Td corrigé corrigé 2005 - Académie de Rouen pdf

corrigé 2005 - Académie de Rouen

Le clinker est composé de silicate bicalcique Ca2SiO4, de silicate tricalcique CaO ... II-3.4 Donner la formule et la charge de l'ion silicate : ... II- 4 Analyse pour la détermination des ions fer(III). .... Le principal problème posé par ce dosage, est la présence en solution des ions ..... III-1.1 La formule brute de l'eau est : H2O.




part of the document




Olympiades de la chimie
Académie de Rouen
Concours régional
2005



QUESTIONNAIRE

Le thème de ce questionnaire est :


CHIMIE et HABITAT



La durée de l'épreuve est de 2 heures


(((((((( Informations importantes ((((((

Ce questionnaire est composé d'une succession de lectures, de questions et de petits exercices.

Il est important de traiter le maximum de questions.


Les questions et exercices sont repérés par leur numérotation chiffrées : "I.1 etc. ".


Seule la liasse de "feuilles de réponses" devra être rendue à la fin de l'épreuve.
Vous devez l'utiliser pour y inscrire les réponses aux questions posées.

Ce questionnaire sera conservé par le candidat.

((((((((((((((((((((((((((((((((((((
Le thème des olympiades est cette année chimie et habitat.


Si l'on a une petite idée de ce que peut couvrir la chimie, quelle signification donne-t-on au mot "habitat" ?


L'habitat est tout d'abord le milieu géographique qui réunit les conditions nécessaires à la vie d'une espèce animale ou végétale.
L'habitat, c'est aussi la manière dont l'homme aménage les lieux où il vit.



La chimie va jouer, directement et indirectement un rôle important dans l'habitat :

Elle est présente dans les matériaux de construction, d'étanchéité et d'isolation.

Elle intervient souvent de manière très discrète, pour rendre plus confortable les lieux choisis par l'homme pour y vivre.


L'habitat c'est aussi le développement durable avec tous les faits d'éducation qui s'y attachent ; à défaut, l'habitat devient précaire et l'habitant doit migrer vers des sites plus favorables à sa survie.

La chimie va être utilisée pour permettre de qualifier l'habitat de salubre ou d'insalubre.


La chimie a donc une incidence quotidienne sur notre habitat, parfois négative (pollution) mais souvent positive (confort – assainissement). C'est ce que nous allons essayer de mettre en évidence au travers de ce questionnaire.



Mais en fin de compte, que faut-t-il à un lieu pour qu'il soit qualifié d'habitat par l'homme ?

Tout d'abord un abri, si possible solide, sec et bien isolé.

Et des conditions favorables à la vie : de l'eau potable, de l'énergie, de la nourriture.

Un peu de confort


Pour chacun de ces items, la chimie est présente.
Un toit pour s'abriter.


Après avoir mangé à notre faim, un toit pour s’abriter est le premier de nos soucis, surtout s'il pleut.

Les premiers humains (ainsi que les ours) ont colonisés toute sortes d'abris naturels, en particulier les grottes que l'on rencontre plus fréquemment dans les roches calcaires qu'ailleurs.
Aujourd'hui encore l'habitat troglodyte se rencontre sur les falaises calcaires.

Vous vous demandez ce que la chimie peut bien avoir à faire avec les grottes !

Et à votre avis, qui les a creusées ?

Un peu de chimie bien sur !

De part leur nature, les ions calcium [Ca2+] et les ions carbonate [CO32-] ont toujours manifesté une grande affinité à coexister à l'état solide.
En Normandie, nous en avons la preuve tous les jours lorsque l'on fait bouillir l'eau du robinet et beaucoup de crustacés s'en portent bien.

Il nous reste à expliquer comment un peu de chimie est capable de creuser une grotte dans une roche calcaire.


Pour commencer un petit compte rendu d'expérience :

Dans un tube à essai, on place un petit morceau de marbre. On ajoute ensuite un volume raisonnable d'acide chlorhydrique à 2 moles par litre.

Immédiatement on observe une effervescence signe d'un dégagement gazeux important.

Notre premier soucis est de placer un bouchon muni d'un tube de garde contenant une solution concentrée de chlorure de calcium ou bien une solution d'eau de chaux. (voir le schéma ci-contre).

Dans le tube de garde on observe d'abord un précipité blanchâtre puis après quelques instants le précipité se dissous et la solution redevient limpide.
Fin du compte rendu.

Quel est le constituant principal du marbre ?

Na2HPO4
CaCO3  FORMCHECKBOX 
MgSO4
Al2O3
Quel gaz se dégage lorsque l'on verse la solution de HCl sur le marbre ?

Le dioxyde de carbone CO2..

Ecrire l'équation de réaction associée à cette transformation.

CaCO3 (s) + 2 H3O+ + 2 Cl-(aq) Ca2+(aq) + 2 Cl-(aq) + 3 H2O + CO2 (g)


Quelle est la composition du précipité observé ?

CaCO3 (s) le carbonate de calcium

Ecrire l'équation de réaction de précipitation.

Ca2+(aq) + 3 H2O + CO2 (g) CaCO3 (s) + 2 H3O+


Lors de la réaction de précipitation, la solution de chlorure de calcium devient-elle :

Plus acide ?  FORMCHECKBOX 
plus basique ?
reste neutre ?


Pour quelle raison observe t'on la dissolution du précipité ?

Il fond .
Il réagit avec le CO2 (g).  FORMCHECKBOX 
Il s'oxyde au contact de l'air.
Il est réduit par l'eau.


Compléter l'équation bilan de la réaction de dissolution du précipité formé dans la phase initiale ?

CaCO3 (s) + CO2 (g) + H2O(l) 2  EMBED Equation.3 (aq) + Ca2+(aq)


Nommer l'espèce carbonée soluble formée lors de cette réaction.

L’ion hydrogénocarbonate


Un peu de calcul :

On donne l'expression de la constante d'équilibre de la réaction de dissolution du précipité :
Keq. =  EMBED Equation.3 

Montrer que l'on peut l'exprimer en fonction des KA de "l'acide carbonique"

Donner l'expression des KA de "l'acide carbonique"

 EMBED Equation.3   EMBED Equation.3 

 EMBED Equation.3   EMBED Equation.3 

Keq. =  EMBED Equation.3  =  EMBED Equation.3 


Les Ka de l'acide carbonique valent :  EMBED Equation.3 4.10-7 ;  EMBED Equation.3 5.10-11 ;

Calculer la valeur de cette constante d'équilibre de la réaction de dissolution du précipité.






Deuxième partie : la formation des grottes

- Dans la nature, les grottes et voies d'eau souterraines se sont formée selon un processus similaire. On veut bien entendu parler de la dissolution du carbonate de calcium, car chacun sait que les épaisses couches de calcaire que l'on rencontre ça et là on été formée par des sédiments de nature animale.
En ces temps là, l'activité volcanique, les forêts qui brûlaient, bien plus que l'activité humaine, chargeaient de CO2 l'eau de pluie.
Celle-ci en s'infiltrant dans les roches calcaires y solubilise, lentement mais sûrement, le CaCO3.

Parmi ces minéraux, un seul ne contient pas de carbonate de calcium.

Lequel ? aragonite
calcite
gypse  FORMCHECKBOX 
dolomite
La solubilité dans l'eau pure du carbonate de calcium est ~ 0,01g.L-1 à 15°C.

Quel volume d'eau faudrait-il pour solubiliser une mole de carbonate de calcium ?

1 m3
10 m3  FORMCHECKBOX 
100 m3

On donne : masse molaire du carbonate de calcium = 100g.mol-1 ?


Dans de bonnes conditions de température, l'eau de pluie peut solubiliser le CO2 à raison de environ 44mg par litre.

Qu'elle est la concentration molaire en CO2 de l'eau de pluie ?

1.10-2 mol.L-1
1.10-3 mol.L-1  FORMCHECKBOX 
1.10-4 mol.L-1
1.10-5 mol.L-1

On donne : Masse atomique molaire du carbone : 12g.mol-1
Masse atomique molaire de l'oxygène : 16g.mol-1


En utilisant la valeur de la constante d'équilibre associée à l'équation de réaction établie à la question N°6, comparer la solubilité du carbonate de calcium dans l'eau pure et dans l'eau de pluie chargée en CO2.

Dans l'eau de pluie, la solubilité de CaCO3 est :

 5 fois plus élevée ;
10 fois plus élevée ;  FORMCHECKBOX 
 20 fois plus élevée ;
 100 fois plus élevée.


Embellissement des grottes :
Une fois la cavité formée par dissolution, les eaux d'infiltration suintent le long des parois et des concrétions calcaires apparaissent.

Pour quelle raison le carbonate de calcium dissous se dépose t'il ?

La température de l'air dans la grotte est plus faible que celle de la roche.

L'eau s'évapore au contact de l'air.  FORMCHECKBOX 

En présence d'air, le carbonate de calcium est moins soluble dans l'eau.

L'eau perd le CO2 dissous.  FORMCHECKBOX 


Les concrétions calcaires qui se sont développées de cette façon au cours du temps ont formé des constructions monumentales que l'on peut admirer dans de nombreuses grottes.

Comment nomme t'on ces concrétions?

Compléter le dessin ci-dessous.















Les matériaux de construction :

Si les premiers hommes colonisèrent des grottes et des cavernes, aujourd'hui l'habitat troglodyte n'est plus très répandu, mais de nombreux vestiges sont conservés.

Les grottes étaient créées par des phénomènes géochimiques, principalement dans les régions où les roches calcaires prédominent.
Les humains ont rapidement appris à tailler ces roches tendres d'abord pour agrandir leurs grottes puis obtenir des moellons qu'ils ont assemblés pour élever des murs.

Lors de l'étude précédente, nous avons utilisé l'action d'un acide sur un morceau de calcaire, il s'en est suivi une effervescence témoignant d'un dégagement gazeux.
Les roches calcaires utilisées comme matériau de construction sont soumises à des érosions naturelles, le phénomène est particulièrement visible sur les statues de marbre et sur les façades soumises aux intempéries.


Quel phénomène est responsable de la dégradation des monuments et habitations construits avec des roches calcaires ?

L'effet de serre  FORMCHECKBOX 
La diminution de la couche d'ozone  FORMCHECKBOX 
Les pluies acides  FORMCHECKBOX 
L'érosion pluviale  FORMCHECKBOX 
Les pigeons.  FORMCHECKBOX 


Pour construire des bâtiments, il a fallu relier les blocs rocheux entre eux, certaines civilisations taillèrent les roches de telle sorte qu'elles s'emboîtent parfaitement, c'est le cas des civilisations incas.

Ce sont probablement les grecs qui furent les premiers constructeurs à utiliser un liant minéral pour assembler les blocs de pierre entre eux. Ils utilisèrent la chaux obtenue par cuisson du calcaire. Mais ce sont les romains qui améliorèrent le procédé en ajoutant des cendres volcaniques et de la brique pilée à la chaux, créant ainsi un véritable liant hydraulique.


Quelle signification donnez-vous au mot hydraulique pris dans ce contexte ?

Le liant peut durcir sous l'eau  FORMCHECKBOX 
Le liant doit être asséché pour durcir  FORMCHECKBOX 
Le liant durci au contact de la roche sans apport d'eau  FORMCHECKBOX 
Le liant utilise l'eau contenue dans la roche  FORMCHECKBOX 


Bon nombre d'ouvrages d'art réalisés à l'époque antique existent encore de nos jours, preuve de l'excellence des liants utilisés pour les construire.

En quelques siècles, l'homme est passé du précaire à la pierre puis au tout en béton (ou peu s'en faut).

Mais le béton, d'où vient-il ? De quoi est-il formé ? Comment le prépare-t-on ?

Le béton est un matériau de construction obtenu en associant des gravats, du sable, du ciment et de l'eau.

Le lien entre ces différents modes de construction c'est le ciment


le ciment

L'origine du mot "ciment" est très ancienne, il est dérivé :

du bas latin cimerium  FORMCHECKBOX 
du mot grec : ((((  FORMCHECKBOX 
du mot latin : caementum  FORMCHECKBOX 
de l'espagnol cimenterio  FORMCHECKBOX 


les premiers ciments modernes furent produits dés le 18e siècle en Grande Bretagne, mais c'est le français Louis Vicat qui a établi en 1817 les principes chimiques des ciments et définit le protocole de fabrication du ciment hydraulique, à savoir les proportions calcaire et de silice.

En 1824, l'écossais Joseph Asdin faisait breveter le ciment Portland qui fait encore référence aujourd'hui,le béton à base de ciment Portland est le matériau de construction le plus répandu. (Portland est une ville du sud de l'angleterre).


Pour quelle raison J. Asdin a-t-il donné le nom de Portland à ce type de ciment ?

Car il était né à Portland  FORMCHECKBOX 
Car la première fabrication a eu lieu à Portland  FORMCHECKBOX 
Car le ciment est aussi dur et a l'aspect de la pierre de Portland  FORMCHECKBOX 
Car c'est à Portland que l'on importait le ciment  FORMCHECKBOX 



Le ciment moderne est un mélange complexe d'oxydes : la chaux CaO, la silice SiO2, un peu d'alumine Al2O3 et d'oxyde de fer(III) Fe2O3.


Fabrication du ciment :

On porte à une température de 1450°C un mélange de calcaire (CaCO3) et d'argile que l'on nomme "le cru".

Sous l'action de la chaleur, l'argile, qui est un aluminosilicate complexe se décompose en ses oxydes et le calcaire subit une décarbonatation.

La silice et alumine réagissent alors avec la chaux pour donner un mélange de silicate et d'aluminate de chaux que l'on nomme "clinker".

Le clinker refroidi est alors broyé en poudre fine, additionné de 3 à 5 % de gypse (CaSO4,2H2O).
Cette poudre est le ciment portland.

Lors de cette opération, il est possible d'ajouter des éléments minéraux de différentes origines pour préparer les ciments spéciaux.


Ecrire l'équation de réaction de décarbonatation du calcaire.

CaCO3 (s) CaO(s) + CO2 (g)


Le clinker est composé de silicate bicalcique Ca2SiO4, de silicate tricalcique CaO,Ca2SiO4, et d'aluminate tricalcique 2CaO,Ca(AlO2)2.

Le silicate bicalcique est formé d'ion silicate et d'ions calcium.


Donner la formule et la charge de l'ion silicate :

(SiO4)4-


Montrer que la réaction :

2CaO + SiO2  ’! Ca2SiO4 est une réaction acido-basique entre oxydes,

Pour cela, écrire les demi équations de réaction acido-basiques à l'état solide.

CaO Ca2+ + O2-


SiO2 + 2 O2- (SiO4)4-


Lors de la fabrication du ciment il est important de contrôler les proportions de ces constituants. On procède pour cela à l'analyse du ciment.

L'analyse commence par la mise en solution du ciment en milieu acide, seule la silice reste insoluble, elle sera isolée par filtration, lavée, séchée et finalement pesée.


Cette opération est appelée :

Digestion  FORMCHECKBOX 
Dissolution  FORMCHECKBOX 
Fluxion  FORMCHECKBOX 
Lixiviation  FORMCHECKBOX 


La solution obtenue contient outre les ions oxonium des ions chlorure, des ions fer(III), des ions aluminium et des ions calcium.


Analyse pour la détermination des ions fer(III).

On constate que les solutions d'ions Fe3+(aq) développent en présence d'ion thiocyanate (SCN-) une coloration rouge intense, même à des concentrations très faibles, coloration due à l'ion complexe [Fe(SCN)]2+.

On réalise donc une série de solutions conformément au tableau ci-dessous pour lesquelles on mesure l'absorbance à 475 nm.


[Fe(SCN)]2+(mol/L)00,36.10-40,72.10-41,07.10-41,43.10-41,79.10-4CFe(mg/L)0246810A00,260,530,771,031,29


Sachant que M(Fe) = 56 g/mol,
expliquer comment passer de [Fe(SCN)]2+ en mol/L à CFe en mg/L.

Dans une mole d’ion FeSCN2+ il y a une mole d’élément fer soit 56 g de fer.

Donc CFe en mg/L est égal à [FeSCN2+](56(1000.




Tracer la courbe A = f(CFe).

 SHAPE \* MERGEFORMAT 

Quelle loi cette courbe vérifie-t-elle ?

La loi de Beer-Lambert


Enoncer cette loi

A = eð(l(C que l on peut écrire : A = K(C


Quelle relation lie l'absorbance(A) de la solution à CFe en mg/L.

A = K([FeSCN2+] = (K(CFe)/56000


Calculer le coefficient de proportionnalité en L.mg-1 puis en L.mol-1.

La droite passe par le point « 0 ;0 »,
on trouve K = 1,29/10 ; soit K = 0,129 L/mg

Si l’on remplace CFe par [FeSCN2+],
on obtient K =  EMBED Equation.3  = 7020 L/mol

2,00 g de ciment sont solubilisés dans l'acide chlorhydrique concentré. Après filtration, la solution est diluée à 100 mL dans une fiole jaugée.

Cette solution sera appelée S1 pour la suite.

On prélève 1,00 mL de la solution S1 que l'on fait réagir avec un excès de thiocyanate de potassium avant de porter le volume final à 50,0 mL.

L'absorbance lue à 475 nm est égale à 0,75


Sachant que la masse molaire de Fe2O3 est égale à 163 g/mol,
Quel est le pourcentage en masse de Fe2O3 dans le ciment étudié :

0,2 %  FORMCHECKBOX 
0,4 %  FORMCHECKBOX 
1 %  FORMCHECKBOX 
2 %  FORMCHECKBOX 
4 %  FORMCHECKBOX 
10 %  FORMCHECKBOX 


Quel nom donne-t-on à ce type de dosage ?

Dosage colorimétrique  FORMCHECKBOX 
Dosage par étalonnage  FORMCHECKBOX 
Dosage indirect  FORMCHECKBOX 
Dosage absorptiométrique  FORMCHECKBOX 


Le dosage du calcium dans le ciment est réalisé par volumétrie à l'aide d'une solution d'EDTA.

On prépare une solution de sel disodique de l'acide éthylènediaminetétraacétique.

Représenter une molécule d'acide éthylènediaminetétraacétique.









L'E.D.T.A. complexe les ions métalliques. Ce type de molécule complexante est appelée :


Piège à ions  FORMCHECKBOX 
Ligroïne  FORMCHECKBOX 
Chélate  FORMCHECKBOX 
Pince chimique  FORMCHECKBOX 


Remarque : Pour des raisons de commodité, on écrit : H4Y pour l'acide E.D.T.A.
et Y4- pour la forme la plus basique.


Le principal problème posé par ce dosage, est la présence en solution des ions fer(III) et des ions Al(III) qui tous deux forment un complexe stable avec l'EDTA.

Fort heureusement, ces ions sont peu soluble en milieu neutre,

On donne les constantes d'équilibre associées aux réactions ci-dessous :

Réaction 1 : Fe(OH)3 (s)  EMBED Equation.3  Fe3+(aq) + 3 HO-(aq) Kr1 = 10-37.

Réaction 2 : Al(OH)3 (s)  EMBED Equation.3  Al3+(aq) + 3 HO-(aq) Kr2 = 10-31.


Donner l'expression littérale des quotients de réaction associés à ces équations réaction :

Qr1 = [Fe3+]([HO-]3


Qr2 = [Al3+]([HO-]3


En déduire la concentration molaire en ion hydroxyde pour la précipitation du fer(III) dans une solution à 0,10 mol/L



10-37 = 0,10([HO-]3
[HO-] =  EMBED Equation.3 


[HO-]1 = 1,0.10-12 mol.L-1.

En déduire la concentration molaire en ion hydroxyde pour la précipitation de l'aluminium(III) dans une solution à 0,10 mol/L.



10-31 = 0,10([HO-]3
[HO-] =  EMBED Equation.3 


[HO-]1 = 1,0.10-10 mol.L-1.



Quelle relation lie [H3O+] et [HO-] en solution aqueuse ?

Ke = [H3O+]([HO-]


Donner le nom attribué à cette relation.

Le produit ionique de l’eau.


Rappeler la définition du pH

pH = log[H3O+]  FORMCHECKBOX 
pH = -log[H3O+]  FORMCHECKBOX 
pH =  EMBED Equation.3   FORMCHECKBOX 
pH =  EMBED Equation.3   FORMCHECKBOX 


Donner le pH de précipitation pour ces deux solutions




pH = - log[H3O+] = - log EMBED Equation.3 

pH1 = 2
pH = pKe + log[HO-]


pH2 = 4

Pour réaliser le dosage de l'ion calcium, on ajoute quelques gouttes d'une solution d'hélianthine à 10,0 mL de la solution S1 et on ajoute une solution de soude jusqu'au virage au jaune.

Le mélange est soigneusement filtré, le précipité lavé et les filtrats sont placés dans une fiole jaugée de 250 mL.

Dosage :

20,0 cm3 de cette solution sont alors dosé avec une solution de sel disodique d'EDTA de concentration 1,00.10-2 mol.L-1 .

Le volume de solution d'EDTA versé à l'équivalence est de 19,45 mL.

On sait que l'EDTA et l'ion calcium réagissent mole à mole,

Calculer le nombre de moles d'ion Ca2+(aq) contenus dans la solution S1

A l’équivalence, n(Ca2+) = n(EDTA)

Donc n(Ca2+) = C(EDTA)(Veq. = 1,945.10-4 mol

Dans les 100 mL de S1, il y en a 125 fois plus soit 0,0243 mol


et donner le % en masse de CaO dans le ciment étudié.
On donne : masse molaire de CaO = 56,0 g.mol-1.

0,0243 mol d’ion calcium correspondent à 1,36 g de CaO

% en masse de CaO = 68,1 %
Le plâtre :

Le plâtre serait-il le matériau de construction le plus moderne ?

Certes non, le plâtre est connu depuis la nuit des temps, il était utilisé en Grèce antique ainsi qu'en Egypte. Paris était connu pour son plâtre dés le moyen age.

Le plâtre est utilisé en tant que liant mais aussi comme matériau de construction. L'utilisation de panneaux de plâtre est en effet un procédé de construction assez récent.

Petite mésaventure chimique.

Le jeune Marcel, fort de son savoir académique mélange dans des proportions stœchiométriques du plâtre acheté chez son fournisseur préféré et de l'eau dans le but de garnir un mur laissé sur le ciment.

Il mélange le tout et surprise : la préparation prend en masse !

Décontenancé, il consulte un voisin, ouvrier plâtrier de son métier qui lui explique que le plâtre est un matériau qui à l'instar du ciment a tendance à prendre en masse très rapidement lorsque la quantité d'eau est insuffisante, il lui explique qu'il faut prévoir 10 à 30 % d'eau en excès selon l'utilisation pour pouvoir travailler le plâtre.

Cela pourrait faire une belle étude cinétique s'exclama le jeune Marcel.

De retour chez lui, le jeune Marcel décide de réaliser une analyse chimique du "solide" qu'il venait de préparer.


Il pèse 1,72 gramme de sa préparation qu'il solubilise dans une solution d'acide chlorhydrique et qu'il dilue dans une fiole jaugée de 1.00 L.
Contrairement au ciment analysé précédemment, il n'y a pas de résidus solides.
Il nomme cette solution Sx

C'est déjà cela, se dit-il, il n'y a pas de silice dans le plâtre.

Une certitude se dit Marcel, c'est que dans le plâtre il n'y a que des ions calcium et des ions sulfates.

Sur ce, il se prépare à réaliser une analyse conductimétrique de la solution

Pour ce dosage le titrant est une solution de BaCl2 à 0,010 mol/L et la prise d'essai de Sx est de 20 mL


Ecrire l'équation de réaction associée au dosage

Ba2+(aq) + SO42-(aq) BaSO4 (s)


En déduire la concentration molaire en ion  EMBED Equation.3  de la solution

En conductimétrie, l’équivalence est définie par l’intersection des deux segments de droite. Ici, Véq. = 20,0 mL.
D’après l’équation de réaction, n(SO42-) = n(Ba2+).
Soit pour la prise d’essai, n(SO42-) = 2.10-4 mol
Pour 1 L, on a 0,010 mol la concentration molaire en ion SO42- de la solution est donc de 0,010 mol/L.

Comment justifier l'allure de la courbe de dosage autour du point équivalent ?

Avant l’équivalence, les ions SO42- sont remplacés dans la solution par des ions Cl-.
Dl = 2(7,63 – 16,0 = - 0,74 mS.m².mol-1 (pente négative).
Après l’équivalence, l’addition d’ions Ba2+ et Cl- donne une pente positive à la courbe.
Ion solvatéCa2+Ba2+Cl-SO42-Conductivité en mSm2mol-111,912,727,6316,0
Données :


Combien de molécules d'eau (H2O) sont associées à la formule du composé hydraté

0,25  FORMCHECKBOX 
0,5  FORMCHECKBOX 
1  FORMCHECKBOX 
2  FORMCHECKBOX 
ElémentHOSCaMasse molaire en g/mol1163240
Données:

Le verre.

Les grottes ce n'était pas mal tant que l'on ne maîtrisait pas la maçonnerie, mais dés que l'on a su élever des murs de pierre et poser un toit au dessus, l'homme s'est mis à construire des habitations près des lieux qui lui plaisaient et où il se sentait en sécurité.
Restait le problème de la lumière, car quitter une grotte pour une grotte même si on l'a construite de ses mains, ce n'est pas une affaire. Bien sur on peut toujours créer des ouvertures dans les murs pour faire entrer la lumière mais le vent, la pluie, la neige et les animaux sauvages s'y engouffrent. Que faire !

Inventer le verre.

Où, quand, comment ? Sans doute quelque marchand en utilisant des blocs de roches pour prépare un feu s'est aperçu que la roche se vitrifiait ou alors un potier qui voulant agrémenter ses poteries en y plaçant des inclusions s'est-il aperçu que les morceaux de roches fondaient lors de la cuisson ?

Fabriquer de belles vitres a pris du temps mais quant on voit les vitraux du moyen age, on se dit que cela en valait la peine.

L'origine du verre se retrouve au sein du système ternaire SiO2-CaO-Na2O.
Pour certaines compositions du mélange la température de fusion tombe à moins de 1000°C.

Il est probable que les premiers verres aient été préparés à partir de silicates de sodium, mais ce matériau est quelque peu soluble dans l'eau.
L'addition de chaux vive (CaO) a amélioré la tenue chimique du verre, le verre sodocalcique était créé.

La silice forme le "réseau" du verre, elle entre pour environ 75 % en masse dans la composition du verre ordinaire.
Dans ce réseau des ions sodium et calcium vont venir s'insérer facilitant la fusion du matériau verre.

On peut considérer la silice comme étant un enchaînement de tétraèdre de SiO42-reliés par le sommet. En quelque sorte la silice dont un des représentant est le quartz est un matériau polymère minéral.

Depuis, le verre a beaucoup évolué et le nombre de verres spéciaux ne cesse de croître.

Ce furent les "flint" préparés en utilisant le silex (flint en anglais) comme source de silice, les "crown" ou verres au plomb, les verres borosilicatés à faible coefficient de dilatation.

On trouve aujourd'hui des verres à coefficient de dilatation nulle, des verres photochromiques, des verres électrochromiques et même des verres autonettoyants.

Vu son grand âge, l’idée de ne plus avoir à faire les vitres séduit Mamiline, elle se renseigne sur les nouveaux verres autonettoyants.
Mais auparavant, nous allons tester vos connaissances sur le verre et la chimie du verre.

Ecrire la bonne formule en face de son nom :
SiliceSiO2CalcaireCaCO3Carbonate de sodiumNa2CO3MiniumPb2O3BoraxNa2B4O7AlumineAl2O3Oxyde de sodiumNa2O
Na2CO3,
CaCO3,
Pb2O3,
SiO2,
Na2O,
Al2O3,
Na2B4O7



Noter dans la grille la formule du composé, choisi parmi ceux de la liste ci-dessous, qui permet d’obtenir l’effet désiré :

Na2CO3, CaCO3, PbO, SiO2, Na2O, Al2O3, B2O3

Oxyde formateur du réseauSiO2Oxyde modificateur du réseauAl2O3Evite les chocs thermiquesB2O3Améliore les propriétés réfractairesCaOAugmente l’indice de réfractionPbOAbaisse la température de fusion du verreNa2O
En Haute Normandie, un pôle verrier important s'est développé dans la vallée de la Bresle, il fut créé par des verriers italiens.

En quel siècle, les verriers italiens se sont-ils installés dans la vallée de la Bresle ?

XIII°XIV°XV°XXXXVI°XVII°XVIII°XIX°XX°Verres autonettoyant

Pour faciliter l’entretien des vitres plusieurs solutions ont été envisagées ; l’une d’entre elles est "l’effet lotus".
Il s’agit de greffer des molécules organiques à longues chaînes carbonées sur le verre pour le rendre hydrophobe.

Entourer la partie hydrophile et la partie hydrophobe dans la molécule ci-dessous :






Quel est le nom du groupe caractéristique  EMBED Equation.3  ?

sulfate  FORMCHECKBOX 
sulfite  FORMCHECKBOX 
sulfonate  FORMCHECKBOX 
thionate  FORMCHECKBOX 

La molécule présentée en 4.1., va être greffée sur du verre :

le verre non traité est du type :



Lorsque le verre est greffé, sa surface est modifiée :




Que se passe-t-il quand les gouttes de pluie touchent le verre dans chaque cas ?


Verre non traitéVerre traitéLa goutte glisseXXXLa goutte s’accroche au verreXXXUn film se formeXXXUne couleur bleue apparaît??????Des tâches blanches apparaissent après séchage??????
Cocher les bonnes cases
Indispensable à la vie, incontournable pour développer l'habitat, le bien sans doute le plus précieux :
L'eau.


La molécule.

La formule brute de l'eau est : H2O


Donner en représentation de Lewis la structure d'une molécule d'eau :


Géométrie de la molécule d'eau :






La géométrie de la molécule d'eau est la structure B


Comment justifie-t-on la géométrie de la molécule d'eau ?

En appliquant : La représentation de Lewis  FORMCHECKBOX 
La théorie de Gillespie  FORMCHECKBOX 
Les règles de Helferich  FORMCHECKBOX 
La théorie de Brönsted  FORMCHECKBOX 


Les substances acides réagissent avec l'eau pour former l'ion " EMBED Equation.3 " que l'on nomme :
Ion hydroxyde  FORMCHECKBOX 
Ion oxonium  FORMCHECKBOX 
Ion hydronium  FORMCHECKBOX 
Ion hydroxonium  FORMCHECKBOX 


Le proton solvaté dans l'eau possède une formule mal définie que l'on note " EMBED Equation.3 " ou encore :  EMBED Equation.3 . Quelle en est la cause ?

L’existence de liaisons hydrogène.
L'eau potable

Aujourd'hui l'eau de consommation est sévèrement contrôlée, 62 paramètres sont vérifiés avant qu'une eau puisse être qualifiée de potable.

Ces paramètres sont classés en quatre catégories :

Organoleptiques

Physico-chimiques

Toxicologiques

Microbiologiques


Citer trois paramètres organoleptiques :

Odeur – Saveur (goût)

Couleur - Turbidité


Parmi les paramètres physicochimique de l'eau, quelques un sont mesurables ce sont :

le pH,
la dureté totale ou TH ;
le pouvoir tampon KH que l'on nomme aussi alcalinité ou dureté temporaire ;
la salinité qui mesure la quantité totale des ions solubles dans l'eau.

Le pH de l'eau potable.

Quel doit obligatoirement être le pH d'une eau potable ?

Egal à 7,0 exactement  FORMCHECKBOX 
Compris entre 5,5 et 9,5  FORMCHECKBOX 
Compris entre 6,0 et 9,0  FORMCHECKBOX 
Compris entre 6,5 et 8,5  FORMCHECKBOX 


La dureté est l'un des paramètres physicochimiques de l'eau :

Les eaux de consommation sont souvent qualifiées par leur dureté.
La dureté de l'eau s'exprime en °TH ou °f (degré français)


Que signifie l'abréviation TH ?

Titre hydrologique  FORMCHECKBOX 
Teneur en hydrogénocarbonate  FORMCHECKBOX 
Titre hydrotimétrique  FORMCHECKBOX 
Total hardness  FORMCHECKBOX  (en anglais dans le texte)


Le degré français (°f) correspond à :

10 mg.L-1 de CaO  FORMCHECKBOX 
10 mg.L-1 de CaCO3  FORMCHECKBOX 
1 mg.L-1 de CaCO3  FORMCHECKBOX 
8 mg.L-1 de CaO  FORMCHECKBOX 


Quelle est la limite supérieure pour pouvoir qualifier une eau douce ?

5°f  FORMCHECKBOX 
10°f  FORMCHECKBOX 
15°f  FORMCHECKBOX 
20°f  FORMCHECKBOX 


L'eau de Normandie est réputée pour être une eau dure. Quel est son titre moyen ?


La dureté de l'eau en Normandie est voisine de 25 à 35°f.


Détermination de la dureté d'une eau de consommation.

La détermination de la dureté totale d'une eau s'effectue à l'aide d'une solution titrée de sel disodique de l'acide E.D.T.A. en milieu basique (pH = 10) obtenu par utilisation d'une solution "tampon" appropriée.
La prise d'essai est de 50,0 cm3 d'eau de consommation.
Le titre de la solution de sel disodique de l'acide E.D.T.A. est 0,010 mol.L-1.
La réaction entre l'ion calcium et l'EDTA a lieu mole à mole.
Le volume de solution de solution d'EDTA versé à l'équivalence est de 15,3 cm3.


Ecrire l'équation de réaction entre l'EDTA et les ions calcium sachant que à pH = 10 l'EDTA est sous sa forme tétrabasique que l'on notera "Y 4-"

Ca2+(aq) + Y4-(aq) [CaY]2-(aq)
Calculer la concentration en ions Ca2+ de l'eau analysée ainsi que la masse équivalente en CaCO3 ( EMBED Equation.3 )


[Ca2+] = 3,06.10-3 mol/L

soit :
 EMBED Equation.3  306 mg/L


Dans quelle catégorie va-t-on classer cette eau ? Dure ou douce ?

Dure car le TH = 30,6°f


Le "pouvoir tampon" ou KH

le pouvoir tampon ou KH est aussi appelé dureté temporaire de l'eau, il est bien connu des aquariophiles, c'est lui qui indique au chimiste s'il va être facile ou non de modifier les caractéristiques physicochimiques d'une eau de consommation.
Le pouvoir tampon d'une eau rend compte de sa capacité à conserver une valeur stable de pH lorsque des substances acides ou basiques y sont ajoutées.
Une eau naturelle possédant un KH élevé aura un pH stable.
Le KH s'exprime de la même manière que le TH, en degré hydrotimétrique
L'eau distillée a un KH = 0°


Quelle espèce chimique habituellement présente dans l'eau naturelle est responsable de ce comportement ,

Ca2+(aq)  FORMCHECKBOX 
Cl-(aq)  FORMCHECKBOX 
SO42-(aq)  FORMCHECKBOX 
HCO3-(aq)  FORMCHECKBOX 
NO3-(aq)  FORMCHECKBOX 
CO32-(aq)  FORMCHECKBOX 

Justifier votre choix en complétant l'équation de réaction de l'espèce désignée ci-dessus avec l'acide A-H

 EMBED Equation.3  + A-H(aq) = H2O,CO2 (aq) + A-(aq)

puis avec la base B| .

 EMBED Equation.3  + B|(aq) =  EMBED Equation.3  + BH+(aq)
Quelle propriété acido-basique de l'espèce chimique choisie est mise en évidence ?

Le caractère amphotère  FORMCHECKBOX 
La réversibilité  FORMCHECKBOX 
Une dismutation  FORMCHECKBOX 
L'alcalinité  FORMCHECKBOX 
Le produit ionique  FORMCHECKBOX 


Etude d'une eau minérale naturelle pétillante.

"Les plus chanceux établirent leur habitat près de cette source qui leur fournissait en abondance une eau claire et légèrement pétillante."
Le gaz qui s'échappe de la source trouble l'eau de chaux.
Une mesure du pH indique qu'il est voisin de 6,2

Mais au fait, pour quelle raison une eau naturelle est pétillante ?

Elle contient du CO2 dissous et est fortement carbonatée.


Quel est le gaz qui s'échappe de cette eau minérale ?

Le dioxyde de carbone CO2


Compléter le diagramme de prédominance d'espèces acido-basiques en solution en y plaçant les couples suivants :
 EMBED Equation.3  pKA = 6,4
 EMBED Equation.3  pKA = 10,3




 (H2O,CO2)(aq) HCO3-(aq) CO32-(aq)

6,4 10,3


Quelles sont les espèces carbonatées existant en solution à pH = 6,2 ?


A pH = 6,2 les espèces carbonatées présentes en solution sont :
(H2O,CO2)(aq) et HCO3-(aq).
Le dosage :

On prélève ensuite 100 mL d'eau que l'on dose avec une solution d'acide chlorhydrique à 0,100 mol/L.

Le dosage est suivit par pH-métrie.

Quelle est l'espèce chimique dosée dans ce dosage ?

HCO3-(aq).


Ecrire l'équation de réaction associée au dosage.

 HCO3-(aq).+ H3O+ H2O,CO2 (aq) + H2O

Justifier en quelques mots l'allure de la courbe de titrage.

La courbe est décroissante car addition d’acide.

Le saut de pH marque l’équivalence

Le point d’inflexion correspond au volume équivalent


Pour quelle raison, le minimum de la courbe dérivée correspond il au volume à l'équivalence ?

La pente de la courbe diminue jusqu’au point d’inflexion puis croit à nouveau cela correspond à un changement de réactif limitant.


Pour pouvoir réaliser plus rapidement ce dosage, on choisit un indicateur coloré acido-basique.

Liste des indicateurs acido-basiques disponibles :

Indicateur couleurs et zone de virageHélianthine rouge | 3,1 4,4 | orangeVert de bromocrésol jaune | 3,8 5,4 | bleuBleu de bromothymol jaune | 6,0 7,6 | bleuPhénol phtaléine incolore | 8,2 10,0 | rose 
Quel indicateur allez-vous utiliser ?

Vert de bromocrésol ou hélianthine


Justifier votre choix.

Le pH équivalent est égal à 4,2 cette valeur est dans la zone de virage de ces deux indicateurs, toutefois le vert de bromocrésol est plus approprié pour ce dosage.

Détermination du KH de l'eau :

Quelle est la concentration en ion HCO3- de l'eau étudiée :

1,35.10-3 mol/L  FORMCHECKBOX 
13,5 10-3 mol/L  FORMCHECKBOX 
135 10-3 mol/L  FORMCHECKBOX 

calculer la masse d'ion hydrogénocarbonate contenue dans un litre d'eau, on l'exprimera en mg/L ou ppm.
( EMBED Equation.3 )


13,5.10-2(69 = 932 mg/L ou 932 ppm.


"ppm." est l'abréviation de part par million.
Comment justifiez-vous le fait que 1 ppm. correspondent à 1 mg/L ?

La masse de 1 L d’eau est égale à 1.106 mg.


le KH s'exprime de la même manière que le TH, en degré hydrotimétrique il correspond à la quantité de CaCO3 que l'on pourrait obtenir en faisant bouillir l'eau, ce qui donnerait la réaction suivante :

Ca2+(aq) + 2 HCO3-(aq)  EMBED Equation.3  CaCO3 (s) + H2O + CO2 (g)

Calculer la masse CaCO3 que l'on obtiendrait.
( EMBED Equation.3 )
n(CaCO3) =  EMBED Equation.3 

m(CaCO3) =  EMBED Equation.3 (100 = 0,675 g

Exprimer le KH de cette eau minérale naturelle sachant que 1°f correspond à 10 mg de CaCO3 par litre d'eau.

KH = 67,5 °f


La qualité de l'eau est une des préoccupations des services de distribution et les moyens employés pour dépolluer les nappes phréatiques sont parfois surprenant.


Dépollution des eaux par les bactéries dévoreuses de nitrates.

En l'absence de dioxygène, certaines bactéries du genre Pseudomonas ou Azospirillum utilisent pour leurs fonctions respiratoires l'ion nitrate qu'elles transforment en nitrites puis en monoxyde d'azote en protoxyde d'azote et enfin en diazote qui retourne dans l'atmosphère.

Ces mêmes bactéries peuvent, en l'absence d'oxydes d'azote, s'attaquer à d'autres formes oxydées : MnO2, Fe(OH)3,  EMBED Equation.3  CO2, etc..

Outre l'absence de dioxygène, ces bactéries ont besoin d'un substrat organique qui leur sert de nourriture.

Lorsque les nappes phréatiques sont trop profondes, le carbone organique végétal ne peut atteindre les bactéries et leur action dénitrifiante s'arrête. Pour relancer leur action, l'injection d'éthanol dans la nappe phréatique a été couronnée de succès, toutefois il n'est pas envisageable de généraliser une telle technique.
Quelle est la partie de la bactérie qui assure la transformation de l'ion nitrate ?

La mitochondrie  FORMCHECKBOX 
Le lysosome  FORMCHECKBOX 
Le mésosome  FORMCHECKBOX 
Un enzyme  FORMCHECKBOX 


Donner la formule brute des molécules et ions suivants :

Ion nitrate NO3-


Ion nitrite NO2-


Monoxyde d'azote NO


Protoxyde d'azote N2O



Ecrire les demi-équations redox correspondant aux transformations suivantes :

Ion nitrate (( ion nitrite


 EMBED Equation.3 


Ion nitrite (( monoxyde d'azote


 EMBED Equation.3 


Monoxyde d'azote (( protoxyde d'azote


 EMBED Equation.3 


Protoxyde d'azote (( diazote.

 EMBED Equation.3 
Enigme.

Le propriétaire d'un puits dont l'eau a une teneur en ion nitrate voisine de 10 mg/L décide de remplacer le tuyau de pompage en fer rendu inopérant par la corrosion.
Une fois le tuyau rouillé remplacé par un tuyau en PVC de qualité alimentaire, le taux de nitrate augmente dans le puits pour atteindre 100mg/L rendant l'eau non potable.

Trouvez la solution de cette énigme. Donnez votre réponse ci-dessous.

Les bactéries réductrices de l’ion nitrate ont besoin d’ion fer(III) pour être opérationelles.



Quelle est la norme européenne de "potabilité" d'une eau pour la teneur en ions nitrate ?

150 mg/L  FORMCHECKBOX 
100 mg/L  FORMCHECKBOX 
80 mg/L  FORMCHECKBOX 
50 mg/L  FORMCHECKBOX 
15 mg/L  FORMCHECKBOX 


Et pour la peinture, que préférez-vous ?

Vinyl, acrylique ou alkyde ?

Mais d'abord qu'appelle-t-on peinture ?

Une peinture est un mélange liquide de pigment et de liant ou "colle".

Le rôle du liant est de maintenir les pigments dispersés sur le support que l'on a peint.
Les peintures modernes font appel à des macromolécules ou polymères.
Les plus couramment utilisés sont les liants acryliques, vinyliques et alkydes.
Ces peintures ont la propriété d'être sèches au toucher en quelques minutes et d'utiliser (en général) l'eau comme solvant.

Les liants vinyliques et acryliques sont des polymères thermoplastiques alors que les liants alkydes sont des polymères thermodurcissables.

Que signifie le terme "thermoplastique" ?

Plastique isolant thermique  FORMCHECKBOX 
Déformable à chaud  FORMCHECKBOX 
Matière à l'aspect chaleureux  FORMCHECKBOX 
Qui fond à la chaleur  FORMCHECKBOX 


Les polymères thermodurcissables sont réticulés, que signifie le terme "réticulé" ?

Présente un retrait lors du durcissement  FORMCHECKBOX 
Forme une structure tridimensionnelle  FORMCHECKBOX 
Les chaînes carbonées du polymère sont reliées entre elles  FORMCHECKBOX 
La matière ressemble à un filet.  FORMCHECKBOX 


Les liants acryliques sont préparés en réalisant une émulsion de petits polymères formés avec des dérivés (principalement des esters) de l'acide acrylique ou acide propénoïque.

Combien d'atomes de carbone contient cet acide :

trois


Quel groupe caractéristique correspond à l'appellation "éne"

alcène

Pour quelle raison le mot "éne" n'est-il pas précédé de son indice de position ?

Car il ne peut y avoir d’ambiguïté sur la position de la double liaison

Ecrire le nom " acide propénoïque" en lui ajoutant l'indice de position.

Acide prop-2-ènedioïque


Parmi les molécules ci-dessous, on trouve les groupes caractéristiques suivants :
un acide carboxylique, un ester, un amide, un nitrile, une cétone, un alcool.

Inscrivez le nom du groupe caractéristique correspondant en dessous de la molécule.


Les liants vinyliques sont préparés par polymérisation de dérivés "d'alcool vinylique" ou plus précisément d'éthanoate de vinyle.

Quelle matière plastique commune à base de vinyle répond au nom de PVC ?

Polyvinyle de carbone  FORMCHECKBOX 
Polyvinyle de chrome  FORMCHECKBOX 
Chlorure de polyvinyle  FORMCHECKBOX 
Carbure de polyvinyle  FORMCHECKBOX 
A quelle structure correspond le nom vinyle :



Le groupe vinyle est la structure E



La réaction de polymérisation utilisée pour fabriquer le liant vinyle et le liant acrylique est une réaction de :

Polyélimination  FORMCHECKBOX 
Polyaddition  FORMCHECKBOX 
Polycondensation  FORMCHECKBOX 
Polysubstitution  FORMCHECKBOX 



Les alkydes :

Le terme alkyde est un néologisme provenant de la fusion des mots alcool et acide.

Quel est le groupe caractéristique formé par la réaction d'un acide et d'un alcool ?

Un éther oxyde  FORMCHECKBOX 
Un uréthane  FORMCHECKBOX 
Un ester  FORMCHECKBOX 
Un hydrate  FORMCHECKBOX 


Les alkydes sont une famille de composés issus de la réaction entre le glycérol et l'acide orthophtalique ; Le glycérol est le propan-1,2,3-triol.

Représenter la formule semi développée d'une molécule de glycérol.







A quelles classes appartiennent les fonctions alcool du glycérol ?
Indiquer celles-ci sur le schéma que vous allez faire ci-dessous.








Une des premières sources de glycérol est l'hydrolyse basique des huiles et des graisses.

Sous quel nom connaît-on les molécules, constituant principal, des huiles et de graisses ?

Ester adipique  FORMCHECKBOX 
Glycéride  FORMCHECKBOX 
Triglycéride  FORMCHECKBOX 
Adipoate de glycérol  FORMCHECKBOX 


Quel nom donne-t-on à la réaction d'hydrolyse basique des huiles et des graisses :

Le nom de cette réaction est la saponification.


Le glycérol est en fait un sous-produit de cette réaction, valorisé depuis sa découverte par Scheele en 1779.

Quel est le produit préparé par la réaction d'hydrolyse basique des huiles et des graisses ?

L'eau de Javel  FORMCHECKBOX 
L'acide adipique  FORMCHECKBOX 
La savon  FORMCHECKBOX 
L'esprit de sel  FORMCHECKBOX 
L'acide muriatique  FORMCHECKBOX 
Aujourd'hui, la demande mondiale en glycérol dépasse la production par réaction d'hydrolyse basique des huiles et des graisses. Aussi en prépare-t-on en pétroléochimie.

Quelle molécule issue de la chimie du pétrole sert de base aux différentes synthèses du glycérol ?

Le propane  FORMCHECKBOX 
Le butane  FORMCHECKBOX 
Le propène  FORMCHECKBOX 
Le but-2-ène  FORMCHECKBOX 


La synthèse pétroléochimique du glycérol inclus la formation d'une fonction "époxyde"

Représenter un groupe caractéristique (ou fonction) époxyde dans le cadre ci-dessous










Lors de la réaction du glycérol avec l'acide orthophtalique (acide benzène-1,2-dicarboxylique) toutes les fonction alcool ne réagissent pas immédiatement.

Dans la réaction entre un acide carboxylique et un alcool, indiquer le rendement de la réaction en fonction de la classe d'alcool en entourant la bonne réponse.

Alcool primaire 5%10%20%30%40%50%60%70%80%90%100%Alcool secondaire 5%10%20%30%40%50%60%70%80%90%100%Alcool tertiaire 5%10%20%30%40%50%60%70%80%90%100%

Les liants ou résines alkydes étaient utilisées pour les peintures automobiles, le durcissement de la peinture était assuré à l'aide de lampes infrarouge donnant une température voisine de 250°C.

Pour quelle raison chauffait-on la peinture ?

Pour évaporer le solvant  FORMCHECKBOX 
Pour sécher la peinture  FORMCHECKBOX 
Pour assurer la réticulation de la résine  FORMCHECKBOX 
Pour faire adhérer la peinture  FORMCHECKBOX 
Académie de Rouen Q.C.M. régional 2005 Page  PAGE 14 sur  NUMPAGES 36


FIN

 EMBED Word.Picture.8 


Keq. = 8.103

 EMBED PBrush 

Zone de calculs (

Zone de calculs (

Zone de calculs (

pH

Zone de calculs (

Zone de calculs (

Zone de calculs (

Zone de calculs (

Zone de calculs (

Zone de calculs (

Zone de calculs (

Zone de calculs (

Zone de calculs (

Zone de calculs (


masse CaCO3 = 0,675 g

 EMBED Excel.Chart.8 \s 

Stalactite

Stalagmite

Colonne



CðFðeð ð(ðmðgð/ðLð)ð

Pour une absorbance de 0,75, on a une concentration CFe = 6 mg/L,
soit pour S1 une concentration de 300 mg/L ; ce qui correspond à 436 mg de Fe2O3 pour 1 L de S1.
1 L de S1 contient 20 g de ciment donc % Fe2O3 ( CEFTUz„‹ŒŽ¶¸ÀÂÛÜâãF { É Ê × Ø Ü ï ð òèÙèÕÊľ¬¬¾Õ¾Õ¾„u„„¾nÕgbgÕ¾Vh26§h26§5CJ\ hLTU5 hLTU56
hLTU5CJ h26§hLTU56>*CJ$aJ$hLTUhLTUCJ aJ  j¬ðhLTUhLTUCJ aJ hLTU5CJ4OJQJ\aJ4"h™n2hLTU5CJ4OJQJ\aJ4
hLTUCJ
hLTUCJ$hLTUhLTUCJ0aJ0hLTUhLTUhLTUCJ(OJQJaJ(hLTUCJ$OJQJjhLTUUmHnHu,>CDEFTUxyzŒŽ¶·¸ã÷÷÷÷ï÷÷çç÷÷÷÷ï÷âÝÕ÷÷Å$„»„^„»`„a$gdLTU$a$gdLTUgd«agd«a$a$gd«a$a$gdLTU$a$gd«a5¶ƒ¶„[þþþãäE F { | } Ú Û Ü /
x
y
º
»
à
öáÜÔÇÇ·Çǯ¦ÜžÇŽ$„„^„`„a$gd26§
& F!gd«a„h^„hgd«a
& Fgd«a$„„^„`„a$gdLTU „h„^„h`„gd«a$a$gd«agd«a
& F
Æh1„1„Ïý^„1`„Ïýgd26§„h`„hgd«að 

J
L
y
Š
¸
º
»
ß
à
á
    B O  Ž  ^ _ a µ H
X
ƒ
„
…
†
‡
øñëåëÜÓëÏÈϽ¯¡™ŽƒŽ™r™hd``™hÕ9úhFPh +ôhº5\h +ôhº56\]hºh +ôh +ôCJaJh +ôhºCJaJh +ôhjëh +ôh;)¥5CJ \aJ h +ôhº5CJ \aJ hLTU5CJ \aJ j¬ðhLTUhLTUhLTU56CJ hLTU56CJ
h26§CJ
hLTUCJ
h26§5CJ
hLTU5CJ à
    Ž   ^ _ ` a µ ¶

…
†
‡
U÷õõðõõãÖõõõÍÈÀÈÀ»»® „Å„±þ^„Å`„±þgd +ôgdÕ9ú
& Fgd +ôgdº„v^„vgd +ô „;„Šþ^„;`„Šþgd +ô „ì„Šþ^„ì`„Šþgd +ôgd +ô$a$gd +ô‡
U²³´˜™š›ÅÉÏâîïü•¨©ªÛÜÝõö÷óïëçÝÓɼ¯ó¯ó¯ó¯¨¡¨šÉ¼€|mcVIh7`¬hGÇ56\]h7`¬hq#56\]hH[d56\]hH]ãhGÇ5>*CJ\aJhGÇh +ôhGÇ56\]h +ôhL8`56\] h +ôh +ô h +ôhjë h +ôhÕ9úh +ôhÕ9ú56\]h +ôh +ô56\]h +ô56\]hÕ9ú56\]h +ôhÕ9ú5\h +ôhjëhFPh +ôhjë56\]UV²³´˜™š›ûü9:”•¨©ªÜõö÷úòííäÛÛÛÎÛòÛòÛòÉÉÉÁ¿¿
& Fgd +ôgd +ô „ì„Šþ^„ì`„Šþgd +ô„Å^„Ågd +ô„v^„vgd +ôgdÕ9ú
& Fgd +ôgdFP._`a.0KLN˜™”•–—ÌÍÎ
 NOPQöéöéßÒéÈé»é­éŸ­éÈé߻阔}érn”`”Rjhq#UmHnHujhGÇUmHnHuhH[dhO|vhGÇ5>*\,jh7`¬hGÇ56U\]mHnHuhGÇ hGÇ5>*h7`¬hGÇ56H*\]h7`¬hGÇ56H*\]h7`¬hq#56\]hH[d56\]h7`¬hH[d56\]hGÇ56\]h7`¬hGÇ56\]hmK|56\]÷`apqÀÁçè™&'•–—ÌÍ\]öííííííäíÛííííííÙÑÙÈí„v^„vgdH[d
& Fgd +ô„ˆ^„ˆgdH[d„§^„§gdH[d„v^„vgdH[d„v^„vgdmK|]°±qr
 NPYzˆÑÒîïóêóêóáÛÓÛÇ»¯¦ÓÛ Û„ ^„ „ ^„ gdv „
dh^„
gdH´ „
dh^„
gdÏ^ „
dh^„
gdq#
& Fgd +ô„Ä^„Ä„ä^„ägdÞJ„v^„vgdH[d „vdð^„vgdH[dQSTWY]^_`fhiwxyz{€‚„…†‡ˆ‘ÑÒêëîñ01õéõéõéàØÐÌÄ̹ÄЫõéõ«õéõ頜˜œpb]œ hGÇ5hvhGÇ5OJQJ\hvhv5H*OJQJ\hvhv5OJQJ\hvhGÇCJ aJ hH[dhGÇhvhH[dmHsHjhq#UmHnHujhH´UjhH´UhH´hH´mHsHhvmHsHhÏ^H*mHsHhvhGÇH*mHsHhvhGÇmHsH#ï01€²³ÕÖ ABC›¿ÏöðçððßðÖÐöðÇð𼳧› „—dh^„—gdq# „—dh^„—gdH´$„N^„Na$ $
& Fa$gd +ô„Š^„ŠgdH´„ ^„ „ ^„ gdpb
& Fgd +ô„Å^„Ågdpb„Ä^„Ä„Ä^„ÄgdÞJ1267;ABCDKLPZ\`ghlrsy~š²³·èÖ𞰞‹ž‹°ž‹°ž‹°ž°ž°xmieiYKhpbhpb5OJQJ\hpbhGÇ5CJ aJ hH[dhGÇhpbhGÇmH sH %hpbhGÇ5H*OJQJ\mH sH %hpbhpb5H*OJQJ\mH sH "hpbhpb5OJQJ\mH sH %hpbhpb5H*OJQJ\mH sH %hpbhv5H*OJQJ\mH sH "hpbhv5OJQJ\mH sH .jhpbhGÇ5OJQJU\mHnHu·¼ÔÕÖ× 
 $%.237=>?@ACðâÔÐÌÐÁ©—„q—q—q—_—qO—q—„_DhpbhGÇmH sH hH´5H*OJQJ\mH sH "hpbhGÇ5OJQJ\mH sH %hpbhpb5H*OJQJ\mH sH %hpbhpb5H*OJQJ\mH sH "hpbhpb5OJQJ\mH sH .jhpbhGÇ5OJQJU\mHnHuhH´hGÇCJ aJ hH[dhGÇhpbhGÇ5OJQJ\hpbhpb5OJQJ\hpbhpb5H*OJQJ\C›œ©­®¼½¾¿ÀÏÐ !",-AFGHQR`abcd
üîüêâê×âüîüîüÉ»üîü¶ü¯êâê¤âü»ü˜€n[n[%hH´hGÇ5H*OJQJ\mH sH "hH´hGÇ5OJQJ\mH sH .jhH´hGÇ5OJQJU\mHnHuhH´hGÇ5CJ aJ jhH´U hH´hH´ hGÇH*jhq#UmHnHujhH´UmHnHuj„hõ3UjhH´UhH´jhGÇUmHnHuhGÇ#Ïßàá ,c„žŸ\]^žŸùóóëóßÓßÊó󿶭¶¶¥› „N„vú^„N`„vú
& Fgd MA„Š^„ŠgdH´$„N^„Na$ $
& Fa$gd MA„—^„—gdq# „—dh^„—gdH´ „—dh^„—gdq#
& Fgd +ô„Ä^„Ä„˜^„˜!"#&134GHIJNUW[\^žŸ·îÜÉÜÉîܷ·ÜnÉîc_TFhH´hH´5OJQJ\hH´hGÇCJ aJ hGÇhH´hGÇmH sH %hH´hH´5H*OJQJ\mH sH %hH´hGÇ5H*OJQJ\mH sH 'jŒhH´hH´5EHôÿOJQJU\jæBDF
hH´CJUVaJ#jhH´hGÇ5OJQJU\%hH´hH´5H*OJQJ\mH sH "hH´hH´5OJQJ\mH sH "hH´hGÇ5OJQJ\mH sH Ÿ¸¹ºÍÎ-MNš›ÎÏ*]hB 56]hq#hGÇ56]hç,lhç,l\&8 œ  ã ä ø !#!,!{!|!Î!Ï!×!ý!óíåÛË¿³­¤—Œ—€€ „Ò
dh^„Ò
gdq# 
& Fdðgd MA „O„vúdð^„O`„vú„^„gdq#„Ô
^„Ô
„Ô
dh^„Ô
gd/rÊ „Ô
dh^„Ô
gdq#„T„úÿdh^„T`„úÿgdq# „T„úÿ^„T`„úÿ
& Fgd MA„Å^„Å „dh^„gdç,lÔ!Õ!×!Ø!Ü!Ý!Þ!ë!ì!ú!û!ü!ý!þ!""""B"D"I"˜"™"¿"À"ê"ë"########### #"###2#3#A#B#C#D#E#I#úöèöãöß×ßÌ×öèöãöÅö¾ö³¦³¡öúöèöãö¾ö“èöãö¾ö‡|‡öèöjmhB UjhB UhB jhq#UmHnHu hGÇ5hq#hGÇ56H*]hq#hGÇ56]
hGÇCJH* hGÇ56jéh/rÊUjh/rÊUh/rÊ hGÇH*jhGÇUmHnHuhGÇ hGÇH*0ý!""G"H"I"¿"À"###D#U#e#f#¤#Õ#Ö#×#­$®$à$ùóóííäíÜÖÊÊÊÖÄÄÖÖÖ»µÜ„Ä^„Ä„^„gdï·„ˆ^„ˆ „
dh^„
gdq#„ ^„ 
& Fgd MA„^„gdq#„Å^„Å„Š^„Š„Ô
^„Ô
I#K#Q#S#Y#[#a#c#f#n# #¢#Ñ#Ó#Ö#×#ä#$,$5$D$E$ª$«$­$Ø$Ù$à$á$â$ã$%%#%$%2%3%4%5%6%O%P%h%i%j%úöïöúöïöèöïöïöäÙÑÙÑÙÑÙÄÙö¿ö±ö±öª¦ž¦“žö…ö…ö€{ h MA5 hGÇ5jhGÇUmHnHujñhÏ^UjhÏ^UhÏ^ hÏ^hÏ^jhÏ^UmHnHu hGÇH*hq#hGÇ56H*]hï·56]hq#hGÇ56]hï· hGÇ56
hGÇCJH*hGÇ hGÇH*,à$â$ý$5%O%h%i%j%‡%&&V&W&¦&¨&ì&í&ùíáíØÏÏÇÁ¿·±«¡˜’„d]„d„}]„}gdÏ^ „d„ˆ]„d^„ˆ„ ]„ „ˆ^„ˆ
& Fgd MA„^„
& Fgd MA„dð^„„Å^„Ågdq# „Ådh^„ÅgdÏ^ „Ådh^„Ågdq#„Ä^„Äj%‡%é%&&&W&X&¦&§&Ì&Í&Ú&Û&é&ê&ë&í&î&8'9'I'J'S'T'b'c'q'r's't'v'$(J(K(l(m(n(o(|(öëàëÖÒÄÒÄÒ½¹±¹¦±ÒÄҘғҽ¹±¹ˆ±Ò|ÒxÒxÒjÒjhb×UmHnHuh MA hGÇ5 hGÇ5>*jùhÏ^U hGÇH*jhÏ^UmHnHujuhÏ^UjhÏ^UhÏ^ hÏ^hÏ^jhGÇUmHnHuhGÇhç,lhGÇ6]hç,lhÏ^56]hç,lhGÇ56]hŠzhGÇ5>*'í&7'8't'u'v'$(%(J(K(k(l(m(n(p(q(r(s(t(u(ñãÖÉÉýµ««½½½½½½½½½ „ˆ„Ä^„ˆ`„Ä
& Fgd MA„Ä^„Ä„^„ „„äþdð^„`„äþ „8„ˆ]„8^„ˆgdÏ^

Æ&@„I
„ˆ]„I
^„ˆ

Æ]@„ „ˆ]„ ^„ˆu(v(w(x(y(z({(œ((B)C)Å)m*n*+í+î+ï+d,e,‹,Á,é,ùùùùùùñïæææææÝæææÕæÉɽ „Šdh^„ŠgdÖ_| „Šdh^„ŠgdH]ã
& Fgd MA„v^„vgdŠz„v^„vgdH]ã
& Fgd MA„Ä^„Ä|(œ((¡(Ì(ß(C)D))Œ)—)¦)¶)Â)* **-*++g+k+À+Ó+í+î+ï+u,y,z,ˆ,‰,Š,­,¯,°,¾,¿,À,Ó,×,Ø,æ,ç,è,û,ÿ,-----"-#-1-ðìßÒßÒßÒßÒßÒßÒßÒßÒßÒßÒßÒìÎìÊÂÊ·ÂìÊÂʬÂìʤ •¤ìÊÂʊÂìÊÂʁj!hÞJUj hõ3UhÖ_|jhÖ_|UjÿhÞJUj}hÞJUjhH]ãUhH]ãhŠzhH]ãhGÇ56\]hH]ãhH]ã56\]hGÇhH]ãhGÇ5>*CJ\aJ6é,-4-5-6- . .}/~//Ì/Í/0?0‰0Ë0Ì0Í0c1d1Í1Î1óêêêáááááÙáÍÁÁêáááḸ„v^„vgdhM „Šdh^„Šgd^W% „Šdh^„ŠgdÖ_|
& Fgd MA„v^„vgdH]ㄈ^„ˆgdH]ã „Šdh^„ŠgdH]ã1-2-3-5-6- . .}/~//ì/ð/ñ/ò/000)0-0.00v0w0x0†0‡0ˆ0‰0¹0º0È0É0Ê0Ë0Ì0Í0c1d1–1ôìèä×è×èäèÓÏÇøÇèÓ°Ó¥°èӰӚ°è–°Ó‹°–èÓ~Óqh^W%hH]ã56\]h^W%hGÇ56\]j#hÞJUhH]ãj #hÞJUj‰"hÞJUjh^W%Uj"hõ3UhÖ_|jhÖ_|Uh MAh^W%hH]ãhGÇ56\]hŠzhGÇjhH]ãUj…!hÞJU(–1§1Í1Î122,2‰2Š2‹2¾2Í2Î2Ð2Ú2Û21323@3A3B3Q3R3S3T3U3Z3[3i3j3k3†3öéåéåØËÁ·ªª™ŽåŠ‚Šw‚Špib[Š‚ŠP‚Šj‘$hhM U jaðhhM jmðhhM juðhhM jcðhhM j$hhM UjhhM UhhM hŠzhhM 5>*\hŠzhŠzhŠz56\]hhM hŠz56\]hŠz56\]hH]ã56\]hhM hhM 56\]hhM h^W%56\]hH]ãh^W%hH]ã56\]hhM 56\]Î122Š2‹2Î2Ï2Ð2Ú2Û233C3l3˜3Ä3Å3Æ3ä4å4Õ5Ö5ööööêööâöÚöÎιöööööö„ˆ^„ˆgdhM „Šdh^„ŠgdÖ_| „Šdh^„ŠgdhM 
& Fgd,~
& Fgd,~ $„v^„va$gdŠz„v^„vgdhM †3‡3•3–3—3²3³3Á3Â3Ã3Æ3ý3þ3Õ5Ö5×5D6J6K6Y6Z6[6Œ666ž6Ÿ6 6¥6§6¯6¸6½6Í6ä6å6æ6ô6õ6ö6÷6+7,7:7;77?7@7÷óè÷äÜäÑÜäĶIJ®²äÜä£Ü²äÜä˜Ü²ä²ä²ä²ä÷ó÷²äÜä‚Üä²®~h,~j'hÞJUj'hõ3Uj™&hÞJUj&hÞJUhŠzhGÇhhM hGÇ56H*\]hhM hGÇ56\]j•%hhM UjhhM UhhM j%hõ3UhÖ_|jhÖ_|U1Ö5×5)6*6\6¡6÷6=7>7?7@7È7É7Ê7ã7ä7N8O8ß8à8i9j9öîöââÖÍööööööööÄÄÄÄÄÄ„ì^„ìgd,~„ˆ^„ˆgdhM „Šdh^„ŠgdÖ_| „Šdh^„ŠgdhM 
& Fgd,~„v^„vgdhM @77‘7¦7§7¨7©7Ã7Ä7Å7Æ7È7É7Ê7ã7ä7%8&8M8N8O8j8m8´8·8Ý8ß8à8â8ÿ89h9i9j9Â9Ã9Æ9Ç9É9Ê9Ë9Ì9ï9ð9ñ9w:x:y:·:¸:óåóåóåóåóåóáÝóáóåóÓɼÓóÓóÓÉÓóÓó²¥óåóåóӛÓó²¼óá—á…"jhÖ_|CJ$UaJ$mHnHuh,~h,~56\]hhM hŠz56\]hGÇ56\]hhM hhM 56\]hŠz56\]hhM 56\]hŠzhGÇhhM hGÇ56H*\]hhM hGÇ56\]1j9Ë9ð9ñ9w:x:y:·:¹:å:æ:ç:o;p;³;´;µ;è;é;ò;ó;öêááØØÐǾØØØØØØØе¬Ø„L^„LgdŠz„Ä^„Ägd¦1ì„ ^„ gdÖ_|„Ä^„Ägdru

& Fgd,~„v^„vgdhM „Å^„Ågd,~ $„Å^„Åa$gdŠz„ì^„ìgdŠz¸:¹:º:¾:Ã:Æ:Ô:×:Ú:ß:ä:å:æ:ç:;;;;=;>;A;B;j;k;l;m;o;p;³;´;µ;è;é;õÝ˸˭˸˸¡–‹~p~p~p~p~p~p~l~lhl]hq#h¦1ìCJ$aJ$hŠzhGÇh¦1ìhGÇ56H*\]h¦1ìhGÇ56\]hÖ_|h,~mH sH hÖ_|hhM mH sH hÖ_|hru
H*mH sH hÖ_|hru
mH sH %hÖ_|hÖ_|5H*OJQJ\mH sH "hÖ_|hÖ_|5OJQJ\mH sH .jhÖ_|hru
5OJQJU\mHnHuhq#hru
CJ$aJ$ é;ê;í;î;ï;ð;ñ;ò;ó;ô;2USUVUZU[U\U¸UºUÀUÂUÄUÅUüUýUVVVðâÔÆâðâ·¦â·âðâÆâ·â›âââ†‚~z~u~zjf›_ hè¸h`=²hÖ¥hq#h`=²CJ$aJ$ hGÇH*h ±hGÇh`=² hOÃh`=²h ±h ±5OJQJ\h ±5OJQJ\ j´ðh ±hOÃ5OJQJ\h ±hOÃ5H*OJQJ\h ±h`=²5OJQJ\h ±hGÇ5OJQJ\h ±hOÃ5OJQJ\h ±hOÃ5H*OJQJ\%üUýUV'V(VjVkVWW½W¾WÛWÜW¦X§XèXéXCZDZZŽZ[[[‘[öéáßßßÖÖÖÖÖÖÖÖÖÖÖÖÖÖÖÖÖÖ„v^„vgdÖ¥
& Fgdø9
ÆË„ˆ^„ˆgd ±„Ä^„Ägd`=²VV'V(VjVkV½W¾WÛWÜW[[Ï[Þ[ß[à[ù[ú[û[«\ø\ù\]]]+],]:];]O]S]T]U]b]c]d]•]–]üñíàüÓüÈüÓüÓ»Ó±§œŽÓÈüӁ§ÓsÓ§Ó§œ§Óüíühhq#hÖ¥CJ$aJ$hÖ¥hGÇ56H*\]hÖ¥hÖ¥56\]hÖ¥hÖ¥56H*\]hÖ¥56H*\]hÖ¥56\]hGÇ56\]hÖ¥hL¡56\]hÖ¥hGÇ5>*\hÖ¥hGÇ56\]hød‰hGÇ56\]hÖ¥hÖ¥hÖ¥5>*\hGÇ%‘[à[û[ü[?\@\ª\«\ø\ù\b]c]d]•]–]Æ]Ç]È]^^‘^Å^÷^^___ööööööööööööîåÜööîöÓöööö„Š^„Šgd{ux„ ^„ gdõ3„Ä^„ÄgdÖ¥
& Fgdø9„v^„vgdÖ¥–]—]™]›]Ÿ]¤]¥]§]«]¬]­]¯]¼]À]Å]Ç]È]É]ô]õ]^èÖðְ𠕍•{h•]OKCKjhGÇUhGÇjh^2ŒUmHnHuhõ3hGÇmH sH %hõ3hõ35H*OJQJ\mH sH "hõ3hõ35OJQJ\mH sH hõ3mH sH hõ3hÖ¥mH sH hðS`5H*OJQJ\mH sH %hõ3hL¡5H*OJQJ\mH sH %hõ3hL¡5H*OJQJ\mH sH "hõ3hL¡5OJQJ\mH sH .jhL¡hÖ¥5OJQJU\mHnHu^ ^
^ ^^^^‚^…^^‘^µ^¶^¸^À^Â^Ã^Ä^Å^å^æ^è^ð^ò^ö^2_3_5_]_^___®_¯_°_Ð_Ñ_Ó_ðãÛ×É×»¬»ž»¬»»„y„ma„a„»¬»ž]×Éׄmah–>hðS`5H*OJQJ\hðS`5H*OJQJ\hGÇ5OJQJ\hðS`5OJQJ\hðS`hðS`5H*OJQJ\hðS`hGÇ5OJQJ\hðS`hðS`5H*OJQJ\hðS`hðS`5OJQJ\jh–>UmHnHuhGÇjhGÇUjSHh¦8JhGÇEHöÿUj³µuE
hGÇCJUVaJ$__®_°_`@`™`¥`ª`¯`³`¹`÷îåÜå¿¿¿¿¿$„øÿ„¼,&P#$/„ŽIfb$gd{uxlÆÿ'±„v^„vgd^2Œ„Š^„ŠgdðS`„v^„vgdÖ¥
& Fgdø9
Ó_```` `
`+`-`i`k`q`r`˜`™`§`©`¬`®`±`²`µ`¶`¸`º`Í`Î`Ñ`Ó`æ`è`ê`ë`ì`ó`õéõÞÓÅÓ¹Ó¹Ó¹Ó« ” ” ” ˆ” yyuqg]h–>56\]h^2Œ56\]hGÇh{uxhød‰h{uxH* hød‰h{uxhød‰h{uxH*mH sH hød‰h{uxH*mH sH hød‰h{uxmH sH h^2Œh^2Œ5OJQJ\h^2Œ5H*OJQJ\ j´ðh^2Œ5OJQJ\h^2Œ5OJQJ\hGÇ5OJQJ\hðS`5H*OJQJ\hðS`5OJQJ\"¹`º`Ô`Ù`@##$„øÿ„¼,&P#$/„ŽIfb$gd{uxlÆÿؾkd‚J$$If–FÖÖr”ÿä
q
eáÂ
tà
6P”øÿ”¼,”ŽÖ0ÿÿÿÿÿÿö6ööÖÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿ”Ž4Ö4Ö
laöe4Ù`ß`ä`é`âââ$„øÿ„¼,&P#$/„ŽIfb$gd{uxlÆÿØé`ê`ë`ö`÷`ø`@7.77„O^„Ogd–>„v^„vgdÖ¥¾kdK$$If–FÖÖr”ÿä
q
eáÂ
tà
6P”øÿ”¼,”ŽÖ0ÿÿÿÿÿÿö6ööÖÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿ”Ž4Ö4Ö
laöe4ó`ö`÷`ø`aaHaIaJaQaRa`aaabahaiawaxaya}a~aŒaaŽa’a“a¡a¢a£a¤a¬a­aÍaÎaÙaÚaãaåaçañaóïëïæïØÊïÂï·ÂïÂï¬ÂïÂï¡ÂŠ™ïƒëƒëƒïyóïnh` Äh7`¬5>*\h–>56\] h¦8Jh–>j0Mh‚j8Uh^2Œjh^2ŒUj°LhGÇUj0LhGÇUj°KhGÇUjhGÇUjh` ÄUmHnHujh^2ŒUmHnHu hGÇH*h–>hGÇh–>hGÇ56\]'ø`HaKacazaa¤a¬a®a°a²aµa÷îâââÙ¼¼¼¼¼$„øÿ„e&`#$/„Ifb$gd–>lÆÿ'±„&^„&gd^2Œ „(dh^„(gd–>„v^„vgdÖ¥
& Fgdø9 µa¶aÍaÏa@##$„øÿ„e&`#$/„Ifb$gd–>lÆÿ¾kd°M$$If–FÖÖr”ÿu û
à ‹n
tà
6`”øÿ”e”Ö0ÿÿÿÿÿÿö6ööÖÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿ”4Ö4Ö
laöe4ÏaÒaÕaØaâââ$„øÿ„e&`#$/„Ifb$gd–>lÆÿØaÙaÚaåaæa@;20„ ^„ gd–>gdÞJ¾kdAN$$If–FÖÖr”ÿu û
à ‹n
tà
6`”øÿ”e”Ö0ÿÿÿÿÿÿö6ööÖÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿÖÿÿÿÿÿ”4Ö4Ö
laöe4æañaòaÿb;di?iAi©iªi¯i±iÿijjjVjWjcjojƒk„kÞkßk÷kllllöéöéÛéÛéöéöéöéöéöéöÍö·ö­öéöéöéöéöéöéöéö颞šžƒhÇ?]5H*OJQJ\hÇ?]5OJQJ\hø9h7`¬h7`¬5CJ\aJh` Ä56\]h7`¬56H*\]h7`¬56H*\]jh7`¬UmHnHuhß\ h7`¬56H*\]hß\ h7`¬56\]h7`¬56\]/YjùjújƒkÞkßk
lllöööíåÚºš $$„øÿ„Â&P#$/„ŽIfa$b$gdÇ?]lÆÿ'± $$„øÿ„Â&P#$/„ŽIfa$b$gd` ÄlÆÿ'± $
& Fa$gdø9$a$gdÞJ„»^„»gd` Ä„v^„vgd` Äll#l'l(l)l>l@lAlClDlElMlOlPlQlRlSlZl\l]l^l_l`lalblklmlnlolplql‚l„l…l†l‡lˆl‰l‹lŒlŽll‘l’l–l—l™lšlœllžlŸl¡l¢l¥l¦l¨l©l«l¬l¯lðìáÕðìáÕáÕðìáÕáÕðìáÕáÕáÕðìáÕáÕðìáÕáÇì¿´¨´¨´¿´¨´¿´œ´œ´¿´¨´¿´¨´h†}h7`¬H*mHsHh-h7`¬H*mHsHh-h7`¬mHsHh7`¬mHsHhÇ?]h7`¬5OJQJ\hÇ?]5H*OJQJ\hÇ?]5OJQJ\h7`¬hÇ?]h7`¬5H*OJQJ\=ll#l)lwW7 $$„øÿ„Â&P#$/„ŽIfa$b$gdÇ?]lÆÿà $$„øÿ„Â&P#$/„ŽIfa$b$gd` ÄlÆÿà‡kdÒN$$If–FÖ”ÆÖ0”ÿ ˆ€ë € 
tà
6P”øÿ””ŽÖ0ÿÿÿÿÿÿö6ööÖÿÿÖÿÿÖÿÿÖÿÿ”Ž4Ö4Ö
laöe4)l*l>lElwW7 $$„øÿ„Â&P#$/„ŽIfa$b$gdÇ?]lÆÿ $$„øÿ„Â&P#$/„ŽIfa$b$gd` ÄlÆÿ‡kdQO$$If–FÖ”ÆÖ0”ÿ ˆ€ë € 
tà
6P”øÿ””ŽÖ0ÿÿÿÿÿÿö6ööÖÿÿÖÿÿÖÿÿÖÿÿ”Ž4Ö4Ö
laöe4ElFlMlSlwW7 $$„øÿ„Â&P#$/„ŽIfa$b$gdÇ?]lÆÿØ $$„øÿ„Â&P#$/„ŽIfa$b$gd` ÄlÆÿ؇kdÐO$$If–FÖ”ÆÖ0”ÿ ˆ€ë € 
tà
6P”øÿ””ŽÖ0ÿÿÿÿÿÿö6ööÖÿÿÖÿÿÖÿÿÖÿÿ”Ž4Ö4Ö
laöe4SlTlZlblwW7 $$„øÿ„Â&P#$/„ŽIfa$b$gdÇ?]lÆÿž $$„øÿ„Â&P#$/„ŽIfa$b$gd` ÄlÆÿž‡kdOP$$If–FÖ”ÆÖ0”ÿ ˆ€ë € 
tà
6P”øÿ””ŽÖ0ÿÿÿÿÿÿö6ööÖÿÿÖÿÿÖÿÿÖÿÿ”Ž4Ö4Ö
laöe4blclklqlwW7 $$„øÿ„Â&P#$/„ŽIfa$b$gdÇ?]lÆÿà $$„øÿ„Â&P#$/„ŽIfa$b$gd` ÄlÆÿà‡kdÎP$$If–FÖ”ÆÖ0”ÿ ˆ€ë € 
tà
6P”øÿ””ŽÖ0ÿÿÿÿÿÿö6ööÖÿÿÖÿÿÖÿÿÖÿÿ”Ž4Ö4Ö
laöe4qlrl‚l‡lwW7 $$„øÿ„Â&P#$/„ŽIfa$b$gdÇ?]lÆÿ $$„øÿ„Â&P#$/„ŽIfa$b$gd` ÄlÆÿ‡kdMQ$$If–FÖ”ÆÖ0”ÿ ˆ€ë € 
tà
6P”øÿ””ŽÖ0ÿÿÿÿÿÿö6ööÖÿÿÖÿÿÖÿÿÖÿÿ”Ž4Ö4Ö
laöe4‡lˆl‰l’lšl¢l©l°l¸lÀlÁlwneeeeeee\„h^„hgd` Ä„Š^„Šgd` Ä„Ä^„ÄgdÞJ‡kdÌQ$$If–FÖ”ÆÖ0”ÿ ˆ€ë € 
tà
6P”øÿ””ŽÖ0ÿÿÿÿÿÿö6ööÖÿÿÖÿÿÖÿÿÖÿÿ”Ž4Ö4Ö
laöe4
¯l°l²l³l´lµlºl»l¼l½l¾lÀlÁlÂlÃlÈlØlílîlm@mBmCmEmFmLmMmWmXm\m]mbmcmdmemhmimjmkmmm‡mŠm‹mŒmªm¬m­m®m¯m°mÌmÍmÎmÏmÐmøíäøäøØøäøäÑÍÉÍÉÍÅÍÅÍí¹í¹í¹í¹í¹íäøäøäøäíÍ«œŽÍ«œ«œŽÍ«œ«œhÇ?]h7`¬5OJQJ\hÇ?]hÇ?]5H*OJQJ\hÇ?]hÇ?]5OJQJ\h-h7`¬H*mHsHh™Üh` Äh7`¬ h-h7`¬h†}h7`¬H*mHsHh7`¬H*mHsHh-h7`¬mHsHh7`¬mHsH7ÁlÂlÃl?m@mlmmm‡mŒmóóèãÚãÄ®$$Ifa$gdÇ?]lÆÿ'±$$Ifa$gdÞJlÆÿ'±„O^„Ogd™ÜgdÞJ $
& Fa$gdø9 $„h^„ha$gdÞJŒmmªm°m‚lV$$Ifa$gdÇ?]lÆÿØ$$Ifa$gdÞJlÆÿØ|kdKR$$If–FÖ”ÆÖ0 €ˆ€à€
tàÖ0ÿÿÿÿÿÿö6ööÖÿÿÖÿÿÖÿÿÖÿÿ4Ö4Ö
laö °m±mÌmÑm‚lV$$Ifa$gdÇ?]lÆÿT$$Ifa$gdÞJlÆÿT|kd¹R$$If–FÖ”ÆÖ0 €ˆ€à€
tàÖ0ÿÿÿÿÿÿö6ööÖÿÿÖÿÿÖÿÿÖÿÿ4Ö4Ö
laö ÐmÑm÷múmûmnn nKnMnNnOnPnRnÓnÔnÕnænoo,o-oCoFoGomono‚oƒoêoëo*pFpppqpðìÞÐìÞÐìÞÁÞÐì´ª™ì™ì™ìŽÐì†{ìndndnìh™Ü56\]h™Üh7`¬56\]h@;Úh7`¬5>*\h7`¬5>*\hÇ?]5OJQJ\h` Ähø9hø956\]h` Ä56\]hø9h` Ä56\]hÇ?]hÇ?]5H*OJQJ\hÇ?]h7`¬5OJQJ\hÇ?]hÇ?]5OJQJ\h7`¬hÇ?]h7`¬5H*OJQJ\"ÑmÒm÷mûm‚lV$$Ifa$gdÇ?]lÆÿ–$$Ifa$gdÞJlÆÿ–|kd'S$$If–FÖ”ÆÖ0 €ˆ€à€
tàÖ0ÿÿÿÿÿÿö6ööÖÿÿÖÿÿÖÿÿÖÿÿ4Ö4Ö
laö ûmümn n‚lV$$Ifa$gdÇ?]lÆÿ\$$Ifa$gdÞJlÆÿ\|kd•S$$If–FÖ”ÆÖ0 €ˆ€à€
tàÖ0ÿÿÿÿÿÿö6ööÖÿÿÖÿÿÖÿÿÖÿÿ4Ö4Ö
laö  n!nKnPn‚lV$$Ifa$gdÇ?]lÆÿØ$$Ifa$gdÞJlÆÿØ|kdT$$If–FÖ”ÆÖ0 €ˆ€à€
tàÖ0ÿÿÿÿÿÿö6ööÖÿÿÖÿÿÖÿÿÖÿÿ4Ö4Ö
laö PnQnRnÔnÕn/o0o6o7o‚}qqf}PP$$Ifa$gdÞJlÆÿ'± $
& Fa$gdø9 $„h^„ha$gdÞJgdÞJ|kdqT$$If–FÖ”ÆÖ0 €ˆ€à€
tàÖ0ÿÿÿÿÿÿö6ööÖÿÿÖÿÿÖÿÿÖÿÿ4Ö4Ö
laö 7o8o=o>o‚ll$$Ifa$gdÞJlÆÿ–|kdßT$$If–FÖ”ÆÖ0T’œ€> €

tàÖ0ÿÿÿÿÿÿö6ööÖÿÿÖÿÿÖÿÿÖÿÿ4Ö4Ö
laöÀ>o?oCoGo‚ll$$Ifa$gdÞJlÆÿT|kdMU$$If–FÖ”ÆÖ0T’œ€> €

tàÖ0ÿÿÿÿÿÿö6ööÖÿÿÖÿÿÖÿÿÖÿÿ4Ö4Ö
laöÀGoHoMoNo‚ll$$Ifa$gdÞJlÆÿØ|kd»U$$If–FÖ”ÆÖ0T’œ€> €

tàÖ0ÿÿÿÿÿÿö6ööÖÿÿÖÿÿÖÿÿÖÿÿ4Ö4Ö
laöÀNoOoUoVo‚ll$$Ifa$gdÞJlÆÿ|kd)V$$If–FÖ”ÆÖ0T’œ€> €

tàÖ0ÿÿÿÿÿÿö6ööÖÿÿÖÿÿÖÿÿÖÿÿ4Ö4Ö
laöÀVoWo^o_o‚ll$$Ifa$gdÞJlÆÿ–|kd—V$$If–FÖ”ÆÖ0T’œ€> €

tàÖ0ÿÿÿÿÿÿö6ööÖÿÿÖÿÿÖÿÿÖÿÿ4Ö4Ö
laöÀ_o`oeofo‚ll$$Ifa$gdÞJlÆÿT|kdW$$If–FÖ”ÆÖ0T’œ€> €

tàÖ0ÿÿÿÿÿÿö6ööÖÿÿÖÿÿÖÿÿÖÿÿ4Ö4Ö
laöÀfogokolo‚ll$$Ifa$gdÞJlÆÿØ|kdsW$$If–FÖ”ÆÖ0T’œ€> €

tàÖ0ÿÿÿÿÿÿö6ööÖÿÿÖÿÿÖÿÿÖÿÿ4Ö4Ö
laöÀlomo‚oƒoýoppqpÆpÇpÈpÉp‚vjaaaYaaa
& Fgdø9„v^„vgd™Ü $„h^„ha$gdÞJ $„v^„va$gdø9|kdáW$$If–FÖ”ÆÖ0T’œ€> €

tàÖ0ÿÿÿÿÿÿö6ööÖÿÿÖÿÿÖÿÿÖÿÿ4Ö4Ö
laöÀ
qprpÈpÌpÍpöp÷p
q q q
qqq)q*q+q5q6qDqEqFqQqRq`qaqbqcqkqlqmq{q|q}q~qq½q¾q¿qãqåqæqçqòîêæîÞîÏÂÞîÞî·ÞîÞî¬Þî¤ê™¤îæîÞîŽÞ‡îzlîzîlîjh7`¬UmHnHuhsAsBsCsDs\sÄsËsÌsÍsÚsÛsÜsÝsÞsþsÿstóæâÔÉÔâÉÔâÉÔâ¾Ô¾ÔâÉÔ¾Ôâºâ©™º™se™a™hø9jhÿ}zUmHnHujhÕ¼UmHnHujhGÇUmHnHuhR`3hGÇ5>*hGÇh