Td corrigé TD EM3 : Champ magnétostatique - PCSI-PSI AUX ULIS pdf

TD EM3 : Champ magnétostatique - PCSI-PSI AUX ULIS

TD EM3 : Champ magnétostatique ... 2°) Circulation du champ magnétique ; le théorème d'Ampère ... 3°) Champ magnétique créé par un dipôle magnétique.




part of the document



TD EM3 : Champ magnétostatique

But du chapitre
Introduire les lois de base de la magnétostatique pour des distributions filiformes de courant.
Observer les analogies et différences entre les champs engendrés par un dipôle électrostatique et un dipôle magnétostatique.

Plan prévisionnel du chapitre
 TOC \o "1-2" \n \p " " \h \z \u  HYPERLINK \l "_Toc323313959" I - Sources et effets du champ magnétostatique
 HYPERLINK \l "_Toc323313960" 1°) Les aimants
 HYPERLINK \l "_Toc323313961" 2°) Actions entre aimants et courants
 HYPERLINK \l "_Toc323313962" 3°) Champ magnétique
 HYPERLINK \l "_Toc323313963" II - Topographie des lignes de champ ; spectres magnétiques
 HYPERLINK \l "_Toc323313964" III - Champ magnétique créé par une distribution filiforme de courant
 HYPERLINK \l "_Toc323313965" 1°) Loi de Biot et Savart
 HYPERLINK \l "_Toc323313966" 2°) Invariances
 HYPERLINK \l "_Toc323313967" 3°) Symétries
 HYPERLINK \l "_Toc323313968" IV - Propriétés vectorielles du champ magnétique
 HYPERLINK \l "_Toc323313969" 1°) Flux du champ magnétique ; théorème de Gauss pour le champ magnétique
 HYPERLINK \l "_Toc323313970" 2°) Circulation du champ magnétique ; le théorème d’Ampère
 HYPERLINK \l "_Toc323313971" V – Moment magnétique
 HYPERLINK \l "_Toc323313972" 1°) Moment magnétique
 HYPERLINK \l "_Toc323313973" 2°) Dipôle magnétique
 HYPERLINK \l "_Toc323313974" 3°) Champ magnétique créé par un dipôle magnétique
 HYPERLINK \l "_Toc323313975" 4°) Lignes de champ
 HYPERLINK \l "_Toc323313976" 5°) Application

Savoirs et savoir-faire
Ce qu’il faut savoir :
La loi de Biot et Savart
Les propriétés de symétrie du champ magnétostatique
Le théorème d ' Ampère
La notion de dipôle et de moment magnétique
Ce qu’il faut savoir faire :
Déterminer la direction d'un champ magnétostatique, à partir des symétries de la distribution de charges
Déterminer les coordonnées dont dépendent les composantes du champ, à partir des invariances de la distribution de charges
Calculer un champ magnétostatique par intégration directe
Calculer un champ magnétostatique en utilisant le théorème d'Ampère
Erreurs à éviter/ conseils :
Faire attention aux propriétés de symétrie particulières du champ magnétostatique, « inversées » par rapport à celles du champ électrostatique.
Éviter autant que possible le calcul intégral direct d'un champ magnétostatique avec la loi de Biot et Savart, généralement lourde à utiliser : elle sert essentiellement à calculer le champ créé par une spire sur son axe.
Faire très attention aux conventions d'orientation dans l'utilisation du théorème d'Ampère, les choix des sens positifs pour la circulation et pour le courant ne sont pas indépendants.


Applications du cours
Application 1 : Déterminer la direction du champ magnétostatique
1°) Déterminer la direction du champ magnétostatique créé par un fil rectiligne infini parcouru par un courant d’intensité I en un point M quelconque situé à l’extérieur du fil (cette distribution de courant communément appelée « fil infini » est un fil constitue une bonne approximation d’une situation où l’on considère le champ à une distance d’un fil très faible devant son rayon de courbure).
2°) Une spire circulaire C'est un conducteur filiforme circulaire de centre O, de rayon R et parcouru par un courant I. On note (Oz) l'axe de la spire et on s'intéresse au champ magnétostatique créé par la spire en un point M sur cet axe, dont la position est caractérisée par la coordonnée z. Déterminer la direction du champ magnétostatique créé par la spire en M.
3°) Un solénoïde est une bobine circulaire, comportant N spires de rayon R parcourues par un courant I, et de longueur L>>R (typiquement L de l’ordre de 10R). On caractérise un solénoïde par le nombre de spires par unité de longueur n = N/L. Le modèle de solénoïde infini (longueur L infinie) donne une bonne approximation du champ magnétostatique dans un solénoïde réel au voisinage de son milieu (mais elle devient moins bonne près des extrémités). Déterminer la direction du champ magnétostatique en une point M situé à l’intérieur et à l’extérieur du solénoide.
 SHAPE \* MERGEFORMAT 


Application 2 : Déterminer les coordonnées dont dépendent les composantes du champ
1°) On reprend le champ magnétostatique créée en M par le fil infini présenté dans la question 1 de l’application 1. On repère la position du point M en coordonnées cylindriques (r, ¸, z). Déterminer les coordonnées dont dépendent les composantes du champ magnétostatique créé en M.
2°) On reprend le champ magnétostatique créée en M par le solénoide infini présenté dans la question 3 de l application 1. On repère la position du point M en coordonnées cylindriques (r, ¸, z). Déterminer les coordonnées dont dépendent les composantes du champ magnétostatique créé en M.

Application 3 : Calculer un champ magnétostatique en utilisant de la loi de Biot et Savart
On considère une spire de centre O, de rayon R et d'axe (Oz) parcourue par un courant I. Calculer le champ magnétostatique créé par la spire en un point M situé sur son axe, de coordonnée z.








Application 4 : Calculer un champ magnétostatique en utilisant le théorème d’Ampère
1°) On considère un fil infini parcouru par un courant d’intensité I. L'axe du fil est (Oz) et le courant I est dirigé vers les z croissants. On repère la position de M en coordonnées cylindriques (r,¸,z) . Déterminer le champ créé par la spire en M.
 SHAPE \* MERGEFORMAT 
2°) On reprend la situation présentée en exemple dans la question 3 de l application 1 : un solénoïde de rayon R et de longueur L comportant N spires, parcourues par un courant I. On se place dans l'approximation du solénoïde infini, que l'on considère comme un ensemble de spires planes circulaires régulièrement espacées. On repère la position d'un point M en coordonnées cylindriques (r,¸,z). Calculer le champ magnétostatique créé par le solénoïde en M un point situé à l’intérieur du solénoïde. On considérera que le champ magnétostatique est nul à l’extérieur du solénoïde.

Application 5 : Calculer le flux d’un champ magnétique
Évaluer le flux magnétique « envoyé » par le fil rectiligne infini (de direction Oy) parcouru par le courant d'intensité I, à travers le contour carré (de côté a), situé dans le plan xOy et de normale orientée selon  EMBED Equation.DSMT4 , tel que OO' = D (O’ : centre du carré) et D> EMBED Equation.DSMT4 .
 SHAPE \* MERGEFORMAT 

Exercices
Exercice 1 : Bobine plate
On qualifie de plate une bobine dont la hauteur h est très inférieure au rayon des spires R.
La bobine plate considérée comporte N spires et est parcourue par un courant I.
Pour les applications numériques, on prendra R = 20 cm, h = 1 cm, N = 200 et I = 500 mA.
1°) L'approximation faite généralement pour une bobine plate est de considérer que toutes les spires sont confondues et donc que le champ créé est égal à N fois celui d'une spire. Donner l'expression du champ créé sur l'axe de la bobine et calculer sa valeur numérique au centre de la bobine.
2°) On prend maintenant en compte la hauteur h de la bobine. En la considérant comme un ensemble de spires planes régulièrement réparties, donner l'expression du champ au centre de la bobine. Faire l'application numérique et calculer l'écart relatif avec la valeur approchée précédente. Conclure quant à la validité de l'approximation dans ce cas.

Exercice 2 : Solénoide infini
On considère un solénoïde dans l'approximation du solénoïde infini, comportant n spires par unité de longueur, de rayon R et parcouru par un courant I. On cherche à établir complètement l'expression du champ magnétostatique, sans supposer à priori qu'il est nul à l'extérieur. Le solénoïde est considéré comme un ensemble de spires planes.
1. À partir de l'expression du champ créé par une spire, calculer le champ sur l'axe du solénoïde.
2. En déduire, en utilisant le théorème d'Ampère, le champ en tout point en dehors de l'axe.


Exercice 3 : Bobines de Helmholtz
Le dispositif des bobines de Helmholtz est constitué de deux bobines plates de rayon R, de N spires chacune, de même axe (Ox) et séparées par une distance d = O1O2. Un courant I circule dans le même sens dans les deux bobines. On s'intéresse au champ magnétostatique créé par ce dispositif au voisinage du point O, milieu de O1O2. L'intérêt de ce dispositif est qu'avec d = R le champ magnétostatique créé est uniforme dans une large zone autour de O.

1°) On considère chaque bobine comme un ensemble de N spires circulaires confondues. En utilisant l'expression du champ créé par une spire sur son axe, donner l'expression du champ en un point M situé sur l'axe (Ox).
2°) On écrit EMBED Equation.DSMT4 . Montrer que Bx(x) est une fonction paire. Que peut-on en déduire concernant le développement limité de Bx(x) au voisinage de 0 ?
3°) Calculer le développement limité à l'ordre 3 en  EMBED Equation.DSMT4 de Bx au voisinage de 0.
4°) En déduire que, avec d = R,  EMBED Equation.DSMT4  au troisième ordre en  EMBED Equation.DSMT4 .
5°) On prend N = 250, I = 500 mA et R = 20cm. Calculer numériquement le champ magnétostatique au point O.


Exercice 4 : Câble coaxial
Un câble coaxial est constitué de deux conducteurs concentriques séparés par un isolant, parcourus par des courants égaux et de sens opposés. On se place dans l'approximation de courants filiformes : le conducteur central est considéré comme un fil et le conducteur périphérique infiniment mince, de rayon R. On considère que le câble coaxial est rectiligne et infiniment long.

1. Le courant qui circule dans le conducteur périphérique est réparti uniformément sur toute sa
surface. Étudier les symétries et invariances de la distribution de courant et conclure.
2. Montrer que le champ magnétostatique est nul à l'extérieur du câble coaxial.
3. Déterminer le champ magnétostatique entre les conducteurs.
Annexe 1 : Déterminer un champ magnétostatique
On applique les différents résultats obtenus au cours dans le cours afin de déterminer l'expression du champ magnétique créé par quelques distributions classiques de courants.
Démarche générale
Le calcul d'un champ magnétique s'obtient en effectuant successivement les étapes suivantes :
• Étude des invariances :
Cela permet de choisir le système de coordonnées adapté au problème : cartésiennes ou cylindriques en cas d'invariance par translation et cylindriques ou sphériques en cas d'invariance par rotation. Les invariances fournissent également les variables dont dépend le champ.
• Analyse des symétries :
La connaissance des plans de symétrie et d'antisymétrie permet de déterminer l'orientation du champ magnétique en un point M : le champ magnétique appartient aux plans d'antisymétrie et est perpendiculaire aux plans de symétrie de distribution de courants. M appartient au plan de symétrie ou d’antisymétrie.
• Choix d'une méthode de calcul parmi les deux exposées dans la suite.
Utilisation de la loi de Biot et Savart
Etape 1: Utilisation des symétries pour déterminer la direction et le sens de  EMBED Equation.DSMT4  ainsi que les variables dont il dépend.
Etape 2: Exprimer le champ élémentaire  EMBED Equation.DSMT4  produit en M par un élément de courant I EMBED Equation.DSMT4 .
Etape 3: Projection de  EMBED Equation.DSMT4  sur la direction du champ déterminé grâce aux symétries.
Etape 4: Sommation (intégration) pour avoir le champ total  EMBED Equation.DSMT4 .
Utilisation du théorème d’Ampère
Le théorème d'Ampère joue un rôle analogue pour le champ magnétique à celui que joue le théorème de Gauss pour le champ électrostatique. Il ne sera utilisable que lorsque l’étude des symétries et des invariances aura fourni la direction du champ, limité le nombre de variables dont il dépend et que seule manquera l'information relative à sa norme. Dans ce cas, il sera un outil précieux et performant.
Après avoir déterminé les invariances et les symétries et après avoir opté pour cette méthode
 !1‘
   ! , - . / P Q R S o p q r   ¡ ¢ üøôðéôåÞÙÍÉÅÉÁ¸¬ ¬–‡É‡zqÉq]zqzX hE '\'jh½GZhE '>*B*Uphÿh½GZhE '0Jjh½GZhE '0JUjhE 'U
h¥yÊ>*CJh[MähÃs>*CJh[Mäh8X>*CJaJh[MähÃs>*CJaJh)>*CJaJh7IÝhc:hE 'hÉ\ØhÃs>*CJaJ hÕV>* h1!hß|´h—k hÃshÃsh£òh2.“hAÄhè?X  !1‘  . ¢ Ô 
S
³
 W ‰ ¹ x Õ

E
}
÷ëëààÔÔÏÊÊÊÏÏÅÅÅÏÊÊÏÊÊgd:.¸gdE 'gdE ' $¤¤a$gd[Mä $
& Fa$gdÖQÙ $¤¤a$gdÕV$a$gdß|´Lplppþþþ¢ £ ¤ À Á Â Ã Ò Ó Ô Õ Ö ò ó ô õ 




:
;
<
=
Q
R
S
T
U
q
r
s
t
±
²
îáÖá¾îáîÖîáÖá¦îáîÖîáÖáŽîáîցxtx`x'jôh½GZhE '>*B*UphÿhE 'h½GZhE '0Jjh½GZhE '0JU/jwh:.¸hE '>*B*CJUaJphÿ/júh:.¸hE '>*B*CJUaJphÿ/j}h:.¸hE '>*B*CJUaJphÿh:.¸hE 'CJaJh:.¸hE '0JCJaJ!jh:.¸hE '0JCJUaJ#²
³
´
µ
Ñ
Ò
Ó
Ô
    : ; < U V W X v w x ‡ ˆ ‰ Š ¨ © ª · ¸ ¹ º » × Ø Ù Ú
úíäàäÌíäíúÁº¬Á£ÁºÁº•Á£ÁºÁº‡Á£Áºíäàäsíäíú'jeh½GZhE '>*B*Uphÿjèh:.¸hE 'Ujkh:.¸hE 'Uh:.¸hE '0Jjîh:.¸hE 'U h:.¸hE 'jh:.¸hE 'U'jqh½GZhE '>*B*UphÿhE 'h½GZhE '0Jjh½GZhE '0JU hE '\(
 * + , - v w x y z – — ˜ ™ Ó Ô Õ Ö × ó ô õ ö





+
,
-
.
C
D
îáÖá¾îáîÖîáÖá¦îáî֙Œx™™sîáÖá[îáî/jYh:.¸hE '>*B*CJUaJphÿ hE '\'jÜh½GZhE '>*B*UphÿhE 'h½GZhE '0Jjh½GZhE '0JU/j_h:.¸hE '>*B*CJUaJphÿ/jâh:.¸hE '>*B*CJUaJphÿh:.¸hE 'CJaJh:.¸hE '0JCJaJ!jh:.¸hE '0JCJUaJ#D
E
F
G
c
d
e
f
{
|
}
~

›
œ

ž
Ð
Ñ
Ò
Ó
Ô
ð
ñ
ò
ó
 
&'()89:õä×õ׿ä×äõä×õקä“äõä×õ×{ä×äõä×õ×cä×äõ/jMh:.¸hE '>*B*CJUaJphÿ/jÐh:.¸hE '>*B*CJUaJphÿ'h:.¸hE '0JCJOJQJ\^JaJ/jSh:.¸hE '>*B*CJUaJphÿ/jÖh:.¸hE '>*B*CJUaJphÿh:.¸hE '0JCJaJ!jh:.¸hE '0JCJUaJh:.¸hE 'CJaJ%}
Ò
:*CJOJQJ\]aJ h 5>*hk=¿hk=¿5>* h #Ò5>*hk=¿h #Ò5>*h #Ò hÕV5>* hk=¿5>*hÕVhÕV5>*hÃs>*CJaJhÉ\ØhÃs>*CJaJ hlah³}9jhE 'U)*yz”–°ÏYZ®¯ÀÁÂÃØÙéiÌѨ© !Z[öéöéöéöéÙÌÙÌÙ¿¸±¥œŠxŠqjc\c\c\X\X\Xh„V h„Vh„V h„Vh/) h„Vhi+= h„Vh #Ò#h #Ò56>*CJOJQJ^JaJ#hþ5Á56>*CJOJQJ^JaJhÃs>*CJaJhÝ|!hÃs>*CJaJ h7IÝhþ5Á h:.¸h:.¸h7IÝ0JC5CJ\aJh #Ò0JC5CJ\aJh #Òh #Ò0JC5CJ\aJh #Òh #Ò0JCCJaJh #Ò0JCCJaJ"ÁÂÃÙ©NklmÀÊʤ¦§¨úõéäÜÜÜÔÔÜÏÇÇÂÇ««««$„dÿ-DMÆ
ÿÿÿÿ]„a$gdŽC{gd0!ð$a$gdŽC{gd«Pâ$a$gdÞUÇ$a$gd„Vgdþ5Á $¤¤a$gd!Mgd7IÝgd:.¸[œÎ}~’¢³÷
ÚMNOfghijklmxyz}¿ÀÅÏÔè@RùõùõñõùõùíùíùíæíñÞíÞÐÈÞíæ¿­›‰­weíæíæíahŽC{#h«Pâ56>*CJOJQJ^JaJ#hÞUÇ56>*CJOJQJ^JaJ#hþ5Á56>*CJOJQJ^JaJ#h½556>*CJOJQJ^JaJ#hBtd56>*CJOJQJ^JaJh„VhÞUÇaJjÊhÞUÇUjhÞUÇUmHnHujhÞUÇU hÞUÇhÞUÇhÞUÇhþ5Áh„V h„Vh„V&R˜š,.4ÈÊ "23;F~€£¤¥¬­¹º½„ † üøüé×Å׳צ—¦—¦—Š€Š€Š€ŠqŠ€c€Å×Å׳ø_h,°jhŽC{UmHnHuhŽC{hŽC{@ˆúÿB*]phhŽC{@ˆúÿB*phhŽC{hŽC{@ˆúÿB*phhŽC{hŽC{@ˆüÿB*]phhŽC{hŽC{@ˆüÿB*ph#hŽC{56>*CJOJQJ^JaJ#hþ5Á56>*CJOJQJ^JaJ#h;56>*CJOJQJ^JaJh0!ðh Ø@ˆB*RH]phhŽC{hÞUÇ"¨©ª«¬­† À ¥$¦$Ý$&8&9&C&]&º&èèèèãÛÛÓËËË»«¦¡œ”$a$gdº+•gdVk>gd¨l\gd?7$-DMÆ
ÿÿÿÿa$gdº+•$-DMÆ
ÿÿÿÿa$gdº+•$a$gd2*U$a$gdŽC{$a$gdŽC{gd;$„dÿ-DMÆ
ÿÿÿÿ]„a$gdŽC{† ˆ ¶ ¸ º ¼ ¾ À È "!t!""$"Ì#Î#Ö#¤$¥$Ý$J%V%W%µ%¶%Í%Î%Ï%Ð%ñçñÙÇñç½°¦°¦°¦°¦™‡€wqwieSFijê hº+•hº+•EHôÿU#j‚ES
hº+•5CJUV\aJhº+•jhº+•U
hº+•@ˆÿÿhº+•hº+•@ˆÿÿ hº+•hº+•#h2*U56>*CJOJQJ^JaJh2*UhŽC{@ˆÿÿB*phh2*U@ˆÿÿB*phh2*Uh2*U@ˆÿÿB*phh‡0@ˆÿÿB*ph"jZ hŽC{hŽC{@ˆÿÿB*UphjhŽC{UmHnHuhŽC{@ˆÿÿB*phjhŽC{@ˆÿÿB*UphÐ%Õ%Ö%ä%å%þ%ÿ%&&&&&&3&4&5&6&7&8&9&C&òèÛÏÛÇñ¤ÇՋ•}k•^L8&hx8 hx8 5>*CJOJQJ^JaJ#h*û56>*CJOJQJ^JaJhº+•h,°@ˆB*ph"j hº+•hº+•@ˆB*Uphjhº+•UmHnHuhº+•@ˆB*phjhº+•@ˆB*Uphj
hº+•hº+•EHèÿU#jQ‚ES
hº+•5CJUV\aJhº+•jhº+•Uhº+•@ˆB*H*phhº+•hº+•@ˆB*phhº+•@ˆÿÿB*phhº+•hº+•@ˆÿÿB*phC&P&\&]&˜&·&''N'O'W'Y'c'g'ÿ'(Z(z(ˆ(Œ(À(à(ä)å)î)ï)ò)**,,,",#,&,:,;,r,‘,’,“,»,¼,½,Û,êØêÑÍÑÍÑÍÑÍÑÍÑÍÑÍÑÍÑÍÑÉ´¢´Ø´ÍžÍ‰w‰Ø‰ÍsÍsÍsÍshÃ#hB L56>*CJOJQJ^JaJ)h–qfhB L56>*CJOJQJ^JaJh”X#h–qf56>*CJOJQJ^JaJ)h–qfh–qf56>*CJOJQJ^JaJh–qfhº+• hº+•hº+•#hº+•56>*CJOJQJ^JaJ)h–qfhVk>56>*CJOJQJ^JaJ,º&
'c'ˆ(ä)å)*W+º+,,,;,#.%.þ.¨/00é0÷÷÷÷ëæÚÚÚÚÚÕÚɽ½´¯§$a$gdÃgdà 7$8$H$gdà $7$8$H$a$gdà $7$8$H$a$gdÃgdB L $7$8$H$a$gdº+•gd–qf $7$8$H$a$gdÛw?$a$gdº+•Û,Ü,Ý,Þ,ß,ã,í,--@-A-p-q---ž-Ÿ- -¡-¢-É-Ê-Ñ-Ò-..".#.$.
/ /"/#/$/%/4/5///Ü/Ý/ô/õ/ö/÷/û/ü/0*0+00010H0÷ó÷óïóïóïóïóïó÷ó÷ïóïóïóïóïëãóÛóɼÛó÷ó÷óÛóªÛó÷ó–ó–Ûó hÃhÃj¨ hÃhÃEHèÿU#j¬…ES
hÃ5CJUV\aJj¤ hÃhÃEHôÿU#j_…ES
hÃ5CJUV\aJjhÃUj™hÃUhÎ]
hº+•hÃhÃhÃH*4H0I0J0K0L0b0c0z0{0|0}0ƒ0Œ00•0—0˜0™0œ00¥0¦0§0«0¶0Ô0é0ë0ô0õ0ø011€22‚2ƒ2íàØÔÍØÔ»®ØÔÍÔÍÔÍÔÍÔÍÔÍÔÍÔÍԙ‡™u™njb^h
T~jA² h
T~Uhü» hiÆhü»#h>ZŸ56>*CJOJQJ^JaJ#hÎ]
56>*CJOJQJ^JaJ)h–qfhÎ]
56>*CJOJQJ^JaJjE¯ hÃhÃEHèÿU#j[†ES
hÃ5CJUV\aJ hÃhÃhÃjhÃUj« hÃhÃEHäÿU#j †ES
hÃ5CJUV\aJ$é0ê0ë012ƒ2ã2