Td corrigé SÉQUENCE 3 : Lire un récit autobiographique : Un secret de ... pdf

SÉQUENCE 3 : Lire un récit autobiographique : Un secret de ...

J'ai mené cette séquence dans une classe de troisième de niveau moyen, assez .... Corrigé proposé. 1. Quel personnage le narrateur-enfant s'est-il inventé et ... Simon est issu d'un premier mariage de Maxime avec Hannah tandis que Robert .... en adoptant le point de vue de ce dernier mais en conservant la 3e personne.




part of the document




SÉQUENCE 3 : Un secret de Philippe Grimbert

Cette séquence sur le récit autobiographique a été réalisée par Amélie Lefebvre, agrégée de Lettres Modernes, pour ses élèves de 3ème du collège Jean Garcin à Isle-sur-la-Sorgue



Pourquoi choisir de lire Un secret de Philippe Grimbert en classe de troisième ?

J’ai mené cette séquence dans une classe de troisième de niveau moyen, assez hétérogène. L’étude de cette œuvre intégrale fait suite à une première séquence sur la nouvelle et à une séquence intitulée « Dire l’indicible », qui regroupait des textes évoquant la guerre (témoignages, lettres, extraits de romans, poèmes, planches de bandes dessinées ...) Les élèves étaient donc familiarisés avec le genre narratif et avaient eu l’occasion de s’interroger sur l’expression autobiographique.
L’étude de cette œuvre intégrale visait à proposer aux élèves une réflexion sur le genre romanesque par l’étude d’un récit complexe qui ne suivait pas une chronologie linéaire. L’idée était de leur faire percevoir la singularité d’une œuvre et d’une écriture. J’ai également choisi ce texte, relativement court, pour sa dimension autobiographique, l’auteur prenant par ailleurs certaines distances avec le genre, ce qui m’a paru également intéressant à analyser avec des élèves de troisième (l’autobiographie comme reconstruction forcément lacunaire et de parti pris).
Il s’agissait également de s’intéresser à la question de l’adaptation cinématographique : le visionnage du film de Claude Miller s’est fait en parallèle de l’analyse de l’œuvre afin d’en saisir les échos, les écarts, et de comprendre le travail du réalisateur qui choisit d’adapter une œuvre littéraire.

Bilan

Cette séquence a été particulièrement appréciée par les élèves, qui pourtant avaient, pour beaucoup, été déstabilisés par la structure de l’œuvre lors de leur première lecture (qu’il faudra peut-être encadrée davantage à l’avenir). Ils ont pu appréhender une œuvre dans sa singularité et comprendre certaines caractéristiques du genre autobiographique. Au cours de la séquence, ils ont prolongé cette étude par la lecture cursive d’une œuvre autobiographique de leur choix dont ils ont ensuite proposer une étude synthétique mise en page en salle informatique.
Le visionnage du film, souvent jugé difficile par les élèves, a par ailleurs été l’occasion d’introduire ou de conforter des notions concernant l’étude de l’image, et de s’interroger sur l’adaptation cinématographique.


Objectifs :
- S’interroger sur le genre du récit autobiographique, savoir repérer ses principales caractéristiques (le pacte autobiographique, l’identification entre auteur et narrateur, l’autobiographie comme reconstruction obligatoirement, voire volontairement, lacunaire ou de parti pris…)


- S’intéresser aux effets de structure perceptibles dans une œuvre intégrale, sur les images et motifs récurrents.
- Etudier un film (Un Secret, film de Claude Miller adapté de l’œuvre de Philippe Grimbert), et percevoir les échos, les écarts entre une œuvre et son adaptation cinématographique, comprendre qu’une adaptation implique des choix de la part du réalisateur.
- Travailler en interdisciplinarité avec le programme d’Histoire (Seconde Guerre Mondiale et en particulier déportation des juifs d’Europe).
- Ecrire un texte autobiographique à la manière de Philippe Grimbert (à partir d’une photographie et en utilisant alternativement temps du passé et temps du présent).
- langue : les valeurs du présent, les discours rapportés, la proposition subordonnée circonstancielle de cause.



Séance 1 : Contrôle de lecture préalable (1 heure).

Objectifs :

- Vérifier la lecture du texte
- Apprendre à rechercher les informations dans un texte préalablement lu. 

Questionnaire sur Un secret

Quel personnage le narrateur-enfant s’est-il inventé ? 2 pts
Quel objet découvre-t-il dans la chambre de service ? Pourquoi ses parents sont-ils mal à l’aise quand il le leur impose ? 2 pts
Quelle est la profession de ses parents ? Pourquoi l’enfant admire tant son père et sa mère Tania ? 2 points
Quelle est la profession de sa voisine et confidente, Louise ? et quel handicap partage-t-il avec elle ? 2 points
Comment le narrateur imagine-t-il la rencontre entre ses parents ? 2 points
Comment cette rencontre a-t-elle véritablement eu lieu ? 1.5 pts
Dans quelles circonstances Louise révèle-t-elle « son secret » au narrateur ? 2 pts
Expliquez qui sont Simon, Hannah et Robert. 1.5 points
Quel drame a provoqué Hannah avant de franchir la ligne de démarcation? 2 pts
Qu’apprend le narrateur sur la mort de Simon et d’Hannah  en se rendant au Mémorial de la Shoah créé pour recenser les juifs morts en camp de concentration? 1 point

Séance 2 : Correction de l’évaluation de lecture (1 heure)

Objectifs :

Reprendre à l’oral les principales étapes du texte.
S’entraîner à la prise de notes






Corrigé proposé

Quel personnage le narrateur-enfant s’est-il inventé  et pourquoi, d’après vous? 2 pts
Le narrateur, quand il était enfant s’est inventé un frère, un double qui au départ, comble sa solitude, lui apporte du réconfort, vaguement honteux d’on ne sait quoi; il ressent un certain malaise et mal-être dans sa famille avec ses parents et le silence lui pèse.

Quel objet découvre-t-il au grenier ? Pourquoi ses parents sont-ils mal à l’aise quand il le leur impose ? 2 points
Il découvre au grenier un chien en peluche qu’il prénomme Sim mais ses parents éprouvent une certaine gêne devant la peluche ; en fait, et nous l’apprendrons plus tard, elle a appartenu au demi-frère Simon qui a disparu avec sa mère mais c’est un épisode qu’ils veulent oublier ou taire ; c’est donc la présence de Simon qui leur est imposée tous les jours.

Quelle est la profession de ses parents ? Pourquoi le narrateur admire tant son père Maxime et sa mère Tania ? 2 points
Ses parents tiennent une boutique de bonneterie où l’on vend des articles de sport et l’enfant admire ses parents pour leur physique parfait de grand sportif alors que lui-même est tout chétif et malingre. Son père a même une salle de gymnastique où il s’entraîne dans leur appartement.

Quelle est la profession de sa voisine et confidente, Louise, et quel handicap partage-t-il avec elle ? 1.5 points
La voisine est masseuse et s’occupe de masser ses parents ; elle reçoit leurs confidences ; elle a aussi une fragilité comme lui, notamment elle boîte à cause d’un pied-bot et doit porter des chaussures orthopédiques.

Comment le narrateur imagine-t-il la rencontre entre ses parents ? 2 points
Il imagine une rencontre idyllique avant la guerre sur un terrain de sport que l’on appelle l’Alsacienne ; le père pratique la gymnastique et la lutte, Tania le plongeon ; alors que Maxime est un séducteur-né et qu’il collectionne les conquêtes, il éprouve une attirance irrésistible pour Tania ; c’est la rencontre ; ils vont vivre ensemble et se marier.

Comment cette rencontre a-t-elle véritablement eu lieu ? 1.5 pts
La rencontre a lieu lors du mariage de Maxime avec Hannah ; Maxime découvre avec stupeur la beauté de sa belle sœur qu’il voit pour la première fois. C’est le coup de foudre mais il ne peut rien faire sinon témoigner son admiration d’un regard appuyé à la jeune femme qui est mariée à Robert, le frère de Tania.

Dans quelles circonstances Louise révèle-t-elle « son secret » au narrateur ? 2 pts
Lorsque Louise voit arriver le narrateur perturbé par sa bagarre au collège à cause d’une projection sur les camps de concentration qui l’a violemment ému et qu’il se met à pleurer, elle se rend compte qu’il faut lui dévoiler ses origines ainsi que celles de ses parents. Elle va aussi lui parler de Simon car il insiste et pose des questions

Expliquez qui sont Hannah, Robert et Simon. 1.5 points
Simon est issu d’un premier mariage de Maxime avec Hannah tandis que Robert était le mari de Tania avant la guerre.



Quel drame a provoqué Hannah avant de franchir la ligne de démarcation? 2 pts
Profondément perturbée par la disparition de ses parents et par l’arrivée de Tania au village où est réfugié Maxime, Hannah présente ses vrais papiers et les faux aux allemands qui font irruption dans le café où elle attendait pour passer en zone libre ; de plus elle sacrifie délibérément son fils qui aurait pu échapper à la rafle.

Qu’apprend le narrateur sur la mort de Simon et d’Hannah  en se rendant au Mémorial de la Shoah créé pour recenser les juifs morts en camp de concentration? 1 point
Il apprend que Simon et Hannah ont été envoyés au camp de concentration d’Auschwitz et gazés dès leur arrivée : ils n’ont donc pas connu l’horreur des camps.


Séance 3 : Séance introductive (1 heure)

Objectifs :

Découvrir le rôle de l’éditeur dans la publication d’un livre (choix de la couverture, du titre…)
S’interroger sur l’objet-livre (1ère et 4e de couverture)
Réfléchir sur le rôle de l’image dans le processus éditorial
Approfondir le vocabulaire de l’analyse de l’image (notions de plans, de lignes de fuite, de couleurs, de netteté et de mise au point propres à la photographie…)
Activités :
Compléter un tableau visant à mettre en lumière le lien entre première de couverture et récit (connotation et dénotation).
Reprise collective et approfondissement de l’analyse
Rédiger un court paragraphe où vous indiquerez ce que le titre évoque pour vous.

Séance 4 : La structure du roman : lecture cursive (1 heure)

Objectifs :

- Analyser la construction singulière du roman (alternance épisodes fantasmés/ récit de faits « réels », alternance des époques passé des parents/enfance du narrateur => présence de différentes strates chronologiques.)
- Revoir les différents systèmes de temps (système du passé /système du présent)
Activités :

Donner un titre à chaque partie. Justifier par une phrase.

Correction :

chapitre I : le frère imaginaire
chapitre II : l’idylle de Maxime et Tania imaginée par le narrateur
chapitre III : le poids du secret
chapitre IV : la véritable histoire de Maxime et Tania
chapitre V : la libération du poids du secret


Compléter un tableau visant à mettre en évidence l’alternance des strates chronologiques.


Système des temps
Imparfait/passé simple
Présent : énonciation et narration

Chapitres

1 ; 3 ; 5
2 ; 4
Justification
Récit de l’enfance du narrateur
Reconstruction, imaginée puis basée sur la vérité de l’histoire de ses parents


Séance 5 : Langue/orthographe : les paroles rapportées (1 heure)

Objectifs : Savoir reconnaître les différents types de discours rapportés, en particulier le discours indirect libre.

Activités : Exercices du manuel

Séance 6 : Lecture analytique (1 heure) ; une rencontre idéalisée pp. 43-44

Objectifs :

Analyser la reconstruction du texte autobiographique
Revoir les caractéristiques du texte descriptif
Repérer les motifs structurants du texte (le corps, le désir)
Repérer les différentes valeurs du présent dans le récit autobiographique

Déroulement :

Le corps et le désir :

Des corps idéalisés (vocabulaire mélioratif, superlatifs…)
Le portrait psychologique (insatisfaction et fragilité : des clichés ?)

Une reconstruction :

Le choix du présent de narration (donner « corps » au passé)
Une idylle fantasmée.




Séance 7 : rédaction : le récit de la rencontre Tania / Maxime

Objectifs :
Revoir la notion de point de vue
Savoir manier les différents types de paroles rapportées
Exploiter la lecture analytique menée lors de la séance précédente (champ lexical du corps, du désir)

Sujet : Racontez la rencontre entre Tania et Maxime en adoptant le point de vue de ce dernier mais en conservant la 3e personne. Vous utiliserez le discours indirect libre pour rendre compte des pensées du personnage. Vous intégrerez également un dialogue entre les deux personnages, dialogue qui fera alterner style direct et style indirect.

Séance 8 : Lecture cursive/lexique : Les images du secret (1 heure).

Objectifs :

- Repérer les motifs qui structurent l’œuvre
- En saisir les implications
- Savoir différencier et interpréter les figures de style : métaphore, comparaison, métaphore filée.

Activités :

- Faire la liste des différents secrets dont il est question dans l’œuvre. Indiquer à chaque fois qui révèle le secret et à qui.
- Trouver les métaphores qui, dans les pages 15 à 17, évoquent l’idée même de secret.

=>image du mur, rempart, barbelés, enclos… reprise dans l’ensemble du texte et qui fait apparaître en filigrane l’image des camps de concentration.
=>métaphore de la maladie, de la faiblesse physique qui fait apparaître en creux le corps du déporté.

Séance 9 : Etude de la langue : la proposition subordonnée circonstancielle de cause  (2 heures)

Objectifs :

- Rappel concernant les caractéristiques d’une proposition subordonnée circonstancielle.
- Apprendre à repérer les caractéristiques d’une proposition subordonnée circonstancielle de cause.
- Produire des propositions subordonnées circonstancielles de cause

Activités : A partir de deux phrases simples, faire une phrase complexe faisant apparaître le lien de cause. Exercices du manuel.

Travail maison : Rédigez un texte d’une dizaine de lignes dans lequel vous expliquerez si vous avez aimé le livre de Philippe Grimbert et pourquoi. Vous devrez faire apparaître des propositions subordonnées circonstancielles de cause et les souligner. Votre texte devra s’appuyer précisément sur le livre.

Séance 10 : Evaluation intermédiaire type brevet : à partir de l’incipit d’Un secret (1h30) + dictée et contrôle de conjugaison (30 minutes)

Sujet type brevet proposé :

Fils unique, j’ai longtemps eu un frère. Il fallait me croire sur parole quand je servais cette fable à mes relations de vacances, à mes amis de passage. J’avais un frère. Plus beau, plus fort. Un frère aîné, glorieux, invisible.
J’étais toujours envieux, en visite chez un camarade, quand s’ouvrait la porte sur un autre qui lui ressemblait quelque peu. Des cheveux en bataille, un sourire en coin qu’on me présentait en deux mots : « Mon frère ». Une énigme, cet intrus avec lequel il fallait tout partager, y compris l’amour. Un vrai frère. Un semblable dans le visage duquel on se découvrait pour trait commun une mèche rebelle ou une dent de loup, un compagnon de chambrée dont on savait le plus intime, les humeurs, les goûts, les faiblesses, les odeurs. Une étrangeté pour moi qui régnais seul sur l’empire des quatre pièces de l’appartement familial.
Unique objet d’amour, tendre souci de mes parents, je dormais pourtant mal, agité par de mauvais rêves. Je pleurais sitôt ma lampe éteinte, j’ignorais à qui s’adressaient ces larmes qui traversaient mon oreiller et se perdaient dans la nuit. Honteux sans en connaître la cause, souvent coupable sans raison, je retardais le moment de sombrer dans le sommeil. Ma vie d’enfant me fournissait chaque jour des tristesses et des craintes que j’entretenais dans ma solitude. Ces larmes, il me fallait quelqu’un avec qui les partager.

Philippe Grimbert, Un secret, 2004.

Questions (16 points)

Un frère imaginaire (6 points) :

a. Quelle remarque pouvez-vous faire sur la première phrase du texte ? (1point)
b. Récrivez cette phrase de manière à obtenir deux propositions indépendantes coordonnées. (1 point)
c. Expliquez le sens du mot fable (l.1) dans le texte. (1 point)
d. Quelle est la particularité grammaticale des phrases en gras ? (1 point).
e. Récrivez-les en les reliant à la phrase précédente par un pronom relatif. (1 point)
f. Quel est le système de temps utilisé dans ce passage ? Quel autre système de temps est utilisé dans le livre ? Pourquoi ? (1 point)

Un lien énigmatique (5 points) :

a. Dans le passage qui lui ressemblait quelque peu (l.4-5), identifiez puis remplacez l’antécédent du pronom relatif qui par un groupe nominal plus précis. (1 point)
b. Relevez les propositions subordonnées relatives dans la phrase Un semblable […]les odeurs. (l 7-9) (1 point)
c.Donnez la fonction des pronoms relatifs. (1 point)
d.Quels sentiments le narrateur éprouve-t-il lorsqu’il rencontre le frère d’un camarade ? Relevez précisément les mots qui vous ont permis de répondre. (2 points)

« Ma solitude » (5 points) :

Que nous apprend le dernier paragraphe sur le narrateur enfant ? (1 point)
Nommez et expliquez la figure de style employé dans la phrase […] moi qui régnais seul sur l’empire des quatre pièces de l’appartement familial. (l.9-10) (1 point)
Pourquoi peut-on dire que la parole et le silence sont au cœur du roman de Philippe Grimbert ? Vous répondrez sous forme d’un petit paragraphe argumenté en vous appuyant sur ce qui a été vu en classe et sur vos connaissances. (3 points)

Réécriture (4 points)

Récrivez le passage J’étais toujours envieux […] les odeurs (l.7-9) en considérant que le narrateur ne parle plus d’un frère mais de plusieurs sœurs.

Séance 11 : Lecture cursive : Un Secret, un roman autobiographique ? (2 heures)

Objectif :

- Savoir repérer les caractéristiques du genre autobiographique (distinguer le « je » racontant du « je » raconté, s’interroger sur le pacte autobiographique)
- Approfondir les notions d’anticipations et de retours en arrière
- Questionner le genre du texte : témoignage ? Autobiographie ? Roman ?
- Analyser le principal thème du livre : le pouvoir libérateur de la parole

Activités :

Répondre à un questionnaire en s’appuyant sur le livre et sur un dictionnaire :

« je » racontant et « je » raconté

A plusieurs reprises le narrateur adulte anticipe sur la suite du récit. Retrouvez ce qu’annoncent précisément les prolepses * suivantes, et relevez le passage précis auquel chacune d’elle se réfère :


p.66 : Une existence parfaitement réglée, jusqu’à l’événement qui allait en marquer le tournant.
> la projection du film sur la libération des camps au cours de laquelle le narrateur frappe un élève : déclic qui le mènera à la vérité.

p.94 : Il lui reste huit ans à vivre
……




p.122 : Jusqu’à l’arrivée de la seconde lettre elle a pu croire que son départ pour cette autre France allait lui permettre de retrouver le bonheur. Mais un à un les murs sont tombés, ces murs sur lesquels elle s’appuyait chaque jour, si peu sûre de sa force.
……
p.126 : Jusqu’à leur arrivée dans le café on n’entendra pas sa voix. Un peu plus tard elle parlera, pour la première fois depuis le départ de Paris. Alors elle prononcera une phrase, une seule, qui perdra Simon.
……

p.159 : ...il déciderait d’y mettre fin.
…….


b) Quel effet produisent ces anticipations ?

II- Un roman autobiographique ?

1/ La parole libératrice : Par le pouvoir de la parole, Louise délivre le narrateur de son secret. Le narrateur en prend le relais par la suite de deux façons. Lesquelles ?

2/ A la page 3, le titre est précisé par « ROMAN ».

a) Donnez la définition du nom « roman ».
b) Quels éléments permettent de justifier cette dénomination ?
c) Quels éléments cependant permettent de dire que ce récit est autobiographique ? (Se référer aux caractéristiques du récit autobiographique.)

3/ Pourquoi Philippe Grimbert a-t-il écrit ce livre ? (On peut s’aider en particulier des pages 184-185 et de la dédicace p.7).

Séance 11 : Correction de l’évaluation intermédiaire et du contrôle de dictée conjugaison (1 heure)

Séance 12 : Etude de l’image/lexique : visionnage de Un Secret, un film de Claude Miller (2 heures)

Objectifs :
Analyser une « adaptation » filmique
S’interroger sur les différences avec le roman, leur donner du sens
S’interroger sur les couleurs et le noir et blanc, sur le rôle de la bande son, sur les motifs récurrents (eau, fenêtres, miroirs…)
Acquérir le vocabulaire minimum de l’analyse filmique : la notion de plans (dans ces différentes acceptions), le son in et off, le travelling, le panoramique.

Activités :
Tableau à compléter (le rôle du noir et blanc, des couleurs à rapprocher du tableau sur le traitement du temps dans le récit)
Questionnaire à compléter

Séance 13 : Ecriture : Rédaction à partir d’une photographie, à la manière de Philippe Grimbert

Sujet :

Une photographie, c’est le souvenir figé d’un instant de la vie. C’est par une photographie que le narrateur d’Un Secret donne une réalité à son frère disparu.
Choisissez une photographie personnelle, qui évoque un instant précis de votre vie. Racontez cet événement en faisant part de vos sentiments, réflexions, commentaires au moment des faits et aujourd’hui.

Consignes :

1/ La photographie peut vous représenter vous-même, ou une autre personne (ou un animal, un objet, un lieu...) ayant joué un rôle dans cet événement.
2/ Votre devoir doit être composé de deux parties :

- La première partie, d’une vingtaine de lignes, sera constituée du récit au passé de l’événement, avec vos sentiments et réflexions à l’époque des faits.
- La deuxième partie, que vous recopierez après avoir passé une ligne, sera constituée de vos réflexions aujourd’hui, au moment de l’écriture. Et sera donc rédigé au présent d’énonciation. Longueur : au moins dix lignes.

3/ La photographie (ou sa copie) doit être jointe au devoir.


Séance 14 : Etude comparée de l’incipit du film de Claude Miller et du roman de Grimbert

Objectifs :

S’interroger sur l’adaptation cinématographique, faire le parallèle avec l’incipit du roman (étudié dans la séance 10)
Repérer le rôle du noir et blanc, de la couleur dans l’évocation des différentes époques
Le rôle accordé au dialogue, absent du livre. La voix off
Les motifs récurrents : l’eau et le miroir
L’importance du corps
Vocabulaire de l’analyse filmique (pont sonore, fondu enchaîné…)
Le point de vue : un concept que l’on peut également appliquer au cinéma.

Activités :

- visionnage de l’extrait une première fois pour faire naître le questionnement
- visionnage une seconde fois avec un questionnaire (à définir en fonction des remarques des élèves) mais qui interrogera sur les points suivants:






Ecarts par rapport au roman

Sons (dialogue, voix off, bruits…)

Couleurs
Transitions
Points de vue






Séance 15 : Correction de la rédaction








 PAGE \* MERGEFORMAT 11