Td corrigé TD - Physique Appliquée pdf

TD - Physique Appliquée

Exercice 12: Application 10 : la valeur des pertes mécaniques à vide peut elle être ... Exercice 14: Application 12 : variation de vitesse d'un MAS à rotor bobiné en ...... reliée à un réseau triphasé (figure ci-contre), puis fonctionnant sur un site isolé ..... Dans cette partie du sujet est étudié le moteur asynchrone effectuant le ...




part of the document



TD Sciences Appliquées STS
Machines asynchrones

 TOC \o "1-3" \h \z \u  HYPERLINK \l "_Toc308368924" Exercice 1: QCM1(Solution 1:)  PAGEREF _Toc308368924 \h 3
 HYPERLINK \l "_Toc308368925" Exercice 2: QCM2 (Solution 2:)  PAGEREF _Toc308368925 \h 3
 HYPERLINK \l "_Toc308368926" Exercice 3: Application 1 : MAS à vide et MAS en charge(Solution 3:)  PAGEREF _Toc308368926 \h 4
 HYPERLINK \l "_Toc308368927" Exercice 4: Application 2 : le MAS à vide.( Solution 4:)  PAGEREF _Toc308368927 \h 4
 HYPERLINK \l "_Toc308368928" Exercice 5: Application 3 : fréquence de rotation du rotor d’un MAS à vide  (Solution 5:)  PAGEREF _Toc308368928 \h 4
 HYPERLINK \l "_Toc308368929" Exercice 6: Application 4 : à la recherche du nombre de paires de pôles.( Solution 6:)  PAGEREF _Toc308368929 \h 4
 HYPERLINK \l "_Toc308368930" Exercice 7: Application 5 : glissement d’un MAS.( Solution 7:)  PAGEREF _Toc308368930 \h 5
 HYPERLINK \l "_Toc308368931" Exercice 8: Application 6 : comment retrouver le nombre de paires de pôles ?( Solution 8:)  PAGEREF _Toc308368931 \h 5
 HYPERLINK \l "_Toc308368932" Exercice 9: Application 7 : exploitation de la plaque signalétique d’un MAS.( Solution 9:)  PAGEREF _Toc308368932 \h 5
 HYPERLINK \l "_Toc308368933" Exercice 10: Application 8 : essais en continu et en charge.( Solution 10:)  PAGEREF _Toc308368933 \h 5
 HYPERLINK \l "_Toc308368934" Exercice 11: Application 9 : l’intérêt d’effectuer l’essai à vide…(Solution 11:)  PAGEREF _Toc308368934 \h 5
 HYPERLINK \l "_Toc308368935" Exercice 12: Application 10 : la valeur des pertes mécaniques à vide peut elle être égale à celle en charge ?( Solution 12:)  PAGEREF _Toc308368935 \h 6
 HYPERLINK \l "_Toc308368936" Exercice 13: Application 11 : caractéristique mécanique utile et équilibre mécanique.( Solution 13:)  PAGEREF _Toc308368936 \h 6
 HYPERLINK \l "_Toc308368937" Exercice 14: Application 12 : variation de vitesse d’un MAS à rotor bobiné en utilisant des rhéostats rotoriques.( Solution 14:)  PAGEREF _Toc308368937 \h 7
 HYPERLINK \l "_Toc308368938" Exercice 15: Application 13 : démarrage Y-D (Solution 15:)  PAGEREF _Toc308368938 \h 7
 HYPERLINK \l "_Toc308368939" Exercice 16: Application 14 : variation de vitesse d’un MAS à cage d’écureuil (rotor en court circuit) en utilisant un onduleur 3~.(Solution 16:)  PAGEREF _Toc308368939 \h 8
 HYPERLINK \l "_Toc308368940" Exercice 17: BTS Etk 2009 Nouméa (Solution 17:)  PAGEREF _Toc308368940 \h 8
 HYPERLINK \l "_Toc308368941" Exercice 18: BTS Etk 2010 Métro(Solution 18:)  PAGEREF _Toc308368941 \h 10
 HYPERLINK \l "_Toc308368942" Exercice 19: BTS Etk 2008 Nouméa : Pont Flaubert(Solution 19:)  PAGEREF _Toc308368942 \h 12
 HYPERLINK \l "_Toc308368943" Exercice 20: BTS Etk 2008 Métro : Jeux d’eau au château de Versailles(Solution 20:)  PAGEREF _Toc308368943 \h 15
 HYPERLINK \l "_Toc308368944" Exercice 21: BTS Etk 2007 Nouméa : Etude d’une station de pompage autonome(Solution 21:)  PAGEREF _Toc308368944 \h 16
 HYPERLINK \l "_Toc308368945" Exercice 22: BTS Etk 2006 Métro : Motorisation d'un tramway(Solution 22:)  PAGEREF _Toc308368945 \h 16
 HYPERLINK \l "_Toc308368946" Exercice 23: BTS Etk 2005 Nouméa : Amélioration du fonctionnement d’une scie (Solution 23:)  PAGEREF _Toc308368946 \h 18
 HYPERLINK \l "_Toc308368947" Exercice 24: BTS Etk 2004 Nouméa : générateur éolien (Solution 25:)  PAGEREF _Toc308368947 \h 21
 HYPERLINK \l "_Toc308368948" Exercice 25: BTS Etk 2004 Métro (Production d'électricité avec une éolienne)(Solution 25:)  PAGEREF _Toc308368948 \h 23
 HYPERLINK \l "_Toc308368949" Exercice 26: BTS Etk 2002 Nouméa (Etude d’une station de pompage)(Solution 26:)  PAGEREF _Toc308368949 \h 27
 HYPERLINK \l "_Toc308368950" Exercice 27: BTS Etk 1998 Nouméa (Etude d’un monte charge)(Solution 27:)  PAGEREF _Toc308368950 \h 28
 HYPERLINK \l "_Toc308368951" Exercice 28: BTS Etk 1996 Métro Entraînement d’un ventilateur de tirage d’une chaudière (Solution 28:)  PAGEREF _Toc308368951 \h 29
 HYPERLINK \l "_Toc308368952" Exercice 29: BTS Etk 1996 Nouméa Association machine asynchrone / convertisseur de fréquence Autopilotage (Solution 29:)  PAGEREF _Toc308368952 \h 33
 HYPERLINK \l "_Toc308368953" Exercice 30: BTS Etk 1987 (Solution 30:)  PAGEREF _Toc308368953 \h 35
 HYPERLINK \l "_Toc308368954" Exercice 31: BTS Etk 1983 (Solution 31:)  PAGEREF _Toc308368954 \h 36
 HYPERLINK \l "_Toc308368955" Exercice 32: BTS Etk Nouméa 2010 (Solution 32:)  PAGEREF _Toc308368955 \h 37
 HYPERLINK \l "_Toc308368956" Solutions à Machines Asynchrones  PAGEREF _Toc308368956 \h 40
 HYPERLINK \l "_Toc308368957" Solution 1: Exercice 1:QCM1  PAGEREF _Toc308368957 \h 40
 HYPERLINK \l "_Toc308368958" Solution 2: Exercice 2:QCM2 (  PAGEREF _Toc308368958 \h 40
 HYPERLINK \l "_Toc308368959" Solution 3: Exercice 3:Application 1 : MAS à vide et MAS en charge  PAGEREF _Toc308368959 \h 40
 HYPERLINK \l "_Toc308368960" Solution 4: Exercice 4:Application 2 : le MAS à vide.  PAGEREF _Toc308368960 \h 40
 HYPERLINK \l "_Toc308368961" Solution 5: Exercice 5:Application 3 : fréquence de rotation du rotor d’un MAS à vide  PAGEREF _Toc308368961 \h 40
 HYPERLINK \l "_Toc308368962" Solution 6: Exercice 6:Application 4 : à la recherche du nombre de paires de pôles.  PAGEREF _Toc308368962 \h 40
 HYPERLINK \l "_Toc308368963" Solution 7: Exercice 7:Application 5 : glissement d’un MAS.  PAGEREF _Toc308368963 \h 40
 HYPERLINK \l "_Toc308368964" Solution 8: Exercice 8:Application 6 : comment retrouver le nombre de paires de pôles ?  PAGEREF _Toc308368964 \h 41
 HYPERLINK \l "_Toc308368965" Solution 9: Exercice 9:Application 7 : exploitation de la plaque signalétique d’un MAS.  PAGEREF _Toc308368965 \h 41
 HYPERLINK \l "_Toc308368966" Solution 10: Exercice 10:Application 8 : essais en continu et en charge.  PAGEREF _Toc308368966 \h 41
 HYPERLINK \l "_Toc308368967" Solution 11: Exercice 11:Application 9 : l’intérêt d’effectuer l’essai à vide…  PAGEREF _Toc308368967 \h 42
 HYPERLINK \l "_Toc308368968" Solution 12: Exercice 12:Application 10 : la valeur des pertes mécaniques à vide peut elle être égale à celle en charge ?  PAGEREF _Toc308368968 \h 42
 HYPERLINK \l "_Toc308368969" Solution 13: Exercice 13:Application 11 : caractéristique mécanique utile et équilibre mécanique.  PAGEREF _Toc308368969 \h 42
 HYPERLINK \l "_Toc308368970" Solution 14: Exercice 14:Application 12 : variation de vitesse d’un MAS à rotor bobiné en utilisant des rhéostats rotoriques.  PAGEREF _Toc308368970 \h 43
 HYPERLINK \l "_Toc308368971" Solution 15: Exercice 15:Application 13 : démarrage Y-D  PAGEREF _Toc308368971 \h 43
 HYPERLINK \l "_Toc308368972" Solution 16: Exercice 16:Application 14 : variation de vitesse d’un MAS à cage d’écureuil (rotor en court circuit) en utilisant un onduleur 3~.  PAGEREF _Toc308368972 \h 43
 HYPERLINK \l "_Toc308368973" Solution 17: Exercice 17:BTS Etk 2009 Nouméa  PAGEREF _Toc308368973 \h 43
 HYPERLINK \l "_Toc308368974" Solution 18: Exercice 18:BTS Etk 2010 Métro  PAGEREF _Toc308368974 \h 44
 HYPERLINK \l "_Toc308368975" Solution 19: Exercice 19:BTS Etk 2008 Nouméa : Pont Flaubert  PAGEREF _Toc308368975 \h 47
 HYPERLINK \l "_Toc308368976" Solution 20: Exercice 20:BTS Etk 2008 Métro : Jeux d’eau au château de Versailles  PAGEREF _Toc308368976 \h 48
 HYPERLINK \l "_Toc308368977" Solution 21: Exercice 21:BTS Etk 2007 Nouméa : Etude d’une station de pompage autonome  PAGEREF _Toc308368977 \h 50
 HYPERLINK \l "_Toc308368978" Solution 22: Exercice 22:BTS Etk 2006 Métro : Motorisation d'un tramway  PAGEREF _Toc308368978 \h 50
 HYPERLINK \l "_Toc308368979" Solution 23: Exercice 23:BTS Etk 2005 Nouméa : Amélioration du fonctionnement d’une scie  PAGEREF _Toc308368979 \h 51
 HYPERLINK \l "_Toc308368980" Solution 24: Exercice 24:BTS Etk 2004 Nouméa : générateur éolien  PAGEREF _Toc308368980 \h 52
 HYPERLINK \l "_Toc308368981" Solution 25: Exercice 25:BTS Etk 2004 Métro (Production d'électricité avec une éolienne)  PAGEREF _Toc308368981 \h 53
 HYPERLINK \l "_Toc308368982" Solution 26: Exercice 26:BTS Etk 2002 Nouméa (Etude d’une station de pompage)  PAGEREF _Toc308368982 \h 54
 HYPERLINK \l "_Toc308368983" Solution 27: Exercice 27:BTS Etk 1998 Nouméa (Etude d’un monte charge)  PAGEREF _Toc308368983 \h 56
 HYPERLINK \l "_Toc308368984" Solution 28: Exercice 28: BTS Etk 1996 Métro  PAGEREF _Toc308368984 \h 57
 HYPERLINK \l "_Toc308368985" Solution 29: Exercice 29:BTS Etk 1996 Nouméa Association machine asynchrone / convertisseur de fréquence Autopilotage (Solution 29:)  PAGEREF _Toc308368985 \h 59
 HYPERLINK \l "_Toc308368986" Solution 30: Exercice 30:BTS Etk 1987 (Solution 30:)  PAGEREF _Toc308368986 \h 59
 HYPERLINK \l "_Toc308368987" Solution 31: Exercice 31:BTS Etk 1983 (Solution 31:)  PAGEREF _Toc308368987 \h 60
 HYPERLINK \l "_Toc308368988" Solution 32: Exercice 32: BTS Etk Nouméa 2010 ()  PAGEREF _Toc308368988 \h 60

 QCM1( REF _Ref277268732 \h\n Solution 1:)
Quelle est la vitesse de rotation si g = 0
¡% rotor bloqué n=0¡% n=nS¡%-nS¡% vitesse nominaleQuelle est la vitesse de rotation si g = 1
¡% rotor bloqué n=0¡%n=nS¡%-nS¡% vitesse nominaleUn moteur comporte quatre pôles, il est alimenté par un réseau triphasé de fréquence 50 Hz. Sa vitesse de synchronisme vaut :
¡% 1500 tr/min¡% 3000 tr/min¡% 750 tr/min¡% 1000 tr/minLa vitesse de synchronisme d un moteur est de 1000 tr/min, son arbre tourne à 970 tr/min. Le glissement est égal à :
¡% 3 %¡% 3,1 %¡% -3 %¡%- 3,1 %Un moteur comporte une paire de pôles. Il est alimenté sous 50 Hz et tourne à 2900 tr/min. Le glissement est égal à :
¡% 3,4 %¡% 3,3 %¡% -3,3 %¡% -3,4 %Un moteur comportant deux paires de pôles est alimenté par un réseau triphasé de 50 Hz. Son arbre tourne à 1600 tr/min. Le glissement est égal à :
¡% - 6,7%¡% - 6,2 %¡% 6,7 %¡% 6,2 %Un moteur comportant trois paires de pôles est alimenté par un réseau triphasé de fréquence 50 Hz. Son glissement vaut 5%. L arbre tourne à :
¡% 1000 tr/min¡% 995 tr/min¡% 950 tr/min¡% 950 tr/minUn moteur triphasé est alimenté par un réseau triphasé de fréquence 50 Hz. A l arrêt son glissement est égal à :
¡% 0¡% 1¡% -1¡% Impossible à définirLa vitesse de synchronisme d un moteur alimenté sous 50 Hz et égale à 1500 tr/min. Le moteur comporte :
¡% une paire¡% deux paires¡% trois paires¡% quatre pairesLa vitesse de synchronisme d un moteur alimenté sous 50 Hz vaut 1000 tr/min. Lorsque la fréquence est égale à 25 Hz, la vitesse de synchronisme est :
¡% 1000 tr/min¡% 500 tr/min¡% 2000 tr/minQuelle est la fréquence de l alimentation triphasée d un moteur comportant six pôles dont la vitesse de synchronisme vaut 1000 tr/min ?
¡% 157 Hz¡%50 Hz¡% 25 HzLa vitesse de synchronisme d une machine alimentée sous 50 Hz vaut 1500 tr/min. Si sa vitesse est égale à 1550 tr/min, elle fonctionne en :
¡% Moteur¡% Génératrice¡% Impossible à définirUn moteur comportant quatre pôles est alimenté par un réseau triphasé de fréquence 50 Hz et tourne à 1350 tr/min. La fréquence des courants rotoriques est égale à :
¡% 5,5 Hz¡% 5 Hz¡% 50 Hz¡% Impossible à déterminerLorsqu un moteur, alimenté sous tension de fréquence fixe, accélère, son glissement :
¡% augmente¡% diminue¡% ne change pas¡% Impossible à déterminer

 EMBED Word.Picture.8 
 QCM2 ( REF _Ref277268686 \h\n Solution 2:)
On étudie une machine dont le schéma équivalent pour une phase est représenté ci-contre.
Indications relevées sur la plaque signalétique :
400 V ; 45 A ; 24 kW ; 1450 tr/min
Un essai à vide à la vitesse de synchronisme a permis de mesurer la puissance P = 1300 W, la valeur efficace des tensions composées U = 400 V et l’intensité efficace des courants en ligne I = 15 A.
Un essai en court circuit rotor bloqué a permis de mesurer la puissance P = 1450 W, la valeur efficace des tensions composées U = 63 V et l’intensité efficace des courants en ligne I = 45 A.
1. Lors d un essai à vide à la vitesse de synchronisme (rotor court-circuité), le schéma équivalent devient :
¡%¡%¡%
2. Lors de l essai à vide, la puissance apparente est égale à (en kVA) :
¡% 31,2 ¡% 10,4 ¡% 18,0 ¡% 54,0
3. Lors de l essai à vide, la puissance réactive est égale à (en kvar) :
¡% 31,1 ¡% 10,3 ¡% 17,9 ¡% 54,0
4. La résistance équivalente Rf a pour valeur :
¡% 110 ( ¡% 40,7 ( ¡% 123 (
5. L inductance magnétisante Lm a pour valeur (en mH) :
¡% 16,3 ¡% 49,4 ¡% 28,4 ¡% 9,4
6. Lors de l essai en court circuit, la puissance réactive est égale (en kvar) :
¡%4,69 ¡% 8,38 ¡% 759
7. Lors de l essai en court circuit, la puissance pour la résistance Rf est égale à :
¡% 36 ( ¡% 97,5 ( ¡% 32,3 (
8. Lors de l essai en court circuit, l intensité dans la résistance R est égale à :
¡% 38,0 A ¡% 45,0 A ¡% 42,6 A
9. La résistance équivalente R a pour valeur :
¡% 0,781 ( ¡% 0,260 ( ¡% 0,233 (
10. Lors de l essai en court circuit, la puissance réactive pour l inductance Lm est égale à (en var) :
¡% 775 ¡% 256 ¡% 445 ¡% 1344
11. L inductance équivalente L a pour valeur :
¡% 2,32 mH ¡% 7,77 mH ¡% 2,59 mH
Application 1 : MAS à vide et MAS en charge( REF _Ref277264856 \h\n Solution 3:)
1° Que veut dire « MAS à vide » ? Dans quelle situation un moteur de voiture est-il à vide ?
2° Que veut dire «MAS en charge » ? Dans quelle situation un moteur de voiture est-il en charge ? 
Application 2 : le MAS à vide.(  REF _Ref272760518 \h\n Solution 4:)
1° Pourquoi le MAS à vide consomme-t-il de la puissance active ? Quelle est la signification physique de cette consommation ?
2° Donnez un ordre de grandeur du facteur de puissance d’un MAS à vide ? En déduire la valeur du déphasage que génère chaque enroulement. Quels sont les éléments de la modélisation électrique de chaque enroulement ?
3° Un MAS à vide consomme-t-il de la puissance réactive ? Quelle est la signification physique de cette consommation ?
Application 3 : fréquence de rotation du rotor d’un MAS à vide  ( REF _Ref272760521 \h\n Solution 5:)
1° La fréquence de rotation d’un MAS à vide  dépend elle de la valeur efficace de la tension aux bornes de chaque enroulement ?
2° Qu’est ce qui impose la valeur de la fréquence de rotation du rotor d’un MAS à vide ?
3° Que faut-il faire pour inverser le sens de rotation du rotor ?
Application 4 : à la recherche du nombre de paires de pôles.(  REF _Ref272760523 \h\n Solution 6:)
1° Combien y a t-il de paires de pôles dans un stator « bipolaire » ? « Tétrapolaire » ? « Hexapolaire » ?
Application 5 : glissement d’un MAS.(  REF _Ref272760524 \h\n Solution 7:)
Données : plaque signalétique MAS tétrapolaire : 230V/400V ; 5.2A/3.0A ; CosÆ 0.820 inductif ; 1380 tr/min réseau 3~ 400V  50Hz.
1° Quelle est la valeur du champ tournant en tr/s et en tr/min ?
2° Le rotor est calé. Quelle est la valeur de la fréquence de rotation du rotor ? Quelle est la valeur du glissement ?
3° Le MAS est à vide. Quelle est la valeur de la fréquence de rotation du rotor ? Quelle est la valeur du glissement ?
4° Le MAS est en charge nominale.
41°Quelle est la valeur de la fréquence de rotation du rotor ? Quelle est la valeur du glissement ?
42°Pourquoi le glissement ne dépasse pas 10% ? Que se produirait-il sur le rotor si le glissement était supérieur à 10% ?
43°Donnez la valeur de l’intensité efficace de ligne nominale appelée par le MAS.
Application 6 : comment retrouver le nombre de paires de pôles ?(  REF _Ref272760526 \h\n Solution 8:)
Données : réseau 3~ 50Hz.
1° Combien y a t-il de paires de pôles dans le stator si le rotor tourne à 2820 tr/min ? à 950 tr/min ? à 1410 tr/min ?
Application 7 : exploitation de la plaque signalétique d’un MAS.(  REF _Ref272760528 \h\n Solution 9:)
Données : réseau 133V/230V – 50Hz.
Plaque signalétique moteur : 230V/400V  50Hz ; 8.5A/4.9A  ; CosÆ 0.800 inductif ; 2.00 KW ; 1380 tr/min.
1° Donnez l interprétation de chaque valeur numérique portée sur la plaque signalétique.
2° Justifiez le couplage à effectuer. En déduire la valeur de : l’intensité efficace de ligne appelée par le moteur, l’intensité efficace qui traverse chaque enroulement.
3° Combien y a t’il de pôles magnétiques au stator ? Justifiez.
4° Donnez la valeur de la puissance active consommée par le MAS.
5° Quelle est la valeur du rendement du moteur pour son fonctionnement nominal ? En déduire la valeur des pertes.
Application 8 : essais en continu et en charge.(  REF _Ref272760529 \h\n Solution 10:)
Données : réseau 3~ 400V / 50Hz. MAS : pertes fer au stator : 200W. 
Essai en continu : tension entre 2 phases = 4.50V ; courant de ligne = 2.30A
Essai en charge : intensité efficace de ligne = 6.30A ; CosÆ 0.820 inductif ; 1405 tr/min.

1° Calculez les valeurs de :
11° la puissance active consommée,
12° les pertes joules au stator,
13° la puissance électromagnétique transmise,
14° le moment du couple électromagnétique.
2° Justifiez le nombre de paires de pôles. En déduire la valeur du glissement.
3° Calculez la valeur des pertes joules rotor.
4° Peut on connaître la valeur de la puissance utile mécanique ? Pourquoi ?
Application 9 : l’intérêt d’effectuer l’essai à vide…( REF _Ref272760532 \h\n Solution 11:)
Données : réseau 230V/400V ;50Hz. MAS : pertes fer au stator : 320W. 
Essai en continu : tension entre 2 phases = 6.20V ; courant de ligne = 3.50A
Essai à vide : intensité efficace de ligne à vide = 5.50A ; CosÆ à vide 0.185 inductif ; 1495 tr/min.

1° Que représentent « uDC » ? « iDC » ? « I0 » ? « n0 » ? « CosÆ0 » ?
2° Calculez les valeurs de :
21° la puissance active consommée à vide, les pertes joules à vide au stator ;
22° la puissance électromagnétique transmise à vide ;
23° les pertes joules au rotor à vide ;
24° la puissance mécanique utile à vide. En déduire la valeur des pertes mécaniques. Conclure sur l’intérêt de l’essai à vide.
3° Calculez les valeurs du : moment de couple électromagnétique, moment du couple utile à vide. En déduire la valeur du moment de couple lié aux pertes mécaniques. Conclure sur une relation qui relie les moments de couple utile, électromagnétique et celui lié aux pertes mécaniques.

Application 10 : la valeur des pertes mécaniques à vide peut elle être égale à celle en charge ?(  REF _Ref272760534 \h\n Solution 12:)
Données : réseau 3~ 400V - 50Hz. Plaque signalétique MAS : 400V/693V - 50Hz
Essai en continu : tension entre 2 phases = 5.80V ; courant de ligne = 3.30A
Essai en charge : méthode des 2 wattmètres : L1 = 2.74KW ; L2 = 1.17KW ; 1365 tr/min ; CosÆ 0.820 inductif ; 7.25A en ligne.
Essai à vide : méthode des 2 wattmètres : L10 = 1.44KW ; L20 = -730W ; 1495 tr/min ; CosÆ0 0.185 inductif ; 5.80A en ligne.
La valeur du moment de couple lié aux pertes mécaniques reste constante et indépendante de la valeur de la fréquence de rotation.
La valeur des pertes fer au stator est la même que celle des pertes mécaniques.

1° Justifiez le couplage à effectuer.
2° Donnez la valeur de la résistance interne d’un enroulement.
3° Justifiez le nombre de paires de pôles. En déduire la valeur du glissement en charge.
4° Calculez la valeur des pertes fer au stator. En déduire celle des pertes mécaniques.
5° Calculez la valeur du moment de couple lié aux pertes mécaniques.
6° Calculez la nouvelle valeur des pertes mécaniques en charge. En déduire les valeurs de la puissance électromagnétique transmise, les pertes joules au rotor, la puissance mécanique utile, le moment de couple utile et la valeur du rendement.
7° Au lieu de recalculer la nouvelle valeur des pertes mécaniques en charge, on décide de garder la valeur obtenue lors de l’essai à vide. En déduire les valeurs de la puissance électromagnétique transmise, les pertes joules au rotor, la puissance mécanique utile, le moment de couple utile et la valeur du rendement.
8° Comparez les valeurs de la puissance mécanique utile, du moment du couple utile, des rendements entre elles. Conclure sur la validité de l’approximation suivante : « la valeur des pertes mécaniques à vide ou en charge sont supposées constantes. »
Application 11 : caractéristique mécanique utile et équilibre mécanique.(  REF _Ref272760536 \h\n Solution 13:)
1° Reprendre les valeurs des moments de couple utile à vide et en charge de l’ Application 10.
2° Esquissez l’évolution de la valeur du moment de couple utile d’un MAS lorsque les valeurs de la fréquence de rotation varient de 0 tr/min à 1500 tr/min. Donnez l’équivalence de l’axe des fréquences de rotation en axe des glissements.
3° Tracez la caractéristique mécanique utile du MAS de l’ Application 10 lorsque les valeurs de la fréquence de rotation varient de 1000 tr/min à 1500 tr/min (échelles : 1cm pour 1.5Nm et 1cm pour 50tr/min) .
4° Tracez la caractéristique mécanique du couple résistant d’un système mécanique entrainé par le moteur de l’ Application 10.
Données : pour 500 tr/min, valeur du moment du couple résistant est égale à 8.00Nm ; pour 1350 tr/min, valeur du moment du couple résistant est égale à 13.4Nm ; pour 1495 tr/min, valeur du moment du couple résistant est égale à 18.0Nm.
5° Qu’appelle t’on « équilibre mécanique » ? Y a t’il équilibre mécanique lorsqu’il y a accélération ? décélération ? lorsque le moteur tourne à fréquence de rotation constante ? Illustrez la notion d’équilibre mécanique dans le cas : « Quand un cycliste atteint il l’ équilibre mécanique dans une descente ? »
6° Qu’appelle t’on « point de fonctionnement » ?
7° A l’équilibre mécanique, en déduire les valeurs de : la fréquence de rotation, le moment de couple utile et la puissance mécanique utile fournie par le moteur.

Application 12 : variation de vitesse d’un MAS à rotor bobiné en utilisant des rhéostats rotoriques.(  REF _Ref272760537 \h\n Solution 14:)
On considère le MAS de l’ Application 10, la caractéristique mécanique utile de l’ Application 11, la.caractéristique mécanique du couple résistant de l’ Application 11.
Données : rotor bobiné 3~ couplé Y ; la résistance interne de chaque bobinage rotorique vaut 1.30&!.

1° Effectuez un schéma des rhéostats rotoriques connectés au MAS.
2° On déplace le curseur des 3 rhéostats. La valeur de la résistance de chaque phase rotorique augmente.
21° La variation de la valeur de la résistance de chaque phase rotorique fait elle varier la valeur de la puissance active consommée ?
22° La variation de la valeur de la résistance de chaque phase rotorique fait elle varier la valeur efficace du courant de ligne appelé ?

23° La variation de la valeur de la résistance de chaque phase rotorique fait elle varier la valeur de la puissance électromagnétique transmise ?
24° La variation de la valeur de la résistance de chaque phase rotorique fait elle varier la valeur des pertes joules rotoriques ?
25° La variation de la valeur de la résistance de chaque phase rotorique fait elle varier la valeur du glissement ?
3° Que représente le terme « Rr/g » ? Dans quelle condition le terme « Rr/g » reste t’il constant ? 
4° On désire faire tourner le MAS entrainant le système mécanique à la fréquence de rotation de 1000 tr/min.
41° Quelle est la valeur du moment de couple utile correspondant à une fréquence de rotation de 1000 tr/min ?
42° Sans rhéostats rotoriques : quelle aurait été la valeur du glissement pour la valeur du moment de couple utile correspondant à une fréquence de rotation de 1000 tr/min ? En déduire la valeur du terme  « Rr/g ».
43° Avec rhéostats rotoriques : quelle est la valeur du glissement correspondant à une fréquence de rotation de 1000 tr/min ? En déduire la valeur de la résistance totale de chaque phase rotorique. En déduire la valeur de la résistance de chaque rhéostat rotorique.
44° Proposez une méthode simple qui permette de connaître la valeur de chaque rhéostat rotorique pour amener le moteur à une fréquence de rotation souhaitée. En déduire une méthode simple qui permette de connaître la valeur de chaque rhéostat rotorique pour amener le moteur à développer un moment de couple utile souhaité.
5° Déterminez la valeur de chaque rhéostat rotorique pour amener le moteur à développer un moment de couple utile de 8.00Nm.

Application 13 : démarrage Y-D ( REF _Ref272760542 \h\n Solution 15:)
Rappel des données de l’Application 10 : réseau 3~ 400V - 50Hz. Plaque signalétique MAS : 400V/693V - 50Hz ; 7.25A/ 4.19A

1° Rappelez le principe du démarrage Y-D ? Le MAS se prête t’il au démarrage Y-D ?
2° Dans quel but effectue t’on de démarrage ?
3° Il apparaît une surintensité à la mise sous tension d’un moteur initialement à l’arrêt. Une estimation de cette surintensité est de l’ordre de 8 fois l’intensité efficace de ligne nominale appelée selon le couplage effectué. Calculez la valeur de cette surintensité si l’on démarre en Y ? si l’on démarre en D ?
4° Comment varient les valeurs des moments de couple utile et électromagnétique si la valeur de la tension efficace aux bornes de chaque enroulement statorique diminue de moitié ? Reprendre les valeurs des moments de couple utile et électromagnétique obtenues lors de l’Application 10 lorsque le MAS était couplé D. En déduire les nouvelles valeurs des moments de couple utile et électromagnétique lorsque le MAS est couplé Y.
5° Que peut on dire entre la valeur du moment de couple utile au démarrage (MAS couplé D) et la valeur du moment de couple utile au démarrage (MAS couplé Y) ? Que doit on impérativement vérifier pour que mécaniquement le moteur et son système mécanique puisse démarrer si on utilise un démarrage Y-D ?
Application 14 : variation de vitesse d’un MAS à cage d’écureuil (rotor en court circuit) en utilisant un onduleur 3~.( REF _Ref272760543 \h\n Solution 16:)
Données : réseau 230V/400V – 50Hz ; Plaque signalétique MAS : 230V/400V – 50Hz
Essai en continu : tension entre 2 phases = 15.0V ; courant de ligne = 3.75A
Essai en charge : 1365 tr/min ; CosÆ 0.820 inductif ; 5.85A en ligne.
Essai à vide : 1495 tr/min ; CosÆ0 0.185 inductif ; 4.25A en ligne.
La valeur du moment de couple de pertes mécaniques reste constante et indépendante de la valeur de la fréquence de rotation.
La valeur des pertes fer au stator est la même que celle des pertes mécaniques.

1° Justifiez le couplage à effectuer.
2° Donnez la valeur de la résistance interne d’un enroulement.
3° Justifiez le nombre de paires de pôles. En déduire la valeur du glissement en charge.
4° Calculez la valeur des pertes fer au stator. En déduire celle des pertes mécaniques.
5° Pour le MAS en charge, en déduire les valeurs de la puissance électromagnétique transmise, les pertes joules au rotor, la puissance mécanique utile, le moment de couple utile et la valeur du rendement. 
6° On désire faire varier la fréquence de rotation du MAS en l’alimentant par un onduleur autonome 3~.
61° Expliquez brièvement le principe de faire varier la fréquence de rotation à l’aide d’un onduleur. Pourquoi est-il si important de pouvoir faire varier le temps de conduction des interrupteurs électroniques commandables ?
62° Quels sont les composants que l’on utilise pour ces interrupteurs électroniques commandables?
63° Rappelez l’expression de la valeur maximale du champ magnétique créé par un enroulement. En déduire l’expression de la valeur maximale du flux forcé par un enroulement
64° Pourquoi l’onduleur maintient il le rapport « tension efficace aux bornes de chaque enroulement / fréquence des tensions au stator » constant ? Pourquoi utilise t’on un onduleur à « V/f = cte » ? Pourquoi un onduleur à « V/f = cte » maintient il les valeurs des moments de couple utile et électromagnétique constants ?
65° Pourquoi les caractéristiques mécaniques utiles vont elles se déplacer parallèlement les unes par rapport aux autres lorsque l’on fait varier la valeur de la fréquence des tensions statoriques à l’aide de l’onduleur ?
66° Tracez la caractéristique mécanique utile du MAS pour les fréquences 50Hz, 40Hz et 25 Hz lorsque les valeurs de la fréquence de rotation varient de 500 tr/min à 1500 tr/min (échelles : 1cm pour 1.5Nm et 1cm pour 50tr/min) .
67° En déduire les valeurs des tensions efficace du réseau 3~ fourni par l’onduleur pour 50Hz, 40Hz et 25 Hz.
68° Tracez la caractéristique mécanique du couple résistant du système mécanique : (1500 tr/min ; 15Nm et 500 tr/min ; 4.5Nm). En déduire la valeur de la puissance utile mécanique fournie par le MAS pour 50Hz, 40Hz et 25 Hz.
BTS Etk 2009 Nouméa ( REF _Ref275113227 \h\n Solution 17:)
Les deux moteurs du mouvement de translation étudié sont à rotor bobiné. Des résistances sont insérées en série avec le rotor lors des phases de démarrage et de freinage de manière à limiter les couples (pour éviter le patinage des galets sur les rails) ainsi que les courants d'appel.
FIGURE 4 :


Schéma du démarreur rotorique associé à un moteur de translation horizontale

B.1. Démarraqe et freinage du moteur
Le schéma suivant sera utilisé pour modéliser chaque phase du moteur asynchrone pour différents régimes de fonctionnement établi. Ce modèle est ramené du côté stator. La tension V a une valeur efficace V = 230V et une fréquence de 50 Hz. I est le courant de ligne.
En régime nominal n= 945 tr/min

On donne: Xm=7,6(. à 50Hz Xr = 0,033( à 50 Hz.

La résistance Rr représente la résistance équivalente d'une phase rotorique, ramenée côté stator. Selon les phases de fonctionnement, Rr peut prendre différentes valeurs comme l'indique le tableau suivant :
Début de démarrageRr =17(Régime établiRr =4 (Début de freinage
en contremarcheRr =17 (
B.1.1. Calculer la pulsation de synchronisme (s en rad/s.
B.1.2. Exprimer la valeur efficace du courant Ir en fonction des éléments Rr,g, Xr et V du schéma équivalent par phase.
B.1.3. Calculer les valeurs efficaces de Ir :
B.1.3.1. au démarrage (g=100%)
B.1.3.2. au moment où l'on débute le freinage en contremarche (g=200%).
B.1.4. Étude du couple :
B.1.4.1. Exprimer le moment du couple électromagnétique Tem du moteur en fonction de Rr, Ir, g et (s.
B.1.4.2. Calculer les valeurs de Tem au démarrage et au freinage.

Pour éviter les problèmes de patinage des galets sur les rails, le moment du couple électromagnétique doit rester inférieur à 200 Nm. Pour que la durée de démarrage puisse passer à td = 3,5 s, il est nécessaire de prendre Rr =10 ( au démarrage comme au freinage.

B.1.5. Calculer les moments des couples de démarrage et de freinage pour td =3,5s.
B.1.6. Cette solution convient-elle ?

B.2. Étude des moteurs de translation en régime établi

On se propose de vérifier que le dimensionnement des moteurs de translation peut être revu à la baisse pour le régime établi. On souhaite également déterminer la puissance perdue par chaque moteur pour ce régime établi.
On négligera les pertes mécaniques et magnétiques ainsi que les pertes par effet Joule au stator. On s'intéresse à l'un des moteurs de translation horizontale du pont.

Alimentation du moteur : 230V / 400V - 50 Hz ;
Fréquence de rotation du moteur : 945 tr/min

B.2.1. Déterminer le nombre de pôles du moteur
B.2.2. Calculer le glissement nominal
B.2.3. La puissance utile nominale du moteur est de 22kW. Calculer le moment du couple utile nominal de ce moteur.

Les besoins en régime établi correspondent à un couple résistant Tr = 19 Nm.
B.2.4. Que peut-on en déduire quant au régime de fonctionnement du moteur ?
B.2.5. Calculer la puissance utile nécessaire pour le mouvement de translation du pont roulant en régime établi.
B.2.6. En déduire la puissance transmise au rotor PTR Si on néglige les pertes mécaniques.
B.2.7. Quelle est alors la puissance active Pa absorbée par le moteur ?
B.2.8. Calculer l'ensemble des pertes en régime établi.
B.2.9. A quoi correspondent ces pertes ?

BTS Etk 2010 Métro( REF _Ref274249381 \h\n Solution 18:)
Le choix d’un moteur asynchrone servant à l’extraction de copeaux et poussières a aboutit sur le modèle suivant.
ABB M2BA T315SMA 110 kW ; 1484 tr.min-1 ; 230V/400V ; (= 0,946 ; cos( = 0,85.
On souhaite déterminer les conditions d'alimentation de la machine permettant d'obtenir la vitesse d'extraction à la valeur souhaitée, v' = 23 m.s-1
Pour obtenir la caractéristique mécanique de la machine asynchrone, on utilise le modèle équivalent simplifié d'une phase du moteur représenté à la figure 4.
On néglige les pertes mécaniques ainsi que les pertes par effet Joule au stator : pM ( O et pJS ( 0.

Modèle par phase de la machine asynchrone en régime permanent

Des essais ont été réalisés sur le moteur afin de calculer la valeur de chaque élément.
- Essai à vide sous tension nominale : n0 (1500 tr.min-1 ; P0 = 5,10 kW et I0 = 86 A.
- Essai en charge nominale : les valeurs sont celles de la plaque signalétique, soient 110 kW ; 1484 tr. min-1 pour f = 50 Hz; 230V/400V ; ( = 0,946 ; cos( = 0,85 ; et il a été mesuré au stator : P = 116 kW et I= 198 A.

Quelles puissances modélisent les éléments RF et R du modèle équivalent
Les valeurs numériques obtenues sont XM = 2,69 ( ; X = 0,167 ( et r = 15 m(. Compléter ces résultats en calculant la valeur numérique de RF.

On considérera ces quatre valeurs constantes pour la suite du problème.

Puissance transmise au rotor

Exprimer la puissance Ptr transmise au rotor en fonction de r/g et du courant I'.
Montrer qu'avec les hypothèses envisagées, cette puissance transmise peut aussi s'écrire Ptr = Tu. (S, avec Tu moment du couple utile du moteur.
En déduire l'expression de Tu en fonction de r, g, I' et (s.

Couple utile
Les conditions de fonctionnement du moteur dans cette application font que son glissement reste toujours inférieur à 2%.
Montrer qu'en première approximation X« r/g
En tenant compte de ce résultat, relier la valeur efficace I' du courant à la valeur efficace V de la tension v.
Le moment du couple utile peut alors s'écrire sous la forme simple  EMBED Equation.DSMT4 , c'est-à-dire  EMBED Equation.DSMT4 .
Montrer que le coefficient K a pour expression  EMBED Equation.DSMT4 , si les vitesses sont exprimées en tr/min.
En déduire la condition sur la tension V et la fréquence f que le variateur de vitesse doit assurer pour rendre ce coefficient K constant.
Calculer K à l'aide des valeurs nominales.

Point de fonctionnement
La condition précédente étant remplie, la caractéristique mécanique Tu = f(n) du moteur est, dans sa zone utile, la droite d'expression Tu = 44,9.(ns - n ). Les vitesses sont exprimées en tours par minute.

Tracer cette droite pour la fréquence f = 50 Hz, dans le même repère que la caractéristique mécanique du ventilateur (document réponse 2). On placera les points de fonctionnement correspondant à Tu= 0 et Tu= 900 Nm.
Décrire de quelle manière se déplace cette droite si le variateur réduit la fréquence des tensions.
En déduire l'effet de la réduction de fréquence sur le débit d'air du ventilateur.

Le moment du couple correspondant au point de fonctionnement adopté pour diminuer la consommation énergétique (vitesse d'extraction réglée à 23 m.s-1) vaut T = 510 N.m.

À l'aide du document réponse 2, déterminer la valeur f1 de la fréquence que doit imposer le variateur pour obtenir ce point de fonctionnement.

BTS Etk 2008 Nouméa : Pont Flaubert ( REF _Ref272742126 \h\n Solution 19:)
Pilotage de la machine asynchrone lors des phases de montée et descente du tablier du pont Flaubert

Cette partie concerne l'étude d'une des 4 machines asynchrones associées au treuil de la partie précédente. La machine asynchrone est alimentée par un onduleur triphasé, dont la fréquence de sortie est variable.
L'onduleur fonctionne en Modulation de Largeur d'Impulsion, les tensions de sorties sont donc non sinusoïdales.
Dans cette partie, nous nous intéressons au comportement de la machine à la fréquence du fondamental. Les tensions et intensités seront donc supposées sinusoïdales.

Caractéristiques nominales de la machine asynchrone en fonctionnement moteur :
machine asynchrone triphasée, rotor à cage ;
2 paires de pôles ;
puissance utile nominale 37 kW ;
alimentation 230V / 400V - 50Hz ;
couplage étoile des enroulements statoriques ;
les pertes joule statoriques, les pertes fer rotoriques ainsi que les pertes mécaniques sont négligées.

On donne en figure 3 le modèle équivalent pour une phase de la machine asynchrone :
Rf permet de représenter les pertes fer ;
XR, est la réactance magnétisante du stator ;
X est la réactance totale de fuite vue du stator;
( est la pulsation des courants statoriques ; (=2(f;
R est la résistance du rotor ramenée au stator ;
g est le glissement.

Caractéristiques des éléments du modèle équivalent : Rf=300 (; Xm=25 (; X=0,70 (; R=212 m(


Etude en montée à vitesse constante

La machine asynchrone fonctionne en moteur. Sa vitesse de rotation est constante et vaut n = 1366 tr.min-1. Elle délivre une puissance utile constante Pu = 19,7 kW. L'onduleur fournit une tension v(t) considérée comme sinusoïdale, de valeur efficace V = 215 V et de fréquence f = 47 Hz.

B.1.1. Calculer la vitesse de synchronisme ns, en tr.min-1.
B.1.2. En déduire le glissement g.
B.1.3. Calculer la puissance transmise au rotor Ptr.
B.1.4. Calculer les pertes fer statoriques pfs.
B.1.5. Calculer la puissance absorbée Pabs.
B.1.6. Calculer le rendement ( de la machine asynchrone dans ces conditions.

Expression du couple électromagnétique

B.2.1. A partir de la figure 3, exprimer l'intensité efficace I' en fonction de V, R, L, ( et g.
B.2.2. Exprimer la puissance Ptr transmise au rotor en fonction de V, R, L, (.et g.
B.2.3. Montrer que l'on peut exprimer le moment du couple électromagnétique Tem de la façon suivante :
 EMBED Equation.DSMT4 

B.2.4. Montrer que, lorsque g est faible, on peut négliger un terme et on peut alors écrire :
 EMBED Equation.DSMT4  où ns et n sont exprimées en tr.min"'.

B.2.5. En déduire que lorsque g est faible et que le rapport  EMBED Equation.DSMT4  est maintenu constant, on peut écrire :
 EMBED Equation.DSMT4 .
Déterminer l'expression littérale de A. Montrer que A = 3,14 N.m.min.tr-1.
B.2.6. A partir de la question précédente, calculer le moment du couple électromagnétique Tem dans les conditions de montée à vitesse constante.

Fonctionnement à (V/f) = constante

Les caractéristiques du fonctionnement de la machine asynchrone en montée à vitesse constante sont connues :
( n = 1366tr.min-1 ; Pu = 19,7 kW; Tem = 138 N.m;
( ns = 1410 tr.min-1 ; fréquence de sortie du variateur : f =47 Hz ; tension simple de sortie du variateur : V= 215 V.
Dans la partie B.3. on s'intéresse au fonctionnement de la machine asynchrone alimentée par l'onduleur qui fonctionne à (V/f) = constante.

B.3.1. Caractéristique Tem(n) en montée
On rappelle que, dans les conditions définies ci-dessus, on peut écrire :  EMBED Equation.DSMT4 .
B.3.1.1. Sur le document réponse 1, tracer la caractéristique Tem = f(n) pour un fonctionnement en montée.
B.3.1.2. Indiquer sur le document réponse 1 le point de fonctionnement F, correspondant à la montée à vitesse constante définie ci-dessus.

B.3.2. Caractéristique Tem(n) en descente

La descente du tablier s'effectue à la même vitesse que la montée, mais en sens inverse :
v' = - 4,2 m.min-1. Dans ces conditions, la machine asynchrone tourne à la vitesse n' = - 1366 tr.min-1. La valeur du moment du couple électromagnétique T’em de la machine asynchrone permettant de freiner la descente du tablier vaut T’em = 100N.m.

B.3.2.1. Montrer que la machine asynchrone fonctionne en génératrice.

L'onduleur fonctionnant à (V/f) = constante, la relation suivante reste vérifiée en descente :
 EMBED Equation.DSMT4 .
B.3.2.2. Sur le document réponse 1, indiquer le point de fonctionnement F2 correspondant à la descente à vitesse constante définie ci-dessus.
B.3.2.3. Sur le document réponse 1, tracer la caractéristique T’em =f(n’) pour un fonctionnement en descente.
B.3.2.4. Déterminer la vitesse de synchronisme n’S .
B.3.2.5. Calculer la fréquence de sortie f' du variateur.
B.3.2.6. Montrer que le glissement g', correspondant à la descente à vitesse constante définie ci-dessus, vaut g' = - 2,4%.
B.3.2.7. Calculer la puissance transmise Ptr' pour la descente à vitesse constante définie ci-dessus.

Caractéristiques à V/f=constante
BTS Etk 2008 Métro : Jeux d’eau au château de Versailles( REF _Ref272742274 \h\n Solution 20:)
Afin de commander un servomoteur de vanne, un moteur asynchrone est nécessaire.
Le domaine des machines de petites puissances est très différent de celui des machines de fortes puissances et les valeurs numériques ont des ordres de grandeurs très différents de ceux auxquels nous sommes habitués pour les plus fortes puissances, en particulier les valeurs des rendements.
La machine asynchrone triphasée choisie est couplée en étoile et a un point nominal défini par les valeurs suivantes :
Pun = 60W ; nn = 1400tr/min ; Un=400V ; f = 50Hz ; In =0,3A ; cos( = 0,8.
Elle possède deux paires de pôles.
B.2.1. Quelle est la valeur du glissement gN ?
B.2.2. Que doit-on prévoir au niveau de l'alimentation pour permettre rotation dans les deux sens ?
B.2.3. Calculer la valeur du moment du couple utile CMAS
B.2.4. Calculer les valeurs des puissances active Pa et réactive Qa absorbée par la machine asynchrone au point nominal.
B.2.5. Calculer le rendement de la machine asynchrone.

La boucle de régulation de la position de la vanne impose au moteur des démarrages fréquents pendant les régimes transitoires. Pour calculer le courant de démarrage, utilisons le schéma équivalent par phase de la machine asynchrone :
 EMBED Visio.Drawing.6 RS = 118 (
L0( = 1225 (
l( = 267 (
R = 145 (

B.2.6. Que représentent les grandeurs RS, R, l( et Lo( ?
B.2.7. Que vaut le glissement au démarrage de la machine asynchrone ?
B.2.8. On se propose de calculer la valeur efficace du courant de démarrage, noté Id, de la machine asynchrone, démarrage effectué sous tension nominale.
B.2.8.1. Déterminer l'impédance équivalente Z à la branche formée par R/g et l( pour le démarrage.
B.2.8.2. On remplace les deux branches formées par Lo( et l'impédance précédemment calculée par une impédance Ze équivalente dont on donne l'expression Ze =96,6+j229. En déduire la valeur de l'impédance totale ZeT équivalente à l'ensemble du schéma.
B.2.8.3. Calculer la valeur de Id.
B.2.9. Soit un cycle de fonctionnement pour lequel les variations de la valeur efficace du courant en fonction du temps sont représentées :

Compte tenu de ces démarrages, calculer la valeur efficace équivalente de I sur un cycle.
B.2.10. Quelle est la conséquence de ce type de fonctionnement sur l'échauffement du moteur ?
B.2.11. Calculer le nombre de démarrages par heure correspondant à ce cycle.
BTS Etk 2007 Nouméa : Etude d’une station de pompage autonome( REF _Ref272742439 \h\n Solution 21:)
Le moteur asynchrone triphasé à cage entraînant la pompe a les caractéristiques nominales ci-dessous :

On néglige les pertes mécaniques.
A.1.1 - Donner la valeur :
de la vitesse de rotation nominale ( (en rads-1)
de la vitesse de synchronisme (S (en rad.s-1)
du glissement nominal g
du moment du couple électromagnétique Te nominal
de la puissance absorbée par le moteur Pabs en conditions nominales
A.1.2 - La caractéristique mécanique de la pompe est Tr = 4.10-5.(2 . Lorsque la vitesse est nominale, que vaut le moment du couple résistant Tr,? Vérifier que le moteur fonctionne bien dans les conditions nominales lorsqu'il entraîne cette pompe.
BTS Etk 2006 Métro : Motorisation d'un tramway( REF _Ref272742599 \h\n Solution 22:)
Il s'agit d'un moteur asynchrone triphasé à rotor à cage dont les enroulements statoriques sont couplés en étoile.
Caractéristiques nominales du moteur
Tension nominale entre phases : UN = 585 V
Fréquence statorique nominale : fN = 88 Hz
Intensité nominale du courant statorique : IN = 35,4 A
Facteur de puissance nominal : cos(N = 0,732
Fréquence nominale de synchronisme : Ns = 2640 tr.min-1
Fréquence nominale de rotation du rotor : NN = 2610 tr.min-1
Dans ce qui suit, on néglige : - les résistances et inductances de fuites statoriques ;
- les pertes dans le fer ;
- les pertes mécaniques.
A.1 - Etude du fonctionnement nominal du moteur
A.1.1- Déterminer le nombre p de paires de pôles du moteur sachant que la fréquence statorique nominale est fN = 88 Hz.

Pour le point nominal de fonctionnement :
A.1.2 - Calculer le glissement gN.
A.1.3 - Calculer la puissance électrique PN absorbée par le moteur et préciser la valeur de la puissance électromagnétique PTrN transmise au rotor.
A.1.4 - Calculer le couple électromagnétique CN.
A.1.5 - Exprimer les pertes par effet Joule au rotor pJr en fonction de PTr. Calculer pJrN.
A.1.6 - Calculer la puissance utile PUN développée par le moteur.
A.2 - Expression simplifiée du moment du couple électromagnétique
Pour chaque phase du moteur, on adopte le modèle équivalent monophasé simplifié de la figure 2.
-R/g est la résistance modélisant le transfert de puissance active au rotor
LM est l’inductance magnétisante
! est l'inductance totale de fuites vue du stator
g est le glissement
v est une tension simple du réseau d'alimentation de valeur efficace V
i est l intensité du courant de ligne

On donne LM=26,6mH !=2,38mH R=0,147 (

A.2.1 - Calculer, sous alimentation nominale ( V = 338 V et f = 88 Hz ), la valeur efficace Io du courant i0.
A.2.2 - A partir du modèle équivalent monophasé de la figure 2, exprimer la valeur efficace Ir du courant ir en fonction de V, !(, R et g.
A.2.3 - Montrer que pour les faibles valeurs du glissement ( g « 1 ), la relation précédente devient :  EMBED Equation.DSMT4 
A.2.4 - Exprimer la puissance transmise au rotor PTr en fonction de Ir et de  EMBED Equation.DSMT4 
A.2.5 - En déduire alors que, pour les faibles valeurs du glissement, le moment du couple électromagnétique s'écrit : C = K.g
Exprimer K en fonction de la tension efficace V, de la résistance R et de la vitesse de synchronisme (S exprimée en rad.s-1. Calculer la valeur numérique de K sous alimentation nominale (V = 338 V et f = 88 Hz ).
A.3 - Fonctionnement en traction
On envisage le cas où le moteur développe un couple électromagnétique C = 170 N.m en fonctionnant sous alimentation nominale ( V = 338 V et f = 88 Hz ).
On supposera le glissement faible et on admettra les résultats suivants :
I0=23A  EMBED Equation.DSMT4  C=8433.g
A.3.1 - Déterminer la valeur du glissement correspondant au fonctionnement étudié.
A.3.2 - En déduire la valeur de la fréquence de rotation du rotor N en tr.min-1.
A.3.3 - Déterminer la valeur de Ir.
A.3.4 - On note (r le déphase de Ir par rapport à la tension simple v prise comme référence des phases. En se reportant au modèle équivalent monophasé de la figure 2, exprimer tan( en fonction de !( et de  EMBED Equation.DSMT4  . En déduire que (r( 10,2°.
A.3.5 - La tension simple v étant toujours choisie comme référence des phases, dessiner les vecteurs de Fresnel  EMBED Equation.DSMT4  et  EMBED Equation.DSMT4  associés aux courants io et ir (on adoptera l'échelle 5 A / cm).
A.3.6 - En déduire la construction du vecteur de Fresnel  EMBED Equation.DSMT4  associé à i.
A.3.7 - Déterminer alors graphiquement la valeur efficace I et le déphasage ( de i par rapport à v.
A.3.8 - Calculer la puissance électrique P reçue par le moteur dans ce cas de fonctionnement.
BTS Etk 2005 Nouméa : Amélioration du fonctionnement d’une scie ( REF _Ref272742762 \h\n Solution 23:)
Le moteur est alimenté par un réseau triphasé 400 V - 50 Hz.
Les principales caractéristiques de la machine sont fournies par le constructeur :
Alimentation 230 V / 400 V - 50 Hz
Puissance utile nominale Pu = 22 kW
Fréquence de rotation nominale 1455 tr/min
Rendement nominal 93,3 %
Facteur de puissance nominal 0,85
Pertes mécaniques négligeables
Pertes fer rotoriques négligeables
Résistances et inductances de fuite statoriques négligeables.
A. ÉTUDE DE LA MACHINE ASYNCHRONE.
A.1. Fonctionnement électromécanique de la machine asynchrone.
A.1.1. Calculer le nombre p de paires de pôles de la machine asynchrone.
A.1.2. Calculer, la valeur du glissement g au fonctionnement nominal.
A.1.3. Calculer la puissance absorbée nominale Pan.
A.1.4. Exprimer Pan en fonction de V, valeur efficace d'une tension simple, In, valeur efficace de l'intensité nominale du courant dans un fil de ligne, et du facteur de puissance nominal de la machine.
A.1.5. Calculer In, valeur efficace nominale de l'intensité du courant dans un fil de ligne.
A.1.6. Calculer la valeur du couple utile nominal Cun.
A.2. Modèle équivalent d'une phase du stator de la machine asynchrone.
La figure 1 représente le schéma équivalent d'une phase du stator
v est une tension
simple d'une phase
du réseau, de pulsation (s
 EMBED Visio.Drawing.6 
Figure 1On posera X = L. (s
et Xf = Lf. (sA.2.1. On a réalisé un essai à vide sous tension nominale, la scie étant désaccouplée du moteur. Les mesures ont donné :
puissance absorbée : Pao = 900 W
intensité du courant dans une phase du stator : I0 = 10,2 A
facteur de puissance : cos (o = 0,128
glissement pratiquement nul
a) Calculer les valeurs de Rf et de Xf = Lf. (s. Préciser le rôle de ces deux éléments dans le schéma équivalent.
b) Calculer les valeurs efficaces IRf et ILf des intensités iRf et iLf .
A.2.2. Le moteur fonctionne dans les conditions nominales. Tracer les vecteurs représentant les courants i, iRf, iLf, et iR (On prendra comme échelle 1 cm pour 4 A et V pour origine des phases).
Déduire du diagramme la valeur efficace IR du courant iR.
A.2.3. Calculer la valeur de la puissance Ptr transmise au rotor.
A.2.4. Exprimer Ptr, en fonction de R, g, et IR.
A.2.5. Calculer la valeur de R.
A.2.6. Exprimer IR en fonction de V, R, g et X.
A.2.7. Calculer la valeur de X = L(s.

Pour la suite du problème on prendra R = 0, 188 ( et X = 2,16 (.

A.2.8. Lors d'un démarrage direct sous pleine tension et en négligeant la valeur de I0 devant IR, calculer Idem, valeur efficace de l'intensité du courant i absorbé au démarrage.
A.3. Couple électromagnétique
A.3.1. Exprimer le moment du couple électromagnétique Ce en fonction de p, Ptr et (s.
A3.2. Exprimer Ptr, en fonction de V, R, g, et X.
A.3.3. Montrer que Ce peut se mettre sous la forme suivante :
 EMBED Equation.DSMT4 
A.3.4. Vérifier que Ce peut s'écrire de la façon suivante :
 EMBED Equation.DSMT4 
A.3.5. Calculer la valeur du couple électromagnétique Cedem disponible au démarrage si V = 230V.
A.3.6. Calculer la valeur du glissement gmax pour lequel le couple électromagnétique est maximal ?
A.3.7. Calculer la valeur maximale Cemax du couple électromagnétique si V = 230 V.
A.3.8. Tracer, sur le document réponse n° 1, figure 7, l'allure de la courbe Ce (g), g variant de 0 à 1.
B. Démarrage et arrêt avant modification de la scie.
Lors d'un cycle de fonctionnement, la scie démarre grâce à l'ajout de résistances Rh2 mises en série avec les enroulements rotoriques (figure 2). L'arrêt est obtenu en roue libre, l'alimentation du stator étant coupée et la scie désengagée de la bille de bois.
B.1. Démarrage
Le stator est alimenté directement par le réseau 400V - 50 Hz.
 EMBED Visio.Drawing.6 
Figure 2
B.1.1. Lors du démarrage, trois résistances Rh2r sont insérées en série avec les enroulements du rotor (figure 2). L'insertion de ce rhéostat au rotor a pour effet d'augmenter la valeur de la résistance R présente dans le schéma équivalent de la figure 1 en lui donnant une nouvelle valeur R'.
La valeur maximale de IR au démarrage est de 40 A. Calculer R'.
B.1.2. Quelle est, dans ces conditions, la nouvelle valeur du couple électromagnétique de démarrage Cedem ?
B.1.3. Porter, sur le document réponse n°1, figure 7, le point figuratif du démarrage correspondant à ce fonctionnement.
B.2. Arrêt
Un enregistrement de la fréquence de rotation du rotor a été fait pendant la phase d'arrêt (figure 3), la scie étant accouplée de la machine asynchrone mais désengagée de la bille de bois. Le ralentissement de l'ensemble est principalement dû aux différents frottements mécaniques que l'on modélise par un couple résistant total CR que l'on considérera comme constant.

B.2.1. Ecrire la loi de la dynamique régissant la variation de la vitesse ( en fonction du moment d'inertie J et du couple résistant total CR pendant la phase d'arrêt.
B.2.2. La valeur du moment d'inertie de l'ensemble des parties tournantes est J = 21,5 kg.m². Calculer la valeur du couple résistant total CR, sachant que la fréquence de rotation initiale est n = 1490 tr/min.

BTS Etk 2004 Nouméa : générateur éolien ( REF _Ref272742943 \h\n Solution 25:)
Le générateur éolien étudié ici est constitué d'une hélice à trois pales (diamètre 47 m) placée au sommet d'un mât (hauteur 40 m). Elle tourne à une vitesse de 30 tr/min environ et entraîne, par l'intermédiaire d'un multiplicateur mécanique de vitesse une génératrice asynchrone tétrapolaire fonctionnant au voisinage de sa vitesse de synchronisme (1500 tr/min).
L'éolienne est conçue pour exploiter des vents dont la vitesse est comprise entre 15 km/h et 90 km/h. En deçà, la vitesse du vent est insuffisante pour assurer la production d'électricité, au delà, on arrête l'éolienne pour des raisons de sécurité.
Nous examinerons ici quelques aspects de la transformation d'énergie mécanique en énergie électrique par la génératrice asynchrone, d'abord reliée à un réseau triphasé (figure ci-contre), puis fonctionnant sur un site isoléLes différentes parties du problème sont indépendantes et peuvent être traitées séparément.
DANS TOUT LE PROBLEME, LA MACHINE ASYNCHRONE SERA EN CONVENTION RECEPTEUR : AINSI, LORSQUE LA GENERATRICE FOURNIT DE L'ENERGIE, SA PUISSANCE PREND UNE VALEUR NÉGATIVE.

A. PREMIÈRE PARTIE: GÉNÉRATRICE RELIÉE AU RÉSEAU 50 Hz
A.I. Étude du fonctionnement nominal de la génératrice
Le constructeur fournit les valeurs suivantes, pour le fonctionnement nominal en génératrice :
• puissance électrique nominale : P = - 660 kW
• tension nominale entre phases : U = 690 V / 50 Hz
• machine tétrapolaire (p = 2), enroulements couplés en étoile (Y)
• vitesse nominale : n = 1530 tr/min
• déphasage courant / tension pour une phase : (= 152°
• pertes fer stator sous la tension nominale : Pfs = 4,0 kW
• pertes mécaniques à la vitesse nominale : Pm = 3,0 kW

La résistance mesurée entre deux phases du stator lors d'un essai en continu est RA = 9,6 m(.
Pour le point nominal de fonctionnement, calculer :

A.I.1. le glissement g de la machine,
A.I.2. la valeur efficace du courant nominal In débité,
A.I.3. les pertes par effet Joule Pjs au stator,
on adopte maintenant la valeur Pjs = 5,6 kW
A.I.4. la puissance électromagnétique Pem et les pertes par effet Joule au rotor P,r,
A.I.5. la puissance mécanique Pmec effectivement transformée et la puissance mécanique totale Pa apportée par l'hélice.
A.I.6. Compléter le document réponse DR1 en indiquant les noms des différentes puissances et pertes, ainsi que leurs valeurs numériques. En déduire le rendement de la génératrice.
A.I.7. Quelle est la fréquence des courants rotoriques ?
A.I.8. Pourquoi peut-on négliger les pertes ferromagnétiques au rotor ?
A.I.9. Calculer le couple exercé par l'éolienne sur l'arbre de la machine et vérifier que le couple électromagnétique vaut Tem = - 4260 N.m

A.II. Modélisation de la machine
Dans cette partie, les pertes statoriques et mécaniques sont négligées. On admet alors que le modèle électrique de la génératrice fonctionnant en régime sinusoïdal est donné pour une phase par le schéma de la figure 2 (ce schéma est en convention récepteur).
• Xm est la réactance magnétisante,
• X est la réactance du rotor ramenée au stator,
• R est la résistance du rotor ramenée au stator,
• g est le glissement de la machine,
• v, tension simple du réseau, a pour valeur efficace V. EMBED Visio.Drawing.6 Deux essais ont été effectués pour déterminer les éléments du schéma équivalent.
( essai à vide : la machine alimentée sous la tension nominale U = 690 V tourne pratiquement à la vitesse de synchronisme. Elle absorbe un courant de 215 A.
A.II.1. Calculer la valeur de la réactance magnétisante Xm
( essai à rotor bloqué : la machine est alimentée par la tension réduite UCC = 103 V, elle absorbe un courant de 590 A et consomme une puissance de 13,2 kW.
A.II.2. Déterminer les valeurs de X et de R. On pourra négliger la réactance magnétisante.

On adoptera pour la suite les valeurs X. = 1,85 ( ; X = 106 m( et R = 14 m(,

A.II.3. Exprimer la puissance mise en jeu dans la résistance R/g en fonction de V, X, R et g. En déduire l'expression de la puissance électromagnétique de la machine.
A.II.4. En déduire l'expression du couple électromagnétique qu'on mettra sous la forme :
 EMBED Equation.DSMT4  (avec a=R²)
Expliciter les expressions de K et b puis vérifier les valeurs numériques: K = 42,4 U.S.I., a = 2.10-4 U.S.I. et b = 11.10-3 U.S.I.
A.II.5. En fonctionnement normal, le glissement est toujours inférieur à 5% en valeur absolue. Proposer dans ce cas une simplification de l'expression du couple électromagnétique, donner alors l'expression simplifiée littérale puis numérique de Tem en fonction de g.
A.II.6. Tracer la courbe Tem(g) pour des valeurs de glissement comprises entre - 0,03 et + 0,03.
A.II.7. Déterminer le couple électromagnétique pour la vitesse nominale de fonctionnement (1530 tr/min) et comparer à la valeur obtenue en A.I.9.


BTS Etk 2004 Métro (Production d'électricité avec une éolienne)( REF _Ref272742943 \h\n Solution 25:)
Une éolienne de puissance nominale 300 kW alimente un site isolé (une île) en électricité.
Son rotor équipé de trois pales longues de 15 m est situé à l'extrémité d'un mât haut de 40 m. Elle peut fournir sa puissance nominale quand la vitesse du vent est comprise entre 50 km/h et 80 km/h ce qui est souvent le cas sur ce site.
 EMBED Word.Picture.8 
Les pales de l’éolienne mises en mouvement par le vent entraînent le rotor d’une machine asynchrone par l’intermédiaire d'un multiplicateur de vitesse à engrenage.

Les enroulements du stator de la machine asynchrone sont soumis à un système triphasé de tensions produit par un onduleur autonome alimenté par une batterie.
L’onduleur impose donc la fréquence de synchronisme de la machine.

L'énergie électrique absorbée par la charge est fournie par la machine asynchrone qui fonctionne en génératrice quand le couple exercé par le vent sur les pales du rotor suffit.
La vitesse de rotation des pales (v est imposée par la machine asynchrone au glissement près.
Le couple Tv exercé par les pales sur l'axe du rotor dépend de la vitesse du vent. Un système de contrôle l’ajuste en fonction des besoins en puissance en agissant sur l'orientation des pales.

Dans le cas où la vitesse du vent est insuffisante, la batterie prend le relais de la génératrice pour assurer la continuité de service.

L’onduleur doit être réversible en courant pour que la batterie puisse être rechargée.

Etude de la machine asynchrone fonctionnant en moteur

Il s'agit uniquement dans cette partie d’élaborer le schéma électrique équivalent d’une phase de la machine asynchrone en fonctionnement moteur à partir des informations délivrées par le constructeur.

Caractéristiques nominales du moteur

- 4 pôles (p = 2), rotor à cage
- alimentation 230 V / 400 V - 50 Hz
- puissance utile nominale : Pu = 300 kW
- vitesse nominale N = 1485 tr.min-1
- rendement nominal ( = 96 %
- les pertes mécaniques sont supposées constantes et égales à pm = 1,0 kW.
- les pertes fer rotoriques et les pertes Joule statoriques sont négligées.

Questions préliminaires
Calculer la vitesse de synchronisme quand la machine est alimentée par le réseau 50 Hz. Exprimer cette grandeur en rad.s-1, (notée (s), puis en tr.min-1, (notée Ns).
En déduire la valeur nominale du glissement.

Compléter le diagramme des puissances sur le document réponse n°1 en faisant apparaître les puissances ci-dessous :
- Puissance utile . . . . . . . . . . . . . . Pu = Tu.(
- Puissance transmise au rotor . . Ptr = Te.(s
- Puissance mécanique . . . . . . . . PM = Te.(
- Puissance absorbée . . . . . . . . . . Pabs
- Pertes joule dans le rotor . . . . . . pjr
- Pertes mécaniques . . . . . . . . . . pm
- Pertes fer statoriques . . . . . . . . . pf

Calcul des couples nominaux
Calculer le moment du couple utile nominal Tu.
Calculer le moment du couple de pertes mécaniques Tm.
Calculer le moment du couple électromagnétique nominal Te.

Calcul des puissances nominales
Calculer la puissance nominale transmise au rotor Ptr. En déduire les pertes par effet Joule au rotor pjr.
Calculer la puissance active absorbée par le moteur Pabs. En déduire les pertes fer pf.

Modèle électrique équivalent d'une phase de la machine asynchrone

On admet qu'on peut modéliser chaque phase de la machine asynchrone fonctionnant en moteur par le
schéma électrique suivant.

Rf modélise les pertes fer
Xm est la réactance magnétisante du stator
R est la résistance du rotor ramenée au stator
X est la réactance totale de fuites vue du stator
g est le glissement

v est une tension simple du réseau de valeur efficace V = 230 V et de fréquence 50 Hz.
i est l'intensité du courant de ligne ; ir est l’intensité du courant rotorique ramené au stator.


On se propose de vérifier la cohérence de ces valeurs avec les résultats obtenus précédemment.

Exprimer les pertes fer statoriques pf en fonction de Rf et V. En déduire la valeur de Rf.

Dans la suite du problème, on prendra les valeurs approchées suivantes :
Rf = 19 ( Xm = 1,3 ( X = 0,13 ( R = 5,0 m(

Exprimer la valeur efficace (r du courant ir en fonction de V, X, R et g. Donner sa valeur numérique pour g = 1%.
La puissance nominale transmise au rotor Ptr a pour expression  EMBED Equation.3 . Calculer la valeur de Ptr pour g = 1%. Comparer avec la valeur calculée en A.3.1.

Machine fonctionnant en génératrice hypersynchrone

Le stator de la machine asynchrone est alimenté par un système triphasé de tensions 230 V / 400 V – 50 Hz.

Le rotor est entraîné en rotation par les pales de l'éolienne par l'intermédiaire d'un multiplicateur de vitesse mécanique dont le rapport de multiplication m est égal à 35.

Conventions de signe

On conserve les conventions de signes représentées sur le schéma (figure 2) du modèle équivalent par phase de la machine (convention récepteur).
Quand l'éolienne fonctionne normalement, la machine fonctionne en génératrice : elle fournit de la puissance active qui prend alors une valeur négative.
Les vitesses de rotation restant positives, les moments des couples deviennent négatifs.

Vitesse et glissement en condition nominale

Dans les conditions de fonctionnement nominal, la vitesse de rotation des pales est N = 43,3 tr.mn-1.
Déterminer la vitesse de rotation N du rotor de la machine asynchrone.
En déduire la valeur du glissement g. Justifier l'appellation génératrice hypersynchrone.

Caractéristique couple - vitesse de la machine
On rappelle deux expressions de la puissance transmise au rotor :
 EMBED Equation.3 et  EMBED Equation.3 .
Quand le glissement est très faible (gh(FãUmHnHu*j€>hÓIõh(Fã0JUmHnHuh(FãmHnHuhÓIõh(Fã0JmHnHu!h(FãCJOJQJaJmHnHu$jhÓIõh(Fã0JUmHnHuh(FãmHnHujh(FãUmHnHu#j>h(FãUmHnHuh-j-l-‚-„-†-Ò-Ö-Þ-à-â-.. ......... .D.Ž.’.š.œ.ž.À.Â.Æ.È.Ì.Î.Ð.Ò.Ô.Ö.Ø.Ú.þ.ú/ü/þ/000204060L0N0P0j0T1V1X1ôìèìèäÝäϾϷ¾¯Ï·¾¯¾Ï¾äÝäϾϷ¾¯Ï¤¾¯¾Ï¾äϾϾϾϾäϗh(hÄëPJ^JaJh(hÄëPJ^Jh(hÄëH* hÄëhÄëhÄëh(hÄëOJPJ^Jh(hÄëOJPJ^Jo( hG¦6]hG¦hN-"jhN-"Ujz?hN-"U9ˆ-Þ-...B.D.š.À.Ì.Ö.ü.ïæææælïææææzkd÷?$$If–FÖ\°é
"\–)9
9
:
:

t ö6öÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿ4Ö4Ö
laöyt( $IfgdÄë
& F
ÆØ „^„gdÄë ü.þ.ú/020L0h0…ullll $IfgdÄë
& F
ÆØ „^„gdÄëzkdL@$$If–FÖ\°é
"\–)9
9
:
:

t ö6öÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿ4Ö4Ö
laöyt(h0j0T1`1p1~11…ullll $IfgdÄë
& F
ÆØ „^„gdÄëzkd¡@$$If–FÖ\°é
"\–)9
9
:
:

t ö6öÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿ4Ö4Ö
laöyt(X1^1`1b1d1n1p1r1t1|1~1€1‚1„1Ž1’1~2€2‚2Œ2Ž22’2œ2ž2 2¢2®2°2²2¶2À2Ä2ê3ì3î3ú3ü3þ3444444 4"4$40444P5R5T5j5l5n5p5„5†5ˆ5Š5ž5 5¢5¤5¸5¼5ž6 6¢6¤6¦6¨6ª6¬6®6÷óåØ÷óåØ÷óåËØ÷óÂåØ÷óåØ÷óåØ÷óåØ÷óÂåØ÷óåØ÷óåØ÷óåØ÷óÂåØ÷óåØ÷óåØ÷óåØ÷óÂåØ÷óåØ÷óhG¦hG¦aJh(hÄëOJPJ^Jh(hÄëPJ^JaJh(hÄëOJPJ^Jo(hÄëh(hÄëaJK1’1~2Ž2ž2°2Â2…ullll $IfgdÄë
& F
ÆØ „^„gdÄëzkdö@$$If–FÖ\°è
"[–)m
m
n
n

t ö6öÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿ4Ö4Ö
laöyt(Â2Ä2ê3ü34 424…ullll $IfgdÄë
& F
ÆØ „^„gdÄëzkdWA$$If–FÖ\°é
"\–)m
m
n
n

t ö6öÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿ4Ö4Ö
laöyt(2444P5l5†5 5º5…ullll $IfgdÄë
& F
ÆØ „^„gdÄëzkd¬A$$If–FÖ\°ì
$]–)m
m
n
n

t ö6öÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿ4Ö4Ö
laöyt(º5¼5ž6¦6®6¸6æ6…ullcl $Ifgd [s $Ifgd(
& F
ÆØ „^„gdÄëzkdB$$If–FÖ\°é
"\–)m
m
n
n

t ö6öÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿ4Ö4Ö
laöyt(®6°6´6¶6¸6º6¼6ä6è6¸7º7¼7Î7Ð7Ò7Ô7ê7ì7î7ð78
8 88(8,8X9Z9\9r9t9v9x9Œ9Ž99’9¨9®9¾:À:Â:Î:Ð:Ò:Ü:Þ:à:â:ì:ò:
gdaJhbEh>gdCJOJQJaJjH‘hbEh>gdUaJhbEh>gd6]aJ
hæaJhbEh>gdaJjːhN-"UjhN-"UhN-"jñDh¸gìU!jwó T
h¸gìOJQJUVaJjhö=Uhö=hG¦(fAJBNBPBRB.C0C2C4C6Cññ•‡‡{‡ $$Ifa$gd( $Ifgd(gd>gd$a$gdG¦Tkdë¡$$If–FÖ0”ÿJ) ­
t ö6öÖÿÿÖÿÿÖÿÿÖÿÿ4Ö4Ö
laöytbE
$7$8$H$IfgdbE 6C8CFCØCÚCÜCÞCàC…}tkk_k $$Ifa$gd( $Ifgd( 7$8$H$gd>gd$a$gdîw¡zkd;¢$$If–FÖ\°é
"\–)m
m
n
n

t ö6öÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿ4Ö4Ö
laöyt(8C:CC@CBCDCØCâCäCæCðCòCôCþCDD DDD¬D¶D¸DºDÄDÆDÈDÒDÔDÖDàDâDäD(E*ENEXEZE\EdEfEhEjElEvExEôáôÎô»²®£–²£–²£–²£–²®£–²£–²£–²£–²Š²®£–²t£–²h>gdh>gd^JaJ jWðh>gd^JaJh>gdh>gd6]aJh>gdh>gdPJ^JaJh>gdOJPJ^Jo(hÄëh>gdh>gdaJ$j1»hîw¡hîw¡OJPJU^Jo($j
±hîw¡hîw¡OJPJU^Jo($j¢hîw¡hîw¡OJPJU^Jo(hîw¡OJPJ^Jo(-àCâCD¬D®D°D²D´D…}tkk_k $$Ifa$gd( $Ifgd( 7$8$H$gd>gd$a$gd>gdzkdµÅ$$If–FÖ\°é
"\–)m
m
n
n

t ö6öÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿ4Ö4Ö
laöyt(´D¶DîDNEPERETEVE…}tkk_k $$Ifa$gd( $Ifgd( 7$8$H$gd>gd$a$gd>gdzkd
Æ$$If–FÖ\°é
"\–)m
m
n
n

t ö6öÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿ4Ö4Ö
laöyt(VEXEŠEúEüEþEFF…}tkk_k $$Ifa$gd( $Ifgd( 7$8$H$gd>gd$a$gd>gdzkd_Æ$$If–FÖ\°é
"\–)m
m
n
n

t ö6öÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿ4Ö4Ö
laöyt(xEzE|E~E†EˆEÄEÆEúEFFFFFF F"F$F.F0F2FÜFæFèFòFôFöFGGG–G˜G¸GÂGÄGÆGÌGÎGÐGÒGÔGÞGàGâGäGæGðGòG|H€HœH¦H¨HªH¸HºH¼HÊHÌHÎHII:IDIFIHITIVIXIZIõêÝÔÉÔ½Ô¹êÝÔêÝÔêÝÔêÝÔ¹êÔêÝÔêÝÔ½Ô¹êÝÔÉÔêÝÔÉÔêÝÔÉÔ½Ô¹ê¯ÔêÝÔêÝÔ½Ô¹êÝÔÉõêh>gdOJPJ^JhÄëh>gdh>gd6]aJ jWðh>gd^JaJh>gdh>gdaJh>gdh>gdPJ^JaJh>gdOJPJ^Jo(h>gdh>gd^JaJEFF:FÜFÞFàFâFäF…}tkk_k $$Ifa$gd( $Ifgd( 7$8$H$gd>gd$a$gd>gdzkd´Æ$$If–FÖ\°é
"\–)m
m
n
n

t ö6öÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿ4Ö4Ö
laöyt(äFæF G¸GºG¼G¾GÀG…}tkk_k $$Ifa$gd( $Ifgd( 7$8$H$gd>gd$a$gd>gdzkd Ç$$If–FÖ\°é
"\–)m
m
n
n

t ö6öÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿ4Ö4Ö
laöyt(ÀGÂGôGœHžH H¢H¤H…}tkk_k $$Ifa$gd( $Ifgd( 7$8$H$gd>gd$a$gd>gdzkd^Ç$$If–FÖ\°é
"\–)m
m
n
n

t ö6öÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿ4Ö4Ö
laöyt(¤H¦HÜH:II@IBI…}tkk_k $$Ifa$gd( $Ifgd( 7$8$H$gd>gd$a$gd>gdzkd³Ç$$If–FÖ\°é
"\–)m
m
n
n

t ö6öÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿ4Ö4Ö
laöyt(BIDI€IPJRJTJVJXJ…}tkk_k $$Ifa$gd( $Ifgd( 7$8$H$gd>gd$a$gd>gdzkdÈ$$If–FÖ\°é
"\–)m
m
n
n

t ö6öÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿ4Ö4Ö
laöyt(ZI\IhIjIlInIpI|I~IJJPJZJ\J^JfJhJjJrJtJvJ~J€J‚JÆJÊJêJôJöJøJK
K KKK K0KŠKŒK¼K¾KÀKÖKØKÎLÏLçLèLéLôLõLOOOóêßÔÉóêßê½ê¹ÉóêÉóêÉóêÉóê½ê¹ÉóêÉóêÉóêµ­©ž­š­µ’µ‡’š’µ’µj„ÉhÃvUjhÃvUhN-"jÉhY]ÌUhY]ÌjhY]ÌUhÃvhÄëh>gdh>gd6]aJh>gdOJPJ^Jo(h>gdh>gd^JaJ jWðh>gd^JaJh>gdh>gdaJh>gdh>gdPJ^JaJ5XJZJŒJêJìJîJðJòJ…}tkk_k $$Ifa$gd( $Ifgd( 7$8$H$gd>gd$a$gd>gdzkd]È$$If–FÖ\°é
"\–)m
m
n
n

t ö6öÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿ4Ö4Ö
laöyt(òJôJ0KÜKKL®L÷LuMMNÄN/O¯OP…}snnsnnnsnn$a$ „I„›þ^„I`„›þ$a$gd>gdzkd²È$$If–FÖ\°é
"\–)m
m
n
n

t ö6öÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿ4Ö4Ö
laöyt( O O!O,O-OŠP‹P£P¤P¥P°P±PEQFQ^Q_Q`QkQlQ V!V9V:V;VFVGVW W8W9W:WEWFW”[•[­[®[¯[»[¼[l_m_…_†_‡_“_”_NaRabafavaxaˆaŠa¢a¤a¡d¢dºdôìèìäìäÙìèìäìäÎìèìäìäÃìèìäìä¸ìèìäìä­ìèìäìä¢ìèìääääääìä hÃvH*jïÌhÃvUjrÌhÃvUjõËhÃvUjxËhÃvUjûÊhÃvUj~ÊhÃvUhÃvhN-"jhÃvUjÊhÃvU;PJP³PQnQ²R4STˆT«TU‹UÝUJVdVÜVIWlWÖXˆYoZ¯ZðZb[¾[\úðúðúúúúúèèèðúúðúúØØØØØðú$„„äþ^„`„äþa$gdh+$
& Fa$ „I„›þ^„I`„›þ$a$\¢\X]Z]–]Þ]^@^k^º^é^5_–_Ü_R`a a®aèaDbzb¢b!c=d>dËdeúúúúòòòòúúúèúúúúúúààààúúèú$
& Fa$ „I„›þ^„I`„›þ$
& Fa$$a$ºd»d¼dÈdÉd®g°g¤m¥m½m¾m¿mËmÌmn-nUodo o¢o¹oºo[p\plpÌsÍsåsæsçsósôstt"t#tHtXt[t\ttžtRSklmyz“• ¤Á‚Â΂҂… …!…ôìèìäßäìäÔìèìäÍäÍäÉäÍäÍÂäìä·ìèìäÍäÍäÍäÍäÍäìä¬ìèì䨡Í䨡Íäìä hýwg5\hýwgjãÎhÃvUjfÎhÃvU
hÃv6aJhÞdÙ hÃv5\jéÍhÃvU hÃvH*hÃvhN-"jhÃvUjlÍhÃvU;eeeüfôg|hÌhÍhôh3iŒiåi+jk_lYmÎm-noíolpXqrÀrcsdsös t
v vúúúúúúúúúúúúúúðúúúúúúúúúðúúú „I„›þ^„I`„›þ$a$ vvbw8xÂxÃxUyØyLz±z{Œ{d|o}³~01}øùL€z€µbƒ„2……Î…Ž†úúúúúúúúúúúúúúúúðúúúúúúúðúúú „I„›þ^„I`„›þ$a$!…"…#…/…0…І҆‹‹‹‹ijÿ‘‘‘‘‘‘(‘)‘*‘+‘I’T’U’V’W’¤’¥’Ê’“|“}“¸“¹“Ó“ó“ôìèìäßäÛäÛäÔäÐÌÄ̹ÄèÄÌä±¥’‡±¥u±l±l±dhþOs@ˆþÿaJhÃv>*@ˆþÿaJhÃv56>*@ˆaJ
hÃvaJhÃv5@ˆþÿ\aJ%jZÐhÃv5@ˆþÿUaJmHnHuhÃv5>*@ˆþÿ\aJhÃv@ˆþÿaJjÝÏhR$3UjhR$3UhR$3h_> hÃv5\hýwg hÃvH*hÃvhN-"jhÃvUj`ÏhÃvU&Ž†‡ˆXˆYˆ€ˆ¿ˆ‰q‰AŠ¨Š‰‹ë‹˜ŒÛ¹Ž ì+‘I’T’V’W’¤’¥’Ê’úúúúúúúúúúòòòòòòòòèæááæáææ$a$ „I„›þ^„I`„›þ$
& F a$$a$ʒӓó“õ“$”%”ô”••••&•ýýøøýýòòzòòxkdŒM
hÃvOJQJUVaJjhÃvU^JaJhÃv5\aJhÃv5H*^JaJhÃv5^JaJhÃvH*^JaJhÃv5H*\^JaJhÃv6>*^JaJhÃv56^JaJhÃv5\^JaJhÃv6^JaJhÃv^JaJ(½½½+½G½I½J½u½}½¦½§½ª½²½ä½ì½`¾h¾Š¾Œ¾¾Ž¾Æ¾Ç¾È¾"¿#¿;¿*KH^JaJhÃvKH^JaJhÃvKH^JaJ *åÉæÉçÉñÉóÉ4Ê5ÊfÊiʂʉÊÀÊÂÊÃÊÄÊÅÊË˩˪ËÂËÃËÄËÐËÑËÓËÕËFÌjÌǩ̸̹̍ÌîÌïÌÍÍÍ(Í]Í^Í_͚͋͌͜Í,ÎbÎùôðëðôðôðäðëðùëðôðÜðÑÜÍÜðŽ±¦½½½½–½Ž…|½½…½¦hÃv@ˆøÿH*aJhÃv@ˆúÿH*aJhÃv@ˆøÿaJ jjðhÃvhÃv@ˆúÿH*aJhÃv56@ˆúÿaJhÃv56>*@ˆúÿaJhÃv@ˆúÿaJhÃv@ˆaJhN-"j^
hÃvUjhÃvU hÃv56 hÃvH*hÃv hÃvH* jWðhÃv0ÓËFÌk̗ÌÂÌúÌ(Í`͝Í÷ÍÎ,Î\ÎÔÎÕÎÿÎ"϶ÏçÏDІÐÈÐ(Ñ*ÑvÑýýøøøøøøýòòîäýýýäýääîýÞЄ=„åþ$If^„=`„åþ$If „7„Éý^„7`„Éý¤ð„ ^„ +
& FbÎcÎÉÎÊÎËÎÐÎÔÎÿÎÏÏ Ï"Ï)ÏLÏMÏ~ÏϋϜϞϢ϶ϽÏäÏåÏçÏîÏïÏÐÐ Ð0Ð1Ð2Ð4Ð>ÐAÐDÐKÐLÐhÐiÐkÐlІЋЌÐÈÐ(Ñ)ÑwÑxÑÒøðçðÝÓðÈðçðÈðçðÀðÓðçðÈðçðÈøðºçð糺ðçðÈøðÓ¨çðÈ È  ‡ hÃv@ˆüÿH*aJj”^
hÃvUaJmHnHuhÃv@ˆüÿaJhÃv@ˆH*^J aJ
hÃvH*aJ
hÃvaJhü,Î@ˆúÿaJhÃv56@ˆúÿaJhÃv@ˆ^J aJhÃv@ˆ^JaJhÃv@ˆúÿH*aJhÃv@ˆúÿaJhÃv@ˆaJ4vїÑdҌÒÓfÓhÓjÓlӸӺӖԬÕYÖÂÖ@×ñññññ뛖–”ŠŠŠŠŠ „7„Éý^„7`„Éý$a$Okdlñ
$$If–FÖ0”ÿØ
p'D˜
t ööÖÿÿÖÿÿÖÿÿÖÿÿ4Ö4Ö
laö$If„=„åþ$If^„=`„åþÒÒjÓlӀӂӒӔӤӲӴӶӺÓÈÓrÔtÔvÔxԐԒԖԤÔNÕPÕRÕTÕjÕlÕnÕpՔՖ՘՜լպÕ=Ö>ÖUÖVÖôìæìÝìÓìËìÀìµìæ®æìÝìµì¤™¤ì¤™¤ìôŽ¤ìµì‚ìsjڛÂN
hÃv@ˆüÿUVaJjhÃv@ˆüÿUaJ jwðhÃv@ˆüÿaJhÃv@ˆH*^J aJhÃv@ˆ^J aJ
hÃvH*aJhÃv56@ˆúÿaJ jWðhÃv@ˆüÿaJhÃv@ˆaJhÃvOJ
QJ
aJhÃv@ˆüÿH*aJ
hÃvaJhÃv@ˆüÿaJhÃv@ˆüÿOJ
QJ
aJ'VÖWÖXÖYÖ`֋֎֦֧֝֞֟֠־ֿÖÀÖÁÖÂÖÉÖ@חץצק׹׻×Ø6ØÙÙÙ!Ù"Ù9Ù:ÙñåÝÒÊÁÊ»´»ÊåÊ¥—åÊÒʏʄÁÊ{ÊҏqfqåÊWjڛÂN
hÃv@ˆüÿUVaJhÃv@ˆH*^JaJhÃv@ˆ^JaJhÃv@ˆüÿH*aJ jWðhÃv@ˆüÿaJhÃv@ˆúÿaJjõ
hÃv@ˆüÿEHäÿUaJjœÂN
hÃv@ˆüÿUVaJ
hÃvH*aJ
hÃvaJhÃv@ˆüÿH*aJhÃv@ˆüÿaJhÃv56@ˆúÿaJhÃv^J aJjhÃv@ˆüÿUaJj³ñ
hÃv@ˆüÿEHèÿUaJ"@×Ø6ØÏØÙGٛÙíÙ"ÚÜÝeÝÉÝ'ޒÞÏÞ"ßFßkߗ߱ßÔßóßàùõóóîääääääääÚóóÏÏÏÏÏÊÊ+
& F
+
& F
ÆŁ „I„›þ^„I`„›þ „7„Éý^„7`„Éý$a$¤ð„7^„7:Ù;ÙÙGÙNٛ٢ÙèÙêÙíÙôÙÚÚÚ Ú"Ú0ÚBÚDÚFÚHÚfÚhڈۊ۪۬ۮ۰ۼ۾ÛìÛñåÝÕÊÕÊÕÁÕÊÕ¹°¹¨Ê՝”ŒÕƒÕxÕla¨ÕåÝ jwðhÃv@ˆúÿaJhÃv@ˆúÿOJ
QJ
aJ jjðhÃv@ˆúÿaJhÃv@ˆúÿH*aJhÃv@ˆaJhÃv@ˆH*aJ jjðhÃv@ˆaJhÃv@ˆaJhÃv@ˆH*aJhÃv@ˆaJhÃv@ˆúÿH*aJhÃv56@ˆúÿaJhÃv@ˆúÿaJhÃv@ˆüÿaJjhÃv@ˆüÿUaJjø
hÃv@ˆüÿEHèÿUaJ ìÛîÛðÛòÛ Ü Ü
ÜÜÜÜÜÜfÜn܇܈ܟܠܡܢܦܧܾܿÜÀÜÁÜÂÜðâÖÎú¯§Îž“΋ÎÎpbÎÎSE§j„ hÃv@ˆúÿEHôÿUaJjCÂN
hÃv@ˆúÿUVaJjwþ
hÃv@ˆúÿEHôÿUaJj0ÂN
hÃv@ˆúÿUVaJjhÃv@ˆúÿUaJhô_Ø@ˆúÿaJhÃv56@ˆúÿaJhÃv@ˆúÿH*aJhÃv@ˆaJ j»ðhÃv@ˆaJhÃv@ˆH*aJ jjðhÃv@ˆaJhÃv@ˆúÿaJjhÃv@ˆüÿUaJjû
hÃv@ˆüÿEHäÿUaJjœÂN
hÃv@ˆüÿUVaJÂÜØÜÙÜÚÜÛÜÞÜßÜàÜáÜÝ
Ý*CJ\] hÃv6]jçŠ hÃvUhN-"jjŠ hÃvUj•= h%!øUmHnHu jWðhÃvj
/ hÃvUmHnHuhÃv56@ˆúÿaJ hÃvH* hÃv56jhÃvUj# hÃvUjÇe‰N
hÃvUVhÃv.ûîtïïððòðšñlònòÁò,ô%õööödö ÷õñëæõäæÚÐÐÊʃæäGkdý² $$If–FÖ0ºÿp)cS
ö6ÖÿÿÖÿÿÖÿÿÖÿÿ4Ö
Faö$If
„Ä$If`„Ä „I„›þ^„I`„›þ$a$„Ä`„Ĥð „7„åþ^„7`„åþ ÷
÷E÷|÷Û÷
ø>øø¦øÝøùQùRù°ùäùåù úDúuú¡úøúpû$ü]ü¥ü1ý2ýýûûýõõõõõõõýýýýëëýæëëëëëëý$a$ „7„Éý^„7`„Éý„ª^„ª¤ù¥ù­ù®ùåùëù úú9ú:úDúJúgúiúuú•ú—ú¡ú§úÈúÊúøúýúûûWûXûpûuû$ü)ü]übü¥üªü!ý#ý2ýSýþþYþZþÿÿ;ÿUj;ñ“P
h_>UVh_>jh_>U hÃv>*hÃv56>*CJ\]hÃv5H*\ hÃv5\hÃv56\] jWðhÃvhÃv hÃvH*:2ýSýVþzþ«þÝþÿ;ÿXÿYÿªÿG‚z{ý÷÷÷÷÷î☖††– „7„Éý^„7`„Éý„Ä`„ÄJkdà $$If–FÖ0ºÿyp)¿€÷ö6ÖÿÿÖÿÿÖÿÿÖÿÿ4Ö
Faöyt_> $$Ifa$gd_> $Ifgd%!ø$IfƒÌÎ&{«¬¸¹ÅÆÈÉÏpwÉÊáâãäUWkmu{€‡áétuŠ¶·ÏÐÑùõðõæõ×Å×Å×Å×ùæõæõ½õ¬¢½õõõæõæõæõ•õrj^o hÃvCJUaJjhÃvCJUaJhÃvCJaJjÝÆ hÃvU hÃvH*jlà hÃvEHÆÿU!j½¯ðO
hÃvOJQJUVaJjhÃvU# jWðhÃv6]ehrÊÿhÃv6]ehrÊÿhÃv56\] hÃvH*hÃv hÃv6]){ÈÉpÉñu€ástvà;(Dèé‡ÊË} Û œ

& úúððúîðîîîîäßßÚßßßßßßßßßß$a$$a$ „I„›þ^„I`„›þ „7„Éý^„7`„Éý$a$ÑÝÞßà()@ABCDž Ÿ   æ ç  µ - E € ¥ 


:
øìäàÔ´£‘´ԂuÔuÔfÔTÔDÔuÔhÃv5>*OJ PJ QJ \^J"hÃv56OJ PJ QJ \]^JhÃv5OJ PJ QJ \^JhÃvH*OJ PJ QJ ^J jWðhÃvOJ PJ QJ ^J#jÛo hÃvCJOJ PJ QJ U^J!jêïñO
hÃvOJQJUV^JhÃvCJOJ PJ QJ ^J#jLhÃvCJOJ PJ QJ U^JhÃvOJ PJ QJ ^JhÃvhÃvCJaJjhÃvCJUaJhN-"CJaJ& ' ~  µ ¶  € ¥ ¦ Ç í 
=
[




´áâVúúøóúúúúúêêêêêêêúâÚÍúÚ $„7„7^„7`„7a$$
& Fa$$
& Fa$$„Ä`„Äa$
& F$a$:
<
R
S




…‡‘’£¥¯°#‡ˆŒŽ¶¸¼½¾¿Àêëïðñò!OQ~¯°²Îúû01kloÂÄöø/òæ×æÊæ»æòæ¬ÊæòæÊæšæÊæÊæ¬æÊæÊæ¬ÊæÊæÊæ¬æÊæÊæÊæÊæ»æÊæÊæÊæ»æÊæÊæ"hÃv56OJ PJ QJ \]^J jWðhÃvOJ PJ QJ ^JhÃv5OJ PJ QJ \^JhÃvH*OJ PJ QJ ^J jhðhÃvOJ PJ QJ ^JhÃvOJ PJ QJ ^JhÃvH*OJ PJ QJ ^J*OJ PJ QJ \^JhÃv5OJ PJ QJ \^J#jH} hÃvEHèÿOJ PJ QJ U^J%j“gD
hÃvCJOJ QJ UV^JjhÃvOJ PJ QJ U^JhÃvH*OJ PJ QJ ^J jIðhÃvOJ PJ QJ ^JhÃvOJ PJ QJ ^J%,ABÓlÅÇóôZ¡ûü+n¢jÇÈbcÚÛçúúúúúúòúúêêúòêÝÔÔÔÔêúêúò$„n^„na$ $„n„Ä^„n`„Äa$$
& Fa$$
& Fa$$a$ƒ„…ˆ‰œžŸîïIJZ[]^_‹Œ«¬´µ¶¹º»ÃÄÅüíÝÑÝѾ¬ÝÑÝљ‡ÝÑzÑkÑkzÑzÑkÑkzÑkzÑkzÑ jWðhÃvOJ PJ QJ ^JhÃvH*OJ PJ QJ ^J#j5„ hÃvEHîÿOJ PJ QJ U^J%jt’gD
hÃvCJOJ QJ UV^J#jׁ hÃvEHèÿOJ PJ QJ U^J%j“gD
hÃvCJOJ QJ UV^JhÃvOJ PJ QJ ^JjhÃvOJ PJ QJ U^J#j¥ hÃvEHôÿOJ PJ QJ U^J#üÛç~˜™óø*+>?@A~¬­®³´ùú: ; < ? @ „ … Ù *!…!‰!îâÓâÃâ¶âÓâ¦â“¦â¶âr¶â¶â¶âr¶â¶â¶âjÓâhÃvPJ ^J jIðhÃvOJ PJ QJ ^J#j‰ hÃvEHèÿOJ PJ QJ U^J%j£•gD
hÃvCJOJ QJ UV^JjhÃvOJ PJ QJ U^JhÃvH*OJ PJ QJ ^Jjo† hÃvOJ PJ QJ U^JhÃv5OJ PJ QJ \^JhÃvOJ PJ QJ ^J"hÃv56OJ PJ QJ \]^J#çè~€ÃCËc Ù )!*!?!@!†!‡!ˆ!‰!‹!Œ!!Â!Ã!Å!Æ!ýýøóëëÞëëëÜÜøýýóóøøøøýýøø $„ª„Ä^„ª`„Äa$$
& Fa$$a$$a$‰!Š!!Ã!Ä!Æ!ü!ý!"""#"$"é#ê#7$c$d$n$$‚$£$¤$M%k%…%‡%¦%¨%È%Ê%Õ%c&d&{&O(Q(‰(‹(¬(®(Ð(Ò(í(ð( ) )))ïãÔÁÔ½µ½ªµ¦µ½Ÿ½š“š½Ž½Ž½š½Ž½Ž½Ž½‰½‚½Ž½Ž½Ž½Ž½Ž½Ž½{ jhðhÃv hÃv5>* hÃv5 hÃvH* hÃv>*H* hÃv>* jDðhÃvhN-"jô˜ hÃvUjhÃvUhÃv%jlŽ hÃv5OJ PJ QJ U\^JhÃv5OJ PJ QJ \^JhÃvOJ PJ QJ ^Jjõ‹ hÃvOJ PJ QJ U^J0Æ!Ç!&""###}# #¿#Ú#é#ù#ú#7$8$n$$®$L%M%k%‘%²%Ô%Õ%ù%2&L&ýóýýýíííííýýýýèèýýýèèèýýãã
& F
& F„Ü^„Ü „I„›þ^„I`„›þL&c&d&{&.'œ'û'7(T(g(Ž(±(Õ(ñ() )!)2)†)ˆ)P*Q*Ð*h+i+Œ+Þ+úøøîîîøééééééééøøøäøøîîøøø$a$
& F „„äþ^„`„äþ
& F)!)2)†)‡)‰)Š)))* * *
*********Í*Î*++_+`+e+f+h+Œ+ß+à+è+é+î+ï+ð+÷+ø+r,s,Š,‹,Œ,,’,“,”,--5-6-N-O-P-\-]-z-{-’-“-üõüíüèüèüèüèáüèüèáüáüèüèüèüèüõüèüÚüèáüÚüÒüǽÒüÚèüèüÒü²Ò®ÒüÒü¡jŽ÷ñO
hÃvCJUVhN-"j.ª hÃvUj㤠hÃvEH²ÿUja€O
hÃvUVjhÃvU jWðhÃv jwðhÃv hÃvH*jq™ hÃvU hÃv5>*hÃv=Þ+ú+û+r,¸,--_-z-–-Ä.Å.è.0/k/0}0¶0N1j1úøîáîø×øøÎøøÈúÎȾ±¤ $„T„¬þ^„T`„¬þa$ $„T„¬þ^„T`„¬þa$ „T„¬þ^„T`„¬þ„7`„7$„7`„7a$ „I„›þ^„I`„›þ $„„äþ^„`„äþa$ „„äþ^„`„äþ$a$“-”-•-Å.è.]/^/h/k/}0€0¶0¹0N1O1f1g1h1i1¸1Â1D2E2l2m2y2ƒ2¸2º2ò2ô233&3)3q3t3$4%4I4J4L4‰4‘4’4¢4£4º4»4Å4È4555555W5X5x5y5÷ïëäëÞëÙëÔëÔëïëÇ¿ïëÔëºëºëÔëºëºëºëÔëÔë´ë´ëÔ«£«£«˜«ÔëÔëÔëÔëÞëïhÃv5CJmHsH jWðhÃv5hÃv5mHsH
hÃvCJ hÃvH*jˆ· hÃvUj»÷ñO
hÃvCJUV hÃv5 hÃvH*
hÃvCJ
hÃv5CJhÃvjhÃvUj«ª hÃvU6?6A6D6¸6¹6»6¾6ð6ñ6772737üéÝÕüÏüÏÉÏÂÏüϽüϽü¶É¯É©É©£©Â©É©œÉ©œÉ¶É¯É¶É¯É’É$jl†[8
hÃvCJUVmHnHujhÃvCJU
hÃvCJH*
hÃvCJ
hÃvCJ
hÃvCJH*
hÃv5CJ hÃvH* jwðhÃv
hÃvCJ
hÃvCJjhÃvUj|ƒ8
hÃvEHäÿU$j|ƒ8
hÃvCJUVmHnHuhÃv037475767J7K7N7P7U7V7ƒ7„7“7•7—7˜7š7«7­7ã7å7æ7þ7ÿ78 8
88):*:¼:¾:Ã:û:œ*CJOJ PJ QJ \]hÌÑH*OJ PJ QJ  jjðhÌÑOJ PJ QJ hÌÑOJ PJ QJ hN-"j‰Â hÃvUjhÃvU hÌÑhÌÑhÌÑh%!øhÃvhÃv@ˆüÿCJH*hÃv@ˆüÿCJH* j´ðhÃv@ˆüÿCJhÃv@ˆüÿCJ
hÃvCJjhÃvCJUjl†[8
hÃvCJEHäÿU"—7˜78;9??I?Û? @=@Ó@ AWAÌA˜B0C«C¬CÔCDˆDóóóóóóëëëÛëëËËËËËËËëëëë$„n„Éý^„n`„Éýa$gdÌÑ$„7„Éý^„7`„Éýa$gdÌÑ$a$gdÌÑ $„Ä^„Äa$gdÌѼA½A¾AØAÙAÚAæAèA(B)B*B.B/B2B4BB€BBCžC¬CÔCDDD*D+D,D-D.DnDoD‚DƒD„D…DˆDŽD¿DÀDÅDÆD×DØDóèÞóèÞÓÞóèÞóÞèÞèÞèÞèÞÂÞ²ª¦•‹ª¦Þª¦zpªÞ²ÞèÞèÞèjÆ hÌÑEHâÿU!jæûñO
hÌÑOJQJUV^Jjà hÌÑEHäÿU!jlûñO
hÌÑOJQJUV^JhÌÑjhÌÑUhÌÑ56OJ PJ QJ \]!hÌÑ56>*OJ PJ QJ \]hÌÑH*OJ PJ QJ hÌÑOJ PJ QJ hÌÑH*OJ PJ QJ  jwðhÌÑOJ PJ QJ ,ØDÝDÞDàDåDfEgE•E–E©EªE«E¬E¯EµE FF^F_F„F…F˜F™FšF›F¢F£F^G`GuGwG‹GG•G›G G¡G¢G®G°GÚGÛGßGàGöG÷GOHöëöÛöëöÓϾ´ÓöÛöÛöëöÓÏ£™ÓöëöŽöŽöŽöÛöëöŽöëöŽöëö jwðhÌÑOJ PJ QJ hÌÑH*OJ PJ QJ jˆÍ hÌÑEHÄÿU!jüñO
hÌÑOJQJUV^JjhÉ hÌÑEHÜÿU!jÞûñO
hÌÑOJQJUV^JhÌÑjhÌÑUhÌÑ56OJ PJ QJ \]hÌÑH*OJ PJ QJ hÌÑOJ PJ QJ .ˆDàDæD3E¯E F„F¼F:G•GNHOHcH×HJvJƒJ)KK LXLÃL÷÷çç÷×Ï÷÷×÷÷÷Äĸ××××ç $„h^„ha$gdÌÑ $
& Fa$gdÌÑ$a$gdÌÑ$„7„Éý^„7`„Éýa$gdÌÑ$„n„Éý^„n`„Éýa$gdÌÑ$a$gdÌÑOHcHˆH‰HŠHÅHÆHÇHÓHÕH×IØIEJFJUJVJvJwJzJ{J|JJ‚JƒJ‰JÑJÓJ K
K)K/KK–K L&LULVL¹LºL½L¾LíLîLñLòL*OJ PJ QJ \]4ÃLHM¦MBN·N¹NO¾O›PYQZQ[Q\Q|Qïïïß×ïïïïïː‚$¤($Ifa$gd*A:kdIÑ $$If–FÖºÿ³'ù'öööÖÿÖÿÖÿÖÿ4Ö
Faöyt*A $$Ifa$gd*A$a$gdÌÑ$„7„Éý^„7`„Éýa$gdÌÑ$„n„Éý^„n`„Éýa$gdÌÑ
ÜNCPDPEPQPSP¬P­P®PHQIQZQ\Q]QxQyQzQ{Q|Q}Q~QQ‚Q…Q†QŠQ‹QQQ”Q•QÙQÚQÛQåQæQçQèQÿQRRR/R0RGRöéÞöÓöéÞöÞöÍýª Ã½œ—œ—œ—œ—œ—œ—œ½œ’œ½Šœ{sŠœŠœj•Þ hÌÑUjFóO
hÌÑOJQJUVjhÌÑU hÌÑ5 hÌÑH*hÌÑj§Ñ hÌÑCJU$j±„§:
hÌÑCJUVmHnHu
hÌÑCJjhÌÑCJU
hÌÑCJhÌÑH*OJ PJ QJ hÌÑH*OJ PJ QJ  jwðhÌÑOJ PJ QJ hÌÑOJ PJ QJ ,|QÙQÚQÛQåQæQﱨ¨¨ $IfgdÌÑ=kd\Ý $$If–F4Öºÿ³'ù'öööÖÿÖÿÖÿÖÿ4Ö
Faöf4ytÌÑ$¤(¤($Ifa$gd*AæQçQR.R/RKRvvvv $IfgdÌрkdÀÝ $$If–F4”VÖFºÿ+&³'qû ÖÖÿÿÿÿÿöööÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿ4Ö
Faöf4pÖÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿytÌÑGRHRIRJRKRLRMRWRXRbRcRdReRjRyRR‘R›RœRRžR§RºR»RÖR×RÝRßRôRõR/S>SôìäàÚàÕàÕàÚÑÈÚ¶§à …x…j…j…Úf_Xf h÷!˜h÷!˜ hœ*×h÷!˜h÷!˜ j®ðhÌÑCJmHnHuhÌÑ5CJmHnHuhÌÑCJmHnHujsñ hÌÑCJUmHnHu
hÌÑ5CJhÌÑ69;B*
CJ$ph€€"hÌÑ569;>*B*
CJ$ph€€hÌÑ5>*CJhÃv hÌÑ5
hÌÑCJhÌÑjhÌÑUjå hÌÑUjÏEóO
hÌÑUVKRLRMRWRXRbRcR›’’’’’ $IfgdÌÑckdÀî $$If–F4ÖFºÿb}³'¨6öööÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿ4Ö
Faöf4ytÌÑcRdReRyR‘REC5%$¤P¤P$Ifa$gd*A$¤ $Ifa$gd*Aºkd\ï $$If–F4ÖrºÿO½ "³'•nen# ÖÖ(ÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿöööÖÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿ4Ö
Faöf4pÖ(ÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿytÌÑ‘R›RœRžRÞRöTDD$¤(¤($Ifa$gd*A¢kdŸð $$If–FÖÖFºÿÜu³'" ™> ÖÖÿÿÿÿÖ0ÿÿÿÿÿÿöööÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿ4Ö
FaöpÖÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿyt*A $IfgdÌÑÞRßRhStS£SÌSûS*T\TÄTóT^U’UÉU#V[VvV›VÈVýV%WÁ´¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯gd÷!˜ „I„›þ^„I`„›þgd÷!˜=kdÃ
$$If–F4Öºÿ³'ù'öööÖÿÖÿÖÿÖÿ4Ö
Faöf4yt“@&>S?SWSXSYSeSfShStS+T,T3T5T]T^T_TfThTÅTÆTÍTÏTýTÿTgUiU’UÉU½V¾V¿VêVëVùVûVWWWWŠWÖW×W0X1XCXDXEXfXgXiX¥XzY÷óè÷ä÷óÚÑÅѽѱ§Ñ½Ñ±Ñ½Ñ½Ñ½ÑšÑŽ§Ñ§Ñ½Ñ§ÑšÑ§Ñ§Ñ‚§Ñ§ÑšÑ jhðhœ*×h÷!˜aJ jjðhœ*×h÷!˜aJhœ*×h÷!˜5>*\aJhœ*×h÷!˜H*aJ jWðhœ*×h÷!˜aJhí
7h÷!˜H* jwðhœ*×h÷!˜aJhœ*×h÷!˜aJhœ*×h÷!˜>*aJhN-"j'
h÷!˜Uh÷!˜jh÷!˜U2%WWWŠW¢WÄWX2XGXiX¥X
Y?YzY–Y¿Y÷Y#ZzZ†ZÙZ0[m[z[×[æ[ø["\úúúúúúúúúúúúòúúúúúúúúúúåúú „ „Ð^„ `„Ðgd÷!˜$a$gd÷!˜gd÷!˜zY{Y’Y“Y”Y•YÀYÁYzZ†Z›Z¡ZÝZÞZ.[/[m[z[[[ª]«]Û]Ü]à]á]ê]^Ã^Ä^Û^Ü^Ý^Þ^ß^__ïãÕÇï¾²¾¥¾›¾‘¾‘¾¥¾›¾²¾…¾²¾¥¾}yna}ã¾}jS$
hî ©h÷!˜EHâÿUj¡†P
h÷!˜UVh÷!˜jh÷!˜U jWðhœ*×h÷!˜aJhœ*×h÷!˜H*aJhœ*×h÷!˜>*aJhœ*×h÷!˜5>*\aJ jlðhœ*×h÷!˜aJhœ*×h÷!˜aJj¤
hœ*×h÷!˜5U\jŜ†P
hœ*×h÷!˜UVhœ*×h÷!˜5\aJjhœ*×h÷!˜5U\aJ$"\_\`\Ù\Ú\X]­]ê]^Ã^ß^;_z_{_²_`ˆ`å`ataÓa1bbÿbc+cúúúúúúúúïçúúúúúúúÞÞïÞúúúú„h`„hgd÷!˜$a$gd÷!˜
& F%7$8$gd÷!˜gd÷!˜_6_7_8_9_:_l_u_v_x_z_²_Ø`ä`XaYabacaÂaËaÌaÓab bbbb#bÿb+c‡dˆdŸd dùîáÙÍÄ͵¨Ä›ÄÍđąÄÍxÍđÄÍxÍěÄhÍZj>†P
hœ*×h÷!˜UVjhœ*×h÷!˜5U\aJhœ*×h÷!˜5H*\aJ j%ðhœ*×h÷!˜aJhœ*×h÷!˜H*aJhœ*×h÷!˜5>*\aJhî ©h÷!˜5H*\aJ jWðhœ*×h÷!˜5\aJhœ*×h÷!˜aJhœ*×h÷!˜5\aJjh÷!˜Uj)
hî ©h÷!˜EHâÿUjƒ¡†P
h÷!˜UV hî ©h÷!˜!+c‡d£dk@kñáØÌØÈļı¼­¼Ä  ‚  ‚ ‚ ‚ ugugugugugughÁ~hE(H*OJ PJ QJ hÁ~hE(OJ PJ QJ hÕ
hE(H*OJ PJ QJ hÕ
hE(6>*OJ PJ QJ hÕ
hE(OJ PJ QJ hN-"jsM
hE(UjhE(UhE(h÷!˜hœ*×h÷!˜5\aJhœ*×h÷!˜aJjhœ*×h÷!˜5U\aJjä,
hœ*×h÷!˜5U\'æinjkbkdkœkžkôkil€lxm”mnóóóó󟔔”‰v $
& F&a$gdE($a$gdE( $
& F&a$gdE( $
& F&a$gdE(Tkdä[
$$If–FÖ0Vþ¨H(R 
t ö6öÖÿÿÖÿÿÖÿÿÖÿÿ4Ö4Ö
laöÂþyt-vÞ $$Ifa$gd-vÞ @kBkNkPkVkXkZk\k^kdkfk”k–k˜kškœkžkîkðk»l¼lÏlÐlÑlÒlØlÙlðãÕãÆãÕð㾺¨ ¾ã—Š|ŠkŠWDkŠ|%j9\
hÕ
hE(EHäÿOJ PJ QJ U'j·
t@
hÕ
hE(OJ QJ UV^J!jhÕ
hE(OJ PJ QJ UhÕ
hE(H*OJ PJ QJ hÕ
hE(OJ PJ QJ hÁ~hE(PJ jðM
hE(U#jA P
hÁ~hE(OJQJUVhE(jhE(UhÁ~hE(OJ PJ QJ ^JhÁ~hE(H*OJ PJ QJ hÁ~hE(OJ PJ QJ  jwðhÁ~hE(OJ PJ QJ Ùl m
mxmymm‘m’m“m+n,n-nÿnooTpUpepfpgpjpkpÇpÈpÙpÚpnqoqvqwq}q~q…q†q£q§qJrKrLrÙrÚréróåó×ͼ©×ó™åó™åóåó™åóåóåóåóåó‰óåó‰óyó™åórnh“@& h÷!˜h÷!˜hÕ
hE(5OJ PJ QJ \ jWðhÕ
hE(OJ PJ QJ  jfðhÕ
hE(OJ PJ QJ %j*^
hÕ
hE(EHºÿOJ PJ QJ U!j–¬†P
hE(OJQJUV^JhE(OJ PJ QJ jhE(OJ PJ QJ UhÕ
hE(H*OJ PJ QJ hÕ
hE(OJ PJ QJ )nnbo°p"qEq¨qOrÙrÚrs}sýs1t²tåtu÷ìììÜÐìÀ»®¢¢¢——¢ $
& F a$gd“@& $„Ä`„Äa$gd“@& „I„›þ^„I`„›þgd“@&gd÷!˜$„„Ä^„`„Äa$gdE( $„^„a$gdE($„L„Ä^„L`„Äa$gdE( $
& F&a$gdE($a$gdE(érêrssssss u-uužuªu¸uEwFwfwgwÈwÊwrxsxtx‹xŒxxŽx÷óè÷ä÷àϻϩϻϕϕϩωvh]Jv$jÔc
h“@&h“@&CJOJ QJ Uhj␆P
h“@&UVh“@&h“@&CJOJ QJ h$jh“@&h“@&CJOJ QJ Uhh“@&OJ PJ QJ ^J& jjðhK5èh“@&OJ PJ QJ ^JaJ#hK5èh“@&H*OJ PJ QJ ^JaJ&hK5èh“@&5OJ PJ QJ \^JaJ hK5èh“@&OJ PJ QJ ^JaJh“@&hN-"jWc
h÷!˜Uh÷!˜jh÷!˜Uu u©uªu²v³vw)wpw“wÌwxsxxÚx%y&y÷÷÷÷÷ìáááááìÕ¾¾Õ$
& F"
Æ»„xþ$If`„xþa$gd“@& $$Ifa$gd“@& $
& F!a$gd“@& $
& F!a$gd“@&$a$gd“@&Žxxx‘x–x—xýxy%y&y'yrysyŠy‹yŒyyÝyÞyáyâyåyæyñàÎàÎàºàñ¯ž’Šn’ž\žJžJ#hK5èh“@&H*OJ PJ QJ ^JaJ#hK5èh“@&H*OJ PJ QJ ^JaJ!jív
hK5èh“@&EHºÿOJ QJ Uj‘†P
h“@&UVh“@&OJ QJ jh“@&OJ QJ U hK5èh“@&OJ PJ QJ ^JaJh“@&h“@&PJ ^J&h“@&h“@&5OJ PJ QJ \^JaJ#h“@&h“@&H*OJ PJ QJ ^JaJ h“@&h“@&OJ PJ QJ ^JaJh“@&h“@&OJ PJ QJ ^J&y'yyéyÇz{-{h{½{ |U|„||qqqqqfZ $„Ä`„Äa$gd“@& $
& F!a$gd“@& $
& F!a$gd“@&$a$gd“@&{kdjv
$$If–FÖÖ0”ÿfü'Ò–
t Ö0ÿÿÿÿÿÿö6öÖÿÿÖÿÿÖÿÿÖÿÿ4Ö4Ö
laöyt“@&
æyçy.z/z2z3zQzRz‚zƒz
{{){*{+{L{M{N{O{Y{Z{–{—{ž|Ÿ|Û|Ý|ß|õ|ö|}}}}}ã}ä}t~u~w~x~º~ìÛÉÛÉÛÉÛÉÛÉÛÉìÛ·Û·Û·ÛÉÛ£ÛÉ۟—“ˆ—“—Ÿ€ŸyŸqŸj |
hÂq÷U jWðhÂq÷hó9EhÂq÷>*jŽ{
hŒyUhŒyjhŒyUhÂq÷& jWðhK5èh“@&OJ PJ QJ ^JaJ#hK5èh“@&H*OJ PJ QJ ^JaJ#hK5èh“@&H*OJ PJ QJ ^JaJ hK5èh“@&OJ PJ QJ ^JaJ& jwðhK5èh“@&OJ PJ QJ ^JaJ)U|¡|ß|}w~y~XY¦§}€é€r¶ó‚D‚‚ڂ܃ރñƒôôçâÚâÚÚÚÍÍÍÍÚÄÍÍÍͼ¼$a$gd5]÷„`„gdÂq÷ „„äþ^„`„äþgdÂq÷$a$gdÂq÷gdÂq÷ „I„›þ^„I`„›þgdÂq÷ $
& F!a$gd“@&º~»~Ò~Ó~Ô~Õ~XY¥§¬ôõ € €#€$€%€&€2€3€R€S€T€}€‚€¾€À€é€î€ABabrw¶·΁ρ÷óßÒ÷óËóƾƴóËó÷ó “÷ó‹óƒ~ó´ó‹ó´ó‹ó‹ó´ó÷ój'j×gùP
h`,hÂq÷OJQJUVaJ hÂq÷H*hó9EhÂq÷>*hó9EhÂq÷H*j/
hó9EhÂq÷EHäÿU'j‹gùP
h`,hÂq÷OJQJUVaJhó9EhÂq÷56hó9EhÂq÷5 hÂq÷5 jwðhÂq÷j‹‰
hó9EhÂq÷EHäÿU'jffùP
h`,hÂq÷OJQJUVaJhÂq÷jhÂq÷U)ρЁсׁ؁ïðñò÷øýþ‚‚‚ ‚=‚>‚D‚I‚T‚U‚‚’‚ª‚¬‚½‚¾‚ڂ߂2ƒ3ƒmƒnƒyƒ{ƒšƒƒŸƒ¡ƒ܃݃ރñƒòƒ„òêæêæÒÅêæ½æ½æ¸æ®æ¸æ®æ©æŸæ©æ½æ®æ½æ½æ—æ©æ©æ‹‹}hð[Ðh9ûh5]÷56h5]÷j˜
h5]÷Uh6ÏhÂq÷H*h6ÏhÂq÷56 hÂq÷H*hó9EhÂq÷56 hÂq÷H*h6ÏhÂq÷H*jɓ
hó9EhÂq÷EHâÿU'jhùP
h`,hÂq÷OJQJUVaJhÂq÷jhÂq÷Uj0
hó9EhÂq÷EHòÿU.ñƒòƒ1„¾„À„ՅօG†l††ˆç†‡E‡—‡eˆfˆ
‰‰=‰¥‰§‰°‰.ŠŠ÷êåÝåååÕÕåååååååååååÝÝåå
& F-gdð[Ð$a$gdð[Ðgdð[Ð „I„›þ^„I`„›þgdð[Ð$a$gd5]÷„„ „!„"„.„/„¾„¿„>†?†D†E†H†I†O†P†R†T†m†n†t†u†w†y††ˆ‰=‰¥‰¦‰§‰°‰«Š¬Š®Š¯ŠºŠ»Š½Š¾Šʊˊ͊Ί‹‹!‹"‹'‹)‹X‹Y‹Ž‹‹÷óè÷ó÷óàóÛóÓóÛóËóÆó¾óËóÆó´ó©ó¡ó´ó™ó™ó™ó™ó™ó™ó’óŠóŠóŠóŠh°kwhð[ÐH* jrðhð[ÐhT°hð[ÐH*jª·hð[ÐUh°kwhð[Ð56>*h°kwhð[Ð56hrhð[ÐH* hð[ÐH*hrhð[ÐH*h°kwhð[ÐH* hð[ÐH*ja÷
hð[ÐUjäö
hð[ÐUhð[Ðjhð[ÐU6ŠŠ˜Š Š¡ŠªŠ­Š°Šöêê\öêêŽkd1“$$If–FÖÖF¦
½b•¥3
t Ö0ÿÿÿÿÿÿö6öÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿ4Ö4Ö
laö ytk.õ $$Ifa$gdk.õ $Ifgdk.õ°Š±Š¹Š¼Š¿Šqh\\ $$Ifa$gdk.õ $Ifgdk.õŽkdǓ$$If–FÖÖF¦
½b•¥3
t Ö0ÿÿÿÿÿÿö6öÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿ4Ö4Ö
laö ytk.õ¿ŠÀŠɊ̊ϊqh\\ $$Ifa$gdk.õ $Ifgdk.õŽkd]”$$If–FÖÖF¦
½b•¥3
t Ö0ÿÿÿÿÿÿö6öÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿ4Ö4Ö
laö ytk.õϊЊڊþŠ+‹Z‹”‹•‹¿‹Œ9Œqid[[[dddi„ª^„ªgdð[Ðgdð[Ð$a$gdð[Ўkdó”$$If–FÖÖF¦
½b•¥3
t Ö0ÿÿÿÿÿÿö6öÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿÖ ÿÿÿ4Ö4Ö
laö ytk.õ
‹•‹›‹¶‹·‹¼‹½‹¿‹ŋŒŒ5Œ6Œ7Œ8Œ=Œ>Œqruv{|ƒ‰›œ¡¢ñò*hð[Ð56>* hð[ÐH* jrðhð[Ðj‰•h°kwhð[ÐEHäÿU#j×]FR
hÅM`hð[ÐOJQJUV hÅM`hð[ÐjhÅM`hð[ÐUh1-ghð[ÐH*h1-ghð[Ð56hð[Ð39ŒƒñòŸ?Ÿ@ŸEŸFŸ]ŸùõíõâÕíõíõʽíõíõ²¥íõíõšíõ‰õ‰õíõ~qíõíõjþ”h6e6hÎÍEHèÿUjޗT
hÎÍUVhF+@j‚hÎÍhÎÍEHÊÿUj[—T
hÎÍUVj®Œh6e6hÎÍEHèÿUj,—T
hÎÍUVj¿‡hÎÍhÎÍEHÊÿUj—T
hÎÍUVjY„hÎÍhÎÍEHòÿUj–T
hÎÍUVjhÎÍUhÎÍ hÎÍhÎÍ&]Ÿ^Ÿ_Ÿ`ŸaŸbŸyŸzŸ{Ÿ|Ÿ}Ÿ~Ÿ•Ÿ–Ÿ—Ÿ˜ŸȟɟàŸáŸâŸãŸäŸåŸüŸýŸþŸÿŸ     îæÞ×ÏËÀ³Ï¯Ïˤ—ÏËÏˌÏËÞ¯tgÞc¯Þ¯XjÓÃ
T
hF+@UVhÃvja²hF+@hF+@EHLÿUjGÂ
T
hF+@UVj¶®hF+@hF+@EHàÿUjÂ
T
hF+@UVje«hñt§hF+@EHòÿUjëÁ
T
hF+@UVhÎÍj½¦hñt§hF+@EHÔÿUjÖÁ
T
hF+@UVhF+@jhF+@U hÎÍhÎÍjhÎÍUj#™hF+@U!jƒÁ
T
hF+@OJQJUVaJ     B C œ  µ ¶ · àÅ Û Ü Ý &¡'¡(¡)¡*¡A¡B¡C¡D¡E¡-¢.¢¶£ì£í£ý£þ£ÿ£¤¤¤ ¤
¤¤&¤òêæâæÚÖËÚÇÚÖ¼ÚÇÚÖµª£•ŠªÖ††{v{†q†q{jÚÖ hQühQü hQüH* hF+@H*hF+@ jWðhQühQüj]ÂhýwghF+@Uj«Æ
T
hýwghF+@UV hýwghýwgjhýwghýwgU hÃvhÃvjàÁhÃvUhN-"jcÁhÃvUhÃvjhÃvUh5¤hÎÍjhÎÍUjعhÎÍhF+@EHLÿU'²£
¤¶¤·¤¥¥Ô¥Õ¥+¦P¦Q¦S¦‚¦ƒ¦¨¦€§ͧ¨'¨i¨„¨¨ ©º©òðîðîðîðééááéééééééØéËË „n„Éý^„n`„Éýgd©;ä„Ä`„Ägd©;ä$a$gd©;ägd©;ä „7„Éý^„7`„Éýgd5¤&¤'¤(¤4¤6¤L¤M¤N¤´¤µ¤·¤¸¤ФѤÒ¤Þ¤à¤ö¤÷¤ø¤¥¥¥¥3¥4¥5¥A¥C¥Y¥Z¥[¥Ò¥Ó¥Õ¥Ö¥î¥ï¥ð¥ü¥þ¥¦¦¦)¦*¦+¦P¦Q¦ôìèìäÙìèìäìäÎìèìäÃìèìäìä¸ìèìä­ìèìäìä¢ìèìä—ìèìäˆ}hr.,h©;ä@ˆþÿaJh-Þh©;ä56>*@ˆaJjoXhÃvUjòWhÃvUjuWhÃvUjøVhÃvUj{VhÃvUjþUhÃvUjUhÃvUhÃvhN-"jhÃvUjUhÃvU0Q¦R¦S¦^¦_¦c¦d¦e¦f¦g¦h¦m¦n¦o¦w¦x¦¦ƒ¦®¦ø¦ù¦ú¦4§5§c§d§{§|§}§~§€§†§ž§Ÿ§¤§¥§§§¨§±§íäÙÐÙÅٽٽÙä³äªäٛ—‹——ƒ—rhƒ—›—‹—‹—‹—j€ih©;äEHäÿU!jˆTP
h©;äOJQJUVaJjh©;äU h©;äH* jWðh©;äh©;ähÈPh©;ä56@ˆ]aJ jWðh©;äaJh-Þh©;äH*aJh©;ä@ˆþÿaJ jWðh©;ä@ˆþÿaJh©;ä@ˆþÿH*aJhr.,h©;ä@ˆþÿaJhr.,h©;äaJ$jìXhr.,h©;äUaJmHnHu&±§²§ɧʧ˧̧ͧÔ§ë§ì§¨¨¨¨ ¨¨¨&¨'¨/¨M¨N¨e¨f¨g¨h¨i¨q¨y¨{¨}¨¨õïâÖõÒÃÒõﶧõ–zÃïõïm^õҖP–ƒ–h©;äaJehrÊÿjXxhR$3h©;äEH¸ÿUaJjœ[S
h©;äUVaJh×23h©;äaJ$h×23h©;äH*aJehrÊÿ!h×23h©;äaJehrÊÿj/rh×23h©;äEH²ÿUaJjœ[S
h©;äUVaJhÈPh©;ä56@ˆ]aJh©;äj)mh©;äEH²ÿUaJjœ›[S
h©;äUVaJ
h©;äaJjh©;äUaJ¨¨ƒ¨„¨Š¨¨¥¨¦¨§¨¾¨¿¨À¨Á¨&©'©)©A©B©Y©Z©[©\©]©ñàÔź¬£™“†w™nbWn™“J;™“j#ƒhR$3h©;äEH¸ÿUaJjC[S
h©;äUVaJh©;ä@ˆH*]aJh×23h©;ä@ˆ]aJh©;ä@ˆ]aJjµ~h×23h©;äEHâÿUaJj[S
h©;äUVaJ
h©;äaJjh©;äUaJhÙGh©;äaJh 3“h©;ä6@ˆ]aJh 3“h©;ä@ˆþÿaJh 3“h©;ä56@ˆ]aJh©;ä56@ˆ]aJ!h×23h©;äaJehrÊÿh©;äaJehrÊÿ]©b©c©d©{©|©}©~©„©…©œ©©ž©Ÿ© ©¨©©©º©»©¼©Ó©Ô©Õ©Ö©Ü©Ý©ô©õ©üóéãÖÇéã¿ü´§¿›‚y‚éãl]éãéãPjn¢[S
h©;äUVaJjðhÙGh©;äEHâÿUaJjûXWS
h©;äUVaJh©;ä@ˆ]aJh©;ä6@ˆ]aJh 3“h©;ä6@ˆ]aJh 3“h©;ä@ˆ]aJj hLRFh©;äEHâÿUjé[S
h©;äUVjh©;äUjLˆhÙGh©;äEHâÿUaJjs[S
h©;äUVaJ
h©;äaJjh©;äUaJh©;ä@ˆ]aJh©;äõ©ö©÷©ªªªª ª!ª"ª(ª)ª@ªAªBªCªDªJªKªLªMªYªZª`ªaª’ª“ªªª«ªðæàØæà˼æàæ௠敆{ØrØrØgØ_[Pjé[S
h©;äUVh©;äjh©;äU jWðh©;ä@ˆþÿaJh©;ä@ˆþÿH*aJhr.,h©;ä@ˆþÿaJh 3“h©;ä56@ˆ]aJhÙGh©;ä@ˆþÿaJj}hi(Vh©;äEHôÿUaJj‰¢[S
h©;äUVaJjZ™hÙGh©;äEHâÿUaJjˆYWS
h©;äUVaJh©;ä@ˆþÿaJ
h©;äaJjh©;äUaJjó•hi(Vh©;äEHôÿUaJº©ø©ªDª®ªÀªþª«M«N« «¡«Ø«A¬Œ¬߬­}­±­2®`®Ù®Ú®/¯]¯‡¯òòòíòòòòííííàààíàààààÞÜÚÞ& „„äþ^„`„äþgd©;ägd©;ä „n„Éý^„n`„Éýgd©;䫪¬ª­ª®ªÀªÁªªÙªÚªÛªܪâªãªúªûªüªýª«««(«)«*«+«,«1«2«I«J«òêâÙÎľ±¢Ä¾Ä¾•†Ä¾âľyjÄa¾Ä¾Tj(§[S
h©;äUVaJhi(Vh©;äaJj¢¬hÙGh©;äEHâÿUaJj3ZWS
h©;äUVaJj;©hi(Vh©;äEHôÿUaJj¬¢[S
h©;äUVaJjɤhÙGh©;äEHâÿUaJjZWS
h©;äUVaJ
h©;äaJjh©;äUaJh©;ä6@ˆ]aJh©;ä@ˆ]aJh©;ä@ˆþÿaJjh©;äUjâ hLRFh©;äEHâÿUJ«K«L«M«N«T«d«Ÿ«¡«Ø«Þ«ß«ë«÷«?¬@¬A¬G¬H¬d¬e¬|¬}¬~¬¬…¬‹¬Œ¬’¬œ¬¡¬¢¬ðæÛÐÁйЪÁ¡›Š›Ð¹Áйæ›}n曊ÐÁeYPhÙGh©;äaJhi(Vh©;ä@ˆ]aJh©;ä@ˆ]aJju´hÙGh©;äEHâÿUaJj¥ZWS
h©;äUVaJ!hi(Vh©;äaJehrÊÿ
h©;äaJhr.,h©;äaJh 3“h©;ä56>*@ˆaJh©;ä@ˆþÿaJh 3“h©;ä56@ˆ]aJhr.,h©;ä@ˆþÿaJhÙGh©;ä@ˆþÿaJjh©;äUaJj ±hi(Vh©;äEHôÿUaJ¢¬°¬±¬ȬɬʬˬͬÓ¬Ô¬Õ¬جÙ¬Ú¬Û¬Þ¬߬å¬æ¬­­­­­'­(­?­@­úðúãÔðÉÁ®™®‰®‰®~ofúUÉoÉÁðúHj=[WS
h©;äUVaJ!hi(Vh©;äaJehrÊÿhr.,h©;äaJh 3“h©;ä56@ˆ]aJhi(Vh©;ä@ˆþÿaJh©;ä@ˆþÿaJehrÊÿ(hi(Vh©;ä@ˆþÿH*aJehrÊÿ%hi(Vh©;ä@ˆþÿaJehrÊÿh©;ä@ˆþÿaJhr.,h©;ä@ˆþÿaJj¨¸hÙGh©;äEHÊÿUaJjó©[S
h©;äUVaJjh©;äUaJ
h©;äaJ@­A­B­I­J­L­M­S­T­k­l­m­n­t­u­v­|­}­ƒ­„­…­œ­­ž­Ÿ­ ­¥­ðæàÙàÙÑæàĵæऑ¤†wlæà_PælÑj5ÄhÙGh©;äEHäÿUaJjí[WS
h©;äUVaJhr.,h©;ä@ˆþÿaJh 3“h©;ä56@ˆ]aJhi(Vh©;ä@ˆþÿaJ$hi(Vh©;äH*aJehrÊÿ!hi(Vh©;äaJehrÊÿjAÀhÙGh©;äEHèÿUaJjq[WS
h©;äUVaJh©;ä@ˆþÿaJ
h©;äH*aJ
h©;äaJjh©;äUaJj½hÙGh©;äEHôÿUaJ¥­¦­¨­°­±­·­¸­¹­º­¼­¾­&®'®(®0®1®2®8®9®*hQzh±y«H*h±y«hœ{ÌehrÊÿ# jWðhœ{Ìhœ{ÌehrÊÿ hœ{Ìhœ{ÌH*ehrÊÿhœ{Ìhœ{ÌehrÊÿjƒ /hœ{ÌEHàÿU!jϘbR
hœ{ÌOJQJUVaJjhœ{ÌUhœ{ÌhtD©htD©56 hœ{Ì56 Õ¡Õ¢Õ£Õ©ÕªÕÁÕÂÕÃÕÄÕÊÕËÕÌÕÓÕÔÕÕÕÖÕ×ÕòÕÖÖ Ö
Ö!Ö"Ö#Ö$Ö&Ö/ÖëÞÖÒÖÒ¾±ÖÒ¢‘¢ÒwmwÒfÒÖÒVNÖÒJhœ{Ìj¡/h±y«Uj‡%nR
hQzh±y«CJUV hœ{Ìh±y«hQzh±y«>*H*hQzh±y«>*# jWðhQzh±y«ehrÊÿ hQzh±y«H*ehrÊÿhQzh±y«ehrÊÿjw/hQzh±y«EHØÿU'jʙbR
hQzh±y«OJQJUVaJh±y«jh±y«Uj¿/hQzh±y«EHàÿU'j¿ñbR
hQzh±y«OJQJUVaJ/Ö0ÖGÖHÖIÖJÖNÖOÖfÖgÖhÖiÖoÖpÖrÖց֊֋ְ֭֮֒֓֔֫֬֯ÖÇÖ÷óâÕ÷ó÷óÄ·÷³¤“¤“¤Œóˆ€|kc€ó[WhF/ÈjhF/ÈUj–;/hF/ÈU!j)nR
hF/ÈOJQJUVaJhÂW7jhÂW7UhÈNŽ h‘X·hœ{Ì h‘X·h‘X·H*ehrÊÿh‘X·h‘X·ehrÊÿh‘X·jÜ7/hœ{ÌhÂW7EHàÿU!j›bR
hÂW7OJQJUVaJj%4/hœ{Ìhœ{ÌEHàÿU!jRšbR
hœ{ÌOJQJUVaJhœ{Ìjhœ{ÌUÇÖÈÖÉÖÊÖÏÖÐÖÛÖÜÖàÖôÖõÖ××5×6×7×8×9×:×Q×R×S×T×U×V×m×n×o×p×v×w×îáÙÕÎÕÎÆÕ¿ÕÙÕ´§ÙÕÙ՜ÙՇƒre‡ƒVhÈNŽhÈNŽehrÊÿjlh/hÈNŽhÈNŽEHÔÿU!jϝbR
hÈNŽOJQJUVaJhÈNŽjhÈNŽUjd/hÈ\hF/ÈEHòÿUj[(nR
hF/ÈUVjœ_/hF/ÈhF/ÈEHêÿUjŠ(nR
hF/ÈUV hF/ÈhF/ÈhF/ÈhF/ÈH* jjðhF/ÈhF/ÈjhF/ÈUj"\/hF/ÈhF/ÈEHðÿU!j¹'nR
hF/ÈOJQJUVaJ¯ÖËÖõÖ×9×U×qׁ׬×È×ØžØìØhÃvUjhÃvUhÃv&

A.2. Calcul des couples nominaux
A.2.1.  EMBED Equation.DSMT4 
A.2.2.  EMBED Equation.DSMT4 
A.2.3.  EMBED Equation.DSMT4  mais aussi  EMBED Equation.DSMT4 
A.3. Calcul des puissances nominales
A.3.1.  EMBED Equation.DSMT4  et  EMBED Equation.DSMT4  donc  EMBED Equation.DSMT4  et  EMBED Equation.DSMT4 
A.3.2.  EMBED Equation.DSMT4  et  EMBED Equation.DSMT4  donc  EMBED Equation.DSMT4  et  EMBED Equation.DSMT4 
A.4. Modèle électrique équivalent d’une phase de la machine asynchrone
A.4.1.  EMBED Equation.DSMT4  donc  EMBED Equation.DSMT4 
A.4.2.
 EMBED Equation.DSMT4  donc  EMBED Equation.DSMT4 
A.4.3.  EMBED Equation.DSMT4  donc  EMBED Equation.DSMT4 
L’écart est de 2,4 % ce qui correspond bien à la précision liée aux 2 chiffres significatifs utilisés

Partie B Fonctionnement en génératrice hypersynchrone
B.1. Vitesse et glissement en condition nominale
B.1.1. Si la vitesse de rotation des poles est nr= 43,3 tr/min avec le multiplieur de vitesse de rapport m= 35 donc n = m.nr = 1516 tr/min
B.1.2.  EMBED Equation.DSMT4  la vitesse de rotation est supérieur au synchronisme la machine fonctionne donc en génératrice hypersynchrone
B.2. Caractéristique couple vitesse de la machine
B.2.1.  EMBED Equation.DSMT4  et si  EMBED Equation.DSMT4 
Avec  EMBED Equation.DSMT4 
Alors
 EMBED Equation.DSMT4  EMBED Equation.DSMT4  EMBED Equation.DSMT4  EMBED Equation.DSMT4  EMBED Equation.DSMT4  EMBED Equation.DSMT4 0 EMBED Equation.DSMT4 B.2.2. La caractéristique approchée est tangente à la caractéristique exacte pour (=(S
B.2.3. Point de fonctionnement nominal de l’éolienne



 EMBED Word.Picture.8 

B.3. Application :
B.3.1.
La puissance à l’entrée du multiplicateur  EMBED Equation.DSMT4 
B.3.2. D’après B.2.1.  EMBED Equation.DSMT4 
B.3.3. avec  EMBED Equation.DSMT4 
B.3.4. Expression de la puissance réactive consommée par la machine asynchrone :
 EMBED Equation.DSMT4 
B.3.5. Puissance apparente  EMBED Equation.DSMT4 
Et le facteur de puissance  EMBED Equation.DSMT4 
B.3.6. Amélioration du fP en mettant des condensateurs en triangle












 REF _Ref272741852 \h\n Exercice 26: REF _Ref272741853 \h BTS Etk 2002 Nouméa (Etude d’une station de pompage)
Analyse des essais
D’après la plaque signalétique 230 V sont attendus par enroulement. Le réseau présentant une tension de 400V entre phase, il faut appliquer une tension simple de ce réseau pour que chaque enroulement soit soumis à 230 V donc il faut un couplage étoile
 EMBED Word.Picture.8 
Pjr = g Ptr
A vide
 EMBED Word.Picture.8 
PabsV = Pfs = 570 W
En prenant nS=1500 tr/min donc p=2
Le glissement vaut  EMBED Equation.DSMT4  soit g=5%
Puissance transmise :
 EMBED Equation.DSMT4 
 EMBED Equation.DSMT4  soit Ptr = 9,47 kW
Couple Electromagnétique :  EMBED Equation.DSMT4  soit Tem=60,3 Nm
Autre méthode : comme
 EMBED Equation.DSMT4 
 EMBED Equation.DSMT4  ou  EMBED Equation.DSMT4  soit Pjr = 474 W
Puissance absorbée :  EMBED Equation.DSMT4  soit Pabs =10,044 kW
Facteur de puissance  EMBED Equation.DSMT4  donc fP=0,853
Rendement  EMBED Equation.DSMT4  donc (=0,896
Modélisation
Essai à vide
 EMBED Visio.Drawing.11 V= 230 V
PV= 570 W
IV= 7A
Il apparait qu’un bilan des puissances à vide permet de dissocier la puissance active modélisée par R0 de la puissance réactive associée à L0
La puissance active à vide consommée par R0 est telle que
 EMBED Equation.DSMT4   EMBED Equation.DSMT4  donc R0 = 278 (
Puis comme on connait V et IV on détermine SV = 3VIV puis on calcule  EMBED Equation.DSMT4 
Donc comme pour les 3 enroulements  EMBED Equation.DSMT4  alors  EMBED Equation.DSMT4  donc X0 = 33 (
Essai rotor bloqué
 EMBED Visio.Drawing.11  EMBED Equation.DSMT4  donc r2 = 0,696 (
 EMBED Equation.DSMT4 
 EMBED Equation.DSMT4 
 EMBED Equation.DSMT4  donc X2 = 2,2 (Autre méthode : comme précédemment un bilan des puissances est possible.
 EMBED Equation.DSMT4 
Expression du moment du couple
Pour démontrer la formule du couple trois équations sont nécessaires
Le couple  EMBED Equation.DSMT4 
La puissance transmise est celle qui est consommée dans r2/g
 EMBED Equation.DSMT4 
Et le courant  EMBED Equation.DSMT4 
¨ D’où  EMBED Equation.DSMT4 
Couple de démarrage :
Dans ce cas g=1
D’où  EMBED Equation.DSMT4  d’où Tem=117,4 Nm



 REF _Ref272741854 \h\n Exercice 27: REF _Ref272741855 \h BTS Etk 1998 Nouméa (Etude d’un monte charge)


 REF _Ref272741856 \h\n Exercice 28: REF _Ref272741857 \h  BTS Etk 1996 Métro
 

 


 REF _Ref277258121 \h \nExercice 29: REF _Ref277258122 \h BTS Etk 1996 Nouméa Association machine asynchrone / convertisseur de fréquence Autopilotage (Solution 29:)

 REF _Ref277262342 \h\n Exercice 30: REF _Ref277262342 \h BTS Etk 1987 (Solution 30:)

X0 = 14,6 ( ; PR’2 = 600 W ; QX’2 = 1790 Vars ; R’2 = 0,506 ( ; X’2 = 1,51 (
 EMBED Equation.3  ; avec Ptr = Ce .( ( Ce donné.

 EMBED Equation.3  ; (M = 6,61 mWb.
P = 3V(cos ( ;  EMBED Equation.3  ; Ce = 636.(a.(M
(a = 35,7 A ; g = 0,0675.
On doit avoir (M = cte ; Alors :  EMBED Equation.3 .

 REF _Ref277254947 \h \nExercice 31: REF _Ref277254947 \h BTS Etk 1983 (Solution 31:)

g = 3 %
cos ( = 0,797
( = 47,3 A
Pjr = 747 W
T = 159 Nm

A partir du diagramme de Fresnel on voit que la composante active de J1a = 21,8 A et que sa composante réactive est J1r = 6,97 A ( J1 = 22,9 A.
De l essai rotor ouvert ( m = V2/U (  EMBED Equation.3  ( m = 0,6 ; r2 = 0,171 (
!2( = 1,82 (
A partir de l expression de T avec les valeurs connues on calcule KU² = 992,5 uSI
TM = 273 Nm ; gM% = 9,4 %

Rh = 1,92 ( à partir de R2/g = cte si T = cte
PRh = 14,4 kW
 REF _Ref306551471 \h\n Exercice 32:  REF _Ref306551471 \h BTS Etk Nouméa 2010 ()

 REF _Ref323821361 \h\n Exercice 33: REF _Ref323821361 \h BTS Etk Métro 2011 ()
A.1. Puissance hydraulique (6 points)
A.1.1. PA=PB=Patm= Po= 105 Pa
A.1.2. Les vitesses et pressions sont les mêmes donc s’annulent
 EMBED Equation.DSMT4  donc  EMBED Equation.DSMT4 
A.1.3.  EMBED Equation.DSMT4 
Pour Q=Q1=50 m3/s  EMBED Equation.DSMT4  soit  EMBED Equation.DSMT4 
Pour Q=Q2=70 m3/s  EMBED Equation.DSMT4  soit  EMBED Equation.DSMT4 
A.2. Puissance mécanique fournie à chaque alternateur (6 points)

A.2.1. La puissance mécanique se partage entre les deux alternateurs
 EMBED Equation.DSMT4 donc chaque alternateur reçoit 2,11 MW pour Q1
 EMBED Equation.DSMT4 donc chaque alternateur reçoit 2,95 MW pour Q2
A.2.2.  EMBED Equation.DSMT4 
La vitesse de l’alternateur est de 750 tr/min soit 12,5 tr/s.
GHIJQRSjklmuvwŽ‘žµ¶·¸åæýþÿ%&=òêæâÛêâÐÃêâÛê⸫êâê⠓êâêâˆ{êâêâpcêâêâjŸO>hmÇhmÇEHòÿUj§1T
hmÇUVjSL>hmÇhmÇEHôÿUjz1T
hmÇUVjÖH>hmÇhmÇEHôÿUj1T
hmÇUVjME>hmÇhmÇEHâÿUj£0T
hmÇUVjº@>hmÇhmÇEHÊÿUjr0T
hmÇUV hmÇhmÇhmÇh?@DE\]^_gh€‚†‡žŸ ¡§¨¿ÀÁÂÆÇÞßàá01HôçßÛßÛÐÃßÛßÛ¸«ßÛßÛ “ßÛßۈ{ßÛßÛpcßÛßÛjëc>hmÇhmÇEHòÿUj¾2T
hmÇUVj’`>hmÇhmÇEHôÿUjˆ2T
hmÇUVjF]>hmÇhmÇEHòÿUja2T
hmÇUVjµY>hmÇhmÇEHäÿUj22T
hmÇUVj0V>hmÇhmÇEHòÿUj2T
hmÇUVhmÇjhmÇUjÚR>hmÇhmÇEHôÿUjÐ1T
hmÇUV$HIJKQRijklmuvwx‘’˜™°±²³½¾ÕÖ×ØÞßö÷ôçßÛÓÛȻӷۯÛÓÛ¤—ÓÛÓیÓÛÓÛtgÓÛÓÛ\jR7T
hiÄUVj¨|>hiÄhiÄEHäÿUj‹5T
hiÄUVj÷x>h–:OhiÄEHôÿUjä5T
hiÄUVjTt>h–:OhiÄEH´ÿUj5T
hiÄUVjùn>hiÄUhmÇjk>hmÇhiÄEHàÿUjX4T
hiÄUVjhiÄUhiÄjhmÇUjpg>hmÇhmÇEHàÿUj3T
hmÇUV"muw´µ¶ú`a—ÉUç^úñèñˆúúúú{{{{{ „„äþ^„`„äþgdiÄ_kdA|>$$If–FÖ0”ÿJ
J)¶

t ö6öÖÿÿÖÿÿÖÿÿÖÿÿ4Ö4Ö
laöpÖÿÿÿÿyt–:O $IfgdiÄ $IfgdmÇgdmÇ÷øùa—ùúEF\]tuvw !89:;BCZ[\]cd{|}~…†‡žŸòêæÛæÖæÖæêæ˾êæê泦êæê曎êæêæƒvêæoêædjc;T
hiÄUV hiÄhiÄjî>hiÄhiÄEHàÿUjØ:T
hiÄUVj²‹>hiÄhiÄEHâÿUj*:T
hiÄUVj·>hiÄhiÄEHäÿUj¤:T
hiÄUVj§ƒ>hiÄhiÄEHâÿUj—9T
hiÄUV hiÄH*hiÄhiÄ56>*hiÄjhiÄUjP€>hiÄhiÄEHôÿU%^†¢¾ÚöòòéÝÝÝ $$Ifa$gd–:O $IfgdiÄ „„äþ^„`„äþgdiÄŸ ¡¢£º»¼½¾¿Ö×ØÙÚÛòóôõ÷ø+,-.12IJòêæêæÛÎêæêæöêæê櫞êæê擆êæêæ{nêæêæcj>T
hiÄUVjK¤>h–:OhiÄEHäÿUj¾=T
hiÄUVjd¡>h–:OhiÄEHôÿUjq;T
hiÄUVj\>h–:OhiÄEHôÿUjÈ;T
hiÄUVj]š>h–:OhiÄEHôÿUj¤;T
hiÄUVj#—>h–:OhiÄEHôÿUj„;T
hiÄUVhiÄjhiÄUjM”>h–:OhiÄEHüÿU$ö÷/1MH?333 $$Ifa$gd–:O $IfgdiĶkd• >$$If–FÖÖ\¡­D‰­% —E$
t Ö0ÿÿÿÿÿÿö6öÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿ4Ö4Ö
laö
pÖ(ÿÿÿÿÿÿÿÿyt–:OJKL ¡¢£¥ÚÛÜÝÞßõö÷øú 
@AXYZ[rsŠ‹Œš›²³òêæßæßÚæÓȽæê沪ê¦æ¦æê曎êæêæƒvêæêækj`?T
hiÄUVj4Ý>hiÄhiÄEHèÿUjÆ>T
hiÄUVjÜÙ>hiÄhiÄEHôÿUjž>T
hiÄUVhmÇj6®>hiÄUj€>T
hiÄUVhiÄ5PJ \^JhmÇ5PJ \^J hiÄhiÄ hiÄH* jWðhiÄhiÄjhiÄUjר>h–:OhiÄEHäÿU$MN¥ÛÜÝÞH;;666gd$$If–FÖÖ\¡­D‰­% —E$
t Ö0ÿÿÿÿÿÿö6öÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿÖÿÿÿÿ4Ö4Ö
laö
pÖ(ÿÿÿÿÿÿÿÿyt–:OÞùú
\Ž¶ % \ “ Ö × Ø Ù Ú Û Ü Ý Þ ß à á ã Z!m!úúúúúúúúúúúúúúúúúúúúúúøøöì +
& F(gd +Zm$gd*hjõQ@hÃvUhÃvhN-"jhÃvUm!i"„""—"²"Ç"ê""#9#T#‚#É#à#û#E$Š$È$ú$%%1%:%õõõõïïêêááØáááááááÎõÁÁ
+„$If^„gd +Z +
& F(gd +Zm$„Ä`„ÄgdkY„Ä`„Ägd +Z+gd +Z+gdkYm$ +
& F(gd +Zm$²"³"¸"º"»"¼"¾"Æ"Ç"Ó"Ô"î"ø"ý"þ"#####!#"#8#9#:#ïàïÒÁ¯Áª¥ž¥ª¥…sdªÁ\XTEjh3 –hkYEHäÿUhhkYh +Zh3 –h +Zhj=n@h3 –h +ZEHèÿUh"jâGR
h3 –h +ZEHèÿUVhh3 –h +ZEHèÿhjh3 –h +ZEHèÿUh hkYH*h hkYh h +Zh#h3 –h +ZH*ehhrÊÿ h3 –h +ZehhrÊÿhkYehhrÊÿhkYH*ehhrÊÿ h3 –hkYehhrÊÿ:#P#Q#R#S#T#U#k#l#m#n#t#u#w##‚##ž#´#õãÔž¯¥“„¯n\nTE;h3 –h +ZEHÊÿhjh3 –h +ZEHÊÿUhh3 –h +Zh#h3 –h +ZH*ehhrÊÿ h3 –h +ZehhrÊÿ h +Zhj5v@h3 –hkYEHäÿUh"jîêGR
h3 –hkYEHäÿUVhh3 –h +ZEHäÿhjh3 –h +ZEHäÿUh
hkYEHäÿhjh3 –hkYEHäÿUhj¾q@hkYhkYEHºÿUh"j¤êGR
h3 –hkYEHäÿUVhh3 –hkYEHäÿh´#µ#¶#·#½#¾#À#È#É#Ø#Þ#ß#à#á#÷#ø#ù#ú#û#îßÐ˽«šŒ‡z‡kaO@k8h3 –hkYhj·~@h×Z h×Z EH¸ÿUh"jyëGR
h3 –h×Z EHÊÿUVhh3 –h×Z EHÊÿhjh3 –h×Z EHÊÿUh hkYhhkYhkYh h×Z hh +ZehhrÊÿ h3 –h +ZehhrÊÿ#h3 –h +ZH*ehhrÊÿhO
ehhrÊÿ h +Zhjh3 –h +ZEHÊÿUhjz@h3 –hO
EHÊÿUh"jäGR
h3 –hO
EHÊÿUVhû#ü#$$$$$$0$1$2$3$9$:$=$D$E$Z$[$q$r$s$t$z${$~$‰$Š$ñçÕÆñÁñ篠ñÁ}uÁñçcTñÁ}Fh +ZehhrÊÿjpŠ@h3 –h +ZEHòÿUh"jçGR
h3 –h +ZEHòÿUVhh3 –h +Zh#h3 –h +ZH*ehhrÊÿ h3 –h +ZehhrÊÿj‡@h3 –h +ZEHòÿUh"jæGR
h3 –h +ZEHòÿUVh h +ZhjɃ@h3 –h +ZEHòÿUh"jåGR
h3 –h +ZEHòÿUVhh3 –h +ZEHòÿhjh3 –h +ZEHòÿUhŠ$Ÿ$ $¶$·$¸$¹$¿$À$Á$Ç$È$Ò$Ó$é$ê$ë$ì$ò$ó$ù$÷èÞ̽踧•§¸€wgZ€VD5hŸI‡h +ZehrÊÿ# jhðhŸI‡h +ZehrÊÿh +Zjǒ@h3 –h +ZEHâÿUjéGR
h3 –h +ZEHâÿUVh3 –h +ZEHâÿjh3 –h +ZEHâÿUhŸI‡h +Zh#hŸI‡h +ZH*ehhrÊÿ hŸI‡h +ZehhrÊÿ h +Zhjû@h3 –h +ZEHäÿUh"jèGR
h3 –h +ZEHäÿUVhh3 –h +ZEHäÿhjh3 –h +ZEHäÿUhh3 –h +Zhù$ú$%%%-%.%/%0%;%*hh +Z :%D%K%Ù%&[&\&]&¾&,'?'òòòòòòvmg] +
& F(gd +Zm$+gduAm$+„Ä^„ÄgduA|kd¢ª@$$If–lÖÖ0d 5&¯"ÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿ
t Ö0ÿÿÿÿÿÿöÑ#ööÖÿÿÿÿÿÖÿÿÖÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿ4Ö4Ö
laöÐytuA
+„$If^„gd +Z
0&F&G&H&I&O&P&R&X&Y&Z&[&\&]&x&y&z&{&}&‰&Š&&‘&£&¤&º&»&÷çÚÍɺ©º—ɐˆÉ„}u„}„p„p„cZJj³õGR
h +ZhuAEHòÿUVh +ZhuAEHòÿjh +ZhuAEHòÿU huAH*huAhuAH* huAhuAhuAh +Zh +Zh hŸI‡h +Z# jWðh +Zh +ZehrÊÿ h +Zh +ZH*ehrÊÿh +Zh +ZehrÊÿh +Zjh +Zh +ZEHâÿUjˆ¦@h +Zh +ZEHâÿUjëGR
h +Zh +ZEHâÿUVh +Zh +ZEHâÿ»&¼&½&á&â&ø&ù&ú&û&''''''"'#'%'*'+','?'@'X'Y'òåáÔË»®ÔáÔ˞‘Ôá‚q‚_ZUMI>jïGR
h +ZUVh +Zjh +ZU h +Zh huAh# jWðh +ZhuAehrÊÿ h +ZhuAH*ehrÊÿh +ZhuAehrÊÿj¤³@h +ZhuAEHâÿUjîGR
h +ZhuAEHâÿUVjð¯@h +ZhuAEHâÿUjÕõGR
h +ZhuAEHâÿUVh +ZhuAEHâÿjh +ZhuAEHâÿUhuAjh +ZhuAEHòÿUjV«@h +ZhuAEHòÿUY'Z'['\']'s't'u'v'|'}'~'‡'ˆ'‰'Š' '¡'¢'£'¤'¥'»'ôìä×ξ±×­žž{tg^NAg­×ÎjÑÆ@h +Zh +ZEHäÿUjñGR
h +Zh +ZEHäÿUVh +Zh +ZEHäÿjh +Zh +ZEHäÿU hŸI‡h +Z# jWðh +Zh +ZehrÊÿ h +Zh +ZH*ehrÊÿh +Zh +ZehrÊÿh +Zj—Â@h +Zh +ZEHâÿUjðGR
h +Zh +ZEHâÿUVh +Zh +ZEHâÿjh +Zh +ZEHâÿUh +Zh +Zhjh +ZUjr·@h×j‘h +ZU?'\'‰'¤'¿'ê'ë'4(O(n(³(òòòòòxssiW+
& F(%dOÆÿgd +Zm$ +
& F(gd +Zm$+gd +ZykdsÒ@$$If–lÖÖ0d %¯ÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿÿ
t Ö0ÿÿÿÿÿÿö¶"öÖÿÿÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÿÿÿ4Ö4Ö
laöÐyt +Z
+„$If^„gd +Z
»'¼'½'¾'¿'À'Ö'×'Ø'Ù'ß'à'á'è'é'ê'ë'ú'3(4(5(K(ïâÕÑÄ»«žÄя~ldÑYTOB9h +ZhuAEHòÿjh +ZhuAEHòÿU h +Zh huAhhuAhuA6>*hh +Zh +Zh# jWðh +Zh +ZehrÊÿ h +Zh +ZH*ehrÊÿh +Zh +ZehrÊÿjlÎ@h +Zh +ZEHòÿUjóGR
h +Zh +ZEHòÿUVh +Zh +ZEHòÿjh +Zh +ZEHòÿUh +Zjh +Zh +ZEHâÿUjºÊ@h +Zh +ZEHâÿUjòGR
h +Zh +ZEHâÿUVK(L(M(N(O(n(³(½(¾(Ô(Õ(Ö(×(Ø(Ù())))-).)/)0)1)@)ïâÕÐþ¹¬£“†¬‚~xqxd[K>d‚~j]Ý@h3 –h +ZEHäÿUjõGR
h3 –h +ZEHäÿUVh3 –h +ZEHäÿjh3 –h +ZEHäÿU
hvWÐEHäÿH*
hvWÐEHäÿhvWÐh +ZjçÙ@h3 –h +ZEHâÿUjôGR
h3 –h +ZEHâÿUVh3 –h +ZEHâÿjh3 –h +ZEHâÿU h +Zh hvWÐhhŸI‡h +Z56>*h huAhjh +ZhuAEHòÿUjÓ@huAhuAEH¤ÿUj9öGR
h +ZhuAEHòÿUV³(Ù()2)[)})“)£)Õ)Ö)×)Ø)H*J*L*N*èèèè×ÍÈÈÃÁÁ¿¹¹¹$Ifgd +Z+gd +Z +
& F(gd +Zm$+„0ý%dOÆÿ`„0ýgd +Z+„„¸%dOÆÿ^„`„¸gdvWÐm$@)A)W)X)Y)Z)[)b)c)y)z){)|)})¨)©)¿)À)Á)Â)È)É)òéÙÌòÄÀ³ªš³ˆÀ{rbU{ÀFhŸI‡h +ZehrÊÿjÅì@hŸI‡h +ZEHÜÿUjøGR
hŸI‡h +ZEHÜÿUVhŸI‡h +ZEHÜÿjhŸI‡h +ZEHÜÿU h +Zhjfæ@hŸI‡h +ZEH²ÿUj÷GR
hŸI‡h +ZEH²ÿUVhŸI‡h +ZEH²ÿjhŸI‡h +ZEH²ÿUh +Zh3 –h +Zhj á@h3 –hvWÐEH´ÿUjò÷GR
h3 –hvWÐEH´ÿUVh3 –h +ZEH´ÿjh3 –h +ZEH´ÿUÉ)Ë)Ô)Õ)Ö)Ø)Ù)ñ)ò)ó)ÿ)****F*G*H*I*J*K*L*M*P*Q*i*j*k*w*y***‘*¤*¥*¦*§*¨*©*ïàÙÕÑÉѾɺÉѯɺÉѧџїÑÉьɺÉсɺÉÑvodjÒTh÷!˜h[:dU h÷!˜h÷!˜jRh÷!˜h÷!˜UjRhÃvUj RhÃvUj¿WPhÃvUjüIHhÃvUjrò@hÃvUjõñ@hÃvUhN-"jxñ@hÃvUjhÃvUhÃvh +Z hŸI‡h +ZhŸI‡h +ZehrÊÿ hŸI‡h +ZH*ehrÊÿ&N*O*P*¦*ª*«*¯*°*²*`+b+À+Á+,E,G,®¬ª¥¥¥¥¥ ›–Ž††Ž
& F'gdE(
& F'gdE(gdE(gdE(gd÷!˜gd÷!˜QkdäŽR$$If–FÖ0”ÿÉþ'55
t ö6öÖÿÿÖÿÿÖÿÿÖÿÿ4Ö4Ö
laö©*ª*«*¬*­*®*°*±*²*³*Ë*Ì*Í*Ù*Û*ñ*ò*ó*++B+^+_+`+a+b+c+{+|+}+‰+‹+¡+¢+£+¾+¿+À+Â+üøíæÛøÐÉÁü¶Á²Áü§Á² ™²ÁüŽŠ‚Šw‚²‚Šl‚²‚Šchœ{%hE(aJj(\hE(Uj™'\hE(UjhE(UhE(j¿ñYh}9åh}9åU h÷!˜hN-" hœ*×hN-"jBñYh÷!˜UhN-"jÅðYh÷!˜Ujh÷!˜U h÷!˜hŽ•jÿ
YhŽ•hŽ•UjýmWhŽ•hŽ•U hŽ•hŽ•jÙÆUhŽ•hŽ•UhŽ•h÷!˜&Â+Ã+Ë+Ì+Ð+Ó+ß+â+ó+ô+ý+þ+,, ,
,,,",#,$,%,.,0,4,5,7,8,9,:,