Td corrigé Dieu Existe - Catholique du Net pdf

Dieu Existe - Catholique du Net

Pour notre civilisation matérialiste, la mort est un sujet "tabou" qu'il est de .... voyez les ruines de la Bosnie Herzégovine, ex- Communiste ; et comprenez que c'est .... le Facteur "DIEU" sans un examen préalable aussi approfondi que possible, ...... de la nouvelle édition française (1993) à jour au 31.12.1992 avec 891 pages.




part of the document



Originel 262
3. Ses conséquences 266
4. Le destin individuel 271
5. La Naissance du Sauveur 282
6. La prédestination de JOSEPH 293
7. Les 3 Passions de MARIE 301
8. La Passion de JÉSUS 308
6ème partie: "Où vais-je?" 329
1. Jurgenson et son magnétophone 332
2. La voyance, pièges à Pigeons 335
3. Le spiritisme, religion de l'Enfer 339
4. Les régressions temporelles sous hypnose 352
5. L'astrologie, piège à Gogos 357
6. L'IVG et le Cri Silencieux des Bébés avortués 359
7. Les Rescapés de mort clinique 371
8. La Grande Lumière Céleste 377
7ème Partie: "Comment? 379
1. La Prière 380
2. La Pureté 399
3. Les Sacrements 408
8ème partie: Les avertissements 426
9ème partie: Les Précautions 452
Annexes: l'Église et Dozulé 464
Les Croix d'Amour 474
Rituel du Baptême des Bébés avortués 500
Bibliographie 501
Table alphabétique 504




Dieu EXISTE...

mais n'y pensez-vous que lorsque vous êtes en danger ? On dit parfois : "Les amis, on n'y pense que lorsqu'on a besoin d'eux". Pourquoi ? Parce qu'on se dépense davantage pour rendre moins hostiles ceux que l'on craint ou dont on dépend.
Les Amis, ou plutôt un ami, car les vrais amis se comptent sur les doigts d'une seule main, de son amitié on est toujours sûr. Une fois passé l'âge de l'adolescence et une fois ancré dans le mariage, sont plutôt rares ceux qui n'attendent pas l'appel de l'ami et qui vont lui redire : "Tu es mon ami, voici pour te rendre heureux". Voilà ce que le Seigneur attend de chacun : qu'on Lui dise : "JÉSUS, mon Ami, je T'aime !". Mais ce ne serait que des mots sans valeur si on ne partage pas tout avec son ami, donc les joies et les peines ; et si l'on n'a pas les mêmes préférences et répulsions pour les choses vraiment importantes.
Les préférences de JÉSUS, nous les connaissons tous, Ses répulsions aussi : "Ce que vous aurez fait au plus petit de vos frères, c'est à Moi que vous l'aurez fait" a dit JÉSUS dans l'Évangile. Car Dieu est, en chaque Homme, de droit, de Son droit de Créateur.
Mais, direz-vous, à un ami on peut téléphoner, ou aller le voir. Dieu, existe-t-Il ? On ne Le voit ni ne L'entend et, s'Il existait vraiment avec toute Sa Puissance et Justice, pourquoi ces Infirmes-nés, ces enfants contaminés par le SIDA d'une transfusion sanguine, pourquoi ces guerres atroces, ces inondations, ces séismes qui font tant de victimes et de destructions ?
Dans ce livre, "Dieu EXISTE" je réponds à toutes les questions (de ce genre) que vous vous posez.
Car je me suis posé les mêmes questions, ainsi que l'immense majorité d'entre nous. J'y réponds un peu dans le désordre ; cela, d'abord parce qu'il faut aborder tous les domaines de la connaissance et que le sujet est donc immense ; ensuite, parce que je suis Ingénieur et non écrivain ; et enfin parce que je n'ai esquivé aucune difficulté.
Ce livre est le résultat de toute une vie d'observation attentive de mon environnement familial, social, religieux, national, international ; c'est le résumé de vingt ans de recherche. Si le style n'est pas brillant, les mots sont simples et les idées énoncées claires, car l'essentiel de mon métier d'ingénieur a été "Organisation et Méthodes" et aussi "Vérification".
Ce livre est donc un rapport de vérification, le fond est solide.
Il est sérieux, ayant bénéficié des critiques et conseils de centaines de Lecteurs, en particulier d'une dizaine de savants Prêtres qui m'honorent de leur amitié. Et cette nouvelle édition est actualisée.
Actualisée, alors que le sujet traité, Dieu EXISTE, est immuable ? Oui ! En effet, si le plan choisi s'organise autour des questions que se pose n'importe quelle Intelligence active :
"D'où viens-je et qui suis-je ?
Où suis-je et pourquoi ?
Où vais-je et comment ?
Les réponses à ces questions s'appuient sur les Paroles du Seigneur dans la Bible, mais aussi sur celles de MARIE et de JÉSUS à toutes les personnes à qui Ils ont dicté des Messages (*) depuis 3 siècles et surtout actuellement. Le dernier Message cité ici en appui est daté de 1999.
Actualisée, aussi, parce que l'Humanité tourne toujours davantage le dos à Dieu sans vouloir comprendre que guerres et révolutions, gaspillage et famine, opulence et chômage, scandales politico-financiers et misère des SDF, inondations et séismes, angoisse générale qui monte... tout cela est la conséquence du refus de Dieu par l'homme. Et c'est quasi universel. À cause de cela, l'Humanité est dans la situation d'un adolescent qui profite de l'absence de son père pour prendre sa voiture et va se planter contre un arbre ou écraser quelqu'un.
"Quand le Fils de l'Homme reviendra, trouvera-t-Il encore la Foi sur la Terre" a dit JÉSUS dans l'Évangile, et aussi : "L'Enfer ne prévaudra jamais sur mon Église". C'est à cause de cela que JÉSUS et MARIE annoncent le retour imminent du Christ et l'avènement du Règne de Dieu sur la Terre, et cela pour des siècles. "Mais avant, pour que Je puisse y poser le pied, la Terre doit être purifiée". C'est la douloureuse purification de l'Humanité qui a déjà commencé et qui sera achevée avant la fin du siècle.
Il reste donc très peu de temps pour que l'Humanité soit sauvée en revenant à Dieu. Mais vous et moi, avons-nous la certitude d'être vivants demain ? JÉSUS a dit  :
"Il est urgent de faire vite" !

† † †

(*) : J'ai privilégié les citations de Messages reçus par des personnes mortes en odeur de sainteté, mais je n'ai pas méprisé les Messages reçus par des personnes en vie ("Ne dépréciez pas les dons de prophétie mais vérifiez tout ; ce qui est bon, retenez-le ; mais gardez-vous de toute espèce de mal", a écrit St Paul). J'ai donc vérifié attentivement les Messages contemporains reçus, leur conformité avec la logique et l'esprit des enseignements de l'Église et, surtout, la conformité de vie à l'Évangile du ou de la messagère à la date du Message. Car un messager qui chute dans l'orgueil ou les magouilles d'argent est à ignorer soigneusement, aucun de ses dires n'étant plus dès lors crédible ni authentique.
Mais, les ayant vérifiés attentivement, j'ai conservé les Messages authentiques reçus avant la chute, sur laquelle je ne me suis pas étendu, car celui qui chute peut toujours se relever un jour, Dieu aidant.
Enfin, je n'ai pas cité tous les Messages contemporains parfaitement authentiques (ceux reçus par Vassula, entre autres), car il aurait fallu deux volumes au lieu d'un.

N.B. : A la fin de ce livre est un index alphabétique des informations et
des citations de JÉSUS et MARIE, qui sont indiquées en italique
† † †

1ère Partie : Le BILAN
A tout il faut un début et une fin ; une fin qui est le but à atteindre en cheminant. Mais il faut d'abord un bilan.
1. 1. La Vie : un voyage
Il y a 26 siècles, le chinois CONFUCIUS disait :
"Le plus long voyage commence toujours par un premier pas."
Pour chaque individu la vie commence à la naissance précédée par la conception de l'embryon ; ceci nous renvoie aux deux parents et, très loin dans le passé, à l'origine de l'Humanité en Adam et Ève.
Que l'on remonte à ces deux Premiers avec la Bible, ou que l'on se porte plus loin dans l'ère quaternaire avec les hominiens de la paléontologie (en supposant une continuité ininterrompue entre les hominiens et l'Humanité actuelle, ce qui n'a jamais été prouvé), deux parents ont été nécessaires ; cela nous place devant le dilemme insoluble de la Poule et de l'Oeuf : "Lequel a fait l'autre le premier ?.".. Quand un raisonnement butte sur une impasse, c'est que l'on a négligé un facteur important ou, et, que l'on a privilégié à tort une hypothèse (une supposition) erronée.
En négligeant le Facteur "DIEU", on bute sur une impasse ; en l'intégrant dans le raisonnement, tout devient logique. Quant à la raison d'avoir vécu des hominiens (raison signifie calcul), c'est une question encore sans réponse ; on peut, sans dommage pour notre avenir, la laisser en attente "au bord" de notre réflexion. C'est une énigme de plus parmi toutes celles qui n'ont aucune conséquence sur notre existence, comme les dolmens par exemple. De plus, la "science" météorologique ignore totalement la raison des déplacements d'un cyclone, et nous sommes bien obligés de subir cette ignorance en priant Dieu pour que le cyclone nous épargne.
Revenons au phénomène de la Vie... et de la Mort. Les réponses sûres et évidentes sont simples : vraies. Ainsi de l'instant de la naissance, qui est connu avec précision ; le moment de la mort ne l'est pas : cette l'incertitude impose un délai minimum de 24 heures entre le constat de décès et l'inhumation. Cette incertitude dépasse souvent ce délai ; en effet, lors d'exhumations consécutives à des bruits en provenance de sépultures, des inhumés ont pu être sauvés. Mais pour d'autres, ce fut trop tard. Ils ont été retrouvés morts, les ongles arrachés d'avoir gratté en vain leur cercueil.
Une mort affreuse ! Il s'agit là d'un problème actuel et individuel ; puisque nous sommes vivants, il nous faudra tous passer par la mort. Faire "l'autruche" en refusant d'examiner un problème, cela ne met pas à l'abri des coups : au contraire, c'est se placer en meilleure position d'en recevoir.
Distraire, c'est soustraire
Pour notre civilisation matérialiste, la mort est un sujet "tabou" qu'il est de mauvais goût d'aborder ; nous sommes conditionnés à l'oublier, à ne penser qu'aux besoins matériels, à endormir notre réflexion par les distractions pour "tuer le temps" : distraire c'est soustraire.
La vie est le premier de tous nos biens ; sans elle, aucun autre n'existerait ; notre temps de vie terrestre est limité et pourtant, malgré notre intelligence dont nous sommes si fiers, notre style de vie nous conduit à tuer le temps : c'est un comportement illogique, donc irrationnel. Cela commence à nous montrer combien notre liberté de réflexion est esclavagée par le matérialisme ambiant. Nous sommes robotisés par notre société de consommation, d'injustice et de misère. Tous, nous en voyons les défauts sans pouvoir y remédier, dans le présent où nous cherchons les distractions pour le supporter, et pour ne pas penser à l'avenir que l'on craint.
C'est ainsi que nous effectuons ce voyage de la Vie sans savoir pourquoi et dans l'incertitude de la destination finale ; nous voyageons dans un wagon aux rideaux baissés : du paysage et de l'environnement, nous ne voyons que ce que les écrans de la télé nous font voir ; des stations nous ne savons rien à l'avance ; dans nos bagages, nous n'avons que le nécessaire pour nourrir et couvrir le corps, et des B.D., des magazines et des livres pour occuper l'esprit. Nos parents ont vécu comme cela, nous faisons comme eux. Faut-il que nous soyons tous des moutons de Panurge ?
Voilà où nous ont conduits l'exemple parental et l'obligatoire instruction laïque qui privilégie le savoir contre la sagesse, le corps et le matérialisme contre l'esprit ; elle canalise l'intelligence vers une jonglerie des abstractions, dans une saturation de la mémoire ne laissant plus de place au bon sens. Sous couvert de la Liberté de Conscience et de l'égalité de droits à l'instruction, la laïcité républi-caine a nourri au même lait les scientifiques, les gens d'Église, et le reste de la population en majorité "scientiste-positiviste." Ceux-ci ont gardé de l'école, du lycée ou de l'université un bagage scientifique hétéroclite et mal digéré : l'éducation nationale n'enseigne pas à examiner et faire un tri, mais à emmagasiner des connaissances sous peine d'échec aux examens et concours ; le scientiste a un bagage surchargé, entassé en désordre, d'où pendouille telle ou telle idée-reçue, comme un pan de chemise, une chaussette et une cravate dépassent d'une valise trop pleine.
La laïcité nous a conditionnés à penser dans un "apartheid" strict, à séparer le matériel du spirituel. C'est pour cela que les scientifiques et les clergés s'interdisent toute incursion dans le domaine adverse ; car ils sont devenus adversaires ; et le "Mr-tout-le-monde", qui est une personnalité, vit avec cette opposition, privilégiant l'un ou l'autre des chemins de la pensée. Or il est bien évident que la planète étant une, que l'homme étant un en son esprit et son corps, la Connaissance doit être nécessairement une, englobant le Matériel et le Spirituel. Privilégier gravement l'un fait obligatoirement boiter l'autre..
Nous avons des besoins matériels et d'autres sentimentaux ou intellectuels. Pour l'individu, on peut évoquer l'analogie avec l'alimentation et le sommeil ; celle-là est matérielle, celui-ci est immatériel ; les grèves de la faim montrent que l'on peut rester des semaines sans s'alimenter, alors que la privation de sommeil entraîne la folie en une semaine...
Vérité divine et "vérités" scientifiques
On peut transposer l'analogie aux deux conceptions opposées de la Science et de la Religion sur la Vie. Pour la Science, elle ne veut connaître que la vie terrestre qui s'achève par la mort et ouvrirait sur le "néant" : donc un siècle au maximum, et après "rien", comme avant "on ne sait pas" ; dans les deux cas, la Science ne veut pas savoir : ce n'est pas son domaine.
Pour la Religion, la vie émane de Dieu comme la lumière émane du soleil ; elle ne s'achève pas à la mort qui est seulement un passage, un seuil vers la vie qui ne finit pas, l'âme étant immortelle parce que Dieu, son Créateur, est Éternel. C'est clair, net, et plein d'espoir ; alors que la Science dit tout en ignorer, elle ne veut pas vérifier si la Religion dit vrai ; elle nous propose un avenir de néant sans espoir.
Qui veut préférer l'ignorance de la Science à la certitude de la Religion ? À une certitude raisonnable, c'est-à-dire vérifiable car raison signifie calcul. À une certitude résistant à une vérification que la Science ne veut pas faire : elle craint d'être confrontée à une révision déchirante de la base du savoir scientifique. En effet, la Science actuelle a édifié une énorme pyramide de savoir qui se tient instable, renversée sur sa pointe : sur son erreur de base, la conception matérialiste de la vie.
Cette erreur de base handicape radicalement les sciences de la vie : biologie, médecine, psychiatrie, psychologie (psyché est le mot grec pour âme). Mais les sciences exactes, mathématiques, chimie, physiques cosmique et atomique, qui ne sont pas concernées par cette erreur de base, en subissent cependant un handicap par ricochet, car "Science sans Conscience n'est que ruine de l'âme."
En effet, ce sont des avants très ignorants du Spirituel qui ont inventé les armes A, B, et C menaçant de détruire l'Humanité et la planète ; ce sont des politiques encore plus ignorants, et des affairistes avides, qui ont bloqué notre société dans une impasse sans issue ; la plupart du temps, c'est par la guerre que la situation se débloque, mais pour peu de temps et à quel prix ! L'Humanité recommence toujours les mêmes erreurs : la conception matérialiste de la Vie place des oeillères qui obligent à n'avancer que dans une seule direction, la mauvaise, celle de tous les dangers, de l'injustice et du désespoir. Un vieil adage latin dit que "Erare humanum est, perseverare diabolicum." Que l'erreur soit humaine, les scientifiques le savent bien : la Science ne progresse qu'en démontrant l'erreur de l'époque précédente.
La Science ne progresse qu'en corrigeant ses erreurs
Le progrès n'est pas une courbe ascendante et linéaire, c'est un escalier avec des degrés plus ou moins hauts, entre des paliers plus ou moins longs. Dans tous les domaines, les paliers actuels sont en progrès sur les précédents devenus caducs. Il en est ainsi, par exemple, des disques laser qui ont remplacé les microsillons, des antibiotiques qui ont vidé les sanatoriums. Pour un temps ?
La "vérité" scientifique du moment est donc provisoire ; elle peut être dépassée, voire abandonnée au profit de la "vérité" de demain, elle est donc aléatoire ; souvent, on se hâte de l'exploiter sans soupçonner les séquelles dangereuses qu'elle comporte, ou en fermant les yeux pour ne pas les voir : c'est bien connu, l'appât du profit esclavage l'honnêteté. Ainsi des dangers du nucléaire aux contaminations par les transfusions sanguines, et à la "vache folle" !
Le matérialisme a lancé sur ses rails le train du progrès scientifique et technologique ; ce train génère lui-même son dynamisme, son trajet et son accélération ; rien ne peut vraiment le maîtriser car l'ambition et le profit sont plus forts que les comités d'éthique et les lois ; plus forts aussi du fait de la prolifération de la communauté scientifique : actuellement, les savants vivants sont plus nombreux que l'ensemble des savants ayant vécu sur Terre depuis deux millénaires ; plus forts, surtout, parce que les savants, les techniciens, les politiques et les affairistes ont tous fait taire la voix de leur conscience. Cet état de fait est la rançon du rejet quasi général du Spirituel et du Surnaturel par l'Humanité, la conséquence du rejet de Dieu, la soumission à la loi de fer de l'argent qui gouverne le monde.
"Stella Maris", dans son n° 287 de Novembre 93 (Éditions du Parvis, CH 1648 Hauteville) reproduit une très intéressante étude de Marie-Noëlle MIÈGE, chargée de cours et de recherches biologiques à l'Université de GENÈVE, sur le défi bioéthique de la PMA : la Procréation Médicalement Assistée. On y apprend que Jacques TESTAR qui est athée et "père" du premier bébé éprouvette français (Amandine) a fait marche arrière et tire les sonnettes d'alarme:
"La Science est emballée parce que, depuis le début du 20ème siècle, elle a changé dans sa nature et dans ses relations avec la Société. Le Chercheur, auparavant isolé, appartient maintenant à un groupe structuré au sein d'institutions importantes. Sa recherche, autrefois fondamentale, est soumise à une vive compétition entre Instituts et Nations ; elle se nourrit de projets technologiques" "Il n'est pas honteux d'avoir un projet, ajoute Mr Testar, mais il est indigne de le faire avancer camouflé, en arrachant l'assentiment du public par un tableau mystificateur, taisant les idéologies et les enjeux économiques." Et il conclut : "Il n'y a plus de recherche fondamentale."
Quant à Jean Rostand, il est significatif de voir un grand savant passer d'un enthousiasme orgueilleux à une froide lucidité. En effet, en 1956, il écrivait :"Le Biologiste finira par fabriquer la Vie pour en recréer l'organisation et, auteur d'une nouvelle Nature, il se placera au rang des dieux." Mais Jean Rostand écrit peu après : "La Science a fait de nous des dieux avant-même que nous méritions d'être des hommes. Nous allons apprendre à changer l'homme avant même de savoir ce qu'est l'homme" (fin de citation, mais voici une autre) :
Le 4 Novembre 1993, JÉSUS dicte à "JNSR" (38) :
"Le savoir des hommes cherche à fabriquer des êtres sans Âme dans les laboratoires, alors que ces mêmes hommes tuent la Vie que Moi Je donne. Voici des villes qui vont devenir des ruines fumantes, car J'interdis ôter la Vie, comme J'interdis de donner une animation à un être que Dieu n'a pas créé."
Notez la coïncidence (certainement pas fortuite) entre la publication de cette étude dans Stella Maris : Novembre 93, et la date de ce Message de Notre Seigneur qui utilise le même mot "fabriquer", comme Jean Rostand 30 ans avant. Notez aussi que JÉSUS condamne sans rémission la Procréation Médicalement Assistée, l'Interruption Volontaire de Grossesse et l'euthanasie. Quel idiot peut penser que vains sont les Avertissements du Tout-Puissant : "des villes qui vont devenir des ruines fumantes" ; voyez les ruines de la Bosnie Herzégovine, ex- Communiste ; et comprenez que c'est prémonitoire si l'homme ne change pas.
__ Dresser un constat sans examiner tous les aspects, c'est partiel et la conclusion sera partiale ou fausse. Ne pas conclure est stérile. Nous verrons les principales causes, donc les acteurs de l'évolution qui a conduit l'Humanité dans l'impasse actuelle.

1. 2. Examiner et choisir
Notre mémoire est un "fourre-tout" où s'accumule tout ce que perçoivent nos sens qui sont des capteurs ; sur le plan des idées, des concepts, notre société de mouvement et d'audiovisuel surcharge notre mémoire en permanence ; outre la famille, les amis et le travail, la télé nous fait passer des informations aux distractions par le seul intermède de la Pub ou du "zapping" ; il ne reste plus de temps (on le tue en permanence) pour écouter le conjoint et les enfants, pour réfléchir, trier, faire le point, pour l'enseignement familial.
Qui cheminerait en montagne avec un sac à dos énorme surchargé d'inutilités ? Personne ayant un peu de bon sens ; mais c'est ce que nous faisons tous sur le plan intellectuel en avançant sur le chemin de la Vie. En permanence, il nous faut donc trier et ordonner, pour choisir entre l'utile et l'accessoire, entre le bon et le mauvais, entre le vrai et le faux.
Raisonnement cartésien et scepticisme
Choisir, c'est faire acte d'intelligence (mot venant du grec et signifiant choisir) ; faire un tri, c'est examiner. C'est ce que l'on fait pour un tiroir devenu fourre-tout où l'on ne retrouve plus rien facilement : on le renverse sur la table, on trie, on jette et on range.
"L'Intelligentsia" moderne se targue de pratiquer un raisonnement cartésien, comme la poule qui se pare des plumes du paon ; en application du doute méthodique exposé par Descartes, nos "Intelligents" rejettent tout l'enseignement de la Bible au nom d'un rationalisme de pacotille.
N'admettre pour vrai que ce que la raison peut vérifier est d'une prudence salutaire ; mais rejeter sans vérifier au nom d'un scepticisme-alibi, c'est trahir Descartes, c'est se tromper soi-même. Scepticisme vient d'un mot grec signifiant examiner ; en rejetant sans vouloir examiner, on n'est pas sceptique, on est malhonnête et il y a une raison à cela, comme à toute chose.
Le doute méthodique de Descartes doit s'appliquer d'abord au raisonnement que l'on vient d'édifier : pour s'assurer de sa validité avant de l'exprimer en public ; mais nos "rationalistes", qui ne doutent jamais d'eux-mêmes, doutent méthodiquement de tout ce qui peut prouver leur erreur de raisonnement ; c'est pour cette raison qu'ils refusent tout examen en se disant "sceptiques" : ceci est une malhonnêteté intellectuelle préméditée, mais débile.
S'ils examinaient le cheminement de leur pensée à la lumière des préceptes du raisonnement cartésien, ils se trouveraient en infraction à deux préceptes sur les quatre énoncés par Descartes, le premier et le quatrième ; de cette faute préméditée s'accommodent fort bien tous nos "Intelligents" qui ont été conditionnés par l'École laïque à ne pas voir plus loin que le bout de leur nez, et à avaler toutes les sornettes apprises "par coeur" sous peine d'échec aux examens :
- le premier précepte de Descartes est simple et de bon sens : "Ne jamais recevoir aucune chose pour vraie sans la connaître telle à l'évidence."
A la base du rationalisme actuel et de l'athéisme se trouve une conviction fabriquée et basée sur un a-priori de combat : "Dieu n'a pas pu créer l'Univers et la Vie en 6 jours, donc la Bible est un tissu de légendes, et Dieu n'existe pas." Le rationalisme actuel, affectant d'ignorer que ces jours sont là pour créer la semaine, est une pitrerie qui refuse d'examiner les preuves de son erreur de base.
- le quatrième précepte de Descartes prescrit "de ne rien omettre dans le raisonnement sans être assuré que cette omission est sans conséquence sur l'exactitude de la conclusion ; l'ignorance et l'erreur venant presque toujours de la négligence d'un ou plusieurs des éléments essentiels des questions étudiées."
Raisonner sur la naissance de l'Univers et de la Vie sur Terre en écartant le Facteur "DIEU" sans un examen préalable aussi approfondi que possible, cela ne peut conduire qu'à "l'ignorance et l'erreur" ; ce sont là les fondations vaseuses de notre société humaine et les raisons de la dramatique impasse où se trouve notre orgueilleuse Babel moderne.
"C'est à ses fruits qu'on juge l'arbre" : chacun peut juger des séquelles meurtrières du "progrès" matérialiste ; argumenter que le progrès a aussi du bon, qu'il est "globalement positif", selon la formule usuelle de la dialectique marxiste, c'est vouloir profiter du bon en s'accommodant du mal dont on se fait ainsi complice ; personne n'hésiterait à couper et brûler un pommier qui donnerait des pommes vénéneuses à côté des bonnes ; un tel arbre n'a jamais existé. La Vérité est aussi simple et claire que cela. Seule l'erreur a besoin de complexité.
"Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement
et les mots pour le dire vous viennent aisément."
Un exposé sur la Vérité humaine peut être constitué de beaucoup de vérités élémentaires, se déduisant les unes des autres et l'ensemble est un tableau chargé, mais cohérent, sans image escamotée ; et chaque tracé du dessin est simple, admis sans effort par le bon sens, prenant sa place dans un ensemble logique avec une réponse simple à chaque question. Devant la complexité d'un exposé, on ne doit pas penser : "Je ne suis pas assez intelligent pour comprendre cela", mais être en alerte quant à la capacité de l'auteur à se faire comprendre ou, et, quant à la validité de son exposé ; dans la complexité, opposée à la clarté, l'erreur peut se cacher, volontaire ou non. La prudence prescrit une démarche mesurée, assurée, que n'importe qui peut suivre en confiance sans crainte d'erreur.
Une vérité longtemps oubliée, et plus encore une vérité ignorée jusqu'ici, peut choquer nos idées-reçues ; ce choc, normal, ne doit pas empêcher l'examen. VIRCHOW l'a écrit :
"Ce qui est nouveau est souvent choquant
parce que cela dérange."
La manière de vivre est une permanente recherche d'équilibre entre des contraintes opposées ; la marche aussi, qui se décompose en une suite de chutes et de rétablissements ; le déséquilibre est malaise ; dans la vie, dans la marche, une poussée subite, en arrière, en avant ou latérale, stoppe ou déséquilibre. C'est ce que produit une idée nouvelle, étrangère au style de vie du moment.
C'est pour prévenir les effets de ce choc que le titre de cet ouvrage "Dieu EXISTE", a été suivi du sous-titre : "Preuves, Paroles, Photos et Avertissements" ; ainsi, celui qui le rejetterait sans le lire admettrait implicitement vivre de façon végétative et animale puisqu'il s'interdirait le scepticisme intelligent. L'École laïque enseigne que l'homme est un "animal supérieur" ; cette formulation est insultante pour l'humanité : qu'avons-nous d'analogie avec un insecte, un oursin ou une limace ? sauf la Vie, rien ; insultante aussi pour l'animalité car aucun animal ne se suicide, sauf parfois un chien qui se laisse mourir de faim parce que son maître est mort.
L'instinct animal et l'intelligence humaine
La seule analogie entre l'homme et l'animal est le corps, mais sans aucune confusion possible. La différence radicale entre l'animalité et l'humanité c'est l'écart entre l'instinct et l'intelligence ; l'instinct soumet l'animal et le protège de l'erreur, alors que l'intelligence humaine est libre, donc susceptible d'erreur, et cette intelligence s'exprime par la Parole.
Cette différence est illustrée par la stabilité de l'animalité actuelle, en opposition aux modifications apportées par l'homme à son cadre et ses structures de vie, à son comportement ; la libre intelligence est une arme à deux tranchants, elle peut nous orienter vers la bonne ou la mauvaise direction. La liberté peut faire de la parole consolation ou invective, prière ou blasphème, courage ou désespoir. L'homme domine les règnes des vies animale et végétale à son gré et s'en nourrit librement, disposant, en Roi de la Création, du droit de vie ou de mort sur les règnes de vie inférieurs.
L'objet central de cet ouvrage, c'est l'homme, créé à l'Image et à la Ressemblance de Dieu. Ce n'est pas une étude sur les lunes de Jupiter ; c'est plus immédiatement important. Et intime car il suffit de regarder en soi et autour de soi pour tester puis admettre les enseignements à l'égal d'un FAIT : "A midi, il fait jour" ; c'est un FAIT évident ; qu'au même moment il fasse nuit aux antipodes, c'est normal car il est minuit là-bas.
†
† †

1. 3. Le FAIT et sa CAUSE

Au même moment, il fait jour ici et nuit là-bas, c'est le fait. La cause en est la rotation de la Terre et l'on voit que c'est le mouvement cosmique qui crée le Temps : si la Terre ne tournait pas sur elle-même, l'année se composerait d'un jour et d'une nuit ; si elle ne tournait pas autour du soleil, il n'y aurait ni Temps, ni Vie. Cette notation sera utile pour essayer de comprendre l'Immuabilité et l'Éternité de Dieu.
La Loi de Causalité
Il n'y a aucun fait sans une cause : c'est la Loi de Causalité qui est à la base de l'édifice de savoir édifié par l'Humanité. Un fait observé est scientifique par sa réalité, son existence. Quand la cause n'est pas immédiatement évidente, on la cherche à partir des caractéristiques du fait : des traces sur la neige, sur le sable mouillé d'une plage, permettent d'identifier leur cause : l'être vivant ou l'engin qui a causé ces traces ; quand le fait se produit sous nos yeux sans que l'on voie le Facteur, la cause est invisible : comme ce n'est pas un humain (que l'on verrait), la cause est surhumaine ; si le Fait observé n'est pas la conséquence d'une loi naturelle ou si le Fait est en infraction à une loi naturelle, la cause est surnaturelle. Quelle Cause, quel Facteur, est à la fois Invisible, Surhumain et Surnaturel ? C'est Dieu !
La pesanteur et les lévitations mystiques
Un pomme mûre, ou une feuille morte, tombe de l'arbre ; c'est un Fait que l'on observe de nos yeux ; invisible, la cause est naturelle, c'est la loi de pesanteur.
En élevant leur esprit vers Dieu, certains Mystiques se montrent en état de lévitation : il en a été ainsi de Ste Thérèse d'Avila qu'une Nonne de son couvent était chargée de retenir par les pieds, de peur d'un accident au sortir de la prière ; ainsi, également de St Joseph Coppertino qui fut l'objet d'une centaine de lévitations en présence des Fidèles participant aux Messes qu'il célébrait.
Incriminé par l'Inquisition italienne qui soupçonnait là quelque diablerie, il eut une lévitation en présence du Pape et il fut alors laissé en paix.
Plus près de nous à Pau, au début du 20ème siècle, une Religieuse s'élevait ainsi au niveau des plus hautes branches d'un tilleul dans le jardin du couvent, ce qui effrayait ses consoeurs ; plus près encore dans le temps, au début des années 1960 en Espagne à Garabandal les fillettes, à qui la Vierge MARIE Se montrait, ont été plusieurs fois observées en lévitation devant la foule présente.
La répétitivité expérimentale
Ce sont des Faits dont la cause est invisible, surhumaine et surnaturelle, toujours la même : Dieu, qui rappelle ainsi Son Existence à l'Humanité. La répétition de ces faits satisfait à la Loi de Répéti-titivité qui est de règle en matière de recherche expérimentale : "La même CAUSE, actionnée dans des conditions identiques, DOIT produire un effet, un FAIT identique", ce qui permet de vérifier le protocole d'expérimentation et la validité constante du résultat.
Mais ces Faits de lévitation se sont produits dans le passé et n'ont laissé de traces que dans la mémoire écrite de l'Humanité. Leur impact, bien qu'indiscutable, n'est pas suffisant pour neutraliser le scepticisme-alibi de "l'intelligent" qui veut aveugler son intelligence. Outre cela, ces faits étant d'initiative divine, leur répétitivité est hors de notre vouloir.
Ce qui vient d'être cité est une infraction à la loi naturelle de pesanteur qui est la manifestation terrestre de la gravitation cosmique universelle ; le Fait observé est du domaine de la physique, mais la cause, le Facteur (celui qui fait) est le Dieu Tout-Puissant dont le Catéchisme nous apprend qu'Il est un Être Spirituel ; on voit déjà ici que le Spirituel soumet à sa guise le Matériel, mais une autre sorte de faits observés montrent que le Spirituel soumet également les lois de la biologie.
La dégradation biologique post-mortem en échec
Lors d'exhumations d'un certain nombre de saints et saintes, pour changer le lieu de sépulture, ou pour prélever des reliques, il a été constaté que leurs corps, non embaumés, n'avaient subi aucune altération malgré des dizaines d'années écoulées depuis l'inhumation. Entre autres, ce fut le cas des corps de Ste Thérèse d'Avila, de Catherine Emmerich et de Ste Germaine de Pibrac. Normalement tous les corps subissent la dégradation biologique après la mort. C'est pour l'éviter que nous mettons la viande de boucherie au réfrigérateur ou au congélateur.
Les Stigmatisés
De leur vivant, de nombreux Saintes et Saints ont porté dans leur chair les stigmates de la Passion du Christ : des plaies aux endroits des clous, de la couronne d'épines, du coup de lance. Ces plaies saignent chaque vendredi, ne suppurent pas, résistent à tous les traitements médicaux. Cela interroge la médecine, qui reste muette. Parmi les Stigmatisés les plus connus : St François d'Assise, Ste Catherine de Sienne, Ste Thérèse d'Avila (qui bénéficia de tous les charismes), Catherine Emmerich , Thérèse Neumann (décédée en 1960), le Padre Pio.
Pour Padre Pio, le lendemain de sa mort en 1968, on a constaté que les stigmates avaient disparu alors qu'il était mort avec. Il y eut Teresa Musco, décédée en 1975 (voir photos N° 31, 32 , 33) et Marthe Robin, décédée en 1981. Devant ces Faits, dont certains très récents, les Biologistes refusent de se prononcer.
Des Psychiatres ont osé incriminer une psychose hystérique des stigmatisés. Ils ferment ainsi leur intelligence devant d'autres constats accompagnant parfois la stigmatisation, par exemple Marthe Robin : elle vécut alitée pendant plus de trente ans sans souffrir d'aucun escarre, nourrie pendant tout ce temps d'une Hostie même pas quotidienne ; qui veut admettre qu'une psychose hystérique puisse être cause de tous ces effets conjugués ? Uniquement les "Intelligents" qui veulent refuser l'évidence et ignorer Dieu, parce que, admettre l'évidence, cela les obligerait à s'interroger et peut-être à changer de vie, donc se convertir, s'ils étaient vraiment intelligents.
Le Don des Stigmates de la Passion est le "Secret du Roi" pour qui le reçoit : le stigmatisé souhaite vivre ignoré de tous ; en respect de cette discrétion, il n'a été cité ci-dessus que des stigmatisés décédés alors que leur nombre, dans le monde, serait en permanence de près de trois cents, tous dans le Catholicisme romain. Cette liaison intime avec le Christ, ajoute le Charisme de Locutions et de Visions à celui des Stigmates : l'Âme charismatique sait l'utilité de sa participation aux Souffrances de la Passion du Seigneur et obéit à Ses directives.
Cette deuxième série de Faits, dont la cause est la même, DIEU, montre que le Spirituel, l'Esprit, soumet à son gré les lois de la biologie. Soumission implique dépendance : les lois de la Nature et celles de la Vie dépendent du Créateur Tout-Puissant. Tous ces Faits sont connus de la Science et du "Rationalisme" qui évitent soigneusement de les examiner. Pourquoi ?
†
† †

1. 4. La QUESTION et la CONNAISSANCE
Il y a déjà un millénaire qu'un Sage musulman a énoncé une définition si concise et si pertinente de la Connaissance que nul n'a pu dire mieux depuis :
"La QUESTION est la moitié de la CONNAISSANCE,
la réponse est l'autre moitié."
Il est bien évident que celui qui ne se pose pas de questions, qui n'en pose pas à son entourage, celui-là est condamné à ne jamais améliorer le niveau de sa connaissance.
Un scientifique est, par vocation, un chercheur ; il est, par nature, un Curieux ; mais est un surprenant chercheur celui qui s'interdit une recherche sur un sujet interrogeant sa curiosité. Comme nul ne peut contester l'intelligence d'un Scientifique, il y a donc une raison, un calcul, à cette auto-censure ; l'auxiliaire de l'intelligence est la mémoire : tous les scientifiques se souviennent de la brimade subie par le Prix Nobel Alexis CARREL alors Interne en Chirurgie des Hôpitaux de Paris ; ayant suivi des malades en pèlerinage à LOURDES, il avait adressé un mémoire à la Faculté de Médecine sur une guérison miraculeuse intervenue en sa présence ; après cela, il fut avisé que la poursuite de son Internat était inutile et qu'il n'obtiendrait jamais son Chirurgicat ; Carrel émigra au Canada où il acheva ses études, puis aux USA d'où, en 1935, il fit cadeau d'un Prix Nobel de médecine à la France.
La Franc-maçonnerie
Un chercheur a besoin de crédits pour financer sa recherche : souvenons-nous du travail de portefaix que s'imposèrent Pierre et Marie CURIE en manipulant des tonnes de pechblende ; ces crédits sont octroyés par la Puissance publique et le monde des Affaires qui sont étroitement liés. A l'époque de la mésaventure de Carrel, la Politique est déjà ouvertement noyautée par la Franc-maçonnerie, comme c'est le cas actuellement, de même que la finance, la presse, la haute administration et l'enseignement.
La Franc-maçonnerie a émergé dans sa forme actuelle au 18ème siècle (1717) en Angleterre alors à majorité anglicane et protestante ; c'est une secte qui cache la liste de ses adhérents ; ceux-ci ne connaissent que les statuts qui sont avoués ; mais ils ignorent les vrais buts poursuivis et ils s'en accommodent fort bien.
En effet, à leur niveau, la Franc-maçonnerie est une "Coopérative d'Ambitions", un moyen de faire carrière ; le slogan de combat de la Franc-maçonnerie est la "promotion du Progrès par la lutte contre l'obscurantisme de la Religion" (entendre la Religion Catholique et une Inquisition qui n'existe plus depuis des siècles). Sur ce point, la franc-maçonnerie se place sur la même ligne que le Marxisme léniniste pour qui la Religion est "l'Opium des Peuples."
Depuis le Moyen-Age, l'Angleterre et la France sont ennemies : se rappeler Jeanne d'Arc. Dès le début du 18ème siècle, l'Angleterre exporte en France la franc-maçonnerie qui inspire d'abord les Encyclopédistes que le "Quid" définit ainsi : "Philosophes" subissant l'influence anglaise, rationalistes, anti-catholiques, combattant pour la tolérance religieuse et les libertés politiques, avec notamment Voltaire, Diderot, d'Alembert."
Il était de l'intérêt de l'Angleterre (anglicane et protestante) d'affaiblir la monarchie française catholique. C'est ainsi que la franc-maçonnerie recrute dans la noblesse et la bourgeoisie : ainsi ont été Francs-maçons le Duc d'Orléans (dit "Philippe-Egalité" qui vota la mort de Louis XVI, et qui fut néanmoins guillotiné en 1793), et Danton après Montesquieu et Voltaire (parmi beaucoup d'autres) ; il est indéniable que la Franc-maçonnerie a puissamment aidé l'arrivée de la Révolution de 1789 et qu'elle a contribué à la Déclaration des Droits de l'homme. Durant le 1er Empire, tous les frères de Napoléon ont été Francs-maçons, ainsi que les hauts Dignitaires du Régime.
Un Lecteur de la 2ème édition fournit une information très significative (Merci !) : la conquête de l'Algérie, qui a débuté en 1830, s'est poursuivie sous le règne de Louis-Philippe, Roi des Français (et non de France), dont les ministres sont aux 2/3 Francs-maçons. Alors, les Algériens d'origine kabyle, dont les ancêtres avaient été convertis à l'Islam be cif (par le cimeterre) par les envahisseurs arabes du 7ème siècle, ces kabyles se sont souvenus de Ste Monique, de St Augustin et de leur lointaine ascendance européenne du fait des Légionnaires romains, ibères, gaulois, germaniques, abandonnés là par la chute de l'Empire romain, et qui y firent souche. Ils furent nombreux à se présenter aux aumôniers militaires pour revenir dans le Christianisme. Or en premier temps, le Gouvernement français interdit aux aumôniers tout apostolat en leur direction. En second temps, ce sont les Autorités françaises qui ont favorisé et aidé à la création des écoles coraniques.
Mon Lecteur, qui a réalisé une étude approfondie sur l'Islam, précise qu'au débarquement français en 1830 en Algérie, il n'y avait d'écoles coraniques que dans les ports sous contrôle effectif de "la Sublime Porte", l'Empire Ottoman.
Un jeune Abbé, Lavigerie (dont un village d'Algérie a porté le nom jusqu'en 1962) prévoyant le danger constitué par deux Religions opposées contre l'harmonie de la colonisation, intervient alors sans sucés auprès des hiérarchies civile et religieuse.
Devenu Cardinal, il reprend son argumentation en 1880, avec le même insuccès, bien qu'en des phrases qu'on penserait écrites en 1960, (peu de temps avant le retour massif des Français qui avaient le choix entre la valise et le cercueil). Et comme Lavigerie avant lui, le Père de Foucauld, vers 1915, avait prévu que ce choix politique aboutirait à terme à l'échec de la civilisation française. On l'a bien vu en 1962 avec le choix algérien de l'indépendance et du socialisme, ("la peste et le choléra") qui ont ruiné ce Pays, comme ils ont ruiné la Guinée et Madagascar ; et on le voit actuellement avec le terrorisme du F.I.S., le Front Islamique du Salut. C'est par le terrorisme que l'Algérie a obtenu son indépendance ; et c'est ce même terrorisme qui la saigne actuellement : Qui a tué par l'épée, périra par l'épée.
Ensuite, dès le début de la 3ème République, les ministres sont en majorité Francs-maçons : ainsi de Gambetta, Combes et Jules Ferry qui attacha son nom à l'institution de l'École laïque ; les deux tiers des ministres sont Francs-maçons dans le ministère présidé de 1902 à 1905 par Émile Combes qui expulse les congrégations religieuses des écoles qu'elles avaient fondées et qui propose la loi de séparation des Églises et de l'État (qui sera votée en 1906) ; c'est pendant le ministère Combes qu'éclate l'Affaire des Fiches qui fit scandale, les officiers Francs-maçons établissant des fiches sur tous leurs collègues allant régulièrement à la Messe. C'est dans ce contexte que, peu après, Alexis Carrel subit l'ostracisme de la Faculté de Médecine de Paris. De 1875 à ce jour, les deux tiers des ministres ayant eu en charge l'Éducation nationale ont été francs-maçons ; et plus de la moitié des Parlementaires actuels sont francs-maçons. (*)
Quand on sait que la Franc-maçonnerie noyaute les administra-tions (*), les médias, la finance, le commerce et l'industrie, on comprend sans peine que le "black-out" le plus strict étouffe tout ce qui peut gêner l'argent, donc la société de consommation actuelle. Voilà pourquoi les scientifiques refusent prudemment de se prononcer sur les lévitations et les stigmatisations.
Voilà pourquoi la télé, quand elle aborde les phénomènes mystiques, invite à sa tribune le psychanalyste "de service." C'est à chaque fois le même verbiage "savant" qui veut "noyer le poisson", et ceci en réduisant tout à des "psychoses hallucinatoires" ; les émissions de cette sorte ne cherchent pas la Vérité mais l'audience et elles sont conduites pour suggérer aux téléspectateurs que tous les mystiques sont des hystériques ou de "doux-dingues." L'objectif est de réduire notre Religion à un phénomène marginal, voire suspect.
--------------------------
(*) : Créée le 29 Juin 1995, la Commission parlementaire pour l'étude des sectes a adopté les 10 critères de la Police des Renseignements Généraux, un seul étant suffisant pour classifier secte une association. Le 10ème critère, c'est : "infiltration des Pouvoirs publics." Il s'ensuit donc que la franc-maçonnerie est une secte. Intouchable ?
On voit donc que le Spirituel est un domaine "interdit" au public à qui on concède des débats sur le sujet des sectes, mais sans jamais aller au fond du problème.
Car ce serait mettre en cause la misère spirituelle de ceux qui sont capturés par les Sectes... et trouver à la racine l'injustice du matérialisme vorace et la carence de la Religion.
Que les laïcs soient verrouillés par le "Système", cela ne devrait pas être le cas des clergés dont le domaine d'élection est justement le Spirituel que nul ne leur conteste ; Tout membre du clergé connaît parfaitement les phénomènes mystiques qui posent des questions sans réponse à la Physique, à la Médecine et à la Biologie. Et pourtant quand l'un d'eux est invité ès-qualités à un débat télévisé, on constate avec quelle "prudence" extrême il s'exprime ; dans les livres qu'ils écrivent, leurs exposés sont souvent hors de portée du lecteur de culture moyenne ; dans les homélies des Prêtres à la Messe, ces sujets ne sont jamais abordés.
Il n'y a donc qu'une seule alternative : ou bien ils observent une directive de prudence venue de leur hiérarchie (et si c'est le cas, pour quelles raisons ?) ou bien ils s'imposent une auto-censure à cause du conditionnement au doute imprimé par l'école et le lycée durant leurs études ; car même quand ils ont étudié dans des établissements privés, ceux-ci sont soumis au strict respect des programmes de l'Éducation nationale à cause des examens ...et des conventions de subventions : le Roi-Argent contrôle tout.

†
† †






_________________________________________________________________________
Un autre sujet est "tabou", celui du suicide : l'étudier conduit à faire le procès de notre société qui écrase l'Isolé, car le suicidaire est sans espoir : le désespoir est le meilleur outil du Diable ; et le suicidaire est trop souvent seul, isolé dans son désespoir.
Les statistiques des suicides montrent dans les Pays ex-communistes une fréquence 3 ou 4 fois plus grande qu'en Europe de l'Ouest, sauf en Pologne catholique.

1. 5. La DÉSINFORMATION et le VACARME
Quand une question est embarrassante, il y a deux façons de retarder la réponse : soit en répondant par une autre question, soit en détournant l'attention du questionneur sur un autre sujet pour lui faire oublier sa question. Dans notre société qui a placé des satellites dans l'espace afin que tout point du monde "civilisé" reçoive la radio et la télé, qui sacrifie chaque jour des centaines d'hectares de forêt pour la pâte à papier nécessaire à la pub, aux journaux, périodiques et livres, qui est mieux placé pour désinformer que les organes d'information ? Personne !
Pour éviter qu'un sujet donné soit publié il y a d'abord le silence ; pour que ce silence ne soit pas dénoncé, il y a la saturation et la distraction en direction de toutes les classes d'âge, de tous les niveaux de culture, de tous les sujets de curiosité. En procédant ainsi "on" détourne l'attention du Spirituel qui, mettant en évidence l'aberration de notre société de consommation matérialiste, est une menace mortelle pour le Système et ses profiteurs qui sont manipulés, comme les consommateurs, par l'argent : sa préservation, son accumulation ici, sa revendication là.
C'est le but poursuivi, et atteint, par le vacarme des radios et des télés qui émettent jour et nuit, des panneaux de la Pub au bord des rues et des routes, des étalages des kiosques à journaux, de la Pub-audio dans les grandes surfaces. Notre civilisation rend sourd et aveugle au simple bon sens de survie, seul capable de faire le point d'une situation catastrophique et d'y remédier : guerres et révolutions, surproduction et chômage, gaspillage et misère, scandales et manifs. Qui continuerait à utiliser une voiture dont il ne maîtriserait plus le moteur, la direction et les freins ? Notre civilisation est une voiture usée dont seule la radio de bord fonctionne sans arrêt, aggravant le danger de chaque tournant de la route ; une voiture-piège dont on ne peut sortir.
L'École laïque commence le bourrage de crâne dès l'enfance et le continue toujours plus jusqu'aux hauts grades de l'Université ; les examens et concours favorisent d'abord le volume des connaissances acquises. Bien des diplômés sont surtout des mémoires, capables de répéter, comme des perroquets, ce dont on les a gavés : on a coutume de dire qu'Instruction et Intelligence ne sont pas synonymes. L'éducation de l'intelligence est hors de portée des maîtres de l'École laïque ; ils ont été sélectionnés sur des critères de mémoire et ils sont seulement capables d'enseigner des routines, de la dextérité intellectuelle : la jonglerie n'est pas signe d'intelligence, c'est du spectacle.
C'est ainsi que l'Éducation nationale forme le citoyen-électeur qui juge en connaisseur de l'habileté des Politiques sur les tréteaux des campagnes électorales télévisées, et qui assiste aux débats comme on va au cirque : pour voir si le dompteur ou l'acrobate sera en difficulté ; et, au cours de sa vie active, il s'aperçoit que les trois quarts de ce que l'École lui a fait apprendre sont inutiles. Aucun ministère n'a eu autant de titulaires différents, ni n'a cogité autant de réformes nocives que l'Éducation nationale ; le résultat, c'est que la majorité les élèves arrivant en 6ème ne comprennent pas ce qu'ils lisent (dixit JOSPIN à la suite d'une enquête nationale de contrôle), et que 10% de ceux qu'on a tenus à l'école jusqu'à 16 ans (pour le maintien des allocations familiales) ne savent ni lire, ni écrire si peu correctement que ce soit...
Mais on ne peut pas tromper tout le monde, tout le temps ; arrive un moment où "ça casse" : toutes les professions s'insurgent contre les contraintes abusives du Système ; la jeunesse, à qui l'on a octroyé le droit de vote à 18 ans après avoir supprimé longtemps l'instruction civique à l'École, brûle les voitures qu'elle ne peut s'offrir pour se défouler devant un avenir bouché ; et souvent, la moitié des électeurs ne se dérangent plus pour voter. Notre système "démocratique" est en faillite ; le droit de vote est "une carotte qui ne fait plus marcher le bourricot" ; on ne vote plus, on manifeste ; une grève ne fait réagir le patronat et le gouvernement qu'après avoir paralysé la plus grande partie du Pays...
En Occident, la démocratie en faillite continue encore sur sa lancée que rien ni personne ne peut modifier, mais elle n'a pas encore "déposé son bilan" ; le bloc communiste, lui, s'est désagrégé, rongé par son matérialisme caricatural et par la famine ; des îlots de communisme subsistent encore à Cuba et en Chine, mais en évoluant vers un capitalisme chèvre-chou. Les données du fragile équilibre de la Terreur nucléaire sont changées, et on craint le pire. Le seul moyen de l'écarter serait de donner à toutes ces populations, étranglées par la pénurie, les stocks énormes de surplus du monde occidental, un stockage qui coûte cher et, au lieu du chômage et des quotas de production, de produire à plein régime.
Alors qu'il faudrait agir, on parle d'un "plan d'aide" et on commence par créer une banque pour le développement de l'Europe de l'Est, la BERD. Le Capitalisme libéral, ou sauvage, conduit à la faillite nos démocraties, le capitalisme d'État a ruiné les États communistes, mais l'Humanité n'a encore rien compris à la virulence pernicieuse de l'argent, ni à son objectif démentiel : éliminer tous les gouvernements nationaux pour mettre la main sur la planète, fût-ce au prix d'une confrontation générale.

1. 6. L'ARGENT du DIABLE
_____ Notre planète matérialiste est toute entière sous la dictature de fer du Roi-Argent. L'Argent procure la puissance qui procure encore plus d'argent. Tous les délits individuels, toutes les exactions nationales ou internationales ont pour moteur l'Argent qui se trouve aussi à la racine de la drogue, de la pornographie, de toutes les formes d'esclavage, y compris tabac et alcool. Ce cancer de l'Humanité est à présent dans sa phase explosive et terminale, mais il a eu une très longue et sournoise incubation, comme tout cancer.
La première mise en garde contre ce danger remonte à l'époque de Moïse, il y a plus de trois millénaires ; dans le 2ème Livre de la Bible (Exode, XXII, 24), Dieu prescrit au Peuple Élu :
"Si tu prêtes de l'argent à un compatriote, à l'indigent qui est chez toi, tu ne te comporteras pas envers lui comme un prêteur à gages ; vous ne lui imposerez pas d'intérêts."
Et Yahvé ajoute dans le Deutéronome (XXIII, 21) :
"A l'étranger tu pourras prêter à intérêt, mais tu prêteras sans intérêt à ton frère afin que Yahvé, ton Dieu, te bénisse en tous tes travaux, au Pays où tu vas entrer pour en prendre possession."
Le Deutéronome, 5ème Livre de la Bible, s'achève par la mort de Moïse à 120 ans, juste avant l'entrée du Peuple Élu en Terre Promise. Ce peuple des 12 Tribus d'Israël issues d'Abraham, esclave en Égypte durant quatre siècles, venait de cheminer quarante ans dans le désert du Sinaï. Une longue Purification pour évacuer les miasmes du paganisme égyptien et une préparation à la Liberté qui n'a d'existence que par ses limites, d'où les Dix Commandements et les lois religieuses, sociales, familiales, sanitaires, dictées par Dieu à Moïse. Notre Code civil commence par un article de loi qui fait la fortune des avocats : "Nul n'est censé ignorer la loi", mais dès les premiers Livres de la Bible, Dieu fait écrire toutes Ses lois dans le Livre-saint afin que nul n'en ignore.
Et Il promet "de bénir en tous ses travaux celui qui prêtera sans intérêt à son frère" ; depuis quand se prête-t-on avec intérêts entre Frères ? À notre époque le juif qui observe sa Religion prête sans intérêt à un autre juif. Au nom de la "Charia", le prêt sans intérêt se pratique entre musulmans respectueux du Coran (le Livre) qui plonge ses racines dans l'Ancien Testament de la Bible (le Livre).
"A l'étranger tu pourras prêter à intérêts" : notons qu'aucun des savants exégètes modernes de la Bible ne s'est interrogé sur la raison possible de cette discrimination divine ; chaque fois que leur science est impuissante à éclairer une obscurité de la Bible, ils font l'impasse sans la signaler et sans avouer leur incapacité d'experts ; alors que leur érudition s'étale dans leurs textes de présentation, dans leurs notes en bas de pages avec, trop souvent, une exégèse (explication) réductrice de la Vérité biblique. Ils auraient pu écrire, par exemple :
"Étant sans défaut, la Sagesse divine a peut-être prévu d'inciter ainsi tout étranger à rejoindre le Peuple Élu en observant la solidarité des frères ; et à devenir un nouveau converti, un prosélyte." Ce n'est peut-être pas la seule raison ; Dieu, avec cette discrimination, a ouvert un chemin de réflexion à la libre intelligence humaine ; en effet, de nos jours, JÉSUS dit que "le superflu appartient, de droit, au pauvre", et là aucune discrimination ; aucune non plus dans l'Évangile (Luc, VI, 29) où JÉSUS dit : "À qui t'enlève ton manteau, ne refuse pas ta tunique", et cette Parole est folie pour notre "raison" devenue communément égoïste.
JÉSUS dit aussi (Matt. VII, 24) : "Nul ne peut servir deux Maîtres.".."Vous ne pouvez servir Dieu et l'Argent." Dès lors est nettement éclairée l'opposition radicale entre Dieu et l'Argent ; entre Dieu qui EST Amour ...et un métal ? Non ! C'est pour nous faire comprendre que Dieu est combattu dans Sa création humaine par Satan, l'Adversaire du genre humain, qui gouverne l'Humanité en dictateur, par l'Argent.
Et jusqu'à un certain point, Dieu laisse l'homme libre de résister ou de succomber à la tentation d'avidité qui est un test, une épreuve destinée à mettre en évidence la sincérité ou l'hypocrisie.
La sincérité aurait été de respecter les prescriptions dictées par Yahvé à Moïse il y a plus de trois millénaires, alors que l'argent et l'or, métaux, commençaient à peine à être utilisés dans les échanges pour pallier les limitations du troc. 12 ou 13 siècles plus tard, au Temps de l'Évangile, les changeurs du Temple avaient encore des balances pour peser les pièces.
La sincérité aurait été de choisir entre Dieu et l'Argent : outre la citation ci-dessus, JÉSUS revient souvent sur ce thème dans l'Évangile ; par exemple le jeune homme riche qui voudrait bien suivre JÉSUS, mais qui ne peut se résoudre, au préalable, à vendre tous ses biens et à les distribuer aux Pauvres : "Il est plus difficile au riche d'entrer au Paradis qu'à un chameau de passer par le chas d'une aiguille", a dit JÉSUS. Tous, nous connaissons cette Parole, et tous nous voulons l'oublier.
Les Banquiers
Jusqu'au 16ème ou 17ème siècles selon les Pays, en Europe chrétienne "de l'Atlantique à l'Oural", le prêt d'argent à intérêt est un délit pénal. La banque n'existe pas encore. Les seuls prêteurs sur gages sont les juifs dispersés en Europe par la Diaspora (dispersion).
La fidélité à leur Religion les laisse étrangers dans les Pays d'accueil où le christianisme est Religion d'État ; de ce fait, ils ne peuvent prétendre à l'appropriation de la terre, ni accéder aux métiers ainsi qu'aux commerces qui sont régis par les corporations. Leur seul moyen de survie est donc le prêt avec intérêt, ce que la loi de Moïse leur permet en direction des étrangers dans les pays d'accueil.
C'est ainsi qu'ils deviennent les banquiers des petits et des grands féodaux, et même des rois ; leur enrichissement suscite l'envie qui est encore à la racine de l'anti-sémitisme ; l'endettement des féodaux et des rois est parfois à l'origine de "taxes-rançons" comme en Angleterre, ou de pogroms (du russe : destruction totale) comme en Europe de l'Est ; là, sous le paravent de la Religion, des notables éteignent leurs dettes en faisant massacrer les créanciers par la plèbe ou la soldatesque à qui est accordé droit de pillage et de viol.
Puis les Européens se font banquiers.
Chrétiens en Pays chrétiens, ils "oublient" hypocritement l'interdic-tion biblique. Ne pouvant prêter à intérêts qu'à d'autres chrétiens comme eux, ils "oublient" l'interdiction de l'Évangile.
Dès lors commence l'avènement du Roi-Argent qui aboutit à la situation actuelle. De moyen d'échange qu'il était, l'argent placé à intérêts "travaille." Pendant trois siècles l'intérêt est resté modéré, donc supportable ; jusqu'en 1950 environ les obligations avaient un intérêt de 3% l'an, étant garanties par l'État ; placé en actions l'argent pouvait rapporter des dividendes plus élevés... ou être perdu.
C'est cette notion de risque qui a commencé à faire grimper les taux d'intérêts après la seconde Guerre mondiale, la paix revenue ayant relancé l'économie pour réparer les destructions.
Dans une économie de marché les prix des produits évoluent en fonction de l'offre et de la demande : ils baissent quand l'offre est plus grande que la demande, il en est ainsi du poisson quand la pêche est abondante ; les prix grimpent quand la demande est plus importante : après la guerre on manquait de tout, les prix ont monté ; cela s'est produit après chaque grande guerre. Quand le phénomène est planétaire l'équilibre des monnaies est maintenu, mais il n'est jamais planétaire: pendant la 1ère guerre mondiale, les USA n'ont subi aucune destruction et se sont enrichis, devenant la première puissance économique malgré le krach de Wall-Street en 1929. Et la seconde guerre mondiale a renforcé cette prédominance. Noter que l'Argent a besoin d'avocats pour le protéger, pour les contrats : 70% des avocats de la planète exercent aux USA !...
Les Pays d'Europe ont dû dévaluer leurs monnaies par rapport au dollar, c'est-à-dire en offrir davantage pour le dollar devenu monnaie obligée du commerce international ; cela s'est produit après les deux dernières guerres. Deux notations au passage : le billet de 1 dollar comporte plusieurs symboles maçonniques ; ensuite, le poids des "pétro-dollars", ces "royalties" de l'extraction pétrolière amassées par les États producteurs du Moyen-Orient ; ces pétro-dollars spéculent sur les monnaies occidentales, ajoutant à leur déséquilibre.
A l'intérieur de chaque Pays, dans l'euphorie de la paix retrouvée, chacun se met au travail : les entreprises ont besoin d'argent pour se moderniser, des particuliers aussi qui créent leur entreprise, l'État également pour la reconstruction : la demande de capitaux est très forte ; qui possède de l'argent ? Les banques qui ont l'argent de leurs déposants, les compagnies d'assurances et les capitalistes privés.
Sollicités de toutes parts, ils augmentent les taux d'intérêts. Les prix augmentaient déjà en raison de la demande plus forte que l'offre ; le coût financier des emprunts contractés par les entreprises, répercuté sur les produits, fait encore monter les prix.
Dès lors est amorcée la spirale infernale de l'inflation et des taux d'intérêts. Pour freiner la demande des ménages on augmente le coût du crédit... ce qui a pour conséquence de majorer la charge des entreprises, donc de faire monter les prix ; pour éviter que des capitaux placés en France n'aillent ailleurs, on augmente encore le taux d'intérêt plancher de la Banque de France, ce qui soutient notre monnaie sur le plan international. Mais cela handicape nos exportations. Personne, absolument personne ne sait comment sortir de ce piège.
Le seul bénéficiaire de cette course infernale est l'argent qui "travaille" à enrichir la Banque, à appauvrir les entreprises, donc à fabriquer le chômage. Le chômage est confortable pour le patronat, car les Salariés se taisent et même abandonnent les syndicats ; mais à jouer avec le feu, on se brûle : la haute finance n'a pas les soucis des chefs d'entreprises ; restructurations, O.P.A. juteuses, ne sont que des jeux d'argent. L'avidité a tué la poule aux oeufs d'or: les salariés qui ne peuvent plus consommer à "tout-va", des millions de chômeurs aux abois, des milliers d'entreprises en faillite, rachetées pour un franc symbolique par des faiseurs d'argent... Tant qu'on ne mettra pas "hors la loi" l'argent à intérêt on n'en sortira pas. Mais la "bête" a la peau dure, car l'Argent maîtrise tous les leviers de commande. L'effondrement du capitalisme d'État communiste peut donner à penser que le capitalisme privé triomphe : en réalité, il ne fait que lui survivre provisoirement. Le communisme s'est effondré parce qu'il a voulu imposer l'athéisme partout où il s'est instauré : "On ne se moque pas de Dieu impunément." Le capitalisme libéral fera de même, relisez, page 24 :
"Tu prêteras sans intérêt à ton frère afin que Yahvé, ton Dieu, te bénisse dans tous tes travaux."
Dieu est lent à la colère mais Il est Juste et Sa Parole ne change pas. Depuis 22 ou 23 siècles, nous sommes prévenus dans la Bible par Ézéchiel à qui Yahvé fait écrire (Ézéc. VII, 19) :
"Ils jetteront leur argent dans les rues
et leur or leur sera une souillure."
Là encore, les "savants" exégètes de la Bible font l'impasse ; cette formulation est au futur : ces experts ne trouvent pas, dans le futur immédiat du 3ème siècle avant J.-C. (donc dans notre passé), la réalisation de cette prophétie divine qui est soit enseignement, soit prédiction illustrant une infraction. Ils comprennent qu'elle concerne l'avenir, donc notre avenir, car depuis 23 siècles pareille chose ne s'est jamais produite. Alors ils ne disent mot : soit parce qu'ils ont peur de proposer une exégèse aléatoire, soit parce qu'ils n'accordent aucun crédit à la prophétie ; en examinant la Bible, ils semblent répugner à regarder en face le présent et l'avenir, ne retenant que les repères du passé.
Le Sceau de Dieu et la Marque de la Bête
Au Ch. IX, Yahvé fait écrire à Ézéchiel (v. 4/6) :
.".. parcours Jérusalem et marque d'une croix au front les hommes" ."..tuez et exterminez tout le monde. Mais quiconque portera la croix au front, ne le touchez pas."
Jusqu'au temps de l'Évangile, la mort sur la croix était exemplaire, infamante, réservée aux criminels ; ici la croix est synonyme de survie ; ici c'est clair, cette prophétie concerne un avenir chrétien. Mais, là encore, nulle explication n'est proposée.
Dans le dernier Livre de la Bible, l'Apocalypse révélée vers la fin de notre 1er siècle à St Jean par le Christ, cette croix au front, gage de Salut, est rappelée :
- Ch. VII, v. 3 : "Attendez, pour malmener la terre et la mer et les arbres, que nous ayons marqué au front
les Serviteurs de notre Dieu."
- et Ch. IX, v.4 : "On leur dit... de s'en prendre seulement aux hommes qui ne porteraient pas sur le front le Sceau de Dieu."
- Au dernier chapitre de l'Apocalypse (XXII), où JÉSUS répète l'annonce de Son retour, il est encore question de cette marque au front des Sauvés, (v. 3 et 4) :
"De malédiction il n'y en aura plus ; le trône de Dieu et de l'Agneau sera dressé dans la ville, et les Serviteurs de Dieu l'adoreront ; ils verront Sa Face et Son Nom sera sur leurs fronts."
Le premier mot de l'Apocalypse est Révélation ; les trois suivants : "de Jésus-Christ." C'est clair et net. Tous les textes originaux du Nouveau Testament ont été écrits en grec.
(nous verrons plus loin la raison de cette directive divine).
Le mot Apocalypse est la francisation du même mot grec signifiant révélation ; toute la Bible est Révélation de Dieu à l'Humanité. Révéler signifie "faire connaître" ce qui est caché, le dévoiler et il s'écrit revoiler ; cette contradiction entre le sens du mot et son écriture caractérise la révélation prophétique de l'avenir : elle en dévoile le tableau et elle le revoile sous le symbolisme et l'allégorie. Pourquoi Dieu prend-Il cette précaution ?
Parce que l'avenir est de "Son domaine réservé" ; parce qu'Il nous en donne seulement un aperçu, laissant à chacun la liberté de le recevoir ou de le rejeter selon la qualité de sa Foi et de son Humilité ; le savant ne comprenant pas tout, s'il est humble, il soumettra son intelligence à sa Foi. L'orgueilleux rejettera le texte obscur et n'en tirera pas profit, ce n'est que justice ; le petit comprendra encore moins que le savant, mais son Humilité lui fera considérer le texte sacré avec Foi et il en retiendra l'image d'ensemble. Si nul ne peut prétendre expliquer avec certitude l'Apocalypse tant certains passages sont hermétiques, nul ne dira qu'il n'en a pas perçu une vue d'ensemble : dans le langage courant "apocalyptique" a pris le sens de catastrophique : les catastrophes qui précéderont le deuxième Avènement du Christ et le Règne de Dieu sur la Terre.
Sur la Terre : Aucun des savants exégètes catholiques de la Bible ne semble avoir compris cela ; alors c'est qu'ils ne le comprennent pas plus en récitant le Notre Père, la prière dominicale, celle au Seigneur Dieu-le-Père, enseignée par Dieu-le-Fils : ."..que Ton Règne arrive, que Ta Volonté soit faite SUR la Terre comme au Ciel." : Comme au Ciel où Son Règne est, où Sa Volonté est faite de toute Éternité.
Donc, avant que ce Règne soit sur la Terre, "ils jetteront leur argent dans les rues et leur or leur sera une souillure" parce que "Nul ne peut servir deux Maîtres.".."Vous ne pouvez servir Dieu et l'argent" : les sujets du Règne de Dieu se souviendront des catastrophes subies par l'Humanité qui a voulu servir deux maîtres ; parmi celles décrites dans l'Apocalypse, la famine à propos de laquelle est annoncée la Marque de la Bête (Ap.XIII, v. 15 à 18) :
"On lui donna même d'animer l'image de la Bête et de la faire parler, et de faire en sorte que fussent mis à mort tous ceux qui n'adoreraient pas l'image de la Bête. Par ses manoeuvres, tous, petits et grands, riches ou pauvres, libres ou esclaves, se feront marquer sur la main droite ou sur le front et nul ne pourra rien acheter ni vendre, s'il n'est marqué au nom de la Bête ou au chiffre de son nom. C'est ici qu'il faut de la finesse ! Que l'homme doué d'esprit calcule le chiffre de la Bête, c'est un chiffre d'homme : son chiffre, c'est 666."
Dans la Bible, les experts ne disent mot sur ce passage hermétique ; des révélations récentes en éclairent le sens, mais le clergé ne peut pas s'y référer, on verra plus loin pourquoi.
Ce que chacun sait bien, c'est que "la Bête", c'est l'Antéchrist (celui qui se manifestera avant le Christ), Satan qui est aussi l'Antichrist ; Satan qui brûle ses dernières cartouches avant que la seconde Venue du Christ le verrouille en Enfer définitivement. Un roi, venant prendre possession de son royaume, réduit d'abord à l'impuissance tous ses ennemis pour mettre ses sujets à l'abri de leur malfaisance. Dictant à don Gobbi (1) le 17.02.1988, la Vierge MARIE nous explique ce qu'est l'image de la Bête :
"Ne perdez pas votre temps devant la télévision qui est l'instrument le plus puissant entre les mains de mon Adversaire pour répandre partout les ténèbres du péché et de l'impureté. La télévision est l'idole dont parle l'Apocalypse, construite pour être adorée par toutes les nations de la Terre et à laquelle le Malin donne forme et mouvement, pour qu'elle devienne entre ses mains un terrible moyen de séduction et de perversion."
Le 8 Septembre 1989, MARIE explique à don Gobbi ce qu'est la marque de la Bête sur la main ou sur le front :
"Ce signe indique celui qui est ennemi du Christ, c'est-à-dire l'Antéchrist, et son sceau, qui est imprimé, signifie la totale appartenance de la personne, ainsi marquée, à la cohorte de celui qui s'oppose au Christ et lutte contre Sa domination divine et royale.".."Le front indique l'intelligence, parce que l'esprit est le siège de la raison humaine.".."Celui qui se laisse marquer du sceau sur le front est amené à accueillir la doctrine de la négation de Dieu, du refus de Sa Loi, de l'athéisme qui, en ces temps, est de plus en plus répandu et proclamé."
"La main exprime l'activité humaine, parce que c'est avec ses mains que l'homme agit et travaille.".. "Celui qui se laisse marquer du sceau sur la main est obligé d'agir d'une manière autonome et indépendante de Dieu, en ordonnant son activité vers la recherche d'un bien uniquement matériel et terrestre. Il soustrait ainsi son action (*) au dessein du Père qui veut l'illuminer et la soutenir par Sa divine Providence ; à l'Amour du Fils qui fait, de l'effort humain, un moyen précieux pour sa propre Rédemption et sanctification ; à la Puissance de l'Esprit qui agit partout pour renouveler intérieu-rement toutes les Créatures." [(*) : ainsi marqués, ils ne peuvent espérer que Dieu "les bénira en tous leurs travaux" ]
MARIE dit ensuite que celui qui se laisse marquer sur la main du signe de la Bête, fait de l'Argent son Dieu et il devient victime du matérialisme.
Il travaille pour la satisfaction de ses passions surtout impures et devient victime de l'hédonisme (le plaisir) ; il fait de son propre moi le centre de toute son activité et devient victime de l'égoïsme. Puis MARIE dit ce qu'est la Marque ou le Sceau de Dieu (dont parlent Ézéchiel et l'Apocalypse) :
"Si mon Adversaire marque de son sceau tous ses partisans, le Temps est arrivé où, Moi aussi, votre céleste Chef, Je marque de Mon Sceau maternel tous ceux qui se sont consacrés à Mon Coeur Immaculé et font partie de Ma Cohorte.
"J'imprime Mon Sceau sur votre front par le Signe très-saint de la Croix de Mon Fils. J'ouvre ainsi l'intelligence humaine à accueillir Sa divine Parole, à l'aimer et à la vivre. Je vous amène à vous confier totalement à JÉSUS qui vous l'a révélée ; et Je fais de vous aujourd'hui des Témoins courageux de la Foi. À ceux qui sont marqués au front du sceau blasphématoire, J'oppose Mes fils marqués de la Croix de Jésus-Christ.
"Et puis J'ordonne toute votre activité à la parfaite glorification de la Très Sainte Trinité. C'est pourquoi J'imprime sur votre main Mon sceau, qui est le Signe du Père, du Fils et du Saint-Esprit.
"Par le Signe du Père, votre activité humaine est ordonnée à une parfaite coopération au dessein de Sa divine Providence qui dispose, aujourd'hui encore, toutes choses pour votre bien.
"Par le Signe du Fils, toute votre activité est profondément insérée dans le Mystère de Sa divine Rédemption.
"Par le Signe du Saint-Esprit, toute votre activité s'ouvre à Sa Force puissante de Sanctification qui souffle partout, comme un feu puissant, pour renouveler le monde entier jusque dans ses fondements."
."..nul ne pourra acheter ni vendre s'il n'est marqué au nom de la Bête ou au chiffre de son nom", dit l'Apocalypse ; comment cela pourrait-il être possible ?
Selon des informations parvenues jusqu'à nous hors du circuit des médias qui font silence, on apprend que depuis une vingtaine d'années un projet destiné à remplacer les chéquiers et les cartes de paiement est à l'étude dans les milieux financiers internationaux.
"On" avancera qu'il faut réduire les frais de gestion, supprimer les chèques en éliminant ainsi les défauts de provision ou l'utilisation des documents de paiement volés. Pour ce faire, "on" projette de supprimer chèques et cartes de crédit et d'imprimer par laser, de façon invisible à l'oeil mais lisible par les capteurs scanner qui sont déjà en usage aux caisses des super-marchés, un numéro à 18 chiffres sur le dos de la main ou sur le front de chacun.
Aux USA, à Disney-Land, une marque invisible au laser sur le dos de la main, remplace le ticket d'entrée. Ainsi, pour toute transaction ("acheter ou vendre") le compte bancaire est immédiatement en ligne avec son solde disponible, et il est débité ou crédité dans l'instant. Si le système est instauré et généralisé, nul ne pourra acheter ni vendre s'il ne porte pas cette marque à 18 chiffres (3 fois 6, le "666" de l'Apocalypse) sur la main ou le front ; ce projet intègre aussi la suppression des billets de banque en tant que moyens de paiement : plus de vols, et un contrôle absolu des avoirs individuels. Une avancée technologique vient de perfectionner le projet, c'est l'inclusion sous la peau (du front ou du dos de la main) d'une micro-puce fonctionnant sur l'électricité corporelle ; elle permettra en outre la localisation instantanée de chaque individu marqué, comme cela se fait pour les animaux : la dictature absolue.
Deux arguments pour justifier cette mise en place :
1. Partager toutes les ressources alimentaires de la Terre, consécu-tivement à une pénurie causée par une longue sécheresse climatique, ou, et, par une sécheresse des coeurs, donc de l'intelligence, induisant une extension de catastrophes alimentaires du type "vache folle."
2. Neutraliser radicalement le grand banditisme et tous les trafics, de drogue notamment, quand il n'y aura plus d'argent en circulation ou en banques ; mais alors, les milliardaires se feront-ils "hara-kiri" ou bien ont-ils en réserve un moyen pour continuer à dominer ?
Tout ce qui concerne la condition humaine a un repère exemplaire dans la Bible ; cela montre qu'une prophétie sur l'avenir a eu un précédent, donc que le Fait annoncé est du domaine du possible. On trouve mention d'une sécheresse dans le 1er Livre des Rois, Ch. XVII, versets 7 à 24 (1 R. XVII, 7/24) ; elle dura 3 ans, causant la famine (1 R. XVIII, 1 & 2) ; après cela, la pluie revient à la prière du prophète Élie (1 R. XVIII, 41 à 46) qui avait reçu pouvoir de commander à la pluie (1 R. XVII, 1). Élie est ce prophète qui ne mourut pas, mais fut emporté au Ciel "sur un char de feu" devant Élisée, son successeur (2 R. II, 5 à 18). Avant Élie, Hénok, le 7ème Patriarche, ne mourut pas : "il disparut, car Dieu l'enleva" (Gen. V, 27). Sous le nom des Deux Témoins, on retrouve ces deux personnages annoncés pour notre avenir dans l'Apocalypse (XI, 1 à 13). Ils seront chargés "de prophétiser pendant mille deux cent soixante jours" (v. 3) et "Ils ont pouvoir de clore le ciel afin que nulle pluie ne tombe durant le temps de leur mission."
Le 31 Mai 1974, à Dozulé, près de Lisieux, JÉSUS annonce à Madeleine (2) : "Une grande calamité de sécheresse s'abattra sur le monde entier" ; en France, un début de sécheresse est intervenu en 1976. La famine sévit déjà dans les régions du "quart-monde" et elle s'étend déjà dans les Pays ex-communistes.
Il est donc possible que notre surabondance occidentale prenne fin et que la Marque de la Bête soit manifestée, justifiant la prophétie biblique. Dictant pour nous le 17.06.1989 à don Gobbi (1), MARIE explique la signification du "chiffre de la Bête, 666, un chiffre d'homme", en faisant référence à l'Apocalypse :
"Combattez avec Moi, mes petits enfants, contre la bête noire [Apoc, XIII, 1 à 9], la franc-maçonnerie qui veut conduire les âmes à la perdition. Combattez avec Moi, mes petits enfants, contre le bête semblable à un agneau (*) la franc-maçonnerie qui s'est infiltrée à l'intérieur de la vie ecclésiale pour détruire le Christ et l'Eglise." "La franc-maçonnerie ecclésiastique reçoit ordres et pouvoir des diverses loges maçonniques et travaille à amener tout le monde à faire partie de ces sectes secrètes. Elle sollicite les ambitieux par la perspective de carrières faciles ; elle comble de biens les affamés d'argent ; elle aide ses membres à briguer et à occuper les postes les plus importants, tandis qu'elle marginalise de manière rusée mais décidée tous ceux qui refusent de participer à son dessein."..
(*) : Apoc. XIII, 11 : ."..portant deux cornes, comme un agneau" ; MARIE explique à don Gobbi le 13.06.1989 :
"L'agneau a toujours été, dans la divine Écriture, le symbole du sacrifice.".."Au symbole du sacrifice est intimement lié celui du sacerdoce : les deux cornes. Dans l'Ancien Testament, le Grand-Prêtre portait un couvre-chef à deux cornes. Dans l'Église, les Évêques portent une mitre à deux cornes pour indiquer la plénitude de leur sacerdoce."
Après avoir dit que la franc-maçonnerie ecclésiastique ("la bête semblable à un agneau"), est au service de la première bête, (la Franc-maçonnerie qui est au service de Satan par l'Argent), MARIE dit que les deux Bêtes veulent forcer tout le monde à idolâtrer l'argent :
"Une idole forte et dominatrice au point de faire en sorte que tous, petits et grands, riches et pauvres, hommes libres et esclaves, reçoivent un signe sur la main droite ou sur le front, et que personne ne peut acheter ou vendre sans avoir cette marque, c'est-à-dire le nom de la bête et le numéro de son nom.".."Mais quel est son nom ?."
La Vierge MARIE explique d'abord le symbolisme numérique "du chiffre" d'homme 666, relativement à 333, le CHIFFRE qui indique la Divinité (ici, chiffre a le sens de code) ; en effet, la numérique sacrée a un symbolisme précis : 3 est le chiffre de la Sainte Trinité dans l'Unité de Dieu. C'est ce qu'explique MARIE : le premier 3 exprime le Mystère de l'Unité de Dieu ; le second 3 indique les deux natures, divine et humaine, unies en Jésus-Christ ; le troisième 3 exprime le Mystère de la Très-Sainte Trinité.
666, le Chiffre de la Bête
666 est le "chiffre" de la désobéissance à Dieu ; la première Créature ayant désobéi à Dieu est LUCIFER, "le plus beau et le plus puissant des Anges, inférieur à Dieu Seul", dicte JÉSUS à Maria Valtorta (3). Le nom identifie l'individu : sa désobéissance fait prendre à Lucifer ("le Porteur de Lumière", divine) le nom de SATAN ("l'Adversaire" : de la Création humaine, car il ne peut affronter Dieu directement). Et MARIE explique comment 666 interfère dans l'Histoire de l'Humanité :
"Le chiffre 666 indiqué une fois" (par le premier 6) "exprime l'année 666. En cette période historique, l'Antéchrist se manifeste à travers le phénomène de l'Islam qui nie directement le Mystère de la divine Trinité et la divinité de Notre Seigneur Jésus-Christ."..
Doublant le 1er, le second 6 de 666 "exprime l'année 1332 ; en cette période de l'Histoire, l'Antéchrist se manifeste par une attaque radicale contre la Foi en la Parole de Dieu.".."Naissent alors les grandes erreurs philosophiques qui se prolongent, à travers les siècles, jusqu'à nos jours. L'importance donnée à la "raison" comme critère exclusif de la Vérité, conduit nécessairement à la destruction de la Foi en Dieu.
"De fait, avec la Réforme protestante, on refuse la Tradition comme source de la divine Révélation et l'on n'accepte plus que la Sainte Écriture" (...) "L'oeuvre de l'Antéchrist en cette période historique est la division de l'Église, la formation, par conséquent, de nouvelles et nombreuses confessions chrétiennes qui sont poussées, graduellement, à une perte de plus en plus étendue de la vraie Foi en Dieu."
Le 6 indiqué 3 fois dans 666 "exprime l'année 1998. En cette période historique, la franc-maçonnerie, aidée par la Franc-maçonnerie ecclésiale, réussira dans son grand objectif : construire une idole à mettre à la place du Christ et de l'Église. Un faux Christ et une fausse Église. La statue 1 construite en l'honneur de la première Bête, pour être adorée par tous les habitants de la Terre, et qui marquera de son sceau tous ceux qui voudront acheter ou vendre, est celle de l'Antichrist" "Vous serez arrivés ainsi au sommet de la Purification, de la grande tribulation et de l'apostasie. Celle-ci sera alors généralisée parce que presque tous suivront le faux Christ et la fausse Église. Alors sera ouverte la porte pour l'apparition de l'homme ou de la personne-même de l'Antéchrist. Voilà pourquoi, fils bien-aimés, J'ai voulu vous éclairer sur les pages de l'Apocalypse qui se réfèrent aux temps que vous vivez

---------------------------------------------------------------------------------------
(1) Une statue du Maitreya, de 33 m. de haut a été élevée en Corée.
pour vous préparer avec Moi à la partie la plus douloureuse et la plus décisive de la grande bataille qui se déroule entre votre céleste Maman et toutes les forces du mal qui se sont déchaînées."..
Quel Lecteur pensera que cette information est accessoire ? Elle nous apprend que l'Humanité est entrée dans le Temps de l'Apoca-lypse ; "un homme averti en vaut deux", dit le proverbe ; cette information est donc importante. Elle nous vient de la Sainte Vierge par l'intermédiaire d'un Prêtre qui écrit sous Sa dictée, ce que l'Église nomme des locutions ; ces Messages sont appelés par la théologie des révélations privées ou particulières. Nous y venons.

+
+ +

1. 7. Les MESSAGES : révélations privées
Cette information est importante si elle est crédible ; comme elle est actuellement connue par les Membres du Mouvement Sacerdotal Marial créé par don Gobbi à la demande de la Sainte Vierge qui en a fixé les statuts, c'est donc 5 millions de personnes qui en ont pris connaissance. Le M.S.M. compte, parmi ses adhérents inscrits, environ 300 Évêques et Cardinaux catholiques, 60.000 Prêtres et 3 à 4 millions de laïcs ; à cela s'ajoutent tous ceux qui n'ont pas formulé d'adhésion écrite ; mais qui connaissent le livre "Aux Prêtres, les fils de prédilection de la Vierge"(1).
Ce livre, qui reproduit les Messages de MARIE reçus par don Gobbi depuis 1973 à ce jour, est actualisé et réédité chaque année par le M.S.M. en italien, français, allemand, néerlandais, anglais, espagnol et portugais. Les extraits reproduits ci-avant sont tirés de la nouvelle édition française (1993) à jour au 31.12.1992 avec 891 pages.
Don Gobbi est un Prêtre italien, donc en tutelle de sa hiérarchie ; il parcourt le monde entier chaque année, tenant des réunions publiques pour faire connaître les Messages : il est donc accueilli dans les diocèses, donc autorisé à le faire par les Évêques responsables qui n'en ignorent rien ; don Gobbi voyage ainsi depuis 1977  ; et il a concélébré la Messe avec le Pape Jean Paul II dans sa chapelle privée du Vatican.
Dans le monde entier, tous les responsables du clergé catholique connaissent donc ces Messages ; les connaissent aussi des millions de laïcs qui sont loin d'être, tous, des dévots sans culture ni sans influence.
Il est donc exclu que ces Messages ne soient pas venus à la connaissance des agences de presse et des médias : pourquoi n'en ont-ils jamais fait mention ?
Serait-ce parce que l'Église ne les a pas officiellement authentifiés ? Les médias sont toujours à l'affût de "scoops" sensationnels pour faire monter leurs tirages : un journal n'hésite pas à lancer une édition spéciale pour devancer ses concurrents et, depuis plus d'un siècle, n'attend plus l'Imprimatur du Vatican qui a supprimé l'Index en 1966. NON ! Ce silence s'inscrit dans la désinformation imposée par la Franc-maçonnerie, laïque et ecclésiale, que la Vierge MARIE met vigoureusement en accusation.
La liberté d'action laissée à don Gobbi, la liberté de publication laissée au MSM, cela est une reconnaissance de facto, de fait, par l'Église, de l'authenticité des Messages. Pourquoi la reconnaissance officielle est-elle encore à venir ? Parce que, si la reconnaissance d'un Fait miraculeux est de la juridiction de l'Évêque du diocèse où il se produit, celle d'un Message dépend de la décision du Pape et de lui seul, depuis le Concile de TRENTE en 1531.
Un Fait miraculeux (Apparition, guérison, larmes d'une statue, sang d'un crucifix) témoigne de la Puissance divine et de sa réalité. La Bible est remplie de Faits miraculeux. Ce sont autant de précédents autorisant la crédibilité actuelle. Mais un Message, authentifié, serait Parole de Dieu, et le Porte-Parole : un prophète. La Bible toute entière a été écrite ainsi : l'Ancien Testament par les prophètes de Yahvé, le Nouveau Testament par les Évangélistes et les Apôtres sous l'inspiration directe de l'Esprit-Saint ; avec l'Apocalypse, St Jean est le dernier prophète chrétien reconnu par l'Église catholique.
La Tradition et le Magistère de l'Église reconnaissent la possibilité de tels Messages du Ciel, enseignements ou directives, reçus par un homme ou une femme, laïc ou clerc : ainsi de notre Jeanne d'Arc nationale, de ses Voix, de sa mission de bouter les Anglais hors de France et de faire sacrer le Roi à Reims ; ainsi de Ste Catherine de Sienne, analphabète qui apprit à lire et écrire en une nuit (elle rédigea des "Messages pour le monde" (qui ont été "oubliés"), et qui reçut mission de ramener la Papauté d'Avignon à Rome et y parvint ; ainsi de Ste Thérèse d'Avila qui rénova le Carmel et écrivit, sous la dictée du Ciel, de nombreux ouvrages de haute spiritualité. En 1970, premières femmes élevées par l'Église à cette dignité, le statut de Docteurs de l'Église a été reconnu par le Pape Paul VI à Ste Thérèse d'Avila, puis à Ste Catherine de Sienne.
Là aussi, c'est une reconnaissance "de facto" de deux porte-Parole, mais pas encore une reconnaissance officielle. Pourquoi ? Parce que, dès le premier siècle du Christianisme, s'est renouvelé ce qui s'était déjà produit au Temps de Moïse et Aaron (Nomb. XI, 24/29 : Eldad et Médad prophétisent sans être venus à la Tente sacrée recevoir l'Esprit de Yahvé), et au Temps de l'Évangile (St Marc, IX, 38/40 : l'homme qui chasse les démons au Nom de JÉSUS sans appartenir au collège apostolique) : dès ce 1er siècle, l'Église naissante est confrontée à de nouveaux venus disant recevoir des messages du Ciel ; fallait-il les admettre ou s'en méfier ?
Les moyens du discernement
Les Apôtres, participants de la Pentecôte où ils ont bénéficié de l'Effusion de l'Esprit-Saint promise par JÉSUS de Son vivant terrestre, en connaissent parfaitement la possibilité et tous ses effets : ils savent que les phrases qu'ils prononcent ou écrivent leur sont directement inspirées par Dieu. Face au phénomène des nouveaux "prophètes" étrangers aux Apôtres et Disciples, ceux-ci prient Dieu pour discerner le vrai du faux. On a coutume de dire que "les desseins de Dieu sont insondables." Là c'est un peu cela, car le Bon Dieu ne leur dicte pas un enseignement détaillé, mais seulement les indications essentielles : un pédagogue humain agit de même ; après avoir énoncé les règles, le professeur laisse ses élèves résoudre seuls le problème. On trouve ces indications dans la Bible :
St Paul (1. Thess. V, 19/22) recommande :
"N'éteignez-pas l'Esprit (Saint), ne dépréciez pas les Dons de prophétie ; mais vérifiez tout : ce qui est bon, retenez-le ; gardez-vous de toute espèce de mal."
Les deux premières propositions invitent à se défendre contre le refus de toute nouvelle prophétie au nom de la méfiance, JÉSUS ayant mis en garde contre les faux-prophètes ; la troisième proposition conseille l'effort : "vérifiez tout", c'est l'examen car comment choisir entre le vrai et le faux sans cela ? Les deux dernières, c'est le discernement prudent sur le contenu de la prophétie. Cela peut sembler maigre, mais c'est suffisant : ce qui est bon doit être dans l'esprit de l'Évangile et conforme aux enseignements contenus dans le Notre Père et dans le Credo ("Je crois") des Apôtres ; le mal est tout ce qui paraît, si peu que ce soit, en contradiction avec le bon, donc avec le vrai. Dans son Épître aux Colossiens, St Paul précise que ce qui est bon porte aux sept vertus, tandis que ce qui est mal incite aux 7 vices.
Dans sa 1ère Épître, St Jean énonce le critère essentiel d'une prophétie authentique :
(III, 23) : "Quiconque nie le Fils, ne possède pas non plus le Père", et (IV, 1/3) : "Ne vous fiez pas à tout esprit mais éprouvez les esprits pour voir s'ils viennent de Dieu, car beaucoup de faux prophètes sont venus dans le monde.
"A ceci vous reconnaissez l'Esprit de Dieu : tout esprit qui confesse JÉSUS venu dans la chair est de Dieu ; et tout esprit qui ne confesse pas JÉSUS n'est pas de Dieu ; c'est là l'esprit de l'Antichrist."
Rebelle par son orgueil prétendant au tribut d'adoration, et haineux en apprenant de Dieu qu'une Femme de la Terre, donc inférieure à la nature angélique, sera, par Grâce divine Reine des Anges et lui écrasera la tête, comment Satan pourrait-il magnifier l'Humilité d'un Dieu qui Se fait Homme. pour sauver les hommes en sacrifiant Sa Vie ?
Le Père Créateur a laissé aux démons leur Liberté de nature, de créatures intelligentes ; mais cette liberté a une limite : là où s'exerce celle de Dieu ; St Jean est très affirmatif : on comprend que le démon ne pourra jamais dire : "Jésus-Christ est le Fils de Dieu fait Homme" en associant cela à un mensonge.
Mais une pseudo-prophétie peut être fabriquée par une créature humaine dont la liberté n'est pas bridée par Dieu, parce que l'homme doit faire librement son Salut ou sa Damnation (tandis que le démon est déjà condamné). Alors, dans la primitive Église, la Didakhé (mot grec pour Règle des Douze Apôtres) a permis d'écarter les escrocs :
- Le contenu du discours ne doit rien contenir qui soit en contradiction avec l'Évangile et le Magistère de l'Église ;
- Quand cela est vérifié, la vie de celui qui délivre le message doit être en conformité exacte de l'Évangile et, notamment, il ne doit demander, ni recueillir, aucun profit matériel de ce fait.
Ces précautions semblent être nécessaires et suffisantes ; nécessai-res pour ne pas écarter à priori toute prophétie sans examen, et suffisantes pour écarter le danger d'accueillir une fausse prophétie susceptible de polluer le dépôt de Foi et de ruiner l'Église ; et pourtant, depuis 19 siècles, aucune série de Messages n'a été authentifiée par l'Église qui ne s'est jamais départie d'un attentisme prudent.
Cela a commencé à évoluer, lentement, depuis 1970 avec l'élévation de Ste Thérèse d'Avila et de Ste Catherine de Sienne à la dignité de Docteur de l'Église. Jean Paul II fera peut-être le pas décisif, si Dieu le veut ainsi ; mais cela ébranlera l'Église avec le danger de SCHISME. L'attentisme prudent de l'Église survit encore après 19 siècles d'existence et on le voit à l'oeuvre au fil du temps.
Au 4ème siècle en 325, le Concile de Nicée rédige une nouvelle version du Credo des Apôtres sous le nom de Symbole de Nicée ; un Concile est une assemblée des Evêques sous la direction du Pape ; depuis que les Apôtres réunis au Cénacle à la Pentecôte ont vu l'Esprit-Saint et perçu Son action, le Clergé sait que Dieu inspire de façon toute particulière les décisions d'un Concile.
Au Concile de Nicée, le Symbole du même nom précise et étend les enseignements du Credo, notamment quant au Saint-Esprit :
"Je crois à l'Esprit-Saint, qui est Seigneur et qui donne la vie, qui procède du Père et du Fils, qui reçoit même Adoration et même Gloire, qui a parlé par les Prophètes."
"Qui a parlé" : l'emploi du passé mène à deux compréhensions du Fait, l'une extensive, l'autre restrictive :
- extensive : l'Esprit-Saint a parlé par les Prophètes, donc le fait a eu lieu et peut se reproduire par la suite à l'initiative de Dieu ;
- restrictive : Il a parlé par les prophètes, point final. "Il ne parlera plus, il n'y aura pas d'autres prophètes que ceux de la Bible." Dans l'Église c'est la prudence restrictive qui a toujours prévalu contre la raison et la logique : l'Humanité, même cléricale, ne pouvant prétendre entraver l'initiative divine.
Cette prudence se comprend : dès les premiers siècles de l'Église l'Enfer a suscité des faux prophètes dans le Christianisme qui a été divisé par des schismes : "On n'est trahi que par les siens", penser à JUDAS ; c'est ainsi que se sont séparés de l'Église romaine et de la Papauté, les christianismes : copte en Égypte, maronite au Moyen-Orient, orthodoxe en Europe de l'Est, puis tout le Protestantisme et l'Anglicanisme. Page 34, la Sainte Vierge impute clairement à l'Anté ou Antichrist, c'est-à-dire à Satan, la responsabilité des erreurs philosophiques et protestantes, mais aussi l'émergence de l'Islam. J'ai des amis protestants, juifs et musulmans que j'estime et que je respecte, mais la vérité est là : ils sont nés dans l'erreur ancestrale.
Expliquant le symbolisme du chiffre de la Bête, 666, la Vierge MARIE situe un premier repère temporel, celui du premier 6, en l'an 666 avec l'émergence de l'Islam ; ce repère n'est pas ponctuel, il est le moment central où l'Islam a déjà envahi toute l'Espagne et le Sud de la France, Pays chrétiens ; l'Hégire, début de l'Islam, date de 622.
Tant que la DJIHAD ("Effort Suprême", sur soi, déformé en "guerre sainte") a lancé l'Islam à la conquête de Pays païens pour les convertir "be cif" (par le cimeterre, la force) à la Foi en Dieu Unique, ces conquêtes ont été licites, couvertes par la loi coranique ; envahissant l'Espagne chrétienne, l'Islam se place en infraction au Coran qui proscrit toute action contre les deux autres Religions monothéistes fondées, comme l'Islam, sur l'Ancien Testament de la Bible. Et c'est 66 ans après le moment central (l'an 666) identifié par MARIE, que commence le reflux de l'invasion islamique en Europe avec la victoire de Charles Martel à Poitiers en 732.
Avec le second 6 du chiffre de la Bête, MARIE nous donne un deuxième repère temporel (2 x 666), 1332 qui est central du séjour de la Papauté à Avignon (1309 - 1377) : cette épreuve infligée à l'Église par la Monarchie française est la fissure que toutes les contestations ultérieures contre la Religion vont élargir et approfondir.
Les Rois de France, sacrés par l'Église depuis CLOVIS, cèdent à la tentation de se servir de l'Église avant de la servir : les Prélats et Dignitaires de l'Église veulent servir deux Maîtres, le Pape et le Roi ; puis pour les besoins du culte, ils veulent associer Dieu et l'Argent : ce sera au 16ème siècle, le scandale des Indulgences vendues qui servira d'alibi à la Réforme protestante avec Luther et Calvin ; la fissure est devenue un fossé que le catholicisme anglais va élargir en devenant anglican par sa séparation de Rome en 1534 après le divorce d'Henry VIII excommunié par le Pape ; et c'est d'Angleterre que la Franc-maçonnerie va préparer en France la sanglante Révolution de 1789 : le fossé devient un gouffre, profond comme l'Enfer qui va susciter le matérialisme et le rationalisme des 19ème et 20ème siècles : "La conception matérialiste de la vie, voilà l'hérésie qui renferme toutes les hérésies", dicte JÉSUS à don Ottavio (4) le 17.11.1978.
Cette chute de l'Humanité aurait pu être enrayée si les clergés catholiques avaient tempéré leur excessive prudence devant les personnalités exceptionnelles que furent Ste Catherine de Sienne (1347 - 1380) en Italie, Jeanne d'Arc (1412 - 1431) en France, Ste Thérèse d'Avila (1515 - 1582) en Espagne ; et admis que le prophétisme biblique continuait. Même une saine prudence aurait été satisfaite : la canonisation d'une Sainte n'intervient qu'après sa mort et à l'issue d'une longue enquête, un "procès", et il aurait pu en aller de même des Messages du Ciel que beaucoup de Saints ont reçus.
Foi catholique et Foi humaine
En 1546, le Concile de Trente pose en Dogme de Foi que "La Sainte Écriture, reconnue par l'Église, est inspirée", donc que la Bible est d'inspiration divine. À la fin de l'Apocalypse, donc à la fin de la Bible, JÉSUS dicte à St Jean (XXII, 18/20) :
"Je déclare, Moi, à quiconque écoute les paroles prophétiques de ce livre : "Qui oserait y faire des surcharges, Dieu le chargera de tous les fléaux décrits dans ce livre ! Et qui oserait retrancher aux paroles de ce livre prophétique, Dieu retranchera son lot de l'arbre de Vie et de la Cité Sainte, décrits dans ce livre !." Le garant de ces révélations l'affirme : Oui, Mon retour est proche."
Cette référence a servi d'appui à l'assertion selon laquelle la Révélation (divine) serait close avec la Bible.
Donc que toutes les autres révélations sont "particulières" ou "privées." Prétendre que les textes reçus par Ste Catherine de Sienne, Ste Thérèse d'Avila, don Gobbi et tous les Messagers modernes, sont "privés", c'est faire violence à la Vérité.
En effet, les Messages reçus par Ste Catherine de Sienne concernent le Monde en plus de l'Église, visée également par Ste Thérèse d'Avila ; la mission de Ste Jeanne d'Arc a été de bouter les Anglais hors de France et de faire sacrer le Roi à Reims. Personne ne peut dire que ces Messages sont "privés", donc seulement personnels. Docteur de l'Église, St Thomas d'Aquin, dans sa "Somme Théologique" (2a, 2ae, Q. 174) a été très clair :
"Quand il n'y aura plus de visions, le Peuple sera sans direction ; c'est la raison pour laquelle, en chaque Temps, les hommes ont été instruits par Dieu de ce qu'ils devaient faire, selon ce qui était utile au Salut des Élus."
St Jean de la Croix, un Religieux espagnol né près d'Avila et contemporain de Ste Thérèse, écrit dans "La montée au Carmel" que "Dieu est devenu en quelque sorte muet" ; mais le contexte montre que ceci a été écrit pour freiner les contemporains qui désiraient imiter Ste Thérèse d'Avila : c'est Dieu qui choisit Ses Messagers, et non l'inverse. St Jean de la Croix sera fait Docteur de l'Église en 1926.
Un siècle et demi après St Jean de la Croix, un autre Théologien, Mgr LAMBERTINI (qui sera élu Pape en 1740 sous le nom de Benoît XIV), écrit à propos de faits miraculeux reconnus vrais par l'Église, qu'ils ne sont pas de Foi obligatoire, comme les Vérités d'Évangile et les Dogmes de l'Église, mais seulement de Foi humaine, c'est-à-dire facultative, mais il précise "qu'on peut s'en détourner à condition que ce soit pour de bonnes raisons, avec modestie et sans intention de mépris" ; cela se réduit à un surprenant paradoxe : l'Église reconnaît vraie une Apparition de MARIE, celle de Lourdes par exemple, mais laisse chacun libre de ne pas croire ce que l'Église a déclaré être vrai. Mais il n'y a plus de paradoxe si l'Incrédule se trouve en conformité des trois conditions permettant le refus : mais quelles bonnes raisons, modestie et révérence pourraient-elles être compatibles avec un tel refus ?
A la réflexion, la motivation d'une telle licence, peu rationnelle, semble avoir une raison peu avouable : la grande majorité du clergé a toujours été allergique au Surnaturel et s'en méfie ; un fait surnaturel perturbe toujours la quiétude, la routine de l'Évêque et de ses Prêtres ("Un fait nouveau, ça dérange", a dit Virchow) ; combien plus un Message d'enseignement du Christ quand cela leur tombe du Ciel sur la tête.
Alors, ils ouvrent "le parapluie de la Révélation divine close avec la Bible" et s'abritent derrière le paravent des "révélations privées." Des Évêques, heureusement, ont accordé leur Imprimatur à la publication de révélations dites privées, mais cette autorisation ne vaut pas reconnaissance qui dépend du Pape ; elle est seulement non-négative, "certifiant qu'elle ne contient rien qui soit en contradiction avec les Dogmes et le Magistère de l'Église, sans se prononcer sur son origine surnaturelle, la décision étant laissée au jugement souverain de l'Église", donc du Pape.
Dictant à Maria Valtorta en Italie durant les années 1943- 1947, dans le dernier volume de "L'Évangile, tel qu'il m'a été révélé", JÉSUS S'adresse spécialement à tous ceux qui objectent que "La Révélation est close avec la Bible" ("3", T.10, p. 302/304) :
"Le soir de la dernière Cène, J'ai dit aux Onze qui M'aimaient : "Quand l'Esprit Consolateur sera venu, Il vous rappellera tout ce que J'ai dit." "Quand Je parlais, J'avais toujours présents à l'esprit, en plus de ceux qui étaient là, tous ceux qui devraient être Mes disciples en esprit, et avec vérité et volonté de le vouloir.
"L'Esprit-Saint qui, déjà par Sa Grâce, infuse en vous la faculté de vous rappeler Dieu, en tirant les âmes de l'hébètement de la Faute Originelle, et en les délivrant des obscurcissements qui, à cause de la triste hérédité d'Adam, enveloppent la clairvoyance des esprits créés par Dieu pour qu'ils jouissent de la vue et de la connaissance spirituelles, l'Esprit-Saint complète Son Oeuvre de Maître en rappelant, dans le coeur de ceux qui sont conduits par Lui et qui sont les fils de Dieu, ce que J'ai dit ; c'est cela qui constitue l'Évangile. Rappeler, ici c'est éclairer son esprit ; car ce n'est rien de se rappeler les Paroles de l'Évangile si on n'en comprend pas l'esprit."
Le début de cette citation ne peut se lire que très attentivement ; on comprend que JÉSUS n'a pas voulu se prêter à l'écriture simplificatrice de notre époque qui ne sait plus lire : le Rédacteur en chef d'un Journal me disait rejeter toute phrase dépassant dix mots. Parlant en Maître et Pédagogue en conclusion d'un ouvrage monumental, JÉSUS exige l'attention du Lecteur, l'effort de lire.
En outre, Notez Bien : quand on a oublié une scène vécue, il suffit parfois d'un mot ou d'un geste pour s'en souvenir ; si l'Esprit-Saint infuse en nous la faculté de nous rappeler Dieu, c'est que nous avons, tous, connu Dieu.
Nous verrons cela en détail le moment venu. Notez Bien, enfin : ."..en tirant les Âmes de l'hébètement de la Faute Originelle" ; cette Faute a donc eu pour conséquence un hébètement qui handicape l'homme sur le plan spirituel, mais aussi intellectuel.
La Faute Originelle, c'est la désobéissance d'Adam et Ève qui ont voulu se donner une descendance par conception sexuelle de l'embryon, copiée sur l'animalité (les bêtes, d'où "l'hébètement" ci-dessus). Et le Maître poursuit :
"Et l'Esprit de l'Évangile, qui est Amour, on peut le faire comprendre de l'Amour, c'est-à-dire de l'Esprit-Saint. De même qu'Il a été le véritable Auteur de l'Évangile, Il en est aussi le seul Commentateur, puisque seul l'auteur d'une oeuvre connaît son esprit ; et le comprend, même s'il ne réussit pas à le faire comprendre à ceux qui la lisent.
"Mais là où un auteur humain ne réussit pas, car toute perfection humaine est riche de lacunes, y arrive l'Esprit très Parfait et très Sage. En effet, seul l'Esprit-Saint, Auteur de l'Évangile, est aussi Celui qui le rappelle et le commente au fond des âmes des fils de Dieu." /.../
"Que si vous objectez ensuite que l'Esprit-Saint étant le véritable Auteur de l'Évangile, on ne comprend pas pourquoi Il n'a pas rappelé (*) ce qui est dit dans cette oeuvre (**), et que ce que JEAN fait comprendre que c'est arrivé (***) par les paroles qui terminent son Évangile, Je vous réponds que les pensées de Dieu sont différentes de celles des hommes et qu'elles sont toujours justes et sans appel."

(*) : aux Évangélistes.
(**) : l'oeuvre dictée à Maria Valtorta.
(***) : "Il y a encore bien d'autres choses qu'a faites JÉSUS. Si on les mettait par écrit une à une, je pense que le monde lui-même ne suffirait pas à contenir les livres qu'on en écrirait." (Fin de l'Évangile selon St Jean).
"Et encore : si vous objectez que la Révélation est close avec le dernier Apôtre et qu'il n'y a plus rien à y ajouter, puisque le même Apôtre dit dans l'Apocalypse : "Si quelqu'un y ajoute quelque chose, Dieu fera retomber sur lui les plaies décrites dans ce Livre", et cela peut se comprendre de toute la Révélation dont l'Apocalypse est le couronnement, Je vous réponds qu'avec cette oeuvre on n'a rien ajouté à la Révélation, mais que l'on a comblé les lacunes qui s'étaient produites par des causes naturelles et des volontés surnaturelles.
"Et s'il M'a plu de reconstituer le tableau de Ma divine Charité, comme fait celui qui restaure une mosaïque en remettant les tessères détériorées ou manquantes pour rendre à la mosaïque sa complète beauté, et si Je Me suis réservé de le faire en ce siècle où l'Humanité se précipite vers l'abîme de la Ténèbre et de l'Horreur, pouvez-vous Me le défendre ?
"Pouvez-vous peut-être dire que vous n'en avez pas besoin, vous dont l'esprit est tellement embrumé, sourd, affaibli aux Lumières, aux Voix et aux Invitations du Haut ? En vérité, vous devriez Me bénir d'ajouter de nouvelles lumières à la lumière que vous avez et qui ne vous suffit plus pour voir votre Sauveur ; pour voir la Voie, la Vérité et la Vie, et sentir surgir en vous cette commotion spirituelle des Justes de Mon temps ; pour parvenir, à travers cette connaissance, au renouvellement de vos esprits dans l'Amour, qui vous sauverait car ce serait une montée vers la perfection.
"Je ne dis pas que vous êtes "morts", mais endormis, assoupis, semblables à des arbres durant le sommeil de l'hiver. Le Soleil divin donne Ses splendeurs. Réveillez-vous et bénissez le Soleil qui Se donne ; accueillez-Le avec joie pour qu'Il vous réchauffe de la surface à l'intérieur, vous réveille ; vous couvre de fleurs et de fruits."..
JÉSUS vient de parler net à tout méfiant qui douterait de l'authenticité divine de l'oeuvre dictée à Maria Valtorta, au prétexte que "la Révélation divine est close avec la Bible." En Maître, Il vient d'en exposer la logique et la nécessité "en ce siècle où l'Humanité se précipite vers l'abîme de la Ténèbre et de l'Horreur" ; et cela est VRAI de toutes les révélations authentiques du passé et actuelles.
Depuis que Paul VI a supprimé l'Index du Vatican en 1966, chacun est libre de croire et de rendre publics les faits miraculeux, reconnus ou non par l'Église, et les révélations dites privées Pour celui qui diffuse, se pose alors le problème du discernement : de la réalité pour un fait, de l'authenticité divine pour une révélation. Pour un texte, les critères de discernement exposés par les Apôtres Paul et Jean sont d'un usage simple si l'on dispose d'une culture religieuse adéquate.
S'agissant de la conformité de la vie du Messager avec les règles de la Didakhé, la saine prudence conduit à privilégier les textes des Messagers qui sont décédés "en odeur de sainteté."
En effet, tant qu'ils vivent, les Messagers se trouvent en danger de chuter dans l'orgueil et donc, sans s'en apercevoir, d'être désormais les récepteurs de Messages parasités par le démon ; JÉSUS dicte à Maman Carmela (5) le 19.03.1968 :
"Tous les Messages ne viennent pas du Ciel. Trop souvent l'oeuvre du Malin s'y introduit, abîmant tout. Je le permets quand il n'y a pas assez d'humilité en ceux qui les reçoivent."
Dans une série de Messages, quand l'examen attentif, qui a permis d'en authentifier un certain nombre, vient à butter sur une contradiction puis sur des erreurs incompatibles avec l'enseignement de l'Église, c'est qu'au moment où la tonalité change, le Messager s'est laissé handicaper par l'orgueil d'avoir été choisi pour cette mission. JÉSUS dicte à don Ottavio (4) le 12.01.1976 :
"Les prophètes sont les hauts-parleurs de Dieu." Et à Maman Carmela, le 14.04.1968 :
."..la voix de la conscience, c'est la Voix-même de Dieu."
Ceci permet de comprendre comment "fonctionne" un Messager actuel, comment a fonctionné un prophète biblique ; chacun a, en soi, un "bas-parleur" de Dieu, c'est la voix de sa conscience : elle a un timbre clair, mais suffisamment bas afin de ne pas contraindre le libre-arbitre en lui laissant le mérite de la Bonne volonté. Certains entendent et écoutent leur conscience, d'autres ne l'entendent plus : ils n'écoutent que leurs passions vicieuses.
Quand Dieu veut délivrer un Message à l'Humanité, Il choisit une Âme-privilégiée, un "Instrument" destiné à cet usage de toute éternité dans la Pensée divine.
Dieu augmente Sa puissance d'émission et le bas-parleur de la conscience devient un haut-parleur : l'Individu choisi identifie et reconnaît sans erreur que c'est la Voix de Dieu. Les Messages reçus peuvent être bons et vrais jusqu'à-ce-que le Messager se laisse gagner par l'orgueil :
"L'orgueil, barrière infranchissable entre l'homme et Dieu", ainsi que dit JÉSUS ; alors qu'avant le Messager était accordé sur le "canal d'émission" du Ciel, l'orgueil le place sur la "longueur d'onde" de l'Enfer : Satan, le Singe de Dieu, imite dès lors la syntaxe et la formulation de Dieu pour camoufler ses mensonges parmi beaucoup de vérités déjà dites, abîmant tout, même les Messages vrais sur lesquels plane désormais le doute. Voilà pourquoi, dans le présent ouvrage, seront privilégiées les citations de Messagers décédés. Et cela, bien qu'il ne soit jamais sage "de jeter l'enfant avec l'eau du bain" : en effet qui osera prétendre, en voyant un infirme dans une chaise roulante, que celui-ci ne marchait pas avant l'accident qui l'a conduit là, même s'il est responsable de cet accident ? Idem du mendiant qui a dilapidé son héritage : qui dira que c'étaient des faux billets. Idem des Messagers, avant et après leur chute dans l'orgueil.
Les citations de Messagers vivants ne seront produites que lorsqu'elles sont une extension utile et logique des premières, l'auteur s'étant assuré personnellement que le style de vie du Messager, à la date de la citation, est en conformité de la Didakhé.
Notez Bien qu'un Messager peut chuter dans l'orgueil et l'erreur, donc démériter de la Confiance de Dieu, mais Dieu aidant il peut se réhabiliter. A cause de sa présomption, et bien que prévenu, St Pierre a renié trois fois son Maître et Seigneur, après avoir engagé sa vie sur sa fidélité.
"La présomption est le levain de l'Orgueil", dicte MARIE à Maria Valtorta ; sa honte du reniement a rendu à St Pierre une Humilité complète qui ne l'a plus quitté ; son remords lui a valu le Pardon de JÉSUS qui l'a confirmé en Grâce et dans sa fonction de Chef de l'Église : Vicaire du Christ, donc Représentant de Dieu sur la Terre, ainsi que sont tous les Papes. Donc ne jugeons pas celui qui chute, aidons-le. Nul humain ne peut juger sans erreur et le Jugement n'appartient qu'à Dieu. JÉSUS dicte le 10.11.1966 à Marguerite (6) :
"Ne confonds pas pécheur et péché : haïr celui-ci, aider celui-là"
Il le répète le 17.09.1968 à Maman Carmela : "Ne pas juger autrui, aider." La vie de la plupart d'entre nous est entrecoupée de chutes, suivies de rétablissements grâce à une main secourable qui aide, et au conseil qui suit ; et cela n'est pas jugement mais lumière. S'agissant d'un Messager contemporain qui chute et qui est hors de portée de notre aide directe, toujours humaine donc imparfaite, reste l'Aide Toute-Puissante de Dieu que notre Prière peut lui procurer : et là, c'est la Perfection.
JÉSUS authentifie 3 révélations privées
Quand l'authenticité divine d'une série de Messages a été soigneusement vérifiée, seul le vérificateur est pleinement rassuré ; mais le Lecteur devra le croire "sur parole", sauf à vérifier lui-même en se procurant les ouvrages de référence énumérés au fil du texte et listés en bibliographie ; c'est là une démarche irremplaçable pour avancer sur le chemin de la Vérité ; et ce serait bien laborieux si le Bon Dieu n'avait pas eu pitié de nous "dont l'esprit est tellement embrumé, sourd, affaibli aux Voix et aux Invitations du Haut" ; alors Notre Seigneur Jésus-Christ authentifie Lui-même trois ouvrages de révélations privées avec une prophétie vérifiée vraie. Il fait ainsi "d'une pierre trois coups."
Et c'est la Signature de JÉSUS : tous les Messages dictés à don Ottavio de 1975 à 1979 ont été publiés en 6 petits volumes par le Parvis en Suisse ; dans le dernier Message, daté du 2.01.1979, est énoncée une prophétie à date certaine : l'ouvrage est disponible en librairie en Juin 1980 ; l'attentat ultérieur du 13 Mai 1981 contre le Pape Jean Paul II vérifie que cette prophétie était vraie ; la voici :
.".. nous voyons une grande figure d'homme qui se dresse, par sa stature morale et spirituelle, comme un géant et arbore tout seul d'une main ferme un étendard. C'est l'étendard de l'Église du Christ, que beaucoup de puissants ennemis voudraient lui arracher, mais qu'il tient d'une main sûre tandis qu'il indique à tous la voie du Salut.
"Ce condottiere invincible, qui ne craint rien, tombera, glorieux Martyr, rougissant de son sang le vêtement immaculé qu'il porte.".. "Beaucoup de ceux qui devraient être aux côtés du fier guerrier l'ont abandonné, passant à l'ennemi" ... "Mais toutes les menées et manigances des ennemis du Christ, Roi Souverain et Invincible des siècles éternels, tomberont dans le vide car ils ne prévaudront pas."
C'est bien du Pape qu'il s'agit : jusqu'au 13 Mai 1981 aucun Pape n'avait fait l'objet d'un attentat public ; il ne s'agit donc pas d'un pronostic humain, mais bien d'une prophétie authentique. Les seuls ayant connaissance préalable de l'attentat sont les commanditaires qui ne risquaient pas de nous prévenir. Certes la possibilité d'un attentat était envisagée : une clinique désignée était prête le cas échéant ; mais ce qui est "étonnant", c'est que le blessé a été dirigé vers une autre clinique et qu'une "erreur" de groupage sanguin a été commise à la transfusion d'urgence nécessaire, ce qui aurait dû être fatal au Pape qui a survécu contre "toutes les menées et manigances des ennemis du Christ."
Dieu, Seul, sait l'Avenir dans ses moindres détails. Vérifiée vraie, cette prophétie est donc de source divine. Venant à la dernière page du dernier Message de l'ouvrage dicté à don Ottavio, elle en est la signature d'authentification ; seuls pourront la mépriser ceux qui auront peur de croire ; parlant des hommes -et des Prêtres- JÉSUS dicte à don Ottavio le 6.8.1975 :
"Ils ne veulent pas croire. Ils ont peur de devoir croire."
Et le 22.11.1978  :"J'ai dit : on s'obstine à ne pas croire, et cela contre l'évidence..." "À chaque instant, on se heurte à des faits et des événements dont on ne peut donner aucune explication humaine, et pour lesquels la raison et la logique doivent accepter une explication qui transcende la raison, mais cela ne compte pas."
Et c'est dans ce même ouvrage dicté à don Ottavio que JÉSUS authentifie deux autres séries de révélations dites "privées" : Il authentifie ainsi le Mouvement Sacerdotal Marial créé par don Gobbi et aussi l'ouvrage en 10 volumes dicté à Maria Valtorta ; JÉSUS dicte à don Ottavio le 19.09.1975 :
"J'ai dicté à Maria Valtorta, âme-victime, une oeuvre merveilleuse. De cette oeuvre, Je SUIS l'Auteur.
Toi-même t'es rendue compte des réactions rageuses de Satan. Tu as constaté la résistance que beaucoup de Prêtres opposent à cette oeuvre qui, si elle était, Je ne dis pas lue mais étudiée et méditée, apporterait un bien immense à tant d'âmes. Cette oeuvre est source de solide et sérieuse culture."
La résistance opposée à cette oeuvre par "beaucoup de Prêtres" résulte d'abord et avant tout, d'une sévère remise en question personnelle.
Car c'est à cela que conduit irrésistiblement l'étude et la méditation de cette oeuvre après une première lecture : nos carences, notre lâcheté, notre confortable laxisme sont cruellement mis en lumière et fustigés par la logique éblouissante de la Loi d'Amour où le Christ Se dévoile au plus profond ; tel qui n'a pas versé une larme depuis un demi-siècle est ahuri de s'apercevoir qu'elles coulent lentement de ses yeux, des larmes d'Amour pour LUI.
Dans le domaine des vérités de Foi, là où le laïc n'est qu'un amateur, même s'il en est certains de brillants, tout Prêtre est un professionnel : il est un expert reconnu s'il est théologien ; si ce n'est pas le cas, il se pense néanmoins plus expert qu'un laïc, mais ne se sent pas concerné tant que son Évêque n'a pas parlé. Des Prêtres, peu j'espère mais peu c'est toujours trop, fonctionnent avec la routine la moins pénible et aléatoire possible : beaucoup d'alibis, grossis par Satan, pour éviter la fatigue de se remettre en question.
Le TEST des obscurités de la Bible et des Messages
Jusqu'à présent, les théologiens ont toujours examiné les révélations privées de façon petitement critique : par exemple, les récits de Sa Passion donnés par JÉSUS au 14ème siècle à Ste Brigitte de Suède et à Ste Catherine de Sienne. Les théologiens ont rejeté en doute les récits des deux Saintes, l'une ayant vu la Crucifixion avec trois clous, et l'autre avec quatre. Pour ces experts, l'une des versions était "fausse." Laquelle ? Cette incertitude a primé sur la certitude atroce du clouage ; or, en lisant le récit de la Crucifixion montrée à Maria Valtorta six siècles plus tard, on s'aperçoit que les deux versions étaient vraies, étant deux moments différents du supplice des pieds du Seigneur.
En effet, à cause de l'élongation forcée à la chaîne (JÉSUS a été crucifié écartelé), la superposition des pieds était instable, et le clou déviait sans traverser correctement le pied du dessous ; le 3ème clou demeurant en attente dans le pied transfixié, le 4ème a servi d'alêne pour l'autre pied ; JÉSUS a montré ce moment à l'une et le moment final à l'autre Sainte ; c'était un piège pour tester la Foi des experts qui n'ont toujours pas compris la raison d'être de cette obscurité voulue.
Que d'obscurités dans la Bible ! Nous en avons abordé avec "l'argent jeté dans les rues" et avec le chiffre de la Bête et il y en a bien d'autres et elles culminent dans l'Apocalypse. Pourquoi ? JÉSUS le révèle d'abord à Gabrielle BOSSIS (14) :
"J'ai voulu, en vue de vos mérites, que vous Me cherchiez dans l'obscurité" ; et JÉSUS explique à Marguerite (6), le 14.09.1967 :
"Toute oeuvre est contredite à différents degrés selon son importance. Et il y a, dans Mon Message, assez d'obscurité pour
ceux qui sont aveuglés par leur suffisance. Mais les Petits voient au-delà des apparences et puisent avec Foi, dans sa substance, une nourriture riche et variée dont s'emparent avidement leurs âmes assoiffées d'Infini." (d'Infini : de Dieu)
Les petits savent qu'ils ne peuvent tout comprendre ; faisant Confiance à Dieu "qui ne peut ni Se tromper, ni nous tromper", les Petits voient l'essentiel, la substance, sans être bloqués par les anomalies, les contradictions apparentes, qui sont autant d'obscurités voulues, placées ça et là en tests de la Confiance en Dieu. À l'opposé le suffisant, qui présume tout comprendre, s'immobilise sur les obscurités et devient aveugle à la substance du Message, se privant de sa vitalité.
Dans l'Ancien Testament, Dieu a voilé la Personne du Fils sous l'appellation de "Messie" ; les Juifs, qui attendaient un Libérateur, Le nommaient aussi l'Attendu ou le Promis ; et quand JÉSUS S'est révélé le Fils du Père, ce fut un scandale, un blasphème méritant la mort. Nulle part, dans l'Ancien Testament, il n'est question d'un Dieu en Trois Personnes ; nulle part, il n'est fait mention que "l'Homme des Douleurs" (dans Isaïe), une fois mis à mort, ressusciterait le 3ème Jour ; pourtant, le prix de la trahison, 30 deniers, était écrit. Quand JÉSUS, dans la synagogue de Capharnaüm, déclare que se sauverait celui qui "mange ma Chair et boit mon Sang", cela fit scandale parmi une notable partie des disciples qui L'abandonnèrent.
Pourquoi toutes ces obscurités ? Parce que l'homme a été doté d'une parcelle de l'Intelligence divine ; parce qu'il doit user de cette intelligence et, s'il ne comprend cependant pas, prier humblement Dieu de l'éclairer. Humblement. Dieu Se révèle aux Petits.
Personne ne pense à disputer le Professeur sur la complexité d'un problème de mathématiques ou sur la brièveté d'un sujet de dissertation ("L'obscurité", par exemple). Il ne fait que son métier de pédagogue ; JÉSUS, aussi, qui dicte à Marguerite le 3.08.1966 :
"L'homme, imbu de sa supériorité imbécile, se croit un dieu sur la Terre. Le néant de ce qui fait leurs délices ne leur apparaît pas. Et pourtant... un jour viendra... Mes perles ne sont pourtant pas pour les pourceaux. Mais qui est assez petit pour les recevoir ?."
Ceux que JÉSUS qualifie de pourceaux entretiennent le condi-tionnement au doute et au scepticisme étriqué induit par l'École laïque obligatoire ; ils ont peur de devoir croire et nourrissent leurs objections de refus pour continuer à bâfrer gloutonnement en se vautrant dans leur fumier. Or le Prêtre, directeur spirituel de Maria Valtorta, avait réussi à faire parvenir au Pape Pie XII, à la fin des années 1940, une copie des manuscrits.
Le Pape, Évêque de Rome, ne pouvait accorder son Imprimatur à l'éditeur, PISANI, se trouvant sous la juridiction d'un autre Évêque ; Pie XII lui écrivit cependant : "Publiez cette oeuvre telle qu'elle est, celui qui lira comprendra." L'ouvrage fut publié sous le titre italien : "Le Poème de l'Homme-Dieu."
"Poème" : malgré cette précaution, l'édition sans Imprimatur mit en branle l'Index du Vatican qui publia, peu avant la mort de Pie XII, une ordonnance de censure appuyée sur des attendus aussi nombreux qu'inconsistants. Voilà pourquoi JÉSUS dicte à don Ottavio (p. 47) : "Toi-même t'es rendue compte des réactions rageuses de Satan." JÉSUS ne Se trompe pas "de cible" (selon la formulation de la dialectique marxiste), Il incrimine d'emblée le premier coupable, Satan et non les humains suggestionnés et manipulés, même si ce sont des clercs.
L'Index du Vatican, supprimé par Paul VI
Et, sans aucun doute, c'est l'Esprit-Saint qui a inspiré à Paul VI la suppression de l'Index du Vatican et de toute censure ecclésiastique, opposable aux Laïcs, en matière de Messages, de faits miraculeux et d'Apparitions ; ceci intervient immédiatement après le Concile Vatican II qui met l'accent sur la place des charismes dans l'Église, en faisant référence à St Paul ; charisme vient du grec kharisma qui signifie grâce, faveur ; ce sont des Dons spirituels de l'Esprit Saint à certains individus pour le bien des âmes et de l'Église : charismes de discernement des esprits et de l'Écriture Sainte, de guérison, de Prière, d'écoute de Dieu, d'éloquence sacrée, de bilocation, de stigmatisation, de souffrance réparatrice par les âmes-victimes, tous ces charismes étant portés par une puissance d'Amour exceptionnelle.
La conséquence logique en 1970 a été l'élévation au rang de Docteurs de l'Église, de deux charismatiques, Ste Thérèse d'Avila et Ste Catherine de Sienne et, en 1998, d'une troisième, Ste Thérèse de l'Enfant-Jésus.
Sans la suppression de l'Index en 1966, nombre de révélations privées n'auraient pas été publiées, celle reçue par don Ottavio entre autres. Par là on voit que Dieu intervient dans les décisions humaines quand Il le juge nécessaire. Et se souvenir que dans l'Évangile, JÉSUS dit : "Que celui qui a des oreilles pour entendre, entende", et "Que le Lecteur comprenne." Dieu aurait pu faire scintiller les Dix Commandements en lettres de feu dans le ciel de toutes nos nuits, mais alors nous aurions été obligés de croire en Lui ; nous aurions été comme St Thomas qui n'a cru en la Résurrection qu'après avoir touché de ses mains les Plaies du Seigneur ; mais alors, il n'y aurait eu plus de rémission, ni de circonstances atténuantes pour nos péchés !...

1.8. La Bible
La Bible ("le Livre") a été traduite en plus de 1.300 langues de la Terre. Jusqu'à l'invention de l'imprimerie par Gutenberg, la Bible était recopiée à la main. La Bible a été le premier livre imprimé ; depuis c'est le livre dont le nombre d'exemplaires imprimés dépasse de très loin tous les autres, comme le Coran et le petit "livre rouge" de Mao Tsé Toung.
La Bible est l'Histoire de l'Humanité depuis ses origines, dans ses rapports avec Dieu. Pour le croyant, c'est Dieu qui parle dans la Bible ; pour celui qui ne veut pas croire, ce n'est qu'un tissu de légendes sans fondement.
La Foi à "crédulité limitée"
Dans leurs textes de présentation des diverses parties (appelées livres dans l'Ancien Testament, et dans le Nouveau : Évangiles, Actes des Apôtres et Épîtres) et dans leurs notes en bas de pages, les experts actuels font étalage de leur scepticisme réducteur : ils ne trouvent dans la Bible qu'une part d'apport divin pour trois ou quatre parts d'apports humains ; incapables d'orienter "verticalement" vers Dieu leur compréhension en recherche, ils portent leurs regards, "horizontalement", vers ce qu'ils savent de l'Histoire du moment concerné, des coutumes, des civilisations et idolâtries environnantes.
Un constat frappant met en évidence leur Foi "à Crédulité Limitée" en la Bible : dans les premières pages de la Genèse (le 1er livre de la Bible) est le récit de la Création, de l'Univers et de l'homme. Selon la Tradition juive, la création adamique remonte à 3.761 ans avant l'ère chrétienne, mais elle serait plus ancienne selon la précision révélée par la Vierge MARIE à Marie d'Agreda.
Si les savants exégètes de la Bible ignorent Marie d'Agreda, ils connaissent, tous, le calendrier biblique juif ; mais ils sont si bien conditionnés au doute par l'École laïque, qu'à la fin de la Bible traduite en français sous la direction de l'École biblique de Jérusalem (Éditions du Cerf, 1974), le tableau chronologique place sur la même ligne l'homo habilis à 2 millions d'années avant J.C. avec les premiers chapitres de la Genèse, Adam étant "l'homme intelligent" ; ses fils, Caïn et Abel, sont situés 2 millions d'années après Adam, leur père. La confiance des Experts dans la Bible est donc bien "à crédulité très limitée."
Il est bien évident que cette confiance très limitée des experts catholiques dans la Bible est l'aboutissement d'une entreprise de dénigrement menée avec persévérance depuis 4 siècles : d'abord par le protestantisme revendiquant pour chacun la liberté d'interprétation de la Bible contre la Garde du Trésor de Foi, confiée à l'Église.
Ensuite la Franc-maçonnerie, téléguidant l'Encyclopédie et le rationalisme, a poursuivi cette oeuvre de sape : actuellement, il y a une ou plusieurs dizaines de livres dans chaque foyer chrétien, mais un seul, sur 10 ou 20, détient une Bible.
La Révolution française, sous couvert de "liberté" de conscience, a essayé de mettre en tutelle le clergé, a tenté de remplacer la semaine par la décade républicaine (qui n'a survécu, péniblement, qu'une décennie), et d'élever un autel à la "déesse-raison." La Révolution s'est épanouie dans le sang et la guerre et elle a fini misérablement dans la dictature de "l'épopée napoléonienne" ; Bonaparte a voulu singer la Monarchie, contraignant le Pape Pie VII à le sacrer Empereur, et l'Empire a fini aussi misérablement que la Révolution. L'École laïque a essayé de nous convaincre que la Révolution a été prolétarienne, alors que les petits ont été manipulés, endurant souffrances et saignées des guerres, ne recueillant que des miettes concédées par la bourgeoisie qui s'est enrichie des dépouilles du clergé et de la noblesse.
Puis, tout au long du siècle dernier, la Franc-maçonnerie, occulte et puissante, a téléguidé l'intelligentsia scientifique dans une "guerre de religion" contre la Bible : durant les siècles précédents, les scientifiques avaient été brimés par l'Inquisition catholique ; se souvenir de Galilée qui avait dit que la Terre tournait et qui avait été contraint de se dédire ; et se rappeler que les médecins effectuant des recherches anatomiques sur des cadavres étaient passibles de prison.
Ensuite, les premières découvertes de fossiles humains, les avancées de l'astronomie, ont été des arguments contre les jours de la Création dans la Bible.
Ceux qui bouchent leur intelligence "à l'émeri"
Aucun des "intelligents" du siècle dernier n'a voulu comprendre que ces "jours" étaient mentionnés dans le seul but de créer la semaine et d'imposer aux croyants un jour de repos pour les travailleurs et les bêtes de bât ou de trait (faute de cela, les possédants auraient tué au travail bêtes et gens) ; un jour de repos, où l'homme remercie Dieu de l'avoir maintenu en vie les 6 jours précédents en Le priant de le conserver en vie durant les 6 jours à venir et en rendant Gloire à Dieu des bienfaits reçus.
Ces "intelligents", qui revendiquaient le droit d'interpréter librement la Bible, n'ont pas voulu comprendre que "jour" signifiait : "un jour, Dieu a fait ceci, un autre jour Il a fait cela" ; non, ils ont lu la Bible "au pied de la lettre", ainsi que font les Témoins de Jéhovah qui ont émergé du protestantisme à la fin du siècle dernier, aux USA. Et les scientistes contemporains, qui se veulent "modernes et affranchis", emboîtent toujours le pas trébuchant des "Intelligents" du siècle dernier : Dieu n'a "pas pu" créer l'Univers et la Vie en 6 jours, donc la Bible est "fausse", donc ce n'est pas Dieu qui l'a dictée, donc Dieu "n'existe pas."..
Une telle façon de "raisonner" s'appelle l'amalgame ; c'est partir d'une donnée tordue pour aboutir à une conclusion fausse. Cet amalgame, l'École laïque se garde bien de le faire au premier degré, ce serait trop voyant ; alors, elle oblige chacun, futur laïc, et futur prêtre ou théologien, à apprendre "par coeur" que la Vie, végétale, animale et humaine, est née avec la première cellule vivante, laquelle aurait eu pour matrice "la soupe originelle" et pour père un "hasard" inexistant, stimulant une "cause inconnue", il y a deux milliards d'années ou davantage. Selon eux, voilà nos improbables ancêtres...
La "cause inconnue" avoue l'ignorance ; le hasard invoqué est une escroquerie intellectuelle. Il n'y a aucun hasard dans le cosmos ni dans la Vie, car le hasard est un outil de la mathématique, comme les racines carrées qui n'existent pas dans la Nature ; le hasard est une construction intellectuelle humaine, pas une découverte. Comment aurait-il pu participer à l'origine de l'Univers quand l'homme n'existait pas encore ? Sans action humaine, le hasard n'existe pas : en effet, si vous ne jouez pas au loto ou aux cartes, vous ne faites pas intervenir le hasard ; d'un jeu de belote qui est sur la table, si vous tirez une carte "au hasard", vous avez une chance sur 32 de sortir l'as de coeur (par exemple) ; mais n'intervenez pas : alors il n'y a ni chance, ni hasard.
Et à l'origine de la Vie ? Cela nous ramène au dilemme insoluble de "la Poule et de l'Oeuf", lequel a fait l'autre le premier ? Et, bien sûr, l'École laïque se contredit en magnifiant la mathématique rigoureuse du cosmos et de l'atome, en admirant l'intelligente organisation de la cellule vivante. Nul n'oserait prétendre que le hasard a une part dans une bibliothèque aux livres bien ordonnés, mais c'est ce paradoxe que l'on veut nous faire admettre pour "tuer" Dieu dans la pensée humaine, et d'abord en incriminant le Livre de Dieu, la Bible.
De nos jours, JÉSUS persiste et signe : "La Sainte Bible est VRAIE de la première à la dernière page."
La Bible et l'ordinateur
De nos jours les médias, toujours à l'affût d'une information capable de multiplier leur audience, font un silence complet sur une découverte récente, effectuée grâce à l'ordinateur et démontrant sans aucun doute possible, l'authenticité divine de la Bible. Cette preuve n'est diffusée que par une publication protestante à tirage réduit ; mais elle n'est sûrement pas ignorée par les théologiens catholiques qui se taisent aussi, ce qui montre que la Vierge MARIE n'exagère pas en évoquant la Franc-maçonnerie ecclésiastique.
Ainsi, en 1988 on a appris les premiers résultats des recherches effectuées sur la Bible juive par deux équipes de mathématiciens israéliens travaillant séparément aux Universités de Tel Aviv et de Haïffa : ils ont introduit en ordinateur le texte intégral en hébreux, en programmant une recherche des informations codées par la numérique hébraïque. Pour comprendre l'importance exceptionnelle des résultats obtenus, il faut en connaître les bases d'appui :
- D'abord, la tradition cabaliste, dès le 2ème siècle avant notre ère, avec les cabalistes juifs. Cabale signifie tradition ; les cabalistes pronostiquaient la date de la Venue du Messie annoncé par les prophètes, en interprétant les données chiffrées du texte sacré.
On en a une indication claire dans le dialogue, qu'écoute Maria Valtorta ("3", T.1, p.51), entre la petite MARIE, qui a moins de 3 ans et Sa mère, ANNE : l'Enfant demande à Sa mère de lui redire, dans l'Histoire d'Israël, " la parole de Gabriel à Daniel où le Christ est promis" ; puis Elle lui demande :
- "Combien de temps faut-il encore pour avoir l'Emmanuel ?"
- "Trente années environ, chérie."
- "Que de temps encore ! Et Je serai au Temple... Dis-moi : si je priais tant, tant, TANT, jour et nuit, nuit et jour, et que dans ce but, je ne voulais être que de Dieu, toute la vie, l'Éternel me ferait-Il la Grâce de donner avant le Messie à Son Peuple ?"
- "Je ne sais pas, mon aimée. Le prophète a dit : "Soixante dix semaines." Je crois que la prophétie ne ment pas, mais le Seigneur est si bon" se hâte d'ajouter Anne en voyant s'emperler d'une larme le cil d'or de sa Petite, "je crois que si tu priais, tant, tant et tant, Il t'exaucera."
Convertissant en années solaires les "soixante dix semaines" indiquées par l'Archange Gabriel à Daniel, les juifs de ce temps savaient que la Venue du Messie était proche. Puis Maria Valtorta est témoin d'un dialogue au Temple où MARIE, fillette, parle à sa maî-tresse Anne de Phanuel, de la prophétie de Daniel ("3", T.1, p. 69) :
"Le temps est proche, plus que vous ne le pensiez, Je vous le dis. En lisant Daniel, une grande clarté s'est faite en Moi, venant du centre de Mon coeur et Mon esprit a compris le sens de ses secrètes paroles. Elles seront abrégées, les soixante dix semaines, à cause de la prière des Justes. Il sera changé le nombre des années ? Non. La prophétie ne ment pas. Mais non pas le cours du soleil, mais celui de la lune est la mesure du temps prophétique. Pour cela Je vous le dis : "Toute proche est l'heure où on entendra vagir le Fils d'une Vierge."
Et MARIE, qui ne pense pas un instant être cette Vierge, souhaite la connaître pour lui proposer de devenir sa servante.
Durant des siècles, la promesse de la Venue du Messie, l'Emmanuel, l'Attendu, est l'espoir du Peuple d'Israël ; et tous les juifs L'attendaient, d'où les calculs des cabalistes.
- Seconde hypothèse d'appui de la recherche des mathématiciens israéliens contemporains, c'est qu'en hébreux, grec et latin, il n'y a pas de chiffres (*), les données chiffrées étant représentées par des lettres, comme dans LOUIS XVI (16 en chiffres romains où X = 10, V = 5, I=1) ; dans Charles X, on trouve dans CAROLUS les lettres C et L qui sont également les valeurs 100 et 50.
[(*) : Les chiffres que nous utilisons sont arabes].
A la fin du siècle dernier, un mathématicien russe émigré aux USA, Yvan PANINE, a examiné sous cet éclairage la copie en GREC du Nouveau Testament en cherchant, le premier, les constantes mathématiques pouvant exister dans chaque texte à partir de la valeur numérique des lettres ayant cette fonction supplémentaire dans chaque mot.
Pour chaque Écrivain, et dans tous les textes écrits par le même (St Paul en a écrit 13, St Jean : 3, St Pierre : 3, et les autres chacun un, PANINE a identifié un rythme mathématique cohérent, personnel à chaque Écrivain et identique dans tous ses textes. Mais un mathématicien vérifie toujours ses résultats : PANINE a procédé à la même recherche dans des textes grecs anciens (L'Apologie de Socrate par Platon et les Fables d'Ésope), sans y trouver aucun rythme mathématique quelconque.
Refaisant surface après un long silence, les conclusions des experts ayant examiné les travaux de PANINE sont éloquentes :
"L'homme est, en effet, incapable de bâtir un édifice d'une telle harmonie et d'une telle complexité ; tout au plus peut-il en découvrir quelques aspects et s'en émerveiller.".."Cette découverte différencie la Bible de tous les autres livres existants ; cette merveille ne se présente dans aucun autre texte écrit en grec."
Ces conclusions ont été écrites depuis plus de trois générations (la date précise n'est pas rappelée dans la brochure protestante qui les diffuse depuis 1988) mais, à ma connaissance, les clergés catholiques semblent n'y avoir fait nul écho, pourquoi ? Serait-ce parce que l'au-thenticité de la Bible n'aurait pas besoin d'être prouvée ?
Voilà les deux bases de départ des Mathématiciens israéliens. Leurs travaux sur le texte hébreux de la Bible juive ont mis en évidence, non pas les rythmes mathématiques identifiés dans le texte grec du Nouveau Testament, mais des informations littérales.
Celles-ci sont codées par les lettres-chiffres et concernent l'avenir du moment, et ce, jusqu'à notre époque.
Mais rien concernant notre avenir, donc la dernière décennie du 20ème et le 21ème siècle. Que penser de cela ? Qu'il est plus facile de reconnaître des noms comme DREYFUSS ou EICHMANN dans les "sorties" d'ordinateur, que des noms du futur, donc inconnus ? NON ! Le Bon Dieu n'a pas codé d'autres informations de notre futur dans la Bible juive, parce que ces informations, Dieu les révèle en langage clair et précis dans les Messages contemporains et actuels de JÉSUS et de MARIE.
La programmation informatique de recherche, et les résultats, ont été soumis pour vérification au Pr HIPS de l'Université d'Harward, USA. C'est un des plus grands mathématiciens du monde. Après vérification de contrôle par un autre grand mathématicien US, ont été ainsi confirmés en tous points la validité de la méthode de recherche et les résultats obtenus.
Aucune communication officielle n'a encore été faite en Israël ; on ne connaît ces travaux que par les "Documents EXPÉRIENCES" (n° 65 et 73) 29270 CARHAIX" ; les autorités religieuses juives sont-elles embarrassées parce que ces travaux récents, s'ils établissent irréfutablement l'origine divine de la Bible juive, ils ajoutent tout leur impact de conviction... aux travaux de PANINE sur le texte en grec du Nouveau Testament chrétien. Ainsi, par la mathématique avec PANINE et avec l'ordinateur par les mathématiciens juifs, la Bible entière est authentifiée d'origine divine : le texte en hébreux de l'Ancien Testament et le texte en grec du Nouveau Testament, ce qui place la Religion juive devant l'alternative claire et simple :
- Ou bien reconnaître, avec deux millénaires de retard que Jésus-Christ est le Messie annoncé par les prophètes de l'Ancien Testament ; et on comprend que cela puisse leur poser un cas de conscience gravissime ;
- Ou bien faire le silence complet sur l'ensemble de ces travaux en différant leur publication ; pour le moment, on en est là.
Les personnes capables d'interpréter les sorties d'ordinateur ont rédigé leur conclusion dans un langage à portée de notre compréhension :
"Écrire un tel texte (La Bible juive) en tenant compte de toutes ces données, dépasse le cadre d'une existence humaine et dépasse les possibilités du cerveau humain.
"Or, dans toute la Bible juive, on trouve le même phénomène, qu'il est possible de vérifier avec l'ordinateur. Pour que cette structure mathématique soit autre chose que divine, il aurait fallu que ces règles soient respectées de génération en génération d'hommes qui ont écrit la Bible ; il aurait fallu que chaque écrivain biblique soit un super-génie mathématique.
Et qu'il ait tenu compte, non seulement du travail de ses devanciers, mais aussi du travail de ceux qui viendraient après lui jusqu'à la fin de la Bible, ce qui est, bien sûr, impossible."
Si les sciences humaines (sociologie, philosophie et toute la médecine) sont empiriques, donc aléatoires, les mathématiques sont une science exacte qui n'admet aucune exception à ses lois, qui exige la vérification de chaque résultat obtenu, et qui ne laisse place à aucun verbiage. La science mathématique n'a aucune part dans la guerre d'idées menée au siècle dernier contre la Bible par les sciences de la vie, spécialement anthropologie et paléontologie.
De toute éternité, Dieu sait qu'une époque viendrait où Sa Parole serait mise en doute et combattue ; Il sait qu'un jour viendrait où l'homme inventera l'ordinateur ; alors, pendant près de deux millénaires, de Moïse à Malachie pour le texte hébreux, de St Mathieu à St Jean pour le texte grec, Dieu contrôle rigoureusement chaque écrivain biblique, Il inspire l'impérative discipline des copistes juifs et chrétiens pour l'exacte copie-conforme au modèle, ne permettant pas qu'une seule lettre, un seul signe, soit changé ou modifié, IL choisit, pour le Nouveau Testament, le grec qui offre plus de possibilités numériques, alors que le latin, plus répandu à l'époque, sera la langue de l'Église, plus tard.
Et Dieu inscrit, en filigrane de chaque phrase de la Bible, des "modulations" de fréquences mathématiques qui sont les "ondes porteuses" de l'authenticité divine des textes sacrés ; et aussi, dans la Bible juive, des informations concernant, entre autres, le 19ème et le 20ème siècle ! Informations codées depuis plus de 3 millénaires...
Cette découverte sensationnelle aurait dû être à l'origine d'un "scoop" capable de secouer la planète entière. La désinformation l'a enterrée dans le silence : la "raison d'État" pour Israël qui se trouve aussi embarrassé de cela qu'un "canard ayant trouvé un couteau" (1), la désinformation, rampante et imprudemment prudente des experts catholiques, et celle observée par les médias sous tutelle sévère de la Franc-maçonnerie, donc de l'Argent, donc de Satan-l'Adversaire.
On comprend que si cette découverte était venue à la connaissan-ce de tout le monde "civilisé" (donc matérialiste), persuadant chaque homme que Dieu EXISTE, cela aurait produit chez la plupart l'effet d'un électro-choc, amenant chacun à s'interroger sur son avenir éternel, à se libérer du conditionnement à la consommation, à mériter son Salut en faisant de l'apostolat et, pour s'en donner les moyens, à vendre les biens superflus et les actions en Bourse.
----------------------------------------------------------------
(1) : En Israël, un courant messianique juif, de plus en plus étendu, reconnaît en JÉSUS le Messie annoncé par les prophètes bibliques.
Et on imagine sans peine le krach de la Bourse et le gouffre où auraient chuté les Affaires : c'est cela que la désinformation veut retarder le plus longtemps possible. Elle ne retarde que pour mieux sauter.
C'est pour "meubler" ce silence qu'à la même époque (1988-1989) "l'Argent-Hasard", "l'Argent-Jeux" a généralisé son invasion dans les Affaires et surtout dans les médias : inutile de les énumérer, ce serait trop long ; c'est à la même époque que les Médias ont mis leur "caisse de résonance" au service d'une attaque sournoise de dénigrement lors de la datation du St Suaire de Turin ; et c'est à cette même époque qu'une autre découverte sensationnelle a été enterrée dans le silence.

1. 9. Les Damnés de la Terre
En Octobre 1988 les mass-médias* donnent un grand retentissement à la datation du St-Suaire de Turin par la méthode du carbone 14. Depuis des siècles le St-Suaire est vénéré par les catholiques ; il appartenait aux Princes de Savoie et se trouvait à Chambéry jusqu'à-ce que St Charles Borromée en obtienne le transfert à Turin. (* : les informations des masses)
L'examen de cette longue toile de lin montre qu'un corps y a été déposé : toutes les traces du dos sont visibles, des pieds à l'occiput ; puis le restant de la toile a été rabattu sur le corps, de la tête aux pieds, montrant toutes les traces supérieures ; il s'agit du corps d'un crucifié : c'est visible aux pieds. Ce Crucifié est JÉSUS. Comme la crucifixion ne se pratique plus depuis l'époque romaine, on croyait communément que les clous traversaient la paume des mains : tous les crucifix les présentent ainsi ; le St-Suaire montre que c'est le poignet droit qui a été cloué (la main droite, seule visible, étant placée sur la main gauche, cachée).
En 1978 des experts de la NASA américaine ont obtenu du Vatican l'autorisation de soumettre le St-Suaire à des analyses très poussées. Les motivations de cette recherche sont mal connues ; la dominante protestante des USA n'implique pas un intérêt particulier pour les reliques du catholicisme ; faut-il y voir la conséquence "des voix" entendues par certains cosmonautes dans l'Espace ? (verrouillée par la NASA, l'information provient du Capitaine MITCHELL, libéré de son devoir de réserve par sa mise en retraite)..
Les photos de JÉSUS
Des Experts de la NASA sont spécialisés dans l'analyse micro-chimique, dans la spectro-analyse, dans l'interprétation des photos aériennes, dans la photogrammétrie (qui permet d'obtenir des cartes géographiques avec le relief : on a ainsi établi des cartes de la Lune, comme on l'a fait de la Terre ; à partir de deux photos du même sujet ou du même terrain, prises sous deux angles différents, une double projection optique restitue le relief au point de convergence). Les spécialistes de la NASA ont appliqué cette technique en utilisant des couples de photos du Visage marqué sur le St-Suaire.
Le résultat est la photo n° 2, diffusée par une Communauté religieuse italienne ("Comunita Editrice, I 95031 Adrano, CATANIA, Italia") : on y distingue les plis de rangement du Suaire ; mais sur cette photo, le Christ a les yeux ouverts, alors que sur le Suaire, ils sont fermés. Pourquoi ? Selon une information que je n'ai pu vérifier, le photographe de la NASA a fait une série de tirages-papier de l'image restituée (sur le Suaire, les sombres et les clairs sont inversés, comme sur un négatif-photo) : à sa grande surprise, le 7ème tirage montrait les yeux ouverts ; mieux placé que quiconque pour apprécier l'importance de ce signe étonnant (cette expression est la définition du dictionnaire pour le mot miracle), d'athée qu'il était, le photographe devint croyant. J'écrivais cela en 1992 ; or, le 11.04.94, dans un Message dicté à "JNSR" (38) et titré "Enserrés dans Mon Linceul", JÉSUS confirme :
.".. J'appelle aujourd'hui tous ceux qui ont en eux, en leur coeur, l'Image que tu vois devant toi. Oui, celle de Ma Sainte Face. Avec Moi, vous avez été enveloppés dans Mon linceul. Vous avez reçu, avec Moi, la marque de l'Amour. J'ai pris sur Moi vos péchés. Vous avez été, comme Moi, enserrés dans Mon linceul, car il ne pouvait en être autrement puisque Je vous tenais tous serrés contre Moi. Vous avez été ensevelis dans Ma Mort, celle qui a retenu Mon Corps sacré pendant trois jours dans son obscurité. Car vous ne pouviez pas rentrer dans Ma nouvelle Vie sans passer par Ma Mort. Je vous ai fait traverser les Enfers, cet endroit qui retenait vos Aînés jusqu'à ce jour, le Jour de Ma Résurrection. Vous êtes venus les voir et vous leur avez parlé, car Mes Âmes se connaissent toutes puisque le Créateur les a toutes créées à Son Image.
Vois Mon Image sacrée devant toi. Ne la reconnais-tu pas ? Elle est gravée en toi ; au plus profond de toi. Tu la portes depuis ce même jour où Dieu te l'a donnée. Dieu vous l'a donnée à votre création d'Enfants de Dieu à Ma sainte Ressemblance.
Vous avez, vous tous Mes Bénis, cette marque indélébile.
L'homme qui a trouvé, à la NASA, la preuve de Mon Visage sacré, a cru ; car il s'est vu, lui aussi en Ma Sainte Face."
Je vous appelle. Je vous rappelle qui vous êtes. Je vous demande de rentrer en vous et de regarder, avec vos yeux de l'Âme, Ma sainte et adorable Face. Non ! Ni les temps de désordre que vous êtes en train de traverser, ni la fureur de Mon Ennemi,
ni votre indifférence, n'ont réussi à effacer Ma Marque d'Amour en vous." (...)
Ce n'est pas la seule photo de JÉSUS, surnaturelle parce que techniquement inexplicable :
La photo n° 1 a été obtenue en 1959 en Italie du Sud par une américaine venue offrir un Tabernacle au Padre Pio.
Ce don était le résultat d'un voeu pour une Grâce demandée et obtenue. Le Padre Pio agrée le don qu'il place sur l'Autel où il célèbre la Messe. Avant de repartir chez elle, l'Américaine prend une photo du Tabernacle pour en rapporter le souvenir dans son Pays et donne la pellicule à développer. C'est alors que, stupéfaite, elle voit sur la photo le Visage du Christ ; elle vient montrer la photo au Padre Pio qui l'embrasse, les larmes aux yeux, en disant : "C'est mon Jésus !."
En 1977 en France, une dame cède à l'impulsion impérative de faire reproduire par un photographe une vieille photo du Visage de JÉSUS ; une photo si usée que le photographe refuse d'abord le travail, certain de n'obtenir qu'un très mauvais résultat. Et il est stupéfait devant sa parfaite qualité, inexplicable techniquement : d'athée qu'il était, il devient croyant. En 1982, au cours d'un pèlerinage à San Damiano, l'époux de la dame française entend parler de la photo authentifiée par le Padre Pio : il demande à la voir et, stupéfait, constate sa ressemblance parfaite avec celle qu'il possède.
Depuis, il diffuse partout le Vrai Visage de Notre Seigneur JÉSUS-Christ.
Une photo identique a été obtenue en CINQ lieux différents, à CINQ époques différentes ; la 1ère est diffusée par le périodique "PRÉSENCE" avec les précisions suivantes :
"Cette photo du Christ a été obtenue par prodige en photographiant le Tabernacle d'une église catholique dans l'État d'Indiana aux USA. L'authenticité de son origine surnaturelle est confirmée par plusieurs autres photos :
"L'une fut prise par une incroyante venue à Rome en touriste, et qui vit JÉSUS devant elle au moment où elle photographiait la Basilique St Pierre (par la suite, elle se fit Carmélite).
"Une autre photo semblable fut prise par un pilote américain en plein ciel de bataille pendant la guerre de Corée : on y voit JÉSUS, les bras étendus, au milieu des avions et des nuages. [Je me souviens de cette photo publiée par les journaux de l'époque ; je n'ai pas souvenir de la ressemblance, seulement celui de la netteté-photo].
"Avant 1951, une autre a été prise par un Israélite, au cours d'une Apparition du Christ dont il avait été favorisé, et à la suite de laquelle il se fit chrétien, Prêtre et Trappiste.
"Une autre encore fut obtenue par un espagnol incroyant, cuisinier à Marseille, au cours d'une vision de JÉSUS qui l'amena à la Foi catholique.
"Sur toutes ces photos, d'origines si diverses, les traits du Christ sont les mêmes et rappellent étonnamment la Sainte Face de JÉSUS, telle que la révèle la reproduction, en négatif, du Linceul dans lequel Il fut enseveli et que l'on vénère à Turin. Conservez la présente photo comme un trésor."
Compter : cela fait SEPT photos identiques.
Dans la numérique sacrée, le 7 est particulièrement chargé de symboles : les 7 Plaies du Christ en Croix, les 7 jours de la semaine, les 7 Dons du St-Esprit à la Confirmation, les 7 Sacrements, les 7 vertus, les 7 péchés capitaux, le chandelier juif à 7 branches, l'arc-en-ciel aux 7 couleurs que Dieu place dans le ciel devant Noé après le Déluge, en signe de Son Alliance éternelle avec l'Humanité, les 7 notes de musique qui permettent de chanter en choeur les louanges à Dieu.
Et, dans l'Apocalypse, les 7 lettres aux "églises d'Asie", les 7 Anges sonnant les 7 trompettes et ouvrant les 7 sceaux ; etc... Enfin c'est sur le 7ème tirage-photo de la NASA que le Christ a les yeux ouverts.
Le scepticisme étriqué de ceux qui ont peur de croire leur fera objecter au trucage malgré la diversité des époques, des lieux et des personnes ayant obtenu ces photos aux visages identiques mais avec un port de tête légèrement différent (ainsi qu'on le voit sur les photos 1 et 2) : cela est impossible à truquer.
Mais la photo n° 3 n'est pas identique aux deux premières, même si elle est ressemblante ; elle a été obtenue en France à Kérizinen le 3ème jour après Pâques 1972 par une personne venue en pèlerinage en ce lieu.
Là, JÉSUS et MARIE Se sont montrés 71 fois, de 1938 à 1965 à une Paysanne, Jeanne-Louise RAMONET et lui ont dicté des Messages (7) ; là, en 1956 un petit oratoire est édifié par les fidèles : en 1972, c'est la statue du Sacré-Coeur qui a été photographiée dans cet oratoire ; quand la famille venue en pèlerinage constate, au développement de la pellicule, que JÉSUS leur avait fait la Grâce de leur donner Sa photo, ils retournent à Kérizinen et rephotographient la statue : c'est la photo n° 4 où l'on voit, comme sur la photo n°3, les vitres d'une imposte de la porte (qui n'existe plus) de l'oratoire de 1956 qui a été intégré dans l'édifice actuel, beaucoup plus grand.
Les photos n° 5, 6 et 7 ont été obtenues à SAN DAMIANO près de PLAISANCE en Italie. La Vierge MARIE S'y est montrée à une paysanne, Mamma Rosa, à partir de 1964 et jusqu'à sa mort en 1981.
Mamma Rosa a reçu des Messages (8) mais seuls seront connus les Messages publiés jusqu'en 1970 : en effet, devant l'échec des mesures stupéfiantes décidées par l'Évêque de Plaisance pour endiguer l'afflux des pèlerins, il fut interdit à Mamma Rosa de faire connaître les Messages reçus, de quelque façon que ce soit. Elle fut menacée de privation des Sacrements, cela équivalant à l'excommunication ! Sans discuter un abus de pouvoir violant ouvertement la suppression (depuis 1966) de toute censure ecclésiastique, Mamma Rosa obéit. Malgré cela l'afflux des pèlerins est allé croissant, même après la mort de Mamma Rosa (dernière photo). Mais tous les Messages reçus à partir de 1970 ont été verrouillés par l'Évéché au nom de l'obéissance.
La photo n° 5 est celle de JÉSUS, Christ-Roi ; c'est le "Petit Jardin de Paradis" (l'expression est de MARIE) qui a été photographié ; la netteté est faible parce que, souvent, ce sont des copies de copies qui me sont parvenues : si quelqu'un a une meilleure reproduction, MERCI de me la prêter, elle remplacera celle-ci.
La photo n° 6 a été obtenue en 1984 à San Damiano par un jeune homme, résolument athée, accompagnant sa mère venue en pèlerinage ; par dérision il a voulu avoir une photo "de Dévots en prière devant un arbre fruitier" (le poirier miraculeux) ; on imagine sa stupeur devant la photo de JÉSUS, majestueux, debout au milieu de gens à genoux en prière ; et, semble-t-il, avec une hostie sur la tête. Il est utile de préciser qu'il n'y a pas de statue de JÉSUS à proximité du Petit Jardin de Paradis, seulement une grande croix de bois, nue, que l'on voit sur la photo n° 34.
La photo n° 7 montre le Christ, Vivant : IL a les yeux au ciel et Son flanc n'est pas encore percé par la lance de Longin ; derrière la Croix, on reconnaît le Padre Pio vêtu de blanc (de son vivant il était toujours en robe de bure des Capucins) ; cette photo a été obtenue en Juin 1985.
Le Maitreya et l'Antéchrist
Qui pourrait soutenir, raisonnablement, que toutes ces photos, obtenues par des amateurs qui les diffusent isolément, sont des trucages ? Personne ! San Damiano est le lieu de pèlerinage où ont été obtenues plus d'une centaine de photos, aussi inexplicables techniquement. Pourquoi ces photos ? Parce que le Bon Dieu a lancé une vaste campagne d'information pour faire échec au silence des médias et à la "prudence" des clergés ; et cela, pour réveiller notre intelligence abêtie par le Matérialisme "en ce siècle où l'Humanité se précipite vers l'Abîme de la Ténèbre et de l'horreur" (p. 43, dernier §). MARIE nous a précisé que nous vivons les événements décrits par l'Apocalypse (le 17.6.1989 à don Gobbi), ajoutant :
"Alors sera ouverte la porte pour l'apparition de l'homme ou de la personne-même de l'Antéchrist."
Quelle apparence prendra-t-elle : "la personne-même de l'Antéchrist" ? Forcément une apparence humaine. Satan a-t-il ce pouvoir ? Rappelons-nous que JÉSUS dicte à Maria Valtorta que "Lucifer était le plus beau et le plus puissant de tous les Anges, inférieur à Dieu Seul" ; l'orgueil l'a perdu en dépravant son intelligence, mais c'est ce même orgueil qui le poussera à une dernière manifestation fracassante avant qu'il soit mis définitivement hors d'état de nuire, car sa liberté d'action touche à sa fin ; la prophétie est écrite dans l'Apocalypse et "la prophétie ne ment pas", ainsi que le dit MARIE (p. 54, deuxième citation). JÉSUS fait revivre, pour nous devant Maria Valorta, Sa tentation par Satan à la fin de Son Jeûne au Désert ; Maria le voit ainsi ("3", T.2, p. 23) :
"Satan ne se présente pas sous la forme où nous le représentons : avec cornes, queue, etc... On dirait un Bédouin" ..."de la tête, on ne voit qu'un triangle étroit, très brun avec des lèvres minces et tordues, des yeux très noirs et renfoncés d'où sortent des éclairs magnétiques."
Il a donc pris forme humaine et il récidivera. Mais, dans la citation répétée ci-dessus, avant de dire "la personne-même de l'Antéchrist", MARIE dit "l'homme" ; quel homme ?
La syntaxe et le vocabulaire de la Mère du Verbe Incarné sont parfaits ; on l'apprécie dans les textes dictés en français (à Kérizinen, notamment) sans les à-peu-près d'une traduction faisant intervenir un facteur humain : "l'homme ou la personne-même" n'est pas un pléonasme, une répétition : les deux sont donc distincts, mais liés. Un tract diffusé aux USA en 1978 dit :
"En Juillet 1977, Maitreya a émergé de son centre, une vallée de l'Himalaya. Maintenant il est prêt à jouer son rôle de Maître du monde.".."Dans une émission de radio et TV mondiale, Maitreya, le Maître du monde, couvrira mentalement toute l'Humanité simultanément" ... "il ne laissera aucun doute que lui seul est le Christ." Dans l'Évangile (St Matt. XXIV, 22/25) JÉSUS dit :
"Alors si l'on vous dit : "Tenez, voici le Christ" ou "Le voilà", n'en croyez rien. Il surgira, en effet, des faux Christ et des faux prophètes, qui produiront des prodiges considérables capables d'abuser, si possible, même les élus. Ainsi vous voilà prévenus."
Le tract de Maitreya annonce à l'avance un de ces prodiges : "Chacun d'entre nous entendra ses paroles, 'de l'intérieur', dans notre propre langue. C'est une technique de contact télépathique qui atteindra tout le monde, même ceux qui ne regardent pas et qui n'écoutent pas."
Ne regarderont pas seulement ceux qui n'auront pas la télévision ; donc nous verrons le visage de ce Maitreya qui se dit "le Christ" et c'est pour que nous ne soyons pas séduits (= trompés) que JÉSUS nous a donné tant de photos de Son Visage.
Depuis une douzaine d'années, Maitreya recrute ses partisans dans tous les milieux. Il édite un périodique dont le titre anglais est "Share International" (ce qui signifie Partage : est-ce le partage que doit permettre la micro-puce biologique -v. p.32-) et dont le titre français est "Émergence." Deux de ses livres ont été publiés en France où il a un domaine, comme il en a en également en Angleterre. Qui paie ?
Il fait de la Pub pour attirer des adeptes et promouvoir une religion mondialiste qui prétend unir toutes les Religions en y intégrant le spiritisme, la réincarnation, la voyance : "le faux Christ et la fausse église" ainsi que le dit MARIE à don Gobbi (2ème citation, p. 34).
Pour nous convaincre qu'il est bien le Christ annoncé dans l'Évangile, "venu sur les nuées du ciel", Maitreya déclare dans ses ouvrages traduits en français que c'est évident, étant venu en Angleterre par avion ( !..) depuis une vallée de l'Himalaya, "son centre.".. ou le centre de l'Enfer ? C'est de là qu'il a émergé, d'où le titre "Émergence" de son périodique en français.
"Sur les nuées du ciel, par avion" : ne croyez pas que cette pitrerie est trop grosse et ne trompera personne, au contraire cette attaque contre la Majesté du Seigneur ravira tous les athées. Pour le moment, Maitreya est encore "l'homme" en qui Satan, être uniquement spirituel, s'est "incarné" (la possession totale est une incarnation) ; quand il se manifestera mondialement, "l'homme" sera "la personne-même" de l'Antéchrist.
Et cela commence ! Sa publication, "Émergence", datée de 1993 et diffusée en France par Maitreya, expose que celui-ci "apparaît miraculeusement le 11 Juin 1988 à NAIROBI (Kénya) devant une foule de plusieurs milliers de personnes qui le reconnaissent immédiatement comme le Christ, avant de disparaître comme il était venu." Une photo le montre, barbu et moustachu, brun, (JÉSUS est blond) avec une djellaba et un turban blancs ; et la légende précise : "il apparaît sous des formes diverses afin d'être immédiatement reconnu" ( !... ) Puis, le 21 et 22 Avril 1990, "il donne une conférence à LONDRES, apparaissant et disparaissant à plusieurs reprises" : cela rappelle les prouesses des hypnotiseurs qui arrivent à suggestionner l'assistance entière d'une salle de spectacle ; l'un d'eux, ayant fait croire à la montée des eaux d'une inondation, essuya un coup de pistolet d'un spectateur dont la femme "se noyait", ce qui mit fin du même coup à la suggestion hypnotique, et l'on n'eut pas recours au "bouche-à-bouche" pour la "noyée."
En 1991, 1992 et 1993, les "émergences publiques" de Maitreya se multiplient en Europe, en Asie, aux USA, en Afrique", en tout une vingtaine de fois. Mais curieusement, pas encore en France.
Bien sûr, rien de tout cela n'est vérifiable ; mais c'est à surveiller. Dans un Message reçu en Australie par le "Petit Caillou" le 13 Mai 1985, JÉSUS et MARIE citent nommément le Maitreya : "Bientôt Nous laisserons le Démon, le Maitreya, gouverner ce monde et prendre avec lui tous ceux qui sont marqués du signe de la Bête ." Ceci sera la seule citation de "Petit Caillou" dont les Messages que j'ai pu examiner jusqu'en 1988 sont irréprochables ; ensuite, je ne les ai plus reçus, mais depuis 1991 le style de vie de l'intéressé semble ne plus permettre de citer aucun de ses textes.
Après ce long détour, revenons au St Suaire et à la NASA.
Le saint-Suaire de Turin
Une singularité des images portées par le St-Suaire a surpris les photographes de la NASA ; en effet, quand on peint sur un support, papier ou toile, les intensités variables des gris vers le noir sont obtenues par des teintes plus ou moins accentuées en surface : le support peut en être plus ou moins imprégné, mais c'est une imprégnation décroissant en profondeur, alors qu'elle est croissante dans le lin du St-Suaire ; cela permet de saisir la différence : un Peintre passe le pinceau sur l'endroit de la toile, alors que pour le St-Suaire, le Corps qui s'y trouvait enveloppé a laissé sa marque sur l'envers.
Les Chercheurs de la NASA ont identifié, sur le Linceul, des pollens de la vallée du Jourdain, quelques fibres de coton d'une variété propre à la Palestine ; ils ont noté l'absence d'aucun colorant connu, ce qui confirme le constat du paragraphe ci-dessus : les marques du Linceul n'ont pu être laissées que par le cadavre d'un crucifié. Voilà le point des investigations auxquelles les Médias n'ont fait nul écho en 1978 ; ni en diffusant à grand fracas en 1988 une datation n'accordant au Linceul que 7 siècles d'âge.
Cette datation suspecte impliquerait qu'au 13ème siècle un crucifié, couronné d'épines et blessé au flanc, aurait été enveloppé dans un linceul de lin précieusement conservé depuis : conservé forcément à cause de la personnalité du crucifié... lequel n'aurait laissé nulle trace dans la mémoire orale ou écrite de ce 13ème siècle !...
Cette anomalie n'a intrigué aucun des "brillants" Journalistes qui ont donné un retentissement mondial à cette datation fausse ; comme ils sont loin d'être tous idiots, c'est donc qu'ils ont obéi à des ordres supérieurs. Voilà pourquoi aucun journal n'a rappelé les limites et les erreurs flagrantes de la datation au carbone 14.
Les résultats aberrants sont si nombreux que les archéologues ont cessé d'utiliser cette méthode après un engouement passager ayant suivi son invention par LIBBY en 1949 ; quelques exemples de résultats aberrants :
- Le Pr italien PACE écrit : "Le compétent périodique scientifique "Scienze" (n° 22 de 1984) nous fait savoir que des coquilles d'escargots vivants se révèlent, au carbone 14, vieilles de 26.000 ans !...
- Le périodique de recherche géobiologique polaire "Antartic Journal" (Sept.-Oct. 1971) fait savoir qu'un phoque tué à l'instant a été daté de 1.300 ans au carbone 14.
- Le périodique spécialisé "Radiocarbon" (n° 8 de 1986) nous apprend : une peau de mammouth estimée vieille de 26.000 ans par les Paléontologues a été datée de 5.600 ans au carbone 14.
Un spécialiste en la matière, le Dr Michaël WINTER avoue dans "Les nouvelles de Ceshe" du 9.02.1984 :
"Si une datation au carbone 14 confirme nos théories (*), nous la mettons bien en vue dans le texte principal ; si elle les contredit, mais pas entièrement, nous la reléguons en "nota" ; si elle les contredit totalement, nous la cachons à tous."
(*) Une théorie est une explication d'un Fait ou d'un système observé ; elle peut être juste ou fausse, ce que dira la vérification de contrôle quand elle est possible... et quand elle est faite. L'Italien SÉVÉRI a écrit : "On a souvent vu une théorie s'effondrer devant un Fait, mais jamais le contraire" ; en face d'une théorie, il faut toujours se rappeler cette évidence ; et devant l'opinion d'un scientifique contredisant la Bible, il faut se souvenir de l'aveu impudent de ce Pr WINTER : dans les controverses d'idées, les parti-pris et la volonté de dominer sont plus forts que l'honnêteté.
Dans cette datation du Linceul au carbone 14 effectuée par trois laboratoires (à ZURICH en Suisse, à OXFORD en Angleterre, à TUCSON aux USA), l'étude de toute la documentation de référence montre que les Autorités religieuses ont été piégées par une coterie partisane qui les a soumises à un chantage pour obtenir l'autorisation d'effectuer une "datation" du St Suaire : "Si vous n'acceptez pas, c'est que vous n'êtes pas certains de l'authenticité du Linceul."
Et la volonté de discréditer cette authenticité a été imposée, par cette coterie, aux trois laboratoires ; en effet, aucun Scientifique digne de ce nom, aucun laboratoire ne publie un résultat d'expérimentation sans en faire l'analyse critique, rapportée aux résultats antérieurs obtenus par d'autres méthodes, surtout quand elles sont contredites ; et sans citer ni prendre en compte les faits passés susceptibles de rendre très aléatoire la datation.
Dans cette affaire on a l'impression de travaux sur commande avec la consigne : "Nous voulons les résultats, pas les commentaires" ; pas de commentaires sur la méthode de datation, mais par contre beaucoup de commentaires visant à démolir la Foi des croyants ; et les médias ont complaisamment aidé ; quand un délit est commis, il faut toujours chercher à qui profite le crime pour identifier le coupable ; ici, le crime profite aux ennemis de l'Église et des croyants.
Il faut surtout bien noter que les médias n'ont plus jamais reparlé de cette fausse datation.
Et pour cause ! Le British Muséum, qui avait été impliqué dans ce honteux bourrage de crâne, a été obligé d'invalider cette pseudo-datation. Mais là encore, aucun journal n'en a rendu compte... Puis, en Juin 1993, grâce à Mr J-G Bardet dans la mise à jour 1993 de son ouvrage "Le triple Héritage de l'Occident", nous avons la preuve de la "datation-fausse."
En 1990 le Saint-Siège lance un appel à la communauté scientifique pour une reprise des recherches. En 1993, pour tirer la synthèse des travaux, le C.I.E.L.T. (Centre International d'Études sur le Linceul de Turin, 50 Avenue des Ternes, 75017 Paris), organise un symposium qui s'est tenu à Rome du 10 au 12 Juin 1993. Une dizaine d'experts de l'atome (russes, belges, français, américains) constatèrent que le test du carbone 14 de 1988 a été fait dans des conditions irrecevables. QUINZE anomalies ont été relevées dans le déroulement des tests.
La répartition du carbone 14 ne semble pas homogène sur le Linceul  : un facteur d'enrichissement (donc de rajeunissement) a faussé la datation. C'est ce qu'a démontré le savant russe Dimitri Kouznetsov (décoré il y a quelques années de la plus haute récompense soviétique, le Prix Lénine, pour ses travaux sur le carbone 14, justement). Kouznetsov écrit:
"Étudiant l'histoire du Saint-Suaire, je m'aperçois que le Linceul a subi un événement très traumatique, l'incendie de Chambéry en 1532. Je me suis donc proposé de reproduire en laboratoire les mêmes conditions : une atmosphère humide et gazeuse comprenant du dioxyde de carbone, du carbone et de l'oxygène porté à une température de 140 degrés. Puis je me suis mis à la recherche d'une toile de lin antique et je me suis procuré des fils datés de façon sûre et remontant à l'Émir de Boukhara, environ de 750-840 après J.-C. Je les ai placés dans les conditions de chaleur et d'humidité et j'ai fait les examens" ... "Un très important échange entre les gaz de l'air et le tissu est apparu clairement, échange qui modifie le contenu du carbone 14 du tissu.
L'échange est important, de l'ordre d'environ 25% du total. Cela fausse les résultats et soumis au test du radio-carbone, le lin paraît plus récent qu'il n'est en réalité.
"Le travail des laboratoires (ayant effectué la datation de 1988) montre un autre et très grave défaut. Ces Scientifiques n'ont pas tenu compte de l'enrichissement du carbone 14 qui intervient pendant le traitement du lin afin qu'il se transforme en tissu ; la cellulose est modifiée : un polysaccharide augmente et un lipide diminue. En somme, dans ce cas également, on provoque un enrichissement en carbone 14 qui fait paraître le tissu plus jeune."
Le Pr Kouznetsov a alors appliqué au Linceul les deux corrections dont il vient de parler, afin d'établir sa date de fabrication. Il poursuit :
"J'ai pris les résultats de la datation au radiocarbone à la suite du traitement du lin pour qu'il se transforme en tissu, et celui dérivant du fait qu'il avait été soumis à un incendie : le Linceul ne peut pas avoir moins de 19 siècles ; et ne peut absolument pas remonter au Moyen-Age."
C'est pourquoi à l'issue du symposium de Rome, le Directeur scientifique du C.I.E.L.T., Arnaud Aaron Upinski, pouvait dire à l'Abbé René Laurentin (le "Figaro" du 25.06.93) : "Nous avons la preuve absolue de l'authenticité du Linceul. L'identification de JÉSUS est aussi certaine que celle d'un Individu par ses empreintes digitales."
Une précision : les analyses effectuées par les savants de la NASA en 1978 sur le Saint-Suaire de Turin ont établi le groupage sanguin (AB) des sérosités ayant imprégné le tissu du Linceul. On retrouvera ce même groupe sanguin AB à l'analyse des reliques de Lanciano (voir p.106) et d'une Hostie ayant saigné à Paris au Carmel de la Rue Madame (voir p.131). Cette triple cohérence est à souligner.
Enfin, en projet une analyse qui fera date dans l'Histoire du Linceul et du catholicisme tout entier. Dans "Stella Maris" de Décembre 1998, Mr André Catsella (Éditions du Parvis, CH - 1648 Hauteville, Suisse) nous apprend que "le Dr Jean CAUX a demandé le 7 Janvier 1996 au Centre International d'Études sur le Linceul de Turin, une analyse génétique du Sang du Linceul, pour savoir si ce Sang comportait ou non, comme le nôtre, 24 gênes paternels et 24 gênes maternels. Le Dr Jean Caux suppose fortement que l'examen de l'A.D.N. réservera d'étonnantes surprises, ce que le texte dicté par JÉSUS le 20 Mai 1949 à Maria Valtorta, laisse également entrevoir." Et le Dr J. Caux propose que la même analyse génétique soit effectuée sur le Sang de la Relique de Lanciano et de la Sainte Ampoule de Bruges (sur laquelle je ne sais rien).
Voici ce texte dicté à Maria Valtorta dans les "Quaderni" (plus de 2.000 pages) qui n'ont été publiés qu'en italien :
"Mon Saint Suaire, ô Maria, pour qui sait voir, ne témoigne pas seulement que Je suis vraiment mort et Ressuscité, mais aussi comment J'ai été conçu et que Je ne suis pas né selon les lois de l'humanité.
Mon Saint Suaire est donc une confirmation des vérités que Ma Religion vous enseigne : Ma Conception par l'opération du Saint Esprit, la divine Maternité de MARIE, Sa perpétuelle Virginité, Ma Passion, Ma Mort et Ma Glorieuse Résurrection.
Mais cela ne constitue une confirmation que pour ceux à qui il est donné de voir dans la Lumière de Dieu."
Il est évident que si ces analyses génétiques identifient deux chaînes chromosomiques identiques, ce sera la preuve scientifique irréfutable de la divine Conception de JÉSUS, donc de la miraculeuse Maternité de MARIE et de Sa Virginité perpétuelle, car nous verrons plus loin que la Naissance de JÉSUS n'a pas été soumise "aux lois de l'humanité." MARIE toujours Vierge, avant et après la Nativité, et perpétuellement.
Mais certains choisiront de mourir idiots plutôt que de l'admettre ! Prions tous afin qu'ils ne soient pas trop nombreux...
En ces dernières années, les attaques contre la Foi se sont multipliées : les films blasphématoires "La dernière tentation du Christ" et le "Je vous salue MARIE", par exemple, qui ont pris la relève des "don Camillo" où le comique n'est pas sans arrière-pensées de dérision ; dans la pub, où l'on associe le Bon Dieu à une marque de macaronis, où un Comédien en soutane singe un dialogue avec le Père Éternel ; vous avez été témoin d'un tel dialogue banal ; l'intention sous-jacente est de vous faire penser : "fiction" ; le but réel est de vous pousser à faire l'amalgame si vous lisez des citations de vrais Messages, comme ceux qui servent d'appui à ce texte.
La manipulation des consciences
Ce n'est pas faire ici à l'auteur des "don Camillo" un procès d'intention injustifié : dans l'écriture, dans la musique, l'inspiration est inséparable de la création. C'est un apport "mystérieux" qui émerge dans la conscience de l'écrivain ; tel, "en panne d'inspiration" tente de l'avoir grâce à l'alcool, tel autre avec la drogue ; à notre époque qui ne croit plus ni en Dieu ni en Diable, rares ceux qui savent que les bonnes inspirations viennent de Dieu, et les mauvaises du Diable, suivant l'état d'âme du sujet, suivant son style de vie qui place la conscience sur la "longueur d'onde" du Ciel ou celle de l'Enfer.
La "musique" ROCK est l'exemple même d'une inspiration intégralement satanique.
Les paroles des chansons rock sont, presque toujours, un appel lancinant à l'Enfer : heureusement qu'en France, ceux qui en sont friands n'en comprennent généralement pas un mot ; mais malgré cela, ces chansons sont nocives à cause des messages subliminiques surajoutés à la bande "son."
On appelle message subliminique un stimuli, une impulsion, qui n'est pas perçue par le conscient, mais qui est décodée par le subconscient ; ainsi, dans un film quelconque le mouvement continu est obtenu par 24 images à la seconde, l'oeil ne voyant plus les différences entre chaque image ; si on intercale une image étrangère après chaque série de 24 images du scénario, l'oeil ne la voit pas mais le subconscient réagit au message de toutes ces images étrangères.
Cependant, alors que le conscient n'a vu et compris que le film, le message subliminique caché est perçu ; des tests ont prouvé l'efficacité de cette pratique qui est rigoureusement interdite dans notre Pays, mais QUI vérifie chaque film ?
Ce que le film peut permettre avec des images parasites, le ROCK veut le faire avec des paroles et un rythme syncopé enregistrés à l'endroit et avec des invocations sataniques surajoutées, perçues sur la bande magnétique passant à l'envers. Cela semble bien compliqué et peu efficace, mais l'intention est là, mauvaise. Rien n'est fortuit, tout est prémédité dans ces temps de l'Apocalypse que nous vivons ; un crime avec préméditation est un assassinat.
"On" essaie d'assassiner Dieu dans la pensée humaine ; les assassins ne sont que les exécuteurs, drogués par l'orgueil et l'argent, téléguidés, manipulés par l'Adversaire, SATAN. Le mot assassin vient de l'arabe "hachàïchï" qui signifie "fumeur de hachich" (herbe en arabe, "H" dans le vocabulaire des drogués) ; en Turquie moyenâgeuse, le Vieux de la Montagne lançait un "Hachàïchï" bourré de drogue sur la victime à exécuter. Tous les assassins de la Terre ne sont coupables qu'au second degré ; en fait ce sont des victimes du seul et vrai coupable, Satan qui les a réduits en esclavage en pourrissant leur capacité de jugement et de choix. C'est pour cette raison que JÉSUS dit, dans l'Évangile (St Luc, VI, 27/28) :
"Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent, bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous diffament." Cela, JÉSUS le répète à Marguerite (6), le 13.03.1967 :
"Aimer ceux qui t'aiment n'est d'aucun mérite. Mais aimer ceux qui te font du mal, c'est gagner le Ciel et le Coeur de ton Dieu."
Comment "aimer ceux qui nous font du mal" ? Comme nous le faisons quand nos enfants nous déçoivent, nous trahissent, nous injurient : en priant le Bon Dieu de changer leur coeur, de les remettre dans le droit chemin.
Quand nous ne savons plus que faire, ni comment faire, alors reste l'ultime recours à Celui qui peut tout. Et quand nous croyons savoir que faire, il est infiniment plus prudent et plus efficace de prier Dieu, avant de faire, en Lui disant : "Aide-moi à bien faire."
Quel père humain resterait sourd à une telle prière de son enfant ? Aucun. Notre Père du Ciel entend toutes les prières : comme Il a un "bas-parleur" dans notre conscience pour nous guider, Dieu dispose en nous d'un "capteur" qui enregistre, dans la Mémoire divine, toutes nos pensées, nos paroles et nos actes. JÉSUS dicte à Marguerite (6) le 10.10.1966 :
"Mes yeux sont posés sur vous, Mes enfants ; ils ne vous quittent pas ; ils sondent vos Âmes et scrutent vos pensées ; rien ne leur échappe."
De vrais parents observent, écoutent, veillent, surveillent leurs enfants. Notre Père du Ciel agit ainsi et mieux, bien mieux, sans cesse. Surveiller, veiller attentivement. Veiller sur ceux qui dorment, gavés d'images obscènes, abrutis de paroles vaines et triviales ; Il peuple leur sommeil de rêves prémonitoires, ou en forme d'électro-chocs pour réveiller leur intelligence anesthésiée par les distractions et les jeux. Voilà ce que le Bon Dieu fait pour nous, Ses enfants.
Pour vous aider à vous laver de la confusion qu'a pu induire en vous la datation fausse du St-Suaire, voici un bain de Vérité et d'émotion. Le Bon Dieu a montré la Mise au Tombeau de JÉSUS, à Catherine Emmerich dans "Visions" ("9", T.3, p. 356 et 357) :
"MARIE Se jeta à genoux auprès de la tête du Seigneur, plaça au-dessous un linge fin qu'Elle avait reçu de la femme de Pilate.".."MARIE enveloppa toute la tête et les épaules avec le linge fin.".."Enfin, ils (les hommes présents à la Sépulture : Jean, Nicodème et Joseph d'Arimathie) placèrent le Corps sur un grand drap de six aunes (*) que Joseph d'Arimathie avait acheté, et l'en enveloppèrent encore."
[(*) : estimation de la Voyante ; une aune correspond environ à 1 m,20)]. Et voici qu'apparaît l'Image marquée sur le Linceul, au moment de la mise au Tombeau :
"Tous se pressaient autour du Corps de JÉSUS pour Lui adresser un dernier adieu, lorsqu'un prodige touchant vient frapper leurs yeux : le Corps sacré du Seigneur, avec toutes ses blessures, leur apparut dessiné sur le drap qui Le couvrait.".."Leur étonnement augmenta encore lorsque, en soulevant le drap, ils trouvèrent toutes les bandelettes du dessous aussi blanches qu'auparavant ; le drap supérieur, seul, portait l'empreinte de la figure du Seigneur ; c'était un portrait miraculeux, un témoignage de la Divinité Créatrice toujours présente dans le Corps du Seigneur."
Le Bon Dieu ne fait pas revivre cette scène devant Maria Valtorta ; cette obscurité résulte "des pensées divines qui sont toujours justes et sans appel" (déjà cité, 4ème §, p. 43).
On peut entrevoir deux raisons à cette omission ; d'abord pour éliminer l'objection disant que Maria Valtorta, influencée par l'ouvrage antérieur de Catherine Emmerich, aurait romancé la scène ; ensuite, comme pour chaque obscurité, afin d'écarter les méfiants et les suffisants braqués sur une "contradiction."
Quelque temps après l'Ascension de Notre Seigneur, MARIE et Jean se rendent au Sépulcre à proximité du Golgotha ; Maria Valtorta ("3", T.10, p. 242) entend MARIE dire à Jean combien Elle regrette de ne pas avoir le Linceul en souvenir de ce moment ; à quoi Jean répond :
"Nous aurions dû retirer les linges, mais nous étions tellement secoués par tous les événements de ce jour que nous n'y avons pas pensé. Quand nous sommes revenus ici, il n'y avait plus de linges."
Puis, p. 243 à 249, est revécue devant Maria Valtorta la remise du Linceul à MARIE par Joseph d'Arimathie, Nicodème et Lazare. Avant de présenter le Suaire à MARIE, Nicodème La prévient :
"Sache que plus les jours ont passé, et plus Sa figure est apparue nettement, comme elle était après qu'on l'a eu lavée ; quand nous l'avons enlevée du Tombeau, elle paraissait simplement avoir conservé l'empreinte de Ses membres couverts par les huiles auxquelles s'étaient mêlées des traces de sang et de sérosités venant de Ses nombreuses blessures. Mais, ou bien par un processus naturel, ou, ce qui est bien plus certain, par une Volonté surnaturelle, un de Ses miracles pour Te donner une joie, plus le temps avançait et plus l'empreinte devenait précise et claire. Il est là, sur cette toile, majestueux bien que blessé, serein, paisible même après tant de tortures. As-Tu le courage de le voir ?."
(MARIE) : "Oh ! Nicodème ! Mais c'était mon suprême désir ! Tu dis qu'Il a l'air paisible... Oh, pouvoir Le voir ainsi et non avec cette expression torturée qu'Il a sur le voile de Nique (*)", répond MARIE en joignant les mains sur Son coeur."
-----------------------------------
[(*) : NIQUE, ainsi que Maria Valtorta entend MARIE la nommer, est cette femme que nous connaissons sous le nom de VÉRONIQUE. Sur le chemin du Calvaire, elle présenta à JÉSUS chargé de Sa Croix un linge qu'Il a placé de Sa main gauche sur Son Visage, douloureux et sanglant, qui s'est imprimé sur le tissu ; cette relique est pieusement conservée en Italie, à Gènes.]
"Alors les quatre (Jean, le fils donné à la Mère aidant les trois autres) déroulent lentement la longue toile. On voit d'abord la partie dorsale en commençant par les pieds puis, après la quasi-jonction des têtes, la partie frontale. Les lignes sont bien claires, et claires les marques, toutes les marques de la Flagellation, de la Couronne d'Épines, frottements de la Croix, contusions des coups qu'Il a reçus et des chutes qu'Il a faites ; et les blessures des clous et de la lance."..
Le Linceul, tel que l'ont vu Catherine Emmerich et Maria Valtorta, les précisions données par Nicodème, tout correspond exactement au St Suaire de Turin ; il n'y a aucun doute là-dessus. Quant aux divergences du moment de la marque du Corps du Christ sur le Linceul (Anne-Catherine Emmerich la voyant au moment de la Mise au Tombeau et Maria Valtorta entendant Nicodème déclarer que cette Image se fit de plus en plus nette avec le temps), il faut noter que, dans les deux cas, il y a un Miracle dans le Miracle, et que le résultat final est rigoureusement identique. Encore une fois, les divergences de détail sont là pour piéger la méfiance et faire gagner des mérites à la confiance "de ceux à qui il est donné de voir dans la Lumière de Dieu."
Ne nous trompons pas "de cible", ainsi que disent nos pauvres amis communistes ; les promoteurs de cette datation-bidon ne sont que des marionnettes dont les ficelles sont tirées par Satan. Cette attaque sournoise contre la Confiance des catholiques dans le pouvoir d'intercession des reliques, elle ne profite en rien à ceux qui l'ont commise, elle ne leur apporte que la joie mauvaise de détruire ; par contre elle bénéficie à l'Enfer qui essaie de priver les croyants de tout secours dans le découragement qui est l'arme maîtresse de Satan, l'Adversaire du genre humain. JÉSUS dicte à don Ottavio (1), le 22.11.1975 :
"L'Histoire du Monde repose toute sur la lutte entre Satan et Dieu. Dieu est combattu dans Ses Créatures par Satan et ses nombreuses légions. Satan sait bien qu'il ne peut affronter Dieu directement. Alors il Le combat indirectement dans le genre humain."
De nombreuses reliques de la Passion de JÉSUS sont dévotement conservées dans beaucoup d'églises du monde ; et particulièrement en France d'où sont parties les Croisades vers la Terre Sainte. Des morceaux de la Croix, des Épines de la Couronne, la Tunique que portait JÉSUS en montant au Calvaire (elle se trouve à Argenteuil), la "chemise de MARIE", plus précisément la pièce de toile fine qu'il en reste, et qui est exposée dans le Trésor de la Cathédrale de Chartres. Va-t-on assister à une offensive généralisée contre l'authenticité de ces Reliques ?
Et devant le "tam-tam" des médias, verrons-nous encore les réactions "chèvre-chou" de membres du clergé invités par la télé à donner leur avis, comme ce fut le cas pour le St-Suaire.
Avec "Les versets sataniques" de Salman RUSHDIE, c'est l'Islam qui a été outragé dans sa Foi ; la condamnation à mort de l'écrivain par Khomeyni a fait l'objet d'un débat à la télé, où le Cardinal DECOURTRAY est intervenu : "L'Église de France se prononce avec la même vigueur contre cet appel au meurtre ET contre l'outrage infligé aux croyants de l'Islam", établissant le parallèle avec l'outrage infligé aux chrétiens par le film de SCORSÈSE : "La dernière tentation du Christ." En suite de quoi, le lendemain sur La 5, on a entendu un père jésuite déclarer avec la dernière impudence qu'il s'agissait-là d'une réaction sectaire. Cela confirme deux comportements en général peu connus :
- Le premier, c'est celui des journalistes de la télé ou de la radio qui choisissent les intervenants les plus susceptibles d'accroître tout scandale. Cela, c'est le résultat de la prostitution à l'audimat, l'indice d'audience (l'argent de la publicité en dépend), à quoi s'ajoute leur obéissance aux ordres de leurs patrons inféodés à la Franc-maçonnerie ; il ne pèse plus rien le slogan de la "liberté de la presse" et de l'impartialité de l'information devant les "poids lourds" du "fric."
- Le second, c'est le comportement surprenant de certains jésuites qui participent activement aux attaques contre l'Église ; et parfois, ça se voit.
Il faut être lucides : les escrocs qui ont commandité la datation-bidon au carbone 14 du Linceul (car les laboratoires ne travaillent pas pour la gloire), le cinéaste SCORSÈSE, l'écrivain RUSHDIE, et KHOMEYNI n'ont été que des pantins manipulés par La Bête. Rabaisser les deux plus grandes (1) Religions du Monde fondées sur l'Ancien Testament, le Christianisme et l'Islam, pour les réduire au rang de philosophies vaguement déistes et sujettes à caution, cela a pour but de les rapprocher du polythéisme bouddhiste, chinois, zen ; l'ensemble formant la religion mondialiste prêchée depuis des années par MAITREYA.
Et le Maitreya ne recule devant aucun moyen "d'unification" puisqu'il y intègre les objets de l'engouement populaire comme l'astrologie, la voyance commerciale, la parapsychologie, le spiritisme et la réincarnation, les sorciers et les gourous.
L'implosion de l'URSS et du communisme a donné naissance à la C.E.I. (Communauté des Etats Indépendants) ; au début de 1992, et pour la première fois depuis 1917, le Noël orthodoxe a été librement _________________________
(1) : "les deux plus grandes" par le nombre de leurs Fidèles, sans que cela implique une quelconque égalité comparative de l'authenticité divine.
célébré ; le 19 Août 1917, (2ème Secret de FATIMA) la Vierge MARIE avait promis, avant que l'URSS existe :
"La Russie se convertira", après avoir dit : "La Russie répandra ses erreurs dans le monde, provoquant des guerres et des persécutions contre l'Église."
Et, devant la pénurie endémique qui menace d'évoluer en famine, devant les nationalismes qui risquent d'opprimer les minorités ou de se dresser l'un contre l'autre, le seul remède d'attente, une massive aide alimentaire de l'Occident, est bloquée par des questions d'argent. Tous les experts de l'Économie semblent n'avoir pas compris qu'il est plus économique de se débarrasser de notre superflu en ressources alimentaires stockées (un stockage coûteux), de relancer la production au lieu de la limiter, plutôt que de réparer les destructions de guerres locales éventuelles, éventuellement nucléai-res : la dissémination des armes nucléaires est un fait nouveau dans l'ex-URSS ; l'Ukraine, par exemple, dispose d'un potentiel nucléaire 7 fois plus grand que celui de la France et de la Grande Bretagne réunies  et, en cas de conflit, les retombées radioactives seraient néfastes à toute la planète.
Se souvenir de TCHERNOBYL (qui signifie "Absinthe" en russe : Absinthe est le nom de l'astre chevelu, une comète, notée dans l'Apocalypse, VIII, 10-11). Deux des réacteurs, après avoir explosé, ont été recouverts d'un sarcophage en béton qui se fissure, les deux autres sont toujours en service, l'Ukraine n'ayant pas les moyens de les arrêter ; car l'électricité encore produite leur est indispensable et l'argent manque pour le coût de la neutralisation en cas d'arrêt. Or il y a, dans la C.E.I., 16 centrales nucléaires du type "Tchernobyl", mal entretenues faute de crédits, et l'une ou l'autre peut exploser à tout moment ; mais l'argent manque pour les arrêter et les remplacer par de plus modernes et moins dangereuses. Les Occidentaux, appelés à l'aide dans ce but, ont fait la sourde oreille, choisissant d'investir des milliards de dollars dans la "conquête spatiale", admettant le risque de retombées radioactives. Et si cela se produit, on nous mentira effrontément, comme la première fois, en affirmant que la pollution s'est arrêtée à nos frontières !... Ceux qui gouvernent nous prennent vraiment pour ce que nous sommes : des veaux.
La Trilatérale
Or les économistes occidentaux, presque tous intégrés à la Commission Trilatérale, un "club" de financiers et d'économistes internationaux, fondé par le financier (US) David ROCKFELLER, ne semblent plus maîtriser l'Argent qui a acquis une vie personnelle et qui se défend contre tout "gaspillage".
La "haute finance" (sans le savoir ?) met en place actuellement, à l'échelle planétaire, ce qui s'est produit en 1929 lors du KRACH de Wall-Street aux USA : la pression sur la Bourse, les achats à découvert, ont abouti au gouffre de la faillite d'où sont sortis le Nazisme et le Fascisme, la 1ère crise économique mondiale et la 2ème guerre mondiale ; celle-ci avait été prédite en 1917 à Fatima par la Vierge MARIE. Je pense que c'est un risque calculé de l'oligarchie financière pour mettre K.O. tous les Politiques de la planète et diriger le Monde entier. Bien que cela ne soit pas claironné, on sait que pendant la 2ème Guerre mondiale, financiers et industriels US ont approvisionné les Alliés et les Nazis...
Pourquoi ce nom bizarre, trilatérale, pour ce club d'économistes de 3 Puissances (USA, Europe, Japon), fondé par David Rockfeller ? Il semble que ce soit une allégeance à la Franc-maçonnerie qui a un triangle parmi ses symboles (et la triade Satan, Lucifer, Belzébuth, qui singe la divine Trinité).) La Trilatérale a pour objectif de maîtriser le pouvoir politique pour diriger toutes les décisions économiques à l'échelle planétaire. En 1976, cette "association" ne comportait que 70 membres : 18 d'entre eux faisaient partie du gouvernement CARTER. En 1980, Ronald REAGAN dénonce Georges BUSH, membre influent de la Trilatérale. Candidat à un second mandat en 1984, Reagan choisit Busch comme Vice-Président et il est réélu ; en 1988, c'est Busch qui accède à la présidence des USA.
En 1974, en France, GISCARD est élu Président ; en 1976, il nomme BARRE au poste de 1er ministre : Giscard et Barre sont membres de la Trilatérale ; qui d'autre en fait partie ? La discrétion est de rigueur, mais cela nous montre que l'Argent contrôle le Politique (donc bien des Associations qui "ne crachent pas" sur les subventions), comme il contrôle aussi les médias : une pieuvre qui interdit aux économistes la générosité de donner des moyens de survie paisible aux Peuples qui ont été libérés du communisme... par qui ?
Un TROU vers l'Enfer
Cette question amène à l'esprit le nom de GORBATCHEF. Mais quelles circonstances, à partir de 1989, ont conduit le Maître du Kremlin à se dégager de l'Afghanistan, à tolérer la démolition du Mur de Berlin et à laisser les États satellites de l'Europe de l'Est à se libérer du joug communiste ? Les difficultés économiques n'expliquent pas tout. Au cours d'une de Ses Apparitions publiques en Ukraine, MARIE a promis le 14 Mai 1987 que ce Pays "recouvrerait sa liberté dans la prochaine décennie" : moins de 5 ans après, cette promesse est réalisée.
Mais il y a eu un deuxième FAIT, soigneusement enterré dans le SILENCE par les médias de l'Est, comme de l'Ouest, c'est la découverte de l'Enfer par les Soviétiques en Sibérie occidentale, fin 1989. Et cela, au cours de forages profonds près de MOURMANSK, dans la presqu'île de KOLA qui jouxte la Finlande sous le Cercle polaire arctique. Dans ses éditions du 31.05 et 6.10.1989, du 26.10.1990, le Figaro a rendu compte de ces forages profonds de la croûte terrestre, effectués aux USA, en Allemagne et en URSS (et là, sans une seule référence à l'Enfer).
À Mourmansk le forage avait pour objectif de surveiller les plaques lithosphériques dont les mouvements génèrent les séismes ; le moyen de contrôle est la descente, au fond du forage le plus profond possible, d'un capteur de vibrations (un micro est un capteur de vibrations sonores) connecté à un enregistreur en surface.
"Nous avons percé la voûte de l'Enfer"
tel est le titre du reportage effectué à HELSINKI (Finlande) par le journaliste US Stan Miller et publié le 24 Avril 1990 par l'hebdomadaire américain "WEEKLY WORLD NEWS" :
"Des Scientifiques qui ont fait un forage de 15 Km de profondeur pour étudier le mouvement des plaques continentales sous la surface terrestre, prétendent avoir découvert l'enfer. C'est la nouvelle publiée dans le respectable journal finlandais AMMENUSASTIA, et révélant ceci :
"le Géologue soviétique Dimitri AZZACOV a dit qu'une créature terrifiante ailée s'échappa du tubage, avant que les microphones fussent mis en place révélant les hurlements de douleur des Damnés" "En tant que communiste, je ne crois ni au Ciel, ni à la Bible, mais en tant que scientifique, je crois maintenant à l'Enfer", dit le Dr AZZACOV. "Point n'est besoin de dire que nous eûmes un choc de faire une telle découverte. Mais nous savons ce que nous avons vu et ce que nous avons entendu. Et nous sommes absolument certains que nous avons atteint la voûte de l'Enfer."
Et AZZACOV témoigne :
"Arrivée à 15 Km de profondeur, la colonne de forage commença à tourner librement, montrant que le trépan était arrivé dans une large cavité ou caverne. Les sondes thermométriques indiquèrent alors une hausse subite de chaleur : 1.100° c.
Après avoir remonté la colonne de forage, nous ne pûmes en croire nos yeux : une créature pourvue de crocs avec d'énormes yeux terrifiants, diaboliques, est apparue dans un nuage gazeux et a hurlé comme un animal sauvage avant de disparaître. Quelques ouvriers et techniciens s'enfuirent mais ceux qui restèrent voulurent en apprendre davantage.
Nous avons descendu au fond du tubage un micro destiné à enregistrer le bruit de plaque lithosphérique en mouvement. Mais au lieu de cela, nous avons entendu une voix humaine qui hurlait de douleur de façon perçante. Tout d'abord nous avons cru à une défectuosité de notre matériel. Nous l'avons remonté, vérifié, redescendu et nos pires soupçons furent confirmés : ce n'étaient pas les hurlements d'une seule personne, c'étaient les cris perçants de douleur de millions de personnes. Fort heureusement, nous avions mis en route l'enregistreur et nous possédons ces hurlements de cauchemar enregistrés sur cassette. A ce stade, nous avons arrêté le forage et cimenté le trou. Il est certain que nous avions découvert quelque chose qui était au-dessus de notre compréhension."
Selon le Journal AMMENUSASTIA, "les Autorités soviétiques ont refusé tout commentaire, les reportant à plus tard."
Une autre publication US ("The Last Days Ministries") avait publié l'information le 14 Février 1990 ; le 2 Avril suivant, elle donne des précisions complémentaires avec la traduction d'un article du "Asker og Baerums Budstikke", le plus important journal de Norvège ; c'est l'interview de BJARNE NUMMEDAL, le sismologue en chef de l'équipe norvégienne participant au forage de Mourmansk :
"La découverte des voix humaines dans cette cavité a tellement choqué les soviétiques que, tout d'abord, ils ne surent que faire avec les membres étrangers.".."Nous fûmes tous licenciés deux jours après cette découverte. Les soviétiques avaient terriblement peur que nous propagions les nouvelles de cette découverte et un représentant du Ministre des Affaires Religieuses nous remit à tous une grosse somme en prix de notre silence ; nous fûmes contraints d'accepter (de retour en Norvège, je fis don de l'argent à une oeuvre de charité). Ce qui a surtout effrayé les soviétiques, c'est cette hideuse créature intelligente, avec de grandes ailes de chauve-souris, embrasée de flammes sur le fond sombre du ciel sibérien, et qui a crié en russe : "Je vous ai conquis."
"Ce fut absolument terrible, les soviétiques crièrent de terreur", dit NUMMEDAL. Plus tard un chauffeur qu'il connaissait lui révéla qu'un sédatif connu pour effacer la mémoire à court terme, avait été administré au personnel russe."
Voilà l'information sensationnelle qui n'a été publiée en détails que par des journaux finlandais et norvégiens, et reproduits seulement par un hebdomadaire et une publication à faible tirage US. Tous les médias français ont fait le silence le plus complet ; or les médias sont tous en liaison permanente par téléscripteur avec les grandes agences de presse qui ont forcément diffusé l'information.
Mais la censure de la Franc-maçonnerie est intervenue efficacement et, ce qui serait surprenant si on ignorait l'infiltration maçonnique dans les Églises, les clergés catholiques et les responsables protestants du monde entier ont observé le même silence que les marxistes : l'Enfer dispose de beaucoup d'alliés dans le monde, même s'ils ne sont pas conscients de cet état de fait.
Dans l'exposé ci-dessus des Faits, on ne trouve aucune contradiction avec les données de la science et ce qu'enseigne la Religion. Selon la Science, le "degré géothermique" est de 33 mètres (1° de plus par 33 m de profondeur en sous-sol) ; à 15 Km de fond, la température mesurée aurait dû être de 454° supérieure à celle de la surface (15 Km divisé par 33 m = 454) ; c'est pour cela que les 1.100° mesurés à Mourmansk sont, selon AZZACOV, une "hausse subite" : c'est un constat, non une contradiction.
NOTA : Au cours de l'été 1994, un correspondant me téléphone pour me fournir "un complément d'information" sur ce sujet :
"Au cours d'une émission à la télévision, un des intervenants a déclaré que cette histoire d'un trou vers l'Enfer en Sibérie occidentale, ne serait qu'un canular monté de toutes pièces."
Donc, ce correspondant m'invite à effectuer, auprès des journaux finlandais et norvégiens dont j'ai cité des extraits ci-avant, les contrôles de validité des informations que je publie. Je reconnais que c'est une démarche que j'aurais dû faire, mais le temps et les moyens m'ont manqué ; le temps, car je suis débordé de travail au-delà de l'imaginable depuis des années, parant toujours au plus pressé qui n'est pas forcément le plus important ; les moyens, parce que je n'écris que le français.
En Mai 93, je reçois d'une correspondante des USA un article du "Weekly World News" du 2 Mars 93, publiant une photo de JÉSUS prise le 1er Février 93 dans le ciel de Somalie près de Mogadiscio. Je n'en ai fait qu'une diffusion très restreinte en recherche de confirmation ; j'ai mis nombre de personnes à contribution, dont un journaliste parisien, bien placé pour obtenir par FAX confirmation auprès des journaux de Mogadiscio, et qui n'a plus donné signe de vie. J'avais écrit dans le même sens au Affaires Étrangères à Paris et à l'Ambassadeur de France à Mogadiscio : aucune réponse. Puis, dans le n° 8 de "Infos du Monde" est publiée la même photo de JÉSUS, mais datée du 2 Mai 1994. Le 15 Mai 94, j'écris au Rédacteur en Chef, Mr Gaël Bernard, qui n'a jamais répondu.
C'est le même "Weekly World News" qui a publié l'information sur le forage de Mourmansk : ou bien l'information est authentique, ou bien il faut avoir un sacré culot pour y faire référence à des journaux finlandais et norvégiens.
Et l'accusation de "canular" ne serait qu'un contre-feu de la désinformation SI l'information est vraie ; or elle est probablement vraie, car la photo de Somalie, publiée par le même hebdo en Mars 93, a été confirmée par un Message de JÉSUS à "JNSR" le 13 Avril 93. Et une des raisons d'être d'un journal à canulars comme "Infos du Monde", outre de "faire de l'argent", serait de semer le doute et la confusion dans tous les esprits. C'est ce même "torchon", dans son n° 9 du 6 au 12 Mai 1998, qui publie un article diffamatoire sur double page intérieure accusant le Saint-Père de bigamie ( ! ) avec la mention, en grosses lettres rouges : "Quel cochon !" Voilà la liberté de la presse, telle que certains l'utilisent : depuis leur niche où ils sont enchaînés (et à l'abri), aboyer de loin après la caravane qui passe trop loin pour les entendre. Le succès international des Journées Mondiales de la Jeunesse à Paris en 1977 (JMJ sont aussi les initiales de Jésus, Marie, Joseph), cela a dû faire grincer des dents à "plusieurs."
Selon la Religion, l'Enfer EXISTE ; la Bible en parle sous le nom de "géhenne" ou de "mer de feu et de soufre" ; et l'Évangile cite les démons chassés par JÉSUS du corps des possédés.
L'Enfer EXISTE, bien que les Prêtres français, depuis Vatican II, n'en disent plus un mot dans leurs homélies à la Messe. Que penserait-on des médecins s'interdisant de prévenir du SIDA ?
En St Matthieu (VIII, 28 à 34) est relaté l'exorcisme pratiqué par JÉSUS sur deux possédés gadaréniens ; et, par la voix des Possédés, avant d'être expulsés les démons crient :
"Que nous veux-Tu, Fils de Dieu ? Es-Tu venu ici pour nous tourmenter avant (*) le temps ?.".."Si Tu nous expulses, envoie-nous dans ce troupeau de porcs."
(Et les porcs se précipitent dans le lac où ils se noient). Ici, les démons demandent à être envoyés dans des porcs ; ne pourraient-ils le faire sans permission divine ? Je le pense, car une bête, uniquement soumise à son instinct, ne peut commettre de péché ; c'est par la fissu-re du péché (qui peut s'ouvrir toute grande en appel) que le démon peut tarabuster, obséder ou posséder un homme. Sauf le cas d'une Âme-victime en mission (les frères Burner que nous verrons ci-après), Dieu ne donne jamais au démon la permission de nuire à l'homme.
Ces démons-là ne veulent pas retourner en Enfer sans causer une tribulation aux Gardiens du troupeau qui sera noyé et les habitants du lieu prient JÉSUS de n'y plus revenir.
--------------------------------------
(*) : Avant le temps ; les démons savent qu'un Temps viendra, celui décrit par l'Apocalypse, où les démons seront définitivement chassés de la surface de la Terre.
Pourquoi JÉSUS a-t-Il permis cela ? Pas seulement parce que le porc est un animal immonde selon la Religion juive, ce qui serait déjà une raison. Je pense que c'est, dans la suite des siècles, pour qu'une intelligence humaine s'interroge sur ce passage de l'Évangile et rappelle que les démons sont, comme toutes les créatures intelligen-tes, sous le contrôle absolu du Créateur, ce qui est un facteur d'Espérance. Cet épisode de l'Évangile est revécu devant Maria Valtorta, ce qui nous permet de noter une précision complémentaire :
"Sur le passage du troupeau de porcs courant vers la noyade, l'herbe est roussie et calcinée."
[pardonnez l'expression : comme s'ils avaient le feu au derrière...].
Cette notation obtenue grâce à Maria Valtorta est confirmée dans le cas célèbre des possédés d'ILLFURT (Bas Rhin) ; les deux frères BURNER ont été possédés durant 4 ans jusqu'en Octobre 1869 où les exorcismes aboutirent enfin, alors qu'ils avaient 12 et 14 ans. Pourquoi si longtemps pour délivrer deux enfants innocents ?
Parce que le Bon Dieu voulait que leur possession soit bien établie, que leur cas soit examiné par le plus possible de personnes compétentes et d'honorabilité indiscutable (et de fait, s'y intéressèrent Mgr STUMPF, futur Évêque de Strasbourg, son Vicaire général, le Chanoine FREYBURGER, et Mr SESTER, Archiprêtre de Mulhouse) ; ce délai, également et surtout, pour qu'au cours des exorcismes répétés et infructueux, le démon obsesseur parle, ce qui a permis aux Témoins de noter, entre autres choses :
"Dans la chambre des Possédés une chaleur terrible, insupportable, se répandait parfois brusquement ; il ne s'y trouvait cependant pas de poêle. Une fois qu'on en manifestait de l'éton-nement, le démon cria en ricanant :
"Hein, je chauffe bien ! N'est-ce pas que chez moi il fait chaud !"
La mère des enfants couchait dans la même chambre qu'eux ; quand la chaleur lui devenait insupportable, elle aspergeait le lit d'eau bénite ; la température revenait normale aussitôt." (...) "Par la bouche des enfants le démon parlait en allemand, en anglais et en latin alors que les malheureux petits possédés ne s'exprimaient guère qu'en patois du village."
Ce récit de faits authentiques paraîtra bien peu frappant si on le compare aux films sataniques comme "l'Exorciste" (entre autres) où l'imagination en délire invente, pour nous faire frissonner, des extrêmes que l'on sait impossibles, dans le but de nous donner à penser que l'Enfer est une fiction. Et cela, c'est la plus grande victoire de Satan à notre époque : faire croire au plus grand nombre qu'il n'existe pas. Alors qu'il règne quasiment en maître sur la Terre !
Le corps spirituel souffre
Le 16.04.1968, JÉSUS dicte à maman Carmela (5) :
"En Enfer, le feu qui brûle sans se consumer est au feu humain ce que le feu humain est à un feu peint sur un mur. Là, les Âmes commencent à souffrir comme si elles avaient aussi leur corps. Même en ce monde il arrive que des personnes amputées d'une jambe ou d'un bras souffrent comme si elles l'avaient encore."
"Sans se consumer" : le magma central du globe, qu'on imagine sans peine avec la lave vomie par les volcans, est un feu qui ne se consume pas.
Quant aux personnes amputées d'une jambe jusqu'au-dessus du genou, et qui se plaignent de souffrir au pied qu'elles n'ont plus (parfois en précisant : sous la plante du pied, ou au gros orteil) la médecine actuelle répond que ce sont les terminaisons nerveuses du moignon qui véhiculent au cerveau des sensations douloureuses erronées : "Ce n'est pas votre pied qui vous fait souffrir, vous n'avez plus de pied." Ce n'est pas l'avis des médecins acupuncteurs qui calment la douleur du pied "fantôme" par acupuncture des points correspondants du pavillon de l'oreille où se trouve répété le schéma de tout l'organisme humain.
C'est le Docteur NOGIER qui, le premier, a mis en évidence la survivance d'un "membre énergétique" invisible après une amputation : il a testé sur des patients la réaction-réflexe de leurs pouls chinois à la stimulation de diverses radiations lumineuses appliquées à l'emplacement du membre amputé. Le Dr Nogier a démontré ainsi la constante réaction des patients amputés à un type précis de lumière.
Cette notation confirme scientifiquement ce que dicte JÉSUS à propos des personnes qui souffrent en Enfer "comme si elles avaient aussi leur corps" ; ce corps dont St Paul écrit dans la Bible que c'est le corps spirituel, et que le Dr Nogier nomme le corps-énergie.
Et, quand on réfléchit au phénomène des Agonisants qui voient à leur chevet des parents ou amis décédés (donc qui n'ont plus de corps, lequel pourrit dans la tombe) mais uniquement leur Âme immortelle, on est conduit à admettre que l'âme conserve le schéma morphologique du corps qu'elle a animé sur la Terre (d'un corps sans vie, on dit qu'il est inanimé, sans âme). Et c'est cette Âme que le Bon Dieu revêtira de matière incorruptible à la Résurrection Générale le Dernier Jour. Les bons ressusciteront pour le bonheur du Paradis, les mauvais pour récolter en Enfer ce qu'ils auront semé sur Terre ; et cela dans l'exacte Justice divine, ainsi que dicte JÉSUS à don Ottavio (4), le 11.11.1978  : "En Enfer, on souffre en proportion des Dons que l'on a reçus sur la Terre."
Se souvenir de la parabole des Talents dans l'Évangile. Les Dons évoqués par JÉSUS dans la citation ci-dessus sont d'abord les dons de naissance : la mémoire, l'intelligence et la volonté qui sont les 3 facultés de l'Âme, et que Dieu ajuste aux besoins de la destinée à vivre ; l'aspect physique et la santé ; la famille de naissance, donc la couleur de la peau, la nationalité et la Religion, mais aussi l'aisance ou la pénurie familiale, la qualité des parents et de l'environnement amical et social. L'enfant qui naît ne choisit pas, ne construit pas ces dons gratuits ; mais l'adulte qu'il deviendra doit les faire fructifier, avec l'Aide de Dieu.
En naissant dans une famille catholique, on a exactement les mêmes droits à la Miséricorde divine que chaque homme de la Terre, ni plus, ni moins ; mais on a beaucoup plus de moyens spirituels, donc beaucoup plus de devoirs ; à Maman Carmela (5), JÉSUS dicte, le 21.05.1968 :
"Rappelle-toi que si tu n'es pas apôtre,
tu cours le risque d'être apostate ."
L'apostat est celui qui renonce à sa Religion. "Rappelle-toi", dit JÉSUS : cela signifie "Rappelle-toi, désormais", et aussi "Rappelle-toi, tu l'as toujours su" ; l'Église du Christ est Catholique (= Universelle), c'est sa vocation ; pour la réaliser, l'Église est Apostolique ; le laïc est d'Église à part entière, comme le Prêtre et le Religieux.
Tous ont le même devoir d'apostolat, chacun à sa place. Il est évident que celui qui ne satisfait pas à ce devoir devra en rendre compte à sa mort ; mais, en attendant, il ne peut pas espérer de recevoir la plénitude de l'Aide divine ; au lieu d'avoir les mains ouvertes pour recevoir, il les a inactives et pendantes le long du corps. Abordant le sujet des Religions, JÉSUS dicte à Maman Carmela, le 4.09.1968 :
"Dire que toutes les Religions conviennent et se valent, cela revient à dire que l'erreur vaut autant que le Vérité. Cela te parait-il juste ?." (1)
L'erreur est tout ce qui entache la Vérité que l'on peut comparer à une page bien écrite où rien ne manque. Quand on rature des mots ou des lignes pour les supprimer, quand on y ajoute autre chose, ce n'est plus la même page, ni le même texte ; ainsi en est-il des autres Religions chrétiennes ; et bien plus encore des Religions non chrétiennes. Faut-il admettre ce qu'affirment certains que "Hors de l'Église, point de Salut" ?
_________________________________________________________________________
(1) : Évidemment, ce n'est pas juste. Pas d'équivoque dans l'esprit du Lecteur : si je respecte le protestant, le juif et le musulman, ainsi que la Religion que chacun d'eux pratique, cela ne cautionne en rien chacune de ces Religions qui sont toutes dans l'erreur que le Seigneur souligne clairement.
Oui et non, car la formulation est tronquée : .".. point de Salut direct" sans passer par le Purgatoire ; JÉSUS répète :
"Vous ne serez pas jugés sur ce que vous avez cru,
mais sur ce que vous avez fait."
Il dit aussi : "Vous aurez des surprises en Paradis." Car, au-delà de toutes les Religions domine la Loi Primordiale de l'Amour. C'est sur l'Amour refusé ou donné que nous serons jugés. JÉSUS est très clair sur l'existence de l'Enfer et du Purgatoire ; Il dicte à don Ottavio (4), le 17.9.1975 :
"On dit qu'on ne va pas en Enfer ; ou bien on nie l'Enfer ; ou l'on fait appel à la Miséricorde de Dieu, qui ne peut envoyer personne en Enfer. Ce n'est pas parce qu'il y a de ces hérésies et ces erreurs que l'Enfer cesse d'exister. Ce n'est pas pour cela que beaucoup d'Impénitents, même des Prêtres, évitent l'Enfer."
Au sujet du Purgatoire, JÉSUS dicte à Maman Carmela (5) le 25.05.1968 :
"Au Purgatoire, le feu purificateur, dans lequel les âmes sont plongées, tourmentera de préférence les parties du corps qui furent cause de péché.".."Pour les soulager, offre les mérites de tes bonnes actions, de tes sacrifices, de tes aumônes. Mais ce qui aide le plus, c'est la Prière et le Sacrifice de la Sainte Messe."
Et Il le répète le 3.01.1969 :
"Le feu purificateur, qui dévore les âmes, n'a pas pour toutes la même force et frappe de préférence les parties du corps qui ont péché au cours de la vie.".."Prier pour les âmes du Purgatoire est une charité, un devoir et une source de grand avantage, car leur puissance de secours est très grande.".."Au Purgatoire vont presque toutes les Personnes de ce monde."
Dans le ternaire humain : corps, âme et esprit, l'Esprit (spiritus en latin, souffle en français) est l'Esprit divin qui donne VIE à l'âme humaine, laquelle maintient en vie le corps ; créée en Dieu, émanée de Dieu, l'Âme est donc le pont qui relie le corps à Dieu ; à cause de l'étroite interdépendance du corps et de l'Âme, tout ce qui affecte le corps a une répercussion sur l'âme et vice-versa ; la médecine parle de maladies psycho-somatiques (psyché = âme et soma = corps).
JÉSUS dit que "le péché dépose des scories sur l'âme." "Scories" suggère déchets. Le feu du Purgatoire a pour fonction de brûler ces déchets, de purifier l'Âme car, dicte JÉSUS à Gemma (10) en Italie en 1980 :
"Ce n'est pas le 'Parfait' qui accède au Paradis,
mais le Pur, car il a Ma Lumière."
L'âme qui a abandonné le défunt emporte avec elle la structure immatérielle de toutes les parties de ce corps spirituel qui doit retrouver une pureté parfaite pour bénéficier de la Résurrection finale, d'où l'impérative nécessité du Purgatoire. Maria Valtorta ("3", T.8, p.92) entend JÉSUS dire à Lazare, la veille des Rameaux :
"Le Jugement de Dieu est Juste et inviolable. Si l'âme jugée est coupable mortellement, elle devient une âme damnée. Si elle est légèrement coupable, elle est envoyée au Purgatoire. Si elle est juste, elle va dans la paix des Limbes en attendant que J'ouvre la porte des Cieux."
Une révélation reçue par Geneviève (11) en Louisiane, USA, nous apprend que même les mauvaises habitudes alimentaires (obésité, tabagie, alcoolisme) impliquent le transit au Purgatoire pour en éliminer les séquelles et purifier l'âme.
Après Sa Résurrection, JÉSUS dit à Ses Apôtres ("3", T.10, p.197) :
"Au Purgatoire est opérée l'expiation satisfactoire des manquements absous mais pas encore entièrement payés devant la parfaite Justice divine." :
le Bon Dieu pardonne le péché à la mesure de la sincérité et du remords du coupable, de sa volonté de ne plus récidiver, mais quand autrui en a subi un préjudice, celui-ci doit être réparé ; avouer un vol ou une calomnie obtient absolution divine qui doit être accompa-gnée, pour être complète, de la restitution ou de la réparation. Dans le cas de calomnie qui fait beaucoup de chemin, on comprend sans peine que la réparation soit très difficile. C'est pour toutes ces raisons que "au Purgatoire vont presque toutes les personnes de ce monde." JÉSUS dicte à Maman Carmela (5) le 4.08.1968 :
"Je ne veux pas vous épouvanter avec la pensée des châtiments éternels, mais Je vous assure qu'une peine terrible frappera la langue des calomniateurs, même en Purgatoire."
A notre époque de sexualité débridée, cela donne à comprendre que beaucoup d'entre nous, au Purgatoire ou en Enfer, auront l'entre-jambes en feu !... J'admets que cette expression est choquante pour certaines sensibilités ayant difficulté à regarder la réalité en face ; mais d'une part je préfère choquer que laisser indifférent ; d'autre part, édulcorer la vérité en ménageant la chèvre et le chou est une tromperie. JÉSUS dit les parties du corps qui ont péché. Il est donc important de savoir exactement ce qui nous attend. De le savoir, plutôt que d'accorder crédit aux hérésies ("L'Enfer n'existe pas") et aux erreurs ("la Miséricorde de Dieu qui ne peut envoyer personne en Enfer") évoquées ci-avant par JÉSUS . Le dénominateur commun de l'Enfer et du Purgatoire est le feu, qui purifie ici et qui punit là. Et l'on comprend que ces deux lieux sont situés à des endroits voisins.
Qu'Enfer et Purgatoire soient aussi des états d'âme, c'est éminemment probable. Une localisation matérielle et sa conception métaphysique ne sont pas contradictoires, mais interdépendantes.
Ce sont les Enfers ("lieux d'en-bas" selon le dictionnaire) qui sont cités dans le Credo des Apôtres  : "JÉSUS... est descendu aux Enfers." Diverses révélations "privées" expliquent les raisons de cette Descente aux Enfers, qui est de Foi (puisque notée dans le Credo), mais omise par le Symbole de Nicée que bien des Prêtres choisissent à la Messe plutôt que le Credo.
Ces révélations rappellent aussi ce que sont les Enfers. La théologie l'enseignait, mais bien des Prêtres l'ont oublié ou doivent penser qu'il est malséant d'en parler.
Le premier "lieu d'en-bas", les Limbes, était le séjour des Justes de l'Ancien Testament et de l'Évangile (les parents de MARIE, Élisabeth, les Martyrs Zacharie et Jean le Baptiste, entre autres) qui attendaient-là que le Paradis leur soit ouvert par le Sacrifice du Sauveur.
Depuis la Faute Originelle qui a perturbé le Plan initialement prévu par Dieu pour la Création humaine, et qui a apporté la Mort à l'homme, le Paradis était fermé. Pas de feu aux Limbes qui sont "une obscure prison", selon l'expression de MARIE dictant à Marie d'Agreda (12). Et c'est là qu'attendent les Innocents, morts en bas âge ou avortués, privés du Baptême chrétien qui leur aurait ouvert le Paradis.
Cette Vérité, enseignée depuis des siècles par l'Église, est douteuse pour nombre de Prêtres actuels. Maria Valtorta ("3", T.10, p.23) entend JÉSUS dire à Sa Mère :
"Tes Prières sont venues à Moi
sur la Croix et dans les Limbes."
Et JÉSUS dicte à Maria Valtorta (T.10, p.171) :
"J'ai pu ouvrir les portes des Limbes et en tirer les Justes, J'ai pu ouvrir les portes du Purgatoire et en tirer ceux qui se purifiaient."
Le Sacrifice de JÉSUS sur la Croix a totalement parfait leur purification ; les justes et les pardonnés attendirent l'Ascension de JÉSUS pour L'accompagner triomphalement au Ciel.
Le Purgatoire est, selon les précisions contenues dans plusieurs révélations "privées", un "lieu d'en-bas" de transit vers le Paradis. Il serait situé à une profondeur (métaphysique ?) intermédiaire entre les Limbes et l'Enfer des démons et damnés ; l'intensité du feu purificateur est coordonnée à la gravité des scories (pesantes ? scorie suggère poids en plus de déchet) qui empêchent l'Âme de monter au Ciel. Le niveau inférieur du Purgatoire est appelé "pré-enfer" ; c'est là que se purifient ceux qui sont sauvés de l'Enfer in extremis, les malheureux Suicidés par exemple.
La descente de JÉSUS au fond du Purgatoire et le triomphe de l'Humilité d'un Dieu Incarné sur l'Orgueil révolté, ont eu pour effet "d'électro-choquer" tous les démons : ils restèrent une année entière en conciliabules pour préméditer les moyens de faire échec à l'Évangile (Exemples : les futures hérésies de l'Islam et de la Réforme protestante) ; cette année où les démons étaient en conciliabules en Enfer, donc beaucoup moins actifs contre les hommes, était utile et nécessaire à la première année du Christianisme ; c'est de là que vient l'expression "En l'an de Grâce...."
Au cours des siècles, pour l'édification des hommes, le Bon Dieu a donné des visions du Purgatoire et de l'Enfer à de nombreuses âmes privilégiées, dont les 3 enfants de FATIMA au Portugal à qui la Sainte Vierge S'est montrée à six reprises en 1917. La survivante des 3 enfants, devenue Religieuse, relate cette vision de l'Enfer dans "Les Mémoires de Soeur Lucie" (13), rédigés sur ordre de sa hiérarchie  :
"Le secret comprend trois choses distinctes et j'en dévoilerai deux. La première fut la vision de l'Enfer." (La seconde chose ou second secret est la prédiction de la seconde guerre mondiale et du déferlement du Marxisme qui répand ses erreurs dans le monde).
"Notre-Dame nous montra une grande mer de feu qui paraissait se trouver sous la Terre et, plongées dans ce feu, les démons et les Âmes, comme si elles étaient des braises transparentes" ...(J'abrège)..."elles flottaient dans cet incendie, soulevées par les flammes.".."avec des cris et des gémissements de douleur et de désespoir.".."cette vision ne dura qu'un moment, grâce à Notre Bonne Mère du Ciel.".."S'il n'en avait pas été ainsi, je crois que nous serions morts d'épouvante et de peur. Ensuite, nous levâmes les yeux vers Notre-Dame qui nous dit avec bonté : "Vous avez vu l'Enfer où vont les Âmes des pauvres Pécheurs. Pour les sauver, Dieu veut établir la Dévotion à Mon Coeur Immaculé."
Les 3 enfants ont vu l'Enfer sous la Terre ; ils ont entendu les cris des âmes damnées, ces cris qui ont été enregistrés sur cassette par AZZACOV au forage soviétique près de Mourmansk. La dévotion évoquée à la fin du premier secret, MARIE la détaille au cours du second secret :
"Pour empêcher cette guerre (celle de 1939-1945), Je viendrai demander la Consécration de la Russie à Mon Coeur Immaculé et la Communion réparatrice des premiers Samedis. Si l'on entend Mes demandes, la Russie se convertira et on aura la Paix ; sinon, elle répandra ses erreurs dans le monde, provoquant des guerres et des persécutions contre l'Église.".."A la fin, Mon Coeur Immaculé triomphera, le Saint-Père Me consacrera la Russie qui se convertira et il sera concédé au monde un certain temps de Paix."
"Je viendrai demander...", dit MARIE. Elle l'a demandé le 13 Juin 1929 à Soeur Lucie qui en a rendu compte sur le champ à sa hiérarchie. Celle-ci répondit que cette dévotion existait déjà : "un enterrement de première classe" qui laisse en plan la demande de Consécration de la Russie. Les Apparitions de FATIMA n'ont été reconnues vraies par l'Église qu'en 1930. Pendant la 2ème guerre mondiale, en 1942, le Pape Pie XII fait cette Consécration de la Russie. Mais il ne peut réunir l'unanimité des Évêques dans cette solennité. Le 25 Mars 1984, en la Fête de l'Annonciation, MARIE dicte à don Gobbi (1) :
"Cette Consécration, Je la demande surtout au Pape Jean Paul II, Mon premier fils de prédilection, qui, à l'occasion de cette Fête, l'a faite de manière solennelle, après avoir écrit à tous les Évêques du monde entier pour qu'ils la fassent en union à lui. Mais malheureusement, cette invitation n'a pas été accueillie par tous les Évêques ; des circonstances particulières ne lui ont encore pas permis de Me consacrer expressément la Russie, comme Je l'ai demandé à plusieurs reprises. Comme Je l'ai déjà dit, cette Consécration me sera faite lorsque des événements sanglants seront déjà en voie de réalisation."
On comprend que lorsqu'une Nation est consacrée à la Vierge MARIE, elle bénéficie alors de l'impact entier de la Puissance divine au moment choisi par Dieu.
On comprend aussi que la Consécration de la Russie sera validée, seulement par l'Acte d'Obéissance des Evêques. Quand on constate tout ce qui se passe de préjudiciable à l'Église et dans l'Église, on imagine sans peine la difficulté du Pape à réunir l'adhésion unanime de tous les Évêques sur un sujet touchant à la Mystique tenue en suspicion par certains d'entre eux. (Et là, j'édulcore ma formulation...)
Que le communisme s'effondre partout, que les ex-soviétiques célèbrent en masse la Nativité, que PANINE et les savants israéliens aient prouvé l'origine divine de la Bible, rien de tout cela ne peut réveiller la lucidité de tous les responsables francs-maçons sur lesquels Satan a solidement planté ses griffes. POURQUOI ? Parce que, vous et moi, nous ne prions plus !
Et, quoiqu'il y aurait encore beaucoup à dire, j'en ai terminé avec cette première partie, Le Bilan. Vous, qui venez de lire, commen-cez-vous à comprendre ?
†
† †

Deuxième partie
Les Preuves
L'exposé qui suit sera aussi simple et clair que possible ; c'est une synthèse : le résumé de plus de 30 ouvrages de révélations privées, soit une cinquantaine de volumes et environ 18.000 pages, d'où sont déjà extraites les citations qui servent d'appui au BILAN qui précède. Le résumé n'omettra aucun point essentiel ; mais tous les sujets sont tellement interdépendants qu'il a été très difficile de concevoir un plan entièrement satisfaisant. Or trois doubles questions m'ont interrogé depuis l'adolescence, et je pense qu'elles ont interrogé la plupart des Hommes et Femmes d'aujourd'hui à un moment ou l'autre de leur existence. Voici ces questions qui serviront à ordonner un peu les six parties qui suivent :
D'où viens-je, et Qui suis-je ?
Où suis-je et Pourquoi ?
Où vais-je et Comment ?
Ces six parties seront suivies des deux dernières :
Avertissements et Précautions.

2. d'où viens-je ?
Dans la lignée d'un Individu on trouve ses Parents, ses Ancêtres, et la pensée remonte ainsi jusqu'aux premiers Parents. La Bible, qui est vraie, les nomme Adam et Ève ; elle expose que Dieu les a créés. Donc la "graine" de cet immense arbre généalogique de l'Humanité vient de Dieu. Je viens de Dieu, comme tout ce qui vit, comme tout ce qui existe. Donc Dieu EXISTE et, forcément existent aussi les preuves de Son Existence. Et, avec toutes les preuves, c'est la luminosité de l'AMOUR divin qui se manifestera toujours davantage.
2. 0. de la Preuve
La preuve "par 9" permet de vérifier l'exactitude d'une multiplication ou d'une division. Pour un problème de mathématique plus complexe, la discussion du résultat prouve que la solution trouvée est exacte, et elle seule.
Quand une personne de Nouvelle Calédonie m'envoie un chèque, je sais qu'elle existe ; son chèque me le prouve et sa signature me dit qui elle est. Quand elle me parle au téléphone, je ne la vois pas, elle est invisible mais elle existe, je l'entends. Selon ce qu'enseignent toutes les Religions, Dieu est Invisible parce qu'Immatériel, donc Il est Surhumain et il Se fait entendre par celui ou celle qu'Il choisit.
Il est aussi Tout-Puissant : donc tout acte, tout fait, inexplicable par une loi connue de la Nature, et impossible à réaliser par un homme, prouve l'Existence de Dieu. Car, selon la Loi de Causalité, tout Fait a une Cause, un Facteur, celui qui fait..
Les Prêtres et nous
En général, Prêtres et Religieux semblent allergiques aux preuves mettant en évidence indiscutable l'Existence de Dieu. Pourquoi ? A eux de se répondre, s'ils se posent cette question. Mais, de leur désintérêt, ils devront se justifier devant Dieu et expliquer leurs raisons de refuser les armes de conviction que sont ces preuves au profit des laïcs dont ils sont les Ministres, ce qui signifie Serviteurs. Mais ils sont aussi les Serviteurs de Dieu : parvenir à conjuguer harmonieusement ces deux missions, cela est généralement aussi difficile pour les Prêtres que cela est caricatural dans la société civile pour les ministres et les fonctionnaires qui sont au service de l'Etat et à celui des administrés. Alors certains Prêtres travaillent comme trop de fonctionnaires, à leurs heures et en ouvrant "le parapluie" de la réglementation pour ceux-ci, de la routine pour ceux-là : ils occupent une fonction ; cela, pour certains d'entre eux, pas tous.
Mais pour beaucoup de Prêtres qui se méfient des preuves, c'est une prudence, car certaines preuves risquent de ne pas résister à la discussion d'authenticité. Pour tous les Prêtres, une preuve ne peut rendre la Foi à qui ne veut pas croire et c'est une évidence. Pour chaque chrétien, la Foi est un Don gratuit de Dieu, rétablie en plénitude au Baptême qui efface la Faute d'Origine, laquelle altère la Foi parfaite de l'Âme crée en Dieu et par Dieu ; comme elle handicape les deux autres vertus théologales, l'Espérance et la Charité.
À sa Communion solennelle, la Profession de Foi comme on dit à présent, le jeune catholique renouvelle librement l'engagement de son Baptême ; à sa Confirmation, l'Évêque, successeur des Apôtres, fait descendre sur le chrétien devenu responsable spirituellement, les Sept Dons de l'Esprit-Saint pour l'aider à devenir adulte et fidèle. Mais déjà l'école laïque et le contre-exemple parental et social ont commencé à construire ce qui deviendra le scepticisme et le doute.
Contre cela, aucune preuve n'agit efficacement sans la Prière de celui que l'on veut convaincre et parce qu'il est devenu incroyant, il n'y faut pas compter. Reste donc la Prière de celui qui veut ouvrir l'intelligence de l'incroyant. Et elle est indispensable. C'est l'invocation appelant à l'aide les deux Anges-Gardiens des deux interlocuteurs. Moi-même, je l'oublie trop. Par ailleurs, il est évident qu'un Prêtre est en charge de tous les laïcs de sa Paroisse.
Pas seulement des fidèles qui assistent à la Messe sans vraiment y participer et qui, trop souvent reçoivent leur Dieu sans Confession, dans la main qui vient de tripoter l'argent de la quête ; le Prêtre est également en charge des pères et maris des femmes qui sont là, seules ; de tous les fidèles "occasionnels" qui ne mettent les pieds à l'église que pour les mariages et les enterrements ; de tous les inconnus qu'il croise dans la rue, dont il ne sait rien, et à qui son habit ne dit plus, comme le faisait la soutane : "Je suis le Serviteur de Dieu et des hommes." Tous sont enfants de Dieu ; avec quoi, où et comment le Prêtre satisfait-il à son devoir apostolique en notre siècle matérialiste, s'il s'interdit de se servir des preuves que Dieu Lui-même donne de Son Existence ?
Le Prêtre et Dieu
Je ne juge pas ; je constate seulement. Il n'appartient qu'à Dieu, Seul, de juger quiconque, particulièrement un Prêtre qui est investi d'un Pouvoir tout-à-fait exceptionnel : mais cela, les Prêtres semblent l'ignorer. Ceux d'entre eux qui l'apprendront seront peut-être tentés d'en douter ; si c'est le cas, qu'ils s'interrogent : douter du pouvoir est-il un moyen d'écarter le devoir qui s'y trouve associé ? Un médecin a pouvoir de guérir et il commet un délit s'il refuse de soigner. JÉSUS dicte à don Ottavio (4), le 30.11.1976 :
"Les Âmes-Victimes, ce sont les paratonnerres de l'Humanité. Chaque Prêtre doit être une Âme-Victime : 'Sacerdos alter Christus." Et le 29.07.1975 :
"Fils, le Prêtre M'appartient, toutes les créatures M'appar-tiennent, les Hommes M'appartiennent, mais le Prêtre M'appartient de façon différente et particulière. Toi, Mon fils, tu M'appartiens par Création, par Rédemption, par Vocation et par reconquête."
Les deux premiers "titres de propriété" sont évidents, concernant chaque humain ; pour le Prêtre s'ajoute la Vocation ; quant à la reconquête, je nage plutôt.
Ce pourrait être la reconquête d'un Prêtre, individuellement, au cours de sa vie ou in-extremis. Donc en son sens restreint mais avec une dilection divine particulière. Mais ce pourrait être aussi la reconquête de tous les Prêtres se trouvant en Enfer, le Jour du Jugement Dernier ; cela semblera contradictoire avec l'irréversibilité de la damnation qui est éternelle, je l'ai dit, je nage ; mais les Âmes-choisies, à qui ont été données des visions de l'Enfer, ont demandé à MARIE qui étaient ces Damnés ayant le pouce et l'index lumineux dans ces ténèbres rougeoyantes : "Ce sont des Prêtres damnés dont les doigts ont reçu l'Onction lors de leur Ordination, pour toucher le Corps du Christ sans Le souiller.""
Cela donne à comprendre que celui qui a reçu le Sacrement de l'Ordre, est Prêtre pour l'éternité selon l'Ordre de Melchissédec, ainsi qu'il est dit dans le Rituel de la Messe d'avant Vatican II ; et qu'il demeure Prêtre en Enfer.
Par ailleurs, pour l'édification des humains, le Bon Dieu a permis à des Prêtres damnés de dicter des Messages qui sont un Apostolat "d'outre-tombe", et qui expriment le remords lancinant des fautes qui les ont conduits là ; alors que les aveux des démons, enregistrés sur magnétophone au cours d'exorcismes, ne manifestent aucun remords. Et JÉSUS continue à dicter à don Ottavio :
"Donc, tu es Ma propriété ; et comme Ma propriété, tu réalises la fin (au sens de finalité, de but) de la Création, la fin de la Rédemption, la fin de ta vocation, seulement d'une façon : en te conformant scrupuleusement à Ma Volonté. C'est pour cela que Je t'ai appelé ; ce n'est pas toi qui M'a choisi, c'est Moi qui t'ai choisi."
Vocation signifie appel, plus précisément appel entendu. À chaque Messe le Prêtre dit : "Car Tu nous a choisis pour servir en Ta Présence." Choisis quand ? C'est une grande question, celle du destin, nous la verrons. JÉSUS continue Sa dictée à don Ottavio :
"Mon fils, un Prêtre, ni se sauve tout seul, ni se perd tout seul : en oeuvrant pour le Salut d'un Prêtre, on oeuvre pour le Salut de beaucoup d'autres Âmes."
Dans le présent ouvrage, chaque fois que je fais état du comportement clérical, c'est un constat de ce que je vois et entends ; et je m'efforce de ne pas le qualifier, cela revenant à juger. Ce faisant, je pense oeuvrer pour le Salut de tout Prêtre qui lira ces constats que JÉSUS a faits aussi et les Paroles qui s'y rapportent. Ces pages sont secours à Personnes en danger ; en danger à cause de leur ignorance de la Vérité, à cause du matérialisme envahissant et jouisseur, à cause de l'asthénie spirituelle engendrée par le péché. Mais si nous sommes tous pécheurs, gardons à l'esprit la Parole de JÉSUS à Marguerite (6) :
"Ne confonds pas pécheur et péché. Haïr celui-ci, aider celui-là."
Je répète sans cesse ceci déjà cité p. 46. Toutes les Paroles de JÉSUS nous aident à aider. JÉSUS dicte à don Ottavio le 26.08.1975 :
"Pour la Dignité et la Puissance, J'ai mis Mes Prêtres au-dessus des Troupes Angéliques. Je Me suis confié à leur libre-arbitre : Je leur ai accordé le Pouvoir divin de remettre les péchés, de transsubstancier le pain et le vin en Mon Corps, en Mon Sang, ÂME et DIVINITÉ.".."Ils n'ont pas accueilli avec une consciente responsabilité les très nombreuses interventions de Ma Mère."
Par tous Ses Messagers, au cours de toutes Ses apparitions, MARIE, Mère de l'Église et Reine des Apôtres, instruit et exhorte Ses fils de prédilection, les Prêtres.
Des exhortations méprisées
Mais parfois Elle est indignée ; Elle le dit à don Ottavio, le 26.08.1978 :
"Absurde, Mon fils, l'obstination entêtée de ceux, Prêtres et Pasteurs (*) qui, non seulement n'ont pas écouté la voix de la Mère céleste, mais ont fait et continuent de tout faire pour empêcher que la catastrophe soit évitée et que la voix de la Mère commune soit entendue. Incroyable, l'orgueil avec lequel on soumet à un jugement humain la conduite de Dieu et de Sa Mère !."
Les Pasteurs (*) nommés ici sont les Évêques qui, dans le silence, étouffent les appels angoissés de la Mère commune à tous les humains. Les Évêques ne sont pas autorisés à authentifier un Message d'Alerte de MARIE ? C'est exact. Mais la reconnaissance d'un fait miraculeux est de leur compétence et de leur autorité : les larmes des statues de MARIE qui pleurent sont des faits qui viennent en appui, en illustration de l'angoisse explicitée dans les Messages. Les exemples du passé ne réveillent pas leur lucidité :
- Si le Message de La SALETTE avait été entendu, les guerres de 1870 et de 1914 auraient pu être évitées.
Les catastrophes et les massacres ne sont jamais dans le Plan de Dieu qui est Vie, qui est Amour.
Dieu permet la Guerre que l'homme prépare et rend inéluctable, comme le père de famille "permet" que son enfant se brûle, alors qu'il lui a été défendu cent fois de jouer avec les allumettes ; et la leçon est souvent salutaire.
Et pour nous rappeler qu'IL EXISTE et qu'Il est Tout-Puissant, Dieu laisse se produire les catastrophes naturelles : c'est alors qu'aux lèvres des "esprits-forts" reviennent les prières de leur enfance. Lorsque la tornade emporte tout, que l'inondation monte, que la terre tremble, l'esprit fort se fait petit.
- Si le Message de FATIMA avait été entendu, la guerre de 1939-1945 n'aurait pas eu lieu et le marxisme n'aurait pas déferlé sur le monde, provoquant les guerres d'Indochine, de Corée, d'Amérique centrale, d'Angola, la révolution "culturelle" en Chine (25 millions de morts, "méga-morts" comme on dit maintenant), le génocide des Cambodgiens par les Khmers rouges, la soviétisation de l'Ethiopie, la guerre d'Afghanistan, etc...
Associer les ravages et les morts des guerres depuis plus d'un siècle au refus de prendre au sérieux les Messages d'Avertissement du Ciel, cela semblera exagéré à ceux qui ne veulent voir que les causes politiques et économiques des guerres ; mais incriminer l'ambition et l'orgueil, c'est mettre en cause l'Ennemi caché du genre humain, Satan qui veut sa ruine.
Ces Messages d'Avertissement sont ________________toujours des appels à la conversion, des appels à l'Amour. Amour implique Respect, implique Charité, implique Humilité, implique Patience ; il est évident qu'un peu d'Amour en chaque humain, cet Amour, incompatible avec la moindre Haine, amènerait immédiatement une Paix durable à l'Humanité qui servirait alors seulement Dieu et non plus l'Argent et l'égoïsme du MOI.
MARIE dicte à don Gobbi (1), le 13 Mai 1976 :
"Aujourd'hui, Mes fils bien-aimés, vous rappelez Ma venue ici-bas sur la Terre, dans la pauvre Cova da Iria à FATIMA. Je suis venue du Ciel pour vous demander la Consécration à Mon Coeur Immaculé.".."Depuis ce jour-là, bien du temps s'est écoulé : cela fait désormais cinquante neuf ans.
"Il y a eu aussi la seconde Guerre mondiale que Je vous avais prédite comme un châtiment permis par Dieu pour une Humanité qui, hélas, ne s'est pas convertie."
Seuls les imbéciles et les fous ne retirent aucun enseignement des leçons du passé. Philosophes, politiciens et certains Prêtres donnent l'impression d'avoir perdu le contact avec le bon sens le plus simple. Ils se réfugient et se cachent sous une accumulation de mots ; des mots qui ont pour but de "noyer le poisson." Tandis que le langage de JÉSUS est simple, clair et percutant ; Il dicte à don Ottavio le 17.09.1975 :
"La fin est unique pour tous les membres de Mon Église (*) et d'une façon tout-à-fait particulière pour Mes Prêtres : Sauver des Âmes, SAUVER des Âmes, S A U V E R des Âmes."
(*) : Tous les chrétiens sont membres à part entière de l'Église. Pour eux tous et pour les Prêtres, la fin, la raison d'être et de vivre est la même, JÉSUS le répétant trois fois : sauver des Âmes.
Et c'est encore à Ses Prêtres que JÉSUS S'adresse en dictant à don Ottavio, le 7.10.1975 :
"Il n'y a pas de temps pour défendre leur Âme et les Âmes dont, un jour, ils devront rendre compte devant Dieu, devant Dieu à qui rien n'échappe, devant Dieu qui demandera compte même d'une parole oiseuse !" "Beaucoup de Mes Prêtres ne connaissent pas leur identité ; ils ne savent pas qui ils sont ; ils ne savent pas de quelle formidable puissance ils sont dotés. De cette ignorance, ils sont coupables et responsables."
Et le 24.08.1975 :
"Il est absurde de penser sanctifier sans se sanctifier."
Cela dit (par JÉSUS), cela lu et médité, il appartient à chacun, laïc ou Prêtre, de se déterminer en son Âme et conscience à utiliser les preuves qui vont suivre, pour aider JÉSUS et MARIE à sauver les Âmes. Pourquoi le Tout-Puissant a-t-Il besoin de l'aide de notre faiblesse humaine ?
Aider Notre Seigneur
Dieu a besoin de notre aide pour avoir une raison d'oublier Sa Justice au profit de Sa Miséricorde ; Sa Justice ne Lui permet pas de sauver ceux qui ne demandent pas à être sauvés, mais nous, nous pouvons le demander pour eux ; demander en priant et en payer le prix de nos mérites et de nos sacrifices au service d'autrui. JÉSUS dicte à Gabrielle BOSSIS (14)  :
"Crois que les actions les plus ordinaires dans l'intention de sauver les Âmes, sauvent les Âmes. Crois-le bien, il faut le croire, parce que cela honore Ma Puissance et Ma Bonté" ..."Nomme-Moi les Âmes que tu voudrais M'amener ; à cause de toi, Je les appellerai avec insistance, ne crains pas d'en amener trop" (...) "Je donne toujours plus qu'on Me demande" (...)
"Mon Coeur est dévoré du désir de vous sauver, de vous délivrer... Mais la Justice divine Me lie les mains. Je demande aux Âmes qui M'aiment, Je les supplie de M'aider, d'offrir avec Moi des Prières, des expiations, pour apaiser la Justice divine et hâter l'heure de la délivrance."
Mais le Bon Dieu a besoin de notre aide pour nous sauver, nous ; JÉSUS dicte à maman Carmela (5)  :
"Dieu, qui t'a créé sans toi, ne pourra te sauver sans toi." (25.03.1968)
"Il vous a été dit que celui qui sauve une Âme a sauvé la sienne." (22.05.1968)
"On peut payer à la Justice divine les dettes d'un autre." (30.05.1968)
"Rappelle-toi que seuls les innocents sont en mesure de payer pour les pécheurs. Un seul d'entre eux paie pour mille coupables." (24.11.1968)
"N'hésitez pas à vous offrir en Victimes pour le Salut de ceux que vous aimez." (26.01.1969)
Je pourrais remplir dix pages de citations analogues ayant le même objet : nous engager à sauver des âmes. JÉSUS et MARIE sont nés sur cette Terre dans ce but ; avant de naître, chaque chrétien a accepté, en son Âme, cette même mission.
L'Église est apostolique pour accomplir la même Mission. Alors, ne fermons pas nos yeux et notre intelligence devant les preuves de l'Existence de Dieu, parce que les admettre implique l'obligation de les faire connaître. Il nous sera demandé compte de notre défection :
"Rappelle-toi que si tu n'es pas apôtre,
tu cours le risque d'être apostate."
JÉSUS a prouvé...
Il y aura bientôt deux millénaires, durant Sa Vie publique en Palestine, le Christ JÉSUS a prouvé Sa filiation divine par une suite ininterrompue de faits rigoureusement surnaturels et impossibles à toute puissance ou science humaine.
Il a prouvé Sa domination sur les lois de la Nature en marchant sur les eaux du lac de Galilée et en apaisant la tempête
Il a prouvé Son Pouvoir de Créateur en multipliant les pains et les poissons cuits pour nourrir des milliers de Personnes.
Il a prouvé Sa domination sur l'animalité en obligeant les poissons à se jeter dans le filet de la pêche miraculeuse, 153 poissons.
Il a prouvé Sa maîtrise des phénomènes de la Vie en guérissant instantanément des maladies alors incurables, comme la lèpre ; ou des infirmités de naissance ou installées depuis longtemps ; Il a permis aux paralysés de marcher, aux sourds d'entendre, aux muets de parler, aux aveugles de voir.
Il a prouvé Sa domination sur l'Enfer en chassant les démons des possédés.
Enfin Il a prouvé Sa domination sur la Mort elle-même en ressuscitant des défunts. Et le dernier, LAZARE, est sorti de son tombeau seul, encore entravé de ses bandelettes, et guéri de la maladie qui l'avait tué, et cela, à l'appel de son nom : "Lazare, viens !."
La résurrection de Lazare
Lazare est mort d'un empoisonnement du sang causé par une gangrène aux membres inférieurs ; et qui répandait une puanteur presqu'insupportable dans ses derniers jours, pour ses soeurs qui le soignaient. Il est mort un vendredi et, à cause de la décomposition, déjà avancée, il avait fallu le porter au tombeau avant le crépuscule : la Religion israélite interdit toute inhumation le jour du Sabbat (comme la Religion chrétienne, le dimanche).
Le retentissement éclatant de la résurrection de Lazare, résulte de la juxtaposition de plusieurs facteurs, certains d'entre eux mis en place par JÉSUS Lui-même :
- Aux pharisiens, qui refusaient la résurrection de Myriam, la fille de Jaïre et celle de Daniel, le fils de la veuve de Naïm, au prétexte qu'ils n'avaient pas eux-mêmes constaté la mort de ces deux jeunes gens, JÉSUS avait promis qu'ils verraient un jour la résurrection d'un mort décomposé.
- JÉSUS, qui était un ami de Lazare, et qui avait guéri tant d'infirmes et de malades, s'éloigne de Lazare sans le guérir ; et cela, à la réprobation feinte des ennemis de JÉSUS.
- Lazare mort, scribes et pharisiens viennent témoigner leur "sympathie" à ses soeurs, Marthe et Marie (-Madeleine) ; en fait pour constater de visu la réalité de la mort ; et ils reviennent tous les jours à Béthanie pour être témoins, soit de la défection de JÉSUS s'Il ne venait pas, soit de Son échec dans le cas contraire. Et c'est devant plus d'une centaine de Témoins que JÉSUS arrive à Béthanie avec Ses Apôtres le mardi, soit quatre jours après le décès de Lazare. (1)
C'est en présence de tous ces témoins que Lazare ressuscité est débarrassé de ses bandelettes et qu'on le voit guéri  : le Miracle dans le Miracle !... En conséquence de ce Miracle irréfutable, le Sanhédrin fait placarder, dans les 500 Synagogues de Judée et de Galilée, un avis ordonnant l'arrestation de JÉSUS qui Se réfugie en Samarie avec Ses Apôtres, "Son Heure n'étant pas encore venue."
Ce que je viens de résumer est relaté en une trentaine de pages (T.8, p.54 à 72) par Maria Valtorta qui en est témoin et cela, c'est un Miracle aussi stupéfiant que la résurrection de Lazare ; les dix volumes de "l'oeuvre merveilleuse" signée JÉSUS, confirment l'enregistrement total en Mémoire divine de la moindre parole, de l'acte le plus mince, de la moindre pensée, donc individuellement, de chacune de nos vies : notre mémoire est oublieuse mais non celle de Dieu. Souvenons nous-en...
Avant que l'électro-choc bouleversant de Dozulé, le premier Vendredi d'Août 1985 me place décisivement au Service du Maître et Seigneur, j'avais, pendant plus de dix ans, jusqu'en 1980, étudié toute la parapsychologie qui interrogeait ma curiosité, particulièrement les phénomènes de "clairvoyance", de "clairaudience" et tout le spiritisme, ce qui me permettra de parler du démon en bonne connaissance de cause, le moment venu.
Mais j'ai vu combien Dieu est plus fort que l'Enfer en admirant le Miracle qui a duré plusieurs années quand le Bon Dieu permet à Maria Valtorta de voir et d'entendre toutes les scènes de l'Évangile, de sentir le froid du gel ou de la pluie, la chaleur torride du soleil, le souffle du vent, l'odeur des roses ou du foin fraîchement coupé. C'est tout juste si elle n'a pas goûté au pain bis, aux olives et au fromage, ce qui était souvent le repas de JÉSUS et de ceux qui Le suivaient
____________________________________________________________
(1) La Puissance divine préserve ici l'intégrité des fonctions cérébrales alors que notre Médecine déclare irréversible une absence d'irrigation sanguine du cerveau excédant 10 à 20 minutes, selon les cas, mais pas plus. Ici : 4 jours !
dans Ses déplacements à travers toute la Palestine et jusqu'au Liban et en Syrie. Qui peut le plus, peut le moins : les dictées, au mot-à-mot, de JÉSUS et de MARIE à Maria Valtorta, sont éblouissantes et doivent être attentivement méditées. Je ne résiste pas à l'impulsion de reproduire ici une partie de la dictée de JÉSUS ayant trait à la résurrection de Lazare (T.8, p.74/75) :
.".. Dans Ma Prière au Père se trouve répété ce que J'ai dit au début : il était nécessaire de secouer par un miracle de première grandeur l'opacité des juifs et du monde en général.
La résurrection d'un homme enseveli depuis quatre jours et descendu au tombeau après une maladie bien connue, longue, chronique, répugnante, n'était pas une chose qui pût laisser indifférent, ni non plus incertain. Si Je l'avais guéri alors qu'il vivait, ou si Je lui avais inspiré le Souffle sitôt expiré, l'âcreté des ennemis aurait pu créer des doutes sur la réalité du miracle. Mais la puanteur du cadavre, la pourriture des bandelettes, le long séjour au tombeau, ne laissaient pas de doute.
"Et, miracle dans le miracle, J'ai voulu que Lazare fût dégagé et purifié en présence de tout le monde pour que l'on vît que, non seulement la vie, mais l'intégrité des membres était revenue là où auparavant l'ulcération de la chair avait répandu dans le sang les germes de mort. Quand Je fais Grâce, Je donne toujours plus que vous ne demandez. J'ai pleuré devant la tombe de Lazare, et on a donné à ces pleurs tant de noms ! Pourtant sachez que les Grâces s'obtiennent par la Douleur mêlée à une Foi assurée dans l'Éternel.
"J'ai pleuré, non pas tant à cause de la perte de l'ami et de la douleur de ses soeurs, que parce que, comme un fond qui se soulève, ont affleuré à cette heure, plus vives que jamais, trois idées qui, comme trois clous, M'avaient toujours enfoncé leur pointe dans le coeur :
- La constatation de la ruine que Satan avait apportée à l'homme en l'amenant au Mal. Ruine dont la condamnation humaine était la douleur et la mort. La mort physique, emblème et image vivante de la mort spirituelle, que la faute donne à l'Âme en la plongeant, elle Reine destinée à vivre dans le Royaume de la Lumière, dans les ténèbres infernales.
- La persuasion que même ce miracle, mis pour ainsi dire comme le corollaire sublime de trois années d'évangélisation, n'aurait pas convaincu le monde judaïque de la Vérité que Je lui avais apportée, et qu'aucun miracle n'aurait fait du monde à venir un converti au Christ. Oh ! douleur d'être près de mourir pour un si petit nombre !
- La vision mentale de Ma mort prochaine. J'étais Dieu mais J'étais Homme aussi. Et pour être Rédempteur, Je devais sentir le poids de l'expiation, donc aussi l'horreur de la mort et d'une telle mort. J'étais un homme vivant, en bonne santé qui se disait :
"Bientôt Je serai mort, Je serai dans un tombeau comme Lazare. Bientôt l'agonie la plus atroce sera ma compagne. Je dois mourir." La Bonté de Dieu vous épargne la connaissance de l'Avenir, mais à Moi elle n'a pas été épargnée.
"Oh ! Croyez-le, vous qui vous plaignez de votre sort. Aucun n'a été plus triste que le mien, de Moi qui ai eu la constante prescience de tout ce qui devait M'arriver, jointe à la pauvreté, aux privations, aux aigreurs qui M'ont accompagné de Ma naissance à Ma mort. Ne vous plaignez donc pas et espérez en Moi. Je vous donne Ma Paix."
"Douleur de mourir pour un si petit nombre" : il y a dix ans j'ai offert le 1er volume de cette Oeuvre à un Prêtre de mes amis et à un membre de ma famille, espérant les enthousiasmer comme je l'étais, ce qui les inciterait à lire toute l'oeuvre ; deux échecs, pour le moment ; mais Dieu attend chacun à son heure ; quand tout s'écroulera autour d'eux, ils se souviendront de ce livre oublié dans un tiroir.
"La Bonté de Dieu nous épargne la connaissance de l'avenir" : c'est donc que nous avons eu connaissance de notre destin terrestre, et cela où et quand ?, sinon lors de la création de notre Âme en Dieu avant d'être jointe à l'embryon nouvellement conçu.
Je pense que la naissance abaisse un voile sur la mémoire profonde de l'âme ; ce voile n'est pas toujours opaque, on le constate dans les vocations précoces, quand le jeune enfant déclare "Je serai docteur, ou Religieuse, musicien ou Prêtre. Mais tous, quelle que soit notre Religion ou l'absence de Religion, nous avons accepté de vivre sur la Terre au service d'autrui, donc de Dieu qui est en chaque prochain.
La décision, les moyens, sont laissés à notre libre-arbitre pour nous en faire acquérir tous les mérites. De même les sacrifices que nous avons d'avance acceptés, parfois le sacrifice suprême, ont été enfouis dans notre mémoire pour permettre à notre humaine faiblesse de survivre : la Bonté de Dieu.
"Quand Je fais Grâce, Je donne toujours plus que vous ne demandez" : Là, JÉSUS répète à Maria Valtorta ce qu'Il avait dicté à Gabrielle Bossis : "Je donne toujours plus qu'on Me demande." Rappelons-nous le dicton :
"Qui donne au Pauvre, prête à Dieu
qui rend au centuple."
Pour nous engager à le faire en Confiance, JÉSUS dicte à Gabrielle BOSSIS :
"Ressemble-Moi, vous serez jugés sur Ma ressemblance" "Un acte de Bonté, c'est un pas de ressemblance" "Plus tu te donneras aux autres, plus Je Me donnerai à toi" "Plus tu donneras de Lumière, plus tu en garderas" "Exerce-toi à t'adresser au prochain dans l'attitude d'un inférieur" "Quand tu donnes, sois dans la disposition de remercier celui qui te donne l'occasion de faire l'aumône" "Faire le Bien, c'est Me répandre : le Bien c'est Moi."
"Ne te décourage pas ; il y a bien des manières d'avancer, même par des chutes" "Avec ce que Je mets dans ta main, donne aux autres" "Prolonge-Moi sur la Terre : J'y suis encore par vous."
Ces quelques phrases sont extraites du 1er tome de "LUI et moi" qui en compte 7. La dernière phrase de JÉSUS à Gabrielle est un "leit motiv" : ce premier pas de Ressemblance qu'Il attend de nous. JÉSUS dicte à Marguerite (6), le 21.06.1973 :
"VA vers celui qui souffre, console-le. VA vers celui qui doute, rassure-le. VA vers celui qui pleure, sèche ses larmes. VA vers celui qui attend, exerce-le à la patience. VA vers l'égaré, montre-lui le chemin. VA vers celui qui désespère, donne-lui l'Espérance.
"VA vers celui qui manque de Foi, raffermis-le. VA vers celui qui est dans la nuit, fais-lui espérer la Lumière. VA vers l'éxalté, apaise-le. VA vers l'indécis, donne-lui la fermeté. VA vers tes frères, porte-leur le bon Parfum du Christ JÉSUS, Sa Douceur et Son Humilité."
Va, va, va ! Irons-nous ? Il n'est pas nécessaire d'être savant pour être Apôtre de JÉSUS, il suffit d'aller aux rencontres de chaque jour en mettant notre main dans Sa main que JÉSUS nous tend ; vers ces rencontres que JÉSUS prépare, une à une.
Pendant trois ans, dans ce Moyen-Orient qui est en feu depuis des années, dans ce Moyen-Orient où le Feu du Ciel a détruit Sodome et Gomorrhe pour cause d'homosexualité pourrie, où NINIVE a fait Pénitence et a été épargnée grâce au Message du prophète Jonas, dans ce Moyen-Orient où Adam et Ève ont perdu le Jardin d'Éden préparé pour nous, pendant trois ans, marchant infatigablement sous la pluie ou le soleil sur des milliers de kilomètres, JÉSUS est allé à la rencontre des foules et des isolés, faisant ce qu'Il nous demande de faire. Toutes les Preuves de l'Existence de Dieu sont dans la Bible qui est vraie, avec tous les Miracles réalisés par JÉSUS. Il savait qu'Il allait offrir Sa Vie pour le "petit nombre" de l'avenir ; c'est notre tour de vivre cet avenir et le nombre de ceux qui croient est de plus en plus petit.
J'ai déjà dit que trop de Prêtres donnent l'impression d'avoir une "crédulité limitée" dans la Bible où, dans les dernières éditions, le mot miracle a été remplacé par le mot signe en omettant l'épithète "étonnant" (dans le dictionnaire, miracle = signe étonnant) ; mais signe, dans la Bible, doit donner à penser signature, celle de Dieu. Si cela va sans dire, cela va encore mieux en le disant.
Certains Prêtres semblent farouchement allergiques au Merveil-leux chrétien, alors que merveilleux signifie admirable et doit imposer le Respect ; bien des Prêtres répètent avec insistance que la conviction de l'Existence de Dieu est le résultat d'une expérience personnelle et intime, ce qui est vrai pour les rares sensibilités qui l'ont expérimenté et s'en souviennent ; mais en ajoutant : "l'Existence de Dieu ne se prouve pas."
Là, ils sont en contradiction avec le Livre de la Sagesse dans l'Ancien Testament, avec l'Épître aux Romains de St Paul, dans le Nouveau Testament, avec le Pape Pie IX, entre autres, qui a écrit :
"Je confesse que Dieu peut être reconnu par la lumière naturelle de la raison, reconnu dans ses oeuvres visibles de la Création, comme la Cause dans ses effets, reconnu avec certitude et prouvé
Les témoignages des savants
L'École laïque, l'Université et la Science se gardent prudemment de contredire la réalité de l'Existence de Dieu parce que les Savants les plus éminents n'ont pas hésité à écrire leurs convictions positives :
A. L. CAUCHY (1789- 1857), Mathématicien français, écrit : "Je suis un chrétien, c'est-à-dire que je crois à la Divinité du Christ, comme y ont cru Tycho de Brahé, Copernic, Descartes, Newton, Leibnitz, Pascal, etc... comme tous les grands astronomes et mathématiciens du temps passé"
A ces noms, on peut ajouter ceux d'HERSCHEL qui découvrit la planète Uranus, VOLTA qui inventa l'eudiomètre et la pile qui porte son nom, AMPÈRE qui rédigea les lois de l'electromagnétisme, GAUSS qui codifia la loi des erreurs, SIEMENS qui créa l'electro-technique, Claude BERNARD, le plus grand Biologiste du siècle dernier, etc...On pourra objecter que tous ces Savants ont vécu au siècle dernier, alors voilà la conviction de savants du 20ème siècle  :
Paul SABATIER, Prix Nobel de chimie 1912, dont l'Université de TOULOUSE a pris le nom  : "Vouloir établir des contradictions entre les sciences de la nature et la religion, prouve que l'on méconnaît l'une et l'autre de ces disciplines."
MARCONI, Physicien italien (1874-1937), Prix Nobel 1909 : "Je déclare avec fierté que je suis croyant.
Je crois à la force de la Prière. J'y crois non seulement comme catholique pratiquant, mais aussi comme scientifique."
Max PLANCK, physicien allemand (1858-1947), Prix Nobel 1928 : "Aussi profondément que nous pouvons porter notre regard, nous n'apercevons nulle part une contradiction entre la Religion et la science, mais bien plutôt concordance sur les points essentiels. Religion et science ne s'excluent pas, comme certains le croient ou le craignent, mais se complètent et se conditionnent. Pour le croyant, Dieu Se trouve au début, pour le physicien, au terme de toute pensée."
Albert EINSTEIN, mathématicien d'origine juive (1879-1955), Prix Nobel 1921 : "Chaque scientifique sérieux doit éprouver un sentiment religieux, ne pouvant s'imaginer que les fines cohérences qu'il découvre ont été pensées d'abord par lui-même. Dans cet Univers incompréhensible se révèle une infinie raison supérieure. L'opinion courante qui prétend que je suis athée est erronée ; celui qui prétend le découvrir dans mes théories scientifiques ne les a pas comprises."
Werner von BRAUN, ingénieur (de la NASA) d'origine allemande (1912-1977) : "Parfois on entend cette opinion : que nous vivons à l'ère du spatial, que nos connaissances de la nature se sont tellement amplifiées que nous pouvons renoncer à croire en Dieu ; il n'en est certes pas ainsi. Seule une Foi renouvelée en Dieu peut amener la transformation nécessaire qui peut sauver le monde de la catastrophe. Science et Religion sont comme des soeurs, et non une contradiction."
JORDAN, physicien allemand (1902-1980), créateur de la mécani-que quantique : "L'évolution moderne a expulsé les obstacles qui empêchaient l'harmonie entre les vues religieuses et scientifiques du monde. Du côté de la science, il n'y a plus d'objection contre un Dieu Créateur."
Carl. G. JUNG, philosophe suisse (1875-1961), créateur de la psychologie analytique : "Je peux prétendre que tous mes patients au-dessus de 35 ans, tombèrent malades parce qu'on les avait privés de ce que la Religion offre aux croyants. Ceux qui n'ont pas retrouvé une attitude religieuse, n'ont pu être guéris."
Hans SPEMANN, biologiste allemand (1869-1941), Prix Nobel 1935  : "Je dois avouer que lors de mes travaux expérimentaux, j'ai l'impression d'avoir en face de moi quelqu'Un qui dialogue et qui me dépasse de loin par Son Intelligence. Cette présence incroyable suscite chez le chercheur une respectueuse admiration."
On pourrait trouver d'analogues opinions positives avec Alexis CARREL, Prix Nobel 1912 ; avec DIRAC, avec de BROGLIE, avec PAULI, Prix Nobel 1945, etc... Parlant de la Science, le Pape Pie XII écrit : "A l'encontre d'affirmations superficielles, la vraie science découvre Dieu toujours davantage en faisant des progrés."
Quant à GHANDI, il a écrit : "Je n'hésite pas à dire que je suis plus persuadé de l'Existence de Dieu que de notre propre existence en cet espace."
Mais, très peu connus, on trouve aussi des témoignages de Foi, exprimés par ceux qui ont combattu Dieu dans la pensée humaine !
Les témoignages des athées
Karl MARX et Frédéric ENGELS ont été les théoriciens du socialisme. ENGELS a écrit : "Depuis cette horrible Révolution française, un nouvel esprit diabolique s'est emparé de l'Humanité.". "L'athéisme dresse sa tête insolente et orgueilleuse.". "On ne peut s'empêcher de penser que les prophéties de l'Ecriture se réalisent." Et ENGELS poursuit en citant St Paul ; parlant des Athées militants, il écrit : "Ils parcourent l'Allemagne en se faufilant partout, ils prêchent leur doctrine satanique et portent l'étendard du diable, de ville en ville, attirant la jeunesse pour les précipiter dans l'abîme et la mort."
MARX n'a jamais nié l'existence de Dieu ; il écrivait : "Je veux me venger de Celui qui règne là-haut.". "Avec mépris, je jette le gant au visage de ce monde et j'observe la chute de ce nain-géant, sans que cet évènement puisse étouffer ma haine. Egal à Dieu et victorieux, je marcherai à travers les décombres de ce monde, octroyant à ma parole une puissance active. Je me sens l'égal du Créateur.". "Le communisme commence par l'athéisme."
Engels, Marx et Nietzsche (qui a écrit : "le socialisme produit la morale d'animaux de troupeau") ont été influencés par Bruno BAUER (1809-1882), théologien protestant, contestant l'historicité du Christ. Or BAUER avoue : "Je fais mes cours à l'Université devant un auditoire très nombreux. Quand je débite mes blasphèmes du haut de ma chaire, je ne me reconnais plus du tout : en blasphémant, je pense à ma pieuse attitude à la maison, lorsque je rédigeais une apologie de la Sainte Écriture. Le démon, qui me saisit aussitôt que je monte en chaire, est terrible ; je me sens si faible que je dois lui succomber."
BAUER avait conscience d'être possédé. On ne peut croire au diable sans croire, d'abord, en Dieu. Marx, lui, s'identifiait à Satan.
Joseph STALINE précise devant le Soviet Suprême, le 21.12.1952 : "Marx a forgé cette formule : 'la Religion est l'opium du peuple'. Ainsi, il a amputé l'homme de sa conscience. Un homme sans conscience perd sa responsabilité devant Dieu."
Et, bien sûr, c'est Dieu qui a toujours le "dernier mot" ; Il attend chacun de nous "au tournant de sa dernière heure." Ainsi :
- ENGELS déclara : "La vie doit retourner vers Celui qui est mort pour tous les hommes sur la Croix."
- MARX  : "Ainsi donc, j'ai manqué mon Ciel, je le sais avec certitude. Mon Âme qui appartenait à Dieu, est destinée à l'Enfer. Ah ! l'Éternité, ce sera notre souffrance éternelle."
- LÉNINE : "Nous avons suivi la mauvaise piste. La Russie aurait eu besoin d'une dizaine de St François. Le sang ne fait que de commencer à couler" (cent millions de morts sous Staline). Et Lénine demanda Pardon à Dieu pour toutes ses fautes.
- MAO TSÉ TOUNG, qui s'était fait baptiser par une Nonne catholique en 1936 lors d'une grave maladie, déclare en 1971 à un journaliste britannique : "Bientôt je vais paraître devant Dieu."
- VOLTAIRE a écrit : "Si Dieu n'existait pas, il faudrait l'inventer, mais Il EXISTE : toute la nature le proclame" ; il a écrit aussi : "Dieu a fait l'homme à Son Image, mais l'homme le Lui a bien rendu." Avant de mourir, il a réclamé un Prêtre toute la nuit. Au cours d'un exorcisme, le démon déclare en ricanant : "Voltaire ne voulait pas aller dans le trou, mais nous l'y avons poussé"
- JAROLAWSKI, Président du Mouvement Athée international, sur son lit de mort, demande à Staline : "Brûlez tous mes livres ! Voyez le Saint ! Il m'attend ! Il est là ! Brûlez mes livres !."
- Heinrich HEINE, poète et blasphémateur allemand (1797-1856), écrit avant sa mort : "La vieille lyre s'est brisée sur le Rocher qui s'appelle le Christ. La vieille lyre, poussée par un mauvais esprit, a fêté les mauvaises fêtes ; la lyre qui appela à la révolte, qui chanta le doute, le blasphème, la chute ; ô Seigneur, je m'agenouille, pardonne-moi, pardonne-moi mes chants."
Le Tout-Puissant triomphe toujours : "on ne se moque pas impunément de Dieu." Aujourd'hui, en témoigne partout l'écroulement du communisme qui a misérablement lutté contre Dieu.
BOUKHARINE, Conseiller de Lénine déclarait en 1922 : "Il faut détruire cette idée d'amour du prochain, la pire ennemie du communisme qui veut conquérir le monde" ; et LUNATSCHARSKI, Commissaire russe à l'Éducation : "Les chrétiens prêchent l'Amour et la Miséricorde, nous voulons la haine !.. Nous avons liquidé les rois de la Terre, liquidons le Roi des Nuées" ; leur guerre misérable les a conduits en Enfer. "Je vous ai conquis" a crié en russe la créature démoniaque sortie du forage de Mourmansk : tous les responsables communistes qui en ont été informés ont parfaitement compris le sens de cette phrase.
Tout ce que je viens de rappeler ci-dessus est soigneusement enterré dans le silence imposé aux médias et aux "philosophes" actuels, à bien des Clergés aussi, par l'ambition, donc par la franc-maçonnerie qui, dans les grades inférieurs, est une "coopérative d'ambitions" ; et dans les hauts grades, une oligarchie d'Argent et de Pouvoir. Mais celui qui lira ces lignes sera peut-être tenté de douter de la véracité de mes sources : le scepticisme vrai est toujours une prudence salutaire ; mais pour examiner, il faut disposer de la documentation qui permet de vérifier.
C'est pour cela que vont suivre les preuves matérielles qui mettent en évidence de façon irréfutable la réalité de l'Existence de Dieu ; là, pour certaines, la vérification est facile et chacun pourra édifier, lui-même, la force de sa conviction ; de cette Force dépend la décision de changer de "style de vie", de se convertir à l'Amour.
Dans son livre : "La Foi de l'Église", NEUNER-ROSS écrit : "Certes, en ce monde il n'y a pas de vision directe de Dieu, mais l'être humain peut appréhender l'Existence de Dieu par sa capacité de conclure. Les Miracles, avant tout, prouvent la réalité de la Révélation divine.".. "Nous n'avons pas le droit d'exiger d'un incroyant son adhésion au Fait de la Résurrection de Notre Rédempteur, sans lui avoir fourni des preuves certaines."
Pourquoi des preuves, et matérielles ?
Une seule preuve, indiscutable parce que matérielle, irréfutable parce que vérifiable, serait, selon la formulation mathématique, "nécessaire et suffisante."
Mais le matérialisme athée a enrobé l'intelligence humaine de couches superposées d'une gangue qu'il faut casser. Chaque preuve matérielle va faire voler en morceaux cette gangue, libérant l'intelligence enchaînée par tous les mensonges. La Liberté et l'Intelligence sont les points de ressemblance entre le Créateur et Sa Créature.
Avec ces preuves matérielles, qui sont des armes de conviction, des électro-chocs pour réveiller la curiosité d'abord, la réflexion ensuite, la décision enfin, ne soyons pas comme ces "porcs piétinant les perles dans leur fumier" ; ces preuves sont autant de moyens de secours à personnes en danger : en danger de croupir dans la tiédeur à cause de leur ignorance. Ces preuves matérielles sont relatées dans l'ordre chronologique où Dieu les a données à l'Humanité ; la plupart sont reconnues vraies par l'Église où les Prêtres montrent une surprenante réticence à en parler.
† † †

2. 1. La Preuve de LANCIANO
**********************************
Elle est détenue par l'Église depuis 12 siècles en Italie, à LANCIANO. Là, au 8ème siècle, après avoir opéré la double Consécration Eucharistique à la Messe, un Prêtre en vient à douter de la Présence réelle du Corps et du Sang du Christ dans l'Hostie et le Vin. C'est alors que, sous ses yeux, l'Hostie devient Chair et le Vin, du Sang qui se coagule en 5 caillots inégaux.
L'Hostie-Chair a la taille et la finesse de la grande hostie encore en usage à la Messe. Elle est de couleur légèrement brune et, si on l'observe devant une lumière, elle apparaît rosée. La couleur des cinq caillots est terreuse, tirant sur le jaune-ocre. Des expertises avaient été effectuées aux 16ème, 17ème et 19ème siècles.
Puis le finesse et la fiabilité des analyses de laboratoire ayant beaucoup progressé au 20ème siècle, une nouvelle expertise fut confiée à un groupe de scientifiques de l'Université de SIENNE, sous la direction des Professeurs LINOLI et BERTELLI (anatomie humaine, histologie pathologique, chimie et microsocopie cliniques). Le rapport d'expertise, daté de 1971, expose les résultats des analyses effectuées, illustrés par une série de photos prises au microscope :
"Cette Chair est vraiment chair ; ce Sang est vraiment sang. La Chair et le Sang appartiennent à l'espèce humaine ; ils sont du même groupe sanguin, AB.
"Le diagramme de ce Sang correspond à celui d'un sang qui aurait été prélevé sur un corps humain dans la même journée. La Chair est constituée de tissu musculaire du myocarde (*). La Chair et le Sang sont exactement semblables à ceux d'une Personne ayant réellement existé." (* : le coeur)
"NULLE PART, on n'a trouvé des restes d'une imprégnation du tissu organique par une quelconque substance destinée à le conserver par momification. La manière dont cette tranche de Chair aurait pu être obtenue par dissection dans le myocarde suppose une habileté exceptionnelle de praticien*."
[(*) : Cela, maintenant ; et il y a 12 siècles encore bien plus].
"Les protéines contenues dans ce Sang sont normalement réparties, dans un pourcentage identique à celui du schéma protéique du sang frais normal. La conservation des Reliques, laissées à l'état naturel durant des siècles et exposées à l'action d'agents physiques, atmosphériques et biologiques, reste un phénomène inexplicable scientifiquement."
Édité en français par le Sanctuaire du Miracle Eucharistique de LANCIANO, le feuillet d'information précise que ces résultats d'analyse ont été diffusés par plusieurs revues scientifiques du monde entier ; sauf erreur de ma part, les grands médias n'en ont pas fait mention et 99% des Croyants l'ignorent ; et je n'ai jamais entendu un Prêtre en parler dans une homélie à la Messe.
Sauf les méfiants, toujours prêts à suspecter une conjuration dans le truquage (parce qu'eux-mêmes en seraient capables), tout le monde sait le respect sacré attaché aux Reliques du catholicisme. Dans les archives du Sanctuaire se trouvent la description des Reliques et les résultats des analyses effectuées depuis 4 siècles.
Et, non seulement l'expertise de 1971 est irréfutable, mais de plus, la répétition scientifique de contrôle pourrait être faite à tout moment, avec les mêmes résultats : cette fine découpe de coeur et ces caillots de sang au diagramme identique à un sang prélevé dans la "même journée" que l'analyse, et demeurés à l'abri de la putréfac-tion depuis 12 siècles, sont des faits inexplicables scientifiquement.
Dans la 2ème édition, j'avais insisté : "chaque caillot pèse exacte-ment autant que les quatre autres, bien qu'ils soient inégaux ; et pèse exactement autant que les cinq caillots ensemble." Or un Lecteur m'a envoyé un document donnant le poids exact de chaque caillot, ce qui semble réduire à néant ce caractère étonnant supplémentaire que j'avais signalé. Mais un autre Correspondant, plus complètement informé, me signale que le fait étonnant s'est bien produit à la première pesée, mais ne s'est plus reproduit ensuite.
Naturelle, la photo n° 11a est celle du reliquaire ; mais la photo n° 11 du même reliquaire, prise par un pèlerin à LANCIANO, est surnaturelle : elle montre une hostie blanche qui n'existe pas dans la réalité ; le Bon Dieu a voulu donner ainsi confirmation du Miracle d'il y a 12 siècles. Des Miracles eucharistiques, il y en a eu beaucoup au cours des siècles : Jean LADAME (dans "Prodiges eucharistiques", aux Editions France-Empire) en relate une cinquantaine.
La photo n° 8 a été à l'origine de la diffusion d'une image pieuse très connue, colorisée, avec parfois la mention "Mystérium Fidéi" (Mystère de Foi) "par Paul Wante." La photo authentique (n° 8) est en noir et blanc, la photo-couleur n'existant pas à l'époque ; elle est accompagnée de l'explication suivante, omise par les diffuseurs de l'image pieuse colorisée ; voici cette explication  :
"Cette image n'est pas un tableau, mais une photo authentique. C'est une Grâce accordée à un jeune Prêtre allemand le 3ème jour de son ordination sacerdotale, le 29 Août 1932.
"Les Religieuses étaient au couvent ; c'est dans la salle du chapître. Ni le Prêtre à l'Autel, ni le Servant de la Messe (un frère convers), ni le frère par le sang (le frère du Prêtre, qui a photographié) n'ont vu quoi que ce soit. Je connais le Prêtre à qui cette Grâce a été accordée ; je connais aussi les circonstances précises et je me porte garant de l'authenticité de ce FAIT. Signé : Père KEISER, Luxembourg."
Et, fin 1993, une correspondante me confirme en tous points l'explication et la signature du Père KEISER qu'elle a bien connu.
La photo n°9 est aussi une photo surnaturelle ; elle a été obtenue à COLMA di VALDUGGIA (Province de VERCELLI, Italie), l'Ostensoir sur l'Autel ayant été photographié au cours d'une Adoration du Très-Saint Sacrement. Bien qu'un peu floue, la photo montre le décor en rayonnement de l'Ostensoir autour du Visage de JÉSUS, là où les fidèles ne voyaient que l'Hostie Consacrée.
Ce Visage de JÉSUS, très marqué, fait penser à la Prière du Christ au Père Éternel : pendant l'Agonie spirituelle au Gethsémani ; ou sur la Croix où on Le clouait : "Père pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font."
Le Mystère de la Sainte Messe
Et à la Messe où JÉSUS fait la même Prière, à l'Élévation où l'on ne s'agenouille généralement plus (on a enlevé les agenouilloirs pour gagner de la place, ce qui a fait perdre au Seigneur une marque de Respect) ; cette Prière de JÉSUS à la Messe nous est révélée par maman Carmela (5) à qui JÉSUS dicte, le 22.04.1968 :
"Sache pourtant que le monde n'est pas tombé en ruine sous le poids de ses iniquités, justement parce que l'on renouvelle sans cesse sur les Autels Mon Sacrifice, Mon Immolation, et que de chaque Autel monte vers le Père Ma Supplication pour qu'Il ait pitié de tous les hommes, bons ou méchants soient-ils."
La Sainte Messe n'est pas seulement une "commémoration", encore moins seulement "un repas fraternel." JÉSUS dicte à Maman Carmela le 8.05.1968 :
"La Sainte Messe est un renouvellement continuel du Sacrifice du Calvaire.". "Rappelle-toi qu'il n'est pas de Prière aussi efficace que la Sainte Messe car Moi, Je prie pour vous et avec vous." ... "Ma Passion continue au cours des siècles ; d'une manière non sanglante dans le Sacrifice de la Messe, et d'une manière sensible et véritable dans les persécutions de Mes enfants de la Terre." "MARIE, qui est la Co-Rédemptrice du genre humain, ne peut, même maintenant, demeurer absente de ces Mystères grandio-ses."
"Co-Rédemptrice" : c'est là un Titre de Gloire que l'Église n'a pas encore reconnu à MARIE. Mais "L'Osservatore Romana", journal du Vatican dans un article de première page du 7.08.1984, traite de MARIE co-rédemptrice.
Par Marie d'Agreda, nous apprenons la Prière de MARIE au Père Éternel pendant que JÉSUS se dirige vers le Mont des Oliviers où Il va être trahi, vendu et capturé.
Elle supplie le Père de ressentir, en son Âme et en son corps, toutes les Souffrances de Son Fils et Elle est exaucée ; Elle éprouvera l'angoisse et les sueurs de sang du Géthsémani ; Elle ressentira le soufflet, de MALCHUS ganté de fer, à JÉSUS devant le Sanhédrin, la Flagellation, le poids de la Croix qui met à nu la clavicule droite de Notre Seigneur, les chutes et les clous. Du 18 au 29.09.1968, JÉSUS dicte à Maman Carmela 14 pages sur les Douleurs de MARIE :
Elle aima si intensément la Croix qu'Elle fut crucifiée avec Moi, par les mêmes clous bien qu'ils fussent invisibles" (...) "Je te dis que c'est vraiment par les mérites de MARIE et par Ses invocations qu'a été hâtée la Rédemption du monde"
"Elle S'est en effet, librement soumise à une souffrance sans limite au point d'effleurer véritablement la Mienne, pour devenir, avec Moi, Instrument de Rédemption.". "À Ma naissance Elle M'enveloppa de langes, après M'avoir lavé de Ses larmes de joie et de douleur qui coulaient en abondance de Ses yeux"
[Dans la Grotte à minuit, pas d'eau tiède].
"Elle caressait les boucles blondes de Son Enfant et pensait que cette petite tête dorée serait couronnée d'épines. Elle caressait les douces petites mains et les petits pieds roses et Se rappelait que des clous très durs les traverseraient."
MARIE n'a pas bénéficié longtemps du bienheureux oubli de la naissance ; alors que Son Enfant est encore un Bébé, Elle Se rappelle qu'Il sera torturé 33 ans plus tard. Et JÉSUS confirme ce qui avait été révélé à Marie d'Agreda et à Maman Carmela (ci-avant), en dictant à don Ottavio (4), le 15.05.1975 :
"La participation de Ma Mère à Mon Incarnation est un Mystère grand et sublime ; tandis qu'Elle Me donnait la vie corporelle et Me nourrissait et M'élevait, avant la naissance et après la naissance, Moi Je Lui donnais dans une mesure toujours plus grande, Ma Vie Divine."..
"Sa Participation à Ma Souffrance infinie est mystérieusement si intense, qu'elle ne peut être comprise par des esprits humains. Pour la même raison, Son Amour pour Moi, Un et Trine, et pour tous les hommes, devient incompréhensible à des esprits humains. La Grandeur de Ma Mère dans l'épreuve et dans la douleur, Sa Grandeur dans la Gloire, sont aussi une chose incompréhensible à des esprits humains. Elle vit en Moi. Moi, Je vis en Elle. Il en est ainsi maintenant, il en fut ainsi, il en sera ainsi toujours."
Un mystère est ce qui est connu des seuls Initiés. Déjà, on commence à comprendre que JÉSUS ayant donné à Sa Mère Sa Vie Divine "dans une mesure toujours plus grande", cela a permis à MARIE d'être Participante de la Rédemption ; et avec ce que dicte JÉSUS à don Ottavio le 28.07.1975, nous comprenons que la Sainte Vierge bénéficie aussi de l'Omniprésence de Dieu, ce qui Lui permet d'être présente simultanément sur tous les Autels du monde à la célébration de la Messe :
"La participation de Ma Mère au Mystère de la Croix est un Fait unique dans l'Histoire du genre humain et même du Ciel" (...) "Ma Mère fut, et est Prêtresse Vraie dans la mesure où, sur le sommet du Calvaire, Elle offrit au Père la Victime Pure et Sainte, l'Agneau de Dieu, son Fils et, avec l'Agneau, S'offrit Elle-même" (...) "Dans cette double Offrande, qui se renouvelle à chaque Messe,.". "les Prêtres.. ne pensent pas qu'à côté de Moi qui suis Présent dans l'Hostie, Se trouve, comme sur le Calvaire, Ma Mère qui offre au Père, en même temps que Moi, Elle-même aussi."
Dictant à Maman Carmela le 22.05.1970, JÉSUS ajoute :
"Auprès de chaque Tabernacle, comme jadis
sur le Calvaire, Se tient Ma Mère Douloureuse."
"Douloureuse", Pourquoi ? Parce que, trop souvent, dans les églises vides, personne ne tient compagnie au Prisonnier d'Amour, ainsi que le dit MARIE à Maman Carmela le 2.04.1968 :
"Aimez Mon JÉSUS ; s'Il a souffert sur le gibet de la Croix pour tous, Il souffre encore en tous les êtres souffrants du monde et Il souffre aussi pour tout le mal qui se répand dans le monde. Réparez, Mes enfants, et aimez aussi pour ceux qui haïssent.
"Que le soleil ne se couche jamais sur vos journées, sans que vous ayez adressé une pensée à ce Prisonnier d'Amour qui est Mon JÉSUS dans le Tabernacle."
Douloureuse, mais joyeuse aussi ; MARIE dicte à don Gobbi (1) le 8.08.1986  :
"Ainsi, dans l'Eucharistie, JÉSUS Se rend Présent avec Sa Divinité et Son Corps Glorieux, ce Corps que Lui a donné votre Maman céleste, vrai Corps né de la Vierge MARIE."..
"En tant que Mère, Je suis toujours à côté de Mon Fils. Je l'ai été sur cette Terre ; Je le suis maintenant au Ciel, grâce au privilège de Mon Assomption corporelle ; Je suis aussi là où JÉSUS est Présent : dans tous les Tabernacles de la Terre.
"Comme Son Corps Glorieux, étant en dehors des limites du temps et de l'espace, Lui permet d'être ici devant vous, dans cette petite église de montagne, mais Lui permet d'être en même temps Présent dans tous les Tabernacles du monde entier, ainsi votre céleste Maman, grâce à son corps Glorieux qui lui permet d'être ici et partout, se trouve vraiment près de chaque Tabernacle où JÉSUS est gardé. Mon Coeur Immaculé Lui sert de Tabernacle vivant, ardent, maternel, de Tabernacle d'Amour, d'adoration, d'action de Grâces et de perpétuelle réparation.
"Je suis la Mère joyeuse de l'Eucharistie.
"Vous savez, fils de prédilection, que là où Se trouve le Fils, il y a aussi toujours le Père et l'Esprit-Saint. Comme, dans la Gloire du Ciel, JÉSUS est assis à la Droite du Père, en union intime avec l'Esprit-Saint, de même lorsqu'appelé par vous, Il Se rend Présent dans l'Eucharistie et qu'Il est gardé dans le Tabernacle, entouré par Mon Coeur de Maman, à côté du Fils il y a toujours la Présence Réelle du Père, la Présence Réelle de l'Esprit-Saint, il y a toujours la divine et très Sainte Trinité."
Ces précisions ne sont pas énoncées dans la Bible ; le dogme de l'Immaculée Conception de MARIE, le dogme de l'Assomption de MARIE au Ciel en Corps et en Âme, non plus : ils ont été décrétés par l'Église (en 1854, le premier : 4 ans avant l'Apparition de Lourdes où MARIE le déclare en patois pyrénéen à BERNADETTE. L'enfant ne comprend pas ce que veut dire : "Je suis l'Immaculée Conception" ; et le second en 1950). Il a fallu près de 19 siècles à l'Église pour ériger en Vérité de Foi l'Assomption de la Vierge, alors que ce Fait était connu des chrétiens, St Jean en ayant été témoin.
Le Magistère de l'Église enseigne que la divine Trinité est indissociable et que chaque église est la Maison de Dieu. Ce que MARIE dicte à don Gobbi éclaire et précise l'enseignement millénaire de l'Église. Cela compris et admis, qui voudra entrer, demeurer et quitter une église, comme on le constate avec crainte trop souvent, de façon aussi désinvolte qu'au théâtre ? Dans toute église, c'est Dieu qui est là ! Dieu, Un et Trine.
La divine Trinité
L'Église enseigne cette Unité de Dieu en trois Personnes, mais elle ne se hasarde pas à l'expliquer davantage que l'énoncé du Symbole de Nicée : "Je crois en un seul Dieu, le Père Tout-Puissant.". "Je crois en un seul Seigneur, JÉSUS-Christ, Fils Unique de Dieu,... engendré, non pas créé.". "Je crois au Saint-Esprit, Seigneur et Vivificateur, qui procède du Père et du Fils" ; mais JÉSUS explique et précise, dictant à Maman Carmela le 22.03.1968 :
"A quel point M'aime le Père, vous pouvez le comprendre à partir de ce Fait : l'Amour qui Nous unit est si grand qu'il fait procéder de Nous une Troisième Personne : l'Esprit-Saint, c'est-à-dire l'Amour Substantiel du Père et du Fils."
Cela, c'est le Mystère divin le plus prodigieux : l'Amour, qui est la Substance du Père et du Fils, donc Leur Essence, Leur Nature, Leur Être, cet Amour qui est Force, qui est Vie, acquiert une Vie autonome en demeurant lié inséparablement avec le Père et le Fils dont l'Esprit-Saint procède (de même, et c'est seulement une analogie, que pour les enfants d'un père et d'une mère qui s'aiment parfaitement, l'Amour parental, agissant et nourrissant, devient l'esprit de la famille). De manière analogue que lumière et chaleur procèdent du soleil.
Et JÉSUS dicte à Maman Carmela (5), le 21.05.1968 :
"L'Esprit-Saint est l'Esprit du Père et le Mien. Il procède de l'Amour qui unit le Père à Moi. Il est l'Amour Substantiel. Il est le Pur-Amour. L'Amour qui Nous unit, c'est-à-dire qui unit le Père au Fils, est tellement grand qu'il constitue une Troisième Personne, éternelle, sage, immense, infinie, égale en tout au deux autres Personnes. Ce fut l'Esprit-Saint qui, sur le monde, souffla (*) la Vie dans la Création et, inséparablement des deux autres Personnes, accomplit toutes les opérations concernant le monde et l'homme."
(* : Souffle signifie Esprit)
"L'Esprit-Saint couvrit de Son Ombre la Vierge MARIE, Sa divine Épouse, et La rendit Mère du Sauveur. Il plana au-dessus de Ma tête, le jour où Jean-Baptiste Me baptisa.
"J'ai parlé de Lui dans Mes prédications pour qu'on Le désirât et qu'on L'attendît vivement. J'ai promis que, sitôt remonté auprès du Père, J'enverrais sur les Apôtres le Saint-Esprit qui les transfor-merait. Les Apôtres passèrent en effet neuf jours (*) avec MARIE, Ma Mère, enfermés au Cénacle, en prière et remplis de ferveur et d'espérance, jusqu'à-ce qu'un vent très violent leur annonçât la Venue de l'Esprit.
[(*) : Ce fut le première Neuvaine du Christianisme : 9 jours entre l'Ascension de JÉSUS et le Dimanche de la Pentecôte ; MARIE savait que Dieu Se donne à la mesure du désir que chacun a de Lui, MARIE Se rappelait, ainsi que nous l'apprend Marie d'Agreda (12), Son extraordinaire Neuvaine avant l'Annonciation, au contact intime de la très-Sainte et Divine Trinité qui La prépare à être la Mère du Sauveur].
"L'Esprit-Saint apparut sous la forme d'un immense globe de feu qui se subdivisa en flammes, lesquelles allèrent se poser sur la tête de chacun.
"Alors s'opéra cette transformation, qui faisait de douze pêcheurs inaptes et peureux, de véritables Hérauts de la Foi. Leur intelligence s'éclaira, leur coeur brûla d'Amour et leur zèle fut tellement grand, qu'ayant quitté le cénacle, ils s'adonnèrent à la prédication comme s'ils avaient été des hommes de science. Pierre parla, convertit et baptisa près de cinq mille personnes, gagnées par la puissance de sa parole.
"MARIE, Ma Mère, Elle aussi, fut confirmée dans la Vérité que Je Lui avais Moi-même enseignée, pour qu'Elle fût en mesure de guider et d'instruire l'Église naissante *. "C'est ainsi que le Feu de l'Esprit-Saint qui éclaire et réchauffe, a commencé d'habiter dans les âmes, tel un doux Hôte (**) et d'agir en tant qu'Âme de l'Église.
"C'est Lui qui dirige l'Église en éclairant son Chef et le rend infaillible dans le gouvernement de cette même Église. C'est l'Esprit-Saint qui la maintient toujours vivante, toujours jeune. C'est Lui qui suscite les nouveaux apôtres, qui les assiste et les prépare, les remplit d'ardeur pour la vie d'apostolat. C'est l'Esprit-Saint qui suscite les grands actes de l'Église, tels que les Conciles et les Encycliques : ce sont comme des lettres qu'Il écrit à Ses enfants et à Ses Fidèles." "C'est l'Esprit-Saint qui, reçu dans les Sacrements et spécialement dans la Sainte Confirmation, donne aux Âmes le désir de la sainteté et de la perfection.
"Il oeuvre infatigablement dans les Âmes. Il relève dans les chutes, Il guérit les blessures du péché, Il soumet les volontés en les stimulant au Bien, Il réchauffe les coeurs froids à l'Amour de Dieu et du prochain et Il redresse ce qui n'est pas juste.
"Il demeure dans l'Âme en état de Grâce et y agit sans cesse et infatigablement. Il parle par les bonnes intentions, Il dissipe les doutes, Il clarifie les idées, Il éclaire les intelligences, et Il accomplit continuellement le miracle qui jadis transformait les Apôtres ignorants en orateurs pleins de savoir. Voilà pourquoi vous voyez des personnes qui tiennent à grand'peine la plume, ou ne connaissent d'autre plume que la pioche, dicter aux hommes des lois pleines de sagesse, des paroles qui éclairent plus ou autant que celles d'un théologien.
"C'est l'Esprit-Saint qui agit, c'est Lui qui transforme ces Instruments inaptes et en fait des prophètes et des pionniers de la Foi. Jadis, dans l'Ancien Testament, l'Esprit-Saint a parlé par les Prophètes et maintenant encore, Il parle sans cesse.
-----------------------------------------------------
(*) : MARIE, Mère de l'Église et Reine des Apôtres.
(**) : L'Église enseigne que le corps humain est le Temple de l'Esprit Saint ; le Temple visible ; mais c'est l'âme humaine qui est "le Saint des Saints" où siège l'Esprit d'Amour. "Le coeur des Apôtres brûla d'Amour", dit JÉSUS ; en Italie, le 28.06.1980, Le Seigneur dicte à "Gemma" (10) : "Sur la Terre, Ma fille, viendra le Feu du Seigneur et ceux qui ne brûlent pas d'Amour seront brûlés."
"Il parle par la bouche du Pape, successeur de Pierre et Mon Vicaire. Il parle par l'intermédiaire de Mes Ministres et leur parole est écoutée, car la doctrine qu'ils enseignent n'est pas d'eux mais de Moi. Il parle à l'intelligence et au coeur de tous ceux qui L'invoquent, mais si une Âme L'invoque avec Amour, avec désir et avec insistance, alors Il vient en cette âme et la rend Sainte.
"Mes enfants, mettez-vous dans la disposition d'accueillir l'Esprit-Saint. Placez-vous devant Lui comme celui qui s'expose au soleil pour être réchauffé et éclairé. Laissez-Le agir, obéissez-Lui, écoutez-Le : Il parle dans le silence. Aimez le recueillement, ne dissipez pas vos Âmes en choses banales. N'oubliez pas que le Seigneur vous veut Saints, mais que pour le devenir, vous devez correspondre à la Grâce de l'Esprit-Saint.
"Il remplit l'Âme de Ses Sept Dons et à ceux qui le désirent, comme au jour de leur Confirmation, Il les renouvelle continuellement. Il te donne la Sagesse, l'Intelligence, le Conseil, la Piété, la Force, la Science et la Crainte de Dieu. Il t'inspirera le désir d'accomplir des oeuvres de Miséricorde. Il sera l'Âme de ton apostolat, si bien que tu ne pourras garder pour toi seule les Dons que Dieu te fait, mais tu voudras les communiquer et en faire Don à tout le monde. Tu voudras répandre la Foi, l'Amour, la Bonté.
Tu sentiras dans ton coeur une Force irrésistible qui te portera à faire le Bien pour la Gloire de Dieu et au bénéfice de tes frères.
"Consacre-toi à l'Esprit-Saint, mets-toi à Son service et à Sa disposition. Tu es Église Vivante et, comme telle, tu dois vivre ton Baptême et ta Confirmation. Répands ta Foi sans respect humain, sans crainte, quoiqu'avec grâce et amabilité. Rappelle-toi que si tu n'es pas apôtre, tu cours le risque d'être apostate, car si tu ne sens pas le devoir de donner ce que tu as, toi aussi, reçu gratuitement, tu cours le risque de perdre même ce que tu possèdes.
"Regarde l'exemple des Saints qui, en correspondant à la Grâce de l'Esprit-Saint, ont passé leur vie en laissant une trace indélébile d'eux-mêmes dans le Bien. "Oeuvre, toi aussi, sur ces traces ; combats le Mal en toi et autour de toi. Accomplis le Bien partout où tu es et partout où tu vas. À ceux qui voulaient clore la bouche aux Apôtres, on répondait : "Si vous leur fermez la bouche, ce sont leurs oeuvres qui parleront."
"Qu'il en soit de même pour vous aussi. Que vos oeuvres parlent, et que ceux qui les voient rendent Gloire à Dieu qui les a opérées en vous."
J'ai reproduit le Message en son entier : choisir des citations est déjà difficile, mais résumer un Message du Verbe de Dieu, cela est impossible, car chaque mot compte.
Et c'est l'Esprit-Saint "qui a parlé par les prophètes" ainsi que l'énonce le Symbole de Nicée, qui parle à Maman Carmela le 26.11.1968 :
"Mes enfants, Je suis au milieu de vous pour vous combler d'Amour. Merci de M'avoir voulu Présent au milieu de vous par cette Image et de vouloir ainsi M'honorer.
"Je suis l'Esprit du Père et du Fils, Je suis l'Esprit-Saint, Âme de l'Église et Vie de vos Âmes. Ma tâche est de répandre l'Amour et de féconder l'Église et les Âmes par l'intermédiaire de MARIE, Ma divine Épouse" ... "Mes enfants, aimez-vous et aimez Dieu, parce qu'Il est Amour et seul celui qui aime possède la Vie."
"Seul celui qui aime possède la Vie" : car l'Amour donne un sens à la vie terrestre et la rend féconde ; encore sur la Terre, celui qui aime est déjà dans le Royaume de Dieu ; il participe de la prodigalité divine : son Amour s'enrichit et se multiplie de tout l'Amour donné. À tous Ses Messagers, JÉSUS parle d'Amour, parle de l'Amour, invite à l'Amour, mendie de l'Amour. Révérence gardée, on peut dire que l'Amour est comme "le métabolisme basal" de Dieu.
La Pentecôte
L'Effusion de l'Esprit-Saint, le Dimanche de Pentecôte, en MARIE et les Apôtres réunis dans le Cénacle, est montrée par JÉSUS à Maria Valtorta (T.10, p.224/228) :
"Un grondement très puissant et harmonieux qui rappelle le vent et la harpe, et aussi le chant d'un homme et le son d'un orgue parfait, résonne à l'improviste dans le silence du matin. Il se rapproche, toujours plus harmonieux et plus puissant, et emplit la Terre de ses vibrations. Il les propage et il les imprime à la maison, aux murs, au mobilier. La flamme du lampadaire, jusqu'alors immobile dans la paix de la pièce close, palpite comme investie par un vent, et les chaînettes de la lampe tintent en vibrant sous l'onde du son surnaturel qui les investit.
"Les Apôtres lèvent la tête, effrayés. Ce bruit puissant et très beau, qui possède toutes les notes les plus belles que Dieu ait données au ciel et à la Terre, se fait de plus en plus proche ; alors certains se lèvent, prêts à s'enfuir ; d'autres se pelotonnent sur le sol, se couvrant la tête avec leurs mains et leurs manteaux, ou en se frappant la poitrine pour demander pardon au Seigneur.
D'autres encore se serrent contre MARIE, trop effrayés pour conserver envers la Toute-Pure, cette retenue qu'ils ont toujours eue. Seul Jean ne s'effraie pas, car il voit la paix lumineuse de joie qui s'accentue sur le visage de MARIE qui lève la tête en souriant à une chose connue d'Elle seule, et qui ensuite glisse à genoux en ouvrant les bras.
Et les deux ailes bleues de son manteau ainsi ouvert, s'étendent sur Pierre et Jean qui L'ont imitée en s'agenouillant. Mais tout ce que j'ai gardé en détail pour le décrire s'est passé en moins d'une minute.
"Et puis voilà la Lumière, le Feu, l'Esprit-Saint, qui entre avec un dernier bruit mélodieux sous la forme d'un globe très brillant et ardent dans la pièce close, sans remuer les portes et les fenêtres, et qui plane un instant au-dessus de la tête de MARIE, à environ trois palmes de sa tête qui est maintenant découverte, car MARIE, voyant le Feu Paraclet *, a levé les bras comme pour L'invoquer et a rejeté la tête en arrière avec un cri de joie, avec un sourire d'amour sans bornes. (*) "Paraclet" : invoqué
"Et après cet instant où tout le Feu de l'Esprit-Saint, tout l'Amour est rassemblé au-dessus de Son Épouse, le Globe Très-Saint se partage en treize flammes, mélodieuses et très brillantes, d'une lumière qu'aucune comparaison terrestre ne peut décrire, et descend pour baiser le front de chaque Apôtre.
"Mais la Flamme qui descend sur MARIE n'est pas une flamme dressée sur son front, mais une couronne qui entoure et ceint, comme un diadème, Sa tête virginale en couronnant comme Reine, la Fille, la Mère, l'Épouse de Dieu, la Vierge incorruptible, la Toute-Belle, l'éternelle Aimée et l'éternelle Enfant, que rien ne peut avilir et en rien, Celle que la douleur avait vieillie mais qui est ressuscitée dans la joie de la Résurrection, partageant avec Son Fils un accroissement de beauté, et de fraîcheur de la chair, du regard, de la vitalité... (...)
Il ne m'a pas été possible de couper la description extasiée de Maria Valtorta. JÉSUS, qui a permis à Maria d'être Témoin de la Vie de MARIE dès avant Sa naissance et jusqu'à Son Assomption, ne lui révèle pas toutes les Merveilles de la Sainte Trinité accomplies en MARIE. Cependant, Maria Valtorta voit en MARIE la Toute-Belle, l'éternelle Enfant : Enfant parce que Toute-Pure, mais Enfant, aussi, parce que le Temps n'a aucun effet d'usure, de vieillissement, sur la Nouvelle Ève à qui Dieu a fait la Grâce de Son Immaculée Conception qui La rend digne d'être l'Épouse de l'Esprit d'Amour et la Mère de l'Amour Incarné.
De ce fait, MARIE a bénéficié des dons préternaturels initialement attribués à la création adamique en Adam et Ève. Cela a été révélé en détail à Marie d'Agreda (12). Parvenue à "l'âge parfait" de 30 ans dans la plénitude de Sa beauté, MARIE cessa de vieillir. Maria Valtorta le note, disant de MARIE arrivant aux noces de CANA : "l'éternelle jeune Femme" : or à ce moment, MARIE est âgée de 49 ans. Maria Valorta voit en MARIE "un accroissement de la vitalité" en ce Dimanche de Pentecôte. Or dans toutes les révélations "privées" qui nous racontent la Vie de MARIE, il n'est jamais fait mention de la moindre maladie ; ni pendant les cinq jours d'un voyage de 120 à 130 Km, à dos d'âne de Nazareth à Béthléem dans la dernière semaine de Sa grossesse et au plein de l'hiver. Et ni pendant l'exode vers Héliopolis (LE CAIRE d'aujourd'hui), toujours à dos d'âne, avec l'Enfant-Jésus âgé de moins de deux ans, de Béthléem à Gaza et le long de la côte méditerranéenne jusqu'aux Pyramides : 4 à 500 Km soit 4 à 5 semaines de voyage. Même pas un rhume !
Voilà ce qui avait été prévu par le Bon Dieu pour l'Humanité ; voilà ce que la Faute Première nous a fait perdre... J'y reviendrai car, pour vous aider à le comprendre, il me faudra "enfoncer le clou" encore et encore, tant c'est extraordinaire. Maria voit 13 Flammes de l'Esprit-Saint. Nous verrons souvent revenir ce nombre qui est le chiffre de MARIE. Il symbolise MARIE, à genoux devant la Sainte Trinité dont Elle est Fille, dont Elle est Épouse, dont Elle est Mère.
C'est un vendredi correspondant à notre 13 Août, que MARIE, consumée d'Amour pour Son Fils et Notre Seigneur, S'endort, à la même heure où Son Fils est mort sur la Croix (à 15 heures, 15 comme les 15 Mystères du Rosaire si cher à MARIE), pour Se réveiller en Assomption vers Son Fils, un Dimanche matin correspondant à notre 15 Août : de cela Jean, le fils donné par JÉSUS, est témoin par Grâce spéciale.
On retrouvera le 13 de chaque mois pendant la série d'apparitions de MARIE à FATIMA. Je ne pense pas que ce soit seulement une superstition la croyance populaire dans le vendredi 13 bénéfique. Pour MARIE, en ce vendredi 13 du mois d'Août s'achevait enfin plus de 20 ans de séparation, matérielle seulement, mais séparation tout de même, avec Son Fils, Son Dieu adoré.
Ne pensez pas que c'est du "folklore marial", que c'est trop beau, que trop, c'est trop : Dieu a voulu que rien ne soit trop beau pour MARIE ; et la Richesse de Dieu est infinie.
Vous avez noté que, dès ce Dimanche de Pentecôte, l'Effusion de l'Esprit-Saint sur les Apôtres, transite par MARIE ; la Médiatrice de toutes les Grâces en reste cependant couronnée : préfiguration du Couronnement de MARIE au Ciel où le Bon Dieu La confirmera dans Son privilège de Trésorière de toutes les Grâces destinées à l'homme. Une couronne de Lumières, le Feu de l'Amour, l'Amour Vivant du Père et du Fils !
L'Esprit-Saint, incorporel, S'est manifesté en une colombe de Lumière devant la foule, lors du Baptême de JÉSUS au Jourdain.
Et, pour nous, Il S'est manifesté par des Lumières sur des photos surnaturelles, obtenues à San Damiano.
La photo n°12, datée du Dimanche de Pentecôte 1980. C'est le "petit jardin de Paradis" qui a été photographié. Là, ni à Pentecôte, ni à aucun autre moment, il n'y a de cierges allumés. Noter le dos de la tête d'un Pèlerin, en gros plan, dans l'angle inférieur droit de la photo : cet homme, ou cette femme, n'avait certainement pas orné sa coiffure de minuscules bougies allumées. La statue de MARIE que l'on voit au centre-gauche, est réelle ; mais la forme que l'on voit à droite n'existe pas dans la réalité. Voilà ce que j'avais écrit dans les deux premières éditions. Mais une Correspondante corrige une erreur de date et complète l'explication :
"Cette photo n° 12 date du 21 Mai 1972 (et non de 1980). Et voici l'interprétation du Prêtre qui a obtenu cette photo :
"Les cierges allumés autour de la Madone (ci-dessus : la forme que l'on voit à droite) signifient que nous devons tous prier le Saint-Rosaire avec la Très-Sainte Vierge. Le ton violet dominant indique qu'il faut joindre la Pénitence à la Prière. Le triangle des 7 flammes symbolise les Sept Dons du Saint-Esprit. Les 3 flammes à gauche et à droite du triangle sont les symboles de la Foi, de l'Espérance et de la Charité qui doivent animer toutes nos prières. Animés par ces trois Vertus et les Sept Dons de l'Esprit-Saint, nous devons consumer nos vies, comme ces petits cierges qui se consument lentement au Service de Dieu, en priant et en faisant pénitence en union avec MARIE, notre Mère."
Sur la photo n°13, on voit nettement les Lumières au milieu des Pèlerins. Il ne s'agit pas de bougies ou de cierges : on ne voit que les Lumières.
La photo n°14 a été obtenue le 14.05.1982, c'est le poirier miraculeux qui a été photographié. Au cours de Ses apparitions à San Damiano, MARIE Se tenait au-dessus de ce poirier ; Elle en avait prédit la floraison miraculeuse : elle a été constatée par une foule de témoins au début de l'Automne 1965 ; à cette époque de l'année, un poirier porte des fruits mais plus aucune fleur.
L'Amour : Loi Primordiale
*****************************
"Mes enfants, aimez-vous et aimez-Moi ; là sont la Loi et les Prophètes, tout le reste n'est rien",
dicte JÉSUS à Maman Carmela le 29.05.1968 ; et Il ajoute :
"Une Âme qui aime Me console de mille autres qui ne M'aiment pas" ; et le 25.03.1968 : "Aimez, car seul l'Amour dure éternel-lement." À Marguerite (6), JÉSUS dicte  :
"Si Je cessais d'aimer, Je cesserais d'être Dieu." (12.11.1965)
"Je ne suis pas Maître de l'Amour, Je suis l'Amour."(12.04.1967)
"L'Amour engendre la Foi ; la Foi engendre l'Amour"(27.6.1966)
"J'ai besoin des hommes car Je les aime d'un Amour fou ."
(8.04. 1966)
"Je ne vous ai pas laissés Orphelins. Et Mon Sacrement Eucha-ristique prouve assez la folie de Mon Amour pour vous" (4.05.1967)
"Mon Amour pour les hommes a crucifié Ma chair, broyé Mon Âme dans une Agonie horrible." (11.08.1966)
"Chaque homme a reçu sa part de Mon Sacrifice.". "Ne dédaignez aucun de vos Frères, car ils sont nés de Moi, tout comme vous. Et Je vous aime tous d'un Amour égal." (17.08.1966)
"La qualité de l'Amour se mesure à la générosité de celui qui le possède." (30.08.1966)
Le monde sans Amour est un monde perdu. Croyez-vous donc pouvoir vivre sans lui ? Vous vous croyez forts et éclairés. Vous n'avez jamais été aussi ignorants." (11.09.1966)"
"Pourquoi tant d'entre vous refusent-ils de M'aimer ? Que vous ai-Je fait ?." (21.10.1966)
"Les ailes s'ouvrent quand l'Amour grandit." (12.11.1966)
à Marguerite qui contemple une Image de l'Enfant JÉSUS :
"Tu ne Me donnes pas assez tes regards : J'aime tes yeux où se reflète Mon Image. (26.12.1966)
Les Images pieuses : certains en ont du dédain ; ici, c'est JÉSUS qui les apprécie ; quelques pages avant, c'est l'Esprit-Saint qui dit MERCI pour une Image qui Le représente.
"Si l'Humanité ne sait plus aimer, c'est parce qu'elle a voulu s'élever au-dessus de sa condition. L'Orgueil détruit l'Amour." (25.02.1967)
"Ayez pitié de Moi, J'aurai pitié de vous. Je prendrai soin de vos Âmes ; celui qui Me rendra Témoignage, celui-là Je ne l'oublierai point devant Mon Père." (3.03.1967)
"Mon Message étant basé sur l'Amour, Je ne puis que te parler d'Amour." (8.03.1967)
"Laisse parler ton coeur, Mon enfant chérie. Si tu savais la consolation que tu Me donnes. Conçois-tu que l'on puisse aimer sans ferveur ? Je suis Dieu et Homme. Et comme tel, Je te comprends si bien ! Et Je suis heureux comme un pauvre Homme de tes marques d'Amour." (10.03.1967)
"Aimer ceux qui t'aiment n'est d'aucun mérite. Mais aimer ceux qui te font mal, c'est gagner le Ciel et le Coeur de ton Dieu." (13.03.1967)
Un père, une mère, surtout une mère, entourent, supportent, soignent et défendent un enfant malade, davantage que l'autre enfant bien portant, docile, gentil et sans exigence.
Le prochain qui nous fait du mal est d'abord un malade, même s'il a une part de responsabilité dans sa soumission aux inspirations mauvaises de son démon personnel. Comment aimer celui qui nous fait du mal ? Ce n'est pas facile, mais nous le savons tous : c'est en rendant le Bien pour le Mal, et en priant pour lui.
"Fou est celui qui nie Ma Justice. Mais en Vérité, Je te le dis, elle prend plaisir à s'effacer devant l'Amour Miséricordieux." (3.04.1967)
Le titre de l'ouvrage reproduisant la Révélation "privée" de JÉSUS à Marguerite est : "Message de l'Amour Miséricordieux aux Petites âmes." Traduit en une vingtaine de langues, il a été publié avec autant d'Imprimatur d'Évêques différents, bien que cette formalité ne soit plus nécessaire.
"Je suis et resterai éternellement l'Amour." (12.04.1967)
"Vos actions vous suivent dans l'Éternité. Elles sont synonymes de vie ou de mort. L'école de la sainteté, c'est l'Amour vécu et pratiqué." (16.04.1967)
"Ton désir de M'aimer et de Me connaître est l'antenne qui te conduit vers Moi." (24.04.1967)
"À ceux qui M'aiment, Je donne sans mesure. À la mesure de leur Amour." (21.05.1967)
Le Scepticisme étriqué verra une contradiction entre ces deux phrases. Il n'y en a pas. JÉSUS dicte à Marguerite le 9.11.1966 :
"Tout Amour est folie. Folie douce et délicieuse dans l'Amour divin."
Ici, comme dans la formulation humaine : "L'Amour a ses raisons que la raison ne connaît pas", folie est opposé à raison qui signifie calcul. Le "Donnant, donnant" n'est pas de l'Amour, c'est du troc, sinon du "toc."
Le 20.06.1967, à la Sainte Communion, Marguerite entend JÉSUS lui dire avec reproche :
"Tu ne M'as pas encore dit que tu M'aimes..."
et Marguerite :
"Mais Seigneur, ai-je donc besoin de Te le dire ? Tu le sais si bien ! ." Et JÉSUS :
"Mais J'aime te l'entendre dire. Après cela, tu pourras Me présenter ta requête pour cette Âme."
Là, JÉSUS nous indique le protocole d'une requête afin que Sa Justice s'efface devant Sa Miséricorde : Lui dire "je T'aime."
"La Haine divise. L'Amour réconcilie." (1.05.1967)
En français, Aimer a même initiale que Accepter, Accroître, Accueillir, Adhérer, Adopter, Adorer, Affermir, Affinité, Agglomérer, Agréger, Aimanter, Allier, Associer, Attirer. L'Amour est une Force d'union, de cohésion. Dieu est Amour, Infini, Parfait. En physique, la science expose et démontre qu'une poussée initiale qui ne serait freinée par aucune force de sens contraire, entraînerait un mouvement perpétuel. Et c'est parce que Dieu est Amour parfait que Dieu est ÉTERNEL.
JÉSUS explique à don Ottavio :
"C'est l'Amour réciproque infini qui fait
des trois Personnes divines un seul Dieu."
À don Ottavio (4), JÉSUS répète, le 1.10. 1975, ce qu'Il avait dit à Maman Carmela :
"Moi, Je suis l'Amour, et dans le Commandement, de l'Amour tient toute la Loi et les Prophètes."
Il lui dit aussi le 5.10.1975 :
"L'homme dispose de trois routes pour gagner le Paradis :
1. La route de l'Innocence, celle des enfants décédés avant que la faute ne les ait effleurés ; et celle de ceux qui arrivent préservés au terme de leur vie.
2. La route de la Pénitence pour les Pécheurs.
3. La plus courte, le raccourci pour le Paradis : la route de l'Amour. Marie-Madeleine a choisi cette route et, après elle, tant d'autres Âmes. Parmi celles-ci, la petite Thérèse de l'Enfant JÉSUS.
"L'Amour a deux directions : la verticale, tendue vers Dieu, et l'horizontale, tendue vers le prochain.". "Mais l'Amour est aussi Force et Puissance, comme le fer dans le ciment. Les deux natures se fondent, et se transforment en un seul et unique bloc incassable, contre lequel s'abat en vain la force de ceux qui voudraient le briser."
À Gabrielle Bossis, JÉSUS parle aussi d'Amour :
"C'est parce que Je suis Dieu que tu crois que Je n'ai pas besoin de tendresse ?"
"L'Amour, c'est toute absence de séparation."
"Quand tu M'aimes, tu te purifies."
"Tes désirs d'Amour, c'est de l'Amour."
"Rends le Bien pour le Mal : n'en perds pas une occasion."
"J'ai voulu faire de l'homme Mon collaborateur afin de resserrer notre union. L'Amour tend à l'union."
"Demande-Moi de l'Amour, à Moi qui brûle de vous en donner."
"Vole-Moi par Amour : vole Mes mérites. J'ai plus soif de donner que de recevoir."
"Je M'occupe de chaque Âme comme si elle était seule au monde."
"La sainteté n'est pas une addition : un seul acte d'Amour au moment de la mort peut faire un saint, dans l'abandon et la confiance absolus."
(Ici, je "n'entends" pas saint au sens théologique de la Terre mais à celui du Ciel où règne l'Amour : "La sainteté est Amour", dit JÉSUS . Ici, le Seigneur nous donne à comprendre qu'un seul acte d'Amour, mais absolu, peut entièrement purifier celui qui en est capable et lui ouvrir ainsi la Paradis).
"Regarde ta journée ; pèse l'Amour que tu M'as donné au cours des heures. Rappelle-toi : vous serez jugés sur l'Amour."
"Je perds Ma force de Juge quand une Âme M'exprime la fidélité de son Amour ; non pas que cet Amour soit un grand Amour, mais le plus grand qu'elle est capable de M'offrir. Alors, elle Me touche au vif et Je suis enclin à Me plier à sa volonté, que J'adopte comme Mienne."
"Aime-Moi comme tu peux : Je parachève."
Par tous Ses Messagers, dans toutes les langues, JÉSUS nous parle d'Amour, de Son Amour pour nous, de l'Amour qu'Il attend de nous. Quand Il répète à un Messager ce qu'Il a déjà dit à un autre, ce n'est pas seulement une répétition, c'est aussi une authentification réciproque.
C'est une évidence claire qui se montre dans la cohérence de citations puisées dans des Révélations "privées" reçues par des Messagers différents, à des époques différentes, dans des pays et des langages différents, mais dans la même identité de l'Amour qui Se révèle à nous.
JÉSUS dit à Gabrielle BOSSIS : "Je suis l'Amour révélé."
Le Maître vient de nous parler ; à nous de méditer Ses Paroles. Qui veut prendre le risque de les ignorer ? Pour nous en préserver, écoutons JÉSUS faire entrer Marguerite dans Sa Passion, le Vendredi-Saint 24 Mars 1967 :
"Mon pauvre Coeur humain tressaille de douleur et d'appréhension. Cette Croix, dressée devant Moi, M'effraie et M'attire. L'Humain... Le Divin...
"Oh ! que Mon Sacrifice s'accomplisse au plus tôt ! J'ai hâte, malgré Mon effroi, de souffrir et de mourir.

"Tu resteras avec Moi jusqu'à la fin ?
"Ils peuvent M'insulter.. Toi tu M'aimes. Tiens-toi très près. Que Mon Sang te pénètre. Il ne faut pas que s'en perde une seule goutte : c'est la Vie pour tous. Tu Me donneras en nourriture aux petites Âmes, n'est-ce pas ?
"Oh ! cette couronne d'épines, elle Me fait mal... Oh ! ces crampes dans tous Mes membres !...
"Mon enfant, voilà ta Mère. Console-La. Aime-La. Je vais mourir. Elle souffre. Regarde-La. Serre-toi contre Elle. Réchauffe Son Coeur glacé, percé du glaive annoncé jadis. MAMAN ! Elle souffre.
"En Moi, douleur affreuse qui tord tous Mes membres et broie Mon Coeur.
"Pauvres petits enfants qui n'avez pitié ni de votre Dieu, ni de vous-mêmes. Peuple déicide, que Mon Père te pardonne comme Je te pardonne.
"Il fallait que cela arrive... Le grand moment est venu... Le bon Larron Me console par sa pitié : "Aujourd'hui, tu seras avec Moi en Paradis."
"J'ai MAL. À toi Je peux le dire... Pour les autres, Je Me tais. Mais l'affreuse douleur a raison de Mon Corps.
"Père ! pourquoi M'abandonnes-Tu ? Je suis seul... Enfin le dernier acte de la tragédie. L'éponge... Soupir... Tout est consommé ! Mon Père, Je remets Mon Esprit entre Tes mains."
Au cours des siècles et sur toute la Terre, trop d'hommes, trop d'Innocents, ont été martyrisés par la cruauté et le sadisme d'humains, de malheureux humains complètement asservis au démon, car l'homme ne naît pas cruel, il le devient. De l'enfance, un "on-dit" borné prétend : "Cet âge est sans pitié" ; c'est faux tant qu'il ne sait pas encore distinguer le Mal du Bien.
Ce qui est beaucoup plus vrai là, c'est que le tout jeune enfant est parfois l'objet d'un tarabustage du démon ; son Ange-Gardien, qui le protège absolument jusqu'à l'âge de raison, baisse parfois sa garde, ce que Dieu permet ; et, dit MARIE :
"Pour apprendre aux parents, dans l'Amour, la Vertu de patience."
La haine et la cruauté viennent toujours de l'Enfer : "Peuple déicide, que Mon Père te pardonne comme Je te pardonne", dit JÉSUS à Marguerite (et dans l'Évangile : "Père, pardonne-leur, ils ne savent ce qu'ils font." L'Église enseigne que la Souffrance de JÉSUS en Sa Passion est infinie. C'est une Vérité que ceux qui "mesurent", les "Géomètres" comme les nomme JÉSUS, ont difficulté à admettre.
Pour l'homme, limité, fini, en son intelligence, en sa vie, en son habitat, l'infini est le concept abstrait le plus difficile à imaginer.
La prescience d'une Souffrance infinie
En manière de boutade, on dit que seule la sottise humaine permet une approche de l'infini, tellement elle semble sans limites. C'est à Maman Carmela que JÉSUS explique pourquoi Sa Souffrance a été au-delà de toute souffrance humaine ("5", le 9.09.1969), et cela, dès Son Agonie spirituelle au Géthsémani :
"Ce fut une véritable Passion anticipée et, parce que telle, plus douloureuse que la Passion elle-même. Quand tu prévois un mal, tu en ressens beaucoup d'amertume et beaucoup de peur, mais tu n'as pas la certitude qu'il se produira ou, du moins, tu n'en vois pas les détails.
"Dans cette nuit terrible du Jeudi au Vendredi-Saint, Moi, Je voyais tout le martyre auquel on Me soumettrait dans quelques heures et J'en ressentais toute la peine et toute l'atrocité. Je voyais les sbires qui Me ligotaient et Me crachaient au visage. Je voyais ceux qui Me raillaient et Me couvraient d'injures ignominieuses. Je Me voyais dépouillé de mes vêtements, puis rhabillé comme un fou, traîné le long des rues et conduit de Caïphe à Pilate, de Pilate à Hérode.
"J'entendais ce peuple, que J'avais tant aimé et comblé de bienfaits, crier son "Crucifige" ("Crucifie-le") et choisir à Ma place BARABBAS, voleur et assassin. Je sentais les épines couronner Mon front, les fouets battre Mes épaules et Mon Corps.
Et, comme si tout cela n'avait pas calmé la soif inextinguible de Mes Bourreaux et du peuple, Je les voyais placer la Croix sur Mes épaules.
"J'en ressentais déjà tout le poids, Je comptais les chutes jusqu'au moment où Je sentais les clous transpercer Mes mains et Mes pieds et où Je Me voyais cloué à une croix.
"Rien n'échappait à Ma pensée et à Ma sensibilité, tout contribuait à rendre Mon martyre plus aigu.
"La souffrance de Ma Passion M'apparaissait dans toute son intégralité et dans les moindres détails, avec une réalité si atroce que mes veines suèrent du sang en abondance, au point de former à Mes pieds, sur le sol, des filets rougeâtres.
"Il peut y avoir des personnes pour nier que J'aie souffert beaucoup et que Ma souffrance ait dépassé celle de n'importe quel homme de la Terre ; il peut y avoir des personnes pour nier que Ma souffrance ait été sans comparaison avec n'importe quelle autre souffrance de n'importe quelle créature ; mais elles sont dans l'erreur et c'est Moi qui t'en explique le pourquoi  :
"Une personne souffre d'autant plus que son esprit est plus fin, plus sensible et plus aimant.
Qui peut comprendre l'infinie délicatesse de Mon Esprit, si intimement uni à la Personne du Verbe, au point de ne faire qu'un avec Lui ? 1
"Si une grossièreté peut blesser le coeur d'une maman affectueuse qui se prodigue pour son enfant, que peut souffrir le Coeur du Fils de Dieu qui, après avoir laissé le Ciel pour la Terre afin de conduire les hommes, Ses enfants, à la conquête des biens éternels, Se voit trahi, malmené et crucifié ?
"Il y a aussi ceux qui disent que, durant les guerres qui ont déchiré l'Humanité, beaucoup ont souffert des peines bien plus grandes que les miennes et pendant un temps plus long. Ceux-là ignorent que, si Ma présence physique a été de courte durée dans le monde, Moi, Je n'ai jamais cessé un instant de vivre dans Mon Église qui est Mon Corps Mystique. Moi, Je vis dans le Monde, bien qu'invisiblement mais réellement, sous les Espèces Eucharisti-ques. C'est pourquoi Mon martyre embrasse tous les temps et tous les lieux. Ma souffrance n'aura de terme qu'à la fin du monde, puisque J'ai souffert pour tous, et avec tous, et en tous ceux qui souffriraient au long des siècles.
"Je sais que Ma Passion et Ma Mort sont un Mystère que vous pourriez difficilement comprendre, précisément parce que c'est un Mystère.
"Mais tu pourras en avoir une faible idée si tu penses qu'une maman, qui aime ses enfants, souffre de leurs souffrances comme si c'étaient les siennes.
"Mais, en cette nuit terrible, sache que la peine qui Me torturait le plus, c'était de voir au cours des siècles la multitude d'Âmes qui ne pourraient pas bénéficier de la Rédemption ou, pis encore, ceux qui ne voudraient pas y participer : ceux qui refuseraient Mes enseignements, piétineraient Mon Sang et dédaigneraient Mon Salut. Je voyais l'inutilité de la Rédemption pour un nombre d'Âmes extrêmement grand.
"Ensuite se présentaient à Mes yeux tous les sacrilèges, les hérésies, les guerres et les péchés de tous les hommes et de tous les peuples jusqu'à la fin du Monde.
"Toi, tu dois te rappeler que J'ai souffert comme Homme car, comme Dieu, Je n'aurais pu souffrir ; toutefois Mon Humanité étant unie hypostatiquement à Ma Divinité, celle-ci accroissait Ma capacité de souffrir, elle étendait et augmentait Mes souffrances jusqu'à l'extrême limite de l'endurance.
"J'ai souffert avec tous les Martyrs de tous les temps les peines de chacun.. J'ai souffert à cause de la malice et de l'incrédulité des méchants.
"J'ai souffert pour les Innocents et pour les Justes incompris et maltraités. J'ai souffert de devoir faire souffrir Ma Sainte Maman, que Je devais rendre participante de Mon Oeuvre Rédemptrice, de sorte qu'on pût, avec juste raison, L'appeler la Reine des Martyrs et la Co-Rédemptrice des hommes.
"Dis-Moi, Ma fille, si, après ce très bref énoncé de ce qui M'a fait souffrir au cours de cette nuit Sainte, dis-Moi si tu seras encore capable de refuser ces petites Croix que, journellement, Je place sur les épaules de Mes enfants comme moyens de Salut ?
Celui qui refuse sa petite Croix en chargera une, plus lourde sur Moi et sur ses frères ; et met de l'incertitude sur le Salut de son Âme. Celui qui embrasse la Croix et souffre avec Moi, M'aide à conquérir le Monde et à le sauver.
"MERCI pour cette heure que tu as passée en songeant à Mes douleurs. Celui qui se soucie de soulager Mes douleurs et de M'en consoler, Moi, Je serai auprès de lui avec Ma Maman pour le consoler des siennes."
[ (1) : Dans ce Message, le Seigneur donne des précisions sur l'union hypostatique de la Divinité et de l'Humanité en JÉSUS, Fils de Dieu et de MARIE.
Le Verbe, Fils de Dieu, est Esprit. Et cet Esprit divin est celui de l'Homme-Jésus qui Se nomme dans l'Évangile : le Fils de l'Homme ; JÉSUS est Homme par Son Corps uniquement édifié en MARIE, et par Son Âme créée par Dieu et en Dieu ; Il est Dieu par Son Esprit. Il se pourrait que c'est pour cela que la plénitude de l'Effusion de l'Esprit-Saint (l'Esprit du Père et Celui du Fils) à la Pentecôte, n'est intervenue qu'après l'Ascension de Notre Seigneur ; mais ceci est une déduction personnelle, donc sujette à caution, c'est-à-dire en attente d'une confirmation].
J'ai reproduit pour vous l'intégralité du Message qui commence à éclairer le Mystère de la Souffrance infinie de JÉSUS  :
- infinie, parce que la finesse de la sensibilité divine est infinie, car Dieu est infini ; à Maman Carmela, JÉSUS dicte le 6.04.1968 :
"Craindre Dieu signifie vivre constamment en Sa Présence, en sachant qu'Il remplit de Lui-même tout l'Univers et qu'il n'est pas un point de la Terre où Il ne soit Présent."
Cette sensibilité, on peut en avoir une faible idée par l'analogie avec un fer chaud que tient sans peine la main calleuse du forgeron et qui ferait une cloque dans la douce main d'un bébé.
- infinie, parce qu'à la souffrance physique s'ajoutent les souffrances morales et spirituelles qui transcendent (franchissent) le temps et l'espace.
JÉSUS nous dit Ses souffrances, mais JÉSUS est Dieu. Dieu, Un et Trine ; le Père Créateur et l'Esprit Sanctificateur, indissociablement unis au Fils Rédempteur, souffrent avec Lui. Dieu a commencé à souffrir au Ciel avec la chute de Lucifer, puis ensuite ce fut la Faute Première et la disgrâce d'Adam et Ève, puis le péché individuel de chaque homme qui outrage Dieu ; et cela jusqu'à la fin de ce monde de péché. Pour nous la souffrance passée est un souvenir plus ou moins voilé par le temps et l'oubli des détails, mais pas pour Dieu en qui le Temps n'existe pas, en Dieu dont la mémoire est inaltérable.
- infinie, parce que JÉSUS a souffert, souffre et souffrira tant que ce monde de péché durera : "pour tous, avec tous et en tous ceux qui souffriraient au long des siècles" ; de cela JÉSUS nous en donne une faible idée avec "une maman qui aime ses enfants et souffre de leurs souffrances comme si c'étaient les siennes."
On a coutume de dire que le cordon ombilical n'est jamais totalement coupé entre une mère et ses enfants. En chaque homme, en qui réside l'Esprit de Dieu, le "cordon ombilical" qui le relie à son Créateur n'est jamais coupé. (Je pense qu'il n'est coupé qu'en Enfer).
Dieu habite en chaque homme
C'est à Marguerite que JÉSUS révèle que le "cordon ombilical" n'est jamais coupé entre le Créateur et Sa Créature :
"Sais-tu, Ma fille, qu'en toute Âme, si gangrenée soit-elle, il y a toujours un petit coin de ciel bleu ? C'est là que Je me tiens." ( 8.03.1967)
"En cette âme pécheresse, Je suis, comme en toute âme. Elle l'ignore, certes. Mais tu dois t'en souvenir dans ton jugement sur elle et, sans approuver sa conduite, la respecter à cause de Moi." (25.06.1967)
"Quand on te fait mal, J'ai mal avant toi." (28.11.1965)
"Tu as mal !... Mais Moi, J'ai mal plus que toi." (21.06.1966)
Voilà pourquoi JÉSUS, Un et Trine, souffre pour tous, avec tous et en tous ; parce que Dieu est en chaque homme, "bon ou mauvais soit-il" ; Il voit se préparer le mal alors que ce n'est encore qu'une pensée qui salit l'Âme. C'est pour cette raison que JÉSUS dit dans l'Évangile : "Si tu penses à l'adultère, tu commets déjà l'adultère" ; c'est pour cette raison qu'Il dit à Marguerite "Quand on te fait mal, J'ai mal avant toi" : Il a mal en voyant se former dans la pensée du Persécuteur le mal qui sera fait à Marguerite ; "J'ai mal plus que toi" parce que JÉSUS a une capacité de souffrance infinie et parce qu'Il souffre avec l'innocent persécuté et avec le Coupable qui se détruit : tous deux sont enfants de Dieu. C'est parce que JÉSUS souffre plus que nous qu'Il dit à Maman Carmela :
"Une âme qui aime Me console de mille autres qui ne M'aiment pas" et à Marguerite : "Je suis heureux comme un pauvre Homme de tes marques d'Amour."
La sensibilité de Dieu est "mille" fois plus fine que la sensibilité humaine et la marque d'Amour d'un seul console Dieu de l'ingratitude de mille. On dit que Dieu rend au centuple, on pourrait dire au "miltuple" ; mais ce serait encore très insuffisant puisque les joies du Paradis et les peines de l'Enfer sont éternelles, sans aucune mesure avec ce que l'imagination humaine est capable de concevoir.
La Souffrance qui sauve
La 1ère preuve matérielle de LANCIANO nous a conduit très loin, très haut et très profond en Dieu. Le "voyage" n'est pas fini. JÉSUS dit ci-avant à Maman Carmela : "Celui qui refuse sa petite Croix...", après avoir dit que c'est Lui qui les place sur nos épaules.
Tel qui ouvre toujours le "parapluie de la contradiction" pour se protéger de comprendre, dira "ça ne tient pas debout, ce n'est pas Dieu qui nous envoie ces "croix", c'est le destin, ou les évènements, et on est bien obligé de les subir, on ne peut pas les refuser."
En disant "le Destin ou les évènements", le sceptique dit "Dieu" ; et quand il subit la souffrance, juste ou injuste, sans en connaître la signification et sans l'offrir à Dieu en acompte sur son Salut ou celui de ses proches, il en perd le prix ; JÉSUS dicte à Maman Carmela, le 23.05.1968 :
."ne seront pas rétribuées les souffrances que beaucoup d'Âmes subissent ou encore supportent, en vivant dans le péché mortel."
Rétribuées. Recourons à l'analogie : la souffrance demandée, offerte par l'innocent pour le Salut de tous, comme celle de JÉSUS, est monnaie de Diamant. Seulement accueillie quand elle se présente et offerte à Dieu en sachant qu'elle vient de Lui pour sauver autrui, elle est monnaie d'Or ; offerte pour son propre salut, elle est monnaie d'Argent ; subie avec résignation sans en distinguer la signification et sans penser à l'offrir, elle est monnaie de Bronze ; subie ou supportée dans la révolte et l'imprécation, la souffrance ne vaut plus rien : c'est seulement ainsi qu'elle est "refusée."
Et ce péché pèse encore plus sur le monde, donc sur Autrui, donc sur le Christ. Maria Valtorta ("3", T.8, p. 141/145) entend un dialogue entre Simon-PIERRE et JÉSUS en Samarie où le groupe apostolique s'est réfugié après la résurrection de Lazare (extraits) :
(PIERRE) : "Tu disais hier que toujours les Innocents et les Saints souffriront, et même que ce seront eux qui souffriront pour tous. Cela est dur pour mon intelligence. Et aussi Tu dis qu'eux-mêmes le désireront  ?..."
"Une mère m'a dit : 'Ce n'était pas juste que ma fillette meure avec tant de souffrances, car elle était bonne et innocente'. Et moi, ne sachant que dire, je lui ai dit les paroles de Job : 'Le Seigneur a donné, le Seigneur a enlevé. Que soit béni le Nom du Seigneur'. Mais je n'étais pas convaincu moi non plus et je ne l'ai pas convaincue. Je voudrais, une autre fois, savoir que dire."
(JÉSUS) : .".. Cela te paraît une injustice et c'est une grande Justice que les meilleurs souffrent pour tous" (...) "La Terre devrait être un Autel de louange perpétuelle à son Créateur. Mais la Terre est remplie de péchés. Elle doit donc être un Autel de perpétuelle expiation, de sacrifices, sur lequel brûlent les hosties" (...)
(PIERRE) : "Mais les enfants..."
(JÉSUS) : "Tu veux dire ceux qui ne savent pas encore s'offrir... Et sais-tu quand Dieu parle en eux ? Le langage de Dieu est un langage spirituel. L'Âme le comprend et l'Âme n'a pas d'âge. Et même Je te dis que l'Âme enfantine, parce que sans malice, est, pour la capacité de comprendre Dieu, plus adulte que celle d'un vieillard pécheur. Simon, tu vivras assez pour voir de nombreux petits enseigner aux adultes, et aussi à toi-même, l'Amour héroïque.
"Mais, en ces petits qui meurent de mort naturelle, c'est Dieu qui opère directement, pour des raisons d'un Amour si élevé que Je ne puis te l'expliquer, en les faisant entrer dans les sagesses qui sont écrites dans les livres de la Vie et qui ne seront lus que dans le Ciel par les Bienheureux. Lus, ai-Je dit, mais en Vérité, il suffira de regarder Dieu pour connaître non seulement Dieu, mais aussi Son Infinie Sagesse" (...)
(PIERRE) : "Est-il juste que je dise à quelqu'un qui souffre que la douleur n'est pas un châtiment mais une... grâce, quelque chose comme... comme notre Appel, beau même s'il est pénible, beau même s'il peut paraître, à celui qui ne sait pas, une chose rebutante et triste ?"
(JÉSUS) : "Tu peux le dire, Simon. C'est la Vérité. La douleur n'est pas un châtiment quand on sait l'accueillir et en user avec justice. La douleur est comme un SACERDOCE, Simon. Un Sacerdoce ouvert à tous. Un Sacerdoce qui donne un GRAND Pouvoir sur le Coeur de Dieu. Et un grand mérite. Né avec le péché, il sait apaiser la Justice. En effet Dieu sait faire servir au Bien même ce que la haine a créé pour donner la douleur. Moi, Je n'ai pas voulu d'autre moyen pour annuler la Faute, car il n'y a pas de moyen plus grand que celui-là."
La grande majorité d'entre nous traite de "maso", de masochistes ceux qui vont au-devant de la souffrance.
Mais elle admire les exploits des sportifs de haut niveau qui s'imposent la souffrance d'un entraînement intensif quotidien ; elle envie les grands diplômes et la réussite professionnelle, mais refuse l'effort persévérant qui en ouvre les portes. Rien de réel ne s'obtient sans effort, donc sans sacrifices et souffrance : avec rien on n'achète rien. Voici encore de courts extraits des enseignements de JÉSUS sur la souffrance :
à Maman Carmela :
******************
"La souffrance est un moyen de Purification, et si elle ne vous est pas donnée par Dieu en cette vie, vous devrez la rencontrer dans l'autre." (Dans l'autre vie, au Purgatoire). (5.05.1968)
"La souffrance n'est pas un but en soi, mais un moyen de Salut et une semence de Gloire." (Cette semence s'épanouira
dans la Gloire du Paradis) (28.06.1968)
"Sous quelque forme que se présente à toi la douleur, Dieu S'en sert pour purifier, racheter et sanctifier les Âmes. La souffrance, quand elle est causée par le chagrin devant un mal moral ou spirituel qui a frappé une Âme que tu aimes, cette souffrance sert déjà au Salut de l'Âme qui, peut-être, se serait perdue autrement."
(21.09.1968)
"Sachez souffrir, vous taire et aimer. Nulle chose n'a de valeur devant Dieu si elle ne porte pas ce triple poinçon.". "Les pécheurs portent préjudice à tous les hommes." (24.02.1969)
"Si tu as souffert en état de Grâce, le Seigneur a recueilli tes larmes, minute après minute, et en garde le mérite pour l'éternité."
(3.01.1970)
et à don Ottavio :
********************
"JÉSUS sauve, expie et rachète avec une souffrance infinie. Son Triomphe jaillit des insultes, des crachats, de la Flagellation...
De cette manière, Il glorifie le Père et sauve les Âmes.". "De Son côté jaillit le Mystère de l'Église, Son Corps Mystique dont Lui est la Tête. C'est une loi de la Nature que la souffrance d'un organe se réfléchisse et se répercute sur les autres organes du corps. Ainsi, la Rédemption, commencée avec l'Incarnation et consommée sur la Croix, se complète dans tous les Membres du Corps Mystique, avec la souffrance, jusqu'à la fin des temps. Nos actions humaines ne sont jamais seulement personnelles ; leurs conséquences, qu'elles soient bonnes ou mauvaises, ne sont jamais seulement personnelles, mais elles se répercutent positivement ou négativement sur tout le Corps Mystique dont chacun est membre.
C'est pourquoi le chrétien n'est jamais autant chrétien que lorsqu'il souffre, coupable ou innocent, grand ou petit ; sa souffrance, comme celle du Christ, devient le patrimoine de tous, tout en conservant sa valeur personnelle.". "Le fait de ne pas accepter la souffrance est un grand mal de la société matérialiste qui, malheureusement, a contaminé le Clergé, les Religieux et les Religieuses." (9.05.1975)
"La souffrance est l'Âme de l'Amour. (25.11.1975)
Et le 6.11.1978 :
"La souffrance, d'où qu'elle vienne, si elle est acceptée
avec Foi et offerte généreusement, se mue en sanctification."
Je pourrais remplir dix pages sur le même sujet en puisant dans d'autres révélations dites "privées." Mais il y a déjà là suffisamment matière à réflexion.
† † †




ADDITIF  : En complément de cette preuve matérielle de Lanciano, que l'Église détient depuis douze siècles, voici un appui récent. A Paris, au Carmel de la rue Madame, une Hostie avait présenté une tache de sang. Un fragment fut soumis à examen de laboratoire. Ce fut Gérard CORDONNIER, Polytechnicien et Directeur de recherches au C.N.R.S. qui s'en chargea. A l'analyse, le sang se révéla être humain. De plus, en utilisant le microscope électronique le plus puissant du CNRS, le Sang ne se trouva pas entre les molécules de farine de l'Hostie, mais généré au sein-même de chaque molécule. Un rapport détaillé fut soumis aux Autorités religieuses. Rien n'a été publié.
Je n'ai pu avoir encore copie de ce rapport, et je ne sais si un groupage sanguin a été effectué. Le Sang des reliques de Lanciano est du groupe AB (p. 106) ainsi que les traces de sang analysées sur le Saint-Suaire (p.69).


†
† †
2. 2. La Translation de Lorette
***********************************
Chronologiquement, c'est la 2ème Preuve matérielle donnée par Dieu à l'Humanité. LORETO (Lorette, en français) est une petite ville de l'Italie centrale, sur la cote adriatique ; c'est là que se trouve la Maison natale de la Sainte Vierge, depuis Décembre 1295, donc depuis 7 siècles. Depuis NAZARETH en Galilée la Translation de la Maison s'est opérée en 4 étapes, chacune ayant laissé des traces dans les archives locales, et même dans la pierre.
1. La Maison disparaît de Nazareth, n'y laissant que ses fondations. En 1291, le 9 Mai, les pèlerins chrétiens venus d'Europe et de tout le Moyen-Orient, y faisaient encore leurs dévotions. Le 10 au matin, la Maison n'est plus là, à la stupéfaction de tous, et des maîtres du pays, les turcs musulmans qui prélevaient une taxe sur les visiteurs chrétiens.
En Yougoslavie, près de la ville de TERSATTO, (à 2.000 Km de Nazareth), le 10 Mai au matin, des bûcherons allant à leur travail découvrent une maisonnette sur une colline vierge de toute habitation la veille encore. Poussant la porte, ils y trouvent une statue en bois de la Vierge à l'Enfant ; dans une niche du mur, des ustensiles de cuisine, assiettes et bols ; sur le mur est peint un roi chargé de chaînes. Ne comprenant rien à tout cela, ils reviennent à Tersatto avertir le Curé qui est malade et couché. Une autre surprise les attend : le Curé est levé, prêt à les accompagner sur les lieux : en effet, dans la même nuit, il a bénéficié d'une Apparition de MARIE qui le prévient de la venue de Sa Maison, et qui le guérit.
Averti à son tour, le Suzerain de la Province décide d'envoyer une commission d'enquête à Nazareth, avec la description de la Maison, ses dimensions intérieures et extérieures, épaisseur des murs, leur nature et celle de la toiture. Un long voyage pour l'époque.
À Nazareth, tout est confirmé : les descriptions correspondent, et aussi les dimensions de la partie supérieure des fondations, seuls vestiges de la Maison, avec la grotte attenante creusée par St Joseph. La statue, en bois de cèdre, a été sculptée par St Luc, l'Évangéliste ; la peinture murale commémore le pèlerinage du Roi St Louis, après la rançon payée aux turcs qui l'avaient fait prisonnier en 1251 à la bataille de Mansourah (en Égypte) alors qu'il accompagnait la 7ème et avant-dernière croisade (1249-1254).
Des pèlerins commencent à affluer à Tersatto, venant des Provinces yougoslaves, et aussi d'Italie voisine.
2. Le 10 Décembre 1294, la Maison disparaît de TERSATTO, subitement comme elle y était venue.
De l'autre côté de l'Adriatique, à environ 200 Km de là en Italie, des Bergers gardant leurs troupeaux voient, dans la nuit, une lueur traverser le ciel et aboutir à une forêt voisine. C'est là qu'au matin, dans une clairière, ils trouvent la Maison ; elle est reconnue, des pèlerinages s'organisent, mais des brigands détroussent les pèlerins et, en Août 1295, la Maison disparaît de la forêt.
3. On trouve la Maison à 2 Km de là, posée dans un champ ; les propriétaires du champ se disputant la propriété de la Maison, celle-ci quitte le champ en Décembre 1295.
4. Elle ne va pas loin et se pose sur un chemin conduisant à la mer, près de la ville de RECANATI. Cette fois, c'est la ville qui en devient propriétaire. Une commission d'enquête est envoyée à Nazareth, confirmant les conclusions positives de l'enquête yougoslave. Dès lors, les pèlerinages reprennent dans la tranquillité. Un village se bâtit autour de la Maison, et d'abord des auberges pour les pèlerins : c'est ainsi qu'est née la ville de LORETO, devenue la capitale mondiale de la médaille religieuse, et où presque tous les Papes se sont rendus en Pèlerinage : le FAIT miraculeux de la Translation de Lorette a été reconnu VRAI par l'Église.
Puis les italiens recouvrent et emprisonnent la Maison d'une grande basilique (pour dissuader la Maison de disparaître à nouveau ?). Les yougoslaves, comprenant que la Maison ne revien-dra pas chez eux, construisent à Tersatto, à l'emplacement occupé par la Maison pendant 43 mois, une réplique commémorative du Miracle ; et, comme les italiens, recouvrent leur copie d'une Basilique ; à Tersatto, les deux édifices superposés existent toujours ; je l'ai fait vérifier  : une inscription gravée sur le linteau de la "maison-bis" rappelle les dates d'arrivée et de départ de la Maison de Tersatto.
Cette 2ème Preuve matérielle est monumentale.
Les arguments positifs de conviction sont si nombreux qu'il faudrait 10 pages comme celle-ci pour en faire l'exposé et la discussion d'authenticité ; ils sont relatés en détails dans l'ouvrage "Les Apparitions de la Vierge", de la journaliste Annette COLIN-SIMARD (15), et édité par FAYARD. J'ai voulu voir, sur place, le fait miraculeux tant il est stupéfiant en soi : et d'en avoir eu connaissance par l'ouvrage d'une Journaliste, faute d'en n'avoir jamais entendu parler par un Prêtre à l'église.
Sur place, j'ai été stupéfait par la "prudence" des feuilles d'information à l'usage des pèlerins dans la basilique : le Fait est énoncé comme étant l'expression d'une "tradition ancienne" sans aucune mention des précisions que je viens de résumer. Par contre, des brochures luxueuses s'étendent largement sur les sculptures et les artistes qui ont habillé, extérieurement, les murs de la Maison.
Le plus grand silence est fait sur tous les détails convaincants puisés par Annette Colin-Simard dans les archives yougoslaves et italiennes ; notamment qu'aucune bâtisse sans armature (béton ou fer) et sans fondations, ne peut être déplacée d'un seul bloc, et cela à 4 reprises ; et aussi les analyses du mortier de liaison des murs, d'une composition inusitée en Italie, mais commune à Nazareth. En suite à la 1ère édition du présent ouvrage, des lecteurs m'ont envoyé un document d'origine cléricale supposant que la Maison aurait été ramenée de Nazareth à la suite d'une croisade, et reconstruite à Lorette ; "on n'est trahi que par les siens" : cette tentative misérable de réduire à rien le Miracle, escamote deux vérités gênantes :
1. La date d'arrivée de la Maison à Tersatto (10 Mai 1291), mentionnée dans les archives yougoslaves et gravée sur le linteau de la porte de la copie commémorative : en 1270, du Royaume latin de Jérusalem gagné par la 1ère croisade, il ne reste que les places fortes de Beyrouth, Sidon, Tyr, Tripoli, toutes au Liban ; ces places fortes sont reprises par les turcs de 1271 à 1291. En 1291, Nazareth est sous domination turque depuis un siècle. Et c'est là que le roi St Louis vient en pèlerinage à Nazareth entre 1251 et 1255. La dernière croisade, au cours de laquelle St Louis meurt à TUNIS en 1270, ne peut empêcher la chute de St Jean d'Acre sur la côte méditerranéenne et s'achève sans avoir approché Nazareth. Ceci montre la fausseté de l'assertion supposant démolition, transport et reconstruction de la Maison dont les turcs percevaient des taxes de visite.
2. De plus, cette supposition honteuse fait le silence sur le séjour de la Maison à TERSATTO, puis dans la clairière de la forêt, puis dans le champ : "reconstruite" à chaque fois ? Et comment la peinture murale de St Louis chargé de chaînes aurait-elle été préservée par démolition et reconstruction ? Et l'on s'aperçoit que les 4 étapes de la Translation de la Maison, alors que le scepticisme borné y verrait une "surprenante incertitude" de la Sagesse divine, elles servent, ces 4 étapes, à démontrer la véracité du Fait contre toutes les dénégations malintentionnées ultérieures.
Le Voeu de Louis XIII
Par ailleurs, qui peut supposer que le Cardinal de Richelieu, ministre de Louis XIII jusqu'en 1642, donc ayant libre regard sur les archives françaises et romaines, aurait laissé sortir de France le Présent du Roi à la Maison de Lorette, s'il avait eu le moindre doute ? Il s'agit d'une statue de la Vierge à l'Enfant (en argent et or) valant 30 à 40 millions de nos francs, présent royal en conclusion d'un voeu pour une Grâce demandée et obtenue. Marié sans enfant depuis 20 ans avec Anne d'Autriche, Louis XIII fait voeu d'offrir ce don à la Maison natale de MARIE si Dieu lui accorde un héritier mâle.
Anne d'Autriche fait voeu d'offrir une basilique à la Vierge, obtient l'autorisation du Clergé de porter durant un mois la Chemise de MARIE qui est à la cathédrale de CHARTRES : à cette Relique est attaché le pouvoir de mettre fin à la stérilité féminine ; dans l'année qui suit, en 1638, un enfant leur est donné : Louis, Dieudonné, qui sera Louis XIV.
Louis XIII demande alors à tout le Clergé français de consacrer le Royaume de France à la Vierge MARIE avec processions publiques dans chaque paroisse le 15 Août ; et le roi fait don d'une statue de la Vierge à l'Enfant à la Maison de Lorette, en remplacement de la statue de la Vierge à l'Enfant, en bois de cèdre sculptée par St Luc, et qui avait brûlé au cours d'un incendie. La Maison s'est d'abord "posée" en Yougoslavie. Et c'est en Yougoslavie, à MEDJUGORJE où se poursuivent depuis 1981 des Apparitions de la Sainte Vierge, que la photo n° 2O, celle de La Vierge à l'Enfant, a été obtenue miraculeusement deux fois, identique, par deux Personnes différentes :
- Par une Religieuse venue de France en pèlerinage ; dans la pièce où ont lieu les apparitions de la Vierge, elle a pris une photo pour en rapporter un souvenir. Ce n'est qu'à son retour en France, une fois développée la pellicule, qu'elle constate ce don miraculeux du Ciel.
- Durant l'été 1987, un pèlerin redescend de la colline où se sont produites les premières apparitions en 1981. S'entendant appeler par son nom ; il se retourne à chaque fois pour voir qui l'appelle par derrière : personne ! La 3ème fois, il prend une photo de la Croix au sommet de la colline. Au développement du film, au lieu de la Croix, la même photo de la Vierge à l'Enfant. Voir Nota page suivante.
Parmi les pèlerins célèbres venus à Lorette, MONTAIGNE ; mais aussi DESCARTES vers 1650 ; les athées militants de la "Libre Pensée", qui se targuent d'être cartésiens et rationalistes, "oublient" prudemment ce démenti de Descartes à l'athéisme. Enfin, dans un Message dicté à Maman Carmela le 1.06.1968, JÉSUS authentifie la Maison de Lorette :
"Sur ce littoral (*), vous rencontrerez aussi la maisonnette où J'ai passé Mes années juvéniles et surtout Mon enfance auprès de Ma douce Maman et de Mon père putatif. Veillez saluer ce lieu saint où Ma Maman sème Ses Grâces les plus particulières."
(*) : Maman Carmela est en chemin de pèlerinage vers Lorette.
La Maison de Nazareth se trouve donc bien à Lorette depuis 7 siècles ; seule une puissance surhumaine et, eu égard à l'objet, divine, a été la cause de cette Translation matérielle. Qu'on l'accepte ou qu'on le rejette (mais alors pour quelles raisons ?) le Fait est là, avec tout son poids !...
NOTA : De cette photo miraculeuse de la Vierge à l'Enfant , j'en ai diffusé, à prix coûtant, environ 15.000 en direction de tous Mes Correspondants ; parmi eux, au moins une trentaine de Religieux (ses) et de Prêtres dont plusieurs Docteurs en théologie. Aucun n'a manifesté ni doute ni réserve quant à l'authenticité de cette photo. L'ont reçue également six Âmes-privilégiées recevant des Messages de JÉSUS et de MARIE ; aucune n'a reçu du Seigneur ou de Sa Sainte Mère, une mise en garde contre l'authenticité de cette photo alors que des Messages d'alerte ont été reçus pour deux autres photos qui ont été retirées de la diffusion. Mais 3 ou 4 correspondants ont manifesté une méfiance appuyée sur des arguments inconsistants, voire débiles :
1. l'un distingue une tête de démon dans la partie ombrée du coin supérieur droit : de la même façon, en contemplant les nuages au ciel, on "voit" des têtes d'animaux ou d'humains, ou n'importe quoi.
2. l'autre se méfie parce que la main gauche de la Sainte Vierge n'aurait que 3 doigts : il ne veut pas comprendre que les 2 autres doigts se trouvent sous le Bébé emmailloté...
3. un autre a fait évaluer l'authenticité de la photo par un radiesthésiste : apparemment, il ignore que l'Église a proscrit l'usage de la baguette ou du pendule aux fins de divination...car là, le démon s'en donne à coeur joie.
4. une autre écrit que cette photo serait la reproduction de la peinture murale d'un immeuble de BELFAST (Irlande du Nord) ; elle est reproduite ci-dessous : la peinture murale est inversée, elle comporte une relief du mur qui la traverse de bas en haut. Ce n'est donc pas le mur qui a été photographié Mais la photo a dû servir de modèle au peintre (qui l'a renversée pour éviter toute contestation...)
















2. 3. La 3ème Preuve matérielle :
L'auto-Portrait de N.-D. de Guadalupe
*************************************
Cette 3ème Preuve est détenue par l'Église depuis 1531. Il s'agit du Portrait miraculeux de la Sainte Vierge, donné par MARIE en ce lieu englobé aujourd'hui dans MEXICO. C'est là qu'a été construite la basilique de Notre Dame de Guadalupe où est exposé le Portrait. Autant la preuve de Lorette est monumentale, autant celle-ci est minuscule, mais combien significative ! Ce n'est qu'en 1951 qu'elle a été découverte par le dessinateur mexicain Carlos Salinas-Chavez observant à la loupe une photo de la Vierge de Guadalupe..
Le Bon Dieu avait caché là une preuve matérielle de Son Existence, sachant que l'homme inventera un jour la photographie. Le petit livret "Le Miracle de N.-D. de Guadalupe" (16) relate le Miracle, mais c'est Annette Colin-Simard (15) qui en expose le mieux les circonstances :
Le 12 Décembre 1531, la Sainte Vierge Se montre à un paysan indigène, Juan Diégo, après lui être apparue la veille : Elle lui avait demandé de dire à l'Évêque de Mexico qu'Elle voulait une chapelle et des prières en ce lieu. Juan Diégo dit que sa crainte de n'être pas reçu par l'Évêque espagnol ne lui a pas permis d'obéir ; il ajoute que ce jour-là, il ne peut le faire, devant rapporter des remèdes pour son oncle gravement malade. "Ton oncle, Je M'en occupe, va chez l'Évêque", dit MARIE. Mais Diégo demande une preuve pour convaincre l'Évêque. "Cueille ces roses qui sont là-bas ; mets-les dans ton manteau sans les montrer à personne que l'Évêque, et dis-lui qu'elles lui sont offertes par Notre-Dame de Guadalupe ; il comprendra."
Pour Diégo le paysan, ces roses sont une preuve : à l'endroit indiqué, la veille, il n'avait vu aucune rose ; en Décembre à 2.000 mètres d'altitude, il n'y a aucune rose. Il cueille donc les roses, les roule dans son manteau, une tilma de fibres d'agave tissées, avec une fente pour passer la tête, et se rend à l'Évêché. Arrivé là, il explique qu'il apporte à l'Évêque un présent de Notre-Dame de Guadalupe. Il ne sait pas que GUADALUPE est une ville d'Espagne où sont vénérées des Reliques déterrées en 1323 par des bergers sur les indications de MARIE qui leur est apparue.
Ce nom de Guadalupe permet à Diégo d'être reçu par l'Evêque et ses collaborateurs curieux, devant lesquels il déroule son manteau : tous tombent à genoux, non pas tant à cause des roses magnifiques encore emperlées de rosée, mais à cause du Portrait de MARIE, "peint" sur le tissu grossier !..
. Diégo raconte les Apparitions de MARIE, Ses demandes d'une chapelle et de prières, Sa promesse d'une source miraculeuse qui coulera en ce lieu (comme à LOURDES), la maladie de son oncle et la promesse de guérison de MARIE. Tout ceci s'ajoutant au premier choc, l'Évêque n'hésite pas : il envoie des émissaires sur les lieux avec Diégo ; là, devant eux, la source promise émerge de terre ; ils décident d'aller voir si l'oncle de Diégo a été guéri comme promis et, en chemin, ils rencontrent des familiers de Diégo venant l'avertir que MARIE S'était montrée à l'oncle et l'avait guéri (le même environnement de circonstances que pour le Curé de Tersatto).
Juxtaposant tous ces éléments positifs de conviction, l'Évêque (le Frère franciscain Juan de Zumarraga) reconnaît VRAIE l'Apparition immédiatement. Et, à ma connaissance, cette réaction instantanée est unique dans l'Histoire des Apparitions. Le sceptique borné pourrait objecter que tous ces détails circonstanciels ont été rajoutés après coup, pour émerveiller les esprits simples, mais deux Faits matériels sont là :
1. D'abord le Portrait sur le poncho : il est exposé depuis plus de 460 ans à Mexico, sans protection spéciale : or les couleurs n'ont pas terni. Deux fibres de la tilma (une bleue et une rouge) ont été analysées en 1936 par le Dr Ricardo KUHN (Prix Nobel de chimie, 1938) : aucune trace d'un colorant d'origine minérale, végétale ou animale. C'est une peinture... sans peinture ; et sans apprêt. Qui peut réaliser un Portrait sur un tissage de grossière fibres végétales, sans apprêt et sans colorants connus ? Personne ! Ni en 1531, ni maintenant.
2. Le second Fait, une Preuve matérielle répétitible à volonté par n'importe quel Photographe, c'est la reproduction "A" ; sur la cornée de l'oeil gauche du Portrait, l'agrandissement permet de distinguer le buste du paysan barbu, Diégo qui se tenait respectueusement devant MARIE.
Or le Portrait mesure 1 m.43, et l'image de Diégo y doit avoir 2 ou 3 millimètres d'amplitude verticale : on y voit cependant, distinctement les sourcils de Diégo. Cela correspondant sur le Portrait à deux traits d'un ou deux dixièmes de millimètres d'épaisseur. QUI, à l'époque des Faits ou maintenant, est capable de tracer deux traits aussi fins sur un grossier tissage ? Personne, sur Terre. Seul Dieu le peut, "Dieu, Maître de l'Impossible", dit MARIE.
En 1979, le Dr José Aste Tonsmann, spécialiste en électronique et informatique, réalise avec ordinateur des agrandissements de plus de 2.000 fois le format original pour identifier les images figurant dans les yeux de la Vierge.
CONCLUSIONS : La Vierge était présente au moment où Diégo déroule son manteau, et c'est instantanément que Son portrait s'imprime sur la tilma ; en effet, en plus de Juan Diégo, sur les yeux de MARIE se trouvent les images de toutes les personnes présentes observant le manteau ! Plus récemment, un fait encore plus extraordinaire vient d'être observé par un Ophtalmologiste du groupe de recherche : en visionnant sur l'écran de l'ordinateur des agrandissements en couleurs de l'oeil droit, il vit apparaître très nettement le système de ramification des vaisseaux sanguins, exactement comme pour tout oeil vivant ; ce qu'il contrôla directement sur le Portrait avec une loupe très puissante.
Dans un Message à don Gobbi (1) donné à PUÈBLA (Mexique) le 12.11.1981, MARIE confirme Son Apparition à Juan Diégo en 1531 et le Don de Son Portrait miraculeux :
"Vous êtes ici rassemblés pour une semaine de cénacle continuel, et Mes fils de prédilection sont venus des régions les plus lointaines du Mexique, cette terre qui M'aime tant et que Je protège avec une sollicitude particulière, et défends contre les nombreux dangers qui la menacent aujourd'hui.
"Je suis votre Mère, douce et miséricordieuse. Il y a longtemps, J'ai imprimé Mon Image sur le manteau de Mon petit Juan Diégo à qui Je suis apparue. Aujourd'hui, Je veux imprimer Mon Image dans le coeur et la vie de chacun de vous."
Ce Message a été dicté à don Gobbi pendant un cénacle de prière réunissant à Puebla des Prêtres et Évêques mexicains, Adhérents du Mouvement Sacerdotal Marial ; ils ont eu connaissance du Message, dès reçu : aucun d'entre eux n'était au courant "du Miracle dans le Miracle" (comme la guérison de Lazare dans sa résurrection), donc de l'image de Juan Diégo dans le Portrait de MARIE ? C'est très improbable. Mais alors, pourquoi ce Message n'a-t-il pas fait l'objet d'une publicité qui aurait peut-être secoué la planète ?
Serait-ce MARIE qui l'aurait interdit ? Tous Ses Messages à don Gobbi sont des appels à la diffusion la plus étendue possible, les voyages et les conférences du Messager, également. Serait-ce parce qu'il aurait fallu publier l'intégralité du Message qui dit aussi :
"Vous êtes ainsi marqués de Mon sceau d'Amour, qui vous distingue de ceux qui se sont laissés séduire par la Bête et portent, imprimé sur eux, son chiffre blasphématoire.
"Le Dragon et la Bête ne peuvent rien contre ceux qui sont marqués de Mon sceau. L'étoile de l'Abîme persécutera tous ceux qui ont été marqués de Mon sceau ; mais il ne pourra nuire en rien à l'Âme sur laquelle J'ai Moi-même imprimé Mon image. Par le sang que beaucoup d'entre eux devront verser, la Justice divine sera apaisée et le temps de Ma victoire sera avancé (...).
"Grâce à votre prière, à votre souffrance et à votre personnelle immolation, J'accomplirai Mon dessein. J'accélèrerai le moment du triomphe de Mon Coeur Immaculé dans le Règne de JÉSUS, qui viendra vers vous dans la Gloire. Ainsi commencera une nouvelle ère de Paix et vous verrez enfin des Cieux nouveaux et une Terre nouvelle (...).
"J'ai conçu un grand dessein à votre sujet : répondez tous avec générosité. En ce Cénacle extraordinaire, J'ai obtenu pour vous du Père, par l'intermédiaire de JÉSUS, le Don de l'Esprit-Saint. Il vous transformera et fera de vous les apôtres de ces derniers temps (...).
"Donnez-Moi votre prière, votre souffrance, votre confiance. Ne craignez pas si Mon adversaire vous attaque par de terribles embûches pour vous porter au découragement. Vous êtes les plus petits de Mes enfants, Mes fils de prédilection, Mes apôtres. Votre lumière augmentera jour après jour, et vous servirez de guides et de salut dans les moments de la grande tribulation.
"Priez, Mes fils très aimés, parce que pour votre patrie, comme pour le monde entier, la grande épreuve est arrivée."
Le symbole typographique (...), qui se trouve 3 fois dans ce Message, remplace une expression, une phrase ou un paragraphe non publié. On le trouve assez souvent dans le reste de l'ouvrage. Des "sauts" semblables se constatent, plus rarement, dans d'autres ouvrages de révélations "privées" avec, chaque fois, un renvoi en bas de page et un Nota : "Message personnel." Ici, rien de tel ; même dans la très instructive et très utile introduction de don Gobbi en 40 pages. Ce qui nous laisse dans l'incertitude quant aux raisons de ce qui semble une auto-censure. Ici, MARIE dit aux Prêtres participants au Cénacle qu'ils sont "des apôtres de ces derniers temps (...)." Pourquoi le : (...)  ? Je pense que MARIE répond à cette question en dictant à Elena (17), le 26.03.1978 :
"J'ai donné des Messages à toutes les parties du monde, avec des larmes de sang, et l'Humanité ne se repent pas devant la terrible réalité. La Vatican sait l'urgence de faire prier, mais il ne veut pas alarmer les populations. Cependant, ce que le monde entier est en train de vivre actuellement, est une terrible réalité, la véritable Apocalypse. Ce sont des jours sombres."
Si la plupart des Évêques, ligotés par les conférences épiscopales nationales, "ne veulent pas alarmer les populations", le Pape Jean Paul II a été très clair devant les Évêques allemands à FULDA en 1980 :
"Nous devons nous préparer à de grandes épreuves qui peuvent même demander l'engagement de notre vie et notre offrande totale au Christ et dans le Christ. Cela peut être adouci mais non empêché, par vos et nos prières, parce que, de cette façon seulement, le vrai renouveau de l'Église peut se faire.
"Combien de fois le renouveau de l'Église est né dans le sang ! Il n'en sera pas autrement cette fois-ci. Soyons forts et préparons-nous. Ayons Confiance dans le Christ et Sa Mère. Récitons le Rosaire, beaucoup et souvent : alors nous ferons peu et cependant tout."
Malgré ses nombreuses activités, le Pape récite le Rosaire en entier chaque jour. Dictant à FULDA le 8.09.1985 à don Gobbi, la Sainte Vierge appelle à la conversion et à l'apostolat ; et termine en confirmant les paroles de Jean Paul II :
"Qu'est-ce qui obscurcit aujourd'hui la vie des hommes ? Ce sont les ténèbres de la révolte contre Dieu, de sa négation obstinée et si répandue. Vous devez répandre partout le cri puissant : Dieu EXISTE ! Qui est comme Dieu ?(...)
"Qu'est-ce qui ternit la beauté et la splendeur de l'Église aujourd'hui ? C'est la fumée des erreurs que Satan y a fait pénétrer. Elles sont répandues de plus en plus et conduisent de très nombreuses âmes à la perte de la Foi. La cause de cette diffusion si vaste des erreurs et de cette grande apostasie, ce sont les Pasteurs infidèles. Ils se taisent lorsqu'ils devraient parler avec courage pour condamner l'Erreur et défendre la Vérité.
"Ils n'interviennent pas lorsqu'ils devraient démasquer les loups rapaces qui se sont introduits dans le troupeau du Christ, cachés sous des peaux d'agneau. Ce sont des chiens muets qui laissent déchirer leur troupeau. (...)
"Remettez-vous à vous confesser souvent et à prier davantage. Priez avec Moi ; priez le Saint-Rosaire.
Ce que le Pape a dit ici est Vérité.
"Vous êtes proches du plus grand châtiment. Aussi Je vous dis : confiez-vous à Moi et rappelez-vous que l'arme à employer dans ces terribles moments est celle du Saint-Rosaire. Vous formez ainsi Ma cohorte que Je conduis en ce temps à sa plus grande victoire."
Notre époque donne très généralement à corriger et à châtier le sens de punir. Le vrai sens est redresser et purifier.
Notez enfin que la basilique de Notre-Dame de Guadalupe, église cathédrale de MEXICO, a été placée au rang de Deuxième Église de la Chrétienté ; se trouvant à égalité avec Saint Jean de Latran, Église cathédrale de Rome, dont l'Évêque est le Pape.


2. 4. Les habits séchés de FATIMA
**************************************
Tous les Dons du Ciel passent par les mains de MARIE, Médiatrice de toutes les Grâces. C'est au cours de la dernière apparition de MARIE à FATIMA au Portugal, le 13 Octobre 1917, que le Bon Dieu a donné à l'Humanité cette 4ème preuve matérielle de Son Existence ; elle intervient pendant la 1ère guerre mondiale dont MARIE (dans le second "secret" de FATIMA), prédit qu'elle va finir bientôt ; et, avant que les Soviets ne prennent le pouvoir, Elle prédit aussi "que la Russie répandra ses erreurs dans le monde",
A Fatima, à partir du 13 Mai 1917, la Vierge MARIE Se montre à 3 enfants qui gardent un petit troupeau. La plus âgée, Lucia, a 11 ans, les deux autres, Francisco et Jacinta, sont plus jeunes. MARIE leur fixe rendez-vous pour le 13 du mois suivant, leur demandant prières et pénitence.
Le 13 Juin, 60 curieux entourent les enfants. Le 13 Juillet, les spectateurs sont 5.000 ; ce jour-là, aux enfants qui le Lui demandent "pour que tout le monde croie", MARIE promet un grand Miracle "dans 3 mois", sans dire en quoi il consisterait, ni que le soleil y serait impliqué.
Le 13 Octobre, attendant le Miracle promis, les spectateurs sont une foule immense, 60 à 70.000 personnes, patientant depuis le matin sous une pluie fine ininterrompue jusqu'à midi, heure habituelle des apparitions. Les gens sont venus très tôt pour être le plus près possible des enfants et voir mieux : ils n'imaginent absolument pas les minutes qu'ils vont vivre.
La danse du soleil
Quelques minutes avant midi, la pluie cesse et le soleil revient. Puis MARIE Se montre aux enfants et leur parle (le 3ème secret de Fatima, ci-après) ; ensuite Elle leur dit de regarder le soleil : les enfants obéissent, la foule aussi qui est alors témoin de ce qui a été appelé : "la danse du soleil."
Au lieu d'être éblouis par le soleil, ils peuvent le fixer sans gêne pour les yeux ; puis on le voit changer de couleur.
Le soleil passe ainsi successivement par les 7 couleurs dont le fusionnement constitue la lumière solaire : violet, indigo, bleu, vert, jaune, orangé, rouge. Au jaune, un médecin présent note que tous ses voisins semblent atteints de jaunisse.
Trois fois, le soleil passe par ces 7 couleurs ; 3, le chiffre de la Sainte Trinité qui manifeste là Sa Puissance.
Ce phénomène dure depuis une douzaine de minutes (la durée et la répétition réduisent à rien l'objection misérable "d'hallucination collective"), puis le soleil tourne sur lui-même et décrit dans le ciel une spirale aux courbes de plus en plus grandes : son diamètre apparent augmente, comme s'il se rapprochait, sa chaleur aussi ; puis il se déplace en zig-zag désordonnés, comme s'il tombait.
Tous les spectateurs tombent à genoux dans la boue, les journalistes présents aussi, tous ayant la certitude de vivre leurs derniers moments et implorant la pitié de Dieu... Enfin le soleil reprend sa place et son éclat habituels dans le ciel.
Le phénomène a eu près de 70.000 témoins qui se relèvent, soulagés et stupéfaits de constater que leurs vêtements, mouillés de pluie un quart d'heure avant, SONT SECS.
Ce Fait matériel est une conséquence directe de la chaleur perçue par les Témoins ; mais les observatoires astronomiques n'ayant signalé aucune anomalie solaire au même moment, la presse portugaise de l'époque (aux mains de la franc-maçonnerie) fait le silence sur ces vêtements séchés, et tente de ramener 70.000 témoignages à une hallucination collective.
Une telle psychose, collective à une foule pareille de croyants, de curieux, de sceptiques, cela n'a jamais été observé, et de surcroît, en plein air. Même réduit à cela, le phénomène, par son ampleur et son unité de perception soi-disant "hallucinatoire", serait en soi un "signe étonnant", scientifiquement parlant ; donc un miracle.
Contre cette assertion dénuée de tout fondement, contredite par le séchage des vêtements, s'élève un autre Fait constaté après coup : dans un rayon de 5 Km autour de la "Cova da Iria" (Vallée de la Paix), lieu du phénomène, tous les gens qui se désintéressaient du Miracle annoncé et qui vaquaient à leurs occupations, sont eux aussi témoins des évolutions du soleil. Or leur désintérêt, leur éloignement de la foule, cela les place radicalement à l'abri de la "contagion" de la prétendue hallucination collective.
Cela dit, pourquoi a-t-il fallu 13 ans à l'Église pour reconnaître vraies les apparitions de Fatima ? Pour la même raison qui a incité la très grande majorité des Évêques du monde entier à refuser la reconnaissance d'une seule Apparition pendant plus de 50 ans (ou à différer la décision) :
C'est parce que MARIE parle "trop" au cours de Ses apparitions (et que les grandes apparitions contemporaines, et actuelles, durent "trop" longtemps). On a l'impression que les Évêques préfèreraient que la Vierge MARIE Se montre brièvement, fasse un Miracle et Se taise.
Le 3ème Secret de Fatima
Car, le 13 Octobre 1917, MARIE a donné aux 3 enfants le 3ème secret de Fatima. Ce Message recoupe, avec parfois des expressions identiques, le Message donné par MARIE en France à La SALETTE, le 19 Septembre 1846. Au Portugal, donc plus de 70 ans après, rarissimes devaient être en 1917, les personnes connaissant le Message de La SALETTE, et certainement pas les trois jeunes pastoureaux. Le Clergé catholique a eu peur, et a toujours peur de diffuser ces Messages qui mettent sévèrement en cause nombre de Prêtres et leur hiérarchie. Ce n'est pas, heureusement, la seule raison ; il y a, en plus, que ces Messages risquent "d'alarmer les populations" ; et de cautionner, sataniquement, des dictateurs suicidaires.
On peut en juger d'après ce qui est divulgué page 9, dans l'introduction aux "Mémoires de Soeur Lucie" (13), rédigés en 1961, d'ordre hiérarchique, par la Survivante des apparitions de Fatima :
"Au collège religieux de PORTO, où elle est admise à l'âge de 14 ans, Lucie reçoit, d'ordre de l'Évêque de LEIRIA (dont dépent Fatima), 3 graves recommandations : "Changer de nom, garder le silence sur sa région et sa famille d'origine, et surtout ne révéler à personne qu'elle est la Voyante des apparitions de Fatima, ni parler des apparitions." Le silence draconien qui lui a été imposé peut se comprendre en raison de la situation anarchique du Portugal à l'époque.
Dans ses Mémoires, Soeur Lucie, qui ne dit mot du 3ème secret sauf qu'il existe, nous permet d'apprendre qu'une promesse de MARIE s'est réalisée (comme s'est réalisée la prédiction conditionnelle de la seconde guerre mondiale et du déferlement du Marxisme) : en effet, les jeunes enfants avaient été effrayés par la vision de l'Enfer (1er secret) ; aux deux plus jeunes, MARIE avait promis : "Ne craignez pas, Je viendrai vous prendre bientôt pour vous conduire en Paradis."
François et Jacinthe, alors en parfaite santé, sont morts tous deux dans les 3 ans qui ont suivi. Les "Mémoires" rédigés par Soeur Lucie lui ont été demandés pour servir à l'instruction de la Cause en béatification des deux petits Voyants.
Quant au 3ème Secret de Fatima, une opinion assez répandue, ni démentie, ni confirmée, affirmait qu'il serait publié en 1967 par l'Église, soit 50 ans après Fatima ; il ne l'a pas été. Mais, au moment du blocus US de CUBA à cause de la présence des missiles soviétiques si proches des USA, "on dit" qu'une copie de ce 3ème Secret a été communiquée par le Vatican à Kennedy, de Gaulle, Mac Millan et Krouchtchef.
Le Pape Jean XXIII aurait pris cette initiative à cause du danger d'un conflit nucléaire (mentionné par le Secret). Voici le texte qui a été publié par Daniel REJU dans son ouvrage : "Le troisième secret de Fatima" (18) :
"Ne t'inquiète pas, chère enfant, Je suis la Mère de Dieu, qui te parle et te prie de proclamer, en Mon nom, le Message suivant au Monde entier. Tu t'attireras, ce faisant, de fortes hostillités."
[Ce que je mets en italiques donne à comprendre que ce Message a vocation d'être publié].
"Les hommes doivent devenir meilleurs. Ils doivent implorer la rémission des péchés qu'ils ont commis et continuent de commettre. Tu Me demandes un Signe miraculeux afin que tous comprennent Mes paroles que, par toi, J'adresse à l'Humanité. C'était le Miracle du soleil. Tous l'ont vu, croyants et incroyants, paysans et citadins, savants et journalistes, laïcs et Prêtres. Et maintenant, proclame en Mon nom :
"Sur toute l'Humanité viendra un grand châtiment, pas aujourd'hui ni même demain, mais dans la deuxième moitié du 20ème siècle. Ce que J'ai fait connaître à La SALETTE par les enfants Mélanie et Maximin, Je le répète aujourd'hui devant toi. L'Humanité n'a pas évolué comme Dieu l'attendait. L'Humanité a été sacrilège et elle foule aux pieds les Dons qu'elle a reçus.
"L'ordre ne règne plus nulle part ; même aux postes les plus élevés, c'est Satan qui gouverne et décide de la marche des affaires. Il saura même s'introduire aux plus hauts sommets de l'Église. Il réussira à semer la confusion dans l'esprit des grands savants qui inventeront des armes avec lesquelles on peut détruire la moitié de l'Humanité en quelques minutes.
"Il soumettra les puissants des peuples à son emprise et les amènera à fabriquer des armes en masse. Si l'Humanité ne s'en défend pas, Je serai forcée de laisser tomber le bras de Mon Fils.
Si ceux qui sont à la tête du monde et de l'Église ne s'opposent pas à ces agissements, c'est Moi qui le ferai et Je prierai Mon Père de faire tomber Sa Justice sur les hommes.
"C'est alors que Dieu punira les hommes plus durement et plus sévèrement qu'Il ne les a punis par le Déluge, et les grands et les puissants y périront, tout autant que les petits et les faibles.
"Mais aussi il viendra pour l'Église un temps des plus grandes épreuves. Des Cardinaux seront contre des Cardinaux et des Évêques contre des Évêques.
"À Rome il y aura aussi de grands changements. Ce qui est pourri tombe et ce qui tombe ne pourra être maintenu. L'Église sera obscurcie et le monde sera plongé dans le désarroi.
"La grande, grande Guerre surviendra dans la 2ème moitié du 20ème siècle. Du feu et de la fumée tomberont alors du ciel, et les eaux des océans se transformeront en vapeur, crachant leur écume vers le ciel et tout ce qui est debout se renversera. Et des millions et d'autres millions d'hommes perdront la vie d'une heure à l'autre, et ceux qui vivront encore à ce moment-là envieront ceux qui sont morts.
"Il y aura tribulation partout où l'on porte le regard, et misère sur toute la Terre, et désolation en tous Pays. Le temps se rapproche toujours plus et l'abîme s'approfondit toujours plus et il n'y a plus d'issue ; les bons mourront avec les mauvais, les grands avec les petits, les princes de l'Église avec leurs fidèles, les souverains du monde avec leurs peuples ; partout règnera la Mort élevée à son triomphe par des hommes égarés et des valets de Satan qui seront alors les seuls souverains sur Terre.
"Ce sera un temps qu'aucun Roi ni Empereur, aucun Cardinal ni Évêque n'attend. Il viendra quand même selon le Dessein de Mon Père pour punir et venger. Plus tard cependant, lorsque ceux qui survivront à tout seront encore en vie, on invoquera de nouveau Dieu et Sa Magnificence, et l'on servira de nouveau Dieu comme naguère lorsque le monde n'était pas si corrompu.
"J'appelle tous les vrais imitateurs de Mon Fils JÉSUS-Christ, tous les vrais Chrétiens et les Apôtres des derniers Temps. Le Temps des Temps vient, et la Fin des Fins si l'Humanité ne se convertit pas et si cette conversion ne vient pas d'en-haut, des dirigeants du monde et des dirigeants de l'Église.
Mais malheur ! si cette conversion ne vient pas et si tout reste tel que c'est, ou si tout devient pire encore. Va, Mon enfant, proclame-le ; Je Me tiendrai pour cela toujours à tes côtés en t'aidant."
Le Lecteur non-averti sera traumatisé par un tel Message ; il cherchera les détails lui permettant de le révoquer en doute. Par exemple :
"Pourquoi mourront les petits, les faibles et les bons avec les grands, les mauvais et les Souverains ? Dieu, qui est Juste, ne peut vouloir cela, donc le Message ne vient pas de Dieu ?"
Voici une réponse en deux points à cette objection de refus :
1. Dans cette phrase, l'article défini "les" (les petits, les bons...) est peut-être ici en place de l'article indéfini "des", afin d'introduire dans cette prophétie une obscurité destinée à aveugler ceux qui s'appuient sur un détail pour minimiser l'impact des éléments d'authenticité positifs, figurant par ailleurs dans le Message. Et les voici ; effet personne, en 1917, ne pouvait avoir la moindre idée "d'armes avec lesquelles on peut détruire la moitié de l'Humanité en quelques minutes" ; c'est à présent une cruelle réalité.
Personne ne pouvait imaginer que des Cardinaux et des Évêques adhèreront à la Franc-Maçonnerie, et seront donc les ennemis de l'Église (et des Cardinaux et Évêques intègres) ; c'est à présent une triste réalité.
Personne ne pouvait croire, dans cette Europe alors en guerre, que les puissants fabriqueront des armes en masse : c'est l'URSS, les USA, la France qui ont saturé l'Asie, l'Afrique, le Moyen-Orient, le Centre-Amérique, de leurs surplus d'armes fabriquées en masses.
2. Tous les petits, les bons, les faibles, ne périront pas sinon, après, qui invoquera Dieu et Le servira comme naguère ? Et le Paradis, promis par Dieu à tous les bons, accueillera ceux qui mourront et qui seront enviés par les survivants. Cette réponse en deux points comprise, que reste-t-il de la prétendue "injustice" autorisant à douter de l'authenticité divine du Message ? Rien ! Deux autres alibis de refus pourront venir à l'esprit de certains :
a. Au 4ème § du Message, MARIE dit Mon Père et non Notre Père : "La Reine de l'Humilité ne peut parler ainsi, donc ce n'est pas Elle qui parle" ; je laisse JÉSUS répondre à cette objection en dictant à don Ottavio (4)  :
"Elle est la Joie du Père, Sa Fille préférée et la plus chère. Elle est la Mère généreuse qui donna à Moi, Verbe, son Humanité. Elle est l'Épouse aimée de l'Esprit-Saint qui, en Elle, répand l'abondance infinie de Ses Dons." (7.12.1975)
"De ce fait, Elle S'élève au-dessus de la nature angélique, inférieure seulement à Dieu dont Elle est Mère, dont Elle est Fille, dont Elle est Épouse. Sa participation est d'un mode unique qui ne peut plus se répéter ; c'est pourquoi Elle est Grande et Puissante de la Grandeur-même et de la Puissance divines." (20.02.1977)
b. Le second alibi de refus de ceux qui rejettent en bloc tous les Messages d'avertissements effrayants, est que "Dieu veut qu'on revienne à Lui par Amour et non par la Peur."
Cet argument est très vrai en temps normal... où nous ne sommes plus : nous vivons les Temps décrits dans l'Apocalypse, ce qui annule l'objection. Quant un père de famille constate que ses enfants restent obstinément sourds à son amour et qu'ils sont en danger de se perdre définitivement, alors il emploie la menace. La sagesse des proverbes dit que "La peur est le commencement de la sagesse." JÉSUS fait Sien ce proverbe de la sagesse populaire.
En examinant ce Message pour vérifier s'il comporte les critères d'identification divine énoncés dans la Sainte Écriture par St Jean, on trouve : "Je suis la Mère de Dieu" et : "J'appelle tous les vrais imitateurs de Mon Fils JÉSUS-Christ, tous les vrais chrétiens et les apôtres des derniers temps" ; la condition exposée par St Jean (p 38) "tout esprit qui confesse Jésus venu dans la Chair est de Dieu", est satisfaite. Quant au respect de la Didakhé, c'est toute la vie de Soeur Lucie qui en témoigne. J'ai choisi de placer ici l'information située par Daniel REJU en tête du Message :
"Il s'agit seulement d'un extrait diffusé par Sa Sainteté le Pape Paul VI et confirmé par Mgr l'Évêque de Fatima comme étant "le fidèle mais pâle reflet du secret effrayant enfermé au Vatican."
Cité ici, le Vatican sait que ce Message a été publié : s'il n'a jamais confirmé, le Vatican n'a jamais démenti. À Fatima, au 3ème § du Message, MARIE dit :
"Ce que J'ai fait connaître à La SALETTE par les enfants Mélanie et Maximin, Je le répète aujourd'hui devant toi."
Le 19 Septembre 1846, à La Salette, c'est avec Ses yeux baignés de larmes que MARIE Se montre aux deux jeunes bergers, Mélanie et Maximin ; ils ne savent ni lire, ni écrire ; ils sont enfants et purs, petits parmi les petits. Et c'est à ces enfants que MARIE donne un Message pour le monde et pour le Clergé, "de la part de Dieu."
De Dieu qui, en prévision de cet évènement, avait doté les deux enfants d'une mémoire si faible qu'ils n'avaient pas été admis à faire leur Première Communion, incapables qu'ils étaient de retenir les rudiments de base du catéchisme. Or, par la suite ils répèteront, séparément, un Message long comme 7 pages de ce texte, sans en changer un mot. Et c'est ce Fait Étonnant (= Miracle) qui va convaincre le Curé d'abord, l'Évêque ensuite, de la véracité de l'Apparition qui sera reconnue vraie par l'Église. Le Message de La Salette n'a pas encore été reconnu authentique par aucun Pape, mais il a été publié avec l'Imprimatur (assorti de la réserve d'usage) accordé par l'Évêque de Syracuse.
Extraits du Message de La Salette
d'après Guy Le Rumeur : "Apocalypse Mariale" (19) :
(...)"Les Prêtres, ministres de Mon Fils, les Prêtres, par leur mauvaise vie, par leurs irrévérences et leur impiété à célébrer les divins Mystères, par l'amour de l'argent, l'amour de l'honneur et des plaisirs, les Prêtres sont devenus des cloaques d'impureté"(...)
"Dieu va frapper d'une manière sans exemple. Malheur aux habitants de la Terre ! Dieu va épuiser Sa Colère, et personne ne pourra se soustraire à tant de maux réunis.
Les chefs, les conducteurs du Peuple de Dieu ont négligé la Prière et la Pénitence, et le démon a obscurci leur intelligence ; ils sont devenus ces étoiles errantes 1 que le vieux diable traînera avec sa queue pour les faire périr" (...) "Dieu permettra au vieux Serpent de mettre des divisions parmi les régnants, dans toutes les sociétés et dans toutes les familles" (...)
(1) ces étoiles errantes : ceci est une référence à l'Apocalypse (XII, 3/4) : "un énorme dragon rouge-feu" "Sa queue balaie le tiers des étoiles du ciel et les précipite sur la Terre." Il est bien évident qu'il ne peut s'agir des étoiles au sens cosmique du terme.
MARIE le précise, dictant à don Gobbi, le 13.05.1976 :
"Maintenant, vous vivez les moments où le dragon rouge, c'est-à-dire l'athéisme marxiste" "réussit vraiment à séduire et à faire tomber du ciel un tiers des étoiles. Ces étoiles, au firmament de l'Église, ce sont le Pasteurs, c'est vous, Mes pauvres Fils-Prêtres"
"Les mauvais livres abonderont sur la Terre et les esprits des ténèbres répandront partout un relâchement universel pour tout ce qui regarde le Service de Dieu.".. "La Sainte Foi de Dieu étant oubliée, chaque individu voudra se conduire par lui-même et être supérieur à ses semblables. "On abolira les pouvoirs civils et ecclésiastiques, tout ordre et toute justice seront foulés aux pieds ; on ne verra qu'homicides, haine, jalousie, mensonge et discorde, sans amour pour la patrie et la famille.".. "Les gouvernements civils auront tous un même dessein qui sera d'abolir et de faire disparaître tout principe religieux pour faire place au matérialisme, à l'athéisme, au spiritisme et à toutes sortes de vices" (...)
"Il y aura une guerre générale qui sera épouvantable. Pour un temps, Dieu ne Se souviendra plus de la France, ni de l'Italie, parce que l'Évangile de JÉSUS-Christ n'est plus connu. Les méchants déploieront toute leur malice ; on se tuera, on se massacrera jusque dans les maisons. Au premier coup de Son épée foudroyante, les montagnes et la nature entière trembleront d'épouvante, parce que les désordres et les crimes des hommes percent la voûte des cieux."..
"Plusieurs grandes villes seront ébranlées et englouties par des tremblements de terre ; on croira que tout est perdu ; on ne verra qu'homicides, on n'entendra que bruits d'armes et que blasphè-mes. Les Justes souffriront beaucoup ; leurs prières, leurs pénitences et leurs larmes monteront jusqu'au Ciel et tout le Peuple de Dieu demandera Mon Aide et Mon Intercession. Alors JÉSUS-Christ, par un acte de Sa Justice et de Sa grande Miséricorde pour les Justes, commandera à Ses Anges que tous Ses ennemis soient mis à mort.
"Tout-à-coup, les persécuteurs de l'Église de JÉSUS-Christ, et tous les hommes adonnés au péché périront et la Terre deviendra comme un désert" (...)
"Rome perdra la Foi et deviendra le siège de l'Antéchrist. Les démons de l'air avec l'Antéchrist feront de grands prodiges sur la Terre et dans les airs, et les hommes se pervertiront de plus en plus. Dieu aura soin de Ses fidèles serviteurs et des hommes de bonne volonté. L'Évangile sera prêché partout et toutes les Nations auront connaissance de la Vérité"
"J'adresse un pressant appel à la Terre :
J'appelle les vrais Disciples du Dieu Vivant et Régnant dans les Cieux ; J'appelle les vrais imitateurs du Christ fait Homme, le Seul et Vrai Sauveur des hommes.
J'appelle Mes enfants, Mes vrais dévots, ceux qui se sont donnés à Moi pour que Je les conduise à Mon divin Fils, ceux que Je porte pour ainsi dire dans Mes bras, ceux qui ont vécu de Mon esprit ; enfin J'appelle les apôtres des derniers temps, les fidèles disciples de JÉSUS-Christ, qui ont vécu dans un mépris du monde et d'eux-mêmes, dans la pauvreté et dans l'humilité, dans le mépris et dans le silence, dans l'oraison et la mortification, dans la chasteté et dans l'union avec Dieu, dans la souffrance et inconnus du monde. Il est temps qu'ils sortent et viennent éclairer la Terre."
Comparer ce dernier appel de MARIE à celui du Message de Fatima : l'analogie est frappante. Notez les éléments d'identification divine du Message : JÉSUS-Christ, Dieu et Homme. Et aussi l'Évangile... "qui sera prêché partout" et "toutes les Nations auront connaissance de la Vérité" : comment cela ? Par tous les Messages que, dans toutes les langues, JÉSUS et MARIE donnent depuis des années et en ce moment ; et, après le Retour en Gloire du Christ, par tous les catholiques survivants pour évangéliser les Justes épargnés, qu'ils soient chrétiens séparés de Rome, juifs, musulmans, boud-dhistes ou athées.
Notez que, dans Son appel à Ses vrais dévots : "ceux qui se sont donnés à Moi ... de Mon esprit" MARIE annonce dès 1846 la Consécration à Son Coeur Immaculé qu'Elle demandera à Soeur Lucie de Fatima.
Notez Bien la mention de l'Antéchrist "qui siègera à Rome" : c'est "l'abomination de la désolation dont a parlé le prophète Daniel, installée dans le saint Lieu (que le lecteur comprenne)" cette citation est dans l'Évangile (St Matt. XXIV, 15). Notez "les grands prodiges des démons de l'air avec l'Antéchrist" et se souvenir des prodiges annoncés par MAITREYA. Notez enfin que Mélanie et Maximin ont eu une vie exemplaire au regard de la Didakhé.
Dans leurs Messages contemporains, JÉSUS et MARIE font souvent une référence explicite aux Messages de La SALETTE et de FATIMA en liaison avec ces Temps de l'Apocalypse que nous sommes en train de vivre.
Quant aux prédictions de l'avenir énoncées à La Salette, une étude rapide permet d'en trouver dix qui se sont déjà réalisées au cours des années écoulées depuis. Et celles qui concernent notre avenir sont déjà énoncées dans la Bible, depuis le Livre d'Ezèchiel à celui de l'Apocalypse... Et la Bible est vraie de la première à la dernière page. Alors...
À FATIMA, dictant à don Gobbi (1), le 13.10.1977,
MARIE confirme le Miracle du soleil :
"Aujourd'hui vous rappelez avec joie le Signe qu'il y a soixante ans J'ai donné en ce lieu que J'ai choisi pour Me manifester. Vous l'appelez le Miracle du soleil. Oui, Mes fils, le soleil, lui aussi, comme toute la Création, obéit aux lois établies par son Créateur.
Mais parfois son comportement peut être différent quand Dieu le requiert. Le soleil lui aussi, comme tous les êtres de la Création, obéit aux Ordres de Dieu" (...)
Le soleil, un "être qui obéit aux ordres de Dieu" ? Incroyable ? Être, c'est exister. Le soleil existe. Le vent existe : JÉSUS, dans l'Évangile, calme la tempête sur le lac de Tibériade en ordonnant au vent de cesser. Dieu, qui a créé le soleil peut, par Sa Puissance Infinie, isoler un espace de 5 Km autour de la Cova da Iria et y faire apparaître un "soleil-bis", un soleil local qui pourrait être un plasma d'énergie pure ; l'énergie, la Force de Dieu. C'est la petite explication humaine que je propose et qu'aucun Scientifique ne refuserait à partir de l'hypothèse initiale de la Toute-Puissance divine.
La longue journée de Josué
Car voici une confirmation fournie par la NASA américaine :
Mr Harold ILL, Président de la "Curtiss Engine Company" et membre consultant du programme spatial US, donne un rapport ayant pour titre "La longue journée de Josué." Il expose :
"Les ingénieurs de l'Astronautique et de l'Espace sont obligés de calculer avec précision les positions respectives du soleil, de la lune, et des planètes pour les 100 années à venir ; cela, pour fixer aux satellites des orbites et trajectoires les plaçant à l'abri de perturbations astrales." (Je résume). Tout calcul oblige à vérification ; ce n'était peut-être pas nécessaire, la curiosité ou en mieux-disant, l'inspiration divine, a conduit les ingénieurs à tester la fiabilité des paramètres de calcul introduits en ordinateur dans une recherche des coordonnées des corps célestes en remontant le cours des siècles.
Pour bien le comprendre, il faut savoir que des relations mathématiques précises relient entre eux les mouvements des planètes et du soleil en tout instant. Étant moi-même ingénieur et informaticien, je comprends très bien la curiosité professionnelle qui a besoin de tester un ordinateur de hautes performances.
"Soudain, dit Mr HILL, la machine se bloque. Un voyant rouge indique que l'ordinateur a reçu une information fausse, ou bien qu'il est en présence d'une discordance entre le résultat de ses calculs comparativement aux données astronomiques de base.
Une étrange constation : l'anomalie d'une journée sidérale intervenue dans les temps passé" (en clair une journée sidérale de 36 heures au lieu de 24).
Un des ingénieurs se rappelle alors que, dans la Bible (Josué, X, 8 à 14) à la prière du prophète lors de la bataille de GABAON, l'Eternel arrête le soleil "au milieu du ciel, presque tout un jour." Le calcul est relancé en introduisant en ordinateur l'information biblique (presque un jour) mais il met en évidence un résidu temporel de 40 minutes. C'est encore dans la Bible, au 2ème Livre des Rois (2. Rois, XX, 9 à 11) qu'on trouve, à la demande d'Ézéchias, le prophète Isaïe priant l'Éternel de faire reculer l'ombre du soleil "de dix degrés sur l'escalier d'Achaz.." Ce recul de l'ombre a augmenté la durée du jour de 40 minutes qui, ajoutées à "presque tout un jour" de Josué, font le surplus de 12 heures mises en évidence par l'ordinateur.
Dans mon métier d'ingénieur-topographe, j'ai eu quelquefois besoin d'intégrer dans mon travail des visées sur le soleil et l'étoile polaire, donc d'effectuer des calculs assez complexes. Je comprends donc le cheminement de calcul des ingénieurs de la NASA ; mais je n'ai eu aucun moyen de vérifier l'information que je donne cependant en raison de sa cohérence avec la Bible.
Une autre cohérence se remarque avec "l'étoile" qui a guidé les rois mages jusqu'à Jérusalem d'abord (là elle disparaît une nuit) puis jusqu'à Béthléem : une "étoile" visible de nuit comme de jour, qui est d'abord fidèle à chaque roi-mage depuis son pays d'origine jusqu'à leur rencontre, qui stoppe dans le ciel à chaque étape, ce ne peut être une étoile au sens astronomique du terme, mais un plasma lumineux (et de jour, plus lumineux que le soleil...). Et je pense que c'est un plasma de haute énergie qui a dansé le 13 Octobre 1917 à FATIMA.
L'Incroyable quotidien
Une fois surmonté le choc de notre "incroyable" et de notre "impossible", la recherche patiente et la méditation nous conduisent à croire sans restriction aux 70.000 témoins de FATIMA, ce qu'ils ont vu, ce que leur sens du toucher a perçu.
Dieu est le Maître de notre "impossible" ; la Nature réalise des prodiges incroyables s'ils n'étaient quotidiens : la fonction chlorophylienne des plantes, qui utilise la lumière solaire, l'eau du ciel, les minéraux de la terre, pour fabriquer des sucres ; et qui a permis de rendre respirable aux animaux et à l'homme une atmosphère terrestre initialement chargée de méthane ; un grain de blé qui meurt en terre pour donner un épi de cent grains serrés, un sarment de vigne qui donne une grappe de raisin.
À propos de l'Eucharistie, JÉSUS dicte le 2.12.1969 à Maman Carmela :
"J'ai pris le pain fait avec le blé, et le vin produit par le raisin, deux fruits de la Terre qui expriment une idée communautaire soit par l'épi, soit par la grappe. De ce pain et de ce vin, il en avait été parlé prophétiquement dans l'Ancien Testament * et ils avaient été préfigurés par la Manne céleste, tombée dans le désert."
(* : En Ge. XIV, 18-20, Melchisédech, Roi et Prêtre, apporte du pain et du vin à Abraham, le bénit et en reçoit la dîme de tout. Les Pères de l'Église ont vu dans ce pain et ce vin une préfiguration de l'Eucharistie.
† † †
Dans une très remarquable conférence de Mars 1994 ("Dozulé. La Croix du Seigneur, Oeuvre du Seigneur"), le Docteur Jacques PELBOIS, note :
"Orientées toutes entières vers le Rosaire qui est le Prière parfaite à MARIE, les Apparitions de FATIMA se sont déroulées du 13 Mai au 13 Octobre 1917, soit sur 153 jours, nombre exact des Ave Maria dans un Rosaire ! Ce prix était finalement dérisoire pour revivre les Mystère de l'Évangile et obtenir, par là, ni plus, ni moins que la Paix du Monde."
NB 1 : 153 Ave Maria dans le Rosaire, 153 jours à Fatima entre la première et la dernière apparition, et 153 poissons dans le filet de le pêche miraculeuse (St Jean, XXI, 11). Pour moi, c'est une convergence à noter, ce n'est pas une vulgaire coïncidence d'un hasard appelé au secours d'un scepticisme de pacotille.
NB 2 : Cette conférence (24 pages, 10 Frs) ainsi que la cassette correspondante (25 Frs + port = 30 Frs), sont à commander à :
"Les Amis de la Croix Glorieuse,
171, Rue de l'Université, 75007 PARIS"
qui diffuse également toute la documentation utile sur Le Message des 49 Apparitions du Christ à Dozulé. Nous y venons, page suivante.

2 .5. La Pesanteur annulée à Dozulé
******************************************
C'est la 5ème Preuve matérielle mettant en évidence l'Existence de Dieu. A Dozulé, en Normandie, entre Caen et Lisieux, le Christ S'est manifesté 49 fois à Madeleine, de 1972 à 1978. Madeleine est une mère de famille, toute simple et bonne, que Dieu a choisie pour donner au Monde un Message éblouissant ; et pour donner à l'Église et par l'Église, une chance admirable de Salut planétaire.
JÉSUS conditionne ce sauvetage universel à un Acte d'adhésion de l'Église Catholique ; car catholique signifie universelle ; car elle seule détient la garde de toute la Vérité divine ; car la Mission de l'Église est le Salut de l'Humanité ; de toute l'Humanité, même si celle-ci n'est pas devenue toute entière catholique après deux millénaires de l'Ère chrétienne. Au fil de toutes les pages qui précèdent, nous avons vu ensemble les multiples causes de la stagnation de l'Humanité, de sa régression dans la Foi en Dieu, donc de la christianisation qui est de plus en plus combattue par le matérialisme, l'ambition et l'argent ; donc par Satan, l'Ennemi du genre humain.
Si en 1972, au début des évènements de Dozulé, l'Humanité quittait la fausse prospérité des 25 années d'après-guerre en affrontant le premier choc pétrolier sans comprendre que la chute était irréversible, se développait aussi la légalisation de l'avortement même dans les Nations de tradition chrétienne. Dieu savait les conséquences de ce troisième Massacre des Innocents. Le milliard de Bébés avortués depuis les années 1970 à ce jour, est un crime planétaire ; depuis que l'homme existe, c'est le plus grand outrage fait à Dieu qui est Vie ; à ce crime, notre civilisation médiatique ajoute le scandale (au sens biblique du terme) du Massacre de l'Innocence des jeunes dès l'enfance, par le vice étalé en public en particulier à la télévision ; et par toutes leurs magouilles, les dirigeants des peuples ont massacré l'Espérance des adultes qui les ont élus. Tout cela, aucun homme n'en savait rien en 1972 ; mais Dieu savait, d'où l'intervention de JÉSUS à Dozulé.
Le Christ avait promis à Ses Apôtres que l'Enfer ne prévaudrait jamais sur l'Église bien qu'Il ait su, dès cette époque le danger en leur disant : "Mais le Fils de l'Homme, quand Il reviendra, trouvera-t-il encore la Foi sur la Terre ?."
Or que reste-t-il de Foi en cette fin de siècle ?
C'est en raison de cette urgence que JÉSUS est venu à Dozulé offrir à l'Église et par l'Église le sauvetage de toute l'Humanité. Mais ceci, à condition que l'Église reconnaisse vraies les apparitions du Seigneur en réalisant Son Exigence : faire élever à Dozulé, sur la Haute Butte où Madeleine a vu six fois une immense Croix lumineuse, la Croix Glorieuse de Dozulé, une Croix haute comme le Golgotha à Jérusalem, soit de 738 mètres de haut. Le gigantisme est là pour tester la qualité de Foi de l'Église en montrant qu'elle est capable de réaliser un édifice plus haut que tous les édifices élevés sur la Terre par le profit ; capable aussi de faire prévaloir la Foi du Charbonnier sur le raisonnement humain, fût-il clérical.
En suite de quoi, le 12.06.1973, JÉSUS dit à Madeleine, et promet :
"Hâtez-vous d'annoncer au monde de que vous avez vu et entendu en Mon Nom. Donnez Ordre à l'Évêché d'annoncer Ma Loi, afin de faire élever la Croix Glorieuse et le Sanctuaire de la Réconciliation à l'endroit précis où Madeleine l'a vue six fois, et venez-y tous en procession. Quand cette Croix sera élevée de terre, J'attirerai TOUT à Moi."
De attirer vient attirance qui est le premier pas vers l'Amour. Mais cette dernière phrase est aussi un écho de la Parole du Christ dans l'Évangile : "Quand Je serai élevé de terre, J'attirerai tout à Moi.." Ni les Apôtres et Disciples, ni les gens de Jérusalem n'ont compris alors que cette Élévation serait celle du Sauveur cloué en Croix sur le Golgotha : ceux-ci ont hurlé à la mort, ceux-là se sont enfuis, scandalisés. À présent, la majorité du clergé catholique de France crie à l'extravagance de l'élévation de la Croix Glorieuse de 738 m. de hauteur, sans vouloir entendre JÉSUS qui dit : "La Croix, c'est Moi." Ils ne veulent pas comprendre que le Seigneur veut parfaire superbement en notre Temps la Promesse de l'Évangile...
Pour convaincre le clergé de la réalité de Ses manifestations, JÉSUS prend la précaution de donner Ses Messages à Madeleine à l'église, en présence du Curé et de Religieuses ; dans l'instant, il demande à Madeleine de répéter à haute voix devant ces témoins, ce qu'Il lui dit ; deuxième précaution, pour faire échec à l'objection disant que Madeleine aurait "fabriqué" de pseudo-Messages avant de venir à l'église, JÉSUS intercale dans chaque Message des phrases en latin très pur, que Madeleine répète phonétiquement.
Or, d'instruction primaire, du latin elle ne connait que les répons de la Messe d'avant Vatican II, et elle répète ces phrases latines (en tout 27) sans les comprendre, mais le Curé, lui, comprend.
Le 5.10.1973, une semaine avant de promettre le Sauvetage de l'Humanité, JÉSUS demande de creuser un Bassin de Purification :
"Dites ceci à haute voix : "La Croix Glorieuse élevée sur la Haute Butte, doit être comparable à la ville de Jérusalem par sa dimension verticale. Ses bras doivent se dresser de l'Orient à l'Occident. Elle doit être d'une grande luminosité.
"Ainsi est le Signe du Fils de l'Homme" "Faites creuser à cent mètres du lieu de la Croix Glorieuse en direction de son bras droit ; de l'eau en sortira. Vous viendrez tous vous y laver en signe de Purification."
Le 1.03.1974 (premier vendredi du mois) JÉSUS dit à Madeleine :
"Ayez la bonté de répéter ceci : "Ecce cujus imperti Nomen est in aeternum. Quae videt Me, videt et Patrem Meum. Magdalena ! Annuntiate virtutes ejus qui vos de tenebris vocati in admirabile Lumen Suum. Nolite timere, Deeum benedicite, et cantate Illi."..
"Dites à l'Église qu'elle renouvelle son Message de Paix au monde entier, car l'heure est grave. Satan dirige le monde, il séduit les esprits, les rend capables de détruire l'Humanité en quelques minutes. Si l'Humanité ne s'y oppose pas, Je laisserai agir et ce sera la catastrophe, telle qu'il n'y en a pas encore eue depuis le Déluge, et cela avant la fin du siècle. Tous ceux qui seront venus se repentir au pied de la Croix Glorieuse seront sauvés. Satan sera détruit, il ne restera que Paix et Joie."
"Dites à l'Église..." est un rappel de ce que MARIE a dit à Fatima. Ensuite, s'agissant du Déluge, JÉSUS a déjà dit cela dans l'Évangile (Matt. XXIV, 21).
Quant aux phrases latines du début, elles signifient :
"Voici Celui dont le Nom a un Règne éternel. Celle qui Me voit, voit ausi Mon Père. Madeleine ! Annoncez les merveilles de Celui qui vous a appelée des ténèbres à Son admirable Lumière. Ne craignez pas, bénissez le Seigneur et chantez pour Lui."
Le 5.04.1974, 1er vendredi du mois, JÉSUS dit à Madeleine :
"Dites ceci à haute voix : "Jésus demande : pourquoi ce trouble, pourquoi ces pensées s'élèvent-elles en vous ?" "Vous les Prêtres, qui avez la charge d'accomplir ce que Je vous demande, est-il plus facile de crier Miracle ! en voyant l'eau jaillir de la montagne, que d'entendre la servante du Seigneur prononcer des paroles qu'elle ne connaît pas ? Hommes de peu de Foi, souvenez-vous de Ma Parole : "Ceux qui viendront en Mon Nom parleront des langues inconnues d'eux."
Puis JÉSUS fait toucher Ses mains par Madeleine qui Lui demande : "Seigneur, où faut-il creuser pour avoir de l'eau ?" JÉSUS dit :
... "La Croix Glorieuse élevée sur la Haute Butte, la plus proche de la limite du territoire de Dozulé, à l'endroit exact où se trouve l'arbre à fruits, l'arbre du Péché (*), car la Croix Glorieuse relèvera
_________________________________________________________________________
(*) : à l'endroit précis indiqué se trouve un pommier tordu :
"l'arbre du Péché", ce que le Curé a bien compris.
de tout péché. Ses bras doivent se dresser de l'Orient à l'Occident. Chaque bras doit mesurer 123 mètres et sa hauteur six fois plus.
C'est à partir de ces 123 mètres, lieu qu'occupe la Croix, que doivent se mesurer les 100 mètres. Puis faites creuser un Bassin de 2 mètres sur 1,5 mètre et 1 mètre de profondeur. Faites un enclos. De l'eau en sortira. Si votre coeur est sec, il y aura peu d'eau et peu seront sauvés." "Vos amici Mei estis si feceritis quae Ego praecipio vobis, dixit Dominus."
[Traduction : "Vous êtes Mes amis si vous faites ce que Je vous commande, dit le Seigneur."]
Le Vendredi-Saint 12 Avril 1974, le Bassin de Purification est creusé. Le 3 Mai 1974, 1er vendredi du mois, JÉSUS dit à Madeleine :
"Dites ceci à haute voix : Le Prêtre n'est pas dans l'erreur, cet arbre penché est le symbole du péché"
"Arrachez-le avant que n'apparaissent les fruits, et hâtez-vous de faire élever à sa place la Croix Glorieuse, car la Croix Glorieuse relèvera de tout péché." "Malheur à l'Humanité tout entière, s'il n'y a pas d'eau dans ce Bassin dans les cinquante jours qui suivent sa mise à jour, car Satan empêche la Purification du plus grand nombre. Souvenez-vous de Ma Parole, Je laisserai agir à cause du manque de Foi.".. "Dites au Prêtre que Je vous visite pour la 17ème fois, car la Croix Glorieuse, c'est JÉSUS Ressuscité."
L'eau n'est apparue dans le Bassin que le 19 Juillet, soit 98 jours après son creusement ; et non 50 jours, comme cela aurait pu être si l'entreprise avait rencontré l'Aide de plus de Foi ; 50 jours, comme les 50 qui ont conduit les Apôtres pleins de Foi, du Dimanche de la Résurrection au Dimanche de la Pentecôte où l'Esprit-Saint les a comblés de Ses Dons, leur permettant de prêcher dans toutes les langues à l'étonnement de ceux qui les écoutaient.
Le Curé de Dozulé est convaincu de la réalité des Apparitions du Christ. En Août 1973, il accompagne Madeleine chez l'Évêque qui l'écoute et conclut : "Si ça vient de Dieu, ça persistera", ce sont les paroles de Gamaliel au Sanhédrin pour empêcher la mort des Apôtres ; "ça" a persisté encore 5 ans, mais l'Évêque a persisté dans son refus : le "prologue" de l'Enquête Canonique débute le 13 Mai 1984 !, autant dire "un enterrement de première classe."
Or JÉSUS a été clair, impératif : "Donnez Ordre à l'Évêché..." (le 12.06.1973) et : "Dites à l'Église..." (le 1.03.1974) ; l'Évêque en charge du Diocèse où se produit une apparition détient seul l'Autorité canonique (= juridique) pour la refuser ou la reconnaître ; une décision positive est transmise (pour information) au Dicastère compétent du Vatican, ce qui officialise la reconnaissance de l'apparition "par l'Église."
Tant que cette étape ne sera pas franchie, l'élévation de la Croix Glorieuse ne peut être soumise à décision. Ici, l'Évêque décide de ne rien décider, bloquant ainsi la procédure traditionnelle de l'Église en cette matière ; ce faisant, l'Évêque dresse un obstacle incontournable entre l'Humanité et son Sauvetage promis et voulu par JÉSUS. Puis le 8 Décembre 1985, l'Évêque déclare :
.".. je ne peux discerner les Signes qui m'autoriseraient à déclarer authentiques les "apparitions" dont il est fait état, ou à reconnaître une mission qui serait donnée à l'Église de diffuser ce "Message."
"Ne pas pouvoir discerner", cela signifie incapacité autant qu'impossibilité : "il n'est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir" ; mais cette déclaration ambiguë équivaut à un refus que l'Évêque actuel, successeur du précédent, confirmera en 1991 en remplaçant l'ambiguïté par la violence écrite.
En la Personne de ces deux Évêques, se renouvelle (à l'échelle planétaire cette fois) la chance manquée par l'Église qui a négligé les Avertissements de MARIE dans Ses Messages de La Salette et de Fatima...
Si l'eau est apparue tardivement dans le Bassin, c'est, dit JÉSUS : "à cause du manque de Foi" ; du manque de Foi à l'Évêché, bien sûr. Si la situation ne se débloque pas rapidement et pire, si la Croix Glorieuse n'est pas élevée, "Je laisserai agir" prévient JÉSUS. Laisser agir qui ? "Satan qui empêche la Purification du plus grand nombre",a dit JÉSUS. Mais de quelque façon qu'évolue la situation, il reste la Purification individuelle pour qui "ne manquera pas de Foi", sachant en faire acte en venant à Dozulé en pèlerinage de Purification.
Le 31.05.1974 (49ème jour après le creusement du Bassin), l'eau n'est toujours pas là. JÉSUS fait revivre devant Madeleine des instantanés de l'Évangile ; ils sont annoncés d'une phrase latine par St Michel (qui est venu avec JÉSUS), des moments...
- de l'Annonciation ;
- de la Nativité ;
- du Baptême de JÉSUS au Jourdain ;
- de la Montée au Calvaire ;
- de la Mort sur la Croix ;
- de la Résurrection du Christ ;
- de l'Ascension de JÉSUS.
Après la vision de Sa Résurrection, JÉSUS montre à Madeleine Ses plaies aux mains, aux pieds ; Il lui fait toucher la plaie de Son flanc droit. Puis JÉSUS lui dit :
"Dites ceci à haute voix : "JÉSUS demande d'annoncer au Monde entier la Prière qu'Il vous a enseignée. Il demande que la Croix Glorieuse et le Sanctuaire, soient élevés pour la fin de la Sainte Année. Car elle sera l'ultime Sainte année (*). Que chaque année y soit célébrée une fête solennelle, jour où Madeleine a vu la Croix pour la première fois. Tous ceux qui, pleins de confiance, seront venus s'y repentir, seront sauvés en cette vie et pour l'Éternité. Satan n'aura plus de pouvoir sur eux."
[(*) : Il y a une Sainte Année tous les 25 ans.
1975 a été une Sainte Année].
Je crois que c'est cela, le Sauvetage universel offert conditionnellement par JÉSUS à l'adhésion de l'Église : oter tout pouvoir à Satan sur l'Humanité, ce qui permet le repentir, lequel permet le Pardon, la Purification. C'est aussi simple que cela. Dieu, Un et Trine, Créateur, Rédempteur et Sanctificateur, est libre de laisser agir le démon contre l'Humanité qui accepte librement le péché au lieu de la Vérité ; comme Il est libre d'imposer au démon  : "C'est fini !" si l'Église, qui a en charge l'Humanité, accepte de la libérer du démon en montrant, en actes, qu'elle a Confiance en Dieu. Et ce sont justement ceux qui proclament que Dieu veut et préfère qu'on vienne à Lui par Amour plutôt que par peur, ce sont ceux-là qui ne parviennent pas à croire possible qu'à Dozulé JÉSUS affirme :
"Si vous faites ce que Je vous commande, J'attirerai tout à Moi", c'est-à-dire : "J'offre le Salut à TOUS, justes et pécheurs, bons et mauvais, si vous montrez que vous le voulez."
J'en ai fait l'expérience éblouissante, comme tous ceux qui sont venus à Dozulé dans ce but, avec la certitude que Dieu ne ment jamais. Le Châtiment menaçait de purifier NINIVE dans la souffrance : NINIVE s'est purifiée dans la Pénitence et a été épargée. Le danger a été écarté grâce à la Confiance menant au remords qui demande et obtient le Pardon, lequel est Purification : "Moi, quand Je pardonne, J'oublie", dit JÉSUS à Maman Carmela ; Dieu oublie nos péchés et notre "casier judiciaire" est à nouveau vierge, car nos péchés ont été effacés de la Mémoire divine.
Les prophéties de l'avenir, quand elles évoquent des dangers que nos péchés risquent de construire de toutes pièces, sont toujours conditionnelles, ordonnées à la libre intelligence humaine. Il en aurait été ainsi, même des catastrophes décrites dans l'Apocalypse. Mais JÉSUS, Un et Trine, ne peut pas sauver les Hypocrites et les Tièdes, Lui qui dit : "J'ai les Hypocrites en horreur, les Tièdes, Je les vomis." Le 31 Mai 1974, l'Archange St Michel dit à Madeleine :
"Dites ceci à haute voix : Dieu reproche aux Prêtres leur lenteur dans l'accomplissement de leur tâche et leur incrédulité.
"Dieu leur a demandé d'annoncer au monde les merveilles de Celui qui a appelé Madeleine des ténèbres à Son admirable Lumière, car la Croix Glorieuse embellira la ville de Dozulé. lIs ne l'ont point fait. Ceci est la cause du manque d'eau dans ce Bassin. Une grande calamité de sécheresse s'abattra sur le monde entier *
"Que les Prêtres ** lisent attentivement le Message et respectent scrupuleusement ce qui leur a été demandé."
(*) : Cette sécheresse a débuté, en France, en 1976 : l'État-laïc a décrété un impôt-sécheresse et le clergé français a continué son "ronron" lénifiant. Dans les mêmes circonstances, en Italie du Nord, St Jean Bosco a pris l'initiative de prières publiques en promettant que la pluie viendrait : elle est venue, sauvant les Paysans de la misère. En France, on a dit : "Sécheresse accidentelle, ça s'est déjà produit." Ce n'est qu'au fil des années que l'on constate que la sécheresse s'installe progressivement, épuisant les réserves des nappes phréatiques. [** : "Que les Prêtres..." : cela concerne aussi et d'abord l'Évêque, qui a été et demeure Prêtre].
Le 3.08.1974, St Michel vient, se nomme et dit à Madeleine :
"Dites au Prêtre qu'il fasse enduire les trois faces du Bassin, mais pas le fond. À la quatrième face, dans le sens de sa largeur, à la fin de la dimension, faites enduire vingt cinq centimètres, puis faites faire trois marches.
"Venez-y tous en procession et ne craignez pas de vous laver dans cette Eau de Poussière, car sachez que vous êtes poussière et que vous retournerez en poussière. Mais votre esprit sera purifié. Cette eau n'est pas une source. C'est une eau qui sort de terre. Heureux celui qui viendra s'y purifier sans crainte de se salir."
Avant de me rendre à Dozulé, Mr Le Rumeur (19) m'avait averti : "Examinez bien l'Eau de Poussière du Bassin de Purification : elle est stagnante, et pourtant les poussières ne se déposent jamais au fond."
Ce qui signifie que là, sur les poussières, la pesanteur est sans effet. Comprenant que JÉSUS avait caché, dans ce Fait une preuve, minuscule (comme l'image de Juan Diégo dans l'oeil du Portrait miraculeux de N.-D. de Guadalupe) je m'y suis rendu vers 17 heures, le 1er jeudi d'Août 1985. J'ai bien vu les poussières en suspension dans une eau émergée du sol. J'y suis resté jusqu'à 22 heures, en compagnie d'un couple de hollandais venu en pèlerinage solitaire, comme moi. Durant 5 heures, personne n'est venu agiter l'eau et les poussières étaient toujours en suspension, alors que, normalement, elles auraient dû se déposer au fond.
Le lendemain, au lever du jour, j'étais de nouveau là, sans noter aucun changement.
Cela persistant, j'ai rempli un récipient de plastique transparent de cette eau de poussière ; je l'ai emporté avec moi jusqu'à Kérizinen (7) en Bretagne, et je l'ai mis dans mon garage à mon retour chez moi : le lendemain, allant observer j'ai constaté que l'eau était devenue parfaitement limpide, toutes les poussières s'étant déposées normalement au fond !...
On est donc bien en présence d'un Fait surnaturel en infraction à la loi de pesanteur. Se manifestant seulement dans le Bassin de Purification, creusé et bâti sur les indications précises du Ciel (précisions qui rappellent celles prescrites à Noé pour la construction de l'Arche, celles énumérées à Moïse pour les besoins du culte et de la vie sociale) ce Fait surnaturel est donc d'origine divine : Dieu, Seul, maîtrise la pesanteur, ainsi que les lévitations mystiques du passé l'ont montré et prouvé.
Nous avons donc bien à Dozulé une preuve matérielle mettant en évidence irréfutable l'Existence de Dieu. Et de plus, ce Fait est vérifiable simplement par quiconque, satisfaisant ainsi à l'exigence de répétitivité de la recherche scientifique, ce qui l'élève au statut de Fait probant ; et il a été vérifié, de même manière par de nombreux Pèlerins... Il suffit de regarder ; mais les Évêques (précédent et actuel) en charge de Dozulé, ont eu "des yeux incapables de voir et des oreilles sourdes."
Comme au cours de toutes les Apparitions, le Clergé demande une ou des preuves. À Dozulé, aussi. Le 5.04.1974 (cité plus haut), JÉSUS refuse : .".. Est-il plus facile de crier : Miracle ! ... Hommes de peu de Foi...." Le 1er Novembre 1974, alors que l'Eau de Poussière est dans le Bassin de Purification, JÉSUS dit à Madeleine "au moment où le Prêtre, dans une prière silencieuse, se faisant l'interprète de l'Évêché, demandait un Signe" :
"Dites-leur qu'il n'y aura pas d'autre Signe que le Signe de Dieu Lui-même ; le seul Signe visible c'est l'attitude de Sa servante et ses paroles qui sont les Paroles de Dieu, et ces Paroles sont irréfutables. Si l'homme n'élève pas la Croix Je la ferai apparaître, mais alors il n'y aura plus de Temps." *
A l'Évêché, personne n'a voulu voir le Signe, invisible à l'oeil qui doute et refuse, et caché par Dieu dans l'Eau de Poussière... Chaque intelligence humaine est libre d'admettre ce Fait au rang de preuve, ou de lui refuser ce statut. Mais dans ce dernier cas, le Fait demeure, vérifiable ; et l'Intelligent doit s'interroger alors sur la réalité de sa liberté de choisir entre le Vrai et le Faux, cette faculté de choix étant la définition la plus claire et la plus concise de l'intelligence.
(*) : Dictant à "JNSR" le 2.02, le 1.03, le 17.6, et le 21.8 de 1994, JÉSUS répète : "J'élèverai Ma Croix" "Je ferai apparaître Ma Croix et il sera trop tard" "Je vais faire apparaître bientôt Ma Croix" "Ma Croix va surgir."
Geneviève (de Louisane) voit Dozulé
Voici un élément de cohérence, en liaison avec Dozulé : il est puisé dans la révélation "privée" reçue en Louisiane aux USA par GENEVIÈVE, de lointaine ascendance française. Comme bien d'autres, elle a été choisie par le Bon Dieu pour dispenser enseignements et avertissements à cette région du monde. Dans la correspondance que j'ai échangée avec Geneviève, dans les Messages qu'elle a reçus (21) et que j'ai faits traduire de l'anglais au français, dans ses notes personnelles, il n'y a rien indiquant qu'elle ait été informée des Apparitions du Christ à Dozulé (en France, une ou deux Personnes, sur mille, le savent). Et voici ce que la Sainte Vierge dit à Geneviève, le 25.07.1984 :
"Il est de la plus haute importance que vous partagiez ce qui suit avec Mes autres enfants, Ma chère fille, car c'est maintenant le moment.
"Il y a deux ans, Mon enfant, tu as expérimenté ce que tu as nommé un phénomène des plus extraordinaires : tu te souviens, Je t'ai autorisée à le partager avec le Prêtre de ta paroisse et quelques autres. Maintenant, tu dois le faire savoir à tous. C'est aussi le désir de Mon Précieux Fils JÉSUS que tu fasses connaître cela ; aussi, ne crains pas."
Et Geneviève raconte (extraits, je résume) :
"Ce qui suit se passa en Juillet 1982.". "Tandis que je priais, Notre-Dame me parla : "Geneviève, il y a quelque chose que Je veux te faire voir." Puis, à ma grande surprise, je commençai à avoir la sensation de m'élever : avant, jamais de ma vie, je n'avais expérimenté pareil effet.
Je demandai à Notre-Dame : "Que m'arrive-t-il, suis-je en train de mourir ?" Elle me rassura en me disant que non, et je continuai à m'élever de plus en plus haut, n'étant plus consciente de l'environnement de ma chambre. J'avais seulement conscience de voyager quelque part dans le noir." "A cause de la sensation d'une énorme hauteur, j'eus peur de regarder en bas, puis Notre-Dame me dit : "N'aie pas peur, regarde en bas." "Je vis le grand globe du monde et dis à Notre-Dame : "Où m'emmenez-Vous ?" ; et Elle commença à me montrer différents pays sur le globe, en me disant dans quelle direction regarder : Elle me montra différents endroits où Elle était apparue, comme Fatima et Lourdes ; puis nous allâmes un peu plus loin et Elle me dit : "Geneviève, maintenant, nous allons descendre."
"Nous descendimes plus près de la Terre, puis Notre-Dame me dit encore de regarder en bas : c'était comme si Elle guidait mon regard, car je ne voyais que ce qu'Elle voulait me montrer.
À ma surprise, je vis des gens agenouillés et récitant le Rosaire par milliers ; le Saint-Père était présent et guidait les Fidèles dans la Prière. Jamais de ma vie, je n'avais vu tant de gens prier ou même rassemblés en un endroit." "Aussi loin que je puisse voir, dans cette région de collines et de montagnes, il y avait des gens agenouillés, récitant le Rosaire. Il y avait une sorte de brume et de brouillard que je sentais sur ma peau ; c'était un endroit très humide."
"Puis Notre-Dame dit : "Geneviève, regarde à gauche" ; en dirigeant mon regard vers la gauche, je vis une grande Croix lumineuse qui était suspendue. Si brillante était la Croix que ses rayons traversaient le brouillard. Observant que je ne l'avais pas vue en descendant, Je dis à Notre-Dame : "D'où vient cette Croix ?" ; Elle me répondit : "C'est le Signe du Fils de l'Homme. Elle a été envoyée par Dieu le Père pour sauver le Monde."
[Notez Bien que, Notre-Dame, qui a laissé Geneviève nommer Fatima et Lourdes, deux lieux d'Apparitions reconnues par l'Église, ne lui nomme pas Dozulé qu'Elle lui montre, tel qu'il sera un jour : avec des milliers de Pèlerins qui prient le Rosaire sous la conduite du Saint-Père et avec la Croix Glorieuse, très lumineuse suspendue dans le ciel. JÉSUS et MARIE nomment rarement le lieu d'une Apparition que l'Église n'a pas encore reconnue.
La description de Geneviève, l'humidité qu'elle perçoit, ne laissent aucun doute, il s'agit bien de Dozulé. La mention de montagnes peut provenir d'une appréciation exagérée du relief par Geneviève mais, quand on survole le sol à altitude moyenne, le relief est toujours frappant ; que ne se laissent pas piéger les Méfiants qui s'aveuglent sur un détail jugé incongru, ce qui les empêche de voir l'essentiel.
Notez aussi la Croix lumineuse (et pas Glorieuse), qui ajoute sa cohérence à ce que dit JÉSUS à Dozulé le 5.10.1973 : .".. elle doit être d'une grande luminosité." Et Geneviève poursuit son récit :
"Puis Notre-Dame me dit : "Tu est venue ici pour être témoin de quelque chose d'autre.". " La paix était surnaturelle ; puis, soudain, la voix de Notre-Dame pénétra ce calme et Elle dit : "Ils lancent la bombe." Tandis qu'Elle me disait cela, je sentis une chaleur dans mon corps, de la tête aux pieds, comme si une décharge électrique me traversait. Puis j'entendis une explosion, suivie d'une autre explosion quand Notre-Dame dit : "Ils lancent la bombe.." "Suivant Son regard, je regardai de nouveau en bas, et l'horreur que je vis restera claire dans mon esprit aussi longtemps que je vivrai :les corps des gens étaient déchirés et il y avait du feu ; les bras et les jambes étaient arrachés et brûlaient.
La force de l'explosion était si grande que de la chair vola jusqu'à ma hauteur, éclaboussant ma peau de saletés et de débris ; et je commençai à sentir l'odeur du sang humain.
"Dans l'angoisse, je me mis à pleurer et dis : "S'il vous plaît, emportez-moi loin d'ici, je ne peux plus le supporter" ; Notre-Dame me dit : "Ne crains pas Geneviève, Je suis avec toi. Je t'aime. Nous allons maintenant remonter." "Tandis qu'Elle me disait cela, je me sentis de nouveau m'élever très haut et avancer ensuite à une très grande vitesse. De nouveau Notre-Dame me dit de baisser les yeux : je vis alors différents endroits en train de sauter sur le Globe ; je sus que des bombes y tombaient." (...)
[Geneviève raconte ensuite comment elle se retrouve dans sa chambre, couchée sur son lit sans pouvoir bouger. Inquiète de cette paralysie, car elle a une famille et des enfants, elle appelle à l'aide Notre-Dame qui lui fait réciter une prière (dont elle ne se rappelle pas le moindre mot ; pourquoi ? Je crois que c'est pour nous faire comprendre que, dans la Prière, c'est la Confiance en Dieu qui compte, avant les mots). Cette Prière lui redonne sa mobilité et, (dit MARIE), enlève le choc de l'horreur, mais non le souvenir de ce qu'elle a vu. C'est un cas typique de paralysie psycho-somatique causée par un choc émotionnel ; et le Pouvoir Tout-Puissant de Dieu se manifeste dans la guérison instantanée, après s'être déployé dans ce voyage de l'Âme qui voit, qui entend, qui sent les odeurs, qui perçoit sur sa peau l'humidité et le contact des débris humains. Transportée dans notre avenir, Geneviève a expérimenté le même phénomène que Maria Valtorta transportée dans le passé.
Dans les Messages de Louisiane dictés à Geneviève, MARIE place souvent en parallèle Ses Avertissements de l'avenir avec des notations de la Sainte Bible, par exemple le 27.11.1984 :
"Priez beaucoup pour le Saint-Père, le Pape Jean Paul II, et pour tous les Évêques et les Prêtres. Il y en a qui veulent détruire le Vicaire du Christ Mon Fils, sur Terre. Priez beaucoup pour eux. Le Mal a corrompu l'esprit de certains individus et un jour viendra où ils feront un nouveau projet pour tuer le Saint-Père. Sachez que Satan travaille de l'intérieur et de l'extérieur pour détruire l'Église Catholique, Sainte et Une. Une grande apostasie attend l'Église" ...
"St Paul met en garde contre cette grande apostasie qui doit précéder le Second Avènement de Mon Précieux Fils JÉSUS." (2 Thess. II, 3/4) : "Que personne ne vous abuse d'aucune manière. Auparavant doit venir l'apostasie et se révéler l'Homme-Impie, l'Être perdu, l'Adversaire, celui qui s'élève au-dessus de tout ce qui porte le Nom de Dieu ou reçoit un culte, allant jusqu'à s'asseoir en personne dans le Sanctuaire de Dieu, se proclamant lui-même comme Dieu."
"Avec l'aide de Satan, le fils de Perdition accomplira des prodiges que les hommes regarderont faussement comme des miracles, et au moyen desquels ils seront conduits à adopter des pratiques dans le péché." (2 Thess. II, 9/10) : "Sa venue à lui, l'Impie, aura été marquée, par l'influence de Satan, de toute espèce d'oeuvres de puissance, de signes et de prodiges mensongers, comme de toutes les tromperies du Mal, à l'adresse de ceux qui sont voués à la Perdition pour n'avoir pas accueilli l'amour de la Vérité qui leur aurait valu d'être sauvés."
"Mon Précieux Fils JÉSUS promet que ceux qui Le suivent ne marchent pas dans les ténèbres : Il est le Chemin, la Vérité et la Vie. A Fatima J'ai mis en garde contre le châtiment qui attend le Monde pour ses crimes. J'ai parlé de la guerre, de la faim, de la persécution de l'Eglise et du Saint-Père. J'ai aussi promis une période de Paix si Ma requête est écoutée. Et aujourd'hui, après 67 ans, Je reviens avertir le monde de l'importance de Mes Messages de Fatima.
"L'Heure arrive lentement. Dans l'Ancien Testament, il est dit que Dieu a épargné la ville de NINIVE parce qu'il y avait eu assez de Réparation. De même dans l'Ancien Testament, il est dit que les villes de SODOME et GOMORRHE auraient été épargnées s'il y avait eu seulement dix Justes dans ces villes.
"Le monde aura à faire face, soit aux conséquences de SODOME et GOMORRHE, soit faire comme les gens de NINIVE. Oui, l'Heure arrive lentement. Beaucoup de terribles désastres dont J'ai parlé à FATIMA sont déjà arrivés " * (...)
"Il y en a beaucoup qui ne croient toujours pas que Mes apparitions à Fatima venaient de Dieu le Père. Le grand Miracle du soleil fut alors, et encore même maintenant, considéré comme d'origine non surnaturelle. Mais le jour viendra où Dieu le Père accordera un Miracle d'une telle ampleur que l'Humanité frisson-nera d'absolu émerveillement. Ce sera totalement inexplicable autrement que par une origine surnaturelle, et beaucoup, beaucoup reviendront à Dieu par ce véritable Miracle. Certains de Mes précieux enfants ont déjà été prévenus de ce grand événement (**) : il n'y aura rien de comparable dans l'Histoire de la Chrétienté."
(*) : Exemple, la 2ème guerre mondiale. (**) : Il s'agit du Grand Miracle annoncé à GARABANDAL et répété dans d'autres révélations "privées".
Le 21.11.1984 : (...) "Souvenez-vous de ceux qui meurent de faim chaque jour en tant d'endroits ; et sachez que cela pourrait un jour devenir réalité sur une grande échelle, ici en Amérique également" (...) "Sachez que Ma Fête de l'Immaculée Conception, célébrée le 8 Décembre, est un jour très spécial. Sachez que Dieu Tout-Puissant accorde une Bénédiction spéciale à midi pour Ses précieux enfants, connue sous le nom d'Heure de Grâce. Comme Je désire que cette grande Bénédiction soit connue de tout le monde !." (...)
L'Immaculée Conception et l'Heure de Grâce
JÉSUS dicte à Maman Carmela (5) :
"La Fête de l'Immaculée Conception est la plus grande pour la Terre et pour le Ciel." (le 3.12.1968)
"Dieu a décidé que toute Grâce accordée aux hommes passe par Ses mains : Elle est la Maman de Dieu et, de cette Dignité, dérive Son Pouvoir au Ciel, sur Terre et dans les Abîmes. Mère du Rédempteur et Co-Rédemptrice." (le 8.05.1968)
"Dans les Abîmes" : il s'agit des lieux d'en-bas, les Limbes et le Purgatoire (et même l'Enfer ? En tous cas MARIE domine le démon).
Cette Heure de Grâce a été révélée par MARIE en Italie à MONTICHIARI ; là, la Madone S'est présentée à Pierina GILLI, à partir de 1947, sous le Vocable de Rosa Mystica (22). C'est le 8 Décembre 1947, au cours de Sa 7ème apparition à Pierina, et dans l'église paroissiale comble, que MARIE a recommandé cette dévotion
"Je souhaite que chaque année le 8 Décembre, à l'heure de midi, on célèbre l'Heure de Grâce pour le monde entier. Par cet exercice, on obtiendra de nombreuses grâces spirituelles et corpo-relles" "Notre Seigneur, Mon divin Fils, accordera Sa très grande Miséricorde pour autant que les Bons continueront à prier pour les pauvres Pécheurs. Qu'on veuille faire part le plus vite possible au Pasteur suprême de l'Église catholique, le Pape Pie XII, que c'est Mon souhait que cette Heure de Grâce soit connue et diffusée dans le monde entier.
"Celui qui ne peut se rendre à l'église doit prier chez lui à l'heure de midi et il recevra alors Mes Grâces" (...)
La photo n°21 a été obtenue à BRESCIA en Italie le 26.12.1984 dans une chapelle privée. Sur la photo on distingue une silhouette en prière devant un Crucifix ; le texte italien précise : "Le Sacré-Coeur de JÉSUS, sur le cadre à droite (devant lequel la silhouette est en prière) a été projeté sur le Coeur de la Madone."
MARIE promet que toute Grâce implorée pendant une heure de prière réparatrice pour les Pécheurs, dans une église, de midi à 13 heures chaque 8 Décembre en la Fête de l'Immaculée Conception, sera accordée (incluse, impérativement, la double condition :
"Si c'est pour le Bien de l'Âme et si telle est la Volonté de Dieu").
A Montichiari, comme en tout lieu d'apparition de MARIE, reconnue ou non, des phénomènes solaires, analogues à la première phase du Miracle du soleil de FATIMA, ont été observés : on peut fixer le soleil sans être ébloui, on le voit parfois changer de couleur, avec des pulsations. À Montichiari celui du 8.12.1969, Fête de l'Immaculée Conception a été significatif : à 3 reprises, son rayonnement rythmé sur le code MORSE, lance un "S.O.S." ce qui a été interprété par : "Sauvez vos Âmes."
C'est à Montichiari que Rosa Mystica, la Sainte Vierge, a demandé à Pierina des statues à Son effigie pour La faire entrer dans les familles qui renouent ainsi avec la Prière, leur promettant Grâces et Protection. On les a appelées les Vierges Pèlerines. En plusieurs circonstances des témoignages précis notent l'efficacité de cette dévotion. D'Italie, je reviens en Louisiane où MARIE dicte à Geneviève, le 1.01.1985 :
"Les prières peuvent tempérer la juste Vengeance de Dieu Tout-Puissant [Crier Vengeance, c'est demander Justice], et les châtiments peuvent être repoussés et parfois même évités"(...)
"Un Miracle n'est pas le signe de la Vengeance de Dieu, mais de Son Amour Miséricordieux ; et les prières des Fidèles ne repousseront pas la date d'un Miracle prophétisé. À FATIMA, J'ai donné la date du Miracle du soleil et J'ai dit que le Miracle aurait été plus GRAND encore si les enfants n'avaient pas été maltraités."
[NB : Les 3 enfants ont été séquestrés et menacés pendant 3 jours par un despote local du 13 au 15 Août. Cette brimade, un "manque de Foi" a retenti négativement sur l'ampleur du Miracle].
"Dans le futur, Dieu accordera un Miracle plus grand encore, qui laissera l'Humanité dans la crainte (*) jusqu'à la fin du Temps"
______________________[ * : d'offenser Dieu]
"Avant ce Miracle du Ciel, Mes enfants, vous serez préparés pour cet événement par un Avertissement mondial (**). Si l'Humanité ne prend pas garde à cet Avertissement et à ce Miracle, et continue à durcir son coeur à la Miséricorde de Dieu, alors Mes petits, Dieu Se manifestera Lui-même comme un Dieu de Justice et Il fera tomber sur l'Humanité un grand Châtiment (***).
"Priez, PRIEZ, Mes enfants, car ce sera un Jour terrible. À Fatima, J'ai donné un Message secret dont les deux premières parties ont été révélées. Certains d'entre vous, Mes enfants, attendent à tort la 3ème partie de ce Message secret. Sachez, Mes enfants, qu'il est bien plus important de connaître les moyens d'éviter un châtiment que de savoir en quoi il consistera" (...).
[(**) : c'est le Grand Avertissement annoncé à Garabandal en Espagne, en 1965.
Selon ce qui a été révélé aux jeunes Voyantes, chacun verra alors l'état exact de son Âme ; pour beaucoup, ce sera horrible. (***) : Ce Grand Châtiment a été annoncé par MARIE, d'abord à La SALETTE, ainsi que dans toutes les révélations "privées" et au cours de toutes les apparitions contemporaines.]
À Dozulé, le 4.07.1975, 1er vendredi du mois, dans la chapelle des Soeurs, au cours du Chapelet conduit par le Curé, JÉSUS fait écrire pour le Pape et par une Religieuse dont Il a demandé la présence, une lettre qu'Il dicte à Madeleine, celle-ci le répétant à la Religieuse qui écrit ; ainsi l'obtention de ce Message ne pourra être suspectée :
"Dites ceci à haute voix : Voici ce que doit écrire la Religieuse : cette lettre s'adresse au Chef de l'Église. C'est JÉSUS de Nazareth qui vous la dicte par la bouche de Sa servante. Il dit :
"Bienheureux les appelés de Mon Père qui ont trouvé la Paix et la Joie sur cette terre de Dozulé, mais combien le nombre sera grand quand le monde entier sera venu se repentir au pied de la Croix Glorieuse que Je vous demande de faire élever. Car le temps n'est plus où Je ressuscitais les corps, mais le moment est venu où Je dois ressusciter les esprits.
"Comprenez bien ceci : les jours qui précédèrent le Déluge, les gens ne se doutaient de rien jusqu'à l'arrivée du Déluge qui les emporta tous. Mais aujourd'hui vous êtes avertis, vous vivez le temps où Je vous disais :
"Il y aura sur Terre des bouleversements de tous genres : l'iniquité qui est cause de misère et de famine, les nations seront dans l'angoisse, des phénomènes et des Signes dans le ciel et sur la Terre." Ainsi, tenez-vous prêts, car la Grande Tribulation est proche, telle qu'il n'y en a pas eu de pareille depuis le commencement du Monde jusqu'à ce jour et telle qu'il n'y en aura jamais plus.
Je vous le dis, cette jeune génération ne passera pas avant que cela n'arrive. Mais ne craignez rien, car voici que s'élève dans le ciel le Signe du Fils de l'Homme que Madeleine a vu briller de l'Orient à l'Occident. Vous, Chef des Églises (*), en Vérité Je vous le dis, c'est par cette Croix dressée sur le monde que les Nations seront sauvées.
"Mon Père M'a envoyé pour sauver, et le moment est venu où Je dois verser dans les coeurs humains Ma Miséricorde.
"Mon Message ne doit pas dormir à l'ombre d'un tiroir, mais il doit être Vérité et Lumière pour le Monde entier. Cette Croix Glorieuse doit être élevée pour la fin de cette Sainte Année. Cette Sainte Année doit se prolonger jusqu'à l'élévation de la Croix Glorieuse (**).
"Ainsi se termine Mon Message, Je vous ordonne de le remettre vous-même au Chef de l'Église, accompagnée d'un Supérieur" ***
(*) : Le Pape est Chef des Églises nationales ; et cette lettre a pour objet le Salut de toutes les Nations..
(**) : Noter que JÉSUS, d'Autorité, prolonge la Sainte Année (1975) qui sera l'ultime Sainte Année jusqu'à l'élévation de la Croix Glorieuse : donc jusqu'en l'an 2.000 qui serait une Sainte Année selon l'Église ? C'est plausible puisque, depuis 1975 nous vivons l'ultime Sainte Année et que "cette jeune génération ne passera pas avant que cela n'arrive" : la durée que nous donnons à une génération est de 25 ans. Ci-avant, le 1er Mars 1974, page 156, et parlant de la catastrophe JÉSUS dicte : "et cela avant la fin du siècle." JÉSUS proclame ainsi l'état d'urgence planétaire.
(***) : Ici, c'est le Chef de l'Église Universelle qui est concerné. Et admirez : la Religieuse chargée de porter ce Message au Pape se nomme Soeur Jeanne d'Arc ; un nom prédestiné pour une telle mission ; ce Message prisonnier d'un tiroir, n'a jamais été délivré au Pape. Quelle sera la conséquence de ce refus et du refus de reconnaissance des Apparitions de JÉSUS à Dozulé ?
JÉSUS plantera Lui-même Sa Croix !
Le 29.11.1993, JÉSUS dicte à "J.N.S.R." (38) :
"Le jour approche où les yeux Me verront. D'abord ils verront, en Vérité, la Splendeur des Cieux et le Refuge des pécheurs (MARIE) venir dans une grande clarté qui illuminera la Terre de l'Orient à l'Occident : Elle est la Reine qui ouvrira le passage au Roi et, venant des Cieux, vous verrez ceux-ci s'entrouvrir et donner ce que tout Homme de bonne volonté attend depuis des siècles : la Lumière du Monde.
Les Cieux s'ouvriront, le chant des Anges remplira le ciel et la Terre ; on verra, des quatre coins de l'horizon, la marche des Élus ; ils avancent avec la joie des retrouvailles tant attendues. Devant cette grande Croix humaine formée depuis les quatre points cardinaux, levez les yeux et regardez :
Voici Celui par Qui tout s'est accompli.
Il descend, tenant en Sa main Sa Croix Salvatrice ; voici qu'elle sera plantée, devant l'Assemblée des Élus, sur la Montagne bénie et sacrée et, à ses pieds sera le plus grand Sanctuaire du monde : les milliers et les milliers d'Hommes venus chanter l'Hosanna ! Et voici que Je viens. Amen, viens Seigneur JÉSUS, le Ciel et la Terre sont remplis de Ta Gloire. Et Mon Nom est JÉSUS de Nazareth, Sauveur du Monde."
Dans Sa lettre au Pape, JÉSUS avait mis Son Identité au début ; ici, le Seigneur signe à la fin du Message qui concerne bien Dozulé.
Dozulé : "Montagne bénie et sacrée" ; il est donc à craindre que l'Église ne fera pas élever la Croix Glorieuse d'ici la fin de ce siècle et que JÉSUS la fera apparaître, selon Son Avertissement du 1er Novembre 1974 (p.161, dernière citation) :
"Si l'homme n'élève pas la Croix, Je la ferai apparaître, mais il n'y aura plus de Temps."
"plus de Temps" ? comment l'entendre ? plus de temps pour la Miséricorde, car l'Humanité sera alors dans le Temps de la Justice (le tri du bon grain et de l'ivraie, des brebis et des boucs) ? ou bien plus de temps à perdre d'ici là pour se convertir ? ou bien "il n'y aura plus de Temps" parce que le Règne de Dieu sera arrivé sur la Terre redevenue le Jardin d'Éden où les Innocents ne subiront plus l'usure du Temps ? Je pense que ce sera les trois éventualités à la fois, mais surtout la troisième, "car JÉSUS a vaincu la Mort."
Le 5.12.1975, 1er vendredi du mois, JÉSUS dit à Madeleine :
"Dites à haute voix ce que vous allez voir."
"De Sa main gauche, JÉSUS écarte sa robe de Sa Poitrine. De Son Coeur sortent des rayons rouges et blancs."
[Notez Bien : à Kérizinen, Jeanne-Louise a vu les mêmes rayons rouges et blancs, unissant les Coeurs de JÉSUS et de MARIE. Le rouge symbolise le Sang Rédempteur qui a racheté sur la Croix tous les péchés, passés et à venir, et que le Prêtre, au confessionnal, peut absoudre au Nom du Christ, s'ils sont avoués et détestés. Le blanc, symbole de Pureté, est aussi l'Eau suintée du flanc de JÉSUS percé par la lance de Longin, et c'est l'Eau du Baptême (= Bain) qui redonne à l'Âme du Nouveau-né sa Pureté divine].
Et Madeleine poursuit :
"Sa main droite est tendue vers nous : "Les flammes de Mon Coeur Me brûlent", dit JÉSUS. "Plus que jamais, Je veux les verser à chacun d'entre vous. Voici ce que Je promets à l'Humanité toute entière, quand elle connaîtra Mon Message et le mettra en pratique :
1. J'adoucirai l'amertume où se plonge l'Âme des pécheurs.
2. Je multiplierai de Grâces l'Âme des Prêtres et des Religieuses, car c'est par elles que doit être connu Mon Message.
3. Je garderai près de Mon Coeur les Âmes pieuses et fidèles, elles M'ont réconforté sur le chemin du Calvaire.
4. Je verserai les Rayons de Ma Grâce, au moment où ils connaîtront Mon Message, aux païens et à tous ceux qui ne Me connaissent pas encore.
5. J'attirerai à l'Unité de l'Église l'Âme des hérétiques et des apostats.
6. Je recevrai dans la Demeure de Mon Coeur les enfants et les Âmes humbles, afin qu'ils gardent une affection spéciale à Notre Père des Cieux.
7. J'accorderai des Grâces de tout ordre à ceux qui, connaissant Mon Message, persévèreront jusqu'à la fin.
8. Je soulagerai les Âmes du Purgatoire : Mon Sang éteindra leurs brûlures.
9. Je réchaufferai les coeurs les plus endurcis, les Âmes glacées, celles qui blessent le plus profondément Mon Coeur.
Ces 9 Promesses sont les étapes d'une Neuvaine enseignée par JÉSUS à Madeleine. Elles explicitent en détail la Promesse assurée à toute l'Humanité dès l'élévation de la Croix Glorieuse, JÉSUS disant : "J'attirerai tout à Moi." Je connais ce Message depuis 1985. Du moins je pensais le connaître, pour l'avoir lu et relu : cela ne suffit pas, ne suffit jamais. Il faut de plus le méditer ; et mériter de le comprendre en étant en Amitié avec le Seigneur, ce qui nous permet de Le prier de nous aider à en comprendre tout le sens. Ce n'est qu'en écrivant pour vous que le Seigneur a eu pitié de mon intelligence bornée ; c'est à LUI que j'attribue les commentaires émergés dans ma conscience ; je reprends le 9 Promesses de JÉSUS :
1. Le possessif "se" est là pour montrer que le péché apporte avec lui son salaire. Ce n'est pas Dieu qui condamne ni qui damne, c'est le pécheur qui se damne, dit JÉSUS à Maman Carmela.
2. C'est l'Église qui est le pont entre Dieu et l'Humanité. Le Souverain pontife est le Pont entre Dieu et l'homme. C'est par l'Église que la Croix Glorieuse doit être élevée ; c'est par l'Église que le Sauvetage de JÉSUS doit atteindre l'Humanité. Et si l'Église visible n'élève pas la Croix Glorieuse, si c'est JÉSUS qui la fait apparaître, ce sera quand même l'Église qui l'aura fait, car JÉSUS est Son Église, car Il en est la Tête (le chef), tout comme l'Église, l'Assemblée des Croyants, est Son Corps Mystique.
Mais JÉSUS a dit aussi : "La Croix Glorieuse, c'est JÉSUS Ressuscité" ; quand on vient en pèlerinage sur la Haute Butte de Dozulé, ce n'est pas devant la modeste Croix provisoire que l'on s'agenouille, que l'on implore et reçoit la Paix et la Joie, c'est devant Notre Seigneur.
3. Ce que j'ai souligné ici en italique identifie un point important dont le développement viendra plus loin ; mais notez le futur "Je gar-derai" : les âmes pieuses et fidèles du Vendredi-Saint sont déjà au Ciel, près du Coeur de JÉSUS. Il s'agit donc d'âmes du futur. Comment ?
4. Cela concerne tous les athées, et toutes les "religions" polythéistes.
5. Cela concerne toutes les Religions monothéistes, l'Islam, le Judaïsme, et toutes les Religions chrétiennes séparées du Catholicisme.
6. Cela est une Promesse de Protection toute spéciale pour les enfants et les humbles qui ont su demeurer enfants en esprit, sans aucune trace de prétention et d'orgueil, donc Purs.
7. "Jusqu'à la fin" : des événements à venir et aussi de leur vie.
8. Les Âmes du Purgatoire seront purifiées en bloc, comme au matin de Pâques : le feu Purificateur ne les brûlera plus ; le Pardon de JÉSUS, c'est le bain dans les Mérites de la Rédemption opérée sur la Croix, par le Sang de toutes Ses blessures : Sa Souffrance Infinie.
9. Ce sera l'électro-choc qui libèrera des griffes du démon les endurcis, les glacés, les hypocrites et les tièdes, leur faisant recouvrer leur lucidité. "Je ne suis pas venu pour les bien-portants, mais pour les malades." JÉSUS veut sauver tous les pécheurs.
Et, en attendant que la Croix Glorieuse soit élevée, JÉSUS promet, d'ores et déjà, à chacun de nous, et c'est la fin du Message  :
"Je promets à tous ceux qui viendront se repentir au pied de la Croix Glorieuse (*), et qui diront tous les jours la Prière que Je leur ai enseignée, qu'en cette vie Satan n'aura plus de Pouvoir sur eux (**), et que, pour tout un Temps de souillure (***), en un instant ils deviendront Purs et seront fils de Dieu pour l'Éternité.
"Mon Père, dont la Bonté est Infinie, veut sauver l'Humanité qui est au bord de l'Abîme. Par cet ultime Message, il faut vous préparer. Sachez que c'est au moment où vous n'y croirez plus, que s'accomplira le Message, car vous ne savez ni le Jour, ni l'Heure où Je viendrai dans la Gloire.
(Ensuite JÉSUS dit à Madeleine) :
"Dans vingt jours vous commencerez une neuvaine, elle se terminera le premier vendredi du mois. Je vous dirai chaque jour la Prière que Je viens de vous enseigner. Cette neuvaine prolongera l'Année Sainte" (****)
[(*) : La Croix Glorieuse n'étant pas encore élevée, c'est sur la Haute Butte, au pied de la Croix d'attente, que l'on doit venir se repentir, après une bonne Confession, bien sûr.
[(**) : C'est salutaire, empêchant Satan de nous tenter. Mais c'est grave car, ensuite, si nous retombons dans le péché, nous en serons seuls responsables : plus de circonstance atténuante.
J'ai expérimenté cette Purification ; depuis, je n'ai eu que des rechutes vénielles causées par les pulsions corporelles. Soyons attentifs, car ne pouvant nous atteindre directement, le démon agira efficacement sur notre entourage, non protégé, pour nous atteindre "par la bande" comme au billard. Tous ceux qui ont bénéficié de la Purification de Dozulé ont expérimenté cela.
[(***) : "pour tout un Temps de souillure", là j'en suis réduit à une hypothèse suggérée par l'Apocalypse qui fait mention "d'un temps, des temps et la moitié d'un temps" durant lesquels l'Église sera réfugiée au désert (Apoc. XII, 14). Une révélation "privée" dit : "aux Catacombes." Mais cette hypothèse n'ouvre que sur l'indétermi-nation. Il se pourrait que ce "Temps de souillure" soit un temps, différent pour chacun, au terme duquel il sera soumis au test de l'ultime épreuve de la tentation. En fait, je "sèche."
(****) : Cette Neuvaine de Madeleine, et la même, des pèlerins de Dozulé, prolongent l'Année Sainte autant qu'il sera utile.
Voici la Prière enseignée par JÉSUS à Dozulé, et qui doit être récitée tous les jours :
"JÉSUS de Nazareth a triomphé de la Mort ; Son Règne est éternel. Il vient vaincre le monde et le Temps.
"Pitié, mon Dieu, pour ceux qui Te blasphèment, pardonne-leur, ils ne savent ce qu'ils font.
"Pitié, mon Dieu, pour le scandale du monde ; délivre-les de l'esprit de Satan.
"Pitié, mon Dieu, pour ceux qui Te fuient ; donne-leur le goût de la Sainte Eucharistie.
"Pitié, mon Dieu, pour ceux qui viendront se repentir au pied de la Croix Glorieuse ; qu'ils y trouvent la Paix et la Joie en Dieu Notre Seigneur.
"Pitié, mon Dieu, pour que Ton Règne arrive ; mais sauve-les, il en est encore temps. Car le Temps est proche, et voici que Je viens ! Amen, viens, Seigneur JÉSUS."
Cette Prière doit être suivie d'une Dizaine du Chapelet, puis ensuite de l'invocation : "Seigneur, répands sur le monde entier les Trésors de Ton Infinie Miséricorde."
[Notez Bien que cette Prière est encadrée par les affirmations du début et l'invocation de la fin. Toute Prière est un Acte de Foi, d'Espérance et de Charité ; l'invocation finale n'est exprimée qu'après l'Obéissance au rituel fixé par le Seigneur : la récitation d'une Dizaine de ce Chapelet que recommande avec beaucoup d'insistance la Mère de Dieu et Notre Mère (3 Chapelets font un Rosaire). L'invocation finale appelle au Sauvetage de l'Humanité.
Dieu veut que nous demandions pour tous. Le mendiant qui espère des aumônes se tient à la porte de l'église, la main tendue. Les pèlerins de Dozulé mendient pour ceux qui ont le coeur fermé, le poing serré au lieu d'avoir la main tendue pour recevoir et offrir.
Notez Bien les affirmations qui chapeautent cette Prière : d'abord son Auteur, JÉSUS Ressuscité ; ensuite l'affirmation de la Volonté divine en Son Règne Éternel : depuis la Création adamique, le Règne de Dieu est déjà, manifeste dans le coeur du Juste. Et ce Règne sera universel, sur la Terre, quand JÉSUS aura définitivement "vaincu le Monde et le Temps" : "le Monde" est facile à comprendre, c'est ce monde de péché qui nous entoure ; mais le Temps ?
Préparez-vous au choc : en Adam et Ève, Dieu avait initialement prévu pour l'homme l'immortalité corporelle ; Dieu est Vie ; c'est Satan, par la Faute Première, qui a apporté la mort à l'homme par la maladie et par l'usure du Temps. Du Temps, qui sera vaincu dans son effet d'usure sur la vitalité humaine libérée de tout péché.
Notez Bien que le pèlerin de Dozulé prie là pour tous ceux qui n'y sont pas encore venus ; il prie pour l'Humanité "que le Règne de Dieu arrive" sur la Terre comme il est au Ciel, ainsi que prié dans le Pater. Aussi et surtout, il ne prie pas seul : JÉSUS, qui est là, dans "le petit coin de ciel bleu" de son Âme, prie avec lui (ce que j'ai mis en italiques) ; enfin la prière se termine par l'avant-dernière phrase de l'Apocalypse : "Oui, Mon Retour est proche !" "Amen, viens, Seigneur JÉSUS."
Faute de place, je n'ai exposé que l'essentiel sur les Faits et le Message de Dozulé, mais la brochure (20) est très complète. La faisabilité d'édification de la Croix Glorieuse a été étudiée par un Ingénieur-Général du Génie maritime (dont il est fait mention page 131) Gérard CORDONNIER, le neveu d'un Prêtre de mes amis. Gérard est venu à Dozulé en Septembre 1976, a mené son enquête personnelle quant à l'authenticité divine du Message ; s'en étant convaincu, il a commencé en 1977 à diffuser le Message "resté secret depuis 1972, mais s'attire de ce fait la réprobation des autorités religieuses" ; le 12 Juillet 1977, Gérard meurt dans un accident d'auto.
Il y a une dizaine d'années, le Directeur de la plus grosse société d'Ingéniérie du Sud-Est de la France a confié à un jeune Ingnieur-Docteur de sa société, spécialisé en constructions métalliques, le pré-projet de construction d'une Croix de 738 mètres. Conclusion : projet réalisable. En 2 pages de notes accessibles à tous, le rapport a été envoyé à l'Évêque en charge de Dozulé. Le silence. Relancé un an après, l'Évéché ne répondit pas davantage...
Le 1er Juillet 1977, le Curé est convoqué par son Évêque ; en chemin, sa voiture a une panne ; la Soeur venue le dépanner avec une autre voiture, tombe aussi en panne ; arrivé à l'Évéché, le Curé apprend sa nomination à une autre paroisse, assez éloignée de Dozulé :
"l'Evêque voulant s'assurer de la persistance des apparitions en changeant de Prêtre" ; en Août 1973, l'Évêque avait dit : "Si ça vient de Dieu, ça persistera", ça a persisté ; et ensuite 3 fois après l'arrivée du nouveau Curé, la dernière fois le 6 Octobre1978.
Début 1978, une tempête a brisé un beau Calvaire en granit érigé à la sortie de Dozulé en bordure de la RN 815. C'est la route vers la Haute Butte : il n'a pas été réparé, les morceaux étaient rassemblés près de l'église début Août 1985 quand je suis allé à Dozulé. Ce premier vendredi du mois, demandant au nouveau Curé l'heure de l'Adoration du Saint-Sacrement (une dévotion traditionnelle du 1er vendredi du mois), il m'a répondu : "Il n'y en a pas.".. Pourquoi cette suppression qui prive le Seigneur d'une heure d'Adoration ?
Dans un Message titré "L'Adoration", JÉSUS dicte le 14 Juillet 1992 à "J.N.S.R." :
.".. devant le Tabernacle où Je Me trouve jour et nuit en relation avec le Monde entier, là vous êtes devant Ma Majesté prisonnière de Son Amour, consentante et aimante ; vous êtes devant Mon Amour avec votre Amour, unis avec l'Amour de la Très-Sainte Vierge MARIE toujours en Adoration devant Dieu et le Divin Prisonnier libère des régions entières : voilà ce que sont les heures d'Adoration du Très-Saint Sacrement, la délivrance du Monde coupable qui s'accomplit là, devant votre Dieu qui vous demande de L'adorer à genoux, en silence, en Esprit et en Vérité. Car Je suis Vivant et Vrai ; et je deviens là, devant vos coeurs en adoration, le Sauveur actif de l'Humanité" (...).".. et chaque heure qui passe pendant votre Adoration est le moment où J'accomplis une guérison dans ce Monde coupable. Je transporte Mon Amour dans les endroits où l'Amour est condamné : le Divin Prisonnier libère des régions entières dominées par le Mal" (...)
Pour servir de liaison avec la 6ème Preuve matérielle qui suit, voici une dernière citation de MARIE à Geneviève en Louisiane, le 17.04.1984 :
"S'il vous plaît, Mes enfants, méditez plus sur la Passion de Mon Fils JÉSUS" (...) "Beaucoup disent qu'une Image de Mon Fils symbolise un Dieu de Miséricorde, un Dieu d'Amour. Souviens-toi toujours que l'Image de Mon Fils sur la Croix symbolise aussi un Dieu de Justice. J'ai pleuré à La SALETTE, et Je pleure encore pour tous ceux qui n'entrent pas dans le chemin de la conversion."
"Au temps d'avant le Déluge, on mangeait et buvait, se mariait, jusqu'au jour où Noé entra dans l'Arche. Et ils ne s'attendaient pas à ce que vienne le Déluge et qu'il les emporte.
Beaucoup de statues qui Me représentent, votre Mère, la Mère de tous, pleurent dans le monde."
"Beaucoup rient et ridiculisent les Instruments utilisés par votre Père Céleste pour délivrer Mes Messages et Avertissements au monde. Mais quand ces avertissements seront accomplis, tous ceux qui rient aujourd'hui ne riront plus."
+
+ +

2. 6. Les statues qui pleurent,
et les Icônes qui suintent
************************
Ce sont des faits matériels, visibles directement, vérifiables et vérifiés. Ils ne sont pas brefs ; ils durent suffisamment pour que, dans chaque cas, des centaines de personnes ont pu les observer et les admettre vrais, l'évidence (cartésienne) l'imposant. Ils ont été photographiés en public, devant témoins Ils sont totalement inexplicables sans faire intervenir la Puissance divine qui se manifeste par ces moyens, ce qui démontre, ipso facto, par le fait, la réalité de l'Existence de Dieu.
Trois de ces Faits ont été reconnus vrais par les Évêques des lieux où ils se sont produits, cette reconnaissance engageant toute l'Eglise. Ils réunissent les deux critères du Miracle : que le Fait soit réel, donc scientifique, sans possibilité de supercherie ni faute d'observation ; et que le Fait soit étonnant, étant absolument inexplicable par une loi naturelle ou une intervention humaine.
Au 20ème siècle, c'est d'abord à BORDEAUX (1907 et 1911) qu'un tel Fait miraculeux a été constaté, non reconnu par l'Église, "à cause de polémiques dans la presse." (Voir compléments page XYZ)
Puis ce fut en Sicile, à SYRACUSE, en 1955. Là, un bas-relief en plâtre à l'effigie de MARIE a laissé couler des larmes, devant des milliers de Personnes, pendant 70 heures. Les larmes ont cessé après que, sous la pression populaire, un prélèvement ait été effectué aux fins d'analyse ; celle-ci a été réalisée par un Laboratoire officiel qui conclut : "Liquide de composition identique à la sécrétion lacrymale humaine".
Le 3ème FAIT de cette nature a été reconnu VRAI par Mgr ITO, Évêque dont dépend AKITA au Japon ; cela en 1983. Là, c'est une statue en bois de MARIE qui a pleuré une centaine de fois, dont une fois en présence de l'Évêque qui a réagi logiquement et honnêtement, bien que là, devant la statue qui pleure et laisse suinter une huile parfumée, MARIE délivre des Messages à une Religieuse du couvent où s'est produit le Fait. Cela est relaté dans une brochure (23) : "La Vierge Marie pleure au Japon, Akita."
Notez Bien : un seul de ces trois Faits est, selon la formulation mathématique, nécessaire et suffisant pour démontrer vraie l'Existence de Dieu.
Alors, pourquoi en sommes-nous à l'exposé de la 6ème preuve matérielle, celle-ci étant une catégorie comportant des centaines d'exemples identiques dans le monde ? Pourquoi ?
Parce que ce type de Preuves existe depuis au moins 1911, bien établis et vérifiés par une enquête canonique, reconnu officiellement vrai par l'Église, connu de tous les Prêtres du monde entier, et je n'ai jamais entendu un Prêtre en parler aux fidèles à la Messe. Pourquoi cette surprenante "discrétion" ? Car l'alibi de "prudence" ne peut être invoqué là.
Parce que les Faits miraculeux, reconnus vrais par l'Église, sont de "Foi humaine", donc facultative ; en n'en parlant pas dans ses homélies, le Prêtre "respecte" la liberté de doute des fidèles présents qui sont ainsi privés d'une possibilité de se libérer de leurs doutes. Mais un tel comportement est souvent un alibi qui camoufle l'allergie de nombre de Prêtres pour le Merveilleux marial.
Les "bonnes raisons" invoquées sont aussi variées qu'avariées :
* Détourner les Fidèles de la quête du Merveilleux Christique et Marial, pour recentrer leur attention sur l'Évangile" : et les homélies sont souvent ou "sociales", ou "désincarnées", ou impréparées.
** Éliminer les statues des églises "pour éviter aux bigotes de se laisser distraire du Mystère central de la Messe, l'Eucharistie" : et dans le même temps, l'Eucharistie est dispensée à tout venant, parfois par des laïcs, sans rappel de la Confession préalable quand elle est nécessaire ; et cela debout, comme au self-service, sans un signe matérialisant le Respect, posée dans la main qui vient de tripoter l'argent de la quête.
*** Faire d'une pierre deux coups au nom de l'Oecuménisme en direction du Protestantisme qui fait souvent, lui aussi, une "crise d'urticaire" quand il s'agit de dévotions mariales, réunies sous l'appellation péjorative de mariolâtrie (Marie + idolâtrie) : et beaucoup de nos églises ressemblent à des Temples protestants, sans agenouilloirs entre les sièges, et avec des bénitiers vides.
Parfois on a même enlevé JÉSUS de Sa Croix, et aussi les imageries pieuses des 14 stations du Chemin de la Croix. "Tu ne feras pas d'images taillées...", c'est une adhésion non-dite à l'hérésie protestante qui, confortée dans son erreur par ces concessions misérables, n'a pas fait un pas à la rencontre du Catholicisme.
Un certain Johnson (dont je ne sais rien d'autre) a écrit : "L'Enfer est pavé de bonnes intentions", ce qui n'est qu'une boutade.
Mais toutes les "bonnes" intentions ci-dessus risquent d'y conduire ; sinon en Enfer, au moins au Purgatoire. Le clergé catholique s'est laissé entraver si serré dans sa "prudence" et ses "bonnes" intentions, qu'il s'est absolument interdit de parler des Merveilles de Dieu comme si c'était dangereux ou honteux ; alors que ce qui est un péché honteux, c'est de mentir par omission en faisant le silence sur les Signes miraculeux en grand nombre que le Bon Dieu donne à notre génération hypocrite et mauvaise. Car le phénomène a pris une ampleur planétaire depuis les années 1970.
A la fin de ce livre, regardez les photos :
La photo n° 24 est celle d'une statue de Rosa Mystica qui pleure en Belgique, à MALINES-sur-MEUSE depuis le 8 Août 1983. La radiographie de contrôle de la statue a montré l'inexistence de toute supercherie. Cela est relaté dans une courte brochure (24) "Les larmes de Marie, Rose Mystique." Une statue de Rosa Mystica a pleuré en Louisiane chez Geneviève.
La photo n° 25 montre une statue de Rosa Mystica versant des larmes de sang.
La photo n°26 représente une Image de Notre Dame de Fatima, encadrée sous verre ; le sang a coulé entre l'image et le verre. Il a été suggéré à Teresa MUSCO, la stigmatisée italienne chez qui le Fait s'est produit, de demander à la Sainte Vierge la raison de Ses larmes de Sang ; MARIE a répondu à Teresa :
"Mes larmes sont versées afin que les Bons deviennent meilleurs, les Tièdes : fervents, et que les Pécheurs se convertissent."
La photo n°27 est celle d'une statue de Notre-Dame des Sept Douleurs versant des larmes de sang ; photo prise chez Teresa MUSCO le 14 Octobre 1975. Notre-Dame des Sept Douleurs est toujours représentée avec une cape noire (comme celle de MARIE au Calvaire), et avec un glaive dans le coeur.
La photo n° 28 a été prise le 19 Octobre 1975 : c'est celle d'un Crucifix saignant de toutes ses blessures. Du sang a été prélevé pour analyse, mais je n'en connais pas le résultat.
La photo n°29 est celle d'une statue de l'Enfant-JÉSUS, prise le 11 Octobre 1975. L'Enfant-JÉSUS pleure des larmes de sang et saigne du nombril. Le Christ veut-Il nous montrer Sa Douleur et nous inciter au remords à cause des cent avortements pratiqués chaque minute dans le monde ? OUI !
La photo n°30 est celle d'une statue de MARIE qui laisse couler du sang en Syrie dans une famille chrétienne. La statue a été posée dans un plat servant à rouler le couscous. Le phénomène a débuté en 1988, et un an après il durait encore.
Ces photos parlent contre le silence stupéfiant de la majorité des clergés catholiques ; elles parlent d'émotion et de pureté contre la luxure et la provocation d'une télévision pourrie, gangrenée par un SIDA mental qu'elle répand dans tous les foyers ; MARIE dicte à don Gobbi (1), le 31.12.1982 :
"L'immoralité déferle comme un déluge de boue et elle est propagée par les moyens de communication sociale, spécialement par le cinéma, la presse et la télévision : c'est par cette dernière que pénètre, dans chaque famille, une subtile et diabolique tactique de séduction et de corruption. Les victimes les plus désarmées sont les petits enfants et les jeunes, que Je regarde avec Ma tendresse soucieuse de Mère."
Depuis quand a disparu du petit écran de la télé, le carré blanc signalant une émission nocive pour la jeunesse ? En France, depuis 1981 qui a vu la Gauche accéder au Pouvoir ; et cela s'est fait dans le silence de la Droite qui n'a pas jugé bon de rétablir cette précaution quand elle a eu la majorité, de 1986 à 1988. (En 1981 les Politiques se sont votés, à l'unanimité et en catimini, une augmentation de 90% de leurs indemnités parlementaires). La marque indiquant une émission nocive pour la jeunesse n'a été rétablie que courant 1992. Nocive pour la jeunesse seulement ? Non ! Les viols, les crimes de sadiques, tout plaide contre la télévision.
MARIE dicte à don Gobbi, le 2.05.1985 :
"En ce mois de Mai, qui M'est consacré, intensifiez aussi votre filiale réparation pour la manière sacrilège et diabolique selon laquelle est présentée publiquement la vie de votre céleste Maman Le Ciel tout entier trépigne d'indignation devant l'outrage public et grave infligé à l'Honneur de votre Maman, et JÉSUS en Personne prend à présent la défense de la Créature qui est la plus aimée et la plus glorifiée par Lui. Il ne passera que peu de temps avant qu'un grand châtiment frappe votre pauvre patrie, si aimée et protégée par Moi : elle a voulu publiquement permettre cet outrage sacrilège infligé à votre céleste Maman. Mon Coeur saigne en constatant que seul Mon premier fils de prédilection, Mon Pape, a voulu protester et réparer publiquement, et élever la voix dans un acte courageux de condamnation.
Mais aucun autre membre de la hiérarchie n'a eu le courage de l'imiter ; au contraire, certains Évêques et certains Prêtres ont même eu l'audace de justifier publiquement cet horrible sacrilège."
Le Message est dicté en Italie ; la patrie, c'est l'Italie qui n'a pas entravé la diffusion du film "Je vous salue Marie" de Goddard. À Rome, le Pape, seul, a prié le Rosaire, dans la rue, avec les croyants scandalisés, en réparation à MARIE.
En France, "Fille aînée de l'Eglise" et consacrée à la Sainte Vierge depuis Louis XIII, dans notre pays à 87% catholique, aucun Politique, à ma connaissance, n'a protesté contre la diffusion de ce film blasphématoire. Les catholiques traditionalistes ont été les seuls à protester en priant le Rosaire sur le trottoir près des cinémas. Le clergé catholique a gardé un "silence prudent", et la presse et la télé ont relayé la polémique : l'Intelligentsia de gauche écartant toute censure au nom de la liberté de la création "artistique."
Et c'est la même Gauche, en Août 1990, qui fait voter une loi mettant au rang de délit pénal le "Révisionnisme historique" pour protéger la vérité des chambres à gaz nazies. À première vue, il paraît surprenant qu'une loi soit nécessaire pour protéger la "vérité historique", sauf si elle est fragile, et s'il y a des intérêts non avoués qui sont menacés. L'Histoire est le domaine du Savoir qui a été le plus manipulé, déformé, selon les besoins des Pouvoirs successifs ; ainsi, en ce qui me concerne, il m'a fallu attendre d'avoir 50 ans pour apprendre que la Révolution "populaire" de 1789 avait été en réalité une révolution bourgeoise, faite par les bourgeois et qui n'a profité qu'aux bourgeois.
Sur ce "Révisionnisme historique", je ne me prononcerai pas. La volonté nazie d'exterminer les juifs s'est manifestée par la famine et les chambres à gaz, le Fait est patent, ainsi que le prouvent les films des correspondants de guerre montrant les cadavres vivants libérés, et les monceaux de cadavres dans les fosses communes ; et aussi les témoignages des rescapés.
Ce qu'on ne dit pas, et dans le "Révisionnisme historique", et dans la loi qui en fait un délit pénal, c'est que, d'après le "bruit qui court", l'Allemagne continue à payer à Israël des indemnités du fait de l'Holocauste, et voudrait bien mettre fin à cette dette ; qu'ISRAËL, bien sûr, veut maintenir contre toute révision. Je n'ai pu vérifier la réalité de ce bruit "qui court." Et, au delà de cette "péripétie", la polémique -et cette loi- ont eu des motivations électoralistes immédiates : coincer Le Pen dans ses outrances verbales, mais surtout gagner des bulletins de vote sur la Droite.
6 millions de juifs, environ, ont été Victimes du Nazisme ; mais on ne parle jamais des 3 millions de non-Juifs qui sont morts dans les camps d'extermination. Puisqu'une loi a été votée pour protéger une "vérité historique", qu'attend-on, dans la même logique, de voter une loi pour protéger l'Historicité du Christ, et d'interdire "La Libre Pensée" qui fait de l'athéisme militant grâce à la bienveillance de la radio d'État qui lui ouvre gratuitement ses micros ? (micros et radio d'État que nous payons) Il s'agit là d'une manoeuvre contre la Vérité, puisque la réalité de l'Existence de Dieu est prouvée par des centaines de Faits réels, donc de statut scientifique.
La Vérité n'a pas besoin de loi pour la protéger : plus on cherche, plus on creuse, et plus elle émerge, claire et pure comme l'eau de source. La Liberté de Conscience a toujours existé en France : même sous la Monarchie, nul n'a jamais été mis en prison au prétexte qu'il n'allait pas à la Messe, ou qu'il ne croyait pas en Dieu. Ce que la Monarchie de Droit divin réprimait, c'étaient les attaques contre la Religion catholique et ses Dogmes de Foi ; et cela, c'est dans la logique de la protection de la Vérité divine. Voltaire a été embastillé pour raisons politiques dans l'affaire Calas.
La pseudo-liberté de conscience a été imposée par la franc-maçonnerie révolutionnaire pour être une arme de combat contre l'Église catholique. Comme la "liberté de création artistique", c'est la licence légalisée, et d'outrager Dieu et Sa Mère, et d'outrager les croyants dans leur Foi : ces libertés-là obligent à recevoir tous les coups sans se défendre...
Contre tous ces mensonges qui nous submergent, MARIE dit le vrai à don Gobbi, le 30.10.1975 :
"Le temps est arrivé où, dans Mon Église, Je me manifesterai davantage par des Signes de plus en plus grands :
* Mes larmes, versées en beaucoup de lieux pour amener tout le monde au Coeur Douloureux de la Maman. Les larmes d'une Maman parviennent à émouvoir les coeurs, même les plus endurcis.
Or Mes larmes, quoique de sang, laissent nombre de Mes enfants complètement indifférents.
* Mes Messages, qui se multiplient de plus en plus, et cela d'autant plus que la bouche de Mes ministres se fermera davantage à l'annonce de la Vérité.
"A cause de la prévarication (*) de tant de Prêtres, combien de Mes enfants, aujourd'hui, souffrent d'une véritable disette spirituelle de la Parole de Dieu !
[(*) : Prévarication signifie Trahison].
"Aujourd'hui, les vérités les plus importantes pour votre vie ne sont plus annoncées : le Paradis qui vous attend ; la Croix de Mon Fils qui vous sauve ; le péché qui blesse le Coeur de JÉSUS et le Mien ; l'Enfer où chaque jour tombent d'innombrables âmes ; l'urgente nécessité de la Prière et de la Pénitence.
"Plus le péché se répand, telle une peste, moins on en parle. Actuellement, beaucoup de Prêtres le nient.
"Il est de Mon devoir de Maman de donner leur nourriture aux Âmes de Mes enfants : si la voix de Mes ministres s'éteint, le Coeur de la Maman s'ouvrira de plus en plus."
Et toujours à don Gobbi, le 21.01.1984, MARIE dicte :
"Ne vous arrêtez donc pas aux prédictions que Je vous fais pour vous faire comprendre les Temps que vous vivez. En tant que Maman, Je vous indique les dangers que vous courez, les menaces qui pèsent sur vous, ce qui peut vous arriver de mal, uniquement parce que ce mal peut encore être évité par vous , parce que les dangers peuvent encore être écartés, parce que le Dessein de la Justice de Dieu peut toujours être modifié par la Force de Son Amour Miséricordieux. Même lorsque Je vous annonce les châtiments, rappelez-vous que tout peut être modifié à tout instant par la Force de votre Prière et de votre Pénitence réparatrice.
"Ne dites pas : "Ce que Tu nous a annoncé ne s'est pas réalisé !", mais remerciez avec Moi le Père Céleste parce que, en raison de la réponse faite de Prière et de Consécration, en raison de votre souffrance, de l'immense souffrance de tant de Mes pauvres enfants, le Père Céleste ajourne encore le Temps de la Justice, pour que fleurisse celui de la Grande Miséricorde."
MARIE dit là ce qu'Elle répétera à Geneviève en Louisiane (voir ci-avant). Et le 24.01.1984, aux Iconoclastes qui ont bradé les statues de la Vierge et des Saints aux antiquaires, MARIE dit,  :
"En tant que Maman, Je veux vous dire que Je suis ici avec vous, représentée par la statue que vous avez ici. Chacune de Mes statues est un signe de Ma présence et vous rappelle votre céleste Maman ; aussi doit-elle être honorée et placée dans des lieux où elle puisse être vénérée davantage.
"Comme vous regardez avec Amour la photographie d'une personne chère, parce qu'elle vous transmet souvenir et image, ainsi devez-vous regarder avec Amour toute image de votre céleste Maman, parce qu'elle vous transmet son souvenir et que, bien plus, elle devient signe de Sa présence parmi vous.
"Comme Je suis peinée du fait, si fréquent aujourd'hui, d'être chassée des églises ; quelquefois on Me met dans un corridor, comme un bibelot quelconque ; quelquefois on Me relègue au fond de l'église, de telle sorte qu'aucun de Mes enfants ne puisse Me regarder et Me vénérer."
En la Fête des Sept Douleurs, le 15.09.1987 à AKITA au Japon, MARIE dit à don Gobbi pourquoi Elle pleure encore :
"Je t'ai amené aujourd'hui en ce lieu béni par Moi, devant la statue qui rappelle le Mystère de Ma Co-Rédemption.". "Des yeux de cette image, J'ai fait jaillir des larmes miraculeuses, plus de cent fois et pendant plusieurs années.
"Pourquoi est-ce que Je pleure encore ?
"Je pleure parce que l'Humanité n'accueille pas Mon invitation maternelle à la conversion et à son retour au Seigneur. Elle continue de courir sur le chemin de la révolte contre Dieu et contre Sa Loi d'Amour. Le Seigneur est ouvertement renié, outragé, blasphémé. Votre céleste Maman est méprisée et ridiculisée publiquement (*). [(*) : les deux films scandaleux]
"Mes rappels extraordinaires ne sont pas écoutés. On refuse de croire aux Signes de Mon immense douleur.
"Votre prochain n'est pas aimé : chaque jour, on attente à sa vie et à ses biens. L'homme devient de plus en plus corrompu, impie, méchant, cruel." "Un châtiment pire que le Déluge est sur le point de tomber sur cette Humanité pervertie. Un feu descendra du ciel, et ce sera le signe que la Justice de Dieu a maintenant fixé l'Heure de sa grande manifestation.
"Je pleure parce que l'Église continue à marcher sur le chemin de la division, de la perte de la vraie Foi, de l'apostasie, des erreurs de plus en plus propagées, sans que personne ne s'y oppose.
À présent se réalise ce que J'ai prédit à Fatima et ce que J'ai révélé ici même dans le 3ème Message confié à une de Mes petites filles.
Ainsi pour l'Église aussi, est arrivé le moment de sa grande épreuve, parce que l'Homme Inique s'établira en son sein et que l'abomination de la désolation entrera dans le saint Temple de Dieu.
"Je pleure parce que les Âmes de Mes enfants, en grand nombre, se perdent et tombent en Enfer.
"Je pleure parce qu'il y en a trop peu qui accueillent Mon invitation à la Prière, à la réparation, à la souffrance, à l'offrande.
"Je pleure parce que Je vous ai parlé et que vous ne M'avez pas écoutée ; Je vous ai donné des signes miraculeux et vous ne m'avez pas crue ; Je Me suis manifestée à vous d'une manière forte et continuelle, mais vous ne m'avez pas ouvert les portes de vos coeurs.
"Vous du moins, Mes fils bien-aimés, fils consacrés à Mon Coeur Immaculé, Petit Reste que JÉSUS garde jalousement dans l'enclos sûr de Son Amour divin, écoutez et accueillez l'invitation angoissée que, de ce lieu, J'adresse, aujourd'hui encore, à toutes les nations de la Terre. Préparez-vous à accueillir le Christ dans la Splendeur de Sa Gloire, parce que le Grand Jour du Seigneur est maintenant arrivé"(*)
[(*) : est maintenant fixé. Si NUL ne le sait, MARIE, Elle, sait.].
Voici une courte Prière de Consécration à MARIE, inspirée à St Louis-Marie Grignion de Montfort :
"Je Vous choisis aujourd'hui, ô MARIE,
en présence de toute la Cour céleste
pour ma Mère et ma Reine.
Je Vous livre et consacre, en toute soumission et Amour,
mon corps et mon Âme,
mes biens intérieurs et extérieurs,
et la valeur-même de mes bonnes actions
passées, présentes et futures,
Vous laissant un entier et plein droit
de disposer de moi et de tout ce qui m'appartient,
sans exception, selon Votre bon plaisir,
à la plus grande Gloire de Dieu,
dans le Temps et dans l'Éternité."
Quand une personne s'engage dans une Consécration au Coeur Immaculé de MARIE, cette personne est dès lors propriété de MARIE qui peut mieux la diriger et la protéger. De même les objets consacrés à l'Eucharistie ne peuvent être utilisés qu'à la Messe. Et ce qui est propriété de MARIE se trouve sous la Garde jalouse de Son Fils JÉSUS, Notre Seigneur. Le 25.04.1969, JÉSUS parle de Son Image à Maman Carmela et lui dicte une Prière de Consécration :
"Ma fille bien-aimée, Je désire que tu fasses une large, très large diffusion de Mon Image. Je veux entrer dans chaque famille, convertir les coeurs les plus endurcis.
"Porte-Moi dans les hôpitaux et les hospices, dans les écoles et les crèches. Parle à tout le monde de Mon Amour Miséricordieux et Infini. Je t'aiderai à trouver de nouveaux apôtres ; ils seront Mes nouveaux élus, les bien-aimés de Mon Coeur et ils auront une place spéciale en Lui.
"Je bénirai leurs familles et Je me substituerai à eux pour diriger leurs affaires. Je réaliserai en plein ce que Je vous ai dit dans l'Évangile : "À celui qui cherchera d'abord le Royaume de Dieu et Sa Justice, tout le reste sera donné par surcroît."
"Et maintenant, Je te dis : "À celui qui répandra la Confiance et l'Amour en Ma Miséricorde, Je donnerai le centuple en cette vie et en l'autre." À celui qui voudra assumer l'engagement de propager cette dévotion envers Moi, tu feras réciter cette Consécration :

"ô JÉSUS, dont l'Amour Infini a créé et racheté le monde et veut le sauver 1 accueille-moi au nombre de ceux qui veulent travailler pour le Triomphe de Ton Règne d'Amour sur la Terre 2.
"Dans ce but, reçois l'offrande complète de moi-même par laquelle je me place à Ton service. Je répandrai l'Image de Ta divine Face en Te suppliant de raviver en toutes les Âmes les traits de Ton divin Visage 3 .
"ô JÉSUS, opère des miracles de conversion ! Appelle les Apôtres de la Nouvelle Ère 4, les nouveaux Apôtres à cette grande tâche !
"Répands sur le monde entier les flots de Ton Amour Miséricordieux qui, ensevelissant et détruisant le mal 5, renouvellera la Terre ; et que les coeurs, remplis de Charité, ramènent à la lumière du soleil la pratique de l'Évangile."
[Que d'enseignements dans cette Prière Notez Bien :
(1) : Dieu est Amour ; cet Amour est Force et Puissance. cet Amour a créé le monde, puis a racheté le monde par le Sacrifice offert de JÉSUS, et à présent, ce même Amour veut sauver le monde.
(2) : Le Règne de Dieu sur la Terre est formellement promis.
(3) : On ne peut raviver les traits d'un visage sur un Portrait que s'ils existent déjà, même pâlis ou à demi effacés : notre âme a donc déjà vu le Visage de JÉSUS. Quand ?, si ce n'est avant d'être jointe à l'embryon nouvellement conçu.
(4) : La Nouvelle Ère, c'est l'ère de l'Amour, l'ère de l'Esprit-Saint qui va succéder, sur la Terre, à l'ère chrétienne, celle du Fils, comme celle-ci a succédé à l'ère du Père à la Naissance de JÉSUS. La Sainte Trinité veut parfaire le cycle de la Création.
(5) : C'est la Force de l'Amour qui ensevelira le Mal, verrouillant tous les démons en Enfer ; c'est le Feu de l'Amour qui détruira le Mal sur la Terre :
"Sur la Terre, Ma fille, viendra le Feu du Seigneur et tous ceux qui ne brûleront pas d'Amour seront brûlés."
a dit JÉSUS à Gemma (10).
"Et la Terre deviendra comme un désert" a dit MARIE à La SALETTE. À don Gobbi, Elle dit : "Le Petit Reste." Seigneur ! que ce "petit Reste" soit le plus grand possible !...
Cela, c'est la motivation essentielle de cet ouvrage assemblé si laborieusement que vous peinez à le lire : persévérez, car toute peine mérite salaire, et quand vous aurez décidé de travailler pour le Seigneur, vous n'aurez plus de peine mais Joie, plus de fatigue mais enthousiasme, plus de crainte mais Espoir ; et vous sauverez tous ceux que vous aimez. Et qui, souvent, sont aveugles à votre exemple et sourds à vos invites : plus exactement, c'est JÉSUS qui les sauvera, grâce à votre Consécration à Lui et à Sa Mère, car MARIE mène toujours à JÉSUS.
Et, en tant que mère et père de famille, vous pouvez consacrer tous vos enfants, votre parenté et vos amis à JÉSUS et MARIE ; on ne se sauve jamais tout seul.
Comment sera-t-il possible que "Tous ceux qui ne brûleront pas d'Amour, seront brûlés" ?
Plus haut, dictant à Geneviève en Louisiane, MARIE nous a bien prévenus "qu'il est bien plus important de connaître les moyens d'éviter un châtiment que de savoir en quoi il consistera" ; mais une expérience personnelle, depuis des années, m'a permis de constater que sous l'avalanche des avertissements de danger, la très grande majorité de mes interlocuteurs écrasent leur entendement, comme l'escargot qui se recroqueville dans sa coquille dès qu'on effleure ses cornes (en fait, ce sont les "cornes" de leur démon personnel) ; plus haut, j'ai dit qu'ils font l'autruche.
C'est pour les aider à comprendre la réalité potentielle de ce Feu du Ciel que j'en propose ici une approche par analogie avec le courant électrique :
Dans nos maisons, nous avons des prises murales de courant ; quand on relie par un fil conducteur le + et le - d'une prise, c'est-à-dire la phase et le neutre, c'est la déflagration incendiaire du court-circuit ; si on relie la phase d'une prise à la phase d'une autre prise, il ne se passe rien, l'énergie étant de même signe, de même nature.
Alors, comprenez : quand le Bon Dieu fera monter en puissance le Feu de l'Amour qui maintient en vie l'Humanité, qui a fait les Saints et les Martyrs, tous ceux qui ne se seront pas débarrassés de la haine et de l'orgueil, ces contraires de l'Amour, seront foudroyés ; et tous ceux qui se seront, d'ores et déjà, efforcés à brûler d'Amour, seront indemnes.
Si j'ai formulé une hypothèse sur la consistance du phénomène, c'est pour vous donner un chemin de réflexion ; votre conviction ne peut venir que de vous. Mais rappelez-vous : s'il y a une certitude absolue sur Terre, c'est que nous sommes tous mortels, c'est qu'aucun de nous ne sait le temps qu'il lui reste à vivre ; des gens meurent à chaque minute ; nous pouvons mourir à tout moment, bien avant que tous les événements prédits n'arrivent. Alors, pourquoi attendre pour se remettre honnêtement en Amitié avec Dieu afin d'être prêts pour notre Jugement particulier ?
Quand on nous avertit que l'eau n'est plus potable, contenant des amibes, nous ne buvons que de l'eau minérale, pour ne pas mourir "avant le temps." Selon les statistiques des compagnies d'assurances, il y a une seule éventualité contre 2 ou 3.000 que notre maison brûle, et pourtant nous prenons la précaution de nous assurer contre l'incendie.
Alors, soyons logiques : puisque nous savons que l'Enfer EXISTE, assurons-nous contre ce danger mortel. Contractons une assurance familiale en diffusant le plus possible : "Nul n'est prophète en son pays", a dit JÉSUS chassé de la Synagogue de Nazareth ; et nous pouvons presque tous ajouter : "ni dans sa famille." Mais si notre diffusion aide à sauver une Âme inconnue, JÉSUS, en retour, en sauvera cent de notre famille, de nos amis.
Rappelez-vous ce que JÉSUS a dicté à Gabrielle BOSSIS : "Crois que les actions les plus ordinaires dans l'intention de sauver les Âmes, sauvent les Âmes. Crois-le bien, il faut le croire, parce que cela honore Ma Puissance et Ma Bonté" ; et ce qu'Il a dicté à Marguerite : "Chasse la défiance, elle ne M'honore pas." Après cette Consécration, JÉSUS dicte une Prière à Maman Carmela :
"JÉSUS Miséricordieux, nous croyons en Toi et nous avons Confiance en Toi. Viens en aide à notre incapacité et à notre faiblesse. Fais que nous puissions Te faire connaître et aimer de tous les hommes et que, confiants dans l'Immensité de Ton Amour, nous puissions combattre le Mal, qui est en nous et dans le monde, pour Ta Gloire et pour notre Salut." Amen.
Notez Bien que, dans toutes les Prières dictées par JÉSUS, le Seigneur enseigne à prier en disant "nous" : celui qui prie, prie aussi pour tous ceux qui ne prient pas.
+
+ +


Les Icônes
***********
À Fatima, dans Son 3ème Secret, MARIE a dit : .".. si cette conversion ne vient pas d'en-haut, des dirigeants du Monde et des dirigeants de l'Église. Malheur si cette conversion ne vient pas...." Les dirigeants du Monde ne pensent qu'à leur ambition et à leurs affaires, ils n'imaginent pas devoir faire comme les dirigeants de NINIVE.
A Ninive, les chefs montrèrent au peuple l'exemple de la Pénitence en se couvrant la tête de cendre. Sauf le Pape, la majorité des dirigeants de l'Église se taisent. Le Pape, une voix qui crie dans le désert, relayée seulement par les sans-grade de l'Église : les laïcs. Même les bons Prêtres sont réduits au silence : heureusement, il nous reste leur Prière puissante qui soutient notre petit travail et lui fait produire du fruit.
Voilà pourquoi, en plus de faire pleurer les statues de MARIE, de faire saigner les Crucifix et les Effigies de l'Enfant-JÉSUS, le Bon Dieu fait suinter une huile parfumée aux Icônes, peintes sur bois ou reproduites sur papier. En 1990, une Icône de "MARIE, Porte du Ciel" a exsudé de l'huile à TOULOUSE. La presse et la télévision en ont parlé. Début Mars 1991, j'ai voulu savoir ce qu'il était advenu de cette Icône. J'ai appris que le phénomène n'ayant pas rencontré de réaction constructive de l'Archevêché, le Propriétaire de cette Icône l'a apportée au Vatican ; là, le Pape s'y est beaucoup intéressé et l'a bénite : j'ai vu les photos.
C'est au cours de ma recherche que j'ai appris l'existence d'autres Icônes exsudant de l'huile, dans les environs de TOULOUSE. Je m'y suis rendu ; dans le premier endroit, une Icône ; dans le second, non pas une, mais une dizaine qui exsudaient de l'huile. Je n'ai pas compté, tellement le fait est stupéfiant : en particulier, une statue de Padre Pio, en cuivre ou en bronze d'une trentaine de centimètres ; il a fallu la poser sur un plat à hors-d'oeuvres en inox, tellement est abondante la sécrétion : un demi centimètre d'huile s'est accumulée au fond du plat. Et c'est un choc de voir une "larme" huileuse se former au coin de l'oeil d'une statuette de métal ! Étant déjà en relations avec Jean-Marc (25) qui reçoit des Messages de la Très-Sainte Trinité, des directives ont été demandées en conséquence des Faits constatés ; les voici, en date du 9.03.1991 :
"Peu de Mes enfants comprennent l'importance des Signes célestes que Dieu Tout-Puissant envoie aux hommes.
Certains disent : "Je n'ai pas besoin de tout cela pour croire" ; d'autres répliquent : "À quoi bon, de toute façon ce n'est pas cela qui me changera" ; ou bien encore : "Est-ce que cela vient de Dieu ou du Diable ?."..
"Que de questions, que de doutes, que d'hésitations... et les coeurs ne savent plus où trouver la Vérité. En ce jour Moi, JÉSUS-Christ, au Nom de Mon Père qui est aux Cieux, viens vous donner réponse à tant d'interrogations qui rongent vos coeurs.
"Dieu est Amour et Miséricorde et Il montre Sa Présence par des Signes tangibles pour rappeler à tous ceux qui l'ont oublié, que Dieu est Tout-Puissant et que rien ne Lui est impossible ; qu'Il peut, où Il veut, quand Il veut et de la façon qu'Il a choisie, Se manifester aux hommes.
"Il choisit un homme ou une femme à qui Il confie une Grâce particulière, un Don du Ciel, une Richesse inépuisable. Ce Don, ce talent que Mon Père vous confie, vous ne devez pas le garder pour vous, égoïstement, vous ne devez pas l'enterrer de peur qu'on ne vous le dérobe.
"Au contraire, vous devez lui faire produire beaucoup de fruits, vous devez faire connaître à tous le Don, la Grâce, le ou les Signes que Dieu, dans Son Amour Infini, vous a confiés.
"Sachez que Dieu est généreux pour l'homme qui reçoit cette Grâce ; est généreux aussi, pour tous ceux qui viendront voir, toucher, sentir, honorer la Présence Vivante de Dieu par cette Icône, par cette Huile sainte, et par toute autre manifestation de Dieu.
"Vous qui êtes choisis par la main de Dieu vous vous devez de tout mettre en oeuvre pour partager ces Dons du Ciel, pour les faire connaître à tous, particulièrement aux incroyants, aux sceptiques, aux hésitants, aux malades du corps et de l'Âme. Que tous viennent Me prier ou prier Ma Sainte Mère. Que tous viennent faire Acte de Pénitence, que tous viennent demander Mon Pardon, demander Ma Miséricorde" (...)
"Priez vous tous, les élus de la Vigne ! Priez, afin que Dieu vous donne la Force d'accomplir la Mission qui vous a été confiée. Ne chômez pas, ne perdez pas de temps car chaque seconde est précieuse pour Dieu et le Salut des Âmes. Il n'est plus temps de taire les Signes de Dieu.
"Il n'est plus, le temps des enquêtes qui jettent un voile sur la Présence de Dieu et empêchent les petites Âmes de se nourrir de l'Amour de Dieu (*).
"Mais, bien au contraire, il est grand temps de proclamer de tous côtés l'urgence de la conversion et du retour à Dieu : la Justice de Dieu est en train de frapper les pécheurs de la Terre, et la Miséricorde de Dieu est, Elle aussi, en pleine action pour sauver les Âmes repentantes. Ne perdez plus de temps en discussions inutiles : ce qui vient de Dieu porte du bon Fruit et ce qui vient du Démon n'apporte que tristesse, découragement, désespoir, éloignement de Dieu..." (...)
[(*) : "les enquêtes... qui jettent un voile" : il s'agit de l'enquête canonique. Avant même que celle-ci ne soit décidée par l'Évêché, le Curé de la Paroisse où se produit le Fait miraculeux ou l'Apparition, est le premier informé ; il est l'échelon qui s'impose entre le Fait et l'Évêque. Et, très souvent il prescrit le silence sur le Fait ou l'Apparition, et cela pour tant de raisons :
"Une Grâce particulière du Ciel est Le Secret du Roi, alors protégez-vous de l'adulation qui vous ferait chuter dans l'orgueil", ou bien : "Que le silence le plus complet soit fait, pour éviter le désordre de l'engouement populaire pour le merveilleux ; Monseigneur n'aimerait pas cela."
Et pour finir : "Un serviteur de Dieu doit obéir à l'Eglise ; la désobéissance est la marque du Malin."
Ainsi celui ou celle que le Bon Dieu a choisi pour une mission particulière, obéit et se tait ; c'est ainsi que Madeleine a fait silence à Dozulé ; même pour son Mari qui n'a été mis au courant que la dernière année des apparitions, en 1978 : le silence absolu durant 6 ans !...
Nous avons vu ensemble les consignes de silence imposées à Lucie de FATIMA en son collège de PORTO ; à PARIS, au couvent de la rue du Bac où Ste Catherine Labouré a bénéficié des apparitions de la Sainte Vierge à partir de 1830, les autres Soeurs n'ont été mises au courant qu'après la mort de Catherine ; et les Messages qu'elle a reçus ont été soigneusement verrouillés ; Ste Bernadette a emporté dans la tombe, même la Prière dictée par la Sainte Vierge...
Dans ce Message à Jean-Marc, les directives du Seigneur sont claires ; et commandées par l'urgence de la conversion et du retour à Dieu ; plus de discussions inutiles, plus d'enquêtes secrètes, mais la diffusion pour faire connaître à tous la Miséricorde de Dieu.
Plus de silence mais la proclamation de Sa Promesse de Pardon, donc de Salut, à tous ceux encore capables de lucidité et de repentir.
En extrapolant à partir de ce que j'ai constaté en deux lieux d'une seule ville (où il y a peut-être d'autres faits semblables enterrés dans le silence), il est raisonnable de penser qu'en ce moment, dans le monde, il y a des centaines, voire des milliers d'Icones qui laissent couler une Huile sainte, sainte parce que venant de Dieu.
En raison de l'urgence, c'est le Seigneur qui actionne une vaste opération pour rappeler que Dieu EXISTE, en direction de tous ceux qui voudront être sauvés car, dicte JÉSUS à Maman Carmela le 25.02.1968 :
"Dieu, qui t'a créé sans toi,
ne pourra te sauver sans toi."


+
+ +




2. 7. Les Apparitions PUBLIQUES
************************************
Publiques, contrairement aux Apparitions traditionnelles où JÉSUS et MARIE Se montrent seulement à ceux qu'Ils ont choisis.
1. En Égypte, d'Avril 1968 à Avril 1970, au Caire, dans le quartier chrétien-copte de Zéitoun ; et aussi de 1986 à 1988 mais dans le quartier chrétien-copte de Choûbra.
2. Au Cameroun, en Mai 1986, à N'Simalen (18 Km de Yaoundé).
3. En Ukraine, URSS, en Avril et Mai 1987, à Hruschiv.
4. En Italie, à San Damiano, le 2 Mai 1992.
Publiques, car pendant toute la durée des Apparitions, parfois pendant deux ans, tout le Public présent a vu la Sainte Vierge ; je n'ai qu'une photo en provenance du Caire, une autre en provenance du Cameroun, mais il est hautement probable que les apparitions ont été filmées, en Égypte et en Ukraine : pour des raisons différentes, en Égypte, en URSS, en Occident, le même silence est tombé sur ces Faits matériels, comme une chape de plomb.




1. Les apparitions publiques en Égypte
Depuis Avril 1968, jusqu'en Avril 1970, MARIE S'est montrée à la foule, de nuit, au-dessus de l'église chrétienne-copte du quartier de Zéitoun, comme si Elle Se tenait sur le toit : une apparition nimbée de lumière dans la nuit, que des centaines de personnes ont pu voir simultanément chaque soir. Et cela des centaines de fois, par des Spectateurs qui rappelaient MARIE à grands cris quand ils La voyaient prête à s'en aller, et Elle restait encore un peu !...
La photo n° 18 est une photo parfaitement normale ; ce qui est surnaturel, c'est le Sujet photographié : MARIE. Cette photo a été prise en 1969. Un agrandissement de plus d'un mètre est exposé dans l'église copte de Zéitoun.
À ma connaissance, MARIE n'a délivré aucun Message au cours de Ses apparitions à Zéitoun ; Elle a authentifié Sa présence par des guérisons surnaturelles qui ont été observées. Pourquoi d'abord au Caire et pourquoi cette absence de Message qui ne laisse place qu'à des suppositions en réponse à ces deux interrogations.
Je les formule parce que, sinon, certains verraient là des objections de doute. Au Caire, parce que sans doute, MARIE veut nous montrer ainsi Sa dilection pour cette ville, appelée alors Héliopolis, qui avait accueilli les réfugiés, les immigrés qu'étaient MARIE, l'Enfant-JÉSUS et JOSEPH, fuyant l'imminente persécution d'Hérode et le Massacre des Innocents de Béthléem et de ses larges alentours (*).
La Sainte Famille a vécu pendant 4 à 5 ans au Caire. De plus, MARIE veut ainsi nous montrer Sa sollicitude pour Ses enfants nés dans la Religion islamique ; comme les chrétiens, leur Âme a été créée en Dieu et par Dieu. Le musulman actuel n'a aucune responsabilité personnelle dans l'hérésie de sa Religion, pas plus que le Protestant ou tout autre. À sa mort, ce n'est pas sur sa croyance que l'homme est jugé, mais sur ses actes, rapportés à la Loi d'Amour. Il faut savoir qu'en Islam, la Vierge MARIE est vénérée sous le nom de "Lalla Meriem" (Madame MARIE) à deux titres qui ont leur source dans le Coran : d'abord d'avoir été la Mère VIERGE de "Sidna Aïssa" (= "Notre Seigneur Jésus", avec le pluriel de communauté ; alors que, nommant le Prophète de l'Islam, le musulman dit : "Sidi Mohammed", donc seulement : "Seigneur" ; JÉSUS est le Seul que le musulman nomme en disant "Notre Seigneur").
Le second titre de vénération de MARIE, noté dans le Coran, c'est la conception miraculeuse de JÉSUS : "Flêche de Lumière émanée de Dieu, infusée dans le sein d'une Vierge." De ce fait, MARIE est la Première et la plus Grande des trois seules Saintes de l'Islam, la seconde étant Khadidja, l'épouse du Prophète et Fatima sa fille (notez la coïncidence avec le nom du lieu choisi par MARIE pour Ses apparitions au Portugal en 1917).
Cependant, tout en reconnaissant Sa Naissance miraculeuse, l'Islam n'admet pas en JÉSUS le Fils de Dieu, ni le concept de la Trinité divine. Mais on note que, dans le Coran, Allah (Dieu) le Seul, dit Nous dans la sourate * qui relate la Naissance de JÉSUS ; en arabe, comme en anglais, le pluriel n'est pas employé pour une personne ou pour soi.
(*) : une sourate du Coran est l'équivalent d'un verset de la Bible
Enfin, le Coran contient 3 ou 4 fois plus de références à la Vierge MARIE que les Évangiles. Marie d'Agreda (12) nous apprend : c'est sur ordre formel de la Sainte Vierge que les quatre Évangélistes n'ont cité le nom de MARIE que lorsque c'était absolument indispensable. MARIE, Reine de l'Humilité, leur avait prescrit : "Centrez toute l'attention des chrétiens sur le Nom de JÉSUS et sur Sa Loi de Grâce."
C'est pour toutes ces raisons qu'au Caire, parmi les Spectateurs des Apparitions publiques, il y avait beaucoup de Musulmans.
L'Égypte compte trois quarts de musulmans, un quart de chrétiens-coptes et seulement 100.000 catholiques.
Depuis le Concile de Chalcédoine (Turquie) en 451, qui a reconnu au Christ Sa double nature, Divine et Humaine, les coptes, n'admettant que la Nature divine du Christ, se sont séparés des autres chrétiens. Je pense que la Sainte Vierge S'est montrée au Caire dans un contexte copte pour les confirmer dans la Foi, mais n'a pas donné de Message, peut-être pour leur montrer que leur Foi était incomplète, mais ce n'est qu'une supposition personnelle, donc aléatoire.
En examinant la photo n° 18 prise à Zéïtoun, on constate que MARIE, nimbée de lumière, a Ses mains ouvertes, comme sur la Médaille miraculeuse de la Rue du Bac ; là, Ste Catherine Labouré a vu des rayons lumineux émaner des mains de MARIE, et d'autres rayons ternes : elle en a demandé la raison à MARIE qui a répondu : "Les rayons ternes sont les Grâces qu'on ne Me demande pas."
Dans le coin inférieur droit de la photo, on distingue un des clochetons de l'église copte de Zéïtoun.
Le Chef de l'Église copte d'Égypte est le Patriarche d'Alexandrie ; il a reconnues vraies les Apparitions publiques de MARIE à Zéïtoun (l'évidence cartésienne l'imposant). Dans l'Église catholique, c'est le silence sur ces Faits.
Au début d'Avril 1986, une nouvelle série d'apparitions publiques de MARIE s'est prolongée jusqu'en Avril 1988, au-dessus de l'église copte du quartier de Choûbra, cette fois, toujours au CAIRE. Elles se sont déroulées dans les mêmes conditions, avec la même affluence populaire de Spectateurs.
De nombreuses photos ont été prises, mais elles sont jalousement gardées par ceux qui les détiennent. Une correspondante du Caire, qui m'a procuré la photo n° 18, n'a pu me procurer qu'une carte postale diffusée au Caire (18b, entre les photos n°39 et 40), commémorant les apparitions publiques de Choûbra.
Ci-avant, j'ai évoqué le Massacre des Innocents à Béthléem, après la fuite de la Sainte Famille en Égypte. Le roi Hérode, qui avait reçu à Jérusalem les rois mages en chemin vers Béthléem, les avait invités à revenir le voir à leur retour, après leur Adoration. Mais avertis en songe, les rois mages s'en retournent en évitant Jérusalem et Hérode. St Joseph, lui aussi, est averti en songe et s'enfuit aussitôt en Égypte.
Furieux de ne pouvoir tuer avec certitude celui que les rois mages avaient appelé "le roi des Juifs", Hérode fait massacrer tous les enfants mâles au-dessous de 2 ans de la région de Béthléem.
Le chapitre II de l'Évangile selon St Matthieu raconte ces Faits. Catherine Emmerich, dans ses "Visions" (9), décrit le Massacre : Hérode envoie des émissaires dans la région de Béthléem, pour inviter en son palais à Jérusalem les mères et leurs jeunes garçons, afin de leur offrir des présents ; 717 en tout, ainsi que précise Catherine Emmerich ; ils seront massacrés là, par les soldats sous les yeux de leurs mères.
Pourquoi le Bon Dieu a-t-Il permis un tel Massacre ? Aucune révélation "privée" ne répond à cette question, à ma connaissance du moins. Ce Massacre des Innocents a eu un précédent dans la Bible où, au Livre de l'Exode (Ch. XI), est racontée la 10ème Plaie de l'Égypte qui contraint le Pharaon à laisser Moïse emmener les hébreux vers la Terre Promise : là, ce sont tous les premiers-nés qui meurent subitement : le fils aîné du Pharaon, tous les premiers-nés des égyptiens, ainsi que de leur bétail !
Sont préservés les premiers-nés des hébreux qui ont protégé la porte de leurs demeures en 3 points de l'encadrement : sur les montants et le linteau, avec le sang de l'agneau dont le sacrifice a été prescrit à Moïse selon un rituel précis. Pessah, la Paque juive, est un mot signifiant "passage" ou "saut" : l'Ange exterminateur saute ou passe sur les maisons marquées du sang de l'agneau, sans y toucher ; c'est une pré-figuration de l'Agneau de Dieu Sacrifié sur la Croix après avoir instauré l'Eucharistie : "Ceci est Mon Corps, ceci est Mon Sang", le Sang qui sauve.
Le Massacre des Innocents d'Égypte a pour conséquence immédiate la libération des hébreux ; il semble donc en être le moyen. Cette justification divine du Massacre nous paraît terrible.
Nous avons beaucoup de difficulté à comprendre le symbolisme du sang dans la Bible : celui des bêtes sacrifiées dans les Religions juive et islamique, le Sang de JÉSUS et des Martyrs dans la Religion chrétienne. De la réflexion émerge une certitude : le sang véhicule la Vie et la Vie appartient à Dieu. Un jour, dans la Vérité du Ciel, nous comprendrons toute la Vérité.
Ce que nous pouvons deviner, Dieu étant Amour et Sagesse, c'est que ces effusions de sang étaient nécessaires ; en outre, nous pouvons être certains que Dieu, dans Sa Miséricorde, n'a permis la souffrance des Innocents que dans les strictes limites du nécessaire, et qu'Il les a tous accueillis en Son Paradis au rang de Martyrs prédestinés, dès que le Sacrifice de JÉSUS, donc Son Sang, en a ouvert les portes.
Dans le symbolisme numérique du Christianisme, 3 est le Chiffre de la Sainte Trinité (3 marques du sang de l'agneau pascal, encadrant la porte des Hébreux).
Dans la Bible, où les événements relatés sont à la fois historiques et avertisseurs, il y a deux massacres d'Innocents ; y en aura-t-il un 3ème ? L'interrogation est superflue. Le 3ème Massacre des Innocents de notre 20ème siècle est commencé depuis la légalisation quasi-générale de l'I.V.G. qui a tué environ un milliard de Bébés innocents à naître dans le sein de leur mère.
Je n'ai pas abordé sans raison précise ce sujet. Avec les Messages de Louisiane reçus par Geneviève, nous avons pris connaissance du Grand Avertissement que le Bon Dieu doit envoyer à l'Humanité, et cela, avant le Grand Miracle ; les deux événements ont été annoncés par MARIE aux enfants de GARABANDAL en Espagne.
Et il semble que le Grand Avertissement soit en rapport avec la Fête des Saints Innocents, le 28 Décembre.
La photo n° 10 a été obtenue le 28.12.1984 au cours d'une Messe célébrée chez les Pénitents Franciscains de la Vierge Marie, à ORRIN (Nord Dakota, USA). Selon les renseignements fragmentaires qui me sont parvenus avec cette photo :
- tous les Fidèles présents ont vu, à l'Élévation, l'Hostie marquée de Sang : "Ceci est Mon Corps, ceci est Mon Sang."
- Il n'est pas précisé pourquoi une photo, celle-ci, a été prise ce jour-là.
- Ce jour-là, c'est la Fête des Saints Innocents. Et le 8 Décembre 1984, en la Fête de l'Immaculée Conception de MARIE, un Message reçu en Australie (donc 20 jours avant, et qui n'a été diffusé que des mois après) dit :
"L'Avertissement, qui doit arriver le 28 de ce mois,
peut être encore arrêté SI vous priez beaucoup."
Ce Grand Avertissement a été également annoncé à MEDJUGORJE, en Yougoslavie (26), où la Vierge MARIE a donné la photo n° 20. L'Avertissement sera grand, parce que ce sera le dernier donné à l'Humanité et parce que l'Humanité toute entière le comprendra, en percevant les effets : chacun verra l'état exact de son âme ; cette certitude sera l'électro-choc de la lucidité et de la Vérité pour beaucoup qui auront à coeur de se purifier ; mais, malheureusement certains une fois l'événement passé, voudront l'oublier, contre l'évidence.
Parmi ceux-là, probablement les dirigeants du monde, et c'est à cause de cela que "la Grande, GRANDE Guerre" annoncée par MARIE à FATIMA "dans la 2ème moitié de ce siècle", éclatera. Cela dit, qui peut continuer à prétendre que les révélations, dites "particulières" ou "privées", ne concernent pas toute l'Humanité et qui peut contester qu'elles sont très importantes ?
En France, seule une revue mensuelle ("Grands Reportages, N° 65 de Novembre 1986) a rendu compte des Apparitions publiques du CAIRE.

2. Les Apparitions publiques du Cameroun
Ces Apparitions publiques ont commencé le 13 Mai 1986, à N'Simalen. Voici un résumé des informations de source privée qui me sont parvenues avec la photo n° 19 (p. 192).
Le 13 Mai 1986, MARIE, "accompagnée d'hommes vêtus de blanc", S'est montrée à des enfants de l'école, à une centaine de mètres de l'église. Voyant flotter dans l'air ces personnages en blanc, les enfants ont pris peur, les prenant pour des fantômes et leur ont jeté des cailloux.
Le lendemain, l'Apparition se montre à 1 km de là, dans une clairière de la forêt : à une quinzaine de mètres du sol, dans les plus hautes branches d'un arbre dont on voit bien le feuillage sur l'agrandissement de la photo. En plein jour, depuis le village, la silhouette féminine en prière est visible par le plus grand nombre ; mais, depuis la clairière, seuls certains voient la Dame qui ressemble à la statue de Notre Dame de Lourdes.
Le 19 Mai 1986, vers 16 h, devant plus de mille témoins venus prier dans la clairière, l'éclat du soleil tropical se modifie, chacun pouvant le fixer sans en être ébloui ; puis le soleil se dédouble en un second disque, bleu, qui grandit avec des pulsations. Le journaliste présent, qui relate les Faits, constate que les vêtements des gens autour de lui se teintent de jaune verdâtre ; puis, quand le soleil reprend son éclat habituel, insoutenable, les rayons du soleil forment une couronne étincelante sur le sommet de l'arbre où Se tient l'Apparition.
Le même phénomène (répétitivité !) se reproduit dans les mêmes conditions le 21 Mai suivant. Le 20 Mai, des témoins ont vu "des maisons dans le ciel" ; ces "maisons", ainsi que les phénomènes solaires des 19 et 21 Mai, ont été également observés par les gens du village, à 1 Km de là (comme les gens qui se trouvaient à Fatima dans un rayon de 5 Km du lieu des apparitions).
Le 19 Mai en début d'après-midi (donc avant 16 h. où se produit le phénomène solaire) une jeune fille, Anasthasie, dit que la Vierge MARIE lui a donné un Message en 12 points :
1. La Vierge a été chassée de Sa Maison, et a été obligée de Se réfugier en brousse. [Cela fait sans doute allusion aux iconoclastes qui ont enlevé des églises les statues de MARIE].
2. La Prière vient du coeur.
3. Quelles que soient les tentations dont nous faisons l'objet, notre fidélité à la prière du Chapelet [le Rosaire] met MARIE à nos côtés.
4. La Sainte Vierge ne guérira que les fidèles qui ont Foi et Confiance en Elle.
5. La Sainte Vierge a donné à Anasthasie pouvoir de guérir les maladies les plus désespérées.
6. On prostitue la Religion au Cameroun.
7. On doit prier le Chapelet le matin, l'Angélus à midi, le Chapelet le soir.
8. Il ne faut pas incriminer les enfants qui ont lancé des cailloux ; ils sont les anges du Seigneur. Ce geste symbolise l'hostilité de chrétiens du Cameroun envers la Sainte Vierge.
9. Nous ne devons pas prier en pensant à nos péchés, passés ou futurs.
10. La Mère de JÉSUS voit nos péchés, même les plus cachés. Si nous avons péché, nous devons prier : "Maman, je suis tombé sous le coup des tentations et je le regrette amèrement. Aide-moi à obtenir le Pardon de Dieu."
11. La récitation du Chapelet est une voie qui mène infailliblement au Ciel.
12. La Vierge MARIE est venue prendre en mains nos faiblesses et insuffler un souffle nouveau à la Religion au Cameroun.
Il est à noter que, sur les 12 points, 3 concernent le Chapelet (3 Chapelets font un Rosaire). Pour ce qui est de l'Angélus, JÉSUS en parle à Maman Carmela le 13.09.1968 (à propos de la Communion) :
"Je t'en prie, ne sois pas nonchalante dans nos rencontres d'Amour. Une épouse qui n'attend pas avec joie son époux de retour à la maison après une journée d'absence, ne le rend pas heureux.
"Je viens à toi après avoir attendu tout un jour et toute une nuit, avec le désir ardent que tu viennes dans Mon Coeur, et tu ne veux pas te préparer à y venir ? Note bien que Je t'ai dit : "A venir dans Mon Coeur" car comment peux-tu, toi, contenir le Mien qui est d'une grandeur infinie ? C'est toi qui dois venir dans Mon Coeur ; Moi, Je t'attends avec un ardent désir.
"Maintenant, il faut que tu te prépares et Je t'enseigne la manière. Comme tu l'as fait ce matin, mets-toi en présence de Ma Maman et prie-La, de toute ton âme, de remplir envers toi le délicat office qu'accomplissent les mamans auprès de leurs enfants.
"Prie-La de rétablir en toi l'ordre intérieur, de te laver des petits manquements quotidiens, de t'orner de Ses vertus et de Ses mérites.
"Puis, récite avec Elle les paroles que l'Église place sur Ses lèvres : récite l'Angelus Domini en pensant bien à ce que tu dis. Vois près de toi ton Ange-Gardien à qui tu confieras ta volonté en disant : "Voici la servante du Seigneur, qu'il me soit fait selon Sa Parole."
Je tremble de crainte pour l'Humanité quand je constate, à chaque Messe dominicale, la banalisation de la Sainte Communion, telle qu'elle est distribuée, telle qu'elle est reçue, en la comparant avec ce que vient de dire JÉSUS à Maman Carmela, et la haute mysticité qu'Il attache au Sacrement de l'Amour ; la Sainte Communion, une rencontre d'Amour du fidèle entrant dans le Coeur de Son Sauveur !

3. Les apparitions publiques en URSS
Elles ont été précédées d'un phénomène surnaturel dans le ciel. Voici un extrait du "Bulletin de N.-D. des Temps Nouveaux" (Éditeur : Mgr Onfroy, 61450 La Ferrière-aux-Étangs) de Juillet-Août 1977 :
"En Russie on continue de poursuivre et d'arrêter, en 1977, ceux qui manifestent ouvertement un quelconque appétit de liberté politique ou religieuse. Mais le sang des Martyrs force le Ciel à intervenir. Les Apparitions de la Vierge à ROSTOV, à KARKOV, à LENINGRAD, en LITHUANIE, suscitent un réveil religieux (*).
"Le 10 Février 1976, selon une information parue dans le "Corriere della Valle d'Aosta", à TOMBOW (40 Km au sud de Moscou), une main blanche est apparue dans le ciel clair ; cette main tenait un pinceau et se mit à écrire :
"Le Mal submerge le Bien. C'est l'hiver pour mon peuple. C'est l'Heure du Repentir. Il ne restera pas une Âme droite au milieu des Âmes dépravées, et pas une Âme dépravée au milieu des Âmes droites." (**) "Prenez Garde à Mon Avertissement. Faites Pénitence et repentez-vous. Je sauverai ceux qui craignent le Seigneur (***). Prenez vos responsabilités. Le Temps est proche. Je reviendrai bientôt. Amen."
"La MAIN passa environ une demie heure à tracer ce Message qui fut visible dans le ciel par tous les habitants de Tombow pendant 3 heures. L'émotion y fut telle que toute circulation fut interrompue. Les spectateurs se lisaient les uns aux autres le texte écrit dans le ciel, les plus religieux l'expliquant aux Incroyants. Les Autorités soviétiques n'osèrent pas intervenir de crainte d'un soulèvement populaire."
(*) : Sauf cette mention, aucune information ne semble être parvenue en Occident au sujet de ces Apparitions qui ont suscité un réveil religieux. Au Cameroun (page précédente) MARIE dit qu'Elle vient insuffler un souffle nouveau à la Religion.
(**) : C'est le Tri des Brebis et des Boucs, le bon grain séparé de l'ivraie, lors du Jugement des Vivants, le grand nettoyage qui précédera la 2ème Venue du Christ sur la Terre, car, ainsi que JÉSUS le dicte à une Âme-privilégiée de Bruxelles le 3.06.1985 :
"Les Temps actuels sont des Signes pour vous. Et bientôt dans le ciel, brillera la Croix, Signe du Retour du Fils de l'Homme. Le Fils de l'Homme reviendra dans la Gloire. Mais, avant que cela n'arrive, la Terre sera purifiée afin que Je puisse y poser le pied."
(***) : Craindre le Seigneur, c'est craindre de L'offenser. JÉSUS dicte à Marguerite (6), le 18.12.1966 :
"La crainte a-t-elle jamais engendré autre chose que la crainte ? Craignez de M'offenser, mais ne craignez pas votre Dieu."
Et voici la seule information sur les Apparitions publiques en Ukraine, diffusée par la revue mensuelle "Stella Maris" (28), de Mars 1989. Extraits :
"26 Avril 1987, premier anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl. Evénement sensationnel : MARIE apparaît à Hruschiw en Ukraine, URSS. Tout d'abord à quelques habitants ; ensuite à des dizaines de milliers de personnes qui La voient à de multiples reprises."
/.../ "La télévision soviétique elle-même signala le Fait (*). Jusqu'à 80.000 Personnes entreprirent quotidiennement le pèlerinage vers cette localité proche de LEMBERG, afin d'assister à ces manifes-tations de la Sainte Vierge." /.../ [Et "Stella Maris" publie des extraits de l'interview d'un Témoin oculaire, (Josyp TERELYA) publié par une revue allemande]  :
"J'ai passé 7 jours à Hruschiw. Non seulement j'ai vu la Mère de Dieu, mais Elle a aussi transmis par deux fois des Messages pendant cette période" /.../
"Au cours de l'un d'eux, notre Mère céleste a déclaré "qu'une 3ème Guerre mondiale serait inévitable si la Russie n'accueillait pas le Christ" /.../ "La Mère de Dieu fut visible très fréquemment : elle Se tenait au-dessus de l'édifice. Lorsqu'on regardait là-haut, on voyait une sorte de lumière.
"Celle-ci se répandait à foison : il était bien difficile d'en trouver la provenance. On se serait cru en présence d'un clair de lune, mais d'un éclat particulièrement intense, avec des reflets d'argent ; ensuite s'y adjoignit quelque chose de comparable à un feu. Cette Apparition lumineuse s'immobilisa sur la coupole de l'église (**).
"Néanmoins, elle ressemblait à une personne humaine ordinaire lorsque, de temps à autre, elle se rapprochait des gens" /.../
"Il convient de signaler le phénomène suivant : Notre Dame regardait, dans les yeux, chacun de ceux qui La contemplaient. Au moment que j'évoque maintenant, 60.000 témoins s'étaient rassemblés à cet endroit. La moitié d'entre eux a pu observer le même prodige que moi" [NB : Expérimenter le même phénomène, se sentir regardé précisément par MARIE] /.../ "Le lendemain matin" ... "nous nous sommes, avant tout, adressés aux jeunes gens et aux Officiers du K.G.B. : "Comment avez-vous vu la Vierge ? Son regard a-t-il vraiment croisé le vôtre ?." Effectivement, la scène s'était déroulée de cette façon" /.../
"Le 14 Mai 1987, l'Immaculée a dit :
"Ukraine, Ma fille, Je suis venue vers toi au moment le plus péni-ble de ta vie. Tu es la première à M'avoir choisie pour ta Reine !" 
Car l'Ukraine fut la première à se consacrer à MARIE en l'an 1058.
"Notre Mère céleste a encore précisé que "l'Ukraine recouvrerait sa liberté au cours de la prochaine décennie" * /.../ "Il n'y a plus d'apparitions actuellement." (*) prophétie réalisée cinq ans après.
La date de l'interview n'est pas précisée, ce qui réduit la durée certaine des apparitions à la période entre leur début (26.04.1987) et la 2ème date mentionnée ci-dessus, le 14 Mai 1987. Et 60.000 Témoins au cours de la même soirée, cela donne à comprendre que le nombre total des témoins a dû atteindre des centaines de milliers.
(*) La télévision soviétique en a parlé, une revue allemande a publié l'interview d'un Témoin, et, en France, nous n'en avons rien su ! Et tous les correspondants des agences de presse, et des chaînes de télévision, ont dû faire correctement leur travail, s'agissant d'une information sensationnelle qui ne nous est jamais parvenue...
(**) : La description faite par le témoin donne à comprendre que les Apparitions se sont déroulées de nuit, "sur la coupole de l'église", dans les mêmes conditions qu'au CAIRE, (à Zéïtoun et Choûbra), où MARIE était nimbée de lumière, ainsi que le montre la photo n° 18.

4. Une apparition publique en Italie
En Juin 1992, une correspondante me donne une information significative de l'urgence de l'époque actuelle :
" Le 2 Mai 1992, à San Damiano vers 12 h.30, la Sainte Vierge S'est montrée (au-dessus de la maison de Mamma Rosa) aux pèlerins récitant le Rosaire en ce premier samedi du mois de MARIE. Une personne L'a vue d'abord, une silhouette blanche, les mains écartées du corps (comme sur la Médaille miraculeuse), et l'a signalée aux autres. Tous ceux qui ont regardé L'ont vue, notamment beaucoup de gens d'un pèlerinage des Jeunes d'Albertville."
J'ai contrôlé l'information. Cette dernière apparition en public est une première dans un contexte catholique ; et cela, c'est aussi une information sensationnelle.
Le silence médiatique
Puisque rien sur ce sujet n'a été publié en France, c'est qu'un Pouvoir occulte puissant est intervenu. La franc-maçonnerie a décrété l'embargo absolu. Pourquoi ? Parce qu'elle en a peur !
Une notable partie pourrie de la Politique, de l'Argent et de la Pub, de certains membres influents du clergé engagés dans la démagogie gauchiste, et l'homosexualité qui revendique, tous ont peur de voir les braves gens, apprenant cela, se lever pour balayer toute cette pourriture... Le Lecteur qui ignore pratiquement tout de la franc-maçonnerie sera tenté, en lisant, de penser que je fais une "fixation" sur ce sujet. Alors, voici des informations qui donneront à réfléchir. Car, comme un ver dans le fruit, la franc-maçonnerie a noyauté tous les centres de décision de la Société : la politique, la haute administration, la finance et la banque, la presse et même le clergé.
C'est un Fait soigneusement camouflé dans le silence. Pour la majorité des "freres-maçons", ils savent faire partie d'une "coopérative" d'ambitions et d'intérêts dont ils connaissent la puissance et l'efficacité. Celles-ci sont connues, également, de ceux qui ont été sollicités d'y adhérer, qui ont refusé, et qui ne veulent pas prendre le risque individuel de s'opposer ouvertement à la franc-maçonnerie.
On ignore généralement que les ouvrages qui font la lumière sur la franc-maçonnerie ont, pour la plupart, été édités à compte d'auteur : raes sont les éditeurs acceptant le risque d'être réduits à la faillite. (J'ai envoyé la 1ère édition du présent ouvrage à une vingtaine d'éditeurs, en leur proposant de prendre part à la 2ème édition : je n'ai eu en réponse que des refus polis, ou pas de réponse du tout).
Dictant à don Gobbi (1), le 29.06.1983, et Se référant à l'Apocalypse, MARIE parle de la collusion de l'athéisme marxiste et de la franc-maçonnerie contre l'Humanité et l'Église :
"La Femme revêtue de soleil [MARIE] combat ouvertement avec Son armée, contre l'armée aux ordres du Dragon Rouge, au service duquel s'est placée la Bête noire venue de la mer.
"Le Dragon Rouge, c'est l'athéisme marxiste qui a maintenant conquis le monde entier, et qui a conduit l'Humanité à la construction d'une civilisation sans Dieu. Voilà pourquoi le monde est devenu un désert aride et froid, plongé dans la glace de la haine et la ténèbre du péché et de l'impureté.
"La Bête noire, c'est aussi la franc-maçonnerie, qui s'est infiltrée dans l'Église, et qui l'attaque, la blesse et cherche à la détruire par une tactique sournoise. Son esprit se répand partout comme un nuage toxique : il conduit à la paralysie de la Foi, il étouffe l'ardeur apostolique, il éloigne de plus en plus de JÉSUS et de Son Évangile" (...)
L'athéisme marxiste a "répandu ses erreurs sur le monde" mais ce faisant, car la Justice de Dieu veille, le Marxisme a totalement ruiné et réduit à la famine, au désespoir et au chaos, tous les pays marxistes du monde entier sans exception. Et la "Mer du péché" a décisivement submergé le Monde, cette mer d'où est venue la Bête noire, la franc-maçonnerie qui, dit MARIE, s'est infiltrée dans l'Église.
Dans d'autres révélations "privées", MARIE cite nommément des Cardinaux et Prélats très haut placés au Vatican, qui sont francs-maçons de longue date. Pourquoi les Papes qui le savent, car un Pape est toujours très bien informé, pourquoi Paul VI, Jean Paul 1er, et Jean Paul II, ne sont-ils pas parvenus à "faire le ménage" au Vatican ? Je ne sais pas..
Les seules indications sérieuses sont données par MARIE.
La Sainte Vierge dicte à Rome à Elena (17), le 26.03.1978 :
"Le Saint-Père, à cause de graves séquestrations, même de Cardinaux, tombe gravement malade. Priez beaucoup pour Mon fils de prédilection." Et le 22.07.1978 :
"Ma fille, écoute bien ce que Je te dis : c'est très important. Le Saint-Père est très malade à cause de ses graves afflictions et Je ne veux pas qu'il subisse les représailles qu'ils préparent contre lui. Je viendrai le chercher avant le 15 Août."
Paul VI est mort le 6 Août 1978. Séquestrer quelqu'un, c'est l'empêcher d'agir librement. À propos de la séquestration de Paul VI, "on-dit" tant de choses !... Je n'ai eu aucun moyen de contrôler cela suffisamment, donc je me tais. Mais séquestrations, au pluriel, "de la part de Cardinaux", cela identifie un filtrage des informations destinées au Saint-Père, aussi bien qu'un détournement ou une déformation de ses directives. Paul VI a été le Pape qui a décrété MARIE "Mère de l'Eglise" le 21.11.1964, lors du Concile Vatican II (1962-1965).
Il a été le Pape qui a supprimé l'Index du Vatican et toute censure ecclésiastique en matière de faits miraculeux, de Messages et de pèlerinages
Il a été le Pape qui a élevé deux Saintes qui avaient reçu des Messages, à la dignité de Docteur de l'Église universelle.
Il a été le Pape qui, le premier, est sorti du Vatican et d'Italie pour porter au Monde le Message de Paix de l'Évangile ;
Il a été le premier Pape à se rendre en Terre Sainte, à s'exprimer devant les Nations Unies à New-York, avec un environnement médiatique énorme, donc un grand retentissement planétaire, par-dessus "la tête" des Évêques qui n'en pouvaient mais.
En suite de ces audaces, ses directives ont été ignorées, voire déformées par les Églises nationales : "oubliés", les rappels du Pape quant au ministère de la Confession, quant à l'habit type "clergyman" recommandé en cas d'abandon de la soutane ; oublié le caractère non-obligatoire du nouveau rituel de la Messe et de la Communion dans la main ; oubliées les recommandations de Vatican II sur les Charismes dans l'Église et le rôle des Laïcs ; oubliée la condamnation sans appel de l'I.V.G.
Qu'à partir de 1975 les séquestrations soient devenues plus serrées pour empêcher Paul VI d'aller trop loin, cela semble très vraisemblable. En tous cas, MARIE le dit, préférant venir le prendre "avant le 15 Août pour lui éviter les représailles qu'ils préparent contre lui." Voilà comment la franc-maçonnerie ecclésiastique a mis en échec Paul VI.
Les Papes et la franc-maçonnerie
Dans son Encyclique "Humanus genus" du 20 Avril 1884, le Pape Léon XIII dénonce la SECTE des francs-maçons, écrivant : "Le péril fut dénoncé pour la première fois par Clément XII en 1738, et la constitution promulguée par ce Pape fut renouvelée et confirmée par Benoît XIV. Pie VII marcha sur les traces des Pontifes et Léon XII, renfermant dans sa constitution apostolique "Quo gravioro" tous les actes et décrets des précédents Papes sur cette matière, les ratifia et les confirma pour toujours. Pie VIII, Grégoire XIV et à diverses reprises, Pie IX, ont parlé dans le même sens.
En 1915, le Can. 2335 de Benoît XV excommunie les francs-maçons. Le 11.09.1974, la Sacrée Congrégation pour la doctrine de la Foi rappelle l'interdit d'adhésion à la franc-maçonnerie pour les clercs et religieux. Le 26.11.1983, la Sacrée Congrégation rappelle l'interdiction pour les catholiques de s'inscrire à une Loge, ceux qui s'y inscrivent "sont en état de péché grave et ne peuvent accéder à la sainte Communion". Cette interdiction est à nouveau rappelée dans l'Osservatore Romano du 22 Février1985.
Quant à Jean Paul 1er, sa mort subite après 33 jours de Pontificat, si elle a fait courir beaucoup de "on-dit", elle n'a jamais été élucidée. Ce qui est bien établi, c'est qu'il avait décidé d'assainir les finances du Vatican. Il n'en a pas eu le temps. De Jean Paul 1er, dictant à don Gobbi le 8.09.1978, MARIE dit :
"Aimez-le, écoutez-le, défendez-le, suivez-le parce qu'il aura à souffrir pour l'Eglise" après avoir dit :
"L'Église, elle aussi, est en train de vivre sa plus grande épreuve et ce qui l'attend dépasse tout ce qu'elle a connu à ce jour."
Et Jean Paul II ? Lui que MARIE appelle "Son Pape", le premier Pape non Italien depuis longtemps. Pourquoi n'a-t-il pas chassé les francs-maçons hors de l'Eglise ? Il ne faut pas réfléchir à cette question avec seulement notre logique humaine. Davantage encore que tous les Papes, Jean Paul II est conduit, pas à pas, par le Bon Dieu, via MARIE. C'est Elle qui dicte à don Gobbi, le 13 Mai 1982 :
"Regardez vers le Pape, il donne l'exemple de la Prière. Sa vie, qui M'appartient toute entière, a été formée par Moi à un esprit de prière incessante et confiante. Sa voix pénètre le Ciel et, unie à Ma maternelle intercession, elle fait descendre, aujourd'hui encore, des pluies de Grâces sur l'Humanité perdue." (...)
"Il donne l'exemple de la fidélité.".. "Le Pape est souvent entouré d'un grand vide et de solitude. Sa parole est celle d'un prophète, mais elle tombe souvent dans un immense désert" (...)
"Il donne l'exemple de la force. Il va partout de l'avant, sans peur, avec la force de son grand Amour de Pasteur universel et de Vicaire de Mon Fils JÉSUS. Il ne craint ni les critiques, ni les obstacles ; il ne se laisse pas arrêter par les menaces et les attentats. Conduit et défendu par Moi, il parcourt le chemin que Je lui ai tracé, comme un petit enfant confiant qui se laisse porter entre Mes bras. Et c'est ainsi qu'il gravit chaque jour son douloureux calvaire, en portant une grande Croix pour le bien et le salut de tous. Ce qu'il vit à présent lui a déjà été prédit par Moi." (...)
Dictant à don Gobbi, le 30.10.1975 (ci-avant) MARIE dit que Ses Messages "se multiplient d'autant plus que la bouche de Mes ministres se fermera à l'annonce de la Vérité" ; JÉSUS dit de l'Esprit-Saint "qu'Il parle par la bouche du Pape." Tous ceux qui reçoivent des Messages s'évertuent à les faire parvenir au Pape. Donc le Pape sait. Donc tous les actes du Pape sont prudemment réglés par le Ciel. Il y a certainement ici une justification hors de portée de notre jugement, quant à l'ajournement de l'élimination de la franc-maçonnerie ecclésiastique. Et quand on cherche des repères venant en renfort de cette Prudence du Ciel, on en trouve 3 (les choses importantes vont toujours par 3) :
1. L'attentat du 13 Mai 1981, qui a failli coûter la vie au Pape Jean Paul II, et auquel il a survécu miraculeusement (et dans le moment, et au cours des soins d'urgence), cet attentat n'a jamais été élucidé quant à ses commanditaires. Ce serait la Bulgarie qui aurait armé le bras du Turc Ali Agça ; mais, depuis la chute du communisme, donc depuis un accès théoriquement ouvert aux archives secrètes, aucun élément nouveau n'a apporté de lumière sur cet attentat.
2. Rappelez-vous : MARIE a dicté à Geneviève, le 27.11.1984 :
"Il y en a qui veulent détruire le Vicaire du Christ."
"Ils feront un nouveau projet pour tuer le Saint-Père."
"Ils", ceux qui tirent les ficelles et placent plusieurs écrans entre décision et exécution. Cela, Jean Paul II le sait. Il sait aussi qu'il avance vers les événements, comme un funambule sur le fil du rasoir. Il connaît les révélations "privées" annonçant que le Pape des "Derniers Temps", blessé, s'enfuira du Vatican en enjambant des cadavres.
3. Et ce dernier outrage à Dieu, contre Son Représentant sur la Terre, contre Son Église prise en otage par "l'Homme d'Iniquité", sera le point de départ de la catastrophe finale. Mais l'Heure n'est pas encore venue et le Pape est inspiré d'ajourner encore les décisions déterminantes jusqu'au moment décidé par Dieu.
Voilà 3 repères probables liés à l'ajournement de l'élimination de la franc-maçonnerie ecclésiastique. Mais, depuis son élection Jean Paul II a multiplié ses voyages apostoliques dans tous les Pays du monde, parlant clair et net là où les Évêques se taisent ; simultanément, il épuise toutes les réserves financières du Vatican (ce qui réduit les marges de "magouilles") car, dit JÉSUS, "la nouvelle Église sera pauvre." L'arme de la franc-maçonnerie, son but et son moyen, c'est l'Argent.
L'Église du Diable
MARIE dit de la franc-maçonnerie, que c'est "la Synagogue de Satan." Synagogue signifie "réunion" et aussi "assemblée" qui est aussi la signification de "église."
Aux USA, des sociétés multinationales financent "l'église du Diable" ; le P.D.G. de l'une d'elles, (le Trust "Proctor & Gamble") l'a reconnu publiquement en 1989, au cours d'un débat télévisé : chaque produit vendu par ce trust dans le monde, portait un logo satanique qui entrait dans toutes les familles avec "Mr Propre", "Bonux", "Dash", "Lénor", les couches "Pampers", etc... Je l'ai vérifié personnellement dans les grandes surfaces en 1988. Puis les ventes ont sensiblement baissé après cette révélation télévisée. Car l'affaire a déclenché l'indignation des "consommateurs-pigeons." Depuis, la marque du diable n'est plus sur les emballages des produits.
Les "libres-penseurs" se réfèrent toujours à DESCARTES et à son raisonnement cartésien pour étayer leur refus de Dieu en oubliant soigneusement que Descartes a démontré l'Existence de Dieu... par le raisonnement cartésien ! De même les mouvements contre l'antisémitisme ne manquent pas de se référer à Émile ZOLA en rappelant son retentissant article (J'ACCUSE !), dans le journal "l'Aurore", au moment de l'affaire DREYFUS.
Mais tous oublient soigneusement de dire un mot du témoignage d'Émile ZOLA contre la franc-maçonnerie.
Le témoignage d'Émile ZOLA
Ce n'est un secret pour personne que ces mouvements contre l'antisémitisme sont subventionnés par la haute finance qui, si on ne peut affirmer qu'elle adhère toute entière à la franc-maçonnerie (car les appartenances de haut grade sont tenues secrètes), cette haute finance défend les mêmes objectifs : détourner l'homme de la pensée de Dieu qui menace directement notre société de consommation, de gaspillage et de vice.
Cette pensée que Dieu EXISTE est un danger mortel pour ces affaires "juteuses." Voici des extraits de la déclaration écrite et signée par Émile Zola le 18 Avril 1896 :
"Moi, soussigné, Emile ZOLA, jadis Grand Maître du Siège et aussi ancien Grand Prêtre et Souverain Suprême, ainsi que Suprême-Comthur." (...) "je déclare par la présente que j'ai été pendant 3O ans de la secte des francs-maçons, pendant 12 ans Souverain Suprême de l'Ordre, et avoir eu, pendant tout ce temps la possibilité de connaître minutieusement et à fond l'objet et les visées que l'Ordre poursuit.
"Il se donne pour une institution purement philanthropique, philosophique et libérale, qui aspire à la vérité, à l'avancement de la moralité, et dont l'objet serait aussi la science, l'art et la bienveillance. Il donne l'assurance de se comporter avec une égale tolérance à l'égard des différentes Confessions de Foi, et que les questions de la Religion et de la Politique ne sont pas discutées dans les réunions de l'Ordre. "De plus, la franc-maçonnerie prétend que l'Ordre n'est pas une secte religieuse, mais un Temple de la justice, de la miséricorde et de l'amour du prochain.
"À l'encontre de cela, je déclare que la franc-maçonnerie n'est nullement ce pour quoi elle se donne. Tout le bien qu'on prétend trouver dans ses lois et son rituel, ce n'est pas vrai. C'est le plus éhonté des mensonges et rien de plus. Tout ce bavardage sur ces vertus hypocritement professées, à savoir la justice, la miséricorde, la bienfaisance et l'amour, elles sont introuvables, soit dans les Loges, soit dans le coeur des Francs-Maçons.".."La vérité n'a pas de place dans la franc-maçonnerie.". "Dans l'Ordre franc-maçon prévaut un mensonge qui ne recule devant rien, et y règnent, sous le couvert hypocrite de la vérité, tromperie et mauvaise foi qui enchaînent dans les liens de l'erreur le peuple frivole" (...) "J'affirme que la franc-maçonnerie est une secte religieuse dont le but est de détruire toutes les Religions existantes et de s'installer à leur place, et ramener ainsi le monde à l'antique culte des idoles" (...)
"À présent que je suis totalement convaincu d'avoir été pendant 30 ans dans l'erreur, que j'ai reconnu sur quoi est basé tout le système franc-maçon, et après avoir répandu cette doctrine, et amené d'autres à la répandre, de sorte qu'une grande masse de gens m'a suivi dans l'erreur, je m'en repens sincèrement." (...)
En 1896, date de cette déclaration écrite, Émile ZOLA avait 56 ans : personne ne peut arguer de sa "sénilité" ; sa dernière oeuvre : "Les trois villes : Lourdes, Rome, Paris" a été écrite de 1894 à 1898.
Mieux que quiconque, ZOLA savait_____. Comment celui qui avait été pendant 12 ans le "Souverain Suprême" de l'Ordre franc-maçon, a-t-il été amené à reconnaître publiquement une erreur dont il avait été le propagandiste, dont sa notoriété d'écrivain avait bénéficié, dont il connaissait la réalité mensongère ?
Comme Saül a reconnu son erreur sur le chemin de Damas quand JÉSUS lui a dit : "Saül, Saül, pourquoi Me persécutes-tu ?", devenant St Paul, Émile ZOLA a vécu une expérience voisine :
Il était immobilisé au lit par une mauvaise fracture qui ne guérissait pas ; un matin, au petit jour, Mme Zola entend son mari fredonner dans son sommeil un air qui ressemble à un cantique ; une fois réveillé, ZOLA lui dit avoir rêvé qu'il se trouvait dans l'église du pays et que la Vierge lui avait parlé. "Tu iras allumer un cierge à son Autel", dit-il à son épouse. À son retour, elle le trouve debout et guéri.
Pour finir avec ce sujet sur lequel MARIE revient souvent, voici une confession, plus récente, datant de 1952, d'un franc-maçon américain. En Décembre 1952 est réunie à MEXICO une Convention de la franc-maçonnerie US (on appelle cela un "convent"). Un des participants, brusquement malade, apprend du médecin qu'il ne lui reste que quelques jours à vivre. Alors il fait par écrit la déclaration dont voici des extraits :
".. Avertissez le peuple des USA au sujet du grand plan que nous avons projeté pour 1953. Notre plan, c'est la dégradation morale de la jeunesse d'Amérique. Nous avons commencé à réaliser ce plan, et nous voulons l'achever par les moyens suivants : 1. Le cinéma.
2. Les publications sexuelles à bon marché.
3. Les bandes dessinées avec sexe et violence.
4. Enfin, le but suprême, la télévision.
"Nous n'osons pas encore aller trop loin avec la télévision ; ce n'est pas encore aussi efficace que les bandes dessinées et la littérature érotique, mais nous avons là un auditoire immense et c'est notre meilleur moyen d'approche pour atteindre des millions d'enfants." (...)
"Notre plan, c'est d'encourager d'abord des représentations amorales, sinon immorales, jusqu'à un certain degré de malfaisance, mais calculées pour s'emparer de l'esprit de la jeunesse. Matin, midi et soir, nous les tiendrons occupés, ne laissant aucune place pour la Religion.
Au réveil et au coucher, ils auront la tête pleine d'images, d'histoires de cow-boys, de meurtres et de terreur ; et faute de mieux, de dessins animés et de "puppet-shows.". "tout cela, pour éloigner de leur esprit toute image religieuse.".
"Ensuite, on introduira des costumes osés et des scènes licencieuses, afin de détruire leur sens inné de la modestie ; de la sorte, nous aurons préparé le terrain pour une facile conquête quand ils avanceront en âge."
Qui peut nier que ce plan n'a pas été largement réalisé ? Il l'est. En 1952, la télévision, encore chère et minoritairement répandue, "n'est pas encore aussi efficace que les bandes dessinées [qui désap-prennent à lire] et la littérature érotique [qu'on lit "d'une main"]. Mais dès ce moment est mûrement réfléchi le caractère grotesque et trivial des "puppet-shows" qui ne sont arrivées chez nous qu'avec Collaro, où l'on entend les marionnettes appeler Mitterand "dieu." En jouant le rôle "du fou du roi", on détruit méthodiquement dans l'esprit du spectateur ce qui peut rester de sens civique. Et l'on rit...
Si l'on est tenté de douter de l'authenticité de la confession de ce franc-maçon US, on ne peut douter que le plan qui s'y trouve décrit a été largement réalisé, que l'état de fait installé est d'une nocivité virulente, donc qu'il y a crime contre la jeunesse, la décence, la pureté ; alors on doit chercher "à qui profite le crime" ? Au premier degré, on trouve l'argent ; et MARIE dit : "Satan", en confirmant, dans son analyse, la confession du frère-maçon US ; le doute sur son authenticité n'aurait donc aucun point d'appui.
La franc-maçonnerie et l'Argent sont donc responsables de cette oeuvre de destruction sournoise que les Politiques de tous les Pays n'ont freinée en rien. Voilà la réalité de notre civilisation médiatique qui a pour roi l'Argent. Pour roi et pour dieu.
Avec son slogan de la "Dictature du Prolétariat" le marxisme a conduit le Prolétariat à la famine en instituant le mensonge comme principal moyen de sa dialectique ; avec le désespoir qui est l'arme suprême de Satan pour perdre l'homme.
La franc-maçonnerie, dans le nom-même qu'elle s'est donnée, annonce son mensonge : d'abord "franc" qui a aussi le sens de franchise (si nettement réfutée par ZOLA) ; chacun de nous se rappelle sa déconvenue, souvent, à l'écoute d'une personne ayant fait débuter sa confidence par : "sincèrement" ou "franchement".
Celui qui est franc et dit toujours la vérité, n'en éprouve pas le besoin. Ensuite : "maçonnerie", qui prétend rattacher cette secte aux bâtisseurs des cathédrales du Moyen-Âge ; et, au-delà, à ceux qui ont bâti le Temple de Salomon à Jérusalem.
C'est bien sûr un mensonge (les seuls ouvriers qui pourraient se prétendre les lointains héritiers des bâtisseurs de cathédrales, ce sont les Compagnons du Devoir qui font leur Tour de France pour devenir des maîtres dans leurs métiers). Et s'il y a des ouvriers manuels dans les Loges, ils doivent être rarissimes et servir cette légende. On y trouve des ambitieux de carrière, d'argent et de pouvoir, qui cachent leur appartenance à cette secte. Ils ne risquent pas de porter à leur boutonnière des "pin's" en forme du compas et de l'équerre, ces outils des vrais travailleurs, et que la franc-maçonnerie place en évidence dans son rituel. Il n'y a pas d'annuaire de la franc-maçonnerie, alors qu'il y en a pour les anciens élèves des grandes écoles, pour toutes les professions médicales et juridiques, pour la fonction publique, pour la Légion d'Honneur.
Il est bien évident que, lorsqu'on se cache, c'est qu'on a quelque chose à cacher...
ZOLA dit que l'Ordre franc-maçon, "qui se donne pour une institution philanthropique", "n'est nullement ce pourquoi il se donne." Si on remonte dans l'Histoire depuis 1717, date où la franc-maçonnerie s'est manifestée, d'abord en Angleterre, puis en France, puis aux USA et dans le reste du monde, on ne trouve aucune action philanthropique de la franc-maçonnerie : on n'a pas entendu sa voix lors des génocides du Biaffra, de PNOM-PENH par les Khmers Rouges, lors des massacres chinois de la "révolution culturelle", lors de l'invasion de l'Afghanistan, lors du massacre des Kurdes par Saddam Hussein "vaincu" au Koweit. Jamais.
La franc-maçonnerie agit en silence et elle fait s'agiter
les Politiques sur le devant de la scène télévisée.
Qui peut imposer le silence absolu sur toutes les Preuves matérielles de l'Existence de Dieu, sur les travaux des Scientifiques démontrant l'origine divine de toute la Bible, sur la découverte d'une bouche de l'Enfer en Sibérie occidentale, sur les Apparitions publiques de la Sainte Vierge en Égypte, au Cameroun, en Ukraine ET en Italie ? Ceux qui ont fait de l'argent leur dieu et qui luttent contre Dieu qui a dit : "On ne peut servir Dieu et l'Argent."

†
† †
Troisème partie
QUI SUIS-JE ?
***************

Cette question peut sembler superflue. Chacun de nous sait bien être un homme ou une femme : avec son apparence humaine, donc un corps. Mais chacun a sa personnalité et son caractère, donc une Âme ; et il a besoin d'Amour, d'en recevoir, d'en donner, et c'est là son esprit. Corps, âme et esprit, c'est le ternaire humain, un élément de ressemblance avec son Créateur, la divine Trinité. JÉSUS dicte à don Ottavio (4), le 15.10.1975 :
"Moi, JÉSUS, Je suis un avec le Père et le Saint Esprit : Nous sommes trois Personnes en un. Maintenant, Mon fils, vous avez été créés à l'Image et à la Ressemblance de Dieu : une est votre Âme, mais trois sont vos facultés : intelligence, mémoire et volonté."
Puis, le 14.12. 1975 :
"L'âme est le Souffle divin qui donne Vie à la matière ;
l'Âme, par là, ressemble à Dieu."
Et le 28.12.1978 :
"L'Âme pénètre, informe et vivifie le corps."
En quelques lignes, l'apparence corporelle dévoile ce qui la fait vivre : l'Âme qui "ressemble à Dieu",qui "donne Vie à la matière", qui "pénètre, informe et vivifie le corps."
L'apparence d'une chose, ou d'un Fait, c'est ce qui se montre d'abord. Mais ce n'est pas toujours toute la chose, ni tout le Fait. Ainsi, "la nuit, tous les chats sont gris" et le jardin nous paraît une masse sombre. Les couleurs, des chats, des feuilles et des roses, existent toujours, mais on ne les voit pas. Les couleurs, qui ont chacune une longueur d'onde, sont véhiculées par l'onde porteuse de la lumière, jusqu'à notre oeil : un capteur qui informe le corps.
Notre civilisation matérialiste nous suggère en permanence une vision restrictive et étriquée de nous-mêmes : notre corps, sa santé et ses maladies, sa beauté, ses besoins et ses gourmandises ; tout cela c'est le discours médiatique qui veut faire oublier à l'homme qu'il a aussi une Âme et un esprit ; qui veut lui faire oublier la Mort inéluctable ; et, quand il en est question, c'est pour dire de "jouir pendant qu'il en est encore temps."
En conséquence de quoi, c'est la Pub pour les produits de beauté, c'est la chirurgie esthétique pour corriger un nez, pour retendre des peaux fripées, remonter des seins croulants. Et cette mode gagne aussi les hommes, avec les hormones pour aider à la musculation, les cures de thalassothérapie et le "jogging", et les perruques.
L'apparence de son corps compte beaucoup pour l'homme d'aujourd'hui. Tous ces soins à un corps qui pourrira dans la tombe, c'est pour lui faire oublier qu'il a aussi une Âme, immortelle, elle. Cela, c'est une logique tordue. Voyons donc ce qu'il en est réellement de ce corps que l'Âme maintient en vie,
†
† †
3. 1. Je suis un Corps
***************************
Dès les premières pages (Gen. I, 7) la Bible expose en trois lignes la Création de l'homme :
"Alors Yahvé Dieu modela l'homme avec la glaise du sol, Il insuffla dans ses narines une haleine de vie, et l'homme devint un être vivant."
Pour nombre de gens, ceci paraît une légende, sans aucune réalité possible. Dans l'édition moderne de la Bible que je cite, "glaise" a été préféré à "terre" parce que s'accordant mieux avec le "modelage." Mais, contre le scepticisme étriqué, il faut noter que, selon la physico-chimie biologique, le corps humain est composé de la quasi-totalité des corps simples existant sur la Terre, donc dans la terre.
L'enseignement républicain, laïc et maçonnique, nous oblige à apprendre "par coeur" que nous avons un singe parmi nos lointains ancêtres (d'habitude, quand on parle d'ancêtres, ceux-ci sont morts depuis longtemps, mais cela ne gêne pas ceux qui veulent qu'on croie à leurs singeries) ; et, sur cette lancée, que le-dit singe a eu pour ancêtres des oiseaux, des reptiles, des poissons, des bactéries, autant "d'ancêtres" qui ont "la peau dure", puisqu'ils sont toujours vivants...
Cela ne tient pas debout ; ce sont des contes "à dormir debout", bien plus, encore bien plus que l'énoncé ci-dessus de la création humaine dans la Bible. Pour empêcher que cette théorie vaseuse ne se liquéfie, on a recours à "l'évolution des espèces animales" (sous-entendu : dont nous faisons partie).
Cette théorie, qui n'a jamais été vérifiée, et qui est donc une explication que rien n'est venu confirmer, a été proposée par le français LAMARCK (naturaliste, 1744-1829) et les anglais DARWIN (naturaliste et biologiste, 1809-1882) et SPENCER (philosophe, 1820-1903).
Le Chevalier Jean-Baptiste de Monet de LAMARCK a survécu à la Révolution française. Il a été honoré par le 1er Empire (maçonnique) ; il est à l'origine des théories de "la génération spontanée" et du "transformisme."
La fausseté de la génération "spontanée" a été démontrée par PASTEUR, mais ça ne dérange en rien les scientistes qui s'y réfèrent toujours, s'agissant de l'apparition de la Vie ; comme ils se réfèrent toujours au "transformisme", supposition que rien n'est venu étayer...
Ces deux théories (l'une fausse et l'autre supposée) ont servi de bases d'appui à DARWIN pour interpréter ses observations de naturaliste, pour concocter ses suppositions de biologiste, et rédiger son "célèbre" ouvrage : "De l'origine des espèces par voie de sélection naturelle." A partir de cela, l'Intelligentsia anticléricale du siècle dernier a extrapolé sous le nom de DARWINISME une théorie qui élimine Dieu du phénomène de la Vie, ce que DARWIN n'a jamais écrit ; au contraire, il a écrit : "La supposition que l'oeil ait été formé par évolution, me semble au plus au point absurde."
Darwin n'a fait que proposer une explication qui lui semblait plausible, mais il en connaissait les limites, voire les contradictions ; en tous cas, il l'a écrit.
Des âneries apprises "par coeur"
Bref, l'École laïque, dont les programmes d'enseignement et leur contenu sont fixés par le ministre de l'éducation, nous oblige à apprendre par coeur les sornettes cogitées par l'Intelligentsia anti-cléricale du siècle dernier, en se référant abusivement à Darwin, en s'appuyant sur la théorie de la génération "spontanée" démontrée fausse par PASTEUR, en étant incapable, absolument incapable de citer un seul savant naturaliste ou biologiste du 20ème siècle qui cautionne cette escroquerie intellectuelle. En début de seconde partie, j'ai cité des scientifiques qui ne voient nulle contradiction, au contraire, entre la science et leurs convictions religieuses.
L'École laïque nous force à apprendre que la Vie est apparue spontanément sur Terre, avec pour "père" le hasard, pour "mère" la soupe originelle qui couvrait la planète avant que n'émergent les terres. Et cette théorie s'appuie "solidement" sur "des causes inconnues" qui avouent l'ignorance. J'ai déjà dit, p. 53, que le hasard était une invention humaine. Les lois mathématiques du hasard s'appellent aussi lois des probabilités qui font toujours intervenir l'initiative humaine. Dans la pensée humaine, chaque fois que notre ignorance est incapable d'expliquer un Fait, elle invoque "le hasard" qui sert de "joker" : "Joker" est un mot anglais qui signifie farceur !
Invoquer le hasard pour "expliquer" l'apparition "spontanée" de la Vie dans la "première" cellule vivante (une bactérie est un être unicellulaire vivant), c'est une escroquerie qui fait injure à la logique.
Il est impossible que le hasard ait participé à la naissance de la Vie sur la Terre... avant la venue l'homme qui a inventé le hasard.
L'École laïque nous oblige à apprendre que, sous l'effet du hasard et de causes inconnues, des composés complexes du carbone (dans la soupe originelle), sont devenus spontanément vivants : des unicel-lulaires qui, sous l'effet de causes toujours inconnues, ont été capables de se multiplier par mitose ; chaque cellule se divisant en deux moitiés, chacune ayant les caractéristiques de la cellule initiale. Et, toujours sous l'effet de causes inconnues et du hasard, ces cellules se sont agglutinées pour donner naissance à des êtres vivants plus complexes. Puis sous l'effet du hasard, ces êtres vivants, marins puisque dans la soupe originelle, se sont diversifiés en mollusques, crustacés, poissons, etc... Cela, c'est le pseudo "transformisme."
L'évolutionnisme, une supposition et des questions
D'autres cellules vivantes "ont choisi" une vie végétale, les algues et plantes marines qui, jetées au rivage, "décidèrent" de devenir fougères, puis arbres, carottes, rosiers, ou champignons. Personne n'explique comment les plantes ont appris à fabriquer de l'oxygène ; ni qui a inventé les branchies des poissons capables de respirer grâce à l'oxygène dissous dans l'eau ; les plantes marines fabriquent cet oxygène ; mais, dans les grands fonds où l'obscurité règne, d'où vient l'oxygène qui permet la vie aux animaux marins ?
Ou alors, est-ce que les poissons aveugles des grands fonds, comme les calmars géants qui s'affrontent aux cachalots, seraient capables de respirer l'oxygène en fracturant la molécule de l'eau ? Si c'est ainsi, "la nature" est prodigieusement efficace, la nature, c'est-à-dire DIEU dont la science ne veut pas écrire le Nom. Je ne suis pas assez "calé" pour résoudre cette incertitude. Si quelqu'un sait, qu'il m'instruise, mais je note que parmi les Scientifiques qui m'ont lu, aucun ne s'est aventuré à me proposer une explication.
Plus nous avançons dans la Connaissance, et plus l'étendue de l'Inconnu augmente, comme s'agrandit le panorama en grimpant une montagne.
Bref, personne ne peut dire comment certains poissons ont "refusé" les branchies et n'ont pas "voulu" pondre pour se reproduire. Car ils "ont choisi" d'être des mammifères marins comme la baleine ou le dauphin, ce qui les oblige à revenir en surface pour respirer. Et d'autres poissons (on n'a jamais su lesquels) auraient été plus malins : refusant les branchies et quittant les eaux, ils sont venus vivre sur terre, ce qui a donné naissance aux reptiles.
Certains de ces reptiles en ont eu assez de ramper en se tortillant et se sont débrouillés pour avoir des pattes, comme les lézards ; une variété de lézards aventureuse a décidé de voir le monde de plus haut, et il leur est poussé des ailes : eux, ce sont les ancêtres des oiseaux ; d'autres êtres vivants se sont contentés d'être des insectes volants.
Le permanent dilemme de la poule et de l'oeuf
Je ne sais pas si ce sont eux qui ont appris aux plantes à avoir des fleurs et du nectar pour se nourrir et pour permettre aux abeilles de faire leur miel, ou si ce sont les plantes qui ont voulu avoir des fruits (pour se reproduire, par les noyaux et les pépins), et se sont données des fleurs et du nectar pour attirer les insectes utiles et nécessaires pour la pollinisation, et donc la fructification, et donc la survie.
Puis, enfin, d'autres lézards ont préféré devenir mammifères et ils comptaient tant de fantaisistes que certains sont devenus musaraignes (10 grammes) ou mammouths (4 à 5 tonnes), d'autres lapins ou renards, gazelles ou lions, se bouffant allègrement les uns les autres. Puis certains sont devenus singes, lesquels seraient nos ancêtres. Non, pas tout-à-fait, puisque les singes sont là ; mais un singe, dont on n'a jamais trouvé aucune trace, et qu'on a appelé pour cette raison, "le chaînon manquant", ce qui identifie bien deux lignées différentes.
Ce tableau magistral de l'ignorance scientifique en délire, c'est ce qu'on appelle aujourd'hui l'évolutionnisme, en se référant à l'ouvrage de DARWIN : "De l'origine des espèces animales par voie de sélection naturelle." Génération "spontanée", transformisme et évolutionnisme, autant d'âneries honteuses. Cela peut paraître caricatural. Non ! C'est très exactement ce que des maîtres "sérieux" enseignent au lycée et en faculté. Seraient-ils tous idiots et dépourvus de bon sens ? Pas tout-à-fait. Ils sont robotisés, et conditionnés à ne jamais remettre en question les connaissances qu'ils ont apprises "par coeur" pour se faire une place douillette dans le "fromage."
Les questions importantes étant toujours simples, le bon moyen de les écarter a été de submerger la mémoire des élèves, comme leurs maîtres l'avaient subi avant eux, avec une accumulation énorme de détails sur la cellule vivante, son métabolisme, ses prouesses. Et, plus on avance dans la connaissance de la cellule vivante, plus ça se complique. Un bouquin de 300 pages comme celle-ci, serait insuffisant pour exposer tous les mécanismes connus de la cellule vivante ; apprendre tout cela "par coeur" ne laisse plus de temps pour réfléchir à la question simple qui en résulte :
"Comment quelque chose d'aussi complexe, d'aussi initialement complexe, aurait-elle pu se fabriquer toute seule ?."
Cette question, les Maîtres de l'enseignement laïc ne veulent pas se la poser ; y répondre conduirait à reconnaître que la conception matérialiste de la vie est une erreur monumentale ("l'hérésie qui renferme toutes les hérésies", dit JÉSUS) ; et les Lycéens, les Étudiants, n'ont pas le temps d'y réfléchir et de poser cette question à leurs maîtres-perroquets : il y a les examens et concours, la télé et le sport, le loto et les flirts, la voiture et les boums.
Le Professeur Edwin COUKLIN, biologiste US, écrit :
"Essayer d'expliquer la genèse de la vie par le hasard, c'est admettre que, lors de l'explosion d'une imprimerie, il ait pu se former un dictionnaire tout seul."
Un athée, le Professeur KAHANE, de l'Université de Montpellier, lui préfère croire l'absurde :
"Croire qu'une cellule vivante ait pu se produire toute seule, cela est absurde et insensé, et pourtant je le crois."
Mais c'est Fred HOYLE, astronome britannique, qui a eu le dernier mot. Sa célébrité lui a valu d'être anobli par la Reine. Parvenu en retraite, Sir Fred s'est intéressé à la genèse de la vie, comme il s'était intéressé à la genèse de l'Univers durant sa vie professionnelle. Donc, il a étudié la cellule vivante ; il a constaté que la cellule comporte plus de 100.000 enzymes, dont 2.000 fondamentaux. Je ne sais pas quels autres paramètres il a pris en compte dans sa recherche informatisée. Par exemple, le fait que la cellule soit une véritable usine électrochimique vivante, capable de se reproduire. Mais on peut lui faire confiance, un astronome étant toujours un très bon mathématicien, et donc, à notre époque, c'est aussi un bon informaticien.
Dans son ouvrage : _________________"L'Univers Intelligent", Fred HOYLE traduit le résultat de sa recherche en langage compréhensible pour tous :
"Dire que la vie sur Terre est apparue sous l'effet du hasard, cela reviendrait à admettre que l'on pourrait obtenir 56.000 fois de suite le "double-six" avec deux dés non truqués." Conclusion :
* Attendu que le hasard ne peut avoir la moindre paternité dans l'apparition de la première cellule vivante,
** Attendu que la génération spontanée est une sottise (avant PASTEUR, on croyait que la "mère" du vinaigre se faisait toute seule),
*** Attendu que le transformisme est une pitrerie, ...
... la première cellule vivante, et la vie végétale, animale et humaine, dans leur énorme diversité, n'ont pu être manifestées sur Terre que "par l'opération du Saint Esprit", et c'est très exactement ce que dit JÉSUS, dictant à Maman Carmela, le 21.05.68 :
"Ce fut l'Esprit-Saint qui, sur le monde, souffla la Vie sur la Création et, inséparablement des Deux autres Personnes, accomplit toutes les opérations concernant le monde et l'homme."
Cela entendu comme venant de Dieu dont nous savons qu'Il existe, dont nous savons qu'Il maîtrise tous les phénomènes de la Vie : dans les résurrections opérées par JÉSUS, dans les guérisons instantanées qu'Il a produites de Son vivant terrestre, et qu'Il continue à produire sur les lieux d'Apparitions mariales, comme celles de LOURDES, enregistrées par le Bureau des constatations médicales, il est bien évident que Dieu insuffla la Vie dans la Création.
On ne sait pas le "Comment ?" mais le Fait est là. On a coutume de dire que "Vouloir, c'est Pouvoir" ; et comme le Pouvoir de Dieu est infini par définition, Sa Volonté a les moyens de S'exprimer dans la Création.
Ce que l'École laïque nous oblige à apprendre "par coeur", est donc faux, ce mensonge étant imposé par une laïcité de combat pour gommer l'Existence de Dieu dans la pensée humaine, et cela, dès le plus jeune âge.
Les humanoïdes pré-adamiques
Je ne ferai pas l'impasse sur un argument invoqué souvent contre notre création humaine, relativement récente en Adam et Ève, puisque MARIE la situe à l'aube d'un vendredi, 5.199 ans avant l'Incarnation du Christ ; cette information a été communiquée à Marie d'Agréda au 17ème siècle ; sa précision a paru si stupéfiante au directeur spirituel de la Mère-Abbesse qu'il en demanda et obtint confirmation de la Très-Sainte Vierge à la Messagère.
L'argument venant en opposition, c'est l'existence des humanoïdes pré-adamiques, de nombreux millénaires avant. Les paléontologistes ont retrouvé des squelettes plus ou moins complets, et les ont datés et classés en 3 catégories :
- les "homo-erectus", humanoïdes se tenant debout ; de Java, de Chine, de France, vieux de 2 millions à 300.000 ans.
- les "homo-habilis" : humanoïdes ayant taillé et poli des pierres-outils ; et qui sont parfois les mêmes que les moins vieux des "homo-erectus."
- les "homo-sapiens" qui ont laissé des traces de leurs dessins dans les grottes qui leur servaient de refuges : du Néanderthal (Allemagne, 50.000 ans), de Grimaldi et de Cro-Magnon (Monaco et France : 40 à 35.000 ans) ; de Chancelade (France : 15.000 ans).
Puisqu'Adam n'a été créé que 5.199 ans avant l'Incarnation du Christ, tous ces humanoïdes ont vécu sur Terre bien avant lui. Dès la première page du présent ouvrage, j'écris que la continuité entre ces humanoïdes et l'Humanité actuelle est très douteuse.
En effet, tous ceux qui affectent de croire à cette continuité pour dénigrer la Bible, "oublient" soigneusement deux constats scienti-fiques ; la juxtaposition de ces constats permet de répondre aux questions posées par la disparition de certaines espèces animales, par exemple les aurochs et mammouths, contemporains des humanoïdes du Néanderthal et de Cro-Magnon. Et par voie de conséquence, de répondre de l'extinction totale des humanoïdes pré-adamiques avant la création humaine actuelle.
Ces 2 constats sont :
- les glaciations
- le déplacement de l'axe de rotation terrestre.
On sait que la Terre a subi plusieurs périodes glaciaires depuis 800.000 ans, la dernière étant datée de 12.000 ans.
On sait moins le pourquoi de ces glaciations. Mais ce que l'on sait bien, c'est que les deux pôles de l'axe terrestre se sont plusieurs fois déplacés au cours des âges géologiques : des mesures l'ont montré ; lesquelles, je ne suis pas assez calé pour les exposer, mais des constats évidents le prouvent : le pétrole extrait sous les déserts actuels d'Algérie, de Lybie, d'Arabie, démontre que ces régions du monde étaient couvertes de forêts à une époque du passé lointain. Ce qui signifie que ces régions actuellement sub-tropicales et désertiques, étaient tempérées ou équatoriales, donc que les pôles n'étaient pas là où ils sont actuellement.
Un mammouth congelé
Certains objecteront que ces déplacement de l'axe de rotation terrestre se sont produits "à une époque trop lointaine" pour justifier de la disparition totale des humanoïdes. La réponse à cette objection est fournie par la découverte en Sibérie, au début du 20ème siècle, d'un mammouth entier saisi dans la glace et parfaitement conservé, au point que les Découvreurs ont pu déguster de la viande de mammouth ! Ce qui a été observé simultanément, c'est le contenu de son estomac.
C'était de l'herbe pas encore digérée par les sucs gastriques qui ne sont produits que par un organisme vivant. Cela a permis de comprendre que le-dit mammouth avait été victime d'une glaciation soudaine, "en coup de fouet" : l'herbe ne pousse pas dans les glaces permanentes ; on a donc pensé à un basculement de l'axe de rotation de la Terre.
Ce basculement a pu être la conséquence de l'impact d'un astéroïde venu de l'espace ; par exemple, celui de Vedrefort, tombé en Afrique du Sud a laissé un cratère de 40 Km de diamètre ; les Spécialistes ont calculé que l'impact d'un astéroïde de 1 km de diamètre aurait l'énergie de 1.000 bombes H. Après un de ces chocs, une zone tempérée devient subitement polaire et, en raison de la plasticité des masses océaniques qui couvrent les trois quarts de la planète, des raz-de-marées gigantesques ont balayé toute la surface du globe.
Cela accumule de la glace flottante sur le corps de "notre" mam-mouth, le congelant. Gigantesques, les raz-de-marées ? À 3.000 m. d'altitude dans la Cordillère des Andes au Chili en bordure de l'Océan Pacifique, se trouvent des traces indiquant là le niveau antérieur de la mer.
Et si un mammouth n'y survit pas, aucun humanoïde ne peut y survivre. Voilà ce qui donne à comprendre qu'il n'y a aucune continuité entre les humanoïdes et notre Humanité adamique qui est une Création spéciale, et qui a donc pu intervenir après la disparition totale des humanoïdes pré-adamiques.
Que ceux-ci aient eu une place utile dans le Plan divin de la Création humaine, que les races animales disparues aient eu la même utilité préalable, mais distincte, c'est possible, puisque tous ont existé, mais le Seigneur n'a jamais fourni d'explication sur ce sujet qui n'est pas important, puisque sans connexion directe avec l'avenir de l'Humanité, donc avec notre avenir personnel.
Notez Bien que les seuls "fossiles vivants", qui ont survécu à de tels bouleversements, sont marins : par exemple, le coelocanthe, péché au large des Comores il y a quelques années, et qui inflige un démenti cinglant à la théorie de "l'évolutionnisme des espèces animales." Lorsqu'on entre dans tous les constats de la science, on s'aperçoit que disparaît l'objection de la paléontologie contre la véracité de la Bible, comme ont disparu les diplodocus.
† † †

3. 2. Je suis une Âme
*********************
Dans la Bible, l'Âme est mentionnée : dans le Livre de la Genèse (II, 7), sous l'image du Souffle de Vie ; dans le Livre des Psaumes, elle est nommée (VI, 4 et 5), ainsi que dans le Livre de la Sagesse (IX, 15) ; dans la 1ère Épître aux Corinthiens (XV, 44) St Paul l'appelle "le corps spirituel" ; dans la 1ère Épître aux Thessaloniciens (V, 23) St Paul énonce le ternaire humain : l'Esprit, l'Âme et le corps.
Dans les sciences humaines laïques qui traitent de l'Âme (sans dire son nom à cause de sa "fâcheuse" connotation religieuse), il y a, en médecine, la psychiatrie : étymologiquement "médecine de l'âme", car la racine grecque psukhé signifie âme ; mais la psychiatrie dit : "de la personnalité." Ce terme "prudent" avoue cependant que l'Âme, c'est la personne elle-même. Sans obligation de connaissances médicales, la psychologie est "la science de l'âme" ; en fait, c'est le domaine de l'à-peu-près, des théories les plus aléatoires et d'un langage compris par les seuls psychologues.
Certains psychiatres et certains psychologues sont devenus psycha-nalystes après avoir analysé leur propre personnalité avec l'aide d'un psychanalyste patenté, médecin ou non, pendant 3 à 5 ans : une longue "formation.".. À moins que ce soit seulement une "rente de situation" pour le psychanalyste "patenté", et un conditionnement professionnel pour les élèves-psychanalystes.
Le plus célèbre d'entre eux, le Dr Jacques LACAN, chef d'une importante école de psychanalyse, a dissous son école il y a quelques années, sans donner d'explications et sans désigner de successeur ; je pense qu'il avait enfin compris la vanité de la psychanalyse. C'est à peu près tout pour la Science et l'Âme.
Quant à "Mr-tout-le-monde", il ignore pratiquement tout de l'Âme ; souvent, il ne sait même pas qu'il en a une. Évidemment, l'Âme est invisible et impalpable. Pourtant le langage populaire (qui véhicule tant de vérités !) dit : "C'est un corps sans Âme" ou bien : "Il erre comme une Âme en peine", en parlant de quelqu'un qui a subi un deuil ou un gros choc affectif.
Bien qu'invisible l'Âme, dans sa fonction de "corps spirituel" selon l'expression de St Paul, a été mise en évidence par le Dr NOGIER qui l'a appelée "le corps énergie."
Mais cette évidence n'en est une que pour un acupuncteur et plus précisément pour un auriculo-thérapeute. Pour tous les autres hommes, cette évidence ne s'impose pas. Nous verrons les enseignements de JÉSUS sur ce sujet mais, avant, voici des éléments d'observation qui vont nous faire comprendre que l'Âme EXISTE.
KIRLIAN et l'énergie "bio-plasmique"
KIRLIAN est soviétique, technicien en électricité ; il a réalisé des photos de divers objets et de fragments végétaux vivants, placés sous un champ électrique de haute fréquence (200.000 périodes à la seconde). La photo d'une main humaine vivante montre, autour des doigts, une auréole d'aigrettes lumineuses de taille variable selon les individus ; et chez le même individu, selon son état d'Âme.
Par exemple, on a d'abord photographié la main de deux jeunes gens fiancés, de façon qu'elles soient toutes deux sur la même photo, opposées par les doigts tenus à plat, et séparées par quelques centimètres : la photo montre qu'au bout des doigts, ces aigrettes sont plus longues. Elles s'allongent comme pour aller à la rencontre de celles du partenaire : le langage populaire parle des "atomes crochus" de la sympathie.
Puis on a dit aux deux fiancés de revenir pour de nouvelles photos mais, avant, ils ont été chambrés séparément : là, deux comparses ont instillé en chacun d'eux le doute sur la fidélité de l'autre. Et sur la photo, les aigrettes, au lieu d'aller les unes à la rencontre des autres (comme sur la 1ère photo), se recroquevillent sur elles-mêmes, comme pour refuser le contact. Une fois les photos prises, on les a rassurés en les informant du but de l'expérience.
La photo d'une main prélevée sur un cadavre ne fait apparaître aucune auréole. Regardez bien la photo de MARIE prise au Caire à Zéïtoun (n° 18) :
on voit nettement une auréole lumineuse qui entoure la Sainte Vierge ; bien que floue, on la devine aussi autour des silhouettes de la Mère et de l'Enfant-JÉSUS sur la photo n° 20. Les Saints qui ont bénéficié d'apparitions de JÉSUS et de MARIE, ont vu ce rayonnement lumineux entourant leurs silhouettes.
L'imagerie religieuse stylise cette auréole par un cercle autour de la tête du personnage céleste représenté. Cette auréole, c'est aussi les rayons de l'ostensoir. Parmi les professionnels qui pratiquent la voyance commerciale (nous y reviendrons), certains disent qu'ils voient cette auréole autour de chacun ; et ils la nomment l'aura.
Les Soviétiques ne se sont pas risqués à dire que Kirlian avait photographié l'Âme humaine dans ses débordements de l'enveloppe corporelle ; ils ont préféré dire : "champ d'énergie bio-plasmique", où BIO est le mot grec pour VIE.
Le "fantôme" d'une feuille de vigne
Or, dans les mêmes conditions, Kirlian a photographié des végétaux. S'agissant d'une feuille fraîchement coupée sur un pied de vigne, la photo montre un réseau énergétique superposé aux nervures qui véhiculent la sève, donc la vie. La photo d'une feuille séchée, morte, ne montre aucun réseau d'énergie. Mais ce qui est significatif c'est que, si l'on prend une photo de la première feuille fraîche après l'avoir amputée de sa moitié, c'est le réseau énergétique de la feuille entière que montre la photo.
Là, on s'aperçoit que l'épithète soviétique "bio-plasmique", qui a volonté de rattacher le phénomène à la Vie, va beaucoup plus loin que la "prudence" de langage (comme la "personnalité" avec la psychiatrie qui avoue que l'Âme c'est la personne) ; en effet, où se trouve la vie de la moitié de feuille manquante ? Cette moitié est à la poubelle, mais le réseau énergétique des nervures est sur la photo.
Dernier constat : les photos de deux feuilles de vignes, prélevées sur des variétés identiques mais dans deux parcelles différentes, ont montré des différences d'intensité de réseaux énergétiques inexpliquées... jusqu'à l'apparition des premiers signes de maladie dans une de deux vignes. C'est donc que la première atteinte de la maladie frappe d'abord son réseau énergétique qui montre, par cela, qu'il est le support de le Vie végétale. Ne tombons pas dans le piège qui consisterait à amalgamer ce "champ d'énergie bio-plasmique" végétal ou animal à une Âme. Cela nous conduirait dans l'impasse satanique de la théorie de la réincarnation prêchée par le spiritisme et la voyance commerciale qui font cause commune avec l'Enfer. Mais il est évident que Dieu étant à l'origine de toutes les formes de vie sur Terre, les processus des vitalisations végétale, animale et humaine, ont nécessairement suivi des lignes de construction voisines.
Voisines, mais différentes selon les nécessités de l'objectif vital recherché. D'où la commune sensibilité des spécimens végétaux, animaux et humains soumis à l'effet d'un champ électrique de haute fréquence, mais avec des aspects photographiés nettement distincts.
Je n'ai pas pu joindre à la présente édition des reproductions des photos obtenues avec le procédé expérimenté par Kirlian. Les expériences de Kirlian ont été répétés un peu partout dans le monde, avec les mêmes résultats. Ces observations apportent leur crédit aux constats médicaux du Dr Nogier. Cela commence à nous faire admettre que l'Âme humaine EXISTE. Mais cela ne nous dit pas que cette Âme est immortelle.
Les photos de Mamma Rosa à San Damiano
Alors, examinez (p.288) les photos n° 42 et 43 obtenues toutes deux à San Damiano où est morte Mamma Rosa en 1981 ; JÉSUS et MARIE Se sont montrés à cette paysanne et lui ont dicté des Messages depuis 1965 jusqu'à sa mort.
La photo n°42 a été obtenue, en Octobre 1985, par une personne ayant photographié, par la fenêtre de son autocar les autres cars de pèlerinage prêts à repartir pour la France. Dans le ciel crépusculaire, on voit Mamma Rosa qui montre le ciel ; au-dessus de son épaule droite, un drapeau ou une bannière dont le signification est énigmatique.
La photo n°43 a été obtenue à San Damiano le 6 Mars 1988 par une personne qui y venait pour la première fois. Et, immense dans le ciel vers qui ses yeux sont levés, on reconnaît parfaitement Mamma Rosa décédée le 5 Septembre 1981. À côté de ces deux photos surnaturelles (car ceux qui ont photographié n'ont rien vu de spécial dans le ciel) la dernière photo montre Mamma Rosa de son vivant. La ressemblance est frappante.
Le Bon Dieu nous donne deux photos différentes, mais qui se confirment, du visage d'une personne décédée des années auparavant ; deux, pour satisfaire à l'exigence de répétitivité de la recherche scientifique ; deux, à des dates différentes, obtenues par des personnes différentes, en deux lieux différents du Pèlerinage de San Damiano : cela, pour éliminer par avance l'objection de doute invoquant le trucage.
Forcément, ces photos suscitent la curiosité, laquelle ouvre sur une ou des questions en toute intelligence active ; ces questions, et les réponses que vous vous ferez, sont les buts de ces Grâces données par le Bon Dieu à notre époque matérialiste qui ne croit que ce qu'elle voit. Aux questions que je me suis posées, voici les réponses que j'ai trouvées  :
* d'abord, la ressemblance frappante avec une personne décédée suggère :
1) que l'Âme humaine survit à la mort de l'enveloppe corporelle ;
2) que l'Âme humaine est le support de la ressemblance, donc qu'elle garderait en mémoire toute la morphologie du corps qui pourrit en terre. Cela nous donne à comprendre que l'agonisant, qui voit des parents décédés, n'est pas victime de délire ni d'aberrations visuelles.
** Ensuite, cela montre qu'après la mort l'Âme humaine n'est pas soumise aux limitations spatiales imposées par la matière corporelle. D'une personne ayant laissé dans la mémoire de ses contemporains le souvenir de grandes actions, le langage populaire dit : "C'était une grande Âme" ; dans l'Évangile, JÉSUS dit que "les derniers sur Terre seront les premiers au Ciel" ; Mamma Rosa était une très simple paysanne, très pauvre et sans culture aucune, mais son visage emplit le ciel.
Ces photos de San Damiano et les photos KIRLIAN nous conduisent à écouter attentivement les enseignements de JÉSUS touchant à la nature et aux fonctions de l'âme humaine. Ces photos nous décrassent du doute induit par notre éducation laïque. À chacun de comprendre ce qui suit.
Sur l'origine divine de l'âme humaine :
"Votre Âme est une partie de Dieu, elle est Son Souffle vital." le 20.03.1968 (5)
"L'Âme est spirituelle et d'origine divine ; elle vit son temps d'épreuve sur la Terre." le 21.03.1968 (5)
"L'Ame est le Souffle divin qui donne vie à la matière ; l'Âme, par là, ressemble à Dieu." le 14.12.1975 (4)
"Dès le premier instant de la conception, c'est Moi qui mets l'Âme dans ce corps en embryon ; c'est pourquoi le détruire, c'est détruire l'oeuvre de Dieu." le 17.08.1968 (5)
"Dieu est Présent en tout homme, de droit, parce qu'Il l'a créé, parce que l'Âme, qui est Son Souffle vital, est une émanation de Dieu." le 25.08.1968 (5)
L'Âme émane de Dieu comme la lumière émane du soleil ; tant que le soleil durera, la lumière sera ; émanée de Dieu qui est Éternel, l'Âme humaine est, par voie de conséquence, immortelle dès le moment de sa Création en Dieu et par Dieu.
Les fonctions et facultés de l'Âme :
"Il a été donné à l'homme rayon de ce que Nous possédons de toute éternité : l'Âme immortelle, spirituelle, capable de vouloir, d'aimer, de comprendre et de parler." le 27.05.1968 (5)
"Tu as reçu avec l'Âme, parce qu'elles en sont les facultés : la mémoire, l'intelligence et la volonté." le 07.04.1968 (5)
".. vous avez été créés à l'Image et à la Ressemblance de Dieu : une est votre Âme, mais trois sont vos facultés : intelligence, mémoire et volonté." le 15.10.1975 (4)
L'âme veut, aime, comprend, parle et se souvient : on voit, par là, que l'Âme est bien toute la personnalité de l'Individu ; on voit que, dans notre corps matériel, les organes des sens sont ses capteurs avec l'environnement ; que notre système nerveux et notre cerveau sont pour l'Âme ses moyens de perception et d'expression.
Libérée du corps matériel, de ses limitations, de ses besoins, de sa décrépitude, l'Âme conserve tous les moyens d'une vie autonome, sensible, consciente et agissante.
".. tu dois te conduire selon ce que te suggère ta conscience, car la voix de la conscience, c'est la Voix-même de Dieu" "Même celui qui ne connaît pas le vrai Dieu peut, en suivant cette voix, réussir à atteindre la Vie éternelle" "N'oublie pas que la Loi du Bien et du Mal, c'est Dieu qui l'a placée en toi ; et tu ne dois pas faire autre chose que d'accomplir le premier et fuir le second." le 14.04.1968 (5)
Avant de dicter à Maman Carméla (page 222) que "Dieu est Présent en tout homme, de Droit" et qu'Il nous parle par la voix de notre conscience, JÉSUS avait précisé à Marguerite, le répétant deux fois ; d'abord, le 8.03.1967 (6),
"Sais-tu, Ma fille, qu'en toute Âme, si gangrenée soit-elle, il y a toujours un petit coin de ciel bleu ? C'est là que Je Me tiens."
et ensuite, le 25.06.1967 (6) :
"En cette âme pécheresse, Je SUIS, comme en toute âme. Elle l'ignore, certes. Mais tu dois t'en souvenir dans ton jugement sur elle et, sans approuver sa conduite, la respecter à cause de Moi."
"Elle l'ignore, certes" : Comment une Âme envieuse, égoïste, vindicative, qui a permis au démon d'avoir prise sur elle, pourrait-elle sentir que Dieu est en elle ? On ne commence à deviner la Présence divine en soi qu'en se gardant propre spirituellement, qu'en étant capable de pleurer sur autrui et non sur soi, capable de donner Amour et Respect au lieu de les exiger, d'entendre sa conscience et de maîtriser les exigences du ventre et du bas-ventre.
Alors, arrive un moment où vous sentez les larmes couler à la Sainte Communion, des larmes d'Amour pour Lui qui Se donne pour donner Sa Force, Sa capacité d'aimer ; et, parfois, avec une crainte sacrée et émerveillée, vous entendez la Voix de la conscience plus nette, et c'est LUI qui murmure en vous et parle, de façon plus insistante.
"Crois-tu que Je reste dans le silence avec ceux qui cherchent à causer avec Moi ? Cause avec Moi !" le 26.06.1937 (14)

"Il y a, dans ton Âme, une porte qui ouvre sur la Contemplation de Dieu. Mais il faut que tu l'ouvres." le 14.02.1937 (14)
"Si les hommes, Mon enfant chérie, écoutaient davantage dans le silence de leur coeur, combien vite ils apprendraient à reconnaître Ma Voix." le 11.08.1966 (6)
JÉSUS dicte à Maria Valtorta ("3" ; T.1, p. 102/103) :
"Ne lit-on pas dans la Genèse que Dieu donna à l'homme la domination sur tout, sauf sur Dieu et les Anges, Ses ministres ? N'y lit-on pas qu'Il fit la femme pour être la compagne de l'homme, pour partager sa joie et sa maîtrise sur tous les êtres vivants ? N'y lit-on pas qu'ils pouvaient manger de tout, sauf des fruits de l'arbre de la science du Bien et du Mal ? Pourquoi ?" "Vous êtes-vous jamais demandé cela, vous qui cherchez tant de choses inutiles et ne savez pas demander à votre Âme les vérités célestes ?
"Votre Âme, si elle était vivante, vous le dirait elle qui, quand elle est en état de Grâce, est comme une fleur entre les mains de votre Ange ; elle qui, quand vous êtes en état de Grâce, ressemble à une fleur qui reçoit le baiser du soleil, rafraîchie par la rosée, par l'action de l'Esprit-Saint qui la réchauffe et l'éclaire, l'arrose et l'embellit par des lumières célestes." "Que de vérités vous dirait votre Âme si vous saviez converser avec elle, si vous l'aimiez comme ce qui vous donne la ressemblance avec Dieu qui est Esprit comme votre Âme est esprit. Quelle grande amie vous auriez en votre Âme si vous l'aimiez au lieu de la haïr jusqu'à la tuer" (...)
"N'ai-Je pas dit : "Qui M'aime gardera Ma Parole, et Mon Père l'aimera et Nous viendrons à lui, et Nous ferons en lui Notre demeure" ? L'Âme en état de Grâce possède l'Amour et possédant l'Amour, elle possède Dieu, c'est-à-dire le Père qui la conserve, le Fils qui la gouverne, l'Esprit qui l'éclaire. Elle possède donc la Connaissance, la Science, la Sagesse. Elle possède la Lumière.
"Pensez donc quelles conversations sublimes pourrait lier votre Âme avec vous ! Ce sont elles qui ont rempli le silence des prisons, le silence des cellules, le silence des ermitages, le silence d'Infirmes pieux.
"Ce sont elles qui ont réconforté les Prisonniers dans l'attente du Martyre, les Cloîtrés à la recherche de la Vérité, les Solitaires aspirant à une connaissance anticipée de Dieu, les Infirmes à l'acceptation, mais que dis-Je, à l'Amour de leur Croix" (...)
JÉSUS dicte à Marguerite (6) le 9.08.1966 :
"Si les hommes ne possédaient pas, comme un sixième sens, le sentiment, même parfois obscur, de Ma Présence en eux, nul, Je te le dis, ne se sanctifierait. Pour un grand nombre, hélas ! ce sixième sens est étouffé par le vice sous toutes ses formes."
Et le 29.8.1966 :
"Considère à quel point, dans Mon Essence, Je suis loin de toi ; et à quel point Mon Amour comble la distance qui nous sépare."
À Maman Carmela (31.01.73) :
"Dieu est plus proche de vous que l'Âme ne l'est du corps."
Le PRIX d'une seule âme
JÉSUS dicte à don Ottavio (4) :
"C'est seulement dans le silence de l'Âme
que Dieu fait entendre Sa Voix." le 21.11.1975
"Toutes les calamités de la Terre, depuis la création de l'homme et jusqu'à la fin des Temps, ne sont rien en comparaison d'une seule Âme qui se damne." (10.03.1978).
JÉSUS dicte à Maman Carmela (5) le 8.04.1969 :
"La valeur d'un âme est si grande que cela vaut la peine que vous souffriez toutes les peines du monde, ne serait-ce que pour sauver une seule d'entre elles."
À Marguerite (6), le 9.10.1968  :
"A combien, Je te le demande, estimes-tu le prix d'une seule Âme ? Crois bien que, si cela eût été nécessaire, J'eusse donné Ma Vie autant de fois qu'il y a d'âmes sur la Terre."
À André (27), le 12.03.1985  :
"Malheur à celui à cause de qui une Âme se perd car, en agissant ainsi, il perd son Âme.
Mais, si une seule Âme est sauvée à cause de vous, alors Je vous conduirai à Ma Gloire. Si vous connaissiez le prix d'une seule Âme ! Sachez seulement que, pour une seule d'entre elles, si le Père Me le permettait, Je recommencerai toute Ma Passion."
À Maman Carmela (5), le 5.08.1968 :
"Ne serait-ce que pour sauver une seule Âme, Je renouvellerais Ma Passion et Ma Mort."
Tous ces enseignements de JÉSUS sont si importants, si extraordinaires et si émouvants, que j'ai doublé et triplé les citations sur le même thème en les tirant de quatre révélations "privées" différentes. La répétition préserve la confiance après avoir détruit la méfiance et le doute. J'entends d'ici certains objecter que ces enseignements débordent "trop" du Magistère de l'Église. C'est vrai qu'ils débordent, en ce sens que rien ne pourra jamais donner la mesure de l'Amour de Dieu pour l'homme ; mais ils ne sont pas contradictoires avec le Magistère de l'Église, au contraire, ils l'explicitent. La théologie enseigne que JÉSUS est mort pour tous, ce qui signifie très exactement : pour chacun, et en paiement du Salut individuel possible pour celui qui l'espère, la Grande Victime a offert tout Son Sang, Signe visible de Sa Souffrance, Infinie.
Comme sont Infinis Sa sensibilité et Son Amour. Donc chacun de nous en a eu une "part" infinie (en mathématique, quand on divise l'infini par cent, mille, ou mille milliards, le résultat est toujours infini -et les maths ne mentent jamais-).
Je n'aventurerai pas d'autre commentaire personnel. Chacun a là suffisamment matière à réflexion, méditation et décision.
Les facultés de l'âme
Mémoire, Intelligence et Volonté, ces facultés de l'Âme sont les moyens d'action de l'individu. Ces trois facultés sont autant de points de ressemblance de l'Âme humaine avec son Créateur. L'Âme est "une partie de Dieu", dit JÉSUS. Elle se souvient, elle comprend, elle veut, à son échelle humaine ; comme Dieu est aussi Mémoire inaltérable, Intelligence parfaite et Volonté sans limite.
"L'Âme est d'origine divine", dit JÉSUS. Je suis d'origine française, donc je suis français. On admet donc sans peine que chaque individu de la Terre, quels que puissent être sa Religion, sa nationalité, sa coloration de peau, son paganisme ou son athéisme, est Enfant de Dieu.
La diversité des groupes humains est immense sur la planète ; et à l'intérieur de chaque groupe, on trouve aussi une grande diversité. Celle-ci est en grande partie tributaire des niveaux variables des trois facultés de l'Âme.
C'est un constat dont l'évidence s'impose : tout le monde n'a pas la même capacité de mémorisation quant à la rapidité d'enregistrement des informations et de leur permanence, donc de leur disponibilité instantanée ; certains ont une mémoire davantage auditive que visuelle, d'autres l'inverse, d'autres ont bénéficié d'une mémoire très grande (je suis de ceux-là). Mais la mémoire n'est pas l'intelligence ; elle n'en est que l'auxiliaire utile. En caricaturant pour marquer la différence entre mémoire et intelligence, pensons au magnétophone et au camescope qui sont des mémoires parfaites, mais sans aucune intelligence propre.
L'intelligence
L'intelligence montre des degrés très variables d'un individu à un autre ; variables sont aussi les formes d'intelligences : l'une sera à l'aise dans les abstractions, une autre dans les applications, une autre dans l'examen et l'analyse, une autre dans l'imagination créatrice.
Je pense avoir une intelligence tout juste moyenne, car je me surprends parfois en flagrant délit de bêtise. Et c'est ce qui me fait espérer être un peu intelligent. En effet, le contraire de l'intelligence vraie, c'est de se croire très intelligent. J'ai eu le privilège de connaître des intelligences de très grande qualité qui sont des modèles de simplicité et d'humilité.
Les plus dangereux, pour eux-mêmes et leur entourage, et parfois pour leur Pays et l'Humanité, ce sont les "acrobates de l'intelligence" qui se pensent supérieurs : leur orgueil aveugle le simple bon sens qui est l'intelligence essentielle.
Et ce sont souvent ces intelligents-là qui font l'amalgame scabreux en transposant à l'intelligence humaine le "théorème" de l'évolution-nisme darwinien : "La fonction crée l'organe" ; ce n'est pas un théorème, mais une déduction primaire et tronquée de l'observation des espèces animales : ainsi du long cou de la girafe, de la trompe de l'éléphant, des branchies des poissons, des ailes des oiseaux, etc... La formulation correcte est plus exactement : "Dieu crée tous les organes animaux en fonction de la place de chaque espèce dans leurs symbioses animale et végétale." (Symbiose : vies ensemble)
Prétendre que l'intelligence humaine puisse avoir son origine première dans "le-singe-chaînon-manquant" introuvable et introu-vé, c'est s'appuyer sur rien pour le "démontrer." Les Scientifiques ayant réfléchi à cette assertion concluent que l'adopter reviendrait à admettre que des chimpanzés munis de machines à écrire et de papier arriveraient, après plusieurs millions d'années, à écrire du Shakespeare ou du Victor Hugo..., et c'est cet absurde que certains préfèrent en s'appuyant sur les pierres taillées et polies des homo-habilis et sur les gravures et peintures rupestres des homo-sapiens, tous pré-adamiques, et tous disparus bien avant Adam.
Car on ne peut prétendre que l'intelligence humaine actuelle soit l'héritage des hominiens disparus, sans démontrer comment cette fonction qui a, selon ces intelligents, le cerveau pour organe, est née chez l'homo erectus ayant pour prétendu-ancêtre "le singe-chaînon-manquant." Et, au fil de notre analyse, on s'aperçoit que "la fonction crée l'organe" du Darwinisme animal serait inversée, devenant "l'organe crée la fonction" pour le cerveau et l'intelligence des hominiens. En effet, c'est en mesurant le volume crânien croissant des hominiens successifs que les paléontologues du siècle dernier, et certains de notre siècle, exposent que leur intelligence a suivi la même croissance... On voit que c'est absurde car, au lieu des tests d'intelligence et des concours, pour sélectionner les meilleurs il suffirait de mesurer leur tour de tête ( !).
La volonté
Pour la volonté, c'est plus simple, mais plus contraignant parce que plus grave ; il y a la bonne ou la mauvaise Volonté. La Bonne volonté est de faire ce que Dieu veut que nous fassions : Amour et Respect pour Autrui en qui Dieu est.
En germe, cette Bonne Volonté est en chaque Âme dès la naissance ; ce n'est qu'ensuite qu'elle se fait moins bonne, jusqu'à devenir mauvaise.
Car chaque impureté, corporelle, mentale ou intellectuelle, avilit de plus en plus cette bonne volonté. Quand les événements de la vie apportent leurs enseignements et la lucidité, alors la Bonne volonté doit se reconstruire avec persévérance.
La diversité des Individus : un TEST
Cette diversité des facultés attribuées à chaque Âme créée en Dieu et par Dieu, elle conduirait notre conception égalitariste de la justice à mettre en doute la parfaite Justice divine si on ne tient pas compte de ce que dit JÉSUS de l'Âme humaine (ci-avant) :
"L'Âme vit son temps d'épreuve sur la Terre"
Pour chaque Âme, la Terre est son "parcours du Combattant", là où elle doit faire la preuve qu'elle est digne de la Confiance que le Bon Dieu a placée en elle. La réussite à cette épreuve, à ce test, ouvre la vie éternelle au Paradis, fût-ce par le transit temporaire au Purgatoire ; l'échec débouche sur l'Enfer dont nous savons qu'il existe.
Pour que ce test soit probant, il est bien évident que les trois facultés de l'Âme doivent être minutieusement ajustées au destin terrestre de chaque Humain. En recourant à l'analogie, le même problème de mathématiques, ou le même sujet de dissertation, ne peut servir à tester tous les élèves d'une école. Cela nous fait comprendre la parfaite Justice de Dieu dans la diversité des niveaux des trois facultés de l'Âme. Ces facultés vont servir aussi au Bon Dieu pour Se manifester à l'Humanité.
La mémoire
À propos de l'Apparition de MARIE à La SALETTE en 1846, j'ai précisé qu'elle avait été reconnue vraie par l'Évêque concerné en raison d'un Fait étonnant (= miracle) : Mélanie et Maximin, n'avaient qu'une mémoire très déficiente. Or ils ont été capables de répéter, sans erreur, et séparément, le long Message de MARIE : l'équivalent de 7 pages comme celle-ci, en petits caractères.
Le Bon Dieu avait prédestiné ces deux enfants à être les Porteurs de ce Message de La Salette ; c'est en prévision de cet événement qu'ils avaient été initialement dotés d'une si faible mémoire ; puis, pour la circonstance, Dieu leur en donne une mesure comble, ce qui frappe l'attention du Curé de la Paroisse d'abord, de l'Evêque ensuite.
Cela peut surprendre certains. Mais puisque Dieu EXISTE, puisqu'Il a créé chaque Âme, par voie de conséquence Il en maîtrise tous les rouages. Après tout, quand vous avez donné une aumône à un mendiant en entrant à l'église, rien ne vous empêche de lui donner dix fois plus en sortant. Mais je crois que c'est plus simple et plus fort : en chaque Âme, Dieu est, de Droit ; Dieu est Ordre et Il respecte les lois de la nature -humaine- qu'Il a Lui-même établies. Mais, en cas de besoin, Il est libre de les modifier.
Ce même Fait s'est reproduit à Dozulé. A la fin de l'Apparition du 31 Mai 1974 où St Michel est venu avec JÉSUS, et qui s'est déroulée en l'absence du Prêtre, JÉSUS dit à Madeleine :
"Vous avez toute la journée pour le dire au Prêtre et aux personnes qui désirent vous entendre, vous vous en souviendrez, elles seront surprises par votre mémoire."
En Bretagne, à KERIZINEN, une humble Paysanne, Jeanne-Louise, bénéficie d'une longue suite d'apparitions de JÉSUS et de MARIE qui lui dictent des Messages, de 1938 à 1965. Souvent, ces Messages lui sont dictés alors qu'elle se trouve dans la lande où elle tricote en gardant son petit troupeau. Elle a pris l'habitude d'emporter avec elle de quoi écrire pour noter les Messages sous la dictée. Mais parfois, les apparitions sont espacées de plusieurs mois ; un jour, JÉSUS vient et lui dicte un Message, mais Jeanne-Louise n'a pas pris ni papier, ni crayon, et elle s'inquiète, mais JÉSUS la rassure :
"Je serai ta mémoire pour tout retenir."
À Kérizinen, c'est MARIE qui vient la première voir Jeanne-Louise et lui parler ; le 15 Septembre 1938 :
"Il était environ 11 h. du matin. Comme d'habitude, Jeanne-Louise gardait ses vaches dans un champ derrière la maison. Elle était assise sur un talus et tricotait en surveillant ses bêtes. Elle avait 28 ans" "Soudain ! survint une très vive lumière (*) dans laquelle apparut une très belle Dame ; Jeanne-Louise fut toute saisie et tomba à genoux. L'Apparition lui dit :
"N'aie aucune crainte. Je ne te veux aucun mal. Tu Me verras différentes fois au cours des années à venir et là, Je te dirai qui Je suis et ce que Je demande" "Une nouvelle guerre menace l'Europe. Je l'éloignerai de quelques mois (**) car Je ne puis rester sourde à tant de prières qui, en ce moment, s'élèvent vers Moi, là-bas à Lourdes pour la Paix."
"La très-Sainte Vierge est d'une indicible beauté et paraît âgée de 17 à 18 ans (***). Voici la description de Jeanne-Louise :
"La Sainte Vierge descend jusqu'à 7 ou 8 mètres du sol. Elle est vêtue d'une robe bleue, bordée de blanc, qui Lui descend plus bas que les pieds. Ceinture, manteau et voile blancs. Elle se tient droite, mais avec la tête légèrement penchée à gauche, les mains jointes à hauteur de la poitrine, un Chapelet au bras droit. Elle est illuminée (****). "Après chaque apparition un parfum indéfinissable régnait, et même les fleurs, telles que camélias et chrysanthèmes en étaient imprégnées" (*****).
(*) Devant les Apôtres réunis au Cénacle à Jérusalem après la Résurrection du Christ, la Lumière précède toujours une Apparition de JÉSUS :
Il émerge de cette Lumière qui est le Signe de la Divinité (en opposition aux ténèbres de l'Enfer). C'est de cette même Lumière que MARIE émerge lors de toutes Ses apparitions : à La SALETTE, à FATIMA entre autres.
À Dozulé, c'est en émergeant de cette Lumière, qui émane du Tabernacle à la chapelle des Soeurs ou à l'église, que Se montre JÉSUS. Et c'est "l'admirable Lumière" où se trouve plongé le mourant repenti.
(**) : Les accords de MUNICH, qui retardèrent la 2ème guerre mondiale de 11 mois, seront signés les 29 et 30 Septembre suivants.
(***) : Quand on demande l'âge apparent de MARIE à tous ceux, et surtout celles à qui Elle Se montre, c'est la surprise unanime : MARIE est une toute jeune Femme, bien que le 2.000ème anniversaire de Sa naissance soit déjà passé (en 1984, avec une incertitude de un an avant ou après ce 8 Septembre). Là, il semble à Jeanne-Louise que MARIE a 17 ou 18 ans.
En Espagne, à l'ESCORIAL en banlieue de MADRID où MARIE Se montre et parle à Amparo depuis 1981, (29) MARIE paraît avoir une vingtaine d'années. Au début des apparitions, Amparo âgée de 50 ans est mère de 7 enfants. Or elle s'adresse à la Sainte Vierge en Lui disant : "Maman !" ; elle dit Maman à MARIE qu'elle voit plus jeune que sa fille aînée, tellement est fort l'Amour maternel qui émane de MARIE et qui comble ceux et celles à qui Elle Se montre.
(****) : "illuminée", nimbée de Lumière, comme on La voit sur la photo de Son Apparition en public de Zéïtoun, au CAIRE.
Un parfum de Paradis
(*****) : Ce parfum de Paradis est la signature personnelle de MARIE. Et, note Jeanne-Louise : un parfum "indéfinissable" (ailleurs, c'est souvent un parfum de roses : à San Damiano, MARIE est N.-D. des Roses ; à Montichiari, Elle est Rosa Mystica). En France, au LAUS, où MARIE est venue parler à Benoîte RENCUREL à partir de 1664, tout le vallon restait plusieurs jours imprégné de ce parfum.
Dans l'expression, utilisée en parlant d'une sainte personne : "morte en odeur de sainteté", l'odeur n'est pas une image, mais une réalité. Au lieu de la fade puanteur dégagée par la putréfaction qui commence, les témoins sentent une odeur agréable et parfois suave. Je ne sais pas si la pureté d'Âme et d'esprit, préservée jusqu'au dernier moment, retarde ou annule la dégradation biologique, ou bien si Dieu aide, avec ce Signe, pour nous le faire comprendre.
Les Messages de l'année 1984 dictés par MARIE à don Gobbi, sont réunis sous le titre : "Cénacles de Vie avec Moi." Dans bien des groupes de prières (des cénacles de prière) la perception de ce parfum à nul autre pareil, est un Signe que MARIE donne souvent pour confirmer qu'Elle prie toujours en Personne avec Ses dévots du Chapelet. Elle le dit en dictant à don Gobbi, le 24.01.1984 :
"Par le Signe que Je vous donne par le parfum qui émane de Moi avec plus ou moins d'intensité, Je veux vous indiquer que Je suis toujours parmi vous, mais surtout lorsque vous avez davantage besoin de Moi."
Et le 11.02.1978, en la Fête de N.-D. de LOURDES :
"Ne négligez jamais le Chapelet, cette Prière que J'aime d'un Amour de prédilection et que, du Ciel, Je suis venue vous demander (*). Je vous ai Moi-même enseigné à bien la réciter, égrenant entre mes doigts les grains du Chapelet, tandis que Je M'associais à la Prière de Ma petite fille, à qui J'apparaissais dans la grotte de MASSABIELLE."
Le Chapelet, l'arme la plus puissante
"Quand vous récitez le Chapelet, vous M'invitez à prier avec vous et, vraiment, chaque fois, Je M'associe à votre Prière. Ainsi vous êtes les petits enfants qui prient avec leur Maman du Ciel.
"Et voilà pourquoi le Chapelet devient l'arme la plus puissante qu'il faut utiliser dans la terrible bataille que vous êtes appelés à livrer contre Satan et son armée du mal."
Le Chapelet a été révélé par MARIE à St Dominique (1170-1221).
À GARABANDAL, en Espagne, MARIE est venue plus de mille fois, de 1961 à 1965, pour prier le Rosaire avec les quatre fillettes. Le Clergé espagnol n'a pas voulu comprendre cette très longue succession de "travaux pratiques."
MARIE dicte à Jeanne-Louise à Kérizinen, le 7 Octobre 1939, en la Fête du Très-Saint Rosaire :
"Continue chaque jour la récitation de ton Rosaire, mais applique-toi davantage dans la méditation des Mystères car, sache-le bien, le Rosaire sans Mystère est comme un corps sans Âme."
(Un corps sans Âme est mort).
MARIE dicte à Maman Carmela (5) le 14.03.1968 :
"Tous les dévots de Mon chapelet jouissent de faveurs spéciales au Ciel après avoir bénéficié de dons particuliers sur la Terre"
Puis le 25.03.1968 :
"Aimez le Chapelet et propagez-le. qu'il entre dans chaque famille puisque le démon le craint." Et le 31.03.1968  :
"Je suis au milieu de vous et Je prie avec vous. La récitation du Chapelet Me console (*) et M'offre la raison (*) de vous accorder Mes bienfaits" "Mes filles, les dévots du Chapelet, Je viendrai les chercher Moi-même pour les emporter au Ciel."
(*) : l'Obéissance des Fidèles à réciter le Rosaire -"long et ennuyeux" aux dires de ceux qui ne veulent pas prier-, cette obéissance console la Sainte Vierge, comme l'obéissance de MARIE a consolé Dieu.
L'Obéissance console, la désobéissance tue
Maria Valtorta (T.9, p. 116) est témoin d'un dialogue entre JÉSUS et Sa Mère :
(Jésus) : "Tu sais obéir. Quel repos d'être avec Toi ! Car, Tu vois, Maman ? Le monde ne peut comprendre, mais Je trouve tout repos auprès de ceux qui obéissent...
Oui, Dieu repose auprès des Obéissants. Dieu n'aurait pas eu à souffrir, à Se fatiguer, si la désobéissance n'était pas venue dans le monde. Tout arrive parce qu'on n'obéit pas. De là vient la douleur du monde. De là vient Notre Douleur."
(Marie) : "Mais aussi notre Paix, Jésus. Car nous savons que notre obéissance console l'Éternel. Oh ! pour Moi spécialement, ce qu'est cette pensée ! Il m'est accordé à Moi, Créature, de consoler mon Créateur !."
(Jésus) : "Oh ! Joie de Dieu ! Tu ne sais pas, ô Notre Joie, ce qu'est, pour Nous cette parole que tu viens de dire ! Elle dépasse les harmonies des choeurs célestes... Bénie ! Bénie toi qui M'enseignes l'ultime obéissance et Me la rends, par cette pensée, si agréable à accomplir !."
Ce dialogue a lieu le Mercredi-Saint chez Lazare à Béthanie ; et l'ultime obéissance, c'est le Sacrifice de JÉSUS qui rachète les péchés du monde. Et la nécessité de ce Sacrifice du Fils de Dieu est la conséquence directe de la Désobéissance Première qui a amené la Mort sur la Terre où Dieu n'avait prévu que Vie et Joie.
JÉSUS dicte à Maman Carmela, le 26.08.1968 :
"Le péché grave de désobéissance et d'orgueil apporta le bouleversement dans la famille humaine, sema la haine, la vengeance, la discorde, la fatigue, la maladie, la concupiscence ET la MORT avec toutes ses conséquences."
Et à don Ottavio, le 28.12.1978 :
"Par la désobéissance née de l'orgueil, la nature humaine, en Adam et Ève, a perdu l'immortalité et tous les autres dons préternaturels, de sorte que l'homme est devenu la proie et l'esclave du démon, assujetti par conséquent à tous les maux spirituels et matériels."
"la mort avec toutes ses conséquences" : c'est d'abord l'agonie, ce "pré-Purgatoire" dit JÉSUS ; ce sont les Limbes, cette "salle d'attente", d'une si longue attente que le Paradis, fermé par la Faute Première, soit ouvert par le Sauveur ; c'est le Purgatoire qui brûle les scories des fautes avouées mais pas entièrement satisfaites selon la divine Justice.
Cette Purification indispensable ouvre l'accès du Paradis. Et c'est enfin l'Enfer, initialement prévu pour les seuls Anges rebelles.
La désobéissance d'Ève puis d'Adam nous a coûté très cher. Alors, parce que MARIE est la Reine de l'Obéissance, le 4.05.1968 par Maman Carmela, JÉSUS nous dit :
"Instruisez-vous d'Elle, aimez-La, suivez-La. Elle est la Voie et la Porte du Ciel. Qui La trouve, Me trouve."
Puis le 22.08.1968, le Seigneur précise
"Elle peut et Elle veut être auprès de chacun, d'une manière invisible et réelle" "Elle est aussi auprès de ces mamans qui, dans la vie de chaque jour, affrontent les sacrifices prolongés que nécessite l'accomplissement de leur devoir." Et le 8.12.1969 :
"Offrez-vous à Elle. Aucun ne se perd quand il L'a choisie pour Mère ; et c'est à Moi que rend un insigne honneur celui qui honore Ma Mère." Et encore, le 22.01.1970 :
"Quand vous priez Ma Maman, Moi Je M'en réjouis et Je Me réserve une partie de vos Prières pour les transformer en de nombreuses Grâces."
Je reviens à l'Âme : d'un bébé qui rit en dormant, le langage populaire dit, fort justement, "qu'il rit aux Anges" : dans son sommeil, son Âme s'extériorise partiellement (à ce niveau enfantin se manifeste ce qui devient superbement la bilocation mystique, St Jean Bosco et Padre Pio, entre autres). Et dans "l'au-delà", c'est-à-dire dans l'invisible qui nous entoure et nous baigne, cette Âme retrouve, avec son Ange-Gardien, la joie du Paradis quitté pour venir naître sur Terre ; et le bébé rit.
Certains rêves
Pour les Adultes, certains rêves donnent à comprendre que le sommeil du corps est un des moyens utiles au Ciel pour entrer en contact avec l'homme à titre vraiment individuel et privé. Les songes des rois-mages leur font comprendre qu'ils ne doivent pas repasser par Jérusalem ni voir Hérode. Saint Joseph apprend en songe qu'il ne doit pas abandonner MARIE dont il a constaté la grossesse en allant la chercher à Jérusalem après la présentation de Jean au Temple par Élisabeth et Zacharie ; que l'Attendu est le Fils du Très-Haut et qu'il faudra lui donner le nom de JÉSUS. C'est par un rêve, encore, que St Joseph est averti qu'il doit fuir en Égypte avec l'Enfant et Sa Mère.
Dans l'Ancien Testament, Yahvé fait dire au prophète Joël (III, 1) :
"Quand les Temps seront venus, J'enverrai de Mon Esprit sur toute chair ; vos fils et vos filles prophétiseront ; vos vieillards auront des songes ; vos jeunes gens auront des visions."
Ainsi que MARIE l'a dit à don Gobbi, nous vivons les Temps décrits par l'Apocalypse,
La Sainte Vierge précise, dans une révélation "privée", qu'il y a en ce moment dans le monde plus de 300 lieux d'apparitions où sont donnés des Messages et des visions ; "à des jeunes gens et jeunes filles",. pourquoi spécialement à eux ? Parce que, passé un certain âge, plus rares sont les personnes suffisamment pures pour servir "d'Instrument" correct à cet usage. Alors, les "vieillards" ont des songes. Hommes ou femmes, plus souvent des femmes en raison de leur sensibilité plus grande. Dans notre entourage familial ou amical, nous connaissons tous au moins une personne qui a parfois des rêves prémonitoires.
Personnellement, je rêve rarement, ou du moins je ne me souviens pas de rêves que j'ai pu avoir. Aussi, quand je me souviens de l'un d'eux, je suis très attentif. Voici, brièvement, un rêve que je n'ai jamais oublié :
"Je me trouvais avec une vingtaine de clients dans un restaurant situé dans un endroit élevé, avec vue sur la campagne par une grande baie vitrée. C'était le soir, mais pas encore la nuit. L'attention de tous a été attirée par un spectacle dans le ciel, au-dessus des collines, à l'horizon : c'étaient des images, gigantesques -vu l'éloignement-, qui défilaient lentement dans le ciel. Des personnages bibliques : Moïse et son bâton en forme de grande canne, un berger tenant sur sa nuque un agneau, et des dizaines d'autres personnages, en couleurs à domi-nante brune. Tous, nous regardions, ébahis, ce défilé silencieux."
Le Grand Avertissement
J'en ai gardé le souvenir d'un spectacle, et c'est le terme dont Se sert MARIE en parlant du Grand Avertissement à Véronica à Bayside (N-Y., USA), le 24.12.1973 :
"L'Avertissement qui s'abattra sur l'homme doit être efficace. Et, dans la Miséricorde du Père, un grand spectacle se déroulera ensuite dans le ciel, pour que TOUS le voient. Toutefois les agents de l'Enfer essaieront de réfuter qu'il fallait voir dans ce Miracle la Main du Père."
Je précise que j'ai eu mon rêve un an avant d'avoir eu connaissance de ce Grand Avertissement qui a été annoncé à GARABANDAL en Espagne, et répété dans la plupart des révélations "privées" contem-poraines. Entre autres à Bayside et en Louisiane aux USA, à l'Escorial à Madrid et à "JNSR". L'avenir dira ce que vaut mon rêve. À Bayside, MARIE dicte à Véronica le 5.08.1976 :
"Pendant la Grande Tribulation, Mes enfants, plusieurs seront enlevés de votre Terre. En temps voulu, vous comprendrez."
"Plusieurs" : ce n'est pas quelques individus. Ici, s'agissant de l'Humanité, plusieurs a le sens de dizaines voire de centaines de millions de personnes.
Et le 7.12.1976 :
"Je vous donne la grande Grâce pour votre coeur, Mes enfants, de savoir que plusieurs seront enlevés de votre Terre avant le Grand Châtiment"
"Nombre de vos médias d'information affirmeront qu'ils ont été enlevés par des soucoupes volantes. Oh ! non, Mes enfants, ils auront été transportés dans un domaine surnaturel du Père Éternel pour attendre le Retour de Mon Fils sur la Terre."
Dans l'Évangile (Matt. XXIV, 39/41), JÉSUS dit :
"et les gens ne se doutèrent de rien jusqu'à l'arrivée du Déluge qui les emporta tous. Tel sera aussi l'Avènement du Fils de l'Homme. Alors deux hommes seront aux champs : l'un est pris, l'autre laissé ; deux femmes en train de moudre, l'une est prise, l'autre laissée."
Aucun commentaire en bas de page ; les experts de la Bible laissent à chacun le soin de comprendre comme il le peut.
À l'Escorial, MARIE dicte à Amparo (30), le 24.02.1982 :
"Les vaisseaux célestes sont préparés pour transporter les élus (*) vers la Terre Promise. Ceux-ci viendront, entourés d'une lumière bleue, comme une espèce de nuée. Ne riez pas de Mes Avertissements, Mes enfants."
En associant les deux révélations "privées", de Bayside et de l'Escorial, on a une information cohérente qui aide à comprendre le passage de l'Évangile.
Les élus (*), que Dieu aura choisis pour les abriter totalement du Grand Châtiment, seront pris dans le "domaine surnaturel du Père Eternel" en transit pendant les Trois Jours de Ténèbres (où seront brûlés tous ceux qui ne brûleront pas d'Amour) ; de là, ils seront ramenés "vers la Terre Promise", notre Terre, la Nouvelle Terre, débarrassée du Mal et des démons pour que JÉSUS puisse y poser le pied. Ceux qui auront été laissés sur la Terre, et qui auront survécu au Grand Châtiment, auront besoin des élus pour les guider et les guérir.
[(*) : Nous savons tous que celui qui n'est pas candidat à une élection ne peut être élu. Candidat vient d'un mot latin signifiant blancheur, et synonyme de pureté -d'intention ou d'Âme-. Les Actes de Consécration à JESUS, à l'Esprit-Saint et à MARIE, sont des actes de candidature ; et Dieu choisit !].
(*) : Les élus sont les "144.000" (un nombre symbolique : 12.000 des 12 Tribus d'Israël) mentionnés dans l'Apocalypse au Ch. XIV, versets 4 et 5 :
"Ceux-là, ils ne se sont pas souillés avec les femmes, ils sont vierges ; ceux-là suivent l'Agneau partout où Il va." (...) "Jamais leur bouche ne connut le mensonge : ils sont immaculés."
Puis, au Ch. XXI, verset 1 :
"Puis je vis un ciel nouveau et une Terre nouvelle."
Et Ch. XXII, verset 2 :
"Il y a des arbres de Vie qui fructifient douze fois, une fois chaque mois ; et leurs feuilles peuvent guérir les païens."
Il y aura donc des païens sur la Terre quand JÉSUS reviendra y régner. La Justice divine donne à penser aux païens qui ont su demeurer à-peu-près Justes, ou à d'autres "païens" parmi nous : ceux qui ont été séduits par le paganisme de l'Argent et s'en sont plus ou moins défendus. Ces "arbres de Vie qui fructifient douze fois l'an" manifestent la Vitalité divine ; leurs feuilles seront les vecteurs, les supports de la guérison, physique et spirituelle, opérée grâce à la Foi des Malades et des Élus.
Les gens instruits, qui jugent souvent de la Puissance divine avec leur mesure humaine, objecteront de l'impossibilité d'une mutation aussi radicale et ultra-rapide d'une espèce végétale : "qui fructifie une fois chaque mois." D'une part, que l'on se souvienne du poirier miraculeux de San Damiano dont MARIE avait à l'avance annoncé la floraison pour l'automne suivant. D'autre part, il s'agira peut-être d'autres "arbres" à côté ou symbolisés par ces arbres de Vie ; en effet, le 11 Juillet 1993, JÉSUS dicte à "J.N.S.R." (38) :
"Ne crains pas les railleries car tu en auras dès à présent ; elles ne manqueront ni de force, ni de virulence ; telle une tempête, elles s'abattront sur vous, tous ceux qui M'entendez en vos coeurs ; vous ne serez pas moins que le Maître, et vous serez secoués, et vous accepterez, afin de faire de vous ces Arbres plantés au bord de Mon Royaume, pour en montrer le Chemin qui longe le dernier parcours.
Ces Arbres poussent de chaque côté du Chemin qui va à Mon Royaume : ils sont immobiles mais restent vivants, car le Chemin que vont parcourir les Derniers, sera celui qui n'a ni indication, ni repères ; pour M'avoir désobéi si longtemps, ils seront privés de Ma Parole dans les derniers Temps, les tout-derniers ; alors ils ne suivront Ma Route qu'en se repérant à Mes Arbres, plantés là, des deux côtés de Mon Chemin.
Ils seront des Arbres qui murmurent la Tendresse du Bien-Aimé, sans plus ; et alors ils arriveront à Moi dans Chemin Dernier, car ce seront les derniers. Après, Je fermerai la Porte de Mon Royaume : Mes Enfants seront protégés des loups et des rapaces qui ont décimé Mon Troupeau.
Veuille le Seigneur que nous soyons un de ces "Arbres." Les sauts que je viens de faire en passant du Ch. XIV de l'Apocalypse au XXI, puis au XXII, et le tableau raccourci dessiné par ce que je pense avoir compris, pourront sembler aléatoires.
Mais ouvrez l'Apocalypse : avant le Ch.XXI, qui commence par "un ciel nouveau et une Terre nouvelle", a été intercalé, ajouté un sous-titre (malgré le menaçant avertissement qui termine l'Apocalypse : "Qui oserait y faire des surcharges, Dieu le chargera de tous les fléaux décrits dans ce livre"), a été ajouté (un ajout c'est une surcharge) le sous-titre : "La Jérusalem céleste."
Ce sous-titre est justifié par un renvoi en bas de page de 14 lignes serrées ; ce renvoi prouve que ces experts de la Bible ne croient pas au Règne de Dieu sur la Terre. C'est la raison pour laquelle ils ne disent mot à propos des païens qui seront guéris par les feuilles des arbres de Vie. Si les-dits païens sont dans la "Jérusalem céleste", c'est-à-dire au Ciel selon la compréhension des experts, ils n'ont plus besoin de guérison. Méfiez-vous de certains sous-titres ajoutés à la Bible. Notez cependant que la Nouvelle Terre est déjà, dans la pensée divine, "la Jérusalem qui descend du Ciel", donc la Nouvelle Terre telle qu'elle sera une fois purifiée.
Les soucoupes volantes
Et pour finir, voici encore une notation personnelle, donc aléatoire, mais cohérente avec cet enlèvement des élus par ces "vaisseaux célestes."
En 1988, nous étions plusieurs personnes arrivées en avance à une réunion de Prière et, en attendant que ce soit l'heure du Rosaire, quelqu'un a évoqué la protection spéciale promise à ceux dont la Foi "aura tenu bon jusqu'au bout", en se demandant "comment" ceux-ci seraient protégés ; les "vaisseaux célestes" cités à l'Escorial par MARIE, cela laissait dubitatifs la plupart, car donnant à penser aux soucoupes volantes déclarées aberrations sataniques par MARIE à Bayside. C'est alors que j'ai raconté, devant les personnes présentes, un rêve que j'avais fait une dizaine d'années avant, alors que j'étais encore ignorant, non seulement des Messages modernes du Ciel, mais même des apparitions et des Messages de La Salette et de Fatima ! Au matin, je me suis souvenu du rêve dans tous ses détails :
"C'était une belle nuit d'été et, regardant le ciel, je le vois tout plein d'une grande quantité de vaisseaux spatiaux ponctués de lumières ; et en si grand nombre qu'ils cachaient presque toutes les étoiles. D'autres personnes regardaient aussi, et nous nous demandions : "D'où viennent-ils ? Qui sont-ils." Et je me souviens d'avoir entendu une "voix" répondre : "Ce sont les Sauveteurs."
A l'époque, j'avais attribué la cause de ce rêve aux lectures et aux films de "science-fiction." Or, après avoir fini mon récit, plusieurs personnes présentes se sont exclamées : "Oh ! sentez ce parfum de roses !" ; dans les groupes de Prière, on sait bien qu'un parfum subit est un Don de MARIE.
Mes Amis ont vu là une confirmation du caractère prémonitoire du rêve que je venais de leur décrire. L'avenir dira ce que vaut mon rêve.
Puisque MARIE nous a mis en garde contre l'attribution aux soucoupes volantes de l'enlèvement de ceux qui seront protégés, voici ce qu'en a dit MARIE à Véronica à Bayside, le 24.12.1973 :
"Ces objets qui volent dans l'espace de la Terre, viennent de l'Enfer ! Ils ne sont que les faux-miracles de votre époque. Sachez les reconnaître, Mes enfants ; ils ne sont pas une invention de l'imagination des hommes, ils sont présents dans votre atmosphère."
Au cours d'un exorcisme pratiqué en Suisse en 1978, le démon obsesseur est contraint d'avouer ce que dicte MARIE, le 7.12.1976 :
"Les soucoupes volantes dont vous parlez sont surnaturelles, elles sont une création de Satan pour confondre et troubler les hommes."
J'ai été en rapports suivis avec une personne très compétente qui avait créé et dirigeait une équipe pluri-disciplinaire de recherches sur les OVNIs. Après des années d'investigations, il a dissous son groupe de recherches, étant arrivé à la conviction que les soucoupes volantes étaient une réalité, mais un leurre de l'Enfer : une sorte de plasma lumineux, un champ d'énergie, sans consistance tangible, donc sans réalité matérielle ; ceci étant la justification d'évolutions en infraction de toutes les lois de la dynamique aérienne : des arrêts instantanés, des accélérations foudroyantes, des vitesses hyper-soniques silencieuses sans le fracas du passage au-delà de la vitesse du son.
Avec un miroir, projetez un rayon du soleil sur un mur à l'ombre et vous commandez, à votre gré, les mouvements d'un disque de lumière ; vous avez ainsi une petite "soucoupe volante" que l'on voit, que l'on peut photographier ; mais qui n'a aucune réalité matérielle, seulement optique ; et qui peut évoluer sans aucune soumission aux lois de la dynamique aérienne, s'arrêter instantanément, disparaître...
Dans la réalité, quand un observateur voit un OVNI dans le ciel, son attention est centrée sur cette lumière ; de la même manière, l'hypnotiseur demande au sujet à plonger en "transe" de fixer son attention sur un pendule brillant ou sur ses yeux. Et, de même que le sujet a accepté l'hypnose avant l'expérience et sait grosso-modo qu'elle est possible, de même la vision de l'OVNI fait émerger de la mémoire de l'observateur ce que nous savons tous sur ce phénomène, d'après les informations médiatiques.
Les conditions favorables à la suggestion extérieure (l'hypnose, c'est ça) sont réunies ; l'observateur n'en est pas conscient, mais selon sa perméabilité aux suggestions, il croit avoir rencontré les "petits hommes verts" qu'il "voit" et qui lui "parlent" télépathiquement ; la suggestion télépathique est une réalité en hypnose.
La création satanique du phénomène OVNI vise à désorienter la curiosité humaine en recherche. Il s'agit là d'un fantasme d'échelle planétaire. Pour le comprendre, revenons au niveau individuel ; presque tous les enfants s'identifient à leur héros favori et s'imaginent des aventures analogues, soit pour enrichir une existence monotone, soit pour compenser des infériorités difficiles à supporter. À des degrés variables, nous l'avons tous fait ; et nombre d'Adultes continuent à le faire pour s'évader d'une réalité pénible et pour retarder le moment de la regarder en face et de l'affronter.
L'imagination est la "folle du logis." Au niveau collectif, l'hypothèse d'autres mondes habités c'est, pour ceux qui veulent y croire (car rien d'objectif ne le justifie), le moyen de s'évader de la réalité simple et quotidienne de la responsabilité individuelle devant Dieu et Ses Commandements ; Dieu, qui est en chacun, leur semble inaccessible, et Sa Loi d'Amour trop exigeante : alors ils se réfugient dans l'espoir d'extra-Terrestres "tout-puissants" qui viendront rétablir l'ordre sur la Terre ; en somme des "demi-dieux." Or l'ordre sur Terre commence par l'ordre individuel en chacun, ce qui implique notre volonté de "faire le ménage."
La "science-fiction", par les romans, les films et les feuilletons télévisés, est l'accompagnement terre-à-terre et quotidien du phénomène OVNI ; son moteur d'inspiration est, au degré apparent l'Argent, mais en réalité l'Enfer. Même si cela n'ouvre que sur la distraction, le résultat est loin d'être négligeable pour l'Enfer.
JÉSUS dicte à Marguerite (6), le 30.04.67 :
"Le temps passé en futilités est un temps volé à Dieu."
Mais cela, beaucoup auront du mal à l'admettre.
Notez également les très nombreux films ayant pour thèmes la possession et les maléfices, les films-catastrophes, les films d'épouvante, ceux où l'on montre la planète en proie à tous les massacres : quand on se demande qui est l'inspirateur des romans adaptés au cinéma, et si c'est seulement l'appât du gain qui en décide le financement, la réponse sûre doit venir de votre impression de Spectateur : en avez-vous retiré Joie et Paix ? Certainement non ! Alors l'inspiration vient du Mauvais, pas de Dieu. Lisez la Parole de MARIE à l'écoute de l'Archange Gabriel, lors de l'Annonciation :
"Dans la Joie -parce que, lorsque J'ai compris la Mission à laquelle Dieu M'appelait, Je fus remplie de Joie-...."
Une bonne inspiration est toujours source de Joie et de Paix ; c'est ce que l'on ressent avec "l'Oeuvre merveilleuse" dictée à Maria Valtorta par JÉSUS, Son Auteur. Les 10 volumes font 4.853 pages et je ne m'en lasse pas ; quelques pages le soir, et je m'endors au Temps de l'Évangile, tout près du Seigneur. J'en suis à ma 9ème re-lecture et j'y trouve toujours des trésors inépuisables.
Tandis que tous ces films, inspirés par Satan, ont pour objectif caché de pousser celui qui lira l'Apocalypse, ou les Avertissements contenus dans le présent ouvrage, à faire l'amalgane vicieux : "le cinéma est fiction, ces prétendus Messages aussi." Rien n'est Innocent chez les Damnés de l'Argent, même s'ils n'en ont pas conscience. Plus avant, j'ai dit que l'Âme d'un bébé qui rit aux Anges, s'extériorise partiellement durant le sommeil. Voici une citation de JÉSUS montrant que le Bon Dieu nous instruit durant notre sommeil. Notre Seigneur dicte à "JNSR" (38), le 1er Octobre 1990 :
"La douceur de Mon Amour vous couvrira bientôt, à tous. Vous connaîtrez ce Don parfait et gratuit de votre Dieu qui vient à vous très bientôt pour vivre avec vous.
"Dans ces moments d'attente, soyez vigilants, écoutez Ma Voix : ne vous endormez pas sans préparer, pour le sommeil de la nuit, votre coeur pour qu'il puisse s'abandonner en Mon Saint-Coeur qui vous bercera dans votre sommeil ; dans le repos de votre nuit, Dieu vous donne tant de joies ! Vous êtes avec JÉSUS dans votre sommeil ; vous êtes avec Dieu dans le repos de la nuit si vous Lui confiez votre Âme pour ces heures, car votre corps repose et votre esprit est avec Dieu. Tout est Harmonie dans les mains du Seigneur : corps et esprit ; c'est une veille heureuse avec Moi ; c'est le bonheur de Mes Saints-Anges qui sont toujours en Ma Sainte Présence.
"Chères Âmes bénies, Je vous transporte dans les hauteurs de Mon Sublime Amour pour enrichir votre esprit des Bienfaits de votre Divin Maître. Je mets en vous Mes Richesses de Connaissances divines : Mes Anges, ravis, vous regardent vous instruire à la Source-même de Mon divin-Coeur. (...)
"Le Seigneur donne sans compter à qui fait fructifier ses talents ; il vous sera facile d'en recevoir davantage, mais gardez-vous de les enterrer dans la terre ” ... "Notre Père des Cieux aime voir ce qu'Il donne à chacun devenir des fruits d'Amour aux valeurs multipliées. Grande est la tristesse de Dieu de voir tant de gaspillages que font certains avec les Dons du Seigneur mis à leur disposition"
"vous êtes avec Dieu dans le repos de la nuit si vous Lui confiez votre Âme pour ces heures" : c'est une des raisons d'être de la prière du soir que la maman enseigne à son enfant dès son plus jeune âge. La Sainte Vierge dit : "la maman qui donne l'habitude de la prière à ses enfants, gagne son Paradis."
La "nature" qui ne fait rien sans raison
Je ne sais pas comment les Scientifiques ont édifié leur théorie, mais les neurologues et psychiatres calculent que l'homme n'utilise que le dixième de son potentiel cérébral, entre 5 à 15 % couvrant l'éventail qui va du débile léger au génie intellectuel.
Le Professeur Sydney COHEN, alors Directeur de l'Institut psychiatrique du Maryland (USA), a écrit :
"La Nature, qui ne fait rien sans raison, semble avoir préparé pour l'homme un destin plus grand que lui-même."
Quand un Scientifique n'ose pas écrire "Dieu", il dit "la Nature" avec une majuscule. Cette "Nature" qui calcule et prévoit est donc intelligente et créatrice. En étudiant ce que JÉSUS dit d'Adam et Ève à Maria Valtorta, on comprend que la Faute Première n'a cessé de faire baisser le potentiel de l'intelligence humaine ; et le palier le plus bas est le nôtre actuellement ; JÉSUS le dit à Marguerite :
"Vous vous croyez forts et éclairés,
et vous n'avez jamais été aussi ignorants."
Cette affirmation choquera la vanité de beaucoup ; et pourtant ! Il y a 2.500 ans vivait Socrate ; combien d'autres Socrate y a-t-il eu depuis ? Cherchez. Quant aux Philosophes de notre 20ème siècle, mieux vaut ne pas en parler. Le Moyen-Âge "obscurantiste" et la Renaissance, ont édifié les cathédrales romanes et gothiques ; notre 20ème siècle construit des banques et des prisons "modèles", sans parler des arsenaux et des usines d'armements.
Grâce à Dieu, il y a toujours eu des Saints, au cours de tous les siècles, et en ce moment. Mais cela n'a rien à voir avec l'intelligence, mais tout avec la Grâce. Donc avec Dieu. J'ai déjà dit que l'intelli-gence, c'est le choix entre le Vrai et le Faux, entre le Bon et le Mauvais, entre le nécessaire et l'accessoire. Si vous trouvez de l'intérêt à ce livre, vous voudrez le faire connaître à votre parenté, à vos amis... et vous serez surpris du désintérêt de beaucoup, de ceux qui, justement, auraient le plus grand intérêt à en prendre connaissance. C'est que leur intelligence n'est plus libre ; leur style de vie aidant, leur démon personnel les fait bailler d'ennui dès que ces sujets sont abordés : "un préchi-précha de Curé" ! Non, trop de Prêtres n'abordent plus ces sujets.
L'intelligence humaine la plus sûre, c'est se baigner dans l'Intelligence divine, étudier la Sagesse de Ses Commandements, admirer Sa manifestation dans les merveilles de la Nature, c'est vouloir toujours faire Sa Volonté, car un Père si Sage et si Bon ne veut que le Bien, le Bon, le Beau, le Vrai pour tous Ses enfants qu'Il aime tant qu'Il a envoyé Son Fils Unique Se sacrifier pour tous et chacun ; un Amour si fort pour l'homme, que le Père et l'Esprit-Saint ont choisi d'endurer leur part de Souffrance en acceptant le Sacrifice du Sauveur. Combien un père humain, sage et bon, serait heureux de voir ses enfants choisir d'être sages et bons comme lui ! Voilà l'intelligence et voilà la volonté. Cela, nous le verrons se dessiner de plus en plus nettement au fil des pages qui suivent.

3. 3. Je suis un esprit
**************************
L'Esprit est la 3ème composante du ternaire humain, Corps, Âme et Esprit. Longtemps ; j'ai médité sur ce que pouvait bien être notre esprit ; notre langage parle d'esprit d'entreprise, d'esprit créateur, d'esprit coopératif ou amical ; et, à l'opposé d'un esprit brouillon, ou veule, ou querelleur. Je cherchais trop loin, trop compliqué alors que la réponse est dans la signification-même du mot : l'esprit de l'homme, c'est le Souffle, l'Esprit de Dieu qui est en lui. C'est aussi simple et aussi grand que cela.
Non seulement l'âme humaine est d'origine divine, ainsi que l'enseigne JÉSUS, mais, de plus : "Je suis la Vie de vos âmes" dicte l'Esprit-Saint le 26.11.1978, à Maman Carmela. Rappelez-vous : c'est l'Esprit-Saint qui souffla la Vie dans la Création. JÉSUS dit que le péché tue l'Âme.
Comment l'Âme immortelle pourrait-elle être tuée ? L'Âme n'a de vie humaine que si elle a une vie spirituelle active ; sinon, tout en étant immortelle, elle ne vit que comme un animal ou un poireau...
 "J.N.S.R", cette Messagère qui protège son humilité sous les initiales "Je Ne Suis Rien", DIEU a dicté le 14.05.1990 :
"Vous êtes habités du Saint-Esprit ; vous-mêmes êtes le corps, visible ; au service de tous vos frères, comme JÉSUS l'a été ; ainsi vous devez être, animés de ce même Amour. Cette enveloppe charnelle et visible vous a été donnée pour approcher celui qui, comme vous, vous regarde. Soyez, avec ce corps, le Modèle Vivant du Christ sur votre Terre : Amour et Charité.
"Dieu vous a donné une Âme à Sa ressemblance, belle et délicieuse parce qu'elle est divine. Vous devez la garder aussi brillante que Dieu vous l'a confiée. Au cours de ce pèlerinage terrestre, elle doit prendre bien garde de ne pas se ternir. Elle doit parler de son Créateur en vivant de Lui et en Le faisant aimer.
"Toutes les Âmes, Je les ai créées pour Ma Joie. Elles doivent être Joie dans l'Amour du Très-Haut. Voilà comment Dieu vous a conçus. Dans ce corps visible, Dieu a déposé l'Âme créée pour vous ; et Dieu, voyant le Chef- d'Oeuvre de la Création, l'Homme, si parfait que Dieu, dans Son Infinie Bonté, est venu habiter en ce corps.
"Dieu habite en Sa Troisième Personne, faisant avec chacun de vous une trinité :
CORPS plus ÂME plus ESPRIT de DIEU.
"Combien Dieu vous aime, enfants de la Terre, pour faire, en chacun de vous, une église appartenant à Dieu."
Depuis des siècles, le Magistère de l'Église enseigne que le corps humain est le Temple de l'Esprit-Saint.
"Notre" esprit, c'est Son Esprit que Dieu met en chacun de nous afin de nous aider à ressembler à JÉSUS pendant toute la durée de notre vie terrestre ; l'objectif du test c'est cela. C'est pour cela que JÉSUS dit à Gabrielle BOSSIS :
"Ressemble-Moi, vous serez jugés sur Ma ressemblance"
et aussi :
"Tout Chrétien en Grâce est un autre Christ."
En préparation à la Fête de Noël, JÉSUS dicte le 12.12.1968 à maman Carmela une prière qui demande que JÉSUS naisse en nous, JÉSUS, c'est-à-dire l'AMOUR ; chemin faisant, cette prière explique la conception miraculeuse de JÉSUS :


"Esprit-Saint, Esprit de Foi,
Toi qui, envahissant le Coeur de MARIE devenue Ton Épouse, L'as rendue capable de donner au monde le Fils de Dieu fait Homme, opère de nouveau en nous ce Miracle : Envahis-nous des flammes d'Amour dont Tu es la Source, transforme-nous en Toi,
si bien qu'en accroissant notre vie spirituelle,
Tu fasses naître et grandir JÉSUS en nous
pour que nous puissions l'apporter au monde.
"Marie très-Sainte, notre tendre Mère, accueille la Prière que nous T'adressons. Tu connais nos défauts, notre incapacité et notre misère. Ce que nous ne savons pas faire, accomplis-le Toi-même. Nous serons dociles à Ton action ; nous nous laisserons conduire et modeler, pour que Ton Fils, qui naîtra en nous, ne soit pas un Christ difforme, mais parfait, tel que Tu as pu Le mettre au monde, pour la Gloire du Père et le pour le Bien de l'Humanité."


A Maria Valtorta, le Mystère de l'Incarnation du Christ n'est pas montré ; c'est MARIE Elle-même qui le dicte ("3", T.1, p. 105) juste après l'Annonciation :
"Dans la joie -parce que, lorsque J'ai compris la mission à laquelle Dieu M'appelait, Je fus remplie de joie-, Mon Coeur s'ouvrit comme un lys fermé ; et il s'en épancha le sang qui fut le Germe du Seigneur."
Cela, MARIE l'a dit, dans les mêmes termes à Marie d'Agreda au 17ème siècle en Espagne, précisant : "Trois gouttes de sang." Voilà la Conception et voilà l'Embryon, le Germe du Seigneur.
Ce Seigneur qui dicte partout :
"Je suis l'Amour"
Et, dans notre âme est l'Esprit d'Amour pour faire naître et grandir en nous l'Amour, c'est-à-dire JÉSUS : "pour que nous puissions L'apporter au monde."
Faire naître et grandir en nous l'Amour "en accroissant notre vie spirituelle", ce qui porte l'homme à la rencontre de Dieu. Au lieu de cela, réfléchissez : toutes nos pensées, toutes nos actions, bonnes ou mauvaises, font la Joie ou la Douleur de Dieu qui est là, en nous ; "de Droit", dit JÉSUS, du Droit de Création. De notre lâcheté, de nos calomnies, de notre luxure, Dieu est le Témoin, dégoûté.
Mais Il nous aime quand même, sachant notre faiblesse devant les tentations du démon, du monde et de la chair. Et MARIE pleure...

†
† †

4ème Partie
Où suis-je ?
************

Je suis sur la Terre, bien sûr. Mais nous n'en avons qu'une vision matérialiste. Et le matérialisme veut nous faire croire que la Terre, notre système solaire et tout l'Univers, sont la résultante d'un pseudo-hasard et de causes inconnues, pour nous faire oublier que c'est au contraire une création divine. Ainsi que l'expose un chercheur brésilien, "__l'Univers est une matérialisation de la Pensée divine" ; et aussi la matière est de la lumière "solidifiée", ce que donne à penser de BROGLÏE, ce savant qui a démontré la double nature de la lumière : ondulatoire (donc immatérielle, puisqu'elle se range dans les ondes électromagnétiques) et aussi corpusculaire : il y a des grains de lumière, les photons. La lumière est donc le pont entre l'immatériel et le matériel.
Dans un langage se suffisant à lui-même pour les contemporains de Moïse qui venaient d'être témoins de Dix Plaies de l'Egypte, qui avaient traversé la mer à pied sec, qui s'étaient nourris de la Manne (*) et des cailles (**) tombées du ciel, qui s'étaient désaltérés de l'eau jaillie du rocher dans le désert du Sinaï, qui ont fait étape quand la Nuée du Seigneur s'immobilisait, pour tous ces contemporains et leurs descendants jusqu'au siècle dernier, la Création de l'Univers, telle que décrite dans la Bible, était suffisamment crédible pour n'être jamais remise en discussion.
[(*) : La Manne préfigure, dès l'Ancien Testament, le Pain de Dieu, l'Eucharistie que JÉSUS institue juste avant d'être vendu, trahi, capturé, renié, torturé, tué.
(**) : Ces "cailles" sont les alouettes qu'on ramasse à la main sur les hauts plateaux algériens à la nuit tombée, en les éblouissant avec une lampe, en les immobilisant par le fracas d'une cloche ; leur nom est kanga en arabe. Nous sommes tous des "kangas", éblouis par les mirages de l'argent et du progrès, assourdis par le tam-tam des Médias, et que le démon ramasse.]
C'est au siècle dernier que l'intelligence humaine, tordue par la Révolution qui avait guillotiné le Roi et les Prêtres sans que le ciel s'écroule, c'est cette intelligence, gauchie (*) par le démon, qui a tenté de prouver que Dieu n'avait pas pu créer l'Univers "en six jours", qu'il n'était pas possible que la végétation soit (3ème "jour") avant le soleil, les étoiles et la lune (4ème "jour").
Pas plus qu'ils n'avaient pas voulu comprendre que les "jours" étaient là, dans la Bible, pour créer la semaine qui se termine par le Jour du Seigneur, ils n'ont pas compris que l'apparent anachronisme entre les 3ème et 4ème phases de la Création est voulu, et placé là, dès le début de la Bible pour piéger les suffisants, ceux dont le peu de Foi butte sur un détail. JÉSUS dicte à Marguerite (6), le 23.05.1969 :
"Si la Foi soulève des montagnes,
le manque de Foi bute sur un caillou".
JÉSUS dicte aussi à don Ottavio (4), le 21.06.1978 :
"Ne savent-ils pas, tous, qu'il n'y a pas de Loi sans Législateur ? Ne le savent-ils pas les savants athées ou non qui, à travers l'étude des lois découvertes dans les dernières décennies, lois merveilleuses, régulatrices parfaites de toute la dynamique de l'Univers entier, devraient être arrivés à comprendre que ces Lois présupposent nécessairement l'intelligence, et ne savent-ils pas, tous, que l'Intelligence qui les a créés ne peut être que l'Intelligence très pure de Dieu ?"
"L'Intelligence très pure de Dieu" ! Page précédente (*), j'ai écrit : "l'intelligence tordue, puis gauchie par le démon". Notez Bien que tous les tenants d'une laïcité de combat, tous les négateurs de Dieu se disent eux-mêmes de gauche (même s'ils ont presque toujours leur portefeuille à droite). Notez le langage populaire qui dit de l'argent détourné, qu'il est mis "à gauche" ; d'une planche voilée, qu'elle est "gauche" ; d'un geste maladroit, qu'il est "gauche". Notez qu'en français, sinistre vient du latin sinister qui signifie gaucher : dans l'antiquité grecque l'enfant gaucher était sacrifié, étant dit taré. Le démon a taré toute la Gauche moderne.

4. 1. Le Big Bang de Gamow
*********************************
A propos de la cosmogénèse (la naissance de l'univers) et du hasard, EINSTEIN a écrit : "Je ne puis croire que Dieu joue aux dés avec le cosmos", ce qui est le refus d'un pseudo-hasard dans l'édification de l'univers. Et c'est ce que pensent également l'unanimité des astro-physiciens actuels qui se rallient à la théorie du Big Bang (le Grand Boum !) de GAMOW pour comprendre la naissance de l'Univers. Cette explication date de 1948. Elle est la résultante de 3 constats principaux de l'astro-physique :
1.- la "fuite des galaxies", qui s'éloignent d'autant plus vite de la Terre qu'elles en sont plus éloignées. Ce qui a donné à supposer un mouvement d'expansion de l'Univers ; et cette expansion, à la suite d'une explosion initiale en un point central ;
2.- l'existence d'un rayonnement cosmique uniforme dans l'univers à 3°K, donc à 3°c au-dessus du zéro absolu (- 297°c) ;
3.- les quantités d'hydrogène et d'hélium qui se trouvent dans l'univers.
Je n'entrerai pas dans le détail expliquant les deux derniers constats qui dépassent la modeste formation scientifique de mon métier d'ingénieur ; ni dans d'autres constats encore plus "pointus", sauf "la fuite des galaxies", qui est l'interprétation du spectre de la lumière émise par les étoiles, et c'est là, le constat brut ; pour exposer clairement les autres constats d'appui de la théorie du Big Bang, il faut une culture que je n'ai pas.
L'important n'est pas là ; il se trouve dans l'exposé-même de la théorie du Big Bang : cette explication place, à l'origine de l'univers, une explosion, au moment zéro de l'âge de l'univers, et causée par une énergie atteignant une puissance infinie (notons, au passage, que l'Infini ne peut jamais être atteint, par définition). Cette explosion, le Big Bang, serait à l'origine l'univers.
En effet, selon les lois de la Relativité établies par Einstein (ce qui lui a valu le Prix Nobel), l'énergie et la matière sont deux apparences différentes de la même réalité physique. L'univers physique (c'est-à-dire les étoiles, les planètes et leurs mouvements), donc le globe terrestre et sa dynamique, seraient l'aboutissement actuel de cette énergie initiale, donc préexistante.
Notez Bien que JÉSUS, dans la citation de la page précédente, dit des "lois découvertes dans les dernières décennies" (ceci englobant les lois de la Relativité qui lient entre elles la masse et l'énergie), qu'elles sont "merveilleuses, régulatrices parfaites de toute la dynamique de l'univers entier". JÉSUS ne cautionne nullement la théorie de Gamow, mais Il confirme la validité des lois mathématiques de la mécanique cosmique. Et Il place à l'origine de l'univers l'Intelligence très pure de Dieu.
La théorie de Gamow est importante parce que, même si aucun scientifique n'ose dire que l'énergie initiale, préexistante et infinie, est celle de Dieu, leur formulation, même prudente, l'identifie et la pose en hypothèse de départ impérative. Mais que l'univers actuel soit la résultante d'une explosion (donc sans Intelligence organisatrice) cela est aussi improbable que de voir l'explosion d'une imprimerie aboutir à un dictionnaire (selon l'image du Pr américain COUKLIN). À l'origine de l'Univers, il y a forcément quelqu'Un qui a tout organisé : Dieu.



4.2. L'Apparence et le Vide
La matière, c'est d'abord de l'énergie
****************************************

Selon les physiciens, la matière et l'énergie, qui nous paraissent opposées, sont deux aspects différents de la même réalité physique. Une relation mathématique les relie, faisant intervenir également la vitesse de la lumière comme paramètre nécessaire d'équilibre. J'avoue l'admettre sans comprendre : bien des Savants qui ne sont pas familiers de la grande mathématique, admettent aussi les lois de la Relativité sans en comprendre le détail. Notez Bien que sans la participation personnelle d'EINSTEIN, la première bombe atomique n'aurait pas pu être fabriquée... à temps pour atomiser Hiroshima et Nagasaki. Car la relativité entre énergie et matière se trouve à la base de l'industrie atomique.
L'eau est un aspect d'une réalité multiforme ; elle est liquide ; la vapeur et les nuages ont un aspect gazeux ; la neige est une poudre de cristaux et malléable ; la glace est solide. C'est toujours le même corps, de même composition chimique, indispensable à la Vie, sous des apparences différentes et des propriétés physiques différentes.
La matière, qui a une apparence solide, doit sa compacité à l'énergie enclose dans chaque atome qui la constitue. Ainsi, un morceau d'anthracite pur, du charbon noir et dur, est du carbone de masse atomique 12. Le noyau de cet atome (6 protons de charge électrique positive) constitue 99,95% de la masse de l'atome et occupe la millionième partie de l'espace de l'atome ; dans le vide restant, soit la presque totalité du volume, 6 électrons de charge électrique négative, font de l'atome de carbone un système électriquement équilibré.
C'est l'énergie de cohésion atomique qui permet à ce qui est essentiellement du vide, d'avoir la compacité du charbon, mais encore la friabilité du graphite de la mine de votre crayon... et aussi la dureté du diamant qui est une autre apparence du carbone, et dont la dureté raye tous les corps connus avec sa limpidité étincelante. Ici, avec la pureté du diamant (qui en fait le prix), nous avons un reflet de la pureté spirituelle qui est inaltérable, Dieu aidant. Voilà un exemple significatif d'une apparence multiforme qui cache une réalité paradoxale. Le corps humain est constitué de la presque totalité des corps simples connus sur la Terre ; donc d'atomes, et d'atomes vivants. Pour faire percevoir par les Lycéens la présence de l'énergie de cohésion atomique, on a recours à une supposition :
"Sans cette énergie de cohésion, le cadavre d'un homme pesant 7O kg ne serait pas plus gros qu'une chiure de mouche pesant toujours 7O kg."
L'on voit par là que ce qui a pour nous l'apparence de la matière solide est, avant tout et surtout, de l'énergie. Et cela, dans un caillou, comme dans un insecte ou "dans" l'homme.
Le mouvement et l'immobilité sont pour nous contradictoires ; or, voyez le linge, immobile sur le fil où il est mis à sécher : du fait de la rotation de la planète sur elle-même, il se déplace dans l'espace à 1.400 km/h à l'équateur, tout en se déplaçant à je ne sais combien de Km/h autour du soleil ; notre système solaire, qui occupe une zone vers la périphérie de la Voie Lactée, orbite autour du centre de notre galaxie lenticulaire en 250 millions d'années.
Notre galaxie toute entière, en tournant sur elle-même (ce qui lui a donné sa forme de lentille, et idem pour notre système solaire) fait vraisemblablement partie d'un anneau de galaxies tournant autour du centre de l'univers. En donne une image le pneu d'une bicyclette tournant autour du moyeu de la roue ; il y a peut-être aussi d'autres anneaux de galaxies, excentriques ou concentriques au nôtre, tournant dans le même sens (ou dans un sens opposé, ce qui répondrait de la théorie de l'anti-matière et des exceptions constatées à la loi de Hubble : fuite des galaxies) ; si cette hypothèse est correcte, la déduction de fuite des galaxies serait fausse. (Cette incidente n'a pas de base certaine)
Car, si l'Univers nous paraît sans limite, la logique conduit à supposer qu'il a un centre. Tous les mouvements surajoutés et imbriqués sont une réalité mathématique décrite par les astro-physiciens. Qui préfère croire que cela, c'est le résultat d'une explosion, plutôt que l'aboutissement de Lois établies par l'Intelligence Très-Pure de Dieu ?
Voilà "où je suis" ; et quand on regarde ce que notre civilisation fait de notre planète et à quoi notre civilisation a réduit l'Humanité, tout ce qu'on peut dire, c'est que nous sommes dans "un beau pétrin"...

†
† †

5ème Partie
Pourquoi suis-je sur la Terre ?
************************************
C'est la question que se pose l'isolé dans la foule, l'abandonné dans son malheur, le dégoûté qui traîne son ennui, le découragé qui pense au suicide... Voici une objection souvent formulée, et qui lutte contre la Confiance en Dieu :
Puisque Dieu est infiniment Sage et Puissant, pourquoi a-t-Il créé les Anges dont une partie se sont révoltés, devenant démons ? Pourquoi a-t-Il créé les Hommes, si faibles devant les tentations, que nombre de régions du monde deviennent parfois l'Enfer sur la Terre ?
L'Église, qui ne se trompe jamais sur l'essentiel, répond :
"Dieu a créé les Anges et les hommes par Amour et pour en recevoir de l'Amour. L'homme étant limité dans son temps de vie terrestre, limitée aussi est son intelligence ; ce que nous ne compre-nons pas met à l'épreuve notre Confiance dans l'Amour Parfait qui est Dieu et nous comprendrons tout dans la Lumière du Ciel."
Comme c'est Dieu qui a créé l'homme, Lui seul peut répondre sûrement à cette question. Et Il a abordé ce sujet dans plusieurs révélations "privées." C'est à Catherine Emmerich, cette stigmatisée allemande de la fin du 18ème siècle et du début du 19ème, que Dieu a exposé le "Pourquoi ?" de la Création humaine en Adam et Ève ("31" : "Les Mystères de l'Ancienne Alliance") :
"Dans l'éternelle Pensée divine, la Création humaine, est destinée à occuper au Paradis, nombre pour nombre, les places laissées vacantes par les Anges déchus."
JéSUS dicte à "JNSR" :
"Toutes les âmes, Je les ai créées pour Ma Joie."
L'Amour Créateur
Quand il est vivant, quand il est puissant, l'Amour est inventif, créatif. Dieu est Amour. Conscient d'être et de pouvoir. De ce Pouvoir, Il use sans le diminuer pour créer l'Univers ; dans cet Univers de milliards d'étoiles et de planètes, Il choisit une planète, la Terre, où Il fait naître les Vies végétale et animale pour les soumettre à l'homme à venir, quand tout serait prêt pour lui.
Dieu crée l'homme pour Sa Joie ; pour lui donner et en recevoir de l'Amour. Par Catherine Emmerich, le Seigneur précise que, si la Faute Première n'avait pas "esquinté" l'Oeuvre divine en l'homme, JÉSUS Se serait néanmoins Incarné en MARIE pour manifester deux ou trois millénaires plus tôt le Règne de Dieu sur la Terre : parce que ce Règne n'a jamais cessé d'être dans le Plan divin.
Et rien ni personne ne peut empêcher le Tout-Puissant d'accomplir Sa Volonté. Il la fera, bientôt.
Mais tout Concepteur d'un projet y intègre des sécurités, il prévoit les éventualités accidentelles possibles ; c'est ainsi que des fusibles sont prévus dans une installation électrique ; qu'une auto, qui n'a besoin que de 4 roues, dispose toujours en secours d'une 5ème roue. Dans Son Projet de Création angélique, Dieu avait intégré l'éventualité d'une révolte ; de toute Éternité Dieu le Fils prévoit de S'incarner sur Terre ; de toute Éternité, MARIE est prédestinée à être la Mère du Sauveur ; l'éventualité de la Faute Première est aussi prise en compte par la Sagesse divine.
Nous sommes habitués à la remarquable finesse des prévisions, obtenues grâce à l'ordinateur, des résultats probables des consulta-tions électorales. Mais cela, c'est un tableau susceptible d'être admis par l'intelligence humaine coincée entre le passé et l'avenir. En Dieu, Être Spirituel et Éternel, les contraintes de temps n'existent pas : passé et avenir Lui sont présents : cela, nous ne pouvons pas le comprendre ; seulement l'admettre.
La Religion accusée d'égocentrisme
En fonction des lois des probabilités et des milliards d'étoiles susceptibles, comme notre soleil, d'être entourées de planètes, les scientifiques ont formulé l'hypothèse de la possibilité d'autres mondes habités, soit dans notre galaxie, la Voie Lactée, soit dans d'autres galaxies. À l'extérieur de notre système solaire, seules les étoiles sont visibles ou identifiables grâce à leur lumière propre, leurs planètes (si elles en ont) ne le sont pas ; dans notre galaxie, l'étoile la plus proche (Alpha, dans la constellation du Centaure), est à 4,23 années-lumière de la Terre (soit 40.400 milliards de Km) ; cela signifie qu'un signal-radio suffisamment puissant émis d'une planète de ce système -si elle existe- mettrait plus de 4 années à nous atteindre à la vitesse des ondes radio : 300.000 Km/seconde,
Des ensembles de détection gigantesques ont été construits pour capter de tels signaux-radio éventuels. Et cela, sans aucun résultat jusqu'ici. C'est dire que l'existence d'autres mondes habités reste du domaine de l'hypothèse ; et que la venue d'engins habités semble du domaine de l'impossible.
Mais cela n'empêche pas les "scientistes" d'accuser la Religion d'égocentrisme en lui imputant la faute de croire que seule la Terre est habitée. Cette accusation est le résultat d'un amalgame, lequel est le "raisonnement" spécieux basé sur une donnée tordue pour arriver à la conclusion que l'on veut ; ici, partir d'une probabilité aléatoire pour coincer la Religion.
Or l'Église n'évolue pas dans les hypothèses, mais dans les certitudes : la Terre est habitée et Dieu EXISTE ; la Religion et la Bible ne disent pas autre chose. Ceux qui accusent la Religion d'égocentrisme se fabriquent des fantasmes et des alibis pour refuser Dieu et Ses Commandements. Voilà ce que j'écrivais dans les premières versions de ce livre. Je le pense toujours. Mais, dictant à "J.N.S.R." (38), le 17.09.1992, le Seigneur semble relancer le débat et nous pose problème :
La Terre est celle que Mon Père a choisie pour Se manifester dans Son Amour Infini : petite parcelle de l'Univers, qui a reçu le Don d'Amour du Très-Haut, votre Dieu Trois Fois Saint, est unique. En six jours Il fit les Cieux et la Terre. Croyez-vous être seuls ? (*) Sais-tu ce qu'est l'Univers ? Ce sont plusieurs mondes éparpillés, plusieurs vies, plusieurs formes, plusieurs créatures de Dieu. Car Dieu est l'Infinie Miséricorde, le Dieu Créateur.Rien n'a de limite pour Dieu qui créa, qui crée, et qui créera selon que Sa Création Lui sera Fidèle ou rebelle.
Mon Père créa la Terre pour la donner à l'homme de la Terre car Sa Bonté voulait se refléter en chacun de vous. Savez-vous ce que cela représente pour vous ? Non, vous doutez. Dieu voulait vous élever dans les sphères les plus hautes de Son Amour, afin de faire de vous des Fils de Dieu, à la ressemblance de Son Fils Unique, Moi, JÉSUS le Christ.
Mais votre désobéissance s'est répétée sans arrêt depuis la Création de votre monde. Sans aucune pudeur, vous avez même voulu prendre la place de Dieu, Mon Père et votre Père ; et vous êtes devenus comme ces anges déchus qui montèrent jusqu'à Lui pour le détrôner. Vous voici au rang des Usurpateurs.
"Petite parcelle de l'Univers" : si notre Terre est unique, c'est en contradiction avec les énonciations qui suivent : "plusieurs mondes." Alors, "unique" serait notre Humanité dans sa désobéissance à Dieu ? Cette interrogation est sans réponse. Existerait-il d'autres formes de vie intelligente dans l'Univers ? "Croyez-vous être seuls ?" le donne à entendre.
Une obscurité dans un texte dicté par JÉSUS n'est jamais involontaire : son rôle est de stimuler notre intelligence, d'alerter notre prudence ou d'éprouver notre confiance :
- notre confiance : "Si la Foi déplace des montagnes, le manque de Foi bute sur un caillou" ; dans un Message, quand une énonciation pose un problème dont la solution est hors de notre portée, "attendre et voir venir" : faisons Confiance au Seigneur qui ne nous laissera pas dans cette incertitude ; faisons-Lui Confiance, comme le jeune Enfant fait confiance à son père ou à sa mère.
- notre prudence : l'éventualité de l'existence d'autres formes de vie intelligente dans l'Univers, est une controverse ouverte depuis près d'un demi-siècle ; en 1973, puis en 1976, MARIE a clairement déclaré que les "OVNIs" (dont on a tant parlé) sont une création satanique, ce qui n'implique pas l'inexistence d'autres mondes habités. Cette existence est notée dans des écrits reçus par Maria Valtorta, mais ils n'ont été publiés que récemment, soit plus de 20 ans après la mort de la Messagère.
Dans nombre d'Apparitions contemporaines (à Dozulé, comme à Medjugorje, par exemple) JÉSUS ou MARIE permettent au démon une intrusion afin d'instruire le ou la Voyante du danger possible d'un parasitage satanique. Nombre de Saints ont bénéficié de cet enseignement de la prudence.
Mais notre intelligence doit être capable "d'enjamber" cette pierre d'achoppement sans trébucher là ; il est bien évident que les "OVNIs" et "E.T." sont un dérivatif de la méditation en recherche vers plus grand que l'homme, donc un détournement de notre recherche de Dieu ; ne nous laissons pas piéger ; JÉSUS le répète sans cesse : Seul, Lui, le Sauveur, nous sauvera.
†
† †

5. 1. La Création de Vie intelligente
*******************************************
L'intelligence différencie nettement les Créations angélique et humaine de la Création des vies animale et végétale. L'animalité, soumise à l'instinct de race, n'est pas libre de ses choix ; la végétation n'a même pas la liberté de mouvement. On voit que la liberté est l'apanage de la vie intelligente.
Libre et Intelligent, Dieu a créé la vie intelligente à Sa Ressemblance, par Amour et pour en recevoir de l'Amour. Car l'Amour n'a de signification réelle que dans la liberté. Mais la Liberté est une arme à deux tranchants, elle peut préserver ou blesser, et la libre intelligence peut faire une erreur de choix.
Une Loi d'Amour si parfaite...
JÉSUS dicte à Maria Valtorta ("3", T.1, p.40) :
"Dieu, le Père Créateur, avait créé l'homme et la femme avec une loi d'Amour si parfaite que vous ne pouvez plus, en aucune façon, en comprendre la perfection. Et vous vous égarez en pensant comment aurait pu être l'espèce humaine si l'homme ne l'eût pas soumise aux directives de Satan." Et, p. 103  :
"Dieu avait dit à l'homme et à la femme : "Vous connaissez toutes les Lois et Mystères de la Création. Mais n'usurpez pas Mon Droit d'être le Créateur de l'homme. Pour propager la race humaine, il suffira de Mon Amour qui circulera en vous et, sans luxure, par le seul mouvement de la Charité, Il suscitera les nouveaux Adams de la race humaine. Je vous donne tout, Je ne Me réserve que ce Mystère de la formation de l'homme."
C'est donc très clair : Adam et Ève avaient été mis en possession de tous les Secrets de la Création. Mais il leur est demandé de faire Confiance à Dieu qui assurera leur descendance : "Mon Amour qui circulera en vous", comme Il a circulé en MARIE brûlant d'Amour à l'aube de l'Incarnation. Ce Mystère de la Création humaine est du "Domaine réservé" de Dieu, parce que Seul le Pur-Amour peut concevoir saintement, sans luxure, un nouveau-né.
Après avoir dit que "l'arbre au fruit défendu" ou "l'arbre de la connaissance" était une image symbolique, JESUS dicte à Maria Valtorta (T.1, p.111)  :
"Symbolique aussi le fruit offert et mangé. C'était le fruit d'une expérience qu'ils avaient voulu faire par instigation satanique, contre le Commandement de Dieu. Je n'avais pas interdit l'Amour aux hommes ; Je voulais uniquement qu'il fût sans malice. Comme Je les aimais d'un Amour essentiellement saint, ils devaient s'aimer d'une affection sainte qu'aucune luxure ne vienne souiller."
Cette "expérience par instigation satanique", c'est l'accouplement sexuel copié sur l'animalité pour procréer, contre le Commandement de Dieu. Et MARIE, la Nouvelle Ève, l'expose très clairement à Maria Valtorta (T.1, p.105) :
"L'Esprit de Dieu M'avait instruite de la Douleur du Père devant la corruption d'Ève qui avait voulu s'avilir et, de Créature de Grâce, descendre au niveau des créatures inférieures" [les bêtes] "La Maternité, exempte de tout ce qui maintenant l'avilit, avait aussi été accordée à Ève par le Père Créateur. Douce et Pure Maternité sans pesanteur des sens ! J'en ai eu l'expérience. De combien s'est appauvrie Ève en renonçant à cette Richesse ! Plus que de l'Immortalité." ..."Mais la Maternité, sans violation d'aucune sorte, est venue à Moi Seule, Ève Nouvelle, afin que Je puisse dire au Monde de quelle douceur aurait été le sort de la femme appelée à devenir mère sans souffrance dans sa chair. Et le désir de cette Maternité Pure pouvait exister et existait de fait dans la Vierge qui était toute à Dieu, car cette Maternité est la Gloire de la femme.
"Si vous pensez , ensuite, en quel honneur était tenue la femme devenue mère chez les Israélites, vous pouvez encore mieux apprécier le sacrifice que J'avais consenti en acceptant, par Mon voeu, cette privation. Maintenant, à Sa servante, l'Éternelle Bonté faisait ce Don sans M'enlever la Candeur dont J'avais été revêtue pour être une fleur sur Son trône. Et Moi, J'en ai éprouvé une suave jubilation d'avoir la double Joie d'être mère d'un homme et d'être la Mère de Dieu.
"Joie d'être Celle par laquelle la Paix ressoudait ensemble le Ciel et la Terre" (...)
"Joie d'avoir donné la Joie à Dieu : Joie de Croyante pour son Dieu rendu heureux." (...)
"Une loi d'Amour si parfaite",
dit JÉSUS en parlant de la Création humaine en Adam et Ève.
En effet, Le Père Créateur avait été prodigue de Son Infinie Richesse en donnant à l'homme la Connaissance de "toutes les Lois et Mystères de la Création", de la Création cosmique et vivante :
de la création cosmique
MARIE, la Nouvelle Ève, révèle à Marie d'Agreda (12), qu'au cours de Sa surnaturelle Neuvaine, avant l'Annonciation et l'Incarna-tion du Verbe de Dieu, Elle avait été instruite (*) de la Connaissance sur l'influence des planètes, sur les propriétés bienfaisantes des minéraux et des plantes ; qu'Elle avait été mise en possession du Pouvoir sur toute la Création (Penser au soleil de Fatima) ; Elle en usa très peu et toujours avec une telle prudence que nul ne s'en est jamais aperçu. MARIE en révélera quelques exemples à Marie d'Agreda ; par exemple, en chemin de Béthléem à Jérusalem à travers les montagnes de Judée en hiver, pour la Présentation de JÉSUS au Temple, Elle ordonne au vent glacé de ne plus faire pleurer de froid Son Enfant, refusant d'être protégée, Elle : un cocon d'air tiède enveloppe alors le Nourrisson.
(*) : A Marie d'Agreda, MARIE dit : "instruite." A Maria Valtorta, JÉSUS dévoile le Mystère des Merveilles que Dieu accomplit en MARIE, pour Celle qui est la Fille puînée du Père et qui sera l'Épouse du Pur Amour et la Mère du Fils de Dieu.
Pendant le Concile Vatican II, le Cardinal Béa avait développé devant les Pères conciliaires la thèse identifiant MARIE à La Sagesse dont parle le roi Salomon dans le Livre des Proverbes (VIII, 22/31). Dictant à Maria Valtorta (T.1, p.35/36), JÉSUS confirme, disant d'abord à Maria :
"J'ai un ardent désir de te porter avec Moi dans l'azur paradisia-que de la contemplation de la Virginité de MARIE" "Parler de la Conception de MARIE, la Sans-tache, cela signifie plonger dans l'azur, dans la lumière, dans l'Amour. Viens et lis Ses gloires dans le livre de l'Ancêtre." (*)
[ (*) : JÉSUS est le Fils de David, dans sa lignée, ainsi qu'annoncé par les prophètes ; le roi Salomon, l'Ancêtre, est le fils du roi David].
Et JÉSUS cite le texte biblique original qu'il est intéressant de comparer à la Bible dans sa traduction française de l'hébreux :
"Dieu M'a possédée dès le commencement de Ses Oeuvres, dès le commencement, avant la création.
Il M'a établie à l'origine des êtres, avant que fût créée la Terre. Lorsque les abîmes n'existaient pas encore, Il M'avait déjà conçue. Les sources d'eau vive ne coulaient pas encore, et les montagnes ne s'étaient pas dressées avec leurs masses imposantes, et les collines n'étaient pas exposées au soleil, que J'étais engendrée (*). Dieu n'avait pas encore fait la Terre, les fleuves et l'axe du monde, et Moi J'étais.
Quand Il préparait le ciel, J'étais présente ; quand, par l'effet d'une loi immuable, Il enferma l'abîme sous la voûte des cieux ; quand dans les hauteurs Il assura la stabilité de la voûte céleste et Il fit les sources d'eau vive ; quand Il fixait à la mer ses limites et imposait des lois à ses masses d'eau ; quand Il ordonnait aux eaux de ne pas franchir ces limites ; quand Il jetait les fondements de la Terre, J'étais là avec Lui pour organiser toutes les choses. Dans une joie sans fin, Je jouais au milieu de l'univers...."
"Vous avez appliqué ces Paroles à la Sagesse, mais elles parlent d'Elle, la Mère toute Belle, toute Sainte, la Vierge Mère de la Sagesse que Je suis personnellement, Moi qui te parle.
J'ai voulu que tu écrives le premier vers de cet hymne en tête du livre (**) qui parle d'Elle pour qu'on reconnaisse et que l'on sache qu'Elle est la Consolation et la Joie de Dieu, la raison de la constante, parfaite, intime Joie de ce Dieu Un et Trine qui vous gouverne et vous aime et à qui l'homme a donné tant de motifs de tristesse, la raison pour laquelle Il a perpétué la race humaine alors qu'à la première épreuve elle méritait la destruction, la raison du Pardon que vous avez obtenu.
(*) : L'Esprit est engendré, alors que l'Âme est créée ; ici, l'Esprit de MARIE.
(**) : le premier volume de l'oeuvre dictée à Maria Valtorta.
"Avoir MARIE pour en être aimé. Oh ! cela valait bien la peine de créer l'homme, de décréter qu'il serait pardonné, pour avoir la Vierge Belle, la Vierge Sainte, la Vierge Immaculée, la Vierge possédée par l'Amour, la Fille Bien-Aimée, la Mère toute Pure, l'Épouse Aimante" (...) "Pour être Chair J'avais besoin d'une Mère. Pour être Dieu, J'avais besoin d'un Père qui fut Dieu. Voilà pourquoi Dieu créa l'Épouse et lui dit :
"Viens avec Moi. A Mes côtés, vois tout ce que Je fais pour Notre Fils" "Regarde et réjouis-toi, éternelle Vierge, Enfant éternelle, et que ton sourire emplisse ce Ciel et donne aux Anges la note initiale, et qu'il enseigne au Paradis l'harmonie céleste.
Je te regarde et Je te vois telle que tu seras, ô Femme immaculée qui, maintenant, n'es qu'Esprit, Esprit en qui Je Me complais. Je te regarde et donne l'azur de ton regard à la mer et au firmament, la couleur de tes cheveux au grain saint, ta blancheur au lys et ton rose à la rose semblable à ton épiderme soyeux, les perles sont tes dents minuscules" "
[Cet extrait est pris p. 39 et il y a encore 4 pages de JÉSUS sur Sa Maman dont Il ne se lasse jamais de parler : l'Amour qui parle de Son Amour !].
Voilà comment et pourquoi MARIE est instruite des lois de la Création dès son origine. Et ce que la Nouvelle Ève savait, a été révélé à Adam et à la première Éve.
Qui s'est posé la question de savoir comment Noé et ses fils, plus de 4 millénaires avant le Christ, donc au début de l'âge du bronze, ont coupé et surtout transporté des résineux de 50 coudées (Gen. VI, 13) soit environ 25 mètres de longueur utile (8 étages de nos immeubles) et pesant plus de 5 tonnes ?
Couper avec un outil de bronze un tronc d'arbre de plus d'un mètre de diamètre ; et après l'avoir ébranché, le transporter du lieu d'abattage au lieu de construction de l'Arche ; les juxtaposer tête-bêche et les assembler...
Le 9ème Patriarche, demeuré en Amitié avec Dieu, devait savoir comment on obtient de Dieu qu'Il annule la pesanteur. Dans la dispersion qui a suivi le Déluge (puisque le Déluge a laissé une trace même dans la mémoire de ceux venus ensuite habiter la Polynésie), il a dû rester aux migrants des vestiges de ce pouvoir, du moins la manière de l'invoquer et de l'obtenir ; des traces matérielles subsistent encore, qui ne s'expliquent que par cela :
* les statues de l'Ile de Pâques, érigées à 2 ou 3 km de leur lieu d'extraction, donc transportées sur un terrain accidenté ; combien pèse un bloc de pierre de 3 mètres ? Entre 10 et 20 tonnes... Les vieilles traditions de l'Ile de Pâques disent ; "par le pouvoir du Mana."
** Les Pyramides d'Égypte : la plus haute a 147 m. ; on prétend que des lévées de terre en pente douce, des rouleaux de bois, des câbles tirés par de nombreux bras, ont pu hisser des blocs de 3 ou 4 tonnes jusqu'au sommet : on a vu cela au cinéma ; mais ce qu'on a très peu su, c'est l'échec complet de ce procédé. pour la construction d'une pyramide de seulement 30 mètres de haut il y a une vingtaine d'années.
Les promoteurs de l'expérience se sont écrasés dans le silence. Et personne n'a expliqué de façon convaincante pourquoi des pyramides ont été édifiées en Amérique centrale un millénaire avant l'arrivée des Espagnols. Pourquoi ? Sinon parce que les lointains descendants des migrants arrivés du Moyen-Orient s'étaient transmis de génération en génération le souvenir des pyramides d'Égypte.
*** Personne, non plus, n'a expliqué comment des tables de dolmens pesant 200 tonnes ont été posées sur deux appuis...
Tous ces vestiges mégalithiques d'un lointain passé subsistent, comme autant de points d'interrogation gigantesques pour aiguillon-ner l'intelligence humaine en recherche de la Vérité et conduire l'homme vers plus grand que lui : Dieu. Car ce n'est ni "le hasard", ni "des causes inconnues", ni des "circonstances favorables" qui ont déplacé ces blocs ; ils sont là ; et un peu là !. Qu'y a-t-il de déraisonnable à penser à la même force qui faisait s'élever dans l'église Ste Thérèse d'Avila en prière, élevant son âme vers Dieu et son corps suivait le mouvement ?
Les lois et mystères de la création vivante
ont été révélées à Adam et Ève.
Qui s'est posé la question de savoir comment Noé s'est fait obéir de tous les animaux qu'il a fait entrer dans l'Arche ?
Dans la Bible (Gen. II, 19) il est dit qu'après avoir créé les animaux, Dieu "les amena à l'homme pour voir comment celui-ci les appellerait" ; le nom donné implique propriété ; dans Isaïe (XLIII, 1) Dieu fait dire au prophète :
"Je t'ai donné un NOM, tu es à Moi" (*)
[(*) : C'est par le nom donné au nouveau-né que les parents identifient leur "propriété" sur l'enfant et, par le Baptême, celle de Dieu. À notre époque encore, des peuplades de Polynésie refusent d'avoir un nom qui implique propriété].
Toute l'animalité était soumise à l'homme et lui obéissait. Encore deux questions à propos de Noé : durant les 40 jours du Déluge, comment a-t-il empêché les animaux carnivores de dévorer les autres ? Qui veut répondre ?
Une fois le Déluge passé, Dieu dit à Noé (Gén. IX, 13) :
"Je mets Mon Arc dans le ciel et il deviendra
un Signe de l'Alliance entre Moi et la Terre."
et v. 16, en insistant sur le futur :
"Quand l'arc sera dans la nuée, Je le verrai
et Me souviendrai de l'Alliance éternelle..."
L'arc-en-ciel est un météore atmosphérique qui exige la conjonction de la pluie et du soleil.
Mais, même quand ces deux conditions sont réunies, il ne se produit pas toujours ; c'est même assez rare. Assez rare pour qu'on se montre aussitôt sa beauté ceinturant la Terre. Dans ces paroles bibliques de Dieu à Noé, le futur donne à penser qu'avant le Déluge, Noé et sa famille n'avaient encore jamais vu d'arc-en-ciel.
Qui ?, de nos jours, Prêtre ou Laïc, s'est interrogé sur le Don à l'Humanité de ce météore imprévisible mais réel : alors "Dieu Se souvient de Son Alliance éternelle avec l'Humanité", alors l'homme admire l'arc-en-ciel mais ne sait plus _____________Qui et pourquoi le "met dans la nuée." La nuée humide sans laquelle l'arc-en-ciel ne peut être.
Quand Dieu parle ainsi à Noé, le Patriarche est âgé de 600 ans [et la construction de l'Arche a duré 100 ans (Source des informations : Catherine Emmerich, "9")]. S'il n'avait encore jamais vu d'arc-en-ciel, il ne peut douter que c'est l'oeuvre de Dieu qui lui parle en ce moment.
JÉSUS dicte le 25.02.1976 à don Ottavio :
"J'ai toujours parlé aux hommes. J'ai parlé à Adam et Eve, directement. J'ai parlé à Caïn. J'ai parlé aux Patriarches. J'ai parlé par le moyen des prophètes ; J'ai parlé par le moyen des saints."
C'est en parlant directement à Adam et Ève que Dieu les met en possession de toutes les lois et mystères de la Création. Cette connaissance s'intègre dans les Dons Préternaturels attribués par Dieu à la Création adamique :
* la faculté d'entendre Dieu leur parler directement et de reconnaître Sa Voix sans se tromper ;
** le pouvoir sur la nature : sur les éléments, (sur le climat, peut-être, et sur la pesanteur), sur l'animalité ;
*** la faculté, pour la femme, de devenir la mère d'enfants dont le Père serait Dieu, d'enfants qui seraient aussi "fils de l'Homme" : le père putatif (ou légal) détenant tout pouvoir de Dieu qu'il représente dans sa famille ; et qui aurait mérité la majuscule en raison de sa Confiance en Dieu et de sa Pureté préservée qui aurait fait de lui ce que Dieu avait prévu que devait être l'Homme : un Ange de chair et d'os.
Seul, depuis que le monde est monde, St Joseph a été un tel Homme ; et c'est pour cette raison que, dans l'Évangile et de nos jours, JÉSUS Se nomme "le Fils de l'Homme."
L'immortalité corporelle
MARIE le dit, page 254 :
"Douce et pure Maternité sans pesanteur des sens ! J'en ai eu l'expérience. De combien s'est appauvrie Ève en renonçant à cette Richesse ! Plus que de l'immortalité."
Dans le 1er Livre de la Bible, outre la durée de vie des Patriarches, est indiqué l'âge de chacun d'eux à la conception de son premier-né (Gen. V & XI). Notez Bien que c'est la conception qui est le repère de vie de l'enfant qui n'est pas encore né, pas sa naissance ; et que le fondement de la primogéniture mâle se trouve annoncé ici.
L'immortalité corporelle est indiquée dès les premières pages de la Genèse par un avertissement (III, 3) qu'Ève rappelle au Serpent venu la tenter (Satan fait "parler" le Serpent, Éve comprend et répond) :
"Mais du fruit de l'arbre qui est au milieu du Jardin, Dieu a dit : "Vous n'en mangerez pas, vous n'y toucherez pas, sous peine de mort."
On peut en déduire que la mort n'était pas prévue pour eux, car s'ils devaient mourir, où serait l'avertissement ? Il n'aurait aucune raison d'être. Après la Faute, Dieu n'extermine pas Adam et Ève : Il laisse les conséquences du Péché Originel user leur potentiel d'immortalité.
La Bible dit (Gén. III, 22) :
"Puis Yahvé Dieu dit : "Voilà que l'homme est devenu comme l'un de Nous pour connaître le bien et le mal. Qu'il n'étende maintenant la main, ne cueille aussi de l'Arbre de Vie, n'en mange et ne vive pour toujours."
L'Arbre de Vie symbolise Obéissance et Pureté qui sont les conditions de l'absence de mort et le Jardin d'Eden leur est fermé. Or, en additionnant les âges des dix premiers Patriarches jusqu'à Noé, on trouve une durée de vie moyenne de 844 ans ; et une durée moyenne de vie de 324 ans pour les dix Patriarches suivants, jusqu'à Abraham.
Ceux qui refusent Dieu et Ses Merveilles, soutiennent "mordicus" que ces années seraient en réalité des mois lunaires. L'ineptie de cette objection est clairement démontrée par les âges des Patriarches à la conception de leur premier-né mâle, cette information étant concomitante de celle de leur durée de vie : En supposant que les ans de la Bible soient des mois lunaires, Seth aurait conçu Enosh à 105 mois (environ 8 ans), Hénok aurait conçu Mathusalem à 65 mois (5 à 6 ans), Eber aurait conçu Pelag à 34 mois (3 ans) !...
Cette objection est idiote. Les ans de la Bible sont bien des années. En étudiant les âges des Patriarches à la conception de leur premier-né mâle, on s'aperçoit qu'il est très élevé pour les 10 premiers : 144 ans en moyenne ; puis il diminue très notablement après le Déluge : 49 ans en moyenne pour les dix et une trentaine d'années pour 7 d'entre eux. Et l'on comprend, par cela, que la procréation par accouplement sexuel ne surmontait la stérilité du couple qu'après de longues années de tentatives infructueuses ; et dans le couple, plus probablement la stérilité féminine : on en trouve un indice avec Sarah, épouse d'Abraham.
Stérile et ménopausée, Sarah permet à Abraham d'avoir un fils, Ismaël, de sa servante Agar ; puis Dieu lui promet un fils : elle a 90 ans, ne croit pas et rit de la promesse ; à 91 ans elle met au monde ISAAC (= "Dieu a souri").
Dans la même citation rappelée ci-dessus, MARIE dit : "Si vous pensez, ensuite, en quel honneur était tenue la femme devenue mère chez les Israélites..." ; chez les Hébreux d'abord, chez les Israélites qu'ils sont devenus ensuite, la stérilité de la femme était une tare identifiant le refus de Dieu de bénir cette union par le Don d'une descendance ; c'était un motif de répudiation.
Les Juifs savaient que l'enfant était un Don de Dieu. Ils savaient que toutes les grandes Femmes d'Israël : Sarah d'Abraham, Rachel, Anne d'Elquana, avaient été mises à l'épreuve d'une longue stérilité avant que leur naisse un fils promis à une grande destinée ;
Il en fut ainsi de Ste Anne qui donna le jour à MARIE après vingt années de stérilité, de Ste Elisabeth qui mit au monde Jean le Baptiste après une stérilité encore plus longue : à Zacharie son époux et Prêtre de Yahvé, qui offre l'encens dans le Saint des Saints du Temple de Jérusalem, l'Ange du Seigneur annonce un fils : Zacharie ne croit pas au Messager et devient muet jusqu'au moment où il confirme le nom donné à son fils : Jean (= Dieu, pitié, ou Dieu a fait Miséricorde).
Les indications chiffrées de la Genèse nous conduisent à comprendre que le Père Créateur avait bien prévu l'immortalité corporelle pour l'homme ; que c'est par les deux premiers Parents que cette immortalité a été perdue, entachant dès lors toute naissance du Péché Originel (la conception sexuelle de l'embryon) ; c'est pour cette raison que, dans l'Apocalypse et au sujet des élus, il est dit d'eux : "ceux qui ne se sont pas souillés avec les femmes."
C'est pour cette raison que, dans la Religion juive, l'accouchée est impure durant 40 jours après la naissance d'un garçon, 80 jours après celle d'une fille ; qu'elle est impure pendant chaque période menstruelle, interdite d'accès au lit de l'époux ; et qu'en tout temps sa présence à la synagogue est strictement localisée.
On comprend que, Dieu ayant prévu d'être le Père de tous les enfants des femmes et s'étant réservé ce "Mystère de la formation de l'homme", Il avait placé un verrou à la fécondité d'Ève, un verrou que Lui seul pouvait ouvrir. Mais, ayant intégré l'éventualité du Péché Originel, le Père Créateur avait prévu que ce verrou pourrait être usé par le temps, et le temps aidant, qu'il disparaîtrait, devenant une transformation acquérant un caractère héréditaire : ce que les Biologistes nomment une mutation.


5. 2. Le Péché Originel
***************************
Écoutons MARIE en parler ("3", T.1, p. 106/107) :
"Le commencement de la Faute se trouva dans la désobéissance. "Ne mangez pas et ne touchez pas à cet arbre" avait dit Dieu. L'homme et la femme, les rois de la Création, qui pouvaient toucher à tout, manger de tout, excepté de cet arbre parce que Dieu voulait que seuls les Anges leur fussent supérieurs, eux ne tinrent pas compte de Sa défense.
"L'arbre : le moyen pour mettre à l'épreuve l'Obéissance de Ses fils. Qu'est-ce que l'Obéissance aux Commandements de Dieu ? C'est le Bien, car Dieu ne commande que le Bien. Qu'est-ce que la Désobéissance ? C'est le Mal, car elle met dans l'Âme les sentiments de rébellion, terrain propice au travail de Satan.
"Ève s'approcha de l'arbre qu'elle aurait dû fuir pour en recevoir le Bien ; mais dont le voisinage, au contraire, lui en a donné le Mal. Elle y va, entraînée par la curiosité puérile de voir ce qu'il avait de spécial, et par l'imprudence qui lui fait juger inutile le Commandement de Dieu ; car elle est forte et pure, la reine de l'Éden où tout lui est soumis, où rien ne pourra lui faire du mal.
Sa présomption sera sa ruine, la présomption qui est déjà le levain de l'orgueil. Auprès de la plante, elle trouve le Séducteur" (...) "Et la séduction se poursuivit parce que Ève n'eut pas la volonté de la repousser, mais plutôt de la suivre et de connaître ce qui n'appartenait pas à l'homme.
"Voilà que l'arbre défendu devient, pour la race, réellement mortel, parce qu'à ses branches pend le fruit de l'amer savoir qui vient de Satan. Et la femme devient femelle et, avec le levain de connaissance satanique au coeur, elle va corrompre Adam.
La chair ainsi avilie, les moeurs corrompues, l'Esprit dégradé, ils connurent la Douleur et la mort : de l'Esprit privé de la Grâce et de la chair privée de l'immortalité. Et la blessure d'Ève engendra la souffrance qui ne disparaîtra, jusqu'à la mort du dernier couple sur la Terre.
"J'ai parcouru à rebours le chemin des deux Pécheurs  :
J'ai obéi. En toutes circonstances, J'ai obéi. Dieu M'a demandé d'être vierge, J'ai obéi. Après avoir aimé la virginité qui Me faisait pure comme la première des femmes avant qu'elle ne connût Satan, Dieu Me commanda d'être épouse. J'ai obéi, relevant le Mariage à ce degré de pureté où il était dans la Pensée de Dieu quand Il avait créé les deux premiers Parents.
"Convaincue d'être destinée à la solitude dans le mariage et au mépris du prochain pour ma stérilité sainte, alors Dieu Me commanda d'être Mère. J'ai obéi. J'ai cru que cela serait possible et que cette Parole venait de Dieu, parce qu'en l'écoutant J'étais inondée de Paix." (...)
Juste avant cette dictée de MARIE, JÉSUS répond à l'objection : "Pourquoi Dieu a-t-Il mis le Mal sur la Terre ?"
(Maria Valtorta, T.1, p.103) :
"Et pourquoi ? Parce que le Mal est une force qui est née d'elle-même, spontanée comme certains maux qui s'attaquent aux corps les plus sains.
"LUCIFER était un Ange, le plus beau des Anges. Esprit parfait, inférieur à Dieu seulement. Et pourtant dans son être de lumière naquit une vapeur d'orgueil qu'il ne dissipa pas, mais au contraire il la condensa en la couvant. De cette incubation est né le Mal. Il existait avant que l'homme existât. Dieu avait précipité hors du Paradis le Maudit qui avait couvé le Mal qui avait souillé le Paradis. Mais il est resté l'éternel incubateur du Mal et, ne pouvant plus souiller le Paradis, il a souillé la Terre." (...)
"Satan a voulu enlever à l'homme la virginité de l'intelligence, et avec sa langue de serpent, a flatté et caressé les membres et les yeux d'Ève en produisant des réflexes et une excitation que les premiers Parents ne connaissaient pas, parce que la malice ne les avait pas empoisonnés.
"Ève vit. Et en voyant, elle voulut essayer. C'était l'éveil de la chair. Oh ! si elle avait appelé Dieu !" "Mais Ève ne va pas au Père. Elle se dirige vers le Serpent. Cette sensation lui est douce" "Et "elle comprit." Désormais la malice était descendue en ses entrailles avec sa morsure. Elle vit avec des yeux nouveaux et entendit avec des oreilles nouvelles les moeurs et les voix des brutes (*). Et elle les désira d'un désir fou. Elle commença seule le péché. L'acheva avec son compagnon. Voilà pourquoi sur la femme pèse une condamnation plus grande." [* : les bêtes]
JÉSUS dicte pour nous (p.109/112) :
"La parole de Ma Mère devrait dissiper toute hésitation, même dans la pensée de ceux qui s'embrouillent le plus dans les formules. Et il y en a tant ! Ils veulent raisonner en matière de choses divines avec leurs mesures humaines, et prétendraient que Dieu-même dût raisonner ainsi" (...)
"La Sagesse aime à désorienter l'orgueil de l'esprit, à se répandre sur ceux qui sont rejetés par le monde, qui n'ont pas d'idées personnelles et encore moins une doctrine acquise par la culture, mais ils sont tous pleins d'Amour et de Pureté, grands par leur volonté de servir Dieu en Le faisant connaître et aimer après avoir mérité de Le connaître en L'aimant de toutes leurs forces" (...)
"Que doivent alors faire les hommes ? S'incliner, comme le Publicain, et dire : "Seigneur, j'étais trop pécheur pour mériter de Te connaître. Sois béni pour Ta Bonté qui me console par l'intermédiaire de ces créatures, me donne un appui céleste, un guide, un enseignement, une espérance de salut." (...)
"Courbez le front et adorez. Le Temps arrive de la grande Mois-son 1 et tout doit être révélé avant que l'homme cesse d'exister 2, tout : les prophéties postérieures au Christ 3 et celles d'avant le Christ et le symbolisme biblique qui a commencé dès les premiers mots de la Genèse ; et si Moi Je vous instruis sur un point jusqu'à présent inexpliqué, tirez-en le fruit et non la condamnation. Ne faites pas comme les Juifs du temps de Ma Vie mortelle qui voulurent fermer leur coeur à Mes enseignements et, ne pouvant M'égaler dans la compréhension des Mystères et des Vérités surnaturelles, Me traitèrent de Possédé et de Blasphémateur. (...)
"Recevez, recevez sans malice et docilement, sans ironie ni incrédulité, la lumière. Assez parlé sur ce sujet." (...) "J'ai voulu vous en parler parce que, présentement, les 90% d'entre vous sont semblables à Ève, empoisonnés par le souffle et la parole de Satan.
"Vous ne vivez pas pour aimer mais pour vous rassasier. Vous ne vivez pas pour le Ciel mais pour la boue. Vous n'êtes plus des Créatures douées d'une Âme et du sens de raison, mais des chiens sans âme et sans raison. L'Âme vous l'avez tuée et la raison dépravée. En Vérité, Je vous affirme que les brutes vous surpassent dans l'honnêteté de leur amour."
_____________________________________________
(1) "Le temps arrive de la Grande Moisson" : celle annoncée dans l'Apocalypse et en tous lieux actuellement, le Jugement des Nations (voyez déjà les nations communistes), qui sera aussi le Jugement des Vivants, le tri du bon grain qui sera mis à part, et de l'ivraie qui sera brûlée, le tri des Brebis et des Boucs ; les Boucs qui refuseront "de brûler d'Amour et seront brûlés par le Feu du Ciel."
(2) "Avant que l'homme cesse d'exister" : au Règne de Dieu sur la Terre, tous les hommes qui auront survécu connaîtront l'entière Vérité sur le vice qui aura conduit l'Humanité à sa quasi destruction : "Et la Terre sera comme un désert", a prévenu MARIE à La Salette.
( 3) "Les prophéties postérieures au Christ" :
* celles de St Paul qui annoncent l'Apostasie et l'Antéchrist ;
* celles de St Jean dans l'Apocalypse ;
Dans l'Évangile (Matt. X, 26/27), JÉSUS dit :
"Rien en effet, n'est voilé qui ne sera révélé (4) ; rien de caché qui ne sera connu (5) ; ce que Je vous dis dans les ténèbres (6), dites-le au grand jour ; ce que vous entendez au creux de l'oreille (7), proclamez-le sur les toits."
Avec Leurs enseignements sur la Création adamique et le Péché Originel, JÉSUS et MARIE n'ont rien ajouté à la Révélation biblique ; Ils l'expliquent clairement, en termes précis, oh ! combien !... La majorité des femmes seront choquées de se reconnaître les Descendantes d'Ève ; celles-là mêmes qui mettent en accusation la boulimie sexuelle masculine... qu'elles excitent par tous les artifices des cosmétiques et du "nu sous la robe mini", et qui pensent "posséder" l'homme en se faisant posséder !... Et c'est Satan qui en possède 90%, (et la même proportion d'hommes) selon l'estimation de JÉSUS en 1944. Combien maintenant ? 99% ?

†
† †








_____________________________________________
(3) : * les prophéties de MARIE à La Salette, à Fatima ; de JÉSUS et MARIE à Bayside, en Louisiane, à l'Escorial, à Garabandal, à San Damiano, à Medjugorje, à Kibeho, à Akita ; et dans leurs Messages à don Gobbi, à don Ottavio, à Maman Carmela, à Marguerite, à "JNSR", etc, et dans 300 autres lieux du monde.
* celles de JÉSUS à Dozulé.
(4) : voilé dans la Bible et les prophéties.
(5) : le Grand Avertissement nous mettra face à l'exacte réalité de nos actions.
(6) : les songes qu'auront les vieillards et ceux que JÉSUS instruira dans le sommeil de la nuit.
(7) : les Messages qu'auront les jeunes gens et ceux qui auront su rester jeunes en esprit ; les murmures que percevront "au creux de l'oreille" ceux qui le mériteront en Le faisant connaître et aimer.

5.3. Les conséquences du Péché Originel
***************************************************
Je répète ici une citation déjà donnée,
où JÉSUS dicte à Maman Carmela le 26.08.1968 :
"Le péché grave de Désobéissance et d'Orgueil apporta le boule-versement dans la famille humaine, sema la Haine, la Discorde, la Vengeance, la Fatigue, la Maladie, la Concupiscence et la Mort avec toutes ses conséquences" "Voici, Ma fille, ce qui manque aux familles modernes : la Foi qui fait vivre Dieu au milieu d'elles, et l'Amour qui, en purifiant les Âmes de ses membres, les rend capables de se sacrifier les uns pour les autres"
Et, le 19.03.1970 :
"Depuis que le monde existe, les péchés d'impureté ont toujours été la cause de grands châtiments, du Déluge à tout ce qui a endolori la Terre."
Sur le même thème, JÉSUS dicte à don Ottavio, le 28.12.78 :
"Par la Désobéissance née de l'Orgueil, la nature humaine, en Adam et Ève, a perdu l'immortalité et tous les autres dons préternaturels, de sorte que l'homme est devenu la proie et l'esclave du démon, assujetti par conséquent à tous les maux spirituels et matériels."
Adam a conçu son 3ème fils, Seth, à l'âge de 130 ans. Par Catherine Emmerich (9), nous apprenons qu'Ève a pleuré pendant 7 ans, suppliant Dieu de lui permettre d'avoir un 3ème enfant pour remplacer le fils mort, Abel, tué par le fils proscrit, Caïn (.".. sema la haine). Combien de fois Adam a-t-il reproché à Ève de lui avoir enseigné comment "faire" l'amour à l'exemple de l'animalité ? " (... la discorde). Combien de fois Ève a-t-elle dû ruser pour que Adam "domine sur elle" dans la convoitise de l'enfant désiré ?
"Ta convoitise te poussera vers ton mari et lui dominera sur toi"
(Gén. III, 16).
Seth, le second Patriarche, est né à Béthléem, dans la Grotte de la Nativité. Et Ève accoucha dans la douleur :
"Je multiplierai les peines de tes grossesses, dans la douleur tu enfanteras des fils." (Gen. III, 16).
Et, une fois la Faute commise, Dieu ferme le Jardin d'Éden :
"Parce que tu as écouté la voix de ta femme et que tu as mangé de l'arbre dont Je t'avais interdit de manger, maudit soit le sol à cause de toi.". "il produira pour toi épines et chardons.". "à la sueur de ton visage tu mangeras ton pain" "jusqu'à-ce que tu retournes à la terre" (Gen. III, 17/19).
Voilà comment a été "fermé" le Jardin d'Éden : la Désobéissance à Dieu amène la malédiction sur le sol ; elle permet les épines et les chardons, ce qui implique le travail qui est réparation. La fatigue du travail, l'avilissement de la chair dans la copulation, tout cela usa le potentiel d'immortalité corporelle et Adam est finalement mort à 930 ans. Le vieillissement est une maladie ; mortelle. Il n'était pas dans le Plan de Dieu pour l'homme. C'est donc bien le Serpent, Satan, qui a apporté à l'homme la Souffrance, la Maladie et la Mort.
Mais JÉSUS, à Dozulé nous fait prier :
"Jésus de Nazareth a triomphé de la Mort
Il vient vaincre le Monde et le Temps."
JÉSUS vient vaincre ce Monde dont le prince est Satan ; et Il vient vaincre le Temps, l'usure du Temps sur l'homme qui vivra au Règne de Dieu sur la Terre : une Terre renouvelée, redevenue le Jardin d'Éden qui aura un Ciel nouveau qui, à nouveau, parlera directement à l'homme, comme avant la Faute Première. Rien ni personne ne peut empêcher le Tout-Puissant de réaliser finalement Sa Sainte Volonté, telle qu'Il l'a fixée de toute éternité.
Une objection irréfléchie
L'immortalité corporelle, initialement prévue pour la Création humaine, suscite parfois une telle objection :
"Si cela n'avait pas été perdu, cette immortalité aurait été bien vite la cause d'une surpopulation insupportable."
C'est oublier que, dans ce cas, et si j'ai bien compris, dans un avenir désormais proche, c'est Dieu Lui-même qui assurera la régulation des naissances, puisque c'est Lui qui concevra chaque enfant. Outre cela, immortalité signifie absence de mort, pas éternité terrestre : au moment fixé par Dieu, chaque homme ou femme montera de la Terre (redevenue le Paradis terrestre) au Paradis céleste, sans passer par la mort.
Dans la 2ème édition, au début du paragraphe ci-dessus, j'ai écrit : ___"si j'ai bien compris" ; j'avais bien compris. En effet dans des Messages reçus depuis par "J.N.S.R.", JÉSUS le confirme clairement. Ainsi, le5.11.1992 :
"Alors, l'homme deviendra ce qu'il n'aurait jamais dû cesser d'être : une Lumière de Dieu, un Enfant de Lumière rempli de Dieu. Et le Monde, alors, se couvrira du Manteau de Lumière du CHRIST en Gloire. Alors, plus rien de mauvais ne pourra subsister car les Ténèbres, et les Esprits des Ténèbres, seront aveuglés à jamais. Les Enfants, spirituels, régneront avec Dieu, Vainqueurs de la Chair, Vainqueurs de la Mort, car le Dernier Ennemi, la MORT, Dieu l'aura détruite à jamais."
Puis le 27 Février 1993 :
"Cette Terre sera aussi pure et aussi belle que le Ciel, car elle sera avec le Ciel en parfaite Communion.
"Les Vivants de la Terre auront vu Dieu et ils aspireront à vivre éternellement avec Lui. Mais la Terre, devenue Pure et pleine d'Amour, baignera dans l'Amour de Dieu qui restera encore invisible aux Enfants de la Terre." "Vous traverserez cet espace (*) le jour où Dieu vous appellera, et cela se fera avec une douceur qui égalera l'Assomption de MARIE, Ma Mère Toute-Pure.
"Vous saurez que votre Éternité est là et vous y viendrez heureux. Les Enfants de la Terre accepteront avec Joie leur vie terrestre, car le Dieu d'Amour habitera en vos coeurs et communiquera avec vous. Vous habiterez dans le pays frontalier du Ciel, séparés par le plus léger voile que Dieu a tissé de Ses Mains. A Son Souffle, vous le traverserez instantanément.
"Dieu est en vous, en chacun de vous. La Terre sera le Jardin de Mes Âmes qui auront une chair spiritualisée mais vivante, qui respire." "Le Monde de demain est un Monde où Dieu est en tout. Le Mal aura disparu à jamais. Rien de corrompu ne viendra toucher, ni votre Terre, ni vos coeurs de chair spiritualisée.
"Vous serez si émerveillés que la vie deviendra une nouvelle découverte, puisque le péché aura disparu à jamais ; et que Seul Dieu restera, Père des Âmes de la Terre et des Âmes du Ciel."
(*) : "cet espace" : l'espace entre la Terre Nouvelle, devenue le pays frontalier du Ciel, et le Ciel lui-même ; cet espace qui sera le plus léger voile entre les Âmes de la Terre et les Âmes du Ciel. Il s'agit donc bien de l'Humanité qui vivra au Règne de Dieu sur la Terre. Et cet espace sera traversé avec une douceur qui égalera l'Assomption de MARIE.
Le Témoignage de MARIE :
MARIE dicte à Maria Valtorta (T. 10, p.293) :
"C'est pour témoigner de Sa première Pensée Créatrice en ce qui concerne l'homme, destiné par Lui, Créateur, à vivre en passant sans mourir du Paradis terrestre au céleste, dans le Royaume éternel, que Dieu M'a voulue, Moi, Immaculée, au Ciel en Corps et en Âme sitôt finie Ma vie terrestre.
"Moi, Je suis le Témoignage de ce que Dieu avait pensé pour l'homme : une vie innocente et ignorant les fautes, un tranquille passage de cette vie à la Vie éternelle, comme quelqu'un qui franchit le seuil d'une maison pour entrer dans un palais, l'homme avec son être complet, fait d'un corps matériel et d'un Âme spirituelle, serait passé de la Terre au Ciel" (...)
Voilà ce que la Faute Première a fait perdre à l'homme ; et voilà, j'en suis pratiquement certain, ce que Dieu rendra à l'homme au Règne de Dieu sur la Terre. MARIE le dit clairement, dictant à don Gobbi (1), le 3.07.1987 :
"Retournez, retournez vite à votre Dieu du Salut et de la Paix. Le Temps qui vous est accordé pour votre conversion est presque terminé, les jours sont comptés. Retournez vite sur le chemin du retour au Seigneur si vous voulez être sauvés" (...) "JÉSUS instaurera Son Règne Glorieux. Il sera avec vous, et vous connaîtrez les Temps nouveaux, l'Ère nouvelle. Vous verrez enfin une Terre nouvelle et des Cieux nouveaux" (...)
"Le Père tressaille d'ardeur pour déverser sur cette pauvre Humanité les torrents de Son Amour infini. Le Père veut modeler de Ses mains une Création nouvelle, où Son empreinte divine sera plus visible, accueillie, acceptée, et où Sa Paternité sera exaltée et glorifiée par tous. (...)
"JÉSUS, qui vous a enseigné la Prière [le Pater] pour demander l'Avènement sur Terre du Règne de Dieu, verra enfin cette Prière réalisée, parce qu'Il instaurera Son Royaume. Et la Création redeviendra un nouveau Jardin où le Christ sera glorifié par tous, où Sa divine Royauté sera accueillie et exaltée. Ce sera un Règne universel de Grâce, de Beauté, d'Harmonie, de Communion, de Sainteté, de Justice et de Paix" (...)
"L'Esprit-Saint descendra comme un Feu, mais d'une manière différente de la première Pentecôte : ce sera un Feu qui brûlera et transformera toutes choses, qui sanctifiera et renouvellera la Terre jusque dans ses fondements. Il ouvrira les coeurs à une nouvelle réalité de vie et conduira toutes les Âmes à une plénitude de Sainteté et de Grâce. Vous connaîtrez un Amour si grand, une Sainteté si parfaite, tels que vous n'en avez jamais connus auparavant. C'est en cela que l'Esprit sera glorifié : il conduira tous les hommes à un plus grand Amour pour le Père et le Fils" (...)
Je commets certainement une faute en ne donnant que des extraits de ce Message (long de 5 pages). C'est le seul Message ayant fait l'objet d'une diffusion spéciale par le Mouvement Sacerdotal Marial qui est hostile à la diffusion d'extraits (comme je le fais pour vous dans le présent ouvrage). Lisez-le bien.
MARIE le dit 3 fois (au Nom du Père, au Nom du Fils et au Nom du Saint-Esprit) que la Création sera renouvelée. Il s'agit bien de cette Création, terrestre où nous sommes, humaine que nous sommes, qui redeviendra enfin ce qu'elle était initialement, avant le Péché.
Qui redeviendra comme était le Jardin d'Éden, ce qui est l'autre nom du Paradis terrestre ; ce sera enfin le Règne demandé et attendu par tous les Croyants qui ont récité le Notre Père depuis près de deux millénaires, le Notre Père enseigné dans l'Evangile par JÉSUS qui nous fait prier :
"Notre Père... que Ton Règne arrive (enfin !), que Ta Volonté soit faite sur la Terre (enfin !) Et, promet MARIE :
"JÉSUS verra enfin cette Prière réalisée. Il régnera."
Et pour décrire ce Règne de l'Amour, cette Ère de l'Amour qui va accomplir l'Ère du Père qui s'est épanouie dans l'Ère chrétienne, MARIE choisit 7 qualificatifs, comme sont 7 les Dons de l'Esprit-Saint. Ces 7 qualificatifs marquent l'annulation des 7 conséquences de la Faute Première, tels qu'énoncés à Maman Carmela (ci-avant) : Haine, Discorde, Vengeance, Fatigue, Maladie, Concupiscence et Mort (Grâce, Beauté, Harmonie, Communion, Sainteté, Justice et de Paix). On trouve une seconde mention de ce Règne de Dieu sur la Terre, dans l'Apocalypse (XXI, 1, 3 & 4) :
"Puis je vis un ciel nouveau et une terre nouvelle, car le premier ciel et la première terre ont disparu, et de mer, il n'y en a plus (*)." (...) "J'entendis une Voix clamer, du Trône : "Voici la Demeure de Dieu avec les Hommes. Il aura Sa Demeure avec eux ; ils seront Son peuple et Lui, Dieu-avec-eux (**), sera leur Dieu. Il essuiera toute larme de leurs yeux ; de mort, il n'y en aura plus, de cris, de peines, il n'y en aura plus, car l'ancien monde s'en est allé." (***).
(*) : la mer du péché, d'où sont sorties "la Bête" et l'autre Bête (la franc-maçonnerie).
(**) : l'Emmanuel, "Dieu-avec-nous" : JÉSUS.
(***) : "s'en est allé" avec la mer du péché. Donc, de mort il n'y en aura plus.
Dans l'Évangile (Matt. XXV, 31/46), ignorez le sous-titre ajouté : "le Jugement dernier" ; et comprenez que c'est le Règne de Dieu sur la Terre qui s'y trouve annoncé :
"Venez, les Bénis de Mon Père, recevez en héritage le Royaume qui vous a été préparé depuis la fondation du monde."
Le monde signifie toujours la Terre et l'Humanité. Cette phrase est rappelée dans le Rituel de la Messe. Le reste de ce passage de l'Évangile concerne bien le Jugement des Vivants, ici, sur Terre.
La phrase du Credo disant de JÉSUS remonté au Ciel "qu'Il reviendra dans la Gloire pour juger les Vivants et les Morts", cela n'implique pas que les deux Jugements seront simultanés. S'ils l'étaient, le Retour de JÉSUS serait davantage dans la crainte pour nous.
La "Foi à crédulité limitée" préfère croire que le Tout-Puissant mettra fin à la Création humaine en restant sur l'échec de la Faute Première, sans manifester superbement l'universalité de Son Église ; catholique signifie universelle.
En priant le Pater, ils n'y croient que de façon restrictive, humaine... Le dernier verset (46) de ce passage : "et les Justes [s'en iront] à une Vie éternelle", ce qui peut être compris, en faisant Confiance à la Munificence de Dieu : "à une vie éternelle, en passant, sans mourir, de la Terre redevenue le Paradis terrestre, au Ciel, comme quelqu'un qui franchit le seuil d'une maison pour entrer dans un palais."
JÉSUS dicte à Gabrielle BOSSIS :
"Chasse la défiance, elle ne M'honore pas."
†
† †

5. 4. Le destin individuel :
tous, nous l'avons accepté avant de naître
nous sommes sur Terre pour l'accomplir.
*******************************************
La 3ème des 9 Promesses de JÉSUS à Dozulé dit :
"Je garderai près de Mon Coeur les Âmes pieuses et fidèles, elles M'ont réconforté sur le Chemin du Calvaire."
"Je garderai" : l'emploi du futur montre clairement que JÉSUS fait cette promesse aux Âmes pieuses et fidèles qui vivent en ce moment sur Terre. Comment ont-elles pu réconforter Notre Seigneur sur le Chemin du Calvaire ? Il n'y a qu'une réponse à cette question : elles ont pu le faire parce que JÉSUS l'a voulu ainsi, parce que ces Âmes, qui ne sont nées qu'à notre époque, Dieu les a (déjà) créées au Ciel où elles vivent, en Âme et en Esprit ; "déjà créées : déjà est un mot nécessaire dans notre espace temporel ; dans l'Espace Spirituel, c'est l'éternel présent où le Temps n'existe pas. On peine à admettre cela.
Ci-avant, page 185, dans l'Acte de Consécration dicté par JÉSUS à Maman Carmela, le Seigneur nous fait prier :
"Je répandrai l'Image de ta Divine Face en Te priant de raviver en toutes les Âmes les traits de Ton divin Visage."
Page 185, renvoi (3), j'ai noté : "On ne peut raviver les traits d'un visage sur un Portrait que s'ils existent déjà, même pâlis ou à demi effacés : notre Âme a donc déjà vu le Visage de JÉSUS. Quand ?, si ce n'est avant d'être jointe à l'embryon nouvellement conçu."
JÉSUS dicte à Maria Valtorta (T.1, p. 71/73) :
"MARIE Se rappelait de Dieu. Elle rêvait Dieu. Elle croyait rêver. Elle ne faisait que revoir tout ce que Son Esprit avait vu dans la Splendeur du Ciel de Dieu, à l'instant (*) où Elle avait été créée pour être unie à la chair conçue sur la Terre.
"Elle partageait avec Dieu, bien que d'une manière très inférieure, comme la Justice l'exigeait, une des propriétés de Dieu : celle de se souvenir, de voir et de prévoir par l'attribut d'une intelligence puissante et parfaite, parce qu'elle n'était pas blessée par la Faute."
[(*) : En Dieu, Éternel et Immuable, le Temps selon notre concept humain n'existe pas. Le Temps, cette "4ème dimension de l'univers", est la résultante des mouvements cosmiques. En Dieu, un instant peut s'étirer sur des millénaires de la Terre].
"L'homme est créé à l'Image et à la Ressemblance de Dieu. Une des ressemblances réside dans la possibilité pour l'esprit de se souvenir, de voir et de prévoir. Ceci explique la possibilité de lire dans le futur. Cette faculté s'exerce de par le Vouloir de Dieu, très souvent d'une manière directe, d'autres fois par un souvenir qui se lève, comme le soleil sur une matinée, éclairant un point précis de l'horizon des siècles, déjà observé au sein de Dieu. Ce sont des Mystères trop élevés pour que vous puissiez les comprendre pleinement.
"Mais réfléchissez. Cette Intelligence Suprême, cette Pensée qui connaît tout, cette Vue qui voit tout, qui vous a créés d'un Acte de Sa Volonté, et d'un Souffle de Son Amour Infini, en vous faisant Ses fils par votre Origine, Ses fils aussi par votre destinée, peut-Elle vous donner une chose qui soit différente de Lui ? Il vous la donne, en partie infinitésimale, parce que la Créature ne saurait contenir le Créateur. Mais cette participation est complète et Parfaite en son infinie petitesse.
"Quel trésor d'intelligence Dieu n'avait-Il pas donné à l'homme, à Adam ! La Faute l'a amoindri, mais Mon Sacrifice le rétablit et ouvre les splendeurs de l'intelligence, ses fleuves, sa science. Oh ! sublimité de l'esprit humain uni par la Grâce à Dieu, partageant avec Lui Sa capacité de connaissance !... De l'esprit humain uni par la Grâce à Dieu." "Il n'existe pas d'autre mode de connaissance.
"Qu'ils se le rappellent, ceux qui cherchent curieusement des secrets qui dépassent les capacités humaines. Toute connaissance de ce genre qui ne vient pas d'une Ame en état de Grâce -et elle n'est pas en Grâce une Ame qui s'oppose à la Loi de Dieu dont les ordres sont bien clairs- ne peut venir que de Satan.
"Il est difficile qu'elle corresponde à la Vérité dans la mesure où elle se réfère aux arguments humains, et n'y corresponde jamais dans la mesure où elle se réfère au supra-humain, parce que le démon est le père du mensonge, et il entraîne avec lui sur le sentier du mensonge.
"Il n'y a aucune autre méthode pour connaître le Vrai, que celle qui vient de Dieu. Il nous parle et dit, ou rappelle à notre mémoire, comme un père rappelle à son fils un souvenir qui a trait à la maison paternelle et nous dit :
"Te rappelles-tu quand, avec Moi, tu as fait telle chose, tu as vu ceci, entendu cela ?
"Te rappelles-tu quand tu as reçu Mon baiser à ton départ ?
"Te rappelles-tu quand tu as vu pour la première fois le soleil éclatant de Mon Visage sur ton Âme vierge, sitôt créée et encore pure, parce qu'à peine sortie de Moi la souillure t'a ensuite amoindri ?
"Te souviens-tu quand tu as compris dans un battement d'Amour de ton coeur, ce que c'est que l'Amour ? Quel est le Mystère de Notre Être et Procéder ?" Et là où la capacité de l'homme en état de Grâce ne peut parvenir, voilà l'Esprit de Science qui parle et instruit.
"Mais pour posséder l'Esprit, il faut la Grâce. Mais, pour posséder la Vérité et la Science, il faut la Grâce. Pour avoir avec soi le Père, il faut la Grâce. C'est la Tente où les Trois Personnes établissent Leur Demeure, le Propitiatoire sur lequel Se pose l'Éternel et parle, non pas de l'intérieur d'une nuée, mais en dévoilant Sa Face à Son fils fidèle.
"Les saints se ressouviennent de Dieu, des Paroles entendues dans la Pensée Créatrice, et que la Bonté fait ressusciter en leurs coeurs, pour les élever, comme des aigles, dans la contemplation du Vrai, dans la connaissance du Temps.
"MARIE était la Pleine de Grâce. Toute la Grâce Une et Trine était en Elle. Toute la Grâce Une et Trine La préparait comme Épouse aux Noces, comme Lit Nuptial pour Sa Descendance, comme Divine pour Sa Maternité et à Sa Mission. C'est Elle qui ferme le cycle des Prophétesses de l'Ancien Testament, et ouvre celui des Porte-Parole de Dieu dans le Nouveau Testament (*).
"Arche véritable de la Parole de Dieu, en regardant en Son sein éternellement inviolé, Elle découvrait, tracées par le Doigt de Dieu sur Son Coeur Immaculé, les Paroles de la Science éternelle ;

___________________________
(*) : Ici le Nouveau Testament déborde du Livre Saint, englobant toute l'Humanité dans la Nouvelle Alliance. Tous les Messagers sont des Porte-Parole de Dieu parce que l'Église ne leur a pas encore reconnu le statut de prophètes.
et se souvenait, comme tous les Saints, de les avoir entendues lorsqu'Elle avait été engendrée (**) avec Son Esprit immortel par Dieu, Père Créateur de tout ce qui a la vie.
"Et si Elle ne se rappelait pas tout de Sa future Mission, c'était pour cette raison qu'en toute perfection humaine Dieu laisse des lacunes, dues à une divine Prudence qui est Bonté pour Sa Créature en lui fournissant des occasions de Mérites.
"Seconde Ève, MARIE a dû conquérir Sa part de Mérites pour être la Mère du Christ : par Sa fidèle, bonne volonté que Dieu a voulue même de la part de Son Christ pour en faire un Rédempteur.
"l'Esprit de MARIE était au Ciel. Son état moral et Sa chair, sur la Terre ; et il lui fallait fouler aux pieds la Terre et la chair pour rejoindre l'Esprit et l'unir à l'Esprit dans un embrassement fécond."
Je n'ai pu ni résumer, ni tronquer ce Message dicté pour nous à Maria Valtorta, où JÉSUS expose très clairement que toute connaissance Vraie ne peut venir que de Dieu qui parle et rappelle à une Âme en état de Grâce tout ce qu'elle a vu et entendu alors qu'elle se trouvait encore en Dieu. JÉSUS parle de notre Origine divine et aussi de notre destinée. Il évoque les lacunes que Dieu insère dans notre mémoire "pour nous faire gagner des Mérites." La naissance à la Terre abaisse un rideau sur la mémoire profonde de l'Âme ; une barrière opaque, particulièrement pour ce qui est de notre destinée.
Cette barrière est moins opaque pour ce qui est de Dieu, même si "les traits du divin Visage de JÉSUS sont un peu effacés" ; il reste en chaque homme le sentiment, même diffus et confus, que Dieu EXISTE ; il reste cette certitude intuitive. D'où les Religions de toutes sortes, et même les paganismes qui se sont manifestées sur Terre depuis Adam. Nous allons en savoir un peu plus sur l'âge réel de notre Âme en écoutant JÉSUS dicter à Maman Carmela, le 3.01.1969 :
"Toi, tu portes un nom ou les noms que l'on t'a donnés le jour de ton Baptême, et que Moi-même, Je connaissais déjà de toute éternité."
"Un nom...", cela vise les non-Baptisés ; "ou les noms...", ceci identifie les Baptisés.

____________________________________
(**) : Si je comprends bien, l'Âme est créée, mais l'Esprit est engendré ; c'est par l'Esprit que tout homme est véritablement enfant de Dieu ; l'Esprit est la partie divine de l'Âme. Le Symbole de Nicée énonce, à propos de JÉSUS : "engendré et non pas créé, de même Nature que le Père." MARIE a été une Fille de la Terre ; puisque Son Esprit a été engendré, le nôtre également. Et c'est par là que tout homme est Enfant de Dieu.
De toute éternité, JÉSUS connaît donc l'identité de chacun de nous. Mais ces noms dont parle JÉSUS, ce sont les vrais noms, pas les noms de famille qui sont d'usage récent en Occident et n'existent pas encore en nombre de régions du monde. Or dans les siècles passés et en ce moment, combien ont porté et portent le même prénom : Jean ou Élie, ou Yvan, ou Ali, ou Tchang ? Des dizaines de milliers ou davantage. Chacun de nous a donc un identifiant personnel qui nous distingue de tout homme.
On pense alors à nos empreintes digitales : on sait les distinguer, mais pas encore les interpréter ; cette distinction individuelle est inscrite aussi dans les gênes d'une cellule de sang, de peau, que le biologiste identifie à coup sûr ; MARIE dicte partout qu'Elle est la Mère céleste de tout homme.
Tous, nous portons Son initiale M, dans la paume de nos mains ; la chiromancie (du grec kheir = main et manteia = divination), prétend lire le destin de chacun dans les lignes de la main... Prétend ; mais dans les années 1960, des scientifiques japonais ont introduit en ordinateur les empreintes palmaires (de la paume) de 200.000 malades, ainsi que le dossier médical de chacun, en cherchant les relations existant entre les maladies éprouvées et les empreintes palmaires : ils pensent ainsi savoir avec une bonne certitude la prédisposition d'un individu à telle ou telle maladie.
A ma connaissance, JÉSUS n'a pas donné d'enseignement sur les empreintes digitales ; un Professeur humain ne dit pas tout, afin de tester la faculté de déduction des élèves ; si ma déduction est correcte, c'est un indice supplémentaire donnant à comprendre que c'est l'Âme qui supervise la croissance du foetus. Ce qui est clair c'est, qu'au moins dans la Pensée divine, cette Ame existe, "de toute éternité."
Étant Ordre (qui est un attribut de Sagesse et Justice), Dieu prévoit le nom de cette Âme. Cette conclusion est confirmée à Maria Valtorta par JÉSUS :
"J'ai souffert en pensant que, devant la valeur infinie de Mon Sacrifice, le Sacrifice d'un Dieu, trop peu se seraient sauvés. Tous, Je dis bien tous ceux qui, au cours des siècles de la Terre, auraient préféré la mort à la Vie éternelle en rendant vain Mon Sacrifice, tous M'ont été présents. Et c'est avec cette connaissance que Je suis allé à la rencontre de la Mort." ("3", T.9, p.13).
Et, p. 19, continuant à parler de Son Agonie spirituelle à Géthsémani, JÉSUS dicte :
"Voilà pourquoi l'Ange de Ma Douleur M'a présenté l'Espérance de tous ceux qui sont sauvés par Mon Sacrifice, comme un remède à Ma mort. Vos noms ! Chacun a été pour Moi une goutte de remède infusé dans Mes veines pour leur donner tonus et fonctionnement.
"Chacun a été pour Moi la Vie qui revient, la Lumière qui revient, la Force qui revient." "Dans les tortures inhumaines, pour ne pas crier Ma douleur d'Homme, et pour ne pas désespérer de Dieu et dire qu'Il était trop sévère et injuste envers Sa Victime, Je Me suis répété vos noms, Je VOUS ai vus. Je VOUS ai bénis depuis lors. Et quand pour VOUS est venue VOTRE heure d'être sur la Terre, Je Me suis penché du Ciel pour accompagner votre venue, jubilant à la pensée qu'une nouvelle fleur d'Amour était née dans le monde et qu'elle aurait vécu pour Moi."
Voilà pourquoi JÉSUS dit à Dozulé que les Âmes fidèles et pieuses L'ont réconforté sur le Chemin du Calvaire. Il les a vues ; Il nous a vus, tous. Tous ceux qui feront effort pour se sauver, et tous ceux qui se damneront. Je ne sais pas si JÉSUS les a tous vus en Son Esprit, dans la Pensée divine où chacun avait déjà son nom prévu, ou bien si Dieu a voulu que toutes les Âmes à naître sur la Terre dans la suite des siècles, soient Témoins des Souffrances coûtées au Christ par la Rédemption.
En choisissant l'option qui mise sur la Parfaite Sagesse divine, je veux croire que JÉSUS nous a vus et que nous L'avons vu sur le Chemin du Calvaire.
JÉSUS dicte à Maman Carmela le 5.04.1968 :
"Rien ne vous arrive que le Seigneur n'ait déjà, auparavant, permis et voulu pour votre Bien et celui des autres."
Et, le 16.04.1968 :
"Il ne t'arrivera rien qui n'ait été prévu de toute éternité.". "Dieu vous laisse libres : une action accomplie dans la contrainte ne peut mériter ni châtiment ni récompense"
Et le 20.04.1968 :
"L'Infirme, sa vie passée dans la Souffrance
est un Don Immense qu'il fait à l'Humanité."
Et c'est ainsi que nous en venons à la destinée humaine par son aspect le plus élevé, celui qui nous fait le plus ressembler au Christ. JÉSUS dit clairement que tout ce qui arrive à un individu est permis, voulu et prévu par Dieu de toute éternité. Une infirmité consécutive à un accident ou à une maladie, et encore plus une infirmité congénitale, de naissance, est très loin d'être "un rien", c'est un élément capital de la destinée de l'Infirme.
Un don implique un acte conscient d'offrande. Quand ?, celui qui souffre d'une sclérose en plaques, d'une paralysie partielle ou totale, d'un cancer précoce, qui est aveugle, ou sourd, ou muet, ou autiste, ou mongolien, ou qui a contracté le SIDA par la transfusion de sang contaminé, quand ces infirmes et malades ont-ils fait le Don de leur vie de Souffrance à l'Humanité ?
Des Âmes-Victimes, JÉSUS dit qu'elles sont les "Merveilles de Dieu", que les Âmes-Victimes sont "d'autres Christs", qu'elles sont "les Paratonnerres de l'Humanité." Le Christ n'a pas été contraint ; les Stigmatisés, non plus.
JÉSUS dicte à Maman Carmela la 10.10.1969 :
"Les Stigmatisés sont comme des Paratonnerres qui sauvent le Monde. Quoique choisis, ils adhèrent librement au Vouloir divin et acceptent de souffrir et de payer pour tout le Monde."
En juxtaposant tous les enseignements de JÉSUS sur ce sujet, j'en ai déduit (dans un texte diffusé en 1987), que chaque Âme humaine, créée dans la Loi d'Amour si Parfaite de Dieu, baignant dans l'Amour de Dieu avant de naître à la Terre, a eu une connaissance suffisamment précise du destin terrestre que Dieu lui propose de vivre. Dieu nous laisse libres "d'adhérer au Vouloir divin" afin de nous en laisser le Mérite ; cette adhésion, chaque Âme la donne sans restriction : elle baigne dans l'Amour divin, dans la Vérité divine, elle se rappelle -ou Dieu lui rappelle- combien JÉSUS a souffert pour son Salut à elle.
Il est éminemment probable que Dieu lui montre tous ceux qui seront aidés par la souffrance du destin terrestre proposé, tout le Bien que cette Âme pourra accomplir avec les Dons d'Intelligence, de Mémoire et de Volonté que Dieu lui accorde, dans le pays, la famille et la Religion où il est proposé à cette Âme de naître. Alors, au Ciel où l'on ne parle qu'un seul langage, celui de l'Amour et de la Vérité, où il n'y a ni calcul, ni peur, chaque Âme répond librement : "Oui, Seigneur, j'accepte." Et JÉSUS "Se penche du Ciel pour accompagner et bénir cette venue d'une Âme à la Terre."
Cela, seulement, permet de comprendre et d'admettre la résignation chrétienne enseignée par l'Église. Résignation seulement, parce que "le bienheureux oubli de la naissance" oblitère plus ou moins complètement ces informations en mémoire profonde de l'Âme. Mais des éléments utiles traversent cette barrière : "Tu seras Prêtre ou Mécanicien, Religieuse ou Infirmière, Médecin ou Compositeur, Ecrivain ou Scientifique" : et c'est la Vocation, ce qui signifie "appel entendu" et qui est plus précisément : "Dieu rappelle le souvenir de la Mission terrestre acceptée."
Ma déduction intellectuelle (sans doute inspirée par le Seigneur dans le sommeil de la nuit), n'avait aucune référence d'appui claire signée JÉSUS. Puis en 1988, "JNSR" qui recevait des Messages du Ciel sans avoir encore permission de les diffuser, m'écrit :
"Pendant plus d'un an, j'ai assisté dans leur épreuve deux jeunes Parents dont la fillette, 6 ans, se mourait d'un cancer incurable.
"Malgré sa jeunesse et sa maladie, la fillette a essayé de faire face jusqu'à ses derniers moments à ses besoins essentiels, pour ajouter le moins possible aux nombreuses nuits de veille de ses parents. Une nuit, se levant pour aller aux WC, elle tombe ; accourue au bruit, sa maman lui dit : "Tu vois bien que tu es trop faible, tu aurais dû m'appeler." A quoi l'enfant répond :
"Je peux quand même, n'aie pas peur ; comment veux-tu qu'une petite, malade comme moi, arrive toute seule si elle n'avait pas avec elle JÉSUS et tous mes amis." "Elle parlait des Saints-Anges", précise "JNSR" qui a pleuré avec les parents à la mort de l'enfant ; et, dans son coeur, elle a demandé à JÉSUS : "Pourquoi, pourquoi tant de jours de souffrances ?" Et JÉSUS lui répond :
"Va et dis à sa mère que, cette souffrance, sa fille l'avait acceptée pour sauver, grâce à elle, des milliers de petites Âmes impossibles à sauver sans la souffrance d'une Innocente."
"Après que JÉSUS lui ait fait voir les enfants jeunes, prostitués et drogués, sauvés, Notre Seigneur ajoute :
"Avant sa conception dans le sein de sa mère, chaque Âme accepte tout pour le Salut de celle-ci et de beaucoup d'autres. C'est pourquoi l'homme n'a plus de révolte au moment des plus grands sacrifices et même de la mort."
Voilà, ici, la confirmation claire et nette, par JÉSUS, de ma déduction intellectuelle. Pourquoi : "Plus de révolte" ? Je pense que c'est pour deux raisons simultanées :
* la première raison, c'est qu'au moment des plus grands sacrifices, au moment de la mort, Dieu réveille alors suffisamment la mémoire profonde de l'Âme qui se souvient de la mission acceptée ; et qui se rappelle clairement que la mort ouvre la porte de la Vie éternelle.
** la seconde raison, c'est que ceux qui arrivent en Amitié avec Dieu au seuil de la mort, bénéficient de la Clémence du Père qui isole partiellement l'Âme du "sensorium intellectuel", ainsi que le dicte JÉSUS à Maria Valtorta ("3", T.9, p.26 ) :
"La Pitié du Père émousse pour les Mourants le sensorium intellectuel, de sorte qu'ils souffrent uniquement dans la chair qui, elle, doit être purifiée par ce pré-Purgatoire qu'est l'agonie."
Le corps en agonie continue à souffrir, car le corps a participé au péché, salissant l'Âme, cette structure immatérielle de chaque individu ; l'agonie est un pré-Purgatoire, mais l'agonisant est encore en vie, il est encore dans la Miséricorde divine qui fait en sorte que la douleur ne cause pas une peur paralysante à l'Âme.
Ainsi le mourant pourra plus facilement dire, une dernière fois :
"Je T'aime Seigneur, Pardon." Sinon dire, au moins penser, puisque c'est la seule espérance qu'il lui reste.
Cette Grâce in extremis est réservée à ceux qui ont du Bien capitalisé. Par contre, ceux qui ont toujours craché sur le prochain, donc sur Dieu, ceux-là souffrent en corps et en Âme ; ceux-là ont peur de la mort : seule cette peur leur fera peut-être dire les mots qui sauvent : "JÉSUS, je t'aime, Pardon" ; quand l'Amour a échoué, reste la peur.
Cet isolement du sensorium, le Bon Dieu m'a fait la Grâce de me le faire expérimenter. En 1947 j'ai été victime d'une intoxication à l'oxyde de carbone si poussée que, selon le médecin appelé en pleine nuit, je n'avais que 3 ou 4 minutes à vivre. Or, pendant la demi-heure qui a précédé l'arrivée du médecin et aux dires de témoins, j'étais en agonie finale telle que des soubresauts m'ont fait tomber du lit une première fois : le choc et le froid du carrelage devant la fenêtre ouverte sur la nuit d'hiver, m'ont ramené à la conscience.
Je me souviens leur avoir dit : "Ne craignez pas, je ne vais pas mourir, ce n'est pas grave et d'abord je n'ai mal nulle part."
Remis sur le lit et replongeant en agonie, mon corps gigotait tant que je retombai de nouveau et je leur refis le même discours. Je n'ai commencé à souffrir physiquement qu'une heure après le départ du médecin. Après, parce que le Seigneur a voulu que je fasse bien la distinction avec l'absence de souffrance avant, et que je m'en souvienne. Je m'en suis toujours souvenu.
15 ans après, au cours des mois d'une terrible épreuve, j'ai expérimenté cinq syncopes profondes à intervalles irréguliers, sans que les examens médicaux effectués entre temps aient jamais décelé la moindre insuffisance cardiaque : j'étais épuisé, physiquement et moralement, et "la machine" disjonctait. Mais cela m'a appris que l'on peut mourir avec une facilité stupéfiante, sans aucun préavis. Certains objecteront qu'une syncope n'est pas la mort ; c'est exact quand on en revient ; pour ceux qui ne s'en tirent pas, on dit qu'ils sont morts "d'une attaque", donc d'un arrêt cardiaque.
Ce n'est que 25 ans plus tard, en lisant Maria Valtorta, que j'ai compris la raison d'être de ces expériences passées : en apprendre la justification et la faire connaître au plus grand nombre. C'est ce que je fais ici. Les esprits "forts et éclairés, et qui n'ont jamais été aussi ignorants", peuvent ironiser à loisir ; outre les expériences ci-dessus, j'ai fait la guerre, subi les bombardements, vécu trois séismes et plusieurs cyclones dont un particulièrement violent. Par expérience aussi, je sais que dans ces circonstances, les "esprits forts" se font tout petits.
Si, comme moi, vous vous posez la question :
"Pourquoi suis-je sur Terre ?"
vous pourrez vous répondre :
"Pour accomplir ici, sur Terre, la Mission
que j'ai acceptée au Ciel avant de naître."
Cette mission terrestre, notre destinée, nous l'avons acceptée "pour notre Bien et celui des autres", dit JÉSUS le 5.04.1968 ; et Il dicte à Maman Carmela le 12.08.1969 :
"Les Chrétiens doivent tous être unis en une immense cordée. Celui qui tombe doit être aidé. Personne n'arrive en solitaire au port et au sommet. Ou l'on arrive en groupe, ou l'on risque de périr."
(Cela, c'est l'impératif de la Charité).
Puis, le 3.05.1968 :
"La tentation est un moyen d'éprouver ta taille spirituelle ; sans elle tu ne peux te mesurer."
Et le 24.04.1968 :
"Tout, dans le monde, naît, grandit, se développe et atteint sa maturité : il doit en être ainsi également sur le plan spirituel."
JÉSUS dicte à don Ottavio (4), le 9.12.1976 :
"La vie est une épreuve ; la vie est une lutte contre les forces obscures de l'Enfer et ses embûches ; déformer cela, c'est déformer le Christianisme, c'est déformer la Rédemption, c'est l'entamer dans son essence."
Et, dans cette vie terrestre qui est un TEST, une épreuve, chacun a sa mission qui est sa destinée, qui ouvrira sur sa destination, le but, la finalité prévue par Dieu : le Ciel.
JÉSUS dicte à Jean-Marc :
"Priez afin que Dieu vous donne la Force d'accomplir la mission qui vous a été confiée."
JÉSUS a dicté une Prière à Maman Carmela :
"JÉSUS, MARIE, je Vous aime.
Détachez-moi de tout et de tous
et surtout de moi-même.
Donnez-moi Votre Amour, Votre Grâce.
Montrez-moi Votre Volonté
et donnez-Moi la Force de l'accomplir
et je serai assez riche."
[et personnellement j'ajoute : "Faites que je puisse aider à sauver des Âmes, et je serai immensément riche"]
Voilà pourquoi chaque Âme est sur la Terre : pour faire le Parcours du Combattant ; chacun avec ses moyens, chacun à sa place ; on peut chuter en chemin, on peut se tromper ou être trompé.
Mais l'essentiel est de ne jamais renoncer, de ne jamais se décourager (Courage vient de Coeur) ; de ne jamais penser qu'on est seul. Chacun a en soi un Allié Puissant, la Trinité divine : "le Père qui conserve, le Fils qui gouverne et l'Esprit qui éclaire"... si on se garde en Amitié avec Dieu.
+ + +
En relisant ce texte pour éliminer les fautes de frappe, j'ai soudain compris... Non, c'est le Bon Dieu qui m'a fait comprendre le Mystère de la Rédemption. Page 123, pour mobiliser votre sensibilité, j'ai reproduit une page où JÉSUS revit Sa Passion avec Marguerite :
"Tu resteras AVEC Moi jusqu'à la fin. Ils peuvent M'insulter... Toi, tu M'aimes. Tiens-toi très près. Que Mon Sang te pénètre. Il ne faut pas que s'en perde une seule goutte : c'est la Vie pour tous."
Page 276, j'ai écrit :
"Je ne sais pas si JÉSUS les a tous vus en Son Esprit, dans la Pensée divine où chacun avait déjà son nom prévu, ou bien si Dieu a voulu que toutes les Âmes à naître sur la Terre dans la suite des siècles, soient Témoins des Souffrances coûtées au Christ par la Rédemption."
Le Bon Dieu m'a fait avancer un peu plus, éclairant les mots qu'on lit sans en percevoir toute la Richesse : "Tiens-toi très près. Que Mon Sang te pénètre. Il ne faut pas que s'en perde une seule goutte : c'est la Vie pour tous."
Toutes les Âmes à naître sur Terre dans la suite des siècles, n'ont pas été seulement témoins de la Rédemption : elles en ont été les protagonistes, en ce sens qu'elles ont été toutes présentes sous la Croix, qu'elles en ont, toutes, bénéficié : "Que Mon Sang te pénètre" ; le Sang divin, qui véhicule la Vie divine, qui donne Force et Joie aux Âmes de Bonne Volonté ; le Sang divin qui, en toutes les années de Grâce depuis la Rédemption, lave les Âmes des péchés avoués dans la Confession : c'est la Loi de Grâce qui succède à la Loi du Talion d'avant le Christ. Mais pour en bénéficier l'homme doit vouloir être de Bonne Volonté !...
Sous cet éclairage, on comprend plus facilement comment la Passion de JÉSUS a racheté tous les péchés du Monde :
* Il les a rachetés d'abord en offrant au Père Créateur la Réparation que seul un Dieu qui soit aussi Homme pouvait offrir : Sa souffrance réparatrice. S'étant ainsi chargé de tous les péchés, passés, présents et futurs des hommes, les ayant tous rachetés en bloc, ...
** JÉSUS le Sauveur les a pardonnés, par avance, à tout homme qui en sera honteux et en implorera le Pardon. C'est la seule exigence de Dieu, et c'est cela le Nouveau Testament, la Nouvelle Alliance de Dieu avec l'Humanité.
Combien sont à plaindre les juifs qui ont refusé cette Nouvelle Alliance !
Combien sont à plaindre les protestants de toutes obédiences qui refusent le Sacrement de Réconciliation.
Combien sont à plaindre les catholiques, clercs et laïcs, qui négligent cette Grâce qui a coûté si cher à notre Doux JÉSUS !
Prions pour eux tous.

†
† †



5. 5. La Naissance du Sauveur
*************************************
La Passion de JÉSUS est une conséquence directe du Péché Originel ; Sa Naissance serait, de toutes façons, intervenue pour établir le Règne de Dieu sur la Terre.
Il reviendra accomplir dans toute sa splendeur l'initiale Volonté divine, mais cette fois Il viendra dans la Gloire, escorté des Anges et des Apôtres, des Martyrs et des Saints. Il viendra "sur les nuées du ciel", Vrai Dieu et Vrai Homme. JÉSUS a déjà un Corps et une Âme ; Il est déjà né sur Terre ; Il ne renaîtra pas, Lui qui a démenti formellement la théorie de la réincarnation : on ne naît qu'une seule fois.
Mais la solitude de la Sainte Famille à la Naissance de Notre Seigneur, l'égoïsme des frères de race qui n'ont eu aucune pitié en plein hiver pour cette toute jeune Femme sur le point de mettre au monde Son Enfant, cela est aussi la conséquence de La Faute Première. Aux deux extrêmes de la Vie terrestre de Notre Seigneur, le dénuement de la Nativité et le dénudement de la terrible Flagellation puis de la Crucifixion, sont les marques du Martyr innocent, doux et humble de Coeur ; de la Grande Victime qui Se charge de tous les péchés du Monde.
Une vaine querelle de calendrier
Qui peut le mieux parler de la Nativité, si ce n'est MARIE ? Personne ! Et Elle en parle souvent à don Gobbi, notamment chaque veille de Noël, donc chaque 24 Décembre ; cela répond à ceux qui s'embrouillent dans les dates, en faisant interférer les errances humaines du calendrier, dans l'exactitude divine.
Dans un texte diffusé en 1986, j'avais bien marqué ce que tout le monde sait et que l'Église enseigne, à savoir que la Nativité était intervenue le 24 Décembre à minuit, une semaine avant le 1er Janvier de l'an 1 de l'ère chrétienne. Et j'avais précisé "un samedi à minuit."
En effet, Joseph et MARIE sont arrivés en fin d'après-midi à Béthléem où Joseph s'est fait immédiatement recenser, ainsi que révélé à Catherine Emmerich ; or la Loi de Moïse interdit à l'israélite de voyager le jour du Sabbat où toute activité profane est arrêtée ; et le Sabbat juif commence le vendredi au coucher du soleil.
En outre, est révélé aussi que, le lendemain de leur arrivée à la Grotte de la Nativité, donc le samedi, Joseph mène MARIE en pèlerinage à la "grotte du Lait", toute proche, où Abraham bébé a été caché et allaité par sa nourrice Maharah, pour le mettre à l'abri du meurtre projeté par un potentat local à qui un devin avait dit qu'un enfant venait de naître, qui serait le père d'une multitude 1. C'est ainsi que JÉSUS est né à la première minute d'un Dimanche, comme Il ressuscitera à l'aube d'un Dimanche, comme MARIE sera en Assomption au Ciel à l'aube d'un Dimanche correspondant à notre 15 Août.
Il est aussi révélé à Catherine Emmerich que la Grotte de la Nativité est celle-là même où Ève a mis au monde son 3ème fils Seth, le second Patriarche. Je donne tous ces détails, que Dieu Lui-même a donnés, comme on feuillette un vieil album de photos de famille avec les dates notées dessous, en ayant auprès de soi ses parents et grands parents qui rappellent à l'enfant l'histoire de sa famille.
Comme je donne toujours mon adresse dans les textes que je diffuse, j'ai reçu une objection d'une Correspondante anonyme qui m'a écrit : "Vous vous trompez, notre calendrier a subi plusieurs ajustements au cours des siècles et JÉSUS n'est pas né comme vous le dites, avec toutes les précisions que vous donnez ; JÉSUS serait né en réalité en Mars ou Avril et 3 ou 4 ans avant le début de notre ère."
____________________________
(1) : Je le développerai plus loin, mais notez déjà que divination a même racine que divinité, ce qui donne à comprendre que les Devins de tout poil empiètent sur l'avenir qui est le "Domaine réservé de Dieu." Abraham est le dernier des Patriarches bibliques ; on ne sait rien de sa naissance, mais son Patriarche de père devait être averti de la grande destinée de son premier-né ; rappelez-vous une phrase de JÉSUS à Maman Carmela : "J'ai parlé aux Patriarches." Une indiscrétion a dû informer le démon, toujours à l'écoute. C'est lui qui a procuré ce "flashe" à ce devin ; et qui lui a suggéré d'en informer le Potentat local, pour en avoir récompense. Ce n'est pas Dieu qui aurait mis en danger Son projet.
Comme cette lettre était anonyme, je n'ai pas pu indiquer mes sources à cette Correspondante : lui dire qu'elles venaient de MARIE Elle-même et que, si l'homme a pu commettre des erreurs de calendrier, Dieu, Lui, ne fait jamais d'erreur.
Qui, mieux que MARIE, peut nous parler de Noël ?
Et c'est chaque 24 Décembre que MARIE reparle de la Nativité à don Gobbi ; en voici quelques brefs extraits :
"Revis avec Moi ces moments d'anxiété et de douloureuse appréhension, alors que Mon époux recevait un refus à chacune de ses demandes d'hospitalité pour cette Nuit-là" (...) "C'est ainsi que L'ont accueilli uniquement la pauvreté d'une grotte et la chaleur d'un boeuf et du petit âne qui Nous avait portés durant le jour."
24.12.1974
"En cette Nuit si profonde, la Lumière a surgi, Mon petit Enfant est né. Au moment où personne ne L'attendait, alors qu'aucun lieu ne s'était ouvert pour Le recevoir" ... "Ni attendu, ni accueilli, refusé par l'Humanité ; et pourtant, c'est à ce moment-là que, pour l'Humanité, commence la Rédemption : Mon JÉSUS naît pour racheter tous les hommes de leurs péchés. Il naît dans la pauvreté et la douleur de ce refus, et Ses premiers vagissements ne sont que des pleurs : il sent la rigueur du froid, c'est tout le froid du monde qui L'enveloppe."
24.12.1975
"Comme Maman, Je pensais à une maison, et le Père nous préparait un refuge ; Je rêvais d'un berceau pour Mon petit Enfant et, déjà, la mangeoire était prête ; le Paradis, cette Nuit-là était tout entier contenu dans cette grotte." ... "Et quand la fatigue s'est emparée de nous et que le continuel refus de nous recevoir a presque brisé notre humaine résistance, cette grotte était prête à la Lumière. Et c'est dans la Lumière du Ciel qui s'ouvrait pour accueillir la grande Prière de la Mère, que Mon sein virginal s'est ouvert au Don divin du Fils." 24.12.1976

"Mes fils bien-aimés, penchez-vous avec Moi sur cette mangeoire où Mon Fils, qui vient de naître, tremble encore de froid et pousse des vagissements mêlés de pleurs" .."Je vous invite à vous incliner avec Moi sur l'Autel où, vous aussi, vous enfantez JÉSUS dans le Mystère eucharistique."... "Avec Moi, adorez-Le ; avec Moi, comblez-Le de votre Amour ; avec Moi, consolez-Le ; avec Moi, remerciez-Le ; avec Moi, réparez les offenses, le froid glacial et la grande indifférence dont Il est entouré." 24.12.1977

"Comme fut Sa Naissance en cette Nuit, ainsi sera le Retour de JÉSUS dans la Gloire, avant Sa dernière Venue pour le Jugement Final dont l'Heure est encore cachée dans les Secrets du Père."
"Le monde se verra tout enveloppé des ténèbres de la négation de Dieu, de son refus obstiné, de sa révolte contre Sa Loi d'Amour. Ainsi, presque personne ne sera prêt à L'accueillir." (...) "Lorsque le Fils de l'Homme viendra, trouvera-t-Il encore de la Foi sur la Terre ?" Il viendra à l'improviste et le monde ne sera pas prêt pour Sa Venue." ... "Il viendra pour un Jugement (1) auquel l'homme ne se sera pas préparé. Il viendra pour instaurer Son Règne dans le monde après avoir vaincu et anéanti Ses ennemis." 24.12.1978
_____________________________________
(1) : Le second Avènement de JÉSUS, tout proche désormais, sera pour le Jugement des Vivants, "le Jugement auquel l'homme ne se sera pas préparé" ; et "pour instaurer Son Règne dans le monde après avoir vaincu et anéanti Ses ennemis" ; Il viendra avant Sa dernière Venue pour le Jugement Final dont l'Heure est encore cachée ; et dans une autre révélation "privée", MARIE dit : "dans des siècles", les siècles que durera le Règne de Dieu sur la Terre. Mais l'Heure de la Seconde Venue du Seigneur, cette Heure-là est déjà fixée, et elle est connue de JÉSUS et MARIE.
_______________________________________________________________
"La nuit est si profonde autour de nous. Et cependant brillera dans la Grotte une Lumière de plus en plus intense. Maintenant elle traverse le ciel, tandis que la Mère est plongée dans une Prière profonde. Quelle Lumière descend du Sein du Père dans le sein virginal de la Mère, qui s'ouvre pour donner la Vie. Toute enveloppée par cette divine Lumière, Je puis, la première, contempler Son corps : Ses yeux, Ses joues, Ses lèvres, Son visage, Ses bras, Ses mains ; Je sens Son petit Coeur qui commence à peine à battre. Chaque battement de Son Coeur est un Don d'Amour qui ne cessera plus" (...) "Et Mes larmes se mêlent à Mes baisers, tandis qu'en extase Je contemple, en Mon Fils, Mon Dieu né de Moi en cette Sainte Nuit de Noël."
24.12.1979
"Les étoiles, le chant des Anges, la Lumière qui pleut du ciel ; mais autour de la crèche, il n'y a que la chaleur de deux coeurs humains qui aiment, le coeur de Mon très-chaste époux et Mon Coeur virginal de Maman." (...) "Les portes des maisons sont encore fermées. Les nations se sont révoltées contre le Seigneur qui vient et conspirent contre Sa royale domination. Le grand gel recouvre le coeur des hommes." ... "Le froid est si intense en ce moment, dans le Monde. C'est le froid de la haine, de la violence, de l'égoïsme effréné. C'est le gel du manque d'Amour, qui tue."
24.12.1980
"La crèche dans laquelle Je dépose Mon céleste Enfant en cette Sainte Nuit, est formée de la souffrance et de la douleur de tous. En ce Noël aussi, se fait plus intense la Prière de votre céleste Maman. Elle rejoint la douleur de tous et le désespoir de beaucoup de Mes enfants" (...) "Dans le berceau de cette immense souffrance, Je dépose aujourd'hui Mon céleste Enfant." ... "Priez pour qu'à Lui s'ouvrent les coeurs de tous. Ouvrez largement les portes à JÉSUS-Christ qui vient. Au moment de votre plus grande Tribulation, de Son Noël jaillira tant de Lumière pour une nouvelle naissance de toute l'Humanité !."
24.12.1981
"Les puissances de l'Enfer se sentent tout-à-coup vaincues par une nouvelle Force d'Amour et de Vie. Dans les ténèbres s'allume une clarté. Dans le silence retentissent les harmonies des chants célestes. Et dans le ciel apparaît soudain une grande Lumière" (...)
"Depuis cette Nuit la vie de l'homme prend un sens nouveau, parce que le petit Enfant qui naît est aussi son Dieu. Il est Homme comme vous, Il est Dieu avec vous. Il est l'Emmanuel prophétisé depuis des siècles." "Il est votre frère. Il est le Coeur du monde. Il est la palpitation d'une Vie immortelle. Il est le baume sur toute humaine souffrance. Il est la Victoire qui surmonte toute défaite."
24.12.1982
"Puis, tout-à-coup, le Paradis s'est penché sur Mon néant et Je suis entrée dans un ravissement d'Amour et de Vie avec le Père céleste ; lorsque Je pris conscience d'être encore sur la Terre, Je tenais entre Mes bras Mon Dieu, devenu miraculeusement Mon Fils." (...) "Que sur vous soit la Lumière apparue aux Bergers dans la nuit profonde, et les chants des Anges, et la Joie pour l'heureuse Nouvelle entendue : "Je vous annonce une nouvelle qui est une joie pour tous : aujourd'hui vous est né un Sauveur qui est le Christ-Seigneur" .." Son second Noël est proche."
24.12.1983
"Marchez à la Lumière de l'Étoile (*), qui vous signale qu'à présent est arrivé le temps où se réalisent les annonces prophétiques qui, en ces années, vous ont été données. Et vivez chaque heure de votre vie dans la plus grande confiance et dans la joyeuse attente du Retour glorieux de Mon Fils JÉSUS." 24.12.1984
__________________________________________________________
(*) : l'Étoile : MARIE signifie AMÈRE, mais aussi ÉTOILE ; la Lumière, si souvent répétée dans ces annonces prophétiques, c'est la Lumière de Dieu ; c'est Dieu Lui-même qui est tout entier en chacun de Ses Attributs. Et rappelez-vous que dans leurs Apparitions (La Salette, Fatima, Dozulé) JÉSUS et MARIE émergent toujours de la Lumière.
"Un grand silence entourait l'accomplissement de ce divin Mystère" .."Et voici que, sur ce grand silence, s'ouvrent les voix célestes des Anges, les coeurs des Bergers, qui savent comprendre ce qui est caché au Grands" (...) "Il faut aujourd'hui encore un grand silence pour comprendre le mystérieux Dessein, et pour savoir lire les Signes des Temps que vous vivez, qui vous annoncent Son Retour imminent." 24.12.1985

"Vous, Mes bien-aimés, ouvrez largement vos coeurs à la béatitude et à l'espérance et, à l'imitation de votre céleste Maman et de Son très-chaste époux Joseph, soyez empressés pour préparer la route au Christ qui revient dans la Gloire. Son second Noël est désormais à votre porte." 24.12.1986

"Dans la nuit profonde de ce siècle, voici ma Lumière maternelle qui jaillit comme une aurore et qui se répand dans toutes les parties de la Terre. Par Ma Voix que Je vous fais entendre en tant de lieux, par Ma Présence qui devient de plus en plus forte et extraordinaire, par Mes Messages qui deviennent si urgents, dans la nuit Sainte de cette année mariale, Je veux encore répéter à tous : Je suis l'Aurore qui prépare la naissance du Soleil lumineux du Christ." (...) "Je veux donner aujourd'hui à tous Mes enfants un Message de Joie : proche est maintenant le Temps de Son glorieux Retour." 24.12.1987

"Comme un rayon de lumière traverse un cristal sans l'effleurer, ainsi Mon divin Enfant a traversé le Voile de Mon sein virginal (*) sans effleurer la merveille de Ma parfaite Virginité. C'est de cette façon admirable que s'est réalisée la Naissance de Mon Fils. C'est le plus grand prodige réalisé à la plénitude des Temps." 24.12.1988


_________________________________________________________________
[(*) : le voile de l'hymen qui est défloré par l'accouplement sexuel ; sa présence, dans l'anatomie féminine, est un indice montrant que, dans la Pensée du Créateur, la femme était naturellement destinée à la virginité ; une Merveille chez MARIE, Vierge de corps, d'Âme et d'Esprit. Ici, on commence à entrevoir la Naissance miraculeuse de JÉSUS. C'est ce Miracle qui est le plus grand prodige réalisé à la plénitude des Temps. Et, dans l'anatomie masculine subsiste en chacun une excroissance sans aucune utilité fonctionnelle, la Pomme d'Adam : qui est un souvenir de la Faute Première, un "témoin" matériel que chaque homme a en héritage pour lui rappeler le fruit défendu resté en travers de la gorge de l'Humanité.]
"En cette Nuit Sainte, toutes choses trouvent leur accom-plissement. Moi, Vierge et Mère, Je donne à la lumière Mon divin Fils.
"Mon très-chaste époux Joseph est à Mes côtés et porte, dans sa personne, la présence de tous les Pauvres d'Israël ; la pauvre grotte devient Royale pour le Fils de David, appelé à siéger sur Son Trône royal ; les Bergers accourent pour offrir l'Hommage des Simples et Pauvres en esprit ; le choeur des Anges chante et apporte la Lumière innocente des petits enfants, des Petits, des Purs de coeur" (...) "En cette Nuit Sainte, les prophéties s'accomplissent, toutes choses trouvent leur parfait accomplissement." "Le Temps est accompli. Vivez avec Amour, Confiance et une grande Espérance cette Fête de Noël. C'est Noël 1989. C'est le Noël d'une année qui a été très importante." 24.12.1989
___________________________________________________
[Cherchez : en quoi l'année 1989 a-t-elle été importante ? Il y a eu la démolition du Mur de Berlin et le début de l'effondrement du communisme athée ; mais nous avons vu ensemble qu'il y a eu aussi la découverte de l'Enfer en Sibérie.]
__________________________________________________
"Fils bien-aimés, vivez aussi avec Moi le Mystère joyeux de ce Noël" (...) "Et préparez-vous tous au second Noël. Le gel du péché recouvre encore la vie des hommes et des peuples ; les ténèbres des erreurs envahissent le monde entier ; le refus de Dieu et de Sa Loi d'Amour est érigé en norme de vie humaine. Se répandent la haine, l'impureté, l'égoïsme, la division ; et la menace d'une nouvelle et terrible guerre devient aujourd'hui plus concrète et plus proche.
"Vous êtes entrés dans les Temps qui vous ont été prédits. Vous êtes entrés dans les derniers Temps." (*) 24.12.1990
__________________________________________________
(*) : "les derniers Temps" de ce monde de péché dont Satan est le prince.
__________________________________________________
Je n'ai donné que de courts extraits de ces 17 Messages de Noël qui doivent tenir une soixantaine de pages dans l'ouvrage reçu par don Gobbi : "Aux Prêtres, les fils de prédilection de la Vierge." La dernière édition (2ème trimestre 1993) me permet d'ajouter deux extraits :
"Vous aussi, vous êtes en train de conclure le temps du second Avent. Alors, vivez avec Moi et avec Mon Époux Joseph les précieuses heures de cette nouvelle vigile. Un profond silence entoure le grand vacarme de paroles et d'images qui remplit aujourd'hui le monde entier.".. "Avancez en sécurité sur les eaux agitées de ces derniers temps de la grande Tribulation, sans vous troubler en voyant, qu'encore maintenant, les portes se ferment à JÉSUS-Christ qui vient." 24.12.1991

".. dans la nuit profonde qui enveloppe le monde, l'Étoile du Matin s'ouvre pour donner sa Lumière.
"Mon divin Enfant est l'Étoile du Matin, qui brille de la même Lumière que celle du Père, qui porte Sa Vie dans le désert du Monde et de l'Histoire, qui inaugure une nouvelle ère pour l'Humanité racheté et sauvée." (...) "Fils de prédilection, en cette Nuit Sainte, laissez-vous pénétrer par Sa splendeur divine et devenez, vous aussi, Témoins et Apôtres de Sa Lumière" ...(Et MARIE cite les Paroles de JÉSUS dans l'Apocalypse) : "Ne gardez pas secret le Message prophétique de ce livre, parce que le Temps est proche." 24.12.1992
Maria Valtorta est témoin de l'arrivée à Béthléem, de la rencontre avec le berger Élie qui indique une grotte, des refus rencontrés par St Joseph, de leur arrivée à la nuit tombée à la grotte qui est une étable où se trouvent un boeuf paisible, du foin, des fagots de bois ; l'âne gris qui a porté MARIE depuis Nazareth est mis à côté du boeuf ; Joseph balaie les saletés du sol ; avec son manteau, il obture l'ouverture béante sur la nuit d'hiver ; dans le coin opposé, il fait une couche de paille recouverte d'une couverture pour MARIE ; il allume un feu près de l'entrée où il reste en prière. MARIE est à genoux, en prière ("3", T.1, p. 169/174) :
"Elle prie avec un sourire radieux sur le visage. Elle prie, les bras étendus, non pas précisément en croix mais presque, les paumes dirigées vers le haut et en avant" . "Puis Elle se prosterne, le visage contre le foin, dans une prière encore plus profonde. Une prière prolongée" (...)
"Un faisceau de lumière lunaire" "semble une lame immatérielle d'argent qui s'en va chercher MARIE" "Le voilà sur la tête de l'Orante. Il la nimbe d'une blancheur éclatante. MARIE lève la tête comme pour un appel du Ciel et s'agenouille de nouveau. Oh ! comme c'est beau ici ! Elle lève Sa tête qui semble resplendir de la lumière blanche de la lune, et elle est transfigurée par un sourire qui n'est pas humain. Que voit-Elle ? Qu'entend-Elle ? Qu'éprouve-t-Elle ? Il n'y a qu'Elle qui pourrait dire ce qu'Elle vit, entendit, éprouva à l'heure fulgurante de Sa Maternité. Je me rends seulement compte qu'autour d'Elle la lumière croît, croît, croît. On dirait qu'elle descende du Ciel, qu'elle émane des pauvres choses qui L'environnent, qu'elle émane d'Elle surtout" (...)
"La lumière se dégage toujours plus du corps de MARIE" "Et cette radieuse, irrésistible, incommensurable, éternelle, divine Lumière qui va être donnée au monde, s'annonce avec une aube, une diane, un éveil de la lumière, un choeur d'atomes lumineux qui grandit, s'étale comme une marée qui monte, monte en immenses volutes d'encens, qui descend comme un torrent, qui se déploie comme un voile" (...) "La Lumière croît de plus en plus. L'oeil ne peut la supporter. En elle, comme absorbée par un voile de Lumière incandescente, disparaît la Vierge... et en émerge la Mère.
"Oui, quand la lumière devient supportable pour mes yeux, je vois MARIE avec Son Fils nouveau-né dans ses bras" (...)
Le Mystère de la Nativité n'est pas montré à Maria. Seule MARIE le dévoile (ci-dessus à don Gobbi, le 24.12.1988. Comprenez bien chaque mot : "Mon divin Enfant a traversé le voile de Mon sein virginal sans effleurer la merveille de Ma parfaite Virginité." MARIE toujours Vierge, Vierge avant la Naissance, Vierge après la Nativité. À Marie de Jésus, (d'Agreda en Espagne), alors Supérieure de ce couvent créé par ses parents, MARIE précise qu'Elle n'a pas accouché, mais enfanté miraculeusement : on comprend que la Puissance divine a fait traverser au Bébé le placenta, l'abdomen et les vêtements de MARIE !
Marie d'Agreda voit la Vierge en prière à genoux, non pas sur la couche de paille, mais au-dessus, en lévitation, sans contact avec le sol ; ce que ne voit pas Maria Valtorta, éblouie par "le voile de Lumière" qui cache le divin Mystère ; et elle ne voit pas, non plus, les Archanges Gabriel, Raphaël et Michel qui placent JÉSUS dans les bras de Sa Mère. JÉSUS dicte à "JNSR", le 24 Décembre 1993 :
"Je suis né dans une crèche. Cela ressemble à un nid où la Mère va déposer son trésor. MARIE attend. Et dans Ses bras les Anges bénis déposent l'Enfant-Roi. Elle, pleine de Joie à genoux, regarde JOSEPH qui voit à son tour la Merveille des Cieux et de la Terre dans les bras de MARIE."
Ce qui confirme Marie d'Agréda.
Marie d'Agreda donne une précision significative : c'est Dieu qui fait se résorber en MARIE le placenta car, dit-elle : "il ne convenait pas que cette membrane, qui avait été en contact avec le Fils de Dieu pendant neuf mois, fût jetée comme un déchet."
MARIE parle à Maria Valtorta (T.1, p. 105) de "la Maternité sans violation d'aucune sorte" "de la femme appelée à devenir Mère sans souffrance dans sa chair" ; à don Gobbi, MARIE dit : "Je suis entrée dans un ravissement d'Amour et de Vie avec le Père céleste" et "Je tenais entre mes bras Mon Dieu, devenu miraculeusement Mon Fils."
C'est cet enfantement dans l'extase, dans la douceur, dans l'Amour, que la Faute Originelle, l'accouplement sexuel bestial, a fait perdre à la femme, à toutes les femmes. "J'en ai eu l'expérience", dit MARIE qui en porte Témoignage.
Qu'est-il impossible à Dieu ?
Combien d'esprits "forts et éclairés qui n'ont jamais été aussi ignorants", auront peur de croire à ces Merveilles de Dieu en MARIE ! Des ignorants volontaires, obstinés à le rester : combien de guérisons miraculeuses constatées à LOURDES !
Des cancers parfaitement identifiés sur radiographies avant, et disparus après. Des dégradations osseuses imposant la chaise roulante pendant des années, bien constatées avant et la marche normale et des os sains, après. Malgré cela, les ignorants-volontaires s'obstinent : "Ce n'est pas possible !." C'est JÉSUS qui répond, dictant à Maria Valtorta (T1, p. 110) :
"Pourquoi n'est-il pas possible ? N'ai-Je pas ressuscité les morts, guéri les fous, soigné les épileptiques, ouvert la bouche aux muets, les yeux aux aveugles, l'ouïe aux sourds, l'intelligence à des êtres diminués ; n'ai-Je pas de même chassé les démons, commandé aux poissons de se jeter dans le filet, aux pains de se multiplier, à l'eau de devenir du vin, à la tempête de se calmer, à l'eau de devenir solide comme une surface pavée ?
"Qu'est-il impossible à Dieu ?
"Même avant que Dieu : le Christ, Fils de Dieu, fût parmi vous, est-ce que Dieu n'a pas opéré des miracles par le moyen de Ses serviteurs qui agissaient en Son Nom ?
"Ne sont-elles pas devenues fécondes les entrailles stériles de Saraï d'Abraham pour qu'elle devienne Sarah et enfantât dans sa vieillesse Isaac destiné à être celui avec lequel Je conclurais le Pacte ?
"Ne se sont-elles pas changées en sang les eaux du Nil, et remplies d'animaux immondes au commandement de Moïse ? Et toujours par sa parole, ne sont-ils pas morts de la peste les animaux et tombées ulcérées les chairs des hommes ; et fauchés, hachés les blés par une grêle dévastatrice, et dépouillés les arbres par les sauterelles, et éteinte pendant trois Jours la lumière, et frappés de mort les premiers-nés, et entrouverte la mer pour le passage d'Israël, et adoucies les eaux amères, et tombées en abondance les cailles et la manne, et l'eau n'est-elle pas jaillie du rocher aride ?
"Et Josué n'a-t-il pas arrêté la course du soleil ? Et le jeune David n'a-t-il pas terrassé le géant ? Est-ce que Élie n'a pas multiplié la farine et l'huile, et ressuscité le fils de le veuve de Sarepta ? Est-ce qu'à son commandement, la pluie n'est-elle pas tombée sur la terre desséchée, et le feu du ciel sur l'holocauste ?
"Et le Nouveau Testament n'est-il pas un bosquet fleuri dont chaque fleur est un miracle ? Qui donc a pouvoir sur le miracle ? Qu'est-ce qui est donc impossible à Dieu ? Qui est-il comme Dieu ?"
Alors que JÉSUS vient de naître dans la Grotte, près de l'endroit où le berger Elie a offert du lait à MARIE en indiquant la grotte à Joseph, les douze Bergers veillent les troupeaux de brebis et d'agneaux rassemblés dans une enceinte d'épines (une "z'riba" en arabe).
Brusquement, Lévi, le plus jeune, un Pastoureau, voit une Lumière qui arrive ; les autres se moquent d'abord ; mais :
"C'est un Ange", crie l'enfant. "Le voilà qui descend et s'approche... Par terre ! A genoux devant l'Ange de Dieu !."..
"Les plus jeunes sont à genoux et regardent l'Ange qui s'approche toujours plus, et s'arrête en l'air, déployant ses grandes ailes, blancheur de perles dans la blancheur lunaire qui l'enveloppe" (...)
"Je vous apporte la nouvelle d'une grande joie pour le peuple d'Israël et pour tous les peuples de la Terre" . "Aujourd'hui, dans la cité de David, est né le Sauveur qui est le Christ, le Seigneur." ... "Vous le reconnaîtrez à ces signes : dans une pauvre étable, derrière Béthléem, vous trouverez un bébé enveloppé dans des langes, couché dans une mangeoire d'animaux. Parce que pour le Messie, il n'y a pas eu de toit dans la cité de David" (...)
[Et Maria Valtorta (T.1, p.181) voit, entend, sent :]
"Des cieux arrive une foule -oh ! quelle foule !- une foule d'Anges qui lui ressemblent une échelle d'Anges qui descendent dans l'allégresse, éclipsent la lune par leur lumière paradisiaque. Ils se répandent autour de l'Ange annonciateur, en agitant leurs ailes, en répandant des parfums, dans une harmonie musicale où toutes les voix les plus belles de la Création se retrouvent, mais portées à la perfection de leur sonorité" (...)
[Les Bergers se chargent de présents : des fromages, une peau d'agneau tannée, une brebis qui allaite car, dit Élie : "Son lait est excellent. Il pourra leur être utile si la femme en manque. Elle me semblait une bambine, et si pâle ! " Arrivés à la Grotte, ils n'osent entrer ni appeler ; ils demandent à Lévi de regarder ; il écarte un peu le manteau de Joseph (qui sert de rideau) ; les autres interrogent : "Que vois-tu ?"] :
"Je vois une femme toute jeune et belle, et un homme penché sur une mangeoire ; et j'entends un bébé qui pleure et la femme lui dit d'une voix... oh ! quelle voix ! :
"JÉSUS, Mon tout petit, Amour de Ta Maman. Ne pleure pas Mon petit Enfant. Oh ! si Je pouvais te dire : Prends le lait, mon tout petit ! Mais je ne l'ai pas encore. Tu as si froid, Mon Amour ! Le foin te pique. Quelle douleur pour Ta Maman de T'entendre pleurer ainsi ! Sans pouvoir te soulager..."
Les Bergers entrent dans la Grotte, adorent, offrent leurs présents : la peau peau d'agneau enveloppe chaudement le Bébé en l'isolant du foin ; Élie trait la brebis et montre à MARIE comment faire téter le Nourrisson : avec une mèche de lainage trempée dans l'écuelle, le lait descend jusqu'aux lèvres du Bébé qui n'a plus froid ni faim et qui s'endort bientôt.
Voilà ce qu'a été la Nativité, le 3ème Mystère Joyeux du St-Rosaire.
Un grand symbole que le premier lait pour l'Agneau de Dieu soit le lait d'une brebis ; que le premier bain de l'Agneau de Dieu promis au Sacrifice, ait été les larmes de Sa Mère...
Et les Bergers sont douze : Élie, Lévi, Samuel, Jonas, Isaac, Tobie, Jonathas, Daniel, Siméon, Jean, Joseph et Benjamin. Ils sont 12, comme sont 12 les Tribus d'Israël, comme sont 12 les mois de l'année. Comme seront 12 les Apôtres, comme sont 12 les étoiles couronnant MARIE apparue à Ste Catherine Labouré ; et 12 aussi les étoiles d'or sur fond bleu du drapeau de l'Europe. Bleu, la couleur de MARIE. Qui préfère croire à des coïncidences accidentelles ?
Le Physicien suisse Wolfgang PAULI, Prix Nobel 1945, a ouvert un chemin de réflexion sur les prétendues coïncidences avec sa théorie de la synchronicité :
"Quand deux ou plusieurs événements viennent à coïncider dans le temps sans que l'on décèle entre eux un lien apparent et, comme on ne peut invoquer un hasard inexistant, il est hautement probable qu'il y a une loi encore inconnue qui justifie de la simultanéité."
Avec cette répétition des 12, il ne s'agit pas de coïncidences, mais de continuité. Une continuité qui survole les millénaires présuppose une Volonté indépendante de notre Temps humain. Dieu, Seul, domine le Temps, et l'espace ; et conduit les événements. La prédestination de St Joseph en est un exemple.


†
† †




5.6. La prédestination de Joseph, l'Homme
******************************************************
Joseph est de la lignée du roi David ; c'est pour cette raison que l'Édit de Recensement l'oblige à venir à Béthléem, la cité de David. Nouvelle "coïncidence" : depuis des siècles, les prophètes avaient annoncé que le Messie devait naître à Béthléem.
Dès l'âge de 7 ans, Joseph se fait Nazir : le naziréat est l'état de celui qui se consacre à Dieu et à Lui Seul. Cette Consécration, Joseph la renouvellera et la vivra d'année en année. Il vit à Nazareth, chez son frère Alphée dont deux des fils, Jacques ("le Mineur") et Jude, seront Apôtres de JÉSUS (Ses "frères", ainsi que mentionnés dans l'Évangile : en arabe actuellement encore, et en hébreux de l'époque, le mot cousin n'existe pas ; on dit "le fils de mon oncle", mais plus généralement "frère" (khouïa, en arabe).
Les Témoins de Jéhovah, cette secte (aux racines protestantes lointaines) fondée aux USA par C. Taze Russel en 1874, affectant d'ignorer cela et prenant toujours l'Écriture Sainte au pied de la lettre, refusent MARIE toujours Vierge en disant qu'Elle a eu plusieurs enfants. Si l'on respecte souvent les Témoins de Jéhovah qui vont de maison en maison, Il faut bien noter que la dialectique de combat de leur secte est avant tout dirigée contre l'Église catholique, contre sa hiérarchie et contre ses Dogmes ; et que cette dialectique est misérable dans son argumentation, de même que sont déformées les citations bibliques qui leur servent d'appui. Les premières victimes de cette secte en sont ses membres, comme pour toutes les sectes.
La maison d'Alphée, frère aîné de Joseph, est toute proche de la Maison de Nazareth où Joachim et Anne supplient depuis 20 ans le Seigneur de leur donner un enfant ; ils vivent en Justes, faisant chaque année 3 parts de leurs revenus, une pour le Temple, une pour les pauvres, la plus petite pour eux... et leur prospérité ne se dément jamais ; ils promettent de consacrer au Très-Haut, en Son Temple, dès l'âge de 3 ans, l'enfant que le Seigneur leur donnera. Et MARIE naît. Et c'est Joseph, jeune menuisier qui est chargé de faire le berceau de MARIE ; et il l'orne de roses sculptées dans le bois ; pensez à Rosa Mystica de Montichiari, à Notre-Dame des Roses de San Damiano : nouvelle "coïncidence").
J'ai déjà donné le dialogue entre MARIE et Sa mère Anne, où l'Enfant demande quand viendra le Messie promis à Israël, promettant de prier tant, tant et tant, pour que Dieu L'accorde plus tôt. C'est juste après ce dialogue que MARIE dit à Sa mère ("3", T.1, p. 51/52) :
- "Et alors, Je prierai et Me ferai VIERGE pour cela."
- "Mais sais-Tu ce que cela veut dire ?."
- "Cela veut dire ne pas connaître d'amour d'homme, mais seulement de Dieu. Cela veut dire n'avoir de pensée que pour le Seigneur. Cela veut dire rester enfant dans sa chair et ange dans son coeur.
Cela veut dire n'avoir d'yeux que pour regarder Dieu, d'oreille que pour L'écouter, de bouche que pour Le louer, de mains que pour s'offrir en hostie, des pieds que pour Le suivre, rapide ; de coeur et de vie que pour les Lui donner."
Puis, p.54, JÉSUS intervient :
"J'entends déjà les commentaires des maîtres de la chicane : "Comment une enfant qui n'a pas encore trois ans peut-elle parler ainsi. C'est une exagération." On ne réfléchit pas qu'on fait de Moi un phénomène en attribuant à Mon enfance la conduite de l'âge adulte. L'intelligence ne vient pas à tous de la même façon et au même âge. L'Église a fixé à 7 ans l'âge de la responsabilité parce que c'est l'âge où un enfant, même retardé, peut distinguer, même d'une façon rudimentaire, le bien du mal. Mais il y a des enfants qui, bien plus tôt, peuvent discerner, se proposer et vouloir avec une raison déjà suffisamment développée" (...)
"Qu'est-ce que la raison ? Un Don de Dieu. Dieu peut l'accorder dans la mesure qu'Il veut, à qui Il veut et quand Il veut la donner"(...)
"Vos lacunes dans l'intelligence sont le fruit naturel de votre déchéance en fait de Grâce et d'honnêteté" (...)
"Le miracle ne réside pas dans l'intelligence supérieure manifestée dès l'enfance par MARIE, comme ensuite par Moi ; le miracle est dans le fait de contenir l'Intelligence Infinie qui y habitait, sans qu'elle frappe d'émerveillement les foules, et sans qu'elle éveille l'attention satanique. Je parlerai encore sur ce sujet qui entre dans la catégorie des souvenirs que les Saints ont de Dieu."
Au Temple de Jérusalem, quand MARIE atteint ses 14 ans, "Elle pleure toutes les larmes de Son corps" dit JÉSUS, car Elle est écartelée entre Son voeu perpétuel de Virginité et Son obéissance à la Loi de Moïse qui oblige toute fille d'Israël au mariage pour qu'elle offre son premier-né au Seigneur et, suprême gloire, être la vierge prophétisée qui sera Mère du Messie (épouse et mère-vierge, cela faisait beaucoup à admettre par la Foi). Le grand Prêtre La convoque et dit à Zacharie (présent et qui n'est pas encore muet) :
"Elle est visible, en elle, la race de David et d'Aaron."
Visible, à cause des cheveux blonds et des yeux bleus de MARIE : par Son père Joachim, Elle est de la descendance du roi David qui est dans la lignée directe d'Abraham et donc d'Adam.
À Catherine Emmerich (9) est montré, en vision, le Sang de JÉSUS qui coule le long de la Croix et s'infiltre, sous terre, jusque sur le crâne d'Adam enterré là (Golgotha signifie "lieu du crâne")  et Catherine Emme-rich voit, sur ce crâne, une mèche de cheveux blonds !
Par Sa mère Anne, l'ascendance de MARIE remonte à Aaron, le premier Prêtre de Yahvé, et frère de Moïse. MARIE est donc de caste royale et sacerdotale. Sacerdotale, pour être Celle qui donnera le jour au Prêtre Éternel. Royale, pour être la Mère du "Roi des Juifs" qui régnera enfin sur le Monde.
C'est pourquoi le Grand Prêtre Lui dit :
"J'ai présente à l'esprit ta descendance royale. Déjà te protège la Loi qui ordonne qu'à chaque homme sera donné une femme de sa race." Et comme MARIE dit qu'Elle ne connaît personne, le Grand Prêtre dit : "Alors nous laisserons le jugement à Dieu."
Comment Dieu a-t-Il choisi Joseph pour être l'époux de MARIE ? Le Grand Prêtre convoque au Temple tous les célibataires accessibles appartenant à la Tribu de David : ils sont 20 peut-être 30 ; l'époque de cette assemblée doit se situer en hiver. Chaque homme apporte un rameau sec, avec son nom inscrit dessus selon les directives du Grand Prêtre et le lui remet. Celui-ci revient bientôt, suivi d'un Lévite "qui porte dans ses bras un faisceau de branches sèches sur lequel est posé délicatement un rameau fleuri." Et le Grand Prêtre :
"Hommes de la race de David, qui êtes venus à mon appel, écoutez. Le Seigneur a parlé, Louange à Lui ! De Sa Gloire (*) un rayon de Lumière est descendu comme un soleil de printemps et a donné vie à un rameau sec. Il a fleuri miraculeusement, alors qu'aucun rameau n'est fleuri en ce moment, dernier jour de l'Encénie (**), bien que la neige tombée ne soit pas encore disparue sur les hauteurs de Juda.
"C'est l'unique blancheur entre Sion et Béthanie. Dieu a parlé, se faisant Père et Tuteur de la Vierge de David qui n'a que Lui comme seule protection."
L'élu est Joseph qui dit, entre autres, à MARIE : "Je suis naziréen, et j'ai obéi à la convocation parce qu'elle émanait du Prêtre, non par désir de mariage." C'est alors que MARIE l'informe de Son voeu :
"Toute enfant, Je Me suis consacrée au Seigneur. Je sais que cela ne se fait pas en Israël, mais J'ai entendu une Voix (***) qui Me demandait Ma Virginité en sacrifice d'Amour pour l'Avènement du Messie. Il y a si longtemps qu'Israël L'attend... Ce n'est pas trop de renoncer pour cela à la joie d'être mère !..."

____________________________________________________________________
(*) : On comprend que le faisceau de branches sèches a été déposé dans le Saint des Saints, derrière le Voile où est gardée l'Arche d'Alliance contenant les vases de la Manne et les Tables de la Loi, et sur quoi plane la Gloire, l'Esprit invisible de Dieu ; la branche sèche marquée au nom de JOSEPH, est un brin d'amandier : le premier rameau d'amandier fleuri sera toujours dans un vase à Nazareth.
(**) "L'Encénie" est une fête juive suivant de peu "la fête des Lumières" qui se place au solstice d'hiver, quand la durée du jour recommence à croître, donc très proche de notre Noël.
(***) : Reine de l'Humilité, MARIE ne dit pas : "la Voix de Dieu."
"Moi aussi, j'unirai mon sacrifice au tien et par notre chasteté nous témoignerons tant d'Amour à l'Éternel, tant d'Amour que Lui donnera plus tôt le Sauveur à toute la Terre, nous permettant de voir Sa Lumière illuminer le monde. Viens, MARIE. Allons devant Sa Maison (*) et jurons de nous aimer comme les anges s'aiment entre eux."
Voilà pourquoi Joseph est l'Homme, le seul homme qui ait jamais mérité cette majuscule, afin d'être le père de JÉSUS, le Fils de l'Homme, parce que né de MARIE. Joseph ne le sait pas encore. MARIE non plus, car l'Annonciation n'interviendra que le 25 Mars (vraisemblablement de l'année suivante : le mariage religieux a lieu au Temple environ deux mois après l'élection de Joseph.
Dès le mariage conclu, Élisabeth et Zacharie, qui sont témoins au contrat en tant que seule parenté de MARIE, accompagnent à Nazareth MARIE et Joseph ; et là, Zacharie n'est pas encore muet ; et comme Jean-Baptiste, le Précurseur, a été conçu six mois avant JéSUS, c'est que l'Annonciation n'interviendra que l'année suivante.
Joseph sera vraiment le père de JÉSUS, le père putatif, c'est-à-dire légal, le très-chaste époux de MARIE, ainsi qu'Elle le répète toujours ; celui qui sera le protecteur, le père nourricier et le mentor d'un Fils conçu par Dieu Lui-même, non seulement le Fils Unique de Dieu, mais le premier Enfant né sur la Terre selon le Plan initial prévu par Dieu pour la Création humaine : né d'une Femme de parfaite Virginité de corps, d'Âme et d'Esprit, soumise à l'autorité d'un Homme "Pur à l'égal des Séraphins", dit MARIE.
Voilà comment Dieu a prédestiné Joseph à être le père légal de JÉSUS qui ainsi, aux yeux de tous, descend en droite ligne du roi David, ainsi que précisé par les prophètes.
JÉSUS, Nouvel Adam, Fils de l'Homme et Fils de Dieu ; MARIE, Nouvelle Ève. Les Deux annoncent ainsi la Venue du Règne de Dieu sur la Terre. Des Merveilles attendent ceux d'entre nous qui auront le bonheur d'être des élus du Règne de Dieu sur notre Terre renouvelée de fond en comble, "où il n'y aura plus de larmes, ni de cris, ni de mort" ! Où les démons seront définitivement interdits de nuire ; quand JÉSUS viendra "après avoir vaincu et anéanti Ses ennemis" (dixit MARIE, le 24.12.1978, citée ci-avant).
"après avoir vaincu" : les démons verrouillés en Enfer ; "et anéanti" tous ceux qui refuseront Dieu, et seront brûlés, préfèrent l'orgasme à la Pureté, la haine à l'Amour.
Cela se produira pendant les Trois Jours de Ténèbres qui sont

____________________________________________________________
(*) : "Sa Maison" : dans le Temple, l'endroit autorisé le plus proche du Saint des Saints].
prophétisés pour notre avenir, comme a été "éteinte pendant Trois Jours la lumière" en Égypte au temps de Moïse (dixit JÉSUS, p. 291, souligné ; et dans la Bible : Exode, X, 21/23).
Dans la semaine qui suit l'Annonciation et l'Incarnation du Fils de Dieu, Joseph accompagne MARIE jusqu'à Jérusalem pour la Visitation à Élisabeth, enceinte de six mois et qui demeure à Hébron.
Joseph a un respect tel pour MARIE que, 3 mois après, son univers s'effondre quand il va chercher MARIE à Jérusalem, le jour de la purification d'Élisabeth et de la Présentation de Jean-Baptiste au Temple : il La voit enceinte ; La ramène à Nazareth et reste 3 jours sans venir La saluer, ainsi qu'à l'accoutumée le soir, après son travail et avant d'aller dormir chez son frère Alphée. Puis l'Ange du Seigneur lui révèle la Vérité dans le sommeil de la nuit, et il vient au matin demander le pardon de MARIE ("3", T.1., p.156) :
- "Pardon MARIE. J'ai manqué de confiance. Maintenant je sais. Je suis indigne d'avoir un tel trésor. J'ai manqué de charité. Je T'ai accusée en mon coeur. Je T'ai accusée sans justice puisque je ne T'avais pas demandé de me dire la vérité. J'ai failli envers la Loi de Dieu en ne T'aimant pas comme je me serais aimé..."
- "Oh ! non ! Tu n'as pas manqué !"
- "Oui, MARIE. Si j'avais été accusé d'un pareil crime, je me serais défendu. Toi... je ne T'ai pas permis de Te défendre puisque j'allais prendre une décision (*) sans T'interroger. Je T'ai manqué en T'offensant par un soupçon.
"Rien qu'un soupçon, c'est une offense, MARIE. Qui soupçonne, méconnaît. Je ne T'ai pas connue comme je le devais. Mais pour la douleur que j'ai soufferte... trois journées de supplice, pardonne-moi, MARIE."
- "Je n'ai rien à te pardonner, mais plutôt, Je te demande pardon de la douleur que Je t'ai causée."
- "Oh ! oui, quelle douleur ç'a été ! Quelle douleur ! Regarde. Ce matin on m'a dit que j'avais des cheveux blancs sur les tempes et des rides sur le visage. Plus de dix ans de vie se sont écoulés en ces jours. Mais pourquoi, MARIE, as-Tu été humble au point de me cacher, à moi ton époux, Ta Gloire, et permettre que je Te soupçonne ?."

____________________________________________________
(*) : C'est à Marie d'Agreda qu'est révélée par MARIE cette décision : la veille au soir, Joseph a préparé ses outils pour aller vivre au loin et quitter Nazareth avant que le jour se lève. Ceci afin de Lui éviter la lapidation, ou de n'être pas obligé de mentir en prenant à son compte la grossesse de MARIE.
- "Si Mon humilité n'avait pas été parfaite, Je n'aurais pas mérité de concevoir Celui qu'on attendait. Celui qui vient annuler la Faute d'orgueil qui a ruiné l'homme. Et puis J'ai obéi... Dieu M'a demandé cette obéissance. Elle M'a coûté tellement... pour toi, pour la douleur que tu en éprouverais. Mais Je n'avais qu'à obéir. Je suis la servante de Dieu et les serviteurs ne discutent pas les ordres qu'ils reçoivent. Ils les exécutent, Joseph, même s'ils leur font pleurer du sang."
MARIE pleure doucement en disant cela. Et Joseph :
- "Maintenant, il faut pourvoir... Il faudra faire vite ? Je viendrai ici... Nous accomplirons le mariage la semaine prochaine, ça va ?"
- "Tout ce que tu fais est bien fait, Joseph. Tu est le chef de la maison, Moi je suis ta servante."
Parlant de Joseph, JÉSUS dicte à Maman Carmela le 19.09.1968 :
"Un doute atroce blessa son coeur. Comment est-il possible que mon petit lys ait été taché ? Et il décida de La quitter sans rien dire, sans rien dénoncer à la Loi qui, inexorablement, La condamnerait, car l'adultère était puni de la lapidation."
La fuite de Joseph est le seul moyen pour éviter la répudiation de MARIE pour adultère, d'autant que si le mariage religieux a eu lieu au Temple, les noces familiales suivies de la cohabitation n'ont pas encore eu lieu. Après le mariage au Temple, et à leur retour de Jérusalem, Joseph avait dit : "Aux seize ans de MARIE", à son frère Alphée qui s'étonnait du peu d'empressement de Joseph à vivre près d'Elle. Le Seigneur est intervenu juste à temps pour empêcher l'abandon de MARIE, et ce fut, durant 3 jours, la Passion de Joseph, de MARIE aussi.
Voici ce que dicte MARIE après ce dialogue avec Joseph ("3", T.1, p.158) ; Elle était devenue toute pâle en accueillant Joseph :
"Que personne n'interprète d'une manière inexacte Ma pâleur. Elle ne provenait pas d'une crainte humaine. Humainement J'aurais dû M'attendre à la lapidation. Mais ce n'était pas le motif de ma crainte. Je souffrais de la douleur de Joseph. Même la pensée qu'il M'aurait accusée ne Me troublait pas en elle-même. Seulement il Me déplaisait qu'en s'arrêtant à la pensée de M'accuser, il manquât à la charité.
"Quand Je le vis, mon sang ne fit qu'un bond à cause de cela. C'était le moment où un Juste aurait pu offenser la justice en manquant à la charité. Et qu'un Juste y manquât, lui qui n'y manquait jamais, cela M'aurait causé la plus extrême douleur."
Ils revivront 3 jours d'angoisse torturante lors de la perte de JÉSUS au Temple Avant ce trop court extrait qui est suivi, comme toujours, d'un enseignement d'une exceptionnelle élévation de Notre Mère, MARIE a dicté deux pages sur "notre première Passion", (à Elle et Joseph), deux pages éblouissantes ("3", T.1, p.153/154). Procurez-vous cet ouvrage, vous ne le regretterez jamais. Pour clore, trop vite ce chapitre sur St Joseph, voici ce que dicte JÉSUS à Maman Carmela, le 30.11.1968 :
"Ma fille, aie souvent recours à l'intercession de Mon Père putatif, Saint Joseph, à qui J'ai confié de grands pouvoirs. Il a accompli sa mission sur la Terre, une mission très délicate et très importante, de la façon la plus parfaite, dans le silence et dans l'humble soumission à Mon Père et au vôtre. Avec une délicate prévenance et un Amour vrai, humain et surnaturel, il vécut auprès de MARIE, son Épouse, et se comporta envers Elle comme un Ange de chair et d'os, comme le frère le plus affectionné et le plus dévoué.
"Les souffrances et les fatigues auxquelles il dut La soumettre, sur l'ordre de Dieu, blessaient plus que tout son coeur. Il La respectait et L'honorait comme Mère de son Dieu et, très souvent, il s'inclinait devant Elle durant le jour, en Lui demandant Sa bénédiction.
"Il comprenait la grandeur de MARIE, car le Seigneur, après le doute atroce qui blessa son coeur, en lui envoyant un Ange pour le réconforter et l'éclairer, non seulement lui montra l'innocence de Sa Fille Bien-Aimée, mais encore permit que Joseph comprît partiellement la grandeur à laquelle Elle était élevée par Sa divine Maternité. Mais la vertu qui, en Ma Maman, lui inspirait une immense vénération et un immense respect, était l'absolue pureté qui transparaissait dans les regards (*), les paroles, dans les gestes et le comportement angélique de son Épouse chérie.
"Voilà pourquoi Je t'ai parlé de Joseph, le Juste, Mon Protecteur et Mon Gardien : car, ayant vécu si près de MARIE, ayant imité Ses vertus et L'ayant aimée vraiment de tout son coeur, il est en mesure de te préparer à toutes les solennités que l'Église célèbre en l'honneur de MARIE.
"C'est pourquoi tourne souvent vers lui ta pensée et invite-le à s'occuper de toi. Il sera heureux de remplir auprès de toi ce délicat devoir et Ma Mère aussi en sera heureuse, Elle qui aimait Son très-chaste époux d'une affection si tendre et si prévenante.
"Fais-le intervenir auprès d'Elle dans tes besoins et dans ceux des autres qui se recommandent à tes prières, surtout pour les Malades en état grave qui seront assistés par lui ; et s'ils n'obtiennent pas la guérison, ils recevront une grande Paix et leur trépas sera serein entre ses bras et les Nôtres.

____________________________________________________________
(*) : JÉSUS dicte à Maman Carmela le 18.04.1968 :
"Les yeux sont les fenêtres de l'Âme."
"Ne l'oublie jamais, ce Saint Puissant, Patron de l'Église Universelle laquelle, en ce moment présent, si combattue par l'Ennemi, trouve en lui un fort Défenseur. N'oublie jamais qu'il est la terreur des démons, et que le fait d'évoquer son nom sauve des dangers et des malheurs. Bénies sont les familles où on l'honore et où l'on donne son nom aux enfants. Il les chérit et les protège, les comble de dons providentiels et d'une Bonté toute spéciale.
"Il est comme l'antique Joseph, le Secrétaire du Roi et Son Substitut. Maintenant, il est au Ciel le Vice-Roi qui règne sur le Coeur de Dieu et celui de son Épouse. Aucun ce ceux qui lui sont vraiment dévots ne se perd, car il les assiste, les aide en tous leurs besoins et il les conduit en sûreté au Port."

†
† †

5.7. Les Trois Passions de MARIE
***************************************
Ce sont les trois sommets de la souffrance qui a accompagné MARIE Sa vie durant. Du 18 au 27 Septembre 1968, JÉSUS dicte à Maman Carmela 13 pages sur les Douleurs de MARIE :
".. souviens-toi bien que, dès l'âge le plus tendre, Sa vie toute entière fut semée d'âpres douleurs. Quand, petite fille de trois ans, Elle quitta la maison paternelle pour Se rendre au Temple, Son tendre Coeur, qui aimait Ses parents d'un très grand Amour, souffrit beaucoup de la séparation. Elle en souffrit bien que, douée de l'usage de la raison dès Sa naissance (*), Elle comprît la nécessité de cette séparation. Elle l'accepta comme Volonté de Dieu, avec sérénité, alors que Son Coeur était dans les larmes" (...) "Tout le monde [au Temple] s'apercevait de la supériorité en tout de Ma Bien-Aimée, et c'est pourquoi Elle devenait un objet d'envie de la part de ses compagnes, qui s'amusaient à l'accuser de méfaits et, de mille manières, donnaient libre cours à leur méchanceté (**). MARIE comprenait, Se taisait, pardonnait, aimait et souffrait" (09.68)

_____________________________________
(*) : JESUS tait ici ce que MARIE a révélé à Marie d'Agreda : Elle savait parler dès Sa naissance, mais fut inspirée de ne le manifester qu'à l'âge de 18 mois. La Sagesse se manifestait déjà. Et la Prudence.
(**) : Par Marie d'Agreda (12), on sait que ces calomnies auraient causé le renvoi de MARIE si Sa maîtresse au Temple, Anne de Phanuel (qui est nommée dans l'Évangile), n'avait rétabli la vérité après en avoir été avertie par Dieu, car elle était prophétesse.
On sait aussi que Dieu éprouva la persévérance et la Foi de MARIE en La privant pendant des mois de la perception de Son Amour. Ce froid qui enveloppe l'âme, ce vide que l'on ressent en soi, ce poids d'une Prière qu'on ne sent pas monter, tous les Saints y ont été confrontés. Marguerite aussi ("4", p.46) qui dit à JÉSUS en 1965 :
"Mon coeur est glacé, je T'en supplie, réchauffe-le de Ta Présence !." Et JÉSUS :
"Il faut que tu souffres de l'absence de ton Dieu. C'est nécessaire." Marguerite : "Pourquoi ?." Et JÉSUS :
"L'or doit passer par le creuset."
À don Ottavio, le 25.11.1975, JÉSUS dicte :
"La souffrance est l'âme de l'Amour."
Autour de nous sont nombreux ceux qui s'interdisent d'aimer pour s'éviter de souffrir, mais bien vite ils apprennent l'envie au spectacle de ceux qui s'aiment ; cette envie évolue parfois en haine, et ils n'en sont pas moins malheureux. Dans la généralité des couples, l'amour c'est du troc : donnant, donnant... estimant toujours moindre ce qu'on reçoit que ce qu'on donne : des Comptables ou des Géomètres, qui pèsent et mesurent, pas des gens qui s'aiment.
Souvent Dieu met à l'épreuve notre Foi, notre Espérance et notre Charité en permettant au démon de tenter nos proches ; JÉSUS dicte à Maman Carmela, le 19.05.1968 ;
"Les désillusions et les offenses de la part des personnes chères sont nécessaires, Je dirai indispensables, afin que tu puisses mieux comprendre la Bonté de Dieu et Sa Fidélité, et Lui offrir tous tes sentiments."
Avant l'âge de 3 ans, MARIE connaît déjà les prophéties de Daniel qui annoncent le Messie. Au Temple, Elle apprend toutes les autres ("5", le 18.09.1968)  :
"Elle connaissait toutes les prophéties et, par vertu divine, Elle savait que le monde était plongé dans la boue la plus noire ; c'est pourquoi, dans l'intime de Son Coeur, Elle offrait Ses peines pour que le Seigneur hâtât la Rédemption."
Et le 19.09.1968  :
"Quand l'Ange Lui eût affirmé que l'Esprit du Père et le Mien La rendrait féconde, Elle accepta de devenir Mère. À ce moment-là, apparut devant Son regard toute l'Humanité souffrante dans l'attente du Sauveur et, dans un Acte d'Amour et de Douleur infinis, Elle embrassa toutes les Créatures de tous les temps jusqu'à la fin des siècles."
"Dieu, déjà, L'initiait à Sa Mission dans le monde avant même qu'Elle ne commençât Sa Mission dans l'Église."
Voilà ce qu'a été l'Annonciation,
le 1er Mystère Joyeux du St-Rosaire.
(*) "jusqu'à la fin des siècles" : qu'est-il impossible à Dieu pour MARIE investie d'une telle mission ? JÉSUS a déjà répondu à cela.
Et le Seigneur dicte à Maria Valtorta ("3", T.9, p.15) :
"Vous souffrez de voir la mère d'un enfant destiné à mourir par suite d'une maladie incurable, la mère de quelqu'un condamné au dernier supplice par la rigueur de la justice humaine, mais pensez à Ma Mère qui, dès le premier moment où Elle M'a conçu, a tremblé en pensant que J'étais le Condamné ; à cette Mère qui, quand Elle M'a donné le premier baiser sur Ma peau douce et rose de nouveau-né, a senti les plaies futures de Son Enfant ; à cette Mère qui aurait donné dix, cent et mille fois Sa vie pour M'empêcher de devenir homme et d'arriver au moment de l'Immolation ; à cette Mère qui savait et qui devait désirer cette heure terrible pour accepter la Volonté du Seigneur, pour la Gloire du Seigneur, par Bonté pour l'Humanité.
"Non ! Il n'y a pas eu d'agonie plus longue et qui ait pris fin en une douleur plus grande, que celle de Ma Mère."
MARIE n'a bénéficié que très partiellement du "bienheureux oubli de la naissance", ainsi que le dit JÉSUS ("3", T.8, p.75) :
"La Bonté de Dieu vous épargne la connaissance de l'avenir, mais à Moi, elle n'a pas été épargnée."
Par Marie d'Agreda, nous apprenons que MARIE, portant en Son sein JÉSUS pas encore né, par Grâce divine Le voit prier les bras en croix : Elle comprend, Elle sait, Elle souffre, Elle aime, et Elle prie, Elle aussi, les bras en Croix...
J'ai déjà évoqué la première Passion de MARIE et de Joseph en raison de l'Interdiction divine faite à MARIE de révéler à quiconque qu'Elle portait en son sein le Messie.
C'est l'Esprit-Saint qui le révélera à Élisabeth accueillant MARIE à la Visitation ; et, en servante obéissante, Élisabeth aussi gardera le Secret, même pour son époux Zacharie alors muet depuis plus de six mois. C'est l'Archange Gabriel, à l'Annonciation, qui avait révélé à MARIE la grossesse de sa vieille cousine Élisabeth et qui L'avait invitée, d'Ordre de Dieu à aller l'assister. Pourquoi ?
Parce que MARIE était -et est toujours- la Porte du Ciel, celle qui nous porte à JÉSUS ; parce que Dieu voulait que Jean soit sanctifié dès le sein de sa mère Élisabeth pour être le digne Précurseur du Messie, son Cousin.
Après avoir embrassé MARIE, Élisabeth s'incline profondément et Lui dit ("3", T.1, p.126) :
"Bénie es-Tu parmi toutes les femmes !
Béni le Fruit de Ton sein !"
"Bénie es-Tu pour avoir apporté la Sainteté à mon fils qui, je le sens, bondit comme une jeune chevrette pour la joie qu'il éprouve en mon sein ! C'est qu'il se sent délivré du poids de la Faute (*), appelé à être le Précurseur, sanctifié avant la Rédemption par le Saint qui croît en Toi."
C'est là que MARIE fait monter au Ciel Son Magnificat. Mais, par la suite, Elle dira à Élisabeth Son angoisse d'avoir été obligée de laisser Joseph ignorer le Choix de Dieu.
Voilà ce qu'a été la Visitation,
le 2ème Mystère Joyeux du St-Rosaire.
(*) : JESUS dicte à Maria Valtorta ("3", T.2, p.20) :
"Le bébé avait sauté de joie dans son sein en sentant les écailles de la Faute tomber de son Âme comme une croûte qui tombe d'une plaie au moment de la guérison. L'Esprit-Saint, qui avait fait de MARIE la Mère du Sauveur, commença Son oeuvre de Salut à travers MARIE, Ciboire Vivant du Salut Incarné" (...)
C'est quand JÉSUS atteint Sa douzième année que Ses Parents L'accompagnent au Temple de Jérusalem pour Sa majorité spirituelle : ce que fait le jeune Juif d'aujourd'hui dans sa Bar-Mitzva, et le jeune Catholique dans Sa Communion Solennelle ; le moment où l'Adolescent est suffisamment instruit de sa Religion pour assumer seul la responsabilité de ses fautes. JÉSUS raconte cet épisode de Sa Vie à Maman Carmela, le 23.09.1968 :
"Je fus donc, Moi aussi, accompagné au Temple pour la première fois. Mais, après la prière et les offices, quand Joseph et MARIE s'éloignèrent pour rejoindre leurs caravanes respectives, car les hommes étaient séparés des femmes, Je restai dans le Temple, alors que chacun d'eux pensait que J'étais avec l'autre, les enfants pouvant rester avec leur père ou avec leur mère.
"C'est ainsi qu'au soir du premier jour de la route, se retrouvant ensemble, ils s'aperçurent que Je n'y étais pas. Il est difficile de pouvoir comprendre l'intensité de la douleur des Miens en cette occasion.
"Sache que, le Coeur déchiré, Ma Maman refit le chemin parcouru ; Elle allait, appelant Son Fils des noms les plus doux, et Se désolait de Son inattention et S'accusait d'avoir été imprudente et négligente. Elle criait le nom de Son Enfant, le plus sage, disait-Elle, le plus obéissant. Elle demandait à Dieu de Lui pardonner Sa négligence et de Lui rendre Son précieux Trésor.
"Et ce qui accroissait Sa douleur, c'était de voir, au long des siècles, toutes les mamans qui perdraient leurs enfants, matériel-lement et spirituellement. Elle voyait, auprès d'Elle, tant et tant de mamans désolées, en pleurs et désespérées, et Elle offrait Sa douleur pour que ces dernières eussent consolation et réconfort.
"Mais ce qui exacerbait le plus Sa douleur, c'était la pensée que de nombreux, très nombreux enfants -les Siens- refuseraient la compagnie de Son JÉSUS et L'éloigneraient d'eux par le péché, sans se soucier le moins du monde de Le chercher.
"Les recherches durèrent trois jours entiers, puis Mes Parents Me retrouvèrent dans le Temple où J'interrogeais les Docteurs de la Loi et leur répondais. Tu Me demanderas pourquoi J'ai permis que Ma Maman souffrît tant, alors que Je pouvais Lui faire savoir que Je resterais.(...)
"La raison principale fut celle-ci : Leur faire connaître à Eux, et par Eux faire connaître à tous les parents que la Volonté de Dieu est supérieure à toute volonté humaine, et que leurs enfants sont tenus d'obéir inconditionnellement à cette Volonté Divine, car le Premier Père que l'on doit servir et à Qui on doit obéir est le Père du Ciel.
"J'ai permis aussi cette grande souffrance pour Ma Maman afin, qu'au long des siècles, toute maman puisse voir, en Elle, comment se comporter quand un fils se trompe de route ou se perd.
"C'est ainsi que vous devez faire, mamans : comme Elle a fait, Elle, Ma Maman. Pleurez sur vous-mêmes s'il vous semble n'avoir pas accompli tout votre Devoir. Peut-être n'avez-vous pas prié assez, peut-être n'avez-vous pas suffisamment surveillé ; c'est pourquoi humiliez-vous devant Dieu.
"Appelez vos enfants, c'est-à-dire prouvez-leur tout l'Amour de votre coeur. Ne les heurtez pas, ne les maudissez pas, ne les abandonnez pas.
Cherchez-les, vos enfants, à l'église, auprès du Tabernacle : C'est Moi qui vous apprendrai la manière dont vous pourrez les ramener à votre coeur.
"Je vous donnerai la Force, la Grâce, et si vous avez la Foi, vous les retrouverez vos enfants fourvoyés ou perdus. Vous les retrouverez grâce à la douleur que MARIE a soufferte et que vous, vous pouvez sans cesse offrir à Dieu, unie à la vôtre, pour la Rédemption de vos enfants."
Voilà ce qu'a été le Recouvrement de JÉSUS au Temple,
le 5ème Mystère Joyeux du St-Rosaire.
Mort le 23.09.1968, le Padre Pio dicte à Maman Carmela, le 14.03.1970 :
"Dans votre prière, il peut arriver que vous ne vous éleviez pas d'un palme au-dessus de vos besoins. Habituellement, ce sont les malaises physiques qui vous tourmentent et dont vous voudriez bien être libérés.
"Mais pourquoi ne savez-vous pas utiliser vos maladies comme de véritables stigmates qui vous sont donnés par Dieu pour réveiller la pensée de Dieu en ceux qui vous sont chers ? Par ce moyen votre prière prendrait aussi la valeur de celle faite par JÉSUS sur la Croix : "Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font." C'est ainsi que la conversion des hommes deviendrait un fait concret. Il n'y a pas d'autre raison de vivre ici-bas que de sauver son Âme, et tout ce que Dieu a mis en mouvement, après le Péché de nos premiers parents, n'a pas eu d'autre but que celui du Salut. Dieu veut que tous les hommes soient sauvés, mais personne ne peut aller au Paradis tout seul."
Intervenue après la Présentation de Jean-Baptiste au Temple, la première Passion de MARIE et de Joseph a eu pour but d'apprendre aux femmes comment se comporter quand elles sont injustement calomniées dans leur Honneur, en remettant tout à Dieu ; et apprendre aux hommes à ne pas juger sans savoir.
Lors du Recouvrement de JÉSUS au Temple, la deuxième Passion de 3 jours endurée par MARIE et Joseph, les Parents modèles de la Sainte Famille, a eu pour but de montrer à tous, père et mère d'un enfant qui se perd ou se dévoie, comment obtenir son retour dans le Bien : en offrant à Dieu, en paiement, leurs souffrances personnelles unies à celles de MARIE et de Joseph pendant la recherche angoissée de Leur Enfant divin ; et en allant chercher l'espérance, la patience et l'inspiration dans la contemplation silencieuse du Taberna-cle où MARIE tient compagnie à Son Fils, Prisonnier d'Amour.
Dictant à Maria Valtorta ("3", T.1, p.265) JÉSUS ajoute un enseignement aux mères sur cette seconde Passion de MARIE :
"Tu vois la douleur de MARIE lorsque se réunissent les groupes d'hommes et de femmes. Elle voit que Je ne suis pas avec Joseph. Elle ne s'emporte pas en durs reproches envers Son époux. Toutes les femmes l'auraient fait. Elles l'auraient fait pour beaucoup moins, oubliant que l'homme est toujours le chef dans la famille.
"Mais la douleur qui se manifeste sur le visage de MARIE, transperce le coeur de Joseph plus qu'aucun reproche. Elle ne S'abandonne pas, MARIE, à des scènes dramatiques. Pour beaucoup moins, d'autres femmes l'eussent fait pour qu'on les remarque et pour s'attirer de la pitié. Mais Sa douleur contenue est si évidente avec le tremblement qui La saisit, la pâleur de Son visage, Ses yeux si grands ouverts, qu'elle émeut plus qu'une scène de pleurs et de cris" (...)
"Puis, après trois jours, symbole des trois jours de Sa future angoisse" .. "voilà que MARIE" .. "court vers Son Fils, L'embrasse" .. "et S'écrie : 'Oh ! pourquoi nous as-Tu fait cela ? Depuis trois jours nous marchons à ta recherche. Ta Maman Se meurt de chagrin, Fils. Ton père est épuisé de fatigue. Pourquoi, JÉSUS ?"
"A ceux qui sont appelés, on ne demande pas pourquoi ils laissent tout pour suivre la Voix de Dieu. J'étais la Sagesse et Je savais. J'étais appelé à une Mission et Je la remplissais. Au-dessus du père et de la mère de la Terre, il y a le Père divin. Ses intérêts dépassent les nôtres. Ses affections passent avant toutes les autres. Je le dis à Ma Mère. Je termine l'enseignement aux Docteurs (*) par l'enseignement à Ma Mère, Reine des Docteurs. Et Elle ne l'a jamais plus oublié" (...) "Apprenez cette leçon, vous, hommes arrogants."
La 3ème Passion de MARIE sera simultanée de la Passion de JÉSUS et la prolongera jusqu'à l'aube du Dimanche pascal. Elle est d'abord décrite dans la Passion du Christ, laquelle est une conséquence directe et inévitable du Péché Originel.

+
+ +

____________________________________________________________
(*) : L'enseignement de JÉSUS, 12 ans, aux Docteurs du Temple (les Théologiens d'aujourd'hui) s'adressait particulièrement à GAMALIEL, alors jeune disciple du grand Docteur HILLEL ; et JÉSUS terminait par cette prédiction :
"Attendez-Moi à Mon Heure. Ces pierres entendront de nouveau Ma voix et frémiront à Ma dernière Parole."
21 ans plus tard, Gamaliel, devenu le plus grand Docteur d'Israël après la mort de Hillel, et qui s'était publiquement désolidarisé du jugement du Sanhédrin condamnant JÉSUS, est au Temple pendant qu'on crucifie le Messie.
Quand JÉSUS meurt en Croix, le tremblement de terre ébranle le Temple dont certaines pierres tombent ; Gamaliel comprend alors que la prédiction de JÉSUS Enfant, vient de se réaliser ; il court alors en hâte au Golgotha pour implorer le Pardon du Seigneur : trop tard pour l'instant, JÉSUS est mort. Mais Gamaliel sera néanmoins sauvé quelques années après ; jusque là Dieu a besoin qu'il reste au Sanhédrin pour empêcher que les Apôtres ne soient interdits d'évangéliser ; et c'est à MARIE que Gamaliel viendra demander Sa Bénédiction et Son aide pour devenir chrétien.

5.8. La Passion de JESUS
********************************

Le tome 9 de l'Oeuvre donnée pour nous par JÉSUS à Maria Valtorta, est sous-titré : "La Passion." 365 pages (autant que les jours d'une année), dont je ne citerai que très peu d'extraits. Il faudrait tout reproduire. Je vais seulement raconter la Passion, brièvement, en y ajoutant des détails qui figurent seulement dans les révélations "privées" reçues par Marie d'Agreda (12), par Catherine Emmerich (9), par Marguerite (6).
En lisant, que chacun se rappelle ce que j'ai déjà écrit en m'appuyant sur les Paroles de JÉSUS : même s'il n'en a gardé aucun souvenir (et c'est mon cas) : je pense que chacun de nous a été témoin de la Passion du Christ. Chacun en a bénéficié, et cela, c'est une certitude : rappelez-vous qu'en telle ou telle circonstance vous avez évité la mort, ou un malheur, "d'un cheveu" ; comme ce ne peut pas être le fait d'un "hasard" qui n'existe qu'au loto, vous êtes encore en vie pour lire ces lignes qui espèrent vous aider à croire sans voir de vos yeux, ni toucher de vos mains comme Thomas, mais voir avec l'entendement de l'intelligence et le regard du Juste ; avec le regard du sceptique qui examine honnêtement, puis admet les Merveilles de Dieu sans avoir peur de croire, en Le bénisssant pour Son Don de la Foi.
Car ne pensez pas, un seul instant, que vous aurez un mérite personnel à croire : votre intelligence vraie ne s'ouvrira que si vous priez Dieu de reconstruire la Foi en vous. Le mendiant que vous voyez à la porte d'une église, tend la main pour demander votre aumône ; vous aussi, tendez "la main" en priant Dieu en votre coeur par une invocation confiante et forte : "Seigneur, aide-moi à croire !" Et faites comme le mendiant, tenez-vous à la porte de l'église qui est en vous ; présentez votre requête au Puissant après vous être lavé l'Âme et l'Esprit des crasses qui sont de oeillères pour l'intelligence ; votre seul mérite, ce sera de vouloir être "en tenue correcte" avant de présenter votre requête ; ouvrez la porte de votre église interne avec la clé de l'Humilité : on ne peut rien exiger de Dieu, on Le prie : de nous redonner ce qu'Il nous a donné, et que nous avons laissé se perdre.
C'est le premier pas que vous seul pouvez faire, comme seul vous pouvez faire le second pas qui va vous conduire devant le Tabernacle de l'église de votre quartier, puis au Confessionnal où le Sauveur vous attend : vous en sortirez avec une mesure débordante de Foi et vous croirez en Dieu comme le jeune enfant croit en son père.
L'Agonie spirituelle
JÉSUS a déjà raconté Sa Passion spirituelle au Gétshémani avant Sa capture. Pensez à l'agonie lente et inexorable de celui qui va mourir du SIDA. Supposez qu'elle puisse être vécue mentalement, dans tous ses détails par le Sidaïque en qui la maladie ne s'est pas encore déclarée : il aurait une petite idée de l'Agonie spirituelle de JÉSUS. "L'Agonie spirituelle du Géthsémani" est le 1er Mystère Douloureux du St-Rosaire.
Après son baiser menteur indiquant JÉSUS à Malchus conduisant une vingtaine de sbires du Temple, Judas s'enfuit car les Apôtres veulent l'étriper. Pour éviter que les Apôtres ne soient arrêtés en même temps que Lui, JÉSUS S'avance , Se nomme et, à 3 reprises fait éclater Sa Puissance : les 20 sbires à figures de forbans s'écroulent à terre, leurs jambes ne les portant plus, Malchus et son cheval idem ; ils se relèvent, ahuris mais retombent ; se relèvent puis retombent encore ; lorsqu'ils se relèvent pour la 3ème fois, ils n'ont plus aucune velléité de prendre les Apôtres avec le Maître.
Quand ils veulent porter la main sur JÉSUS, Pierre bondit sur Malchus et lui coupe l'oreille avec la courte épée dont il s'est muni ; l'autre saigne et braille comme un goret ; d'un geste, JÉSUS remet en place l'oreille presqu'entièrement détachée et guérit instantanément Malchus. Cela ne calme pas la rage de Malchus qui fait étroitement lier les avant-bras de JÉSUS derrière Son dos.
Puis est ajoutée une chaîne qui fait deux fois le tour du torse et des bras ; ils y ajoutent une corde, assez longue pour que les deux bouts soient tenus par deux hommes, un devant, un derrière. Tous les Apôtres présents s'enfuient épouvantés en voyant que JÉSUS ne Se défend pas, qu'Il ne fait pas éclater Sa Puissance dont ils ont été si souvent les Témoins. Il est minuit, l'heure du crime. Et c'est l'heure de Satan.
Les deux jugements au Temple
C'est ainsi que la troupe de démons-humains descend le sentier rocailleux du Géthsémani vers le ruisseau du Cédron et vers Jérusalem : des coups pleuvent sur JÉSUS, tiraillé, bousculé et qui tombe plusieurs fois sans pouvoir amortir ses chutes à cause de ses bras liés dans le dos. Au pont sur le Cédron, la populace qui est déjà là, commence à lancer des pierres sur JÉSUS. Dans les cris et les imprécations Notre Seigneur est traîné vers le Temple, à travers le faubourg d'Ophel où le Sauveur avait répandu tant de bienfaits.
L'Évangile relate le premier jugement nocturne au Sanhédrin ; et comment Malchus donne au Seigneur un soufflet de sa main gantée de fer : du sang coule des yeux et de la bouche de JÉSUS.
Là, Joseph d'Arimathie proteste de l'illégalité de ce procès, car ayant lieu de nuit. Il part avec fracas, suivi de Nicodème. Les "Juges" sont contraints d'attendre l'aube et font enfermer JÉSUS dans un cachot du Temple. C'est juste avant que se place le triple reniement de Pierre qui s'enfuit pleurer dans une grotte de la montagne ; on l'appellera la grotte du Coq.
Depuis le départ de Son Fils du Cénacle, MARIE est en Prière. Elle supplie Dieu de lui permettre de ressentir, en son Esprit, en son Âme et en son corps, toutes les souffrances de l'Agneau conduit au supplice : Elle souffrira l'angoisse mortelle du Géthsémani ; comme JÉSUS, Elle aura trois sueurs de Sang ; comme à Son Fils, l'Ange Lui insufflera la Force de continuer à souffrir ; du sang coulera des yeux et de la bouche de MARIE aux soufflets reçus par JÉSUS. Et Elle ressentira aussi les "Quinze Douleurs Secrètes" (32) de JÉSUS dans le cachot du Temple.
Les Quinze Douleurs secrètes
"Secrètes", parce qu'elles sont demeurées inconnues jusqu'au 17ème siècle où JÉSUS les révèle à une Religieuse allemande.
Ou bien les Bourreaux ont obéi à un ordre du Sanhédrin, ou bien Satan les a guidés, mais les deux qui se sont relayés pour torturer le Seigneur, n'ont cessé qu'une fois recrus de fatigue. Je ne citerai que deux de ces tortures : ils Lui ont sorti la langue de la bouche, cette langue qui avait tant parlé pour enseigner et bénir, et la Lui ont percée de part en part avec une longue épine.
Ensuite, ils ont fait chauffer une plaque de fer au feu et ils ont obligé JÉSUS à se tenir debout dessus, les pieds nus : ces pieds qui avaient tant marché pendant trois ans à travers la Judée, la Samarie, la Galilée, et jusqu'au Liban et en Syrie. MARIE voit, entend et souffre les mêmes douleurs que Son Fils ; mais, quand Elle voit naître dans l'esprit des Bourreaux la tentation d'un sévice honteux pour la Pureté de Son Fils, alors la Mère crie à Dieu. Et les Bourreaux oublient.
Notez que les Tortionnaires ne laissent pas de traces visibles de leurs sévices : ici, à la langue et sous les pieds.
C'est sur Ses pieds brûlés que JÉSUS subit à l'aube du Vendredi-Saint le second "procès" qui Le condamne à mort. Mais, outre que les juifs sont sous la tutelle romaine et ne peuvent mettre à mort quiconque, les membres du Sanhédrin connaissent les prophéties (d'Isaïe, entre autres) disant que le Messie sera tué par les Siens : et ils veulent que ce soit un non-juif, le romain PILATE, qui prononce et fasse exécuter la sentence.
Mais Pilate voit la manoeuvre ; en outre, sa femme Claudia l'a averti de ne faire aucun mal à JÉSUS. En effet, l'épouse de Pilate, et d'autres romaines de son entourage, ont été gagnées à JÉSUS.
Deux semaines avant, de passage en Samarie, Claudia prévient JÉSUS des manigances de Judas ; en cette occasion, JÉSUS guérit instantanément l'ssclave nubien de Claudia (qui est de la souche impériale de CLAUDE) : il est muet parce que sa langue a été coupée par un marchand d'esclaves qui l'a ainsi vendu plus cher ; instantanément, sa langue est reconstituée et il parle. Claudia le donne à JÉSUS qui lui rend sa liberté et une bourse garnie pour lui permettre de retourner dans son pays où je veux croire qu'il s'est fait apôtre de JÉSUS, dans cette haute-Égypte, aujourd'hui Éthiopie où survit après deux millénaires l'Église chrétienne copte.
Notez au passage que ce Miracle est du même type que celui de l'Aveugle-né guéri à la piscine de Siloé : ses globes oculaires étaient vides ; dans les deux cas, le "corps spirituel" (selon l'expression de St Paul) ou le "corps énergie" (selon la formulation du Dr Nogier), c'est-à-dire l'Âme immortelle, est là ; ce qui nous permet de comprendre, un peu, comment Dieu opèrera à la Résurrection Générale, après le Jugement Dernier : Il revêtira toutes les Âmes de matière incorruptible, pour la Joie du Paradis ou pour les tourments de l'Enfer.
JÉSUS devant Pilate puis Hérode
L'Évangile dit comment Pilate essaie de laisser à Hérode Antipas (le petit-fils d'Hérode "le Grand", le Boucher du Massacre des Innocents) la responsabilité du sort de JÉSUS. Hérode, Tétrarque de Galilée, bafoue ouvertement la Loi de Moïse en vivant avec Hérodiade, la femme de son frère Philippe, Tétrarque de Césarée ; c'est elle qui a manigancé avec Salomé, sa fille, l'exécution de Jean-Baptiste qui fustigeait publiquement l'adultère royal. Hérode vit dans la hantise du châtiment de Dieu pour ses crimes ; pas plus que Malchus (témoin direct de deux Miracles successifs de JÉSUS : l'effondrement de sa troupe et la guérison de son oreille), Hérode, pourri par ses péchés, ne comprend pas la Bonté de Dieu qui organise les événements pour offrir à chacun une ultime possibilité de Salut ; il tente JÉSUS par des danseuses à demi-nues, par de la bouffe et du vin, et en Lui demandant de guérir devant lui un palefrenier idiot et un lévrier qui a une patte cassée et qui est porté sur une civière. JÉSUS ne dit mot.
Alors Hérode Le déclare fou (donc irresponsable : encore aujourd'hui, en pays d'Islam, un fou est protégé de tout et de tous, intouchable) ; et il Le renvoie à Pilate après L'avoir fait révêtir de la chasuble blanche des fous, par-dessus la tunique rouge de JÉSUS, le vêtement royal préparé par MARIE pour le triomphe éphémère du Dimanche des Rameaux, 5 jours avant ; dans la société juive de l'époque, le survêtement blanc signale "l'innocent" à la patience des gens normaux.
Et j'ai fait la liaison de la chasuble blanche sur la Tunique rouge de JÉSUS à Son départ de chez Hérode, avec la tenue, identique, des enfants de choeur de ma jeunesse.
Puis c'est le long retour, par les rues de Jérusalem bondées d'une foule fanatisée par les agitateurs payés par le Sanhédrin, avec les insultes, les crachats, les coups, jusqu'à l'Antonia, le palais du Proconsul. Là, Pilate essaie encore de ne pas toucher à JÉSUS en leur offrant de le libérer (à l'occasion de la Pâque, la libération d'un condamné est soumise au choix du peuple) ; les autres refusent le compromis : "Crucifie-Le !." Alors, comme on jette un os à un chien affamé, Pilate leur offre, injustement, car il déclare n'avoir rien vu de condamnable en JÉSUS, de Lui faire donner 40 coups de fustigation : "Non ! Crucifie-Le !." "Alors la Flagellation", décide Pilate.
"Combien de coups ?" demande le décurion chargé de faire exécuter la peine ; "Autant qu'il te semble", dit Pilate.
La terrible et illimitée Flagellation
Je pense que la fustigation, appliquée avec des verges, était moins sévère que la flagellation au fouet dont les 7 lanières de cuir se terminent par un martelet de plomb.
Catherine Emmerich la voit tout entière, estimant qu'elle a duré entre 30 à 45 minutes : JÉSUS est attaché par les poignets à une barre de fer placée en potence sur une colonne de pierre ; il a été dénudé, on ne Lui a laissé que son caleçon court de dessous, Ses pieds ne touchent le sol que par les orteils ; et deux Bourreaux, un de chaque côté, frappent en cadence à tour de bras. Tout le corps est d'abord marbré de coups, puis les marbrures éclatent, le sang coule et des lambeaux de chair sont arrachés.
JÉSUS précisera à Catherine Emmerich et MARIE à Marie d'Agreda, que Notre Sauveur expie par ce supplice tous les péchés de chair de la luxure masculine. Et MARIE, qui ressent tous les coups en Sa chair, expie pour toutes les femmes !... Si la Flagellation a duré autant que le voit Catherine Emmerich, JÉSUS a reçu le triple de ce qui aurait tué un homme normal ; elle voit aussi les Anges ramasser le moindre lambeau de chair du Seigneur ; Marie d'Agreda, elle, voit MARIE venir ensuite avec Jean sur le lieu du supplice : avec des linges envoyés par Claudia, Elle recueille à terre, pour qu'il ne soit piétiné, le Sang de Son Fils.
Voilà ce qu'a été "La Flagellation de JÉSUS",
le 2ème Mystère Douloureux du St-Rosaire.
Chacun et chacune de nous, par notre luxure, et à notre époque plus que jamais, nous avons flagellé JÉSUS ; à l'époque, innocents encore, nous en avons été témoins.
Est-ce pour cela que, sans une profonde affection avant et après, l'acte sexuel laisse très généralement en soi un résidu amer avec le sentiment d'avoir sali ou d'avoir été salie... Personnellement, je le pense.
Les Bourreaux, fatigués, ayant été payés, JÉSUS est détaché (Notez Bien : ces Bourreaux et ceux de la Crucifixion, ainsi que Malchus et les Sbires qui ont frappé JÉSUS, tous seront foudroyés au moment où le Feu de l'Esprit-Saint, au matin de Pentecôte, sème la panique dans les rues de Jérusalem. C'est un indice montrant que le Feu de l'Amour, qui galvanise les Apôtres et Disciples L'attendant dans la Foi et la Confiance, extermine ceux qui ont voulu rester avec leur péché ; et c'est ce qui est prophétisé, à une dimension planétaire, pour notre avenir : "Et ceux qui ne brûlent pas d'Amour seront brûlés.".. "Et la Terre sera comme un désert", (La Salette).
JÉSUS détaché S'écroule évanoui ; un soldat Le ranime d'un seau d'eau ; comme Il ne réagit pas assez vite, un autre, du bois de sa lance, Lui assène un coup au visage : l'arcade sourcillère et le nez saignent ; en titubant, JÉSUS va vers Ses vêtements ; un soldat les envoie, du pied, vers un autre, qui en fait autant, se jouant de JÉSUS ; Il peut enfin S'habiller après avoir essuyé avec sa chemise Ses cheveux mouillés qu'Il recoiffe de Ses doigts, son visage et son corps saignant de mille plaies.
Le couronnement d'épines
Aucun ordre ne leur venant de l'Antonia, les soldats continuent à brimer leur Souffre-douleur ; l'un dit qu'il va faire une couronne pour "le roi des Juifs" : il y a tout près de là une variété de ronces, commune en Afrique du Nord, avec des épines blanches de 3 à 4 centimètres de long ; il en coupe des lianes souples et les tresse en couronne : elle est trop grande et elle Lui tombe sur les épaules ; le soldat la retire, griffant au passage les oreilles et le nez, manquant d'éborgner JÉSUS ; le soldat la retresse : trop petite cette fois, elle est instable sur la tête, même en appuyant dessus ; il la refait enfin, enserrant le front et l'occiput, avec un gros noeud d'épines sur la nuque.
Pendant ce temps, un autre soldat dit : "à un roi, il faut une toge", et il va au dépotoir prendre une chlamyde rouge déchirée et sale, qu'il jette sur les épaules du Martyr. Un autre dit : "Il faut un trône", et fait asseoir JÉSUS sur un baquet renversé, de ceux qui servent à abreuver les chevaux ; un autre encore dit : "il faut un sceptre à un roi", et on Lui met en mains un roseau après L'en avoir frappé sur la tête.
Un autre soldat dit : "il faut un coussin sur le trône" ; il va chercher des poteries cassées et fait asseoir dessus le Maître du Monde, qui supporte tout sans dire mot : les salamalecs et les sarcasmes des soldats qui se bousculent autour de la Victime qu'ils font tomber de son "trône."
Voilà ce qu'a été "Le Couronnement d'Epines",
le 3ème Mystère Douloureux du St-Rosaire.
Les pointes de feu des épines autour de la tête du Seigneur, les railleries et les brimades des soldats au roi des Juifs, ont été endurées par JÉSUS pour expier les péchés d'orgueil et de vanité de tous les hommes de tous les temps, les dénégations "intelligentes" de ceux qui se pensent savants ; donc les nôtres également. Et MARIE, depuis sa petite chambre de la maison du Cénacle, a pareillement enduré cela pour toutes les femmes.
Puis JÉSUS est ramené à Pilate qui Le présente, couronné d'épines, à la foule : "Ecce Homo" ("Voici l'homme") ; et qui essaie encore d'épargner JÉSUS en leur proposant Barabbas : "Crucifie-Le, sinon on te dénoncera à Rome comme étant complice d'un agitateur qui se dit le roi des Juifs ; nul ne peut se dire roi, là où Rome domine" ; c'est alors que Pilate capitule, se fait apporter de l'eau : "Vous voulez Sa mort, en somme ? Soit ! Mais que le Sang de ce Juste ne soit pas sur mes mains" ; et la foule, prise de frénésie :
"Sur nous ce sang ! Qu'il retombe sur nous et sur nos enfants, nous ne le craignons pas. A la croix ! A la croix !."
Moins que jamais les Juifs ne doivent craindre ce Sang, mais L'appeler sur eux avec remords et avec espoir, car c'est leur Salut. Selon une révélation "privée", les deux Témoins de l'Apocalypse, Énoch et Élie, les deux qui ne sont pas morts mais ont été enlevés au Ciel, seraient en ce moment sur la Terre pour ramener au Christ le Peuple Juif.
Parlant d'Israël, le Père Éternel dicte à "JNSR", le 8.10.1990 :
"Toi qui as entraîné tant de frères contre Moi, toi qui as renié Mon Église Sainte et Mes Lois divines, tu te vois à présent comme l'oiseau dans le filet de l'Oiseleur  *: perdu, sans pouvoir t'en sortir, prisonnier de tes fautes sans nombre ; tu sais que Je te ferai Justice bientôt et que rien ne pourra plaider ta cause, car tu as trahi Ma Confiance. Ton peuple est un peuple nomade qui a été dispersé comme le sable de la mer ; dans la douleur, Je t'ai éloigné de Ma Sainte Face ; dans les larmes, tu reviendras vers Moi.
____________________________________________________
(*) : "comme l'oiseau dans le filet de l'Oiseleur" : on l'a bien constaté en Janvier 1991, quand Israël a été atteint par les fusées SCUD irakiennes sans pouvoir utiliser ses grands moyens de riposte. J'ai diffusé le Message ci-dessus le 4.12.1990, six semaines avant la guerre du Golfe ; Israël est dans la nasse verrouillée par les États musulmans qui l'encerclent et affrontée à la "guerre des pierres" des Palestiniens, tiraillée entre ses extrémistes de droite et de gauche. ->>
"Comme le vent du désert J'effacerai Mes traces, afin que tu reviennes vers Moi par tes propres moyens, par ta seule force : jusqu'au jour où tu Me reconnaîtras comme ton Dieu Unique et Vrai, Je resterai caché. Et alors, Israël, Je renouerai avec toi le Pacte que Je fis avec tes pères et J'anéantirai tes ennemis ; mais, jusqu'à-ce que ton dernier fils ne soit rentré dans ton pays, Je resterai impitoyable.
"Israël, tu as été choisie par Mon Coeur et c'est pour cela que Ma Douleur est inapaisée ; tu seras l'Enfant Prodigue et Mon Coeur de Père te pardonnera ; et par toi viendra alors la Paix sur le monde ; car par toi sont venues Ma Honte et Ma Peine : tu as trahi ton Dieu. Le Rejeton de David portera à ton Peuple Mon Pardon et la Paix reviendra par Celui que tu as rejeté ; ô Israël, Il revient, hosanna !, Celui que J'ai mis dans ton berceau et tu L'as porté au gibet.
À présent Mon Fils Bien-Aimé, le Messie, te portera Mon Pardon ; Il vient bientôt dans Sa Gloire, le Fils de David, le Roi des Rois."
Les juifs "oublient" que le juif Ezéchiel a prophétisé : "Ils jetteront leur argent dans les rues et leur or leur sera une souillure." Cette idée leur est insupportable. Un juif est français, ou anglais, ou italien etc... mais il est d'abord de race juive, de la race du Peuple Élu.
Cette Force du juif en sa Foi, qui lui a permis de survivre depuis deux millénaires au milieu d'un Monde non-juif, c'est aussi sa perte, car elle le fait étranger partout. Elle le fait orgueilleux, se mettant toujours aux premières places, sans avoir encore compris que son quotient intellectuel, supérieur à la moyenne, est un Don de Dieu pour le Peuple Élu : afin qu'il subsiste encore, après deux millénaires, pour pouvoir faire amende honorable et reconnaître enfin Celui que Dieu "a mis dans son berceau et qu'il a porté au Gibet."
À un degré moindre, le musulman est d'abord fils de l'Islam avant d'être arabe, turc, égyptien ou algérien. Lui aussi, il affecte d'oublier la vieille prophétie disant que l'Islam "durera jusqu'à-ce que l'homme marche sur le Lune." C'est un Fait depuis 1969. Rappelant la prophétie et le Fait à un ami musulman, il m'a répondu : "Il faut la comprendre ainsi : que l'Islam durera tant que les poules n'auront pas de dents." Mais ce n'est pas une poule qui est sur tous les drapeaux des nations islamiques, c'est un croissant de la Lune !...
____________________________________________________________
Aucun des pourparlers de Paix n'aboutira jamais : les antagonistes, quand ils se rencontrent autour d'une table, ne sont pas là pour faire la paix, mais "pour parler" de paix parce qu'ils y sont contraints, sans vouloir, de part et d'autre, rien céder pour la construire : des "chicayas", ces revendications orientales qui réclament injustement justice. Tout le Moyen-Orient est dans la nasse.
L'Islam, lui aussi, est verrouillé par ses contradictions internes : les pétro-dollars en masse et l'esclavage qui subsiste toujours dans les nations pétrolières (les travailleurs Pakistanais ou Égyptiens importés, mais aussi les marchands d'esclaves sur lesquels on fait un silence complice pour ne pas encourir la disgrâce de potentats que nos ministres vont solliciter avec des courbettes pour décrocher des contrats d'exportations... d'armements surtout). Comme le Christianis-me déchiré par les schismes copte, maronite, orthodoxe, anglican, protestant, l'Islam a été divisé par le schisme chiïte, les "protestants" de l'Islam (7%) qui tentent d'exporter d'Iran leur "révolution islamique" vers l'Islam sunnite ; et celui-ci, comme le Catholicisme, est affronté à ses intégristes : ceux qui ont assassiné Saadate, et ceux du FIS qui essaie d'annexer l'Algérie. Pardonnez cette incidente ; je ne suis ni un historien, ni un écrivain, mais un homme comme vous. La pagaille actuelle est, elle aussi, une conséquence directe du Péché Originel, comme l'a été la Passion de JÉSUS.
JÉSUS sur le chemin du Calvaire
Nous Le retrouvons au moment où Pilate, après s'être lavé les mains du Crime qu'il avait tout pouvoir d'empêcher, fait écrire sur une pancarte : "Jésus de Nazareth, Roi des Juifs", ce qui donne en latin, langue des Romains, les initiales "I.N.R.I.." Et c'est "Le Portement de la Croix", le 4ème Mystère Douloureux du St-Rosaire.
Des "experts" ont écrit que JÉSUS est seulement chargé du mât de la Croix, et que celle-ci a été assemblée sur le Golgotha. Ce n'est pas ce que voit Maria Valtorta qui est témoin de la construction de la Croix dans la nuit, pendant que JÉSUS est martyrisé dans le cachot souterrain du Temple ; ni ce que dit Catherine Emmerich qui voit JÉSUS porter une Croix complète aux deux bras légèrement obliques.
Et c'est le départ de l'Antonia, au milieu d'une foule hurlante ; on place la Croix sur l'épaule droite de JÉSUS et Il descend ainsi les degrés de perron de l'Antonia.
La Croix mesure environ 4 mètres et son pied traîne et tombe de marche en marche : elle doit peser entre 50 et 70 Kg. Longin, qui conduit la centurie chargée de l'exécution, veut sortir de Jérusalem au plus court, car il n'est pas sûr de la résistance du Condamné ; il en est empêché par la foule, ameutée par les Scribes disant que le Condamné doit "traverser toute la ville où il a péché."
Le cortège ne peut sortir par la porte la plus proche du Calvaire ; mais Longin envoie des soldats en avant pour dégager un trajet vers une autre porte, proche du palais d'Hérode, ce qui ne fait traverser que le tiers de la ville.
Aux endroits resserrés, là où les soldats ne peuvent assurer un espace de protection à JÉSUS, les poteries cassées, le crottin de cheval, tout sert de projectiles pour atteindre la Victime, les crachats aussi (l'Oriental est habile aux crachats). Là où les pavés sont disjoints, les sbires déséquilibrent JÉSUS et Le font tomber : le bois de la Croix heurte la couronne dont les épines s'enfoncent plus profondément dans Son crâne ; Ses genoux s'ouvrent sous le choc du pavé ; la foule exulte (chacun sait que l'odeur du sang attire les prédateurs, loups ou requins).
En arrivant à la porte Judiciaire qui ouvre sur la campagne, JÉSUS tombe à nouveau ; puis c'est le long chemin qui mène sous le soleil, vers le sommet du Golgotha, et le passage sur le pont d'un ruisseau qui vient d'une piscine et alimente un aqueduc aboutissant au Temple ; ici, la foule est plus nombreuse, s'étant placée entre les murs et le Golgotha ; là les pierres du ruisseau sont à portée de mains et sont jetées à nouveau sur JÉSUS.
C'est sur ce chemin montant et caillouteux, sous un soleil brûlant, que JÉSUS a la consolation de voir les premiers visages amis dans cette foule hurlante : ceux des Bergers que le Maître a retrouvés un à un dès la première année de Sa Vie publique. Des Apôtres, seul Jean s'est repris dès sa fuite du Géthsémani et n'a jamais cessé de se montrer à JÉSUS. Il est au Prétoire de Caïphe (avec Pierre qui renie et s'enfuit) et partout où il peut, dans Jérusalem ; c'est Jean qui informe MARIE de la condamnation avant de La conduire sur le chemin du Calvaire.
Lazare non plus n'est pas là, mais lui c'est par obéissance à JÉSUS qui le lui a interdit dès le Samedi avant les Rameaux, le prévenant de la fuite certaine des Apôtres -JÉSUS sait tout- et lui donnant mission de les regrouper à Béthanie, avec l'aide de Simon le Zélote, et de leur apporter Son Pardon.
Epuisé, JÉSUS tombe encore et reste écroulé sous le poids de la Croix qui a mis à nu la clavicule de Son épaule droite ; Ses deux genoux saignent, le tour de Sa tête aussi, ajoutant aux épines une couronne sanglante qui coule du front sur les sourcils, les yeux.
Un soldat aide JÉSUS à Se relever pendant qu'un autre enlève la Croix. Et les deux Le chargent à nouveau du fardeau de nos péchés (car nous étions là, rappelez vous-en : Il a racheté tous nos péchés futurs si nous savons les regretter et en implorer le Pardon).
Puis JÉSUS arrive à la hauteur d'un groupe de femmes voilées qui sanglotent et s'avancent, arrêtant le cortège ; les soldats veulent les repousser ; l'adjoint de Longin arrive à cheval pour voir quel est l'obstacle : une des femmes découvre à lui seul son visage : il reconnaît une romaine haut placée -Claudia, je pense- et il donne l'ordre de les laisser voir JÉSUS. C'est là que Véronique présente le linge qui gardera l'empreinte sanglante du Visage de JÉSUS.
Mais cette scène est montrée dans les murs de la ville à Catherine Emmerich qui voit aussi 7 chutes quand l'Évangile n'en relate que 3, ainsi qu'en est témoin Maria Valtorta. Combien de "savants" ont chipoté sur ces divergences de détail qui ne contredisent nullement les Faits de chutes, sans voir que ces obscurités étaient là pour sanctionner ceux dont "le manque de Foi bute sur un caillou."
C'est là que se placent les phrases que, péniblement, JÉSUS, articule aux femmes de Jérusalem, telles que rapportées dans l'Évangile. C'est un peu après cela que JÉSUS voit Sa Mère, soutenue par Jean et accompagnée de Marthe et Marie (les soeurs de Lazare), de Marie d'Alphée, (mère des Apôtres Jacques et Jude), de Marie de Zébédée (mère des Apôtres Jacques et Jean), de Suzanne (l'épousée des Noces de Cana), de Jeanne, (l'épouse de Chouza, Intendant d'Hérode). MARIE veut passer pour S'approcher de JÉSUS ; les soldats l'en empêchent ; l'un d'eux Lui reproche de n'avoir pas su élever JÉSUS, puisqu'Il en est réduit là.
Un bourreau, qui suit avec un marteau et les clous, les brandit devant Elle avec un rire démoniaque ; JÉSUS avance un pas après l'autre, à demi courbé, proche de s'écrouler tout-à-fait quand il voit Sa Mère : "Maman !", et Elle : "Fils !" ; tout l'Amour du monde passe dans ces deux mots.
Le samedi, veille des Rameaux, JÉSUS avait dit à Lazare ("3", T.9, p.27 à 31) :
"Ma Mère est déjà tellement angoissée !" ... "Voilà 33 ans qu'Elle meurt, Elle aussi, et maintenant Elle n'est qu'une plaie, comme la victime d'un atroce supplice. Je te jure que cela a été un combat entre Mon Esprit et Mon Coeur, entre l'Amour et la Raison, pour décider s'il était juste de L'éloigner" ... "En Galilée, la nouvelle de la Mort arrivera quasi au moment où Je pourrai Lui dire : "Mère, Je suis le Victorieux !." Mais Je ne puis pas, non, Je ne puis pas faire cela. Le pauvre Jésus, chargé des péchés du monde, a besoin d'un réconfort, et Ma Mère Me le donnera. Le monde encore plus pauvre a besoin de deux Victimes. Parce que l'homme a péché avec la femme ; et la Femme doit racheter, comme l'Homme rachète." (...)
"Mais malheur si Elle savait que d'ici cinq jours... Elle n'arriverait pas vivante à cette heure, et Je La veux vivante pour tirer de Ses lèvres la Force comme J'ai tiré la vie de Son sein. Et Dieu La veut sur Mon Calvaire pour mêler l'Eau de Ses larmes virginales au Vin du Sang divin et célébrer la première Messe. 1
_____________________________________________________
(1) : A la Messe : "Comme cette eau se mêle au vin, puissions-nous être unis à la Divinité de Celui qui a pris notre Humanité." Cette prière du Prêtre donne sa signi-fication au rituel. Mais cette eau deviendra larmes de la Mère mélées au Sang de Son Fils, donc Douleurs de la Vierge et du Christ. Pensez-y à chaque Messe.
Sais-tu ce que sera la Messe ? Tu ne sais pas. Tu ne peux pas savoir. Ce sera Ma Mort, appliquée perpétuellement au genre humain vivant ou souffrant. Ne pleure pas, Lazare. Elle est forte. Elle ne pleure pas. Elle a pleuré pendant toute Sa vie de Mère. Maintenant Elle ne pleure plus... Elle a crucifié le sourire sur Son visage" (...) "Moi, Je suis l'Agneau, conscient, qui dit : "Adieu !" à Sa Vie, à Sa Mère, à Ses amis, et va vers le sacrificateur en disant : "Me voici !." Je suis la Nourriture de l'homme ; Satan a mis une faim qui n'est jamais rassasiée, qui ne peut se rassasier. Il n'y qu'un Aliment pour le rassasier car il calme cette faim. Et cet Aliment, le voici. Homme, voici ton Pain, voici ton Vin. Consomme ta Pâque, ô Humanité ! Traverse ta mer rouge des flammes sataniques. Teinte de Mon Sang, tu passeras, race de l'homme, préservée du feu infernal. Tu peux passer (1). Les Cieux, pressés par Mon Désir, entrouvrent déjà les portes éternelles. Regardez, ô Esprits des morts !
Regardez, ô hommes vivants ! Regardez, ô Âmes qui prendrez un corps dans l'avenir ! (2). Regardez, Anges du Paradis ! Regardez, démons de l'Enfer ! Regarde, ô Père, Regarde, ô Paraclet ! La Victime sourit, elle ne pleure plus..."
Revenons sur le Chemin du Calvaire : Simon (de Cyrène, la Cyrénaïque, de la Lybie actuelle) se charge de la Croix, derrière JÉSUS qui monte au Supplice. Il est suivi des deux larrons, les romains ayant voulu profiter de l'occasion pour les exécuter.
Dans le moment, scribes et docteurs du Sanhédrin sont ravis de cette collusion qui associe les criminels à la Victime Innocente ; mais ensuite, et jusqu'à nos jours, les juifs voudront oublier la prophétie d'Isaïe (53, 12) : "il s'est livré lui-même à la mort" ... "il a été compté parmi les criminels." Le Ch. 53 d'Isaïe n'est jamais lu ni commenté dans une synagogue ; depuis près de 20 siècles, les juifs "ignorent" ce passage de la Bible juive qui décrit si bien le Messie attendu et condamné à mort par leurs ancêtres. Un notable courant messianique, en Israël et dans le monde, admet en JÉSUS le Messie, mais il est combattu par les intégristes juifs. Or c'est le Tout-Puissant qui conduit les moindres événements pour laisser, dans notre Sainte Écriture, une trace du bon larron qui se repent, demande pitié et reçoit la promesse du Paradis ; et du mauvais, qui ne sait pas saisir son Salut et meurt impénitent.
___________________________________________________________
(1) : Souvenez-vous : Pâque signifie Passage.
(2) : Notez une nouvelle mention indiquant notre présence à tous, en Âme, au cours de ces événements uniques dans l'Histoire de l'Humanité, et même du Ciel. La Victime a voulu que l'Univers visible et invisible en soit Témoin. Un fait unique, qui se prolonge et se renouvelle à chaque Messe, à chaque heure, dans chaque église de la Terre !...
St Paul a écrit : "Là où le péché abonde, la Grâce surabonde."
JÉSUS, à Dozulé, le 2.11.1973, dit à Madeleine :
"Dites aux Mourants repentants, que plus grand est le péché, plus grande est Ma Miséricorde. A l'instant-même où son Âme quitte son corps, elle se trouve plongée dans cette Splendide Lumière."
Cette Lumière, nous L'avons vue à l'oeuvre à la Nativité de JÉSUS. Nous La verrons venant en aide à tous les mourants. À l'arrivée sur le sommet du Golgotha se termine le 4ème Mystère Douloureux du St-Rosaire ; et commence le 5ème Mystère, la Crucifixion.
le Crucifiement de Notre Seigneur
Le Golgotha est un espace restreint, dominant Jérusalem et les alentours ; sur trois côtés, une pente plus ou moins raide par où l'on y monde ; sur le quatrième, un à-pic. C'est de ce côté que Se tourne JÉSUS quand les bourreaux Le dénudent brutalement : le sang ruisselle des mille plaies collées au tissu et qui s'ouvrent ; on Lui tend un linge crasseux pour qu'Il en cache sa nudité, mais MARIE donne à Jean le voile qu'Elle enlève de Ses cheveux sans ôter le capuchon de son vêtement de dessus bleu-sombre. Jean le donne à Longin qui le passe à JÉSUS abandonnant le linge crasseux tendu par un soldat.
La Croix est posée au sol ; on y fait coucher JÉSUS dessus : "Pour prendre tes mesures", dit en ricanant un des bourreaux ; MARIE voit tout de suite la malveillance : les marques à la craie sur la barre transversale de la Croix, sont trop espacées ; il faut se rappeler qu'à l'époque l'acier n'existe pas encore : les clous de fer se tordent sans traverser un bois épais si on n'y a pas fait, d'abord, des trous avec une tarière. Jean essaie sans succès d'alerter Longin qui est occupé à faire dégager les abords de la foule compacte.
Une fois les trous forés dans le bois, c'est le clouage : un bourreau s'assoit sur la poitrine de JÉSUS, immobilisant Son bras droit ; un autre tient l'avant-bras ; un troisième tient la main ouverte pendant qu'un quatrième pointe le clou, long d'une vingtaine de centimètres, à l'articulation du poignet ; et abat son marteau ! Un cri de JÉSUS -et ce sera le seul- car y répond un gémissement de la Mère ; et le martèlement se poursuit jusqu'à-ce que la tête du clou, large comme une pièce de 2 Fr, affleure au poignet droit.
Puis c'est le tour du bras gauche mais là, le trou dans le bois est à peine atteint par les doigts tenus allongés ; alors un Bourreau attache au poignet gauche une chaîne, celle-là même qui a servi à lier JÉSUS lors de Sa capture au Géthsémani ; et assis par terre, il tire sur la chaîne en s'arc-boutant des pieds sur l'extrémité du bras de la Croix ; aussi fort qu'il tire, le trou dans le bois n'arrive qu'au milieu de la paume de la main gauche et c'est là que le clou est enfoncé :
JÉSUS a été crucifié écartelé, toutes les articulations déboîtées.
Cela, JÉSUS l'avait annoncé aux Apôtres le Mercredi-Saint, en citant David : "Les os craquent, déboîtés par un tiraillement infâme" ; à la foule du Temple, le Jeudi-Saint, JÉSUS l'a répété, citant Isaïe : "Il aura ses membres déboîtés, ses os découverts, ses pieds et ses mains transpercés." ("3", T.10, p.136 & 146).
["Ses os découverts" : ceux des genoux et de l'épaule droite].
Puis c'est au tour des pieds ; l'élongation des bras a fait remonter le corps ; les pieds n'arrivent plus à la pièce d'appui où ils doivent être cloués. De nouveau la chaîne sert à tirer, tirer ; ce sont le poignet droit et la main gauche cloués qui servent d'ancrage à cette élongation des jambes ! Pour les pieds, les clous sont plus longs, plus gros ; un pied est transfixié, l'autre est amené dessous pour que le même clou les traverse ensemble ; mais on n'y parvient pas ; alors un quatrième clou traverse l'autre pied, servant d'alêne pour le passage du 3ème clou demeuré en place.
Puis les avant-bras sont attachés à la Croix qui est retournée pour tordre, de l'autre côté, les pointes des clous afin qu'ils ne glissent pas de leur trou sous le poids du corps. MARIE a déjà appelé les Anges du Seigneur (qui sont là : "Regardez, ô Anges du Paradis") afin qu'ils s'interposent pour que la Sainte Humanité de JÉSUS ne soit pas souillée : c'est ce qui est montré à Catherine Emmerich.
Enfin le pied de la Croix est approché du trou déjà creusé ; on la lève, mais elle échappe, volontairement ou non aux maladroits, et tombe une fois à plat, brutalement, le choc se répercutant dans tout le corps du Supplicié ; elle tombe une deuxième fois, latéralement, sur l'extrémité du bras droit de la Croix ; elle est enfin dressée et retombe, verticalement, dans le trou, imprimant une 3ème secousse à tout le corps de Notre Doux Seigneur Immolé à la vue de la foule massée sur les pentes du Golgotha et sur les terrasses de la ville dont le mur d'enceinte est à une centaine de mètres à l'Est.
Et MARIE aussi endure ce Calvaire en pleurant silencieusement,
Ses yeux ne quittant pas Son Fils...
Le pied de la Croix bloqué dans le trou par des pierres, une échelle est dressée derrière et les cordes qui liaient les bras de JÉSUS sont détachées ; Il est là, sanglant, comme un agneau aux crocs du boucher...
JÉSUS a dicté sur Sa Passion à plusieurs Saints et Saintes au cours des siècles ; et, en notre 20ème siècle à Soeur Josefa Menandez, Religieuse à Poitiers dans les années 1920 (l'ouvrage qui reproduit cette révélation "privée" (33), a été édité en 1938 avec Imprimatur épiscopal, et une préface signée du Cardinal Pacelli qui sera élu Pape l'année suivante sous le nom de Pie XII).
Voici un court extrait du Message dicté par JÉSUS à Marguerite (6), le Vendredi-Saint 8 Avril 1966 :
"Mon enfant, Je ne veux pas seulement ta sanctification, mais celle de toutes les âmes. C'est pour tous que J'ai donné Ma Vie. C'est pour tous que J'ai versé Mon Sang. Aujourd'hui, J'ai besoin de plus d'Amour. Oui, c'est ainsi, J'ai besoin des hommes. Car Je les aime d'un Amour fou" (...)
"Ils M'ont haï parce que J'étais venu leur révéler leur hypocrisie. Ils avaient senti en Moi la supériorité même de Dieu. Mais ils l'ont niée. Ils n'ont pas voulu la reconnaître." "Si vous saviez les souffrances que J'ai endurées pour vous, Mes petits enfants ! Oh ! cette couronne d'épines qui M'enserraient la tête entière, ces pointes de feu qui M'entraient dans la chair. Et le sang qui M'aveuglait. Et mon corps dévoilé devant la multitude ricanante et hurlante" (...)
"Cette poutre pesait bien lourdement sur Mon épaule meurtrie. Oh ! cette plaie de Mon épaule ! Epuisé dans Mon Coeur et dans Ma Chair. Mes enfants, comme vous Me coûtez cher ! (...)
"J'arrivai sur les lieux de Mon Supplice à bout de force. Ils M'ont arraché le vêtement qui Me couvrait et qui était soudé à Ma chair par le sang coagulé qui avait ruisselé de Mes plaies.
"Le Crucifiement, qui pourra jamais savoir ce qu'il fut ? Ma chair pantelante livrée à une populace déchaînée. Jusqu'à ces affreuses mouches se posant sur Mon corps nu et torturé et se nourrissant de Mon sang.
"Spectacle horrible, J'étais devenu un objet de répulsion. Et pourtant, Ma bien-aimée petite enfant, ce ne fut rien comparé à ce que Je souffris dans Mon Âme : Je M'étais chargé de tous vos péchés et leur poids mettait Mon âme à l'Agonie.
Abandonné de tous, trahi, détesté,
ridiculisé, bafoué, seul.
Mon Père Lui-même semblait M'abandonner.
"Et dans Mon Coeur brisé il y avait tant de tendresse, tant de pitié pour Mes bourreaux. Je ne pouvais leur en vouloir. C'était pour vous, Mes Chéris. Venez à Moi ! Que Mon Sacrifice n'ait pas été vain. Ne M'abandonnez plus !."
Notez Bien que Dieu ne foudroie pas les bourreaux ; Il leur laisse le temps du repentir qui sauve ; le surlendemain ils apprendront la Résurrection de Celui qu'ils avaient martyrisé ; Tous les juifs sentent se liquéfier leurs entrailles à la pensée de la Colère de Dieu, de ce Jéhovah qui a sanctionné toutes les idolâtries du Peuple Élu ; quarante jours après la Résurrection, ils apprendront l'Ascension du Christ qui a eu 500 témoins sur le Mont des Oliviers.
Beaucoup de Juifs se repentent et 5.000 seront baptisés par Pierre le Dimanche de Pentecôte : 50 jours, Dieu a laissé 50 jours aux bourreaux pour se sauver. Ils n'ont pas voulu se libérer de la haine, et c'est elle qui les a tués, pas Dieu qui est Vie ; c'est leur haine qui les a foudroyés quand le Feu d'Amour de l'Esprit-Saint a baigné Jérusalem. "Peuple à la nuque raide !", disait JÉSUS aux juifs qui, aujourd'hui encore, n'ont pas permis à la fierté du Peuple Élu évoluer en humilité reconnaissante, mais au contraire en un orgueil qui carapace leur intelligence, qui durcit leur esprit de toutes les humilités de geste feintes, imposées par leur survie, par l'ambition de dominer partout où ils se sentent différents et supérieurs : étrangers.
Que dire encore ? J'ai déjà écrit 16 pages sur la Passion de JÉSUS... Il est élevé au-dessus de tous à midi.
Combien peu, au cours des siècles, comprendront cette Élévation qui se renouvelle à chaque Messe : regardez encore la photo n° 9. Trois heures d'agonie. Ces affreuses mouches qui se nourrissent au coin des yeux, des lèvres, dans la chaleur orageuse de ce Vendredi. Ces terribles crampes qui tétanisent tous les muscles gorgés de fatigue et privés du sang qui ruisselle. Les tractions que doit faire JÉSUS sur ses mains clouées pour dilater un peu Sa poitrine à chaque inspiration courte, de plus en plus courte : les crucifiés meurent asphyxiés.
Sourd à la fureur des juifs qui sont refoulés en contrebas, Longin a permis à MARIE et Jean de monter jusqu'à l'étroite plateforme où sont dressées les trois Croix. Dismas, le bon larron en appelle d'abord à MARIE : "Mère, au Nom de Ton Fils mourant, prie pour moi !" ; Elle le regarde un instant ; il pleure plus fort et quand JÉSUS dit : "Père, pardonne-leur parce qu'ils ne savent ce qu'ils font", Dismas ose regarder JÉSUS, Lui parle et Lui dit pour finir : "Christ, pardonne-moi aux Noms de Ta Mère et de Ton Père Très-Saint." Et JÉSUS : "Moi, Je te le dis : aujourd'hui tu seras avec Moi au Paradis."
Ensuite c'est le moment où JÉSUS nous donne tous à MARIE et nous La donne à tous pour Mère ; Il ne Lui dit pas Mère, ou Maman, mais "Femme !" : "Femme, voilà ton fils. Fils voilà ta Mère."
MARIE, sur le Calvaire, a atteint Sa dimension divine de Fille du Père, Épouse de l'Esprit d'Amour, Mère du Fils ; de Femme née et demeurée sans tache aucune ; de Femme qui est en train de racheter l'Honneur de la femme, perdu par Ève ; Elle est cette même Femme qui, au moment de l'Annonciation, 34 ans avant, un vendredi comme ce Vendredi-là : "dans un Acte d'Amour et de Douleur infinis, a embrassé toutes les Créatures de tous les Temps jusqu'à la fin des siècles."
JÉSUS a dicté cela à Maman Carmela le 19.09.1968, après l'avoir révélé dans les mêmes termes à Marie d'Agreda au 17ème siècle. Et "Dieu ne peut ni Se tromper, ni nous tromper."
Dans une révélation "privée" (que je ne situe plus dans ma mémoire au moment où j'écris) JÉSUS précise que c'est le Prêtre célébrant qui représente l'Apôtre Jean à l'Autel de chaque Messe. JÉSUS et MARIE étant Présents, il est logique que l'homme soit présent, comme Jean était présent sur le Calvaire ; et le Prêtre est l'Homme par excellence.
C'est après le Don à MARIE de nous tous, que Nicodème arrive, bravant la fureur des scribes et docteurs de la Loi. Le ciel qui s'est de plus en plus couvert, s'assombrit encore. Il est 15 heures et l'obscurité s'étend quand JÉSUS expire. JÉSUS meurt, la Lumière du Monde s'éteint, et MARIE dans un cri comprend : "Il est mort !."
Veillant à l'ordre depuis plus de 3 heures, à présent Longin n'est plus en attente d'un pied sur l'autre ; il s'est mis au "garde à vous" d'officier romain, la main gauche sur la poignée de son épée, la droite allongée, comme s'il était au pied du trône impérial ; il a tout observé, attentivement ; il se fait donner la lance d'un soldat, devance les bourreaux avec leur masse, et d'un coup de lance oblique de bas en haut dans le flanc droit de JÉSUS mort, perce le Coeur ; il a vu que MARIE évanouie ne peut rien voir ; puis Longin dit à Jean (qu'il avait prévenu) : "C'est fait, ami. C'est mieux ainsi. Comme à un Cavalier, et sans briser les os... c'était vraiment un Juste."
[À Marie d'Agreda il est révélé que Longin parle intérieurement à JÉSUS mort, hésitant entre demander la Grâce de croire ou celle d'être guéri de son strabisme : combien symbolique, ce regard tordu de celui qui se sait juste et qui sait se faire respecter, stoppant toute velléité de moquerie ; en juste qu'il est, lui aussi, il choisit : "croire" et Dieu l'exauce dans l'instant, et dans l'instant aussi, le débarrasse de son strabisme ; Dieu donne toujours plus que ne demande celui qui espère et croit en Lui. Longin se fera Chrétien dans la semaine qui suit.]
Joseph d'Arimathie et Nicodème sont descendus à Jérusalem demander à Pilate l'autorisation écrite de donner une sépulture à JÉSUS. Le tonnerre retentit avec fracas, les éclairs allument des incendies dans la campagne et dans la ville ; un tremblement secoue la Terre ; des crevasses s'ouvrent, engloutissant des hommes qui fuient, car la panique est générale. C'est en montant au Calvaire que Gamaliel croise Joseph et Nicodème qui en descendent ; il leur dit :
"Chose terrible ! J'étais dans le Temple ! Le SIGNE ! Le Temple tout ouvert ! Le rideau pourpre et jacinthe pend, déchiré ! Le Saint des Saints est découvert ! Anathème sur nous !"
Plus bas en chemin, puis dans la ville, Nicodème et Joseph rencontrent des gens affolés qui viennent de se faire maudire par leurs parents, des morts sortis de leurs tombeaux. La panique est à son comble. Joseph et Nicodème reviennent au Calvaire au moment où les bourreaux brisent les jambes des deux larrons qui meurent.
Et c'est la Descente de Croix : avec une échelle, la pointe des clous tordus est redressée avec marteau et tenaille ; tenaille qui sert aussi à arracher les clous, pendant que Jean monté sur une autre échelle, soutient le corps pantelant et sanglant de JÉSUS. Le clou des pieds résiste longtemps à la tenaille ; puis le corps de Notre Seigneur est descendu avec précaution.
MARIE assise à terre, adossée à la Croix a ouvert Son manteau et Elle reçoit JÉSUS dans Ses Bras : c'est la Piéta. Que de tendresse désolée ! Que d'Amour ! Impossible de choisir, ni de résumer... Mais toute mère comprendra, sentira, pleurera... Avec la tenaille qu'Elle S'est faite donner, MARIE arrache une à une les épines profondément enfoncées autour de le tête de Son Fils, notamment sur le côté droit pendant le Portement de la Croix ; et derrière, durant les chutes de la Croix, et pendant les soubresauts de l'Agonie finale.
[Notez Bien qu'à La Salette, Mélanie et Maximin ont vu, suspendu par une chaîne au cou de MARIE, un grand Crucifix portant d'un côté_____ un marteau et de l'autre côté, une tenaille.]
Puis, après une toilette sommaire du Corps, car Nicodème et Joseph se sont faits accompagner de serviteurs portant des outres d'eau, JÉSUS est étendu sur un drap dont les quatre coins sont tenus par Jean, aidé par Nicodème ou Joseph, qui portent le Corps vers le Sépulcre proche ; MARIE S'était désolée de n'avoir pas un endroit pour Son Fils mort ; mais Joseph d'Arimathie y a pourvu ; à une cinquantaine de mètres à l'ouest du Calvaire, il est propriétaire d'un terrain où il a fait creuser dans la roche un caveau neuf. C'est là que JÉSUS est déposé.
Mais MARIE ne veut pas Le quitter ; Elle veut qu'on L'enferme dans le Sépulcre avec Son Fils pour Le faire ressusciter plus vite avec Ses larmes, avec Ses baisers ; Elle ne veut pas d'aromates. Nicodème et Joseph Lui demandent d'être raisonnable ; Elle ne veut rien entendre leur disant qu'ils n'ont pas Foi dans la Résurrection annoncée par JÉSUS. Elle interpelle Marie-Madeleine qui pleure à genoux :
"Marie, réponds. Eux pensent que JÉSUS ne peut pas ressusciter parce qu'Il est un homme et qu'Il est mort de blessures, mais ton frère, n'était-il pas plus âgé que Lui ?"
- "Si."
- "N'était-il pas qu'une plaie ?"
- "Si."
- "N'était-il pas déjà décomposé avant de descendre au tombeau ?"
- "Si."
- "Et n'est-il pas ressuscité après quatre jours d'asphyxie et de décomposition ?"
- "Si."
- "Et alors ?."
Un silence grave et prolongé. Puis un cri inhumain. MARIE vacille en portant une main à Son Coeur. Ils La soutiennent, mais Elle les repousse. Elle paraît repousser les Pieux. En réalité Elle repousse ce qu'Elle est seule à voir. Et Elle crie :
- "Arrière ! Arrière cruel ! Pas cette vengeance ! Tais-toi ! Je ne veux pas t'entendre ! Tais-toi ! Ah ! il Me mord le Coeur !"
- "Qui, Mère ?"
- "ô Jean, c'est Satan ! Satan qui Me dit : "Il ne ressuscitera pas. Aucun prophète ne l'a dit" (*). Ô Dieu Très-Haut ! Aidez-Moi tous, ô vous esprits bons, ô vous hommes pieux ! Ma raison vacille ! Je ne Me rappelle plus rien. Que disent les prophètes ? Que dit le Psaume ? Oh ! qui va Me répéter les passages qui parlent de Mon JÉSUS ?"
Et c'est Marie-Madeleine qui dit le Psaume de David sur la Passion de JÉSUS, puis les prophéties d'Isaïe.
Mais MARIE a rappelé à tous la Parole de JÉSUS :
"A cette génération mauvaise et adultère qui cherche un Signe, il ne sera donné que le signe de Jonas... Ainsi le Fils de l'Homme restera trois jours et trois nuits dans le coeur de la terre."
Et MARIE supplie :
"Dieu ! Dieu ! Dieu ! Ne permets pas que Je Me méfie ! Ne laisse pas le doute Me glacer ! Ne donne pas à Satan la liberté de M'amener au désespoir ! Fils ! FILS ! Mets Ta main sur Mon Coeur, elle chassera Satan. Mets-la sur Ma tête. Elle y ramènera la Lumière. Sanctifie Mes lèvres par une caresse pour qu'elles aient la Force de dire : "Je crois" même contre tout un monde qui ne croit pas. Oh ! quelle douleur c'est de ne pas croire ! Père ! Il faut beaucoup pardonner à celui qui ne croit pas. Car, quand on ne croit plus... Quand on ne croit plus... toute horreur devient facile. Je Te le dis... Moi qui éprouve cette torture.
"Père, pitié pour les sans-Foi ! Donne-leur, Père Saint, donne-leur, au nom de cette Hostie consumée et de Moi, Hostie qui se consume encore, donne Ta Foi aux sans-Foi !."
______________________________________________________
(*) : "Aucun prophète ne l'a dit" : c'est exact.
Finalement, MARIE Se laisse ramener au Cénacle, après qu'une lourde roue de pierre ferme le Sépulcre. Pendant deux nuits et un jour, MARIE pleure, prie, pleure, prie, et refuse toute nourriture.
Le Vendredi soir, Nique apporte le Voile portant le Visage de JÉSUS. Puis ce sont les romaines, Plautina et Valéria qui viennent saluer MARIE en latin : "Ave, Domina !" en Lui apportant le salut de Claudia et des résines précieuses pour embaumer le Corps de JÉSUS.
Longin vient le samedi, avec le fer de la lance qui a percé le flanc de JÉSUS (Elle avait dit son désir de l'avoir à Joseph, qui l'a dit à Longin). MARIE envoie Jean à la recherche des Apôtres ; Maximin *, l'Intendant de Lazare, vient prévenir que certains sont à Béthanie, accueillis par Lazare et Simon le Zélote. Puis c'est Pierre que Jean ramène au Cénacle, Pierre qui ne veut pas se pardonner et qui a pleuré depuis la nuit du jeudi au vendredi dans "la grotte du Coq."
Cette 3ème Passion de MARIE, dans la Passion de JÉSUS, s'est poursuivie jusqu'à l'aube du Dimanche pascal ; elle n'a cessé que lorsque JÉSUS Ressuscité est venu La serrer dans Ses bras, Elle, la première ; "un matin d'Avril", précise JÉSUS qui dicte à Maria Valtorta ("3", T.9, p.314) :
"Et la torture a continué avec des assauts périodiques jusqu'à l'aube du Dimanche.
"J'ai eu, dans Ma Passion, une seule tentation. Mais la Mère, la Femme, a expié pour la Femme, coupable de tout mal, de très nombreuses fois. Et Satan, sur la Victorieuse, s'est acharné avec une férocité centuplée. MARIE l'avait vaincu. Sur MARIE, la plus atroce tentation. Tentation contre la chair de la Mère. Tentation contre le Coeur de la Mère. Tentation contre l'Esprit de la Mère.
"Le monde croit que la Rédemption prit fin avec Mon dernier soupir. Non. La Mère l'a accomplie en y ajoutant sa triple torture pour racheter la triple concupiscence, en luttant pendant trois jours
_____________________________________________________________
[(*) : Plusieurs années après, Maximin suivra Lazare, Marthe, Marie et Sara sur la barque que le Sanhédrin fait abandonner sans rames ni voile au large de Joppé (Jaffa). Miraculeusement, cette barque arrive sans encombre aux Saintes-Maries de la Mer ; Lazare sera le premier Évêque d'Arles ; Marthe restera avec lui, puis ensuite à Marseille où un quartier porte toujours le nom de Ste Marthe ; Marie ira finir sa vie dans le massif de la Sainte Baume où elle vit seule en prière, en adoration, en expiation pour tous. Maximin sera Prêtre et donnera son nom à la ville actuelle de St Maximin : dès les premières années du Christianisme, cette Gaule qui deviendra la France avec Clovis et St Rémy, a déjà vocation d'être "la Fille aînée de l'Église." A présent la France devrait être un Pays de Missions, tant elle s'est_ déchristianisée...]
contre Satan qui voulait L'amener à nier Ma Parole et à ne pas croire en Ma Résurrection. MARIE fut la seule qui continua de croire. Elle est Grande et Bien,heureuse aussi à cause de cette Foi.
Voilà ce qu'a été le 5ème Mystère Douloureux du St-Rosaire :
"Le Crucifiement de Notre Seigneur JÉSUS-Christ."
"C'est long et ennuyeux un Rosaire.".. "Qui est capable de réciter 15 dizaines du Chapelet sans distraction ?" : voilà ce que pensent beaucoup, ce que je pensais moi-même ; mais MARIE demande sans Se lasser que l'on prie le Rosaire ; comme une maman à ses enfants, Elle a dit à Medjugorje, dans l'ancienne Yougoslavie actuellement en proie à la division et à la guerre : "Ne Me demandez pas POURQUOI Je vous demande TANT de prier : PRIEZ !."
Le 15.01.1982, MARIE dicte à Amparo (29) à l'Escorial :
"Avec le Saint Rosaire on peut sauver toute l'Humanité et éviter une grande guerre. Ce qui vous coûte le plus est la récitation du Saint Rosaire. Et ce qui vous coûte le plus est ce qui Me plaît le plus."
Avec le St-Rosaire, on jette dans l'espace de notre parenté, de nos amis, de ceux qu'on ne connaît pas mais que JÉSUS et MARIE savent en danger immédiat, on jette sur eux tous le filet de la Pêche Miraculeuse qui ramena 153 poissons, comme sont 153 Ave Maria dans le St-Rosaire. Ce nombre, 153, est un des rares nombres cités dans les Évangiles. À Kérizinen, MARIE a dit que sans la méditation des Mystères, un Rosaire est sans Âme. Prier en famille, entre Amis dans un groupe de prière, et mieux à l'église avec un saint Prêtre pour conduire le Rosaire, c'est la perfection, très rare aujourd'hui.
Mais, même là, la "méditation" des Mystères se réduit à l'énoncé de deux ou trois lignes en liaison avec le Mystère de la dizaine récitée. Alors, quand je prie le Rosaire, pas aussi souvent que je le devrais et que je le pourrais ("Mea culpa !"), pour lutter contre les distractions et la lassitude, je me plonge en esprit dans l'époque de l'Évangile : MARIE dit que le Rosaire est l'Évangile du Pauvre. C'est ainsi qu'une dizaine d'Ave Maria est trop brève, pendant que les lèvres et le coeur prient, pour faire défiler en esprit les images-étapes de l'Annonciation, de la Visitation, etc... des 15 Mystères du Rosaire.
Le Rosaire est de l'Amour semé dans l'Espérance en Dieu, dans la Foi ; notre persévérance n'en connaîtra tous les fruits que dans le Royaume du Père, quand des parents et amis, et des inconnus, beaucoup d'inconnus, viendront nous dire leur gratitude d'avoir eu notre aide à leur sauvetage ; car eux aussi, dans la Vérité de Dieu, sauront toute la vérité.
† † †
6ème Partie
Où vais-je ?
**************

Je pense que vous qui lisez, vous commencez à avoir une idée précise de la destination de chacun.
Tous, nous avons connu quelques rares jours d'une félicité sans pareille que nous n'oublierons jamais : l'émotion douce et profonde du premier amour, le seul vrai ; la naissance d'un enfant espéré et attendu, cette merveille de beauté et d'innocence dont la fragilité nous est confiée, ses premiers pas, ses premiers mots ; nous étions alors au Paradis sur la Terre. Si l'on pouvait multiplier cela par mille et mille en durée, en intensité, en amplitude, nous aurions une faible idée de ce que sera le Paradis.
Tous, en avançant en âge, nous survivons avec un corps qui se délabre peu à peu ; nous avons besoin de lunettes, de prothèses dentaires, nos articulations coincent, nos muscles maigrissent au profit de l'abdomen ; mais nous avons toujours en mémoire la vitalité qui poussait notre adolescence à courir sans nécessité, qui donnait à nos jambes des envies de sauter : imaginons tous nos handicaps disparus, et nous aurons une faible idée de ce que sera le Paradis.
Tous, nous avons vécu des périodes d'incertitude sur les décisions à prendre, des jours d'amertume à cause des ingratitudes, de l'indifférence et de l'incompréhension de nos proches, de la difficulté de communiquer, de comprendre et de se faire comprendre ; imaginons qu'il suffirait de notre regard croisant un autre regard pour tout comprendre et être compris dans la certitude sans ombre de deux Âmes venant au contact : nous aurons une faible idée du Paradis.
Tous, nous avons vécu des périodes de travail et de sacrifices pour se faire une situation, créer un foyer à notre famille, pour tout reprendre à zéro après un revers ou un échec, pour essayer de rebâtir de l'affection et de la confiance sur les décombres du premier amour cassé par une imprudence ou une mauvaise tentation d'un côté ou de l'autre. Multiplions cela par mille et mille, et nous aurons une faible idée du Purgatoire ; mais là, s'y ajoute la certitude absolue qu'il ouvre sur le Paradis ; et cet Espoir est la vie de l'Âme qui souffre sa Purification.
Si nous n'avons pas tous vécu des drames collectifs, révolution, famine, guerre, séisme, inondation ou cyclone, la télévision nous apporte des images de régions du monde où les populations vivent un enfer sur la Terre.
Ils sont ballottés comme fétus de paille, hachés par les explosions, errant comme des chiens squelettiques pour se nourrir, avalant de la terre et buvant de l'eau croupie pour éteindre la faim et la soif, pas-sant avec l'indifférence d'un zombie auprès de cadavres abandonnés dans les rues ou dérivant lentement au courant du fleuve en crue. Multiplions cela par mille et mille et nous aurons une faible idée de l'Enfer.
D'aucuns, pour se consoler, misérablement préfèrent croire que la mort n'ouvre que sur le dépotoir du "néant" : sans l'admettre consciemment, ceux-là s'identifient à la pêche veloutée et succulente que l'on mange et qui finit, entraînée à l'égout par la chasse d'eau ; ou moins prosaïquement, à la rose fanée qu'on jette à la poubelle. Mais, même dans ces cas-là, il n'y a pas de néant ; un principe de la chimie énonce que "Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme." Il n'y a de néant qu'en arithmétique, c'est le Zéro ; ils n'y a pas de zéros dans la Nature, ni dans le cosmos ; mais sur Terre, de nombreux individus s'interdisent de réfléchir et s'obligent à vivre en "zéros" en "espérant" dans un néant qui n'existe pas ; ça leur permet de jouir et de bâfrer sans souci des regards posés sur eux, ni du Regard d'un Dieu à Qui ils dénient toute Existence : cela les arrange car Dieu les dérange !
Ceux qui se souviennent de l'époque où les bêtes de boucherie marchaient sur la route conduisant à l'abattoir, ont vu les boucs et brebis copulant en chemin, ou broutant l'herbe qui pousse au bord. Ceux qui affectent de croire au "néant" après la mort, vivent pareillement que ce bétail dont la viande est bouillie, mijotée ou grillée, qui passe dans notre assiette et dont les déchets finissant à l'égout. Pour les néantistes obstinés, l'égout c'est l'Enfer dont nous savons à présent qu'il EXISTE.
JÉSUS enseigne à Maman Carmela l'arithmétique de Dieu ("5", le 5.09.1968), dans un Message titré : "La Générosité" :
"Chaque jour, tu donnes tout à ton Père. Tu es peu de chose, tu n'es rien... Tu es, pour le dire en chiffres, un zéro. Eh bien, devant ton zéro, place Mon Unité et tu auras un nombre.
"Je vais t'enseigner comment tu peux le faire devenir un nombre de grande valeur. Voici : chaque fois que, reconnaissant ton néant,, tu t'unis à Moi et t'offre au Père avec Moi en un sacrifice et une donation complète, tu ajoutes un zéro au nombre dont Je suis le premier chiffre. A partir de cette simple explication, tu comprends ce que valent ta journée et ta vie, et quelle valeur immense elles peuvent assumer."
Certains objecteront qu'ils ne croient pas, nul n'étant jamais revenu du Paradis, du Purgatoire ou de l'Enfer.
Si trois individus revenaient pour nous dire leur expérience personnelle par Bonté pour nous, qui les croirait ? Personne ! Imaginez-les sur un plateau de télévision, exposant leurs cheminements et leurs aboutissements, face au public assistant au débat contradictoire mené par le Journaliste présentateur, avec le concours de l'inévitable psychiatre "de service", et des "experts" laïcs et religieux... Quel tohu-bohu !
Si nul n'est revenu du Purgatoire et de l'Enfer, des Âmes du Purgatoire et des Âmes damnées ont dicté de nombreux textes très explicites ; Dieu ayant donné Sa Permission (sans quoi rien de tel n'est possible) ; et cela pour des raisons bien évidentes ; nous instruire de ces Réalités existentielles.
Mais personne ne peut objecter que nul n'est revenu du Paradis : JÉSUS et MARIE ne cessent jamais Leurs allées et venues : les Apparitions publiques de MARIE en Égypte, au Cameroun, en Ukraine, en Italie, l'ont prouvé ; les larmes des statues et images de MARIE, le sang des Crucifix, l'Huile sainte des Icônes le prouvent en ce moment. Et Leurs Messages d'enseignement et d'avertissements sont les motivations de tous ces Faits.
Si ces Faits réduisent à rien les objections de refus qui sont autant d'alibis pour continuer à jouir et à abuser sans vergogne (ce qui est le Scandale au sens biblique de l'expression), il reste néanmoins dans l'esprit et la mémoire de chacun de nous, nombre d'idées-reçues ou préconçues qui luttent contre la Vérité impliquée par les Faits ; de même que celui qui a été gravement malade à cause de moules gâtées, garde une répulsion instinctive, même pour des huîtres fraîchement sorties du vivier.
C'est pourquoi je vais aborder les phénomènes d'astrologie et de voyance, de maléfices et du spiritisme qui esclavagent nombre de gens pour les pousser en Enfer ; le problème de l'I.V.G. qui est la licence de l'orgasme sans ses conséquences normales dans l'enfant à naître, mais avec ses conséquences directes dans le SIDA et vers l'Enfer qui est la sanction de l'assassinat du bébé à naître ; avec les constats liés au phénomène des rescapés de mort clinique.
Cela permettra de terminer sur La Grande Lumière Céleste qui bénéficie à chaque agonisant (que nous serons un jour ou l'autre). À la question : "Où vais-je ?", Dieu ne cesse de répondre clairement : "Je vous veux tous en Paradis" ; il importe donc de tout savoir sur les obstacles que l'Enfer place sur notre chemin pour nous détourner de la destination voulue par le Créateur.
†
†  †

6. 1. Jurgenson et son magnétophone
****************************************
Producteur de films pour la télévision et le cinéma, le suédois JURGENSON, un soir de 1959, dans la forêt, enregistre des chants d'oiseaux pour servir de fond à la bande sonore d'un film. De retour, à l'écoute de la bande magnétique, il a la surprise d'entendre, superposées aux chants d'oiseaux enregistrés, des voix qui l'appellent par son nom, qui se nomment, s'identifiant comme étant des parents et des amis défunts, et qui lui donnent des conseils pour améliorer la qualité des enregistrements.
Alors il persévère ; en 1964 il publie un livre avec des enregistrements sur disque souple : "Voix venues d'ailleurs" ; et en 1965, un autre livre : "Liens radiophoniques avec l'Au-delà." En 1969 Jurgenson, Producteur d'un film sur la vie de Paul VI, est élevé par le Pape à la dignité de Commandeur de l'Ordre de Grégoire-le-Grand. La même année Jurgenson écrit : "J'ai rencontré au Vatican une oreille sympathique pour le phénomène des voix."
De fait, le Rd.-P. SCHMIDT, théologien catholique, a été autorisé par ses supérieurs à explorer le phénomène des voix dès 1969 ; en peu d'années il captera ainsi près de 10.000 enregistrements de ces voix sur bandes magnétiques.
En Autriche, le Dr RAUDIVE, parmi d'autres chercheurs, se lance dans cette expérimentation dès 1965. Il publie le résultat de ses travaux dans un livre : "L'Inaudible devient audible." Quand un éditeur britannique veut en publier la traduction anglaise, il est "invité", par de hautes Autorités politiques et morales, à vérifier par une expérimentation de contrôle destinée à éliminer toute possibilité d'interférence parasite d'origine terrestre.
Le contrôle fut double et deux fois positif malgré l'isolement-radio le plus étanche qu'on ait pu installer : officiellement pour l'éditeur par les laboratoires "Belling & Lee" et, à l'initiative du Journal "Sunday Mirror" par la société "Pye Record." Le livre du Dr Raudive a été édité sous le titre anglais de "Percée." En France, le phénomène est resté pratiquement ignoré : la chape de plomb du silence de la désinformation a été mise en oeuvre par les organes d'information !... Efficacement.
Ailleurs en Europe et aux USA, de très nombreux amateurs ont enregistré également des dizaines de milliers de messages para-normaux sur bande magnétique. On voit que, là aussi, est respecté le corollaire de la Loi de Causalité : "La même cause, agissant dans des conditions expérimentales identiques, doit produire des effets identiques." Mais quelle est la cause ? Car il y en a forcément une.
Les messages enregistrés sont généralement brefs, parfois en plusieurs langues différentes (des langues de la planète, pas des langues inconnues) ; l'audition des voix est gênée par une "friture" parasite, aussi inexplicable que leur origine ; en effet, l'enregistrement se fait dans le silence le plus complet : on branche le magnétophone sur "enregistrement" dans un endroit isolé et silencieux, de nuit de préférence, et on attend en surveillant le témoin cathodique : c'est l'aiguille indiquant la saturation plus ou moins grande de l'enregistrement ; quand elle oscille en silence, on sait qu'un enregistrement se fait ; quand il est terminé, on revient en arrière et on écoute.
Le contenu des messages est uniformément anodin, mais avec l'étonnement souvent exprimé : "ça alors ! Je vis !...", et le besoin de le faire savoir aux parents et amis, sans explication complémentaire ; ceux qui s'enregistrent semblent évoluer dans une errance sans aucun repère identifié, puisqu'ils n'en signalent aucun ; et sans but perçu. Certains, apportant du même coup une preuve au premier degré de leur identité, donnent le nom et l'adresse de la personne à qui a été emprunté un parapluie ou un livre "avant leur mort", afin que les objets soient rendus, indiquant le titre du livre et où il est resté dans la bibliothèque du "défunt."
Il s'agit donc d'intelligences, invisibles mais vivantes, qui s'enregistrent de la sorte. La Science veut tout ignorer du phénomène. Mais les scientifiques qui ont expérimenté n'hésitent pas à se prononcer ; le Pr Hans BENDER, de l'Université de FRIBOURG, écrit :
"Le phénomène observé dépasse en importance
la physique nucléaire."
Les Autorités vaticanes, elles non plus, ne se sont pas prononcées sur le phénomène ; il est certain que le Rd.-Père SCHMIDT a fourni un rapport détaillé sur son expérimentation de plusieurs années. Souvent, les autorités politiques, scientifiques et religieuses, quand elles sont confrontées à une décision difficile, décident de ne rien décider.
Sans avoir eu besoin d'expérimenter, j'ai étudié attentivement toute la documentation sur le phénomène des voix ; je me suis posé des questions simples qui m'ont donné des réponses claires ; ce sont les mêmes questions qu'ont dû se poser les théologiens, et les mêmes réponses qu'ils ont dû trouver ; si rien n'a été publié, c'est leur problème, pas le mien.
L'analyse critique du phénomène, la voici, à la portée de toute intelligence moyenne puisque j'en suis une également :
*** 1. Si ce sont des voix de défunts ayant vécu sur Terre, nous sommes en présence d'une preuve expérimentale de la survie, intelligente et consciente, de l'Âme après la mort du corps. Et dans ce cas, on ne peut que partager la conclusion du Pr Hans Bender. Mais un argument vient plaider contre l'identité humaine déclarée par ces pseudo-défunts (c'est pour cela que j'y ai toujours mis des guillemets).
En effet, ils se souviennent d'un parapluie ou d'un livre empruntés... et aucun d'eux ne se souviendrait de son militantisme athée dans les partis de gauche ou dans "la Libre Pensée" ? Ni aucun d'eux ne se souviendrait des convictions religieuses de son vivant terrestre ?... Et les uns et les autres, qui manifestent leur étonnement de continuer à vivre, ne manifesteraient nul étonnement de l'apparente inexistence de la Récompense d'une vie dévouée à autrui, de la Purification ou de la Punition ? Ils n'en disent pas un mot !... Aucun humain, athée ou croyant, ne se conduirait de la sorte, s'agissant d'un avenir pour eux sans limite. C'est donc suspect.
*** 2. Le phénomène étant réel, donc scientifique, les acteurs invisibles ne sont donc pas d'ex-humains décédés. Comme on ne peut incriminer le magnétophone d'hystérie hallucinatoire, ni l'expéri-mentateur de donner les coordonnées de gens et d'objets dont il ignore tout ; comme on ne peut le soupçonner de s'enregistrer sans en avoir conscience : il est très attentif, donc très conscient ; tout cela pris en compte, il ne reste que le second volet de l'alternative : le phénomène a donc une cause surnaturelle ; ce n'est pas Dieu.
Car les enregistrements parleraient du Paradis et de l'Enfer ; c'est donc le résultat d'une manoeuvre démoniaque. Qui a intérêt à nous donner à penser, sans dire mot, que Paradis, Purgatoire et Enfer n'existeraient pas ? Seulement les démons qui veulent faire le plein de l'Enfer pendant qu'ils en ont encore le temps, car ils savent que leur séjour sur la Terre est tout près de finir.
Qui est parfaitement au courant de tous les faits et gestes des pseudo-défunts dont ils usurpent l'identité : c'est le démon qui a suivi durant toute sa vie, pour le tenter et le dévoyer, le vrai défunt en question qui, lui, se trouve au Purgatoire, au Paradis ou en Enfer.
Seul, le démon a intérêt à ces enregistrements ; lui seul (avec notre Ange-Gardien qui ne manquerait pas de parler du Paradis) a en mémoire les coordonnées des gens et des objets empruntés. Et, le Fait est là, devant nous : ces voix parlent des langues de la Terre ; on est bien obligé d'admettre que le démon a trouvé le moyen de s'enregistrer sur bande magnétique ; le bruit parasite de friture est là pour empêcher de s'apercevoir que le timbre et l'élocution des "Défunts" ne correspondent pas au souvenir des proches à qui on les fait entendre par la suite.
En rapprochant le phénomène des OVNIs que l'Enfer fait évoluer dans notre atmosphère, on admettra que le phénomène des voix est à la portée des possibilités démoniaques et qu'il poursuit un objectif identique : éloigner de nous la pensée de l'Existence de Dieu.
Car si ce n'était pas le démon qui est l'acteur de ce phénomène dont lui seul a le profit, dont lui seul dispose des éléments de conviction apparents et des moyens de nous les communiquer, le phénomène ne vient ni du "néant", ni de "nulle part" : avec rien on ne fait rien et de rien il ne vient rien.
Cela étant, le phénomène des voix de Jurgenson fournit une preuve expérimentale de l'existence des démons, même si cette preuve vient en déduction de l'analyse critique du phénomène ; car c'est très généralement ainsi qu'on procède en science expérimentale.
De ce fait, la conclusion du Pr Hans Bender garde toute sa valeur : "Le phénomène observé dépasse en importance
la physique nucléaire."
† †  †

6. 2. La Voyance
*********************
Tous les journaux gratuits d'annonces comptent une ou deux pages de publicité payante, investie, semée dans la crédulité publique par les médiums, voyants et sorciers qui promettent des retours d'affection, des gains aux jeux d'argent, des révélations sur l'avenir, aux "pigeons" qui leur permettent de vivre. C'est une entreprise avérée d'escroquerie, qui va parfois jusqu'au détournement de patrimoine ou d'une opération chirurgicale nécessaire ; et qui est assimilée à une profession libérale par le Code des Impôts, ce qui lui confère un "droit d'exercer" : ils acquittent une taxe professionnelle et des impôts calculés sur une évaluation administrative, pas tout-à-fait comme les médecins et les avocats, mais dans la même catégorie fiscale que les prostituées, aucune comptabilité des honoraires n'étant crédible.
Tant qu'on n'a pas mis le doigt dans cet engrenage de captation de notre confiance, de notre argent et de notre personnalité, chacun comprend que ces annonces ont pour objectif de recruter des gogos, ceux qui vont gober les sornettes qu'ils vont payer, parfois très cher. En effet, si les médiums et autres devins avaient un moyen de savoir à l'avance les numéros gagnants du loto, ils n'auraient nul besoin de publicité pour recruter des clients. Contre cette évidence, ils argumentent qu'un voyant ne peut explorer son propre avenir ; et qu'il leur faut consulter un confrère dans ce cas.
Bon, mais alors, il est surprenant qu'ils ne se communiquent pas, mutuellement, les numéros du loto ou du tiercé !... Cela montre qu'ils ne croient pas vraiment à leurs boniments qui ne sont que des moyens de vivre en plumant les "pigeons", les clients qu'ils recrutent à grands frais.
Les phénomènes liés à la voyance ont interrogé ma curiosité ; j'ai d'abord étudié toute la documentation de référence dans les rapports rédigés par des scientifiques qui ont été assez nombreux à s'y intéresser au cours d'expérimentations publiques : il n'y avait là aucune référence à Dieu ni au diable, donc aucun danger pour la carrière ou la notoriété ; seulement un "gadget" intellectuel, comme les mots croisés pour Mme ou Mr "Tout-le-monde." Car il est certain que les Faits bruts interrogent la curiosité en recherche :
En effet, dans une salle de spectacle, ou un salon d'hôtel, d'entrée non payante, les spectateurs désoeuvrés sont généralement nombreux : et c'est toujours un recrutement de clientèle, un investissement consenti dans ce but par le ou la "voyante." Je ne vais pas citer des voyances concernant à titre plus ou moins privé des spectateurs présents qui se lèvent à leur place ; mais des faits de voyance plus spectaculaires :
*** - On présente au voyant un bijou de famille, appartenant à une personne qui peut être absente, mais qui a consigné sur papier l'histoire du bijou : pendentif, broche ou bague, etc... Le voyant en fait l'historique en public, que l'on compare ensuite à l'histoire vraie ; et il arrive qu'il fournisse des précisions que le propriétaire de l'objet n'a pas jugées utile de noter. Le voyant a ainsi remonté le temps du bijou sur plusieurs générations de la famille de son propriétaire.
*** - Un autre fait de voyance, de l'avenir immédiat, est aussi spectaculaire (ne pas oublier que c'est un spectacle, comme celui du bonimenteur de foire, qui n'a plus de tréteaux, mais un micro). Une chaise est vide dans la salle : le voyant indique qui est la personne qui va venir s'y asseoir, homme ou femme, apparence, profession, ses répulsions et ses attirances, ses soucis et des informations sur les événements de son passé. Vous voyez d'ici tous les regards tournés vers le ou la retardataire qui arrive, l'étonnement de cette personne devant la salle entière qui se tourne vers elle ; et, avant même d'être assise, elle est mise au courant de tous les détails fournis en son absence ; estomaquée, elle les confirme tous.
On pourrait la suspecter de jouer le rôle du "compère" si les scientifiques qui ont examiné des faits de ce genre n'avaient programmé eux-mêmes le choix du retardataire à l'insu aussi total que possible du Voyant.
Se pose alors brutalement la question :
"par quel processus le voyant est-il informé de faits dont il ne peut avoir une connaissance normale ?."
Et c'est ainsi qu'on entre de plain-pied dans le "para-normal", un fait observé qui se trouve à l'écart du normal.
Après avoir minutieusement examiné l'abondante documentation de référence signée par des scientifiques, j'ai complété mon étude du phénomène en allant consulter une cartomancienne de quartier "à 100 Frs", puis un voyant de renommée régionale, puis un autre, "M. de S.", de réputation internationale ; je voulais les voir opérer et leur poser des questions sur leur "mécanisme" personnel de voyance ; de la même manière que, à 14 ans, je démontais le réveil-matin ou la machine à coudre de ma mère : pour en connaître le fonctionnement.
La cartomancienne, surprise d'abord par ce client bizarre qui ne s'intéressait que très médiocrement à ses révélations d'avenir, m'a dit : "Ce sont les tarots qui me parlent" ; que l'avenir d'innombrables individus soit décrit par l'ordre de tirage "au hasard" de figurines peintes sur des cartes, ne lui semblait pas chose surprenante ; mais à moi, oui. ;"Dupont", mon voyant régional, m'a dit : "En votre présence me viennent des "flashes", des images mentales que j'interprète." Quand j'ai demandé "comment ?", il m'a répondu : "C'est mon Guide spirituel qui les fait jaillir en moi. Mais je sens en vous du magnétisme et, en le travaillant, vous obtiendrez des résultats, vous aussi."
Notez bien que, souvent, d'après ce que m'ont dit les clients réguliers de voyants, ils ont entendu la même invitation à travailler un "magnétisme" qui ne demanderait qu'à émerger ; et cela, c'est le "guide spirituel" qui le suggère au voyant qui n'a aucunement conscience d'être manipulé.
Je n'ai pas "travaillé" le-dit magnétisme ; intellectuellement, je cherche en territoire inconnu, et c'est déjà assez dangereux ; pratiquement, je m'abstiens avant de tout savoir. Quand je m'y aventure, c'est que j'ai identifié le profit sans le danger. Ainsi de mon avancée, modeste, dans la Mystique.
"M. de S.", qui a écrit plusieurs livres et qui est le voyant attitré, et discret, de personnalités et Chefs d'États, m'a dit seulement : "J'ai mon pendule" ; en effet, il a eu son pendule aux doigts durant toute la consultation qui m'a coûté cher.
Alors, je n'ai pas étudié le tarot, mais la radiesthésie qui signifie : "sensibilité aux radiations." L'usage du pendule remonte à 4 millénaires, selon des sculptures retrouvées en Chine (c'est du moins l'interprétation de ceux qui ont examiné ces sculptures) ; mais des références historiques précises remontent au 4ème siècle de notre ère.
Avant le pendule utilisé par les radiesthésistes, c'est la baguette fourchue dont se servaient les devins (à l'époque du prophète OSÉE) dans le même but : connaître ce qui n'appartenait pas à l'Homme ; et, dans l'Ancien Testament, Jéhovah maudit cette pratique par la bouche du prophète.
Que les compagnies minières et pétrolières s'assurent le concours de radiesthésistes ; que les Japonais se servent du pendule pour sélectionner, sur un tapis roulant, les oeufs qui donneront poulet ou poulette (les premiers étant vendus et les seconds mis à couver) ; que les sourciers s'en servent pour détecter l'emplacement d'une nappe phréatique et sa profondeur afin de choisir où creuser un puits, la "sensibilité" à des radiations si diverses pourrait s'admettre, encore que...
Mais quand au 17ème siècle, à la "belle époque" du pendule (avant que l'Inquisition catholique ne proscrive sévèrement sa pratique), cet outil a servi à identifier et localiser des coupables de délits majeurs, là, nous quittons le domaine de la physique et de la "sensibilité aux radiations", pour entrer dans le domaine du spirituel et du surnaturel, celui-là même où évoluent "Dupont" et "M. de S." Avant ce sévère rappel de l'interdiction biblique, nombre de Prêtres, dans les campagnes, se servaient de la baguette du sourcier pour indiquer aux Paysans où creuser les puits. Ayant fait voeu d'obéissance à leur hiérarchie, ces Prêtres se devaient de cesser ; alors nombre d'entre eux prièrent le Seigneur de ne plus voir la baguette réagir entre leurs mains ; ils furent exaucés et se trouvèrent donc dans l'impossibilité matérielle de poursuivre.
A notre époque, qui se dit "rationaliste", la moitié de la population a consulté un médium-voyant, l'autre moitié a souvent entendu parler de leurs exploits, les Tribunaux débattent parfois de leurs méfaits, les médecins et chirurgiens les déplorent ; et une partie importante de la clientèle des voyants sont devenus des drogués de la voyance : ils ne prennent aucune décision sans consulter, ils ont eux-mêmes des "flashes" qu'ils vont faire contrôler par leur "expert" favori ; jusqu'à en arriver à se faire une clientèle privée et gratuite -ou non-. On peut dire que la voyance est une maladie aussi contagieuse et aussi répandue que la grippe. On verra quel est le virus de cette contagion ; et le but poursuivi par cet empoisonnement de la personnalité.
Les médiums et voyants sont généralement très discrets sur leur "Guide spirituel", littéralement : "Celui qui prend en charge leur esprit", celui qui les guide dans leur vie et leur activité. Qui est ce "guide" ? Nous allons le voir à l'oeuvre et à découvert dans le Spiritisme.

6. 3. Le Spiritisme
***********************
De ce Guide, j'en avais une idée bien plus précise que les voyants interrogés ; mais quand je les ai orientés vers ce domaine, ils se sont fermés comme des huîtres.
Durant une dizaine d'années, alors que j'étais en activité et que je n'avais de disponibles que les heures que d'autres tuent à la télévision ou aux mots croisés et romans, j'ai étudié attentivement le Spiritisme qui semblait donner des réponses cohérentes à mon interrogation obsédante : "D'où viens-je et qui suis-je ? Où suis-je et pourquoi ? Où vais-je et comment ?." Dix ans d'études, parce que la documentation de référence est immense ; d'étude approfondie parce que des ouvrages sont signés de grands noms de la science mondiale.
Par exemple, le Pr William CROOKES qui découvrit le thallium, qui inventa "le tube de Crookes", racine de ce qui deviendra la radiographie aux rayons X, et ensuite la télévision ; Crookes expérimenta le spiritisme avec un médium, Florence Cook ; il publia ses compte-rendus d'expériences et les photos réalisées ; et il fut l'objet d'une violente cabale de ses "chers confrères", laquelle cabale aurait discrédité tout autre savant de notoriété moins internationale. Par la suite, il fut anobli par la Reine Victoria, et présida longtemps l'Académie des Sciences britannique.
Quarante ans après Crookes, l'autre scientifique de renommée mondiale qui expérimenta avec un médium (Marthe Béraud) est le français Charles RICHET, Prix Nobel de médecine 1913 pour avoir établi les lois de la sérothérapie et de l'anaphylaxie (le Nobel existe depuis 1900) .
Je ne citerai que ces deux savants parmi tous les scientifiques qui ont expérimenté puis écrit sur le spiritisme, parce qu'ils ont obtenu des Faits matériels, parce que leur expérience de chercheurs les a conduits à un protocole expérimental rigoureux, parce que leur notoriété est déjà faite avant ces recherches très spéciales et que leur honnêteté est au-delà de tout soupçon, de même que leur compétence d'observateurs minutieux ; ils n'ont pas pris "des vessies pour des lanternes" ; ils ont exposé les Faits, sans conclure ni faire d'hypothèses, ce que le recul me permet en démontrant la validité de mes conclusions.
Le spiritisme, comme le pendule, s'est manifesté depuis 3 ou 4 millénaires ; dans l'Ancien Testament, la Bible relate la consultation de la "prophétesse" d'Endor par le roi Saül.
Ce roi lui demande d'interroger sur son avenir le prophète Samuel défunt. J'ai déjà dit que la forme moderne du spiritisme avait déferlé sur le monde depuis les USA avec les soeurs FOX en 1847, un an après le Message de La Salette où MARIE utilise le mot "spiritisme" qui n'existe pas encore dans le dictionnaire : on parlait de "dialogue avec les esprits" (des morts) ou de "commerce avec les morts", de rapports, commerciaux parce qu'intéressés : à leurs conditions de vie dans l'Au-delà, intéressés aussi pour savoir d'eux comment se diriger dans l'avenir.
L'essor foudroyant des pratiques de spiritisme aux USA (qui n'étaient et ne sont toujours pas un État laïc) provoqua des débats au Congrés et au Sénat ; une commission pluridisciplinaire d'enquête fut nommée.
Elle est chargée d'expérimenter et de fournir un rapport ; je n'en ai pas eu connaissance ; mais la documentation note que la plupart des enquêteurs devinrent des spiritistes convaincus. Les Faits expérimentaux obtenus (chaque catégorie étant soumise à répétitions de contrôle) sont si extraordinaires qu'ils sont un outrage permanent à la raison, à la nature et aux possibilités humaines. Comme ils sont néanmoins là, indiscutables, et réels donc scientifiques, ils ont une cause, donc un Facteur, celui qui fait, qui les fait observer.
Et les caractéristiques extraordinaires des effets impliquent que leur cause est extraordinaire. Car le but premier du spiritisme est là : faire observer, dans ses effets impossibles à toute raison et puissance humaines, l'existence d'une intelligence invisible et présente, celle du Guide spirituel du médium dont le concours est impératif.
En effet, médium signifie intermédiaire, celui qui est l'intermédiaire entre l'esprit invisible et l'homme. Le français "Allan KARDEC" (de son nom RIVAIL), est considéré comme le "pape" du spiritisme : dans les années 1855-1868, centralisant les comptes-rendus de groupes spirites du monde entier, il en fait la synthèse dans des ouvrages qui font autorité en la matière : "le livre des esprits", "le livre des médiums" et "l'Évangile selon le spiritsme" (entre autres).
Les savants et scientifiques ont généralement fait la sourde oreille aux discours des Guides qui se sont matérialisés, avec Crookes et Richet entre autres. Mais tous les ouvrages d'Allan KARDEC et toute la documentation d'origine non scientifique, étalent la théorie de la réincarnation, "en long, en large et en travers." C'est la pierre d'achoppement permettant de rattacher l'ensemble des phénomènes, spiritisme et voyance, aux démons qui tirent toutes les ficelles de cette intoxication de l'Humanité. L'Église, qui ne se trompe jamais dans les domaines importants, l'a bien compris ; elle a toujours condamné les pratiques de spiritisme et de voyance.
Dans le spiritisme et la voyance, les Guides ont écrit, par la main des médiums, des centaines d'ouvrages ; j'en ai étudié une douzaine, parmi les plus importants directement rédigés en français ou traduits. Dans leurs ouvrages, les Guides se nomment, la plupart prétendant avoir vécu sur Terre de nombreuses existences au cours des siècles passés. Cela leur permet d'expliquer comment des existences successives, dans des corps différents, leur ont permis d'évacuer peu à peu leur karma négatif.
Le Karma est un concept déjà inoculé au Bouddhisme, il y a 2.500 ans ; et, comme toute erreur, inoculée par l'Enfer pour débiliter l'homme et le perdre. C'est la version satanique de la responsabilité humaine. Satan, Menteur depuis Ève et Adam, est habile à tordre une vérité pour la dénaturer : il nous suggère que l'économie de Marcel est avarice, que la dévotion de Suzanne est bigoterie, que le mysticisme de tel autre est hystérie, etc...
Le karma est la déformation, préméditée, de la responsabilité de l'individu dans ses actes. Ces actes ont pour juste conséquence de récolter dans la vie spirituelle, après la mort, ce qui a été "semé" dans la vie terrestre : la récompense au Ciel d'où l'Âme est venue et où elle a vocation de revenir, précédée ou non de la Purification au Purgatoire ; ou bien la Punition en Enfer.
Le karma expose que l'individu qui a eu une vie bonne, se réincarnerait dans des contextes aux possibilités plus élevées et heureuses, jusqu'au stade où elle n'a plus besoin de se réincarner, devenant un "pur esprit", comme sont les "Guides" des médiums ; à l'opposé, une vie mauvaise aurait pour conséquence une réincarnation dans un contexte plus difficile où l'individu va souffrir pour payer les fautes de son existence précédente. Dans le Bouddhisme, le karma négatif répété conduirait cette métempsycose (= déplacement ou migration de l'Âme) dans un corps animal ; l'Enfer pouvait faire avaler pareille sornette à des populations où co-existent, depuis plus de 2 millénaires, l'opulence et la misère extrêmes, ainsi que les castes exclusives ; mais au siècle dernier, pour l'Occident, les démons-Guides ont corrigé le tir avec la pseudo-réincarnation.
C'est ainsi qu'ils ont procédé dans le phénomène OVNI. En effet, au siècle dernier, les OVNIs n'avaient pas la forme de soucoupes et n'étaient pas silencieuses : elles avaient la forme de cigares avec des lumières comme les hublots d'un navire, et faisaient parfois un bruit de machine à vapeur. La théorie de la réincarnation expose qu'une Âme ayant des vies de plus en plus mauvaises, finit par se réincarner dans une ou des planètes inférieures, aux conditions de vie redoutables. Lesquelles ? Ceci n'est jamais précisé.
Ne sont pas précisées, non plus, les planètes "supérieures" qui seraient les lieux où se réincarnerait une Âme avant de devenir un "pur esprit." Comme il n'y a aucune vie (de type humanoïde) dans tout notre système solaire, sauf sur notre Terre, les-dites planètes inférieures ou supérieures se trouveraient donc dans un autre système stellaire, soit de notre galaxie, la Voie Lactée, soit d'une autre galaxie, ce qui nous ramène à "la case-départ" : aux "OVNIs" qui sont, dit MARIE, une création satanique.
Cette théorie de la réincarnation émerge (de l'Enfer) avec le spiritisme au moment où l'Occident se passionne pour les âneries de DARWIN. Or la réincarnation expose que chacun de nous, au niveau de l'expression, tire sa morphologie corporelle de la race animale "qui lui a servi de racine" ; elle cautionne donc Darwin !
Là où nous voyons une vague ressemblance, la plupart du temps péjorative : un faciès simiesque, un visage léonin ou chevalin, une face de rat, etc... les démons-Guides disent : "votre hérédité lointaine." À cette hérédité animale seraient imputables nos pulsions mauvaises : la cruauté au carnassier, la libido aux singes, la voracité au porc, la fourberie au serpent, etc... ce qui rabaisse le niveau de responsabilité personnelle ; à l'opposé, il n'est jamais parlé de l'Amour, mais seulement de "l'altruisme."
La diversité des races est elle-même "expliquée" : toute Âme se réincarnerait d'abord dans la race noire puis, progressant, dans les races jaune, puis rouge, puis blanche, en passant par tous les métissages : ce concept justifiant l'orgueil de race, donc le racisme. Et, aux Indes, le système des castes rigoureusement isolées.
L'ensemble décrit est très cohérent et logique de prime abord : j'y ai cru "dur comme fer" pendant 5 ans. Mais cette conviction première s'est effritée au fil des contradictions notées : un chercheur vérifie toujours, et l'essentiel de mon métier a été une activité d'organisation et de vérification.
Bien sûr, dans cette théorie, l'Enfer n'existerait pas, les démons en tant que tels, non plus : ce serait les mauvais esprits ; on ne dit pas d'où ils viennent et pourquoi ces "mauvais esprits" s'affranchissent de la loi du karma, présentée par ailleurs comme une parfaite justice, donc impérative.
S'agissant du nombre de "vies successives", si l'on comprend bien qu'il puisse être variable autour d'une moyenne, les divergences sont telles qu'elles deviennent contradictoires : certains Guides disent 10 ou 12, d'autres 3 à 400, d'autres vont jusqu'à 1.500 : quand on est plusieurs à raconter les mêmes bobards, mieux vaut accorder ses violons, avant.

Autre contradiction, majeure celle-là : dans son ouvrage "l'Évangile selon le spiritisme" Allan Kardec fait suivre chaque leçon d'intoxication, de communications spirites reçues par médiums et signées de grands noms de l'Évangile : Jean l'Évangéliste, Paul l'Apôtre, Lazare, d'autres encore, et même "l'Esprit de Vérité", c'est-à-dire l'Esprit-Saint ; et aucun de ces communiquants prestigieux ne ferait la moindre référence à l'Église, à ses Sacrements et au Paradis, ni à l'Enfer et aux démons, ni au Purgatoire : cela est radicalement incroyable !
Avec les phénomènes de spiritisme et de voyance, est poursuivi le même objectif : donner à l'Humanité de croire que Jugement particulier à la mort, que Enfer, Purgatoire et Paradis n'existent pas, tels qu'enseignés par l'Église. La réincarnation est la déformation vicieuse du dogme de la Résurrection générale, au Dernier Jour. C'est une intoxication qui a été très efficace : en ce moment, une personne sur deux y croit volontiers : elle veut y croire parce que cette théorie est plus confortable qu'une vie, et une seule, suivie de sa récompense ou de sa sanction.
La réincarnation : une théorie sans preuves
J'avais un faisceau solide de présomptions permettant de douter de la réalité de la théorie (1) de la réincarnation lorsque j'ai eu en mains la conclusion du Pr STEVENSON, psychiatre suédois : un milliardaire américain a offert, vers 1950 je pense, une récompense d'un million de dollars à qui lui apporterait une preuve indiscutable de la théorie de la réincarnation. Nombreux ont été les Chercheurs désirant décrocher cette "timbale" ; le Pr Stevenson est de ceux-là : ses premiers constats intéressent le mécène US qui finance la poursuite des recherches de Stevenson ; celui-ci parcourt le monde pour enquêter sur tous les cas susceptibles de fournir une preuve résistant à un examen critique ; après 20 ans de recherches, Stevenson conclut : "Je n'ai trouvé aucune preuve absolument indiscutable de la réalité de la théorie de la réincarnation." Mais il continue sa quête.
(1) : Il faut bien se rappeler qu'une théorie est une explication proposée d'un phénomène ; elle ne devient une loi scientifique qu'après découverte de preuves certaines venant vérifier la validité de l'explication supposée.
Le 23.08.1968, à Maman Carmela qui Le questionne sur la théorie de la réincarnation, JÉSUS répond :
"Ma fille, la vie de l'homme sur la Terre est celle qui est dans la réalité, et non ce que certains peuvent supposer. L'Évangile parle clairement et l'expérience aussi" (...)
"Moi, Je n'ai jamais menti et Je n'ai jamais dit une chose pour faire comprendre le contraire."
Maria Valtorta est témoin de l'entretien nocturne de Nicodème avec JÉSUS. Cet entretien, rapporté par l'Apôtre Jean au Ch III de "son" Évangile, sert de référence abusive aux tenants de la théorie de la réincarnation. Or Maria entend JÉSUS déclarer nettement à Nicodème ("3", T.2, p.473) :
"Il n'y a qu'une seule existence pour la chair sur la Terre et une seule vie éternelle pour l'Esprit au-delà."
C'est bref, mais clair. Et JÉSUS est plus explicite (T.7, p.440), en parlant aux amis de Zachée :
"Certains d'entre vous sont de lieux où on connaît la théorie pythagoricienne" [NB : c'est le nom donné à l'époque à la théorie de la réincarnation]."C'est une théorie erronée. Les Âmes, une fois passé leur séjour sur la Terre, ne reviennent plus jamais sur la Terre dans aucun corps.
Pas dans un animal, car il ne convient pas qu'une chose aussi surnaturelle qu'elle est, habite dans une brute.
Pas dans un homme, car comment le corps serait-il récompensé une fois réuni à l'Âme au Jugement Dernier, si cette Âme avait été revêtue de plusieurs corps ? On dit, chez ceux qui croient à cette théorie, que c'est le dernier corps qui a la jouissance parce qu'au cours des purifications successives, pendant des vies successives, c'est seulement dans la dernière réincarnation que l'Âme atteint une perfection qui mérite une récompense.
"C'est une erreur et une offense ! Une erreur et une offense envers Dieu puisque c'est admettre que Lui n'a pu créer qu'un nombre limité d'Âmes. Erreur et offense envers l'homme en le jugeant si corrompu qu'il mérite difficilement une récompense. Il ne sera pas tout de suite récompensé, il devra subir une purification après la vie 99 fois sur 100, mais la Purification prépare à la Joie ; ainsi, celui qui se purifie est déjà quelqu'un de sauvé. Et une fois sauvé, il jouira avec son corps après le Dernier Jour. Il ne pourra avoir qu'un corps seul pour son Âme, une seule vie ici-bas, et c'est avec le corps que lui ont fait ceux qui l'ont procréé, et avec l'Âme que le Créateur lui a créée pour vivifier sa chair, qu'il jouira de la récompense.
"La réincarnation n'est pas accordée, comme il n'est pas donné de faire marche arrière dans le temps.
Mais se recréer par un mouvement d'une libre volonté, oui, c'est accordé, et Dieu bénit cette volonté et l'aide. Vous l'avez tous eue (1). Voilà que l'homme pécheur, vicieux, souillé, criminel, voleur, corrompu, corrupteur, homicide, sacrilège, adultère, sous le bain du repentir, renaît spirituellement, détruit la substance corrompue du vieil homme, disperse le moi mental encore plus corrompu, comme si la volonté de se racheter était un acide qui attaque et détruit l'enveloppe malsaine où se cache un trésor, et met à nu le propre esprit purifié, redevenu sain, revêtu d'une nouvelle pensée, d'un nouveau vêtement pur, bon, enfantin." (...)
(1) :"Vous l'avez tous eue" : se rappeler que JÉSUS parle ici aux amis de Zachée que celui-ci a convertis ; de Zachée qui est cité dans l'Évangile.
Le 5.08.1975, MARIE dicte à Veronica à Bayside (N-Y, USA) :
"Il n'y a qu'un esprit pour un corps. Il n'y a pas de réincarnation. C'est une fausseté et une tromperie donnée au gens du monde par Satan. Tu peux développer ceci, Mon enfant : en disant qu'à la fin du monde, au Jugement général, chaque Âme sera réunie à son corps à la Résurrection générale des hommes. Si vous étiez pour avoir plus d'un corps, dans quel corps serait placé cet unique esprit ?."
Cela dit, on voit bien que la théorie de la réincarnation repose toute entière sur l'immortalité de l'Âme humaine qui vivrait des existences humaines successives ; de l'Âme humaine invisible, comme sont invisibles les Guides qui se manifestent par les médiums ; alors, dans le spiritisme, les démons-Guides accomplissent des exploits impossibles à toute puissance humaine pour prouver la réalité de leur existence intelligente et agissante ; et, au passage, ils dévoilent leur supériorité de nature : la supériorité de leur nature angélique initiale sur notre nature humaine.
Les démons-guides : des preuves de leur existence
Cette supériorité, largement surhumaine, s'étale dans des dizaines d'exposés dans les ouvrages de référence. Exemples :
*** A Montauban, en 1918 une jeune femme, Mme LAVAL, a la douleur de perdre son époux tué à la guerre ; elle est enceinte de 7 mois, ce malheur la soumet à des pulsions suicidaires ; jusqu'à-ce qu'elle perçoive, intérieurement, la voix de "son époux défunt" qui lui dit des paroles consolantes : "la mort n'a pas mis fin à sa vie et, dans l'Au-delà, il a été accueilli par des esprits compatissants qui veulent bien faire profiter l'Humanité de leur expérience."
Toutes les médiumnités, masculines mais surtout féminines, ont émergé de la sorte : chez la fille, l'ébranlement de la puberté est un fait d'observation, tandis que chez le garçon la transformation est bien moins problématique ; beaucoup de médiumnités féminines ont été semées à la puberté (les soeurs FOX, entre autres) rudimentaires encore, pour s'affirmer lors d'un traumatisme psychique (pour Marthe Béraud (le médium du Pr Charles RICHET), ce fut une rupture sentimentale avec son fiancé.
Pour d'autres, hommes ou femmes, cette médiumnité reste au stade des "flashes" plus ou moins nets de voyance ; ceci étant le niveau pathologique de la prémonition que nous avons presque tous expérimentée, au moins une fois, et toujours dans des circonstances où une inquiétude nous habitait.
Mme Laval est prise en charge par "Symbole", le "chef" d'une douzaine de "bons esprits" qui vont lui dicter 1.000 pages de texte, en prose et en vers, pendant une vingtaine d'années. Le 21.01.1930, au cours d'une même séance dont la durée n'est pas indiquée, mais qui n'a pas dû excéder 3 heures sous peine de fatiguer dangereusement le médium, Symbole écrit lui-même, par la main du médium, une vingtaine de pages ; cela fait 5 à 6 pages à l'heure, ce que peut faire quelqu'un écrivant vite et recopiant un texte posé devant lui.
Des démons-guides qui écrivent...
Notez Bien que le médium n'a fait que des études primaires et que, veuve de guerre, elle a mené la vie d'une petite bourgeoise de province, sans attacher son nom à aucune oeuvre littéraire. 0r en 20 pages, le texte communiqué par Symbole traite de Dieu sur 4 thèmes différents, et comporte 180 lignes de prose et 280 vers. La prose contient des phrases comme cet exemple : "IL est l'Emission-Force énergétique dans toute sa puissance de propulsion", ou encore : "IL s'est proposé à lui-même le grand problème de "l'être" qu'IL résout à travers les métamorphoses ininterrompues de ses émissions énergétiques subdivisées à l'infini." "IL", c'est Dieu ; et les "émissions énergétiques", ce sont les Âmes humaines.
On voit déjà que cette prosodie est incompatible avec ce que l'on sait du médium. Elle est confuse, laissant à chacun de comprendre ce qu'il peut, ou ce qu'il veut ; elle dépersonnalise Dieu, Le réduisant à un centre de Force (ceci étant un stéréotype constant dans le spiritisme).
Mais là où le surhumain se dévoile, c'est dans la versification ; personne, je dis bien personne vivant ou ayant vécu, n'est capable de rédiger 280 vers à la vitesse d'écriture rapide, sans rature et en respectant toutes les contraintes de cet art d'écrire : nombre de pieds, rimes et césures, couleur et musique des mots. Par exemple :
"Le métal radiant des flancs de l'Impossible
Se revêt, pour l'Humain, d'un roc inaccessible."
"De la géométrie il est le grand Triangle ;
Il marque, au fond du ciel sans bord, le centre et l'angle."
"L'Impossible", ou le "grand Triangle", c'est Dieu. Inutile de s'arrêter plus que nécessaire à ce charabia ésotérique qui a nécessité un glossaire en fin de l'ouvrage où je prélève à titre d'exemples : adiabatique, anisotrope, chimiotaxie, exosmose, oligochronométrie, tantomère, etc...
Mais on est bien obligé de convenir qu'aucune intelligence humaine n'est capable de composer 280 vers d'un seul jet dans le temps à peine nécessaire pour les écrire. D'autant que l'écriture n'est pas celle du médium, mais celle de "Symbole" dont des reproductions sont données dans l'ouvrage (ainsi que l'écriture des autres communiquants de l'Au-delà). C'est que la médiumnité est une possession acceptée par le médium. Son "guide" lui a enseigné comment faire le vide en soi : cela s'apparente à la technique indo-thibétaine du "voyage de l'âme" avec une relaxation de type Yoga.
Je n'entre pas dans le détail, mais avec l'accoutumance, le médium fait cela très vite : il "comprime" ainsi son Âme sur elle-même, faisant en son corps "de la place" pour l'esprit-Guide qui s'insinue en lui, maîtrisant ainsi le secteur du cerveau qui dirige ses moyens d'expression : ici, la main du médium qui écrit. Ce faisant, celui-ci est inconscient, parfois en léthargie profonde ; son métabolisme est ralenti, d'où la durée limitée de telles séances, sinon sa santé en souffrirait, or le Guide protège son médium.
C'est ainsi que par un médium a été obtenue une communication écrite et signée "Voltaire" : une expertise graphologique a été faite. Comparativement à des documents détenus à la Bibliothèque nationale, elle a été positive. Il semble bien que ce soit Voltaire lui-même qui a écrit. Ce n'est pas exclu parce qu'il continue, très vraisemblablement, de vivre en Enfer. Relisez, en 2ème partie, au paragraphe "Témoignages des athées", ce que le démon dit de Voltaire au cours d'un exorcisme : "Voltaire ne voulait pas aller dans le trou mais nous l'y avons poussé."..
C'est ainsi que le spiritisme a permis à des médiums d'écrire des textes cohérents sur des sujets totalement inconnus d'eux (par exemple la physique nucléaire, le texte -de 1960- étant signé "Fermi", Prix Nobel de Physique 1938, une signature certainement usurpée) ; des textes dans des langues inconnues du médium et de tous les témoins présents : entre autres du magyar ancien, des idéogrammes chinois et des hiéroglyphes égyptiens. Et c'est ainsi que les démons-Guides veulent prouver l'immortalité, non de l'Âme qu'ils n'ont pas (étant initialement de purs esprits), mais de l'Âme des humains qu'ils prétendent avoir été. Ce faisant, simultanément ils découvrent et dévoilent clairement la supériorité de la nature angélique qu'ils ont reçue en dotation de création.
Souvenez-vous la citation de JÉSUS parlant des démons :
"Moi, Je n'ôte jamais les dons de nature, une fois donnés" ; il s'agit des dons de création de la nature angélique dont le tiers s'est damné.
Notez Bien que dictant à don Gobbi (*) ou à Maman Carmela (**) JÉSUS et MARIE laissent à Leurs Âmes-choisies leur pleine conscience et liberté.
(*) : c'est don Gobbi lui-même qui l'a expliqué dans une conférence à Lourdes en 1982 : j'y étais.
(**) Maman Carmela a toujours écrit sous la dictée avec son écriture personnelle ; c'est une précision que m'a fournie le Président de FIDELITAS qui édite cette oeuvre où l'on trouve une reproduction de l'écriture de la Messagère.
Des démons-guides qui parlent...
Souvent les démons-Guides vont encore plus loin : avec un médium "bien rodé", ils opèrent une alchimie fantastique selon un processus qui est exposé "en long, en large et en travers" dans les nombreux "polycops" qu'ils ont écrits :
"une fois en possession complète du médium, l'esprit-Guide en sort partiellement, lui empruntant suffisamment de cellules vivantes pour se constituer, au-dessus de la tête du médium et à une distance moyenne d'un demi-mètre, un organe vocal lui permettant de parler, audiblement pour les témoins présents, avec sa propre voix, timbre et élocution."
C'est ainsi qu'ils ont entendu la voix de baryton de "Symbole" et que le Pr Charles Richet a entendu la voix grave du "guide" de Marthe Béraud, un brahmane hindou, "Bien-Boa" qui se dit mort il y a 3 siècles ; dans les deux cas, le médium est une femme et la voix entendue est celle d'un homme. Avec le médium anglais FLINT, ces voix, très diverses, ont été enregistrées au magnétophone.
Des démons-guides qui se font photographier et peser
Avec des médiums à "incorporation", comme Florence Cook, le Pr William Crookes a obtenu que l'esprit-Guide, une femme disant se nommer Katie King, se matérialise complètement : Crookes s'est fait photographier à côté du fauteuil où gisait inconsciente le médium Florence Cook et près de Katie King matérialisée. Il a pu ausculté la "revenante", constatant que ses poumons étaient en meilleur état que ceux du médium, Florence Cook, qui souffrait alors d'un léger rhume.
Au début de l'expérience, il avait fait placer le médium et son fauteuil sur une bascule (dite Balance de Marey ), notant le poids du médium avant la matérialisation de "Katie"  ; puis il a fait monter "Katie" sur une autre bascule et noté son poids : celui-ci corres-pondait au poids perdu par le médium au même moment : 30 Kg !
Le médium avait prêté à son "Guide" la moitié de ses cellules vivantes (qui lui sont restituées en fin d'expérimentation). Cette expérience a été réalisée, avant et après Crookes, par plusieurs chercheurs explorant le spiritisme dans les mêmes conditions expérimentales, avec des médiums à incorporation, donc acceptant une possession suivie de décorporation.
Des moulages en plâtre de démons-guides
Plusieurs ont demandé à l'esprit-matérialisé de se prêter à des moulages qui montrent que la main ou le pied ont été dématérialisés pour s'extirper du moulage sans le rompre aux parties plus étroites, comme le poignet pour une main. Dans ces cas-là, les photos prises en cours d'expériences montrent la liaison, alors semi-matérielle, entre le médium en léthargie et l'esprit-Guide matérialisé ; c'est une liaison floconneuse blanchâtre (comme est blanchâtre la silhouette des revenants des maisons hantées), opaque aux rayons infra-rouges et captée par une émulsion photo adéquate ; les spiritistes appellent cette liaison "le cordon fluidique."
C'est cette même sorte de liaison, qui maintient en vie le corps endormi le bébé qui rit aux Anges en jouant avec son Ange-Gardien dans l'au-delà invisible qui commence, pour chacun de nous, "à fleur de peau" ; c'est cette même liaison qui vous permet, rarement il est vrai mais de façon assez étonnante pour qu'on s'en souvienne, d'aller, endormi, à la découverte d'un paysage que vous êtes tout surpris de reconnaître alors que vous y venez pour la première fois ; la théorie de la réincarnation "explique" : "vous y avez déjà vécu."
Nous avons l'habitude d'utiliser des machines dont nous n'avons qu'une vague idée de leur complexité de fonctionnement : un moteur de voiture, une télévision, un ordinateur ; mais l'homme est une "machine" vivante d'une complexité à nulle autre pareille : tous les biologistes le disent et certains psychiatres s'y perdent.
Des démons-guides qui respirent
Charles Richet, comme Crookes avant lui, a ausculté l'esprit-Guide matérialisé ; ici le prétendu "Bien-Boa." Richet note que la matérialisation n'a que la peau sur les os, les emprunts au médium étant limités au strict nécessaire ; mais il a procédé à une expérience pour mettre en évidence une fonction respiratoire complète, donc sang et poumons indispensables pour parler. au moyen d'une pipette, il a fait souffler "Bien-Boa" dans une éprouvette d'eau barytée, mettant en évidence un dégagement de gaz carbonique ; lui aussi a obtenu des photos du "revenant."
Le grand Musicien Guiseppe VERDI, au retour d'une séance de spiritisme chez des amis pensait avoir été victime d'hallucination.
"Vexé", l'esprit-Guide a tenu à le convaincre du contraire par un argument frappant ; dans l'auto qui le reconduisait à son hôtel, étant assis à côté du conducteur, un gravier traversa le pare-brise sans le casser et le frappa au front. Il le retrouva entre ses jambes et il le conservera en souvenir. Notez bien que les vitres latérales étaient fermées, ce qui laisse supposer que le gravillon a été dématérialisé en ses atomes pour passer dans le vide interstitiel des atomes de verre du pare-brise, puis rematérialisé ensuite pour frapper au front Verdi. Que le processus ait été celui-là ou un autre, le Fait est là, impossible à toute puissance humaine.
Et comme le Bon Dieu ne S'abaisse pas à ces jeux-là, pas plus qu'à nous faire peur par les revenants, tous ces Faits matériels démontrent bien que ce sont les démons qui se manifestent dans le spiritisme qui est une drogue aussi "attachante" que les drogues dures.
Je connais personnellement très bien nombre de personnes amies qu'aucun de mes raisonnements n'a pu convaincre qu'elles se trouvaient contaminées à mort ; idem de la voyance, avec le même danger parce qu'ayant le démon comme promoteur avec le même esclavage de l'intelligence et de la lucidité. Quant aux médiums qui se disent "extra-lucides", ils sont en fait aveuglés.
JÉSUS le dit (mais je ne me souviens plus à qui et quand) :
"Je permets parfois des voyances vraies de l'avenir quand elles sont traumatisantes" ; le consultant va vivre désormais dans l'angoisse avec cette épée de Damoclès au-dessus de son avenir."
Mais JÉSUS dicte aussi à Maman Carmela, le 2.11.1968, sous le titre : "Craindre le démon" :
"Je sais que tu désires avoir des explications en ce qui concerne les personnes que vous appelez communément les médiums.".. "Il existe des individus d'une sensibilité particulière, pourvus de dons naturels supérieurs, grâce auxquels ils captent facilement la présence d'êtres spirituels. Ils en sont comme revêtus et ils en assument la personnalité, au point de parler avec leurs mots et de penser avec leur esprit.
"Si la chose vient de Dieu, c'est-à-dire qu'elle est voulue et permise par Lui, on peut considérer cela comme un grand Don, car Dieu ne pourra jamais permettre et vouloir que le Bien de Ses enfants. Et, tandis que Dieu, par ces moyens, fait connaître aux hommes l'existence des Esprits, Il leur accorde aussi des secours en de nombreuses difficultés par l'intermédiaire de ces mêmes Esprits.
"Cependant, lorsque les créatures, dépassant les lois naturelles et suivant leur volonté propre, veulent se mettre en communication avec les êtres qui vivent dans l'autre monde et recourent à des moyens que l'Église défend, il se passe des faits regrettables et mauvais.".. "C'est à un risque que se soumettent les chrétiens, car évoquer les Esprits, c'est se mettre en opposition avec l'Église, et par conséquent en relation avec le Malin."
"Si la chose vient de Dieu...", dit JÉSUS ; il s'agit, essentiellement, de quelques Âmes privilégiées. Ainsi de Maria SIMMA, qui est en contact quasi-quotidien avec les Âmes du Purgatoire ; des personnes en souci pour leurs défunts vont la consulter. Elle fait des conférences et ne demande jamais d'argent. En tous Pays, des Âmes-choisies agissent de même, offrant gratuitement le secours du Don gratuit qu'elles ont reçu ; elles n'invoquent pas l'Esprit du défunt, mais incluent dans leur prière la demande de la personne qui vient solliciter leur aide, et attendent une réponse, si Dieu la permet.
Ainsi, et surtout, de Maria Valtorta, à qui le Seigneur a fait revivre l'Évangile sous son regard, pour nous instruire. Ainsi de toutes les Âmes-privilégiées qui écrivent des Messages sous la dictée de JÉSUS, de MARIE, des Saints du Paradis ; et qui bénéficient parfois de visions. Tous sont des "médiums", des intermédiaires entre le Ciel et les hommes. Tous parlent du Paradis, du Purgatoire, de l'Enfer, de l'Église catholique et de ses Sacrements.
Après avoir dit ci-dessus qu'invoquer c'est se mettre en relations avec le Malin, en dictant à don Ottavio le 6.11.1978, JÉSUS a été très clair :
"Le spiritisme, qui est l'évocation des forces occultes, ne vient jamais de Dieu, mais toujours de l'Enfer, et c'est un moyen pour étendre sur la Terre le royaume du prince des ténèbres."



†
† †







6. 4. Les régressions temporelles
sous hypnose
****************
Les "mordus" de la théorie de la réincarnation s'appuient sur les informations recueillies sous hypnose pour justifier de leur crédulité en la réincarnation. La grande époque de l'hypnotisme médical a été concomitante du spiritisme dans la seconde moitié du siècle dernier. Cette technique a été importée des Indes par un médecin britannique ayant réalisé par ce moyen des anesthésies profondes autorisant des opérations chirurgicales majeures, le chloroforme n'ayant été découvert qu'en 1831 par GUTHRIE aux USA.
Hypnos est un mot grec signifiant sommeil. On parle de sommeil ou de transe hypnotique parce que le conscient du sujet est "endormi", plus précisément soumis à la volonté de l'hypnotiseur. Soumis avec l'accord préalable du sujet, car nulle personne normale ne peut être hypnotisée sans son consentement.
Au cours de telles expériences il a été demandé au sujet sous hypnose de remonter dans le temps de son passé. Et on a constaté, avec stupéfaction, que des souvenirs complètement oubliés à l'état conscient, sont retrouvés intacts sous hypnose. Par exemple, un maçon a décrit ce qu'il faisait 30 ans avant, jour pour jour : il bâtissait un mur dans une rue de Londres ; il donna le nom de la rue, la longueur et hauteur du mur et le nombre de briques utilisées ; le mur existant toujours, la vérification ultérieure confirma tous les détails. Le nombre d'exemples concluants de ce type et la qualité des scientifiques ayant expérimenté, éliminent tout soupçon de trucage.
Puis, d'étape en étape, des hypnotiseurs ont fait remonter le sujet sous hypnose jusqu'à sa prime enfance, puis jusque dans la matrice maternelle : on voit alors le sujet prendre une position foetale. Enfin, il a été ordonné au sujet de remonter encore plus en arrière dans son passé ; bref, arrive un moment où il se met à relater une existence antérieure, donnant des détails dont certains ont pu être vérifiés vrais.
Le cas de Bridey MURPHY, vivant aux USA et relatant une existence antérieure en Irlande, est souvent cité dans les ouvrages spécialisés ; il s'en est suivi un engouement vers cette recherche de vies antérieures. Les "chercheurs", statiques et inconscients sous hypnose, écoutaient après coup "leurs souvenirs" enregistrés au magnétophone ; ils apprennent ainsi avoir été la reine Marie-Antoinette ou un autre personnage, historique ou non.
En général, hypnotiseurs et hypnotisés acceptent sans discussion le récit de tels "souvenirs." J'ai constaté qu'aucune de ces expériences, dans l'examen critique de leur authenticité, quand il a lieu ce que je n'ai jamais vu, ne prend en compte la présence d'un participant invisible : le démon personnel du sujet qui a abdiqué sa volonté dans la transe hypnotique.
Comme il se sert du médium consentant dans le Spiritisme, rien n'empêche le démon d'agir de même avec l'hypnotisé ; l'occasion est trop belle pour la manquer : c'est lui qui a suggéré cette recherche à l'intéressé, afin de produire, parfois en public, une pseudo-preuve expérimentale de la possibilité de la réincarnation. C'est son démon qui parle avec la voix de l'hypnotisé, comme c'est lui qui parle avec la voix des possédés au cours d'exorcismes. Et c'est le démon, menteur depuis Adam et Ève, qui fait avaler aux témoins de l'expérience des balivernes qui n'ont qu'un seul but : accréditer la théorie d'une réincarnation inexistante ; donc la régression temporelle est un leurre, un attrape-nigauds.
Il en est de même pour les détails précis sur le mur du maçon 30 ans avant ; c'est le démon qui est maître de l'expérience et qui parle du mur ; l'hypnotiseur n'étant qu'un auxiliaire inconscient de l'être, et l'hypnotisé est un pantin en léthargie mentale que son démon fait parler. Je ne préjuge pas des autres constats observés au cours de l'hypnose : l'obéissance totale de l'hypnotisé aux suggestions de l'hypnotiseur : son insensibilisation à la douleur, ou à l'opposé, ses réactions visibles à une chaleur ou un froid qui n'existent pas ; son obéissance à des ordres post-hypnotiques.
J'ai étudié l'hypnotisme, sans pour autant être un expert. J'ai noté qu'aucun hypnotiseur ne peut faire commettre, à un sujet sous hypnose, une action que son conscient réprouverait : un tel ordre le fait sortir de l'hypnose ; je pense que son Ange-Gardien intervient alors pour le protéger après avoir reçu de Dieu l'ordre de laisser faire jusqu'à ce point précis. Pourquoi le Bon Dieu laisserait-Il faire ? Je ne le sais pas de façon suffisamment nette pour l'exposer clairement ; mais je sais que le Bon Dieu tire toujours le Bien du Mal qu'il permet au démon de faire. Certains Lecteurs objecteront que je "vois" le démon partout et que je le mets "à toutes les sauces" : il est partout. Voici ce que dicte JÉSUS à don Ottavio le 27.08.1975 :
"Quand tu pries, quand tu écris ce que Je te dis, Satan fait tout, non seulement pour te distraire et te détourner de ton attention, mais pour t'impatienter et, s'il y réussit, pour te faire enorgueillir."
Notez Bien que le démon personnel de don Ottavio est là, agissant, alors que JÉSUS est présent et dicte. C'est dur à admettre, mais Dieu laisse sa liberté au démon. Relisez, p. 326 la dernière citation de MARIE priant le Père Éternel :
"Ne donne pas à Satan la liberté de M'amener au désespoir."
Et Dieu a laissé Satan agresser MARIE pendant trois jours...
Notre démon personnel est là, agissant, quand vous ou moi nous prions chez nous ou à l'église, pour nous distraire et nous détourner de la prière ; pour nous impatienter pour tel ou tel motif extérieur ou futile : les gens qui passent ou qui bavardent à côté, par exemple ; pour nous faire enorgueillir : "moi, je prie, mais le Prêtre, on ne le voit pas prier" ou bien "celle-là, à côté, déclame son Ave Maria, elle se croit au théâtre", ou encore : "toutes ces dizaines du Rosaire, est-ce bien utile ? Dieu aurait-Il la "comprenelle" handicapée ?." Tous ceux qui prient ont eu ces pensées qui ont traversé leur esprit et qu'ils ont dû chasser.
À don Ottavio, JÉSUS dicte 26.11.1975 :
"Satan, qui n'a rien perdu de la puissance dont il avait été doté et de sa liberté naturelle, est tendu continuellement vers une oeuvre de transformation des Âmes en tisons noirs et fumants, héritiers avec lui des peines éternelles de l'Enfer."
Le 26.05.1976 :
"Je ne veux pas forcer sa liberté : Satan a choisi librement le Mal. J'ai voulu lui enlever ainsi la raison qu'il aurait certainement alléguée pour justifier sa défaite finale, le jour du Jugement Dernier. En ce Jour redoutable où resplendira la Justice divine, il se verra privé de la liberté de nuire encore. Alors, il devra honteusement admettre que lui, Lucifer, la créature la plus belle de l'Univers, la créature la plus intelligente et la plus puissante, il a été battu par une frêle Créature humaine, MARIE, bien inférieure à lui par nature, mais immensément supérieure par Grâce."
Le 10.06.1976 :
"Satan est le Mal en continuel mouvement, sans trêve même pour un instant ; Satan est mensonge et obscurité.
Satan, dans la mesure où peut l'être une petite créature au regard de l'Infini, est l'opposé de Dieu."
Le 11. 06.1976 :
"L'homme peut dominer un animal, mais Satan peut dominer l'homme bien davantage, bien davantage."
Le 13.06.1976 :
"Les démons, Je les ai créés libres et Je ne leur ai pas ôté leurs dons naturels. Les dons naturels restent même avec le péché. Dieu cependant, par un mystérieux Dessein de Sa Providence, fait tourner le Mal en Bien.
"Satan lui-même, un jour devra reconnaître qu'il a toujours servi Dieu. Nier l'existence du démon veut dire démolir le Christianisme en niant son origine et sa finalité."
Le 14.06.1976 :
"Combien sont les esprits du Mal ? Un grand nombre ! Ils sont des milliards et pullulent partout."
"ils sont des milliards" : leur nombre est donc suffisant pour que chaque Individu en ait un accroché à ses basques.
Le 10.01.1977 :
"À cause de la supériorité de leur nature, les démons ont réussi, avec une perfide ténacité, à détruire dans l'Âme de l'homme toute notion, ou presque, de leur existence ; de sorte que les hommes, dans leur quasi-totalité, ne croyant plus à leur existence, ont cessé la lutte pour laquelle Moi, Verbe de Dieu fait Chair, Je suis mort sur la Croix."
Le 3.04.1977 :
"Les démons sont sortis de l'Enfer et couvrent la Terre ; et sur la Terre, ils s'installent partout ; leur suprême aspiration : entrer dans l'Âme et le corps de l'homme pour l'obscurcir, l'égarer et le dominer et, enfin, l'entraîner à la perdition éternelle"
Et le 13.11.1978 :
"Le royaume de Satan, bien qu'il soit proche d'une grande défaite, a atteint le niveau maximum de sa puissance sur la Terre et cela, on ne peut pas et on ne doit pas l'ignorer."
Le 11.12.1978 :
"Pourquoi n'ai-Je pas muselé les démons ? Parce que Je n'ôte jamais les dons de la nature une fois donnés, mais surtout parce que dans le Mal, qu'ils le veuillent ou non, ils sont toujours contraints de Me servir en ce sens que Je fais toujours tourner le Mal au Bien...
Ne désespérez jamais, parce que si grand que soit le désagrément que l'Ennemi vous cause, il ne pourra jamais dépasser, même d'un millimètre, la limite que Je lui ai tracée."
Je rappelle encore une fois que les dons de la NATURE sont les dons de création de la nature angélique : la puissance qui est supérieure à celle de la nature humaine, et la liberté qui est l'apanage commun des créatures intelligentes que Dieu a créées pour en recevoir de l'Amour qui ne se conçoit pas sans la liberté qui l'offre.
Même en supposant que l'intelligence démoniaque soit seulement celle de la moyenne humaine (je rappelle l'évaluation du Pr Sydney Cohen estimant que l'homme n'utilise que la dixième partie de son potentiel intellectuel) étant uniquement spirituel, le démon n'est pas soumis au vieillissement de la nature humaine. Outre qu'il mobilise la totalité de son potentiel intellectuel, donc qu'il est dix fois plus intelligent -au moins- que nous, il n'est pas astreint au sommeil.
Et, étant immortel, il sait tout des réactions humaines depuis des millénaires et sa mémoire n'est pas oublieuse. C'est pourquoi il peut dominer l'homme qui le lui permet par le péché.
Et seul le péché humain interpose une barrière devant la protection divine ; seule l'amitié avec Dieu, reconstruite en soi par le remords du péché avoué, par le Pardon qui apporte la Grâce, nous mérite cette Protection. Mais Dieu peut la différer pour tremper davantage notre Âme dans le creuset de l'épreuve ; toutes les oeuvres de Bien sont accompagnées d'épreuves de toutes sortes : ce Fait d'observation constant est la "pierre de touche" du Bien de toute entreprise ; car le démon n'oppose aucune entrave aux oeuvres mauvaises au contraire, il les aide de toute sa puissance.
JÉSUS dit que les démons sont des milliards et qu'ils pullulent partout : sur la Terre, les hommes sont au nombre de 5,6 milliards (estimation de 1996) ; il est hautement probable que le proverbe espagnol est vrai en disant :
"Chaque homme a, sur son épaule droite son Ange-Gardien,
et sur son épaule gauche son ange de perdition."
Je pense avoir réfuté l'objection qui m'accuserait de "voir" le démon partout et de le mettre à "toutes les sauces" ; les démons sont partout ; la supériorité de leur intelligence, leur ténacité sans trêve ni repos, se montrent d'abord dans le constat que les Prêtres n'en parlent quasiment plus à leurs paroissiens, que l'immense majorité des hommes ne croient plus à leur existence, alors que leurs méfaits sont sous les yeux de tous : aux étalages des marchands de périodiques, dans les sex-shopps, dans les discothèques, dans les programmes de la télé, dans le vandalisme et le terrorisme, dans la prostitution et l'homosexualité, dans le gaspillage et la famine, dans les révolutions et les guerres... et j'en oublie.
Oui, j'ai oublié l'avortement mais j'y viendrai après avoir dit en une page ce qu'est en réalité l'astrologie.

†
† †






6. 5. L'astrologie
*********************

D'abord, c'est une affaire d'argent, très juteuse : en France, 10 milliards de Fr de chiffre d'affaires annuel.
Ensuite, comme toutes les affaires où l'on vend du vent, c'est un piège à gogos.
Enfin, c'est un moyen de détourner la volonté de ceux qui sont piégés de leur responsabilité et de l'effort : "mieux vaut ne rien entreprendre dans les périodes défavorables" et si une difficulté survient dans une entreprise commencée sous les meilleures "influences astrales", ce n'est pas l'individu qui est seul responsable, c'est l'astrologue qui s'est trompé...
Quelle intelligence humaine, il y a près de 4.000 ans, aurait pu, la première (car il y a forcément eu un premier théoricien de l'astrologie) en codifier toutes les règles complexes ?
Car elles sont très complexes, avec les 12 signes du zodiaque, puis les concepts de Maisons et d'Ascendant, les conventions des aspects favorables ou défavorables, des "planètes" associées à telle ou telle dominante, et les calculs relativement compliqués.
Aucun chercheur n'a été en mesure de justifier les conventions de l'astrologie. C'est si vrai que des chercheurs, en Angleterre, aux USA et en France, ont eu recours à la statistique pour vérifier l'existence d'une relation entre la configuration zodiacale de naissance et la profession de l'adulte. On a donc introduit en ordinateur plusieurs dizaines de milliers de dates de naissance de personnes et leur profession ou état. C'est ainsi qu'ont été identifiés des regroupements d'une densité dépassant largement les lois des probabilités.
En réfléchissant à tout cela, j'en suis venu à me demander si Satan, toujours lui, n'a pas tordu la magnifique Création divine du cosmos et de la destinée humaine (dans leurs inter-relations éventuelles) pour fabriquer la complexe astrologie qui va bercer l'homme d'illusions ou esclavager son dynamisme. D'autant que MARIE dicte à Veronica (à Bayside), le 5.08.1975 :
"La destinée de chaque homme repose dans les mains du Père Éternel. Nous sommes grandement affligés de voir Nos enfants absorbés dans ce jeu, l'astrologie.
Ne comprennent-ils pas que cela est promu par Satan pour les tromper ?.".."L'astrologie est une fausse science créée par Satan."
Avec le recul, mon opinion s'articule en 4 points
*** 1. L'analyse statistique conduit à admettre qu'il y a une relation entre la date de naissance d'un individu et sa profession ou état, donc ce qui fait l'essentiel de sa vie active. Hormis ce constat mathématique, il n'y a rien qui soit vérifiable et qui ait été vérifié.
*** 2. Les horoscopes "de masse", quotidiens, hebdomadaires ou mensuels, qui concernent toute une population répartie en 12 signes de 3 décans chacun, ont une valeur plus que discutable. Ce sont des appâts conduisant ceux qui y mordent à se payer un horoscope détaillé.
*** 3. J'ai eu l'occasion d'analyser de tels horoscopes tenant plusieurs pages et, "en filigrane", de suivre l'analyse de l'astrologue : j'ai toujours eu l'impression de voir l'astrologue s'immerger dans le problème à résoudre comme dans un état second. Dans cet état, l'inspiration a au moins autant de part que les conventions astrologiques.
*** 4. Qui inspire ? Le même qui inspire le "devin" se plaçant dans un état voisin de l'auto-hypnose, devant sa boule de cristal, ou son marc de café, ou ses taches d'encre, ou les bâtonnets du Hi-king chinois. Divination a même racine que divinité ; un proverbe arabe dit que "le présent est à l'homme, mais l'avenir est à Dieu."
L'astrologie s'intègre dans toutes les quêtes, intéressées et inquiètes, d'une connaissance de l'avenir ; imagine-t-on un jeune enfant s'inquiéter de l'avenir que lui préparent ses parents ? Une recherche sur notre avenir est, dans l'absolu, un manque de Confiance en Dieu qui nous conduit par la main sur le chemin qu'Il a prévu pour chacun ; en nous éloignant de Dieu, la méfiance nous rapproche du Malin.


†
† †









6. 6. L'I.V.G. et le Cri Silencieux
des Bébés avortués
************************
La photo N° 29 a été prise le 15 Octobre 1975. C'est une photo tout-à-fait normale d'un phénomène anormal : une statue de l'Enfant-JÉSUS qui saigne du nombril.
La photo n° 35 a été obtenue en Italie. C'est une photo surnaturelle montrant une énorme tache de sang sur l'abdomen de la statue de N.-D. des Roses qui se trouve dans "le petit jardin de Paradis" à San Damiano. Cette tache de sang n'existe pas sur la statue dans la réalité. La Correspondante qui me l'a envoyée précise que la photo a été obtenue juste après le vote de la loi légalisant en France l'Avortement.
Notre civilisation est hypocrite. Elle camoufle ses mauvais coups sous des initiales ou des termes qui ne sont pas à la portée de tous, voire des mots étrangers. Les états-majors qui parlent de la guerre nucléaire utilisent "méga-morts" pour millions de morts ; "overkill" pour extermination totale, "bonuskill" pour bonus en tués ; les psychiatres disent "autolyse" pour suicide, ou "T.S." pour tentative de suicide ; et un "chômeur en fin de droits" est un travailleur à qui est laissé "le droit" de mendier. Nos législateurs ont choisi "IVG" pour interruption volontaire de grossesse, là où il faut dire assassinat de bébés à naître : un meurtre avec préméditation est un assassinat.
Dans son nouveau Droit Canon de 1983, l'Église sanctionne l'avortement volontaire par l'excommunication, donc la privation des Sacrements, ce qui équivaut à l'exclusion de l'Église. Comme nombre de Prêtres se dispensent de le rappeler à leurs fidèles, par peur de voir leur nombre s'amenuiser ; comme ils se dispensent, autant que faire se peut, de leur ministère au Confessionnal, ils se rendent les complices, et d'infractions à la Loi de l'Église qu'ils sont censés servir, et de sacrilèges répétés infligés à Dieu qui "les a choisis pour servir en Sa Présence", à Dieu qui prescrit : "Tu ne tueras point !."
Alors, pour électro-choquer notre sensibilité et notre lucidité, le Bon Dieu nous donne ces photos sanglantes. Et JÉSUS et MARIE dictent des Messages très explicites. Après nous avoir avertis des conséquences, dans Sa Miséricorde et Sa grande Bonté pour les coupables que nous avons presque tous été, JÉSUS nous offre une possibilité de réparation et de protection familiale. Dans les trois Religions monothéistes enracinées dans l'Ancien Testament de la Bible, l'avortement volontaire est sévèrement interdit : parce qu'il est un recours au crime pour esquiver les suites de l'accouplement.
Cela, dans le seul but de jouir comme ne font pas les animaux, les chiennes et les chattes par exemple, qui n'ont qu'une époque annuelle limitée bien précise pour s'accoupler.
On pense généralement que la contraception est un délit de moindre gravité, mais le résultat est identique et la motivation aussi : pour la jouissance sans risque, c'est s'insurger contre le Père qui nous a créés pour être des anges "de chair et d'os" ; en galopant derrière son sexe, l'homme se rabaisse plus bas que l'animalité. Dans la Bible, nous avons un exemple de contraception ayant entraîné la mort : c'est ce juif à qui la loi de Moïse impose d'épouser la veuve de son frère défunt pour lui donner une descendance ; il l'épouse mais fait en sorte que ses rapports conjugaux soient stériles pour ne pas partager l'héritage ; et il meurt en conséquence de sa désobéissance. Cet épisode est dans la Bible à titre d'avertissement.
Sous la Monarchie, l'avortement volontaire était puni durement : la mort pour l'avorteur, plus souvent une avorteuse (on disait : "la faiseuse d'anges" !...), et 20 ans de prison pour la mère.
Jusqu'en 1921, le médecin avorteur était passible de la Cour d'Assises ; ensuite de la Correctionnelle seulement mais, dans les deux cas, il se voyait privé de son droit d'exercer. Puis les peines furent de plus en plus légères, jusqu'à-ce que les Démocraties, prostituées à la démagogie électoraliste, votent une loi autorisant l'assassinat.
Cette légalisation du crime gomme la responsabilité personnelle du couple qui n'est pas plus heureux pour autant, au contraire ; le "planning familial", avec la pilule, détruit plus de couples qu'il n'en accommode, les statistiques de divorces le prouvent abondamment ; et il déflore les filles de plus en plus précocément, les garçons aussi par voie de conséquence, les faisant arriver au mariage après nombre d'expériences triviales où ils ont "fait l'amour" sans Amour. On ne peut le "faire", l'Amour se vit, il est Vie.
On objectera que, "les choses étant ce qu'elles sont et la démographie galopante étant un handicap majeur à la sortie du tiers-monde du bagne de la misère, la contraception étant mal acceptée par ces populations, la stérilisation est le moindre mal." Pourquoi pas, plus radicalement, "la solution finale" mise en oeuvre par les nazis avec les juifs et autres ethnies qualifiées scandaleusement de "sous-races" ?
C'est notre civilisation, qui a refusé Dieu et choisi pour dieu l'Argent, qui a aidé, en exploitant le tiers-monde, à en enfermer de plus en plus dans le ghetto de la pauvreté, créant ainsi le "quart-monde" ; c'est pour de l'argent que les négriers, surtout anglo-saxons (mais il y en eut de français) ont industrialisé le trafic des esclaves aux 18 et 19ème siècles : les USA n'ont pas fini d'acquitter les arriérés de ce crime contre l'Humanité.
En parlant de la limitation des naissances, par infirmité chirurgicalement opérée de femmes et d'hommes, comme d'un "moindre mal" on adopte la dialectique marxiste du "bilan globalement positif", on se fait complice d'une atteinte à l'intégrité corporelle dont on ne voudrait pas pour soi ; et, l'amalgame facile aidant, on justifie notre "planning familial" par la normalité d'un besoin à satisfaire et d'un confort à préserver. On ne peut être plus hypocrite.
En lisant ce chapitre, gardez en mémoire que la sexualité copiée sur l'animalité a fait perdre à l'homme son immortalité corporelle, lui a apporté larmes, maladie, vieillissement et mort ; et a obligé la femme à mettre au monde son enfant comme une jument met bas. Mais avec la loi autorisant l'IVG en Occident, l'avortement est devenu le fléau le plus meurtrier de tous les temps. J'ai calculé qu'en ce moment, dans le monde, sont effectués cent avortements à chaque minute qui passe ; et qu'un milliard de Bébés à naître ont été sauvagement massacrés dans le monde au cours des 25 années écoulées ; soit davantage que toutes les guerres, épidémies et catastrophes additionnées, y compris le Déluge. Sauvagement massacrés, et l'industrie des cosmétiques et produits de beauté féminine en tire profit. Nous allons constater cela dans les deux faits suivants :
*** Le premier Fait : En 1985, un Gynécologue new-yorkais, le Dr NATHANSON qui avait pratiqué des milliers d'avortements, eut l'idée de filmer sous échographie l'avortement d'un foetus de 10 semaines. Ce film dure 28 minutes ; commenté par le Dr Nathanson, il montre d'abord l'enfant suçant paisiblement son pouce dans la matrice maternelle ; puis, dès que la canule qui doit l'écrabouiller traverse le placenta, on voit l'enfant cesser de sucer son pouce et s'agiter en essayant sans sucés d'échapper à la canule qui va l'aspirer après l'avoir réduit en morceaux. On le voit alors ouvrir la bouche comme pour hurler de peur. Le Dr Nathanson a intitulé son film :
"Le Cri Silencieux"
Le Bébé ne hurle pas de peur, il hurle de douleur ! Chacun sait qu'un traumatisme subi par la femme enceinte retentit sur l'enfant qu'elle porte ; là, c'est l'enfant qui est déchiqueté en morceaux. Le dialogue entre Gynécologue et son Infirmière utilise des termes conventionnels pour moins traumatiser la femme avortée ; on dit : "Avez-vous séparé le N°1", au lieu de dire : "Avez-vous déchiqueté le cou et séparé la tête du corps."
Depuis 1985, le Dr Nathanson n'est plus avorteur ; il parcourt le monde dans une croisade contre l'avortement ; il a présenté son film à la Maison Blanche, au Congrès et à la Cour Suprême US.
Il est venu en Europe montrer et commenter son film : à LONDRES, devant la Chambre des Communes ; à PARIS, devant les Députés et les Sénateurs. Plusieurs chaînes de télévision US et la B.B.C. britannique ont diffusé ce film ; la télévision française, entretenue par nos redevances, s'en est abstenue et les médias, s'ils en ont parlé, l'ont fait très discrètement. Je n'en ai rien su ; vous non plus, probablement : la désinformation rampante et feutrée a joué son rôle, silencieusement. Mais il y a pire, ce n'est pas peu dire.
Et c'est le deuxième FAIT :
Cette deuxième information permettra de comprendre ce que JÉSUS dicte à André le 4.11.1984 :
"Enfant, J'ai pleuré sur le Massacre des Innocents. Je pleurais aussi pour cette maudite époque. Vous tuez des Innocents à peine conçus pour votre soi-disant liberté ! Mais alors, Je vous hante du remords. Vous êtes pires que le roi Hérode ! Vous tuez des enfants dans le ventre de leurs mères et après, vous défigurez votre visage avec la couleur de leur sang ! C'est par leur sang que vous maquillez vos yeux, vos pommettes, vos lèvres ! Vous vous croyez belles ?
"La glace vous renvoie le visage que vous montre Satan. Regardez votre Âme, elle est souillée de sang ! Honte à vous ! Vous renversez les lois de la nature, vous dénaturez le sens de la Vie. Votre vie est divine ! (...) "Vous êtes des monstres, des assassins." (...) "Vous allez vivre des événements très graves si vous ne vous convertissez pas. Le sang de vos enfants retombera sur vos têtes, femmes infidèles. Vous, les hommes, Je vous condamne comme les femmes ! Pour qui vous prenez-vous ? Vous êtes plus coupables qu'elles : c'est vous qui dirigez les peuples, c'est vous qui faites les lois, c'est vous qui légalisez le crime ! Vous vous croyez plus grands que Dieu, Mon Père ! Le Père Tout-Puissant !."
"Je vous hante du remords" ; avant de poursuivre, je veux illustrer cette affirmation par un fait vécu, parce que tous les adultes qui ont été dans leur couple protagonistes ou complices d'un avortement, ne croiront pas cette Parole de JÉSUS, ayant conscience de vivre sans le poids d'un remords quelconque et le disant. Je pense que ce remords les hantera dans leurs derniers jours ; en effet, j'ai eu l'occasion d'assister une vielle dame de 84 ans pendant ses dernières semaines ; dans les derniers jours, alors qu'elle ne reconnaissait plus ses proches, elle se souvenait avec une angoisse lancinante d'un avortement, volontaire ou seulement aidé, qu'elle avait fait au début de son mariage, 60 ans avant ; je l'avais bien connue durant près de 40 ans sans qu'elle en ait jamais dit un mot ou un regret quelconque.
Le remords annoncé par JÉSUS est venu, au moment voulu, donc il est hautement probable que chacun l'éprouvera ; autant le construire en soi dès maintenant et l'évacuer par la réparation qui est possible. Enfin, je veux dire à tout homme que l'avortement subi par sa femme est loin d'être une partie de plaisir et qu'il demeure, dans son esprit, non seulement un frein puissant à la sexualité, mais qu'il corrode l'Amour.
C'est toujours la même histoire des moules gâtées qui font craindre les huîtres même fraîches. C'est à la Faute Première que la femme doit de n'arriver à l'orgasme qu'une fois sur deux ou moins encore. Parfois, elle attend de son mari la virilité d'un âne, la brutalité d'un lutteur de foire si elle est attaquée, une patience d'ange avec elle, et les attentions d'un papa-gâteau ; donc l'oiseau rare.
Après ce détour, j'en viens au 2ème FAIT :
En 1977, deux journalistes anglais, Michael LITCHFIELD et Susan KENTISH, dans un livre "Bébés au feu" (33), ont dénoncé le trafic sordide des foetus avortés vendus à l'industrie des produits de beauté ; car les foetus sont en survitalité, gras et bourrés de principes actifs, donc présumés utiles pour les fards, les crèmes anti-rides, etc...
L'argent de la Pub pour les produits de beauté a conduit les journaux à refuser la publication de l'enquête des deux journalistes ; l'industrie des cosmétiques les a assignés pour diffamation devant les tribunaux qui les ont acquittés, le dossier présenté étant écrasant. Cette affaire n'a pas été ébruitée par les médias ; et le trafic, un moment arrêté, a sans doute repris, avec un peu plus de secret. Cela permet de comprendre le sens complet de la Parole de JÉSUS :
"C'est par leur sang que vous maquillez..."
Combien de femmes se font avorter, aussi, pour ne pas perdre leur ligne par la grossesse, donc pour ne pas handicaper leur séduction (dont le sens premier est tromperie) et combien, sans le savoir, utilisent des produits de beauté fabriqués avec le corps des Bébés avortués... En France, cette information n'a été diffusée que par une association sans but lucratif, dans une brochure intitulée : "Le Massacre des Innocents" (30). Cette brochure diffuse une révélation "privée" de JÉSUS à Marie, une mère de famille allemande. Là, Notre Seigneur demande avec insistance à tous tant que nous sommes, hommes et femmes, jeunes gens et jeunes filles, de procéder au Baptême des bébés avortés selon un rituel très précis que le Seigneur a prescrit.
C'est une mesure de Justice, car ces Innocents attendent, dans "l'obscure prison des Limbes" (MARIE dixit), que le Baptême leur ouvre le Paradis.
C'est une mesure de réparation pour les avortements dont nous avons été, presque tous, complices ou sujettes ; c'est une aide puissante pour ceux qui baptiseront, car ces bébés deviennent les enfants adoptifs de ceux qui leur auront donné un nom qui leur ouvre le Ciel ; et là, comme ils prieront pour leurs bienfaiteurs !
D'aucuns objecteront que Dieu est trop Bon pour faire supporter à ces Innocents les fautes de leurs parents. D'abord, dans la réalité quotidienne, les enfants supportent toujours les conséquences des fautes de leurs parents. On dira : "Dieu, Lui est Parfait, et ne peut tolérer cela" ; et que "la Miséricorde divine n'est pas injuste." Des lecteurs me l'ont écrit.
C'est parce que la Miséricorde divine est Juste que JÉSUS nous offre le moyen de remédier à la rigueur de la parfaite Justice divine. On sait peu de chose sur les Limbes, et nombre de Prêtres doutent de leur réalité ; Dieu étant Juste, il est certain que les Bébés avortués n'y souffrent pas et que c'est nous, les coupables, qui en souffrons, sans le savoir jusqu'au jour où le Seigneur nous hantera du remords ; et si celui-ci ne parvient pas à traverser la carapace de nos péchés répétés, cette souffrance que nous ne percevons pas est comme un cancer sournois au long cours : il se manifestera brutalement au dernier jour de notre vie terrestre quand Dieu nous demandera : "Qu'as-tu fait de ta Vie ?."
Rappelez-vous bien que JÉSUS a dicté à Maria Valtorta que Lucifer avait souillé le Paradis ; depuis, Dieu a fixé par une Loi inflexible que rien de souillé, si peu que ce soit, ne pourrait accéder au Paradis ; c'est pour cela que le Purgatoire existe. À GEMMA, près de Rome, le 17.07.1980, JÉSUS dicte :
"Ce n'est pas le Parfait qui accède au Paradis,
mais le Pur, car il a Ma Lumière."
Le Rituel du Baptême des Petits avortés est donné en annexe. Tout chrétien peut l'administrer, car le Baptême est un Sacrement commun à toute la Chrétienté, sans distinction de tendance ; et c'est le seul Sacrement de l'Église qui peut être validement administré par un ou une laïque en cas d'urgence ; cette urgence, c'est JÉSUS qui en décide à notre époque qui pratique cent avortements à chaque minute. Et JÉSUS "met le paquet" ; en effet, la formule prescrite dit aussi :
"Vous tous, morts-nés en ce jour ou en cette nuit, vous tous qui avez été tués dans le sein de votre mère, vous tous qui serez tués, je vous baptise..."
Évaluez combien la Puissance Divine, avec votre aide irremplaça-ble, en baptisera au cours du même Rituel, car l'eau bénite dont vous aspergerez les quatre coins cardinaux de la pièce où vous officierez, c'est JÉSUS qui la fera parvenir sur le front de tous les Baptisés du même instant. "Aux grands maux, les grands remèdes" : comment pensez-vous que PIERRE et les Onze Apôtres ont pu baptiser 5.000 personnes le Dimanche de Pentecôte ? Seulement par des Baptêmes collectifs, Dieu pourvoyant pour chacun individuellement afin de parfaire le Sacrement, qui signifie Serment, celui d'accorder la Grâce associée au rituel validement administré.
Imaginez le nombre des Bébés avortés à qui vous ouvrirez le Paradis en une seule fois :
*** "Vous tous, morts-nés en ce jour ou en cette nuit" : ce sont les avortements spontanés, naturels ; combien ? Je ne sais pas ; mais beaucoup.
*** "Vous tous qui avez été tués, vous tous qui serez tués" : ce sont les Victimes d'IVG "en ce jour ou en cette nuit", en restreignant à cela la fourchette temporelle entre "qui avez été" et "qui serez tués" ; à raison de 100 avortements par minute, ainsi que je l'ai évalué, cela fait 144.000. En donnant un chiffre approximatif par minute, pour faire image, je n'avais pas la moindre idée qu'en 24 heures, je retrouverais le nombre symbolique des Élus de l'Apocalypse : 144.000 ! Attention : cela ne signifie pas que chaque Baptême en libèrera autant ; chaque jour seront nombreux ceux qui obéiront à JÉSUS qui répartira les mérites sur chacun ; répartissant donc aussi les enfants adoptifs.
JÉSUS veut que nous soyons nombreux, car Il veut nous sauver tous ; mais les mérites se gagnent ; par l'obéissance. Et les mêmes qui auraient objecté que Dieu "est trop Bon pour laisser les Petits avortés aux Limbes", risquent d'objecter, cette fois, qu'en supposer autant de Baptisés d'un seul coup, "ça fait beaucoup trop.".. Qui veut se permettre de placer une limite à la prodigalité divine ? Pour ma part, je préférerais me tromper en croyant trop que me tromper en ne croyant pas assez
Par ailleurs, ce Baptême, je l'ai pratiqué régulièrement pendant une période, puis ensuite j'ai cessé ; pourquoi ? je ne le sais pas moi-même : le temps, mes soucis, mon travail, mes limites, toutes choses bien humaines. D'autre part, depuis des siècles, combien de morts-nés et de Bébés avortés attendent aux Limbes ? Multipliez leur nombre quotidien, inconnu mais certain, par tous les jours de plusieurs siècles... La Bonté de Dieu n'est pas limitée dans l'étendue de la durée. Voilà pour les objecteurs. Mais à nous, il n'est pas demandé de calculer, mais d'obéir et d'aider ; en diffusant cela, je répare mes carences en vous offrant, de la part de JÉSUS une promesse de Protection, car JÉSUS paie "cash" :
"Bénie soit la maison où habite une Âme Réparatrice",
promet-Il dans cette révélation à Marie. L'Âme réparatrice, c'est celui ou celle qui baptisera ainsi que le prescrit JÉSUS. Qui peut supposer que cette Promesse est vaine ou inefficace ? Et JÉSUS répond Lui-même aux objecteurs "qui coupent les cheveux en quatre"  :
"C'est Mon Amour Miséricordieux, l'Amour surabondant de Mon Père et de Notre Esprit, qui Se manifeste en ce temps de désordre et d'égarement, et qui Nous pousse à être, pour ces Petits assassinés, un Dieu Sauveur" (...)
"Maintenant, fais bien attention et comprends bien ce que Je veux dire : Aussi souvent que vous baptiserez, et vous ne le ferez jamais trop ; chaque fois il vous est fait Grâce et Don des petites Âmes auxquelles vous avez ainsi ouvert le Ciel."
JÉSUS dit : "chaque fois" et "des petites Âmes", et non "de la petite âme." Donc il y en a beaucoup à chaque fois.
"Il vous est fait Don" : dans le Baptême sacramentel, le parrain et la marraine s'engagent à élever l'enfant s'il venait à se trouver sans personne pour le faire ; les Bébés, avortués par leurs parents naturels, deviennent les enfants adoptifs de celui ou celle qui les baptise.
"Charité bien ordonnée commence par soi-même", dit le proverbe qui conserve une valeur indemne de toute connotation péjorative si on l'applique à débarrasser son Âme de toute souillure ; alors on peut et on doit commencer par baptiser ses propres bébés avortés : dans ce cas précis, après une bonne Confession qui avoue le ou les Faits d'avortements. Il y a un Baptême de Désir que l'Église accepte au cours d'une Messe offerte à cette intention (le 29 Septembre en la Fête des Sts Archanges et le 28 Décembre pour les Saints Innocents).
"À chaque fois il vous est fait Grâce." Une Grâce est une faveur octroyée par le Ciel ; là elle est octroyée à celui ou celle qui baptise ; en quoi consiste-t-elle ? Pour qui pensez-vous que ces petites Âmes prieront tant et tant, jour après jour au Ciel ? Bien sûr, d'abord pour leurs malheureux parents, si en danger ; mais aussi pour leurs parents adoptifs qui leur auront ouvert le Ciel.
Or la Prière des Innocents touche Dieu en plein Coeur.
Le Baptême des Bébés avortés ne demande que de l'eau bénite (aucun Prêtre ne vous refusera d'en bénir), le Missel des Dimanches pour connaître le ou les Saints du jour, et prend 6 à 8 minutes de votre temps. Il peut être réitéré chaque jour, et plusieurs fois par jour : "Vous ne le ferez jamais trop", précise JÉSUS qui ajoute  :
"Encore une fois, répercute Mes Paroles. Hâte-toi, afin qu'à ces Petits, dont le nombre augmente, il soit porté secours avant qu'il soit trop tard : pour eux et pour vous !"
"Avant qu'il soit trop tard, pour eux" : je ne sais pas pourquoi cette aide ne serait demandée qu'à la seule génération actuelle. Ne trébuchons pas devant cette obscurité.
"Avant qu'il soit trop tard... pour vous"  : là, c'est plus facile à comprendre ; outre que chacun peut être mort avant de se décider à obéir, notre génération actuelle est encore dans le temps de la Miséricorde, mais elle est désormais proche du temps de la Justice avec le Jugement des Nations, c'est-à-dire des Vivants.
Ne laissez pas votre démon personnel vous inoculer le moindre doute : c'est son intérêt de vous priver de protection. Doutez de vos raisonnements, identifiez la racine de vos réticences ; mais chassez la défiance : "elle ne M'honore pas", dit JÉSUS à Marguerite.
Vous ne faites pas l'aumône au mendiant qui garde les mains dans ses poches ; alors tendez la main à Dieu ; pour L'aider ; obéissez-Lui. Pour ce qui vous concerne, si vous êtes libre de refuser, vous n'êtes pas libre d'entraîner votre famille dans votre déroute : la Bénédiction de JÉSUS sur la maison familiale est une Protection pour toute la famille ; et les Petits avortés prieront au Ciel pour leurs frères et soeurs de la Terre, donc aussi pour vos enfants et petits enfants.
Pour terminer ce chapitre, voici quelques Paroles de JÉSUS et de MARIE sur l'Avortement :
Le 17.08.1968, à Maman Carmela :
"Dès le premier instant de la conception, c'est Moi qui mets l'Âme dans ce corps en embryon. C'est pourquoi le détruire c'est détruire l'oeuvre de Dieu."
Le 29.12.1973 à Veronica (New-York, USA) :
"Les meurtres des Enfants à naître doivent cesser maintenant, car votre ville tombera. Tous ceux qui participeront le moindrement au Massacre des Saints-Innocents, iront brûler en Enfer."
Le 18.07.1973 et le 6.12.1974 à Marguerite :
"En vérité Je te le dis : pour une vie innocente, fauchée dès sa conception par la plus monstrueuse des iniquités, cent vies coupables paieront ce crime de leur éternité."
"Ces Âmes des Enfants sacrifiés crient vengeance au Ciel. L'inertie de beaucoup de Chrétiens face à ces horreurs sans nom, est pour Moi une seconde Agonie."
Le 20.02.1976, à don Ottavio :
"L'avortement, sauvage massacre.".. "Quel État peut se prévaloir d'abroger une loi divine ? Prétendre le faire est un crime d'une gravité que Dieu ne peut laisser impunie."
MARIE, à don Gobbi, le 13.10.80 et le 31.12.82 :
"Même dans les Pays de plus ancienne tradition chrétienne,
on est allé jusqu'à légitimer le grand crime du massacre des petits enfants dans le sein de leur mère. Ce crime crie vengeance à la Face de Dieu" "Chaque jour on attente à la vie. Chaque année dans le monde, c'est par dizaines de millions 1 que l'on tue les petits enfants Innocents dans le sein de leurs mères."
(1) Notez Bien : Il n'y a pas de statistiques du nombre des avortements dans le monde ; j'ai seulement trouvé l'approximation de spécialistes évaluant qu'en France leur nombre annuel doit atteindre ou dépasser celui des naissances viables ; le coefficient démogra-phique m'a permis de calculer 700.000 naissances annuelles ; en extrapolant à la planète, et en prenant l'évaluation basse de la four-chette probable, j'ai trouvé 50 millions d'avortements par an, (MARIE dit : "des dizaines de millions") soit environ 100 par minute.
L'avortement légalisé est le Troisième Massacre des Innocents. Toutes les révélations "privées" exposent que ce crime est une des causes principales des châtiments qui vont purifier l'Humanité. Comprend-on, qu'à cause de ce Massacre, est devenu inévitable le jour où Dieu va rendre Justice à "ces Innocents qui crient vengeance à la Face de Dieu" ? Crier vengeance, c'est demander Justice ; et ce sera le Jugement des Nations annoncé dans l'Évangile (Matt. XXV, 31/35) ; ne tenez pas compte du sous-titre intercalé, "le jugement dernier", donnant à entendre que le Christ ne viendra prendre place sur Son trône de Gloire que pour mettre fin à la Création humaine, donc que le Règne de Dieu sur la Terre ne durerait que le temps du Jugement :
"Quand le Fils de l'Homme viendra dans Sa Gloire, escorté de tous les Anges, alors Il prendra place sur Son trône de Gloire. Devant Lui seront rassemblées toutes les Nations et Il séparera les gens les uns des autres, comme le Berger sépare les brebis des boucs. Il placera les brebis à Sa droite et les boucs à Sa gauche. Alors le Roi dira à ceux de droite : "Venez les Bénis de Mon Père, recevez en héritage le royaume qui vous a été préparé depuis le commencement du Monde."
"Le Monde" identifie ici l'Humanité. Le royaume préparé depuis le commencement du Monde, c'est, sur Terre, le Paradis Terrestre initial ; il ne s'agit pas du Paradis Céleste qui existe de toute éternité, bien avant le commencement du Monde ; et c'est de la Terre, entièrement renouvelée, que "les Justes iront à la vie éternelle" ; et c'est lors du Jugement des Vivants que les boucs, ceux de gauche, "iront à une peine éternelle" (v.46) ; ceux qui se disent eux-mêmes de gauche à notre époque et qui chantent, dans l'Internationale : "C'est nous les Damnés de la Terre...."
À Kérizinen, MARIE a dit à Jeanne-Louise le 18.02. 1961 :
"Les Nations, n'ayant pas d'éternité,
doivent être punies ici-bas visiblement."
Le crime individuel peut être puni en Enfer s'il n'est pas identifié et avoué en Confession ; mais sa banalisation est la conséquence de sa légalisation par la Nation, donc par l'État, "qui ne peut rester impuni", dit JÉSUS à don Ottavio, ci-avant. Tous les États subissent, sur Terre, les conséquences de leurs erreurs ; sur Terre, car une Nation n'a pas d'Âme en tant que telle ; une Nation est collectivement responsable de ses outrages à Dieu, par les coupables et par ceux qui ont laissé faire sans protester ; d'où l'inéluctabilité du Jugement des Nations avec, toujours, des Innocents qui paient pour racheter leurs frères coupables...
On retrouve aussi ce Jugement exposé dans l'Apocalypse, du Ch XIV au Ch XIX. Notez Bien que cette description est un complément de ce que l'Apocalypse décrit du Ch IV au Ch XIII. Les deux tableaux se chevauchent et se complètent, dessinant le même événement.
Mais le Ch XX, dans son 1er paragraphe : "Le règne de 'mille' années", annonce la durée symbolique du Règne de Dieu sur la Terre et sa composante nécessaire : l'enchaînement des démons en Enfer, ce qui débarrassera la Terre renouvelée de leur malfaisance ; les deux autres paragraphes de ce Ch XX annoncent ce qui se passera avant le Jugement Dernier. et qui, chronologiquement, est situé juste avant "_l'Épilogue" de l'Apocalypse.
Le Millénarisme
Cette durée de mille années, indiquée dans l'Apocalypse, a été la cause de la "grande peur médiévale du Millénarisme" :
Vers la fin du 1er millénaire, en France et dans toute l'Europe chrétienne, de nombreux croyants ont été persuadés que l'Humanité ne dépasserait pas l'an Mil, pensant que les "mille" années avaient débuté avec la Naissance du Christ ; et donc que surviendrait alors le Jugement Dernier. En prévision de cela, beaucoup firent de grandes pénitences, certains léguant leurs biens à des Communautés religieuses.
Cela, c'était la réaction des laïcs ; mais, dans ce 10ème siècle finissant, très peu nombreux étaient les laïcs sachant le latin et rarissimes ceux qui disposaient d'une Bible ; seuls les monastères et les Évêchés en avaient une, et sans doute aussi les Chapelains des grands féodaux et des Rois. Au cours des siècles de ce premier millénaire, les théologiens et les Évêques avaient débattu de ce Règne de "mille années" pour le combattre ou le défendre.
Ce ne sont donc pas les laïcs qui se sont fait peur, tout seuls, à la fin du 10ème siècle ; ce sont forcément des Religieux et des Clercs qui ont propagé cette crainte d'un Jugement Dernier imminent.
C'est de là que vient l'expression : "Je m'en moque comme de l'an quarante !" En effet, l'an Mil passé sans dommage, en ajoutant mille années aux 33 ans de l'âge du Christ, les "instruits" de l'époque annonçaient la fin du monde pour l'an 1033 puis, rien ne s'étant produit, pour l'an 1040 en ajoutant 40 ans aux mille ans. Rien ne se passa. "Je m'en moque comme de l'an 40 !...."
Cela est passé sous silence par tous les historiens de l'Église qui, au cours de notre 2ème millénaire finissant, ont écrit sur cette grande peur médiévale du Millénarisme ; tous, après cette crainte "vaine", réfutent l'annonce du Règne de Dieu sur la Terre pour bientôt.
Et, en ce moment, nombre de Prêtres, interrogés sur les révélations contemporaines qui explicitent très clairement l'Apocalypse, se réfèrent aux historiens de l'Église pour rejeter en doute les révélations modernes, disant qu'il s'agit là d'une résurgence, vers la fin du second millénaire, de la grande peur médiévale du Millénarisme ; ce qui leur permet de refuser d'examiner la question, chacun d'eux attendant qu'une autorité supérieure se prononce.
Or les "syndromes" sont radicalement différents : pour celui du passé ce sont des gens d'Église qui postulaient que les "mille" ans étaient écoulés, alors qu'à notre époque ce sont des laïcs qui diffusent les révélations "privées" exposant que le Règne de Dieu sur la Terre va très bientôt commencer.
Il va commencer avec la seconde Venue du Christ et durer des siècles, ce qui correspond à la durée symbolique de l'Apocalypse : "mille années." Refuser d'examiner ces divergences en avançant l'alibi d'une "résurgence médiévale", cela s'appelle un refus de la responsabilité cléricale dans son rôle de direction spirituelle de l'Humanité.
Notez Bien, aussi, que la Vierge MARIE, au 17ème siècle à Marie d'Agréda et à notre époque à don Gobbi, a dicté de nombreux Messages explicitant "l'énigmatique" Apocalypse. Mais qui a pris la peine de les étudier ? Ils concernent cependant notre avenir.

†
† †





6. 7. Les Rescapés de mort clinique
*********************************************
Toute cette 6ème Partie : "Où vais-je ?" implique l'étude du phénomène de la mort ; c'est le seuil fatal qu'il nous faudra tous franchir, que l'on croie ou non à l'immortalité de l'Âme. La mort est un sujet d'étude que notre civilisation de consommation interdit d'évoquer parce qu'il faudrait en étudier les causes et les conséquences, les conséquences spirituelles également. Tous les médias obéissent à cet interdit, exception faite de "l'accom-pagnement des mourants", soit par des antalgiques puissants neutralisant les dernières souffrances (mais qui privent l'agonisant de la lucidité des derniers instants), soit carrément par l'euthanasie : au micro de France Culture, un médecin a osé avouer qu'en "son Âme et conscience", il mettait souvent un terme à une agonie finale...
Par la dictature de l'Argent, le démon a rendu totalement incohérente notre civilisation. En effet la médecine entoure les naissances à risques de mille précautions, coûteuses mais légitimes, cependant que les médecins sont les éxécuteurs des IVG que la Sécurité Sociale rembourse. Police et Justice combattent les crimes individuels, mais l'État se fait le démarcheur des ventes d'armements aux Pays incapables de les produire (mais capables de s'en servir après avoir envoyé des stagiaires s'instruire en France), et cela pour diminuer la charge financière de notre défense nationale.
Tous les non-fumeurs et tous les non-buveurs pensent, à juste titre, que le tabac et l'alcool devraient être mis hors-la-loi, tant ils coûtent cher à la santé nationale ; l'État finance des campagnes de modération et d'information. Mais il alimente son budget par des taxes sur tabacs et alcools ; et personne n'envisage une prohibition totale : qui prendrait en charge les chômeurs des industries d'armements, les planteurs de tabac, les ouvriers de la Régie française des tabacs, ceux de l'industrie des apéritifs, les tenanciers des bistrots et tabacs. Même ceux qui sont partisans de la prohibition se rétracteraient devant le doublement de leurs impôts...
On voit par là que le règne de l'Argent est celui du "père Ubu", cruel et poltron : cruel par ses conséquences, poltron parce que nous sommes tous complices, à un degré variable, mais certain : nous refuserions de payer le prix de la prohibition totale. La médecine vaccine contre la plupart des maladies contagieuses. Mais la philosophie est impuissante à vacciner contre la stupidité, de même que "Sciences-Po" ne vaccine pas contre l'incohérence et la malhonnêteté. Et rien, ni personne, ne peut vacciner contre la mort.
En 1975 aux USA, le Dr R.A. MOODY publie le résultat d'une longue et minutieuse enquête dans un ouvrage publié en français par les éditions Robert Laffont en 1984 sous le même titre : "La vie après la vie." Raymond Moody est docteur en philosophie et médecin. Ses convictions religieuses sont chrétiennes, plus précisément il fait partie des 2 ou 3 millions de presbytériens des USA, la version écossaise du calvinisme helvétique ; à Calvin et Luther se rattache tout le Protestantisme qui se subdivise en une dizaine d'Églises différentes ayant en commun leur séparation avec le Catholicisme romain.
Déjà docteur en philosophie quand il aborde ses études médicales, Moody est intrigué par les déclarations de malades et d'opérés après un accident de mort clinique à l'hôpital ; les professeurs évitent les problèmes auxquels ils ne peuvent donner aucune réponse assurée, et les médecins hospitaliers ont toujours trop de patients et font des actes médicaux ; les uns et les autres écoutent les malades, mais ne les entendent plus dès que le sujet sort du domaine médical pratique ; dans ces cas-là, certains médecins pensent à un délire du patient.
Moody garde en mémoire ces déclarations surprenantes et, dès son doctorat en médecine, il entreprend une recherche statistique. La statistique est un auxiliaire précieux de la recherche médicale. Sa qualité de médecin lui permet d'accéder, dans divers hôpitaux, aux comptes-rendus opératoires. Il sélectionne les opérations au cours desquelles se sont produits des arrêts cardiaques sans suite fatale ; il commence à interroger les hommes ou femmes qui les ont subis ; parfois ils sont encore à l'hôpital, mais rarement ; le plus souvent, il va les voir chez eux.
Naturellement, il en parle autour de lui, au personnel des hôpitaux qu'il fréquente, dans des réunions privées, puis il fait des conférences sur ce sujet : il recueille ainsi, soit des adresses de personnes ayant fait de telles déclarations surprenantes, soit des témoignages spontanés d'auditeurs ayant vécu pareille expérience. L'ouvrage qu'il publie en 1975 est la synthèse des déclarations d'une centaine de rescapés. Avec des variantes, les caractéristiques principales de ces déclarations sont les suivantes :
*** "L'individu se sent projeté hors de son corps, qu'il voit d'en-haut, étendu sur la table d'opérations, sur son lit d'hôpital ou, à quelque distance, dans sa voiture accidentée."
*** "Il entend tout ce qui se dit et voit tout ce qui se passe sur les lieux, plus nettement qu'à l'ordinaire. La perception des pensées d'autrui précède parfois celle des paroles entendues. Paroles et gestes rapportés ont été confirmés par les témoins de l'accident de la route, ou par les membres de l'équipe opératoire occupée à remettre en fonctionnement le coeur arrêté."
*** "Le sujet se sent posséder un corps, impalpable mais présent : les gens alentour traversent parfois ce corps sans l'altérer ; le décorporé ne peut se faire entendre d'eux."
*** "Parfois, il se voit entouré de parents et d'amis défunts. Souvent, il se sent attiré par la bienveillance et l'Amour d'une Lumière très brillante mais non éblouissante, qui lui parle mentalement et lui dit : "Qu'as-tu fait de ta vie ?" ; et l'individu en revoit tous les événements en un panorama rapide et précis, dans leur ordre chronologique. L'ambiance d'Amour générée par cette Lumière a paru si chaleureuse à certains qu'ils avouent avoir fait un effort pour réintégrer leur enveloppe corporelle. Le souvenir de leurs devoirs envers leur famille les a décidés à vouloir vivre."
*** "Alors que leur corps se trouvait grièvement blessé dans la voiture accidentée, ils ne ressentaient aucune douleur."
*** "Par contre les rescapés de suicides manqués déclarent être allés dans un endroit affreux, avoir mesuré l'erreur de leur tentative de suicide, et ressenti l'impression de devoir payer chèrement ce manquement aux Règles de la Vie."
L'ouvrage du Dr Moody est précédé d'un avant-propos signé par le Dr Elisabeth Kübler-Ross qui déclare avoir réuni les mêmes éléments d'information dans des notations étalées sur vingt années de pratique médicale. L'ouvrage du Dr Moody a eu un grand retentissement aux USA où une vingtaine d'Universités ont étendu cette exploration à tout le pays ; mais, à ma connaissance du moins, rien n'a été publié en France. Rien sur les résultats obtenus par cette recherche systématique. Mais plusieurs émissions télé ont abordé le sujet.
Pour réduire la signification de ces nombreux témoignages concordants émanant des rescapés de mort clinique, la science ne peut incriminer :
*** les drogues pharmaceutiques et anesthésiques, puisque les mêmes observations sont notés, en l'absence de toute drogue, dans le cas d'accidentés de la route au moment où les secours arrivent ;
*** on ne peut incriminer une quelconque hypothèse de rêves ou de délires, puisque les paroles et gestes mémorisés par les rescapés de mort clinique sont réels et ont été vérifiés ;
*** ni une hypothèse de délire "religieux" puisque nombre de sujets étaient incroyants.
Ces rescapés de mort clinique rapportent des Faits dont ils témoignent isolément ; des Faits analogues, constatés et vérifiés en des lieux et à des moments différents. L'enquêteur s'est contenté de juxtaposer les témoignages et d'en faire une synthèse d'ensemble.
Et ces Faits confirment, tous, les enseignements de JÉSUS sur l'Âme humaine ; reprenons les faits rapportés, un à un :
*** Sur la table d'opérations, le sujet anesthésié est inanimé quand, brusquement, l'écran de surveillance cardiaque montre un tracé plat : le coeur ne bat plus. Médicalement, le sujet "ne pense plus" ; et cependant il entend et voit tout, même ce que nous ne voyons pas normalement : ses parents et amis défunts. Cela montre que le sens de la vue est détenu par l'Âme, presqu'entièrement extériorisée, du sujet mort cliniquement qui voit, sans l'organe de la vue, son corps d'en-haut ou à distance. Nul ne peut se voir entièrement. L'Âme humaine est donc capable de capter les radiations lumineuses sans le secours de l'oeil.
L'oeil humain est une étroite fenêtre ouverte sur les radiations visibles, du violet au rouge et de 8 à 4 dix-millièmes de millimètre de longueur d'onde. Les sujets en état de mort clinique ont vu l'Âme de parents défunts, cette Âme que nous ne pouvons voir habituellement ; et c'est grâce à la vue de l'Âme que, probablement, les Voyants choisis dans ce but par Dieu, voient JÉSUS et MARIE, alors que les gens alentour ne voient rien. Extériorisée du corps, l'Âme n'a pas besoin de l'oeil pour capter les images visibles, ni du cerveau pour décoder les impressions lumineuses sur la rétine ; l'Âme, immatérielle, capte les radiations lumineuses, immatérielles elles aussi. Et l'âme comprend, se rappelle de ses devoirs vis-à-vis de sa famille, et décide de vouloir réintégrer son corps, lui redonnant vie.
JÉSUS dicte à Maman Carmela (déjà cité) :
"l'Âme immortelle, spirituelle, capable de vouloir,
d'aimer, de comprendre et de parler."
"Capable de parler" avec son corps en vie ; car la parole est une vibration émise par des cordes vocales, captée par le tympan et l'oreille interne ; donc produite et captée par des organes matériels, véhiculée dans une ambiance matérielle (l'air), le son ne se propageant pas dans le vide. On aura noté que le sujet en état de mort clinique a parfois perçu les paroles avant de les "entendre" : je pense que, dans tous les cas, les pensées véhiculées par les paroles ont été comprises sans le secours de l'audition qui semble si naturelle qu'elle va de soi.
Dans la vie de tous les jours, c'est ce qui est observé expérimentalement dans l'étude de la télépathie. Après vingt ans d'études aux USA, le Pr RHINE a prouvé la réalité scientifique de la télépathie par une longue expérimentation analysée statistiquement Au Ciel, une télépathie parfaite permet le langage de l'Âme. Mais le sujet en état de mort clinique ne peut se faire entendre des gens qui entourent son corps.
*** Il ne peut se faire entendre de ceux qui traversent le corps impalpable qu'elles sentent pourtant posséder ; et qui est distinct de celui qui est sur la table d'opérations ou dans la voiture accidentée. Car c'est son corps "spirituel", celui qui détient toute la structure immatérielle de l'organisme, vivant ou mort. Et ce corps spirituel n'a pas de cordes vocales matérielles, seulement leur support immatériel qui ne peut émettre aucune vibration
C'est pour cette raison que le sujet ne peut se faire entendre des personnes présentes dont l'Âme est la Reine prisonnière du corps. C'est pour cette même raison que les démons-Guides, dans le spiritisme, ont besoin "d'habiller" leurs cordes vocales immatérielles avec des cellules vivantes empruntées au médium pour pouvoir les faire vibrer et se faire entendre.
C'est par leur morphologie que le sujet en état de mort clinique reconnaît des parents et amis défunts (et l'agonisant fait toujours de même, alors qu'il ne le dit que rarement à son entourage : le Bon Dieu permet cela pour aider le passage difficile de la mort). Cette Grâce est consentie aux rescapés de mort clinique afin qu'ils fassent savoir autour d'eux que la mort ouvre sur la Vie.
*** Le Sujet en état de mort clinique, dont l'Âme est extériorisée, ne sent plus aucune douleur, alors que le corps est grièvement blessé dans la voiture accidentée. C'est donc le corps qui, à l'état normal, transmet la sensation de douleur à l'Âme. Je pense que c'est parce que leur Âme est en cours d'extériorisation que les mourants ont leur sensorium humain atténué. Dans les anesthésies induites par hypnose, l'Âme ne perçoit plus les stimuli du corps, seulement les suggestions impératives de l'hypnotiseur auxquelles elle obéit.
*** Les rescapés de suicides manqués rapportent leur certitude d'être allés dans un endroit affreux et leur impression d'avoir à payer chèrement la folie de leur geste suicidaire. C'est que le suicide n'est jamais un événement ni permis, ni voulu par Dieu ; c'est un crime contre soi, toujours causé par le désespoir ; et comme le découragement est l'arme maîtresse du démon, on comprend facilement que c'est l'Enfer tout entier qui aide puissamment au suicide : en obsédant le suicidaire avec la pensée qu'il va mettre ainsi un terme à une "vie d'enfer", alors que c'est justement là où veut le conduire son démon personnel ; et cela, en fatiguant son entourage qui perd patience, quand il ne laisse pas le suicidaire dans un isolement toujours plus grand. J'ai fait une étude attentive du phénomène du suicide, sur les plans : statistique (c'est la plaie des pays communistes, sauf la Pologne catholique malgré son communisme), sur le plan de la sociologie et sur celui de la psychiatrie.
Les deux constantes partout présentes sont le désespoir et l'isolement ; j'ai noté que les adeptes du Spiritisme et de la voyance sont plus fréquemment atteints par des pensées suicidaires ou des passages à l'acte ; j'ai eu l'occasion d'approcher beaucoup de ces "voyants" et j'ai noté n'en avoir pas rencontré un ou une seule qui ait pu préserver sa vie de couple ; tous ceux que j'ai connus sont séparés ou divorcés ; ils vivent seuls, ou s'associent dans un semblant de vie conjugale. Selon une information que je n'ai pas pu recouper (et je la donne sous réserve de vérification) le suicidé, dans cet endroit affreux noté, se trouve encore plus isolé qu'avant son acte suicidaire, hors d'atteinte de toute aide possible durant toutes les années qu'il aurait dû vivre sur Terre et, comme un disque rayé qui répète sans arrêt le même motif musical, il revit l'horreur de son suicide ; je pense que c'est cela "payer chèrement un manquement aux règles de la Vie." De Notre Seigneur, je n'ai qu'une Parole déjà citée :
"Crois bien que Ma Miséricorde
couvre aussi la folie de l'homme."
Le Padre PIO disait qu'entre le moment où un suicidé se jette du haut d'un pont et celui où il se noie, il lui reste le temps pour une pensée de remords aigu, et que ce remords, ainsi qu'un cri mental à Dieu, le sauve de l'Enfer ; mais pas de l'endroit affreux, je le crains.
*** Enfin le rescapé de mort clinique s'est presque toujours trouvé plongé dans l'ambiance chaleureuse d'une Lumière pleine d'Amour qui lui dit : "Qu'as-tu fait de ta vie ?", lui en faisant revivre tous les événements en un panorama ultra-rapide ; ce panorama, sans la perception de la Lumière, a été vécu par d'autres accidentés, de la route ou du travail ; le fait est assez spectaculaire pour qu'on ne l'oublie jamais. Or JÉSUS dicte à Maman Carmela le 20.04.1968 :
"Toute ta vie, tu la reverras comme dans un miroir, et
tu verras aussi ce que tu pouvais faire et que tu n'as pas fait."
La Lumière pulsant puissamment l'Amour et orientant le sujet vers un examen de sa vie, est le moyen utilisé par Dieu pour Se faire entendre sans dire qu'Il est Dieu. L'Amour Vivant, les athées, comme les croyants de toutes obédiences, peuvent Le sentir et Le comprendre ; ainsi est écartée la tentation de rejet d'un athée refusant Dieu, ou d'un croyant accoutumé à nommer Dieu : Jéhovah, ou Allah, ou Bouddha, ou JÉSUS. Or cette Lumière vue, perçue et comprise par les rescapés de mort clinique interrogés par le Dr Moody, nous l'avons entendue citée par JÉSUS à Dozulé, comme étant la manifestation de Sa Miséricorde :
"Dites aux Mourants repentants que, plus grand est le péché, plus grande est Ma Miséricorde. À l'instant-même où son âme quitte son corps, elle se trouve plongée dans cette admirable Lumière."

6. 8. La Grande Lumière Céleste
**************************************
C'est ce qu'expose une révélation "privée" reçue de JÉSUS et de MARIE vers 1940 par une mystique qui l'a révélée juste avant sa mort à 91 ans le 24.12.1975. Tout ce qui concerne "l'invention d'Amour de la Vierge MARIE : La Grande Lumière Céleste", n'a été publié qu'en 1978, et seulement en France. Quand le Dr Moody interroge les rescapés de mort clinique, aucun d'eux n'a pu avoir connaissance de cette révélation privée. Elle n'a été connue qu'après ; et cependant elle confirme en tous points les souvenirs des rescapés de mort clinique.
Dans toute révélation de Dieu à l'Humanité, aussi bien dans la Bible que dans les révélations dites "particulières" ou "privées", subsiste volontairement une obscurité ou plusieurs. Là, il n'est pas révélé "quand ?" MARIE obtient de la Miséricorde divine cette Grâce pour tous les mourants ; je pense que c'est dès le Couronnement de MARIE au Ciel, le 5ème Mystère Glorieux du Rosaire, où la Très-Sainte Vierge est couronnée Reine des Anges, du Ciel, de la Terre et des Abysses (les Limbes et le Purgatoire) ; mais mon hypothèse n'a pas été confirmée par un texte précis ; c'est un détail dont l'absence n'altère en rien cette révélation qui est diffusée par une courte brochure de 15 pages intitulée : "A ceux qui vont mourir" (34) ; elle nous concerne donc tous ; en voici un extrait :
"Au moment de mourir, l'Âme a la Grâce de voir la Grande Lumière Céleste qui la provoque à faire un acte de contrition sincère, pour son plus grand Bien car elle se voit telle qu'elle est et comme Dieu la voit : souvent souillée de péchés méritant l'Enfer.
"Alors, dans un retournement profond de ses sentiments, elle s'anéantit, demandant Pardon à Dieu de tout son coeur. Cet acte de contrition in-extremis et très sincère, acte d'Humilité, la sauve. Alors Dieu Miséricordieux l'absout, la juge très miséricordieusement, et la met au lieu de Purification selon sa culpabilité."
[Notez Bien : il n'y a pas contradiction entre le Pardon de Dieu et la Purification de l'Âme au Purgatoire ; la lucidité et le remords sont une ultime Grâce divine ; mais subsiste "l'expiation satisfactoire des manquements absous mais pas entièrement payés devant la parfaite Justice divine" (cité en 1ère partie) ; ces manquements sont tous les préjudices subis par autrui et non réparés ; et qui laissent des scories sur l'Âme ; il reste tous les dégâts subis par le corps du fait de l'alcoolisme, de la tabagie, des gourmandises alimentaires, sexuelles et intellectuelles (ces dernières, ayant eu l'orgueil pour moteur).
Pour Sa part, Dieu a pardonné, mais l'Âme doit être purifiée de tous ces déchets accumulés avant de pouvoir accéder au Ciel].
C'est sur cette révélation pleine d'Espoir que j'ai voulu achever cette 6ème Partie : "Où vais-je ?."
Elle a surtout montré tous les obstacles que l'Enfer place sur notre chemin de vie pour nous désorienter du retour normal prévu par le Bon Dieu pour chacun de nous jusqu'à la dernière minute de notre existence. Toute notre vie, même les événements qui nous semblent les plus dramatiques, n'a qu'un seul objectif : notre retour en Dieu d'où nous sommes issus. Comme n'importe quel père ou mère de la Terre, Dieu souffre de la perte d'un seul de Ses enfants. Qui peut évaluer la Souffrance de Dieu ? Personne. Mais JÉSUS nous permet d'en avoir une petite idée en disant et en répétant que :
- "Toutes les calamités de la Terre, depuis la création de l'homme jusqu'à la fin des temps, ne sont rien en comparaison d'une seule Âme qui se damne" ;
- et que "si cela eût été utile, J'eusse donné Ma vie autant de fois qu'il y a d'Âmes sur la Terre."
Dans des formulations voisines, la première affirmation a été dictée par JÉSUS à Maman Carmela et à don Ottavio ; la seconde a été dictée par JÉSUS à Maman Carmela, à Marguerite et à André (voir "le prix d'une Âme", page 225).
† † †
Et je termine par une "histoire" :
"Un jour, un homme arriva au Paradis et demanda à Dieu s'il pouvait revoir toute sa vie, aussi bien les joies que les moments difficiles. Et Dieu le lui accorda.
"Il lui fit voir toute sa vie, comme si elle se trouvait projetée le long d'une plage de sable, et comme si lui, l'homme, se promenait le long de cette plage.
"L'homme vit que, tout le long du chemin, il y avait quatre empreintes de pas sur le sable, les siennes et celles de Dieu. Mais, dans les moments difficiles, il n'y en avait plus que deux... Très surpris, et même peiné, il dit à Dieu : "Je vois que, justement dans les moments difficiles, Tu m'as laissé seul !..."
"Mais non !" lui répondit Dieu, "il y a seulement les traces de Mes pas à Moi, parce qu'alors Je te portais dans Mes bras."
Dans cette histoire, la seule inexactitude est "la surprise et la peine" de cet homme devant l'unique trace de pas sur le sable : au Paradis toute la vérité, dans ses moindres détails, est connue de chaque Âme qui se trouve au sein de la Vérité divine. Et le panorama de vie est présent.


7ème Partie
Comment ?
************
"Comment ?" : c'est le second volet de la dernière des trois doubles questions qui servent ici de plan, assez discutable, mais je n'ai pas su trouver mieux.
La première est : "D'où viens-je et qui suis-je ?" ; la seconde : "Où suis-je et pourquoi ?" ; la troisième : "Où vais-je et comment ?." Nous en sommes au "Comment ?
Comment accomplir notre destinée, comment se préparer à atteindre la destination prévue par Dieu pour chaque Âme immortelle, ce Bonheur sans ombre et sans limite qui est la raison d'être, le but de notre vie terrestre ; c'est ici, sur la Terre que, tous, nous gagnons une "réservation" pour le Paradis (fût-ce avec un transit de Purification qui est souvent inévitable), ou bien, et nous le savons, que nous choisissons de prendre un aller direct pour l'Enfer ; quelles que puissent être nos dénégations, nous le savons, car nous savons tous la différence entre le Bien et le Mal, entre l'Amour et la Haine, entre l'Humilité et l'Orgueil.
Quelles aides pouvons-nous espérer pour garder la bonne direction ? Qu'est-ce que vraiment la Prière et comment se purifier autant qu'il sera possible pour rendre plus brève et plus supportable la Purification résiduelle quand elle n'est plus à notre portée ici-bas. Ce sont les fautes oubliées, seulement regrettées "en bloc" ; les victimes de nos paroles blessantes ou de nos calomnies, et qu'on a perdues de vue, ou qui sont décédées, etc...
Que nous procurent les Sacrements de l'Église ? Qui les a institués et quand ? Ce qui permettra de réduire à ce qu'elles sont, des insanités, les objections prétendant que ce sont "des inventions de Curés."..
Bien sûr, en tous ces domaines je vais laisser la Parole à JÉSUS qui explique l'Esprit de l'Évangile, clairement et simplement ; dans Son langage à Lui qui dit :
"Je suis la Voie, la Vérité et la Vie."


†
† †



7. 1. La Prière
*****************

C'est un thème d'enseignements que JÉSUS et MARIE développent dans toutes les révélations "privées" (un Ami Prêtre m'a signalé qu'on doit dire "particulières" ; mais, outre que je ne saisis pas la nuance entre les deux, "privées" est plus court à écrire).
Je vais seulement juxtaposer les citations, chacun pouvant facilement noter les convergences, donc tout comprendre sans aucune difficulté. C'est d'abord JÉSUS qui dicte :
à Maman Carmela, (5)
"L'arme la plus puissante est la Prière. Dieu a lié à la Prière Sa faiblesse et votre force." (le 29.03.1968)
"La Prière est la respiration de l'Âme, elle est l'oxygène qui alimente la vie spirituelle" .."Je prie sans cesse sur chaque Autel et de chaque Tabernacle." (le 22.04.1968)
"Celui qui prie pour les autres thésaurise pour lui-même."
(le 30.05.1968)
"La Prière est l'acte le plus important et le plus solennel de toute ta vie.".. "Si vous demandez des grâces spirituelles, vous ne devez pas douter et vous devez insister : soyez certains que vous les obtiendrez." (le 10.06.1968)
"La Prière, c'est élever ton esprit vers Dieu, étudier Ses qualités et imiter Sa Bonté et Sa Perfection, désirer Le rejoindre après avoir accompli Sa Volonté. Par contre les prières sont des formules qui t'aident à prier." (le 28.01.1969)
"L'efficacité de la Prière dépend de la Force de cette Prière. La Force dépend du degré de Grâce que tu possèdes, c'est-à-dire du degré d'union que tu as avec Dieu, avec Moi.".. "Plus tu excluras le péché de ta vie et plus tu aimeras le Seigneur, et plus ton union avec Lui sera efficace. Alors ta Prière deviendra un Commande-ment auquel Dieu sera tenu d'obéir, comme à Lui-même."
(le 20.02.1969)
"Les formules doivent aider l'esprit à penser et le coeur à aimer."
(le 27.05.1969)
"Celui qui aime son Âme, la perd", vous ai-Je dit, ce qui revient à dire que celui qui veut quelque chose pour lui, qu'il s'oublie pour penser aux autres." (le 13.01.1970)
JÉSUS à don Ottavio : (4)
"Il faut prier et mendier des Prières.".. "Mais le temps dont on dispose est court ; quel malheur ce serait de ne pas le mettre à profit." (le 29.05.1975)
"La Prière est la respiration de l'Âme ; la Prière est l'oxygène de l'Âme." (le 20.11.1975)
[Comparer avec la seconde citation de la page précédente. Notez que JÉSUS dicte ici à don Ottavio en reprenant deux mots déjà dictés à Maman Carmela ; et ci-dessous avec efficace prière].
Le 5.02.1976, sous le titre : "On prie mal" :
"Mon fils, écris : "Je suis le Seigneur ton Dieu ; tu n'auras pas d'autre Dieu en dehors de Moi." Ecris encore : "Aime le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton Âme, de tout ton esprit." (...)
"J'ai voulu cette introduction pour te faire entendre que l'on prie mal, même chez le petit nombre qui prie. Très peu nombreux sont ceux qui prient bien, étant donné qu'il est impossible de prier si l'on ignore le premier Commandement ; pire encore si, le connaissant, on l'oublie. Se mettre en présence de Dieu veut dire accomplir une série d'actions spirituelles, essentielles pour une bonne et efficace Prière." "Il faut faire un acte de Foi qui élève notre Âme jusqu'à Lui, ce qui veut dire entrer en contact spirituel avec Dieu, Un et Trine.
"À cet acte de Foi font suite, nécessairement, des actes d'Humilité, de Confiance et d'Amour, qui servent à intensifier le contact avec Dieu. Ces actes sont indispensables pour une bonne Prière, parce qu'ils empêchent un exercice purement mécanique qui répugne à Dieu. Moi, Je M'éloigne de ceux qui M'honorent seulement des lèvres et non du coeur. Malheureusement, ils sont nombreux, parmi les quelques-uns qui prient, ceux qui prient seulement matériellement, se flattant eux-mêmes d'avoir accompli un devoir qui, en réalité, n'a pas été accompli" (...)
"Pour qui aime vraiment Dieu et Le met au sommet de toute sa vie, il n'y a pas de danger d'élever vers Lui des prières qui soient l'expression de l'orgueil ou de l'égoïsme, comme de demander seulement le succès des choses matérielles : la santé, la richesse et les honneurs. Si on demande seulement ces choses, on ne peut établir aucun contact avec Dieu."
le 24.11.1978 :
"La Prière est une arme puissante par laquelle nous pouvons obtenir de Dieu toute chose.".. "C'est l'arme utilisée par les Saints et dont Moi, Verbe éternel de Dieu, J'ai amplement parlé dans Mon Évangile." "La Prière est donc l'arme confiée par Moi à Mon Église, comme garantie de sécurité et de couverture.
"C'est une arme infaillible si elle est utilisée avec Humilité, Foi, Espérance et Amour, c'est-à-dire si elle est utilisée dans la condition de parfaite santé spirituelle, en ce sens que celui qui utilise cette arme doit être en Grâce avec Dieu, car la Grâce nous ie à Dieu par un Pacte d'Amitié indispensable à l'efficacité, aussi bien pour les victoires personnelles que pour la victoire finale.
"Au milieu des nombreuses ombres et de l'épaisse obscurité qui enveloppe Mon Église, la Prière est comme l'éclair qui pénètre et fend cette obscurité, comme un rayon lumineux, comme une flèche qu'on ne peut arrêter. C'est une arme puissante qui arrête l'arrogance de l'Ennemi et le met en fuite.
"Mon fils, actuellement la situation de l'Église est très précaire. Elle est comme celle d'un grand empire à la veille de sa chute mais, ce qui est encore plus étrange, c'est que l'Humanité se rend compte de la gravité du moment sans trouver la force de se secouer et de se reprendre, empoignant l'arme infaillible capable d'arrêter la défaite déjà en cours, et de se sauver de l'extrême ruine.
"Encore une fois, fils, Je te rappelle que l'Église aurait dû accueillir les appels affectueux et autorisés de Ma Mère à LA SALETTE, à LOURDES, à FATIMA et dans tant d'autres lieux (*) ; appels par lesquels notre commune Mère, avec simplicité et clarté, mettait en garde l'Église et le Monde pour les soustraire au terrible ravage de la Purification. "Faites Pénitence, priez", a-t-Elle dit en montrant le Rosaire, "autrement vous périrez tous."
(*)."..dans tant d'autres lieux" : Généralement, JÉSUS ne nomme pas les lieux d'apparitions non encore reconnues par l'Église ; Il a donné aux Évêques la Grâce du discernement avec la liberté, donc la responsabilité, de la mettre en oeuvre pour le Bien de l'Église.
JÉSUS à Gabrielle BOSSIS : (14)
"Prie beaucoup pour les autres. Élargis tes demandes. Moi, Je Me charge de toi."
"Croyez bien que Mon opulence ne diminue jamais. Prenez, prenez à pleines mains, à plein coeur, non seulement pour vous mais pour tous.
"Ah ! n'oubliez personne et Ma richesse en sera plus grande."
"Enferme-Moi dans ton coeur par un Signe de Croix, comme derrière deux barreaux."
"Je change tes Prières en Mes Prières, mais si tu ne pries pas... Puis-je faire fleurir une plante si tu ne la sèmes pas ?."
JÉSUS à Marguerite : (6)
"Ceux qui prient et ne mettent pas en pratique ce qu'enseignent leurs prières, ne seront pas exaucés. Obtiendront Miséricorde ceux qui s'humilient devant Moi et reconnaissent leurs fautes par une juste et sincère contrition.".."J'ai les Hypocrites en horreur ; les Tièdes, Je les vomis." (le 23.09.1966)
"Les prières hypocrites Me font horreur, mais la Prière d'un coeur simple et pur Me laisse sans force pour vous résister."
(le 29.11.1966)
"Ô Ma fille, ne crains pas d'insister pour obtenir de Moi Miséricorde pour tous. J'aime tant Me faire prier et Me laisser vaincre par ta persévérance." (le 28.04.1967)
"La Fidélité est une marque de l'Amour. La Constance en est le gage." (le 21.03.1968)
JÉSUS à André (27) :
"Il est parfois difficile de prier et de faire en même temps plaisir aux autres. Essaie d'être charitable, puis de satisfaire à tes Prières. Si tu t'endors sur tes Prières, Je les achève pour toi car, en t'endormant, tu t'es endormi sur Mon Coeur." (le 16.09.1984)
"Luttez pour prier, oui, luttez car la chair est faible et l'Ennemi malin. Si vous luttez pour arriver à vos fins, c'est-à-dire fidèles dans la Foi et dans la Prière, alors vos distractions, vos troubles et même votre assoupissement, Je les comble en ajoutant ce qui y manque. Si J'ai dit un jour : "Celui qui a, en pensée, désiré la femme d'un autre, a déjà commis l'adultère", il en est de même pour la Prière : celui qui, en pensée, s'est uni à Dieu et a voulu prier, même s'il fut distrait ou empêché, il a déjà prié car, par le Mystère de Ma Gloire, J'ai comblé ce qui manquait à sa Prière." ( le 16.12.1984)
"Votre Force, c'est la Prière ; Ma faiblesse, c'est votre Prière (*). Par la Prière, vous pouvez tout obtenir. La plus belle Prière, c'est le Sacrifice de l'Eucharistie, votre plus belle Prière, c'est votre oblation totale, votre Fiat de chaque instant, sans lequel Je ne puis rien, avec lequel Je puis tout." (le 23.12.1984)
[(*) : Comparer à la première citation de la page 380. "La faiblesse de Dieu" : Il ne sait pas résister à notre Prière.]
"Soyez forts, priez beaucoup. La Prière est une Force, une Pro-tection. Lorsque vous priez, il se forme autour de vous un barrage d'Anges. Priez beaucoup. Aimez beaucoup." ( le 24.02.1985)
"Vous saurez que le Purification de la Terre est terminée lorsque le Souffle de la Vie, le Souffle de l'Esprit fera reprendre vie et calmera la foudre et la tempête. Alors commencera le Royaume de Paix établi pour longtemps sur cette Terre." "Hâtez-vous de vous convertir, car les événements se précipitent. Priez beaucoup." (...)
"Préparez-vous car les temps sont graves. Préparez-vous à soutenir Mon regard." "Priez beaucoup afin qu'à leur dernier moment une multitude d'Âmes se tournent vers Mon Coeur au lieu de se damner. Un mot et elles se sauvent." (le 6.06.1985)
JÉSUS à "JNSR" : (38)
"Il faut sauver le plus d'Âmes possible et il faut faire vite. Tous seront sauvés en prononçant Mon Saint-Nom. Dis-leur, Paroles de JÉSUS : "JÉSUS, Sauveur du Monde, sauve-nous !."
(le 8 05.1989) [Citation précédente : "Un mot et elles se sauvent"].
"Mon enfant, vous êtes arrivés à la Station du Crucifiement de JÉSUS. Et JÉSUS est crucifié avec vous tous qui allez subir cette terrible épreuve" (...)
"Vous êtes avertis mais non protégés contre cette folie, ce terrible fléau ; seules vos Prières de plus en plus fécondes, vont faire une barrière à ce Mal qui envahit toutes les parties du monde."
(...)
"La Prière doit s'élever comme un mur entre le Mal et vous tous qui priez. Ce mur doit s'élever pour protéger tous les pays qui vont être envahis : apprenez à tous qu'une Prière est plus efficace qu'une bombe atomique. L'encens de vos Prières est plus fort que les engins très perfectionnés mis en place, pour détruire l'Humanité, par ces hommes qui n'ont plus rien d'humain. Je ne les laisserai pas agir jusqu'au désastre qu'ils envisagent. Ils emporteront dans leur tombe leurs machines infernales avec tout ce qu'elles contiennent, y compris leur propre cadavre. Si JÉSUS n'intervenait pas, il n'y aurait plus une pousse d'herbe verte sur votre Planète déjà si abîmée.
"Mais, encore pour un temps, l'homme a la parole et sa parole est : mort... Quand allez-vous tous comprendre que le refus d'aimer et de Servir votre Dieu Unique et Vrai, a amené votre monde à cette extrémité ? Non ! pas encore... Alors Je laisserai agir ce Temps qui prendra fin dans la peur et la destruction.
"J'interviendrai avant que l'Humanité ne se perde à jamais ; car tel est l'homme : il se croit capable d'arrêter le fléau de la mort en ripostant par la mort." (...) (le 10.08.1990)
On ne revendique pas avec Dieu : Son Aide nous est acquise par Sa Paternité. On ne peut Le menacer ou Lui imposer un ultimatum : Il est trop grand pour nous ; Il refuse d'entendre un coeur haineux, aigri, hypocrite. Dieu ne peut remplir un poing brandi, seulement une main tendue qui mendie et espère. N'importe qui peut comprendre cela.
Mais, au niveau conjugal, parental, filial, social, politique, nous sommes tous rongés, gangrenés, par les virus de contestation et de la revendication ; cela ne nous permet plus, ou très difficilement, d'être de ces Enfants que JÉSUS aime pour leur Pureté et leur Confiance.
Ce n'est pas une main que nous devons tendre à Dieu pour demander, ce sont les deux mains, avec la certitude qu'Il les remplira. Nous les tenons ouvertes et tendues à la Messe en priant le Notre Père : replacez-vous en Amitié avec Dieu et soyez attentif, vous sentirez au creux des paumes, à cet instant, un picotement ; c'est Dieu qui remplit nos mains de Ses Grâces ; généralement on ne sait pas lesquelles, mais Lui sait ce qui est Bon et Utile pour nous.
Et si nos difficultés ne cessent pas, ou si elles augmentent encore, il ne faut pas craindre de ne pas avoir été exaucés. Au contraire, c'est que JÉSUS nous sait capables de L'aider, c'est qu'Il a besoin que nous soyons de petits Christs acceptant cette souffrance pour sauver ceux qui sont plus en danger immédiat que nous ; lisez,
JÉSUS dicte à Marguerite (6), le 4.09.1966 :
"Tu sais, Mon enfant, que J'éprouve beaucoup
ceux que J'aime et qui M'aiment."
Aucune femme sur Terre n'a souffert autant que la Vierge MARIE ; nous savons tous l'Amour de JÉSUS pour Sa Mère ; mais Dieu avait besoin de cette souffrance pour racheter toutes les femmes. Aucun homme de la Terre n'a souffert autant que JÉSUS ; mais le Père Éternel a permis la Souffrance de Son Fils Unique pour sauver tous ceux d'entre nous qui voudront être sauvés grâce à l'Amour, l'Esprit d'Amour du Père et du Fils ; les Trois Personnes Divines étant unies en un Dieu indissociable par Leur Amour réciproque infini.
Si on ne s'évertue pas à reconstruire l'Amour en soi, notre Prière n'atteindra jamais son efficacité maximale ; "efficacité", ce mot associé à Prière surprendra certains qui lisent : JÉSUS l'a pourtant choisi en dictant à Maman Carmela et aussi, six ans après en dictant à don Ottavio ; c'est un "langage" que notre civilisation "pratique" est capable d'entendre.
L'Amour, c'est s'oublier au profit d'autrui ; sinon ce n'est déjà plus de l'Amour, mais de l'égoïsme. L'Amour est la seule richesse qui s'augmente de tout ce qu'il donne. C'est une vérité paradoxale pour notre pauvre raison humaine ; mais c'est une Vérité divine que notre Humanité connaît bien, en disant :
"L'Amour a ses raisons que la Raison ne connaît pas"
La Reine des Apôtres enseigne aussi la Prière ;
MARIE dicte à Maria Valtorta ("3", T.1, p. 122/123) :
"J'attire ton attention et celle des Lecteurs sur l'habitude constante de JOSEPH et la mienne de donner toujours la première place à la Prière. Sécheresse, hâte, chagrin, occupations, c'étaient des choses qui n'empêchaient pas la Prière, mais au contraire ils la favorisaient. Elle était toujours la reine de nos occupations, notre réconfort, notre lumière, notre espérance.
"Si aux heures de tristesse elle était le réconfort, aux heures heureuses elle devenait un chant.
Mais elle était l'amie fidèle de notre Âme. Elle nous détachait de la Terre, de l'exil, elle nous tournait vers les hauteurs du Ciel, la Patrie." (...) "Êtes-vous faibles, pleins de défauts ? Invoquez la Sainteté du Seigneur : "Saint, Saint, Saint !." Appelez-Le, ce Saint Béni, au secours de votre misère. Il viendra faire passer en vous Sa Sainteté." "Êtez-vous saints et riches de mérites à Ses yeux ? Invoquez également la Sainteté du Seigneur. Cette Sainteté Infinie fera croître toujours plus la vôtre.
"Les Anges, qui sont des êtres supérieurs aux faiblesses de l'Humanité, ne cessent pas un instant de chanter leur "Sanctus" et leur beauté surnaturelle s'accroît à chaque invocation de la Sainteté de notre Dieu. Imitez les Anges.
"Ne vous dépouillez jamais de la protection de la Prière contre laquelle s'émoussent les armes de Satan, les malices du monde, les désirs de la chair et l'orgueil de l'esprit. Ne déposez jamais ces armes qui ouvrent le Ciel et en font pleuvoir Grâces et Bénédictions." "La Terre a besoin d'un bain de Prières pour se purifier des fautes qui attirent les châtiments de Dieu. Et, étant donné que les âmes de Prière sont peu nombreuses, elles doivent prier beaucoup pour suppléer à la carence des autres" (...).
MARIE dicte à don Gobbi (1), le 31.12.1982 :
"En cette nuit, tandis que la plupart de Mes enfants passent les dernières heures de l'année dans les divertissements et la dissipation, veillez avec Moi, Mes fils de prédilection, dans le silence et la plus intense Prière.
"Prière de remerciement, pour toutes les Grâces qui, en cette période, vous ont été accordées par le Père, dans l'Esprit-Saint, par l'intermédiaire de Mon Fils JÉSUS et à travers l'intercession de Mon Coeur Immaculé." (...)
"Rien ne peut résister à la Force de l'Amour Miséricordieux de Dieu, qui veut transformer ce pauvre monde en une nouvelle Création. C'est pourquoi deviendront de plus en plus nombreuses, extraordinaires et miraculeuses les interventions de Mon Coeur Immaculé." (...)
"Prière de demande, pour obtenir du Coeur Miséricordieux de JÉSUS des jours de Paix et non d'affliction, de sérénité et non de malheur." (...)
"Que votre Prière obtienne pour tous la Grâce qui triomphe du péché, la concorde qui fasse taire la violence et la terreur, de telle sorte que vous puissiez enfin jouir de la Paix Universelle dans la Vérité et la Justice. Un grand Miracle est nécessaire ; il faut, par la force (*) de la Prière, arracher ce Miracle à la Divine Miséricorde. Ce n'est qu'ainsi que vous pourrez être sauvés.
"Prière de réparation, parce que la coupe de la divine Justice est remplie, vraiment comble, débordante ! Voyez à quel point se répandent la haine et le péché." (...)
"Seule une force puissante de Prière et de Pénitence réparatrice peut sauver le monde de ce que la Justice divine a préparé en raison de son refus obstiné d'accueillir toute invitation à la conversion." (...)
La Mère, Notre Mère, parle ici de la force de la Prière, de même manière que JÉSUS dictant à Maman Carmela. Et le 7.10.1983, en la Fête de N.-D. du St Rosaire, dictant à don Gobbi, MARIE S'adresse aux Prêtres et, à travers eux, à nous Parents qui avons, envers nos enfants, la responsabilité du Prêtre à l'échelle de la famille :
"Fils de prédilection, dans la bataille qui vous oppose chaque jour à Satan et à ses séductions rusées et dangereuses, à sa puissante armée du Mal, en plus de l'aide spéciale que vous apportent les Anges du Seigneur, vous avez besoin d'employer une arme sûre et invincible. Cette arme est votre Prière. Par la Prière, vous pouvez toujours arracher à l'ennemi le terrain qu'il a conquis ; vous pouvez faire éclore des germes de Bien sur le désert du mal et du péché ; vous pouvez surtout libérer un nombre immense d'Âmes que Satan a réussi à capturer. La Prière a une force puissante et suscite dans le Bien des réactions en chaîne, plus fortes même que les réactions atomiques." "La Prière que Je préfère est le Saint Rosaire. C'est pourquoi Je vous invite toujours dans Mes nombreuses apparitions, à le réciter ; Je M'unis à ceux qui le prient, Je le demande à tous avec anxiété et avec toute ma préoccupation maternelle.
"Pourquoi le Saint Rosaire est-il si efficace ? Parce qu'il est une Prière simple, humble et que, tandis qu'il est récité, il vous forme spirituellement à la petitesse, à la douceur, à la simplicité de coeur. Aujourd'hui, Satan réussit à tout conquérir par son esprit d'orgueil et de rébellion contre Dieu, et il craint énormément ceux qui suivent votre céleste Maman sur le chemin de la petitesse et de l'humilité. Et c'est ainsi que, tandis que cette Prière est méprisée par les grands et les orgueilleux, elle est récitée, avec tant de joie et d'Amour, par Mes petits enfants." (...) "C'est encore par l'Humilité des Petits que l'Orgueil de Satan sera vaincu ; et le dragon rouge se sentira définitivement humilié et vaincu, lorsque Je le lierai en Me servant, non d'un chaîne grosse et forte, mais d'une corde des plus fragiles : celle du Saint-Rosaire.
"C'est une Prière que vous faites avec Moi. Quand vous M'invitez à prier pour vous, J'exauce vos demandes et J'associe Ma voix à la vôtre, J'unis Ma Prière à la vôtre.
Ainsi devient-elle toujours efficace, puisque votre céleste Maman est la toute-puissante Suppliante." "J'obtiens toujours tout ce que Je demande parce que JÉSUS ne peut jamais opposer un "non" à ce que Lui demande Sa Mère. C'est une Prière qui unit les voix de l'Église et de l'Humanité parce qu'elle est faite au nom de tous, jamais à un titre uniquement personnel.
"Par la contemplation de ses Mystères, vous arrivez à comprendre le dessein de JÉSUS, qui se dessine dans toute Sa Vie, depuis l'Incarnation jusqu'à Sa Pâque glorieuse ; et vous pénétrez ainsi de plus en plus dans le Mystère de Sa Rédemption. Et vous arrivez à comprendre ce Mystère d'Amour à travers votre céleste Maman ; en passant par le chemin de Son Coeur, vous parvenez à posséder l'immense trésor de la divine et ardente Charité du Coeur du Christ.
"Par le Rosaire, vous êtes formés à la parfaite glorification du Père, à travers la répétition fréquente de la Prière que JÉSUS vous a enseignée : "Notre Père qui es aux Cieux, que Ton Nom soit sanctifié, que Ton Règne vienne !." Vous êtes formés aussi à l'adoration perpétuelle de la Très-Sainte Trinité par la récitation du "Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit."
"Votre céleste Maman vous demande aujourd'hui d'employer le Saint Rosaire comme l'arme la plus efficace pour mener la grande bataille aux ordres de la Dame vêtue de soleil.
"Répondez à Mon appel : multipliez vos Cénacles de prière et de fraternité ; consacrez-vous à Mon Coeur Immaculé ; récitez souvent le Saint Rosaire ! Alors le puissant dragon rouge sera totalement maîtrisé par cette chaîne, son champ d'action sera de plus en plus réduit ; à la fin, il pourra être rendu impuissant et inoffensif. Ainsi apparaîtra aux yeux de tous le Miracle du triomphe de Mon Coeur Immaculé."
En lisant, chacun aura noté que Notre Mère utilise souvent les mêmes mots que Son divin Fils ; des mots simples, clairs et forts ; des mots à la portée de tous. Chacun aura compris que JÉSUS et MARIE, seulement en Se justifiant de notre Prière, entraveront la liberté d'action des démons. Au cours de toutes Ses Apparitions, dans tous les Messages dictés à des Âmes-choisies, la Sainte Vierge insiste sans se lasser sur la Prière du Rosaire qu'Elle a révélée à St Dominique.
Particulièrement sur les lieux d'Apparitions de JÉSUS et de MARIE non-encore-reconnus par l'Église, les Pèlerins récitent le Saint-Rosaire en entier. "Je suis la Trésorière de vos Ave Maria", dit MARIE. Tout récemment, JÉSUS nous donne à comprendre que l'urgence devient de plus en plus pressante, car Il met les points sur les i en dictant à "JNSR" (38), le 15.03 1994 dans un Message titré :
"Vous êtes Mes pécheurs d'hommes"
"Sais-tu que Dieu n'abandonne personne, même pas ceux qui, aujourd'hui, restent insensibles à Son grand Amour car, un jour proche, Je ferai brûler tous ces coeurs froids ; ce Jour, Mon Saint Coeur déploiera tant de force, tant de chaleur d'Amour, que même les coeurs de pierre fondront comme la neige au soleil." (...)
"Tirez fort ! Je mettrai tant d'Amour en vous qu'ils viendront à vous par milliers. Oh oui, cette Pèche Miraculeuse nous la ferons ensemble.
"Mon Enfant chérie, prends ton Rosaire en mains,
égraine les cent cinquante trois Ave Maria et tu verras, à chaque fois ce même nombre, cette même quantité d'Âmes sauvées du fond des eaux troubles, du fond de ces trous qui n'ont plus de fond, car nous les repêcherons avant qu'ils tombent dans le Néant.
"Ô Ma petite, continue à prier comme cela ; fais prier tous ceux qui t'écoutent, ceux qui vont M'écouter parce que c'est Moi, votre Dieu, qui te parle pour tous, eux Mes Enfants au coeur pur, qui verront comme toi cette Pèche Miraculeuse ; car vous allez, tous, assister à ce Miracle !
"Oui, Mes Enfants chéris, les cent cinquante trois vont remonter du fond des eaux profondes et troubles ; à chaque fois que vous réciterez le Saint-Rosaire, ils seront sauvés. Oui, Je vous les donne, parce que Je veux, avec Ma Sainte Mère, vous les donner ; Elle le désire comme moi. Ils vont passer par vous pour Me revenir guéris, parce que cette Sainte Grâce Je l'ai accordée à Ma Sainte Mère et Votre Mère chérie. Je la lui ai accordée parce que les Temps sont trop déchaînés vers le Mal.
"Alors Dieu accorde, à ceux qui prieront avec Amour les cent cinquante trois Ave Maria tous les jours 1, de devenir des pécheurs d'hommes pour JÉSUS et MARIE, afin de remplir le Ciel et de vider le Pré-Enfer. Car JÉSUS et MARIE vous envoient devant les portes de l'Enfer. Là, votre filet tirera à vous les Âmes à la limite du non-retour à Dieu." (...)
(1) : Ce n'est qu'à présent que l'on comprend la Pèche Miraculeuse de l'Évangile où PIERRE et ses compagnons, qui avaient péché toute la nuit sans sucés, font confiance au Seigneur et ramènent 153 gros poissons dans leur filet. Avec les nombres de Gens nourris par les deux Multiplications de pains et de poissons, 153 est, je pense, le seul autre nombre mentionné dans l'Évangile. Un Humain en danger-immédiat de se perdre ("le pré-Enfer) sauvé par un Ave Maria, dès maintenant cela semblera "trop beau" ou "trop facile" ou "trop déraisonnable" à certains qui jugent les Promesses du Seigneur avec leur mesure humaine mesquine ou incrédule ou présomptueuse.
Ce n'est pas "trop beau" car nul ne peut imaginer les Merveilles de la prodigalité de Dieu pour Ses Enfants chéris, et les plus chéris sont les plus en danger de se perdre définitivement et immédiatement.
Ce n'est pas "trop facile", car la Promesse de Salut est assortie de trois conditions très difficiles à satisfaire : prier avec Amour le Saint-Rosaire en entier, et cela tous les jours.
Avec Amour : qui peut "mesurer" l'Amour ? JÉSUS, qui a dicté : "la qualité de l'Amour se mesure à la générosité de celui qui le possède." Donc il faut prier avec tout l'Amour dont chacun est capable, même si c'est beaucoup d'Amour pour certains, et peu pour d'autres, tout l'Amour. Prier avec le coeur qui est le trône de l'Amour ; et non du bout des lèvres, mécaniquement ; prier en méditant en esprit chacun des 15 Mystères du Rosaire : sans cela, le Rosaire "est sans Âme" a dit MARIE à Kérizinen.
En entier : ce qui oblige à discipliner sa journée pour répartir le Rosaire en ses trois chapelets, quelles que soient les occupations, ainsi que le fait le Saint Père. C'est très difficile, et cela nous coûte beaucoup ; MARIE l'a dit : "ce qui vous coûte le plus est ce qui Me plaît le plus" ; avec "rien" on n'achète "rien."
Tous les jours : en donnant la priorité absolue à cette oeuvre de Salut sur tous les événements, accidents, contretemps ; tous les jours que le Bon Dieu donnera à chacun de vivre, sans jamais s'arrêter en pensant : "à présent, j'en ai assez fait."
Et ce n'est pas déraisonnable car plus le Retour du Seigneur se rapproche de nous, et plus l'Enfer se déchaîne avec fureur pendant le temps de plus en plus court où les démons ont encore la possibilité de nous désorienter de Dieu et de perdre le plus possible d'humains, ceux-là même que JÉSUS et MARIE veulent sauver. Et que nul ne pense être à l'abri de la chute devant