Td corrigé ministere - Examen corrige pdf

ministere - Examen corrige

En 1997, 1077 candidats se sont présentés à l'examen du brevet de ..... stricte contribue à l'augmentation du volume d'activités et des perspectives d'emploi.




part of the document



nergie dans la mesure où il n’a pas été rénové depuis 1986. Du fait de l’évolution des techniques, les compétences technologiques et générales que détiennent les titulaires de ce diplôme sont devenues inadaptées et ne répondent plus aux besoins des professionnels. Une étude réalisée par le Centre d’études et de recherches sur l’emploi et les qualifications (Cereq) ainsi qu’une étude nationale menée par la commission formation de l’association des ingénieurs du génie climatique, de la ventilation et du froid (A.I.C.V.F.) auprès de 950 entreprises du génie climatique et par l’association française des ingénieurs du froid (A.F.F) auprès de 80 entreprises du génie frigorifique ont servi de base à la rénovation.

Les milieux professionnels ont accueilli favorablement les contenus de formation du nouveau référentiel ainsi que l’intitulé du brevet de technicien supérieur fluides-énergies-environnements et l’appellation des nouvelles options : option A génie sanitaire et thermique, option B : génie climatique, option C : génie frigorifique, option D : maintenance et gestion des systèmes fluidiques et énergétiques.

Dans l’ancien règlement, seules les épreuves de l’enseignement général étaient communes à chacune des options. Avec le brevet de technicien supérieur rénové, les épreuves de l’enseignement général et une épreuve de technique sont communes à chaque option. Seules les épreuves techniques portant sur les procédures d’intervention ainsi que les mémoires professionnels sont spécifiques à chacune des options.

Le titulaire du brevet de technicien supérieur fluides-énergies-environnements peut être un technicien de bureau d’étude, un technicien de mise en service et un futur chargé d’affaire. Dans une petite entreprise, il peut être amené rapidement à seconder l’employeur et à prendre en charge une partie des fonctions techniques de celui-ci.



…/..




En 1997, 1077 candidats se sont présentés à l’examen du brevet de technicien supérieur équipement technique - énergie (4 options) pour un taux de réussite de 60,23 %. Cette formation est appréciée par les étudiants car elle fait appel à des concepts scientifiques et technique variés et cette filière intègre l’ensemble des diplômés sur le marché du travail.

Ce projet a reçu l’avis favorable de la commission professionnelle consultative « bâtiment et travaux publics » en sa séance du 30 mars 1998.

Ce texte a été adopté à l’unanimité par les instances consultatives : le conseil supérieur de l’éducation le 1er juillet 1999 et le conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche le 5 juillet 1999.





SOMMAIRE

- Arrêté portant définition et fixant les conditions de délivrance du brevet de technicien supérieur fluides-énergies-environnements.


Annexe I
référentiel des activités professionnelles p 2
référentiel de certification p 20
capacités et compétences p 21
savoirs associés p 38
unités constitutives p 87

Annexe II
stage en milieu professionnel p 84

Annexe III
horaire p 88

Annexe IV
règlement d’examen p 90

Annexe V
définition des épreuves ponctuelles
et des situations d’évaluation en cours de
formation p 92

Annexe VI
tableau de correspondance d’épreuves/unités p 122



















MINISTERE DE L'EDUCATION NATIONALE, DE LA RECHERCHE ET DE LA TECHNOLOGIE
****
DIRECTION DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR







Arrêté portant définition et fixant les conditions de délivrance du brevet de technicien supérieur fluides-énergies-environnements
option A : génie sanitaire et thermique
option B : génie climatique
option C : génie frigorifique
option D : maintenance et gestion des systèmes fluidiques et énergétiques



LE MINISTRE DE L’EDUCATION NATIONALE DE LA RECHERCHE
ET DE LA TECHNOLOGIE


-VU le décret n ° 95-665 du 9 mai 1995 modifié portant règlement général du brevet de technicien supérieur ;

-VU l’arrêté du 9 mai 1995 fixant les conditions d’habilitation à mettre en oeuvre le contrôle en cours de formation en vue de la délivrance du baccalauréat professionnel, du brevet professionnel, et du brevet de technicien supérieur ;

-VU l’arrêté du 9 mai 1995 relatif au positionnement en vue de la préparation du baccalauréat professionnel, du brevet professionnel et du brevet de technicien supérieur ;

-VU l’avis de la commission professionnelle consultative bâtiment et travaux publics du 30 mars 1998 ;

-VU l’avis du conseil supérieur de l’éducation en date du 1er juillet 1999 ;

-VU l’avis du conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche en date du 5 juillet 1999.


ARRETE


ARTICLE PREMIER

La définition et les conditions de délivrance du brevet de technicien supérieur fluides-énergies-environnements sont fixées conformément aux dispositions du présent arrêté.

Le brevet de technicien supérieur fluides-énergies-environnements comporte quatre options : option A : génie sanitaire et thermique ; option B : génie climatique ; option C : génie frigorifique ; option D : maintenance et gestion des systèmes fluidiques et énergétiques.

ARTICLE 2

Les unités constitutives du référentiel de certification du brevet de technicien supérieur fluides-énergies-environnements sont définies en annexe I au présent arrêté.





ARTICLE 3

La formation sanctionnée par le brevet de technicien supérieur fluides-énergies-environnements comporte des stages en milieu professionnel dont les finalités et la durée exigée pour se présenter à l’examen sont précisées en annexe II au présent arrêté.

ARTICLE 4

En formation initiale sous statut scolaire, les enseignements permettant d’atteindre les compétences requises du technicien supérieur sont dispensés conformément à l’horaire hebdomadaire figurant en annexe III au présent arrêté.

ARTICLE 5

Le règlement d’examen est fixé en annexe IV au présent arrêté. La définition des épreuves ponctuelles et des situations d’évaluation en cours de formation est fixée en annexe V au présent arrêté.

ARTICLE 6

Pour chaque session d’examen, la date de clôture des registres d’inscription et la date de début des épreuves pratiques ou écrites sont arrêtées par le ministre chargé de l’éducation nationale.

La liste des pièces à fournir lors de l’inscription à l’examen est fixée par le recteur.

ARTICLE 7

Chaque candidat s’inscrit à l’examen dans sa forme globale ou dans sa forme progressive conformément aux dispositions des articles 16, 23, 24 et 25 du décret du 9 mai 1995 susvisé.

Il précise également les épreuves facultatives, dans la limite de deux, qu’il souhaite subir.

Dans le cas de la forme progressive, le candidat précise les épreuves ou unités qu’il souhaite subir à la session pour laquelle il s’inscrit.

Le brevet de technicien supérieur fluides-énergies-environnements est délivré aux candidats ayant passé avec succès l’examen défini par le présent arrêté conformément aux dispositions du titre III du décret du 9 mai 1995 susvisé.

ARTICLE 8

Les candidats titulaires de l’une des options du brevet de technicien supérieur fluides-énergies-environnements peuvent se présenter à l’autre option à une session ultérieure sans avoir à justifier de conditions particulières.

Ces candidats ne passent que les épreuves spécifiques de l’option postulée.

ARTICLE 9

Les candidats qui se sont présentés sans succès à l’une des options du brevet de technicien supérieur fluides-énergies-environnements peuvent se présenter à l’autre option à une session ultérieure sans avoir à justifier de conditions particulières.

Les candidats peuvent reporter le bénéfice des épreuves obtenues dans le cadre de cette option. Dans ce cas, ils présentent, d’une part, les épreuves pour lesquelles ils n’ont pas obtenu une note égale ou supérieure à 10 sur 20 et, d’autre part, les épreuves spécifiques de l’option postulée.





ARTICLE 10

Les correspondances entre les épreuves de l’examen organisées conformément à l’arrêté du 17 juillet 1986 fixant les conditions de délivrance du brevet de technicien supérieur équipement technique - énergie, les épreuves de l’examen organisées conformément à l’arrêté du 31 juillet 1998 portant définition et fixant les conditions de délivrance du brevet de technicien supérieur équipement technique - énergie et les épreuves de l’examen organisées conformément au présent arrêté sont précisées en annexe VI au présent arrêté.

La durée de validité des notes égales ou supérieures à 10 sur 20 obtenues aux épreuves de l’examen subi selon les dispositions des arrêtés précités, et dont le candidat demande le bénéfice dans les conditions prévues à l’alinéa précédent, est reportée dans le cadre de l’examen organisé selon les dispositions du présent arrêté conformément à l’article 17 du décret du 9 mai 1995 susvisé et à compter de la date d’obtention de ce résultat.

ARTICLE 11

La première session du brevet de technicien supérieur fluides-énergies-environnements option A : génie sanitaire et thermique ; option B : génie climatique ; option C : génie frigorifique ; option D : maintenance et gestion des systèmes fluidiques et énergétiques organisée conformément aux dispositions du présent arrêté aura lieu en 2001.

La dernière session du brevet de technicien supérieur organisée conformément aux dispositions de l’arrêté du 31 juillet 1998 portant définition et fixant les conditions de délivrance du brevet de technicien supérieur équipement technique-énergie option A technique du toit - plomberie - chauffage; option B installations thermiques - climatisation; option C installations frigorifiques - climatisation ; option D transport - distribution - utilisation des gaz aura lieu en 2000. A l’issue de cette session, l’arrêté précité sera abrogé.

ARTICLE 12

La directrice de l’enseignement supérieur et les recteurs sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent arrêté qui sera publié au Journal officiel de la République française.




N.B. Le présent arrêté et ses annexes III, IV et VI seront publiés au bulletin officiel de l’éducation nationale du disponible au centre national de documentation pédagogique 13, rue du Four 75006 Paris, ainsi que dans les centres régionaux et départementaux de documentation pédagogique. L’arrêté et l’ensemble de ses annexes seront diffusés par les centres précités.




ANNEXE I



RÉFERENTIEL
DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES


I. DEFINITION DU DIPLOME


BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR FLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTS
A. Contenus / Profil des options
Le BTS Fluides – Énergies – Environnements comprend quatre options qui sont respectivement :

Option A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUE
Le titulaire du BTS conçoit, dimensionne, établit les devis, planifie les activités de réalisation et de maintenance, met en service et optimise les installations sanitaires et thermiques.

Option B : GENIE CLIMATIQUE
Le titulaire du BTS conçoit, dimensionne, établit les devis, planifie les activités de réalisation et de maintenance, met en service et optimise les installations thermiques et conditionnement de l’air.

Option C : GENIE FRIGORIFIQUE
Le titulaire du BTS conçoit, dimensionne, établit les devis, planifie les activités de réalisation et de maintenance, met en service et optimise les installations frigorifiques et conditionnement de l’air.

Option D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES
Le titulaire du BTS assure la maintenance et la gestion des installations sanitaires, thermiques, de conditionnement de l’air et des systèmes fluidiques et énergétiques. Il vérifie les conformités, établit les devis, planifie les activités d’intervention, gère les stocks, met en service les installations et optimise le fonctionnement.


BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES

II. SOMMAIRE DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES


I - Un secteur en pleine mutation

Les équipements fluidiques et énergiques regroupent les secteurs professionnels de l’installation et de la maintenance des installations fluidiques et énergétiques du génie climatique.
Le secteur comporte des entreprises de taille humaine de différentes dimensions. Les petites et moyennes entreprises font preuve d'un grand dynamisme. Les entreprises artisanales interviennent surtout dans les activités d'installations de petits systèmes domestiques et de maintenance sur des matériels simples.
Les chiffres récents indiquent une progression des services de maintenance et de gestion des systèmes.

II - ÉVOLUTION DE LA PROFESSION

La profession est jeune et chaque année des innovations technologiques voient le jour :
- développement des automatismes, de la régulation, de la télégestion et de la télémaintenance,
- utilisation de matériaux nouveaux comme les matières plastiques et de matériels de plus en plus sophistiqués,
- développement de technologies nouvelles.
Par ailleurs, la notion de confort et de qualité de vie se développe. L'intérêt accru porté à l'environnement prend en compte la réduction des nuisances (rejets, bruit, déchets) et l'accroissement de la qualité de l'air et de l'eau (climatisation, traitement...)

L'influence de plus en plus importante de l'informatique et des automatismes appliqués au secteur et conjugués aux technologies nouvelles mises en place implique deux transformations en profondeur ; la mise en œuvre de types d'équipements très fiables et performants d’une part et l’évolution des méthodes de travail et des qualifications nouvelles d’autre part. L'automatisation de la gestion technique permet de considérer le génie énergétique comme une composante importante de la gestion technique des bâtiments et de l’industrie.
Le secteur intègre plusieurs compétences associant : thermique, aéraulique, fluides, électrotechnique, électronique, acoustique, acoustique et respect de l’environnement. Tout ceci entraîne une évolution de plus en plus poussée des compétences et des connaissances des différents métiers de ce secteur.
L'évolution des diplômes constitue un signe concret du souci de la profession d'adapter les formations initiales aux exigences des entreprises, c’est de fait, un secteur porteur et en pleine expansion.

L’ensemble des activités du secteur est regroupé en quatre options :
Option A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUE
La profession est impliquée par des décrets et autres documents européens ou nationaux dont leurs applications ont des conséquences pour l’activité du technicien. Ces textes ont pour vocation de compléter les dispositions d’anciens décrets relatifs aux eaux destinées à la consommation humaine. Le terme "eaux destinées à la consommation humaine" (EDCH) a remplacé le terme "eau potable" dans les directives qui émanent de la Communauté européenne et dans les textes français qui en découlent. Les EDCH sont, entre autres, toutes les eaux qui peuvent être consommées ou être utilisées dans la fabrication des denrées alimentaires, et ce à l'exclusion des eaux minérales. En d'autres termes cela concerne donc l'eau froide et l'eau chaude sanitaire distribuées dans l'habitat, l'hôtellerie, les bureaux, les cuisines, ...
Les installations de distribution d'eaux destinées à la consommation humaine englobent dans leur domaine d'application les installations intérieures aux bâtiments desservis par les réseaux publics de distribution. Elles comprennent les réseaux de canalisation, les réservoirs et les équipements raccordés, de manière permanente ou temporaire, y compris les installations de production et de distribution d'eaux chaudes sanitaires.
Les techniciens des réseaux sanitaires sont à l'interface distributeurs d'eau et utilisateurs, et ils se doivent de connaître et de respecter les contraintes réglementaires.






BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES
L'avenir du secteur.
Face aux nouveaux défis et aux réformes nécessaires, la profession doit faire évoluer son savoir-faire. Ainsi le décret précise que la mise en place de canalisations en plomb dans les installations de distribution est interdite à partir de la date de publication du décret 95-363 du 5 avril 1995.

Avec cela d’autres changements avec :
- la mise en place des éléments réglementaires relatifs à la lutte contre la pollution par retour d'eau.
- la nécessité de concevoir les réseaux dans leur architecture et leurs équipements de façon à minimiser les risques et à satisfaire aux exigences sanitaires.
- la mise en œuvre ainsi que les modalités d'entretien.

Il faut insister sur l’aspect important de la maintenance des réseaux d'eaux destinées à la consommation humaine et qui implique la notion de surveillance sanitaire. L'obligation de maintenance (surveillance et entretien) des réseaux est inscrite dans le texte du décret.
Ceci permettra sûrement de revaloriser ce secteur professionnel qui sera créateur d'emplois. Le respect de la qualité de l'eau demande une formation adaptée, et ce, à tous les niveaux du monteur au technicien supérieur, tant en formation initiale qu'en formation continue.
Il ressort de l’étude en cours au sein de l'association générale des hygiénistes et techniciens municipaux la nécessité de disposer de personnels qualifiés, voire habilités dans les entreprises et les organismes de contrôle.
Le technicien du 21ème siècle sera concepteur, installateur et agent de maintenance des réseaux sanitaires mais aussi maillon de la chaîne de la santé publique avec les autres intervenants de la filière de l'eau.

Les autres activités
L'intervention sur des réseaux sanitaires est une partie des activités conduites par les entreprises de ce secteur. Les techniciens sont appelés également à concevoir et à organiser la mise en œuvre de réseaux véhiculant des fluides de toute nature, tel que les réseaux de gaz pour le chauffage, l’air comprimé, les fluides médicaux, les fluides industriels… Ils interviennent aussi pour la conception et la mise en œuvre des installations de chauffage à eau chaude.

Option B : GENIE CLIMATIQUE
Activités du génie climatique
Le génie climatique est une autre branche qui intervient dans les secteurs du bâtiment et de l’industrie. Il a pour objet l'amélioration des conditions d’ambiance de l'habitat ou la participation aux conditions techniques d’un process. Il recouvre les installations énergétiques des locaux et des process.
Les principales activités dans le domaine du bâtiment et de l’industrie sont :
- les installations thermiques,
- les installations aérauliques : de conditionnement d'air, de climatisation et de ventilation, avec des entreprises qui assurent la conception, l’installation et la mise en service des systèmes,
- L’entretien et l’exploitation des installations du génie énergétique et fluidique, avec des entreprises dont les activités recouvrent, en plus de celles citées ci-dessus, l'assistance technique, le réglage, l'entretien et le dépannage des installations.

Option C : GENIE FRIGORIFIQUE
Le secteur du froid reste un marché porteur compte tenu du développement constant de ses applications et du renforcement de la réglementation.
Le nombre d'entreprises en froid est de l'ordre de 2 200 pour un effectif total de 20 000 personnes. 66 % d’entre elles ont moins de 10 salariés.






BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES



Le chiffre d'affaires pour l'ensemble des entreprises est de 18 milliards de francs.
Les interventions du frigoriste portent sur la réalisation, l'entretien et la maintenance des équipements.
Dans ce secteur, le frigoriste a la possibilité d'accéder au statut d'ETAM.

Activités du génie frigorifique
Le génie frigorifique s’intéresse au froid industriel, commercial et au conditionnement de l’air industriel pour des process. Il s'applique à de nombreux domaines comme le froid ménager, le froid et le conditionnement d'air commercial et industriel. Toutes les grandes industries ont besoin de froid. La demande est assurée par quatre grands secteurs de l'industrie frigorifique soit :
- La construction d'appareils destinés à produire le froid.
- L’installation et le dépannage en froid et climatisation.
- Le groupe des exploitants frigoristes.
- Les industries utilisatrices de froid.
Ces secteurs s’intéressent plus particulièrement à la chaîne du froid alimentaire, aux applications industrielles, à la recherche scientifique et technologique, à la M.A.O. et au froid appliqué à la climatisation et au conditionnement de l’air.

L’évolution de la profession
En quelques dizaines d'années la compétence des installateurs frigoristes a considérablement évoluée et donc, en conséquence, le niveau de qualification s'est élevé.
Si auparavant, l'essentiel de l’activité se résumait en installations de petite puissance, aujourd’hui l'évolution technique passe par l'utilisation d'équipements plus puissants utilisant des techniques plus élaborées.
Les puissances installées dépassent souvent 1 00 kW.

Les compétences requises, les besoins en recrutement et de formation
Le métier de frigoriste devient de plus en plus polyvalent associant la fluidique électrotechnique, l'automatisme et l'électronique.
Le renforcement de la réglementation, les contraintes liées à l'environnement et aux fluides, la nécessité d'une hygiène alimentaire toujours plus stricte contribue à l’augmentation du volume d'activités et des perspectives d'emploi.
L’évolution importante de la technicité nécessite des niveaux de qualification de plus en plus élevés. Les formations et les évaluations doivent s'adapter à ce constat.

Option D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES
Les activités du secteur consistent en la maintenance et la gestion des fonctions et des équipements qui font appel aux systèmes techniques les plus complexes. C'est un métier à part entière, qui nécessite le recours à des technologies et des compétences diverses et utilise des filières variées.
Le développement des techniques avec l'informatique vise à améliorer la gestion de l'ensemble des fonctions techniques dans les immeubles : ascenseur, groupe électrogène, contrôle d'accès, télésurveillance, climatique, dans la cité ou dans l'industrie.

La maintenance préventive/prédictive
Les installations de production et de distribution de chaleur ou de froid, comme toutes les installations techniques, nécessitent un entretien pour assurer leurs fonctions d'une manière continue.
Depuis longtemps, les professionnels du service cherchent à prévenir les pannes en les anticipant, c'est la deuxième solution.







BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES
L'expérience du passé peut être utilisée pour déterminer des durées de vie statistiques des matériels en fonction de leurs conditions de fonctionnement : on parle de maintenance préventive.
Il a fallu développer des méthodes qui permettent d'analyser l'état technique d'un matériel dans ses conditions propres de fonctionnement. C'est ainsi que, grâce à la recherche des vibrations provoquées par une machine tournante, à l'analyse de l'huile des moteurs, à la recherche de fissures par gammagraphie ou rayons X, ou à l'utilisation d'autres méthodes ayant la même vocation, le moment où un matériel va avoir une défaillance peut être prévue ; on parle alors de maintenance prédictive.

Le traitement des déchets ménagers avec valorisation énergétique.
Des industriels, dont les cessionnaires de réseau de chaleur, toujours à la recherche d'une diversification des ressources d'énergie ont considéré que ces déchets ménagers comportaient une part importante de matière susceptible de dégager de la chaleur en brûlant. Ils ont eu l'idée d'utiliser cette chaleur en incinérant les déchets dans des fours et en faisant passer les gaz de combustion dans une chaudière de récupération où ils cèdent leur chaleur à de l’eau pour produire de la vapeur ou de l'eau surchauffée qui sert ensuite à réchauffer l’eau d’un réseau de chaleur.
Les techniques de traitement des fumées permettent maintenant d'affirmer que l'incinération est devenue propre.
Fréquemment, on utilise une partie de la vapeur pour produire de l'électricité pour les besoins du centre de traitement. Dans certains cas l’usine d'incinération n'étant pas à proximité d'un réseau de chaleur, la totalité de la vapeur produite est utilisée pour produire de l'électricité. Le meilleur compromis consisterait à produire simultanément de la chaleur et de l'électricité.
Aujourd'hui les techniques de tri et de recyclage sont de plus en plus associées à l'incinération elle-même, pour constituer des centres de traitement des déchets.

L'exploitation de chauffage et de climatisation.
L'exploitation des installations de chauffage collectif consiste à prendre en charge la totalité des prestations nécessaires au fonctionnement d'une installation avec un engagement de longue durée dans le cadre d'un contrat de garantie de résultat, gage du professionnalisme des spécialistes qui sont chargés du fonctionnement et de la maintenance des équipements.
Cette prise en charge concerne tout ou partie des prestations suivantes:
- Conduite et entretien courant des installations.
- Approvisionnement en combustible ou énergie.
- Garantie totale.
- Aide au financement.
Aux termes de l'engagement de garantie totale, le prestataire se charge de toutes les prestations de gros entretien et de renouvellement du matériel, moyennant une redevance forfaitaire annuelle, fixée au début de contrat.
L'exploitation des installations de climatisation collective s'est développée selon les mêmes principes, essentiellement dans le secteur tertiaire, alors que les exploitations de chauffage concernent aussi le secteur résidentiel.
Enfin, plusieurs entreprises ont abordé le secteur industriel, en général pour assurer la maintenance des équipements techniques, dans certains cas pour intervenir au niveau du processus lui-même.

Le chauffage et la climatisation urbaine
Les réseaux sont constitués par une ou plusieurs centrales de production de chaleur ou de froid, raccordées à un ensemble de canalisations, empruntant au moins partiellement le domaine public, jusqu'à des postes de livraison où s'effectue le comptage de l'énergie consommée.
Les centrales thermiques utilisent fréquemment plusieurs énergies, y compris des énergies de récupération.
Les centrales frigorifiques utilisent généralement des groupes à compression entraînés par des moteurs électriques ou des turbines à vapeur.



BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES
S'agissant d'un service public, placé sous la responsabilité des collectivités locales, la gestion des réseaux de chaleur ou de froid peut être envisagée de trois manières : en gestion directe par la collectivité, en délégation de service public dans laquelle la collectivité délègue à une entreprise privée, en concession et en affermage.

Les secteurs résidentiels tertiaires et industriels, télésurveillance et immotique.
Les entreprises assurant la gestion d'installation de chauffage ou de climatisation, de réseaux de chaleur ou de froid et d'usines d'incinération de déchets ont cherché à utiliser les techniques de transmission d'informations à distance pour améliorer la qualité de leurs prestations.
Elles ont constitué des centres de télésurveillance destinés à contrôler, à distance et en permanence, le fonctionnement des équipements à gérer.
Ces centres, raccordés par des liaisons téléphoniques aux sites à surveiller, sont en fonctionnement vingt-quatre heures sur vingt-quatre, toute l'année, ce qui permet aux opérateurs de détecter immédiatement une anomalie, et ainsi, de faire intervenir aussitôt, si nécessaire, le spécialiste apte à remédier à cette anomalie.
L'augmentation du volume des informations à traiter a fait que ces centres de télésurveillance sont devenus de véritables entités économiques, capable maintenant de prendre en charge toutes les fonctions techniques d'un bâtiment et la sécurité de ses usagers.
La fonction surveillance à distance peut aussi être exercée en un point central d'un grand site d’exploitation ; on parlera alors de gestion technique centralisée ou de gestion technique du bâtiment et d’immotique (traitement de l'informatique d'immeubles).

La cogénération
Une installation de cogénération remplit à elle seule deux fonctions en produisant simultanément de l'électricité et de la chaleur. L'alternateur est entraîné par un moteur ou une turbine à gaz ou à fioul. La chaleur contenue dans les gaz d'échappement et dans l'eau de refroidissement pour le moteur est utilisée pour produire de l'eau chaude de chauffage.
Une autre technique, souvent appelée "chaleur-force", consiste à entraîner l'alternateur avec une turbine à vapeur haute pression produite à partir d'une chaudière. La vapeur basse pression rejetée par cette turbine sert à produire l'eau chaude de chauffage.
Malgré leur complexité, ces systèmes offrent un avantage très important en matière d'économie d'énergie, si la production d'électricité seule se réalise avec un rendement de 35% sur l'énergie primaire. Grâce à la production simultanée (dite cogénération), une très grande part des 65% peut être utilisé. En outre, la production locale fournit un complément d'énergie électrique qui tend à limiter la prolifération des lignes grande distance.

Les réseaux gaz GDF
L'exploitation des réseaux de distribution du gaz, avant compteur, consiste à prendre en charge la totalité des prestations nécessaires à leur bon fonctionnement dans le cadre d'un contrat de garantie de résultat.
Cette prise en charge concerne les prestations d’exploitation et de maintenance courantes des réseaux de distribution du gaz.






BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES
III - LE TITULAIRE DU BTS “ FLUIDES – ENERGIES – environnementS ”

Attentes des entreprises
Le titulaire du BTS peut être un technicien de bureau d’étude, un technicien de mise en service et un futur chargé d’affaire.
Il doit :
- travailler de manière autonome et comprendre les tenants et les aboutissants de son travail,
- assurer certaines relations avec le client, notamment en l'absence de hiérarchie,
- s'adapter aux missions d'encadrement que la hiérarchie lui délègue,
- assurer la bonne fin de l’ouvrage qu’il a conçu dans le respect des règles de l’art et de sécurité,
- assurer au client, suivant les moyens dont il dispose, une intervention rapide au meilleur coût,
- assurer certaines tâches de gestion dans l’entreprise,
- participer de façon active au succès commercial et au développement de l’entreprise,
- être une force de proposition vis à vis de sa hiérarchie afin de faire évoluer un contexte donné.
Dans une petite entreprise, le titulaire du BTS peut être amené rapidement à seconder l'employeur et à prendre en charge une partie des tâches techniques de celui-ci.

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES

III FONCTIONS ET TACHES

FONCTION : ETUDE

TACHE : PARTICIPER À L’ETUDE TECHNIQUE
T1 : Participer à la préparation de l’étude.
T2 : Prendre connaissance des pièces du marché ou du dossier d’étude.
T3 : Effectuer des relevés sur le site.
T4 : Dimensionner des éléments d’une installation.
T5 : Réaliser les schémas et les plans.
TACHE : CONTRIBUER À L’ETUDE BUDGETAIRE
T6 : Consulter les fournisseurs ou les sous-traitants.
T7 : Collaborer à la réalisation d’un devis quantitatif et estimatif.
TACHE : PREPARER L’OFFRE ET LA NEGOCIATION
T8 : Mettre en forme un dossier.
T9 : Présenter le dossier à la hiérarchie.
T10 : Collaborer à la négociation des solutions techniques et financières avec un client.
FONCTION : réalisation

TACHE : Préparer la réalisation
T11 : Participer à la mise en place et l'application des plans qualité, d’hygiène et de sécurité.
T12 : Participer à la planification des activités de réalisation.
T13 : Réceptionner les matériels et gérer les stocks.
TACHE : Assurer le suivi de la REALISATION
T14 : Participer aux réunions de chantier et à la réception des travaux.
T15 : Contrôler l'avancement et les conditions de réalisation des travaux.
T16 : Participer à la gestion des comptes.
TACHE : Participer à la livraison d'une installation
T17 : Rassembler et réaliser les documents de fin de travaux.
T18 : Réaliser le cahier de mise en service.
T19 : Participer à la mise en service.
FONCTION : EXPLOITATION

TACHE : preparer le suivi. d'UNe InSTALLATION
T20 : Réaliser la mise à jour du dossier d'installation.
T21 : Participer à l’expertise de tout ou partie d’une installation.
TACHE : Intervenir sur une installation
T22 : Définir et planifier les interventions.
T23 : Déterminer les compétences et les habilitations pour une intervention.
TACHE : Optimiser un fonctionnement
T24 : Réaliser et renseigner un cahier de suivi.
T25 : Participer à l'analyse des indicateurs d'état et de leurs dérives.
T26 : Proposer des modifications sur une installation

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES


FONCTION et tache principale : ETUDE - CONTRIBUER A L’ETUDE BUDGETAIRETACHES T1Participer à la préparation de l’étude.T2Prendre connaissance des pièces du marché ou du dossier d’étude.T3Effectuer des relevés sur le site.T4Dimensionner des éléments d’une installation T5Réaliser les schémas et les plans.CONDITIONS D’EXERCICEMoyens :T1- Bloc-notes, magnétophone. - Matériel de saisie de l'information écrite et orale. - Cahier des charges. - Dossier d'installation si existant.T2- Dossier technique comprend : cahier des charges, cahier des clauses particulières et administratives, plans, documents techniquesT3- Matériel de relevé et procédures de mesure. - Règlements d’hygiène et de sécurité. - Règlements techniquesT4- Matériel informatique et logiciels. - Cahier des charges. - Normalisation, lois et règlements. - Réalisations similaires. - Documentations techniques définissant les caractéristiques et les conditions d’utilisation et
d’installation - Documentation technique générale et particulière.T5- Cahier des charges. - Matériel de dessin. - Matériel informatique et logiciels. - Dessinateurs selon l’importance du travail.Autonomie et responsabilité T1- Participation selon sollicitation de la hiérarchie. - Prend connaissance, à son initiative, de toutes les données nécessaires à l’exécution du travail. - S’imprègne du projet à traiter afin de répondre au cahier des charges. - Mémorise les points importants.T2- Prend connaissance, à son initiative, de toutes les données nécessaires à l’exécution du travail demandé.T3- Conduite de son activité en totale autonomie et en complète responsabilité.T4- Responsabilité totale et autonomie complète dans le cadre du travail demandé par la hiérarchie.T5- Conduite de son activité en totale autonomie et en complète responsabilité.RESULTATS ATTENDUST1- Les points nécessaires pour son étude sont consignés. - Un compte rendu oral ou écrit est réalisé.T2- Les documents sont inventoriés. - Les interactions entre les différents corps d’état sont repérées. - Les éventuelles incompatibilités sont repérées et consignées. - Un compte rendu oral ou écrit est réalisé.T3- Les croquis côtés des locaux sont réalisés. - Les schémas des systèmes existants sont réalisés. - L’inventaire des matériels et matériaux implantés et le relevé de leurs caractéristiques sont effectués. - Les conditions de réalisation des travaux sont repérées et inventoriées avec la prise en compte du
plan d’hygiène et de sécurité.T4- Le travail effectué respecte la demande et le cahier des charges. - Les caractéristiques des installations sont définies.T5- Les schémas et les plans représentent l’installation à réaliser en respectant la symbolisation et les normes adaptées.


BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES

FONCTION et tache principale : ETUDE - CONTRIBUER A L’ETUDE BUDGETAIRE
TACHES T6Consulter les fournisseurs ou les sous-traitants.T7Collaborer à la réalisation d’un devis quantitatif et estimatif.CONDITIONS D’EXERCICEMoyens :T6- Matériel de communication. - Service d’achat de l'entreprise et hiérarchieT7- Cahier des charges. - Dossier d’étude technique. - Documentation technique générale et particulière. – Prix : main d’œuvre, matériels, matériaux, sous-traitance.Autonomie et responsabilité T6- Participation selon la sollicitation de la hiérarchie.T7- Participation selon la sollicitation de la hiérarchie.RESULTATS ATTENDUST6- La demande de l’envoi de catalogues et de documentation est effectuée. - La consultation permet la consignation des :
( caractéristiques techniques des matériels. ( disponibilités. ( délais de livraison. ( prix unitaires.T7- Les choix technologiques des appareils et des raccordements sont établis. - Les quantités et les coûts sont calculés. - Les bordereaux de calculs et de désignation des matériaux et matériels sont réalisés. - Les protections et les éléments de sécurité sont répertoriés et chiffrés.
BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES


FONCTION et tache principale: ETUDE - PREPARER L’OFFRE ET LA NEGOCIATION
TACHES T8Mettre en forme un dossier.T9Présenter le dossier à la hiérarchie.T10Collaborer à la négociation des solutions techniques et financières avec un client.CONDITIONS D’EXERCICEMoyens :T8- Cahier des charges. - Plans et schémas. - Documentations techniques. - Bordereaux de calculs et de prix. - Matériel informatique et logiciels.T9- Dossier de l’installation. - Tableau mural. - Rétroprojecteur.T10- Dossier de l’installation. - Notes de conception et de calculs. - Différents types de contrats.Autonomie et responsabilité T8- Conduite de son activité en totale autonomie et en complète responsabilité.T9- Participation selon la sollicitation de la hiérarchie.T10- Participation selon la sollicitation de la hiérarchie.RESULTATS ATTENDUST8- Les pièces du dossier sont rassemblées et classées.T9- La proposition technique et financière est réalisable. - La présentation fait apparaître les points importants. - La présentation est méthodique et rigoureuse. - Les choix techniques et budgétaires sont justifiés.T10- Les informations communiquées apportent les éléments nécessaires à la négociation.

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES

FONCTION et tache principale : REALISATION - Préparer la réalisation
TACHES T11Participer à la mise en place et l'application des plans qualité, d’hygiène et de sécurité.T12Participer à la planification des activités de réalisation.T13Réceptionner les matériels et gérer les stocks.CONDITIONS D’EXERCICEMoyens :T11- Manuel qualité. - Plans qualité, d’hygiène et de sécurité. - Procédures. - Questionnaire d’audit. - Moyens humains.T12- Chef de chantier ou chef de site. - Service achat. - Sous-traitance. - Cahier des charges. - Matériel informatique et logiciels. - Moyens de communication.T13- Bons de commande et livraison. - Documents techniques. - Chef de chantier et magasinier.Autonomie et responsabilité T11- Participation selon la sollicitation de la hiérarchie.T12- Participation selon la sollicitation de la hiérarchie.T13- Participation selon la sollicitation de la hiérarchie.RESULTATS ATTENDUST11- Les rapports d’audit sont rédigés. - Les procédures sont contrôlées et respectées. - Les habilitations et les différentes compétences sont reconnues.T12- Les moyens matériels et humains sont inventoriés et planifiés. - Les autorisations administratives sont demandées. - Les documents nécessaires à la réalisation du chantier sont transmis. - Les informations pour les intervenants concernés par le chantier y compris les riverains et
usagers sont communiquées.T13- Le matériel est stocké et manutentionné dans le respect des règles d’hygiène et de sécurité. - La rédaction d’un rapport en cas d’anomalie, d’erreur ou de détérioration du matériel est réalisée. - Des solutions de remplacement sont proposées.

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES

FONCTION et tache principale : REALISATION - Assurer le suivi de la réalisation
TACHES T14Participer aux réunions de chantier et à la réception des travaux.T15Contrôler l'avancement et les conditions de réalisation des travaux.T16Participer à la gestion des comptes.CONDITIONS D’EXERCICEMoyens :T14- Cahier des charges. - Notices des constructeurs. - Plans et schémas. - Chef de chantier ou chef de site. - Client. - Organismes de contrôle.T15- Calendrier et moyens humains. - Échéancier de livraison et calendrier d’avancement du chantier. - Matériel informatique et logiciels. - Règlements d’hygiène et de sécurité.T16- Chef de chantier. - Service comptable. - Relevé des heures. - Factures des matériaux et de la sous-traitance. - Calendrier général et particulier. - Documents modificatifs. - Moyens informatiques et logiciels.Autonomie et responsabilité T14- Participation selon la sollicitation de la hiérarchie.T15- Participation selon la sollicitation de la hiérarchie.T16- Participation selon la sollicitation de la hiérarchie.RESULTATS ATTENDUST14- Un compte rendu pour la hiérarchie est rédigé. - La levée des réserves est obtenue. - Le dossier de récolement est présenté au client.T15- Le calendrier est respecté. - La rédaction d’un rapport est réalisé en cas de dérive constatée. - Des solutions d’ajustement sont proposées. - Les règles d’hygiène et de sécurité sont respectées.T16- Les rapports financiers sont réalisés en temps réel avec la prise en compte :
( du nombre d’heures passé par les équipes et la sous-traitance, ( du matériel installé, ( des aléas et des travaux supplémentaires.
- L’établissement d’un rapport en cas de dérive du budget est effectué. - Des mesures d’ajustement sont proposées. - Un rapport permet l’analyse entre le prévisionnel et la réalisation. - Les écarts sont constatés et les causes sont déterminées.

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES

FONCTION et tache principale : REALISATION - Participer à la LIVRAISON d'une installation 
TACHES T17Rassembler et réaliser les documents de fin de travaux.T18Réaliser le cahier de mise en service.T19Participer à la mise en service.CONDITIONS D’EXERCICEMoyens :T17- Chef de chantier ou chef de site. - Dossier technique. - Constructeurs, fournisseurs et sous-traitants. - Documents modificatifs. - Moyens informatiques et logiciels. - Plans et schémas.T18- Cahier des charges. - Dossier technique. - Notices des constructeurs. - Moyens informatiques et logiciels.T19- Cahier des charges. - Appareils de mesure. - Notices techniques. - Plans et schémas des installations.Autonomie et responsabilité T17- Conduite de son activité en totale autonomie et en complète responsabilité.T18- Conduite de son activité en totale autonomie et en complète responsabilité.T19- En relation avec le chef de chantier ou de site et le metteur au point.RESULTATS ATTENDUST17- Le dossier est remis en forme. - Les pièces nécessaires à l’utilisation de l’ouvrage, la notice de fonctionnement et de maintenance
sont réalisées. - Les plans de récolement sont réalisés.T18- Les informations consignées respectent la chronologie de mise en service. - Les paramètres de fonctionnement et les procédures sont identifiés. - Les mesures de sécurité sont prises en compte.T19- La chronologie de mise en service de l’installation est respectée. - Les performances de l'installation sont vérifiées. - L’installation fonctionne en conformité avec le cahier des charges et les modificatifs éventuels. - Le cahier de mise en service est renseigné.

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES

FONCTION et tache principale : EXPLOITATION - preparer le suivi d'UNe InSTALLATION
TACHES T20Réaliser la mise à jour du dossier d'installationT21Participer à l’expertise de tout ou partie d’une installationCONDITIONS D’EXERCICEMoyens :T20- Cahier des charges. - Notices des constructeurs. - Plans et schémas. - Relevés sur le site. - Documents réglementaires. - Équipements d'investigation. - Moyens informatiques et logiciels.T21- Cahier des charges. - Notices des constructeurs. - Plans et schémas. - Relevés sur le site. - Documents réglementaires. - Équipements d'investigation. - Outils d'aide à l'expertise. - Installation. - Utilisateurs et client. - Moyens informatiques et logiciels.Autonomie et responsabilité T20- Conduite de son activité en totale autonomie et en complète responsabilité.T21- Participation selon la sollicitation de la hiérarchie.RESULTATS ATTENDUST20- Les plans et schémas de récolement sont réalisés. - Les pièces nécessaires à l’utilisation de l’ouvrage, la notice de fonctionnement et de maintenance
sont mises à jour.T21- Un rapport d'expertise est rédigé. - Les informations contenues permettent de définir d'éventuelles interventions. - L’état de l’installation est présenté au client ou à la hiérarchie. - Des réserves et propositions justifiées sont émises.
BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES

FONCTION et tache principale : : EXPLOITATION - Intervenir sur une installation 
TACHES Intervenir sur une installation T22Définir et planifier les interventions.T23Déterminer les compétences et les habilitations pour une intervention.CONDITIONS D’EXERCICEMoyens :T22- Installation. - Dossier de l’installation. - Moyens matériels et humains. - Moyens informatiques et logiciels.T23- Règlements et normes. - Service du personnel. - Habilitations.Autonomie et responsabilité T22- Conduite de son activité en totale autonomie et en complète responsabilité.T23- Conduite de son activité en totale autonomie et en complète responsabilité.RESULTATS ATTENDUST22- Les opérations de maintenance sont répertoriées et permettent d'assurer la continuité de service. - Le calendrier des opérations et le chiffrage sont présentés à la hiérarchie. - Les mesures d'hygiène et de sécurité sont prises en compte.T23- Les habilitations et les compétences de l’équipe d’intervention sont identifiées. - Les mesures d'hygiène et de sécurité sont prises en compte.
BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES

FONCTION et tache principale : : EXPLOITATION - Optimiser un fonctionnement
TACHES T24Réaliser et renseigner un cahier de suivi.T25Participer à l'analyse des indicateurs d'état et de leurs dérives.T26Proposer des modifications sur une installationCONDITIONS D’EXERCICEMoyens :T24- Équipements d'investigation. - Installation. - Dossier de l’installation. - Matériel informatique et logiciels. - Cahier de suivi type.T25- Installation. - Dossier de l’installation. - Relevés sur site. - Matériel informatique et logiciels.T26- Cahier des charges. - Notices des constructeurs. - Plans et schémas. - Relevés sur le site. - Matériel informatique et logiciels. - Documents réglementaires.Autonomie et responsabilité T24- Conduite de son activité en totale autonomie et en complète responsabilité.T25- Participation selon la sollicitation de la hiérarchie.T26- Conduite de son activité en totale autonomie et en complète responsabilité.RESULTATS ATTENDUST24- Le dossier établi permet de recueillir les indicateurs d'état de l'ouvrage. - Les bilans des consommations sont établis. - Le dossier permet d'analyser le comportement de l'ouvrage.T25- Les dérives de fonctionnement sont constatées et les causes sont déterminées. - Les points critiques sont identifiés. - Un rapport est rédigé et présenté à la hiérarchie.T26- Le calendrier de remplacement du matériel et le chiffrage des travaux sont présentés à la hiérarchie. - Les propositions modificatives permettent une amélioration du fonctionnement et une mise
en conformité. - Les contraintes environnementales sont prises en compte.



REFÉRENTIEL
DE CERTIFICATION



Capacités et compétences

TABLEAU DES CAPACITES



CAPACITE C1 : COMMUNIQUER

C1.1 : COLLECTER
C1.11Classer une documentationC1.12Inventorier des pièces et des documents d'un dossierC1.13Inventorier des éléments et des moyens techniques d'une installationC1.14Rechercher des caractéristiques techniques et dimensionnellesC1.15Rechercher des procédures de mise en service, contrôle, maintenanceC1.16Effectuer des relevés
C1.2 : CONSIGNER DES DONNEES
C1.21Extraire du dossier les données et les informations nécessaires.C1.22Consigner des informations relatives à l'état de l'installation.C1.23Prendre des notes.C1.24Rédiger des rapports.C1.25Rédiger des documents techniques et technico-commerciaux, administratifs et réglementaires.
C1.3 : INFORMER - RENDRE COMPTE
C1.31Préparer une réunion d'informationC1.32Exposer oralement au client ou aux équipes.C1.33Présenter oralement le dossier technique, une installation et les consignes

CAPACITE C2 : TRAITER – DECIDER

C2.1 : ANALYSER
C2.11Analyser des documents administratifs et réglementaires.C2.12Analyser des documents techniques.C2.13Analyser une installation en fonctionnement.C2.14Analyser les causes d'un dysfonctionnement.C2.15Analyser les besoins liés aux interventions.
c2.2 : ANALYSER CONCEVOIR
C2.21Concevoir des documents techniquesC2.22Concevoir tout ou partie d’une installation.C2.23Établir la logique de fonctionnement de l’installation.C2.24Définir les procédures d’installation et de maintenanceC2.25Concevoir le cahier des charges des réseaux électriques et de régulation
C2.3 : DIMENSIONNER
C2.31Calculer les apports, les pertes et les besoins d’un système ou d’une enveloppeC2.32Calculer les caractéristiques fluidiques et énergétiques des éléments d'une installationC2.33Calculer les caractéristiques d’un élément à remplacer sur un réseauC2.34Dimensionner les éléments et les réseaux fluidiques
C2.4 : SELECTIONNER
C2.41Choisir des moyens nécessaires à la réalisation d'une étude technique et budgétaireC2.42Choisir les éléments de l'installationC2.43Choisir des moyens de manutentionC2.44 Choisir des appareils de mesure et de contrôle.C2.45 Choisir le nombre de compagnons, les compétences, les habilitations
CAPACITE C3 : REALISER

C3.1 : CHIFFRER
C3.11Établir le devis quantitatif pour la réalisation ou la maintenance d’une installationC3.12Établir le devis estimatif pour la réalisation ou la maintenance d’une installationC3.13Estimer des consommations énergétiques
C3.2 : DESSINER
C3-21Dessiner à main levée des schémas de systèmes, parties d'installationsC3.22Dessiner les schémas de principeC3.23Dessiner les plans des réseaux fluidiques d'une installationC3.24Dessiner des plans d'implantationC3.25Dessiner les schémas électriques de puissance, de commande d'installations de petite puissance.
C3.3 : INTERVENIR SUR LES INSTALLATIONS
C3.31Mettre en œuvre les procédures de consignation et de sécuritéC3.32Réaliser les opérations de remplissage, de vidange et d'essais d'étanchéité des réseauxC3.33Effectuer les préréglages et les réglages des appareillages de sécurité et de régulationC3.34Effectuer les procédures de démarrage et d'arrêt des installationsC3.35Optimiser le fonctionnement de l'installation
CAPACITE C4 : GERER

C4.1 : ORGANISER
C4.11Préparer une réception des travauxC4.12Assurer la préparation technique du site d’interventionC4.13Établir la planification des interventions d'une équipe pour la réalisation et la maintenanceC4.14Gérer les calendriers des activités de réalisation et de maintenance
C4.2 : CONTROLER
C4.21Contrôler l'application du plan d'assurance qualité.C4.22Contrôler le déroulement des activités de réalisation et de maintenanceC4.23Contrôler les caractéristiques techniques des matériels électriques, fluidiques, énergétiquesC4.24.Vérifier la conformité de l'installation en fonctionnement et à l'arrêtC4.25Vérifier les coûts d'une solution adoptée et d'une intervention.SOMMAIRE DES CAPACITES

 TM \t "CAPACITE;1" capacité c1 : COMMUNIQUER
c1.1 :COLLECTER
C1.2 : CONSIGNER DES DONNÉES
C1.3 : INFORMER - RENDRE COMPTE
capacité c2 : TRAITER - DÉCIDER
C2.1 : ANALYSER
C2.2 : ANALYSER CONCEVOIR
C2.3 : DIMENSIONNER
C2.4 : SÉLECTIONNER
capacité c3 : RÉALISER
C3.1 : CHIFFRER
C3.2 : DESSINER
C3.3 : INTERVENIR SUR LES INSTALLATIONS
capacité c4 : GÉRER
C4.1 : ORGANISER
C4.2 : CONTRÔLER

Légende:

MS : mise en situation
MO : moyens
L : lieu

I : Options A, B et C
M : Options : D

I s’applique pour des travaux neufs ou de rénovation
M s’applique à la maintenance d’installations existantes


capacité c1 : COMMUNIQUER
c1.1 :COLLECTER Opt.Savoir-faire : Être capable de ..Conditions de réalisationCritères et indicateurs de performancesIMC1.11 - Classer une documentation.
MS


MO


LClassification de documents.

Un fond documentaire
technique, réglementaire et administratif.

En salle.Le classement permet une exploitation de la documentation

IMC1.12 - Inventorier des pièces et des documents d'un dossier.


MS

MO



LRecherche documentaire.

Les documents du dossier d'appel d'offre ou de l'installation.

En salle.Le classement est méthodique et thématique.



IMC1.13 - Inventorier des éléments et des moyens techniques d'une installation.

MS



MO


LRecherche d'informations pour une maintenance ou une rénovation.

Le dossier de l'installation.
L'installation existante.

A l'atelier.L'inventaire est mené méthodiquement.

Sur le site les règles de sécurité sont respectées et prises en compte.IMC1.14 - Rechercher des caractéristiques techniques et dimensionnelles des éléments d'une installation.
MS

MO


LAnalyse de faisabilité.

Le dossier de l'installation.
L'installation existante.

A l'atelier ou en salle.La recherche est rationnelle.

Sur le site les règles de sécurité sont respectées et prises en compte.MC1.15 - Rechercher des procédures de mise en service, contrôle, maintenance.
MS

MO



LAnalyse de faisabilité.

Le dossier de l'installation.
Les normes et les règlements.
Le dossier de maintenance.

En salle.Les procédures correspondantes au dossier de l'installation sont consignées et justifiées.
IMC1.16 - Effectuer des relevés.
MS

MO




LRecherche dimensionnelle.

Le dossier de l'installation.
Les plans.
L'installation existante.
Les appareils de mesure.

Le site ou en salle.Les relevés sont conduits avec méthode.

Les relevés sont justes dans une tolérance donnée.

L'utilisation des instruments de mesure est adaptée et respecte les règles de sécurité.

C1.2 : CONSIGNER DES DONNÉES Opt.Savoir-faire : Être capable de ..Conditions de réalisationCritères et indicateurs de performances


I
I
I



M

M
MC1.21 - Extraire du dossier les données et les informations nécessaires à :
- l'étude technique
- la réalisation
- la mise en service
- l'établissement d'un contrat de maintenance et d'exploitation.
MS


MO





LRecherche d'informations nécessaires à une demande.

Un fond documentaire technique, réglementaire et administratif.
Le dossier technique.
Des méthodes de recherche.

En salle.Les données et les informations sont complètes et répondent à la demande.

Les choix sont justifiés.

Les mesures de prévention des risques professionnels et de protection de l'environnement sont inventoriées.

Les points de contrôle et les points à risques sont reconnus.MC1.22 - Consigner des informations relatives à l'état de l'installation.
MS

M





LRecherche des contraintes.

Le dossier de l'installation.
Les plans.
L'installation existante.
Le dossier d'exploitation et de maintenance de l'installation.

L'atelier.La transcription des consignes est juste et complète en prenant en compte toutes les contraintes du site.

Les modifications par rapport à l'étude technique sont signalées.
IMC1.23 - Prendre des notes



MS


M


LParticipation à une réunion.

Une réunion de travail.
Un magnétophone.
Un texte, rapport, document.

L'atelier ou en salle.Les notes sont fidèles et précises.IMC1.24 - Rédiger des rapports.


MS


M



LParticipation à une réunion.

Une réunion de travail.
Des moyens traditionnels ou informatiques.
Les prises de notes.

L'atelier ou en salle.Le rapport est concis et rédigé avec soin et sans faute d'orthographe.

La terminologie professionnelle est respectée.IMC1.25 - Rédiger des documents:
techniques et technico-commerciaux,
administratifs et réglementaires,
PPSPS.
MS

M









LRédaction de documents

Un fond documentaire technique, réglementaire et administratif.
Le dossier technique.
Le dossier d'appel d'offre.
Des contrats types.
Des bons de commande.
Des documents de chiffrage.
PPSPS type.

En salle.La mise en page est correcte.

La présentation est rationnelle et structurée.

Les informations sont exactes.

Les langages sont adaptés à la situation professionnelle.

La réglementation sur la sécurité est respectée

C1.3 : INFORMER - RENDRE COMPTEOpt.Savoir-faire : Être capable de ..Conditions de réalisationCritères et indicateurs de performancesIMC1.31 – Préparer une réunion d'information



MS


M








LAide au responsable de la réunion.

Un fond documentaire
technique, réglementaire et administratif.
Le dossier technique.
Le dossier d'appel d'offre.
Un rétroprojecteur.
Des moyens audiovisuels
traditionnels ou informatisés.

En salle.Les éléments nécessaires sont réunis. (ordre du jour, convocation, dossier, matériels...)IMC1.32 – Exposer oralement au client ou aux équipes :
le fonctionnement de l'installation,
les mesures d'urgence,
un contrat de maintenance ou
d'exploitation,
des solutions techniques.
MS



M







LEntretiens avec divers intervenants.

Un fond documentaire technique, réglementaire et administratif.
Le dossier technique.
Le dossier d'appel d'offre.
Un rétroprojecteur.
Des moyens audiovisuels traditionnels ou informatisés.

En salle.La présentation et l'argumentation sont adaptées à son interlocuteur.

L'exposé est rigoureux et succinct.

Les moyens sont adaptés à la situation.IMC1.33 - Présenter oralement:
le dossier technique de l'installation,
une installation et les consignes de montage et d'exploitation.
MS



M








LParticipation à une réunion avec divers intervenants d'entreprises.

Un fond documentaire technique, réglementaire et administratif.
Le dossier technique.
Le dossier d'appel d'offre.
Un rétroprojecteur.
Des moyens audiovisuels traditionnels ou informatisés.

En salle.Le propos est structuré.

Les outils de communication sont correctement choisis et utilisés.

capacité c2 : TRAITER – DÉCIDER
C2.1 : ANALYSER Opt.Savoir-faire : Être capable de ..Conditions de réalisationCritères et indicateurs de performancesIMC2.11 - Analyser des documents administratifs et réglementaires.
MS


M





LRéponses à des questions réglementaires.

Le dossier de l'installation.
Le dossier d'appel d'offre.
Les documents réglementaires et administratifs.
PPSPS.

En salle.La méthode de l'analyse des documents est rationnelle.

Les propositions réglementaires sont justifiées.
IMC2.12 - Analyser des documents techniques.



MS


M




LAnalyse des fonctions d'un système.

Le dossier de l'installation.
Le dossier d'appel d'offre.
Les documents techniques.
Les schémas électriques.

En salle.La lecture des plans, des schémas et des documents est méthodique.

Une fiche descriptive est établie.

Les fonctions sont analysées avec méthode.
M C2.13 - Analyser une installation en fonctionnement.

MS


M





LPrise en charge d'une installation.

Le dossier de l'installation.
Les documents administratifs et réglementaires.
L'installation.
Une collecte de données.

A l'atelier.L'analyse des fonctions est méthodique et conduite en toute sécurité.

Les solutions techniques utilisées sont justifiées.

MC2.14 - Analyser les causes d'un dysfonctionnement.MS


M




LDiagnostic d'une installation en dysfonctionnement.

Le dossier de l'installation.
Les documents réglementaires, administratifs et techniques.

A l'atelier.La méthode du diagnostic de la situation est rationnelle.

Les causes des perturbations d'une installation sont identifiées.

Les remèdes sont proposés.

Les ajustements sur le calendrier des travaux sont proposésMC2.15 - Analyser les besoins liés aux interventions.
MS


M


LDéfinition des équipes d'intervention.

Le dossier de l'installation.
Le dossier de maintenance.

En salle.Le nombre d'intervenants et les compétences et les habilitations sont établies.


C2.2 : ANALYSER CONCEVOIROpt.Savoir-faire : Être capable de ..Conditions de réalisationCritères et indicateurs de performancesIMC2.21 – Concevoir des documents techniques.

MS


M


LMise en forme d'un
ensemble de données.

Le dossier de l'installation.
Les documents constructeurs.

En salle.L'organisation et la présentation des renseignements permettent une utilisation facile et précise.
IMC2.22 - Concevoir tout ou partie d'une installation.
MS


M






LRéalisation de travaux
neufs ou de réhabilitation.

Le cahier des charges définissant le système.
Les moyens traditionnels ou informatisés pour les dessins.
Les notes, relevés.
Les normes et règlements.

En salle.Les réseaux fluidiques sont conçus sans erreur et les choix sont justifiés.

La méthode de conception est rationnelle.

Les schémas de principe sont clairs.
IMC2.23 - Établir la logique de fonctionnement de l'installation


MS



M



LÉtude des modes de fonctionnement de l'installation.

Le dossier de l'installation.
Des méthodes d'analyse séquentielle.

En salle.La logique de fonctionnement est
clairement établie.
IMC2.24 - Définir les procédures d'installation et de maintenance.
MS

M





LPréparation d'activités.

Le dossier de l'installation.
Le dossier d'appel d'offre.
Les documents réglementaires, administratifs et techniques.

En salle.Les procédures sont identifiées.

IMC2.25 - Concevoir le cahier des charges des réseaux électriques et de régulation.
MS


M



LPréparation du dossier génie électrique et des régulations.

Le dossier de l'installation.
La logique de fonctionnement.
Normes et règlements.

En salle.Les fonctions et les caractéristiques nécessaires à la sélection matériels électriques et de régulation sont clairement établies.

Les normes de sécurité sont respectées.
C2.3 : DIMENSIONNEROpt.Savoir-faire : Être capable de ..Conditions de réalisationCritères et indicateurs de performancesIC2.31 - Calculer les apports, les pertes et les besoins d’un système ou d’une enveloppe


MS



M






LÉtablissement d’un bilan d’une enveloppe ou d'un équipement.

Le dossier de l'installation.
Les documents constructeurs.
Les schémas de principe.
Les documents de conception.
Les bordereaux de calculs.
Les moyens informatiques

En salle.La méthode de calcul est adaptée au problème.

Le cahier des charges est respecté.

Les résultats sont mis en évidence par une note de calcul.

Les résultats sont interprétés.
IMC2.32 - Calculer les caractéristiques fluidiques et énergétiques des éléments d'une installation.


MS


M




LDétermination des grandeurs physiques.

Le dossier de l'installation.
Les schémas de principe.
Les documents de conception.
Les moyens informatiques.

En salle.La méthode de calcul est adaptée au problème.

Une note de calcul permet d'identifier clairement les caractéristiques calculées.

Les résultats sont interprétés.

MC2.33 – Calculer les caractéristiques d’un élément à remplacer sur un réseau.
MS

M




LRemplacement d’un élément.

Le dossier de l'installation.
Les schémas de principe.
Les caractéristiques du réseau.
Les moyens informatiques.

En salle.L’élément remplacé correspond aux besoins du réseau.IC2.34 - Dimensionner les éléments et les réseaux fluidiques.


MS


M






LDimensionnement d'une installation.

Les diagrammes.
Le dossier de l'installation.
Les schémas de principe.
Les documents de conception.
Les tableaux de calculs.
Les moyens informatiques.

En salle.Tous les éléments sont identifiés et dimensionnés.

Tous les réseaux sont dimensionnés.
C2.4 : SÉLECTIONNEROpt.Savoir-faire : Être capable de ..Conditions de réalisationCritères et indicateurs de performancesIMC2.41 - Choisir des moyens nécessaires à la réalisation d'une étude technique et budgétaire.


MS




M



LSélection des moyens nécessaires à une étude pour répondre à un problème donné.

Les documents administratifs et techniques.
Des moyens informatiques.

En salle.Les documents sont sélectionnés.

Les moyens informatiques sont identifiés et leurs utilisations sont justifiées.IMC2.42 - Choisir les éléments de l'installation.


MS


M







LSélection des éléments de l'installation.

Le dossier technique.
La documentation technique:
Des entretiens avec les fournisseurs.
Les plans et les schémas.
La réglementation et les normes.

En salle.Un dossier de consultation fournisseur est préparé.

Les tableaux comparatifs sont établis.

Les choix envisagés sont hiérarchisés, justifiés et adaptés.
IMC2.43 - Choisir des moyens de manutention.


MS


M






LSélection des moyens de manutention.

Les plans.
La documentation des moyens de manutention.
La réglementation et les normes.
Le dossier technique.

En salle ou à l'atelier.Les moyens de manutention prennent en compte les règles de sécurité.

L’adéquation avec les contraintes environnementales et le budget est prise en compte. IMC2.44 - Choisir des appareils de mesure et de contrôle.MS


M





LPréparation d'une intervention sur site.

La documentation technique
Des appareils de mesures et de contrôle.
La réglementation et les normes.

En salle ou à l'atelier.Les appareillages nécessaires sont recensés.

L'appareillage choisi est adapté à la mesure et au contrôle. IMC2.45 – Choisir des tâches de réalisation ou de maintenance:
le nombre de compagnons,
les compétences,
les habilitations.

MS

M






LIntervention sur un site.

La réglementation et les normes.
Les temps unitaires.
Les plannings et les contraintes des autres corps d’état et du maître d’ouvrage.

En salle ou à l'atelier.Le nombre de compagnons et leurs compétences sont adaptés aux tâches.

Les habilitations sont reconnues.
capacité c3 : RÉALISER 
C3.1 : CHIFFREROpt.Savoir-faire : Être capable de ..Conditions de réalisationCritères et indicateurs de performancesIMC3.11 - Établir le devis quantitatif pour la réalisation ou la maintenance et/ou de l’exploitation d’une installation.


MS


M








LChiffrage des quantités.

Les documentations
fournisseurs.
Le dossier technique.
Les plans.
Les bordereaux de relevé.
Le contrat d'exploitation.
Le cahier des charges du contrat de maintenance et/ou d’exploitation ;

En salle.
Le devis ne comporte pas d'erreur.

Les coûts sont estimés en respectant le contrat d'exploitation.

Les documents sont bien présentés.IMC3.12 - Établir le devis estimatif pour la réalisation ou la maintenance d'une installation.



MS


M





LChiffrage d'un projet ou d'une intervention.

Les temps unitaires de travail.
Les coûts de main d'œuvre.
Les bordereaux de prix.
Les bordereaux de relevés.

En salle.Les coûts sont établis pour une tolérance donnée.

La présentation est correcte.MC3.13 – Estimer des consommations énergétiques



MS


M





LComparaison des coûts d'exploitations des énergies.

Le cahier des charges.
Les notes de calculs.
Les données techniques.
Les coûts des énergies.
Le matériel informatique.

En salle.La méthode d'estimation est expliquée.
C3.2 : DESSINEROpt.Savoir-faire : Être capable de ..Conditions de réalisationCritères et indicateurs de performancesIMC3-21 – Dessiner à main levée des schémas de systèmes, des parties d'installations.




MS


M



LRelevé d'une installation existante.

Une installation.
La documentation
technique.

A l'atelier.Les schémas sont complets et permettent:
de définir les implantations et les tracés,
de réaliser le plan des réseaux de l'installation,
d'être exploité pour l'étude technique de l'installation.
IMC3.22 – Dessiner les schémas de principe.
MS


M






LTraduction graphique d'un système proposé.

Les moyens informatiques (application 2D).
Les matériels traditionnels pour la réalisation des schémas.
La définition du système.

En salle.La réalisation des plans respecte les règles de représentation graphique.

Les plans permettent de définir les tracés avec précision et ils sont conformes aux systèmes.

Les éléments de sécurité et de régulation sont pris en compte.

La présentation est soignée.IC3.23 – Dessiner les plans des réseaux fluidiques d'une installation.


MS



M




LDéfinition géométrique de l'installation.

Les schémas.
Les moyens informatiques
(application 2D).
Les matériels traditionnels pour la réalisation des plans.

En salle.La réalisation des plans respecte les règles de représentation graphique.

Les plans permettent de définir les tracés avec précision.

La présentation est soignée.

Les langages conventionnels du dessin technique utilisés sont adaptés.IC3.24 – Dessiner des plans d'implantation.

MS


M






LPositionnement des éléments d'un système.

Les schémas.
Les moyens informatiques pour D.A.O. (application 2D).
Les matériels traditionnels pour la réalisation des plans.

En salle.La réalisation des plans respecte les règles de représentation graphique.

Les plans permettent de définir, avec précision, les implantations.

La présentation est soignée.

Les langages conventionnels du dessin technique sont utilisés.IMC3.25 – Dessiner les schémas électriques de puissance, de commande d'installations de petite puissance.


MS



M





LPréparer le dossier de consultation des fournisseurs.

Les moyens informatiques pour D.A.O. avec bibliothèque de symboles.
Les matériels traditionnels
pour le dessin.

En salle.La réalisation des plans respecte les règles de représentation graphique, la réglementation et les normes.

Les langages conventionnels du dessin technique sont utilisés.

Les schémas répondent à la logique de fonctionnement de l'installation
C3.3 : INTERVENIR SUR LES INSTALLATIONSOpt.Savoir-faire : Être capable de ..Conditions de réalisationCritères et indicateurs de performancesIMC3.31 - Mettre en œuvre les procédures de consignation et de sécurité.MS


M



LPréparation d'une intervention sur les sites.

L'installation.
La documentation technique.
Les procédures.

A l'atelier.La procédure est correctement appliquée.

La sécurité des biens et des personnes est assurée.
IMC3.32 – Réaliser les opérations de remplissage, de vidange et d'essais d'étanchéité des réseaux.


MS

M







LMise en charge des réseaux.

L'installation.
Les fluides frigoporteurs
Les caloporteurs.
Les fluides frigorigènes.
Les outillages spécifiques.
La documentation
technique.

A l'atelier.L'organisation des opérations est méthodique et elle est effectuée en toute sécurité en respectant l'environnement.

L'étanchéité est contrôlée et les réseaux sont étanches.IMC3.33 – Effectuer les préréglages et les réglages des appareillages de sécurité et de régulation.

MS



M



LApplications des procédures de préréglage des appareillages.

L'installation.
La documentation technique.
L'outillage.

A l'atelier.Les procédures des réglages sont méthodiques.

Les paramétrages sont corrects.IMC3.34 – Effectuer les procédures de démarrage et d'arrêt des installations.

MS

M



LMise en service.

L'installation.
Les procédures.
La documentation technique.

A l'atelier.Les procédures de démarrage et d'arrêt sont méthodiques et réalisées en toute sécurité.

Les procédures de consignation et de sécurité sont effectuées.
MC3.35- Optimiser le fonctionnement de l'installation.


MS


M





LMise en régime optimal.

L'installation.
Les appareils de mesure et de contrôle.
Le cahier des charges.
Les documents de constructeurs.

A l'atelier.Les procédures de contrôle choisies sont appropriées et correctement mises en œuvre en toute sécurité.

La mise en régime est obtenue.

Le cahier des charges est respecté.

capacité c4 : GÉRER
C4.1 : ORGANISEROpt.Savoir-faire : Être capable de ..Conditions de réalisationCritères et indicateurs de performancesIC4.11 – Préparer une réception des travaux.MS

M



LRéception des travaux.

Le dossier de l'installation.
Les modificatifs.
Les compte rendus.

En salle à l'atelier.Les propositions de corrections des documents sont justifiées et réalisées.

Les documents sont mis à jour.

Les documents du dossier de l'installation sont classés.IMC4.12 – Assurer la préparation technique du site d’intervention.


MS

M






LLancement d’un site d’intervention.

Le dossier technique.
La réglementation sur l'hygiène et la sécurité.
L'installation.
Les plans de génie civil.

En salle. Les aires ou les locaux de stockage sont définis sur les plans.
IMC4.13 - Établir la planification:
de la préparation du site,
des activités d'une équipe pour la réalisation et la maintenance.
du repliement du site d’intervention.
MS

M












LPlanification.

La liste des travaux à réaliser.
Les moyens en matériel et en personnel.
La réglementation sur l'hygiène et la sécurité.
Le dossier technique.
Les qualifications de la main d'œuvre.
Les plannings des autres corps d’état et du maître d’ouvrage.

En salle.La méthode d'organisation mise en œuvre est rationnelle.

Le calendrier des interventions est établi.

La fiche des travaux à effectuer est établie.IMC4.14 - Gérer les calendriers des activités de réalisation et de maintenance.


MS

M














LSuivi du site d’intervention.

Les calendriers.
Les moyens en matériel et en personnel.
La réglementation sur l'hygiène et la sécurité.
Le dossier technique.
Les qualifications de la main d'œuvre.
Les compte rendus de chantier.
L'inventaire des stocks.
Un contrat d'exploitation.
Les plans et les plannings.
Les procédures.

A l'atelier et en salle.Le calendrier et les procédures sont respectés.
C4.2 : CONTRÔLEROpt.Savoir-faire : Être capable de ..Conditions de réalisationCritères et indicateurs de performancesIMC4.21 – Contrôler l'application du plan d'assurance qualité.MS

M





LApplication du plan qualité.

Le dossier technique.
Les qualifications de la main d'œuvre.
La réglementation sur l'hygiène et la sécurité.

En salle à l'atelier.Les procédures sont inventoriées et respectées.



IMC4.22 – Contrôler le déroulement des activités de réalisation et de maintenance :
la concordance des délais des travaux et des livraisons,
l'aménagement du site d’intervention
les conditions de stockage et de manutention,
les temps de main d'œuvre,
les qualifications de la main d'œuvre. MS

M





LSuivi d’une d’intervention.

Le calendrier.
Le site d’intervention.
Les équipes.
La réglementation sur l'hygiène et la sécurité.

A l'atelier.Le calendrier est respecté.

Un procès-verbal de contrôle est rédigé.

Des procédures d'ajustement sont proposées.IMC4.23 - Contrôler les caractéristiques techniques et l'état des matériels électriques, fluidiques, énergétiques installés ou livrés.MS


M







LPrise en charge d’une installation.

Les pièces du marché.
Les schémas.
Le dossier technique.
Les matériels de mesure et de contrôle.
L'installation.
Le site d’intervention.

A l'atelier.Les contrôles sont effectués en toute sécurité et avec méthode.

Un procès-verbal de contrôle est rédigé.
IMC4.24 - Vérifier la conformité de l'installation en fonctionnement et à l'arrêt.MS

M






LMise en conformité.

Le dossier technique.
La réglementation technique.
Les règles de sécurité.
L'installation en fonctionnement ou en dysfonctionnement.

A l'atelier.La vérification est méthodique et respecte les règles de sécurité.

Le diagnostic est établi et les éventuelles malfaçons et perturbations sont reconnues.IMC4.25 - Vérifier les coûts d'une solution adoptée et d'une intervention.
MS

M



LSuivi budgétaire.

Les pièces du marché.
Le dossier technique.
Les bordereaux des prix.

En salle.Un tableau de synthèses des engagements est établi.


Savoirs associés


BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES


FRANCAIS



L’enseignement du français dans les sections de techniciens supérieurs se réfère aux dispositions de l’arrêté du 30 mars 1989 (BO n° 21 du 25 mai 1989) fixant les objectifs, les contenus de l’enseignement et le référentiel de capacités du domaine de l’expression française pour le brevet de technicien supérieur.

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES

LANGUE VIVANTE ETRANGERE

1. OBJECTIFS

Etudier une langue vivante étrangère contribue à la formation intellectuelle et à l’enrichissement culturel de l’individu.

Pour l’étudiant de section de technicien supérieur, cette étude est une composante de la formation professionnelle et la maîtrise d’une langue vivante étrangère est une compétence indispensable à l’exercice de la profession.
Sans négliger aucun des quatre savoir-faire linguistiques fondamentaux (comprendre, parler, lire et écrire la langue vivante étrangère) l’on s’attachera à satisfaire les besoins spécifiques à l’activité professionnelle courante et à l’utilisation de la langue vivante étrangère dans l’exercice du métier.

2. COMPETENCES FONDAMENTALES

Elles seront développées dans les domaines suivants :
- exploitation de la documentation, en langue vivante étrangère, afférente aux domaines techniques et commerciaux (notices techniques, documentation professionnelle, articles de presse, courrier, fichier informatisé ou non...) ;
- utilisation efficace des dictionnaires et ouvrages de référence appropriés ;
- compréhension orale d’informations ou instructions à caractère professionnel et maîtrise de la langue orale de communication au niveau de l’échange de type professionnel ou non, y compris au téléphone ;
- expression écrite, prise de notes, rédaction de comptes rendus, de lettres, de messages, de brefs rapports.

Une liaison étroite avec les professeurs d’enseignement technologique et professionnel est recommandée au profit mutuel de la langue et de la technologie enseignées, dans l’intérêt des étudiants.

3. CONTENUS

3.1 Grammaire

La maîtrise opératoire des éléments morphologiques et syntaxiques figurant au programme des classes de première et terminale constitue un objectif raisonnable. Il conviendra d’en assurer la consolidation et l’approfondissement.

3.2. Lexique

On considérera comme acquis le vocabulaire élémentaire de la langue de communication et le programme de second cycle des lycées.
C’est à partir de cette base nécessaire que l’on devra renforcer, étendre et diversifier les connaissances en fonction des besoins spécifiques de la profession.

3.3 Eléments culturels des pays utilisateurs d’une langue vivante étrangère.

La langue vivante étrangère s’entend ici au sens de la langue utilisée par les techniciens et doit être pratiquée dans sa diversité : écriture des dates, unités monétaires, abréviations, heure... En anglais, on veillera à familiariser les étudiants aux formes britanniques, américaines, canadiennes, australiennes... représentatives de la langue anglophone.
Une attention particulière sera apportée à ces problèmes, tant à l’écrit qu’à l’oral.



BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES

Compréhension de l’écrit

1 – Compréhension de l’essentiel d’un message (contexte et points cruciaux)
Repérer les éléments essentiels à la compréhension pour élaguer le document.

2 – Prélever des informations nécessaires à une réutilisation, les classer, les synthétiser

3 – Exploiter des sources d’informations multiples afin de sélectionner les informations pertinentes et en faire la synthèse.

4 – Perception des éléments implicites du message et interprétation.


Compréhension de l’oral

1 – Compréhension de l’essentiel d’un message bref et prévisible (ordres, consignes, messages téléphoniques…)

2 – Compréhension et traitement d’informations (prélèvement, classement, résumé) dans des messages plus longs (prise de messages téléphoniques ; participation à une réunion professionnelle).


Production orale

1 – Reproduction, reformulation d’un renseignement, d’un message simple

2 – Production et transmission de messages simples et compréhensibles.



1 – Informations demandées.

2 – Participation effective à une conversation permettant d’assumer un rôle de locuteur, de partager des informations pour travailler en équipe et d’exprimer des points de vue.

3 – Prise d’initiatives dans les échanges. Interventions pertinentes et efficaces.

Production écrite

1 – Prendre des notes.

2 – Production de messages simples, compréhensibles.

3 - Rendre compte d’éléments prélevés à l’écrit ou/et à l’oral.



BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES
PROGRAMME DE MATHÉMATIQUES

L’enseignement de mathématiques dans les sections de techniciens supérieurs Fluides - Énergies - Environnements se réfère aux dispositions de l’arrêté du 30 mars 1989 fixant les objectifs, les contenus de l’enseignement et le référentiel des capacités du domaine des mathématiques pour les brevets de technicien supérieur.

Les dispositions de cet arrêté sont précisées pour ce BTS de la façon suivante :

I - LIGNES DIRECTRICES

2. OBJECTIFS SPÉCIFIQUES À LA SECTION

L’étude de phénomènes continus issus des sciences physiques et de la technologie constitue un des objectifs essentiels de la formation des techniciens supérieurs en Fluides - Énergies - Environnements. Ils sont décrits mathématiquement par des fonctions obtenues le plus souvent comme solutions d’équations différentielles.

Une vision géométrique des problèmes doit imprégner l’ensemble de l’enseignement car les méthodes de la géométrie jouent un rôle capital en analyse et dans leurs domaines d’intervention : apports du langage géométrique et des modes de représentation.

Enfin la connaissance de quelques méthodes statistiques pour contrôler la qualité d’un équipement est essentielle à un technicien supérieur en Fluides - Énergies – Environnements.

3. ORGANISATION ET CONTENUS

C’est en fonction de ces objectifs que l’enseignement des mathématiques est conçu ; il peut s’organiser autour de cinq pôles :

Une étude des fonctions usuelles, c’est à dire exponentielles, puissances et logarithmes dont la maîtrise est nécessaire à ce niveau ;

La résolution d’équations différentielles dont on a voulu marquer l’importance, en relation avec les problèmes d’évolution ;

La résolution de problèmes géométriques rencontrés dans les divers enseignements ;

Une initiation au calcul des probabilités suivie de notions de statistique inférentielle débouchant sur la construction des tests statistiques les plus simples utilisés en contrôle de qualité ;

Une valorisation des aspects numériques et graphiques pour l’ensemble du programme, une initiation à quelques méthodes élémentaires de l’analyse numérique et l’utilisation à cet effet des ressources des calculatrices programmables de poche et des moyens informatiques.

5. ORGANISATION DES ÉTUDES

L’horaire est de 3 heures en division entière + 1 heure de travaux pratiques en première année et de 1 heure en division entière + 1 heure de travaux pratiques en seconde année.

A cet horaire s’ajoute l’intervention des mathématiques dans les "Travaux personnels encadrés", les TPE ayant un horaire spécifique dont une part est affectée à l’enseignement général.






BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES
II – PROGRAMME

Le programme de mathématiques est constitué des modules suivants :

Nombres complexes 2, où le TP 2 est remplacé par :

2)Résolution des équations du second degré à coefficients réels.La résolution d’équations à coefficients complexes et l’étude des racines nièmes d’un nombre complexe sont hors programme.
Fonctions d’une variable réelle 1,

Calcul différentiel et intégral 2,

Équations différentielles 1, à l’exception du TP 3,

Fonctions de deux ou trois variables, à l’exception du paragraphe b),

Statistique descriptive,

Calcul des probabilités 2,

Statistique inférentielle 2, à l’exception du paragraphe d) et du TP 3,

Calcul vectoriel, à l’exception du produit mixte,

Configurations géométriques.

LES CAPACITÉS ET COMPÉTENCES

La grille d’évaluation des capacités et compétences figurant en annexe II de l’arrêté est précisée pour ce BTS de la façon suivante :


BTS FLUIDES - ÉNERGIES - ENVIRONNEMENTS
(à titre indicatif) :
NOM
ÉTABLISSEMENT
ANNÉETYPE D’ACTIVITÉ - DATEB
I
L
A
N
ÉVALUATION GÉNÉRALE DES CAPACITÉS ET COMPÉTENCES
POSSÉDER LES CONNAISSANCES FIGURANT
AU PROGRAMMEUTILISER DES SOURCES D’INFORMATIONTROUVER UNE STRATÉGIE ADAPTÉE
À UN PROBLÈMEMETTRE EN{METTRE EN ŒUVRE DES
SAVOIR-FAIRE MATHÉMATIQUESŒUVRE UNEARGUMENTERSTRATÉGIEANALYSER LA PERTINENCE
D’UN RÉSULTAT
COMMUNIQUER{PAR ÉCRITPAR ORAL
ÉVALUATION PAR MODULES DES CAPACITÉS ET COMPÉTENCES
Modules TP n°
Nombres complexes12Calcul différentiel
et intégral12345678Equations différentielles12Statistique descriptive12Calcul des probabilités12Statistique inférentielle12Configurations géométriques1


BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES
SCIENCES PHYSIQUES

CHIMIE



Connaissances

Niveaux d'exigence

1 - Atomes et édifices atomiques
Structure atomique de la matière: le noyau, les nucléons, les nombres Z et A; les isotopes; nombre d'Avogadro; masses atomiques.
Présentation simplifiée de la classification périodique. Analogies et évolution des propriétés dans deux familles d'éléments (halogènes et alcalins).
Existence des éléments de transition.

Connaître la structure du noyau d'un atome.

Savoir interpréter la lecture d'un nucléide.
Savoir écrire la structure électronique des atomes.
Connaître la signification de la mole, unité de quantité de matière.


Savoir lire les informations données par le tableau de classification périodique :
- structure électronique périphérique, propriétés chimiques, ionisation
- masse molaire de l'élément.
2 - Données expérimentales sur les molécules diatomiques homonucléaires et hétéronucléaires en phase gazeuse et sur quelques molécules simples de la chimie organique.
Géométrie.
Preuves expérimentales de l'existence de forces intermoléculaires (liaison hydrogène, forces de Van der Waals).


Savoir définir la laison de covalence : mise en commun d'un doublet d'électrons entre deux atomes.
Savoir que cette liaison existe dans les molécules suivantes:
H2, N2, NH3, CH4, CO2, Cl2
Forme des molécules : H2O, NH3, CH4, CO2
La molécule d'eau.
Importance de la liaison hydrogène dans l'eau ; conséquences sur les propriétés physiques de ce corps: température et enthalpie de changement d'état, variation de volume anormal lors de la fusion.

3- Différents modèles de cristaux: moléculaires, ioniques, covalents, métalliques

Savoir décrire la liaison métallique: empilement d'ions positifs baignant dans un "nuage électronique" et en déduire sommairement les propriétés physiques et chimiques des métaux.


BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES

4 - Représentation de la liaison chimique :
description de différents modèles dans les cas limites : liaison covalente simple localisée, liaison ionique dans les cristaux, liaisons covalentes multiples, liaison dans les métaux, dans les macromolécules organiques.

Savoir que les cristaux ioniques sont constitués d'un empilement d'ions positifs et négatifs tel que l'ensemble est neutre du point de vue électrique; savoir écrire les formules stoechiométriques de NaCl, CaCl2, CaO.


Savoir que CO2 est un cristal covalent. 
5 - L'équilibre chimique : paramètres indépendants, règle des phases, variance. Loi d"action de masse". Etude qualitative du déplacement de l'équilibre chimique
Savoir qu'un grand nombre de réactions chimiques sont limitées par la réaction inverse: elles sont le siège d'un équilibre chimique.
Savoir que, lorsqu'un équilibre chimique est atteint, il peut être "déplacé" par action de la température, de la pression (pour les gaz), de la concentration de l'un des constituants.
La loi d'"action de masse" est donnée, mais les exercices d'application se feront lors des l'étude des acides et du Ks.

6 - Solutions aqueuses électrolytiques :
6-1-unités de concentration employées pour caractériser les solutions. Electrolytes. Solvatation. Définition du pKa. Exemples.
pH des solutions aqueuses.
Dosage acido-basique.



Savoir définir la concentration molaire d'un soluté, en mol.L-1
Savoir que, dans un électrolyte, les ions sont solvatés.
Savoir distinguer le rôle de l'eau sur un acide comme HCl ou un acide carboxylique et sur un composé ionique comme NaOH, NaCl ou NH4Cl
Savoir définir : pH d'une solution aqueuse, acide, acide fort, acide faible, base. pKa d'un acide faible, couple acide/base.
Savoir calculer le pH d'une solution d'acide fort ou de base forte lorsque la concentration est connue.
Savoir, connaissant le pH d'une solution aqueuse, déterminer les espèces prépondérantes présentes dans la solution.
Savoir exécuter un dosage acide fort/base forte, acide faible/base forte et acide fort/ base faible.

6-2-Réactions d'oxydo-réduction.
Potentiels d'oxydo-réduction. Classification des couples rédox: établissement, signification, applications. Potentiel d'électrode.











Application à la corrosion électrochimique des métaux 
Savoir définir: une réaction d'oxydation, de réduction; un oxydant, un réducteur ; un couple rédox, sa forme oxydée, sa forme réduite.
Savoir écrire : une demi-équation électronique mettant en jeu un couple rédox, une équation complète mettant en jeu deux couples rédox.
Savoir définir un potentiel d'oxydo-réduction et savoir le calculer lorsque les conditions ne sont pas standards (Loi de Nernst) à partir du potentiel standard donné par les tables.
Savoir reconnaître et calculer l'influence du pH sur la valeur du potentiel rédox. Applications: oxydation et réduction de l'eau (diagramme potentiel-pH), réduction de KMnO4 en milieu aqueux.
Savoir comparer les potentiels d'oxydo-réduction de plusieurs couples mis en présence; savoir déterminer l'espèce chimique qui s'oxyde et celle qui se réduit quand plusieurs espèces chimiques sont en présence ; savoir écrire l'équation-bilan de la réaction.
Savoir réaliser une pile électrochimique : déterminer l'électrode positive (cathode : où a lieu la réaction de réduction), l'électrode négative (anode : où a lieu la réaction d'oxydation), le sens de circulation des électrons, le sens conventionnel du courant.
Savoir reconnaître si un procédé employé peut permettre de lutter contre la corrosion électrochimique des métaux.


BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES

7 - L'eau
Structure de la molécule d'eau ; ses trois états physiques, propriétés.
Analyse des eaux naturelles et industrielles, mesures des teneurs alcalimétrique, acidimétrique, en CO2, en salinité, résistivité, pH, hydrotimétrie, dureté d'une eau.
Interprétation quantitative d'une feuille d'analyse d'une eau.
Traitements de base physiques et chimiques des eaux: déminéralisation, adoucissement, dégazage, action sur les diverses teneurs par les polyphosphates et silicates, les agents antibactériens.




Connaître les différentes façons d'exprimer les teneurs en solutés de l'eau : g.L-1; mol.L-1; méq.L-1; °f (degré français)- Savoir passer d'une unité à une autre.
Savoir définir et mesurer : le pH, la teneur alcalimétrique (TA et TAC), la dureté de l'eau (Taux hydrotimétrique ou TH). Savoir l'importance de la distinction entre dureté permanente, dureté temporaire et dureté totale.




Connaître la technique des résines échangeuses d'ions et savoir la différence entre une eau adoucie et une eau déminéralisée.
8- L'ammoniac
Structure de la molécule. Propriétés physiques et chimiques.
Dérivés d'applications industrielles.
Revoir en 2- la structure de la molécule d'ammoniac.
Les propriétés physiques sont à étudier en liaison avec le cours de physique sur les gaz.
Lecture attentive des propriétés physiologiques, mise en évidence du danger de manipulation du gaz.
Etude des propriétés chimiques. Mise en évidence du caractère complexant en étudiant par exemple l'action sur le cuivre.


BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES

PHYSIQUE GENERALE

I - THERMODYNAMIQUE


Connaissances

Niveaux d’exigence
I - 1 Etats de la matière.
Cas particuliers des fluides.
Masse volumique, densité, pression. Définitions, propriétés, mesures.

Savoir définir les grandeurs masse volumique ðrð,ð ðdensité d et pression p et les exprimer dans les unités du S.I et les unités usuelles.


I - 2 Température
Echelle légale de température ; température absolue et repérage des températures.
Dilatation des solides et des liquides : étude expérimentale, binôme et coefficients de dilatation.

Connaître les échelles Celsius, Kelvin, et Farenheit. Savoir exprimer une température dans ces différentes échelles.


Connaître l’expression des dilatations linéiques, surfaciques et volumiques des solides. Savoir calculer une longueur à Q°C connaissant la longueur à 0°C. Importance des dilatations.
Savoir distinguer la dilatation absolue des liquides de la dilatation apparente. Connaître la relation entre ces coefficients de dilatation.
I - 3 Définitions de l'état -thermodynamique d'un système ; variables d'état ; paramètres extensifs et intensifs (p, T, concentration).

Equation d'état d'un fluide. Aperçus sur l'interprétation moléculaire de la pression et de la température : le modèle du gaz parfait.

Savoir reconnaître les variables d'état p, T, V, énergie interne, enthalpie et entropie) qui caractérisent l'état d'un système, des variables W et Q.
Distinguer les paramètres extensifs, qui dépendent de la quantité de matière ( V, U, H, S) des paramètres intensifs qui n'en dépendent pas (p, T)


Connaître l'équation d'état du gaz parfait pV = nRT = mrT
Connaître la signification de la température absolue, pour un gaz parfait, ainsi que celle de la pression.

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES

I - 4 Les principes et les fonctions d'état thermodynamiques.
I - 4 -1 Premier principe ou principe de la conservation de l'énergie : énoncé, travail des forces extérieures, énergie interne. Enthalpie.
Diagramme enthalpique.



Connaître la définition de la variation de l'énergie interne d'un système: DðU = W + Q et sa forme différentielle dU = dðW + dðQ
Savoir la définition du travail élémentaire échangé contre les forces de pression: dW = -pdV
Savoir calculer le travail échangé lors d'une transformation (réversible) isotherme, adiabatique, isochore et isobare. Cas particulier d'une transformation polytropique. Savoir calculer la valeur du coefficient polytropique k pour une transformation, connaissant les caractéristiques de l'état initial et de l'état final lors d'une telle transformation.
Connaître les expressions de la chaleur élémentaire échangée au cours d'une transformation, sans changement d'état :
dðQ = m cvdT + ldV et dQ = mcpdT+mhdp.
Cas particulier des gaz parfaits : l = p et mh = -V.
Savoir calculer les échanges de chaleur au cours de transformations réversibles.
Cas particulier des échanges de chaleur pour les solides et les liquides: dðQ = mcdT
Connaître, si la transformation du gaz parfait est adiabatique et réversible, l'expression : pVgð = constante.
Savoir, à partir de cette dernière relation, établir celles entre p et T et entre T et V pour une adiabatique réversible des gaz parfaits.

Connaître la définition de la variation d'enthalpie d'un système
DðH = DðU + Dð(pV) et sa forme différentielle dH = dU +pdV+Vdp
Savoir calculer les variations d'enthalpie pour une transformation.
Savoir démontrer que, pour un compresseur dont le travail de compression est adiabatique, la variation d'enthalpie correspond au travail d'un cycle du compresseur.(travail de transvasement).

Savoir utiliser le diagramme enthalpique

Savoir faire la différence entre les grandeurs fonctions d'état (qui ne dépendent que de l'état initial et final du système) comme DðU et DðH et les grandeurs qui ne sont pas fonctions d'état (qui dépendent de la façon dont la transformation se fait) comme W et Q. Comprendre la nécessité de la notion de fonction d'état.
I - 4 -2 Second principe de la thermodynamique ou principe d'évolution.
Entropie.
Applications aux compresseurs.
Exemples simples de phénomènes irréversibles.


Diagramme entropique.
Savoir définir la variation élémentaire d'entropie lors d'une transformation d'un système.
Savoir calculer les variations d'entropie pour des transformations d'un système à l'état solide, liquide ou gaz. Dans ce dernier cas, savoir calculer ces variations d'entropie lors d'une transformation, avec les variables V et T, avec les variables p et T.
Savoir que pour une transformation isotherme, la chaleur échangée est égale à T.Dð S.
Savoir que, pour des transformations irréversibles, seules les variations de grandeurs d'état peuvent être calculées
Savoir utiliser un diagramme entropique.

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES  ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES


I - 5 Equilibres sous plusieurs phases et changements d'état d'un corps pur.
Etude approfondie de l'équilibre liquide-vapeur. Point critique, point triple.
Variation d'enthalpie au cours de changements d'état ; relation de Clapeyron
Savoir définir les changements d'état des corps purs : fusion, solidification, vaporisation, liquéfaction, sublimation, condensation.
Connaître les conditions dans lesquelles ces changements d'état se font. Si la pression est constante, alors, la température est constante (application de la règle des phases) et la chaleur échangée est égale à la variation d'enthalpie (fonction d'état).

Connaître la relation de Clapeyron et savoir l'utiliser pour calculer les couples (p,T) de changements d'état d'un corps pur :
- cas où une des phases est condensée (on néglige le volume massique de la phase condensée devant celui de la phase vapeur et on applique à la phase vapeur la relation pV = m r T)
- cas où les deux phases sont condensées (on peut négliger l'effet des variations de pression sur les volumes et la courbe p = f(T) est une droite dont il est aisé de calculer la pente).
Savoir résoudre des problèmes faisant intervenir les changements d'état des corps purs.
Connaître la signification du point triple (règle des phases) et celle du point critique.


I - 6 Mélanges binaires ou à deux constituants
Liquide-vapeur: azéotropie et azéotropes.






Solide-liquide: mélanges et solutions eutectiques, lois de Raoult. Applications aux saumures et mélanges réfrigérants.


Dissolution des gaz dans un liquide. Loi de Henry.


Savoir définir ce qu'est un mélange azéotrope et non azéotrope (zéotrope).
Connaître les propriétés physiques de ces mélanges :
- azéotropes : point d'ébullition constant pour une composition donnée à une pression donné. Si on change la pression, ce mélange ne se conduit plus comme un azéotrope.
- zéotrope: savoir que la température d'ébullition varie au cours de l'ébullition. L'écart de température Dðqð est appelée "température de glissement".

Savoir ce qu'est un mélange eutectique. Rôle dans les saumures réfrigérantes.
Savoir lire un diagramme de phase et y déterminer la composition d'un mélange eau/sel pour obtenir une température de fluide déterminée, inférieure à 0°C .


Connaître la loi de Henry : p1 = k . n1/ (n1+ n2) avec k, coefficient de Henry, obtenu expérimentalement et n la quantité de matière.


BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES

II -PHYSIQUE DES VIBRATIONS - ACOUSTIQUE

Cette partie est destinée à apporter des informations de Sciences Physiques destinées à comprendre le cours de " S-7-2 Etude des bâtiments " traitée en technologie. Il ne sera pas posé de problèmes sur cette partie à l'examen.


Connaissances

Niveaux d’exigence
II -1 Le son : définition, propagation, célérité.
Loi de Laplace.
Transmission par les solides, les gaz.

Qualités physiologiques des sons ; sensibilité de l'oreille.





Unités : décibel et phone. Niveau d'intensité linéaire et pondérée.
Savoir que le son est une modification de la pression de l'air et qu'il se propage comme une onde mécanique.
Savoir définir: longueur d'onde, période, fréquence, célérité et connaître les relations entre ces grandeurs.
Connaître la loi de Laplace (sans démonstration).

Connaître les qualités physiologiques des sons et leur équivalence avec les grandeurs physiques :
- hauteur < ---> fréquence
- intensité en relation avec l'énergie transportée et l'amplitude de l'onde
- timbre

Sensibilité de l'oreille: loi de Fechner.
Savoir déterminer l'intensité d'un son en décibel et en phone
( à partir du seuil d'intensité sonore).
Pression acoustique.
II -2 Propriétés acoustiques des matériaux : transmission et réflexion par une surface plane d'un signal acoustique, de l'énergie transportée.


Connaître la signification des termes dans la relation donnant le niveau de pression acoustique en un point P de l'espace, placé à une distance d de la source :
NP = Nw + 10 log (q /4pðd2 + 4 /A )
où Nw est le niveau de puissance de la source et A la surface équivalente des parois en mètre carré Sabine.


BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES

III - PHYSIQUE ET ELECTRONIQUE APPLIQUEES A L’ELECTROTECHNIQUE


Connaissances

Niveaux d’exigence
III - 1 Lois générales
III -1 -1 Lois des circuits électriques.


Caractéristiques des composants usuels. Diodes, semi-conducteurs.
Régimes périodiques, valeurs moyennes, valeurs efficaces. Mesures.

Savoir résoudre un circuit simple en utilisant la loi des noeuds, des mailles.
Savoir utiliser un pont diviseur de tension, de courant.
Connaître et savoir utiliser le théorème de Millmann.
Connaître le modèle équivalent de la diode parfaite. Se limiter à l’étude de la diode au silicium et de la diode Zener.

Savoir définir un régime périodique : période, fréquence.
Savoir définir et calculer une valeur moyenne.
Savoir définir et calculer une valeur efficace.
Connaître la relation I2 = 1/T i 2 dt
Savoir mesurer une valeur moyenne et une valeur efficace.

III - 1 - 2 Alimentations d’installations indutrielles :
- alimentation sinusoïdale monophasée,
- alimentation triphasée.




Puissances. Facteur de puissance.



Connaître le déphasage et savoir l’exprimer dans les cas des dipoles résistif, inductif et capacitif.
Savoir résoudre un circuit simple en utilisant la notation complexe.

Savoir définir les montages étoile et triangle.
Pour chaque montage, définir les tensions simples et composées, les courants en ligne et dans les récepteurs. Connaître les relations entre ces différentes grandeurs. ( On limitera l’étude du triphasé à l’étude de circuits équilibrés. )
Connaître les définitions des puissances active P, réactive Q et apparente S.
Définir le facteur de puissance. Savoir relever un facteur de puissance en monophasé et en triphasé.

III -1 - 3 Etude des régimes transitoires : établissement du courant dans une bobine.
On se limitera dans cette partie à l’étude du courant dans une bobine pour préparer l’étude du hacheur.
La charge d’un condensateur à courant constant pourra être étudié en exercice pourmettre en évidence la dualité.

III - 2 Machines électriques.
III - 2 -1 Transformateurs monophasé et triphasé. Modèle du transformateur parfait.

Savoir lire une plaque signalétique.
Savoir calculer un rendement à partir des résultats des essais à vide et en court-circuit.
On limitera l’étude théorique au schéma équivalent du transformateur parfait. Le diagramme de Kapp est hors-programme.
BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES


III - 2 -2 Machines tournantes.
Machine asynchrone monophasée et triphasée : vitesse de synchronisme, glissement, rendement.
Fonctionnement, caractéristiques, démarrage.
Machine à courant continu : principes de fonctionnement et de commande.

Déterminer les conditions de couplage. Savoir faire un bilan de puissances.
Expliquer le principe du moteur asynchrone monophasé.

Savoir déterminer un point de fonctionnement.
Connaître les différents modes de démarrage.
On se limitera à l’étude du moteur à excitation indépendante constante et du moteur série. Savoir établir le schéma équivalent.
Connaître les expressions E = kFðWð ð et T =kFðI
Savoir déterminer le point de fonctionnement d un groupe.
III - 3 Electronique
III - 3 -1Fonction amplification : addition, soustraction, intégration, dérivation.
Comparaison des grandeurs électriques, amplificateur différentiel.
Principe des capteurs physiques : cas des capteurs de température.


Connaître les deux régimes de fonctionnement d’un amplificateur opérationnel : régime linéaire, régime de saturation.
Pour chaque montage, on se limitera à l’étude en régime linéaire et on cherchera la fonction de transfert.



Citer des exemples de capteurs.
III - 3 - 2 Fonction conversion.
Etude des différents convertisseurs :
- hacheur,

- onduleur, gradateur,


- redressement commandé


Cette partie ne pourra faire l’objet d’un exercice indépendant lors de l’examen. On envisagera l’étude d’un ensemble machine - convertisseur.
On se limitera à l’étude du hacheur série.
Savoir déterminer Umoy aux bornes de la charge ( R, R+L, R+L+E ).
Connaître le principe de l’onduleur autonome. Savoir établir les oscillogrammes dans le cas d’un onduleur à deux transistors avec débit sur une charge résistive.
On se limitera au redressement monophasé dans les cas suivants : redressement mono-alternance, redressement bialternance (transformateur à point milieu, pont de Graëtz ), redressement commandé par pont mixte.

III - 3 - 3 Fonction régulation :
par tout ou rien, proportion-nelle à la grandeur commandée, à son intégrale, à sa dérivée.
Sur des exemples pratiques, mettre en évidence la régulation. ( Les exemples seront proches de la partie professionnelle et ne feront pas l’objet de questions à l’examen.)
SOMMAIRE DES SAVOIRS
 TM \t "SAVOIRS;1" 
S1 - LE STOCKAGE DE L’ÉNERGIE ET DES FLUIDES
S2- LES ÉNERGIES ET LES FLUIDES
S3 - LES TRANSFORMATIONS DES ÉNERGIES ET DES FLUIDES
S4 - LA DISTRIBUTION DES ÉNERGIES ET DES FLUIDES
S5 - les TRANSFERTS THERMIQUES ET les TRANSFERTS DE MASSE
S6 - LA RÉGULATION - LE CONTRÔLE ET LE RÉGLAGE
S7 - l’étude dES bâtimentS et des systèmes
S8 - les techniques graphiques
S9 - L’ORGANISATION
S10 - LA GESTION
S11 - LA COMMUNICATION ET L’ANIMATION
S12 - LA Démarche Qualité
S13 - L’ENTREPRISE
S14 - L’HYGIÈNE - la SÉCURITÉ - la PRÉVENTION - LA protection de l’environnement


S1 - LE STOCKAGE DE L’ÉNERGIE ET DES FLUIDES
OptionsCONNAISSANCESNIVEAUX D’EXIGENCE
A.B.D
S1.1 - Le stockage des énergies chimiques
Stockage des combustibles solides, liquides et gazeux.

Déterminer le volume d’un stockage.

Effectuer un choix technologique de stockage liquide ou gazeux sur une base documentaire.

Énumérer les contraintes liées à un type d’installation.

Vérifier la conformité d’une installation.


A
S1.2 - Le stockage de l’énergie thermique sensible
Réservoirs d’eau chaude sanitaire.

Déterminer le volume d’un stockage à partir de contraintes. A.BRéservoirs tampon pour le chauffage.
Effectuer un choix technologique.

Énumérer les contraintes d’installation.

Vérifier la conformité.B.CRéservoirs tampon d’eau glacée
DRéservoirs E.C.S
Réservoirs tampon pour le chauffage.
Réservoirs tampon d’eau glacée
Vérifier la conformité.
Analyser la logique de fonctionnementB.C.DÉléments constructifsRechercher la capacité calorifique thermique unitaire CDenrées


C

C
S1.3 - Le stockage de l’énergie thermique latente
Eutectiques.

Glace.


Utiliser la méthode de sélection de matériel fournie par un constructeur.

Analyser une logique de fonctionnement.
DGlace.Analyser une logique de fonctionnement
S1.4 - Le stockage des fluides A
Bâche alimentaire et stockage d'eau destinée à la consommation humaine.Déterminer le volume d’un stockage à partir de contraintes.ADStockage des réactifs et produits de conditionnement. Énumérer les contraintes liées à un type de stockage. A Stockage des fluides d'extinction, d'air comprimé, de fluides médicaux.
Énumérer les solutions technologiques pour un problème donné.A.B.C.DBâchesVérifier la conformité d’un stockage.
 C
Réservoirs de fluides frigorigènes



S2- LES ÉNERGIES ET LES FLUIDES 
OptionsCONNAISSANCESNIVEAUX D’EXIGENCES2.1 - Les énergies chimiques

A.B.C.D
A.B.DCaractéristiques fondamentales d'un combustible:
PCI, PCS,
pouvoirs comburivores, fumigènes.Rechercher les caractéristiques d’un combustible.

Déterminer un pouvoir comburivore ou fumigène.

B.D
Combustibles solides :
combustibles fossiles,
énergies renouvelables,
déchets.Enoncer les classifications des combustibles solides.

A.B.C.D
B.D
A.B.C.DCombustibles liquides :
fuels oil domestiques
fuels lourds
compositions, normes, caractéristiques physico-chimiques.Enoncer les caractéristiques techniques fondamentales du combustible (données qualitatives, ordres de grandeur).

A.B.C.D

A.B.D
Combustibles gazeux :
gaz naturel, gaz de pétrole liquéfié, air propané
compositions, caractéristiques physiques,
Enoncer les caractéristiques techniques fondamentales du gaz.(données qualitatives, ordres de grandeur).
A.B.D

A.B.Dcommercialisation du gaz naturel en France,
types d'abonnement, structure de la tarification.Utiliser des données tarifaires pour déterminer le coût financier à partir d’une consommation.
A.B.C.D
S2.2 - L’énergie électrique
Production :
EDF.
cogénération,
groupes électrogènes.
Citer les modes de production.Dcogénération
groupes électrogènes Identifier les composants d'une installation.

Décrire la logique de fonctionnement.
A.B.C.D
Distribution et type de postes d’abonnés (BT et MT).Indiquer le type de raccordement, la limite de propriété entre EDF/client et préciser la tension de distribution.
A.B.C.D


Structure de la tarification :
fonctionnement des contrats pour les différents types d’abonnés.
données tarifaires.Choisir un équipement en fonction d’un contrat imposé.

Utiliser les données tarifaires pour calculer le coût d’une consommation.

S2- LES ÉNERGIES ET LES FLUIDES 
OptionsCONNAISSANCESNIVEAUX D’EXIGENCE
A.B.C.D



S2.3 - Les fluides
Caractéristiques physiques des fluides :
mécanique : (, (, (, ...
thermique : (, cp, cv, h, Lv,...

Rechercher les caractéristiques physiques d’un fluide avec ou sans additif à partir des tableaux, diagrammes ou lois d’évolution.
A.B.C.DCaractéristiques chimiques des fluides, des additifs et des réactifs.

Citer les interactions et les incompatibilités sanitaires, techniques ou autres entre un fluide et un matériau ou un process.
 A.B.C.DUtilisations des additifs et compatibilité technique et sanitaire.Vérifier la conformité d’un additif en fonction de l’utilisation.
A.B.C.D
B.C.D

B.C.D


C
B.C.DEau et vapeur d’eau
Eau glycolée

Fluides frigorigènes
corps purs, mélanges,
CFC, HCFC, HFC,
NH3.
AirRechercher les caractéristiques physiques d’un fluide à une température et une pression donnée à partir des tableaux, diagrammes ou lois d’évolution.

Choisir un fluide pour une application donnée, à partir de contraintes dont celle de la réglementation sanitaire.
A
Fluides médicaux (air, vide, gaz et eaux à usage thérapeutique) ou techniques.

Citer les utilisations et contraintes spécifiques des fluides.

Citer les paramètres physiques caractéristiques d'un fluide.
Lister les différents contaminants et leurs origines (internes ou externes).

A.B.C.D

Eau destinée à la consommation humaine.

Énumérer les contraintes liées à l’usage de l’eau destinée à la consommation humaine.
A.D.
Les paramètres des eaux : base réglementaire ou d’usage.
Citer les paramètres caractéristiques des eaux nécessaires pour un usage donné.

Vérifier la conformité d'une eau pour un usage donné.

S3 - LES TRANSFORMATIONS DES ÉNERGIES ET DES FLUIDES
OptionsCONNAISSANCESNIVEAUX D’EXIGENCE
A.B.C.D


A. B. C.D
S3.1 - L’énergie chimique en énergie thermique
Chaudières à combustibles gazeux.


Chaudières à combustible liquide :
fuel domestique.
Effectuer un choix technologique à partir de contraintes données.

Dimensionner les équipements utilisant des combustibles solides, liquides ou gazeux.B.D


DChaudières à combustibles solides:
charbon,
bois,
déchets.DDito ci-dessus Proposer des technologies pouvant améliorer les performances d'une installation existante.A.B.DSpécificités techniques de la combustion :
combustion neutre et réelle.
excès d’air, température de fumées,
rendements de combustion,...
Utiliser les diagrammes de combustion.

Établir les rendements de combustion.DDito ci-dessus Définir les paramètres d'une combustion à partir de mesures.

Optimiser le réglage d'une chaudière.
A.B.D
B.DRéglementation des chaufferies :
chaufferies de moins de 70kW,
chaufferies de plus de 70kW.Vérifier la conformité réglementaire d’une installation.B.C.D

B.DMachines à absorption.

Chaudières avec combustible fuel lourd. 
Identifier la machine et ses parties constitutives
B.C.D
S3.2 - L’énergie chimique en énergie électrique
Groupes électrogènes.
Turbines à gaz.
Cogénération. 

Citer les utilisations et leurs intérêts.

A.B.C.
A.B.C
A.B.C
A.B.C
B
B.CS3.3 - L’énergie électrique en énergie thermique
Chaudières.
Ballons.
Batteries.
Convecteurs et ventilo-convecteurs.
Émetteurs rayonnants.
Machines thermodynamiques.

Dimensionner les équipements.

Vérifier la conformité d’un équipement.DDito ci-dessusContrôler les performances d'un équipement à partir de mesures.

A.B.C.D
A
A.B.C.D
A.B.C.D
A.B.C.D

A.B.C.DS3.4 - L’énergie électrique en énergie mécanique
Compresseurs
Pompes à vide.
Pompes
Ventilateurs.
Procédés d’adaptation des caractéristiques aux besoins (variation débit, puissance).
Couplage avec une capacité tampon.
Identifier le type de machine.

Énumérer pour une application donnée les technologies utilisables et les paramètres fonctionnels.

Dimensionner et choisir un équipement.

Identifier les paramètres spécifiques d’un matériel donné.DDito ci-dessusContrôler les performances d'un équipement à partir de mesures.

S3 - LES TRANSFORMATIONS DES ÉNERGIES ET DES FLUIDES
OptionsCONNAISSANCESNIVEAUX D’EXIGENCE
A.B.D

B.DS3.5 - L’énergie solaire en énergie thermique
Utilisation en production d’eau chaude sanitaire.
Utilisation en chauffage.
Dimensionner une installation à partir de méthodes de constructeurs.



A.B.C.D
A.B.C.D

A.B.C.D
A.B.C.DS3.6 - Les équipements connexes à la transformation des énergies
Expansion.
Évacuation et traitement éventuel des sous-produits des transformations.
Alimentation et traitement éventuel de l’eau.
Sécurité.
Lister les équipements nécessaires à une installation donnée.

Citer les paramètres fonctionnels nécessaires au dimensionnement de ces équipements.

Choisir des équipements à partir d’une note de calcul ou de prescriptions techniques.DDito ci-dessus
Contrôler les performances d'un équipement à partir de mesures
A.B.C.D


S3.7 - Le conditionnement des fluides
Les usages de l'eau destinée :
à la production ou aux transferts énergétiques :
ECBT, ECHT, vapeur,
eaux de refroidissement.
Lister les contraintes, règles d'usage ou réglementations spécifiques pour un usage de l'eau.
A
à la consommation humaine,
aux loisirs, aux agréments ou aux process.
Lister les pathologies et les paramètres les influençant.
Lister les conséquences de ces pathologies.
Citer les interactions possibles entre les différentes pathologies.A.D
Traitement et conditionnement des eaux et des réseaux (corrosion des installations, entartrage, infection des réseaux, désembouage des installations).
Justifier la nécessité d'un traitement.

Citer les moyens de correction d'une eau ou de conditionnement d'un réseau.
Évaluer les consommations liées au traitement et au conditionnement. ADito ci-dessusDimensionner un poste de traitement ou de conditionnement par des réactifs compatibles pour un usage donné.

Établir le phasage d'une opération de conditionnement d'une installation.

S3 - LES TRANSFORMATIONS DES ÉNERGIES ET DES FLUIDES
OptionsCONNAISSANCESNIVEAUX D’EXIGENCE
A

Pré-traitement des eaux résiduaires immobilières et techniques,

- les eaux usées domestiques,
- les eaux chargées (sables, hydrocarbures, graisses, fécules),
- les eaux techniques de chaufferies ou de locaux techniques (désulfuration des fumées, eaux de vidange ou de déconcentration, eaux de régénération d'échangeurs d'ions).
Citer les contraintes liées au déversement dans les réseaux d'évacuation.

Définir la nécessité d'un pré-traitement à partir de contraintes techniques et réglementaires.

Citer les filières de pré-traitement pour différents usages.
B.C.D



Traitement de la qualité de l’air :
filtrations,
désodorisation

Citer les différents principes, les types et les utilisations des traitements (en précisant la norme d’essais).

B.C.DTraitement thermo-hydrique de l’air :
évolutions élémentaires :
chauffage,
refroidissement,
humidification,
séchage.

Tracer une évolution sur le diagramme de l’air humide.

Définir les évolutions élémentaires nécessaires pour un traitement d’air.

Déterminer les caractéristiques utiles des matériels.

Choisir un équipement en fonction de contraintes.
A.DL’air comprimé
Séparation des phases. Détente
Choisir un équipement adapté à l'utilisation.
ALa filtration des aérosols et des poussières.
La neutralisation des gaz.Citer les différents types de filtres adaptés à un usage donné.ALa déshumidification de l'air comprimé par sécheur frigorifique, par absorption, par adsorption.
Choisir un matériel de déshumidification adapté à un usage donné.A.B.DTraitement de fumées comprenant épuration physique des fumées.
Choisir un équipement en fonction de contraintes.

S4 - LA DISTRIBUTION DES ÉNERGIES ET DES FLUIDES 
OptionsCONNAISSANCESNIVEAUX D’EXIGENCE

A.B.C.D
A.B.C.D
C.D
A.B.D
A.B.D
B,D
B.D
S4.1 - La distribution des fluides
Dimensionnement des réseaux :
réseaux hydrauliques,
réseaux aérauliques,
réseaux frigorifiques,
réseaux vapeur,
réseaux gaz,
réseaux fioul domestique
réseaux fumée.

Déterminer les diamètres ou sections rectangulaires en respectant vitesses et pertes de charge admissibles ou en utilisant une méthode spécifique fournie

ARéseaux gravitairesDéterminer les diamètres d'un ouvrage gravitaire en respectant des vitesses et une pente (utilisation de la formule de Bazin).
A.B.C.DConception des réseaux de distribution des eaux. Déterminer ou vérifier le tracé des réseaux en fonction des contraintes d'usage et réglementaires.
Citer les contraintes spécifiques aux réseaux et les précautions de conception.
A.B.C.D





Pertes de charge des réseaux fluidiques :
les formules,
abaques de Colebrook, Karman, Flamand...


Déterminer la perte de charge d'un réseau à partir d’abaques et de tableaux

Tracer la courbe caractéristique d'un réseau en fonctionnement.
A.B.C.DÉquilibrage des réseaux hydrauliques ou aérauliques.
Déterminer la répartition des débits.

Déterminer les réglages à effectuer sur les dispositifs d’équilibrage.
ARéseaux maillés.Utiliser une méthode manuelle (Hardy Cross) ou un logiciel pour déterminer les répartitions des débits dans un réseau maillé.
A.DRéseaux de lutte contre l'incendie.Citer les différents types de réseaux de lutte contre l'incendie.
Déterminer les caractéristiques d’un réseau d'extinction automatique.
AConception des réseaux d'évacuation gravitaire ou sous pressionDéterminer ou vérifier le tracé des réseaux en fonction des contraintes d'usage (en particulier celles liées au gros -œuvre) et réglementaires.
ARelevage des effluentsCiter les équipements constitutifs d'une station de relevage. Dimensionner les équipements.

S4 - LA DISTRIBUTION DES ÉNERGIES ET DES FLUIDES 
OptionsCONNAISSANCESNIVEAUX D’EXIGENCEA.B.C.D





Pompes et ventilateurs
courbes caractéristiques,
association pompe / réseau (ou ventilateur / réseau),
associations de pompes ( ou ventilateurs) en série ou en parallèle,
association des pompes avec réseaux et capacités tampon.
Choisir un ventilateur ou une pompe en fonction de contraintes techniques et économiques.

Déterminer le point de fonctionnement en traçant les caractéristiques de l'organe moteur et du réseau (avec un ou deux organes moteurs associés).

Déduire des tracés les réglages à effectuer ou les corrections à effectuer.

Vérifier le bon fonctionnement à partir de mesures effectuées sur un site.
A.B.C.DPompes et ventilateurs à débit variableDéterminer par le calcul ou sur abaque les caractéristiques lorsque la fréquence de rotation varie.

Vérifier le bon fonctionnement à partir de mesures effectuées sur un site.



A.B.C.D
B.D
B.C.D
B.D
C.D
A.B.C.D
A.B.D
B.D
A
A
A
A.DS4.2 - Les équipements pour les réseaux fluidiques
pour les réseaux :
eau chaude basse température,
eau chaude haute température,
eau froide, eau glacée,
vapeur d’eau,
frigorifiques,
air,
gaz,
fuel,
évacuations d’effluents,
eau destinée à la consommation humaine,
fluide de service (gaz et vide),
incendie.

Expansion.
Sécurité.
Matériaux et modes d’assemblage.
Modes de pose, supportage, dispositifs antivibratiles et de reprise de dilatation.
Calorifugeage et protection des tuyauteries.
Accessoires de purge et de vidange, filtres, anti-retour, désembouage
Séparateurs de phases : liquide/solide, liquide/gaz, liquide/liquide.
Équipements de contrôle.



Définir des modes d’assemblage en fonction des matériaux, des diamètres, des contraintes de démontabilité et de montage, dans le respect de la réglementation.



Choisir le matériau et la technologie adaptée aux contraintes spécifiques de : montage, protection, dilatation, séparation...




Choisir l'implantation des dispositifs de purge, de vidange et tous accessoires (en fonction de l'utilisation).




Choisir, positionner et dimensionner les équipements pour : protection, dilatation, séparation.



Vérifier la conformité réglementaire d’un réseau.B.DRéseaux fioul lourdIdentifier les éléments constitutifs et les accessoires.
DÉquipements des réseaux fioul lourdContrôler les caractéristiques d'un équipement à partir de mesures.

S4 - LA DISTRIBUTION DES ÉNERGIES ET DES FLUIDES 
OptionsCONNAISSANCESNIVEAUX D’EXIGENCEAProtection contre les retours d'eau des réseaux d'eau destinée à la consommation humaine.
Citer les risques liés à un retour d'eau ou à une connexion défectueuse.
Citer les types de réseaux et les paramètres devant être pris en compte dans l'évaluation d'un risque sanitaire.
Choisir un ensemble de protection adapté au risque, une méthode étant fournie.
A.B.DConduits de fumée :
technologie,
carneaux, raccordements,
matériaux,
réglementation.
Choisir les sections en fonction des impératifs d’implantation.

Définir les pièces de transformation et toute autre pièce du réseau à préfabriquer.

Vérifier la conformité réglementaire d'un réseau en fonction de son utilisation.
A.B.C.DS4.3 - Les réseaux électriques pour des petites et moyennes puissances : P< 150 kW

Sécurité des personnes.
Réglementation
Dangers du courant
Définition des tensions
Régimes de neutre
Dispositifs de protection des personnes
Protection contre les surintensités
Protection contre les surcharges
Pouvoir de coupure
Câbles
Circuits de commande et de puissance


Énoncer la procédure et les risques liés à l’intervention sur un réseau basse tension.

Énoncer le principe de fonctionnement des trois régimes neutre de base.

Indiquer le type de protection à implanter en fonction du régime de neutre.

Identifier les éléments d’un circuit, d’une armoire électrique.

Vérifier la conformité d’une réalisation par rapport à un schéma.

Vérifier la continuité d’un circuit de commande sur site et sur plan.

Définir la protection d’un élément de puissance.

Remplacer un composant.


S5 - les TRANSFERTS THERMIQUES ET les TRANSFERTS DE MASSE
OptionsCONNAISSANCESNIVEAUX D’EXIGENCE

A.B.C.D
S5.1 - Les transferts thermiques

Étude des parois planes
Flux surfacique échangé, quelle que soit la composition de la paroi
Températures de surface, problèmes de condensation.

Calculer des échanges thermiques surfaciques avec les formules établies en cours.

Calculer des échanges thermiques à partir de documents de référence (DTU).
A.B.C.D
Étude des canalisations
Flux linéique échangé
Températures de surface ou températures aux interfaces de matériaux
Flux perdu le long d’une canalisation en milieu aérien.
Calculer des flux linéiques en adoptant des hypothèses simplificatrices ou les formules exactes fournies.A.B.C.DTempérature d'un fluide circulant dans une canalisation.
Calculer une température en adoptant des hypothèses simplificatrices ou les formules exactes fournies.

A.B.C.D



S5.2 - Les échangeurs

Échangeurs à fluides séparés
Modes de circulation.
Écart moyen logarithmique.
Coefficient d'échange,
Flux échangé.
Efficacité.
Méthode du nombre d’unité de transfert
Méthode de correction de la différence de température logarithmique moyenne.
Technologie.
Matériaux.
Dilatation.
Encrassement.

Identifier les différents modes de circulation des fluides.

Dimensionner un échangeur à partir des formules de Hausbrand et Colburn.

Calculer une efficacité.

Calculer une surface d’échange d'après abaques et tableaux.


DDito ci-dessusContrôler les performances d'un équipement à partir de mesures.

C.D

A.B.D
A.B.C.D
A.B.C.DÉtude des spécificités en fonction de l'utilisation:
Condenseurs, évaporateurs des machines thermodynamiques
Échangeurs vapeur /eau,
Échangeurs eau / eau ...
Réglementation, sécurité.
Justifier un choix technologique adapté aux fluides et aux conditions de fonctionnement.

Vérifier la conformité réglementaire d’un échangeur
S5 - LES TRANSFERTS THERMIQUES ET LES TRANSFERTS DE MASSE
OptionsCONNAISSANCESNIVEAUX D’EXIGENCE
B.C.D
A.B.C.D
A.B.C.D
B.D
B.C.DÉtude spécifique des émetteurs statiques
Panneaux de sol
Radiateurs
Convecteurs
Tubes rayonnants
Plafonds rayonnantsDimensionner chaque type d'émetteur en utilisant une méthode adaptée.

A.B.C.DÉchanges par mélange

Bouteilles de mélange

Dimensionner, justifier l'installation d'une bouteille de mélange.

décrire le fonctionnement sur installation existante.

B.C.D
Tours de refroidissement, laveurs
Mode de transfert thermique
Transfert de masse et d'énergie
Technologie des différents types de tours.
Solutions technologiques spécifiques liées au circuit ouvert et au positionnement à l'extérieur.

Décrire le principe de fonctionnement.

Établir les bilans de masse et énergétiques.

Justifier le choix d'une technologie en fonction des contraintes.

Lister les contraintes d’installation et de maintenance des appareils.
B.CDito ci-dessusDimensionner à partir d'une documentation fabricant et de contraintes, un appareil.
DDito ci-dessusContrôler les performances d'un équipement à partir de mesures.
A.DÉchangeurs d’ions
Déminéralisation sur lit de résines ; adoucissement.

Énumérer et justifier les différentes phases de fonctionnement d'un échangeur.
Lister et justifier les différents équipements d'un poste d'adoucissement.
Dimensionner à partir d'une documentation fabricant et de contraintes, un poste d'échange pour un usage immobilier ou technique.
Évaluer les consommations liées au traitement à partir de contraintes et d'une documentation.


S6 - LA RÉGULATION - LE CONTRÔLE ET LE RÉGLAGE
OptionsCONNAISSANCESNIVEAUX D’EXIGENCEA.B.C.DS6.1 - Les principes de la régulation
Principe général.
Boucles fermées et ouvertes.
Association de boucles.
Comportement statique et dynamique des systèmes à régler.
Notions de constante de temps et degré de difficulté d’une boucle.

Identifier la nature d’une boucle de régulation

Lister tous les éléments nécessaires au fonctionnement d’une boucle de régulation.A.B.C.DS6.2 - Les régulateurs et automates

Partie opérative: Commande de puissance (électrique, pneumatique).
Partie commande.

Différents types d’actions
P, PI, PID, P+PI cascade
Chronoproportionnelle,
Tout ou rien, autres ...
Paramétrage des régulateurs et des automates.


Identifier et caractériser les composants technologiques des parties opératives ainsi que les interfaces avec la partie commande nécessaire à la mise en œuvre d'un automatisme.

Choisir une action adaptée au système à régler.

Déterminer les paramètres de réglage d’un régulateur ou d’un automate.
A.B.C.DS6.3 - Les organes de réglage

Les différents organes de réglages des circuits fluidiques et énergétiques
Le comportement hydraulique des organes de réglage :
caractéristiques d’une vanne,
interaction entre les organes de réglage et le système à régler.


Expliquer l’interaction entre un organe de réglage et les circuits fluidiques

Calculer les caractéristiques d’un organe de réglage.
A.B.C.D









A.D

S6.4 - La mesure
Capteurs :
de température,
d’humidité,
de pression,
de niveau,
de vitesse,
de débit,
d’enthalpie,
de qualité de l’air,
de présence.
capteurs/détecteurs de qualité d'eau : sonde pH, autres capteurs électrochimiques, échantillonneurs.
Définir la nature d’un capteur adapté au type de mesure souhaité et de régulateur utilisé.

Définir l’implantation optimale d’un capteur.

A.B.C.DCompteurs.Définir la nature d’un compteur adapté au type de mesure souhaité.


S6 - LA RÉGULATION - LE CONTRÔLE ET LE RÉGLAGE
OptionsCONNAISSANCESNIVEAUX D’EXIGENCEA.B.C.DS6.5 - Logique de fonctionnement

Outils méthode:
algorithme,
chronogramme,
GRAFCET fonctionnel,
symbolisation.

Représenter la logique de fonctionnement d’un système du domaine des équipements techniques énergétiques sous forme graphique.


A.B.C.DS6.6 - Les instruments de mesure

Appareils de mesure.
Enregistreurs.
Calibrage.

Justifier un choix d’équipement et une méthodologie de campagne de mesures adaptés à la situation de l’installation à contrôler en fonction de contraintes.
A.B.C.DS6.7 - Le traitement des mesures

Centrale de traitement.
Logiciels de traitement.

Interpréter les mesures.


DS6.8 - La gestion technique du bâtiment

Poste central
Architecture générale
Unités locales de traitement
Fonctions assurées

Identifier les composants d'une G.T.B.

Utiliser une G.T.B. pour la surveillance et la conduite d'une installation.
S7 - l’étude dES bâtimentS et des systèmes
OptionsCONNAISSANCESNIVEAUX D’EXIGENCE

a.b.c.DS7.1 - Les fonctions et les structures des bâtiments
Structures :
infrastructures :
fondations, vide sanitaires,...
superstructures :
murs,
charpentes, couverture, bardages,...


Identifier le système constructif et les matériaux utilisés.

Identifier les éléments porteurs.

Définir les interactions entre les systèmes énergétiques et les structures (charges à reporter, réservations,...)b.cS7.2 - L’étude des bâtiments
Déperditions :
surfaciques (K, Kg).
volumiques (GV).
besoins en chauffage (BV).
renouvellement d'air.
Apports de chaleur et d’humidité.
Réglementation thermique dans le bâtiment.
Réglementation d’hygiène.

Déterminer les charges thermiques et hydriques d'une construction.A.D


DDito ci-dessusDéterminer les charges thermiques et hydriques par une méthode simplifiée fournie.

Contrôler des consommations en chauffage.
CBilan des enveloppes frigorifiques
déperditions surfaciques
renouvellement d'air
apports dus aux denrées (respiration des végétaux, fermentations).
transferts de denréesDéterminer les charges thermiques et hydriques d'une enveloppe.A.B.C.D




A.B.C.DAcoustique du bâtiment et des installations :
modes de transmission,
techniques d'isolation aux bruits aériens et aux bruits d'impact.
techniques de correction acoustique.
Réglementation acoustique.
Détecter les points sensibles.




Proposer des dispositions correctives.
A.B.CHydraulique:
migration de l'eau (capillarité, perméabilité, porosité)
condensation: facteurs influents.
Détecter les zones sensibles.


Déterminer les risques de condensation.A.B.CÉtanchéité à l'eau et à l'airJustifier les dispositifs d'étanchéité à l'eau et l'air.
A.B.C.DProtection incendie :
classification des matériaux et des locaux,
résistance au feu (CF, PF, SF).
Justifier le choix d’un matériel ou un matériau.
S7 - l’étude dES bâtimentS et des systèmes
OptionsCONNAISSANCESNIVEAUX D’EXIGENCE


a.b.c.D
A.B.C.D

B.C.D
B.C.D
B.C.D
B.C.D
A.B.C.D
BCD
A.B.c.d


B.D
C.D
B.D

c






a.b.D



A.D



A
A


S7.3 - L’étude des systèmes
Traitement de l’ambiance et productions associées :
unités autonomes,
centrale dédiée à un seul local ou par groupe de locaux,
débit d’air variable,
ventilo-convecteurs,
unités de traitement décentralisé,
unités réversibles sur boucle d’eau,
systèmes à fluide frigorigène direct,
aqua-système,
chauffage central à eau chaude bi-tubes et mono-tube
réseaux d’énergie avec :
eau chaude,
eau froide,
vapeur.

Froid industriel et commercial :
systèmes mono-étagé,
systèmes bi-étagés :
injection totale,
injection partielle.
cascade

Eau sanitaire :
production d’eau chaude,
réseaux de distribution,
maintien en température.
systèmes de traitement de l’eau :
déminéralisation par échange ou sur membranes,
conditionnement.
Réseaux d’évacuation unitaires et séparatifs.
Pré-traitements avant rejet :
fosses septiques,
bacs à graisse, à sables,
bacs de décantation.




Effectuer une analyse fonctionnelle d'un système.








Inventorier les éléments d’un système.








Déterminer les fonctions des éléments d'un système.









Analyser la mise en œuvre et la mise en service des systèmes.DGroupes électrogènes.
Turbines à gaz.
Cogénération.
Absorption.
Effectuer une analyse fonctionnelle d'un système.

Inventorier les éléments d’un système.

Déterminer les fonctions des éléments d'un système.

Analyser la mise en œuvre et la mise en service des systèmes.

S8 - les techniques graphiques
OptionsCONNAISSANCESNIVEAUX D’EXIGENCEA.B.C.DS8.1 - Les règles du dessin technique

Expression graphique :
calpinage,
dessins, schémas,...
Symbolisation.
Règles et méthodes de cotation.


Dessiner à main levée.

Dessiner en plan ou en isométrique des schémas avec des instruments non informatisés.

Tracer des réseaux, en tenant compte des impératifs du gros œuvre, technologiques, de bon fonctionnement, réglementaires, pérennité.
A.B.C.DS8.2 - Le dessin assisté par ordinateur

Modélisation dimensionnelle des systèmes énergétiques et fluidiques.
Connaissances des logiciels.
Bibliothèques.
Applications spécifiques.

Utiliser un logiciel de DAO pour la réalisation
de plans et de schémas de systèmes énergétiques et électriques.

A.B.C.DS8.3 - Les outils de bureautique et d'organisation

Traitement de texte.
Tableur.
Base de données,...

Saisir et organiser un document.

Construire une feuille de calcul.

Renseigner une base de données.


S9 - L’ORGANISATION
OptionsCONNAISSANCESNIVEAUX D’EXIGENCEA.B.C.DS9.1 - La planification de l'intervention :
Outils manuels ou informatiques d’aide à la planification.
Plannings.
Plan particulier de sécurité et de protection de la santé.
Plan d’assurance qualité.
Installation du site d’intervention.

Réaliser un planning de travaux de réalisation ou de maintenance.

Analyser un plan de sécurité et de protection de la santé.

Analyser une implantation d’un site d’intervention.A.B.C.DS9.2 - La conduite de la réalisation :

Préparation du site :
objectifs,
modes opératoires,
prévision économique,
budgets d’exécution,
feuille «objectifs », analyse des déboursés.
Exécution des travaux :
ordre de service, tableaux de bord du site,
réunions de chantier,
gestion des délais et le contrôle de la qualité.

Étude de poste :
ergonomie et sécurité.
Achèvement des travaux :
analyse technique et financière,
réception des travaux,
conclusions.

Identifier les fonctions des dossiers et des différents intervenants.

Rédiger des documents contractuels.

Identifier les formalités d’ouverture d’un site.

Analyser un planning et un échéancier de versement des acomptes.

Contrôler un procès-verbal de réunion.

Proposer des ajustements sur le planning de travaux.

Identifier les conditions de travail des intervenants.

Prendre en compte les effets de la réception des travaux.

Rédiger le bilan du chantier.
DS9.3 - La conduite de la maintenance

Divers types de maintenances
Contrats d'entretien et d'exploitation
Taches : gammes opératoires, qualification
G.M.A.O.


Définir les différents types de contrats.

Lister les exigences et limites d'un contrat de maintenance.

Structurer une liste de tâches périodiques de maintenance.

S10 - LA GESTION 
OptionsCONNAISSANCESNIVEAUX D’EXIGENCEA.B.C.DS10.1 - Le suivi de la réalisation

Coût de réalisation et mise en œuvre :
matériel,
main d’œuvre...
Définir les éléments qui permettent de déterminer le coût de l’installation.
A.B.C.DMéthodes et outils de détermination des temps :
base de données et ratios,
méthode de relevé.
Déterminer un temps de réalisation.

Contrôler un temps de réalisation.

DS10.2 - Le suivi de la maintenance

Gestion économique :
coûts engendrés par les pannes,
coûts de maintenance.

Gestion technique :
Analyse de fonctionnement, diagnostic de panne,
suivi des matériels,
historique (entretien, fiabilité), journal de bord
documentation maintenance (livret de chauffeur, guide de conduite)

Ordonnancement de la maintenance


Rechercher les coûts de la maintenance et l’évolution des indicateurs.



Analyser les méthodes de suivi de la maintenance d’une installation.



Contrôler l’avancement des travaux de maintenance préventive.
A.B.C.DS10.3- Les stocks et les approvisionnements

Organisation des approvisionnements du site.
Contrôle de réception des stocks des éléments de l’installation.
Prévision des besoins
Coûts des stocks.



Identifier les éléments qui contribuent à la bonne organisation des approvisionnements.

Définir un contrôle spécifique des matériels livrés.

Inventorier les éléments pris en compte pour la gestion des stocks.

S11 - LA COMMUNICATION ET L’ANIMATION
OptionsCONNAISSANCESNIVEAUX D’EXIGENCEA.B.C.DS11.1 - La Communication
Analyse d'une situation de communication.

Identifier les éléments d'une situation de communication dans un groupe.Communication orale :
conduite d’entretiens et des réunions.
Fonctions, types et modalités :
argumentation,
négociation,

Analyser les principaux éléments d'une situation de communication orale et écrite.Communication écrite :
documents.
Fonctions, types et structures de documents :
rapports,
note de service,
courrier,
comptes-rendus.
Communication visuelle :
affichage,
vidéo...
A.B.C.DS11.2 - L’animation
Techniques d’animation :
jeux de rôle et études de cas
animations de réunions.

Animer une réunion de travail.

A.B.C.DS11.3.- L’action commerciale
Les fondements de l'action technico-commerciale :
concept mercatique et son évolution.
stratégie commerciale
Enoncer la démarche générale d’une négociation commerciale

Identifier les fonctions de la force de vente.
La négociation :
équipe commerciale.
préparation de la négociation.
étapes de la négociation.
Réaliser les supports de la négociation.

Identifier les étapes d'une négociation.


S12 - LA Démarche Qualité
OptionsCONNAISSANCESNIVEAUX D’EXIGENCEA.B.C.DS12.1 - Les modes de certification et de normalisation
Certifications.
Référentiels qualibat
Normes ISO 9000 :
Gestion et assurance qualité.
Maîtrise de la conception.
Maîtrise des documents et des données.
Essai et labels qualité :
Labels qualité.
Essais normalisés
Normes relatives au produit.
Certification d’entreprise.


Définir les concepts qualité.





Commenter les normes, les référentiels qualibat et les certifications pour une situation donnée.

A.B.C.DS12.2 - La démarche qualité

Gestion de la fonction qualité :
fonctions qualité,
structures et moyens de déploiement,
conditions de fonctionnement.

Conduite d’actions correctives :
procédures d'actions correctives,
outils et maîtrise de la qualité.

Méthode de contrôle :
contrôle final,
contrôle en cours,
contrôles préventifs.


Justifier la finalité d’une démarche qualité.


Définir les étapes de la démarche qualité.


Détecter les causes de non-qualité.




Analyser la satisfaction d’un client.



S13 - L’ENTREPRISE
OptionsCONNAISSANCESNIVEAUX D’EXIGENCEA.B.C.DS13.1 - L’économie de l’entreprise
Entreprise (définition, typologie, relations ).
Fonctionnement de l'entreprise.
fonction commerciale.
fonction productive.
fonction logistique.
fonction financement.
Outils comptables :
L'analyse des coûts.
Identifier les rapports de l'entreprise avec les différents acteurs du marché.

Décrire le cheminement de l'information et de la décision dans l’entreprise.

Définir le rôle et les fonctions des services dans l’entreprise.

Expliquer les coûts de revient, les seuils de rentabilité, le coût marginal.
A.B.C.DS13.2 - Le droit civil, commercial, fiscal et droit social :
Contrats.
Responsabilité.
Statuts juridiques de l'entreprise.
TVA et imposition.
Réglementation du travail.
Conventions collectives.
Contrat de travail.
Protection sociale.
Identifier les droits et obligations définis dans un contrat, un marché.

Définir l'attitude à adopter dans une situation de litige.

Caractériser la forme juridique de l'entreprise.

Préparer et rédiger une déclaration de T.V.A.

Déterminer les droits et obligations dans une situation de travail.
A.B.C.DS13.3 - L’environnement dans l’entreprise
Cadre légal :
état et évolution de la réglementation en matière de protection de l'environnement et des risques industriels.
Institutions et organismes :
DDE, DDA,
agence de l'environnement et de la maîtrise de l’énergie.
direction régionale de l’industrie, de la recherche et de l'environnement (DRIRE).
L'Institut national de l'environnement Industriel et risques (INERIS).
Agence de l’eau,
DIREN, DASS.
Identification, stockage, évacuation des déchets :
nature des déchets, quantité, nocivité, inflammabilité nuisances associées,
destruction sur place, destruction par entreprise spécialisée.

Identifier les rôles des organismes et leurs domaines d'action.

Identifier, prendre en compte et justifier les principes réglementaires de la protection de l'environnement et des risques industriels à chaque étape d'une nouvelle production.

Identifier les règles et principes de prévention de l'environnement.










S14 - L’HYGIÈNE - la SÉCURITÉ - la PRÉVENTION - LA protection de l’environnement
OptionsCONNAISSANCESNIVEAUX D’EXIGENCEA.B.C.DS14.1 - La fonction sécurité dans l’entreprise
Prise en compte des accidents du travail, des maladies professionnelles et du coût de la non-sécurité dans l'entreprise :
coût humain,
coût économique,
coût organisationnel.
Définitions :
accident du travail, de trajet,
maladie professionnelle.
Les indicateurs réglementaires de la prévention dans l'entreprise
règlement intérieur.
taux de fréquence, taux de gravité.
Les instances réglementaires extérieures à l'entreprise :
inspection du travail,
services prévention de la sécurité sociale (CRAM, INRS),
OPPBTP, ANACT,
organismes agréés,
médecine du travail.
L'organisation de la prévention dans l'entreprise :
rôles respectifs du chef d'entreprise ou de son représentant, des chargés de sécurité, du comité d’hygiène et de sécurité et conditions de travail et des délégués du personnel.


Justifier une mesure de prévention.


















Identifier les partenaires et organismes, leur rôle et leur domaine d'action.


A.B.C.DLes textes de référence en hygiène et sécurité :
du 8 janvier 1965, transposition 92-57 de la CEE.
prévention des incendies.
Sécurité et qualité :
politique globale visant à assurer qualité et de sécurité.Justifier les principes généraux de la prévention à chaque étape du projet (conception, préparation de la production, production, optimisation et dysfonctionnement).

Justifier la prévention dans une politique de qualité.



S14 - L’HYGIÈNE - LA SÉCURITÉ - LA PRÉVENTION - LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT
OptionsCONNAISSANCESNIVEAUX D’EXIGENCEA.B.C.DS14.2 - La maîtrise des risques professionnels
Connaissance des principaux risques d'accidents et des nuisances :
risques liés à la maintenance :
risques liés aux manutentions mécaniques et manuelles, levage, stockage,
risques incendie - explosion et leurs moyens de prévention,
risques électriques,
risques chimiques : voie de pénétration, valeurs limites et moyennes d’exposition, (VLE, VME),
risques liés aux environnements physiques du travail : le bruit et sa prévention, vibrations, ambiance thermique et hygrométrie, qualité de l'air, atmosphères confinées,
risques biologiques (amiante et autres contaminants).
Hiérarchies des préventions :
des notions de prévention intrinsèque, protection collective, protection individuelle, consignes.

Conduite à tenir :
formation sauveteur, secouriste du travail.



Identifier et évaluer les différents risques professionnels liés à une intervention.

Utiliser des outils et méthodes d'analyse dans le cadre de nouvelles productions, proposer et choisir des mesures de prévention adaptées.


Identifier à posteriori les risques liés à un accident / incident / dysfonctionnement, proposer et choisir des mesures de prévention adaptées.



Identifier les éléments d'une situation de travail nouvelle pour un opérateur en utilisant une approche ergonomique.




Justifier les mesures retenues.

Identifier et justifier les dispositions prises par l'entreprise pour l'organisation des secours en cas d'accident.
A.B.C.DS14.3 - La prévention du risque électrique

Les niveaux de certification.

UTE - C - 18-510
Identifier et appliquer les procédures liées au niveau d’habilitation B2V et BR.



A.B.DS14.4 - La protection de l’environnement

Les procédures spécifiques pour le gaz
Notion d’autorisation d’intervention.
Explosivité.
Procédures incendie.

Identifier les limites de son champ d’intervention et des intervenants par rapport à l’autorisation d’intervention.B.C.DLe confinement des fluides frigorigènes
Normes et réglementation.
Procédures
Identifier et justifier les procédures.A.B.DL’hygiène de l’eau
Réglementations et circulaires européennes et françaises.
Identifier et justifier les solutions et les procédures.


ECONOMIE ET GESTION DES ENTREPRISES

NÉGOCIATION ET TECHNIQUES COMMERCIALES

Ces enseignements seront développés à partir des connaissances associées du référentiel de certification du BTS fluides énergies et environnement, soit :

S9 - ORGANISATION
S9.1 - La planification de l’intervention
S9.2 - La conduite de la réalisation
S10 - GESTION
S10.1 - Le suivi de la réalisation
S10.2 - Le suivi de la maintenance
S10.3 - Les stocks et les approvisionnements
S11 - LA communication et l’animation
s11.1 - La communication
S11.2 - L’animation
S11.3 - L’action commerciale
S12 - Qualité
S12.1 - Les modes de certification et de normalisation
S12.2 - La démarche qualité
S13 - L’ENTREPRISE
S13.1 - L’économie de l’entreprise
S13.2 - Le droit civil, commercial, fiscal et droit social
S13.3 - L’environnement dans l’entreprise

VI - TABLEAU DES RELATIONS CAPACITES ET SAVOIRS (C/S)















SAVOIRS ASSOCIESSTOCKAGEÉNERGIES - FLUIDESTRANSFORMATIONSÉNERGIES – FLUIDESTRANSFERTS DISTRIBUTIONSRÉGULATION CONTRÔLEBÂTIMENTS
SYSTÈMESTECHNIQUES GRAPHIQUESORGANISATIONGESTIONCOMMUNICATION ANIMATIONQUALITÉL’ENTREPRISEHYGIENE
SÉCURITÉ ENVIRONNEMENT
Savoir-faireS1S2S3S4S5S6S7S8S9S10S11S12S13S14CAPACITESCOMPETENCESC1C11COLLECTERCOMMUNIQUERC12 CONSIGNERC13 INFORMERC2C21 ANALYSER TRAITERC22 CONCEVOIRDÉCIDERC23 DIMENSIONNER C24 SÉLECTIONNER C31 CHIFFRER C3 RÉALISER C32 DESSINERC33INTERVENIRC4 GÉRERC41 ORGANISER C42 CONTRÔLER 


Unités constitutives


BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES
Français U 11


- Définition de l’unité de français

L’unité « français » englobe les compétences établies par l’arrêté du 30 mars 1989 « objectifs, contenus de l’enseignement et référentiel du domaine de l’expression française pour les brevets de technicien supérieur » (BO n° 21 du 25 mai 1989).



Langue vivante étrangère (anglais obligatoire) U 12


- Définition de l’unité de langue vivante étrangère (anglais obligatoire)

L’unité englobe l’ensemble des capacités et compétences incluses dans le référentiel.

Dans l’unité de langue vivante figurent trois axes fondamentaux :

1°) Les objectifs essentiellement professionnels qui impliquent la maîtrise de la langue vivante étrangère en tant que langue véhiculaire ou non.

2°) Les compétences fondamentales :

- compréhension écrite de documents professionnels, brochures, dossiers, articles de presse..
- compréhension orale d’informations à caractère professionnel
- expression écrite : prise de notes, rédaction de comptes rendus, de messages...
- expression orale : langue de communication, conversations de type simple au téléphone...

3°) Les connaissances :

- les bases linguistiques du programme des classes terminales
- la morpho-syntaxe de la langue utilisée dans les situations professionnelles ciblées
- terminologie, lexique du domaine professionnel.


Sciences physiques U 22


- Définition de l’unité de sciences physiques :

L’unité « sciences physiques » englobe l’ensemble des objectifs, capacités, compétences et savoir-faire précisés dans le présent référentiel de certification .


Mathématiques U 23


- Définition de l’unité de mathématiques

L’unité de mathématiques englobe l’ensemble des capacités du domaine des mathématiques pour les brevets de technicien supérieur établies par l’arrêté du 30 mars 1989 (BO n° 21 du 25 mai 1989).



BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES

U2.1 Fluidique – Energétique – EnvironnementsS1S2S3S4S5S6S7S8S9S10S11S12S13S14C11COLLECTERC1COMMUNIQUERC12 CONSIGNERC13 INFORMERC21 ANALYSER C2TRAITERC22 CONCEVOIRDÉCIDERC23 DIMENSIONNER C24 SÉLECTIONNER C31 CHIFFRER C3 RÉALISER C32 DESSINERC33INTERVENIRC4 GÉRERC41 ORGANISER C42 CONTRÔLER 


U3.1 Étude d’un système et ses équipementsS1S2S3S4S5S6S7S8S9S10S11S12S13S14C11COLLECTERC1COMMUNIQUERC12 CONSIGNERC13 INFORMERC21 ANALYSER C2TRAITERC22 CONCEVOIRDÉCIDERC23 DIMENSIONNER C24 SÉLECTIONNER C31 CHIFFRER C3 RÉALISER C32 DESSINERC33INTERVENIRC4 GÉRERC41 ORGANISER C42 CONTRÔLER 


U.3.2 Mise en œuvre des procédures d’interventionS1S2S3S4S5S6S7S8S9S10S11S12S13S14C11COLLECTERC1COMMUNIQUERC12 CONSIGNERC13 INFORMERC21 ANALYSER C2TRAITERC22 CONCEVOIRDÉCIDERC23 DIMENSIONNER C24 SÉLECTIONNER C31 CHIFFRER C3 RÉALISER C32 DESSINERC33INTERVENIRC4 GÉRERC41 ORGANISER C42 CONTRÔLER 
BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES

U.4 Mémoires professionnels
Mémoire d’étudeS1S2S3S4S5S6S7S8S9S10S11S12S13S14C11COLLECTERC1COMMUNIQUERC12 CONSIGNERC13 INFORMERC21 ANALYSER C2TRAITERC22 CONCEVOIRDÉCIDERC23 DIMENSIONNER C24 SÉLECTIONNER C31 CHIFFRER C3 RÉALISER C32 DESSINERC33INTERVENIRC4 GÉRERC41 ORGANISER C42 CONTRÔLER 

U.4 Mémoires professionnels
Mémoire professionnel de synthèseS1S2S3S4S5S6S7S8S9S10S11S12S13S14C11COLLECTERC1COMMUNIQUERC12 CONSIGNERC13 INFORMERC21 ANALYSER C2TRAITERC22 CONCEVOIRDÉCIDERC23 DIMENSIONNER C24 SÉLECTIONNER C31 CHIFFRER C3 RÉALISER C32 DESSINERC33INTERVENIRC4 GÉRERC41 ORGANISER C42 CONTRÔLER 
U.4 Mémoires professionnels
Mémoires d’entrepriseS1S2S3S4S5S6S7S8S9S10S11S12S13S14C11COLLECTERC1COMMUNIQUERC12 CONSIGNERC13 INFORMERC21 ANALYSER C2TRAITERC22 CONCEVOIRDÉCIDERC23 DIMENSIONNER C24 SÉLECTIONNER C31 CHIFFRER C3 RÉALISER C32 DESSINERC33INTERVENIRC4 GÉRERC41 ORGANISER C42 CONTRÔLER 

ANNEXE II





STAGE EN MILIEU PROFESIONNEL


BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES

Stage en milieu professionnel


A - Objectifs

Le candidat préparant le brevet de technicien supérieur fluides - énergies - environnements devra effectuer un stage en entreprise à plein temps dans une entreprise régionale ou nationale ou européenne, afin de compléter sa formation, de sensibiliser l’étudiant aux réalités de l’entreprise, de mettre en application les connaissances et les savoir-faire déjà acquis et de prendre la mesure des problèmes liés à l’exercice de l’emploi.

B - Organisation

Le stage est obligatoire pour les étudiants relevant d’une préparation présentielle ou à distance.

1) Voie scolaire

- Le stage, organisé avec le concours des milieux professionnels, est sous le contrôle des autorités académiques dont relève l’étudiant et le cas échéant, des services du conseiller culturel près l’ambassade de France du pays d’accueil pour un stage à l’étranger. Il est effectué dans une ou plusieurs entreprises publiques ou privées.

Chaque période de stage en entreprise fait l’objet d’une convention entre l’établissement fréquenté par l’étudiant et la (ou les) entreprise (s) d’accueil. Cette convention est établie conformément aux dispositions en vigueur (circulaires du 30 octobre 1959, BOEN n° 24 du 14 décembre 1959 et du 26 mars 1970, BOEN n° 17 du 23 avril 1970). Toutefois, cette convention pourra être adaptée pour tenir compte des contraintes imposées par la législation du pays d’accueil.

Pendant le stage en entreprise, l’étudiant a obligatoirement la qualité d’étudiant stagiaire et non de salarié.

- Afin d’en assurer le caractère formateur, les périodes de stage sont placées sous la responsabilité pédagogique de l'équipe pédagogique dans son ensemble qui est responsable de leur mise en place, de leur suivi, de l’exploitation qui en est faite. Elle doit veiller à informer les responsables des entreprises ou des établissements d’accueil sur les objectifs du stage et, plus particulièrement, sur les compétences qu’il vise à développer.

La recherche des terrains de stage est assurée sous la responsabilité du chef d'établissement en accord avec les entreprises recevant les stagiaires.

Durant la formation, l’équipe éducative organise la mise en place des stages comprenant :
un stage de sensibilisation comprenant deux semaines maximums avec une semaine qui aura lieu dans l’établissement durant la période d’accueil de l’étudiant. Durant cette période, l’équipe éducative en s’associant avec des professionnels pourra présenter la formation et le secteur professionnel (étude des référentiels des activités professionnelles et de formation, modalités d’examen, visites d’entreprises,…) et une semaine maximum de découverte de l’entreprise organisée au cours du premier semestre de la première année permettant ainsi l’étudiant d’observer le fonctionnement d’une entreprise du secteur.
des stages en milieu professionnel d’une durée de huit semaines minimum qui peut connaître un prolongement durant les congés scolaires. Ils se décomposent en un stage d’exécution (ouvrier) avec la participation aux activités de réalisation, d’observation des méthodes de travail, d’analyse des difficultés pratiques liées à l’organisation et aux montages et de découverte des technologies et un stage technicien qui permettrait de participer aux activités de dimensionnement, d’établissement de devis, de mise en service d’installation et de maintenance. Ces stages font l’objet de la réalisation de mémoires d’entreprises évalués dans le cadre de l’épreuve des mémoires professionnels.


BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES
En fin de stage, un certificat est remis au stagiaire par le responsable de l’entreprise ou son représentant, attestant la présence de l’étudiant. Ce certificat atteste également que les activités professionnelles développées dans le rapport correspondent à celles confiées à l’étudiant par l’entreprise durant le stage en milieu professionnel. A ce certificat sera joint un tableau récapitulatif des activités conduites pendant le stage et le degré de responsabilité de l’étudiant dans leur réalisation.
Un candidat qui n’aura pas présenté ces pièces (convention de stage, rapport de stage, certificat de stage, tableau récapitulatif des activités conduites pendant le stage) ne pourra pas être admis à la soutenance du mémoire.
Un candidat, qui, pour une raison de force majeure dûment constatée, n’effectue qu’une partie du stage obligatoire, peut être autorisé par le recteur à se présenter à l’examen, le jury étant tenu informé de sa situation.

2) Voie de l’apprentissage

Pour les apprentis, les certificats de stage sont remplacés par la photocopie du contrat de travail ou par une attestation de l’employeur confirmant le statut du candidat comme apprenti dans son entreprise.

Les activités effectuées au sein de l’entreprise doivent être en cohérence avec les exigences du référentiel.

Les objectifs pédagogiques sont les mêmes que ceux des candidats scolaires.

3) Voie de la formation continue

a) candidat en situation de première formation ou en situation de reconversion
La durée du stage en entreprise est d’au moins sept semaines. Elle s’ajoute à la durée de formation dispensée dans le centre de formation continue en application de l’article 11 du décret n° 95-665 du 9 mai 1995 modifié portant règlement général du brevet de technicien supérieur.

L’organisme de formation peut concourir à la recherche de l’entreprise d’accueil.

Le stagiaire peut avoir la qualité de salarié d’un autre secteur professionnel.

Lorsque cette préparation s’effectue dans le cadre d’un contrat de travail de type particulier, le stage obligatoire est inclus dans la période de formation dispensée en milieu professionnel si les activités effectuées sont en cohérence avec les exigences du référentiel et conformes aux objectifs et aux modalités générales définis ci-dessus.

Les objectifs pédagogiques sont les mêmes que ceux des candidats scolaires.

b) candidat en situation de perfectionnement

Le certificat de stage peut être remplacé par un ou plusieurs certificats de travail attestant que l’intéressé a occupé des postes relevant des équipements fluidiques et énergétiques et que les activités effectuées sont en cohérences avec les exigences du référentiel et conformes aux objectifs et aux modalités générales définis ci-dessus, en qualité de salarié à plein temps pendant six mois au cours de l’année précédant l’examen ou à temps partiel pendant un an au cours des deux années précédant l’examen.

Ces candidats rédigent un rapport sur leurs activités professionnelles dans le même esprit que le rapport de stage.


BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES
4) Candidats en formation à distance

Les candidats relèvent, selon leur statut - scolaire, apprenti, formation continue-, de l’un des cas précédents.

5) Candidats qui se présentent au titre de leur expérience professionnelle

Le certificat de stage peut être remplacé par un ou plusieurs certificats de travail justifiant la nature et la durée de l’emploi occupé.

Ces candidats rédigent un rapport sur leurs activités professionnelles dans le même esprit que le rapport de stage.

C - Aménagement de la durée du stage

La durée normale du stage est de 8 semaines au minimum. Cette durée peut être réduite soit pour raison de force majeure dûment constatée soit dans le cas d’une décision d’aménagement de la formation ou d’une décision de positionnement, mais ne peut être inférieure à 4 semaines.
Pour les candidats qui suivent une formation en un an, l'organisation du stage est arrêtée d'un commun accord entre le chef d'établissement, le candidat et l'équipe pédagogique.

Toutefois, les candidats qui produisent une dispense de l’épreuve des mémoires professionnels, notamment au titre de la validation des acquis professionnels, ne sont pas tenus d’effectuer de stage.

D - Candidats ayant échoué à une session antérieure de l’examen

Les candidats ayant échoué à l’examen peuvent, s’ils le jugent nécessaire au regard de l’appréciation que le jury a porté sur leur rapport de stage et de la note obtenue à l’épreuve le concernant, recommencer leur stage. Ils peuvent rédiger alors un nouveau rapport qui tient compte des situations rencontrées au cours de ce second stage et qui peut reprendre les observations rassemblées au cours du premier stage ; ils peuvent également modifier seulement le rapport présenté à la commission d’interrogation dans le sens qu’ils estiment opportun.

Les candidats apprentis redoublants peuvent présenter à la session suivant celle au cours de laquelle ils n’ont pas été déclarés admis :
- soit leur contrat d’apprentissage initial prorogé pendant un an ;
- soit un nouveau contrat conclu avec un autre employeur (en application des dispositions de l’article L.117-9 du code de travail).


ANNEXE II





HORAIRE

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES

HORAIRES

1ère année 36 semaines2ème année 36 semainesREPARTITIONREPARTITIONMATIERES
HORAIRE GLOBAL SUR LES 2 ANSHORAIRE GLOBAL SUR 1 AN
HORAIRE HEBDO.

DE

TD

TPHORAIRE GLOBAL SUR 1 AN
HORAIRE HEBDO.

DE

TD

TPFrançais (b)144722110722110Anglais (c)144722101722101Mathématiques2161444301722101Sciences physiques2161444301722101Environnement économique (b)72361100361100Communication commerciale et technique (b)7200000722200Energétique – Fluidique – Environnement 43221666002166600Etudes des installations 57628884042888404Réalisation - Mise en œuvre des procédures28814440041444004Travaux personnels encadrés (d)1441083030361010Langue vivante étrangère 2 (facultative) (a)144(*)722 (*)2 722 (*)2Histoire des sciences, des techniques et des entreprises (facultative) 144(*)722 (*)2 722 (*)2Stages en entreprises3151753514035 TOTAL = 2304
+(288)1224
+(144)34
+(4)194111080
+(144)30
+(4)17211
DE :Division entière TD :Travaux dirigés TP :Travaux pratiques

(* ) Horaire facultatif
(a) L'étudiant ne peut pas choisir la même langue vivante étrangère à titre obligatoire et à titre facultatif
(b) Durant la deuxième année, pour la période d’élaboration du mémoire professionnel de synthèse les horaires sont regroupés en 4 semaines de 30 heures (120 heures au total). Pendant cette période, l'horaire hebdomadaire affecté en économie et gestion des entreprises, en communication commerciale et technique et l’expression française s’effectuera en association avec les professeurs techniques.
(c) Durant l’élaboration et la mise en forme des mémoires d’entreprises les horaires des enseignements d’anglais seront aménagés et s’effectueront en association avec les professeurs techniques.
(d) L’horaire global sur 2 ans de 144 heures pour les travaux personnels encadrés sera reparti en parts égales soit : 72 heures pour les enseignements généraux et 72 heures pour les enseignements techniques.
Recommandation : une gestion semestrielle globalisée des emplois du temps est préconisée afin de faciliter le suivi des stages en entreprises et la réalisation des mémoires avec la mise en place d’une pédagogie interdisciplinaire.



ANNEXE IV



REGLEMENT D’EXAMEN




BTS FLUIDES ENERGIES ENVIRONNEMENTSVoie scolaire, apprentissage, formation professionnelle continue dans les établissements publics et privés, enseignement à distance, candidats justifiant de 3 ans d’expérience professionnelleFormation professionnelle continue dans un établissement public habilitéDisciplines évaluées par épreuve (**)



Nature des épreuves
(STIEconomie - gestionMathématiquesPhysique - chimieExpression françaiseAnglaisCoefficients
Unités
Forme ponctuelle
Durée 

Evaluations en cours de formation E1Communes aux options A, B, C, DCommunications3FrançaisX1U.1.1Ecrite3 h2 situations d’évaluation Anglais **XX2U.1.2Ecrite2 h4 situations d’évaluationE2Communes aux options A, B, C, DSciences et techniques8Fluidique - Energétique – Environnements X4U.2.1Ecrite4 hForme ponctuelleSciences physiquesX2U.2.2Ecrite2 h2 situations d’évaluationMathématiquesX2U.2.3Ecrite2 h2 situations d’évaluationE3Spécifiques aux options A, B ,C, DProcédures d’intervention sur des équipements7Étude d’un système et ses équipementsX3U.3.1Ecrite2 h2 situations d’évaluationMise en œuvre des procédures d’interventionX4U.3.2Pratique4 h4 situations d’évaluationE4Spécifiques aux options A, B ,C, DMémoires professionnelsXXXXXX14 U.4Orale1 h 303 situations d’évaluationÉpreuves facultatives Langue vivante étrangère 2 **1UF1Orale20 min *Ponctuelle (orale)Histoire des sciences, des techniques et des entreprises1UF2Orale20 minPonctuelle (orale)N. B. : La description, la durée et le coefficient des différentes situations d'évaluation, figurent dans l'annexe V, définition des épreuves.

* précédée d’un temps de préparation de 20 minutes

** la langue vivante étrangère choisie au titre de l'épreuve facultative est obligatoirement différente de celle choisie au titre de l'épreuve obligatoire.


ANNEXE V




DEFINITION DES EPREUVES PONCTUELLES et des SITUATIONS
D’EVALUATION EN COURS DE FORMATION


BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES

E.1 COMMUNICATIONS (COEFFICIENT 3)Finalités et objectifs de l’épreuve :
L’objectif visé est de certifier l’aptitude des candidats à communiquer par écrit avec efficacité dans la vie professionnelle, en utilisant les langues française et anglaise.

Sous-épreuve : Français U 1.1 - Coefficient : 1
Finalités et objectifs de la sous épreuve :
L’objectif visé est de certifier l’aptitude des candidats à communiquer avec efficacité dans la vie courante professionnelle.
L’évaluation sert donc à vérifier les capacités du candidat à :
communiquer par écrit ou oralement
s’informer, se documenter
appréhender un message
réaliser un message
apprécier un message ou une situation
(Arrêté du 30 mars 1989 - BO n° 21 du 25 mai 1989)

Formes d’évaluation :
( Forme ponctuelle : (Écrite, d’une durée de 3 heures avec un coefficient : 1)
(cf. annexe III de l’arrêté du 30 mars 1989 - BO n° 21 du 25 mai 1989)

( Contrôle en cours de formation
L’unité de français est constituée de deux situations d’évaluation de poids identiques :
- deux situations relatives à l’évaluation de la capacité du candidat à appréhender et réaliser un message écrit ;
Première situation : (écrite d’une durée de 2 heures avec un coefficient : 0,5)
a) Objectif général :
Evaluation de la capacité du candidat à appréhender et réaliser un message écrit.
b) Compétences à évaluer :
- respecter les contraintes de la langue écrite ;
- appréhender et reformuler un message écrit (fidélité à la signification globale du texte et pertinence dans le relevé de ses éléments fondamentaux) ;
- réaliser un message écrit cohérent (pertinence par rapport à la question posée, intelligibilité, précision des idées, pertinence des exemples, valeur de l’argumentation, exploitation opportune des références culturelles et de l’expérience personnelle, netteté de la conclusion).
c) Exemple de situation :
- résumer par écrit un texte long (900 mots environ) portant sur un problème contemporain ;
- le commenter en fonction de la question posée et du destinataire.
Deuxième situation : (écrite d’une durée de 2 heures avec un coefficient : 0,5)
a) Objectif général :
Evaluation de la capacité du candidat à appréhender et réaliser un message écrit.
b) Compétence à évaluer :
- respecter les contraintes de la langue écrite ;
- synthétiser des informations : fidélité à la signification des documents, exactitude et précision dans leur compréhension et leur mise en relation, pertinence des choix opérés en fonction du problème posé et de la problématique retenue par le candidat, cohérence de la problématique comme de la production (classement et enchaînement des éléments, équilibre des parties, densité du propos, efficacité du message) ;
- apprécier un message et présenter un point de vue brièvement argumenté.
c) Exemple de situation :
- réalisation d’une synthèse de documents à partir de plusieurs documents (4 ou 5) de nature différente (textes littéraires, textes non littéraires, messages graphiques, tableaux statistiques...) centrés sur un problème précis et dont, chacun est daté et situé dans son contexte. Cette synthèse est suivie d’une brève appréciation ou proposition personnelle liée à la fois aux documents de synthèse et au destinataire.

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES
L’épreuve permet d’évaluer l’expression écrite et l’expression orale. La typologie de l’épreuve écrite comprend deux parties comprenant la compréhension de l’écrit et la production écrite en anglais.
L'épreuve a pour but d'évaluer:
la compréhension de l'anglais écrit,
l'expression écrite de l’anglais.
L'épreuve orale a pour but d'évaluer :
la compréhension de la langue vivante étrangère orale. Il n'est pas exclu que l'un des documents soit un enregistrement proposé à l'écoute collective.
l'expression orale dans la langue vivante étrangère. Il s'agit de vérifier la capacité du candidat à participer utilement à un dialogue dans la langue vivante étrangère, conduit dans une perspective professionnelle.

Commission d’évaluation pour l’oral :
Elle se compose d’un jury inter académique composé par deux professeurs d’anglais, un professeur de technique ayant participé au suivi de l’élaboration du mémoire professionnel de synthèse qui pourra situer le contexte technique du travail. En l’absence de l’un de ses membres, les commissions d’évaluation peuvent délibérer valablement.

Formes d’évaluation :
( Forme ponctuelle : (Ecrite et orale d'une durée de 2 h 30 avec un coefficient de 2)

1ère partie : : (Ecrite d'une durée de 2 heures, coefficient 1)
Les supports n'excéderont pas 350 mots, il pourra s'agir de deux supports dont l'un pourra être un document iconographique (support, publicitaire ou autre) liés thématiquement qui se complètent ou s'opposent. Ils ne seront pas liés à la spécialité du BTS concerné mais éviteront des domaines trop généraux ou littéraires.
Compréhension de l'écrit
Le principe consiste à privilégier les exercices qui ne nécessitent pas une expression trop longue ni trop élaborée dans la langue étrangère,
A titre d'exemple, on pourra proposer un ou plusieurs des exercices suivants, le candidat doit être capable de :
relever toutes les informations correspondant à un point donné,
corriger les erreurs dans un résumé ou un compte rendu, rectifier une série d'affirmations fausses,
associer titres et paragraphes,
donner des titres aux parties du texte,
trouver des arguments dans les textes pour justifier ou contredire une affirmation,
légender un schéma, itinéraire…,
trouver dans le/les textes des phrases correspondant à des phrases données sous forme de reformulations,
relever les phrases essentielles à la compréhension,
remettre des événements en ordre (chronologique, logique),
réduire des phrases complexes aux éléments essentiels à la compréhension,
trouver des synonymes ou antonymes dans le/les textes,
inférer le sens de certains mots (choix donné),
classer des termes dans un tableau et le compléter...
On pourra éventuellement proposer un court passage à traduire.

Production écrite en langue vivante étrangère
A titre d’exemple, on pourra proposer un ou plusieurs des exercices suivants, le candidat doit être capable de :
rendre compte,
reformuler des phrases du texte,
répondre à des questions sur le/ les textes,
rédiger en respectant des passages obligés d'ordre linguistique (lexique, fonctions/notions) ou liés à la forme (lettre, message, note de synthèse, court rapport, argumentaire…),
terminer un texte (rapport, lettre…),
trouver des arguments pour ou contre.


BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES
2ième partie : (Orale d'une durée de 30 minutes, préparation : 30 minutes coefficient 1)
L'épreuve consiste en un entretien prenant appui sur le mémoire professionnel de synthèse de l’épreuve E4.
L'oral dialogué se décomposera en trois parties ;
Présentation personnelle et / ou présentation du projet professionnel.
Entretien en langue vivante étrangère à partir du mémoire professionnel de synthèse
Compréhension d'un document relatif à la spécialité (en français ou en langue étrangère).

( Contrôle en cours de formation
L'unité de langue vivante étrangère est constituée de quatre situations d'évaluation, de poids identique, correspondant aux deux capacités :
compréhension et expression écrite
compréhension et expression orale

Première situation : (écrite d’une durée de 2 heures avec un coefficient : 0,5)
Compréhension écrite
Evaluer à partir d’un support écrit en anglais par le biais de :
questions factuelles simples,
questions à choix multiples,
reproductions des éléments essentiels d'information issus du document,
résumés rédigés en anglais ou français.
Le candidat devra faire la preuve des compétences suivantes :
repérage, identification des éléments prévisibles,
sélection, organisation, hiérarchisation des informations.
Deuxième situation : : (écrite d’une durée de 2 heures avec un coefficient : 0,5)
Expression écrite
Evaluer la capacité à s'exprimer par l’écrit en anglais de façon pertinente et intelligible.
Le candidat devra faire preuve des compétences suivantes :
mobilisation des acquis,
exigences lexicale et grammaticale (cf. programme de consolidation de la seconde).
Troisième situation : (orale d’une durée de 30 minutes avec un coefficient : 0,5)
Compréhension orale
Evaluer à partir d’un support audio-oral l'aptitude à comprendre le message auditif exprimé en langue vivante étrangère par le biais de :
questions factuelles simples,
questions à choix multiples,
reproductions des éléments essentiels d'information issus du document,
résumés rédigés en langue vivante étrangère ou français.
Le candidat devra faire la preuve des compétences suivantes :
anticipation,
repérage, identification des éléments prévisibles,
sélection, organisation, hiérarchisation des informations.
inférence.
Quatrième situation : (orale d’une durée de 30 minutes avec un coefficient : 0,5)
Expression orale
Evaluer la capacité à s'exprimer oralement en langue vivante étrangère de façon pertinente et intelligible. Le support proposé permettra d’évaluer l'aptitude à dialoguer en langue vivante étrangère dans une situation liée au domaine professionnel au moyen de phrases simples, composées et complexes.
Le candidat devra faire preuve des compétences suivantes :
mobilisation des acquis,
aptitude à la reformulation juste et précise,
aptitude à combiner des éléments acquis en cours de formation en énoncés pertinents et intelligibles,
exigences lexicale et grammaticale (cf. programme de consolidation de la seconde).


BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES
E.2 SCIENCES et TECHNIQUES (Coefficient : 8)
Finalités et objectifs de l’épreuve :

Cette épreuve de synthèse des sciences et techniques est commune à toutes les options. Elle a pour objectif de valider l’aptitude d’un candidat à mobiliser ses connaissances en sciences physiques, mathématiques et techniques pour résoudre un problème technique et scientifique. Les sujets de cette épreuve sont élaborés par les enseignants des champs disciplinaires respectifs.
La note globale (coefficient 8) sera pondérée de la façon suivante :
un coefficient 4 sera attribué aux sciences et techniques industrielles,
un coefficient 2 sera attribué aux sciences physiques,
un coefficient 2 sera attribué aux mathématiques.

Sous-épreuve : Fluidique - Energétique - Environnements U 2.1 - Coefficient : 4
Cette sous-épreuve a pour objectif de valider l’aptitude d’un candidat à mobiliser ses connaissances scientifiques et techniques pour résoudre un problème technique. Elle a pour support une pré-étude extraite d’un dossier technique du métier.
Dans le cadre d’un avant projet, les activités professionnelles relatives à cette épreuve sont de :
participer à la préparation de l’étude d’un projet,
prendre connaissance du dossier d’étude,
dimensionner des éléments d’une installation,
réaliser des schémas de principe,
collaborer à l'offre et la négociation des solutions techniques et financières avec le client.

Contenus :

L’épreuve doit permettre de contrôler les compétences du candidat telles quelles ont été définies dans le référentiel :
C1.1 COLLECTER
C1.14 - Rechercher des caractéristiques techniques et dimensionnelles des éléments d’une installation
C1.2 CONSIGNER
C1.21 - Extraire du dossier les données et les informations nécessaires à l’étude technique
C2.1 ANALYSER
C2.12 - Analyser les documents techniques
C2.2 CONCEVOIR
C2.22 - Concevoir tout ou partie d’une installation
C2.23 - Etablir la logique de fonctionnement de l’installation
C2.25 - Concevoir le cahier des charges des réseaux électriques et de la régulation
C2.3 DIMENSIONNER
C2.32 - Calculer les caractéristiques fluidiques et énergétiques des éléments d’une installation
C2.33 - Dimensionner les éléments et les réseaux fluidiques
C3.2 DESSINER
C3.22 - Dessiner les schémas de principe

Elle pourra faire appel aux savoirs associés, communs aux trois options, suivants :
S1 - LE STOCKAGE DE L’ÉNERGIE ET DES FLUIDES
S1.2 - Le stockage de l’énergie thermique sensible
S1.4 - Le stockage des fluides
S2 - LES ENERGIES ET LES FLUIDES
S3 - LES TRANSFORMATIONS DES ENERGIES ET DES FLUIDES
S3.1 - L’énergie chimique en énergie thermique
S3.3 - L’énergie électrique en énergie thermique
S3.4 - L’énergie électrique en énergie mécanique
S3.7 - Le conditionnement des fluides

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES

S4 - LA DISTRIBUTION DES ENERGIES ET DES FLUIDES
S4.1 – Distribution des fluides
S4.2 - Équipements pour les réseaux fluidiques
S5 - LES TRANSFERTS THERMIQUES ET LES TRANSFERTS DE MASSE
S6 - LA REGULATION, LE CONTROLE ET LE REGLAGE
S6.1 - Les principes de la régulation
S6.2 – Régulateurs et automates
S7 - L’ETUDE DES BATIMENTS ET DES SYSTEMES
S7.2 - L’étude des bâtiments
S7.3 - L’étude des systèmes
S8 - LES TECHNIQUES GRAPHIQUES
S8.1 - Règles du dessin technique

Critères d’évaluation :
Elle porte essentiellement sur :
La pertinence et le réalisme de la méthode ou des éventuelles hypothèses adoptées.
Le réalisme des solutions proposées,
La précision et l’analyse des résultats.
La qualité des documents.

Formes d’évaluation :
( Forme ponctuelle (écrite, d’une durée de 4 heures et sans autres documents que ceux fournis dans le sujet )
Données :
Un extrait ou un dossier sommaire de consultation des entreprises comprenant des documents techniques (C.C.T.P., plans, descriptifs...).
Une pré-étude réalisée par l’ingénieur.
Éventuellement des extraits de méthodes de calcul spécifiques à un choix de produit ou à la sélection d’un matériel.
Des contraintes d’utilisation.
Des documents techniques (fiches, avis techniques,... ) d’utilisation des matériels et de mise en œuvre des matériaux.
Les diagrammes, abaques ou tableaux nécessaires à l’étude.
Éventuellement des extraits de méthode de calcul et/ou un formulaire.

Travail demandé :
A partir des données fournies sur un système fluidique ou énergétique extrait du champ professionnel on demande :
d’analyser les informations fournies,
d’effectuer des choix ou poser des hypothèses,
de modéliser un système pour pouvoir effectuer son étude,
de proposer des solutions techniques,
de procéder aux calculs nécessaires à la détermination et/ou vérification des caractéristiques d’éléments d’une installation,
de proposer un modèle mathématique et/ou une procédure de calcul,
de mettre en œuvre des procédures de raisonnement ou de calculs.

Compte tenu des compétences et des savoirs qui sont associés à cette épreuve on devra faire apparaître dans le sujet un ou plusieurs des thèmes suivants :
Les environnements.
Les transferts d’énergie.
La transformation des énergies.
La mécanique des fluides.
La régulation et le réglage.
L’acoustique.

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES
Sous-épreuve : Sciences-physiques U 2.2 - Coefficient : 2

Finalités et objectifs de l’épreuve :
L'enseignement des sciences physiques a pour objectif de fournir les bases scientifiques nécessaires aux enseignements techniques, de développer la formation scientifique et de contribuer à la formation personnelle de l'étudiant. L'objectif de l'épreuve de sciences physiques est de contrôler les connaissances et les savoir-faire en sciences physiques nécessaires à la compréhension des systèmes énergétiques industriels et de tester l'aptitude du candidat à analyser une situation physique et à en faire une description modélisée.

Critères d’évaluation :
Elle porte sur les connaissances, les savoirfaire théoriques listés dans le référentiel. En particulier, elle permettra :
de contrôler la solidité des connaissances des étudiants et leurs capacités à les mobiliser dans des situations variées pour la compréhension des procédés industriels courant,
de vérifier la rigueur et la clarté du raisonnement lors de l'utilisation de ces connaissances.
de vérifier la bonne assimilation de certaines techniques de résolution des problèmes à traiter (modélisation de situations réelles, utilisations de documents scientifiques).
de vérifier l'utilisation correcte des unités.
de vérifier l'aptitude des candidats à justifier de la vraisemblance des résultats obtenus et de leur signification physique.
d’apprécier les qualités du candidat dans le domaine de l'expression écrite et de la rédaction de l'épreuve.


Formes d’évaluation :
( Forme ponctuelle : (Écrite, d’une durée de 2 heures avec un coefficient : 2)
Le sujet se compose d'exercices et/ou d’un problème portant sur des parties différentes du programme traité au cours des deux années d'enseignement. L'un des exercices ou l'une des parties du problème pourra consister en une exploitation de document(s) ou de données expérimentales, pour interpréter ou modéliser un phénomène.
L'épreuve porte à la fois sur des applications directes des connaissances du cours et sur leur mobilisation au sein de problèmes plus globaux. Le sujet ne fera pas appel à des difficultés théoriques ou à une technicité mathématique excessive. La longueur et l'ampleur du sujet doivent permettre à un candidat de le traiter et de le rédiger posément dans le temps imparti.
Les formulaires en usage en mathématique sont autorisés pendant l'épreuve. Des annexes plus spécifiques peuvent être jointes au sujet.
L'utilisation des calculatrices est définie par la circulaire n° 99-018 du 1er février 1999 (BO n°6 du 11 février 1999). En tête du sujet, il sera précisé si la calculatrice ainsi que les formulaires en usage en mathématique sont autorisés ou interdits lors de l'épreuve.
La correction de l'épreuve tiendra le plus grand compte de la rigueur et de la clarté dans la conduite de la résolution et dans la rédaction de l'énoncé des lois, de la compatibilité de la précision des résultats numériques avec celle des données de l'énoncé (nombre de chiffres significatifs), de la présence des unités, au soin apporté aux représentations graphiques et de la qualité de la langue française dans son emploi scientifique.

( Contrôle en cours de formation
Le niveau de difficulté des sujets est équivalent à celui du sujet de l'épreuve ponctuelle. Le corps d'inspection veille au bon déroulement du contrôle en cours de formation.
Elle comporte deux situations d'évaluation, chacune comptant pour moitié du coefficient attribué à l'unité de sciences physiques. Les deux situations d'évaluation seront situées respectivement dans la seconde partie en fin de formation.
L'utilisation des calculatrices pendant chaque situation d'évaluation est définie par la réglementation en vigueur aux examens et concours relevant de l'éducation nationale.

Première situation : (orale d’une durée de 2 heures avec un coefficient : 1)
La situation d'évaluation comporte des exercices de sciences physiques recouvrant une part très large du programme de la première partie de la formation.
Le nombre de points affectés à chaque exercice est indiqué aux candidats afin qu'ils puissent gérer leurs travaux.
La situation d'évaluation permet l'application directe des connaissances du cours mais aussi la mobilisation de celles-ci au sein de problèmes plus globaux.

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES

Il convient d'éviter toute difficulté théorique et toute technicité mathématique excessives.
La longueur et l'ampleur du sujet doivent permettre à un candidat moyen de traiter le sujet et de le rédiger posément dans le temps imparti.

Deuxième situation : (orale d’une durée de 2 heures avec un coefficient : 1)
La situation d'évaluation comporte des exercices de sciences physiques recouvrant une part très large du programme de la deuxième partie de la formation.
Le nombre de points affectés à chaque exercice est indiqué aux candidats afin qu'ils puissent gérer leurs travaux.
La situation d'évaluation permet l'application directe des connaissances du cours mais aussi la mobilisation de celles-ci au sein de problèmes plus globaux.
La longueur et l'ampleur du sujet doivent permettre à un candidat moyen de traiter le sujet et de le rédiger posément dans le temps imparti.

Sous-épreuve : Mathématiques U 2.3 - Coefficient : 2
Finalités et objectifs

Cette épreuve a pour objectifs :
d'apprécier la solidité des connaissances des étudiants et leur capacité à les mobiliser dans des situations variées ;
de vérifier leur aptitude au raisonnement et leur capacité à analyser correctement un problème, à justifier les résultats obtenus et à apprécier leur portée ;
d'apprécier leurs qualités dans le domaine de l'expression écrite et de l'exécution soignée de tâches diverses (modélisation de situations réelles, calculs avec ou sans instrument, tracés graphiques).

Par suite, il s'agit d'évaluer les capacités des candidats à :
posséder les connaissances figurant au programme,
utiliser des sources d'information,
trouver une stratégie adaptée à un problème donné,
mettre en œuvre une stratégie :
mettre en œuvre des savoir-faire mathématiques spécifiques à ce BTS,
argumenter,
analyser la pertinence d'un résultat.
communiquer par écrit, voire oralement.

Correction

La sous-épreuve de mathématiques sera corrigée par un professeur de la discipline.

Formes d’évaluation :
( Forme ponctuelle : (écrite : durée 2 heures)

Les sujets comportent deux exercices de mathématiques. Ces exercices porteront sur des parties différentes du programme et devront rester proches de la réalité professionnelle.
L'épreuve porte à la fois sur des applications directes des connaissances du cours et sur leur mobilisation au sein de problèmes plus globaux.
Il convient d'éviter toute difficulté théorique et toute technicité mathématiques excessives. La longueur et l'ampleur du sujet doivent permettre à un candidat moyen de traiter le sujet et de le rédiger posément dans le temps imparti.
L'utilisation des calculatrices pendant l'épreuve est définie par la circulaire n° 99-018 du 1er février 1999 (BO n°6 du 11 février 1999).
En tête des sujets doivent figurer les deux rappels suivants :
la clarté des raisonnements et la qualité de la rédaction interviendront pour une part importante dans l'appréciation des copies,
l'usage des instruments de calcul et du formulaire officiel de mathématiques est autorisé.



BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES
( Contrôle en cours de formation

Il comporte trois situations d'évaluation, chacune comptant pour un tiers du coefficient attribué à l'unité de mathématiques.

·ð Deux situations d évaluation, situées respectivement dans la seconde partie et en fin de formation, respectant les points suivants :

Ces évaluations sont écrites et la durée de chacune est voisine de celle correspondant à l évaluation ponctuelle de ce BTS.

Les situations d’évaluation comportent des exercices de mathématiques recouvrant une part très large du programme. Dans chaque spécialité, les thèmes mathématiques qu’ils mettent en jeu portent principalement sur les chapitres les plus utiles pour les autres enseignements. Le nombre de points affectés à chaque exercice est indiqué aux candidats afin qu’ils puissent gérer leurs travaux.
Lorsque ces situations s’appuient sur d’autres disciplines, aucune connaissance relative aux disciplines considérées n’est exigible des candidats pour l’évaluation des mathématiques et toutes les explications et indications utiles doivent être fournies dans l’énoncé.

Les situations d’évaluation permettent l’application directe des connaissances du cours mais aussi la mobilisation de celles-ci au sein de problèmes plus globaux.

Il convient d’éviter toute difficulté théorique et toute technicité mathématique excessive. La longueur et l’ampleur du sujet doivent permettre à un candidat moyen de traiter le sujet et de le rédiger posément dans le temps imparti.

L’utilisation des calculatrices pendant chaque situation d’évaluation est définie par la réglementation en vigueur aux examens et concours relevant de l’éducation nationale.

Les deux points suivants doivent être impérativement rappelés au candidat :
- la clarté des raisonnements et la qualité de la rédaction interviendront pour une part importante dans l’appréciation des copies ;
- l’usage des calculatrices et du formulaire officiel de mathématiques est autorisé.

Une troisième situation d’évaluation est la réalisation écrite (individuelle ou en groupe restreint) et la présentation orale (individuelle) d’un dossier comportant la mise en œuvre de savoir-faire mathématique en liaison directe avec la présente spécialité de BTS.
Au cours de l’oral dont la durée maximale est de vingt minutes, le candidat sera amené à répondre à des questions en liaison directe avec le contenu mathématique du dossier.


















BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES

E3 : Procédures d’intervention sur des équipements (Coefficient : 7)

Finalités et objectifs de l’épreuve :
L’épreuve est spécifique à chaque domaine d’application professionnelle du candidat soit :
Pour l’option A : effectuer les procédures d’intervention sur une installation du génie sanitaire ou thermique.
Pour l’option B : effectuer les procédures d’intervention sur une installation du génie climatique.
Pour l’option C : effectuer les procédures d’intervention sur une installation du génie frigorifique.
Pour l’option D : effectuer les procédures de maintenance sur un système fluidique ou/et énergétique.

Les interventions sur les installations fluidiques et énergétiques (mise en service, réglage et paramétrage, optimisation de fonctionnement, mise en arrêt temporaire ou prolongé, maintenance préventive ou curative, détection de dysfonctionnement, mise en conformité,...) nécessitent de mobiliser des compétences et des connaissances variées comprenant :
l’étude technologique des équipements et de leur fonctionnement dans les systèmes,
la mise en œuvre des procédures d’intervention sur un système en prenant en compte les différentes contraintes des risques physiques (mécanique, thermique, électrique), chimiques (explosivité, agressivité des fluides vis à vis de l'environnement) ou biologiques (contamination bactérienne et virale) et les problèmes liés à la prévention des risques professionnels, dans un but de contrôle, de mise au point ou mise en conformité d'installation.

Cette épreuve comprend deux sous- épreuves effectuées en continuité à partir d’une installation dont les fonctions sont définies dans le guide d’équipement du BTS « Fluides – Énergies – Environnements ». Le candidat tire au sort l’installation et il devra conduire une étude technique du système et des ses équipements correspondant à la première sous-épreuve puis mettre en œuvre les procédures d’intervention, sur cette installation, demandées pour la deuxième sous-épreuve.

Les activités professionnelles relatives à cette épreuve sont de :
prendre connaissance des pièces du marché ou du dossier d’étude,
réaliser les schémas,
proposer des modifications sur une installation,
participer à l’expertise de tout ou partie d’une installation,
définir et planifier les interventions,
effectuer des relevés sur le site,
réaliser les schémas,
réaliser le cahier de mise en service,
participer à la mise en service,
définir et planifier les interventions,
réaliser et renseigner un cahier de suivi,
participer à l'analyse des indicateurs d'état et de leurs dérives,
déterminer les compétences et les habilitations pour une intervention.


BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES
Contenus :
L’épreuve doit permettre de contrôler les compétences du candidat telles quelles ont été définies dans le référentiel :

Capacités et compétencesSous épreuveC1.1 COLLECTERC1.13 - Inventorier des éléments et des moyens techniques d'une installationU 3.1U 3.2C1.14 - Rechercher des caractéristiques techniques et dimensionnellesU 3.1C1.15 - Rechercher des procédures de mise en service, contrôle, maintenanceU 3.2C1.2 CONSIGNER DES DONNEESC1.21 - Extraire du dossier les données et les informations nécessairesU 3.1U 3.2C1.22 - Consigner des informations relatives à l'état de l'installationU 3.1U 3.2C1.24 - Rédiger des rapportsU 3.2C1.3 INFORMER - RENDRE COMPTEC1.33 - Présenter oralement le dossier technique, une installation et les consignesU 3.2C2.1 ANALYSERC2.11 - Analyser des documents administratifs et réglementairesU 3.2C2.12 - Analyser des documents techniquesU 3.1U 3.2C2.13 - Analyser une installation en fonctionnementU 3.1C2.14 - Analyser les causes d'un dysfonctionnementU 3.1U 3.2C2.15 - Analyser les besoins liés aux interventionsU 3.2C2.2 CONCEVOIRC2.23 - Établir la logique de fonctionnement de l'installationU 3.1C2.4 SELECTIONNER C2.42 - Choisir les éléments de l'installationU 3.1C2.44 - Choisir des appareils de mesure et de contrôleU 3.2C2.45 - Choisir le nombre de compagnons, les compétences et les habilitationsU 3.2C3.3 INTERVENIR SUR LES INSTALLATIONSU 3.2C4.2 : CONTROLERC4.23 - Contrôler les caractéristiques techniques des matériels électriques,fluidiques, énergétiquesU 3.2
Elle pourra faire appel aux savoirs associés spécifiques à chacune des options soit :

savoirs associésSous épreuveS3 - LES TRANSFORMATIONS DES ÉNERGIES ET DES FLUIDESS3.6 - Les équipements connexes à la transformation des énergiesU 3.1S3.7 - Le conditionnement des fluidesU 3.1S4 - LA DISTRIBUTION DES ÉNERGIES ET DES FLUIDES S4.2 - Les équipements pour les réseaux fluidiques U 3.1S4.3 - Les réseaux électriquesU 3.1U 3.2S6 - LA RÉGULATION - LE CONTRÔLE ET LE RÉGLAGES6.2 - Les régulateurs et automatesU 3.1U 3.2S6.3 - Les organes de réglageU 3.1U 3.2S6.4 - La mesureU 3.2S6.5 - La logique de fonctionnementU 3.1S6.6 - Les instruments de mesureU 3.2S6.7 - Le traitement des mesuresU 3.2S7 - L’étude dES bâtimentS et des systèmesS7.3 - L’étude des systèmesU 3.1S8 - LES TECHNIQUES GRAPHIQUESS8.1 - Règles du dessin techniqueU 3.1S14 - L’HYGIÈNE - LA SÉCURITÉ - LA PREVENTION - LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENTU 3.2
BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES
Finalités et objectifs de l’épreuve :
Cette sous-épreuve a pour objectif de valider l’aptitude d’un candidat à mobiliser ses connaissances techniques et technologiques pour résoudre un problème technique et plus particulièrement de :
prendre connaissance des pièces du marché ou du dossier d’étude,
réaliser les schémas,
participer à l’expertise de tout ou partie d’une installation,
proposer des modifications sur une installation.

Contenus : Voir tableau de répartition ci-dessus.

Critères d’évaluation :
Elle porte essentiellement sur :
L’analyse des documents.
La pertinence des solutions proposées et des hypothèses formulées.
La justesse des analyses fonctionnelles et des connaissances technologiques.
La qualité des documents.

Commission d’évaluation :
Elle se compose d’un jury inter académique composé par deux professeurs dont un de l’établissement d’accueil et d’un professionnel. En l’absence de l’un de ses membres, les commissions d’évaluation peuvent délibérer valablement.

Formes d’évaluation :
( Forme ponctuelle : (Écrite, d’une durée de 2 heures avec un coefficient : 3)

L’épreuve sera consacrée à l’étude d’un système avec ses équipements de l’établissement avant la mise en œuvre des procédures d’intervention et prendra en compte les savoirs liés aux technologies du système énergétique et fluidique. Elle permettra de mettre en œuvre les compétences du candidat dans des activités liées à la résolution de problèmes d’expertise de tout ou partie d’une installation, de propositions des modifications sur cette dernière et la réalisation de schémas.
Données :
Un dossier technique comprenant : plans, schémas, extraits de C.C.T.P...
Des contraintes d’environnement liées à l’étude.
Un équipement fluidique et énergétique choisi parmi ceux définis dans le guide d’équipement du BTS « Fluides – Énergies – Environnements ».
Travail demandé :
A partir des données fournies sur un système fluidique ou énergétique extrait du champ professionnel on demande :
de réaliser l’étude fonctionnelle des équipements et des systèmes,
d’analyser les technologies installées,
de vérifier une conformité,
de proposer une ou plusieurs solutions techniques,
de réaliser des schémas fluidiques et électriques.

( Contrôle en cours de formation
Le développement des compétences s’effectue tout au long de la période de formation. Cependant il est nécessaire de repérer les situations ou le candidat sera évalué, ce qui nécessite la mise en œuvre de critères spécifiques. Elle correspond aux activités professionnelles et permet la validation des compétences du référentiel de certification.
Chaque situation d’évaluation donne lieu à un rapport argumenté et à une proposition de note présentée au jury par les professeurs chargés de l’évaluation.
L’évaluation des candidats s’effectue sur la base de deux situations d’évaluation, organisées dans l’établissement de formation par les professeurs chargés de l’enseignement technique, l'une en fin de première année de formation, l'autre en fin de dernière année de formation.
Ces situations d'évaluation auront un caractère progressif : en particulier la seconde situation laissera plus d'autonomie et de choix décisionnels au candidat que la première.

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES
L’inspection pédagogique régionale veille au bon déroulement des situations d’évaluation ainsi qu’à leur conformité au règlement d’examen.

Première situation : (écrite d’une durée de 2 heures avec un coefficient : 1)
Elle permettra de mettre en œuvre les compétences du candidat dans des activités liées à l’analyse des pièces du marché ou d’un dossier technique, de conduire une analyse technologique et la réalisation de schémas.
Données :
Un dossier technique comprenant : plans, schémas, extraits de C.C.T.P., suivi de fonctionnement, historique...
Des documents techniques, réglementaires et administratifs.
Le jury donne des recommandations lors de la session d’examen.
Travail demandé :
A partir des données fournies sur un système fluidique ou énergétique extrait du champ professionnel on demande :
d’analyser des documents fournis,
d’analyser les technologies installées,
d’indiquer le fonctionnement d’un équipement,
d’indiquer les caractéristiques des équipements,
de réaliser des schémas fluidiques.

Deuxième situation : (écrite d’une durée de 2 heures avec un coefficient : 2)
Elle permettra de mettre en œuvre les compétences du candidat dans des activités liées à la résolution de problèmes d’expertise de tout ou partie d’une installation, de propositions des modifications sur cette dernière et la réalisation de schémas.
Données :
Un dossier technique comprenant : plans, schémas, extraits de C.C.T.P...
Des contraintes d’environnement liées à l’étude.
Travail demandé :
A partir des données fournies sur un système fluidique ou énergétique extrait du champ professionnel on demande :
de réaliser l’étude fonctionnelle des équipements et des systèmes,
de vérifier une conformité,
de proposer une ou plusieurs solutions techniques,
de réaliser des schémas fluidiques et électriques.

Sous-épreuve: Mise en œuvre des procédures d’intervention U 3.2 - Coefficient : 4
Finalités et objectifs de la sous épreuve :
Cette sous-épreuve a pour objectif de valider l’aptitude d’un candidat à mobiliser ses connaissances techniques et technologiques pour intervenir sur une installation et pour résoudre un problème technique sur une installation. Elle permettra de résoudre les problèmes liés aux confinements des fluides et/ou au maintien de leurs qualités et à la prévention des risques professionnels. Les activités professionnelles relatives à cette épreuve sont de :
effectuer des relevés sur le site,
réaliser les schémas,
réaliser le cahier de mise en service,
participer à la mise en service,
définir et planifier les interventions,
réaliser et renseigner un cahier de suivi,
participer à l'analyse des indicateurs d'état et de leurs dérives,
déterminer les compétences et les habilitations pour une intervention,
participer à l’expertise de tout ou partie d’une installation,
proposer des modifications sur une installation.

Contenus : Voir tableau de répartition ci-dessus.

Critères d’évaluation :
L’évaluation portera sur la mise en œuvre de procédures d’intervention sur des équipements techniques définis dans le guide d’équipement. En tenant compte des critères d'évaluation des compétences fournis par le référentiel de certification, elle s'effectuera, en partie pendant le déroulement de la situation d'évaluation et en partie à son issue.

Elle portera sur :
l’analyse des documents,
la pertinence des hypothèses formulées,
le respect des procédures de mise en service, des consignes de réglage, et des règles de sécurité,
la prise en compte de la réglementation, de la sécurité et de la protection des biens et des personnes,
l’organisation des modes opératoires,
la méthode de travail,
le mode opératoire pour contrôler le fonctionnement,
la pertinence et le réalisme de la méthode ou des éventuelles hypothèses adoptées,
la qualité des documents,
le compte rendu du travail effectué pendant la séance des épreuves (2 pages maximums),
les qualités des réponses obtenues par le jury durant l’épreuve.
L’évaluation devra également prendre en compte l’ensemble des problèmes liés à la protection de l’environnement comprenant la mise en œuvre des procédures de contrôle et de confinement des fluides dans l’option du candidat et la prévention des risques professionnels.

Commission d’évaluation :
Elle se compose d’un jury inter académique composé par deux professeurs dont un de l’établissement d’accueil, d’un professionnel. En l’absence de l’un de ses membres, les commissions d’évaluation peuvent délibérer valablement.

Formes d’évaluation :
( Forme ponctuelle : (Pratique et orale, d’une durée de 4 heures avec un coefficient : 4)
Les épreuves seront organisées en deux parties distinctes :

1ère partie, d’une durée de 3 heures avec un coefficient : 3, sera consacrée à la mise en œuvre des procédures d’intervention et prendront en compte les savoirs liés au confinement des fluides sur des systèmes fluidiques et énergétiques. Le candidat tire au sort un équipement avec une mise en situation indiquant l’intervention à organiser. Il disposera de 3 heures pour effectuer les tâches demandées, consigner les résultats dans un compte-rendu et présenter son travail au jury. Durant l’épreuve, le jury dispose de 15 minutes maximum pour interroger le candidat et consulter les documents réalisés.

Données :
Le candidat réalise une intervention en totale autonomie et il dispose :
du dossier établi par l’équipe pédagogique et validé en commission inter académique,
d’un équipement défini par le guide d'équipement du BTS Fluides - Énergies - Environnements du domaine d’application professionnelle du candidat,
des appareils de mesure,
de ses documents techniques de l’installation pour effectuer les tâches demandées,
de l'outillage nécessaire.
Travail demandé :
A partir des données fournies sur un système fluidique ou énergétique extrait du champ professionnel on peut demander :
de proposer et mettre en œuvre une procédure de démarrage et d'arrêt des installations,
d’analyser le fonctionnement d'une installation,
d’analyser les causes d'un dysfonctionnement,
de définir les procédures d’intervention et de maintenance avec la prise en compte de la protection de l’environnement,
d’effectuer les préréglages et les réglages des appareils de sécurité et de régulation,
d’optimiser le fonctionnement de l'installation.

2ième partie, d’une durée de 1 heure avec un coefficient : 1, sera consacrée à la mise en œuvre des procédures d’intervention et prendra en compte les savoirs liés à la prévention des risques professionnels sur des systèmes énergétiques et fluidiques. Le candidat prend en charge un équipement spécifique avec une mise en situation indiquant l’intervention à organiser. Il disposera de 1 heure pour effectuer les tâches souhaitées, consigner les résultats dans un compte-rendu et présenter son travail au jury.

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES
Durant l’épreuve, le jury dispose de 10 minutes maximum pour interroger le candidat et consulter les documents réalisés.
Données :
Pour les procédures d’intervention il dispose :
du dossier établi par l’équipe pédagogique et validé en commission inter–académique,
d’un équipement spécifique à la prévention des risques professionnels défini par le guide d'équipement du BTS,
des appareils de mesure,
des documents techniques, réglementaires et administratifs.
Travail demandé :
A partir des données fournies on demande de :
mettre en œuvre les procédures de consignation et de sécurité,
consigner des informations relatives à l'état de l'installation,
définir les procédures d'intervention et de contrôle,
choisir des outils, des appareils de mesure et de contrôle,
réaliser l’intervention,
rédiger un rapport d’intervention.
Notation :
La répartition des notes prendra en compte les travaux lors de l’épreuve et les travaux en cours de formation.
La note globale (coefficient 4) sera pondérée de la façon suivante :
un coefficient 2 sera attribué pour les travaux effectués pour la mise en œuvre des procédures,
un coefficient 1 sera attribué pour les travaux effectués pour la prévention des risques professionnels,
un coefficient 1 sera attribué à la note proposée et validée par le jury correspondant à la synthèse des notes de réalisation - procédures d’intervention et de prévention des risques professionnels sur les installations attribuées au cours des deux années de formation.

( Contrôle en cours de formation
Le développement des compétences s’effectue tout au long de la période de formation. Cependant il est nécessaire de repérer les situations où le candidat sera évalué, ce qui nécessite la mise en œuvre de critères spécifiques. Elle correspond aux activités professionnelles et permet la validation des compétences du référentiel de certification.
Chaque situation d’évaluation donne lieu à un rapport argumenté et à une proposition de note présentée au jury par les professeurs chargés de l’évaluation.
L’évaluation des candidats s’effectue sur la base de quatre situations d’évaluation, organisées dans l’établissement de formation par les professeurs chargés de l’enseignement technique. Elles permettront la mise en œuvre des procédures d’intervention avec la prise en compte des savoirs liés au confinement des fluides sur des systèmes fluidiques et énergétiques et la prévention des risques professionnels.
Les situations seront développées autour d'une activité d’intervention sur un équipement fluidique et énergétique du domaine d’application professionnelle du candidat et elles seront proposées par les professeurs chargés des enseignements techniques et les professionnels seront associés à ces évaluations.
Le candidat tire au sort un équipement avec une mise en situation indiquant l’intervention à organiser. Il disposera d’un temps précisé ci-dessous pour effectuer les tâches demandées, consigner les résultats dans un compte-rendu et présenter son travail au jury. Durant l’épreuve, le jury dispose de 10 minutes maximum pour interroger le candidat et consulter les documents réalisés.
L’inspection pédagogique régionale veille à la qualité et au bon déroulement des situations d’évaluation ainsi qu’à leur conformité au règlement d’examen.

Données communes aux 4 situations d’évaluation:
Le candidat réalise une intervention en suivant des procédures imposées et il dispose :
d’un équipement défini par le guide d'équipement du BTS Fluides – Énergies - Environnements du domaine d’application professionnelle du candidat,
des appareils de mesure et de l'outillage nécessaire,
de ses documents techniques de l’installation pour effectuer les tâches demandées.


BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES
Première situation « Intervention sur un système » : (pratique et orale d’une durée de 2 heures avec un coefficient : 1)
Données spécifiques: Le candidat réalise une intervention en suivant des procédures imposées et il dispose :
des procédures d’intervention en toute sécurité.
Travail demandé :
A partir des données fournies sur un système fluidique ou énergétique extrait du champ professionnel on peut demander, lors de la première situation d'évaluation :
d’inventorier des éléments et des moyens techniques d'une installation,
de rechercher des caractéristiques techniques et dimensionnelles des éléments d'une installation,
d’effectuer des relevés,
de dessiner à main levée des schémas de systèmes, de parties d'installation,
de consigner des informations relatives à l'état de l'installation,
d’appliquer des procédures d’intervention imposées,
de choisir des outils, des appareils de mesure et de contrôle,
de mesurer des caractéristiques fonctionnelles.

Deuxième situation « Prévention des risques professionnels » : (pratique et orale d’une durée de 1 heure avec un coefficient : 1)
Données spécifiques: Le candidat réalise une intervention en suivant des procédures imposées et il dispose :
des procédures de consignation et de sécurité,
des procédures d’intervention en toute sécurité.
Le jury peut donner des recommandations lors de la session d’examen.
Travail demandé :
A partir des données fournies on peut demander :
de mettre en œuvre les procédures de consignation et de sécurité,
consigner des informations relatives à l'état de l'installation,
définir les procédures d'intervention et de contrôle,
choisir des outils et des appareils de mesure et de contrôle,
de réaliser l’intervention,
de rédiger un rapport d’intervention.

Troisième situation « Intervention sur un système » : (pratique et orale d’une durée de 2 heures avec un coefficient : 1)
Données spécifiques: Le candidat réalise une intervention en totale autonomie et il dispose :
du dossier établi par l’équipe pédagogique et validé en commission inter-académique.
Travail demandé :
A partir des données fournies sur un système fluidique ou énergétique extrait du champ professionnel on peut demander :
de proposer et mettre en œuvre une procédure de démarrage et d'arrêt des installations,
d’analyser le fonctionnement d'une installation,
d’analyser les causes d'un dysfonctionnement,
de définir les procédures d'installation et de maintenance avec la prise en compte de la protection de l’environnement,
d’effectuer les préréglages et les réglages des appareils de sécurité et de régulation,
d’optimiser le fonctionnement de l'installation.

Quatrième situation « Prévention des risques professionnels » : (pratique et orale d’une durée de 1 heure avec un coefficient : 1)
Données spécifiques: Le candidat réalise une intervention en totale autonomie et il dispose :
du dossier établi par l’équipe pédagogique et validé en commission inter-académique,
Travail demandé :
A partir des données fournies on peut demander :
de mettre en œuvre les procédures de consignation et de sécurité,
consigner des informations relatives à l'état de l'installation,
définir les procédures d'intervention et de contrôle,
choisir des outils et des appareils de mesure et de contrôle,
de réaliser l’intervention,
de rédiger un rapport d’intervention.

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES
E4. MEMOIRES PROFESSIONNELS (COEFFICIENT : 14)
L’épreuve est spécifique à chaque domaine d’application professionnelle du candidat et elle considère deux catégories de candidats :
Catégorie 1 : les candidats de la voie scolaire, de la voie de l'apprentissage et de la voie de la formation professionnelle continue.
Cette épreuve a pour objectif de valider l’aptitude d’un candidat à mobiliser ses connaissances générales et techniques pour réaliser un mémoire d’étude réalisé dans le cadre des travaux personnels encadrés (TPE), un mémoire professionnel de synthèse élaboré au cours de la deuxième année de la formation et deux mémoires d’entreprise rendant compte des activités conduites en milieu professionnel. Ces mémoires peuvent être réalisés autour d’une problématique commune servant de fil conducteur ou être distincts les uns des autres.
Catégorie 2 : les candidats individuels, d'une préparation à distance ou au titre de leur expérience professionnelle (trois ans au moins à la date de début des épreuves dans un emploi dans un domaine professionnel correspondant aux finalités du brevet de technicien supérieur : « Fluides–Énergies-Environnements »).
Cette épreuve a pour objectif de valider l’aptitude d’un candidat à mobiliser ses connaissances générales et techniques pour réaliser un mémoire professionnel de synthèse et un mémoire d’entreprise rendant compte des activités conduites en milieu professionnel. Ces mémoires peuvent être réalisés autour d’une problématique commune servant de fil conducteur ou être distincts les uns des autres.

Ces documents sont mis à disposition du service chargé de l'examen 15 jours avant l’épreuve. Ils seront évalués par le jury avant l'oral.

Modalités d'évaluation pour les candidats de la catégorie 1.

« Mémoire d’étude » : (orale d’une durée de 25 minutes avec un coefficient : 6)

Finalités et objectifs de la première situation de l’épreuve :
L'épreuve a pour support le mémoire élaboré dans le cadre des travaux personnels encadrés « TPE » qui rend compte d’une activité de recherche pluridisciplinaire menée par groupe de 3 à 4 étudiants. La thématique interdisciplinaire de ces travaux réunira l’ensemble de l’équipe pédagogique autour des activités des étudiants.
Le mémoire est spécifique à chacun des domaines d’application professionnelle du candidat. L’épreuve a pour objectif de valider l’aptitude d’un candidat à mobiliser ses connaissances pour :
présenter un système technique sous la forme d’un descriptif fonctionnel,
présenter historiquement et socialement les évolutions des besoins et des connaissances,
présenter une problématique technique prenant en compte l’aspect culturel, scientifique, économique,
communiquer par écrit et oral de façon synthétique,
traiter et analyser les informations retenues,
maîtriser la langue française et les techniques de communication.
Contenus :
De par la nature de l'épreuve l’ensemble des référentiels disciplinaires sert de cadre de référence pour fixer les objectifs et les évaluations, en fonction du type de support d'étude et de la nature du travail à accomplir.
Modalités de préparation du mémoire:
La préparation du mémoire pendant 3 heures hebdomadaire pour la première année et une heure hebdomadaire pour la deuxième année s’inscrit dans le cadre des « TPE ». Elle peut connaître un prolongement durant les activités non encadrées des étudiants.
Elle peut se dérouler :
dans des locaux ( CDI,..) mis à disposition au sein des établissements scolaires dotés de moyens informatiques, communication (téléphone, télécopie, accès à INTERNET dont le courrier électronique).
au sein d’entreprises régionales, nationales ou européennes, bibliothèques,….
Les horaires des enseignants qui assurent le suivi du mémoire peuvent être globalisés sur l’année.

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES
Commission d’évaluation :
Elles se composent :
d’un professeur chargé de l’enseignement technique,
d’un professeur chargé de l’enseignement des mathématiques ou de sciences - physique,
d’un professeur chargé de l’enseignement de l’expression française ou de l’anglais.
En l’absence de l’un de ses membres, les commissions d’évaluation peuvent délibérer valablement.
Un professeur ressource, membre de l’équipe pédagogique du centre de formation et convoqué par le service responsable de l'organisation de l'examen, assiste le jury.
Avant la présentation du dossier par le candidat, les commissions d’évaluation harmonisent leur notation des parties écrites et définissent le contenu des entretiens. Ce temps peut être globalisé par groupe journalier de candidats.

Formes d’évaluation :
( Forme ponctuelle (orale, d’une durée de 15 minutes maximum pour le groupe, entretien avec le jury: 10 minutes)
Déroulement de l'oral :
Le mémoire est présenté par le groupe de recherche pendant 15 minutes maximum. Il est demandé :
d’organiser la présentation collective du mémoire avec cohérence,
de justifier et argumenter la démarche, les options, hypothèses, et méthodes choisies,
d’effectuer la synthèse de la recherche,
d’établir les conclusions scientifiques et techniques,
de faire état de la dimension culturelle de la recherche.
Après avoir présenté le contenu du mémoire, le jury engage un dialogue afin :
d'affiner la perception qu'il a des activités de recherche et d’analyse accomplies par les candidats,
d'apprécier les connaissances qu'ont les candidats dans les domaines scientifiques, culturels, linguistiques et techniques.
Les notes attribuées à l'écrit et au dialogue seront de poids équivalent.
Évaluation de la partie écrite :
Le mémoire devra permettre au jury d'évaluer les candidats sur leurs aptitudes à :
traiter des informations,
maîtriser l’expression écrite,
réaliser des documents nécessaires à la compréhension,
appréhender la dimension technique, scientifique, économique, sociale et culturelle d’une problématique.
Évaluation de la partie orale :
Lors de la soutenance le candidat sera évalué sur ses aptitudes à :
présenter collectivement les points essentiels d'un dossier,
maîtriser la langue française et le vocabulaire scientifique et technique,
gérer son temps d’intervention.
Au cours du dialogue, avec le candidat, les questions devront permettre au jury de vérifier si le candidat est capable de :
maîtriser le travail collectif et son dossier personnel pour ses dimensions scientifiques, techniques et culturelles,
travailler en équipe,
répondre de façon pertinente aux questions posées en mobilisant ses connaissances scientifiques et techniques,
maîtriser la langue française, le vocabulaire technologique, scientifique et les techniques de communication orale devant un auditoire.
Notation :
La répartition des notes prendra en compte les travaux du groupe et l'intervention orale collective. Les notes des pièces écrites seront attribuées par le jury avant l'intervention orale du candidat.
La note globale (coefficient 6) sera pondérée de la façon suivante :
un coefficient 1 sera attribué pour les disciplines d’enseignement techniques,
un coefficient 1 sera attribué pour les disciplines d’enseignement générales,
un coefficient 4 sera attribué pour la note synthèse, issue des évaluations des disciplines générales et techniques durant la formation. Elle est proposée l’équipe pédagogique et validée par le jury.

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES
« Mémoire professionnel de synthèse »: (orale d’une durée de 45 mn avec un coefficient : 5)

Finalités et objectifs de la deuxième situation de l’épreuve :
Le mémoire professionnel de synthèse est spécifique à chacun des domaines d’application professionnelle du candidat. Il devra s’inscrire dans le cadre d’un partenariat mis en place par l’établissement avec des entreprises régionales, nationales ou européennes. L’épreuve a pour objectif de valider l’aptitude d’un candidat à mobiliser ses connaissances pour :
réaliser un dossier technique de tout ou partie d’une installation,
présenter ce dossier technique,
présenter, en anglais, son résumé d’une page maximum, dans la cadre de l’épreuve d’orale d’anglais U1.2.
Les activités professionnelles relatives à cette épreuve sont de :
participer à la préparation de l’étude,
prendre connaissance des pièces du marché ou du dossier d’étude,
effectuer des relevés sur le site,
dimensionner des éléments d’une installation,
réaliser les schémas et les plans,
consulter les fournisseurs ou les sous-traitants,
collaborer à la réalisation d’un devis quantitatif et estimatif,
mettre en forme un dossier,
présenter le dossier à la hiérarchie,
collaborer à la négociation des solutions techniques et financières avec un client,
contrôler l'avancement et les conditions de réalisation des travaux,
rassembler et réaliser les documents de fin de travaux,
réaliser le cahier de mise en service,
réaliser la mise à jour du dossier d'installation,
participer à l’expertise de tout ou partie d’une installation,
réaliser et renseigner un cahier de suivi,
participer à l'analyse des indicateurs d'état et de leurs dérives,
proposer des modifications sur une installation.

Contenus :
De par la nature de l'épreuve tout ou partie de l'ensemble des savoir-faire et des savoirs associés pourront être évalués et ce, en fonction du type de support d'étude et de la nature du travail à accomplir.
Les thèmes d'étude définis par les professeurs techniques seront agréés sous l’égide du président de l’examen par une commission pédagogique composée de professeurs et de représentants de la profession.

Modalités de préparation du mémoire:
La phase de réalisation du mémoire a une durée de 120 heures réparties sur 4 semaines, au cours de la deuxième année de formation. Elle peut s’effectuer au sein de l’entreprise et s’inscrire dans la continuité du stage de technicien en milieu professionnel.
Elle peut se dérouler :
dans des locaux mis à disposition au sein des établissements scolaires dotés de moyens informatiques (logiciels de traitement de texte, tableur, dessin, logiciels spécifiques au domaine professionnel, communication et équipements d'impression) et de communication (téléphone, télécopie, accès à INTERNET dont le courrier électronique)
au sein d’entreprises régionales, nationales ou européennes et s’inscrire dans la continuité du stage de technicien en milieu professionnel.
Le travail est conduit en groupes de travaux pratiques d'atelier encadrés par l'équipe de professeurs responsables des dossiers techniques soit, à titre indicatif :
20 heures pour la prise de connaissance et la préparation du travail demandé
60 heures pour l’étude technique de l’installation et la réalisation des documents techniques,
20 heures pour l’établissement des devis et plannings,
20 heures pour la synthèse et la mise en forme du mémoire.
Durant la réalisation du mémoire les emplois du temps seront aménagés avec les professeurs techniques de la spécialité et en concertation avec les professeur d’anglais, d’économie et gestion des entreprises et de communication commerciale et technique. L’horaire des enseignants qui assure le suivi du mémoire sera globalisé sur l’année.

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES
Travail demandé :
Le travail est effectué en équipe dont le nombre d’étudiants par groupe est fixé par les professeurs chargés de la conduite des dossiers.
Les professeurs assurent le bon déroulement du travail de chaque équipe et tiennent à jour une fiche individuelle de suivi qui sera fournie aux commissions d'évaluation.
Le dossier présenté par le candidat comportera le travail collectif de l’équipe d’étudiants et le travail individuel du candidat.
Chaque groupe devra remettre en trois exemplaires un dossier dans lequel il apparaîtra clairement :
la partie d’étude commune (de 20 pages dactylographiées maximum).
la partie d’étude spécifique à chaque candidat, (de 30 pages dactylographiées maximum), qui comportera :
une synthèse qui traduira les réflexions d'ordre général qui découlent de l'étude du mémoire,
un dossier technique de réponse à la tâche individuelle qui lui aura été dévolue.
le résumé, en anglais (une page dactylographiée), spécifique à chaque candidat qui présentera la synthèse du dossier personnel : objectifs, déroulement, conclusion et qui servira de support pour l'épreuve orale d’anglais U 1.2.
Le sujet d'étude proposé comportera :
les objectifs généraux de l'étude qui préciseront le contexte et les contraintes,
un dossier technique pouvant contenir des pièces techniques, un carnet de suivi, un relevé de consommations énergétiques ou fluidiques,...
Un tableau qui précisera le travail demandé à :
l'ensemble de l'équipe (dont il sera rendu compte dans la partie commune),
chacun des candidats (questions individuelles dont il sera rendu compte dans la partie personnelle).
Commission d’évaluation :
Elles se composent :
deux professeurs en sciences et techniques industrielles « Fluides – Energies - Environnements »
d'un représentant de la profession.
En l’absence de l’un de ses membres des disciplines techniques, les commissions d’évaluation peuvent délibérer valablement.
Un professeur ressource, membre de l’équipe pédagogique du centre de formation et convoqué par le service responsable de l'organisation de l'examen, assiste le jury.
Une commission inter-académique se réunit à l’issue des différents oraux pour harmoniser les notations des différents jurys d’un même regroupement et examiner les cas litigieux.
Pendant 10 minutes, avant la présentation du dossier par le candidat, les commissions d’évaluation harmonisent leur notation des parties écrites et définissent le contenu des entretiens. Ce temps peut être globalisé par groupe journalier de candidats.

Formes d’évaluation :
( Forme ponctuelle (Oral de 45 minutes : Soutenance du dossier devant le jury : 20 minutes ; Entretien avec le jury : 25 minutes maximum)
Le dossier d'étude est établi pendant les périodes prévues à cet effet. Les sujets d'étude sont choisis par les équipes éducatives et soumis à l'approbation de l'inspection pédagogique régionale au cours d'une commission inter-académique. Ils s’inscrivent dans le cadre d’un partenariat industriel mis en place par l’établissement avec des entreprises régionales, nationales ou européennes Les dossiers sont mis à disposition du jury au moins quinze jours avant l'épreuve. Ces documents seront évalués par le jury avant l'oral.
Déroulement de l'oral :
Pendant 20 minutes maximum le candidat soutient individuellement le travail de l'équipe et son travail personnel. Il lui est demandé de :
justifier et argumenter la démarche, les options, hypothèses, et méthodes choisies,
présenter de façon synthétique les résultats auxquels il a abouti,
critiquer et tirer les conclusions techniques et économiques,
faire état des difficultés rencontrées et de la manière dont elles ont été surmontées,
proposer des compléments d'étude.
Cet exposé est suivi d'un dialogue avec le jury durant 25 minutes maximum avec la commission d’évaluation .

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES
Évaluation de la partie écrite :
Le dossier comprenant les parties citées ci-dessus devra permettre au jury d'évaluer les candidats sur leurs aptitudes à :
communiquer par écrit de façon synthétique,
traiter des informations et décider de choix techniques et/ou économiques,
réaliser des documents, rapports, dessins, tableaux,... nécessaires à la compréhension du dossier par un intervenant extérieur,
gérer un projet,
réaliser un résumé d'une situation professionnelle en anglais.
Évaluation de la partie orale :
Lors de la soutenance le candidat sera évalué sur ses aptitudes à :
présenter les points essentiels d'un dossier,
exposer de façon claire, construite, progressive et rigoureuse,
maîtriser la langue française et le vocabulaire technologique,
s'exprimer et dialoguer en anglais sur le sujet technique étudié,
gérer son temps d’intervention.
Au cours du dialogue, avec le candidat, les questions devront permettre au jury de vérifier si le candidat est capable de :
maîtriser le dossier commun et son dossier personnel tant du point de vue technique que des points de vue administratifs, réglementaires et économiques,
travailler en équipe et en particulier est capable de résumer les tâches dévolues aux autres candidats,
travailler en pleine autonomie pour sa partie personnelle,
répondre de façon pertinente aux questions posées en mobilisant ses connaissances scientifiques et techniques,
maîtriser la langue française, le vocabulaire technologique et les techniques de communication orale devant un auditoire.

Notation :
La répartition des notes prendra en compte les travaux communs (note commune à l'ensemble de l'équipe), les travaux personnels et l'intervention orale. Les notes des pièces écrites seront attribuées par le jury avant l'intervention orale du candidat. L’écrit et l’oral auront le même poids. La note du rapport de stage sera attribuée par le jury avant l'intervention orale du candidat.
A l’issue de l’interrogation, le jury prend connaissance de la fiche de suivi établie par les professeurs techniques, il en tient compte dans l’attribution définitive de la note et dialogue avec le professeur ressource.


« Mémoires d’entreprise » : (orale d’une durée de 20 mn avec un coefficient : 3)

Finalités et objectifs de la troisième situation de l’épreuve :
Les mémoires d’entreprise doivent permettre d'appréhender l'entreprise tant du point de vue économique (règles de gestion) que des points de vue juridique, technique ou social. Leurs élaborations s’inscrivent dans le cadre d’un partenariat mise en place par l’établissement avec des entreprises régionales, nationales ou européennes. Ils doivent faire apparaître les tâches qui auront été dévolues au stagiaire dans les services qui l'auront accueilli.
Le premier mémoire fait suite au stage d'exécution. Il sera plus particulièrement développé l'organisation, la gestion, la description des tâches de réalisation accomplies, une analyse de ces tâches, leur insertion dans le fonctionnement de l'entreprise. Il y sera également présenté un descriptif de l'entreprise qui fera apparaître la position de celle-ci dans le tissu économique et industriel régional, voire national ou européen. Ce rapport de stage d'exécution fera l’objet d’une évaluation en cours de formation par l’équipe pédagogique de l’établissement de l’étudiant (professeurs techniques, expression française et économie et gestion) (coefficient 0,5).
Le second mémoire fait suite au stage de technicien. Le stagiaire développera plus particulièrement une étude ou un suivi d’étude qui lui aura été confié et dont il fera ressortir les points clés, les tenants et aboutissants : point de départ de l'étude (raisons d'être, documents fournis, installations existantes), travail demandé et résultats obtenus, les difficultés rencontrées, les similitudes ou différences de méthodes ou de moyens par rapport au milieu scolaire.

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES
Les activités professionnelles relatives à cette épreuve sont de :
collaborer à la réalisation d'une devis estimatif,
collaborer à la négociation des solutions techniques et financières avec un client,
participer à la mise en place et l'application du plan qualité,
participer à la planification des activités de réalisation,
participer aux activités de réalisation,
réceptionner les matériels et gérer les stocks,
participer aux réunions de chantier et à la réception des travaux,
contrôler l'avancement et les conditions de réalisation des travaux,
participer à la gestion des comptes,
rassembler et réaliser les documents de fin de travaux,
participer à la mise en service,
participer à l’expertise de tout ou partie d’une installation,
définir et planifier les interventions,
déterminer les compétences et les habilitations pour une intervention,
participer à l'analyse des indicateurs d'état et de leurs dérives,
établir un contrat de maintenance et d'entretien,
assurer la liaison entre le site d’intervention et la direction technique et financière.

Contenus :
C1.1 COLLECTER
C1.2 CONSIGNER DES DONNEES
C1.23 - Prendre des notes
C1.24 - Rédiger des rapports
C1.25 - Rédiger des documents techniques et technico-commerciaux, administratifs et réglementaires
C1.3 INFORMER - RENDRE COMPTE
C2.1 : ANALYSER
C2.11 - Analyser des documents administratifs et réglementaires
C2.15 - Analyser les besoins liés aux interventions
C2.3 : DIMENSIONNER
C2.32 - Calculer les caractéristiques fluidiques et énergétiques des éléments d'une installation
C2.33 – Calculer les caractéristiques d’un élément à remplacer sur un réseau
C2.4 : SELECTIONNER
C2.42 - Choisir les éléments de l'installation
C2.45 - Choisir le nombre de compagnons, les compétences, les habilitations
C3.1 : CHIFFRER
C3.11 - Établir le devis quantitatif pour la réalisation ou la maintenance d’une installation
C3.12 - Établir le devis estimatif pour la réalisation ou la maintenance d’une installation
C3.2 : DESSINER
C3.22 - Dessiner les schémas de principe
C3.3 : INTERVENIR
C3.32 - Réaliser les opérations de remplissage, de vidange et d'essais d'étanchéité des réseaux
C3.33 - Effectuer les préréglages et les réglages des appareillages de sécurité et de régulation
C3.34 - Effectuer les procédures de démarrage et d'arrêt des installations
C3.35 - Optimiser le fonctionnement de l'installation
C4.1 : ORGANISER
C4.13 - Établir la planification des interventions d'une équipe pour la réalisation et la maintenance
C4.2 : CONTROLER
Elle pourra faire appel aux savoirs associés suivants :
S9 - L’ORGANISATION
S10 - LA GESTION
S11 - LA communication et L’animation
S13 – L’ENTREPRISE
S14 - L’HYGIÈNE - LA SÉCURITÉ - LA PRÉVENTION - LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT
S14.1 - La fonction sécurité dans l’entreprise
S14.2 - L'identification, l’évaluation et la maîtrise des risques professionnels

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES
Présentation de l’épreuve :
L'épreuve a pour support les rapports de stage qui rendent compte du vu et du vécu du candidat durant ses séjours en milieu professionnel. Le rapport du stage d’exécution est évalué en cours de formation et le rapport de technicien sera évalué ponctuellement durant cette l’épreuve.
Après avoir présenté l'entreprise le candidat expose les tâches qui lui ont été confiées et le jury engage un dialogue avec le candidat. Les questions posées ont pour but :
d'affiner la perception qu'il a des tâches accomplies par le candidat et le degré d'autonomie qu'il a pu avoir dans l'entreprise,
d'apprécier les connaissances qu'a le candidat en ce qui concerne le déroulement de l'affaire traitée au sein de l'entreprise, sa gestion et son organisation.
Commission d’évaluation :
Elles se composent :
d'un professeur enseignant de sciences et techniques industrielles « Fluides – Energies - Environnements »
d’un professeur de sciences et techniques économiques,
d’un professeur chargé de l’enseignement de l’expression française,
d'un représentant de la profession.
Ces documents sont mis à disposition du service chargé de l'examen 15 jours avant l’épreuve. Ces documents seront évalués par le jury avant l'oral.
Formes d’évaluation :
( Forme ponctuelle : (coefficient : 3): (Oral de 20 minutes : Soutenance du rapport de technicien devant le jury: 10 mn, Entretien avec le jury : 10 mn)
Après avoir présenté l'entreprise le candidat expose les tâches qui lui ont été confiées. Cette présentation d'une durée de 10 minutes est suivie d'un dialogue avec le jury d'une durée de 10 minutes Les questions posées ont pour but:
d'affiner la perception qu'il a des tâches accomplies par le candidat et son aptitude à analyser le travail qu'il a effectué dans l'entreprise,
d'apprécier les connaissances qu'a le candidat en ce qui concerne le fonctionnement de l'entreprise, sa gestion et son organisation.
d'apprécier les connaissances qu'a le candidat en ce qui concerne le déroulement de l'affaire traitée au sein de l'entreprise, sa gestion et son organisation.

Évaluation de la partie écrite :
Le rapport de stage doit permettre au jury d'évaluer les aptitudes du candidat à :
rédiger clairement un rapport,
traiter et analyser des informations techniques,
communiquer par écrit de façon synthétique,
traiter et analyser des informations d'ordre économique, commercial et administratif,
réaliser une synthèse des tâches accomplies et en dégager des conclusions
Évaluation de la partie orale :
La présentation orale et le dialogue doivent permettre au jury d'évaluer le candidat sur ses aptitudes à :
présenter l’organisation et l’économie des sites d’intervention,
utiliser les techniques de communication,
répondre avec une argumentation pertinente à des questions relatives à son activité en entreprise ainsi qu'à son fonctionnement,
exposer la structure et le fonctionnement de l'entreprise, sa politique commerciale, ses choix,
se positionner dans l'entreprise tant des points de vue hiérarchique, technique que social,
maîtriser la langue française et les techniques de communication et plus particulièrement :
de s’adapter à la situation (maîtrise des contraintes de temps, de lieu, d’objectif et d’adaptation au destinataire (choix des moyens d’expression appropriés, prise en compte de l’attitude et des questions du ou des interlocuteurs) ;
d’organiser un message oral : respect du sujet, structure interne du message (intelligibilité, précision et pertinence des idées, valeur de l’argumentation, netteté de la conclusion, pertinence des réponses...) ;
d'analyser une situation, une expérience, des données ; en établir une synthèse ;
d’effectuer le point au cours d’une discussion ou d’un débat ; dégager des conclusions ;
de s’adapter à un contexte de communication ;
d’utiliser un langage clair et approprié.


BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES
Notation :
La répartition des notes prendra en compte le rapport du stage d’exécution, le rapport d'activité élaboré pour le stage de technicien et l’entretien. Ces deux dernières situations d'évaluation auront le même poids. La note du rapport de stage sera attribuée par le jury avant l'intervention orale du candidat.
La note globale (coefficient 3) sera pondérée de la façon suivante :
un coefficient 1,5 sera attribué pour les questions relatives aux connaissances techniques, aux techniques de communication et à la connaissance de l'entreprise, avec la prise en compte de la dimension économique,
un coefficient 0,5 sera attribué pour l’évaluation en cours de formation du rapport du stage d'exécution,
un coefficient 1 sera attribué pour l'expression française écrite et orale.

Candidats qui ont échoué à une session précédente :
Les candidats qui ont échoué à l'examen lors d'une session précédente peuvent s'ils le jugent nécessaire :
modifier leurs rapports de stage,
faire un nouveau stage en entreprise et rédiger un rapport qui peut éventuellement tenir compte de l'activité effectuée au cours des stages.

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES
Modalités d'évaluation pour les candidats de la catégorie 2.

Cette épreuve a pour objectif de valider l’aptitude d’un candidat à mobiliser ses connaissances générales et techniques pour réaliser un mémoire professionnel de synthèse et un mémoire d’entreprise rendant compte des activités conduites en milieu professionnel. Ces mémoires peuvent être réalisés autour d’une problématique commune servant de fil conducteur ou être distincts les uns des autres.
L'épreuve conserve les mêmes objectifs et les dispositions sont les mêmes que pour un candidat scolaire, toutefois l'approbation du sujet par la commission ne se fera pas obligatoirement à la même date que pour les candidats scolaires.
Les dossiers sont mis à disposition du jury au moins quinze jours avant l'épreuve. Ces documents seront évalués par le jury avant l'oral.

mémoire professionnel de synthèse : (orale d’une durée de 45 mn avec un coefficient : 8)

Finalités et objectifs de la première situation de l’épreuve :(même consignes que pour les candidats catégorie 1).

Contenus : :(même consignes que pour les candidats catégorie 1).

Travail demandé
De par la nature de l'épreuve tout ou partie de l'ensemble des savoir-faire et des savoirs associés pourront être évaluées et ce, en fonction du type de support d'étude et de la nature du travail à accomplir.
Le candidat devra remettre en trois exemplaires un dossier dans lequel il apparaîtra clairement :
la partie d’étude technique, (de 40 pages dactylographiées maximum), qui comportera une synthèse qui traduira les réflexions d'ordre général qui découlent de l'étude du mémoire,
le résumé, en anglais, qui présentera la synthèse du dossier technique : objectifs, déroulement, conclusion et qui servira de support pour partie de l'épreuve d'entretien (de 1 page dactylographiée).
Le sujet d'étude proposé comportera :
les objectifs généraux de l'étude qui préciseront le contexte et les contraintes,
un dossier technique pouvant contenir des pièces techniques, un carnet de suivi, un relevé de consommations énergétiques ou fluidiques,...

Commission d’évaluation :
Elles se composent :
d'un professeur enseignant de sciences et techniques industrielles « fluides-énergies-environnements »
d’un professeur de sciences et techniques économiques
d’un professeur chargé de l’enseignement de l’expression française,
d'un représentant de la profession.

Formes d’évaluation :
( Forme ponctuelle (Oral de 45 mn : Soutenance du dossier devant le jury : 20 mn ; Entretien avec le jury : 25 mn maximum)
Déroulement de l'oral : :(même consignes que pour les candidats catégorie 1.
Évaluation de la partie écrite :
Le dossier comprenant les parties citées ci-dessus devra permettre au jury d'évaluer les candidats sur leurs aptitudes à :
communiquer par écrit de façon synthétique,
traiter des informations et décider de choix techniques et/ou économiques,
réaliser des documents, rapports, dessins, tableaux,... nécessaires à la compréhension du dossier par un intervenant extérieur,
gérer un projet.

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES
Évaluation de la partie orale :
Lors de la soutenance le candidat sera évalué sur ses aptitudes à :
présenter les points essentiels d'un dossier,
exposer de façon claire, construite, progressive et rigoureuse,
maîtriser la langue française et le vocabulaire technologique,
gérer son temps d’intervention.
Au cours du dialogue, avec le candidat, les questions devront permettre au jury de vérifier si le candidat est capable de :
maîtriser son dossier personnel tant du point de vue technique que des points de vue administratifs, réglementaires et économiques,
travailler en pleine autonomie,
répondre de façon pertinente aux questions posées en mobilisant ses connaissances scientifiques et techniques,
maîtriser la langue française, le vocabulaire technologique et les techniques de communication orale devant un auditoire.

Notation :
La répartition des notes prendra en compte les travaux personnels et l'intervention orale. Les notes des pièces écrites seront attribuées par le jury avant l'intervention orale du candidat. A l’issue de l’interrogation, le jury attribue la note définitive.

mémoire d’entreprise : (orale d’une durée de 20 mn avec un coefficient : 6)

Finalités et objectifs de la deuxième situation de l’épreuve :
Le mémoire d’entreprise doit permettre d'appréhender l'entreprise tant du point de vue économique (règles de gestion) que des points de vue juridique, technique ou social. Son élaboration rend compte des activités conduites en milieu professionnel et fait apparaître les tâches qui auront été confiées.
Il sera plus particulièrement développé l'organisation, la gestion, la description des tâches de réalisation, d’étude et de conception accomplies, une analyse de ces tâches, leur insertion dans le fonctionnement de l'entreprise. Il y sera également présenté un descriptif de l'entreprise qui fera apparaître la position de celle-ci dans le tissu économique et industriel régional, voire national ou européen.

Présentation de l’épreuve :
L'épreuve a pour support le rapport de stage qui rend compte du vu et du vécu du candidat durant son activité professionnelle.

Après avoir présenté l'entreprise le candidat expose les tâches qui lui ont été confiées et le jury engage un dialogue avec le candidat. Les questions posées ont pour but :
d'affiner la perception qu'il a des tâches accomplies par le candidat et le degré d'autonomie qu'il a pu avoir dans l'entreprise,
d'apprécier les connaissances qu'a le candidat en ce qui concerne le déroulement de l'affaire traitée au sein de l'entreprise, sa gestion et son organisation.

Le rapport d'activité doit permettre d'appréhender l'entreprise tant du point de vue économique que des points de vue juridique, technique ou social. Il doit faire apparaître les tâches qui incombent au candidat dans le service qui l'accueille et il y sera plus particulièrement développé une étude qui lui aura été confiée et qui pourra témoigner de son activité courante au sein de l'entreprise. Ce document est mis à disposition du service chargé de l'examen 15 jours avant l’épreuve. Ce document sera évalué par le jury avant l'oral.

Commission d’évaluation :
Elles se composent :
d'un professeur enseignant de sciences et techniques industrielles « Fluides – Energies - Environnements »
d’un professeur de sciences et techniques économiques
d'un représentant de la profession.

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES
Formes d’évaluation :
( Forme ponctuelle : (coefficient : 6): (Oral de 20 minutes : Soutenance du rapport devant le jury: 10 mn, Entretien avec le jury : 10 mn)
Après avoir présenté l'entreprise le candidat expose les tâches qui lui ont été confiées. Cette présentation d'une durée de 15 minutes est suivie d'un dialogue avec le jury d'une durée de 15 minutes Les questions posées ont pour but :
d'affiner la perception qu'il a des tâches accomplies par le candidat et son aptitude à analyser le travail qu'il fait dans l'entreprise,
d'apprécier les connaissances qu'a le candidat en ce qui concerne le fonctionnement de l'entreprise, sa gestion et son organisation.
d'apprécier les connaissances qu'a le candidat en ce qui concerne le déroulement de l'affaire traitée au sein de l'entreprise, sa gestion et son organisation.

Évaluation de la partie écrite :
Le rapport de stage doit permettre au jury d'évaluer les aptitudes du candidat à :
rédiger clairement un rapport,
traiter et analyser des informations techniques,
communiquer par écrit de façon synthétique,
traiter et analyser des informations d'ordre économique, commercial et administratif,
réaliser une synthèse des tâches accomplies et en dégager des conclusions
Évaluation de la partie orale :
La présentation orale et le dialogue doivent permettre au jury d'évaluer le candidat sur ses aptitudes à :
présenter l’organisation et l’économie des sites d’intervention,
utiliser les techniques de communication,
répondre avec une argumentation pertinente à des questions relatives à son activité en entreprise ainsi qu'à son fonctionnement,
exposer la structure et le fonctionnement de l'entreprise, sa politique commerciale, ses choix,
se positionner dans l'entreprise tant des points de vue hiérarchique, technique que social,
maîtriser la langue française et les techniques de communication et plus particulièrement :
- de s’adapter à la situation (maîtrise des contraintes de temps, de lieu, d’objectif et d’adaptation au destinataire (choix des moyens d’expression appropriés, prise en compte de l’attitude et des questions du ou des interlocuteurs) ;
d’organiser un message oral : respect du sujet, structure interne du message (intelligibilité, précision et pertinence des idées, valeur de l’argumentation, netteté de la conclusion, pertinence des réponses...).
d'analyser une situation, une expérience, des données ; en établir une synthèse ;
d’effectuer le point au cours d’une discussion ou d’un débat ; dégager des conclusions ;
de s’adapter à un contexte de communication ;
d’utiliser un langage clair et approprié.

Notation :
La répartition des notes prendra en compte ; le rapport d'activité et l’entretien. Ces deux situations d'évaluation auront le même poids. La note du rapport de stage sera attribuée par le jury avant l'intervention orale du candidat.
La note globale (coefficient 6) sera pondérée de la façon suivante :
un coefficient 4 sera attribué pour les questions relatives aux connaissances techniques d’étude et/ou d’exécution, aux techniques de communication et à la connaissance de l'entreprise, avec la prise en compte de la dimension économique (coefficient 1),
un coefficient 2 sera attribué pour l'expression française.

Candidats qui ont échoué à une session précédente :
Les candidats qui ont échoué à l'examen lors d'une session précédente peuvent s'ils le jugent nécessaire conserver ou modifier leur rapport d'activité.






BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES
( Contrôle en cours de formation

Le développement des compétences s’effectue tout au long de la période de formation. Cependant il est nécessaire de repérer les situations où le candidat sera évalué, ce qui nécessite la mise en œuvre de critères spécifiques. Elle correspond aux activités professionnelles et permet la validation des compétences du référentiel de certification.
Chaque situation d’évaluation donne lieu à un rapport argumenté et à une proposition de note présentée au jury par les professeurs chargés de l’évaluation.
L’évaluation des candidats s’effectue sur la base de trois situations d’évaluation, organisées dans l’établissement de formation par les professeurs chargés de l’enseignement technique,
Les travaux évalués devront porter sur un problème industriel réel et prendre en compte les contraintes de ce contexte industriel.
L’inspection pédagogique régionale veille à la qualité et au bon déroulement des situations d’évaluation ainsi qu’à leur conformité au règlement d’examen.

Première situation  « Suivi de réalisations » : (écrite et orale avec un coefficient : 5)
Données :
Le candidat réalise un suivi d’intervention sur un site et il dispose des documents nécessaires.
Travail demandé :
Cette situation concernera les compétences et savoirs associés correspondant aux trois activités suivantes:
Préparer et assurer le suivi de l'entretien et de la maintenance d'une installation.
participer à la planification des activités de réalisation,
contrôler l'avancement et les conditions de réalisation des travaux,
participer à la gestion des comptes,
participer aux réunions de chantier et à la réception des travaux,
rassembler et réaliser les documents de fin de travaux.

Deuxième situation « Organisation des interventions » : (écrite et orale avec un coefficient : 3))
Données :
Le candidat réalise l’organisation d’une intervention et il dispose de ses documents techniques et réglementaires de l’installation.
Travail demandé :
A partir des données fournies on peut demander :
définir et planifier les interventions,
déterminer les compétences et les habilitations pour une intervention,
participer à la mise en service,
participer à l'analyse des indicateurs d'état et de leurs dérives,
établir un contrat de maintenance et d'entretien,
assurer la liaison entre le site d’intervention et la direction technique et financière.
préparer l'offre et la négociation.
de rédiger un rapport d’intervention.

Troisième situation « Etude et conception d’une installation » : (écrite et orale avec un coefficient : 6)
Données :
Le candidat réalise une étude d’une installation et il dispose des documents nécessaires à l’étude technique et budgétaire.
Travail demandé :
Cette situation concernera les compétences et savoirs associés correspondant aux deux activités suivantes:
prendre connaissance des pièces du marché ou du dossier d’étude,
participer à l'étude technique et budgétaire d'une installation.
collaborer à la réalisation d'une devis estimatif,
collaborer à la négociation des solutions techniques et financières avec un client,
réaliser les schémas et des plans,
participer à la mise en place et l'application du plan qualité,
proposer des modifications sur une installation.

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES

Le rapport de stage ou d'activités professionnelles sera évalué à l'occasion de cette troisième situation d'évaluation.
A l'issue des situations d'évaluation, dont le degré d'exigence est équivalent à celui requis dans le cadre de l'épreuve ponctuelle correspondante, l'équipe pédagogique de l'établissement de formation adresse au jury une fiche d'évaluation du travail réalisé par le candidat.
Le jury pourra éventuellement demander à avoir communication de tous documents tels que les projets et rapports présentés lors de chaque situation d'évaluation et les prestations réalisées par le candidat à cette occasion. Ces documents seront tenus à la disposition du jury et de l'autorité rectorale pour la session considérée et jusqu'à la session suivante.
Après examen attentif des documents fourmis, le jury formule toute remarque et observation qu'il juge utiles et arrête la note.


BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES
Epreuve facultative : Langue vivante étrangère 2
coefficient : 1 UF1


Modalités :

Epreuve orale d’une durée de 20 minutes, précédée d’un temps de préparation de 20 minutes.
Coefficient : 1

La langue vivante étrangère choisie au titre de l’épreuve facultative est différente de la langue vivante étrangère choisie pour l’épreuve obligatoire.

Définition de l’épreuve :

L’épreuve consiste en un entretien prenant appui sur des documents appropriés.


Épreuve facultative : Histoire des sciences, des techniques et des entreprises
coefficient : 1 UF2

Finalités et objectifs de l’épreuve :
L'épreuve a pour support un mémoire élaboré dans le cadre de l’épreuve facultative « Histoire des sciences, des techniques et des entreprises » et qui peut être issue d’une réflexion conduite lors de l’élaboration du mémoire d’étude et qui rend compte d’une activité de recherche pluridisciplinaire menée individuellement ou en groupe.
L’histoire des sciences, des techniques et des entreprises introduite dans la formation des étudiants de la filière fluides énergies environnements, a pour objectif d'amener les étudiants à replacer un système technique, une connaissance scientifique appliquée ou une entreprise régionale, nationale ou européenne du secteur de sa spécialité dans une perspective historique.
Cette mise en perspective devra permettre à l'étudiant de prendre la mesure du poids historique de son domaine d’étude technique.
Ce travail peut être l’occasion de la mise en place d'un groupe pluridisciplinaire composé des professeurs des enseignements généraux et des enseignements techniques pour piloter tout ou partie du projet de l'étudiant.
Travail individuel et collectif de recherche et de synthèse d'informations, il devra permettre aux étudiants d'apprendre à maîtriser les outils de communications électroniques et de recherche d'information ; CDI, musées, entreprises,…
Le mémoire est spécifique à chacun des domaines d’application professionnelle du candidat.
L’épreuve a pour objectif de valider l’aptitude d’un candidat à mobiliser ses connaissances pour :
acquérir les connaissances nécessaires à la compréhension de l’évolution des systèmes techniques et des technologies du secteur « fluides énergies environnement » pour mieux appréhender les techniques actuelles,
acquérir les connaissances historiques des sociétés industrielles du secteur « fluides énergies environnement » dans un contexte régional, national ou international,
connaître les sources et les ressources du patrimoine industriel régional, national et européen,
dégager les caractéristiques historiques d’un système technique, d’une entreprise du secteur,
présenter une problématique technique prenant en compte l’aspect historique,
communiquer par écrit et oral de façon synthétique,
traiter et analyser les informations retenues,
maîtriser la langue française et les techniques de communication.


BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES Contenus communs aux options :
Introduction aux révolutions industrielles et aux évolutions des systèmes techniques
Introduction aux révolutions industrielles et aux évolutions des systèmes techniques du XVIIIième au XXième siècles.
Première révolution industrielle en Grande Bretagne et en France dans la seconde moitié du XVIIIième siècle.
Poursuite en Allemagne et aux États Unis, au cours du second tiers du XIXième siècle pays initiant la seconde révolution industrielle, fondée sur l'application en laboratoire des sciences à l'industrie (chimie, physique, etc).
Introduction au patrimoine industriel et aux sources
Présentation de l'administration du patrimoine dans les pays de la CEE, les brevets - INPI
La conservation et les écomusées.
Inventaire des publications et dépôt légal : archives nationales, départementales, communales : archives d'entreprises.
Contenus au choix, selon l’option du candidat :
Étude des systèmes industriels et des technologies
Les systèmes de climatisation,
Les systèmes frigorifiques et les entrepôts,
Les systèmes de chauffage,
Les systèmes de distribution des fluides (eau, gaz,…),
Les systèmes cryogéniques,
Le développement de l'industrie des transports terrestre, maritimes et aériens,
La thermodynamique, le thermométrie,…
Les turbomachines,…
Entrepreneurs et entreprises
Les entrepreneurs et les entreprises du secteur au cours du XXième siècle.

Ce cours s'appuiera sur des visites aux archives nationales ou régionales, d’entreprises, de musée (CNAM, régionaux, …, à l’institut de la propriété industrielle( INPI).

Modalités de préparation du mémoire:
Le mémoire comprendra une vingtaine de pages.
La préparation peut se dérouler :
dans des locaux ( CDI,..) mis à disposition au sein des établissements scolaires dotés de moyens informatiques, communication (accès à INTERNET dont le courrier électronique).
au sein d’entreprises régionales, nationales ou européennes, musées, bibliothèques,….
Les horaires des enseignants qui assurent le suivi du mémoire peuvent être globalisés sur l’année.
Commission d’évaluation :
Elle se compose :
d’un professeur chargé des enseignements techniques,
d’un professeur chargé des enseignements généraux.
Un professeur ressource, membre de l’équipe pédagogique du centre de formation et convoqué par le service responsable de l'organisation de l'examen, assiste le jury.
Avant la présentation du dossier par le candidat, les commissions d’évaluation harmonisent leur notation des parties écrites et définissent le contenu des entretiens. Ce temps peut être globalisé par groupe journalier de candidats.

Formes d’évaluation :
( Forme ponctuelle (orale, d’une durée de 20 minutes maximum, entretien avec le jury: 10 minutes)
Déroulement de l'oral :
Le mémoire, d’une vingtaine de pages, est présenté par le candidat pendant 10 minutes maximum. Il est demandé :
de présenter le cadre de référence de la recherche,
de présenter le mémoire avec cohérence et synthèse,
de faire état lors de la conclusion des perspectives possibles.

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEURFLUIDES – ENERGIES - ENVIRONNEMENTSOPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUEOPTION B : GENIE CLIMATIQUEOPTION C : GENIE FRIGORIFIQUEOPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES
Après avoir présenté le contenu du mémoire, le jury engage un dialogue afin :
d'affiner la perception qu'il a des activités de recherche et d’analyse accomplies par le candidat,
d'apprécier les connaissances en historique des techniques du candidat.
Les notes attribuées à l'écrit et au dialogue seront de poids équivalent.
Évaluation de la partie écrite :
Le mémoire devra permettre au jury d'évaluer le candidat sur ses aptitudes à :
traiter des informations,
réaliser des documents nécessaires à la compréhension,
appréhender la dimension historique d’une étude technique, d’une entreprise.
Évaluation de la partie orale :
Lors de la soutenance le candidat sera évalué sur ses aptitudes à :
présenter les points essentiels d'un mémoire,
gérer son temps d’intervention.
Au cours du dialogue, avec le candidat, les questions devront permettre au jury de vérifier si le candidat est capable de :
répondre de façon pertinente aux questions posées en mobilisant ses connaissances scientifiques, techniques et historique,
maîtriser la langue française, le vocabulaire technologique, scientifique et les techniques de communication orale devant un auditoire.
Bibliographie indicative
B. GILLES Histoire des techniques (Gallimard, La Pléiade, Paris, 1978).
M. DAUMAS Histoire générale des techniques (PUF, Paris 19621979, 5 vol),
M. DAUMAS Le cheval de César (Éditions des archives contemporaines, Paris, 1991).
A. GUILLERME Les temps de l'eau: la cité, l'eau et les techniques (fin IIIième - début XIXième ) Paris PUF 1989.
F. KLEMM Histoire des techniques (Payot, Paris, 1966).
JP.GOUBERT La conquête de l’eau (Pluriel)
R. THEVENOT Essai pour une histoire du froid.
J. MATRICON et G. WAYSAND La guerre du froid (Seuil)
K. MELSSOHN La recherche du zéro absolu (Univers des connaissances, Hachette)
A. BERTRAND et P. GRISET Histoire des techniques aux XIXième et XXième (Armand Colin)
B. JACOMY Une histoire des techniques (Collection Points Sciences)
Sous la direction de M. SERRES Éléments d’histoire des sciences (Larousse – In extenso)
F. CHOAY L'allégorie du patrimoine Paris Seuil 1992,
J.M. LENAUD L'utopie française : essai sur le patrimoine Paris Mengès 1992 Y. Lamy Ed.



ANNEXE VI




TABLEAU DE CORRESPONDANCE D’EPREUVES/UNITES



ANNEXE VI

BREVET TECHNICIEN SUPERIEUR
FLUIDES - ENERGIES - ENVIRONNEMENTs
OPTION A : GENIE SANITAIRE ET THERMIQUE
OPTION B : GENIE CLIMATIQUE
OPTION C : GENIE FRIGORIFIQUE
OPTION D : MAINTENANCE ET GESTION DES SYSTEMES FLUIDIQUES ET ENERGETIQUES






BTS EQUIPEMENT TECHNIQUE-ENERGIE

(Défini par l’arrêté du 30 juillet 1986)BTS EQUIPEMENT TECHNIQUE-ENERGIE

(Défini par l’arrêté du 31 juillet 1998)

BTs FLUIDES – ENERGIES – ENVIRONNEMENTS
(Défini par le présent arrêté)
EPREUVESEPREUVESUNITESEPREUVESUNITESFrançaisFrançaisU1FrançaisU1.1Langue vivante ILangue vivante étrangère IU2Langue vivante étrangèreU1.2Mathématiques
Sciences physiquesMathématiquesU3.1MathématiquesU2.3Sciences physiquesU3.2Sciences physiquesU2.2Etude des systèmesÉtude des systèmesU4Fluides - Energies - EnvironnementsU2.1Etudes des installationsEtude des installationsU5Mémoires professionnelsU4Dossier technique
Etude et réalisation d’un équipement
et rapport de stageEpreuve professionnelle de synthèseU6Mémoires professionnelsU4


PAGE 


PAGE