Td corrigé Corrigé de l'exercice 2 TD 5 - Univ-lille1 pdf

Corrigé de l'exercice 2 TD 5 - Univ-lille1






part of the document



r le nombre de morts.
Les partisans du nucléaire ont le soucis de minimiser la catastrophe. Les anti nucléaire extrapolent parfois.
En France, le 6 mai 1986, le ministère de l’agriculture diffuse un communiqué « historique » : « Le territoire français, en raison de son éloignement, a été totalement épargné par les retombées de radio nucléides consécutives à l’accident de Tchernobyl »
Un coût humain très important.
L’accident a causé des cancers de la thyroïde parmi les populations exposées en Europe et dans le monde, au moins 4000, mais tous ne sont pas encore apparus.
Le CIRC estime à 16000, le nombre de morts en lien avec la catastrophe par cancer d’ici à 2065.
Difficile de prouver, pour les malades européens, que la maladie provient des conséquences de Tchernobyl.
En Italie et en Allemagne, des mesures visant à empêcher de se nourrir de lait et de légumes frais ont été immédiatement adoptées.
Le 5 septembre 2005, l’ONU publie un rapport : «  à la mi-2005, on a établi 59 décès directement attribués aux radiations … »
En URSS, toutes les informations sur la catastrophe restent un secret d’état jusqu’en 1989.
Découpage du territoire en zones plus ou moins stériles : en zone interdite, zone de contrôle permanent …
De très nombreuses personnes ont souffert et souffrent encore de la catastrophe.
Le césium 137 a une période de trente ans. Il est toujours présent dans l’atmosphère.
Croissance ininterrompue de tumeurs malignes, des malformations congénitales…
Les populations de proximité consomment des produits alimentaires comportant des radio éléments
Huit millions de personnes vivent dans des terres contaminées
Le 15 décembre 2000, le dernier réacteur de la centrale, qui en comptait quatre, est fermé. Un sarcophage va couvrir le premier qui fuit sera achevé en 2008.
Dépense d’énormes quantités de moyens pour éliminer les conséquences de la catastrophe

Avenir


Développement du nucléaire civil remis en question
Albert Jacquard : « le nucléaire est le suicide de l’humanité »