Td corrigé A. Ondes radio - DSFM pdf

A. Ondes radio - DSFM

Applications : Électroaimants utilisés : a) pour soulever des ... seule d'entre elles? Force exercée par un champ magnétique sur un courant ? principe du moteur.




part of the document



Unité X: L’Électromagnétisme et les ondes électromagnétiques

Champ magnétique d’un courant électrique

Charges électriques en mouvement créent un champ magnétique entourant ces dernières.
Oersted – le premier à en faire la découverte en trouvant que l’aiguille d’une boussole était déviée de son orientation naturelle par un courant électrique dans un fil.
Symbole utilisé pour le champ magnétique : B
Voir diagrammes à la page suivante pour l’orientation du champ magnétique :
autour d’un long fil rectiligne;
autour d’une spire ou d’un solénoïde.

Relation entre le sens du champ et le sens du courant dans un conducteur est donnée par la règle de la main droite :
Pour un long fil rectiligne, si on saisit le conducteur de la main gauche (droite) de sorte que le pouce indique le sens du courant électronique (conventionnel), les doigts enroulés autour du fil seront orientés dans le sens du champ.
Pour une spire ou un solénoïde, si on le saisit de la main gauche (droite) avec les doigts enroulés dans la direction du courant électronique (conventionnel), le pouce donnera la direction du champ magnétique à l’intérieur de la boucle.

Applications : Électroaimants utilisés :
pour soulever des matériaux ferromagnétiques lourds;
dans une sonnette électrique;
dans un disjoncteur.









Vérification de la nature vectorielle du champ magnétique

Nommer :
BT - champ magnétique terrestre et
BI - champ magnétique induit par courant électrique circulant dans boucle de fil électrique.
Hypothèse 1 :
Si un courant traversant une boucle de fil est ajusté pour que le champ magnétique induit (BI) ait la même grandeur que le champ magnétique terrestre (BT) et que ces deux champs magnétiques terrestres sont placés perpendiculaires l’un à l’autre, la résultante BR devrait être à 45° de chacun si BI et BT sont des grandeurs vectorielles.








Manipulations :
Pour obtenir la grandeur de BI = la grandeur de BT :
Avec I dans la boucle = 0, placer l’axe de la boucle parallèle à la direction N-S de l’aiguille aimantée de la boussole.
Choisir le sens du courant dans la boucle de telle sorte que BI est opposé à BT.
Augmenter I jusqu’à ce que l’aiguille oscille librement (BI = -BT).

Pour vérifier que BI et BT s’additionnent vectoriellement, placer l’axe perpendiculaire à la direction de l’aiguille aimantée utilisant le même I que dans (iii) ci-dessus.

Résultat : Le même que prévu.

Conclusion : Les champs magnétiques s’additionnent vectoriellement.
Hypothèse 2 :
Si on double l’intensité du courant dans la boucle, on devrait doubler la grandeur du champ magnétique induit (BI) et l’aiguille de l’aimant devrait maintenant se trouver à 63° de la direction N-S (BT). Voir calcul ci-dessous.










Manipulation : L’intensité du courant de l’activité précédente est doublée.

Résultat : La direction de l’aiguille est environ 63° de la direction N-S.

Conclusion : L’intensité du champ magnétique est directement proportionnelle à l’intensité du courant créant le champ. (BI ± I).

Exercice :

1. Un champ magnétique horizontal uniforme B est dirigé vers l est et est, de plus, perpendiculaire à la composante horizontale BT du champ magnétique terrestre.
a) Si le rapport B/BT est égale à "3 dans quelle direction une aiguille aimantée placée dans le champ s’orientera-t-elle?
b) Si l’aiguille aimantée s’oriente vers le nord-est, quelle est alors la grandeur de B?

2. Deux spires circulaires identiques parcourues par des courants égaux ont un centre commun et sont perpendiculaires l’une à l’autre. Comment la grandeur du champ résultant qu’elles créent se compare-t-elle à la grandeur du champ crée par une seule d’entre elles?




Force exercée par un champ magnétique sur un courant – principe du moteur

Le champ magnétique peut servir d’intermédiaire pour la transformation de l’énergie électrique dans un fil électrique en énergie mécanique tant que ce dernier soit à un angle et préférablement perpendiculaire au champ magnétique. Voici les caractéristiques décrivant la force exercée par un champ magnétique sur un courant électrique :
La force (FB) est perpendiculaire, à la fois, au champ magnétique (B) et au courant (I). Tu peux utiliser ce qu’on appelle la 2e règle de la main gauche (pour courant électronique) ou de la main droite (pour courant conventionnel) pour figurer l’orientation de FB étant donné l’orientation de B et I si tu laisses :
le pouce représenté l’orientation de I,
les doigts représentés l’orientation du champ magnétique externe, et
la paume de la main représentée la force exercée sur le courant.
F ± B4%, la grandeur de la composante de B 4% à la force et au courant;
F ± I, l intensité du courant dans le fil;
F ± l, la longueur du fil traversé par le champ magnétique.
Combinant les relations b, c et d, on obtient :
F ± B4%Il
et donc F = kB4%Il où la constante ne dépend que du choix des unités. Puisque les unités de B n étaient pas encore connues quand cette relation fut découverte, on choisit une unité de B de telle sorte que la constante, k, = 1 pour simplifier l équation ci-dessus. Alors,
F = B4%Il
Et B4% = F/ Il
Ce qui donne des unités de N/A·m pour B. Comme pour bien d autres combinaisons d unités déjà rencontrées en physique, on propose le tesla (T) pour remplacer N/A·m.
Le tesla est tout simplement le champ magnétique qui exerce une force de 1 N sur un courant de 1 A circulant perpendiculairement au champ sur une distance de 1 m.

Exercices :
1. Représente par un vecteur la donnée manquante : F, B ou I selon le cas. La présence des cubes n’a pour objet que de t’aider à visualiser le problème en trois dimensions.



















2. Dans chaque cas ci-dessous, trouve le sens dans lequel la force s’exerce sur le conducteur.




3. Trace le diagramme suivant dans ton cahier, puis :
a) trace les lignes de champ magnétique de l’aimant et du conducteur;
b) indique où les lignes s’annulent;
c) indique le sens du mouvement du conducteur;
d) énonce une autre règle qui pourrait t’aider à déterminer la direction du mouvement du conducteur.


4. Supposons qu’un fil transporte un courant de gauche à droite à travers un champ magnétique dirigé horizontalement vers toi. Quel est le sens de la force magnétique exercée sur le fil?

5. Calcule l’intensité du courant passant dans une barre de cuivre de 10,0 m de longueur, si la force exercée sur la barre est de 20,0 N lorsque l’intensité du champ magnétique est de 10,0 T. (La barre est perpendiculaire au champ.)

6. Chaque mètre d’une barre métallique parcourue par un courant de 25 ampères subit une force de 100 N quand le fil est perpendiculaire au champ magnétique. Calcule l’intensité du champ magnétique.

7. Quelle est la force exercée sur un fil ayant une longueur de 4,00 m et qui est parcouru par un courant de 5,00 A s’il est placé dans un champ magnétique uniforme de 8,0 T faisant un angle de 30,0° avec le courant.

8. Un fil 140 m de long étiré entre deux bâtiments et transportant un courant de 200 A subit une force, due au champ magnétique de la Terre, de 1,2 N. Quelle est la grandeur du champ magnétique de la Terre s’il fait un angle de 60° avec le fil?

9. Le champ magnétique à l’intérieur d’un long solénoïde est uniforme et parallèle à l’axe du solénoïde.
a) Quelle est la force longitudinale qui s’exerce sur un fil parcouru par un courant placé selon l’axe du solénoïde?
b) Quelle est la grandeur de la force exercée sur la portion CD du fil parcouru par un courant de 1,0 A, si le champ B dans le solénoïde est de 1,0 x 10 T et que la longueur CD est de 2,00 cm?
c) Quelle masse m faudrait-il placer à l’autre extrémité de la balance pour l’empêcher de basculer?
d) Explique de quelle façon ce montage pourrait être utilisé en guise d’ampèremètre.















Applications du principe du moteur

Ampèremètre et Voltmètre
Voir prochaine page pour diagramme et explications.
Moteur à courant continu
Voir page suivant voltmètre et ampèremètre pour diagrammes et explications.
Voir aussi le site web suivant pour une illustration du fonctionnement du moteur électrique :  HYPERLINK "http://alain.delpech.chez.tiscali.fr/phy/motelec.htm" http://alain.delpech.chez.tiscali.fr/phy/motelec.htm
Exercice :
Le schéma suivant illustre une barre de fer montée sur un pivot entre les branches d’un aimant en forme de fer à cheval.
Indique quel sens les électrons doivent se déplacer dans la bobine pour que l’extrémité supérieure de la barre en soit le pôle nord. Dans quelle direction la barre tendra-t-elle à se déplacer?
Indique dans quel sens les électrons doivent se déplacer dans la bobine pour que la barre tende à tourner dans le sens antihoraire.















Force exercée par un champ magnétique sur des particules chargées individuelles en mouvement

Puisque la force qui s’exerce sur un conducteur parcouru par un courant électrique à l’intérieur d’un champ magnétique est vraiment la somme des forces qui s’exercent sur chacune des particules individuelles, nous allons maintenant dériver une équation pour la force qui s exerce sur une de ces particules.
Partons avec l équation FB = B4%Il.
Substituons pour I et l avec des valeurs plus utiles si on est pour parler de la force sur une particule. Puisque FB s exerce sur une particule ayant une charge q et une vitesse vectorielle v, on substitut I = q/"t et l = v"t dans
FB = B4%Il
Et donc FB = B4%( q/"t)( v"t)
Les "t s annulent et FB = qv B4% où v, B4% et FB sont 4%
l un à l autre.

Si la particule chargée est constamment sous l influence de B4%, alors un cercle sera décrit par la particule (puisque FB est 4% à v) et FB sera une force centripète sur cette particule. Mathématiquement,

Fc = mac (Particule poursuit un mouvement circulaire.)
FB = mac (FB = Fc et substitus l équation appropriée pour ac.)
qv B4% = mac (FB = qv B4%)

Exercices :

1. Trouve la force exercée sur un proton qui entre dans un champ magnétique de 1,5 T avec une vitesse de 2,0 x 107 m/s.

2. Un proton circule perpendiculairement à un champ magnétique de 1,0 T. Si la force exercée sur le proton est de 6,4 x 10-12 N, trouve la vitesse du proton.

3. Calcule la force exercée sur un avion ayant acquis une charge de 130 C et se déplaçant à une vitesse de 250 m/s perpendiculaire au champ magnétique de la Terre. (BT = 5,0 x 10-5 T)

4. Un électron se déplace à une vitesse de 4,0 x 107 m/s dans un champ magnétique dont l’intensité est de 1,0 T. Calcule le temps mis par l’électron pour décrire un cercle complet dans ce champ magnétique.

5. Un champ magnétique de 1,0 x 10-3 T est perpendiculaire au déplacement d’un électron. La trajectoire décrite par l’électron est un cercle de 10,0 cm de rayon. Calcule la vitesse de l’électron.

6. Un électron est accéléré par une différence de potentiel de 5,0 kV. Que sera le rayon de sa trajectoire dans un champ magnétique de 3,0 x 10-5 T?

7. Un faisceau d’ions portant une seule charge se déplace dans une région de l’espace où il y a un champ électrique uniforme, E = 1,0 x 103 N/C et un champ magnétique uniforme, B = 2,0 x 10-2 T. Les champs électrique et magnétique sont perpendiculaires l’un à l’autre, et chacun d’eux est également perpendiculaire au faisceau de sorte que la force électrique et la force magnétique s’exerçant sur un ion s’opposent. Quelle est la vitesse des ions qui, sans être déviés traversent ces champs électrique et magnétique perpendiculaires?

6. Spectromètre de masse de Bainbridge
Utilisé pour mesurer la masse d’ions positifs +1 (venant de particules ayant étant brisées en fragments et ionisées par bombardement d’électrons et ayant donc essentiellement la même masse que l’ion formé).
Peut donc être utile pour déterminer les masses atomiques des éléments, l’abondance de ses isotopes et pour l’identification chimique d’un composé inconnu à partir des fragments qui le compose.
Fonctionnement :






























7. La lumière comme rayonnement électromagnétique

Réintroduisons un terme que nous avons déjà vu dans notre étude de la physique nucléaire, un qui nous avère utile dans l’étude de la lumière : le rayonnement ou la radiation. C’est tout simplement de l’énergie émise par un corps quelconque. Elle peut prendre plusieurs formes. Elle peut être:
acoustique où le son se propage sous forme d’ondes;
corpusculaire comme lorsqu’une substance radioactive émet des particules ( (alpha) consistant de noyaux d’hélium et/ou des particules ( (béta) consistant d’électrons;
électromagnétique, c’est-à-dire une forme de lumière.

C’est cette dernière qui nous intéresse particulièrement ici. Le rayonnement (la lumière) est initié lorsque :
une charge oscille ou est accélérée ou
des molécules, atomes ou noyaux nucléaires font des transitions à des plus bas niveaux d’énergie.

Cette perturbation se transforme en une forme d’énergie transmise à travers de l’espace (vide ou pas) par ondes sinusoïdales transversales avec deux composantes perpendiculaires l’une à l’autre. Les deux composantes consistent de champs électriques et magnétiques variables (quand l’un est fort, l’autre est faible). Cette perturbation s’appelle une onde électromagnétique. Voir diagramme ci-dessous.











Toutes lumières, quelle soient visibles ou invisibles ont une nature électromagnétique comme illustré ci-dessus. En plus, elles ont toutes la même vitesse dans le vide, soit 3,00 x 108 ms-1. Ce qui distingue les différents types de lumière est leur fréquence et donc leur longueur d’onde comme nous le verrons à la prochaine section.
8. Le spectre électromagnétique

Le spectre électromagnétique consiste de l’ensemble complet d’ondes électromagnétiques (duquel la lumière visible forme une petite partie) d’une variété de longueurs d’ondes et de fréquence. Ces deux derniers paramètres peuvent être déterminés connaissant l’autre en utilisant l’équation d’onde étudiée à la dernière unité, soit v = (f. Cependant, puisque la vitesse de la lumière est une constante, qu’importe le type de lumière, on remplace le v dans l’équation d’onde par c, une constante universelle pour la vitesse de la lumière, soit 3,00 x 108 ms-1. Donc l’équation d’onde pour la lumière devient c = (f.
Le spectre électromagnétique est une échelle continue de rayonnement s’étendant depuis les ondes de radio jusqu’aux rayons gamma. Les différentes parties du spectre sont illustrées ci-dessous. Noter que les différentes régions du spectre ci-dessous sont déterminées à partir de la façon que la radiation (lumière) est produite.





















En plus, leurs effets et leurs utilités varient beaucoup. Voici donc une brève description de chaque région du spectre.
Ondes radio :
( de quelques mètres à des milliers de km
attribuables aux oscillations d’électrons dans des conducteurs ou dans des tubes électroniques
peuvent parcourir de longues distances à travers de l’atmosphère, sans absorption, en zigzaguant autour du globe par réflexion de l’ionosphère, zone de l’atmosphère composée de gaz ionisée
diffractent (contournent) autour des coins facilement
surtout utilisées dans les télécommunications (radio et télévision)


Micro-ondes ou ondes à ultra-haute fréquence (UHF)
( d’environ ¼ de centimètre à 1/3 de mètre
attribuables aux transitions d’une molécule d’un niveau d’énergie de mouvement, soit de rotation de la molécule ou vibrationnel des atomes à l’intérieur d’une liaison, à un autre plus bas
peuvent parcourir de longues distances à travers de l’atmosphère, sans absorption, :
en les relayant par de grandes tours distantes de 50 km, soit la distance étant baptisée « ligne de visibilité directe » ou
en les transmettant à un satellite de communication qui les rediffusera vers des émetteurs situés sur la Terre puisqu’elles peuvent traverser l’ionosphère
émises par les quasars, les galaxies en explosion ou des nuages de gaz interstellaires et détectées par de grands radiotélescopes
utilisé pour déterminer la position et/ou la vitesse d’un objet solide (cette petite région du spectre s’appelle le radar)
utilisé dans les fours micro-ondes où, une certaine fréquence, bien absorbée par l’eau surtout sert à faire vibrer ces molécules plus rapidement et donc réchauffer la nourriture

Rayons infrarouges
( d’environ 0,000 025 cm à 0,25 cm
proviennent d’objets chauds
ont leur origine dans la vibration d’atomes dans les molécules
sont facilement absorbés par les gaz à effet de serre dans l’atmosphère comme le dioxyde de carbone et le méthane


Lumière visible
la plus étroite région du spectre ayant une longueur d’onde entre 380 et 720 nanomètres (nm)
produite par la transition d’électrons dans des atomes ou des molécules d’un niveau d’énergie extérieur à un autre moins élevé
comprend les couleurs et peut être détecté par la rétine de l’œil humain

Radiation ultraviolette
( d’environ 1 nm à 380 nm
produite en excitant les atomes et/ou molécules de la matière en les échauffant ou en les bombardant avec des électrons d’énergie appropriée
produite, comme pour la lumière, par la transition d’électrons dans des atomes ou des molécules d’un niveau d’énergie extérieur à un autre moins élevé
est partiellement absorbé par la couche d’ozone dans la stratosphère
a une énergie suffisamment élevée pour pénétrer la peau et être dangereuse (par exemple, U.V. du Soleil peut causer le cancer de la peau)
ne peut traverser le verre mais le quartz y est transparent

Rayons X
( entre 10-11 et 10-8 m
produites par l’absorption et donc la décélération d’électrons à haute énergie dans la matière ou résultent de transitions électroniques entre un niveau externe et un niveau interne d’atomes d’éléments plus lourds
peuvent traverser la matière solide jusqu’à un certain degré
utiles en médecine et en industrie pour l’investigation des structures internes

Rayon gamma (()
( ( 10-11 m
résultent de transitions de noyaux faisant des transitions à des niveaux d’énergie moins élevés
étant donné la longueur d’onde plus petite que le diamètre d’un atome, ces rayons peuvent traverser la plupart des solides facilement
produits par les étoiles et certaines réactions nucléaires
9. Propriétés des ondes électromagnétiques

Dispersion : Phénomène où les différentes longueurs d’onde constituant un faisceau de lumière seront réfractées à différents angles en passant au travers d’une matière transparente plus dense. Les différentes longueurs d’onde de la lumière ont donc des légèrement différents indices de réfraction pour une matière transparente donnée. L’indice de réfraction, n, diminue légèrement à mesure que la longueur d’onde augmente. Ceci est dû au fait que les différentes longueurs d’onde ont des légèrement différentes vitesses dans le même milieu.
Ce phénomène peut être utilisé pour produire le spectre de couleurs de la lumière blanche traversant un prisme comme illustré.











Diffusion du rayonnement par la matière est un phénomène impliquant l’interaction entre le rayonnement et les molécules de la matière résultant en une redirection du rayonnement sans aucune altération.
Pourquoi le ciel est bleu?
Les molécules d'air ont la bonne dimension pour diffuser les plus courtes longueurs d'ondes de la lumière, les violet, indigo et bleu; les longueurs d'ondes plus longues, telles que les rouges, ne sont à peu près pas diffusées par ces molécules d'air. C'est donc un mélange de violet, d'indigo, de bleu, de vert et une petite fraction des autres couleurs qui étant diffusés dans tout le ciel, lui conférant ce bleu que l'on connaît bien.
Pourquoi le coucher de Soleil rouge?
A cause de l'angle qu'il fait avec la terre, le soleil doit, au lever et au coucher, voyager plus longtemps dans l'atmosphère avant d'atteindre la terre. Autrement dit, il parcourt une plus grande distance dans l'atmosphère. Un long voyage signifie que les longueurs d'onde les plus courtes (du côté bleu) du spectre sont de plus en plus diffusées, laissant ainsi les longueurs d'onde du rouge, orange ou jaune nous atteindre ou se réfléchir sur les nuages.

Absorption a lieu lorsque l’énergie des photons de lumière correspond à la différence d’énergie entre les niveaux d’énergie=h‘ ’ &
'
t
z
€

‡
Š

J
S
T
U
v
w
x
Ó
á
xyzåæç 
:Jfghz{}567EFG‚ƒ„ˆ‰Š ¡¢¦§¨;EZfž¬rst™§æðõìäìäÜäÜäÜäÜäìäìÑäìÑäÈäìÑäìÑäìÑäìÑäìÑäÈäìÑäìÑäìÑäìÑäìÑäìÑäìÑäìÑäÈäÈäÈäìÑäìÑäÈäÈhj…6CJaJhj…5CJH*aJhg-×CJaJhj…CJaJhj…5CJaJhj…5>*CJ$aJ$O=>gh½f “ ß
&
'
œ
‡ t u úøóíÙÅÅŲ²¦Å““ƒ$
ÆÅ„7^„7a$gdg-×$
& F
ÆÅ„7^„7a$gdg-× $„7^„7a$gdg-×$
& F
ÆÅ„7^„7a$gdg-×$
& F
Æ Å„7^„7a$gdg-×$
& F
Æ Å„7^„7a$gdg-ׄh^„h
& F$a$u ž Ó ñ 










I
J
S
v
Ó
á
îÞÞÞÑÏÏÏÏÏÏÏÏÊÄ»»»³$
& Fa$$„Ð^„Ða$„h^„h
& F
ÆÅ„7^„7gdg-×
& F
ÆÅ„7^„7gdg-×
& F
Æ Å„7^„7gdg-×á
23456789:JøIŽ:;YZž¬‘öéäääääööööÜÜÜäöööööÔööö$
& Fa$$
& Fa$$a$ $„Єh^„Ð`„ha$$„8^„8a$‘’“”•–—˜™åæ12 $&j/ˆ‰’“”öööööööööööööíëæÙííæÌæë $„´„Lÿ^„´`„Lÿa$ $„h„˜þ^„h`„˜þa$$a$$„Ð^„Ða$$„8^„8a$ð2>ª«¬&,|~&(*’”…†‰Œ”•–á;*CJaJ hj…56 hj…6 hj…5 hj…>*h}BRCJaJhj…Uhj…CJaJ h}BRo(
h}BRCJ
h}BRCJo(hj…6CJaJhj…CJaJhj…5CJaJhj…5CJaJ:²Z|[˜[N]t]>_?_w”•w•x•––––– –!–"–#–$–%–7–8–÷ääääÛ÷ÒÒÍ÷ÛÛÛÛÛÛÛÛÛÛËË$a$$„8^„8a$$„Ð^„Ða$$„8¤¤[$\$^„8a$gd}BR$
& Fa$ des particules de matière exposées à ce rayonnement. Ceci résulte en leur excitation à un plus haut niveau d’énergie.
Exemples : (i) Absorption de l’infra rouge du rayonnement terrestre par les gaz à effet de serre comme le dioxyde de carbone et le méthane.
(ii) Absorption du rayonnement ultra violet par l’ozone de la stratosphère avant d’arriver à la surface terrestre.

Transmission : Phénomène où la lumière passe d’un milieu à un autre, normalement transparent à cette lumière. Noter que cette transmission devient une réfraction.










10. Lumière laser

Définitions

La lumière laser est une source de lumière monochromatique, cohérente et très intense et directionnelle. Monochromatique veut dire d’une seule couleur où le rayonnement électromagnétique est d’une variété extrêmement étroite de longueurs d’onde. Cohérente implique la production d’ondes en phase où les crêtes des différentes ondes sont ensemble ainsi que les creux. Très intense implique une forte concentration de photons transportant donc beaucoup d’énergie. Directionnelle veut dire que les ondes se déplacent dans la même direction et parallèle l’une à l’autre.

b) Mécanisme pour production de lumière laser

Une source d’énergie excite les particules actives à un plus haut niveau d’énergie W2 duquel il revienne à un niveau d’énergie métastable (état d’excitation où les électrons restent pour une relativement longue période de temps comparé aux autres états d’excitation) W1 au dessus du niveau d’énergie fondamental W0. Voir le diagramme ci-dessous. Les électrons s’accumulent dans cet état formant une inversion de population (avoir plus d’atomes dans un état d’excitation que fondamental).
Passer des photons d’énergie W1 – W0 stimule les atomes à l’état W1 d’émettre des photons de lumière monochromatique, cohérente et directionnelle.















c) Applications du laser 
En technologie : lecteurs de codes à barres, disques laser, communication de conversations téléphoniques au travers de fibres optiques
En industrie : inspection, soudage et usinage des métaux, perçage de trous minuscules dans les métaux.
En médecine : Destruction localisée de tumeurs, recollement de la rétine, correction de la cornée, cautérisation des vaisseaux lymphatiques et des capillaires.