Td corrigé Corrigé Etude : Embarquer de l'énergie - Eduscol pdf

Corrigé Etude : Embarquer de l'énergie - Eduscol

Voiture électrique pour la mobilité urbaine : Embarquer de l'énergie ? les batteries- Lionel COMTET, Lycée Viette, Montbéliard Page 1. Etat de l'art sur les  ...




part of the document






Embarquer de l’énergie : les batteries

Fiche pédagogique. p2

Etat de l’art. ……………………………………………………………………………………………………..…. p 3

Séquence pédagogique 1 : choix d’une technologie en fonction d’un parcours et étude économique de la solution retenue sur un véhicule réel. ………………………………………… p 6

Séquence pédagogique 2 : embarquer de l’énergie sur la e-traction. …………………….. p  PAGEREF _Ref249876551 \h 10



 I Fiche pédagogique.
Problématique : Comment dimensionner le type et la quantité d’énergie électrique à stocker dans un véhicule électrique ? Quel est le coût d’utilisation ? Comment quantifier l’autonomie d’un véhicule électrique ?________________________________________________________________________

Formation concernée : BAC STI2D spécialite Energie et environnement.
Partie du programme : 2 : Conception d’un système.
2.1 : Approche fonctionnelle d’une chaîne d’énergie.
2.3 : Paramètres influant la conception.
2.5 : Critères de choix de solutions.

Connaissances nouvelles :
Structure fonctionnelle d’une chaîne d’énergie (niveau taxonomique 3).
Schéma de transfert d’énergie (niveau taxonomique 3).
Efficacité énergétique active et passive d’un système (niveau taxonomique 3).
Coût global d’un système : consommation énergétique (niveau taxonomique 3).

Temps consacré à la séquence d’apprentissage : 6 h00

Séquence réalisée en début de premier trimestre de Terminale.


Matériels nécessaire :
- Maquette e-traction.
- Multimètre.
- Pince ampèremétrique.

Travail en binôme.

Particularités :
- Travail avec accès de pièces sous tension (tension inférieure à 50 V).
- Formation à la sécurité électrique préalable conseillée.
- Formation aux appareils de mesure conseillée.

Etat de l’art sur les batteries.
Dès les débuts de l’automobile, le véhicule électrique fut sujet à réflexion (en photo la « Jamais contente » première automobile électrique à dépasser les cent km/h). Le problème récurent et encore actuel est « comment stocker une quantité d’énergie électrique suffisante dans le véhicule ». La solution utilisée de nos jours est l’accumulateur électrochimique.
L’accumulateur électrochimique.
Les accumulateurs électrochimiques sont des dispositifs destinés à stocker l’énergie électrique et à la restituer ultérieurement. C'est la modification chimique d'un mélange appelé "électrolyte" qui permet d'accumuler ou de restituer l’énergie électrique.
Caractéristiques générales des accumulateurs électrochimiques.
Tension ou FEM (Force Electromotrice) en Volts (V) : fixée par le potentiel d'oxydoréduction du couple électrochimique utilisé (exemple : plomb – acide), elle est de quelque volts pour une cellule. En pratique, comme des tensions plus élevées sont nécessaires (12V, 24V, …), il est nécessaire de mettre en série un certain nombre de cellules.
Charge électrique (ou capacité) en Ampère-heures (Ah) : la charge électrique peut s’assimiler à une quantité d’électrons. L’unité légale est le Coulomb (C) : 1 Coulomb est égal à 1 Ampère pendant 1 seconde.
L’énergie stockée en Wattheures (Wh). L’unité légale est le Joule (J) : 1 Joule est égal à 1 Watt pendant 1 seconde.
La puissance maximale en Watts (W) : que l’accumulateur peut fournir en pointe sans se détériorer. Cette puissance ne peut être maintenue sans risque. Une équivalence à la puissance maximale est le débit maximum en Ampères (A).
L’impédance interne en Ohms (&!) : elle est assimilée à une résistance pure et limite le courant de décharge en transformant en pertes joules une partie de l énergie restituée.
Le courant de charge en Unité de Charge (C) : c est le rapport entre le courant de charge en A et la capacité en Ah. Le courant de charge est aussi exprimé en A. En général, c’est aussi le courant nominal de décharge de l’accumulateur.
L’énergie spécifique en Wattheures par kilogramme (Wh/kg) : est la quantité d’énergie que peut restituer l’accumulateur par rapport à sa masse. On parle aussi de densité massique en Ampère-heures par kilogramme (Ah/kg).
La densité d’énergie en Wattheure par litre (Wh/l) : est la quantité d’énergie que peut restituer l’accumulateur par rapport à son volume. On parle aussi de densité volumique.
L’état de charge SoC (State of Charge) en % : exprime la capacité disponible de la batterie.
La profondeur de décharge DoD (Deep of Discharge) en % : exprime la capacité consommée de la batterie.
Valeurs numériques mettre SoC et DoD
Les différentes technologies.
L’accumulateur acide-plomb.
Electrodes :
Cathode (borne +) : Bioxyde de plomb (PbO2)
Anode (borne -) : Plomb (Pb)
électrolyte : Acide sulfurique (H2SO4).
Tension de base de cellule : 2 V.
Variation entre 1,75 V et 2,15 V.
Utilisation : Batterie auxiliaire et de démarrage automobile rechargée par un alternateur, Engins de manutention et petits véhicules (poids < 600 kg), stockage de l'énergie produite par intermittence, comme l'énergie solaire ou éolienne, …
Inconvénients majeurs : cause de dégradation si décharge complète, oxydation des électrodes si manque d’électrolyte.

L’accumulateur Nickel-Cadmium.
Electrodes :
Cathode (borne +) : hydroxyde de nickel
Anode (borne -) : hydroxyde de cadmium
électrolyte alcalin : hydroxyde de potassium (KOH) : potasse, soude et lithine
Tension de base de cellule : 1,2 V.
Variation en entre 0,85 V et 1,3 V.
Utilisation : premières versions des véhicules électriques, ferroviaires, systèmes de secours avionique, matériel électroportatif, …
Interdit depuis 2006 pour les applications portatives.
Inconvénients majeurs : Mauvaise tenue dans le temps sans utilisation, effet mémoire.

L’accumulateur Nickel-Métal Hydrure.
Electrodes :
Cathode (borne +) : hydroxyde de nickel
Anode (borne -) : hydrure métallique + hydrogène
électrolyte alcalin : hydroxyde de potassium (KOH) : potasse, soude et lithine
Tension de base de cellule : 1,2 V.
Variation en entre 0,9 V et 1,35 V.
Utilisation : véhicules électriques et hybrides, matériel électroportatif, …
Inconvénients majeurs : Mauvaise tenue dans le temps sans utilisation, effet mémoire.
L’accumulateur Lithium.
Accumulateur Lithium-Ion :
Cathode (borne +) : Oxyde de Cobalt + Lithium
Anode (borne -) : Graphite + Lithium
électrolyte : sel de Lithium en solution dans un solvant organique
Accumulateur Lithium-Phosphate :
Cathode (borne +) : Phosphate de fer en général ou Magnésium
Anode (borne -) : Carbone
électrolyte : sel de Lithium en solution dans un solvant organique
Accumulateur Lithium-Polymère :
Cathode (borne +) : Oxyde de manganèse + Lithium
Anode (borne -) : Graphite + Lithium
électrolyte : Polymère + solvants + antioxydants …
Accumulateur Lithium-Métal Polymère :
Cathode (borne +) : Oxyde de vanadium, Polymère, Carbone
Anode (borne -) : Lithium métal
électrolyte : Polymère + sels de Lithium
Tension de base de cellule : 3,6 V.
Utilisation : équipements portables, proto et petite série de véhicules…
Avantages majeurs : aucun effet mémoire, faible autodécharge, pas de maintenance, batterie pouvant prendre des formes fines et variées (Lithium-Polymère), faible poids, plus de cycles de vie.
Inconvénients majeurs : l’électrolyte liquide présente des dangers si une fuite se produit et que celui-ci entre en contact avec de l'air ou de l'eau avec risque de brûlures ou d’explosions (Lithium-Ion), charge soumise à des règles strictes sous peine de risque d'inflammation (Lithium-Polymère), fonctionnement optimal à température élevée (Lithium-Métal-Polymère).
Séquence pédagogique 1 : choix d’une technologie en fonction d’un parcours et étude économique de la solution.
Objectif : à partir d’un profil de parcours, on demande de dimensionner l’énergie à embarquer dans le rack batteries du véhicule F-City, de choisir une technologie et de réaliser une étude économique.
Cahier des charges :
Masse du véhicule hors batterie : 400 kg
Puissance maximale batterie : 24 kW
Profondeur maximale de décharge : 80 %
Puissance moyenne accessoires (feux, chauffage, essuie glace,..) suivant utilisation : 250 W
Autonomie souhaitée : 100 km
Tension du rack : 72V DC



Trajet du parcours référence dans la ville de Montbéliard (25) d’une distance de 10,6 km et d’une durée de 23 minutes :

On donne ci-dessous la distribution de puissance relevée au niveau de l’essieu lors du parcours. Les puissances négatives correspondent aux phases de récupération d’énergie.
Distribution de puissance
 EMBED Excel.Chart.8 \s 
Le rendement de la chaîne d’énergie est identique quel que soit le mode de transfert de l’énergie et est égal à 77 %.
Calcul de l’énergie embarquée dans le rack batterie.
Calculer la puissance moyenne fournie par la batterie Pbat pour le parcours.






Calculer l’énergie nécessaire Wbat1 en kWh pour réaliser le parcours.



Dimensionner l’énergie Wbat2 nécessaire pour l’autonomie kilométrique désirée en prenant le même parcours et la même distribution de puissance.





En déduire l’énergie totale Wt (autonomie + accessoires) nécessaire.






Pour des raisons de garantie « constructeur », on tolère une profondeur de décharge maximale de 80%, calculer l’énergie Wrack du rack batterie.



Choix de la technologie du rack batterie.
Le choix technologique d’une batterie nécessite de connaître la puissance spécifique (W/kg) et l’énergie spécifique (J/kg).
On prendra l’énergie minimale du rack batterie égale à 14,4 kWh, calculer l’énergie spécifique Ws sachant que la masse est de 300 kg.



Connaissant la puissance maximale du rack batterie (cahier des charges), calculer la puissance spécifique Ps.


Le diagramme de Ragone ci-dessous permet de choisir la technologie des modules du rack batterie.

Placer le point de fonctionnement sur le diagramme ci-dessus et en déduire la technologie à employer sur le véhicule.



Choix d’une référence.
Le choix s’est porté vers une technologie Ni-Mh.
A l’aide de la documentation constructeur « Saft » page suivante, préciser la référence d’un module et indiquer le nombre à utiliser.





Etude économique.
Sachant que l’énergie électrique consommée par le véhicule pour une autonomie de 100 km est de 10,2 kWh, calculer le coût de l’énergie avec un prix du kWh égal à 11c¬ TTC.


Etant donné qu un véhicule urbain à moteur diesel consomme en moyenne 6 l pour 100 km et que le prix du carburant diesel est de 1,4 ¬ / litre, calculer le coût pour l autonomie souhaitée puis comparer votre résultat à la question précédente.





Modification de la technologie des accumulateurs.
Le constructeur souhaite proposer plusieurs versions afin de diversifier sa clientèle. On donne ci-dessous les caractéristiques d’accumulateurs de différentes technologies.
(On conserve l’autonomie de 100 km avec une énergie embarquée de 14,4 kWh).
Pb-acideNi/MH HEEnergie spécifique (Wh/kg)3560Puissance max (kW)2424Prix (¬ /kWh)150250
Calculer la masse des batteries pour les 2 cas.





Une des versions retenue par le constructeur est un véhicule à technologie Pb-acide. Quelles seront les incidences de ce choix par rapport au cahier des charges initial du véhicule.



















Voiture électrique pour la mobilité urbaine : Embarquer de l’énergie – les batteries- Lionel COMTET, Lycée Viette, Montbéliard Page  PAGE \* MERGEFORMAT 8


















Rack
batterie

Moteur

fin

début

Un courant de charge de 0,2 C correspond à 0,2 A pour une capacité de 1 Ah ou à 4 A pour une capacité de 20 Ah et dans les 2 cas à une charge de 5 h. Formule

Q = I x t
Q en Ah, I en A et t en h
1 Ah = 3600 C




W = U x I x t
W en J, U en V, I en A et t en s
1 Wh = 3600 J


P = U x I
P en W, U en V et I en A




 HYPERLINK "http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Jamais_contente.jpg" 

(kW)

SoC = 100 - DoD





Hawker (C5) : 35 Wh/kg, 90 Wh/l

Saft Ni-Cd (0,3 C) : 80 Ah, 6 V, 63 Wh/l, 43 Wh/kg



Saft Ni-Mh (0,3 C) : 137 Wh/l, 66 Wh/kg, 150 W/kg



Valence technology : Lithium-Phosphate 148 Wh/l, 91 Wh/kg




































































Masse totale avec batterie NiMh : 640 kg 100 km autonomie
Masse totale avec batterie Pb : 810 kg 79 km autonomie (même parcours, mêmes conditions)
Le Plomb-acide coûte moins cher que le NiMh mais l’autonomie diminue du fait de l’augmentation de masse.


Pb acide : m = 410 kg
Ni-MH : m = 240 kg


Coût voiture diesel = 8,40./N[tˆ‹ŒŽý  + / 1 2 3 4 5 … ‡ ˆ ‰ £ ¤ ¥ èÜÍÉŵ§–’ŽŠ†Š‚†~Š‚zvzv‚†r‚nznjbjWbjhÏxUjhÏxUhÏxh¦Óhä\³he7yhì_Ùh”vZh¿"œh}o§h¤Y3hw>áhõYç hcOhªYCJ`OJQJ^JaJ`hªYCJ`OJQJ^JaJ`jhªYUmHnHtH uhDHShªYh4hªYCJOJQJaJhOCJ`OJQJaJ`.jhªYCJ`OJQJUaJ`mHnHtH u"./MN4 5 © ª ¬ ­ Å óîìßßÒÈÒ¾Ò´Òª ›‹#
& F„„äþ^„`„äþgdõYçgd5hð dð¤gd¤Y3 dð¤gd¹Xå dð¤gd¦Ó dð¤gd¿"œ dð¤gdõYç
& Fdð¤gdwk¼ $dð¤a$gdªYgdªY #
& F„^„gdÇJ¥ § ¨ © ª « ¬ ­ ® ¯ ° ± ² Å Ô ˜
™
š
ã
ä
ú
 ' öîêæÖÒ꾺¨‘º†~sk_kQF;hÍ?5>*OJQJhõYç5>*OJQJh
,™hõYç5>*OJQJhõYç5>*OJQJ\hõYçOJQJh;S9hõYçOJQJhã
*OJQJ\he7yOJQJhõYç5>*OJQJ\hõYçOJQJhǃhã
*CJOJQJ^JaJ&hÜÇhDHS5>*CJOJQJ^JaJhøcehDHS6OJQJ^JaJ,+-+.+/+7+M+T+e+f+i+{+|+}+€+ƒ+„+ïÜÄ´¥™´{¥oWK?Wh8OJQJ^JaJhe7yOJQJ^JaJ.jhhQ›OJQJU^JaJmHnHtH uhDHSOJQJ^JaJ"hÜÇhDHS5H*OJQJ^JaJh7OJQJ^JaJhÂT|OJQJ^JaJhÜÇhDHSOJQJ^JaJhÜÇhDHS5OJQJ^JaJ.jhe7yOJQJU^JaJmHnHtH u%h7hy)å5*CJPJ^JaJh7hy)å5>*B*aJph„+…+†++£+¤+¨+¯+É+Ê+Ë+Î+Ï+Ð+Ü+ç+è+ì+í+ü+ ,,_,`,e,f,g,èÛ˼˪¼ž¼’†nèۼ˪¼ž¼ž¼’†nS4jh8h8OJQJU^JaJmHnHtH u.jhmCOJQJU^JaJmHnHtH uh8OJQJ^JaJhÜÇOJQJ^JaJhLX@OJQJ^JaJ"hÜÇhÜÇ5H*OJQJ^JaJhÜÇhÜÇOJQJ^JaJhÜÇhÜÇ5OJQJ^JaJhLX@5OJQJ^JaJ.jh8OJQJU^JaJmHnHtH ug,i,q,ƒ,„,†,«,¬,±,²,³,´,--!-,---2-D-E-ñáÒ°Ҥ˜‰oUGÒÂÒ°Ò9hÜÇCJOJQJ^JaJhÜÇhÜÇOJQJ\^J2jh8CJOJQJU^JaJmHnHtH u2jhmCCJOJQJU^JaJmHnHtH uhÜÇh8OJQJ^JaJh8OJQJ^JaJhÜÇOJQJ^JaJ"hÜÇhÜÇ5H*OJQJ^JaJhÜÇhÜÇ5OJQJ^JaJhÜÇhÜÇOJQJ^JaJhÜÇhÜÇ5OJQJ\^Jh8hÜÇOJQJ\^Je,¬,­,®,¯,°,±,²,D-E-F-G-q-í-t.v.w.x.è.é.ê.ôììììììôäääÒÆ»ìì컳³$a$gdDHS $
& F
a$gdÁ 6 $„7`„7a$gdy)å$
& F
d¤Èa$gd«fm$$a$gdÜÇ$a$gd8 $
& F!a$gdê!E-G-a-o-p-q-í-î-../.7.8.M.N.P.s.òãÑÁ®ž†xiYJi:(i"hy)åhy)å5H*OJQJ^JaJhy)åhy)å5OJQJ^JaJht#hy)åOJQJ^JaJh8hy)å5OJQJ^JaJhy)åhy)åOJQJ^JaJhy)åhy)åOJQJ\^J.jhhoOJQJU^JaJmHnHtH uhøcehy)å6OJQJ^JaJ%h7h«f5*CJPJ^JaJh7h«f5>*B*aJph#h7h«f5>*B*^JaJphh«f5>*B*^JaJphh8CJOJQJ^JaJs.t.u.x.y.z.Â.Ã.Ë.Ì.ä.å.æ.è.é.ê.ôÜк¤–‡wh‡XF‡*B*aJphh$}õ5>*B*^JaJphhho^JaJhDHS^JaJ&jhªcU^JaJmHnHtH u44444484å41525;5D5÷÷÷÷÷åÙ÷ÐÂÂ$¤x$Ifa$gd.
$Ifgd.
$„7`„7a$gdª,š$
& F
d¤Èa$gd$}õm$$a$gdDHS D5E5`5c5f5laSS$¤x$Ifa$gd.
¤x$Ifgd.
’kd”h$$If–FÖ”ÖÖFª/ b”…
ÿÿÿÿÿÿÿÿ32
t Ö0ö6ööÖ ÿÿÿÿÿÿÖ ÿÿÿÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿ4Ö4Ö
laöyt.
f5g5z5}5€5laSS$¤x$Ifa$gd.
¤x$Ifgd.
’kdYi$$If–FÖ”¥ÖFª/ b”…
32
t Ö0ö6ööÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿ4Ö4Ö
laöyt.
€556"6*6laSS$¤x$Ifa$gd.
¤x$Ifgd.
’kdj$$If–FÖ”šÖFª/ b”…
32
t Ö0ö6ööÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿ4Ö4Ö
laöyt.
*6,6.66”6–6˜6š6œ68ldYQQQQQY$a$gdè $
& F
a$gdÁ 6$a$gdDHS’kdÇj$$If–FÖ”šÖFª/ b”…
32
t Ö0ö6ööÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿ4Ö4Ö
laöyt.
.606‚6„6Ž66’6š6œ6ž6à7ð7888888 888èÙÍÙÁ©Ž}ododoÙSNID>
hùlÆaJ hªc\ hè\ hîvð\!jhªcU\mHnHtH uhîvðOJQJ\^JhîvðhîvðOJQJ\^J!jhèU\mHnHtH uhîvðhèOJQJ^JaJhèOJQJ^JaJ.jhªcOJQJU^JaJmHnHtH uhîvðOJQJ^JaJh!tƒOJQJ^JaJhîvðhîvðOJQJ^JaJ.jhèOJQJU^JaJmHnHtH u888 8
8 8 8
88888888888!8"8Í8Î8Ï8Ð8Ñ8÷÷÷÷÷÷÷÷÷÷ïåãåãåãåãÑÏããã
Ƹp#B$d
NÆb$# gdªY dð¤gdƒ!‚#
& FgdùlÆ$a$gdDHS888888888888 8"8P8w8¥8¦8¬8±8²8É8Ê8ãÇ«‰}}}}oaoPoP;P;)jhßvAhªYCJOJQJU^JaJ hßvAhªYCJOJQJ^JaJhÇJCJOJQJ^JaJhªYCJOJQJ^JaJh2šjh2šU
h1/®aJ7jÒõhîvh2š5' dð¤gdb dð¤gdw/ ; ;;; ;";(;2;3;4;5;7;I;L;a;h;j;p;q;µ;^