Td corrigé Physique/Troisieme/Mecanique/Cours/Chap1-meca-prof3.doc pdf

Physique/Troisieme/Mecanique/Cours/Chap1-meca-prof3.doc

Mouvement et vitesse. ... II ) Décrire un mouvement dans l'espace (Voir livre p 172) : .... Exercice 1 : Une voie de chemin de fer et une route sont parallèles et ...




part of the document



e. On l’appelle référentiel. L’objet en mouvement s’appelle le mobile.

Dans la vie courante, le référentiel qui nous permet de décrire un mouvement est généralement le sol : c’est le référentiel terrestre.

Lorsqu’on marche dans une rue, on est en mouvement par rapport au référentiel terrestre ; lorsqu’on dort, on est au repos par rapport à ce même référentiel. Certains satellites appelés géostationnaires se situent toujours au-dessus du même point terrestre car ils effectuent avec la Terre un tour complet en 24 heures : ils ont donc l’air immobiles pour un observateur terrestre fixe.

Conclusion :

L'état de repos ou de mouvement d'un objet est décrit par rapport à un autre objet qui sert de référence (le référentiel).

L’étude de trajectoires :

Définition :

La trajectoire d'un point d'un mobile est l'ensemble des positions occupées par ce point lors du mouvement du mobile. (Voir Doc. 2 p172 : trajectoire de
l'extrémité A du club de golf lors du mouvement du club).
Lancer du poids :

Étudions un lancer de poids : dans le référentiel terrestre, le centre du poids prend, à des intervalles de temps réguliers, des positions successives dans l’espace. La trajectoire dépend d’un certain nombre de facteurs : la vitesse initiale et l’angle du lancer, la masse du poids.
La trajectoire suivit par le poids s’appelle une parabole.



Remarque :

Lors de son parcours, le poids prend des positions bien déterminées au cours du temps. Ce ne seront pas les mêmes positions si les conditions du lancer diffèrent (ici l’angle n’est pas le même).

Balle qui roule :

Tous les points d’un objet ne décrivent pas forcément la même trajectoire. Prenons l’exemple d’une balle qui roule : par rapport au sol, la trajectoire du centre de la balle est une droite, tandis que la trajectoire d’un point de la surface de la balle est une courbe appelée cycloïde.




Remarque :

En physique, un corps quelconque est assimilé à un point.
Travaux pratiques : étude du mouvement d’un objet :
Le graphique ci-dessus a été obtenu en déplaçant un objet plat devant un capteur de distance relié à un ordinateur. La courbe obtenue à l’écran est représentée ci-dessous.
La distance indiquée en ordonnées correspond à la distance entre le capteur et l’objet.

En examinant ce graphique, décrivez le plus précisément possible le mouvement de l’objet en remplissant le tableau (voir exemple pour la première partie du « mouvement »)

Durée de la phase (de … s à …. s)Description du mouvementDe l’instant 0 à l’instant 0,5 sl’objet est immobile à 1,17 m environ du capteur













II ) Décrire un mouvement dans l’espace (Voir livre p 172) :

La translation (p 172) :

L’ascenseur se déplace dans le référentiel terrestre de bas en haut ou de haut en bas : si on veut décrire le mouvement d’un ascenseur, il faut donc commencer par donner un sens à la trajectoire.
Si on observe n’importe lequel des points de l’ascenseur, on constate que sa trajectoire est une droite : c’est une trajectoire rectiligne.

Prenons maintenant deux points quelconques de cet ascenseur : le segment qui les relie conserve la même direction pendant tout le parcours : il en est de même pour n’importe quelle autre droite passant par deux points de l’ascenseur. Cette condition définit le mouvement de translation.



Un ascenseur qui monte a donc un mouvement de translation rectiligne de bas en haut.

Autre définition :

Un mobile effectue un mouvement de translation si n'importe lequel de ses segments se déplace en conservant la même direction. (Voir doc. 3 p 173)

Remarque :

Les cabines d’une grande roue ont bien un mouvement de translation mais leur trajectoire est circulaire par rapport au sol. Il s’agit ici d’un mouvement de translation circulaire et non pas rectiligne comme précédemment !

La rotation (p 173) :

Un autre mouvement très courant est celui de rotation ; dans la remarque ci-dessus, on vient de voir qu’il ne suffit pas simplement que l’objet tourne pour qu’il effectue un mouvement de rotation.

Étudions le mouvement d’un disque qui tourne autour d’un axe fixe par rapport à la Terre. Au cours du mouvement, on constate que le centre du disque n’est animé d’aucun mouvement et que deux rayons quelconques de ce disque balaient le même arc de cercle pendant le même intervalle de temps : cela définit un mouvement de rotation.



Autre définition :

Un mobile effectue un mouvement de rotation si tous ses points décrivent des arcs de cercle centrés sur l'axe de rotation. (Voir doc. 4 p 173)

Le mouvement des planètes :

— Toutes les planètes tournent autour de leur axe de façon uniforme mais à des vitesses différentes : 24 heures environ pour la Terre, 9,8 heures pour Jupiter, 243 jours pour Vénus (dans le sens inverse des autres planètes), etc.
— Toutes les planètes (sauf Mercure et Pluton) décrivent leur trajectoire dans un même plan : le plan de l’écliptique.
— Les trajectoires des planètes autour du Soleil sont elliptiques (et non circulaires comme on le croyait autrefois) et leur mouvement n’est pas uniforme : leur vitesse augmente lorsqu’elles s’approchent du Soleil.
— La durée de révolution des planètes autour du Soleil dépend de leur distance à cet astre : de 0,24 année pour Mercure à 247,7 années pour Pluton.
— Les satellites (naturels et artificiels) décrivent autour de leur planète des trajectoires semblables à celles des planètes autour du Soleil.


III) La vitesse (Voir livre p 173) :

Le record du monde du 200 m établi en 1996 par Michael Johnson lors des jeux Olympiques d’Atlanta est de 19,32 s. À quelle vitesse a-t-il parcouru cette distance ?

Réponse : il suffit de diviser la distance parcourue par la durée du parcours. Mais quel type de vitesse obtient-on alors ? Est-ce la même vitesse qui est indiquée par le compteur d’une voiture ?

La vitesse moyenne :
La formule :

Lorsqu’on demande à quelle vitesse un coureur a parcouru une distance donnée, c’est la
vitesse moyenne qu’il faut calculer. Ainsi, la vitesse de Michael Johnson pendant sa course fut :
v (moyenne) =  EMBED Equation.3  mètres par seconde.
d est exprimée en mètres (m), t en secondes (s) et v en mètres par seconde (m/s)

Il s’agit de la vitesse moyenne par rapport au sol à laquelle Michael Johnson a effectué son 200 m.

Les unités :

L’unité de vitesse la plus couramment utilisée est le kilomètre par heure (km/h) ; c'est l'unité usuelle mais ce n'est pas l'unité légale (m/s). Sachant qu’une heure équivaut à 3 600 s et qu’un km est égal à 1 000 m, il est facile de calculer la correspondance entre les deux unités :
 EMBED Equation.3  donc 1 km/h = (1/3,6) m/s ou 3,6 km/h = 1 m/s
1 m/s = 3,6 km/h,
1 km/h = 1/3,6 m/s.
La vitesse de Michael Johnson était donc de 10,35 × 3,6 = 37,26 km/h.

Quelques vitesses :
La vitesse atteinte par le plus rapide des coureurs de 200 m n’est pas très importante si on la compare à celle d’autres êtres vivants. En effet, si nous dépassons allègrement la tortue (0,3 km/h), nous sommes loin du guépard (le mammifère le plus rapide : 110 km/h) et de l’aigle (160 km/h).
D’autres vitesses sont intéressantes à connaître :
— le TGV : 300 km/h,
— le son dans l’air : 1 224 km/h,
— le Concorde : 2 500 km/h,
— la lumière dans le vide : 300 000 km par seconde (mais il ne s’agit plus du déplacement d’un objet) !



Exercice 1 : Une voie de chemin de fer et une route sont parallèles et rectilignes. Sur la voie de chemin de fer un train circule à la vitesse régulière de 75 km/h par rapport au sol et dans le sens (a). La voiture, dans une première phase, roule dans le même sens que le train à 90 km/h par rapport à la route. Dans une deuxième phase, la voiture s’arrête. Dans une troisième phase, elle repart dans le sens contraire du train ( sens (b) ), à la vitesse de 40 km/h.

 EMBED Visio.Drawing.4 

1) Pour un observateur qui est dans le train, préciser ce qu’il voit, dans chacune des trois phases, pour la voiture et sa vitesse.

phase 1phase 2phase 3sens ( a ou b )v ( km/h )
2) Pour un observateur qui est dans la voiture, préciser ce qu’il voit du train et de sa vitesse.

phase 1phase 2phase 3sens ( a ou b )v ( km/h )

La vitesse instantanée :

Durant son record du monde, Michael Johnson avait une vitesse moyenne de 37,26 km/h. Cela ne signifie pas qu’à chaque instant de la course, il possédait cette vitesse .
A chaque instant de la course, il possédait une vitesse différente qu’on appelle vitesse instantanée : nulle au début de la course, elle a augmenté au fur et à mesure. C’est ce type de vitesse que mesure le compteur de la voiture ou le radar des gendarmes et dont il faut respecter les limitations sur la route.



Le mur du son franchi sur terre :

Sur le Lac Salé ( USA ), asséché depuis 10 000 ans et appelé aussi désert de Black Rock, le 15 octobre 1997 à 10 h 04, la Thrust S.s.c a été le premier engin terrestre à franchir le mur du son. Son exploit a duré 72 s et a du être renouvelé moins d’une heure après pour être homologué. Après 64 essais infructueux, la Thrust S.s.c a atteint Mach 1,020 soit une vitesse de 1227,715 km/h.
Cet engin a été conçu par Richard Noble et a été piloté par l’anglais Andy Green, chef d’escadrille de la R.A.F diplômé d’Oxford et recruté parmi 2000 candidats.

Pour mettre au point la Thrust S.s.c, 200 000 h de travail ont été nécessaires. L’engin mesure 16,5m et pèse 6,8 tonnes. Il est propulsé par 2 réacteurs d’avion de chasse Rolls-Royce développant une puissance de 108000 chevaux soit l’équivalent de 145 monoplaces de formule 1 et il consomme 18,18 L de kérosène par seconde.

Le mur du son avait été franchi pour la première fois dans les airs par Chuck Yeager dans son avion fusée X-1 50 ans auparavant.

Comment adapter sa vitesse sur la route ? (Voir livre p176) :

L’impression de sécurité dans une voiture est souvent trompeuse. Il suffit qu’un problème se présente sur la route pour malheureusement s’en rendre compte. Comment utiliser la voiture de la manière la plus raisonnable possible ?
Pour répondre à cette question imaginons la situation ci-dessous. Prenons le cas de deux conducteurs : le conducteur 1 roule à une vitesse autorisée de 80 km/h et le conducteur 2 à la vitesse trop élevée de 120 km/h. Soudain, ils aperçoivent à 100 m un arbre tombé sur la route. À partir de ce moment comment vont-ils réagir ?
Premier réflexe : freiner !

Ceci ne se fait pas instantanément mais nécessite un temps de réaction qui est estimé pour un conducteur attentif à environ 1 s. Comme leur vitesse est différente, la distance parcourue pendant ce temps de réaction est différente : le conducteur 1 parcourt 26 m avant de commencer à freiner tandis que le second parcourt 39 m.

Cette distance s’appelle la distance de réaction (DR). Celle-ci dépend de la vitesse du véhicule mais aussi de l’état d’attention du conducteur qui peut être amoindri si celui-ci a bu, pris des médicaments ou est fatigué.

À partir du moment où les conducteurs appuient sur le frein, quelles distances vont-ils parcourir ?
La voiture 1 freinera sur 36 m et la voiture 2 freinera sur 81 m. (Les calculs font intervenir des formules que nous ne pouvons pas encore démontrer)

La distance de freinage (DF) dépend donc de la vitesse du véhicule, de l’état des freins et des pneus mais aussi et surtout de l’état de la chaussée ; une route mouillée rend la distance de freinage environ deux fois plus grande !

La voiture 1 s'arrêtera donc sur 62 m et évitera l’arbre (distance d’arrêt = 26 + 36 = 62 m).
La voiture 2 s'arrêtera donc sur 120 m et n’évitera pas l’arbre (distance d’arrêt = 39 + 81 = 120 m).

La distance d’arrêt (DA = DR+ DF) (somme de la distance de réaction et de la distance de freinage) d’un véhicule dépend donc d’un grand nombre de facteurs.

Celle-ci peut être trop grande pour éviter un obstacle si la vitesse est trop élevée, si on a bu, si la voiture est mal entretenue, si la route est mouillée ou non, etc. C’est donc le devoir de chacun de faire attention et de respecter les diverses réglementations !

Exercices à faire à la maison : 15 et 16 page 179

IV) Etude de mouvement au cours du temps (Voir livre p 174) :


Pour déterminer la nature du mouvement, on peut réaliser une chronophotographie : cette technique consiste à obtenir sur la même photographie des images successives d’un mobile prises à intervalles de temps égaux. Elle est souvent utilisée dans le sport pour analyser les imperfections du mouvement d’un athlète. Elle va nous permettre de déterminer le type de mouvement effectué par le mobile que nous étudions (Voir doc. 5 p 174).

Reprenons l’exemple de l’ascenseur. Durant son ascension, la cabine est soumise à trois types de mouvement :
— Lorsque la cabine commence à monter, sa vitesse instantanée augmente progressivement : la cabine parcourt pendant des durées égales des distances de plus en plus grandes : le mouvement est accéléré (Voir la moto du doc. 5a).
— Lorsque la cabine a atteint sa vitesse normale, sa vitesse instantanée reste constante (elle ne change pas) au cours du temps : la cabine parcourt pendant des durées égales des distances égales : le mouvement est uniforme (Voir la moto du doc. 5b).
— Lorsque la cabine s’approche de sa destination, sa vitesse instantanée diminue progressivement : la cabine parcourt pendant des durées égales des distances de plus en petites : le mouvement est décéléré (Voir la moto du doc. 5c).

Travaux pratiques : étude de mouvement au cours du temps : (Voir page suivante)


L'essentiel à retenir absolument :



Le mouvement d'un mobile est décrit par rapport à un objet de référence (le référentiel).
La trajectoire d'un point d'un mobile est l'ensemble des positions qu'il occupe durant le mouvement.
Dans un mouvement de translation, chacun des segments du mobile conserve une direction fixe.
Dans un mouvement de rotation, chacun des points du mobile décrit un arc de cercle centré sur l'axe de rotation.
La vitesse moyenne est égale au quotient de la distance d parcourue par la durée t du parcours. Elle s'exprime en mètre par seconde (m/s ou m.s–1) ou en kilomètre/heure (km/h ou km.h-1).







Etude de mouvements au cours du temps

NOM : …………………..……………………………………..……..


On utilise la méthode de la chronophotographie pour prendre les clichés suivants.
1) Tracer le graphique de la position en fonction du temps. Les graphiques des trois mouvements seront faits sur la même feuille.
2) Tracer le graphique de la vitesse en fonction du temps. . Les graphiques des trois mouvements seront faits sur la même feuille.


Mouvement numéro 1 :
Intervalle de temps : 2 secondes.

EMBED MSDraw.Drawing.8.2


Mouvement numéro 2 :
Intervalle de temps : 2 secondes.

EMBED MSDraw.Drawing.8.2EMBED MSDraw.Drawing.8.2


Mouvement numéro 3 :
Intervalle de temps : 2 secondes.





d’après  HYPERLINK "http://www.multimania.com/balde" http://www.multimania.com/balde
 HYPERLINK "http://www.multimania.com/sallec4" http://www.multimania.com/sallec4Etude de mouvements au cours du temps

NOM : …………………..……………………………………..……..

 EMBED Visio.Drawing.4 
 EMBED Visio.Drawing.4 
Page  PAGE 10 sur  NUMPAGES 10


 EMBED Excel.Chart.8 \s