
Æ „^„a$$
Æ a$y+z+|+}+~+®+¯+¢,Q-R-S--ž-Ÿ-Â-Ä-Í-Ü-Ý-.1.ýýýý÷÷ççÞÞÙýýÙÓÎŹ®®

& F
Æ & $
& F
Æ a$
& F
Æ $a$$$a$$a$$
Æ a$$
& F
Æ „^„a$
Æ z+{+|+~+ž+«+®+¯+¸+×+æ+,,R,S,¢,«,?-N-P-S-Ÿ-Â-Ã-Í-è-ö-ú-...
.. .1.2.3.6.L.M.N.m.p.ˆ.‹.¡.¥.».¼.À.//// /!/"/%/&/c/0õïëàÖàÖàÖàÖàÖàÖàÖàÖàÏÊÀëÖµÖµÖªÖµÖµÖªÖµÖªµÖµÖµÖµ¥ëàÖàÖµ˜ÖàÖµÖhí56CJOJQJ hí6híCJH*OJQJhí6CJOJQJjû híCJU hí5 hí56híCJOJQJhí5CJOJQJhí
híCJj~ØhíCJU