Td corrigé Définition du Financement Basé sur la ... - WordPress.com pdf

Définition du Financement Basé sur la ... - WordPress.com

Mini Manuel De Biochimie Cours Exercices Corriges - lemonpeel.ml .... pdf notice manuel - cahier d exercices de biochimie et lipides 2 video t l charger chimie ...




part of the document



REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO
MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE
Secrétariat Général




Manuel opérationnel du Financement Basé sur la Performance

Version-16 juin, 2016







 
Table de Matière TOC \o "1-3" \h \z \u 
 HYPERLINK \l "_Toc453513282" MOT DE REMERCIEMENT DU SECRETAIRE GENERAL A LA SANTE  PAGEREF _Toc453513282 \h 11
 HYPERLINK \l "_Toc453513283" GENERALITES SUR LE FINANCEMENT BASE SUR LA PERFORMANCE  PAGEREF _Toc453513283 \h 12
 HYPERLINK \l "_Toc453513284" Définition du Financement Basé sur la Performance (FBP)  PAGEREF _Toc453513284 \h 12
 HYPERLINK \l "_Toc453513285" Historique  PAGEREF _Toc453513285 \h 13
 HYPERLINK \l "_Toc453513286" Quelques pratiques illustratives d’achat de services de qualité  PAGEREF _Toc453513286 \h 14
 HYPERLINK \l "_Toc453513287" Définitions de quelques concepts  PAGEREF _Toc453513287 \h 17
 HYPERLINK \l "_Toc453513288" Fonctions du FBP  PAGEREF _Toc453513288 \h 18
 HYPERLINK \l "_Toc453513289" 1. SEPARATION DES FONCTIONS  PAGEREF _Toc453513289 \h 19
 HYPERLINK \l "_Toc453513290" La séparation de la regulation et de l’achat  PAGEREF _Toc453513290 \h 19
 HYPERLINK \l "_Toc453513291" La séparation de l’achat et de la prestation  PAGEREF _Toc453513291 \h 20
 HYPERLINK \l "_Toc453513292" La séparation de la vérificaton et de la contre vérification  PAGEREF _Toc453513292 \h 20
 HYPERLINK \l "_Toc453513293" 2. DESCRIPTION DES INSTITUTIONS DANS LE SYSTEME DE SANTE DE LA RDC  PAGEREF _Toc453513293 \h 20
 HYPERLINK \l "_Toc453513294" Messages clés  PAGEREF _Toc453513294 \h 20
 HYPERLINK \l "_Toc453513295" Niveau central ou niveau national ou niveau normatif ou niveau stratégique :  PAGEREF _Toc453513295 \h 21
 HYPERLINK \l "_Toc453513296" Niveau provincial ou niveau technique ou niveau intermédiaire :  PAGEREF _Toc453513296 \h 21
 HYPERLINK \l "_Toc453513297" Niveau opérationnel  PAGEREF _Toc453513297 \h 21
 HYPERLINK \l "_Toc453513298" Les Prestataires  PAGEREF _Toc453513298 \h 21
 HYPERLINK \l "_Toc453513299" L'Acheteur  PAGEREF _Toc453513299 \h 22
 HYPERLINK \l "_Toc453513300" 3. CONCEPTS DE BASE SUR LES ETABLISSEMENTS D’UTILITE PUBLIQUE (EUP)  PAGEREF _Toc453513300 \h 22
 HYPERLINK \l "_Toc453513301" Messagesclés  PAGEREF _Toc453513301 \h 22
 HYPERLINK \l "_Toc453513302" Introduction  PAGEREF _Toc453513302 \h 22
 HYPERLINK \l "_Toc453513303" Bases historiques et capitalisation des EUP  PAGEREF _Toc453513303 \h 23
 HYPERLINK \l "_Toc453513304" Bases juridiques et administratives  PAGEREF _Toc453513304 \h 23
 HYPERLINK \l "_Toc453513305" Rôle et attributions du conseil d’administration des EUP  PAGEREF _Toc453513305 \h 24
 HYPERLINK \l "_Toc453513306" Composition des EUP  PAGEREF _Toc453513306 \h 24
 HYPERLINK \l "_Toc453513307" Bases techniques  PAGEREF _Toc453513307 \h 25
 HYPERLINK \l "_Toc453513308" Le cycle de paiement  PAGEREF _Toc453513308 \h 26
 HYPERLINK \l "_Toc453513309" Commission/GT financement du CPP  PAGEREF _Toc453513309 \h 27
 HYPERLINK \l "_Toc453513310" 4. DEFINITIONS DES ROLES DES ACTEURS DE MISE EN ŒUVRE  PAGEREF _Toc453513310 \h 28
 HYPERLINK \l "_Toc453513311" Rôle des acteurs du niveau central  PAGEREF _Toc453513311 \h 28
 HYPERLINK \l "_Toc453513312" Rôle des acteurs du niveau provincial  PAGEREF _Toc453513312 \h 29
 HYPERLINK \l "_Toc453513313" 5. LA VERIFICATION DES PRESTATIONS DANS LE FBP  PAGEREF _Toc453513313 \h 33
 HYPERLINK \l "_Toc453513314" Messages clés  PAGEREF _Toc453513314 \h 33
 HYPERLINK \l "_Toc453513315" Définition  PAGEREF _Toc453513315 \h 33
 HYPERLINK \l "_Toc453513316" Types de vérification des prestations  PAGEREF _Toc453513316 \h 34
 HYPERLINK \l "_Toc453513317" Vérification technique quantitative  PAGEREF _Toc453513317 \h 34
 HYPERLINK \l "_Toc453513318" Identification des organes de vérification technique  PAGEREF _Toc453513318 \h 34
 HYPERLINK \l "_Toc453513319" Nature des prestations concernées par la vérification technique  PAGEREF _Toc453513319 \h 34
 HYPERLINK \l "_Toc453513320" Cycle de vérification technique quantitative  PAGEREF _Toc453513320 \h 35
 HYPERLINK \l "_Toc453513321" Cycle de vérification technique qualitative  PAGEREF _Toc453513321 \h 37
 HYPERLINK \l "_Toc453513322" Vérification communautaire  PAGEREF _Toc453513322 \h 37
 HYPERLINK \l "_Toc453513323" Identification des organes de vérification communautaire  PAGEREF _Toc453513323 \h 37
 HYPERLINK \l "_Toc453513324" Profil des enquêteurs communautaires  PAGEREF _Toc453513324 \h 38
 HYPERLINK \l "_Toc453513325" Nature des informations recherchées dans la vérification communautaire  PAGEREF _Toc453513325 \h 39
 HYPERLINK \l "_Toc453513326" Cycle de vérification communautaire  PAGEREF _Toc453513326 \h 39
 HYPERLINK \l "_Toc453513327" Consolidation des donnees de verification et Paiement des prestations livrées  PAGEREF _Toc453513327 \h 40
 HYPERLINK \l "_Toc453513328" Le premier niveau de consolidation des données  PAGEREF _Toc453513328 \h 41
 HYPERLINK \l "_Toc453513329" Le deuxième niveau de consolidation des données  PAGEREF _Toc453513329 \h 41
 HYPERLINK \l "_Toc453513330" Le troisième niveau de consolidation des données  PAGEREF _Toc453513330 \h 42
 HYPERLINK \l "_Toc453513331" Le quatrième niveau de consolidation des données  PAGEREF _Toc453513331 \h 42
 HYPERLINK \l "_Toc453513332" Le cinquième niveau de consolidation  PAGEREF _Toc453513332 \h 43
 HYPERLINK \l "_Toc453513333" 6. LE CONTRAT DANS LE FBP  PAGEREF _Toc453513333 \h 43
 HYPERLINK \l "_Toc453513334" Messages clés  PAGEREF _Toc453513334 \h 43
 HYPERLINK \l "_Toc453513335" Définition du contrat  PAGEREF _Toc453513335 \h 44
 HYPERLINK \l "_Toc453513336" Structure du contrat  PAGEREF _Toc453513336 \h 44
 HYPERLINK \l "_Toc453513337" Types de contrats  PAGEREF _Toc453513337 \h 44
 HYPERLINK \l "_Toc453513338" Rôles du contrat de performance dans le FBP  PAGEREF _Toc453513338 \h 45
 HYPERLINK \l "_Toc453513339" Gestion du contrat de performance  PAGEREF _Toc453513339 \h 46
 HYPERLINK \l "_Toc453513340" 7. AUTONOMIE DES STRUCTURES DE SANTE  PAGEREF _Toc453513340 \h 47
 HYPERLINK \l "_Toc453513341" Messages-clés  PAGEREF _Toc453513341 \h 47
 HYPERLINK \l "_Toc453513342" Importance de l’autonomie dans le FBP  PAGEREF _Toc453513342 \h 47
 HYPERLINK \l "_Toc453513343" Importance de l’autonomie décisionnelle  PAGEREF _Toc453513343 \h 48
 HYPERLINK \l "_Toc453513344" Domaines de l’autonomie  PAGEREF _Toc453513344 \h 49
 HYPERLINK \l "_Toc453513345" La Tarification forfaitaire, un outil clés dans les structures sanitaire  PAGEREF _Toc453513345 \h 49
 HYPERLINK \l "_Toc453513346" Considérations théoriques  PAGEREF _Toc453513346 \h 50
 HYPERLINK \l "_Toc453513347" Théorie normative  PAGEREF _Toc453513347 \h 50
 HYPERLINK \l "_Toc453513348" Théorie du mécanisme économique / comportemental  PAGEREF _Toc453513348 \h 50
 HYPERLINK \l "_Toc453513349" 8. MONTAGE INSTITUTIONNEL DU PDSS  PAGEREF _Toc453513349 \h 52
 HYPERLINK \l "_Toc453513350" Au niveau central  PAGEREF _Toc453513350 \h 52
 HYPERLINK \l "_Toc453513351" Au niveau provincial  PAGEREF _Toc453513351 \h 52
 HYPERLINK \l "_Toc453513352" Au niveau de la ZS  PAGEREF _Toc453513352 \h 52
 HYPERLINK \l "_Toc453513353" Au niveau des EUP  PAGEREF _Toc453513353 \h 53
 HYPERLINK \l "_Toc453513354" L’Agence de contre vérification Externe  PAGEREF _Toc453513354 \h 53
 HYPERLINK \l "_Toc453513355" La Communauté  PAGEREF _Toc453513355 \h 53
 HYPERLINK \l "_Toc453513356" 9. PRESTATION DES SERVICES  PAGEREF _Toc453513356 \h 59
 HYPERLINK \l "_Toc453513357" Messages clés  PAGEREF _Toc453513357 \h 59
 HYPERLINK \l "_Toc453513358" Les paquets des services  PAGEREF _Toc453513358 \h 59
 HYPERLINK \l "_Toc453513359" Les services du PMA et du PCA  PAGEREF _Toc453513359 \h 60
 HYPERLINK \l "_Toc453513360" Visite à domicile (VAD)  PAGEREF _Toc453513360 \h 65
 HYPERLINK \l "_Toc453513361" Le protocole de la Visite à Domicile  PAGEREF _Toc453513361 \h 65
 HYPERLINK \l "_Toc453513362" Le processus de la Visite à Domicile  PAGEREF _Toc453513362 \h 65
 HYPERLINK \l "_Toc453513363" Les sites des soins communautaires  PAGEREF _Toc453513363 \h 67
 HYPERLINK \l "_Toc453513364" Guide de référence pour les prestations  PAGEREF _Toc453513364 \h 69
 HYPERLINK \l "_Toc453513365" Présentation des entetes des colonnes  PAGEREF _Toc453513365 \h 69
 HYPERLINK \l "_Toc453513366" Le ciblage communautaire et la prise en charge des indigents  PAGEREF _Toc453513366 \h 70
 HYPERLINK \l "_Toc453513367" 10. FBP ET GESTION DE L'INFORMATIONNITAIRE  PAGEREF _Toc453513367 \h 72
 HYPERLINK \l "_Toc453513368" Messages clés  PAGEREF _Toc453513368 \h 72
 HYPERLINK \l "_Toc453513369" Cadre légal du SNIS en RDC  PAGEREF _Toc453513369 \h 72
 HYPERLINK \l "_Toc453513370" Support et outil de gestion des données  PAGEREF _Toc453513370 \h 73
 HYPERLINK \l "_Toc453513371" Outils non informatiques  PAGEREF _Toc453513371 \h 73
 HYPERLINK \l "_Toc453513372" Outil informatique  PAGEREF _Toc453513372 \h 73
 HYPERLINK \l "_Toc453513373" Les opérations de gestion de l'information sanitaire  PAGEREF _Toc453513373 \h 74
 HYPERLINK \l "_Toc453513374" Récolte des données  PAGEREF _Toc453513374 \h 74
 HYPERLINK \l "_Toc453513375" Compilation des données  PAGEREF _Toc453513375 \h 75
 HYPERLINK \l "_Toc453513376" Transmission des données  PAGEREF _Toc453513376 \h 75
 HYPERLINK \l "_Toc453513377" Contrôle de la qualité des données  PAGEREF _Toc453513377 \h 75
 HYPERLINK \l "_Toc453513378" Centralisation des données  PAGEREF _Toc453513378 \h 75
 HYPERLINK \l "_Toc453513379" Encodage des données  PAGEREF _Toc453513379 \h 76
 HYPERLINK \l "_Toc453513380" Analyse des données  PAGEREF _Toc453513380 \h 76
 HYPERLINK \l "_Toc453513381" Interprétation  PAGEREF _Toc453513381 \h 76
 HYPERLINK \l "_Toc453513382" Décision-action  PAGEREF _Toc453513382 \h 76
 HYPERLINK \l "_Toc453513383" Rétro information (feed-back)  PAGEREF _Toc453513383 \h 76
 HYPERLINK \l "_Toc453513384" Archivage des données  PAGEREF _Toc453513384 \h 77
 HYPERLINK \l "_Toc453513385" Gestion du portail web  PAGEREF _Toc453513385 \h 77
 HYPERLINK \l "_Toc453513386" Administrateur Principal (super-administrateur)  PAGEREF _Toc453513386 \h 77
 HYPERLINK \l "_Toc453513387" Administrateur National  PAGEREF _Toc453513387 \h 78
 HYPERLINK \l "_Toc453513388" Vérificateur de données  PAGEREF _Toc453513388 \h 78
 HYPERLINK \l "_Toc453513389" Gestionnaire de données  PAGEREF _Toc453513389 \h 78
 HYPERLINK \l "_Toc453513390" Contre Vérificateur de données  PAGEREF _Toc453513390 \h 78
 HYPERLINK \l "_Toc453513391" Expert en communication  PAGEREF _Toc453513391 \h 78
 HYPERLINK \l "_Toc453513392" Invité  PAGEREF _Toc453513392 \h 79
 HYPERLINK \l "_Toc453513393" 11. DERIVES/FRAUDES POSSIBLES, MESURES PREVENTIVES, SANCTIONS ET REGLEMENT DES LITIGES ET CONFLITS  PAGEREF _Toc453513393 \h 79
 HYPERLINK \l "_Toc453513394" Dérives / Fraudes possibles  PAGEREF _Toc453513394 \h 79
 HYPERLINK \l "_Toc453513395" Mesures préventives  PAGEREF _Toc453513395 \h 80
 HYPERLINK \l "_Toc453513396" Modalités d’application des penalités  PAGEREF _Toc453513396 \h 80
 HYPERLINK \l "_Toc453513397" Types de fraudes dans les systèmes FBP  PAGEREF _Toc453513397 \h 81
 HYPERLINK \l "_Toc453513398" Une difference dans la quantite de services produits  PAGEREF _Toc453513398 \h 82
 HYPERLINK \l "_Toc453513399" Une différence dans la qualité des services signalés  PAGEREF _Toc453513399 \h 83
 HYPERLINK \l "_Toc453513400" L’importance des registres fiables, pierre angulaire d’un FBP  PAGEREF _Toc453513400 \h 85
 HYPERLINK \l "_Toc453513401" Une différence dans les cadres de performance du régulateur.  PAGEREF _Toc453513401 \h 86
 HYPERLINK \l "_Toc453513402" Règlement des litiges et des conflits  PAGEREF _Toc453513402 \h 86
 HYPERLINK \l "_Toc453513403" Restitution des résultats aux FOSA  PAGEREF _Toc453513403 \h 86
 HYPERLINK \l "_Toc453513404" 12. LES BONUS UTILISES  PAGEREF _Toc453513404 \h 86
 HYPERLINK \l "_Toc453513405" Le Bonus d’isolement  PAGEREF _Toc453513405 \h 86
 HYPERLINK \l "_Toc453513406" Le Bonus de qualité  PAGEREF _Toc453513406 \h 87
 HYPERLINK \l "_Toc453513407" Les grilles de qualité structurelle  PAGEREF _Toc453513407 \h 88
 HYPERLINK \l "_Toc453513408" Les grilles de qualité des procédures et du contenu des soins  PAGEREF _Toc453513408 \h 88
 HYPERLINK \l "_Toc453513409" Les grilles de qualité des vignettes  PAGEREF _Toc453513409 \h 88
 HYPERLINK \l "_Toc453513410" Unités d'investissement  PAGEREF _Toc453513410 \h 89
 HYPERLINK \l "_Toc453513411" Les types de grilles de qualité pour le CS et le HGR  PAGEREF _Toc453513411 \h 90
 HYPERLINK \l "_Toc453513412" 13. PERFORMANCE POUR L’ADMINISTRATION SANITAIRE  PAGEREF _Toc453513412 \h 94
 HYPERLINK \l "_Toc453513413" Le Cadre de performance pour l’ECZS  PAGEREF _Toc453513413 \h 94
 HYPERLINK \l "_Toc453513414" Le Cadre de performancede la DPS  PAGEREF _Toc453513414 \h 94
 HYPERLINK \l "_Toc453513415" Cadre de performance de la Direction d’Etudes et Planification (DEP)  PAGEREF _Toc453513415 \h 95
 HYPERLINK \l "_Toc453513416" Cadre de performance de la CT-FBR  PAGEREF _Toc453513416 \h 95
 HYPERLINK \l "_Toc453513417" Cadre de performance CAGF/MSP  PAGEREF _Toc453513417 \h 95
 HYPERLINK \l "_Toc453513418" Cadre de performance CGPMP  PAGEREF _Toc453513418 \h 95
 HYPERLINK \l "_Toc453513419" Cadre de performance de la Division du SNIS  PAGEREF _Toc453513419 \h 96
 HYPERLINK \l "_Toc453513420" Cadre de performance pour la Cellule suivi et évalution  PAGEREF _Toc453513420 \h 96
 HYPERLINK \l "_Toc453513421" Cadre de performance pour la CDR  PAGEREF _Toc453513421 \h 96
 HYPERLINK \l "_Toc453513422" 14. LES CONTRATS DE PERFORMANCE  PAGEREF _Toc453513422 \h 96
 HYPERLINK \l "_Toc453513423" Importance des contrats  PAGEREF _Toc453513423 \h 96
 HYPERLINK \l "_Toc453513424" Types de contrats  PAGEREF _Toc453513424 \h 96
 HYPERLINK \l "_Toc453513425" Contrat de performance entre la SG et la CT-FBR  PAGEREF _Toc453513425 \h 97
 HYPERLINK \l "_Toc453513426" Contrat de performance entre le SG et les Directions centrales (DEP, DPM et DSNIS)  PAGEREF _Toc453513426 \h 97
 HYPERLINK \l "_Toc453513427" Contrat de performance entre le Sécretariat Général et les CDR  PAGEREF _Toc453513427 \h 97
 HYPERLINK \l "_Toc453513428" Contrat de performance entre le Sectétaire Général et les Cellules (CAGF et CGPMP)  PAGEREF _Toc453513428 \h 98
 HYPERLINK \l "_Toc453513429" Contrat de performance entre le Ministre Provincial en charge de la Santé et la DPS  PAGEREF _Toc453513429 \h 98
 HYPERLINK \l "_Toc453513430" Contrat de performance entre l’EUP et l’ECZS  PAGEREF _Toc453513430 \h 98
 HYPERLINK \l "_Toc453513431" Contrat de performance entre l’EUP et l’HGR/CSR  PAGEREF _Toc453513431 \h 98
 HYPERLINK \l "_Toc453513432" Contrat de performance entre l’EUP et le centre de santé  PAGEREF _Toc453513432 \h 99
 HYPERLINK \l "_Toc453513433" Contrat de performance entre l’EUP et les associations locales  PAGEREF _Toc453513433 \h 99
 HYPERLINK \l "_Toc453513434" Contrat de performance entre le responsable et l’agent concerné  PAGEREF _Toc453513434 \h 99
 HYPERLINK \l "_Toc453513435" Contrat de performance entre le centre de santé et le site des soins communautaire  PAGEREF _Toc453513435 \h 100
 HYPERLINK \l "_Toc453513436" 15. LE PAIEMENT DES SUBSIDES DU FBP  PAGEREF _Toc453513436 \h 101
 HYPERLINK \l "_Toc453513437" Les étapes du cycle de paiement  PAGEREF _Toc453513437 \h 101
 HYPERLINK \l "_Toc453513438" Règles d'utilisation des subsides du FBP  PAGEREF _Toc453513438 \h 102
 HYPERLINK \l "_Toc453513439" Outil d’Indices  PAGEREF _Toc453513439 \h 102
 HYPERLINK \l "_Toc453513440" 16. BASE DE DONNÉES  PAGEREF _Toc453513440 \h 104
 HYPERLINK \l "_Toc453513441" Gestion de la performance des structures de santé  PAGEREF _Toc453513441 \h 105
 HYPERLINK \l "_Toc453513442" Contrats de performances des structures de santé  PAGEREF _Toc453513442 \h 106
 HYPERLINK \l "_Toc453513443" Plan de management ou plan de business  PAGEREF _Toc453513443 \h 106
 HYPERLINK \l "_Toc453513444" Préparation du plan de management  PAGEREF _Toc453513444 \h 107
 HYPERLINK \l "_Toc453513445" Étapes dans la préparation d’un plan de management.  PAGEREF _Toc453513445 \h 109
 HYPERLINK \l "_Toc453513446" Croisement du cycle de paiement des subsides et du cycle de gestion du Plan de Management  PAGEREF _Toc453513446 \h 110
 HYPERLINK \l "_Toc453513447" Grilles d’évaluation de la qualité comme outil de planification  PAGEREF _Toc453513447 \h 111
 HYPERLINK \l "_Toc453513448" Outils d’indices comme outils de plannification  PAGEREF _Toc453513448 \h 111
 HYPERLINK \l "_Toc453513449" Cadre d'évaluation de la performance individuelle  PAGEREF _Toc453513449 \h 112
 HYPERLINK \l "_Toc453513450" 17. STRATEGIE D’APPUI AU PROGRAMME FBP  PAGEREF _Toc453513450 \h 113
 HYPERLINK \l "_Toc453513451" Renforcement des capacités  PAGEREF _Toc453513451 \h 113
 HYPERLINK \l "_Toc453513452" Les éléments de la stratégie de formation  PAGEREF _Toc453513452 \h 113
 HYPERLINK \l "_Toc453513453" Coaching à tous les niveaux  PAGEREF _Toc453513453 \h 114
 HYPERLINK \l "_Toc453513454" Harmonisation des mécanismes de financement pour atteindre plus des résultats  PAGEREF _Toc453513454 \h 115
 HYPERLINK \l "_Toc453513455" Plaidoyer en faveur du FBP  PAGEREF _Toc453513455 \h 115
 HYPERLINK \l "_Toc453513456" 18. Évaluation de l’impact du FBP dans le PDSS  PAGEREF _Toc453513456 \h 116
 HYPERLINK \l "_Toc453513457" Les principaux sujets de recherche  PAGEREF _Toc453513457 \h 116
 HYPERLINK \l "_Toc453513458" Enquête auprès des structures de santé  PAGEREF _Toc453513458 \h 119
 HYPERLINK \l "_Toc453513459" Module d'évaluation de la structure de santé  PAGEREF _Toc453513459 \h 119
 HYPERLINK \l "_Toc453513460" Module d'interview des agents de santé  PAGEREF _Toc453513460 \h 119
 HYPERLINK \l "_Toc453513461" Module des observations relatives à l'interaction entre le patient et le prestataire  PAGEREF _Toc453513461 \h 120
 HYPERLINK \l "_Toc453513462" Entretiens de départ avec les patients  PAGEREF _Toc453513462 \h 120
 HYPERLINK \l "_Toc453513463" 20. ANNEXES  PAGEREF _Toc453513463 \h 121
 HYPERLINK \l "_Toc453513464" Annexe 1: Le paquet minimum de services de santé (PMA) et leurs cibles  PAGEREF _Toc453513464 \h 121
 HYPERLINK \l "_Toc453513465" Annexe 2: Le paquet complémentaire des services de santé (PCA) et leurs cibles  PAGEREF _Toc453513465 \h 122
 HYPERLINK \l "_Toc453513466" Annexe 3: Le Guide de référence PMA  PAGEREF _Toc453513466 \h 124
 HYPERLINK \l "_Toc453513467" Annexe 4: Le Guide de référence PCA  PAGEREF _Toc453513467 \h 129
 HYPERLINK \l "_Toc453513468" Annexe 5: Grille de performance de l’ECZS  PAGEREF _Toc453513468 \h 134
 HYPERLINK \l "_Toc453513469" Annexe 6 : Grille de performance de la DPS  PAGEREF _Toc453513469 \h 141
 HYPERLINK \l "_Toc453513470" Annexe 7: En-têtes de colonnes pour les registres  PAGEREF _Toc453513470 \h 157
 HYPERLINK \l "_Toc453513471" Annexe 8: Contrat de performance entre le MPSP et la DPS  PAGEREF _Toc453513471 \h 170
 HYPERLINK \l "_Toc453513472" Annexe 9: Contrat de performance entre l’EUP et l’ECZS  PAGEREF _Toc453513472 \h 185
 HYPERLINK \l "_Toc453513473" Annexe 10 : Contrat de performance entre l’EUP et l’HGR  PAGEREF _Toc453513473 \h 191
 HYPERLINK \l "_Toc453513474" Annexe 11 : Contrat de performance entre l’EUP et le CS  PAGEREF _Toc453513474 \h 199
 HYPERLINK \l "_Toc453513475" Annexe 12 : Contrat de performance entre l’EUP et les ASLO  PAGEREF _Toc453513475 \h 207
 HYPERLINK \l "_Toc453513476" Annexe 13 : Contrat de performance entre le responsable et l’agent concerné  PAGEREF _Toc453513476 \h 213
 HYPERLINK \l "_Toc453513477" Annexe 14 : Contrat entre le centre de santé et le site des soins communautaires  PAGEREF _Toc453513477 \h 216
 HYPERLINK \l "_Toc453513478" Annexe 15: Grille de qualité pour le centre de santé  PAGEREF _Toc453513478 \h 219
 HYPERLINK \l "_Toc453513479" Annexe 16: Grille de qualité pour l’HGR/CSR  PAGEREF _Toc453513479 \h 257
 HYPERLINK \l "_Toc453513480" Annexe 17: Facture trimestrielle des structures de santé  PAGEREF _Toc453513480 \h 286
 HYPERLINK \l "_Toc453513481" Annexe 18: L’outil Indice des FOSA  PAGEREF _Toc453513481 \h 290
 HYPERLINK \l "_Toc453513482" Annexe 19: Plan de management (DPS, ECZS, HGR, CS)  PAGEREF _Toc453513482 \h 295
 HYPERLINK \l "_Toc453513483" Annexe 20: Termes de référence du comité des indigents  PAGEREF _Toc453513483 \h 339
 HYPERLINK \l "_Toc453513484" Questionnaires d’enquête de vérification communautaire  PAGEREF _Toc453513484 \h 341
 HYPERLINK \l "_Toc453513485" Annexe 22: Fiche d’échantillonnage  PAGEREF _Toc453513485 \h 343
 HYPERLINK \l "_Toc453513486" Annexe 23: Grille d’évaluation individuelle  PAGEREF _Toc453513486 \h 346
 HYPERLINK \l "_Toc453513487" Annexe 24 : Cadre de performance de la DEP-santé  PAGEREF _Toc453513487 \h 350
 HYPERLINK \l "_Toc453513488" Annexe 25 : Cadre de performance de la DSNIS  PAGEREF _Toc453513488 \h 354
 HYPERLINK \l "_Toc453513489" Annexe 26 : Cadre de performance de la CAGF/MSP  PAGEREF _Toc453513489 \h 358
 HYPERLINK \l "_Toc453513490" Annexe 27 : Cadre de performance de la CGPMP  PAGEREF _Toc453513490 \h 358
 HYPERLINK \l "_Toc453513491" Annexe 28 : Cade de performance de la CT-FBR  PAGEREF _Toc453513491 \h 358
 HYPERLINK \l "_Toc453513492" Annexe 29 : Cadre de performance des CDR et des fournisseurs agrées par le MSP  PAGEREF _Toc453513492 \h 364
 HYPERLINK \l "_Toc453513493" Annexe 30 : Grille d’évaluation trimestrielle de la performance du RECO  PAGEREF _Toc453513493 \h 368
 HYPERLINK \l "_Toc453513494" Annexe 31 : Protocole de visite à domicile  PAGEREF _Toc453513494 \h 372
 HYPERLINK \l "_Toc453513495" Annexe 31 : Fiche synthèse sur la gestion des médicaments  PAGEREF _Toc453513495 \h 377
 HYPERLINK \l "_Toc453513496" Annexe 32: Questions d’enquête communautaire pour les sites des soins communautaire  PAGEREF _Toc453513496 \h 378
 HYPERLINK \l "_Toc453513497" Annexe 34 : Design opérationnel CAO 4-5, FBP et sites des soins communautaires  PAGEREF _Toc453513497 \h 379
 HYPERLINK \l "_Toc453513498" Annexe 35 : Liste de personnes ayant contribué à la rédaction du manuel  PAGEREF _Toc453513498 \h 380


Avis aux lecteurs : Ce manuel est une proprieté du Ministère de la Santé Publique de la RD Congo, il ne peut être modifié qu’avec son autorisation.



MOT DE REMERCIEMENT DU SECRETAIRE GENERAL A LA SANTE

Le Ministère de la Santé Publique reconnait la nécessité d’avoir un manuel opérationnel du financement basé sur la performance pour permettre une mise en œuvre harmonisée du FBP qui prend en compte les attentes de toutes les parties prenantes. Le présent manuel répond à la dynamique d’harmonisation des différents acteurs FBP, mais aussi à un souci d’alignement aux réformes sectorielles en cours pour renforcer l’efficacité et l’efficience et l’atteinte des résultats au bénéfice de la population.
Je remercie tous les experts du Ministère de la santé, nos partenaires techniques et financiers ainsi que toutes les personnes qui ont participé activement à la rédaction de cet important outil de travail. C’est au décours de plusieurs consultations participatives que cette version du Manuel de juin 2016 a finalement vu le jour. Fruits d’un consensus partagé, ce manuel reste l’outil de guidance de l’approche FBP dans le cadre de la mise en œuvre. Mes remerciements s’adresseront tout particulièrement aux Experts de la Banque Mondiale, de l’Unicef et du Fonds Mondial à travers les PR pour leur appui apprécié à la finalisation de cette nouvelle version du manuel

Dr Mukengeshayi KUPA
Secrétaire Général à la santé ai









GENERALITES SUR LE FINANCEMENT BASE SUR LA PERFORMANCE

Définition du Financement Basé sur la Performance (FBP)
Le Financement Basé sur la Performance (FBP) est une approche du système de santé, axée sur les résultats ( la quantité et la qualité des services produits). Cela implique que les structures de santé sont considérées comme des structures autonomes qui peuvent réaliser un bénéfice au profit d'objectifs de santé publique et / ou de leur personnel. Il est également caractérisé par des cadres de performance pour les acteurs de la régulation, les agences d’achat de performance et le renforcement de la voix de la communauté.
Dans le secteur de la santé, les résultats sont principalement produits par les structures de santé et par l’administration de la santé. Ces produits ou résultats incluent la prestation de services de qualité dans les structures de santé et certaines actions de l’administration de la santé. Les subsides issues au titre du FBP sont utilisées par les structures de santé et l’administration de la santé pour se procurer les intrants nécessaires, le fonctionnement et payer les primes de performance au prorata du rendement.
Historique
Le Financement Basé sur la Performance s’est développé vers les années 1999, lorsque le Cambodge a procédé à la contractualisation externe de certains services de santé et confié à des organisations non gouvernementales (ONG), la prestation de services de santé ou de soutiens à la gestion des services de santé par le gouvernement. Des ONG ont également été contractualisées pour la prestation de services de santé en Haïti.
Le modèle actuel de FBP a fait son apparition au Rwanda dès 2002, alors que des intervenants mettaient à profit leur expérience préalable au Cambodge. À partir de 2006, ce mouvement s’est amplifié et des approches similaires se sont développées en République Démocratique du Congo et au Burundi. Au niveau Africain, il faut noter que ; entre 2006 et 2015, nous avons connu une extension du Financement Basé sur la Performance dans plusieurs pays d’Afrique comme le montre la figure ci-dessous

Les premières expériences du Financement Basé sur la performance en République Démocratique du Congo se sont principalement développées dans la province du Sud Kivu avec l’appui de l’ONG Cordaid. Ces expériences se sont par la suite étendues dans d’autres provinces comme le Nord Kivu, le Bas Congo, les deux Kasaï, le Katanga etc. Plusieurs projets utilisant le FBP ont été ainsi mis en œuvre mais, il faut noter que deux modèles ont été le plus prédominant, il s’agit du modèle Cordaid et du modèle Union Européenne.
Cordaid a soutenu depuis plus de 20 ans déjà le secteur de la santé dans la province du Sud Kivu par l’intermédiaire du Bureau diocésain des œuvres médicales (BDOM). Depuis 2006, ce soutien est principalement apporté sous la forme d’un financement basé sur la performance (FBP) dans les zones de santé de Katana, Idjwi, Shabunda, Lulingu etc. L’Agence d’achat des performances (AAP), l’organisation détentrice des fonds qui était à l’origine placée sous l’égide du BDOM, est devenue une agence locale indépendante au fil des années et gère maintenant plusieurs programmes de FBP dans 5 ZS dans les domaines de la santé, de l’enseignement et du développement rural (routes).
Au-delà de ces expériences du Sud Kivu, la RDC compte aussi plusieurs autres expériences dont les expériences FBP financées par la Banque Mondiale avec le projet PARSS, le FASS financé par l’Union Européenne dans lequel, les premières expériences des EUP FASS comme agence d’achat des performances ont été lancées.
À ce jour, l’histoire du Financement basé sur les performances en RDC a été principalement marquée par la signature d'un mémorandum d'entente qui a conduit à la mise en place de la Cellule Technique du Financement Basé sur les Résultats au sein du MSP (CT-FBR), le développement d’un portail web pour renforcer la communication et la transparence dans le FBP ainsi que le passage à échelle dans 140 zones de santé d’un projet financé par la Banque Mondiale en collaboration avec l’Unicef et le Fonds Mondial. Ces expériences seront menées dans les provinces du Katanga, de l’Équateur, du Bandundu et du Maniema.

Quelques pratiques illustratives d’achat de services de qualité
Le FBP achète des services de santé de qualité. Les grands principes consistent à tirer profit des ressources existantes ; modifier les mécanismes d’incitation ; acheter les paquets minimum ou complémentaires d’activités. L’achat est déterminé par la quantité et la qualité évaluées de différentes prestations la structure des prix est fondée sur le FBP au lieu du coût réel des services.
Le FBP achète des services de santé de qualité en tirant profit des moyens de production existants. L’achat est réalisé en payant les services dispensés par le prestataire, en fonction de leur qualité. La notion de levier est essentielle pour comprendre le FBP. Ce levier est constitué des ressources existantes :
Humaines (personnel),
Matérielles (batiments, équipements , les produits médicaux consommables médicaux) et
Financières (recette issues de recouvrement des couts, primes de risque, salaire de l’Etat, autres allocations financières)
Le FBP modifie les mécanismes incitatifsà divers niveaux du système de santé. Les incitations doivent être assez fortes pour influencer les stratégies d’adaptation de l’agent de santé, tout en fournissant des revenus accrus permettant aux structures de santé de se procurer auprès des structures agréées, le matériel qui leur manque, d’entretenir et réparer le matériel et les locaux et de stocker les médicaments essentiels et génériques
Le FBP achète un paquet équilibré de services à l’échelon de la communauté, du centre de santé et de l’hôpital Général de référence. Les prestations à acheter au niveau du CS et de la communauté sont déterminées sur base des besoins prioritaires. Au niveau de l’hôpital, des services complémentaires sont achetés pour compléter les services minimum, comme dans le cas des services de soins de référence. Chaque paquet contient généralement entre 15 à 25 services. Idéalement, les incitations encouragent l’utilisation de services préventifs auxquels tous ont accès, tout en aidant les plus pauvres à accéder aux services de santé. Le FBP achete aussi un paquet de service de l’administration sanitaire au niveau de la ZS, de la DPS, et au niveau central. Il s’agit principalement des services de régulation liés au pilotage , à la planification et coordination, à l’organisation des services, à la mise en œuvre, au suivi et évaluation. Dans le cas précis, c’est notamment, des activités d’encadrement des ZS, d’évaluation de la qualité de soins, de la tenue des réunions de pilotage, (’revue mensuelle, CPP, commission,), gestion des données et reporting (SNIS, REH, etc) et de gestion de routine(maintenance des équipements, tenue de la comptabilité).
L'EUP achète un paquet de services au niveau de la communauté, concernant les prestations réalisées par les organes de participation communautaire. C’est notamment le cas, entre autres des visites à domicile (VAD), le marketing social pour promouvoir l’information, éducation et communication en santé auprès des bénéficiaires de soins.
La qualité est mesurée et récompensée sur base d’une grille de qualité. Cette grille de qualité est adaptée de sorte à refléter les particularités de chaque contexte. Elle est mesurée trimestriellement, habituellement par l’équipe cadre de la zone de santéformée, motivée et compétente (pour les centres de santé) ou par l’évaluation mutuelle des pairs ou par une équipe des encadreurs de la Division Provinciale de la Santé pour les hôpitaux. L’impact de la mesure de la qualité dépend du type de système de FBP.
Dans le cadre du FBP, on distingue deux modes de financement de la qualité. Le mode bonus et le mode malus. Le système en RDC utilise le mode le BONUS qui a une partie bonus quantité et une partie bonus qualité (i) le mode bonus consiste à octroyer un plus aux subsides de la quantité, un montant supplémentaire lié à l’évaluation de la qualité dont le plafond est fixé à 25% des subsides FBP pour les centres de santé et 40% pour les HGR (ii) le mode malus qui consiste à applique un coefficient de correction au subside de la quantité en fonction du score qualité (Ce mode ne sera pas appliqué en RDC vu le niveau assez faible de l’offre des soins).
Dans le FBP, toutes les structures qui recoivent le financement signent un contrat de performance avec une agence d’achat ou une administration supérieure comme dans le cadre du contrat unique ou les DPS signe le contrat avec le Ministre provincial de la santé. Cette contractualisation consolide la redevabilité et permet à chaque partie prenante de produire les services en quantité et en qualité selon les normes du MSP.
Pour y arriver, les structures doivent jouir d’une autonomie de gestion des ressources. Dans le FBP, le financement apporté est un financement structurel qui s’ajoute à d’autres financements pour supporter les coûts de production des services de santé. Il ne s’agit donc pas seulement des primes comme certains le pensent. Pour assurer ce management, les structures sanitaires développent un plan de management chaque trimestre qui montre comment les moyens seront utilisés et comment les résultats seront atteints.
Définitions de quelques concepts








Fonctions du FBP
Sur le plan universel, le Financement Basé sur la Performance (FBP) met en phase plusieurs fonctions complémentaires dont la régulation, la prestation, l’achat, la vérification et le paiement. Pour permettre un jeu de rôle cohérent et éviter le conflit d’intérêt, le FBP se fonde sur le principe de la séparation des fonctions.
La régulation est une fonction exercée par le Ministère de la santé publique. Elle se base sur l’application des normes et des directives sanitaires nationales à différents niveaux de la pyramide sanitaire (Niveau central, niveau intermédiaire et niveau opérationnel).
La prestation est une fonction qui s’adresse non seulement à l’offre des services (preventifs, curatifs, promotionnels et de réadaptation) au sein des communautés, des centres de santé et des hopitaux mais aussi à celle des services administratifs (rapportage, renforcement des capacités, supervision, etc) sur base d’un contrat de performance
La vérification est une fonction qui s’assure de la matérialité des prestations déclarées et de leur qualité. Elle se fait à deux niveaux : au niveau de la structure sanitaire, une vérification de la quantité et de la qualité technique ; au niveau de la communauté, une vérification de l’authenticité des prestations déclarées et de la qualité perçue par les usagers.
L’Achat est une fonction par laquelle une structure détermine la nature et les modalités des biens ou services à acquerir chez un prestataire (structures de prestation des soins et administratifs). Il peut être aussi défini comme un acte qui consite à fixer les types de prestations à payer (prestations cliniques ou administratives), leur coût ainsi que les modalités et les mécanismes de paiement. Dans le cadre du FBP, l’achat stratégique est assuré par l’Etablissement d’Utilité Publique ou par une agence d’achat.
Le Paiement est une fonction basée sur la canalisation des fonds aux bénéficiaires. La mise à disposition des subsides aux bénéficiaires est faite après vérification de leurs performances par les Etablissements d’Utilité Publique ou d’une agence d’achat. Pour renforcer la transparance, le paiement sera fait directement sur le compte bancaire des bénéficiaires.







SEPARATION DES FONCTIONS

Le FBP utilise des incitations puissantes à tous les niveaux. La vérification/validation des performances des differentes structures est justifiée par le risque de fraude. Il est donc essentiel que les vérifications soient effectuées par des personnes qualifiées et très intègres, qui ont été recrutées à travers un processus de sélection au mérite et qui maitrisent correctement le contexte. Elles devraient être bien rémunérées par l’agence d’achat. Il est également évident que l’agent d’achat doit demeurer aussi indépendant que possible du prestataire afin de pouvoir assurer ses fonctions d’achat et de vérification avec intégrité.
Il s’agit de la séparation des fonctions de régulation, de prestation et de vérification, de paiement et de contre vérification. Pour le présent projet, il s’agira de :
La séparation de la regulation et de l’achat
Le but de cette séparation est d'éviter ou de réduire les situations de conflit d'intérêts ou de collision. Lorsque la performance doit être évaluée ou quand elle est liée à l'argent, il est important d’avoir un achéteur indépendant, qui dispose d’un pouvoir assurant le contrepoids.
Dans l'approche FBP en RDC, il y a une séparation conceptuelle entre le prestataire, le régulateur, l'acheteur et le payeur. Dans le cadre de ce projet, la DEP est détentrice des fonds qui, ensuite transfert aux formations sanitaires sur leur compte après vérification faite par l’EUP qui est l’acheteur, au nom des partenaires au développement et du Ministère de la santé publique. Le Ministère de la santé publique à travers l’EUP oriente l’achat strategique des services de santé de qualité, en appliquant les normes et les directives. Le régulateur s’assure que l'achat et la vérification sont effectués selon des modalités transparentes. Il le fait par les moyens suivants:
Premièrement, il délégue la gestion de contrats à l’EUP.
Deuxièmement, il implique les partenaires au développement et des agents techniques dans les ZS.
Troisièmement, le régulateur utilise une application Web avec un aperçu public où tous les résultats de performance sont présentés de manière transparente.



La séparation de l’achat et de la prestation
La séparation achat- prestation est un concept qui indique que l'acheteur/detenteur/regulateur (le Ministère de la Santé Publique par procuration à travers l’EUP) ne peut pas assurer les prestations de service de santé. Il faut comprendre dans cette définition que le prestataire n’assure pas son propre contrôle mais qu’il est contrôlé par des organisations indépendantes (EUP et ACVE).

La séparation de la vérificaton et de la contre vérification 
La vérification et la contre vérification sont déléguées respectivement à l’EUP et l’ACVE. Cette délégation se fonde sur un ensemble strict des règles et procédures, parmi lesquelles la réglementation des services et des coûts unitaires.
DESCRIPTION DES INSTITUTIONS DANS LE SYSTEME DE SANTE DE LA RDC
Messages clés
La pyramide sanitaire du système de santé en RDC est constitué de 3 niveaux
Le niveau central s’occupe des normes, le niveau provincial s’occupe de l’appui technique et logistique aux zones de santé et le niveau opérationnel s’occupe de l’offre des soins
Les structures de prestation des soins au niveau de la zone de santé sont les centres de santé ( premier échelon) et les hopitaux Généraux de Référence ( deuxième echelon) mais aussi des structures facultatives (poste de santé , centre de santé de référence)
Dans le cadre de la reforme du secteur de la santé, le niveau provincial a deux structures : l’IPS qui depend du niveau central et la DPS qui dépend du Ministre provincial en charge de la santé
La séparation des fonctions entre les acteurs reste un principe clé du fonctionnement des institutions dans le FBP
Le niveau opérationnel est le niveau le plus important de la pyramide sanitaire.


Le régulateur  est situé aux 3 niveaux de la pyramide sanitaire
Niveau central ou niveau national ou niveau normatif ou niveau stratégique :
La régulation est assurée par le Ministère de la santé qui est constitué pour le niveau central d’un Ministre de la santé et de son cabinet ainsi que d’un secrétariat général à la santé dirigé par le Secrétaire Général et appuyé par des directions centrales et des programmes spécialisés. Dans le cadre de la réforme du secteur de la santé, le nombre des directions centrales va passer de 13 à 7 directions.

Niveau provincial ou niveau technique ou niveau intermédiaire :
La régulation au niveau provincial est constituée par deux structures, l’une décentralisée, La Division Provinciale de la Santé (DPS) qui dépend du Ministre provincial ayant la santé dans ses attributions et une structure déconcentrée, l’Inspection Provinciale de la Santé (IPS) qui dépend du Ministre national de la santé.
Dans le cadre de ce projet, la régulation en province reposera sur les DPS. Cette relation est formalisée par des contrats de performance entre le Ministère Provincial ayant la Santé dans ses attributions et les DPS . Ces dernières sont impliquées dans l'évaluation trimestrielle de la qualité des soins et de services au niveau des hopitaux généraux de référence(HGR) ainsi que des performances des ECZS.
Niveau opérationnel
Le niveau opérationnel est constitué des zones de santé. La zone de santé est l’unité de mise en œuvre de la politique nationale, elle est administrée par un conseil d’administration (CA) mis sous la présidence du chef de division provincial. La zone de santé est pilotée par une équipe cadre de la zone de santé (ECZS) coordonnée par le Médecin chef de zone. Une zone est une entité géographique bien délimitée disposant d’une population d’au moins 100 000 habitants, elle compte un Hôpital général de Référence (HGR) qui offre un paquet complémentaire d’activités (PCA) et plusieurs centres de santé(CS) qui offrent un paquet minimum d’activité (PMA). La régulation au niveau opérationnelest assurée par l’équipe cadre de la ZS. Le niveau opérationnel est le niveau le plus important de la pyramide sanitaire.
Les Prestataires
C’est la structure qui a signé un contrat de performance avec l’Etablissement d’Utilité Publique (EUP)ou une Agence d’Achat des Performances dans le but de fournir des services de santé ou de soins de qualité. Ces prestataires sont des centres de santé et hôpitaux généraux de référence des ZS, à la fois publics et privés mais aussi des entités administratives comme les structures du niveau central, les DPS et les Equipes Cadres des ZS (ECZS).
L'Acheteur
Il s’agit de l’EUP, qui doit collaborer avec les DPS pour déterminer en province, les prestations à acheter en fonction des priorités nationales de santé fixées par le MSP L’EUP se chargera de faire de l’achat stratégique en fonction du budget et des priorités qui sont dictées par le MSP.
CONCEPTS DE BASE SUR LES ETABLISSEMENTS D’UTILITE PUBLIQUE (EUP)
Messagesclés
Dans le cadre de la mise en place du financement basé sur la performance ( FBP), l’utilisation des agences d’achat des performance est une regle.
Une agence d’achat des performance est une structure indépendante qui peut être soit une ONG, soit un établissement d’utilité publique,.
Les EUP joueront le rôle d’agence d’achat dans le cadre de ce projet.
Introduction
Dans plusieurs pays, la mise en place du financement basé sur la performance (FBP) entraine le recrutement des ONG internationales utilisées comme agence d’achat et de contractualisation ou de vérification. Pour renforcer l’appropriation et le renforcement des capacités locales, le « modèle EUP » est de plus en plus utilisé. La participation du gouvernement provincial au travers des Ministères de la Santé, du Budget et des Finances, la société civile ainsi que les partenaires techniques et financiers dans son conseil d’administration est devenu un atout majeur d’appropriation et de durabilité et ce, en garantissant l’autonomie de gestion des EUP.
Dans les expériences congolaises et d’ailleurs, les fonctions de vérification, d’achat et de fois de paiement sont exercées par des agences d’achat qui sont des entités décentralisées disposant d’une personnalité juridique. Plusieurs formes d’Agence ont été utilisées, mais en République Démocratique du Congo, un modèle qui émerge et qui est capitalisé par plusieurs pays est le modèle des Établissements d’Utilité Publique (EUP-FBP) dans le montage institutionnel du FBP et qui joue le rôle d’agence d’achat de performance.
Après la capitalisation, les EUP présentent plusieurs avantages dont (i) le potentiel de pérennisation liée à leur pouvoir de mobiliser d’autres financements internes et externes pour la santé, (ii) Le renforcement de la régulation du gouvernement dans le suivi des financements de la province (iii) faibles coûts de transaction, (iv) le renforcement des capacités des acteurs locaux.
Bases historiques et capitalisation des EUP
Les modèles EUP ont été expérimentés sur base des accords gouvernementaux avec le Ministère de la santé et celui des finances vers les années 2006 avec le projet santé 9eme FED de l’Union Européenne dans 4 provinces de la RDC (Nord Kivu, Province Orientale/Ituri et les 2 Kasaï) pour effectuer l’achat des prestations. A ce jour, une capitalisation des bénéfices des EUP permet leur utilisation par d’autres bailleurs comme l’Union Européenne et l’Unicef dans le cadre du PAPOMD 4-5, la Banque Mondiale (projet Grands Lacs) dans le Nord Kivu, l’Union Européenne (projet 10eme FED/PAPNDS) dans les 2 Kasaï et les provinces de l’Est, le Fonds Mondial, GAVI et bientôt le gouvernement provincial dans le Nord Kivu. Ces entités pourtant mises en place par un seul bailleur deviennent de plus en plus des structures multi bailleurs qui assurent l’achat des prestations dans une vision de performance.
Dans le cadre du projet de développement du système de santé, (PDSS) la Banque Mondiale, le Fonds Mondial et l’UNICEF utiliseront le même modèle EUP pour l’achat des prestations
Bases juridiques et administratives
La base juridique de la création des EUP est la loi n° 004-2001 du 20 juillet 2001 portant dispositions générales applicables aux associations sans but lucratif et aux établissements d’utilité publique ainsi que l’accord de don ou de crédit signé entre l’IDA et la RDC pour le financement du projet. L’EUP est créé par une personne physique ou morale qui met à sa disposition une somme d’argent pour une activité philanthropique en l’occurrence l’achat des services de santé.

Compte tenu de la compétence des provinces en matière d’organisation et de fonctionnement des services de santé, les représentants des ministres du gouvernement provincial (Santé, budget et Finances) seront membres du conseil d’administration. Cet organe inclut aussi les partenaires techniques et financiers et la société civile etc.

Cette disposition permet l’appropriation par les pouvoirs publics provinciaux, la transparence et le développement des capacités des EUP à attirer d’autres financements de la santé. Les bailleurs, dont les règles le permettent, sont représentés dans le Conseil d’administration des EUP (comme membre effectif ou comme membre observateur pour renforcer la transparence et la redevabilité. Ces entités disposent des statuts, d’un règlement d’ordre intérieur et d’une convention de cession de gestion entre les EUP et les ministères provinciaux en charge de la santé. Ils disposeront d’un contrat avec la DEP dans le cadre du projet et seront placés sous un contrat de performance pour mener avec efficacité les prestations demandées.
Rôle et attributions du conseil d’administration des EUP
Le conseil d’administration de l’EUP est l’organe suprême qui s’occupe de l’administration de l’EUP et à qui l’exécutif rend compte. Le conseil d’administration est constitué des membres effectifs et des membres observateurs. Il est aussi chargé de la mobilisation des ressources additionnelles ainsi que du suivi de la performance de l’EUP FBP. Le conseil d’administration est présidé par une ONG, une ASBL ou la société civile. Le CA dispose d’un règlement intérieur qui fixe les modalités de travail
Composition des EUP
Tableau I: L’EUP est animé par les acteurs suivants
PosteDescription 1Directeur de l’EUPLe directeur s’occupe principalement de la direction de l’EUP et rends compte au Conseil d’administration. Il coordonne les activités et s’occupe de conduire l’achat stratégique2Chargé de programmeLe chargé de programme s’occupe principalement du management technique du FBP. Il accompagne les antennes et suit les tableaux de bords techniques de l’EUP FBP3Responsable administratif et financier Le RAF s’occupe de la gestion administrative et financière de l’EUP FBP4Le chef d’antenneLe chef d’antenne coordonne le pool des vérificateurs pour la mise en œuvre de leur plan de vérification 5Les vérificateurs Les vérificateurs s’occupent de la vérification de la quantité des prestations dans les formations sanitaires 
Cette équipe sera appuyée par une équipe d’appoint (chauffeur, secrétaire comptable, sentinelle, assistant informaticien, réceptionniste etc.).

Bases techniques
Les EUP sont une forme d’outil de financement de la santé qui s’appuie fortement sur le renforcement de la décentralisation, une option constitutionnelle depuis 2006. Dans le cadre du FBP, ces entités fonctionnent selon les principes fondamentaux du financement basé sur la performance afin d’inciter la performance des structures de santé à travailler selon les normes et les objectifs du Ministère de la santé. Elles assurent pour le compte du Ministère de la Santé Publique, la fonction de vérification technique et communautaire et d’achat stratégique des prestations définies par le régulateur à travers des contrats de performance qu’elles signent avec les formations sanitaires et les associations locales de vérification pour renforcer la voix de la communauté.

Elle est constituée chacune, d’une équipe modeste de direction et un nombre raisonnable de vérificateurs formés en FBP en proportion de 1 pour 100. 000 habitants au maximum. Ces vérificateurs vérifient à travers des missions cycliques dans les formations sanitaires, la matérialité des prestations avant que les structures ne soient payées.

Les EUP participent régulièrement aux réunions de la commission financement et couverture sanitaire universelle du CPP. Cette entité de pilotage renforce le dialogue sectoriel et la transparence dans le secteur de la santé. LesEUP forment les prestataires en FBPen collaboration avec la DPS, accompagnent l’élaboration et la validation des plans de management, négocient les contrats, coachent les prestataires sur l’utilisation des outils du FBP, procèdent aux vérifications périodiques des prestations, les valident , avec les prestataires, établissent les factures générées par le portail web , les soumettent pour approbation, demandent que le paiement soit éffectué par le détenteur de fonds, sur base d’un PV signé par les membres de la commission financement et couverture sanitaire universelle.
Le cycle de paiement

Figure  SEQ Figure \* ARABIC 1: Le Cycle de paiement








Commission/GT financement du CPP
Cette commission rattachée au comité provincial de pilotage (CPP) joue le rôle du comité de pilotage FBP. Cette intégration des fonctions du comité de pilotage FBP se fait pour éviter de contribuer à la pullulation des comités de pilotage au sein du secteur de la santé. La commission financement et couverture sanitaire universelle jouera dans le cadre du FBP entre autres comme rôle :
Dans le cadre de ses relations avec les partenaires extérieurs :
Veiller à leur intégration dans la mise en œuvre de la stratégie du Financement Basé sur la Performance en intégrant au maximum les partenaires potentiels
Diriger les partenaires et leurs ressources vers les priorités identifiées par le Ministère de la Santé.
Dans le cadre de ses relations avec les formations sanitaires et niveaux décentralisés :
Participer à la validation des différents contrats pour la mise en œuvre de la stratégie du Financement Basé sur la Performance;
Imposer le respect des contrats et règles, y compris le cas échéant par l’administration des sanctions prévues dans le contrat ;
Accepter ou rejeter la requête consolidée de paiement soumise par les entités décentralisées.
Solliciter un complément d’information le cas échéant ;
Aider les formations sanitaires et niveaux de pouvoir décentralisés à mettre en œuvre la stratégie du Financement Basé sur la Performance;
Approuvé les factures de paiement des formations sanitaires ;
Discuter des résultats de vérification et de contrevérification.




DEFINITIONS DES ROLES DES ACTEURS DE MISE EN ŒUVRE

Rôle des acteurs du niveau central
La régulation sera assurée par le Ministère de la Santé à travers la Direction d’Etudes et Planification du MSP (DEP) qui , en plus de ses mandats et ses missions, coordonnera et exécutera le projet.Elle fera aussi office de l’ordonnateur de fonds. La DEP signera un contrat de performance avec le Secrétaire Général, sur la base de sa mission, et ces produits pouvant être vérifiés objectivement. La DEP procédera à la coordination et au suivi des contrats du projet.
La Direction de Développement des Soins de Santé Primaires à travers sa Division du Système National d’Informations Sanitaire (DSNIS) en matière de gestion des informations relatives à la santé sera renforcée. ...La Division du SNIS reçoit un appui technique et financier de la part des partenaires pour la mise en œuvre du DHIS-2, qui remplace le GESIS. En outre, la RDC a conçu une application Web pour le FBP sur la base du logiciel OpenRBF. l'application est accessible sur le site www.fbrsanterdc.cd/ afin d’améliorer la gouvernance dans ce domaine. Dans le cadre du PDSS, la division du SNIS sera renforcée afin de gérer efficacement les outils de communication. La gestion du portail Web sera assurée à un comité de getion du Portail qui existe et qui a été installé par le SG et celle du DHIS-2 sera confiée à la division du SNIS sur la base de la signature d’un contrat de performance avec le Secrétaire Général de la Santé.
La Cellule Technique - Financement Basé sur les Résultats (CT-FBR/MSP) va appuyer les aspects techniques de la mise en œuvre du financement basé sur les résultats. Elle va assurer la promotion, l'harmonisation et la vulgarisation de la stratégie du FBR, ainsi que le suivi et l’accompagnement des provinces. Dans le cadre de ce projet, la CTF-FBR bénéficiera de l'appui des experts nationaux et internationaux afin de renforcer les capacités techniques de cette dernière, notamment sur le plan du suivi. La cellule technique prestera sur la base d’un contrat de performance conclu avec le Secrétaire Général de la Santé.
La Cellule de Suivi et évaluation du MSP procédera à l’évaluation des directions et cellules/divisions relevant du SG. Cette cellule agit sous l’autorité du SG et collaborera avec une agence externe pour procéder au suivi et évaluation des structures ayant signé un contrat axé sur les résultats dans le cadre de ce projet. Cette cellule préparera directement les rapports sur les résultats produits par chaque établissement sous-traitant. Dans ce cadre, elle procédéra aussi à la vérification des prestations des Directions et Programmes centraux selon leur cadre de performances.

La Cellule Technique élargie du Financement Basé sur les Résultats , à vocation technique spécialisée, sera constituée de spécialistes en FBP issus d’organes divers, facilitera l'évaluation horizontale et appuiera à titre consultatif la mise en œuvre du projet. Ces spécialistes sont issus des différents organes du ministère et des organisations locales et internationales qui sont expérimentées dans le domaine du FBP.

Rôle des acteurs du niveau provincial
La Division Provinciale de la Santé (DPS) est le levier principal de la pyramide sanitaire dans les domaines techniques de la prestation et de la régulation des services de santé. Dans le cadre de la mise en œuvre de son plan d’action, la DPS signera avec le ministère provincial en charge de la Santé un contrat unique intégré, axé sur les résultats, qui sera évalué trimestriellement par une équipe ad hoc issue du CPP-SS constituée du gouverment provincial; société civile et des PTF; semestriellement par la Cellule de Suivi et Evaluation du niveau national pour validation. Les DPS assument les fonctions suivantes, entre autres : (i) se rendre périodiquement dans leurs zones de santé pour les encadrer selon un plan d’encadrement, (ii) organiser des évaluations trimestrielles de la qualité dans les hôpitaux Généraux référence (HGR), en collaboration avec la cliniciens spécialisés dans la qualité des soins, et y participer ; et (iii) servir de secrétariat de la commission financement et couverture sanitaire universelle .

Élément institutionnel fondamental de la démarche du FBP en RDC, la commission financement et couverture sanitaire universellel veille à ce que la province gouverne convenablement la démarche. Au cours de sa réunion trimestrielle, le comité provincial doit approuver (ou modifier, le cas échéant) l’ensemble des factures des trois mois précédents devant être payées aux zones de santé au titre du FBP. Il doit également discuter les problématiques soulevées par la gestion décentralisée au titre du FBP.

Les Etablissements d’Utilité Publiques (EUP), inspirés de ceux qui ont été mis en place dans les Kivus, seront créés par le projet. Les 4 EUP FBP dans le Bandundu, le Katanga, le Maniema et l’Equateur seront chargées de l’achat de services auprès des prestataires. À cette fin, ils signeront des contrats de performance avec les structures sanitaires, ainsi qu’avec les entités de régulation (ECZS). Les contrats avec les structures sanitaires comprendront la liste des interventions devant être subventionnées par le modèle de FBP ; la grille d'évaluation qualité à appliquer ; et les engagements contractuels de chaque partie (par ex. : la préparation des plans d'activités, le coaching, les améliorations en termes de qualité, les paiements et les mécanismes de vérification; les prévisions budgétaires en fonction de l'outil d'indice). Les paiements du FBP seront faits sur une base trimestrielle après la vérification indépendante et selon les résultats en termes de quantité et qualité des services.
Les EUP seront accompagnés par la DEP/MSP, la CT-FBR et accompliront les tâches suivantes : (i) négocier et signer les contrats ; (ii) identifier en collaboration avec l'ECZS; les structures de santé avec lesquels des contrats seront conclus sur la base de la carte sanitaire provinciale de la santé et les normes actuelles relatives à la taille de la population desservie par chaque structure de santé ; (ii) négocier et valider avec les structures de santé des plans de gestion et des contrats de performance concernant les services contenus dans le PMA et le PCA ainsi que les services administratifs; (iii) former les prestataires de services de santé au FBP, en collaboration avec les équipes cadres des zones de santé ; (iv) vérifier la quantité de services dispensés par les structures de santé ; (v) accompagner les structures de santé, en collaboration avec les équipes sanitaires des zones de santé ; (vi) participer à l’évaluation du travail des équipes de gestion des zones de santé, en collaboration avec les Divisions Provinciales de la Santé ; (vii) sélectionner les organisations à base communautaire qui mèneront les sondages auprès des communautés sur la satisfaction de la clientèle ; (viii) saisir les informations sur la quantité et la qualité des services dans l’application Web ; (ix) surveiller le travail des antennes des EUP agissant sous leur supervision  ; et (x) analyser et diffuser les résultats des enquêtes dans les communautés.
Étant donné l’accès géographique de certaines provinces, comme Équateur et Bandundu, les antennes des EUP seront créées pour que la vérification des quantités et l’organisation des sondages des communautés sur la satisfaction de la clientèle soient réalisées efficacement. Ces antennes seront administrées et supervisées par les principaux EUP, qui seront situés dans les chefs-lieux des provinces actuelles afin de participer à la concertation sectorielle et la dissémination des résultats.







Tableau II: Cartographie des EUP dans les provinces d’interventions

Provinces Siège principal de l’EUP
AntenneKwilu- Mai Ndombe-KwangoBandundu-VilleKikwitInongoKengeHaut Katanga, le Lualaba et le Haut LomamiLubumbashiKasajiKaminaManiemaKinduKasongoTshuapa, Mongala, Equateur, Sud UbangiMbandakaBoendeLisalaGemena Mbandaka
Les Antennes des EUP sont des entités déconcentrées des sièges qui s’occuperont principalement de la vérification pour atteindre certaines zones de santé éloignées.
Les équipes-cadres de zone de santé tiendront une place importante dans la régulation de la qualité des structures de santé. Au titre de la mise en œuvre du FBP, l’équipe de zone de santé signe avec l’EUP un contrat de performance. L’équipe de zone de santé sera chargée de : (i) organiser les réunions du comité de gestion (COGE) ; (ii) assurer le suivi de la gestion et l'utilisation des fonds pour aider la structure de santé sur la base des objectifs et cibles énoncés dans le plan de gestion ; (ii) participer aux discussions et négociations menées avec le gestionnaire de la structure de santé au sujet de l’échelle des honoraires ; (iii) par le biais des organisations à base communautaire qui disposent d’un contrat avec les EUP, faciliter les sondages des communautés sur la satisfaction de la clientèle ; (iv) utiliser les résultats de ces sondages des communautés pour amplifier la voix de la communauté (v) organiser l'évaluation de la qualité dans le centre de santé(vi) encadrer les structures sanitaires

Les structures de santé (hôpitaux généraux de référence et centres de santé) sont des entités où sont dispensés des soins et des services précis. Ces structures de santé qui peuvent être publiques, privées ou confessionnelles doivent accomplir les principales tâches suivantes : (i) dispenser un paquet minimum d’activités (centres de santé) ou un paquet complémentaire d’activités(HGR) basé sur les services traditionnels de médecine interne, de pédiatrie, de gynéco-obstétrique, de chirurgie et d’imagérie médicale - en fonction de la situation, et observer les normes imposées par la réglementation ; (ii) renforcer la gestion autonome des ressources humaines, financières et matérielles et exécuter les recommandations des missions de supervision ; (iii) signer un contrat de performance avec l’EUP, portant sur une liste de base de services sélectionnés ; (iv) élaborer un plan de gestion trimestriel ciblant l’amélioration de l’accès de la population à des services de santé de qualité; (v) formuler des procédures internes pour l’allocation de primes de rendement au personnel sur la base de l’outil des indices et de l’outil d’évaluation de la performance individuelle.

Sur la base d’un contrat conclu avec le Secrétaire Général , une agence de contre-vérification externe (ACVE) contrevérifiera (ex post, soit après paiement) le travail des équipes sanitaires des zones de santé, ainsi que la qualité des services dispensés dans les centres de santé et les hôpitaux.

Les institutions communautaires participeront à la mobilisation sociale et à la vérification communautaire afin que la population se fasse mieux entendre. La communauté est impliquée de la manière suivante (i) participation aux réunions du comité de gestion (COGE) et organisation des réunions du comité de développement de la santé (CODESA) ; (ii) gestion conjointe des fonds pour aider la structure de santé sur la base des objectifs et cibles énoncés dans le plan de gestion ; (ii) participation aux discussions et négociations menées avec le gestionnaire de la structure de santé au sujet de l’échelle des honoraires ; (iii) par le biais des organisations locales qui disposent d’un contrat avec les EUP, faciliter les sondages des communautés sur la satisfaction de la clientèle ; (iv) utiliser les résultats de ces sondages des communautés pour amplifier la voix des bénéficiaires.
LA VERIFICATION DES PRESTATIONS DANS LE FBP
Messages clés

La vérification permet de s’assurer de la matérialité de la quantité et qualité des prestations
Elle est faite sur base des supports de remplissage
Elle est realisée par des vérificateurs issus des EUP
On ne peut pas payer une formation sanitaire sans vérification et validation des donnees
La vérification améliore l’information sanitaire, un pilier du système de santé et mets en place un système de transparance qui renforce la gouvernance
La vérification de la qualité permet de montrer à la structure quel est son niveau actuel par rapport aux nomes mais principalement quels sont les espaces d'amélioration
La vérification communautaire permet de mesurer le dégré de la satisfaction des usagers
Définition
La vérification est le processus par lequel les résultats produits par les formations sanitaires et de l'administration de la santé sous contrat sont contrôlés.

La contre- vérification est le processus par lequel les résultats sont certifiés par l'ACVE. Cette contre- vérification est importante pour renforcer la rigueur de la vérification, et pour prévenir les fraudes et les tricheries. Les contre- vérifications sont effectuées selon le protocole. Les résultats de la contre- vérification sont discutés avec les communautés, les établissements de santé, l’administration de la santé, et dans les commissions financement. La fraude sera sanctionnée.




















































Types de vérification des prestations
Il existe dans le FBP deux types de vérification :
La vérification technique (ou administrative) qui est faite dans la structure contractante par des équipes techniques. Cette vérification se fait en deux temps:

La vérification quantitative des résultats déclarés par la structure
La vérification qualitative de ses prestations
La vérification communautaire qui est faite dans la communauté par des associations à assise communautaire. Cette vérification poursuit trois objectifs à savoir, la vérification de l’existence des patients déclarés par la structure, la vérification de l’effectivité des prestations déclarées et la vérification de la qualité perçue par la communauté.
Vérification technique quantitative
Identification des organes de vérification technique
A travers une convention signée avec le MSP/DEP et parmis les activités qu’ils auront à assurer, les Etablissements d'Utilité Publique s’occuperont de la vérification de la quantité des prestations fournies. Par ailleurs ils auront à : (i) identifier en collaboration avec la DPS les formations sanitaires à contrater , (ii) négocier des plans de management et des contrats (iii) assurer la formation des prestataires des services de santé sur le FBP en collaboration avec les ECZS, (iv) assurer le coaching (en collaboration avec le ECZS) en FBP,  et (vi) appuyer les ASLO pour l’organisation des enquetes communautaires.
Nature des prestations concernées par la vérification technique
Dans le cadre du Financement Basé sur la Performance, une attention soutenue est mise dans la prestation des soins. Il s’agit des prestations des soins qui sont offerts par les formations sanitaires ( les centres de santé et les hopitaux généraux de reference ).

Dans les CS : il s’agit des soins curatifs, preventifs, promotionnels et de readaptation qui constituent le PMA.

Dans les hôpitaux, il s’agit d’un paquet complémentaire d’activité. Les formations sanitaires sont responsables de la disponibilité de leurs moyens ( médicaments etc) pour offrir ces services de santé. Les incitants qui sont donnés doivent leur permettre d’élargir l’accès de la population à ces services tant en réduisant les tarifs mais aussi en améliorant la qualité des soins.

On note également les prestations administratives qui sont faites par les structures du niveau central, les DPS et les ECZS. Ces prestations sont par exemple, les supervisions, la tenue des revues mensuelles, le reporting, la gestion des stocks, le coaching, les évaluations qualité, l’organisation et la participation aux activités de formation etc.

Cycle de vérification technique quantitative
La vérification technique (ou administrative) quantitative se fait en 3 étapes : préparation de la vérification, la conduite de la vérification quantitative et le prélèvement de l’échantillon pour la vérification communautaire.

A) La phase préparatoire de la vérification
La phase préparatoire de la vérification comprend les activités suivantes :
Élaboration et diffusion du programme de descente dans les structures contractantes
La constitution des équipes des vérificateurs
La préparation logistique de la mission (ordres de mission, moyens de transport, canevas de vérification, fiches centralisatrices des échantillons, crayons et stylo de couleur, eau et nourriture, lampes de poches, fiches d’analyse des contraintes, …)

B) La conduite de la vérification quantitative
La vérification quantitative est faite dans la structure contractante par des vérificateurs de l’AAP. Elle se fait selon les étapes suivantes:
Descente des vérificateurs de l’EUP dans la FOSA, accompagnés par un cadre de la Régulation si le coût le permet. Si non, le vérificateur doit s’annoncer au bureau de zone de santé
Etablissement consensuel d’un horaire de travail avec les acteurs des structures contractantes
Mise à disposition des outils de gestion/de collecte des données
Vérification des prestations déclarées dans le bordereau :
Remplir le canevas de vérification pour tous les indicateurs : les données du SNIS expédiés à la ZS et archivés dans la structure, les données déclarées du bordereau de prestation en relevant les discordances et en discutant les causes avec les membres de la structure ;
Procéder au comptage des nouveaux cas de la période, page par page pour chaque indicateur dans les registres ad hoc des structures contractantes, pour obtenir les données vérifiées.
Procéder au comptage des nouveaux cas disposant de toutes les informations complètes (nom complet, adresse complète, sexe, traitement, ….) selon le registre ad hoc, pour obtenir les données validées. Ces dernières seront prises en compte dans le payement et dans l’échantillonnage de la vérification communautaire. et de la définition contractuelle de chaque indicateur.
Procéder à la triangulation des données pour confirmer les cas, en particulier en cas de discordance, de doute ou d’indicateur spécifique de grande pondération ; Les données contenues dans les registres doivent être croisées avec celles contenues dans d'autres supports d'informations (fiche de consultation; partogrammes; reçu et livre de caisse; cahier de consommation journalière et fiche de stock de médicaments; etc) de la FOSA pour s'assurer de la conformité des données déclarées.
Relever les discordances entre les données du SNIS, les données déclarées, vérifiées et validées ; aider les prestataires à identifier les causes.
C) Tirage d’un échantillon pour la Vérification Communautaire

Disposer les registres des prestations contractuelles dans un endroit isolé (les membres du CS ne doivent pas connaître les malades pris dans l’échantillon de vérification communautaire).
Tirer pour chaque indicateur un échantillon aléatoire (1 à 3% des patients/clients figurants dans les registres sur une période de trois mois).
Remplir pour chaque indicateur la fiche centralisatrice des échantillons
Remettre les échantillons aux ASLO en utilisant la technique du patient fantôm




Cycle de vérification technique qualitative
Dans le FBP, la qualité est particulièrement suivie au niveau des prestations des soins. Pour cela des canevas d’évaluation de la qualité sont trimestriellement utilisés. La vérification qualitative se déroule également selon les trois étapes suivantes:
La phase préparatoire de la vérification technique qualitative (idem que pour la vérification quantitative)
La phase de la conduite de la vérification qualitative
Descente de l’équipe cadre de la zone de santé dans la FOSA
Etablissement consensuel d’un horaire de travail avec les acteurs des structures contractantes
Visite de l’établissement en ciblant les services et ouvrages à évaluer (laboratoire, trou à placenta, fosse à ordures, …)
Évaluation des critères d’appréciation de la qualité dans chaque service ou département de la FOSA

Analyse approfondi des causes de mauvaise qualité

La phase du feed-back immédiat
Pour toutes les composantes ayant obtenu moins de 60%, des mesures immédiates doivent être discutées avec l’équipe pour corriger les déficiences observées.
NB : la vérification quantitative et qualitative peuvent se faire en même temps ou en différé.
Vérification communautaire
Identification des organes de vérification communautaire
L’EUP lance un avis de manifestation d’intérêt à l’adresse des associations locales actives reconnues officiellement dans la Zone. Chaque association pose sa candidature pour une zone d’intervention. La présélection est assurée par une Commission comprenant un représentant de l’ECZS, un membre de l’EUP et une personne de l’administration territoriale. Une seule association locale (ASLO) par zone de santé doit être sélectionnée mais cette association doit avoir une bonne couverture des aires de santé. Le choix s’opère de préférence parmi des associations qui ont des objectifs liés à la lutte contre la pauvreté et de développement communautaire, les associations paysannes, des femmes etc. Des écoles primaires ou membres des mutuelles de santé peuvent également être utilisées pour cette vérification.
L’ASLO qui signe le contrat doit être agréée par le Ministère de la justice ou à défaut être reconnue par le Territoire et avoir au moins une année d’existence. A défaut de l’expérience de deux ans, l’EUP examinera la possibilité de travailler avec une nouvelle association. L’ASLO ne doit pas avoir de lien avec la structure de santé de l’aire de santé à contrôler pour éviter des conflits d’intérêt. Les membres ne doivent pas être choisis parmi ceux du COSA ou du CODESA. Les ASLO vérifieront aussi le travail fait par les sites des soins communautaire dans le souci de s’assurer que les sites des soins communautaires offrent des services de qualité à la population
Profil des enquêteurs communautaires
L’ASLO sélectionnée propose pour formation des enquêteurs parmi ses membres. Elle choisit un maximum de six enquêteurs par aire de santé tout en respectant le genre. Après formation, sur les 6 enquêteurs, 4 enquêteurs dont au moins 1 à 2 femmes seront enrôlés dans les enquêtes organisées et chaque association garde toujours comme réservistes deux enquêteurs formés. Le choix des enquêteurs est basé sur les critères suivants :
Bien lire, écrire et comprendre la langue locale ; la connaissance du français étant un atout ;
Être disponible pendant quinze jours par trimestre pour faire les enquêtes ;
Être capable et avoir la volonté de se déplacer jusqu’aux ménages situés à deux heures de marche, à pied ou avec ses propres moyens de transport (par exemple bicyclette) ;
Être capable d’accomplir ses tâches dans une atmosphère familiale avec fidélité, discipline, franchise et intégrité.
Il est important de choisir au moins 30% des femmes parmi les vérificateurs communautaires à soumettre à la formation, étant donné la prédominance des femmes parmi les personnes soumises à l’enquête communautaire (prestations de santé de la mère et de l’enfant). En plus, les membres des ASLO devant mener ces enquêtes seront selectionnées en fonction de la specificité des certaines prestations qui exigent une confidentialité (ex. la PF qui exige des enquêteurs femmes,…). La vérification communautaire devra tenir compte de la confirmation du statut d’indigent pour les cas déclarés par la structure.

Nature des informations recherchées dans la vérification communautaire
Les vérificateurs de l’EUP remplissent une fiche d’échantillonnage résumant toutes les données concernant l’identification du patient et les prestations fournies par la FOSA (jour de visite, durée d’hospitalisation, examens de labo, etc.) et ils gardent cette fiche. Pour éviter les tricheries, il faut avoir un programme rotatoire des vérificateurs
Les vérificateurs remettent à l’association locale des fiches d’enquête reprenant seulement les détails nécessaires pour retrouver les patients à enquêter (nom et prénom, commune, colline, sous-colline, village de provenance, chef de famille) et les éléments d’enquête à vérifier au sujet du patient.
En distinguant ainsi fiches d’échantillonnage et fiches d’enquêtes, le vérificateur détient des informations que les enquêteurs ne peuvent pas connaître sans visiter le ménage et sans parler avec le patient ou au moins avec un membre de son ménage (âge du patient, date du contact avec la FOSA, durée d’hospitalisation, examens de laboratoire effectués, sexe de l’enfant vacciné, rang de la grossesse). Une part de l’information recueillie par l’enquêteur n’a donc pour objet que de permettre au vérificateur de s’assurer que l’enquêteur a bien visité les ménages à enquêter.
L’enquête communautaire comprend 3 volets:
La vérification de l’existence des utilisateurs
La vérification de la prestation effectuée
La satisfaction des utilisateurs

Cycle de vérification communautaire

La vérification communautaire se déroule également selon les trois étapes suivantes:
A) La phase préparatoire de la vérification communautaire
La phase préparatoire de la vérification communautaire comprend les activités suivantes :
Remplissage des fiches d’enquête communautaire par l’EUP. Annexe 22
Remise des fiches d’enquête aux ASLO ;
Élaborer et diffuser le programme d’exécution des enquêtes dans les aires de santé choisies (trimestriellement) par l’EUP. Il est important d’informer le chef de village qui communiquera le programme à sa population
B) La conduite de l’enquête communautaire

Mener la vérification au domicile des patients par les vérificateurs communautaires issus des ASLO/ONG/OAC pour remplir le formulaire d’enquête afin de :
Vérifier leur existence du cas déclarés
Vérifier l’effectivité des prestations déclarées
Recueillir leur satisfaction sur les services reçus (critères de satisfaction).

Élaborer le rapport de vérification communautaire

Expédier les fiches à l’EUP FBP qui effectuera l’analyse des données collectées ainsi que les rapports de vérification de la qualité subjective des prestations fournies par les Fosa enquêtées
L’enquête communautaire se fait à l’aide d’un questionnaire. Annexe 21

C) Restitution des résultats aux FOSA
À l’issue de cette vérification, les résultats seront restitués à la structure contractante et serviront de base pour l‘élaboration des plans de gestion ou de management et la négociation des contrats. Les Equipes cadres de zone de santé apporteront un coaching qui vise à améliorer les services selon les points de vue des usagers.
Consolidation des donnees de verification et Paiement des prestations livrées
Une des forces est que les données sont validées à la source (vérification systématique de la qualité des données), mais aussi à d'autres niveaux. En outre, les données sont utilisées de manière optimale à tous les niveaux (Centre de santé; HGR, BCZ, DPS et Secrétariat Général). Dans l’ensemble, cinq niveaux de contrôle / surveillance sont décrits dans l'approche FBP.
Chacun de ces cinq niveaux contribue à renforcer la fiabilité des données et les paiements liés au rendement. Les systèmes FBP sont extrêmement approfondis en ce sens qu’ils assurent la traçabilité jusqu’au consommateur de chaque FC ou USD payé pour un service

Le premier niveau de consolidation des données
Le premier niveau de consolidation des données est constitué par la structure de santé. Chaque structure élabore son plan de management dans lequel il décrit tous les services à subventionner sur base d’indicateurs du paquet d’activité de la structure ainsi que les cibles à atteindre pour chaque prestation. La structure de santé doit valider la qualité de ses données avant de les présenter aux autres parties prenantes du système. L’Équipe Cadre de la ZS et l’EUP doivent, lors des supervisions et du coaching des structures de santé sous FBP, renforcer leur capacité en matière de gestion et de validation des données à ce niveau.
Le deuxième niveau de consolidation des données
Le deuxième niveau de consolidation est constitué par les missions de vérification périodique de la quantité et de la qualité des données par l’EUP. La vérification est le processus par lequel les résultats produits par les formations sanitaires et de l'administration de la santé sous contrat sont controlés. Il existe deux types de vérification: la vérification ex-ante et la vérification ex-post. Vérification ex-ante est la vérification avant paiement et la vérification ex-post est une vérification qui est faite après que les résultats aient été payés.
L’EUP vérifie et valide les prestations déclarées par les structures de santé. Cette vérification se fait sur base des rapports d’activités de la structure (registres de base). Un bordereau des prestations est émis par la structure et est envoyé à l’EUP. Cette dernière contrôle la cohérence et la conformité des prestations déclarées par la structure à partir des registres. Elle fait aussi la triangulation avec les autres outils de gestion (livre de caisse, fiche de stock, fiche de suivi, partogramme, etc). Une vérification rigouseuse des prestations oblige la structure à avoir une bonne tenue des outils de gestion.
Les données validées sont des données quantitatives vérifiées dans les registres et respectant toutes les conditions de traçabilité exigées par le FBP, c’est-à-dire des données avec toutes les indications requises : noms, âge, adresse, diagnostic, numéro du dossier, traitement, date,....Ce sont les données validées qui sont facturées par l’EUP pour le paiement.
Les données vérifiées sont des données quantitatives comptées au niveau des registres sanitaires en enlevant les erreurs de numérotation ou de comptage. Ces données contiennent les cas de personnes enregistrées dans les registres même si toutes les données relatives à l’identification ou à la prise en charge du malade ne sont pas indiquées.



Le troisième niveau de consolidation des données
Le troisième niveau est constitué des réunions trimestrielles de la sous commission financement et contractualisation/Comité de pilotage FBP. Lors de ces réunions, les factures mensuelles des structures sont comparées avec la facture consolidée de la ZS trimestriellement et imprimée à partir de la base de données Web. Cette comparaison permet de détecter les erreurs de validation des données au niveau de la structure de santé et /ou de saisie de données au niveau de l’EUP. Outre, l’examen du score de qualité des structures de santé, la sous commission financement et contractualisation discute des progrès accomplis en rapport avec les plans de management. Les résultats des enquêtes communautaires et de la contre vérification sont aussi discutés et des grandes orientations sont données pour alimenter la rétro-information à adresser aux autorités, aux structures de santé et aux communautés.
Les procès-verbaux de ces procédures seront accompagnés d'une copie de la facture de la ZS consolidée trimestriellement, approuvée et déposée, avec copie à la Commission financement et couverture sanitaire universelle. Après approbation des factures consolidées à la réunion du comité, l’EUP peut procéder au paiement. Toutes les informations relatives au processus du paiement des performances à tous les niveaux sont publiées sur la page d’acceuil de l'application Web (HYPERLINK "http://www.fbrsanterdc.cd/"http://www.fbrsanterdc.cd/)
Le quatrième niveau de consolidation des données
Le quatrième niveau de consolidation des données consiste en l’évaluation de qualité de la structure. L’évaluation de la qualité technique de la structure de santé se fera, chaque trimestre, sur base d’une grille de qualité appropriée pour chaque niveau. L’évaluation de qualité de la structure est exprimée sous forme d’un score de qualité technique. La vérification de la qualité technique dans les centres de santé sera faite par l’ECZS. Pour les HGR, la vérification est faite par la DPS accompagnée de l’EUP et les pairs.
Cette évaluation comprends les volets clinique, gestion des ressources, organisation des services, hygiène, assurance qualité des soins et les finances etc. A la fin du processus, les évaluateurs doivent faire une analyse de chaque volet et proposer des actions correctrices d’amélioration y compris des mesures administratives. Des sanctions seront prises en fonction du niveau de réalisation des recommandations non exécutées constatées lors de la prochaine évaluation.
L’évaluation ex-ante de la qualité de l'HGR se fait par la DPS accompagnée par les pairs pour des raisons de coaching. La notation réelle des résultats est faite par ceux qui ne sont pas des hôpitaux pairs, avec les pairs dans un statut d'observateur (c'est à dire pas responsable de la notation réelle).
Le cinquième niveau de consolidation
Le cinquième niveau de consolidationde consolidation est constitué d'enquêtes de vérification communautaire et satisfaction des clients. La vérification communautaire a pour objectifs de :
S’assurer que les données reprises dans les registres d’utilisation des services de la structure sont réelles et n’ont pas été délibérement falsifiées par les prestataires ;
Recueillir les opinions des utilisateurs des services de santé sur la qualité des soins de santé offerts par la structure ;
Vérifier principalement que les tarifs affichés ont été appliqués.
Elle est réalisée par des Associations Locale recrutées et ayant un contract avec l’EUP.
LE CONTRAT DANS LE FBP
Messages clés

Le FBP est caractérisé et matérialisé par le contrat de performance signé entre l’EUP et le prestataire.

Il n’y a pas de FBP sans contrat négocié et signé librement entre l’EUP et le prestataire

Le contrat est le socle qui permet le démarrage effectif de FBP dans une structure

Dans le FBP, chaque contrat doit contenir un cadre de performance qui incite le prestataire à l’atteinte des objectifs fixés.






Définition du contrat
Le contrat est un document légal qui définit un engagement entre deux ou plusieurs partenaires qui s’obligent librement et mutuellement à atteindre un objectif commun. C’est donc un accord entre deux individus, deux entités qui s’entendent à faire ou ne pas faire quelque chose.
Structure du contrat 
Le contrat est constitué de deux parties essentielles à savoir : la partie fixe et la partie variable
Partie fixe du contrat (Non négociable) 
En RDC, il existe certains éléments qui ne peuvent pas être négociés dans un contrat de performance, ces éléments ont une portée normative et concernent :i)le respect de la politique nationale adoptée dans le pays en matière de santé, ii)le respect de services constitutifs du paquet minimum d’activités pour le centre de santé ; iii)le respect des services constituant le paquet complémentaire d’activités pour l’hôpital, iv) le respect des priorités adoptées dans le Plan National de Développement Sanitaire et v) les engagements nationaux et internationaux pris par le pays.
Partie variable (Négociable) 
Cette partie du contrat de performance est négociable, elle se rapporte au choix des structures à appuyer, ii) prestations à acheter, iii) les barèmes des services, iv) les modalités pratiques de mise en œuvre du contrat, etc.
Types de contrats
Il existe deux types de contrats : le contrat classique et le contrat relationnel
Le contrat classique est caractérisé par:
(a) Un objectif claire ;
(b) Une durée limitée ;
(c) Une prévisibilité des actions ;
(d) Une opposabilité aux parties signataires au sens juridique ;
(e) Contrat développé par des appels d’offre.

Des exemples des contrats classiques sont le contrat de construction d’une maison et le contrat pour les services de buanderie ou de sécurité d’un hôpital. Notons que dans le FBP, ce type de contrat est difficile à appliquer étant donné que la réalité des services de santé est complexe et il est souvent hasardeux de prédire l’avenir.
Dans le FBP, il est conseillé d’appliquer le contrat relationnel
Le contrat relationnel est caractérisé par :
Leur caractère imprécis et incomplet ;
La durée indéterminée pour la mise en œuvre des actions;
Les partenaires sont interdépendants et doivent donc coopérer ;
Il faut de la confiance, une certaine latitude et flexibilité en cas d’imprévu ;
Il est difficile de recourir au tribunal ; le contrat est fait sous forme d’un partenariat.
Un contrat valable doit remplir les conditions suivantes : (a) Un consentement libre et éclairé des parties ; (b) Les parties doivent disposer d’une personnalité juridique; (c) Le contrat ne peut pas aller contre l’ordre publique ou être en contradiction avec la loi; (d) L’objet du contrat doit être certain et déterminé.
Le respect des termes du contrat varie selon qu’il s’agisse d’un contrat classique ou d’un contrat relationnel.
Rôles du contrat de performance dans le FBP
Les contrats sont établis à plusieurs niveaux : Au niveau central avec le Secrétaire Général, au niveau provincial avec le ministre provincial de la santé et au niveau périphérique avec l’EUP. Ce sont des outils qui déclinent très clairement les engagements et les droits des parties prenantes et leurs modalités de mise en œuvre. Ceux-ci sont décrits dans la section «contrats» et sont présentés dans leur intégralité dans les annexes du présent manuel.
Les contrats sont destinés à clarifier la performance attendue, et d'établir les règlements relatifs à l'approche FBP. Il est essentiel que tous ceux qui travaillent dans le FBP comprennent ces contrats de manière satisfaisante et que les informations soient partagées de manière symétrique, à savoir : la clarté dans les rôles et la performance attendue, la transparence des procédures de contrôle et une communication permanente des résultats à toutes les parties prenantes. Cela contribuera à réduire les risques et les coûts de transaction engagés dans le FBP.


Gestion du contrat de performance
La mise en œuvre du contrat fait appel à un certain nombre de modalités pratiques d’exécution qui définissent les différentes étapes et leurs activités ainsi que les échéances de réalisation. Dans le cadre du PDSS, un tableau de bord sera mis en place pour suivre la réalisation des différentes activités par les EUP d’une part et d’autre part celles réalisées par les prestataires à divers niveaux. Ce tableau de bord sera tenu par la DEP qui assure la coordination de ce projet. En province, ce tableau de bord sera tenu par la Sous-commission de financement au niveau de chaque DPS.
Quelques cas particuliers 
En RDC, l’administration des soins de santé primaires n’est pas une exclusivité gouvernementale, pour contribuer à l’amélioration de l’état de santé de sa population, l’État Congolais a agréé d’autres structures sanitaires confessionnelles, privées à but lucratif et des structures sanitaires dans certaines entreprises.
La mise en œuvre de FBP se heurte souvent à la difficulté quant à la signature du contrat de performance entre l’EUP et le répondant de ladite structure : est-ce le gestionnaire ou le propriétaire de la structure qui doit signer ? Les expériences FBP dans le Sud Kivu avec le BDOM peuvent servir d’exemple pour régler ce problème.
L’expérience montre que si le gestionnaire signe sans impliquer le responsable ou propriétaire, ce dernier a tendance à fouler au pied les clause0020s contractuelles et si c’est le propriétaire qui signe sans impliquer le gestionnaire ce dernier ne se sent pas lié à ce contrat de performance , par conséquent, l’atteinte des cibles fixées ne sera pas sa priorité. Dans le souci d’impliquer tout le monde à ce processus nous pensons que le gestionnaire direct de la structure signe le contrat de performance, mais le propriétaire contresigne. Toutes fois, les clauses en rapport avec les recettes et les dépenses de la structure doivent être prévues et négociées dans ledit contrat afin de rendre toutes les parties redevables.





AUTONOMIE DES STRUCTURES DE SANTE

Messages-clés
Les responsables des structures décident librement de la manière la plus efficace d’utiliser leurs ressources pour atteindre les objectifs qui leur sont fixés
Cette autonomie ne signifie pas que les gestionnaires peuvent faire ce qu'ils veulent, sans le suivi du niveau hiérarchique. Cependant, ce dernier ne doit pas interférer dans la gestion quotidienne de la structure.
Les responsables doivent avoir les instructions et disposer des connaissances et des compétences nécessaires pour appliquer les techniques de gestion en vue de rendre effective la bonne gouvernance.
L'autonomie de gestion doit se faire en toute transparence.
Importance de l’autonomie dans le FBP
L’autonomie est un des principes de base du FBP. C’est la liberté dont dispose les structures pour gérer leurs ressources afin d’atteindre les objectifs fixés.
Dans le FBP, la gestion des structures et la fixation des stratégies deviennent une affaire interne dans laquelle, les autorités de santé et les EUP ne devraient pas interférer.
Il implique la séparation des fonctions entre l’acheteur et le prestataire, entre l’acheteur et le régulateur, entre régulateur et prestataire ainsi que la séparation des fonctions entre l’acheteur et le payeur des subsides. Chacun a une responsabilité distincte. Ce système présente l’avantage supplémentaire que les structures de santé publiques, privées et religieuses sont traitées exactement de la même façon et sans discrimination.
Toutefois, cette autonomie ne signifie pas que les gestionnaires peuvent faire ce qu'ils veulent. Ils doivent avoir les connaissances et les compétences nécessaires pour appliquer les techniques de gestion en vue de rendre effectif la bonne gouvernance en la matière.
C'est dans cet esprit que les instruments de gestion ont été développés pour le FBP. Le plan de management et l'outil indices sont les deux outils principaux qui aident les responsables à gérer les ressources de la structure de manière transparente.

Importance de l’autonomie décisionnelle
L’autonomie décisionnelle dans la gestion des ressources est importante car:
La planification à travers le plan de management permet à chaque structure la fixation des stratégies adaptées à chaque contexte pour atteindre les objectifs fixés. Cette activité devient une affaire interne dans laquelle, les autorités de santé et les EUP ne doivent pas interférer. Les responsables des structures sont les mieux placés pour trouver des solutions pour résoudre les problèmes spécifiques qui sont uniques à chaque structure.
Ils doivent avoir la liberté d'assurer la gestion de leur personnel (demande de personnel supplémentaire, demande de mutation du personnel pléthorique, évaluation des performances individuelles). En RDC; l'affectation du personnel selon les normes doit se faire à la demande des structures bénéficiaires.
Les fosa ont la liberté de négocier les tarifs de recouvrement des couts avec leurs communautés.
Cette autonomie stimule l’esprit d’entreprenariat et de créativité des prestataires, afin de trouver des solutions appropriées.
Le personnel d'une FOSA autonome est peu probable d’utiliser l’argent d'une mauvaise manière, car il y a de la concurrence pour les contrats et cela permettra de corriger de tels comportements.
En rapport avec la gestion des médicaments, étant donné la situation en RDC caractérisée par la pullulation des fournisseurs non qualifiés, la présence des plusieurs médicaments dangereux, la faible régulation du SNAME, les structures sanitaires auront la liberté de s'approvisionner uniquement auprès des fournisseurs agréés et certifiés. Les médicaments doivent être utilisés selon les principes nationaux. Annexe 31






Domaines de l’autonomie
L'autonomie s'applique dans les domaines suivants dans le respect des normes du MSP.
Gestion des Ressources humaines
Gestion du matériel
Gestion financière
Gestion des MEG et autres intrants
Fixation des tarifs

La Tarification forfaitaire, un outil clés dans les structures sanitaire
Par rapport au point sur la tarification, celui-ci constitue une clé de voute pour l’amélioration de l’utilisation des services. Dans le cadre de la mise en œuvre du PDSS, la tarification forfaitaire sera encouragée et utilisée dans toutes les structures de santé qui seront appuyées.
La tarification forfaitaire ou paiement par épisode (ou forfait ou ‘flat fee’ en anglais) est une méthode de paiement qui nécessite une rationalisation stricte des soins de santé et qui est basée sur la solidarité entre les cas compliqués et les cas non compliqués. Les 2 groupes paient le même prix. Les cas non compliqués, la majorité des patients, paient un petit peu plus pour leurs soins, tandis que les cas compliqués, qui représentent des exceptions dans les soins de santé primaires, épargnent beaucoup sur leurs dépenses. Ce mode de paiement est peu pratiqué en RD Congo et dans les différents niveaux du système de santé, mais il a déjà prouvé sa valeur dans plusieurs autres pays africains. Les avantages se manifestent à 2 niveaux :

Les cas compliqués, qui normalement devraient payer des sommes inabordables, seront subsidiés par le grand groupe des cas non compliqués.
Le processus de rationalisation et d’élaboration de protocoles mènera à un prix réduit pour chaque raison de consultation en éliminant les actes et médicaments non indispensables.







Considérations théoriques

Théorie normative

La tarification forfaitaire (par épisode de maladie) représente un meilleur compromis par rapport à la tarification éclatée (à l’acte) dans la mesure où elle répond aux objectifs de la théorie normative ci-dessous :
Etre compatible avec le principe de la continuité des soins ;
Maintenir les citoyens conscients des coûts réels afin de pouvoir participer de façon responsable à la prise de décision concernant les priorités ;
Contenir des éléments de solidarité sociale, et
Assurer la viabilité / pérennité des structures nécessaires de l’offre,

Elle est cependant plus ‘risquée’ que la tarification éclatée du fait qu’elle ouvre la porte à une certaine sélection adverse du côté des utilisateurs, mais moyennant certaines précautions et conditions environnementales ce risque peut être gérable.

Théorie du mécanisme économique / comportemental

Par rapport à la tarification éclatée à l’acte (ou au produit), la tarification forfaitaire pas épisode conduira
à une prise en charge complète, puisque le traitement entier est inclus dans le forfait ;
à une prise en charge (prescription) plus rationnelle, puisque les prestataires n’ont pas d’incitant à prescrire trop pour gagner plus ;
à un prix prévisible pour les patients, facilitant la mobilisation éventuelle d’argent autour de la décision de consulter. On pourrait donc s’attendre à une augmentation de la fréquentation ;
la TF facilitera la contractualisation entre prestataires et mutuelles de santé, réduisant ainsi les frais de transaction et les frais administratifs. Même en dehors de la relation prestataires-mutuelles, la TF représente une simplification de gestion pouvant conduire à des gains importants d’efficience.

Leçons apprises de l’expérience

De l’expérience de plusieurs acteurs, combinée à des considérations théoriques, ce mode de payement atteint ses objectifs quand les conditions suivantes sont réunies :

La consultation curative doit être perçue comme un évènement global, y compris l’interaction personnelle entre soignant et soigné, et non pas comme une simple occasion d’acquisition de médicaments. Ceci constitue un défi important pour les prestataires, y compris un bon dialogue avec les utilisateurs pour faire passer ce message et le traduire en plus-value réelle et concrète ;
Le risque de sélection adverse doit être minimisé. Ceci implique que l’éventail de choix alternatifs pour les utilisateurs ne soit pas trop grand et que ces choix alternatifs éventuels ne se profilent pas de façon agressive ;
La qualité de l’offre doit être perçue comme suffisante. Ceci implique au moins que les traitements promis par le tarif forfaitaire doivent effectivement être disponibles ;
Le tarif forfaitaire ne doit pas être augmenté à un rythme trop élevé.
Ainsi donc, dans le cadre de l’achat des services, on veillera à ce que :

Les tarifs soient des tarifs forfaitaires
Que les tarifs soient abaissés à un niveau qui permet l’accessibilité financière de la population
Que les tarifs soient affichés afin qu’ils soient connus par la population
Que les tarifs soient respectés (cet aspect de choses sera vérifié lors de la vérification communautaire)
Ces tarifs seront plafonnés et bénéficieront d’une vérification communautaire très serrée pour se rassurer qu’ils sont respectés.













MONTAGE INSTITUTIONNEL DU PDSS

Les dispositions administratives sont les suivantes :

Au niveau central
Au niveau central, le ministre de la Santé publique (MSP) exécutera le projet par le biais de la direction d’étude et planification (DEP).Les capacités étant actuellement faibles dans les domaines de la coordination de projet, de la gestion financière et de la passation des marchés, la DEP bénéficiera d’un renforcement durable à l’aide de l’assistance technique qui sera recrutée localement en matière de mise en œuvre du projet et de coordination du FBP.
Au niveau provincial
Au niveau décentraliséla mise en œuvre du projet sera assurée par les Divisions provinciales de la santé (DPS) et les établissements d’utilité publique. Au niveau provincial, les Divisions provinciales de la santé, avec le soutien des EUP, seront chargées de la préparation des plans de travail et budgets annuels des provinces. La DPS aura, entre autres comme fonctions : (i) Renforcer les visites de supervision formative intégrée de qualité des ECZS, (ii) Organiser et participer aux évaluations de la qualité des Hôpitaux généraux de référence (iii) Assurer le secrétariat de la sous commission financement et contractualisation.
Au niveau de la ZS
L’équipe cadre de la ZS : Dans le cadre de la mise en œuvre du FBP, l’équipe Cadre de la ZS signe un contrat de performance avec l’EUP. L’ECZS a pour entre autres fonctions : (i) Organiser un contrôle de la qualité des soins et de services une fois par trimestre dans les formations sanitaires, (ii) Apporter un appui technique (supervision, coaching, respect des normes etc) aux formations sanitaires et (iii) Renforcer l’analyse et la consolidation des données SNIS et faire une rétro-information sur la quantité et la qualité des prestations des structures de santé ainsi que l’accompagnement des prestataires dans l’organisation des services et dans l’élaboration et la mise en œuvre de leur plan de management.

Les prestataires : les structures de santé sélectionnées, publiques ou privées ont entre autres missions : (i) Offrir un paquet minimum ou complementaire d’activités (promotionnelles,préventives,curatives, réadaptatives et administratives), (ii) Renforcer la gestion des ressources humaines, financières et matérielles, (iii) Signer le contrat de performance avec l’EUP, (iv) Élaborer le plan de management de la structure, (v) Faire le suivi de leurs performances(vi) Élaborer les modalités internes d’attribution des primes de performance au personnel (outil indice).
Au niveau des EUP
Les Etablissement à Utilité Publique auront une convention avec le Ministère de la Santé/DEP et s’occuperont des activités suivantes : (i) identifier en collaboration avec la DPS les formations sanitaires à contrater , (ii) négocier des plans de management et des contrats (iii) assurer la formation des prestataires des services de santé sur le FBP en collaboration avec les ECZS, ( iv) vérifier la quantité des prestations fournies,(v) assurer le coaching (en collaboration avec le ECZS) en FBP,  et (vi) appuyer les ASLO pour l’organisation des enquetes communautaires. L’EUP incite les prestataires à améliorer la planification des activités, la gestion des ressources, le suivi des prestations et l’utilisation des données de la structure de santé. Elle participe au renforcement de la voix de la population à travers les enquêtes communautaires de vérification et de satisfaction. Pour assurer la transparencedu processus de paiement, l’EUP s’occupera également de la saisie des données quantitatives et qualitatives dans l'application Web.
L’Agence de contre vérification Externe
L’Agence de contre vérification Externe (ACVE), contractée par le MSP effectue des enquêtes de contre-vérification dans la communauté, dans les formations sanitaires (qualité et quantité) et dans toutes les autres structures sous contrats de performance.
La Communauté
La Communauté est impliquée dans l’approche FBP par sa participation / supervision : (i) des comités de développement du secteur de la santé (CODESA) ; (ii) La co-gestion sur l'utilisation des ressources selon le plan de management; (iii) La participation aux discussions et aux négociations avec le gestionnaire sur la fixation des tarifs y compris ceux des indigents ; (iv) La participation au marketing social des activités du PMA à travers l’appui des relais communautaires (RECO) et (v) de la vérification au sein de la communauté de l’existence des utilisateurs des services de santé et l'évaluation de la satisfaction des patients (ASLO).













Tableau I: ZS ciblées dans les anciennes provinces du Bandundu, de l’Équateur, du Katanga et du Maniema dans l’approche FBP
NPROVINCES
ANCIENNESPROVINCES
NOUVELLESZONE DE SANTECLASSE EQUITEHGRAS OFFICIEL1EquateurEquateurMbandaka01152EquateurEquateurBolenge10%1113EquateurEquateurWangata10%1134EquateurEquateurBasankusu10%1275EquateurEquateurDjombo10%1146EquateurEquateurBikoro10%1217EquateurEquateurIboko10%1158EquateurEquateurNtondo10%1149EquateurEquateurBolomba10%12910EquateurEquateurLolanga-Mampoko10%11311EquateurEquateurMonieka10%11212EquateurEquateurBomongo10%11613EquateurEquateurLilanga-Bobangi10%11314EquateurEquateurMankanza10%11715EquateurEquateurIngende10%11816EquateurEquateurLotumbe10%11817EquateurEquateurLukolela10%11418EquateurEquateurIrebu10%1719EquateurTshuapaBefale25%11520EquateurTshuapaMompono25%11521EquateurTshuapaBoende25%13322EquateurTshuapaWema25%11723EquateurTshuapaBokungu25%11924EquateurTshuapaBusanga25%11425EquateurTshuapaYalifafu25%11826EquateurTshuapaDjolu25%12627EquateurTshuapaLingomo25%11728EquateurTshuapaIkela25%11929EquateurTshuapaMondombe25%12030EquateurTshuapaMonkoto25%12231EquateurMongalaBongandanga25%12432EquateurMongalaBoso Mondanda25%11733EquateurMongalaBosondjo25%12834EquateurMongalaPimu25%12635EquateurMongalaBumba25%11736EquateurMongalaLolo25%12137EquateurMongalaYamaluka25%12238EquateurMongalaYambuku25%14039EquateurMongalaYamongili25%12240EquateurMongalaBinga25%13241EquateurMongalaManzi25%11742EquateurMongalaLisala25%13443EquateurSud-UbangiBangabola15%11244EquateurSud-UbangiBudjala15%11345EquateurSud-UbangiBulu15%11246EquateurSud-UbangiMbaya15%1847EquateurSud-UbangiNdage15%11848EquateurSud-UbangiBogosenubea15%11849EquateurSud-UbangiBominenge15%11350EquateurSud-UbangiBwamanda15%11651EquateurSud-UbangiGemena15%12152EquateurSud-UbangiTandala15%11653EquateurSud-UbangiBokonzi15%11654EquateurSud-UbangiBoto15%11755EquateurSud-UbangiKungu15%12156EquateurSud-UbangiLibenge15%11957EquateurSud-UbangiMawuya15%11358EquateurSud-UbangiZongo15%11259BandunduMai-NdombeBosobe20%12060BandunduMai-NdombeBolobo20%12761BandunduMai-NdombeInongo20%13462BandunduMai-NdombeKiri20%11963BandunduMai-NdombeKwamouth20%12364BandunduMai-NdombeMimia20%11465BandunduMai-NdombeNtandembelo20%11966BandunduMai-NdombeBandjow Moke20%11767BandunduMai-NdombeNioki20%12368BandunduMai-NdombeOshwe20%12869BandunduMai-NdombeYumbi20%11870BandunduMai-NdombePendjaw20%12371BandunduMai-NdombeMushie20%12172BandunduMai-NdombeBokoro20%12673BandunduKwiluBagata25%11874BandunduKwiluKikongo25%12075BandunduKwiluSia25%12076BandunduKwiluBulungu20%12677BandunduKwiluDjuma20%12878BandunduKwiluLusanga20%13079BandunduKwiluVanga20%12880BandunduKwiluBandundu20%11781BandunduKwiluGungu25%13082BandunduKwiluKingandu25%11783BandunduKwiluMukedi25%12684BandunduKwiluMungindu 20%11885BandunduKwiluIdiofa20%13986BandunduKwiluIpamu20%12487BandunduKwiluKimputu20%12488BandunduKwiluKoshibanda20%12689BandunduKwiluMokala25%12690BandunduKwiluKikwit-Sud20%12191BandunduKwiluKikwit-Nord20%11992BandunduKwiluMasimanimba20%12093BandunduKwiluMoanza20%12094BandunduKwiluMosango20%11695BandunduKwiluPay Kongila20%12196BandunduKwiluYasabonga20%12297BandunduKwangoFeshi20%11698BandunduKwangoKisandji20%11299BandunduKwangoMwela Lemba20%114100BandunduKwangoKahemba20%128101BandunduKwangoKajiji20%119102BandunduKwangoKasongolunda20%120103BandunduKwangoKitenda20%117104BandunduKwangoPanzi20%121105BandunduKwangoTembo20%114106BandunduKwangoWamba Luadi20%115107BandunduKwangoBoko20%120108BandunduKwangoKenge20%118109BandunduKwangoKimbao20%120110BandunduKwangoPopokabaka20%125111KatangaHaut - KatangaKafubu10% 012112KatangaHaut - KatangaKasenga10%113113KatangaHaut - KatangaKashobwe10%18114KatangaHaut - KatangaKilwa10%120115KatangaHaut - KatangaKipushi10%114116KatangaHaut - KatangaLukafu10%011117KatangaHaut - KatangaPweto10%116118KatangaHaut - KatangaSakania 10%117119KatangaHaut - LomamiMalemba Nkulu25%123120KatangaHaut - LomamiMulongo25%123121KatangaHaut - LomamiLwamba25%118122KatangaHaut - LomamiMukanga25%118123KatangaHaut - LomamiBukama25%118124KatangaHaut - LomamiKinkondja25%123125KatangaHaut - LomamiKabondo dianda25%118126KatangaHaut - LomamiButumba25%113127KatangaKolwezi Kasaji15%124128KatangaKolweziDilolo15%120129KatangaKolweziKafakumba15%113130KatangaKolweziSandoa15%124131KatangaKolweziKalamba15%117132KatangaKolweziKapanga 15%124133ManiemaSud-ManiemaKasongo25%120134ManiemaSud-ManiemaKibombo25%112135ManiemaSud-ManiemaKabambare25%110136ManiemaSud-ManiemaKunda25%126137ManiemaSud-ManiemaLusangi25%115138ManiemaSud-ManiemaTunda25%111139ManiemaSud-ManiemaSamba25%110140ManiemaSud-ManiemaSaramabila25%114


PRESTATION DES SERVICES

Les prestations sont des soins de santé offerts aux individus, aux familles et aux communautés par les structures de santé et les entités d’administration sanitaire, permettant de maintenir ou de restaurer l’état de santé. C’est l’ensemble d’actions, de mesures, de techniques et de procédés dont un individu ou une famille ou une communauté a besoin.
Messages clés

Les prestations produites doivent remplir les caractéristiques suivantes : l’efficacité, la continuité, la globalité et l’intégration.
Elles doivent être accessibles et acceptables (rencontrent les attentes des communautés du point de vue psycho-socio-culturelle) par les utilisateurs.
Elles sont regroupées en PMA (CS), en PCA (HGR) et en service administratif

Les paquets des services
Il existe trois groupes d’activités :
Le premier pour le service de santé de premier échelon, c’est le paquet minimum d'activités (PMA) dispensé au centre de santé. Cette liste est à l’annexe 1
Le deuxième pour le service de santé de deuxième échelon, c’est le paquet complémentaire d'activités (PCA) dispensé à l’hôpital général de référence. Cette liste est à l’annexe 2
Le troisième pour les entités de régulation, ce sont les activités d’administration sanitaire.

La définition de ces paquets fait référence au document des normes sanitaires du MSP de 2006.
Sur base des priorités de santé publique telles que définies dans le PNDS, le PMA est composé de 22 services et le PCA est composé de 24 services, tel que representé dans le tableau ci-après. Ces paquets mettent un accent sur la santé des femmes et des enfants.

Les services du PMA et du PCA
PMA - le paquet minimum d’activités à l’échelon du centre de santé et de la communauté est constitué de 22 services. Ces derniers sont en cours de révision pour les centrer davantage sur les maladies tropicales négligées.
Tableau II: Les services subsidiés du PMA
Nouvelle consultation curativeNouvelle consultation curative pour des personnes indigentes (exonération des honoraires atteignant au plus 5 % du volume)Chirurgie mineurePatients en état grave (cas) référés par les CS et arrivés à l’HGREnfant complètement vaccinéVAT 2+ : deuxième à cinquième vaccin antitétaniqueTPI 3 : Troisième dose de la Sulfadoxine Pyriméthamine chez la femme enceinte Consultation prénatale : 1ere visiteConsultation prénatale : 4ème visite Accouchement assisté Consultation postnatale Planification familiale : utilisateur nouveau et récurrent des méthodes modernes de planification familiale (pilule et injection)Planification familiale : stérilet et implants
Surveillance de la croissance : enfant âgé de 6 à 23 mois dont la croissance est surveillée (en cours de discussion)Surveillance de la croissance : enfant âgé de 24 à 59 mois dont la croissance est surveilléeVisite à domicile : (évacuation des déchets ménagers ; latrines ; présence d’une moustiquaire imprégnée d’insecticide ; accès à l’eau potable ; utilisation de la planification familiale, y compris le préservatif, statut vaccinal ; état nutritionnel des enfants) Dépistage Conseil du VIH Initié par le Prestataire (DCIP)Prévention de la transmission mère à enfant du VIH : femme enceinte VIH + mise sous protocole de traitement ARVPrévention de la transmission mère à enfant du VIH : enfant né de mère séropositive mis sous traitement aux ARVPatient mis sous protocole ARV et vu tous les six moisPatient souffrant de tuberculose pulmonaire avec BK diagnostiquéPatient souffrant de tuberculose pulmonaire avec BK traité et guéri
Le paquet complémentaire d’activités (PCA) dispensé à l’hôpital Général de référence est constitué de 24 services. Ces derniers sont en cours de révision pour les centrer davantage sur les maladies tropicales négligées.
Tableau III : Les services subsidiés du PCA
Consultation ambulatoire d’un patient orienté et vu par un médecinJournée d’Hospitalisation/admission Journée d’Hospitalisation - personnes indigentes (exonération des honoraires atteignant au plus 10 % du volume)Intervention chirurgicale majeure Intervention chirurgicale majeure - personnes indigentes (liste précise : exonération des honoraires atteignant au plus 10 % du volume)Opération chirurgicale mineureOpération chirurgicale mineure- personnes indigentes (liste précise : exonération des honoraires atteignant au plus 10 % du volume)Transfusion sanguine (donneur bénévole)Accouchement eutocique en milieu hospitalier CésarienneAccouchement en milieu hospitalier – dystocique Consultation prénatale de référence: 1ere Visite Consultation prénatale : 4 ème visite SP3/TPI 3 : Troisième dose de sulfadoxine-pyriméthamine chez la femme enceinte Dépistage Conseil du VIH Initié par le Prestataire (DCIP) Prévention de la transmission mère à enfant du VIH : cliente séropositive enceinte mise sous protocole antirétroviralPrévention de la transmission mère à enfant du VIH : enfant né de mère séropositive mis sous protocole antirétroviralTraitement : nouveau cas de clients séropositifs placé sous protocole ARVPatient mis sous protocole ARV et vu tous les six moisPatient souffrant de tuberculose pulmonaire avec BK diagnostiquéPatient souffrant de tuberculose pulmonaire avec BK traité et guériPlanification familiale : Nouvelle acceptante et renouvellement des méthodes modernes de planification familiale (pilule et injection)Planification familiale : personne utilisant pour la première fois un stérilet ou un implantPlanification familiale : ligature bilatérale des trompes et vasectomie
Il faut noter aussi que les visites à domicile (VAD) seront incluses comme activité du PMA car elles sont en lien avec l’offre apportée par les formations sanitaires et ces visites sont organisées par les agents communautaires /relais communautaire sous la supervision de l’IT du centre de santé.





Tableau IV : Liste des barmes pour les prestations PMA et PCA par catégorie d’équité



Visite à domicile (VAD)
L'achat d'une « visite à domicile » est une activité génératrice de la demande et une intervention de santé publique en même temps. Il s'agit d'une visite d’un ménage effectuée par une équipe d'agents de santé communautaires ou une organisation communautaire, en utilisant un protocole. Annexe 30
Le protocole de la Visite à Domicile
Ce protocole comprendra les éléments suivants :
Gestion des déchets ménagers
Lavage des mains
Hygiène des toilettes
Accès à l’eau potable
Santé Sexuelle et Reproductive y compris la Planification familiale
Suivi des cas de violence sexuelle basée sur le genre
Promotion pour utilisation des service de santé
Consultation prenatale (Suivi de la grossesse)
Allaitement maternel exclusif jusqu’à 6 mois et
Alimentation de complement
Suivi de la croissance des enfants 5 %), les sanctions sont d’ordre financier et d’ordre administratif. Les sanctions financières sont les suivantes :
1ère fraude constatée= retenue de 50 % des subsides trimestriels
2ème fraude constatée=suspension du contrat jusqu’à la prise d’une mesure administrative.
Les sanctions administratives sont celles en vigueur dans l’échelle de sanctions des personnels du service public de l’Etat ou du reglement d’ordre intérieur de la structure. La Commission financement et couverture sanitaire universelle évalue le degré de la faute, et détermine les sanctions à infliger aux individus et/ou à la Formation Sanitaire.


Tableau V a: Les écarts dans la vérification de la quantité (Fraude intentionnelle) 
Sanctions en cas du Fraude (> 5% )




Par ailleurs, l’identité des fraudeurs, la fraude commise et les sanctions appliquées doivent être portées à la connaissance de l’ensemble des acteurs de la ZS.
Tableau VI : Les écarts dans la vérification de la quantité (Fraude non intentionnelle) 
Sanctions en cas du Fraude (> 5% )




Une différence dans la qualité des services signalés
Relative à la vérification ex post de la qualité pour les structures sanitaires (contre-vérification de la qualité ou de la performance des structures sanitaires par l’ACVE). Si l'écart est supérieur à 10 % et aucune explication qualitative ne peut être donnée de cet écart (moyenne dans les services de l'échantillon selon le protocole) ; à la fois l’ECZS et la FOSA sont pénalisés comme suit :
Première infraction :
Liées aux services de l’ECZS : rétention de 30 % des subsides de l’ECZ tandis que les subsides restants ne peuvent pas être dépensés sur des primes de performances individuelles PLUS un avertissement par écrit au MCZ par le chef de division provincial de la santé, avec copie au président de la Commission financement et couverture sanitaire universelle et l’encadreur polyvalent provincial de la ZS et l’inclusion automatique dans un prochain tour de la contre-vérification ;

Liées à la FOSA: rétention de 30 % du total des subsides d'un prochain paiement, tandis que les subsides restants ne peuvent pas être dépensés sur des primes de performances individuelles. Enfin, un avertissement écrit sera adressé à l’IT ou MDH avec copie au CODESA ou au COGES.

Deuxième infraction :
Liées aux services de l’ECZS : Rupture de contrat performance jusqu'à ce que des mesures administratives soient prises (changement du Médecin Chef de Zone de Santé,….)
Liées à la FOSA : Arrêt du contrat de performance jusqu'à ce que des mesures administratives soient prises (remplacement du responsable de la FOSA par un candidat dont la candidature est approuvée par la DPS).

Tableau VII: Sanctions en cas de plus de 10 % des résultats discordants inexpliqués pendant la contre-vérification de la qualité des centres de santé














L’importance des registres fiables, pierre angulaire d’un FBP
Toute vérification ex post adéquate dépend dans une large mesure des registres dans lesquels sont consignés de façon détaillée les contacts entre les usagers et l’établissement de santé. Seuls les registres bien tenus permettent la sélection randomisée des usagers pour une vérification ex-post. Les registres et les dossiers individuels des patients sont au cœur de tout FBP. Lors de sa création, le FBP doit donc accorder un soin particulier à la mise en place d’outils de collecte des données primaires et secondaires qui soient adéquats et conformes aux standards recherchés.
Il faut tout d’abord analyser en profondeur le Système de Gestion de l’Information Sanitaire (SGIS) existant, qui permettra probablement d’identifier des carences majeures dans les modalités de collecte régulière des données. Les établissements sont souvent surchargés par l’abondance des outils de consignation régulière des données et registres spéciaux de contrôle à compléter, notamment dans le cadre des besoins de chaque programme médical vertical mis en œuvre à leur niveau. Les rapports aux instances supérieures sont au mieux incomplets et au pire totalement inexistants. Les données consolidées font rarement l’objet d’une rétroaction à l’établissement de santé et à plus forte raison à la source de la prestation.
L’introduction d’incitations financières par le FBP change radicalement les règles d’enregistrement et de collecte des données. Lorsque celles-ci ne sont pas complètement et lisiblement consignées, l’établissement de santé n’est pas rémunéré. Ainsi, à travers les instruments spécifiques du FBP, par exemple la check-list de la qualité au niveau de l’établissement de santé, la gestion de la collecte régulière des données et l’auto-analyse des tendances se voient dorénavant récompensées. En outre, le cadre de performance qui régit l’équipe de gestion de la zone de santé rémunère à la fois la collecte des données et leur analyse (c’est-à-dire, la collecte et l’analyse des données en provenance des établissements de santé, la transmission au niveau supérieur de gouvernance et la rétroaction aux établissements de santé, le renforcement des capacités des personnels des établissements de santé sur des problématiques spécifiques soulevées au cours de l’analyse technique des données).
Pour plus de détails sur l’utilisation des registres par les FBP, on peut consulter les exemples d’intitulé de colonnes pour un PMA (Paquet Minimum d’Activités) et un PCA (Paquet Complémentaire d’Activités).


Une différence dans les cadres de performance du régulateur.
L’évaluation de la DPS sera faite trimestriellement par une équipe choisie au sein du CPP et cette évaluation sera effectuée semestriellement par le comité de suivi du Secrétariat Général lors de l’évaluation de la DPS par le CPP-SS, l’EUP y participera comme témoin.
L’ACVE va contre-vérifier les cadres de performance pour l'administration de la santé. Les DPS seront contre-vérifiées à l'aide d'un protocole défini. Le point de coupure est de 10 % d’écart inexpliqué.
En cas de divergence dans la grille de performance, les DPS sont pénalisées par une réduction de 25 % des subsides pour le prochain trimestre, une deuxième infraction conduira à la rupture/résiliation du contrat et la demande de remplacement du chef de la DPS le cas échéant.
Règlement des litiges et des conflits
Pour tout cas de litige ou de conflit qui surviendrait dans le cadre de la mise en œuvre du financement basé sur la performance (FBP), le règlement à l’amiable est privilégié et le recours à la médiation par le niveau hiérarchiquement supérieur est conseillé. En cas de non conciliation, le Ministère Provincial en charge de la Santé prendra une décision définitive pour régler les différends.
Restitution des résultats aux FOSA
À l’issue de cette vérification, les résultats seront restitués à la structure contractante et serviront de base pour l‘élaboration des plans de gestion ou de management et la négociation des contrats. Les Equipes cadres de zone de santé apporteront un coaching qui vise à améliorer les services selon les points de vue des usagers.
LES BONUS UTILISES

Le Bonus d’isolement
Le bonus d’isolement sont des montants qui sont donnés trimestriellement aux FOSA pour leur permettre de compenser certains coûts de production de service liés à leur isolement géographique (transport des vaccins, achat des médicaments, visites du personnel,…)
Ce bonus vise à aider les structures de santé qui sont plus éloignées et/ou d’accessibilité difficile de fournir des services de santé de qualité aux populations et de maintenir leur viabilité.
Les centres de santé sont classés en cinq catégories : de un à cinq. Il existe différents barèmes pour chaque catégorie et c'est un réajustement d’équité. La catégorie 1 concerne les centres de santé les plus accessibles se trouvant généralement près de l'hôpital général de référence et la catégorie 5 est concerne les Centres de Santé difficilement accessibles. Ce bonus d’équité ou ajustement d’équité permet aux structures de santé de faire face aux coûts additionnels de l’offre des soins en rapport avec la spécificité de leur contexte géographique.
Le différentiel de prix maximal entre un CS de Categorie 1 et un CS de Categorie 5 est de 40 %.
Les règles sont les suivantes :
Tous les centres de santé sont dans la Categorie 3 au démarrage du projet
Si un centre de santé est classé en Categorie 5, un autre centre de santé doit être classé en Categorie 1
Si un centre de santé est classé en Categorie 4, un autre centre de santé doit être classé en Categorie 2
Le FBP est un paiement à l'acte subordonné par une vérification de la qualité des soins. Dans cette forme de FBP, un bonus de qualité est versé en plus des subsides donnés sur le volume de travail produit (quantité).
En cas de nécessité de modification des barèmes, les règles suivantes doivent être observées:
Elles doivent être initiées au moins 30 jours calendriers avant la fin du trimestre ;
Dans le cas où la demande de correction par la DPS arrive trop tard, l’EUP est autorisée à conserver les barèmes qui étaient d’application au cours du trimestre actuel.

Un second classement sera effectué en fonction du type de zone de santé: une Zone de Santé plus défavorisées recevra une valeur supérieure de subsides (cat A- E) qu'une Zone de Santé favorisées.

Le Bonus de qualité
La première innovation apportée à la démarche de FBP porte sur le contenu des  grille de vérification de la qualité  qui sera employée pour évaluer la qualité des soins dans les centres de santé et les hôpitaux. Les hôpitaux et les centres de santé seront traités de façon légèrement différentes. Bien que l'allocation maximale de la mesure de qualité pour les centres de santé sera de 25% du bénéfice de quantité, l'allocation maximale de la mesure de qualité pour les hôpitaux sera de 40% de leurs gains de quantité.
Une majoration d'au plus 25 % (CS) ou 40% (HGR) de la somme d'argent versée en paiement de la quantité de services peut être appliquée sur la base du score trimestriel de la qualité, si celui-ci dépasse le seuil de 50 %.
Outre la détermination du montant à payer aux structures de santé, les grilles de vérification qualité contiennent aussi des orientations relatives aux pratiques exemplaires et précisent les tâches devant être accomplies par le personnel des zones de santé en matière de supervision. Le projet envisage d'utiliser 3 types différents de grilles de qualité dans des groupes divers des structures de santé. Toutes les grilles permettront de mesurer la qualité structurelle, les procédures /ordinogramme, protocole thérapeutique et le contenu des soins ainsi que de la prise en charge. Par exemple, la qualité structurelle est mesurée sur la base du stockage convenable des médicaments, de la propreté de la structure de santé et de l'existence des registres et des protocoles requis.
Les procédures et le contenu des soins sont mesurés sur la base d'indicateurs comme l'exactitude des informations inscrites dans les registres et des dossiers médicaux, et en vérifiant que les protocoles thérapeutiques et les ordinogrammes sont convenablement appliqués. Les caractéristiques suivantes différencient les 3 grilles de qualité :
Les grilles de qualité structurelle
Dans les grilles de qualité structurelle, les indicateurs de la qualité structurelle seront très fortement pondérés. Habituellement, les indicateurs de qualité structurelle sont les plus simples à mesurer et relativement objectifs. Mais ils reflètent seulement un aspect très étroit de la qualité des soins, car ils ne tiennent pas compte de l'interaction entre les patients et les prestataires de santé ainsi que le traitement sur la base des symptômes.

Les grilles de qualité des procédures et du contenu des soins
Dans les grilles de qualité des procédures et du contenu des soins, la pondération des mesures relatives au processus et à la substance des soins sera plus forte. Ces mesures permettent de déterminer avec plus de précision si les prestataires ont convenablement suivi les protocoles et adéquatement soigné leurs patients. Le calcul de ces indicateurs demande plus de temps et d'efforts aux vérificateurs, qui doivent habituellement interviewer les patients et contrôler les dossiers. Puisqu'ils sont fondés sur les rapports des prestataires de santé, ils ne décrivent pas toujours le contenu des soins avec exactitude.

Les grilles de qualité des vignettes
Dans les grilles de qualité des vignettes,le poids du contenu des soins et des procédures sera supérieur, mais inclura aussi les réponses données par les prestataires aux vignettes cliniques. Les vignettes élaborées sur base des ordinogrammes; des protocoles thérapeutiques, des fiches techniques au regard des pathologies, porteront sur les cas représentant les causes les plus répandues de morbidité et mortalité et seront répétées chaque trimestre. Les vignettes cliniques mesurent le savoir-faire des prestataires. La répétition trimestrielle de ces cas est censée renforcer le protocole relatif à ces cas répandus.

Toutefois, ces mesures ne représentent pas non plus complètement la qualité des soins, car les connaissances théoriques des prestataires ne sont pas forcément appliquées dans la pratique en présence des patients.

Le bonus qualité est au maximum de 25% des subsides de quantité pour les Centres de santé, selon les règles suivantes:
Si la qualité est inférieure à 50 %, aucun bonus de qualité n est payé à la structure.
Si la qualité est de 50 % d" Q d" 79%, alors le bonus de qualité est proportionnel au score qualité obtenu. Le bonus est = [% de qualité] x 25 % x [subsides quantité au cours des trois derniers mois]
Si la qualité est e"80%, le bonus est de 100%
Le bonus qualité est au maximum de 40 % des subsides de quantité pour les HGR, selon les règles suivantes:
Si la qualité est inférieure à 50 %, aucun bonus de qualité n est payé à la structure.
Si la qualité est de 50 % d" Q d"79%, alors le bonus de qualité est proportionnel au score qualité obtenu. Le bonus est = [% de qualité] x 40 % x [subsides quantité au cours des trois derniers mois
Si la qualité est e"80%, le bonus est de 100%

Unités d'investissement
Les unités d'investissement sont des montants qui sont liés au plan de management, à la grille qualité et à des contrats de performance signés avec les formations sanitaires. Les FOSA seront coachées par l’ECZS et l’EUP pour élaborer leur plan de management au cours de la formation initiale sur le FBP et dans les semaines qui suivent la formation initiale. Les besoins exprimés dans le plan de management doivent être en rapport avec les déficiences structurelles constatées lors de la vérification qualitative de base qui est obligatoire avant d'élaborer le plan de management.
Les unités d’investissement sont souvent necessaires parce que plusieurs structures sanitaires sont en mauvais état après plusieurs années de sous investissement ou de négligeance complète. Plusieurs fois, on note l’absence des équipements élementaires et des réhabilitations à minima dans les FOSA (absence d’un thermomètre, tensiomètre, pèse balance, reservoir d’eau, matériels d’hygiène,...).
L’achat des petits équipements de soins et les réhabilitations mineures devraient principalement s’adresser à la filière de la santé de la mère et de l’enfant (maternité, salle d’urgence, pédiatrie, CPN, CPoN, PF,…). Ce bonus d’investissement n’exclut pas des constructions profondes qui doivent être planifiées dans le cadre du plan d’investissement global de la structure (multibailleur : gouvernement et autres PTF).
Dans l’optique de l’autonomie de gestion, les FOSA sont responsables sous un encadrement des ECZS de l’identification des besoins et leur acquisition selon les normes (fournisseurs qualifiés). Cette démarche devrait aussi inclure la participation communautaire pour certains services (matériaux locaux, transport local, …). Cette disposition renforce l’appropriation des biens et services au niveau de la base.
Une unité d’investissement est octroyée sous les conditions suivantes :
Un renforcement des capacités en FBP réussi du responsable de la FOSA et le président du CODESA/ CODIR,
Une signature du contrat d'achat de performance par le responsable de la FOSA et l’EUP ;
Une vérification de la qualité de la FOSA qui montre les écarts à corriger;
Un plan management approuvé montrant clairement les actions à entreprendre.
Une unité d'investissement pour un centre de santé tourne autour de 2 500 USD, vaut 3000 USD pour un Centre de référence, 5 000 USD pour l'Hôpital général de référence, 2 000 USD pour les ECZS et 4000 USD pour les ECP. Ces moyens seront judicieusement utilisés et affectés aux besoins de petit équipement et de petite réhabilitation selon les besoins prioritaires. L’ECZ et l’EUP devront appuyer fortement les formations sanitaires dans l’acquisition des petits équipements de qualité et dans la réalisation des petits travaux de réhabilitation.
Les types de grilles de qualité pour le CS et le HGR
Les grilles de vérification de la qualité des structures de santé sont présentées sous deux formes :(i) d'une grille de vérification pour le centre de santé, et (ii) une autre pour l'hôpital général de référence. Le but de ces grilles est de guider la structure de santé dans la prestation des services selon les normes en vigueur. L'objectif de ces grilles est de focaliser principalement la qualité sur les normes nationales et structurelles, bien que les processus cliniques (habitudes de prescription rationnelle des médicaments (Annexe 31) et le respect des protocoles thérapeutiques définis par la politique nationale) sont également évalués et récompensés.
Ces grilles doivent d'être le plus objectives que possible pour évaluer le processus de prestations avec des indicateurs composites. Plusieurs évaluations peuvent être comparées sur différents aspects par rapport à ces grilles. Différentes personnes mesurant la même chose devraient aboutir aux mêmes résultats(la différence d’appréciation entre vérificateur ne devrait pas depassér 3%). La grillede vérification de la qualité du centre de santé sera appliquée par les équipes cadres des ZS, une fois par trimestre pour chaque formation sanitaire sous contrat.
L’ECZS sera sous un contrat de performance pour mener à bien cette importante fonction en temps opportun et correctement. Le cadre de performance de l’ECZSse trouve dans l'annexe 5 du présent manuel.
Il existe un mécanisme de contre- vérification fait par l’ACVEpour certifier les scores qualité donnés par les vérification des ECZS. La grilled’évaluation de la qualité des centres de santé se trouve dans l'annexe 15.
L'hôpital général de référenceest également soumis à une grille d’évaluation de la qualité une fois par trimestre. Ainsi, un mécanisme transparent d'évaluation conjointe est mis en place, permettant au personnel technique clé de la DPS de participar à l’évaluation de performance des hôpitaux pour éviter la complaisance. La grille d’évaluation de la qualité de l'HGR se trouve dans l'annexe 16.
La qualité a plusieurs dimensions, et les grillesde vérification FBP ne peuvent mesurer que certaines dimensions. En effet, les nouvelles normes et directives peuvent ainsi être intégréesau fur et à mesure suivant leur pertinence.
Le niveau de la qualité de la structure peut progressivement s’améliorer ; ce qui demande l’ajustement des indicateurs de qualité au cours de la mise en œuvre. Des préalables pour la prise en compte de la qualité doivent être décrits dans les clauses du contrat.


Tableau VIII : Pondération pour les 15 services du CS de la grille d’évaluation de la qualité
N°Service du PMAMaximumEvaluationPointsPondérationPoints Pondération1Organisation générale317.75%2Plan de management92.25%3Finance153.75%  4Comité des Indigents205.00%  5Hygiène et Stérilisation317.75%  6Consultations externe12832.00%  7Planning familial328.00%  8Laboratoire174.25%  9Services d’observation61.50%  10Médicaments et consommables256.25%  11Médicaments traceurs174.25%  12Service de maternité246.00%  13PEV205.00%  14CPN123.00%  15VIH/TB133.25%  TOTAL GENERAL400   100.00% 
*Si le centre de santé ne dispose pas d'un centre de dépistage de la tuberculose et des installations de traitement dans ce cas, la valeur totale de ce service (13 points) est retiré du dénominateur.
Tableau IX : Pondération pour les 15 services de l’HGR dans la grille d’évaluation de la qualité
N°Service du PCAMaximumEvaluationPoints maximumPondérationPoints obtenusPondération1Organisation générale416.12%2Plan de management71.04%3Finance436.42%4Comité des Indigents202.99%5Hygiène426.27%6Consultations externes9614.33%7Planning familial314.63%8Laboratoire152.24%9Services d'hospitalisation19028.36%10Médicaments et consommables202.99%11Médicaments traceurs304.48%12Service de Gynéco-Obstétrique 355.22%13CPN71.04%14VIH/TB131.94%15Chirurgie8011.94%TOTAL GENERAL670100.00%


PERFORMANCE POUR L’ADMINISTRATION SANITAIRE

Le Cadre de performance pour l’ECZS
L’ECZS joue le rôle de régulation au niveau opérationnel (Zones de santé). Elle est coordonnée par le Médecin chef de zone de santé et inclus certains cadres de l’HGR dont le Médecin Directeur et le Directeur de Nursing. Il s’agit d’un organe fonctionnel de pilotage et d’encadrement de la zone de santé.
L’ECZS a des fonctions importantes de la ZS. Ces fonctions sont les suivantes: (a) Planifier et coordonner les activités de la zone (b) Assurer un contrôle régulier de ses formations sanitaires suivant la carte sanitaire, (c) Assurer la gestion du SNIS ; (d)Faire la promotion de la recherche opérationnelle, (e)appuyer les centres de santé dans l’élaboration des plans de management (h) évaluer la qualité dans les centres de santé (i) Assurer l’encadrement des formations sanitaires dans la production des services de santé de qualité.
L’ECZS est sous un contrat de performance avec l’EUP pour son rôle de soutien auFBP. La DPS en collaboration avec l’EUPappliquera le cadre de performance, et présentera les résultats à la Commission financement et couverture sanitaire universelle. Le cadre de performance de l’ECZS est trouvé dans l'annexe 5.

Le Cadre de performancede la DPS
La Division Provinciale de la Santé est une institution décentralisée de l’administration sanitaire qui dépend du Ministre Provincial en charge de la Santé selon les prescrits de la décentralisation dans le secteur de la santé.La RDC compte 26 DPS qui sont chacune dirigée par un chef de division de la santé appuyé par 6 chefs de bureaux (Appui technique aux zones, Gestion des ressources, Information et Communication, Enseignement en Sciences Médicales, Inspection contrôle et Hygiène Publique).
La Division Provinciale de la Santé a un rôle de planification, d’accompagnement et de supervision et d’évaluation des ECZS. Dans le cadre de l’appui aux zones de santé, la DPS se charge aussi de la vérification de la qualité des soins au niveau des HGR. La DPS va assurer la présidence de la Commission financement et couverture sanitaire universelle.
Le cadre de performance de la DPS est trouvé dans l'annexe 6.
Cadre de performance de la Direction d’Etudes et Planification (DEP)
La Direction d’Etudes et Planification est une des directions rationnalisées du MSP qui s’occupe des études et de la planification dans le système de santé. La DEP-santé sur base des missions attribuées, développera un cadre de performance dont certaines actions seront directement en lien avec les résultats du projet. Ce cadre de performance mettra un focus particulier sur la planification et sur les activités de coordination du PDSS. Le cadre de performance de la DEP est à l’annexe 24.
Cadre de performance de la CT-FBR
Le Ministère de la santé Publique dispose d’une Cellule Technique du Financement Basé sur les Résultats. Cette cellule apporte son appui technique sur le FBR en collaboration avec les partenaires techniques et financiers. Dans le cadre de l’appui à la CT-FBR, un seul cadre de performance est développé en collaboration avec toutes les parties prenantes. Ce cadre de performance incluera principalement les actions (i) de promotion, d’harmonisation et de vulgarisation de la stratégie FBP (ii) de son intégration avec les autres stratégies de financement de la santé (iii) du suivi et la promotion du FBP (iv) de l’appropriation de l’approche FBP au sein du MSP (v) de la gestion du portail web. Le cadre de performance de la CT-FBR est à l’annexe 28.

Cadre de performance CAGF/MSP
Le Ministère de la santé Publique a mis en place une cellule d’appui et de gestion financière dans le but de l’appuyer dans la gestion financière qui à terme devra se transformer en DAF ( Direction Administrative et Financière). La CAGF dans le cadre du projet sera mis sous contrat de performance pourune bonne gestion financière. [Le cadre de rendement est en cours de discussion, et sera ajouté au manuel plus tard.]
Cadre de performance CGPMP
La Cellule de Gestion et Passation des marchés Publiques s’occupera de passer les marchés dans le cadre du projet. Elle est mise sous cadre de performance pour la passation des marchés publics. [Le cadre de rendement est en cours de discussion, et sera ajouté au manuel plus tard.]
Cadre de performance de la Division du SNIS
La Division SNIS est l’une des divisions de la cinquième direction qui s’occupe de la gestion de l’information sanitaire. Cette division est très indispensable car elle s’occupe principalement dans le pays de l’implantation du DHIS2. Le cadre de performance est à l’annexe 25.
Cadre de performance pour la Cellule suivi et évalution
La cellule de suivi et évaluation du MSP effectuera des missions d’évaluation des Directions centrales qui seront sous cadre de performance. Ces évaluations se feront en tripartite. Une personne de la cellule de suivi et évaluation, une assistance technique et une personne de l’ACVE. La cellule devra organiser dans le delai les évaluations pour permettre le paiement à temps des structures.
Cadre de performance pour la CDR
Pour permettre une amélioration de la disponibilité des médicaments dans les CDR mais aussi accroitre leur performance à offrir des médicaments de qualité, les CDR seront mises sous un cadre de performance en fonction des missions qu’elles doivent suivre . Le cadre de performance est à l’annexe 29.
LES CONTRATS DE PERFORMANCE

Importance des contrats
Les contrats traduisent les engagements entre les parties prenantes dans la mise em œuvre de cette approche. Différents outils de gestion décrivant les procédures et les modalités de mise en œuvre du projet sont présentés dans les supports annexés aux contrats et seront utilisés par tous les acteurs concernés. Ces documents techniques sont entre autres,manuels d’exécution du FBP, grille de vérification de la qualité; cadres de performances de différentes structures de santé, liste des prestations contractuelles pour chaque niveau, les plans de management, etc.
Types de contrats
Ces contrats sont :
Un contrat de performance entre la CT-FBP et le Secrétaire Général du MSP
Un contrat entre le Secrétaire Général et les Directions centrales (DEP, DSNIS et DPM) , et)
Un contrat entre le Secrétaire Général et la CAGF
Un contrat entre le Secrétaire Général et la CGPMP
Un contrat de performance entre le Sécretaire Général et les Distributeurs des médicaments
Un contrat de performance entre le Ministère Provincial en charge de la Santé et les DPS
Un contrat de performance entre l’EUP et l’ECZS
Un contrat de performance entre l’EUP et l’HGR
Un contrat de performance entre l’EUP et le centre de santé
Un contrat de performance entre l’EUP et les associations locales
Un contrat de performance entre le responsable de la structure et chaque agent de la formation sanitaire
Un sous contrat entre le centre de santé et le site des soins communautaires

Contrat de performance entre la SG et la CT-FBR
La CT-FBR signe un contrat de performance avec le Secrétaire Général du MSP. Ce contrat est destiné à soutenir la cellule technique FBR dans ses fonctions d’appui technique à la mise en œuvre du FBR. Il s’agit d’un contrat des résultats avec un cadre des performances qui sera évalué trimestriellement par la Cellule de suivi et évaluation du Secrétariat Général ( Annexe à développer après les discussions).
Contrat de performance entre le SG et les Directions centrales (DEP, DPM et DSNIS)
Le Secrétaire Général du MSP signe un contrat de performance avec les directions centrales (DEP, DPM et DSNIS). Ce contrat est destiné à soutenir les Directions centrales dans certaines de leurs attributions. Il s’agit d’un contrat des résultats avec un cadre des performances qui sera évalué trimestriellement par la Cellule de suivi et évaluation du Secrétariat Général. La mise en place des cadres de performance permettra d’apporter un financement structurel à ces entités de régulation.
Contrat de performance entre le Sécretariat Général et les CDR
Le Sécretariat Général à travers la direction de la pharmacie et du médicament signera soit directement soit par délégation aux DPS un contrat de performance avec les distributeurs des médicaments agréés et les CDR pour les inciter à atteindre certaines performances liées à la disponibilité des médicaments, à la satifaction des commandes et au respect des délais de livraison ( Annexe 29 )


Contrat de performance entre le Sectétaire Général et les Cellules (CAGF et CGPMP)
Le Secrétaire Général du MSP signe un contrat de performance avec les Cellules (CAGF et CGPMP). Ce contrat est destiné à soutenir les Cellules dans certaines de leurs attributions. Il s’agit d’un contrat des résultats avec un cadre des performances qui sera évalué trimestriellement par la Cellule de suivi et évaluation du Secrétariat Général. La mise en place des cadres de performance permettra d’apporter un financement structurel à ces entités de régulation (Annexe à développer après les discussions).
Contrat de performance entre le Ministre Provincial en charge de la Santé et la DPS
Le Ministre Provincial de la Santé signe un contrat de performance avec la DPS. Ce contrat est destiné à soutenir la DPS dans ses fonctions de responsabilité au niveau de la province. Ce contrat est basé sur les résultats du cadre de performance de la DPS selon les missions qui lui sont dévolues. Une évaluation trimestrielle faite par le Comité de pilotage provincial, avec la participation des cadres de l’EUP et validée semestriellement par le Secrétariat Général permet de mesurer les performances de la DPS. Le modèle de contrat et le cadre de performance figurent respectivement à l'annexe 8 (contrat) et annexe 6 (cadre de performance).
Contrat de performance entre l’EUP et l’ECZS
L’EUP signe un contrat de performance avec l’ECZS. Ce contrat est destiné à soutenir l’ECZS dans ses fonctions de pilotage et d’encadrement de la ZS. Ce contrat est basé sur les résultats d'un cadre de performance. L’évaluation de ce contrat est faite par la DPS en présence de l’EUP une fois par trimestre et les résultatssont présentés à la réunion trimestrielle de la Commission financement et couverture sanitaire universelle et au CPP. Le contrat entre l’EUP et l’ECZS et le cadre de performancese trouvent respectivement à l’annexe 9 (contrat) et annexe 5 (cadre de performance).
Contrat de performance entre l’EUP et l’HGR/CSR
L’EUP signe des contrats de performances avec les structures qui offrent le PCA. Ce contrat est destiné à soutenir l’hôpital général de référenceou le Centre de santé de référence dans l’offre des soins de qualité à la population. Les prestations offertes par l’HGR/CSR seront vérifiées quantitativement par une équipe conjointe EUP-ECZ et qualitativement par les pairs et la DPS. Une vérification communautaire est faite chaque 3 mois par une association locale. Le plan de management est une conditionnalité à la signature du contrat et constitue une annexe obligatoire de ce dernier. La structure de santé utilisera l’outil indices pour respecter l’équilibre entre les recettes et les dépenses de la structure. La part des recettes reservée aux primes de performance ne peut excéder 50 % des recettes totales. Le contrat et le plan de management figurent respectivement à l’annexe 10 (contrat) et l’annexe 19 (plan de management).
Contrat de performance entre l’EUP et le centre de santé
L’EUP signe des contrats de performances avec les structures qui offrent le PMA. Ce contrat est destiné à soutenir le centre de santé dans l’offre des soins de qualité à la population. Les prestations offertes par le centre de santé seront vérifiées quantitativement par une équipe conjointe EUP-ECZ et qualitativement par l’ECZS. La part des recettes reservée aux primes de performance ne peut excéder 60 % des recettes totales. Une vérification communautaire est faite chaque 3 mois par une association locale. Le plan de management est une conditionnalité à la signature du contrat et constitue une annexe obligatoire de ce dernier. Le contrat et le plan de management figurent respectivement à l’annexe 11 (contrat) et annexe 19 (plan de management).
Contrat de performance entre l’EUP et les associations locales

L’EUP signe un contrat avec les associations locales (ASLO) en charge de la vérification communautaire. Ce contrat est destiné à assurer la vérification des patients tirés du registre de soins de la structure de santé. Sur la base de la liste des patients à trouver dans la communauté et d’un canevas d’enquête, les ASLO vérifieront l’existence des patients sélectionnés et se renseigneront sur les soins reçus, le tarif payé, le temps d’accueil, le niveau général de satisfaction. Ce travail est effectué tous les trimestres et est payé au forfait par questionnaire bien rempli.Le modèle contrat figure à l’annexe 12.

Contrat de performance entre le responsable et l’agent concerné
Le responsable de la structure de santé signe un contrat de motivation avec chaque agent de santé dans sa structure. Ce contrat de motivation décrit le poste de l’agent, sa responsabilité et les modalités d’évaluation de sa performance au regard de sa fonction dans la structure. Les critères de performance individuelle sont définis de commun accord entre les agents de santé et le responsable. Les critères et la pondération de l’évaluation individuelle doivent être expliqués et discutés avec le responsable de la structure et tous les agents en vue de garantir la transparence (annexe 13 et 23).
La structure de santé utilise l’outil indices pour respecter l’équilibre entre les recettes et les dépenses de la structure. La part des recettes reservée aux primes (fixes et de performance) ne peut excéder 60 % des recettes totales.
Les contrats de motivation sont principalement destinés à aider à la prestation de services de qualité du PMA et du PCA. En cas de discordance entre le personnel, par exemple une surabondance de personnel non soignant, et une pénurie de personnel soignant, le responsable de la structure de santé est libre de juger en concertation avec son équipe combien de points il devrait allouer au personnel non soignantpar rapport au personnel soignant.
Le CODESA participe à la cogestion des budgets de performance et veille à ce que les résultats des évaluations de rendement soient appliqués. Les agents de santé qui ne travaillent plus dans la formation sanitaire, n'ont pas droit à la rémunération au rendement. L'annexe 13 et 23 montre le modèle de contrat de performance individuelle.
Contrat de performance entre le centre de santé et le site des soins communautaire
Les sites des soins communautaires sont des « stratégies avancées » des soins de santé. Ces sites sont responsable au nom du centre de santé de prendre en charge certains problèmes de santé comme le paludisme, les infections respiratoires aigues, les diarrhées, les visites à domicile pour la sensibilisation et la récupération des nons repondants aux séances de vaccination. (Annexe 14).











LE PAIEMENT DES SUBSIDES DU FBP

Les étapes du cycle de paiement
Déclaration des prestations par les structures contractantes
Vérification des prestations par l’EUP
Saisie des données vérifiées dans le portail web
Émission de la facture à partir du portail web
Soumission des factures à la commission financement pour validation
Demande de paiement au détenteur de fonds
Paiement des subsides directement aux structures contractantes
Figure  SEQ Figure \* ARABIC 3: Le cycle de paiement

Le paiement passe par le processus suivant :
Le paiement du bonus de investissement selon les modalités décrites plus haut 
Les factures mensuelles des structures de santé sont contrôlées et approuvées par le vérificateur et saisies dans l'application web (Annexe 17)
La dernière de ces factures mensuelles arrivera à la Commission financement et couverture sanitaire universelleavant le 25 du quatrieme mois (les mois de un à trois représentant le trimestre). Les scores trimestrielsde l’évaluation de qualité sont finalisées pour les structures de santé et l'information sera transmise à la Commission financement et couverture sanitaire universelleau plus tard le 25 du quatrième mois;
La saisie des donnéesquantité et qualité par l’EUP dans l'application web et l'impression des factures trimestrielles consolidées provisoires;
La réunion de la commisson financement et couverture universellese tient une fois par trimestre. Au cours de ces réunions les factures trimestrielles consolidées des ZS sont approuvées (ou modifiées si nécessaire). Au cours de ce processus, les factures mensuelles d'origine sont comparées avec les factures consolidées trimestrielles qui ont été imprimées à partir de la base de données. Après approbation, la facture validée et les comptes rendus des réunions de laCommission financement et couverture sanitaire universelle sont déposées à l'EUP et une copie est envoyée à la DEP ;
L’EUP produit un ordre de paiement dans les 72 heures ouvrables qui suivent la tenue de la réunion de validation de la facture (l'ordre de paiement est généré par l'application web) ;
Une copie scannée de l'ordre de paiement est signée par l'EUP et envoyée à la DEP ;
L'information sur le rendement et les données de paiement seront publiés sur la page d’acceuil de l'application Web. La DEP – santé devra informer les EUP de l’effectivité du paiement.

Règles d'utilisation des subsides du FBP
Les subsides FBP sont sensés être utilisés d'une manière globale en tenant compte de toutes les autres sources de financement. En règle générale, un maximum de 50% des recettes totales de la structure sanitaire peut être attribué au paiement des primes de performance du personnel selon l’outil d’indice. Les subsides FBPainsi que toutes les autres recettes de la formation sanitaire seront utilisés selon l’outil d’Indices.
Outil d’Indices
L'outil d’indices est disponible sous deux formes: l'une est un tableur Excel pour une utilisation à l'hôpital général de référnece où il y a du matériel informatique disponible. L'autre est un outil à base de papier destiné à une utilisation dans les centres de santé.
L’outil d’indices instaure dans la FOSA une transparence dans la gestion des fonds, crée une dynamique de groupe et constitue enfin un support par excellence de budgétisation de la FOSA.
Le régulateur utilise les éléments de l’outils d’indices dans la supervision, l’évaluation de la qualité et dans la résolution des problèmes auxquels la FOSA fait face.
Le but principal de l'outil d’indices est de gérer les revenus des structures de santé de façon holistique. Les revenus en espèces pour les structures de santé provienent de:
Le recouvrement des coûts
Les subsides FBP
Les subventions en espèces du gouvernement ou des partenaires au développement.
Autres dotations financières
Les structures de santé devront gérer ce revenu provenant de diverses sources pour payer ses dépenses:
Achat de médicaments génériques certifiés et consommables médicaux auprès des distributeurs agréés;
Achat de petits équipements;
Petites réhabilitations des installations;
Payement des salaires du personnel de santé;
Motivation des agents de santé communautaires ;
Payement des primes de performance du personnel;
Tampon de trésorerie raisonnable.
Pour répartir les primes de performance des agents de la structure, il faut :
Déterminer pour chaque personnel à travers le contrat de motivation individuel les indices ou parts selon la grille d’indices. Généralement tous les agents doivent participer au choix des critères à retenir (niveau d’études, ancienneté, responsabilité dans la structure, …).
L'évaluation des performances individuelles qui s'obtient après cotation de chaque agent par son chef hiérarchique sur base de la grille d'évaluation individuelle se trouvant dans le manuel opérationnel du PDSS.

Le point relatif s'obtient en multipliant l'indice individuel par le score de la performance obtenue par chaque agent

La valeur de l'unité indice s'obtient en divisant le montant de l'enveloppe de la prime par le total des points relatifs de tous les agents (Valeur de l'unité indice=montant prime / total des points relatifs de tous les agents)

La prime de performance à payer à chaque agent égale à la valeur de l'unité indice multipliée par son point relatif. (prime de performance à payer à l'agent = valeur de l'unité indice x son total des points relatifs).

Le modèle de l’outil d'indice sur papier figure à l'annexe 18
BASE DE DONNÉES

Une application web constitue l'épine dorsale du système FBP. Cette approche qui a montré des preuves dans plusieurs pays a conduit à la mise à l'échelle réussie du FBP.
Un site web sert de portail. Ce site sert également pour figurer des nouvelles, des événements, des documents, des informations relatives à des acteurs tels que leurs contacts et des sites Web, etc.
Les logiciels utilisés pour cette solution IT, WordPress, MySQL et PHP, sont tous ouverts aux sources (« open source »). La base de données offre des rapports préconfigurés, tels que les factures trimestrielles consolidées, mais aussi des graphiques interactifs et des tableaux. Une page de toutes les structures de santé sous contrat sera utilisée, dans laquelleily a des informations telles que leurs comptes bancaires etc. Les structures de santé ont des identifiants uniques qui leur permettront d’être liés à d'autres bases de données comme le DHIS2 du SNIS. Le tableau de centre de santé sera également modifiable via l'application web, pour certains administrateurs. La base de données peut également être consultée sur l'exportation de données dans Excel, et d'analyser les tendances en utilisant les tableaux croisés Excel ou une option graphique.
Le personnel de l’EUP sera responsable de la saisie des données. Cette saisie des données pourra s’effectuer manuellement ou par une tablette électronique. Une page d’accueil publique où figureront les performances de différentes structures sanitaires pourra être consultée par toute personne intéressée.
La base de données comprendra des comptesadministrateurs etl’auteur. L’EUP aura des diverses «compte auteurs» pour ses vérificateurs attachés à chaque ZS. Ces auteurs ne peuvent entrer et modifier des données que pour leurs propres ZS, mais ils peuvent regarder les données de l’ensemblede la province (y compris les graphiques comparatifs).
Quelques utilisateurs sélectionnés auront des comptes de « administrateur » qui confèrent le plus haut niveau de compte d'utilisateur dans lequel les utilisateurs peuvent être ajoutés ou modifiés, y compris leurs mots de passe. Les administrateurs ont également accès à un journal dans lequel des mutations dans la base de données sont enregistrées.Enfin, toutes les données approuvées et payées peuvent être téléchargées à partir de l'interface publique en format Excel. Cette base de données sera integrée dans le site web du Ministère de la santé ( HYPERLINK "http://www.fbrsanterdc.cd"www.fbrsanterdc.cd ).
La page d’accueil du portail FBP du Ministère de la Santé Publique est illustré dans l’image ci après :
Figure  SEQ Figure \* ARABIC 4: Page d’accueil du portail web FBP du Ministère de la Santé Publique


Gestion de la performance des structures de santé
La gestion des structures de santé utilise plusieurs outils de FBP. Cette gestion de la performance est au cœur des systèmes FBP. Il existe différents niveaux de gestion de la performance : (i) la gestion de niveau supérieur de performance (achats stratégiques par l’EUP, (ii) La performance au niveau de la DPS (iii) la performance au niveau de la ZS.
Dans ce manuel, on explique brièvement les cinqoutils utilisés dans la gestion des performances au niveau des structures de santé à savoir :

Le contrat de performance des structures de santé,
Le plan de management,
Les différentes grilles de qualité,
L'outil Indice,
Le cadre d'évaluation de la performance individuelle.
Ces outils sont conçus comme une aide pour la gestion des structures de santé à concentrer leurs compétences dans la résolution de la quantité requise et la résolution des problèmes de qualité.
Contrats de performances des structures de santé
Le contrat de performance engage les acteurs de mise en œuvre à respecter les droits et devoirs réciproques dans leur collaboration. Les signataires de contrat varient selon le niveau et le type de prestation.
Les éléments constitutifs d’un contrat de performance sont : le préambule, l’objet du contrat, les engagements entre les différentes parties prenantes, les prestations contractuelles, le montant alloué par prestation, les modalités de vérification et de paiement, la durée, le mode de règlement des contentieux et les annexes. Tous ces éléments nécessitent une négociation entre les différents acteurs lors de la signature du contrat. Toutefois, il fautsouligner que le contrat dispose d’une partie non négociable qui expose les orientations de politique nationale de santé du pays (préambule).

Plan de management ou plan de business
Le plan de management permettra de mieux mettre en œuvre le plan d’action annuel de la structure sanitaire.C’est un plan qui analyse la situation de la structure, identifie les problèmes prioritaires et propose des stratégies réalistes pour atteindre les objectifs fixés par rapport à chaque service offert et non seulement les services subventionnés. Il est élaboré trimestriellement par : les ECZS, les équipesdes structures de santé avec leurs CODESA pour les centres de santé et avec le CODIR pour les HGR.
Le plan de management estune annexe du contrat de performance entre l’EUP et la formation sanitaire. Le plan de management est différent des plans d'action annuel.Les structures de santé doivent indiquer comment elles veulent aller de A à B, et quelles sont les interventions et les ressourcesqui seront utilisées pour atteindre ces objectifs. Le plan de management est négocié chaque trois mois. Il s’agit donc, des plans réalistes, souples et qui sont très facilement controlables par les acteurs des formations sanitaires.
Le plan de management est utilisé par la structure de santé pour expliquer les différentes cibles et les stratégies qu'elle a conçu pour fournir des services de santé de qualité à sa population. Une collaboration étroite avec le comité de développement de santé (CODESA) ou CODIR est nécessaire à son élaboration. Un plan de management validé est nécessaire pour que le contrat de performance prenne effet. Il est également une annexe du contrat de performance : si la structure de santé ne fait pas ce qu'elle a prévu de faire, elle fait face à une renégociation de son contrat de performance. Elle pourrait en cas de mauvaise performance continue perdre son contrat.
Préparation du plan de management

Tableau XII: Les éléments de préparation du plan de management à differents niveaux
NiveauResponsableActeurs associésOutilsValidationBCZMédecin chef de zoneECZS (Médecin Directeur, DN, AGIS, IS, Nutritionniste, Pharmacien, TDR)PAO
Évaluation du plan de management du trimestre passé
Rapports de supervision de la DPS
Rapports d’encadrement
Rapports d’évaluation
Rapports SNIS
Rapports des revues mensuelles
Rapports de vérification
Rapports financiers et de MEG
Rapports d’inventaires
Rapport sur la situation du personnel
Feed back des enquêtes communautairesCOGESHGRMédecin DirecteurMembres du CODIR (AGIS, MCS et le DN)
Chefs de servicesPAO
Évaluation du plan de management du trimestre passé
Rapports de supervision de la DPS et BCZ
Rapports d’encadrement
Rapports financiers et de MEG
Rapports d’évaluation de la qualité des soins
Rapports SNIS
Rapports des revues mensuelles
Rapports de vérification
Rapports d’inventaires
Rapport sur la situation du personnel
Feed back des enquêtes communautaires CODIRCSITCODESA restreint, Equipe de santé (Accoucheuse, ITA, Labo,…)Micro PAO
Évaluation du plan de management du trimestre passé
Rapports de supervision de l’ECZS
Rapports financiers et de MEG
Rapports d’évaluation de la qualité des soins
Rapports SNIS
Rapports des revues mensuelles
Rapports de vérification
Rapports d’inventaires
Rapport sur la situation du personnel
Feed back des enquêtes communautairesCODESA avec l’appui technique de l’ECZS

Étapes dans la préparation d’un plan de management.
Obtenir et analyser les données de l’intervention/indicateur ainsi que les données financières (recettes et dépenses) de la période précédente ;
Énumérer les forces et faiblesses par rapport à la couverture de l’intervention et à l’atteinte de la cible ;
Déterminer les cibles ;
Analyser les goulots d’étranglement en rapport avec la structure (infrastructures, personnel, équipements, organisation des services), la population (accessibilité financière, géographique et culturelle) et la communauté (relais communautaires, leaders communautaires et autorités politico-administratives), qualité des services ;
Identifier les stratégies à mettre en place pour contrôler les causes de ces faiblesses et atteindre les cibles déterminées ;
Définir des stratégies prioritaires et urgentes à réaliser (chercher la créativité et l’innovation) ;
Elaborer un budget prévisionnel realiste qui va permettre un encadrement des recettes ; 
Endosser le plan de management.
Croisement du cycle de paiement des subsides et du cycle de gestion du Plan de Management

Figure  SEQ Figure \* ARABIC 5: Croisement du cycle de paiment des subsides et du cycle de gestion du Plan de management

Il ressort de ce tableau une suite logique partant de la vérification des performances, du paiement des subsides, évaluation de la qualité, exploitation des rapports SNIS et des enquêtes communautaires pour la production d’un plan de management.
Ce tableau croise le cycle de paiement avec le cycle de planification (élaboration et mise en œuvre du plan de management) afin de corriger 6 problèmes majeurs souvent rencontrés :
Le plan de management élaboré par la FOSA ne tient pas compte des informations pertinentes sur l’offre ou la demande des services. Il s’agit notamment des informations sur l’évaluation de la qualité, sur la satisfaction des usagers, sur la vérification,…
Le plan de management se fait dans la précipitation et généralement par une seule personne et sans la participation des autres acteurs ;
Le plan de management se fait sans évaluer au préalable le plan de la période précédente ;
Le plan de management est élaboré à la fin du trimestre, ce qui prive aux prestataires le temps matériel pour sa mise en œuvre ;
Le plan de management est élaboré sans l’encadrement des ECZS ;
Le financement de la période arrive très tardivement après l’élaboration du plan de management, ce qui empêche sa mise en œuvre (le plan de mangagement devient un outil théorique et non un outil pour améliorer la qualité des services).
Grilles d’évaluation de la qualité comme outil de planification
Dans le FBP, la grille qualité ne doit pas être utilisée seulement comme un outil d’évaluation mais aussi un outil de planifcation.
En effet, cette grille permet de voir les écarts qui existent entre la situation actuelle de la FOSA et le niveau souhaité par rapport à chaque domaine d’activités (consultation, accouchement, laboratoire, etc.). Ces écarts constatés ne sont pas seulement d’ordre structurel, ils sont aussi d’ordre comportemental ou fonctionnel (remplissage des partogrammes, non respect des ordinogrammes, absences des poubelles, mauvais archivage des données,…) ; des situations qui peuvent être modifiées par des efforts locaux et qui ne necessitent pas necessairement des gros moyens.
Ainsi, dans le management, les scores qualité désagregés par domaine et les recommandations formulées par les évaluateurs doivent être utilisés pour planifier les améliorations réalistes et progressives.
Les visites d’encadrement réalisées par les ECZS devront se baser sur les déficiences des FOSA à planifier les progressions. D’une période à l’autre, la strucutre sanitaire doit évaluer les progrès par rapport à son score qualité et discuter des questions qui nécessitent un apport extérieur.
Ces dispositions obligent chaque FOSA à disposer d’une copie de son évaluation qualité en cours. Les moyens donnés comme bonus qualité doivent être investis pour l’amélioration de la qualité des prestations.
Outils d’indices comme outils de plannification
L'outil indice incite la transparence dans la gestion des ressources au niveau de la FOSA. Ce qui renforce l’esprit d’équipe et la motivation du personnel. La grande force de cet outil réside dans le fait que l’affectation des recettes de la FOSA implique la participation de tout le staff, du Titulaire/Directeur jusqu’à l’ouvrier.
Elaboré de manière non participative, l’outil indice peut créer une démotivation et un désengagement de l’équipe pouvant entrainer une baisse de la performance et par conséquent, une dimunition des subsides.
L’utilisatation de l’outil indice doit bénéficier d’un encadrement régulier mais aussi cet outil veillera à intégrer l’ensemble des ressources qui sont appportées au niveau de la FOSA. L’outil d’indice devra donc être lié au plan de management.
L’utilisation de l’outil d’indice renforce l’application des règles traditionnelles d’une bonne gestion financière(tenue correcte des livres de caisse, archivage,…).
Cadre d'évaluation de la performance individuelle
Avant d’obtenir une performance globale de la structure, il est important d’avoir une performance des acteurs. Dans les FOSA, il existe plusieurs comportements d’un acteur à l’autre. La tendance de ces deux types de comportements peut influencer négativement ou positivement la performance globale de la structure. Chaque membre du personnel s’engage individuellement à travailler avec l’équipe pour contribuer à la réalisation du plan de management.
Ainsi donc, une évaluation objective de chaque acteur permet de voir dans quel sens il est entrain de contribuer à la performance collective. Le cadre d’évaluation de la performance individuelle instaure donc un esprit de rédevabilité interne et de justice de partage au sein de la structure.
Les Responsables des structures de santé utilisent un cadre d'évaluation de la performance individuelle et veillent à une repartition du budget de la prime de rendement, tout en gérant l'effort individuel. Un exemple d'un tel cadre d'évaluation des performances est fourni en annexe 23. Les structures de santé sont invitées à élargir ce cadre en fonction de leurs connaissances et maitrises locales.





STRATEGIE D’APPUI AU PROGRAMME FBP

Renforcement des capacités
Le renforcement des capacités du système est vital pour la réussite d’un programme de FBP. Les structures de santé doivent être appuyées en acquisition deséquipements de base et dans la réhabilitation des infrastructures dans une mesure raisonnable pour offrirdes pre-réquis à la production des services de santé de qualité.
Un programme de formation FBP est élaboré pour chaque entité. Ces formations devront être faites par un personnel disposant d’une éxpérience opérationnelle en FBP et devront se baser principalement sur le présent manuel. Par conséquent, ces formations doivent être décentralisées au niveau des différents organismes qui ont la capacité opérationnelle de le faire.
Le cadre institutionnel de l'approche FBP, et les nouvelles règles de jeu du FBPen fonction du contexte d’intervention sont expliquées, et cette formation se termine par la cérémonie de signature du contrat de performance.
Tous les acteurs de la Province,de la ZS et des structures de santé doivent être formés. C'est un effort important qui doit bénéfier d’une excellente coordination entre la DPS, les ECZS, les EUP, les partenaires techniques et financiers et le soutien opérationnel et financier de tous les acteurs.
La DPS est au centre de cet effort de coordination grâce à une collaboration intense avec les ECZS, l’EUP et l’ACVE.
Les éléments de la stratégie de formation
Les élements de la stratégie de formation proposée sont les suivants:
Utiliser un ou plusieurs Assistants Techniques formateurs qualifiés de niveau national ou international disposant d’une bonne expérience en matière de FBP ;
Sélectionner une équipe de formateurs de divers organismes (CT-FBR; EUP, Directions centrales, DPS et les partenaires au développement), une équipe d'environ 25 personnes serait nécessaire pour suivre la formation des formateurs ;
Former les formateurs en méthodes et approches andragogiques modernes;
Créer des modules de formation pour les différents groupes cibles, en lien avec le manuel d’exécution du FBP;
Assurer la formation des groupes cibles : La première formation peut être une formation de demonstration, puis les autres formations peuvent être menées de manière simultanée et en parallèle;
Assurer le suivi de la formation lors des missions d’encadrements.

Coaching à tous les niveaux
Dans le FBP, le renforcement des capacités se fait de différentes façons. L’encadrement en cascade sous forme de coaching permet aux structures d’améliorer la production des services de santé de qualité. Ce coaching est préparé en fonction des défisciences identifiées dans le plan de management des FOSA et accompagne principalement ces dernières dans la mise en œuvre des stratégies proposées. On devra se rassurer que l’encadreur/coach dispose d’un gradient de compétence supérieur par rapport aux personnes à encadrer.
Le coaching sera une prestation contractuelle des DPS et des ECZS. Son évaluation se basera non seulement sur la réalisation des missions ou des visites mais aussi sur le progrès constaté dans les FOSA bénéficiant de l’encadrement.
Figure  SEQ Figure \* ARABIC 6: Outils pour le coaching

Harmonisation des mécanismes de financement pour atteindre plus des résultats
Le projet de développement du système de santé (PDSS) n’est pas seulement un projet, mais aussi une plateforme qui a inclut une dynamique d’harmonisation avec d’autres partenaires comme le Fonds Mondial, l’Unicef etc. Dans cette dynamique, il se relève que chacun des partenaires mets un accent sur tel ou tel autre régime de financement. Dans la mise en œuvre, le PDSS a identifié des articulations importantes qui doivent faire l’objet d’une capitalisation. Il s’agit des composantes du CAO 4-5, des principes du Financement Basé sur la Performance et des sites des soins communautaires. Au décours de plusieurs analyses, un modèle conceptuel d’articulation a été développé.
L’annexe 33 présente ce modèle de design opérationnel entre les 3 mécanismes de financement. Plaidoyer en faveur du FBP
Le FBP étant un mode de financement ayant prouvé son efficacité et son efficience dans le renforcement du système de santé dans plusieurs pays en développement, il est important que la RDC en collaboration avec ses PTF adoptent cette approche à l’échelle national.
Des actions de plaidoyer devront être menées à différents niveaux (provincial et national) pour non seulement une mobilsation des fonds pour l’appui au FBP dans le secteur de la santé mais aussi son appropriation par le gouvernement de la RDC mais aussi en se basant sur les résultats de l’utilisation des services et de la qualité des soins qui seront obtenus.
Le plaidoyer est donc une action continue à mener aussi bien par les régulateurs que tous les acteurs impliqués dans la mise en œuvre de ce projet à différents niveaux. Il consistera en des rencontres formelles ou informelles, des missions ponctuelles, des rencontres périodiques, des conférences ou tout autre partage des résultats et informations en rapport avec le FBP.
Dans le cadre de ce projet, le plaidoyer devra se faire
Au niveau de la Commission financement et couverture sanitaire universelle ainsi qu’au CPP qui fait participer les autres PTF ;
A travers l’utilisation et la diffusion des résultats à travers le portail ;
Par le partage et la documentation des bonnes pratiques ;
Par des échanges d’expérience lors des revues mensuelles au niveau de différentes ZS.





Évaluation de l’impact du FBP dans le PDSS
Le financement basé sur les performances (FBP) est une approche centrée sur l'offre dans le cadre de laquelle les produits (ou les résultats) sont rémunérés (sur la base de leur quantité et de leur qualité), à la différence des programmes classiques qui sont axés sur les intrants financiers ou matériels.
En matière de politique générale, les objectifs de l'évaluation de l'impact consistent à : (a) déterminer l'impact de la démarche de FBP sur l'utilisation et la qualité des services, et sur les résultats de santé, (b) cerner les facteurs principaux qui ont produit cet impact, et (c) évaluer le rapport coût-efficacité du FBP en tant que stratégie d'amélioration des résultats de santé. Ainsi, les résultats de l’évaluation d’impact sont censés aider à formuler la politique nationale de FBP en RDC et alimenter le savoir-faire accumulé plus généralement en matière de FBP.
Les principaux sujets de recherche
L'évaluation de l'impact se penchera sur les principaux sujets de recherche suivants :
Question 1 : quels sont les effets de la démarche de FBP suivie dans le PDSS, avec et sans les consultations à domicile, sur l'utilisation et la qualité des services de santé de base, par rapport aux méthodes de financement à montant égal basé sur les intrants ?
Théoriquement, plusieurs méthodes existent pour permettre au dispositif anticipé de FBP d'augmenter l'utilisation et la qualité des services de santé et d'améliorer les résultats de santé. Ces méthodes pourront être formulées sous forme d’hypothèse. L'achat de prestations prioritaires sur la base de leur qualité peut encourager les gestionnaires des structures de santé et les agents de santé à étendre la prestation de services prioritaires de santé maternelle et infantile (SMI) de haute qualité en la centrant sur la clientèle, et à stimuler la demande en services de santé. La vérification indépendante peut aussi encourager les gestionnaires à s'efforcer d'obtenir des résultats ; leur autonomie en tant que gestionnaires et une supervision bienveillante leur permettraient de réagir à ces incitations. Les primes de rendement destinées aux agents de santé encourageraient ces derniers à se préoccuper davantage des souhaits de la clientèle, tout en réduisant l'absentéisme, ainsi que le prix des honoraires informels qui sont facturés aux patients.
L'étude comparera aussi les résultats des structures de santé du projet à ceux des structures de santé ne recevant pas de financement supplémentaire par le biais du projet pendant toute la période de l'étude (à savoir les ZS autres que les 140 ZS du PDSS). Ceci permettra d'évaluer l'impact global du projet, résultant de l'ensemble des ressources investies et des procédés d'allocation de ces dernières.
Question 2 : quels sont les effets des différentes composantes des grilles de qualité sur la qualité des soins ?
Quels sont les effets de la mesure et de la rémunération de la qualité sur la base avec des vignettes par rapport aux grilles de qualité sans vignettes (grilles de qualité des procédures et du contenu des soins et grilles de qualité structurelle) ?
Quels sont les effets de la mesure et de la rémunération de la qualité sur la base des grilles de qualité des procédures et du contenu des soins par rapport à les grilles de qualité structurelle ?
La mesure de la qualité des soins, ainsi que sa rémunération, est devenue un élément fondamental des dispositifs de FBP. La quantité des prestations est rémunérée sur la base de la qualité des services afin de : 1) inciter directement l'amélioration de la qualité ; 2) garantir que la quantité ne s'accroit pas au dépens de la qualité ; et 3) stimuler la demande en services de santé jugés plus utiles (Fritsche, Soeters et coll., 2014).Bien que la qualité des soins, jugée inadéquate, soit particulièrement préoccupante en RDC, sa définition et les notions employées pour la définir varient considérablement. La qualité des structures de santé est la plus simple à mesurer objectivement, au moindre prix, mais concerne un aspect étroit de la qualité des soins. Pour mesurer le processus, le contenu des soins et le savoir-faire des prestataires, les vérificateurs (et les prestataires de santé) doivent disposer de plus de temps et fournir plus d'efforts, mais ces autres aspects de la qualité reflètent mieux l'interaction entre le patient et le prestataire, ainsi que le traitement reçu par le patient. L'étude déterminera si l'utilisation des différents types des grilles de qualité a un impact sur le comportement des prestataires de santé et la qualité des soins. Il s'agit de déterminer si l'inclusion d'un plus grand ensemble de mesures de la qualité des soins dans les grilles de qualité améliorera la qualité des services de santé.
Question 3 : quels sont les effets des démarches visant à impliquer les communautés pour compléter les activités du programme de FBP sur la nutrition, le comportement communautaire et l'utilisation des services ?
Quels sont les effets d'une démarche de FBP comportant des visites à domicile, par rapport à une démarche de FBP sans composante communautaire ?
Quels sont les effets d'une démarche de FBP comportant une intervention où la modification du comportement communautaire est rémunérée, par rapport à une démarche de FBP sans composante communautaire ?
Quels sont les effets d'une démarche de FBP comportant une intervention où la modification du comportement communautaire est rémunérée, par rapport à une démarche de FBP comportant des visites à domicile ?
Les démarches visant à faire participer la communauté s'accompagnent de mécanismes supplémentaires introduits au titre du FBP et visant à stimuler la demande en services de santé et la modification du comportement des ménages en incitant les centres de santé à faire participer les communautés qu'ils desservent. En RDC, les activités communautaires semblent particulièrement importantes, parce que :
beaucoup de membres de la communauté semblent ne pas utiliser les services de santé à cause de leur prix élevé ou de leur grand éloignement - ces personnes tireraient grand profit de visites à domicile au cours desquelles les cas de certaines maladies grave peuvent être décelés et orientés vers les centres pour suivre un traitement.
La participation des ménages dans les interventions de santé publique qui sont très efficaces reste restreinte dans beaucoup de domaines - ainsi, les activités communautaires peuvent chercher à améliorer le comportement en matière d’hygiène et d’assainissement, augmenter l'utilisation des moustiquaires ainsi que la disponibilité et la consommation des sels pour réhydratation orale (SRO) dans les ménages.
Les taux de malnutrition sont chroniquement élevés. Les cas de malnutrition aigüe aggravée peuvent être immédiatement orientés vers les structures de santé structure. Pour les enfants souffrant de retard de croissance, la mesure répétée de la taille peut sensibiliser les parents aux déficits de croissance, et des recommandations nutritionnelles adaptées (en fonction des aliments disponibles localement et des causes précises de la malnutrition) peuvent aider à traiter les grands facteurs d'amélioration de la nutrition, notamment la qualité et la diversité des aliments, la prévention et le traitement des infections, et les pratiques de soins qui conviennent.
Tableau XII: Plan général d'étude d’impact








Enquête auprès des structures de santé
Une enquête sera menée dans les centres de santé et hôpitaux Généraux de référence. Les visites de l'équipe dans la structure de santé ne seront pas annoncées. L'enquête auprès des Structures de santé comporte plusieurs composantes. Un échantillon d'agents de santé, d'observations de l'interaction entre le patient et le prestataire et des interviews de départ avec les clients sera sélectionné afin d'établir des liens entre les constats issus de chacune des trois composantes. L'équipe de recherche évaluera la faisabilité et le coût de l'addition éventuelle d'autres mesures de la qualité des soins, comme les vignettes en vidéo, les accouchements simulés et les patients normalisés.
Module d'évaluation de la structure de santé
Le module d'évaluation de la structure de santé cherche à recueillir les données relatives à son fonctionnement et aux aspects structurels de la qualité des soins qui y sont dispensés. Dans ce module, sera interrogée la personne chargée de la structure de santé pendant la visite des enquêteurs. L'évaluation de la structure de santé portera principalement sur les sujets suivants :
Le personnel de la structure de santé, y compris les effectifs de la structure de santé, le personnel de permanence pendant la visite des enquêteurs et le personnel présent pendant la visite des enquêteurs
L'infrastructure de la structure de santé
La disponibilité des médicaments, des produits consommables et des fournitures dans la structure de santé
La supervision
La tenue des registres et transmission des rapports au système d'informations sur la gestion de la santé
La gestion de la structure de santé
Le montant officiellement facturé par la structure de santé
Les recettes de la structure de santé, et leur utilisation
Module d'interview des agents de santé
Un échantillon aléatoire stratifié d'agents de santé cliniques et non professionnels accomplissant des tâches associées à la santé maternelle et infantile dans les structures de santé sera interviewé dans le cadre de ce module. Quatre agents de santé seront interviewés dans chaque structure de santé et de chaque hôpital général de référence. Les agents de santé pouvant être interrogés sont, entre autres, les médecins, les infirmiers, les sages-femmes et les sages-femmes auxiliaires, et tout autre agent de santé fournissant des soins associés aux services encouragés. Dans les structures de santé dont les effectifs sont inférieurs à 4, tous les agents de santé éligibles seront interrogés. Le module portera principalement sur les sujets suivants:
Les rôles et responsabilités de l'agent de santé interrogé
La rémunération, y compris les retards de salaires
Le degré de satisfaction et de motivation du personnel
Le savoir-faire technique en matière de santé maternelle et néonatale. Ce dernier sera évalué à l'aide de vignettes. Les vignettes porteront sur les services à acheter au titre du FBP, seront adaptées au profil épidémiologique de la RDC.
Module des observations relatives à l'interaction entre le patient et le prestataire
À la différence du module d'interview avec l'agent de santé qui recueille des informations sur les connaissances de celui-ci, ce module a pour objet de se renseigner sur ses actes en présence du patient.
Entretiens de départ avec les patients
Un échantillon systématique aléatoire de 10 patients présents dans la structure de santé (5 patients de moins de 5 ans et 5 femmes enceintes). Les entretiens de départ seront tenus avec les personnes soignantes des enfants de moins de cinq ans présents dans la structure de santé pour obtenir des soins thérapeutiques et présentant une nouvelle pathologie. Les enfants de moins de 5 ans inclus dans l'échantillon de départ doivent être ceux dont la consultation auprès d'un prestataire a été observée. En outre, des entrevues de départ seront réalisées auprès de tous les clients des CPN dont la consultation auprès d'un prestataire a été observée. Les entretient de départ ont pour but de noter l'expérience vécue par le patient et évaluer la façon dont celui-ci perçoit la qualité des soins et son degré de satisfaction dans l'ensemble des centres de santé et des hôpitaux généraux de référence





ANNEXES

Annexe 1: Le paquet minimum de services de santé (PMA) et leurs cibles

Services PMACible mensuel1Consultation Externe (nvx cas)population / 12 x 100%2Consultation Externe (nvx cas patient indigent) - plafond 5%population / 12 x 5%3Petite chirurgiepop / 12 x 5%4Cas sévère référé à l'hôpital (contre-référence disponible)Toutes les consultations x 2%5Enfant complètement vaccinepop x 3.49% / 12 x 100%6VAT 2+: Femme complètement protégéepop x 4% / 12 x 100%7SP3/TPI3 : Troisième dose du Sulfadoxine Pyriméthamine chez la femme enceinte pop x 4% / 12 x 90%8Consultation Prénatale – 1ère visitepop x 4% / 12 x 90% 9Consultation Prénatale – 4eme visite pop x 4% / 12 x 60%10Consultation postnatalePop X4%/1211Accouchements assistéspop x 4% /12 x 80%12PF: Acceptantes nouvelles et renouvellement (oral &inj.)pop x 21% /12 x 23% x 4 x 80%13PF: Acceptantes nouvelles et renouvellement (DIU et implant)pop x 21% /12 x 2% x 80%14Surveillance de la croissance enfants de 6 à 23 moispop x 5.4% / 12 x 100% x 615Surveillance de la croissance enfants de 24 à 59 moispop x 11.5% / 12 x 100% x 416Visite à domicilepopulation / 7/ 2 an / 12 mois *217Dépistage Conseil du VIH/SIDA initié par le Prestatairepopulation x 5% / 12 mois x 70%18Femme enceinte VIH+ mise sous protocole ARV prophylactiquepop x 4% x 1.6% / 12 mois x 70%19Prise en charge du nouveau-né d’une femme VIH + pop x 4% x 1.6% / 12 mois x 70%20Patient mis sous protocole ARV et vu tous les six moisPop x 5% x1.6% / 12 moisx6 x 70%21Dépistage des cas TBC - BK positifspop x (150/100.000) / 12 x 75%22Cas TBC- BK positif traités et guérispop x (150/100.000) x 6 mois / 12 x 75%*85%
Annexe 2: Le paquet complémentaire des services de santé (PCA) et leurs cibles

Services PCACible mensuelle1Consultation Externe référée (et retro-information donnée) – médecinpopulation / 12 x 2%2Journée d’hospitalisation/admission Pop/12*90%*30 jours3Journée d’hospitalisation - patient vulnérable - plafond 10%Pop/12*10%*30 jours4Chirurgie majeure (population x 0,5%)pop / 12 x 0,5% x 90%5Chirurgie majeur pour patient vulnérable - plafond 10%pop / 12 x 0.5% x 10%6Petite Chirurgie (population x 1%)pop / 12 x 1% x 90%7Petite Chirurgie - patient vulnérable - plafond 10%pop / 12 x 1% x 10%8Transfusion de sang – volontairepop / 12 x 0,5%9Accouchement assisté – eutociquePop x 4% / 12 x 10%10TPI 3 : Troisième dose de Sulfadoxine Pyriméthamine chez la femme enceintePop x 4% / 12 11Césarienne (50% des accouchements dystociques)Pop x 4% / 12 x 10% x 50%12Accouchement dystocique (césarienne exclue)Pop x 4% / 12 x 10% x 50%13Consultation Prénatale : 1ère visitePop x 4% / 12 x 10%14Consultation Prénatale : 4ème visite Pop x 4% / 12 x 40%15Dépistage Conseil du VIH/SIDA initié par le Prestataire Pop x 5% / 12 mois x 30%16VIH/SIDA Femme enceinte VIH+ mise sous protocole ARV prophylaxiePop x 4% x 1.6% / 12 mois x 30%17VIH/SIDA Prise en charge du nouveau-né d’une femme VIH + Pop x 4% / 12 mois x 1.6% x 30%18VIH/SIDA Nombre de nouveaux cas sous ARVPop x 5% x 1.6% / 12 x 100%19VIH/SIDA Nombre de clients ARV suivi un semestrePop x 5% x1.6% / 12 moisx6 x 30%20Dépistage des cas TBC- BK positifsPop x (150/100.000) / 12 x 75%21Cas TBC - BK positif traités et guérisPop x (150/100.000) x 6 mois / 12 x 85%22PF: Acceptantes nouvelles et renouvellement (oral &inj)Pop x 21% /12 x 23% x 20%23PF: Acceptantes nouvelles et renouvellement (DIU et implant)Pop x 21% /12 x 2% x 20%24PF: Ligatures et vasectomiesPop x 21% / 12 x 1%







Annexe 3: Le Guide de référence PMA

NoService PMADéfinition du casSource primaire des informationsSource secondaire d’information1Consultation Externe (nvx cas)Il s’agit d’un patient qui se présente à la consultation avec un épisode de la maladie pour lequel il n’a pas encore reçu de soins au niveau du centre de santé. Registre de consultation Fiche de consultation 2Consultation Externe (nvx cas patient indigent) - plafond 5%Il s’agit d’un patient qui se présente à la consultation avec un épisode de la maladie pour lequel il n’a pas encore reçu de soins au niveau du centre de santé. Ce patient présente également des critères de vulnérabilité tels que définis par le comité des indigents Registre de consultation curative avec colonne critère d’indigence Fiche consultation ou carte d’indigence 3Petite chirurgie (incl. circoncision)Il s’agit un acte opératoire fait sur un malade par un médecin ou un infirmier et qui n’a nécessité que de l’anesthésie locale Registre de de petite chirurgieFiche ou carnet de consultation4Cas sévère référé à l'hôpital (contre-référence disponible)Il s’agit d’un patient qui se présente à la porte de l’HGR avec un document du Centre de santé expliquant le motif de sa référence.
La contre référencé : si le patient se présente à la consultation au centre de santé avec un document de l’HGR pour la suite de traitement. Le registre de consultation (voir colonne 12 du registre SNIS) La fiche du malade, le billet de référence et/ou de contre référence. 5Enfant complètement vaccinéIl s’agit d’un enfant qui a reçu tous les antigènes avant son premier anniversaire et qui a respecté le calendrier vaccinal Le Registre de vaccination La fiche CPS (principalement pour le respect des rendez-vous) 6VAT 2+: Femme complètement protégéeIl s’agit d’une femme qui a reçu les 5 doses de VAT et qui a aussi respecté le calendrier vaccinal
Registre de CPN Fiche CPN 7SP3 : Femme enceinte Il s’agit d’une femme enceinte ayant pris sa troisième dose de Sulfadoxine Pyriméthamine
1 ère dose : 16 semaines
2 ème dose : 28 semaines
3 eme dose : 32 semaines
Registre CPN
Fiche CPN8Consultation prénatale 4ème visite Il s’agit d’une femme enceinte qui a suivi les différentes visites de CPN jusqu’à la 4ème visite et ayant respecté les échéances prévues
1 ère visite : 1er trimestre
2 ème et 3 ème visite : 2ème trimestre
4 ème visite : 3 ème trimestreRegistre CPNFiche CPN 9Consultation Prénatale – 1ere visite Il s’agit d’une femme enceinte qui se présente pour la première fois (avant 4 mois) aux services de consultations prénatales.Registre CPNFiche CPN 10Accouchement assistéIl s’agit d’un accouchement réalisé dans une institution sanitaire adéquate (maternité) par un personnel qualifié-briefé-formé disposant des moyens matériels pour conduire cet accouchement, avec un partogramme renseigné
Registre des accouchements Partogramme 11PF: Acceptantes nouvelles et renouvellement (oral & inj )Femme en âge de procréer qui utilise pour la première fois un service de planning familial pour une contraception moderne (injectable ou orale) et toute autre femme qui vient se réapprovisionner en méthode contraceptive moderne Registre de PFFiche de counseling pour la PF12PF: Acceptantes nouvelles et renouvellement (DIU et implant)Femme en âge de procréer qui utilise pour la première fois un service de planning familial pour une contraception moderne (DIU ou implant) Registre de PFFiche de counseling pour la PF13Surveillance de la croissance enfants 6 – 23 moisIl s’agit des visites d’un enfant en âge préscolaire entre 6 et 23 mois pour lequel la croissance est surveillée. Cette surveillance ne se limite pas à la pesé, mais inclut aussi la prise de la Vit A, le déparasitage au Mébendazole etc.Registre CPS Carte CPS14Surveillance de la croissance enfants 24 à 59 moisIl s’agit des visites d’un enfant en âge préscolaire entre 24 et 59 mois pour lequel la croissance est surveillée. Cette surveillance ne se limite pas à la pesé, mais inclut aussi la prise de la Vit A, le déparasitage au Mébendazole etc.Registre CPS Carte CPS15Visite à domicile: Il s’agit des visites avec protocole réalisées par un relais communautaire dans un ménage
Protocole :
- Causeries éducatives ;
- Thématiques sur :
Promotion des Pratiques Familiales Essentielles (PFE) :
Allaitement maternel Exclusif ;
Alimentation Complémentaire ;
Utilisation de la MILD ;
Utilisation des latrines hygiéniques ;
Lavage des mains ;
Consommation d’eau potable dans les ménages ;
Récupération des enfants perdus de vue (non vaccinés);
Enregistrement des enfants à la Naissance ;
Prise en charge de la diarrhée avec SRO + Zinc
Promotion pour l’utilisation des services de santé (site de soins communautaires et centres de santé) :
Utilisation des services de santé :
PF ;
PCIME ;
PCIMA
CPN ;
Accouchement ;
Utilisation des kits familiaux au niveau des ménages.Cahier des ReCo informant sur les visites à domicile. 16Dépistage Conseil du VIH/SIDA initié par le PrestataireIl s’agit de toute personne qui se fait dépiter au VIH/SIDA après un conseil initié par le Prestataire. La personne dépistée doit également prendre connaissance des résultats. Registre pré-test et post testFiche de DCIP
Registre de laboratoire 17Femme enceinte VIH+ mise sous protocole ARV prophylaxieIl s’agit d’une femme enceinte, dépisté et confirmée VIH+ et qui reçoit la prophylaxie ARV selon le protocole national Registre PTME
Registre de laboratoire Fiche counseling
Fiche de suivi 18Prise en charge du nouveau-né d’une femme VIH + Il s’agit d’un nouveau-né, né d’une femme VIH+ qui a bénéficié des soins néonataux indiqués et la prophylaxie VIH selon le Protocole nationalRegistre d’accouchement Partogramme 19VIH/SIDA Nombre de clients ARV suivi un semestreIl s’agit de tout cas VIH+ mis sous ARV selon le protocole national qui est suivi selon les rendez vous Registre TARFiche de malade20Dépistage des cas TBC- BK positifs Il s’agit d’une personne sur laquelle l’examen des crachats au Ziehl s’est relevé positif (Au moins 2 lames positives) Registre TBC
Registre laboratoire Fiche de malade 21Nombre de cas TBC – BK positifs traités et guérisIl s’agit d’un malade tuberculeux Pulmonaire BK+ ayant pris correctement et selon le schéma les tuberculostatiques et déclaré guéri après un examen microscopique de contrôle Registre de Laboratoire Fiche de malade22Consultation postnatale 2 et 3ème visiteIl s’agit d’une femme accouchée qui est revenue 6 jours et/ou 6 semaines après l’accouchement Registre de maladeFiche de diagnostic
Annexe 4: Le Guide de référence PCA
NoServiceDéfinition du casSource primaire des informationsSource secondaire des informations1Consultation Externe référée (et retro-information donnée) – médecinIl s’agit d’un malade se présentant à la consultation de l’HGR avec un bon de référence et consulté par un médecin.Registre de consultationBon de référence Registre de référence
2Journée d’hospitalisation Il s’agit des nombres des jours passé en hospitalisation pour un malade admis par un médecin (6 à 7 jours maximum). Tout dépassement de ce délai doit être validé par le vérificateur Registre d’hospitalisation Fiche d’hospitalisation 3Journée d’hospitalisation - patient vulnérable - plafond 10%Il s’agit des nombres des jours passé en hospitalisation (6 à 7 jours maximum) d’un malade ayant des critères de vulnérabilité admis par un médecin: plafond 10% des nombre des jours total d’admissions le mois précèdent. Registre d’hospitalisation Fiche d’hospitalisation 4Chirurgie majeur Il s’agit d’un acte opératoire fait sur un malade par un médecin et qui a nécessité l’intervention d’une anesthésie locorégionale ou générale Registre de bloc opératoire Fiche d’hospitalisation
Protocole opératoire 5Chirurgie majeur pour patient vulnérable - plafond 10%Il s’agit un acte opératoire fait sur un malade indigent par un médecin et qui a nécessité l’intervention d’une anesthésie locorégionale ou générale. Plafond 10% des actes totales chirurgie majeur du mois précèdent.
Registre de bloc opératoire Fiche d’hospitalisation
Protocole opératoire 6Petite Chirurgie Il s’agit d’un acte opératoire fait sur un malade par un médecin ou un infirmier et qui n’a nécessité que de l’anesthésie locale Registre de bloc opératoire Protocole opératoire 7Petite Chirurgie - patient vulnérable - plafond 10%Il s’agit d’un acte opératoire fait sur un malade indigent par un médecin ou un infirmier et qui n’a nécessité que de l’anesthésie locale. Plafond 10% des actes totaux petite chirurgie du mois précèdent. Registre de bloc opératoire Protocole opératoire 8Transfusion de sang – volontaireIl s’agit d’une transfusion testée aux 4 marqueurs faite sur un patient avec le sang donné par un donneur bénévole Registre de transfusion Fiche de surveillance
Dossier du malade9Accouchement assisté – eutociqueIl s’agit d’un accouchement réalisé dans une institution sanitaire adéquate (maternité) par un personnel qualifié (infirmiers ou médecin) disposant des moyens matériels pour conduire cet accouchement, avec un partogramme correctement renseigné. L’accouchement est eutocique s’il n y a pas d’intervention extérieure et qu’il se réalise par voie basse Registre des accouchements
Partogramme 10Césarienne
(50% des accouchements dystociques)Il s’agit de tout acte opératoire fait dans le but d’extraire le fœtus par la voie hauteRegistre opératoire
Partogramme
Protocole opératoire 11Accouchement dystocique (césarienne exclut)Il s’agit d’un accouchement qui fait intervenir une manœuvre ou une technique extérieure (forceps, ventouse, Christeler, épisiotomie etc...). Registre d’accouchement Partogramme 12Consultation Prénatal
(nouvelle inscrite et standard)Il s’agit d’une femme enceinte qui se présente pour la première fois (avant 4 mois) aux services de consultations prénatales et qui revient pour une fois ou plusieurs fois supplémentaires (après la première visite) dans le cadre du suivi de sa grossesse.Registre CPNFiche CPN 13Dépistage Conseil du VIH/SIDA initié par le PrestataireIl s’agit de toute personne qui se fait dépiter au VIH/SIDA après un conseil initié par le Prestataire. La personne dépistée doit également prendre connaissance des résultats. Registre pré-test et post testFiche de DCIP
Registre de laboratoire 14TPI 3 : Femme enceinte Il s’agit d’une femme enceinte ayant pris sa troisième dose de Sulfadoxine-pyriméthamine
SP1 = 16ème semaine
SP2= 28ème semaine
SP3= 32eme semaine
Registre CPN
Fiche CPN15Consultation prénatale 4ème visite Il s’agit d’une femme enceinte qui a suivi les différentes visites de CPN jusqu’à la 4ème visiteRegistre CPNFiche CPN 16VIH/SIDA Femme enceinte VIH+ mise sous protocole ARV prophylaxieIl s’agit d’une femme enceinte, dépisté et confirmée VIH+ et qui reçoit la prophylaxie ARV selon le protocole national Registre PTME
Registre de laboratoire Fiche counseling
Fiche de suivi
17VIH/SIDA Prise en charge du nouveau-né d’une femme VIH + Il s’agit d’un nouveau-né, né d’une femme VIH+ qui a bénéficié des soins néonataux indiqués et la prophylaxie VIHRegistre d’accouchement Partogramme 18VIH/SIDA Nombre de nouveaux cas sous ARVIl s’agit de tout cas VIH+ mis sous ARV selon le protocole national Registre de prise en charge Fiche de malade19VIH/SIDA Nombre de clients sous ARV ayant bénéficié du suivi semestrielIl s’agit de tout cas VIH+ mis sous ARV selon le protocole national qui est suivi selon les rendez vous Registre TAR Fiche de malade20Dépistage des cas TBC – BK positifsIl s’agit d’une personne sur laquelle l’examen des crachats au Ziehl s’est relevé positif (Au moins 2 lames positives) Registre TBC
Registre laboratoire Fiche de malade 21Nombre de cas TBC – BK positifs traités et guérisIl s’agit d’un malade tuberculeux Pulmonaire BK + ayant pris correctement et selon le schéma les tuberculostatiques et déclaré guéri après un examen microscopique de contrôleRegistre TBC
Registre laboratoire Fiche de malade 22PF: Acceptantes nouvelles et renouvellement (oral &inj)Femme en âge de procréer qui utilise un service de planning familial pour une contraception moderne (injectable ou 3 mois de dosage pilules PF) Registre de PFFiche de counseling pour la PF23PF: Acceptantes nouvelles et renouvellement (DIU et implant)Femme en âge de procréer qui utilise un service de planning familial pour une contraception moderne (DIU ou implant) Registre de PFFiche de counseling pour la PF24PF: Ligatures et vasectomies Il s’agit de tout cas (homme ou femme) ayant subi volontairement une ligature des trompes ou une vasectomie comme méthode contraceptive Registre de planification familiale et registre du bloc opératoire Protocole opératoire 




Annexe 5: Grille de performance de l’ECZS

N°Activités ECZSSources de vérificationIndicateurs et Critères d’évaluationIndication pour la cotationPoidsCote1Élaboration et exécution du plan de travail trimestriel de la Zone de santé Présence d’un plan de travail inclusif de la zone de santé
Rapport d’évaluation du plan de travail trimestriel
Existence du Plan de travail trimestriel (+ compte-rendu de la réunion d’élaboration dudit plan) cohérent avec le plan d’action annuel validé par le comité de gestion de la zone de santé (Ce plan contient toutes les activités de la zone de santé selon les différents axes)
Transmission du plan de travail à la DPS dans le délai (au plus tard le 15 du premier mois du nouveau trimestre)
Existence d’un rapport d’évaluation du plan de travail trimestriel,
Évaluation réalisée au plus tard le 15 du premier mois du nouveau trimestre,
Taux d’exécution d’au moins 80% d’activités programmées
programmées,

Pour les critères 1-2-3 (Chaque critère vaut 5)






Le critère 4 vaut 10252Préparation et participation à la réunion du Comité de gestion de la zone de santé Compte rendu de la réunion COGES
Documents préparatoires de la réunion COGES


Rapports d’activités de la zone de santé Existence d’un compte rendu de la réunion du COGES avec liste de présence et copie de l’invitation,
Existence de compte rendu d’au moins une réunion préparatoire du COGES
Goulots d’étranglements liés à l’offre et à la demande des soins,
Taux de réalisation des décisions/recommandations pertinentes prises au sujet des problèmes liés à l’offre et à la demande des soins
1

2

3


4
103Tenue hebdomadaire des réunions de l’équipe-cadre de la zone de santé Compte-rendu des réunions ECZTenue d’au moins 12 réunions par trimestre avec liste des présences,
Existence des comptes rendus des réunions ECZ avec une évaluation des performances de la zone de santé et un suivi des recommandations.
Suivi du plan de travail lors des réunions de l’ECZ,
Taux d’exécution d’au moins 70% d’activités programmées
Taux d’exécution des recommandations / décisions d’au moins 70% Chaque critère à 3 points124Supervision/encadrement des formations sanitairesPlan de supervision pour la période concernée avec une identification des problèmes à résoudre

Rapports de coaching (supervision) des formations sanitaires
Retro-information envoyés aux structures superviséesToutes les formations sanitaires encadrées au moins 1 fois/mois,
Existence de rapports pour toutes les supervisions réalisées
Toute supervision a fait l’objet d’une préparation (analyse des données SIS, analyse des goulots d’étranglement identifiés lors des évaluations qualité et évaluation des performances, production de termes de référence ou plan de supervision),
Présence d’un plan d’appui à la résolution des problèmes liés à la qualité des soins et à l’utilisation des services. 
Chaque critère = 5205Organisation des revues mensuelles pour l’analyse des données de la zone de santé. Base des données sanitaires DHIS2
Compte rendu de la réunion d’analyse et validation des données sanitaires avec une analyse structure/structure des problèmes.  Existence d’une base des données DHIS2 et d’une base de données à jour.
Analyses par comparaison entre aires de santé sur les évolutions temporelles réalisées
Feed-back écrit envoyé à chaque aire de santé,
Existence d’un tableau de bord à jour pour les suivis des indicateurs phares de la zone de santé
Promptitude DHIS2 de la ZS à 100 %

Tous les critères remplis =10

Si critères 1 et 2 manquent=0

Chaque critère=2






106Évaluation trimestrielle de la qualité des services des formations sanitaires
Rapport d’évaluation trimestrielle de la qualité des Formations sanitaires
Existence d’un rapport d’évaluation pour chaque structure contractée
La mission s’est faite dans le délai (soit avant le 15 du trimestre prochain)
Rapport assorti des principales actions de remédiation envisagées avec responsable pour chaque action
Tous les critères remplis =30

Si critère 1 manque=0

307Tenir au moins une réunion de la Cellule Epidémiologique une fois par semaine.Nombre de réunions de la Cellule épidémiologique. tenues/Nombre prévu.Rapport de réunion épidémiologique hebdomadaire et copies des REH des Fosa. (avec copie de l’invitation et liste des présences)
Promptitude REH de la zone de santé à 100% Critère compte pour 2.5 5 9Suivi de la gestion des médicaments Tableau de suivi du capital médicament des formations sanitairesTableau de suivi des valeurs réelles des médicaments des formations sanitaires affichées au BCZS avec 100% des données de qualité Critère compte pour 101010Gestion financière et comptable au sein du BCZS correcte et conforme aux bonnes pratiquesLivres de caisse et de banque, bons de sortie, bon d’entrée de caisse, fiches de stock, registres (fiches) d’inventaire, PV de contrôle de caisse, pièces justificatives des dépenses, budget BCZS
Manuel des procédures de la ZSLes livres de banque complets et à jour
Les livres de caisse complet et à jour
Les dépenses donnent lieu à un document d’autorisation de dépense
Les recettes donnent lieu à un document d’enregistrement de recette
Le rapprochement bancaire mensuel est effectué
Le classement des pièces comptables est correct (numérotation en continu + classement chronologique)
Le suivi régulier de la caisse (inventaire de caisse) est au moins mensuel [procès-verbal signé]
Fichier de suivi dettes et des créances à jour
Rapport financier mensuel disponible et correct,
Transparence des financements des partenaires 

Tous les critères remplis=20

Chaque critère=2



1011Gestion des ressources matérielles Inventaires du matériel
Fiche d’entretien Présence d’une fiche d’inventaire des matériels de la ZS à jour
Présence d’un programme d’inventaire des matériels roulants et de la chaine de froids
Régularité de l’entretient des matériels roulants
Présence des carnets de bords à jour

2

2



2

2
8Total150100%








Annexe 6 : Grille de performance de la DPS

DomainesMissionsFréquenceSource d'informationIndicateurs de quantité Eléments de qualité pour l'évaluation de l'indicateurScoreCotation Coordination/pilotage/PlanificationOrganiser les réunions de CPP-SS
2 réunions ordinaires/année Compte rendu
Liste des membres du CPP approuvée par le Ministre provincial en charge de la santé Nombre de réunions de CPP-SS réalisées avec PV et liste des présences des participantsAvant la réunion :
(i) Dossiers présentés par les groupes de travail et validés par le Secrétariat Technique (1point)
(ii) Les termes de référence de la réunion+ les invitations + les dossiers sont envoyés aux membres du CPP 14 jours avant la réunion (1 point)
(iii) Le GT ont transmis au secrétariat au CPP les différents dossiers à traiter (1 point)
(iv) Le secrétariat technique s'est réuni au moins une fois avant le CPP (1point)
(v) Rapport de suivi de la mise en œuvre des résolutions de la réunion précédente (1 point)
Pendant la réunion
(vi) Participation d'au moins 80% de membres effectifs du CPP (1point)
(vii) Pendant le CPP, les président des GT présentent les livrables et les résolutions à adopter (1 point)
viii) Les recommandations du dernier CPP sont réalisées à au moins 75% (2 points)
Après la réunion
ix) Existence d’un plan de mise en œuvre des recommandations (1point)10  Organiser les réunions de Groupes de TravailUne réunion/ mois par GT (soit 5 réunions au total/mois)Compte rendu des réunions Nombre de réunions de GT réalisées avec compte rendu et liste des présences des participants(ii) Tous les présidents des GT dispose d'une liste des membres approuvée par le CD (ii) Tous les GT disposent du plan de mise en œuvre des recommandations du dernier CPP (iii) Tous les GT présentent dans leur dernière réunion qui précède le CPP les livrables à présenter au CPP (dossiers (iv) le taux de participation aux réunions est d’au moins 75% des membres v) Les recommandations des dernières réunions sont réalisées à au moins 75%
1 point par élément5Organiser les réunions de Conseil d’Administration par ZS2 CA par zone de santé/an Procès-Verbal
Liste des membres du CA approuvée par le CDNombre de réunions de CA organisées avec PV et liste des présences des participantsi) Dossiers présentés validés par le COGE des ZS
ii) Transmission aux membres de la lettre d'invitation et des dossiers à traiter dans un délai de 7 jours avant la réunion
iii) Participation d'au moins 80% de membres effectifs
iv) Rapports de suivi de la mise en œuvre des résolutions de la réunion précédente de chaque ZS (2,5 points)
v) PV de qualité (ordre du jour, points de discussions, décisions, recommandations et signature)
vi) Les goulots d’étranglement liés au FBP sont analysés et des recommandations/décisions y relatives sont prises (2,5 points)5Organiser les réunions de l'ECPUne réunion/ semaine Compte rendu et liste des membres approuvée par le CDNombre de réunions d'ECP réalisées avec compte rendu et liste des présences des participants(i) Les Réunions contiennent le point relatif au suivi du PTT de la DPS (1 point)
(ii) Taux d'exécution des activités d’au moins 75% (2 points)
(iii) Participation d'au moins 75 % des membres (1 point) (iv) Existence des comptes rendus des réunions avec suivi des recommandations (1 point) 5Organiser la Revue Annuelle
Une revue par année Rapport de la revueNombre de revues organisées avec rapport et liste des présences des participants(i) Rapport de la réunion préparatoire avec validation des thèmes à débattre (0,5point) (ii) Les présentations synthèse de la DPS sont envoyées 3 jours avant aux membres (0,5point) (iii) Présentations des performances de la province des bureaux de la DPS et des coordinations sont intégrées (1point)
(iv) Présentations des performances de chaque ZS avec analyse des goulots et les actions correctrices (1 point)
v) Participation d'au moins 80% de parties prenantes
(vi) Liste des recommandations à suivre (0,5point) (vii) Plan d’exécution des recommandations (1 point)
5
Organiser la Revue Semestrielle (A mi-parcours) Une revue à mi- parcoursRapportNombre de revues organisées avec rapport(i) Rapport de la réunion préparatoire avec validation des thèmes à débattre (0,5point) (ii) Les présentations synthèse de la DPS sont envoyées 3 jours avant aux membres (0,5point) (iii) Présentations des performances de la province des bureaux de la DPS et des coordinations sont intégrées (1point)
(iv) Présentations des performances de chaque ZS avec analyse des goulots et les actions correctrices (1 point)
v) Participation d'au moins 80% de parties prenantes
(vi) Liste des recommandations à suivre (0,5point) (vii) Plan d’exécution des recommandations (1 point)
3Élaboration du plan d'action opérationnel Une fois par anPlan d'action opérationnel de la DPS
Nombre de plan d'action endossé au CPP-SS avec Liste des présences des participants(i) Le plan d'action est élaboré avec la participation des parties prenantes (ECP et PTF) et tient compte de l’évaluation du PAO précédent (2 points) (ii) il est endossé au CPP avant la fin du mois de janvier (1 point) (iii) Il est diffusé à l'ensemble des parties prenantes (1 point) (iv) Un plan de suivi de sa mise en œuvre est élaboré (1 pt)5Élaborer le Plan de Travail Trimestriel de la DPSUn plan chaque trimestre Plan de TravailExistence du Plan de Travail validé par le CPP-SSi) Plan en lien avec le PAO (intégré) et intègre les plans des bureaux et coordinations des programmes (1pt) (ii) ce plan est diffusé à l'ensemble des parties prenantes (0,5pt) (iii) le plan suit le modèle du MSP (0,5pt) (iv) ce plan est budgétisé (0,5pt) (v) ce plan est évalué chaque fin de trimestre, (0,5pt) vi) Le taux d’exécution des activités est d’au moins 75% (2) 5Élaborer un plan de travail de chaque bureau de la DPS et coordination des programmes Un plan chaque trimestre Plan de travail du bureau et coordination Existence d'un plan de travail de chaque bureau et coordination avec liste des participants à l’élaboration i) Plan en lien avec le PTT de la DPS et intègre les activités des services et cellules (ii) ce plan est diffusé à l'ensemble des parties prenantes (iii) ce plan est évalué chaque fin de trimestre (iv) Le plan est disponible avant le 15 qui commence le trimestre v) Le taux d’exécution des activités est d’au moins 75% (1 pt par élément)5Encadrement des ZS 
Organiser les missions de supervision des ECZ
Chaque zone de santé est visitée au moins une fois par trimestre pendant 7 jours Rapport de mission d'encadrement Nombre de missions d'encadrement réaliséesi) Préparation de la mission d'encadrement intégrée (TDR basés sur l'exploitation de l'information sanitaire et des différents rapports : rapport d’évaluation des ECZS, des Hôpitaux, des revue,…). Ces TDR montrent les problèmes à résoudre (ii) le rapport de mission d'encadrement montre les actions menées par l'EPP et son accompagnant (iii) Les zones de santé sont informées une semaine à l'avance de la mission d'encadrement (iv) présence des rapports de restitutions des missions d'encadrement et liste des présence des participants (v) évaluation des progrès de l'encadrement des zones de santé
(6 pts par élément)
20Organiser les évaluations trimestrielles de la qualité des soins et services de santé dans les Hôpitaux et auprès des ECZSChaque Hôpital et chaque ECZS est évalué une fois par trimestre-Rapport de mission d'évaluation de la qualité
-les cadres de performance de la structure évaluée signés par les évaluateurs et les évaluésNombre d’Hôpitaux évalués
Nombre d’ECZS évalués1) Ordre de mission visé par la structure visitée (2pt)
2) Rapport de mission assorti des problèmes /goulots d’étranglement identifiés (4pts)
3) Rapport de mission assorti des principales actions correctrices et le responsable pour chaque action (4pts)

10
Réguler l'approvisionnement des ZS en MEG et Intrants spécifiques à travers les CDR ou autres circuits d'approvisionnement (logistique PEV, TS, THA etc)
Un plan trimestriel de suivi des approvisionnements Plan d'approvisionnement et bon de livraison
Liste des officines agréesExistence du Plan d'approvisionnement validé par l'ECP











(i) Le plan intègre tous les approvisionnements des médicaments et intrants spécifiques (2pts) (ii) le plan est rendu disponible à toutes les parties prenantes (2pt) (iii) Un suivi de sa mise en œuvre est fait en incluant l'analyse des tableaux de bord (2pt)
iv) la performance de la CDR est évaluée et les actions correctrices prises (2pts),....
v) Existence d’une base des données de suivi de disponibilité des médicaments (2pts)10Gestion des RessourcesRHSTenir à jour la base des données des Formations/Formateurs/Prestataires formésUne base des données des Formations/Formateurs/Prestataires formés existe pour la DPS Base des données des Formations/Formateurs/Prestataires formésExistence de la base des données à jouri) Plan de Formation selon le modèle du MSP (1pt) (ii) le plan de formation intègre les besoins de formation en PBF (2pts) iii) Le plan de formation intègre le suivi des formés (1pt)
4Tenir à jour la base des données des RHUne base des données des RH existe pour la DPS Base des données des RH selon le modèle MSPExistence de la base des données à jourEn conformité avec les listes déclaratives de la DPS et des ZS5Ressources MatériellesTenir les outils de gestion des matériels roulants de la DPS (carnet de bord)chaque jourCarnet de bordExistence de carnet de bord à jourRapport technique de chaque engin roulant (Identité de l'engin, différentes dotations en carburant avec date, date du dernier entretien et kilomètres parcourus avec motif)10Elaborer et exécuter le Plan de maintenance des engins roulants et parc informatique Chaque mois Plan de maintenanceExistence du Plan de maintenance des engins roulantsRespect de l'exécution du Plan de maintenance (Identité des engins, année d'acquisition, périodicité d'entretien, responsables des engins et coût de l'entretien) 10Tenir à jour la fiche des inventaires des équipements et matériels de la DPSChaque mois Fiche des inventairesExistence d'une fiche d'inventaires à jour(i) Mise à jour mensuelle de la fiche d'inventaires (ii) La fiche contient tous les matériels et les écarts sont expliqués : 5 pts par élément10Gestion FinancièreOrganiser les réunions du GT financement et contractualisation pour valider et ordonner le paiement des factures par l’EUP/AAP Une fois par Trimestre-PV de validation des factures signé par les parties prenantes
-Liste de présence des participantsNombre des factures validéesi) Promptitude par rapport au cycle de paiement dans le cadre du PBF
ii) PV de validation transmis à l’EUP/AAP dans le délai
(2,5 pts par élément)5Tenir à jour les outils de gestion financière (livres de caisse, de banque, BEC, BSC et classeur des pièces justificatives, manuel de procédure etc…)chaque jour Outils de gestion (livres de caisse, de banque et classeur des pièces justificatives)Existence des outils de gestion financière à jouri) Promptitude et validité des justificatifs (ii) Classement bien fait (iii) Liquidité en caisse conforme au solde théorique du livre de caisse, iv) Séparation de l’ordonnancement, de l’exécution et du caissier, v) Rapport financier mensuel disponible (1 pts par élément)5Tenir un tableau de bord financier mensuel de la DPS Chaque mois Tableau de bord financierExistence d'un tableau de bord de gestion à jour (i) Tableau de bord selon le modèle du MSP (1pt) (ii) reprend l'ensemble des financements de la DPS (2pt) (iii) Le tableau de bord est partagé avec les PTF (2pt)5Elaborer un rapport Financier Trimestriel de la DPSChaque trimestre RapportExistence d'un rapport financier validé par l'ECP(i) Rapport financier (entrée, sortie, solde, provenance des ressources, bénéficiaires des fonds) (ii) Cohérence des dépenses avec les activités prévues dans le PTT5Inspection-ContrôleOrganiser l'audit interne de la DPS Un audit interne par trimestre Rapport d'audit Nombre d'audits organisés(i) Rapport d'Audit avec orientations par rapport aux constats (2pt) (ii) Le rapport d'audit est partagé avec l'ensemble des parties prenantes (2pt) (iii) Le rapport montre les progrès dans la mise en œuvre des recommandations (1pt)5Information Sanitaire, Communication et RechercheElaborer le Rapport annuel de la DPSUn rapport par anRapportExistence du Rapport Annuel de la DPS (i) Rapport intégrant toutes les interventions fixées dans le PAO de la province (ii) ce rapport est élaboré avant la fin du mois de mars de l'année qui suit (iii) Ce rapport est diffusé à l'ensemble des acteurs, iv) Ce rapport reprend les aspects financiers, matériels et RH v) Est conforme au modèle du MSP (2pts par élément) 10Elaborer le Rapport Trimestriel de la DPSUn rapport par trimestre RapportExistence du Rapport Trimestriel de la DPS Rapport narratif des activités menées dans le cadre du plan de travail (ii) Ce rapport est élaboré, transmis au Ministère provincial et diffusé à toutes les parties prenantes avant le 15 du mois suivant le trimestre prochain
(2,5pts par élément)5Tenir à jour la base des données SNIS (DHIS 2)Chaque mois Base des données-Existence d'une base des données SNIS à jour
-Existence des rapports d’analyse des données SNIS i) La base des données disposent de toutes les informations,
ii) Les lettres de retro information sont transmises aux ZS
(2,5pts par élément)5Transmettre le Rapport SNIS DPS à la hiérarchie Chaque mois Lettre de transmissionNombre de Rapports SNIS transmisi) Complétude interne et externe >80%
ii) Promptitude interne et externe >80%
(2,5pts par élément)5Transmettre le Rapport de SURVEPIAu moins 13 par trimestreLettre de transmissionNombre de Rapports SURVEPI transmisi) Complétude interne et externe>80%
ii) Promptitude interne et externe >80%
iii) Rapport intégrant toutes les maladies sous surveillance
iv) Présence d'une fiche d'analyse sur les tendances (1,25 par élément) 5Organiser la validation des données de la Province(4)
1 atelier par trimestreRapportNombre de Rapports de validation des données produitsi) Préparation de l'Atelier de validation des données (TDR) (1pt)
ii) Rapport intégrant toutes les interventions (2pts)
iii) Feed back aux ZS après analyse des rapports (2pts)5Hygiène et Salubrité PubliqueOrganiser les missions de suivi des établissements classés (travailleurs et des manipulateurs des denrées alimentaires, milieu scolaire et zones minières) Une fois par trimestreRapport et PVRapport de mission de suivi réaliséi) Préparation de la mission de suivi (TDR basés sur l'exploitation de l'information sanitaire et des différents rapports)
5Enseignement des Sciences de la SantéOrganiser les missions de supervision des ITM/IEMUne fois par trimestreRapportNombre de Rapports de missions de supervision réaliséesi) Préparation de la mission de supervision (TDR basés sur l'exploitation des différents rapports)
ii) Rapport de supervision des ITM/IEM montrant les améliorations enregistrées, iii) Rapport de supervision des ITM/IEM est partagé avec le supervisé (1pt par élément)3Organiser les missions d'inspection des ITM/IEMUne fois par trimestreRapport et PVNombre de Rapports de missions d'inspection réaliséesi) Préparation de la mission d'inspection (TDR basés sur l'exploitation des différents rapports)
ii) Exécution de sanctions
(2,5pts par élément)5Maximum200100%Total obtenu


Annexe 7: En-têtes de colonnes pour les registres

REGISTRES POUR LES ACTIVITÉS À SUBVENTIONNER DANS LE CADRE DE L’ACHAT DES PERFORMANCES POUR LES CENTRES DE SANTÉ

REGISTRE POUR LA CONSULTATION CURATIVE
12345678910111213141516171819202122DateN° moisN° dossierNom –Post nomAgeAdresseOrigine *SexeNv Cas *Nv Pat. *Anc Cas *Cont-Ref *Signes dominantsLaboGroupe âgeDiagnosticF. enceintesTraitementISSUESCatégorie maladeRef*ObsAmbu                                                                                        *AS    AS  HA    Violences sexuellesHA HZ    HZ 
N#DateNom, post-nom et prénomAgeSexeRue /
villageQuartier/
SecteurChef de familleStatut par rapport à la Zone de SantéSymptômes et examens physiquesDiagnosticHT0-111-45-14>14ASHAHZ
REGISTRE CPS (consultation préscolaire/suivi de la croissance)

1234567891011121314151617181920212223242526272829
Date
N°mois
N° Dossier
NomAdresseOrigPoids
Enf 0-11 moisEnf 12-59 moisReçu Vitamine AReçu MébendazoleReçu MIISuivi de la croissanceVaccination Enfants 0 – 11 moisCPS 1 *CPS 2 + *CPS 1 *CPS 2 + *Stade 1 *Stade 2 *Stade 3 *Stade 3 référésBCG *VPO 0 *VPO 1 *VPO 2 *VPO 3 *DTC Hep 1 *DTCHep 2 *DTCHep 3 *VAA *VAR *ECV *                                                      AS                      HA                      HZ                      30313233343536373839Vaccination Enfants 12- 59 moisBCG *VPO 0 *VPO 1 *VPO 2 *VPO 3 *DTC Hep 1 *DTCHep 2 *DTCHep 3 *VAA *VAR *ECV *                                                       
Enfants de 5ansSortisVus 1 fois/anComplètement vaccinés

REGISTRE DES ACCOUCHEMENTS
N#N CPNNom, post-nom et prénomAgeProvenanceENREGISTREMENTDateHeure
Mode d’accouchementAvec agent de santé qualifiéASHAHZChef de famille Date d’admission Heure d’admissionGraviditéParitéNombreDDRDPAAge gestationnelTension artérielleFC foetalPrésentation RPR-
V
E+
V
E

Accouchement normal normalAccouchement compliqué*RÉSULTAT DE L’ACCOUCHEMENTNOUVEAU-NÉJournées d’hospitalisationMort-néPerte de sangEtat de périnéeSexe
M/FÉtat physiqueIndice d’ApgarPoids à la naissancePesée < 72 heuresDate d’entréeDate de l’accouchementDate de la sortieJournées d’hospitalisationCondition de sortie de la mère(B/T/D/E)Nom de l’Agent de santéinaltérémacéré< 2500g>2500 mg*Complications lors de l’accouchement
X = pas de complication OT = obstruction du travail SP = septicémie puerpérale
HPP = hémorragie du postpartum S = siège SC = section césarienne
E = éclampsie D = déchirure complete AU = autre

REGISTRE DES PATIENTS HOSPITALISÉS

N d’ordreN Registre de la Consultation externeNom, post-nom et prénomRue / VillageQuartier/
SecteurAge Sexe
Provenance
Z/ HZDiagnostic
principalTraitement.Date d’entréeDate de sortie Journées d’hospitalisation Condition de sortie
(G/T/D/E)N. d’ordre : indiquer le numéro de séquence dans le registre
Nom, post-nom et prénom : indiquer l’identité du patient
Age : indiquer l’âge en année
Sexe ; spécifier masculin (M) / féminin (F)
Provenance : classer comme aire de santé (AS), zone de santé (ZS) et hors zone de santé (HZ)
Adresse : indiquer la rue et le numéro ainsi que le quartier dans le milieu urbain
Date d’admission : indiquer la date au format jj/mm/aa (jour (deux chiffres)/mois (deux chiffres)/année (deux chiffres))
Diagnostic : indiquer le diagnostic à la sortie. Si plusieurs diagnostics sont posés, utiliser une ligne distincte pour enregistrer chacun des diagnostics
Traitement : Entrer le traitement administré. N’inclure que les traitements correspondants au diagnostic. Pour les médicaments prescrits, entrer le nom, la dose et la durée de traitement.
Date de sortie : indiquer la date de sortie (jj/mm/aa)
Durée de séjour : spécifier le nombre de jours entre l’admission et la sortie. Utiliser le calendrier pour calculer la durée de séjour. Le nombre de jours inclut le jour d’admission et le jour de la sortie
Motif de sortie : indiquer les conditions de sortie : sortie autorisée (guéri, amélioré)/sortie non autorisée (évadé)/Décès (< 24 heures/ décès > 24 heures)/ transfert

REGISTRE POUR LES MALADES RÉFÉRÉS

Numéro Numéro du registre de la consultation curativeNuméro du registre d’accouchementNom, post nom et prénom Motif de la référenceDate de la référenceDate d’arrivée à l’hôpital de référenceNuméro de la fiche de la contre référenceDate de réception de la contre référence
REGISTRE DE VACCINATION
NNom du
enfantNom du pèreNom de la mèreRue
VillageQuartier SecteurDate de naissanceProvenance
AS/
HA/
HZDate BCGDate Polio 0Date Polio 1Date Polio 2 Date Polio 3Date Pent1Date Pent 2Date Pent 3Date VARDate VAADate Vac. 100%


REGISTRE DE PLANIFICATION FAMILIALE
NDateN du moisNom, post-nom et prénom Rue/ VillageQuartier /SecteurAge PiluleInjectableDIUImplantSpermicideCodomCollier du cycleNouvelle utilisatriceAncienne utilisatrice COCPOPDMPANET-ENINERTE MEDJADELLENORPLANTIMPLANONCOMPRIMEMOUSSECREMEMASCULINFEMININ
REGISTRE DES CONSULTATIONS PRÉNATALES

ENREGISTREMENTNN de la CPNNom, post-nom et prénom Age Provenance
AS/
HA/
HZRue/VillageQuartier /SecteurDate de la visiteÉtat civilGraviditéParitéNombre d’enfantsDDRDPAAge gestationnelEnfant mort-néAvortementCésarienneDate de naissance
SERVICES (entrez la date)RESULTAT DE LA GROSSESSEVitamine A 200 000 UI1ère visite2ère visite3ère visite4ère visiteSPRPRVATAvortementAccouchementMort-néDateAge gestationnelCPN FR*DateAge gestationnelCPN FR*DateAge gestationnelCPN FR*DateAge gestationnelCPN FR*12-VE+ VE Partenaire traité12345MébendazoleMIICompliquéNon compliquéDateComplication**InaltéréMacéré*Facteurs de risque prénatal : **Complications lors de l’accouchement :
X = pas de facteur de risque P = Protéunurie X = pas de complication T = Tension artérielle élevée (+de 140/90)
A = anémie PDS = ne gagne pas de poids O = obstruction du travail HPP = hémorragie du post partum
O = œdème HAP = Hémorragie antépartum E = éclampsie S = siège
POS = position anormale (après 32 semaines) SC = section césarienne
D = déchirure complète Au = autre
Patient référés de la Zone de santé et hors zone9. REGISTRE DE CONSULTATION DES MÉDECINS
NDateNom, post-nom et prénomAgeSexeRue/ VillageQuartier/
SecteurZHZPatient référé
CS de provenanceExamen CliniqueExamens de laboratoireDiagnosticTraitement 
Patients Hospitalisés D’urgence*10. REGISTRE D’HOPSPITALISATION (MÉDECINE – PÉDIATRIE- CHIRURGIE
N Registre de consultation Médecins N entrant
HospitalisationNom, post-nom et prénom AgeSexeRue/ Village Quartier/Secteur ZHZRéféré CS de provenanceDiagnostic d’entréeTraitementDate d’entréeDate de sortieNombre de JoursEtat à la sortie*Patients référés hospitalisés d’urgence qui ne sont pas enregistrés dans le Registre de Consultation des Médecins
11. REGISTRE D’HOSPITALISATION DE LA FEMME ENCEINTE
NN CPNNom, post-nom et prénomAgeRue/ VillageQuartier/
SecteurProvenance
Z/HZDate d’admissionHeure d’admissionGraviditéParitéNombre d’enfantsDDRDPAAge gestationnelTension artérielleFréquence du cœur foetalPrésentation RPRDiagnTraitm. Admin.Date de sortieDurée de séjour Motif de sortie-ve+ve
Patient référé opéré d’urgence*REGISTRE DU BLOC OPÉRATOIRE
NDateNom, post-nom et prénom AgeSexeRue/
VillageQuartier/
SecteurZHZRéféré CS de provenanceDiagnostic d’entréeType d’intervention Technique d’anesthésie et déroulement de l’intervention *Patient opéré d’urgence qui n’est pas enregistré dans le registre de consultation des Médecins
13. REGISTRE DES PATIENTS RÉFÉRÉ
NDateNom, post-nom, prénom AgeSexeRue/
VillageQuartier/
SecteurZHZRéféré CS de provenanceConsultation de Médecins
N d’enregistrementHospitalisés d’urgence
Service et n# d’entrée Opérés d’urgence
Bloc opératoire
N d’enregistrement










14. REGISTRE DES CONSULTATIONS DU POSTNATALES

INFORMATIONS SUR L’ACCOUCHEMENT 1ère visite post-partum2ère visite post-partum3ème visite post-partumDate prévue de sortieNombre de visites effectuéesMotif de sortie**N d’ordreN de la CPNNom, post-nom et prénomsAgeProvenanceAdresseDateModeComplications*Sexe
(M/F)DateComplicationsCom-
mentairesDateComplicationsCom-mentairesDateComplicationsCom-mentaires*Complications post partum ** Motif de la sortie = 1 sortie autorisée 2. Décès 3. Absence 4. Transfert
Note : la date de la sortie se situe 6 semaines après l’accouchement, pour autant qu’il n’y ait pas de complication
X= pas de complication SP = septicémie puerpérale HPP = hémorragie postpartum Al = problème d’allaitement
E = éclampsie D = déchirure complète A = anémie Au


Annexe 8: Contrat de performance entre le MPSP et la DPS

Entre,
Le Ministre Provincial de la province du………………………………………………………………………ayant la Santé dans ses attribution Mr …………………………………………………………………………………………….
Ci-après dénommé ‘’Autorité Contractante’’ ;


Et
Le Chef de Division provinciale de la Sant酅………………. ci-après dénommé ‘’ bénéficiaire’’ : Mr/Mme…………………………………


Le(s) PTF1 ……………………………………………………………….., ci-après dénommé(s) ‘’Partenaires Technique & Financier appuyant la DPS ’’, Mr/Mme………………………………………………………………………………………

Le(s) PTF2 ……………………………………………………………….., ci-après dénommé(s) ‘’Partenaires Technique & Financier appuyant la DPS ’’, Mr/Mme………………………………………………………………………………………

Le(s) PTF3 ……………………………………………………………….., ci-après dénommé(s) ‘’Partenaires Technique & Financier appuyant la DPS ’’, Mr/Mme………………………………………………………………………………………

Préambule :
Considérant la Politique Nationale de Santé à travers son outil de mise en œuvre qu’est le Plan National de Développement Sanitaire 2011-2015 de la République Démocratique du Congo  ;
Considérant les dispositions de l’Arrêté Ministériel N° CAB.MIN/FP/J.CK/SGA/ SCPOM/MW / LAW /077/2012 du 19 octobre 2012 portant agrément provisoire du cadre et des structures Organiques de l’Administration du Secrétariat Général à la Santé Publique ;
Considérant les dispositions de l’Arrêté Ministériel N° 1250/CAB/MIN/SP/008/CJ/AOB/2012 du 03/NOV/2012, portant réorganisation des Divisions Provinciales de la Santé en République Démocratique du Congo.
Considérant les missions de l’Équipe Cadre Provinciale de la DPS telles que décrites dans le « Manuel des directives de l’opérationnalisation de la SRSS » à savoir : apporter un appui technique au développement des Zones de Santé, un appui à la gestion des ressources, assurer le suivi et évaluation.
Considérant le vadémécum du partenariat, outil de la mise en œuvre de l’approche contractuelle en R.D.Congo ;
Considérant les instructions du Manuel des Directives de l’Opérationnalisation de la SRSS concernant la mise en place de l’Equipe Cadre Provinciale
Se basant sur les directives concernant  le rôle opérationnel du niveau provincial dans la mise en œuvre du Plan Provincial de Développement Sanitaire (PPDS) et les systèmes de gestion du PPDS;
Se conformant aux dispositions constitutionnelles consacrant l’autonomie de gestion aux structures décentralisées de l’administration ;
Considérant la charte de partenariat du Groupe Inter bailleurs Santé (GIBS) du 11 juillet 2014 rappelant l’engagement des bailleurs sur l’harmonisation et l’alignement des interventions dans le secteur de la santé
Considérant les recommandations du CNP-SS du 12/12/2014 concernant la mise en place d’un Contrat Unique du niveau provincial et les engagements des parties prenantes à mettre fin à la fragmentation et à la multiplicité des contrats au niveau intermédiaire
Considérant le rôle du Ministre de la Santé Publique et du Secrétaire Général à la santé dans l’orientation et la mise en œuvre de la politique nationale de santé en R.D .Congo.

Il est librement convenu ce qui suit :

Article 1. Objets du présent contrat

Le présent contrat a pour objet la mise en commun et la gestion rationnelle des ressources au sein de la DPS en tant que structure chargée de la coordination, de l’encadrement et de l’accompagnement technique des zones de santé en vue d’améliorer la qualité de l’offre des soins et les conditions sanitaires de la population de la province.
Il représente un basket fund virtuel de tous les appuis alloués par les partenaires techniques et financiers du secteur santé et destiné à appuyer la mise en œuvre du plan de travail opérationnel de la DPS grâce à des financement prévisibles et sécurisés auxquels s’ajouteront les subventions accordées par les autorités gouvernementales nationales et provinciales à titre de contrepartie nationale.
Il permet grâce à son cadre de performance d’inciter les performances des DPS comme levier important de la pyramide sanitaire à jouer pleinement ses missions dont la principale est l’encadrement des zones de santé.

Article 2. Durée
Le présent contrat prend effet à la date de sa signature et couvre une période d’une année calendrier conformément au plan d’Action opérationnel approuvé lors du CPP et du plan du travail trimestriel de la DPS ou toute autre période convenue entre les parties, et renouvelable après concertation des parties.
Le présent contrat va du ……………………………………au……………………………………………

Article 3. Nature des prestations à financer

Les prestations à financer au niveau de la Division provinciale de santé sont basées sur les missions de la DPS et les priorités de santé publique identifiées dans le PPDS déclinées dans le Plan d’Action Opérationnel validé par le CPP-SS.

Ces prestations concerneront 4 blocs principalement :
Le fonctionnement de routine de la DPS
Les Missions d’encadrement de toutes les zones de santé selon le guide d’encadrement
La coordination et le pilotage du système de santé
L’appui à l’élaboration et au suivi de sa mise en œuvre du plan d’action opérationnel.
Article 4. Obligations de l’Autorité Contractante

L’Autorité Contractante s’engage à :

Assurer le plaidoyer auprès des bailleurs nationaux et internationaux pour l’appui à la mise en œuvre du PPDS  et faciliter l’octroi et l’exécution du budget provincial alloué à la santé. Par cet engagement, le Ministère Provincial de la santé doit produire un plan de dialogue intersectoriel avec les ministères connexes et présenter au CPP-SS un rapport des progrès sur ce plaidoyer

Mobilisation des ressources domestiques pour le financement de la DPS. Le gouvernement provincial doit s’assurer que la part du financement de l’Etat alloué à la DPS augmente progressivement

Assurer la validation du PAO de la province avant la fin du mois de février de l’année. Le Ministère Provincial de la santé organise un CPP-SS au cours duquel la DPS montre comment toutes les zones de santé ont été appuyées pour leur PAO et présente le PAO provincial à tous les membres.

Assurer le suivi de la mise en œuvre des activités dans la province en vue de déterminer le niveau de performance réalisée et en utilisant les indicateurs du PNDS avec une situation de référence et la cible à atteindre. Le MSP provincial élabore un plan de suivi de la mise en œuvre des activités et à chaque CPP, les actions prises pour corriger les dysfonctionnements

Approuver via le CPP-SS le plan prévisionnel des dépenses de la DPS avant sa mise en œuvre ;

Donner des orientations à la DPS au regard du niveau de performance trimestrielle. Le MSP provincial discute avec les DPS des points de contre-performance et propose des aménagements pour une bonne amélioration

Veiller à la mise en œuvre des dispositions du manuel des procédures et de gestion administrative et financière du Ministère de la santé publique, les normes du MSP, ainsi que les outils et autres documents nécessaires pour la mise en œuvre efficace et efficiente des activités. Le MSP provincial reçoit le rapport de la cellule d’audit interne de la DPS sur le respect de ces dispositions

S’employer à mettre à la disposition des DPS et dans le délai requis, les subventions du gouvernement faisant l’objet du présent contrat

Initier des audits internes et des inspections régulières auprès de la DPS et prendre des sanctions positives ou négatives qui s’imposent

Veiller à la rationalisation des RHS et leur stabilisation au poste. Le MSP provincial s’engage à respecter l’autonomie de gestion des DPS. Aucun agent ne peut être affecté dans la DPS sans sa demande et selon un mode de recrutement par appel à candidature suivant les modalités fixées par le niveau normatif

Payer tous les agents de la DPS les salaires et les primes de risques selon les modalités en vigueur

Article 5. Obligations des partenaires

Appuyer le financement de la DPS selon le budget négocié lié aux différentes prestations. Le partenaire versera régulièrement sa contribution au budget du contrat unique pour permettre à la DPS de faire son travail.
Organiser avec le ministère provincial de la santé des audits externes sous l’égide du CPP-SS
Participer aux réunions de groupes de travail /thématiques du CPP-SS. Chaque PTF sera membre d’un ou de plusieurs GT du CPP-SS et y participera selon un calendrier qui sera partagé par la DPS
Participer aux revues, réunions, audits et évaluations des performances sur base du cadre de performance ;
Apporter un appui technique à la DPS en cas de besoins exprimés pour remplir ses missions
Evaluer ensemble avec la DPS les progrès réalisés dans les ZS ;
Appuyer le renforcement des capacités en gestion financière, comptable et audit de la DPS ;
Participer au processus de planification annuelle et des missions de suivi de la mise en œuvre du PAO dans les zones de santé

Article 6. Obligations de la DPS/ fournisseur des services
La DPS s’engage à :

Encadrer et accompagner les zones de santé pour offrir des soins de santé de qualité. La DPS élabore un plan d’encadrement trimestriel des toutes les zones de santé sans exception. Ce plan défini les problèmes à résoudre dans chaque zone de santé et est suivi par une note de préparation des missions d’encadrement. La DPS prend toutes les dispositions d’encadrer toutes les zones de santé de son rayon et partage un rapport trimestriel à toutes les parties prenantes.

La DPS assure les réunions de coordination de l’ECP, de planification annuelle et de suivi des activités qui sont dans le plan de travail trimestriel.

Encadrer l’élaboration des PAO des zones de santé, s’assurer de leur mise en œuvre effective et procéder à leur suivi et évaluation périodique. Via chaque encadreur, la DPS présente un tableau synthétique de suivi des PAO dans l’ensemble des zones de santé

Consolider et Valider les PAO des zones de santé dans le délai. Avant la fin du mois de février, la DPS dispose des PAO validés au CA de toutes les zones de santé ainsi que son PAO annuel

Tenir les Réunions de l’ECP chaque semaine et partager un tableau de recommandation à l’ensemble des parties prenantes. Les PTF doivent recevoir les notes synthèse des grandes lignes des rapports des réunions de l’ECP

Organiser le Conseil d’Administration (CA) des ZS. La DPS élabore un calendrier pour la tenue des CA, en informe deux semaines avant tous les membres, préside et dresse un rapport qui est partagé avec l’ensemble des intervenants

Organiser la surveillance épidémiologique et la riposte en cas d’épidémie, d’une situation d’urgence ou catastrophes ;

Rendre fonctionnel les groupes de travail /Thématiques. La DPS publie un calendrier des réunions des GT avec les thématiques à traiter. A la fin de chaque trimestre, la DPS dresse une fiche qui montre pour chaque GT, les réunions tenues/prévues, le taux de participations, les délivrables produits

Veiller au bon fonctionnement des unités de gestion de l’information sanitaire assurant une collecte, une compilation et une analyse des données de qualité assorties de feedback pertinent et devant concourir aux activités, de suivi et d’évaluation des actions entreprises et de reprogrammation ;

Assurer une organisation structurelle adéquate, une gestion des ressources humaines efficiente en vue de réaliser efficacement les activités dévolues au niveau provincial

Appliquer les procédures de gestion décrites dans le « Manuel de procédures et de gestion administrative et financière du MSP», ses annexes ainsi que dans le « Guide des opérations programmatiques, administratives et financières  »

Assurer la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation des prestations entre la CDR et les Zones de santés en rapport avec l’approvisionnement en médicaments essentiels et autres intrants. Pour ce faire, la DPS élabore un plan de régulation des approvisionnements en médicaments en province.
Suivre les progrès du cadre de performances consolidées des zones de santé au regard des différents projets de subvention dont chaque zone de santé est bénéficiaire ;
Élaborer les rapports périodiques d’activités, lesquels sont adressés au Ministre Provincial ayant la santé dans ses attributions avec copie aux PTF. Le contenu de ce rapport doit être intégré et discuté avec les PTF. Il s’agit notamment

Du rapport trimestriel d’encadrement des zones de santé
Du rapport trimestriel de suivi du PAO des zones de santé
Du rapport trimestriel sur les approvisionnements des médicaments dans les zones de santé
Du rapport trimestriel d’audit interne de gestion des ressources humaines, matérielles et financières de la DPS
Du rapport trimestriel de mise en œuvre des activités du Plan de travail de la DPS (vi) Autres rapports exigés par le MSP provincial
Du rapport financier montrant l’affectation, l’utilisation des toutes les ressources financières injectées dans la DPS.

Organiser la validation des données de la province à travers les revues périodiques.
La DPS s’engage à diffuser dans le délai tous ces rapports à l’ensemble des partenaires
Valider les programmations trimestrielles des activités de la province dans le délai au sein de l’ECP ;
Apporter un appui technique, managérial et logistique aux Zones de Santé et autres structures de santé de la province telles que les Centrales Régionales de Distribution des médicaments, les Instituts des Techniques Médicales, au laboratoire provincial, à l’hôpital de référence secondaire pour assurer une offre et une utilisation des services de santé à toute la population

Organiser l’offre et l’utilisation des services et soins de santé de qualité dans l’ensemble de la province à travers le plan provincial de développement sanitaire qui fait partie intégrante du plan de développement provincial ;

Coordonner tous les services de la province notamment les services d’appui technique aux Zone de santé et le service d’intégration des programmes spécialisés.

Assurer la tenue des inventaires et la mise à jour du registre du patrimoine de la DPS au moins une fois l’an.

Gérer toutes les ressources de la DPS en toute transparence (voir rapport d’audit)

A ne pas se livrer à toute activité de financement ascendant

Article 7. Du Financement de la DPS

Le montant maximal de ce contrat est de………………………………………..USD couvrant une période de ………………….mois. Ce montant est reparti comme suit :

…………………………………………………..USD
pour la production des services (Fonctionnement de routine, appui à la planification, encadrement, coordination et pilotage)
…………………………………………………..USD
pour la rémunération fixe du personnel (salaire & prime de risque)
…………………………………………………..USD pour la subvention pour une performance de 100% 
Les sources de financement du contrat unique sont :
SourcesMontant trimestriel %  Gouvernement central ………………………………….USDGouvernement provincial…………….…………………...USDPartenaires X ….……………………………..USD Partenaires Y…………………………………USDAutres ? …………………………..……..USDTOTAL ……………………………..…..USD100%
SourcesTrimestre 1Trimestre 2Trimestre 3Trimestre 4Gouvernement centralGouvernement provincialPartenaire XPartenaire YAutres
La Hauteur de financement de ce contrat est de……………………………………………………………………….USD couvrant une période de ………………………………………………………………………………………………………………………mois
Repartis en 3 blocs, ce financement donne les proportions suivantes
AAppui lié à la production des services (fonctionnement de routine, planification, missions d’encadrement, coordination, pilotage etc)BAppui à la rémunération fixe du personnel avec financement domestique (salaire et prime de risque) et autres rémunération donnée en fixe CAppui supplémentaire à la rémunération du personnel donnée en subvention après une évaluation des performances de la DPS.
Les financements passant par les programmes verticaux sont comptabilisés dans le cadre de ce contrat unique et permettent de mettre en œuvre les activités de la DPS de manière intégrée.
Tous les paiements se feront via un compte bancaire ouvert au nom de la DPS sauf pour les salaires et les primes de risques qui sont payés directement aux bénéficiaires mais enregistrés dans la comptabilité de la DPS
La DPS s’engage à mettre en place une seule compatibilité incluant les apports des programmes verticaux et cette comptabilité qui sera auditée en interne chaque mois par le service d’audit interne du bureau Inspection Contrôle et en externe chaque semestre et chaque année par un cabinet d’audit externe mobilisé par le CPP-SS
Le Montant à payer pour la DPS sera calculé chaque trimestre selon :
Montant total du contrat = Montant fonctionnement + rémunération fixe + (Subvention X score de performance trimestriel)
Ce montant sera payé à la DPS de la manière suivante :
Les allocations financières seront faites trimestriellement en avance pour : les frais de fonctionnement et de productivité des services de la DPS.

La subvention additionnelle rémunération est donnée à la fin du trimestre après une évaluation de performance certifiée par le CPP-SS.

La DPS élabore un plan prévisionnel des dépenses domestiques. Il s’agit d’un plan multi-source qui trace tous les financements et les ressources qui arrivent au niveau de la DPS et leur utilisation pour l’atteinte des performances attendues. Ce plan prévisionnel est validé ex-anté au niveau du CPP-SS. Une grille de paiement des rémunérations toute source confondue est annexé à ce plan prévisionnel
Les modalités de mise à disposition de fonds seront convenues entre les parties (par virement bancaire) et à un rythme trimestriel et seront versés dans un compte bancaire de la DPS. Ce payement sera fait avant la fin du mois qui suit le trimestre à couvrir. Des apports en équipements ou des intrants pour le fonctionnement en nature sont aussi couverts par ce contrat et seront valorisés au prix du marché.

Les signataires du présent contrat adhèrent à l’intégration au sein de la DPS de trois types de financement ci-dessous :

Financement par ligne budgétaire : l’Etat étant la source première de financement dont la DPS a besoin pour son fonctionnement et la rémunération de son personnel. Avec la décentralisation et la réforme de la fonction publique en cours, le financement de la DPS sera progressivement pris en charge par le gouvernement provincial avec une enveloppe allant dans le sens de couvrir à la longue tous les besoins.

Financement basé sur la performance (FBP) qui attribue un financement après évaluation de la performance générale de la DPS. Ce financement est destiné à appuyer les activités générales de la DPS. Il est mis ensemble avec d’autres financements pour prendre en charge les activités de la DPS.

Appui ponctuel des activités en cas des campagnes de masse, d’épidémies, de catastrophes ou d’autres activités d’urgences qui doivent ressortir clairement dans la comptabilité de la DPS

Les appuis en financement ou autres issus des programmes verticaux sont comptabilisés dans ce contrat unique
Article 8. Du régime disciplinaire

Les parties signataires du présent contrat s’engagent à ce que le personnel de la DPS qui se sera rendu coupable de fautes graves soit sanctionné et soumis au régime disciplinaire en vigueur dans l’administration publique. Le Ministre Provincial ayant la santé dans ses attributions sera chargé de faire appliquer cet article dans toute sa juridiction.

En cas de manquement grave dans l’exercice des engagements convenus (présentation de fausses données ou des activités fictives, prestations de très mauvaise qualité, fraude dans le rapportage, détournement des fonds, score de performance de moins de 50%), la DPS s’expose à des sanctions allant de la pénalité pécuniaire jusqu’à la suspension temporaire du contrat et même au remplacement de certains cadres sur proposition du CPP-SS
Le barème ci-dessous sera appliqué :
Manquement grave pour la première fois : un avertissement est donné et le paiement est effectué après correction de toutes les irrégularités. Le Ministre provincial de la santé et le Secrétaire Général à la santé sont informés pour le déclenchement d’une procédure et la prise des sanctions administratives éventuelles.
Manquement grave pour la deuxième fois (1ère récidive) : deuxième avertissement et application d’une sanction financière de réduction de 20% après correction de toutes les irrégularités. Information au Ministre provincial de la santé et du Secrétaire Général à la santé pour prise des sanctions administratives.
Manquement grave pour la troisième fois (2ème récidive): Suspension du contrat et  information au Ministre provincial de la santé et au Secrétaire Général à la santé pour prise des sanctions administratives.


Article 9. Règlement des litiges
Pour tout litige qui surviendrait dans l’exécution du présent contrat, les parties vont successivement recourir :
Au règlement à l’amiable ;
À la conciliation du CPP à travers ses membres désignés par chacune des parties ;
En cas d’échec, le Ministre de la santé publique est le seul compétent à les départager.
Si la divergence persiste malgré après l’implication du Ministre et du CNP, le recours aux instances de la justice civile peut être envisagée.

Article 10. Suspension et résiliation

a) Ce contrat peut être suspendu sans préavis par l’une des parties avant son terme en cas de:
Force majeure.
Sont considérés comme cas de force majeure des événements graves, imprévisibles et irrésistibles se produisant et empêchant les parties d’exécuter temporairement ou définitivement leurs obligations respectives.
Faute grave telle que repris à l’article 9 et ce, pour une deuxième récidive :
Il en va de même pour tout manquement grave d'une des parties à ses obligations. Le manquement grave est celui qui rend impossible la poursuite de la collaboration et lèse profondément et de manière irréversible la confiance entre les parties.

Ce contrat peut être résilié moyennant un préavis par l’une des parties en cas de troisième récidive d’une faute grave et à l’issue d’au moins une suspension survenue dans une période ne dépassant pas 12 mois pour la même cause ; et ce particulièrement lorsque ni le CPP et ni le Ministre Provincial de la Santé n’ont pas réussi à rétablir un climat d’harmonie entre les parties prenantes par des négociations et des procédures administratives classiques.

Le Secrétaire Général à la santé, le Ministre National de la Santé Publique et le représentant du GIBS doivent être informés du déclenchement du processus de résiliation de ce contrat avant l’application effective de la décision. Le Secrétaire Général à la Santé et la Commission Gouvernance du CNP-SS seront chargés d’analyser les motivations des uns et des autres et de faire rapport au CPP-SS.

Article 11. Modalités de suivi et d’évaluation
Le présent contrat fera l’objet d’une évaluation trimestrielle et d’une contre évaluation semestrielle faite par une équipe de la cellule de suivi et évaluation du MSP désignée par le Secrétaire Général à la Santé

L’évaluation du contrat unique va comprendre deux aspects :

L’évaluation du respect des engagements des parties prenantes
L’évaluation du cadre de performance de la DPS


Méthodologie de l’évaluation du contrat unique

Le processus proprement dit de l’évaluation débute par l’auto-évaluation que la structure concernée réalise sur le niveau de son cadre de performance et sur l’engagement des parties prenantes La DPS prendra soins de conserver tous les livrables soutenants cette double évaluation Le Comité Provincial de pilotage Système de Santé désigne 3 personnes pour faire l’évaluation du contrat unique (1 personne issue de l’IPS, 1 personne représentant les PTF et 1 personne d’un ministère connexe comme le budget, le plan etc…). Cette équipe reçoit une lettre officielle d’évaluer le contrat avant le 15 ème jour suivant le trimestre prochain. L’outil de l’évaluation sera le cadre de performance d’évaluation de la DPS repris dans les annexes du contrat ainsi qu’un tableau des engagements des parties prenantes L’évaluation prend en compte la qualité du livrable notamment en terme de cohérence interne, de compréhension et de pertinence par rapport aux éléments de qualité définis dans le cadre de performance. Le Chef de DPS sera informé bien avant de cette évaluation, il prendra soins d’apprêter tous les livrables exigés. Les évaluateurs prendront soins de faire des triangulations pour se rassurer de la véracité des données. Le Cette évaluation réalisée par le comité Provincial de Pilotage permettra ainsi de déterminer, selon les performances réalisées. Les évaluateurs transmettent un PV signé avec le score obtenu et ce score entre dans le calcul de la subvention à donner) la structure selon les principes fixés dans les modalités de financement Les résultats de l’évaluation du cadre de performance et des engagements des parties prenantes sont présentés au CPP et postés sur le site web du MSP. Ces résultats feront l’objet des discussions au CNP et aux revues annuelles du secteur de la santé 
Profil des évaluateurs

Tel qu’énoncé ci-haut les évaluateurs seront les experts issus du Comité Provincial de Pilotage. Ils sont choisis par délibération au cours d’une session du CPP-SS. Ces évaluateurs signent un acte d’impartialités et s’engagent à conduire de manière transparente cette évaluation de la performance au siège de la DPS ;

Il s’agit des personnes qui ont un bon niveau de compréhension du système de santé et qui comprennent parfaitement le fonctionnement de la DPS.

Les contre évaluations se feront par les Experts issus de la cellule de suivi et évaluation du MSP et ce, de manière ad hoc. Ces contre-évaluations se feront principalement pour voir s’il y a des écarts criants entre les évaluations faites par le CPP-SS et les contre-évaluations de la cellule de suivi et évaluation.


Paiement de la subvention

Le contrat unique est alimenté par au moins 3 sources principales

Le Gouvernement provincial
Le Gouvernement central
Les Partenaires techniques et financiers
Autres sources à préciser

L’ordonnancement du paiement de la subvention à la DPS se fera de la manière suivante :
Le montant de fonctionnement de la DPS est alimenté principalement par l’Etat (central & provincial) ainsi que par les PTF et ce montant est remis au début du trimestre pour permettre à la DPS de produire les services
Les montants des salaires de base des agents ainsi que les primes de risque sont donnés par le Gouvernement (central et/ou provincial) à la fin de chaque mois
La subvention complémentaire remise par les PTF pour compléter selon le cas la rémunération et/ou le fonctionnement de la DPS est donnée à la fin du trimestre après évaluation
Si la DPS reçoit une autre subvention (don etc…), cela doit être tracé dans le contrat unique
Pour le fonctionnement, ce montant calculé sur base des missions essentielles de la DPS est versé directement sur le compte bancaire de la DPS par les différents partenaires qui apportent un appui à la DPS ainsi que par le Gouvernement. Si une source donne cet argent en cash, il devra directement être mis sur le compte bancaire de la DPS.

Pour les salaires et les primes de risques, ces montants sont généralement donnés à la fin du mois à chaque acteur, soit via le compte bancaire de l’agent soit en main. Cet argent doit être comptabilisé dans les entrées de la DPS
Pour la subvention supplémentaire des partenaires, cet argent alimenté par plusieurs sources sera versé directement sur le compte bancaire de la DPS 
Audit des différents paiements effectués pour la DPS

La DPS doit mettre en place son service d’audit interne qui doit chaque trimestre faire un audit sur l’ensemble des financements apportés à la DPSChaque année, le CPP contractualise un cabinet d’audit externe qui réalise un audit sur l’ensemble des ressources données à la DPS. L’autorité  contractante, le bailleur ou leurs délégués ont la latitude de procéder des audits ad hoc et de rendre publique les résultats
L’IPS peut aussi procéder à des contre vérifications sur les livrables fournis par la DPS. L’IPS fera ainsi un rapport sur la qualité des livrables au CPP-SS. 

Article 12. Avenant

Toute matière n'ayant pas fait l’objet du présent contrat ou nécessitant des modifications fera l’objet d'un avenant.

Article 13. Les documents ci-après  sont annexés au présent contrat :

Le plan d’Action opérationnel (PAO) de la DPS ;
Le cadre de performance de la DPS
Les différents modèles de rapport attendu de la DPS (article 7)
Le modèle d’un plan prévisionnel de gestion

Article 14. Communication /notification

Toute communication faite dans le cadre du présent contrat doit revêtir la forme écrite, préciser l’objet et envoyer aux adresses ci-dessous :


Ce contrat est établi à ……………….. en cinq (5) exemplaires originaux dont chacune des parties en reçoit un.
Fait à ……………….. le ………/…………/…………
Pour la Division Provinciale de la Santé :


Chef de Division Provinciale de la Santé
Nom : …………………………………………………
Signature : ………………………………………….



Pour l’autorité contractante :

Nom : ………………………………………………..
Fonction : Ministre Provincial en charge de la santé
Date et signature : ……………………………..


Pour les Partenaires technique
et financier 1 :


Nom: ………………………………………………….
Fonction : …………………………………………...
Date et signature: ……………………………….


Pour les Partenaires technique
et financier 2 :


Nom: …………………………………………………
Fonction : ………………………………………….
Date et signature: ……………………………..











Annexe 9: Contrat de performance entre l’EUP et l’ECZS

CONTRAT N°………………………

CONTRAT DE PERFORMANCE ENTRE L’AGENCE ………………… ET L’EQUIPE CADRE DE LA ZONE DE SANTE DE …………………..

Dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie de Financement basé sur les performances (FBP) et en référence au document manuel de mise en œuvre du FBP au niveau du secteur de la santé, il a été convenu et arrêté ce qui suit:
ENTRE : L’Agence …………………. représenté par Madame / Monsieur……………………….d’une part
Et L’Equipe Cadre de la Zone de santé de ………………………………….., représenté par Docteur ……………………………………………… Médecin Chef de Zone d’autre part:
Préambule
La stratégie du FBP contribue au renforcement de l’autonomie de gestion des services de santé, car les primes de performance qui y sont octroyées sont gérées directement par l’entité sanitaire bénéficiaire et rentrent dans son bilan financier mensuel. Cette stratégie est, par ailleurs, conforme aux initiatives et à la volonté du ministère de la santé et ses partenaires, notamment la Banque Mondiale soucieuse de rendre les soins de santé de la mère et de l’enfant et de toute la population plus accessibles à la population et d’en améliorer la qualité par l’utilisation équitable des moyens disponibles. C’est dans cette optique que s’inscrivent l’élaboration et la signature du présent contrat.
LES GENERALITES
Article 1: Objet du contrat
Le présent contrat a pour objet l’achat des performances de la zone de santé dans le cadre de la mise en œuvre du plan d’action opérationnel de la zone de santé.


Article 2 : Prestation à acheter (la Grille de Performance de l’ECZ en annexe)
Les performances à acheter au niveau de l’équipe cadre de la zone de santé sont déterminées dans le manuel opérationnel du financement basé sur les performances (voire grille de performance).
Ces prestations doivent être vérifiables dans les rapports respectifs de l’ECZ et dans les registres de supervision des centres de santé au courant du premier mois du trimestre suivant par l’équipe des vérificateurs.
Les résultats de la vérification de l'ECZ seront contre vérifiés (ex-post) à travers un protocole appliqué par une agence de contre vérification externe (ACVE).
Article 3 : Modalités de l’évaluation de la performance de l’équipe cadre de la zone de sante
L’évaluation de la performance est trimestrielle et sera effectuée par une équipe d’évaluateurs constituée par la DPS et l’EUP/AAP sur base des conditions fixées dans le manuel d’exécution du FBP ;
À l’issue de l’évaluation, les membres de l’équipe cadre de la zone cosignent les résultats de l’évaluation;
Article 4 : Modalités de paiement
En principe et selon la disponibilité de liquidité de la part des bailleurs, le paiement des subsides des prestations se fait à partir du vingt cinquième jour du mois suivant.
Le paiement des subsides sera effectué en espèces/virement bancaire pour un montant calculé sur base de la grille d’évaluation de la performance de l’ECZ (l’article 2)
Article 5 : Accuse de réception du paiement
L’EUP/AAP avise sur base de la facture l’ECZ du montant payé/viré. En retour, l’ECZ doit accuser réception des fonds reçus/virés et y annexer la facture signées/cachetée dans un délai ne dépassant pas une semaine après preuve de paiement. Faute de quoi, le paiement pour le mois suivant ne pourra pas être effectué.
Article 6 : Signature de pièces justificatives

Les fiches de supervision non signées par les superviseurs et supervisés avec sceau de la Fosa et la date de supervision, les comptes rendus des réunions tenues sans liste de présence avec signatures des participants ne seront pas subventionnés.

DES ENGAGEMENTS DE DEUX PARTIES
Article 7: L’équipe cadre de la zone de santé:
L’Equipe Cadre de la Zone de santé s’engage à réaliser les activités de coordination et d’encadrement de la zone de santé prévues par les normes nationales de la santé au profit de toutes les structures intégrées de la zone de santé y compris les structures privées.
L’ECZ s’engage organiser la validation des données de la zone à travers le suivi de l’analyse des données dans les Fosa, des visites trimestrielles conjointes avec l’Agence dans chaque Fosa ainsi que la tenue des réunions mensuelles de monitorage avec les partenaires et les responsables des Fosa.
L’ECZ s’engage à organiser trimestriellement des visites de suivi/Evaluation conjointes ou non des plans de management avec l‘EUP dans chaque FOSA et transmettre un rapport relevant les constats sur la réalisation ou non ainsi que les recommandations laissées pour la bonne exécution des Plans de management.
Accepte les inspections/audit financiers, le contrôle des données et d’autres vérifications ainsi que les visites de supervision conjointe;
L’Equipe cadre s’engage à assurer une bonne gestion des fonds alloués à l’ECZ (application de l’outil d’indice, implication des membres du COGE dans la gestion, classement des PJ,)
Les prestations mensuelles de l’ECZ sont notifiées dans un rapport SNIS à la DPS ou saisies dans la base des données DHIS 2 au plus tard le dixième jour du mois suivant.
L’Equipe cadre de zone s’engage à ne pas recevoir toute forme de financement ascendant en nature ou en espèce.
Article 8 : Le médecin Chef de Zone :
Le Médecin Chef de zone s’engage à présenter à l’EUP/AAP le plan Semestriel d’activités de la zone défendu et validé par le comité de gestion de la zone au plus tard le 10eme jour du Premier mois du semestre suivant.
Article 9 : Condition pour le renouvellement du présent contrat
L’exécution du plan d’activités du Semestre précédent à au moins 75% et la présentation du nouveau plan Semestriel d’activités constituent une condition sine qua non du renouvellement du présent contrat.


Article 10: l’EUP/Agence s’engage à:
L’EUP/Agence, s’engage à appuyer la DPS dans l’évaluation des activités de l’Equipe cadre de la Zone de santé dans le délai imparti.
L’EUP/Agence s’engage à apporter un appui technique dans l’élaboration et la mise en œuvre du plan de mangement et utilisation de l’outil indice ainsi que les évaluations qualité des structures
L’EUP/agence s’engage à encoder les résultats de l’évaluation dans le portail web
DUREE DU CONTRAT
Article 11 : Durée
Le présent contrat est conclu pour une durée d’une année renouvelable ; il peut être renouvelé par tacite reconduction.
DES SANCTIONS, RESILIATION OU NON RENOUVELLEMENT
Article 12 : Des Sanctions
En cas de fraude avérée, les sanctions sont d’ordre financier et d’ordre administratif. Les sanctions financières sont les suivantes :
1ère fraude constatée = retenue de 50% des subsides trimestriels
2ème récidive = suspension du contrat jusqu’à ce qu’une mesure administrative soit prise. Cette situation est aussi valable pour tout financement ascendant opéré sur le compte des formations sanitaires.

Les sanctions administratives sont celles en vigueur dans l’échelle de sanctions des personnels du service public de l’Etat ou du reglement d’ordre intérieur de la structure.
Article 13 : Résiliation du contrat
Le présent contrat peut être résilié en cas de :
Mauvaise gestion des fonds alloués à l’ECZ ou manque de transparence (non application de l’outil d’indice, me gestion prouvé par les membres du COGE ou lors des missions d’audit, non implication des membres des membres de l’ECZS COGE dans la gestion, non classement des PJ,) confirmée lors des vérifications, des évaluations ou au cours de toute autre visite à la structure
Non-respect des obligations incombant à chacune des parties, la partie lésée peut notifier à l’autre partie, la résiliation du présent protocole en lui expliquant par écrit les motifs de la résiliation.
Arrêt de la convention de financement basé sur les performances par les différents bailleurs de fonds, ou de la politique de financement basé sur les performances par le gouvernement congolais constitue un motif valable de résiliation du présent protocole.
Force majeure obligeant l’Agence à arrêter les activités du programme
Article 14: Règlement des litiges
Tout litige survenant à l’occasion de l’interprétation et de l’exécution du présent protocole sera soumis à la procédure de conciliation entre les parties à la Division provinciale de la sante; sinon, le litige sera déféré devant le Comité Provincial de Pilotage.
Article 15 : Conflits d’intérêts, dispositions anti-corruption
Les parties conviennent qu’il est important que toutes les mesures nécessaires soient prises en vue d’éviter les conflits d’intérêts et la corruption. À cette fin, le partenaire appliquera des normes en matière de conflit qui régiront les prestations de son personnel, notamment par l’interdiction des conflits d’intérêts et des pratiques de corruption en rapport avec l’octroi et l’administration de contrats, de subventions ou d’autres avantages, ou également la correction des fautes constatées
L’Organisation ou la structure n’offrira pas à un tiers ni ne recherchera, n’acceptera ni ne se fera promettre, directement ou indirectement, pour lui-même ou pour une autre personne ou entité un cadeau ou un avantage quels qu’ils soient dont l’octroi serait ou pourrait être interprété comme constituant une pratique illicite ou de corruption.
Article 16 : Emploi des enfants
La structure partenaire déclare et garantit de ne pas se livrer à des pratiques quelconques qui seraient incompatibles avec les droits énoncés dans la Convention sur les droits de l’enfant, notamment dans son article 32 qui exige notamment que les enfants ne soient astreints à aucun travail comportant des risques ou susceptible de compromettre son éducation ou de nuire à son développement physique, mental, spirituel, moral ou social.
Article 17 : Dispositions finales
Le présent contrat remplace tous les accords verbaux ou écrits antérieurs existant éventuellement entre les parties, et constituent l’intégralité de leur accord concernant la fourniture des services dans le cadre du présent contrat.
Les deux parties s’engagent à exécuter de bonne foi ce contrat
Aucune indemnité n’est prévue à la fin du présent contrat
Ainsi fait à ………………, en deux exemplaires, chacune des parties ayant retiré l’exemplaire lui destiné,
Pour l’EUP/AAP, Mr, Mme ………………………………………………………………, Directeur ou responsable
Adresse .……………………………………………………Tél :………………………………
Pour L’ECZ, Monsieur/Madame………………………………………………… Médecin Chef de Zone de santé
Adresse ..:……………………………………………………Tél :………………………………



Annexe 10 : Contrat de performance entre l’EUP et l’HGR

CONTRAT N° _ _ _ _ _

CONTRAT DE PERFORMANCE ENTRE L’AGENCE _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ ET L’HOPITAL GENERAL DE REFERENCE/CENTRE HOSPITALIER _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ DANS LA MISE EN ŒUVRE DU FINANCEMENT BASE SUR LA PERFORMANCE.

Dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie de Financement basé sur les performances (FBP) et en référence au manuel de mise en œuvre du FBP au niveau du secteur de la santé, il a été convenu  ce qui suit:

ENTRE D’UNE PART
L’EUP/AAP …………………….. Représenté par Monsieur/Madame agissant en qualité de : …………………………………
ET D’AUTRE PART,
L’hôpital General de référence (Centre Hospitalier de) ………………………………… Représenté par Dr ……………………………. agissant en qualité de Médecin Directeur.

Préambule 
La stratégie du FBP contribue au renforcement de l’autonomie de gestion des services de santé, car les primes de performance qui y sont octroyées sont gérées directement par l’entité sanitaire bénéficiaire et rentrent dans son bilan financier mensuel. Cette stratégie est, par ailleurs, conforme aux initiatives et à la volonté du ministère de la santé et ses partenaires, notamment la Banque Mondiale soucieuse de rendre les soins de santé de la mère et de l’enfant et de toute la population plus accessibles à la population et d’en améliorer la qualité par l’utilisation équitable des moyens disponibles. C’est dans cette optique que s’inscrivent l’élaboration et la signature du présent contrat.
LES GENERALITES
Article 1: Objet du contrat
Le présent contrat a pour objet l’achat des performances de l’hôpital général de référence / Centre hospitalier.
Article 2: Prestation à acheter

Les prestations à acheter au niveau de l’hôpital général de référence / Centre hospitalier et le barème des subsides par indicateur se présentent comme suit :
PrestationsBarème (en USD)Consultation ambulatoire d’un patient orienté et vu par un médecinJournée d’hospitalisation/admission Journée d’Hospitalisation — personnes indigentes (exonération des honoraires atteignant au plus 10 % du volume)Intervention chirurgicale majeure (liste précise)Intervention chirurgicale majeure (liste précise : exonération des honoraires atteignant au plus 10 % du volume)Intervention chirurgicale mineureIntervention chirurgicale mineure (liste précise : exonération des honoraires atteignant au plus 10 % du volume)Transfusion sanguine (volontaire ou DB)Accouchement en milieu hospitalier – EutociqueCésarienneAccouchement en milieu hospitalier –dystociqueConsultation prénatale : 1ere Visite Consultation prénatale : 4 ème visite
SP3 : Troisième dose de Sulfadoxine Pyriméthamine chez la femme enceinte Dépistage conseil du VIH initié par le prestataire Prévention de la transmission mère à enfant du VIH : cliente séropositive enceinte suivant un protocole antirétroviralPrévention de la transmission mère à enfant du VIH : enfant né de mère séropositive suivant un traitement antirétroviralTraitement : nouveau cas de clients séropositifs suivant un traitement ARVLe Patient mis sous traitement antirétroviral est vu tous les six moisPatient souffrant de tuberculose pulmonaire avec BK+ diagnostiquéPatient souffrant de tuberculose pulmonaire avec BK+ soigné et guériPlanification familiale : utilisateur nouveau et renouvellement des méthodes modernes de planification familiale (pilule et injection)Planification familiale : personne utilisant pour la première fois un stérilet ou un implantPlanification familiale : ligature bilatérale des trompes et vasectomie
Article 3 : Ces prestations doivent être vérifiables dans les registres respectifs de l’hôpital général de référence / Centre hospitalier ou dans toute autre source de vérification fiable.
Article 4 : Modalités de l’évaluation

L’évaluation des performances est trimestrielle et sera effectuée par une équipe d’évaluateurs constituée par l’ECP et l’EUP sur base des conditions fixées dans le manuel d’exécution du FBP ;
A l’issue de l’évaluation, de l’hôpital général de référence / Centre hospitalier cosigne les résultats de l’évaluation ;
Ne seront véritablement prises en compte dans le calcul des subsides de la performance que les données validées à l’issue de l’évaluation.

Article 5: Modalités de paiement de la performance

Le paiement trimestriel sera effectué sur base des prestations quantités et qualité vérifiées
Montant à payer : Quantité X Prix Unitaire + Montant à payer X indice qualité selon la catégorie (40% du volume).

OBLIGATIONS DE L’HOPITAL GENERAL DE REFERENCE / CENTRE HOSPITALIER

Article 6 : Par ce contrat, l’hôpital général de référence / Centre hospitalier s’engage à :
En outre l’hôpital général de référence / Centre hospitalier s’engage a ce que :
De l’hôpital général de référence / Centre hospitalier s’engage à couvrir le paquet minimum d’activités prévu par les normes nationales du système de santé, en fournissant des soins de bonne qualité à toute la population y compris les indigents de son aire de santé sans discrimination de race, de sexe ni de religion.
Assurer une gestion transparente des ressources de l’hôpital général de référence / Centre hospitalier en impliquant le CODIR. Il s’engage aussi à utiliser l’outil indice
Les prestations mensuelles de l’hôpital général de référence / Centre hospitalier sont notifiées dans un rapport SNIS au BCZ dont une copie est transmise à l’Agence d’Achat des Performance au plus tard le septième jour du mois suivant.
L’hôpital général de référence / Centre hospitalier transmette aussi en annexe de la copie du SNIS, le bordereau des prestations réalisées au cours du mois conformément aux indicateurs retenu pour subvention dans le présent contrat
L’hôpital général de référence / Centre hospitalier transmet au même moment le compte rendu de la réunion d’analyse des données y compris les données financières tenue au centre de santé et signé par les participants.
Les prestations mensuelles de l’hôpital général de référence / Centre hospitalier soient notifiées dans un rapport SNIS au BCZ dont une copie est transmise à l’Agence au plus tard le septième jour du mois suivant.
L’hôpital général de référence / Centre hospitalier transmet aussi en annexe de la copie du SNIS, le bordereau des prestations réalisées au cours du mois conformément aux indicateurs retenu pour subvention dans le présent contrat.
Le plan de travail soit élaboré trimestriellement;
Organiser trimestriellement l’évaluation du personnel.
Ne plus participer au financement ascendant du système de santé et dénoncer à l’ECZS toute tentative de la part d’un membre de son équipe ou d’autres personnes provenant de la hiérarchie de prélever de l’argent au niveau des FOSA 
La formation sanitaire s’engage à respecter les tarifs forfaitaires des actes et des soins tels que négociés avec la communauté

Article 7 : Le Médecin Directeur s’engage à présenter à l’Agence son plan de management défendu et validé par l’ECZ au plus tard le 10eme jour du premier mois du trimestre suivant.
Article 8 : L’Agence avisé sur base de la facture, l’hôpital général de référence / Centre hospitalier du montant payé/viré. En retour, la Fosa doit accuser réception des fonds reçus/virés et y annexer la facture signées/cachetée dans un délai ne dépassant pas une semaine après preuve de paiement. Faute de quoi, le paiement pour le trimestre suivant ne pourra pas être effectué.
OBLIGATIONS DE L’AGENCE

Article 9: Ces prestations doivent être vérifiables dans les registres respectifs de l’hôpital général de référence / Centre hospitalier ou dans toute autre source de vérification fiable.
Article 10 : La vérification s’effectuera par l’Agence conjointement avec l’ECZS au courant du premier mois du trimestre suivant. Un résumé de vérification des prestations faites devra être contresigné par le Médecin Directeur de l’hôpital général de référence / Centre hospitalier et le vérificateur de l’Agence puis validé par un membre de l’ECZ.
Article 11 : Le calcul de la facture totale se fera à la fin du trimestre sur base des données vérifiées par l’Agence.
Article 12: Durée
Le présent protocole a une durée d’une année renouvelable ; il peut être renouvelé par tacite reconduction. Il couvre la période du ………………………………………………………………………………
Article 13: Résolution des litiges
Les parties conviennent en cas de litige, de résoudre à l’amiable, et si nécessaire de recourir d'abord à l'arbitrage de l’ECZ, sinon on recourt à l’arbitrage de la DPS.
DES SANCTIONS, RESILIATION OU NON RENOUVELLEMENT
Article 14 : Des Sanctions
En cas de fraude avérée, les sanctions sont d’ordre financier et d’ordre administratif. Les sanctions financières sont les suivantes :

1ère fraude constatée = retenue de 50% des subsides trimestriels
2ème récidive = suspension du contrat jusqu’à ce qu’une mesure administrative soit prise.

Les sanctions administratives sont celles en vigueur dans l’échelle de sanctions des personnels du service public de l’Etat ou du reglement d’ordre intérieur de la structure.
Article 15 : Résilience
Le présent protocole peut être résilié en cas de :
La mauvaise utilisation des recettes générées dans le cadre du FBP. (non utilisation de l’outil indice CODIR non impliqué, non implication de l’équipe dans la gestion, non classement des PJ,) confirmée lors des vérifications, des évaluations ou au cours de toute autre visite à la structure
Non-respect des recommandations issues des évaluations/supervisions/coaching
Non-respect des obligations incombant à chacune des parties, la partie lésée peut notifier à l’autre partie la résiliation du présent protocole en lui expliquant par écrit les motifs de la résiliation.
Arrêt de la convention de financement basé sur les performances par les différents bailleurs de fonds

Force majeure obligeant l’Agence à arrêter les activités du programme




Article 16 : Conflits d’intérêts
Les parties conviennent qu’il est important que toutes les mesures nécessaires soient prises en vue d’éviter les conflits d’intérêts et la corruption.
À cette fin, le partenaire appliquera des normes en matière de conflit qui régiront les prestations de son personnel, notamment par l’interdiction des conflits d’intérêts et des pratiques de corruption en rapport avec l’octroi et l’administration de contrats, de subventions ou d’autres avantages, ou également les structures des fautes constatées
Article 17 : dispositions anti-corruption
L’Organisation ou la structure n’offrira pas à un tiers ni ne recherchera, n’acceptera ni ne se fera promettre, directement ou indirectement, pour lui-même ou pour une autre personne ou entité un cadeau ou un avantage quels qu’ils soient dont l’octroi serait ou pourrait être interprété comme constituant une pratique illicite ou de corruption.
Les deux parties s’engagent à exécuter de bonne foi ce protocole d’accord.
Aucune indemnité n’est prévue à la fin du présent protocole d’accord.
Article 18: emploi des enfants
La structure partenaire déclare et garantit de ne pas se livrer à des pratiques quelconques qui seraient incompatibles avec les droits énoncés dans la Convention sur les droits de l’enfant, notamment dans son article 32 qui exige notamment que les enfants ne soient astreints à aucun travail comportant des risques ou susceptible de compromettre son éducation ou de nuire à son développement physique, mental, spirituel, moral ou social
Article 19 : Dispositions finales
Le présent contrat remplace tous les accords verbaux ou écrits antérieurs existant éventuellement entre les parties, et constituent l’intégralité de leur accord concernant la fourniture des services dans le cadre de la présente convention.
Article 20: Entrée en vigueur
Le présent contrat prend effet et a valeur obligatoire dès sa signature par les deux parties.
Dispositions finales
Toute communication faite dans le cadre de la  présente Convention d’Entente doit revêtir la forme écrite, préciser l’objet et   être envoyée aux adresses suivantes :
Pour l’EUP/Agence :
Le Directeur……………………………………………………………………………………………………………………………………. Adresse :……………………………………………………Tél :………………………………
Pour l’hôpital Général de Référence,
Le Médecin Directeur …………………………………………………. Adresse :……………………………………………………Tél :………………………………
Ainsi fait à  …………………………., en deux exemplaires, chacune des parties ayant retiré l’exemplaire lui destiné,
Le ………./…………… 201...




Annexe 11 : Contrat de performance entre l’EUP et le CS

CONTRAT N° _ _ _ _ _

CONTRAT DE PERFORMANCE ENTRE L’AGENCE _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ ET LE CENTRE DE SANTE _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ DANS LA MISE EN ŒUVRE DU FINANCEMENT BASE SUR LA PERFORMANCE.
Dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie de Financement basé sur les performances (FBP) et en référence au manuel de mise en œuvre du FBP au niveau du secteur de la santé, il a été convenu  ce qui suit:
ENTRE D’UNE PART,
L’agence……………………..Représenté par Monsieur/Madame agissant en qualité de : …………………………………
ET D’AUTRE PART,
Le Centre de santé ………………………………… Représenté par Monsieur/Madame……………………………. agissant en qualité de : ……………………..

Préambule
La stratégie du FBP contribue au renforcement de l’autonomie de gestion des services de santé, car les primes de performance qui y sont octroyées sont gérées directement par l’entité sanitaire bénéficiaire et rentrent dans son bilan financier mensuel. Cette stratégie est, par ailleurs, conforme aux initiatives et à la volonté du ministère de la santé et ses partenaires, notamment la Banque Mondiale soucieuse de rendre les soins de santé de la mère et de l’enfant et de toute la population plus accessibles à la population et d’en améliorer la qualité par l’utilisation équitable des moyens disponibles. C’est dans cette optique que s’inscrivent l’élaboration et la signature du présent contrat.



LES GENERALITES
Article 1 : Object du contrat
Le présent contrat a pour objet l’achat des performances du centre de santé.
Article 2: Prestations à acheter
Les performances à acheter au niveau du Centre de santé sont déterminées dans le manuel d’exécution du financement basé sur les performances. Les prestations subventionnées et le barème des subsides par indicateur se présentent comme suit :

Prestations subsidiéesBarême (USD)Nouvelle consultation curativeNouvelle consultation thérapeutique — personnes indigentes (exonération des honoraires atteignant au plus 5 % du volume)Chirurgie mineureArrivée à l’hôpital de patients en état grave après orientationEnfant complètement vaccineVAT 2+ : deuxième à cinquième vaccin antitétaniqueSP3 : Troisième dose de la Sulfadoxine Pyriméthamine chez la femme enceinte Consultation prénatale : 1ere visiteConsultation prénatale : 4 ème visite Accouchement assisté Consultation Postnatale Planification familiale : utilisateur nouveau et récurrent des méthodes modernes de planification familiale (pilule et injection)Planification familiale : stérilet et implantsSurveillance de la croissance : enfant âgé de 6 à 23 mois dont la croissance est surveillée (en cours de discussion)Surveillance de la croissance : enfant âgé de 24 à 59 mois dont la croissance est surveilléeVisite à domicile : (évacuation des déchets ménagers ; latrines ; présence d’une moustiquaire imprégnée d’insecticide ; accès à l’eau potable ; utilisation de la planification familiale, y compris le préservatif, statut vaccinal ; état nutritionnel des enfants) Dépistage conseil du VIH initié par le prestataire Prévention de la transmission mère à enfant du VIH : VIH + femme enceinte placée sous protocole de traitement ARVPrévention de la transmission mère à enfant du VIH : enfant né de mère séropositive suivant un traitement ARVPatient suivant un traitement antirétroviral est vu tous les six moisPatient souffrant de tuberculose pulmonaire avec BK diagnostiquéPatient souffrant de tuberculose pulmonaire avec BK soigné et guéri
Article 3 : Ces prestations doivent être vérifiables dans les registres respectifs du centre de santé ou dans toute autre source de vérification fiable.
Article 4 : Modalités de l’évaluation.
L’évaluation des performances est trimestrielle et sera effectuée par une équipe d’évaluateurs constituée par l’ECZS et l’Agence sur base des conditions fixées dans le manuel d’exécution du FBP ;
À l’issue de l’évaluation, le Responsable du centre de santé cosigne les résultats de l’évaluation ;
Ne seront véritablement prises en compte dans le calcul des subsides de la performance que les données validées à l’issue de l’évaluation.

Article 5 : Modalités de paiement de la performance
Le paiement mensuel sera effectué sur base des quantités et des qualités vérifiées

Article 6: Obligations du CS
Par ce contrat, le centre de santé s’engage à :
Le Centre de Santé s’engage à couvrir le paquet minimum d’activités prévu par les normes nationales du système de santé, en fournissant des soins de bonne qualité à toute la population y compris les indigents de son aire de santé sans discrimination de race, de sexe ni de religion.
Assurer une gestion transparente des ressources du CS en impliquant le COSA.
En outre le centre s’engage à ce que :
Les prestations mensuelles du Centre de Santé sont notifiées dans un rapport SNIS au BCZ dont une copie est transmise à l’Agence d’Achat des Performance au plus tard le septième jour du mois suivant.
Le centre de santé transmette aussi en annexe de la copie du SNIS, le bordereau des prestations réalisées au cours du mois conformément aux indicateurs retenu pour subvention dans le présent contrat
Le centre de santé transmet au même moment le compte rendu de la réunion d’analyse des données y compris les données financières tenue au centre de santé et signé par les participants.
Les prestations mensuelles du Centre de Santé soient notifiées dans un rapport SNIS au BCZ dont une copie est transmise à l’Agence au plus tard le septième jour du mois suivant.
Le centre de santé transmet aussi en annexe de la copie du SNIS, le bordereau des prestations réalisées au cours du mois conformément aux indicateurs retenu pour subvention dans le présent contrat
Le plan de travail soit élaboré trimestriellement;
L’évaluation du personnel soit organisée trimestriellement.
Ne plus participer au financement ascendant du système de santé et dénoncer au l’ECZS toute tentative de la part d’un membre de son équipe ou d’autres personnes provenant de la hiérarchie de prélever de l’argent au niveau des FOSA 
La formation sanitaire s’engage à respecter les tarifs forfaitaires des actes et des soins tels que négociés avec la communauté

Article 7 : L’Infirmier Titulaire du Centre de Santé s’engage à présenter à l’Agence d’achat son plan de management défendu et validé par l’ECZ au plus tard le 10eme jour du premier mois du semestre suivant.
Article 8 : L’Agence avisé sur base de la facture, le Centre de Santé du montant payé/viré. En retour, la FOSA doit accuser réception des fonds reçus/virés et y annexer la facture signées/cachetée dans un délai ne dépassant pas une semaine après preuve de paiement. Faute de quoi, le paiement pour le trimestre suivant ne pourra pas être effectué.
OBLIGATIONS DE L’AGENCE

Article 9 : Ces prestations doivent être vérifiables dans les registres respectifs du centre de santé ou dans toute autre source de vérification fiable.
La vérification s’effectuera par l’Agence conjointement avec l’ECZS au courant du premier mois du trimestre suivant. Un résumé de vérification des prestations faites devra être contresigné par l’Infirmier Titulaire du Centre de Santé et le vérificateur de l’Agence puis validé par un membre de l’ECZ.
Le calcul de la facture totale se fera à la fin du trimestre sur base des données vérifiées par l’Agence et validées par l’ECZ afin de régulariser les avances déjà accordées. Au cas où les avances accordées dépassent le montant total de la facture, le montant accordé en surplus sera soustrait des subsides du trimestre suivant
En principe et selon la disponibilité de liquidité de la part des bailleurs, le paiement des subsides de prestation se fait à partir du vingt cinquième jour du mois suivant.
Le paiement des subsides sera effectué en espèces/virement bancaire sur le compte numéro …………………………………..ouvert à………………………………………………… pour un montant calculé sur base des barèmes prévus à l’article 7 et pondéré par le pourcentage du score de qualité du trimestre.


Article 10 : Durée
Le présent protocole a une durée d’une année renouvelable ; il peut être renouvelé par tacite reconduction. Il couvre la période du …………………………………………….

Article 11: Résolution des litiges
Les parties conviennent en cas de litige, de résoudre à l’amiable, et si nécessaire de recourir d'abord à l'arbitrage de l’ECZ Si non on recourt à l’arbitrage de la DPS.
DES SANCTIONS, RESILIATION OU NON RENOUVELLEMENT
Article 12 : Des Sanctions
En cas de fraude avérée, les sanctions sont d’ordre financier et d’ordre administratif. Les sanctions financières sont les suivantes :
1ère fraude constatée = retenue de 50% des subsides trimestriels
2ème récidive = suspension du contrat jusqu’à ce qu’une mesure administrative soit prise.
Les sanctions administratives sont celles en vigueur dans l’échelle de sanctions des personnels du service public de l’Etat ou du reglement d’ordre intérieur de la structure.
Article 13 : Résiliation
Le présent protocole peut être résilié en cas de :
La mauvaise utilisation des recettes générées dans le cadre du FBP. (non utilisation de l’outil indice CODIR non impliqué, non implication de l’équipe dans la gestion, non classement des PJ,) confirmée lors des vérifications, des évaluations ou au cours de toute autre visite à la structure
Non-respect des recommandations issues des évaluations/supervisions/coaching
Non-respect des obligations incombant à chacune des parties, la partie lésée peut notifier à l’autre partie la résiliation du présent protocole en lui expliquant par écrit les motifs de la résiliation.
Arrêt de la convention de financement basé sur les performances par les différents bailleurs de fonds

Force majeure obligeant l’Agence à arrêter les activités du programme

Article 14 : Conflits d’intérêts.
Les parties conviennent qu’il est important que toutes les mesures nécessaires soient prises en vue d’éviter les conflits d’intérêts et la corruption.
À cette fin, le partenaire appliquera des normes en matière de conflit qui régiront les prestations de son personnel, notamment par l’interdiction des conflits d’intérêts et des pratiques de corruption en rapport avec l’octroi et l’administration de contrats, de subventions ou d’autres avantages, ou également les structures des fautes constatées
Article 15 : Anti-corruption.
L’Organisation ou la structure n’offrira pas à un tiers ni ne recherchera, n’acceptera ni ne se fera promettre, directement ou indirectement, pour lui-même ou pour une autre personne ou entité un cadeau ou un avantage quels qu’ils soient dont l’octroi serait ou pourrait être interprété comme constituant une pratique illicite ou de corruption.
Les deux parties s’engagent à exécuter de bonne foi ce protocole d’accord.
Aucune indemnité n’est prévue à la fin du présent protocole d’accord.
Article 16 : Emploi des enfants.
La structure partenaire déclare et garantit de ne pas se livrer à des pratiques quelconques qui seraient incompatibles avec les droits énoncés dans la Convention sur les droits de l’enfant, notamment dans son article 32 qui exige notamment que les enfants ne soient astreints à aucun travail comportant des risques ou susceptible de compromettre son éducation ou de nuire à son développement physique, mental, spirituel, moral ou social
Article 17 : Dispositions finales.
Le présent contrat remplace tous les accords verbaux ou écrits antérieurs existant éventuellement entre les parties, et constituent l’intégralité de leur accord concernant la fourniture des services dans le cadre de la présente convention.
Article 18: Entrée en vigueur
Le présent contrat prend effet et a valeur obligatoire dès sa signature par les deux parties.
Article 19 : Dispositions finales
Toute communication faite dans le cadre de la  présente Convention d’Entente doit revêtir la forme écrite, préciser l’objet et   être envoyée aux adresses suivantes :

Pour l’Agence :
Le Directeur ou son délégué :……………………………………………………………………………
Adresse :……………………………………………………Tél :………………………………
Pour le centre de santé :
Monsieur/Madame…………………………………………………’Infirmier Titulaire du centre de santé.
Adresse :……………………………………………………Tél :………………………………
Ainsi fait à  ……………………………………………., en deux exemplaires, chacune des parties ayant retiré l’exemplaire lui destiné,
Le ………. /……/ ………..



Annexe 12 : Contrat de performance entre l’EUP et les ASLO

CONTRAT N° ………………………………

CONTRAT DE PERFORMANCE ENTRE L’AGENCE……………………………. ET L’ASSOCIATION LOCALE……………………………………………………………..

Entre l’EUP/AAP représenté par …………………………………………….. D’une part.
Et l’Association sans but lucratif dénommée …............................................représentée par son président Mr, Mme ………………………………………………………………..
Œuvrant dans le territoire de ………………………………, la zone de santé de ………………, d’autre part ;
Préambule
La stratégie du FBP contribue au renforcement de l’autonomie de gestion des services de santé, car les primes de performance qui y sont octroyées sont gérées directement par l’entité sanitaire bénéficiaire et rentrent dans son bilan financier mensuel. Cette stratégie est, par ailleurs, conforme aux initiatives et à la volonté du ministère de la santé et ses partenaires, notamment la Banque Mondiale soucieuse de rendre les soins de santé de la mère et de l’enfant et de toute la population plus accessibles à la population et d’en améliorer la qualité par l’utilisation équitable des moyens disponibles. C’est dans cette optique que s’inscrivent l’élaboration et la signature du présent contrat.
LES GENERALITES
Article 1 : Les enquêteurs seront choisis parmi les membres de l’Association suivant les critères ci-après :
Savoir lire et écrire le Français et traduire en langue locale.
Présenter un acte écrit confirmant sa disponibilité pendant au moins 15 jours par trimestre pour effectuer lesdites enquêtes.
Être disponible à se déplacer jusqu’aux ménages les plus éloignées de l’aire de santé du centre de santé couverte par l’association.
S’engager à accomplir ses tâches dans le respect des populations enquêtées en gardant la confidentialité sur les informations reçues.
N’avoir aucun lien de parenté ou d’autre nature avec le personnel du centre de santé,
Tenir compte de la question genre au sein des enquêteurs à sélectionner
Etre intègre, crédible et jouir d’une bonne moralité
Article 2 : Un mauvais remplissage ou un remplissage incomplet d’une fiche d’enquête entraine le non-paiement de cette enquête. La remise tardive de l’ensemble des questionnaires d’enquête, c'est-à-dire au-delà du délai de …………….. Jours entraine également le non-paiement total de l’enquête, la cessation de prestations et le non renouvellement du présent contrat.
Article 3 : Les prestations subventionnées et le barème des indicateurs se présentent comme suit (Montant de la subvention unitaire pour chaque indicateur et par Catégorie)
IndicateurNombre des fiches/trimestreCoût unitaire1. Fiche d’enquête (de malade) correctement remplie, complète et remise à temps ……….……….. $TOTAL 
Article 4 : L’Association locale (ASLO) s’engage à
Effectuer des enquêtes de vérification et de satisfaction dans le Territoire…………….., Zone de santé de………………………, Aires de santé de………………….. ………………………………………………………………….. Auprès des communautés bénéficiaires des services des structures appuyées par l’Agence par l’entremise de ses membres.
Réaliser correctement et dans toute transparence les enquêtes dans la communauté dans un délai ne dépassant pas ………… jours à partir de la date de réception des questionnaires.
Sensibiliser les populations bénéficiaires de centre de santé, de l’aire de santé sur le programme de financement basé sur la performance et sur les actions de l’Agence dans la zone d’action conformément au message donné par le vérificateur communautaire de l’Agence. Une planification sur cette sensibilisation doit être élaborée, affichée au bureau de l’association, en précisant les villages où les sensibilisations seront réalisées par trimestre ainsi que des personnes concernées.
Article 5 : A la fin des enquêtes, l’association locale présente à l’Agence l’ensemble de questionnaires remplies dans le délai de …………….. Jours. Elle y annexe un rapport synthèse des résultats de l’enquête qui comprend les principaux constats sur terrain, les activités de sensibilisation ainsi que les principales difficultés rencontrées.
Article 6 : Les fiches d’enquêtes devront être signées conjointement par l’enquêteur et le Président de l’Association.
Article 7 : L’Association devra présenter semestriellement un rapport général des constats et avis de la communauté bénéficiaire à canaliser vers la structure de l’aire de santé pour des améliorations souhaitées. Elle l’adresse à l’Agence en faisant copie au CODESA. Le Président de l’ASLO présente ces résultats lors de l’atelier semestriel de restitution des résultats du programme qui regroupe tous les acteurs concernés.
Article 8 : L’Agence à travers son personnel a l’obligation :
Tirer au sort dans chaque structure les échantillons et fournir aux enquêteurs chaque trimestre les fiches d’enquête correctement remplies avec les informations nécessaires permettant de retrouver la personne à son domicile.
Contrôler les fiches remplies retournées par les enquêteurs.
Payer en montant équivalent en franc congolais de ………. dollars américains (………..$US) par enquête effectuée correctement.
Compléter un résumé Trimestriel de vérification des enquêtes communautaires.
Faire la synthèse des enquêtes et donner les résultats aux associations pendant les réunions semestrielles de restitution.
Article 9 : Sur demande de l’ASLO et selon ses possibilités, l’Agence peut faciliter et /ou appuyer à travers leurs actions, les ASLO qui se montrent soucieuses et fournissent des efforts de développement et de sensibilisation en vue d’améliorer les interventions dans les zones concernées.
Article 10 : Modalités de paiement
En principe et selon la disponibilité de liquidité de la part des bailleurs, le paiement des subsides de prestation se fait à partir du vingt cinquième jour du deuxième mois du trimestre suivant. Toutefois, une avance de moitié peut être accordée à l’ASLO sur demande pour lui faciliter une bonne réalisation des enquêtes.
Le paiement des subsides sera effectué en espèce/ virement bancaire sur le N° de compte …………….logé dans la COOPEC……………………… pour un montant calculé sur base des barèmes prévus à l’article ………………………….
Article 11 : L’Agence avise sur base de la facture l’ASLO du montant payé/viré. En retour, l’ASLO doit accuser réception des fonds reçus/virés et y annexer la facture signées /cachetées dans un délai ne dépassant pas une semaine après preuve de paiement, faute de quoi, le paiement pour le trimestre suivant ne pourra pas être effectué.
Article 12 : Durée
Le présent protocole a une durée de six mois. Il prend cours du :
Article 13 : Des Sanctions

En cas de fraude avérée, l’ASLO sera carrément exclue et son contrat sera arreté
Article 14 : Résiliation
Le présent protocole peut être résilié en cas de :
Non-respect des recommandations issues des évaluations/supervisions/coaching
Non-respect des obligations incombant à chacune des parties, la partie lésée peut notifier à l’autre partie la résiliation du présent protocole en lui expliquant par écrit les motifs de la résiliation.
Arrêt de la convention de financement basé sur les performances par les différents bailleurs de fonds
Force majeure obligeant l’Agence à arrêter les activités du programme
Article 15 : Conflits d’intérêts
Les parties conviennent qu’il est important que toutes les mesures nécessaires soient prises en vue d’éviter les conflits d’intérêts et la corruption.
À cette fin, le partenaire appliquera des normes en matière de conflit qui régiront les prestations de son personnel, notamment par l’interdiction des conflits d’intérêts et des pratiques de corruption en rapport avec l’octroi et l’administration de contrats, de subventions ou d’autres avantages, ou également les structures des fautes constatées
Article 16 : Fraude
L’Organisation ou la structure n’offrira pas à un tiers ni ne recherchera, n’acceptera ni ne se fera promettre, directement ou indirectement, pour lui-même ou pour une autre personne ou entité un cadeau ou un avantage quels qu’ils soient dont l’octroi serait ou pourrait être interprété comme constituant une pratique illicite ou de corruption.
Les deux parties s’engagent à exécuter de bonne foi ce protocole d’accord.
Aucune indemnité n’est prévue à la fin du présent protocole d’accord.
Article 17 : Emploi des enfants
La structure partenaire déclare et garantit de ne pas se livrer à des pratiques quelconques qui seraient incompatibles avec les droits énoncés dans la Convention sur les droits de l’enfant, notamment dans son article 32 qui exige notamment que les enfants ne soient astreints à aucun travail comportant des risques ou susceptible de compromettre son éducation ou de nuire à son développement physique, mental, spirituel, moral ou social
Article 18 : Dispositions finales
Le présent contrat remplace tous les accords verbaux ou écrits antérieurs existant éventuellement entre les parties, et constituent l’intégralité de leur accord concernant la fourniture des services dans le cadre de la présente convention.
Article 19 : Entrée en vigueur
Le présent contrat prend effet et a valeur obligatoire dès sa signature par les deux parties.
Article 20 : Dispositions finales
Toute communication faite dans le cadre de la  présente Convention d’Entente doit revêtir la forme écrite, préciser l’objet et   être envoyée aux adresses suivantes :




Ainsi fait à  …………………………., en deux exemplaires, chacune des parties ayant retiré l’exemplaire lui destiné,

Pour l’EUP/AAP
Le Directeur : Monsieur/Madame………………………………………………………..

Adresse :……………………………………………………Tél :………………………………………………………


 Pour l’ASLO
Le Responsable de l’Association, Monsieur/Madame………………………………………………… Adresse :……………………………………………………Tél :………………………………


Le…………./………./20……….












Annexe 13 : Contrat de performance entre le responsable et l’agent concerné

CONTRAT ENTRE LA FORMATION SANITAIRE ET LE PERSONNEL

Le CODESA de la Formation Sanitaire de ………………………………………… représenté par son Président,…................................... Et Mr / Mme / Mlle, occupant le poste de ….......................................... et ci-après dénommé(e) « employé », déclarent avoir conclu un accord sur le paiement de primes de motivation liées à la performance selon les modalités suivantes :
Article 1 : Des généralités
Le présent contrat s’inscrit dans le cadre du financement basé sur la performance mis en place dans le système de santé en RDC, et plus spécifiquement dans le cadre du Contrat fixant la rémunération des formations sanitaires (FOSA) sur base de leur performance conclu entre la FOSA de……………. …............................., et l’ Agence (EUP ou Agence d’achat) [………………………………….]
Il est entendu que la rémunération de la performance dont il est question dans le contrat entre l’AAP et la FOSA constitue un avantage et pas un droit. En cas de force majeure, le Gouvernement de la RDC ou les partenaires extérieurs pourraient décider de cesser le paiement des subventions avant la date de clôture du contrat.
Le contrat de motivation institue un régime de rémunération conditionnelle à l’employé, par des primes variables selon la performance, en contrepartie de son travail personnel et du respect de ses engagements.
Article 2 : Des conditions du contrat
L’employé reconnaît avoir pris connaissance des conditions du présent contrat, qui inclut le respect du Règlement d’Ordre Intérieur de la FOSA ainsi que la description de son profil de poste détaillant les tâches lui assignées.
Le contrat de motivation est différent du contrat de travail. Par contre, le contrat de motivation prend automatiquement fin et sans redevance dès que le contrat de travail est rompu par l’une ou l’autre des parties.
Article 3 : De la validité
La validité du présent contrat est strictement subordonnée à l’existence et à la durée du Contrat fixant la rémunération des formations sanitaires sur base de leur performance conclu entre la FOSA et l’AAP. Si ce dernier venait à prendre fin conformément aux clauses qui lui sont propres, le présent contrat devra être considéré comme nul et non avenu.
Article 4 : De l’engagement des parties
L’employé s’engage d’une part à respecter les différentes obligations qui lui sont assignées par le présent contrat et ses annexes. Il s’engage notamment à promouvoir l’accès de la population à des soins de santé de meilleure qualité, à travailler en harmonie et dans un esprit d’équipe avec ses collègues de la FOSA et veillera à ne pas entraver le bon fonctionnement de la stratégie de FBP. Il s’engage ainsi à contribuer personnellement à assurer la transparence et la véracité des informations qui seront transmises aux équipes de vérification et d’évaluation de la qualité des services. Il sait qu’il sera tenu responsable des erreurs ou fraudes commises par lui-même, et que les erreurs ou fraudes commises par l’un ou l’autre des membres de l’équipe de sa FOSA pourraient avoir un effet négatif sur son propre contrat de motivation.
Le Comité de Gestion représenté par son président s’engage d’autre part à évaluer mensuellement de manière objective et transparente, la performance de l’employé par rapport aux tâches qui lui sont assignées, et à payer mensuellement la prime de motivation telle que définie dans l’article 5, 6 et 7 du présent contrat. Il s’engage en outre, dans les limites de ses moyens, à mettre à la disposition de l’employé les ressources nécessaires à l’accomplissement de ses tâches.
Article 5 : Du calcul des primes
Le Comité de Gestion de la FOSA détermine à la fin de chaque mois un montant destiné aux primes de motivation du personnel à l’aide de l’outil INDICE. La prime à payer à l’employé est fonction du montant disponible, du résultat de l’évaluation individuelle trimestrielle et de l’indice correspondant à son poste d’attache et à sa catégorie professionnelle. L’évaluation individuelle de l’employé sera réalisée par un Comité interne de la FOSA.
Article 6 : Du montant maximum de la prime de motivation
Pour maintenir une équité entre les employés du système de santé, il est convenu que la prime mensuelle individuelle sera calculée sur base de l’outil d’indice et en considérant certains critères comme la performance individuelle, le niveau de responsabilité, le niveau d’études et l’ancienneté. La grille d’évaluation individuelle des performances du personnel est en annexe au présent contrat.
Article 7 : Du paiement des primes de motivation
La FOSA reçoit un financement basé sur la performance réalisée. La prime de motivation est payée mensuellement à l’employé par transfert à son compte bancaire ou en espèces.

Article 8 : De l’évaluation de la performance individuelle
Le comité de gestion doit évaluer trimestriellement la performance de chaque employé conformément aux tâches qui lui sont assignées et en utilisant la fiche individuelle d’évaluation de la performance adoptée. Le résultat de l’évaluation sera valable et applicable pour la motivation de l’employé durant les trois mois qui suivent.
Le responsable de la FOSA est évalué par le reste des membres du Comité de Gestion de la FOSA à son absence dans les mêmes conditions que les autres employés.
Article 9 : De la suspension temporaire de la prime de motivation
En cas de faute lourde, le Comité de Gestion peut décider de suspendre les primes d’un employé pendant une durée maximale de trois (3) mois. Toutefois cette décision devra être argumentée par écrit et soumise à l’ECZ pour vérification puis à la DPS pour approbation.
Article 10 : De la résolution des litiges
En cas de litiges quant à l’application du présent contrat il sera fait appel par l’une des parties à la médiation de l’Agence.
Article 11 : De la durée du contrat
Le présent contrat est signé pour une durée de 3 mois à partir du ……………… Sauf notification contraire, il est tacitement reconduit tant qu’il existe un contrat de rémunération des formations sanitaires sur base de leur performance entre l’Agence et la FOSA.
Fait en deux (2) exemplaires à …………………………, le. .…………../……/………..
L’employé, Pour le Comité de Gestion,
……………………………………….. ………………………………………
(Noms et signature) (Noms, signature et sceau)





Annexe 14 : Contrat entre le centre de santé et le site des soins communautaires

SOUS-CONTRAT DE PERFORMANCE ENTRE LE CENTRE DE SANTE…………………………………ET LE RECOSITE ……………………….............

ENTRE D’UNE PART,
Le Centre de santé ………………………………… Représenté par Monsieur/Madame……………………………. agissant en qualité de :......................................................................

ET D’AUTRE PART,
Le RECOSITE :………………………………………………………………………….dans le village/campement de …………………………………..
Titre I. LES GENERALITES
Article 1 : Object du contrat
Le présent contrat a pour objet l’achat des performances des Recosites pour certaines prestations communautaires liées au site des soins communautaires
Article 2: Prestations à acheter
Les performances à acheter au niveau du site des soins communautaires sont :
Traitement des cas de paludisme simple (enfant de moins de 5 ans et les personnes de plus de cinq ans), de la diarrhée, de la pneumonie et de la malnutrition
Référence/orientation des cas graves
Communication pour le changement de comportement
Surveillance épidémiologique à base communautaire
Rattrapage des non repondants (vaccination,suivi de la croissance,malade chronique)

Le site des soins communautaire est une structure deconcentrée du centre de santé et donc qui alimente deux prestations dans le paquet de services

Les consultations curatives simples
Les visites à domicile

Ces prestations seront payées selon les barèmes inscrits dans le contrat du centre de santé
Article 3 : Ces prestations doivent être vérifiables dans les registres respectifs du centre de
Article 4 : Modalités de vérification.
Les sites des soins communautaires bénéficieront d’une vérification communautaire basée sur la satisfaction des usagers, la disponibilité des services et le paiement effectif des activités faites par le Recosite.
Article 5 : Modalités de paiement de la performance
Le paiement trimestriel sera effectué par l’intermédiaire du centre de santé d’attache

Article 6: Obligations du Centre de Santé
Par ce contrat, le centre de santé s’engage à :
Approvisionner les Recosites en intrants ;
Payer la subvention destinée aux sites de soins communautaire selon leur production ;
Apporter tout appui nécessaire aux Recosites pour la réalisation des activités inscrites ;
Ne pas se livrer à tout acte de financement ascendant.
Article 7: Obligations des Recosites
Fournir les prestations selon les directives normatives données par l’infirmier titulaire du CS ;
Transmettre dans le délai les rapports de prestations.
Participer activement aux activités communautaires.
Article 8 : Durée
Le présent protocole a une durée de Six mois renouvelables ; il ne peut être renouvelé par tacite reconduction. Il couvre la période du ……………………au……………………….
Article 9: Résolution des litiges
Les parties conviennent en cas de litige, de le résoudre à l’amiable ; et si nécessaire, de recourir d'abord à l'arbitrage de l’ECZ. En cas de des accords persistants, les parties peuvent recourir non on recourt à l’arbitrage de la DPS considérée comme dernière instance d’appel.
Titre II. DES SANCTIONS, RESILIATION OU NON RENOUVELLEMENT
Article 10: Des Sanctions
En cas de fraude avérée, les sanctions sont d’ordre financier et d’ordre administratif. Les sanctions financières sont les suivantes :
Les sanctions financières sont les suivantes :
1ère fraude constatée = retenue de 50% des subsides trimestriels
En cas de 2ème récidive = suspension du contrat jusqu’à ce qu’une mesure administrative soit prise.
Les sanctions administratives sont celles prévuesen vigueur dans l’échelle de sanctions des personnels du service public de l’Etat ou dudans le reglement d’ordre intérieur du CS du ressort du Recosite .
Article 11: Dispositions finales
Toute communication faite dans le cadre de la  présente Convention d’Entente doit revêtir la forme écrite, préciser l’objet et être envoyée aux adresses suivantes :
Pour Le centre de santé :
Monsieur/Madame…………………………………………………Infirmier Titulaire du centre de santé. Adresse :……………………………………………………Tél :………………………………
Le ………. /……/………………….
Pour le Site des soins communautaires :
Monsieur/Madame…………………………………………………………….Recosite ……………………………………..…
Adresse ………………………………………………….Tél……………………………………………………..
Ainsi fait à  ………………………….,le……………./………/……… en deux exemplaires chacune des parties ayant retiré l’exemplaire lui destiné,
Visa du MCZ








Annexe 15: Grille de qualité pour le centre de santé

GRILLE DE QUALITE DU CENTRE DE SANTE
LOGORevue trimestrielle de la qualité des CS (et Contractants Primaires)RDCversion 7 Décembre, 2015 
 

 Province _______________ Code  /__/__/Zone de Santé _______________ Code /__/__/__/__/__/__/__/__/Aire de santé  _______________ Code
/__/__/__/__/__/__/__/__/__/__/Structure Sanitaire  _______________  Appartenance:  Code CS /__/__/__/__/__/__/__/Population de l’Aire de santé  _____________  Période évaluée: Du ………/……. /……… Au ….../……. /…….…………Date de l’évaluation   …………………………………………………………..1Organisation Générale [max 31 points]MaximumObtenuObservations1.1Existence de la carte sanitaire de l’aire géographique de santé11.1.1Carte de l’aire de santé de santé disponible et affichée sur le tableau publique montrant villages, les routes principales, les barrières naturelles, les points spéciaux et de la distance entre le CS et le BCZ, ensuite les distances entre le CS et les villages/quartier de l’AS.
(si la carte de l’Aire de Santé n’est pas affichée ou si un élément manque sur la carte affichée, c’est Zéro)1.2Rapports SNIS - plan de management - comptes rendus de réunions et les cartes des patients (consultation curative, CPS, CPN, partogrammes, PF et bon de transfert) bien archivés41.2.1Présence d'un ORDINOGRAMME dans la salle de consultation (1 points) 1.2.2Ces outils sont classés dans le placard et dans les fichiers de la boîte et accessibles au responsable du service.
NB : Il s’agit de 12 outils suivants : 3 rapports SNIS, 1 PM trimestriel, 3 comptes rendu des réunions mensuelles du CODESA, les cartes CPS, CPN, Partogrammes, PF, bon de transfert. Chaque élément compte pour 0,25 points (12X 0,25=3 points)1.3Horaire de travail disponible 11.3.1Horaire de travail disponible et bien affiché à jour pour le mois en cours et visible pour le personnel et les patients1.4Des réunions techniques avec le personnel tenues menées mensuellement et avec des CR/PV disponibles et bien classées61.4.1Chaque CR/PV mensuelle contient au moins: (i) la date de la réunion; (ii) la liste des participants signée; (iii) le suivi des décisions prises lors de la réunion précédente; (iv) il y a une liste de recommandations ou de décisions prises développés (v) chaque mois de l'équilibre financier mensuel est discutée; (vi) minutes des CR/PV de la réunion sont signés par le président. Pour chaque rapport de la réunion qui contient les éléments ci- haut = 2 p. (max 3 rapports pour un total de 6 points) NB : un CR/PV qui manque un des éléments ci-haut = 0/ 2 pts1.5Fiches de référence disponibles11.5.1Au moins 10 fiches standards de référence sont présentes lors de l'évaluation1.6Disponibilité de communication radio ou téléphone mobile dédié à la communication entre le centre de santé et l'hôpital général de référence 11.6.1Radio ou téléphone mobile DE LA STRUCTURE fonctionnel avec des piles et / ou crédit d'appel (Minimum 2 USD) et les détails de contact sur le téléphone (par exemple: Médecin Directeur HGR, personnel de la Fosa, MCZ, Vérificateur de l'EUP, etc.).
NB : Lorsqu’un élément manque=0 pt 1.7Rapports de SNIS sont remplis, mis à jour et transmis au BCZS dans le délai31.7.1Transmission du rapport SNIS et un accusé de réception signé est disponible NB : 1 pt pour chaque rapport du trimestre, soit au total 3 pts1.8Rapport d'analyse des données de SNIS pour le trimestre en cours d'évaluation concernant les problèmes prioritaires11.8.1Au moins cinq problèmes de santé prioritaires sont suivis chaque trimestre et les données ont été mises à jour jusqu'au mois avant la visite du superviseur (tout ou rien). Au moins vaccination; PF; CPN; Accouchement; et au choix d'établissement. Pour chaque problème, côte attribuée 0,2 pt 1.9Réunions du Comité de Sante de la formation sanitaire organisée mensuellement avec CR/PV disponibles31.9.1Chaque CR/PV mensuelle contienne: (i) la date de la réunion; (ii) la liste des participants signée; (iii) le suivi des décisions prises lors de la réunion précédente; (iv) il y a une liste de recommandations développés ou décisions prises; (v) chaque mois de l'équilibre financier mensuel est discutée; (vi) minutes de la réunion sont signés par le président. Chaque rapport rempli selon les normes compte pour 1 point = 1 p (maximum minimum 3 rapports =3 points)1.10Respect des normes de composition de l’équipe réalisant la visite à domicile (VAD)101.10.1Composition de l’équipe selon les normes (Un agents de santé/relais communautaire, un représentant du CODESA etc…) 1 pt1.10.2Rendez-vous pris pour la visite de contrôle: (1) Rendez-vous pris (date et l’heure sont clairement mentionnées sur la fiche de la VAD); (ii) Protocole respectée; (iii) plan de management faite. Faire une sélection aléatoire de cinq (visites/trimestre) entrées de registre et contrôle. Chaque visite faite dans les normes = 1,8 points, max 9 pointsTotal de Points 31…/31 Date:
Observations :
Nom du superviseurSignature du superviseur:2Plan de Management (affaires) [max 9 points]MaximumObtenuObservations2.1Plan de management du trimestre accessible et valide22.1.1Plan de management trimestriel pour la période actuelle élaboré et accessible 1 pt2.1.2Négocié et validé (PM valide pour le trimestre/semestre courant) 1 pt2.2Le plan de management préparé avec des intervenants clés22.2.1Membre du Comité de Sante (président) signe sur le plan de management 1 pt2.2.2Représentant (s) des sites de soins en sous-traitance (le cas échéant) 1 pt2.3Le plan de management contient un plan de la couverture géographique 12.3.1Stratégies pour la sous-traitance (par exemple villages à plus d'une heure à pied) sont élaborées 0,5 pts2.3.2Stratégies mobiles (PEV, PF; CPN, des visites à domicile par protocole) sont utilisés 0,5 pt2.4Plan de management fait l'analyse sur les autres prestataires de l'aire de santé12.4.1Le FOSA traite ce sujet dans le Plan de Management, et propose une stratégie pour faire face aux autres structures de l'aire de santé 2.5Le plan de management analyse la présence de praticiens informels qui exercent sans autorisation12.5.1Le PM propose des mesures claires pour éviter leur expansion dans l'aire de santé (sensibilisation etc...)2.6Le plan de management montre un plan pour assurer l'accessibilité financière de la population 22.6.1Plan de management montre les tarifs négociés entre FOSA, CODESA et la communauté 1 pt2.6.2Le plan de management montre la planification des soins pour les indigents 1 ptTotal de Points (9)…/9 Date:




Observations :Nom du superviseurSignature du superviseur:3Gestion Financière [max 15 points]MaximumObtenuObservations3.1Documents financiers et comptables disponibles et bien entretenus53.1.1Rapport financier mensuel disponible et correctement rempli. Pour chaque rapport 1 pt et au total 3 rapports sont attendus.3.1.2Solde théorique de trésorerie livre correspond aux espèces présentes en caisse 2 pts3.2Outil indice disponible pour montrer que les calculs trimestriels des revenus, des coûts, des investissements et des subventions de performance variable et de fonctionnement sont effectués43.2.1L’outil indice garantit que les coûts de fonctionnement tels que : salaires, achat de médicaments et d'équipements, de sous-traitance, la petite caisse vient pour des petites dépenses, le marketing social, la maintenance et la réhabilitation existent 2 pts3.2.2L’outil indice calcule la prime de rendement selon la Formule: Prime de Rendement = revenu du trimestre- les couts de fonctionnement 2 pts3.3Salaires des contractuels + de bonus de performance ne dépassent pas 50% du revenu total de la FOSA (FOSA publique). 23.4L’Existence et la pratique du système de prime de performance est connue par le personnel43.4.1Choisissez un membre du personnel au hasard et demandez quelle était la prime de performance le mois passé et quel était son pourcentage de performance individuelle. Si les deux sont expliqués, donner 4 points, si non o point.Total de Points (15)..../15  
 Date :
Observations : 
 
 
 
 Nom du superviseurSignature du superviseur:4Comité indigents [max 20 points]MaximumObtenuObservations4.1Planification des dépenses pour les soins des indigents504.1.1Le nombre des consultations curatives des indigents du mois précédent : quantité documentée à des réunions mensuelles de gestion (Registre/listes archivées)4.2Comité des indigents se réunit mensuellement1504.2.1Le comité pour les des indigents se réunit mensuellement afin d’examiner l’utilisation des services des soins en faveur des indigents selon leur catégorie. Pour la catégorie 'soins pour les indigents'. Chaque PV /CR mensuelles contiennent: (i) la date de la réunion; (ii) la liste des participants signée; (iii) le suivi des décisions prises lors de la réunion précédente; (iv) il y a une liste de recommandations développés ou décisions prises; (v) chaque mois de l'équilibre financier mensuel est discutée; (vi) minutes de la réunion sont signés par le président. Chaque rapport selon les normes = 5p (max trois rapports)Total de Points (20)…/20 Date:
Observations.





Nom du superviseurSignature du superviseur:5Hygiène et Stérilisation [max 31 points]MaximumObtenuObservations5.1L’hôpital a une clôture bien entretenue15.1.1La clôture existe, peut être fermée la nuit et n'a pas de trous5.2Disponibilité des poubelles dans la cour15.2.1Poubelle avec couvercle accessible aux clients et qui n'est pas pleine5.3Présence de latrines / toilettes suffisantes qui sont bien entretenues5.3.1Au moins deux latrines / toilettes fonctionnelles15.3.2Sol sans fissures avec un seul trou et le couvercle0.55.3.3Récemment nettoyé sans matière fécale visible0.55.3.4Porte verrouillable de l'intérieur, super structure avec un toit, sans mouches et avec odeur de désinfectant 0.55.3.5Éclairage fonctionnel 0.55.4Présence de suffisamment des douches qui sont bien entretenues5.4.1Au moins une salle de bain un établissement de bain (avec étagère sans fissures, porte verrouillable de l'intérieur, et un toit)15.4.2Installation dans la salle de bain avec de l'eau courante, ou un conteneur avec au moins 20 L d'eau0.55.4.3L'évacuation des eaux usées dans une fosse d'assainissement0.55.5Fosse d'élimination des déchets (ou des bacs en zone urbaine)5.5.1Fosse d’élimination des déchets minimum 2 mètres de profondeur, bordée de l'argile, du béton ou des briques ou encore en des plastiques, il est clôturé et mis à l’ abri des commodités chiffonniers (ou bacs isolée placés loin des zone de la circulation - en zone urbaine) 4 pts125.5.2La fosse à déchets est placée à un minimum de 15 mètres de l'établissement de santé, au moins à 50 mètres d'un ménage, et à 100 mètres d'une source d'eau (ou bacs isolée place loin des zone de circulation - en zone urbaine) 4 pts5.5.3L'établissement de santé tient un registre indiquant la date de la création de la fosse (s), et son emplacement (s) 4 pts5.6Cour propre15.6.1Pas de déchets ou des déchets médicaux dans la cour ; environnement dans l'enceinte de FOSA entièrement débroussaillée avec drainage d'eau stagnante5.7Stérilisation selon les normes en utilisant un stérilisateur à pression35.7.1Stérilisateur fonctionnelle 2 pts5.7.2Protocoles de stérilisation disponibles et utilisés (personnel médical présents peuvent expliquer le protocole ou démontrer le processus) 1 pt5.8Les conditions d'hygiène assurées pendant les pansements et les injections25.8.1Bacs ou étiquetages jaunes et rouges pour les déchets médicaux avec la pédale et couvercle, bordée de sac 0,5 pts5.8.2Boîte de sécurité pour les aiguilles bien placée, et utilisée (et non pleine) 1 pt5.8.3Container / tambour avec couvercle contenant un désinfectant et utilisé pour mettre les instruments souillés ou contaminés (Pinces ciseaux, porte bistouri…….) 0,5 pt5.9Élimination des déchets biomédicaux selon les normes nationales65.9.1L'élimination des déchets non contaminés en poubelle noire ou étiquetée en noir avec couvercle et pédale, bordée 2 pts5.9.2L'élimination des déchets de soins contaminés en poubelle Jaune ou Rouge (en fonction de gravité) avec couvercle et pédale, bordée 2 pts5.9.3Équipement de protection pour le personnel qui gère les déchets médicaux disponible ; bottes, tablier en plastique, des gants en plastique/ caoutchouc épais 2 ptsTotal de Points (31)../31 NotesDate:
Observations :


Nom du superviseurSignature du superviseur:6Consultation Externe [max 120 points]MaximumObtenuObservations6.1Salle d'attente: Bonnes conditions d’attente106.1.1Bancs ou des chaises suffisantes et protégées contre le soleil et la pluie et la zone d'attente n'est pas dans la salle de consultation 2,5 pts6.1.2Indications claires sur le circuit des patients affichées 2,5 pts 6.1.3Présence d’un préposé (clerc) renseignant et distribuant les jetons de couleurs différentes pour les cas urgents et référés, les nouveaux cas non référés (numéros pour ceux qui viennent en de routine) 2,5 pts6.1.4L'eau courante (robinet ou distributeur d'eau), et du savon et des essuies mains 2,5 pts6.2Les tarifs sont affichés 56.2.1Facilement visibles dans les salles de consultation et dans les salles d’attente, avec (i) le prix unitaire par acte ou par forfait, (ii) le prix d'un traitement standard pour les médicaments, le forfait, (iii) mis à jour et (iv) visibles pour les malades avant la consultation (iv) en langue locale.
Tous les éléments sont réunis=5 pts et si un élément manque=0 pts. 6.2.2Pour chaque spécialité pharmaceutique, un générique sous forme de blisters est disponible 1 pt6.3Existence d’un système d'attente avec des cartes numérotées ou jetons16.4Salle de la Consultation Externe en bon état56.4.1Murs en dur avec crépissage et peinture, pavement en ciment sans fissures, plafond en bon état (1 pt)6.4.2Salle de consultation et d'attente séparées assurant la confidentialité (1 pt)6.4.3Fenêtres en vitres teintées (ou en bois) ou avec rideaux (respect d'intimité) (0,5 pts)6.4.4Porte fonctionnelle avec serrure fonctionnelle 0,5 pts6.4.5(i) Existence d'un point d'eau (robinet ou distributeur d'eau) avec du savon liquide et essuie main disponibles. (ii) Solution hydroalcoolique disponible. (Solution hydroalcoolique: entre 2 patients; et eau courante avec savon tous les 5 patients) (1 pt)6.4.6Dimensions de la salle de consultation avec un minimum de 7 m2 (0,5 pts)6.4.7Matelas lavable ou couvert d'un tissu imperméable (0,5 pts)6.5Salle de consultation (où les situations d'urgence sont reçus) avec de la lumière 24hrs/24 et 7 jours /7.


16.5.1Présence de l'électricité ou lampe solaire ou à pétrole (fonctionnelle)6.6Les consultations sont menées par le personnel qualifié16.6.1Identification du personnel des consultations dans le registre6.7Personnel qui fait les consultations est bien habillé16.7.1Blouse propre avec étiquette d'identification et chaussures (pas des babouches)6.8Numérotation correcte dans les registres16.8.1Clôturée à la fin du mois (0,3 pts)6.8.2Cas référés clairement identifiés (0,3 pts)6.8.3Copie des lettres de contre référence classées (0,4 pts)6.9La disponibilité du service sept jours sur sept16.9.1Superviseur vérifie les entrées dans le registre pour les trois derniers dimanches6.10Protocole du paludisme affiché au mur et accessible pour le personnel16.10.1Présence du protocole national de diagnostic et de traitement du paludisme simple et grave accessible6.11Paludisme correctement traité56.11.1Dans le registre voir 5 derniers cas de paludisme simple et examiner le protocole de traitement de chaque cas (1 point pour chaque traitement correct selon le protocole: 5 points maximum)6.11.2Le paludisme grave correctement prise en charge selon les ordinogrammes206.12.3Dans le registre voir 20 derniers cas de paludisme grave et examiner le protocole de traitement de chaque cas (un point pour chaque traitement correct selon le protocole: max 20 points)6.12Schéma d'IRA de l'OMS affiché sur le mur et accessible pour le personnel16.13Application des protocoles pour la prise en charge des IRA56.13.1Voir cinq derniers cas d'IRA et voir si le traitement est conforme au protocole; enregistre et mentionne la température, le mouvement respiratoire, FR, toux : oui / non; diagnostic (1 point pour chaque traitement correct selon le protocole: 5 points maximum)6.14Protocole OMS pour la diarrhée affiché sur le mur et accessible pour le personnel16.15Protocole de diarrhée appliquée selon les ordinogrammes56.15.1Voir cinq derniers cas de diarrhée et si le traitement est conforme au protocole (chaque traitement correct vaut un point; 5 points maximum)6.16Proportion de consultations traitées avec des antibiotiques < 30%46.16.1Voir 100 derniers cas dans le registre, consultez diagnostic et calculer le taux (< 30 cas)6.17Directives de traitement et ordinogrammes disponibles 16.17.1Directives de traitement et ordinogrammes disponibles dans la salle de consultation6.18Connaissance des signes de danger et des critères de référence de la tuberculose56.18.1
Sélectionner un personnel médical qualifié disponible, et poser la question sur les signes de diagnostic de la tuberculose.
Réponse doit contenir au moins 4 des symptômes suivants: (i) perte de poids, (ii) la perte d'appétit; (iii) la fièvre, (iv) la toux d'une durée de plus de 15 jours, (v) la transpiration nocturne; (vi) de l’hémoptysie
NB : Si au moins quatre des symptômes ci -dessus sont cités = 5pts, sinon c’est Zéro.6.19Stéthoscope et tensiomètre disponible et fonctionnels16.19.1L'agent de santé prend la TA (tension artérielle) et la note6.20Thermomètre disponible 16.20.1Thermomètre disponible et fonctionnel6.21Otoscope disponible 16.21.1Otoscope disponible et fonctionnel6.22Lit d'examen réservé uniquement aux consultations externes16.22.1Matelas disponible, non déchiré, couverte en plastique non-déchirée et propre6.23Balance disponible et fonctionnelle16.23.1Inspectez en comparaison avec le poids connu du superviseur: après la pesée, la balance doit retourner à zéro6.24Gestion intégrée des maladies de l'enfance est appliquée (PCIME)36.24.1Protocole est disponible dans la salle de consultation 1 pt6.24.2Les cinq derniers cas de la PCIME sont tracées dans le registre et sont conformes à la stratégie de la PCIME (et appliquer sur tous les enfants de moins de cinq ans) chaque cas (0,4pts)6.25Détermination de l'état nutritionnel6.25.1Détermination de l'état nutritionnel des enfants de moins de 5 ans qui viennent pour consultation (cochez dix enfants de moins de cinq par une méthode d'échantillonnage aléatoire: prendre un nombre aléatoire entre 1 et 3 et en utilisant cet intervalle d'échantillonnage vérifier cinq consultations) chaque consultation vérifiée (rapport Poids/Taille ; Périmètre brachial, recherche des œdèmes) Chaque cas vérifié vaut 0,4 pts26.25.2Le dossier de dépistage de l'état nutritionnel disponible, à jour et dûment rempli. Chaque dossier (0,4 pts) Au total : 5 dossiers à vérifier.26.26 Prise en charge intégrée des maladies de l’enfant (PCIME). Tirer au hasard 3 fiches PCIME du trimestre précédent, soit une fiche par mois, et évaluer les éléments ci-après.
(chaque fiche maximum 14 points; max 42 points) NB : si un élément manque sur la fiche, c’est Zéro pour le sous-critère concerné ci-dessous. (0/2pts)6.26.1FIÈVRE correctement évaluée (depuis combien de jours, traitement reçu à domicile, prise de température) 2;2;26.26.2TOUX correctement évaluée (depuis combien de jours, traitement reçu à domicile, nombre de mouvements respiratoires)2;2;26.26.3DIARRHEE correctement évaluée (depuis combien de jours, traitement reçu à domicile, nombre de selles par jour, selles avec sang ou non) 2;2;26.26.4Signes généraux de danger évalués pour chaque malade2;2;26.26.5Etat d’anémie évalué pour chaque malade2;2;26.26.6Statut vaccinal évalué pour chaque malade2;2;26.26.7Etat nutritionnel évalué pour chaque malade2;2;2Total des Points (120)…… /120 Date:
Observations :





Nom du superviseurSignature du superviseur:7Planification Familiale [max 32 points]MaximumObtenuObservations7.1Personnel formé en planification familiale37.1.1Au moins un membre du personnel formé en planification familiale7.2Confidentialité dans la salle de consultation assurée37.2.1Chambre avec portes fermées, rideaux aux fenêtres ou verre non transparent7.3Méthodes de planification familiale disponibles et visibles dans la boîte de démonstration pour les utilisateurs potentiels27.3.1Préservatifs; pilules; injectables; Implant; DIU sont disponibles dans la zone de démonstration 1 pt7.3.2Modèle de pénis disponibles sur le bureau, boîte de préservatifs disponibles avec au moins 50 préservatifs 1 pt7.4Le Personnel calcule correctement le nombre de clients attendus mensuellement pour les contraceptifs oraux et injectables17.4.1Par exemple, pour 10.000 habitants (cible est toute pop en âge de procréation) = 10.000 * 21% * 25% / 12 * 4 * 90% (en supposant que 25% des besoins non satisfaits; 21% de la population cible; 90% des oral / injection. Demandez à n'importe quel personnel médical impliqué dans les soins aux clients pour expliquer ce calcul cible.7.5Le plan de management contient des stratégies pour atteindre les objectifs de PF.37.5.1Collaboration avec le secteur public, le secteur privé et le marketing social, les stratégies mobiles, plaidoyer auprès des leaders locaux, etc.
Si la mention est explicite dans le plan de management = 2 pts.7.5.2Participation du personnel de FOSA dans les stratégies. Si la mention de cette participation est explicite dans le PA/PM= 1pt7.6DIU disponible et le personnel formé à son utilisation (certificat disponible)77.6.1Les DIU sont disponibles (Qnté= CMMx2), 3points 7.6.2Le personnel formé à son utilisation est disponible (certificat disponible), 4 points7.7Méthode Implants disponible le personnel est formé sur l'utilisation (certificat disponible)77.7.1Au moins 20 implants disponibles, 3points7.7.1Le personnel formé à son utilisation est disponible, 4points7.8Stratégies disponibles pour le transfert des personnes à l'hôpital à la recherche de méthodes de PF permanents.27.8.1Système de référence élaboré - stratégie pour réduire les prix; stratégie mobile pour la chirurgie?
Si la mention de cette participation est explicite dans le PA/PM= 2pt7.9Fiches PF individuelles disponibles et remplie selon le format47.9.1Vérifiez au moins cinq cartes pour voir la recherche de certains signes d’intolérance : Hépatomégalie, varices, surpoids. Pour chaque fiche correctement rempli=0,8 ptTotal de Points (32)……/32 NotesDate:
Observations :Nom du superviseurSignature du superviseur:8Laboratoire [max 17 points]MaximumObtenuObservations8.1Technicien de laboratoire est disponible18.1.1Technicien de laboratoire de niveau A2 ou A1 est disponible8.2Laboratoire est ouvert tous les jours de la semaine18.2.1Le superviseur vérifie les 2 derniers dimanches dans le registre de laboratoire8.3Liste des examens de laboratoire visible18.3.1La liste des examens de laboratoire est affichée et visible pour le public et le personnel8.4Résultats enregistrés correctement dans le registre de laboratoire et concordent avec les résultats dans les dossiers de patients hospitalisés ou les cartes d'examen des consultations externes38.4.1Superviseur vérifie dans le registre de laboratoire les cinq derniers résultats pour vérifier la concordance avec les résultats dans les dossiers de patients hospitalisés ou les cartes d'examen des consultations externes. Pour chaque résultat concordant (0,6 pts)8.5Disponibilité des manifestations des parasites18.5.1Sur papier, dans un livre de couleur, ou affiche sur le mur (0,3 pts)8.5.2Frottis de sang: P. Vivax, P. ovale, P. Falciparum et P. Malariae (0,3 pts)8.5.3Selles: Ascaris, Entamoeba, Ankylostoma et Schistosoma (0,4 pts)8.6Microscope disponible et fonctionnel 28.6.1Objectifs fonctionnels; huile d'immersion disponibles, avec miroir ou de l'électricité 1 pt8.6.2Lames, couvercle en verre, GIEMSA disponible 1 pt8.7Des tests rapides du paludisme disponibles28.7.1Au moins 20 tests non expirés disponibles dans le laboratoire;8.8Centrifugeuse disponible 18.8.1Centrifugeuse disponible et fonctionnelle 8.9L'évacuation des déchets correctement effectuée 28.9.1Les déchets organiques dans un bac avec couvercle 1 pt8.9.2Boîte de sécurité pour les objets pointus disponibles et détruits conformément aux directives d'élimination des déchets 1 pt8.10Le personnel lave correctement les pipettes 18.10.1Le personnel lave correctement les pipettes sales dans des conteneurs avec un antiseptique8.11Matériel de laboratoire pour tester TBC pulmonaire28.11.1Réactifs pour les tests de BAAR disponible et non-périmé, fiches des stocks pour les réactifs sont disponibles et utilisé; au moins 30 lames non-recyclés disponibles pour les tests 1 pt8.11.2Protocole d'assurance qualité externe pour les essais TBC disponible et mis en œuvre: Lames échantillonnées et envoyées pour le contrôle de qualité selon le protocole, et le dernier rapport, selon le protocole, est disponible et montre les résultats indiqués au point de coupure de protocole 1 ptTotal des Points (17)……/17 Date:
Observations :Nom du superviseurSignature du superviseur:
9Services d ‘observation [max 6 points]MaximumObtenuObservations9.1Existence d'un Registre de suivi pour le personnel et suivi0.59.1.1L'infirmier vérifie le rapport d'observation- les noms et les signatures correspondent9.2Meubles disponibles et en bon état19.2.1Chaque lit a un (i) matelas couvert en matière plastique et non déchiré, (ii) une moustiquaire, (iii) des draps propres, (iv) la table de nuit9.3Le confort du patient et l'hygiène9.3.1La salle est propre: pas de débris sur le sol et les salles ont une odeur de désinfectant0.59.3.2L'espace entre les lits est au moins un mètre0.259.3.3La salle dispose d'un accès à l'eau potable0.259.3.4La salle à l'eau ou un distributeur d'eau courante avec de l'eau, du savon et des essuies mains19.4Lumière disponible dans la salle0.59.4.1L'électricité, la lumière solaire ou une lampe à batterie rechargeable est disponible9.5Confidentialité0.59.5.1Les femmes sont dans une salle distincte des hommes et l'intérieur de la salle n’est pas visible de l'extérieur9.6Le registre des patients disponible et est bien entretenu0.59.6.1Vérifier l'identité et le nombre de jours/lit de la FOSA9.7Fiches d'observation disponibles, bien remplies et bien archivées19.7.1Au moins 10 fiches vierges (0,3 pts ou rien)9.7.2Poids, température, et éventuellement examens de laboratoire enregistré dans 10 fiches prises au hasard (0,3 pts ou rien)9.7.3Surveillance du traitement est vérifiée dans les 10 fiches (0,4 pts ou rien)Total des Points (6)……/6 Date :
Observations :Nom du superviseurSignature du superviseur:10Médicaments et consommables [max 25 points]MaximumObtenuObservations10.1Personnel maintient les fiches de stock pour MEG montrant sécurité des niveaux de stocks = temps de consommation moyenne mensuelle 2 (CMM x 2)410.1.1L'entrée dans le registre correspond à l'offre physique: échantillon aléatoire de 3 MEG10.2L'établissement de santé achète des médicaments, du matériel et des consommables d'un distributeur certifié, approuvé par le MSP310.2.1Dernière liste des centres de distribution pharmaceutiques certifiée par le MSP disponible 1 pt10.2.2Dernière liste des achats disponible, montre le distributeur certifié qui a vendu les médicaments 1 pt10.2.3Tous les médicaments et consommables médicaux sont génériques et certifiés par le MSP) 1 pt10.3Pharmacie du FOSA offre des médicaments en fonction de la réquisition1510.3.1Superviseur vérifie si la quantité est égale à la quantité réquisitionné servi 5 pts10.3.2Médicaments aux clients sont distribués uniquement par des prescriptions. Les ordonnances sont stockées et accessibles 5 pts10.3.3Médicaments et consommables médicaux prescrits, sont tous sous forme générique 5 pts10.4Médicaments stockés correctement 210.4.1Endroit propre et bien aéré, avec tous les médicaments sur les armoires, les étagères étiquetées 1 pt10.4.2Médicaments et consommables médicaux stockés sur l'ordre alphabétique, selon le principe premier entré - premier sorti (FIFO) et selon le principe premier périmé - premier sorti (FEFO), 1 pt10.5Disponibilité des médicaments110.5.1Superviseur vérifie au hasard trois médicaments et 2 consommables 0,25 pts10.5.2Médicaments périmés bien séparés du stock 0,25 pts10.5.3Un protocole de destruction des médicaments disponible et appliquée 0,25 pts10.5.4Tous les médicaments ont des étiquettes lisibles 0,25 ptsTotal des Points (25)...../25  Date :
Observations :


Nom du superviseurSignature du superviseur:11Médicaments traceurs (Stock de Sécurité = Consommation Moyenne Mensuelle (CMM) X 2. Stock minimum est de deux mois de consommation moyenne) [max 17 points]Disponible OUI = > CMM * 2
Disponible NON < CMM * 2


Observations MaximumObtenu11.1Paracétamol 500 mg cp111.2ACT 2-11 mois0.511.3ACT 12-59 mois111.4Oxytocine 10IU/ml inj111.5Mébendazole 100 mg cp111.6Sulfate de Fer 325 mg cp111.7Amoxycilline 500 mg caps111.8Amoxycilline 125 mg/5ml suspension0.511.9Cotrimoxazole 480 mg cp111.10Sulfadoxine/Pyriméthamine 500 mg cp0.511.11SRO sachet111.12Zinc cés 111.13Doxycycline111.14Gants stériles111.15Métronidazole 250 mg cp111.16Séringue 5ml0.511.17Séringue 10ml111.18Plaquette de contraceptifs oraux111.19Depo-provera inj1Total de Points (17)……. /17 Date:
Observations :Nom du superviseurSignature du superviseur:12Service Maternité [max 24 points]MaximumObtenuObservations12.1Suffisamment d'eau avec du savon antiseptique et antiseptique liquide dans la salle d'accouchement212.1.1Une source d'eau courante (robinet ou bidon) fonctionnelle d'au moins 20L12.2Éclairage de la salle de Travail, la salle d'accouchement et salle post partum 24h/24 pendant 7jours/7112.2.1Dans la salle de Travail ET la salle d'accouchement: Lampe tempête ou bougies OU lampe à pile fonctionnelle OU lampe à batterie rechargeable OU électricité OU lumière solaire12.3Les déchets de maternité correctement traités112.3.1Poubelle en plastique avec couvercle et système de sécurité pour l'élimination des aiguilles (boite de sécurité pour les aguilles); seau ou bassin à linge souillé disponible12.4Salle accouchement propre12.4.1Murs avec des matériaux durables et peinture112.4.2Rideau entre le lit et la porte de la salle d’accouchement112.4.3Salle d’accouchement avec des odeurs de désinfectant112.4.4Ciment au niveau du sol ou carreaux, sans fissures et plafond non endommagé112.4.5Fenêtres avec des rideaux et porte fonctionnelle112.5Disponibilité et l'utilisation du partogramme212.5.1Au moins dix fiches partogrammes vierges disponible 0,5 pts12.5.2Vérifiez trois partogrammes choisis au hasard si remplis selon les normes
Vérifiez trois fiches choisies au hasard et si elles sont remplies selon les normes. Critères: (i) Nom ET adresse ET âge ET sexe ET diagnostic à l'admission; (ii) observations journalières médecin ou infirmier; (iii) Résultats labo à l'admission transcrits au plus 2 jour après; (iv) Signes vitaux pris en postpartum immédiat; (v) Partogramme: Suivi: (a) Dilatation col; (b) Engagement; (c) Bruits fœtaux; (d) APGAR 1ère, 5ème et 10ème minute. Chaque partogramme rempli selon les normes vaut 0.5 pt et si un partogramme ne contient pas l'info pour un des sous-éléments coter 0 pour cette fiche (Maximum 1.5 pts)12.6Accouchements effectuées par du personnel qualifié212.6.1Tous les accouchements effectués par au moins deux agents dont au moins un qualifié. Identification des accoucheuses à partir des noms dans le registre pour les derniers accouchements. Pour chaque accouchement (0,2 pts, vérifier les dix derniers accouchements)12.7Disponibilité des échelles de poids / taille, d’un stéthoscope obstétrical et d’un aspirateur12.7.1Ruban à mesurer la taille disponible112.7.2Échelle pour mesurer le poids (vérifier la fonctionnalité)112.7.3Aspirateur plongé dans un désinfectant non irritant ou aspirateur manuel ou électrique fonctionnelle disponible112.8Disponibilité des gants stériles112.8.1Disponibilité d'au moins 5 paires de gants stériles12.9Disponibilité d'au moins 2 boîtes obstétricales stérilisées212.9.1Chaque boite stérile contient au moins 2 paires de ciseaux, 2 pinces, 1 porte-aiguille, 1 aiguille, 1 pince anatomique et 1 pince chirurgicale
Les deux boites disponibles = 2 pts si non 012.10Disponibilité des boites d’épisiotomie stérile
112.10.1Au moins deux boites d’épisiotomie stérile: 1 porte aguille, aiguille, 1 pince anatomique et 1 pince chirurgicale
Les deux boites disponibles = 0.5 pts si non 12.10.2Fil catgut et fil non résorbable, désinfectant, anesthésie locale et compresses stériles disponibles 0,5 pts. Le matériel disponible = 0.5 pts si non 012.11Table d'accouchement en bon état112.11.1Au moins une table en deux parties chacun avec matelas plastifié non déchiré et avec deux supports de jambe fonctionnels12.12Les équipements disponibles pour les soins du nouveau-né212.12.1Fil de ligature du cordon ou pince stérile 1 pt12.12.2Pommade à la tétracycline 1% non expiré 1 pt12.13Salle d'observation adéquate112.13.1Lits en bon état avec matelas couverts de toile cirée ou plastifiée non déchirée sur tous les matelas 0,5 pts12.13.2Pour chaque lit occupé: drap propre, moustiquaire et table de nuit 0,5 ptsTotal de Points (24)…….. /24 Date : 
Observations :Nom du superviseurSignature du superviseur:13PEV et de consultation préscolaire [max 20 points]MaximumObtenuObservations13.1Le Personnel calcule les cibles correctement pour les enfants complètement vaccinés113.1.1Cible = population * 4% / 12: demande de façon aléatoire à partir d'un personnel médical qui s'occupe des soins pour les clients 0,6 pts13.1.2La population cible concerne la population de l'aire de sante 0,4 pts13.2Réfrigérateur PEV413.2.1Présence d'un réfrigérateur - fiche température disponible, rempli deux fois par jour, y compris le jour de la visite 1 pt13.2.2Température se situe entre 2 et 8oC dans la feuille de registre 1 pt13.2.4Superviseur vérifie la fonctionnalité du thermomètre 1 pt13.2.5Température comprise entre 2 et 8oC aussi selon le thermomètre 1 pt13.3Indicateur de température113.3.1Présence d'un indicateur de température (feuille de température)13.4Stockage approprié des vaccins113.4.1Compartiment de congélation: rougeole 0,25 pts13.4.2Compartiment non-congélation: BCG, Penta + hépatite B, diluants, VAT et VAA 0,25 pts13.4.3Absence de vaccins qui ont expiré 0,25 pts13.4.4Étiquettes lisibles sur tous les vaccins 0,25 pts13.5Des quantités suffisantes de vaccins113.5.1BCG, Penta, la poliomyélite, la fièvre jaune, hépatite B, la rougeole, le tétanos 0.5 pt13.5.2Présence de fiche des stocks pour tous les vaccins, le stock théorique concordant avec le stock physique vérifié 0.5 pt13.6Entretien de la chaîne du froid
113.6.1Si réfrigérateur a pétrole: un bidon avec au moins 14L pétrole présent, si un réfrigérateur solaire: batterie fonctionnelle13.7Accumulateurs de froid sont bien congelés et disponibles113.7.1Au moins 5 accumulateurs de froid bien congelés sont disponibles13.8Seringues disponibles113.8.1Au moins 30 Seringues autobloquantes et au moins 3 seringues pour dilution sont disponibles13.9Disponibilité des cartons de sécurité (réceptacles)113.9.1Au moins 5 cartons de sécurité (réceptacles) sont disponibles13.10Stock de fiche de suivi de croissance des enfants < 5 ans disponibles113.10.1Au moins 10 fiches de suivi de croissance des enfants sont disponibles13.11Registre de vaccination des enfants bien entretenu
113.11.1Le système est capable d'identifier les abandons et des enfants complètement vaccinés13.12Conditions en zone d'attente pour les services de vaccination113.12.1Bancs ou des chaises en nombre suffisant et protection contre le soleil et la pluie disponible13.13Le système des jetons d'attente numérotés en fonction de l’arrivée des patients113.13.1Les patients reçoivent des jetons d'attente numérotés en fonction de leur arrivée13.14Pèse bébé disponible et fonctionnelle113.14.1Pèse-bébé étalonné à zéro + culotte disponibles, propres et en bon état13.15Groupe IEC / CCC113.15.1Réunion du Groupe s'est tenue avant la vaccination (consultez le calendrier des sessions d'éducation à la santé) 0,5 pt13.15.2Existence d'un rapport mis à jour avec la CCC qui contient: (a) le sujet, (b) le nombre de participants, (c) le dirigeant de l'activité, (d) la date et (e) la signature 0,5 pt13.16Existence d'un système de récupération des abandons213.16.1Calendrier, fiche de rendez-vous, fichiers individuelles classés séparémentTotal de Points (20)…… /20
  Date :
Observations :



Nom du superviseurSignature du superviseur:14Soins Prénatales [max 12 points]MaximumObtenuObservations14.1Le plan de management contient des stratégies convaincantes pour favoriser que les femmes à risque de l'aire de santé arrivent à l'hôpital à temps114.1.1Stratégie comprend au moins une fois par trimestre une session de renforcement des capacités du personnel de la FOSA sur la SR/PF14.2Balance pèse-personne disponible114.2Balance pèse-personne disponible, fonctionnelle et est étalonnée à zéro14.3Fiches individuelles de CPN pour Fosa disponibles et bien remplis: cinq dernières fiches vérifiées314.3.1Tous: Examens: poids - TA, la hauteur de l'utérus, de la parité, de la date des dernières règles 1 pt14.3.2Tous: Laboratoire: albuminurie, la glycosurie 1 pt14.3.3Tous: Examen obstétrical fait: rythme cardiaque fœtal, la hauteur utérine, présentation, mouvement fœtal enregistré 1 pt14.4Fiche de CPN pour FOSA 214.4.1Fiche de CPN pour FOSA montre l'administration de sulfate de fer/acide folique, du Mébendazole et de SP14.5Fiche de CPN en stock114.5.1Fiche de CPN pour la mère disponible: au moins 10 en stock14.6Registre CPN disponible et bien rempli214.6.1Identité complète, l'état de la vaccination, la date visite, si un risque élevé de grossesse ou pas des signes de danger 1 pt14.6.2Toutes les colonnes bien remplies, y compris l'identification des problèmes éventuels et les mesures prises 1 pt14.7CPN réalisée par un personnel qualifié 114.7.1La CPN réalisée par une infirmière A2 ou infirmière A1 ou une accoucheuse A2 ou A1.14.8Groupe IEC / CCC114.8.1Réunion du Groupe qui s'est tenue avant la consultation (CPN) (consultez le calendrier des sessions d'éducation à la santé) 0.5 pt14.8.2Existence d'un rapport mis à jour avec la CCC (a) le sujet, (b) le nombre de participants, (c) chef de file de l'activité et (d) la date et (e) la signature 0.5 ptTotal des Points (12)…../12 Date:
Observations :Nom du superviseurSignature du superviseur:15VIH/TB [max 13 points]MaximumObtenuObservations15.1Salle de conseil VIH bien équipée et assure la confidentialité:115.1.1Les murs crépissés et peints d'un matériau solide 0,2 pts15.1.2Sol en ciment ou carreaux 0,2 pts15.1.3Plafond en bon état 0,2 pts15.1.4Fenêtres en verre et rideaux 0,2 pts15.1.5Les portes qui ferment 0,2 pts15.2Disponibilité du matériel IEC / CCC en matière de VIH115.2.1Modèle de pénis (phallus) sur la table 0,5 pts15.2.2Une boîte de préservatifs sur la table qui a au moins 50 préservatifs 0,5 pts15.3Registre de CDV / PTME et registre laboratoire normés115.3.1Existence d'un registre de CDV / PTME et registre laboratoire selon les normes15.4Personnel formé dans le conseil115.4.1Au moins un personnel formé en tant que conseiller 0,5 pts15.4.2Tout conseil est fait par un conseiller qualifié 0,5 pts15.5Système de référence et de suivi pour les PVVIH115.5.1Fiches individuelles : la planification pour la numération des CD4 faite15.6Système de référence et de suivi pour les patients tuberculeux215.6.1Chaque patient TBC pulmonaire- BAAR a une personne (parraine) attachée à lui / elle et qui supervise la stratégie DOTS: preuve dans le registre; numéro de téléphone mobile du superviseur est inscrit 1 pt15.6.2Chaque patient TBC pulmonaire a une adresse de contact et / ou le numéro de téléphone à la fois dans le registre et la carte individuelle 1 pt15.8Disponibilité des médicaments antituberculeux 115.8.1Stock suffisant des tuberculostatiques est selon les catégories des malades 15.9Co-infections VIH/TB15.9.1 Tous les cas de TB ont subi un test de VIH (Vérifier les fiches de traitement des tuberculeux et les registres de laboratoire de VIH/SIDA) 5pts si non 0 5Total de Points (13)…. /13 Date :
Observations : Nom du superviseurSignature du superviseur:N°ServiceMaximumObtenuPointsPondérat°Points Pondérat°1Organisation générale317.75%2Plan de management92.25%3Finance153.75%  4Comité des Indigents205.00%  5Hygiène et Stérilisation317.75%  6Consultations externe12832.00%  7Planning familial328.00%  8Laboratoire174.25%  9Services d'observation61.50%  10Médicaments et consommables256.25%  11Médicaments traceurs174.25%  12Service de maternité246.00%  13PEV205.00%  14CPN123.00%  15VIH/TB133.25%  Total400  100.00% Le Chef de l’équipe des Évaluateurs : Signature:
L’Infirmier Titulaire du CS : Signature:

Score final : Date :
Annexe 16: Grille de qualité pour l’HGR/CSR

LOGORevue trimestrielle de la qualité des HGRRDCVersion 7 Décembre, 2015   Province : _______________ Code___/__/__/Zone de Santé : _______________ Code : /__/__/__/__/__/__/__/__/Aire de santé ; _______________  Code___/__/__/__/__/__/__/__/__/__/__/Structure Sanitaire : _______________  Appartenance : Code de l’hôpital: _____/__/__/__/__/__/__/__/Population de la zone de santé : _____________  Période évaluée: du ………/……. /……Au ….../…/….Date de l’évaluation……./……/………….  















1Organisation Générale [max 41 points]MaximumObtenuObservations  1.1Le Comité de Direction de l'HGR se réunit une fois par semaine. Chaque rapport complet vaut 1,5 points; max 12 rapports.
Soit au total max 18 points.
NB : un rapport qui manque un des éléments ci-dessous vaut Zéro
1.1.1Date de la réunion0.11.1.2Ordre du jour 0.11.1.3Liste des participants signée0.11.1.4Suivi des décisions prises lors de la réunion précédente0.11.1.6Présence d'une description des problèmes/service 0.11.1.7Présence d'une liste de recommandations ou de décisions prises0.21.1.8Dans chaque service, existence d'un chronogramme de mise en œuvre des recommandations0.11.1.9Existence d'un responsable pour chaque recommandation0.11.1.10Chaque mois, le compte d'exploitation mensuel est discuté 0.51.1.11Le compte rendu de la réunion est signé par le secrétaire et validé par le président de la séance 0.11.2Rapports SNIS - plan de management - comptes rendus de réunions bien rangés11.2.1Avec classeurs, dans des étagères et accessibles par le responsable du moment1.3Horaire de service du personnel affiché et visible pour le personnel et les patients11.3.1Horaire de service du personnel est disponible 24h/24, 7 JOURS/7 dans toutes les unités, affiché, à jour et visible pour le personnel et les patients (si une salle sans horaire, cotation= 01.4Disponibilité de radio ou portable pour la communication entre l'hôpital et les formations sanitaires de son rayon 11.4.1Radio ou téléphone mobile fonctionnel avec des piles et / ou crédit (Min 5 USD) d'appel et les détails de toutes les installations FBP (les numéros de téléphone de tous les établissements de santé en charges; cadres DPS, Hôpital provincial) 0,5 pts1.4.2Les numéros de téléphone des titulaires des toutes les formations sanitaires de son rayon (publiques et privées) 0,5 pts1.5Analyse des rapports (SNIS, SMIR) de la Fosa
91.5.1Analyse des rapports (SNIS, SMIR) de la Fosa transmis au BCZ avec copie à la DPS en formats dur et électronique
NB : Pour chaque rapport SNIS, 1 pt, soit au total 3 pts ; et pour chaque REH, 0, 5 pts soit au total 6 pts pour les 12 REH du trimestre1.6Rapports d'analyse des données de SNIS et SMIR du trimestre passé ont été évalués 6
1.6.1Dix problèmes de santé prioritaires identifiés au cours du trimestre dans le plan de management sont suivis et les données ont été mises à jour. Pour chaque problème de santé, cotation 0,3 pts. Total 3 pts
NB : ces éléments sont à rechercher dans le tableau de bord qui doit être affiché1.6.2Grâce à un graphique affiché et complet, on fait le suivi mensuel du (i) la durée moyenne de séjour, (ii) le taux d'occupation des lits en moyenne, (iv) les déclarations recettes / dépenses. Pour chaque suivi mensuel, cotation 1 pt .Total 3pts1.7Ambulance 41.7.1Ambulance disponible et fonctionnelle 1 pt
NB : sans ambulance tout le reste = 0 1.7.2Carnet du véhicule disponible et à jour 1 pt1.7.3Registre de l'entretien du véhicule disponible et rempli 2 pts1.8Disponibilité d’une chambre mortuaire 11.8.1Une chambre ou petit bâtimentTotal des Points (41)../41 Observations :

Date :
Nom du Superviseur :Signature du Superviseur :2Plan de Management [max 7 points]MaximumObtenuObservations 2.1Le plan de management est valide et accessible1 2.1.1Plan de management trimestriel pour la période actuelle élaboré et accessible 0,5 pts2.1.2Valide et renégocié (valide pour le trimestre/semestre courante) 0,5 pts2.2Le plan de management préparé avec des intervenants clés22.2.1Comité de direction est impliquée (liste des participants signée) 2.3Le plan de management analyse l'Hygiène et gestion des déchets 1 2.3.1La FOSA traite l’un des sujets suivants dans le plan de Management (toilettes, douches, élimination des déchets médicaux et non médicaux; pratiques d'élimination des objets pointus et tranchants de sécurité; propreté générale, prévention des infections), et suggère une stratégie d'amélioration2.4Le plan de Management analyse la qualité des soins médicaux12.4.1Plan de Management propose un processus d'amélioration continue de la qualité de soins 2.5Le Plan de management prévoit l'accessibilité financière des indigents 2.5.1Le plan de management renseigne sur les tarifs négociés avec la communauté (association des COSA, comité de Direction etc.)12.5.3Le plan de management montre les sources de financement des soins dispensés aux indigents1Total des Points (7).../7 Observations :

Date :
Nom du Superviseur :Signature du Superviseur :3Gestion Financière [max 43 points]MaximumObtenuObservations 3.1Solde théorique de trésorerie et liquidité physique dans la caisse33.1.1Rapport mensuel de la trésorerie disponible et correctement rempli. 1,5 pt
NB : pour rapport mensuel de la trésorerie correctement rempli = 0,5 pts soit au total 3 rapports du trimestre3.1.2Solde théorique de trésorerie déclaré à la fin du trimestre correspond à la liquidité en numéraire. 1,5 pts3.2L’’outil indice de gestion de l’HGR est disponible et montre que le calcul trimestriel des revenus, des coûts, des investissements, des subventions de performance variable et des coûts de fonctionnement sont effectués3.2.1L’outil indice garantit que les coûts de fonctionnement est égale à : les salaires, achat de médicaments et d'équipements, de sous-traitance, la petite caisse pour les petites dépenses, de la nourriture pour les patients, l'entretien et la réhabilitation et tampon financier etc.33.2.2L'«outil d’indice» est disponible et les calculs pour le trimestre à venir sont expliqués par les prestataires 283.2.3L’outil indice calcule la prime de performance selon la formule: primes de performance = revenu du trimestre - les coûts de fonctionnement 33.3La charge du personnel (Salaires et avantages contractuels + prime de performance) tient compte des priorités de la FOSA et ne dépasse pas 50% de revenus de la FOSA.23.4Existence d'un système de paiement des primes mensuelles/Trimestrielle  de rendement et connu par le personnel de l'HGR 43.4.1Choisissez un agent au hasard et demandez quelle était sa prime de rendement le mois dernier, et quel était son score de performance individuelle. Si les deux sont expliquées cotation = 4 points ; si non =0
NB : cfr l’outil indice de répartition de la prime aux agentsTotal des Points (43).../43
 Observations :

Date :
Nom du Superviseur :Signature du Superviseur :4Comité pour indigents [max 20 points]MaximumObtenuObservations 4.1Planification des dépenses pour les soins des indigents54.1.1Les indigents représentent 10% des consultations curatives du trimestre précédent: quantité documentée à des réunions mensuelles de gestion. Supérieur à 10% cotation= 0 pt, inférieur à 10%, cotation= 5 points4.2Comité des indigents se réunit mensuellement154.2.1Le comité des indigents se réunit mensuellement pour examiner l'utilisation pour la catégorie 'soins pour les indigents'. Chaque PV /CR mensuelle contiennent: (i) la date de la réunion; (ii) la liste des participants signée; (iii) le suivi des décisions prises lors de la réunion précédente; (iv) il y a une liste de recommandations développés ou décisions prises; (v) Rapport de la réunion sont signés par le président. Chaque rapport selon les normes = 5 pts
NB : si un élément manque dans un rapport, ce dernier vaut ZéroTotal des Points (20).../20 Observations :

Date :







Nom du Superviseur :Signature du Superviseur :5Hygiène et élimination des déchets médicaux
[max 42 points]MaximumObtenuObservations 5.1Clôture d'Etablissement de santé disponible et bien entretenu25.1.1Clôture existe, peut être fermé la nuit et a pas de trous5.2Disponibilité des poubelles dans la cour 15.2.1Poubelles avec couvercle accessibles aux usagers et qui ne sont pas pleines5.3Présence de latrines/toilettes en nombre suffisant et qui sont bien entretenues5.3.1Une toilette / latrine pour 10 lits de travail contenant chasse ou un récipient avec au moins 10L d'eau15.3.2Toilette sans fissures avec un seul trou et couvercle (latrines) ou le trou avec couvercle de fonctionnement (style de toilette assis)15.3.3Nettoyé récemment et sans matière fécale visible15.3.4Porte verrouillable de l'intérieur, structure avec un toit, sans mouches et avec odeur de désinfectant 15.3.5Éclairage fonctionnel15.3.6Réservoir d'eau / fonctionnement du robinet et du savon pour se laver les mains disponibles pour chaque bloc de toilettes15.3.7Calendrier nettoyage à côté des toilettes et WC / latrine 15.4Présence suffisante des douches qui sont bien entretenues5.4.1Une douche pour dix lits maximum15.4.2Installation de bain avec de l'eau courante, ou un conteneur avec au moins 20 L d'eau15.4.3L'évacuation des eaux usées dans une fosse d'assainissement15.4.4Éclairage fonctionnel15.4.5Calendrier nettoyage à côté de la douche et les odeurs d'eau de désinfectant ou désodorisant15.5Fosse des déchets pour des déchets de soins de santé est disponible et selon les normes5.5.1L'élimination des déchets : Une fosse avec minimum de 2 mètres de profondeur, bordée par de l'argile ou par du béton ou par des briques ou par du plastique et clôturée et dispose d'un drapeau lumineux OU Incinérateur de Montfort avec briques réfractaires utilisé et vidé OU incinérateur électrique utilisé et vidé
Tous les éléments sont réunis=5 pts et si un élément manque=0.195.5.2La fosse à déchets est à un minimum de 15 mètres de l'établissement de santé, au moins 50 mètres d'un ménage et à 100 mètres d'une source d'eau Tous les éléments sont réunis=5 pts et si un élément manque=0.5.5.3Déchets médicaux ne sont pas visibles (couvert par au moins 10 cm de terre ou de chaux) 5 pts 5.5.4L'établissement de santé tient un registre indiquant la date de la création de la fosse (s), et l'emplacement (s) (en cas de fosse)
Tous les éléments sont réunis=2 pts et si un élément manque=0. 5.5.5Fosse à placenta avec (i) enclos sans passage; (ii) couvercle et (iii) Porte cadenassée.
Tous les éléments sont réunis=2 pts et si un élément manque=0.5.6Cour propre15.6.1Pas de déchets dans la cour5.7Les conditions d'hygiène assurées pendant les pansements et injections25.7.1Bacs ou étiquetages jaunes et rouges pour les déchets médicaux avec la pédale et couvercle, bordée de sac 0,5 pts5.7.2Boîte de sécurité pour les aiguilles bien placé, et utilisé (et non pleine) 0,5 pts5.7.3Container / tambour avec couvercle contenant désinfectant utilisé pour mettre les instruments utilisés 0,5 pts5.7.4Container / bol avec couvercle contenant désinfectant utilisé pour mettre les instruments utilisés 0,5 pts5.8Élimination des déchets médicaux selon les normes nationales55.8.1L'élimination des déchets non contaminés en poubelle noire ou étiquetée en noir avec couvercle et pédale, bordée 1 pt5.8.2L'élimination des déchets de soins contaminés en poubelle Jaune ou Rouge (en fonction de gravité) avec couvercle et pédale, bordée 1 pt5.8.3Équipement de protection pour le personnel qui gère les déchets non médicaux disponible : bottes, tablier en plastique, des gants en plastique ou caoutchouc épais 1 pt
Tous les éléments sont réunis=1 pts et si un élément manque=0. 5.8.4Équipement de protection pour le personnel de gestion des déchets médicaux disponible; bottes, shorts en plastique, gants en plastique ou en caoutchouc épais et un chariot pour transporter les déchets de soins médicaux
Tous les éléments sont réunis=2 pts et si un élément manque=0.Total des Points (42)../42 Observations :

Date :
Nom du Superviseur Signature du Superviseur 6Consultation Externe [max 96 points]MaximumObtenuObservations 6.1Salle d'attente: Bonnes conditions d’attente 0,25 pts16.1.1Bancs ou des chaises suffisantes et protégées contre le soleil et la pluie et la zone d'attente n'est pas dans la salle de consultation 0,25 pts 6.1.2Indications claires sur le circuit des patients sont affichées 0,25 pts6.1.2Préposé (agent d'accueil) renseignant et distribuant jetons de couleurs différentes pour les cas urgents et référés nouveaux cas non référés (numéros pour ceux qui sont de routine) 0,25 pts6.2Les tarifs du recouvrement de coût sont affichés56.2.1Facilement visible dans la zone de la salle de consultation et de la salle d’attente, mis à jour, avec (i) le prix unitaire par acte ou par forfait, (ii) le prix d'un traitement standard pour les médicaments; (iii) aisément visibles pour les malades avant la consultation et (iv) en langue locale.
Tous les éléments sont réunis=5 pts et si un élément manque=0. 6.2.2Plus de 50 % des médicaments sont des génériques 2 pts6.3Système d'attente des malades/clients16.3.1Existence d’un système d'attente avec des cartes numérotées6.4Salle de Consultation Externe en bon état56.4.1Murs en dur avec crépissage et peinture, pavement en ciment ou carreau sans fissures, plafond en bon état
Tous les éléments=1 pt, si un élément manque =0 6.4.2Salle de consultation et d'attente séparées par des espaces assurant la confidentialité 1pt6.4.3Fenêtres en vitres teintées ou avec rideaux 1 pt6.4.4Porte fonctionnelle avec serrure fonctionnelle 0,5 pts6.4.5L'eau courante (robinet ou distributeur d'eau) avec un papier serviette et du savon liquide disponibles et utilisés entre les patients 0,5 pts
Tous les éléments=0.5 pt, si un élément manque =0 6.4.6Dimensions minimales de la salle des consultations= 9 m2 0,5 pts6.4.7Matelas lavables et recouverts de drap 0,5 pts6.5Salle de consultation/ salles des urgences a de la lumière autour de l'horloge 16.5.1L'électricité ou à la lumière solaire ou lampe à pétrole présente et fonctionnelle. 0,5 pts6.5.2La salle de consultation/salle des d'urgences dispose d’une horloge fonctionnelle. 05 pts 6.6Les consultations sont menées par le personnel qualifié16.6.1Le nom du consultant est enregistré 6.7Personnel qui consulte est bien habillé16.7.1Blouse propre, étiquette d’identification et chaussures (pas de pantoufles) 6.8Numérotation correcte des registres16.8.1Clôturée à la fin du mois 0,3 pts6.8.3Cas référés clairement identifiés 0,3 pts6.8.3Copies des fiches de contre référence classées 0,4 pts6.9La disponibilité du service sept jours sur sept16.9.1Superviseur vérifie les entrées dans le registre pour les trois derniers dimanches6.10Protocole de prise en charge du paludisme 16.10.1Protocole national de diagnostic et de traitement du paludisme simple et grave est affiché et accessible pour le personnel6.11Paludisme simple et grave correctement traités256.11.1Dans le registre voir 25 derniers cas de paludisme simple et examiner le protocole de traitement dans les fiches.
1 point pour chaque traitement correct selon le protocole: 25 points maximum.6.11.2Dans le registre voir 20 derniers cas de paludisme grave. Examiner le protocole de traitement
1 point pour chaque traitement correct selon le protocole: max 20 points.206.12Schéma de prise en charge des IRA
16.12.1Schéma d'IRA de l'OMS affiché et accessible pour le personnel
6.13Application du protocole des IRA56.13.1Voir cinq derniers cas d'IRA et voir si le traitement a respecté le protocole; enregistre et mentionne température, mouvements respiratoires, fréquence respiratoire, toux : oui / non, Diagnostic
5 points pour chaque traitement correct selon le protocole, si non =o, si un élément manque.6.14Protocole de prise en charge de la diarrhée
16.14.1Protocole OMS pour la diarrhée affiché et accessible pour le personnel
6.15Application du Protocole de diarrhée 56.15.1Voir cinq derniers cas de diarrhée avec déshydratation et si le traitement a respecté le protocole de l’OMS
1 point pour chaque traitement correct selon le protocole, si un élément manque =0, maximum : 5 points.6.16Proportion de cas traités avec des antibiotiques 48heuresMajeureMineureJanvier 20….Février 20….Mars 20….*Hormis les cas pris en charge par le personnel non qualifiés
SUIVI DE L’AMELIORATION DE LA QUALITE PAR DOMAINE
Domaines Cotation du trimestre passéObjectif pour le trimestre prochainConsultation externe Hospitalisation Planification Service de gynéco-obstétrique …..……
OBJECTIFS ET CIBLES TENANT COMPTE DE L’ALIGNEMENT AU PLAN OPERATIONNEL DE LA ZONE DE SANTE
Objectif spécifiqueAssurer des soins de santé primaires de qualité à toute la population, en particulier
aux groupes vulnérables, en combattant les grandes endémies telles que le VIH/Sida,
le paludisme, la tuberculose, l'onchocercose, la trypanosomiase et autres maladies non transmissibles.Objectif opérationnel 1Améliorer la couverture sanitaire et la qualité des services et des soins de
santé offerts à la populationCiblesIndicateurs des résultats au 31 décembre 20…La couverture de la population par des services et soins de santé de qualité est augmentée de …..% d’ici le 31 décembre 20…La proportion des activités du PCA conforme aux normes nationales offertes par l’ HGR augmente de % à %
Le taux de mortalité intra-hospitalière au-delà de 48h est réduit de moitié soit de ….% à ……%Le taux de mortalité maternelle intra hospitalière pour 100.000 naissances vivantes est maintenu à 0%Le taux de mortalité intra hospitalière liée à l’hypertension artérielle est maintenu à 0%Le taux d'infection post opératoire est réduit de ……% à …….%Taux de décès post op est réduit de % à %La proportion de décès néonatals intra-hospitaliers est réduite de % à %Objectif opérationnel 2Améliorer l’utilisation des services et des soins de santé par la populationCibleIndicateurs des résultats au 31 décembre 20…Le taux d'utilisation des services est augmenté de …% d'ici le 31 décembre 20…Le taux d'occupation des lits de l'HGR accroit de % à %Le taux d’admission à l’HGR accroit de % à %La proportion des accouchements assistés par du personnel de santé qualifié accroit de % à %Proportion des enfants nés à l’HGR et inscrit à l’état civil accroit de % à %La proportion des femmes suivies en CPoN à l’HGR accroit de % à %La proportion des enfants h¥.Vh”.56B*CJOJQJ^JaJmHnHph°ðsH u8hÆjd56B*CJOJQJ^JaJmHnHph°ðsH u>h¥.Vh¥.V56B*CJOJQJ^JaJmHnHph°ðsH u5h ÐhŽ)56CJOJQJ^JaJmHnHsH u«¬±²´µ¶·¸¹æ̱œzX@±Bjžha3Ph›e56CJOJQJU^JaJmHnHsH tH u/hje‚56CJOJQJ^JaJmHnHsH uBj)sha3Pha3P56CJOJQJU^JaJmHnHsH tH uBjÍKha3PhÍ:Ì56CJOJQJU^JaJmHnHsH tH u)jha3POJQJU]^JmHnHu5h Ðhï-56CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h ÐhO¬6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h Ðhÿ6CJOJQJ^JaJmHnHsH u ²¹ã[ Õ P
ž
! … Ù 8 ¨ 
˜
oÿ‚Ù-{S£yõïêèèæææææàæææàæèèèææàæææææ*
Ƹ+,Ûgdü?¬$
Æ„jda$gdje‚¹ÉÊáâãäå    8 9 : T U V X Y Z [ \ ] y z õêæêÝʼݼ¦Ê…v…dv…vÊJʼݼ3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#j>±h@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*jÁ°h "ÿh@
i0J>UmHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuhçëjh@ehh@ehUhçëhçëmH sH z { | ² ³ ´ Î Ï Ð Ò Ó Ô Õ Ö × ó ô õ ö -
.
/
I
J
ê×Á¶§¶•§¶§×{×mdmN×Á¶§¶mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#j8²h@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*j»±h "ÿh@
i0J>UmHnHuJ
K
M
N
O
P
Q
R
n
o
p
q
{
|
}
—
˜
™
›
œ

ž
Ÿ
 
¼
½
¾
¿
þ
ÿ
ðåðÒ¸Òª¡ª‹ÒuåðåcðåðÒ¸Òª¡ªMÒuåð*j©´h "ÿh@
i0J>UmHnHu#j,´h@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*j¯³h "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHu      ! " # ? @ A B b c d ~  € ‚ ƒ „ … † ‡ £ ¤ õãÔõÔÁ§Á™™zÁdõÔõRÔõÔÁ§Á™™#j ¶h@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*j£µh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHujh@
iUmHnHu#j&µh@
iUmHnHuh@
imHnHu¤ ¥ ¦ ¶ · ¸ Ò Ó Ô Ö × Ø Ù Ú Û ÷ ø ù ú ü ý ê×Á¶§¶•§¶§×{×mdmN×6{.h "ÿh@
i0J>5OJQJ^JmHnHsH u*j—·h "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#j·h@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*j¶h "ÿh@
i0J>UmHnHuý    1 2 3 5 6 7 8 9 : V W X Y … † ‡ ¡ ¢ £ èÝÎݼÎÝُ©xb©LÝÎÝ:Î#j¹h@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*j‘¸h "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu#j¸h@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu.h "ÿh@
i0J>5OJQJ^JmHnHsH u£ ¥ ¦ § ¨ © ª Æ Ç È É õ ö ÷ 








6
7
8
9
u
v
w
‘
õæÓ¹Ó«¢«ŒÓvõæõdæõæÓ¹Ó«¢«NÓvõæõ*j…ºh "ÿh@
i0J>UmHnHu#jºh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*j‹¹h "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu‘
’
“
•
–
—
˜
™
š

·
¸
¹
»
¼
û
ü
ý
 UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHu#j»h@
iUmHnHu=>?LMNhijlmnopqŽÜÝÞøùê×Á¶§¶•§¶§×{×mdmN×Á¶§¶mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#jö¼h@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*jy¼h "ÿh@
i0J>UmHnHuùúüýþÿ _`a{|}€‚ƒ„ ¡¢£¶·¸ðåðÒ¸Òª¡ª‹ÒuåðåcðåðÒ¸Òª¡ªMÒuåð*jg¿h "ÿh@
i0J>UmHnHu#j꾁h@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*jm¾h "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHu¸ÒÓÔÖ×ØÙÚÛ÷øùú
  &'(*+,-./KLõãÔõÔÁ§Á™™zÁdõÔõRÔõÔÁ§Á™™#jÞÀh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*jaÀh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHujh@
iUmHnHu#j俁h@
iUmHnHuh@
imHnHuLMNXYZtuvxyz{|}™š›œžŸê×Á¶§¶•§¶§×{×mdmN×6{.h "ÿh@
i0J>5OJQJ^JmHnHsH u*jUÂh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#jØÁh@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*j[Áh "ÿh@
i0J>UmHnHuŸàáâüýþ!"#$012LMNèÝÎݼÎÝُ©xb©LÝÎÝ:Î#jÌÁh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*jOÃh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu#jҁh@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu.h "ÿh@
i0J>5OJQJ^JmHnHsH uNPQRSTUqrst€‚œž ¡¢£¤¥ÁÂÃÄïðñ õæÓ¹Ó«¢«ŒÓvõæõdæõæÓ¹Ó«¢«NÓvõæõ*jCÅh "ÿh@
i0J>UmHnHu#jÆāh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*jIÄh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu  
0123VWXrstvwxyz{—˜íÞÓÞÀ¦À˜˜yÀcÓÞÓQÞÓÞÀ¦À˜˜#jºÆh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*j=Æh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHu#jÀŁh@
iUmHnHu˜™šÒÓÔîïðòóôõö÷)*+EFê×Á¶§¶•§¶§×{×mdmN×Á¶§¶mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#j´Çh@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*j7Çh "ÿh@
i0J>UmHnHuFGIJKLMNjklm}~™š›žŸ ¡¢¾¿ÀÁÕÖ×ðåðÒ¸Òª¡ª‹ÒuåðåcðåðÒ¸Òª¡ªMÒuåð*j%Êh "ÿh@
i0J>UmHnHu#j¨Éh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*j+Éh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHuõL ø\Õ;¤gµ…ý€ð_½9¡+’#•|ðXµýýýý÷ýý÷ýýýýõõõýýõõõõýõõõõõ÷,*
Ƹ+×ñòóõö÷øùú9:;UVWYZ[\]^z{õãÔõÔÁ§Á™™zÁdõÔõRÔõÔÁ§Á™™#jœËh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*jËh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHujh@
iUmHnHu#j¢Êh@
iUmHnHuh@
imHnHu{|}€²³´ÎÏÐÒÓÔÕÖ×óôõöê׿¥¿š‹šy‹š‹×¥×kbkL×*jÍh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu#j–́h@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u.h "ÿh@
i0J>5OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*jÌh "ÿh@
i0J>UmHnHuö45689:;mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu#jÍh@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH uÃÄÅÇÈóôõ4567ê׿¥¿š‹šy‹š‹×¥×kbkL×*jÐh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu#j„ρh@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u.h "ÿh@
i0J>5OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*jÏh "ÿh@
i0J>UmHnHu7DEF`abdefghi…†‡ˆ’“”®¯°²³´µ¶·ÓÔéÞÏÞ½ÏÞϪª‚y‚cªéÞÏÞQÏÞϪª‚y‚#jxсh@
iUmHnHu*jûÐh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu#j~Ёh@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH uÔÕÖûüý ?bcd~ê×Á¶§¶•§¶§×{×mdmN×Á¶§¶mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#jrҁh@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*jõÑh "ÿh@
i0J>UmHnHu€‚ƒ„…†‡£¤¥¦ÚÛÜö÷øúûüýþÿ]^_ðåðÒ¸Òª¡ª‹ÒuåðåcðåðÒ¸Òª¡ªMÒuåð*jãÔh "ÿh@
i0J>UmHnHu#jfԁh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*jéÓh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHu_yz{}~€‚žŸ ¡ÍÎÏéêëíîïðñòõãÔõÔÁ§Á™™zÁdõÔõRÔõÔÁ§Á™™#jZցh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*jÝÕh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHujh@
iUmHnHu#j`Ձh@
iUmHnHuh@
imHnHuXYZ\]^_`a}~€š›œ¶·ê×Á¶§¶•§¶§×{×mdmN×Á¶§¶mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#jTׁh@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*j×Öh "ÿh@
i0J>UmHnHu·¸º»¼½¾¿ÛÜÝÞ2346789:;WXYZ~€ðåðÒ¸Òª¡ª‹ÒuåðåcðåðÒ¸Òª¡ªMÒuåð*jÅÙh "ÿh@
i0J>UmHnHu#jHفh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*jËØh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHu€š›œžŸ ¡¢£¿ÀÁ 
$%&()*+,-IJõãÔõÔÁ§Á™™zÁdõÔõRÔõÔÁ§Á™™#jUmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHujh@
iUmHnHu#jBځh@
iUmHnHuh@
imHnHuJKLopq‹Œ‘’“”°±²³ê×Á¶§¶•§¶§×{×mdmN×Á¶§¶mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#j6܁h@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*j¹Ûh "ÿh@
i0J>UmHnHu !"#$%ABCDrstŽ’“”•–—³´µ¶åæçðåðÒ¸Òª¡ª‹ÒuåðåcðåðÒ¸Òª¡ªMÒuåð*j§Þh "ÿh@
i0J>UmHnHu#j*ށh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*j­Ýh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHuç 
&'()YZ[uvwyz{|}~š›õãÔõÔÁ§Á™™zÁdõÔõRÔõÔÁ§Á™™#jàh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*j¡ßh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHujh@
iUmHnHu#j$߁h@
iUmHnHuh@
imHnHu›œÍÎÏéêëíîïðñò567QRê×Á¶§¶•§¶§×{×mdmN×Á¶§¶mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#jáh@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*j›àh "ÿh@
i0J>UmHnHuRSUVWXYZvwxy{|’“”®¯°²³´µ¶·ÓÔÕÖðåðÒ¸Òª¡ª‹Òs¸såðåaðåðÒ¸Òª¡ªKÒ*j‰ãh "ÿh@
i0J>UmHnHu#j ãh@
iUmHnHu.h "ÿh@
i0J>5OJQJ^JmHnHsH u*jâh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHuÖãäåÿ$%&'XYZ\]^_`a}~éÞÏÞ½ÏÞϪª‚y‚cªéÞÏÞQÏÞϪª‚y‚#jåh@
iUmHnHu*jƒäh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu#jäh@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH uµ_· { à H!™!"m"È"T#±#$z$ß$4%Œ%â%7&¢&ó&Q'¢'þ'_(º(")ýýýýýý÷ýýýýýõóó÷ýýýýýý÷ýýýýó,**
Ƹ+~€”•–°±²´µ¶·¸¹ÕÖ×Øéêë  ê×Á¶§¶•§¶§×{×mdmN×Á¶§¶mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#júåh@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*j}åh "ÿh@
i0J>UmHnHu 

 * + , - X Y Z t u v x y z { | } ™ š › œ ½ ¾ ¿ ðåðÒ¸Òª¡ª‹ÒuåðåcðåðÒ¸Òª¡ªMÒuåð*jkèh "ÿh@
i0J>UmHnHu#jîçh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*jqçh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHu¿ Ù Ú Û Ý Þ ß à á â þ ÿ !!!!%!&!'!A!B!C!E!F!G!H!I!J!f!g!õãÔõÔÁ§Á™™zÁb§bõÔõPÔõÔÁ§Á™™#jâéh@
iUmHnHu.h "ÿh@
i0J>5OJQJ^JmHnHsH u*jeéh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHujh@
iUmHnHu#jèèh@
iUmHnHuh@
imHnHug!h!i!v!w!x!’!“!”!–!—!˜!™!š!›!·!¸!¹!º!ß!à!á!û!ü!ê×Á¶§¶•§¶§×{×mdmN×Á¶§¶mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#jÜêh@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*j_êh "ÿh@
i0J>UmHnHuü!ý!ÿ!""""" "!"""#"J"K"L"f"g"h"j"k"l"m"n"o"‹"Œ""Ž"¥"¦"§"ðåðÒ¸Òª¡ª‹ÒuåðåcðåðÒ¸Òª¡ªMÒuåð*jMíh "ÿh@
i0J>UmHnHu#jÐìh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*jSìh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHu§"Á"Â"Ã"Å"Æ"Ç"È"É"Ê"æ"ç"è"é"1#2#3#M#N#O#Q#R#S#T#U#V#r#s#õãÔõÔÁ§Á™™zÁdõÔõRÔõÔÁ§Á™™#jÄîh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*jGîh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHujh@
iUmHnHu#jÊíh@
iUmHnHuh@
imHnHus#t#u#Ž###ª#«#¬#®#¯#°#±#²#³#Ï#Ð#Ñ#Ò#ã#ä#å#ÿ#$$$ê×Ǽ­¼›­¼­××sjsT×Ǽ­¼B­¼#j¸ðh@
iUmHnHu*j;ðh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#j¾ïh@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*jAïh "ÿh@
i0J>UmHnHu$$$$$$$$%$&$'$W$X$Y$s$t$u$w$x$y$z${$|$˜$™$š$›$ðÝÃݵ¬µ–݆{ð{ið{ðÝÃݵ¬µSÝ*j/òh "ÿh@
i0J>UmHnHu#j²ñh@
iUmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHsH u*j5ñh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHujh@
iUmHnHu›$$ž$¼$½$¾$Ø$Ù$Ú$Ü$Ý$Þ$ß$à$á$ý$þ$ÿ$%%æÌ´©š©ˆš©šuÌug^gHu2+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*j)óh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu#j¬òh@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu.h "ÿh@
i0J>5OJQJ^JmHnHsH u3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u2h "ÿh@
i0J>5OJQJ^J_H mHnHsH u%%%-%.%/%1%2%3%4%5%6%R%S%T%U%i%j%k%…%†%‡%‰%Š%‹%Œ%%Ž%ª%«%õæõÔæõæÁ§Á™™zÁdõæõRæõæÁ§Á™™#j ôh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*j#ôh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu#j¦óh@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu«%¬%­%¿%À%Á%Û%Ü%Ý%ß%à%á%â%ã%ä%&&&&&&&0&1&ê×Á¶§¶•§¶§×{×mdmN×Á¶§¶mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#jšõh@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*jõh "ÿh@
i0J>UmHnHu1&2&4&5&6&7&8&9&U&V&W&X&&€&&›&œ&&Ÿ& &¡&¢&£&¤&À&Á&Â&Ã&Ð&Ñ&Ò&ðåðÒ¸Òª¡ª‹ÒuåðåcðåðÒ¸Òª¡ªMÒuåð*j øh "ÿh@
i0J>UmHnHu#jŽ÷h@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*j÷h "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHuÒ&ì&í&î&ð&ñ&ò&ó&ô&õ&''''''.'/'0'J'K'L'N'O'P'Q'R'S'o'p'õãÔõÔÁ§Á™™zÁb§bõÔõPÔõÔÁ§Á™™#j‚ùh@
iUmHnHu.h "ÿh@
i0J>5OJQJ^JmHnHsH u*jùh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHujh@
iUmHnHu#jˆøh@
iUmHnHuh@
imHnHup'q'r''€''›'œ''Ÿ' '¡'¢'£'¤'À'Á'Â'Ã'Û'Ü'Ý'÷'ø'ê×Á¶§¶•§¶§×{×mdmN×Á¶§¶mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#j|úh@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*jÿùh "ÿh@
i0J>UmHnHuø'ù'û'ü'ý'þ'ÿ'((((((X(Y(Z(\(](^(_(`(a(}(~((€(—(˜(™(ðåðÒ¸Òª¡ª‹ÒuåðåcðåðÒ¸Òª¡ªMÒuåð*jíüh "ÿh@
i0J>UmHnHu#jpüh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*jóûh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHu™(³(´(µ(·(¸(¹(º(»(¼(Ø(Ù(Ú(Û(ÿ()))))) )!)")#)$)@)A)õãÔõÔÁ§Á™™zÁdõÔõRÔõÔÁ§Á™™#jdþh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*jçýh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHujh@
iUmHnHu#jjýh@
iUmHnHuh@
imHnHuA)B)C)g)h)i)ƒ)„)…)‡)ˆ)‰)Š)‹)Œ)¨)©)ª)«)Í)Î)ê×Á¶§¶•§¶§×{×mdmN×6¶/h "ÿh@
i0J>OJQJ^J_H mHnHsH u*jÛÿh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#j^ÿh@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*jáþh "ÿh@
i0J>UmHnHu")Š)ð)[*Ä*D+²+,a,Ì,(-~-ö-M.¨./j/È/ 0w0É01}1Ö102£2þ2Y3´3ýûûûûõûûûýýûýýýýýýýýýýýûýýýý*
ÆÐ+,Î)Ï)é)ê)ë)í)î)ï)ð)ñ)ò)****8*9*:*T*U*V*X*Y*Z*[*\*]*y*z*ðåÓðåðÀ¦À˜˜yÀaåðåOðåðÀ¦À˜˜#jRh@
iUmHnHu/h "ÿh@
i0J>OJQJ^J_H mHnHsH u*jÕh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu#jXh@
iUmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHuz*{*|*¡*¢*£*½*¾*¿*Á*Â*Ã*Ä*Å*Æ*â*ã*ä*å*!+"+ê׿´¥´“¥´¥×y×kbkL×6´+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*jÉh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#jLh@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu/h "ÿh@
i0J>OJQJ^J_H mHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*jÏh "ÿh@
i0J>UmHnHu"+#+=+>+?+A+B+C+D+E+F+b+c+d+e+h+i+++‘+«+¬+­+¯+°+±+²+³+´+Ð+Ñ+ðåÓðåðÀ¦À˜˜yÀa¦aåðåOðåðÀ¦À˜˜#j@h@
iUmHnHu.h "ÿh@
i0J>5OJQJ^JmHnHsH u*jÃh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu#jFh@
iUmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHuÑ+Ò+Ó+à+á+â+ü+ý+þ+,,,,,,!,",#,$,>,?,@,Z,[,ê×Á¶§¶•§¶§×{×mdmN×Á¶§¶mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#j:h@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*j½h "ÿh@
i0J>UmHnHu[,\,^,_,`,a,b,c,,€,,‚,©,ª,«,Å,Æ,Ç,É,Ê,Ë,Ì,Í,Î,ê,ë,ì,í,---ðåðÒ¸Òª¡ª‹ÒuåðåcðåðÒ¸Òª¡ªMÒuåð*j«h "ÿh@
i0J>UmHnHu#j.h@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*j±h "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHu-!-"-#-%-&-'-(-)-*-F-G-H-I-[-\-]-w-x-y-{-|-}-~--€-œ--õãÔõÔÁ§Á™™zÁdõÔõRÔõÔÁ§Á™™#j" h@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*j¥h "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHujh@
iUmHnHu#j(h@
iUmHnHuh@
imHnHu-ž-Ÿ-Ó-Ô-Õ-ï-ð-ñ-ó-ô-õ-ö-÷-ø-....*.+.,.F.G.ê×Á¶§¶•§¶§×{×mdmN×Á¶§¶mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#j
h@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*jŸ h "ÿh@
i0J>UmHnHuG.H.J.K.L.M.N.O.k.l.m.n.….†.‡.¡.¢.£.¥.¦.§.¨.©.ª.Æ.Ç.È.É.á.â.ã.ðåðÒ¸Òª¡ª‹ÒuåðåcðåðÒ¸Òª¡ªMÒuåð*j h "ÿh@
i0J>UmHnHu#j h@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*j“ h "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHuã.ý.þ.ÿ.//////"/#/$/%/G/H/I/c/d/e/g/h/i/j/k/l/ˆ/‰/õãÔõÔÁ§Á™™zÁdõÔõRÔõÔÁ§Á™™#jh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*j‡
h "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHujh@
iUmHnHu#j
h@
iUmHnHuh@
imHnHu‰/Š/‹/¥/¦/§/Á/Â/Ã/Å/Æ/Ç/È/É/Ê/æ/ç/è/é/ý/þ/ÿ/00ê×Á¶§¶•§¶§×{×mdmN×Á¶§¶mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#jþh@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*jh "ÿh@
i0J>UmHnHu00000 0!0"0>0?0@0A0T0U0V0p0q0r0t0u0v0w0x0y0•0–0—0˜0¦0§0¨0ðåðÒ¸Òª¡ª‹ÒuåðåcðåðÒ¸Òª¡ªMÒuåð*joh "ÿh@
i0J>UmHnHu#jòh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*juh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHu¨0Â0Ã0Ä0Æ0Ç0È0É0Ê0Ë0ç0è0é0ê0ù0ú0û0111111111:1;1õãÔõÔÁ§Á™™zÁdõÔõRÔõÔÁ§Á™™#jæh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*jih "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHujh@
iUmHnHu#jìh@
iUmHnHuh@
imHnHu;1mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#jàh@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*jch "ÿh@
i0J>UmHnHuÐ1Ñ1Ó1Ô1Õ1Ö1×1Ø1ô1õ1ö1÷1
222)2*2+2-2.2/2021222N2O2P2Q2ðåðÒ¸Òª¡ª‹ÒuåðåcðåðÒ¸Òª¡ªMÒ*jQh "ÿh@
i0J>UmHnHu#jԁh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*jWh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHuQ2k2€22‚2œ22ž2 2¡2¢2£2¤2¥2Á2Â2Ã2Ä2Û2Ü2Ý2÷2ø2çÑÆ·Æ¥·Æ·’x’jajK’çÆ·Æ9#jȁh@
iUmHnHu*jKh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu#j΁h@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u/h "ÿh@
i0J>OJQJ^J_H mHnHsH uø2ù2û2ü2ý2þ2ÿ233333637383R3S3T3V3W3X3Y3Z3[3w3x3y3z3‘3’3ðåðÒ¸Òª¡ª‹ÒsåðåaðåðÒ¸Òª¡ªKÒså*j?h "ÿh@
i0J>UmHnHu#jh@
iUmHnHu/h "ÿh@
i0J>OJQJ^J_H mHnHsH u*jEh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHu’3“3­3®3¯3±3²3³3´3µ3¶3Ò3Ó3Ô3Õ3ó3ô3õ34444444444454ðåÓðåðÀ¦À˜˜yÀaåðåOðåðÀ¦À˜˜#j¶h@
iUmHnHu/h "ÿh@
i0J>OJQJ^J_H mHnHsH u*j9h "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu#j¼h@
iUmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHu´34q4»4a5À56€6ê6b7Ú7]8Ý8F9¬9:^:µ:;;mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#j°h@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu/h "ÿh@
i0J>OJQJ^J_H mHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*j3h "ÿh@
i0J>UmHnHu´4µ4¶4¸4¹4º4»4¼4½4Ù4Ú4Û4Ü4ß4à4>5?5@5Z5[5\5^5_5`5a5b5c55€5íÞÓÞÀ¦À˜˜yÀa¦aÓÞÓOÞÓÞÀ¦À˜˜#j¤h@
iUmHnHu.h "ÿh@
i0J>5OJQJ^JmHnHsH u*j'h "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHu#jªh@
iUmHnHu€55‚55ž5Ÿ5¹5º5»5½5¾5¿5À5Á5Â5Þ5ß5à5á5ô5õ5ö566ê×Á¶§¶•§¶§×{×mdmN×Á¶§¶mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#jžh@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*j!h "ÿh@
i0J>UmHnHu6666666656667686]6^6_6y6z6{6}6~66€66‚6ž6Ÿ6 6¡6Ç6È6É6ðåðÒ¸Òª¡ª‹ÒuåðåcðåðÒ¸Òª¡ªMÒuåð*j!h "ÿh@
i0J>UmHnHu#j’ h@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*j h "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHuÉ6ã6ä6å6ç6è6é6ê6ë6ì67 7
7 7?7@7A7[7\7]7_7`7a7b7c7d7€77õãÔõÔÁ§Á™™zÁdõÔõRÔõÔÁ§Á™™#j†"h@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*j "h "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHujh@
iUmHnHu#jŒ!h@
iUmHnHuh@
imHnHu7‚7ƒ7·7¸7¹7Ó7Ô7Õ7×7Ø7Ù7Ú7Û7Ü7ø7ù7ú7û7:8;8¶§¶h "ÿh@
i0J>mHnHsH u*jý#h "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#j€#h@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*j#h "ÿh@
i0J>UmHnHuV8W8X8Z8[8\8]8^8_8{8|8}8~8º8»8¼8Ö8×8Ø8Ú8Û8Ü8Ý8Þ8ß8û8ü8íÞÓÞÀ¦À˜˜yÀcÓÞÓQÞÓÞÀ¦À˜˜#jt%h@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*j÷$h "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHu#jz$h@
iUmHnHuü8ý8þ8#9$9%9?9@9A9C9D9E9F9G9H9d9e9f9g9‰9Š9‹9¥9¦9ê×Á¶§¶•§¶§×{×mdmN×Á¶§¶5OJQJ^JmHnHsH u*jå'h "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHu':;:mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu#j\)h@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH uÔ:Õ:Ö:ù:ú:û:;;;;;;;;;:;;;mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#jP+h@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*jÓ*h "ÿh@
i0J>UmHnHu—;˜;š;›;œ;;ž;Ÿ;»;¼;½;¾;â;ã;ä;þ;ÿ;5OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*jµ/h "ÿh@
i0J>UmHnHul===‘=«=¬=­=¯=°=±=²=³=´=Ð=Ñ=Ò=Ó=ó=ô=õ=>>>>>>>>>4>5>éÞÏÞ½ÏÞϪª‚y‚cªéÞÏÞQÏÞϪª‚y‚#j&2h@
iUmHnHu*j©1h "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu#j,1h@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u5>6>7>{>|>}>—>˜>™>›>œ>>ž>Ÿ> >¼>½>¾>¿>à>á>â>ü>ý>ê×Á¶§¶•§¶§×{×mdmN×Á¶§¶mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#j 3h@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*j£2h "ÿh@
i0J>UmHnHuý>þ>??????!?"?#?$?A?B?C?]?^?_?a?b?c?d?e?f?‚?ƒ?„?…?Ÿ? ?¡?ðåðÒ¸Òª¡ª‹ÒuåðåcðåðÒ¸Òª¡ªMÒuåð*j‘5h "ÿh@
i0J>UmHnHu#j5h@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*j—4h "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHu¡?»?¼?½?¿?À?Á?Â?Ã?Ä?à?á?â?ã?@@@*@+@,@.@/@0@1@2@3@O@P@õãÔõÔÁ§Á™™zÁbõÔõPÔõÔÁ§Á™™#j7h@
iUmHnHu/h "ÿh@
i0J>OJQJ^J_H mHnHsH u*j‹6h "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHujh@
iUmHnHu#j6h@
iUmHnHuh@
imHnHud?Â?1@¬@AsAÎA#B–B-C°CFDÝDMEÀE=FÀFCGÚGCH§HIhIÀI6J«JK|KôKýýýý÷ýýýýýýýýýýýýý÷ýýý÷ýýýõõ,*
ÆÐ+P@Q@R@‰@Š@‹@¥@¦@§@©@ª@«@¬@­@®@Ê@Ë@Ì@Í@í@î@ï@ Aê׿´¥´“¥´¥×y×kbkL׿´¥´*j8h "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#j8h@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu/h "ÿh@
i0J>OJQJ^J_H mHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*j…7h "ÿh@
i0J>UmHnHu A
A A
AAAAAA.A/A0A1A4A5APAQARAlAmAnApAqArAsAtAuA‘A’AíÞÓÞÀ¦À˜˜yÀa¦aÓÞÓOÞÓÞÀ¦À˜˜#jö9h@
iUmHnHu.h "ÿh@
i0J>5OJQJ^JmHnHsH u*jy9h "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHu#jü8h@
iUmHnHu’A“A”A«A¬A­AÇAÈAÉAËAÌAÍAÎAÏAÐAìAíAîAïABBBBBê×Á¶§¶•§¶§×{×mdmN×Á¶§¶mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#jð:h@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*js:h "ÿh@
i0J>UmHnHuBB B!B"B#B$B%BABBBCBDBsBtBuBBB‘B“B”B•B–B—B˜B´BµB¶B·B
C C CðåðÒ¸Òª¡ª‹ÒuåðåcðåðÒ¸Òª¡ªMÒuåð*ja=h "ÿh@
i0J>UmHnHu#jäUmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHu C&C'C(C*C+C,C-C.C/CKCLCMCNCCŽCC©CªC«C­C®C¯C°C±C²CÎCÏCõãÔõÔÁ§Á™™zÁdõÔõRÔõÔÁ§Á™™#jØ>h@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*j[>h "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHujh@
iUmHnHu#jÞ=h@
iUmHnHuh@
imHnHuÏCÐCÑC#D$D%D?D@DADCDDDEDFDGDHDdDeDfDgDºD»D¼DÖD×Dê×Á¶§¶•§¶§×{×mdmN×Á¶§¶mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#jÒ?h@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*jU?h "ÿh@
i0J>UmHnHu×DØDÚDÛDÜDÝDÞDßDûDüDýDþD*E+E,EFEGEHEJEKELEMENEOEkElEmEnEEžEŸEðåðÒ¸Òª¡ª‹ÒuåðåcðåðÒ¸Òª¡ªMÒuåð*jCBh "ÿh@
i0J>UmHnHu#jÆAh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*jIAh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHuŸE¹EºE»E½E¾E¿EÀEÁEÂEÞEßEàEáEFFF6F7F8F:F;FF?F[F\FõãÔõÔÁ§Á™™zÁdõÔõRÔõÔÁ§Á™™#jºCh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*j=Ch "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHujh@
iUmHnHu#jÀBh@
iUmHnHuh@
imHnHu\F]F^FFžFŸF¹FºF»F½F¾F¿FÀFÁFÂFÞFßFàFáF G!G"GmHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#j´Dh@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*j7Dh "ÿh@
i0J>UmHnHu=G>G@GAGBGCGDGEGaGbGcGdG¶G·G¸GÒGÓGÔG×GØGÙGÚGÛGÜGøGùGúGûGðåðÒ¸Òª¡ª‹ÒuåðåcðåðÒ¸Òª¡ªMÒ*j%Gh "ÿh@
i0J>UmHnHu#j¨Fh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*j+Fh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHuûGþGÿGH H!H;HUmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu#j¢Gh@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u.h "ÿh@
i0J>5OJQJ^JmHnHsH uŸH H¡H¤H¥H¦H§H¨H©HÅHÆHÇHÈHðHñHòH I
IIIIIIII2I3IíÞÓÞÀ¦À˜˜yÀcÓÞÓQÞÓÞÀ¦À˜˜#j–Ih@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*jIh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHu#jœHh@
iUmHnHu3I4I5IDIEIFI`IaIbIeIfIgIhIiIjI†I‡IˆI‰IŒIIê×Á¶§¶•§¶§×{×mdmN×6{.h "ÿh@
i0J>5OJQJ^JmHnHsH u*j
Kh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#jJh@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*jJh "ÿh@
i0J>UmHnHuIœIIžI¸I¹IºI½I¾I¿IÀIÁIÂIÞIßIàIáIJJJ.J/J0JèÝÎݼÎÝُ©xb©LÝÎÝ:Î#j„Lh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*jLh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu#jŠKh@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu.h "ÿh@
i0J>5OJQJ^JmHnHsH u0J3J4J5J6J7J8JTJUJVJWJ‡JˆJ‰J£J¤J¥J¨J©JªJ«J¬J­JÉJÊJËJÌJòJóJôJKõæÓ¹Ó«¢«ŒÓvõæõdæõæÓ¹Ó«¢«NÓvõæõ*jûMh "ÿh@
i0J>UmHnHu#j~Mh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*jMh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHuKKKKKKKKK4K5K6K7KXKYKZKtKuKvKyKzK{K|K}K~KšK›KíÞÓÞÀ¦À˜˜yÀcÓÞÓQÞÓÞÀ¦À˜˜#jrOh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*jõNh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHu#jxNh@
iUmHnHu›KœKKÐKÑKÒKìKíKîKñKòKóKôKõKöKLLLLnLoLpLŠL‹Lê×Á¶§¶•§¶§×{×mdmN×Á¶§¶mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#jlPh@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*jïOh "ÿh@
i0J>UmHnHu‹LŒLLL‘L’L“L”L°L±L²L³LòLóLôLMMMMMMMMM4M5M6M7MfMgMhMðåðÒ¸Òª¡ª‹ÒuåðåcðåðÒ¸Òª¡ªMÒuåð*jÝRh "ÿh@
i0J>UmHnHu#j`Rh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*jãQh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHuôK’LMŠMNkNÊN8O˜O*P‰PüPcQÏQ@R«RDS¯SÿS‹TU‡UïU]VÌVBW¿W:X¶Xýýýûõûûûûûõûûûûûûõûûûûûûûûûû*
ÆÐ+,hM‚MƒM„M‡MˆM‰MŠM‹MŒM¨M©MªM«MÜMÝMÞMøMùMúMýMþMÿMNNNNNõãÔõÔÁ§Á™™zÁdõÔõRÔõÔÁ§Á™™#jTTh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*j×Sh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHujh@
iUmHnHu#jZSh@
iUmHnHuh@
imHnHuN N!N$N%NGNHNINcNdNeNhNiNjNkNlNmN‰NŠN‹NŒNê׿¥¿š‹šy‹š‹×¥×kbkL×*jËUh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu#jNUh@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u.h "ÿh@
i0J>5OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*jÑTh "ÿh@
i0J>UmHnHuŒN¦N§N¨NÂNÃNÄNÇNÈNÉNÊNËNÌNèNéNêNëNOOO0O1O2O5O6O7O8O9O:OVOWOéÞÏÞ½ÏÞϪª‚y‚cªéÞÏÞQÏÞϪª‚y‚#jBWh@
iUmHnHu*jÅVh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu#jHVh@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH uWOXOYOtOuOvOO‘O’O•O–O—O˜O™OšO¶O·O¸O¹OPPP"P#Pê×Á¶§¶•§¶§×{×mdmN×Á¶§¶mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#jUmHnHu*j¿Wh "ÿh@
i0J>UmHnHu#P$P'P(P)P*P+P,PHPIPJPKPePfPgPP‚PƒP†P‡PˆP‰PŠP‹P§P¨P©PªPðåðÒ¸Òª¡ª‹ÒuåðåcðåðÒ¸Òª¡ªMÒ*j­Zh "ÿh@
i0J>UmHnHu#j0Zh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*j³Yh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHuªP­P®PØPÙPÚPôPõPöPùPúPûPüPýPþPQQQQ?Q@QAQ[QèÎèôâ´Ã´ÎxbJôÃ/h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH tH u*j§[h "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu#j*[h@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u.h "ÿh@
i0J>5OJQJ^JmHnHsH u[Q\Q]Q`QaQbQcQdQeQQ‚QƒQ„Q«Q¬Q­QÇQÈQÉQÌQÍQÎQÏQÐQÑQíQîQíÞÓÞÀ¦À˜˜yÀcÓÞÓQÞÓÞÀ¦À˜˜#j]h@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*j¡\h "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHu#j$\h@
iUmHnHuîQïQðQRRR8R9R:R=R>R?R@RARBR^R_R`RaR‡RˆR‰R£R¤Rê×Á¶§¶•§¶§×{×mdmN×Á¶§¶mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#j^h@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*j›]h "ÿh@
i0J>UmHnHu¤R¥R¨R©RªR«R¬R­RÉRÊRËRÌR S!S"SSASBSCSDSESFSbScSdSeS‹SŒSSðåðÒ¸Òª¡ª‹ÒuåðåcðåðÒ¸Òª¡ªMÒuåð*j‰`h "ÿh@
i0J>UmHnHu#j `h@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*j_h "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHuS§S¨S©S¬S­S®S¯S°S±SÍSÎSÏSÐSÓSÔSÛSÜSÝS÷SøSõãÔõÔÁ§Á™™zÁ`§HõÔõ6#jbh@
iUmHnHu.h "ÿh@
i0J>5OJQJ^JmHnHsH u2h "ÿh@
i0J>5OJQJ^J_H mHnHsH u*jƒah "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHujh@
iUmHnHu#jah@
iUmHnHuh@
imHnHuøSùSüSýSþSÿSTTTTT TgThTiTƒT„T…TˆT‰TŠT‹TŒTT©TªT«T¬TûTüTýTðåðÒ¸Òª¡ª‹ÒuåðåcðåðÒ¸Òª¡ªMÒuåð*jwch "ÿh@
i0J>UmHnHu#júbh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*j}bh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHuýTUUUUUUU U!U=U>U?U@UcUdUeUU€UU„U…U†U‡UˆU‰U¥U¦UõãÔõÔÁ§Á™™zÁdõÔõRÔõÔÁ§Á™™#jîdh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*jqdh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHujh@
iUmHnHu#jôch@
iUmHnHuh@
imHnHu¦U§U¨UËUÌUÍUçUèUéUìUíUîUïUðUñU
VVVV9V:V;VUVVVê×Á¶§¶•§¶§×{×mdmN×Á¶§¶mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#jèeh@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*jkeh "ÿh@
i0J>UmHnHuVVWVZV[V\V]V^V_V{V|V}V~V¨V©VªVÄVÅVÆVÉVÊVËVÌVÍVÎVêVëVìVíVWW WðåðÒ¸Òª¡ª‹ÒuåðåcðåðÒ¸Òª¡ªMÒuåð*jYhh "ÿh@
i0J>UmHnHu#jÜgh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*j_gh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHu W:W;WUmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHujh@
iUmHnHu#jÖhh@
iUmHnHuh@
imHnHuÞWßWàWXXX2X3X4X7X8X9X:X;XmHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#jÊjh@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*jMjh "ÿh@
i0J>UmHnHu¯X°X³X´XµX¶X·X¸XÔXÕXÖX×XYYY*Y+Y,Y/Y0Y1Y2Y3Y4YPYQYRYSYYŽYYðåðÒ¸Òª¡ª‹ÒuåðåcðåðÒ¸Òª¡ªMÒuåð*j;mh "ÿh@
i0J>UmHnHu#j¾lh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*jAlh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHu¶X2Y±YAZÖZO[¿[=\¤\]–]^x^è^]_Î_B`³`$a·aCb²b0cÈc[dçdêdìdýýýýýýýýýýýýýýýýýýýýýýýýýøé$
Æ„da$gd?gdY0p+Y©YªY«Y®Y¯Y°Y±Y²Y³YÏYÐYÑYÒYZZZ9Z:Z;Z>Z?Z@ZAZBZCZ_Z`ZõãÔõÔÁ§Á™™zÁdõÔõRÔõÔÁ§Á™™#j²nh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*j5nh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHujh@
iUmHnHu#j¸mh@
iUmHnHuh@
imHnHu`ZaZbZ²Z³Z´ZÎZÏZÐZÓZÔZÕZÖZ×ZØZôZõZöZ÷Z+[,[-[G[H[ê×Á¶§¶•§¶§×{×mdmN×Á¶§¶mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#j¬oh@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*j/oh "ÿh@
i0J>UmHnHuH[I[L[M[N[O[P[Q[m[n[o[p[›[œ[[·[¸[¹[¼[½[¾[¿[À[Á[Ý[Þ[ß[à[\\\ðåðÒ¸Òª¡ª‹ÒuåðåcðåðÒ¸Òª¡ªMÒuåð*jrh "ÿh@
i0J>UmHnHu#j qh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*j#qh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHu\5\6\7\:\;\\?\[\\\]\^\€\\‚\œ\\ž\¡\¢\£\¤\¥\¦\Â\Ã\õãÔõÔÁ§Á™™zÁdõÔõRÔõÔÁ§Á™™#j”sh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*jsh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHujh@
iUmHnHu#jšrh@
iUmHnHuh@
imHnHuÃ\Ä\Å\÷\ø\ù\]]]]]]]]]9]:];]mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#jŽth@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*jth "ÿh@
i0J>UmHnHu]]“]”]•]–]—]˜]´]µ]¶]·]í]î]ï] ^
^ ^^^^^^^/^0^1^2^T^U^V^ðåðÒ¸Òª¡ª‹ÒuåðåcðåðÒ¸Òª¡ªMÒuåð*jÿvh "ÿh@
i0J>UmHnHu#j‚vh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*jvh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHuV^p^q^r^u^v^w^x^y^z^–^—^˜^™^Ä^Å^Æ^à^á^â^å^æ^ç^è^é^ê^__õãÔõÔÁ§Á™™zÁdõÔõRÔõÔÁ§Á™™#jvxh@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*jùwh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHujh@
iUmHnHu#j|wh@
iUmHnHuh@
imHnHu__ _9_:_;_U_V_W_Z_[_\_]_^___{_|_}_~_ª_«_¬_Æ_Ç_ê×Á¶§¶•§¶§×{×mdmN×Á¶§¶mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#jpyh@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*jóxh "ÿh@
i0J>UmHnHuÇ_È_Ë_Ì_Í_Î_Ï_Ð_ì_í_î_ï_`` `:`;`OJQJ^JmHnHsH u*jçzh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHu‘`«`¬`­`°`±`²`³`´`µ`Ñ`Ò`Ó`Ô`aaaaaa!a"a#a$a%a&aBaCaõãÔõÔÁ§Á™™zÁdõÔõRÔõÔÁ§Á™™#jX}h@
iUmHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u*jÛ|h "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHujh@
iUmHnHu#j^|h@
iUmHnHuh@
imHnHuCaDaEa“a”a•a¯a°a±a´aµa¶a·a¸a¹aÕaÖa×aØab b!b;bmHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#jR~h@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu+h "ÿh@
i0J>OJQJ^JmHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*jÕ}h "ÿh@
i0J>UmHnHuOJQJ^JmHnHsH u*jÉh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHuc(c)c*c-c.c/c0c1c2cNcOcPcQc¤c¥c¦cÀcÁcÂcÅcÆcÇcÈcÉcÊcæcçcõãÔõÔÁ§Á™™zÁbõÔõPÔõÔÁ§Á™™#j:‚h@
iUmHnHu/h "ÿh@
i0J>OJQJ^J_H mHnHsH u*j½h "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHujh@
iUmHnHu#j@h@
iUmHnHuh@
imHnHuçcècéc7d8d9dSdTdUdXdYdZd[d\d]dydzd{d|dÃdÄdÅdßdê׿´¥´“¥´¥×y×kbkL׿´¥´*j±ƒh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHuh "ÿh@
i0J>mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u#j4ƒh@
iUmHnHujh@
iUmHnHuh@
imHnHu/h "ÿh@
i0J>OJQJ^J_H mHnHsH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHu*j·‚h "ÿh@
i0J>UmHnHußdàdádädådædçdèdêdëdìd
eíÞÓÞÀ¦•~^G-2h¶ êh¶ ê5CJOJQJ^JaJmHnHsH u,h%w6CJOJQJ^JaJmHnHsH u?jh¶ êh¶ ê6CJOJQJU^JaJmHnHsH tH u,hY0p6CJOJQJ^JaJmHnHsH u jh@eh5U\mHnHu3h@
i6CJOJPJQJ]aJmHnHsH tH u$jh "ÿh@
i0J>UmHnHuh@
imHnHujh@
iUmHnHu#j.„h@
iUmHnHu
ee€ee‚eƒe„e¹eºe»e$f×fçféϵž‡p\pI3I3+h Ðh¥.V6CJOJQJ^JaJmH sH %h¥.V6CJOJQJ^JaJmH sH 'hw~Œ56OJQJ^JmHnHsH u,hw~Œ6CJOJQJ^JaJmHnHsH u,h›e6CJOJQJ^JaJmHnHsH u,hXI6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h¶ êhkÛ5CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h¶ êh¶ ê5CJOJQJ^JaJmHnHsH u,h¥.V5CJOJQJ^JaJmHnHsH u ìde‚eƒe„eºe»e°gRjSj‹j®j¯j°j±j²j³j´jµj¶j·jïjðáááÜÑÑÑáÉÉáááááááááÄgdY0pdgd¥.V
$da$gd¥.Vgdw~Œ$
Æ„da$gdY0p$
Æ„da$gdÉj-çfg*gZgdg†g°g³gÎgægëgôg/hZh~h€h{i‰i®iñij jj2jIjPjQjRjSjgjkj¬j®j´jµjìÖÃÖÃÖÃÖÃìÖÃÖÃÖÃÖÃÖÃÖÃÖÃÖÃÖ¬——h¬,h¥.V6CJOJQJ^JaJmHnHsH u.h Ðh¥.V56CJOJQJ^JaJmH sH (h¥.V56CJOJQJ^JaJmH sH ,hw~Œ6CJOJQJ^JaJmHnHsH u%h¥.V6CJOJQJ^JaJmH sH +h Ðh¥.V6CJOJQJ^JaJmH sH %h@
i6CJOJQJ^JaJmH sH "µj¶j·j¸jÔjîjïjðjþj#kéϸ¡ŠsXA*-h ÐhlXø56OJQJ^JmHnHsH u-h ÐhGÈ56OJQJ^JmHnHsH u5h Ðhè56CJOJQJ^JaJmHnHsH u-h Ðhc5>56OJQJ^JmHnHsH u-h ÐhÓ k56OJQJ^JmHnHsH u-h Ðh‡o˜56OJQJ^JmHnHsH u-h ÐhY0p56OJQJ^JmHnHsH u2hY0ph›e6CJOJQJ^JaJmHnHsH u,h@
i6CJOJQJ^JaJmHnHsH u ïjðj)k8mGoSoÿpìrîröt™wÕx:{;{{{}@~ôìäÓο¿°¿¿¿¿¿«——$
& F%d1$7$8$H$a$gdŽ3ÁgdÉj-$d7$8$H$a$gd1es$d7$8$H$a$gdÉj-gd1es$d1$7$8$H$a$gdÉj-$a$gd³l•dgd×
$da$gdÉj-#k&k'k(k)k,kQkTkÝkçkÿkl lèÑ´ž‡mSm9m9m2h Ðh1}w6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h Ðh·`6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h ÐhGÈ6CJOJQJ^JaJmHnHsH u,hyQ6CJOJQJ^JaJmHnHsH u*h ÐhÉj-6OJQJ^JmHnHsH u9jh ÐhGÈ56H*OJQJU^JmHnHsH u-h ÐhlXø56OJQJ^JmHnHsH u-h Ðh·`56OJQJ^JmHnHsH u ll+m5m7m8manin€nõn o!oDoFoGoHoRoæÌæ̲˜æ~˜æ˜æ˜dM9&h ÐhM*456OJQJ^JmH sH ,h1es6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h Ðh—{Ñ6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h Ðh³16CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h Ðhs~6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h ÐhÉj-6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h ÐhGÈ6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h Ðhˆ2Ã6CJOJQJ^JaJmHnHsH uRoSoÃoÝo4p5pûpüpþpÿpArarÂrârãrärërìrírêԼԩԌÔvÔcÔMÔMÔv8(j«„ha3Pha3PUmHnHsH tH u+h ÐhpV6CJOJQJ^JaJmH sH %hyQ6CJOJQJ^JaJmH sH +h Ðh7*Š6CJOJQJ^JaJmH sH 8jh Ðhï-0JB6CJOJQJU^JaJmH sH %hžF6CJOJQJ^JaJmH sH .hžFhM*46>*CJOJQJ^JaJmH sH +h ÐhM*46CJOJQJ^JaJmH sH *h Ðh7*Š6OJQJ^JmHnHsH uírîrõtöt0v5v˜w™w wxx/xIxÔxÕxÖx`zdz{{9{:{;{D{í×Á׫×Á•×××Ái×V×i×Á?-hN chs~56OJQJ^JmHnHsH u%h»7š6CJOJQJ^JaJmH sH +h ÐhŒL6CJOJQJ^JaJmH sH +h Ðh-1¨6CJOJQJ^JaJmH sH +h ÐhÞ?Í6CJOJQJ^JaJmH sH +h ÐhT‚6CJOJQJ^JaJmH sH +h Ðh7*Š6CJOJQJ^JaJmH sH +h ÐhM*46CJOJQJ^JaJmH sH #h Ðh7*Š6CJOJQJ^JaJD{N{X{[{z{{{~{{||!|'|(|)|2|X|Y|\|x|èÑèѺ † l R R l2R ?jh Ðh\yš0JB6CJOJQJU^JaJmHnHsH u2h ÐhÛÿ6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h Ðh\yš6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h Ðh³16CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h Ðhs~6CJOJQJ^JaJmHnHsH u-h Ðhs~56OJQJ^JmHnHsH u-hN chs~56OJQJ^JmHnHsH u-hN ch\yš56OJQJ^JmHnHsH ux|‡||²|Ü|ß|}
}~~ ~%~¿b¿@ÁAÁ”•ÂsŬŦǺÇîÇñññìáááìááÜÍÍÍÍÍÈÍÈÃ6gd>AgdMÉ—$„d^„a$gdÉj-gd§k$
$da$gdÉj-gd\#h$
& F(da$gdŽ3Á¼µËµ×µÚµÜµøµúµ ¶¶5¶A¶Q¶_¶g¶{¶–¶¤¶¯¶ ·B·Æ·Ò·éÓ½Ó駑½‘½{½{e{O{½e½7.h Ðhé?6>*CJOJQJ^JaJmH sH +h ÐhÂ6CJOJQJ^JaJmH sH +h ÐhÂz¨6CJOJQJ^JaJmH sH +h Ðh™q¦6CJOJQJ^JaJmH sH +h Ðhö*Y6CJOJQJ^JaJmH sH +h ÐhU1—6CJOJQJ^JaJmH sH +h Ðhé?6CJOJQJ^JaJmH sH +h Ðh³³6CJOJQJ^JaJmH sH +h ÐhÄF¯6CJOJQJ^JaJmH sH Ò·Ù·Ú·¸¸$¸s¸’¸¾¸É¸Î¸Ü¸ï¸ð¸ô¸èÓ½§‘½{½‘½cK½04ha^œhé?6B*CJOJQJ^JaJmH phsH .h Ðhé?6>*CJOJQJ^JaJmH sH .h ÐhA*‡6>*CJOJQJ^JaJmH sH +h Ðh\#h6CJOJQJ^JaJmH sH +h ÐhÂ6CJOJQJ^JaJmH sH +h Ðh•p¾6CJOJQJ^JaJmH sH +h Ðhé?6CJOJQJ^JaJmH sH (hdˆ6>*CJOJQJ^JaJmH sH .h Ðh•p¾6>*CJOJQJ^JaJmH sH ô¸õ¸ú¸%¹D¹S¹U¹ººBºPº~º…ºº¢º£º»ºÜºÝºáºåÊ´žˆž´žržr´ˆ´U´ž´A&h Ðhé?56OJQJ^JmH sH 8jh ÐhÂ0JB6CJOJQJU^JaJmH sH +h ÐhmIÆ6CJOJQJ^JaJmH sH +h ÐhÂ6CJOJQJ^JaJmH sH +h Ðh•p¾6CJOJQJ^JaJmH sH +h Ðhé?6CJOJQJ^JaJmH sH 4ha^œhé?6B*CJOJQJ^JaJmH phsH 4ha^œha^œ6B*CJOJQJ^JaJmH phsH áºâºíºîº»» »;»R»t»z»ø»¼¼ ¼‚¼„¼³¼Â¼É¼'¾E¾Œ¾Ã¾È¾ìØìØÄØ®–®€®€®j®€®T€®–®€>+h ÐhíF^6CJOJQJ^JaJmH sH +h Ðh=Ô6CJOJQJ^JaJmH sH +h Ðha^œ6CJOJQJ^JaJmH sH +h Ðhï3ý6CJOJQJ^JaJmH sH .h Ðhé?6>*CJOJQJ^JaJmH sH +h Ðhé?6CJOJQJ^JaJmH sH &h ÐhíF^56OJQJ^JmH sH &h Ðhé?56OJQJ^JmH sH &h Ðh'o@56OJQJ^JmH sH Ⱦã¾>¿b¿¿µ¿ÌÀÍÀ@ÁAÁ3Â4Â5Â6ÂwÂ{“•ÂâÂóÂ[ÃéÓ¿©‘©{©e©{R{©{©*CJOJQJ^JaJmH sH +h Ðhé?6CJOJQJ^JaJmH sH &h Ðhé?56OJQJ^JmH sH +h Ðhï3ý6CJOJQJ^JaJmH sH +h Ðh¡'¤6CJOJQJ^JaJmH sH [Ã_ÃkÃnôÃçôÄÀÄËÄíÄôÄ"Å,Å*CJOJQJ^JaJmH sH +hi"°hT{‰6CJOJQJ^JaJmH sH +hi"°hé?6CJOJQJ^JaJmH sH +h Ðhé?6CJOJQJ^JaJmH sH +h Ðh'5>6CJOJQJ^JaJmH sH ¬ÅÌÅ1ƥǦǹǺÇÂÇÃÇîÇõÇéÓ½§“dId-6h)rÈhRF¤56CJOJQJ^JaJmH nH sH tH 4hi"°h>A6B*CJOJQJ^JaJmH phÿsH 4hi"°hMÉ6B*CJOJQJ^JaJmH phÿsH &h Ðh/|56OJQJ^JmH sH &h Ðh!:56OJQJ^JmH sH +h Ðha6CJOJQJ^JaJmH sH +h Ðh* O6CJOJQJ^JaJmH sH +h ÐhZ9Í6CJOJQJ^JaJmH sH +h ÐhïJ~6CJOJQJ^JaJmH sH 
îÇïÇõÇÈÈÈÈÊÈììì^ìììŽkd+í$$If–lÖÖF”ÿƒ $€‡€h
€—
t Ö0ö6öÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿ4Ö4Ö
laöyt>A—$„d$If^„a$gdÉj-õÇÈÈÈÈÉÈÊÈËÈáÈ3ɀɁɂɬÉóÉôÉõÉ ÊrÊsÊtÊvÊzʉÊ÷ÊøÊùÊäÈÁ§§‚§h§‚§h§‚§h§‚§Q§h§‚-h¶ ê6CJOJQJ^JaJmH nH sH tH 3h)rÈh®0=6CJOJQJ^JaJmH nH sH tH hFkåhRF¤mH sH 3h)rÈha6CJOJQJ^JaJmH nH sH tH 3h)rÈhRF¤6CJOJQJ^JaJmH nH sH tH  h)rÈhRF¤6h)rÈhRF¤56CJOJQJ^JaJmH nH sH tH 6h)rÈha56CJOJQJ^JaJmH nH sH tH ÊÈËÈÍÈáȁÉq^^^—$„d$If^„a$gdÉj-ŽkdÂí$$If–lÖÖF”ÿƒ $€‡€h
€—
t Ö0ö6öÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿ4Ö4Ö
laöyt>AÉ‚ɄɬÉôÉq^^^—$„d$If^„a$gdÉj-ŽkdYî$$If–lÖÖF”ÿƒ $€‡€h
€—
t Ö0ö6öÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿ4Ö4Ö
laöyt>AôÉõÉ÷É ÊsÊq^^^—$„d$If^„a$gdÉj-Žkdðî$$If–lÖÖF”ÿƒ $€‡€h
€—
t Ö0ö6öÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿ4Ö4Ö
laöyt>AsÊtÊvʉÊøÊq^^^—$„d$If^„a$gdÉj-Žkd‡ï$$If–lÖÖF”ÿƒ $€‡€h
€—
t Ö0ö6öÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿ4Ö4Ö
laöyt>AøÊùÊúʊˋ˜ˠΡÎ÷ÏøÏ Óqbbb]bbbbbgdrÞ—$„d^„a$gdÉj-Žkdð$$If–lÖÖF”ÿƒ $€‡€h
€—
t Ö0ö6öÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿ4Ö4Ö
laöyt>A
ùÊúÊY˂ˆˇˈˉˊˋ˜ËÚËâËÌèҿҬҙ†p\F0F+h Ðh1es6CJOJQJ^JaJmH sH +h Ðhé?6CJOJQJ^JaJmH sH &h Ðhé?56OJQJ^JmH sH +h Ðh†µ6CJOJQJ^JaJmH sH %h®d6CJOJQJ^JaJmH sH %hi"°6CJOJQJ^JaJmH sH %hØ 6CJOJQJ^JaJmH sH %h 6CJOJQJ^JaJmH sH +h Ðh®d6CJOJQJ^JaJmH sH .hi"°hö*Y56CJOJQJ^JaJmH sH 
Ì6Ì7Í=Í>ÍEÍGÍHÍWÍjÍoÍxÍz͗ͤÍþÍìÖÀªÀª”~ÀhU?À)À+hãhT{‰6CJOJQJ^JaJmH sH +hãh÷6CJOJQJ^JaJmH sH %hù6`6CJOJQJ^JaJmH sH +hãhù6`6CJOJQJ^JaJmH sH +hãhÈÑ6CJOJQJ^JaJmH sH +hãhseê6CJOJQJ^JaJmH sH +hãhƒro6CJOJQJ^JaJmH sH +hãhé?6CJOJQJ^JaJmH sH +h Ðhé?6CJOJQJ^JaJmH sH %hjf.6CJOJQJ^JaJmH sH þÍΓΝΠΡεξÎ2Ï4ÏBÏCÏGÏIÏMϬÏÊÏ÷ÏøÏèҼҦғÒ}ÒgQ;QÒèÒ¦+hãh
Wâ6CJOJQJ^JaJmH sH +hãhT{‰6CJOJQJ^JaJmH sH +hãh¸h-6CJOJQJ^JaJmH sH +hãhã6CJOJQJ^JaJmH sH %hù6`6CJOJQJ^JaJmH sH +h Ðha6CJOJQJ^JaJmH sH +hãhÈÑ6CJOJQJ^JaJmH sH +hãhé?6CJOJQJ^JaJmH sH .hãhé?6>*CJOJQJ^JaJmH sH øÏGÐhÐoÐpÐqÐrÐÚÐÛÐÝÐàÐæÐèÐûÐÑéÓéÓÀÓ馌rXrX>2h Ðh0RU6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h ÐhJRµ6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h Ðh}6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h Ðh!:6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h ÐhŠF6CJOJQJ^JaJmHnHsH u%h¤2Ö6CJOJQJ^JaJmH sH +h Ðhöâ6CJOJQJ^JaJmH sH +h Ðhé?6CJOJQJ^JaJmH sH ÑÑ)Ñ+Ñ9ÑXÑkÑmтфѕѳѶѹÑÂÑÄÑèÑÒÒpÒæ̲̘̲̲Ì~d~̲ÌJÌJ2h Ðh„Þ„òþd^„Þ`„òþa$gdõV³¬]¸]È]ú]ÿ] ^&^_^Ï^Ð^æ^L_M_v_w_qaÀaÁaÓaÞaçѻѻѻѥçÑ¥ŒsÑ»¥ZB.h§vÛhM*456CJOJQJ^JaJmH sH 1h§vÛhM*456CJOJQJ\^JaJmH sH 1h Ðho=56CJOJQJ\^JaJmH sH 1h ÐhM*456CJOJQJ\^JaJmH sH +h Ðho=6CJOJQJ^JaJmH sH +h Ðh 26CJOJQJ^JaJmH sH +h ÐhM*46CJOJQJ^JaJmH sH 0h&ho=56OJQJ\^JmHnHsH uÞaßaàaáab,b7bAbmb…b†bèÒº¢Š¢t^C(4hHÑh§ZÈ6B*CJOJQJ^JaJmH phsH 4hHÑh T6B*CJOJQJ^JaJmH phsH +hHÑhM*46CJOJQJ^JaJmH sH +hHÑh§ZÈ6CJOJQJ^JaJmH sH .hHÑhæTÁ6CJOJQJ\^JaJmH sH .hHÑhM*46CJOJQJ\^JaJmH sH .hHÑhHÑ6CJOJQJ\^JaJmH sH +h§vÛhHÑ6CJOJQJ^JaJmH sH .h§vÛh•56CJOJQJ^JaJmH sH 
ÁaàaÅb×b)cTcnc†c«cícddne°eÝef>féÞÙʾ±±±±±¢¢Êʏ$
& F?d7$8$H$a$gdŽ3Á—$„d^„a$gdÉj- —$d¤ða$gd‘Gï $da$gdÉj-m$$d7$8$H$a$gdÉj-gd¿ 
$da$gdHÑ—$
& F+„7„Éýd^„7`„Éýa$gdHцb‡b§bÄbÅbÕbÖb×böb÷b(c)cåϹ£ŠqŠ[E[/+h Ðho=6CJOJQJ^JaJmH sH +h ÐhÂ5Ã6CJOJQJ^JaJmH sH +h ÐhM*46CJOJQJ^JaJmH sH 0h&hys56OJQJ\^JmHnHsH u0h&ho=56OJQJ\^JmHnHsH u+hHÑho=6CJOJQJ^JaJmH sH +hHÑh&6CJOJQJ^JaJmH sH +hHÑhM*46CJOJQJ^JaJmH sH 4hHÑh»C`6B*CJOJQJ^JaJmH phsH  )cQcScTc\cjcmcncoc|c…c†cŽcc§cªc«c×cêcìcícddd"d¸d¹d/eæкЧкЧк§Ð§Ðº§ÐæŽÐæu§ÐbJ.h ÐhM*46CJOJQJ\^JaJmH sH %h»C`6CJOJQJ^JaJmH sH 1h Ðh 256CJOJQJ\^JaJmH sH 1h Ðh‡l56CJOJQJ\^JaJmH sH %hæTÁ6CJOJQJ^JaJmH sH +h Ðh‡l6CJOJQJ^JaJmH sH +h ÐhM*46CJOJQJ^JaJmH sH 1h ÐhM*456CJOJQJ\^JaJmH sH /e3e6eWemenesevee¯e°eÜeÝeffëÓëÓº¤Ž¤Ž{cK8¤%h¢]\6CJOJQJ^JaJmH sH .hëÍhSh-56CJOJQJ^JaJmH sH .hëÍhM*456CJOJQJ^JaJmH sH %ho=6CJOJQJ^JaJmH sH +h Ðh76CJOJQJ^JaJmH sH +h ÐhM*46CJOJQJ^JaJmH sH 1h Ðho=56CJOJQJ\^JaJmH sH .h ÐhM*46CJOJQJ\^JaJmH sH (hæTÁ6CJOJQJ\^JaJmH sH ffff}f~fÎfÏf*g+gnhohßhàh i i9if~fÏf+gohàh iÕj m m
m/moœoáp1ruuuuuuìììÝÝØÍÍÍÍØ;ÍÍÍÍÍÍÍÍ—$„d^„a$gdžKr
$da$gdÉj-gd¿ $d7$8$H$a$gdÉj-$
& F?d7$8$H$a$gdŽ3Áwi—i§iªi´iÀiËiÎi
m m m
m/mæ̲̲̲˜jP70hØ ho=56OJQJ\^JmHnHsH u2h Ðh 6CJOJQJ^JaJmHnHsH u,h 6CJOJQJ^JaJmHnHsH u,h»Fö6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h Ðh»Fö6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h§vÛh»Fö6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h§vÛh(Ì6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h§vÛhÂVª6CJOJQJ^JaJmHnHsH u /mKmjmHoWo€ooœo¤oGpKpàpápRqWqlqrqËq0r1rÃrÇr,séÖéÀ骒éiéªéÀéiéSªé@é%hFkå6CJOJQJ^JaJmH sH +h Ðh+9(6CJOJQJ^JaJmH sH +h ÐhžKr6CJOJQJ^JaJmH sH %hBvC6CJOJQJ^JaJmH sH .hÂuho=56CJOJQJ^JaJmH sH +h Ðho=6CJOJQJ^JaJmH sH +h Ðhë1Ó6CJOJQJ^JaJmH sH %hØ 6CJOJQJ^JaJmH sH +h ÐhM*46CJOJQJ^JaJmH sH ,s/s&t2tntotÙtÞtßt uuuu;u56CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h Ðh¥kÃ6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h Ðh )Ô6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h Ðh9h¦6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h Ðh!6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h Ðh % 6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h Ðh»Gî6CJOJQJ^JaJmHnHsH uèžìžøž5Ÿ7Ÿ8Ÿ;ŸHŸpŸ‚ŸŸ›ŸŸ¢Ÿ©Ÿ«Ÿ³ŸÁŸßԟ֟: ; W Z ] u "¡#¡æËæ±æ±—±}±æ±æ±æ±æ±æ±æ}c}æ±æM+h Ðh»Gî6CJOJQJ^JaJmH sH 2h Ðh®F­6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h ÐhÝfª6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h ÐhŒ†6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h Ðh!6CJOJQJ^JaJmHnHsH u5h ÐhÖ;p56CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h ÐhÖ;p6CJOJQJ^JaJmHnHsH u#¡1¡4¡5¡6¡¡•¡¡¡¾¡Ë¡èѽ¦ŒrX>$2h Ðh»Gî6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h ÐhŒ†6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h Ðh(/Ü6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h Ðh\W26CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h ÐhÝfª6CJOJQJ^JaJmHnHsH u,h¢]\6CJOJQJ^JaJmHnHsH u&h ÐhúÝ56OJQJ^JmH sH -h ÐhÝfª56OJQJ^JmHnHsH u-h ÐhúÝ56OJQJ^JmHnHsH u Ë¡è¡¢+¢p¢š¢®¢°¢±¢¢Ê¢ç¢£££%£&£.£7£G£V£r£æ̲̘~d~˜Ì˜Ìd̘ÌdæJæJ2h ÐhJ@’6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h Ðh(/Ü6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h ÐhŠg6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h ÐhŒ†6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h Ðh§A´6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h Ðh»Gî6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h Ðh¥kÃ6CJOJQJ^JaJmHnHsH ur£t£w£~£¤,¤Ȥä¤ç¤5¥L¥M¥N¥v¥æ̲˜²˜~̘²dN7-h Ðhªû56OJQJ^JmHnHsH u+h Ðh»Gî6CJOJQJ^JaJmH sH 2h Ðh¥kÃ6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h Ðhƒoý6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h Ðh»Gî6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h ÐhŒ†6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h ÐhñJÀ6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h Ðh\W26CJOJQJ^JaJmHnHsH u
v¥~¥ˆ¥•¥—¥¥¤¥¼¥Æ¥Õ¥è¥ü¥u¦æ̲æ˜~dJ˜/˜J5h Ðh»Gî56CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h Ðh'# 6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h ÐhñJÀ6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h Ðhªû6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h Ðh»Gî6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h ÐhŒ†6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h Ðh¥kÃ6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h ÐhÁ"ñ6CJOJQJ^JaJmHnHsH u u¦v¦y¦ƒ¦„¦‘¦º¦!§l§t§¼§Ù§q¨Ȩì¨æϸ¦‹qWqWq=qWq2h Ðh¥kÃ6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h ÐhñJÀ6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h ÐhðzÓ6CJOJQJ^JaJmHnHsH u5h Ðhªû56CJOJQJ^JaJmHnHsH u#h Ðhªû6OJQJ^JmH sH -h Ðh»Gî56OJQJ^JmHnHsH u-h Ðhªû56OJQJ^JmHnHsH u2h Ðh]/6CJOJQJ^JaJmHnHsH uì¨
© © ©©©©©©©©#©æ̵ž‡y‡fH0.hohoTL56CJOJQJ^JaJmH sH :jhoh@eh56CJOJQJU^JaJmHnHu%hcs5CJOJQJ^JaJmH sH j°Ñh«wP6UmH sH h¢%\6mH sH jç3h«wP6UmH sH ,h™â6CJOJQJ^JaJmHnHsH u,hÕzŒ6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h Ðh1mÂ6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h Ðh:Ur6CJOJQJ^JaJmHnHsH u ©©©©©©—©™©£©­©·©Á©Ï©Ý©á©í©î©ð©ù©ª ª
ªªªúòòòííÜÜÜÜÜÜÜÜÜ×ÆÆÆÆÆÆÆ$dð¤$Ifa$gdTJFfÃî$dð¤$Ifa$gdTJgdmæ$a$gd$#ògd“W#©$©&©'©(©:©D©“©–©—©¡©¢©£©¬©èи ¸ ¸ˆpWA+A+hTJ56B*CJOJQJ\]aJph+hcs56B*CJOJQJ\]aJph1hTJhTJ56B*CJOJQJ\]aJph.hoh M56CJOJQJ^JaJmH sH .hoh *ý56CJOJQJ^JaJmH sH .hoh3|56CJOJQJ^JaJmH sH .hoh} 56CJOJQJ^JaJmH sH .hohà¯56CJOJQJ^JaJmH sH .hoh†µ56CJOJQJ^JaJmH sH 
¬©­©¶©·©À©Á©Ωí©î©ð© ª
ªªªª/ª3ª8ª9ª;ªUªYª^ª_ªaª}ªª†ª‡ª‰ª¢ª¦ª«ª¬ª®ªǪ˪ЪѪæкÐæСšŠtbtšŠtbtšŠtbtšŠtbtšŠtbtšŠtbtš"hTJhTJ6CJOJQJ]aJ+hTJhTJ6B*CJOJQJ]aJphhTJhTJ6OJQJ]^J hTJhTJ1hTJhTJ56B*CJOJQJ\]aJph+hTJ56B*CJOJQJ\]aJph+hcs56B*CJOJQJ\]aJph1hTJhcs56B*CJOJQJ\]aJph&ªªªª'ª/ª3ª5ª8ª9ª;ªDªMªUªYª[ª^ª_ªaªjªsª}ªªƒª†ª‡ªúéééééééäéééééééßéééééééÚFfVýFf²ùFfö$dð¤$Ifa$gdTJFfjò‡ª‰ª’ª›ª¢ª¦ª¨ª«ª¬ª®ª·ªÀªǪ˪ͪЪѪÓªܪåªëªïªñªôªõª÷ª«îîîîîîîéîîîîîîîäîîîîîîîßîîFfBFfžFfú$dð¤$Ifa$gdTJѪÓªëªïªôªõª÷ª«««««6«:«?«@«C«e«i«n«o«r«Œ««•«–«™«³«·«¼«½«À«â«æ«ë«ì«ï«
¬¬¬¬¬1¬5¬:¬;¬>¬X¬\¬a¬b¬e¬€¬„¬‰¬Š¬¬¥¬©¬­¬®¬±¬Ò¬Ó¬Ö¬ø¬ù¬ü¬­­!­@­A­D­f­g­j­ðÚÈÚÁðÚÈÚÁðÚÈÚÁðÚÈÚÁðÚÈÚÁðÚÈÚÁðÚÈÚÁðÚÈÚÁðÚÈÚÁðÚÈÚÁðÚÈÚÁðÚÈÚÁðÚÁðÚÁðÚÁðÚÁðÚÁð hTJhTJ"hTJhTJ6CJOJQJ]aJ+hTJhTJ6B*CJOJQJ]aJphhTJhTJ6OJQJ]^JL« «««««««%«.«6«:«¬G¬P¬X¬\¬^¬a¬b¬e¬n¬w¬€¬„¬†¬‰¬îéîîîîîîîäîîîîîîîßîîîîîîîFf)Ffb%Ff¾!$dð¤$Ifa$gdTJ‰¬Š¬¬–¬Ÿ¬¥¬©¬«¬­¬®¬±¬º¬¬ɬͬϬÒ¬Ó¬Ö¬߬ç¬ï¬ó¬õ¬ø¬ù¬úéééééééäéééééééßéééééééÚFf–7Ffò3FfN0$dð¤$Ifa$gdTJFfª,ù¬ü¬­
­­­­­­!­*­2­7­;­=­@­A­D­M­U­]­a­c­f­g­j­s­îîîîîîîéîîîîîîîäîîîîîîîßîîFf‚BFfÞ>Ff:;$dð¤$Ifa$gdTJs­{­ƒ­‡­‰­Œ­­­™­¡­ª­®­°­³­´­·­À­È­έÒ­Ô­×­Ø­Û­ä­ì­ô­îîîîîéîîîîîîîäîîîîîîîßîîîîFfnMFfÊIFf&F$dð¤$Ifa$gdTJj­Œ­­­³­´­·­×­Ø­Û­ý­þ­®!®"®%®H®I®L®n®o®r®˜®™®œ®Ä®Å®È®ë®ì®ï®¯¯¯2¯3¯6¯U¯V¯Y¯|¯}¯€¯¢¯£¯¦¯ʯ˯ίî¯ï¯ò¯°°°7°8°;°b°c°f°‹°Œ°°±°²°µ°×°Ø°Û°þ°ÿ°±+±,±/±V±W±Z±€±±„±¨±©±éâÒéâÒéâÒéâÒéâÒéâÒéâÒéâÒéâÒéâÒéâÒéâÒéâÒéâÒéâÒéâÒéâÒéâÒéâÒéâÒéâÒéâÒéâÒéâÒéâÒéâÒéâÒéâhTJhTJ6OJQJ]^J hTJhTJ+hTJhTJ6B*CJOJQJ]aJphSô­ø­ú­ý­þ­®
®®®®®!®"®%®.®6®?®C®E®H®I®L®U®]®e®i®k®îîîéîîîîîîîäîîîîîîîßîîîîîîFfZXFf¶TFfQ$dð¤$Ifa$gdTJk®n®o®r®{®ƒ®®“®•®˜®™®œ®¥®­®»®¿®Á®Ä®Å®È®Ñ®Ù®â®æ®è®ë®îéîîîîîîîäîîîîîîîßîîîîîîîFfFcFf¢_Ffþ[$dð¤$Ifa$gdTJë®ì®ï®ø®¯¯ ¯ ¯¯¯¯¯#¯)¯-¯/¯2¯3¯6¯?¯G¯L¯P¯R¯U¯V¯úéééééééäéééééééßéééééééÚFfÖqFf2nFfŽj$dð¤$Ifa$gdTJFfêfV¯Y¯b¯j¯s¯w¯y¯|¯}¯€¯‰¯‘¯™¯¯Ÿ¯¢¯£¯¦¯¯¯·¯Á¯ůǯʯ˯ίׯîîîîîîîéîîîîîîîäîîîîîîîßîîFfÂ|FfyFfzu$dð¤$Ifa$gdTJׯ߯å¯é¯ë¯î¯ï¯ò¯û¯° °
°°°°°°'°.°2°4°7°8°;°D°O°Y°îîîîîéîîîîîîîäîîîîîîîßîîîîFf®‡Ff
„Fff€$dð¤$Ifa$gdTJY°]°_°b°c°f°o°z°‚°†°ˆ°‹°Œ°°˜°£°¨°¬°®°±°²°µ°¾°É°Ï°Ó°Õ°îîîéîîîîîîîäîîîîîîîßîîîîîîFfš’FföŽFfR‹$dð¤$Ifa$gdTJÕ°×°Ø°Û°ä°ï°õ°ù°û°þ°ÿ°± ±±"±&±(±+±,±/±8±C±M±Q±S±V±îéîîîîîîîäîîîîîîîßîîîîîîîFf†Ffâ™Ff>–$dð¤$Ifa$gdTJV±W±Z±c±n±w±{±}±€±±„±±˜±Ÿ±£±¥±¨±©±¬±µ±À±ȱ̱αѱÒ±úéééééééäéééééééßéééééééÚFf¬Ffr¨FfΤ$dð¤$Ifa$gdTJFf*¡©±¬±ѱÒ±Õ±ú±û±þ± ²!²$²G²H²K²p²q²t²˜²™²œ²¿²À²òç²è²ë²³³³7³8³;³]³^³a³‡³ˆ³‹³®³¯³²³Û³ܳß³ ´
´
´0´1´4´W´X´[´~´´‚´§´¨´«´Ï´дÓ´÷´ø´û´µµµ>µ?µBµ^µ_µbµ‚µƒµ†µ¤µ¥µ¨µȵɵ̵êµðÚÓðÚÓðÚÓðÚÓðÚÓðÚÓðÚÓðÚÓðÚÓðÚÓðÚÓðÚÓðÚÓðÚÓðÚÓðÚÓðÚÓðÚÓðÚÓðÚÓðÚÓðÚÓðÚÓðÚÓðÚÓðÚÓðÚÓðÚ hTJhTJ+hTJhTJ6B*CJOJQJ]aJphhTJhTJ6OJQJ]^JSÒ±Õ±Þ±é±ñ±õ±÷±ú±û±þ±²²²²² ²!²$²-²8²>²B²D²G²H²K²T²îîîîîîîéîîîîîîîäîîîîîîîßîîFf·Ff^³Ffº¯$dð¤$Ifa$gdTJT²_²g²k²m²p²q²t²}²ˆ²²“²•²˜²™²œ²¥²°²¶²º²¼²¿²À²ò̲ײÞ²îîîîîéîîîîîîîäîîîîîîîßîîîîFfîÁFfJ¾Ff¦º$dð¤$Ifa$gdTJÞ²â²ä²ç²è²ë²ô²ÿ²³
³ ³³³³³'³.³2³4³7³8³;³D³O³T³X³Z³îîîéîîîîîîîäîîîîîîîßîîîîîîFfìÌFfBÉFf˜Å$dð¤$Ifa$gdTJZ³]³^³a³j³u³~³‚³„³‡³ˆ³‹³”³Ÿ³¥³©³«³®³¯³²³»³ƳÒ³Ö³سÛ³îéîîîîîîîäîîîîîîîßîîîîîîîFfê×Ff@ÔFf–Ð$dð¤$Ifa$gdTJÛ³ܳß³è³ó³´´´ ´
´
´´!´'´+´-´0´1´4´=´H´N´R´T´W´X´úéééééééäéééééééßéééééééÚFf’æFfèâFf>ß$dð¤$Ifa$gdTJFf”ÛX´[´d´o´u´y´{´~´´‚´‹´–´ž´¢´¤´§´¨´«´´´¿´Æ´Ê´Ì´Ï´дÓ´Ü´îîîîîîîéîîîîîîîäîîîîîîîßîîFfñFfæíFf?_~‘€‘‘Y’Š’Œ’¿’À’î’ô’[“\“èÑ·ƒhƒQ·7Q7·Q·Q·Q·Q2h±YhWoj6CJOJQJ^JaJmHnHsH u,hWoj6CJOJQJ^JaJmHnHsH u5hÔLhWoj56CJOJQJ^JaJmHnHsH u2hÔLhWoj6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2hpìhWoj6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h ÐhWoj6CJOJQJ^JaJmHnHsH u-hÁ`-h ÐhWoj56OJQJ^JmHnHsH u2hÕI¹hWoj6CJOJQJ^JaJmHnHsH u-hÁ`æς-h ÐhWoj56OJQJ^JmHnHsH u-hÕI¹hWoj56OJQJ^JmHnHsH u+hpìhWoj6CJOJQJ^JaJmH sH /hWoj56CJOJQJ^JaJmHnHsH u5h ÐhWoj56CJOJQJ^JaJmHnHsH u2hpìhWoj6CJOJQJ^JaJmHnHsH u,hWoj6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h ÐhWoj6CJOJQJ^JaJmHnHsH u¹­F¯ê°…²β9³“³à³-´R¶‡¶¹Q»¼õ¼‚¾i¿pÀqÀrÀÐÀÓÀâÀôôôôææææôáôôôôÔôôôôÌÃà $IfgdS6dgdWoj $d¤ða$gdWojgdWoj$
& Fda$gdWoj
$da$gdWoj¸§¸¨¸P»Q»û»¼¼¼©¼µ¼è¼ð¼ñ¼ô¼õ¼u¾¾‚¾ä̲›²€²›²›²€Ì€eK0K5hpìhWoj56CJOJQJ^JaJmHnHsH u2hpìhWoj6CJOJQJ^JaJmHnHsH u5h ÐhWoj56CJOJQJ^JaJmHnHsH u5h¶7¼hWoj56CJOJQJ^JaJmHnHsH u,hWoj6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h ÐhWoj6CJOJQJ^JaJmHnHsH u/hWoj56CJOJQJ^JaJmHnHsH u5h:/thWoj56CJOJQJ^JaJmHnHsH u‚¾oÀpÀqÀrÀ}À~ÀÏÀÐÀæϸždD'8hWoj6B*CJOJQJ\^JaJmHnHphÿsH u>h­c hWoj6B*CJOJQJ\^JaJmHnHphÿsH u8h‘š6B*CJOJQJ\^JaJmHnHphÿsH u8h‘hw6B*CJOJQJ\^JaJmHnHphÿsH u2h Ðh‘hw6CJOJQJ^JaJmHnHsH u,h‘hw6CJOJQJ^JaJmHnHsH u,hWoj6CJOJQJ^JaJmHnHsH u2h ÐhWoj6CJOJQJ^JaJmHnHsH uÐÀÑÀÒÀÚÀáÀâÀôÀõÀöÀøÀþÀÿÀ
Á ÁÁÁÁÁÁ Á!Á"Á7Á8Á:Á;ÁAÁCÁDÁEÁFÁXÁYÁZÁ[ÁaÁcÁdÁeÁfÁmÁnÁpÁqÁwÁxÁðãðãðØÊðã°Ø°ãŸ’Ø‚{’‚’‚’‚s‚{’‚’‚’‚s‚{’‚’‚’‚s’hÜ$¸B*ph hXLhÜ$¸hXLhÜ$¸6OJQJ]^JhXLhÜ$¸OJQJ^J!hXLhÜ$¸56OJQJ]^J$hXLhÜ$¸56OJQJ\]^J h) hÜ$¸h) hÜ$¸5OJQJ^JhÜ$¸5OJQJ^JhÜ$¸5OJQJ\^JhXLhÜ$¸5OJQJ\^J-âÀêÀõÀöÀ÷ÀøÀÿÀóóPGGG $IfgdS£kdso $$If–l4Ö”Ö\”ÿË®Æü$à$®à$4€$E€$`
t Ö0ÿÿÿÿÿÿöˆöÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿ4Ö4Ö
laöytOû $$Ifa$gdSÿÀ ÁÁÁóçÞ $IfgdÜ$¸ $$Ifa$gdS $$Ifa$gdÜ$¸Á Á"Á8Á3** $IfgdSÌkddp $$If–l4Ö”ֈ”ÿË®Æü$ d® d4dBddAd
t Ö0ÿÿÿÿÿÿöˆöÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿ4Ö4Ö
lBÖaöytOû8Á;ÁAÁBÁCÁóâóó$dð¤$Ifa$gdS $$Ifa$gdSCÁDÁFÁYÁ4++ $IfgdSÊkdqq $$If–lÖ”;ֈ”ÿË®Æü$d®d4€dB€d€dA€d
t Ö0ÿÿÿÿÿÿöˆöÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿ4Ö4Ö
lBÖaöytOûYÁ[ÁaÁbÁcÁóóóó $$Ifa$gdScÁdÁfÁnÁ4++ $IfgdSÊkdMr $$If–lÖ”˜ֈ”ÿË®Æü$d®d4€dB€d€dA€d
t Ö0ÿÿÿÿÿÿöˆöÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿ4Ö4Ö
lBÖaöytOûnÁqÁwÁyÁ{Áóóêê $IfgdS $$Ifa$gdSxÁyÁzÁ{Á|Á}Á~Á’Á“Á•Á–ÁœÁÁžÁŸÁ Á¡Á¢Á£Á»Á¼Á¾Á¿ÁÅÁÆÁÇÁÈÁÉÁÊÁËÁÌÁáÁâÁåÁæÁíÁîÁïÁðÁñÁòÁóÁôÁ ÂÂÂÂÂÂÂÂÂ!Â"Â$Â%Â+Â,Â-Â.Â/Â0Â1Â2Â;Â=ÂðãðÜãðãðãðÔãðãðÜãðãðãðÔãðãðÜãðãðÇ·ÔãðãðÜãðãðãðÔãðãðÜãðãðãðÔãðãðÜãðã­hÜ$¸OJQJ^JhM`hÜ$¸6OJQJ]^JhM`hÜ$¸OJQJ^JhÜ$¸B*ph hXLhÜ$¸hXLhÜ$¸OJQJ^JhXLhÜ$¸6OJQJ]^JD{Á|Á~Á“Á4++ $IfgdSÊkd)s $$If–lÖ”;ֈ”ÿË®Æü$d®d4€dB€ddAd
t Ö0ÿÿÿÿÿÿöˆöÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿ4Ö4Ö
lBÖaöytOû“Á–ÁœÁžÁ Áóóêê $IfgdS $$Ifa$gdS Á¡Á£Á¼Á4++ $IfgdSÊkdt $$If–lÖ”;ֈ”ÿË®Æü$d®d4€dB€ddAd
t Ö0ÿÿÿÿÿÿöˆöÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿ4Ö4Ö
lBÖaöytOû¼Á¿ÁÅÁÇÁÉÁóóêê $IfgdS $$Ifa$gdSÉÁÊÁÌÁâÁ4++ $IfgdSÊkdát $$If–lÖ”;ֈ”ÿË®Æü$d®d4€dB€ddAd
t Ö0ÿÿÿÿÿÿöˆöÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿ4Ö4Ö
lBÖaöytOûâÁæÁíÁïÁñÁóóêê $IfgdS $$Ifa$gdSñÁòÁôÁÂ4++ $IfgdSÊkd½u $$If–lÖ”;ֈ”ÿË®Æü$d®d4€dB€ddAd
t Ö0ÿÿÿÿÿÿöˆöÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿ4Ö4Ö
lBÖaöytOû ÂÂÂÂóóêê $IfgdS $$Ifa$gdSÂÂÂ"Â4++ $IfgdSÊkd™v $$If–lÖ”;ֈ”ÿË®Æü$d®d4€dB€ddAd
t Ö0ÿÿÿÿÿÿöˆöÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿ4Ö4Ö
lBÖaöytOû"Â%Â+Â-Â/Âóóêê $IfgdS $$Ifa$gdS/Â0Â2ÂIÂ4++ $IfgdSÊkduw $$If–lÖ”;ֈ”ÿË®Æü$d®d4€dB€ddAd
t Ö0ÿÿÿÿÿÿöˆöÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿ4Ö4Ö
lBÖaöytOû=ÂHÂIÂJÂKÂQÂRÂSÂTÂUÂVÂXÂYÂhÂiÂtÂuÂwÂxÂ~€‚ƒ…†š›ž¤¥¦§¨©«¬ÂÀÂÁÂÃÂÄÂÊÂËÂÌÂÍÂÎÂÏÂÑÂÒÂÕÂÖÂØÂÙÂßÂàÂáÂâÂãÂäÂæÂçÂêÂëÂíÂîÂôÂõÂöÂ÷ÂøÂùÂûÂüÂÃÃóãóãÛóãóãÔóãóÊóãÀãÛóãóãÔóãóãÀãÛóãóãÔóãóãóãÛóãóãÔóãóãóãÛóãóãÔóãóãóãÛóãóãÔóãóãhÜ$¸OJQJ^JhOûOJQJ^J hXLhÜ$¸hÜ$¸B*phhXLhÜ$¸6OJQJ]^JhXLhÜ$¸OJQJ^JLIÂKÂQÂSÂUÂóóêê $IfgdS $$Ifa$gdSUÂVÂYÂuÂ4+" $IfgdOû $IfgdSÊkdQx $$If–lÖ”;ֈ”ÿË®Æü$d®d4€dB€ddAd
t Ö0ÿÿÿÿÿÿöˆöÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿ4Ö4Ö
lBÖaöytOûuÂxÂ~€‚Âóóêê $IfgdS $$Ifa$gdS‚ƒ†›Â4++ $IfgdSÊkd-y $$If–lÖ”÷ֈ”ÿË®Æü$d®d4€dB€ddAd
t Ö0ÿÿÿÿÿÿöˆöÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿ4Ö4Ö
lBÖaöytOû›ÂžÂ¤Â¦Â¨Âóóêê $IfgdS $$Ifa$gdS¨Â©Â¬ÂÁÂ4++ $IfgdSÊkd z $$If–lÖ”;ֈ”ÿË®Æü$d®d4€dB€ddAd
t Ö0ÿÿÿÿÿÿöˆöÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿ4Ö4Ö
lBÖaöytOûÁÂÄÂÊÂÌÂÎÂóóêê $IfgdS $$Ifa$gdSÎÂÏÂÒÂÖÂ4++ $IfgdSÊkdåz $$If–lÖ”;ֈ”ÿË®Æü$d®d4€dB€ddAd
t Ö0ÿÿÿÿÿÿöˆöÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿ4Ö4Ö
lBÖaöytOûÖÂÙÂßÂáÂãÂóóêê $IfgdS $$Ifa$gdSãÂäÂçÂëÂ4++ $IfgdSÊkdÁ{ $$If–lÖ”;ֈ”ÿË®Æü$d®d4€dB€ddAd
t Ö0ÿÿÿÿÿÿöˆöÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿ4Ö4Ö
lBÖaöytOûëÂîÂôÂöÂøÂóóêê $IfgdS $$Ifa$gdSøÂùÂüÂÃ4++ $IfgdSÊkd| $$If–lÖ”;ֈ”ÿË®Æü$d®d4€dB€ddAd
t Ö0ÿÿÿÿÿÿöˆöÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿ4Ö4Ö
lBÖaöytOûÃÃÃ Ã
ÃÃÃÃÃÃÃÃ"Ã#Ã$Ã'Ã(Ã/Ã0Ã1Ã2Ã3Ã4Ã5ÃóãÛÎãÎãǹ®€ÎvÎiXÛÎãÇA,hÜ$¸6CJOJQJ^JaJmHnHsH u!h) hÜ$¸56OJQJ]^Jh) hÜ$¸5B*phhÜ$¸OJQJ^JhM`hÜ$¸5OJQJ]^JhÜ$¸5OJQJ]^J!hXLhÜ$¸56OJQJ]^Jh°I5OJQJ^JhXLh°I5OJQJ^J hXLhÜ$¸hXLhÜ$¸OJQJ^JhÜ$¸B*phhXLhÜ$¸6OJQJ]^Jh‘hwhÜ$¸OJQJ^JÃà ÃÃÃóóêê $IfgdS $$Ifa$gdSÃÃÃ#Ã4+ $$Ifa$gdS $IfgdSÊkdy} $$If–lÖ”;ֈ”ÿË®Æü$d®d4€dB€ddAd
t Ö0ÿÿÿÿÿÿöˆöÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿ4Ö4Ö
lBÖaöytOû#Ã0Ã1Ã3Ã4Ãöêö/ºkdU~ $$If–lÖ”;Ör”ÿ®Æü$dã€$BddAd
t Ö0ÿÿÿÿÿÿöˆöÖÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿ4Ö4Ö
lBÖBÖaöytOû $$Ifa$gdS $IfgdS4Ã5ÃýÃ_ÄbÄrÄzÄ…ÄôôìããÚÚ $IfgdS $IfgdOû6dgdWoj
$da$gdWoj5Ã6ÃÖÃØÃýÃÄÄ_ÄaÄbÄjÄnÄqÄrąĆĈľÄæ˳˓v“fRfBfRf;.fha3Ph/