Td corrigé Equilibre d'un solide soumis à 3 forces non parallèles - Exercices ... pdf

Equilibre d'un solide soumis à 3 forces non parallèles - Exercices ...

Équilibre d'un solide soumis à trois forces : Un solide est en équilibre sous l' action de trois forces non parallèles si les trois conditions suivantes sont respectées ...




part of the document



Equilibre d’un solide soumis à 3 forces non parallèles
 
Auteur : Mme RASOLOARIMANA Vololoniarivo, professeur de sciences physiques au collège RASALAMA-Antananarivo
 
 
I- Expérience :
 
1-Dispositif expérimental :
Un solide S en liège est tiré en A, B et C par 3 fils reliés à des masses marquées m1, m2 et m3. par l’intermédiaire de poulies (voir figure ci-dessous).
La masse du solide est négligeable devant celles des masses marquées
On donne : m1=0.1kg ; m2=0,15kg ; m3=0.2kg ; g=10N.kg-1.
Il est souhaitable de placer une planche verticale ou un carton juste derrière les fils pour réaliser une construction graphique.
 
 INCLUDEPICTURE "http://127.0.0.1:89/QuickPlace/accesmad/PageLibrary85256EA100359C41.nsf/h_Index/52CB8C655A5A2C91C12578EF0072A6A0/$FILE/image002.jpg?OpenElement&1315231715" \* MERGEFORMATINET 
 
2-Premières observations :
Le solide S étant abandonné dans une position quelconque il se déplace spontanément pour prendre une position d’équilibre stable.
A l’équilibre,
- les 3 fils restent toujours dans le plan vertical.
-si l’on ajoute une surcharge sur l’une des masses, l’équilibre est provisoirement rompu. Un nouvel état d’équilibre est obtenu avec des directions différentes des fils. L’objet reste toujours dans le même plan vertical.
 
3-Exploitation de l’expérience :
Les fils exercent des forces F1 en A, F2 en B et F3 en C
Recherchons graphiquement une relation entre ces 3 forces
 
Les intensités des forces sont lues sur un dynamomètre ou déterminées en calculant le poids des masses marquées soit :
F1=m1.g =1N; F2=m2.g=1,5N ; F3=m3.g=2N
 
CONSTRUCTIONS GRAPHIQUES:
 
Reporter sur une feuille de dessin placée dans le plan vertical les directions (D1),(D2) ,(D3) des trois forces F1, F2 et F3.
 
(il est recommandé de prolonger les directions des forces bien au-delà des extrémités des vecteurs)
 
Nous constatons que les 3 directions des forces se coupent en un même point O.
 
Remarque : nous choisissons ce point O comme origine commune des vecteurs forces. Ce choix n’affecte pas l’équilibre du solide.
 
Sur ces directions dessiner les vecteurs forces en respectant l’échelle 2cm pour 1N.
 
On obtient la construction ci-dessous
 
 INCLUDEPICTURE "http://127.0.0.1:89/QuickPlace/accesmad/PageLibrary85256EA100359C41.nsf/h_Index/52CB8C655A5A2C91C12578EF0072A6A0/$FILE/image004.jpg?OpenElement&1315231715" \* MERGEFORMATINET 
 
 
 
 
Nous allons maintenant donner la relation entre les vecteurs forces.
 
1ère méthode : construire le vecteur somme F1+F2 en utilisant la règle du parallélogramme.
 
 INCLUDEPICTURE "http://127.0.0.1:89/QuickPlace/accesmad/PageLibrary85256EA100359C41.nsf/h_Index/52CB8C655A5A2C91C12578EF0072A6A0/$FILE/image006.jpg?OpenElement&1315231715" \* MERGEFORMATINET 
 
Comparer ce vecteur somme avec F3.
Nous constatons alors que le vecteur somme F1+F2 est l’opposé du vecteur F3.
 
Nous avons donc :
 INCLUDEPICTURE "http://127.0.0.1:89/QuickPlace/accesmad/PageLibrary85256EA100359C41.nsf/h_Index/52CB8C655A5A2C91C12578EF0072A6A0/$FILE/image008.gif?OpenElement&1315231715" \* MERGEFORMATINET 
Et donc
 INCLUDEPICTURE "http://127.0.0.1:89/QuickPlace/accesmad/PageLibrary85256EA100359C41.nsf/h_Index/52CB8C655A5A2C91C12578EF0072A6A0/$FILE/image010.gif?OpenElement&1315231715" \* MERGEFORMATINET 
 
 
Méthode du « polygone des forces »  :
 
Elle consiste à tracer directement la somme des 3 forces mis bout à bout à partir du point O On obtient le « polygone des forces »:
 
(Cette façon de représenter la somme vectorielle est bien utile pour traiter certains exercices.)
 
Posons sur le dessin précédent une feuille de papier calque ou une feuille de papier ordinaire suffisamment translucide.
(pour que l’explication soit plus claire, la feuille de calque est représentée en bleuté sur les images qui suivent)
 
a-Par transparence, tracer sur le calque la direction (D3) et le vecteur F3
(flèche bleue ,voir fig ci-dessous)
 
 INCLUDEPICTURE "http://127.0.0.1:89/QuickPlace/accesmad/PageLibrary85256EA100359C41.nsf/h_Index/52CB8C655A5A2C91C12578EF0072A6A0/$FILE/image012.jpg?OpenElement&1315231715" \* MERGEFORMATINET 
 
b-Déplacer le calque vers le haut en maintenant la flèche bleue F3 sur son support (D3). Faire coïncider l’extrémité de la flèche F3 avec le point O
Par transparence, tracer ensuite sur le calque la direction (D2) et le vecteur F2 (flèche verte). L’extrémité de F3 est alors confondue avec l’origine de F2.
(voir fig ci-dessous)
 INCLUDEPICTURE "http://127.0.0.1:89/QuickPlace/accesmad/PageLibrary85256EA100359C41.nsf/h_Index/52CB8C655A5A2C91C12578EF0072A6A0/$FILE/image014.jpg?OpenElement&1315231715" \* MERGEFORMATINET 
 
 
 
 
c-Déplacer le calque en maintenant la flèche verte sur son support (D2). Faire coïncider l’extrémité de la flèche F2 avec le point O.
 
Tracer sur le calque la direction (D1) et le vecteur F1 (flèche marron).
 
Nous obtenons la somme des vecteurs F1+F2+F3.
(voir fig ci-dessous)
 
 INCLUDEPICTURE "http://127.0.0.1:89/QuickPlace/accesmad/PageLibrary85256EA100359C41.nsf/h_Index/52CB8C655A5A2C91C12578EF0072A6A0/$FILE/image016.jpg?OpenElement&1315231715" \* MERGEFORMATINET 
 
 
Nous constatons que l’extrémité du vecteur F1 et l’origine du vecteur F3 se confondent pratiquement. La somme vectorielle est donc quasi nulle.
Nous admettrons qu’à l’équilibre :
 INCLUDEPICTURE "http://127.0.0.1:89/QuickPlace/accesmad/PageLibrary85256EA100359C41.nsf/h_Index/52CB8C655A5A2C91C12578EF0072A6A0/$FILE/image010.gif?OpenElement&1315231715" \* MERGEFORMATINET 
 
 
II- Conclusion à retenir:
 
Si un solide soumis à trois forces non parallèles est en équilibre, nécessairement 
-les trois forces sont dans un même plan.
-les directions des trois forces sont concourantes.
-la somme vectorielle des trois forces est nulle :
 
 INCLUDEPICTURE "http://127.0.0.1:89/QuickPlace/accesmad/PageLibrary85256EA100359C41.nsf/h_Index/52CB8C655A5A2C91C12578EF0072A6A0/$FILE/image017.gif?OpenElement&1315231715" \* MERGEFORMATINET 
 
 
III- Dispositif avec objet pesant :
 
Le principe de l’étude est identique, la force F3 est remplacée par P de valeur connue. On dispose d’un solide S, dont on a repéré au préalable le centre de gravité G. Deux fils tendus maintiennent S en équilibre.
 
Le poids n’étant pas négligeable, le solide est soumis à 3 forces extérieures : son poids P et les tensions des fils F1 et F2.
 
 INCLUDEPICTURE "http://127.0.0.1:89/QuickPlace/accesmad/PageLibrary85256EA100359C41.nsf/h_Index/52CB8C655A5A2C91C12578EF0072A6A0/$FILE/image019.jpg?OpenElement&1315231715" \* MERGEFORMATINET 
 
 
 
 
IV Exercices d’application :
 
Détermination d’une force d’origine électrostatique.
La boule chargée d’un pendule électrostatique, de poids P = 0,03 N, est repoussée par un corps chargé. A l’équilibre, le fil du pendule fait un angle  INCLUDEPICTURE "http://127.0.0.1:89/QuickPlace/accesmad/PageLibrary85256EA100359C41.nsf/h_Index/52CB8C655A5A2C91C12578EF0072A6A0/$FILE/image021.gif?OpenElement&1315231715" \* MERGEFORMATINET  avec la verticale. On suppose que la force d’origine électrique s’exerçant sur la boule a une direction horizontale.
Déterminer la force d’origine électrique exercée sur la boule et la tension du fil.
 
Correction
·ð        Le solide à étudier est la boule du pendule, assimilable à un point matériel confondu avec le centre O de la boule.
·ð        Faisons le bilan des forces extérieures appliquées à la boule :
-        La tension  INCLUDEPICTURE "http://127.0.0.1:89/QuickPlace/accesmad/PageLibrary85256EA100359C41.nsf/h_Index/52CB8C655A5A2C91C12578EF0072A6A0/$FILE/image023.gif?OpenElement&1315231715" \* MERGEFORMATINET du fil, force exercé par le fil sur la boule et dont le support à la direction du fil ;
-Le poids  INCLUDEPICTURE "http://127.0.0.1:89/QuickPlace/accesmad/PageLibrary85256EA100359C41.nsf/h_Index/52CB8C655A5A2C91C12578EF0072A6A0/$FILE/image025.gif?OpenElement&1315231715" \* MERGEFORMATINET de la boule, force exercée par la Terre, sur la boule, et dont la direction est verticale et l’intensité » connue (0,03 N)
-La force électrique  INCLUDEPICTURE "http://127.0.0.1:89/QuickPlace/accesmad/PageLibrary85256EA100359C41.nsf/h_Index/52CB8C655A5A2C91C12578EF0072A6A0/$FILE/image027.gif?OpenElement&1315231715" \* MERGEFORMATINET , force exercée par le corps chargé sur la boule chargée, et dont la direction est horizontale.
 
A l’équilibre, le fil du pendule électrostatique fait un angle  INCLUDEPICTURE "http://127.0.0.1:89/QuickPlace/accesmad/PageLibrary85256EA100359C41.nsf/h_Index/52CB8C655A5A2C91C12578EF0072A6A0/$FILE/image029.gif?OpenElement&1315231715" \* MERGEFORMATINET  avec la verticale et l’on a
 INCLUDEPICTURE "http://127.0.0.1:89/QuickPlace/accesmad/PageLibrary85256EA100359C41.nsf/h_Index/52CB8C655A5A2C91C12578EF0072A6A0/$FILE/image031.gif?OpenElement&1315231715" \* MERGEFORMATINET 
 
Construisons le polygone des 3 forces P, T, F  (voir fig du bas)
Depuis l’origine A de P, traçons la droite d’action (D1) de T inclinée de 6° par rapport à la verticale.
 
Depuis l’extrémité B de P, traçons la direction (D2) de F qui est horizontale.
 
L’intersection de ces deux directions (point C) correspond à l’extrémité de F
 
Ayant choisi une échelle, il est facile d’en déduire F
 
On peut aussi déterminer F par le calcul :
On a :
 INCLUDEPICTURE "http://127.0.0.1:89/QuickPlace/accesmad/PageLibrary85256EA100359C41.nsf/h_Index/52CB8C655A5A2C91C12578EF0072A6A0/$FILE/image033.gif?OpenElement&1315231715" \* MERGEFORMATINET Soit  INCLUDEPICTURE "http://127.0.0.1:89/QuickPlace/accesmad/PageLibrary85256EA100359C41.nsf/h_Index/52CB8C655A5A2C91C12578EF0072A6A0/$FILE/image035.gif?OpenElement&1315231715" \* MERGEFORMATINET 
La force électrique a une très faible intensité.
De même :  INCLUDEPICTURE "http://127.0.0.1:89/QuickPlace/accesmad/PageLibrary85256EA100359C41.nsf/h_Index/52CB8C655A5A2C91C12578EF0072A6A0/$FILE/image037.gif?OpenElement&1315231715" \* MERGEFORMATINET 
 
 INCLUDEPICTURE "http://127.0.0.1:89/QuickPlace/accesmad/PageLibrary85256EA100359C41.nsf/h_Index/52CB8C655A5A2C91C12578EF0072A6A0/$FILE/image039.gif?OpenElement&1315231715" \* MERGEFORMATINET 
 
 
 INCLUDEPICTURE "http://127.0.0.1:89/QuickPlace/accesmad/PageLibrary85256EA100359C41.nsf/h_Index/52CB8C655A5A2C91C12578EF0072A6A0/$FILE/image041.jpg?OpenElement&1315231715" \* MERGEFORMATINET 
 
  
V- Méthode générale pour résoudre les exercices :
Pour étudier, relativement à un référentiel terrestre, l’équilibre d’un solide soumis à 3 forces non parallèles, nous suivrons la méthode ci-dessous.
Faire un schéma clair
Isoler le solide à étudier,
Faire l’analyse des actions extérieures agissant sur le solide
Appliquer les conditions nécessaires d’équilibre et le principe d’interaction.
 INCLUDEPICTURE "http://127.0.0.1:89/QuickPlace/accesmad/PageLibrary85256EA100359C41.nsf/h_Index/52CB8C655A5A2C91C12578EF0072A6A0/$FILE/image043.gif?OpenElement&1315231715" \* MERGEFORMATINET Les supports des 3 forces sont concourants. Cette condition permet en général de déterminer le point de concours des supports à l’aide de 2 forces seulement ; on pourra connaître ainsi la direction de la 3ème force.
Connaître les directions des forces, on représentera les vecteurs force à l’échelle.
Ainsi :
*Une construction graphique permettra, en général, de résoudre le problème.
*On utilisera également des relations trigonométriques dans un triangle, si cela est possible
*On peut également définir un repère orthonormé et projeter la relation vectorielle suivant 2 axes orthogonaux. On déterminera ainsi suivant ces 2 axes les composantes des vecteurs  INCLUDEPICTURE "http://127.0.0.1:89/QuickPlace/accesmad/PageLibrary85256EA100359C41.nsf/h_Index/52CB8C655A5A2C91C12578EF0072A6A0/$FILE/image045.gif?OpenElement&1315231715" \* MERGEFORMATINET 
 
 
Exercices à résoudre :
1- On tire sur un anneau à l’aide de 3 cordes ; les forces  INCLUDEPICTURE "http://127.0.0.1:89/QuickPlace/accesmad/PageLibrary85256EA100359C41.nsf/h_Index/52CB8C655A5A2C91C12578EF0072A6A0/$FILE/image047.gif?OpenElement&1315231715" \* MERGEFORMATINET  exercées ont des intensités respectivement égales à 200N et 300N et font entre-elles un angle de 90°. (figure 1)
Déterminer la direction et l’intensité de la force  INCLUDEPICTURE "http://127.0.0.1:89/QuickPlace/accesmad/PageLibrary85256EA100359C41.nsf/h_Index/52CB8C655A5A2C91C12578EF0072A6A0/$FILE/image049.gif?OpenElement&1315231715" \* MERGEFORMATINET  qu’il faut exercer pour que l’anneau reste immobile
 
 INCLUDEPICTURE "http://127.0.0.1:89/QuickPlace/accesmad/PageLibrary85256EA100359C41.nsf/h_Index/52CB8C655A5A2C91C12578EF0072A6A0/$FILE/image051.jpg?OpenElement&1315231715" \* MERGEFORMATINET 
 
2- On maintient un anneau de masse négligeable, immobile, en exerçant 3 forces à l’aide de 3 cordes. Deux d’entre elles font un angle de 120° et leurs intensités respectives sont  EMBED Equation.3  (figure 2)
Préciser l’intensité, la direction et le sens de la force  INCLUDEPICTURE "http://127.0.0.1:89/QuickPlace/accesmad/PageLibrary85256EA100359C41.nsf/h_Index/52CB8C655A5A2C91C12578EF0072A6A0/$FILE/image049.gif?OpenElement&1315231715" \* MERGEFORMATINET 
3- Les masses des fils et de l’anneau ci-dessous sont négligeables. A l’équilibre le fil OA fait un angle de 45° avec la verticale.
Calculer la masse  INCLUDEPICTURE "http://127.0.0.1:89/QuickPlace/accesmad/PageLibrary85256EA100359C41.nsf/h_Index/52CB8C655A5A2C91C12578EF0072A6A0/$FILE/image055.gif?OpenElement&1315231715" \* MERGEFORMATINET  pour realiser cet équilibre. Calculer également la tension du fil OA. Cet équilibre dépend –il de la valeur de g ?
On donne : poids de  INCLUDEPICTURE "http://127.0.0.1:89/QuickPlace/accesmad/PageLibrary85256EA100359C41.nsf/h_Index/52CB8C655A5A2C91C12578EF0072A6A0/$FILE/image057.gif?OpenElement&1315231715" \* MERGEFORMATINET 
 INCLUDEPICTURE "http://127.0.0.1:89/QuickPlace/accesmad/PageLibrary85256EA100359C41.nsf/h_Index/52CB8C655A5A2C91C12578EF0072A6A0/$FILE/image059.jpg?OpenElement&1315231715" \* MERGEFORMATINET 
6789¤¥¦§¨©¸¹º»ÔÖ×. / 2 3 8 9 t u º » Ç È Ò Ó Þ ß ð çӻӪӚӚӚӆӆšÓxhxhxhxÓxÓxhxhxhxhú)hú)H*KH$OJQJ\hú)hú)KH$OJQJ\'hú)hú)5B*KH$OJQJ\phÿhú)hú)5KH$OJQJ\ hú)hú)6B*OJQJphÿ/hú)hú)5B*CJKH$OJQJ\aJphÿ'hú)hú)5B*CJ0KH$\aJ0phÿ/hú)hú)5B*CJ KH$OJQJ\aJ phÿ"79¥§©¹»×u » ô w
y
> @ [ Þ í # 

%
_
š
œ
: ? @ Z [ Ý Þ ì í " # Í ÿ 



"
$
%
B
ðâÎâÎâη¥·Ž·ÎzÎzÎâÎâÎiYÎâiYÎâÎzâÎâhú)hú)5KH$OJQJ\! *hú)hú)5KH$OJQJ\'hú)hú)5B*KH$OJQJ\phÿ,jhú)h°dðCJKH$OJQJU\aJ#hú)hú)CJKH$OJQJ\aJ,jhú)hú)CJKH$OJQJU\aJ'hú)hú)5B*CJ0KH$\aJ0phÿhú)hú)KH$OJQJ\hú)hú)H*KH$OJQJ\"B
C
D
K
L
M
V
W
X
Y
^
_
k
x
™
š
›
œ
!"$%01349:;r¥§lúúúúúúúúúúúòúúúúòòúúúúééééò„h^„hgdú)$a$gdú)gdú)?@ABCˆ‰µ¶·ÈÉÊËïð@ACDEF[\]^ëÓëÓëÓë¿©¿‘w¿ëcë¿©¿‘w¿ë¿ë¿‘w‘w‘w‘ëÓëÓë'hú)hú)5B*KH$OJQJ\ph2hú)hú)5B*CJH*KH$OJQJ\aJphÿ/hú)hú)5B*CJKH$OJQJ\aJphÿ*hú)hú)5B*H*KH$OJQJ\phÿ'hú)hú)5B*KH$OJQJ\phÿ/hú)hú)5B*CJKH$OJQJ\aJph'hú)hú)5B*CJ0KH$\aJ0phÿ&^_ !"#$%&'STUnopq¶·¸ÚÛãËã®ãšËšËš†nT†nTn†AšAš$hú)hú)B*KH$OJQJ\phÿ2hú)hú)5B*CJH*KH$OJQJ\aJphÿ/hú)hú)5B*CJKH$OJQJ\aJphÿ'hú)hú)5B*KH$OJQJ\phÿ'hú)hú)5B*CJ0KH$\aJ0phÿ8jÔõhú)h°dð5B*CJKH$OJQJU\aJphÿ/hú)hú)5B*CJKH$OJQJ\aJphÿ8jhú)hú)5B*CJKH$OJQJU\aJphÿÛÜœžŸ ¡¢£¤²³¼½¾¿ÀçÓçºç¦“¦{¦gUgU¦C¦2¦! *hú)hú)5KH$OJQJ\#hú)hú)CJKH$OJQJ\aJ#hú)hú)CJKH$OJQJ\aJ&hú)hú)5CJKH$OJQJ\aJ/hú)hú)5B*CJKH$OJQJ\aJphÿ$hú)hú)B*KH$OJQJ\phÿ'hú)hú)5B*CJ0KH$\aJ0phÿ0j¤Þhú)hú)B*H*KH$OJQJU\phÿ'hú)hú)B*H*KH$OJQJ\phÿ0jhú)hú)B*H*KH$OJQJU\phÿ=>qr¤¥¦§¨hijklmnop‘“”•–ÅîÚîÚîÚÈÚ®˜®~®ÚÈÚÈÚnÈÚVÚHhú)hú)KH$OJQJ\/hú)hú)5B*CJKH$OJQJ\aJphÿhú)hú)5KH$OJQJ\3jkâ *hú)hú)B*H*KH$OJQJU\phÿ* *hú)hú)B*H*KH$OJQJ\phÿ3j *hú)hú)B*H*KH$OJQJU\phÿ#hú)hú)CJKH$OJQJ\aJ'hú)hú)5B*CJ0KH$\aJ0phÿ! *hú)hú)5KH$OJQJ\lnp”–m o ð ò ·!¹!»!½!¿!Ü!Þ!"å#t$x$Ž$ˆ%
&>'úúúúúúúúòúúúúúúúúúúòááÐ
Æ„„„„˜þ^„„`„˜þgdú)
Æh„h„˜þ^„h`„˜þgdú)$a$gdú)gdú)ÅÆÇÚÜÞßåæl m n o Ê Ë å æ ç í î ï ð ñ ò ó ³!´!µ!ì×ÉìÉìÉìɵɵɥÉì×ì×ɵ“µxaxF5jIæhú)h°dðB*CJKH$OJQJU\aJphÿ,hú)hú)B*CJKH$OJQJ\aJphÿ5jhú)hú)B*CJKH$OJQJU\aJphÿ#hú)hú)CJKH$OJQJ\aJhú)hú)5KH$OJQJ\'hú)hú)5B*CJ0KH$\aJ0phÿhú)hú)KH$OJQJ\)hú)hú)5CJH*KH$OJQJ\aJ&hú)hú)5CJKH$OJQJ\aJµ!¶!·!¸!¹!º!»!¼!½!¾!¿!Ù!Û!Ü!Ý!Þ!""ª"«"k#l#m#n#ä#å#äйййЧГ§Ð§Ð§Ð§{g{O{§Ð/j¡hú)hú)CJH*KH$OJQJU\aJ&hú)hú)CJH*KH$OJQJ\aJ/jhú)hú)CJH*KH$OJQJU\aJ&hú)hú)5CJKH$OJQJ\aJ#hú)hú)CJKH$OJQJ\aJ,hú)hú)B*CJKH$OJQJ\aJphÿ'hú)hú)5B*CJ0KH$\aJ0phÿ5jhú)hú)B*CJKH$OJQJU\aJphÿå#p$r$t$v$x$Œ$Ž$$ $†%ˆ%Š%š% &
&&&!&íÛÇÛǯǔhǔhÇRBhhú)hú)CJKH$PJ\aJ+hú)hú)CJKH$OJPJQJ\^JaJ,hú)hú)B*CJKH$OJQJ\aJphÿ(hú)hú)B*CJKH$PJ\aJphÿ4hú)hú)B*CJKH$OJPJQJ\^JaJphÿ/hú)hú)5B*CJKH$OJQJ\aJphÿ'hú)hú)5B*CJ0KH$\aJ0phÿ#hú)hú)CJKH$OJQJ\aJ#hú)hú)5CJKH$OJQJaJ!&"&â&ã&ä&å&;'='>'H'I' (
( ( (‡(ˆ((ž(^)_)`)ãËã®ã—…q—ãËãTã—q—ãËã78jBhú)hú)B*CJH*KH$OJQJU\aJphÿ8jŠ hú)hú)B*CJH*KH$OJQJU\aJphÿ'hú)hú)5B*CJ0KH$\aJ0phÿ#hú)hú)CJKH$OJQJ\aJ,hú)hú)B*CJKH$OJQJ\aJphÿ8jÖ
hú)hú)B*CJH*KH$OJQJU\aJphÿ/hú)hú)B*CJH*KH$OJQJ\aJphÿ8jhú)hú)B*CJH*KH$OJQJU\aJphÿ>'ˆ(Á)Ã)ä*©+«+ì+W,Y,ª,¬,ü,ý,ÿ,6-8-d-k-ù.*/ù/û/À0Â0Ä0‰1‹1ööññéññññññññññññññññññññéñ$a$gdú)gdú)„^„gdú)`)a)À)Á)Â)Ã)**Ã*Ä*Å*Æ*ã*ä*å*¥+¦+§+¨+©+ã̸̸Ìã ãƒã̸kWk?k¸/j¨hú)hú)CJH*KH$OJQJU\aJ&hú)hú)CJH*KH$OJQJ\aJ/jhú)hú)CJH*KH$OJQJU\aJ8jûhú)hú)B*CJH*KH$OJQJU\aJphÿ/hú)hú)B*CJH*KH$OJQJ\aJphÿ'hú)hú)5B*CJ0KH$\aJ0phÿ,hú)hú)B*CJKH$OJQJ\aJphÿ8jhú)hú)B*CJH*KH$OJQJU\aJphÿ©+ª+«+Ð+Ñ+Ò+Ô+Õ+×+Ø+ë+ì+,,),*,V,W,X,Y,r,s,’,“,©,ª,«,¬,ø,ù,û,ü,þ,ÿ,5-6-7-8-c-d-j-k-l-íÙÁª’ª’ª’ªÙª’ª’ªÙªÙª’ª’ªÙªÙª’ªÙªÙªÙªÙªÙªÙu8jhú)hú)B*CJH*KH$OJQJU\aJphÿ/hú)hú)5B*CJKH$OJQJ\aJphÿ,hú)hú)B*CJKH$OJQJ\aJphÿ/hú)hú)5B*CJKH$OJQJ\aJphÿ'hú)hú)5B*CJ0KH$\aJ0phÿ#hú)hú)CJKH$OJQJ\aJ*l-,.-.../.4.5.õ.ö.÷.ø.ù.)/*/4/5/õ/ö/÷/ø/ù/ú/û/ü/¼0½0çʭʖÊçÊyÊe–e–ÊçÊHÊe–eÊçÊ8jÃhú)hú)B*CJH*KH$OJQJU\aJphÿ'hú)hú)5B*CJ0KH$\aJ0phÿ8jhú)hú)B*CJH*KH$OJQJU\aJphÿ,hú)hú)B*CJKH$OJQJ\aJphÿ8jYhú)hú)B*CJH*KH$OJQJU\aJphÿ8jhú)hú)B*CJH*KH$OJQJU\aJphÿ/hú)hú)B*CJH*KH$OJQJ\aJphÿ½0¾0¿0À0Á0Â0Ã0Ä0Å0…1†1‡1ˆ1‰1Š1‹11Ž1À1Á1V2W2l2n2‹2Œ2Ë2Ì233ãƲ ² ²‰ ‰r‰² ²^²^² ² N N N Nhú)hú)5CJ0KH$\aJ0&hú)hú)5CJKH$OJQJ\aJ,jËhú)hú)CJKH$OJQJU\aJ,jhú)hú)CJKH$OJQJU\aJ#hú)hú)CJKH$OJQJ\aJ'hú)hú)5B*CJ0KH$\aJ0phÿ8jhú)hú)B*CJH*KH$OJQJU\aJphÿ8j^hú)hú)B*CJH*KH$OJQJU\aJphÿ‹1Ž1Á1W2n2Œ2Ì23¹455c5Á5=7?7A7X7É8ö9ø9½:¿:•;”;?@úúúòòòòúúúúúúúúúúúúúúúúúúúê$a$gdú)
& Fgdú)gdú)33Ý3Þ3ß3à3­4°4¸4¹4
5555b5c5À5Á5w6x68797:7;77?7@7A7çÓç»ç©•©©©©©©çÓçi穁©U&hú)hú)5CJKH$OJQJ\aJ/jrfhú)hú)CJH*KH$OJQJU\aJ'hú)hú)5B*CJ0KH$\aJ0phÿ&hú)hú)CJH*KH$OJQJ\aJ#hú)hú)CJKH$OJQJ\aJ/jÄdhú)hú)CJH*KH$OJQJU\aJ&hú)hú)CJH*KH$OJQJ\aJ/jhú)hú)CJH*KH$OJQJU\aJA7W7X7“7”7T8U8V8W8È8É8ü8ý8½9¾9¿9À9õ9ö9÷9ø9ù9¹:º:çÓÁ©•©}©ÁÓÁ©•©e©ÁÓÁÓNÁN,jhú)hú)CJKH$OJQJU\aJ/j®jhú)hú)CJH*KH$OJQJU\aJ/j hhú)hú)CJH*KH$OJQJU\aJ&hú)hú)CJH*KH$OJQJ\aJ/jhú)hú)CJH*KH$OJQJU\aJ#hú)hú)CJKH$OJQJ\aJ'hú)hú)5B*CJ0KH$\aJ0phÿ/hú)hú)5B*CJKH$OJQJ\aJphÿº:»:¼:½:¾:¿:r;s;†;‡;ˆ;‰;”;•;Ï;Ð;