Td corrigé Combustion - Eduscol pdf

Combustion - Eduscol

Dans le contexte de la réaction à la réforme des Mathématiques Modernes ...... d' exercices corrigés, annales d'examen, banques d'exercices en ligne) dans ...... Espinoza & Gascón 2003) ; l'expression « OM incomplète » (Bosch, Fonseca ...




part of the document




COMBUSTION

INTRODUCTION : Pourquoi la combustion ?

- Pour produire de la chaleur et la transmettre à des installations d’eau chaude, à partir d’énergie fossile.

ssPrenons le cas d’une chaudière mixte, équipée d’un brûleur.



















GENERALITES
11. Définition
La combustion est une réaction chimique d’oxydation exothermique.

Combustible + Comburant Produits de Combustion +Chaleur
Gaz ,bois... Air CO2 , H2O, N2, …

12. Nature et composition de l’air comburant
Le comburant est l’air atmosphérique dont la composition est la suivante :

Oxygène : O2 Dioxyde de carbone : CO2
Azote : N2 Gaz rares : Néon, Krypton…

En combustion, pour déterminer les quantités d’air théoriques, on utilise les pourcentages suivants :

% en Masse% en VolumeO22421N27679
13. Caractéristiques des combustibles

La composition générale des combustibles courants est donnée ci-dessous :

On distingue les combustibles suivants accompagnés de leurs compositions générales :

SOLIDELIQUIDEGAZ HydrocarburesConstituantsC, H2O, CendresC ; H2 ; SMélanges CnHm, N2, CO2Combustibles courantsCharbons, Anthracites, BoisFioul Domestique
Fiouls Lourds n°1 et 2Gaz naturels, Butane et Propane commerciaux, Air propané
Exemple : gaz naturel = CH4 majoritairement

Bois « sec » : en moyenne 19% d’eau, 1% de cendres, 40% de Carbone, 5% d’Hydrogène, 35% d’Azote et d’Oxygène, mais la teneur en eau peut varier de quelques pour cents.

14. Produits de combustion (fumées)

Les produits de combustion (fumées) sont constitués de :


Principalement : Eventuellement :
4.Oxyde de soufre SO2
1. Dioxyde de carbone : CO2 5. Oxygène : O2
6. Monoxyde de carbone :CO
2. Vapeur d’eau : H2O 7. NOx : NO, NO2
3. Azote : N2 8. Hydrogène libre : H2
9. Imbrûlés solides ou gazeux


La présence et le pourcentage de ces constituants présents dans les produits de combustion permettront :
a) De définir le type de combustion
b) D’envisager les risques potentiels : - d’asphyxie pour les personnes
de corrosion du matériel (chaudière, conduit de fumées)
de pollutions atmosphériques
c) D’affiner les réglages du brûleur et d’améliorer les rendements.

Compléments sur les NOx (Oxydes d’azote)

L’azote de l’air reste globalement neutre dans la combustion. Une infime partie est oxydée.Ils ne sont pas pris en compte dans les équations de combustion classique, mais sont à l’origine des pluies acides par formation d’acide nitrique. C’est pourquoi des textes de loi limitant les rejets de NOx existent selon le combustible et la puissance.

15. Les différents types de combustion

Il ne suffit pas de mettre en présence un combustible, de l’air et une étincelle pour réaliser une bonne combustion : Selon la quantité d’air, les réglages de l’appareil de combustion, la cheminée…, la combustion sera de plus ou moins bonne « qualité », c'est-à-dire :
- Sans produit toxique pour l’homme ou l’environnement dans les fumées
- Avec un bon rendement

C’est pour cette raison que l’on étudie les différents types de combustion

La combustion est complète si la totalité du combustible est oxydée. A contrario elle est incomplète s’il y a présence de combustible dans les fumées, ou si certains composants sont partiellement oxydés (ex : CO)

La combustion est dite stœchiométrique, neutre ou théorique si l’air comburant est en quantité suffisante et strictement nécessaire à la combustion complète de l’unité de combustible. Les fumées ne contiennent pas d’oxygène.

La combustion est oxydante ou en excès d’air si une partie de l’air comburant est utilisé pour l’oxydation du combustible, l’autre partie se retrouvant dans les fumées.

La combustion est dite réductrice ou en défaut d’air si le volume d’air admis pour la combustion de l’unité de combustible est inférieur au volume d’air stœchiométrique ; l’oxygène y est néanmoins totalement utilisé donc pas de présence d’O2 dans les fumées, mais il y a formation de monoxyde de carbone (CO).


Sans entrer dans les formules chimiques de combustion, il est indispensable de connaître les paramètres de combustion suivants :
- Les pouvoirs calorifiques des combustibles

Les Pouvoirs Calorifiques :


Le pouvoir calorifique d’un combustible est la quantité de chaleur dégagée par la combustion complète, sous la pression atmosphérique normale, de l’unité de combustible, celui-ci ainsi que les produits de combustion étant à 0 °C.

( Notation : PC
( Unité : [kJ/kg(n) de combustible] ou [kJ/m3(n) de combustible]
( Remarque : (n) signifie que toutes les réactions se produisent dans les conditions normales de température et de pression.

Le pouvoir calorifique est dit inférieur (PCI) quand l’eau résultant de la combustion de l’hydrogène et des hydrocarbures est supposée à l’état de vapeur dans les produits de combustion.

Le pouvoir calorifique est supérieur (PCS) quand cette eau de combustion est ramenée à l’état liquide dans les fumées.

Lv=2500 kJ/kg aux CNTP

Masse d’eau contenue dans les fumées
Elle dépend de la quantité d’hydrogène présente dans le combustible

Exemple : m(H2O) = 1,6 kg dans les fumées pour la combustion de 1 m3(n) de gaz naturel

Quelques PCI/PCS
Gaz naturel : PCI et PCS d’environ 10.2 kWh / m3(n) et 11.3 kWh / m3(n)
Fioul domestique : PCI et PCS d’environ 10 kWh / l(n) et 11 kWh / l(n)




LA COMBUSTION REELLE
31. Définition
La combustion stœchiométrique est la base des calculs théoriques en combustion. Les analyses réalisées ou les résultats fournis d’une combustion réelle, d’un combustible de composition connue, vont permettre de la définir précisément, par comparaison avec les résultats de la combustion neutre. Ainsi, par rapport à la théorie, on pourra définir :
La combustion en excès d’air
La combustion en défaut d’air
En pratique, c’est l’analyse des fumées sur site qui donnera les renseignements techniques nécessaires à la définition de la combustion réelle.
32. La combustion en excès d’air
On parlera de « combustion en excès d’air » chaque fois que l’on détectera la présence d’oxygène dans les produits de combustion. L’excès d’air peut résulter soit d’un réglage du volet d’air au niveau du brûleur (brûleur à air soufflé), soit d’une impossibilité à régler l’arrivée d’air (brûleur atmosphérique). Cet excès d’air est indispensable pour une combustion complète
L’air en excès impliquera :
une augmentation des pertes par les fumées,
une diminution du rendement de la chaudière.

Ainsi cette augmentation entraînera un accroissement des dépenses énergétiques sur une saison de chauffe (consommation de combustible plus importante), qui restent non négligeables même pour de petites puissances de chaudières.


On caractérise l’air en excès par le facteur d’air Fa ou taux d’aération n en utilisant la relation suivante :

 EMBED Equation.3  soit  EMBED Equation.3 

Avec : Va : Pouvoir comburivore [m3(n) d’air / unité de combustible]
VEA : Volume d’air en excès  [m3(n) d’air en excès / unité de combustible]

Nota : Généralement « n » est fourni par les relevés réalisés sur site à l’aide d’analyseurs de fumées.

 EMBED Equation.3 


Pourcentage d’excès d’air EA% : EA% = (n-1)*100





33. Le Diagramme d’OSTWALD

Pour caractériser facilement la qualité de la combustion d’une installation, on mesure les taux ( CO2 et ( O2 dans les fumées, à l’aide d’un analyseur de fumées.

Ensuite, le diagramme permet d’obtenir en fonction du ( CO2 mesuré et du ( O2 mesuré :
Le type de combustion réelle
Le % d’excès d’air ou de défaut d’air
Le ( CO (s’il y a lieu)

Il est défini pour un combustible donné, l’axe des abscisses représente le ( O2 et celui des ordonnées représente le ( CO2. Il comporte en général :
La droite des combustions oxydantes (( CO = 0%) graduée en excès d’air,
Une graduation en défaut d’air sur l’axe vertical (( O20%),
Le point représentatif de la combustion neutre (( O2=0% et ( CO = 0%) pour ( CO2max,
Les droites d’égale teneur en CO (( CO = cte) parallèle à la droite des combustions oxydantes,
Les droites d’égal excès ou défaut d’air

Les diagrammes d’OSTWALD sont applicables à tous les combustibles, ils sont insensibles aux teneurs en eau et en cendres des combustibles solides, mais ne sont plus utilisables si la teneur en imbrûlés solides dépasse 3%. Les diagrammes pratiques sont limités à leur partie utile ((O2 U öö_öööö–kd$$IfT–FÖÖ\ºÿ; ¼y% ÿÿÿÿÿÿÿÿ ÿÿÿÿ  ÿÿÿÿS ÿÿÿÿj ÿÿÿÿ Ö0ÿÿÿÿÿÿö¿%ÖÿÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÿ4Ö
FaöŠT $$Ifa$U V l ˆ ™ ° é h_____ $$Ifa$–kd$$IfT–FÖÖ\ºÿ; ¼y%  ÿÿÿÿ ÿÿÿÿ ÿÿÿÿS ÿÿÿÿÿÿÿÿj ÿÿÿÿÿÿÿÿ Ö0ÿÿÿÿÿÿö¿%ÖÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÿ4Ö
FaöŠTé ê ë 

À
Á
å
æ
 hfdd_dddYf„Ä`„Ägd$1½–kd%$$IfT–FÖÖ\ºÿ; ¼y%  ÿÿÿÿ  S j  Ö0ÿÿÿÿÿÿö¿%ÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÿ4Ö
FaöŠT
#LlžÂïBCD®ÒWt¸¹âã=?fgt»Óýýýýøýýýýýýýýóóýñïñêñèññññgd$1½
& Fgd>&†œ ¤ÂÅÙÚáíîïòÿ¸¹Ðáãä?kŽÒ;?Ag‹«Ó 3;&†OJQJ^JmH sH #hŒ/ÝhH·H*OJQJ^JmH sH  hŒ/ÝhH·OJQJ^JmH sH h>&†OJQJ^JhH·OJQJ^JhH·H*OJQJ^J-ÓÔ ö÷ØÙƒ„»¼½>klˆ‰ŠpqƒÆEFúúúøøòøøøððððððèãðòòððððððgd¦
& FgduÑ„Ä`„ÄgduÑ%)2Øìõø „œ¦§ª¹uv ¡½klˆ‰st€‚…†¨¬±²ÅÈÉÕØñæñÜÖÊÖÊÖÆܶ©Ü¶ÜžÜÖܔÜƍ܀ܶ܀Üuæuhu܀ܩhH·5H*OJQJ^JhH·5OJQJ^J jàðhH·OJQJ^J h¦h¦huÑOJQJ^JhH·H*OJQJ^JhH·5OJQJ\^JhH·56OJQJ\]^JhH·hH·56\]^J
hH·^JhH·OJQJ^JhH·OJQJ\^JhH·6OJQJ\]^J(Ø]^fqtu'(),.z{|‰“”•–º»þÿ  CöëöÞÎÞöëöÞöÞÎÞöºö­£­•‡vlblXbXlbh…p¸OJQJ^JhuÑOJQJ^Jh¦ cOJQJ^J!h¦ ch¦ c5>*OJQJ\^JhuÑ5>*OJQJ\^JhDbŽ5>*OJQJ\^JhDbŽOJQJ^JhDbŽhDbŽOJQJ^J&jhH·OJQJU^JmHnHuhH·56OJQJ\]^JhH·6OJQJ]^JhH·>*OJQJ^JhH·OJQJ^Jz|”•ºÿXYj²ùúûüý!~›¹Ijù÷òòòíòíòííèòòòòàÞ÷ÍÍùÞ
& F „¹ „›þ¤P¤P^„¹ `„›þ
& Fgd¦gdZÍgduÑgdr¢„Ä`„ÄCDEWXYijx…’™šœ­®±²ÝãäçíôõøùñáñÓɹ©Ÿ•Ÿˆzˆm_mR•m•m•m•mEhuÑhZÍOJQJ^JhuÑhuÑOJQJ^JhZÍhZÍH*OJQJ^JhZÍhZÍOJQJ^JhZÍhuÑH*OJQJ^JhZÍhuÑOJQJ^JhZÍOJQJ^JhuÑOJQJ^JhZÍh…p¸5OJQJ\^JhZÍhuÑ5OJQJ\^Jh…p¸OJQJ^JhuÑh¦ cOJQJ\^JhuÑhuÑH*OJQJ\^JhuÑhuÑOJQJ\^Jùúüý!abIJj@ U ‹   £ Ä á f"v"z"‹"°"±"²"³"Æ"Ç"öéÜØÔØÊÀʼØʯʯʥ›Ê‹Ê‹ÊwÊiÊZjoG<
hH·OJQJUVjhH·OJQJU^J&jhH·OJQJU^JmHnHuhH·56OJQJ\]^JhÊ,¡OJQJ^JhZÍOJQJ^JhH·6OJQJ]^Jh”+~h%6íOJQJ^JhH·OJQJ^JhZÍhH·h…p¸h¦ cOJQJ^Jh…p¸hU?OJQJ^Jh…p¸OJQJ^Jjâ ÿ +!X!Y!=">"@"°"²"è"é"1#€##ê#ì#$$$8$9$:$;$*OJQJ^JhH·H*OJQJ^JhH·H*OJQJ^JjÎhH·EHìÿOJQJU^J,jN¦œ;
hH·OJQJUV^JmHnHuhH·OJQJ^JjhH·OJQJU^JjhH·EHäÿOJQJU^J"$'$($4$7$=$?$X$¹$º$½$¿$Â$Ã$Å$È$ü$ý$%3%4%7%8%F%G%I%J%S%T%š%›%û%ü%þ%ÿ%%&&&)&*&j&k&À&Á&Ã&Ä&ù&ðæÝÔæÐÌÈ¿¹²È¿¹²¹©¹£š£“£š£“£ŒææætæætææætæhH·H*OJQJ^J jgðhH·OJQJ^J h1AœhH·
hH·H*^J jgðhH·^J
hH·^Jh1Aœh1Aœ^J
h1AœH*^J
h1Aœ^J jgðh1Aœ^Jh1AœhH·h”+~hH·5\^Jh%6í5\^JhH·OJQJ^JhH·56OJQJ\]^J-=$X$Y$ü$ý$T%q%—%¯%°%E&&É&'}'¦'§'Ë( ) )8)Ä)D*E*ýøøøøóóóíçâââââççÙÐÐÇÇЄÄ^„Ägd]s„Ä`„Ägd‚u$„Ä`„Äa$
& F„Ä`„Ä„L^„L
& Fgd1Aœù&ú&ü&ý&''''''@'A'À(Á(Â(Ä(Ë(Ì(Ó(Ô(ê(ë(ì(í( )) )!)$)%)&)/)0)2)3)4)·)Ã)Ä)óéÞéóéóéÞéóéóéÞéÊé¼é¼­¼é›Ž‚yoyŽ‚yoyŽbŽh”+~h]sOJQJ^Jh”+~h1AœH*^Jh”+~h1Aœ^J jgðh”+~h1Aœ^Jh”+~h1AœOJQJ^J#h1Aœ5>*CJOJQJ\^JaJhfOJQJ^JmHnHujhH·OJQJU^J&jhH·OJQJU^JmHnHuhH·H*OJQJ^JhH·OJQJ^J jgðhH·OJQJ^J&Ä)D*E*G*h*i*j*˜*§*Ø*|+~+++ª+«+,óáϺ¨–Œ‚Œ‚xk\J@6h.ïOJQJ^Jh¦OJQJ^J#h°.Ðh¦>*CJOJQJ^JaJh”+~>*CJOJQJ^JaJh‚uh‚uOJQJ^Jh‚uOJQJ^Jh]sOJQJ^Jh>&†OJQJ^J#h‚u5>*CJOJQJ\^JaJ#h¦5>*CJOJQJ\^JaJ)h‚uh‚u5>*CJOJQJ\^JaJ#h”+~5>*CJOJQJ\^JaJ#h1Aœ5>*CJOJQJ\^JaJh”+~h]sOJQJ^JE*i*j*}+~++ª+«+,,-,C,D,W,X,Y,[,\,],^,¡,¢,Â,Ã,öôëôôâÙÙÙÙÙÙÙÙÙÙÙÙÐË¾Ë „„Ä^„`„Ägd™Sgd.ï„T^„Tgdr„h^„hgd¦„L^„Lgd”+~„Ä^„Ägd]s„Ä`„Ägd”+~,+,,,-,.,B,Y,Z,[,],^,_,b,c,u,¢,Ã,Ó,ë,öìâÔõŸŽµÃƒxm_âRA3h.ïOJQJ^JmHsH h.ïh.ïOJQJ^JmHsHh.ïh.ïOJQJ^Jh°.Ðh.ï>*OJQJ^Jhr>*OJQJ^JhÁHT>*OJQJ^Jh”+~>*OJQJ^J!h”+~h‚u5>*OJQJ\^J*j/ h”+~h”+~5>*OJQJU\^Jh‚u5>*OJQJ\^J!h‚uh‚u5>*OJQJ\^Jh”+~5>*OJQJ\^Jh.ïOJQJ^Jh¦OJQJ^Jh™SOJQJ^JÃ,ê,ë,ì, -4-5-©-ª-«-ì-..V.W.q.r.s.².ö.%/&/'/E/F/òííääääííÛäÒÒÒÒÒÒÒÒÒÒÒÛÒ„T^„Tgd.ï„T^„Tgd”+~„T^„Tgd™Sgd.ï „L„^„L`„gd™Së,ì,5-c-p-¨-©-ª-«-°-¿-ì-..
....W.b.e.l.m.òèÛÑǺ°£˜Š}Ç°è°sè°bTbFh.ïOJQJ^JmHsHh°.ÐOJQJ^JmHsH h.ïh.ïOJQJ^JmHsHh°.ÐOJQJ^Jh.ïh.ïOJQJ^Jh°.Ðh.ï>*OJQJ^Jh”+~>*OJQJ^JhÇT•hÁHTOJQJ^Jh.ïOJQJ^JhÇT•h.ïOJQJ^Jh™SOJQJ^JhÇT•OJQJ^JhÇT•hÇT•OJQJ^Jh]sOJQJ^JhÁHTOJQJ^JmHsHm.n.r.s.±.².Û.â.õ.ö./$/'/+/,/A/D/E/F/Ò/òäÖɼ²¥²˜²‹¼|m[L[ä?hrhrOJQJ^Jhr>*OJQJ^JmHsH#h°.Ðh.ï>*OJQJ^JmHsHhÁHT>*OJQJ^JmHsHh”+~>*OJQJ^JmHsHh‚uh]sOJQJ^Jh]sh.ïOJQJ^Jh]sh]sOJQJ^Jh]sOJQJ^Jh‚uh.ïOJQJ^Jh‚uh‚uOJQJ^JhÁHTOJQJ^JmHsHh.ïOJQJ^JmHsHh™SOJQJ^JmHsHF/Ñ/Ò/í/¥0¦0§0Ì0Í0è0é01&1F1g1h1i1p122>2@2B2®233öööíööööäööööÛÛÛööööööööö„T^„Tgd©@
„T^„Tgd™S„T^„TgdÃ*OJQJ^Jh°.ÐOJQJ^JhrOJQJ^Jh©@
OJQJ^Jh™Sh”+~OJQJ^Jh™Sh%6íOJQJ^Jh™Sh™SOJQJ^Jh©@
h”+~OJQJ^Jh%6íOJQJ^Jh©@
h%6íOJQJ^Jh™SOJQJ^Jh©@
h™SOJQJ^Jh©@
h°.ÐOJQJ^J#3
3ô3ö3ø344748494g4w44­4Â45 5
5$5­5®5Â5ß5öíöööö¿ööööööööööööööö-$„T$d%d&d'dNÆÿOÆÿPÆÿQÆÿ^„Ta$gd©@
„T^„Tgd©@
„T^„Tgd.ï414245464849444“4¬4­4¯4°4²4³4¾4À4Á4Â4ÿ455 5
5#5$5F5M5®5Â5Ä5à5
6"6#6$6óìèãÙÏÙÏóÏÙÏìèãÏèãÏÙÅÙÅ»ª™ó~p~óÏóeh©@
>*OJQJ^Jh©@
OJQJ^JmHsH hrhrOJQJ^JmHsHhrOJQJ^J!hrh‚u5>*OJQJ\^J!hrhr5>*OJQJ\^JhÁHTOJQJ^Jh‚uOJQJ^Jh©@
OJQJ^Jh°.ÐOJQJ^J h©@
H*h©@
h©@
h©@
h©@
h©@
OJQJ^J$ß5à5#6$6O6P66‚6777777277‘7’7¡7¢7Î7Ï7ï7öííäßÖßÉÄÄÄÄÄÄÄÄÄÄÄ¿ÄÄgdrgd°.Ð „L„^„L`„gd‚u„L^„Lgd‚ugd‚u„T^„TgdÁHT„T^„Tgd©@
„T^„Tgd.ï$6)6N6O6P66‚6²677777 77’7“7 7¢7£7ôæÛÐÃй¯Ã¥›‘ƒr›`K9ƒ#h™V5>*CJOJQJ\^JaJ)h™Vh™V5>*CJOJQJ\^JaJ#hÁHT5>*CJOJQJ\^JaJ!h™Vh™V5>*OJQJ\^JhÁHT5>*OJQJ\^Jh>&†OJQJ^Jh™VOJQJ^Jh°.ÐOJQJ^JhrOJQJ^Jh‚uOJQJ^Jh‚uh‚uOJQJ^Jh‚u>*OJQJ^Jh°.Ð>*OJQJ^Jh°.Ðh°.Ð>*OJQJ^JhÁHT>*OJQJ^J£7¿7Ì7Í7Î7Ï7Ù7ç7ï7ð7ô7û7ý7~88€8Š8˜8Ÿ8¿8À8Á8Æ8Ë8Í8Ø89R9S9îàÒÁ³—Š€Švl_³¨³¨³—U€H€v€lh±yhLaBOJQJ^Jh%6íOJQJ^Jh±yheNOJQJ^JhLaBOJQJ^JheNOJQJ^Jhöy¾OJQJ^Jh±yh¶*OJQJ\^Jhöy¾>*OJQJ^Jh±yhLaB>*OJQJ^J!h±yh™V5>*OJQJ\^Jh%6í5>*OJQJ\^Jhr5>*OJQJ\^J!h±yh¶*OJQJ\^Jï7ð7ü7ý78€8À8Á8Ì8Í8S9s9t99¼9½9å9æ9: :¬:­:Þ:ß:à:ö:÷:;úõúúúððõúúúúúëëúúúúëëëúúúúúgdöy¾gdLaBgd%6ígd°.ÐS9½9¾9Ñ9ä9å9ì9ó9ö9:: ::C:¬:­:Þ:ß:à:á:õ:ö:÷:;;%;*;+;V;öè×É×¼¯¥ö¼˜öŽöŽö˜èp_p¯˜¯R¯Rh±yh—jÎOJQJ^J!h±yh™V5>*OJQJ\^J!h±yhLaB5>*OJQJ\^Jh±yh±yOJQJ^JheNOJQJ^Jh±yh™VOJQJ^Jh%6íOJQJ^Jh±yhLaBOJQJ^Jh±yh¶*OJQJ\^J!h±yh¶*OJQJ\^JhÁHT5>*OJQJ\^Jhöy¾OJQJ^J;;+;V;W;~;;š;×;b>)>”?ž? ?£?¬?‚AƒA†AŽAüA¸BºBðBJDKDRDSDdDeDyDŽDDÀDÁDÂDÞEßEàEïÝ̹³¯¹¥¹³¹¥¹³¯³ž³•³Œ³•³ƒ|sls³Â_huoh·OJQJ^J hI-“huohI-“huoCJ huohuohuohuoCJ jDðhuoCJ jrðhuoCJ
huo5CJhuo5>*CJH*huo
huoCJhuo5>*CJhuoOJQJ^J h%h#h·CJOJQJ^JaJ#h%h#h·>*CJOJQJ^JaJ h%h#h0 CJOJQJ^JaJ!¦>´>µ>¶>F?G?i?v??“?”?ž?Ÿ?«?¬?4@5@Ë@Ì@NAOAA‚Aîééàé×ÏÏÏéÊéééÂéÂéÂéÂé
& Fgduogduo
& Fgduo„h`„hgduo„Ä`„Ägduogduo
& F
Æh,„,^„,gduo‚AŽAAüA¸B¹BºBÉBåBðBñBôBöBúúúõúúìììlììkd|} $$If–FÖÖFºÿ†
¶´#Ì
0
þ Ö0ÿÿÿÿÿÿöÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿ4Ö
Faö $Ifgduogduogduo öBùBúBýBCCövööökd-~ $$If–FÖÖFºÿ†
¶´#Ì
0
þ Ö0ÿÿÿÿÿÿöÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿ4Ö
Faö $IfgduoCCC
C
Cvvv $IfgduokdÞ~ $$If–FÖÖFºÿ†
¶´#Ì
0
þ Ö0ÿÿÿÿÿÿöÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿ4Ö
Faö
CCC†C‡C;D