Td corrigé Exercices d'entraînement : Perfectionnement en lecture pdf

Exercices d'entraînement : Perfectionnement en lecture

Page 9 : Exemple d'exercices : réaliser des inférences à partir de textes poétiqu es (CM) ... Mais ce discours à la première personne est chargé d'implicite. ... Dès le cycle 1, lors de lecture orale on veillera à interroger sur la .... mais sur la façon d'exprimer sa pensée ce qui est très important pour la notion d'écrit : trop souvent  ...




part of the document



Exercices d'entraînement :
Perfectionnement en lecture. Compréhension de l'implicite, inférences   1. Rapprocher des éléments du texte
Lis d'abord ce texte, puis réponds à la question

J'étais en train de garder mes bêtes en lisant. Il y avait du vent ce jour-là. Je m'endormais un peu, lorsque mon chien labri se mit à aboyer. Je n'y pris pas garde tout de suite. Puis je réalisai que trois brebis s'étaient écartées. Avec l'aide de mon chien, il me fallut peu de temps pour les ramener. Mais en revenant, plus de chapeau, plus de journal ! Ah naturellement, me dis-je, je ne fais jamais attention !
Le berger ne semble pas étonné à la fin : pourquoi?


Lis d'abord ce texte, puis réponds à la question

Il y avait six heures qu'elles volaient sans interruption et elles sentaient le besoin de refaire leurs forces. Pour cela quoi de mieux qu'une bonne ventrée de harengs . Elles survolaient l'embouchure d'un fleuve. D'en haut, elles voyaient les bateaux à la queue leu leu, comme des animaux marins patients et disciplinés, attendant leur tour pour gagner la pleine mer.
De quelles créatures parle-t-on ?

Ces textes court sont taillés sur mesure pour que la question finale oblige à inférer. On remarque que cela implique une attitude mentale active où le lecteur construit le sens, et ne se contente pas de "l'absorber".
2. Le chaînon manquant
Pour conforter cette habitude, on peut pratiquer régulièrement un autre exercice. On propose deux phrases sans liaison apparente, et il s'agira de justifier l'enchaînement.
Quel rapport ?

Il ne neigeait pas encore. Jean Michel proposa de faire les courses.
Après l'accident, Daniel ne pouvait plus marcher. Antoinette a quitté son travail.
A la télévision, on parlait des élections. Papa se mit à chercher fébrilement dans son portefeuille.

On peut même envisager de tirer deux phrases au hasard, dans un esprit "oulipien".
Chaque fois, la question sera : quel rapport ? Même les réponses apparemment illogiques intéresseront le maître, ou seront commentées par le groupe d'enfants.
Ce qui est important est de faire acquérir un "geste mental" qui devra devenir spontané : établir la liaison entre les segments d'un texte qui doivent s'enchaîner, s'inquiéter de la cohésion. C'est un aspect du comportement actif du lecteur.
Toutefois, on ne peut attendre des résultats rapides à partir de ces seuls exercices, supports de taille réduite. D'autre part, trouver le lien en étudiant un texte "à l'arrêt" n'est pas la même opération que de le réaliser spontanément pendant la lecture. Aussi, pour la mise en place d'habitudes durables, on s'appuiera en même temps sur la pratique régulière des ateliers de questionnement de texte.  


Exemples d’exercices :
entraînement à l’inférence (CE2)
1) Retrouver qui parle dans un texte et justifier sa réponse. 2) Produire un écrit sur le modèle proposé.
   








Partager la perception de l’implicite     Quelques idées d’activités
1- A partir de tous types de lecture (collective ou individuelle, de l’enseignant ou des élèves) cycles 1, 2, 3
Questionnaire oral ou écrit : Après quelques questions « fermées », qui appellent une lecture explicite et une seule réponse, (Combien y-a-t-il d’enfants dans l’histoire, lequel arrive à résoudre le problème… ?), on posera des questions « ouvertes », lecture implicite qui appellent des réponses diverses (Auquel des enfants t’identifies-tu et pourquoi ? Est-ce que on aurait pu s’y prendre autrement pour résoudre le problème - comment ? Qu’est ce qui t’a plu ou déplu dans cette histoire et pourquoi ?). La correction de ce type de questions portera alors non sur le contenu mais sur la façon d’exprimer sa pensée ce qui est très important pour la notion d’écrit : trop souvent les élèves et l’enseignant s’attachent plus au fond : réponse exacte qu’à la forme.
Tableau collectif des livres lus dans la classe : Sur un tableau à double entrée les élèves dans la case correspondant à leur nom et au livre lu placeront leur « côte d’amour » (note, dessin d’un bonhomme qui rit, pleure, code couleur…)
Cahier de lectures personnelles : Ce cahier commencé très tôt peut suivre l’enfant tout au long de sa scolarité ; il ne s’agit pas de raconter les livres lus (ou entendus) mais de les noter (titre, auteur, illustrateur, éditeur), de les illustrer (en reproduisant une illustration ou en recopiant un passage de texte qui plaît particulièrement), de dire ce que l’on en pense en argumentant. Pour les maternelles on donnera des catalogues éditeurs aux élèves et ils rechercheront les couvertures des livres, ils les découperont et colleront dans leur cahier, petit à petit ils recopieront le titre, l’auteur…
Apostrophe : Oralement, à tour de rôle, dans le cours de l’année, les élèves présenteront oralement des livres lus ; les autres les questionneront pour savoir si le livre leur a plu ou non et pourquoi. Les avis différents sur un même livre permettront d’affiner la notion de lecture implicite.
2- A partir de livres documentaires
On comparera ceux qui vont plus loin que de donner simplement l’information. Par exemple, sur les champignons : quelles techniques font que l’auteur donnent envie de cueillir des champignons (présence de recettes de cuisine, informations sur l’odeur, la texture, présence de belles photos de sous-bois, localisation en France…) alors que d’autres documentaires sont purement informatifs (texte uniquement descriptif, photo détourée sorties du contexte…)
3- A partir de séries
On dégagera les caractères permanents des personnages, leurs façons d’agir, leur évolution au cours des épisodes… (voir Apprendre à aimer lire - Michel Peltier – Hachette - 1995)
4- A partir d’une lecture suivie de l’enseignant
Ces moments de lecture orale de l’enseignant, ritualisés, théâtralisés sont très importants et permettent à chaque élève d’intérioriser la lecture : à la fin de chaque épisode on envisagera différentes suites possibles.
5- A partir de nombreux livres connus par les enfants ( livres de la BCD ou livres de la classe)
Jeu « ça me fait penser à ». Il s’agit de placer à tour de rôle un livre à côté du précédent en disant le point commun que l’on y voit (format, auteur, illustration présentant des points communs, même héros, lieu proche…).
Exemple d’exercices :
Réaliser des inférences et prendre conscience de l’activité mentale
liée à la compréhension des informations implicites (CM1 / CM2)  
 Exercice 1 : réalisation d’inférences

La question posée oblige l’élève à mettre en relation les informations implicites dans les courts textes proposés.
Le fait de souligner les mots qui permettent de répondre à la question vise la prise de conscience de l’activité du lecteur.

1) Inférence sur un personnage
" C’était l’heure d’emmener Victoria, notre labrador de pure race, et Charles notre fils, faire leur promenade matinale. " (Une histoire à quatre voix, Antony BROWNE )
Qui est Victoria ? ……………………………………
A quel moment se passe la scène ? ………………………
Souligne les mots qui te permettent de justifier ta réponse.
2) Inférence sur le narrateur 
" Ca te dirait de venir faire du toboggan ? " demanda une voix. C’était une fille, malheureusement, mais j’y suis quand même allé. Elle était géniale au toboggan. Elle allait vraiment vite. J’étais impressionné. (Une histoire à quatre voix, Antony BROWNE)
Qui est le narrateur ? (souligne la bonne réponse)... un garçon ? une fille ?
Souligne les mots qui te permettent de justifier ta réponse.
3) Inférence sur un objet
" Si elle osait en tirer rien qu’une du paquet, la frotter contre le mur et se réchauffer les doigts. Elle en tira une, pfutt ! Ce fut une flamme chaude et claire, comme une petite lumière qu’elle entoura de sa main. " (d'après Hans Christian Andersen)
Que tient-elle dans sa main ? ………………………
Souligne les mots qui te permettent de justifier ta réponse.
4) Inférence sur un personnage
" Une trentaine de moutons couchés sur la terre brûlante se reposaient près de lui. Il me fit boire à sa gourde et, un peu plus tard, il me conduisit là où il mangeait et dormait, derrière un repli de terrain. " (d'après Jean Giono)
Qui est " il " ? ………………………
Souligne les mots qui te permettent de justifier ta réponse.

5) Inférence sur une action
" Arrivé à l’endroit où il désirait aller, il se mit à planter sa tringle de fer dans la terre. Il faisait ainsi un trou dans lequel il mettait un gland, puis il rebouchait le trou. " (d'après Jean Giono)
Que fait le personnage ? ………………………
Souligne les mots qui te permettent de justifier ta réponse.
6) Inférence sur un lieu
" Paul ne travaille pas plus qu’à l’habitude, il ne travaille pas moins non plus. Il attend la grande récréation pour discuter de l’entraînement avec tous les joueurs de son équipe de foot. "
(d'après H.J Schädlich, Le coupeur de mots)
Où se passe la scène ? ………………………
Souligne les mots qui te permettent de justifier ta réponse.
7) Inférence sur une action
" Paul, qui se sent encore fatigué, s’assiérait bien sur le dos de l’éléphant-nuage qui le mènerait confortablement à l’école. Il aimerait encore mieux s’allonger dans le lit-nuage. " (d'après H.J Schädlich, Le coupeur de mots)
Que fait Paul ? ………………………
Souligne les mots qui te permettent de justifier ta réponse.
Exercice 2 : travail sur les pronoms et leurs référents implicites

Parmi les stratégies de compréhension que développent les élèves, la recherche du référent des pronoms dans ce qui a déjà été lu (la phrase, le paragraphe, la page…) est importante.
L’exercice ci-dessous ne propose pas cette recherche du référent : il conduit l’élève à établir des liens logiques et à dévoiler l’implicite.
1) " Il est dans son atelier, encombré de toiles et de chevalets. Le portrait avance bien. Il ajoute une touche de bleu au coin d'une paupière et se recule, l'air satisfait. "
Qui est "il" ? ………………………
Souligne les mots qui te permettent de justifier ta réponse.
2) " Elle m'examine et pose son stéthoscope sur ma poitrine. Aïe, c'est froid, et ça se ballade partout ! Enfin, elle retourne vers mon père d'un air rassurant ! Elle lui parle, mais je n'entends pas. Elle sort son stylo et griffonne quelque chose sur un papier. J'espère qu'il n'y a pas trop de médicaments ! "
Qui est "elle" ? ………………………
Doit-on s'inquiéter pour le narrateur ? ………………………
Souligne les mots qui te permettent de justifier ta réponse.

3) " Le feu gronde sous le chaudron. Elle vérifie que le liquide commence à bouillir. Elle verse alors dedans une espèce de liquide rose, puis y ajoute quelques bestioles. Les flammes l'éclairent par-dessous, portant une ombre gigantesque sur le mur. "
Qui est "elle" ?
Souligne les mots qui te permettent de justifier ta réponse.
4) " Vous me l’avez amenée en me disant qu’elle toussait. Je l’ai examinée. Je me suis aperçu qu'une durite était obstruée. Pendant que j'y étais, j’ai aussi vérifié la batterie. Vous savez, il faudra une sérieuse révision ! "
Qui parle ? ………………………
Souligne les mots qui te permettent de justifier ta réponse.
5) " Il tapote un peu sur les parpaings, puis étale le mortier avec habileté, et rattrapant ce qui coule sur les côtés. Il pose alors un nouveau bloc avec précaution, puis un autre, un troisième. Il vérifie l’alignement à l'œil : pour ce qu'il fait, il n'a pas besoin de son niveau. "
Qui est "il" ? ………………………
Souligne les mots qui te permettent de justifier ta réponse.  


































Exemple d’exercices
Réaliser des inférences à partir de textes poétiques (CM)
A) Facile
Je m'éveillais ; j'aimais le papier de ma chambre. Je cherchais à savoir s'il faisait beau dehors, Le soleil aux rideaux collait sa pâte d'or.
Ce sera tout un jour à courir dans le thym, Près du merisier rose et près de la cigale.
(D'après Anna de Noailles)
A quel moment de la journée sommes-nous ? ………………………

L'aube est moins claire, l'air moins chaud, le ciel moins pur ; (…) Les longs jours sont passés ; les mois charmants finissent. Hélas ! Voici déjà les arbres qui jaunissent! (D'après V. Hugo)
A quel moment de l'année sommes-nous ? ………………………
Ça crie, ça grouille et ça agace.
(…) Ça se barbouille Ça tripatouille Dans la mélasse,
(…) Puis ça rêvasse Et ça coasse
Mais pour un héron à échasses, Ce n'est qu'un sandwich à ressorts.
(D'après Pierre Coran)
De quel animal s'agit-il ?………………………

B) Plus difficile
Elle avait pris ce pli dans son âge enfantin [ce pli = cette habitude] De venir dans ma chambre un peu chaque matin;
(…) Elle entrait, et disait : Bonjour, mon petit père ; Prenait ma plume, ouvrait mes livres, s'asseyait Sur mon lit, dérangeait mes papiers, et riait, Puis soudain s'en allait comme un oiseau qui passe.
(D'après V.Hugo)
Qui peut-elle être ? ………………………
A l'aube je gagnai la lisière des bois ; (…) Je relevai la trace, incertaine parfois Sur le bord d'un layon, d'un enfant de septembre. [Un layon = une allée] (…) Les pas étaient légers et tendres, mais brouillés. Ils se croisaient d'abord au milieu des ornières Et puis, ils se perdaient plus loin parmi les hêtres (…) Je me suis dit : il va s'en retourner peut-être A l'aube, pour chercher ses compagnons de vol.
(D'après Patrice de la Tour du Pin)
Qui peuvent être les "enfants de septembre" ? ………………………













































Exemples d’exercices d’entraînement
Maîtrise des relations anaphoriques
Développer le repérage des référents derrière les substituts lexicaux (CE2 / CM)  
 Cette série d’exercices vise à développer les facultés de gestion des systèmes anaphoriques par le repérage des référents derrière les substituts.
Même s’il est d’une autre nature, le 4ème exercice poursuit le même objectif.

Exercice 1 : niveau CE2 (facile)
Consigne : " Dans chaque extrait, il y a un pronom en rouge. Entoure le mot en italique que ce pronom remplace. "
Le crabe
Christine vient de relever son épuisette.
Au fond du filet, elle voit un énorme crabe.
- une épuisette
- Christine
" Comme il semble méchant ! "
- ces crabes
- ce panier
- ce crabe
Nicolas rejoint Christine. Il voudrait bien se montrer courageux,
- le crabe
- Nicolas
- Christine
mais la taille des pinces lui fait peur.
- à Nicolas à Nicolas
- au crabe
- aux crabes
" Remets-le à l’eau, dit-il. Ceux-là, on ne les prend pas,
- les crabes
- le crabe
- Nicolas
Exercice 2 : niveau CM1 (facile)
Consigne : Souligne toutes les expressions qui désignent le requin blanc.
Texte support
Le requin blanc
" Les dents de la mer ", c’est lui. Le grand requin blanc, terreur des baigneurs et des surfeurs.
Mais le monstre à la mâchoire infernale ne serait pas aussi vorace qu’il en a l’air. On dit tellement de choses sur ce mystérieux ogre des mers…


Exercice 3 : niveau CM2 (moyen)
Compétence : repérer la chaîne anaphorique

Consigne :
" souligne en rouge tous les mots qui désignent Mr Dursley. "
" souligne en bleu tous les mots qui désignent le chat. "
 
Texte support
Mr. Dursley ne comprend plus
Ce fut au coin de la rue qu’il remarqua pour la première fois un détail insolite : un chat qui lisait une carte routière. Pendant un instant, Mr Dursley ne comprit pas très bien ce qu’il venait de voir. Il tourna alors la tête pour regarder une deuxième fois. Il y avait bien un chat tigré, assis au coin de Privet Drive, mais pas la moindre trace de carte routière. Qu’est-ce qui avait bien pu lui passer par la tête ? Il avait dû se laisser abuser par un reflet du soleil sur le trottoir. Mr Dursley cligna des yeux et regarda fixement le chat. Celui-ci soutint son regard. Tandis qu’il tournait le coin de la rue et s’engageait sur la route, Mr Dursley continua d’observer le chat dans son rétroviseur. L’animal était en train de lire la plaque qui indiquait " Privet Drive " - mais non, voyons, il ne lisait pas, il regardait la plaque. Les chats sont incapables de lire des cartes ou des écriteaux. Mr Dursley se ressaisit et chassa le chat tigré de son esprit.
(Extrait de " Harry Potter et la pierre philosophale " K. Rowling, 1997)
 

 
Exercice 4 : niveau CM2 (difficile)
Texte support
Les chiens
Les chiens aboyèrent lorsqu’elle traversa la cour.
….. tiraient la langue et …… yeux lançaient des éclairs. Natacha ………… jeta le pain que ……….avait donné sa tante. Aussitôt …….. se calmèrent, et ………. laissèrent passer. Puis ………. arriva à la grille de fer qui délimitait le jardin de la sorcière. Elle était fermée et ne voulait pas s’ouvrir. Alors Natacha versa un peu d’huile sur les gonds : les battants s’écartèrent et la jeune fille put avancer. Mais devant ………, sur le petit chemin, il y avait un bouleau dont les branches …..… fouettaient avec vigueur. Natacha prit le ruban qu’elle avait apporté et lia les branches autour du tronc.
(Baba Yaga et Natacha, conte populaire russe " Mille ans de contes Nature ")

Consigne : "Complète le texte avec les pronoms et l’adjectif possessif suivants : lui - leurs - leur - ils - la - elle - ils - elle - la "  



































Exercices d’entraînement à la maîtrise des relations anaphoriques
Repérages des substituts anaphoriques
et
activités de production d’anaphores (CM1 / CM2)
Cette deuxième série, qui commence par des exercices traditionnels de repérage des substitutions anaphoriques, propose ensuite des activités orientées vers la production d’anaphores, jugées plus efficaces pour attendre l’objectif poursuivi.
Exemple 1 : identification des substituts anaphoriques (niveau CM2 facile)Consigne :
Pour chaque mot marqué d’un code, indique par le même code les mots qui le remplacent, et les possessifs qui les concernent. Un exemple est donné pour le mot "Philippe".
 INCLUDEPICTURE "http://www.uvp5.univ-paris5.fr/TFL/images/FA66-20071.gif" \* MERGEFORMATINET 
attention !
Ce type d'activité accoutume aux différentes formes de substituts. Mais l'efficacité en est limitée : comme pour les inférences, la situation de texte "arrêté" qu'on analyse posément est très différente du contexte de lecture où le référencement doit se faire spontanément.
 
Exemple 2 : réécriture de textes sous contraintes (niveau CM1)Pour acquérir une meilleure maîtrise dans ce domaine, il vaut mieux compter sur les exercices de réécriture d'un texte dont on change certaines données : les personnes mais aussi des objets et des lieux.
Consigne :
Réécrivez ce texte en remplaçant Jean Luc par Marianne, la cathédrale par un lac ; la boulangère par un cordonnier, le cycliste par une fille en scooter, et les ouvriers par des policiers.
Texte support
Au pied de la cathédrale, Jean-Luc attendait son mystérieux correspondant. Etait-ce cette employée de la boulangerie ? Elle le regardait de temps en temps avec insistance, puis retournait à ses baguettes. Ou bien ce cycliste arrêté un pied à terre : il avait une espèce de mauvais sourire qui le rendait suspect. Et ces ouvriers de la voirie penchés sur la bouche d'égout ? Jean-Luc leva les yeux vers le monument. (On remarquera que la réécriture affecte d'autres aspects du texte que les anaphores. Cela n'est pas un inconvénient, mais il faut garder à l'exercice sa dominante.)
Exemple 3 : manipulations dans des phrases isolées (niveau CM2)a) Pronominalisation
Il s'agit ici de manipulations sur bases grammaticales.
Consigne :
Comme dans l'exemple, remplace le ou les mots soulignés par un pronom.
Exemple : Marine cherche son chapeau > Marine le cherche
- Le gendarme parle aux deux conducteurs.
- Je mange tous les jours au restaurant.
- Mon oncle regarde plus volontiers les films d'action.
- Samantha a expliqué l'itinéraire à Audrey.
- Le chien s'est éloigné du jardin.
- Samantha a expliqué l'itinéraire à Audrey.
- Marie a emprunté à sa mère une vieille robe.
- Samantha a expliqué l'itinéraire à Audrey.
-…Note : les cas complexes à deux ou trois pronoms ("il les leur a volés") s'aborderont en CM2 mais ils peuvent être vus dès le CM1 selon le niveau des élèves.
b) Synonymes et périphrases
Pour cet exercice à dominante lexicale, on pourra proposer l’utilisation du dictionnaire.
Consigne :
Comme dans l'exemple, remplace le ou les mots soulignés par un synonyme ou une expression équivalente.
Exemple : Marine cherche son vieux manteau gris. C'est un vêtement qu'elle a hérité de sa grand-mère.
- Jean Luc est au pied de la cathédrale. Cette cathédrale date du quatorzième siècle.
- Il observe le village avec des jumelles. Ces jumelles sont très puissantes.
- Marie-Antoinette observe le Président du tribunal. Le visage du Président est indéchiffrable.
- Le jeune Américain a découvert Mexico. Conduire dans Mexico demande une certaine habitude !Il faut remarquer que la substitution ne fait pas nécessairement appel à un synonyme, mais à un terme de catégorie plus générale que le mot source (ex: cathédrale, construction, édifice).








Perfectionnement en lecture. Compréhension du sens local      
On pourrait considérer qu'un texte est un ensemble de phrases. En réalité, pour construire le sens d'un texte en lisant, le lecteur assemble de grandes unités de sens, supérieures en général à la phrase, appelées par certains chercheurs "propositions sémantiques".
Pour comprendre un texte, le lecteur doit les identifier, pendant la lecture, et les installer dans sa mémoire comme constituants du sens : il doit établir le "sens local". Dans l'exercice de cette compétence, la difficulté est de reconnaître dans le cours de la lecture qu'un grand ensemble se termine et qu'un autre commence, par exemple à l'endroit marqué d'une double barre (Q%)dans le texte suivant :
La devanture de la Fromagerie centrale, dirigée par Victor Lebrouteux depuis un demi-siècle, tombait en miettes. Comme la croûte des fromages trop secs.
Sa clientèle si fidèle l'avait abandonnée, pour une alimentation générale qui avait poussé au bout de la rue. Il y avait maintenant dans la boutique plus de souris que de clients.Q% Pourtant, à soixante-douze ans et des poussières, le vieux Lebrouteux avait décidé de se rebeller. De se battre. De faire preuve d'ingéniosité& etc.
Le lecteur passe de la première grande idée (le commerce périclite) à la seconde (Victor réagit) sans qu'un indicateur particulier le lui signale : la limite de la proposition sémantique ne correspond pas toujours au paragraphe, comme on le voit ici.
Un entraînement systématique est nécessaire pour que l'élève de cycle 3 perfectionne ses capacités à "établir le sens local".
Un ensemble d'exercices utilisables en classe est proposé à cet effet dans une fiche jointe (cliquer sur fiche d'activités/outils).
Exercices d'entraînement : Perfectionnement en lecture. Compréhension du sens local     1. Exercices d'analyse
Un premier type d'exercice consiste à fixer ces limites dans un texte proposé compact. L'élève marquera au crayon ces limites, ou créera des paragraphes ; pour ce faire, l'utilisation du traitement de texte apporte une grande commodité.
Découpe le texte en petits paragraphes, comme on te le montre dans l'exemple.La tempête bat son plein. Des vagues géantes viennent se briser contre la côte très rocheuse à cet endroit. Beaucoup d'animaux marins descendent vers des eaux plus profondes. Les fonds sont toujours plus calmes. Mais il y a des animaux qui restent près de la côte. Un de ces animaux est un poisson. Il ne ressemble pas aux autres poissons. C'est un hippocampe. SCHPLAAF ! Une immense vague arrache l'hippocampe à son algue. Elle l'emmène au large, et l'abandonne en pleine mer. L'hippocampe est en danger, car ses ennemis peuvent maintenant le repérer. Un bout d'algue flotte à côté de lui. L'hippocampe se dépêche d'enrouler sa queue autour de l'algue. C'est une algue brune, qu'on appelle sargasse. De tout petits sacs sont accrochés le long de sa tige. Ces sacs ressemblent à des ballons, et lui permettent de flotter. L'hippocampe s'accroche à l'algue de toutes ses forces.
Exemple :
La tempête bat son plein. Des vagues géantes viennent se briser contre la côte très rocheuse à cet endroit .
Beaucoup d'animaux marins... 2. Exercices de reconstruction
Mais pour décider de la limite entre deux unités, il faut comprendre que ce qui précède a un sens cohérent. Construire le sens d'un ensemble local fait donc également partie des compétences en jeu. On peut s'y entraîner par le mini-texte "puzzle" (à ne pas confondre avec la phrase puzzle).

 INCLUDEPICTURE "http://www.uvp5.univ-paris5.fr/TFL/images/FA91-4.jpg" \* MERGEFORMATINET 3. Exercices de détermination du sens
La compréhension du sens local tient surtout à l'aptitude à comprendre très vite le sens de grands ensembles, de segments longs ; on peut développer l'exercice de cette compétence en proposant aux élèves de trouver très vite le titre de mini-textes.
Le bon titreAu Mont St Michel, lors des grandes marées, la mer monte à 30 km/h. Elle parcourt ainsi 20 km en 40 minutes. On dit alors qu'elle avance à la vitesse d'un cheval au galop. Cela présente quelque danger pour les promeneurs.
Promenade à cheval au Mont St Michel
La mer et les promeneurs au Mont St Michel
La vitesse de la mer au Mont St MichelUne version plus difficile, mais plus féconde de cet exercice (parce qu'elle mobilise des compétences plus complètes) se présente sous la forme suivante :


















Exercices d'entraînement à la compréhension : traitement des anaphores et des substituts   1. Identification des substituts anaphoriques
On peut proposer cet exercice classique, à la manière de l'exemple donné dans la réponse à la question "Certains élèves font des confusions dans les références aux personnages lors de leurs lectures ou dans leurs écrits. Comment les aider" ?
 INCLUDEPICTURE "http://www.uvp5.univ-paris5.fr/TFL/images/FA97-1.gif" \* MERGEFORMATINET 
Ce type d'activité accoutume aux différentes formes de substituts. Mais l'efficacité en est limitée : comme pour les inférences, la situation de texte "arrêté" qu'on analyse posément est très différente du contexte de lecture ou le référencement doit se faire spontanément.
2. Réécriture de textes sur contraintes
Pour acquérir une meilleure maîtrise dans ce domaine, il vaut mieux compter sur les exercices de réécriture d'un texte dont on change certaines données : les personnes mais aussi des objets et des lieux.
Au pied de la cathédrale, Jean-Luc attendait son mystérieux correspondant. Etait-ce cette employée de la boulangerie ? Elle le regardait de temps en temps avec insistance, puis retournait à ses baguettes. Ou bien ce cycliste arrêté un pied à terre : il avait une espèce de mauvais sourire qui le rendait suspect. Et ces ouvriers de la voirie penchés sur la bouche d'égout ? Jean-Luc leva les yeux vers le monument.

Récrivez ce texte en remplaçant Jean Luc par Marianne, la cathédrale par un lac ; la boulangère par un cordonnier, le cycliste par une fille en scooter, et les ouvriers par des policiers

On remarquera que la réécriture affecte d'autres aspects du texte que les anaphores. Cela n'est pas un inconvénient, mais il faut garder à l'exercice sa dominante.
3. Manipulations dans des phrases isolées
On retrouve ici des exercices plus classiques.
Pronominalisation
Il s'agit ici de manipulations sur bases grammaticales.
Comme dans l'exemple, remplace le ou les mots soulignés par un pronom
Ex : Marine cherche son chapeau > Marine le cherche
Le gendarme parle aux deux conducteurs. Je mange tous les jours au restaurant
Mon oncle regarde plus volontiers les films d'action. Samantha a expliqué l'itinéraire à Audrey
Le chien s'est éloigné du jardin.. Marie a emprunté à sa mère une vieille robe

Note : les cas complexes à deux ou trois pronoms ("il les leur a volés") ne s'aborderont qu'en CM2
Synonymes et périphrases
Pour cet exercice à dominante lexicale, on utilisera le dictionnaire.
Comme dans l'exemple, remplace le ou les mots soulignés par un synonyme ou une expression équivalente.
Ex : Marine cherche son vieux manteau gris. C'est un vêtement qu'elle a hérité de sa grand-mère

Jean Luc est au pied de la cathédrale. Cette cathédrale date du XIY° siècle.
Il observe le village avec des jumelles. Ces jumelles sont très puissantes.
Marie-Antoinette observe le Président du tribunal. Le visage du Président est indéchiffrable.
Le jeune Américain a découvert Mexico. Conduire dans Mexico demande une certaine habitude !

Il faut remarquer que la substitution ne fait pas nécessairement appel à un synonyme, mais à un terme de catégorie plus générale que le mot source ( ex : cathédrale > construction, édifice).  




































Entraînement à la maîtrise des relations anaphoriques : exercices de repérage des substituts anaphoriques et activités de production d’anaphores (CM1 / CM2)   Cette deuxième série, qui commence par des exercices traditionnels de repérage des substitutions anaphoriques, propose ensuite des activités orientées vers la production d’anaphores, jugées plus efficaces pour attendre l’objectif poursuivi.
------------------------------------------------------------------------------------------------
Exemple 1 : identification des substituts anaphoriques (niveau CM2 facile)

Consigne :
Pour chaque mot marqué d’un code, indique par le même code les mots qui le remplacent, et les possessifs qui les concernent. Un exemple est donné pour le mot "Philippe".
 INCLUDEPICTURE "http://www.uvp5.univ-paris5.fr/TFL/images/FA66-20071.gif" \* MERGEFORMATINET 
attention !
Ce type d'activité accoutume aux différentes formes de substituts. Mais l'efficacité en est limitée : comme pour les inférences, la situation de texte "arrêté" qu'on analyse posément est très différente du contexte de lecture où le référencement doit se faire spontanément.
 
Exemple 2 : réécriture de textes sous contraintes (niveau CM1)

Pour acquérir une meilleure maîtrise dans ce domaine, il vaut mieux compter sur les exercices de réécriture d'un texte dont on change certaines données : les personnes mais aussi des objets et des lieux.
Consigne :
Réécrivez ce texte en remplaçant Jean Luc par Marianne, la cathédrale par un lac ; la boulangère par un cordonnier, le cycliste par une fille en scooter, et les ouvriers par des policiers.
Texte support
Au pied de la cathédrale, Jean-Luc attendait son mystérieux correspondant. Etait-ce cette employée de la boulangerie ? Elle le regardait de temps en temps avec insistance, puis retournait à ses baguettes. Ou bien ce cycliste arrêté un pied à terre : il avait une espèce de mauvais sourire qui le rendait suspect. Et ces ouvriers de la voirie penchés sur la bouche d'égout ? Jean-Luc leva les yeux vers le monument.

(On remarquera que la réécriture affecte d'autres aspects du texte que les anaphores. Cela n'est pas un inconvénient, mais il faut garder à l'exercice sa dominante.)
Exemple 3 : manipulations dans des phrases isolées (niveau CM2)

a) Pronominalisation
Il s'agit ici de manipulations sur bases grammaticales.
Consigne :
Comme dans l'exemple, remplace le ou les mots soulignés par un pronom.
Exemple : Marine cherche son chapeau > Marine le cherche
- Le gendarme parle aux deux conducteurs.
- Je mange tous les jours au restaurant.
- Mon oncle regarde plus volontiers les films d'action.
- Samantha a expliqué l'itinéraire à Audrey.
- Le chien s'est éloigné du jardin.
- Samantha a expliqué l'itinéraire à Audrey.
- Marie a emprunté à sa mère une vieille robe.
- Samantha a expliqué l'itinéraire à Audrey.


Note : les cas complexes à deux ou trois pronoms ("il les leur a volés") s'aborderont en CM2 mais ils peuvent être vus dès le CM1 selon le niveau des élèves.
b) Synonymes et périphrases
Pour cet exercice à dominante lexicale, on pourra proposer l’utilisation du dictionnaire.
Consigne :
Comme dans l'exemple, remplace le ou les mots soulignés par un synonyme ou une expression équivalente.
Exemple : Marine cherche son vieux manteau gris. C'est un vêtement qu'elle a hérité de sa grand-mère.
- Jean Luc est au pied de la cathédrale. Cette cathédrale date du quatorzième siècle.
- Il observe le village avec des jumelles. Ces jumelles sont très puissantes.
- Marie-Antoinette observe le Président du tribunal. Le visage du Président est indéchiffrable.
- Le jeune Américain a découvert Mexico. Conduire dans Mexico demande une certaine habitude !

Il faut remarquer que la substitution ne fait pas nécessairement appel à un synonyme, mais à un terme de catégorie plus générale que le mot source (ex: cathédrale, construction, édifice). 

Comment travailler la compréhension de texte en cycle 3 ?       Perfectionnement en lecture. Travailler la cohérence et la structure des textes      
Pendant qu'il progresse, le lecteur attend du texte une certaine cohésion, c'est-à-dire une bonne liaison à courte distance entre les éléments. S'il est expérimenté, il cherche aussi à percevoir sa cohérence (1), c'est-à-dire son organisation générale. Celle-ci dépend en partie du type de texte en question. (2) 1. Perception rapide de l'organisation
On donnera d'abord un exemple d'exercice bref. Le principe : lire un texte , puis le cacher et en dégager rapidement les éléments principaux, par exemple :
- situation, personnages et lieux, élément(s) déclencheur(s), péripéties, dénouement, pour les textes narratifs ;
- sujet, nombre de points traités, de quoi on parle, ce qu'on en dit, dans les textes explicatifs ou les exposés.
Percevoir rapidement des composantes du texte :Les élèves lisent le texte silencieusement.
Ils retournent et lisent un questionnaire très bref portant uniquement sur son organisation (par exemple "quels sont les moments de l'histoire"; ou : "quelles sont les trois grandes informations du texte".) Ce questionnaire ne comptera pas plus de 3 questions ;
Ils vérifient leurs propositions avec une fiche de correction (5 min)
Note : La partie centrale peut se faire en petit groupe avec débat. Un temps limité sera imposé. 
2. Etudes plus systématiques de plans
La prise de conscience de la structure et des composantes sera entreprise également sous forme d'analyses plus méthodiques, avec un tableau guide :
Textes narratifs
Résume l'histoire de Kamo en complétant ce tableau.
Les éléments de l'histoireOù et quand Les personnages Ce que l'on sait d'eux1
2
3
...Le déroulementLe problème qui se pose La suite d'événements1
2
3
...La résolution du problème Textes informatifs
Plusieurs exercices utiles attirent l'attention sur la structure :
Écrire en une ligne l'information ou l'idée principale de chaque paragraphe.
Découper un texte en paragraphes.
Remettre un texte dans l'ordre, à partir de paragraphes mélangés.
Matérialiser (surligner par ex) les articulations, présentes sous forme : de connecteurs ; de phrases de transition ; d'alinéas ; de titres… L'objet de ces exercices est de créer à terme des réflexes mentaux pendant la lecture : reconnaître le type de texte (voir fiche n°11) , se demander d'emblée de quoi il parle et lire en ayant le souci de percevoir son organisation.
3. Utilisation des outils de la cohérence
Le développement des compétences dans le domaine de la cohérence se fera aussi par l'écriture. Loin de la "rédaction " classique, il s'agit d'un exercice d'utilisation des outils de la cohérence : le plan et les articulations sont imposés, le contenu est connu. Ainsi, l'exercice suivant est été proposé après visionnement d'un film et échanges oraux.
Ecris une description de la vie des petits renards en t'aidant des titres des paragraphesTitre des paragraphesMots à utiliser obligatoirement(attention, ils sont dans le désordre !)Naissance des petits renards
Comment on les nourrit
Le rôle du père
La mortalitéGrâce à
Au printemps
Malheureusement
Pendant ce temps(1) La distinction entre cohésion et cohérence est ici reprise de propositions de certains linguistes ; nous l’adoptons parce qu’elle est claire, même si d’autres chercheurs mettent sous ces mots des concepts différents.
(2) La question des types de textes et d'énoncés est abordé dans la fiche " types



Doit-on travailler sur l’implicite dans la lecture ? Quand et comment ?       Partager la perception de l’implicite      
Être lecteur c’est justement s’approprier la lecture donc le côté implicite qui fera que l’on aimera ou non un livre, que l’on aura ou non envie d’en parler et de communiquer autour. C’est ce côté très personnel et affectif qui n’est généralement pas abordé à l’École et qui fait que certains enfants passent à côté du plaisir de lire en faisant de la lecture un acte purement scolaire. Ils se fixent alors uniquement sur la compréhension, extérieure à toute interprétation personnelle. L’enseignant devra être vigilant pour éviter de ne travailler que sur l’explicite (il est beaucoup plus facile de corriger des réponses à des questions appelant une seule réponse précise). Dès le cycle 1, lors de lecture orale on veillera à interroger sur la compréhension mais aussi sur le ressenti, le non-dit, ce que l’auteur et l’illustrateur suggèrent. C’est ainsi que l’on va aider les élèves à argumenter, à se positionner, à communiquer autour de la lecture, à devenir curieux de lire.
 



















oit-on travailler sur l’implicite dans la lecture ? Quand et comment ?       L’implicite : une conquête nécessaire      
Il importe de définir la notion d’implicite : « On peut tirer d’un énoncé des contenus qui ne constituent pas en principe l’objet véritable de l’énonciation mais qui apparaissent à travers les contenus explicites. C’est le domaine de l’implicite ». On distingue les implicites sémantiques et les implicites pragmatiques. Les premiers sont attachés au seul matériel linguistique de l’énoncé ; pour extraire les seconds le coénonciateur met en relation l’énoncé avec son contexte en faisant appel en particulier à des lois du discours. De « Paul ne vit plus à Londres mais à Paris » on peut tirer par exemple ces deux implicites sémantiques : Paul vit actuellement en France et Paul vivait auparavant à Londres. Dans un contexte donné le coénonciateur peut aussi en tirer des implicites pragmatiques, par exemple « Paul ne pourra se rendre à notre invitation » ou « Paul n’a pu recevoir ta lettre ». », Maingueneau D., Les termes clés de l’analyse du discours, Seuil « Mémo », 1996. Parce qu’il y a de l’implicite dans tout texte, le lecteur sera amené à faire un certain nombre d’inférences afin de construire une compréhension fine du texte. Cette notion d’implicite est donc complexe et il est difficile de la proposer, abstraitement, à des jeunes lecteurs. C. Poslianec dans Activités de lecture à partir de la littérature de jeunesse propose des pistes pour l’aborder. Il suggère d’explorer l’album de Michel Piquemal, On s’aimera toujours, Syros, 1994. Le texte raconte l’histoire d’un enfant, le narrateur, en vacances au bord de la mer. Mais ce discours à la première personne est chargé d’implicite. L’implicite est révélateur, à cet égard : « Depuis que je suis arrivé à la mer, je n’ai pas envie de jouer. Ma tante a beau me répéter de m’amuser avec mes cousins, je préfère rester tout seul. Je n’aime pas leur regard en coin, je ne veux pas qu’ils me plaignent. J’ai envie d’être triste et ça ne se partage pas. » L’enfant-narrateur essaie de combler « un grand trou laissé par un arbre arraché ». Mais il sait qu’il n’y parviendra pas. Petit à petit, le lecteur peut comprendre, en déchiffrant l’implicite, que la grand-mère du narrateur est morte. Mais ce n’est jamais dit explicitement. Or, ce qui est remarquable dans cet album, c’est que l’illustratrice a tenté de faire percevoir au lecteur qu’il y a des éléments implicites. Pour ce faire, elle a utilisé un procédé particulier : chaque page, en papier assez fin, forme une sorte de pochette, fermée du côté de la tranche et du dos, ouverte en haut et en bas. A l’intérieur de ces pochettes, l’illustratrice a parfois dessiné un élément qui, en raison de la minceur du papier, apparaît comme un dessin en filigrane. C’est bien là une métaphore de l’implicite, si présent dans le texte. Les éléments ainsi dessinés ne sont pas signifiants en eux-mêmes : une tente de plage, un pare-vent, un couple, un bateau, etc. Ce qui est signifiant, c’est le procédé qui permet de faire percevoir à des jeunes ce qu’est l’implicite, présent et absent en même temps.








Certains élèves font des confusions dans les références aux personnages lors de leurs lectures ou dans leurs écrits, comment les aider ?       Découvrir les personnages dans les albums      
On sait effectivement que les inférences anaphoriques (différentes façons de nommer les personnages) sont facteurs d’entraves à la lecture pour un grand nombre d’élèves (voir le rapport de l’ONL de 2001). Il faut donc les préparer très tôt à la recherche de ces dénominations. Si ce travail est réalisé régulièrement lors de différentes lectures, et si le concept d’anaphores est compris, les élèves le manipuleront d’autant mieux à l’écrit. En maternelle et début de CP le travail sera collectif, animé par l’enseignant et la réalisation collective écrite par l’enseignant. A partir de la fin du cycle 2 (fin de CP et CE1) et au cycle 3 les élèves travailleront de façon personnelle (et quelquefois collective) sur un carnet (ou cahier) appelé par exemple « Les personnages de mes lectures » ou « Qui est je ?, qui est tu ?, qui est elle ? . Ce travail est directement lié à la conjugaison et à la grammaire (connaissance des pronoms personnels de façon implicite en cycles 1 et 2 et explicite au cycle 3-) Pour aborder ces notions on aura recours aux albums de littérature de jeunesse car c’est dans ces écrits que l’on trouvera le plus d’anaphores et que l’illustration pourra aider les élèves à mieux découvrir les personnages auxquels il est fait référence. Si l’école n’est pas pourvue d’une BCD, les albums peuvent être empruntés dans la bibliothèque municipale du quartier. Les albums de fiction sont souvent plus riches en anaphores mais on veillera à présenter également le travail à partir de documentaires.
 

















Certains élèves font des confusions dans les références aux personnages lors de leurs lectures ou dans leurs écrits, comment les aider ?       La référence : identifier les substituts      
La psychologue Martine Rémond a montré que les difficultés des élèves en lecture proviennent d’erreurs au niveau de la compréhension des substituts. On parle de substitut ou d’anaphore quand un mot (ou une expression) est utilisée pour en remplacer un autre. L’exemple le plus courant est celui du pronom qui remplace un nom. Tout le travail du lecteur consiste à établir la relation entre le référent (A) et le terme qui le remplace (B). Les substituts sont présents dans tous les textes, même les plus simples. Il est important que les jeunes lecteurs puissent effectuer les liens entre les substituts et les mots qu’ils remplacent. Si dans certains cas, cette relation semble évidente, il n’en est pas toujours de même tout le temps. Ainsi, J. Giasson a fait le bilan des recherches dans ce domaine et montre que : -«les relations éloignées sont plus difficiles à établir que les relations adjacentes - les relations de types après sont plus difficiles à établir que celles de type avant - les relations dans lesquelles le pronom réfère à une proposition sont plus difficiles à établir que les relations dans lesquelles le pronom réfère à un nom.», La compréhension en lecture, De Boeck Université. On proposera aux élèves des activités afin d’améliorer leurs compétences. En cycle 2, l’enseignant lira un texte et demandera aux élèves d’interrompre la lecture lorsqu’ils entendront un mot ou une expression désignant le personnage principal, par exemple. En cycle 3, on proposera à l’élève de souligner dans le texte tous les mots ou expressions qui désignent le même personnage, on utilisera plusieurs couleurs lorsque le texte comprend plusieurs personnages. On pourra également relever et classer les substituts. Ce travail pourra être réinvesti en production d’écrit. En effet, on travaillera également la question des substituts à l’écrit d’une part afin de varier les substituts et d’autre part afin de rendre les textes moins confus. On proposera également des textes à trous.













Faut-il travailler particulièrement les pronoms ?       Travailler régulièrement sur les pronoms dans un texte lorsque l’occasion se présente      
Faut-il travailler sur les pronoms ? Cette question est emblématique d’un problème plus large qui pourrait être formulé ainsi : faut-il travailler les éléments de la langue porteurs de la cohésion (de la solidarité) et de la cohérence (du sens) de l’information dans un texte écrit ? Autrement dit, faut-il attirer l’attention du lecteur sur ce qui, au sein de l’unité phrase, est susceptible de créer un lien avec d’autres phrases, pour construire une unité de signification supérieure : le texte. Les pronoms et plus largement tout ce qui assure la co-référence (les déterminants, des noms ou expressions désignant tel personnage, objet, lieu du texte) constituent, pour le lecteur, des jalons indispensables de l’élaboration du sens. Le problème est donc de savoir comment procéder. Quelques orientations pédagogiques peuvent être favorisées. Elles participent moins d’une progression que d’une variation des approches en fonction des capacités acquises. Il nous semble nécessaire de dire d’emblée qu’il est inutile de faire des leçons a priori, c’est-à-dire décontextualisées, sur ces éléments. Le risque est trop grand de tomber dans le traditionnel étiquetage des natures, fonctions et accords, sans rapport avec la lecture ou la production. S’agissant d’enfants, il est raisonnable aussi de centrer le travail sur la co-référence à partir des personnages. Ils sont au cœur des préoccupations du lecteur-scripteur, mais ils sont également fondamentaux pour comprendre les récits qui sont avant tout des histoires de personnages. Savoir qui dit / pense / éprouve / fait, quoi et à propos de qui, est essentiel. De même, le nombre de personnages ainsi que la quantité et donc l’entrecroisement des propos à leur sujet peuvent créer de la confusion chez le lecteur. S’il faut rechercher la présence de certaines difficultés pour apprendre, on peut facilement jouer sur la lisibilité des textes à ce niveau. Point n’est besoin d’une cohorte de personnages pour attirer l’attention de l’élève sur la question des substituts : quand un texte en présente seulement deux, mais masculins, on a déjà assez de confusions possibles pour en faire un support intéressant. Par ailleurs, en fonction du cursus, donc de l’âge et des capacités, il faut savoir se limiter à certaines demandes d’explicitation : les plus jeunes peuvent difficilement entrer dans l’identification du rôle joué par certains pronoms compléments ; il leur est difficile aussi de voir le lien qu’établissent certains déterminants entre le nom auquel ils se rattachent et le nom d’un personnage auquel ils réfèrent aussi (ex. Pierre dit à Jean qu’il voudrait lire, mais qu’il a perdu son livre.). Par ailleurs, si l’on veut que le travail sur les pronoms soit bien resitué dans le cadre de la compréhension des textes, il ne faut pas le détacher d’autres possibilités de désigner les personnages. En effet, les pronoms servent simplement au lecteur-scripteur à savoir qu’on continue à parler du même sujet. A côté de cela, des désignatifs (noms, expressions imagées), tout en assurant la co-référence, apportent des informations constitutives du portrait du personnage (ex. Pierre / l’enfant / le garnement / le méchant garçon, adeg‹»¼½\
]

‘
’
“
Ã
Ä
Å
5 6 W X Y Ò
3
J
÷
KLžŸçÒç½µ± Ž±µ±s±µnŽ±µ±s±µs_s sŽ±µssh¢ZB5CJOJQJ\aJ h¢ZBÕ6CJOJQJ]aJhž>Õhž>Õ6CJOJQJ]aJhž>ÕCJOJQJaJhž>Õ5CJOJQJ\aJhdYg5CJOJQJ\aJ*G,H,ÿ,Ž->.W.•.Î/é/0Y0Z0Z1k1‰ƒƒƒvvƒvvvƒƒv
„Ä$If^„Ägd)6Û$IfvkdÁM$IfK$L$–Õ5B*CJOJQJ\aJphÿ)hˆ'5B*CJOJQJ\^JaJphÿ/hˆ'hž>Õ5B*CJOJQJ\^JaJphÿhéyÄ5B*\phh¢ZBhž>ÕCJaJhž>ÕCJOJQJaJhž>Õ6CJOJQJ]aJhž>Õ#k1©1Œ2¢2à2ý34T4V4W4X4Y4Z4[4\4òìòòìòòæ„gdž>ÕakdƒN$$IfÖFÕy4z4Ž4É4Ó4b5¼5×5 6 6Ì6ý67V7w7»7Ò7ö7÷7 88L9]9|9;?;úòòíäääííäíäääääíííäääíÛÛ„ˆ^„ˆgdCkJ„ˆ^„ˆgdˆ'gdž>Õ$a$gdˆ'gdž>ÕË6Ì6ý677U7V7v7w7º7»7¼7Ð7Ñ7Ò7ö7÷7 88 878N8~88K9L9M9[9\9]9|9¢9£9±9Ð9á9ç9::::;;;;?;w;x;;£;¤;ñâÖÒÖÒÖÒÖÒÖâÖÒâíÖâÖâÖÒÖÒÖâÖÒâÖ¡Ö¡ÖâÖâÖâÖÒÖâÖÒâҝ™héyÄhá:®hm]CJOJQJaJ+hˆ'hž>Õ5B*CJOJQJ\aJphÿhCkJ6CJOJQJ]aJhž>Õhž>ÕCJOJQJaJhž>Õ6CJOJQJ]aJhž>Õ5CJOJQJ\aJ3?;w;x;y;z;{;|;};~;;€;;‚;ƒ;„;…;†;‡;ˆ;‰;Š;‹;Œ;;Ž;;;‘;’;úõõõõõõõõõõõõõõõõõõõõõõõõõõõgdž>Õgdž>Õ’;“;”;•;–;—;˜;™;š;›;œ;;ž;Ÿ; ;¡;¢;£;¤;É;î;A`>m>x>º>Å>Ï>Û>??&?4?o?|?‡?‘?²?ý? @ööííöäääöÛÛÛöÛÛÛöÛÛÒÐÐЄÔ
^„Ô
gd„Ô
^„Ô
gdX0,„L^„LgdX0,„ ^„ gdX0,„ˆ^„ˆgdX0,>'>(>3>4>5>=>?>R>S>x>“>•>¹>º>Û>õ>ø>??2?3?4?Q?X?n?o??‘?›?²?»?½?ü?ý?
@éÞéÈÞ¼­š¼–鼚¼–鼚¼–é¼–¼š¼–鏭m­^¼^h6CJOJQJ]aJ"h56CJOJQJ\]aJh5>*CJOJQJ\aJ hhh%h5B*CJOJQJ\aJphÿh5CJOJQJ\aJhCJOJQJaJ+hh5B*CJOJQJ\aJph3™fhhB*ph3™f+hh6B*CJOJQJ]aJph3™f$
@ @@]@^@|@}@
AAA/A0A«CJOJQJaJ+hh6B*CJOJQJ]aJphÿ+hh6B*CJOJQJ]aJphÿh°>«5CJOJQJ\aJh6CJOJQJ]aJ"h56CJOJQJ\]aJh5>*CJOJQJ\aJhCJOJQJaJh5CJOJQJ\aJh# @@}@AAA0A[A\AhA¦AàAâAðA
BÔEFF F"FFFUFúøòøøøøææÖÊøøú¹øøøøø„ ^„ gd°>«dàgd°>«
& F¤d¤d[$\$
& F„Ê„›þ^„Ê`„›þgd ¤¤[$\$gd„a^„a$a$ÓEÔE
F FFFF F!F"F,FFFUFàH-I.I9I€IƒI†I‹IŽI’I•I˜I›IñâÐâÌÀ¼À̬ñrbUAbAbAbAb'h°>«h5B*OJQJ\^Jphÿh°>«hOJQJ^Jh°>«h5OJQJ\^Jh°>«5OJQJ\^Jh°>«h6CJOJQJaJh°>«h6OJQJ^Jh5CJOJQJ\aJh5>*CJOJQJ\aJh°>«hCJOJQJaJh"h56CJOJQJ\]aJh6CJOJQJ]aJh°>«hCJOJQJaJUF`F“FàH-I.I»I¼I½I¾I¿IÀIÁIÂIÃIÄIÅIÆIÇIÈIÉIÊIËIÌIÍIúøðçÛÛÖÖÖÖÖÖÖÖÖÖÖÖÖÖÖÖÖÖgdž>Õ ¤¤[$\$gd°>«„ ^„ gd°>«dhgd°>«$a$›II I¤I§IªI­I²I´I¶I·I¸I»I½IÞIßIçIëIJ!J%J)JFJGJJJKJ{J|JëÛëÛëÛëÛëÛÍÀ¼¸£‹£s£s^s^s^sZhâMï)hX65B*CJOJQJ\^JaJphÿ/h°>«hâMï5B*CJOJQJ\^JaJphÿ/h°>«h°>«5B*CJOJQJ\^JaJphÿ)h°>«5B*CJOJQJ\^JaJphÿhéyÄhá:®h°>«hOJQJ^Jh°>«hOJQJ\^Jh°>«h5OJQJ\^J'h°>«h5B*OJQJ\^JphÿÍIÎIÏIÐIÑIÒIÓIÔIÕIÖI×IØIÙIÚIÛIÜIÝIÞI JGJKJ|JnK¹Kúúúúúúúúúúúúúúúúúòòòòíç$IfgdâMï$a$gd°>«gdž>Õ|JmKnKwK¸K¹KºKÅKnLoLpLÎLÏLÐLÑLÒLÓLßLàLÅMðMñMòMôMýM2N3N4NˆNŸNÿNO OÈOéÞο»³¿¤»‘¤‘~‘h»¤»¤V¤»Vο»³¤V¤»V¤"hâMï56CJOJQJ\]aJ+jWPhË`0hX66CJOJQJU]aJ%j·OhâMï6CJOJQJU]aJ%jhâMï6CJOJQJU]aJhâMï6CJOJQJ]aJhâMïCJaJhâMïhâMï5CJOJQJ\aJhâMï5>*CJOJQJ\aJhX6hâMïB*phÿ+hX6hâMï6B*CJOJQJ]aJphÿ!¹KºKÅKoLÓLàLòMôM3N‡‚‚}‚‚‚w$IfgdâMïgdâMïwkdO$$If–*CJOJQJ\]aJ"hâMï56CJOJQJ\]aJhâMï5CJOJQJ\aJhâMï5>*CJOJQJ\aJhâMï6CJOJQJ]aJhâMïCJaJhâMï1vQwQR]R•Š$IfgdâMïjkd!k$$If–Ö”×ÖCÝ'€Ö0ÿÿÿÿÿÿöš%6ööÖÿÖÿÖÿÖÿ3Ö4ÖaöbÖ]R^RtR¬R¸RÿR8ScSŒSÅSòSTDTsT TŒ‡‡‡‡‡$IfgdâMïrkdÆk$$If–*CJOJQJ]aJ"hâMï56CJOJQJ\]aJhâMï6CJOJQJ]aJhâMïCJaJ hâMï6]hâMï- T£T¤TBU_U¹UÄU+V‘VçV5W•WóWù‘ŒŒŒŒŒŒùùùùgdâMïhkd{l$$If–ÖÖù°€Ö0ÿÿÿÿÿÿö6ööÖÿÖÿÖÿÖÿ3Ö4Öaö5bÖ$If óWôW°X±X²X³X´XµX¶X·X¸XøXZ°Zœ—’’’’’’’’’ŒŒ$Ifgdšb^gdâMïckdm$$If–ÖÖÄÿU%€Ö0ÿÿÿÿÿÿö6ÖÿÖÿÖÿÖÿ3Ö4ÖaöbÖ
°Z±Z4\f]ú_ø`waûakbXcYcœ—————’’‡$IfgdâMïgdâMïgdšb^ckd¸m$$If–ÖÖÄÿP*€Ö0ÿÿÿÿÿÿöˆ6ÖÿÖÿÖÿÖÿ3Ö4ÖaöbÖ
YcZc[c\cªcœ–3-$Ifckdðn$$If–ÖÖÄÿP*€Ö0ÿÿÿÿÿÿö6ÖÿÖÿÖÿÖÿ3Ö4ÖaöbÖ$IfckdTn$$If–ÖÖÄÿP*€Ö0ÿÿÿÿÿÿö6ÖÿÖÿÖÿÖÿ3Ö4ÖaöbÖ\c©cªc«c®g¯g±gÐgôhõhöh÷hQiRiSiTiziuj‚jƒjÚkÛkvlwlxl‰lálãlälålçlmmnnnbncnöòêòêòãòÛòÓòÓËÓãòöêòêòÃò¿´¬òêòò‘ò~o~hâMï6CJOJQJ]aJ%jhâMï6CJOJQJU]aJhâMïCJOJQJaJhâMï5CJOJQJ\aJhâMïB*phhâMï5B*\phhŒW›jÎhâMïUj/ÌhâMïUjhâMïUjãphâMïU hâMï5\hâMïCJaJhâMïhâMï56\]%ªc«cg#g‘g®gŒ††††$IfrkdŒo$$If–ÖÖÄÿP*€ ÖÖ
ÿÜÜÜÖ0ÿÿÿÿÿÿö6ÖÿÖÿÖÿÖÿ3Ö4ÖaöbÖpÖ
ÿÜÜÜ®g¯gÑgôhöh{iuj‚jœ—’’—’Œ$IfgdâMïgdâMïckdGp$$If–ÖÖÄÿP*€Ö0ÿÿÿÿÿÿö6ÖÿÖÿÖÿÖÿ3Ö4ÖaöbÖ‚jƒjak‡k³kÚkŒ†uuu
& F¤d¤d$If[$\$$IfrkdÇÌ$$If–ÖÖÄÿP*€ ÖÖ
ÿÜÜÜÖ0ÿÿÿÿÿÿö6ÖÿÖÿÖÿÖÿ3Ö4ÖaöbÖpÖ
ÿÜÜÜÚkÛkvlxlylzl{l|l}l~ll€ll‚lƒl„l…l†lœ————————————————gdâMïckd‚Í$$If–ÖÖÄÿP*€Ö0ÿÿÿÿÿÿö6ÖÿÖÿÖÿÖÿ3Ö4ÖaöbÖ†l‡lˆl‰lälålçlmnfnxo¢onprúúúñ¦ šššššš’$IfK$$If$IfKkd#,$$IfÖ*€ˆ ÖÖ
ÿÿÿÿöˆ6ööÖÿÖÿÖÿÖÿ3Ö4ÖaöpÖ
ÿÿÿÿ $$Ifa$gdâMï
cndnenfnKovowoxo¢oöo
pmpnp
rrrÉrÊrËrnsosšsÈsÉsÚsttXtYtmtxt‚t„tŒttŸt³tÍtÚtÛtätýtu2u:u;uQu]uouxuyu‰uŠuìÙʾ¯¾«¯¾¯¾«Ê«£Ê«£¾«¯¾«–¾«Ê«Ê†Ê†Ê«Ê†Ê†«†Ê†Ê†«Ê†Ê†Ê†«hâMï6>*CJOJQJ]aJhâMï>*CJOJQJaJhâMïCJaJhâMïhâMï5CJOJQJ\aJhâMïCJOJQJaJhâMï6CJOJQJ]aJ%jhâMï6CJOJQJU]aJ%jš,hâMï6CJOJQJU]aJ4rrÊrËrosš’-'$IfdkdË-$IfK$L$–* hŒW›5\hŒW›CJH*OJQJaJhŒW›CJOJQJaJhŒW›CJaJhŒW›hŒW›6CJOJQJ]aJ6,•-• –^–_–`–a–Ü–µš·š¸š¹šºš»š…€€{{{v€€€€€€gdŒW›gdâMïgdŒW›zkdà>$$If–