Td corrigé commentaire GP Sup - GPSup.org pdf

commentaire GP Sup - GPSup.org

Chacune des recherches que j'ai réalisées a été accompagnée ou suivie d'un ... ne lis véritablement que pour les vivre et ainsi enrichie, relancer mon chantier. ...... d'exercices corrigés, annales d'examen, banques d'exercices en ligne) dans  ...




part of the document













 TOC \o "1-3" \h \z \u  HYPERLINK \l "_Toc404255830" Les différents risques  PAGEREF _Toc404255830 \h 4
 HYPERLINK \l "_Toc404255831" Machines - manutention mécanique  PAGEREF _Toc404255831 \h 4
 HYPERLINK \l "_Toc404255832" Conformité – marquage CE  PAGEREF _Toc404255832 \h 4
 HYPERLINK \l "_Toc404255833" Sécurité machines diverses  PAGEREF _Toc404255833 \h 5
 HYPERLINK \l "_Toc404255834" Autorisation de conduite / CACES  PAGEREF _Toc404255834 \h 8
 HYPERLINK \l "_Toc404255835" Divers  PAGEREF _Toc404255835 \h 9
 HYPERLINK \l "_Toc404255836" Laser  PAGEREF _Toc404255836 \h 10
 HYPERLINK \l "_Toc404255837" Animalerie – animaux divers  PAGEREF _Toc404255837 \h 18
 HYPERLINK \l "_Toc404255838" Hygiène – désinfection  PAGEREF _Toc404255838 \h 24
 HYPERLINK \l "_Toc404255839" Alcool  PAGEREF _Toc404255839 \h 26
 HYPERLINK \l "_Toc404255840" Tabac  PAGEREF _Toc404255840 \h 31
 HYPERLINK \l "_Toc404255841" Chute  PAGEREF _Toc404255841 \h 35
 HYPERLINK \l "_Toc404255842" Chute de hauteur  PAGEREF _Toc404255842 \h 35
 HYPERLINK \l "_Toc404255843" Chute de plain-pied  PAGEREF _Toc404255843 \h 38
 HYPERLINK \l "_Toc404255844" Risque électrique  PAGEREF _Toc404255844 \h 40
 HYPERLINK \l "_Toc404255845" Habilitation - formation  PAGEREF _Toc404255845 \h 40
 HYPERLINK \l "_Toc404255846" Questions techniques  PAGEREF _Toc404255846 \h 48
 HYPERLINK \l "_Toc404255847" Incendie-explosion  PAGEREF _Toc404255847 \h 50
 HYPERLINK \l "_Toc404255848" Permis de feu  PAGEREF _Toc404255848 \h 50
 HYPERLINK \l "_Toc404255849" Extincteurs - RIA  PAGEREF _Toc404255849 \h 50
 HYPERLINK \l "_Toc404255850" Présence d’un responsable / électricien sur site – responsable unique  PAGEREF _Toc404255850 \h 56
 HYPERLINK \l "_Toc404255851" Réglementation / Norme  PAGEREF _Toc404255851 \h 61
 HYPERLINK \l "_Toc404255852" Service sécurité  PAGEREF _Toc404255852 \h 81
 HYPERLINK \l "_Toc404255853" Coordination SSI  PAGEREF _Toc404255853 \h 83
 HYPERLINK \l "_Toc404255854" Questions techniques – retour d’expérience  PAGEREF _Toc404255854 \h 85
 HYPERLINK \l "_Toc404255855" Commission de sécurité  PAGEREF _Toc404255855 \h 90
 HYPERLINK \l "_Toc404255856" Maintenance matériel  PAGEREF _Toc404255856 \h 93
 HYPERLINK \l "_Toc404255857" Espace d’attente sécurisé  PAGEREF _Toc404255857 \h 95
 HYPERLINK \l "_Toc404255858" Evacuation – accès pompier  PAGEREF _Toc404255858 \h 97
 HYPERLINK \l "_Toc404255859" Utilisation de gaz  PAGEREF _Toc404255859 \h 102
 HYPERLINK \l "_Toc404255860" Gaz inflammables  PAGEREF _Toc404255860 \h 102
 HYPERLINK \l "_Toc404255861" Hydrogène  PAGEREF _Toc404255861 \h 108
 HYPERLINK \l "_Toc404255862" Gaz divers  PAGEREF _Toc404255862 \h 110
 HYPERLINK \l "_Toc404255863" Manifestations exceptionnelles  PAGEREF _Toc404255863 \h 116
 HYPERLINK \l "_Toc404255864" Dossier administratif – réglementation incendie  PAGEREF _Toc404255864 \h 116
 HYPERLINK \l "_Toc404255865" Alcool, drogue  PAGEREF _Toc404255865 \h 126
 HYPERLINK \l "_Toc404255866" Rayonnements non ionisant  PAGEREF _Toc404255866 \h 127
 HYPERLINK \l "_Toc404255867" Wi-fi  PAGEREF _Toc404255867 \h 127
 HYPERLINK \l "_Toc404255868" RMN  PAGEREF _Toc404255868 \h 130
 HYPERLINK \l "_Toc404255869" Antenne relais  PAGEREF _Toc404255869 \h 133
 HYPERLINK \l "_Toc404255870" Divers  PAGEREF _Toc404255870 \h 134
 HYPERLINK \l "_Toc404255871" Risque chimique  PAGEREF _Toc404255871 \h 135
 HYPERLINK \l "_Toc404255872" Contrôles réglementaires  PAGEREF _Toc404255872 \h 135
 HYPERLINK \l "_Toc404255873" Ventilation, sorbonne, hotte  PAGEREF _Toc404255873 \h 136
 HYPERLINK \l "_Toc404255874" Questions techniques matériel  PAGEREF _Toc404255874 \h 145
 HYPERLINK \l "_Toc404255875" Risques liés à certaines manipulations  PAGEREF _Toc404255875 \h 146
 HYPERLINK \l "_Toc404255876" Risques liés à certains produits  PAGEREF _Toc404255876 \h 149
 HYPERLINK \l "_Toc404255877" Précurseurs chimiques  PAGEREF _Toc404255877 \h 167
 HYPERLINK \l "_Toc404255878" Divers  PAGEREF _Toc404255878 \h 169
 HYPERLINK \l "_Toc404255879" Risque biologique  PAGEREF _Toc404255879 \h 173
 HYPERLINK \l "_Toc404255880" Grippe aviaire et porcine  PAGEREF _Toc404255880 \h 173
 HYPERLINK \l "_Toc404255881" Don du corps - échantillons humains  PAGEREF _Toc404255881 \h 179
 HYPERLINK \l "_Toc404255882" Risques liés à certains agents pathogènes ou manipulations  PAGEREF _Toc404255882 \h 182
 HYPERLINK \l "_Toc404255883" OGM  PAGEREF _Toc404255883 \h 183
 HYPERLINK \l "_Toc404255884" Aménagements et équipements de sécurité  PAGEREF _Toc404255884 \h 184
 HYPERLINK \l "_Toc404255885" Décontamination  PAGEREF _Toc404255885 \h 185
 HYPERLINK \l "_Toc404255886" objets piquants / coupants  PAGEREF _Toc404255886 \h 188
 HYPERLINK \l "_Toc404255887" Legionnelle  PAGEREF _Toc404255887 \h 188
 HYPERLINK \l "_Toc404255888" Amiante  PAGEREF _Toc404255888 \h 188
 HYPERLINK \l "_Toc404255889" Diagnostic, DTA  PAGEREF _Toc404255889 \h 188
 HYPERLINK \l "_Toc404255890" Réglementation diverse amiante  PAGEREF _Toc404255890 \h 189
 HYPERLINK \l "_Toc404255891" Risques liés à l’amiante  PAGEREF _Toc404255891 \h 190
 HYPERLINK \l "_Toc404255892" Radioprotection – Rayonnement ionisant  PAGEREF _Toc404255892 \h 192
 HYPERLINK \l "_Toc404255893" Formation PCR  PAGEREF _Toc404255893 \h 192
 HYPERLINK \l "_Toc404255894" Radioprotection et ICPE  PAGEREF _Toc404255894 \h 192
 HYPERLINK \l "_Toc404255895" Réglementation - autorisation  PAGEREF _Toc404255895 \h 194
 HYPERLINK \l "_Toc404255896" Générateur de rayon X  PAGEREF _Toc404255896 \h 196
 HYPERLINK \l "_Toc404255897" Questions techniques  PAGEREF _Toc404255897 \h 197
 HYPERLINK \l "_Toc404255898" Aménagement des locaux  PAGEREF _Toc404255898 \h 198
 HYPERLINK \l "_Toc404255899" Travail sur écran  PAGEREF _Toc404255899 \h 199
 HYPERLINK \l "_Toc404255900" Ergonomie  PAGEREF _Toc404255900 \h 199
 HYPERLINK \l "_Toc404255901" Ambiance  PAGEREF _Toc404255901 \h 200
 HYPERLINK \l "_Toc404255902" Eclairage  PAGEREF _Toc404255902 \h 200
 HYPERLINK \l "_Toc404255903" Aération  PAGEREF _Toc404255903 \h 200
 HYPERLINK \l "_Toc404255904" Thermique  PAGEREF _Toc404255904 \h 202
 HYPERLINK \l "_Toc404255905" Bruit  PAGEREF _Toc404255905 \h 205
 HYPERLINK \l "_Toc404255906" EPI  PAGEREF _Toc404255906 \h 207
 HYPERLINK \l "_Toc404255907" Travail isolé  PAGEREF _Toc404255907 \h 216
 HYPERLINK \l "_Toc404255908" Agression  PAGEREF _Toc404255908 \h 219
 HYPERLINK \l "_Toc404255909" Harcèlement – charge mentale – stress – souffrance au travail  PAGEREF _Toc404255909 \h 220
 HYPERLINK \l "_Toc404255910" Restauration – hygiène alimentaire  PAGEREF _Toc404255910 \h 226
 HYPERLINK \l "_Toc404255911" Intrusion-surêté  PAGEREF _Toc404255911 \h 229
 HYPERLINK \l "_Toc404255912" Transport de matières dangereuses  PAGEREF _Toc404255912 \h 238
 HYPERLINK \l "_Toc404255913" Risques liés à la circulation, à des interventions sur la voirie  PAGEREF _Toc404255913 \h 244
 HYPERLINK \l "_Toc404255914" Conduite de véhicules – risque routier  PAGEREF _Toc404255914 \h 245
 HYPERLINK \l "_Toc404255915" Entretien des parcs  PAGEREF _Toc404255915 \h 251
 HYPERLINK \l "_Toc404255916" Risques particuliers  PAGEREF _Toc404255916 \h 252
 HYPERLINK \l "_Toc404255917" Réglementation – H&S dans l’enseignement supérieur  PAGEREF _Toc404255917 \h 254
 HYPERLINK \l "_Toc404255918" Politique hygiène et sécurité  PAGEREF _Toc404255918 \h 254
 HYPERLINK \l "_Toc404255919" Jurisprudence – retour d’expérience  PAGEREF _Toc404255919 \h 256
 HYPERLINK \l "_Toc404255920" Responsabilité  PAGEREF _Toc404255920 \h 259
 HYPERLINK \l "_Toc404255921" CHSCT (ex-CHS)  PAGEREF _Toc404255921 \h 272
 HYPERLINK \l "_Toc404255922" Constitution du CHSCT (nomination des membres, quorum, etc.)  PAGEREF _Toc404255922 \h 272
 HYPERLINK \l "_Toc404255923" Réglementation relative au CHS  PAGEREF _Toc404255923 \h 280
 HYPERLINK \l "_Toc404255924" Conseillers - assistants de prévention (ex-ACMO)  PAGEREF _Toc404255924 \h 284
 HYPERLINK \l "_Toc404255925" Réglementation générale - normes  PAGEREF _Toc404255925 \h 285
 HYPERLINK \l "_Toc404255926" Droit de retrait  PAGEREF _Toc404255926 \h 285
 HYPERLINK \l "_Toc404255927" Réglementation divers  PAGEREF _Toc404255927 \h 287
 HYPERLINK \l "_Toc404255928" Normes diverses  PAGEREF _Toc404255928 \h 290
 HYPERLINK \l "_Toc404255929" Contrôles périodiques  PAGEREF _Toc404255929 \h 290
 HYPERLINK \l "_Toc404255930" Electrique  PAGEREF _Toc404255930 \h 290
 HYPERLINK \l "_Toc404255931" Incendie divers  PAGEREF _Toc404255931 \h 291
 HYPERLINK \l "_Toc404255932" Matériel de laboratoire  PAGEREF _Toc404255932 \h 292
 HYPERLINK \l "_Toc404255933" Marché public  PAGEREF _Toc404255933 \h 293
 HYPERLINK \l "_Toc404255934" Contrôle installations du bâtiment  PAGEREF _Toc404255934 \h 293
 HYPERLINK \l "_Toc404255935" Défibrillateurs  PAGEREF _Toc404255935 \h 295
 HYPERLINK \l "_Toc404255936" Equipements sportifs  PAGEREF _Toc404255936 \h 296
 HYPERLINK \l "_Toc404255937" Ascenseurs  PAGEREF _Toc404255937 \h 297
 HYPERLINK \l "_Toc404255938" Contrôles divers  PAGEREF _Toc404255938 \h 299
 HYPERLINK \l "_Toc404255939" Coordination SPS  PAGEREF _Toc404255939 \h 301
 HYPERLINK \l "_Toc404255940" Plan de prévention – entreprises extérieure  PAGEREF _Toc404255940 \h 303
 HYPERLINK \l "_Toc404255941" Vie universitaire  PAGEREF _Toc404255941 \h 307
 HYPERLINK \l "_Toc404255942" CTP  PAGEREF _Toc404255942 \h 307
 HYPERLINK \l "_Toc404255943" Contrat quadriennal  PAGEREF _Toc404255943 \h 308
 HYPERLINK \l "_Toc404255944" Registre sécurité et santé au travail (ex- registre-cahier hygiène et sécurité)  PAGEREF _Toc404255944 \h 309
 HYPERLINK \l "_Toc404255945" Tournage vidéo  PAGEREF _Toc404255945 \h 310
 HYPERLINK \l "_Toc404255946" Accueil de personnes extérieures invitées  PAGEREF _Toc404255946 \h 310
 HYPERLINK \l "_Toc404255947" Verbalisation des véhicules  PAGEREF _Toc404255947 \h 311
 HYPERLINK \l "_Toc404255948" Port du foulard islamique  PAGEREF _Toc404255948 \h 312
 HYPERLINK \l "_Toc404255949" Divers  PAGEREF _Toc404255949 \h 313
 HYPERLINK \l "_Toc404255950" TP – stage – sortie sur le terrain  PAGEREF _Toc404255950 \h 316
 HYPERLINK \l "_Toc404255951" Stage - apprentissage  PAGEREF _Toc404255951 \h 316
 HYPERLINK \l "_Toc404255952" TP  PAGEREF _Toc404255952 \h 318
 HYPERLINK \l "_Toc404255953" Sortie sur le terrain  PAGEREF _Toc404255953 \h 323
 HYPERLINK \l "_Toc404255954" Formation  PAGEREF _Toc404255954 \h 323
 HYPERLINK \l "_Toc404255955" Habilitation électrique  PAGEREF _Toc404255955 \h 323
 HYPERLINK \l "_Toc404255956" Secourisme  PAGEREF _Toc404255956 \h 325
 HYPERLINK \l "_Toc404255957" Geste et posture  PAGEREF _Toc404255957 \h 328
 HYPERLINK \l "_Toc404255958" Cariste  PAGEREF _Toc404255958 \h 329
 HYPERLINK \l "_Toc404255959" Divers  PAGEREF _Toc404255959 \h 330
 HYPERLINK \l "_Toc404255960" Inspection hygiène et sécurité  PAGEREF _Toc404255960 \h 335
 HYPERLINK \l "_Toc404255961" Evaluation des risques  PAGEREF _Toc404255961 \h 340
 HYPERLINK \l "_Toc404255962" Travaux - aménagements  PAGEREF _Toc404255962 \h 341
 HYPERLINK \l "_Toc404255963" Handicapés - accessibilité  PAGEREF _Toc404255963 \h 341
 HYPERLINK \l "_Toc404255964" Poste de travail  PAGEREF _Toc404255964 \h 351
 HYPERLINK \l "_Toc404255965" Equipement sportif  PAGEREF _Toc404255965 \h 352
 HYPERLINK \l "_Toc404255966" Travaux – aménagement locaux  PAGEREF _Toc404255966 \h 353
 HYPERLINK \l "_Toc404255967" Local stockage produits  PAGEREF _Toc404255967 \h 353
 HYPERLINK \l "_Toc404255968" Divers chimie  PAGEREF _Toc404255968 \h 358
 HYPERLINK \l "_Toc404255969" Anatomie, don des corps  PAGEREF _Toc404255969 \h 361
 HYPERLINK \l "_Toc404255970" Divers laboratoires, salles de manipulation  PAGEREF _Toc404255970 \h 363
 HYPERLINK \l "_Toc404255971" Salle informatique  PAGEREF _Toc404255971 \h 364
 HYPERLINK \l "_Toc404255972" Divers  PAGEREF _Toc404255972 \h 366
 HYPERLINK \l "_Toc404255973" Médecine - accident - secourisme  PAGEREF _Toc404255973 \h 375
 HYPERLINK \l "_Toc404255974" Maladies professionnelles  PAGEREF _Toc404255974 \h 375
 HYPERLINK \l "_Toc404255975" Accidents du travail  PAGEREF _Toc404255975 \h 375
 HYPERLINK \l "_Toc404255976" Service médical – médecine de prévention – médecine préventive  PAGEREF _Toc404255976 \h 384
 HYPERLINK \l "_Toc404255977" Défibrillateurs  PAGEREF _Toc404255977 \h 393
 HYPERLINK \l "_Toc404255978" Douche de sécurité – rince-oeil  PAGEREF _Toc404255978 \h 399
 HYPERLINK \l "_Toc404255979" Secourisme  PAGEREF _Toc404255979 \h 399
 HYPERLINK \l "_Toc404255980" Environnement  PAGEREF _Toc404255980 \h 404
 HYPERLINK \l "_Toc404255981" Déchets  PAGEREF _Toc404255981 \h 404
 HYPERLINK \l "_Toc404255982" Radioactif  PAGEREF _Toc404255982 \h 404
 HYPERLINK \l "_Toc404255983" Chimique  PAGEREF _Toc404255983 \h 408
 HYPERLINK \l "_Toc404255984" Biologique  PAGEREF _Toc404255984 \h 413
 HYPERLINK \l "_Toc404255985" Déchets électroniques  PAGEREF _Toc404255985 \h 415
 HYPERLINK \l "_Toc404255986" Déchets mixtes  PAGEREF _Toc404255986 \h 417
 HYPERLINK \l "_Toc404255987" Déchets papier  PAGEREF _Toc404255987 \h 418
 HYPERLINK \l "_Toc404255988" Déchets banals – ordures ménagères  PAGEREF _Toc404255988 \h 419
 HYPERLINK \l "_Toc404255989" Déchets divers  PAGEREF _Toc404255989 \h 419
 HYPERLINK \l "_Toc404255990" ICPE  PAGEREF _Toc404255990 \h 426
 HYPERLINK \l "_Toc404255991" Risques majeurs  PAGEREF _Toc404255991 \h 430
 HYPERLINK \l "_Toc404255992" Rejet (eau, air)  PAGEREF _Toc404255992 \h 430

Les différents risquesMachines - manutention mécaniqueConformité – marquage CE2008 : Mise à disposition de machines non-conforme
L'université a quitte un site d'expérimentation en y laissant des machines (+/- prototype; très gros !!). L'entreprise ex-colocataire des locaux utilise toujours ces machines à des fins de production
Il était donc prévu de leur céder. J'ai demande avant la cession un diagnostic de conformité qui (bien sur) est défavorable. Il était envisage que l'entreprise "achète" les machines au coût de la
remise en conformité. Quand on a présente les devis, ils ont décidé finalement d'acheter des
machines neuves mais demandent en attendant leurs nouveaux équipements, la permission de continuer à utiliser ces équipements (pour 6 mois environ)
Comment gérer cette situation ? (convention ? mesures compensatoires aux non-conformités = procédures ?)
(De mémoire, il est interdit de vendre ou de céder à quelque titre que ce soit, du matériel non conforme. Il faut, à mon avis, mettre les machines hors-service en supprimant des pièces maîtresses. En cas d'accident l'université aurait une part de responsabilité.
(Il a raison et en sachant que suivant les machines il peut y avoir des accidents très graves : attention pour les responsables.
(Pour moi les choses sont claires : une machine non conforme ne doit pas être utilisée, elle doit donc être consignée. C'est le propriétaire qui a la responsabilité ses matériels.
D'autre part,
- Les personnes qui utilisent cette machine ont-elles été formées à cette utilisation ?
- Des fiches de poste de sécurité sont-elles mises en place pour préciser les dangers encourus et les conditions d'utilisation ?
- Pourquoi pas un Plan de Prévention ?
(Il arrive qu'un établissement fabrique un "prototype" qui par nature ne sera pas conforme aux règlements en vigueur tout du moins pendant tout le temps de son élaboration...(ce qui ne devrait pas empêcher de prévoir des sécurités : carters, arrêts d'urgence...) A partir du moment où l'on est en "production" la machine doit être conforme et le propriétaire (ici l'université) est responsable des accidents qui pourraient survenir Telles que décrites ces machines sont invendables, "incédables" et inutilisables en production
(Ci-joint des infos complémentaires. Une nouvelle version de la directive " Machines " a été adoptée en 2006.  Elle devrait être transposée en droit français au plus tard en juin 2008 avec effet au 29 décembre 2009 (directive 2006/42/CE du 17 mai 2006 / Journal officiel de l'Union européenne n° L 157 du 9 juin 2006). Il est également interdit de mettre en service ou d'utiliser une machine non conforme. Les entreprises utilisatrices de machines doivent respecter au minimum les prescriptions de la directive 89/655/CE relative à l'utilisation des équipements de travail, c'est-à-dire mettre en œuvre des mesures pour assurer le maintien en état de conformité des machines, la sécurité du personnel et sa formation. Ces textes européens sont transposés en droit français dans le Code du travail.Mise en conformité : ce que l’université peut demander :
Lors de la consultation des organismes de contrôle, voilà ce qui était demandé par l'université: 1. Etablissement d'un plan de mise en conformité -état de conformité vis à vis des art R233-15 à R33-30 du CdT - détail des travaux pour la mise en conformité - coût estimatif de chaque mise en conformité 2. Visite de bilan après la réalisation des travaux 3. Fournir une copie de l'agrément pour la vérification des équipements de travail.Mise en conformité : A qui vous êtes-vous adressé ??? ( le meilleur rapport qualité/prix, est un stagiaire-ingénieur en mécanique (type ENSI,AM...) Vente, don : avant de donner, vendre ou louer une machine, ou elle doit être mise en conformité, ou elle doit passer entre les mains d'un ferrailleur (mais avant, il faut s'assurer qu'elle ne pourra plus fonctionner, au cas ou le ferrailleur ne serait pas honnête !!! c'est à dire qu'il faut démonter voire détruire les organes de transmissions ou tout élément nécessaire à son bon fonctionnement).
(Sauf « domaine » qui peuvent la récupérer
(si ton matériel est destiné à être revendu par le négociant et non utilisé dans l'état de vente (notamment s'il remet en service la machine), c'est au revendeur d'assurer la mise en conformité et d'attester cette conformité aux textes réglementaires. Il est important de ton côté de préciser sur un document que ta machine est non destinée à être utilisée dans l'état.Achat machine sans marquage CE : Un laboratoire souhaite acheter un générateur de tension. Cet appareil est déjà en vente à l'étranger mais pas encore en europe. Celui ci n'a donc pas de marquage CE. Le laboratoire souhaitant l'acheter, le vendeur demande un courrier précisant que l'acheteur sait qu'il n'y a pas de marquage. On me demande donc mon avis pour savoir s'il peuvent acheter un tel matériel. (Normalement pour être introduit sur le marché européen tout appareil doit avoir son marquage CE. En l'absence, il ne devrait même pas pouvoir franchir la douane ! Je serais toi, je me rapprocherais de la CRAM (ou de l'INRS) voire de l'Inspection du travail pour savoir ce qu'il en est exactement car en cas d'accident, tout reposera sur "l'employeur". Si l'achat était possible, il faut assurer une procédure de réception de l'équipement "béton" ! Ce qui risque aussi de se produire c'est que ton labo se tape le coût de la procédure de certification ....(dont bénéficieront après tous les acheteurs.....!)Sécurité machines diverses2011 (échanges hors GP Sup) : sécurité désherbeur thermique
Nous avons l’intention de mettre en place une alternative aux produits phyto, le désherbage thermique. avec bouteille de gaz. Quelle est la sécurité a mettre en place, et que dit la législation sur ce type de désherbage.
(Je ne me suis pas penché beaucoup sur le sujet, mais ces trucs sont des nids à problème : Soit la chaleur n’est pas assez forte et l’herbe est à peine cuite et repousse 3 jours après. Soit c’est réglé plus fort et passé plus lentement mais ça prend beaucoup de temps et ça te fait une dépense en gaz++ et un bilan carbone +++ sans parler des belles traces noirâtres. Sur le plan de la sécurité il y a des vérifications mais chez nous il est arrivé qu’au sortir d’une vérification le matériel faisait encore une belle flamme latérale là où il ne devait pas y en avoir… Quand au désherbage manuel c’est une catastrophe, nos agents tombent comme des mouches avec des TMS (bon, c’est vrai j’exagère ! J ) Mais purée on ne va pas revenir au moyen-âge bon sang ! C’est comme si on refaisait travailler nos agents sur échelle sous prétexte qu’il existe des risques propres aux PEMP, qu’on file des barres à mine et des masses pour remplacer les marteaux piqueurs pour prévenir les risques liées aux vibrations… Pardon pour mon emportement chers collègues, mais je suis un peu branché sur le sujet de la phytosaniterophobie. L’évaluation des risques et le choix du risque le moins élevé ne doit pas rester qu’un principe dans lequel on taille en fonction des modes. Pardon encore, ce n’est pas les préventeurs que je vise bien entendu.
(Quelques précautions s'imposent pour l'utilisation de ce type d'appareils. Sous l'effet de la chaleur, les cailloux, qui se trouvent en bordure de terrain, explosent et sont projetés un peu partout, voir au visage (accident déjà recensé). D'où l'intérêt : 1- de doter les agents en lunettes de sécurité, voir de visière de protection (puis contrôler le port effectif), 2- d'équiper l'appareil d'une calotte de protection (un peu comme l'embout d'un aspirateur), 3- d'avoir une distance de sécurité avec les autres opérateurs pendant son utilisation, 4- de veiller/tester tout autre type de solutions possibles.
(Le desherbage thermique est une idée louable en soi: moins de produits phyto-sanitaires mais, en réalité, génère bien des soucis! Entre l'équipement à vérifier, à savoir utiliser correctement sur la végétation indésirable et les conditions de travail à respecter, il y a du grain à moudre. En résumé:  1°Equipement : on s'est aperçu que l'équipement complet (chariot, bouteille de gaz,  lance équipée correctement avec tuyau d'alimentation et piezzo) pèse environ 25 kgs  et on a rajouté pout lutter contre les départs de feu un petit extincteur: les agents utilisant cela une journée entière se disent fatigués de tracter l'ensemble si les conditions de roulage ne sont pas bonnes. On peut développer là aussi des TMS moins que les agents utilisant une binette.   De plus, le suivi du matériel est aléatoire: date péremption du tuyau dépassée, tuyau présentant des fissures au niveau des branchements, piezzo en panne alors on ressort son briquet pour allumer. Je vous laisse deviner ce que, dans le pire des cas, peut se produire... 2° Utilisation sur la végétation: à l'usage, on a constaté que les agents ne respectaient pas les consignes c"comment agir sur les plantes" , on carbonisait l'ensemble de la plante: bonjour, la consommation de gaz (coût pour la collectivité et stockage des bouteilles de gaz à prévoir) et les mesures écologiques voulues se trouvent "légèrement"  mises à mal par le dégagement des gaz...  3° régles à respecter: après avoir bruler quelques dizaines de mètres linéaires de haies (dans ce cas précis, les gouttières en PVC de la maison voisine ont ,elles aussi, montrer leur mécontentement...: l'extincteur  qui est fourni  n'a pas été suffisant), fait fondre des descentes d'eaux pluviales en PVC, etc... et après retour d'expérience (une voiture proche du lieu d'utilisation avait une fuite de carburant, fuite de gaz à proximité du lieu d'intervention de l'agent), l'Autorité Territoriale suite à l'avis du CHS a décidé de confier cette mission à des agents formés aux différents points "sécurité" à respecter et non plus de laisse le "premier venu" partir dans la nature travailler comme bon lui semble (travailleur isolé). On expérimente la mise en place d'agents travaillant en binôme: chargement/déchargement  du matériel  facilité, doublement des moyens de lutte immédiat contre les départs de feu, équipement des agents avec un moyen d'alerte, interdiction d'utilisation en fonction des conditions climatiques (sécheresse, température élévée (+28°), vent fort) et à proximité d'éléments inflammables et tenue de travail appropriée (pas de bermuda, etc...)  L'avenir nous dira si cela est efficace...2010 : Sécurité des microtomes
Lors d’un passage dans un labo de biologie/histologie, l’ACMO m’a montré leur utilisation de microtome, instrument qui permet, à l'aide d'un rasoir très coupant, d'effectuer des coupes minces jusque dans des os. L’utilisation est très dangereuse, surtout au moindre écart d’attention.
Quelqu’un a-t-il eu affaire à ce genre d’appareil ? Existe-t-il un moyen de prévention efficace à part une bonne formation ? des équipements de prévention adéquats ?
(Nous avons fait une visite de laboratoire il y a peu de temps où un grand nombre d'accidentés liés à l'utilisation de vibratome/microtome étaient enregistrés. Nous nous posons donc les mêmes questions.... (Au delà  d'être extrêmement vigilant et attentif lors des coupes, il existe un moyen très efficace pour éviter les coupures pendant les séances d'utilisation des microtomes: ce sont simplement des gants anti-coupures adaptés. On peut les trouver chez Labonord par exemple (gants scepter), ils ont l'avantage d'être souples donc utilisables; obligatoires pour les utilisateurs qui coupent des échantillons à risque type prion par exemple, et ça marche. (ça sert à faire des coupes très minces donc oui ça coupe ! La difficulté est qu'avec un microtome il faut pouvoir récupérer la découpe nouvellement coupée sur une lame de verre, donc cela nécessite un accès des doigts près de la zone dangereuse, mais en général on utilise un outil : pince, pinceau, lame de scalpel pour récupérer la découpe qui est ultrafine parce qu'entre les doigts ça s'écrase et ça fait un peu fondre la paraffine... un des risques principaux c'est surtout la découpe des blocs de paraffine où les échantillons sont inclus qui rendent le sol très glissants. il y a évidemment les gants et toute la difficulté de saisir des coupes ultrafines avec une paire de gants apparemment, il y a des microtomes avec protecteur de lames chez Leica  HYPERLINK "http://www.leica-microsystems.ru/pdfs.nsf/(ALLIDs)/6C36FBCF580F0E02C12570A4003E21D1/$FILE/Folder_Histo_frz.pdf" http://www.leica-microsystems.ru/pdfs.nsf/(ALLIDs)/6C36FBCF580F0E02C12570A4003E21D1/$FILE/Folder_Histo_frz.pdf les cryostats modernes sont bien protégés contre les risques de coupure et évite l'usage de paraffine puisque la rigidification des échantillon se fait par le froid donc en système clos et non par inclusion dans de la paraffine après déshydrations de l'échantillon par bains successifs de solvants pas toujours sympathiques, mais il y a toujours une lame...2004 : sécurité microtome : sert à faire des coupe dans la paraffine pour d’histologie( risque de coupure.2004 : banc d’essai moteur : Quelqu'un a-t-il une expérience sur les bancs d'essai moteur ? Existence d'une norme spécifique imposant un capotage des éléments mobiles de transmission (courroie de transmission, etc), la présence d'un bouton d'arrêt électrique pour arrêter le moteur, un système de captage des gaz de combustion asservi au fonctionnement du moteur, un éventuel système de détection des gaz de combustion dangereux (CO notamment), un système d'extinction automatique, insonorisation cabine, etc...Merci pour vos éventuels retour d'expérience.
(Nous avons une association eco shell marathon qui utilise un banc moteur de chez didalab ex1000. Il est capoté, les gazs d'échappement sont évacués à l'extérieur par un tuyau. Il est vendu avec le logiciel qui permet de faire varier tous les paramètres moteurs.Ondulateur : risques associés (Des batteries : en ces de défaut du chargeur (surintensité) et que lesbatteries sont sans entretien il y a risque d'explosion NFC 15-100 paragraphe 554.. Onduleur = création d'harmoniques sur le réseau amont avec risque de déclenchement des protections sensibles ou défaillantes. Perturbations sur de l'électronique (de sécurité). Le courant de court circuit étant faible il faut faire attention auxassociations de DJT existants et DJT classiques.Les normes qui s'appliquent aux onduleurs sont NFC 53220 NFC 58311 NFC 77210 (EN 60950) Voir s'il peut y avoir des dégagements calorifiques importants qui nécessitent une ventilation plus une clim?
(Selon la puissance, c'est une ICPE (rubrique 2925).2) L'onduleur fournit du courant en cas de coupure: donc attention à l'installation électrique (couper en aval de l'onduleur pour éviter une électrisation ).
(En règle général, les onduleurs sont placés dans des locaux considérés comme à risque moyen donc CF 1h, et équipés d'une ventilation (c'est en tout cas ce que nous a imposé la CCDSA et le bureau de contrôle sur un bâtiment neuf). Le tout est évidement fonction du nombre de batteries (donc du temps secouru).Massicot : Pour les massicots l'article R 234-12 précise que les travailleurs de moins de 18 ans ne peuvent être employés au travail des cisailles, presses de toute nature, outils tranchants autres que ceux mus par la force de l'opérateur lui même. Dans le guide des contrôles réglementaires édité par AIF page 118 il est indiqué que les massicots (mus par une source d'énergie autre que la force humaine) doivent subir une "Vérification de l'ensemble des éléments dont la détérioration est susceptible de créer un danger" tous les 3 mois par une personne qualifiée appartenant ou non à l'établissement. Le rapport de vérification doit être annexé au registre de sécurité. Les textes de référence indiqués sont : CT art R. 233-11, Arrêté du 05-03-1993 art 1, 3 et 4, Arrêté du 24-06-1993 art 1, 3 et 4Autorisation de conduite / CACES2011 : (échanges hors Gpsup) confusion entre 2 types de CACES pour un équipement de levage
Je suis confronté à un dilemme. Nous avons plusieurs équipements servant au levage dans un service. Depuis 10 ans, nous formions les agents à l'autorisation de conduite cariste type 3. Notre nouvel organisme de formation m'alerte en me précisant que 2 des engins ne sont pas des chariots de manutention type 3 de la recommandation R389 mais des engins de manutention cat 9 (chariot élévateur de chantier). Je suis étonné pour plusieurs raisons : les organismes précédents ne nous ont jamais alerté (à tort??), mon interprétation des 2 recommandations me font plutôt pencher vers la R389 et non la R372 car les équipements ne sont pas tout terrain. A cela, le formateur répond : oui, mais vous pouvez changer les pneus pour que l'équipement devienne tout terrain, certes. Je ne sais donc pas qui a raison!
(De notre côté nous avons également un chariot élévateur (fourche + godet) et nous avons toujours délivré une autorisation de conduite pour les engins de manutention (engin de chantier) soit cat 9. Même s'il s'agit toujours du même organisme (très connu!!!) qui délivre l'avis suite à la formation, les différents intervenants ont toujours été d'accord sur ce classement.
(Pour moi il n’y a pas photo Le chariot élévateur de manutention type 3 a un mât vertical. Le chariot élévateur de chantier a un bras télescopique mobile en inclinaison. Les pneus n’ont pas grand-chose à voir avec cela.
(réponse INRS : J'accuse réception de votre mail ci-dessus référencé. Le chariot de marque MIC est un chariot industriel qui nécessite le CACES catégorie 3 de la R 389. L'autre chariot peut être considéré soit comme un chariot tout terrain qui nécessite le CACES catégorie 9 de la R 372m, soit comme un chariot semi-industriel qui nécessite alors le CACES catégorie 3 de la R 389 si sa capacité est inférieure ou égale à 6 000 kg ou le CACES catégorie 4 de la R 389 si sa capacité est supérieure à 6 000 kg. Je vous conseille donc de vérifier dans la notice d'instruction du constructeur dans laquelle il doit préciser si le chariot est ou n'est pas un chariot tout terrain. Je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués.
(J'ai aussi eu le même problème avec un engin à fourche télescopique (JCB teletruk). Je l'ai classé en catégorie3 car sa garde au sol en fait un véhicule qui ne peut circuler que sur un sol plat. Le changement de pneumatique ne confère pas une stabilité suffisante pour un chantier.2004 : quel modèle pour les autorisations de conduite :
Je suis (ou plutôt le service Formation) à la recherche d'un modèle
d'autorisation de conduite, suite à une formation à la conduite d'engins
de travaux publics (CACES). L'organisme formateur délivre le CACES, mais
l'employeur délivre l'autorisation.
(Le modèle de l'APAVE mentionne le fait que l'employeur, en plus de la formation théorique (CACES), doit aussi donner les instructions appropriées à l'agent par rapport aux particularités de sa situation de travail.

L'arrêté du 2 décembre 1998 indique :

En application de l'article R. 233-13-19 du Code du travail pour la conduite des équipements de travail appartenant aux catégories énumérées ci-dessous, les agents doivent être titulaires d'une autorisation de conduite :
- grues à tour ;
- grues mobiles ;
- grues auxiliaires de chargement de véhicules ;
- chariots automoteurs de manutention à conducteur porté ;
- plates-formes élévatrices mobiles de personnes ;
- engins de chantier télécommandés ou à conducteur porté (dont les tracteurs agricoles).

L'autorisation de conduite est établie et délivrée à l'agent, par l'employeur sur la base d'une évaluation effectuée par ce dernier. Cette évaluation, destinée à établir que l'agent dispose de l'aptitude et de la capacité à conduire l'équipement pour lequel l'autorisation est envisagée, prend en compte les trois éléments suivants :
- un examen d'aptitude à la conduite réalisé par le médecin du travail ;
- un contrôle des connaissances et du savoir-faire de l'opérateur pour la conduite en sécurité de l'équipement de travail ;
- un contrôle des connaissances des lieux et des instructions à respecter sur le ou les sites d'utilisation.

C'est ce dernier point qui est souvent négligé...Divers2008 : Définition machine, cas des MEB et MET
A votre avis, un MEB ou un MET sont-ils des machines au sens de la "directive machine"?
(Ce sont des appareils conformes à quoi? S'agit-il des générateurs de rayonnements exemptés (énergie, fuites de radiations...), sont-il des équipements expérimentaux dont l'exploitation fait l'objet de DUER, contrôle de mise en service...? Que dit la notice du constructeur (changement de hublot, maintenance, densité des pièces de rechange...)?
Si E>= 1MV, c'est un accélérateur, par exemple. Ce sont assurément des récepteurs électriques, des enceintes à vide.
(Pour info : Le terme machine englobe plusieurs types de matériels;il est nécessaire que vous ayez parfaitement en tête la définition de ce mot."Une machine est un ensemble de pièces ou d'organes liés entre eux dont au moins un est mobile,réunis de façon solidaire , en vue d'une application définie telle que transformation, traitement ou conditionnement de matériaux,déplacement de charges...Laser2011 : laser KnF
Voici un cas de travail, je vous expose la situation :

Nous sommes en train de mettre en place un laser KrF. Ce laser contient 0.2% fluor F2. Ce laser sera remplit environ une fois par mois. Nous vous présentons ci-joint le calcul des risques. Je rappelle que la limite d'exposition professionnelle sur F2 est  de 1ppm pour une exposition de 8heures. Nous disposons  d'un capteur F2 dans la pièce d'utilisation du laser. Un deuxième capteur est installé dans l'armoire de stockage. (Nous avons une armoire de stockage de gaz fluor sous pression avec un capteur de F2.) 1-Risque d'exposition lié à une fuite de la cavité laser La concentration des gaz dans la cavité laser est:  0.2% F2; 1.1% Kr,12% He + Neon pour compléter. Pression cavité: 8bar Volume cavité: 1.4 litre Volume de la pièce: 27m2*4=100m3 En cas de fuite totale de la cavité: on aura une fraction de F2 dans la piece de: 1.4litre*8bar*0.2%/100m3=0.2ppm importance de la formation des opérateurs afin qu'ils pensent bien à refermer la bouteille de mélange. Malgré tout, dans ce cas, un détecteur F2  avec un seuil de déclenchement à 2ppm (en dessous de 1ppm), lance une alarme stridente.

Question posée : le chercheur demande si il peut installer lui-même la ligne de tube inox sans soudure et la faire valider sous couvert du service hygiène et sécurité (bien entendu !!!) par une entreprise. Le devis chez Air Liquide étant de 27K¬ pour toute l installation ils font la grimace.
Avez-vous des renseignements sur les formations que doivent avoir les installateurs de telles tuyauteries avec des fluides spéciaux à risques comme le fluor ? y a t-il un texte spécifique pour réaliser et réceptionner ce type d’installation ?
(Chacun son métier et les vaches seront bien gardées!! Une installation doit etre faite par des pros.
La vieille dame "AIR LIQUIDE" fournit le matériel  de raccordement de détente mais ne fait pas le travail elle même, elle sous traite le montage  (sauf si elle a changé de méthode de travail depuis mes chantiers du même type dans le nucléaire) . 
Conseille (c'est ton rôle) aux intéressés de consulter des entreprises dont c'est le métier (CEGELEC, FORCLUM, Spie TRINDEL, ..voir pages jaunes.....)  de faire ce genre d'installation avec des soudeurs agréés s'il faut faire des soudures bien que maintenant il existe des raccords a serrage conique  type GYROLOCK qui garantissent une bonne étanchéité ( de toute façon il y  a les essais sous pression a faire voir les feuilles en annexe). Et ensuite le bureau de contrôle fait le contrôle comme ça en cas de sinistre il est assuré pour couvrir les dégâts de quelque sorte que ce soit et toi tu peux bien dormir.2010 : formation laser classe 3R
J'ai dans mon établissement un laboratoire d'archéologie qui utilise un appareil contenant un laser de classe 3R Si je ne me trompe ils doivent donc suivre une formation au risque laser Le service formation vient de recevoir un devis de 3000 ¬ HT pour deux jours de formation pour 10 personnes L'intitulé de la formation proposée est " NIVEAU 2  OPÉRATEURS & PERSONNEL DE MAINTENANCE  2 JOURS" 2 jours de formations ?? ça vous parait cohérent ? Je pensais leur demandé ce qu'est le niveau 1 ?
(Pour les opérateurs,  la formation niveau 1 « opérateur » semble suffisant. Je communique un programme de formation dispensée par un prestataire dont on est plutôt satisfait. 1 jour de formation -1500 euros HT (ca dépend du lieu de formation sans doute).
A voir si les personnels ont à faire de la maintenance auquel cas un complément de formation peut être nécessaire (niveau 2 peut être)
(Ben, si le laser est à l'intérieur de l'appareil et que le faisceau est inaccessible et que personne du labo n'a à y accéder dans le cadre de son activité, il me semble qu'on peut se dispenser de former quelqu'un, notamment en niveau 2. Il faut en revanche faire un plan de prévention pour l'entretien de l'appareil, si le technicien de maintenance doit ouvrir l'appareil et rendre ainsi le faisceau accessible.2010 : utilisation d’un laser puissant pour un spectacle
La maison de l'étudiant veut organiser un festival dont un spectacle de clôture avec un laser de spectacle de classe 3B à 532 nm (visible - vert) Quels conseils pouvez vous me donner :
J'ai cru voir une obligation règlementaire de déclaration en préfecture ?
Vu sa classe, sont ils vraiment autorisés pour faire des spectacles avec ça ??
C'est écrit sur la doc pourtant : "La construction de ce laser fait que le faisceau bouge tellement vite, qu’il ne peut toucher l’oeil qu’un très bref instant. C’est grâce à cela que l’utilisation de ce laser, pour créer un spectacle lumière, peut être considéré comme sûre."
Si oui, quelles mesures de prévention vérifier ? J'ai vu hauteur du faisceau supérieure à 2m60...
(Extrait Arrêté du 11 décembre 2009 :
Définition des mesures relatives aux machines à effets dites “lasers”
En complément du décret no 2007-665 du 2 mai 2007 relatif à la sécurité des appareils à laser sortant, les dispositions suivantes sont prises.
Généralités :
Le laser (Amplification de lumière par émission stimulée de rayonnement) est un dispositif susceptible de produire ou d’amplifier des rayonnements électromagnétiques de longueur d’onde correspondant aux rayonnements optiques, essentiellement par le procédé de l’émission stimulée contrôlée. Outre les effets secondaires qui sont dus aux conditions de fonctionnement et les risques d’incendie et de brûlures, le danger essentiel causé par ces dispositifs provient de l’illumination. Les effets sur l’oeil sont fonction des caractéristiques du laser, de la distance de ce dernier à l’oeil et de facteurs liés aux propriétés des différents milieux de l’oeil. Ce danger est considérablement accru si le rayonnement est concentré sur une toute petite surface, c’est pourquoi les effets sur l’oeil constituent les risques les plus importants liés aux utilisations des lasers.
Dans la suite du présent chapitre, conformément à l’article 2 du décret susnommé on entend par “appareil à laser” tout appareil ou toute combinaison de composants qui constitue, incorpore ou est destiné à incorporer un laser ou un système à laser.
Le rayonnement d’un laser est dit fixe lorsque le faisceau émis est rectiligne et statique ; il est alors appelé “tir laser” dans le présent chapitre.
Le rayonnement d’un laser est dit par balayage lorsque le faisceau émis est en permanence en mouvement.
4.1. Dispositions concernant les caractéristiques de l’appareil à laser.
Seul l’appareil à laser émettant uniquement dans le domaine spectral visible (400 à 700 nanomètres) peut être utilisé pour créer des effets lumineux dans les locaux accessibles au public et en présence de ce dernier.
En raison de l’étendue des valeurs possibles pour la longueur d’onde, l’énergie et les caractéristiques d’impulsion d’un faisceau laser, les risques causés par leur utilisation sont très variables.
Les lasers sont classés par niveau de risque croissant de 1 à 4 selon la norme CEI 60825-1(2007).
Les classes 1 et 2 qui sont sans danger dans les conditions normales d’utilisation.
La classe 3 susceptible d’être dangereuse dans certaines conditions.
La classe 4 dont l’utilisation requiert des précautions rigoureuses.
Cette classe figure très clairement sur l’appareil avec notamment le chiffre et le pictogramme correspondant à cette dernière.
Les appareils à lasers sont conformes à la norme NF EN 60825-1 (janvier 2008) ou tout autre système équivalent permettant de satisfaire aux mêmes exigences.
4.2. Dispositions visant l’installation, l’utilisation et les mesures à prendre par les exploitants d’appareils à lasers.
Les appareils à lasers de classe 3 et 4, utilisables exclusivement en plein air, sont mis en oeuvre par un technicien compétent et formé aux risques spécifiques des lasers et accompagnés d’une notice conformément à l’article 4 du décret susmentionné.
4.2.1. Installation.
A l’intérieur de la zone réservée au public, aucun “tir laser” n’est admis en direction du public, quelle que soit la classe du laser, sauf si un périmètre d’exclusion du public de 5 mètres de rayon, matérialisé, est mis en place.
La zone dite “zone réservée au public” est définie par l’espace situé jusqu’à 3 mètres au-dessus de la surface occupée par le public et sur une bande de 2,5 mètres autour de cette dernière. La zone réservée au public est matérialisée au sol.
Dans la zone réservée au public, seul est admis un rayonnement par balayage effectué dans les conditions fixées par le rapport technique international sur la sécurité des appareils à laser CEI/TR 60825-3 (mars 2008).
4.2.2. Utilisation.
L’appareil à laser est hors de portée du public et au minimum :
– à 3 mètres au-dessus du sol accessible au public ; ou
– protégé par un périmètre de sécurité de 5 mètres de rayon.
L’appareil à laser et son dispositif de déviation optique éventuel sont contenus dans un boîtier clos posé de telle manière qu’il ne puisse pas être déplacé sous l’effet de perturbations telles que des mouvements de foule, des vibrations ou des rafales de vent. Le faisceau ne peut sortir de ce boîtier qu’à travers des orifices dont la forme et la position limiteront rigoureusement l’excursion du faisceau à l’espace qu’il est autorisé à balayer.
Toutes dispositions sont prises pour éviter les réflexions parasites, par exemple par l’emploi de matériaux mats, et non réfléchissants aux longueurs d’onde considérées.
L’installation et les réglages respectent les dispositions fixées par le rapport technique international sur la sécurité des appareils à laser CEI/TR 60825-3 (mars 2008).
4.2.3. Mesures à prendre par les exploitants.
L’exploitant peut, sous sa seule responsabilité, mettre en oeuvre un appareil à laser de classe 1 ou 2. formé aux risques spécifiques des lasers, qui est présent pendant toute la durée de l’animation et est en mesure de l’arrêter immédiatement.
Aucune réparation d’un appareil à laser, nouveau réglage ou correction de faisceau n’est effectuée pendant la présence du public.
Si l’établissement est équipé d’un système de détection automatique d’incendie, les détecteurs automatiques d’incendie sont insensibles aux effets de la machine ou adaptés aux conditions particulières d’exploitation.
4.3. Dispositions complémentaires visant l’installation, l’utilisation et les mesures à prendre par les
exploitants d’appareils à laser en extérieur.
4.3.1. installation.
Les dispositions du paragraphe 4.2 sont applicables quel que soit le mode de rayonnement utilisé et pour les lasers de la classe 3 et 4.
De plus, pour les tirs laser en extérieur, ces dispositions sont complétées par les points suivants :
– les tirs laser doivent être effectués dans un cône vertical de demi-angle au sommet égal à 30o (fig. 1) ;
– les tirs lasers doivent être dirigés sur une cible fixe, opaque, en matériaux A1 et non réfléchissante, pour tout rayon formant un angle supérieur à 30o par rapport à la verticale (fig. 2). Si le rayon est dévié, il doit être contenu dans un cône dont l’axe est le rayon au repos et de demi-angle au sommet égal à 15o (fig. 3) ;
– dans les autres cas, les tirs lasers doivent faire l’objet d’une demande d’autorisation avec fourniture d’un dossier définissant les conditions d’utilisation du dispositif.
(Fig. 1 : tirs omnidirectionnels libres dans le cône vertical de demi-angle au sommet égal à 30o ; S = source du laser).
(Fig. 2 : tirs sur cible matérielle fixe opaque et non réfléchissante pour tout rayon formant un angle ($u) supérieure à 30o ; S = source du laser ; C1, C2, C3 = cibles fixes opaque et non réfléchissantes).
(Fig 3 : tirs sur cible matérielle fixe opaque et non réfléchissante avec déviation du rayon ; S = source du laser ; C1, C2, C3=cibles fixes opaques et non réfléchissantes)
Ce dossier, déposé quinze jours au moins avant la manifestation ou l’activité auprès de la préfecture compétente doit comporter les rubriques suivantes :
– lieu et nature de la manifestation ou de l’activité ;
– date, début et durée de la manifestation ou de l’activité ;
– nom et adresse de l’organisateur ;
– lieu et heures d’utilisation des appareils à laser ;
– classification des appareils à laser utilisés ;
– plan du site avec indication de la zone réservée au public et de toutes les distances de sécurité et
décrivant le tir laser avec sa direction ;
– nom et coordonnées de la personne responsable sur les lieux de la manifestation ou de l’activité.
Selon le lieu géographique choisi pour réaliser des tirs libres, le préfet ayant reçu la demande d’autorisation sollicite l’avis des autorités aéronautiques et/ou maritimes (délégué territorial de l’aviation civile, préfet
maritime) pour les tirs susceptibles de traverser l’espace aérien et/ou maritime navigable. »
(J'aurais envoyé vers le même document tout en l'ayant lu rapidement moi aussi Nos étudiants ont eu la même brillante idée il y a quelques années et on avait dû faire une déclaration aux autorités du trafic aérien à cause de la proximité (relative) de l'aéroport de Lesquin - Cela remonte à plus de dix ans mais je me souviens que la déclaration devait être faite un bon moment avant l'événement.
Le système qu'ils avaient utilisé pouvait par contre être orienté uniquement vers un mur sans fenêtre de la façade d'un bâtiment totalement vide : un périmètre de sécurité avait suffi pour s'assurer que personne ne promènerait ses yeux dans le rayon même "un bref instant"
Je me souviens également qu'il avait fallu mettre en place un système de refroidissement (arrivée d'eau et évacuation)
Désolée je n'ai pas gardé d'archives de l'événement et ne peux dire quelle était la classe du laser en question
(Il faut déclarer l'utilisation du laser en extérieur au service de protection civile de la préfecture (et au SDIS, ils seront contents de le savoir), pour qu'ils répercutent sur les aéroport/aérodrome/hôpitaux correspondants. C'est ce qui se fait depuis 1 ou 2 galas ici.
(Voir aussi ci-joint la note d'information technique n°236 du 31 août 1979 - Conditions d'emploi des lasers pour créer des effets lumineux dans les ERP.
(un point réglementaire :
- au départ la NIT 236 était applicable, puis la CCS a rendu un avis en 2009 (doc joint) pour des modifications au règlement de sécurité qui ont conduit à l'arrêté du 11 décembre dernier cité dans un précédent message qui comporte une nouvelle "instruction technique relative à l'utilisation d'installations particulières" ;
- l'arrêté précité abroge la NIT 236 et prévoit le respect de l'arrêté du 2 mai 2007 sur la sécurité des lasers (en PJ) et des mesures de sécurité complémentaires faisant également référence à un corpus de normes internationales ;
- parmi ces mesures, il est prévu dans certains cas seulement le dépôt d'un dossier en Préfecture 15 jours avant la manifestation (cela constitue un changement important par rapport à la NIT 236 encore en vigueur jusqu'au 16 mai 2010, puisque la déclaration était systématique) ;
- à noter que pour peu qu'on sorte strictement du champ de la "machine à effet lasers", on retombe dans celui du GN6 comme cela est stipulé au début de la nouvelle instruction technique ;
- enfin, pour la protection des travailleurs, à défaut de transposition en droit français, il faut prendre la directive 2006/25/CE comme référence (en pièce jointe) ; sauf erreurs ou omissions.
Pour les besoins des expositions ou des manifestations spéciales, nous sommes aussi concernés au Palais de la découverte par ces installations lasers, ainsi que par des machines à effets utilisant du CO2 (brouillards) et des générateurs de fumées, également cadrés par la même instruction technique.2008 : utilisation de laser lors d’une manifestation avec des stands
Lors de manifestation, certains exposants s’équipent de petits appareils laser uniquement pour attirer le public vers leurs stands l’article T44 (ERP salle expo, laser) précise les conditions de sécurité concernant l’installation de ces matériels (évidemment ce n'est pas le type R, mais cela donne quand même des pistes) :
**** L'emploi de lasers dans les salles est autorisé sous réserve du respect des dispositions suivantes :
- le public ne doit en aucun cas être soumis au faisceau direct ou réfléchi du laser ;
- l'appareil et ses équipements annexes doivent être solidement fixés à des éléments stables ;
- l'environnement de l'appareil et de l'espace balayé par le faisceau ne doit pas comporter d'éléments réfléchissants aux longueurs d'ondes considérées ;
- les exposants doivent s'assurer, lors des essais effectués en dehors de la présence du public, de l'absence de réaction des matériaux d'aménagement, de décoration et des équipements de protection contre l'incendie à l'énergie calorifique cédée par les faisceaux lumineux ;
- avant sa mise en œuvre, toute installation doit faire l'objet de la part de l'exposant auprès de l'autorité administrative compétente :
- d'une déclaration ;
- de la remise d'une note technique accompagnée du plan de l'installation ;
- de la remise d'un document établi et signé par l'installateur, certifiant la conformité aux présentes dispositions
toutefois, ce qui n'est pas précisé, c'est la puissance maximum autorisée pour le laser sur ces stands
quelqu'un a-t-il une réponse à cette question ?
(Une information est donnée dans une note technique (pas très récente...
1979) précisant qu'à l'intérieur de la zone de sécurité (= volume du local limité en hauteur à une surface située à 2,60 m de tout plancher accessible au public) aucun rayonnement n'est admis, quelle que soit sa puissance. Sinon, pas de limitation de puissance (du moment que le public n'est pas exposé!).2005 : risques liés à un laser de classe IV : N'étant pas spécialiste dans ce domaine je vous sollicite. Question que l'on me pose: un laser de classe IV implusion 532 nm installé dans un laboratoire de mécanique des fluides - quelles sont les protections à mettre en place? - faut-il des panneaux de mise en garde ? et où les placer?
(Voilà quelques réflexions un peu en vrac concernant la sécurité laser.
Un laser de classe IV est dangereux même par réflexion (risque oculaire, voir pour la peau et risque d'incendie). Il faut donc un capotage du faisceau (c'est le plus efficace), une signalétique adéquate picto sur les installations, et sur la porte du local.Toutes les optiques doivent être fixées à la table (et surtout le shutter qui ne doit âs être une simple feuille...)
Les opérateurs devront être équipé des lunettes correspondantes pour les phases de réglages (capots ouverts.)
Au vu de la dangerosité du faisceau, des contraintes vestimentaires peuvent être mis en place (pas de bagues, bracelets...)
Les peintures de la pièce pourraient être étudié pour limiter les réflexions.
Il faut aussi une signalétique lumineuse sur la porte du local asservie au fonctionnement du laser.
etc...
 Les personnels pourront être formé à la sécurité laser. (Une bonne boite pour les conseils, audits et formations sur le laser: LASER CONSEILS ( HYPERLINK "http://www.laserconseil.fr/" http://www.laserconseil.fr/). Le pb c'est que le risque laser n'est pas encore dans le code du travail, par contre les normes existent (NF EN 60 825-1...) et définissent un certain nombre de paramètre de sécurité (distance de risque optique, énergie maximale admissible en fonction du tissu)
(voici quelques axes :
-éclairage ambiant important (pupilles fermées au max)
-précaution contre la réflexion (ne pas avoir de surfaces vitrées)
-signalisation
-matérialisation de la zone
-sécurité d'accès : asservissement de la porte, enceinte spécifique, voyants lumineux, ...
-personne compétente, formée et suivie médicalement
-consignes spécifiques
-protection oculaire (lunettes)
-vêtements de protection (non inflammables, ...)
-capotage
Attention, plusieurs risques peuvent être associés au risque laser
(1ère chose : voir si le laser peut être capoté sur le trajet du faisceau dangereux. Le mieux est un capot avec des contacteurs de sécurité permettant de couper l'alimentation du laser en cas d'ouverture du capot mais ce n'est pas toujours compatible avec les manip effectuées par les chercheurs.
Il y a plusieurs façons de capoter (tube cylindrique le long du faisceau, capotage complet avec ou sans contacteur de sécurité, etc...)
Le choix du matériau à utiliser pour effectuer le capotage et son épaisseur dépendent de la longueur d'onde du laser, de la densité de puissance que peut avoir le faisceau autour de l'installation (en prenant en compte des hypothèses de réflexions spéculaires accidentelles) et de l'EMP (Exposition Maximale Permise) existant pour ce laser (a trouver dans la norme NF EN 60825-1).
Si le laser n'est pas capoté avec des contacteurs de sécurité (à sécurité positive), il faut installer ce laser et l'ensemble de la manipulation dans une "zone laser" avec si possible un sas. A l'entrée de la zone laser, une "verrine" cad un voyant lumineux qui clignote lorsque le laser est alimenté. Cette verrine doit être branchée de telle manière que le laser ne puisse pas être alimenté sans que la verrine le soit. La verrine doit être à hauteur d'yeux et accompagnée du consigne permettant aux gens de savoir ce que signifie ce signal lumineux. Par exemple "Danger Laser ! Interdiction de rentrer quand le voyant lumineux clignote" ou "Danger Laser ! Port des lunettes obligatoires " (consigne valable s'il y a des lunettes disponibles à l'entrée ou dans le sas). Le pictogramme de danger Laser doit être également apposé. Il ne doit y avoir qu'un laser par zone laser, surtout si les longueurs d'onde sont différentes.
 Remarque : quand un laser est capoté en fonctionnement normal (comme c'est souvent le cas en imagerie dans les laboratoires de biologie) et qu'on n'enlève le capot que rarement pour effectuer maintenance ou réglage, il est préférable que la verrine soit asservie à l'ouverture du capot.
Attention aux fibres optiques : elles doivent être protégées mécaniquement et identifiées par un pictogramme. Il est préférable de limiter au maximum la distance entre la source et la cible vers laquelle la fibre conduit le signal laser. Il est vivement recommandé que le système de connexion des fibres optiques soient munis d'une sécurité qui coupe l'alimentation du laser en cas de déconnexion de la fibre optique.
 
Après il est bien de mettre une consigne dans le sas ou dans la zone laser (à adapter) :
 
·         L’accès à la zone laser est réglementé. Seules peuvent y demeurer pendant les phases d’exploitation à risques, les membres du personnel ayant fait l’objet d’une formation à la sécurité laser.
·         Le port de lunettes de protection contre le rayonnement laser est obligatoire chaque fois qu’il y a accès à une zone d’émission laser supérieure aux classes 1 et 2.
·         Les lunettes de protection laser doivent être rangées dans leur étui placé dans un casier de rangement prévu à cet effet, situé à l’entrée ou à proximité de la zone à risque.
·         Eviter toute exposition au rayonnement laser.
·         Ne pas placer les mains, ni d’objets réfléchissants dans la trajectoire du faisceau laser.
·         Ne jamais regarder dans l’axe du faisceau primaire.
·         Ne pas diriger le faisceau laser vers d’autres personnes, accès ou fenêtres.
·         Ne pas enlever les capots de protection, ni court-circuiter les sécurités.
·         Les laser et les optiques doivent être fixés sur banc laser
·         Les interventions électriques sur le système ne peuvent être réalisées que par du personnel habilité.
 Le CEA a publié son "Guide d'études de prévention du CEA" qui est très bien fait. Voici les coordonnées d'un spécialiste (Daniel COURANT 01 46 54 81 24) qui fait la formation des nouveaux entrants. Tu peux également t'adresser au SITELESC (Syndicat des Industries de Tubes Electroniques et Semiconducteurs) au 01 45 05 70 26 (viexu  n° qui a peut-être changé) pour leur demander s'ils peuvent te transmettre leur guide.
Si possible nomination d'une responsable laser (à former) et mise en place d'une habilitaion laser pour les utilisateurs. Voir exemple de mission et de titre d'habilitation joints.Protection optique des lasers : Des locaux vont être réaménagés pour accueillir des équipements laser. (il s'agit de recherche). La signalisation, éclairage, parois, distance de travail ... ont été appréhendés. Par contre, l'APAVE nous a conseillé d'encager les tables laser (barrières optiques) de manière à assurer une protection collective pendant les tirs lasers. Auriez-vous des noms de fournisseurs capables de répondre à cette prestation ?
( Avant de dégainer les barrières optiques, qu'en est-il du risque ? Le trajet du faisceau a t-il été correctement identifié ? Ne peux tu pas "entuber" ou encager le faisceau au lieu de la table entière ? As-tu limiter l'accès du local aux seuls manipulateurs lorsque le laser est mis sous tension (avec en plus un renvoi lumineux dans le couloir au dessus de la porte) ? Chaque appareil est-il correctement et solidement fixé sur son support ? A moins que tu n'ais pas d'autres solutions, encager l'ensemble de la table est une opération lourde et peut être pas tout à fait satisfaisante à l'usage (si c'est pour interdire l'accès des opérateurs à proximité directe du faisceau tu risques de rencontrer des difficultés dans tout ce qui est phase de réglage et maintenance car le manipulateur aura une "obligation" de proximité (et du coup il trouvera un moyen de shunter ta barrière optique.....). Ce ne sont pas des pb faciles. D'autres moyens sûrement plus coûteux existent tel que c'est prévu pour les générateurs de RX, par exemple ou tu isoles le manipulateur dans un local contigu et tu peux même équiper l'appareil d'une caméra !).
(  HYPERLINK "http://www.irepa-laser.com/francais/index.html " http://www.irepa-laser.com/francais/index.html ( si tu parle de barrières immatérielles, TELEMECANIQUE fournit ce genre de matériel... maintenant outre les écrans passifs tu as aussi des écrans actifs : écran couplé à un détecteur, l'ensemble bloquera ton faisceau pendant un temps suffisant pour que le détecteur puisse couper le fonctionnement de ton laser .  HYPERLINK "http://www.laser2000.fr/" http://www.laser2000.fr/Protection contre les lasers : (tu as les écrans de protection collective de type : PASSIF : verre, quartz, polyméthacrylate, polycarbonate, lexon (à choisir selon la longueur d'onde du laser) / ACTIF : bien adapté au laser de forte puissance : détecteur couplé à un écran qui bloquera le faisceau pendant une laps de temps suffisant pour permettre au détecteur d'agir sur le laser (coupure d'alim, basculement d'un obturateur, piège thermique à la sortie du laser ...)
(I.R.E.P.A Laser Institut Régional de Promotion de la Recherche Appliquée / Parc d'innovation bd Sébastien Brant / 67400 Illkirch Graffenstaden. Ces gens ne travaillent qu'avec des lasers. Ils pourront sûrement te donner des tuyaux.Conformité laser : Dans l'avant-propos de la brochure INRS ED 770, l'auteur de la brochure écrit que "la notion d'équipement de travail au sens de la directive 89-655, couvre l'ensemble des matériels utilisés par les travailleurs". Donc, le 93-40 s'applique. Il ajoute cependant que "les articles R 223-15 à R 233-30 (93-40 codifié dans le CT) s'appliquent de façon pertinente, essentiellement aux machines, fixes ou portatives" (le terme machine étant défini dans l'article R 233-83 du code du travail, ce qui est d'ailleurs très bien expliqué dans un article du Lamy Hygiène et Sécurité que je te joins en document inséré. Donc, à mon avis, si tu suis la réglementation à la lettre : pour un laser mis en service à l'état neuf avant le 01 01 93, il faut qu'il soit conforme aux prescriptions du 93-40. Mais vu le contenu du 93-40, c'est surtout la partie concernant les fluides, les organes de commande et la signalétique qui sera intéressante (car le reste concerne les risques mécaniques purs...) A part ça, tu as l'obligation de suivre le décret du 14 Novembre 1988 modifié (risques électriques). Tu dois également gérer tous les risques associés à l'utilisation du laser (chimique, etc) comme tu le ferais pour n'importe quel poste de travail. Enfin, pour le risque spécifique rayonnement laser, tu dois si possible appliquer la norme existante NF EN 60825-1 (non obligatoire mais recommandée). Maintenant, ATTENTION, si tu utilises un laser mis en service après le 31 12 92 ou si tu achètes un laser neuf et que, de part son utilisation, il peut être considéré comme une machine (voir l'article du Lamy ci-dessus), alors tu dois exiger la conformité à la directive "Machines" 89/392/CEE modifiée qui prévoit des règles techniques applicables dans tous les domaines de risque (voir les règles générales de l'annexe I du livre II du code du travail. Tu peux les trouver dans la brochure INRS ED 804) Là-encore, comme il y a des circuits électriques dans ton laser, tu dois en plus exiger la conformité à la Directive "Basse Tension" 73/23/CEE modifiée. Si possible faire en sorte que le laser soit conforme à la norme NF EN 60825-1 (capotage des parties dangereuses, signalétique, etc). Si, bien sûr, le laser acheté a été intégré à un dispositif expérimental "maison" (installation laser), s'assurer que chaque élément répond à la réglementation applicable ainsi qu'aux normes obligatoires ou recommandées (pour l'électricité, décret de 88 et arrêtés d'application ; donc, en corolaire la norme NF C 15-100, etc...) et gérer l'ensemble des risques associés. Tu devras si possible suivre la norme sur les lasers (pour l'instant NF EN 60825-1).Animalerie – animaux divers2011 : cage de souris : lavable ou jetable ?
Mon directeur du patrimoine vient de me poser une question sur laquelle je colle : vaut-il mieux des cages lavables ou des cages jetables? Je souhaiterais donc avoir vos avis sur ces 2 types de cages. Quels sont les avantages et inconvénients de chaque système? Avez vous des retours d'expérience positifs ou négatifs sur les cages jetables? ( les cages jetables sont recommandées pour l'utilisation en virologie, avec  des germes infectieux très pathogènes, elles  sont utiles qd le labo n'a pas de machine à laver les cages ou d'autoclave ou pour éviter les opérations de nettoyages et de décontaminations, ou pour décontaminer des lignées apparemment ...  HYPERLINK "http://www.disposablecages.com/downloads/FRENCH-Presentation-Innovive.pdf" http://www.disposablecages.com/downloads/FRENCH-Presentation-Innovive.pdf ( je n'ai pas d'expérience sur le sujet mais je suggère, par les temps qui vouèrent oú l'on dit que l'argent est le nerf  de la guerre, de ne pas oublier les différents couts à mettre en œuvre pour chaque solution : équipements, salaires personnels, fluides, etc.....2010 : élevage d’escargots
On m'interroge sur les précautions à prendre pour une animalerie hébergeant... des escargots.
Est-on soumis à déclaration de cette animalerie?
Quelles précautions prendre pour les risques légionelles sachant que la demande d'humidification est à 60-70% et la température de 10 à 30°C?
(- le risque legionelle existe surtout un aérosol est créé dans la pièce - l'hygrométrie est un peu élevée par rapport à une pièce classique (en métropole) - l'élevage d'escargot nécessite un certificat de capacité  pour l'élevage d'espèces non domestiques Les demandes doivent être faites auprès de la Préfecture du lieu d'implantation de l'élevage (Direction Départementale des Services Vétérinaires). Chaque demande est accompagnée d'un dossier spécifique concernant le demandeur et comprenant diverses pièces administratives ainsi qu'un curriculum vitae détaillé et un rapport sur les conditions d'élevage des espèces détenues. Le détail des pièces nécessaires à la constitution de ce dossier peut être obtenu auprès : de la DSV du département d'implantation du laboratoire Cf. entre autre : Circulaire DNP/CFF no 2008-2 du 11 avril 2008 relative au certificat de capacité pour l'élevage d'animaux d'espèces non domestiques autres que celles de gibier dont la chasse est autorisée.2010 : Création d’une nouvelle animalerie – démarches ?
Nous sommes en train de créer de nouveaux laboratoires et une animalerie pour déménager des unités de recherche existantes.
Les études sont en cours.
Auriez-vous une liste générale des démarches administratives à effectuer concernant l'hygiène et sécurité?
Notamment l'animalerie (DSV?) et l'ASN (pouvons nous les consulter avant la demande d'autorisation lors de la création des locaux?).
Ces démarches sont elles à faire par les services de l'université ou/et par les unités de recherche (comme pour les agréments OGM, autorisations ASN,...)?
A quel stade du projet ces démarches doivent elles être faites?
(Pour avoir élaboré le dossier de conformité de l'animalerie, je peux t'assurer que ces instances apprécient que l'on aille vers elles et qu'on les sollicite dès le début du projet. Les conseils et remarques peuvent largement aider.
Tu pourras aussi bénéficier d'info sur les tendances de la réglementation et éviter de mettre en œuvre des matériaux qui vont être interdits ou déconseillés.
Je n'ai aucune trace officielle de mes entretiens avec la DSV, mais l'interlocuteur qui m'a aidé a ensuite instruit le dossier ... il savait de quoi il retournait ...
Au moment d'instruire officiellement le dossier, ces instances auront du mal à exiger des petits plus ou à critiquer les démarches si elles ont contribué à leurs mises en place.
(Pour POITIERS, on est aussi sur le pont avec la création d'une nouvelle animalerie A1 et une partie A2.
Même traitement que mes autres collègues, allez prendre contacte avec la DSV pour une association pleine et entière le plus en amont possible.
Ils ne t’écriront rien dans la phase de conception mais une aide verbale sur le choix de tel ou tel "truc" est souvent important.
POINT IMPORTANT :
Surtout, ne pas oublier de faire un dossier concernant la commission d'éthique relatif aux traitements apportés aux animaux.
Là il faut se tourner vers un organisme qui se trouve plus en région (très grosse région) et qui traite se domaine. Par exemple pour UP cette personne est à TOULOUSE.
(Pour l'ASN, ils seront contents d'émettre un avis je pense. Et puis ils apprécient que le dossier d'autorisation indiquant la modification du lieu de détention se fasse pendant la phase de construction/déménagement. Mais ces démarches doivent être faites conjointement avec les unités, et notamment pour ce cas du/des PCR.
Ne pas oublier, au besoin, suivant les activités et leurs volumes, la DREAL pour les ICPE. Eux aussi en amont.
(En connaissance de cause je puis te dire que la construction d'une animalerie est un travail d'équipe. Doivent y participer les futurs utilisateurs, l'architecte ou maître d'œuvre, l'ACMO d'établissement, le service du patrimoine.
Cette équipe a tout intérêt a se rapprocher de la DDSV pour lui présenter le projet au cours de son évolution et  avoir au préalable (sur Marseille la DDSV ne se mouille pas en approuvant des documents : elle ne valide que des travaux terminés!!) une certaine assurance que le  contrôle de conformité se passe dans les meilleures conditions.
 N. B. : Si un control de l'hygrométrie est demandé il faut savoir que cela ne peut se faire sérieusement qu'avec des caissons équipés de batterie froide et d'humidificateur.2010 : gestion de crise dans une animalerie
Dans la continuité des problématiques relatives aux animaleries, auriez-vous travaillé sur la gestion de crise en animalerie (exemple : évasion d'animaux sensibles suite à intervention d'un commando anti-expérimentation animale) ? Je suis preneuse de retours d'expérience et documents de travail. (Pas d'expérience par rapport aux commandos, seulement la difficile évacuation des animaux en cas d'incendie... cf. photos ci-jointes, malgré une procédure d'évacuation... les fumées tiennent peu compte des procédures en réalité... Les structures (panneaux sandwich DAGARD) ont bien cantonné le feu, mais la garniture des panneaux en se consumant  (mousses polyuréthanes) ont dégagé beaucoup de fumées. A la suite de l'incendie de l'animalerie de l'université de Limoges (point de départ d'origine électrique vraisemblablement ) - Plus de 3000 animaux morts ou euthanasiés à la suite du sinistre - Laverie et zone A2L2 détruites - Matériels hors d usage environ : 300 k¬ à 400k¬ - Les travaux de 25 personnes sont  remis en question + financement de prolongation de thèse - Perte de l activité scientifique liée à la transgenèse (3 ans de retard) + 1 centre de référence de diagnostic toxoplasmose détruit - restructuration de l'animalerie : valeur à neuf environ 800-900 k¬ Sans compter les dégâts infligés aux structures du bâtiment
(très impressionnant et instructif retour d'expérience ! Quand je travaillais sur le site de l'école véto d'Alfort, nous avions les documents ci-joints pour la prévention des risques liés aux animaux : ces documents ont été élaborés par Thomas Lilin, vétérinaire responsable des animaleries centrales d'Alfort, par ailleurs à l'époque ACMO de son état. Dans le registre de la gestion de crise, nous avons participé ensemble en 2007 à un exercice de rupture de confinement dans une nouvelle structure L3/A3 sur le même site, avec un scénario écrit à l'avance et l'intervention de la BSPP et leur nouvelle CMIB sur une matinée ; j'ai fait un reportage photo, mais je ne sais pas l'envoyer par mail (trop gros).
J'oubliais, beaucoup d'organismes ont édité des fiches de risques sur les zoonoses (AFSSA, MAP, INRS...) et surtout il existe je crois deux gros classeurs de fiches sur les zoonoses réalisé au CNRS par Alain Puget, en tout cas je n'en ai qu'un sur les deux.2009 : manifestation avec animaux de compagnie atypiques (serpent, etc.)
Suite à ma demande sur l'organisation de manifestation avec des NAC (nouveaux animaux de compagnie), nous nous sommes renseignés auprès de la DSV et de la préfecture de police. Les documents suivants sont à fournir :
Certificat de capacité qui est un acte individuel (personnel et incessible) et qui est délivré pour une activité et pour certaines espèces d'animaux.
Autorisation d'ouverture du préfet
Certificat de bonne santé des animaux.2009 : allergie aux souris
On m'informe que dans une animalerie, une Post Doc a des allergies aux souris. Lorsqu'elle circule dans l'animalerie, elle a très vite des irritations aux yeux et des irritations respiratoires.
J'ai invité cette personne a quitter son poste de travail le temps de trouver une solution. Je lui ai conseillé de rencontrer un médecin de prévention et je vais procéder à une étude de poste avec la médecine de prévention.
Avez-vous déjà eu à traiter ce genre de problème ?
Cette personne est catastrophée de ne pas pouvoir faire ses injections, etc et elle est prête à travailler avec un maque complet de protection respiratoire ? Qu'en pensez-vous ?
Tout d'abord, quel filtre utiliser ? Un filtre à particules type FFP3 ?
D'autre part, le port d'un maque complet est pénible et pas très pratique surtout s'il faut manipuler des animaux (champ de vision réduit ?)
(La consultation d'un allergologue et d'un vétérinaire pourrait rendre des services...sans négliger les compétences déjà sollicitées.
(Rien à voir à-priori mais il semblerait que le "petit" se rebiffe : hier soir, sur France 2, passait un reportage traitant d'un virus transmis par les rats domestiques.
Je n'ai malheureusement pas le detail du reportage car j'étais distrait par mes activités à ce moment-là : je donnais à manger à mon hamster ...
(J'ai vu le reportage : les symptômes n'étaient pas les mêmes : les jeunes attrapaient des boutons genre furoncles à des endroits où ils portaient leurs rats domestiques : essentiellement dans le cou - C'était assez impressionnant : les lésions ne pouvaient pas guérir et nécessitaient des interventions chirurgicales : il ne s'agissait pas d'allergies mais d'une maladie (dont les souches étaient utilisées pour fabriquer les vaccins anti varioliques!!)et évidemment ça se passait dans ma belle région : le Nord (tous les rats venaient de la même animalerie et étaient eux-mêmes tous
morts): rien à voir donc avec les irritations décrites Je pense aussi qu'il faut aller voir un allergologue :elle n'est peut être pas allergique aux souris mais à un produit utilisé dans le local...
(J'ai vu le reportage : les symptômes n'étaient pas les mêmes : les jeunes attrapaient des boutons genre furoncles à des endroits où ils portaient leurs rats domestiques : essentiellement dans le cou - C'était assez impressionnant : les lésions ne pouvaient pas guérir et nécessitaient des interventions chirurgicales : il ne s'agissait pas d'allergies mais d'une maladie (dont les souches étaient utilisées pour fabriquer les vaccins anti varioliques!!)et évidemment ça se passait dans ma belle région : le Nord (tous les rats venaient de la même animalerie et étaient eux-mêmes tous
morts): rien à voir donc avec les irritations décrites Je pense aussi qu'il faut aller voir un allergologue :elle n'est peut être pas allergique aux souris mais à un produit utilisé dans le local...
(concernant la problématique des allergies aux souris cela est arrivé chez nous les personnes sont en général allergiques aux secrétions dégagées par les souris (urines notamment) qui se retrouvent dans l'air via les litières (mélanges sécrétion et litière qui une fois séchées, les poussières émises peuvent se propagées dans les airs) Les solutions prises sont le port de masque de type FFP2 minimum (avant ils utilisaient des masques chirurgicaux et cela fonctionnait...) et de voir évidement le médecin de prévention pour un bilan et aussi envisager une "reconversion" si la personne compte travailler en permanence avec des souris...
(Elle peut essayer des anti histaminiques et une désensibilisation suivant l'intensité de l'allergie (voir l'avis du médecin) et si cette solution est envisageable dans cette attente elle doit utiliser un masque (avec avis médecin) sinon elle devra peut être envisager que les injections soient faites par une autre2008 : ménage dans les animaleries
nous montons une animalerie de recherche. j'aimerais savoir comment a été organisé le ménage. En effet, les chercheur voudraient, dans la zone de vie des animaux, que notre société de ménage s'occupe des sols le matin hors présence du personnel de
l'animalerie mais en contact avec les rats qui seront dans leurs cages... je trouve ça fort de café sachant que normalement cette zone est contrôlée et interdite à toutes personnes non habilitées
(Dans nos deux animaleries, ce sont les animaliers qui se chargent du nettoyage complet des locaux (sols, cages, surfaces de travail, etc.). et ça ne peut pas être autrement puisque effectivement l'accès de ces pièces n'est autorisé qu'au personnel habilité !!!
(A l'animalerie centrale de la fac de pharma, les personnels de catégorie C affectés à l'animalerie effectuent les deux missions, soins aux animaux et entretien des locaux. Ce qui est logique : un changement de litières entraîne des salissures que ces agents nettoient dans la foulée.
(L'entretien est réalisé par les personnels de l'animalerie puisque effectivement l'accès est réglementé et qu'il existe un risque d'exposition à des agents pathogènes du moment que des animaux sont présents. 2008 : manipulation d’animaux aquatiques prélevés en milieu naturel
Un laboratoire fait des recherches sur des animaux aquatiques (poissons, crustacés, mollusques etc...) Les échantillons sont en général prélevés par le labo directement en milieu naturel...et ne sont pas gardés en animalerie ! Pensez vous que la réglementation sur l'expérimentation animale, supervisée par les services vétérinaires, s'applique dans ce cas ?  Qu'en est-il lorsqu'il s'agit d'insectes ??
(nous avons le cas chez nous. Des chercheurs ont suivi la formation expérimentation animale option poissons à l'ENV de Nantes...2008 : présence d’un renard
Savez vous si un signalement doit être fait de la présence d'un renard sur un site universitaire Parisien intra-muros? Si oui, par qui? et à qui? Un enseignant va publier un article dans le journal électronique local sur la présence d'un renard dans le jardin botanique et ne souhaite pas me mettre en défaut si il y a une démarche à faire;
(La direction des services vétérinaires (Didier FAGOUR - tél. 01 53 38 77 12) devrait pouvoir te répondre.2007 : Animalerie A3
Nous allons ouvrir une animalerie A3 et nous devons déposer à priori un dossier d'information au public. Le problème est que :
- nous n'arrivons pas à retrouver le texte qui l'impose (c'est dans un bâtiment code du travail et non pas ERP : est-ce important ?)
- nous n'arrivons pas a savoir à qui envoyer ce dossier : Mairie ou Préfecture et dans QUEL SERVICE ?
A priori les démarches sont les mêmes pour un L3 mais je ne trouve pas non plus l'info.
( Je crois qu'il faut regarder la législation sur les ICPE. Si c'est bien le
cas, c'est la Préfecture qui reçoit le dossier. La DRIRE peut sans doute te
conseiller.2006 : Les chiens d’aveugles pour les étudiants :
Voici la question que l'on me pose : "nous devons accueillir une étudiante mal voyante qui devra venir en cours et en Td avec son chien guide. Peux-tu me dire s'il existe des obstacles d'hygiène ou de sécurité à ce que cet animal soit présent dans les locaux." Avez-vous une réponse à m'apporter ? (Nous avons eu une pareille demande d’une étudiante. Le président de l’Université avait donné son accord pour qu’elle puisse emmener son chien à condition d’obtenir l’accord de l’enseignant et du directeur de composante. D’autre part il avait été stipulé qu’en cas d’incident il ne serait plus possible de permettre l’accès du chien aux locaux. Depuis, cette possibilité a été inscrite dans le règlement intérieur de l’université.2005 : problème de chiens errants : Ce matin, j'ai été très impressionnée de voir une bonne douzaine de chats, sans doute abandonnés, qui sortaient de dessous un arbre et se dirigeaient vers le fond de la cité apparemment pour y recevoir leur nourriture. Risque = prolifération de ces animaux et de la rage. QQ'un a-t-il été confronté à cette situation ?
(Nous avons eu un cas de chien errant il y a un mois de cela. Nous avions vérifié qu'il n'appartenait à personne du site et voyant qu'il continuait à roder et à aboyer sur notre site,  nous avons fait intervenir la police municipale (fourrière, maître chien) pour attraper l’animal, nous avons grâce à eux pu poser un piège pour envisager de le capturer. (pour le remettre à ses propriétaires, s'il en avait.)
(L'UP13 à souvent été confronté à différents chats et chiens errants sur le campus. Pour nous le problème majeure a été une invasion de puces, extrêmement difficile à éradiquer (intervention d'entreprise spécialisée....) et nous avons même eu un accident de travail relativement sérieux lié à la présence d'un chat dans un local d'archive. La victime a été attaqué (griffure au visage et morsure dans le coup) par une chatte qui dormait sur le haut d'une armoire d'archive situé en rez de jardin. Le chat a été capturé afin de lever le doute sur la rage. La difficulté réside dans le fait que de nombreux collègues nourrissaient ces animaux. Le président a donc interdit aux personnels de nourrir des animaux sur les campus. Par conséquent, dès qu'un animal est signalé sur un de nos campus, je préviens le service hygiène de la mairie, qui envoie une entreprise pour le capturer (pose de piège) et les mettre en fourrière. Depuis, la fréquentation canine et féline de nos campus est en nette diminution. Je reste à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.2005 : installation d’une ruche. Le service des espaces verts vient d'installer des ruches sur le campus (en proximité des bois et de bâtiment). Le CHS me demande rapidement un avis sur le sujet. Avez vous déjà eu à traiter ce genre de dossier ? (risque d'allergie, distance minimale à respecter...) Si oui, je suis preneur de toutes
informations.
(normalement il existe des textes à ce propos : prendre contact avec l'inspection des services vétérinaires ou les services de la direction régionale de l'agriculture ; les obligations peuvent être de niveau local ou régional ; normalement il y a des distances à respecter par rapport aux voies de passage des personnes et des éléments de "protection" à mettre en place (haies, clôtures etc.)
( HYPERLINK "http://gdsa86.free.fr/regles.htm" http://gdsa86.free.fr/regles.htm Emplacements des ruches et  distances réglementaires Extraits du Code Rural Art.  L. 211-6 Les préfets déterminent, après avis des conseils généraux, la distance à observer entre les ruches d'abeilles et les propriétés voisines ou la voie publique, sans préjudice de l'action en réparation, s'il y a lieu. - [Ancien C. rur., art. 206]. Art.  L. 211-7 Les maires prescrivent aux propriétaires de ruches, toutes les mesures qui peuvent assurer la sécurité des personnes, des animaux, et aussi la préservation des récoltes et des fruits. A défaut de l'arrêté préfectoral prévu par l'article L. 211-6, les maires déterminent à quelle distance des habitations, des routes, des voies publiques, les ruchers découverts doivent être établis. Toutefois, ne sont assujetties à aucune prescription de distance les ruches isolées des propriétés voisines ou des chemins publics par un mur, une palissade en planches jointes, une haie vive ou sèche, sans solution de continuité. - [Ancien C. rur., art. 207, al. 1 à 3]. Ces clôtures doivent avoir une hauteur de 2 mètres au-dessus du sol et s'étendre sur au moins 2 mètres de chaque côté de la ruche (Ancien C. rur., art. 207, al. 4). Art.  L. 211-8 Dans le cas où les ruches à miel pourraient être saisies séparément du fonds auquel elles sont attachées, elles ne peuvent être déplacées que pendant les mois de décembre, janvier et février. - [Ancien C. rur., art. 2081. ] Art.  L. 211-9 Le propriétaire d'un essaim a le droit de le réclamer et de s'en ressaisir, tant qu'il n'a pas cessé de le suivre ; autrement l'essaim appartient au propriétaire du terrain sur lequel il s'est fixé. - [Ancien C. rur., art. 2091.]2005 : Dans le cadre de la demande d'agrément d'une l'animalerie, le document CERFA indique que la demande doit également parvenir en deux exemplaires, au Ministère de tutelle. Sauriez vous à quelle adresse et à quel service adresser le dossier.
(Il s'agit en fait de contacter un expert régional qui va co-valider et co-visiter ave la DSV les locaux sous un aspect plus technique que la DSV qui voit le dossier sous l'angle protection du bien être animal. Pour Limoges, il s'agit de M. Alain PUGET : 05.61.17.59.74. Il pourrait certainement te dire qui est ton expert régional.Hygiène – désinfection 2011 (échanges hors Gpsup) : désinfection des surface avec de la vapeur
je suis à la recherche de retours d'expérience (avantages, inconvénients, efficacité reconnue) relatifs à la désinfection des sols et murs au moyen de générateurs à vapeur, en substitution aux produits chimiques classiques (bactéricides, virucides....) dans les établissements accueillant la petite enfance (crèches, centres de loisirs, maternelles).  (A ma connaissance, ces dispositifs ne sont pas "homologués" pour une désinfection. A priori pour obtenir une action bactéricide, je pense qu'il faudrait combiner température et temps de contact. Les produits bactéricides nécessitent pour leur part plusieurs minutes de contact, la stérilisation par la vapeur de tétines, biberons, également. Pour avoir un temps de contact suffisamment long sur un mur, ... cela nécessiterait un temps humain de manipulation impossible à mettre en œuvre. De plus certaines surfaces supportent mal ce type de traitement (par exemple revêtements plastiques de type lambris plastique. Pour les sols en thermoplastique soudé, je ne sais pas). Enfin, ces dispositifs ne font pas partie de ceux qui sont demandés en cuisine dans le cadre de la méthode HACCP. Donc en résumé méthode a priori séduisante, quand on écoute le vendeur, mais probablement d'efficacité toute relative. (Cette technique tend à se répandre dans les collèges publics du 44, notamment pour la désinfection en cuisine, mais également pour l'entretien des classes, le nettoyage des vitres, etc. Cette technique semble donner satisfaction aux utilisateurs, mais ne peut se substituer totalement aux techniques employant des produits. Il faut combiner les 2. Cela nécessite de bien définir le plan de désinfection et nettoyage, puis un apprentissage des opérateurs.
(En complément de ce qui a été dis , cette technique est approuvée par la direction des services vétérinaires et donc applicable dans le cadre de la démarche HACCP . En ce qui concerne la sécurité au travail , la technique est également intéressante car l'eau est déminéralisée et limite ainsi le risque de brulure , car l'eau est déminéralisée ce qui évite la conduction de la chaleur . Il est également possible d'avoir une action de nettoyage au niveau des prises électriques et cela sans risque en raison de la déminéralisation de l'eau ... la technique permet une désinfection optimale , voire supérieure à un traitement chimique ( attesté par des analyses ) sur la plupart des germes posant problèmes en restauration collective ( staphylocoque, ...) Le système peut trouver ses limites notamment avec les souillures du sol ou un complément peut s'avérer nécessaire avec des détergents désinfectants traditionnels . Je rappelle que les textes nous impose une obligation de résultats ...pas de moyens 2010 : Quel moyen pour s’essuyer les mains au niveau des toilettes ?
J'aimerais savoir si quelqu'un a déjà répondu pour le problème de l'essuyage des mains dans les toilettes, à savoir si on préfère le rouleau tissu ou le papier ou la soufflerie. Ce sera très utile pour moi car nous devons équiper un bâtiment neuf en voie de livraison et cette question vient de m'être posée pour le premier équipement.
(Pour l'aspect fonctionnement entretien, c'est quand même la soufflerie qui est la plus pratique : pas de recharge, pas de déchets, pas de gaspillage.
Certains diront que l'association air chaud / mains humides n'est pas idéal, mais si les mains sont sont correctement savonnées ...
De plus il est possible d'acquérir des sèche-mains à hauteur variable (comme les sèches-cheveux dans les piscines) afin de les rendre accessible aux PMR.
(A la mairie, nous avons supprimé tous les essuyages papier pour plusieurs raisons : coûts importants, beaucoup de gaspillages et de déchets, politique de développement durable,...
Nous disposons des deux autres systèmes :
- rouleaux tissu
- soufflerie : attention au modèle retenu et ne pas prendre les premiers prix, car ils ne seront pas assez puissants pour essuyer les mains en quelques secondes (ce que font les plus chers). En général, les personnes ne prendront pas le temps d'attendre 1 min que leurs mains soient sèches.
(2008 : Moyen de se sécher les mains dans les sanitaires
Nous avons actuellement un débat sur la remise en état des sanitaires et notamment sur les moyens de séchage ou d'essuyage appropriés des mains, Nous avons le choix entre les sèche-mains électriques, des distributeurs de papiers jetables et des systèmes d'essuis- mains en tissu unique avec fermeture automatique du distributeur...Chacun possède des avantages et des inconvénients... Après un certain débat, l'orientation semble privilégier la mise en place des distributeurs de papiers... cela m'inquiète pour les sanitaires de "grande fréquentation" notamment dans les amphi de 1200 personnes (plein en permanence...) et sans parler des déchets de papiers!!! Les essuie- mains électrique semblent gêner les bureaux avoisinant et pour des problèmes de transmission bactéries...
(Nous on a choisi l'option rouleaux de tissus loués, dont on dégage une certaine longueur par traction pour usage personnel. On n'avait pas choisi les sèche mains électriques pour éviter les mouvements d'air vicié dans les sanitaires et parce que les utilisateurs se secouent les mains par terre avant de les utiliser ce qui salit considérablement le sol On n'avait pas choisi le papier car à l'époque du choix on fumait encore dans certains locaux et on avait peur qu'un mégot ne se retrouve dans la corbeille des boulettes de papier, et aussi contre le principe du papier fabriqué pour s'essuyer des mains simplement mouillées Nous ne regrettons pas notre choix même s'il n'est pas parfait :
- quand on arrive à la fin du rouleau et que le personnel de service chargé de les changer (qu'il a fallu former) est parti on attend le lendemain....
- ce sont des appareils qui font également du bruit (moins longtemps mais sûrement plus fort que les sèche-mains électriques)
- même si les rouleaux sont lavés à très hautes températures par notre fournisseur, ils sont utilisés dans des entreprises où l'activité est très salissante et certains rouleaux arrivent tâchés, si bien que les utilisateurs ont l'impression de s'essuyer à quelque chose de sale.
Que le choix se fasse sur le papier ou sur le tissu, un calcul d'approvisionnement est à faire : j'avais multiplié par 3 le nombre moyen de personnes présentes dans les locaux pour faire une estimation. J'avais divisé le chiffre par 2 par ce que je savais que certains ne se lavaient jamais les mains (et d'autres plus de 10 fois par jour)- le fournisseur a encore divisé mon résultat par 2 ou 3 ....et on était encore au dessus de ce qui est nécessaire!!!Conclusion : Soit on se lave moins de 1 fois les mains par jour dans mon établissement et je le répète dans les labos et les ateliers certains se les lavent 10 fois par jour, et nos élèves sont là souvent plus de 8h00 par jour....Soit certains utilisent des mouchoirs en papier qu'ils estiment plus hygiéniques....mais je n'en connais pas....
(Attention à l'option papier car avec du papier on peut faire plein de choses méchantes : boucher les toilettes, allumer un feu, boucher les serrures, se bagarrer et en mettre partout, en prélever suffisamment pour sa consommation personnelle en dehors de l'établissement, ...
Et en plus, il faut régulièrement en remettre, ce qui représente en terme de travail et en terme d'achat quelque chose de non négligeable. Les utilisateurs vont venir se plaindre dès qu'il n'y en aura plus !! A l'Artois, les sèches mains sont tous (à ma connaissance) électriques. Quant au bruit, peut-être pouvez vous trouver un fournisseur capable de vous donner un niveau d'intensité n'affectant pas l'efficacité, ce qui devrait rassurer les personnels travaillant à proximité ...
(Nous avions également eu ce débat à la fac de médecine/pharma de Nantes. Nous avons finalement opté pour des essuie-mains en papier. C'est effectivement plus hygiénique, ça ne fait pas de bruit et il n'est pas nécessaire de tirer un câble pour y amener le courant. L'inconvénient c'est la quantité de papier utilisé.
(Attention les sèches mains peuvent aussi être source d'incendie. J'ai eus le cas avec un appareil qui ne s'est jamais arrêté et qui a fait monté la température de la pièce jusqu'à faire fondre le sac poubelle.
(pour ajouter une petite pierre branlante à l'édifice le règlement sanitaire départemental aborde juste la nécessité de mettre à disposition un moyen d'essuyage (=> papier, serviette...) ou de séchage (air chaud)
Art. 67. - Équipement sanitaire
Dans les établissements ouverts ou recevant du public doivent être aménagés, en nombre suffisant et compte tenu de leur fréquentation, des lavabos, des cabinets d'aisances et urinoirs. Ils doivent être d'un accès facile ; les cabinets et urinoirs ne doivent jamais communiquer directement avec les salles de restaurants, cuisines ou resserres de comestibles.
Les locaux sanitaires doivent être bien éclairés, ventilés, maintenus en parfait état de propreté et pourvus de papier hygiénique.
Les lavabos doivent être équipés de produit de nettoyage des mains et d'un dispositif d'essuyage ou de séchage.
Le sol des locaux sanitaires, leurs parois et leurs plafonds doivent être en matériaux lisses, imperméables, imputrescibles et résistants à un nettoyage fréquent.2007 : intervention du personnel d’entretien dans les laboratoires
L'un de vous aurait-il la réglementation concernant l'intervention des personnels d'entretien dans les laboratoires.
En clair, un directeur d'UFR veut faire faire le nettoyage des paillasses par les agents de service avec risque chimique, risque biologique,...
(Il n'y a que :
le statut de la fonction publique,
les droits et obligations des fonctionnaires,
le décret 82-453,
le code du travail Livre 2 titre 3,
et pour résumer
rien n'interdit de faire nettoyer le laboratoire par des agents de service
si  l'évaluation a priori des risques a été faite
et que toutes les mesures de prévention sont prises.Alcool2009 (échanges hors GP Sup) : jurisprudence alcool
Dans le cadre d'une démarche de prévention du risque alcool, je suis à la recherche de jurisprudences portant sur des condamnations de maires, de DG de DST ou de DRH pour n'avoir pas réagi à des situations à risque ou pour ne pas avoir mis en place les mesures adaptées pour prévenir ces situations à risques
(1 arrêt du Conseil d'État n° 293863  : Alcool au travail : la responsabilité disciplinaire de l'autorité hiérarchique. Le fait pour un cadre de direction de tolérer l'introduction et la consommation excessive d'alcool sur le lieu de travail peut entraîner une sanction d'exclusion des fonctions de deux ans. Un directeur hors classe des services extérieurs de l'administration pénitentiaire avait fait l'objet, par un arrêté du 4 mai 2000 du ministre de la justice, d'une sanction d'exclusion temporaire des fonctions pour une durée de deux ans (dont six mois avec sursis), en raison du comportement qui lui était reproché alors qu'il était directeur d'une maison centrale d'arrêt. L'un des griefs formulés à l'encontre de l'agent était d'avoir toléré l'introduction dans l'établissement de boissons alcoolisées et l'organisation répétée de réunions au cours desquelles ces boissons étaient consommées, parfois en quantité excessive, par des membres du personnel. Il lui était également reproché d'avoir fait preuve, vis-à-vis de certains de ses collaborateurs, de manque de correction. La haute juridiction a considéré qu'eu égard aux faits qui étaient reprochés à l'agent et à la nature de ses fonctions, la sanction infligée par la décision contestée n'était manifestement pas disproportionnée. Sur la procédure, il a été rappelé que le fonctionnaire poursuivi devait être convoqué par le président du conseil de discipline quinze jours au moins avant la date de la réunion. Au cas d'espèce, il a été constaté que la convocation pour le conseil de discipline tenu le 20 avril 2000 avait été notifiée à l'agent le 5 avril 2000. Le Conseil d'Etat a considéré que contrairement à ce que soutenait le requérant ce délai n'était pas un délai franc et qu'en conséquence la notification avait été effectuée dans le délai réglementaire. Il a également été relevé que le chef de l'inspection des services pénitentiaires, qui n'est pas membre de ce conseil, avait participé à sa réunion en tant qu'expert cité par l'administration en se bornant à préciser des éléments factuels et de caractère technique destinés à éclairer les membres du conseil. Dans ces conditions, il a été considéré que sa participation n'avait pas exercé d'influence sur le sens de l'avis émis par les membres du conseil ni entaché d'irrégularité la procédure disciplinaire.
(Vous trouverez sur la gazette des communes N° 2007 du 05 décembre 2009 une étude complète sur ce sujet menée conjointement par Mme et M  CREVEL respectivement juriste et magistrat , docteur en droit. Par ailleurs concernant la responsabilité pénale sur le site de la CNRACL, fonds national de prévention , vous pouvez consulter un dossier complet réalisé par Guy Baratieu universitaire à l'IPST de Toulouse et Samuel Crevel , magistrat, docteur en droit2009 (échanges hors GP Sup) : interdiction de l’alcool sur le lieu de travail
Je souhaite savoir si : 1 -  Vous avez mis en place des contrôles d'alcoolémie auprès des utilisateurs des véhicules de service ? (modalités, règlement intérieur) 2 -  Vous avez interdit purement et simplement les boissons alcoolisés dans l'enceinte de vos locaux lors de pots de départ par exemple, et lors de manifestations accueillant du public ? 3 -  Et enfin si vous avez eu des recours de la part d'agent ayant dû subir un contrôle d'alcoolémie ?
(Nous avons organisé, il y a quelques années, des réunions d'information sur les dangers liés à la consommation excessive d'alcool.  Un support pédagogique a été distribué aux agents (livret alcool).  Sur les bases de la réglementation en vigueur (code du travail, code de la route...), nous avons établi un règlement intérieur relatif à la conduite des véhicules de service qui effleure le sujet des addictions (médicaments, drogues, alcool...).  Les agents dont on connait les penchants pour des substances toxiques, ou dangereuses pour la conduite de véhicules, sont l'objet d'une attention particulière de la part de leur hiérarchie.  Depuis une quinzaine d'années, nous n'avons eu, sur 140 agents environ, qu'un seul cas sérieux d'alcoolisme chronique qui a donné lieu à un licenciement. Les autres situations sont gérées avec compréhension et humanité d'abord, puis fermeté si nécessaire, par la hiérarchie.  Il convient de reconnaître que la tâche n'est pas toujours aisée.  Par ailleurs, je me suis engagé depuis 2001 dans une démarche de prévention des risques routiers en qualité d'intervenant départemental de la sécurité routière (IDSR) placé sous l'autorité du préfet de l'Aube. J'invite tous les agents chargés de prévention à visiter le site Internet de la sécurité routière pour obtenir plus d'information sur le sujet. 
(C'est une question toujours délicate, avec parfois des réticences assez épidermiques de la part des décideurs à mettre en œuvre les mesures préventives et coercitives qui s'imposent. Que dit le droit ? Il ne dit pas expressément que les contrôles d'alcotest sont autorisés, il ne dit pas expressément qu'ils sont interdits. Par contre, l'employeur a l'obligation d'identifier les risques d'accident des ses activités et de prendre les mesures préventives adaptées pour en limiter le risque. Ainsi, si la consommation d'alcool (ou l'usage du téléphone portable ou d'un radiotéléphone du réseau privé de l'entreprise) est un facteur de risque ou d'aggravations du risque d'accident dans les activités professionnelle, l'employeur a l'obligation de mettre en œuvre des mesures de prévention adaptées, et en l'occurrence un alcotest est une mesure de prévention adaptée au risques liés à l'alcool, qu'il s'agisse de la conduite d'un véhicule ou de toute autre activité. Vous trouverez maintenant sur plusieurs sites de Centres de gestion des procédures très bien faites pour gérer le risque alcool et son dépistage en toute sécurité juridique. La procédure doit être présentée en CHS et approuvée en CTP (et encore, le CTP ne donne jamais qu'un avis) et peut ensuite être appliquée dans la collectivité. Pour l'utilisation d'éthylomètres, il n'y a pas de nécessité d'agrément ou de formation particulière, juste la précaution des embouts jetables. Tout le monde peut y lire l'information du taux d'alcool, c'est très simple à utiliser et à mettre en œuvre. Reste que parfois des décideurs "ne veulent pas en entendre parler", pour des motifs plus ou moins clairs, qui tiennent sans doute plus de la culture que de la responsabilité. Pour ce qui concerne l'alcool sur le lieu de travail, il faut là être pragmatique et voir les choses de manière large et globale. Interdire la présence d'alcool dans les locaux est une bonne chose, en interdire la consommation sur le lieu du travail est une étape supplémentaire. Il me semble que l'employeur n'a plus le choix aujourd'hui, et que l'interdiction de la consommation d'alcool dans le cadre du travail au sens large est une obligation : personne ne peut prétendre que la consommation d'alcool n'est pas un facteur de risque d'accident ! Ainsi, les pots, dans notre service, sont systématiquement sans alcool depuis plusieurs années, et lorsqu'on sert de la bière, c'est de la bière sans alcool. Toutefois, la réalité des comportements peut parfois dépasser l'imagination. Ainsi, il arrive que des agents aient des boissons alcoolisées dans leur véhicule personnel, et qu'ils la consomment à la pause ou sur le trajet de retour (si, si, nous avons eu le cas d'un agent qui repartait chez lui en conduisant avec une canette de bière à la main, et c'est la gendarmerie qui nous l'a signalé ...), voire pendant qu'ils sont en mission à l'extérieur du service. Ces comportements irresponsables de la part des agents sont certes susceptible de dégager (ou atténuer) la responsabilité de l'employeur en cas d'accident, mais cela montre le chemin qui reste à faire pour que le message concernant la dangerosité de l'alcool passe dans toutes les têtes. Ceci pour conclure que dans ce domaine, il reste une place pour la prévention, qui doit être menée sans faiblesse, par de l'information et aussi de la fermeté à l'égard des personnes ayant un comportement répréhensible.2009 : distribution gratuite d’alcool autorisée ?
Pouvez-vous me m’écrire ce que vous faites lorsque les étudiants vont distribuer de l’alcool (beaujolais) gratuitement dans l’enceinte de votre établissement. Que fait votre direction.
Bien sur la loi, que la vente ou la distribution d’alcool est interdite dans une zone protégée de 50 m autour de l’établissement.
Les articles de loi (Code de la Santé publique) qu’il est possible de citer :
 
 HYPERLINK "http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnArticleDeCode?commun=CSANPU&art=L3335-1" \o "http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnArticleDeCode?commun=CSANPU&art=L3335-1" Article L3335-1
Détermine des zones protégées à l’intérieur desquelles l’implantation d’un débit de boissons est interdite.
Les établissements scolaires font partie des édifices protégés.
 
 HYPERLINK "http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnArticleDeCode?code=CSANPUNL.rcv&art=L3335-4" \o "http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnArticleDeCode?code=CSANPUNL.rcv&art=L3335-4" Article L3335-4
La vente et la distribution de boissons alcooliques sont interdites dans les stades et les établissements d’activités physiques et sportives. Cependant, le maire de la commune peut accorder des dérogations temporaires pour l’ouverture de buvettes à l’occasion d’événements sportifs, agricoles ou touristiques.
 
Mais tout cela est difficile à faire entendre.
(chez nous le règlement intérieur interdit tous les alcools forts.
seuls sont autorisés le vin, la bierre, le poiré et le cidre dans les colloques et buffet sous réserve que le Président ait donné son accord des boissons non alcoolisées soient proposées en grande quantité de la nourriture soit aussi proposée en complément les quantités d'alcool soient très limitées.
(Chez nous les distributions gratuites sont interdites - On s'est rendu compte dernièrement (soirée du 10/11 qui a mal tourné et nécessité l'intervention des services de sécurité du Campus) que des boissons alcoolisées y avaient été vendues par un système de tickets vraiment pas chers - On avait imposé ce système de tickets mais le tarif devait être "normal" et les responsables de soirée avaient tout un tas d'autres dispositions à mettre en œuvre et c'était fait: le Directeur a estimé que c'était un open bar déguisé - il a fermé le foyer des élèves jusqu'à nouvel ordre et est intervenu en fin de cours en amphi de premières et deuxièmes années le jour suivant avec toute la direction et moi pour leur "remonter les bretelles"
Un groupe de travail va se mettre en place avec le Bde pour revoir les procédures et on ne ré-ouvrira pas le foyer avant - On parle de janvier....
Le problème qui s'est posé lors de cette soirée c'est que des personnes sont venues d'autres établissements, déjà alcoolisées et que certains de nos élèves avaient eux aussi bu avant de venir à la soirée. C'est le plus gros problème rencontré dans nos nouvelles dispositions : on fait payer les boissons pour qu'ils en prennent moins et du coup ils boivent avant le début de la soirée. Ce n'est pas mieux et c'est même pire car si la soirée programmée est nulle, ils ont quand même bu ! Je vous dirai si notre groupe de travail trouve la solution miracle....mais ce n'est pas moi qui en serais à l'origine : je ne vois pas comment les empêcher de pratiquer de la sorte...
Il semblerait que le problème de l'alcool soit particulièrement important cette année parmi les étudiants de tout le campus ( pas seulement chez nous) la médecine préventive et les services de sécurité du campus relatent une aggravation nette du phénomène : on trouve des jeunes ivres en journée - lors des soirées ils sont saoules très tôt (probablement parce qu'ils boivent avant d'y aller) et il y a de l'agressivité entre les étudiants des résidences qui veulent dormir et les fêtards - Le même soir une jeune fille a eu le nez cassé dans une résidence voisine car elle a osé aller taper à la porte de son voisin qui finissait sa nuit de beuverie avec de copains et beaucoup de musique : ils lui ont donné un coup de poing dans la figure quand elle s'est plainte - on était en pleine semaine à 4h00 du matin et elle voulait juste dormir...Rencontrez-vous le même problème dans vos établissements ? On en parlera sûrement à Grenoble la 2ème journée...2008 : cas d’ivresse d’un enseignant
on vient de me rapporter un cas d'ivresse sur le lieu de travail : en séance de TP, l'enseignant ivre manipulait un pont roulant ... Hic!! Celui-ci a aussitôt été remplacé. Aux dires des collègues, ce n'est pas la première fois. Son chef de service le convoque les jours prochains. En l'absence de médecin de prévention, quel type d'accompagnement peut être proposé au collègue face à ce cette situation, dans le cadre du travail ? L'un(e) d'entre vous a-t-il eu à traiter ce genre de problème
particulier ?
(Malheureusement on rencontre ce type de problème sans trouver forcément de solution.
Dans le cas d'un de mes collègues confronté à l'alcoolisme chronique : j'ai sollicité une association d'aide aux personnes alcooliques (proche de son
domicile) pour qu'elle rencontre le collègue sur son lieu et temps de travail. Le but étant de faciliter les contacts afin que la personne se fasse aider par l'association (participation aux réunions de groupe, ou dans l'idéal cure de désintoxication).
L'entrevue a été sans effet, le collègue ne s'est pas rendu aux réunions. Mais au moins, il a connaissance de l'association, connaît déjà les responsables, et peut être qu'un jour (quand il sera conscient et prêt à se faire aider), cela lui facilitera la démarche. Ces entretiens sur le lieu de travail peuvent être renouvelés de temps en temps (cela montre aussi que l'établissement essaie d'aider la personne).2006 : Problème d’alcoolisme du personnel : Comment gérer-vous les situations ou une personne n'est manifestement pas apte à prendre ses fonctions (surtout si il s'agit de personnel de sécurité assurant des astreintes). Je parle de problèmes d'alcool, de cannabis et de médicament, voir de mélange...
(je viens de voir un article dans Travail & Sécurité du mois d'avril sur "l'alcool et autres addictions" (p20 pour ceux qui l'ont.) Un forum en ligne pour les entreprises existe désormais depuis le 23 février par le biais de l'association ANPAA ( Association Nationale de de prévention en alcoologie et en addictologie) Ce forum (qui m'a l'air pas mal à première vue) est destiné à donner la parole aux différents acteurs de l'entreprise et à répondre à leur attente... Forum dispo sur : *www.anpaa.asso.fr*
(A l'université du Droit et de la santé Lille 2 la problématique alcool a été l'un des thèmes de travail du CHS  fin 2004 et 2005 et de nombreuses actions ont été réalisée a ce sujet: mise en place d'un protocole de gestion de crise face à un comportement addictif (qui ressemble assez a celui de Pierre) avec en plus le fait de passer par un test d'alcoolémie pour la personne qui occupe un poste de sécurité. Ce point qui doit être inscrit dans le règlement intérieur nous a permis d'ailleurs de mettre au point notre règlement intérieur (pour ce qui touche à l'hygiène et à la sécurité uniquement).Tous ces points ont d'ailleurs été validé par le CA En terme de prévention le service de médecine de prévention a organisé un forum sur le thème alimentation santé (avec une intervention d'un médecin alcoologue) l'encadrement proche (a savoir les administratifs) a été sensibilisé au risque alcool et nous avons réalisé un petit livret de 16 pages sur le risque alcool qui comprend les effets de l'alcool, les règles a respecter à l'Université, une approche sur ce qu'est la maladie alcoolique... Ce livret a été envoyé à tous les personnels. Si tu as besoin d'infos je te conseille la lecture du livre "gérer le risque alcool au travail" écrit par jean paul Jeannin aux éditions chroniques sociales
(A l'Université de Rouen, nous venons de constituer  un groupe de travail sur les "conduites addictives" et nous nous réunissons pour le moment 1 fois par mois. Il y a l'IHS de l'Université, le médecin du travail, la responsable DRH, une  responsable administrative d'une des grosses composantes de l'Université et  une personne de l'INSA et moi. Nous sommes encore loin de tout ce qu'a fait Thomas... Autres ouvrages très intéressants : - Alcoolisme : le parler vrai, le parler simple - Rapport de la mission Hervé Chabalier sur la prévention et la lutte contre l'alcoolisme - octobre 2005. Parmi les 9 recommandations : celle concernant le monde du travail (faire du monde du travail un acteur de prévention). Formation de l'encadrement Etablir un règlement intérieur concernant la consommation d'alcool Créer un protocole de gestion des pots Créer un groupe alcool pour travailler sur les facteurs de risques et pour aider les personnes en danger Supprimer l'alcool dans les cantines d'entreprises - Le dernier pour la route d'Hervé Chabalier (Chronique d'un divorse avec l'alcool) - nov. 2004 - Grand reporter, il a couvert bcp de conflits et dirige depuis 15 ans l'agence CAPA. Il témoigne de son combat contre l'alcool. C'est le journal de bord de la cure qu'il a suivie. Ouvrage émouvant. - L'homme alcoolique de J.P. Descombey (médecin psychiatre spécialisé en alcoologie) - février 1998.
- Dossier paru dans le magazine La santé de l'homme "Alcoolisation excessive : controverses et prévention" - nov et déc 2003 - n°368. Tabac2010 : Local fumeur
nous avons un sas, dernier point noir de la résistance des fumeurs, qui reste leur fief.... malgré nos incitations à partir dehors.
Comment avez vous géré le problème, la prévention ne suffisant pas :
assermentation des agents de sécurité pour mettre des PV, autre solution ? Ventiler le sas n'est pas vraiment possible : c'est aussi le passage des non fumeurs et le volume est très grand
merci pour vos retours d'expérience
(Chez nous, nous n'avons pas eu ce problème. Par contre, dans l'entreprise où j'étais auparavant, la solution a été la suivante : un abri fumeur en charpente métallique type véranda avait été rajouter au bâtiment. L'accès à ce local se faisait directement par un couloir de l'entreprise mais relativement isolé du reste du bâtiment en terme de passage pour éviter d'incommoder les non fumeurs. Ils étaient donc à l'abri des intempéries et du vent, protégé par des parois vitrées mais qui était ouverte en haut et en bas pour permettre une ventilation du local sans avoir à installer une ventilation mécanique.
Cette solution me semble pas mal surtout lorsque l'argument principal des fumeurs est de dire qu'ils veulent être à l'abri des intempéries.
Par contre, il y aura toujours l'argument du froid...2009 : sanction pour les fumeurs
Depuis l'interdiction de fumer dans les locaux, nous avons certaines personnes qui continuent (étudiants, personnels...). Le service hygiène et sécurité a réalisé différents rappels réglementaires (documents signés du président). Les agents de sécurité rappellent à l'ordre les étudiants et les personnels qui fument dans les locaux. Peu de personnes persistent à fumer mais nous avons eu en mai et juillet 2008, 2 incendies causés par des fumeurs. Notre secrétaire général voudrait que l'on instaure des sanctions ou autres pour les personnes prisent en train de fumer dans les locaux?  Je souhaiterais savoir comment vous arrivez au sein de vos établissements à faire respecter cette interdiction. Avez vous instauré des sanctions ou autres ...? (Chez nous, pas de problème particulier la règlementation en la matière est respectée. La consigne pour les agents de sécurité, en cas de découverte de fumeur, est de faire un rappel des mesures de sécurité et de prendre la carte d'étudiant pour la transmettre au directeur de section, auprès duquel l'étudiant devra la récupérer, s'il souhaite passer ces examens (avec en prime un bon rappel à l'ordre et un avertissement normalement).
Par an quelques cas, surtout en début d'année ou il faut augmenter la vigilance, les rondes et les rappels du règlement.
C'est de la persévérance et un jeu de police au démarrage...
(peut-être mettre en place des sanctions disciplinaires via le règlement intérieur ?2006 : politique contre le tabagisme : Plusieurs établissements se sont lancés dernièrement dans une politique "université sans tabac". Nous nous y lançons également. Pour donner une dimension "politique" à l'évènement je prévois de réaliser une charte qui sera signée officiellement par le président, le SG, les vices présidents et les directeurs des composantes. Devant la réticence de mon SG sur ce principe, je voudrais savoir si dans vos établissements "sans tabac" vous avez pu obtenir un engagement signé de la direction sur ce principe.
(A Lille 2 le point de l'Université sans tabac a été inscrit dans le règlement intérieur et nous avons réalisé (suite à un concours  interne) une signalétique qui est apposée dans toutes les composantes de l'Université.
(A l’Université Lyon1, nous avons mis en place une consigne validée par le SG et le CHS.
Toutefois, l’efficacité reste encore à être prouvée en particulier dans les UFR de médecine. Nous nous orientons vers une sensibilisation par l’intermédiaire des associations étudiantes et de la médecine préventive universitaire. Le nouveau Président (depuis mars) a décidé de s’investir sur le sujet. J’attends l’arrivée du nouveau SG (1er juillet) pour voir ce qu’il en pense et si une modification du règlement intérieur est possible.
(Nous avons un règlement de "protection des non-fumeurs", voté en CA qui interdit de fumer dans tous les locaux de tous les bâtiments inspiré de celui mis en place à Lyon 3 par Frédéric il y a quelques années. Nous avons peu de contrevenants (1 par an). En ce qui concerne les personnels il y a une tolérance dans le mesure où ils sont seuls dans leur bureau et qu'il n'y a aucune odeur dans les couloirs. Parallèlement à la mise en place de ce règlement nous avons proposé des consultations d'aide au sevrage tabagique pour les personnes intéressées. ces consultations rencontrent très peu de succès. Avant la mise en place du règlement nous avions restreint progressivement les zones autorisées aux fumeurs : couloirs puis halls puis sas d'entrée (les sas étaient tellement enfumés que même les fumeurs étaient d'accord pour que l'on n'y fume plus à l'intérieur). Nous avons eu un soucis dans un IUT lors de l'interdiction de fumer dans les couloirs. Les étudiants continuaient de fumer et envoyaient paitre les personnels qui leur faisaient des remarques. La direction de l'IUT a pris la décision de fermer les salles informatiques en libre service pendant quelques temps et de recommencer si la situation perdurait. Les étudiants ont alors fait la police entre eux et il n'y a plus eu de problème. Lors de mon arrivée en 96 j'avais déja demandé à ce qu'il soit interdit de fumer dans les bâtiments. Le gestionnaire du site de l'époque, qui ne voulait pas de conflit, avait interdit de fumer aux étudiants mais pas au personnel !!! L'efficacité de la mesure fut très limitée. Pour conclure. Il faut être vigilant car si certaines personnes s'aperçoivent que certains ont le droit de fumer (surtout si c'est le SG, le président, ou un directeur) et pas d'autres il est fort peu probable que l'opération soit couronnée de succès.
(à l'UAPV, en juin 2004, une charte a été validée en CHS puis en CA (avec évidemment l'accord du SG et du P) et cela n'a posé aucun problème. Cette dernière, enfin, a été signée par le Président devant la presse en octobre 2004 lors d'une semaine de manifestation Prévention Tabac
(en ce qui concerne le Cnam, la décision a été votée a l'unanimité en CHS de mars avec mise en place à l'arrivée des beaux jours (soit le 2 mai), histoire de faciliter l'envie d'aller fumer dehors. Une décision officielle de la direction a été rédigée et signée par le directeur adjoint avec interdiction de fumer dans les espaces collectifs et individuels pour les personnels, les auditeurs et le public. elle est consultable sur le site intranet du Cnam et "tout contrevenant" se verra recevoir un joli courrier de la direction lui rappelant le contenu de la décision. pour le moment, ca se passe plutôt bien, reste a voir comment on s'en sortira au 15 novembre, sous la pluie et le froid ...Interdiction de fumer : * 1991 : LOI EVIN du 10 janvier 1991 relative à la lutte contre le tabagisme et l'alcoolisme (JO du 12.01.1991) * 1992 : DECRET N° 92 - 478 du 29 mai 1992 (JO du 30 mai 1992) (applicable depuis le 1er novembre 1992)Mise en place d’un espace fumeur : Nous avons installé une structure du style "grand parasol" (65m²) à l'extérieur de nos bâtiments. Cet équipement est visible sur le site suivant:  HYPERLINK "http://www.metatex.net/" www.metatex.net/ Tu peux  contacter  monsieur Jean-Pierre STROH de ma part. Les étudiants se sont bien adaptés ainsi que les enseignants et les personnels. L'interdiction de fumer à l'intérieur des bâtiment est respectée à 99%.Campagne tabac : REX ( A Lyon 3, nous avons interdit de fumer en 1998 dans tous les locaux du site de la "Manufacture des tabacs" (seul le hall ouvert aux 4 vents est resté "fumeur") qui compte aujourd'hui 15 000 étudiants. Cette décision s'est accompagnée des mesures pratiques suivantes : 1- matérialisation des interdictions de fumer dans toute la Manufacture avec notamment la mise en place de panneaux plus grands et plus incitatifs dans les espaces non fumeur. 2- dans les hall des amphithéâtres et les couloirs des salle de TD (= tous les locaux), les cendriers situés dans les zones non-fumeur ont été enlevés. 3- rappel de l'interdiction de fumer sur les portes d'entrée des zones non fumeur. 4- diffusion régulière sur L3TV d'un spot incitant les étudiants à respecter les espaces non-fumeurs. 5- demande aux appariteurs et aux agents de sécurité de réaliser des rondes quotidiennes pour faire respecter les espaces non-fumeur. 6- lors de chaque prérentrée Universitaire, explication de la réglementation en vigueur à tous les nouveaux étudiants par les responsables pédagogiques des premiers cycles. 7- lors des journées 'accueil', mise en place d'un stand 'Santé – vie étudiante' pour sensibiliser aux risques liés au tabagisme. 8- organisation chaque année d'une campagne de sensibilisation de 2 jours pour inciter les fumeurs à respecter les zones non-fumeurs et à moins fumer. * Bilan en 1998 : Le seul soucis qui est apparue très vite dans la mise en place de ces mesures est le retrait de tous les cendriers. Eh oui, malgré toutes les bonnes intentions, il reste toujours un paquet d'étudiant pour braver l'interdiction théorique de fumer. Résultat, des "tonnes de mégots" furent écrasés à même le sol (sol "vieux" que de 5 ans) ce qui n'a pas manqué de provoquer quelques crises internes d'hystérie au service maintenance des bâtiments ainsi qu'au service intérieure qui a la charge du ménage. Résultat des courses, le SG a vite décidé la remise en place dans les couloirs des salles de TD de cendriers avec l'indication "vous êtes dans une zone non fumeur, éteignez votre cigarette". Les mesures 3 à 8 nécessitent d'être répétées tout le temps et sont encore aujourd'hui appliquées. * Bilan en 2001 : 3 ans après la mise en place de ces mesures, on constate que les indisciplinés sont chaque année moins nombreux - 71% des étudiants fumeurs interrogés lors que la campagne 2001 disent respecter pratiquement toujours les zones non fumeurs. Néanmoins ils ne sont pas encore quantité négligeable : 29% de 7500 étudiants, si on considère qu'un étudiant sur 2 fume, ça fait encore 2 000 étudiants !!! Pour la mesure 5, on note que l'étudiant est très respectueux de l'autorité puisqu'au passage des agents de sécurité, les cigarettes sont immédiatement éteintes....puis rallumées dès que les agents ont le dos tourné. Pour ma part, je suis assez d'accord avec Monsieur le Secrétaire d'Etat à la santé et à l'action sociale qui a indiqué à l'AN que « les difficultés d' application subsistantes doivent être appréciées à la lumière du but poursuivi sur ce point par la loi du 10 janvier 1991 : faire évoluer des comportements bien ancrés en sensibilisant la population aux effets du tabagisme passif et en favorisant la protection des non-fumeurs. Les infléchissements attendus ne pourront donc produire tous leurs effets qu'à moyen terme. Les efforts doivent donc être poursuivis. ». Mais hélas pour nous, les résultats exigés par certains non-fumeurs sont immédiats. Ainsi malgré notre politique volontariste, nous recevons toujours des plaintes d'usagers non-fumeur ou d'associations notamment "Droit des Non Fumeurs", qui a obtenu la condamnation de la SNCF en 97 (gare part-Dieu à Lyon), puisqu'il apparaît toujours que des étudiants fument là où s'est interdit. La dernière plainte (elle date d'avant les vacances de fin d'année) est même assez virulente et menacent. Tout cela pousse ma direction à aller encore plus loin des mesures déjà prises et de s'engager dans le répressif. J'ai ainsi en charge d'étudier la question d'instauration de sanctions, notamment de contravention prévue dans le décret, pour les étudiants qui ne respectent pas les espaces non fumeur. Si de votre côté, vous avez des expériences de ce dernier point, n'hésitez pas à m'en faire part.
( A rennes 2, une campagne une peu similaire à celle de lyon est mise en place depuis quelques années (forum tabac en début d'année, affichage, suppression des cendriers, spots sur les TV internes ...). Le hall principal (qui comprend 6 sorties d'amphis, une cafétaria)semblait hermétique aux messages "zone non fumeur", situation intolérable pour les agents du CROUS, une large partie du personnel (fumeur ou non) devait pratiquer les techniques de l'apnée pour traverser ce hall. Le nouveau Président de l'Université (mars 2001) a annoncé sa volonté de rendre non fumeur les bâtiments universitaires (à l'exception des bureaux et de quelques locaux fumeurs) : Mise en place d'un Vice Président Qualité de la Vie Déclarations répétées du président (Journées d'accueil, presse interne et locale). Affichage sur chaque porte d'entrée. Pose d'un gros cendrier à chaque porte d'entrée . T SHIRT proposés à chaque étudiant et personnel souhaitant participer à la campagne (en invitant notamment les usagers à ne pas fumer dans les halls ...). Forum de rentrée. Information envoyée à chaque nouvel inscrit (avec les docs scolarité). Résultat : Ca marche pour l'instant à 80%. Bien entendu notre VP qualité de la vie ne va pas se reposer sur ce résultat très satisfaisant, il lui faudra réitérer tous les ans...Nous attendons une vraie période de pluie pour apprécier le véritable succès de la campagne ...
( Pour en finir sur le sujet. Voici pour info, un petit topo juridique sur la question que j'avais rédigé en 98 :
La condamnation en janvier 1997 de la SNCF pour irrespect de la loi anti-fumée constitue une première judiciaire. « Le fait que de nombreuses personnes fument à l'intérieure de la gare [de la Part-Dieu] démontre l' absence d'effet dissuasif, voire le laxisme, du système mis en place par la SNCF » avaient indiqué les juges, en condamnant l'entreprise publique à mieux signaler l'interdiction de fumer et à réserver un emplacement pour les fumeurs, avec une astreinte de 1000 francs par jour. Mais un second jugement rendu en mai 1997, pour une situation constatée à Paris, à la gare de Lyon, en 1995, semble nettement en retrait. Bien qu' ayant condamné la SNCF à 10 000 francs de dommages et intérêts, les juges ont cette fois-ci, refusé de contraindre l'entreprise à aménager des emplacements réservés aux fumeurs. Ils ont estimé, en effet, que les obligations légales étaient actuellement respectées car « la SNCF ne saurait être tenue pour responsable du comportement de certains voyageurs qui outrepassent l'interdiction de fumer ». * Évolutions possibles Pour sensibiliser l'opinion, l'association des Droits des non Fumeurs envisagerait d'intenter symboliquement d'autre procès contre les « laxistes » : SNCF, RATP, les centres commerciaux, les bars et les restaurants mais aussi les hôpitaux et les universités (ils ont décidé de commencer par la nôtre ;-)).Non respect interdiction de fumer : sanction  Le renforcement du contrôle et l'introduction d'une échelle de sanction pour les fumeurs irréductibles fait partie chez nous du projet d'actions 2002-03 (cf. pièce jointe) votée par le CHS. Voici l'échelle prévue : - à la première infraction, rappel à l'ordre verbal ; - à la deuxième infraction, rappel à l'ordre écrit (courrier du secrétaire général avec copie au responsable pédagogique) ; - en cas de multi-récidives, l'Université se réserve le droit de déférer le contrevenant devant la section disciplinaire compétente. Pour le point 2), le courrier type est en pièce jointe. Pour le point 3), on veut que ça serve plus d'épouvantail qu'autres choses et je ne sens pas le Président prêt en arriver jusque là. Et le cas ne s'est pas encore présenté...ChuteChute de hauteur2011 : travail sur corde
je suis à la recherche d'un cahier de charge pour des travaux de nettoyage de vitres extérieures nécessitant notamment des entreprises spécialisées travaux sur corde (pour façade en vitre), avec des critères sécurité. Je n'ai rien trouvé sur le forum. Si vous avez par ailleurs des noms de sociétés à conseiller, je suis preneuse (j'ai le retour d'une seule pour l'instant). (Voici le lien vers un document de l'O.P.P.B.T.P. sur la limite des travaux de cordistes :
 HYPERLINK "http://www.oppbtp.fr/documentation/catalogue_des_editions/travaux_en_hauteur/travaux_sur_cordes/travaux_sur_cordes" http://www.oppbtp.fr/documentation/catalogue_des_editions/travaux_en_hauteur/travaux_sur_cordes/travaux_sur_cordes
Soyez prudent dans l'emploi de ces entreprises, car l'inspection du travail et la CARSAT nous mettent régulièrement en garde.
 Conclusion du document de l'O.P.P.B.T.P. :
Les travaux sur cordes sont interdits, sauf : - en cas d'impossibilité technique d’installer des équipements assurant une protection collective, tels qu'échafaudages ou nacelles ; - ou lorsque l’évaluation des risques démontre que l’installation et l’utilisation de ces autres équipements exposent  davantage les opérateurs aux dangers qu’une intervention sur cordes. Pour travailler sur cordes, la réglementation impose donc de réaliser une évaluation préalable comparée des différents équipements de travail.2008 : précaution à prendre contre les chutes de hauteur
Des travaux en hauteur sont programmés dans un hall technique pour changement de néon (hauteur = 6m), d'ici à la fin du mois. Je souhaite en savoir un peu plus sur la réglementation.
Le matériel utilisé : un échafaudage. Celui-ci fait-il l'objet d'une vérification ? Tout personnel peut-il l'utiliser ? Les EPI obligatoires ? ...Bref, un certain nombre de questions.
(Regarde sur légifrance le décret du 8 janvier 1965 modifié tu auras de bonne informations sur les réglementations à respecter le site de l'inrs aussi sinon rapidement : vérification de l'échafaudage monté, par une personne COMPETENTE (formée) qui vérifiera plusieurs points : le respect des règles de montage d'un échafaudage, la stabilité de celui ci (contre le renversement, basculement, arrimage...), la mise en œuvre des croix de st andré ...protection balisage au sol, EPI effectivement obligatoires : port du casque et harnais pour le montage et démontage, aptitude à travailler du personnel en hauteur.
(Pour ma part dans l'argumentation, je ferais référence à l'accident du Queens Mary 2 avec la chute de la passerelle (code du travail/ERP).2007 : danse acrobatiques en hauteur
une compagnie de danse spécialisée dans la danse acrobate sur monument souhaite organiser une chorégraphie sur la façade de notre bâtiment principal (donc très haut) pour ce faire, elle pense s'accrocher avec des cordes nylon (faites pour) sur les obstacles présents de la façade (colonne, balustrade). d'après moi, comme les accroches sont "naturelles" et non pas prévues pour cela à la base, il faut l'avis d'un bureau de contrôle, ce que réfute la compagnie et le service organisateur.
(Je pense que pour ce cas, les personnes les plus qualifiés pour savoir si tel ou tel accessoire sur un toit est assez solidement ancré pour servir de point d'acroche pour une corde sont les sociétés de travaux acrobatiques, qui font ça tous les jours.
(A priori, je serais plutôt de l'avis de Carole. Autre solution : établissement d'un plan de prévention (Travaux en hauteur appartient à la liste des travaux dangereux) laissant la "responsabilité" à l'entreprise extérieure (compagnie de danse) de vérifier (ou faire vérifier) les points d'accroche qu'ils souhaitent utiliser.2006 : chute d’une estrade : Ns venons d’avoir l'AT suivant : " Une enseignante, sur une estrade (80 cm environ de haut)  face au tableau, en reculant, ..est tombée de l'estrade. Conséquences = le pied cassé donc arrêt maladie >24h" J'aimerais savoir -  si ce genre d'accident est fréquent ds nos établissements d'enseignement -  si vos estrades sont supprimées ? (Sont- elles absolument indispensables ? )  - ou protégées par un garde-corps ? et si oui = quel garde-corps ? - ou ce que vs avez pu faire. - s'il y a des normes pour les hauteurs admises ? - etc...
(Je suis partisan de la suppression des estrades : - Pour l'accessibilité des personnes à mobilité réduite - Pour réduire les chutes de personnes (même si l'estrade fait 20cm de haut) - Pour réduire les chutes de matériels (rétroprojecteur sur support à roulettes). Deux soucis : - Dans les salles de plein pied lorsque les enseigants sont petits les étudiants sont génés dans la lecture du tableau par ceux placés devant. - Dans les amphis lorsque la ventilation se fait en pied d'estrade. Nous n'avons presque plus d'estrades dans les salles de plein pied et essayons de les enlever dans les amphis (il n'y en a plus dans les nouveaux) Selon l'arrêté du 31 mai 1994 : un garde corps est obligatoire le long de toute rupture de niveau de plus de 0,4 mètre de hauteur. Cette disposition ne s'applique pas aux quais. En principe ce texte ne s'applique pas aux bâtiments plus anciens. Il est recommandé de prévoir une bordure de quelques centimètres de hauteur en périphérie.2005 : hauteur d’un garde-corps :
Les documents faisant état de la hauteur des garde-corps provisoires de chantier sont nombreux et parfois contradictoires, certains prescrivant une hauteur de 90 cm, d'autres d'1 mètre, voire d'1,10 mètre (normes, documentation de l'OPPBTP ou de l'INRS, Code du travail…). Quelle est en réalité l'obligation fixée par la réglementation ? Y a-t-il une tolérance sur la hauteur des garde-corps ?
Le décret du 8 janvier 1965 prescrit des hauteurs de garde-corps différentes en fonction :
de l'emplacement du lieu de travail ou de circulation (art. 5 : " lorsque le personnel travaille ou circule àagrave; une hauteur de plus de 3 m en se trouvant exposé à un risque de chute dans le vide, il doit être installé des garde-corps placés àagrave; une hauteur de 90 cm et des plinthes de 15 cm de hauteur au moins ")
de l'équipement de travail sur lequel intervient le personnel (les articles 115, 130 et 144 précisent respectivement que les échafaudages de pied, les échafaudages volants et les plates-formes de travail doivent être munis sur les côtés extérieurs d'un garde-corps constitué d'une lisse àagrave; 1 mètre, d'une sous-lisse àagrave; 45 cm et d'une plinthe d'une hauteur de 15 cm au moins)
du type de travaux (l'art. 105 modifié stipule que, pour les travaux de démolition, les planchers de travail étant àagrave; plus de 6 mètres au-dessus du sol et situés en bordure du vide doivent être clôturés par des garde-corps établis conformément aux dispositions de l'art. 115 modifié)
Le Code du travail prévoit des hauteurs de garde-corps qui sont àagrave; respecter conformément aux différents éléments cités ci-dessus sans aucune interprétation possible. Les normes sont d'application volontaire. Elles ont pour but de faciliter les relations entre les clients et les fournisseurs pour la définition des produits. Les DTU sont des normes définissant les conditions de mise en œuvre de produits en vue de la réalisation d'ensembles appelés " systèmes ". La hauteur des garde-corps ne doit jamais être inférieure aux valeurs données par la réglementation et notamment pour les garde-corps àagrave; 90 cm de hauteur et qui sont prévus sans sous-lisse. Dans le cadre de l'évaluation des risques sur la base des principes généraux de prévention, on peut mettre en place tout garde-corps ou autre protection collective qui assure un niveau de protection au moins équivalent àagrave; ce que prévoit la réglementation. Dans un souci de simplification et d'harmonisation, l'OPPBTP conseille de mettre en œuvre, quelle que soit la situation, au minimum un garde-corps constitué d'une lisse àagrave; 1 mètre, d'une sous-lisse àagrave; 45 cm et d'une plinthe de 15 cm de hauteur. Par ailleurs, ces garde-corps provisoires de chantiers doivent résister séparément par leurs caractéristiques géométriques et par les caractéristiques mécaniques des matériaux qui les composent à :
une charge ponctuelle de 30 daN sans flèche élastique supérieure à 35 mm
une charge ponctuelle de 125 daN sans rupture ou désassemblage et sans engendrer un déplacement en tout point de plus de 200 mm par rapport àagrave; la position initiale.
Les charges ci-dessus doivent être appliquées dans la position la plus défavorable horizontalement ou sous un angle quelconque vers le bas.2005 : Personne « qualifiée » pour le contrôle des échafaudages. Si certaines ou certains d'entre nous se sont penchés (avec un bon garde-corps) sur l'arrêté du 21 décembre 2004 je souhaiterai savoir qui est la personne "qualifiée" chargée de vérifier l'échafaudage après chaque montage, en particulier pour les petits échafaudages mis en place le temps de changer quelques ampoules par le service technique/intérieur.
(J'ai justement participé vendredi dernier à une présentation de la société Gamestream-Gamesystème que nous avions vu aux journées de Clermont sur le thème du travail en hauteur. La personne qualifiée correspond donc à une personne ayant reçue une formation ou ayant une expérience lui permettant de vérifier ces installations. Cette personne peut donc être désignée en interne !! Gamestream forme ce genre de personne, le site internet :  HYPERLINK "http://www.gamestream.fr" www.gamestream.fr.
(Pour avoir travaillé dans un bureau de contrôle et avoir réalisé la vérification des échafaudages, il faut, à mon sens, être relativement prudent sur cette question. Je vous recommande la lecture du fichier joint. Une formation de monteur et de contrôleur échafaudage pour les personnes désignées dans votre établissement est indispensable pour qu'elles aient les connaissances des règles de l'art de montage, de stockage, et les compétences nécessaires au contrôle échafaudage (même pour les petits échafaudages préfabriqués ou de petites tailles).2005 : hauteur d’une rampe d’escalier. On m'a posé une question concernant la hauteur d'une rampe d'escalier. J'ai trouvé des règles pour les travaux en hauteur (garde-corps entre 1 m et 1,10 m pour les échafaudages, 90 cm pour les ouvertures dans le plancher), mais rien pour les locaux de travail habituels. Le CD sécurité-CT renvoie à un doc INRS qui renvoie à la norme NF P01-012 "dimensions des garde-corps". Est-ce que quelqu'un aurait cette norme et pourrait me renseigner SVP ?Chute de plain-pied2010 : A-t-on le droit de mettre une estrade dans une salle de cours ?
Je cherche à savoir si l’on a encore le droit de mettre des estrades dans des salles de cours.
(oui, on a le droit, à condition de respecter l'article suivant :

AM 17
*Planchers légers surélevés ** /(titre modifié par arrêté du 24 septembre 2009)/


*§ 1.* /(Arrêté du 24 septembre 2009)/ « Les planchers légers
surélevés pouvant recevoir des personnes, tels que tribunes, tours,
stands, podiums, estrades, gradins, praticables etc., aménagés à
l'intérieur des bâtiments, doivent :

- être classés C_FL -s1 ou en catégorie M3 ;

- avoir un éventuel revêtement en face supérieure classé D_FL
-s1 ou de catégorie M3 ;

- avoir un éventuel revêtement en face inférieure classé B-s2,
d0 ou de catégorie M1 ;

- comporter une ossature classée C-s3, d0 ou en matériaux de
catégorie M3 ;

- être bien jointifs ainsi que les marches et, si elles
existent, les contremarches des escaliers et gradins ;

- leurs dessous sont débarrassés de tout dépôt de matières
combustibles. Ils doivent être rendus inutilisables et
inaccessibles au public par une cloison extérieure classée C-s3,
d0 ou de catégorie M3 ne comportant que des ouvertures de
visite. Si ces dessous ont une superficie supérieure à 300 m^2 ,
ils doivent être divisés en cellules d'une superficie maximale
de 300 m^2 par des cloisonnements classés B-s2, d0 ou en
catégorie M1. »

*§ 2.* /(Arrêté du 24 septembre 2009)/ « Les planchers techniques
démontables sont classés B_FL -s1 ou en catégorie M1. »

*§ 3.* Les valeurs des charges d'exploitation à retenir sont celles
prévues par la norme NF P 06-001 en fonction de la nature des locaux
dans lesquels ces aménagements sont réalisés. »

*§ 4.* Les dispositions des normes NF P 01-012 et NF P 90-500
concernant les gardes-corps s'appliquent à ces constructions et à
leurs escaliers d'accès, afin d'éviter les chutes et pour résister
aux poussées de la foule.

L'obligation de garde-corps ne s'applique toutefois pas au devant
d'une scène, à condition que le nombre de personnes accueillies soit
strictement limité aux besoins du spectacle ou de l'animation.

*§ 5.* Les dispositions des paragraphes 2 et 3 ne s'appliquent pas
aux gradins mobiles ou ajourés. Les jours entre gradins, ou le long
des circulations, doivent respecter les dimensions fixées dans la
norme relative aux garde-corps : un jour de dimension verticale
inférieure ou égale à 0,18 m pour les vides entre deux niveaux de
plancher de gradin et une distance horizontale inférieure ou égale à
0,05 m entre deux planchers de gradin.

Les dessous doivent être rendus inaccessibles au public ; ils doivent
être libres de tout dépôt et maintenus en permanence en parfait état
de propreté.
(Et je complèterai juste en disant que l'estrade doit être accessible aux PMR.2010 (échanges hors GP Sup) : chute à cause de la neige et du verglas sur les trottoirs : qui est responsables, mairie ou propriétaires ?
Dans notre région les phénomènes de neige en hiver sont courants, mais nous avons eu cette année une période très longue d'intempérie hivernale. A ma connaissance, nous n'avons pas enregistré d'accident de trajet en plus grand nombre et en liaison avec la neige ou le verglas. Il faut savoir, sous réserve d'une validité juridique confirmée, que s'applique concernant l'obligation de déneiger les trottoirs une circulaire interpréfectorale de 1937, qui fait obligation au propriétaire d'assurer le déneigement d'une bande de trottoir devant sa propriété, l'obligation passant du propriétaire à un locataire en cas de location, bien que les modalités ne soient pas très claires. Sur cette base, nous disposons d'un règlement municipal qui fait obligation aux riverains de déneiger devant leur trottoir, les services de la collectivité s'occupant quant à eux de déneiger, saler et sécuriser les trottoirs le long des bâtiments publics, des places et des squares. Ainsi, si un piéton glisse et se blesse, il a la possibilité de se retourner contre le propriétaire de l'immeuble devant lequel il a chuté pour obtenir réparation éventuellement : sachez que malgré la spécificité de cette disposition les assureurs ne s'en privent pas, nous recevons tous les ans des mises en cause pour des chutes de piétons devant nos bâtiments et propriétés ! Toujours est-il que si votre collectivité constate qu'un de ses agents se blesse sur un trottoir non déneigé devant une maison, elle peut mettre en cause le propriétaire et son assureur pour obtenir la prise en charge des frais qui résultent de cet accident. Toutefois, ces dispositions semblent, au regard du droit actuel, tellement anachroniques que je doute qu'elles soient confirmées le jour où un tribunal sera saisi. Concernant la prévention du risque de glissade sur la neige ou le verglas, je crains qu'il n'y ait pas grand chose à espérer : la neige se voit, nous connaissons tous le phénomène et ses dangers depuis notre plus jeune âge, et pourtant, nous prenons encore des risques en marchant vite et avec des chaussures inadaptées ! Le verglas est plus traitre, bien sûr, et la prévention est d'autant plus difficile à mettre en place. A simple titre de suggestion, peut-être qu'un courriel à tous les collaborateurs annonçant un risque de neige ou de verglas pour le lendemain avec un appel à la prudence pourrait au moins alerter les personnes. Sans garantie !2009 : chute de plain-pied réglementation
Un étudiant a chuté et s'est blessé gravement en traversant une pinède sur le campus. Les étudiants et les personnels traversent cette pinède entre les sapins sur un chemin non définis avec des racines, des dénivelés et des troncs coupés apparents.
Connaissez-vous la réglementation nous demandant d'entretenir notre terrain et nos abords pour éviter ce type d'accident?
(Le code du travail dit ceci :
Art. R. 4224-3 - Les lieux de travail intérieurs et extérieurs sont aménagés de telle façon que la circulation des piétons et des véhicules puisse se faire de manière sûre.
Sachant que :
Art. R. 4221-1.- Pour l'application du présent titre, on entend par lieux de travail les lieux destinés à recevoir des postes de travail situés ou non dans les bâtiments de l'établissement, ainsi que tout autre endroit compris dans l'aire de l'établissement auquel le travailleur a accès dans le cadre de son travail.(...)2005 : déneigement des routes : on me pose une question en rapport avec la saison : Est ce que nous sommes dans l'obligation de déneiger les parking en hiver pour éviter les chutes ? A l'IUT de saint dié par exemple ils ne déneigent que les accès piétons (question de coût). Sont ils tenue de tout déneiger? Quelles pourraient être les responsabilités en cas d'accident? Merci de vos réponses, surtout les gens des massifs montagneux ;-)
(Je pense qu'il n'y a pas de règle écrite, mais une analyse des risques et des mesures de prévention à mettre en place, dans le cadre d'une obligation générale de sécurité. Pour Grenoble, qui est, comme chacun le sait, la ville la plus plate de France, et le campus est encore plus plat, nous avons des opérations à deux niveaux : - pour les voies de circulation du campus, le service de gestion du domaine assure le déneigement et le salage : pour les pistes cyclables, même salées, la faible fréquentation hivernale fait que les problèmes subsistent : j'ai eu connaissance d'au moins 3 chutes un même matin de janvier ; - pour les composantes, chacun sale  ce qui lui incombe ; dans la pratique, c'est variable selon les composantes. Cet hiver, nous avons salé plusieurs fois : - les escaliers extérieurs orientés au Nord, - les parkings orientés au Nord, - les petites pentes,... en fonction des problèmes rencontrés. Nous avons également fait la remarque à la société de ménage dont les personnels vidaient régulièrement leurs seaux d'eau à l'extérieur, d'où belle plaque de verglas au pied d'un escalier de secours ! Je pense quand même qu'on a à peu près les mêmes obligations qu'un maire vis-à-vis de l'état des routes dans sa commune ! Hier, je pense que les services municipaux n'ont pas chômé, à voir la couleur blanche des rues et trottoirs ! Risque électriqueHabilitation - formation2011 : habilitation électrique des étudiants
Les étudiants qui font des TP  ou des projets en électrotechnique ou en électronique de puissance doivent-ils être habilités? Par exemple BR Comment gérez-vous ce problème dans vos établissements? Y-a-t-il des textes précisant cette situation? Un enseignant peut-il faire la formation? (le code du travail dit clairement : (Décret n° 2010-1118 du 22 septembre 2010 relatif aux opérations sur les installations électriques ou dans leur voisinage) "Art.R. 4544-9.-Les opérations sur les installations électriques ou dans leur voisinage ne peuvent être effectuées que par des travailleurs habilités." Les conditions pour délivrer les habilitations sont également modifiées « Art.R. 4544-11.-Les travailleurs qui effectuent des travaux sous tension sont titulaires d'une habilitation spécifique. « Cette habilitation est délivrée par l'employeur après certification des travailleurs par un organisme de certification accrédité. « Un arrêté des ministres chargés du travail et de l'agriculture fixe : « 1° Les compétences requises pour les travailleurs qui effectuent des travaux sous tension ; « 2° Les critères d'évaluation qui sont utilisés par l'organisme de certification ; « 3° Les normes au vu desquelles sont accrédités les organismes de certification. » Les habilitation vont changer... la nouvelle norme NFC 18510 qui devrait paraitre d'ici quelques mois introduit : NB : la B0V disparait (du fait des dispositions prévues dans le décret) - BS : non électricien qui réalise des interventions de raccordement et de remplacement - BE (ou dans le domaine HT) : BE vérification (exemple : les bureaux de contrôle) ; BE manœuvre (réalisation des manœuvres d'appareillages) BE Mesures (mesure de tension par exemple sur un ouvrage électrique) ; BE Essais /B2 V Essais : essais de fonctionnement d'un matériel sur une plate forme d'essai2010 : formation au risque électrique d’étudiants
L'université Paris-Est Marne-la-Vallée souhaite appliquer les dispositions du décret n°88-1056 du 14 novembre 1988 concernant les étudiants effectuant des travaux pratiques dans les laboratoires et/ou ateliers mettant en œuvre l’énergie électrique autrement que sous forme domestique. Pour ce faire, elle souhaite développer une formation à la prévention du risque électrique dans le cursus universitaire de certains de nos étudiants. Cette démarche a pour but également de favoriser l'insertion professionnelle de nos étudiants. Avez-vous déjà travaillé sur ce type de sujet ? Connaissez-vous une marche à suivre ? Connaissez-vous des intervenants ?
(sur l'UJM, la question s'était posée pour un de nos départements de l'IUT
: GEII
Un de nos enseignants spécialisé en électricité était tout à fait favorable pour le mettre en place et assurer la formation des étudiants.
Nous ne pouvons pas délivrer aux étudiants l'habilitation électrique puisque c'est une reconnaissance par *l'employeur *de la capacité de la personne à effectuer des travaux électriques en toute sécurité.
Par contre, à mes souvenirs il s'agissait d'une préparation à l'habilitation électrique intégré dans leur cursus.
Le Département disposait déjà des bancs de manipulation adaptés.
A l'époque (cela remonte à plus de 6 ans), j'avais contacté l'INRS pour savoir si un de nos enseignants pouvait assurer cette formation. La réponse a été positive puisqu'il était déjà formateur "en tant que prof." et l'établissement avait acheté un support formation de l'INRS spécifique pour la formation à l'habilitation électrique (classeur et support vidéos, et support formateur).
Bon courage pour ceux qui ne sont pas encore en vacances.
(Même réponse à Grenoble : enseignants de l'IUT génie électrique formés comme formateurs. A l'époque (avant 2002 puisque j'étais encore à l'UJF), cela avait d'ailleurs été une démarche commune à tous les départements de génie électrique des IUT, qui se rencontrent régulièrement.2009 : habilitation électrique et visite médicale
 L’habilitation électrique de type BR et H0 en HT A < 20KV doit-être révisée chaque année par l'employeur à l'issue d'une visite médicale ?
(Nous ne faisons pas de recyclage annuel, mais trisannuel. L'agent exposé à risques professionnels est vu annuellement par le médecin de prévention.
Pour les recyclages, non avons décidé de repousser au delà des 3 ans. En effet, le décret du 14 novembre 1988, va être profondément revu. La parution du nouveau décret serait imminente, nous attendons donc la sortie de celui-ci.
(Selon le référentiel de l'INRS, l'habilitation "BR" ne peut être délivrée que pour les domaines "Très Basse Tension", "Basse Tension A" et "Basse Tension B" pour le HTA aucune habilitation "HR" n'existe.
En conséquence, une personne habilité BR ne pourra pas intervenir sur le domaine "Haute Tension A".
L'obligation de visite médicale annuelle pour validation des titres BR et H0 n'est pas nécessaire, en revanche les habilitations pour travaux sous tensions en TBT et BT doivent être renouvelées annuellement mais sans obligation de visite médicale. 2009 : évolution de la réglementation prévue fin 2009
la réglementation (décret de 88) change avec la parution annoncée pour fin 2009 du guide UTE C 18 510. Ce guide fixe de nouvelles prescriptions de sécurité électrique qui entreront en application en novembre 2010.

* Le nouveau guide UTE C18 510 prévoit des formations adaptées aux exigences et aux contraintes de sécurité actuelles. Il fournit une définition claire du rôle et du périmètre d’action des intervenants et met l’accent sur les nouveaux équipements (tels que les cellules photovoltaïques), sur les mesures de prévention des risques et sur les moyens de protection. De plus, de nouveaux types d’habilitation voient le jour : mesurages, essais, vérifications [NB : spécifiques et non plus incluses dans le BR]. Et un titre d’habilitation BS fait son apparition qui concerne le personnel en charge des petites interventions de remplacement et de raccordement : gardien d’immeuble, plombier...

* Au niveau du chef d’établissement d’abord, les obligations évoluent puisqu’il lui est demandé une évaluation des risques avant tout commencement d’opérations électriques et de vérifier périodiquement (au moins une fois par an) la validité des compétences des personnes habilitées. Ensuite, le guide définit de nouvelles zones d’environnement avec comme objectif de limiter les opérations à proximité immédiate d’installations électriques, les travaux devant, par ailleurs, être réalisés dans des conditions présentant le maximum de sécurité (les consignations, la mise en place d’écran et de nappe isolante seront à prévoir impérativement). Enfin, le contenu et la durée des formations sont modifiés.

* Le chapitre 3 du guide traite de l’évolution des formations et préconise la vérification des près-requis et la validation des objectifs. L’accent est mis sur le savoir-faire et le savoir-être qui devront être vérifiés par des travaux pratiques. Par ailleurs, l’AFSEC (Association des Formateurs Sécurité) travaille à la rédaction d’une annexe traitant du contenu et de la durée des formations.2008 : habilitations et vacataires
Comment traitez-vous les vacataires dans vos évaluations des risques? J'ai certains vacataires (souvent des prof de lycée professionnel) qui touchent l'électricité, utilisent des ponts roulants.... Ils devraient donc être habilités, soumis à visite médicale et les risques liés à leur activité pris en compte dans le document unique puisqu'ils ne travaillent jamais seul dans nos locaux. Or, du fait de leur statut de vacataire, ils n'ont accès ni à la médecine de prévention, ni à la formation. Et dans les lycées les profs se retranchent derrière la CIRCULAIRE N° 98-031 DU 23-2-1998, B.O. N° 10 - 5 MARS 1998 (non applicable dans le supérieur), qui ne les oblige pas à être habilités. Comment gérez-vous cela? On ne peut quand même pas faire des plans de prévention avec tous les vacataires faisant des travaux dangereux... et d'ailleurs cela ne résoudrait pas le problème des habilitations.
(« L'Etat assure donc aux personnels enseignants concernés une formation adaptée leur permettant de connaître, de mettre en application et de transmettre les prescriptions de sécurité à respecter pour prévenir les risques d'origine électrique, en référence au recueil de prescriptions de sécurité UTE C18-510 ».
Proposition : L’administration faisant remplir tout un tas de papiers avant l’établissement d’un contrat, ne serait-il pas intéressant de suggérer de faire cocher, par l’impétrant, une case où il « jure » qu’il a reçu la formation à l’habilitation électrique
 et cerise sur le gâteau
il serait précisé dans le document que cette formation est obligatoire pour les enseignements où les étudiants réalisent des travaux ou des opérations sur ou à proximité d’installations électriques HT/BT.
(La circulaire de 98 stipule exactement :
"5° Vérifications à l’égard des enseignants et des personnels ATOSS
Le chef d’établissement vérifie l’existence d’une attestation de formation à la sécurité électrique pour chacun des enseignants définis au 4ème alinéa du I ci-dessus et pour les ATOSS définis au 2ème alinéa du 4° ci-dessus. Il veille, à chaque nouvelle affectation ou en cas de modification des installations, à ce que chacun d’eux dispose de tous les éléments nécessaires pour prendre connaissance de ces installations."
 4ème alinéa du I " L’État assure donc aux personnels enseignants concernés une formation adaptée leur permettant de connaître, de mettre en application et de transmettre les prescriptions de sécurité à respecter pour prévenir les risques d’origine électrique, en référence au recueil de prescriptions de sécurité UTE C18-510. Ils possèdent ainsi la qualification requise, au sens du décret du 14 novembre 1988, pour effectuer et faire effectuer par leurs élèves les travaux électriques prévus par les programmes d’enseignement, dès lors qu’ils ont suivi un stage de formation sur la prévention du risque électrique."
 Dans le scolaire il n'y a pas de formalisation par écrit de l'habilitation, mais je ne saurai conseiller aux chefs d'établissement du scolaire de le faire,
même si les enseignants sont très "susceptibles et chatouilleux" sur ce sujet.
 Dès lors que ces enseignants sont vacataires dans un établissement d'enseignement supérieur, ils sont salariés de cet établissement
et soumis aux règles en vigueur dans cet établissement.
Le chef d'établissement doit obligatoirement leur demander (comme leur chef d'établissement scolaire) l'attestation de formation à la sécurité électrique.
L'employeur université ne doit les laisser intervenir que s'il leur a délivré l'habilitation électrique adéquate.
"Or, du fait de leur statut de vacataire, ils n'ont accès ni à la médecine de prévention, ni à la formation." Du fait d'être vacataire, ils doivent au contraire obligatoirement recevoir de l'université employeur une formation et une visite médicale,
visite médicale dont le plus souvent ils ne bénéficient pas dans leur établissement d'enseignement scolaire.2008 : habilitation électrique et société d'interim
Nous allons faire réaliser des travaux d’ordre électrique dans notre établissement par une entreprise d’intérim. Ces travaux nécessitent une habilitation électrique.
La question est qui habilite : l’entreprise intervenante qui est l’employeur (ici une entreprise d’intérim), ou l’entreprise utilisatrice ?
( Qu’appelles-tu entreprise d’intérim ?
Les personnels auront quel type de contrat ?
Une habilitation est la reconnaissance par l’employeur de la capacité du salarié à effectuer des taches, d’ordre électrique ou non,  en sécurité.
Une habilitation délivrée par un autre employeur n’est plus valable mais peut servir d’élément pour la reconnaissance, par le nouvel employeur, de l’acquis antérieur du salarié.
Si ton établissement a un contrat avec une société qui doit faire des travaux d’ordre électrique il te faut faire :
-un plan de prévention où il doit être clairement spécifié que le personnel doit avoir une habilitation ad hoc
-une information des personnels concernant les spécificités de vos réseaux et l’organisation concernant les consignations.
( Je suis entièrement d’accord avec ce que tu as écrit, et qui m’a été confirmé par ailleurs par l’Inspecteur hygiène et sécurité qui nous suit.
Sur cette affaire, nous travaillons avec une société d’intérim qui a pignon sur rue et avec qui l’école a l’habitude de travailler.
Nous avons bien pensé a établir un plan de prévention dans le quel il est précisé que ce sont les électriciens de l’école (formés et habilités pour, bien sûr) qui s’occupent des consignations.
Le service qualité de l’entreprise d’intérim (entreprise extérieure) nous ayant annoncé que c’était à nous (entreprise utilisatrice) d’habiliter leur salarié pour cette opération, je suis allé chercher un peu plus loin. La brochure : "l’habilitation en électricité", ED 998 de l’INRS précise bien en page 8 du document le cas du personnel intérimaire (§5.2) qui est un cas particulier : c’est bien au chef d’établissement de l’entreprise d’accueil de délivrer l’habilitation.
L’UTE que j’ai consulté sur ce sujet pour confirmation ne m’a pas répondu à ce jour.
( Je ne conseillerais pas à mon directeur d’habiliter quelqu’un qu’il ne connaît pas, à moins que cette personne ait suivi une formation adéquate récente auprès d’un organisme agréé, et on demanderait une copie de l’attestation de stage précisant son niveau d’habilitation. (Je pense bien que même comme cela il m’enverrait promener…)
Faire faire le travail par quelqu’un (ou quelques uns) et les consignations par quelqu’un d’autre, cela me paraît risqué…il faudra vraiment bien penser les conditions de levée des consignations, surtout si le chantier est long et l’effectif sur le chantier fluctuant….et les écrire dans le plan de prévention : prévoir une vraie procédure avec des vérifications.
( Tu as bien raison car je puis vous dire que j’ai vu, lors d’un recyclage de personnels, des habilitations HC-BC et H1-BR signées d’un recteur alors que les personnels n’ont aucune formation en électricité.
« Pour ne pas vouloir déléguer, il y en a qui signent n’importe quoi ! »2007 : qui signe l’habilitation dans le cas d’une UMR ?
Comment gérez-vous les habilitations électriques des personnels se trouvant dans des UMR? Qui est le signataire : l'employeur de la personne, le Président de l'entité gérant le bâtiment abritant le laboratoire? Pour être concrète : j'ai un laboratoire mixte UFC/ENSMM/CNRS, situé dans les locaux de l'ENSMM. La personne à habiliter a été formée par un organisme de formation via l'UFC (dans le cadre de la convention formation UFC/ENSMM) et est un personnel du CNRS. Qui doit signer l'habilitation?
( il est écrit sur mon titre d'habilitation à moi que j'ai qu'il doit être
signé par l'employeur ou son représentant
Donc dans ton cas je dirais quelqu'un du CNRS ou le directeur du
laboratoire
Ce n'est que mon humble avis
( Le manuel des préventions des risques professionnels pour les personnels des établissements d'enseignement supérieur précise que l’habilitation est délivrée par le chef d’établissement.
Le document les clés de la sécurité précise :
Seul l’employeur ou son représentant légal est autorisé à délivrer un titre d’habilitation. Il doit pour cela s’assurer que les personnels qu’il souhaite habiliter possèdent une formation suffisante leur permettant de connaître et de mettre en application les prescriptions de sécurité pour éviter des dangers dus à l’électricité dans l’exécution des tâches qui leur sont confiées.
Personnellement chaque fois que je forme une personne  pour l’habilitation électrique j’adresse un courrier au chef de service ou au directeur de labo pour lui confirmer que la personne est habilitable.
Il ne faut pas oublier d’indiquer au directeur ou chef de service (si ce n’est pas un service technique) qu’il vérifie qu’il est habilité à signer en lieu et place du chef d’établissement et qu’il doit s’assurer que les travaux demandés correspondent aux qualifications (compétences  techniques) du personnel. 2006 : questions diverses sur les habilitations électriques :
Petit soucis avec des enseignants vis-à-vis de l'habilitation électrique. Plusieurs m'affirment qu'un texte du ministère les autorise à manipuler sans avoir besoin de passer l'habilitation. Bien sûr, personne ne s'est donné la peine de me fournir le texte... Avez-vous connaissance d'un tel texte, ou ont-ils des idées fausses?
(Je ne connais pas ce texte et pense que ce sont des idées fausses. Il y a l'habilitation électrique "plate-forme d'essais" qui correspond à leur besoin.
(Il y a effectivement une circulaire qui s'adressait au scolaire, que je te retrouverai quand je ne serai plus en vacances. Il est alambiqué mais il ne dispense pas de l'habilitation électrique.
(B.O. N° 10 - 5 MARS 1998
SECURITE DES ELEVES
CIRCULAIRE N° 98-031 DU 23-2-1998
ENSEIGNEMENTS ELEMENTAIRE ET SECONDAIRE
 
I- Les enseignants et les formations
L'application des règles de protection concerne tant les formations spécifiquement consacrées à la technologie des installations électriques que toutes celles qui nécessitent l'apprentissage de l'utilisation de matériels alimentés en énergie électrique. Pour les unes et les autres, l'acquisition d'une compétence technique doit, en effet, être intégrée dans une démarche de prévention fondée sur la capacité d'analyser les risques et d'adopter le comportement qui s'impose face à ces risques.
La formation à cette démarche de prévention fait partie de la mission éducative : les enseignants doivent donc sensibiliser les élèves à ces enjeux et les former à une compétence professionnelle qui intègre cette démarche de prévention.
Les enseignants et chefs de travaux ont aussi l'obligation de signaler au chef d'établissement, dans les meilleurs délais, les défectuosités et anomalies qu'ils pourraient constater, de façon telle que soient prises le plus rapidement possible les mesures garantissant la conformité des matériels et installations.
L'Etat assure donc aux personnels enseignants concernés une formation adaptée leur permettant de connaître, de mettre en application et de transmettre les prescriptions de sécurité à respecter pour prévenir les risques d'origine électrique, en référence au recueil de prescriptions de sécurité UTE C 18-510. Ils possèdent ainsi la qualification requise, au sens du décret du 14 novembre 1988, pour effectuer et faire effectuer par leurs élèves les travaux électriques prévus par les programmes d'enseignement, dès lors qu'ils ont suivi un stage de formation sur la prévention du risque électrique. Actuellement, c'est la note de service n° 97-018 du 15 janvier 1997, publiée au B.O. n° 4 du 23 janvier 1997, qui définit le champ des diplômes dont le référentiel de formation à la sécurité a été achevé. Les enseignants affectés sur des postes à profil donnant lieu notamment à l'apprentissage de travaux sous tension, tels que la formation des monteurs techniciens en réseaux électriques, recevront une formation particulière propre à ce type d'activités.

(quelques questions-réponses relevées sur le site de l'Union Technique des Electriciens :
 
La formation initiale des électriciens et les diplômes d’état la reconnaissant (CAP, BEP, BAC, BTS, DUT) est-elle ou non suffisante ?
- Non, car l’habilitation est du ressort de l’employeur.

Faut-il être habilité pour changer des ampoules ou réarmer un disjoncteur (changer un fusible) une fois ?
- Oui, dans le cadre professionnel pour du personnel destiné à effectuer des travaux. Une habilitation B0V, avec une extension d’habilitation portée au dos du titre d’habilitation, peut suffire. Pour du personnel utilisateur, pour des équipements en BTA et des matériels conformes (notamment douilles de diamètre inférieur à 27mm) cela est recommandé.

Quel niveau doit avoir un formateur, hors tension – basse tension ? Quel profil doit avoir un formateur animant un stage en habilitation électrique de ce type ?
Ceci n’est pas spécifié, mais il est conseillé que le formateur ait un niveau de connaissance en électricité et en textes de sécurité tel qu’il lui permette d’assurer une formation crédible. [ça ça va finir de vexer les enseignants hihihi !!! - NDEV]

Le personnel peut-il être habilité sans avoir reçu de formation ?
Non, pour pouvoir être habilité, le personnel doit avoir acquis une formation relative à la prévention des risques électriques et avoir reçu les instructions le rendant apte à veiller à sa propre sécurité et à celle du personnel qui est placé éventuellement sous ses ordres.

Une personne non habilitée peut-elle travailler en présence de pièces nues sous-tension BT ?
Oui, à la condition d’être sous la surveillance d’une personne habilitée B0 ou B1 ou B2 ou BR.

Un formateur doit-il être habilité dans le cadre de son travail ?
Non, il lui est simplement demandé d’avoir les acquis nécessaires pour assurer une formation.

Existe-t-il des programmes de formation ?
Le mieux en la matière est de consulter les programmes préparés par la CRAM. 2005 : habilitation des personnes encadrant les TP : je me penche sur le problème de l'habilitation de toutes les personnes qui encadrent des Travaux Pratiques pouvant présenter des risques d'origine électriques (et notamment pour des filières d'électrotechnique). En effet, nous avons du personnel permanent (nos enseignants) mais nous avons également chaque année une quantité non négligeable de nouvelles personnes concernées (nouveaux enseignants évidemment mais surtout moniteurs, vacataires, ATER ...). Je recherche donc des informations sur vos pratiques et vos solutions pour permettre d'habiliter ces nombreuses personnes (formation en interne systématique de ces nouvelles personnes avant le début de l'année universitaire par un enseignant de votre établissement formé par l'INRS ? ...).
(Le problème est qu'ils ne sont pas tous électriciens... mais le BO ne leur convient pas entièrement...Le mieux est de les habiliter BR : outre l'intervention, ce niveau d'habilitation est aussi destiné aux essais et mesures. Soit nous le faisons avec des organismes extérieurs (ça coûte...) Soit nous avons former des enseignants de l'IUT  pour qu'ils puissent former les étudiants (GEII) à l'habilitation et des enseignants le cas échéant...
(On habilite au niveau BR "limité" (c'est à dire que l'on met des restrictions sur le titre d'habilitation du style la zone d'intervention ou les équipements concernés). L'avantage du BR (en + de ce qu'a dit Manu) c'est qu'il peut assurer les consignations pour son propre compte (uniquement dans le cas d'intervention, essai ou mesures). Cela ne sert à rien de les habiliter B1V voire B2V car ils ne seront jamais chargés de réaliser des "travaux" au sens de l'UTE C 18-510 (je parle ici sous le contrôle bienveillant de notre cher Président, expert en électricité !!!). Idem pour la formation de ces personnes, on a fait former un enseignant du Dpt génie électrique de l'IUT (qui ont des conventions particulières avec les CRAM et l'INRS). Pour nos autres filières, c'est une autre histoire que j'essaie de régler dans le cadre d'une convention globale avec la CRAM.
(remarques par rapport au message précédant :
-le BR : Le BR agit pour son propre compte (consignation, mesures, dépannage) ce n'est en aucun cas un chargé de travaux mais ce niveau d'habilitation "chargé d'intervention" est délivré à un électricien COMPETENT.
-pas besoin de B1V et B2V : Cela se discute car les élèves réalisent des "montages didactiques" ou travaux donc  ils sont des B presque "1" et ceux qui les "commandent" doivent être "2".
(Il me semble que lors de ces TP, sont effectuées des opérations d'ordre électrique susceptibles d'exposer à des pièces nues sous tension et que d'autre part, on apprend aux élèves à effectuer une consignation électrique et de manière générale à appliquer les régles de sécurité électrique. Dans ce cas, je ne vois pas trop comment ce type de TP pourrait être encadré par un non électricien et il me semble que cet encadrant doit parfaitement dominer les régles de sécurité électrique : à mon sens, il doit avoir le niveau de formation en sécurité électrique correspondant à un habilitation BC/B2V, éventuellement étendue à la haute tension si les appareils peuvent comporter des circuits haute tension. Qu'il y ait des "aides" de TP qui assistent l'encadrant me paraît possible, ils devront alors être B0V étendu (ou, ce qui revient au même, BR limité). PS : sauf erreur de ma part, les salles de TP d'électrotechnique doivent être équipées comme des plates-formes d'essai (arrêté du 13 décembre 1988).
(Remarque par rapport au message précédant : suivre une formation à l'habilitation sert justement à savoir si une personne est compétente c'est à dire si elle sait travailler sur une installation électrique en sécurité vis à vis de soi et des autres, en outre, j'ose espérer que la qualification d'un enseignant en électricité est en concordance avec son domaine d'enseignement.
-Définition de l'habilitation (UTEC 18-530) = c'est la reconnaissance, par son employeur, de la capacité d'une personne à accomplir en sécurité les tâches fixées. L'habilitation n'est pas directement liée à la classification professionnelle...
-Définition de l'habilitation du chargé d'intervention BR (UTEC 18-530) : cette personne effectue des interventions en BT et en assure la direction effective. Elle prend les mesures nécessaires pour assurer sa propre sécurité et celle du personnel placé sous ses ordres. Elle doit veiller à l'application de ces mesures. Elle doit assurer la surveillance permanente du personnel placé sous ses ordres au moins lorsque cette surveillance est nécessaire. Elle est autorisée à travailler au voisinage de pièces nues sous tension du domaine BT...
(Une remarque par rapport à ce qui vient d'être écrit. Certains organismes de formation (j'ai le cas avec le GRETA) refuse de délivrer une habilitation autre que B0, si le personnel n'a pas un diplôme de base en électricité. En résumé, selon leur lecture des textes un non-électricien ne peut pas faire de travaux électriques. Au mieux, l'on peut l'autoriser à changer une ampoule...
(Exact une habilitation indice 0 dit bien que la personne vaut zéro en électricité. Un enseignant est sûrement un "bon" en électricité théorique mais je ne suis pas convaincu qu'il connaisse bien les risques dus à l'électricité et qu'il maîtrise la NFC 15-100 , comme j'ai pu en juger avec des profs d'électrotechnique qui ont m'ont demandé des conseils sur des montages qu'ils avaient réalisé (j'avais quand même fait confirmer par le bureau de contrôle).Renseignement sur les habilitations (des professeurs notamment) : La réglementation concernée est le décret n°88-1056 modifié du 14 novembre 1998. Se reporter également à la circulaire d'application du 6 février 1989(pour ces textes, voir brochure INRS ED 723). Concernant les prescriptions pour le personnel (donc les habilitations électriques et les formations préparant à ces habilitations) , voir l'article 46 et les articles 48 à 51. Ne pas oublier que des dispositions particulières sont à prendre pour les salles de TP où l'on fait de l'électrotechnique, voir l'article 22 et l'article 27. L'article 27 renvoie à l'arrêté du 14 décembre 1988 concernant certains laboratoires, les plates-formes d'essais et ateliers pilotes (Voir également la brochure INRS ED 723). Tél INRS Paris : 01 40 44 30 00 Pour les habilitations, la circulaire du 6 février 1989 renvoie au sytème d'habilitations de l'UTE (voir brochure UTE C 18-510). Je conseille d'habiliter les enseignants B2V, BC minimum (Le mieux est de prendre contact avec les organismes de formation AIF, SOCOTEC, IDEF, APAVE, Véritas qui te conseilleront) (A noter que nous avons essayé l'APAVE, IDEF et Véritas et que nous sommes particulièrement satisfait de Véritas) Il y a un autre système d'habilitations spécifique (Hors UTE, développé je crois par le CEA) pour les personnels de laboratoire et de plates-formes d'essais et que dispensent certains organismes tels que l'IDEF et Véritas (je ne sais pas ce que ça vaut). Pour finir, tu trouveras un maximum d'informations sur le serveur suivant (Réseau national de ressources en électrotechnique) :  HYPERLINK "http://www-sv.cict.fr/iufmrese/" http://www-sv.cict.fr/iufmrese/Habilitation : délivré par le secrétaire général ou président sur proposition du responsable du service technique de l'université, après accord de l'IHSQuestions techniques2011 : (échanges hors GP Sup) : élagage près de lignes électriques
Lors de la saison d'élagage, nos agents sont amenés à travailler à proximité de lignes électriques  fils nus et conducteurs isolés. Au sein de vos collectivités, quelles mesures avez-vous prises (formation/habilitation des agents, travaux confiés à l'entreprise, etc.)?
(Bien entendu, les premières mesures passent par la formation et l'habilitation des agents. L'activité doit également avoir fait l'objet d'une évaluation des risques dont l'analyse, les risques identifiés et les mesures de prévention auront été inscrits dans le D.U. de votre collectivité. Concrètement, il faut interpeller l'exploitant (EDF) pour une éventuelle mise hors tension des lignes électriques ou plus probablement pour faire poser des isolants, celles-ci ne pouvant souvent pas être mises hors tension. Il faudra également prévoir la présence d'un agent dont l'unique fonction sera de s'assurer que les agents ne s'approchent pas des lignes électriques, notamment en cas d'utilisation de nacelle. Le recours à l'entreprise privée n'exonère en rien votre responsabilité, le risque en question (électrique) devant naturellement être traité et solutionné lors de la rédaction du PDP.2009 (échanges hors GP Sup) : ligne électrique aérienne 
Des électriciens sont en charge d'installer les éclairages de Noël et prennent appuis sous des lignes ne dépassant pas 500 V.  Faut-il dans ce cadre une DICT ?
("Oui sauf si l'entreprise a passé une convention avec l'exploitant. Réf. Titre III article 12 du décret 91-1147 du 14 octobre 1991" Article 12 : Pour les travaux effectués à proximité des installations électriques aériennes, les services publics ou entreprises qui ont passé des conventions portant sur la sécurité avec les exploitants de ces installations ne sont pas tenus d'adresser à ceux-ci une déclaration d'intention de commencement de travaux.2009 : comment éviter les cascades de rallonges et multiprises pour utiliser les ordinateurs portables en amphi ?
(Il y a .la solution des prises encastrées au sol ou incorporées au mobilier (attention aux règles d'installation qui sont strictes lorsque les prises de courant sont sur le mobilier). La solution (vœux pieux) est de prévoir des prises en nombre suffisant pour de telles toiles d'araignée.2009 : hauteur de l’arrêt d’urgence – déplacement d’un arrêt d’urgence
Les services techniques de l'université souhaiteraient déplacer un dispositif d'arrêt d'urgence *extérieur* qui alimente un certain nombre de bâtiments du campus. La raison invoquée : trop accessible par n'importe qui, des promeneurs indélicats qui auraient, par le passé, "joué" avec et provoqué l'extinction intempestive des bâtiments.
Actuellement placé à une hauteur d'1 m, celui-ci serait plutôt placé à 2 m environ.
Pour ce faire, faut-il avoir une autorisation, des pompiers par exemple ?
L'un ou l'une d'entre vous a t-il été confronté(e) à ce type de problématique ?
(De toute façon il faudra signaler aux pompiers (pour la validation et la mise à jour du code étare) les lieux du dispositif d'arrêt d’urgence, le mieux est de les contacter directement puis de déterminer avec eux le lieu le plus adéquat.
2 m : je ne pense pas que cette hauteur soit acceptée par les pompiers, Lucien pourra nous le dire. Ne pourrais-tu pas envisager de le faire déplacer un peu plus loin des chemins piétonniers...
(Nous demandons l'avis des pompiers avant de déplacer un arrêt d'urgence.2008 : entretien TGBT
Une petite question pour les pro de l'elec : quelles sont les obligations d'entretien et de nettoyage d'un TGBT?
(Bon sens = maintien en bon état de fonctionnement = dépoussiérage, reserrage des bornes et connections, vérification régulière des différentiels,...
(Après qqs recherches infructueuses sur le net j’ai fait appel à ma mémoire.
En dehors de faire un arrêt une fois par an pour faire un resserrage des connexions avec une clé dynamométrique suivant recommandations du constructeur et un débrochage des appareils débrochages je ne vois rien d’autre sauf si le tableau est exposé à bcp de poussières : dans ce cas faire un dépoussiérage s’impose. Sans oublier le test des différentiels.2006 : arrêt d’urgence dans une salle informatique : Le service technique me questionne sur l’opportunité d’installer un arrêt d’urgence dans une salle informatique ou une salle photocopieur. L’article 10 du décret no 88-1056 du 14 novembre 1988 prévoit :
Séparation des sources d'énergie IV. -- Dans les installations des domaines H.T.A. et H.T.B.: Coupure d'urgence Art. 10. - Dans tout circuit terminal doit être placé un dispositif de coupure d'urgence, aisément reconnaissable et disposé de manière à être facilement et rapidement accessible, permettant en une seule manœuvre de couper en charge tous les conducteurs actifs. Il est admis que ce dispositif commande plusieurs circuits terminaux. Définitions Art. 2. - Pour l'application du présent décret, les termes mentionnés ci-dessous ont les significations suivantes: ... Circuit terminal: circuit relié directement au matériel d'utilisation ou aux socles de prises de courant. ...
Donc, si je comprends bien, l’arrêt d’urgence ne serait pas nécessaire compte tenu que pour une sale informatique on doit être en BTA. De plus, une telle salle doit déjà être équipée de disjoncteur différentiel et de sectionneurs automatiques. Je n’en vois donc pas l'intérêt. Qu’en pensez-vous ? L’arrêt d’urgence est-il souhaitable ?
( Normes = normes AFNOR = décret du 14 nov 1988 (cf ED 723 de l’INRS). Norme NFC 15-100 qui définit la conception, la réalisation, la maintenance, le contrôle des installations électriques basses tension (inf à1000 volts) Ensuite voir articles EL  et EC et en prime pour les SSI voir les MS dans  le règlement de sécurité incendie2005 : prise électrique dans une sorbonne : On me pose la question suivante: Peut-on poser une prise électrique à l'intérieur d'une sorbonne?
(la XPX 15-203 précise :
 "L'équipement  électrique de la sorbonne doit satisfaire aux prescriptions des normes CEI 364-6-1, CEI 364-7-706, CEI 364-7-707 et être classé IP 55 selon la norme NF EN 60529 lorsqu'il est installé à l'intérieur de la sorbonne. L'équipement électrique des sorbonnes concues pour être utilisées dans une atmosphère très humide doit être en double isolation."
(attention à ne pas confondre classe d'isolation  et l' Indice de Protection (IP xxx) qui correspond aux conditions d'environnement. Cependant il est vrai que l'on a habitude d'utiliser du classe II dans les salles de bain et cela amene à la confusion.
(je suis d'accord ce n'est pas pareil...c'est pourtant ainsi que la norme est rédigée..."dominos" ou "sucres" : il n'est pas interdit de les utiliser mais il faut respecter certaines conditions : 1/ Enfermés dans des enveloppes (protection contre le contact direct) clairement repérées qui ne puissent être ouvertes que par un outil (ce ne sera pas n'importe qui ouvrira ). cela est autorisé dans les goulottes capotées par exemple mais il faut que la position du "sucre" soit repérée car si non en cas de pannes "bonjour les recherches". 2/ Lorsqu'ils sont utilisés sur les liaisons CR1 C1 il faut qu'ils résistent au fil incandescent 950 °CDisjoncteur : Mettre des disjoncteurs différentiels 30mA (protection supplémentaire)Incendie-explosionPermis de feu2010 : Permis de feu à l’année ?
petite colle pour commencer : nous avons fait un marché avec une entreprise pour 3 ans. Or cette dernière aura toujours besoin de meuler, souder....  Nous avons fait le plan de prévention mais reste la question rigolote du permis de feu... cette dernière m'indique que des boîtes ont accepté de signer des permis à l'année... Or, même si les vacances ont laissé du vide dans mes petits neurones, je me rappelle qu'un permis ne se fait qu'au coup par coup. Alors comment résolvez vous ce "détail" chez vous sachant qu'effectivement on ne peut pas être constamment derrière pour faire des permis de feu minute à moins d'y coller à 100% un agent (impossible). d'ailleurs on a le même problème avec les services techniques...
(C'est effectivement possible de faire un permis de feu pour un long terme.
 Nous faisons régulièrement des permis d'une durée de plusieurs mois sur nos chantiers de réhabilitation où des entreprises font des travaux par points chauds tous les jours.
Cependant, une année c'est trop long, à mon avis.
Nous faisons nos permis au trimestre afin de faire des piqûres de rappel régulières aux entreprises.Extincteurs - RIA2010 : contrôle périodiques des extincteurs – réglementation, norme, référentiel
Encore une question à propos de la vérification des extincteurs, nous allons lancer une mise en concurrence pour cette prestation.
Si je regarde les textes, je me pose la question de savoir sur quoi m’appuyer pour faire établir la proposition ?
- Beaucoup d’exemples récents de CCTP présentés sur ce forum font référence au CNMIS et à son "guide pour la maintenance des extincteurs mobiles". A priori cet organisme n’existe plus, les recherches sur le net sont vaines leur site (cnmis.org) n’existe pas (plus ?).
- Nous ne sommes pas dans le domaine d’application de la "Règle R4" de l’APSAD.
- Restent :
- Le règlement ERP avec ses articles MS38 à MS 40, ainsi que le PE26. Ils nous précisent qu’un extincteur doit faire l’objet d’une vérification annuelle et d’une révision tous les dix ans par une personne ou un organisme compétent", sans plus.
Dans ce texte, il n’y a (dans la version actuelle) aucune référence à une norme AFNOR.
            - Le code du travail qui nous indique que les extincteurs doivent être "maintenus en bon état de fonctionnement".
Tout cela me semble bien vague, merci pour votre éclairage.
(Un petit bout de mon expérience...
Tous les prestataires consultés pour l'UFC font état de leur certification et de leur agrément APSAD. Ils utilisent donc les certificats qualité, normes, etc. préconisé par l'APSAD. Ce n'est pas gênant globalement, mais simplement pour faire quelques économies il faut refuser de se faire appliquer quelques points de la R4 :
protections complémentaires qui vont plus loin que l'ERP et le Code du travail, audit IEM.
A voir aussi avec votre assureur s'il n'impose pas la R4. Ca finira bien par nous arriver...
(Ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain : ce n'est pas parce que le CNMIS a disparu que le descriptif technique de la vérification d'une extincteur devient caduque.
Rien ne t'empêche, dans ta consultation de définir le mode opératoire que tu souhaites voir appliquer. Il suffit de le recopier dans ton CCTP.
Autre piste : le certificat professionnel de vérificateur d'extincteur.
Il faut bien que les techniciens qui assurent la prestation disposent d'une formation et d'un référentiel. Lorsqu'une boîte subi un audit périodique relatif à sa certification, il faut bien des règles du jeu ...
Pour ce qui est des certifications, j'ai rendu indispensable la NF Service.2010 : panneaux signalant extincteurs – obligatoires ?
Lors de la dernière vérification (en fait c'était aussi la première car le bâtiment est seulement ouvert) le prestataire nous a établi un devis pour la pose de panneaux signalant les extincteurs en disant que c'est obligatoire. Il me semble qu'il a raison mais je ne trouve plus la référence règlementaire  (tant qu'à faire, en ERP et dans le Code du travail) et donc j'ai un doute.
( Voici le MS39 Art. MS 39 - (Arr. 26 juin 2008, art. 2).  
(1) NDLR : entrée en vigueur : le 9 octobre 2008 (Arr. 26 juin 2008, art. 12 partiel). .
Emplacement 1 - Les moyens d'extinction doivent être répartis de préférence dans les dégagements, en des endroits visibles et facilement accessibles. Ils peuvent être protégés à condition de faire l'objet d'une signalisation claire. Ils ne doivent pas apporter de gêne à la circulation des personnes et leur emplacement, repéré par une signalisation durable, doit être tel que leur efficacité ne risque pas d'être compromise par les variations éventuelles de température survenant dans l'établissement. 2 - Les extincteurs portatifs sont judicieusement répartis et appropriés aux risques notamment électriques qu'ils doivent combattre. Il y a un minimum d'un appareil pour 200 m2 et par niveau, avec un minimum de deux par établissement. Ils doivent être accrochés à un élément fixe, avec une signalisation durable, sans placer la poignée de portage à plus de 1,20 m du sol. Dans le code du travail c'est l'article R4227-28. Dans ces deux textes il n'y a pas d'obligation de mettre en place des panneaux si les extincteurs sont visibles. Si l'extincteur n'est pas visible (dans un placard comme dans les centre commerciaux ou caché par un meuble sur un coté) il faut une signalisation claire (un panneau ou autre chose). De plus, un panneau plat collé contre le mur ne sert à rien dans un couloir car on ne le voit pas si on n'est pas devant... Le plus simple est de demander au vendeur une copie du texte qui l'exige en vérifiant qu'il s'applique bien dans l'établissement concerné. Concerné au problème il y a quelques années le vendeur n'avait pas pu me présenter un tel texte applicable dans mon établissement...
( l'article MS 39 a été modifié en 2008, et cette modif concerne principalement la hauteur de l'extincteur et sa signalisation Maintenant il y a obligation de fixer l'extincteur à une hauteur bien précise (poignée à max 1.20m du sol), et il y a obligation de mettre une signalétique, même lorsque l'extincteur est visible, alors qu'avant c'était uniquement lorsqu'il ne l'était pas (dans une niche par exemple) Pierre, tu as d'ailleurs bien cité la nouvelle version du MS 39, dans laquelle on insiste bien sur la "signalétique durable" puisque c'est répété 2 fois *MS 39 **Emplacement */(Arrêté du 26 juin 2008)/ * § 1.* Les moyens d'extinction doivent être répartis de préférence dans les dégagements, en des endroits visibles et facilement accessibles. Ils peuvent être protégés à condition de faire l'objet d'une signalisation claire. Ils ne doivent pas apporter de gêne à la circulation des personnes et leur e*mplacement, repéré par une signalisation durable*, doit être tel que leur efficacité ne risque pas d'être compromise par les variations éventuelles de température survenant dans l'établissement. *§ 2.* Les extincteurs portatifs sont judicieusement répartis et appropriés aux risques notamment électriques qu'ils doivent combattre. Il y a un minimum d'un appareil pour 200 m^2 et par niveau, avec un minimum de deux par établissement. Ils doivent être *accrochés à un élément fixe, avec une signalisation durable*, sans placer la poignée de portage à plus de 1,20 m du sol.
( Pour le code du travail c'est l'article R4227-33 : "Les installations d'extinction font l'objet d'une signalisation durable aux endroits appropriés".2008 : type d’extincteur dans un labo de chimie ou biologie
Petit désaccord interne, alors j'ai besoin d'un arbitrage : quel type d'extincteur mettez vous dans les laboratoires de chimie et ou biologie ?
(1- eau pulvérisée + additif 6 litres
2- + CO2 5kg
3- poudre polyvalente 6 kg : si besoin : en fonction de la quantité de produits inflammables ou des manipulations (à n'utiliser qu'en dernière extrémité car trop de dégâts derrière à cause de la poudre)
(à Lyon 1 même procédure. Nous limitons les poudres polyvalentes (tous les poudres BC sont éliminés au fur et à mesure) aux zones de stockage de produits chimiques ou pour des manipulations à risques importants. Ailleurs nous avons déjà eu des dégâts et même comme çà certains ont trouvé le moyen d'aller chercher à l'opposé du couloir un extincteur poudre alors qu'ils avaient un extincteur CO2 à côté pour éteindre un départ de feu sur un PC. Résultat au lieu d'avoir perdu un PC, ils en ont perdus 5. C'est le Directeur d'unité qui a apprécié.
(Même principe à la fac de médecine et pharma de Nantes.
Nous avions changé la plupart des extincteurs à poudre pour mettre des extincteurs à eau pulvérisée avec additif. Moins de dégâts et même efficacité sauf dans quelques cas particuliers.2007 : Vérification quinquennale
Quelqu'un pourrait-il me ré-expliquer l'histoire du passage aux mines des extincteurs à pression permanente (les extincteurs à CO2) ? Mon, problème est le suivant : un fabricant me dit que lorsqu'un extincteur âgé de plus de 5 ans doit être rechargé, il faut obligatoirement le passer aux mines. Je pensais que cette obligation était valable pour les extincteurs ayant plus de 10 ans de fonctionnement et étant déjà passés aux mines ...
(cf. la NF S 61-919 prévoit des procédures de maintenance supplémentaires (maintenance additionnelle approfondie) tous les 5 ans pour les extincteurs : à eau (ou à base d'eau), à poudre, à mousse (pas la kro hein d'accord ?)... rien pour les CO2 outre l'inspection annuelle et la decennale
(J'ai eu le CNMIS. C'est effectivement requalification obligatoire si l'extincteur à CO2 nécessite une recharge au delà de sa 5ème année. La requalification est obligatoire au bout de 10 ans, même si l'extincteur n'a pas été déchargé. Quand on requalifie un extincteur de plus de 5 ans (qui a été déchargé), on repart à 0...
(Référence réglementaire = arrêté du 15 mars 2000 modifié (article 22)2007 : Couleur des RIA
quelqu'un connaît il la réglementation qui s'applique à la courleur des RIA. En effet, la grande majorité sont de couleur rouge (ceux en place ou ceux que l'on veut acheter) mais nous en avons un au Cnam qui est vert : y a t il une couleur réglementaire ?
(De façon générale la couleur rouge est la référence en matière de sécurité incendie et la couleur verte pour ce qui concerne le sauvetage et l'évacuation. Donc un RIA ou un extincteur doivent être rouge. On trouve parfois des "extincteurs" verts, mais il s'agit en fait de "douches de sécurité" portatives en cas de projection de produits chimiques sur une personne.
(le MS 14 (par.1) se réfère aux normes NF EN 671.1 et 671.2...
 NF EN 671-1 - septembre 2001 - S 61-201 - installations fixes de lutte contre l'incendie
systèmes équipés de tuyaux
partie 1 : robinets d'incendie armés équipés de tuyaux semi-rigides
"11. Couleur, symboles, marquage et instructions
11.1 Couleur Les flasques du dévidoir doivent être de couleur rouge, sauf si les règlements autorisent l'usage d'autres couleurs."
 NOTE
La norme ISO 3864 - Couleurs et signaux de sécurité - spécifie une couleur rouge appropriée.
 même chose pour la NF EN 671-2 - septembre 2001 - S 61-202 - installations fixes de lutte contre l'incendie
systèmes équipés de tuyaux
partie 2 : postes d'eau muraux équipés de tuyaux plats
(La norme NFX 08-100 précise également la couleur à respecter pour
identifier les canalisations propres aux moyens d'extinction. Je n'ai pas la norme mais en je vous envoie un document INRS qui est pas
mal.
Bref le R.I.A. doit être rouge.
(En plus des articles des textes réglementaires relatifs aux installations de RIA dans les ERP, IGH, Installations classées et le Code du Travail, les principaux référentiels applicables sont les suivants :
 INCLUDEPICTURE "cid:image001.gif@01C7962E.625CA810" \* MERGEFORMATINET  HYPERLINK "http://www.cnpp.com/ind.asp?page=select.asp?APSAD.x=38&APSAD.y=47" \t "_blank" Règles APSAD R5 d'installation de robinets d'incendie armés,  INCLUDEPICTURE "cid:image001.gif@01C7962E.625CA810" \* MERGEFORMATINET Normes de matériels NF EN 671-1 et NF EN 694,  INCLUDEPICTURE "cid:image001.gif@01C7962E.625CA810" \* MERGEFORMATINET Normes d'installation NF S 62-201 et NF EN ISO 6708.
Mais pour l’incendie la couleur c’est le  rouge2006 : répartition des extincteurs dans les bâtiments
en ce début d'année un contractuel dans le service a fait un inventaire des extincteurs et des contrats de maintenance existants sur l'université (1 contrat par composante, 15 composantes sur deux départements , le pied quoi) Avec une majorité de contrats avec SICLI que je sais assez cher , mais le plus marrant c'est que tous les contrats ont des coûts moyens par extincteur  variant du simple au quadruple! Le but de cet inventaire était de monter un marché global "vérification extincteurs" pour toute l'université et ainsi obtenir de meilleurs tarifs. Seulement le responsable Patrimoine (service qui gère ce genre de marché ici) nous a répondu qu'il faudrait d'abord être sur que le nombre d'extincteur est en adéquation avec les risques (en effet certaines sociétés vous collent des extincteurs tous les 15 m, ou des trucs énormes pour de toute petite pièces, etc...) Ma question est la suivante : comment s'y prendre pour vérifier cette adéquation ?
1- moi technicien je passe partout et vérifie tous les extincteur un à un (2439 ça devrait aller vite ), 2- un bureau de contrôle peut faire ça ? (mais là le coût est différent )
J'avoue que sur mon poste précédent j'ai fait cette étude avec la nouvelle société de vérification pendant leur première vacation et je trouvais que c'était une bonne solution car de toute façon les extincteurs en trop (s'il y en a) seront encore vérifiés jusqu'à leur mise au rebuts (à 10, 15 ou 20 ans selon les avis) ce serait ridicule de jeté des extincteurs neufs sous prétexte qu'ils sont en trop! Des retours d'expérience ?
(Pour vérifier l’adéquation du parc extincteur, il suffit de mandater un technicien compétent (le mieux c’est qu’il soit détenteur du CAP de maintenance des extincteurs surtout en ERP) et de lui faire faire le tour. Les sociétés comme SICLI et Desautel le font mais en général ils assomment sur les prix et sur la taille des extincteurs (en plus, ils adorent les poudres).
Nous, nous avons résolu le problème en le traitant en interne. Mes agents ont suivi une formation au CNPP et mes deux techniciens ont le CAP.
P.S. :  Le CAP devrait bientôt être obligatoire pour assurer la maintenance des extincteurs en ERP.
(Lors d'une visite de Commission de Sécurité, le commandant sapeur-pompier m'a indiqué que la mission réglementaire "Moyens de Secours" confiée à un bureau de contrôle agréé comprenait un volet que l'on pourrait intituler "adéquation des moyens de secours avec les risques" dans lequel le vérificateur doit se prononcer sur les types d'extincteurs, leur répartition, ... et non pas se borner à confirmer que les appareils portent bien une étiquette, une griffe et une année. Tu n'as donc pas besoin de mandater un organisme, ... juste à demander à ton bureau de contrôle qu'il fasse son boulot complètement ! Pour être tout à fait sûr, il te faut vérifier les textes auxquels le bureau de contrôle fait référence dans les premières pages de son rapport.
(je suis en plein dedans aussi... et nous avons fait le même constat pour ce qui du prix des vérifications... (jusqu'à 2¬ d'écart/prix de vérification/appareil avec la même entreprise) pour le nombre d'extincteurs, on peut se servir du rapport 1 extincteur/200 m2 pour les composantes tertiaires et en considérant qu'avoir plus d'extincteurs dans un bâtiment genre "département chimie" n'est pas une aberration...une des possibilités est de demander la remise (gratuite) d'un certificat de conformité N4 à la règle APSAD R4 (1 extincteurs EP+add ou poudre ABC ou mousse/200m2  et extincteurs appropriés aux risques), mais cela ne montre pas forcément que les extincteurs sont surnuméraires...
(Je suis d'accord que la société qui vérifie doit aussi vérifier l'adéquation avec le risque mais pour avoir bossé chez bureau véritas et pour avoir à cette occasion fait une mission sur le sujet, on se rend compte que bien souvent ceux qui installent et contrôlent tes extincteurs ont une drole de façon d'appliquer le texte pour la répartition des extincteurs (je serais tentée de dire au pifomètre pour ne pas dire que certains doivent volontairement en demander plus pour faire de la vente...et encore s'ils étaient judicieusement choisis et placés!). Un détail concernant les extincteurs en trop ou même les extincteurs périmés : si tu as la chance d'avoir un terrain ou tu peux faire les exercices
extincteurs, utilise les rebuts à cette occasion; même si tu fais venir une société de formation, négocie les prix en argumentant que tu fournis une partie des extincteurs. 2006 : Extincteurs dans les ERP type R 
Dans un bâtiment type R en construction avec des salles de préparation en chimie (orga, miné...), la société chargée des extincteurs veut nous coller des poudre dans ces fameuses salles je croyais que les poudre n'étaient pas recommandés (voir acceptés) dans les type R.
(Etablissement de type R : (Arrêté du 13 janvier 2004)/ « La défense contre l'incendie doit être assurée : - par des extincteurs portatifs à eau pulvérisée de 6 litres minimum, placés à proximité de chaque sortie des niveaux , avec un minimum d’un appareil pour 200 mètres carrés ;
- par des extincteurs appropriés aux risques particuliers. La mise en place d’autres moyens d'extinction ne doit être imposée que dans des cas tout à fait exceptionnels, notamment en présence de risques d'incendie associés à un potentiel calorifique ou fumigène important. »
Apparemment il n' y a pas de non recommandation pour ce type d'extincteur (je n'en ai pas trouvé)et Il est vrai que les extincteurs à poudre sont plus appropriés pour les produits chimiques mais les dégâts en cas d'utilisation sont plus importants et leur utilisation peut être irritante...
(Je n'ai pas de texte; mais c'est vrai qu'on évite de mettre des extincteurs à poudre à l'intérieur de bâtiment ERP car la poudre rend la visibilité nulle ou quasi-nulle ce qui peut compromettre la fuite des occupants (en plus des dégâts occasionnés en particulier sur le matériel sensible).2005 : coût de la formation d’une personne pour vérifier les extincteurs :
(l'un d'entre vous a-t-il formé un de ses agents à l'entretien des extincteurs et si oui par quel organisme et quel coût ?
(OUI CNPP de mémoire 8 à 10 000 F (oups, environ 1500 euros !)2005 : passage aux mines des extincteurs, norme sur les extincteurs : le parc des extincteurs vient de dépasser les 10 ans je dois les faire passer aux mines d'après la R4, c'est à dire faire faire un reconditionement par mon fournisseur.(c'est un peu moins cher que des neufs) je croyais que seuls les CO2 étaient concernés mon fournisseur qui sent la bonne affaire (600 extincteurs toutes catégories dans un cas et seulement 200 pour les co2 ) m'affirme qu'ils doivent TOUS passer aux mines.
(Le passage aux mines est réservé aux extincteurs à pression permanente (comme tout réservoir sous pression !). Donc si tu as des extincteurs à eau pulvérisée ou à poudre à pression permanente, ils sont également concernés. Dans le cas contraire, change de prestataire ......... !
(Ton fournisseur te propose sûrement la révision en atelier et renouvellement de la charge  comme prévu par la norme NFS 61 919  Pour tout les types d'extincteurs d'incendie portatifs. ( Annexe A et Annexe D de la norme). Mon fournisseur m'a avoué "honnêtement" qu'une telle pratique coûte plus chère pour le client que de racheter un neuf ou de faire un échange standard avec des prix négociés par marché ! Donc en gros, nos extincteurs ont maintenant une durée de vie de 10 ans maxi
(A mon avis, la bonne question est : est-ce que la norme NF S 61 919 s'applique dans nos établissements? Malgré diverses recherches, je n'ai à ce jour pas la réponse.
(cf. l'article MS 38 § 2 du règlement de sécurité : je considère que la norme de maintenance concernant ces appareils est alors également obligatoire : Article MS 38 : Objet § 1. Les établissements doivent être dotés d'appareils mobiles tels que: - seaux-pompes d'incendie; - extincteurs portatifs; - extincteurs sur roues, pour permettre au personnel, et éventuellement au public, d'intervenir sur un début d'incendie. § 2. Ces appareils doivent être conformes aux normes françaises les concernant.2004 : vérification extincteur – norme : L'article MS 38 précise que les appareils doivent etre conformes aux normes françaises les concernant. La norme NF S 61-919 sur la maintenance des extincteurs d'incendie portatifs a été révisé en juillet 2004. La précédente version datait de 2001. A ce propos, nos fournisseurs en extincteurs ne sont pas du même avis sur l'entretien des extincteurs a pression permanente, eau ou poudre. Certains disent qu'il faut les ouvrir chaque année, dixit nouvelle norme!!, d'autres sont opposés, une vérification de la pression suffit. L'ouverture imposerait un retour en atelier, d'ou un coût supplémentaire. Avez-vous un retour d'expérience à ce sujet? Merci.2004 : périodicité de vérification des extincteurs
Mise à part le contrôle périodique annuel de tous les extincteurs et la réépreuve par le service des mines pour les appareils au dioxyde de carbone (10 ans ou 5ans selon le cas), un contrôle générale est à effectuer sur les extincteurs âgés de 15 ans. Je te conseille de te munir de l'édition n° 7 de septembre 2000 du "guide pour la maintenance des extincteurs mobiles" par l'intermédiaire du Comité National Malveillance Incendie Sécurité (C.N.M.I.S.s.a.s) au 16, avenue Hoche 75008 Paris Tél : 01 53 89 00 40, Fax: 01 45 63 40 63, Site internet :  HYPERLINK "http://www.cnmis.org/" http://www.cnmis. HYPERLINK "http://www.cnmis.org/" org, Email : cnmis@cnmis.org. Par contre le domaine d'application de la règle APSAD ne concerne que les installations d'extincteurs mobiles mises en place dans des bâtiments du secteur industriel, commercial ou tertiaireHauteur des extincteurs : (dans l'ouvrage "les clés de la sécurité" (spécifique enseignement) il est préconisé que la poignée de portage soit à 1m20 du sol.
(la circulaire 84-319 du 3 septembre 1984 sur les règles de sécurité dans les établissements scolaires dans l'alinéa 4 concernant la sécurité incendie, il faut se reporter au MS 51, MS 46 et 47 donc c'est comme dans tous les établissements 1,20mExtincteurs : durée de vie (Seuls les extincteurs à CO2 (sous pression) doivent être contrôlés: les cinq premières années, ils peuvent être rechargés après utilisation; entre cinq et dix ans, ils doivent être éprouvés avant d'être rechargés. Leur durée de vie est limitée à dix ans. Les extincteurs à poudre ou à eau sont maintenu en service suivant l'état de corrosion intérieure (estimée par le vérificateur).
(Pour les extincteurs à CO2 il doivent passer aux mines au bout de 10 ans si l'appareil n'a pas été utilise (5 ans si l'appareil a été utilise) puis tous les 5 ans. A cette occasion il est souvent proposé un "échange standard" par l'entreprise qui en assure l'entretien.
(Concernant les extincteurs à eau, la seule chose qui doive motiver son remplacement est la détérioration de la cuve par oxydation et les conditions de stockage (en extérieur, soumis au gel etc ...). Il est conseillé afin d'assurer une maintenance préventive correcte de surveiller particulièrement les extincteurs à eau de plus de 15 ans . En dehors de toute considération commerciale, un extincteur qui a plus de 20ans, c'est pas très sérieux !Coût vérification extincteurs : exemple de différents coûts liés à la gestion d'un parc d'extincteur: 1- la vérification annuelle de tous les appareils : entre 19,5 et 29 fht l'unité, petites pièces comprises 2- le passage aux mines des appareils à pression permanente après 10 ans (réépreuve) : entre 245 et 375 fht l'unité (CO2 de 2kg) 3- les interventions de dépannage pour des rechargements (hors contrat) : vérification entre 49 et 55 fht pièce, et rechargement entre 80 et 170 fht pièce ( 6l + add) 4- l'achat d'un certain nombre d'extincteur : de 385 à 470 fht pièce 5- les rechargements périodiques (tous les 5 ans) pour les extincteurs avec additif : entre 60 et 170 fht pièce.Présence d’un responsable / électricien sur site – responsable unique2010 (échanges hors GP Sup) : convention dans les ERP de moins de 300 personnes pour déroger à la règle de la présence d’un représentant de la direction
L'année 2010 a connu une petite révolution au niveau de la règlementation incendie dans les ERP. En effet, un arrêté, publié au JO le 16/02/2010, assouplit l’obligation de présence systématique d’un représentant de la Direction dans les ERP lorsqu’il y a moins de 300 personnes dans l’équipement. Je souhaiterai savoir si certains d'entre vous, auraient déjà mis en place des procédures permettant l'application de ces nouvelles mesures, surtout pour l'article MS 46 ?
(la référence à l'effectif se trouve dans l'article MS46-3:"Il peut être admis qu'en atténuation du premier paragraphe une convention soit signée entre l'exploitant et un ou des utilisateurs de l'établissement pour organiser le service de sécurité lors de manifestations ou d'activités dans les établissements autres que ceux de la 1re catégorie, sans hébergement, disposant d'une alarme générale ne nécessitant pas une surveillance humaine et dont l'effectif total n'excède pas 300 personnes."2010 : Présence d’un responsable et électricien pendant les heures d’ouverture
J'ai reçu le courrier ci-joint de mon DGS concernant la réglementation de sécurité incendie dans les ERP et plus particulièrement la présence de certains personnels pendant la présence de public (MS52 et EL18). En résumé 2 questions se posent (et je sais qu'elles ont déjà été posées dans le forum du gp sup...) en mettant entre parenthèse le côté bien formel du courrier reçu!!! : 1. Présence de la direction (article MS52) Mon service juridique affirme que la présence d'une personne formée à la sécurité incendie est suffisante pour répondre à cet article et que cette personne peut être de catégorie B ou C. Qu'en pensez-vous? Je me rappelle d'une réponse faite à Vincent Conrad où le code de l'éducation était cité pour définir qu'il fallait un catégorie A... 2. Présence d'un électricien (EL18) Le bâtiment est 2ème catégorie mais la question se pose pour l'ensemble des sites. Est ce la présence d'un électricien qui est obligatoire (paragraphes 1 et 2 de l'EL18) ou le texte permet-il d'avoir la présence physique d'une personne habilitée qui interviendrait pour couper le courant en cas d'urgence et appeler le service technique ou une entreprise pour intervenir le lendemain? Peut-être y a-t-il d'autres articles qui s'appliquent? (En effet, c'est Michel AUGRIS qui avait confirmé que selon l'article L712 du code de l'éducation le représentant de la direction ne peut être que de catégorie A : Code de l’éducation  article L 712-2 Le président peut déléguer sa signature aux vice-présidents des trois conseils, aux membres élus du bureau âgés de plus de dix-huit ans, au secrétaire général et aux agents de catégorie A placés sous son autorité ainsi que, pour les affaires intéressant les composantes les services communs et les unités de recherche constituées avec d'autres établissements publics d'enseignement supérieur ou de recherche, à leurs responsables respectifs." Nous travaillons actuellement sur le sujet et notre conclusion est qu'en présence du public sur un site il faut absolument la présence d'un tandem : 1- Représentant de la direction : capable de prendre les décisions qui s'imposent pour la sécurité du public (on ne peut pas demander cela à un agent de catégorie C) 2- Chargé de la gestion de la sécurité : agent capable de gérer la centrale d'alarme, de prévenir les secours et de mettre en oeuvre les dispositions relatives à la sécurité. Si le 1 a été formé en conséquence il peut cumuler son rôle avec celui du 2, le contraire n'est pas possible. Pour ce qui est de "l'électricien" présent pour les établissements des 1ere et 2e catégorie, je pense que le mot parle de lui même (être habilité ne veut pas dire être électricien). Après pour ce qui est de la réalité du terrain, je sui d'accord qu'on est loin du compte...  A Reims on fonctionne éventuellement par contrat avec une entreprise extérieure qui n'est pas présente sur le site mais qui iontervient sur demande. c'est mieux que rien mais ça ne répond de façon conforme à la question.
(Article MS 52 a été modifié en décembre 2009 § 1. Pendant la présence du public, l'exploitant ou son représentant doit se trouver dans l'établissement pour :     - décider des éventuelles premières mesures de sécurité ;     - assurer l'accès à tous les locaux communs ou recevant du public aux membres de la commission de sécurité lors des visites de sécurité en application de l'article R. 123-49 du code la construction et de l'habitation ;     - assurer la mise à jour du registre de sécurité prévu à l'article R. 123-51 du code de la construction et de l'habitation. § 2. Lorsque les conditions d'exploitation le justifient, il peut être admis par la commission de sécurité compétente que l'exploitant ou son représentant ne soit pas en permanence dans l'établissement sous réserve :     - d'être joignable en permanence et en mesure de rejoindre l'établissement dans les délais les plus courts ;     - que des consignes claires soient données au service de sécurité incendie présent sur le site.
ces nouvelles dispositions ne sont pas tout à fait cohérentes avec l'arrêté de 2002 applicables aux établissements d'enseignement supérieur2009 : responsable unique
Histoire de parler d'autre chose que la grippe, le président envisage de désigner des responsables uniques de sécurité pour chaque site au sens de l'arrêté du 14 octobre 2002. ces personnes auraient une délégation du président pour assurer (et assumer) les questions relatives à la sécurité des personnels et du public. Qui parmi vous a déjà mis cela en œuvre dans son établissement ? Avez-vous réalisé des consignes, des procédures ou des documents d'aide à la décision à l'attention des personnes délégataires ? Comment s'est passé le choix de la nomination des personnes (notamment pour un site avec plusieurs composantes) ? Comment s'est passée la communication ? Y at-il eu des réunions préalable d'information et de concertation ? les personnes ont-elles découvert leur nomination en recevant l'arrêté ? (personnellement j'ai essayé de faire passer ça à mon arrivée ici, le SG m'avait dit OK si je rédigeais une lettre de mission un peu comme les correspondants de sécurité, ce que j'avais fait , et ensuite c'est tomber dans l'oubli (et j'ai oublié aussi flûte!) le principe ici est simple on fonctionne par site universitaire avec un responsable par site (aussi bien en incendie que pour tout l'aspect technique) , c'est plus simple et notre la configuration de nos campus s'y prête bien2010 : Présence d’un responsable sur le site
Toujours sur la sécurité incendie.... mais cette fois sur les responsables uniques de site. Nous sommes en pleine réflexion (avancée) sur le sujet mais sommes coincés sur notre faculté de médecine qui est éclatée sur 4 sites. Pensez vous que le Président doit nommer un responsable unique de site pour chaque site de la faculté de médecine (mais quid des moyens et de la qualification des personnes nommées) ou nommer uniquement le doyen comme responsable unique des 4 sites (mais quid de la présence sur les sites) ? Nous avons une réunion demain matin pour aborder ce problème et nous ne trouvons pas de solution. (Je te répondrai juste à ta question sur les 4 sites :
article 5 de l'arrêté du 14 octobre 2002 relatif à la Protection contre les risques d'incendie et de panique dans les établissements publics d'enseignement supérieur relevant du ministre chargé de l'enseignement supérieur et les centres régionaux des œuvres universitaires et scolaires :*
*"Art. 5* - Lorsque l'établissement occupe plusieurs sites, le président ou le directeur de l'établissement désigne par site, pour l'assister, une personne exerçant ses fonctions sur le site concerné."2009 : responsable unique
Histoire de parler d'autre chose que la grippe, le président envisage de désigner des responsables uniques de sécurité pour chaque site au sens de l'arrêté du 14 octobre 2002. ces personnes auraient une délégation du président pour assurer (et assumer) les questions relatives à la sécurité des personnels et du public. Qui parmi vous a déjà mis cela en œuvre dans son établissement ? Avez-vous réalisé des consignes, des procédures ou des documents d'aide à la décision à l'attention des personnes délégataires ? Comment s'est passé le choix de la nomination des personnes (notamment pour un site avec plusieurs composantes) ? Comment s'est passée la communication ? Y at-il eu des réunions préalable d'information et de concertation ? les personnes ont-elles découvert leur nomination en recevant l'arrêté ? (personnellement j'ai essayé de faire passer ça à mon arrivée ici, le SG m'avait dit OK si je rédigeais une lettre de mission un peu comme les correspondants de sécurité, ce que j'avais fait , et ensuite c'est tomber dans l'oubli (et j'ai oublié aussi flûte!) le principe ici est simple on fonctionne par site universitaire avec un responsable par site (aussi bien en incendie que pour tout l'aspect technique) , c'est plus simple et notre la configuration de nos campus s'y prête bien2008 : qui peut être « représentant de la direction »
Je reviens sur le fameux article MS 52 et la présence d'un représentant de la direction pendant la présence du public. Qui est considéré comme représentant la direction?
Au mans, le conservateur de la BU a un projet d'ouverture nocturne jusqu'à 22h. Elle comptait assuré ces heures d'ouverture complémentaire avec l'aide de moniteurs étudiants salariés de l'université. Ces personnes si elles ont connaissance des consignes de sécurité peuvent-elle représenter la direction?
D'autre part, un gardien assure la fermeture des bâtiments et la gestion des alarmes jusqu'à 23h30, cette personne peut-elle "servir" de représentant de la direction pour l'ensemble du Campus?
Avez-vous des cas similaires dans vos établissements et comment gérez-vous les ouvertures en horaire décalées?
( Au sens du code de l'éducation c'est une personne qui a délégation de signature, donc au moins un personne de catégorie A. Un gardien ne peut donc pas être un représentant de la direction pendant la présence du public.
 "Article L712-2
Le président peut déléguer sa signature aux vice-présidents des trois conseils, aux membres élus du bureau âgés de plus de dix-huit ans, au secrétaire général et aux agents de catégorie A placés sous son autorité ainsi que, pour les affaires intéressant les composantes énumérées à l'article  HYPERLINK "http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006071191&idArticle=LEGIARTI000006525357&dateTexte=&categorieLien=cid" L. 713-1, les services communs prévus à l'article  HYPERLINK "http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006071191&idArticle=LEGIARTI000006525376&dateTexte=&categorieLien=cid" L. 714-1 et les unités de recherche constituées avec d'autres établissements publics d'enseignement supérieur ou de recherche, à leurs responsables respectifs."2008 : présence d’un représentant de la direction en permanence
je ne retrouve pas l'article du règlement des ERP qui demande qu'une personne représentant l'administration soit présente tout le long de l'ouverture des bâtiments... quelqu'un l'a en tête
(MS 52 Présence de la direction.
Pendant la présence du public, un représentant (1) de la direction doit se trouver dans l'établissement pour prendre, éventuellement, les premières mesures de sécurité.
(1) Le mot « qualifié » a été supprimé par arrêté du 2 février 1993.
(on pourrait rappeler également l'article EL 18, présence d'un électricien pendant la présence du public(pour les 1ere et 2ème catégorie...)2005 : présence d’un électricien dans les ERP : L’article EL 18 : Maintenance, exploitation, est rédigé ainsi :
§ 1. Les installations doivent être entretenues et maintenues en bon état de fonctionnement. Les défectuosités et les défauts d'isolement doivent être réparés dès leur constatation. § 2. Dans tout établissement de 1re ou 2e catégorie, la présence physique d'une personne qualifiée est requise pendant la présence du public pour, conformément aux consignes données, assurer l'exploitation et l'entretien quotidien. Une telle mesure peut être imposée après avis de la commission départementale de sécurité dans les établissements de 3e et de 4e catégorie si l'importance ou l'état des installations électriques.
Le terme “qualifiée” implique t-il selon vous que la personne soit électricien, ou d’autres qualifications sont-elles possibles ?
(Lors de la formation à l'habilitation électrique il es clairement expliqué la différence entre qualifié et habilité.  A savoir que le personnage habilité a été formé pour se protéger et protéger les autres  alors que le personnage qualifié est compétent en électricité.
 (le EL 18 est le reflet de l'art 45  du décret du 14 novembre sur l'entretien, l'utilisation et la surveillance des installations électriques)2005 : interlocuteur unique dans un groupement d’ERP : Sur notre site nous avons 2 bâtiments qui sont commun avec un Lycée (ils ne sont pas isolés entre-eux). Lors de la visite de la dernière Commission de Sécurité, on nous a demandé de désigner un "interlocuteur unique" pour les deux entités. Je pense que cette remarque se justifie par l'articles R. 123-21 du règlement de sécurité contre l'incendie (groupement d'exploitation) et les articles 6 et 7 de l'arrêté du 14 octobre 2002 (précisions pour l'enseignement supérieur et le CROUS).
Je me pose des questions sur:
- la "direction unique",
- l'implication en matière de responsabilité,
- le rôle, les missions, les droits, les devoirs, de l'interlocuteur unique...
(Nous avons été confronté à une demande similaire lors des visites de la commission de sécurité sur les sites classés en 1ère catégorie et qui abritent plusieurs entités: université, crous et iut. Nous avons établi pour chaque site une "convention de sécurité" avec la désignation d'une personne "coordinatrice sécurité" qui fait office d'interlocuteur unique, la mise en place d'un registre de sécurité unique, la création d'un groupe de sécurité constitué des responsables et des fonctionnels
hygiène et sécurité de chaque entité, l'obligation de réunir ce groupe de sécurité de façon régulière, la communication depuis toute les entités vers la coordinatrice de sécurité de l'ensemble des rapports et procès-verbaux des vérifications, etc ... Cette convention fixe également les limites de responsabilité, le rôle et les missions de chacun.
(Le responsable unique d'un groupement d'exploitation doit être à mes yeux l'un des chefs d'établissement (ce dernier peut "déléguer" dans le cadre de l'arrêté d'octobre 2002 => à vérifier tout de même par rapport aux pb qui pourraient survenir avec les autres chefs d'établissement). Ce dernier assurera pour l'ensemble le rôle qu'il assure déjà pour ses propres ERP =>il endosse donc toutes les responsabilités et doit mettre en oeuvre (par le biais de conventions ou autre) l'organisation qui lui permet de répondre à ses obligations avec une contrainte : un seul registre de sécurité pour l'ensemble (ce qui n'interdit pas à chacun de constituer sa part du registre pour son ERP et une synthèse est réalisée avant le passage de la CS).2005 : ouverture du site aux étudiants en dehors des heures habituelles : De plus en plus, les établissements souhaitent permettre aux étudiants le libre accès à des salles informatique, y compris en soirée. Il me semble qu'un article de la réglementation ERP (je ne le retrouve pas), prévoit qu'un représentant de la direction doit être présent pendant les heures d'ouverture au public. Pouvez-vous me confirmer cette obligation (n° article) et m'indiquer comment ce problème est réglé pratiquement dans vos établissements ?
(Il s'agit de l'article MS 52 des dispositions générales de la réglementation ERP. Il précise "qu'un représentant de la direction " doit être présent pendant la présence du public. Article M S 52 Présence de la direction : Pendant la présence du public, un représentant(1) de la direction doit se trouver dans l'établissement pour prendre, éventuellement, les premières mesures de sécurité (1) Le mot « qualifié » a été supprimé par arrêté du 2 février 1993.
(l'article concerné est l'art MS 52 du règlement de sécurité. concrètement, par ex sur l'IUT : il y a toujours une personne présente (emploi jeune...) lorsque les salles info sont en libre accès : demande systématique de carte d'étudiants et réserve préalable pour y travailler. Ces salles sont en accès "libres" jusqu'à la fermeture des locaux. Après c'est évacuation des bâtiments obligatoire. En parallèle, nous avons des concierges qui connaissent les salles en libre accès et la personne présente connaît le n° de tel du concierge de permanence en cas de Pb. Sur l'Université, à ma connaissance, les salles informatiques sont toujours ouvertes sous la surveillance de quelqu'un de l'Etablissement. (Savoir si cette personne est considérée comme représentante de la Direction ????)- en tout cas, elle doit être instruite des mesures à prendre en cas d 'urgence.
(Nous avons un bâtiment spécialement équipé pour accueillir les étudiants jusqu’à minuit tous les soirs de la semaine, jusqu’à 17h45 c’est le personnel du service informatique et ensuite c’est un agent ERP d’une société extérieure qui prendre le relais, cet agent demande les cartes étudiants, surveille les salles, fait évacuer les salles , fait évacuer en cas de problème (incendie, coupure électrique, problème entre étudiants……), en cas de problème il se fait aider par l’agent de surveillance qui assure la surveillance extérieure sur le campus et également par le concierge d’astreinte. Cela fonctionne depuis presque une année et nous n’avons jamais eu de problème.
(A Bordeaux1, nous avons un bâtiment TP informatique en libre accès, susceptible d'accueillir simultanément 800 étudiants (20 salles de 40 machines chacune). Les portes extérieures et celles des salles sont équipées de lecteur de badge. La commission de sécurité a exigé la présence d'un "agent de sécurité" pendant les heures d'ouverture en soirée (de 18h00 à 21h00) et hors présence de la permanence des informaticiens. D'autre part, pour un aspect d'acte de malveillance à répétition, le problème a été réglé par la présence d'agents volontaires de Bordeaux1, payés en heures sup. A bordeaux1, nous n'avons pas d'agents de sécurité IGH/ERP afin de constituer un service. Ainsi, le triple aspect sécurité incendie, accident et acte de malveillance est géré.Arrêté du 14 octobre 2002 : Pour ma part, le préfet a sollicité le président de l'université pour qu'il lui donne le nom des responsables de chaque site en matière de sécurité incendie. c'est ce que nous avons fait. les préfets des départements dans lesquels l'université a une implantation ont eu la liste des noms des responsables de chaque site. S'il y a plusieurs UFR sur un même site, chaque doyen d'UFR est co-responsable. on verra si ça convient aux préfets. En tout cas, moi ça m'arrange pour sensibiliser un peu plus à la sécurité les responsables des composantes !!
( L'arrêté concerne bien les établissements d'enseignement supérieur. Il concerne tous les bâtiments. Il modifie légèrement l'arrêté du 14 octobre 1976, en supprimant notamment l'ambiguïté sur qui ouvre un établissement. Dans notre académie, le rectorat demandait chaque année la liste des personnes responsables. Dans mon université je suis désigné come cette personne. Pour chaque UFR était désigné un correspondant.Présence obligatoire d’une personne tant qu’il y a du public :
Cet article impose la présence d'une personne tant qu'il y a du public. L'arrêté du 02/02/93 a facilité cette présence, car il n'y a plus obligation de présence d'un représentant qualifié de la direction. Un agent de service suffit. Article MS 52 - Présence de la direction Pendant la présence du public, un représentant (Le mot " qualifié " a été supprimé par arrêté du 2 février 1993.) de la direction doit se trouver dans l'établissement pour prendre, éventuellement, les premières mesures de sécurité.Réglementation / Norme2011 : Calcul des effectifs d’un ERP, utilisation d’un ratio ?
On a un des bâtiments accolés datant des années 1960. Ces 3 bâtiments (dont un SCD) sont classés en 1ere catégorie. Il est question de les séparer pour une mise en conformité incendie.
Pour le calcul d'effectif du SCD, le coordonnateur SSI aurait conseillé à notre service patrimoine de prendre un effectif maxi, de lui associer un ratio de 80% pour avoir l'effectif usuel et l'on arrive à 697 personnes...
Auriez-vous entendu parler de ce ratio de 80% intervenant dans le calcul des effectifs d'un SCD pour le choix de sa catégorie d'ERP ? est ce que ce ratio a valeur « juridique », je ne le trouve nulle part...
Je suis preneuse de vos conseils...
(En principe le mode de calcul est indiqué dans les premières lignes de chaque type.
Pour le type S c'est la déclaration du maître d'ouvrage ou du chef d'établissement.
En général on utilise la méthode du ratio quand on a un établissement important où une même personne peut se situer soit à un endroit soit à un autre (la même personne ne va pas être dans son bureau et dans la salle de pause).
Lorsqu'on sépare des bâtiments il n'y a plus de foisonnement sauf pour le personnel de la BU qui ne peut être à deux endroits à la fois. En principe on compte le nombre de places assises.
Enfin, calculer un effectif de 697 personnes, à 3 personnes de la 2eme catégorie, risque de faire mauvais effet sur la commission de sécurité.
Le risque est, comme cela existe dans certaines BU, que la commission de sécurité oblige l'exploitant à vérifier en permanence le nombre de personnes à l'intérieur du bâtiment.
Il vaut mieux, pour préserver l'avenir, que la bibliothèque soit conforme à la 2eme catégorie.2011 : règle R4 de l’APSAD (extincteurs) applicables aux universités ?
je n'ai rien trouvé dans les archives du forum sur ce sujet : ai-je bien cherché ? Je voudrais savoir si la règle R4 de l'APSAD s'applique à nos établissements, qui ne sont pas assurés, ou si elle constitue seulement un guide "indicatif". Si quelqu'un l'a (dans sa dernière version) et peut me la transmettre, je lui en serai éternellement reconnaissante ! (Les règles APSAD ne s'appliquent pas aux établissements publiques et restent bien de la préconisation.
J'ai la version de février 2003. J'ai vue qu'il y a eu une version sortie en 2009, je ne sais pas si les modifications sont importantes.
(Je confirme que c'est la règle que  les assurances demandent de respecter.
Demande peut être a la MAIF?2011 : porte automatique sas d’accès
Ma Direction du Patrimoine Immobilier indique à une de mes composantes que son sas d'accès à un bâtiment n'est pas conforme. Ce sas est composé de 2 portes automatiques coulissantes vitrées conformes au CO48. La commission de sécurité n'a jamais fait de remarque sur ce sas.
D'après ma DPI le règlement ERP interdit cette succession. Il faudrait une porte coulissante sur l'extérieur, et si l'on veut garder un sas pour des questions de "protection contre le froid" il faut que la porte intérieure soit battante. Qu'en pensez-vous?
( Il faut pouvoir ouvrir le sas en cas d'incendie c'est tout
( non, il faut juste un déverrouillage des portes en cas de panique:
boitier vert à proximité...
( Sans oublier le contrat d'entretien des portes automatiques !!2011 : portes vitrées pour salles de travail dans BU
Dans le cadre de la mise en place de petites salles de travail dans une BU, la responsable demande s'il est possible d'installer des portes vitrées (afin de contrôler ce qui s'y fait !).
En plus des recommandations sur l'accessibilité (pastilles de couleurs, poignées de portes, dégagements, ...), y a-t-il selon vous des dispositions "incendie" (stabilité PV du verre, ...) ? l'AM 16 ne dit rien de particulier ...
(A mon avis il n'y a aucun problème car ce ne sont pas des locaux à risques particuliers, il n'y a donc aucune exigence de degré coupe feu pour ces "box"
Il me semble que ce genre de chose à été fait à la BU Sciences de l'UHP
(Il faut que le vitrage soit en accord avec la qualité de stabilité ou de coupe feu de la porte existante  et qu'il soit aussi  conforme  aux contraintes mécaniques adaptées pour la sécurité relative aux personnes (j'avoue que je ne sais si c'est feuilleté, trempé, semi trempé) c'est a dire de type "SECURIT" (marquage Saint GOBAIN pour les verres trempés!
( J’allais dire la même chose : il me semble que les ouvrants doivent être équipés de verre feuilleté et même les cloisons immédiatement attenantes à l’ouvrant si elles sont aussi en verre. Par ailleurs des locaux de BU sont classés à risque particulier par notre commission de sécurité.
( Je pense que le locaux ne peuvent pas être classés à risque particulier car il ne s'agit que de salles de travail : pas de stockage de matière combustible, pas de manipulation de produit dangereux (bien que parfois, la connaissance mal utilisée peu nuire ...), juste des étudiant qui vont s'y regrouper pour potasser ou papoter.
Reste à prendre en considération les propriétés physiques du verre en cas de choc.2010 : diagnostic sécurité stockage produits dangereux
Lors de son précédent passage, la sous commission départementale de sécurité, nous demande concernant les bâtiments des sciences de "Faire procéder à un diagnostique sécurité sur les quantités de stockage des divers produits dangereux dans les réserves et dans les salles de cours à usage de recherche conformément aux articles R 10 à R 12 par un organisme agréé et transmettre au Secrétariat de la Commission de Sécurité  le(s) rapport(s) afférent(s) qui devra (ont) être conforme(s) à l’article GE 9 (Art. GE 6 à GE 10 et prescription n°48 du procès-verbal en date du 08/11/2006). Les observations et défectuosités constatées devront être suivies d'effet." J'ai demandé à l'APAVE de me faire une proposition pour effectuer ce diagnostic mais celle ci ne me répond pas ; je me demande s'ils ont les compétences pour. Nous avons des locaux de stockage corrects, un inventaire précis de tous les produits stockés et des quantités mais c'est tout. Est ce que certains d'entre vous ont fait faire ce diagnostic ; si oui par qui, comment cela se présente-t-il, combien de temps cela  a-t-il pris et combien C'est urgent, la SCDC passe la semaine prochaine....
(Dans le cadre d'une étude ATEX pour une soute  de stockage de pdts divers et variés (dans plusieurs alvéoles en fct des incompatibilités) comme ou trouve dans un campus scientifique j'avais du donner à VERITAS la liste des produits dans chacune des alvéoles avec quantités des produits et cela m'a permis de mettre des luminaires tout simplement étanches au lieu de mettre des EX"e" ou dans le cas le + pire des EX"d".2010 : R12 et GZ5
Dans le cadre de mes recherches sur les installations de gaz et sur les vérifications qui les entourent, je trouve ça :
Article R12 : Les gaz spéciaux, y compris les gaz combustibles tels que l’hydrogène ou l’acétylène, ne sont pas soumis aux prescriptions du chapitre VI du titre 1er du Livre II.
Or, les fameuses prescriptions du chapitre VI du titre 1er du Livre II correspondent aux articles GZ1 à GZ30 du Règlement de Sécurité. Et l'article GZ30 fixe la fréquence de vérification des installations de distribution de gaz.
Cela voudrait-il dire que le R12 exonère les installations de nos établissements d'enseignement de la vérification périodique annuelle ?
(effectivement, tu mets le doigt sur une faille du règlement de sécurité !!! Il aurait dû être écrit "ne sont pas soumis aux prescriptions du chapitre VI du titre 1er du Livre II à l'exception de la section VII" Je l'avais pas remarquée, celle là ! Bravo !
A ta place, je continuerais quand même mes vérifs annuelles, et je profiterais d'une visite de la commission de sécu pour poser la colle au préventeur !
(L'article R.123-43 du C.C.H.
Vérification technique et entretien
L'article R.123-43 du C.C.H. stipule que l'exploitant doit assurer l'entretien et faire procéder à des contrôles périodiques de ses installations techniques (gaz, électricité, ascenseurs,...).
Les divers contrôles doivent être consignés sur le registre de sécurité et les observations éventuelles doivent être suivies d'effet.« Les constructeurs, installateurs et exploitants sont tenus, chacun en ce qui le concerne, de s'assurer que les installations ou équipements sont établis, maintenus et entretenus en conformité avec les dispositions de la présente réglementation. A cet effet, ils font respectivement procéder pendant la construction et périodiquement en cours d'exploitation aux vérifications nécessaires par les organismes ou personnes agréés dans les conditions fixées par arrêté du ministre de l'Intérieur (*). Le contrôle exercé par l'administration ou par les commissions de sécurité ne les dégage pas des responsabilités qui leur incombent personnellement.2010 : ERP – issues de secours et acte authentique
Dans le cadre du Diagnostic technique immobilier et de la réalisation du schéma directeur de sécurité, il apparait que pour certains ERP de l'université situé en centre ville, les issues de secours sont communes avec les autres occupants de l'immeuble (habitation). Il apparait que nous devons réaliser un acte authentique définissant l'utilisation commune des issues de secours. Auriez vous le texte correspondant et quelqu'un à t'il déjà réalisé ce type de document ?
(cette règle de l'acte authentique est valable entre un ERP du 1er groupe et un tiers. voici le texte, mais par-contre je n'ai pas d'exemple de document :
art CO41 §2 : "Les dégagements accessoires peuvent être constitués par des sorties, des escaliers, des coursives, des passerelles, des passages en souterrain, ou par des chemins de circulation faciles et sûrs d'une largeur minimale de 0,60 mètre ou encore par des balcons filants, terrasses, échelles, manches d'évacuation, etc.
*Lorsqu'un dégagement accessoire emprunte une propriété appartenant à un tiers*, l'exploitant doit justifier d'accords contractuels sous forme d'*acte authentique*. Si le dégagement traverse une paroi d'isolement avec un bâtiment ou un local occupé par un tiers, le bloc-porte de franchissement doit être CF de degré une demi-heure et muni d'un ferme-porte.[...]"2010 : calcul des UP pour 2 dégagements
Je ne sais plus : lorsque l'on a 2 dégagements de 1,20 m qui sont situés à moins de 5 mètres l'un de l'autre on obtient :
1 - un dégagement de 1,20 m
2 - un dégagement de 2,40 m.
 Pouvez-vous rafraîchir ma mémoire (qui flanche).
(Art CO 43 du règlement qui va bien cela donne 1 dégagement totalisant 4 UP (4 fois 0.60 m) (voir le règlement de sécurité ( art CO 43 , paragraphe 3)
il apparait donc que c'est la solution 2
(Cela dépend si le local dans lequel se situent ces portes a une dimension supérieure ou non à 10 mètres. En effet, si aucune dimension supérieure à 10 mètres, on comptabilise 2 issues faisant chacune 1UP (2UP=1.40m et non 1.20m)
si ce local a une dim supérieure à 10 mètres, alors ça fait 1 issue totalisant 2UP (1UP +1UP)2010 (échanges hors GP Sup) : mise en place d’une cuve à fuel
Le responsable d'un atelier souhaite installer une cuve à fuel de 1000 litres non enterrée afin de disposer d'une certaine autonomie d'approvisionnement pour micro tracteur et tondeuse (diesel). L'atelier est de plain-pied et mitoyen avec d'autres entreprises (copropriété). Quels sont le ou les différents points à respecter (code du travail, sécurité incendie, produits pétroliers etc. ...)  pour que cette cuve puisse être installée en toute sécurité? ( deux textes à regarder en supplément des article R.4227-21 à R.4227-50 du code du travail :: - Arrêté du 01/07/2004 fixant les règles techniques et de sécurité applicables au stockage de produits pétroliers dans les lieux non visés par la législation des installations classées ni la réglementation des ERP. (extrait) STOCKAGE À REZ-DE-CHAUSSÉE OU EN SOUS-SOL D'UN BÂTIMENT Article 16 16.1. Installation Les réservoirs doivent être posés sur un sol plan maçonné. Ils doivent être fixés solidement sur celui-ci s'ils sont installés en zone inondable. Les récipients ou réservoirs doivent être équipés d'une enveloppe secondaire étanche, résistante au feu et conçus de telle sorte qu'il soit possible de se rendre compte de toute perte d'étanchéité de l'enveloppe intérieure. A défaut d'une enveloppe secondaire, ils doivent être placés dans une cuvette de rétention étanche et incombustible, dont la capacité est au moins égale à celle du stockage. Ils ne doivent ni gêner le passage ni commander l'accès d'un autre local. Sous un stockage fixe, il ne doit exister aucun espace vide autre que le vide sanitaire. Le local contenant le stockage doit être convenablement ventilé. Lorsque le stockage est réalisé en récipients fermés transportables, la capacité de chaque récipient est limitée à 50 litres. Toutefois, lorsque ce stockage est implanté au rez-de-chaussée, cette capacité peut être portée à 200 litres. 16.2. Electricité L'installation électrique du local est réalisée avec du matériel normalisé qui peut être de type ordinaire. Le matériel électrique amovible ne peut être alimenté qu'à partir d'installations à très basse tension de sécurité. 16.3. Protection incendie Le local où est installé le stockage doit pouvoir être fermé par une porte d'une résistance au feu : pare-flammes de degré au moins 1/4 d'heure. Les murs ainsi que les planchers haut et bas du local doivent avoir une résistance au feu : coupe-feu de degré au moins une 1/2 heure. 16.4. Autres canalisations, conduits et câbles électriques Des canalisations d'alimentation en eau, en gaz ou en électricité autres que celles indispensables au fonctionnement des appareils nécessaires à l'exploitation du stockage peuvent exister dans le local affecté au stockage sous réserve que leur projection verticale ne traverse pas le plan de débordement de la cuvette. Article 18 Le stockage doit être installé dans un local exclusif si sa capacité globale dépasse 2500 litres. Les murs et les planchers haut et bas du local doivent avoir une résistance au feu : coupe-feu de degré 2 heures. La porte du local doit avoir une résistance au feu pare-flamme de degré 1 heure, comporter un seuil si le local fait lui-même office de cuvette de rétention, s'ouvrir vers l'extérieur du local et être munie d'un système de fermeture automatique et d'un dispositif permettant dans tous les cas son ouverture de l'intérieur. Dans un bâtiment à usage exclusivement réservé au stockage, le plancher haut requis ci-dessus n'est pas exigé. Tout générateur à feu nu ou appareil comportant des éléments incandescents non enfermés est interdit. Il est interdit de faire du feu dans le local ou d'y entreposer des matières combustibles autres que les produits pétroliers, constituant le stockage. La ventilation doit être assurée par un ou plusieurs orifices d'une section d'au moins 1 décimètre carré permettant l'arrivée d'air frais. Si cette ventilation est assurée à l'aide d'une gaine, celle-ci doit être incombustible et d'une résistance aux chocs suffisante. Arrêté du 14 février 2000 portant approbation de dispositions complétant et modifiant le règlement de sécurité contre les risques d'incendie et de panique dans les établissements recevant du public (Extrait d’une note que j’ai écrie sur ce sujet :
1er cas : Le stockage est à l’intérieur d’un bâtiment
Les réservoirs doivent être fixés sur un sol plan maçonné, reliés à la terre, équipés d’une deuxième enveloppe étanche ou à défaut de deuxième enveloppe, placés dans une cuvette de rétention étanche, dont la capacité doit être au moins égale à celle du stockage (article 12).
Aucune canalisation d’alimentation en eau, d’évacuation d’eaux usées, de gaz ou d’électricité ne doit passer sous les réservoirs ou les cuvettes de rétention. Seules sont admises les dérivations indispensables, soit à l’éclairage, soit au fonctionnement des appareils nécessaires à l’exploitation du stockage (article 15).
Tout local où est installé le stockage doit pouvoir être fermé par une porte d’une résistance au feu d’au moins un quart d’heure. Les murs ainsi que les planchers haut et bas du local doivent avoir une résistance au feu d’au moins une demi-heure (article 16.3).
Le local doit avoir des murs et des planchers hauts et bas avec une résistance au feu de deux heures. La porte du local doit avoir une résistance au feu pare-flamme d’une heure, comporter un seuil, si le local fait lui-même office de cuvette de rétention, s’ouvrir vers l’extérieur du local et être muni d’un système de fermeture automatique et d’un dispositif permettant dans tous les cas son ouverture de l’intérieur.
La ventilation doit être assurée par un ou plusieurs orifices d’au moins 1 décimètre carré permettant l’arrivée d’air frais (article 18).
Tout stockage de produit pétrolier est interdit dans les combles, sur les terrasses et balcons de tout bâtiment, ainsi que dans les parties communes des bâtiments non réservés à cette utilisation (article 22).

2ème cas : Le stockage est à l’extérieur, dans un local spécifique détaché des autres bâtiments
L’ensemble des exigences des articles cités ci-dessus s’applique à ce type d’implantation.
Le plancher haut requis dans l’article 18 n’est pas exigé. Il précise aussi qu’il est interdit d’y entreposer des matières combustibles autres que les produits pétroliers visés à l’article 2.
Une distance minimale doit être respectée entre le bâtiment le plus proche et la paroi du réservoir en fonction de la capacité globale du stockage :
moins de 2 500 litres : aucune distance n’est imposée ;
entre 2 501 litres et 6 000 litres : 1 mètre ;
entre 6 001 litres et 10 000 litres : 6 mètres ;
entre 10 001 litres et 50 000 litres : 7 mètres.

3ème cas : Le stockage est à l’extérieur dans un espace clôturé
L’ensemble des exigences des articles cités ci-dessus, dans le 1er cas, s’applique à ce type d’implantation.
Les réservoirs installés en plein air doivent être conçus pour stocker des produits pétroliers en extérieur. L’opacité du réservoir doit être suffisante pour empêcher l’altération des caractéristiques du produit pétrolier stocké (article 11).
Le réservoir doit être fixé solidement sur un sol plan maçonné, afin de diminuer au maximum les risques de déplacement du réservoir sous l’effet du vent, des eaux ou des trépidations.
Toutes les parties métalliques (réservoirs, canalisations et autres accessoires) doivent être reliées à la terre par une liaison équipotentielle. Les récipients ou réservoirs doivent être équipés d'une deuxième enveloppe étanche et être conçus de telle sorte qu'il soit possible de se rendre compte de toute perte d'étanchéité de l'enveloppe intérieure.
A défaut d'une deuxième enveloppe, ils doivent être placés dans une cuvette de rétention étanche dont la capacité doit être au moins égale à la plus grande des valeurs suivantes (article 12) :
100 % de la capacité du plus grand réservoir ;
50 % de la capacité globale des réservoirs et récipients.
(sur le stockage de carburant, les textes suivants sont à examiner, en fonction du ou des cas rencontrés : - Le Code du travail, de manière systématique, les articles R4227-21 et suivants relatifs à l'emploi et stockage de matières explosives et inflammables. S'il n'y a pas d'ERP. - L'arrêté du 14/02/2000 portant approbation de dispositions complétant et modifiant le règlement de sécurité contre les risques d'incendie et de panique dans les établissements recevant du public (JO du 21 mars 2000). S'il y a un ERP.  - l'arrêté du 01/07/2004 fixant les règles techniques et de sécurité applicables au stockage de produits pétroliers dans les lieux non visés par la législation des installations classées ni la réglementation des ERP, dans les autres cas.
(nous avons entrepris il y a 2 ans une démarche de "mise en conformité" des dépôts de carburants dans les locaux de la direction des espaces verts. 2 actions ont été mises en œuvre: - création de bacs de rétention pour jerrycans (bacs métalliques réalisés par l'atelier municipal) - capacité maxi: 6 jerrycans de 20 litres (120 litres au total). Ces bacs sont directement posés au sol. - création de ventilation haute et basses dans les locaux de stockage (grille 20X20 cm minimum). Les locaux destinés aux carburants servent également au stockage des huiles et mélanges 2 temps. Par contre, les produits phytosanitaires ont été entreposés ailleurs.2009 : présence de grooms obligatoire ?
Je voudrai savoir si les grooms placés dans des locaux uniquement classés W sont obligatoires et doivent être tenus en état, ou bien peut-on les enlever sans problème ? Sachant bien sur qu'ils sont tous ou cassés, ou shuntés !
(S'il s'agit uniquement de bureaux les grooms de ne sont pas obligatoires par contre s'il s'agit de locaux à risques moyens (rangements, locaux techniques, etc.) les grooms sont obligatoires.
(Si les locaux sont classés "W" c'est vraisemblablement qu'il s'agit d'un ERP, auquel cas il est impératif de séparer les locaux recevant du public par rapport aux locaux administratifs, avec un degré de résistance au feu qui dépend du risque engendré par les locaux. Il convient alors de les maintenir opérationnels car ils contribuent à la sécurité générale et, plus spécifiquement, à celle du public. Si ce n'est pas un ERP, la question se pose de savoir si les ferme-portes automatiques (ou grooms, mais attention c'est une marque) sont positionnés sur des portes coupe feu séparant deux locaux dont l'un est à risque (même modéré). Dans ce cas-là aussi il faut les préserver. De toute manière, personne n'aime s'embêter la vie, donc si un ferme-porte a été installé il convient de se poser la question du pourquoi, et il en ressort en général la réponse suivante: "pour maintenir la porte fermée par mesure de sécurité"..... Je livre cette pensée à votre sagacité.2009 : plan d’évacuation
Dans les ERP, l'article MS41 impose la mise en place d'un plan d'intervention disponible pour les pompiers aux entrées principales du bâtiment. ce plan doit être conforme à la norme NFS 60 303. Mais qu'en est-il des plans D'EVACUATION ? je n'ai trouvé aucune obligation à ce sujet ni dans la réglementation ERP ni dans le code du travail.
(Dans le MS 41 il est fait référence à la norme NF S 60-303 relative aux plans et consignes. Dans cette norme, il y a toutes les règles concernant les plans d'évacuation.2009 : présence obligatoire d’un agent devant le SSI ?
Existerait-il un texte de loi concernant une présence permanente d'un agent (de nuit comme de jour ) devant un Système de Sécurité (type R, 2ème catégorie)
(la présence d'une personne formée, en permanence devant un SSI dépend  surtout de la catégorie, donc du type de SSI nécessaire. Une présence est nécessaire devant un SSI de catégorie A (avec SDI ...détection automatique et déclencheurs manuels). Il peut y avoir d’autres contraintes si l'établissement comporte des locaux à sommeil internat pour type R. Le règlement de sécurité incendie prévoit ses disposition aux articles MS 53 et suivant...2009 : imprimantes dans les couloirs d’ERP autorisées ?
Dans certains bâtiments le personnel veut installer de plus en plus les imprimantes dans les couloirs. Il me semble qu'il est interdit d'installer du matériel électrique dans les couloirs d'un bâtiment ERP par rapport au risque électrique. Est-ce seulement un souvenir ou pourriez-vous m'envoyer un texte ?
(ce n'est pas sur le risque électrique, mais le CO37 rappelle que les rétrécissements des dégagements sont interdits dans les locaux dans un de mes bâtiments on s'est basé sur cet article pour virer lesdites imprimantes
(Je ne sais pas quel est l'article mais je pense que c'est interdit parce que dans un ERP les couloirs sont des zones d'évacuation dans lesquels on ne peut avoir ni stockage ni matériel susceptible de prendre feu (imprimantes, photocopieurs, distributeurs ...) et générer de la fumée - Si ça diminue en plus le passage au point de ne plus respecter les UP....
(je confirme le "CO 37" bien que l'imprimante était située dans un renfoncement du couloir. Le préventionniste lors de la commission de sécurité a rappelé la source de danger que présentait l'équipement. Il aurait volontiers "lâché prise" sur ce point si celle-ci ne gênait pas aussi l'accès vers la seconde sortie de secours...
Depuis, l'imprimante ... a pas bougé !! Vérifié ce jour ...2009 : classes de feux – norme NF EN 2/A1
l'un d'entre vous aurait-il en sa possession la norme NF EN 2/A1 de février 2005 qui définit les 4 classes de feu ?
( Il existe maintenant 5 classes de feux : A, B, C D et F. Cette nouvelle classe F qui désigne les feux de friture et/ou les feux liés aux auxiliaires de cuisson (huiles et graisses végétales et animales) sur les appareils de cuisson.
Ces classes sont décrites dans la nouvelle version de la norme NF EN 2
(S60-100) - classes de feux
classe A: feux de matières solides, généralement de nature organique, dont la combustion se fait normalement avec la formation de braises
classe B: feux de liquides ou de solides liquéfiables
classe C: feux de gaz
classe D: feux de métaux
classe F: feux liés aux auxiliaires de cuisson (huiles et graisses végétales et animales) sur les appareils de cuisson. 2009 : utilisation de bougie
Bien que cela paraisse sous le sens, y a t-il un article précis interdisant l'usage pendant les cours de bougies allumée,(+ d'une vingtaine et dans le noir...j'ai pas demandé le sujet du cours...)sur lequel je pourrais m'appuyer.
On a pourtant l'électricité et noël et la fête des lumières sont passés...
(Il y a une interdiction d'utilisation des bougies au niveau des arbres de Noël ! Est-elle généralisable ?
Article AM 19 (Arbres de Noël) du règlement de sécurité incendie contre l'incendie dans ERP §3. "Les bougies sont interdites ainsi que l'emploi de toute flamme nue.
L'arbre doit être placé à distance raisonnable de toute source de chaleur"
(Je pense que ça dépend du but de l'utilisation des bougies. S'il y a un intérêt pédagogique ou scientifique je ne pense pas qu'il existe de texte pour l'interdire. Après tout, est-ce vraiment plus dangereux qu'une salle de TP avec produits chimiques et becs bunsen ? Par contre je pense qu'une petite sensibilisation de l'enseignant et des étudiants peut être utile.
Mais, si le but est autre que pédagogique ou scientifique :
article GN 6 : § 1. L'utilisation, même partielle ou occasionnelle d'un établissement : pour une exploitation autre que celle autorisée, ou pour une démonstration ou une attraction pouvant présenter des risques pour le public et non prévue par le présent règlement, doit faire l'objet d'une demande d'autorisation présentée par l'exploitant au moins quinze jours avant la manifestation ou la série de manifestations.2008 : coupure pour le gaz
A votre avis, est-il possible de mettre une coupure d'urgence gaz de type "coupe de poing" dans un boîtier métallique rouge muni d'un carré ou d'un triangle ? Tout ça afin d'éviter que des petits malins ne s'amusent à couper le gaz régulièrement.
( GZ 15 : organes de coupure des locaux d'utilisation
« § 1. La desserte en gaz d'un local contenant un ou plusieurs appareils d'utilisation doit se faire par une seule conduite comportant un organe de coupure de local, facilement accessible, bien signalé, situé à l'intérieur du local et de préférence à proximité d'une issue.
Cet organe de coupure ne doit commander que les appareils placés dans ce local ; il doit être protégé de toute manœuvre intempestive s'il est accessible au public.
 
GZ 14 : organes de coupure extérieurs aux bâtiments
Arrêté du 23 janvier 2004) « Les organes de coupure extérieurs aux bâtiments comprennent :
- les organes de coupure de branchement visés au paragraphe 1 ;
- les organes de coupure de bâtiment visés au paragraphe 2 ;
- éventuellement les organes de coupure automatique visés au paragraphe 3.
§ 1. Organes de coupure de branchement :
a) Tout branchement alimentant en gaz un établissement à partir d'un réseau de distribution doit être muni d'un organe de coupure de branchement (vanne, robinet ou obturateur).
Un établissement, qu'il soit constitué d'un ou de plusieurs bâtiments, peut être alimenté par un ou plusieurs branchements. Pour chacun d'eux, le distributeur est responsable de la mise en place et de l'entretien de l'organe de coupure de branchement.
L'organe de coupure de branchement doit être bien signalé, muni d'une plaque d'identification indélébile, accessible en permanence du niveau du sol, facilement manœuvrable, placé soit à l'extérieur du bâtiment et à son voisinage immédiat, soit dans un coffret en limite de propriété.
Il est à fermeture rapide de type 1/4 de tour ou à poussoir et, une fois fermé, ne doit être ouvert que par le distributeur ou une personne habilitée par lui.
Dans le cas où la clé de manceuvre de l'organe de coupure est amovible, elle doit être remise au chef d'établissement par le distributeur et être mise à la disposition des services de secours.
b) Tout branchement alimentant en gaz un établissement à partir d'un stockage d'hydrocarbures liquéfiés (GPL), constitué d'un ou de plusieurs récipients fixes, doit être muni d'un organe de coupure de branchement (vanne, robinet ou obturateur).
Dans le cas d'un branchement alimenté à partir d'un seul récipient fixe, le robinet de citerne fait office d'organe de coupure de branchement.
Dans le cas d'un branchement alimenté à partir de plusieurs récipients fixes, l'organe de coupure doit respecter les prescriptions suivantes :
- il est facilement manœuvrable et placé au voisinage immédiat du stockage ;
- il est à fermeture rapide et à commande manuelle (clé de manœuvre intégrée) et, une fois fermé, ne doit être ouvert que par une personne habilitée par le chef d'établissement ;
- il est bien signalé, muni d'une plaque d'identification indélébile.
c) Lorsque l'organe de coupure de branchement exigé en a ou b ci-dessus est situé sur le domaine privé, le chef d'établissement est responsable du maintien en l'état de l'accès audit dispositif et de sa signalisation. En cas de difficultés particulières, il est tenu d'en avertir sans délai le distributeur.
Lorsque l'organe de coupure de branchement visé au a ci-dessus est installé sur le domaine public, le maire est responsable du maintien en l'état de l'accès audit dispositif. Le chef d'établissement est, quant à lui, responsable du maintien en l'état de sa signalisation.
§ 2. Organes de coupure de bâtiment :
a) Toute conduite pénétrant dans un bâtiment ou alimentant des appareils situés en terrasse ou à la partie supérieure d'un bâtiment doit posséder un organe de coupure de bâtiment.
Cet organe de coupure est situé au plus près de la pénétration de la canalisation dans le bâtiment. Dans le cas d'une alimentation par conduite montante extérieure, il est placé au pied du bâtiment.
La fourniture et la mise en place de cet organe de coupure sont effectuées sous la responsabilité de l'installateur ; son entretien incombe au chef d'établissement.
Il est à fermeture rapide de type 1/4 de tour ou à poussoir et à commande manuelle (clé de manœuvre intégrée) et, une fois fermé, ne doit être ouvert que par le chef d'établissement ou par une personne habilitée par lui.
Il doit être accessible en permanence du niveau du sol, facilement manœuvrable et bien signalé. Il doit pouvoir être manœuvré en cas de danger immédiat.
Une plaque indicatrice doit être placée à proximité de cet organe de coupure et porter la mention : « A ne rouvrir que par une personne habilitée ».
De plus, lorsque la pression de distribution à l'intérieur du bâtiment est supérieure à 400 mbar, l'organe de coupure du bâtiment doit répondre aux prescriptions complémentaires suivantes :
- il doit se verrouiller automatiquement en position de fermeture ;
- il ne doit pouvoir être ouvert qu'à l'aide d'un dispositif spécifique permettant son déverrouillage, par le chef d'établissement ou une personne habilitée par lui.
Dans le cas où un branchement n'alimente qu'un seul bâtiment à partir d'un réseau de distribution, l'organe de coupure de branchement prévu au a du paragraphe 1 ci-dessus peut tenir lieu d'organe de coupure de bâtiment s'il respecte les conditions du présent paragraphe ; toutefois la clef de manœuvre peut ne pas être intégrée.
b) Une consigne à respecter en cas de danger doit être apposée en évidence à proximité de chaque organe de coupure.
Cette consigne doit indiquer :
- les modalités de fermeture de l'organe de coupure ;
- l'obligation pour toute personne ayant eu à manœuvrer cet organe de coupure d'en avertir immédiatement les services de secours compétents, le distributeur de gaz ainsi que le chef de l'établissement ;
- les numéros de téléphone des services de secours compétents (sapeurs-pompiers, distributeur de gaz, etc.).
Le chef de l'établissement est responsable du maintien en l'état de l'accès au dispositif, de sa signalisation et de la consigne. Dans les établissements comportant plusieurs exploitations, cette obligation incombe au responsable unique de la sécurité, conformément aux dispositions de l'article R. 123-21 du code de la construction et de l'habitation.
§ 3. Organes de coupure automatique :
Toute conduite alimentée à une pression supérieure à 400 mbar et comportant un parcours intérieur au bâtiment avant de pénétrer dans le ou les locaux d'utilisation doit posséder un organe de coupure automatique.
Cet organe doit interrompre l'alimentation en gaz lorsque le débit dépasse 1,5 fois son débit nominal. Il doit être du modèle dont le débit nominal est voisin et immédiatement supérieur au débit maximal prévisionnel. Il est placé à l'aval de l'organe de coupure de bâtiment visé au a du § 2 avant le point de pénétration de la canalisation dans le bâtiment.
Cet organe de coupure automatique n'est pas nécessaire dans le cas d'une alimentation en gaz à partir de bouteilles de GPL. »2008 : locaux de stockage de produits inflammables
une petite question au sujet des locaux de stockage de produits inflammables.
Quand on lit la réglementation ERP (articles CO et articles R) concernant les locaux de stockage de produits inflammables, on voit qu'il faut calculer la capacité équivalente, et que en fonction du résultat, le local sera classé risque moyen ou risque important et donc il y aura des exigences de résistance au feu des parois et planchers, et il est interdit que ce local soit au sous-sol.
mais je me pose la question suivante : si dans ce local, tous les produits sont stockés dans des armoires conçues pour le stockage des produits inflammables (coupe-feu, ventilées, avec rétention, et avec éventuellement un système d'extinction intégré), doit-on quand même appliquer cette réglementation ou peut-on considérer que ce local n'est pas classé à risque ? Tout en prenant quand même la précaution de choisir un local au dernier étage du bâtiment.
(Je pense que ces sont deux choses différentes.
Il y a d'un côté la réglementation E.R.P. qui demande de classer le local en fonction de la capacité équivalente. Et le code du travail, ou la réglementation des installations classées, qui demandent à ce que les produits soient stockés sur rétention, etc....
Les deux réglementations sont complémentaires mais l'une n'atténue pas l'autre.
Enfin, c'est mon avis !
(Le classement à risque du local dans le règlement ERP est fonction du pouvoir calorifique des produits stockés il défini le type de local est donc des mesures constructives CF etc.... Les aménagements complémentaires armoires ventilées etc.. sont que des aménagements qui, soit limitent le risque de feu soit diminuent les risques pour les utilisateurs  ils relèvent du code du travail. Donc ses 2 obligations se complètent mais ne se substituent pas l'une à l'autre.2008 : alarme avec message sonore parlé
Dans un établissement ERP de 1ere catégorie, doit on installer un diffuseur de message sonore enjoignant à l'évacuation lors d'une alarme incendie dans une bibliothèque accueillant 140 personnes?
(la réponse est... NON !
le message parlé pré-enregistré est obligatoire dans les établissements équipés d'un système de sonorisation (type L par exemple). Dans une bibliothèque, établissement où règne le silence, un signal sonore classique suffit !
(Je pense que l'ERP à une activité principale qui le classe en 1er Catégorie,avec activité "S"
Article de référence : MS62, S1, S2 et S16.
Un message parlé n'est pas obligatoire dans le type S, il est obligatoire dans le L (L16) sous réserve qu'il soit équipé d'un SSI A de type d'alarme 1 et d'une sonorisation. Les matériels qui accompagnent un SSI ou une centrale, sont en adéquation de leurs activités
Exemple: A22 SSI de catégorie A type1 activité principale R avec L et N. message parlé que dans l'amphi qui est classé en salle à usage d'audition, de conférences, de réunions, de spectacles,ou à usage multiples.2008 : chauffage d’appoint dans les ERP
Que dit la réglementation à ce sujet ?
(le règlement de sécurité incendie en son article CH45 dit "les appareils de production-emission de chaleur installés à l'intérieur des locaux et dégagements accessibles au public doivent être fixes "
Exit donc le bain d'huile de mamie en ERP. A part ça je n'ai rien d'autre2008 : système de détection incendie pour protéger des serveurs informatiques
Un informaticien souhaite installer de la détection incendie pour protéger des serveurs informatiques "sensibles". Notre bâtiment étant un ERP de 2° catégorie de type R, notre SSI de catégorie B (qui ne peut pas accueillir des boucles de détecteurs) est suffisant au regard de la
réglementation ERP. Ma question est la suivante : si on rajoute des détecteurs pour sécuriser des biens dans une partie du bâtiment, doit-on raccorder ces détecteurs à la centrale SSI ? En effet, je me demande si un juge ne pourrait pas nous reprocher de ne pas avoir relié les détecteurs à notre
centrale au cas où il y aurait un départ de feu dans la zone de détection, avec des victimes...Je pensais demander à ce qu'il y ait un report d'alarme à la loge où est situé le SSI afin que l'agent d'accueil puisse lancer l'alarme général mais est-ce suffisant ?
(j'ai un cas similaire ici : un ERP R 1ère cat, SSI cat B, avec des lasers au rdc. le directeur du labo des lasers nous a demandé d'installer des DAI, car effectivement le risque est important. Nous avons pris la décision de les intégrer au SSI, car la commission de sécu n'aurait jamais accepté qu'ils ne le soient pas. Nous avons donc fait une demande de travaux à la pref, qui a accepté. Le
SSI passe donc en cat A. Je redoutais qu'on nous demande d'étendre l'installation de DAI à tous le bâtiment, mais il a été accepté que seul le rdc soit couvert. et de plus, concernant la maintenance et les vérif obligatoires, SSI cat A ou B = mêmes exigences.
(Pour être vraiment efficace, il te faut une installation avec extinction automatique à gaz. Autrement, le temps que les détecteurs se déclenchent et que quelqu'un aille voir ce qui se passe, les serveurs auront fini de servir.
(effectivement, c'est la seule solution pour protéger efficacement des serveurs informatiques.
Techniquement, ça te fait une centrale a installer localement, avec 1 zone DI et 1 zone extinction. c'est sûr qu'un report au PC serait l'idéal. et ça ne change rien au niveau du SSI existant.
Mais pour une telle installation, demande de travaux à la pref. et attention, elle présente des inconvénients. Nous en avons une ici, et en fait le local couvert s'est révélé ne pas être étanche, on ne sait pas si la résistance mécanique des parois du local est suffisante, et quand ça se déclenche, ça fait un bruit monumental (il y a déjà eu un déclenchement accidentel et les personnes travaillant à côté ont souffert) donc, je te conseille d'étudier au préalable le comportement au feu du local, son étanchéité, et la résistance mécanique des parois.2008 : Local à risque « moyen » pour un stockage de papier ?
Petite question sur les locaux à risques : quand considérez vous être dans le cas d'un local à risque moyen pour un stockage papier carton ? le règlement ERP est très vague sur ce point...
(Je pense qu'à partir du moment où il y a stockage de papiers/cartons le local devient forcément à risque moyen. En effet, aujourd'hui vous n'en stockez qu'un petit verre et demain.....Si le local est identifié stockage papiers/cartons les pompiers le classeront certainement en risque moyen ou important, selon le potentiel calorifique.
(un formateur SSIAP3 nous a donné les valeurs suivantes pour classer les
locaux:
Potentiel calorifique < 500 MJ/m2 : local à risque courant
500 = 900 MJ/m2 : local à risque particulier important
sachant que le potentiel calorifique = (pouvoir calorifique x poids des matériaux)/ surface du plancher
et que le pouvoir calorifique moyen (papier-cartons) = 15.5 à 18.5 MJ/kg2008 : distance benne à papier / bâtiment
A Troyes, 2 bennes de récupération du papier sont disposées sur le site. On me demande de préciser la distance minimum à avoir des bâtiments. Je dois avouer que je n'ai rien trouvé de concret ; le seul souci est forcément qu'il s'agit d'une benne potentiellement inflammable avec le
stockage de papier et carton. Avez-vous une idée ?
(8m. Ça veut aussi dire qu'il ne doit pas y avoir d'autres éléments inflammables entre la benne et le bâtiment.
(Vois dans les articles CO du règlement ERP.2008 : réaménagement d’une salle de TP en salle d’examen
Il est prévu de transformer une salle de TP en une salle d'examen. La salle est à l'étage (1er) et est accessible par un couloir (d'évacuation). Un des accès de cette salle ne donne pas directement sur
le couloir. On y sort ou on y entre par une autre salle qui est reliée au couloir ... Si la salle dispose de deux portes, celles-ci sont très proches, distantes de moins de deux mètres, ce qui pose problème, après discussion avec Pierre Poquillon, et ce qui paraît le bon sens (Pierre, je n'ai pas retrouvé l'ouvrage dont tu me parlais. Ah, ces déménagements !!) Par ailleurs, la nouvelle salle n'accueillera pas plus de 50 personnes. Si certains d'entre vous ont eu à traiter ce type de problème,
peuvent-ils m'éclairer notamment sur le point que les deux portes d'accès soient très proches.
(Ton problème correspond à l'application du 3eme paragraphe de l'article CO43
§ 3. (Arrêté du 22 novembre 2004) « Lorsque la distance linéaire entre les montants les plus rapprochés de deux portes ou batteries de portes permettant la sortie d'un local est inférieure à 5 m, celles-ci sont comptabilisées comme un seul dégagement totalisant un nombre d'unités de passage égal au cumul des unités de passage de ces portes ou de ces batteries de portes. Les éventuelles issues situées dans cet intervalle ne sont prises en compte que comme unités de passage.
Dans le cas des batteries de portes de grande longueur, celles-ci peuvent être divisées fictivement en plusieurs sorties espacées de plus de 5 m. Les portes comprises dans ces intervalles ne sont prises en compte ni dans le nombre de sorties ni dans le calcul des unités de passage.
Cette distance ne s'impose qu'aux dégagements normaux des locaux présentant une dimension supérieure à 10 m. »2007 : dispensé de vérification électrique si les prescriptions du rapport précédant sont levées ?
De mémoire, lors d'une vérification périodique des installations électriques, si toutes les prescriptions sont levées, l'établissement est dispensé de vérification l'année suivante. Ma question est la suivante : Cette levée de prescription doit elle obligatoirement être faite par un organisme de contrôle, ou bien la date de réalisation, le nom et la signature du technicien de l'établissement ayant procédé à la levée des prescriptions est-elle suffisante ? Merci pour vos avis (j'attends particulièrement ceux de nos collègues inspecteurs).
(Chez nous lorsqu’un avis défavorable à la poursuite d’exploitation d’un ERP est émis par la Commission de Sécurité suite à des prescriptions relevées lors de contrôles périodiques notamment des installations électriques et des équipements de lutte contre l’incendie, nous pouvons espérer un avis favorable étudié en Commission plénière (1 fois par mois) après présentation d’un rapport des organismes de contrôle vérifiant la levée de toutes les prescriptions. La production de documents internes datés et signés, les factures d’éventuelles interventions extérieures et les photos ne suffisent pas. Pour avoir à suivre des Commissions de Sécurité sur nos sites de Villeneuve d’Ascq dans le Nord et à Lens dans le Pas-de-Calais, je constate des différences de fonctionnement assez nettes selon les endroits. Pour la levée des prescriptions, par contre, c’est pareil des deux côtés : un organisme agréé doit constater les levées.
Je demande confirmation du fait qu’une vérification périodique des installations électriques vierge de toute prescription dispense l’établissement de vérification l’année suivante. Cela ne me semble pas logique et en Commission de Sécurité, on exige des PV de l’année.
(Si toutes les prescriptions sont levées ? s'il n'y a aucune prescription en fait au moment de la visite par l'organisme agréé et uniquement sur la vérification CdT. Il y a une circulaire qui précise tout ça !
(L’Arrêté du 10 octobre 2000 fixant la périodicité, l’objet et l’étendue des vérifications des installations électriques au titre de la protection des travailleurs ainsi que le contenu des rapports relatifs auxdites vérifications  

Précise à l’article 5
Art. 5. - La vérification périodique a pour objet de s’assurer du maintien en état de conformité des installations aux dispositions des sections II à V du décret du 14 novembre 1988 susvisé et des arrêtés pris pour son application.
………………………………………………….
La périodicité des vérifications est fixée à un an, le point de départ de cette périodicité étant la date de la vérification initiale. Toutefois, le délai entre deux vérifications peut être porté à deux ans par le chef d’établissement, si le rapport précédent ne présente aucune observation ou si, avant l’échéance, le chef d’établissement a fait réaliser les travaux de mise en conformité de nature à répondre aux observations contenues dans le rapport de vérification.
Le chef d’établissement informe l’inspecteur du travail par lettre recommandée avec accusé de réception, accompagnée des éléments prouvant qu’il n’y a pas de non-conformité ou que les non-conformités ont été levées. Cet envoi doit comprendre, le cas échéant, l’avis des membres du CHSCT ou des délégués du personnel


Voici le texte !!
En ce qui nous concerne nous effectuons les travaux pour lever les réserves (soit par entreprise extérieure soit avec notre personnel) et à leur issue nous adressons un courrier à la commission de sécurité.
Ce n’est que lors du contrôle suivant que nous attirons l’attention du personnel du bureau de contrôle sur les travaux effectués pour être sûrs de la conformité.
On n’est pas encore arrivés a un rapport sans réserves mais je ne désespère pas d’y arriver compte tenu des procédures mises en place dans notre établissement.
Attention que la « bonne » levée de réserves dépend de la compétence du personnel effectuant les travaux mais aussi  de l’interprétation des textes qui parfois manquent de clarté.2007 : stockage des produits limité aux manipulations en cours
Quelqu'un aurait-il la référence du texte qui précise que la quantité de produits chimiques stockés dans un labo doit être limité à 48H d'utilisation ?
(Article R12 règlement de sécurité du 25 juin 1980
(L'article 12 de l'arrêté du 13 janvier 2004 parle désormais de "quantités limitées à la réalisation des manipulations et expériences en cours" La notion de 2 jours de fonctionnement n'existe plus.
Libre court à l'imagination de chacun pour définir les "manipulations en cours" ; un prof de chimie pense que cela peut être la durée d'une thèse !
(C’était dans l’ancien R 12 et les commentaires des anciens articles R 10 à 12 alinéa 1 Article R 12  qui dit « quantités des produits limitées à la réalisation des manipulations, expériences ou travaux en cours.
(La réglementation modifiée (13 janvier 2004) des types R a supprimé la notion des 48 heures et parle dans son article 12 de " quantités de ces produits limités à la réalisation des manipulations, expériences ou travaux en cours dans :
- les salles à vocation d'enseignement dans lesquelles les élèves ou les étudiants exécutent des exercices nécessaires à leur formation, sous la surveillance de professeurs;
- les salles à vocation de recherche.
La présence dans ces salles de produits toxiques ou de liquides inflammables en quantité non justifiée par la réalisation des manipulations, expériences ou travaux en cours est interdite."2007 : Distance entre point de rassemblement et les bâtiments
Tout le monde sait que lors des exercices d'évacuation, des points de rassemblement sont définis à + de 8 m des bâtiments. Mais la colle du jour qui m'a été posée c'est : Oui, mais montrez moi le texte réglementaire qui dit cela ...J'ai fait des recherches mais je n'ai rien trouvé..  Avez vous des infos à me donner ?
( Je ne pense pas qu'il y ait un texte qui précise cette obligation, je pense que comme on considère que 2 bâtiments sont isolés ou distincts (réglementation ERP) lorsqu'ils sont à plus de 8m l'un de l'autre, on prend cette référence pour les points de rassemblement.
Car si on considère que 2 bâtiments ont des risques isolés si ils sont à plus de 8m, et qu'ils forment un seul ERP lorsque ce n'est pas le cas, la distance de 8m peut être considérée comme une distance de sécurité incendie minimale.
( des arguments, plus que des données réglementaires :
- la chaleur de l'incendie, les projections de verre cassé à cause de la chaleur, les chutes de matières enflammées peuvent être des arguments de choc. 
- le point de rassemblement sert aussi en cas d'alerte à la bombe ou de fuite de gaz...autant être plus le plus loin possible...
- le point de rassemblement doit être prévu pour être à l'écart des gaz et fumées toxiques...
- le point de rassemblement doit être prévu pour ne pas gêner l'intervention des secours... trop près du bâtiment, cela gène...2007 : consigne selon l’article GZ14
Avez-vous un modèle de la consigne à afficher selon l'art GZ14, à proximité d'un organe de coupure gaz de ville.
(Nous avons simplement un panneau "coupure générale gaz". "A n'ouvrir que par une personne autorisée".2007 : utilisation de voiture à gaz dans un ERP
Mon établissement souhaite acheter des Citroen C3 fonctionnant au gaz naturel. La question est : peut on garer ces véhicules dans des garages ou parkings souterrains d'ERP et à quelles conditions. Si vous avez déjà étudié la question je suis preneur de vos conclusions et références réglementaires. Dans le cas contraire je chercherai et vous ferai part de mes conclusions.
(De mémoire, le problème des voitures au gaz naturel était l'absence de soupapes de sécurité. maintenant qu'elles en sont dotées, je ne crois plus qu'il y ait de contre indication à les stationner dans le parking souterrain.2006 : classement au feu des œuvres d’art dans un ERP : Question pour les spécialistes en sécurité incendie: L'article AM 15 précise que le gros mobiliers doit avoir une réaction au feu minimal M3. Dans le cadre d'une exposition d'art moderne, l"artiste" installe 23 structures plus ou moins cubique creuse entoilée de papier (version lampion) et muni d'une ampoule à l'intérieur. J'ai demandé le PV du papier (logique, du moins pour moi), partant du principe que je pouvais assimiler l'œuvre à du gros mobilier. La responsable de la communication me soutient "mordicus" que les œuvres d'art ne sont pas soumis à ces exigences.... Avez-vous des informations à ce sujet?
(Voir l'article Y10 : "En dérogation aux dispositions de l'article AM1, les œuvres et éléments constituant des ensembles destinés à être montrés au public, autres que les éléments de présentation ou servant au décor, peuvent être exposés sans exigence de réaction au feu".
(pour répondre à Dominique  lors de la réception de deux bat où des toiles de peintres  décoraient les murs dans le cadre du 1% les pompiers m'ont demandé sérieusement le PV .je m'en suis bien sorti avec l'ART AM 9 car elles étaient inférieures à 20% de la surface2006 : Container d’huile dans un parking
Situation: un parking en sous-sol, semi enterré et semi ouvert (un coté ouvert à l'air libre)environ 20 emplacements. Peut-on y entreposer un container (1000l)  de récupération d'huiles usagées, bien entendu sur un bac de rétention? Quel est votre avis?
(Circulaire du 3 mars 1975 relative aux parcs de stationnement couverts
Article 2 de l'instruction technique du 3 mars 1975
Le parc sera exclusivement affecté au remisage des véhicules alimentés à l'essence ou au gasoil, de poids total en charge inférieur ou égal à 3,5 tonnes.
Article 18 de l'instruction technique du 3 mars 1975
Incendie
1° Prévention :
A l'intérieur du parc il est interdit :
De constituer des dépôts de matières combustibles ou de produits inflammables;
D'ajouter du carburant dans les réservoirs des véhicules;
De fumer ou d'apporter des feux nus.
Article 22 de l'instruction technique du 3 mars 1975
Locaux d'exploitation
1° Les bureaux d'exploitation (poste de péage, bureau du gardien, bureaux du personnel de l'établissement) pourront être à l'intérieur du parc à condition que leur ventilation soit indépendante de celle du parc.
Les postes de péage et de surveillance du parc devront être conçus et situés de manière telle que les opérations puissent être effectuées de l'intérieur du local. Du point de vue bruit on se reportera aux textes en vigueur sur la législation du travail.
2° Lorsqu'ils ne sont pas soumis à des réglementations particulières, les locaux techniques qui présenteraient des risques d'incendie ou d'explosion devront être isolés du parc par des parois coupe-feu de degré une heure, les portes seront pare-flammes de degré une demi-heure.
Commentaires de l'instruction technique relative aux parcs de stationnement couverts
Définitions
Il convient de ne pas confondre parc de stationnement et garage; un garage est un établissement dans lequel des véhicules automobiles et leurs remorques peuvent être remisés, entretenus ou réparés. Ainsi un garage peut comprendre :
Des parcs de stationnement situés ou non dans un immeuble bâti;
Des ateliers d'entretien et de réparations, postes de lavage, magasins de pièces détachées ou d'accessoires, etc.;
Eventuellement des bureaux,
à l'exclusion des postes de distribution de carburant et de leurs annexes (dépôts de carburant, d'huile, etc.) qui, présentant des risques particuliers, relèvent d'une réglementation distincte.
.../...
Article 18
Incendie
1° Prévention :
Les mesures visant à empêcher l'éclosion d'un incendie ou éventuellement d'en atténuer les effets interdisent :
D'utiliser les emplacements de stationnement pour en faire des dépôts de matériels, de matériaux combustibles ou non, notamment a l'intérieur des boxes;
De conserver à l'intérieur des véhicules des matières facilement inflammables, explosives, corrosives, radioactives, etc.
Le remplissage des réservoirs d'hydrocarbures et éventuellement leur vidange est interdit à l'intérieur des parcs en raison de la diffusion des vapeurs pouvant créer une atmosphère explosive.2006 : quantité de produits chimiques inflammables autorisée La réglementation évolue en permanence, et quelquefois des réglementations anciennes s'appliquent suivant la date de construction des locaux (s'il n'y a pas eu de travaux de réhabilitation....) J'aimerai votre avis sur la réglementation de l'article R10 du règlement de sécurité incendie, qui aujourd'hui, précise que la quantité de produits autorisés dans les salles de préparation ne doit pas excéder les besoins des manipulation en cours et il y a quelques temps, ce même article disait que cette quantité était limitée à 2 jours de fonctionnement. Quelle réglementation doit s'appliquer pour un bâtiment construit avant cette modification du texte?? Personnellement j'opterai pour le texte modifié, mais il y a peu, un pompier (lors d'une comm de sécu) nous disait que suivant la date de construction du bâtiment c'était le texte ancien ou nouveau qui s'applique.
(Les textes sont rarement rétroactifs. Seuls s’appliquent ceux en vigueur  à la date de dépôt du permis de construire.
Reste à définir, lors des réhabilitations, à partir de quel niveau de  réha et comment on peut mettre en application la nouvelle réglementation !
(Il me semble que si les dispositions constructives ne sont pas rétroactives les dispositions organisationnelles s'appliquent à tous (vérifications et contrôles, exercices d'évacuation etc...). Le stockage étant plus organisationnel que constructif il me semble que cette disposition s'applique également aux bâtiments antérieurs à 2004.
(Je partage tout à fait construction mais dont le permis de construire avait été déposé en 2002. C'est la référence au mode de l'avis de Pierre. Ces arguments m'ont été opposés l'an dernier pour deux bâtiments en cours de fonctionnement qui semble prévaloir.
(je pense que la question posée est mal posée ! Je mets au défi n'importe lequel d'entre nous de me dire (dans les faits) quelle est la différence (effective et contrôlable !) entre une quantité de produits limitée à 2 jours de fonctionnement et une quantité qui ne doit pas excéder les besoins des manipulations en cours ??! L'idée qui doit nous guider n'est t'elle pas simplement de limiter les quantités présentes dans les locaux .......(cela implique de revoir tout le fonctionnement et de l'anticiper dans les projets de rénovation de locaux, c'est peut être là le "plus" que l'on peut apporter par rapport à d'autres qui ne connaissent pas le fonctionnement des labos ?).
(Je partage également les avis qui ont été formulés sur ce thème, et je suis aussi d'accord avec Lionel. Pour exemple, on a un bâtiment qui vient d'être livré il y a quelques semaines, avec un permis de construire antérieur (de peu) à la nouvelle réglementation, les locaux à risque moyen sont donc faits pour recevoir une quantité (et des natures) de produits ... qui seront différents des locaux qu'on va devoir refaire (en respectant la nouvelle réglementation) parce que leur nombre a été mal estimé !  le tout dans le même bâtiment, voir sur le même étage ...
Allez expliquer cela ensuite aux utilisateurs (et à nos responsables ...) s'ils n'ont pas déjà en tête l'idée qu'ils doivent changer leurs habitudes et limiter les produits stockés dans labos et salles de TP ...Ceci pour dire qu'effectivement, il faut défendre l'idée générale de limiter au maximum les produits dans les locaux, pour éviter d'avoir à "se battre" pour imposer aux programmistes/architectes et autres de prévoir des locaux de stockage adéquats (en type, en nombre, en taille, en localisation) et avant tout que les utilisateurs en fasse part dans l'expression de leurs besoins ...
(bonjour et merci à vous 2 (Céline et Lionel) même si je trouve intéressant le débat que propose LIONEL, et que je suis parfaitement d'accord sur le fait que moins il y a de produits, moins il y a de risques (encore ne faut-il pas tomber dans un système qui multiplierai les déplacements de produits chimiques dans n'importe quelles conditions entre une soute et des salles de prépa......, voilà un risque à évaluer.......) ; mais mon problème est qu'un pompier a dit lors d'une commission de sécu, qu'il n'était pas nécessaire d'appliquer la nouvelle réglementation en la matière (articles R5-R10-R11-R12) mais l'ancienne. donc je réitère ma question en la reformulant pour les mesures concernant le : fonctionnement, l'organisation,  quelle réglementation s'applique lorsqu'il y a une modification de cette dernière? sachant que "quelquefois" nos responsables ne cherchent à appliquer que le minima imposé par la réglementation.
(Après recherche sommaire, un début de réponse peut être trouvée dans le GN10 paragraphe 1. A l'exception des dispositions à caractère administratif, de celles relatives aux contrôles et aux vérifications techniques, ainsi qu'à l'entretien, le présent règlement ne s'applique pas aux établissements anciens.
(il faut lui demander de l'écrire... une des commissions m'a écrit pour une composante :"limiter le stockage de produits dangereux à la consommation hebdomadaire"... ensuite je suis comme Lionel "ça se mesure comment une semaine de fonctionnement ?
(Ca va dans le sens de tout ce qui s'est dit mais je vous livre quand même la réponse de notre "conseiller à la sécurité", ancien pompier de Paris :
 "La limitation des quantités de produits toxiques (dangereux) et liquides inflammables limitée à deux jours de fonctionnement a été remplacé  par la limitation des quantités de  ces produits à la réalisation des manipulations ou travaux en cours (arrêté du 13 janvier 2004). La présence de ces produits en quantité non justifiée par la réalisation de ces manipulations travaux ou expériences en cours est interdite au même titre que l'emploi de bouteilles individuelles de gaz ou de mélanges spéciaux utilisées ponctuellement.
 Cette disposition est rétroactive puisqu'il s'agit d'une consigne particulière de fonctionnement (limitation de produits dans certains locaux) indépendante de mesures constructives ou techniques.
Pour rebondir sur la remarque de Carole : moi je pense que les utilisateurs connaissent parfaitement leurs besoins pour que leur labo ou leur service fonctionne (leur problème est peut-être la vision de leur activité à plus ou moins long terme ...) ; le tout est d'arriver à leur faire exprimer clairement, et comme le dit très justement Gérard, de leur poser les bonnes questions pour les traduire en contraintes de sécurité, d'aménagement, etc. c'est un peu notre rôle (si on est sollicité) non ?2006 : changement réglementation parking
Dans le courant de ce semestre, va paraître un nouveau texte relatif à la sécurité incendie dans les parcs de stationnement publics recevant plus de 10 véhicules. Ce texte vient combler le vide laissé par la suppression de la procédure de déclaration au titre de la rubrique n° 2935 de la nomenclature des installations classées (I.C.P.E.) entrée en vigueur le 1er janvier 2005. Il renforce les obligations administratives et d’exploitation. Avant tous travaux, les parcs publics de plus 10 véhicules sont tenus de déposer un dossier de sécurité (les parcs de plus de 1000 véhicules sont, de plus, soumis à autorisation au titre des I.C.P.E.). Pour ceux recevant plus de 250 véhicules, une demande d’ouverture et une visite de réception par la commission de sécurité sont obligatoires. Pour les parcs isolés d’une capacité de plus de 250 véhicules, la fréquence des visites périodiques par la commission de sécurité est de cinq ans, elle est de deux, trois ou cinq ans pour les parcs communiquant avec un établissement recevant du public (ERP). Tous les parcs existants ou à construire ont obligation de faire vérifier par un organisme agréé leurs installations techniques et de sécurité lors de la mise en service, puis tous les 5 ans (avec réalisation des essais de fonctionnement tous les deux ans). Les conditions de surveillance des parcs sont précisées ainsi que la nécessité de disposer ou non d’un poste de sécurité et d’agents de sécurité. Si le parc communique avec un tiers relevant d’une direction différente de celle du parc, un accord contractuel doit exister pour la maintenance de certains équipements et être annexé au registre de sécurité.
Citons les principales modifications apportées par le texte Les activités autorisées et ou/dispositions constructives sont redéfinies, qu’il s’agisse des parcs de stationnement largement ventilés (PSLV), de l’isolement des parcs accueillant entre 10 et 1000 véhicules (contre 250 auparavant) – en particulier les exigences de résistance au feu -, des dégagements, des aménagements, boxes et matériaux d’isolation, du désenfumage et de la ventilation, des moyens de secours en eau, des alarmes et des installations techniques2006 : protection contre l’incendie des conduits de sorbonne : Dans le règlement de sécurité incendie, les exigences liées aux conduits de ventilation sont précisées par les articles CH 41 à 43, R22. Dans le cadre d'un réaménagement de laboratoire, et l'installation de nouvelles sorbonnes, nous avons regardé les gaines utilisables pour les conduits supplémentaires. Comme d'habitude, on manque de place. A votre avis, et en fonction de ces articles, peut-on envisager de floquer les conduits, de mettre un clapet coupe-feu entre les 2 étages, et installer ces conduits :
- dans un placard contenant une armoire électrique ? (voir article EL 9)
- à côté d'une prise d'air de désenfumage ?
Cela ne me parait pas une bonne chose, mais la lecture des articles me fait penser que ce n'est pas interdit. Qu'en pensez-vous ? réponses justifiées
(Dans l'annexe B "recommandations d'installation de la sorbonne" de la norme XPX 13-203 tu prouveras des informations utiles concernant les conduits, les ventilateurs, la compensation...
Pour ta question précise sur les conduits, les clapets coupe-feu doivent au maximum être évités, la protection adaptée contre l'incendie doit être fournie par un traitement adéquat du conduit et lorsque les clapets coupe feu ne peuvent être évités (en dernier recours) ils doivent être conçus pour résister à la corrosion et aux fumées et leur plaque coupe feu doit être à l'abris du flux d'air.
Pour moi c'est très délicat comme option car il est difficile:
- De savoir dans le temps ce que les chercheurs vont manipuler comme produits
- De savoir si la plaque coupe feu est bien à l'abris des flux d'air, il faut prendre conscience que si le clapet tombe sans qu'on s'en aperçoive ou sans qu'on puisse intervenir rapidement il s'agit d'un conduit "bouché" sous lequel on peut avoir des manipulations avec retour des polluants aux producteurs. Cette option nécessite plus de vigilance et de surveillance du point de vu de la maintenance, ce qui n'ai pas toujours évidant à mettre en œuvre dans nos universités.2005 : mise en place d’une cuve à essence enterrée. Un service de la Direction du Patrimoine Immobilier à l'Université Bordeaux1 souhaite stocker de l'essence et du gasoil pour les besoins des engins dédiés aux espaces verts. Il y aurait une cuve non enterrée de 600 litres d'essence et une cuve non enterrée de 600 litres de gasoil, le tout dans un local affecté au rangement de ces machines, il s'agit d'un bâtiment en dur isolé, de plan pied en RdC, ne recevant pas de public.Un transfert de carburant aurait lieu périodiquement pour effectuer le plein de ces engins. Compte tenu de la capacité de stockage inférieure à 1500 litres, quelles sont les dispositions réglementaires obligatoires dans ce domaine et pour un tel projet afin de faire les choses correctement (bacs de rétention, extincteurs, détection....)?
(je n'ai pas vérifié les seuils, mais la réglementation sur les ICPE me semble la plus adaptée à suivre pour adapter les mesures à prendre ; de mémoire, pour avoir installé une station de distribution de carburants (à l'INRA), les règles préconisées sont bien adaptées. Par contre, je pense dangereux de mettre les cuves dans le local où sont entreposées les machines, source d'étincelles potentielles : le triangle du feu est réuni !
(Je pense que le service le plus à même de répondre est le SDIS 33.
(Pour le gazole, tu as l'arrêté du 1er juillet 2004 fixant les règles techniques et de sécurité applicables au stockage de produits pétroliers dans les lieux non visés par la législation des installations classées ni la réglementation des ERP. Sauf erreur de ma part, il est applicable à ton installation.
 
D'autre part, (à cause de la cuve à essence), l'installation rentre dans le champ de la réglementation ATEX et plus généralement de la réglementation concernant la protection des travailleurs contre le risque d'explosion. Donc, obligation de résultat ce qui implique que c'est à toi de faire (ou faire faire) l'évaluation des risques (en particulier, zonage ATEX) et de mettre en place les mesures préventives adaptées : ventilation, signalétique (interdiction de fumer, interdiction flamme nue, etc), installation électrique ADHOC selon les zones ATEX, bac de rétention, zone de dépotage équipée correctement avec possibilité de relier à la terre le sytème de transfert, etc. Sur le plan organisationnel : Permis de feu, Vérification des cuves, Consignes pour éviter toute fuite et en cas de fuite accidentelle, etc
 
Je pense comme Monique que l'arrêté type N° 253 (Dépôts de Liquides inflammables) applicable aux ICPE classées sous la rubrique 1430 (stockage en réservoirs manufacturés de liquides inflammables) ainsi que l'arrêté du 7 janvier 2003 relatif aux prescriptions générales applicables aux installation classées soumises à déclaration sous la rubrique 1434 (installation de remplissage ou de distribution de liquides inflammables) sont de bonnes bases pour aménager et exploiter ton installation.
 
Il y a aussi un texte intéressant, c'est l'arrêté du 19 novembre 1975 (Règles d'aménagement et d'exploitation des dépôts d'hydrocarbures des titulaires d'autorisations spéciales d'importation de produits pétroliers).
 
En gros, tous ces textes disent la même chose (coupe feu 2 heures, cuvette de rétention, interdiction de fumer, signalétique, installations électriques, mises ) la terre et liaisosn équipotentielles, extincteurs, vannes de barrages identifiées, etc)
 
Enfin, tu peux aussi t'appuyer sur les publications de l'INRS (ED 945, ED 753, ED 874 et ND 2083).2005 : classe de feu F : apparemment une nouvelle classe de feu a fait son apparition : la norme EN 2/A1  (NFS 60-100) de février 2005 ajoute la classe F (la classe F : feux liés aux auxiliaires de cuisson (huiles et graisses végétales et animales (roaaaar)) sur les appareils de cuisson.)2004 : nombre de sortie dans les salles d’utilisation des autoclaves : l'article 19 du décret du 2 avril 1926 portant règlement sur les appareils à vapeur dit "chacun des locaux doit offrir au personnel des moyens de retraites faciles dans deux directions au moins".2004 : registre de sécurité : un par bâtiment ? Doit-on avoir un registre de sécurité par bâtiment ou peut-on avoir un seul registre pour un établissement sur un même site comportant plusieurs bâtiments?
(Tu dois avoir non pas un registre par bâtiment, mais un registre par ERP.(c'est le "tableau de bord ou carnet de santé" d'un ERP).
( si des bâtiments sont des ERP indépendants, il faut un registre par bâtiment, si ils sont en regroupement (à moins de 8 m les uns des autres) ils forment un ERP unique dont un seul registre est suffisant!2004 : réglementation type R nouvelle version : (Pour info, la nouvelle version du type R est parue au JO le 14/02/04 (arrêté du 13/01/04) pour une application au 14/05/04.
( l'article R 33 nouvelle version (applicable à partir de mai 2004), a supprimé le caractère trimestriel des exercices. Même si le pluriel est conservé, je suis enclin de penser que de 3 la fréquence va tomber à 2/an (donc Id° code du travail) vu le peu d'enthousiasme généralement observé par nos dirigeants en la matière.2003 : Ascenseur débouchant dans une salle recevant du public :
Peut-on faire déboucher directement une cabine d'ascenseur dans une salle qui accueille du public ? A mon avis se pose le pb de l'encloisonnement non ? qu'en pensez-vous ?
(L'article AS 1 §4 stipule que "toutes les portes palières et de secours des appareils doivent déboucher dans des parties communes..."Mise en place de placard de stockage dans un couloir de circulation : La fac de médecine voudrait installer dans ses couloirs de circulations des placards qui combleraient des renfoncements créées par des poteaux. Ces couloirs sont plus large que les UP obligatoires. Les textes ERP précise que cet aménagement est envisageable si ces placards sont en matériaux M3 et si ils sont fixes. Cependant ces même articles interdisent les "dépôts" dans ces endroits!!! Avez vous déjà été confronté au problèmes? Voyez vous des restrictions à la constructions de ces placards (en matière de remplissage de ces placards) ?
( l'installation de ces placards de rangement est possible et acceptée dans la mesure où ils n'empiètent pas sur la largeur des dégagements. Les placards doivent être fermés et bien sûr ne pas contenir de produits particulièrement inflammables ! Ils sont autorisés pour y stocker du matériel ou des documents.
( Tout stockage de produits, matériel, papèterie ...etc...est strictement interdit dans notre école. Surtout s'il y a communication par ces placards entre les étages. La commission communale nous a interdit cette pratique, nous avons du isoler chaque niveau.Porte avec contrôle d’accès en remplacement d’une porte de recoupement : Article CO 48 - Portes de types spéciaux.../... § 3. (Arrêté du 10 novembre 1994.) " Les portes automatiques sont autorisées dans les conditions suivantes: " a) Les portes automatiques à tambour ne sont autorisées qu'en façade. Les portes automatiques coulissantes ou battantes peuvent être autorisées à l'intérieur des bâtiments après avis de la commission départementale de sécurité, dans la mesure où elles ne font l'objet d'aucune exigence de résistance au feu. Les portes automatiques d'un autre type doivent faire l'objet d'un avis de la commission centrale de sécurité. " b) En cas d'absence de source normale de l'alimentation électrique, les portes automatiques doivent se mettre en position ouverte et libérer la largeur totale de la baie: "- soit manuellement par débattement vers l'extérieur d'un angle au moins égal à 90 degrés, pouvant être obtenu par simple poussée. S'il y a lieu, les portes à tambour ou les portes coulissantes doivent se placer par énergie mécanique intrinsèque telle que définie dans la norme NF S 61-937, dans la position permettant d'atteindre cet objectif; "- soit automatiquement par effacement latéral obtenu par énergie mécanique intrinsèque. Par mesure transitoire jusqu'au 30 avril 1995, les autres systèmes actuellement utilisés sont autorisés.Définition de « moyen de secours » pour les marchés : notion de "moyen de secours" est floue si on s'en tient à l'arrêté de 80 (articles MS), il n'y aurait que les extincteurs, RIA, colonnes sèches, et SSI compris dans ce vocable (le désenfumage est donc à part).Lumière émise par les blocs : L'article EC 7 § 3 demande 5 lumens au m² si l'effectif atteint cent personnes en étage ou RDC ou rdc ou 50 en sous-sol. Le § 4 de ce même article demande des foyers lumineux espacés de 15 mètres au maximum et équipés de lampes de 15 W mini s'il s'agit de lampes à incandescence. S'il s'agit de blocs autonomes, le flux nominal doit être de 60 lumens minimum (article EC 7 § 6).Couleur des boîtiers des déclencheurs manuels : Les boîtiers des déclencheurs manuels sont rouges : norme NF S 61-936 / 5.2PV de réaction au feu : journal officiel du 26 mars 2000, Annexe au n°73 : Avis relatifs à l'homologation des matériaux et éléments de construction en fonction de leur comportement au feu (réaction au feu et résistance au feu) (Tableau avec classement, marque commerciale, description sommaire, société, référence du PV).Téléphone urbain obligatoire dans ERP ? : oui : article MS 7 : la liaison avec les sapeurs-pompiers doit être réalisée par téléphone urbain quelques soit le type. Toutefois, dans les cas d'occupation épisodique ou très momentanée de l'établissement, cette liaison n'est pas exigée.Recoupement couloir : longueur de recoupement des couloirs ?( CO 24 (25 à 30 m)Stockage en sous-sol : Attention l'article R10 du règlement de sécurité précise que les réserves de produits inflammables ne doivent pas se situer en sous-sol. Sinon ce local doit être coupe feu 2H, sans communication par rapport aux circulations accessibles au public. Il doit être équipé de ventilation naturelle haute et basse, et doit posséder une paroi en façade avec une partie en verre mince.Fausse alerte à la bombe : Article 322-14
(Ordonnance nº 2000-916 du 19 septembre 2000 art. 3 Journal Officiel du 22 septembre 2000 en vigueur le 1er janvier 2002) .Le fait de communiquer ou de divulguer une fausse information dans le but de faire croire qu'une destruction, une dégradation ou une détérioration dangereuse pour les personnes va être ou a été commise est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30000 euros d'amende. Est puni des mêmes peines le fait de communiquer ou de divulguer une fausse information faisant croire à un sinistre et de nature à provoquer l'intervention inutile des secours.Service sécurité2011 : Organisation de la sécurité incendie sur un campus
L'Université de Rennes 1 à pour objectif de remanier l'organisation de la sécurité incendie de ses campus. Vous serait-il possible de m'indiquer comment celle-ci est organisée dans vos établissements et de me communiquer:
le nombre d'agents SSIAP en journée
de la superficie de vos campus,
le nombre de bâtiments de recherche,
le nombre de bâtiments ERP  leurs types et leurs catégories
(A l'Université blaise Pascal  à Clermont Ferrand pour le campus des Cézeaux (70 hectares) on a un  PC Sécurité composé de 3 titulaires et 2 contractuels. le PC fonctionne de 8h00 à 19h00 du lundi au vendredi. 1 SSIAP 2, 4 SSIAP 1. on n’a jamais 5 agents en même temps compte tenu des temps de travail des agents et de l'amplitude d'ouverture du PC.
Environ 23 bâtiments où il se fait de la recherche  (chimie, bio, physique, génie civil, math, informatique, ...)
15 ERP : type R essentiellement, 3   1ere catégories, 4    2eme catégories, 4    3eme catégories, 1   4eme catégorie et 3    5ème catégories.
(A l'université de Rennes 2 sur le campus Villejean nous avons 4 agents de sécurité SSIAP1 qui sont à 100% à la sécurité (2 titulaires, 2 CDD) et 2 autres agents, un SSIAP1 et un ADS qui sont à 30% à la sécurité (voir plus en fonction des périodes et des événements) ils sont titulaires. 4 ERP de 1ère catégorie 6 ERP de 2ème catégorie 2 ERP de 3ème catégorie 3 ERP de 5ème catégorie2008 : nombre de fonctionnaire dans le PC de sécurité
Ma Direction ne cesse de clamer à nos personnels que le PC Sécurité de l’université Toulouse II Le Mirail est celui qui serait doté du plus grand nombre d’agents fonctionnaires… Je souhaite donc vérifier cette information. Pourriez-vous pour ceux que ça concerne me décrire vos effectifs ? Je vous remercie par avance, et vous souhaite une bonne soirée
(à l’Université Louis Pasteur, 26 fonctionnaires sur 27.
(l'équipe de sécu (24h/24) du site principal de l'ENS (80 000 m² et 400 personnes hébergées) est constituée :
 - du lundi au samedi par :
      - 1 SSIAP2
      - 1 SSIAP1 chargé de l'accueil du plus important bâtiment (37 000 m² avec clés dispo au PC pour nos plus grandes salles de conf et de nombreux locaux fermés à clé mais en libre service)
      - 1 SSIAP1 affecté à des tâches de maintenance
cela représente un total de 6 personnels ENS et c'est vraiment la galère en raison des samedis travaillés et des congés, prévus ou imprévus (vacances, maladie ou maternité)
 - en complément c'est une société extérieure qui est mandatée :
     - le samedi : "notre" SSIAP2 + 1 SSIAP1 + "notre" Ouvrier Professionnel d'astreinte ;    
     -  le dimanche : 1 SSIAP2 + 1 SSIAP1 + "notre" Ouvrier Professionnel d'astreinte ;
     - en nuit : 1 SSIAP2 + 2 SSIAP1
(sur le pôle de Ste Marthe : 2 ERP R 1ere cat. + 1 ERP X 2ème cat. nous avons :
6 agents qui se relaient de 7h à 20h30 du lundi au vendredi. Tous SSIAP 1 (sauf 1 SSIAP2). le SSIAP 2 est le gardien des 2 ERP 1ère cat et loge sur place le gardien du X a été formé et est SSIAP 1. Il gère le bâtiment et on donne un coup de main si nécessaire. nous avons aussi une société privée qui gère le site de 5h à 7h00 le matin + ronde aléatoire les week-end (1 ronde jour) et nuit (2 rondes nuits) et je ne parle pas des week-end... on nous demande de + en + d'ouverture.... sans avoir de personnel supplémentaire.... sans compter les aléas
(A l'université Blaise Pascal de Clermont Ferrand, le PC Sécurité du campus des Cézaux est composé de 3 titulaires et 2 contractuels. le PC fonctionne de 8h00 à 19h00 du lundi au vendredi
(PC sécurité 24h/24h 7j/7j.
Le PC sécurité du campus comporte 10 agents  dont 1 SSIAP3, 3 SSIAP2, 4 SSIAP1 et 2 ADS (ouvertures / fermetures) qui travaillent à partir de 6 h (1 seul) jusqu’à 22h (1 seul) ; les autres travaillent de 8h30/9h à 16h30/17h.
Les missions sont plutôt sécurité incendie et assistance à personne de jour.
Puis de 16h jusqu’à 9h + WE + fermetures, nous avons une société prestataire qui complète « ABAX » (1 ADS, 1SSIAP1 et 1 ACC), avec des missions de gardiennage essentiellement (quartier sensible…).
Le campus pour vous donner des ordres d’équivalence fait ~26 hectares avec ~30 bâtiments (2 qui sortent de terre) dont ~10 considérés comme un seul et même bâtiment par la commission de sécurité incendie.
SSI de catégorie A / Bâtiments essentiellement de 1ière catégorie / vidéo, contrôle d’accès, intrusion, etc.
Astreintes nuit /jour toutes les 8 semaines : 6 personnels avec logement de fonction dont la SG / 2 électriciens / 2 agents du PC sécurité SSIAP2 / 1 agent autres + moi (rien) + le responsable du STI (1 VL)
(l'autre question est de savoir comment se repartit le travail entre les personnels internes et les sociétés extérieures, je m'explique :
- on ne peut pas demander à la société de surveillance de remplacer un agent interne en arrêt maladie ou en vacances : c'est un délit => prêt de main d'oeuvre illicite
 - on ne peut pas non plus donner d'ordre direct aux salariés de l'entreprise sous-traitante (ça devient compliquer quand on a au même moment des personnels interne et externe... et quand par exemple le SSIAP 2 est interne et les SSIAP 1 externe) et sortir du cadre très strict du métier de gardien (un gardien extérieur ne peut pas faire le tri du courrier) => délit de marchandage
 NB :
- les délits de marchandage et de prêt de main d'œuvre illicite engagent la responsabilité des personnes physiques mais aussi des personnes morales tant sur le plan civil que pénal.
- au plan pénal, les personnes physiques encourent une peine d'emprisonnement de deux ans et/ou une amende de 30.000 euros. L'amende est susceptible d'être multipliée par cinq pour les personnes morales.
- enfin, la société bénéficiaire du prêt de main d'œuvre peut être considérée comme co-auteur du délit et condamnée à ce titre.
(ENS LSH lyon 12 agents
(Si ça n'a pas changé à la fac de médecine pharma de Nantes l'effectif de l'équipe de sécurité de l'I.G.H. est le suivant :
9 S.S.I.A.P. 1
6 S.S.I.A.P. 2
1 agent de sécurité sans "qualification" réglementaire pour un amphithéâtre. Total de 16 agents. Une société de gardiennage privée assure les heures qui manquent ou lorsqu'un agent est absent (généralement pour les S.S.I.A.P. 2).2004 : qualification du personnel de sécurité incendie pour un IGH : grade du personnel
(quelque soit le grade de tes agents et par équipes de 3, (3 x8) j'imagine, ils doivent posséder la qualification nécessaire et suffisante d'IGH 1 pour les agents de sécurité incendie et d'IGH 2 pour le chef d'équipe, le mandataire devant avoir la qualification de chef de service de sécurité incendie ERP/IGH 3 (arrêté du 18 mai 1998 : qualification du personnel permanent des services de sécurité incendie des immeubles de grande hauteur).
Après ce n'est qu'une question d'appréhension intellectuelle des missions.Service incendie : contrat type : l'A.P.S.A.D. a éditer une brochure R6 et R8 sur l'établissement d'un service mixte, autrement application du règlement E.R.P. ARTICLE MS 46 ET MS 48,45,47,50,51,et surtout MS 52 ( pour la nuit nomme le personnel loge), code du travail, et décret de 83 et 86 sur les entreprise de sécurité privée.Service de sécurité incendie – obligatoire ? l'arrêté du 21 février 95 a été remplacé par l'arrêté du 18 mai 98. Au sens de cet arrêté, les ERP de type R (hors IGH)  n'ont pas obligation d'avoir des agents de sécurité incendie (type ERP 1) ayant cette seule mission. Cependant, en fonction de la configuration de  tes bâtiments et de l'effectif accueilli, rien ne t'interdit (si tu as quelques moyens financiers) de disposer d'un certain nombre d'agents formés ERP 1, voire ERP 2 désignés comme correspondants locaux de sécurité par exemple. Coordination SSI2010 : remplacement d’une centrale incendie – besoin d’une coordination SSI ?
A votre avis une mission de coordination SSI par un organisme agrée est-elle nécessaire dans le cas du remplacement d'une centrale qui est hors service?
Et si deux centrales, sont remplacées par une seule?
(d'après moi un coordonateur est toujours obligatoire
(selon la norme sur les SSI (NF S 61-932 Sept 1993), à partir du moment où on installe un SSI, la coordination est obligatoire (donc dans les 2 cas que tu évoques, sauf si remplacement à l'identique de la centrale HS, mais ça m'étonnerait !!!). C'est d'ailleurs le coordonnateur SSI qui établira le dossier d'identité SSI. D'autre part, s'il s'agit d'un ERP, je te conseille de faire un dépôt de dossier, car sinon ça risque de mal se passer lors du prochain passage de la commission de sécurité (je parle par expérience...) car cette dernière pourra considérer que ton nouveau SSI n'a pas d'existence administrative...2009 : changement de SSI et coordination SSI
Comme annoncé précédemment, nous nous lançons dans le changement de notre SSI. La boîte qui s'occupe de l'entretien du SSI actuel nous propose de modifier le contrat d'entretien en intégrant sur 4 ans le changement de la centrale et des détecteurs ioniques. Il n'y aura aucun recablage, pas de changement sur les porte CF et les DM. Dans ces conditions, je ne pense pas qu'un BE et un coordinateur SSI soit nécessaire
(Changement de S.S.I. sur 4 ans ?
A mon avis s'il y a changement de la centrale, il doit y avoir coordonnateur S.S.I.. Peut-être encore plus si vous gardez le câblage existant et ses asservissements. Il s'assurera au moins de la compatibilité de tout ça.Coordination SSI : qui peut l’être ? Je suis à la recherche de la norme NF S 61-931 et + particulièrement la partie concernant la mission de coordination SSI. Je souhaite en fait savoir qui peut assurer cette fonction. Je sais que c'est une personne désignée par le maître d'ouvrage, mais si c'est en interne, est-ce que çà peut être un agent du PC sécurité-IGH par ex ? Je parle de toutes les phases : conception, réalisation... Ca me paraît un peu léger, mais un agent a fait la demande de formation chez nous en vue de la réfection du SSI prévue pour bientôt, et je me dis que peut-être y a-t-il des critères d'expérience, par ex, comme en coordination SPS
( Il faut effectivement suivre une formation (environ 40 h soit 5 jours sans l'ARTT !) à l'issue de laquelle un contrôle de compétence est organisé par l'organisme formateur (qui est lui même habilité à délivrer ce genre de formation, ouf !). Donc un candidat X doit pouvoir te présenter son attestation de compétence s'il souhaite répondre à un marché ou une consultation. Pour mémoire, le coordinateur SSI fait partie de l'équipe de Maîtrise d'oeuvres et en tant que tel, il doit avoir toutes les garanties (assurances) s'y référant. D'un point de vue personnel, je ne suis pas favorable à ce qu'un agent de l'université (même s'il avait toutes les compétences) assure ce genre de mission (ne mélangeons pas les genres, cela évitera quelques difficultés en cas de pb).
( La norme NF S 61-931 dans sa partie : 5 Principes de base 5.3 Coordination S.S.I. Une mission de coordination doit nécessairement présider à l'analyse des besoins de sécurité et à la conception du S.S.I.. Cette mission doit également exister lors de la réalisation et lors de modifications ou extensions éventuelles. Elle implique la réalisation des tâches énumérées ci-après. -Phase de conception (avec établissement d'un cahier des charges) ... -Phase de réalisation ... -Phase de modification ou d'extension ... MAIS : la norme n'indique pas qui fait quoi. En revanche il est possible de sa baser sur l'article L 111-25 du CCH qui subordonne l'activité de contrôle technique à un agrément délivré par le ministre chargé de la Construction. Cet avis est donné pour une durée maximale de cinq ans, après un avis motivé de la commission d'agrément.
( voici le site d'une association de coordonnateurs SSI qui m'a été communiquée hier. A toutes fins utiles... HYPERLINK "http://www.assocsi.fr.st" www.assocsi.fr.stCoordinateur SSI : Coordinateur SSI = personne physique ou morale désignée par le maître d'ouvrage. Ne peut être un organisme agréé et en particulier celui qui fait le contrôle du bâtiment. voir normes NFS 61931 et 932Qualification installateur SSI : Article MS58§2 "L'installation des SSI doit être réalisé par des entreprises spécialisées et dûment qualifiées". Les entreprises qui disposent du label de qualification APMIS délivrée par l'APSAD répondent à cette définition (mais elles ne sont pas les seules).Questions techniques – retour d’expérience2011 : Contrôle d’accès et porte coupe-feu
On me demande s'il est possible d'installer des portes coupe-feu avec contrôle d'accès, j'aurai tendance à dire non, si oui quelqu'un a-t-il des exemples à me fournir (Techniquement c'est faisable il faut simplement que le SSI le gère comme c'est le cas dans le bâtiment d’où je t'écris En fait en fonctionnement normal, on emprunte ces portes avec un badge électronique, et en cas d'incendie les portes sont automatiquement ouverte par un ordre de la centrale En plus à côté de chaque porte il y a un bouton identique au déclencheur manuel , mais vert pour libérer l'issue en cas de défaillance du système.
(Nous avons exactement la même chose sur Lyon1 il faut juste t’assurer que le SSI peut le supporter (chez siemens il faut des UGIS)
(oui on peut c'est le cas à limoges il faut juste avoir la porte avec le bon degré coupe feu, éventuellement prévoir sa motorisation, la centrale adéquate avec UGIS (comme dit Laetitia) qui gère l'ouverture de DAS, les boitiers verts de dé-condamnation en cas d'urgence, l'accord de la commission de sécurité, ...  HYPERLINK "http://www.legrand.fr/professionnels/l-evacuation_1026.html" http://www.legrand.fr/professionnels/l-evacuation_1026.html2011 : réfrigérateur sécurisé ATEX
Un labo de chimie possède de nombreux réfrigérateurs "domestiques" dans lesquels sont stockés des produits inflammables... Ne pouvant pas se permettre financièrement de s'équiper en autant de réfrigérateurs sécurisés, le labo souhaite "aménager" les réfrigérateurs de sorte à éviter tout risque. Si tout le monde s'accord sur le principe voulant que le thermostat soit externe à l'appareil, concernant l'éclairage intérieur , c'est une autre histoire Merci de me dire si vous avez été confronté à cela et comment vous avez réglé le problème. Voici le propositions qui ont étét faites :                 - Eclairage interne maintenu - ampoule et protection plastique transparent en place                 - Idem sans ampoule                 - Idem avec ampoule grillée en place pour éviter l'allumage                 - Dispositif d'allumage de l'éclairage neutralisé (Il existe des réfrigérateurs domestiques qui sont sécurisés par les moyens suivants : - thermostat à l'extérieur de la cuve (en général au dessus de la porte). Il n'y a que la sonde dans la cuve - éclairage et sa commande extérieurs à la cuve (ampoule halogène et interrupteur dans le bandeau au dessus de la porte) Évidemment il ne faut pas qu'ils soient à froid ventilé !!! exemple : Arthur-Martin AR8895C (dommage il n'est plus fabriqué) Dans le cas où on ne peut pas mettre l'éclairage hors de la cuve, je pense qu'il faut neutraliser l'éclairage sinon une "bonne âme" finira tôt ou tard par mettre ou changer l'ampoule défectueuse.... (Il est clair que ne sachant pas ce qui va être stocké dans ces réfrigérateurs il est important d'y éviter tout risque d'étincelle ou d'échauffement : ceci revient à dire qu'il faut qu'il n'y ait aucun appareil électrique (ventilateur, lampe, interrupteur, thermostat, câblage sous tension) ) à l’intérieur pouvant produire des étincelles  ou des élévations de température capables d'apporter  l’énergie suffisante à l'inflammation.
Le personnel doit aussi penser a ne pas porter de vêtements pouvant se charger en électricité statique car à l’ouverture du réfrigérateur on peut avoir des mélanges "détonants" (c. f. document INRS E D 874)
Pour info sachez que lorsque l'on fait des transferts de liquides inflammables d'un bidon métallique dans un autre bidon métallique à l'aide d'un entonnoir métallique ou conduite souple armée   il faut que tous les appareils soient interconnectés et mis a la terre et que l'entonnoir ou la conduite aille jusqu'au fond du bidon à remplir (dans le cas de remplissage de camions ou wagons la conduite qui plonge dans la citerne est équipée d'un ressort pour amortir le contact afin d’éviter les étincelles!!)
(d'accord avec les collègues précédents. Si tu n'as vraiment pas le choix, neutralises totalement le système.... au moins tu seras sûr que personne ne remplacera l'ampoule !!!2010 : réfrigérateur et congélateur ATEX
Je souhaite sensibiliser les labos sur le stockage des liquides inflammables devant être maintenus à une température réfrigérée (pour éviter les explosions par exemple!) et je suis à la recherche de modèles de réfrigérateur/congélateur sécurisés (ATEX II) mais aussi avec possibilité de ventilation intégrée pour les produits nocifs. Auriez-vous des recommandations de produit (car en cherchant un peu, je m'aperçois qu'il y a tt et n'importe quoi)? Quels sont les éléments importants à vérifier à part la protection ATEX II ? Y-a-t-il des éléments supplémentaires à s'affranchir au niveau de la fiche technique ? Que signifie le 3G nA T6 de ATEX 3500X Ex II 3G nA T6 ? Connaissez-vous des modèles de congélateur sécurisé ?
(A ma connaissance, le problème ne se pose pas pour les congélateurs car ils sont conçus sans source d'arc électrique dans le volume refroidi.2010 : Système d’extinction automatique par azote – consignes, risques, etc.
Un système d'extinction incendie par azote a été installé ds un local informatique, avec système avertisseur de déclenchement de diffusion d'azote.
L'entreprise prestataire propose une formation aux personnels utilisateurs.
Je me pose la question des locaux jouxtant ce local où résident des personnels : sont-ils en sécurité?
Par ailleurs, des consignes sont sûrement à mettre en place.
Comme vs le voyez, un certain nombre de questions.
L'un(e) d'entre vous a t-il(elle) été confronté(e) à ce type d'installation. Les mesures mises en place ?
(en général les entreprises qui installent ce type d'extinction proposent de faire avant un test d'étanchéité du local concerné
En fonction du résultat, des améliorations sont effectuées ou non avant installation de l'extinction car en + de la problématique de la sécurité des personnes se situant dans les locaux voisins, se pose l'efficacité d'un tel système d'extinction dans un local non étanche
D'autre part, si ce système a été installé dans un ERP, il faut le faire réceptionner par un organisme agréé, qui demandera le résultat du test d'étanchéité. et la commission de sécurité lors de sa prochaine visite pourra demander de voir ces documents
En ce qui concerne les consignes, l'installateur a dû prévoir un avertisseur lumineux et sonore au-dessus de la porte d'accès côté intérieur et extérieur du local, asservi à l'extinction
Reste à produire une consigne écrite à afficher et puis informer les utilisateurs, et les personnels de sécurité2009 : Schéma directeur de mise en sécurité
Ma secrétaire générale voudrait faire une consultation afin d'établir le schéma directeur de mise en sécurité. Elle souhaite demander un diagnostic sécurité à un bureau de contrôle. Qui à une expérience dans le domaine ? merci de me faire part de vos expériences.
(Je réponds avec retard à ta demande maintenant que nous avons initié le notre.
Je ne sais si vous vous avez progressé mais ici à POITIERS, nous avons fait appel à un bureau d'étude avec qui nous travaillons régulièrement en nous servant de plein de documents différents de façon à commencer par faire un inventaire des endroits à risque.
Utilisation de l base de données de la Direction du Patrimoine Immobilier pour les plans à jours de tous nos campus ou sites, Utilisation des documents uniques des services/labo ou bâtiments effectués, Utilisation des suivis des passages des commissions de sécurité incendie, Utilisation des déclarations des ICPE de l'établissement (il en manque ...) Utilisation des PPMS des communes sur lesquelles nous sommes implantées, Utilisation des contrôles types amiante, plomb, legionnelles, radon (en cours), ..
Utilisation des connaissances des risques des services techniques et du SHS conjointement, Nombreuses visites sur le terrain,
Etc je crois en oublier.
Maintenant que l'inventaire est fait, on priorise en tenant compte des restructurations ou des démolitions prévues (Evitons de mettre en sécurité un bâtiment que l'oin sait détruit dans 1 2 Ou 3 ans).
Enfin, on propose avec des grilles des chiffrages globaux que l'on prend ensuite un par un pour affiner de façon à être le plus cohérent possible.
Voilà comment nous travaillons actuellement de façon à proposer comme le SD de l'établissement (conjointement) les priorités à proposer de mettre en place.2009 : calfeutrement câbles électriques
La commission de sécurité nous demande de calfeutrer des passages de câbles électriques connaissez-vous des fournisseurs qui vendent des mousses ou autres avec des PV à l'appui.
(Chez nous le service technique assure cette isolation avec du plâtre
(Si ma mémoire est bonne 5 cm de plâtre = coupe feu 2 h .
Moralité : boucher tous les passages au plâtre est la solution économique et le plâtre se casse facilement si besoin de repasser des câbles.2009 : retour d’expérience pour changer un SSI
nous nous lançons dans le changement du SSI de Ste Mathe (en fait 2 SSI de 1ère catégorie) certains d'entre vous ont certainement travaillé sur des projets similaires comment avez vous procédé : CCTP en interne ou BE... Si BE lequel et en
avez-vous été satisfait ? etc.
tout retour d'expérience me serait précieux (même des exemple de CCTP pour BE et ou travaux)
(Nous avions fait appel à un B.E. extérieur lors de changement du SSI de la fac de médecine pharma de Nantes ( I.G.H.).
Moyennement satisfait du B.E. (BE local) qui n'a pas très bien suivi les travaux.
Je te rappelle également qu'il faut maintenant un coordonnateur SSI.
 Enfin, je te conseille de travailler en étroite collaboration avec ta commission de sécurité avant - pendant et à la réception du chantier.
Bon courage c'est un beau chantier.
P.S. : attention, un bâtiment = 1 SSI. L'erreur avait était faite à la fac dentaire à la construction. 2 SSI pour un bâtiment car il y avait une partie gérée par le C.H.U. et une partie gérée par l'université. La commission n'a pas apprécié du tout et nous avons tout remplacé par un SSI unique quelques années plus tard.2008 : évacuation des PMR
comment gérez vous vous dans le cadre des évacuations les PMR ?
(Lorsque je faisait des formations à l'évacuation à la fac de médecine/pharma je demandais aux personnels ou aux étudiants d'être solidaire avec les P.M.R.. Cela veut dire de les aider à évacuer en les portant si nécessaire. Nous avions d'ailleurs fait plusieurs exercices avec simulation d'une personne avec béquilles ou en fauteuil. Ca marchait plutôt bien. Je ne suis pas favorable au système de "zone sécurisé" qui permet à la personne d'attendre les secours. Je ne vois pas très bien ce qu'il pourrait y avoir de plus angoissant que d'attendre tout seul l'arrivée des secours dans un bâtiment en feu alors que tout le monde a évacué.
( dernièrement, nous avons interpellé un préventionniste au cours d'une commission de sécurité à ce sujet qui nous a validé le protocole. Nous avons établi un protocole d'évacuation vu avec le médecin des étudiants (car dans certains cas l'état de santé de la personne ne permet pas de la transporter à bras ou de la porter) et les enseignants concernés en fonction des salles que l'étudiant est susceptible de fréquenter.
Nous avons envisagé des "zones d'attente sécurisées" en étage où la personne serait dirigée jusqu'à l'arrivée des secours en fonction des possibilités de cheminements d'évacuation et de scénarios de départ d'incendie. La personne ne reste pas seule mais est accompagnée soit de l'enseignant, soit d'un chargé d'évacuation.Tu trouveras une démarche dans les publications de l'ONS : HYPERLINK "ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/syst/ons/accueil_handicap2006.pdf"ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/syst/ons/accueil_handicap2006.pdf
( Question de point de vue je préfère qu'une personne angoisse dans une salle plutôt qu'il y ait des blessés parce que dans la cohue de l'évacuation les porteurs ont chuté avec la PMR dans les escaliers entraînant avec eux les autres évacuants.
(Pour moi les PMR ne peuvent pas être transporter sauf peut être en béquilles ... seulement un fauteuil électrique bonjour pour le porter, en outre la personne doit être placée à l'abri. Alors comment faire: descendre la personne (os cassants) et le fauteuil ??? En ce qui me concerne, je ne predrais pas le risque de descendre une personne PMR surtout sur 7 étages car risque pour elle et aussi pour moi (chute dans les escaliers) Donc, au moins deux victimes. A voir si la procédure de l' Observatoire peut convenir.
(Bon, je vais rajouter mon petit trait : par expérience, ayant discuté avec des personnels en fauteuil manuel ou électrique pour leur demander leur avis sur la procédure, j'ai constaté des points de vue différents : l'une, en fauteuil manuel, nous avait expliqué comment prendre son fauteuil à 2 pour descendre (j'ai testé et je ne l'ai pas faite tomber) ; un autre en fauteuil électrique avait opté pour le palier de l'escalier extérieur, avec un accompagnant ; un autre toujours en fauteuil électrique, nous avait montré qu'il était sur une coque, facilement transportable. Avec les étudiants (ils sont vite repérés, sauf les retours de WE ski), les personnels de l'établissement peuvent aussi facilement discuter avec eux : je pense que c'est même nécessaire, quelle que soit la procédure adoptée.2007 : Grande porte coupe-feu
Une machine nous est livrée prochainement qui ne passe pas les portes de l’atelier où elle doit être mise en place. Ce n’est pas la première fois que cela arrive. On va devoir démonter les portes existantes et casser l’encadrement – passer la machine et reconstruire derrière !!!! Le bloc porte coupe feu sera détérioré et il faudra le changer. Nous voudrions remplacer les portes par d’autres plus hautes (>2.04 m) : notre fournisseur peut nous en livrer (qu’il certifie coupe feu au degré souhaité) mais n’a pas le PV de classement au feu dans ces dimensions hors normes. Connaissez-vous un fournisseur qui puisse fournir des portes coupe-feu hors normes avec le PV de classement ?
(Il semblerait que les Etablissements MALERBA  proposent des portes coupe-feu de 1740 à 2760 de hauteur avec des dimensions de vantaux de 630 à 1130 pour un passage libre de 1400 à 2221….ça en fait des combinaisons…..fournies avec un PV ! J’attends les prix…..et m’attends à un « coup de bambou » - merci de me donner vos références si vous en avez pour comparaison.
C’est vrai que dans les ateliers et halls d’essais la dimension des portes est souvent insuffisante mais j’ai peur qu’un système démontable ne puisse être classé,  puisque rien ne peut garantir un bon remontage en cas d’utilisation– Mes fournisseurs habituels n’ont de PV que pour les blocs portes de hauteur 2.04 m x largeur 1.60 m, même s’ils en commercialisent de plus grandes…
Les bâtiments étaient initialement équipés de plus hautes portes et c’est la Commission de Sécurité qui a estimé qu’elles n’étaient pas coupe-feu : on n’avait pas de PV sur des bâtiments de 40 ans et on les a remplacées mais on n’avait pas trouvé de portes classées à la dimension nécessaire – Finalement le problème du passage ne se pose pas tous les jours et si les portes sur mesure sont trop chères on cassera l’existant pour reconstruire la même chose en espérant qu’aucune nouvelle machine ne sera achetée dans 6 mois !!!!!2007 : Ligne téléphonique d’urgence
Je souhaite demander à notre service technique qu'il installe une ligne téléphonique supplémentaire au niveau de la loge d'un de nos ERP (Accueil). Cette ligne serait réservée à la réception des appels d'urgence (c'est la loge qui reçoit les appels d'urgence provenant du bâtiment et gère ensuite les choses - alerte des secours extérieurs, etc) J'ai demandé à ce que le numéro de téléphone soit simple à retenir (4 chiffres maxi) et à ce que le combiné ait un écran digital permettant de voir s'afficher le N° de la personne qui appelle (de manière à pouvoir rappeler ou à pouvoir détecter d'éventuelles "blagues"). Avez-vous des idées complémentaires pour les caractéristiques pour ce genre de ligne téléphonique d'urgence ? En particulier, le câblage doit-il avoir des caractéristiques feu particulières ? Peut-on brider le téléphone de telle manière que seuls quelques N° extérieurs puissent être appelés (des n° d'urgence) ? Quelle est votre expérience et avis là-dessus ?
(nous avons une ligne de ce type et nous réfléchissons actuellement à faire suivre les appels sur un portable (ou sur les talkies) si le personnel doit quitter la loge
(nous avons aussi fait installer une ligne de ce type avec report sur portables. les numéros ne sont pas bridés, questions de confiance aussi. et ce n'est pas vraiment la peine....par ailleurs nous avons toute plusieurs talkies permettant une meilleure communication, notamment dans des zones où les portables ne passent pas.
(A Reims nous avons sur les campus un N° d'urgence : "CAMPURGENCE" : le 19, qui peut être composé de n'importe quel fixe au sein du campus et qui aboutit soit à la loge soit en cascade vers les portables des personnes de permanence. Nous prévoyons dans les opérations de constructions ou de rénovation, la mise en place de bornes d'appel d'urgence programmées avec ce numéro et les numéros nationaux d'urgence.
(Nous avons un numéro d'urgence unique le 30 qui peut-être appelé en interne et en externe. Il aboutit directement sur nos radios et ce depuis tous les sites lyonnais de l'Université (jusqu'à 30 kms de distance) grâce à un système VPN utilisant le réseau de l'Université. Au niveau des radios nous avons bridés les accès selon l'utilisateur : le Service sécurité, les gardiens et personnels logés ou la société extérieure de gardiennage. De plus, le système inclus la protection PTI. Par contre le coût de l'installation n'est pas négligeable sans oublier la taxe sur les fréquences radios.2006 : étanchéité des déclencheurs manuels
Y a -t'il une obligation réglementaire pour qu'un déclencheur manuel se trouvant  à l'intérieur soit étanche ? Une société de nettoyage en  faisant le ménage avec un  Karcher  a introduit de l'eau dans le déclencheur ce qui a provoqué au niveau de la centrale un court circuit. je souhaiterais avoir cette info afin  de définir les responsabilités.
(Les enveloppes des équipements électriques ont un indice de protection (IP) qui est défini en fonction des influences externes  qui sont température, eau, poussières, chocs ( c . f . norme UTE 15-100 partie 512-2).
Plus simplement tu peux aller dans les docs techniques des constructeurs (voir en fin catalogue LEGRAND) qui donnent  des types d’utilisation dits de référence qui te permettent de définit l’IP de l’enveloppe en fonction du local.2005 : porte coupe-feu frottant au sol : Une porte coupe feu ne se ferme plus correctement (frotte au sol par exemple), la fixation de cette porte est correcte. Peut-on raboter cette porte (coupe-feu) en interne, ou faut il une société agrée pour cela et si oui, quel texte  le précise ?
(Ce ne serait pas plutôt un pb de charnière un peu faible à corriger. As tu un joint intumescent dessous? Attention à ne pas y toucher. Une porte CF doit respecter des conditions de pose mais aussi de modifs tolérées comme indiqué dans les documents joints (attention a vérifier leur validité car datent de 1986). Si la pose a été correctement faite (avec un espace correct) sans frottement c'est qu'un composant a lâché : charnière ? , dormant? ou?.2004 : Que faire vis-à-vis des blocs autonomes en cas de coupure d’électricité : En cas de coupure d'alimentation électrique, l'éclairage de secours se met en marche avec une autonomie de 1 heure. La question est simple, au bout d'une heure, l'éclairage de sécurité va progressivement s'éteindre. Doit on évacuer les bâtiments, puisque on ne peut plus permettre une évacuation dans "de bonnes conditions"?
(Le règlement prévoit que lorsque des travaux sont prévus et programmés, il  ne faut pas mettre les BAES sur batterie. L'éclairage de sécurité doit être mis à l'état de repos ou d'arrêt (voir art EC 14 de l'arrêté du 19/11/2001)Téléphone portable près de pompes à essence : Je viens d'être informé de trois accidents significatifs (incendies avec victimes brûlées) liés à l'utilisation des téléphones portables pendant la phase de ravitaillement en carburant. Cela n'a rien à voir avec les risques professionnels (quoi que pour certains de nos personnels qui ont des voitures de service ..), mais il me semblait important de vous le signaler. Il semble donc qu'il est erroné de croire que les téléphones portables ne peuvent enflammer les vapeurs de carburants. Les appareils récents (surtout ceux qui disposent d'écran qui s'illuminent) libèrent donc suffisamment d'énergie lorsqu'ils sont allumés ou sonnent pour créer l'étincelle nécessairePerçage dans local de produits inflammable : la mesure où tu ventiles suffisamment ton local et que tu éloignes (ou protèges) un tant soit peu tes produits les plus réactifs, je ne pense pas que le simple fait de percer un trou dans un mur en béton dégage suffisamment de chaleur pour t'enflammer les éventuelles vapeurs présentes. Par contre il en serait autrement s'il avait fallu découper au chalumeau ou braser ou meuler.Commission de sécurité2010 : croisement d’un espace : demande d’avis de la commission de sécurité ?
L'année touchant à sa fin, les dossiers d'aménagement se multiplient et j'aurai besoin de votre avis sur l'obligation ou pas de monter un dossier dans le cas ci-après. Voila nous avons un bureau de direction d'environ 50m2 que nous voulons réaménager pour y accueillir 4 adjoints de direction. Souhaitant un minimum d'intimité, ils veulent séparer ces 4 bureaux par des cloisons amovibles dont la hauteur ferait 1m60 (bureau paysagé). Il sera certainement nécessaire d'installer de nouvelles prises.
(pas besoin de monter un dossier : on ne touche pas aux cloisons d'origine (et les cloisons qu'on ajoute ne sont pas toute hauteur), on ne change pas l'activité de l'établissement.2009 : besoin d’un schéma directeur de mise en sécurité même si on a un avis favorable d’exploitation de la commission de sécurité ?
Pour le pro de la réglementation en matière de sécurité incendie. J'ai besoin d'une précision:
Tant que le bâtiment n'est pas modifié, il n'y a pas d'obligation (sauf exception), suivant le principe de non rétroactivité des textes réglementaires, à respecter les nouveaux textes. Ces derniers sont applicables aux constructions neuves ou aux parties des constructions anciennes réhabilitées. Donc si on est sous avis favorable et qu'on met en œuvre les mesures de la commission de sécurité, est-on obligé d'avoir un schéma directeur de mise en sécurité? Pour moi non, je pense qu'on peux éventuellement en prévoir un, en prévision d'un changement de SSI vétuste qui pourrait lâcher éventuellement mais avec le risque que la réglementation peux encore évoluer? Est ce un choix surtout quand il s'agit d'un bâtiment destiné d'ici deux ans à la vente.
Merci pour vos lumières étincelantes
( Je crois qu'il y a mélange des genres.
Un SDMS n'est pas (si je l'ai bien compris) assujetti uniquement à une seule règlementation.
Il est fait pour mettre en sécurité un (ou des) bâtiment(s) (ce n'est pas *que de* la mise au normes).
A mon sens celà va plus loin et intègre tout (dans l'absolu) en matière d'hygiène et de sécurité mais aussi l'aspect assuranciel.
( Pour mettre en œuvre un SDMS entourez vous de "tb maestro" (mieux évaluer, pour mieux évoluer).  HYPERLINK "http://www.tbmaestro.com/corp/index.html" http://www.tbmaestro.com/corp/index.html Ça vous permettra de mettre en place des stratégies et de hiérarchiser les priorités compte tenu de l'indice de vétusté de votre patrimoine (IVP) en tenant compte des réglementations HSE.C'est le cas actuellement à Bx1. ( Pour revenir à la demande initiale, le cahier des charges-cadre envoyé aux établissements par le Ministère précise bien la différence entre mise en conformité et mise en sécurité (notamment quand il y a eu changement d’affectation) – on a tous des bâtiments conformes, avec un avis favorable de la Comm Sec et qui pourraient être « mis en sécurité » : par exemple, à l’Ecole nous avons un avis favorable sur un bâtiment de 1965 où il y a un couloir de 125 m de long sans recoupement…Il faut bien reconnaître qu’il devrait y avoir là moyen de faire quelque chose pour sécuriser le bâtiment… – Attention : le Schéma Directeur de mise en sécurité ne se limite pas à la sécurité incendie…et normalement les copies sont à rendre pour la fin du mois…
Je n’ai pas reçu ce cahier des charges sous forme informatisée mais j’ai eu qu’une copie du  document papier envoyé par le ministère et je ne peux donc le mettre en attaché – Je pense qu’il serait intéressant que celui de nous qui l’aurait le diffuse pour tous ceux qui n’auraient pas eu ce document en main. Je pense qu’il a en toute logique plutôt été orienté vers les Services Patrimoine de vos établissements…2009 : demande du passage de la commission de sécurité par le chef d’établissement
quelqu'un aurais t il la référence du texte qui stipule que c'est au chef d'établissement de demander le passage de la commission de sécurité
(arrêté du 14 octobre 2002 – art 4, JO n° 253 du 29 octobre 2002
( L'article 4 de l'arrêté du 14 octobre 2002 relatif à la protection contre les risques d'incendie et de panique dans les établissements publics d'enseignement supérieur relevant du ministre chargé de l'enseignement supérieur et les centres régionaux des œuvres universitaires et scolaires mentionne que "Le président ou le directeur de l'établissement doit [...] demander au maire de faire visiter les locaux par la commission de sécurité compétente selon la périodicité prévue par le règlement de sécurité [...]".2009 : demande du passage de la commission de sécurité
Quel est l'article du code de la construction et de l'habitation qui édicte qu'il appartient à l'exploitant de solliciter auprès du maire le passage du groupe de visite pour l'ERP ?
(pour les établissements de type R, c'est écrit dans l'article 4 de *l'Arrêté du 14 octobre 2002 :* Protection contre les risques d'incendie et de panique dans les établissements relevant du ministre chargé de l'enseignement supérieur et dans les centres régionaux des œuvres universitaires et scolaires
*"Art. 4* - Pendant l'exploitation des locaux, l'application des dispositions destinées à garantir la sécurité contre les risques d'incendie et de panique s'effectue sous la responsabilité du président ou du directeur de l'établissement.
Ce dernier veille à ce que les locaux, installations techniques et équipements soient maintenus et exploités en conformité avec les dispositions prévues par le règlement de sécurité contre les risques d'incendie et de panique applicables au type de bâtiment concerné. A cet effet, il doit :
- faire procéder aux vérifications techniques prévues par ledit règlement de sécurité ;
*- demander au maire de faire visiter les locaux par la commission de sécurité compétente selon la périodicité prévue par le règlement de sécurité ;* [...]"

Dans le CCH, on parle du rôle du Maire dans l'article R.123-35.
(R 123-162008 : aménagement dans un ERP existants : visite d’ouverture préalable ?
J'ai un affreux doute : quand on fait des travaux d'aménagement dans un ERP existant (transfert d'une bibliothèque d'un étage vers un autre avec extension ; l'activité existe donc déjà dans ce bâtiment) et que ces travaux ont fait l'objet d'une autorisation de travaux par la Préfecture (le maire, hors Paris), faut-il faire une demande d'ouverture avant d'exploiter cette nouvelle bibliothèque ?
(Je dirais oui. Il faut faire la demande. Il y changement de destination des locaux.
(Je dirais oui aussi.2006 : passage de la commission de sécurité pour l’ouverture d’un bâtiment neuf
nous allons bientôt réceptionner un bâtiment neuf (type R, recherche + salle de cours). Or, la commission de sécurité ne passera pas avant fin juillet d'où 1 mois 1/2 de vide entre la réception et l'avis d'ouverture officiel. peut-on quand même durant cette période procéder au déménagement des laboratoires, à l'installation du mobilier... bref peut on y installer et y faire travailler le personnel administratif et de recherche avant l'aval de la commission de sécurité. en effet, la commission donne un avis d'ouverture au public. Mais c'est quand même un avis d'ouverture officiel. vos avis et conseils seront très appréciés.
( en effet la commission donne un avis et  c'est le maire qui autorise ou non l'ouverture du bâtiment, peut être faut-il se tourner vers la mairie pour avoir une réponse ? mais ce n'est pas une réponse juste une remarque
(Le mieux est peut-être, de prendre contact avec la commission de sécurité, lui exposer la situation et ils te donneront leur réponse.
( tu as répondu toi même à la question : 1/ accueillez-vous du public d'ici là, j'ai compris que NON (même pas la moindre envolée de p'tits fours !! ) 2/ les commissions de sécurité souhaitent visiter les bâtiments à l'ouverture dans les futures conditions d'exploitation, c'est à dire avec le matériel, les salles aménagées... donc il faut bien que vos personnels travaillent dans ces locaux pour justement les aménager ! 3/ je dirais que c'est plus un problème vis à vis de la réception officiel du bâtiment. pour être dans le même cas (réception du bâtiment en mai, commission de sécurité fin juin), je ne vois pas d'autres solutions
( Ce genre de situation est très courant.
 Rien n'interdit (et au contraire tout pousse vers cela !) à ce que tu exploites un bâtiment avant d'avoir reçu l'autorisation d'ouverture au public délivré par le Maire.
 Comme l'a très justement rappelé Manu, la CS doit se rendre compte des conditions d'exploitation et normalement, elle impose même que le mobilier et tous les équipements soient présents avant son passage.
 C'est le Recteur (j'ai oublié les références du texte) qui délivre l'autorisation d'exploiter un bâtiment. Il relève de la responsabilité du président de l'établissement d'assurer la sécurité de ses personnels.
Donc rien n'interdit que des personnels travaillent dans un bâtiment qui n'a pas été réceptionné par la CS, car les responsabilités et la nature des personnes amenées à pénétrer dans le bâtiment (personnels - étudiants) ne sont pas les mêmes.
 Par contre si tu n'as pas au minimum les rapports finaux de sécurité des personnes (CdT) et les rapports de mise en service des installations techniques (en particulier le SSI, le désenfumage, extincteurs, ascenseurs, éclairage de sécurité,  etc, ....), il ne me semble pas raisonnable d'y faire travailler du personnel.2004 : périodicité de contrôle des IGH par la commission de sécurité : Je souhaiterai savoir quelle est la périodicité des contrôles des IGH par la commission de sécurité. En effet, les articles R122-19 à R122-21 du CCH précise qu'il y a des contrôles mais sans donner de périodicité. Peut-être que contrairement aux ERP, il n'y a pas de périodicité fixée pour les IGH? Mais cela m'étonne...
Autre question : lorsque les IGH sont aussi ERP (ce qui est souvent notre cas...), je suppose que la périodicité de contrôle est celle des ERP car l'article GHR 4 (qui s'attache aux IGH à usage d'enseignement) précise que les dispositions du règlement de sécurité des ERP sont applicables lorsqu'elles sont non contraire au règlement des IGH. Comme ce règlement ne précise pas de périodicité (sauf erreur de ma part), le règlement ERP s'appliquerait?
(J'ai regardé hier dans le règlement de sécurité concernant les IGH, la périodicité des visites de commission n'est pas fixée, elle peut être sur demande du maire ou du préfet ou bien inopinée par la commission consultative départementale. de la protection civile. Un fichier départemental des IGH est tenu par le préfet. Dans tous les cas le registre de sécurité et les rapports des organismes agréés doivent être visés chaque année par le maire. Pour la périodicité des vérifications obligatoires (GH 59).  HYPERLINK "http://www.apsighe.com/igh-t1-ch3.htm" http://www.apsighe.com/igh-t1-ch3.htm2004 : affichage de l’avis de la commission de sécurité : La commission de sécurité demande régulièrement que soit affiché dans les bâtiments l'avis relatif à la sécurité incendie. Je dispose d'un modèle relatif à l'autorisation d'ouverture. Existe-t-il un autre modèle pour les bâtiments ouverts depuis plus longtemps? Je ne vois pas trop l'intérêt d'afficher la date de l'autorisation d'ouverture d'un bâtiment alors que depuis sur ce bâtiment on a un avis défavorable et que cet avis n'en porte aucune mention...
(Si la commune dans laquelle se trouve ton ERP fait bien son boulot (c'est le cas à Reims), elle te fournit elle même un avis relatif à la sécurité incendie si ton bâtiment est en avis favorable. (Cet avis est en général fourni avec l'arrêté de fonctionnement). Si le bâtiment est en avis défavorable, le maire de la commune peut donner un avis provisoire à durée limitée, en annexe de l'arrêté provisoire de fonctionnement (c'est le cas pour certains de nos bâtiments). Sinon, pas d'avis car pas d'arrêté de fonctionnement !! (pour les maires qui ne prennent pas leurs responsabilités). L'avis relatif à la sécurité incendie est renouvelé à chaque nouvelle visite, puisqu'il fait mention de la référence de l'arrêté de fonctionnement délivré par la mairie ! Visite commission : qui la demande : chef d’établissement ou commission ? ( Normalement, selon les textes, c’est au chef d’établissement de demander la visite. Si la commission ne s'est pas manifestée dans le délai réglementaire,j'adresse un courrier à l'adjoint au Maire délégué à la sécurité qui s'occupe en suite de faire passer la commission ou je m'adresse au Service Prévention du CSP de la ville qui font le relais auprès du SDISS.Maintenance matériel2008 : nuisance liées au contrôle des installations de désenfumage
Lors de nos essais de désenfumage mécanique, plusieurs personnes se sont plaintes d’être gênées par le bruit des moteurs et l'ouverture des volets ainsi le brassage des poussières engendrées par ces contrôles qu'en est-il dans vos établissements? faites-vous faire ces contrôles pendant des périodes de fermeture ? avez-vous déjà eu des retours de personnes se plaignant de ces nuisances par le CHS ou le médecin du travail? merci de vos réponses
(Au Palais nous n'en avons pas; cependant, j'ai travaillé dans un hôpital et quand nous faisions les essais de désenfumage, c'était certainement plus gênant car en plus du bruit et des courants d'air frais, les portes asservies se fermaient brutalement et rendaient la circulation des lits et chariots difficiles. Pourtant en expliquant au personnel en formation à la sensibilisation incendie l'utilité de ces systèmes et de leur vérification, ça se passait bien. 2006 : maintenance SSI-désenfumage 
J'envisage de passer un marché de prestation globale sur la maintenance du système de sécurité incendie et un pour le désenfumage pour l'ensemble de Paris 13. En effet, nous avons 4 campus et actuellement 3 prestataires pour le désenfumage (IPS, Comtra, Souchier) et 4 pour le (les devrai-je dire) SSI (Chubb, TYCO, AVISS, DEF). Simplicisme niveau gestion des contrats, des niveaux de prestations différents, des interlocuteurs multiples... Peut être avez-vous ou rencontrez-vous encore ce type d'organisation. Quand est-il de vos retours d'expériences sur le fait de passer par un prestataire unique : 1 pour le SSI et 1 pour le désenfumage tout site et marque confondu. ça vaut le coup ? Quels sont les problèmes que cela peut générer ? Pour ceux qui ont choisi cette solution, je suis preneur des documents type CCTP que vous auriez rédiger pour m'en inspirer.
(Quelques éléments de réflexion. Je pense que le désenfumage asservi devrait rester dans le cahier des charges SSI. La vérification de l'alarme sonore doit être semestrielle (réglementation du travail), ce qui est généralement oublié car les cahiers des charges sont basés sur le CCH qui prévoit une vérification annuelle. A mon avis rien n'empêche de compléter une prestation externe par une vérification en interne, ce qui permet aux agents de s'approprier les SSI. Sur le sujet vérifications en interne, on peut aller plus loin que la réglementation en suivant la norme NF S61-933 qui prévoit différentes vérifications périodiques tout à fait utiles (en commençant par vérifier tous les jours que le SSI est bien en position de veille) et tout à fait faisables quand on dispose d'agents de sécurité incendie dédiés. Je pense que quelques univ sont organisées dans cet esprit mais pas la majorité. J'ai vu des registres de sécurité bien ficelés dans certaines qui se reconnaitront sur le forum et je pense également à la faculté de médecine du Kremlin-Bicêtre (Paris 11) pas trop loin de chez toi. J'ai gardé en version informatique des éléments pour faire un registre de sécurité type qui permet d'enregistrer les vérif internes selon les prescriptions de la NF susvisée. Si ça t'intéresse ou quelqu'un d'autre. Pour le désenfumage non asservi, il est courant qu'il fasse partie du cahier des charges maintenance des extincteurs ou SSI. Pour finir, tu peux consulter les archives du forum, il y avait eu des discussions sur le sujet en août 2005 et en mars 2001 (et j'en oublie bien sur).2005 : maintenance des SSI : Nous avons à PARIS 12 des systèmes de sécurité incendie de différentes marques : DEF, ERIS, SIEMENS, ESSER, ... et des contrats avec plusieurs sociétés pour la maintenance et les vérifications périodiques de ces SSI. Nous souhaiterions, pour simplifier les choses, prendre un contrat avec une seule société pour ces différentes installations. J'aurais donc voulu savoir si l'un ou l'une d'entre vous a déjà fait cette expérience et connaît une ou plusieurs société(s) "sérieuse(s)" qui puisse(nt) intervenir sur des installations diverses.  (Il me semble que le transfert de la maintenance de ces installations est délicat et qu'il faut prendre des précautions pour limiter les abus de la part de la société qui sera retenue, et qui n'hésitera pas à mettre sur le compte du prédecesseur des défauts de maintenance, ou à imposer le remplacement de centrales sous prétexte d'équipements existants dont les pièces de remplacement seraient introuvables, ou à s'emparer du dernier éclair tombé dans le secteur pour justifier tel ou tel aléa électronique. Je te conseille de combiner la vérification triennale des SSI de cat. A et B (éventuellement étendue à l'ensemble du parc) avec ton nouveau contrat de maintenance, et d'inclure dans l'appel d'offres les résultats de cette vérification triennale. En optant pour un contrat de maintenance d'une durée de 3 ans (renouvelable annuellement 2 fois) tu pourras refaire une vérification triennale avant l'échéance dudit contrat pour t'assurer que les installations sont en bon ordre avant l'éventuel changement de main. La visite obligatoire des installations par les entreprises soumissionaires et un acte écrit de leur part précisant qu'elles pourront se procurer toutes pièces de remplacement dans des délais fixés (ou que ce ne sera pas possible pour certains équipements anciens, c'est possible mais autant le savoir dès le départ) me parait indispensable. Une formation annuelle des utilisateurs, par l'entreprise et pour chaque centrale, est également à prévoir à mon avis, ainsi que la remise à disposition des notices d'utilisation si elles ont disparu. La programmation en clair des adresses d'aléas reportées sur la centrale doit également être prévue. L'obligation de remédier aux déclenchements intempestifs (je veux dire déclenchement par phénomène incontrôlé ou par trop haute sensibilité de la détection automatique) est plutôt habile pour éviter de se voir répondre par l'entreprise que tout est en ordre et que si le bazarre se déclenche toutes les semaines c'est bien la preuve que ça marche bien. Pour mémoire les journées du GP'Sup d'octobre 2001 portaient sur les marchés; 2 interventions pourraient t'intéresser; une de Frédéric Roberjot sur les contrats de contrôle périodique des installations de sécurité, et une concernant un CCTP type de maintenance de SSI présenté par Cerberus. Je n'ai pas les actes mais ils existent probablement chez des collègues franciliens, auprès de Vincent Conrad, ou tout simplement à Paris 12. Je te joins un CCTP à toutes fins utiles; Lamia Boudjellal a probablement quelques retours d'expérience sur ce marché. Si tu vas sur les archives du GP'Sup tu trouveras également une discussion sur le sujet et un document attaché de Frédéric qui pourrait t'intéresser (15 mars 2001).2004 : exemple de prix pour la maintenance SSI et détecteur :
(24 euros le détecteur ionique reconditionné F905 de marque Siemens Cerberus, 40 euros pour un détecteur ionique SO12 de marque ATSE
(contrat de maintenance à 6000 euro HT pour 2 visites annuel pour 6 SSI de catégorie A soit 585 détecteurs / reconditionnement pour 25% chaque année : 4000 HT  soit 27 HT par détecteurs.Marché extincteur-SSI-etc : j'ai pour projet de réaliser un marché pour la maintenance des extincteurs de l'ensemble de l'Université. En regardant la nomenclature du Code des marchés publics, cette prestation appartient à la rubrique 81.29 : Maintenance d'installations et d'équipement de protection contre l'incendie. Par conséquent, la maintenance des extincteurs rentrerait donc dans un marché plus général qui comprendrait notamment d'autres lots comme l'entretien des centrales incendie, la maintenance des désenfumages ... Comment avez-vous géré ce problème. Avez-vous simplement réalisé un marché pour les extincteurs? Sinon, avez-vous passé un marché pour l'entretien et la maintenance corrective des SSI : Dans ce cas, comment avez-vous géré le problème du risque du coût important des pièces détachées si le prestataire est différent de l'installateur (ex : centrale cerberus entretenue par ATSE). J'ai en effet peur de payer le prix fort dans certains cas car mon parc de SSI n'est pas homogène (ATSE, cerberus, chubb ...) !!
(Nous nous sommes aussi posés la question avec le service Marchés et nous avons trouvé la solution suivante : d'après l'arrêté du 13/12/2001, on peut considérer que la maintenance des SSI est une opération de service récurrente, de même, la maintenance des extincteurs est une autre opération de service récurrente. Cela signifie que dans le même numéro de nomenclature 81-29, on a deux opérations différentes chacune ayant un seuil de 90 000 euros HT annuel. cela veut donc dire que si la maintenance des SSI n'atteint pas 90 000 euros annuel, pas d'obligation de marché. Pour les extincteurs, il faut faire attention car l'achat est sur un autre numéro de nomenclature (je ne sais plus lequel) avec beaucoup d'autres matériels (fours, centrifugeuse...). Là, le seuil peut être relativement vite atteint et l'achat n'est pas une opération de service récurrente !!!!
(Chez nous c'est un unique marché "moyens de secours" décomposé en 2 lots: "Moyens d'extinction" & "SSI".
(j'ai fait un marche avec 5 lots différents: - moyens d'extinction, - désenfumage, - DI, - éclairage de secours, - contrôles périodiques obligatoiresMaintenance SSI : tout les ans (à l'occasion du contrat de maintenance obligatoire prévu à l'art. MS68) + vérif triennale.Espace d’attente sécurisé2011 : Obligation de disposer d’espace d’attente sécurisé (art. GN8)
Une petite question incendie. La bibliothèque d'un de nos bâtiments est accessible aux PMR (Personnes à Mobilité Réduite). A l'époque où les travaux ont été fait le "nouveau" GN8 n'existait pas encore. Les principes du "nouveau" GN8 n'ont donc pas été pris en compte. Il n'y a donc pas d'espaces d'attentes sécurisés identifiés aux étages rendus accessibles à ces personnes et pas non plus de mesures spécifiques destinées à les aider à évacuer (ou à les protéger en cas d'incendie)... Depuis que les arrêtés modifiant le GN8 et les articles CO 57 à 60 du règlement de sécurité sont applicables, quelles sont nos obligations sur des bâtiments existants dont certaines zones ont été rendues accessibles avant la date d'application de ces arrêtés (respectivement le 23 janvier et le 16 mai 2010, je crois) ?
(Article R*123-7 (CCH) Modifié par Décret n°2009-1119 du 16 septembre 2009 - art. 4 Les sorties, les éventuels espaces d'attente sécurisés et les dégagements intérieurs qui y conduisent doivent être aménagés et répartis de telle façon qu'ils permettent l'évacuation ou la mise à l'abri préalable rapide et sûre des personnes. Leur nombre et leur largeur doivent être proportionnés au nombre de personnes appelées à les utiliser. Tout établissement doit disposer de deux sorties au moins. NOTA: Conformément au décret n° 2009-1119 du 16 septembre 2009, article 5, les dispositions de son article 4 sont applicables aux demandes de permis de construire et aux demandes d'autorisations relatives aux établissements recevant du public et aux immeubles de grande hauteur prévues par les articles L. 111-8 et L. 122-1 du code de la construction et de l'habitation, déposées à compter du premier jour du quatrième mois suivant la publication du présent décret. Néanmoins avec : GN 10 Application du règlement aux établissements existants (Arrêté du 24 septembre 2009) § 1. A l'exception des dispositions à caractère administratif, de celles relatives aux contrôles et aux vérifications techniques ainsi qu'à l'entretien, le présent règlement ne s'applique pas aux établissements existants. § 2. Lorsque des travaux de remplacement d'installation, d'aménagement ou d'agrandissement sont entrepris dans ces établissements, les dispositions du présent règlement sont applicables aux seules parties de la construction ou des installations modifiées. Toutefois, si ces modifications ont pour effet d'accroître le risque de l'ensemble de l'établissement, notamment si une évacuation différée est rendue nécessaire, des mesures de sécurité complémentaires peuvent être imposées après avis de la commission de sécurité. et l'articulation des 2 articles ci-dessous : Article L123-2 CCH Modifié par Loi n°2005-102 du 11 février 2005 - art. 42 JORF 12 février 2005 Des mesures complémentaires de sauvegarde et de sécurité et des moyens d'évacuation et de défense contre l'incendie peuvent être imposés par décrets aux propriétaires, aux constructeurs et aux exploitants de bâtiments et établissements ouverts au public. Ces mesures complémentaires doivent tenir compte des besoins particuliers des personnes handicapées ou à mobilité réduite. Article L111-7-3 Modifié par Loi n°2006-872 du 13 juillet 2006 - art. 79 (V) JORF 16 juillet 2006 Les établissements existants recevant du public doivent être tels que toute personne handicapée puisse y accéder, y circuler et y recevoir les informations qui y sont diffusées, dans les parties ouvertes au public. L'information destinée au public doit être diffusée par des moyens adaptés aux différents handicaps. Des décrets en Conseil d'Etat fixent pour ces établissements, par type et par catégorie, les exigences relatives à l'accessibilité prévues à l'article L. 111-7 et aux prestations que ceux-ci doivent fournir aux personnes handicapées. Pour faciliter l'accessibilité, il peut être fait recours aux nouvelles technologies de la communication et à une signalétique adaptée. Les établissements recevant du public existants devront répondre à ces exigences dans un délai, fixé par décret en Conseil d'Etat, qui pourra varier par type et catégorie d'établissement, sans excéder dix ans à compter de la publication de la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Ces décrets, pris après avis du Conseil national consultatif des personnes handicapées, précisent les dérogations exceptionnelles qui peuvent être accordées aux établissements recevant du public après démonstration de l'impossibilité technique de procéder à la mise en accessibilité ou en raison de contraintes liées à la conservation du patrimoine architectural ou lorsqu'il y a disproportion manifeste entre les améliorations apportées et leurs conséquences. Ces dérogations sont accordées après avis conforme de la commission départementale consultative de la protection civile, de la sécurité et de l'accessibilité, et elles s'accompagnent obligatoirement de mesures de substitution pour les établissements recevant du public et remplissant une mission de service public. permet de se convaincre de la volonté du législateur, qu’au plus tard le 12 février 2015, tous les ERP existants respectent non seulement les dispositions visant à les rendre accessibles aux personnes handicapées, mais également les règles de sécurité incendie devenues nécessaires de ce fait... donc la réponse est :-\  (nous recevons de plus en plus de personne en fauteuil qui comme toi, accèdent aux étages par les ascenseurs... reste effectivement la problématique de l'évacuation car on ne peut pas utiliser lesdits ascenseurs en cas d'alerte incendie... chez nous, nous avons en interne définit des salles de cours toujours accessibles, proche d'un escalier de secours, avec une fenêtre accessible et donnant sur la voie pompier qui servent de regroupement des PMR en cas d'alerte incendie. Pour les PMR que nous connaissons, la cellule handicap les informe en début d'année de la procédure et leur demande d'avoir avec eux un portable avec le téléphone de la loge sécurité pour qu'ils puissent alerter en cas de problème (ou pour les localiser). La loge possède aussi leur numéro de téléphone et leur emploi du temps (à 50% peu filable vu les modif constantes de planning et de salles). enfin, la procédure prévoit que les pompiers vérifient en priorité les zones identifiées PMR si on doit les appeler ce n'est pas parfait, mais c'est mieux que rien. reste notamment la problématique des PMR qui viennent ponctuellement et que nous ne pouvons donc pas sensibiliser sur la procédure.Evacuation – accès pompier2010 : Procédures en cas d’incendie dans L2, L3 et zone surveillée ?
Nous avons récemment fait le point avec la BSPP sur les conditions d'intervention des pompiers sur certains de nos sites.
La BSPP souhaite savoir comment intervenir dans les L2, les L3 et les Zones Surveillées en cas d'incendie ou de malaise d'une personne dans ces locaux.
Pour l'instant, ma réponse est :
1- En cas de départ de feu, la lutte contre le feu est assurée en première intervention par le personnel de laboratoire habilité et formé à la manipulation des extincteurs. Si le feu n'est pas maîtrisé, les pompiers doivent intervenir avec le soutien des cellules spécialisées
2- En cas de malaise d'une personne, les premiers secours sont assurés par le personnel de laboratoire habilité et formé SST.
BREF, on privilégie l'intervention des personnels de laboratoire en amont.
PROBLEME : en cas de défaillance de ce système (exemple : cas d'un travailleur isolé ayant un malaise)... Que faire ?
Quel consigne donner aux pompiers ? Quelle organisation mettre en place ?
D'une manière générale, avez-vous des procédures d'urgence pour des interventions dans des locaux à risque L2, L3 et Zones Surveillées ?
(Pas de désespoir ! Quelques documents et retours d'expérience :
Pour le niveau de confinement 2, la situation est moins complexe car on ne craint pas forcément de brèche dans le confinement comme en niveau 3.
Pour ajouter qq chose à ton analyse (cf. mail précédent), il faut des procédures pour les urgences (dès le niveau 2) et des formations avec des exercices pratiques (surtout au niveau 3). Les documents joints pourront aider. Il existe des films pour les formations aux Etats-Unis (site du CDC) et au Canada (site de l'ASPC) que j'ai déjà utilisés.
Au niveau 3, il ne faut normalement pas de travail isolé et dans certains pays la vidéoprotection est demandée ; la vidéo peut être réalisée sans grande difficulté maintenant, c'est plus une organisation à mettre en place derrière. Cela dépend aussi du type de labo : niveau 3 partagé (multi-pathogènes), niveau 3 avec agents facilement disséminables par voie aérienne (grippe, Sras chez l'homme... chez l'animal fièvre aphteuse, ou encore insectes tq moustiques exogènes qui peuvent survivre et se reproduire, par exemple l'été), etc.
Le mieux est aussi de faire un exercice avec les pompiers du secteur, souvent demandeurs.
Il faut aussi prendre en compte l'urgence qui nécessiterait de privilégier la santé du personnel et impliquerait une rupture de confinement, alors prévoir une zone de repli pour la décontamination et se changer, qui permette de limiter une dissémination potentielle excessive dans l'environnement.
Prescriptions canadiennes :
- à partir du niveau 2
Le laboratoire doit prévoir et avoir à portée de main un plan d'urgence écrit précisant les procédures à suivre en cas de nettoyage de déversement, de bris de l'enceinte de sécurité biologique, d'incendie, de fuite d'un animal et autres urgences. Le nom de toutes les autres personnes pénétrant dans les installations pendant une intervention d'urgence doit également être noté.
- à partir du niveau 3
Les procédures d'urgence en cas de panne des systèmes de ventilation ou autres procédures d'urgence associées à un bris de confinement doivent être écrites, facilement accessibles et respectées.
En cas d'extrême urgence, la santé et la sécurité des personnes sont prioritaires. Les protocoles de sortie doivent prévoir la possibilité de court-circuiter les procédures usuelles de sortie. En pareil cas, une zone désignée doit avoir été préalablement déterminée afin de procéder à d'autres mesures de décontamination (désinfection des chaussures, douches, changement de vêtements, etc.).
Les agents infectieux devraient être conservés à l'intérieur du laboratoire de confinement. Ceux qui sont conservés à l'extérieur de cette zone doivent être mis sous clé, dans des récipients étanches. En pareil cas, les procédures d'intervention en cas d'urgence doivent tenir compte de l'existence de ces agents à l'extérieur du niveau de confinement 3.
- à partir du niveau 4 ;)
Des protocoles doivent prévoir toutes les urgences, notamment les détériorations des combinaisons pressurisées, les pannes d'arrivée d'air, le mauvais fonctionnement des douches chimiques et autres urgences.
Voir aussi le guide de l'OMS sur la sécurité biologique, très complet.2010 : plans d’évacuation
quelqu'un a t il sous la main la norme NFS 60-303 relative aux plans d'évacuation ? j'aimerais savoir s'il existe une hauteur minimale et maximale pour positionner les plans d'évacuation ? (j'ai regardé dans les archives, nada sur ce point)
(6. Emplacement des plans d'évacuation et des consignes incendie
Les plans d'évacuation et les consignes incendie doivent être placés, par niveau (sous-sol, rez-de-chaussée, étages), à proximité immédiate des escaliers et ascenseurs, ou sur la porte d'escalier, ou à tout autre endroit où ils pourront être vus facilement.
Les plans d'évacuation doivent être orientés correctement par rapport au lecteur.
Cas particuliers
En plus de ce qui précède, il y a lieu de prévoir des plans et consignes, selon les cas suivants :
Parc de stationnement en sous-sol :
près des accès au niveau d'arrivée des secours, et selon la complexité des parcs de stationnement, dans chaque sas d'accès à l'escalier, ou dans l'escalier, dans un endroit éclairé.
Immeubles de bureaux :
dans les circulations, tous les 25 m environ,
au rez-de-chaussée, dans des endroits stratégiques (entrée principale, accès du personnel, distribution de boissons ...),
l'ensemble des plans devra être affiché au service de sécurité, s'il en existe.
Immeubles industriels, usines, ateliers, laboratoires :
dans les secteurs à haut risque, dans chaque local ou laboratoire,
dans le cas de locaux très étendus, prévoir les plans par zone ou secteurs d'évacuation définis par les responsables de sécurité de l'établissement.
Hôtel, foyer-hôtel, centres de vacances, centres hospitaliers...
à proximité de la réception,
à proximité des points importants (cuisine, restaurant, issues de secours),
dans les chambres et locaux occupés par le public,
dans les locaux fréquentés par le public (salle de télévision, salle de jeux, salle d'attente...).
Etablissements scolaires et universitaires :
un plan par issue importante donnant accès à l'extérieur,
si 2 plans sont espacés de 25 m, prévoir un plan supplémentaire par compartiment de 700 m².
Salles de spectacle, salles de danse :
un plan par issue dans la ou les salles à usage du public,
dans les circulations côté coulisse ou dans les endroits fréquentés par le personnel.
7 Emplacement des plans d'intervention
Les plans d'intervention doivent être placés, par niveaux, à proximité des accès utilisables par les sapeurs-pompiers (voir également paragraphe 4.2.2 ). De plus, un plan général, regroupant la totalité des niveaux, doit être placé à chacun des accès de l'établissement.
5.3 Forme des consignes
La consigne sera de forme rectangulaire ou carrée. Ses dimensions devront permettre une lecture aisée.
Les caractères utilisés devront être proportionnels à la distance à laquelle la consigne sera lue. « L'accroche » devra attirer l'attention à une distance de 5 m minimum.
Pour permettre une compréhension aisée du texte, la consigne pourra être illustrée de façon simple (pictogramme, bande dessinée).
Dans les ERP, lorsque plus de 10 % de non-francophones peuvent se trouver réunis, la consigne devra être rédigée en français et dans les 6 langues officielles de l'ONU ou les 9 langues officielles de la CEE  * .
* Langues officielles :
ONU : anglais, arabe, chinois, espagnol, français, russe.
CEE : allemand, anglais, danois, espagnol, français, grec, italien, néerlandais, portugais.
Dans les autres établissements, le chef d'entreprise doit décider des langues à utiliser, en fonction de la population présente dans l'établissement.2010 (échanges hors GP Sup) : exercice d’évacuation, toujours en présence du public ?
Je dois mettre en place l’exercice d'évacuation annuel du centre aquatique que nous gérons. Depuis 5 ans, cet exercice a lieu durant la fermeture technique, c'est a dire sans  public. Nous nous posons la question de l'obligation ou non, de faire cet exercice en présence de public ? Avez vous des textes et éventuellement des retours d'expériences sur des exercices de ce type .
(j'ai rencontré le même problème. Après renseignement auprès du SDIS les seuls exercices obligatoires en présence du public sont ceux des Types R (établissements d'enseignement)
(Les exercices peuvent être réalisés avec un certain type de public, par exemple, lors de l'entrainement d'un club, ce qui peut former les agents de manière plus opérationnelle que lors de la fermeture.
(Pour les établissements recevant du public de type X (établissements sportifs couverts), il n'est pas obligatoire d'avoir du public.
Tu peux te référer à l'arrêté du 04 juin 1982 portant approbation des dispositions complétant le règlement de sécurité contre les risques d'incendie et de panique dans les établissements de type X. L'article MS 67.3 de l'arrêté du 25 juin 1980 portant approbation des dispositions générales du règlement de sécurité contre les risques d'incendie et de panique dans les établissements recevant du public, indique que "l'information doit être complétée éventuellement par des exercices périodiques d'évacuation". Pour les exercices d'évacuation des agents, tu peux te référer à l'article R4227-39 du code du travail.2003 : Parking encombré : Nous avons des problèmes de parkings important  et  donc certains accès pompiers sont bloqués souvent  mais à certaines heures par  des voitures (école à proximité).Ya t-il une possibilité et  avons nous le droit  de mettre des sabots ou autre moyen empêchant  de garer n'importe où? Qui peut  me faire bénéficier  de son  expérience  en la matière?
(Mettre un sabot est illégal d'après les gendarmes (je n'ai pas les références juridiques; sur le site de l'école, il fallait un décret du maire de Palaiseau pour autoriser nos gendarmes de l'armement à verbaliser). Si vous avez des agents assermentés, il doit être possible de faire verbaliser, voir mettre en fourrière un véhicule gênant. Sur le site, nous collons des interdictions de stationner sur les pare brises; il faut les décoller avant de démarrer, ce qui est peu agréable, et assez dissuasif.
(Attention, pour ce qui est des autocollants sur le pare brise ! il y a jurisprudence ! Il ne faut pas coller l'autocollant dans le champ de vision du conducteur, car s'il quitte le parking sans avoir enlevé l'autocollant ou en l'ayant enlevé partiellement, s'il a un accident consécutif à la mauvaise visibilité liée à la présence de l'autocollant, celui qui a fait mettre l'autocollant peut être considéré comme responsable !! Pour le sabot, à l'IUFM de REims, ç'est très dissuasif !
Une note a été diffusée à tous les personnels le 15 septembre 2002, en indiquant qu'en raison des stationnements abusifs, à compter du 15 octobre, toute voiture en stationnement gênant se verrait mettre un sabot dont la clé sera à récupérer auprès du chef des services administratifs s'il est présent (un enseignant s'y est fait prendre un soir et est rentré chez lui en taxi... il n'était pas fier le lendemain, quand il est venu pour libérer sa voiture !!)
(Pour compléter la réponse de Vincent, n'importe quel personnel d'une université ne peut pas mettre un sabot ou faire venir la fourrière. Pour pouvoir le faire, il faut que le Président de l'université (ou Directeur de l'établissement) établisse une liste d'agents qui devront être
assermentés. Cette procédure se fait par le Tribunal de Police. Dès lors qu'un personnel serait assermenté, il peut même dressé un procès verbal pour mauvais stationnement (le tout est de savoir si le "coupable" paiera ou pas !). La pose d'un sabot peut engager la responsabilité de l'établissement en cas de dommage sur le véhicule en infraction (ce qui fait souvent hésiter nos dirigeants). Par contre, il est évidemment impossible de mettre un sabot à un véhicule
mal stationné sur la voie publique. Les accès au parking peuvent être protégés par des bornes plastiques (qui absorbent bien les chocs). Les voies engins ou échelle peuvent même être "condamnées" par ces mêmes bornes que les véhicules de secours "écraseront" sans difficultés en cas d'urgence (mais le quidam moyen ne s'y frottera pas). Cette solution a été emménagée sur le site d'un hôpital Clermontois afin de faire respecter ces voies "pompiers" et donne entière satisfaction.Cas des véhicules en cas d’évacuation : Je suis en désaccord avec notre conseillère juridique qui insiste (d'après son interprétation des textes) que dans un plan d'évacuation d'un bâtiment (pour raison d'incendie), il faut prévoir aussi l'évacuation des véhicules garés à l'extérieur.
Je justifie ma positon  par le fait que cela pourrait risquer un "mouvement de panique" qui entraverait l'arrivée du corps officiel de secours.
(Faire évacuer les voitures à trois inconvénients majeurs : - provoquer un encombrement chaotique et anarchique des voies d'accès des secours. - faciliter la panique et d'éventuels accidents. - aucune comptabilisation des personnes évacuées, donc impossibilité pour l'établissement d'indiquer au C.O.S. (commandant des opérations de secours) s'il y a des personnes manquantes. Il appartient au chef d'établissement de prendre les mesures nécessaires pour un accès facile des engins de secours. L'article CO2 est clair, notamment dans son  paragraphe 4.
(pour en avoir discuté avec les pompiers lors d'un exercice d'évacuation, nous en sommes arrivés à la conclusion  qu'il ne fallait  pas faire évacuer les véhicules dans la mesure où cela pourrait effectivement gêner l'arrivée des secours, bloquer les accès et nuire à l'intervention rapide des secours. En interne, une des consignes que l'on donne aux étudiants : c'est effectivement de ne pas prendre leur véhicule pour éviter d'obstruer les accès secours. On leur demande de se retrouver à un point de rassemblement.Parking saturé – personne assermenter pour donner des amendes : je me suis renseigné auprès de la personne qui essaye de régler les pbs de stationnement à amiens. En fait il a pris exemple sur une personne de valenciennes. Il sa base bien sur le code de procédure pénale. CODE DE PROCEDURE PENALE Paragraphe 3 : Des gardes particuliers assermentés Article 29 (Ordonnance n° 58-1296 du 23 décembre 1958 art. 1 Journal Officiel du 24 décembre 1958 en vigueur le 2 mars 1959)
Les gardes particuliers assermentés constatent par procès-verbaux tous délits et contraventions portant atteinte aux propriétés dont ils ont la garde . Les procès-verbaux sont remis ou envoyés par lettre recommandée directement au procureur de la République. Cet envoi doit avoir lieu, à peine de nullité, dans les trois jours au plus tard, y compris celui où ils ont constaté le fait, objet de leur procès-verbal. Pour obtenir son agrément en qualité de garde particulier, le secrétaire général de l'université a envoyé un courrier à la préfecture de la somme au service réglementation. Par la suite, il doit effectivement prêter serment devant le tribunal d'instance. Après tout dépend de la bonne volonté de la préfecture.Utilisation de gazGaz inflammables2010 : installation de gaz sous sorbonnes
Des salles de TP et leurs annexes (préparatoire, laverie, local de stockage de produits chimiques) viennent d'être rénovées entièrement.
Celles ci sont alimentées en gaz naturel, sous les sorbonnes (non ATEX) et sur les paillasses. Une ventilation mécanique est installée.
Le préparatoire est une salle aveugle sans grille de ventilation haute et basse, seules les bouches de soufflage et d'extraction au plafond renouvellent l'air;
A votre avis est ce une installation correcte?
Précision: Je n'ai pas été consultée pendant la phase de conception et j'ai toujours refusé la présence du gaz sous toutes les sorbonnes.
(Tu peux te référer à la présentation faite par l'INERIS lors des journées de l'ADHYS de cette année. Document à télécharger sur  HYPERLINK "http://www.adhys.org/risquechimique.htm" http://www.adhys.org/risquechimique.htm (l'ensemble des présentations).
(Avant d'essayer de te répondre j'ai besoin des infos suivantes : 
1/l'alimentation de gaz dans la sorbonne est-elle coupée si la ventilation ne fonctionne plus (électrovanne alim gaz fermée si un pressostat détecte la non dépression de l'extracteur) ou bien est -elle asservie au bon fonctionnement de la VMC.
2/Y a t'il le gaz dans la salle de prépa et si oui le gaz est-il coupé si la VMC ne fonctionne plus 
As-tu le descriptif des lots VMC et sorbonnes?
(Pour des problématiques trop techniques (comme celle-ci), je fais passer un bureau de contrôle !
De plus, les installations de gaz naturel doivent être contrôlées tous les ans. C'est l'occasion !2010 : remplacement bec bensen
Je souhaiterais savoir si vous avez le retour d'expérience sur la possibilité de remplacer le bec bunsen. Un laboratoire prête une attention particulière à ce qu'il soit à pédale ou avec capteur (pas d'installation "free style").
ex : pour la stérilisation de pince, il est indispensable.
L'achat de pince stérile, est impossible par rapport à la quantité, le cout.
Nous avons pensé passer sur un produit type bactipal mais on est sur un péroxyde, le pb n'est pas totalement résolu, plus déporté.
pb aussi des installations car nous avons des hottes à flux horizontal, le laboratoire réalise de la biologie végétale.
(J'avais fait une recherche sur des matériels de substitution... il y a plusieurs mois.
1- voir si les stérilisateurs d'anses ne pourraient pas convenir (certains ont un orifice suffisamment large pour y introduire une petite pince)
2- lors de ma recherche, j'avais trouvé un stérilisateur ultrarapide à billes (de marque Milian). Voici le lien actualisé :
 HYPERLINK "http://www.milian.ch/Milian_France/fr/Catalogue/Sterilisation/Sterilisateurs/Sterilisateurs_ultrarapides" http://www.milian.ch/Milian_France/fr/Catalogue/Sterilisation/Sterilisateurs/Sterilisateurs_ultrarapides
3- Sordalab propose un bec électrique qui serait capable de stériliser des matériels mais attention au risque de brûlure (on ne visualise pas la zone de chaleur), à la consommation électrique, au temps de chauffe (+ long que le bec Bunsen ce qui suppose de changer ses habitudes de
manipulation)
Question retour d'expérience, je n'ai pas grand chose de plus que ce que je viens d'écrire sur le risque de brûlure et le temps de chauffe qui pour certains chercheurs est rédhibitoire (alors que d'autres s'y adaptent parfaitement).
PS : attention à la stérilisation au bec Bunsen, cela peut générer des aérosols. Avec des pathogènes, il vaut mieux éviter.2009 : retrait d’une tuyauterie de gaz
Dans un bâtiment des tuyaux de gaz ont été "désactivés" depuis plusieurs années (coupure au compteur et bouchonnage). Aujourd'hui se pose la question d'enlever ces tuyaux qui gênent pour de nouveaux aménagements. Doit-on faire un dégazage?
Dans le cas de tuyaux ayant contenu des hydrocarbures, je sais que c'est indispensable, mais pour le cas du gaz... Merci de vos lumières.
(Pour moi, c'est vivement conseillé. Il faut s'assurer qu'il n'y a pas de zones pouvant encore contenir du gaz (parties de réseaux où des vannes n'auraient pas été ouvertes). Théoriquement, il faut envoyer un gaz inerte (azote) sous pression pour chasser le gaz dans tout le réseau...
Il y a des sociétés qui font ce genre de chose et délivrent une attestation de dégazage.
(Je confirme il faut dégager à l'azote les réseaux même plusieurs années après la coupure du réseau.2008 : manipulation utilisant des gaz inflammables –explosifs
ce matin un chercheur qui veut monter une manipulation m'a demandé mon avis niveau sécurité : il veut utiliser une cellule (typiquement contenant 1/2 à 1l de gaz) à gaz, rempli avec de l'azote, du CO2 et de l'oxygène au départ pour recréer les conditions atmosphériques, puis ajouter d'autres gaz (type méthane et CO, donc en partie explosif) afin de tester des détecteurs nanométriques mis au point au laboratoire, détecteurs qui fonctionnent via un laser. Plusieurs questions me sont venues : peut-il utiliser autant de gaz explosif dans une pièce, sachant qu'il n'y a pas de bunker extérieur d
pour ces gaz ? Comment éliminer les gaz une fois la manip' terminée (ce sont des gaz en partie polluant tout de même) ?
(Pour N2 et CO2, c'est pas inflammable. Pour l'introduction de méthane et de CO (inflammables) : tout dépend des quantités utilisées lors de la manip (car même s'il devait y avoir une explosion, si les quantités de gaz utilisés sont faibles, les conséquences seraient alors minimes). Tout dépend aussi de la cellule dans laquelle est faite la manip (petit volume avec fortes surpressions en cas d'explosion ?), de sa résistance mécanique, de sa fixation, de l'existence d'une soupape de sécurité... Exemple : je me souviens d'une manip où on introduit H2 et O2 en proportions stoechiométriques mais en très faibles quantités et dans un volume ouvert. Résultat : l'explosion ressemble à un "pet de mouche"... Tout dépend aussi des proportions dans lesquelles les gaz sont introduits... (reste-t-on sous les LIE ?) et de la fiabilité du système utilisé pour contrôler les proportions des gaz introduits. Tout dépend de l'énergie d'activation nécessaire pour enflammer les gaz : j'imagine que la puissance du laser du détecteur est très faible. Après il y a le problème du stockage des bouteilles gaz et là on se trouve ramené aux prescriptions classiques : pas de stockage de bouteilles en réserve. Bouteilles de volume le plus faible possible. Bouteilles attachées aux 3/4. Ventilation mécanique du local ou de la zone où sont situées les bouteilles (avec alarme si la ventilation s'arrête). Présence d'un extincteur à CO2 à proximité. Pas d'armoire élec à proximité.
Il faut également voir si la manip est automatisée ou non...
Peut-être que l'INERIS pourrait t'aider.
(Je suis assez d'accord avec les remarques d'Olivier, notamment sur la taille des bouteilles de gaz : attention cependant à la reprise des bouteilles d'un volume inférieur à 1 litre (en général, les B04) ; il semble que praxair les reprenne dans un délai de 3 ans. A vérifier ! L'utilisation de CO doit être faite avec un détecteur de gaz toxiques, et non pas un explosimètre, car le principal risque du monoxyde de carbone est quand même le risque toxique : il y a chaque année des intoxications
mortelles au CO, à ma connaissance ils ne meurent pas dans un incendie !! Penser aux actions pilotées par une détection éventuelle : les limites d'une alarme sonore sont liées à la présence obligatoire de personnel susceptible de traiter le défaut ; sinon, prévoir des asservissements de coupure des gaz à la bouteille ; toujours vérifier à la livraison d'une bouteille l'absence de fuites (systèmes de bullage).
(On a dans nos locaux des manips qui doivent ressembler à ce qui est décrit. Nous avons pris les mesures suivantes :
- bouteille de Co dehors (on est en rez-de-chaussée) dans enclos, les autres à l'intérieur, attachées. Les bouteilles qui ne sont pas branchées à une manip sont stockées dans un local extérieur
- détecteur gaz (avec webcam devant l'affichage consultable à distance par les chercheurs et visible du couloir) - asservissement à des électrovannes de coupure de l'alimentation qui se mettent également en route en cas de panne de l'extraction, de coupure de courant. En cas de détection de fuite : signal sonore et lumineux (le signal sonore ne peut s'arrêter avant que le taux ne soit redescendu) ) - attention ces détecteurs sont difficiles à étalonner et on les fait régler au moins une fois par an
- détecteurs portatifs
- explosimètre (mais tout n'est pas antidéflagrant dans le labo)(ils utilisent aussi de l'H2)
- portes (coupe-feu) à hublots pour voir ce qui se passe à l'intérieur (occupation des angles morts par du mobilier)
- masque respiratoire d'intervention et formation des personnes susceptibles de l'utiliser.
- consignes aux personnels du labo et autres : personnel qui ouvre et ferme les portes - personnel de ménage
(Tiennent-ils compte des risques liés à l'électricité statique (c. f. Brochure ED 874 de l'INRS "Electricité statique") 2007 : Chauffage radiant en intérieur :
Lors d’un colloque de plusieurs jours, pour les repas du midi, un restaurateur envisage d’installer, en intérieur, dans un grand hall des chauffages radiants de type "parapluie". Ceux ci fonctionnent au gaz, bien sur. Nous ne sommes pas très chauds pour ce genre de solution, c’est le moins que l’on puisse dire.
Savez vous où je pourrai trouver des informations relatives à ce qui peut ce faire ou à ce qui ne peut pas ce faire en ce domaine. Vous en remerciant par avance,
(Si le hall fait partie d'un ERP les articles GZ 7 et 8 interdisent les bouteilles de propane ou de butane à l'intérieur des pièces accessibles au public et même si elles sont inaccessibles il faut des prescriptions constructives précisées dans ces articles.
(Voir sur site de gaz de France ou site  revue vecteur gaz ou il me semble avoir vu des infos très détaillées sur le chauffage radiant au gaz et ses contraintes (ventilation, évacuation des gaz brulés !!!!!!!).
(Voir CH 44 et suivants ainsi que GZ 20 et suivants du règlement de sécurité ERP2006 : flexibles des becs bensen
Est-ce que parmi y aurait-il des personnes qui auraient procédé au changement des flexibles dans les salles de TP reliant l'arrivée de gaz aux bec bunsen, et suivant la réglementation en vigueur (juin 2004 à ma connaissance) ?
On doit en effet changer les flexibles (type domestique) à la fin de l'année, et je souhaiterais savoir ce qui a été mis en place dans d'autres universités.
D'autre part les bec bunsen seraient interdits en salle de TP, est ce que quelqu'un a des infos ?
(Nous avons remplacé tous nos tuyaux fin 2005 par des tuyaux souples pour le gaz de ville en diamètre 12/18. Dans le même temps nous avons changé tous nos becs bunsen pour y mettre des becs de sécurité. Le rapport du bureau de contrôle est favorable à notre installation et nous n'avons aucune remarque.
(Le gaz n'est pas interdit en salle de TP,
 Les installations de gaz doivent être contrôlées par un organisme de contrôle (cf. GZ 30).
 Les flexibles ne se commandent plus au mètre comme auparavant, maintenant il faut acheter des tubes de longueur déterminée vendus avec les colliers de serrage qui vont bien (évidemment plus chers qu'au mètre...) ; il faut être vigilant sur le changement des tubes et l'absence de dégradations
 Choisir des flexibles à durée de vie importante (10 ans) ou illimitée pose le problème du raccordement bec/distribution qui sont en général prévu avec des embouts à olives et non avec un pas de vis (sur les installations anciennes au moins)
 L'utilisation de becs électriques posent d'autres problèmes :
- risque de brûlures
- dessèchement du manipulateur en raison du fort rayonnement thermique (prévoir l'Oil of Olaz)
- appareil à puissance électrique non négligeable
 Il y a plus qu'à choisir la moins mauvaise solution...
(Ce qui est interdit dans les salles de TP ce sont les becs sur cartouche de gaz (camping gaz)
(Cela dépend : dans nos bâtiments et en particulier l’IGH nous avons des cartouches C470 en sachant que sont localisés les brûleurs et que seulement deux cartouches sont autorisées par brûleur. Les cartouches de remplacement sont fournies gratuitement par le PC de sécurité contre les vides pour éviter les stocks incontrôlés.2006 : tuyau gaz bec bensen : Il semble que nous retrouvions le même problème qu'il y a quelques années concernant le renouvellement des tuyaux de gaz alimentant les becs bunsen. Avez-vous des fournisseurs qui continuent à vous fournir en 12/18 (voir plus petit) ??
(J'ai acheté des tuyaux en 12/18 que je coupe à la bonne longueur et qui sont ensuite fixés avec un collier spécial "gaz". Il n'existe pas de taille plus petite pour le gaz naturel j'ai donc fait changer tous les becs des années 60 par des becs de sécurité avec raccord en 12/18. Les utilisateurs ont un peu râlé au début en raison de la particularité d'allumage des nouveaux becs mais maintenant tout va bien et le rapport du bureau de contrôle est vierge. Les tuyaux en 12/18 s'achètent chez chez ADDAX2004 : Problème du port du voile pour les TP  qui utilise un bec bunsen: (Nous avons été confrontés à ce problème il y a quelques semaines avec une étudiante de microbiologie. c'est remonté au CHS et jusqu'au président ! ma position et celle du président on été fermes sur ce point : pas de voile pour questions de sécurité. On a trouvé un compromis : l'étudiante est autorisée à porter un bandana qui lui tient les cheveux couverts et attachés par l'arrière de façon tendue avec par conséquent peu de risques que le voile se trouve en contact avec la flamme d'un bec bunsen.
(Chez nous le problème c'est plus posé pour les activités sportives. Ce qui nous a amené, dans le cadre de la mise en place d'un règlement intérieur du texte suivant: "Des tenues adaptées peuvent être imposées aux usagers en salle de travaux pratiques et dans certains enseignements, notamment pour des raisons d’hygiène et de sécurité, et sont définies par les règlements intérieurs des composantes ou des laboratoires. " Ensuite, théoriquement les infractions au règlement intérieur sont du ressort de la section disciplinaire.Bec bunsen électrique : REX
(2004 : pour les becs électriques, il faut que le manipulateur soit éloigné du bec pour éviter les brûlures sur la partie en céramique très chaude, cet appareil a aussi la particularité de rayonner très fortement ce qui a tendance à entrainer un dessèchement de la peau du visage du manipulateur !!! cf.   HYPERLINK "http://www.feminiweb.com/feminimag/beaute/hydratation.htm" http://www.feminiweb.com/feminimag/beaute/hydratation.htm .
-euh un détail aussi la consommation électrique de ce type d'appareil... (600 W cf catalogue ELVETEC (voire 1000 W avec un microincinérateur en plus par poste) x nombre de poste = une installation électrique bien membrée...)
-euhh il faut aussi penser à organiser différemment le poste de travail parce que cela rayonne tellement que les milieux de culture ont tendance à fondre...
-euhhh pareil pour le fil électrique qui alimente l'appareil, il faut faire attention à sa position pour ne pas qu'il soit endommagé par la chaleur...
-euhhhh un autre détail il est bien de disposer aussi d'un microincinérateur pour éviter la formation d'aérosol lors de la stérilisation de l'anse
(2004 : les becs électriques sont utilisables dans les laboratoires de chimie ; dans les techniques de biologie, appliquées en médecine, c'est surtout la stérilité du cône de chaleur du bec Bunsen que les utilisateurs recherchent. Comme on n'a pas installé des hottes à flux laminaire sur toutes les manips avec des bactéries (surtout en enseignement !), on voit fleurir, bourgeonner et se multiplier les cartouches de gaz (dont l'utilisation est prohibée par la commission centrale de sécurité) ! A l'ENSEEG, les travaux de mise en sécurité ont inclus une distribution du gaz de ville par réseau dans quelques laboratoires, ce réseau étant maintenant régulièrement contrôlé. L'inconvénient, c'est que les utilisateurs ont changé, mais pas les labos desservis ! donc problème en renouvellement constant ! (Comme dit Monique le pb se pose essentiellement dans les labos et salles de TP de bio  où il leur faut un cône de stérilité, ou alors le bec électrique avec hotte à flux laminaire mais attention aux températures insuffisantes et atteintes trop lentement pour les utilisateurs.  Attention au bec électrique qui se "voit" moins et qui brûle les mains mais aussi les vêtements. J'ai eu deux expériences dans ce domaine : la première dans l'IGH  de l'Université de la Méditerranée (distribution de GZ dans tout l'immeuble par réseaux intérieurs!) où il y avait des biologistes et j'avais commencé un sensibilisation à ce changement d'énergie mais les biologistes en nombre important avaient une forte inertie et ce n'est que mon successeur qui a réussi avec des arrangements : gaz qu'au dernier étage avec distribution extérieure. La seconde c'est encore dans un IGH (de l'Université de Provence) mais sans biologistes : cela s"est passé plus facilement  et les qqs irréductibles ont été contentés par des  "bleuets 470 HPZ" de camping gaz : avec chaque bleuet une cartouche de rechange et ils ont "gratuitement" une cartouche pleine en échange  de la vide. Cela en accord avec les marins pompiers  qui ont une liste des labos où se trouvent ces appareils. Il faut savoir que la consommation de cartouches se réduit d'année en année.
( Au départ, on est un peu décontenancé par l'absence de flamme, surtout pour porter le fil d'oëse au rouge, mais l'efficacité est la même. Je les trouve très pratiques et les risques de brûlures sont moindres (il faut toutefois toujours mettre les étudiants en garde afin qu'il ne saisissent pas le bec à pleines mains). Il faut également faire attention au contact des fils électriques avec les parties chaudes. Cependant je trouve qu'ils sont un peu chers.
( En plus cet appareil a pour inconvénient d'avoir un fort rayonnement et d'entraîner un dessèchement de la peau du visage du manipulateur. (en plus du risque de brûlure sur la partie en céramique très chaude....). Le rayonnement peut aussi entraîner une organisation différente de la paillasse (place des géloses et milieux de culture qui alors fondent, rendant difficile l'ensemencement.. place du fil d'alimentation du bec...)Changement flexibles : (Les flexibles des bouteilles de gaz doivent être changés tous les 5 ans
(J'ai réussi à dénicher un fournisseur sur Limoges (Sté Compteur ZENNER - 87410 Le palais sur vienne) qui nous propose des flexibles gaz de 2m avec 2 colliers de serrage à un prix raisonnable (si l'on tient compte du prix du flexible sous blister tel qu'on le trouve en grande surface...). Le problème du passage sous flexible inox c'est qu'il faut des tuyaux d'arrivée de gaz à vis et des becs par exemple à vis aussi... donc il aurait fallu tout changer ! Le tube inox est très cher mais la durée de vie est quasi illimitée...donc cela fait 3 types de tubes avec 3 durées de vie différentes : - 5 ans : tube caoutchouc, - 10 ans : tuyaux renforcés - illimité : tuyaux inox.Utilisation de butane et de propane : Dans nos nouveaux labos de chimie en construction il est prévu d'utiliser du propane ou du butane.. ( avec centrale de bouteilles de gaz à l'extérieur) Un représentant pour les becs bunsen  ns informe que ces gaz sont interdits ds les labos
( Article R 11 - Produits dangereux dans les locaux d’enseignement à caractère technique En application de l’article R 5, l’emploi dans les ateliers de produits nécessaires, notamment au soudage, doit être effectué dans les conditions suivantes : § 1. Stockage : a) Le stockage du butane et du propane doit être réalisé conformément aux dispositions des articles GZ 4 à GZ 9. b) Le stockage d’oxygène, d’acétylène et de gaz autres que le butane et le propane doit être effectué :
soit dans un dépôt situé à plus de 8 mètres de tout bâtiment, local ou lieu de passage ; ce dépôt doit être constitué par un abri grillagé ;
soit dans un dépôt contigu à tout bâtiment ou local, mais isolé de celui-ci par un mur plein, sans ouverture, construit en matériau incombustible, CF de degré 2 heures, d’une hauteur minimale de 3 mètres, et protégé par un auvent incombustible, PF de degré 1 heure ; la face d’accès doit être grillagée (Arrêté du 12 décembre 1984) " et située à plus de 8 mètres de tout passage du public ".
Dans les deux cas du b ci-dessus :
le sol du dépôt doit être au même niveau ou à un niveau supérieur à celui du sol environnant ;
les bouteilles pleines doivent être séparées des bouteilles vides ; elles doivent être stockées debout et maintenues dans des râteliers afin d’éviter toute chute ;
un mur plein construit en matériau incombustible, s’élevant au moins de 2 mètres, doit séparer les bouteilles contenant des produits de nature différente.
§ 2. Utilisation : Les bouteilles raccordées qui ne sont pas installées à poste fixe à l’extérieur du bâtiment doivent obligatoirement être fixées sur un chariot mobile et être placées debout. En période de non-utilisation, elles doivent être placées dans l’atelier, à un emplacement susceptible de ne pas gêner les dégagements ; les tuyaux reliant les bouteilles au chalumeau doivent être soigneusement enroulés après chaque utilisation et leur bon état vérifié avant toute remise en service. Lorsqu’il est fait usage de cabine de travail associée à un poste de soudage, celle-ci doit être délimitée latéralement par des murs de protection en maçonnerie pleine de 0,10 mètre d’épaisseur au moins au tout autre élément incombustible présentant une résistance mécanique équivalente. Les quantités globales utilisées dans un même bâtiment ne doivent pas excéder : 520 kilogrammes pour le butane et le propane ;
200 mètres cubes pour l’oxygène ;
100 mètres cubes pour l’acétylèneBec bunsen qui se coupent : becs bunsen équipés d'un système Piézo (genre de bilame) permettant de couper l'arrivée de gaz au cas où la flamme s'éteindrait ( vendu par bioblock et prolaboBec bunsen dans IGH : J'ai connu ce pb sur deux établissements qui malheureusement comportaient des IGH avec les difficultés que cela entraîne : dans un IGH de type R il est interdit, en application des articles GZ4, 7, 8 d'utiliser des récipients de gaz mobiles. Pour les établissements de type R l'atténuation qui figure à l'article 12 ne concerne que les gaz spéciaux et en aucun cas ne peut être étendu au bouteilles de butane ou de propane dont l'utilisation  et les conditions de stockage sont précisées à l'article R11. En dehors du cas spécifique des IGH on peut très bien remplacer les becs BUNZEN par des appareils autonomes électriques ou au gaz (bleuet de camping gaz ou "Fire Boy"). Brûleur : brûleurs installés sur des cartouches de butane ou de propane dans les salles de TP des établissements recevant du public du type R : interdit.Utilisation de bec bunsen : (l'alerte transmise par le rectorat, suite à un courrier du ministre du 8 mars 1999 et à un avis de la commission centrale de sécurité du 3 février 1999 concernant "l'utilisation de brûleurs installés sur des cartouches de gaz dans des salles de travaux pratiques d'ERP de type R", autrement dit les fameux becs Bunsen chers à nos biologistes pour le cône de stérilité (plus qu'aux chimistes qui ont juste besoin de chauffer !) "...l'utilisation de brûleurs installés sur des cartouches de gaz n'est donc pas autorisée dans les salles d'enseignement...".
( nous avons eu l'accord de la commission IGH pour les cartouches car des plans précis à l'étage et au PC de sécurité indiquent où sont situés les consommateurs de gaz et que le fonctionnement est le suivant :     1/ au départ remise aux utilisateurs d'un bec avec deux  cartouches.     2/ le PC fournit une cartouche pleine contre une vide gratuitementRemplacement réseau de gaz : (LABOGAZ et des brûleurs électriques et des plaques chauffantes électriques, bec électrique (pour remplacer bec bunsen - becs électriques BUHLER - 2400 à 2900 HT l'unité catalogue ELVETEC enseignement p 24).
(Il semble difficile de convaincre les microbiologistes de se passer de gaz pour des questions de stérilité (flambage des anses de repiquage, des cols de bouchons,etc...). Chez nous, pas plus mes efforts que ceux du représentant de Bioblock n'ont abouti. La solution retenue passe par la suppression du réseau de distribution de gaz (en très mauvais état également) et l'installation de becs type Fireboy sur cartouches de gaz.
(L'inconvénient des appareils électriques est que la puissance est insuffisante pour porter rapidement en température (ils sont pressés!)  i;e au rouge une Oeze en platine. Et cette appareil bien que de puissance insuffisante est une source de chaleur qui dans de nombreux cas de figure est une gène pour les utilisateurs. Il ne faut pas oublier que en vertu de la réponse de la CCS en date du 3 / 12/98 il n'est pas autorisé d'assimiler le butane et le propane aux gaz spéciaux comme il est précisé au R12 pour les établissements de type R." L'utilisation de brûleurs installés sur des cartouches de gaz n'est donc pas autorisé dans les salles d'enseignement".Propane dans climatiseur : la réglementation interdit d'utiliser le propane notamment en tant que fluide réfrigérant dans les climatiseurs.Hydrogène2011 : générateur d'hydrogène : risques?
nous commençons à nous équiper en appareil produisant de l'hydrogène à la demande relié à un appareil d'analyse.ces générateurs possèdent des détecteurs intégrés en cas de fuite interne, donc pas de soucis de ce côté. toutefois, nous nous demandons s'il est quand même nécessaire de mettre un détecteur H2 à proximité de la machine analytique en cas de fuite en aval du générateur il semble que certains le font mais je n'ai pas confirmation. Avez-vous un retour d'expérience sur ce sujet ?
(pour ma part, j'ai un souci avec les générateurs d'H2 : nous avons fait faire un diagnostic ATEX par un bureau de contrôle bien connu... Ses conclusions sont étonnantes !!
En cas de fuite Hydrogène sur un réseau qui ne comporterait que des raccords vissés, une zone ATEX accidentelle s'entendrait sur un volume enveloppe de rayon 5m autour de chaque raccord, en considérant un réseau à 8 bars maxi, diamètre 8mm.
Pour supprimer la zone 2, les recommandations sont :
"- installer un détecteur d'H2 raccordé à une électrovanne de coupure située à proximité de la source (centrale gaz extérieure). La coupure entrainera une coupure de l'énergie électrique présente dans la zone. "
Mais concernant les générateurs, il considère qu'on pourrait avoir une hydrolyse complète du volume d'eau présent. Selon le volume d'eau du générateur (5L), son débit d'H2 (500 ml/min) et le volume de la pièce (70 m3), il conclue qu'on pourrait atteindre 8.8% d'H2 en 13 minutes dans l’atmosphère de la salle... soit 2 fois la LIE !
En conclusion, c'est alors toute la pièce qu'il place en ATEX de zone 2.
Pour supprimer la zone 2, les recommandations sont :
"- soit réaliser les manipulations sous sorbonne, générateur inclus avec asservissement du fonctionnement du générateur au fonctionnement de la sorbonne
- soit installer une détection de gaz avec asservissement à une coupure des énergies dans la salle"
Un générateur serait donc potentiellement plus dangereux qu'un réseau H2 s'il n'était pas placé sous sorbonne, pour justement s'affranchir du risque de "vidage" entier ? Y-a-t-il une faille dans le raisonnement, qu'en pensez vous ?
Merci de votre aide
(De notre côté nous le conseillons mais les unités de recherche le font ou non en leur âme et conscience.
(A l'Artois, j'ai suggéré le remplacent des bouteilles par des générateurs (remarque figurant dans le rapport des inspecteurs). On m'a répondu que compte tenu des pressions d'utilisation de l'hydrogène, le générateur n'était pas envisageable.
(effectivement pour des expérimentations qui nécessitent une pression d'hydrogène de 3 à 10 bar (hydrogénations catalytiques par exemple), ces générateurs ne conviennent pas. Encore faut-il avoir les locaux et pratiques adaptés à ce type d'expérimentations!
il faut envisager cette substitution au cas par cas et en fonction du type d'utilisation (en chromatographie gazeuse par exemple, c'est tout à fait
adapté)
(face a cette problématique d'hydrogénation nécessitant des réactions sous pression nous avons acquis depuis 2 mois le système HCube de Thalesnano qui permet de réaliser des hydrogénations sous pression les chercheurs sont ravi pour le moment d'autant plus que ça leur permet un gain de temps...
Pour les appareils de chromatographie nous mettons en place des "générateurs d'hydrogène classique"2010 : générateurs d’hygrogène – REX
avez-vous déja mis en place des générateurs d'hydrogène pour les réactions à pression atmosphériques dans vos laboratoires. Quel est votre retour d'expérience?
nous comptons en acquérir afin de supprimer les bouteilles et ne pas passer par des réseaux extérieurs.
Pour les réactions nécessitant de l'hydrogène sous pression il y a 2 possibilités : le réseau classique extérieur (ne nous affranchit pas de
l'ATEX) et le HCube de chez thales. Qui a déja utilisé ce matériel?.je vois bien l'intérêt d'un tel équipement mais est ce satisfaisant??
en clair je suis preneur de tous vos retours d'expérience
(Sur l'Université Bordeaux 1, de tels équipements ont été achetés pour remplacer et supprimer l'ensemble des bouteilles d'hydrogène présentes dans le plus gros laboratoire de chimie de l'établissement.
c'est très satisfaisant en matière de sécurité et le retour des utilisateurs est très bon.
(un des labos à Limoges a ce type de matériel, générateur d'H2 ; pas de mesure spécifique, à part la ventilation générale du laboratoire, les détecteurs de H2 (à placer en hauteur) sont plutôt réservés aux salles où l'H2 est utilisée en bouteille 2007 : aménagement d’un local d’hydrogénation
quelqu'un a t'il déjà du aménager un local d'hydrogénation?
(Avant de prendre mes fonctions IHS j'étais en charge de conception de pilotes de recherches, j'ai réalisé plusieurs montages d'hydrogénation sous haute pression, les précautions particulières que nous mettions en œuvres étaient:
1) asservissement de l'alimentation de la conduite d'hydrogène à un système autonome de coupure, (vanne pneumatique N.F alimentée par une bouteille d'azote)
2) détecteur d'Hydrogène
3) Ensemble dans boite à gant avec système d'extraction compatible
4) locaux défini pour une seule manip
Voila d'une façon synthétique les principales précautions mises en œuvre Bouteilles Hydrogène – local hydrogénation : Pour faire des hydrogénations catalytiques en chimie organique, les chimistes envisagent d'utiliser des bouteilles d'hydrogène comprimé installées dans leurs laboratoires. J'ai entendu parlé d'une alternative possible à ces bouteilles... quelqu'un pourrait-il me renseigner ?
(Il existe des générateurs d'H2 qui le produisent par électrolyse de l'eau, mais, à ma connaissance, les débits et pressions ne sont pas adaptés pour ce type de synthèse, même s'ils permettent de faire de la CPG. Ce n'est pas pour autant que nous en avons à l'UJF. L'autre aspect lié aux hydrogénations catalytiques, c'est la pression d'utilisation (pouvant aller jusqu'à 40 bars ), ce qui conduit les utilisateurs à limiter les risques de fuite en réduisant les longueurs de canalisations. Donc, les bouteilles se retrouvent dans le labo, avec détecteur de fuite.
( Pour tes hydrogénations catalytiques, le système du générateur d'hydrogène proposé pour les chromatographes n'est pas adapté (trop faible débit de gaz produit). A Centrale paris, étant donné l'importante évolution des besoins en la matière, on est en train de réfléchir à l'implantation d'une station d'hydrogénation extérieure (local de distribution extérieur spécifique), projet qui ne séduit pas forcément tous les labos! Je n'ai pas trouvé d'autres solutions miracle ''facile et pas cher''. Concernant l'utilisation de gaz combustibles en bouteille, la commission de sécurité départementale nous a aidés en l'écrivant noir sur blanc sur son PV. Mais l'application de cette interdiction est parfois dure à faire digérer.
( Nous avons eu un pb similaire dans notre UFR de Physique ou pour un chromato il leur fallait une bouteille d'H2. Après les avoir informés des sécurités à mettre en oeuvre (ventilations haute et basse sur une façade classée, détection de H2 coupant l'électricité de la salle concernée et donnant une alarme au PC de sécurité) ils ont fini par avouer qu'ils pouvaient se passer de l'H2 et remplacer par de l'He.Gaz divers2011 : date limite de prochaine requalification des bouteilles de gaz – où se trouve l’information ?
Où trouve t-on la date limite de prochaine requalification des bouteilles de gaz ? A mon idée, mais je n'en suis pas sûr et je n'arrive pas à contacter le fournisseur, la date limite serait sur une collerette en plastique que l'on trouve autour de la tête de la bouteille. Qui peut me confirmer cela ? Quant à chercher une quelconque marque sur le corps de la bouteille, parfois elles sont tellement abîmées, tachées et rouillées que l'ion n'y trouve rien de lisible. ( moi je me base sur la collerette. si elle est dépassée, j'appelle mon fournisseur pour changement ( effectivement, la collerette est la meilleure solution quand elle est encore attachée à ladite bouteille ! Sinon à chaque épreuve la date doit être, il me semble, gravée sur le corps de la bouteille mais ou exactement c'est toujours le problème De plus effectivement la rouille n'arrange rien (enfin si c'est rouillé, j'aurais tendance à demander le changement de la bouteille...) ( Pour ma part, voici ce que j’ai mis dans le compte rendu de ma dernière visite :
« Il est rappelé que les bouteilles de gaz comprimé sont soumises à épreuve initiale préalable à leur mise en service puis à des visites effectuées par un organisme notifié et à des ré-épreuves périodiques conformément à la réglementation. Les vérifications sont à la charge du propriétaire de l’équipement sous pression. L’unité devra cependant s’assurer lors de la réception de cet équipement que celle-ci a été vérifiée (cf. rondelle en forme d’anneau insérée à la base du col de la bouteille). »
Pour information, je travaille justement dessus, j’ai retrouvé 31 bouteilles de gaz comprimé (29 Air Liquide, 1 Linde, 1 Grinex ( ? ), dont 8 des années 60 et 7 avec l’unité identifié).
Après discussion avec les commerciaux d’Air Liquide et de Linde, ceux-ci sont d’accord de les reprendre gratuitement, j’attends la confirmation par écrit.
(Effectivement l'information se trouve sur la collerette plastique au niveau de la tête de la bouteille, le nombre à 2 chiffres indique les 2 derniers chiffres de l'année pendant laquelle la bouteille doit être ré-éprouvée. Exemple : s'il y a un 13 sur la collette, la bouteille doit être ré-éprouvée en 2013
( C’est le poinçon martelé dans le corps épais de la bouteille, en principe avec une date encadrée, qui indique la date de la dernière ré-épreuve. La collerette plastique n’est qu’un élément qui indique l’année calendaire où la bouteille doit être vérifiée.
Cependant il faut être prudent, car la collerette d’une bouteille, à vérifier tous les 10 ans, éprouvée le 2 janvier 2000 indiquera 2010 (ce qui va jusqu’au 31 décembre) et de ce fait cette bouteille pourra être utilisée après péremption pendant presque 1 an par des personnes qui penseront de bonne foi qu’elle est encore conforme.
( En complément à tout ce qui a été dit, quelques bouteilles avaient été repérées comme étant périmées par les inspecteurs lors de leur dernière visite dans nos locaux et on avait  fait une petite réunion dont je vous joins le cr pour info
La reprise des bouteilles périmées n’avait pas posé de pb pour le fournisseur mais la plus ancienne bouteille n’était périmée « que » depuis 7 ans…
A l’usage, je retrouve toujours au moins une bouteille échangée entre labos périmée lors des contrôles de fin d’année
(Par ailleurs on a dû revenir à des bouteilles d’ammoniac de 44 kg parce que le gaz liquéfié givre en petites bouteilles et que ça posait des pbs pour les manips.)2010 : périodicité de changement des flexibles
Indépendamment de l'utilisation qui en est faite, avez-vous des recommandations de périodicité pour le changement des tuyaux flexibles des postes de soudage ?
La norme EN 559 pour les tuyaux en caoutchouc (que je n'ai pas consultée) impose le marquage de leur année de fabrication, l'INRS recommande de les changer "régulièrement" et dès lors qu'ils sont endommagés, mais je n'ai aucune idée d'une périodicité "raisonnable" ...
Un tuyau fabriqué en 2002 (par exemple, j'ai peut-être aussi encore des millésimes 1997 et 1992 !)  qui ne présenterait pas de signe visible d'endommagement peut-il raisonnablement continuer à être utilisé ?
 Merci pour votre aide si vous avez des informations sur le sujet.
(Désolée de vous avoir dérangés pour rien : j'ai trouvé ma réponse sur le site du SYMOP (Syndicat des entreprises de technologies de production) qui recommande un changement tous les 5 ans, voire 3 ans en cas d'utilisation intensive ...2010 : Retour d’expérience – installations externes de gaz
(Nous avons effectivement réalisé une distribution de gaz dits "spéciaux" dans le bâtiment TP de l'ex-ENSEEG en 2005. Vous trouverez ci-joint une ébauche de programme qui a été remise au service technique pour consultation et choix d'un bureau de maîtrise d'oeuvre. Nous avons travaillé pour le CCTP avec M. Battard, de la société PG Conseil, située à Culoz, dans l'Ain, et j'ai été très satisfaite du travail en commun que nous avons pu mener. L'installation a été réalisée par Air Liquide (et sous-traitants, notamment tuyauteurs). Sur les gaz distribués, il y avait eu des discussions assez longues avec les enseignants pour faire le "tri" entre les gaz. 5 ans après, on n'a pas vraiment utilisé l'helium. Donc, à refaire, je pense qu'on ne le mettrait pas. Il y a effectivement des systèmes de basculement d'une bouteille sur l'autre à la centrale. Nous n'avons que des centrales de 1ère détente à 10 bars, pas de manips à 30 bars. Au bout de 5 ans, il n'y a pas d'autre problème que le coût du changement des flexibles haute pression : environ 300¬ par flexible, ce qui est quand même 3 fois moins cher que la maintenance proposée par Air Liquide, qui préconise un changement de ces flexibles au bout de 3 ans (alors qu'ils portent une étiquette pour changement au bout de 5 ans !). Ce problème de coût se poserait de toute manière en armoire ventilée, puisqu'il y a aussi en général  flexible haute pression entre la bouteille et la première détente (obligatoirement s'il y a 2 bouteilles avec inverseur). Nous avons eu au début 1 ou 2 fuites sur le réseau, mais très vite repérées et réparées : ce ne sont pas les canalisations, réalisées en acier inox avec soudure orbitale, qui posaient problème, mais la jonction entre la centrale de détente et la canalisation. Nous avons eu également quelques soucis sur les centrales de détection, dont des cartes grillent régulièrement en cas d'orage estival. De ce fait, la maintenance (par Oldham) se fait en septembre, ce qui évite de multiplier les déplacements. Les travaux ont donné lieu à un dossier auprès de la commission de sécurité, qui nous a amenés à rajouter un mur de 3m de haut sur 8m en avant de la centrale pour garantir les distances par rapport au public. Sur le document ci-joint, les options 1 et 2 on été retenues. Je les trouve indispensables, car le règlement ERP prévoit une coupure du gaz à l'entrée dans le local, c'est-à-dire, en général sous une fenêtre. Or, les personnes arrivent plutôt à l'opposé et ne vont pas traverser le labo, en cas de problème, pour couper cette vanne. Nous avons donc un arrêt "coup de poing" qui coupe les gaz dangereux (hydrogène, acétylène, oxygène) + l'asservissement de ces mêmes gaz à la centrale de détection (1 par salle concernée par ces gaz). Nous avons un contrat de maintenance sur les centrales de détection mais pas sur les centrales haute pression (voir plus haut). Il n'y a pas non plus de contrôle périodique par absence de référentiel (la réglementation sur les appareils et canalisations sous pression ne concerne pas nos installations). Si nécessaire, je peux te transmettre le synoptique de l'installation réalisée, sous forme papier (je crois que Jacques Mercadier avait été intéressé par ce document).
(Installation déjà existante à mon arrivée à l'IUT (fin 2000). Local "gaz spéciaux" et réseaux extérieurs mis en place à la création du bâtiment en 1995.
Gaz concernés : hélium / Azote / Air / Hydrogène / Acéthylène (auj.
déconnecté car plus utilisé).
Alimente Salles de TP enseignement et Labos de recherche.
A chaque fois, deux bouteilles avec système de basculement.
Contrôle annuel par l'APAVE (en même temps que le gaz naturel - coût total : environ 1300 euros TTC) Depuis 1 an, mise en place d'un contrat de maintenance avec Air Liquide (revient finalement moins cher que le changement des flexibles tous les trois ans puisque cela est compris dans le contrat - coût : environ 2200 euros TTC par an).
Pas de problème particulier.2007 : Code couleur
J'ai deux informations qui se contredisent sur les codes couleur des robinets de commande de fluide. Pouvez vous m'apporter vos lumières sur ce domaine? Quel est la norme à
appliquer? En particulier quelle est la couleur des robinets pour l'azote?
( j'ai trouvé sur le site Google dans la rubrique INRS les éléments de réponse identiques.
Fiche pratique de sécurité INRS ED 88
Norme NFX 08.101 couleurs conventionnelles des tuyauteries; Norme NFX 08.102 couleurs robinetterie labo. Le code conventionnel de l'azote est la couleur noir (collerette).2006 : installation distribution de gaz spéciaux dans un ERP : je suis à la recherche de collègues qui auraient eu à faire installer une distribution de gaz spéciaux (argon, acétylène, ...) dans un ERP (pour nous, il s'agit de la construction d'un batiment neuf)  et qui se seraient retrouvés confrontés à différentes interprétations de textes sur l'obligation (ou pas) de faire passer les tuyaux de distribution de gaz en extérieur jusqu'à l'arrivée dans chaque labo. Dans notre cas, il y a désaccord entre le maitre d'oeuvre et le controleur technique et nous souhaiterions avoir les arguments pour faire pencher la balance de notre coté.
(Pour une fois que le règlement de sécurité semblerait clair...
 R12. Distribution de gaz dits spéciaux :
Lorsque ces gaz sont utilisés de façon courante dans les salles de travaux pratiques ou de recherche, leur approvisionnement doit être réalisé par des conduits cheminant à l'extérieur du bâtiment et pénétrant directement dans les locaux d’utilisation à partir d’une centrale de distribution située à l'extérieur.
Les gaz combustibles visés au chapitre VI du titre Ier du livre II ne sont pas des gaz spéciaux.
Les gaz spéciaux, y compris les gaz combustibles tels que l'hydrogène ou l'acétylène, ne sont pas soumis aux prescriptions du chapitre VI du titre Ier du livre II.
L'alimentation des salles de travaux pratiques ou de recherche doit être réalisée par des tuyauteries fixes cheminant à l'extérieur du bâtiment et pénétrant directement dans chaque local d'utilisation à partir d'une centrale de distribution située à l'extérieur.
Dans ce cas, et pour chaque gaz, la centrale doit disposer d'un organe de coupure générale extérieur et un organe de coupure doit être placé à l'intérieur de chaque local d'utilisation.
(Le mieux est de ne pas hésiter à consulter la commission de sécurité incendie qui pourra vs donner un avis et c'est son avis qui comptera en dernier.2005 : utilisation de gaz dans laboratoire + stockage produits chimiques : Les avis que nous devons donner sur des aménagements de laboratoire soulèvent souvent le problème dans les salles d'expérience :
 - du stockage des produits chimiques en "petites" quantités (stockage d'appoint de flacons entamés nécessaires à leurs expériences) 
- de l'emploi (et du stockage) de bouteilles de gaz comprimés.
 Le règlement de sécurité contre les risques d'incendie dans les ERP prévoit des locaux adaptés pour le stockage des produits, et une distribution des gaz par réseau avec stockage extérieur.
 Or ces dispositions peuvent s'avérer contraignantes ou difficiles à mettre en oeuvre, tant d'un point de vue technique que financier.
En même temps, nous pouvons difficilement nous positionner à l'encontre de la réglementation et accepter des aménagements qui fassent l'objet, par la suite, d'observations lors des visites de la Commission de sécurité.
 Avez-vous des solutions acceptées par les commissions de sécurité ? (par exemple : stockage de bouteilles à l'intérieur des bâtiments mais dans des locaux adaptés ? armoires de sécurité anti-feu répondant à la norme EN 14470-1 ? ...).
 Sinon, quelle position adoptez-vous lorsqu'on sollicite votre avis sur ces problèmes ?
(La solution qui, à moyen terme, fonctionne encore : des petits locaux de stockage bien adaptés proches des utilisateurs (6 locaux dans un bâtiment de 3 étages sur 2 ailes (bt en T)) ; cela peut se faire dans des locaux existants (mais avec des sous) : cloisonnement coupe-feu, ventilation "généreuse", détection incendie,... Par expérience, dès que les locaux de stockage sont éloignés, ils sont peu ou pas utilisés et les produits se retrouvent dans le labo, sur les paillasses, dans les placards ou sous les sorbonnes.
(à l'ENS Paris, au sujet des gaz comprimé neutres, nous avons rencontré le laboratoire central de la PP, afin de négocier :
- local de stockage extérieur
- déplacement des bouteilles en cours d'utilisation pour les expérimentations actuellement situées dans les circulations vers l'intérieur des labos ventilés par des fenêtres
- traitement des labos comme des locaux à risques moyens
Nous avons eu un accord officieux mais toujours pas d'accord écrit malgré l'envoi officiel d'un dossier à ce sujet particulier
nous referons une demande écrite dans le cadre du dépôt du permis d'aménagement ERP pour amélioration des conditions de sécurité incendie2003 : Précaution pour l’utilisation de bouteilles de gaz : Abstraction faite de protocole de chargement/déchargement et des racks de rangement, quelles sont les contraintes liées à l'utilisation de bouteilles sous pression (azote, hydrogène et air)
(Juste qu'elles ne doivent pas être placées à l'intérieur des locaux sauf pour des usages ponctuels (Cf; art R12 du règlement). Cela a évidemment de grandes conséquences ...2003 : Gaz médicaux : norme NF EN 737-3 qui concerne l'installation de réseaux de distribution des gaz médicaux2005 : utilisation d’un ancien réseau de gaz pour mettre un système de vide : nous étudions actuellement sur le site de la faculté de pharmacie la faisabilité technique et économique d'utiliser les anciennes canalisations de gaz pour le vide (Afin d'éliminer les trompes à eau, ce qui nous permettraient de réduire les frais de consommation d'eau, de protéger l'environnement, et d'améliorer la sécurité en évitant les remontées de vapeurs par les syphons). L'idée est de mettre un groupe de pompage central par bâtiment(après étude de l'efficacité d'un tel système) au rez-de-chaussée et d'essayer de créer le vide dans les canalisations de gaz pour que les laboratoires se branchent dessus (environ 15 salles de manipualtions sur 5 étages pour un bâtiment). Je souhaiterai avoir vos commentaires sur ce sujet car il est fort possible que nous nous lancions sur quelque chose de très compliqué, voir même fou (il est peut être très difficille d'obtenir un vide suffisamment poussé). Avez-vous étudié des systèmes semblables? Connaitriez-vous des bureaux d'étude qui travaillent dans ce domaine? hormis les filtres à installer au niveau des robinets ainsi que la résistance des canalisations aux vapeurs corrosives, quelles sont les autres choses auxquelles je dois penser?
(En m'appuyant sur mes connaissances de techniques de vide, il me semble peu possible d'utiliser d'anciennes canalisations de gaz pour créer des canalisations de vide. Le gaz circule sous une faible pression et ne nécessite pas de diamètre de canalisation important ( faible perte de charge). Ce qui n'est pas le cas du vide qui demande, pour réduire les pertes de charge, de tres gros diametre, la réduction des coudes et des distances entre le groupe de pompage et les branchements. Je rencontre à la fac de pharmacie de Paris la même nécessité de supprimer les trompes à eau. Un laboratoire de TP de chimie organique a installé un système de pompe pour les remplacer. Il y a une pompe en bout de paillasse sur laquelle se raccorde 4 branchements, donc 4 manips. Il y a 6 pompes dans la salle de TP. Ca semble donner satisfaction. Tu peux m'appeler pour des renseignements supplémentaires ou pour visiter l'installation.2003 : Utilisation d’un ancien réseau de gaz pour mettre de l’air comprimé : pensez-vous qu'il soit possible de se servir d'un ancien réseau de distribution de gaz pour  faire passer de l'air comprimé (Pression = 7 bars) en considérant que les canalisations sont en bon état ?
(Apres une bonne purge et un test d'étanchéité dans les règles de l'art, je le ferai
( Les essais de pression se font à l'eau et non avec un gaz pour des questions de sécurité.
En suite j'ai parlé de purgeurs d'eau parce que le déshumidificateur  à l'origine de l'installation n'empêche pas des condensations sur le réseau et  il est de règle d'installer des purgeurs d'eau (comme on met des purgeurs d'air dans les circuits de chauffage) en pied de colonne et en bout des lignes horizontales qui doivent avoir une pente vers le purgeur.
( Je te déconseille très fortement de purger a l'eau car il te restera toujours de l'humidité qui risquera de corroder tes canalisations et sera un handicap pour de nombreuses manips. Utilise un gaz inerte.Remplacement bouteilles de gaz spéciaux par canalisation pas toujours possible : Dans le cadre d'une restructuration complète d'un bâtiment qui va s'opérer en juin prochain, je suis allée voir tous les utilisateurs pour leur préciser qu'ils devaient faire remonter de manière exhaustive tous leurs besoins en gaz spéciaux pour prévoir des réseaux et non plus des bouteilles et là, problème : pour différents appareils : chromatographie en phase gazeuse (CPG), chromatographie en phase gazeuse couplée à une trappe à ions (CPG-MS/MS), congélateur -80C avec sécurité à l'azote. Il faut absolument que les bouteilles soient près des appareils. Dans le cas des 2 premiers appareils , le problème est la condensation qui peut se former dans les canalisations, si elles sont trop longues  c'est l'eau contenue dans le gaz qui est analysée par l'appareil....
(Regrouper des CPG dans un local "mutualisé", et limiter le nombre de bouteilles, en les approvisionnant tous, soit à partir d'une centrale extérieure, soit à partir de bouteilles fixées dans le local (pour répondre au besoin de pureté et de canalisations courtes). Obstacle : l'individualisme des chercheurs. Par rapport à ce qui s'est fait à Chambéry, je crains les canalisations multiples à l'extérieur qui serviront aujourd'hui, alors qu'une nouvelle bouteille sera installée demain dans un autre labo qui n'est pas approvisionné par l'extérieur
(Quelques remarques : - l'installation a coute tres cher mais le cout des gaz une fois regroupes et livres par le meme gazier a ete divise par 2 environ. Les labos s'y retrouvent donc puisque ce ne sont pas eux qui ont paye l'installation mais l'Universite. - certains labos ont des Chromato gaz et ne se sont pas plaints de condensation alors que nous sommes dans une région ou les variations de températures peuvent etre tres importantes sur 24 heures. Par contre pour le SO2 nous avons prevu une chaufferette autour de la bouteille et un systeme de tracage pour maintenir la temperature constante dans le canalisations depuis la bouteille jusqu'au lieu d'utilisation dans le labo - depuis 1 an 1/2 nous fonctionnons au Bourget avec cette installation, les plus gros problemes a resoudre ont ete lies a la refacturation des gaz aux differents services - Quant aux bouteilles provisoires, ca ne marche pas car les chercheurs nous bluffent tjrs sur la duree des manips. Je ne les accepte que pour des bouteilles B1 ou B5 selon les gaz et je verifie chez les chercheurs un peu filous si les bouteilles sont bien replacees dans les locaux de stockage exterieurs apres les manips. Pour le moment je n'ai que 2 bouteilles B5 de SO2 et O2 "hors centralisation" sur les batiments equipes. Les autres sont des B1. C'est vrai qu'il faut etre tres vigilant.Travaux mise en place d’un réseau de gaz par la façade : La rénovation d'un réseau de gaz étant relativement coûteuse et dans le cas où peu de salles (5 sur un bât de 3 étages) utilisent encore du gaz (avec 1 seul point de distribution par pièce), je me pose la question d'envisager une distribution par la façade pour chacune de ces pièces via un stockage extérieur de bouteilles de gaz ?
(Nous avions réalisé une installation acceptée par les pompiers dans une salle de TP de biologie : il s'agit d'un réseau de distribution sur paillasses alimenté par des bouteilles de butane installées dans un local voisin et non accessible au public. Cette installation représente, à mon avis, un rapport coût/sécurité/ maintenance intéressant. Elle correspond à une faible utilisation du gaz (une seule salle de TP), mais où les points d'utilisation sont nombreux. De plus, les vannes de coupure gaz situées à l'entrée de la pièce sont réellement à l'entrée,(et non au fond de la pièce quand on alimente par l'extérieur, ce qui oblige à traverser le local en cas d'intervention sur la vanne).Le réseau, limité, reste facilement accessible, et peu soumis à la corrosion.
(Les pompiers vont adorer ton idée (pratiquement plus de canalisations gaz à l'intérieur du bâtiment). La conception du local de stockage doit respecter les termes du régalement de sécurité ERP (je suppose que le bâtiment est un ERP). Le gros problème concerne la maintenance du réseau. En cas de fuite, l'accès en façade pose toujours des difficultés (échafaudage), mais bon le risque d'explosion ou d'asphyxie est pratiquement nul. Ce type d'installation existe dans mon précédent établissement (IUT Evreux). C'était très rassurant jusqu'au jour où il a fallu trouver une légère fuite sur le réseau et surtout la réparer (en façade extérieure du 2e étage).
( 1/ dans un IGH de pharmacie (Université d'Aix Marseille II) j'ai initié l'opération suppression du gaz et son remplacement par des bec électriques (ou bouteille de gaz de 470 gr) . Opération achevée par mon successeur après mon départ dans des conditions que je ne  connais pas exactement mais je crois savoir que seul le dernier étage où serait la microbio aurait un réseau extérieur avec gaz de ville arrivant en extérieur alors que précédemment tout le bâtiment était alimenté par l'intérieur.
2/  dans un IGH (Chimie, biologie, Physique) + totalité du site (Chimie, biologie, Physique) j'ai continué la préparation des personnels à une suppression du gaz en vue de  son remplacement par de l'électricité (ou  mais avec parcimonie - le corse- du gaz en petites bouteilles de 470 gr). La suppression du gaz de ville  s"est faite sans douleur. Nous avons une dérogation de la commission pour avoir qqs becs fonctionnant au gaz mais clairement répertoriés même dans l'IGH.(Le PC de sécurité gère le stock et donne une recharge pleine en ech ange d'une vide!). Il faut savoir que sur les infos des utilisateurs qui disaient ne pas pouvoir travailler sans le gaz et en fonction de leurs indications sur leur durées d'utilisation j'avais acheté 500 bouteilles de  gaz pour 12 à 18 mois de fonctionnement des 30 becs fonctionnant  au gaz. Stockage bouteilles de gaz : position debout obligatoire ?( les bouteilles contenant des gaz liquéfiés ou des gaz comprimés en solution doivent être utilisées en position debout de sorte que la soupape soit en contact direct avec la phase vapeur à l'intérieur de la bouteille.
( Les bouteilles de gaz doivent être stockées verticalement. Une bouteille ne doit jamais être traînée ou roulée. Toute bouteille doit être fixée à un mur par une chaîne métallique pour éviter sa chute. Donc la position couchée est interdite. En complément de cela, comme beaucoup de personnes n'ont pas conscience de la position du centre de gravité il faut mettre la chaîne aux deux tiers de la hauteur.Gaine extérieure pour les gaz : aussi pour les gaz neutres ? Pour nous la Commission nationale de sécurité nous a imposé la réglementation ERP type R pour tous les gaz, y compris les gaz neutres. Sachant que les gaz doivent pénétrer directement dans les locaux dans lesquels ils sont utilises,(distribution en façade) la seule façon de passer outre est de demander une dérogation a ta commission de sécurité en proposant des traversées éventuellement dans un conduit isole et ventile. Nous avons obtenu ce type de dérogations pour éviter de contourner des bâtiments sur + de 200m.Manifestations exceptionnellesDossier administratif – réglementation incendie2011 : présence de la direction quand manifestation organisée par un organisme externe à qui on met les locaux à disposition ?
Concernant l'article MS52 ci-dessous et l'organisation de manifestations exceptionnelles, est ce que le fait de mettre à disposition un bâtiment à un organisme organisteur d'une manifestation exceptionnelle à un moment où le bâtiment n'est pas ouvert au public habituel (ex : Amphithéâtre pour un spectacle un dimanche après midi) , permet à la direction de l'établissement de déroger à cet article, sachant que la mise à disposition du bâtiment est régie par une convention de mise à disposition de locaux ??? (MS 52 (Arrêté du 11 décembre 2009) Présence de l'exploitant § 1. Pendant la présence du public, l'exploitant ou son représentant doit se trouver dans l'établissement pour : - décider des éventuelles premières mesures de sécurité ; - assurer l'accès à tous les locaux communs ou recevant du public aux membres de la commission de sécurité lors des visites de sécurité en application de l'article R. 123-49 du code la construction et de l'habitation ; - assurer la mise à jour du registre de sécurité prévu à l'article R. 123-51 du code de la construction et de l'habitation. § 2. Lorsque les conditions d'exploitation le justifient, il peut être admis par la commission de sécurité compétente que l'exploitant ou son représentant ne soit pas en permanence dans l'établissement sous réserve : - d'être joignable en permanence et en mesure de rejoindre l'établissement dans les délais les plus courts ; - que des consignes claires soient données au service de sécurité incendie présent sur le site.2010 : demande de coupure de la sono lors du déclenchement de l’alarme
Les étudiants organisent une manifestation où deux chapiteaux de 300 m2 sont présents. La sécurité civile municipale leur demande la coupure de la sono lors du déclenchement de l'alarme. Les loueurs des chapiteaux fournissent les extincteurs mais n'ont jamais entendu parler d'alarme coupant la régie sono. Puis-je avoir une information sur ce sujet?
( Cette demande répond à une obligation réglementaire pour des manifestations de type "soirées étudiantes" En fait il faut un système de prises de courant asservi à l'alarme et qui coupe le courant lorsque l'alarme se déclenche. Au titre de dispositions dérogatoires, l'on peut nommer une personne parmi les organisateurs, dont le rôle et de se poster à proximité d'une sirène d'alarme et de couper manuellement la sono lorsque celle-ci se déclenche. Il faut juste que la commission accepte cette demande de dérogation...
( J’allais dire la même chose on se retrouve probablement en type N et P (et non plus en type R) – Dans ce cas il faut aussi rétablir la lumière.
Dernier conseil : veiller à ce que les issues de secours soient facilement ouvertes : en général il y a des cordages qui permettent de fermer ces panneaux  avant la manifestation et que les organisateurs laissent en place pour éviter les entrées clandestines : il faut absolument que les issues de secours soient repérées et non entravées.2009 : représentants de la Direction
Petite question à nos spécialistes des manifestations exceptionnelles... Cela concerne une soirée étudiante dans les locaux de l'université : Si je reprends la réglementation en vigueur, si on est dans un ERP de catégorie 1 à 4, il faut un représentant de la direction (article MS52). Michel AUGRIS nous a rappelé que ce représentant de la direction doit être une personne de catégorie A. Si on est en 5e catégorie, il suffit qu'un membre du personnel soit présent, sans qu'il n'ait de qualification nécessaire (article PE27). Bien sûr le problème de représentant de la direction se pose toujours car les directeurs veulent bien que les soirées aient lieu mais aucun personnel de catégorie A veut être présent pendant les soirées. Je me demande si dans le cas d'une soirée accueillant moins de 250 personnes (seuil de la 5e catégorie) on pouvait considérer que le PE27 s'applique du fait qu'en dehors des participants à la soirée il n'y a pas d'autre public... dans ce cas ça solutionnerait pas mal de problèmes, mais je crains d'être un peu trop à la marge de la réglementation. Qu'en pensez-vous ? (Ci-joint la réponse après consultation de le direction de la défense et de la sécurité civiles,
Article MS 52
Pendant la présence du public, un représentant de la direction doit se trouver dans l'établissement pour prendre, éventuellement, les premières mesures de sécurité.

Interprétation de l’article MS 52
 Après consultation de le direction de la défense et de la sécurité civiles,
celle- ci précise que :
Le représentant de la direction mentionné dans l’article MS 52 est soit le chef d’établissement, soit toute personne désignée officiellement par lui, en connaissance de cause, pour assurer la mission concernée et prendre les décisions qui s’imposent2009 : représentant de la Direction
Lorsque des étudiants veulent organiser une soirée, se pose toujours le problème du représentant de la direction présent pendant l'ouverture au public des locaux. Les directeurs de composantes veulent bien que des soirées se fassent dans leurs locaux mais quand il faut trouver un volontaire qualifié pour les représenter, il n'y a plus personne. Certains étudiants ont une fonction officielle au sein de l'organigramme de l'URCA, tels que le VP étudiant et pour certaines composantes des Vices doyens étudiants. On me demande si ces étudiants peuvent être des représentants du directeur dans ce cadre. Je suis un peu dubitatif... Comment faites vous chez vous ? (La notion même de "représentant de la direction" ne renvoie-t-elle pas à celle d'un statut (fonctionnaire d'état) et d'un grade (catégorie A) que les VP ou vice-doyens étudiants n'ont pas.2009 : local ERP transformé en local à sommeil
L'association ingénieur sans frontière va organiser le rassemblement national à l'UTT en décembre. Ils s'y prennent tôt pour trouver un lieu d'accueil, d'hébergement et monter le dossier de sécurité. Bien jusque là. Ils souhaitent s'installer pour un week-end dans le gymnase de l'UTT, et donc coucher environ 300 personnes dedans. Ils me demandent des conseils pour le montage du dossier. Je me pose la question suivante
: la commission de sécurité pourrait-elle imposer une surveillance permanente de la centrale incendie ou autre "détails" ce style pour ce week end là ? Nous n'avons actuellement qu'un report en télésurveillance en dehors des heures ouvrables de l'UTT...Si vous avez des conseils je suis tout ouïe.
(Attention la réglementation des locaux à sommeil est bien plus stricte que celle du type R, et on le comprend bien : il y a longtemps, nous avons utilisé des classes de l'école en dortoirs lors d'une manifestation sportive inter-établissements : nous sommes en 3ème catégorie (pas de détection) et avons dû mettre en place une équipe de vigiles en rondes permanentes avec une vue de l'intégralité des locaux concernés (classes -couloirs -
sanitaires) en permanence et des consignes spécifiques sur le rétablissement de la lumière et le respect de voies d'évacuation notamment. Il faut reconnaître que ce n'était pas confortable pour ceux qui essayaient de dormir et difficile à mettre en œuvre dans l'ambiance un peu électrique d'avant et après matches Nous avons dû faire face à l'introduction de bouteilles d'alcool dans les sacs malgré l'interdiction de la direction et avons imposé que les filles extrêmement minoritaires dans la manifestation soient logées ailleurs - Votre gymnase par rapport à nos classes offre au moins l'avantage d'être équipé de douches (...)- Un chariot avait été laissé dans un recoin : il a été utilisé dans un chahut qui s'est terminé dans une baie vitrée (heureusement sans blessure grave)- enfin et pour terminer un jeune qui avait particulièrement arrosé sa victoire est allé prendre l'air en t-shirt par -7° et y a été retrouvé en hypothermie par les pompiers.
Je pense que l'association ingénieurs sans frontières offre moins de risques de ce genre...les dispositions spécifiques aux locaux à sommeil restent toutefois effectives.2009 : Dossier administratif dans des locaux non ERP ?
Avez vous déjà été amenés à suivre l'organisation de manifestations exceptionnelles dans des locaux ne relevant pas de la réglementation ERP ? (ex : bâtiments d'administration ou exclusivement consacrés à la recherche) les procédures de déclaration auprès des services de la mairie sont-elles les mêmes que dans le cas d'un ERP ? (Quand j'étais au Muséum, les étudiants de 3ème cycle avaient organisés une soirée dansante (avec bien sûr d'autres étudiants d'ailleurs !!!)dans les locaux du restaurant administratif qui ne relevaient pas de la réglementation ERP. J'avais quand même déposé un dossier de manifestation exceptionnelle auprès de la Préfecture de Police de Paris (idem Mairie pour Paris) qui m'avait renvoyé le dossier en me disant que cela ne les concernaient pas puisque ces locaux n'étaient pas des ERP mais en me conseillant de bien suivre quand même les prescriptions réglementaires de base (installations élec correctes, surveillance, évacuation incendie ....).
Mais c'était  en 2003 !!!2009 : organisation de manifestation exceptionnelles – procédure en place
de nombreuses demandes me parviennent pour organiser des manifestations occasionnelles dans des locaux pas forcement adaptés. Je souhaiterais avoir votre retour d'expérience en la matière ? Avez-vous mis en place des procédures particulières ? Autorisations du Président pour usage de locaux (article GN6) ? consignes de sécurité ?
( avant constitution du dossier, je regarde la faisabilité du projet
*délai entre la demande et la date de la manifestation (nous essayons d'arriver à 2 mois, sauf cas particulier ce qui nous permet d'avoir le temps de résoudre les demandes complémentaires liées aux manifestations exceptionnelles)
*adéquation possible entre le projet et les locaux
*adéquation avec la politique de l'établissement (exemple, nous n'autorisons plus, en principe, de vente de boissons alcoolisées)
*pas de demande de chapiteaux sous les arbres
*pas de demande farfelues (j'ai en mémoire une demandé lors d'une manifestation sportive-handicaps, 3 jours avant la manifestation, il m'a été demandé d'obtenir l'autorisation d'installer une tyrolienne pour y accrocher des fauteuils roulant = je n'ai pas donné suite....)
*attention particulière pour les barbecues surtout en période sèches (nous devrions, en principe, n'autoriser que des barbecues électriques dans le courant de l'année)
etc.........
pour les demandes qui ne correspondent pas aux capacités de nos bâtiments, les demandes (insistantes) sont faites sous réserve de l'aval et des prescriptions de la commission de sécurité incendie (via les services de la ville de Metz)
sans oublier le principal, l'autorisation de la présidence2008 : organisation régulières de manifestations exceptionnelles
nous avons une pression de plus en plus vive pour organiser des activités en soirée et les week-ends.
de nombreuses questions se posent notamment sur :
* la Responsabilité du Président en cas d'accueil de manifestations
* l'Implication de l'Université en termes de responsabilité dans le cadre du montage des dossiers d'accueil (commission de sécurité).
j'aimerais connaître votre fonctionnement afin de pouvoir répondre au Président en ayant le plus d'exemple possible. par exemple :
- qui est chargé de représenter le Président lors des ouvertures hors cadre (obligatoirement un cadre A ou le gardien suffit ?)
- qui dans les ERP catégorie 1 et 2 se charge de l'électricité : qui est la personne qualifiée (EL 18) : forcément un électricien ou un simple personnel avec habilitation minimum type B0v
- quid de l'alcool....
etc...
évidemment si vous avez en plus des articles de règlement à opposer à vos arguments... ce serait noël avant l'heure...je ne manquerais pas de vous donner le résultat des cogitation de l'UAPV après validation
(selon l'article MS 52 du règlement du 25 juin 80 "pendant la présence du public (...) un représentant de la direction doit être présent (...)". A mon sens il faut que ce représentant soit expressément désigné par le président (ce n'est ni plus ni moins qu'une délégation de pouvoir), qu'il ait les moyens, la compétence et l'autorité pour prendre toute mesure nécessaire en cas de problèmes, je doute qu'un gardien puisse correspondre.
Concernant l'électricien je pense qu'un personnel habilité B0 V ne pourra pas faire grand chose en cas de panne électrique par exemple, je pencherais donc pour un électricien et il me semble que c'est l'interprétation qui est faite par les commissions de sécurité d'ailleurs ce texte a soulevé beaucoup d'interrogation la semaine dernière lors d'une formation de membres de CHS à Nancy...
(décidemment, c'est la mode !
à paris 13, il y a eu en octobre le 1er gala de médecine... et comme ça s'est bien passé, les demandes de soirées affluent...
1/ le president doit par écrit désigner la personne qui sera présente pdt toute la soirée et qui le représentera auprès des autorités s'il y a pb. cette délégation est jointe à la notice de sécurité envoyée à la mairie dans le cadre du GN6.
2/ électricien : effectivement, normalement un électricien de métier doit être présent. mais ça, je n'ai pas reussi à le faire respecter
3/alcool : je t'ai mis en PJ un extrait de la réglementation que je donne aux organisateurs pour leur justifier l'interdiction d'alcool fort. D'autre part, il faut demander l'autorisation à la mairie, du coup
on a intégré cet aspect dans notre notice de sécurité, que je t'ai mis également en PJ. Et enfin, on limite les quantités d'alcool (50cl/personne).
(Depuis 2 ans, le gala du Droit est organisé dans les locaux de l'Université. Une demande d'autorisation de manifestation exceptionnelle est faite, accompagné d'une notice de sécurité.
Cette notice, rédigée par l'IGE HS précise :
- le nom du représentant de la Direction (pas de bol c'est l'IGE HS) qui à possibilité a tout moment de stoppé la manifestation
- la présence durant le temps du montage et toute la soirée d'un électricien (les deux elec du site se relai)
- la vérif des install provisoire par un bureau de contrôle
- la présence d'un poste de premier secours tenue par une équipe de secouristes confirmés (croix rouge ou autre)
- la présence d'agent de sécurité incendie SSIAP1 et SSIAP2 de l'Université.
Le personnel de l'Université est rémunéré en heures supplémentaires qui sont ensuite refacturées a l'association étudiante organisatrice
Concernant l'alcool, une demande de licence provisoire est faite par l'assoc.
Une convention de mise à dispo des locaux est établie entre l'Université et l'assoc présisent notamment les modalités de mise à dispo, la remise en état des locaux, l'obligation de respecter toute les prescription de la notice de sécurité et la possibilité qu'a l'ingénieur sécurité d'annuler la
manifestation dans le cas contraire.
J'ai clairement averti mon Président que ce montage le mettait en position de co-organiateur de la manifestation en cas de bug.
(Chez nous la mise à disposition des locaux pour l'organisation de soirées même de gala a été abandonnée malgré une longue tradition. Du temps où ça se faisait :
- le représentant de la Direction était un électricien cadre B qui assumait les 2 obligations avec sur lui les n° où joindre instantanément à toute heure de la nuit le Directeur et le secrétaire général qui restaient chez eux (pas loin) s'ils n'étaient pas présents.
- un document de mise à disposition des locaux était rempli par les organisateurs indiquant:
- toutes les dispositions de sécurité mises en œuvre (demande en mairie - dossier pour comm sec - poste de secours par Croix Rouge - constitution d'un piquet de sécurité avec liste des élèves s'engageant à ne pas faire la fête, moyens de communication entre eux, briefing par l'IHS avant le montage de la manif, dispositions particulières en cas de chapiteaux : attestations de bon montage, plan de prévention pour son montage - fourniture d'extincteurs complémentaires en cas de besoin - détail des animations (on a plusieurs fois eu l'idée de faire venir des cracheurs de feu!!!) pour accord ou non (attention aux brillantes idées d'animation d'accueil sur la voie publique susceptibles d'effrayer des automobilistes...)(fonction des animations, voir autorisations spéciales pour feux d'artifice même très simples - lasers : prévenir les aéroports du
coin....etc....etc)- visite de l'alimentation électrique par bureau de contrôle avant passage de la comm sec - attestation de bon montage des sonorisateurs - Attention aux idées de restauration qui peuvent germer : j'ai eu une suggestion de frites ! - imposer une heure de fermeture (pas de petit déj ou de soupe à l'oignon à 6h00 : ça relance la fiesta de ceux qui ont vraiment besoin d'aller dormir) - PV des décorations, meubles..
- toutes les dispositions de sûreté : intervention de vigiles, videurs, condamnation des ascenseurs, condamnation des accès aux sous-sols, mais maintien des issues de secours
- composition des équipes de montage - démontage et soirée : des noms de responsables de démontage sont indispensables
- les temps d'immobilisation des salles utilisées jusqu'à restitution
- conditions de nettoyage - prévision des évacuations de déchets - balayage des parkings sur lesquels il y a eu des chapiteaux (incroyable la ferraille que l'on y retrouve)
- très important : compagnie d'assurance
- les dernières années intervention d'un chargé de sécurité extérieur pour suivi de la préparation de l'événement et présence en cours de soirée.
Ca s'est toujours bien passé (enfin il n'y a pas eu d'accident grave : les personnes trop alcoolisées étaient évacuées rapidement vers l'hôpital si les secouristes l'estimaient nécessaire - les vigiles ont évité les bagarres : il faut en choisir des bons pas des cow boys : il y a toujours des roudoudous venus d'ailleurs qui veulent profiter de la fête sans payer)
On a arrêté pour plusieurs raisons :
1) malgré tout ça nos bâtiments sont de type R 3ème catégorie et on s'est rendu compte que même en laissant 1 personne par salle chargée de rétablir la lumière et couper la musique en cas de besoin nos dispositions n'étaient pas suffisantes pour le genre de public de fin de soirée 2)l'électricien de service et le chargé de sécurité se font des cheveux blancs : entre le passage de la Comm sec et le milieu de soirée arrivent les "artistes" avec leurs montages perso, et leurs délires : on a eu un groupe jouant à Tarzan sur les mats de sonorisation devant des m3 de jeunes agglutinés à la scène...enfin bref parfois on perd la maîtrise.
3) ça abîme les locaux ...fort fort
Et je suis bien contente de ne plus avoir à gérer tout ça.2007 : gestion du dossier administratif pour les manifestations exceptionnelles organisées par des étudiants
L'université du Maine compte de nombreuses associations étudiantes qui organisent régulièrement des soirées ou des concerts. Une des ces associations disposent d'un local mis à disposition par convention par la présidence. Il est prévu d'adresser un dossier à la mairie pour demander un changement d'affectation du local (passage du R au type L). La direction propose qu’à l'avenir l'association rédige directement les notices de sécurité et les adresses à la mairie du Mans. Le président en recevra une copie pour information. De mon côté, je trouve préférable que le président continue à signer ces notices. Qu'en pensez-vous ? Autre question, la souscription d'une assurance RC par l'association suffit-elle ou doit-elle assurer le local.
(je suis d'accord avec toi pour le premier point, il y a un et un seul responsable de la sécurité incendie pour chaque ERP, conformément à l'arrêté (de mémoire) du 14 octobre 2002. Il doit donc signé ce genre de document.
(Les locaux étant sous la responsabilité du chef d'établissement, la
demande doit réglementairement être signée conjointement par le chef
d'établissement et le responsable de l'association organisatrice. Quant au déclassement de type R en L elle me semble très surprenante, les conditions étant bien plus dure en type L qu'en R. L'assurance en RC de l'association pour l'occupation de ce local devrait être souscrite pour la durée de l'occupation de ce local et non seulement pour la manifestation exceptionnelle.
(Pour ce qui est du déclassement de R en L, nous nous y orientons également pour disposer dans chaque campus d'un local adapté à ce type de manifestation sans avoir à gérer continuellement des dossiers de demande de manifestation exceptionnelle. Ils me prennent de plus en plus de temps, les commissions de sécurité demandent toujours plus de prescriptions et les délais de dépôt des dossiers en mairie deviennent irraisonnables (plus de 8 semaines alors que la réglementation prévoit 15 jours...). Le principal changement concerne l'alarme incendie qui doit être asservie à la coupure sono et à la remise en lumière du local !
(Je pense qu'au niveau du calcul de l'effectif cela change aussi beaucoup (et par là même le nombre et le sens des issues) ainsi que pour l'éclairage de sécurité car en fonction de l'effectif (de mémoire) il se pourrait que ton local doive disposer d'une source centrale ....... (coût, maintenance, tra la li et tra la la .......!!!! C'est la même chose pour le SSI, l'asservissement des PC (pour l'arrêt sono) n'est pas toujours très simple et tu pourrais avoir la désagréable surprise d'avoir a refaire l'installation électrique de ton local juste pour çà.
Est-ce que le nouveau règlement (janvier 2004) n'a pas modifié ces histoires de déclassement ou reclassement en type différent ......??
 De toute façon tu seras toujours limité par l'effectif admissible et dès que tu voudras le dépasser, il faudra faire un dossier (autant habituer les étudiants à faire des dossiers comme çà cela limitera les demandes car ils vont finir par en avoir marre ...!!)
 Je pense comme Lucien qu'il est TRES important que le R.U.S voir le Président signe les dossiers afin qu'ils soient informés et surtout qu'ils "contrôlent" ce qui se passe dans leurs locaux (attention au pb de vente d'alcool, code des douanes, contributions indirectes, cercles privé et patati et .......!!).2007 : Organiser un concert
Un de nos sites veut organiser un concert dans la cour de l'université. A quelle catégorie de la réglementation ERP dois-je me rapporter (L, PA...) ?
( Pour une manifestation à l'extérieur des bâtiments, il n'y a pas lieu à se rapporter à un classement ERP sauf si le concert en question se déroule sous un chapiteau (dans ce cas voir la réglementation CTS). Il est toujours judicieux de demander aux organisateurs d'établir un cahier des charges de leurs besoins. Cela contraint les organisateurs à préciser leur demande initiale et permet à la direction de l'établissement d'accepter ou non certains critères de la manifestation.
( Je pense qu'un passage de la Commission de Sécurité s'imposera et qu'il faudrait de toute façon demander son avis sur le type à appliquer....Même si cela se passe dans la cour il y aura du monde (combien: on peut vite se retrouver en 1ère catégorie) et des risques particuliers : podium - ponts de lumière - alimentation électrique importante et armoire électrique type armoire de chantier peut-être, qui nécessiterait l'avis d'un bureau de contrôle - Par ailleurs les bâtiments seront peut-être en partie accessibles au public ne serait-ce que pour l'utilisation des toilettes et la mise à disposition d'une loge pour les artistes. (idem si c'est une cour intérieure et qu'il faille passer par un bâtiment pour y accéder).
Autres idées en vrac :
- Le lieu choisi permet-il d'établir la lumière en cas de problème s'il y a bousculade par exemple
- Personnellement, je demanderais (fonction du public et du type de manifestation : rien à voir entre un concert hard rock et une démonstration de chants grégoriens....) la présence d'un chargé de sécurité payé par les organisateurs et agréé par la commission de sécurité
- Voir s'il y a des arbres (problème du concert de Strasbourg)
- Tenir compte de la météo
- prévoir des vigiles si l'accès à la cour est facile pour éviter les visites indésirables
- faire toutes les déclarations à la mairie à la direction....et prévenir les voisins (éventuellement les inviter s'ils risquent d'être gênés dans leur sommeil)
- imposer une heure de fermeture et une visite des lieux en fin de manifestation.2006 : dossier à donner à la mairie. Voilà le scénario : Un resp. administratif d'1 composante extérieure à Metz, me demande, pour la nième fois, de lui donner les textes qui concernent l'obligation de déposer à la mairie, une demande pour l'organisation de soirées étudiantes dans ses locaux ( ERP type R). car sa mairie ne veut pas signer l'autorisation, ne connaissant pas de texte qui le mentionne précisément. et comme ce sont les étudiants qui vont eux-mêmes à la mairie déposer ce dossier, et qui se font "jeter", ou pris pour des hurluberlus, de façon de + en + désagréable... Naturellement, je lui redis que c'est l'art. GN6 du règlement de sécurité incendie, et lui retransmets le dossier préalable d'inscription, déjà proposé et utilisé par nombreux d'entre-nous... ----------------------------- Finalement, comme les mails ne suffisent pas, on se téléphone... et on relit ensemble ce fameux art. GN 6.. et bien ???? = Grande surprise de ma part : Il n'y est pas dit que c'est à la mairie qu'on doive envoyer le dossier, ou que c'est la mairie qui donne son autorisation. ------------------------------------ Bien sûr, cet art. est pris seul, donc hors de son contexte.. et il faut relire ou re-potasser tte la législation ERP. -------------------------------------- Bref, si l'un de vs, a sous la main la réponse, merci d'avance, de tt coeur. et bonne soirée.
(La base de la réglementation n'est pas le réglement de sécurité mais le code de la construction et de l'habitation (CCH). Les articles du CCH qui nous interessent sont les articles R.123-1 à R.123-55 Ces articles sont disponibles au début du livre de France sélection sur le Réglement de sécurité contre l'incendie relatif aux ERP ou sur légifrance Parmi ceux-ci : L'article R.123-12 indique que c'est le réglement de sécurité (où se trouve le GN6) qui indique les conditions d'application des règles. L'article R.123-27 indique que Le maire assure en ce qui le concerne l'exécution des dispositions du présent chapitre (articles R.123-1 à R.123-55) donc le maire doit appliquer les dispositions des articles R.123-1 à R.123-55 donc l'article R.123-12 donc le GN6 CQFD2005 : Quelles autorisations obtenir avant une soirée interne à une école ? Auprès de qui?

( (Ministère) Le dernier alinéa de l'article L. 811-1 du code de l'éducation autorise la mise à disposition de locaux au profit des usagers du service public de l'enseignement supérieur par les établissements pour l'exercice de leur liberté d'information et d'expression à l'égard des problèmes politiques, économiques, sociaux et culturels et prévoit que les conditions d'utilisation de ces locaux sont « définies, après consultation du conseil des études et de la vie universitaire, par le président ou le directeur de l'établissement, et contrôlées par lui ».

L'organisation d'une soirée dans les locaux de l'école, qui peut sembler en marge des modalités d'utilisation normale des locaux d'un établissement public d'enseignement, nécessite pour les organisateurs d'en obtenir l'autorisation expresse de la part de la direction de l'établissement. L'article 18 du décret n° 2000-271 du 22 mars 2000 portant organisation des écoles nationales d'ingénieurs confie au directeur de l'école la responsabilité du maintien de l'ordre et de la sécurité dans les enceintes et locaux affectés à l'école. II précise également que si les locaux affectés à l'école ne sont pas distincts de ceux d'un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel (EPSCP), cette responsabilité est exercée par le président ou le directeur de I'EPSCP.

Les organisateurs doivent donc solliciter soit du directeur de l'école soit du président ou directeur de l'EPSCP l'autorisation préalable de réaliser la soirée en communiquant tous les éléments d'information (nombre de participants, activités prévues, modalités d'organisation de ces activités, ...) qui permettront de vérifier que le respect des règles de sécurité et de maintien de l'ordre est assuré. Les organisateurs devront également apporter la garantie qu'ils ont obtenu l'autorisation des titulaires des droits de diffusion en public de la musique ou, le cas échéant, des oeuvres audiovisuelles et cinématographiques, écartant le risque d'actions en contrefaçon à l'encontre de l'établissement. II appartient au directeur de l'école ou au directeur de l'EPSCP de fixer précisément les limites aux activités possibles et de contrôler leur respect comme l'interdiction de la vente ou de la consommation d'alcool ou d'autres substances davantage prohibées. Dans le souci de responsabiliser les organisateurs de tels évènements, il pourrait être utile que l'autorisation écrite préalable donnée par l'établissement énumère le champ de l'autorisation et impose aux organisateurs d'en assurer le respect.2004 : Journée du patrimoine : Le musée des arts et métiers possède des réserves en banlieue qui "selon la déclaration du chef d'établissement et conformément à sa vocation de réserves ne reçoivent simultanément pas plus de 19 personnes".  Le bâtiment n'est donc pas classé comme ERP et selon l'article PE 2 et son§2, les réserves donc sont seulement assujetties aux dispositions des articles PE 26 et 27. Il arrive de recevoir de temps en temps des groupes (que pour des raisons pratiques nous limitons à 15 personnes). Compte tenu du §2b du GN 1, et du §1 du PE 3, je ne compte pas le personnel (ils sont 16) je reste donc en dessous de 20 personnes reçues et je n'applique que les PE 26 et 27. Cependant, il y a une volonté d'ouvrir les réserves au public pour les journées du patrimoine. Ici, il y aura bien plus de personnes qu'un groupe de 15 ... on bascule donc normalement en erp 5e catégorie. Comment gèreriez-vous le cas : dossier à la préfecture style ouverture exceptionnelle de locaux ou bien quelque chose de plus compliqué ?
(Si lors de l'ouverture au public pour les journées du patrimoine l'effectif du public permet de rester en 5eme catégorie il n'y a pas à priori d'autorisation à demander ( article R. 123-14 du CCH). c'est indiqué sur le site de la préfecture de l'Yonne :  HYPERLINK "http://www.yonne.pref.gouv.fr/Defense%20et%20securite/Defense%20Securite/Securite/Commissions/Ouverture%20au%20public.htm" http://www.yonne.pref.gouv.fr/Defense%20et%20securite/Defense%20Securite/Securite/Commissions/Ouverture%20au%20public.htm Si l'effectif du public entraîne un classement dans le premier groupe il faut faire une demande d'autorisation d'ouverture. Dans tous les cas il faut s'assurer que les dégagements, éclairage et autres dispositions permettent d'assurer  la sécurité du publicOrganisation d’un gala : Suite à l'expérience de 2 galas centrale paris (5000 personnes), je me permets de conseiller de dissocier ces 2 fonctions (agent de sécurité et secouriste) et de demander à la croix-rouge de t'aider : l'agent de sécurité s'avère très utile en cas d'échauffourées (situations plutôt classiques lors de galas bien arrosés) et peut rapidement se retrouver dépassé par la situation, surtout s'il a encore un malaise à traiter en supplément. D'autant plus qu'ils ne seront que 3 apparemment et qu'il y a très certainement plus d'une entrée/sortie à surveiller, enfin j'espèreUtilisation exceptionnelle des locaux : Dans mon (petit) établissement (= 500 étudiants), les manifestations exceptionnelles se multiplient. Alors j'ai élaboré une fiche type qui permet au mieux de gérer l'évènement. La fiche "avant-projet sommaire" m'est transmise puis avec le porteur UNIQUE du projet nous remplissons la fiche "avant-projet définitif" qui est soumis à l'avis du Directeur. En fonction de l'ampleur du projet (et surtout des délais) (toujours trop courts) nous envoyons à la Mairie une demande d'utilisation exceptionnelle des locaux. Cette dernière transmet le dossier à la commission de sécurité qui généralement passe un coup de fil ou répond par courrier. La commission se réunissant tous les 15 jours, le dossier doit être envoyé bien longtemps avant pour être étudiéPrésence d’un électricien lors d’une manifestation exceptionnelle : Dans le dossier de demande d'autorisation pour l'organisation de manifestations exceptionnelles, nous avons demandé qu'un électricien soit obligatoirement présent et de permanence pour toute manifestation ayant lieu en période hors temps ouvrable. Hors cela pose parfois des problèmes aux organisateurs qui n'ont pas forcément les moyens d'avoir un électricien sur place. Les articles GN6 et R3 ne parlent pas de cette obligation de présence de l'électricien. par contre, dans l'article EL 13 §2 § 2, il est dit. "Dans tout établissement de 1ère ou de 2ème catégorie, la présence d'une personne qualifiée est requise pendant la présence du public pour assurer, conformément aux consignes données, l'exploitation et l'entretien journaliers. Une telle mesure peut être imposée après avis de la commission de sécurité dans les établissement de 3ème et 4ème catégorie si l'importance ou l'état des installations électriques le justifie. " (nos locaux sont en 1ere catégorie).
( Je me suis récemment posé la question à l'occasion d'une demande de soirée organisée par une asso de l'IUFM....puis l'ai soumise au responsable du service prévention de la mairie. Réponse de mon interlocuteur : Vous êtes dans un ERP du 1er groupe (en l'occurrence un R2), par conséquent la commission de sécurité exigera la présence d'un technicien qualifié (sans autre justification de sa part). D'une manière générale et sans trop me pencher sur les textes (sauf rappel systématique du GN6), j'exige moi-même un technicien lors des demandes de validation qui me sont adressées, même si je ne méconnais pas les difficultés de trouver un agent susceptible d'être volontaire après sa (dure) journée de travail!
( Pour ma part Je pense que notre obligation est d'avoir sur place une personne habilitée pour intervenir sur les installations électriques afin de faire les manœuvres de base en cas d'incident (principalement comprendre l'origine du défaut, intervenir et réenclencher si un circuit a disjoncté). Il me semble donc que la qualification d'électricien n'est pas requise
( Chez nous, nous exigeons qu'un électricien (de l'entreprise extérieure qui nous lève les prescriptions du contrôleur électrique) vienne juste avant la manifestation exceptionnelle vérifier toutes les installations en relation avec cette manifestation. Il nous fait un rapport écrit de conformité des installations ajoutées. La personne représentant l'administration sur les lieux n'est forcement électricien mais possède une habilitation, elle est donc capable de gérer en principe les problèmes sur le champ. Pour les manifestations très importantes ou a gros risques, la mairie ou parfois la commission de sécurité nous impose un électricien pendant toute le durée de le fiesta.Manifestation sportive exceptionnelle : grandes manifestations ou grands rassemblements il y a un texte Référence CIR NOR/INT/E/00157 C du 20 avril 1988 du ministère de l’intérieurNombre de déclaration de manifestation exceptionnelle limitée par an ? A la fin de l'avis favorable donné par le préfet de la Seine-st-Denis pour les disposition prise lors de la fête de l'université ou je travaille, (en date du 5 avril dernier), se trouvait cette phrase : "l'utilisation exceptionnelle des locaux est limité à 2 fois par an. Si cette périodicité est supérieure à la limite fixée ci-dessus, il conviendra d'établir un cahier des charges avec toutes les configurations envisagées et les mesures propres à assurer la sécurité du public, à chaque utilisation". Cela nous a d'ailleurs étonné, moi et mon interlocuteur à la mairie.
( Nous avons aussi eu ce type de demande de la part de la Préfecture de Police concernant les "soirées privées" organisées dans la Grande Galerie. En fait, après discussion, la Préfecture nous a avoué que c'était pour limiter le travail de son personnel , trop de dossiers soit-disant à étudier !!!! Cela n'a en fait aucun caractère réglementaire !!! Ce que nous avons fait est donc un cahier des charges pour des soirées "type" (qui sont les plus courantes et toujours dans la même configuration). Quand celles-ci sortent de l'ordinaire de ces soirées type, nous envoyons quand même un dossier de manifestations exceptionnelles à la Préfecture.Déclaration de manifestation exceptionnelle : cas où on les déclare ? (pour moi, un colloque scientifique organisé par l'université dans ses propres bâtiments ne peut constituer une ME ou alors tu vas embouteiller la mairie de demandes d'autorisation quasi permanentes. Cela ne t'empêches pas, bien-entendu, de prendre des mesures de sécurité en interne, surtout si cela risque de déborder des horaires habituels d'ouverture des locaux. Personnellement, je pense qu'il faut réserver les déclarations aux manifestations à "hauts risques" genre concert (payants ou gratuits) avec installations lourdes (conformité des équipements,...), barbecues estudiantins et autres agapes qui peuvent générer (à l'expérience) des situations à risques (incendie, alcoolémie, voire agression....). etc... Dans tous les cas, il est indispensable de requérir l'autorisation préalable du Pdt.Arbre de noël : Suite à plusieurs demandes concernant l'article AM 19 sur les arbres de Noël, voici quelques éléments d'explications, notamment sur le paragraphe 4 : § 4. (Arrêté du 24 janvier 1984.) " Les objets de décoration doivent être en matériaux de catégorie M4. "L'arbre étant lui-même classé en M4, il est inutile de demander une réaction au feu de meilleure qualité pour la décoration. Il est par contre interdit d'y mettre des objets de décorations non classés, tels que des guirlandes en papier par exemple.Puisque le papier est classé parmi les matériaux " très facilement inflammables".Cette catégorie de matériaux étaient autrefois classés "M5 matériaux :  très facilement inflammables", actuellement cette catégorie n'existe plus, ces matériaux sont dits non classés (N.C.).Alcool, drogue2005 : Si, à l'issue d'une soirée interne à une école, un participant ivre ou ayant consommé de la drogue cause un accident mortel, quelle est la responsabilité du chef d'établissement ? Celle du président du BDE ?

( (Ministère) Le traitement de cette question, uniquement sous l'angle du droit pénal général, pourrait être utilement complété par les quelques éléments suivants.

S'il est établi que les instances de l'école avaient connaissance de la vente ou de la distribution d'alcool ou d'autres substances classées comme stupéfiants et qu'elles n'ont pris aucune mesure, une faute peut leur être reprochée et leur responsabilité recherchée.

Si la soirée, même n'intéressant que des élèves de l'école, s'est déroulée en dehors de l'établissement, il ne m'apparaît pas que la responsabilité du chef d'établissement puisse être recherchée, lorsqu'elle n'est pas organisée par l'école elle-même.

Les précisions suivantes peuvent être apportées quant à la responsabilité pénale d'une personne conduisant sous l'influence de l'alcool et aux modalités d'indemnisation des victimes des accidents de la circulation.

Les délits de conduite sous l'influence de l'alcool et de substances ou plantes classées comme stupéfiants sont définis et sanctionnés aux articles L. 234-1 et suivants et L. 235-1 et suivants du code de la route. S'il s'agit effectivement d'un délit intentionnel, le délit de conduite en état d'ivresse ne relève pas d'une application des dispositions de l'article L. 121-3 du code pénal mais de celle des dispositions précitées du code de la route.

Outre les dispositions du code des assurances, l'indemnisation des victimes des accidents de la circulation relève de la loi n° 85-677 du 5 juillet 1985 modifiée tendant à l'amélioration de la situation des victimes d'accidents de la circulation et à l'accélération des procédures d'indemnisation dite « loi Badinter » reprise en partie à l'article L. 122-1 du code de la route. Cette loi a eu pour objet d'assurer l'indemnisation des victimes, directes et indirectes, indépendamment de la mise en cause de la responsabilité pénale du responsable de l'accident. Cette loi s'applique dans les cas d'accidents de la circulation impliquant un véhicule terrestre à moteur. L'indemnisation de la victime ou/et de ses proches est en principe assurée même dans le cas où le responsable de l'accident est décédé.2005 : La vente d'alcool dans les établissements est-elle autorisée ou interdite ? Sous quelles conditions ?
( (Ministère) II m'apparaît certain que la vente d'alcool dans les établissements ne doit pas être encouragée, ce type de prestation étant sans lien avec la spécialité des établissement publics d'enseignement supérieur.

De même, la présence d'affiches sur le campus universitaire faisant référence ou représentant le logo de marques de boissons alcoolisées ou de sociétés qui les fabriquent ne doit pas être acceptée.

En effet, aux termes de l'article L. 3323-2 du code de la santé publique, la propagande ou la publicité en faveur de boissons alcooliques n'est autorisée que dans des cas limitativement énumérés qui ne comprennent pas les établissements publics d'enseignement supérieur. Cet article précise que « toute opération de parrainage est interdite lorsqu'elle a pour objet ou pour effet la propagande ou la publicité, directe ou indirecte, en faveur de boissons alcooliques », l'article L. 3323-3 disposant « qu’est considérée comme propagande ou publicité indirecte la propagande ou publicité en faveur d'un organisme, d'un service, d'une activité, d'un produit ou d'un article autre qu'une boisson alcoolique qui, par son graphisme, sa présentation, l'utilisation d'une dénomination, d'une marque, d'un emblème publicitaire ou d'un autre signe distinctif, rappelle une boisson alcoolique ».

En conséquence, des étudiants qui dans le cadre d'activités associatives organisent des évènements dans les locaux de l'établissement, ne sauraient être autorisés à diffuser des affiches ou des plaquettes comportant une publicité directe ou indirecte en faveur de boissons alcooliques.Boisson alcoolisée : Pour ceux qui suivent de près leur manifestation exceptionnelle avec tous les tenants et aboutissants, je vous informe qu'un nouveau texte est paru le 17/11/01 relatifs aux dérogations temporaires d'ouverture des débits de boisson dans les installations sportives (je ne l'ai pas lu).Rayonnements non ionisantWi-fi2008 : Wi-fi : psychose du personnel (suite)
L'installation (sans concertation aucune) de bornes wifi commence à faire réagir les personnels et les syndicats. Je crains que le Pdt me demande de répondre aux inquiétudes de mes collègues (chose que j'ai déjà faite en réponse à un premier courrier). Le problème c'est que je partage ces même inquiétudes et m'insurge contre le gaspillage que représente cet investissement (comment
justifier la pose d'une borne dans l'atelier ?).
Comment géreriez vous cette situation : votre point de vue personnel prend le dessus, ou vous faites fi de vos convictions (quitte à produire un document manquant cruellement d'arguments techniques). La conséquence la plus évidente et de se mettre le Pdt à dos, avec toutes les répercussions qui en découlent ...
(documentation sur le site de l'OMS :
 HYPERLINK "http://www.who.int/peh-emf/fr/index.html" http://www.who.int/peh-emf/fr/index.html HYPERLINK "http://www.who.int/peh-emf/publications/riskfrench/fr/" 
 HYPERLINK "http://www.who.int/peh-emf/publications/riskfrench/fr/" http://www.who.int/peh-emf/publications/riskfrench/fr/
 HYPERLINK "http://www.sante-radiofrequences.org/" http://www.sante-radiofrequences.org/ => fondation santé et radiofréquence 
Quels industriels participent au financement de la Fondation ? Huit industriels ont contribué à la création de la Fondation :
-des constructeurs : Alcatel-Lucent, Ericsson France et Motorola,
-des opérateurs français de téléphonie mobile : Bouygues Telecom, Orange France et SFR,
-des opérateurs de télédiffusion : TDF et Towercast
cela permet de connaître avant de les avoir lu l'appréciation sur les risques pour la santé (ÔOOH la mauvaise langue !!!!! )
(Cette question a été abordée par le CHS de l'Université de Caen (des agents de la BU sont inquiets de la présence de bornes wifi et l'ont signalé dans le registre hygiène et sécurité). La Présidente a proposé d'adresser un courrier au ministère demandant les éventuelles mesures de prévention qui seraient à prendre (le rapport de l'AFSSET étant prévu fin d'année). Cette proposition a été validée par les membres du CHS et le courrier est parti voilà quelques jours . Je vous tiendrai informés de la réponse!
(Dans mon université comme dans beaucoup d'autres apparemment, des personnels s'inquiètent surtout quand la borne se trouve dans (ou très proche) le local de travail. Pour tenter de lever les inquiétudes, l'université de Nice a fait réaliser des mesures de champs électromagnétiques par la société APAVE (Marseille). Il s'agit d'une mesure de champs globale de 100 Khz à 3000 MHz. Ensuite avec un spectromètre le contrôleur peut discriminer par bande de fréquence et voir la contribution de chaque gamme dont le WIFI qui se situe vers 2400 MHZ. Les valeurs obtenues en V/m sont comparées aux seuils réglementaires du travailleur de la directive européenne 2004/40/CE du 29/04/2004 et au décret n°2002-775 du 03/05/2002 qui fixent les seuils pour le public. Les mesures sont en plus extrapolées par rapport à un trafic maximum puisque le champs émis dépend de l'importance du trafic.
La conclusion des mesures réalisées dans deux locaux situés à proximité d'antennes WIFI de marque CISCO et de type ANT 2560 est la suivante : "la mesure spectrale a été réalisée au niveau du bureau..., le cumul des émissions, en considérant un trafic maximum sur les émetteurs radiotéléphones, équivaut à un champ électrique total de 0,5 V/m soit environ 85 fois inférieur à la limite minimale d'exposition (28 V/m protection du public) soit environ au moins 100 fois inférieur à la limite minimale d'exposition (61 V/m protection des travailleurs). Le champ émis, à trafic maximum, par les émetteurs WIFI est à 0,48 V/m soit 58 fois inférieur
à la limite d'exposition 28V/m (protection du public) soit 127 inférieur à limite d'exposition 61 V/m (protection des traveilleurs)"
Donc il ne semble pas y avoir de problème en l'état actuel des connaissances et de la réglementation avec le WIFI (du moins pour ces types d'antenne) vu qu'on est très en deçà des seuils réglementaires expositions du public ou du travailleur aux champs électromagnétiques.
(petite chose amusante concernant les bornes WIFI. Des personnels de Bibliothèque m'ont fait part de leur inquiétude face à une borne WIFI présente à proximité immédiate de leur bureau
Sur 5 personnes présentes dans ces bureaux 3 ont des symptômes étranges (maux de tête, vertiges....) venant selon elles de la borne WIFI. Seulement il y a un souci : cette borne a été déconnectée il y a quelques semaines à leur demande mais sans qu'on les préviennent ! Alors ? Maladie imaginaire? inconscient qui provoque les symptômes ? Qu'en pensez vous ?
(Je pense que  les problèmes de WIFI sont à rapprocher du syndrome des bâtiments malsains.  Les agents  sont inquiets  et estiment  que  leur environnement de travail  n'est pas sûr.  S'ils ne sont pas rapidement rassurés,  si de plus ils ont la perception de conditions de travail insatisfaisantes (hygrométrie, température, renouvellement d'air) , il peut se produire un phénomène de sensibilisation et de contagion communautaire. De nombreux agents vont présenter des symptômes divers (céphalées, fatigue, irritation, ...) . Les agents sont comme "sensibilisés" et certains peuvent devenir réellement malade.2008 : installation d’une borne wi-fi – psychose du personnel
Depuis janvier dernier, les personnels des BU de notre université me pressent de questions concernant la WIFI et ses prétendues dommages sur la santé. "L'affaire" de la BNF les a dopés, la BNF ayant décidé de supprimer tte s les bornes WIFI ds ses locaux. Bien que ne ressentant pas de maux de temps ou autres malaises comme à la BNF, ces collègues stressent, voire "psychottent" ... Etes-vous confrontés à ce type de "psychose" ? Que conseillez-vous en pareils cas ?
(J'ai été confronté à une situation similaire. Le conservateur d'une BU a alerté le Pdt sur l'installation généralisée des bornes wifi dans l'université (et ce, sans avis du CHS !). J'ai rédigé la réponse pour le Pdt alors que je suis plutôt de l'avis du conservateur.
(Même type d'interrogation à Besançon de la part de certain personnel. Nous avons évoqué le sujet en CHS. La réponse du SG a été : - pas de certitudes quant aux risques - les universités sont "notés" en fonction du nombre de bornes déployées donc, on continue à déployer2007 : danger du Wifi
L'université va prochainement installer des bornes wifi. Le conservateur d'un BU alerte le Pdt sur les conséquences encore méconnues des ondes pulsées et sur la fréquence utilisée. Le pdt souhaite faire une réponse officielle. J'ai lu dans la newsletter du Journal de l'Environnement que certaines universités (canadiennes) ont proscrit l'installation de bornes wifi sur la base du principe de précaution.Qu'en est-il chez vous et quelles sont les arguments développés par les installateurs pour rassurer les personnels exposés ?
(L’Union Européenne appelle pour une action urgente sur les rayonnements micro-onde Dimanche 16 Septembre 2007 par Geoffrey Lean - THE INDEPENDENT(Uk) - Traduction :  HYPERLINK "http://www.next-up.org/" \t "_blank" www.next-up.org L’organisme de contrôle au sommet de l’Europe lance un appel pour une action immédiate pour réduire l’exposition au rayonnement du Wifi, des téléphones mobiles et de leurs pylônes. Il suggère qu’un délai pourrait conduire à une crise sanitaire similaire à celles causées par l’amiante, la cigarette et le plomb dans l’essence. L’avertissement, de l’Agence Environnementale Européenne (EEA) fait suite à une revue scientifique internationale qui conclut que les limites de sécurité fixées pour le rayonnement sont « des milliers de fois trop indulgentes », et un rapport officiel britannique de la semaine dernière qui conclut qu’elles ne pourraient pas exclure le développement de cancers venant de l’utilisation de téléphone portables. Le Professeur Jacqueline McGlade, la directrice administrative d’EEA, a dit hier : « La recherche récente et les revues de la littérature (relectures) sur les effets à long terme des rayonnements venant des télécommunications du mobile suggèrent qu’il serait prudent pour les autorités de la santé de recommander des actions pour réduire les expositions, spécialement envers les groupes vulnérables, tels que les enfants. » L’initiative d’EEA va augmenter la pression sur les gouvernements et les organismes de santé publique pour qu’ils prennent des mesures de précaution pour prévenir les rayonnements électromagnétiques de s’étendre rapidement avec les nouvelles technologies. Le gouvernement allemand est déjà en train de conseiller ses citoyens d’utiliser les connections Internet avec câble au lieu du Wifi et les lignes téléphoniques plutôt que les téléphones mobiles. La revue (relecture) scientifique, produite par le ‘International Bio Initiative Working Group‘ (Groupe international de travail Bio Initiative) composée de scientifiques de premier plan et d’experts dit que « l’exposition à de nouvelles sources a crée des niveaux sans précédent de champs électromagnétiques artificiels qui couvrent toutes les zones de l’espace habitable sur Terre, causant une exposition cumulative et à long terme à des rayonnements massifs et accrus qui sont sans précédent dans l’histoire humaine. » Elle dit : « On a besoin de corrections dans la façon dont nous acceptons les tests et le déploiement les technologies de façon à prévenir les problèmes de santé de nature globale.
(Le principe de précaution n'a pas été retenu à l'UFC. Le discours a plutôt été : "il n'y a pas de preuve formelle du danger... donc on installe". Pour rassurer une personne qui s'inquiétait, on a juste déplacé une borne de quelques centimètres pour qu'elle ne soit pas dans son bureau. Une façon d'acheter la paix. Un extrait du CHS où le problème a été évoqué suite à une remarque notée sur les registres hygiène-sécurité (une borne faisait du bruit) : "Les nuisances sonores de la borne WIFI défectueuse ont cessé car la borne a été arrêtée. Elle va être changée. Mme RACOIS indique la crainte des personnes se trouvant à proximité vis-à-vis de ces ondes. Aucune étude à ce jour ne permet de confirmer ou d’infirmer la crainte des personnels. Selon M X toutes les ondes peuvent alors être mises en accusation (téléphone, micro-ondes…). La décision d’installation du WIFI est une résultante des demandes du Ministère d’implantation du WIFI dans les établissements d’enseignement supérieur. Mme Y précise que l’effet des ondes dépend de la distance entre l’émetteur et les usagers. M X demande que soient appliquées les lois et pas plus. La décision de couvrir un maximum de zone a été prise au sein de l’UFC."2005 : mise en place d’un reseau par Wi-Fi : Nous sommes en train de mettre en place le cartable électronique pour les étudiants de l'école. Celà implique la mise en place d'un réseau local sans fil à haut débit (par Wi-Fi), pour relier les ordinateurs portables. Le transport de ces informations se fera naturellement par des ondes magnétiques à des fréquences très élevées de quelques G Hz. Si  vous avez été confronté à cette installation dans votre établissement, merci de me donner les réglementations applicables, je pense aux niveaux d'exposition (les rayonnements), à la proximité des bornes qui seront installées, ... D'avance merci pour vos infos.
(Les risques liés au WiFi - 9 septembre 2004 :  HYPERLINK "http://oasi.ac-aix-marseille.fr/article136.html" http://oasi.ac-aix-marseille.fr/article136.htmlRMN2006 : risque lié à une installation RMN j'ai un labo qui veut installer 2 appareils de RMN. quid des précautions particulières et des règles techniques d'installations ? est-ce que quelqu'un a déjà traité ce genre d'installation ?
( Ce type de matériel est maintenant très sécurisé.
Toutefois le fournisseur devra dans son cahier des charges indiquer le
risque du au rayonnement, le blindage des aimants. Il faudra malgré tout
prévoir une zone interdite au public dans le proche environnement:
signalétique au sol. Sur la porte du laboratoire prévoir les pictogrammes
informant tout utilisateur et visiteur.
Par ailleurs une formation et information: manipulation de liquides
cryogéniques (azote et hélium liquide) devra être faite à l'attention des
manipulateurs.
( Attention au poids de l'appareil.
Prévoir éventuellement de l'installer sur une poutre porteuse avec une plaque de répartition.
( Demander au fabiquant qu'il vous donne la cartographie des champs magnétiques autour du centre magnétique de l'appareil de manière à pouvoir délimiter la ligne des 5 gauss, valeur du champ magnétique statique au-delà de laquelle il peut y a voir des risques pour les porteurs d'implants électroniques (pacemakers, etc) mais aussi pour les porteurs d'implants ferromagnétiques (broches, sondes, hanche artificielle, prothèses, etc). Attention aussi aux personnes qui ont des éclats métalliques dans le corps (suite à un accident. Exemple : mécaniciens qui peuvent avoir des éclats métalliques près des yeux).
Une fois l'appareil installé et mis en service, le fabriquant doit vérifier (par des mesures) que les périmètres de sécurité correspondent bien à la cartographie théorique (à préciser dans le cahier des charges).

Concrètement, il faut :

- interdire l'entrée d'une salle de RMN à tout porteur d'implants électroniques ou d'implants ferromagnétique (il existe une signalétique particulière - voir le fichier joint).

- Il faut délimiter la zone des 5 Gauss à l'aide d'un marquage au sol (peinture) ou à l'aide d'une chaîne en plastique et généralement, on délimite aussi la zone des 10 gauss (seuil au-delà duquel il ne faut absolument pas porter d'objets métalliques sur soi. Risque de projection d'objets à grande vitesse et donc de heurt et même d'arrachement)


La ligne des 5 Gauss peut être située tout prêt du centre magnétique de l'appareil (quand la bobine supra est blindée. Ce qui est le cas des appareils modernes). Elle peut aussi être située à 3 voir 4 mètres autour du centre magnétique (ce qui est le cas pour les bobines les plus puissantes et non blindées)...

Tout ça, c'est pour le risque lié au champ magnétique intense. A noter qu'il faut aussi éviter d'installer des postes de travail permanent autour (genre bureaux à l'étage au-dessus surtout si le volume des 5 gauss est important et sort de la pièce...). S'il y a des bureaux aux alentours s'assurer que l'on est en-dessous des 5gauss et même que les limites définies par la directive européenne sont respectées (Cf Puiblication INRS sur les champs magnétiques statiques). La non perturbation des écrans d'ordinateurs (à tube cathodique. Attention, pas les écrans plats) peut être un critère.

Ensuite, il faut penser au risque d'asphyxie lié à la présence d'Hélium et d'Azote liquide dans l'appareil (ça sert à conserver la bobine à très basse température pour assurer la supraconductivité).

Il faut considérer le rapport volume de liquides présents dans l'appareil/volume de la pièce, en reprenant les formules du taux d'oxygène (Cf. un précédent fichier).

Si le volume est insufisant, il faut prévoir :

- Un système de ventilation mécanique susceptible d'évacuer toute émission de gaz lors des opérations de remplissage de l'appareil. Prévoir l'hypothèse d'un accident de remplissage (déversement accidentel lors du remplissage)et calculer le débit de la ventilation en fonction de cette donnée

- Prévoir également la survenue possible d'un Quench. Un Quench survient lorsque la bobine supraconductrice de l'appareil se réchauffe brutalement au point que l'hélium et l'azote contenus dans l'appareil s'évaporent brutalement. Ça peut arriver si un objet métallique entre accidentellement en contact avec l'appareil (même petit...) (ce qui peut perturber la bobine...)... D'où la nécessité de délimiter cette fameuse ligne des 5 Gauss au-delà de laquelle il faudra absoliment ne pas porter d'appareils métalliques sur soi.

Un Quench peut aussi arriver si la bobine n'est pas bien entretenue (cuve pas remplie à temps comme le prévoit le fabriquant). D'où la nécessité de consignes d'entretien et de l'existence d'une organisation pour cet entretien(personne désignée et formée).

Les Quench sont rares mais lorsqu'ils surviennent, tout l'hélium liquide contenu dans l'appareil est relargué en quelques minutes dans la pièce d'où un risque d'asphyxie mais aussi un risque de surpression importante si le volume de la pièce n'est pas suffisant.

C'est pour cela que :

-1 les portes d'une salle de RMN doivent toujours s'ouvrir vers l'extérieur de la pièce (dans le cas contraire, impossibilité d'évacuer si la surpression est trop élevée

-2 il faut prévoir l'installation d'un conduit d'évacuation relié directement à l'appareil et permettant d'évacuer vers l'extérieur les gaz émis en cas de Quench.


Il y a toute une gamme de solutions entre celle que je viens de vous indiquer et la solution minimale et la moins coûteuse (tolérée uniquement dans le cas de la mise en sécurité d'une salle existante) et qui consiste, au minimum, à avoir des ouvrants qui pourront s'ouvrir en cas de surpression importante, une ventilation mécanique avec alarme et éventuellement à 2 vitesses (1 vitesse pour la ventilation permanente et courante et une vitesse supérieure dans le cas d'un Quench, à mettre en route par une commande manuelle située à l'extérieur de la pièce), l'utilisation d'un détecteur d'oxygène portable avant toute entrée dans la pièce, une consigne affichée indiquant les précautions à prendre en cas de Quench (s'assurer que la ventilation fonctionne quand on entre dans la pièce, quitter la salle en cas de Quench, fermer la salle et indiquer par un panneaux l'interdiction d'entrer en raison du Quench ; ne pas réintégrer les locaux tant que le taux d'O2 est en dessous de 17%...).
Enfin, penser à la charge au sol (calcul à faire faire par un ingénieur structure d'un BE ou d'un BC).
( J'oubliais, le Quench se repère très facilement : bruit et fumées massives s'échappant de l'appareil.
( En plus de la portance au sol, de la signalitique à la porte du labo. Il faut matérialiser au sol le périmetre des 5 mT (50 Gauss), 1 mT et 0,5 mT. Ne pas installer à l'intérieur de la sphère (ellipsoide) des 0,5 mT des zones permanentes de travail : console de commande, ordinateur
d'acquisiition de données, bureau ou des zones de passage: circulations extérieures ou une autre installation RMN. Faire attention à l'étage supérieur. Les deux périmetres 0,5 mT des deux appareils ne doivent pas se recouvrir. Avec les appareils, nouvelle génération, blindés, les périmetres sont moinslarge que ceux des appareils installés il y a une dizaine d'année. On trouve
les données dans les notices, caractéristiques techniques des appareils. En raison de la présence de fluides cryogèniques, installer un controleur de taux d'oxygène avec alarme et consigne sur la porte d'entrée. Faire attention aux matériels ou accessoires utilisés par les chercheurs dans la zone de champ intense. Ce matériel doit etre amagnetique : escabeau, réservoir cryogénique, canne de transfert, ....mobilier, outils,...; Attention aux extincteurs, ceux ci ont une carcasse en acier et peuvent etre attirés par l'aimant. Le local recevant les appareils de RMN sera de préference en rez de chaussée proche de l'aire de livraison ou de(s) citerne(s) de liquide cryogéniques pour eviter des trajets longs et pénibles aves des réservoirs de 200 L. Il faudra également privilégier un reservoir de transport de liquide cryogènique trapu avec une embase large plutot que haut et longiligne.
( Un dernier point , faire visiter l'installation aux pompiers si vous avez des relations avec eux , ça peut éviter des accidents.
( A prendre aussi en considération : le stockage éventuel des  produits chimiques nécessaires au fonctionnement de l'appareil : - y a les échantillons à analyser (solutions liquides ds des tubes en verre - diamétre 5 mm), - peut-être l'acétone pour nettoyer ces tubes après usage ? ( = à faire ds 1 local à part) - y a le solvant utilisé ( chloroforme deutérié =  2 ou 3  flacons de 0,5 l prévoir une salle attenante de préparation ? et / ou une armoire réfrigérée..
(Je signale que selon le document INRS ED 785. Les VLE varient de quatre ordres de grandeur entre 0 et 10 000 hertz, dépendant à peu près de l'inverse de la fréquence du champ magnétique. "En l'absence de données précises, il est recommandé de la réduire d'un facteur 10" en ce qui concerne les salariés portant un implant cardiaque. On observe que cela concerne les agents exposés dans un local RMN mais aussi des nettoyeurs de vitres à l'extérieur du local, des agents intervenant à l'étage supérieur ou inférieur, les entreprises en général ... en particulier des visiteurs ou stagiaires dont certains peuvent être très jeunes (< 25 ans). Portent-ils un implant? Est-on assuré de leur aptitude médicale préalable? Les remarques sur les matériaux constituant les outils sont pertinentes. Le marquage des zones de champ n'est pas règlé par les pictogrammes sur les accès. La valeur la plus restrictive est de 50µT, quand la fréquence dépasse 1500 Hz  environ (voir la courbe). Les farraillages de parois en béton sont des mirroirs EM, les éléments métalliques plans sont parfois des réflecteurs: une mesure du champ réél par organisme agréé est plus pertinente qu'une abaque commerciale ou de manuel universitaire comme on en trouve. Document Unique et consignes adaptées sont de rigueur: comme par hasard dans le champ de la prévention!Antenne relais2007 : installation d’une antenne sur un toit. Risques pour le personnel
on me pose la question suivante : Une antenne placée sur un toit est alimentée par une puissance de 250 W crête (la fréquence des antennes est aux alentours de 30 MHz). Je m'interroge sur l'influence éventuelle des champs engendrés sur les personnels situés dans ce bâtiment. Merci de me préciser ce qu'il en est par rapport aux normes en vigueur. Avez vous quelques éléments à me fournir sur la réponse à apporter.
(je ne suis pas spécialiste mais je me souviens du principe suivant :
Il faut connaître la fréquence de l'émission correspondante.
Grande longueur d'onde = peu de danger
petite longueur d'onde = danger
(2 sites intéressants [agence nationale des fréquences + carte des fréquences]
 HYPERLINK "http://www.anfr.fr/" http://www.anfr.fr/
 HYPERLINK "http://www.cartoradio.fr/netenmap.php?cmd=zoomfull" http://www.cartoradio.fr/netenmap.php?cmd=zoomfull
Apparemment il serait possible de demander qu’une mesure du niveau de champ soit réalisée par un laboratoire agréé, au frais de l’opérateur qui gère une antenne. Il suffit pour cela d’envoyer un courrier à la direction régionale de l’opérateur propriétaire de l’émetteur. Il est possible de trouver les adresses des directions régionales dans le Guide des bonnes pratiques entre maires et opérateurs de téléphonie mobile qui se trouve à la mairie de sa commune.
Décret n° 2002-775 du 3 mai 2002
art. 5 .Le dossier mentionné à l'alinéa précédent précise également les actions engagées pour assurer qu'au sein des établissements scolaires (on peut faire croire que nous le sommes un tout 'tit peu... ) crèches ou établissements de soins qui sont situés dans un rayon de cent mètres de l'équipement ou de l'installation, l'exposition du public au champ électromagnétique émis par l'équipement ou l'installation est aussi faible que possible tout en préservant la qualité du service rendu. Une petite doc pour changer de celle de l'INRS
 HYPERLINK "http://www.who.int/peh-emf/publications/riskfrench/fr/" http://www.who.int/peh-emf/publications/riskfrench/fr/
(Il existe une feuille de calcul pour estimer le champ magnétique reçu en diffusion libre. Je l'avais utilisée lors de la pose d'antennes wifi. Les résultats mesurés étaient conformes à ceux estimés.
(A l’époque où on entendait bcp de choses sur les antennes j’ai fait faire des relevés par un bureau de contrôle pour s’assurer que les émissions étaient en dessous des recommandations des européennes qui à l’époque étaient les plus faibles.2003 : pose d’antenne relais : l'Université est sollicitée par SFR et ORANGE pour installer une antenne relais sur l'un de nos bâtiments. Certaines Universités ont elles été sollicités par de telles demandes ? Quelles suites ont elles données et sous quelle forme administrative ? Quels principes de précautions sont encore valables ?
(L'opérateur Orange a un projet d'installation d'antenne GSM/UMTS sur le site de l'INSA. Notre chef d'établissement a souhaité que ce projet soit soumis à l'approbation du CHS. Le projet a été accepté (par une courte majorité) à condition que les seuils d'émission soient similaires à ceux figurant sur la "Charte de Paris" fixant des seuils bien plus bas que ceux fixés par le décret de mai 2002. Pour l'instant, Orange essaie de négocier et de ce fait l'antenne n'est toujours pas installée....
(La première fois nous avons exigé qu'un bureau de contrôle fasse des mesures dans les locaux  occupés tout autour des antennes. Les résultats étaient de l'ordre de 50% inférieurs aux recommandations européennes.. Donc chaque fois que l'on me demande un avis sur un projet d'implantation d'antenne je dis qu'il faut imposer que  des mesures soient faites par un bureau de contrôle, que les valeurs relevées soient au maximum de la moitié des seuils imposés et que si ces seuils venaient à être modifiés, le contrat devenait caduc..Divers2010 : risque liés aux portiques antivol, démagnétiseurs etc. dans les bibliothèques
Une question revient de manière récurrente dans les bibliothèques :
quels risques présentent les portiques antivol, les démagnétiseurs et les douchettes laser.
Quelqu'un s'est-il déjà pencher sur la question?
(Les lecteurs sont des dispositifs actifs, émetteurs de radiofréquences qui vont activer les marqueurs qui passent devant eux en leur fournissant à courte distance l’énergie dont ceux-ci ont besoin. La fréquence utilisée est variable, selon le type d’application visé et les performances recherchées. Les radio-étiquettes sont des dispositifs passifs, ne nécessitant aucune source d’énergie en dehors de celle fournie par les lecteurs au moment de leur interrogation. Suivant la fréquence, certain élément comme les portiques par exemple se mesurent et la puissance mesurée peut être comparées à la législation en vigueur. Pour ce qui est du matériel RFID, lecteur et autre autour de la puce ou du code barre, j'ai pas trouvé grand chose, j'ai entendu parlé d'une accréditation du matériel mais faut encore que je creuse. Dans tous les cas les choses évoluent car certains types de matériel n'étaient pas blindés par le passé et le sont actuellement. Voilà pour moi je suis également preneuse d'info de la part de ceux qui en savent plus.2009 : article sur les nuisances des lignes à très haute tension
Santé publique - 28/01/2009
Vivre près d'une ligne à très haute tension nuit à la santé, selon une étude
Vivre à moins de 300 mètres d'une ligne à très haute tension (THT) nuit à la santé, selon une étude statistique menée par une association opposée au projet de ligne THT Cotentin-Maine mais contestée par RTE, gestionnaire des lignes à très haute tension.
L'étude dont une synthèse est téléchargeable a été pilotée par les universitaires du Centre de recherche et d'information indépendantes sur les rayonnements électromagnétiques (Criirem).
Elle a permis d'interroger 2.868 personnes demeurant dans une zone de 300 mètres de part et d'autres de lignes THT de Normandie, et de 976 personnes non exposées, demeurant dans une zone test située sur le tracé projeté de la ligne Cotentin Maine.
Vertiges, état dépressif
Selon l'association, 15,8% des personnes demeurant à moins de 300 mètres d'une ligne THT ont déclaré ressentir un "état dépressif", contre 7,9% dans la zone test.
Et 18,1% des personnes vivant à moins de 300 mètres d'une ligne THT ont déclaré ressentir des vertiges, contre 10,3% dans la zone témoin.
"Sur les 226 exploitations laitières proche d'une THT concernées par l'enquête, la moitié présente des problème de production, en qualité et en quantité", a ajouté Pierre Le Ruz, président du Criirem.
Le gestionnaire du réseau RTE qui pilote le projet a exprimé dans un communiqué ses "vives réserves sur les conclusions de l'enquête du Criirem" et sur ses méthodes.
Pierre Le Ruz, universitaire en retraite, interviendra le 29 janvier
2009 en audience publique devant les sénateurs qui enquêtent sur "les effets sur la santé et l'environnement" des lignes à haute et très haute tension.
En octobre 2007, 3.000 personnes selon la police, 6.500 selon les organisateurs avaient manifesté contre l'EPR et la THT en projet à Ernée, une petite ville de Mayenne.2005 : risques d’effets électromagnétiques liés à l’installation d’un TGBT : A l'université nous avons le cas d'une secrétaire dont le bureau se trouve à environ 10m, d'un local fermé et indépendant, contenant un TGBT. Cette personne émet des craintes pour sa sécurité, arguant des effets électromagnétiques du TGBT.
Après renseignements pris auprès de diverses sources et de recherches persos, je n'ai pas trouvé de textes relatifs à une mise en sécurité des TGBT.
Le directeur dudit service voudrait que l'on fasse une mesure du champs électromagnétique et que l'on compare cette valeur à d'autres admissibles.
Avez-vous été confronté à celà ?
que me préconisez-vous ?
(Le courant alternatif (50Hz en europe) génère effectivement un champ électrique variable et un champ magnétique variable. La valeur de ces champs dépend de la configuration de l'installation électrique et elle diminue rapidement avec la distance. D'après les informations recueillies auprès de l'INRS, c'est surtout le champ magnétique qui doit être pris en compte et pour un TGBT la valeur du champ magnétique généré serait très faible (on serait en dessous des valeurs qui peuvent perturber un écran d'ordinateur traditionnel - cathodique ; en grso, en dessous du microTesla). La directive européenne 2004/40/CE du 29 avril 2004 (non transposée en droit français, me semble-t-il) fixe les niveaux de références suivants pour le champ magnétique 50 Hz :
Pour les travailleurs, ne pas dépasser 500 microTesla
Pour la population, ne pas dépasser 100 microTesla
Les CRAM peuvent faire des mesures.
PS : Mme Joelle Herrault de l'INRS Nancy est une spécialiste de la question : 03 83 50 87 94.
Tu peux également télécharger sur le sire de l'INRS les publications suivantes : ED 2143 et ED 4202Câbles électrique créant un RNI : Plutôt que de blinder les câbles (cela dépend du nombre) ne serait -il pas préférable d'installer un grillage suffisamment léger et à maille suffisamment fine pour créer comme une cage de FARADAY! SOCOTEC il me semble fait ce genre de mesuresRisque chimiqueContrôles réglementaires 2010 : Quelle évaluation du risque chimique pour savoir si le contrôle réglementaire doit s’appliquer
petite question sur le risque chimique.

Dans le cadre du nouveau dispositif réglementaire sur le risque chimique, désormais, les agents chimiques dangereux ou CMR pour lesquels des valeurs limites d'exposition professionnelle ont été définies par la réglementation doivent donner lieu à au moins un contrôle annuel effectué par un organisme accrédité.
En revanche, si notre évaluation des risques conduit à un risque faible pour la santé et la sécurité des travailleurs, nous sommes exemptés des contrôles.

Quid des critères de définition d'un risque faible ? Nous savons tous qu'il y existe plusieurs méthodologies d'évaluation du risque chimique avec des niveaux de risque faible qui peuvent être très différents quant aux critères d'évaluation.

Que pensez-vous de la mise en place de ce système en pratique ?

En effet, je viens de recevoir un charmant courrier de l'inspection du travail pour une startup (laboratoire de biologie) qui me demande la mise en place de cette réglementation dans un délai de un mois !

Attention, on ne rigole pas ! Merci pour vos retours d'expériences et vos lumières...
(Pour ma part je suis parti dans l'idée de prioriser les produits à mesurer afin que le coût soit raisonnable et de tester chaque année quelques produits.

Pour cela je suis parti des fiches individuelles d'exposition qui recensent pour chaque agent les produits dangereux manipulés et notamment les CMR.
Mon critère de priorisation a été le suivant: les 3 produits les plus manipulés, CMR et présentant une VLEP réglementaire. (on aurait pu prendre les produits manipulés en plus grande quantité...ou d'autres critères de départ). Il en est ressorti que le chloroforme, le toluène et le n-hexane étaient ces 3 produits pour l'activité chimie. Je suis alors allé interroger des chimistes pour savoir dans quelles conditions ces produits étaient manipulés (quelles techniques, sous quels systèmes de captation, avec quels EPI). Je me suis renseigner également sur les caractéristiques physicochimiques de ces produits. J'en ai déduit que globalement ces produits étaient manipulés sous système de captation mais que la mise en poubelle, la vaisselle, de transvasement des déchets dans un plus gros contenant, le rotavapor, la distillation sur gros montage de l'hexane pour avoir un produit plus pur pouvaient être des phases d'exposition.
J'ai donc considéré que les mesures d'exposition me permettraient d'évaluer le risque car je ne suis pas capable de dire à priori si le risque est faible, moyen ou fort. C'est peut être une approche à l'envers mais pour ma part je pense que ces mesures participent de l'analyse du risques.
J'ai fait appel à un organisme accrédité pour définir une stratégie de prélèvement et avoir un chiffrage des prestations. Un chargé d'affaire est venu sur place pour essayer de définir des groupes homogènes d'exposition (GEH) afin de pouvoir définir une stratégie de prélèvement. Comme ces trois produits sont utilisés pour plusieurs techniques en des quantités différentes il nous a demandé de lui définir des groupes de manipulateurs qui utilisent le même produit avec les mêmes techniques et des journées type de manipulation pour chaque produit. J'ai demandé ces infos aux chimistes et j'en suis là c'est-à-dire en attente de transmettre ces données nécessaires à la détermination des GEH afin d'avoir une proposition de stratégie de prélèvement et un devis.
J'ai mené la même démarche sur le domaine des sciences de la vie, nous allons lancer une campagne de mesure sur le phénol et le formaldéhyde (pas encore VLEP réglementaire mais CIRC cat 1). Il est ici plus simple de définir les GEH car ces produits sont utilisés du moins chez nous pour 1 seule technique: le phénol pour l'extraction ARN, ADN, le formaldéhyde pour fixer des tissus.
Voilà pour mon modeste retour d'expérience.Ventilation, sorbonne, hotte 2011 : Contrôle des sorbonnes
Est-ce que dans le cadre du contrôle des sorbonnes, alors je parle au départ, et non en routine, vous faites réaliser un essai de confinement au SF6 des sorbonnes (il s'agit dans mon cas de sorbonnes installées dans un batiment dont l'université n'avait pas la maitrise d'ouvrage, donc pas d'essai de réception...) ? ça coûte super cher... les prestataires ne jurent que par ça...
(C'est aussi super polluant, c'est un gaz à effet de serre redoutable et hyper persistant!! Dans ma boutique, l'usage de ce gaz est proscrit. On essaie de trouver d'autre alternative pour contrer certains industriels qui ne jurent que par ça également... (selon la norme EN 14175, le test de confinement est justement obligatoire lors de l'essai de réception des sorbonnes sur site mais pas lors des essais de routine. Suite à une étude de l'INRS, il est en revanche recommandé de faire aussi le test de confinement en essai de routine (il s'agit seulement d'une recommandation et non d'une obligation). Pour l'essai de réception : il s'agit bien d'une obligation car c'est le test de référence.
(A l'université de Nice quand on a changé notre parc de sorbonne on a fait faire par DANTEC ces essais de confinement qui rentrent dans les essais de réception. Ci-joint un extrait du rapport pour avoir une idée.
Je les avais contacté pour faire un essai de confinement sur une sorbonne existante, ce n'était pas si coûteux de mémoire (dépend du nombre de sorbonne à évaluer, de la distance avec l'entreprise..) ca vaut le coup de les contacter.
(aucune sorbonne n'avait été testée
l'année dernière, on s'y est collé et c'est la société MSIS qui a réalisé les tests si tu veux les coordonnées2011 : quel équipement pour peser des CMR ?
Petite question sur la pesée des poudres CMR (on a évidement vu si on pouvait substituer le produit, achat solution toute faite : externalisation...) :
Sous quels équipements peut-on peser des CMR?(penser aux solutions alternatives car pas de moyens dans les labos)
Les postes de pesée sécurisé type
 HYPERLINK "http://www.captair.com/fr-fr/1727-2114-postes-de-pesees-securises-captairflex.html" http://www.captair.com/fr-fr/1727-2114-postes-de-pesees-securises-captairflex.html
sont -ils vraiment efficaces?
En effet la description du fabricant fait référence aux normes sur les ETRAF (nouvellement appelé sorbonne à recirculation) Mais justement la 15 211, indique qu'il est proscrit clairement de ne pas manipuler de CMR
(
 INCLUDEPICTURE "cid:part1.09090708.02080207@inserm.fr" \* MERGEFORMATINET 
Ce n'est par conséquent pas à conseiller pour la manipulation de poudres CMR de manière générale.
(j'ai repris un document de juillet 2010 pour la manipulation des nanomatériaux réalisé par le CEA, la problématique est semblable il préconise après test les équipements suivants : en barrière dynamique : - skanair :  HYPERLINK "http://www.skan.ch/fr-fr/produits/equipement-de-laboratoire/poste-de-pesee/skanairr-hfc-sh-1200-mt.html" http://www.skan.ch/fr-fr/produits/equipement-de-laboratoire/poste-de-pesee/skanairr-hfc-sh-1200-mt.html 15 k¬ - Mettler - Safetech :  HYPERLINK "http://www.a1-safetech.com/" http://www.a1-safetech.com/ cf documentation jointe : environ 10 k¬ (cet équipement est également préconisé par le CNRS délégation Nord pas de Calais pour la pesée des CMR) en barrière statique : tente à gants transportable :  HYPERLINK "http://www.captair.com/fr-fr/200-280-boite-a-gants-pour-l-nvestigation-biologique-captair-pyramid.html" http://www.captair.com/fr-fr/200-280-boite-a-gants-pour-l-nvestigation-biologique-captair-pyramid.html 250¬ 2011 : sorbonne à air auxiliaire
Dans le cadre d'un gros projet de construction de laboratoires, de chimie en particulier, il nous est proposé de réfléchir à des sorbonnes à air auxiliaire. La brochure de l'INRS n'est pas enthousiaste sur ces équipements, et je voudrais savoir si certains ont ce type d'implantation, les avantages et les inconvénients que les utilisateurs y trouvent. (Si il s'agit de sorbonne a économie d'énergie avec air balayé en façade à Éviter , trop sensible, le moindre courant d'air ou si le labo est en dépression l'étanchéité n'est plus garantie , on est oblige de mettre les débits d'air aspirés sur la sorbonne à fond et ce n'est pas suffisant. (mêmes remarques. Ce type de sorbonne permet de garantir une certaine économie d'énergie car il peuvent faire un réglage de la vitesse d'air frontale parfois en -dessous des 0.3 m/s tout en garantissant un niveau de confinement correct < 0.1 ppm suivant norme EN 14175. En revanche, ce type de sorbonne est extrêmement sensible et nécessite une attention, un suivi et des contrôles rigoureux.2011 : vitre de sorbonne : quelles sont les exigences ?
Suite à la casse d'une vitre SECURIT sur une sorbonne (sans raison apparente d'après le labo - sorbonne de 6 ans d'âge), un laboratoire me demande pourquoi ce vitrage n'est pas un vitrage feuilleté ce qui éviterait de retrouver tous les petits bouts de verre par terre... et de se couper en les ramassant...
Avez-vous connaissance d'exigences particulières sur l'épaisseur (là, on avait du 6 mm) ou la nature du vitrage des sorbonnes?
(Voici les éléments exigés par la norme 14175-2...ça peut peut-être te servir pour effectuer une réponse et vérifier la nature de la vitre.

les chapitres 6.2 et 6.3 de la norme 14175-2 abordent respectivement les problème des caractéristiques des composants en verre (6.2) et de la façade mobile plus spécifiquement (6.3). Nulle part encore ici il n'est spécifié que la vitre mobile soit en verre feulleté plutôt que Sécurit.
Le chapitre 6.2 précise que "les surfaces en verre doivent être conformes à l'EN 12600 : 2002 et de type 2B ou 2C.." et donc protéger contre les impacts de projection. Ce chapitre ne précise pas s'il s'agit de verre trempé ou laminé.
Le chapitre 6.3 lui précise lui que la vitre frontale doit "être conçue à partir de matériaux permettant une protection physique optimale contre l'émission accidentelle de substances. Du verre trempé laminé ou trempé conforme à l'EN 12600 /
2002 type 2B ou 2C
ou conforme à l'EN ISO 12543-1(qui elle porte sur les verres feuilletés ou de sécurité) ou des matières plastiques adéquats _*doivent être utilisées*_..."
(Verre sécurit, ou verre feuilleté ? Nous avons eu la cruelle expérience d'une explosion ayant entraîné le bris de la vitre en verre sécurit, entre autres dégâts (voire photo ci-jointe). Heureusement, il n'y a eu aucune personne blessée. L'installateur de sorbonnes m'a expliqué que, selon la norme, les 2 sont autorisés, mais il prévoyait d'intervenir auprès du comité de normalisation pour signaler ce problème. Depuis, dans un laboratoire où sont faites les mêmes manips à risques (attaques acides de métaux avec un mélange acide concentré - alcool (methanol ou ethanol), nous avons remplacé le verre sécurit par du verre feuilleté. Pour un projet de bâtiment neuf, avec les labos concernés, nous avons systématisé la demande de verre feuilleté. Certains fabricants le proposent en option (j'ai récemment rencontré un représentant de Materlabo), tout comme les évaporateurs rotatifs sont proposés en 2 options, verre filmé ou non. Après, c'est une question de sensibilisation, plus que de différence de prix, qui n'est pas considérable lors de l'investissement.
(C'est du matériel ILM agencements SG 120 avec écran VERTAL SECURIT 6  HYPERLINK "http://www.ilm.fr/index.php?page=pages/postesv" http://www.ilm.fr/index.php?page=pages/postesv
La casse de la vitre (la fixe, pas l'écran mobile) a eu lieu pendant la nuit. Donc aucune conséquence.
(Il existe aussi la possibilité de fixer un film autocollant sur la partie vitrée de la sorbonne permettant ainsi de ne pas voir la vitre voler en éclats lors d'un accident.2010 : plusieurs sorbonnes à installer : une seule sorbonne par conduit ou plusieurs par conduit ?
pour avoir les deux situations, sans hésiter, prends l'option 1 : une sorbonne, un moteur.
Et refuser un taux de foisonnement au niveau de la compensation.
(un conduit, un moteur par sorbonne, sans hésiter !!! ça évites les perturbations et les mauvaises surprises si les produits évacués dans les sorbonnes sont incompatibles carole
(Un conduit, un moteur pour une sorbonne!
A la construction de l'école, un moteur par bâtiment (environ 30 sorbonnes/bâtiment x 5) a été installé avec un taux de foisonnement de 70 %.
C'était une mauvaise idée.
(Lors de la restructuration de l'IUT de Béthune, "ils" ont mis en place des sorbonnes groupées par 5 sur un même moteur ...
Fonctionnement par défaut (pas d'interrupteur sur les sorbonnes) : 100 m3/h. Dès que l'on lève la vitre de qqs mm, le débit monte à 700 m3/h.
sans gradation.
Donc si l'on a besoin de faire tourner une sorbonne pour une manip durant un week-end ou une semaine, c'est bien 5 sorbonnes qui vont fonctionner !
Vive les économies ...
(je suis de l'avis des autres collègues
1 sorbonne, 1 moteur j'ai le cas de sorbonnes installée en 2002 en "série, c'est un sacré bord...... complication pour les réglages, l'entretien....... par contre qu'est ce que c'était bien sur le papier avant l'utilisation.......... taux de foisonnement, à mon avis à proscrire (il faudrait le faire respecter...)
(Sur ce sujet, je n'arrive pas à faire passer ce message au Patrimoine qui m'oppose à la sécurité, le coût, la difficulté de gestion de l'air de compensation et la place prise pour faire passer les gaines.

Quels sont vos arguments pour faire admettre : 1 sorbonne - 1 moteur?
(L'argument qu'il faut utiliser est: Les produits chimiques utilisés sous deux sorbonnes,  voire plus, reliées à un même conduit peuvent être incompatibles entre eux et provoquer une réaction chimique dangereuse dans ce conduit. (Voici , en vrac, mes remarques sur les deux types de fonctionnement :
 
premier cas : chaque sorbonne a son extracteur :
 
avantage : on ne compense que l'air de la sorbonne en fonctionnement et ainsi on chauffe que l'air de compensation de cette sorbonne = économies
                 un moteur en panne met hors service qu'une sorbonne.
                On limite le bruit
 
inconvénient : être sûr que les clapets fonctionnent comme il faut pour éviter l'inversion de la circulation d'air dans la sorbonne arrêtée.
                     s'assurer que les dépressions qui assuraient le fonctionnement correct à l'origine sont correctes dans le temps.
                     Être très prudents pour ne pas dire qu'il faut interdire des débits variables (c. f. ligne supérieure)
deuxième cas : les deux sorbonnes ont le même extracteur :
 
avantage :  a priori pas de risque d''inversion de la circulation d'air dans une des sorbonnes dans le temps. 
                    pas de soucis de dysfonctionnement de clapet anti retour
inconvénient :  on doit chauffer  un débit d'air de compensation plus important (il parait que l'on parle d'économies d'énergie!!)
                      le moteur en panne met hors service deux sorbonnes.
                      Attention aux risques de mélanges qui pourraient se produire malgré les fortes dilutions (ça se calcule).
                       On a chaque fois le bruit maxi
(Bonjour à tous et merci à Gérard pour ses remarques toujours intéressantes. J'aimerais un peu plus d'explications sur ta prudence par rapport aux moteurs à débit variable, que j'ai, au contraire, tendance à préconiser : gain en niveau de bruit, en chaleur (limitation de la compensation d'air dès qu'on baisse le panneau frontal), possibilité de relier un placard d'entreposage des solvants en cours d'utilisation au conduit d'extraction qui limite l'encombrement de la sorbonne. Les utilisateurs en sont d'ailleurs très contents.2009 : Réception des sorbonnes
Notre établissement vient de réceptionner un bâtiment sciences neuf équipé de 25 sorbonnes. Il semblerait que les sorbonnes (bien que
neuves) doivent faire l'objet non seulement d'une vérification "standard" mais aussi d'un essai de "confinement par gaz traceur".
Si vous avez plus d'explications.
(Cela est effectivement notifié dans la norme EN 14175-4 Les sorbonnes  normalisées (ayant subi un essai de type EN 14175-3 en usine) doivent subir des essais de réception après installation. Ces essais de réception visent à démontrer que l'installation de la sorbonne est correcte et à rechercher les effets indésirables éventuels du débit d'air dans la pièce et du système d'évacuation sur les performances de la sorbonne vide installée. Parmi les essais de réception, la mesure de confinement par gaz traceur est demandée. Ces essais de réception permettent de constituer un dossier d'identité des sorbonnes avec des valeurs de références pour chaque sorbonne en vue de comparaison avec les essais de routine ultérieur. Ces mesures de confinement coûtent environ 200 euros par sorbonnes et ne peuvent être effectués que si il n'y a pas de fuites constatées lors d'essais fumigènes (fuites fréquentes quand l'extracteur, par impossibilité d'être installé en toiture, est posé au dessus de la sorbonne) Je conseille à tous ceux qui ont des projets d'installation de sorbonnes d'inscrire ces essais dans leur CCTP pour l'intégralité du parc installé.2009 : cabine de travail pour manipulation de particules métalliques ou céramiques
Un de mes labos souhaite manipuler plus en sécurité des particules métalliques ou céramiques de 1 µm, mais aussi des nanotubes de carbone (aujourd'hui cela se fait dans une pièce "normale"). La société aeroflux a été consultée et propose une cabine de travail ISO7 avec des filtres HEPA 14, charbon actif et haute efficacité F9. La vitesse du flux vertical au poste de travail sera de 0,3 m/s.
(Rapproche-toi des fabricants de filtres. A froid je ne vois pas l'intérêt du charbon actif ! Il me semble que le plus important soit d'arrêter un max des ces particules de 1 µm ; attention au cout des filtres et à la maintenance.2009 rejet flux d’air de sortie d’un four utilisé pour cuire des plaques de silicium, ou d'AsGa (arsenic de gallium)
Des chercheurs ont acheté un four récemment et me pose la question (après achat forcément) de la sortie du flux d'air. Le four va cuire des plaques de silicium, ou d'AsGa (arsenic de gallium) notamment avec un flux de gaz .
Les rejets sont donc potentiellement dangereux. Certains d'entre vous ont-ils eu le même genre de cas ? qu'avez-vous préconisé au niveau du flux de rejet ? un filtre à charbon actif ? une sortie en toiture ?
Merci et rdv la semaine prochaine pour ceux qui viennent.
( Je crois qu'il te faut prévoir la filtration la mieux adapté en se rapprochant de fabricants de filtres comme PURAFIL, CAMFIL (TROX?) mais en indiquant la température des gaz car les filtres n'aiment pas les températures élevées (barbotage préalable ? filtre électrostatique ?).
J'ai fait des systèmes de filtration un peu alambiqués (H2S, nucléaire...) et la solution a toujours été de se rapprocher des fabricants de filtres:
c'est leur métier : A partir de là tu connaitras les valeurs de rejets a respecter pour les donner aux services techniques.2009 : hauteur minimale de sortie d’une cheminée de sorbonne
J'ai une question : y a t il un texte pour indiquer la hauteur minimale de sortie d'une cheminée de sorbonne (outre la norme XPX15206) ?
J'ai un enseignant qui se plaint d'avoir une sortie proche de la fenêtre de son bureau. Elle est effectivement pas très loin, sur un mur perpendiculaire à son bureau (il a son bureau en angle) et la cheminée n'est pas très haute...
("L’implantation des cheminées d’évacuation doit être effectuée de manière à ce qu’il n’y ait pas de refoulement d’air pollué vers des locaux de travail ou vers des prises d’air neuf.

Lorsque les conduits d’évacuation de 2 sorbonnes sont proches, si l’une est en fonctionnement alors que l’autre est à l’arrêt, il peut y avoir une *recirculation *des polluants évacués par le conduit de la sorbonne en marche dans le conduit de la sorbonne qui est à l’arrêt.**

**Ce problème peut en particulier survenir si le dispositif d’air de compensation n’a pas été bien étudié.**

**Dans ce cas, la cheminée d’évacuation de la sorbonne à l’arrêt joue le rôle de prise d’air.**

Pour éviter ce phénomène, il faut :
- éviter l’installation de cheminées champignons ;
- prendre en compte la nécessité d’introduire de l’air de compensation dans les locaux ;
- installer des clapets anti retour en sortie de cheminée.

La hauteur et l’implantation des cheminées doivent être étudiés de manière à :
- éviter tout refoulement d’air pollué dans les étages inférieurs ou vers les bâtiments voisins ;
- éviter la présence d’une couche d’air polluée à la base de la cheminée.

L’INRS recommande une hauteur de cheminée située entre 3 et 9m selon la hauteur du bâtiment. Mais d’autres paramètres interviennent tels que l’existence de vents dominants, la présence d’autres bâtiments à proximité et leur hauteur, la vitesse et la direction du « panache » évacué mais aussi sa concentration en polluants (panache plus ou moins concentré en polluant dangereux)…"

A ma connaissance, 2 publications INRS évoquent cette question de la hauteur des cheminées.

- Publication INRS ED 695 : Guide pratique de ventilation N°0. Principes généraux de ventilation
- Publication INRS ED 795 : Guide pratique de ventilation N°1. Sorbonnes de laboratoire2009 : maintenance des sorbonnes
Dans vos établissements scientifiques comment procédez-vous concernant la maintenance des hottes et des sorbonnes (Filtres, câbles de contre-poids, etc.... ). Avez-vous un marché? Dans l'affirmative, est-il possible d'avoir un modèle?
Je viens d'arrêter sur le champ ce type d'activité laquelle était effectuée par notre équipe de menuisiers lesquels intervenaient dans l'urgence sans aucune autre forme de règle ni de procédure pensant bien faire pour dépanner nos amis chimistes lesquels d'ailleurs n'étaient pas toujours reconnaissant..
Notre problématique concerne toute l'activité recherche chimie (environ 400 hottes et sorbonnes).
(Un marché est à l'étude à l'Université de Nantes pour la vérification puis la maintenance des hottes sorbonnes et PSM Cordialement Suzanne Sardin Ingénieur HSE du Pôle Santé de l'Université de Nantes
(Je pourrai te faire parvenir ce que j'ai élaboré pour l'entretien et la maintenance de notre (modeste : 50 unités) parc. Il ne s'agit pas d'un marché, mais d'un contrat comprenant la vérification annuelle (mesure de vitesse et l'entretien (graissage, ...).2008 : Equipement de ventilation pour manipulation avec formol
je suis à recherche d'un système de protection collective pour des manipulations de formaldéhyde pour perfusion de rats ou souris de manière plus ou moins intense. Les manipulateurs sont susceptibles de passer la journée entière au dessus de leurs animaux pour installer les perfusions et récupérer les liquides.
D'une manière générale, ces manips sont effectuées sous sorbonne. Néanmoins, les vapeurs du formol étant denses, il est généralement conseillé une installation avec aspiration basse (c'est ce que l'on trouve dans les labos d'anapath qui par contre ne font que ça). Auriez-vous des références, de la doc ou des conseils sur des équipements de ce type ?
( Tu peux contacter l'AFAQAP (Association Française d'Assurance Qualité en Anatomie et Cytologie Pathologiques) :  HYPERLINK "http://www.afaqap.org/page.php3?id_rubrique=140&lang=fr" http://www.afaqap.org/page.php3?id_rubrique=140&lang=fr
 Ils sont plutôt "pro"-formaldéhyde, donc ils devraient te renseigner sur la manière de réduire au mieux l'exposition.
 Sinon, j'ai assisté à une intervention du Dr Audoin * qui, elle, défend la substitution du formaldéhyde.
Voici ses coordonnées :
 IHP (Institut d’Histo-Pathologie) Mme le Dr Audouin
 55 rue Amiral du Chaffault
 44104 Nantes Cedex 4
 Tél 02 51 84 26 26
 Fax 02 51 84 25 50
 E-mail :  HYPERLINK "mailto:ihp.audouin@free.fr" ihp.audouin@free.fr
 
* dans le cadre d'une journée de restitution et d'échanges sur la prévention des risques liés à l'exposition au formaldéhyde, organisée par la CRAM locale le 6/11/07 à Nantes...si tu peux retrouver des infos dessus ...2007 : bruit généré par les sorbonnes
Je suis à la recherche d'un collègue ayant accès la dernière norme des sorbonnes de laboratoire. J'aimerais savoir si une référence au bruit maximum généré est mentionnée.
( Principes tirés du Code du travail (partie ventilation) et de la circulaire d'application : les installations de ventilation doivent être réalisées de manière à ne pas entraîner d'augmentation significative des niveaux sonores aux postes de travail. Le code du travail indique que le fonctionnement d'installations de ventilation ne doit pas majorer les niveaux moyens d'ambiance de plus de 2 dB(A). Les installations ne doivent pas être une source de gêne ou d'inconfort thermique (l'emplacement des grilles desoufflage doit être judicieux et leur dimensionnement doit être étudié de manière à avoir des vitesses d'air non gênantes - au plus 2m/s). J'ai regardé la XP X 15-203 : il n'y a pas de prescriptions concernant le bruit mais en revanche il y est indiqué la méthode à utiliser pour mesurer le bruit et contrôler le respect d'éventuelles prescriptions relatives au bruit et inscrites dans un cahier des charge. Rien non plus sur le bruit dans la nouvelle série de normes sur les sorbonnes (NF EN 14175)...Il te reste donc le code du travail et ces fameux 2bB (A)...
( Olivier, au sujet des fameux 2 dB(A), connais-tu la référence de l'article correspondant du CT ? J'ai cherché sans succès car moi-même intéressée par cette information.
( Article R 235-2-5 et commentaire de cet article dans la circulaire du 9 mai 1985.
( En complément des infos apportées par Olivier; l'INRS est entrain de finaliser la rédaction du guide pratique de ventilation (ED 795). La publication du document doit se faire pour le second semestre 2008. Il y sera fait mention d'un seuil maxi (non encore arrêté).2007 : réception des sorbonnes de laboratoire
Je crois savoir que les sorbonnes à extraction doivent être réceptionnés par un organisme agréé, mais quelqu'un sait-il s'il s'agit d'une recommandation ou d'une obligation réglementaire ? Quel texte le demande ?
(il y a la norme NF EN 14175-4 qui précise les méthodes d'essai sur site des sorbonnes. En effet la norme NF EN 14175 et la norme XP 15-206 remplace la norme expérimentale XP X 15-203 de septembre 1996 sur les sorbonnes. Elle spécifie une sélection de méthodes d'essai sur site notamment les essais de réception. Ces méthodes d'essai sont utilisées pour des besoins de réception après l'installation, de maintenance et de qualification. Il est de la responsabilité de l'acheteur ou de l'utilisateur de la sorbonne de décider quels essais seront à réaliser. Sur Lyon 1, nous venons de réhabiliter des sorbonnes et nous sommes en train de faire passer un bureau de contrôle après réception des travaux. Nous avons justement défini les missions de contrôle en s'appuyant sur la norme NF EN 14175 mais aussi la réglementation relative aux systèmes d'aération et de ventilation (par exemple arrêté du 8 octobre 1987 modifié par l'arrêté du 24 décembre 1993 car il n’y a pas que la sorbonne mais la compensation d’air etc…). L'essai de réception d'une sorbonne permet surtout d'avoir un bilan de base utile pour le suivi annuel lors du contrôle périodique des sorbonnes.2007 : place des moteurs de sorbonnes :
Constatant parfois que des bâtiments scientifiques sont conçus avec des sorbonnes dont le moteur est dans le volume du laboratoire et faute de réglementation précise à ce sujet, j'ai consulté l'INRS pour qu'il nous donne des arguments utiles au maître d'oeuvre  pour éviter ces erreurs de conception. Je vous communique  la réponse de l'INRS. Je ne fais pas suivre la note ED 1506 réalisée avec la collaboration du GP'Sup et téléchargeable sur le site de l'INRS.
(Nous accusons réception de votre courrier électronique cité en référence dans lequel vous nous interrogez sur l'emplacement des ventilateurs des sorbonnes de laboratoire. La norme XP X 15-206 Sorbonnes de laboratoire – Seuil pour l'essai de confinement, installation et maintenance, parue en janvier 2005, prévoit, dans le § 4.1.4 de son annexe A (informative) : "Lorsqu'il est en fonctionnement, il convient que le système d'évacuation soit à pression négative dans le bâtiment. Il convient que les ventilateurs soient montés au niveau du toit avec leurs refoulements reliés à la canalisation d'évacuation et leur aspiration reliée au réseau de collecte. Si un ventilateur et ses équipements associés ne peuvent être installés sur le toit, il convient qu'ils soient installés au niveau du sol, ou sur une plate-forme facile d'accès. Il convient que les raccordements soient disposés de manière à ce que la pression négative soit maintenue, en fonctionnement, dans tous les conduits situés dans le bâtiment. Si un conduit est inévitablement sous pression positive, il est essentiel qu'il soit disposé de manière à éviter tout risque de fuite." Vous pouvez vous procurer l'intégralité de ce document auprès de l'AFNOR, 11 avenue Francis de Pressensé, 93571 Saint-Denis La Plaine Cedex. Des recommandations en accord figuraient dans notre guide pratique de ventilation consacré aux sorbonnes de laboratoire en cours de refonte ; il est prévu de les maintenir. Enfin, nous insistons sur le fait que la nuisance sonore entraînée par la présence des moteurs des ventilateurs dans le volume du laboratoire est de nature à entraîner une sous utilisation des sorbonnes par leurs utilisateurs potentiels, donc à nuire à la prévention des risques chimiques. Pour plus d'informations nous vous joignons également :
- Laboratoires d'enseignement en chimie, ED 1506, INRS, Paris, 2004.2005 : sorbonne pas assez profonde : nous aménageons un labo dans des locaux évidemment ancien et nous devons installer une sorbonne. Or la profondeur dont nous disposons est d'environ 585 mm, ce qui n'est pas la norme, plutôt proche de 900 mm, tout le reste étant conforme (moteur, éclairage anti déflagrant, vitre à 40 cm....), pensez vous que ce soit acceptable.
(ne pas oublier que pour éviter des retours possibles de polluants atmosphériques dans le local il faut : - ne rien installer dans les 10 à 15 cm du plan de travail à l'entrée de la sorbonne, sinon le courant entrant est quasi nul et les polluants ressortent, - qu'il n'y ait pas de courant d'airs passant en façade, qui créent des dépressions entraînant les polluants hors de l'enceinte, la profondeur est donc un peu juste et il faudra bien s'assurer que les vitesses soient bonnes et il faudra faire les tests de bonne évacuation des vapeurs,2004 : contrôle des sorbonnes :
(La NF X 15-203 décrit le contenu des essais à réception des installations. Elle donne également dans son annexe D le contenu des vérifications périodiques à effectuer, mais à ma connaissance, pas de fréquence recommandée. En revanche, l'arrêté du 8 octobre 1987 (pris pour application de la partie aération et assainissement du code du travail) demande que soit constitué un dossier de l'installation comportant des valeurs de référence qui permettront de contrôler l'installation lors des vérifications périodiques. La fréquence de ces vérifications doit être régulière... avec un minimum d'une fois par an. Faire une vérification 1 fois par an c'est déjà bien. Je pense que semestrielle c'est l'idéal et bien sûr à chaque fois qu'on a un retour d'information sur un éventuel problème d'efficacité sorbonne (lors d'une visite, etc).2003 : ventilation pour une manipulation HPLC : pour une manipulation HPLC, est-il obligatoire de la placer sous une hotte si on fait attention à l'évaporation des solvants que l'on place dans un récipient clos qui sont aspirés par une sorte de "cathéter" au début de la manip.
(Lorsque j'étais à l'INRA, j'ai eu l'occasion de faire effectuer des mesures atmosphériques d'acétonitrile par la CRAM sur un poste HPLC. Les mesures auxquelles il faut veiller  :
- placer le poste dans un lieu ventilé, même de façon naturelle, mais une salle avec extraction générale ou réseau de "hottes" localisées sur chaque chaîne HPLC,c'est mieux ;
- éviter de placer la chaîne derrière une fenêtre, dans un labo exposé au sud !!
- limiter les surfaces d'évaporation en fermant les flacons (bouchons perçés), y compris le flacon de recueil des solutions ;
- en aucun cas, je ne recommande de bloquer une sorbonne avec une chaîne HPLC, car, dans ce cas, la sorbonne ne sera plus disponible pour des manips qui nécessitent son usage.
Pour étayer la réponse, c'est l'évaluation du risque (volatilité, toxicité des solvants,...), qui peut être validée par des mesures (tube Dräger, badge, pompe,...).Sorbonne/boite à gant/ hotte chimique : La NF X 15-210 répartit ces équipements dans 3 classes:
-Classe A (encoffrement total type boîte à gants) pour les substances dont la VME < ou égale à 1 ppm. -Classe B (encoffrement partiel type sorbonne) pour les VME comprises entre 1 et 400 ppm. -Classe C (pas d'encoffrement type hotte, buse de captage) pour les VME > ou égales à 400 ppmQuestions techniques matériel 2006 : filet de protection sur évaporateur rotatif : je cherche chez quel fournisseur peut-on trouver des filets de protection pour évaporateur rotatif ?
(Je préconise plutôt de changer le ballon de réception : sur les rotavap neufs, le ballon est protégé par un film plastifié2006 : étagère pour stockage :
Je suis à la recherche de fournisseurs d’étagères pour réserve de produits chimiques avec bacs de rétention à chaque tablette (j’ai les catalogues Bioblock et Natpro) – avez-vous d’autres idées ?
(j'ai fait il n'y a pas longtemps avec un laboratoire un rangement et classement de tous leurs produits chimiques pour limiter les coûts car le chef était réticent à la dépense nous avons acheté des étagères en plastique classique et ranger les produits dans des petites barquettes en plastiques aussi dans lesquelles nous avons réparti un petit lit de vermiculite
(J'ai aménagé une soute à produits chimiques, il y a deux ans.
J'ai fait appel à deux fournisseurs : TRIONYX et DENIOS
Denios a du matériel d'une qualité supérieure et plus facile à monter. J'ai combiné les 2 pour optimiser l'espace. Il existe un 3eme fabricant qu'il faut appeler pour connaitre les revendeurs : ASECOS 
il me parait encore mieux parce qu'il propose des caillebotis à mettre dans les étagères à rétention afin de ne pas réduire le volume de rétention  par le volume des flacons.2005 : douches de sécurité obligatoires ? histoire de faire des économies sur un futur bâtiment de chimie, certains ont proposé d'éliminer les douches de sécurité !!!! je suis peut-être atteinte de dégénérescences neurales mais si je ne m'abuse ces douches sont obligatoires dans chaque salle. Pouvez-vous me le confirmer et si possible me donner le texte de référence
(Article R232-1-6 du Code du Travail : " Les lieux de travail sont équipés d'un matériel de premiers secours adapté à la nature des risques et facilement accessible. Ce matériel doit faire l'objet d'une signalisation par panneaux conformes aux dispositions prévues par l'article R. 232-1-13." Nota : Décret 2002-1553 2002-12-24 art. 3 : Les dispositions du présent décret entreront en vigueur le 1er juillet 2003. Toutefois, elles ne seront applicables au plus tard qu'au 1er juillet 2006 aux lieux de travail comprenant des emplacements où des atmosphères explosives peuvent se présenter et qui sont déjà utilisés avant le 30 juin 2003, les chefs d'établissements devant néanmoins satisfaire aux prescriptions de l'article R. 232-12-26 du code du travail avant le 1er juillet 2003. Certains utilisent des douchettes (douche autonomes portables ressemblant à un extincteur de couleur verte), faute de place ou après la conception des locaux, mais il faut veiller à les remplacer régulièrement (pas génial à mon sens et pas facile à utiliser surtout si la victime est seule).
(J'ai un peu la même démarche que ceux qui tendent à vouloir supprimer les douches dans toutes les pièces (c'est parce que j'ai moins de neurones !). Je m'explique, il est préférable à mon sens d'avoir une, voire deux (en fonction de la longueur de ton bâtiment) "véritables" douches de sécurité (=équipée de mitigeur et d'une cabine fermée) car elles répondront mieux au besoin [débit, T° de l'eau qui doit être maintenue toute l'année autour d'une température moyenne : 15 à 25° C (essaie en hiver sur une douche alimentée seulement en eau froide !!)], maintenance plus facile et surtout, si tu as besoin de déshabiller une victime, ce sera plus facile dans une douche fermée !! L'autre idée, c'est de créer des points "sécurité" clairement identifiés dans les couloirs des bâtiments (donc facilement accessibles): tu peux y mettre une trousse de secours, un téléphone de secours, ....., ......de secours, ....... !). C'est un peu le principe rappelé dans l'ouvrage réalisé avec l'INRS sur les risques dans les laboratoires de chimie (p58).Tuyaux de rejet des armoires pour produits : le mettre au niveaux du toit et non de la façade (prob des voisins + corrosivité)Risques liés à certaines manipulations2011 : Manipulation de solution piranha
Nous avons à l'Université Bordeaux 1 deux labos qui s'interrogent sur les mesures de prévention à mettre en place par rapport à la préparation et à l'utilisation de "solution piranha" (ou "acide de Caro"), mélange d'acide sulfurique et de peroxyde d'hydrogène.
La réaction chimique est très exothermique et le mélange obtenu est très corrosif et peut réagir violemment avec des composés organiques (explosion). Sans compter que le mélange libère pendant plusieurs jours de l'O2, ce qui peut provoquer également une explosion si le flacon n'est pas doté d'un bouchon à surpression.
Avez-vous déjà eu à faire à cette solution ? Quelles mesures de prévention avez-vous mises en place ?
Si vous avez éventuellement des protocoles, fiches de poste, procédure de gestion de déchets spécifiques à cette solution, .... Je suis preneur !
(
 HYPERLINK "http://web.princeton.edu/sites/ehs/labsafetymanual/cheminfo/piranha.htm" http://web.princeton.edu/sites/ehs/labsafetymanual/cheminfo/piranha.htm
 HYPERLINK "http://www.adhys.org/documentation/2005s/004_PBRUNETDiapo.pdf" http://www.adhys.org/documentation/2005s/004_PBRUNETDiapo.pdf
 HYPERLINK "http://www.solvayinterox.com.au/MSDS/MSDS%20-%20Caros%20Acid.pdf" http://www.solvayinterox.com.au/MSDS/MSDS%20-%20Caros%20Acid.pdf
 HYPERLINK "http://books.google.fr/books?id=WdmWkkKF1UoC&lpg=PA130&dq=Persulfuric%20acid%20safety&pg=PA130" \l "v=onepage&q=Persulfuric%20acid%20safety&f=false" http://books.google.fr/books?id=WdmWkkKF1UoC&lpg=PA130&dq=Persulfuric%20acid%20safety&pg=PA130#v=onepage&q=Persulfuric%20acid%20safety&f=false (page
130)
(Nous avons eu un accident lors de la préparation de ce mélange. Je vous joins l'analyse de cet accident avec les mesures prises 2 mois après ainsi que la photo montrant l'équipement pour la préparation du mélange. Sur les liens transmis par Emmanuel, le site de Princeton indique que le mélange doit se faire en mettant l'eau oxygénée dans l'acide sulfurique et non l'inverse. D'autres références biblio indiquent également cet ordre, ce qui est plutôt inhabituel (si on considère que l'eau oxygénée à 30% est plus proche de l'eau que l'acide sulfurique). Si un chimiste pouvait m'en expliquer  les raisons ???2010 : manipulation laissée la nuit
Existe-t-il une réglementation autorisant ou non des enseignants à laisser tourner des manips de chimie la nuit dans le cadre de projets étudiants ?
Si c'est autorisé quels sont les moyens de prévention que vous avez préconisé ?
(Il faut réaliser une analyse des risques de type HAZOP Par exemple, Imaginer ce qui peut arriver par manque d'électricité, air, eau de
refroidissement ( azote, air comprimé, chauffage, refroidissement,
manque d'un fluide quelconque..Utilité en général.) Prévoir des sécurités qui fonctionnent par manque d'électricité, d'air ou d'eau, d'azote....
Si c'est une réaction chimique comment l'arrêter.
Peut il y a voir des réactions secondaires (dégagement de chaleur, produit inflammable , toxiques, dégagement gazeux...) Que ce passe t’il si l'on fait varier les paramètres températures, refroidissement, agitation, pression ....
Peut il y avoir une fuite, une rupture, l'action d'un autre élément (un autre produit, un incendie, une fuite d'eau...) Imaginer tout ce qui peut se passer et vérifier que l'on a mis en place Des moyens pour limiter ces risques.
Le mieux étant qu'une équipe de 2 personnes reste poursuivre la manip dans tout les cas.
Règle numéro un étant pas de manip sans surveillance.2010 : travail sur nanomatériaux
un laboratoire de l'université utilise des nanomatériaux.
Afin de protéger la santé de ses utilisateurs, le directeur a décidé de programmer des travaux : c'est la mise en place d'une table aspirante avec rejet de l'air vicié en toiture (avec filtre qui retient 99,9 % des particules ...).
Certain(e)s d'entre vous ont ils(elles) à traiter ce type de travaux ?
Quelles autres solutions avez vous mis en place ? Confinement ?
(utilisation de boite à gants spéciales, avec des dispositifs contre l'électricité statique par exemple...
(Pour information, pour ceux qui s'intéressent au sujet (et bien que cela ne réponde pas à la question d'Hervé), l'Afsset vient de sortir son dernier rapport sur le sujet :
"Evaluation des risques liés au nanomatériaux pour la population générale et pour l'environnement", consultable sur leur site ( HYPERLINK "http://www.afsset.fr" www.afsset.fr).
(Filtration à 90% de particules de quel diamètre ?
Se rapprocher de spécialistes de la filtration comme SOFILTRA par exemple AAF ou CAMFIL2009 : nettoyage des paillasses
les labos souhaitent que les femmes de ménage nettoient les paillasses une fois par mois je suis personnellement contre. Pour moi, ce sont les utilisateurs qui doivent nettoyer les paillasses car ils savent ce qu'ils ont fait dessus
Comment ça se passe chez vous pour le ménage des laboratoires ?
(En médecine/pharma à Nantes les femmes de ménage n'avaient pas de le droit de faire les labos. C'est effectivement au personnel des labos de faire le ménage chez eux
(tout fait d'accord
décidément ils ne veulent vraiment rien faire d'autre que de la recherche ces gens là
(En recherche comme en TP, ce sont les utilisateurs qui nettoient les paillasses. je suis 300% (au moins) d'accord avec toi : il est hors de question que ce soit le personnel de nettoyage qui fasse cela. J'ai moi-même travaillé en labo de chimie, et cette idée ne me serait même pas passée par la tête !
(Ici elles ont la consigne, voire l'ordre, de ne pas nettoyer les paillasses. En plus il s'agit encore d'un service propre à l'UTT, alors niveau responsabilité...
(Chez nous les chercheurs nettoient leurs paillasses de recherche et les techniciens de labo les paillasses de TP mais une fois par an, quand tous les élèves sont partis au mois de juillet, quand tout est débarrassé et nettoyé par ces personnes, les dames de ménage interviennent sur les paillasses propres donc, pour en nettoyer les pieds, les éventuels bandeaux de prises, les façades de meubles sous paillasse ...ce genre de choses.
C'est clair pour tout le monde : elles n'interviennent que s'il ne reste aucun flacon, aucun appareil, aucune tâche ou dépôt ou trace supposée d'ordre chimique, ni même odeur...Sans cela, la poussière n'est pas enlevée ni les traces de chaussures des étudiants sur les pieds des paillasses ou sur les meubles, ni les chewing-gums et éventuels graffitis : les techniciens de labo et/ou chercheurs nettoient ce qui est consécutif à leur activité.2009 : évaporateurs rotatifs sous sorbonne ?
Au cours d'une réunion de correspondants de laboratoires j'ai présenté une affiche de sécurité sur les évaporateurs rotatifs. Me basant sur la bibliographie sur ce point, j'ai indiqué que les rotovap doivent être installés sous sorbonne pour évacuer les éventuelles vapeurs résiduelles de solvant que laisserait échapper le dispositif. Cela a suscité de nombreuses réactions car non seulement les labos n'ont pas assez de sorbonnes disponibles pour y installer ces appareils et en plus ils ne voient pas pourquoi car selon eux un dispositif bien conçu ne devrait pas laisser échapper des vapeurs de solvant. Quel est votre point de vue sur la question ?
(ben dis donc ils n'étaient pas fins ce jour là tes correspondants, ils n'avaient pas eu leur dose de roteux ou ? je dis qu'il est préférable de le placer sous la sorbonne, même s'il faut reconnaitre les progrès des évaporateurs rotatifs (cf. la fiche). En cas de rupture, d'éclatement de la partie en verre (c'est déjà arrivé où ça déjà rappelle moi ??), comment assurer l'évacuation des vapeurs de solvants de l'appareil bien conçue dans ce cas ?
(Comme Vincent fait référence à la biblio, j'ai regardé le "Picot-Grenouillet" et la brochure de l'INRS à la rédaction de laquelle le GP Sup a participé. Effectivement, cette dernière propose d'installer le rotavap dans une sorbonne, ce que ne mentionne pas Picot, qui parle seulement de la protection du ballon récepteur. J'en profite pour vous informer de ballons plastifiés vendus par les fournisseurs, au prix d'un surcoût modique par rapport à l'investissement du rotavap. En ce qui concerne l'implantation, les nôtres sont sur les paillasses et pas sous les sorbonnes, qui, à mon avis, doivent être réservées aux utilisations de solvants en milieu ouvert. L'évaporation en rotavap se fait en système fermé, et le piégeage des vapeurs en fiole de garde peut être amélioré en utilisant des fluides réfrigérants en circuit fermé, qui améliorent le refroidissement, donc le piégeage des vapeurs. Il est également recommandé d'utiliser des pompes à membrane plutôt que les trompes à eau, qui entrainent de grandes quantités de vapeurs dans les eaux usées. Je suis personnellement d'accord avec les utilisateurs qui redoutent un encombrement inutile des paillasses sous sorbonnes : nous avons ici un labo d'orga qui a fait installer 4 nouvelles sorbonnes de 1m80 et qui ne peut pas pour autant installer les évaporateurs rotatifs dessous. J'ai la même réaction (ne pas encombrer les sorbonnes) pour les HPLC, par exemple. Quant au devenir des liquides répandus en cas d'accident, si le rotavap est sous la sorbonne, les solvants partiront dans l'évier aussi facilement. Il est par contre nécessaire de disposer dans ces laboratoires de matériau absorbant.2006 : qui nettoie les éviers des salles de TP ?
chez vous qui nettoie les éviers des salles de TP ? Les femmes de ménages, un technicien ou les étudiants à la fin du TP ? pour moi, pédagogiquement parlant, ce serait à ceux qui déversent les produits de nettoyer. Ou à la rigueur un technicien chimiste ou biologiste mais certainement pas aux autres
(Ici, le ménage étant assuré par une société extérieure, tout ce qui présente un risque est assuré par les personnels techniques des TP. Il s'agit, en plus du travail de préparation)  : - du transfert des poubelles de TP (papiers souillés, etc...) qui sont identifiées par un logo spécial ; - du nettoyage des paillasses, de la vaisselle, des éviers ; - du regroupement et de l'élimination des déchets chimiques, de la mise au rebut de la verrerie abimée,... Dans la pratique, il y a des dysfonctionnements. Exemples : un flacon de potasse à 40% mal étiqueté ; une bonbonne de soude normale avec fuite au robinet (sol souillé),... La présence de personnel technique dans les salles de TP, même de catégorie C, me semble de ce fait indispensable ( et en cas d'absence, on en voit les "mauvais" résultats), et je crains beaucoup des orientations sur les créations de postes (forte diminution des catégories C).
(Pour moi aussi, ce n'est pas à une femme (ou un homme)de ménage de faire ça.
Un technicien de labo formé peut en revanche le faire. Les étudiants également en suivant les recommandations de l'enseignant.
(A l'EGIM, je donne "ordre" aux femmes de ménages de ne pas les nettoyer, ainsi que la surface des paillasses. Ceci présenterait un risque pour elles. C'est effectivement aux étudiants de le faire.2006 : mélange de vapeur :
Savez-vous s'il peut y avoir incompatibilité (et donc danger) si l'on mélange des vapeurs de solvants organiques différents (solvants classiques utilisés en chimie organique) ?
 Pour être + clair, dans un bât de recherche en chimie organique, nous avons remplacé toutes les trompes à eau par un dispositif de vide centralisé (constitué de 2 groupes de pompage installés dans un local en sous-sol) alimentant un réseau fixe de prises de vide installées sur les paillasses.
 Tout se passa très bien en phase conception (aucune remarque particulière de l'équipe de M.Oeuvre ni du BC), mais depuis la mise en service, les chimistes se plaignent d'odeurs nauséabondes. Une petite visite sur place et une mesure rapide ont permis de dire que les vapeurs qui devaient être, soient piégées dans un réservoir d'eau installé en sortie de chacun des groupes, soient aspirées au dessus de l'orifice de sortie, et bien ces vapeurs ne respectaient pas le cahier des charges du fournisseur des groupes de pompage (les vilaines !) et se diffusaient dans le local puis dans le sous sol et donc dans le bâtiment (pour les plus coriaces !!).
 Bien sur, j'ai écrit à l'architecte afin de l'informer du risque lié à la formation d'ATEX (vu qu'il y avait un gros défaut de ventilation du local) et depuis patatra, l'architecte cherche tous les moyens pour décharger sa responsabilité en évoquant le fait qu'il n'a jamais eu en sa possession la liste des solvants, ni les quantités, etc ... et a écrit à notre présidente afin de l'informer de "ses vives inquiétudes quant au caractère dangereux de cette installation" !!!!!!
 D'ou ma question de savoir si vous avez connaissance d'une éventuelle incompatibilité concernant le mélange de vapeurs de plusieurs solvants (acétone, acétate d'éthyle, éther, dichlorométhane, DMSO, cyclohexane, ......).
 Merci aux bonnes âmes qui liront ce mot jusqu'au bout (!) et qui me répondront (si possible avec des références).
(vraiment, je te trouve très exigeant quand tu demandes des références !! Pour les références, je te conseille les " réactions chimiques dangereuses" de l'INRS, que tu as sans doute dans ta bibliothèque ; pour la forme, j'ai vérifié pour le déthyle oxyde (l'éther, quoi !) et l'acétone, l'éther étant bien connu pour les risques liés à la formation de peroxydes, qui peuvent exploser, notamment dans un rotavapor quand on va à sec. A mon avis, il n'y a pas de risques liés aux mélanges de vapeurs de solvants. A mon avis toujours, pour le piégeage des vapeurs, un piège à eau me semble insuffisant, le vide de ta pompe étant sans doute très efficace. Pour info, sur le campus de Grenoble, lorsque les rotavaps fonctionnaient sur des trompes à eau, il y avait régulièrement des problèmes sur le réseau (pompes "givrées" par l'évaporation des solvants entraînés avec l'eau,...). Au LEDSS, on avait installé dans les labos des pompes à membrane, mais il a fallu doubler le piégeage  (2 récipients en série). A l'INRA, les gens utilisaient un mélange réfrigérant plus efficace pour mieux piéger les vapeurs : je ne sais plus lequel, mais tes chimistes ont sans doute des propositions à te faire.Distillation : connaissez-vous un système qui permet de couper le chauffage lors d'une distillation lorsqu'il y a un problème avec le réfrigérant (coupure d'eau par exemple). Il me semble que l'on peut utiliser un pressostat mais je ne connais pas le principe
(Lionel Fatoux : effectivement nous avons mis en place un système de coupure automatique du chauffage sur manque de circulation d'eau. Si tu veux plus d'info, appelles moi, je te mettrais éventuellement en contact avec notre bureau d'étudesRisques liés à certains produits2011 : HF et nettoyage des sorbonnes
un chimiste travaillant sur du HF et d'autres acides très costauds s'est rendu compte que le moteur de sa sorbonne était défectueux (je vous rassure, ce n'est pas sur l'UAPV).
il souhaite avoir votre avis sur la possibilité de neutraliser le HF potentiellement présent dans le moteur en utilisant du carbonate de calcium. Personnellement je serais plus encline de faire passer une société spécialisée (mais encore faut il en connaître des sérieuses et je n'ai pas eu à régler ce type de soucis pour le moment).
donc, si vous connaissez une société capable de vérifier si le laboratoire n'est pas contaminé et une autre capable de démonter le moteur (risque de condensation d'HF à l'intérieur) voir les gaines et de les traiter en toute sécurité... ou si vous avez des retours d'expérience en interne...
par ailleurs, il souhaite refaire l'installation et est preneur de tout retour d'expérience (sorbonne, boîte à gant avec lavage à eau des
vapeur....)
nota : il utilise de nombreux acides très costaud (géologue qui dissous des roches : HCL, HF, HNO3)
(- le choix porte plutôt sur une Sorbonne d'attaque
- moteur teflonné pour le moteur de la sorbonne
- on remplace la vitre en verre par un plastique
- évacuation des effluents gazeux passe par un système de lavage des gaz (quasi obligatoire étant donné les seuils de rejets du F2)
tu as raison d'être prudente il y a souvent des condensats qui se forme dans les "escargots" des moteurs d'extraction il y a qlq methodes decrites ci dessous  HYPERLINK "http://www.solvaychemicals.us/static/wma/pdf/5/1/4/1/HF49-fr.pdf" http://www.solvaychemicals.us/static/wma/pdf/5/1/4/1/HF49-fr.pdf
ici pour déposer des sorbonnes, les intervenants avaient la combinaison de cosmonaute et ils avaient nettoyé avec une solution de CaCO3 ; c'est ISS hygiène qui avait fait le nettoyage...
(Concernant la décontamination chimique nous avons fait appel à plusieurs reprises à Labo Services pour ce type de prestation sur des sorbonnes . Concernant l'HF et autres acides forts, il faut utiliser des sorbonnes d'attaque comme te l'a indiqué Emmanuel.2011 (échanges hors GP Sup) : substitut aux produits désherbants
Je réalise actuellement une partie du document unique de la mairie d'Orvault sur les équipes Espaces Verts. Le problème qui se pose est que les agents désherbent manuellement de façon répétitive sur de longues durées, l'utilisation de désherbants chimiques ayant été arrêtée pour des raisons écologiques.  Les agents ont aussi testé les désherbeurs thermiques: seulement ceux-ci entrainent plus de désherbage puisqu'ils ne brûlent que la partie visible des mauvaises herbes qui repoussent par conséquent très vite (environ 3 jours).  Les agents se plaignent de mal de dos et d'épaules depuis que le désherbage s'effectue de façon manuelle.  Avez-vous déjà rencontré ce type de problème et quelles mesures avaient vous pris pour y remédier? (nous sommes par principe peu favorables au désherbage thermique par rapport aux risques qu'il présente. Nous utilisons actuellement le système WAÏPUNA (étouffement de la plante par un mélange d'eau à 90° et de mousse coco). L'équipement nécessaire étant assez conséquent, nous recherchons d'autres systèmes plus "légers". Dans cette optique, nous allons prochainement tester le système OPTIMA (vapeur d'eau).
(Effectivement le désherbage thermique à flamme nues nous a valu quelques départs de feu dans les haies des riverains . A l'heure actuelle nous testons l'ecosteamer 5000 (machine italienne) , appareil équivalent à l'optima (machine coréenne) que nous installons sur un GOUPIL électrique. Ces équipements, d'origine, sont dédiés au nettoyage à la vapeur des carrosseries automobiles .Il est évident que pour que la vapeur soit efficiente, il faut que le végétal soit à l'état de plantule (3 à 4 cm). Sinon la binette est de retour ... avec ses risques de TMS. (pour notre part nous ne sommes pas encore convaincu des méthodes alternatives en matière de désherbage comme celles du WAIPUNA ou la vapeur d'eau car elles nécessitent l'utilisation d'une grande quantité d'eau et n'est donc pas très écologique en cette période de restriction d'eau. Sur notre collectivité le désherbage notamment des voiries s'effectuent par prestataire extérieur donc nous ne rencontrons pas encore de problème de TMS pour cause de binette. Cela dit je pense que des évolutions sont à venir ; en attendant pour le désherbage manuel il existe du matériel qui permet de ne pas trop se baisser.
(ce qui est sûr c'est qu'entre les contraintes environnementales et celles posturales le désherbage "éco-idéal" ce n'est pas pour demain...toutefois, nous aussi avons proscrit le désherbant des terrains imperméables et  les interventions sont donc manuelles, mais nous avons équipé nos agents avec des réciprocateurs (machine thermique qui ressemble et s'utilise comme une débroussailleuse à dos) et dont le retour (efficacité et des utilisateurs) est plutôt positif. (je pense qu'il ne faut pas se comporter comme 10, 20 ans auparavent lorsqu'on utilisait uniquement du desherbant, ce qui a entrainé tous les problèmes que nous connaissons aujourd'hui. la formation des agents est primordiale, ils doivent connaitre la végétation indésirable( annuelles, bisannuelles ou vivaces), le milieu(sols imperméables ou perméables), avoir à disposition plusieurs techniques pour régler les problèmes( binage, débroussaillage fil, bruleur thermiques) et ainsi alterner les interventions et les outils sur la journée de travail.  un agent qui sait ce qu'il fait et pourquoi est un agent motivé, il faut valoriser le travail des agents d'exécutions et toutes ces connaissances y participent.   pour le bruleur qui provoque une repousse au bout de trois jours il doit y avoir un problème d'utilisation et de lieu. nous utilisons ce procédé une fois par mois sur les mois de pousse(avril, mai, juin, septembre, octobre) et uniquement sur les surfaces pavées et imperméable du coeur de ville avec un très bon résultat. je n'exclu pas l'utilisation de désherbant systémique (une fois suffit) sur des vivaces uniquement en cœur de ville.2011 : (échanges hors GP Sup) problèmes liés a des produits d’entretien
Nous connaissons une recrudescence d'allergies suite à l'utilisation de produits d'entretien multi-supports. Avez-vous déjà utilisé des produits désinfectants neutres ? Par ailleurs, utilisez-vous des produits labellisés ECOCERT ou ECOLABEL ?
(Nous n'avons pas eu d'allergie mais ma collectivité utilise une gamme de produits bio.  Il faut toutefois faire attention car le représentant les vend comme des produits non dangereux. J'ai rappelé à mes collègues que ces produits possédaient une FDS et qu'ils doivent être utilisés avec les mêmes précautions qu'un produit similaire non bio.
(Les produits désinfectants à PH neutres sont rares, la majorité sont alcalins. Il faut se méfier des produits écolabelIisés et autres produits "neutres" car même s'ils sont naturels ils peuvent être dangereux (ex: vinaigre blanc). L'absence d'étiquette de danger sur l'emballage, ne veut pas dire absence de danger pour l'opérateur. Une consigne importante: toujours demander la FDS (fiche de données de sécurité du produit afin d'adapter au mieux les protections collectives ou les EPI.2011 : (échanges hors GP Sup) agrément et formation pour utiliser des produits phytosanitaires
Je voudrais savoir si un BAC professionnel "Jardin et espaces verts" délivre automatiquement une habilitation d'utilisation des produits phytosanitaires ou si l'agent doit quand même repasser cette habilitation ou certificat. Merci et bonne année à tous
(Tout  d’abord, je suis surpris de découvrir qu'il existe une éventuelle habilitation à l'utilisation des produits phytos... De mon côté, j'ai en charge la mise en place du programme annuel de formation Hygiène et Sécurité et j'organise des sessions sur l'utilisation et la manipulation des produits phytos . Ces formations sont dispensées par un prestataire privé et concerne l'ensemble du personnel du service Espaces Verts. L'an passé(1ère session), le retour  a été très positif et je reconduis l'opération en 2011. L'échappatoire pour éviter d’être confronté à ce cas d'usage est bien évidemment de proscrire les produits phytos, mais comme nous le savons tous, le travail est fastidieux dans la mise en place... Je suis, bien sûr, preneur de toutes infos complémentaires et de vos différents avis sur le sujet
(Je partage tout à fait l'avis de Bruno DUDIT. Quelle que soit la formation initiale de l'agent, il incombe au responsable de service de procéder à la formation au poste de travail de celui-ci (cf art. 7 du décret 85-603). Pour ce qui est de l'utilisation des produits phyto (et faute de solution de remplacement) il faudra procéder à : - l'inventaire exhaustif des produits (y compris ceux de toutes les couleurs transvasés dans des flaconnages alimentaires ou sans étiquettes qui trainent dans les services), - la collecte des fiches de données de sécurité (FDS) qui sont également à transmettre au médecin du travail qui peut d'ailleurs vous aider pour monter un plan de formation, - l'exploitation des données des FDS (remplacement des produits dangereux par d'autres qui le sont moins, produits CMR !!!, ...), - rédiger un plan de formation à l'intention de tous les agents comprenant de éléments généralistes (relatifs au risque chimique, au classes de danger, aux phrases S et R, aux conditions de stockages, aux EPI, aux incompatibilités entre produits, aux modes de contamination des agents, ...) et des éléments particuliers relatifs aux produits utilisés et aux conditions de mise en oeuvre de chacun d'entre eux. Un certain nombre de cancers professionnels sont liés à des expositions pendant des années à des produits dangereux sans précaution. Exemple : le white spirit (produit classé nocif) qui sert à nettoyer les pinceaux et les mains (!) lors de l'utilisation par les peintres de peintures solvantées (glycéro-phtaliques, ...).
(Je pense qu’il parle de l'agrément pour les "applicateurs" de produits phytosanitaires. Agrément qui est obligatoire pour les agents des entreprises de travaux agricoles, les paysagistes, les prestataires de service ... qui épandent des produits phytosanitaires. Cette obligation est définie dans les articles L 254-1 à L 254-10 du code rural. Pour ce qui est des agents des collectivités, cette obligation n'existe pas (pour l'instant). Cependant, un avis de la Direction générale de l'alimentation, dans un avis au JO du 21 janvier 2003, recommande aux personnes publiques de se soumettre volontairement à la procédure d'agrément. J'ai d'ailleurs dans mon département des collectivités qui ont franchi le pas. Pour tout renseignement sur les modalités d'agrément des collectivités et des agents, il faut se renseigner auprès de la DRAAF (Direction régionale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt).2010 : prosimètre à mercure – quelles mesures de prévention ?
Un laboratoire de l'université du Havre vient de se doter d'un porosimètre (mesure de la porosité d'échantillons d'argiles, etc.) ; pour l'instant il a été installé et des premiers essais et formation à l'utilisation ont été faits avec la société qui l'a vendu.
Cet appareil utilise du mercure pur (métallique) et est placé dans une salle avec un système de climatisation (pas de sorbonne) Notre service a été sollicité pour mettre en place, en collaboration avec le médecin du travail et les chercheurs utilisant cet appareil les mesures de prévention.
Nous avons décidé de rédiger un protocole de manipulation, une fiche de sécurité au poste, une habilitation pour la personne manipulant cet appareil, modalités et consignes de stockage, conduite à tenir en cas d'accident, suivi médical, etc.
Je souhaiterais donc savoir si l'un d'entre vous a cet équipement et si oui quelles sont les mesures de prévention qui ont été mises en place
( Nous avons failli en avoir un à l'Ecole Centrale mais cela n'a pas été possible parce que nous n'avions pas de salle à lui consacrer. En plus de ce qui est énoncé, voici, en vrac, les mesures que nous avions envisagées :
- murs lisses et peints
- sols sans joints
- plinthes sans joints avec le sol
- il faut un point d'eau pour rincer les sondes :
- siphon spécial de récupération du mercure
- point d'eau au plus près de la manip
- gestion des déchets mercuriels (papiers d'essuyage)
- sas d'entrée changement de blouse (sans poche) et protège-chaussures
- surveillance médicale particulière (bilan avant prise de fonction)
- présence de kits de ramassage en cas d'incident
- relevé de présence de vapeurs de mercure dans l'air régulièrement
- pas de nettoyage par les agents de service (surtout pas d'aspirateur)
- pas de femmes enceintes
- pas de poste de travail à demeure dans la même pièce

On n'avait pas pensé aux fiches individuelles d'exposition à l'époque et probablement pas à tout...
( Le mercure présente un risque de toxicité très important qui le plus souvent est consécutif à la pénétration de vapeur dans l’organisme par les voies respiratoires. Or malgré une tension de vapeur faible, à température ambiante il émet des vapeurs en quantité appréciable. En conséquence, pour militer les risques nous préconisons les mesures suivantes :

Aménagement

Le prosimètre devra être installé dans un local ventilé dédié à cette activité. La ventilation de ce local devra permettre un renouvellement d’air d’environ 20 volumes heure avec une extraction située en partie basse (à cause de la densité des vapeurs d’Hg). Cette ventilation ne devra pas comporter de recyclage d’air et la température ambiante devra être maintenue autour de 20°C.
Par ailleurs, cette pièce devra disposer d’un sol et de parois lisses et imperméables exempts de fissures et de joints poreux.

Stockage

Les prescriptions relatives aux locaux de manipulation sont applicables pour le stockage (endroit frais et bien ventilé). Le mercure devra être conditionné dans des récipients soigneusement fermés et étiquetés.

Manipulation

Pour limiter l’inhalation des vapeurs, les manipulations et opérations de nettoyage devront être réalisées sous une enceinte ventilée (ex : sorbonne).

Afin d’éviter les contacts cutanés des équipements de protection individuelle (gants, blouse, lunettes) devront être mis à disposition.

Des instructions précisant le mode opératoire et les consignes de sécurité devront être mises en place. De même une procédure en cas d’accident ou incident devra être établie.

Les déchets de mercure devront être stockés dans des récipients clos spécifiques. Ils devront être traités par une filière adaptée et ne jamais être rejeté à l’égout.

Le personnel amené à utiliser le prosimètre devra être formé aux risques présenté par le mercure, aux précautions à observer ainsi qu’aux mesures à prendre en cas d’accident. Par ailleurs les personnels devront bénéficier d’un suivi médical adapté.

Contrôle

Pour s’assurer de l’efficacité de ces différentes préconisations, un contrôle périodique de la teneur en mercure dans l’atmosphère devra être réalisé régulièrement.2010 : substitution du BET
(A toute fin utile, le laboratoire a substitué le BET par le Gelred d'Interchim (c'est un composé intercalant de l'ADN mais incapable de traverser les membranes cellulaires et donc non considéré comme cancérogène ou mutagène, dixit les utilisateurs) Plus d'infos :
 HYPERLINK "http://www.interchim.com/interchim/bio/newsletter_bio/BiologieMoleculaireJanv10/GelRed_GelGreenWeb.html" http://www.interchim.com/interchim/bio/newsletter_bio/BiologieMoleculaireJanv10/GelRed_GelGreenWeb.html
(Voici l'extrait d'un avis d'une ex-collègue de Céline Melchior (AFSSET) au sujet de ces molécules :
"Bonjour,
Je n'ai pas d'informations toxicologiques autre que celles données par les fournisseurs.
Les composés GelRed et GelGreen commercialisés par interchim pour remplacer le BET seraient moins mutagènes et moins toxiques que le BET car il ne traverseraient pas les membranes cellulaires.
Ce genre de composés est très en vogue chez les fournisseurs, à titre d'exemple: dans le catalogue "Molecular Probes" on trouve aussi les colorants de l'ADN de la série SYBER qui sont aussi commercialisés sous le label "safe DNA gel stain".  HYPERLINK "http://www.invitrogen.com/site/us/en/home/References/Molecular-Probe" http://www.invitrogen.com/site/us/en/home/References/Molecular-Probes-The-Handbook/Technical-Notes-and-Product-Highlights/SYBR-Safe-DNA-Gel-Stain.html
Ils sont montrés non mutagènes sur souche TA98 chez Molecular Probes alors que les tests de la doc interchim montrent le SYBER green mutagène sur la même TA98 (votre document NT-BQ041T). Evidemment on ne peut pas comparer car les documentations des boîtes sont rédigées sur un registre marketing et non scientifique (pas de conditions expérimentales précises).
Il est difficile d'avoir une idée précise sans savoir de quelle molécule il s'agit exactement (on ne veut pas donner la formule chimique) et sans publication officielle de résultats de tests.
Dans certaines fiches produits d'interchim (voir attachés) il est bien précisé qu'il faut prendre les précautions d'usage vis-à-vis des colorants de l'ADN qui sont bien entendu tous des intercallants.
(Comment un produit peut-il être un intercalant de l'ADN s'il ne passe pas la barrière cellulaire  ??? Pour le BET et ses substituts, j'avoue que ce débat qui dure depuis plus de 20 ans et qui semble prendre une nouvelle ampleur, au vu de vos remarques, me semble démesuré. Le BET n'est ni l'amiante, ni les nanotubes de carbone ! Je trouve que la diabolisation des biologistes sur ce point n'a pas beaucoup de sens au vu de l'analyse des conditions d'exposition (solutions aqueuses très diluées) et j'aimerais bien qu'on en fasse seulement un dixième pour l'utilisation du formaldéhyde, sous forme monomère (formol) ou sous forme polymérisée (paraformaldéhyde), car là on a un produit réellement cancérogène et qu'on inhale facilement, puisque c'est un gaz dissous !!2010 (échanges hors GP Sup) : risque liés aux désherbants
Il semblerait que les désherbants contenant du glyphosate soient interdits ? Il serait interdit d'utiliser les désherbants contenant du glyphosate à un dosage supérieur à la norme?(Dixit  fournisseur ...)
(le site e-phy du Ministère de l'agriculture ne semble pas l'interdire :  HYPERLINK "http://e-phy.agriculture.gouv.fr/" http://e-phy.agriculture.gouv.fr/ Il peut toutefois y avoir un retrait d'AMM sur une marque donnée.
( le glyphosate n'est pas interdit à la vente donc il est utilisable bien sur qu'il faur respecter les dosages prescrit par le fabricant pour ma part je vous déconseille d'utiliser ce produit, car il est nocif pour les applicateurs (cancer) et nocif pour l'eau car contrairement au dire du Fabricant (Monsento à l'origine) il n'est pas complétement detruit aprés son utilisation, et il se retrouve dans les eaux (rivière nappe phréatique) notre collectivité ne l'utilise plus depuis 4-5 ans, et même nous arrivons à 0 produits phyto (dev durable, agenda 21)
( Je ne suis pas toxicologue et je n'ai pas approfondi le problème, mais de loin, j'ai l'impression d'une grosse guéguerre des producteurs de phytosanaitaire. Monsanto avec Roundup (glyphosate) avait cartonné durant des années sur l'innocuité de son produit à la fois pour l'homme et l'environnement. Il y a plusieurs mois ils ont perdu un procès car leur produit ne se dégradait pas aussi rapidement qu’ils le prétendaient. A partir de là, tous les autres producteurs leur tombent dessus et annoncent des interdictions et montent en épingle toute sorte de rumeur. Sous les réserves que j'ai déjà émises, pour moi, le glyphosate reste l'herbicide efficace le plus anodin pour la santé de nos agents.
(Le désherbage chimique reste le moins nocif pour l'environnement lorsqu'il est maitrisé. Je vous invite à consulter le site de l'UPJ     HYPERLINK "javascript:void(0);/*1273040742528*/" www.upj.fr (union pour la protection des jardins et espaces verts) qui a effectué une étude comparative sur les impacts environnementaux des 4 techniques de désherbage en collectivité. Le résultat est sans appel : pour 10 indicateurs sur 11, le chimique l'emporte. Pour le glyphosate, selon l'activité de chacun ,on peut utiliser 1800 gr ou 2880 gr par hectare et par an (sous réserve que la règlementation aie changé très récemment ).Cela implique que chaque collectivité aie mis en place un plan de désherbage afin de calculer les surfaces à traiter. Le site  HYPERLINK "javascript:void(0);/*1273041698295*/" http//:phy.gouv.fr propose des méthodes de calcul et de nombreux renseignements intéressants. La société EURALIS vient de mettre sur le marché un produit sans glyphosate qui se veut révolutionnaire  (VALDOR) , mais je n'ai pas de retour significatif sur son utilisation
(le glyphosate n'est pas interdit à la vente donc il est utilisable bien sur qu'il faut respecter les dosages prescrit par le fabricant pour ma part je vous déconseille d'utiliser ce produit, car il est nocif pour les applicateurs (cancer) et nocif pour l'eau car contrairement au dire du Fabricant (Monsento à l'origine) il n'est pas complètement détruit après son utilisation, et il se retrouve dans les eaux (rivière nappe phréatique) notre collectivité ne l'utilise plus depuis 4-5 ans, et même nous arrivons à 0 produits phyto (dev durable, agenda 21)
( Je suis surpris par certaines réponses sur "l'innocuité" du Round up. Pour ceux qui ont le temps : une vidéo édifiante sur Monsanto :  HYPERLINK "http://video.google.fr/videoplay?docid=-8723985684378254371#" http://video.google.fr/videoplay?docid=-8723985684378254371#2010 : substitution du formol pour la conservation d’échantillons biologiques
Un de mes labos cherche à substituer le formol pour la conservation de ses échantillons biologiques. Ils ont utilisé en remplacement jusqu'à ce jour le RCL2, à base d'acide acétique et d'éthanol. Il pose problème quand les échantillons sont à base de crustacés car l'acide acétique attaque la coquille et l'identification des crustacés est alors rendue impossible. Les solutions méthanol, cétones, aldéhydes… sont telles des « bonnes » solutions par rapport à ce type d’activité. Avez-vous des expériences en ce domaine ?
(chez nous, ils en conservent beaucoup dans l'éthanol (sans l'acide acétique)
(l'intégralité des échantillons de la collection de biologie animale de l'Université Bordeaux 1, conservés en formol, sont progressivement transférés en éthanol.
Les labos conservent également des échantillons bio en éthanol
(Le formol est à la fois un fixateur et un conservateur.
Je n'ai pas connaissance d'un produit de substitution du formol pour la phase de fixation proprement dite, sauf peut-être pour des échantillons de très petites dimensions comme des coupes histologiques.
En revanche il existe différents produits permettant de conserver des spécimens déjà fixés au formol, notamment l'alcool ou le glycérol.2009 : risque du BET
Il y a plusieurs années que j'ai quitté le milieu lié à la biologie moléculaire, mais je suis sollicitée pour une intervention sur le risque chimique en labo de biologie, et je découvre que les angoisses des biologistes sont toujours les mêmes, notamment autour du BET.
Pouvez-vous me renseigner ?
- la fiche toxico de l'INRS est-elle toujours d'actualité ?
- y a-t-il des données intéressantes pour rassurer ou, a contrario, confirmer les inquiétudes ?
On me parle d'un produit de remplacement SYBR Safe, dissous dans le DMSO. A mon avis, je ne serais pas plus rassurée, du fait de la pénétration facilitée dans l'organisme du DMSO. Qu'en penser? Y a-t-il d'autres produits de remplacement ?
(Entre le BET et le SYBR green ou autre, c'est même combat. Il s'agit aussi d'un intercalant de l'ADN. Je trouve que c'est même encore pire si ils l'utilisent avec du DMSO. Quand j'étais encore à Paris 6, j'avais cherché des produits de substitution mais je n'avais rien trouvé. La seule chose qu'on puisse demander c'est d'identifier le lieu de manipulation et d'utiliser du matériel jetable et de l'équipement de labo (pipette, centri) clairement identifié un peu à l'image de ce qui est fait pour les locaux de manipulation de sources non-scellées. (Il existe des produits de substitution qui commencent à être utilisés dans les labos à Bordeaux 1 et notamment des produits commercialisés par Interchim, Gel green et Gel red (fiches jointes) apparemment non mutagène (ne passent pas la barrière membrane cellulaire) et non cytotoxiques aux doses préconisées d'utilisation (tests comparatifs à l'appui), cela me semble beaucoup mieux que les produits sybergreen.
Le plus difficile reste à faire changer les habitudes des chercheurs...2009 : produits de substitution
une collègue chimiste m'interroge ce matin sur une liste de produits chimiques pour lesquels il existe des produits "de substitution", moins dangereux.
Ca vous dit quelque chose ?
(En allant sur le site de l'INRS tu peux trouver des réponses, également sur  HYPERLINK "http://www.substitution-cmr.fr/" http://www.substitution-cmr.fr/ de l'AFSSET (onglet exemple et partage d'expérience)2009 : contamination par du EMS
j'ai un petit souci avec une salle qui doit être réaménagé.
Voici les caractéristiques de la pièce :
10 m2 environ avec une sorbonne.
Produit manipulé sous la sorbonne : l'EMS : Ethyl Methane Sulfonate (voir FDS Sigma jointe), produit utilisé sous forme liquide pour réaliser des mutagénèses chez la drosophile.
Pas de manipulation depuis 3 ou 4 ans.
D'après les manipulateurs, le produit serait peu stable et se dégraderait rapidement.
Au bout de 2 ou 3 mois ils doivent acheter un produit neuf pour avoir une bonne efficacité.
La pièce doit être réhabilitée sous peu pour devenir un labo normal. La sorbonne doit au préalable être inspectée, remise en état ou démontée.
Question : s'il y a eu contamination de la sorbonne ou de la pièce par des projections, cette contamination est-elle toujours présente? Comment décontaminer le cas échéant ?
Solution envisagée : faire réaliser des frottis pour déterminer s'il y contamination de la sorbonne et de la pièce. Prix 3700 euros pour 3 frottis... puis faire décontaminer (comment?) par une société spécialisée (prix sans doute élevé).
Existe t-il une solution plus simple et moins coûteuse?
(L'on peut se retrouver assez régulièrement face à ce genre de problème de contamination par un produit chimique, j'ai le même cas à Bordeaux avec la problématique de mise au rebut d'un frigo qui servait à entreposer du tetroxyde d'osmium et qui est peut-être contaminé par ce produit. que fait-t-on?
faire venir une entreprise spécialisée pour faire contrôler un frigo destiné à aller à la casse...bof ce qui me semble logique pour ton cas:
ce produit a été utilisé sous forme liquide, sous la sorbonne: risque de contamination surfacique du plan de travail due à des projections lors des manips; donc nettoyage simple du plan de travail et de la sorbonne éventuellement et traitement du matériel de nettoyage (gants, sopalin, éponge...) en déchets chimiques.
on parle bien d'une sorbonne donc sans filtre, avec rejet à l'extérieur?
si présence de filtre, le changer et le traiter bien sur comme déchet chimique; pour les frottis, il n'y a pas de labo de chimie dans ton environnement qui pourrait faire éventuellement l'analyse pour vérification?
pour la pièce, une contamination me semble quand même très peu probable.
pour revenir à mon frigo, on s'est retrouvé les manches pour le nettoyer...
(Dans "la sécurité dans les laboratoires de chimie et de biochimie" de Picot et Grenouillet, on trouve (p.280-281) la possibilité de destruction de l'EMS par contact avec une solution aqueuse d'hyposulfite de sodium : "le thiosulfate de sodium est particulièrement efficace pour détruire les sulfates, les sulfonates, les aziridines et les nitrosourées".
(En 2008, j'ai fait intervenir LABOSERVICES pour décontaminer un local contamine au BET après déménagement.
Les contacter donnera peut être une solution.2009 : BET – substitut
Une commerciale vient de me vanter les mérites du sybrsafe, substitut du BET.
Lorsqu'elle a téléphoné pour prendre rendez-vous je lui avais demandé de m'envoyer préalablement la FDS que j'attends toujours ...
Quelqu'un s'est il déjà penché sur ce produit miracle ?
Si oui, quels sont ses commentaires ?
(Nous avons remplacé dans les protocoles de TP de BIO le BET par du SYBR GREEN (SYBR SAFE).
Après 18 mois d'utilisation, les utilisateurs sont largement satisfait.
- Pas d’utilisation d’UV pour révéler les gel
- Agent non mutagène (même s’il faut garder les même précautions de manipulation que pour le BET),
- Pas de déchets toxiques.
- Gain de temps sur les manipulations,
- Meilleure qualité de l’ADN marqué (avec du matériel adapté) Par contre l’utilisation de ce produit nécessite l’achat d'un transilluminateur (voir offre en PJ) et quelques soirées pour la mise au point du protocole.
(Pour remplacer le BET, nous avons fait un essai concluant avec le produit suivant d'INTERCHIM :
Gelred nucleic acid x10000 in water 500microlitre (réf BY1740 prix 134 ¬ HT).
INTERCHIM
213, avenue J.F Kennedy
B.P. 1140
03103 MONTLUCON Cedex
(Pour rappel l'ADHYS a publié un article sur le BET et ses substituants possibles dans la lettre n°14 accessible à tous sur son site  HYPERLINK "http://www.adhys.org" www.adhys.org.
C'est vrai qu'elle date de 2003 mais la majorité des informations communiquées dans cet article sont encore valables (les prix indiqués, probablement plus!) de façon générale, le BET est encore largement utilisé dans les laboratoires (enseignement et recherche) que nous visitons à part quelques exceptions.2009 : acide nitrique fumant
je vous transmets ci-dessous un retour d'expérience d'un incident lors d'une séance de TP avez vous été confronté à des problèmes similaires? avez vous d'autres solutions que celle proposée? ******************************* Voici une information concernant l'utilisation de gants jetables aux laboratoire. Lors d'une manipulation en travaux pratiques de chimie, un étudiant a, accidentellement, laissé tombé un gant dans un bécher contenant de l'acide nitrique fumant. Ce gant s'est brutalement et spontanément enflammé. Pas de casse, l'incident s'est produit sous hotte, pas de produits inflammables à coté. Surpris par ce phénomène un enseignant et un assistant ingénieur ont testé la "réactivité" des autres gants mis à la disposition des étudiants (et du personnel). Les gants NITRILES et les gants TRILITES (latex-nitrile-vinyle) conduisent au même résultat ! Pourtant, lorsqu'on lit la notice des gants trilites par exemple: • Mélange unique de trois polymères pour un confort et une solidité accrus. • Protection contre les éclaboussures de produits chimiques. • 99492 : propreté particulaire maintenue par un conditionnement hermétique en sachet plastique. • Bord roulé évitant le déchirement et assurant une bonne tenue sur le bras. • Epaisseur optimale pour une excellente sensibilité tactile tout en assurant une grande longévité en usage. • 4 tailles disponibles pour une adaptation à toutes les mains. • Taux de protéines du latex naturel inférieur au niveau de détection (essai Lowry) limitant le risque de sensibilisation. • Traçabilité de la production sur les sachets et cartons. PRINCIPAUX DOMAINES D’UTILISATION Manipulation à sec et protection contre les éclaboussures accidentelles. • Laboratoires • Assemblage et tri de précision • Manipulations délicates • Manipulation de petites pièces Aucune mise en garde en particulier vis à vis de l'acide nitrique fumant. Comme nous avions également à disposition de gros gants verts (élastomères composites),, nous les avons également testés. Ces derniers résistent à l'attaque de l'acide nitrique fumant. Ils seront donc dorénavant utilisés pour cette manipulation bien que peu pratiques. A noter que l'acide nitrique dilué (20 % par exemple) n'attaque pas les gants habituellement utilisés au laboratoire. Conclusions:     * il faudrait peut-être faire suivre cette information aux autres utilisateurs des laboratoires de l'UPVM ainsi qu'aux SHS des autres universités.     * il faudrait faire une enquête pour savoir si d'autres produits chimiques sont susceptibles de réagir aussi violemment avec des gants en latex, nitrile, vinyle, trilite, . . . sensés protéger les utilisateurs.
(Je n'ai pas eu ce type d'incident (j'en ai eu d'autres), mais je ne suis pas surprise par cette réaction. En effet, l'acide nitrique fumant est extrêmement réactif avec tous les produits organiques ; il attaque aussi très bien les métaux (il est utilisé pour cela en labo de métallurgie) quelques exemples tirés de "réactions chimiques dangereuses" de l'INRS : "l'aniline est enflammée instanténément par l'acide nitrique concentré ; ... de l'acide nitrique fumant peojeté sur de l'acétone provoque une explosion immédiate ; ...  l'acide nitrique concentré peut causer des inflammations spontanées et même des explosions au contact des matières organiques telles que paille, sciure de bois, déchets de papier et de coton, résines synthétiques, essence de térébenthine." ...... Parmi les acides, il faut aussi se méfier beaucoup de l'acide perchlorique qui entraine facilement des explosions par réaction avec les matières organiques. Je vous laisse lire le livre de l'INRS pour les détails. Les fabricants de gants donnent des guides de résistance chimique : le guide Shield scientific indique pour l'acide nitrique à 70% : gants nitrile : temps de passage 2m.... Dans ce cadre, avez-vous réfléchi sur des instructions particulières (hors personnels indispensables et mobilisables) ?
Pour nous aussi, le Rectorat doit nous fournir les masques FFP2 en cas de fermeture dans la limite d'un certain nombre qui avait été diffusé à tous les établissements.
Dans les différentes recommandations pour l'établissement du plan de continuité,tu trouveras des info sur les fiches techniques G1 et C4.
Bon après-midi et bon week-end2009 : Grippe porcine
L’alerte à la grippe est maintenant classée au rang 5 et la pandémie semble inévitable.
A l’Ecole Centrale de Lille nous ne sommes pas prêts pour y faire face et je pense que nous sommes nombreux dans cette situation. Il est même probable que quoique l’on ait mis en place, personne ne peut être parfaitement prêt. Nous, nous avons la liste des personnes jugées indispensables, un stock de masques et de produit alcoolisé pour se laver les mains, une cellule de crise qui ne s’est encore jamais réunie et c’est tout …
J’ai demandé à ma direction de réunir la cellule de crise – notre zone est encore en vacances (plus de la moitié des personnels la constituant est absente) et cela ne se fera que semaine prochaine. J’ai des idées de pistes de réflexion et d’actions à mettre en œuvre mais je suis ouverte à absolument toutes les suggestions, même celles qui demandent du temps, et pense que notre forum n’a jamais eu autant de raison d’être…
Merci à ceux qui se sont préparés depuis des mois et des années de nous faire part de leurs conseils
Merci à nos inspecteurs de nous donner les grandes lignes de ce qu’ils pensent être la marche à suivre
Merci aux collègues qui ont connus des situations analogues de nous faire un retour d’expérience (je pense au chicungunya – l’orthographe n’est pas bonne mais vous m’avez comprise…)
Il y aura dans tout cela des choses simples voire faciles qui pourront nous être bien utiles rapidement
J’espère m’inquiéter pour rien, et voir la grippe s’éteindre en Amérique en quelques jours,  mais tout ce que nous mettrons en place servira forcément un jour…
(Il est utile de rappeler que le MENESR a édité en décembre dernier un BOEN spécial sur la pandémie. (pièce jointe) Ce BOEN fait référence au site national :  HYPERLINK "http://www.grippeaviaire.gouv.fr/" http://www.grippeaviaire.gouv.fr, et notamment à 2 fiches techniques (également en pièces jointes). Je pense que la priorité actuelle est de recenser les personnes "à risques" c'est à dire celles qui ont séjourné ces dernières semaines au Mexique ou dans les pays déjà atteints par la pandémie (étudiants et personnels d'origine de ces pays - stagiaires - personnes en mission etc...) (A Limoges :
- 1 enseignant de retour du Mexique, les recommandations actuelles sont de rester isoler chez soi pendant 5 jours et de limiter les contacts
- 1 étudiant de Limoges revient du Mexique aujourd’hui et 6 autres samedi
- 3 étudiantes mexicains attendues : la directrice de la DRASS a indiqué qu'aucune consigne n'interdisait la venue de ces étudiants (nous en étions au niveau 4 du plan de l'OMS...) et elle recommandait de les accueillir de la même manière que les étudiants français de l'IUT actuellement au Mexique (pas de mesures particulières mais vigilance) ; au final, elles n'ont pas obtenu de visa et ne pourront donc pas venir
Ci-joint les consignes actuelles en français, anglais et espagnol vis à vis de la

- Conseil aux voyageurs :
 HYPERLINK "http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs_909/pays_12191/mexique_12292/index.html" http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs_909/pays_12191/mexique_12292/index.html
 
- règles d'hygiène à  recommander, ainsi que beaucoup d'autre conseils, sont précisés sur le site "Mon quotidien en pandémie" :
 HYPERLINK "http://www.grippe-aviaire.gouv.fr/monquotidienenpandemie/index.php" http://www.grippe-aviaire.gouv.fr/monquotidienenpandemie/index.php
 
- Déclarations officielles :
OMS :  HYPERLINK "http://www.who.int/fr/index.html" http://www.who.int/fr/index.html
Ministère de la santé :  HYPERLINK "http://www.sante-sports.gouv.fr/actualite-presse/presse-sante/communiques/epidemie-infections-respiratoires-severes-au-mexique.html" http://www.sante-sports.gouv.fr/actualite-presse/presse-sante/communiques/epidemie-infections-respiratoires-severes-au-mexique.html
(Pour compléter, le rapatriement des étudiants en stage au Mexique est en cours.
(pour information : message reçu du rectorat ce jour
GRIPPE PORCINE - INVS : En raison de l'épidémie grippale actuelle et en accord avec le Ministère chargé de la Santé et le Ministère des Affaires étrangères et européennes, les échanges qui auraient été programmés avec des élèves en provenance du Mexique sont annulés.
Cette instruction s'entend aussi bien pour des groupes attendus en France que pour des groupes d'élèves français sur le point d'effectuer un séjour au Mexique. Vous voudrez bien me signaler sans délai les groupes en provenance du Mexique qui seraient déjà sur le territoire français.
(Dans la continuité des messages intéressants voici celui-ci. Mesdames et messieurs les Présidents d'université, Mesdames et messieurs les Directeurs d'établissement, L'Organisation mondiale de la santé a décidé hier soir que le niveau d'alerte pandémique passait de la phase 4 à la phase 5. Elle déclare que "Tous les pays doivent immédiatement activer leur plan de préparation pour faire face à la pandémie". D'ores et déjà, en votre qualité de responsable d'un établissement public, je vous demande de vous tenir régulièrement informé en consultant le site interministériel dédié à la pandémie grippale   HYPERLINK "http://www.grippeaviaire.gouv.fr/" http://www.grippeaviaire.gouv.fr/ Il vous appartient également de prendre connaissance du plan ministériel de prévention et de lutte contre la pandémie grippale  (BO spécial du 18/12/08 :  HYPERLINK "http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/special_8/61/0/MESR-special8_40610.pdf%29" http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr//file/special_8/61/0/MESR-special8_40610.pdf) car sa mise en oeuvre vous concerne directement. A ce stade, il convient de vous assurer de l'actualisation si nécessaire des données contenues du plan de continuité propre à votre établissement. Je vous rappelle qu'il a pour objectif de maintenir l'activité au niveau le plus élevé possible tout en protégeant l'ensemble des personnes potentiellement exposée. Pour mémoire, vous pouvez consulter la fiche G.1 sur le site interministériel (lien : HYPERLINK "http://www.grippeaviaire.gouv.fr/article.php3?id_article=305%29" http://www.grippeaviaire.gouv.fr/article.php3?id_article=305). Ce plan de continuité doit être accessible à chacun de vos personnels, qu'ils soient immédiatement mobilisables ou non. Selon les termes de la circulaire N°1008-162 du 10-12-2008, ce plan fait l'objet, après consultations de vos instances, d'une transmission au niveau hiérarchique ou fonctionnel supérieur selon le schéma suivant :
Pour les établissements d'enseignement supérieur et les CROUS à la Chancellerie des universités dont vous dépendez
Pour les grands établissements (Collège de France, Muséum, CNAM...), ENS auprès de l'administration centrale (Haut fonctionnaire de défense et de sécurité :  HYPERLINK "mailto:hfds@recherche.gouv.fr" hfds@recherche.gouv.fr)
Pour les établissements publics nationaux et les organismes de recherche auprès de l'administration centrale (Haut fonctionnaire de défense et de sécurité :  HYPERLINK "mailto:hfds@recherche.gouv.fr" hfds@recherche.gouv.fr.)
Vous voudrez bien en priorité procéder à : - La vérification de la liste établissant la répartition nominative des personnels occupant des postes indispensables au fonctionnement des structures et intégrant la planification des relèves mobilisables. - La promotion auprès de vos étudiants et de vos personnels des gestes élémentaires de prévention de la transmission interhumaine des maladies respiratoires (fiche jointe dans le document annexe du BO :  HYPERLINK "http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/special_8/61/0/MESR-special8_40610.pdf%29" http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr//file/special_8/61/0/MESR-special8_40610.pdf)   En vous remerciant pour votre mobilisation et votre vigilance, je vous prie d'agréer, Mesdames et messieurs les Présidents d'université,Mesdames et messieurs les Directeurs d'établissement, l'expression de mes salutations distinguées. Patrick Hetzel Directeur général pour l'enseignement supérieur et l'insertion professionnelleDon du corps - échantillons humains2011 : Autorisation pour la manipulation d'échantillons humains
Question pour les experts en biologie...
Dans le cadre de la création de l'option ABB du département de DUT Génie Biologie, les enseignants souhaitent faire manipuler aux étudiants (2ème
année) du sang et le l'urine issus d'organismes humains.
Question : faut-il une autorisation spécifique pour la manipulation ?
Ereka : Décret n°2000-156 du 23 février 2000 relatif à l'importation et à l'exportation d'organes, de tissus et de leurs dérivés, de cellules du corps humain, à l'exception des gamètes, et de produits de thérapies génique et cellulaire, et modifiant le code de la santé publique Arrêté du 20/04/2000 fixant le modèle de dossier de demande d'autorisation d'importation et d'exportation, à des fins scientifiques, d'organes, de tissus et de leurs dérivés, de cellules du corps humain.
MAIS en y regardant de plus près :
- il n'est pas très clair que le sang soit concerné et pourtant il contient "des cellules du corps humain" !?
- le document fait référence aux activités de recherche alors que l'intitulé "à des fins scientifiques" pourrait faire penser également aux activités d'enseignement ?!
Merci pour vos lumières...
(On entend par utilisation la préparation, la mise en oeuvre, la conservation ou la constitution d'une collection. Dans ton cas, les activités d'enseignement sont normalement bien comprises par la démarche. Ne sont pas concernés : - Les échantillons d'animaux - Les prélèvements humains post-mortem (qui nécessitent pas ailleurs une autorisation de l'agence de biomédecine) - Les dents et les cheveux - Les cellules souches foetales ou embryonnaires (qui nécessitent pas ailleurs une autorisation de l'agence de biomédecine) Sont concernés : les tissus, organes, cellules, fluides biologiques humains et leurs dérivés comme par exemple (liste non exhaustive) - Les lignées commercialisées - Les cellules souches adultes - Les biopsies - Le sang - Les liquides biologiques : y compris l'urine ???? - Les cellules OGM (transfectées ou trasnduites) déjà classées par la CGG ou le HCB J'avoue que pour l'urine : je n'ai pas de réponse claire; je n'ai jamais réussi à savoir donc par défaut je le déclare. Pour info, il y a une application sur internet : CODECOH pour faire la déclaration mais je pense que tu dois savoir.
(désolé bcp de textes émanent du secondaires...
Circulaire du 8 août 1973 : manipulations de souches microbiennes au cours des travaux pratiques effectués dans les classes et sections de lycées techniques préparant au baccalauréat de technicien et au brevet de technicien supérieur ainsi qu'aux expériences de laboratoires sur animaux vivants, à des fins d'enseignement
+
convention avec EFS cf. Convention-cadre sur l'utilisation de sang du
6/4/94 (B.O. n°15 du 14 avril 1994) ou celle du 6 octobre 1995 pour IUT
+
cf. N.S. n°23-097 du 12 janvier 1993 (B.O. n° 3 du 21 janvier 1993) ; cette note de service interdit toute manipulation de sang sur le sang des élèves + vaccination hépatite B
+
Note de service n° 93-089 du 26 janvier 1993 : vaccination des personnels contre hépatite B
pour ce qui est des urines : elles sont normalement stériles chez une personnes saines2009 : hépatite B et don du corps
J'ai un beau problème concernant le centre du don des corps et les TP de dissection...
Nos sujets ne sont pas testés à l'hépatite B car selon le personnel de notre centre de don des corps : les résultats sont non fiables.
Nous recevons plusieurs étudiants en médecine et professionnels dans le cadre de conventions et nous formons également nos propres étudiants sur ces sujets.
D'après le code de la santé publique (Art L3111-4) : toute personne qui travaille dans le secteur de la prévention, ou en milieu de soins qui l'expose à des risques de contamination doit être immunisée contre l'hépatite B.
Dans nos conventions nous demandions que les personnes soient vaccinées.
Mais vacciné ne veut pas dire immunisé...
Nous avons donc proposé de demander un certificat d'immunisation (avec test de sérologie)... mais ça a du mal à passer avec la direction du centre des dons du corps et les utilisateurs et c'est contraignant.
Comment gérez vous cela?
Vos sujets sont ils testés à l'hépatite B?
Si non, qu'est-il mis en place dans vos établissements?
( A Nantes, tout corps arrivant au labo d'anatomie devait avoir un certificat de non contagion établi par un médecin.
 Forcément c'est toujours très fiable. Il est arrivé quelques fois qu'on leur livre un corps "tout jaune". Les techniciens le mettaient alors directement en cercueil.2005 : manipulation d’un colon cancéreux : N'étant pas familiarisé au pb qui suit (et un peu fainéant pour rechercher dans les nombreux textes) je m'adresse  ceux qui ont une situation similaire pour m'indiquer les grandes lignes : J'ai un labo qui dit désirer se lancer dans des travaux de recherche sur des biopsies de colon cancéreux (je pense que cela doit déjà se faire)tout en se chargeant du transport des échantillons depuis l'hôpital jusqu'a son labo.
- Règles de Transport : ?
- Manipulations : PSM ? + Labo L2
- Déchets : (très petites quantités!) non congelables  mais grâce a une noria fraîchement mise en place avec un transporteur je n'ai pas de pb sur ce point
Merci pour les renseignements (ou débuts de pistes) que vous pourrez me donner.
(Question transport a priori ça se transporte sous ADR (transport de matière dangereuse) dans la classe des matières infectieuses classe 6.2. La liste des rubriques collectives qui paraît correspondre est I4 : échantillons de diagnostic ou échantillons cliniques dont le n° ONU est 3373. se reporter à la p. 190-191 et 530 (là tu as la liste de toutes les prescriptions à respecter emballage, étiquetage, …) de l’ADR vol. I dont voici le lien :  HYPERLINK "http://www.unece.org/trans/danger/publi/adr/adr2005/05ContentsF.html" http://www.unece.org/trans/danger/publi/adr/adr2005/05ContentsF.html
La DRIRE doit pouvoir te fournir la liste des transporteurs agréés dans ce secteur mais l’hôpital qui fournit les échantillons doit avoir l’habitude. Le plus simple c’est qu’ils organisent le transport, l’expéditeur étant responsable de tout … jusqu’à la prise en charge chez vous.2007 : Culture de cellules humaines
Une correspondante de sécurité m'informe qu'un labo souhaite installer une salle de culture de cellules humaines classiques dans un local (a priori classique lui aussi. Quels conseils pourriez vous me donner à ce sujet ?
(Pour moi, c'est L2 réglementaire avec ventilation conforme au code du travail, pièce dédiée, sigle risque bio, si possible une place pour mettre des blouses de couleur dédiées à la manip des échantillons à risque (humains)... sauf si ce sont des lignées commerciales classées dans le groupe 1. Un évier avec robinet à commande NON manuelle. PSM de type II. De quoi mettre du matériel destiné à transporter les déchets vers l'autoclave si nécessaire... L'idéal c'est un sas avec un coin rangement de matériel et un portoir pour des blouses. L'évier sera dans le sas ou dans le labo selon les procédures qu'ils souhaitent mettre en place (je préfère l'évier dans le laboratoire). Avantage du sas = possibilité de stocker les bouteilles de CO2 dans le sas. Le sas être ventilé comme le laboratoire (possibilité d'arrivée d'air neuf dans le sas avec filtration préalable comme dans tout local ventilé mécaniquement - donc au moins un G3, je crois... Grille de transfert pour passage de l'air du sas vers le laboratoire. Certains collègues tolèrent qu'un L2 ne soit pas ventilé mécaniquement pour des échantillons potentiellement infectés (par opposition à infectieux de manière avérée)... ce qui est le cas pour les biopsies humaines classiques. A voir.2005 : manipulation de sang dans un TP : je dois donner mon avis sur un nouveau TP de pharma, quels sont pour vous les textes qui s'applique pour ce type de manipulation : " nouveau enseignement (TP) prélèvement de sang sur étudiants volontaires afin de réaliser la mesure des gaz du sang: pO2, pCO2, bicarbonates)." A première vue j'aurais tendance à dire non, mais j'aimerais bien reposer ma négation sur une base réglementaire ou de recommandation.
(Outre le problème éthique que tu as souligné, le pb est surtout : qu'est ce qui dit que ces étudiants volontaires sont sains ??? HIV ? HpB ? HpC ?
Pour réaliser la pO2 et la pCO2 ... je serais très inquiet c'est pvt sur du sang artériel... qui fait le Pvt ? il ne faut pas être mancho... à moins que le TP soit adapté et réaliser sur du sang veineux... Le pb de l'enseignant est qu'il doit disposer d'un échantillon très récent de sang pour le dosage des gaz du sang, c'est pour cela je pense qu'il fait appel à des volontaires. L'approvisionnement en sang (et dérivés) devrait se faire à partir d'échantillons de sang connus du centre de transfusion sanguine (cf modèle de convention cadre parue au BOEN n° 15 du 14/4/1994)2004 : manipulation de cellules cancéreuses :
Des enseignants projettent de travailler sur des cellules cancéreuses du sein dans le cadre de la recherche les questions posées par l' acmo du secteur sont les suivantes: faut-il une autorisation pour manipulation des cellules cancéreuses? (NON faut-il un local spécifique? (OUI ou NON (voir détails plus loin) conditions d'utilisation des prélèvements: préparation de fractions microsomiales cad broyage des cellules (BROYAGE SOUS PSM2 mise en culture dans des chambres de culture. Il s'agit de lignées cellulaires bien définies commercialisées (PAR QUI SONT ELLES COMERCIALISEES?. SI C'EST PAR L'ATCC, ILS DONNENT LE NIVEAU DE SECURITE DANS LEQUEL LES CELLULES DOIVENT ETRE MANIPULEES. SINON EN DEHORS D'UNE PRECONISATION DE NIVEAU L1 ET COMME CE SONT DES CELLULES HUMAINES, LE PRINCIPE DE PRECAUTIONS NECESSITE UN CONFINEMENT L2 OU AU MOINS UN TRAVAIL REALISE SOUS PSM2 HOMOLOGUE NFX44201. conditionnement: sous forme congelée ou en culture dans des chambres de culture produits chimiques utilisés pour leur conservation: dans un milieu de culture à base de serum de veau foetal et de DMSO (dimethylsulfoxide) (ATTENTION AU RISQUE DMSO ASSOCIE ( DECAPAGE DE LA COUCHE DERMIQUE). ATTENTION AU RISQUES LIES A LA MANIPULATION D'AZOTE LIQUIDE (FLUIDE CRYOGENIQUE A -196°C) conditions d'expositions réelles du manipulateur: travail sous hotte à flux laminaire, avec pipettes, broyage des cellules à l'ultraturax

(S'il s'agit de cellules cancéreuses d'origine humaine ou simiennes : travail sous PSM de type II pour toute opération qui pourrait générer des aérosols. Niveau de confinement recommandé L2.Risques liés à certains agents pathogènes ou manipulations 2008 : classement de certaines bactéries
J'ai un laboratoire de recherche biologique qui utilise un certain nombre de bactéries et je souhaite vérifier le classement de leurs bactéries. Je me suis référé à l'arrêté du 18 juillet 1994 et autres arrêtés le modifiant et je ne trouve pas ces bactéries dans les tableaux de l'arrêté alors que l'une d'entre elle est classée en 2 par un organisme de santé canadien et que l'autre est considérée par les chercheurs eux-mêmes comme pathogène pour l'homme. Il s'agit des bactéries suivantes : /Mycobacterium smegmatis// et Mycobacterium abcessus
Autre interrogation : qu'en est-il de la souche vaccinale/ Francicella tularensis LVS /(Live Vaccine Strain) ? Certaines sources la classent en 2, d'autres en 1 ?
(quand tu consultes le catalogue de l'ATTC
 - M. smegmatis  = biosafety level 1 (si je traduis bien... pas facile ... niveau de sécurité 1)
 HYPERLINK "http://www.lgcpromochem-atcc.com/common/catalog/numSearch/numResults.cfm?atccNum=11759" http://www.lgcpromochem-atcc.com/common/catalog/numSearch/numResults.cfm?atccNum=11759
 - M. abscessus : biosafety level 2 (si je fais toujours confiance à Mme Rouffignac... ma prof d'anglais de 4e... niveau de sécurité 2)
cela pourrait s'expliquer par le fait que M. abscessus s'appelle en fait M. chelonae subspp (sub species... sous espèce (décidement merci Mme Rouffignac... ) abscessus 
 HYPERLINK "http://www.lgcpromochem-atcc.com/common/catalog/numSearch/numResults.cfm?atccNum=23006" http://www.lgcpromochem-atcc.com/common/catalog/numSearch/numResults.cfm?atccNum=23006
 - Francisella tularensis LVS là aussi ça pourrait s'expliquer avec les dénomination des sous-espèces ? 2 espèces classées pour leur pathogénicité :
Francisella tularensis A = Francisella Tularensis biovar tularensis (neartica)
Francisella tularensis B = Francisella Tularensis biovar paleartica (holartica) => comme c'est le moins pathogène des 2 c'est  justement un des variants qui sert à fabriquer les vaccins => Francicella tularensis LVS /(Francisella tularensis subsp. holarctica strain LVS) =>  ce serait alors classe 2 ? maintenant peut être que l'atténuation de la virulence peut permettre de le manipuler en classe 1 ? dans le doute je resterais sur une classe 22006 : puce de papier : Avez-vous déjà été confronté à la présence de "puces de papiers" (c'est ce que l'on m'a dit, car les documents proviennent de diverses régions du monde (Afrique noire, Asie, ...) et les bêbêtes pourraient être autres ... Elles ne sont pas méchantes et ne provoquent apparemment pas de piqûres. Si oui, quelle démarche avez vous suivi pour traiter ? Quels produits : fumigation, pulvérisation, ...
(Lorsque je bossais au Muséum, nous étions confrontés à ce genre de problème, les herbiers ayant été traités depuis de nombreuses années avec divers produits chimiques + ou - toxiques (plutôt ++)!!! Apparemment, le plus efficace était en fait la congélation !!! Pour plus de détail, vois avec Dominique pour qu'il te donne les coordonnées du CRCDG (centre de recherche sur la conservation des documents graphiques) situés rue Geoffroy saint Hilaire (paris 5ème) au Muséum qui comme son nom l'indique fait des recherches là-dessus et préconisait à l'époque la congélation mais peut-être a-t-il maintenant d'autres méthodes !!!!2004 : formolisation : risque pour les appareillages ? La décontamination au peroxyde d'hydrogène semble être compatible avec le matériel électronique (d'après le site internet de BIOQUELL)en plus des autres avantages qu'elle apporte. Est-ce que vous seriez si la décontamination au formaldéhyde a un effet sur les différents appareils d'enregistrement électroniques (du type salle d'opération)?
(Je sais seulement que le formol à tendance à s'oxyder à l'air en acide formique et que l'acide formique attaque la plupart des métaux...je n'ai pas de grand retour d'expérience à ce sujet...Présence de puces dans un bureau : Ces puces se trouvent plus particuliérement dans les vides sanitaires et les maison avec des planchers bois . Elles se développent fréquemment lors de fortes chaleurs comme celles qui se sont produites dernièrement. Il existe des cartouches fumigènes que l'on trouve dans les coopératives agricoles ou les drogueries . Suivre scrupuleusement le mode d'emplois!! En générale cela marche bien . Dans le ces de locaux comportant des armoires, bureaux, lits de camp replié, il faut penser à tout ouvrir pour que les fumées pénètrent partout. Pour bien faire il faudrait faire le traitement en deux fois : -pour les vivants , - pour les oeufs à éclore; je crois qu'il faut deux semaines d'intervalle à vérifier
( Il y a quelques années j'ai eu un problème similaire à l'IUT de Mulhouse. Les puces étaient dues à une invasion de chats dans les sous-sols de l'établissement. J'ai fait intervenir une société spécialisée pour éliminer les puces, pour les chats le problème est nettement plus délicat ( S.P.A. oblige).
( j'ai déjà eu ce cas. Des puces dans des sous-sols où il y avait plein de souk (papier, bois....), J'ai traité avec la société hygiena, je pense qu'ils ont des antennes un peu partout
( Nous avons eu le même problème il y a quelques années, la fac etait envahie de chats errant plus ou moins malades. Nous avons fait appel un été à une société de protection des chats qui a posé des cages pour les capturer.
( Voici une adresse pour les chats. La animaux partent vivants du site, et sont remis à la SPA. Il est souvent préférable de faire les opérations sans publicité !!! : C.R.D.D./Siege social 8, Rue de la Lune/94700 Maison Alfort/Tél : 01.42.07.34.34/Fax : 01.42.07.07.85OGM 2009 : nouveau nom de la commission de génie génétique
Pour information, la commission de génie génétique a été remplacée par le Haut Conseil des Biotechnologies dirigé par Catherine Brechignac (Article 3 de la loi n° 2008-595 du 25 juin 2008; décret d'application 2008-1273 du 5 décembre 2008).
Il peut s'en suivre quelques perturbations au niveau de l'instruction de votre dossier, les formulaires restants cependant les mêmes pour le moment.
 HYPERLINK "http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid23711/premiere-demande-d-utilisation-d-o.g.m.-dans-le-cadre-de-la-recherche-du-developpement-et-de-l-enseignement.html" http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid23711/premiere-demande-d-utilisation-d-o.g.m.-dans-le-cadre-de-la-recherche-du-developpement-et-de-l-enseignement.htmlAménagements et équipements de sécurité 2007 : revêtement mur L2
selon l'arrêté de juillet 2007, dans les labos de recherche L2, il faut maintenant que les murs aussi soient imperméables à l'eau, résistants aux agents de nettoyage et désinfection. Or nous avons un L2 qui doit être réaménagé. Je souhaiterais donc en profiter pour se mettre à jour / nouvelle réglementation. Actuellement au mur c'est un du placo peint. Que recommanderiez vous comme revêtement : carrelage ? résine ?
(il me semble que le carrelage pose des problèmes au niveau des joints (les paillasses en carrelages sont interdites depuis quelques années je crois)
(Je suis d'accord avec la réponse d'Olivier (bon élève) le carrelage : négatif  aussi bien murs sols, paillasses (j'ai d'ailleurs fait interrompre des travaux de rénovation pour ce problème) La résine pourrait être une solution ou une peinture efficace. Je ne suis pas professionnel dans ce domaine "immobilier" mais je pense que chez toi il doit y avoir quelqu'un (sinon voir bureau d'étude) Si rénovation,il ne faut pas oublier:     pictogramme danger biologique     labo séparé au moins par une porte (si possible avec ferme porte)     accès réglementé (verrouillage) pour les travailleurs autorisés     PSM     présence d'un autoclave dans le bâtiment     etc ...
(Le placo peint n'est pas forcément déconseillé si la préparation du support est correcte, la peinture adaptée et qu'on ne plante rien dans le mur. Une autre piste peut être celle des revêtements souples à coller avec joints soudés comme ceux qu'on voit dans les salles de bain des chambres d'hôpitaux, de certains hôtels, ou autres centres de formation. Il doit y en avoir dans le catalogue Tarkett-Sommer.2007 : ventilation dans L2
On me demande (pour avant-hier) de dimensionner la ventilation d'un futur local L2 (réutilisation d'un local existant). On considère que tous les produits chimiques seront manipulés sous 2 PSMII. Puis-je dire que les PSM prennent leur air dans la pièce et le rejette après filtration (bilan = 0), et que j'ai simplement besoin d'extraire 15 m3/h/personne prévue dans ce L2? Ca me semble un peu léger, surtout qu'on ne tient pas compte de l'apport de chaleur des différents matériels (1 congélateur, 1 frigo, 1 bain-marie, moteurs des PSM - 4 personnes). L'objectif du service Patrimoine est le suivant : - on laisse en place l'apport d'air de cette pièce borgne (sur la VMC générale du bâtiment) - on enlève la bouche d'extraction et on la remplace par une VMC 60m3/h avec un rejet direct à l'extérieur Qu'en pensez-vous? Quels sont vos retours d'expérience sur les L2? Si l'un d'entre-vous à un cahier des charges, je suis preneuse.
(Les PSM de type 2 ne peuvent filtrer les produits chimiques à cause du type de filtre qu’ils utilisent.
Le local doit pouvoir être fermé hermétiquement pour fumigation. De plus les locaux de manipulation d’agents pathogènes sont considérés comme locaux à pollution spécifique, ce qui veut dire qu’ils doivent avoir une ventilation spécifique en tout air neuf sans communication avec des locaux ne relevant pas du même risque. Donc pas de grille de transfert entre cette pièce et un autre local.
Il faut effectivement prendre en compte la chaleur produite par les différents équipements.
(cela te fait au mini 1000 w d’apports. Pour évacuer ces apports il te faut   environ 500 m3/ h d’air extérieur si tu a un écart de température de 5°C avec l’extérieur !!
Dans un local, quand on extrait de l’air  il faut le laisser rentrer si on veut que ça fonctionne !!!
(Selon moi on ne peut pas dire que les PSM participent à la ventilation de la pièce. il s'agit uniquement d'équipements de protection collectifs (au même titre que les sorbonnes) et donc ils ne remplacent pas les VMC.
 Donc 15m3/H/personne me semble également insuffisant. De plus, le code du travail (R 232-5-6) dit que dans un local à pollution spécifique (ce qui est le cas pour un L2), il faudra 45m3/h/personne (Ateliers et locaux avec travail physique léger) ou 60 m3/h/personne (Autres ateliers et locaux). Donc pour moi avoir une VMC qui apporte 60m3/h dans ce local n'est pas suffisant. Voir également l'arrêté du 16/07/2007 "fixant les mesures techniques de prévention, notamment de confinement, à mettre en œuvre dans les laboratoires de recherche, d'enseignement, d'analyses, d'anatomie et cytologie pathologiques, les salles d'autopsie et les établissements industriels et agricoles où les travailleurs sont susceptibles d'être exposés à des agents biologiques pathogènes".2007 : sens de la porte dans un L3
Les portes d'un sas de laboratoire L3 doivent s'ouvrir dans quel sens? Les deux vers la sortie ou les deux vers l'intérieur du sas?
(Dans le L3 installé à la faculté de pharmacie en 2002/2003, les portes du sas "personnel" s'ouvrent vers l'intérieur du sas et les portes du sas "matériel" s'ouvrent vers l'extérieur du sas. Je ne suis pas sûre que le projet ait été soumis à un bureau de contrôle technique avant sa réalisation.2006 : aménagement d’un local de déchet biologique : Je suis à la recherche de documentations, d'informations pratiques, ... sur l'aménagement d'un local de stockage de déchets biologiques. Merci d'avance pour toutes les réponses que vous pourrez m'apporter.
(l'arrêté du 7 septembre 1999 relatif aux modalités d'entreposage des déchets d'activités de soins à risques infectieux et assimilés me semble un bon départ2005 : aménagement P2 : Je souhaite faire agréer une salle de notre laboratoire pour un confinement biologique de niveau P2. Je voudrais connaître la marche à suivre, je sais ce que nécessite un P2, nous avons à priori des modifications mineures à apporter : robinet sans les mains, et contrôle du poste de sécurité microbiologique, mais quelle est la procédure à suivre pour obtenir l'agrément?
(Pas d'agrément pour les laboratoires L2 (sauf si présence d'OGM). Attention à fixer avec les utilisateurs le niveau de sécurité correctement. Je te rappelle que ces locaux sont classés à pollution spécifique et doivent donc être ventilés mécaniquement, ce qui peut induire pas mal de modifications à faire.Changement filtre absolu zone A2 / PSM : il doit y avoir décontamination avant intervention, que ce soit sur les filtres absolus d'une animalerie ou d'un PSM. Cette décontamination se fait classiquement par formolisation (bombe au formal d'IFFA CREDO) et neutralisation par l'ammoniac (toujours IFFA CREDO).Décontamination 2007 : entretien des blouses contaminées
comment faîtes vous pour entretenir les blouses des enseignants et des étudiants ? et à combien de blouse le personnel a droit par an chez vous et comment sont elles financées ? (chez moi, les enseignants paient eux même leur blouse...). normalement on ne devrait pas les apporter chez soi pour les laver, mais....pour les biologistes, que pensez vous de les faire autoclaver avant transport (blouse en coton à 120° humide, cela devrait passer ?....)
(t'en as d'autres des comme ça ???
-tu connais la règle : fourniture et entretien des EPI par l'employeur... l'entretien est réalisé soit par des CAT, ou des blanchisseries (ELYS...)
-pour les blouses des étudiants, on peut envisager un autoclavage en sac plastique autoclavable, que l'on scelle et bien résistant (attention à la taille de sa blouse... sinon on se retrouve avec la blouse taille XS super près du corps de Tata Gilberte qui d'habitude porte du 52, hummm ... trop chaud !!! ) ; les étudiants remportent alors des blouses sales mais décontaminées,
accompagner alors la blouse d'une p'tite fiche technique indiquant :
*la température de lavage (90°C) [programme coton avec prélavage... ]
*un peu "d'OMO micro", mais ça marche aussi avec "Le chat"... perso, c'est Ariel Ultra fraîcheur Alpine y'en a besoin après le passage à l'autoclave...
*une 'tite pointe de javel obligatoire en fin de cycle
*pour l'essorage : c'est au goût de chacun... 
*prévoir le raccommodage des parties endommagées ou le changement de la blouse, si elle n'est plus que loque et guenille
*prévoir 2 blouses : 1 pour les TP de chimie.... et une pour la bio : marquer la blouse BIOLOGIE ...
*la fréquence de lavage : le plus souvent possible...  cela implique, si elles ne sont pas lavées à chaque séances de pouvoir conserver les blouses au sein du labo...2004 : procédé de décontamination : nous avons un laboratoire L3 d'environ 160 m2 que nous décontaminons pour le moment avec des bougies de formol. On me demande si cette décontamination peut se faire a l'acide peracetique et si c'est compatible avec la centrale de ventilation (apparemment c'est très corrosif). Avez vous une idée sur la question ?
(Avant tout, il faut vérifier le spectre de l'acide peracétique par rapport à celui du formol et vérifier si les microorganismes manipulés ou susceptibles d'être présents vont être détruit par l'acide. Ensuite si ce produit est très corrosif, ça va effectivement poser des problèmes sur les filtres HEPA.
(L'acide peracétique est utilisé à l'INRA de Jouy en Josas et à l'Institut Pasteur pour stérilisation des isolateurs (boîtes à gants en atmosphère stérile utilisées pour l'élevage d'animaux sans germes ou à flore contrôlée). Dans ce cas, on ne travaille pas sous PSM mais bien en boîtes à gants. Les problèmes sont aussi pour les agents qui travaillent dans ces locaux, du fait du caractère corrosif des vapeurs et des aérosols (on pulvérise l'acide peracétique dans des sas pour faire des prélèvements stériles dans les boîtes à gants). A l'INRA, nous avions un circuit de ventilation spécifique. Il faut également mettre au point des procédures très précises, ce qui ne va pas, à mon avis, sans un personnel technique (donc permanent) bien formé et compétent. Dans la pratique, je n'ai jamais vu ce produit utilisé pour des grands volumes, les bombes au formol remplissant très bien leur rôle et étant faciles à neutraliser par l'ammoniaque.2004 : comment procéder à une fumigation : Un chercheur souhaite se débarrasser de spores de champignons qui contaminent régulièrement ses cultures cellulaires. Apparemment, toute la pièce dans laquelle il effectue ses cultures serait contaminée par des spores provenant de salles de TP adjacentes (existence de grilles de ventilation naturelle assurant une communication entre salles). On envisage d'effectuer une fumigation. Avez-vous une expérience dans ce domaine ?
 - Peut-on le faire soi-même ?
Si oui ? Où se procurer les cartouches de produit désinfectant et comment procéder ? Faut-il utiliser un appareillage spécial pour diffuser ou le produit ou existe-t-il des bombes qui permettent de diffuser le produit sans passer par un appareillage particulier ? Comment étanchéifier la zone ? La présence d'un faux plafond est-elle un problème ? Quel est le temps d'action nécessaire ? Comment évacue-t-on les vapeurs de produit désinfectant après action ? Faut-il effectuer une neutralisation du produit désinfectant après l'avoir laissé agir dans la pièce ? Y a-t-il des précautions à prendre ?
 - Ne vaut-il mieux pas passer une entreprise spécialisée ? Avez-vous des adresses d'entreprises qui vous paraissent correctes ? Quels sont les tarifs ?
( Voici pour information, un extrait d'une procédure que j'avais mis en place dans mon ancienne entreprise pour une désinfection aérienne de salle contaminée par des malades. J'ai travaille avec les laboratoires anios qui m'ont mis a disposition la machine pour disperser le produit. Pour information tps de diffusion environ 1h, tps de contact 1/2h dans mes souvenirs (a verifier).l'utilisation de ce produit necessite de rendre completement hermetique la piece (coupure ventilation et calfeutrage fenetres etc...), le personnel avait suivi une formation avec le technicien anios (1h), utilisation de masque panoramique a cartouche A2B2E2K2 pour recuperer la machine (avec tyveck, gants) extrait : En milieu hospitalier, pour réaliser une désinfection valable des matières inertes, on doit employer des produits dénaturant les protéines, qui ne pourront être appliqués sur des tissus vivants parce qu'ils sont trop agressifs, trop irritants, trop toxiques pour les cellules de l'organisme; par convention, c'est à eux que nous appliquerons le terme de désinfectant. Ainsi, par convention, par souci de simplification et de clarté (au risque de trop simplifier), nous définirons comme antiseptique, un produit de désinfection applicable sur des tissus vivants et comme désinfectant, un produit de désinfection destiné aux matières inertes.
Arrêté du 4 mars 1997 portant agrément pour des procédés de désinfection obligatoire Vu le décret n° 67-743 du 30 août 1967 portant règlement d'administration publique relatif aux conditions que doivent remplir les procédés, produits et appareils destinés à la désinfection obligatoire ; Vu l'arrêté du 25 mars 1992 relatif aux conditions que doivent remplir les procédés, produits et appareils destinés à la désinfection obligatoire &        Art. 1er Un certificat d'agrément n° 277 est délivré aux laboratoires Anios, pavé du Moulin, 59260 Lille-Hellemmes, pour le procédé destiné à la désinfection obligatoire suivant : Procédé de seconde catégorie selon l'arrêté du 25 mars 1992 art. 1er : couple dissociable appareil - produit dans lequel le produit désinfectant contient un principe actif hydrosoluble l'aldéhyde formique, dont la teneur est inférieure à 3 % poids/volume : Ä       Procédé Aerosept 100 VF (appareil) + Aseptanios Terminal HPH (produit) : Ä       Activité bactéricide pour un temps de contact de 120 minutes et une dose de 8 ml/m3 Ä       Activité fongicide pour un temps de contact de 120 minutes et une dose de 8 ml/m3. &        Art. 2 Un certificat d'agrément n° 278 est délivré aux laboratoires Phagogène, ZI, 1ère Avenue, B.P. 128, 06513 Carros Cedex, pour le procédé destiné à la désinfection obligatoire suivant : Procédé de seconde catégorie selon l'arrêté du 25 mars 1992 (art. 1er) : couple dissociable apparail-produit dans lequel le produit désinfectant contient un principe actif hydrosoluble, l'aldéhyde formique, dont la teneur est inférieure à 3 % poids/volume : Ä       Procédé Phagojet B4 (appareil) + NP 30 TER (produit) : Ä       Activité bactéricide pour un temps de contact de 120 minutes et une dose de 7 ml/m3 ; Ä       Activité fongicide pour un temps de contact de 120 minutes et une dose de 7 ml/m3 ; Ä       Activité sporicide pour un temps de contact de 120 minutes et une dose de 6,6 ml/m² ; Ä       Activité virucide pour un temps de contact de 60 minutes en milieu liquide.
( Etancher complètement la pièce et mettre la "bombe" au formol en route le soir. Autre fournisseur / IFFA CREDO. Je pense que le faux-plafond est une aberration dans les labos de biologie et de chimie (poches de gaz, de vapeurs toxiques ou inflammables, de contamination,...). IFFA CREDO propose ensuite une neutralisation à l'ammoniaque, très efficace. Je suis tout à fait d'accord avec les renseignements donnés par Delphine.Désinfection formol : Pour la désinfection par ce procédé : température et humidité du local adaptées à ce type de désinfection, temps d'émission des vapeurs proportionnel au volume de la pièce, concentration stable pendant un temps de contact de 6 heures, donc interdiction de rentrer dans la pièce pendant ce temps; étanchéité des pièces traitées y compris ventilation et joints de portes, si possible éviter ce procédé dans les pièces munies de faux-plafonds communicant avec d'autres pièces, si on veut une désinfection efficace il faut réaliser un nettoyage minutieux des taches, le formol est incapable d'atteindre les germes cachés dans les salissures. type de filtre respiratoire : B, K, P3objets piquants / coupantsLegionnelle2004 : contrôle légionnelle : quel organisme ?
(Afin d'effectuer la surveillance de la contamination des réseaux par les légionelles, les gestionnaires d'établissement peuvent faire appel au laboratoire de leur choix, à condition que les analyses soient réalisées dans le respect de la norme NFT 90 – 431 de novembre 1993. En particulier, il peut être fait appel aux laboratoires agréés pour le contrôle sanitaire des eaux minérales qui ont fait l'objet d'une intercalibration relative à la recherche des légionelles.
Néanmoins, l'analyse est complexe et de trop nombreuses erreurs sont relevées, pouvant entraîner l'établissement, en cas de contamination d'une personne, devant des poursuites judiciaires. Seuls les laboratoires suivants font l'objet d'un agrément par le ministère de la santé:
- les laboratoires officiels en charge du contrôle du thermalisme, - les laboratoires régionaux de la santé, les laboratoires départementaux, - quelques rares laboratoires para-publics.
En cas de doute, téléphone à la DDASS pour vérifier si le laboratoire utilisé ou qu'utilise la société appartient à l'une de ces catégoriesAmianteDiagnostic, DTA2008 : consultation des DTA d’autres établissements
suite à la diffusion de l'enquête amiante, plusieurs membres du personnel concernés m'ont demandé où ils pouvaient consulter le dossier technique amiante des établissements où ils ont exercé précédemment. Je me demandais s'il existait une base nationale ou par rectorat des ces DTA, ou bien s'ils devaient contacter les établissements directement.
(Chaque établissement a dû effectuer le DTA. Le personnel peut le consulter sur demande écrite à l'établissement. A ma connaissance, il n'y a pas de dossier national sauf peut être la base "CSTB" qui ne doit pas être à jour car nous avons reçu une relance dernièrement.2008 : enlèvement flocage amiante suite à DTA
Nous avons deux locaux (120 et 250 m²), avec du flocage amianté au plafond. Le DTA préconise des travaux de retrait ou de confinement dans un délai de 36 mois, soit pour août 2009. Les dernières analyses datant de moins d’un mois concluent à des niveaux d’empoussièrement en fibres d’amiante inférieurs au seuil de référence de 5 fibres/litre d’air.
Pour ma part, j’avais envisagé des travaux de désamiantage pour être débarrassé du problème (estimation des travaux par une entreprise agréée 100 000 Euros HT)…
Notre Secrétaire Général s’orienterait plutôt sur des travaux de confinement, en réalisant au préalable une analyse des risques via un organisme spécialisé (là, j’avoue ne pas avoir tout compris car je pense que l’analyse à déjà était faite lorsque le DTA a été établit).
Avez-vous eu dans vos établissements ce choix à faire : retrait ou confinement?
Pourriez-vous me faire part de vos expériences ?
(Lorsque j'étais à l'UJF, le diagnostic avait révélé des flocages d'amiante : la solution retenue a été de tout enlever sans attendre pour limiter les craintes des occupants, éviter des dérives dans le temps et "oublier" la présence d'amiante en cas d'encoffrement ; en effet, il arrive que des travaux soient réalisés à l'initiative d'un laboratoire, voire d'une équipe, suite à un contrat, et les services généraux n'ont pas forcément l'information ni le réflexe !2004 : coût d’un repérage amiante : Qui pourrait me donner un ordre de grandeur de prix (au mètre carré) pour une prestation de recherche étendue d'amiante (tous matériaux) dans un bâtiment ?
( La réponse est complexe car le prix total du repérage étendue d'amiante est variable : - fonction des résultats de la phase 2* en cas de suspicion de présence d'amiante - et donc ensuite réalisation ou non de la phase 3* - phase 4* : soit par l'entreprise soit nous même Phase 1 : repérage Phase 2 : prise échantillon (de deux types ) Phase 3 : mesure empoussièrement Phase 4 : constitution DTA
( La proposition récente établie par Norisko pour l'UBS est la suivante 0,15 euro HT par m2 pour la recherche 80 euros HT par analyse d'échantillon 100 euros HT par bâtiment pour le dossier techniques soit  0,026 euros HT/m2 soit un coût TTC au m2 hors analyses de 0,21 euro. La surface étant assez faible (31 000 m2) le prix unitaire doit être plus faible pour les surfaces plus grandes.2003 : Diagnostic amiante : Je cherche à faire réaliser le repérage étendu amiante. Avez vous des conseils particulier à me donner, les pièges à éviter...? Par exemple si le contrat fait référence au décret 96-97 modifié et textes liés (en  particulier l'arrêté du 22-08-02) et à la norme NF X46-020, est-ce suffisant ? ou bien faut-il faire préciser le contenu du décret 96-97, le décret 2001-840, 2002-839...
(L'ensemble des textes réglementaires (décret des 07/02/96, 12/09/97, 13/09/01, arrêté du 02/01/02) a été intégré dans le code de la santé publique. Tu trouveras tout cela aux articles R 1334-15 et suivants. C'est à ces articles, outre la norme NF X 46-020, auxquels je fais référence dans mes propositions de missions repérage Amiante.Décret 2001 : je viens de prendre connaissance des modifications apportées au décret 96-97 par le décret 2001-840. Il en ressort l'obligation de constituer et tenir à jour un dossier technique "amiante" et une fiche récapitulative de ce dossier, en repérant tous les matériaux et produits contenant de l'amiante. Ce dossier va donc bien au -delà des diagnostics préalablement demandés. Il doit être réalisé d'ici le 31 décembre 2003 pour les IGH et ERP de 1ère à 4ème catégorie, d'ici le 31 décembre 2005 pour les autres bâtimentsRéglementation diverse amiante2010 : enquête amiante
Un recensement des personnels exposés à l'amiante a été initié par le Ministère en 2008 et 2009. Le questionnaire d'auto-évaluation a bien été renseigné par les agents concernés (en fonction de l'âge) et transmis, comme prévu au CHU de Bordeaux.
Toutefois notre établissement n'a reçu aucun retour de l'étude de ces questionnaires.
La procédure d'attestation d'exposition à l'amiante est-elle en place dans vos établissements ?
Sur quelle base ?
Si elle existe, sur quels critères est-elle remise ?
Ou alors, Michel peut-il nous indiquer si une procédure peut être attendue du Ministère ?
(ici à Nancy 2 on a reçu avant l'été toutes les instructions avec les analyses des questionnaires de la part du CHU de Bordeaux pour l'année 2008, soit presque deux ans après! Il y avait des courriers types et des instructions sur quoi envoyer à qui .. Sauf qu'ici ça bloque du côté du médecin sur certaines personnes qu'elle devait revoir je crois.. Depuis j'ai appris que les recensements se poursuivraient dés que le marché avec le CHU du Bordeaux (ou un autre) aura été renouvelé. (La DRH de l'INPG a reçu pour les agents nés en 1949 et avant, comme tous les établissements qui ont participé au recensement, les questionnaires d'auto évaluation avec l'analyse faite par le CHU de Bordeaux. Ensuite le ministère a envoyé à tous les établissements une lettre avec la procédure à suivre et des courriers type. Pour le recensement des agents nés en 1950 et 1951, les résultats devraient parvenir au cours du dernier trimestre 2010. Pour ceux qui ont "raté" le recensement (il en existe), et pour la suite du recensement (années 52, 53, 54, ...) qui sera uniquement du ressort des établissements, un courrier expliquera quelle démarche suivre. Risques liés à l’amiante2010 : travaux de retrait de dalle
l'Université souhaite remplacer de nombreuses dalles de sols fissurées ou cassées dans les bâtiments. Il s'agit de quelques dalles par bâtiment.
Ceci me semble correspondre à la sous section 4 (article R 4412-139 et suivants du Code du travail) , ai je raison ?
De plus je souhaiterais savoir sur quels points je dois faire attention avant de choisir l'entreprise réalisant cette opération.
L'article R. 4412-148 stipule qu'un arrêté conjoint des ministres chargés du travail et de l'agriculture précise les règles techniques à respecter. Quel est cet article ?
Enfin un document de l'OPPBTP , FICHE N°3.3 , fiche prescription amiante; prescrit le port de masque P3, de combinaison jetable... pour les salariés de l'entreprise intervenante. Par contre quelles mesures devons nous prendre pour les occupants des pièces traitées , devons nous faire des mesures d'air .... ?
(La désignation  de l'opération semble plus correspondre à l'article R. 4412-114 du Cdt (retrait) que le R. 4412-139 (intervention sur MCA). Les contraintes OTH sont stipulées dans le décret n° 2006-761 du 30 juin 2006 relatif à la protection des travailleurs contre les risques liés à l'inhalation de poussières d'amiante. Attention, pour ce qui relève des formations, nous sommes à une période charnière entre l’arrêté du 25 avril 2005 relatif à la formation à la prévention des risques liés à l’amiante et l'arrêté du  22 décembre 2009 définissant les modalités de la formation des travailleurs à la prévention des risques liés à l’amiante. Pour les modalités pratiques durant la préparation du chantier, suivi et restitution des locaux, il appartient au titulaire du marché d'élaborer un PRC qui sera adressé un mois avant l'opération à l'Inspection du Travail. Il y définira les modes opératoires visant à assurer la préservation des opérateurs et des tiers. 2009 : encapsulage de dalle amiantées
( Une composante d'UFR me demande conseil avant travaux de peinture et pose de revêtement de sol dans des bureaux.
En effet, le sol est recouvert de dalles amiantées (repérées) et la sté prestataire propose de procéder à un encapsulage des dalles à l'aide d'un fixateur (ROXOFLEX), puis réagréage avant la pose d'un nouveau revêtement de sol.
Il n'y a pas retrait mais confinement de l'amiante.
Qu'en pensez-vous ? Certains d'entre vous ont-ils eu à traiter pareils travaux impliquant amiante ?
( Ici nous avons décidé depuis plusieurs années déjà, de ne pas encapsuler.
1. Ce n'est pas une démarche développement durable.
2. Si un jour il devient possible de retirer facilement ces dalles, ça ne sera plus possible.
 Nous recouvrons donc systématiquement avec des dalles plombantes. Pour des bureaux cette technique est parfaitement adaptée.
C'est pour des circulations que ça se complique !
 Bref, je te conseille la dalle plombante, un peu plus chère à l'achat, mais pas besoin de préparer le support.2008 : pourcentage d’amiante dans les dalles vinyle-amiante
Est-ce que quelqu'un connaît le pourcentage moyen d'amiante qu'il y a dans les dalles ?
(C'est variable, autour de 25 à 35%2008 : travaux d’enlèvement des dalles
Quelle politique avez-vous adopté, si vous en avez une, pour le retrait des dalles VA ? Faites-vous systématiquement un plan de retrait ? Vous arrive-t-il d'en retirer dans un bâtiment occupé ?
( Au Muséum, avant toute intervention sur un matériau amianté (nous n'avons que de l'amiante non friable : dalles de sol ou éléments de fibrociment), nous réalisons une évaluation préalable du risque amiante à l'aide de la méthode de la CRAMIF (voir la fiche n°2 de la CRAMIF). Si le risque estimé est de niveau "faible" l'intervention peut être réalisée par nos personnels techniques sans plan de retrait (mais bien sûr avec  des mesures de prévention). Si le risque estimé est de niveau "moyen" ou "fort" l'intervention doit être réalisée par une entreprise spécialisée avec un plan de retrait.Travaux d’enlèvement de dalle d’amiante : nous voulons éliminer tout un sol en dalles vinyles amiantées. La société qui a répondu au dossier veut nous coller un confinement total (polyane 200 microns partout, obturation des ventilations...). or je possède un document de l'OPPBTP de 1998 signalant que "le matériau vinyl-amiante étant considéré comme non friable, son retrait ne nécessite pas la mise en place d'un confinement total ou partiel" (seule recommandation : retrait manuel par voie humide et retrait des déchets en classe 2) depuis 1998, avez-vous des éléments nouveaux qui contredisent ceux de l'OPPBTP ou qui l'infirme
(le problème ne se limite pas à la seule présence d'amiante dans les dalles de sol mais dans le ragréage et dans la colle (la colle elle est considérée comme friable - selon DRTE : Ile de France) et alors effectivement tout dépend du mode de retrait des dalles elles mêmes... la réponse de cette entreprise n'est pas forcément vraie ou pas forcément erronée... (non 'suis pas normand !), il faut prendre en compte - le diagnostic amiante dans les différentes couches du ragréage - la nature de l'opération (démolition ou réhabilitation ou remplacement du revêtement) - la nature des travaux : retrait des dalles en plastique-amiante ou retrait des dalles et de la colle ou retrait des dalles et de la colle et du ragréage.... - le type, la destination du bâtiment, la surface de la zone à traiter... - la présence de personnes - la durée du chantier - la technique (retrait, fragmentation...) et les moyens (spatules, machines , produits chimiques...) prévus pour effectuer le traitement - la possibilité de décontaminer les parois des locaux concernés (parpaing, peinture, bois, papier....)Exemple de matériaux susceptible d’en contenir : étuves, fours, plaques à joint, rideaux de soudure, armoires de résistances électriques (tresses), calorifugeage de petites chaudières, mâchoires de freinage, protections sur échappement moteur, plaques chauffantes, plaque d'amiante de protection du plan de travail pour le travail du verre, chauffe ballon, grille de bec bunsen, fours (calorifugeage, plaque arrière et cordons de portes), gants, cordons en pelotes isolation diverses sur des montages "maison" ...Circulaire : BO n° 44 du 7 décembre 2000 relative à la "Protection des agents contre les risques liés à l'inhalation de poussières d'amiante".Travaux sur de la peinture qui contient de l’amiante : Avant tout, es tu sur que ta peinture contienne bien de l'amiante (si oui, en quelle quantité ?). Si c'est le cas, ce type d'intervention rentre dans le cadre de la section 3 du décret de février 96 (n°96-98). Dans tous les cas, il faudra que tu fournisses au salariés exposés un masque et des vêtements de travail adaptés. Si ils bossent en extérieur, il faudra délimiter une zone de travail pour limiter l'accès et l'exposition à d'autres personnes (curieux, étudiants, etc...) et signaler correctement la zone de travail. Si ils bossent à l'intérieur, là, le balisage et la définition de la zone de travail seront plus faciles mais l'interdiction de pénétrer ou de traverser cette zone sera peut être moins bien respectée (à toi de bien veiller au grain !!). A l'intérieur, il faudra en plus assurer un nettoyage parfait de la zone de travail. fait attention à la technique employée pour enlever la peinture. si c'est possible, il faut d'abord humidifier correctement la surface à traiter et utiliser des outils à mains (type spatule) ou des outils mécaniques équipés d'un système d'aspiration (attention après aux sacs de poussières, qui avec les équipements de travail doivent aller en décharge de classe 1, alors que les autres déchets pourront à priori aller en décharge de classe 2). (d'autres info : je te conseille d'appeler l'OPPBTP plutôt que l'inspection du travail (ces derniers risquent de te demander un plan de retrait , avec confinement de la zone alors que tu n'effectues pas de travaux rentrant dans la section 2).Radioprotection – Rayonnement ionisantFormation PCR2007 : renouvellement formation PCR
Nous avons un de nos agents qui doit, comme prévu par les textes, renouveler sa formation de personne compétente en radioprotection source scellées(obtenue en 2001) avant la fin de l'année. Par contre lors de sa formation initiale de PCRP organisée par l'APAVE, il avait été exempté de certains modules car il disposait d'un DUT Hygiène et Sécurité Publique. A votre avis (réglementairement et personnel), devons-nous lui refaire faire une formation initiale complète ou juste le "renouvellement"? Petite précision, c'est juste pour utiliser un détecteur de plomb qui contient une source scellée (demande de la DRIRE )!!!
(A partir du moment où la personne dispose d'une formation de PCR, il lui suffit d'effectuer la formation de renouvellement avant le 31 décembre 2007. Il devra présenter un dossier justifiant des missions de PCR et des actions de radioprotection menées (formation, étude de poste, suivi de la dosimétrie...). En revanche si c'est formation n'est pas réalisée avant le 31 décembre 2007 ou que l'agent ne la suit pas avec succès, il devra recommencer la formation initiale. Ca c'est pour le côté réglementaire. Mais certaine personne choisisse de repasser la formation initiale pour se remettre à niveau et parce que la réglementation a beaucoup évolué. Dans le cas présent, l'installation ne présente pas beaucoup de risque, le renouvellement devrait suffire.Radioprotection et ICPE2006 : La radioprotection et les ICPE / service compétent en radioprotection
Pour information : nous sommes allez voir la DSNR de Paris concernant l'interprétation du décret 2006-1454 (que j'ai envoyé la semaine dernière et qui modifie la nomenclature sur les ICPE par rapport à la radioactivité). Selon elle (interprétation à prendre avec précaution car ils ne sont pas les auteurs du décret) : Comme nous ne sommes pas des établissements industriels et commerciaux (ni le CNRS, ni l'INSERM qui sont des EPST), et selon la rubrique 1700 de la nomenclature : nous n'avons pas à appliquer la rubrique 1715 (par contre le CEA étant une EPIC, cette partie s'appliquerait). = Nous ne sommes pas soumis à déclaration, ni à autorisation. = Nous n'avons pas besoin d'appliquer l'article R. 231-106 du Code du travail qui impose la mise en place d'un service compétent en radioprotection lorsque un établissement a une installation soumise à déclaration ou autorisation = TRES BONNE NOUVELLE!!
(C'est particulièrement surprenant comme information car j'ai le son de cloche (pour le coup s'en est vraiment une !!!) opposé venant de la DGSNR et de la DRIRE locale qui a toujours répondu que nous étions soumis à déclaration (et la DGSNR nous demande avec insistance la mise en œuvre du fameux R 231-106).
 Ton info est à prendre avec d'extrêmes précautions car d'un individu à l'autre cela varie beaucoup (et les conséquences sont tout de même très importantes).
 Pour compléter l'idée d'Hubert (qui est excellente !!! surtout lorsque l'on connaît son chargé d'affaires DGSNR !!!), ne serait-il pas envisageable de réaliser une journée "table ronde" sur la radioprotection au cours de laquelle la DGSNR (les chefs, pas seulement les chargés d'affaires !)  interviendraient pour nous donner leur façon de voir les choses ??
(Attention : ce changement intervient depuis la publication du décret 2006-1454 du 24 novembre 2006 (JO du 26 novembre) : ce texte est  tres recent et par conséquent leur vision va sans doute changer. Moi aussi il me demandait la mise en place du R 231-106 et c'est pour cette raison qu'on est allé les voir avec le texte qui venait de paraître et là ils sont bien forcés d'admettre que nous ne sommes pas des établissements industriels et commerciaux. Le texte a été écrit par le Ministère de l'écologie et du développement durable : c'est donc plutôt à lui d'interpréter ce point, plus qu'à l'ASN (DGSNR/DSNR) qui n'a pas été consulté pour l'écriture du décret.
(si nous n'appliquons pas la rubrique 1715 puisque nosu ne sommes pas des établissement commerciaux ou industriels? quelles rubriques appliquons nous? les anciennes rubriques 1710/1711/1720/1721 existent elles encore pour nos établissements? si quelqu'un a la réponse je suis preneuse. merci d'avance
(Les anciennes rubriques sont abrogées donc on ne les applique plus à priori. Toutes les informations dites précédemment sont à prendre avec précaution. Le texte est nouveau et nous n'avons pas vraiment de retour d'expérience. La DSNR d'Ile de France était la première surprise par l'intitulé du texte.
(1-Ludovic Sage évoque un élément nouveau et une interprétation raisonnée.
L'interprétation est à confirmer, elle est souhaitable. On peut attendre des résultats positifs quand on discute constructivement avec une autorité car il y a souvent interprétation et prise en considération des difficultés réelles. Je suggère que dans chaque région on examine avec soin et cordialité comment trouver la meilleure des solutions avec les Directions en charge. C'est LA voie.
2-Autre chose est le cas des contentieux entre un établissement et l'autorité dans des cas que nous connaissons où le bilan n'est pas du tout à l'avantage de l'établissement: absence d'autorisations pour générateurs et sources, absence de réponses à des demandes des autorités compétentes malgré des délais dépassés, pas de corrections suite à inspections et compte rendu de visite écrit. Je suis moi-même conduit à relancer, avec mes collègues, puis énoncer des mesures immédiates et exiger des demandes d’autorisations, noter l'absence d'examen des aptitudes médicales préalables, l'absence de contrôle ou/et de traçabilité, etc...c'est le code de la santé publique et le code du travail que l'on s'obstine à ignorer ici et là. Il est à craindre que des obstructions à l'application des textes des certains conduise à un durcissement généralisé aux dépens de tous. La solution la plus simple risque d'être une proposition d'arrêt des activités des certains unités. Je persiste à penser que nous obtenons des régularisations et que cela peut progresser. Je me fais l'écho des inspections faites par et dans les établissements et des inquiétudes se développant et dont on nous fait part dans les organismes de contrôle.2005 : groupe de radiotoxicité de l’uranium naturel dans le cadre de la réglementation ICPE
Ma demande relative aux groupes de radiotoxicité est en lieu direct avec les ICPE et concerne en particulier l'usage d'uranium naturel. Si quelqu'un a un document classant ce produit naturel dans un groupe de radiotoxicité spécifique, qu'il en soit remercié
(Selon le livre "radionucléides et radioprotection" édité par le CEA (l'ancienne version puisque dans la nouvelle il n'y a plus les groupes de radiotoxicité), l'uranium 238 et 235 sont du groupe 4 : radiotoxicité faible. Par contre je sais pas si l'Uranium naturel est considéré comme de l'Uranium 235 ou 238 ou autre chose.
(pris sur le site greenpeace:
URANIUM Élément chimique de numéro atomique 92 et de symbole U, possédant trois  HYPERLINK "http://www.greenpeace.fr/stop-plutonium/lexiqueI.php3" isotopes naturels : l'U234, l'U235 et l'U238. L'U235 est le seul nucléide fissile naturel, une qualité qui explique son utilisation comme source d'énergie.
URANIUM NATUREL (Unat) Élément radioactif naturel, sous forme de métal gris et dur, présent dans plusieurs minerais, notamment la pechblende. L'uranium naturel se présente sous la forme d'un mélange comportant : l'U238 fertile, dans la proportion de 99,28% ; l'U235 fissile, dans la proportion de 0,71% ; et l'U234.
dans les groupes de radiotoxicité il est effectivement en groupe 4Réglementation - autorisation2010 : déclaration perte ou vol de sources radioactives
Auriez-vous déjà rédigé une procédure "en cas de perte/vol/incendie" de sources radioactives non scellées au sein de vos universités.
( Effectivement, la seule procédure officielle qui existe c'est d'établir ce qu'on appelle une _déclaration d'événement significatif dans le domaine de la radioprotection, _en l'occurrence ici une déclaration de perte ou vol de sources, de substances radioactives ou de générateurs ionisants formulaire que l'on télécharge sur le site de l'ASN :
 HYPERLINK "http://www.asn.fr/index.php/Haut-de-page/Professionnels/Les-guides-de-declaration-des-evenements-significatifs" http://www.asn.fr/index.php/Haut-de-page/Professionnels/Les-guides-de-declaration-des-evenements-significatifs
J'en ai réalisé 2 en trois ans sur Bordeaux 1, ce n'est pas un dossier si compliqué à remplir que ça.
Suite à cette déclaration, un avis d'incident hors installation nucléaire sera publié sur le site internet de l'ASN.
 HYPERLINK "http://www.asn.fr/index.php/Les-actions-de-l-ASN/Le-controle/Actualites-du-controle/Avis-d-incidents-hors-installations-nucleaires" http://www.asn.fr/index.php/Les-actions-de-l-ASN/Le-controle/Actualites-du-controle/Avis-d-incidents-hors-installations-nucleaires
( Jamais réellement confronté directement à ce type de dossier, mais je sais que certaines personnes ont voulu établir un dossier de perte (pour essayer de leur simplifier les démarches de reprise de source) mais au vu du dossier, la préférence a été :" recherchons la source pour l'évacuer." Ce qui a été fait2009 : Renouvellement autorisation – gestion des situations d’urgence
Dans le cadre de notre renouvellement d'autorisation, l'ASN réclame tout document relatif à la "préparation à la gestion des situations d'urgence (incident, accident)".
Comment avez-vous traité ce point ? Organisation interne, externe (service d'incendie et de secours), ...
(En ce qui nous concerne, l'ASN ne nous demande pas pour l'instant de plan d'urgence interne a proprement parler.
Voici ci-jointes les notions qu'ils attendent et qui sont en générales validées par nos inspecteurs instruisant les dossiers. A joindre par ailleurs la consigne incendie du bâtiment concerné ainsi qu'une consigne en cas d'accident (contamination de personne etc...).
____________________________________________________________________________

2.3 – Préparation à la gestion de situations accidentelles

Existe-t-il un plan d’urgence interne applicable à l’établissement ? NON

L'Université X ne dispose pas encore de plan de gestion de situation d'urgence à proprement parler.

L'Université est doté d'un service hygiène et sécurité qui fonctionne par l'intermédiaire de relais terrain que sont les ACMOs (Agent Chargé de la Mise en Œuvre des règles d'hygiène et de sécurité).
X agents de sécurité du service hygiène et sécurité sont sur le site durant les heures ouvrables.
Par ailleurs, une société de gardiennage veille à la surveillance du site durant la nuit et le week-end, assurant ainsi un contrôle permanent des locaux.

Cette organisation permet de faire face rapidement, par l'intermédiaire de consignes sécurité ou de la connaissance technique de nos agents, à un quelconque sinistre naissant.

Si oui, intègre-t-il les situations liées aux appareils ? S/O

A Joindre Consigne en cas d’incendie. Annexe X.
A Joindre Consigne de sécurité sur l’appareil et/ou à l’entrée du local.2009 : autorisation et acétate d’uranyl
Pour utiliser (et détenir) de l'acétate d'uranyl un laboratoire doit-il faire une demande d'autorisation de détention de source à l'ASN et l'IRSN? A-t-il besoin d'une PCR?
(Compte tenu que l'acétate d'uranyle est une source naturelle qui n'est pas utilisée pour ses propriétés radioactives (en général c'est le cas), sa détention et son utilisation ne sont pas soumises à un régime de déclaration ou d'autorisation de l'ASN.
Toutefois, dans le cas où ce type de source est utilisée par un laboratoire déjà titulaire d'une autorisation ASN par ailleurs, l'ASN considère que:
1. ces sources doivent être mentionnées dans l'inventaire des sources détenues ainsi que dans l'autorisation, par souci de cohérence
2. ces sources doivent être stockées et manipulées avec des précautions suffisantes
3.une analyse de risque de leur stockage et manipulation doit être menée 4.les déchets produits doivent être gérés en fonction du risque généré; une évacuation ANDRA peut être une solution réf code de la santé publique articles L.1333-1 code du travail réf R.4457-1 Concrètement, sur l'Université Bordeaux 1, il y a des labos de microscopie électronique qui utilisent ces produits, ils ne sont pas soumis à une autorisation ASN, n'ont pas besoin d'une PCR mais les déchets sont évacués par l'ANDRA.
(Oui et Non Oui  : si l'acétate d'acétate d'uranyl  EST utilisé pour ses propriétés radioactives (dans ce cas, tenir compte des seuils éventuels d'exemption) Non : si l'acétate d'acétate d'uranyl  N'EST PAS utilisé pour ses propriétés radioactives. Il n'en demeure pas moins dans les deux cas que : - les règles de radioprotection doivent être mises en œuvre. - les déchets sont des déchets radioactifs et doivent être traités comme tels
(je ne suis pas tout à fait d'accord avec Claude : la détention de matières nucléaires, quel que soit leur usage, est soumise à une autorisation de l'IRSN. Le détenteur de ces matières doit en tenir un compte exact et renseigner chaque année une fiche de déclaration et de mouvements de matières nucléaires. Pour plus d'infos, je peux transmettre à qui en a besoin les coordonnées téléphoniques du service SATE/BIC avec qui j'ai eu des échanges en 2007.
(Effectivement, il faut faire la distinction entre l'autorisation ASN et la déclaration des matières nucléaires auprès de l'IRSN
j'ai répondu pour le régime des autorisations ASN mais pas pour la procédure de déclaration IRSN.
En déplacement et n'ayant pas les textes présents je ne peux pas vous répondre d'une manière fiable aujourd'hui en ce qui concerne les seuils de déclaration.2005 : où trouver les formulaires d’autorisation ? : Pour télécharger les formulaires d'autorisation DGSNR sur le site  HYPERLINK "http://www.asn.gouv.fr" www.asn.gouv.fr, il faut cliquer sur l'onglet TEXTE, lien RADIOPROTECTION (dans le menu déroulant) puis cliquer sur le lien FORMULAIRES /AUTORISATIONS /DECLARATIONS sur la partie gauche de la page. Vous accédez alors aux différents formulaires mis en ligne.2005 : les groupes de radiotoxicité : je suis à la recherche de la classification des radionucléides (4 groupes). Le CD permanent me renvoie sur le décret du 18/04/88 n°88-521 article 11 qui lui-même me renvoie sur le Décret no 66-450 du 20 juin 1966 (annexe 2 qui effectivement est l'article 11 du premier mais sans donner cette fameuse classification). Quelqu'un peut il me dire où la trouver ?
(Bonjour le décret 66-450 du 20/06/66 annexe II (classification des radionucleides & 2° les principaux radionucléides sont classés comme suit en fonction de leur radiotoxicité relative: ex. Groupe I très forte radiotoxicité etc.). C'est dans l'annexe II et non dans l'aricle 11.
(Le classement de radiotoxicité en 4 groupes apparaît dans l'aide mémoire de radioprotection de l'INRS  ED 483. pages 118 à 120. Je peux envoyer par fax le document.
(attention le décret 66-450 est abrogé et remplacé par le décret 2002-460 du 4 avril 2002. Les groupes de radiotoxicité n'ont plus d'existence et on doit désormais utiliser les coefficients de dose intégrée par unité incorporée (DPUI). Du moins dans la réglementation du Code du Travail car pour les ICPE il faut toujours y faire référence. Tu pourras trouver les groupes de radiotoxicité dans les anciennes fiches de radioprotection de l'INRS ou dans le manuel "radionucleides et radioprotection" édité par le CEA. Les inspecteurs DRIRE doivent pouvoir te renseigner aussi.Don de sources radioactives : Pour donner une source il faut l'autorisation de la CIREARadon – mesure de l’activité  : il y a 27 départements où la mesure de l'activité volumique du radon est obligatoire (circulaire DGS/DGUHC n°99/46 du 27/01/99) et doit être réalisée avant le 31/12/99Générateur de rayon X2007 : Plusieurs labos utilisent des rayons X ou des sources radioactives. Les personnels concernés utilisent des badges dosimétriques. Tous les mois les résultats de dosimétrie sont adressés au médecin de prévention. Lors du dernier CHS notre médecin de prévention s'est inquiété du fait que depuis plusieurs années tous les dosimètres affichent systématiquement une valeur de dose égale à 0. Pour moi ça paraissait plutôt normal, mais le médecin pense que les personnes ne portent pas le dosimètre en réalité. Comment ça se passe chez vous ?
(Ici nous disposons d'un appareil à rayons X. Les dosimètres affichent également une valeur égale à 0  (ou proche). Mais il s'agit d'un appareil très petit et très bien confiné. Les contrôles de l'appareil chaque année donnent également ce genre de valeur. Le médecin du travail évalue également le risque proche de zéro pour cet appareil (avec les protections naturellement).
( Lors de la visite conjointe de la DGSNR et de la DRIRE, il y a quelques années, la personne de la DGSNR avait remarqué que compte tenu de la nature des radioéléments utilisés et des procédures en vigueur, il était logique que les dosimètres "n'affichent" rien. On nous à alors suggéré de faire porter des dosimétres sous forme de bracelet ou de bagues afin d'être plus près des sources manipulées et de détecter ainsi une éventuelle exposition.A ma connaissance rien n'a changé dans ce labo depuis.
( Les dosimètres passifs ont des seuils de détection minimum. Ces seuils sont un plus plus bas pour les dosimètres thermoluminescents que pour les dosimètres photographiques. Je n'ai plus les valeurs en tête mais tu trouveras ces renseignements sur les fiches techniques des dosimètres. Pour ce qui est de l'utilisation des rayons X, la majorité des nouveaux équipements disposent d'un capotage et de sécurité qui limitent le risque d'exposition au faisceau. Cela peut expliquer que les manipulateurs ne soient pas exposés. Il faut par contre faire attention au montage expérimentaux et aux vieux appareils. Pour essayer de mieux quantifier les petites expositions l'exposition, le port des dosimètres peut être porté à trois mois. Par expérience (ayant eu quelques cas à Jussieu), lorsqu'il y a une exposition sur un dosimètre, dans la plupart des cas, il a été oublié dans la blouse du manipulateur qui s'est retrouvée sur un radiateur ou au soleil...
( - pour les générateur X : diffracteur RX, les faisceaux sont tellement fins que la probabilité qu'un faisceau X vienne toucher le dosimètre est quasiment aussi élevé que celle que nos traitements soient doublés à la fin du mois... le choix se porte plutôt sur des bagues pour les phases de réglages...
 - idem pour les sources non scellées : les sources sont manipulées derrière des écrans... et les activités très faibles et donc le badge lui est bien à l'abri... donc plutôt bagues ou bracelets...
 Si j'ai bien compris les nouveaux dosimètres décrits par Catherine sont un peu plus sensibles2005 : rayonnement X au niveau d’un microscope électronique : le médecin de prévention me dit qu'un microscope à transmission émet des rayonnements X, elle me demande si il y a un risque pour une femme enceinte qui travaille sur cet équipement. Elle me propose de mettre en place des dosimètres électroniques 1000 fois plus sensibles que le dosimètre classique, d'autant que le dosimètre classique n'est sensible qu'à partir de 0,20 msv or le fœtus ne doit pas subir plus de 1 msv au cours de toute la gestation.
(Tu pourrais commencer par faire une mesure d'exposition ou consulter le rapport de contrôle périodique des appareils émetteurs de RX si ce microscope y est soumis.
En effet ce type d'appareil est susceptible d'émettre des RX à l'extérieur en cas de 'fuite', mais ce n'est pas toujours le cas ou pas à des niveaux constituant un risque d'exposition.
(C'est vrai qu'un microscope électronique est une source de RX ; son débit de dose sera fonction de son blindage (et de son ancienneté). On peut faire des mesures en fonctionnement ; on peut aussi mettre un dosimètre témoin qui enregistre tout en permanence (sur 3 mois par exemple). Cela donne une indication du débit de dose.2004 : les règles de conception d'un local où l'on va réaliser de la diffraction RX
(A mon avis, c'est selon le débit de dose du générateur RX. Actuellement, beaucoup de cristallographes sont vendus dans une enceinte en verre plombé qui ne laisse rien passer (en tous cas, rien de détectable à la Babyline). De ce fait, il n'y a pas de raisons de protéger particulièrement le local. Par contre, s'il s'agit d'un générateur puissant, type appareils de radio utilisés en santé humaine, le local doit être protégé pour absorber les RX, de telle sorte que les rayons passant à l'extérieur restent inférieurs aux limites fixées pour la population "lambda". Dans ce cas, vitres plombées, murs avec absorption suffisante (il y a des tables d'équivalence entre le plomb et le béton, pour calculer la bonne épaisseur). Après, c'est de la réglementation : classement de la salle, voyant lumineux à la mise en marche de la haute tension,..; déclaration, personne compétente,..
(Avant de chercher des abaques, on peut se reporter à la nouvelle Section VIII "Prévention du risque d'exposition aux rayonnements ionisants" où l'on décrit bien des exigences dont une bonne partie sont nouvelles ou modifiées. Voir aussi le formulaire à renseigner sur le site de l'Autorité de Sûreté Nucléaire pour les générateurs et accélérateurs. Une première étape est de proposer à une personne apte de suivre une formation agréée de personne compétente en radioprotection en vue de sa désignation éventuelle et de sa mise à contribution à la réussite du projet.Géné RX - déclaration : à l’inspecteur du travail.Questions techniques2008 : calcul de l’activité d’un radioélément
je suis à la recherche d'un logiciel ou d'une petite application capable de calculer à tout moment l'activité totale détenue pour un ou deux radioélements.
(Ouvrages à consulter:
*Personne compétente en radioprotection, principes de radioprotection-réglementation*. C.Jimonet, H.Méthivier. EDP Sciences, 2007, ISBN: 978-2-86883-948-0, 362 pages, 48 ¬ .
et chez le même éditeur:
n ième édition de *Radionucléides et radioprotection : Guide pratique
Par ailleurs, les bons ouvrages de physique ou de médecine nucléaire peuvent être consultés dans les bibliothèque de laboratoires ou de fac de sciences. Des livres de physique en terminale sciences un peu donnent tout ce qu'il faut.
L'équation formelle est la somme de deux exponentielles décroissantes.
Par exemple, on peut écrire:
Atot (t) = A1 exp(-L1 x t) + A2 exp(-L2 x t),
où A1 et A2 sont les activités de la source 1 et de la source 2 au temps t = 0. L est la constante radioactive de dimension inverse du temps [1/T] elle vaut = Log2/T ou 0,693/T et T est la période radioactive (parfois notée T1/2) prise dans les même unités de temps_ que t. L est classiquement noté lambda (grec). Une calculette scientifique de base permet de traiter la question. Pour se donner un garde fou, on peut tracer 2 droits sur papier semi-log et faire la somme pour avoir une abaque. Si cette réponse est utile, bonsoir et bon travail.2004 : matière épaisseur d’un écran de protection contre les bétas :
(écran à utiliser : plexiglass, PPMA (polymethylmétacrylate), polycarbonate
(La question est la maîtrise de l'exposition aux rayonnements béta moins émis par les noyaux cités dans la demande. Les "parcours", épaisseur au bout de laquelle les électrons -d'énergie maximale donnée mais de spectre variable- sont "arrêtés", sont estimés par la formule de Hans Albrecht Bethe sans donner de valeur "exacte": le sujet de physique reste ouvert. L'important est le Z de la matière constituant l'écran, puisqu'il s'agit de freinage électronique (en interaction coulombienne Z1.Z2= 1xZ2). Dans le cas d'un écran, c'est le Z du matériau qui compte, ou le Z moyen résultant de sa composition atomique (cortèges électroniques).Il ne faut oublier que plus Z est grand, plus on produit de rayonnement de freinage par le noyau, c'est à dire de rayonnement X peu atténué par un matériau léger ou peu dense (de l'ordre de 0,1% en dose). Lorsqu'on invoque un plexi ou un polycarbonate ou autre PPMA, ce qui compte c'est le Z moyen ou la densité (à épaisseur d'écran constante). On verra dans le littérature qu'il est couramment admis que les valeurs d'épaisseur de 6.3 à 8 mm d'un matériau "plexi" ou "plastique" selon las auteurs dans le cas du 32P; ces valeurs règlent par construction le cas des électrons émis par 3H, 35S et 45Ca (sans tenir compte des parois de l'emballage contenant le déchet ou/et d'eau dans le cas des liquides). Evidemment et finalement, on prendra une épaisseur du commerce. L'avantage du plexi est sa transparence, ce qui peut être un critère. Un contrôle de l'efficacité en débit d'équivalent de dose de l'écran à sa mise en service sert à valider le choix, bien-sûr. Si on veut traiter le cas d'une source de rayonnement puissant, la question vaut le recours à des spécialistes et n'est pas traitée par la présente.2004 : certificat de non contamination : comment passe-ton de la mesure en C/s à la mesure en Bq /cm² ?
( Il faut tenir compte du rendement de ta sonde pour la radioélément donné. Tu trouveras cette info dans la doc de l'appareil. Le rendement te permet de passer des c/s au Bq. Ensuite tu prends en compte la surface utile de la sonde. Plus commodément, pour un certificat de non contamination, il faut que tu indiques que tes mesures sont inférieures au seuil de détection de l'appareil (si c'est la cas). En tout cas il ne doit pas y avoir de contamination labile.Aménagement des locauxStockage produits radioactifs : Compte tenu des principes de confinement des sources de risques, il est souhaitable de conserver les sources radioactives dans les labos de manip (en général dans des frigos ou congels vu les molécules marquées). pour le marquage à l'iode 125, il doit se faire en boîte à gants. La pièce où se trouvent les sources doit être déclarée en zone contrôlée ou en zone surveillée. En général, nous classons la pièce en zone surveillée (trèfle gris), et seul le frigo est déclaré zone contrôlée (trèfle vert), mais ce classement dépend vraiment des activités stockées et manipulées. En revanche, une salle de marquage à l'I125 est toujours ZC.Aménagement local déchet : (textes qui s’appliquent : Ce sont notamment le décret du 02/10/86 (art. 20,23,26,54,57) et l'arrêté du 01/06/90 qui s'appliquent. La société MERI (à LILLE, tél : 03 20 49 03 00) propose des conseils et études en matière de sécurité nucléaire.
(Ce local sera une ICPE (Art 385 quater et quinquies), il faut vérifier le débit de dose autour du local tous les 3 mois.
(J'ajouterai que sols et murs doivent être revêtus de matériaux facilement décontaminables (résine époxy compte tenu des manutentions pour le sol, peinture pour les murs); pour les animaux, nous avons réalisé sur le site de médecine une chambre congelante (sous alarme de température). J'ai demandé un truc "bâtard" du style: cloisons CF 2h avec porte CF 1h .Travail sur écranPause pour le personnel travaillant sur écran : un collègue me questionne sur le fait de savoir si les informaticiens, au sens large du terme, peuvent bénéficier d'une pause. De mémoire, j'avais entendu parler d'une pause de 10mn /heure (il s'agit d'une pause consistant à soustraire le champ visuel de l'écran d'ordinateur et non pas d'une pause café....).
(Pour ma part en formation 'travail sur écran', je signale une recommandation, de mémoire venant d'une étude d'une association de banques, pour les personnes qui travaillent plusieurs heures d'affilée sur écran, d'instaurer une pause de 15 minutes tous les 3/4 d'heure...
Le texte réglementaire (décret n°91-451 du 14/05/91) mentionne l'obligation de prévoir des pauses ou de modification du travail permettant de diminuer la charge de travail sur écran, mais sans donner d'indication quantitative.
(Il faut voir l’activité réelle. S’ils ne décollent pas de l’écran, une pause s’impose, au moins toutes les deux heures (15/20 minutes c’est bien mais il n’y a pas de d’obligation réglementaire sur la durée). Mais souvent, l’activité permet des pauses “naturelle”, changement d’activité, déplacement ... Tout ceci peut se régler dans le cadre de l’évaluation des risques.Logiciel de grossissement (écran de visu) : tu peux en télécharger gratuitement (des versions d'essais !!) sur le site suivant : HYPERLINK "http://handy.univ-lyon1.fr/service/softs/sur_handy.html" http://handy.univ-lyon1.fr/service/softs/sur_handy.htmlErgonomie2009 : siège ergonomique
Comme pour la plupart de nos établissements, chez nous la commande de mobilier se fait auprès d'un fournisseur titulaire d'un marché, et pour du mobilier référencé dans le marché. En ce qui concerne les sièges de bureau, plusieurs personnes ayant notamment des problèmes de dos ne sont pas bien installées dans les sièges "ergonomiques" fournis dans le cadre du marché. L'idéal serait qu'ils puissent acheter leur siège après l'avoir essayé et ayant la possibilité d'en essayer plusieurs, c'est à dire de procéder à un achat "hors marché". Avez-vous été confronté à ce type de situation ? Comment avez vous fait ?
(Nous avons un marché à plusieurs lots:
- un lot pour le mobilier standard (celui-ci comporte tout de même des sièges ergonomiques assez complets),
- un lot pour du mobilier et du matériel spécifique, notamment du fait des aménagements de postes de travail pour des travailleurs handicapés.
C'est la société EDU4 qui est titulaire de ce lot. A chaque demande particulière, nous analysons avec eux le besoin et ils établissent un devis. EDU4 étant basé dans l'agglo nantaise, nous avons la chance de pouvoir tester leurs produits dans leur show room.
(Je suis également confrontée à cette problématique. Sauf que chez nous il n’y a pas de marché public. Nous devons passer par l'UGAP et l'UGAP peut apporter que 1 seul modèle sur site et qu'elle n'a pas de show room ! Je n'ai pas encore trouvé LA solutionAmbianceEclairage2009 : Eclairage salles de cours
Il existe une norme qui nous précise le niveau d'éclairement pour les salle de cours, ... (norme: NF X 35-103 et décret n°83-721 du 2 août 1983) mais pour les amphis quel est le niveau d'éclairement, existe-t-il une norme spécifique?
(Je n'ai pas la réponse sous le coude mais si j'avais à étudier l'éclairage de locaux je consulterais également les minimum imposés par la réglementation d'accessibilité aux personnes handicapées. Nous sommes en cours de diagnostic et aurons à "booster" l'éclairage en plusieurs endroits pour accueillir les personnes mal voyantes, alors que personne ne s'est jamais plaint d'un manque de lumière dans les locaux d'enseignement (ce qui ne veut pas dire que nous étions dans la norme, je le reconnais). Aération2009 : problème de maux de tète : que faire ?
Actuellement confronté à des problèmes pulmonaires, à des maux de têtes, certains agents ont fait appel à la médecine de prévention. La médecine de prévention renvoi ces agents vers le service hygiène et sécurité, de ce fait je souhaiterais savoir vers qui me tourner pour régler ces problèmes, à qui doit on faire appel pour réaliser des prélèvements d'air, quelles sont les procédures à respecter ... ?
( Certaines personnes se plaignaient dans notre établissement d'avoir la gorge irritée...suite à des travaux longs et importants.
Nous avons donc fait appel au laboratoire ITGA/Prisme qui réalise des prélèvements d'air. Ils ont un bureau à St Etienne je crois.
(Suite à une suspicion de pollution de l'air dans notre bibliothèque nous avons fait appel à l'ASPA    HYPERLINK "http://www.atmo-alsace.net/site/Accueil-2.html" http://www.atmo-alsace.net/site/Accueil-2.html Je ne sais pas s'ils interviennent en dehors de l'Alsace.2009 : recherche de polluants dans une reprographie
Certain(e)s d'entre vous ont -ils(elles) déjà réalisé ou fait réaliser des prélèvements d'air dans des locaux techniques, comme les locaux de reprographie, afin d'y rechercher les taux d'acrylates, les taux d'ozones ou toutes autres substances susceptibles d'être nuisibles à la santé ?
(Voilà ce que nous avions fait mesurer en avril 2008 dans notre local de reprographie suite à des plaintes d'agents après avoir effectués au préalable des mesures de températures et d'hygrométrie et aussi en fonction des FDS des encres et produits utilisés.2008 : VMC éteinte par économie d’énergie
Afin de faire des économies de chauffage (et donc d'énergie), un enseignant propose d'éteindre les VMC pendant les périodes d'inoccupation des laboratoires et/ou salle de TP personnellement je n'y vois pas d'inconvénient à condition de les laisser allumer au moins 1h après la fin des TP afin de bien aérer les lieux et sous réserve que tous les produits dangereux aient bien été entreposés dans les armoires ventilées et donc non concernées par cette restriction. Evidemment, la plupart des TP se font sous sorbonne...
Je n'ai rien vu dans le code du travail à ce sujet (remarquez, c'est plutôt normal)... alors, si vous trouvez des objections...
(Pas d'objection sauf que la réglementation impose des mini de débit d'air neuf pour assurer le renouvellement d'air hygiénique pendant l'occupation des locaux et que l'on se doit de le respecter.
Il faut savoir que les constructeurs de systèmes de ventilation "ALDES" , "France AIR" etc. font de la régulation par détection de CO2 justement pour limiter les débits hors occupation..
Il est possible aussi que le service technique ajoute des ondes de présence avec temporisation pour (je l'ai fait dans des salles de formation il y a 20 ans!)2007 : recherche de polluants dans une reprographie
Nous avons quelques soucis avec notre reprographie (maux de tête, sécheresse occulaire …) et nous souhaiterions faire des mesures : à part les taux en ozone et en COV, avez-vous d'autres idées de polluants éventuels à rechercher ??
(il faudrait regarder du côté de la ventilation du local, voir de la climatisation s'il y en a une ; cf. en particulier les conduits d'amenée d'air : propreté ? sinon les réglages en humidité etc.
(Peut-être faire également des mesures du taux d’humidité de l’air (taux d’humidité souvent bas dans les imprimeries, qui peut favoriser la sécheresse oculaire) et regarder la qualité de l’éclairage (Indice de Rendu des Couleurs, température de couleur) et la quantité (niveau d’éclairement et luminances) pouvant, le cas échéant, entraîner des maux de tête (de même qu’une forte sollicitation de la vision de façon continue ; suggérer dans ce cas, de faire des pauses courtes et fréquentes ou de changer de tâches, manutention…)
(L'évaluation de la qualité de l'air dans un local de reprographie a été effectué par un organisme agréé extérieur de l'Université Pierre et Marie Curie.
 -Les hydrocarbures aromatiques monocycliques norme AFNOR NF X 43-251,
-les concentrations de dioxyde de carbone selon norme AFNOR NF X 20361,
-l'ozone selon norme AFNOR NF X 43-024,
-la température mesurée à l'aide à thermistance,
-l'hygrométrie à l'aide d'un détecteur de type capacitif ont eté les facteurs étudiés.
Le suivi de la teneur en ozone a été fait en continu pendant une semaine.
Le suivi de la température, de l'humidité relative, de la concentration de dioxyde de carbone ont servi d'indicateurs du renouvellement d'air. La mesure des concentrations moyennes d'hydrocarbures aromatiques monocycliques, dont le styrène comme substance potentiellement émise lors de photocopies de documents.
(Ce ne sont pas des polluants, mais si les locaux sont climatisés, tu peux essayer aussi le taux d'hygrométrie, ainsi qu'une mesure de la vitesse de soufflage et une étude du % d'air neuf apporté (préconisé par la CRAM chez nous récemment).2007 : ventilation poste de soudage
Existe-t-il une norme ou des recommandations pour l’installation d’un extracteur de fumées sur un poste à soudure, outre le fait que l’extraction ne doit pas se faire en façade ?
(J'ai eu le même problème à résoudre il y a quelques années. Je n'ai pas trouvé de norme ou d'étude publiée à l'époque, mais j'ai fait réaliser une hotte, et le résultat est satisfaisant, au dire des utilisateurs. En plus d'empêcher que les soudeurs respirent les vapeurs issues des soudures, ce système a eu le mérite d'empêcher que ces vapeurs provoquent des déclenchements intempestifs de l'alarme incendie (le problème est que pour empêcher ces déclenchement intempestifs, les soudeurs désactivaient le capteur, "juste le temps de la soudure", mais pensaient rarement à le remettre en service une fois le travail de soudure terminé).
- Table de soudure en bois (un ancien établi) de 80 cm sur 120 cm
- Hotte en acier à 70 cm au dessus de la table de soudure de forme similaire au hotte que l'on trouve dans les grandes cuisinières (piano) de restaurent (tronc de pyramide). de 80 cm sur 120 cm également, 60 cm de hauteur. Cette hotte contenait 2 néons d'éclairage de la table de soudure.
- extracteur de 200 w, 200 mm de diamètre
- conduite d'extraction de 200 mm, environ 10 m de conduite, avec 4 coude à 90° à entre la hotte et la sortie de l'extracteur
J'ai essayé de mesurer la vitesse de l'air à la hauteur des visages des soudeurs, mais elle était inférieur à la précision de mon anémomètre (10 cm/seconde), donc non mesurable. Cependant les soudeurs trouvaient ce système suffisant, et en tout cas il représentait une amélioration significative par rapport aux conditions de travail précédentes.
(La SAF propose des solutions d’aspiration des fumées sur les postes à soudure. A l’Ecole Centrale nous avons des extracteurs muraux dans certaines cabines, des systèmes d’aspiration adaptés sur les torches pour d’autres applications, et une « usine à gaz » adaptée à notre machine de découpe plasma……Tous ces procédés sont reliés à une centrale d’extraction équipée de filtres spécifiques à l’activité soudage. Les branchements ont été réalisés de telle manière que les postes ne se mettent pas en route si les systèmes d’aspiration ne sont pas activés. Ce dispositif a coûté une fortune et est adapté à une utilisation industrielle des équipements que nos élèves utilisent finalement très peu (à l’échelle industrielle).
Je ne connais pas la norme mais l’IS (Institut de Soudure) à Paris devrait pouvoir communiquer ce renseignement2007 : Ventilation dans activité de catalogage. Dans une B.U. le catalogage est-il considéré comme activité à pollution spécifique ou normale ? Dans ce cas précis , bâtiment neuf entièrement vitré , sans possibilité d'ouverture des fenêtres , sans clim , vmc quasi inexistante , il faisait ce matin 27 degré à 9h30 et 8 degré dehors 8 personnes y travaillent dans d'es conditions de chaleur insupportable puis je exiger 30 m3 heure par personne qn a-t-il déjà utilisé la recommandation CNAM R 226 en cas de chaleur avec quels résultats.
(C'est quoi le catalogage ? Est-ce une activité assis / debout / demandant un effort physique particulier ? Est-ce 8 personnes temps plein sur 8h/jour... ou est-ce plutôt un lieu de "passage" ? Est-ce qu'il y a des machines ? Est-ce un lieu de stockage ? Est-ce qu'une ouverture naturelle vers l'extérieur est techniquement possible (oubli lors de la construction ?.)
(le catalogage comprend deux actions sur un même poste de travail, un grand
bureau ,
1ère un micro ordinateur
2ème une pile de livres
l'activité consiste à rentrer dans une base de données les cotes de chaque livre ça veut dire être assis toute la journée, manipuler des livres
généralement neufs, et travailler sur écran dans le cas présent c'est l'environnement qui est cata à cause de l'intelligence de l'architecte ( encore un ) car le bâtiment est entièrement en verre , situé sud et ouest , et comme il n'a pas obtenu les crédits suffisant il n'a pas installé de clim , et de plus il n'a fait aucune fenêtre. on ne peut même pas désenfumer en cas d’incendie. en été il y fait plus de 30 tous les jours c'est la Région qui était maître d'ouvrage et payeur. j'ai participé au programme et ensuite interdit de chantier jusqu'à réception.
(Sur ces problèmes architecturaux, on a eu le même problème sur un bt neuf;en été, les gens s'évanouissent. Peut-être que Jean-Luc lacroix pourra te dire comment cela a évolué, car je n'étais plus à l'UJF.Thermique 2011 : température maximale (34°C ?)
au vu des 1ères fortes chaleurs, les demandes affluent.... un agent vient
de me préciser qu'un texte "canicule" donnait une température de 34° au
dessus de laquelle le droit de retrait pouvait s'exercer....
à part le code du travail (Article R4213-7 à 9 sur les ambiances
thermiques, et sans explicatif direct sur les Températures), je ne vois
pas quel texte il invoque
(Ci joint l'article; La loi est vague concernant la protection des travailleurs en période de forte chaleur. L’article L. 230-2 du Code du Travail stipule que les employeurs sont tenus "de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé des travailleurs de leurs établissements, en y intégrant les conditions de température", sans citer de seuil de tolérance. Autres obligations : l’employeur doit mettre à disposition des salariés de l’eau potable fraîche et sur les chantiers, les ouvriers doivent pouvoir boire 3 litres d’eau par jour. Mais plus que les conditions de travail, c’est toute l’organisation du travail qui est revue en cas de canicule. Certains employeurs, suivant les recommandations de l’INRS, augmentent les plages de récupération. Où mieux, décalent les horaires de travail lorsque cela est possible. La Caisse nationale d'assurance maladie (Cam) recommande par ailleurs d'évacuer les locaux en cas de défaut prolongé de renouvellement d'air, dès lors que la température dépasse les 34°C. (je crois que la recommandation CNAMTS R 226 a été abrogée, le lien vers la liste en vigueur :
 HYPERLINK "http://www.ameli.fr/employeurs/prevention/recherche-de-recommandations.php?secteur=A&ctn=A&recherche_tout=Rechercher&action=resultats" http://www.ameli.fr/employeurs/prevention/recherche-de-recommandations.php?secteur=A&ctn=A&recherche_tout=Rechercher&action=resultats
(Ce qui explique pourquoi on ne la trouvait plus
Je ne savais pas qu'on pouvait abroger une recommandation !!!
Tiens suivez cette recommandation, oh en fait non ne la suivez pas c'était des conneries .......2009 : températures recommandées ?
(Travail mental sédentaire : 21°C Travail manuel léger, assis ou debout : 18 - 19°C Travail manuel pénible, debout : 17°C Travail très pénible : 15 - 16°C source INRS : ED 950
(L'article R 131-20 du code de la construction et de l'habitation dit que dans les locaux à usage d'habitation, d'enseignement, de bureaux ou recevant du public, les limites supérieures de température de chauffage sont fixées en moyenne à 19°C. La logique de développement durable doit penser la même chose ...
(Le code du travail art. R. 4223-13 (partie applicable à la FPT) dit ceci : Les locaux fermés affectés au travail sont chauffés pendant la saison froide. Le chauffage fonctionne de manière à maintenir une température convenable et à ne donner lieu à aucune émanation délétère. Qu'est-ce qu'une température convenable ? Quatre sources donnent des valeurs approchantes: l'ANACT, l'INRS, le Ministère du Travail et la norme X 35-203 : Travail sédentaire en position assise: 20 à 24°c Travail physique léger en position assise: 18 à 20°c Travail physique léger en position debout: 17 à 22°c Travail physique intense: 15 à 17°c"
(Le code du travail ou les textes d'application qui en découlent ne font aucune mention d'une température imposée dans locaux de travail. Les seules mentions faites à la température restent donc souvent lieu à une grande marge d'appréciation.
 

Des obligations générales pour le maître d'ouvrage et l'employeur
 
- Une obligation pour le maître d'ouvrage qui construit des bâtiments destinés à devenir des locaux de travail de concevoir des locaux et leurs équipements permettant d'adapter la température au corps humain (art. R4213-7 du code du travail).
 
- D'autre part, le code du travail oblige aussi l'employeur, utilisateur des lieux à assurer un chauffage en fonctionnement pour maintenir une température convenable - sans plus de précision sur ce que l'on peut entendre par convenable (art. R4223-13). L'aération devant être conçue pour qu'on ne voit pas une augmentation exagérée de la température.
 
Alors comment déterminer cette température ?
 

Deux documents permettent de préciser un peu plus ce point. Tout d'abord, la circulaire DRT 95/07 du 14 avril 1995 qui précise tous les éléments pouvant servir à réguler la température et qui cite la norme NF X 35-203 (voir paragraphe suivant). D'autre part, une recommandation de la Cnamts (R226), qui fournit une fourchette, dans le cas bien particulier d'un bâtiment à destination de bureau où le système de conditionnement d'air / la ventilation mécanique tomberait en panne de manière prolongée. Ainsi, la Cnamts recommande d'évacuer les lieux si la température se situe au-dessous de 16°C en hiver et au-dessus de 33°C en été.
 
Une norme ISO et NF pour prédire et prescrire une ambiance thermique confortable
 
La norme NF X 35-203 (ISO 7730) citée par la circulaire DRT 95/07 présente une méthode de prévision de la sensation et du degré d'inconfort pour des ambiances thermiques modérées en intérieur. Cette norme prescrit aussi des conditions d'ambiances thermiques acceptables en matière de confort. Elle explique bien qu'il est toujours impossible de trouver une ambiance thermique acceptée de tous, cette perception étant très subjective et conjoncturelle (fatigue, type d'habits, habitudes etc.). Globalement, il ressort que l'ambiance qui devrait satisfaire le nombre de personne maximum serait pour un bureau une température entre 20 et 22°C, un taux d'humidité de 50% et une vitesse de circulation de l'air de l'ordre de 0,1 m/s.
 
L'employeur doit évaluer les risques
 
Dans tous les cas, il est connu que l'excès de froid ou de chaud représentent des risques. L'employeur doit donc les évaluer et prendre les dispositions nécessaires pour les prévenir quand ceux-ci sont inhérents au travail lui-même. L'employeur se doit aussi d'assurer cette évaluation et cette prévention lors d'un événement exceptionnel venant à perdurer (canicule, panne de chauffage etc.).2009 : Température minimale dans les locaux
Nous rencontrons des problèmes de températures basses dans les bureaux et salles de cours (12 à 15°C). Pouvez-vous me dire s'il existe une réglementation précisant les T°C acceptables pour travailler dans de bonnes conditions. INRS précise des recommandations mais le Code du travail ne précise rien. (Il me semble que dans la brochure ed 950 (rubrique ambiance thermique) de l’INRS sur la conception des lieux de travail, des recommandations sont données sur les températures acceptables.
(Attention, dans les données de la CRAM et de l’INRS il ne s’agit que de recommandations. Il n’y a pas, sauf erreur, de températures réglementaires, si ce n’est un texte consécutif au premier choc pétrolier qui interdit de chauffer à plus de 19°C.2003 : Distribution de boisson en période de canicule : Suite à la canicule de cet été (la faculté est restée ouverte tout l'été) et les problèmes de déshydratation, j'ai consulté le code du travail pour avoir des précisions sur les postes de distributions de boisson. L'art R 232-3 précise que "les employeurs doivent mettre à disposition des travailleurs de l'eau potable et fraîche pour la boisson" A votre avis celle ci doit être gratuite? L'art R232-3-1 stipule "dans le cas où les conditions particulières de travail entraînent les travailleurs à se désaltérer fréquemment, l'employeur est tenu en outre de mettre gratuitement à disposition au moins une boisson non alcoolisée". Avait on à mettre gratuitement à disposition des agents des bouteilles d'eau cet été? Peut on considérer que l'eau des robinets des sanitaires ou des éviers de paillasses de laboratoire remplissent toutes les conditions d'hygiène? Faut il installer une fontaine d'eau filtrée et réfrigérée? Si oui quelles sont les contraintes? Les bonbonnes d'eau sont une autre solution. Avez vous des retours d'expérience sur ce sujet?
(Des distributeurs d'eaux (bonbonnes d'eau) sont à disposition à titre gratuit dans les locaux - espaces détentes ou circulations (art. R 232-3 du CdT), à mon avis on ne peut guère demander à des visiteurs d'aller se désaltérer dans les sanitaires ou aux robinets des paillasses des labos. la société qui distribue les bonbonnes réalise un entretien au moment des livraisons. Des distributeurs de boissons chaudes sont aussi présents, mais à titre onéreux... il y a également entretien... mais ces distributeurs sont aussi à l'origine d'acte de vandalisme (vol...).Ambiance thermique : (BE Thermique nous propose : les températures suivantes (pour l'hiver): Bureaux, salles de réunion, bibliothèque, salle d'enseignement : 19°C Sanitaires, dépôts: 16°C Halles, circulations: 14°C Vestiaires: 22°C Humidité relative : 40-70% Vitesse de l'air : < 0,15m/s (hiver) - < 0,25 m/s (été) Valeurs que l'on retrouve plus ou moins dans la brochure INRS ED 718 -conception des lieux de travail.
(norme : EN ISO 7730 (Température maximum de l'air, hygrométrie, etc... ), norme NF X 35-203 concernant les températures acceptables dans les locaux en fonction du type d'activité.
(Article R 235-2-9 du Code du Travail : "Les équipements et caractéristiques des locaux de travail doivent permettre d'adapter la température à l'organisme humain pendant le temps de travail, compte tenu des méthodes de travail et des contraintes physiques supportées par les travailleurs, sans préjudice des dispositions du code de la construction et de l'habitation relatives aux caractéristiques thermiques des bâtiments autres que d'habitation". La circulaire DRT n°95-07 du 14 avril 1995 commente cet article : "La température des locaux de travail doit pouvoir être adaptée à l'organisme humain. La norme NFX 35-203 précise des fourchettes de températures acceptables en fonction du type d'activité des personnes. Ces conditions de température peuvent être obtenues par des équipements de chauffage, de ventilation ou de conditionnement d'air, mais les caractéristiques des locaux doivent être également prises en compte, car l'isolement des parois et vitrages et les protections solaires sont des éléments importants pour les ambiances climatiques des locaux. Les règles du Code de la Construction et de l'Habitation exigent un isolement minimum des parois des locaux, dès lors qu'il est prévu de chauffer ces locaux à plus de 14 °C (art. R. 111-21). Selon la norme précitée, NFX 35-203, une température inférieure à ce seuil n'est acceptable que pour les activités soutenues". Pour un travail de bureau, iI est recommandé de respecter les valeurs suivantes : - Température de l'air entre 22 et 26°C - Humidité relative de l'air entre 40 et 60% - Vitesse de l'air inférieure à 0,25 m/sBruit2010 (échanges hors GP Sup) : cahier des charges pour la mesure du bruit
Dans le cadre d'une démarche de prévention contre le risque bruit, je suis à la recherche d'informations, ou encore mieux, de modèles, pour la rédaction d'un cahier des charges visant à la consultation d'un acousticien, en vue d'effectuer un mesurage de l'exposition au bruit, d'obtenir dans la mesure du possible une cartographie du bruit, ainsi que de conseils et/ou orientations en mesures préventives et correctives.
(Je me trompe sûrement mais dans le cadre de la prévention des risques professionnels liés au bruit, il me semble qu'il y a amalgame... ? En effet, les mesures ont des protocoles différents en fonction de la source réglementaire. Grossièrement : Le code de la construction pratique une mesure en produisant un bruit d'une intensité et d'une fréquence précise (bruit blanc) et capte sa réflexion sur les surfaces des murs ou sa pénétration par mesurage à travers la cloison (notion de correction acoustique ou d'isolation) Le code de la santé qui s'occupe plutôt des bruits de voisinage décrit un protocole de mesurage dans un local normalement différent de celui de la source du bruit et il est plutôt intéressé par la survenue du bruit : recherche  de la différence entre le niveau de bruit ambiant comportant le bruit particulier en cause et le niveau de bruit résiduel constitué de l’ensemble des bruits habituels, ceci en fonction du temps d’apparition du bruit. Cette différence s’appelle l’émergence globale. Le code du travail lui s'intéresse uniquement à l'humain, c'est à dire au niveau de bruit subit par la personne au cours de sa période de travail. Il lui faut donc mesurer des intensités à proximité de l'oreille du sujet et sur des périodes de travail type pour ensuite l'extrapoler à l'ensemble de la période de travail. Si c'est vraiment dans le cadre des risques professionnels donc dans le cadre d'application du code du travail l'INRS a fait un protocole inattaquable (je ne me rappelle pas des références mais la doc de ta CRAM te renseignera) que reprendront les différents IPRP et sur lequel ton cahier des charges doit reposer. En espérant t'avoir donné une piste valable.2009 : Achat de bouchons d’oreille moulés
J’étudie actuellement la possibilité d’acquérir des bouchons d’oreille moulés, en remplacement des bouchons jetables et casques anti bruit.
Avez-vous des retours d’expérience à ce sujet ?
Comment cela a-t-il été accepté dans les services ? Est-ce que cela a été imposé ou basé sur le volontariat ?
Les agents ont-ils pris l’habitude de les porter correctement, de les entretenir régulièrement ?
En consultant les fabricants, certains affirment qu’il est nécessaire de nettoyer les bouchons avec les produits spécifiques, fournis par eux-mêmes. D’autres disent que de l’eau savonneuse suffit.
Merci des informations que vous pourrez me communiquer à ce sujet. (C'est quoi les bouchons moulés ? Y a t-il une marque spécifique ? Personnellement, j'utilise des bouchons quand je joue dans un orchestre d'harmonie où le niveau sonore en répétition est très important. Ce sont des bouchons en silicone dont on peut choisir le degré d'atténuation et qui sont très confortables. De plus ils ne masquent pas tout le spectre donc on entend quand même l'environnement. J'utilise de l'eau savonneuse pour le nettoyage mais on peut bien sûr utiliser tout produit compatible avec le silicone. (l'avantage des bouchons moulés : barrière anti - bruit, anallergiques et réalisés sur mesure, tous les sons forts et nuisibles pour l'oreille seront atténués, tout en laissant percevoir la voix (laisse passer les fréquences de la parole).
les bouchons sont confortable (empreintes de l'oreille réalisées) , facile à entretenir : se lave régulièrement à l'eau ou à l' aide d'une lingette désinfectante, une fois par an grâce aux pastilles effervescentes.
Confortable : se glisse aisément dans les oreilles. Il est relié par cordon plastique amovible.
Ils sont tout à fait compatibles avec le port du casque de chantier ou de soudure, lunettes de protection.
(Les bouchons d’oreille moulés sont des protections auditives personnalisées, puisqu’une empreinte auriculaire est faite pour chaque personne, en silicone ou résine acrylique.  Est inséré à l’intérieur un filtre que l’on peut changer en fonction de l’atténuation désirée.
(Il faut compter de 130 à 150 ¬ HT l'unité. Les prix sont plus intéressant en grande quantité ~105 ¬ HT/100 unités. (Sur l'INPG, nous avons travaillé avec la société Audilive, basée à Valence : il faut prévoir environ 1/2h par personne concernée : selon les personnes équipées, c'est le mode de protection le meilleur qu'ils aient eu en tenant compte de la protection et du confort de port. Comme tous ceux qui étaient concernés étaient fortement exposés, ils étaient plutôt demandeurs et volontaires. J'avais fait au préalable des analyses du spectre de bruit sur les différentes expositions, mais ce n'est pas indispensable.
(Pour les tarifs, j’ai des propositions, pour 50 paires, de 84 à 89 ¬ HT. Avec une garantie de 4 à 5 ans selon le modèle et le fournisseur (avec un niveau de garantie différent selon le fournisseur).2007 : réduire le bruit d une machine :
J ai actuellement un laboratoire de spectrométrie de masse avec d’importants problèmes de bruit et des cas de maladies professionnelles. L’un de vous connaîtrai-t-il des sociétés proposant des solutions techniques en particulier de capotage et d’isolation, à l’heure actuelle j’ai seulement un devis de la société France Décibel et au vu des coûts !
(Une autre approche est de contacter directement les constructeurs des machines bruyantes (lorsque ce ne sont pas des prototypes) qui proposent parfois des capotages spécifiques à chaque machine. L'avantage est que ces capots sont adaptés à l'utilisation et la maintenance de la machine. L'inconvénient est que c'est plus long (si plusieurs constructeurs), pas toujours moins cher et que cela ne prend pas en compte les interactions entre différentes machines.2003 : bruit de voisinage : -décret n°95-408 du 18 avril 1995 relatif aux bruits de voisinage (articles R. 48-1 à R. 48-5 du Code de la Santé publique) et l'arrêté au 10 mai 1995 relatif aux modalités de mesure des bruits de voisinage
-décret n°98-1143 du 15 décembre 1998 et l'arrêté de même date relatifs aux prescriptions applicables aux établissements ou locaux recevant du public et diffusant à titre habituel de la musique amplifiée, à l'exclusion des salles dont l'activité est réservée à l'enseignement de la musique et de la danse.2003 : recommandation concernant le bruit dans les bureaux Savez vous s'il existe des niveaux sonores à ne pas dépasser pour les bureaux, en dehors des valeurs définies par le code du travail (85 dB et 90 dB) ? y-a-t-il des normes ou des recommandations concernant les ambiances de travail relatives au bruit ?
(voir "Environnement bruyant de l'homme au travail"
rédacteur : J. J. BARBARA du département d'études techniques et
applications - INRS Paris
(Pour faire court, voici une recommandation, issue des éditions d'ergonomie de Charles P.BERNARD, Ingénierie EHST: - Encyclopédie Pratique de l'amélioration scientifique de la santé et de la qualité du travail. - Guide de la Prévention des nuisances, des accidents et des risques professionnels. Il est présenté, entre autres, un tableau  des nuisances sonores  pour les bureaux, il indique ceci: Evaluation et sensation (son de 1000 à 2000 Hertz) - J'usqu'à 35 db, aucune gêne.    - De 40 à 50 db, travail intellectuel pénible. Conversation possible à voix normale. - De 50 à 60 db, travail de bureau courant ne s'en ressent pas. Conversation possible à voix normale. - De 60 à 80 db, travail intellectuel extrêmement pénible, travail de bureau difficile. Conversation possible à voix forte.
Néanmoins, la tranche de 60 à 80 db, génère une fatigue nerveuse, qu'il faut gérer selon les durées d'expositions.EPI2011(échanges hors Gp Sup): bouchons d’oreille moulés
Est ce que parmi vous certains ont acheté des BMI en acrylique? Est ce un produit plus adapté pour les agents des routes que le BMI en silicone?
(Nos agents des routes sont équipés de bouchons en silicone depuis 3 mois. Nous avions essayé les bouchons en acrylique (matériau très dur), qui ne nous ont pas convaicus.  Ils sont plus lourds, plus gros, moins confortables (il est plus difficile de s'habituer à leur port), et en cas de chocs à l'oreille, provoqueront à mon avis plus de lésions que le silicone (souple). En revanche, les bouchons acryliques sont garantis plus longtemps (10 ans contre 4 pour les silicone). Les agents équipés en sont contents, la communication entre eux reste possible.
(Je me permets de confirmer ce qui vient d'être écrit. Nos agents sont équipés de protections silicones (espaces verts - musique - restauration - accueil piscine - regisseurs son/lumière)
(Pour notre part, nous avons travaillé avec le laboratoire COTRAL pour nos 5 agents du service Assainissement. Nous avons opté pour la solution COTRAL micra 3D en Crylit. Certes, les agents ne les ont que depuis 1 mois et demi mais pour l'instant ils en sont contents. Ils les supportent bien, peuvent communiquer entre eux. Le bruit de l'aspiration dans les buses est bien diminué. Une chose primordiale pour nous était de ne surtout pas isolé du bruit extérieur comme le bruit des voitures qui circulent tout à coté d'eux. Après une vérification auprès des agents, ils m'ont certifiés qu'ils entendaient correctement les voitures, qu'ils étaient bien protégés du bruit de l'aspiration et qu'ils pouvaient parler entre eux avec les protections. Voilà pour notre petit retour d'expérience. 
(Pour notre part, nous avons travaillé avec ELCEA France. Ils assurent une information sur le bruit de 3/4 d'heure aux agents, puis effectuent eux même la prise d'empreintes. Si un agent a un conduit un peu particulier, ils le dirigent vers un audioprothésiste pour ne pas prendre de risque. Même chose s'ils ont un bouchon de cérumen. Nous recevons les bouchons terminés environ 3 semaines après et le SAV se passe très bien pour l'instant. Les bouchons se nomment "flexconfort". Nous avions au préalable effectué des mesures de bruit sur les chantiers pour adapter au mieux les filtres.2011 (échanges hors Gp Sup): EPI scie à chaine (tronçonneuse, etc.)
Acmo dans une collectivité territoriale je cherche à résoudre un problème de non port de veste et pantalon "anti chaîne" par des agents des espaces verts. Existe-t-il dans le code du travail une partie spécifique à ces équipements? Doit-on établir une note de service définissant les conditions et obligations d'utilisation de ces EPI? Je pense qu'en mettant en place une organisation du travail évitant le changement incessant de tenue les agents seraient plus disposés à porter leurs équipements. Avez-vous déjà été confrontés à ce genre de situation et qu'avez vous mis en place pour la résoudre.
( je saisis bien ta question, tu rencontres des difficultés pour faire porter les vêtements de protection spécifiques à l'utilisation des scies à chaînes (tronçonneuses). Certains personnels de ma collectivité exécute des travaux forestiers en hiver, avec des machines de diverses puissances. Le danger n'a rien à voir avec la puissance, mais avec la vitesse de chaîne : ainsi nous distinguons les machines dont les vitesses de chaîne sont supérieures ou inférieures à 20 mètres par seconde. Il y a quelques années, un de nos agents a été victime d'un geste maladroit de sa part alors qu'il utilisait une petite tronçonneuse. Heureusement, il portait le pantalon de sécurité composé en partie d'une couche de bourre destinée à arrêter instantanément la chaîne dès qu'elle entre en contact avec le tissus. L'agent en question a ainsi vu sa jambe sauvée. Nous avons utilisé son pantalon (l'autre jambe) pour démontrer l'efficacité de cet équipement de protection auprès des agents qui en doutaient encore, en enfilant une bûche de la grosseur de la cuisse dans la jambe en tissus avant de poser sur l'ensemble une tronçonneuse à pleine vitesse. La démonstration a été plus que concluante...
( dans ce cas s'il y a accident, la jurisprudence (notamment la cour de cassation, chambre civile, du 1 juillet 2010, n° 09-15469) est constante : l'employeur est tenu envers son employé d'une obligation de sécurité de résultat notamment en ce qui concerne les accidents du travail ; que le manquement à cette obligation a le caractère d'une faute inexcusable lorsque l'employeur avait ou aurait dû avoir conscience du danger auquel était exposé le salarié et qu'il n'a pas pris les mesures nécessaires pour l'en préserver, notamment s'assurer du port effectif de l'EPI. L'article R4321-4 du code du travail stipule : L'employeur met à la disposition des travailleurs, en tant que de besoin, les équipements de protection individuelle appropriés et, lorsque le caractère particulièrement insalubre ou salissant des travaux l'exige, les vêtements de travail appropriés. Il veille à leur utilisation effective.
( En complément aux réponses déjà apportées, je vous rappelle l'article 108-1 de la loi 84-53 modifiée : "Dans les services des collectivités et établissements mentionnés à l'article 2, les règles applicables en matière d'hygiène et de sécurité sont celles définies par les livres Ier à V de la quatrième partie du code du travail et par les décrets pris pour leur application, ainsi que par l'article L. 717-9 du code rural et de la pêche maritime." Cet article est relatif aux chantiers forestiers et sylvicoles et renvoie à un décret créant divers articles sur ce sujet dont : article R. 717-82-1 Indépendamment des équipements de protection individuelle énumérés à l'article R. 717-82, les travailleurs qui utilisent une scie à chaîne sont équipés :
— d'un écran de protection ou de lunettes contre les projections ;
— de protecteurs contre le bruit ;
— d'un pantalon et de manchons de nature à prévenir les risques de coupure propres à ce type de matériel.
Les chaussures et les bottes devront, en outre, être choisies de façon à prévenir les risques de coupure propres à ce type de matériel.2011 (échanges hors Gp Sup): EPI pour des agents à cheval
A cheval, l'EPI obligatoire est une protection céphalique type bombe ou casque d'équitation, ensuite tenue d'équitation adaptée: gants, culotte, botte ou mini shaps, blouson.
A pied, des chaussures de sécurité, gants, tablier de cuir pour les ferrures. il faudrait vous rapprocher de la MSA île de France qui a édité des fiches : travailler en sécurité avec les chevaux et un journal de la prévention "l'écho des paddocks". Voir aussi la revue "travail et sécurité" de l'INRS de décembre 2010.2011 (échanges hors Gp Sup) : EPI pour le travail en hauteur : vérification et utilisation collective ?
Dans le cadre du renouvellement des équipements individuels de protection anti-chute de nos agents, je m'interroge sur nos obligations de remplacement de certains matériels (harnais, longe, cordage, stop chute, connecteurs...). En effet, lors de la vérification annuelle ds EPI, le vérificateur nous a indiqué que les équipements devaient être réformés, sans les détailler. Connaissez-vous précisément la liste du matériel concerné, les périodicités réglementaires, les normes s'y référant...  Par ailleurs, compte tenu de l'utilisation très sporadique que nous en faisons, une utilisation collective des EPI est même envisagée, sous les conseils d'un organisme de formation "travail en hauteur" avec obligation de mettre en service un registre d'émargement de contrôle avant et après intervention à chaque utilisation et de désigner une personne responsable. Cette expérience a t-elle déjà été tentée par une de vos collectivités? Le cas échéant, quel bilan en avez-vous tiré?  (En ce qui me concerne je fais contrôler tous les ans ce genre de matériel par une personne agréé en l'occurrence  le fabriquant "c'est légal" je n'achète pas  au fabriquant mais à un distributeur. Il porte l'ensemble de ses observations sur le registre de contrôle des équipements techniques, harnais, longes accessoires à réformer. J'envisage d'envoyer un agent en formation pour procéder à ces contrôles et le faire agréer par le fabriquant. En ce qui concerne le matériel que nous avons la durée d'utilisation est de 10  ans sauf dégradation, usure, ou élément ayant subit une contrainte. Chaque agent est doté à titre personnel de l'ensemble des équipements nécessaires au travail en hauteur ou travail sur corde il est de ce fait totalement responsable du matériel qu'il utilise. Ils ont également un sac de transport et de rangement. A titre personnel je ne suis pas d'accord pour l'utilisation collective d'équipement de protection individuelle, responsabilité en cas d'accident, ce genre d'équipement  étant des protections individuelles et non pas collectives.
(l'utilisation "collective" d'EPI n'est pas complètement exclue par la réglementation (Code du Travail Art. R. 4323-96.
« Les équipements de protection individuelle sont réservés à un usage personnel dans le cadre des activités professionnelles de leur attributaire. Toutefois, si la nature de l'équipement ainsi que les circonstances exigent l'utilisation successive de cet équipement de protection individuelle par plusieurs personnes, les mesures appropriées sont prises pour qu'une telle utilisation ne pose aucun problème de santé ou d'hygiène aux différents utilisateurs » Il convient toutefois d'être très vigilant sur les procédures à mettre en oeuvre. Pour info, dans le domaine sapeurs-pompiers certains EPI sont en utilisation collective (ARI, harnais du lot de sauvetage..).2011 : Masque FFP2 périmé : utilisable ou pas ?
Lorsque le stock de masques FFP2 qui avait été distribué par certains rectorats (en cas de grippe aviaire à l'époque : 2005-2006 ?) arrive à échéance, est-ce que vous renouvelez ce stock ? Que faites vous des masques périmés : peut on les mettre à disposition du service technique par exemple, pour une protection anti poussières ?
(En 2007 était parue une une circulaire DGS/DSUS 2007-213 relative au devenir des masques FFP2 stockés en vue d'une pandémie grippale, pour les lots arrivant à la date de péremption affichée.
Elle disait : " Jusqu’à nouvel ordre, les lots arrivant à date de péremption doivent rester en place et maintenus dans de bonnes conditions de conservation. En aucun cas, ils ne doivent être détruits ou utilisés à des fins autres que leur destination initiale".
Je ne sais pas s'il y a eu un nouvel ordre depuis.
Voici cette circulaire :
 HYPERLINK "http://www.sante-sports.gouv.fr/fichiers/bo/2007/07-06/a0060140.htm" http://www.sante-sports.gouv.fr/fichiers/bo/2007/07-06/a0060140.htm
( Lors de la dernière vague pandémique due au virus grippal H1N1, il y a eu la circulaire DGT n° 2009/16 du 3 juillet 2009 qui a rappelé la même chose (page 6). La circulaire FP du 26 août 2009 a ensuite précisé qu'il n'y avait pas de spécificité pour la Fonction publique autre que les aspects RH, renvoyant à la circulaire précédente (page 3).  INCLUDEPICTURE "cid:part1.08040601.01030706@univ-paris13.fr" \* MERGEFORMATINET 2010 (échanges hors Gp Sup) : temps d’habillage/ déshabillage
Quel est le temps prévu pour l'habillage et déshabillage
(Voici un extrait d'info d'un bulletin du dictionnaire permanent. Il cite l'article du code du travail, les conditions pour que le temps d'habillage soit nécessaire, et la jurisprudence fixant le temps d'habillage à 10 minutes. ------------------------------------------------------------------------------------------------------------ Opérations d'habillage HYPERLINK "http://www.editions-legislatives.fr/ELNET2/DOCUMENT/VIEW/documentViewUDContent.do?searchIden=1&uaId=&typeSearch=EXA&previousUAHit=no&refIden=&idxRefSearch=&miniToc=true&fluxOffset=&key=&fromHistoric=&exaTypeSearch=standard&refId=Y2013-252-REF100" \l "JVHIT_2" > et de déshabillage INCLUDEPICTURE "http://www.editions-legislatives.fr/ELNET/data/html/icons/carreGDP12.gif" \* MERGEFORMATINET   Le temps d' HYPERLINK "http://www.editions-legislatives.fr/ELNET2/DOCUMENT/VIEW/documentViewUDContent.do?searchIden=1&uaId=&typeSearch=EXA&previousUAHit=no&refIden=&idxRefSearch=&miniToc=true&fluxOffset=&key=&fromHistoric=&exaTypeSearch=standard&refId=Y2013-252-REF100" \l "JVHIT_1"  et de déshabillage d'une tenue de travail, à laquelle n'est pas assimilée une protection individuelle de sécurité ( HYPERLINK "javascript:%20documentLink('A131244|popup')"  INCLUDEPICTURE "http://www.editions-legislatives.fr/ELNET/data/html/icons/losangeDP12.gif" \* MERGEFORMATINET CA Paris, 19 avr. 2005, no 04/34785,  Ouseddik et a. c/ Sté Saint Gobain Desjonqueres) n'est pas non plus un temps de travail effectif. Toutefois, l'article L. 3121-3 du code du travail prévoit que, lorsque le port d'une tenue de travail est obligatoire, en application des dispositions législatives ou réglementaires, d'une disposition conventionnelle ou encore du règlement intérieur ou du contrat de travail, et que l' HYPERLINK "http://www.editions-legislatives.fr/ELNET2/DOCUMENT/VIEW/documentViewUDContent.do?searchIden=1&uaId=&typeSearch=EXA&previousUAHit=no&refIden=&idxRefSearch=&miniToc=true&fluxOffset=&key=&fromHistoric=&exaTypeSearch=standard&refId=Y2013-252-REF100" \l "JVHIT_2"  ou le déshabillage doivent être réalisés dans l'entreprise ou sur le lieu de travail, le temps nécessaire à cette opération doit faire l'objet d'une contrepartie. Cette contrepartie n'est due que lorsque les deux conditions posées par l'article L. 3121-3 précité sont réunies de façon cumulatives ( HYPERLINK "javascript:%20documentLink('A164891|popup')"  INCLUDEPICTURE "http://www.editions-legislatives.fr/ELNET/data/html/icons/losangeDP12.gif" \* MERGEFORMATINET Cass. soc., 26 mars 2008, no 05-41.476, no 645 FS - P + B + R + I,  STAS c/ Union régionale UNSA Rhône Alpes et a.). Dans l'hypothèse où le salarié, astreint au port d'une tenue de travail n'a pas l'obligation de la revêtir et de l'enlever sur son lieu de travail, il ne peut prétendre au versement de cette contrepartie ( HYPERLINK "javascript:%20documentLink('A181221|popup')"  INCLUDEPICTURE "http://www.editions-legislatives.fr/ELNET/data/html/icons/losangeDP12.gif" \* MERGEFORMATINET Cass. soc., 3 juin 2009, no 07-42.646,  Potrich c/ Sté Transpole).
Le temps nécessaire pour revêtir l'uniforme doit être pris en compte. Si l'usage prévaut que les conducteurs d'autobus arrivent sur les lieux de travail en uniforme, les chauffeurs sont libres de revêtir cet uniforme sur les lieux de travail, ce que rappellent plusieurs notes de service. L'employeur devait ouvrir des négociations collectives sur la prise en compte des temps d'habillage HYPERLINK "http://www.editions-legislatives.fr/ELNET2/DOCUMENT/VIEW/documentViewUDContent.do?searchIden=1&uaId=&typeSearch=EXA&previousUAHit=no&refIden=&idxRefSearch=&miniToc=true&fluxOffset=&key=&fromHistoric=&exaTypeSearch=standard&refId=Y2056-101-REF098" \l "JVHIT_2" > et de déshabillage, et les contreparties envisagées par l'article  L. 3121-3 du nouveau code du travail. Le juge fixe à une durée de 10 minutes chacune des opérations d' HYPERLINK "http://www.editions-legislatives.fr/ELNET2/DOCUMENT/VIEW/documentViewUDContent.do?searchIden=1&uaId=&typeSearch=EXA&previousUAHit=no&refIden=&idxRefSearch=&miniToc=true&fluxOffset=&key=&fromHistoric=&exaTypeSearch=standard&refId=Y2056-101-REF098" \l "JVHIT_1"  travail isolé week-end, jours fériés (animalerie...) achat de 5 émetteurs DATI [22 k?] + 2 balises pour chaque aile du bâtiment [1,2 k?]
(Sur St-Etienne, mise en place d'une procédure de demande d'autorisation de travail exceptionnel en dehors des heures d'ouverture. Engagement et accord du responsable de labo, et de composante ainsi que du Président (doc sur le forum). Etablissement de la liste des personnes amenées à intervenir en dehors des ouvertures de l'Université et nom + coordonnées de responsables et communication aux concierges de permanence. Communication et connaissance des consignes accident/incendie et consignes d'urgence. Et, dernièrement, équipement en DATI avec Balises de tous nos sites universitaires pour les concierges et personnels techniques et, attribution d'un DATI par labo sur la Fac de Médecine et Sciences avec gestion par cartographie et par site.2007 : choix du PTI
Nous souhaitons fournir à une personne qui travaille de façon assez isolée d’un téléphone sans fil (DECT) qui soit équipé d’un dispositif PTI. Avez vous eu des propositions pour ce genre de produit ? Nous avons trouvé un produit de la société VIGICOM, mais nous trouvons son coût élevé par rapport à celui d’un DECT normal (en gros multiplié par 3 : on passe de 200 à 600 ¬ ).
( Personnellement je suis passé par la société SABATIER et ça nous a coûté environs 500 euros mais il a fallu négocier. La société ICOM fait aussi ce genre de prestations. Nos équipements sont différents vu qu'il s'agit de radios et non de téléphones et qu'ils reçoivent les alarmes du SSI mais je sais que ces deux fournisseurs font ce type d'appareils.2007 : travail isolé – réglementation applicable ?
(" Code du Travail : travailleur isolé
Article R237-10
(inséré par Décret nº 92-158 du 20 février 1992 art. 1 Journal Officiel du 22 février 1992 en vigueur le 1er septembre 1992)
Lorsque l'opération est exécutée de nuit ou dans un lieu isolé ou à un moment où l'activité de l'entreprise utilisatrice est interrompue, le chef de l'entreprise extérieure concerné doit prendre les mesures nécessaires pour qu'aucun salarié ne travaille isolément en un point où il ne pourrait être secouru à bref délai en cas d'accident.
S'il s'agit de travaux effectués dans un établissement agricole, ne sont visés par les dispositions de l'alinéa précédent que les travaux réalisés dans les locaux de l'exploitation, de l'entreprise ou de l'établissement ou à proximité de ceux-ci.

Article : R233-1

(Décret nº 92-958 du 3 septembre 1992 art. 2 Journal Officiel du 9
septembre 1992 en vigueur le 1er janvier 1993)

(Décret nº 93-41 du 11 janvier 1993 art. 1 Journal Officiel du 13
janvier 1993 en vigueur le 15 janvier 1993)

(Décret nº 95-608 du 6 mai 1995 art. 1 I Journal Officiel du 7 mai
1995 en vigueur le 1er janvier 1997)

Le chef d'établissement doit mettre à la disposition des travailleurs les équipements de travail nécessaires, appropriés au travail à réaliser ou convenablement adaptés à cet effet, en vue de préserver la santé et la sécurité des travailleurs, conformément aux obligations définies par l'article L. 233-5-1 et aux prescriptions particulières édictées par les décrets prévus au 2º de l'article L.
231-2.
A cet effet, les équipements de travail doivent être choisis en fonction des conditions et des caractéristiques particulières du travail. En outre, le chef d'établissement doit tenir compte des
caractéristiques de l'établissement susceptibles d'être à l'origine de risques lors de l'utilisation de ces équipements de travail.
Lorsque les mesures prises en application des alinéas précédents ne peuvent pas être suffisantes pour assurer la sécurité et préserver la santé des travailleurs, le chef d'établissement doit prendre toutes autres mesures nécessaires à cet effet, en agissant notamment sur l'installation des équipements de travail, l'organisation du travail ou les procédés de travail.
En outre, le chef d'établissement doit mettre, en tant que de besoin, les équipements de protection individuelle appropriés et, lorsque le caractère particulièrement insalubre ou salissant des travaux l'exige, les vêtements de travail appropriés à la disposition des travailleurs et veiller à leur utilisation effective. Les équipements de protection individuelle et les vêtements de travail mis à la disposition des travailleurs conformément aux dispositions du présent titre ne constituent pas des avantages en nature au sens de l'article L. 223-13.
Les travailleurs indépendants et les employeurs mentionnés à l'article L. 235-18 doivent utiliser des équipements de travail et des équipements de protection individuelle appropriés ou convenablement adaptés, choisis en fonction des conditions et des caractéristiques particulières du travail. En tant que de besoin, ils doivent mettre en oeuvre les mesures définies aux alinéas 3 et 4 ci-dessus."2006 : personne seule dans un bâtiment administratif : que faire ?
Considérez-vous comme "travailleur isolé", un personnel administratif qui travail seul dans une UFR et dont les collègues les plus proches sont dans un bâtiment voisin. Quel texte (s'il en existe un) s'applique selon vous ? Si oui, comment obtenez-vous de ce personnel qu'il pose congés ou qu'il intègre un autre lieu (regroupement). Selon moi, dès lors que ce personnel dispose d'un moyen d'alarme et d'alerte (téléphone) vers un collègue ou l'accueil, il n'est pas travailleur isolé.
(Un texte existe pour les personnels des EE en terme de travail isolé ... Article R237-10 du code du travail : Lorsque l'opération est exécutée de nuit ou dans un lieu isolé ou à un moment où l'activité de l'entreprise utilisatrice est interrompue, le chef de l'entreprise extérieure concerné doit prendre les mesures nécessaires pour qu'aucun salarié ne travaille isolément en un point où il ne pourrait être secouru à bref délai en cas d'accident. Mais concernant les travailleurs de l'entreprise il n'y a pas de textes spécifiant l'interdiction du travail isolé! Cependant dans les principes généraux, il y a obligation de l'employeur à assurer la sécurité et la sante des travailleurs (après étude de poste et évaluation des risques). Cette personne peut être considérée comme isolée du fait de l’'impossibilité en cas de malaise de faire intervenir les secours dans un délai raisonnable! Après il y a possibilité de mettre en place des PTI (relié à une centrale au poste de garde)  ce qui revient à un certain cout (!) ou à moindre cout comme tu le disais d'intégrer cette personne dans un autre lieu pendant ces périodes là? Agression2009 : gestion des agressions envers les agents ?
Lors de certaines périodes clés pour le monde étudiant d'une université comme les inscriptions et les résultats d'examens, des agents en contact avec le public "se font agresser" verbalement le plus souvent mais aussi physiquement (bousculade,...). J'aurais aimé savoir si quelques uns d'entre vous ont déjà mis en place une démarche de prévention du risque d'agression au sein de leur établissement (formation, consignes, procédure pour la prise en charge d'une victime, ...) et savoir comment faire pour l'élaborer et la rendre efficace. Je vous remercie d'avance pour votre retour d'expérience. (Bien qu'il ne s'agisse pas d'une démarche de prévention mais plutôt de réparation, il est utile de rappeler aux agents qu'ils peuvent bénéficier de la protection fonctionnelle telle que décrite dans l'article 11 de la Loi du 11 juillet 1983 modifiée : "La collectivité publique est tenue de protéger les fonctionnaires contre les menaces, violences, voies de fait, injures, diffamations ou outrages dont ils pourraient être victimes à l’occasion de leurs fonctions, et de réparer, le cas échéant, le préjudice qui en est résulté."
( La mairie de Fresnes a également proposé une formation à l'attention de certaines personnes ayant des fonctions d'accueil. Cette formation a été dispensée par notre assureur (CNP-DEXIA-SOFAXIS).
 Par ailleurs, un "réseau alerte agression" fonctionne depuis 3 ans avec un certain nombre de membres volontaires (agents masculins de préférence + accueil de la mairie). Ceux-ci sont reliés à un "réseau d'alerte téléphonique" qui peut être sollicité par n'importe quel agent qui compose le numéro (interne) d'alerte agression.
Lorsqu'une victime compose ce numéro, les membres reliés au réseau (et qui sont dans leur bureau à ce moment-là) peuvent visualiser sur leur poste l'origine de l'appel (la "victime" n'a donc pas à parler et peut rapidement lancer l'alerte si elle a pré-enregistré le numéro sur son poste téléphonique).
Le membre du réseau qui a localisé l'appel en informe l'accueil, se rend sur place et juge s'il y a ou non besoin d'intervenir et/ou d'appeler la police.
Ca fonctionne plutôt bien (et "malheureusement" c'est utilisé ...).Harcèlement – charge mentale – stress – souffrance au travail2011 : quelles actions contre les risques psycho-sociaux ?
Bonjour,
Notre établissement monte un groupe de travail sur le Risque PsychoSocial (RPS) A ceux qui ont déjà lancé la démarche :
Comment avez-vous fonctionné (fréquence des réunions, organisation de l'information, répartition des rôles, pilotage, ...) Quels outils
avez-vous mis en place ?
Nous envisageons 3 axes de travail :
Un questionnaire pour évaluer le niveau d'exposition au mal-être au travail, Une fiche réflexe en cas de situation préoccupante, Un rappel sur les conduites à tenir pour éviter de mettre ses collègues (supérieur -> subordonné) en situation de mal-être / pour désamorcer une situation qui pourrait générer ce mal-être (subordonné-> supérieur). Vous l'aurez compris, je suis preneur de tout retour d'expérience et d'outils élaborés.
(Coté Grenoble 1, malgré (ou à cause) les beaux posters changeant qui nous tentent quotidiennement par le biais de nos fenêtres, les RPS sont prisent en compte.
Bref, après la création d'un groupe de travail (DSG, DRH, VPRH, médecins de prévention, assistante sociale, SHS et service de l'action social) nous nous sommes orienté vers un suivi (ou une découverte ...) du risque grâce à la mise en place d'un suivi d'indicateurs pertinents (voir brochure de l'INRS ED 6012) et adaptés aux personnels IATOS, enseignants-chercheurs et doctorants. Une procédure de résolution des souffrances au travail est également en cours de rédaction. L'objectif de cette procédure est de permettre aux personnels d'exprimer leurs difficultés et leurs souffrances au travail mais également elle doit permettre à l'institution de répondre de façon adéquate et dans un délai aussi court que possible à ces signaux d'alerte (notamment par la mise en place de médiateurs).
Donc à l'UJF pour l'instant ; pas de gros questionnaire (souvent très difficile à interpréter et redondant, à mon avis, avec les résultats de Strasbourg), un suivi du risque par une douzaine d'indicateurs, des formations à destinations des responsables hiérarchique et des ACMO et une procédure de résolution des souffrances (que je pourrais mettre en ligne lorsqu'elle sera validée).2011 : Risques psychosociaux – quelles actions ?
(A l'Université du Havre, le médecin, la DRH et moi avons initié une démarche "défrichant " le sujet et en rassemblant de la doc, des contacts, etc. Puis un groupe projet a été constitué et la réunion de lancement du groupe projet aura lieu la semaine prochaine ; le groupe projet pilotera la démarche, décidera de la méthodo pour le diagnostic, etc.
Avec le médecin, persuadés qu'il est préférable d'associer des experts externes (nous n'avons pas au sein de l'université d'enseignants travaillant sur cette problématique susceptibles de participer à cette
démarche) nous pris des contacts auprès :
- de l'ARACT Normandie qui propose une prestation --> ne pas hésiter à consulter les sites des ARACT
- de l'APAVE
Les 2 "prestations" de ces organismes pour "l'animation", le diagnostic (questionnaire + entretiens éventuellement) et l'aide à l'élaboration d'un plan d'actions sont d'environ 20 000 ¬ pour une université comptant environ 800 agents (7000 étudiants)
- de l'université de ROUEN qui a un département en psychologie du travail qui pourrait nous aider dans la démarche Le professeur RAFFIN de l'Université de Strasbourg est également susceptible de faire une intervention pour expliquer la démarche qui a été menée à l'Université de Strasbourg ; je trouve son intervention (vue lors du dernier congrès GpSup) intéressante, pédagogique et ce serait une bonne entrée en matière pour lancer la démarche et sensibiliser les acteurs aux RPS
Pour info, je joins une note que j'ai adressé aux membres du CHS et de la CTP pour leur présenter la démarche Je pressens qu'il va falloir faire beaucoup de pédagogie car la situation à l'université est tendue et on met tout et n'importe quoi derrière le terme RPS Sinon pour les "urgences", nous avons une psy du rectorat qui propose une consultation une fois par mois sur Le Havre, des psy en vacation au service de médecine de prévention et une convention signée avec la MGEN (Espace d'Accueil et d'Ecoute) mais qui n'est pas encore opérationnelle
Je suis également preneuse de retour d'expérience, surtout pour "illustrer" la démarche auprès du groupe projet RPS
(A l'université de Toulon nous sommes tout à fait dans la même démarche que vous. Nous voulons construire une démarche de prévention et développer le dialogue social.
Nous pensons utiliser l'accord cadre du 26 mars 2010, relatif au harcèlement et à la violence au travail et s'inspirer du document ED 6011de l'INRS, relatif au stress au travail.
Je te tiendrai au courant du document que nous produirons.
(Je me permets de vous faire part de notre expérience (Ville d'environ 2000 agents) concernant la prévention des RPS car nous avons eu une approche un peu différente de celles présentées précédemment. En effet, depuis 2003, il existait au sein de la Ville une cellule d'écoute qui avait pour but d'écouter les agents comme son nom l'indique avec un peu l'à priori d'imaginer que l'écoute était déjà un grand pas vers la résolution des problèmes. Bien sûr, cela n'a pas vraiment fonctionné dans la résolution mais cette cellule a eu le mérite de permettre de parler des RPS au sein de la collectivité. Début 2009, avec un engagement très fort de la Direction (DGS et Elus municipaux), nous avons choisi un prestataire pour nous accompagner dans une démarche de prévention des RPS. Par contre, compte tenu de l'expérience et des connaissances que nous avions, nous avons décidé de partir du "curatif" pour aller vers le "préventif", c'est-à-dire de régler vraiment les situations qui arrivaient par la cellule d'écoute avec la création d'un groupe décisionnel composé entre autre du DGS et de l'Elue au personnel qui comme son nom l'indique prendrait de véritables décisions et mettrait en place des plans d'actions. Parallèlement, un groupe technique composé de managers, des services prévention et santé au travail et de membres du CHS a travaillé sur la mise en place d'un processus qui passerait le plus possible par le management et plus par la cellule d'écoute. Ce groupe a aussi travaillé à la mise en place d'un processus préventif qui s'appuierait sur les situations existantes résolues afin de mettre en place des actions de prévention plus globales. Il faut noter que les situations dont on parle peuvent être individuelles mais aussi concerner un collectif de travail. En fait, notre méthode est plus proche de la philosophie "accident du travail" c'est à dire de partir du "à postériori", analyser ce qui n'a pas fonctionné et mettre en place des mesures de prévention. C'est vrai que l'on peut considérer que c'est un retour en arrière par rapport à l'ére du document unique et de l'évaluation des risques à priori mais ça donne de bons résultats et surtout, ça évite les questionnaires dont vous avez largement débattus avec leurs limites et leurs difficultés d'interprétation. Depuis avril 2009, nous avons traité environ 80 situations et nous avons depuis début 2011 deux plans d'actions préventifs généraux sur la prévention des violences externes. En effet, ce que souhaite en premier lieu les agents c'est que l'on traite leur situation ce qui donne ensuite de la cohérence et surtout de la confiance pour mettre en place des mesures de prévention.
Voilà pour notre expérience qui est "originale" mais qui évite beaucoup d'écueils dans le traitement de ces risques un peu particuliers mais nous ne sommes qu'au début !!!2010 : mise en place d’une cellule sur les risques psychosociaux
Nous essayons de monter à l’inp une cellule pour les risques psycho sociaux
Mes collègues m’ont parlé d’une cellule à st Etienne comme un exemple à suivre.
Auriez vous certain d’entre vous déjà travaillé sur se sujet ?
Si oui, auriez-vous un dossier composition de la cellule, outil de mesure, mise en place technique
(En Franche Comté nous avons créé un groupe de travail ouvert à tous les membres du CHS et du CTP. Un questionnaire pour faire un état des lieux a été élaboré et il sera administré à tous les personnels dans le mois qui vient. Pour nous aider dans la démarche nous avons fait appel à un psychologue (en l'occurrence interne à l'établissement, mais il aurait aussi pu être externe) : il a aidé à monter le questionnaire, il analysera les réponses. Est ensuite prévu de mettre en place les actions nécessaires qui seront mises à jour.2010 : Evaluation des risques psychosociaux
Veuillez m'excuser si cette question est déjà passée sur le forum : l'un(e) de vous s'est-il lancé dans l'évaluation des risques psycho-sociaux de son établissement ?
Nous allons constituer un groupe de travail pour cela et je suis intéressée par tout retour d'expérience ...
(A l'UTT, un groupe de travail a été mis en place. Le cahier des charges est en finalisation niveau clauses administrative. Il était constitué de deux membres de la DRH, du médecin de prévention, d'un membre élu du CA, d'un enseignant chercheur spécialisé dans les processus et de moi-même.
Le directeur n'a pas mis de membre du CHS dedans...
Le cahier des charges est en pièce jointe, ainsi qu'un annuaire (assez régional par contre.). Je vous joins également l'adresse de deux grands cabinets, que j'ai consulté pour avoir des informations sur leur méthodologie.

-Stimulus , avec une grande expérience , car le Dr LEGERON psychiatre et directeur général du cabinet a été un des précurseurs en ce domaine
205 rue St HONORE
75001 PARIS Tél : 01 42 96 92 62 fax : 01 42 96 05 24

-FORMATYS
49 rue de CORBEIL
91230 MONTGERON Tél : 0892 705 112 fax : 01 69 03 27 70
(J'en suis à peu près au même stade. On a constitué un groupe de travail ouvert à tous les membres du CTP et du CHS, avec en plus l'assistante sociale. Un psychologue expert devrait aussi nous rejoindre (soit un extérieur, soit un spécialiste en interne du burnout).
L'idée première est de créer un questionnaire à destination de tous les personnels pour faire un état des lieux. Ensuite, on listera les priorités et les actions à mener.
(Notre médecin de prévention n'est pas favorable à un questionnaire.
Un groupe de travail est en train d'être mis en place avec CHS et CTP.
L'ARACT va nous accompagner sur cette problématique. D'ailleurs si certains ont déjà fait appel à eux, merci de me dire ce qu'ils en ont pensé.
(Je suis moi aussi intéressée

On a aussi créé un petit groupe (Directeur - SG - directrice des RH et moi)pour essayer de faire un diagnostic - Il est évident chez nous que le pus gros problème vient d'une sous-dotation de l'établissement en personnel (d'ailleurs reconnu par le Ministère) ...Une fois qu'on a fait cette constatation il est difficile de trouver des solutions : on a très vite été bloqués.

On a pensé à l'intervenant extérieur mais on s'est dit qu'il pourrait faire pire que mieux : les personnels pourraient sentir leur direction dépassée par l'ampleur du malaise

On a écarté le questionnaire parce qu'il est difficile de demander à tout le monde de s'exprimer tout en étant sûr de ne pouvoir apporter qu'une toute petite réponse : les gens diront qu'ils sont débordés et on le sait...

Notre Direction veut cependant montrer qu'elle est sensible aux difficultés de chacun et recherche des solutions
Nous attendons pour le moment l'analyse qui sera faite dans son prochain rapport d'activité par le médecin de prévention qui a inclus la problématique dans ses questionnaires depuis 2009 seulement : sans qu'aucun nom ne soit cité, ces conclusions devraient permettre de voir quelles sont les catégories de personnel les plus touchées et peut-être à quel degré...
Quand ce rapport sera présenté en CHS, je pense que les représentants du personnel demanderont à participer à un groupe de travail sur le sujet....
Je suis intéressée par toutes vos pistes, questionnaires, intervenants extérieurs inclus...
(sur l'UJM, nous avons également constitué un groupe de travail qui inclut :
- notre médecin de prévention
- l'assistante sociale
- la DRH
- 3 membres du CHS (un représentant des personnels BIATOS, un des personnels enseignants, un représentant de l'administration en tant que chef de service) et moi-même.
Nous avons fait appel à un organisme extérieur pour nous aider à cadrer l'étendue et les limites de notre intervention et nous former sur les RPS Nous avons déjà eu une 1ère journée de formation très intéressante sur l'étendue de notre action et sur les objectifs que voulait se fixer le groupe de travail : intervention en préventif ou curatif....
Et nous avons prochainement 2 autres journées pour approfondir ce que sont les RPS et définir nos moyens d'actions, les outils et nous accompagner dans la démarche Nous avions consulté plusieurs organismes et nous voulions un accompagnement type formation/ actions.
Parmi les différentes propositions, celui qui a retenu notre attention a été :
Sud Performance basé à Marseille 04.91.16.50.31.
(au Palais de la découverte un groupe de travail, émanation du CHS, a été constitué en 2008 et fonctionne de façon assez régulière. Sont membres du GT des représentants de la direction (notamment RH) et du personnel, le médecin et l'infirmière, l'ingénieur hygiène et sécurité et un agent du service hygiène et sécurité. Le GT est géré par le service hygiène et sécurité (logistique, CR le cas échéant, communication des doc de travail...). Le groupe a surtout fonctionné en 2009 autour du profond malaise ressenti par la grande majorité du personnel de l'établissement quant à la "privatisation" du Palais imposée par le gouvernement. Mais peu d'actions concrètes ont pu voir le jour, excepté un questionnaire élaboré par le médecin de prévention et l'infirmière, communiqué aux agents à deux reprises (pour évaluer les écarts), dont les résultats ont été présentés en CHS (en pièces jointes).
Récemment, la direction d'universcience, nouvel établissement qui englobe le Palais, a missionné un médecin psychiatre - il fallait au moins ça ! - qui a rendu un rapport encore confidentiel, et que je ne peux donc pas communiquer. Parallèlement la Cité des sciences a aussi mis en place son GT en travaillant avec un organisme extérieur (VTE, Violence-Travail-Environnement), mais eux c'est plus grave car c'est suite à des suicides ! Ils ont produit un plan d'actions et ils veulent nous associer, forcément, je crains le pire...2010 : conflit entre personnes
Un chef de service a reçu des lettres de menace de la part d'un de ses personnels. Ce chef de service a déclenché une procédure : lettre avec AR au président et au SG ; plainte à la gendarmerie ; intervention du médiateur.
Le chef de service est actuellement en arrêt (8 jours)
Avez-vs connu pareille situation ? Si oui, je suis preneur de vos suggestions de sortie de crise ?
(remarque : c'est le chef de service qui m'a mis au courant de sa situation ce matin et non la présidence)
(c'est plus rare le harcèlement dans le sens ascendant, d'habitude c'est l'inverse je ne sais pas si c'est bien à nous de régler ce type de problème ?
assistante sociale, médecin, médiateur, hiérarchie...
à part séparer les 2 personnes pour qu'elles n'aient plus à se voir, (mais ça c'est du ressort de la hiérarchie), un dans un service, l'autre dans l'autre... et loin pour ne pas qu'elles se croisent ou se jettent des trucs à la g.... figure, ce qui n'exclut pas une action judiciaire...
(A l’Ecole, nous avons une cellule de veille ( DRH, Médecin et Ing HS) pour prendre en compte rapidement ce type de problème . Nous recevons les personnes individuellement pour tenter de comprendre et de trouver une solution adaptée à chacun.
PS: l’acmo peut être sollicité pour mieux appréhender "l'ambiance du service ou du labo".2009 (échanges hors GP Sup) : évaluation des risques psychosociaux
Dans le cadre de l’évaluation des risques professionnels et en lien avec la triste actualité chez France Télécom notamment, nous souhaiterions pouvoir répondre à des demandes sur l’évaluation et la prévention des risques psychosociaux.
Cette thématique est difficile à aborder à la fois sur le volet communication et sur le volet méthodologie et outils d’évaluation.
Nous sommes donc en recherche de retours d’expériences de collectivités qui auraient mené ce type de démarche.
Merci par avance de partager vos expériences.
(nous avons entamé une démarche avec le médecin de médecine préventive et le psychologue du travail. Un premier jet pour cette démarche : Tout d'abord des définitions:  Risques psychosociaux : Les risques psychosociaux réfèrent aux aspects de l’organisation du travail et de la gestion, ainsi qu’au contexte social et environnemental, qui sont susceptibles de nuire au plan social, psychologique et physique.
Bien-être au travail : Le bien-être au travail réfère à un état plus englobant que celui de santé puisqu’il prend en considération la personne dans son ensemble, ce qui se traduit par : un sentiment, une sensation d’épanouissement, de confort, de satisfaction générale, tant en parlant du corps que de l’esprit.
Le bien-être au travail réfère à un état plus englobant que celui de santé puisqu’il prend en considération la personne dans son ensemble, ce qui se traduit par : un sentiment, une sensation d’épanouissement, de confort, de satisfaction générale, tant en parlant du corps que de l’esprit.
Stress (Accord national interprofessionnel du 02 juillet 2008):  Un état de stress survient lorsqu’il y a déséquilibre entre la perception qu’une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu’elle a de ses propres ressources pour y faire face.
(Accord national interprofessionnel du 02 juillet 2008):  Un état de stress survient lorsqu’il y a déséquilibre entre la perception qu’une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu’elle a de ses propres ressources pour y faire face.
Harcèlements Harcèlement moral (Article L1152-1 du Code du travail)  : Agissements répétés de harcèlement moral qui ont pour objet ou pour effet une dégradation de ses conditions de travail susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d'altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel. Harcèlement sexuel (Article L1153-1 du Code du travail) : Agissements de harcèlement de toute personne dans le but d'obtenir des faveurs de nature sexuelle à son profit ou au profit d'un tiers. Nous pensons articuler les actions individuelles (écoutes individuelles) et une action collective (questionnaire de pré diagnostic). Le Comité de pilotage sera le Comité de Direction. Participations des membres du CHS.
Harcèlement moral (Article L1152-1 du Code du travail)  : Agissements répétés de harcèlement moral qui ont pour objet ou pour effet une dégradation de ses conditions de travail susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d'altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel. Harcèlement sexuel (Article L1153-1 du Code du travail) : Agissements de harcèlement de toute personne dans le but d'obtenir des faveurs de nature sexuelle à son profit ou au profit d'un tiers.
Le bien-être au travail réfère à un état plus englobant que celui de santé puisqu’il prend en considération la personne dans son ensemble, ce qui se traduit par : un sentiment, une sensation d’épanouissement, de confort, de satisfaction générale, tant en parlant du corps que de l’esprit. (Accord national interprofessionnel du 02 juillet 2008):  Un état de stress survient lorsqu’il y a déséquilibre entre la perception qu’une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu’elle a de ses propres ressources pour y faire face. Harcèlement moral (Article L1152-1 du Code du travail)  : Agissements répétés de harcèlement moral qui ont pour objet ou pour effet une dégradation de ses conditions de travail susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d'altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel. Harcèlement sexuel (Article L1153-1 du Code du travail) : Agissements de harcèlement de toute personne dans le but d'obtenir des faveurs de nature sexuelle à son profit ou au profit d'un tiers.2008 : gestion de la souffrance au travail : quelle gestion ?
j'aimerais savoir quelles sont les procédures mises en place dans vos établissements pour gérer les alertes de type souffrance au travail, problème relationnel....existe-t-il chez vous un cadre, un groupe de veille voir une organisation précise pour éviter l'accroissement de ce type de problème ?
(Au cours de notre dernier CHS, une cellule de veille a été mise en place . Composition : DRH, Médecin de Prévention, Ingénieur Hygiène et Sécurité. Pour les laboratoires, nous pouvons consulter l' ACMO, selon les besoins.
(En ce qui concerne la charge mentale nous avons monté un groupe de travail avec les syndicats le service de médecine préventive, les RH et le SPHS. Chaque membre est libéré deux après midi par mois. On étudie les services ou labos qui présentent des signes de stress négatifs comme un fort taux d'absentéisme ou des conflits entre les personnels par exemple. On propose ensuite des solutions en CHS (aménagements ergonomiques, réorganisation des horaires de travail, mise en place de techniques de relaxation comme la sophrologie, confrontation des deux parties en conflit...). Pour l'instant on débute mais rien que le fait de dégager du temps pour aller discuter avec les gens de ce problème permet de mettre à jour des conditions de travail difficiles qui ne remontent pas lors des mises à jour du document unique et qui sont génératrices de stress. La plupart du temps on arrive donc à régler les problèmes avec une simple fiche de travaux pour les services technique ou l'achat d'un matériel plus adapté à la tâche.
(l'université a mis en place un médiateur (similaire au médiateur académique...), le cas échéant il s'entoure du médecin de prévention, de la DRH, de l'assistante sociale...
(Pour l'Université de POITIERS, cela varie notamment au niveau des remontées d'informations (divers et variées voir des fois diffus). Ensuite, c'est de la résolution au cas par cas avec une concertation la plus grande possible entre la médecine préventive, la DRH et le SHS chacun dans son domaine d'activité et en étroite collaboration avec le responsable administratif le plus adapté (UFR, service ou labo selon la situation). Donc comme tu vois rien de très procédural, mais une plus grand transmission d'information qui font quand même bien évoluer les choses vis à vis du passé.2007 : Cas d’un harcèlement moral dans une université
une collègue responsable administrative vient de dénoncer un directeur de harcèlement moral en faisant parvenir un courriel à une cinquantaine de personnes de l'université. Dans ce long courriel elle donne une série de faits objectifs. Je voudrais savoir quel peut être ou doit être le rôle du CHS pour ce cas précis et l'inscrire à la prochaine réunion.
(tu peux voir la circulaire parue au BOEN en mars  HYPERLINK "http://www.education.gouv.fr/cid4893/mars-2007.html" www.education.gouv.fr/cid4893/mars-2007.html ça semble plutôt du ressort des RH et de l'autorité administrative directe de l'agent mais le paragraphe III2 indique un rôle possible de l'ACMO : "fonction d'écoute et de conseil, et orientation de la victime vers le médecin de prévention". Le CHS peut par contre peut être intervenir pour préciser les moyens d'alerte en cas de harcèlement et les procédures de signalement et de traitement (voir les paragraphes information et formation). espérant que ça puisse t'aider.Restauration – hygiène alimentaire2011 : Vente d’aliments par une association
Je cherche des informations juridiques relatives à la responsabilité d’un président d’université par rapport à la vente d’aliments par une association étudiante dans des foyers étudiants ou lors de manifestations ayant lieu sur le terrain de l’université. En cas de toxi-infection alimentaire, la responsabilité du président d’université peut-elle être recherchée ? le président d’université doit-il exercer un contrôle stricte (conformité des locaux, respect de l’application des règles HACCP, contrôles bactériologiques…) des conditions de préparation et de vente d’aliments par l’association étudiante ?
 Autant il y a des écrits sur la vente de boisson, autant sur ce sujet je ne trouve pas d’écrits par exemple de la Direction des affaires juridiques ou des services vétérinaires.
( La vente de produits ou de services, y compris celle de repas, doit être expressément prévue dans les statuts de l’association, conformément aux dispositions de l’article 442-7 du code de commerce. "Article L442-7 en vigueur au 3 mars 2011, depuis le 21 septembre 2000 Aucune association ou coopérative d'entreprise ou d'administration ne peut, de façon habituelle, offrir des produits à la vente, les vendre ou fournir des services si ces activités ne sont pas prévues par ses statuts." un article de la maif intéressant à plus d'un titre  HYPERLINK "http://www.maif.fr/associations/guides-activites/produits-alimentaires/vente-produits-alimentaires.html" http://www.maif.fr/associations/guides-activites/produits-alimentaires/vente-produits-alimentaires.html pour la vente de nourriture il y a : Arrêté du 9 mai 1995 réglementant l'hygiène des aliments remis directement au consommateur
(Je viens de faire une formation HACCP pur les gestionnaires des lycées collèges de l'académie et dans ton cas pour la responsabilité du Président elle reste engagée. Par contre la DSV réclame "Plan de Maîtrise sanitaire" qui décrit les mesures prises par l'établissement et le VENDEUR pour assurer l'hygiène et la sécurité sanitaire des productions vis à vis des dangers microbiologiques, biologiques, physiques et chimiques. ce plan proposé par la DSV de chez nous est mis en attaché.2011 : (échanges hors Gp Sup) port obligatoire des charlottes
Dans le cadre de L'HACCP, notre mairie et plus précisément la cuisine centrale préparant et livrant l'ensemble des repas sur les différentes écoles (maternelles/primaires)  pratique parfaitement ces règles d'hygiène appropriées, mais nous rencontrons un dilem concernant  nos collègues cantinières à charge de mettre en place ces préparations et  les disposer sur les tables. A ce jour celles-ci ne portent pas de coiffe/charlotte sur leur tête, y-a t-il obligation pour ce personnel qui ne font pas de cuisine de la porter, j'aimerais connaitre la règlementation et vos expériences en tant que telles.
(Ci-joint le guide pratique concernant la méthode HACCP Page 38 5.3. PROPRETE VESTIMENTAIRE dans les secteurs de production des établissements préparant des aliments dont la consommation est destinée à être différée dans le temps ou dans l’espace, la coiffe doit englober complètement la chevelure; dans les autres cas (zones de distribution et zones de préparation des établissements pratiquant la remise directe au consommateur) la coiffe doit permettre de dégager suffisamment le visage de manière à éviter toute chute de cheveux et toute gène (mèche, transpiration ...) pouvant amener le personnel à se toucher les cheveux durant les manipulations.
(Après avoir sollicité le vétérinaire du laboratoire départementale d'analyses qui a réalisé la formation HACCP auprès des personnels des cuisines des collèges, voici les éléments de réponses : A ma connaissance ,le seul arrêté faisant mention de ce point est celui du 29/09/1997 -chapitre IV, qui dit que : " A l'exception de la zone de distribution, les vêtements sont de couleur claire et comprennent notamment des chaussures réservées au travail et une coiffe englobant l'ensemble de la chevelure"2010 : Obligation de disposer d’une salle de restauration avec accès gratuit même si les agents peuvent aller au CROUS ?
les syndicats nous branchent sur le fait qu'il n'y a pas de salle de restauration suffisante sur l'UAPV.
Le Président répond que le CROUS est là pour la restauration et que par conséquent il n'est pas nécessaire d'avoir X salle de restauration particulière aux services Là, les syndicats répondent que le Crous est payant et que le personnel doit pouvoir manger ce qu'il apporte....
Le code du travail est très précis sur les obligations de l'employeur
(R4228-19 à 25) mais ne précise pas si ces obligations demeurent si un restaurent d'entreprise est présent sur site....
Qu'en pensez vous ?
(Puisque tu sollicite nos avis, je te donne le mien :
Il ne me semble pas acceptable que l'employeur "impose" à ses salariés de fréquenter un restaurant d'entreprise. On n’a pas à l'obliger à dépenser quelque argent alors qu'il est susceptible de ramener une préparation personnelle. C'est bien pour cela que le Code du travail prévoit la mise à disposition d'un local dédié et équipé Le restaurant d'entreprise est une facilité proposée par l'employeur, mais nullement une obligation.
Le CROUS n'accepte pas les repas tirés du des étudiants, alors il en sera de même pour les personnels (à moins d'obtenir un local séparé)
Le problème peut ensuite dévier sur la taille, l'éloignement, l'entretien de ce local ...
(voici ce que j'ai trouvé dans le code du travail il faut qu'il ya ait une demande minimum (de 25 personnes).
Code du travail
Partie réglementaire nouvelle
QUATRIÈME PARTIE : SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL LIVRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES AUX LIEUX DE TRAVAIL TITRE II : OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR POUR L'UTILISATION DES LIEUX DE TRAVAIL Chapitre VIII : Installations sanitaires, restauration et hébergement Section 2 : Restauration et repos
Article R4228-22
Créé par Décret n°2008-244 du 7 mars 2008 - art. (V)
"Dans les établissements dans lesquels le nombre de travailleurs souhaitant prendre habituellement leur repas sur les lieux de travail est au moins égal à vingt-cinq, l'employeur, après avis du comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail ou à défaut des délégués du personnel, met à leur disposition un local de restauration.
Ce local est pourvu de sièges et de tables en nombre suffisant et comporte un robinet d'eau potable, fraîche et chaude, pour dix usagers.
Il est doté d'un moyen de conservation ou de réfrigération des aliments et des boissons et d'une installation permettant de réchauffer les plats."2009 : salle pour étudiant transformée en cafétéria
Les directeurs de Composantes de l'UFC ont tendance à donner les clés de locaux à des étudiants pour qu'ils en fassent leur cafet. Je découvre donc en visite des locaux à l'hygiène douteuse où se préparent des croque-monsieur et autres sandwich, café, voir crêpes, gaufres... Le corollaire associé est bien souvent le réchaud avec sa ou ses bouteilles de gaz...Jusqu'où doit-on laisser faire?
N'y a-t-il pas de risque de voir débarquer la DDASS?
Sur quels textes s'appuyer pour limiter ces dérives?
(Articles R.4228-22 et R.4228-23 du code de travail sur les obligations concernant les locaux destinée à la restauration.
Mais, si la puissance utile est > à 20kW, art. CO28 du règlement de sécurité, car le local à "risques courants" devient un local à "risques moyens" avec toutes ses contraintes !
(on est bien dans un ERP mais le code du travail s'applique t'il bien à des étudiants qui vendent des cafés et des sandwichs à d'autres ? je pense que l'activité est au moins soumise à autorisation du maire j'irais voir du côté du règlement sanitaire départemental peut être ? (sans certitude c'est plutôt pour les restos...) Section IX. - La restauration collective Art. 152. - Hygiène des restaurants et locaux similaires Toute ouverture de restaurant doit faire l'objet d'une déclaration à l'autorité sanitaire qui vérifiera que les dispositions suivantes relatives à l'hygiène et à la salubrité de ces locaux sont respectées. .../... 

Il y a la vente de café => licence 1=> Code général de la santé publique, et code général des impôts ... l'assurance de l'association en cas de TIAC enfin c'est quelques arguments je te laisse le lire le document joint destiné aux associations qui veulent faire de la vente de boissons et d'aliments2009 (échanges hors GP Sup) : réglementation applicable en matière d’hygiène alimentaire
(En matière d'HACCP: - le règlement européen CE n° 852/2004 du 29/04/04 relatif à l'hygiène des denrées alimentaires - l'arrêté du 29/09/97 fixant les conditions d'hygiène applicables dans les établissements de restauration, collective à caractère social - l'arrêté du 20/07/1998 fixant les conditions techniques et hygiéniques applicables au transport des aliments (pour les cuisines centrales) A ma connaissance, ce sont les textes officiels régissant les règles d'hygiène et de sécurité des aliments en restauration collective. Pas de référentiel à caractère" réglementaire" du côté EN.  Pour ma part, je n'ai pas hésité à contacté la DDSV dont je dépends, qui en dehors de sa mission de contrôle sanitaire, prend très à cœur son rôle de conseil  afin de parfaire l'aménagement intérieur des locaux, les pratiques sensibles en restauration collective...  (Vous trouverez des éléments de réponse fort intéressant sur ce site consacré à l'Hygiène et la sécurité dans l'agroalimentaire mais dont la majorité des dispositions sont applicables à la restauration collective. Il existe également un document de l'INRS sur ce sujet.  HYPERLINK "http://agrobat.fr/contenu.php?page=problematiques" http://agrobat.fr/contenu.php?page=problematiques Le problème des préventeurs dans les services de restauration scolaire est que plusieurs réglementation doivent cohabiter et il peut y avoir des cas ou les réglementations s'opposent ;Il est souvent nécessaire de trouver des réponses au cas par cas en faisant un compromis entre les règles relatives à la sécurité sanitaire et le meilleur niveau de sécurité que l'on peut atteindre pour les travailleurs.2008 : denrées alimentaire apportées par les étudiants lors d’une soirée étudiante
savez-vous quelles règles sont à appliquer aux denrées alimentaires lors d'une soirée étudiante sur le campus? Les étudiants veulent savoir s'ils peuvent préparer eux-mêmes les plats ou s'ils ont obligation d'acheter tout fait. Je me pose également la question du stockage au froid, pour ne pas
rompre la chaîne du froid, mais aucun frigo n'est présent sur le lieu de la soirée. Concernant l'alcool, je sais, mais concernant la nourriture, je sèche !
(j'ai cette même problématique mais au quotidien avec les asso qui vendent des sandwichs et de croques monsieur. Je me base sur l’arrêté du 9 mai 1995 réglementant l’hygiène des aliments remis
directement au consommateur que je te mets en PJ. La fabrication sur place est possible sous réserve d'avoir une très bonne traçabilité sur le nettoyage, la formation des personnes, le respect de la chaîne du froid...Je conseille toutefois aux assos d'acheter déjà des sandwichs tout fait.
(vous pouvez contacter la DASS qui vous conseillerons sur le sujet2008 : vente d’aliments - réglementation
Je n'arrive plus à mettre la main sur la réglementation concernant la vente d'aliments dans les établissements publics en particulier les sandwichs, jus et consorts ... 
(Je n'ai pas connaissance d'un texte spécifique a la vente dans des établissements publics par contre je me base sur l'arrêté du l'arrêté du 9 mai 1995 réglementant l’hygiène des aliments remis directement au consommateur pour tout ce qui est relatif a la vente de sandwich.
(Pour ma part j'ai un guide de bonnes pratiques hygiéniques en pâtisserie (les éditions des journaux officiels) qui intègrent les bonnes pratiques de fabrication de sandwiches, la présentation à la vente.Intrusion-surêté2011 : rattachement des services de sureté dans les universités
comment est géré chez vous la sûreté : est ce le même service qui gère sûreté et sécurité incendie ou est ce séparé et si c'est le cas est ce deux services distincts bref comment fonctionnez vous ?
(A l'ENS la sécurité incendie et la sureté sont une branche commune de la Direction du patrimoine et séparée du service hygiène sécurité santé.
(A l'Université de Caen Basse Normandie, le PC sécurité incendie est géré par le service HSE et nous sommes en pleine réflexion pour savoir qui gérera les potentiels agents de sureté... Les premières conclusions pencheraient pour le Service HSE également...Dans les faits, quand nous en avons besoin (concert, manifestations de grande ampleur ou blocage étudiant), c'est le service HSE qui gère le dossier, en partenariat avec le service en charge de l'accueil et l'entretien...
(à Paris 13, il y a un service sûreté distinct du service hygiène et sécurité et depuis la dernière rentrée 2010/2011 la sécurité incendie est passée du service hygiène et sécurité vers le service sûreté qui devient service sûreté / incendie en première approximation (nous n'avons pas encore la note officielle). L'incendie et (surtout) la sûreté étant des problématiques significatives sur Paris 13, cela allège quelque peu le service hygiène et sécurité...2011 : changement de société de gardiennage – règle de reprise des anciens salariés
La société de gardiennage qui travaillait sur un de nos sites vient d'être remplacée par une autre société, dans le cadre d'un appel d'offre.
Tous les gardiens qui travaillaient jusqu'alors sur le site, le connaissaient parfaitement et finalement nous donnaient entière satisfaction ont apparemment décidé de ne plus travailler sur le site car la nouvelle société indique qu'elle peut les reprendre (comme elle en a l'obligation, je crois) mais sans conserver leur niveau d'ancienneté... Les agents y perdraient beaucoup en terme de revenu.
Savez-vous si cette pratique est autorisée, notamment dans le cadre des conventions collectives de cette branche d'activité ?
On souhaiterait garder ces agents et je cherche des arguments juridiques qui permettent de convaincre la nouvelle société de les employer sur les mêmes bases que l'ancienne société.
Quelqu'un a-t-il des infos là-dessus ?
Merci d'avance pour vos lumières.
(Page FO sur internet :
En cas de perte de marché par votre employeur, quelles sont les conséquences pour vous...

Votre employeur perd un marché sur lequel vous exécutez votre travail. Si le marché est repris par une entreprise concurrente, celle-ci doit vous reprendre aux mêmes conditions que celles prévues par votre contrat de travail initial.
Le Code du travail parle de modification dans la situation juridique de l’employeur, dans son article L.122-12 alinéa 2 qui énonce que : « S’il survient une modification dans la situation juridique de l’employeur, notamment par succession, vente, fusion, transformation du fonds, mise en société, tous les contrats de travail en cours de modification subsistent entre le nouvel employeur et le personnel de l’entreprise. »
Ces dispositions sont d’ordre public, on ne peut pas y déroger par convention.
L’annexe 7 de la convention collective des entreprises de propreté prévoit les modalités de cette garantie d’emploi. Sont concernés par ce texte, les salariés des entreprises exerçant une activité relevant des activités classées sous le code A.P.E. 87-08 (voir sur votre bulletin de paie).
L’entreprise entrante doit informer ses délégués du personnel de l’attribution d’un nouveau marché.
Le nouveau prestataire doit garantir l’emploi de 100% du personnel affecté au marché faisant l’objet de la reprise. Le personnel concerné doit remplir les conditions suivantes :
 INCLUDEPICTURE "http://www.ul-fo-lille.com/puce.gif" \* MERGEFORMATINET   Appartenir expressément :
- soit à la filière d’emplois " ouvriers " de la classification nationale des emplois et passer sur le marché concerné 30% de son temps de travail total effectué pour le compte de l’entreprise sortante ;
- soit à la classe IV des agents de maîtrise et techniciens et être affecté exclusivement sur le marché concerné.
 INCLUDEPICTURE "http://www.ul-fo-lille.com/puce.gif" \* MERGEFORMATINET   Etre titulaire :
- Soit d’un contrat à durée indéterminée et,
justifier d’une affectation sur le marché d’au moins six mois à la date d’expiration du contrat commercial ou du marché public ;
ne pas être absent depuis quatre mois ou plus à la date d’expiration du contrat (condition inapplicable aux salariées en congé maternité)
- Soit d’un contrat à durée déterminée conclu pour le remplacement d’un salarié absent qui satisfait aux conditions visées ci-dessus.
Conséquences de la reprise :
 INCLUDEPICTURE "http://www.ul-fo-lille.com/puce.gif" \* MERGEFORMATINET   Le maintien de l’emploi entraînera la poursuite du contrat de travail au sein de l’entreprise entrante ; le contrat à durée indéterminée se poursuivant sans limitation de durée ; le contrat à durée déterminée se poursuivant jusqu’au terme prévu par celui-ci.
 INCLUDEPICTURE "http://www.ul-fo-lille.com/puce.gif" \* MERGEFORMATINET   Un avenant au contrat de travail signé par le nouvel employeur et le salarié repris est obligatoire. Il doit reprendre les mêmes termes du contrat de travail initial.
 INCLUDEPICTURE "http://www.ul-fo-lille.com/puce.gif" \* MERGEFORMATINET   Le salarié doit, en outre, bénéficier du maintien de sa rémunération mensuelle brute correspondant au nombre d’heures habituellement effectuées sur le marché repris.
A cette rémunération s’ajouteront les éléments de salaire à périodicité fixe de manière à garantir le montant global annuel du salaire antérieurement perçu correspondant au temps passé sur le marché repris.
L’employeur n’est pas tenu de conserver les mêmes libellés s’agissant des éléments de salaire, ni de maintenir le même mode de versement.
 INCLUDEPICTURE "http://www.ul-fo-lille.com/puce.gif" \* MERGEFORMATINET   Les salariés bénéficieront du statut collectif du nouvel employeur qui se substituera dès le premier jour de la reprise à celui du précédent employeur.
 INCLUDEPICTURE "http://www.ul-fo-lille.com/puce.gif" \* MERGEFORMATINET   L’entreprise sortante règlera au personnel repris par le nouvel employeur les salaires dont elle est redevable, ainsi que les sommes à périodicité autre que mensuelle, au prorata du temps passé par celui-ci dans l’entreprise, y compris le prorata de l’indemnité de fin de contrat à durée déterminée et des indemnités de congés payés qu’il a acquis à la date du transfert.
 INCLUDEPICTURE "http://www.ul-fo-lille.com/puce.gif" \* MERGEFORMATINET   Un avenant au contrat de travail doit également être établi par l’entreprise sortante pour tenir compte de la réduction d’horaire liée à la perte du marché.
Toutefois, le personnel ne satisfaisant pas aux conditions requises pour bénéficier d’un maintien de son emploi au sein de l’entreprise entrante restera sous la responsabilité de l’entreprise sortante.
Attention : A l’exception d’une modification substantielle de celui-ci par l’entreprise entrante, le salarié qui refuse son transfert dans les conditions fixées ci-dessus sera considéré comme ayant rompu de son fait son contrat de travail. Cette rupture ne sera pas imputable à l’employeur et n’entraînera donc pour lui aucune obligation de verser des indemnités de préavis et de licenciement.

S’agissant des entreprises de gardiennage, la convention collective Prévention et Sécurité prévoit des conditions de garantie d’emploi quelque peu différentes :
 INCLUDEPICTURE "http://www.ul-fo-lille.com/puce.gif" \* MERGEFORMATINET   Les salariés concernés par la garantie d’emploi sont ceux sous CDI et ayant au moins six mois d’ancienneté sur le site concerné dont quatre mois de présence continue.
 INCLUDEPICTURE "http://www.ul-fo-lille.com/puce.gif" \* MERGEFORMATINET   Les salariés travaillant sur plusieurs sites sont concernés s’ils sont occupés à plus de 50% de leur temps de travail sur le site repris durant les 6 mois précédents le transfert.
Modalités de la reprise :
 INCLUDEPICTURE "http://www.ul-fo-lille.com/puce.gif" \* MERGEFORMATINET   Un minimum de 85% de salariés transférables est requis. A noter que la société entrante n’a aucune obligation de reprise lorsque le nombre de salariés transférables est limité à une seule personne.
S’agissant des conséquences de la reprise, elles sont comparables à celles prévues pour le secteur du nettoyage (voir plus haut).
 INCLUDEPICTURE "http://www.ul-fo-lille.com/puce.gif" \* MERGEFORMATINET   En cas de refus par le salarié de son transfert, l’entreprise sortante peut procéder à son licenciement pour cause réelle et sérieuse, avec versement de l’indemnité de licenciement. Le préavis, ne pouvant, en principe, pas être effectué, il n’est pas dû.
(A ma connaissance la société doit reprendre 80% des salariés à leur coefficient et avec leur ancienneté.
l'idéal aurait été, avant le marché, de négocier avec la société pour qu'elle s'engage par écrit (liste des agents) à les maintenir sur le site.
(J'ai vu tout a l'heure le responsable du patrimoine de mon ancienne université qui m'a dit qu'il le prévoyait dans le marché pour s'affranchir des pb liés à la formation et à l’inexpérience des nouveaux personnels (le temps et les bourdes à réparer c'est de l'argent!!)2011 : mise en place de brigade anti-malveillance
J'ai à plancher sur ce dossier de brigade anti malveillance. Comme vous le savez par l'info notre ministre Valérie PECRESSE a donné 300 000 ¬ pour sécuriser notre site de Fouillole suite à diverses agressions et intrusions.
J'aimerais savoir si quelqu'un a monté un tel dossier auquel cas son aide serait très appréciée. Autre question peut -on associer les deux fonctions SSIAP et BAM compte tenu des faibles effectifs.
( pas de dossier mais intéressée par les retours par contre, à mon avis, il faut dissocier les 2 missions si possible. En effet les SSIAP ont une mission de secours et d'assistance et leur image doit être axée sur l'aide et donc inspirer confiance. Mes SSIAPS reçoivent parfois des confidences totalement antagonistes avec une mission anti malveillance. D'ailleurs, sur Avignon, nous sommes confronté au problème. Mon équipe est SSIAP mais intervient aussi sur les conflits mineurs. Il n'y a pas à proprement parlé de BAM et ça commence à manquer.2008 : organisation des services sûreté dans les universités
l'université Paris 13 a un nouveau président, qui souhaite réorganiser la sécurité et la sûreté.
Il aimerait savoir comment ces deux disciplines sont organisées dans d'autres universités de même taille que la nôtre (22 étudiants, 1400 personnels, 4 campus ).
Ceux d'entre vous qui travaillent dans un établissement de même taille peuvent-ils me dire :
- si les services hygiène et sécurité et sûreté sont deux services différents ou un seul et même service (si c'est un seul et même service, qui est le chef de service : l'ingénieur hygiène et sécurité ou l'ingénieur sûreté ?)
- quel est le rattachement hierarchique (président ou patrimoine)
- l'effectif du service hygiène et sécurité et celui du service sûreté, avec si possible le détail (nbre de tec, d'asi, d'ige, d'igr)
- les agents de sécurité incendie et ceux chargés de la sûreté sont-ils des fonctionnaires ou d'une société privée ?
(A reims, c'est vite réglé ! Pas de service "sûreté". La sûreté est en général assurée par des prestations de sociétés de gardiennage (dont l'efficacité est par ailleurs assez mauvaise). Il y a également les "concierges" et personnels logés qui ont un rôle dans ce domaine, mais ils sont gérés directement par les composantes. Nous avons 3 agents SSIAP1 qui sont des volontaires qui ont suivi cette formation, et qui "dépannent" occasionnellement selon les situations et évènements, mais ce n'est pas leur vocation première, ils ont d'autres activités sans vraiment de rapport avec la fonction SSIAP
(L'université de Nice sophia Antipolis (25800 étudiants, 2400 personnels, 289 000m2 de surface de cours et de recherche, 385 000m2 de surface non bâties, 8 campus) est structurée comme suit:
Un service central hygiène et sécurité doté d'1 IGE 2ème classe + 1 adjoint Cat C + 1/2 secrétaire cat C contractuelle. L'ingénieur hygiène et sécurité est rattaché au secrétaire général. mission: hygiène, sécurité, protection de l'environnement. Pas de sûreté, pas de thématique sur l'accessibilité
Chaque campus est sous la responsabilité d'une U.F.R. qui gère la sûreté et assiste le président sur le plan sécurité
Par exemple:

campus Valrose géré par l'UFR Sciences : 3 agents de sécurité-sureté à la loge + 1 cat C HSE dépendant du chef du service logistique de l'U.F.R. La nuit il y a un veilleur de nuit + 1 personne en astreinte logée et une société de surveillance qui intervient sur appel après signal d'intrusion.

campus Pasteur géré par l'U.F.R. Médecine (IGH) géré sur le plan sécurité-sûreté par un 2 agents SSIAP1 et 1 agent SSIAP2. Le week end gestion par société extérieure. Il y a une personne d'astreinte logée la nuit et le week end qui peut intervenir. c'est l'ingénieur du patrimoine qui est le correspondant HSE du campus.

campus Carlone géré par l'U.F.R Lettres géré sur le plan de la sécurité par 1 cat C HSE rattaché au service du service technique de site. Sur le plan sécurité et sureté il y a des agents du service logistique à la loge.

campus Trotabas géré par l'U.F.R. Droit. 1 agent à la loge + 1/2 tech HSE pour la sécurité. Personne gère spécifiquement la sûreté.

En fait il n'y a pas de Monsieur "sureté" en central chargé de définir une stratégie d'établissement dans ce domaine. Il est fait confiance aux systèmes de contrôle d'accès. Au niveau local ce sont en journée essentiellement les agents du service logistique qui font la sûreté. La nuit et le week end c'est essentiellement la personne logée d'astreinte. Ce système ne paraît pas suffisamment efficace puisqu'il y a pas mal de vol.

(A Lyon 3, pas de service de sureté non plus. Le service hygiène et sécurité est structuré avec un chef de service (IGE), un chef de poste (TECH), et des agents de sécurité incendie (SSIAP1 et
SSIAP2) et est rattaché au secrétariat général. Les problématiques de sûreté sont actuellement gérées en partie par le service hygiène et sécurité (interventions en cas de "trublions", mini enquêtes interne et dépôt de plainte en cas de vol, contrôle de carte d'étudiant en cas de manif) et le
service logistique (gestion des clés; accès parking; les gardiens, logés sur place, sont chargé de la fermeture des locaux). Aucune décision de sûreté n'est prise sans l'aval du responsable de
sécurité.
(Pour l'université de Franche Comté (20000 étudiants, 2500 personnels, 250 000m2, 5 villes, 14 lieux d'implantation, pas d'IGH, 5 bâtiments en 1ere catégorie) : 1 ingénieur hygiène et sécurité (IGR) rattaché au secrétaire général et au Président. Poste créé en 1997, avant ... le désert. Poste devenu indépendant du service Patrimoine en septembre 2007 suite au rapport de sinspecteurs HS (mais ce n'est pas encore dans les moeurs). Mission: hygiène, sécurité, protection de l'environnement. Pas de sûreté, pas de thématique sur l'accessibilité qui est "confiée" à un médecin du SUMPPS et un groupe de travail dont je ne fait pas parti. Depuis cette année 1 IGE pour l'UFR SMP, rattaché au directeur de cet UFR. Aucun agent de sécurité. Certaines composantes installent pour tout ou partie de leur bâtiment (selon leur bon vouloir) des accès par badge ou de l'anti-intrusion qu'elle gère elle-même. Les gardiens logés assurent les fermetures des locaux et parfois la liaison avec l'anti-intrusion. Pour d'autres bâtiments l'anti-intrusion est relié à une société de surveillance. Pour certaines périodes de vacances les gardiens peuvent être remplacés par une société privée.
(Pour POITIERS : 24 000 étudiants, 2 500 personnels 6sites sur 4 villes
près de 400 000 m² de bâtiment.
Pas de service de sûreté.
Par contre, des personnels logés assurent les fermetures des locaux. Pour les bâtiments sans personnel logé, l'anti-intrusion est relié quelque fois à une société de surveillance.
Pour les vacances les concierges en alternance et les sociétés extérieures assurent la surveillance de l'ensemble, avec des numéros de téléphone à contacter selon les besoins.
Un service hygiène et sécurité avec 1 ASI, 1 TECH et 1/3 de secrétariat, rattaché aux services centraux de l'établissement et dépendant directement du président. Missions : Hygiène et sécurité conventionnelles plus une partie environnement concernant la gestion des déchets spéciaux. Pas
d'accessibilité, pas de sûreté (affichée).
Voilà en espérant que cela puisse aider. Pour info, quand j'étais à Lille 3, là il y avait deux services. Demander çà la personne en poste sur place aujourd'hui.
(A Lyon 1 (14 sites, 500 000m², 35 000étudiants, 6000 personnels propres), pas de service sureté mais un service Hygiène et Sécurité avec 1 IE et pour l'incendie 1ASI (SSIAP3), 2Tech (SSIAP2) et 4adjoints (SSIAP1). Le service est rattaché administrativement au SG mais fonctionnellement au Président. Une société extérieure est également mandaté pour des prestations exceptionnelles en-dehors des heures ouvrables et sur des sites où je n'ai pas de personnels permanents. Pour la sûreté:
- système de contrôle d'accès centralisé : c'est la Direction du Patrimoine qui gère le technique moi, je gère tant bien que mal les chercheurs du dimanche, jours fériés et autres;
- système d'alarme intrusion : un marché en cours en concertation Patrimoine, Hygiène et Sécurité avec système de télétransmission auprès d'un prestataire extérieur géré par le service hygiène et sécurité. Certains arrivent à passer outre ce système, résultat l'alarme sonne dans le vent et c'est super efficace surtout pour réveiller les voisins. Ce sont alors les personnels logés qui sont sollicités ainsi que mon adjoint et moi-même
- vidéosurveillance : création en cours et c'est moi qui le gère.

Les retours d'alarme ce font selon des consignes spécifiques à chaque site pouvant entraîner l'intervention des personnels logés, d'un rondier d'une société extérieur présent sur le domaine ou d'une intervention spécifique sur déclenchement d'un rondier. La seule variable constante est la télétransmission.
(Nancy 2 , 19000 étudiants 1250 personnels
Pas de sûreté en dehors d'agent logés comme ici ou la, un ou 2 SSIAP par ci par là. Mais côté sûreté nous ne sommes bien sur pas situé au milieu de Villetaneuse avec une équipe de gardien aux bras et jambes cassés, je crois me rappeler que ces gardiens n'étaient pas au top
(Merci pour tous vos témoignages, ça m'aide beaucoup !!! Actuellement à paris 13, il y a un "monsieur sûreté", c'est le responsable du service intérieur et de sûreté.
Et d'un autre côté, il y a le service hygiène et sécurité, qui gère la sécurité incendie et toutes les problématiques de santé sécurité au travail.
Nous avons un PC sécurité par campus, occupés par des agents SSIAP d'une société privée. Sur le plus grand campus, il y a deux équipes séparées, une sûreté, et une incendie (créée depuis 1 an, car ici la sûreté prime..., ça a été difficile à obtenir), et sur les autres campus, les agents ont des missions mixtes, mais la sûreté prime aussi... petit à petit, j'ai réussi à faire changer les mentalités, mais le nouveau président paraît se préoccuper plus de la sûreté. Donc, ça veut dire recommencer un argumentaire, défendre ma position dans l'organigramme et le travail du service hygiène et sécurité. Pendant ce temps-là, le reste n'avance pas, c'est dur dur.

En résumé, vos témoignages montrent qu'il y a deux solutions :
- un service hygiène et sécurité central qui gère l'incendie, et la sûreté est gérée par chaque directeur d'UFR
- un service hygiène et sécurité central qui gère l'incendie et la sûreté.

Peut-être que Paris 13 va innover avec une nouvelle solution : un service sécurité et sûreté, géré par le responsable sûreté, et l'ingénieur hygiène et sécurité étant sous ses ordres...
(Université de Rennes 1 (23000 étudiants, 2500 personnels, 344 803 m2 de surfaces bâties, 13 sites) : 1 IGR (responsable de service) rattaché au Pdt et à la SG, 1 ASI, 1 Tech, 2 Agents et 1 secrétaire. Nous gérons un peu tout : déchets, gardiennage (PC sécurité ouvert 365 j/365 et 24h/24), sécurité incendie, sûreté, encadrement de manifs, encadrement d'AG d'étudiants, fermeture de bâtiments ... le tout couronné d'une astreinte "sécurité" !
(Attention danger si l'hygiène et la sécurité est placée sous la sûreté Exemple simple, l'un veut maintenir les portes ouvertes et l'autre les fermer. Je me suis battue auprès de notre Président pendant un an pour que la sécurité reste la première préoccupation. J'y suis arrivé non sans mal et en faisant une concession : à savoir mettre en place la politique de sûreté en parallèle à la politique incendie (sans personnel supplémentaire cela s'entend!!!!). Exemple : le PC Sécurité permettra de centraliser toutes les informations de sûreté et de sécurité.
(L'université de Provence (22500 étudiants, 1600 personnels, 266 442 de surface de cours et de recherche, 20 sites) est structurée comme suit:
Un d'1 IGR: hygiène, sécurité, protection de l'environnement. Pas de sûreté,
Chaque campus est sous la responsabilité d'une U.F.R. qui gère la sûreté comme elle peut (pour ne pas dire à la petite semaine).
Sauf deux sites importants qui comportent des PC de sécurité incendie qui disposent de Postes de surveillance avec caméras et enregistrement (enregistrement que sur Saint Charles où il y a une procédure stricte d'utilisation des enregistrements) et qui réalisent, quand ils le peuvent, le rôle de vigile.
il n'y a pas de Monsieur "sûreté"
(Pour l'université Joseph Fourier (20000 étudiants, 2000 personnels, 400 000 m2 de bâtiment, 14 lieux d'implantation, pas d'IGH, 110 bâtiments dont en 3 en 1ere catégorie) : 1 ingénieur hygiène et sécurité (IGR) rattaché au Président sous couvert du SG + 1 ASI + 1 secrétariat Mission: hygiène, sécurité et protection de l'environnement à "temps perdu". Pas de sûreté, un peu d'accessibilité à "temps moyennement perdu" Certaines composantes installent pour tout ou partie de leur bâtiment (selon leur bon vouloir) des accès par badge ou de l'anti-intrusion qu'elle gère elle-même. Les quelques gardiens logés assurent les fermetures des locaux et parfois la liaison avec l'anti-intrusion. Pour d'autres bâtiments l'anti-intrusion est relié à une société de surveillance via le service aménagement du DU qui à un contrat avec SECURITAS (deux gardiens qui effectuent des rondes à l'extérieur des bâtiments les WE, nuits et jours fériés)
( A l'université Lumière Lyon 2 l'organisation ressemble à ce qui a été dit jusqu'à présent. (28 000 étudiants, 3 sites, 170 000 m2 de bâti)
Chez nous c'est l'ingénieur hygiène et sécurité avec au total une vingtaine d'agents qui chapeaute la sureté en plus de la sécurité. Selon les circonstances, occupation de l’université par des étudiants.... celà vient en priorité... Mais cela reste tout de même exceptionnel !
La sûreté ce sont qques caméras surveillées par les agents ssiap en cas d'alarme et/ou de problème, la fermeture et l'ouverture des locaux par les gardiens en partie rattachés au service, et surtout une gestion par badge des salles sensibles.
Il est évident qu'avec la montée en puissance des nouvelles technologies, nos salles de cours deviennent des lieux à protéger sous badge... C'est d'ailleurs plus facile à sécuriser en période un peu agitée.
Par contre placer la sécurité sous la sûreté me parait aller au devant de problèmes de priorité pour les questions d'évacuations, d'accessibilité de prévention des risques ... il vaudrait nettemnt mieux avoir deux services distincts,
Espérant avoir pu apporter ma contribution.... si questions ne pas hésiter à les poser...2008 : grille de protection sur fenêtres pour éviter le vandalisme
Les services techniques envisagent de mettre en place des grilles à petit maillage sur les fenêtres extérieures de notre bibliothèque pour diminuer le vandalisme. Personnellement je ne vois rien contre mais j'aimerais savoir si l'un de vous connaît un texte restrictif en ce qui concerne la résistance et la taille à respecter, si cela existe.
(Par rapport à tes grilles, il faudra d'une part vérifier que le maillage proposé n'obstrue pas trop la luminosité extérieure. A ma connaissance, il n'y a pas de document concernant la résistance des grilles, elles vont venir contre des fenêtres lesquelles respectent les règles de l'art en matière de fabrication et de pose. Simplement chez nous nous avons posé des barres métalliques horizontales sur la structure métallique du côté intérieur des façades. Si besoin n'hésites pas à appeler.
(Suggestion peut-être simplette : des vitres incassables seraient mieux perçues par les usagers. Si le système des grilles est retenu, il faut vérifier que les vitrages sont toujours accessibles pour le nettoyage, sinon la luminosité risque effectivement d'être modifiée à brève échéance.2007 : gardiennage des sites pendant les congés
Certains de mes bâtiments sont excentrés et gérés par un gardien logé + une télésurveillance et des vigiles en renfort en cas d'intrusion
cas pratique : au moins d'août, les gardiens partent au moins 4 semaines en congé. En cas de problème sur le bâtiment, les vigiles interviennent mais une fois les intrus en fuite, s'il y a de la casse, personne n'est là pour prendre les décisions type achat de fenêtres...... Pire, certains bâtiments refusent de donner les clefs à la société de gardiennage. Résultat, si une alarme technique se met à hurler, elle sonne pendant 4 semaines....
bref, j'aimerais savoir comment sont gérés chez vous les bâtiment durant les périodes de fermeture (voir les week-end) : permanence de cadre, roulement des congés des gardiens, autorisation des gardiens à commander en urgence, liste de sociétés autorisées ?......
(Pour nous c'est simple un roulement a été instauré avec 4 cadres d'astreinte (1 semaine par mois chacun 365 jours dans l’année) ayant délégation du directeur pour prendre ce genre de décisions.
(Chez nous le planning des vacances est établi de telle manière qu'il y ait toujours une personne présente. Pendant les périodes de fermeture de l'Ecole (3 semaines en été et 1 semaine à Noël) c'est le concierge qui est là. C'est un couple qui a été recruté et il est convenu que l'épouse du concierge soit présente chez elle (logement rattaché à l'établissement) pendant les rondes de son mari pour appeler les secours en cas de problème ou réagir en cas de ronde trop longue. Chacun (secrétaire général, chefs de service et autres personnes logées) communique ses périodes de présence au domicile pendant les vacances et peut être rappelé. Un cahier d'astreinte est à la disposition des personnels d'astreinte indiquant les vannes d'arrêt par exemple mais également les coordonnées des entreprises pouvant être appelées en cas de problème comme la société de nettoyage en cas d'inondation. Chaque année le responsable de l'Equipe Technique effectue un tour des installations avec les personnels d'astreinte pour repérer les "endroits stratégiques" : les explications et photos du cahier d'astreinte pouvant ne pas être comprises dans l'urgence d'un sinistre. Chaque année avant les vacances on organise une réunion de mise au point des procédures et l'on précise s'il y a des travaux ou des dispositions particulières. Un compte rendu est diffusé à tous les intéressés2007 : installation d’un système de vidéosurveillance
Suite à une recrudescence de vols effectués en dehors des heures d'ouverture au public, nous envisageons d'installer des caméras de surveillance aux issues (7 ou 8). savez-vous quelles sont les obligations et contraintes (en dehors de l'affichage qui signale cette vidéosurveillance)? les agents de sécurité incendie peuvent-ils se charger de cette surveillance (nous n'avons pas d'autre PC où installer les écrans)? merci de me faire partager vos expériences...
(sur Avignon c'est effectivement le service sécurité qui gère le système de vidéosurveillance. Ce dernier est situé à la loge avec tous les reports SSI. Pour être en règle, en dehors de l'affichage, il faut aussi remplir un formulaire de déclaration pour la préfecture.
(au siège de notre université, un système de videosurveillance a été installé pour lutter contre les vols. Des autorisations ont été demandées à la CNIL, à la Préfecture de police et un accord a également été donné par le CA de l'Université.
(Nous allons également mettre en place un système de vidéosurveillance avec les écrans au P.C. sécurité incendie. Chez nous ce sont les informaticiens qui installent le système. Ils ont achetés des webcams qu'ils mettent sur le réseau en WIFI, ainsi plusieurs personnes habilités auront également accès aux images via le net.2005 : plan vigipirate
pour ceux qui ont des campus ouverts, comment gérez vous les contraintes vigipirate ? Avez-vous notamment des consignes adaptées ?
(nous avions fait passé un représentant de la préfecture qui a l'issue de la visite avait fait le constat qu'effectivement l'application du plan vigipirate était difficile voire impossible [il l'a même écrit...] Quelques aménagements sont possibles : - sacs poubelles transparents au lieu des traditionnelles poubelles en plastique opaques - refaire le point sur l'organigramme des clés, passes, badges d'accès... - changement des codes d'accès eventuellement - appel à la vigilance des personnels - appliquer strictement les restriction d'accès aux locaux sensibles : stockage de produits chimiques - identifier les points de coupure des ventilations générales des bâtiments...2005 : badge pour rentrer dans les salles informatiques : certains d'entre vous ont-ils connaissance dans leur bâtiment de la mise en place de carte d'accès personnalisée pour entrer dans les salles informatiques en libre service (ou de tout autre méthode) si oui, quel est le process et quelle société a été choisie
(nous terminons actuellement l'installation de contrôle d'accès et d'alarme anti-intrusion sur l'ensemble de nos bâtiments, ces équipements sont commandés par des badges de proximité servant également de carte d'étudiant , carte professionnelle  et gestion horaire pour les personnels, emprunt des documents à la BU et autres fonctions si on le souhaite ces installations ont été réalisées par la société SIEMENS
(nous aussi nous installons des controles d'accès de certains lieux (+ sensibles) avec badge de proximité personnalisé. Nous travaillons avec l'entreprise Fichet Bauche (Fichet Sécurité Electronique)
(A l'ENSI de Bourges nous utilisons aussi un système de badges de proximité société ELKRON. Ce système gére 1000 badges avec le logiciel Galaxy gold version 6.26 et 32 zones distinctes.2005 : utilisation de bombes lacrymogènes 
Suite à des agressions récentes sur un site de l'université de Nantes, un responsable administratif souhaite fournir des bombes lacrymogènes aux appariteurs chargés de fermer les locaux. Je serais très heureux de recueillir vos avis. Y-a-t-il une réglementation applicable?
(les bombes lacrymogènes, suivant leur teneur en Cl2, de mémoire, peuvent être considéré comme armes de 6ème catégorie, au même titre que les poignards et coup de poing américains !!!!!!!! (cf lien ci dessous)
  HYPERLINK "http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F2248.html" http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F2248.html
(Il avait été demandé chez nous que les agents de surveillance des parcs en soient dotés, suite à plusieurs agressions, mais cela s'est avéré impossible.
 Il s'agit comme le dit Cyril d'armes de 6éme catégorie. Une réponse à une question écrite a été publiée au JO du 16/03/04. Je cite 'seuls les fonctionnaires territoriaux appartenant au cadre d'emploi des agents de police municipale ou à celui des chefs de service de police municipale peuvent bénéficier des dispositions du décret n°2000-276 du 24/03/00 relatif à l'armement des agents de police municipale, qui permet, sur autorisation préfectorale, d'être doté d'armes de 4ème et/ou 6ème catégorie. En effet, la délivrance de cette autorisation est subordonnée à l'exercice de missions de police spécifiques (surveillance générale des voies publiques, des voies privées ouvertes au public, et des lieux ouverts au public; surveillance dans les transports publics de personnes, gardes des bâtiments communaux) t aux conditions et circonstances dans lesquelles son exercées ces missions (existence de personnes et de biens exposés à des risques particuliers d'insécurité).2003 : installation d’alarme : Quelqu'un aurait-il fait réaliser un audit "vol et intrusion" pour tout ou partie du patrimoine de son établissement ? Si oui, et si vous avez 5mn pour me répondre: - Surface approximative des bâtiments audités: - Nom et coordonnées de la société retenue : - Eventuellement Nom et coordonnées des sociétés non retenues: - Durée et coût de l'étude: - Degré de satisfaction, Pb rencontrés:
(J'ai récemment installé une installation d'alarme intrusion sur un de nos sites (70 000 m2) pour un coût d'installation de 48000 euros ttc. Je n'ai pas procédé par audit ni fait d'appel à un bureau d'études (ça coûte cher) mais par analyse de risque au travers de rencontre avec diverses sociétés (lyonnaises) d'alarme intrusion sollicitées pour des devis. Voici à tout hasard le cahier des charges que j'ai réalisé à cette occasion à partir d'éléments fournis pas d'autres collègues (lyon2, ens)
Point de vue conseil :
- bien définir en interne vos besoins, vos modes de fonctionnement (qui intervient, comment,...)
- choisir une technologie évolutive ouverte (j'entends pas des matériels comme en incendie du type Cerberus que seul Cerberus SAIT programmer)
- bien penser à l'ergonomie du système (des installations compliquées sont vite shuntées par les utilisateurs)Mise en place d’un système de télé-surveillance : dispositions réglementaires ?
(je pense qu'il faut faire une demande d'autorisation de système de vidéo surveillance (loi n°95-73 du 21/01/95 - décret n°96-926 du 17/10/96)
( dossier d'autorisation préfectorale + information, tu peux consulter le site de la CNIL  HYPERLINK "http://www.cnil.fr/frame.htm?http://www.cnil.fr/thematic/travail.htm" http://www.cnil.fr/frame.htm?http://www.cnil.fr/thematic/travail.htm
( D'après les souvenirs que j'en ai puisque j'ai fait une demande d'autorisation de vidéosurveillance avec enregistrement (caméras installées en extérieur et l'inspecteur des RG était venu vérifier que la vision était limitée au campus), il me semble qu'à l'intérieur d'un local on fait ce que l'on veut (c'est comme dans les magasins!).
( Je me suis renseigné auprès du bureau de la réglementation de la préfecture. Nos amphis ne rentre pas dans le cadre de la réglementation car le public n'est pas du "tout venant" c'est à dire qu'il est identifié en tant que personnels ou étudiant (contrairement aux Magasins où tout le monde va et vient). La personne m'a dit de respecter quand même les règles de la réglementation (information des personnes, registre des enregistrements), mais la déclaration préfectorale n'est pas utileTransport de matières dangereuses2011 (échanges hors GP Sup) : transport de carburant
Que prévoit la réglementation concernant le transport du carburant dans un véhicule (non equipé-type master) lors de longs déplacements pour simplement éviter le "passage à la pompe" pendant le trajet ? Quelle est la quantité autorisée et sous quel conditionnement ? 
(La réglementation qui s'applique dans un tel cas est l'ADR (Accord européen relatif au transport international des marchandises Dangereuses par Route) actualisé au 1ier janvier dernier et l'Arrêté français du 29 mai 2009 relatif aux transports de marchandises dangereuses par voies terrestres (dit "arrêté T.M.D"). Dans le cas d'un transport pour compte propre sur un long trajet (qui semble être votre cas de figure), votre transport de carburant bénéficie d'une exemption de certaines prescriptions de la réglementation, exemption liée à la quantité transport par unité de transport : - ESSENCE : 333 litres ; - GAZOLE : 1000 litres, chaque produit étant transporté séparément. Seules prescriptions à appliquer : - équiper le véhicule d'un extincteur portatif adapté aux classes d'inflammabilité A, B et C, d'une capacité minimale de 2 kg de poudre ; - former d'une manière adaptée les agents dont les fonctions ont trait à ce transport sur les dispositions régissant le transport de marchandises dangereuses par route. Pour le transport de produits (ESSENCE + GAZOLE) en commun dans la même unité de transport, la somme de  : - la quantité d'ESSENCE multipliée par "3", - la quantité de GAZOLE, ne doit pas dépasser "1000" Dans le cas d'un transport effectué accessoirement à votre activité principale, tels qu'approvisionnement de chantiers de bâtiments ou de génie civil, ou pour les trajets du retour à partir de ces chantiers ou pour les travaux de mesure, de réparations et de maintenance, l'exemption est totale dans la limite des seuils cités ci-dessus. Quant au conditionnement, je vous conseille d'utiliser des emballages agréés et aptes au transport de marchandises concernées et portant les marques prescrites par l'ADR (par exemple, jerricane avec marquage d'homologation composé notamment du symbole des Nations Unies (rond avec "UN")).
( justement je dois faire une fiche synthétique du transport de carburant pour les collectivités. L'ADR de juin 2011 est révisée??? je n'arrive pas à trouver cette nouvelle règlementation.  en terme d'exemption d'application, cela irait jusqu'à 450 l par emballage.... ????? " marginal 10011 1.1.3 exemptions ( fiche OPBTP C4F 01 de 1999) les prescriptions de l'ADR ne s'appliquent pas : a) b) c)au transport effectué par des entreprises (quid collectivités?) mais accessoirement à leur activité principale, tels qu'approvisionnement de chantier de bâtiment ou de génie civil ou pour les retours à partir de ces chantiers ou pour des travaux de mesure, réparations, maintenance, en quantité ne dépassant pas les 450 litres par emballage....les transports effectués par ces entreprises pour leur approvisionnement ou leur distribution externe ou interne ne sont pas concernés par la présente exemption..... certains disent essence 333l, d'autres 300l... gazole1000l le cumul d'essence plus gazole ne doit pas être supérieur à 1000l mais pourquoi alors mettre 450 l pour le colis si l'essence est bloqué à 300L (voir 900L avec le coef de 3)).... bon si quelqu’un a compris....
( La réglementation ADR est révisée à peu près tous les deux ans. L'Arrêté français qui modifie et complète les dispositions de l'accord européen et définit les règles spécifiques aux transports de marchandises dangereuses effectués en France (que ces transports soient nationaux ou internationaux) est modifié à la même fréquence. Les marginaux ont ainsi été supprimés au début des années 2000... On trouve le texte de l'ADR sur la toile à l'adresse suivante :  HYPERLINK "http://www.afgc.fr/donnees/20110101%20-%20ADR%202011%20volume%201.pdf?PHPSESSID=c0651b26bc5ed88b75be55cf80c08bc1" http://www.afgc.fr/donnees/20110101%20-%20ADR%202011%20volume%201.pdf?PHPSESSID=c0651b26bc5ed88b75be55cf80c08bc1 Le c) du § 1.1.3.1 fait mention d'une exemption qui peut concerner les collectivités : "au transport effectué par des entreprises mais accessoirement à leur activité  principale, tels qu'approvisionnement de chantiers de bâtiments ou de génie civil, ou pour les les trajets du retour à partir de ces chantiers, ou pour des travaux de mesure, de réparations et de maintenance, en quantités ne dépassant pas 450 litres par emballage ni les quantités maximales spécifiés au 1.1.3.6." Comme évoqué dans ma précédente réponse, les quantités maximales spécifiés au § 1.1.3.6 sont : - 333 litres concernant l'essence ; - 1000 litres concernant le gazole, chaque produit étant transporté séparément. Pour le transport de ces produits (essence + gazole) en commun dans une même unité de transport, la somme de : - la quantité d'essence multipliée par "3", - la quantité de gazole, ne doit pas dépasser "1000". Je joins le support de sensibilisation sur ce sujet effectuée dans les locaux d'IDEAL connaissances en fin d'année dernière et reste à votre disposition pour de plus amples informations à l'adresse courriel suivante :  HYPERLINK "mailto:d.cuny@cig929394.fr" d.cuny@cig929394.fr2011 : déménagement de produits chimiques d’un laboratoire – transport des produits chimiques en lien avec la réglementation TMD
En prévision d'un déménagement de laboratoires nous avons consulté plusieurs entreprises pour le déménagement de produits chimiques d'un site à l'autre et du coup nous sommes soumis à la réglementation du transport de matières dangereuses. L'un de vous a t il déjà eu à réaliser ce type d'opération ? Le prestataire nous demande l'ensemble des code ONU pour tous les produits, et nous avons environ 2400 références sans code ONU. Il faudrait faire des recherches !!!! dans les FDS de chaque produits !
(Dans le cadre des chantiers de désamiantage à Jussieu, on a procéder à de nombreux déménagement de produits chimiques. C'est la société Labo-Services qui se chargeait de ces prestations. Le conditionnement des produits en sécuribacs était réalisé par un chimiste (le même qui s'occupait de trier et reconditionner les produits chimiques de laboratoires avant enlèvement pour élimination). De mémoire, il répartissait les produits en sept grandes familles; De cette manière, la sécurité du transport est assurée, et cela dégage la responsabilité du laboratoire et de l'université... (chez nous Ortec (qui gère nos déchets chimiques) a réalisé un transfert de produits chimiques comme pour catherine, on a classé selon plusieurs familles. Le chimiste a fait un contrôle de chargement et Ortec a assuré le transport selon les produits, ils ont été ou non conditionnés en bacs sécurisés Le conseiller aux transports TMD peut être à mettre dans le coup pour ce transfert ? Nous n'en avions pas à l'époque.
( Nous avons suivi la même procédure lors du déménagement de notre site de la seyne sur mer à Lyon. La société laboservices fait venir ses chimistes, conditionne les produits dans des containers conformes et transporte le tout moyennant finances qui restent à tout le moins acceptables. Nous avons également fait valider le transport à notre conseiller TMD. Je pense que veolia fait également ce type de prestations.2011 : transport d’échantillons humains
Pour ceux qui sont concernés, comment organisez-vous le transport d'échantillons biologiques (tissu humain, pièces anatomiques) lorsque la finalité est la recherche (et non pas l'analyse médicale comme on peut la rencontrer auprès des laboratoires spécialisés) ?
Il s'agit de savoir dans quelles conditions on peut être autorisé (ou
non) à transporter des collections d'échantillons du lieu de "production" au lieu de "recherche".
(Ci-joint le document de transport que nous venons de mettre en place... Il est validé par la commission des conventions mais doit encore passé au CA. Il accompagne une convention (modèle joint également au mail). En résumé :
Les tests Hépatite B, Hépatite C, HIV, HTLV1 et HLTV2 sont réalisés sur tous nos sujets et les sujets positifs sont envoyés directement à l'incinération,
Nous considérons donc que nous sommes avec des échantillons exemptés (paragraphe 2.2.62.1.5.6 de l'ADR) : donc triple emballage (intérieur : étanche, intermédiaire : étanche (ce peut être une poche plastique thermo-soudée), extérieur : résiste aux chocs (ce peut être une boite polystyrène)) et mention "échantillons humains exemptés"
Le transport des sujets entiers et des grosses pièces sont réalisées par des entreprises habilitées au transport de corps avec le document de transport dument complété et accompagné des consignes de sécurité en cas d'accidents. Pour les petites pièces, telles que rochers ou des crêtes iliaques ou encore des morceaux de fémurs, elles sont quand même accompagnées par le document de transport mais nous ne demandons pas l'habilitation du transporteur.
Cela fait maintenant 1 an que je me prends la tête sur cette problématique... Je pense que nous touchons à la fin...2011 : transport de bouteille de gaz
Savez-vous si il existe une réglementation pour le transport des bouteilles de gaz dans les véhicules ? Un exemple, un service transporte une ou deux bouteilles (13 kg) dans un véhicule pour le désherbage.
(Le transport de bouteilles de gaz dans les véhicules est soumis à l'Accord Européen ADR (réglementations du transport international de marchandises dangereuses par route) et à l'Arrêté français du 29 mai 2009 relatif aux transports de marchandises dangereuses par voies terrestres modifié par l'arrêté du 9 décembre 2010 (dit "arrêté T.M.D"). Ces réglementations sont très denses et nécessitent de connaître la nature du transport effectué, la nature des marchandises transportées, la quantité de marchandises transportées et la façon dont vous intervenez dans le transport pour déterminer exactement les éventuelles exemptions ou prescriptions réglementaires qui s'appliquent. Je reste à votre disposition pour vous aider pour l'un ou l'autre cas qui peut se présenter dans votre collectivité.2010 : transport de pièces anatomiques
Mon centre du don des corps se pose des questions sur le transport d'échantillons humains. Habituellement un véhicule habilité est utilisé pour transporter les sujets et les pièces anatomiques (grandes pièces anatomiques). Mais il nous arrive de fournir à l'extérieur de petits prélèvements comme des rochers ou des crêtes iliaques ou encore des morceaux de fémurs qui sont de toutes petites pièces, voir parfois minuscules ou même des échantillons de tissus prostatiques. Doit-on obligatoirement utiliser un transporteur habilité pour de si faibles quantités (10 crêtes iliaques)? Je te précise que nos échantillons sont testés hépatite B, hépatite C, HIV, HTLV1 et HTLV2 et que les sujets positifs sont éliminés.
( D'après le paragraphe 2.2.62.1.5.6 de l'ADR : "Les échantillons humains ou animaux qui présentent un risque minimal de contenir des agents pathogènes ne sont pas soumis à l'ADR s'ils sont transportés dans un emballage conçu pour éviter toute fuite et portant mention "Echantillon humain exempté" ou "Echantillon animal exempté", selon le cas".
Notre labo d'anatomie rédige en plus un papier officiel désignant les tissus transportés, le lieu d'arriver et la raison du transport.
Pour le transport, il doit y avoir la même distinction que pour les déchets entre les pièces anatomiques (reconnaissable) et les échantillons de tissus (non reconnaissable). Ces derniers devenant des matières infectieuses où c'est la règlementation risque biologique qui s'applique.2010 : transport de bouteille de gaz
Un agent peut il transporter des bouteilles type acétylène ou oxygène, en quantité limité (1 ou 2 Bouteilles)  dans un véhicule de la collectivité.  A quelle prescription doit répondre l'engin (séparation habitacle, transport vertical, ventilation, signalétique extérieur...) Le conducteur doit il suivre une formation spécifique sur la conduite à tenir en cas d'accident.
(aucune exigence ADR en dessous de 333 litres pour des contenants inférieurs à 150 litres concernant les bouteilles. Reste l'évaluation du risque pro!
(Il existe toutefois quelques petites exigences ADR même si la somme des quantités transportées sont inférieurs à 1000 (l ou kg).
En effet il faudrait notamment :
- établir un document de transport conforme au chapitre 5.4.1 (chap. 8.1.2.1.a) (difficile à mettre en place pour un transport de 2 bouteilles occasionnellement) ,
- disposer d'un extincteur ABC 2kg poudre facilement accessible (chap. 8.1.4.2 à 5),
- former les personnel selon le chap. 8.2.3,
- interdire de fumer à proximité (chap. 8.3.5),
- ne pas utiliser d'appareils d'éclairage portatif pouvant produire des étincelles (chap. 8.3.4),
- caler ou arrimer les bouteilles (CV9 et 10 chap. 7.5.11)
- et le véhicule doit être ventilé sinon une mention doit être apposée sur les portes (CV36 chap 7.5.11).
Les références sont consultables à ce lien :  HYPERLINK "http://www.unece.org/trans/danger/publi/adr/adr2009/Francais/TOC.pdf" http://www.unece.org/trans/danger/publi/adr/adr2009/Francais/TOC.pdf2010 : transport de corps / pièces anatomiques et ADR
Nous sommes en train de remettre à jour l'ensemble des conventions de notre centre du don des corps et je reste un peu bloquée sur le transport de pièces anatomiques : 3 cas se présentent : - Transport de petites pièces - Transport de morceaux de corps - Transport de sujets entiers 2 modes de transport différents étaient utilisés : - Triple emballage pour les petites pièces et certains morceaux de corps et transport par une société spécialisée. - Cercueil et fourgonnette du destinataire pour les sujets entiers. Voici les préconisations que j'avais faite il y a 1 an, tirée de l'ADR : Les pièces anatomiques doivent être mises dans un triple emballage : un premier contenant étanche, qui sera lui-même mis dans un contenu étanche et absorbant puis dans un dernier contenant résistant aux chocs et aux perforations et qui garde au froid. Un étiquetage sera mis sur la paroi externe de l emballage tertiaire :   -ð               Identification claire du destinataire et de l expéditeur -ð               L identification de la classe de danger : « risque biologique » -ð               Le numéro d identification de la pièce anatomique -ð               En cas de liquide : le sens de la manutention. Un bordereau de transport des pièces sera également transmis avec les consignes de sécurité en cas d’incident ou d’accident. Le contenant devra être solidement fixé pour ne pas se renverser. Le service juridique me demande le texte exact utilisé. Y a t il des spécialistes de l'ADR qui pourraient me dire si : 1. Les mesures sont suffisantes, 2. Quels sont les arrêtés sous lesquels l'ADR a été traduite en droit français (j'avais trouvé l'arrêté du 1er juin mais il a été abrogé en juillet 2009 et des arrêtés en mai 2009 et décembre 2009...).2010 (échanges hors GPSup) : transport de carburant
(Il n'y a pas une réglementation par emballage de transport. La réglementation du TMD divise le monde en 2 : le transport de "colis" et le transport en "citernes". Après c'est une question de vocabulaire, les mots utilisés ont une importance primordiale. Ainsi les "colis" comprennent tous les emballages qualifiés dans l'ADR de récipients, les citernes" rassemblent tous les réservoirs. Les exemptions dont nous faisions état ci-dessous ne concernent que le transport des "colis". Du moment que l'enceinte de rétention que vous vous apprêtez à arrimer sur un plateau de remorque ne peut pas être assimilable à une citerne fixe ou démontable, vous bénéficiez de l'exemption totale du 1.1.3.1 c) sous réserve de ne pas dépasser 450 l par emballage et 1000 litres au total pour le gazole (ce qui vous permettrait de transporter 2 récipients de 450 l (dit GRV ou grand récipients pour vrac) et même pourquoi pas un fût supplémentaire de 100 litres de gazole pour atteindre 1000 l. En revanche si vous utilisez un réservoir soudé ou boulonné au châssis, vous aurez un véhicule citerne avec obligation d'appliquer la réglementation dès le premier litre.(signalisation du véhicule par des panneaux orange à l'avant et à l'arrière et placardage de la citerne - formation initiale de base pour le conducteur jusqu'à 1000 litres pour ne citer que la partie visible de l'iceberg). Ces dispositions sont indépendantes du PTAC de l'unité de transport (véhicule plus sa remorque). FIMO et FCOS ne concernent pas le transport de marchandises dans des véhicules de moins de 3,5 t. En conclusion: attention le carburant transporté en question est le gazole , le transport de l'essence est précisé par une autre réglementation Nous ne sommes pas concernés par l'obligation de formation initiale de base à l'apth, ni la fimo et fcos( véhicules de moins de 3,5t) dès l'instant que le réservoir n'est pas soudé ou boulonné au chassis, dans le cas contraire on n'a un véhicule citerne avec obligation d'appliquer la réglementation ADR dès le premier litre donc formation et panneau d'identification du danger....2009 : transport de matière biologique
Un enseignant chercheur me signale le déménagement prochain de son labo de recherche sur un site hors campus. Or, les TP resteront sur le campus et le chercheur prévoit de transporter dans sa voiture des cultures fraiches liquides et solides de micro organismes vivants. (S'ils ne sont pas pathogènes, les exemptions suivantes de l'ADR peuvent s'appliquer :
2.2.62.1.5.1    Les matières qui ne contiennent pas de matières infectieuses ou qui ne sont pas susceptibles de provoquer une maladie chez l'homme ou l'animal ne sont pas soumises à l'ADR sauf si elles répondent aux critères d'inclusion dans une autre classe.
2.2.62.1.5.2    Les matières contenant des microorganismes qui ne sont pas pathogènes pour l’homme ou pour l’animal ne sont pas soumises à l’ADR, sauf si elles répondent aux critères d’inclusion dans une autre classe. S'ils sont pathogènes, pour ne pas être soumis à l'ADR :
2.2.62.1.5.3    Les matières sous une forme sous laquelle les pathogènes éventuellement présents ont été neutralisés ou inactivés de telle manière qu’ils ne présentent plus de risque pour la santé ne sont pas soumises à l’ADR, sauf si elles répondent aux critères d’inclusion dans une autre classe.
2.2.62.1.5.4    Les matières dans lesquelles la concentration des pathogènes est à un niveau identique à celui que l'on observe dans la nature (y compris les denrées alimentaires et les échantillons d'eau) et qui ne sont pas considérées comme présentant un risque notable d’infection ne sont pas soumises aux prescriptions de l’ADR, sauf si elles répondent aux critères d’inclusion dans une autre classe.
Malgré tout, pour l'emballage, j'appliquerai le principe suivant (tiré de l'ADR dans le cadre d'une autre exemption qui s'applique aux échantillons humains) : Il est constitué de trois éléments:
i)      Un ou plusieurs récipients primaires étanches;
ii)     Un emballage secondaire étanche; et
iii)    Un emballage extérieur suffisamment robuste compte tenu de sa contenance, de sa masse et de l’utilisation à laquelle il est destiné, et dont un côté au moins mesure au minimum 100mm×100mm;
b)      Dans le cas de liquides, du matériau absorbant en quantité suffisante pour pouvoir absorber la totalité du contenu est placé entre le ou les récipients primaires et l’emballage secondaire, de sorte que, pendant le transport, tout écoulement ou fuite de liquide n’atteigne pas l’emballage extérieur et ne nuise à l’intégrité du matériau de rembourrage;
c)      Dans le cas de récipients primaires fragiles multiples placés dans un emballage secondaire simple, ceuxci sont soit emballés individuellement, soit séparés pour éviter tout contact entre eux.Contact : DDE et son service transport de matière dangereuse.Azote : Pour le transport d'azote liquide réfrigéré. La substance appartient à la catégorie 3 de transport. Donc la masse nette maximale est de 1000 Kg. Si on se trouve en dessous de ce seuil alors il n'y a pas obligation de : Formation des conducteurs au transport de matières dangereuses, Signalisation du véhicule, Consignes écrites de sécurité, D'équipement de lutte contre l'incendie, De surveillance de véhicule. Toutefois il est imposé que les emballages doivent être arrimés et qu'en cas de transport en véhicules ou grands conteneurs ces véhicules ou conteneurs doivent être pourvus d'une aération adéquate. Par ailleurs pour plus de sécurité, une formation (en interne) sur les risques liés à la substance et les conduites à tenir en cas d'incident peut être dispensés aux conducteurs. Il est conseillé de mettre à disposition des conducteurs des EPI adaptés.Règles générales :
-il existe des seuils en dessous desquels il n’y a pas de mesures particulières.
-véhicule : partie conducteur séparé de la partie arrière, ventiler la partie arrière (grille VB sur les portes arrières et tourelle sur le toit pour la VH), formation du chauffeur (voir DDE)Risques liés à la circulation, à des interventions sur la voirie2011 (échanges hors Gp Sup) : intervention sur un rond-point
J'aurais souhaite savoir ce que vous avez mis en place en terme de mesures préventives concernant le travail de tonte sur les ronds points et ses abords.: problématique d' acces du tracteur au rond point, tonte des abords....Sur la ville, cette tonte est réalisée deux fois par semaine a partir d'avril jusqu' a décembre. Mettez vous en place de la signalisation temporaire?
(Oui, bien sûr, la signalisation temporaire s'impose (instruction interministérielle, huitième partie). Pour nos interventions sur giratoires nous procédons comme suit : 1. stationnement régulier d'un fourgon avant le rond-point et mise en place de la signalisation périphérique d'approche sur toutes les voies menant au rond-point (AK5 puis AK3 puis B14 à 30 km/h) en utilisant bien entendu les passages protégés piétons pour traverser les voies; mise en place de la signalisation de fin de prescription 2. mise en place du fourgon sur la partie centrale du giratoire et balisage de position avec ou sans empiètement sur voie de circulation(barrières K2, K8, cônes K5a, piquets K5c) depuis l'intérieur pour éviter les renversements d'agents. 3. intervention des engins de tonte. 4. opération inverse pour le démontage. Il va sans dire que les agents sont équipés en tenues rétroréfléchissantes. L'installation d'une place de stationnement en dur (goudronnée) sur la partie centrale du giratoire est de nature à faciliter l'appropriation du rond-point.
(Les publications du CERTU (centre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme) permettent d'avoir de bonnes indications sur les recommandations à suivre concernant les différents types d'intervention sur les ronds-points : - intervention sur l'îlot central - intervention sur bande franchissable - intervention en périphérie Pour faire court, si l'on ne peut stationner sur l'îlot central, et même si le chantier peut-être considéré comme un chantier mobile du fait d'un temps d'intervention court, la recommandation est de mettre en place un balisage de chantier fixe. C'est à dire, neutralisation complète de la voie de circulation la plus proche du rond-point, en tenant compte, bien entendu, du diamètre complet de ce rond-point pour permettre aux véhicules de continuer à circuler. Un véhicule peut alors stationner sur cette voie neutralisée et charger/décharger du matériel et des agents. En parallèle, notre collectivité a demandé aux services en charge de l'entretien et la rénovation des ronds-points de systématiquement créer une place permettant à un véhicule de stationner sur l'îlot central dès qu'un rond-point est rénové ou créé.2011 (échanges hors Gp Sup) : vérification de la validité d’une autorisation de conduite des véhicules délivrée à un agent (en particulier s’il perd son permis)
un véhicule s’il utilise habituellement un véhicule de service. Personnellement je ne suis pas pour la vérification périodique. Tous les 5ans ? tous les ans ? tous les mois ? toutes les semaines ?...  Ben oui, ça peut se produire n’importe quand… Je conseille la vérification initiale et la signature d’attestation de prise de connaissance d’une note de service spécifiant de lourdes sanctions en cas d’omission de signalement tout en continuant à conduire sur la voie publique avec un véhicule de service.Conduite de véhicules – risque routier 2011 (échanges hors GP Sup) : test psychotechniques – collectivités territoriales
pouvez-vous me donner des infos sur ces tests psychotechniques ? sont-ils obligatoire pour tous les agents qui conduisent tous types de véhicules?
(Non ils ne sont obligatoires que pour les adjoints techniques. Ensuite il est délicat de préciser quelle est l'importance de la conduite : est-ce à titre principale, accessoire... ? quel type d'engin Personnellement j'ai tendance à réfléchir ainsi : Pour un agent administratif on lui permet bien de conduire un véhicule sans test psychotechnique... donc établissons que la conduite de tout ce qui ne peut pas être conduit par un agent administratif oblige l'adjoint technique à subir avec succès des tests psychotechniques. Voilà mon point de vue2011 (échanges hors GP Sup) : transport d’un blessé par du personnel
Pouvons nous transporter un agent à l'hôpital avec notre propre voiture suite à un accident du travail "mineur" ex : petite coupure (mais qui nécessite des points) ou faut-il faire appel à un service de secours ou autre ? Quelle réglementation ? responsabilité ?
(La réponse est claire: faire prendre en charge un blessé (même léger) par les services de secours aux personnes compétents. Une dramatique expérience a fait que je me refuse à toute intervention en "interne". Ne jamais oublier notre responsabilité en cas de conséquences graves...
(Entièrement d'accord. Même les SST ne sont pas compétents pour apprécier la gravité. Les pompiers ne prennent plus en charge en région parisienne les petits incidents. Soit la blessure parait sérieuse et justifie l'intervention du SDIS + SAMU; dans le cas contraire un transfert para médicalisé est nécessaire car on ne sait pas si une aggravation de la situation est possible. Notre syndicat à passé un accord cadre avec une société d'ambulance pour ces transports. Elle intervient à la demande du médecin, des infirmières ou des SST.
(Effectivement les pompiers et le SAMU ne se déplacent pas facilement. Nous avons donc établi une procédure qui a été validé par le CHS Cette procédure sera affichée dans l'ensemble des services du CG
(En complément, avant de transporter une victime aux urgence, il est important de prendre un avis médical auprès du SAMU (15), même pour les blessures qui semble mineur. En fonction des circonstances, celui-ci pourra vous proposer de transporter la personne par vos propre soins (ou pas). 
(Toute prise en charge de blessé relève d'une autorité médicale, seule habilitée à poser un diagnostic et donc à donner des consignes telles que les gestes à effectuer.  Mickaël a donc pleinement raison. Le premier geste à faire est de passer un appel au centre 15 (communication enregistrée, qui peut faire foi le cas échéant) en donnant les 7 points d'alerte décrits dans le programme du PSC 1. Partant de là, si le médecin vous demande de le conduire aux urgences par vos propres moyens, vous avez une directive médicale qui vous décharge de votre responsabilité en cas d'aggravation, du fait ou durant le transport, de l'état de la personne. La notion de dangerosité lors du transport est à relativiser puisque les taxis sont habilités à transporter des blessés légers lors de leurs visites médicales, de leurs trajets domicile-séance de rééducation ou lors d'une hospitalisation. Un transport dans un véhicule de service peut donc être envisageable, sur avis médical. Reste la responsabilité de l'agent accompagnateur durant le trajet en cas d'accident. L'aspect à prendre en compte ici est : le respect impératif du code de la route.
(Voici l'extrait de notre règlement intérieur sur le sujet. Nous autorisons le transport par le personnel mais en dernier recours s'il a été refusé par les secours. Je sais que de notre côté il n'y a au final aucun problème, les pompiers se déplaçant quasiment systématiquement lorsqu'il s'agit d'un appel dans le cadre du travail, même pour pas grand chose...
Le transport d’un blessé ou d’une personne inconsciente ne peut être effectué que par une ambulance SAMU, SMUR ou pompiers. Pour un blessé léger, le transport peut être effectué par un V.S.L. (véhicule sanitaire léger, ambulance privée) ou en dernier recours par un véhicule de la collectivité conduit par un agent, uniquement avec l’accompagnement d’une deuxième personne, si possible formée au secours (PSC1 de moins de 4 ans, SST ou pompier).2011 (échanges hors GP Sup) : conduite d’engins spéciaux sur la route
Pouvez vous me dire si un agent qui est autorisé à conduire un engin (chargeuse de cat 4) et de plus de 3,5T et qui dépasse 25KM/H, peux aller sur la route sans permis poids lourds; l'engin n'est pas immatriculé et n'a pas de carte grise
(La chargeuse est considérée comme un engin de travaux publics de catégorie 2, c'est à dire sans caractère routier prédominant. Ainsi, ce matériel peut circuler sur la voie publique sans être immatriculée et sans que le chauffeur ait un permis de conduire (il est préférable quand même qu'il ait son code !!). Cependant, il devra être homologué route (clignotants, phares, feux...) et avoir une assurance circulation. De plus sa vitesse de circulation devra être limitée à 25 Km/h et un disque indiquant cette limitation lui doit être apposé. (A mon humble avis, soit l'engin est immatriculé et il peut circuler sur la voie publique. Soit il ne l'est pas, et il doit être transporté dans une remorque. Mais ne peut circuler sur la voie publique. A moins d'une évolution récente qui nous aurait échappé, nous diffusons à nos collectivités la circulaire jointe, élaborée avec le service "circulation" de la Préfecture.
(Une chargeuse est un matériel de TP de catégorie 2 selon l'arrêté du 7 avril 1955 ainsi qu'une circulaire du même jour. Elle n'a pas de caractère routier prédominant. Cet engin n'est donc pas soumis aux règles d'immatriculation et de permis de conduire. Cette exemption est encore d'actualité.2011 (échanges hors Gp Sup) : Limitation du temps d'affectation des agents à la circulation (K10)
Je suis à la recherche d'un texte qui limiterait le temps durant lequel un agent peut être affecté à la circulation (K10). En effet, certains de nos agents de voirie affirment qu'il existerait un texte disant qu'ils ne doivent pas être affectés plus de deux heures consécutives à cette tâche. (Vous pouvez trouver quelques éléments de réponses dans le guide technique des Alternats (signalisation temporaire - volume 4 - Edition 2010 du SETRA ou il est fait mention, à la rubrique "Alternat par piquets K10" § 4, de la manipulation du piquet K 10 qui demande une attention soutenue et une station debout pénible (pas de possibilité de se déplacer), nécessitant une relève régulière des agents affectés à l'alternat (postes de deux heures raisonnables, au-delà de cette durée, la baisse de concentration et la fatigue peuvent entraîner une dégradation de la vigilance). (La référence réglementaire est l'instruction interministérielle sur la signalisation routière, notamment l'article n°127 de la 8ème partie, c'est cela qui est opposable. Les agents font référence au guide technique sur les alternats, notamment la page 15, édité par le SETRA. Problème, ce n'est qu'un guide est n'a pas de valeur face à un juge. Par contre, si l'application de cette recommandation est possible au vu du personnel dont dispose la collectivité, c'est une bon mesure de prévention. En effet, ce poste de travail est très difficile... L'agent doit être vigilent, en station debout sans pouvoir quitter son poste de travail, sous la pluie, en plein soleil ou au froid et de surcroit, il se fait surmonner les bretelles par les usagers. C'est pour cette raison, aussi qu'à ce poste les entreprises mettent des intérimaires...le jour où cette mesure sera intégrée à l'instruction interministérielle, nous pourrons l'exiger, mais à mon avis, ce n'est pas demain la veille.2010 (échanges hors Gp Sup) : utilisation d’un motobasculeur (contrôle et utilisation possible sur la route)
Un organisme de formation nous rapporte qu'un motobasculeur (type sambron) ne peut pas rouler sur route lorsqu'il est chargé. De notre coté nous ne trouvons aucun document faisant référence à cette interdiction. Connaissez-vous les règles en vigueur ? et comment faites-vous dans votre collectivité ? De plus le motobasculeur doit il faire l'objet d'une vérification annuelle ?
(Sous toute réserve, et en faisant appel à mes souvenirs d'ingénieur en BTP, un sambron ne peut pas être utilisé en situation "de travail" en dehors de son chantier. Ce n'est pas un véhicule de "transport", mais un outil de chantier. De fait, il peut effectuer un trajet sur route, mais ne devrait pas faire ce trajet avec le godet rempli ... Il y a une logique.
(Effectivement cette notion revient souvent mais quel texte le précise ? Sur quel texte pouvons nous appuyer ? Si quelqu'un à des références réglementaire merci de m'en faire part.
(concernant la conduite de motobasculeur sur route ouverte à la circulation, je pense qu'il faut se référer à la circulaire N°42 du 07/04/1955 relative à l'application aux matériels de travaux publics des dispositions relatives au code de la route. Les motobasculeurs ne sont pas nommément cités mais ils appartiennent selon toute vraisemblance à la catégorie N°II cad les engins "à caractère routier non prédominant". Par référence aux tractopelles, ceux-ci ne peuvent effectivement rouler sur route ouverte à la circulation que sous conditions spéciales (immatriculation + équipements spéciaux). En imaginant un motobasculeur immatriculé (et équipé conformément au code de la route), cet engin pourrait-il rouler avec le godet plein ? Je n'ai pas de réponse formelle,...mais pourquoi pas si le chargement respecte les contraintes de PTAC et ne gêne pas la visibilité du conducteur  (par analogie aux remorques agricoles) ? Concernant les vérifications générales périodiques, les motobasculeurs sont assimilés à des engins automoteurs à conducteurs portés et soumis à des VGP tous les 12 mois (Cf arrêté du 05/03/1993) tout comme les tractopelles.2010 (échanges hors Gp Sup) : réglementation pour les véhicules remorquant un autre véhicule
Le garage municipal met en place un véhicule pour dépanner voir remorquer (petit véhicule type twingo avec une barre) les véhicules ne pouvant plus se déplacer jusqu'au garage. Il lui arrive de se stationner sur la chaussée pour intervenir. Il est déjà équipé d'une rampe lumineuse sur le toit. Doit on ajouter un panneau AK5 triflash sur le toit comme les véhicule de chantier ? Ou bien, y a t il une réglementation spéciale pour ce type de véhicule ?
(Les conditions de remorquage d'un véhicule sont prévue à l'Article R317-21 du code de la route : Le ministre chargé des transports fixe par arrêté les conditions dans lesquelles les véhicules en panne ou accidentés peuvent être remorqués par un autre véhicule.
Il fixe également par arrêté les caractéristiques techniques auxquelles doivent répondre les véhicules spécialisés dans les opérations de remorquage ainsi que leurs conditions de circulation.
Le fait de contrevenir aux dispositions prises en application du présent article est puni de l'amende prévue pour les contraventions de la troisième classe. L'arrêté en question est l'Arrêté du 30 septembre 1975 relatif à l'évacuation des véhicules en panne ou accidentés. dont voici le lien sur légifrance :  HYPERLINK "http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=07EE46DEBD4E9989EC368C5C6BB6F55E.tpdjo12v_2?cidTexte=LEGITEXT000021023630&dateTexte=20100922" http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=07EE46DEBD4E9989EC368C5C6BB6F55E.tpdjo12v_2?cidTexte=LEGITEXT000021023630&dateTexte=20100922 Attention également au PTRA ( Poids Total Roulant Autorisé) figurant sur la carte grise de la TWINGO pour voir jusqu'à quel poids vous pourrez remorquer.2010 (échanges hors Gp Sup) : ceinture de sécurité sur tracteur ?
Quelqu’un s'est il déjà penché sur la question de la sécurité sur tracteurs, et plus particulièrement les ceintures de sécurité. En effet, le décret 2005-1236 modifié parle des structures anti retournement (article 21) mais pas des ceintures. Alors qu'une circulaire DRT99/7 du 15 juin 1999 d'application du décret 98-1084, non publiée et difficilement trouvable sauf sur le cd rom Editions législatives... indique clairement dans l'explication de l'article R233-34 ancien du code du travail : "S'il existe un risque qu'un travailleur porté, lors d'un retournement ou d'un renversement, soit écrasé entre des parties de l'équipement de travail et le sol, l'équipement doit être muni d'un système de retenue des travailleurs portés sur leur siège, sauf si l'état de la technique et les conditions effectives d'utilisation l'interdisent. » " L'installation d'une cabine peut permettre de prévenir ce risque d'éjection. Dans certains cas, ce risque peut être pallié par l'installation d'un système de retenue. Il s'agit soit d'une ceinture de sécurité appropriée soit de tout autre dispositif permettant de prévenir le risque d'éjection. Lors de l'installation d'un système de retenue, il convient de vérifier que le support de siège est à même de supporter les efforts exercés par le système en cas de renversement ou de retournement. En effet, il est reconnu que sur certains équipements ce support de siège ne permet pas l'ancrage d'un tel système de retenue." Qu'en est-il de votre avis?
(Suite à un accident l'année dernière (basculement du tracteur sur le coté et projection de l'agent à l'intérieur de la cabine) j'avais fait quelques recherche sur ce sujet. Je n'avais pas connaissance de cette circulaire. Il n'y a pas d'obligation stricte imposant d'avoir une ceinture de sécurité dans les tracteurs ; la ceinture de sécurité est souvent un équipement en option. Le code du travail impose : - R4324-31 d'être équipé d'une structure permettant de limiter le retournement (arceau de sécurité) et de protéger l’agent contre le risque d’écrasement. - R4324-35 S'il existe un risque qu'un travailleur porté, lors d'un retournement ou d'un renversement, soit écrasé entre des parties de l'équipement de travail mobile et le sol, l'équipement est muni d'un système de retenue des travailleurs portés sur leur siège, sauf si l'état de la technique et les conditions effectives d'utilisation l'interdisent. Comme le rappel les guides ED910 et ED903 de l’INRS, les protections contre l’écrasement ne sont efficace que lorsque le conducteur est maintenu sur son siège par sa ceinture de sécurité.
C'est un risque à identifier dans le document unique et l'action à mettre en œuvre est la mise en place de ceintures de sécurité. Si une ceinture de sécurité est présente dans le tracteur le port de cette dernière est obligatoire.
(Votre question m'a interpellé et je suis allé fouiller sur le net. Voici le fruit de mes recherches :  HYPERLINK "http://agriculture.gouv.fr/sections/publications/bulletin-officiel/2010/bo-n-03-du-22-01-10/note-service/downloadFile/FichierAttache_1_f0/SAFSLN20101502IZ.pdf?nocache=1134040585.85" http://agriculture.gouv.fr/sections/publications/bulletin-officiel/2010/bo-n-03-du-22-01-10/note-service/downloadFile/FichierAttache_1_f0/SAFSLN20101502IZ.pdf?nocache=1134040585.85  HYPERLINK "http://references-sante-securite.msa.fr/files/SST/SST_1245142307526_R_GLEMENTATION_TRACTEURS.pdf" http://references-sante-securite.msa.fr/files/SST/SST_1245142307526_R_GLEMENTATION_TRACTEURS.pdf La ceinture n'est pas encore obligatoire mais fortement recommandée surtout lorsqu'on voit, sur le 1er document, le nombre de décès dû à l'éjection du conducteur.2010 (échanges hors GP Sup) : examen psychotechnique pour conducteurs de véhicules
Faites vous subir un examen psychotechnique pour la conduite de véhicules à vos agents exerçant des missions de vaguemestres (transport du courrier) ? cf. le décret n°2006-1691 du 22 décembre 2006 portant statut particulier du cadre d'emplois des adjoints techniques territoriaux et l'arrêté du 29 janvier 2007 fixant les conditions de déroulement de l'examen psychotechnique.
(Après consultation de notre service Juridique lequel estimait plus cohérent de tester l'ensemble des agents (et non pas uniquement les adjoints techniques) ayant la conduite comme donnée essentielle à la réalisation de leurs missions, le CHS s'est positionné sur les 2 cibles suivantes : conducteurs de poids lourds et engins,  et agents (donc quelque soit leur grade ou fonction) utilisant trés régulièrement un VL en service au moins 2 heures par jour. (Non, leur mission principale n'est pas la conduite.
(Je garde le souvenir que le statut n'introduit pas la notion d'activité principale ou accessoire quant à l'obligation de passer ces examens psychotechniques. Cette réglementation me parait obsolète, même si toujours en vigueur, du fait de l'application multiple d'autres réglementations qui vont dans le sens de la prévention des accidents de la route : Code de la route (permis de conduire avec visites médicales périodiques) + Code du travail (autorisation de conduite avec formation et visites médicales du travail) + Réglementation des transports de marchandises et de voyageurs (FIMO et FCO). Une bonne application de ces 3 réglementations me parait amplement suffisante. A quand un toilettage du statut sur ce point.
(Tu as tout à fait raison, cela n'est pas explicitement dit dans le nouveau statut des adjoints techniques mais nous avons gardé l'ancienne logique des deux cadres d'emploi en pensant qu'il n'était pas dans l'esprit du "législateur" d'étendre l'obligation à tout le cadre d'emploi des adjoints techniques. Si vous avez connaissance de circulaire qui tendrait à montrer que notre "interprétation" est mauvaise, je serais intéressé par revoir ma position bien sûr. J'ai seulement voulu répondre à la question. Bien d'accord aussi sur l'aspect un peu "archaïque" de ces tests, avez-vous eu des personnes recalées ? moi jamais vu Bon ensuite ça peut servir parfois devant certaines insistances en dépit du bon sens auxquelles nous sommes parfois confrontées. 2010 (échanges hors GP Sup) : utilisation obligatoire de la ceinture de sécurité
Nous sommes un Syndicat de gestion des déchets ménagers. Les chauffeurs de bennes ordures ménagères et les chauffeurs d’apport volontaire me questionnent quant au port de la ceinture de sécurité.
Le code de la Route indique « Le port de ceinture de sécurité n’est pas obligatoire en agglomération, pour tout conducteur ou passager d’un véhicule des services publics contraint par nécessité de service de s’arrêter fréquemment ».
La ceinture ne serait donc pas obligatoire lorsque les agents sont en situation de collecte mais le serait le reste du temps ?
J’aurais aimé savoir ce que vous appliquez dans vos collectivités.
(Pour ce qui concerne le CCAS de Chambéry et plus particulièrement le service de livraison de repas à domicile nous avons imposé la ceinture, les agents considéraient qu'ils s'arrêtaient souvent et que le port n'était pas obligatoire, après lecture des textes nous interprétons que cela concerne uniquement le facteur et encore (in-muros)
(C'est l'arrêté du 9 juillet 1990 qui fixe les dérogations de port de la ceinture, dont celle pour les conducteurs des services publics en ville. Estimant qu'il s'agit d'un abaissement de la sécurité de l'agent au profit du confort ou de la productivité et étant concernés par l'obligation de sécurité de résultat, nous ne l'avons pas retenu et imposons le port de la ceinture en toutes circonstances. De plus, cette disposition est de nature à favoriser le non port généralisé, les agents 'oubliant' ensuite de la remettre à l'insu de leur plein gré. En outre, dans l'exemple que vous citez (chauffeurs de benne-tasseuse), il ne s'applique pas puisque les chauffeurs ne sont pas amenés à monter et descendre de leur véhicule de manière répétitive. Pour terminer l'arrêté du 9 juillet 1990 (et ses dérogations) a été abrogé par l'arrêté du 23 mars 2007.
(Si (et je dis bien si, car le nouveau code de la route ne reprend pas je crois cette dérogation ?) ce n'est pas obligatoire du point de vue du code de la route, ça l'est de par le code du travail puisque nous avons l'obligation de prévenir les risques, et quoi de plus évident que la ceinture de sécurité pour prévenir les risques routiers ? Chez nous, c'est ceinture de sécurité obligatoire.
(Dans notre collectivité, les ripeurs sont dispensés de ceinture lors de la collecte. Par contre durant le "haut le pied" ils ont l'obligation de la mettre.2010 (échanges hors GP Sup) : Utilisation d’un véhicule personnel dans le cadre du service
A ce jour que devons nous proposer en vue d'être en harmonie et en règle lorsqu'un agent de notre collectivité se voit dans cette obligation de prendre son véhicule perso pour effectuer des tâches incombant son travail. En terme de responsabilité employeur/agent en cas d'accident, qu'en est-il? Devons nous effectuer un ordre de mission annuel sur l'ensemble des agents amenés à se déplacer par leur propre véhicule mais également s'assurer que ces personnes aient également s'assurer que leur assurance perso les couvrent également durant leurs heures de travail? (Nous demandons effectivement une attestation de l'assurance de l'agent de la couverture du risque lié aux trajets de travail. Cela est facilité par le fait que nous leur octroyons une indemnité. Par rapport à l'agent : pas de modification s'il y a accident de la voie publique alors qu'il emploie son véhicule personnel sur son temps de travail, il est pris en charge comme accident de service bien sûr mais elle ne comprend que la réparation des lésions (transférable à l'assurance du tiers éventuellement), pas le bris de matériel... Si la personne est assurée au tiers, son véhicule n'est pas pris en charge (d'où l'intérêt de l'indemnité) ni par son assurance, ni par nous. En ce qui concerne les dégâts occasionnés par l'agent à un tiers durant son temps de travail avec son véhicule, c'est bien son assurance qui prend en charge.
( Textes de référence concernant l'utilisation d'un véhicule personnel pour les besoins du service, décret 2006-781 du 3juillet 2006 article 10.
En ce qui concerne l'indemnisation arrêté du 26 août 2008 suivant le tableau en fonction des kilomètres et de la puissance du véhicule. Avec une éventuelle délibération de la collectivité, ordre de mission permanent ou à chaque utilisation en respectant les conditions de souscription d'assurance complémentaire conformément à l'article 10.2009 (échanges hors GP Sup) : Un engin non immatriculé peut-il aller sur la voie publique ?
Nous avons un engin type track qui doit circuler sur la voie publique, pour aller d'un de nos sites à un  autre de nos sites. Cet engin n'est pas immatriculé. Est-on en désaccord avec la réglementation ?
(Pour les besoins de l'entretien de nos ouvrages, tous nos engins de fauchages ou nos tracteurs agricoles équipés sont immatriculés et peuvent donc circuler sans problème sur la voie publique. Les petits engins, motoculteurs et tondeuses autoportées principalement, sont transportés sur une remorque ou dans les fourgons. De toute façon, sur des distances importantes, on a toujours intérêt à transporter ces petits véhicules ou engins.
(Sauf erreur de ma part, les engins non immatriculés peuvent circuler sur la voie publique. Le conducteur doit être titulaire d'un CACES ad'hoc. Si vous avez un doute, demandez au fabricant ou au vendeur de l'engin qu'il a bien les agréments pour circuler en transit sur la voie publique.2009 (échanges hors GP Sup) : utilisation de tracteur avec outil en porte à faux
J'aurais voulu si vous pouviez me renseigner sur la réglementation de circulation des engins équipés d'outils en porte à faux. Est qu'un tracteur ou engin immatriculé et possédant un carte grise TA, équipé d'un outil en porte à faux sur l'avant peut circuler sur voie publique.
(A priori la réponse est oui, mais des précautions sont prévues dans le code de la route. Si vous avez encore des doutes, contactez le fabricant ou le vendeur de l'engin, qui saura vous renseigner précisément. Normalement ...2009 : autorisation de conduite – formulation
Sur les "autorisations d'utiliser un véhicule" (de service ou personnel), j'ai suggéré* à ma direction, d'ajouter le texte suivant :
"Les responsables de services doivent s'assurer, avant de signer cette autorisation, que l'agent dispose :
- du bon permis de conduire pour le véhicule concerné
- et de ne pas être sous le coût d'une suspension du permis de conduire. (nombre de points suffisant)"
Connaissez-vous un texte règlementaire (ou une jurisprudence), sur lequel nous pourrions nous appuyer ? si oui, lequel (ou laquelle) ?
(il me semblerait plus "politiquement raisonnable" de baser cette thématique sur une affirmation que l'agent concerné signerait avec une formulation du genre "... l'agent atteste être titulaire du permis de conduire. En cas de suspension du permis, l'agent en informe sa hiérarchie et s'interdit d'utiliser un véhicule de service."
(Nous faisons signer à tout utilisateur de véhicule de service ou personnel dans le cadre d'une mission, une attestation sur l'honneur indiquant qu'à la date de signature la personne dispose encore d'un permis de conduire valable et qu'elle s'engage à signaler immédiatement à l'administration tout retrait de permis. De plus sur nos ordre de mission apparaît la phrase : Le conducteur s’engage à signaler immédiatement à l’administration toute suspension ou annulation du permis de conduire dont il ferait l’objet. Entretien des parcs2011 : diagnostics de sécurité des arbres
Avez vous déjà réalisé un CCTP pour un diagnostic de sécurité des arbres ?
(Oui. Une seule réponse.....l'O.N.F.
(Même chose au Ministère de la Défense. Le Service d'Infrastructure de la Défense a passé une convention pour la gestion du parc forestier du site. Ce la comprend un état des lieux du boisement et un diagnostic de santé des arbres. Ils sont également de très bon conseil lors des opérations de reboisement... (A défaut d'avoir ça, tu peux contacter Pierre Grillet. Voici son site web :  HYPERLINK "http://www.cabinetpierregrillet.fr/" http://www.cabinetpierregrillet.fr/ Tu y as toutes les coordonnées ; il travaille au niveau national et se déplace. Son cabinet est hyper compétent en la matière.Risques particuliers2010 : risque présents dans un atelier de reprographie
L'université Paris-Est Marne-la-Vallée dispose d'un atelier de reprographie centrale occupé par deux agents et installé dans un "algeco"; un audit hygiène et sécurité complet de l'atelier a été demandé au service hygiène et sécurité. Avez-vous quelques pistes à me donner concernant la réalisation de cet audit (notamment pour le mesurage des émissions d'ozone par les machines)? (Je pense qu'une mesure de bruit serait également pas mal. Pour l'ozone, le mieux est de disposer d'une pompe draeger et de tubes appropriés. Il faut également consulter la doc technique des appareils Voir les opérations de manutention éventuelles et l'organisation générale du travail ainsi que les dispositifs de ventilation
(Attention aussi aux éventuels massicots qui doivent faire l’objet de contrôle périodiques obligatoires2010 : utilisation d’un bateau
Nous sommes équipés au service espace vert d'un bateau faucardeur, pour enlever les algues et couper les herbes au bord de chenaux, mais je souhaiterais connaitre la réglementation en matière des sécurités sur ces bateaux ? Je sais qu'il est nécessaire de porter gilet et qu'en cas de chute le contact soit coupé, mais y a-t-il d'autres éléments de sécurité à ajouter sur ce type d'embarcation ? Ces bateaux sont-ils régit par une réglementation particulière ? Si pas de réglementation particulière, à quelle réglementation alors doit-on faire référence ?
( veuillez trouver une réponse apportée sur le Réseau Milieux Aquatiques : "La conformité des bateaux Pour qu’un bateau soit autorisé à naviguer, il doit être immatriculé et détenir un titre de navigation qui atteste de sa conformité technique aux normes applicables selon sa catégorie (bateau de plaisance, bateau de transport de marchandise, bateau à passagers). Service Navigation Nord Pas de Calais Activité : transports par voies navigables Transport - Développement de la voie d'eau. Entretien & exploitation de la voie d'eau. Tourisme fluvial - Environnement. Service Instructeur Sécurité fluviale"2008 : utilisation d’une montgolfière
Quelqu'un aurait-il déjà eu l'installation d'une montgolfière sur son site? Y a-t-il des déclarations particulières à faire, à part à la mairie? Quelles principales mesures de prévention avez-vous prises?
(Il faut prendre contact avec la mairie et la préfecture ; il y a des autorisations spéciales + autorisation du matériel + contraintes (vent etc.).2007 : risques liées à l’activité de souffleur de verre :
Quelqu'un aurait-il des infos sur l'aménagement de poste de travail "souffleur de verre" au sein d'un bâtiment de recherche chimie "code du travail".
 Y a t'il des dispositions spécifiques qui s'appliquent à cette activité( extraction/ventilation, superficie,etc...)
( Il y a des infos sur le site HYPERLINK "www.bossons-fute.com"www.bossons-fute.com (rechercher : verrier) il y a 5 fiches de poste reprenant les risques de disponibles. Toutefois, il n'y a rien concernant le risque incendie.
( Pour avoir travailler pendant 15 ans dans un laboratoire de chimie disposant un atelier de soufflage de verre, je peux vous donner quelques renseignements ne se basant pas sur des réglementations mais sur la pratique.
Dans un atelier de soufflage de verre, le verrier
--conçoit des appareillages
--adapte du matériel existant
--répare de la verrerie cassée
Pour cela, il tronçonne avec une scie à verre, et éventuellement il perce avec une perceuse à verre
il coude, réduit ou augmente de diamètre des cannes de verre pyrex ou quartz (silice), il réalise des soudures pour assembler les différentes pièces, les rodages, les robinets à l'aide d'un chalumeau oxy-gaz (le plus souvent du propane) .
Il atteint des températures de 900 ° à 1300 ° selon qu'il travaille le verre ou le quartz.
Il peut également être équipé d'un tour de verrier muni d'une rampe à gaz
Une fois son travail réalisé, il recuit au chalumeau et/ou au four les pièces fabriquées afin d'éliminer les contraintes internes.
Dans un atelier de soufflage de verre, il faut essentiellement une  ventilation sérieusement étudiée pour:
-éliminer les gaz brûlés
-réduire la chaleur dégagée par le(s) chalumeau(x) et le(s) four(s) de recuit
-les vapeurs de silice dégagées par le verre en fusion
-les poussières de verre produites par les opérations de sciage, même si celles ci se font toujours sous un filet d'eau.
Cette ventilation doit être variable en fonction de l'activité du verrier, importante quand il utilise son chalumeau et réduite quand il fait des opérations de tronçonnage.
 Les bouteilles de gaz (propane et oxygène) sont à changer fréquemment. Privilégier une installation en rez de chaussée avec un organe de coupure dans l'atelier.
 Son plan de travail doit résister à la chaleur, il peut être amener à y poser une pièce chaude.
 Bien calculer l'alimentation électrique et la charge au sol pour les fours de recuit qui peuvent être de belle taille.
Prévoir la protection électrique avec la présence de l'eau pour la scie à verre.
 Il ne faut pas négliger le stockage. Il faut prévoir le stockage de cannes de verre qui mesure 2 m de long dans de nombreux diamètres et plusieurs épaisseurs aussi bien en pyrex et qu'en quartz. Ce placard doit le plus pratique possible avec le débattement qui va bien autour. Celui que possédait notre verrier avait une profondeur de 2 m et il attrapait ses cannes de verre par leur extrémité.
Il lui faut également des tiroirs de rangement pour les petites pièces comme les rodages et les robinets
 Voila ce que je peux donner comme recommandations sur la base d'un vécu.
( cf. la bibliographie suivante :
"travail et utilisation du verre dans les laboratoires de recherche - notion de sécurité" - CNRS - Novembre 1997
j'ai... mais le photocopillage c'est très très très mal !!!
les verriers de laboratoires scientifiques - bulletin n°12 de l'ADHYS - novembre 1983
le soufflage du verre pour laboratoire - Gillois - DUNOD - 1960
 HYPERLINK "http://www.amazon.fr/soufflage-verre-laboratoires-scientifiques-industriels/dp/B0000DWA2J/ref=sr_1_75/403-2785471-7818055?ie=UTF8&s=books&qid=1174495184&sr=1-75" http://www.amazon.fr/soufflage-verre-laboratoires-scientifiques-industriels/dp/B0000DWA2J/ref=sr_1_75/403-2785471-7818055?ie=UTF8&s=books&qid=1174495184&sr=1-75 
cf. certaines unités ont un service spécialisé :
 HYPERLINK "http://www.uvsq.fr/lab/verre/" http://www.uvsq.fr/lab/verre/
 HYPERLINK "http://www.dr4.cnrs.fr/bfp/rdm_web/formation/lamoura/cours/soufflage_verre_DEMOISSON.pdf" http://www.dr4.cnrs.fr/bfp/rdm_web/formation/lamoura/cours/soufflage_verre_DEMOISSON.pdf2006 : sorties sur le terrain
Quelqu'un aurait-il un document type concernant la prévention des risques lors de la sortie annuelle des géologues en camp de terrain de 15 jours.
(J'avais fait quelque chose sur les sorties en montagne quand j'étais à l'UJF : journée à destination des enseignants, suivie d'un groupe de travail et rédaction d'une petite brochure. Pour aller vite : chaussures adaptées (motif de renvoi de la sortie) vêtements chauds et contre la pluie dans le sac, + eau pour les enseignants : être formé au secourisme (et recyclé), avoir un moyen d'alerte (téléphone portable si ça passe, en montagne l'idéal pouvant être la radio), prendre le bulletin météo local, fixer un rythme de marche adapté aux plus lents (en montagne, ne pas prévoir plus de 300 m/h de dénivelée positive).
(en complément de Monique : en cas de séparation en groupe de travail, aucun étudiant seul (minimum groupe de deux). en plus, il se pose la question de la nécessité d'un certificat médical. Après tout, notre service des sports le demande pour les randonnées en début d'année. Alors pourquoi pas pour les sorties de terrain ?
(Le problème, à ma connaissance, c'est ce qu'on peut en faire : le problème se pose pour les étudiants de STAPS, car on n'a pas le droit de sélectionner à l'université. Donc, certificat médical dans les clubs ou écoles de sport, mais pas à l'université. Nous avions eu de longs échanges sur ce problème lors de la journée dont je parlais. D'accord avec Carole pour l'interdiction du travail isolé : le groupe idéal est de 4 : en cas d'accident, 1 personne reste avec le blessé, les 2 autres partent ensemble pour alerter les secours ; sinon, 3 personnes.Réglementation – H&S dans l’enseignement supérieurPolitique hygiène et sécurité2010 : reconnaissance de la fonction PCR et ACMO
Un agent de l'université vient de suivre la formation initiale PCR. Seulement une question se pose sur la reconnaissance de la fonction PCR: l'agent souhaite disposer d'une rémunération spécifique à cette nouvelle fonction qui vient se greffer à ses autres missions puisqu'il sera responsable de la radioactivité à l'université. J'aurais aimé connaître la démarche utilisée au sein de vos établissements dans ce contexte.
(Sur l'Université Bordeaux 1, 21 PCR, pas de rémunération spécifique + 1 PCR pour l'établissement (c'est moi) pas de rémunération spécifique non plus puisque ces missions sont indiquées sur ma fiche de poste.
J'en profite pour poser une nouvelle question un peu sur le même thème mais concernant les ACMO; nous sommes en train de réfléchir à la mise en place d'une indemnisation comme reconnaissance pour les ACMO dont les charges croissantes viennent également se greffer aux autres missions principales des agents.
Je précise que cela concerne les ACMO de l'Université, ceux du CNRS percevant déjà une indemnisation.
avez-vous un retour d'expérience sur ce sujet?
(rien pour la PCR de l'UAPV
quant aux ACMO :
les enseignants ont une décharge horaire les IATOS : la Présidence réfléchit...
(A Strasbourg, la question n'a jamais été soulevée, à ma connaissance, pour les PCR par contre pour les ACMO, la question est cyclique (du fait des primes pour les ACMO du CNRS). Il n'y a pas encore de politique générale pour les ACMO de l'université (c'est comme chez Carole, "ils" réfléchissent) ; par contre il y a de rares exceptions de versement d'une prime par l'unité de recherche ou la composante.
(A Reims, les PCR n'ont rien de plus et elles ne trouvent pas cela anormal. Cette formation est liée directement à leur activité de recherche. Pour les "acmo" c'est différent, j'ai réussi à leur obtenir une prime de fin d'année (que j'espère reconductible), de 80 ou 100 euros. La différence (symbolique) est liée à la mise à jour ou non, du D.U., étant donné que c'est eux qui sont chargés de piloter ce travail dans leurs labo ou sur leurs sites. Ce point a été validé au CTP de l'établissement. (A l'ULR, rien pour les PCR. Pour les correspondants, indemnisation, pour la 1ère fois en 2009. De 110 à 140 euros (nets) : la différence ici dépend des risques de l'unité, et le versement a été conditionné par la mise en place d'une politique de prévention (en clair : est ce que le DU est au moins entamé...) Je pense que l'année prochaine, le critère de versement sera transformé par Mise à Jour du DU). Ce montant annuel sera normalement reconduit. (Une NBI de 5 points a été mise en place depuis septembre à l'UFC. Seul problème, les contractuels n'y ont pas droit, les enseignants non plus, les personnels ne peuvent pas cumuler. A l'arrivée, environ 50% des correspondants touchent vraiment cette NBI.
( A Paul Sabatier (Toulouse), les ACMO et les PCR vont avoir droit à une prime calée sur celle du CNRS pour les ACMO.
Pour l’instant la réflexion n’est pas allée jusqu’aux critères d’attribution (DU, mises à jour, etc.).
(Au Palais de la découverte, les 2 PCR bénéficiaient de points NBI tant qu'ils s'agissaient d'agents titulaires. Cette disposition n'a pas pu être maintenue quand les agents ont été remplacés par des contractuels.2010 : continuité de service pour les ingénieurs hygiène et sécurité
Je souhaiterais savoir si d'autres personnes sont dans le même cas que moi ou auraient une réponse à ma question :
A l'Université Paris Descartes, je suis l'ingénieur hygiène et sécurité en central. Nous avons sur 3 de nos composantes 1 ingénieur hygiène et sécurité, rattaché au directeur de sa composante. La secrétaire générale adjointe me demande d'assurer une continuité de service public dans les missions de conseil comme ACMO d'établissement. En d'autres termes, je dois être présente dans le cas où un des 3 ingénieurs hygiène et sécurité est en congés ou en déplacement afin de les remplacer. Cette demande n'est pas réciproque (personne pour me remplacer en cas d'absence en central et sur les composantes sans ingénieur hygiène et sécurité). Cette demande est-elle justifiée?
Y a-t-il obligation de continuité de service pour les missions d'ACMO?
Si oui, sur quelles missions et qu'avez vous mis en place dans vos établissements?
J'avoue que j'ai du mal à voir comment cela peut être réalisé!
(Comme je suis la seule IGE sur Avignon, avec ce qu'on te demande, autant dire que je ne partirais plus de la fac.... ni d'Avignon même le week-end... Donc je ne vois pas comment on pourrait m'imposer ça.
(L'université Paris 3 c'est 15 implantations en région Parisienne avec deux grosses bibliothèques place du Panthéon ouverte le WE et jusqu'à 22H le soir et je suis la seule Ingénieur sécu considérée en centrale, sans technicien ou autre spécialiste sur les implantations à l'exception des ACMO de site qui assurent d'autres missions et partent aussi en congés et WE.
Je ne vois pas comment assurer la continuité de service et qu'elle continuité... car notre job est plus sous forme de dossiers, de coordonnateur, qu'acteur quotidien de terrain comme des gardiens. Si continuité il y a, je la vois plus, par le relai des différents acteurs sécurité ou responsable comme une toile.
Pour moi mon rôle est d'assister et de conseiller ma présidence qui a délégué sa responsabilité sur les implantations (en cours) et non de faire de l'assistanat à chaque chef de service ou responsable de site.
J'ai par contre un portable de service auquel je dois pouvoir répondre
24/24 en cas de besoin de conseil... mais en 2 ans et demi et n'ai reçu qu'un seul appel le WE, le soir ou pendant mes vacances, de mon ancien président pour un conseil suite à un problème en cours, je n'ai pas eu besoin de me déplacer et ai rédigé la note le lundi matin. Le téléphone peut être une réponse à cette demande? sans peut être augmenter la contrainte?2009 : valeur de l’instruction h&s.
Je propose à mon Pdt de mettre en place une Instruction Générale H&S, mais il s'interroge sur le poids "réglementaire" de ce document, une fois validé par le CA (après avis du CHS)
Vaut-il règlement intérieur H&S ?
Doit-il préciser ce qui "doit être" ou ce qui "est" (cas de la médecine de prévention qui se fait via des conventions et non par un médecin
interne) ?
En précisant des choses qui ne sont pas encore effectives, ne risque-t-on pas de s'exposer aux critiques ("vous ne faites pas ce que vous écrivez, vous n'êtes donc pas crédibles") Le contenu de l'instruction générale (qui précise qui doit faire quoi en H&S selon ses fonctions) vaut-il délégation ? [pour ce point, j'ai déjà une idée de vos réponses ...]
(Pour moi l'instruction générale décrit l'organisation de la prévention et le rôle de chacun dans ton établissement. Cela permet par la suite de rédiger des arrêtés ou des lettres de missions en correspondance avec celle-ci.
Au delà de l'aspect règlementaire, il s'agit tout de même d'un document validé en CHS CTP et CA, je pense que cela représente un certain poids pour le personnels et les usagers, sinon quelle est la crédibilité de ces instances.... L'instruction permet en plus au personne assurant un rôle type d'ACMO, correspondant sécurité... d'avoir une certaine reconnaissance et au responsable de site de prendre conscience de leur responsabilité et du rôle qu'ils ont à jouer.
Voilà mon avis...Jurisprudence – retour d’expérience2009 : une directive européenne non transposées en droit français, dans les délais, est applicable en France.
Discrimination syndicale et effets juridiques des directives européennes non transposées en droit interne
Conseil d’État, 30 octobre 2009, N° 298348
Un agent public peut-il directement invoquer une directive européenne qui n’a pas été transposée en droit français pour contester une décision administrative individuelle ? Sur qui repose la charge de la preuve en matière de discrimination ?

La candidature d’une magistrate au poste chargé de la formation à l’Ecole nationale de la magistrature est rejetée par le garde des sceaux. Estimant être victime d’une discrimination en raison de son engagement syndical, elle attaque cette décision en invoquant notamment le bénéfice des règles relatives à la charge de la preuve fixées par l’article 10 de la directive n° 2000/78/CE du Conseil du 27 novembre 2000. Or ces dispositions, dont le délai de transposition expirait le 2 décembre 2003, n’ont été transposées que par l’article 4 de la loi du 27 mai 2008 portant diverses dispositions d’adaptation au droit communautaire dans le domaine de la lutte contre les discriminations, soit postérieurement à la décision attaquée.
1° Effet direct des directives non transposées en droit interne
Compte-tenu de la jurisprudence du Conseil d’Etat, le moyen n’avait, a priori, aucune chance d’être retenu. En effet jusqu’ici le Conseil d’Etat refusait de considérer qu’une directive européenne non transposée en droit français puisse être invoquée à l’appui d’une contestation relative à une décision administrative individuelle. Dans son arrêt du 30 octobre 2009, le Conseil d’Etat [ HYPERLINK "http://observatoire-collectivites.org/spip.php?article904" \l "nb2#nb2" \o "[2] Conseil d'État, 30 octobre 2009, N° 298348" 2] opère un important revirement de jurisprudence. Après avoir rappelé que la transposition en droit interne des directives communautaires constitue une obligation constitutionnelle, le Conseil d’Etat pose le principe qu’il appartient au « juge national, juge de droit commun de l’application du droit communautaire, de garantir l’effectivité des droits que toute personne tient de cette obligation à l’égard des autorités publiques ». Et le Conseil d’Etat d’en déduire :
 INCLUDEPICTURE "cid:image002.gif@01CA6382.CE6B3070" \* MERGEFORMATINET  « que tout justiciable peut en conséquence demander l’annulation des dispositions règlementaires qui seraient contraires aux objectifs définis par les directives et, pour contester une décision administrative, faire valoir, par voie d’action ou par voie d’exception, qu’après l’expiration des délais impartis, les autorités nationales ne peuvent ni laisser subsister des dispositions réglementaires, ni continuer de faire application des règles, écrites ou non écrites, de droit national qui ne seraient pas compatibles avec les objectifs définis par les directives » ;
 INCLUDEPICTURE "cid:image002.gif@01CA6382.CE6B3070" \* MERGEFORMATINET  « tout justiciable peut se prévaloir, à l’appui d’un recours dirigé contre un acte administratif non réglementaire, des dispositions précises et inconditionnelles d’une directive, lorsque l’Etat n’a pas pris, dans les délais impartis par celle-ci, les mesures de transposition nécessaires ».
Pour autant, en l’espèce, le Conseil d’Etat juge que les dispositions de la directive ne remplissaient pas les conditions requises pour être directement invocables. En effet elles réservent la possibilité de ne pas aménager la charge de la preuve en matière de discrimination, lorsque le juge dispose de pouvoirs d’instruction, ce qui est le cas du juge administratif en droit public français.2005 : un proviseur et un enseignant condamné à cause d’un accident d’un éleve de lycée agricole lors d’un stage.
AFP le 23 septembre : 17:56:17  La lourde condamnation fin août d'un proviseur et d'un enseignant de lycée agricole, après l'accident d'un de leurs élèves lors d'un stage en exploitation, a provoqué une telle émotion que plus d'une centaine d'établissements ont depuis renoncé à envoyer leurs élèves en stage. La moitié des 234 chefs d'établissements publics d'enseignement agricole ne signent plus de convention de stage en exploitation ou en entreprise pour leurs élèves, a assuré à l'AFP vendredi le ministère de l'Agriculture. Aucun chiffre n'était cependant disponible concernant les établissements agricoles privés sous contrat, qui scolarisent 60% des élèves. A l'origine de cette suspension, très pénalisante dans des cursus qui supposent entre 10 et 12 semaines de stage sur deux ans, la condamnation à deux mois de prison avec sursis et 200 euros d'amende le 30 août par le tribunal correctionnel de Nevers du proviseur et d'un enseignant du lycée professionnel agricole de Château-Chinon (Nièvre) pour l'accident d'un de leurs élèves pendant un stage en 2002. Agé de 13 ans, celui-ci a perdu l'usage de son bras lors du drame. Absent au moment de l'accident, l'agriculteur a également été condamné à deux mois de prison avec sursis. "Le fait qu'un proviseur et un enseignant soient condamnés sans avoir été présents aux côtés de l'élève lors de l'accident est une première", a déclaré à l'AFP Hubert Goglins, le proviseur, qui a fait appel de la décision. "J'ai appliqué les notes de service mais la justice nous a reproché de ne pas être allés vérifier que l'intégralité des équipements de l'entreprise était aux normes", a-t-il ajouté. Les textes réglementaires prévoient en effet que si les équipes éducatives - proviseurs et enseignants - assurent le suivi pédagogique des stages (intérêt, évaluation, comportement...), elles sont tenues également de vérifier les conditions de sécurité dans lesquelles ceux-ci s'effectuent. "Le problème vient d'un décret de 1997 qui prévoit que les proviseurs demeurent responsables des élèves pendant la durée des stages et que les enseignants effectuent les visites obligatoires sur les lieux de stages pour vérifier que l'intégrité physique et morale des enfants sera respectée", a expliqué à l'AFP Annick Merrien, secrétaire générale du Snetap-FSU, syndicat de l'enseignement agricole. Or, selon elle, "matériellement, c'est inapplicable". D'une part les enseignants ne disposent pas du temps nécessaire pour vérifier les normes de toutes les machines - 1,5 million de semaines de stage pas an. D'autre part, "ils n'ont aucune autorité sur les agriculteurs ou les chefs d'entreprise, contrairement aux inspecteurs du travail". En l'occurrence, dans l'affaire de Château-Chinon, c'est parce que la pièce métallique reliant le tracteur à la machine n'était pas recouverte d'une protection plastique normalement obligatoire que l'accident s'est produit. Une éventuelle visite de vérification n'aurait pas forcément permis de déceler cette déficience, la pièce métallique étant rangée dans un placard quand les machines ne sont pas reliées entre elles. Soucieux de "traiter ce sujet avec attention" et de "faire un bilan des conditions de déroulement des stages en milieu professionnel", le ministère de l'Agriculture a mis en place un groupe de travail chargé de "remettre, là où (c'est) approprié, des propositions d'évolution des textes en vigueur". Ce groupe de travail s'est réuni pour la première fois vendredi.2005 : cas de l’explosion touchant un étudiant à l’université de Reims. Décision de l’appel
l'enseignant responsable du TP est condamné à 7000 Euros d'amende et 4 mois de prison avec sursis (soit 2000 Euros de plus que en première instance) La nouveauté c'est que le doyen de l'époque et le directeur du laboratoire ont été relaxés ! extrait de l'arrêt : "Ni le professeur directeur du laboratoire qui ne suivait pas les recherches de l'étudiant, ni a fortiori le doyen ne pouvaient savoir que le soir des faits cet étudiant menait une série d'expériences avec des produits à risques susceptibles de provoquer une explosion" L'étudiant avait signalé à l'enseignant un incident de fonctionnement de son expérience sur un évaporateur rotatif. selon l'arrêt : "plutôt que d'arrêter l'expérience, voire de procéder à une vérification plus complète, l'enseignant procéda lui même à une élévation de la température jusqu'à 90 °C" je vous transmettrai l'arrêt dès que je l'aurai. Personnellement, je trouve que ce jugement en appel ne va pas dans le sens du partage des responsabilités au niveau de la hiérarchie et je crains une baisse de vigilance des doyens qui doivent se dire que  finalement ils ne sont pas si exposés que cela...2004 : accident d’une étudiante, responsabilité de l’université retenue : Une étudiante avait été blessée dans les toilettes de son université par la chute d'un lavabo. Le tribunal administratif de Versailles a déclaré l'université responsable faute d'avoir fait la preuve d'un entretien normal de cet équipement ou d'avoir établi que l'accident serait dû à un usage anormal de celui-ci. L'université a été condamnée à verser à l'étudiante 1 500 euros en réparation "de troubles de toutes natures", 3 000 euros en réparation de souffrances physiques, 3 000 euros en réparation d'un préjudice esthétique. L'université devra par ailleurs rembourser la caisse primaire d'assurance maladie à hauteur de 907,44 euros.2004 : inspection des zones d’utilisation de radioactivité : La récente restructuration des diverses autorités intervenant dans le domaine de la radioprotection a des conséquences directes pour les établissements d'enseignement et de recherche autorisés à posséder des radionucléides. La preuve : une visite de la Direction de la Sûreté Nucléaire et de la Radioprotection, placée au sein de la DRIRE. Il s'agit en fait d'une MISSION DE REPERAGE, avant INSPECTION. Nous avons pris cette démarche comme un audit, et nous avons bien fait car c'est l'esprit de la rencontre, ... avant inspection ... mise en demeure ... et éventuellement suspension de l'autorisation de détenir des radioéléments. Si vous êtes dans cette situation, attendez-vous donc à recevoir une "invitation" !Responsabilité2010 : mise à disposition de locaux à une association
Lorsqu’ un complexe sportif universitaire est mis à disposition d’associations sportives par exemple le week end. Comment organisez-vous notamment la sécurité incendie (exploitation du SSI) : présence en permanence d’un personnel de l’université pendant l’occupation des locaux par l’association? convention signée avec l’association et obligation donnée à l’association qu’un personnel soit formé au SSI ?
votre éclairage me serait précieux.
(nous réfléchissons actuellement à ce point et la décision a été que l'association doit obligatoirement prendre en charge le coût d'un gardiennage assuré par la société qui s'occupe du bâtiment le matin en accueil et qui a été formé au SSI. C'est l'Université qui se charge de faire la commande à la société de gardiennage (comme ça on a les prix Université) et on refacturera à l'association ça c'est la théorie. Il faut que ça passe au CA (Nous avons mis en place une convention d'occupation précaire du domaine public, pour gérer ce type de situation. Nous mettons les locaux à disposition et c'est aux occupants de se charger d'assurer la fonction de "personnel de l'établissement" par délégation du fait de la convention, et bien sûr après formation de la personne concernée. Nous avons un gymnase mis à la dispo de la ville de Reims pour des créneaux en soirée et WE. Ce sont eux qui assument complètement la sécurité des locaux pendant le temps durant lequel ils leurs sont confiés. (chez nous, il y a au moins un personnel universitaire de présent lorsque les locaux sportifs sont ouverts y compris lorsqu'une association sportive est présente (le soir et le week end). ce personnel est en charge de la sécurité.
(Pur notre université nous remettons des consignes avec la convention d’utilisation des locaux sportifs,
Le SSi est très simple d’utilisation, il y a quand même une personne de permanence sur l’université,
Qui est logé sur le campus.2010 : Délégation de pouvoir 
la nouvelle présidence de l'établissement me propose une "délégation de pouvoir et de responsabilité en matière de sécurité" (sic !) pour le site du Palais de la découverte, ce qui me paraît déontologiquement délicat, même si cela est une marque de confiance, puisqu'à mon sens l'ingénieur sécurité n'a pas à se substituer à la hiérarchie en tant qu'employeur ; mais peut-être est-ce que je me trompe ?
J'aimerais bien avoir votre avis, même si je crains de ne pas avoir trop le choix... (Ceci est à fuir comme la PESTE !! Notre rôle est bien de conseiller et d'assister et en aucun cas de prendre les responsabilités des équipes de direction, Demande l'avis et l'appui de ton  inspecteur H&S référent, mais je pense qu'il sera sur la même longueur d'onde, il ne faut surtout pas accepter cela, car ça entraînerait des dérives très dangereuses !! A moins qu'on te nomme directeur adjoint de l'établissement chargé des questions de sécurité et que la paye et les primes suivent ! mais au tire d'ingénieur sécurité IL NE FAUT PAS DONNER SUITE ! Des fois que ça donnerait des idées à d'autres présidents.... Si cela se fait malgré toi, dis le nous car je me devrais de réagir au titre de président du GP'Sup en alertant la CPU. (Je pense que je ne serai pas la seule à réagir, mais, la délégation de pouvoir supposant systématiquement autorité, compétences, et moyens, il va de soi qu'elle ne peut être assumée par un ingénieur hygiène et sécurité ! (Le Palais de la Découverte est maintenant fusionné avec la cité des sciences et de l'industrie; C'est un EPIC créé par le Décret n° 2009-1491 du 3 décembre 2009 portant création de l'Etablissement public du palais de la Découverte et de la Cité des sciences et de l'industrie
dans son article 11 il est dit : "Le président de l'établissement est nommé par décret en conseil des ministres, parmi les membres du conseil d'administration mentionnés au 2° de l'article 6, sur proposition de celui-ci, pour une durée de cinq ans renouvelable. Il préside le conseil d'administration et dirige l'établissement. A ce titre : 1° Il prépare les délibérations du conseil et en assure l'exécution ; 2° Il prépare l'état prévisionnel des recettes et des dépenses ; 3° Il est ordonnateur des recettes et des dépenses, prépare et signe les accords d'entreprise et veille à leur bonne application ; 4° Il peut prendre dans l'intervalle des séances du conseil d'administration, sous réserve de l'avis préalable de l'autorité chargée du contrôle économique et financier, des décisions modificatives de l'état prévisionnel des recettes et dépenses qui ne comportent ni accroissement du plafond d'emploi des effectifs permanents ou du montant total des dépenses, ni réduction du montant total des recettes, ni virements de crédits entre les chapitres de personnel et les chapitres de matériel ; ces décisions sont ratifiées par le conseil d'administration lors de sa plus prochaine séance ; 5° Il signe les contrats engageant l'établissement dans la condition prévue par le 11° de l'article 9 ; il est l'autorité représentant le pouvoir adjudicateur ; 6° Il fixe le prix des prestations et services rendus ; 7° Il signe les autorisations d'occupation temporaire du domaine public ; 8° Il représente l'établissement en justice et dans tous les actes de la vie civile ; 9° Il recrute et gère les personnels de l'établissement ; 10° Il a autorité sur l'ensemble du personnel ; 11° Il arrête le programme d'activités en concertation avec le directeur général délégué ; 12° Il est responsable de l'organisation administrative et a autorité sur les services de l'établissement. Le président rend compte de sa gestion au conseil d'administration. Il peut, dans les limites qu'il détermine, déléguer une partie de ses pouvoirs et sa signature au directeur général délégué, ainsi que sa signature aux agents placés sous son autorité, sauf en ce qui concerne le 1° du présent article. " Le président peut donc déléguer sa signature (et non son pouvoir) à l'ingénieur hygiène et sécurité, s'il le juge nécessaire pour la bonne organisation de son établissement. Bien sûr il doit définir le champ de la délégation, et donner l'autorité et les moyens à la personne qui a une compétence dans le champ défini. Il reste à la personne désignée à négocier au mieux cette délégation !!!! Je rappelle que dans les universités la loi LRU par l'article L 712-2 dernier alinéa : "Le président peut déléguer sa signature aux vice-présidents des trois conseils, aux membres élus du bureau âgés de plus de dix-huit ans, au secrétaire général et aux agents de catégorie A placés sous son autorité ainsi que, pour les affaires intéressant les composantes énumérées à l'article  HYPERLINK "http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006071191&idArticle=LEGIARTI000006525357&dateTexte=&categorieLien=cid" L. 713-1, les services communs prévus à l'article  HYPERLINK "http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006071191&idArticle=LEGIARTI000006525376&dateTexte=&categorieLien=cid" L. 714-1 et les unités de recherche constituées avec d'autres établissements publics d'enseignement supérieur ou de recherche, à leurs responsables respectifs."   Quand un ingénieur HS est chef d'un service HS il n'est plus seulement l'ACMO (assistant et conseiller) du président, mais un agent avec une délégation de signature pour la gestion d'un service qui ne se limite pas toujours à la mise en oeuvre des règles d'hygiène et de sécurité (exemple : gestion des déchets, sécurité incendie, ...)
(Si tu es pressé demande à Patrick Rieux la vidéo de la conférence du premier substitut du procureur à Marseille qui t'apportera des infos circonstanciées sur le sujet dans le cadre de nos activités si non j'essayrai de la retrouver dans mes cartons et de t'en envoyer une copie! Cette délégation est a éviter mais si tu ne peux pas faire autrement il te faut bien (avec nous) réfléchir au document qui établira les limites de cette delegation : pouvoir, autorité et moyens. Par la suite il te faudra devenir un bon écrivain pour écrire à ta direction les notes qui s'imposeront!
(J'ai eu à répondre vite en rédigeant une note pour décliner cette délégation. Jusqu'à présent j'ai pu le faire sans trop de difficulté, mais je reste vigilant...
Sur le site de la Cité des sciences il y a un "Directeur de la sécurité" qui préside leur "CHSCT" et bien évidemment il a signé tout de suite cette délégation, mais il n'est absolument pas du métier car c'est un cadre "travaux/bâtiment" ; à noter que ce directeur dirige plus de 100 personnes (entre les services techniques, la sécurité, etc..) et a sans doute autorité, compétence et moyens, ce qui n'est pas vraiment mon cas (service sécurité de 4 personnes).
Je joins le courrier type qu'on m'a proposé pour information, cela me semble intéressant pour chacun dès fois qu'un Président d'EPSCP ait l'idée saugrenue de transférer sa responsabilité sur l'ingénieur sécurité du coin ! Dans ce document, il me semble qu'il y a des choses intéressantes, par exemple qu'on peut garder dans une lettre de mission, et sans doute des choses à éviter.2009 : délégation de pouvoir et délégation de signature
Michel Augris :
En matière d'ordre, le président établit une délégation de pouvoir, prise en application de l'article L712-2 du code de l'éducation : "6° Il est responsable du maintien de l'ordre et peut faire appel à la force publique dans des conditions fixées par décret en Conseil d'Etat ;" décret n°85-827 du 31 juillet 1985, "L'autorité responsable désignée à l'article 1er peut déléguer les pouvoirs qui lui sont attribués pour le maintien de l'ordre dans des enceintes et locaux, distincts ou non du siège de l'établissement, soit à un vice-président non étudiant, soit à un directeur d'unité de formation et de recherche, d'école ou d'institut internes, soit au responsable d'un service de l'établissement ou d'un organisme public installé dans ces enceintes et locaux." En matière d'incendie et de panique, le président délègue sa signature, en application du code de la construction et de l'habitation, dans les conditions fixées par l'arrêté du 14 octobre 2002: "Lorsque l'établissement occupe plusieurs sites, le président ou le directeur de l'établissement désigne par site, pour l'assister, une personne exerçant ses fonctions sur le site concerné." "Le président ou le directeur de l'établissement informe le préfet de département des décisions relatives à la désignation des personnes chargées sous son autorité de l'application de la réglementation contre les risques d'incendie et de panique" Le champ de la délégation est clairement défini dans l'article 4 de cet arrêté : "- faire procéder aux vérifications techniques prévues par ledit règlement de sécurité ; - demander au maire de faire visiter les locaux par la commission de sécurité compétente selon la périodicité prévue par le règlement de sécurité ; - prendre toutes les dispositions pour faire assurer la formation des personnels à la sécurité et organiser les exercices d'évacuation ; - tenir à jour le registre de sécurité ; - prendre toutes les mesures de prévention et de sauvegarde telles qu'elles sont définies par le règlement de sécurité ; - faire réaliser les travaux prescrits par les organismes agréés ou par les techniciens compétents ; - faire réaliser les prescriptions mentionnées par la commission de sécurité." En matière de santé et sécurité au travail c'est le code de l'éducation, article L712-2 qui permet au président de l'université de déléguer sa signature : "7° Il est responsable de la sécurité dans l'enceinte de son établissement et assure le suivi des recommandations du comité d'hygiène et de sécurité permettant d'assurer la sécurité des personnels et des usagers accueillis dans les locaux ;" dernier alinéa: "Le président peut déléguer sa signature aux vice-présidents des trois conseils, aux membres élus du bureau âgés de plus de dix-huit ans, au secrétaire général et aux agents de catégorie A placés sous son autorité ainsi que, pour les affaires intéressant les composantes énumérées à l'article L. 713-1, les services communs prévus à l'article L. 714-1 et les unités de recherche constituées avec d'autres établissements publics d'enseignement supérieur ou de recherche, à leurs responsables respectifs." Le champ de la délégation doit être bien défini dans l'arrêté pris pas le président.2009 : partage de compétence entre université et organisme de recherche hébergé dans les locaux
Me voici face à un dilem, en effet des agents CNRS qui occupent un bâtiment appartenant à l'université où je suis en poste, me font part de leurs problèmes de santé, problème pulmonaire et irritation des yeux notamment. Dans ce cadre je souhaitais savoir si c'est à moi de faire réaliser les études ou bien si c'est l'ingénieur CNRS qui doit suivre ce dossier ?
Par la suite si des travaux sont nécessaire bien entendu c'est l'université qui prendra en compte le cout des ces travaux.
(Dans le cadre d'UMR associées à un partenaire il est, à mon avis, judicieux de traiter conjointement la question avec l'Ing HS du partenaire.
Quant à la question financière, le coût des études pourrait être partagé entre les 2 établissements, par contre pour les travaux, si cela ne relève que des bâtiments, cela sera, en effet à la charge de l'Université.2008 : Responsabilité autour des GIP (groupement d’intérêt public)
Un GIP (Groupement d'Intérêt Public), dont l'université est fondateur avec le CHU, l'INSERM, le CNRS, les collectivités locales, ....  présidé par le Président de l'Université et dirigé par  un Directeur etc...entre-il (ou peut-il entrer) dans le périmètre du CHS de l'Université?
(Je ne suis pas juriste, mais, à mon avis, le champ d'action du CHS étant
celui des personnels de l'établissement, l'université a un droit (voire
un devoir) de regard sur les conditions de travail de ses personnels
affectés au GIP, de la même façon que le CNRS ou l'INSERM, ou autres
partenaires, sont amenés à venir dans les locaux de l'Université pour
les personnels dépendant d'eux.
(Le CG44 étant partie prenante au sein de plusieurs GIP, j'avais creusé la question auprès de notre service juridique. Voici les échanges que nous avons eu: LES QUESTIONS J'aimerais avoir quelques précisions concernant le cadre juridique des GIP et plus particulièrement sur la responsabilité du CG en matière de sécurité : Quel est le statut des personnels qui travaillent dans les GIP ? Les agents du CG qui y travaillent sont-ils mis à disposition du GIP ? Quelle est la responsabilité du CG en matière d'hygiène et de sécurité vis à vis de ces agents ? Plus particulièrement en cas d'accident de service ou de maladie professionnelle ? Concernant les instances compétentes pour délibérer des questions d'HS, comment se répartit la responsabilité ? Est-ce que le CHS du CG est compétent pour les questions de sécurité qui touchent les agents du CG travaillant dans les GIP ? et la commission exécutive du GIP ou son Conseil d'Administration pour les questions d'HS liées au fonctionnement général du GIP ? LES REPONSES:
Concernant le statut du personnel du GIP : Le personnel provient : 1/ Soit des effectifs des membres du GIP :    - L'article 21 de la loi n°82-610 du 15 juillet 1982 qui définit la notion de GIP, prévoit que la convention constitutive d'un groupement doit indiquer les conditions dans lesquelles ses membres peuvent mettre à sa disposition des personnels rémunérés par eux. Ainsi, des fonctionnaires d'une personne morale de droit public peuvent exercer dans un GIP dans le cadre d'une mise à disposition statutaire ou d'un détachement. Dans ce cas, leur position statutaire ne change pas. Les salariés mis à disposition conservent leur statut d'origine et sont placés sous l'autorité fonctionnelle du directeur du groupement. Leur employeur d'origine garde à sa charge leurs rémunérations et prestations annexes, leurs assurances professionnelles et la responsabilité de leur avancement.    - Pour ce qui concerne les agents non titulaires, leur mise à disposition du GIP ne semble pas possible ou  tout au moins exceptionnelle et liée à des besoins précis de l'administration.    - Enfin, les salariés des personnes morales de droit privé peuvent être mis à disposition du GIP tout en continuant à être rémunérés par leur employeur. Ils restent régis par les dispositions du code du travail et des conventions collectives. Leur situation reste simple si le GIP développe une activité industrielle et commerciale. En revanche, s'il gère un service public de type administratif, le Tribunal des Conflit considère (décision du 14 février 2000 - GIP Habitat n°155831) que les salariés d'une personne morale de droit privé membre d'un GIP et mis à sa disposition, se trouvent, pendant la durée de cette mise à disposition et dans leurs rapports avec le groupement sous un régime de droit public. 2/ Soit du personnel propre au GIP (situation exceptionnelle) embauché pour une durée déterminée et dont les statuts diffèrent selon les dispositions incluses dans le décret auquel se rattache le GIP. Leur recrutement doit être validé par le Conseil d'Administration après autorisation du Commissaire de gouvernement et du contrôleur d'État. Dès lors, leur statut dépend de la nature de l'activité du GIP : personnel relevant du droit privé (code du travail) si l'activité est industrielle et commerciale (sauf sans doute le Directeur des services et le comptable public) ; personnel de droit public si l'activité présente un caractère administratif. La détermination des règles applicables se déduit de la méthode du faisceau d'indices utilisée par le juge : objet de l'activité du groupement, ressources, modalités de fonctionnement et de gestion. Au regard de ce qui précède, il convient de se mettre en relation avec la DRH pour savoir selon quelles modalités le personnel du CG travaille au sein des GIP concernés. Concernant la responsabilité du CG en matière de sécurité vis à vis des agents du GIP : La responsabilité des autorités territoriales quant à la sécurité et à la protection de la santé des agents placés sous leur autorité est expressément affirmée dans l'article 2-1 du décret n°85-603 du 10 juin 1985 (modifié par le décret n°2000-542 du 16 juin 2000) relatif à l'hygiène et à la sécurité du travail ainsi qu'à la médecine professionnelle et préventive dans la fonction publique territoriale. Ceci étant, dans le cadre d'une mise à disposition ou d'un détachement par le CG d'agents auprès du GIP, les personnes sont placées sous l'autorité fonctionnelle du directeur du groupement et les conditions de travail des agents sont fixées par l'organisme d'accueil, dans le respect des termes de la convention éventuellement conclue. Le parallèle ne semble donc pas pouvoir être fait avec les agents des collèges. Concernant la répartition de la responsabilité en matière d'hygiène et de sécurité entre le CG et le GIP : A partir du moment où le personnel du CG est mis à disposition ou détaché auprès du GIP, il appartient à ce dernier de mettre en place un Comité d'Hygiène de de Sécurité (obligatoire à partir de deux cents agents exposés à des risques spécifiques dans un établissement public de type administratif) ou un CHSCT (obligatoire dans les établissements soumis au code du travail et occupant au moins 50 salariés ou en raison de la nature des travaux effectués dans l'établissement) dans le respect des dispositions les concernant. Un règlement intérieur du GIP pourra prévoir les règles d'hygiène et de sécurité relatives à l'établissement. Il est à noter que des dispositions spécifiques aux différents types de GIP viennent compléter le cadre décrit ci-dessus : par exemple, le décret no 95-482 du 24 avril 1995 relatif aux comités d'hygiène et de sécurité dans les établissements publics d'enseignement supérieur relevant du ministre chargé de l'enseignement supérieur prévoit la création d'un CHS chargé notamment d'analyser les risques auxquels sont exposés les personnels et les usagers de l'établissement, d'enquêter à l'occasion de chaque accident de service ou de chaque maladie professionnelle et d'établir un programme annuel de prévention des risques professionnels et des risques concernant les usagers.2007 : Mise à disposition de locaux aux étudiants en dehors des horaires normales
Dans le cadre de la mise à disposition de locaux, j’ai un cas de figures à vous soumettre :
Un responsable de composante souhaite mettre à disposition des élèves en dehors des heures de présence d’un enseignant, entre 18h00 et 23h00, des salles informatiques pour s’exercer au Dessin Assisté par Ordinateur (DAO). Dans la plage horaire 18h00 – 21H00 (heure d’arrivée du veilleur de nuit) il y a de fortes probabilités pour que le bâtiment ne soit occupé que par ces élèves.
En gros cela revient à laisser des élèves dans des bâtiments à usage d’enseignement sous leur propre responsabilité. Est-ce envisageable ? Comment appréhenderiez-vous cette situation ?
(Dès lors que des locaux sont "ouverts au public", il doit y avoir sur place un représentant de l'exploitant et une personne compétente dans le domaine électrique. peut-être qu'un concierge habilité serait suffisant ... à condition de définir les règles du jeu de cette occupation des locaux.
(au vu du réglement ERP dès qu'un bâtiment est ouvert, il faut un représentant sur place de plus on entre dans le cadre du travail isolé : en cas de problème si un étudiant est seul (malaise, agression, incendie...), la fac sera responsable...il faut donc obligatoirement quelqu'un sur place... pour l'électricien, cela dépend de la catégorie du bâtiment...
(Il faut être d'autant plus vigilant qu'en cas de problème la responsabilité du chef d'établissement sera engagé de toute façon voir celle du responsable de composante qui administrativement aura pris une décision qui n'est pas de son ressort. De plus en ces périodes instables il faut s'assurer que l'occupation des locaux sera faite pour un usage licite.
( Nous avons plusieurs salles informatiques en libre service. A 23h, heure de fermeture de l'établissement, le veilleur de nuit (habilité B1V) fait le tour afin de "vider" les locaux.
(Chez nous c’est à peu près la même chose et on a placé un téléphone mural qui permet d’appeler les n° de tel internes (dont celui du concierge ou du personnel d’astreinte) et les secours.
Il est arrivé que l’on retrouve le bâtiment ouvert le lendemain matin : quelqu’un s’est laissé enfermer et s’est caché lors de la ronde de fermeture et est sorti du bâtiment en utilisant la crémone pompier de la porte de façade. L’idéal serait de mettre la zone sous alarme en + 2007 : Responsabilité lors du prêt d’une voiture de service pour des étudiants
A votre avis un UFR peut-il prêter un véhicule de service à des étudiants dans le cadre de leurs déplacements pour un projet tutoré?
( Chez moi cela se fait régulièrement pour divers projets (théâtre, expos, et même pour les courses lors des soirées...). Je ne me suis jamais vraiment penché sur le problème mais vu la frigidité du service juridique en matière de responsabilité pour les prêts de matériels en ce moment je pense qu'il ne doit pas y avoir de problème.
( Il y a quand même le gros problème de l'assurance : chez nous c'est sûr il faut être fonctionnaire titulaire pour pouvoir utiliser un véhicule de service.
( Dans tous les cas les étudiants ne peuvent pas conduire un véhicule avec une immatriculation état, voir le service accident du rectorat local. Pour le transport d'étudiants "sans conduite " il faut une assurance spéciale.
( Chez nous cela se fait. Tous nos véhicules sont assurés à la MAIF et notre assureur ne fait pas obstacle à la conduite d'un véhicule de service par des étudiants sous réserve qu'ils aient leur permis de conduire. Il faut également qu'ils aient le droit de conduire le véhicule concerné et un ordre de mission. De mémoire : depuis le 1er janvier 1997 les véhicules de l'administration doivent être assurés. Selon le choix de l'assureur les conditions ne sont pas les mêmes et peuvent fluctuer d'un établissement à l'autre. Chez nous un des critères de choix était de ne pas avoir de problème en fonction du statut du conducteur (fonctionnaire, contractuel, stagiaire...) car c'est très difficile à gérer sur le long terme.
( J'ai la même réponse à donner que celle de Pierre. La MAIF nous autorise à confier le volant de nos véhicules de service à des étudiants à partir du moment où ils se déplacent dans un cadre pédagogique. Malgré tout, dans la pratique, nous avons mis un veto sur cette possibilité. Les équipes logistiques transportent régulièrement du matériel ou équipement de projets étudiants mais toujours avec un personnel technique au volant. Par ailleurs, notre parc auto ne nous permettrait pas de répondre à tous les déplacements des étudiants dans le cadre de leurs différents projets. Chaque établissement peut définir ses règles de fonctionnement, en accord avec les possibilités offertes par le contrat d'assurance.2007 : Responsabilité d’un personnel qui répare du matériel électronique
un personnel de notre service informatique, de l'équipe Matériels, me demande dans quelles mesures il peut (ou pas) réparer du matériel d'enseignement d'électronique. Il est sollicité par des enseignants dans la mesure où ces réparations coûtent cher. Si la réparation provoque une panne ou pire un accident, il veut savoir dans quelle mesure sa responsabilité serait engagée ou pas ? Il m'a parle d'un texte qui interdirait de réparer du matériel d'enseignement. En auriez vous connaissance? Merci de votre aide.
( Je pense qu'il devrait de suite poser le problème à son chef de service dont celai-ci définit les attributions et les services rendus.
( Il lui faut l'autorisation de son chef de service car il travaille sous son autorité. En cas de panne, s'il le fait dans le cadre de son travail, c'est la responsabilité du service et non la sienne. En cas d'accident dû à sa réparation sa responsabilité pénale pourra être recherchée (comme pour son travail habituel même s'il ne le sait pas). Pour réduire les risques : Si le matériel concerné est du matériel travaillant en TBT, marqué CE, il peut le réparer en changeant à l'identique un composant défectueux. Si le matériel est non marqué CE ou a été modifié ou qu'il remplace un ou plusieurs composants par des composants ou cartes équivalents (mais pas identiques) il y a une modification de l'appareil. Il doit alors s'assurer que ce matériel est sans danger avant de permettre à quelqu'un de l'utiliser. Voir les articles R233 du code du travail et en particulier l'annexe 1 de l'article R233-84. Je n'ai pas trouvé de texte spécifique enseignement. Par contre il faut s'assurer que l'appareil est sans danger pour l'opérateur mais aussi pour les observateurs.2007 : ramener chez lui un personnel ivre
La SG vient de m'appeler : on a un membre du personnel qui est "complètement bourrée" alors qu'elle avait RV avec le directeur. La SG ne veut donc pas la garder dans l'établissement aujourd'hui mais se demande quelles sont les responsabilités car nous n'avons pas de chauffeur pour la renvoyer chez elle. La SG me dit "on ne va quand même pas lui payer un taxi ni appeler les
pompiers.." Quelqu'un connait-il la bonne marche à suivre?
(Si tu as un service médical sur place, pourquoi ne pas l'y conduire le temps de faire baisser son taux d'alcoolémie ? Sans compter que son état peut être lié à une prise de médicaments, avec ou sans alcool d'ailleurs...Je te déconseille effectivement le taxi, pour les mêmes raisons...
(J'arrive sans doute un peu tard mais vous pouvez aussi contacter un parent ou un proche de l'agent (votre service RH et/ou la médecine de prévention doit avoir les coordonnées perso de l'agent ou le nom d'une personne à contacter en cas d'urgence ?) qui puisse venir la chercher et la prendre en charge ...2006 : déplacement d’étudiants : organisation et assurance
Je suis régulièrement interrogé (on n'a pas de service juridique !) sur les dispositions à prendre en terme d'organisation (et d'assurance) dans le cas de déplacements d'étudiants élus aux différents conseils ou instances de l'université afin qu'ils puissent se rendre aux réunions (qui peuvent être sur d'autres sites que leur lieu de "travail" habituel). En gros, avez-vous pris une assurance spéciale pour couvrir un "volant d'étudiants" pour tout type de déplacements professionnels (si cela relève bien de déplacements professionnels ?). Est-ce aux organisations syndicales d'assurer leurs représentants ?? Bref comment faite vous (et quel est le support juridique)?
(En parlant de ça, Sandra Blanchet m'a signalé ce matin un article : "la responsabilité des établissements d'enseignement supérieur en cas d'accidents survenus à des étudiants" - LIJ n°109 - Novembre 2006. PS : les télécopies ne seront facturées gracieusement que 3 ¬ /page (4 pages).2006 : utilisation d une rampe pour du roller par des personnes extérieures
Nous avons un UFR dont l'accès principal se fait via un escalier et sur le côté
pour l'accessibilité par une pente avec une rampe type simple barre de métal
tout le long. Le week-end et en soirée, quelques personnes utilisent cette
rampe et ces escaliers pour des acrobaties de rollers et de skate...
Je ne trouve pas de réponse à la question d'éventuelles responsabilités en cas
d'accident ? Y a t-il des mesures à prendre ?
(Plusieurs axes de travail : -Signaler la nature des lieux en apposant un panneau se référant au décret 85-827 du 31 janvier 1985 et indiquant que le domaine est universitaire, que l'accès est réservé aux personnels et étudiants (sous-entendu ceux inscrits) et que des contrôles peuvent être effectués. -Ensuite, rendre l'environnement de la main courante impraticable aux "visiteurs" skaters. Tu peux proposer que des aménagements (enrochement ou végétaux) soient disposés à proximité rendant impossible la prise d'élan ... -Enfin, matérialiser l'entrée sur le domaine par la mise en place de clôture. Pas nécessairement des clôtures de centres pénitentiaires, mais suffisantes pour que toute présence étrangère ne puisse pas être due  à la distraction (violation de propriété par franchissement de limite matérialisée par une clôture = acte volontaire). En cas d'accident même si la responsabilité de l'établissement sera recherchée, certaines diligences seront accomplies et souligneront clairement les mesures d'information et de prévention prise par le "propriétaire".2006 : Assurance dans une université
J'ai besoin de vos avis sur l'affaire suivante : Une enseignante se fait agresser sur le campus par des jeunes qui veulent lui voler son sac. Résultat : des lunettes brisées et un téléphone portable cassé. Montant des dégâts : 650 Euros. L'accident du travail a été reconnu. La victime est assurée aux AGF qui ne prennent pas en charge les frais du fait que l'accident est classé AT. La victime s'est retournée contre l'établissement et n'a jusqu'à présent pas obtenu le remboursement de ses frais, l'établissement n'étant bien sûr pas assuré puisque l'état est son propre assureur.Bref, chez vous comment ça se passe ? Avez vous déjà été confronté à un tel cas ?
(lors d'une des journées du Gpsup, nous avons eu une intervention de la maif qui nous a expliqué le rôle possible des assureurs entre autre il  a cité Versailles en exemple de partenariat , puisque j'ai  convaincu mon président de nos assurer en 1995 pour les  risques de dommages causés aux tiers du fait de nos  activités  , de nos  bâtiments etc.. l'état est son propre assureur c'est de la foutaise, nous avons le droit de nous assurer contre  tous les risques c'est une question de budget ici nous avons malheureusement fait un appel d'offres et changé d'assureur mais nous sommes couvert contre l'incendie , dégâts des eaux , des  vols dans certaines conditions , et  donc contre les dommages causés aux tiers y compris lors des organisations festives .
(nous aussi sommes assurés, pour notre responsabilités civiles à l'égard des usagers et collaborateurs de l'université, y compris les usagers et collaborateurs occasionnels... en revanche, nous avons choisi de ne pas assurer nos bâtiments (incendie, dégâts des eaux...)2006 : délégation de pouvoir
Pour l'instant, j'ai connaissance de la délégation de pouvoir faite par écrit par notre Président (par un  arrêté de juin dernier) aux directeurs de composantes,  pour assurer le maintien de l'ordre, en son absence ou en cas d'empêchement. Je ne pense pas qu'il y ait eu, chez ns,  de délégation de pouvoir faite pour tt ce qui  concerne la sécurité. (notamment,  tout ce qui concerne la sécurité incendie, les plans de prévention relatifs aux travaux d'entreprises extérieures, la conformité des machines, etc..). En faudrait-il une ? faut-il le conseiller à nos Présidents ?  Le domaine est tellement vaste! Le juge peut, peut-être reprocher à 1 Président de n'avoir pas délégué, car il ne peut pas tt faire ? C'est peut-être fait ds telle ou telle univ. ? ----------------------------------- Autre question = Le texte parle aussi de "délégation de compétences"  = Quelle différence avec le terme de "délégation de pouvoir" ?
(A mon avis, c'est l'instruction hygiène et sécurité de l'établissement, approuvée par le CHS et le CA qui sous-tend, par l'organisation définie, les responsabilités des différentes personnes.
(Suite à une intervention d'un avocat pour la remise des délégations de pouvoir à l'Université d'Angers, sa démonstration était la suivante: 1) Délégation de pouvoir ne peut être que limitée (ici à la sécurité ou à la sûreté) et précise 2) Délégation de pouvoir doit être compatible avec le statut de la personne qui la reçoit 3) La délégation de pouvoir en droit administratif doit être prévue par le règlement (pour nous ceci est écrit dans le décret du 28 mai 1982 article 2-1:" les chefs de services sont chargés dans leurs attributions et dans le cadre des délégations qui leur sont consenties, de veiller à la sécurité". Cette délégation doit être publiée (Instruction générale diffusée à tout le personnel, validée par la CA), écrite, précise et limitée. 4) L'Instruction générale du 22 mars 1999 du ministère définit les missions du chef de service. 5) Bien entendu les chefs de services (Directeurs d'UFR, services communs, laboratoires) doivent avoir les compétences (formation), les moyens matériels et humains et l'autorité sur le personnel Le défaut de délégation peut constituer une faute retenue par les juges entraînant la responsabilité pénale du chef d'établissement. C'est le sens d'un arrêt rendu par la Cour de cassation (1 octobre 1991) qui précise que l'absence de délégation compte tenu de la structure de l'entreprise, constitue une faille importante dans l'organisation de nature à générer de graves conséquences au regard de la sécurité du travail.(Article intéressant dans "face au risque" n°406 octobre 2004) Ainsi nous avons pour angers réalisé une instruction générale précisant l'organisation en matière de sécurité (délégation) validée par le CA puis réalisé un séminaire auprès des directeurs leur parlant de leurs délégations et de leurs missions dans ce domaine. Voici les arrêtés que le président a remis.
(En ce qui concerne la sécurité incendie, il ne faut pas oublier le l'article 5 du décret du 14 octobre 2002:
"Lorsque l’établissement occupe plusieurs sites, le président ou le directeur de l’établissement désigne par site, pour l’assister, une personne exerçant ses fonctions sur le site concerné."
En ce qui concerne la sécurité "Code du Travail" , le Directeur d'Unité de Travail (UFR, composante ou unité de recherche) a , de fait délégation de pouvoir2005 : Qui sont les responsables face à la mise en place du document unique dans le cadre de l'évaluation des risques professionnels ?
( (Ministère) L'article 2-1 du décret n° 82-453 du 28 mai 1982 modifié relatif à l'hygiène, la sécurité du travail et la prévention médicale dans la fonction publique charge les chefs de service de veiller à la sécurité et à la protection de la santé des agents placés sous leur autorité. L'article 18 du décret n° 2000-271 du 22 mars 2000 portant organisation des écoles nationales d'ingénieurs prévoit que le directeur a autorité sur l'ensemble des personnels de l'école. Ainsi, en matière d'hygiène et de sécurité, la responsabilité incombe principalement au chef d'établissement, toute personne exerçant des fonctions d'encadrement ayant également dans ses attributions la charge de veiller à la santé et à la sécurité des agents placés sous son autorité. La mise en place du document unique concernant l'évaluation des risques professionnels prévu à l'article R. 230-1 du code du travail me semble, dans la même logique, relever de la responsabilité du directeur et des chefs de service, l'article 3 du décret du 28 mai 1982 précité ayant rendu applicables les dispositions du titre III du livre II du code du travail relatif aux règles applicables en matière d'hygiène et de sécurité aux établissements publics administratifs.2005 : Quelle est la responsabilité des chefs d'établissement face à des accidents pouvant être subis par des étudiants ?

( (Ministère) Je ne partage pas votre analyse concernant la responsabilité des membres de l'enseignement développée sous cette question, notamment pour ce qui concerne la responsabilité contractuelle. En effet, « les usagers du service public de l'enseignement supérieur sont placés à l'égard de ce dernier dans une situation réglementaire » (GE, 21 décembre 2001, M. Perbal, Rec. p. 666), la signature de la charte des thèses par le doctorant ne pouvant « avoir légalement pour effet d'établir une relation de nature contractuelle entre les signataires ».

2/1 Responsabilité pour faute

Les dommages survenus aux étudiants sont de nature à engager la responsabilité propre des agents, en cas de faute personnelle, devant les juridictions judiciaires sur le fondement générique de l'article 1382 du code civil, ou celle de l'établissement représenté par son chef d'établissement, devant les juridictions administratives, en cas de faute de service ou de faute personnelle non dépourvue de lien avec celui-ci.

Le régime dérogatoire de la loi du 5 avril 1937, codifiée à l'article L. 911-4 du code de l'éducation, et la notion de faute personnelle de surveillance sont de nature à s'appliquer dans des hypothèses où il existe, à la charge des enseignants, une véritable obligation de surveillance 'assortie de prérogatives d'autorité correspondantes. L'article L. 911-4 substitue là responsabilité de l'Etat à celle de l'enseignant auteur de la faute ayant causé le dommage, la juridiction judiciaire étant compétente.

Le Conseil d'Etat, par exemple, a admis dans l'arrêt Demoiselle Irissou (CE, 20 décembre 1985, Rec. p. 387), au sujet d'une chute de cheval survenue au cours d'un exercice d'équitation organisé dans le cadre de la préparation d'un diplôme universitaire, « qu'eu égard à la nature de cet exercice, les étudiants qui l'effectuaient devaient être regardés comme placés sous la surveillance particulière au sens de la loi du 5 avril 1937 ». Cette jurisprudence confirme l'arrêt Demoiselle Merlin (CE, 29 juillet 1950, Rec. p. 484), rendu à propos d'un exercice d'entraînement aux agrès, et peut être appliquée, par analogie, à certaines sorties universitaires comportant l'accomplissement d'activités inhabituelles et présentant un caractère technique.
A l'égard des agents qui ne sont pas des membres du personnel enseignant, il résulte d'une jurisprudence constante que la personne publique est tenue de réparer les dommages causés par les agents placés sous son autorité. C'est dans ce sens que l'article 11 de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligations des fonctionnaires dispose que « lorsqu'un fonctionnaire a été poursuivi par un tiers pour faute de service et que le conflit d'attribution n'a pas été élevé, la collectivité publique doit, dans la mesure où une faute personnelle détachable de l'exercice de ses fonctions n'est pas imputable à ce fonctionnaire, le couvrir des condamnations civiles prononcées contre lui ». Ainsi, la personne publique assure l'indemnisation de la victime.

L'établissement d'enseignement, représenté par le chef d'établissement, peut également voir sa responsabilité mise en cause sur la base de la faute administrative classique pour défaut d'organisation et de fonctionnement du service public (CE, 6 mars 1963, Sieur Colson, Rec. p. 141) et pour défaut d'entretien normal d'un ouvrage public (CE, 24 janvier 1990, Université des sciences et techniques de Lille I, Rec. p. 944), la seconde étant une responsabilité dont l'administration ne peut s'exonérer qu'en prouvant que l'ouvrage public a bien fait l'objet d'un entretien normal. En effet, la responsabilité de l'établissement peut être engagée en cas d'accident survenu lors de déplacements au sein des locaux universitaires (CE, 10 mai 1963, Faculté de médecine de Lyon, Rec. p. 287 à propos d'une chute dans un ascenseur de la faculté).

2/2 Responsabilité en matière d'organisation de voyaqes et visites

S'agissant des voyages et visites scolaires et universitaires, la jurisprudence leur reconnaît un intérêt pédagogique qui en fait une modalité d'exécution du service à part entière en ce qu'ils permettent l'illustration par l'observation directe de divers points des programmes d'enseignement (CE, 10 juillet 1974, Dame Vervoir, Rec. p.749). En l'absence de texte particulier définissant un régime spécifique de responsabilité pour ces activités, les règles de droit commun de la responsabilité administrative ont également vocation à s'appliquer en càs d'accident survenu à des étudiants lors de telles activités.

Cette responsabilité s'étend à l'intégralité des activités prises en charge par l'établissement, et par conséquent aux modalités de transport sur les lieux dans la mesure où elles sont prévues par l'établissement.

2/3 Bénéfice de la couverture au titre des accidents du travail

Par ailleurs, en application des dispositions du 2°, a et b de l'article L. 412-8 du code de la sécurité sociale, la couverture au titre des accidents du travail s'applique aux accidents survenus à des étudiants des établissements d'enseignement technique ou aux accidents survenus à des étudiants au cours d'enseignements dispensés en ateliers ou en laboratoires ou lors des stages effectués dans le cadre de leur scolarité. Cette couverture est subordonnée à la condition de procéder à la déclaration dans les délais prévus aux articles R. 441-2 et R. 441-3 du même code.

II est vrai que la couverture au titre des accidents du travail ne s'oppose pas à l'exercice d'une action en responsabilité contre l'établissement ou contre les personnes jugées responsables de la survenance du dommage. Ainsi, dans une affaire relative à un accident survenu à un étudiant lors d'une expérience de chimie, le tribunal de grande instance de Reims, statuant en matière correctionnelle a, par une décision du 25 novembre 2003, retenu la responsabilité de l'enseignant qui assurait l'encadrement de la séance de travaux pratiques, celle du responsable de laboratoire et celle du directeur d'unité de formation et de recherche pour fautes caractérisées liées pour les deux derniers à des manquements en matière d'édiction et de mise en oeuvre de règles de sécurité.

2/4 Responsabilité pénale

Si l'accident subi par un étudiant est la conséquence d'une infraction pénale, la responsabilité pénale de l'auteur de l'infraction peut être recherchée, l'établissement en sa qualité de personne morale peut voir sa responsabilité recherchée de même que les personnes physiques.

2/4/1 Responsabilité pénale des personnes morales

L'article 121-2 du code pénal dispose que « les personnels morales, à l'exclusion de l'Etat, sont responsables pénalement, selon les distinctions des articles 121-4 à 121-7, des infractions commises, pour leur compte, par leurs organes ou représentants. [...]

La responsabilité pénale des personnes morales n'exclut pas celle des personnes physiques auteurs ou complices des mêmes faits [...J. » Ainsi, la responsabilité pénale de l'établissement peut être retenue si l'infraction est la conséquence de faits de négligence, d'imprudence ou de manquements à des obligations de sécurité.

Ainsi, l'article 121-3 du code pénal prévoit qu'il y a délit en cas de mise en danger délibérée de la vie d'autrui, de faute d'imprudence, de négligence ou de manquement à une obligation de prudence ou de sécurité si l'auteur des faits n'a pas accompli les diligences normales compte tenu de la nature de ses missions ou de ses fonctions, de ses compétences ainsi que des pouvoirs et des moyens dont il disposait.

2/4/2 Responsabilité pénale des personnes physiques

L'article 121-1 du code pénal dispose que « nul n'est responsable que de son propre fait ». Un agent public peut voir sa responsabilité recherchée devant la juridiction répressive pour des actes commis dans l'exercice de ses fonctions ayant constitué des atteintes involontaires à la vie ou à l'intégrité physique des personnes sans que celle de l'Etat ou de l'établissement puisse lui être substituée.

Les infractions constatées dans ce domaine résultent de fautes non intentionnelles constituées par des imprudences, des négligences ou des manquements à une obligation de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le règlement. L'article 121-3 du code pénal a été modifié par la loi n° 2000-647 du 10 juillet 2000 pour introduire une distinction entre auteur direct du dommage, dont la responsabilité est engagée en cas de faute simple, et indirect du dommage, dont la responsabilité n'est engagée qu'en cas de faute caractérisée. Le 3ème alinéa de l'article 121-3 du code pénal a été remplacé par deux alinéas ainsi rédigés :

« Il y a également délit, lorsque la loi le prévoit, en cas de faute d'imprudence, de négligence ou de manquement à une obligation de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le règlement, s'il est établi que l'auteur des faits n'a pas accompli les diligences normales compte tenu, le cas échéant, de la nature de ses missions ou de ses fonctions, de ses compétences ainsi que du pouvoir ou des moyens dont il disposait.

Dans le cas prévu par l'alinéa qui précède, les personnes phyéiques qui n'ont pas causé directement le dommage, mais qui ont créé ou contribué à créer la situation qui a permis la réalisation du dommage ou qui n'ont pas pris les mesures permettant de l'éviter, sont responsables pénalement s'il est établi qu'elles ont, soit violé de façon manifestement délibérée une obligation particulière de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le règlement, soit commis une faute caractérisée et qui exposait autrui à un risque d'une particulière gravité qu'elles ne pouvaient ignorer. »

Ainsi, cette loi modifie les règles d'engagement de la responsabilité pénale sur deux points : le lien de causalité (la loi distingue entre auteur direct et auteur indirect) et le fait générateur en exigeant des auteurs indirects une faute caractérisée. En dissociant la faute civile d'imprudence, prévue par l'article 1383 du code civil, de l'infraction pénale, elle incite le juge à ne pas confondre la gravité de la faute et la gravité du dommage en cas de délit non intentionnel. La victime peut obtenir réparation sans que pour autant la responsabilité pénale de l'auteur indirect du dommage ne soit retenue.

C'est sur le fondement de cette modification du code pénal que l'institutrice mise ne cause dans l'affaire du Drac a été relaxée puisqu'il a été considéré que la cause directe de la catastrophe était le lâcher d'eau effectué par EDF et qu'elle n'avait commis aucune faute caractérisée dans l'organisation de la sortie scolaire et effectué toutes les diligences normales compte tenu de la nature de ses missions, de ses compétences et du pouvoir et des moyens dont elle disposait.
Responsabilité enseignants :
(La responsabilité pénale des enseignants est basée sur les articles suivant : Rappel : Nul n'est censé ignoré la loi. Articles extraits du nouveau code pénal : Article 221-6 : «Le fait de causer, par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou les règlements, la mort d’autrui constitue un homicide involontaire puni de trois ans d’emprisonnement et de 300 000 F d’amende. En cas de manquement délibéré à une obligation de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou les règlements, les peines encourues sont portées à cinq ans d’emprisonnement et à 500 000 F d’amende». Article 222-19 : «Le fait de causer à autrui, par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou les règlements, une incapacité totale de travail pendant plus de trois mois, est puni de deux ans d’emprisonnement et de 200 000 F d’amende. En cas de manquement délibéré à une obligation de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou les règlements, les peines encourues sont portées à trois ans d’emprisonnement et à 300 000 F d’amende». Article 222-20 : «Le fait de causer à autrui, par manquement délibéré à une obligation de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou les règlements, une incapacité totale de travail d’une durée inférieure ou égale à trois mois, est puni d’un an d’emprisonnement et de 100 000 F d’amende». et aussi Décret n° 82-453 article 2.1
(rectorat de Rennes : La réponse a été la suivante : il n'y aurait pas de texte spécifique et en cas d'accident cela restera à l'appréciation du juge d'instruction. Toutefois l'interprétation faite par le rectorat est que la responsabilité est la même qu'entre un chef d'équipe et le personnel sous son autorité dans le monde du travail. Il faut que le président prennent des arrêtés pour définir le rôle des enseignants dans les cas les plus probables : TP de science et évacuation.
( je te donne les références d'un texte qui me sert beaucoup dans le cadre de ces questions :
Il se nomme " Sécurité des équipements des ateliers des établissements dispensant un enseignement technique ou professionnel ; Note relative à la responsabilité pénale des personnels enseignants" réf : - Note d'information aux chefs d'établissements du 13/12/1996 publié au BOEN N°46 du 26/12/1996. Chronique dans la lettre d'information juridique N°11 de Janvier 1997.CHSCT (ex-CHS)Constitution du CHSCT (nomination des membres, quorum, etc.)2011 : Composition du CHSCT
Est ce que certains d'entre vous ont déjà constitué leur chsct. Si oui quelle composition avez-vous choisi ? celle de la circulaire du 8 août 2011 proposant 2 membres de administration et 3 à 9 membres du personnels où êtes vous sur un schéma paritaire ?
(je me la suis posé également jusqu'à la semaine dernière.
La réponse m'a été donné par qqles collègues HS et les inspecteurs SST En fait, le CHS-CT ne peut être pour l'instant constitué, le décret
95-482 (qui régit les CHS) n'étant pas abrogé ...
La question de la representation etudiante est aussi en suspens ...
Il faut donc attendre.
Quant à sa composition future, je dois en discuter prochainement avec DGS et DRH.
(on travaille sur la question à l'UAPV
côté administration : seul le président à la RH sont obligatoirement représenté dans les textes. Donc on partirait là dessus avec invitation des conseillers de prévention et de la médecine de prévention pour le personnel, ce serait je pense au moins 6 représentants (comme dans l'ancien CHS) mais il va y avoir débat je pense j'ai une réunion à ce sujet le 22/11. je pourrais t'en dire plus à ce moment là nota : on a été surpris de voir que les représentants des usagers ont disparu de la composition du CHSCT. Toutefois, ils étaient rarement présents au CHS
(Voici le réglement intérieur du CHSCT  HYPERLINK "http://www.circulaires.gouv.fr/index.php?action=afficherCirculaire&hit=3&retourAccueil=1" http://www.circulaires.gouv.fr/index.php?action=afficherCirculaire&hit=3&retourAccueil=1 Il n'y aura finalement pas de circulaire sur les CHSCT du Sup. Je rappelle toutefois, qu'en l'état actuel des textes, le président ou directeur ne peut pas créer un CHSCT d'établissement. Le décret de 95 est toujours en vigueur jusqu'à son abrogation, qui n'interviendra  pas avant début 2012 ! Le président peut toujours, après passage au CA, proroger l'existence du CHS actuel jusqu'à la sortie du nouveau décret. Sinon le CT qui se met actuellement en place,  est consulté en l'absence de CHSCT, sur les questions et projets de textes relatifs a l'hygiène, à la sécurité et aux conditions de travail. Art.31 du décret 2011-184 du 15 février 2011, et art.48 du décret  2011-774 du 28 juin 2011. En attendant la sortie du nouveau décret, vous pouvez entamer une consultation avec les OS et demander l'avis du CT sur le nombre de sièges du futur CHSCT d'établissement et sur la cartographie des éventuels CHSCT spéciaux à mettre en place dans les différents sites ou composantes de l'établissement. Je vous recommande au passage la lecture attentive de l'article 42 du décret. Cet article "recommandait" dans son 2° de procéder lors du vote au CT à un dépouillement au niveau du périmètre d'un éventuel CHSCT spécial, Si cela n'a pas été fait, c-a-d si l'établissement a procédé à un dépouillement général pour tout l'établissement, vous devrez suivre les indications du 3° et procéder à une consultation des personnels de ce périmètre !!!2009 : représentant des usagers Je suis entrain  de relire et encore relire le décret 482 sur le mode de  désignation des représentants des usagers. Apparemment  dans le nouveau texte modifié je ne retrouve pas les représentants des usagers ; qui  peut me confirmer ou infirmer cette  proposition car j’ai des syndicats un peu tatillon et je souhaiterais mettre la référence exacte de l’article  -chapitre 4 article 39 à 42- mais on ne parle que des représentants de l’administration et des personnels ! quid des usagers ( Décret 95-482 du 24 avril 1995 Article 9 2ème alinéa et suivants 2009 : problème pour représenter une catégorie d’agent au CHS
Comme beaucoup d’entre vous j’attends la parution du nouveau texte sur le CHS mais à force de l’attendre mon université est dans l’illégalité, sans CHS renouvelé. Mon université envisage donc suite à la venue à terme de la composition actuelle du CHS de le renouveler selon les modalités du texte actuel même si cette composition ne doit durer qu’un temps. Seulement aux élections du CA il n’y a pas d’organisations syndicales d’enseignants chercheur représentées. Hors si j’ai bien compris le CHS doit être composé d’usagers, de BIATOSS et d’enseignants chercheur au niveau des représentants du personnel.
Le texte actuel (décret n°95-482 du 24 avril 1995) sur le CHS prévoit que dans le cas où les sièges ne peuvent être répartis selon les modalités définies aux alinéas précédents du décret, il est procédé à une consultation des personnels et des usagers en vue de déterminer les organisations syndicales respectivement appelées à désigner leurs représentants au CHS.
Quelle forme peut prendre cette consultation, avez-vous été confronté à ce problème et à la nécessité de devoir faire une consultation ?
(J’ai eu le même problème en 2007. Nous avons donc fait une consultation sur le même principe que les élections aux conseils ce qui a impliqué le dépôt de candidature par les différents syndicats intéressés, la mise en place de bureaux de vote sur les sites principaux et un dépouillement par un groupe fixé par arrêté. Le tout validé par la direction des affaires juridiques.
Résultat, un taux d’abstention record mais au final un grand nombre d’organisations syndicales représentées.
(à Troyes il n'y a des syndicats que depuis peu. Jusqu'à maintenant pour le CHS des listes EC, des listes BIATOSS et des listes étudiants étaient formées, soumis aux affaires juridiques puis une élection avait lieu pour ces 3 catégories. Ne pas oublier les suppléants sur les listes pour que cela soit conforme. Et je n'ai toujours pas de syndiqué officiel dans les élus...
(A l'Artois, nous nous sommes basés sur la représentativité au moment de la mise en place du CTP pour répartir les sièges et solliciter les organisations afin d'obtenir des noms. Et qui dit noms, ne dit pas forcement "présence", et qui dit "présence" ne dit pas forcement "actif", mais là, nous entrons dans un autre débat ...2008 : problème de désignation d’organisations non syndicales
Pour renouveler mon CHS, je suis face à un petit soucis réglementaire. Il est dit dans l'article 9, alinéa 1er, du décret n°95-482 du 24 avril 1995, relatif aux CHS, que "les représentants des personnels ...sont désignés librement par leurs organisations syndicales représentées au sein du conseil d'administration". Or les résultats des dernières élections au CA me permettent bien de m'adresser au syndicats pour les  BIATOSS, mais pour les personnels enseignants, les deux listes qui se sont affrontées n'étaient que des rassemblement d'individu sans ralliement ou affiliation aux syndicats. Suis-je obligée d'organiser comme dit à l'alinéa 4 une consultation des personnels (mais dans ce cas, que les enseignants) ... en vue de déterminer les organisations syndicales ... appelées à désigner leurs représentants aux CHS?  Où puis-je simplement demander aux responsables des 2 listes des noms de représentant au CHS.
(Nous avons eu le même souci l’année dernière avec une liste non syndicat et une liste regroupement de 3 syndicats pour les BIATOSS et 3 listes non syndicat pour les Enseignants et enseignants chercheurs. La question a été posée au Ministère. Conclusion : organisez une consultation (dont le taux de participation a bien entendu atteint des records !!!!!!!!!!)
Je te joins les courriers échangés.
J’ai une question subsidiaire : je dois mettre à jour le règlement intérieur du CHS et renouveler les représentants étudiants. Afin d’éviter un travail inutile, a-t-on une idée de la date de parution du nouveau décret régissant les CHS ?
(Eh oui il ne devrait pas y avoir d'autres solutions que d'organiser une consultation des personnels enseignants,
pour désigner les organisations syndicales qui désigneront à leur tour les représentants qui siègeront au CHS.
Maintenant il pourrait être proposé au conseil d'administration que soient retenues les organisations d'enseignants qui ont été élues au CTP, si les élections ont eu lieu dans l'université.
En ce qui concerne la parution du nouveau décret, il est dans le circuit des instances réglementaires, et ne devrait pas être publié avant l'année prochaine !2007 : Composition : fonction à la place des noms ?
Je suis en cours de renouvellement de mon CHS et mon SG veut que pour les représentants de l'administration nous indiquions des fonctions et non pas des noms.
( Cette "facilité" me semble tout à fait plausible. Ainsi, les gens sauront qu’ils sont conviés de part les fonctions qu'ils exercent. De plus si le règlement intérieur du CHS liste les représentants de
l'administration, il le faut sûrement au travers des fonctions exercées. Pour moi c'est cohérent. En ce qui me concerne, sur l'enveloppe de convocation et sur la feuille d'émargement des représentants de l'administration, j'ajoute en plus du nom, la fonction.
( Je pense que la position du SG est fausse : en effet, le président désigne les représentants de l'administration, et cette désignation doit être nominative. Par ailleurs, pour l'avoir vécu à mon arrivée à l'UJF, lorsque les représentants de l'administration sont désignés sur la base de leurs fonctions, par exemple directeur de composante, ils se font très souvent représenter, et, leur représentant n'étant pas toujours le même, il n'y a pas de continuité réelle dans les travaux du CHS. Je crois qu'il n'y a pas de raison de considérer le CHS d'une autre façon que les autres instances universitaires, académiques,... et qu'il faut rester sur la désignation nominative.
( chez nous ça se passe aussi comme ça et comme les représentants de l'administration sont proposés par la président dans notre cas on trouve les directeurs d'UFR, le Secrétaire Général, la DRH et l'IHS!!!
( A mon sens, l'article 8 est explicite puisqu'il indique que les représentants de l'administration sont nommés par le Chef d'Etablissement. Cette "facilité" peur entraîner de nombreuses dérives (a qui adresser les convocations si la seule mention indiquée par le Président est Directeur d'UFR ? Qui est titulaire ? Qui est suppléant ? Comment s'assurer du respect du quorum ?) Bien entendu, les personnes désignées le sont en fonction des missions exercées au sein de l'Etablissement mais je me permets de rappeler qu'en vertu de la loi du 10 août 2007 (art. 6) le Président de l'université assure le suivi des recommandations du comité d’hygiène et de sécurité permettant d’assurer la sécurité des personnels et des usagers accueillis dans les locaux. Il me semble qu'à la lecture de ces propos, il est intéressant de se demander si le CHS est toujours un organe consultatif et si le décret du 24 avril 1995 est toujours d'actualité car il est indiqué dans son article 12 "Le comité d'hygiène et de sécurité est chargé de faire toutes propositions utiles au conseil d'administration de chaque établissement concerné en vue de promouvoir la formation à la sécurité et de contribuer à l'amélioration des conditions d'hygiène et de sécurité dans l'établissement." Nous passons donc de propositions aux CA à recommandations au Président, sa responsabilité en matière d'Hygiène et Sécurité est en mon sens renforcée
( Etant donné que pour les représentants de l'administration, il doit y avoir au moins un tiers des deux sexes, la seule solution est l'arrêté nominatif. C'est ce qui est pratiqué à la Centrale pour tous les organes consultatifs. Pour l'instant le décret du 24 avril 1995 est toujours en vigueur. Eventuellement un nouveau texte viendra en son temps.2007 : cas des médecins
Je souhaiterais connaître l’interprétation de la réglementation par rapport à la modalité de présence des médecins et infirmières au CHS.
Jusqu’à présent je mettais les 2 médecins et les 3 infirmières ( 2 de la médecine de prévention et 1 du SIMPS) en tant que membre de droit.
J’avais compris lors d’une intervention de Michel Augris que ce  n’était pas correct et qu’il fallait mettre :
- 1 Médecin et  1 infirmière en tant que représentant  respectivement de l’ensemble des médecins et de  l’ensemble des infirmières de l’établissement (Médecin : voix délibérative et infirmière : voix consultative)
- les éventuels autres médecins et infirmières en tant que personnes qualifiées.
Est-ce une mauvaise compréhension de ma part ?
Serait-il correct de mettre les 2 médecins en tant que membre de droit, un titulaire et l’autre suppléant ? Qu’en est-il des infirmières sachant qu’il y en a 3 ?
(Dans la composition du CHS il y a qu'UN médecin de prévention, le chef ou coordonnateur du service de médecine de prévention, et le chef du Service universitaire (ou interuniversitaire) de médecine préventive et de promotion de la santé avec voix délibérative. Le CHS peut faire appel à titre consultatif à des personnes qualifiées permanentes comme les autres médecins du service de médecine de prévention, mais ces médecins ne peuvent pas être membres de droit. De même seule UNE infirmière assiste comme membre expert au CHS. En général seul le chef de service assiste à une réunion, sans être nécessairement accompagné de tout son service, à lui de communiquer l'information. De plus les séances du CHS ne sont pas publiques et chaque participant est soumis à l'obligation de discrétion professionnelle. Aussi il vaut mieux ne pas multiplier les participants. 2007 : Cas du médecin de prévention et médecine préventive – problème quorum à cause de l’absence des étudiants
1) Dans vos CHS, le médecin de prévention et le médecin de médecine préventive, qui ne font pas partie des représentants de l'administration, ni des personnels, sont-ils comptés dans le quorum ? je n'ai rien vu dans le décret d'avril 95.
2) Les étudiants ne sont jamais présents au CHS...Et c'est souvent pour cette raison que le quorum des 3/4 n'est pas atteint. Pensez-vous qu'il soit envisageable de les "exclure" du calcul du quorum. J'ai peur que ce ne soit pas très réglementaire... Comment ça se passe chez vous ??
(1) chez moi, ils ne le sont pas.
2) effectivement, j'ai de gros problèmes de quorum essentiellement à cause des étudiants. A chaque fois, on reporte la session (très fatigant...)
( Le médecin de prévention et le directeur du SUMPPS sont membres du CHS et ont voix délibératives, et selon l'article 27 du décret n°95-482 du 24 avril 1995, ils entrent dans le calcul du quorum, de même que les représentants étudiants; Il est donc interdit de les exclure du calcul du quorum. Je rappelle également que la décision nommant les représentants de l'administration désigne parmi eux celui qui est chargé d'exercer les fonctions de président. Si c'est le président ou le directeur de l'établissement qui préside, il doit donc faire partie des membres de l'administration.
(Il serait intéressant que la DAJ puisse nous confirmer cela afin d'éviter de se poser régulièrement la question. Pour les uns, l'absence de précision dans le décret conduit  à penser que le MP siège avec voix délibérative (du coup, pour le directeur du SIUMPS et l'infirmière c'est pareil).
Pour les autres, la seule information existante se situe dans la circulaire du 24 janv 96 (§ IV.3 chapitre A2: "Il convient à cet égard de préciser que le MP est membre de droit du CHS, néanmoins, à l'instar des règles de droit du travail et afin de préserver la spécificité de sa position, il assiste au CHS avec voix consultative et non délibérative.")
Mais cette circulaire ne s'applique qu'au décret de 82 modifié en mai 95 et non à celui d'avril 95 spécifique aux établissements de l'enseignement supérieur.......!
 Concernant le pb des étudiants, sans vouloir les exclure (Vincent tu es resté trop longtemps sans "EPI" sous le soleil Marnais ...!!), le décret offre la possibilité d'envisager une réunion du CHS en formation restreinte aux représentants de l’administration et aux représentants des personnels pour des questions d’hygiène et de sécurité intéressant exclusivement les personnels (art 22). Le règlement intérieur doit alors fixer les modalités de fonctionnement du CHS en formation restreinte. Ces réunions sont bien sur en plus des 2 réglementaires ......2006 : peut-on mettre un membre extérieur à l’université en tant que représentant de l’administration ?
Je suis en train de préparer le renouvellement de mon CHS en prévision des élections des 3 conseils en novembre. Mon problème est que j’ai deux représentants de l’administration qui ne sont pas personnels de l’Université mais du CNRS. D’après mon expérience du privé, c’est illégal. Qu’en est-il du public ? La logique voudrait que ce soit du personnel de l’Université.
Si c’est le cas, est-il possible de déroger à cette règle (ces deux personnes me sont d’une grande aide et je doute de trouver autant d’efficacité à l’Université)
(Nous avons aussi une personne représentant de l'administration qui est personnel CNRS, j'avoue que nous ne nous sommes pas posé cette question lors du renouvellement de notre CHS il y a un an. Si l'on regarde le texte du Décret n°95-482 du 24 avril 1995, il est précisé à l'Article 8 (Chapitre III : Mode de désignation des membres des comités d'hygiène et de sécurité) : "Les représentants de l'administration, titulaires et suppléants, ......, sont nommés par le président ou le directeur de l'établissement public d'enseignement supérieur ....". Il n'y a pas de précision supplémentaire.
(Il est tout à fait possible qu'un personnel du CNRS siège au CHS de l'université. La condition est qu'il soit électeur au CA de l'université dans le collège adéquat, pour lequel il a fait une demande d'inscription. Le mieux est de voir avec votre service juridique.2006 : répartition des sièges entre IATOS et enseignants
Je suis en train de remettre en place un CHS  sans succès :peu de syndicats , et pas de candidats. nous sommes passé avec le service des élections et des statuts de 7 à 3 représentants  de l'administration 9 à 5 des personnels 2 usagers. dans les 5 personnels nous avions prévu 2 iatos 3 enseignants/ chercheurs et autant de suppléants. nous avons 1 seul candidat enseignant peut-on réglementairement avoir 1 seul enseignant et 4 iatos  plus les suppléants qui seront aussi des iatos
(c'est au CA de définir la répartition des sièges au sein de la représentation des personnels (Art 4 du décret du 24/04/1995). Si celui valide le fait d'avoir 1 seul représentant d'enseignant chercheur et 4 IATOS, c'est son droit (attention à bien faire le PV du CA ce jour là !!). Par contre, réduire le nombre de représentant de l'administration à 3 me semble dangereux. Le CHS dans cette configuration minimaliste (mais réglementaire) ne sera pas assez représentatif et aura moins de force de proposition.2005 : difficulté pour nommer des membres, peuvent-il avoir plusieurs mandats successifs ?
Les membres du CHS sont désignés pour trois ans. Or, comme partout, il n'y a pas foule pour faire partie de ces comités, donc on travaille toujours avec les mêmes... Les décrets du 24 avril et du 9 mai ne précisent rien à ce  sujet et je voudrais savoir comment vous faites concrètement lorsque vous renouvelez votre CHS : Vous arrive t-il de renouveler plusieurs fois la même personnes pour 2 ou 3 (voire plus) périodes de 3 ans consécutives ?
(Chez nous, nous avons les mêmes plusieurs mandats de suite; curieusement, ils n'ont pas toujours la même étiquette syndicale!
Je les incite à suivre le stage de formation, mais ils ne le font pas, estimant avoir été formé pour plus d'un mandat.
(Dans le cas de désignation par les organisations syndicales, il n'y a pas d'intervention des ingénieurs sécurité: les syndicats désignent librement leurs représentants, aussi souvent qu'ils le veulent, car il n'y a pas de restriction au nombre de mandats, pas plus que pour les autres instances avec représentation du personnel (CPE, CA, CS, CEVU,...). Pour les représentants de l'administration, il n'y a pas de durée au mandat : chaque représentant est nommé par le président pour la durée qui lui convient
(concernant les représentants de l'administration lorsqu'il y a des "postes à pouvoir" (retraite, démission,...) ou lorsque des membres sont souvent absents j'essaye effectivement de proposer au président des personnes qui ont un intérêt en hygiène et sécurité. Le noyau dur est cependant assez constant.
Concernant les représentants des personnels, lors de la dernière désignation il a eu pas mal de changements ce qui est bien positif.
(Certains membres du CHS de l'Université assurent effectivement plusieurs mandats consécutifs. Du côté des représentants de l'Administration, le Président renouvelle sans problème les collègues qui le souhaitent. Quant aux représentants des personnels, les organisations syndicales sont tout à fait libres de désigner les personnes de leur choix. L'Administration n'intervient nullement dans leur décision et ne donne aucune consigne. Nous avons eu par contre depuis quelques mois plusieurs changements en cours de mandat majoritairement dus à des départs en retraite. Il est effectivement souvent très difficile de remplacer les partants. Au final, on peut dire qu'un certain renouvellement est assuré, ce qui permet de travailler avec de nouveaux membres.
(A l'Ecole Centrale de Lille, nous avons également le problème, d'autant plus
que
1°) l'effectif est réduit : environ 80 personnels administratifs et techniques, dont 10 qui siègent titulaires ou suppléants - représentants de l'Administration ou des personnels : il est forcément impossible d'éviter les renouvellements ...et on est bien content d'avoir des personnes toujours
motivées après 10 ans et plus de CHS ...Ca tourne plus au niveau des enseignants et il est vrai que de nouvelles têtes apportent de nouvelles idées.
2°) il n'y a pas de représentation syndicale forte, tout au plus des syndiqués qui acceptent de représenter leurs collègues à la CPE .....Pour déterminer les représentants des personnels, lors du dernier renouvellement (en 2005) nous avons essayé de demander aux volontaires de faire partie d'une liste de sympathisants au seul syndicat représenté par ailleurs. Devant le nombre des refus, nous n'aurions pas pu constituer un CHS complet ! Nous avons donc pratiqué comme précédemment : j'ai contacté chaque membre pour demander s'il souhaitait continuer, il y a eu 4
désistements : 2 enseignants et 2 personnels - il y avait 2 candidatures spontanées : 1 enseignant et 1 Adjoint Technique en mécanique - pour les 2 postes restants, nous avons demandé 1 volontaire parmi les 2 personnes travaillant pour une nouvelle formation mise en place par l'Ecole et
implantée dans un bâtiment séparé (il nous a semblé important que quelqu'un de ce secteur isolé fasse partie du CHS) et 1 enseignant volontaire dans un laboratoire à risque qui n'y était pas représenté. Pas facile d'appliquer les textes dans une petite structure ...
(Pour nous à l'UAG la situation est tout à fait différente. En effet lors de la première installation du CHS UAG en 98 il y avait pour la répartition enseignants des représentants CFDT et pour les non enseignants des représentants SNPTES FEN.répartis sur les trois pays Guadeloupe, Guyane Martinique. Lors du premier renouvellement les membres sont restés en poste En juin dernier (2004) pour le renouvellement il a fallu aller à la pêche car au niveau enseignant : motivation presque nulle quant aux collègues non enseignants plus de section syndicale; aucun souci de la sécurité. Nous avons été presque obligé de "nommer" des représentants.
Notre communauté UAG est atteinte du "BURN OUT". Inutile de vous dire les efforts à déployer pour parler de l'hygiène la sécurité et la santé à mes compatriotes. Bref ........ Avec cela aucune implication de la Présidence2005 : problème du renouvellement tous les 3 ans du CHS et tous les 4 ans du CA + peut-il y avoir une procuration pour les membres du CHS.
(Concernant le renouvellement du CHS :
 Les membres du CHS sont désignés pour 3 ans, la composition du CHS est faite en fonction de la celle du CA de l'établissement  en vigueur à cette date. Il n'est pas utile d'attendre le renouvellement des autres conseils. De toute façon avec un rythme de 3 ans pour l'un et de 2 ou 4 ans pour les autres, cela ne peut pas coller. Attendre le renouvellement du CA signifie que le rythme de renouvellement des membres du CHS se fait tous les 4 ans et non tous les 3 ans.
 Tu peux continuer de réunir le CHS mais tu t'exposes à une objection de la part des représentants du personnel.
 Ce sont les organisations syndicales représentés au CA qui désignent librement les membres représentant le personnel.
Pour les usagers cela peut être des organisations autres (assos étudiantes, liste 'loufoque", etc ...) 
 
Concernant les procurations :
 Je n'ai plus en tête le règlement intérieur type paru dans le BO n°39 du 31 oct. 1996, qui pourrait préciser ce point. De mémoire je dirais que les procurations ne sont pas possibles.
Dans le décret 95-482 du 24 avril 1995 concerne les CHS, pour le quorum (art 27) on parle de membres présents (et non présents ou représentés)
Les membres titulaires représentant les personnels doivent se faire remplacer par leur suppléant désigné, pour l'administration on peut se faire suppléer par n'importe quel membre.2004 : Difficulté de nomination et quorum lors de difficultés pour la nomination et la représentativité des représentants des personnels, le quorum, etc., ..., dans vos CHS, je vous recommande la lecture de la circulaire du 23 avril 1999 relative aux fonctionnement des CTP, qui précise toutes les règles à suivre pour un bon fonctionnement des CTP et par transposition pour des CHS, notamment II 3, III 2.3, IV 10 et tous le reste qui est très intéressant.2004 : Membres de CHS : cas de l’ingénieur hygiène et sécurité : l'ingénieur HS est-il titulaire parmi les membres de l'administration puisque l'on met "dont l'agent chargé des questions d'hygiène et de sécurité." dans le texte de 82 ou est-il simplement membre de droit assurant le secrétariat du CHS ?
(Comme le stipule l'article 4 du décret n°95-482 du 24 avril  1995, l'ACMO de l'établissement fait partie des 3 à 7 représentants de l'administration et à ce titre  a voix délibérative. Il n'y a aucune obligation réglementaire pour qu'il assure le secrétariat du comité (§4 du même article).2003 : Membres de CHS : cas du président : Le texte prévoit dans art.4 composition : "Le comité est présidé par le président ou le directeur ou son représentant" = OK = c'est clair. Le texte ne dit pas que le président est membre des représentants de l'administration ( comme c'est bien spécifié pour l'ACMO). De ce fait, le président ou son représentant, peut présider le CHS mais sans en être membre prenant part aux vote ?
( Pour présider une instance, il faut, en principe, en être membre, ceci est valable pour le Président (qui est évidemment représentant titulaire de l'administration) mais aussi pour son délégataire (c'est à dire que s'il ne présidait pas et qu'il désigne quelqu'un d'autre, il faudrait que ce quelqu'un soit un membre représentant l'administration au CHS (donc à priori son suppléant)). Mais quoi qu'il en soit le président serait toujours comptabiliser comme un des membres de l'administration.
( voir la circulaire du 24 janvier 1996 au V.4.B concernant la nomination des représentants de l’administration2003 : Durée des mandats des membres de l’administration : Ns sommes en période de renouvellement de notre CHS. Ns relisons à fond les décrets en question. Rien n'est précisé pour la durée du mandat des membres de l'administration ? La logique serait que ce soit aussi 3 ans (avec remplacement des administratifs qui sont partis  ou nommés ailleurs, pour le reste du mandat) mais rien n'est précisé et à la rigueur l'administration pourrait changer ses représentants, presque à chaque fois..( sauf l'ACMO qui est spécifiquement désigné ds le texte). C'est bien précisé, semble-t-il, pour le fonctionnement des CPE.
( La durée du mandat des représentants de l'administration est laissée à la discrétion du Président. Ce qui est logique dans la mesure où le mandat d'un Président est de 5 ans. Son successeur pouvant avoir d'autres personnes de son équipe dirigeante "à placer", il ne serait pas souhaitable qu'il se fasse imposer une équipe qu'il n'a pas choisi. La question peut être tranchée en précisant dans le règlement intérieur du CHS la durée du mandat de chaque "corps" où sur l'arrêté de constitution du CHS pris par le Président qui précise que le mandat de tous les membres durera 3 ans.
(M. AUGRIS : je ne pense pas que cela doive être précisé dans le règlement intérieur, ni dans la décision de nomination prise par le Président.
(voir la circulaire du 24 janvier 1996 au 4.V.D. sur la durée du mandat des membres.Election membres CHS : (Chez nous il a été proposé en C.A. que chacune des quatre organisations syndicales ait deux sièges quelque soit son nombre d'élus au C.A. car l'important était la diversité au C.H.S.
(nous avons procédé dernièrement au renouvellement des membres du CHS de l'Université. Normalement ton CA a déjà déterminé le nombre de sièges des représentants des personnels IATOS, enseignants et étudiants (voir composition de ton ancien CHS). Pour les modalités : Nous nous sommes basés sur les résultats aux dernières élections au conseil d'administration pour entrevoir la répartition des sièges au CHS pour les représentants des personnels et usagers. Pour les représentants des personnels IATOS, il faut prendre en compte le nombre de voix obtenues au CA par les organisations syndicales. A partir de là, tu calcule le quotient électoral ( total des suffrages exprimés (toutes organisations syndicales confondues) sur le nombre total de sièges à pourvoir au CHS).Une fois le quotient obtenu, tu peux déterminer le nombre de sièges dont va disposer telle organisation syndicale ( nombre de voix obtenues au CA par l'organisation sur le quotient = nombre de sièges) ensuite tu fais une répartition en fonction du plus fort reste. Identique pour les représentants des personnels enseignants, enseignants-chercheurs et pour les étudiants ( le Décret parle d'organisation et non d'organisations syndicales). En ce qui concerne les représentants de l'administration, chez nous, ils n'ont pas changé, il n'y a pas de date de fin de mandat défini. Une fois la répartition des sièges connus, un courrier est adressé aux organisations syndicales concernéees et la désignation se fait par les organisations syndicales sous forme de courrier.Désignation des membres de CHS : La désignation des représentants du personnel au CHS me pose des problèmes. Normalement, les organisations syndicales représentées au CA désignent des personnels pour le CHS. Chez nous, au CA les représentants du personnel sont issus de "listes syndicales" et d'autres de "listes non syndicales". Questions : Est-ce que seules les organisations syndicales représentées au CA désignent des membres de CHS ? (les listes non syndicales sont dans ce cas laissées pour compte !). Ou bien, est-ce que nous entrons dans le cas de figure du dernier alinéa de l'art 9 du décret 95-482 ? (en considérant que nous ne pouvons répartir les sièges selon les modalités de l'art 9 et en lançant une consultation des personnels pour déterminer quelles sont les "listes" qui pourront désigner des personnels). J'ai déjà eu plusieurs réponses contradictoires, quelqu'un pourrait-il m'éclairer sur ce point ?
( Pour moi, lorsque le texte dit que "les représentants des personnels sont désignés librement par leurs organisations syndicales représentées au CA", cela n'exclut pas que ces personnels soient non syndiqués ou d'autres syndicats ... pourvu qu'ils aient "l'agrément" des syndicats représentatifs ; concrètement, si les syndicats représentés au CA approuve la liste (de volontaires) qui leur est soumise, je considère qu'on est "en règle" ... ça leur évite de chercher des représentants et ça permet d'avoir (a priori) des personnes motivées ...Mais c'est peut-être une interprétation personnelle ...
( Nous venons de designer nos membres de CHS et nous étions tout a fait dans la configuration évoquée : 2 listes syndicales et une liste independante non syndicale. Nous avons donc procède comme l'a propose celine. Nous avons demande aux 2 organisations syndicales si elles etaient d'accord pour se repartir les voix avec la 3eme liste non syndicale. Comme l'un des syndicats n'etait pas d'accord pour que la liste independante designe des membres, seules les deux organisations syndicales ont designe les membres du CHS en suivant la regle du plus fort reste.Réglementation relative au CHS2011 : comment évoquer les travaux d’aménagement projetés ou en cours en CHS comme demandé par la réglementation ?
Le CHS doit être informé et émettre un avis sur les travaux d’aménagements des locaux de travail. Problème nous sommes en permanence en travaux quelque part et traiter tous les travaux demanderai de passer toutes nos séances à çà.
Comment traiter vous cette obligation dans vos établissements ?
(A l'Université Paris Descartes, nous ne présentons que les grosses opérations en CHS. Par contre, des sections du CHS ont été créées pour chaque UFR/IUT et les travaux d'aménagements sont vus lors de ces réunions. Là où je suis bloquée c'est sur l'absence de la direction du patrimoine qui ne veut pas venir aux CHS ni aux sections... Je me pose donc la question sur la création de groupes de travail issus du CHS et des sections pour travailler sur les travaux... (Tu peux lister les travaux prévus et aborder ça lors d'un CHS, en prévenant que si des travaux urgents apparaissent, ils seront présentés à posteriori.
Tu peux aussi demander la création d'un groupe spécifique "travaux" avec lequel tu dégrossi les choses, te permettant ainsi d'y consacrer moins de temps lors des réunions plénières.
Chez "moi", c'est plutôt la première solution qui est retenue, car on a jamais vu un groupe de travail se constituer sur quoi que ce soit ...
(Au Cnam, un point "travaux" est fait à chaque séance, car effectivement il y a beaucoup de travaux en ce moment, le plan de relance y est pour quelque chose !
mais en plus, il y a
- un groupe de travail dédié aux travaux prioritaires : se réunit 2x/an afin de s'assurer que les travaux liés à la sécurité passent avant les travaux de confort
- un groupe chargé de travailler sur les conséquences des travaux : à la fois les problèmes de nuisance lors de travaux en site occupé, et à la fois la problématique des déménagements.
(chez nous, on a un point à chaque CHS sur les travaux en cours. on axe les débats essentiellement sur les travaux important.2010 : échanges entre CHS, CTP et CA
Lors des dernières journées du GpSup à Strasbourg, je vous ai interrogé sur les échanges entre CHS, CTP et CA. - Quand doit-on transmettre des informations issues du CHS au CTP, au CA? - Quand doit-on transmettre les avis du CHS au CTP, au CA? - Quand doit-on demander l'avis du CTP ou du CA sur des questions hygiène et sécurité? - ... Pouvez-vous me rappeler votre réponse par écrit afin de la transmettre à la directrice générale des services de l'université Paris-Est Marne-la-Vallée? (- Quand doit-on transmettre des informations issues du CHS au CTP, au CA? - Quand doit-on transmettre les avis du CHS au CTP, au CA? L'article 29 de l'actuel décret 82-453 du 28 mai 1982 : "Les comités techniques paritaires reçoivent communication du rapport annuel sur l'évolution des risques professionnels et du programme annuel de prévention des risques professionnels prévus respectivement aux articles 30 et 48 ci-dessous accompagnés de l'avis formulé par le comité d'hygiène et de sécurité. Ils examinent les questions dont ils sont saisis par les comités d'hygiène et de sécurité créés auprès d'eux. " Pour le CA c'est le décret 95-482 du 24 avril 1995 Article 13 Le comité procède à l'analyse des risques auxquels sont exposés les personnels et les usagers de l'établissement, et notamment les risques professionnels.A cette fin, son président présente chaque année au comité un rapport sur l'évolution de ces risques.Ce rapport fait l'objet d'une communication au conseil d'administration du ou des établissements publics qui en débattent." Article 17 Chaque année, le président du comité lui soumet, pour avis, un programme annuel de prévention des risques professionnels et des risques concernant les usagers.Ce programme est établi à partir de l'analyse définie à l'article 13 ci-dessus et fixe la liste détaillée des réalisations ou actions à entreprendre au cours de l'année à venir.Ce programme est transmis au conseil d'administration de l'établissement public d'enseignement supérieur et, le cas échéant, au président ou directeur de l'autre ou des autres organismes publics concernés." Il n'y a que ces deux documents qui sont transmis ou communiqués avec l'avis du CHS. Cela se fait une fois par an pour le bilan de l'année passée et pour le PAP à venir. Le décret 95-482 ne fait pas état d'une demande d'avis de la part du CHS au CA. Il ne faut pas oublier que le décret 95-482 a été écrit pour que les usagers participent au CHS et en considérant qu'il n'existait pas de CTP dans les établissements. Après la promulgation du futur décret modificatif du décret 82-483, il devrait y avoir un nouveau décret pour remplacer le 95-482. Quand doit-on demander l'avis du CTP ou du CA sur des questions hygiène et sécurité? Par exemple : - le CHS souhaite que les ACMO est une prime particulière, ce qui est du ressort du CTP. - le CHS demande la mise en œuvre de certaines consignes relatives au travail isolé en laboratoire, si ces consignes vont à l'encontre de règles statutaires de certains agents, il faut l'avis du CTP. 2010 : CHSCT : les représentant de l’administration ne vote pas ?
Avez-vous comme moi lu le paragraphe suivant de l'article 10 de cette loi ? « III. – Le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail comprend des représentants de l’administration et des représentants désignés par les organisations syndicales. Seuls les représentants désignés par les organisations syndicales prennent part au vote. On pourrait comprendre que les représentants de l'administration ne prennent pas part aux votes !! ai-je l'esprit tordu ou comprenez-vous cette phrase comme moi ?? (C'est le fonctionnement normal d'un CHSCT, l'employeur face à la représentation syndicale. L'employeur pourra s'entourer des personnes conseillers comme l'ACMO, mais il est seul face aux représentants des personnels. Le décret devrait arriver en septembre octobre 2007 : distribution du nombre de sièges
je suis en train de renouveler mon CHS et j'ai un différent avec la
cellule juridique
soit A, B, C, D les organisations représentants les usagers au CA
nous avons récupéré les délibérations pour le CA et voici ce que cela
donne (chiffre théorique)
quotient électoral
plus fort reste
A 160
330
B 130
260
C 70
40
D 30
60

3 sièges au CHS à pourvoir. Les 2 premiers sont donc pour A et B sans aucune hésitation
le 3ème siège est problématique : pour le SG et moi, c'est C qui l'emporte, le quotient électoral primant sur le plus fort reste pour la cellule juridique, c'est D qui l'emporte car le texte parle
directement du plus fort reste et non pas du quotient électoral (qui dans toutes les autres élections prime)
(Je ne saisis pas très bien les chiffres que tu donnes.
A priori, tu fais la somme du nombre total de voix obtenues par les organisations
somme que tu divises par le nombre de sièges à pourvoir soit 3 pour obtenir le quotient Q
Tu divises ensuite les nombres de voix de chacun par ce nombre Q, et tu attribues les sièges à ceux qui obtiennent plus que Q. si tous les sièges ne sont pas pourvus, tu maintiens le nbre de voix initial
à ceux qui n'ont rien eu, et tu diminues les autres (qui n'ont sans doute dans ton cas obtenu qu'un
seul siège au calcul précédent) du nombre Q et tu attribues le siège qui te reste à celui qui en a le plus. Si jamais c'est déjà une organisation qui a déjà un siège qui en obtient
encor un, il faut "réfléchir" avant d'éliminer une ou des organisations qui sont quand même représentatives des personnels. Si "n'importe qui "peut se présenter au CA, il n'en pas de même au CHS, où ne peut siéger que des organisations syndicales représentatives des
personnels. il y a toujours intérêt à avoir l'ensemble des organisations représentatives.
Peut-être dans ton cas, il pourrait être opportun de mettre un siège supplémentaire au CHS !
(L'article 9 du décret 95-482 est précis sur le sujet. La désignation doit se faire au plus fort reste et pas en fonction du quotient électoral, même si habituellement le quotient électoral prime. C'est un peu la même chose que pour le vote à bulletin secret. Parfois il est demandé un vote à bulletin secret, car dans beaucoup d'instances il est possible de le demander. Pas dans un CHS car l'article 23 du même décret précise que les votes doivent se faire à main levée.2006 : réunir le CHS en formation restreinte : est-ce que ca compte dans les 2 réunions obligatoires ? La réglementation prévoit la possibilité  (qui doit être inscrite dans le RI du CHS) de réunir le CHS en formation restreinte limitée aux seuls personnels lorsque l'ordre du jour ne portent sur aucune question concernant les étudiants.
Je souhaite savoir si ces réunions peuvent être comptabilisées dans les 2 obligatoires par an ou viennent en plus ? En fichier attaché, le point sur la composition des CHS (extrait de la LIJ d'avril 2006) en 5 parties
(Question sur l'article 22 du décret du 24 avril 1995 CHS  sup : La réunion au moins deux fois par an porte sur le CHS en séance plénière c-a-d tel qu'il est défini à l'article 4 (avec les étudiants). S'il y a des réunions en formation restreinte, elles ne peuvent pas être comptées dans les deux minimum obligatoires.2006 : Compétence du CHS pour une enquête suite à un incendie :
Pour apporter la bonne réponse à nos membres du chs, je souhaiterais être sûre de ce que vous entendez derrière le terme "accident de service". Accident de personne seulement ou bien également sinistre qui aurait pu avoir des conséquences fâcheuses?? En l'occurrence, qu'en est-il pour vous d'un incendie qui n'a fait que des dégâts matériels? Est-ce une situation qui peut rentrer dans le cadre d'une enquête des membres du chs? Dans notre cas, un bâtiment du Cnam a été touché par un sérieux incendie, de nuit, sans atteinte à personne physique. Pour l'instant les enquêteurs ont du mal à déterminer les causes de ce sinistre et de toute façon pour l'instant l'endroit est interdit car pas encore totalement sécurisé. Donc pour l'instant je ne vois de toute façon pas à quoi pourrait parvenir le chs. Par contre, travailler dessus une fois que les causes auront été déterminées me semble plus judicieux. Mais ont-ils le droit d'enquêter sur un tel sinistre?
(Si le terme "accident de service" implique qu'une personne a eu un accident, je pense par contre que le CHS est tenu d'être informé de tout ce qui concerne son domaine de compétence, et cet incendie entre parfaitement dans cette logique. Je pense qu'ensuite il appartient au CHS de décider de faire ou non une enquête de prévention. Cela dépendra peut être des résultats de l'enquête de police... En tout logique, le fait qu'il n'y a pas eu de victime est une chance. Mais les conséquences de l'accident sont indépendantes des causes. S'il y avait eu victime il y aurait eu enquête du CHS. Il n'y a pas eu de victime, mais pour moi une enquête du CHS se justifierait quand même, les causes de l'accident, quel qu'il soit,  sont les mêmes qu'il y ai une victime ou non !
(Le décret n°95-482 du 24 avril 1995, dans son article 14 dit "Le comité procède à une enquête à l'occasion de chaque accident de service ou de chaque maladie professionnelle......Il agit de même à la suite de tout accident ou toute maladie mettant en cause l'hygiène ou la sécurité de l'établissement ou ayant pu entraîner des conséquences graves..." Pour moi, un incendie rentre dans le cadre de la deuxième partie de cet article car c'est bien un accident mettant en cause la sécurité de l'établissement.2004 : agrément pour dispensé la formation des membres de CHS : les organismes de formation interne de nos établissements n'ont pas formellement à recevoir d'agrément pour dispenser une formation aux membres de CHS (Cf dernier alinéa III3 3° de la circulaire du 24 janvier 1996). Un courrier de la Fonction publique en date du 25 septembre 1997 précise que les services de formation des universités  appartiennent à cette dernière catégorie d'établissement et n'ont pas d'agrément spécifique à recueillir.Conseillers - assistants de prévention (ex-ACMO)2009 : responsabilité des correspondants hygiène et sécurité
Actualisant et développant mon réseau de correspondants, je propose un arrêté type de désignation.
Dans ce document j'ai repris la notion de responsabilité, et afin de ne pas faire fuir les quelques candidats, j'ai proposé cette formulation :
"en aucun cas le correspondant ne peut voir sa responsabilité s'accroître du fait des missions qui lui sont confiées. Il dispose à tout moment de la possibilité de démissionner." Je mentionne plus haut que le correspondant est placé sous l'autorité du chef de service.
Mon SG me demande si ces dispositions sont "réglementaires" et je ne sais que lui répondre.
Merci de me faire partager vos avis et arguments
(Le document : "Instruction générale type sur l'hygiène, la sécurité et la médecine de prévention dans les établissements d'enseignement supérieur et de recherche" précise le rôle du correspondant d'hygiène et de sécurité (page 6). Concernant une responsabilité éventuelle il n'y a rien de précisé, si ce n'est que : "le correspondant d'hygiène et de sécurité assiste le directeur d'unité ou le chef de service dans la mise en oeuvre des règles d'hygiène et de sécurité". A priori j'ai cru comprendre que c'étaient les directeurs et chefs de services qui étaient responsables "du fait de leurs attributions et des délégations qui leurs sont consenties" (page 5). (un article de "préventique" établi pour la fonction publique territoriale certes mais transposable il y a des débats dans les collectivités territoriales sur l'appellation même d'ACMO qui est jugée impropre puisque l'agent n'a pas le pouvoir hiérarchique de mettre en œuvre l'hygiène et la sécurité, de même sur la mission même de "conseil" qui implique déjà une orientation de la décision.
(L'ordre de mission doit reprendre au maximum
ce qui est écrit dans le décret.
Faire état de non responsabilité va à l'encontre de la loi (infra).
Il n'y a pas à donner la possibilité de démissionner car elle n'existe pas.
La nomination d'ACMO ou de correspondant est une obligation réglementaire pour le chef de service, (c'est sa responsabilité) qui peut nommer qui bon lui semble à certaines conditions (formation préalable, )
L'agent dans ce cas a seulement le devoir d'obéissance au pouvoir hiérarchique
*Il est bon de temps à autre de relire la Loi n°83.634 du 13 juillet 1983,*
*portant droits et obligations des fonctionnaires*
Loi n°83.634 du 13 juillet 1983, article 28
"Tout fonctionnaire, quel que soit son rang dans la hiérarchie, est responsable de l'exécution des tâches qui lui sont confiées. Il doit se conformer aux instructions de son supérieur hiérarchique, sauf dans le cas où l'ordre donné est manifestement illégal et de nature à compromettre gravement un intérêt public."
Maintenant ces devoirs sont assortis de droit, mais ceux-ci sont bien souvent mieux connus !2009 : désignation ACMO CNRS – obligation de travailler à 100% ?
Apparemment, le CNRS ne valide la désignation des ACMO dans les unités mixtes que s'ils travaillent à 100 %. Etes-vous au courant de cette exigence ? Comment est-elle appliquée dans vos unités ?
(Je fonctionne avec plusieurs unités mixtes dans le contexte INP Toulousain, aucun des ACMO de ces unités n'est à temps plein, les ACMO sont nommés par les Directeurs de Laboratoires et systématiquement validés par la Délégation Régionale.
Si vous le souhaitez je peux me renseigner plus précisément auprès de la délégation Midi Pyrénées
(je connais une personne CNRS qui été nommée acmo alors qu'elle était à 80%.
Il semble donc que cela soit possible. Par contre tant qu'elle était à 80% elle ne touchait pas la prime que le CNRS donne aux acmo.ACMO dans université non scientifique : rôle ? Lorsque j'étais à Nancy 2, université non scientifique; des correspondants avaient été mis en place. Nous avions plusieurs sites correspondant aux différentes disciplines, un correspondant par site avait été désigné par le coordinateur du site : la plupart du temps, il s'agissait soit du responsable technique du site, soit du responsable administratif, soit d'une personne motivée. les missions qui leur avaient été confiées étaient les suivantes : - être le relais de l'IHS au niveau du site, - informer et accueillir des nouveaux entrants, - Participer à la prévention des risques et la mise en oeuvre... Tous ont été formés en collaboration avec les autres universités nancéennes (ils ont donc eu une formation sur l'ensemble des risques auxquels on peut être exposé dans une université).NBI pour ACMO du CNRS : Pour info, au niveau du CNRS une 1ère tranche de NBI va être attribuée aux ACMO. date du décret : 2 mai 2001 (parution au journal officiel du 10 mai 2001, n°2001-401) effet rétroactif au 1er janvier 2000 / nombre de NBI : 300Nomination des ACMO : comment faire ? (Quand j'étais au CNAM nous avions mis en place des assistants de sécurité pour les laboratoires notamment. Avant tout, suite à la déclaration de politique générale de l'administratrice, une "lettre de mission" a été adressée à tous les chefs de services (voir pièce jointe) leur suggérant notamment de nommer un assistant de sécurité. Ces derniers , volontaires, étaient désignés par leur chef de service, et il recevaient une lettre de mission (voir pièce jointe après la lettre de mission des chefs de service) et un classeur de travail complet (voir 2e document joint). leur nomination était donc officielle, écrite, signée par eux même, leur chef de service et l'administratrice générale.
( Je viens de lancer une nouvelle désignation des ACMO (la précédente date de 1998) l'Université a son formulaire de désignation, le CNRS gère le sien en liaison avec l'Université et l'INSERM gère ses désignations d'ACMO en propre
( envoyé à tous les responsables administratifs, beaucoup nous ont appelés pour voir comment repartir les zones d'actions des ACMO (par bâtiment, par labo ...) une fois ces personnes formées (AFPS et extincteurs ...) une désignation définitive signée par le président et chef de service officialisera leur rôle dans leur zone d'action dans les UMR cette désignation est co-signé par la DR CNRS.Réglementation générale - normesDroit de retrait2010 : exemple d’utilisation du droit de retrait
afin d'imager au mieux une formation destinée à des futurs agents ACMO, j'aimerai savoir si vous avez des exemples de droit de retrait exercé dans vos établissements respectifs.
Des exemples concrets sont toujours très intéressants et plus parlants que tous les discours.
(Suite à l'inondation à l'IUT de Draguignan mardi 15 juin à 17h (1m80 d'eau, 20 cm de boue), l'agent logé a été installé pour le moment à l'hôtel. Même si on a pas fait jouer le droit de retrait car on a paré au plus vite, cela peut peut-être entré dans ce cadre.
(sur Avignon il y a 3 ans, d'un coup, une fissure importante est apparue sur le sol dans un couloir au 1er étage d'un bâtiment. La fissure semblait se prolonger en dessus au RdC sur une poutre de support d'un amphi immédiatement nous avons procédé à la fermeture de l'amphi et interdit l'accès au laboratoire du 1er concerné par ce bout de couloir heureusement, ce n'était pas grave après expertise.
Il n'y a pas eu officiellement droit de retrait vu que "l'évacuation" a été demandé par la direction mais ça aurait pu être l'inverse
(Nous avons un bâtiment relativement récent dont les fenêtres ont un vice de fabrication : l'une d'elles, fermée, est tombée vers l'intérieur un jour de grand vent dans une salle de TP où il y avait cours et où fort heureusement les étudiants s'étaient regroupés autour d'une manip de l'autre côté de la salle.
Un bilan a été fait et on s'est rendu compte que 101 châssis présentaient un défaut de fabrication expliquant le phénomène et on s'est lancé dans une étude technique de prise en charge du problème.
Avant que l'on ait trouvé une solution, il y a eu une autre tempête. Un technicien, au courant du problème, a constaté que les fenêtres se bombaient