Td corrigé travailedf - Exercices corriges pdf

travailedf - Exercices corriges

Les effectifs étant raisonnables en Sciences du langage (4 groupes de TD en ...... le nom Max est traditionnellement dit «sujet» du verbe dormir dans Je regarde Max ...... Nous définirons la pragmatique comme la branche de la linguistique qui se ...... Indépendamment des enseignements de langues intégrés à votre licence,  ...




part of the document















Copyright © 2003 Denis Duclos. La permission est accordée à toute personne de faire ou de distribuer des copies conformes et complètes, mot pour mot, (titres –Attention, Risquologues ! Analyse critique du champ socio-politique des risques techniques et sociaux- et nom de l'auteur -Denis Duclos- inclus) de ce document sur n'importe quel média à la condition expresse que la présente note de copyright et les permissions soient conservées et citées intégralement, et que le distributeur donne au bénéficiaire les autorisations de redistribution telles qu'autorisées par ladite note.

Copyright © 2003 Denis Duclos. Permission is granted to anyone to make or distribute verbatim copies of this document (included titles –Attention, Risquologues ! Analyse critique du champ socio-politique des risques techniques et sociaux- and name of the author -Denis Duclos-) in any medium, provided that this copyright notice and permissions are preserved and fully mentionned, and that the distributor grants the recipient permission for further redistribution as permitted by this notice.



Attention, Risquologues !

Analyse critique du champ socio-politique des risques techniques et sociaux

(Augmentée d’une bibliographie commentée)


par Denis Duclos

sociologue,

Directeur de recherche au CNRS






Mars 2003



A Emmanuel Desmares, sans qui ce livre ne se serait pas fait
A Mary Douglas, à qui je dois le courage de tenter l’ethnologie de nos peurs modernes


Préambule



Le présent travail se compose de deux parties principales :
-l’étude socio-historique de la mise en place du champ dramatugique sociétal du risque depuis deux décennies, jusqu’à son actuelle exaltation des “menaces pesant sur la civilisation”;
-un guide de références bibliographiques thématisées établies sur le thème “sciences sociales et risques technologiques”.

La première partie établit une problématique permettant de mettre en perspective ce domaine foisonnant : dans notre optique, le risque ne doit jamais être considéré comme “une chose en soi” (parfaitement inaccessible), mais comme l’objet -labile et souvent paradoxal- d’une mise en scène sociale et politique du “risquologique”, enjeu qui est devenu non négligeable dans les luttes ardentes pour le monopole des représentations de notre destinée collective, désormais consciemment planétaire.

En deuxième partie, le guide bibliographique est lui-même constitué d’une introduction problématique synthétisant lectures et interprétations, qui permettra de situer ouvrages et auteurs dans le champ intellectuel de ladite “risquologie”, et d’une série de fiches de lecture, organisée selon les axes analytiques proposés.

Je souligne qu’il ne s’agit pas de l’étude exhaustive des innombrables productions annuelles dans le domaine (surtout en langue anglaise), mais d’une sélection de références, un peu à la façon d’un “guide des vins” -si la comparaison a du sens-. Le choix des textes commentés est encore moins objectif, de même que le contenu des commentaires, qui ne vise pas tant une information qu’un repérage des positionnements problématiques dans le champ. Tout “spécialiste du risque” peut néanmoins y retrouver une diversité familière, bien que placée sous éclairage. J’espère que la formule -qui met en scène des protagonistes- permettra aux lecteurs plus éloignés des professions campant sur le territoire du risque de ne pas s’ennuyer trop intensément.
Quant à la bibliographie proprement dite -rassemblée en fin d’ouvrage- elle comporte des références plus nombreuses non commentées, mais thématisées de façon plus descriptive, notamment selon les terrains et les événements, e regroupant les diverses contributions d’un mêm auteur, autant que faire ce peut. Elle est enfin reproduite sous forme simplement alphabétique.

L’outil ainsi forgé devrait servir à tous ceux qui désirent travailler sur un panorama à la fois précis et évocateur d’un domaine... en plein explosion et qui donne désormais lieux à des « traités » !

Denis Duclos

PARTIE I :

LE THEATRE DU RISQUE


I. Puissance et désarroi du concept de risque


Ainsi que pour tout concept sociologique, il est sans doute impossible de traiter du risque en pure réalité objective. Plus même que tout autre concept, le risque se propose comme acte, engagement performatif plutôt que comme fait brut : un risque -tel “la grosse aventure” tentée autrefois par les capitaines-marchands- se prend, se court, se refuse, après avoir été envisagé, estimé, évalué, calculé, couvert, “nolisé”. Le risque, c’est un style d’être au monde, un filtre herméneutique des actes, et certainement pas un attribut des choses qui attendraient, passives, leur agent. C’est ce caractère d’engagement idéologique et pratique qui nous intéresse dans le risque.

Mais depuis une trentaine d’années, cet aspect comportemental du risque a évolué. Il a été repris en tant que tel dans le vaste secteur des idéologies de masse pour situer moralement et normativement les attitudes de chacun, en tant que professionnel ou comme simple citoyen.

Il n’est, dès lors, plus possible de ramener l’étude du risque à ce que les acteurs sociaux en disaient dans des phrases telles que : « c’est un beau risque », ou « il a joué, il a perdu ». Plus fréquemment, en effet, la notion sera utilisée dans des maximes morales (« nous devons tendre au risque zéro »), ou dans des accusations (« vous prenez des risques illégitimes.», « on ne risque pas l’avenir des générations futures » ), etc. Plus encore, le risque se trouve enveloppé –pour ne pas dire englué- dans des expressions comme « gestion du risque », « évaluation », « analyse du risque », à travers lesquelles les disciplines maîtresses de l’époque (gouvernance gestionnaire, contrôle sécuritaire), tentent de le circonvenir. On dit désormais « prise de risque , comme on dirait « taux d’alcoolémie ».

C’est le contexte et l’enjeu sociétal de ces occurences qui doit désormais former l’objet central de tout discours pertinent sur les risques. A ce titre, nous devons les analyser en rapport avec les campagnes d’idées qui en ont tenté la promotion dans le champ social, tout comme d’autres termes demeurent connotés à des usages sociaux datés (tels : « pathologies sociales », ou “problèmes sociaux », « déviance », « violence », « sécurité », « sécurisation » ou, bien sûr, notre centenaire « conscience collective »), termes dont il suffit d’observer l’occurrence temporelle en voyageant dans les rayons d’une bonne bibliothèque universitaire, pour s’apercevoir qu’ils ont connu leurs périodes de gloire puis leurs purgatoires, voire leur mort définitive.

Le risque est-il mort ? On osera poser la question malgré un début de siècle marqué par l’alerte tonitruante, l’inquiétude surexcitée, la dénonciation vigilante. C’’est que ces attitudes s’en prennent aux “menaces” de la délinquance et du terrorisme, à celles, collectives ou corporatives de l’épidémie déclenchée dans tel secteur industrialisé, à celles, incalculables, de la catastrophe climatique, et non au risque : c’est-à-dire, en un sens étroit mais assez stabilisé, à l’aléa imprévu découlant de toute action librement décidée, même la plus bénigne, et dont il serait possible d’évaluer rationnellement les implications adverses, déterministes ou statistiques.
En réalité, ce risque stricto sensu est loin d’avoir disparu de la scène. Il en est plutôt l’armature cachée. Quel que soit par ailleurs le mouvement des représentations concernant les dangers, le terme de risque désigne encore en en effet pratiquement le matériau commun, le carburant normalisé de plusieurs corporations de spécialistes, qu’il s’agisse de catégories particulières d’investisseurs, d’ingénieurs, des métiers de l’assurance, ou enfin d’experts issus de disciplines académiques ad hoc . Par ce biais, le risque demeure un vocable familier, soumis à l'appréciation de tous, par exemple lorsque votre maison d'assurance vous adresse son bulletin trimestriel qui vous interpelle en première page : "vie quotidienne : mesurez vous tous les risques ?", et vous apprend plus loin que "23% des accidents corporels ont lieu au domicile (bricolage, chute dans l'escalier, brûlures, accidents de tondeuse, etc.)".

Ce qui, en revanche, est peut-être dépassé pour le risque technique et comptable, c’est l’enthousiasme qui en faisait, au cours des années quatre-vingts, le drapeau rassembleur de tentatives variées, critiques ou positives, d’organiser une vision globale, fortement contrôlée, de l’adversité. Placé devant l’enjeu de plus en plus ambitieux d’avoir à décrire les comportements collectifs face à l’incertain, le risque semble s’être saturé, bloqué, avouant son impuissance, se laissant dépasser lui-même par des idées plus dramatisantes. Dans le traitement de phénomènes grandioses comme l’accident technologique majeur, la pollution massive, le trou d'ozone, le changement climatique, la multiplication d’épidémies imprévisibles comme le SIDA ou la maladie de la vache folle (si joliment nommée), l’explosion de la spéculation ou la montée des intégrismes, etc., le risque a dû trouver ses limites, tout comme la science que lui avaient confectionné sur mesure des ingénieurs du Corps des Mines : la “cindynique”.

Ce n’est pas faute d’avoir osé l’aventure globale et planétaire, ni même d'avoir connu des succès inespérés dans les sciences sociales. Ainsi dans son livre -désormais classique- Risiko Gesellschaft, le sociologue allemand Ulrich Beck a-t-il tenté une réinterprétation complète de “l’autre modernité” (d’aucuns diraient “post-modernité”, ce dernier vocable semblant lui avoir été préféré pour l’étiquetage de l’époque en général), autour du risque. Pour Beck, le risque est en effet le concept même de l’avenir sociétal planétaire : il rend compte de l’obligation de calcul “civilisateur” qui saisit les sujets d’un monde en proie à l’individuation croissante, tout comme il avait saisi autrefois l’entrepreneur capitaliste s’aventurant au placement dans un univers dangereux et instable. La notion de risque, associée au calcul, rend compte assez bien, selon Beck, de la disposition d’esprit que doit prendre tout un chacun, entrant aujourd’hui en société-monde comme on affrontait naguère la fortune de mer, et devant être prêt à faire face aux divorces, au paiement de ses études, à la mobilité géographique, au déferlement touristique, au changement prochain et récurrent des emplois, à la décôte rapide des biens meubles et immeubles autant que des investissements de long terme pour la pension de retraite, à l’effondrement de ses actions ou de sa monnaie.

Dans une société où les structures de solidarité familiale ou tribale seraient devenues résiduelles, nul devoir ne tiendrait la génération nouvelle à l’entretien des vieux parents, nul sacrifice ne serait programmé pour marier frères et soeurs avant l’aîné. A peine se devrait-on encore d’assister à l’enterrement d’un proche. Les structures élémentaires de la corporation ou de l’Etat-providence venant elles-aussi à s’effriter (ou à se recomposer dans le management), afin de permettre à chaque unité de service d’obtenir indépendamment un rendement maximal, l’idéal travailliste autour duquel s’est forgée notre sociologie serait lui aussi devenu caduc.

Bref, en un temps où le premier ministre britannique Margaret Thatcher, doctrinaire ultralibérale, pouvait affirmer que “la société n’existe pas”, il semblait logique à des sociologues comme Ulrich Beck de fixer la ligne de résistance des sciences sociales sur le terrain même de l’individualisme intégral. Il fallait alors recourir au calcul prévisionnel pour pallier ce que Durkheim aurait désigné sans hésitation comme une anomie (un état de non-société) radicale et généralisée, bien qu’atteinte par le détour d’une résorption du champ des valeurs autour de l’égoïsme.
Pour faire bonne mesure dans la légitimation du recours au risque comme concept sociétal, Beck ajoutait au motif -désormais inévitable- de l’individuation poussée, celui des limites de maîtrise des effet de l’activité organisée. Le risque reconnu interviendrait désormais pour modérer nos élans technologiques, nous contraindre à prendre en compte le résidu non traité, à considérer d’avance l’impact sanitaire d’un abus consommatoire, à envisager la fragilité d’un site industriel, à admettre la difficulté de prévoir un “mode commun” catastrophique entre éléments d’un système complexe, etc. Sa conceptualisation dans le double registre de la gravité et de la probabilité d’occurrence aurait pour effet de “nous rendre intelligents” face à l’hypercomplexité, tout comme face à la variabilité de la valeur sociale de l’événement néfaste. Le risque technologique nous obligerait à nous apercevoir qu’une société entoure de ses questions chaque acte productif ou de consommation, tout comme le risque individuel nous oblige à voir qu’aucune structure sociale ne nous exempte définitivement de l’aventure personnelle.

Comme constat partiel, la proposition d’Ulrich Beck sur la “société du risque” fut sans nul doute intéressante. Elle n’échappa pourtant pas aux apories de sa contradiction interne : comment le risque peut-il être à la fois ce qui nous aide à symboliser, voire à “chiffrer” notre déréliction singulière dans le chaos social, et le point de vue qui permet d’estimer les catastrophes globales ? Comment peut-il évoquer l’angoisse de ce qui nous arrive, en être le signe, er en même temps servir à la pallier, à, la réduire ? S’agit-il bien du même concept de risque ? N’est-il pas question au contraire d’acceptions parfaitement opposées du même mot ? Si l’on s’efforce de les fusionner, n’obtient-on pas un effet idéologique paradoxal consistant à envisager notre salut... dans cela même que nous considérons nous conduire au bord du gouffre ? Notre civilisation dans cela même qui nous rend plus périlleux envers nous même et la vie ?
N’est-ce pas là une conception douloureuse, voire masochiste, du progrès technique et moral ? L’appel à une sorte de névrose permanente, au lieu et place du “droit au bonheur” attendu de la puissance collective de l’Espèce?

Mais revenons à la notion de risque pour observer plus précisément ce qu’elle tend à recouvrir au cours de son inflation sociétale et idéologique. Quand nous souhaitons définir, puis réduire ou éliminer les contingences non souhaitées qui rendent une activité organisée moins efficace, nous parlons de types d’événements surgissant de l'extérieur d'un ordre fonctionnel, considérés par hypothèse comme assez rares (stochastiques) pour laisser, par leur absence habituelle, la possibilité d’une survie durable et régulière de cette activité. C’est la démarche de l’acteur rationaliste que se veulent l’ingénieur ou l’investisseur, qui ont d’abord éliminé leur propre engagement de l’affaire comme sujets personnels. Au contraire, lorsque nous évoquons le bombardement d’événements qui font de la vie au jour le jour d’un individu contemporain un navigation hasardeuse "à vue", la maîtrise heuristique du risque devient si improbable que la notion même s’en trouve fortement concurrencée par d’autres métaphores utiles, ou seulement psychologiquement protectrices. comme  : “la fortune du pot”, “les dés sont jetés”, “c’est le destin”, “la malchance”, ou encore : “une affaire de choix personnel”, “le goût de l’aventure“, “le sens des responsabilités”; ou enfin : “l’attrait du danger”, “le sentiment d’insécurité”, “la passion du jeu”, “la peur de l’avion”, “l’héroïsme du sauveteur”, “le fanatisme du kamikase”, etc. Ces symbolismes passeraient pour irrationnels s’ils n’étaient pas, au contraire, les seules constructions imaginaires compatibles avec des situations bien trop conjecturales, mais aussi trop impliquantes, pour être réduites à des modes linéaires de calcul.

L’histoire récente du concept de risque peut être comprise à partir de cette difficulté d’absorption de champs variés de la vie sociale, politique, psychique. . Au cours de son déploiement volontariste par des milieux d’ingénieurs et d’économistes, le risque a, en effet, rencontré à plusieurs reprises et dans divers domaines, différentes limites de sa validité exploitable. En un sens, l’histoire de cette extension et de la rencontre de ses limites n’est que l’une des nombreuses manifestations d'une histoire plus large : celle de la tentative de dépasser par la technique et la gestion le “désespoir de la science” dans le champ politique traditionnel, à savoir l’impuissance de celle-ci à clore définitivement ses propres controverses par une axiomatique absolument autofondée, et donc automatisable.
Depuis les travaux de Gödel, Frege et Russell, aussi bien que depuis les équations tentant d’évacuer les paradoxes de la physique fondamentale, nous savons en effet que la science ne nous donnera pas la clef d’une fusion définitive entre symbole et réel, entre logos et être. Même l’affirmation de Jean-Pierre Changeux en tant que président du comité national d’éthique, selon qui : “nul ne saurait ignorer la science” ne saurait nous convaincre désormais que le sujet moral et politique, et celui de la cognition puissent se confondre par la médiation d’une autorité de l’incontestable.
Malgré cela, la dernière moitié du XXe siècle a été largement consacrée à tenter de déplacer l'idéal de certitude et de maîtrise vers l’empire de la technique. L’acte technique aurait, selon les irréductibles optimistes que sont les thuriféraires de l’art de l’ingénieur, la vertu de pouvoir marier, fondre dans son propre mystère empirique la rigueur du logos scientifique et la non déterminabilité des processus matériels ou vivants réels. Le recours à la statistique sous toutes ses formes a permis un moment de retrouver l’espoir d’une consistance du verbe avec la chose, et c’est dans le monde de l’activité industrielle qu’elle a été sans doute mise le plus à contribution, afin de fonder strictement les procédures disciplinées, et de justifier -réciproquement- sous forme réglementaire ou juridique les aspects non parfaitement prévisibles du réel. La réaffirmation de l’idéal d’une société à la fois démocratique et scientifique, et l’un grâche à l’autre et réciproquement est encore une véritable constante de l’idéologie des milieux techniciens, et désormais, plus largement des milieux de la gestion. Sans science triomphante, en effet, comment fonder l’autoritarisme des gouvernances, la transcendance des décisions collectives difficiles ? Comment intimider et obliger ? Comment diriger des organisations ?

Cependant, toute l’histoire du concept de risque technologique montre qu’il ne suffit pas de déplacer vers l’heuristique technicienne la question "désespérée" de la science (à propos de l’infondabilité radicale du logos rationnel) sur la maîtrise pratique des choses : aussi précis qu’on le veuille, le calcul d’événements néfastes achoppe sur l’arbitraire de toute définition. A commencer par celle qui cherche à isoler un événement comme une entité : l’accident d’une essence, par exemple l’essence : “centrale nucléaire”. Car une centrale n’est jamais réductible à son concept, pour la raison que tantôt nous y désignons un “système” quasi-fermé et tantôt et tantôt un site en relation avec un environnement éventuellement “infini” (comme la mer, ou le contexte climatique), tantôt un type et tantôt une longue suite de dérives, tantôt un dispositif matériel et tantôt une organisation, tantôt un groupe de travail et tantôt un statut social,etc.
Le risque est donc également sujet, de façon déplacée et différée, au “désespoir de la science” et son histoire peut être lue dans le fil d'une désillusion de l’idéal de maîtrise-par-la-pensée. Du même coup, on peut encore y voir comment cet idéal, probablement indestructible chez les êtres humains autrefois dans la magie, aujourd’hui par le rationnel), et plus particulièrement chez les hommes soumis -par opposition aux femmes- au devoir anthropologique d’incarner l’ordre culturel, tente aujourd’hui de se déplacer à nouveau, de susciter d’autres concepts-véhicules pour en transporter l’énergie.

Dans cette optique et sans nous confiner à une description historiciste, nous voudrions rappeler ici quelques points forts de la montée en puissance puis de la retombée –et du déplacement gestionnaire- de la notion de risque au cours des dernières décennies. Nous pourrions en ce sens distinguer six étapes significatives dans le “travail social” du concept depuis une quinzaine d’années :

1. Au début des années soixante-dix, le risque fut introduit parmi les outils d’une tentative de “techniciser” l’inquiétude sociétale diffuse, agrégée autour de l’idée de “crise”. Cette dernière notion (introduite vers 1971 et jamais abandonnée depuis comme outil de production et de réception de l’angoisse collective) est alors aussi bien affectée à la description de difficultés économiques (hausse du prix du pétrole, premières grandes montées du chômage) qu’à celle de questions écologiques (boom démographique, émergence de la notion de pollution, etc.) En utilisant la notion de risque pour anticiper et cerner les développements critiques, on s’est situés d’emblée dans un dépassement de son acception originelle, limitée aux jeux de hasard. Il s’agissait d’une réponse, en partie réitérée, au surgissement de phénomènes à vocation globale, réponse qui prétendait traiter rationnellement du négatif (le fait néfaste, non désiré), pour en mieux fonder le positif (la sécurité).
2. Dans la première moitié des années quatre-vingts, on assiste à une phase d’inflation du concept de risque, au cours d’une mise à l’épreuve de ses capacités heuristiques. Dans cette période conquérante, les sociétés savantes “d’analyse du risque” (risk analysis) cherchent à récupérer par des colloques oecuméniques une multitude d’expertises spécialisées, afin de les arbitrer à partir de la sémantique du risque. Peu à peu, les médias sont approchés ainsi que d’autres objectifs d’un lobbying intellectuel actif. De proche en proche, des domaines aussi variés que la sûreté policière, la surveillance stratégique, la protection des laboratoires, la prévision des crises politiques, la sécurité environnementale, sont alors en instance de tomber dans l’escarcelle des “cindynistes”, pour y rejoindre les domaines classiques du danger des installations industrielles, et du risque actuariel ou capitaliste.
3. Mais, dans la deuxième moitié de la même décennie, alors même qu’une compétition se dessine dans la convoitise pour dominer ce nouveau champ d‘intellectualité et d’influence auprès du Prince, se distingue une période de limitation puis d’effritement du concept de risque, dans sa rencontre avec des questions qui en dépassent la portée et l’obligent à faire la place à d’autres concepts concurrents dans le même champ : menace, danger, imprévisibilité, situation de crise, etc. Ou encore aux antonymes se voulant “positifs” (comme sûreté, sécurité, prévention, contrôle, etc.) Des contre-feux conceptuels sont alors érigés par d’autres professions et d’autres intérêts intellectuels, prévenant la victoire idéologique d’un appareil sémantique au détriment d’autres métaphores. Dans cette élaboration proprement sociale apparaît aussi un “manque de concept”, un défaut de signifiant dont le progrès -aussi bien que l’échec partiel- des thèmes du risque témoignent de façon symptômatique : à savoir que l’inquiétude sociétale vise peut-être tout à fait autre chose que ce dont les “risquologues” suggèrent le traitement. De grandes inquiétudes établissent alors leur camp sur des désastres “canoniques” : Sida et Vache folle dans le registre de la contamination possible sur des échelles de masse; Tchernobyl, Bhopal, ou Exxon Valdez, dans celui des grands accidents à potentiel catastrophique durable. Ces événements ne cesseront jamais d’alimenter d’interminables procès mettant en cause en profondeur les choix technologiques ou industriels, aussi bien que la conception étroite ou unilatérale de la sûreté.
4. L'étape des années quatre-vingt-dix -qui connaît moins d’accidents grandioses- semble être caractérisée par la résorbtion et l’ajustement fonctionnel du risque au sein d’un champ plus global qu’on peut nommer celui de la gestion. Le recul de la terminologie technique du risque inapte à traiter des formes moins contrôlables d’inquiétude ont conduit les idéologues à opérer une retraite protectrice. C’est désormais au sein d’une théorie de la gestion, dûment réarmée de concepts systémiques, que le risque a pu trouver abri. Cette fois encore, c’est l’institution de l’ingénieur qui s’emploie à protéger de la tourmente l’idéal du calcul opératoire, d’une part en rapatriant la cindynique ("science du danger") au sein des enseignements des écoles techniques, et d’autre part en tentant de faire reculer dans le monde académique et de la recherche les références disciplinaires qui permettaient la mise en perspective critique des concepts technocratiques (prévention, “défense en profondeur”, etc.).
5. A partir de la fin des années 90 -et dans un contexte de gouvernance financière croissante- la crise portée ou symptômatisée par le risque déborde la gestion et impose le remaniement complet du champ des inquiétudes sociétales sous l’instance de la “menace”. On passe alors du registre de la “maîtrise” (encore revendiquée par des sophistications du risque) à celui d’une “vigilance” de type militaire ou policier, établie à l’encontre de toute intention suspecte d’hostilité (avec toute sa sémantique annexe, comme “sécurisation”, “verrouillage”, etc.). Le caractère obsidional voire paranoïde, de cette attitude “tous azimuts” (de “tolérance zéro”) proposée ainsi par la puissance, motive une recherche de contrôle panoptique (voire périoptique) reconstruit en version électronique (et dont participe l’idéal du “web” reconsidéré sous l’angle stratégique. Ce passage du risque à la menace (et à la gestion comme véritable antonyme de cette menace) est accéléré par l’événement du II septembre 2001, qui manifeste à la face du monde, que la logique de “l’intifada” (avec pierres ou cutter) peut l’emporter sur les technologies “de la grande hauteur”.
6. A un objectif, proposé en réponce faciale, d’hypercentralisation militarisée du contrôle sociétal , s’oppose, en germe, une attitude nécessairement plus ouverte, fondée sur la reconnaissance de l’aléa inévacuable associé à toute action humaine, et portant à tolérer la différence, la souveraineté multiple ainsi que le potentiel évenementiel (et donc accidentel) de cette pluralité. Dans une telle logique de rencontres des pouvoirs, ou, pour reprendre l’expression de Michael Walzer (mieux inspiré dans ses idées philosophiques que dans ses prises de positions politiques guerrières), d’une division des “sphères de justice”, l'équilibre négocié entre plusieurs termes pourrait peut-être limiter les excès qu'une seule métaphore (risque ou menace) est impuissante à enrayer (voire qu’elle entretient par sa propre unilatéralité).
La gestion elle-même, pour englobante voire impériale qu’elle se soit voulue (notamment dans la prise de pouvoir sur le monde de la santé publique) de par l’idéal de communication et de compromis qu’elle se targue d’accomplir, aurait ici à envisager son retrait au rang de raison partielle, et à admettre de partager politiquement l’universel avec d’autres principes (comme la prudence ou l’esprit d’aventure). Le concept de risque la suivrait sans doute dans cette intention plus modeste, comme aspect partiel et partial de la nomination précise des objets de peur, et serait invité à limiter la portée de ses étiquetages. Comme le rappelle le philosophe Patrick Rödel dans l’interview accordée à l’une des principales revues de risquologie : « Il est complètement idiot d’imaginer que nous pourrions vivre une vie qui serait entièrement calculée et calculable ».
Il existe cependant un compromis –peut-être involontaire- passé par Patrick Rödel avec la risquologie, habituée à se voir contestée sa prétention au calcul, et qui peut facilement accorder qu’il existe toujours un résidus non claculable. Il aurait sans doute été plus avisé pour défendre sa position avec plus de chance d’égatigner la bonnne conscience risquologique (aspect particulier de l’arrogance générale des « sciences dures » vis à vis des « sciences molles ») de proposer une formulation plus nette, du genre : «il est complètement idiot d’imaginer que soit calculable l’essentiel de notre vie et que le calcul attrape autre chose en matière de futur qu’un peu d’illusion –parfois utile- de contrôle ».
Ce n’est évidemment pas sur le calcul du risque ni sur toute les habiletés machiavéliques de la prévention que nous devons appréhender notre avenir, mais sur une retenue générale de nos possibilités, sur une éthique du non-agir et de la prudence. Celle-ci a son but, non dans le souci et la peur (selon Jonas ou Dupuy, et aussi Beck), mais dans le bonheur d’une liberté vis à vis de l’impératif de puissance, de production et de consommation. Dans une joie propre à la contemplation du vivant « en vie », et non dans l’activisme propre aux névroses de masse.

Parcourons maintenant ces six moments possibles d'une épopée du risque, afin d’en éprouver la consistance et l’intérêt heuristique pour une visée sociologique plus large.

1. Le risque comme réponse technique à la naissance d’une société “globalement inquiète”

Le recours à la notion de risque au delà de l’assurance et du jeu en bourse est contemporain d’une inauguration : celle de la nomination du champ sociétal comme global, cela même si le vocable “globalité” n'entre que plus tard dans la conversation académique normalisée. La mondialité -qui désigne l’interdépendance des parties- est ancienne (l’économie-monde remontant au moins au XVIe siècle, si l’on en croit I. Wallerstein); l’internationale -qui produit des alliances de masses de cultures différentes- est l’affaire du XXe siècle, et plus particulièrement d’une compétition (bien décrite par Eric Hobsbawm) entre mouvement ouvrier et nationalismes conservateurs entre les deux guerres mondiales. Quant au global, il désignera la relation intime entre le local et le tout.
Il est notamment un produit de la conscience écologiste, telle qu’elle s’éveille officiellement aux Etats-Unis au début des années soixante-dix, avec la métaphore du "vaisseau spatial-terre" (Kenneth Boulding), elle-même imaginée à partir de l'expérience militaire et civile de l'astronautique, de laquelle émerge un point de visée extérieur sur la "planète bleue" , fondant tout un imaginaire de l'interdépendance, de la finitude et de la fragilité. C’est à propos de cette expérience primale du danger comme “généralisé”, que Louis Dumont a pu dire : “«L’artificialisme prométhéen de la civilisation moderne est maintenant obligé de tenir compte des limites que lui imposent le milieu naturel dont la préservation, en quelque sorte, est indispensable à la survie de l’humanité. Il est surprenant de constater que ce fait historique majeur d’un tournant dans l’orientation du progrès technique échappe pratiquement à l’attention de nos contemporains, pourtant friands de faits de longue durée”.»
Certes, la question de la limite de la puissance (qui sera niée avec une sorte d’acharnement farouche par les administrations républicaines de Ronald Reagan, puis des deux George Bush sr et jr) n’a pas été appréciée dans la conscience culturelle ou politique avec toute l’ampleur de ses conséquences dans la structure même de nos sociétés, mais elle se manifeste nettement à partir des années soixante-dix, sous la forme de conversions multiples entre terreur nucléaire (avec toutes ses variantes eschatologiques), et peurs diffuses d’une catastrophe écologique déterminée par la croissance.. Elle s’affirme enfin avec l’apparition du spectre de la crise économique insoluble (choc pétrolier), première expression de la “courbure” inéluctable de l’économie capitaliste planétisée.
L’idéologie rétrospective d’un âge d’or de trente ans (les trente décennies supposées “glorieuses” de 1950 à 1980) oublie que dès le début des années soixante-dix, les revers américains au Vietnam et les guerres du Moyen-Orient avaient placé au premier rang des préoccupations la question des limites de l’activité conquérante, qu’elle fût militaire ou économique. Indépendamment du contexte de guerre froide où l’apocalypse était d’autant plus imaginée qu’elle était indéfiniment reportée, la finitude des volontarismes planétaires se matérialisait désormais trivialement par la difficulté des approvisionnements jusque là quasi-gratuits en énergie et en matières premières.
Toutefois, la décennie de cette prise de conscience fut davantage celle d’une émergence multiforme des émotions inquiètes, que celle d’un choix de métaphores opératoires. A l’heure où Jacques Chirac, alors premier ministre du Président Giscard d’Estaing prédisait “la sortie du tunnel”, la noirceur de l’époque pour ses contemporains était assez bien exprimée par la série des catastrophismes qui conduisirent à la première percée politique des écologistes. Aux Etats-Unis vaincus par le Vietnam, la diversion attendue chez toute identité humiliée, emprunta la voie, massive, d’une contestation des activités ”militaro-industrielles”. Alors que des compagnies géantes étaient abattues ou mises à mal par les procès de masse visant la nocivité de l’amiante ou des dioxines, du DTT ou du PCB, plusieurs agences fédérales étaient installées, pour protéger l’environnement, la santé au travail, le bon choix technologique, ou plus tard pour gérer le fond de résorbtion des décharges sauvages. La fureur des lobbies contre cette étatisation du refus des risques devait prendre près de quinze ans pour parvenir à abattre son premier objectif : l’agence du Congrès chargée d’évaluer les choix technologiques ne sera en effet abolie qu’en 1995. Ce retard considérable de la réaction sur l’action indique en lui-même que l’angoisse diffuse porte sur les outils mêmes de l’ordre planétaire. Le nucléaire militaire focalise l’attention, et entraîne avec lui la peur du nucléaire civil et celle de toutes les technologies comparables en capacité destructive de masse.
Dans les années soixante-dix et quatre-vingts, malgré la persistance d’administrations républicaines au discours de plus en plus “dérégulationiste”, nous vivions encore dans un contexte de conversion de l’inquiétude des sociétés occidentales sur elles-mêmes. Pour ne plus se voir entachées d’emprises coloniales ou d’injustices sociales, elles préfèraient se vivre comme polluées, explosives ou cancérigènes. Mais ces derniers effrois ne semblaient pas encore avoir une consistance imaginaire propre : on se faisait d'autant plus peur avec des fins du monde, qu'on paraissait savoir que la fin dont il s'agissait était celle d'une surabondance, voire d'un gâchis, ou surtout celle de modes de domination politiques révolus.
C'est peut-être pourquoi, à la différence de la phase suivante où le scandale du sang contaminé aussi bien que celui de l’encéphalite spongiforme résultèrent largement d’aggravations liées à la technique industrielle (poolage du sang, nourrissage des bêtes avec des produits de l’équarrissage non assez chauffés, etc.), la conversion d’une inquiétude sur soi en inquiétude sur de choses dangereuses pouvait encore se rassurer d’une perspective de réglement technoscientifique.
“L'optimisme prométhéen” n'était pas encore atteint dans sa substance. En dehors d’une poignée d’anarcho-écologistes, on admettait assez facilement qu’à une mauvaise technique incontrôlée, induite en erreur par de mauvaises pratiques, pouvait s’opposer une bonne technique, sagement guidée par de bons scientifiques, des ingénieurs fiables et des administrateurs incorruptibles. Le candidat des écologistes français à la présidence de la république, l’ingénieur-agronome René Dumont, ne cessait ainsi en 1975 de proposer des alternatives raisonnables aux dérives irrationnelles du système. De nombreux critiques radicaux de la société (comme André Gorz) dialoguaient alors en se référant à des modes de planification où la technique occupait une place incontestée, même si on en rêvait une forme utopique "autonome" et plus proche des usagers.
Dans ces exemples de discours critiques, on n’est jamais très loin de ce qui forme l’essentiel des arguments des militants américains alors engagés directement dans la controverse technologique. C’est en effet au cours de cette même décennie que le monde du nucléaire civil, à peine émergé de son berceau militaire, se trouve pris à partie, de l’intérieur aussi bien que de l’extérieur, dans une discussion serrée, d’où émerge une rénovation du concept de risque.

On oublie souvent que c’est avec la question de l’impossibilité d’assurer l’activité nucléaire civile au niveau de ses dangers réels, que commença la controverse qui devait conduire à la fabrication du concept de risque technologique. C’est pour démontrer sa maîtrise sur le plan scientifique que furent élaborées les grandes enquêtes statistiques sur la fiabilité de long terme des composants des centrales. Dans la même période, de vastes études transversales furent également menées pour estimer les conséquences sanitaires d’accidents nucléaires graves, puis celles de la simple irradiation quotidienne par des doses faibles.
La pratique militante de l’advocacy trouve alors son mode d’expression le plus glorieux, en participant à la création scientifique et technologique. Ce sont des sociétés d’ingénieurs, parfois -mais pas toujours politiquement engagées contre la guerre au Vietnam- qui construisent les cadres des procès. Les argumentaires des auditions publiques ou corporatives ne quittent pas le terrain de l’enjeu expérimental, même s’ils sont presque toujours portés par un enthousiasme “gauchiste”. C’est la fracture politique sous-jacente qui alimente encore la controverse, celle-ci se déployant pourtant sur son terrain propre. Par extension, les grands procès judiciaires sur l’utilisation des substances chimiques au Vietnam, seront également centrés par la polémique sur la nature de la démonstration scientifique. Point crucial de la période, la bataille autour de la nocivité des dioxines contenues dans l’agent Orange (défoliant épandu par l’Armée américaine sur les forêts du Vietnam) témoigne de l’énergie de conversion qui imprègne encore l’inquiétude de masse. Le point d’étiage est sans doute atteint avant le reflux, lorsque un juge américain arbitrant l’un de ces procès-monstre décide de contester lui-même les procédures scientifiques d’établissement de la vérité (des effets sanitaires de long terme de ce produit sur l’homme), en déclarant irrecevable telle méthode sous-estimant la représentativité statistique.
Cette attitude est alors nouvelle. Même si elle peut être seulement interprétée comme coup d’arrêt “réactionnaire” à la mise en cause de la campagne militaire américaine, elle amorce le recul de l’alliance inquiétude-science qui prévaut alors, et anticipe la réintégration de la “risquologie” dans la série des expertises mises en batterie fonctionnelle par la gestion. Mais à l’époque, nous n’en sommes pas encore là, et de loin.


2. L’inflation du concept de risque : du “majeur” au “global”.

En 1980, la thèse de Patrick Lagadec sur “le risque technologique majeur” introduisait dans la science politique française un concept récemment forgé aux Etats-unis, et venant prendre la relève de la vieille “sociologie des désastres” remontant à la deuxième guerre mondiale. Trois ans plus tard, le livre de Mary Douglas et d’AAron Wildavsky, “Risk and Culture”, faisait entrer la science politique et l’anthropologie culturelle dans l’arène agitée des débats sur le risque.
Tout tourne alors autour de la question -largement débattue dans la presse de l’époque- de savoir si l’on peut réduire le risque, et si une société de “risque zéro” est possible. C’est là une ligne argumentaire qui permet aux thèses libérales de repartir à l’assaut des sympathies, après des années de profil bas. C’est d’ailleurs précisément sur ce terrain qu’elles forgeront les ames argumentaires qui leur permettront de triompher jusqu’à la fin du millénaire.
La notion de “risque zéro” est alors utilisée à l’encontre de ceux qui dans les “sectes écologistes" s’opposent systématiquement à la société globale, leur négativisme atteignant selon les auteurs la capacité d’innovation, tout en désignant des objets fallacieux à l’inquiétude. La polémique désormais publique est nourrie d’apports nouveaux, comme ceux des colloques scientifiques où les biotechnologies se trouvent promues au centre des angoisses, en remplacement de la chimie ou du nucléaire. Bientôt, c’est tout le champ académique qui se trouve remué, “concerné” par une discussion déjà mise en forme autour du problème de la calculabilité.
Il est significatif qu’en 1984, lors du congrès annuel de l'association américaine de sociologie, son président, J.Short, intitulait son allocution inaugurale: «Social Fabric at Risk» («le tissu social exposé au risque»), et accordait une place importante aux aspects technologiques de ces risques. Il montrait comment la prévention des accidents ou des pollutions était devenu un élément important du fonctionnement social contemporain, de ce qu'en France François Ewald appelait, trois ans plus tard, «la société assurantielle» Ce vocable faisait écho, (dans la nébuleuse intellectuelle française autour de Michel Foucault) à ce que Robert Castel critiquait dès 1982 comme gestion des risques  en évoquant ceux d’une autre limite inquiétante de la société : la folie, reconstruite comme inadaptation sociale.
Au cours des années quatre-vingts se sont ainsi multipliés, aussi bien dans le monde intellectuel que dans les médias, les discours incitant à parler en termes de risques de tous les dangers -mesurables ou repérables- qui jalonnent notre vie quotidienne au travail ou à la maison . Le risque demeure alors, qu’il soit implicite ou explicite, caché ou patent, le concept-clef de cette démarche, en ce qu’il véhicule avec lui l’idée d’une discussion possible sur des attitudes acceptables, et sur la base de résultats empiriques supposés tangibles.
Comme le plan des moyens techniques utilisés par beaucoup d'acteurs sociaux est celui qui cristallise le plus aisément le chiffrage statistique des situations accidentelles, le risque tend à se constituer comme la rencontre entre un facteur matériel ou technique (automobile, train ou avion dans le système de circulation, ustensiles domestiques, etc.) et un facteur "humain", à la fois cause résiduelle et victime de l'événement néfaste. On essaie d'attribuer à cette rencontre des valeurs de vraisemblance ou de probabilité d'occurrence, qu’on “leste” par ailleurs d’un poids de gravité subjective collectivement acceptée.
Selon que l'on peut ou non modéliser et chiffrer le risque a priori, on oscille entre une logique prévisionnelle (celle de l'ingénieur fiabiliste, par exemple) et celle de l'actuaire (qui modifie au coup par coup le montant des polices d'assurance). La première est une construction a posteriori, qui ne reconstruit pas toute la série d’événements analysés en fonction d’un nouvel accident (ce qui serait une statistique au sens strict), mais induit une fourchette d’acceptabilité de l’événement à l'intérieur d'une série artificielle et abstraite : 100 000 heures de vol, un million d'heures de fonctionnement d'un moteur, par exemple, ou tout autre nombre arrêté après coup et de façon arbitraire. Il ne s’agit pas pour autant d’une erreur ou d’une inconsistance, mais de la seule possibilité pratique pour appliquer au futur l’expérience provenant du passé : éliminer un type d’accident de valve sur le circuit secondaire d’une tranche nucléaire s’étant déjà produit trois fois en dix ans, par exemple.

Malgré cela, l’effet statistique voit sa validité limitée au mode de construction des séries qui est affecté par tout changement dans l’évolution du système considéré. La seule méthode probabiliste ne saurait donc suffire et il faut y adjoindre des techniques de repérage empirique ou "déterministe". Or le concept de risque ne relevant du calculable que s’il est strictement probabiliste la carrière du “risque technologique” s’est engagée sur un quiproquo, couvert par la discrétion professionnelle. A savoir qu’on a misé l’extension de tout un secteur d’expertise sur l’amalgame entre deux acceptions radicalement distinctes de la prévention : celle qui consiste à dénoncer des conjonctures suspectes à partir d'une intuition fondée sur l'expérience professionnelle, et celle qui tente de saisir abstraitement des ensembles homogènes d’éléments, supposés évoluer de façon identique dans le temps.
Qu'il s'agisse de prévision de maladies, ou de l'évaluation des effets des faibles doses de radiations sur la génération des cancers, ou encore de l'établissement de la dangerosité potentielle d'un parc de centrales nucléaires, la théorie des probabilités voulut pourtant forcer ses propres limites.
Certes, ce forçage fut dénoncé en son temps par des ingénieurs qui lui étaient opposés. Mais plus il y avait réaffirmation des apories et dénonciation des abus politico-pratiques de la théorie, et plus le pouvoir technique en vigueur s'en nourrissait pour impliquer les scientifiques et les ingénieurs dans des appareillages stratégiques et rhétoriques faisant l'impasse sur les incertitudes. Par exemple, le mot d'ordre donné par la hiérarchie des instances nucléaires pour produire un tableau de bord du niveau de risque du parc nucléaire national, se heurta aux objections de non consistance dûe à l'hétérogénéité des objets et à l'hypercomplexité des éléments et de leurs modes communs. Les paradoxes inhérents à la "fusion bayesienne" des diverses populations d'objets se posaient ici de façon incontournable au plan mathémathique, mais cela n'empêcha pas le projet de se reconstruire et de se développer sans cesse.
Par la suite, afin de se tenir au niveau de l’enjeu ainsi posé, les ingénieurs des grands systèmes ont fait preuve de virtuosité dans la mise au point de procédures complexes prétendant articuler rationnellement l’analyse probabiliste des séries homogènes (valable finalement pour un petit nombre de types de composants extrêmement standardisés) et l’analyse déterministe par objets singuliers constitués, qualitativement, de leur propre histoire (la situation la plus banale).
Mais dans le même temps, la généralisation de la préoccupation du risque bien au delà de son berceau, intérieur à la controverse technique, tendit à produire un écho beaucoup plus large, et à institutionnaliser ce que l'on pourrait appeler une culture de l'inquiétude . Bientôt, le risque imputé à une firme de produits pharmaceutiques (dont les tests d'innocuité n’étaient pas satisfaisants) put aussi s'appliquer -bien qu'en un sens moins déterminé- à un média, dont la force de persuasion de masse pouvait présenter des dangers divers (dont celui de substituer à la communication entre acteurs la seule séduction publicitaire), aux consommateurs de voyages organisés contribuant à modifier l'écologie de vastes zones touristiques, aux créateurs de fichiers informatisés menaçant la vie privée, voire aux sociologues eux-mêmes lorsqu'ils interprêtaient unilatéralement des faits sociaux rendus convaincants par un appareil statistique pourtant éminennement arbitraire. A mesure que le risque incluait ainsi des menaces subjectives, des dangers imprécis, des intentions attribuées à autrui, etc., il recouvrait des univers de moins en moins comparables par la seule médiation du calcul (qu'il fût statistique ou déterministe) ou de la loi d'un marché de la réparation du dol. Du même coup, les agents professionnels vivant de la promotion du terme et des compétences de sa manipulation furent progressivement dépassés par une inflation incontrôlable de dérapages sémantiques.
Il faut toutefois conserver à l’esprit que les tenants d'une “risquologie” ont d’autant moins été capables d’assurer une police extensive du concept, que l’origine contestatrice de la polémique sur les risques incalculabes n’a jamais cessé d’occuper le coeur même de leur débat, notamment autour de la question nucléaire, bientôt prisonnière du contexte où de graves revers allaient frapper cette filière énergétique, avec les accidents surmédiatisés de Three Miles Island et de Tchernobyl.

3. L’effritement du risque face à d’autres métaphores.

On peut, de fait, marquer l’origine de la décrue de la terminologie du “risque technologique” avec Tchernobyl. Il est intéressant de comprendre ce qui se joue là, dans un événement dont toute la portée sera donnée rétroactivement quelques années plus tard avec la chute du mur de Berlin, la destruction de l’URSS et le déclassement brutal (et surtout politique) de toutes les technologies développées à l’Est. Il semble en effet que le risque soit alors -et pour la première fois sur cette échelle- entraîné dans la destinée d’une démonologie.
La technologie nucléaire est en effet associée à l’échec du projet communiste, et la critique rigoureuse des risques industriels, trop profondément engagée dans la profession faisant face aux rayonnements ionisants et à leur appréhension statistique, est emportée dans la même liaison imaginaire . L’échec du socialisme réel, devenu échec des centrales nucléaires soviétiques se propage sous forme de faillite des analyses probabilistes du danger.
Une étrange condensation se produit , amalgamant l’Esprit du mal (la Russie rouge vue par Ronald Reagan, bien avant “l’axe du Mal” de Georges Bush jr), la mauvaise technologie, et le mode de contrôle interne de cette technologie : la science du risque n'est-elle pas mensongère lorsque tel spécialiste de la haute autorité de sûreté affirme avec aplomb à la télévision que le nuage radioactif s'est arrêté aux frontières de France ? Le calcul du risque n’est-il pas faussé d’emblée, dès lors qu’à l’image même du compteur Geiger des ouvriers de Tchernobyl, bloqué sur un maximum de vingt REM, sa base de mesure ne peut rendre compte d’une catastrophe qui dépasse la graduation retenue ? On se souvient (en lisant les mémoires de l'ingénieur Jaurès Mevedev) que l'héroïsme fatal des opérateurs se lançant dans le nettoyage des décombres fut associé à la croyance dans le fait que les radiations ne "pouvaient pas" dépasser la dose inscrite. Même le rapide bronzage témoignant de doses pulsieurs fois mortelles ne fut pas "vu" pour ce qu'il était.
Face à ce non-savoir sur une mort certaine, on peut mentionner, inversement, la surestimation du nombre de morts à attendre, assignables à l'irradiation des régions environnantes : dans les deux cas, c'est tout l'effort pour prétendre encadrer l'événement adverse dans un cadre rationnel qui semble vain. Destin ironique pour le concept-clef d’une ingéniérie critique attachée à ses privilèges d'accès et de participation au débat scientifique.
Le risque, en se fixant comme enjeu de calcul autour d’une physique de la statistique, elle-même principalement nourrie et mûrie sur le terrain des nucléaires civils et militaires, a... pris un risque : celui d’être lié à l’obsolescence de sa technologie et de sa science de référence. En étant saisi dans le glacis des sémantiques du nucléaire, battu sur son propre terrain de prédilection, il n’a pas pu suivre les déplacements terminologiques libérés par les sciences du vivant, aussi bien que par la nouvelle physique du chaos, lancée aux Etats-Unis au seuil des années quatre-vingts.

La crise du risque ne fut pas seulement liée à la perte de confiance dans le nucléaire, associée à l’effondrement de l’idéal techno-socialiste. Un événement presque contemporain de Tchernobyl, l’explosion de la navette spatiale Challenger, pointa la limite de valeur des statistiques de fiabilité de composants, dès lors que, les chiffres étant connus, ils n’empêchaient en rien l’hubris d’un ensemble d’organisations “rationnelles” engagées à fond dans une logique paradoxale d’exploit renforcé par la rigueur économique. Comment réaliser un exploit scientifique et humain le plus spectaculaire avec le moins de fond possibles : tel semblait être en effet le raisonnement tenu alors par les membres de la conférence des fabriquants et des opérateurs de Challenger. Question qui, d’emblée, déclassait la problématique du risque, tout comme contribua à la déprécier l’attitude du pilote de l’Airbus A 310, lors de l’accident survenu non loin de Habsheim, au cours d’un vol de démonstration. Dans tous les cas, le “facteur humain” faisait retour sur la prévisibilité des composants matériels, manifestant l’irréductibilité du défi, de l’enthousiasme, et de la fascination de la mort.

Sur l'autre versant de la fragilité des systèmes -celui du dispositif matériel- le risque probabiliste tout comme le savoir-faire sur les dangers déterminables, connurent des coups d'arrêt : la thèse de Charles Perrow sur les "accidents systémiques" fut une démonstration remarquable, qui fit date, d'une limite théorique de la complexité, celle-ci étant pour ainsi dire traversée par des "modes communs" d'autant plus destructeurs qu'ils se manifestaient dans un montage sécuritaire plus sophistiqué. Il était pourtant évident, sur le plan d'une logique élémentaire, que plus se trouve multiplié le nombre de niveaux de sécurité pouvant, en cascade, rétroagir sur le processus dangereux, et plus ce dernier s'en trouve vulnérabilisé.

Une frontière plus générale des concepts de la maîtrise technique fut finalement atteinte du fait de deux genres de difficultés : la limite intrinsèque de la calculabilité dans le diagnostic, et l'implication de la démarche scientifique dans l'aggravation du problème.
-La première tient à l’échec relatif des projets de calcul concernant des phénomènes catastrophiques apportés à l'étude experte, tels le trou dans la couche stratosphérique d'ozone, ou le changement climatique induit par les activités anthropiques. Après avoir soulevé l'enthousiasme et entraîné d’énormes mobilisations de fonds pour la recherche, la modélisation des phénomènes climatiques s’avéra problématique. Les modèles de circulation générale du climat (CGM) ne tiennent toujours pas vraiment compte de l'albédo de la glace et de la neige, ni des retours de vapeur d'eau à la surface qui peuvent accélérer ou diminuer l'effet de serre, en impliquant d'autres mécanismes d'évaporation. Ces modèles étaient -et sont encore- ainsi qualifiés par leurs auteurs de "hautement incertains", tenus pour mathématiquement pertinents, mais “pas pour représenter la vérité”.
La vague de modélisation conduisit bien par la suite à une plus grande précision, mais elle finit alors par buter -peut-être définitivement- sur un paradoxe élémentaire : ou bien le modèle était toujours trop simple pour rendre compte d’effets d’attracteurs étranges très localisés (le fameux effet papillon) ou bien il devenait aussi complexe à analyser que la réalité !
Les vastes programmes d’études internationales du Global Change sont aujourd’hui encore embourbés dans de “ridicules” obstacles mentaux de ce type, et ne tiennent pas leurs promesses, allant au devant de remises de cause de leurs budgets, dans un contexte où la coupure est devenue un réflexe automatique de la pensée conservatrice.

La seconde difficulté concerne les effets de la science elle-même sur des événements naturels néfastes, comme les maladies.
Quant à l'implication de la science en tant que telle dans les dérives catastrophiques, elle réussit pendant longtemps à être minimisée, notamment grâce à la disjonction entre science de la découverte, et science du diagnostic, appelée expertise. Ce sont les experts qui, les premiers, furent accusés de tous les maux, tandis qu'en arrière-plan, le chercheur demeurait indemme, pour l'essentiel, dans les mécanismes d'inculpation que les colloques commençaient à mettre en place. Pourtant, de plus en plus d'éléments -réels ou imaginaires- s'accumulaient pour mettre en cause non seulement les faillites d'une technique insuffisante, mais encore les erreurs ou les comportements aventureux de la démarche de connaissance. La vaccination, cette merveilleuse découverte, n'est-elle pas le vecteur de la diffusion de maladies nouvelles, dont la carte -notamment en Afrique- recouvre presque exactement celle de la lutte contre la variole ? Le virus du SIDA n'aurait-il pas opéré son passage du singe à l'homme par l'intermédiaire d'animaleries de laboratoire (come le suggère une thèse du très sérieux historien de la maladie, Mirko Grmek ?). Les manipulations géniques ayant lieu à l'Institut Pasteur n'auraient-elles pas été l'occasion de recombinaisons inattendues entre l'animal et l'homme, induisant des cancers rares, dont la cause ne fut jamais éclaircie ? Plus généralement, n'est-ce pas une science directement mise au service d'objectifs militaires ou "terroristes" (le second ne se distinguant peut-être du premier que par la puissance des armées) qui ferait aujourd'hui planer sur les populations du monde des menaces ciblées, à côté desquelles l'arme nucléaire n'est qu'un jouet d'enfant ? Du "savant fou" à la "vache folle", la distance fantasmatique n'est pas très grande, et si les médias n'osent pas encore sauter le pas, c'est sans doute qu'ils ne veulent pas attaquer de front l'institution scientifique, ce pilier porteur de toute la modernité, cette "poule aux oeufs d'or" de toute notre prospérité actuelle et à venir.
Des doutes grandissants se font cependant jour quand à la valeur de cette fécondité prodigieuse. La mise à jour quotidienne de nouvelles molécules du vivant, le décryptage automatique des génomes ne fondent-ils pas, en eux-mêmes, des types de sciences qui, sans parler de la mercantilisation en profondeur de la nature qu'ils préparent, déforment l'ensemble des modes de recherche en direction de machines centralisées à bréveter le vivant ? Etudiants en science ou victimes du sida ou d'autres maladies, nombreux sont désormais les individus et les groupes qui peuvent s'en prendre aux protocoles scientifiques comme sources de trafics, mais aussi générateurs (par défaut d’orientaions fondamentales) de méconnaissance.
Si une élite anglo-saxonne de chercheurs sur le SIDA a souhaité tenter de réorienter l'ensemble des recherches autour de nouveaux paradigmes d'approche, c'est peut-être parce que la polarisation sur la synthèse de molécules stratégiques, concentrant l'essentiel des sommes énormes dérivées vers cette recherche, contribue à empêcher, voire à interdire le long détour d'une compréhension de la vie cellulaire, à commencer par sa morphologie, trop immédiatement réduite à une électrochimie des composants moléculaires.
Encore ce type de critique continue-t-il d'innocenter, par contraste, une "vraie" recherche qui demeurerait possible en amont des consortiums science-industrie. Mais cet idéal, lui aussi, n’est-il pas en crise, du simple fait d’une déconnection radicale avec les objectifs de court ou de moyen terme que son soutien nécessitera probablement dans l’avenir, les paliers de complexité atteints exigeant de toutes autres échelles que celles maîtrisées jusqu’ici. Après tout, dira-t-on, est-il étonnant que le résultat de 4 milliards d’année d’évolution résiste quelque peu à la soif de savoir de trois ou quatre générations d’une espèce de primates parlants ?
Certains intellectuels comme Claude Henr n'ont pas hésité, depuis longtemps, à conclure le raisonnement sur la dénonciation de la science comme telle : la démarche galiléenne serait en soi prométhéenne, et, marquée dès l'origine, dans chacune de ses avancées, par un motif de conquête, de rendement et de pouvoir qui est le ressort caché des ravages successifs réalisés par la médiation technique. De telles accusations radicales n'ont pas nécessairement d'effets immédiats dans le public, d'autant qu'elles semblent mettre en cause l'ensemble de nos modes de vie. Mais elles sont à tout moment utilisables par des forces sectaires ou religieuses, voire par des mouvances phobiques choisissant brutalement un objet de terreur collective.

Certes, des tentatives de résistance, de parade, se sont manifestées face à l'explosion de l'incalculable et des erreurs de calcul. Tout un débat économique (dont Jean Paul Moatti a bien rendu compte en son temps) a, par exemple, tenté de rapporter le calcul de la vérité scientifique à celui des préférences sociales, par le biais, classique, de l'insertion des métaphores de l'échange marchand. Il s'agissait de réinsérer l'arbitraire humain dans le seul calcul qui puisse prévaloir sur celui de la vérité scientifique : celui de la valeur sociale quantifiée. Mais, rapidement, cette variante des analyses du risque, a également approché ses limites conceptuelles aussi bien que pratiques. Une théorie trop puriste du marché, se heurtant au dilemme du prisonnier ou au "drame des communes" selon Hardin, ne peut rendre compte, ni a fortiori aider à résoudre, des problèmes de risques planétaires, -mais aussi des dangers d'incendies de forêts -pourtant dûment privatisées- Un marché des nuisances et des pollutions peut avoir un impact régulateur, mais sans certaines limites du jeu liées aux réglementations et taxations de référence (qui conditionnent d'ailleurs l'existence d'un tel marché), il perd son rôle stabilisateur. Or comment faire pour régler des problèmes dont la nuisance est très difficile à imputer, ou bien est imputable à des nations ou des groupes de nations entières et cela (comme pour le CO2) sur plus d'un siècle ? Ce qui s'opère au cours de cette expérience des apories du risque va au delà d'un simple retour à une visée répressive du "facteur humain" . Ou bien alorsd il faudrait considérer la Chine ou les Etats-Unis comme des cas particuliers de ce fameux facteur...

L’ambivalence de tout événement entre le calculable et le diffus, l'objectivable et le subjectif, l'imputable et l'inassignable, a révélé l'instabilité du rapport entre les sociétés modernes et leurs propres outils heuristiques traitant de périls matériels. Elle a montré aussi que jamais ne s'éteint la propension à déplacer aussitôt l'échec du calculable sur le plan symbolique, donnant au fait figure d'intention malveillante de certains acteurs vis-à-vis d'autres, et renouant ainsi avec les fonctions anciennes du tabou, du mal, et du sacré .
Notons que ce travail s'opère déjà sous les auspices du risque lorsque, pour obvier aux insuffisances du probabilisme, les instances traitant de la réparation des accidents tentent d'imposer aux acteurs industriels un raisonnement par recherche des causes : des batailles d'interprétation se déroulent alors après maints accidents de sites, où l'enjeu est de transformer une donnée factuelle en acte attribuable à un responsable : fabriquant de l'ordinateur de contrôle ou du composant ignifugé, directeur d'usine ou préparateur, opérateur intérimaire ou régisseur d'une entreprise extérieure, etc.
Plus largement, le risque comme fait matériel ou virtuel, tend à rencontrer sa négation ultime dans la figure de la menace : celle de l'intention malfaisante d'Autrui. Lorsque M.G.Boulouque, juge d'instruction en charge de nombreux dossiers de terrorisme (avant sa mort tragique) appelait à la formation d'un comité de surveillance du terrrorisme chargé d'étudier: “les risques que pose l'évolution technologique des méthodes d'action des organisations clandestines, notamment par l'utilisation des moyens informatiques” (Institut Français de Polémologie, 1989), il montrait qu'avec la mutation informatique dont dépend le stockage des informations, et donc la survie de toutes les grandes organisations, le chantage industriel était devenu plus une possibilité tangible que par le passé. Il remarquait que le pirate informatique dispose d'une gamme de moyens allant de la fabrication de "virus" (demandant quelques compétences en programmation) à celle de petits générateurs de rayonnement électro-magnétique capables de détruire des centres entiers de données.
On retrouve cette amplification de la puissance individuelle dans maints autres domaines. Un missile sol-air capable de détruire un avion de ligne est transportable et manipulable par un enfant de dix ans. Arrêter un train exige seulement de disposer d'un flacon de lubrifiant au téflon. Une charnière d'attaché-case peut cacher un détonateur capable de reconnaître l'altitude et d'éviter au terroriste de se trouver dans l'avion au moment de l'explosion. Sans parler des échantillons de plutonium qui ont pu être jetés dans l'East River pour créer un chantage à la radio-activité, ou des exemplaires d'insectes, de parasites ou de bactéries pathogènes aisément transportables dans une poche, avant d'être libérés dans une région visée.
Toutes ces "facilités" décrites par les médias et la littérature policière exagèrent la puissance individuelle négative, telle qu'elle se matérialise de façon beaucoup plus banale dans la capacité à induire des accidents de voiture ou à générer dans les grandes cités américaines (et peut-être bientôt européennes) un nombre considérable de meurtres (liés notamment au port d'armes de guerre modernes, très efficaces et légères).
Au delà de la répression du banditisme, de telles évolutions mettent en cause l'imprévisibilité du "facteur humain" puisque de tels moyens peuvent indifféremment être mis au service d'une rebellion militaire, d'un réseau policier clandestin, d'un groupe terroriste aux attaches politiques incertaines et variables, voire d'un individu solitaire qui, tel Unabomber aux Etats-Unis, peut tenir en échec la police pendant dix sept ans d'attentats à la lettre piégée, et faire publier -par chantage à la bombe- huit pages pleines de ses considérations sociologiques dans deux grands quotidiens nationaux.
La destruction des tours du World Trade Center, le 11 septembre 2001 par des “kamikases” ayant détourné des avions de ligne américains avec l’aide simples cutters rappelle, tragiquement, que la sophistication technologique n’est pas la seule ligne de développement de la menace, et que le courage fanatisé peut se servir de n’importe quelle circonstance. C'est finalement la zone d'aléatoire ainsi révélée qui alimente la peur -socialement mise en forme- et, en retour, conduit à renforcer la puissance des institutions, dans une dialectique du défi.

4. Le protectorat de la gestion sur le risque
(ou la morale au pouvoir)

Il n'est plus guère contestable aujourd'hui que les bases rationalistes d'une maîtrise de notre monde se trouvent en plein "dérangement", et que la crise de concepts régulateurs comme le risque en témoigne clairement.
La ligne de défense des institutions soutenant la modernité s'est donc modifiée. Prenant acte des difficultés du consensus, elle semble s'établir désormais sur un style plus autoritaire... sans renoncer pour autant à la facette technique de cette autorité. On automatise et on sanctionne l'incartade, voire l'opinion.
C'est à ce double style -à la fois tranchant et mécanique- que l'on peut reconnaître la "science de la gestion", en chargeant cette notion de tout le poids idéologique que lui donne désormais l'époque. En dépit d'une apparence bénigne, modeste et neutre, la "gestion" est en effet un principe de légitimité minimale à partir duquel les partisans résolus -et interessés- d’un régime de fonctionnement technique souhaitent faire passer leur programme en force, au nom d'utilités sociales à la fois pratiques et incontestables.
La réponse générale des organisations aux résurgences innopportunes de l'arbitraire humain et du chaos naturel, est finalement celle d'une gouvernance exercée sur l'être humain, à défaut de pouvoir l'accomplir sur les limites d'une nature rebelle : d'une part, elle va éliminer matériellement le facteur humain en accélérant l’automatisation et l’informatisation des systèmes, minimisant l’impact possible de l’interface dangereux avec les opérateurs. D'autre part, elle accentuera la discipline des opérations en intégrant les actes humains demeurés hors automatismes dans des procédures précises contrôlables de manière immédiate et transparente depuis les Etats-majors, eux-mêmes solidarisés par le réseau. On substitue ainsi à un taylorisme de productivité (misant sur la déconnection entre l’esprit et les gestes), une modernisation du concept militaire et de la sanction juridique. Ce processus de “techno-moralisation” en cours s’attaque à tous les postes de responsabilité, et vise la transparence, l’obédience, la référence obligatoire.
Cette logique, appuyée sur un discours de responsabilité (remis en selle opportunément par la philosophie moraliste "de gauche" ou "de droite", telle qu'un Paul Ricoeur en a été promu le foyer des convergences) remontera toutes les filières d'activité, y compris les plus "privilégiées" comme les hiérarchies administratives, techniques, et enfin, celles de la recherche scientifique.
Ce n'est pas un hasard si c'est de "gauche" (ce monde souvent pétri de culpabilité par rapport aux impératifs d’efficacité) que viendra, dans les années quatre-vingt-dix, une première ébauche de mise en ordre disciplinaire du petit monde des chercheurs. La réforme consiste alors à envelopper l'idée même d'une activité scientifique autonormée pour en remettre les clefs à une orientation politique et administrative extérieure  : la thématique doit être cernée par objectifs, dont les intitulés quantifiés et mécanisés sont alors laissés au traitement d'un gestionnaire, lui même censé être l'arbitre des intérêts manifestés par la "société".
S'instituant sociologue suprême (à travers la promotion de mécanismes systématisés de consultation et l'invention d'une "complexité" légitimant la mise en machines sociales des activités) ce gestionnaire tente un passage en force. A la démocratie -supposée techniquement impraticable-, à l'évaluation rationnelle devenue impuissante, il substitue un mode supérieur de légitimité formelle. Il s'engage à toujours fonder son autorité sur une évaluation "systémique" des besoins du peuple et des contraintes financières. Plus démagogue qu'un Pisistrate, il prétend étayer sa tyrannie sur un supersavoir démocratique dont il serait seul à pouvoir concocter (sans jamais évoquer les contenus pour lesquels ils s’avoue incompétent) les formes soutenables, à travers un savant mélange d’incitation, de répression et de technologie.
Cet idéal de totalisation, nous l'avons rencontré, déjà très articulé, dans la bureaucratie américaine dès le début des années quatre-vingt-dix. La fonction de la fameuse agence fédérale pour la protection de l'environnement (EPA) était ainsi décrite par l'un de ses directeurs comme une “machine” à aboucher un cycle scientifique (caractérisation des types de polluants, de leur source, des modes de transport, de l'exposition et des populations exposées, des effets produits, de la numérisation du risque (généralement sous la forme standard “dix puissance négative”) à un cycle politique (jugement sur l'acceptabilité du risque), puis à organiser la rétroaction sous forme technique : réduction du risque par la technologie et les régulations, soit en limitant les émissions, soit en diminuant les expositions, soit en en limitant les effets en fin de course. La “science” était ainsi subordonnée à une articulation de technologie, de savoir et de réglementations, tandis que la “politique” devenait l'aspect social, humain, émotionnel, à interpréter, les deux versants étant lestés de coûts économiques. “Si j'étais Dieu, j'informatiserais tout le cycle” disait -tout illuminé- ce responsable de l'EPA, soulignant ainsi sa propension à considérer la science comme un élément pratique dans un système en fonctionnement devant tendre à la plus grande efficacité.

Notons que cet effet d'englobement gestionnaire achevait de discréditer l'ancien effort rationaliste “moderne” portant et cultivant le concept de risque. La combinaison gestionnaire des deux pentes (automatisante et répressive) de la réaction organisationnelle à l'échec du calcul du risque, diminuait davantage encore le recours à ce concept central :
-Du côté de l’automatisation, parce que les disciplines classiques de la fiabilité étaient sapées en amont par une visée de perfection des composants (objectifs zéro défauts, qualité totale, etc.), en provenance de cultures du travail ultracoercitives (coercition de groupe, notamment au Japon ou en Corée). Cette tendance était pourtant paradoxale, car, pour y parvenir, c’était encore sur le facteur humain que l’on faisait peser le poids du contrôle. Autrement dit, la perfection des composants non humains d’un système automatique était atteinte au prix d’une moralisation extrême du taylorisme, en amont de l’opération dangereuse.
-Quant à la moralisation en aval des tâches humaines demeurées associées aux processus, elle ne portait pas non plus sur le risque, mais sur la menace suspectée d’une déviance, pour motifs personnels ou militants. Le vocabulaire de la sécurité, voire de la sûreté policière, remplaça peu à peu celui du risque. Or elle n’en était pas l’envers, mais plutôt une négation désagréable, car un risque ne s’abolit jamais en sûreté, mais ressuscite toujours, tel un diablotin, de sa minimisation. Au contraire, la présence dissuasive de l’agent de sécurité (ou de l’appel systématique à vigilance ou à délation de la part de chacun) a quelque chose de total : elle est ou elle n’est pas.
Le pire, peut-être, pour l'ancienne visée de la risquologie, c'est que les résultats d’une telle projection morale et répressive ont été souvent tangibles : malgré la diminution relative importante de leurs salaires, pilotes d’avions et contrôleurs aériens continueront à maintenir un taux d’accident assez bas, sans progression notable de l’informatisation depuis quelques années.
De même les grands systèmes industriels, une fois encadrés dans une informatique de site qui traite automatiquement une redondance suffisante de réseaux d’alerte, c’est la discipline professionnelle directement confrontée à l’autorité judiciaire (par le biais de l’expertise et du contrôle) qui suffit -momentanément- à empêcher un retour à l’accidentologie spectaculaire des années soixante-dix.

5. Le risque, préparatif à l’institution de l’inquiétude.

Sous les modesties du vocable de gestion, c'est bien en fait le retour du jugement moral ou disciplinaire qui a pris place dans le représentation du technique pour pallier les défaillances du thème du risque technologique. Pour utiliser un néologisme fort laid mais explicite : on assiste à une “cyborgisation” de la morale, car c’est en tant que citoyens et professionnels responsables que nous sommes instamment invités à nous comporter désormais en réseaux de robots communiquants.
Toutefois, à travers cette nouvelle régulation à la fois discrète et majestueuse, on se demandera si le risque, en sortant lui-même du domaine étroit de l'évaluation de l'occurrence et de la gravité d'un événement néfaste bien repérable, n'a pas ouvert la possibilité d'une réaction ouverte des catégories culturelles classiques du péché et de la faute, via l'impact différé d'oeuvres comme celle de Hans Jonas, placées sous le signe d'une "éthique de la peur".
C'est ce que la situation plus conflictuelle et plus ouverte du débat social (au delà des disciplines organisationelles) nous inciterait à pointer. Chaque nouvelle grande affaire de "menace", ou de "danger", de "catastrophe", ou de "péril", semble en effet désormais se construire selon les règles d'un scénario analogue :
-une "alerte" est lancée à plusieurs reprises par des scientifiques (ou d'autres acteurs), jusqu'à ce qu'un quantum critique d'inquiétude permette le démarrage d'une vaste campagne médiatique, parfois extrêmement durable (La vache folle, par exemple, totalise des milliers de pages de quotidiens français en une dizaine d’années; le réchauffement climatique des centaines sur quinze ans; les déchets nucléaires, encore davantage, sur près de trente ans).
-Face à l'incertitude du dépistage des causes, des groupes et des individus sont désignés comme responsables.
-Des mesures symboliques sont exigées, parmi lesquelles des punitions exemplaires sont recherchées, au plus haut niveau possible.
-En contrepartie, des offensives politiques, réglementaires et juridiques sont lancées à l'encontre des dénonciateurs "irresponsables".

En général, échappe à cette moralisation la mise en cause de la technique elle-même (multiplication des moteurs diesel, poolage du sang, recyclage des farines de viande, etc.) , portant située à la source évidente du problème dénoncé, tandis que les enquêtes sur l'origine se perdent en conjectures, dont les rapports réactivent régulièrement la perplexité.

Dans ces mises en scène, le procès de l'homme tend à se cliver dans deux directions : l'attaque "ad hominem" d'un personnage-clef, (tel terroriste notoire, tel affairiste, tel ministre, etc.) et la considération générale sur un ensemble aussi vague et inconsistant que "l'agro-alimentaire", "l'industrie du sang", quand ce n'est pas "l'inconscience du monde moderne".
Si l'attaque demeure si vague, ce n'est pas par absence d'une volonté de préciser. C'est au contraire parce que la polémique s'envenime et tend à passer au judiciaire que les défenseurs du "système" répondent avec une vigueur accrue, pour décourager les enquêtes. Tels les producteurs américains qui ont réussi à faire passer plusieurs lois "antidénigrement" permettant de poursuivre toute personne ne pouvant apporter la preuve de ce qu'ils dénoncent : excès de pesticides, élevage aux hormones, etc. Dans un registre plus discret, ce sont les directives européennes qui renoncent à rendre obligatoire la mention d'une manipulation génique sur les produits alimentaires.
Au lieu de viser des objets de réforme assez cohérents et précis, à l'échelle même de la question posée, il semble donc que les débats sociaux, intimidés par la réaction forte des lobbies, favorisent plutôt ce qui met en cause l'individu isolé ou, à l'opposé, une image vide du collectif. La menace écologique met en cause l'industrie, l'agriculture et finalement chacun d'entre nous comme consommateurs ou usagers, sinon comme citoyens acceptant lâchement les désastres associés à notre mode de vie. Si les hommes ont un sperme de moins en moins actif, c'est, pèle-mèle, à cause des pentalons étroits, du chauffage excessif, des métaux lourds respirés et ingérés qui se fixent dans les gonades. Le "risque" devient tellement diffus qu'il se confond avec celui de vivre en général.

Ainsi la mise en cause à la fois personnelle et universelle des auteurs présumés de la dangerosité contemporaine, si elle se substitue au projet de calculer précisément le rapport aux dangers, ne vise que rarement à promouvoir directement des changements réels de comportements ou de politiques. Elle devient chronique tout en semblant fataliste, sinon en ce qu'elle travaille au plan culturel, à développer lentement des réflexes collectifs analogues à la phobie : "safe sex" ou dégoût de la viande.

Il est désormais clair que nous ne retournerons pas au traitement de l’angoisse des sociétés par le recours à un concept salvateur comme l’analyse du risque en fut le projet, peut-être le dernier des projets modernes, porté, ou même protégé et prolongé au delà d’une espérance de vie normale, par la vivacité d’une critique technoscientifique interne.
Aussi autorisée soit-elle, la gestion ne viendra sans doute pas non plus à bout des angoisses suscitées par la controverse, ni des vertiges de la liberté qui, au fond, s'y manifestent. L’explosion des inquiétudes sociétales autour de la maladie de la vache folle, ou de la prolifération des OGM en est l’évident témoignage : rien ne vient, comme il y a dix ou vingt ans, former un réseau sémantique de secours, un filet de rattrapage de la positivité, fût-ce comme du temps du risque, à travers une négativité tenue pour repérable, discernable, mesurable, calculable. Le prion invisible, ubiquitaire, des diverses encéphalites dont peuvent être atteints humains et mammifères domestiques n’est pas, ne peut plus être conduit au procès public à travers la notion de risque, même majeur. Cette impossibilité même est incriminée, sous forme de mise en cause des protocoles scientifiques, des hésitations de la publication dans Nature, de l"irresponsabilité" des médias alarmistes, etc.
En écho aux grands procès du sang contaminé, on parle bien davantage de faute, de mensonge, d’imprudence, de menace, de punition, de suspicion. Pour preuve d’un possible passage entre espèces, on se précipite non plus sur des doses infinitésimales dont il s’agirait de trouver la formule statistique au plus près du nombre d’Avogadro, mais sur des individus “atypiques” qui font irruption au milieu d’un monde aussi normal qu’indéfini, comme des saints ou dec criminels émergent des fluctuations imprévisibles de la masse croyante, et des duplicités de la rumeur. L’idée même d’une transmission interspécifique, encore davantage qu’avec le Sida suspecté d’origine animale, réactive l’imaginaire des crimes bibliques : bestialité, cannibalisme, inceste, confusion, autophagie, sont des termes qui reviennent dans une discussion culturelle où se produisent désormais les pudeurs de la phobie, aux accents classiques de l’interdit religieux. On attend presque de l’expérience qu’émerge un nouveau commandement : “tu ne nourriras point les bêtes consommables de leur propre chair”.

Pourtant, davantage que de réflexe phobique et de ritualisation des peurs ancestrales, c'est plutôt tout ce que la citoyenneté suppose d'intervention, de délégation, de division du travail politique, qui se trouve mis en question face à la complexité du technologique et de ses modes de décision.
Certes, on se demande en étudiant les rapports entre élus, administration, et experts du risque, comment une démocratie technologique pourrait advenir. Serait-ce en élevant le niveau de savoir des citoyens, pour qu'ils puissent porter des jugements plus directs sur les choix technologiques (charbon versus nucléaire, par exemple) ? Ce n'est pas évident étant donné l'hyperspécialisation au long cours qu'implique chaque évaluation, à laquelle répond celle des formations dans la culture scolaire, inhibant le jugement technique de beaucoup de personnes. La division trop grande du travail apparaît donc, avec le risque technologique, comme un renversement de la logique de solidarité organique à laquelle elle devait répondre dans une société moderne : elle devient au contraire un élément de blocage de la communication et de renforcement des pouvoirs bureaucratiques de la gestion. Puis, par impuissance, elle ouvre au retour des inculpations mutuelles les plus agressives, et entretient la quête -toujours présente- d'une déclaration de guerre à ceux qui condensent enfin sur eux-mêmes la figure la plus universelle de "l'ennemi".

6. Vers le pluralisme des inquiétudes.

Plutôt que de poursuivre ce cycle inexorable, les sociétés sont confrontées à l'obligation de retrouver la maîtrise politique du risque. Et cette maîtrise-là passe sans doute par la reconnaissance de la pluralité des métaphores qui rendent pour nous l'angoisse supportable : celle du calcul des risques en est une, parmi d'autres. Celle de la réponse obsidionale -policière ou militaire- à la menaceest, justement, l’une d’entre elles. Celle de la manipulation autoritaire des subordonnés encore une autre, tout comme celle du débat démocratique sur les choix.
Plutôt que de chercher à inféoder chaque réponse, chaque métaphore à l'une d'entre elles érigée en "signifiant maître" et mettant dès-lors les autres à sa merci, il n'y a peut-être pas d'autre solution humaine que d'engager une conversation entre elles, d'instituer, si l'on veut, une "démocratie des passions".

C'est en faisant converser ceux que la passion conduit à tout traiter en termes de calcul (risque), avec ceux qui veulent affronter la liberté (danger), ainsi qu'avec ceux qui veulent détruire les ennemis (menace), c'est surtout en rappelant à ces protagonistes qu'il en existe encore d'autres, tels ceux qui croient à la vertu du vote pour les choix technologiques "de société" (maux ou biens), que l'on modérera sans doute le mieux le danger, la menace, le risque ou le mal, qu'en nommant ainsi plutôt qu'autrement, chacun impose à l'autre sans vouloir le savoir.

La pluralité irréductible interne à ces modalités mêmes de l’inquiétude sociétale semble renvoyer enfin à la pluralité irréductible des positions humaines dans la vie, telle que l’inquiétude même s’oppose à la quiétude d’une jouissance de celle-ci. Inquiétude et Jouissance s’opposent également à la Raison, au sens où cette dernière est, au fond, réflexion des moyens de permettre la jouissance sans augmenter l’inquiétude. Or cette réflexion cesse en partie d’être raisonnable si elle n’est pas elle-même relativisée par la discussion entre membres de la société.

Cette fractalité essentielle de la culture humaine, incapable de saisir elle-même dans un seul et même discours cohérent est-elle elle-même une source de défaillance, de péril ? N’est-elle pas au contraire la marque dans l’humain de la prééminence de la vie sur le symbole, de l’expérience animale et d’espèce sur l’orgueil prométhéen ? N’est-ce pas la chance même de l’espèce, au moment où elle “s’unifie”, que de retrouver en elle la résistance profonde de sa diversité interne, par rapport aux emportements de toute idéologie livrée à sa propre complétude, qu’elle soit techniciste, judiciaire, politiste ou individualiste ?

Nous soutenons ici l’hypothèse -optimiste ?- que cette fractalité de la culture humaine est gage d’une certaine limitation réciproque des risques, dangers, menaces ou hasards, qu’elle représente la capacité même de survie de l’espèce dans les conditions, jamais encore rencontrées, d’une société planétaire.
En revanche, informés par l’histoire de nombre de cultures passées, nous pouvons craindre que la reconnaissance de cette pluralité équilibratrice soit toujours fortement menacée par les discours d’alerte mobilisatrice, militarisant les foules dans une discipline aliénante et agressive. Voila le danger de l’époque.



II. Société du risque... ou dictature des risquologues ?

Pas un jour où les médias n’affichent les dangers d’exister dans l’époque. Chacun se prémunit contre cette alerte permanente, mais notre joie de vivre est entamée. Nous devenons des citoyens inquiets, crispés sur nos effrois, bardés de phobies, caparaçonnés de rites sécuritaires, enveloppés de défiances réciproques. Tout cela n’est-il pas contre-productif ? Quel pouvoir laissons-nous grandir à l’ombre d’un tel climat obsidional ? Le vrai risque du risque n’est-il pas d’appeler au pire en nous convainquant de son omniprésence ? Il est temps de démêler l’écheveau du risque, sous peine d’abandonner notre culture à l’angoisse stérile.

Le risque : scène du pouvoir

Remplaçant les peurs de la damnation ou de la famine, le risque est d’abord un exceptionnel outil d’influence. Comment le public, capturé par d’omnipotents consortiums d’assurances, interpelé par des myriades de policiers (un pour 250 habitants en France) et d’agents de sécurité, soutenu par des armées de fiabilistes, de contrôleurs sanitaires ou d’assistants-psychologues, travaillé par l’alarmisme péremptoire des journalistes, peut-il oublier que le risque est avant tout un immense gisement de profit, d’emploi et surtout de pouvoir ?
On dira que les discours du risque se contredisent. Des puissances antagonistes minimisent le risque de leurs activités en majorant celui des autres : les nucléaristes dénoncent les accidents de la route (infiniment plus meurtriers que les centrales), mais insistent sur la vertu nucléaire face à l’effet de serre, ce que contestent les pétroliers. Les fabriquants de voitures critiquent les arbres au bord des routes (800 morts par an). Les investisseurs condamnent le “risque zéro”, dont la prudente idéologie décourage leurs actionnaires, mais les sévères gestionnaires du “zéro défaut” tiennent un propos inverse, tout comme les adeptes de la “tolérance zéro” envers une délinquance suspectée de préparer le terrorisme.
En réalité, le risque nous subjugue en tant que scène de discorde. Parce que s’affrontent les assureurs, les militaires, les techniciens, les moralistes ou les économistes, chacun voit fourmiller des périls impossibles à régler d’un commun accord. Plus on débat de danger, et plus chaque professionnel du risque accroît ses parts du marché de l’inquiétude, ou renforce ses interventions musclées. L’effet premier de la scène du risque est de pousser l’anxiété publique à l’ébullition.
Un second s’ensuit aussitôt : les puissances se ménagent mutuellement, mais s’entendent pour désigner “le facteur humain”. Le capitaine du rafiot affrêté par TotalFina, l’ouvrier fumant dans les vapeurs explosives, l’opérateur manoeuvrant hors procédure les barres du réacteur nucléaire, le pilote de ligne se trompant de cadran : cibles faciles, les individus essuient un tir serré de mesures de prévention, de protection et de rétorsion, tandis que les organisations s’en sortent. Ainsi, après le procès retentissant de quelques personnalités, l’industrie du sang pratique-t-elle toujours le poolage des plasmas, qui contribua à diffuser le sida, et dont rien ne dit qu’il ne transmettra pas d’autres affections indétectables. De même -malgré les mesures prises en Europe-, n’en a t-on pas fini avec les producteurs étrangement anonymes de farines animales, pourtant vectrices de l’ESB.
De nombreuses organisations responsables de l’amiantage (plusieurs centaines de milliers de morts attendus dans la décennie à venir, en hypothèse basse) ne seront pas poursuivies, mais se plieront seulement à des aménagements techniques et assurantiels. Au contraire, leurs victimes sont accusées d’avoir refusé le nettoyage de leurs bureaux, de n’avoir pas déclaré l’apparition d’un symptome, ou se voient imputer le coût d’une erreur industrielle massive, comme le décret Juppé interdisant la vente des voitures fabriquées avant 1993 (20 millions de véhicules aux systèmes de freins diffusant de l’amiante). Même quand le risque est imputable à un industriel identifié, la force de la grande organisation parvient à enrayer la justice : ainsi, des Bretons victimes de la marée noire géante générée par l’Amoco-Cadiz et qui peinent -23 ans après- à obtenir les indemnisations acquises auprès de juridictions américaines.
Il est aisé de chasser les habitants de tours de HLM destinées à imploser (pour cause de vétusté, ou par crainte des populations.. à risque de délinquance ?), mais plus difficile de déménager des installations dangereuses. Alors que la critique des implantations revient, avec l’explosion de l’usine AZF à Toulouse, on oublie qu’elles n’ont cessé d’être réglementées depuis Feyzin ,Seveso ou Flixborough. Mais comment contrôler à long terme les politiques d’urbanisation (créant des populations électorales stratégiques) et exiger des changements drastiques dans la localisation des groupes internationaux ? Dans le cas de pays comme le Mexique (explosion de Mexico) ou l’Inde (fuite de gaz de Bhopal), les autorités semblaient impuissantes devant l’arbitraire industriel, ou la démoralisation sociale des personnels, cet efficace relais menant aux désastres.
En revanche, nimbé de bonne conscience, arc-bouté sur l’impératif du bien, le contrôle sécuritaire de l’individu coule de source. Quand tel grand militant en santé publique veut placer un mouchard sur les automobiles (à l’instar des camions), il ne contrarie guère la coalition des assureurs, des sociétés d’autoroutes, des constructeurs, des policiers, qui s’accordent sans effort à fustiger l’égoïsme de conducteurs “asociaux”. Epargnant les industriels qui estiment avoir accru la sûreté des véhicules, cette convergence facile permet aussi d’ignorer l’état des routes secondaires (déploré en France par un rapport de l’Inspection des Finances), la médiocrité des autoroutes d’Europe épuisées par les trains de camions, l’augmentation régulière de la puissance de haut de gamme, l’incitation à consommer du fuel (très polluant), la multimotorisation des ménages dans des banlieues s’étendant aux lointains villages-dortoirs, etc.
Les grandes structures semblent unies par l’intérêt à ne rien savoir de ces carences collectives, et préfèrent accuser le “profil psycho-culturel” du conducteur. Pourquoi admettraient-elles les études montrant que la propension d’un pays à l’accident augmente plutôt... avec l’importance du réseau semi-rural (favorisant à la fois la vitesse et les occurences de rencontres) ? La coalition de pouvoirs n’a que faire de résultats rendant caduque leur action sur les personnes. Au contraire, le risque imputé individuellement est un concept chéri des organisations pour lesquelles l’usager, le justiciable, le client, le contribuable, l’assuré, etc; sont la matière première de leurs activités, et sont toujours préférés passifs et prévisibles.
Or si le contrôle a priori enraie certains comportements, il ne règle pas la question de fond (la fatigue des camionneurs, par exemple). De plus, il contrarie l’héroïsme professionnel, parfois seule parade à l’accident. Un récent procès d’opérateurs du nucléaire sanctionnés pour des initiatives -non réglementaires mais nécessaires- pointe l’enjeu de la scène du risque : n’est-elle pas un aspect du combat entre la dignité des personnes et l’arrogance des hiérarques ?
Bien sûr, des alerteurs se vouent à contrarier l’invincible amnésie institutionnelle : sans parler des figures tutélaires de la résistance au silence, comme la biologiste américaine Rachel Carson ayant montré les nuisances du DDT dans les années soixante, voici le Professeur Richard Lacey, dénonçant héroïquement l’épidémie de la vache folle, en dépit des autorités britanniques. En France, André Cicollela qui révéla les dangers des éthers de glycol, le pr Viel observant les effets des faibles doses de radiations ionisantes autour des usines nucléaires, ou Marcel Goldberg et Ellen Imbernon étudiant les mêmes effets sur des cohortes de professionnels, statutaires ou sous-traitants, ou soulevant patiemment le voile sur la massive tragédie de l’amiante (après Henri Pézerat, le pionnier en la matière).
Pourtant, il ne s’agit pas seulement de rétablir un équilibre entre accusations portées contre les individus imprudents et reproches adressés aux organisations. L’intensité dramaturgique du thème du risque doit aussi être globalement atténuée, car le climat de dangerosité alléguée pousse les personnes à la dépression et les met en dépendance morale et sanitaire. Seul l‘individu pâtit du maintien au long cours de la guerre du risque entre pouvoirs.
Il faut donc vigoureusement récuser l’idéologie d’une “société du risque” dont le sociologue allemand Ulrich Beck s’est fait le subtil porte-parole, et qui implique que l’individu contemporain devienne un perpétuel gestionnaire de l’incertain, un vigilant contrôleur de soi et des autres. Il faut au contraire restreindre la scène du risque substantiel aux seules armées professionnelles ou consuméristes. Car les hommes sont d’autant plus dangereux les uns pour les autres qu’ils se font agents des froides machineries -si bien décrites par Hannah Arendt pour l’appareil nazi- à travers lesquelles ils transforment aujourd’hui leur monde et s’atteignent eux-mêmes.

Le risque réel

Il faut alors distinguer risque réel et risque fantasmé. Les deux sont liés, puisque un fantasme peut devenir dangereux, mais leurs traitements sont inverses : nous attaquons directement les “causes objectives” du risque réel, tandis que le risque fantasmé n’est diminué qu’en enrayant la spirale des indignations et des répressions, en apaisant l’effroi sans rapport avec le danger prétexté. Or les risques fantasmés passent pour des risques réels dans la bouche des “crieurs-au-loup” : comment les discerner ?
Le risque réel porte sur des faits patents, survenus ou potentiels, affectant de vastes populations : accident majeur, désastre, ravage épidémique immédiat ou progressif. Il exige des campagnes d’opinion démontrant à des organisations aveugles sur leurs propres actes la “réalité” dont le mépris ou l’ignorance ont conduit à la négligence fatale : le milieu marin ou forestier sauvages, l’aire d’habitations, le patrimoine historique et culturel, le réseau hydrographique et phréatique, la qualité de l’air, etc. Souvent, des acteurs humains humiliés sont attachés à cet élément méprisé : les intérimaires surexposés, la population pauvre autour de l’usine, les utilisateurs du milieu sauvage, les habitants d’une commune, les ressortissants d’un pays dominé, etc. Parfois, seule la société entière peut défendre du risque majeur un site où les acteurs sont trop liés aux tendances destructrices, et parfois c’est l’inverse.
Le risque le plus réel se cristallise autour d’évenements susceptibles de reproduction catastrophique, dont il faut comprendre la source collective. Sur ce point, l’école américaine du risque a balisé depuis vingt ans le champ des possibles : ou bien l’organisation recèle des passions criminelles (théorie de la délinquance organisationnelle selon Diane Vaughan, par exemple,), ou bien elle affronte un niveau d’incertitude qu’elle ne peut maîtriser (théorie des “accidents normaux” selon Charles Perrow). Quelques catastrophes canoniques ont ici fait l’objet de myriades d’études fondant désormais la nouvelle discipline risquologique : l’explosion des “pousseurs” de la navette Challenger (28 janvier 1986) relevait de la première explication : chaque groupe professionnel partie prenante s’était perdu dans une surenchère activiste effaçant la conscience du risque et rendant son calcul impossible. On pourrait aussi placer sous cette rubrique “délinquance” la fuite de gaz asphyxiant à Bhopal, due à la désertion des cadres techniques en perspective de la fermeture de l’usine, ou plus récemment, la denégation scientifique et administrative du risque d’ESB par les autorités britanniques sous mandat conservateur.
Relèverait d’une limite du savoir possible, la menace d’inondation de la centrale nucléaire du Blayais par les vagues de la Gironde (pendant les intempéries de décembre 1999) : l’ampleur des récents déréglements climatiques ne pouvait guère être prévue lors de la construction. Or les grandes installations dangereuses sont présumées des systèmes étanches, qui peuvent en fait être trahis par l’environnement, ou par leur propre complexité : dans le cas de la formation de la bulle d’hydrogène explosive dans la centrale nucléaire de Three Mile Island (le 28 Mars 1979), les opérateurs furent submergés... de fausses informations par le dispositif de sécurité !.
On peut étendre le paradoxe de Perrow (trop de savoir engendre de l’insécurité) à nombre de grands systèmes techniques : ainsi, la surveillance aérienne dépend-elle de données fournies aux ordinateurs simulant la circulation, hors perception directe.. Ces dispositifs améliorent la sécurité, mais la moindre erreur de calcul serait catastrophique, et le contact audio direct avec l’avion demeure indispensable par sa souplesse de correction.

Face aux limites de la responsabilité et du savoir, il existe deux parades classiques : à la délinquance collective répond l’interpellation judiciaire de fonctions de direction. Face à l’incertitude, on peut se garantir en “couvrant” le risque d’une dépense estimée selon des probabilités vérifiées dans le passé, ou encore s’abstenir par prudence jusqu’à ce que les techniques maîtrisent l’inconnu. Or, comme l’a montré le chercheur allemand Ortwin Renn, la délinquance comme l’incertitude peuvent devenir insituables : quand, en amont, on ne sait pas qui est directement “coupable” de la transmission de l’ESB aux moutons.. En aval, quand on ne sait pas arrêter la propagation d’un OGM, ou que l’on ignore les effets de longue durée des radiations de faible intensité. Dans de tels cas, les réponses au risque deviennent plus difficiles : qui incriminer, lorsque le choix dangereux est celui d’une société entière, ou de toute une classe sociale -comme les agriculteurs modernistes polluant massivement les nappes phréatiques- ? Comment stopper le risque lorsque le “coup parti” se propage de façon imprévisible (comme l’émergence d’une algue toxique, l’irruption d’une nouvelle maladie) ou présumée irréversible (comme la mutation génétique, le changement climatique) ? Que faire lorsque l’échelle du désastre dépasse toute possibilité d’assurance ou même de régulation technique (comme la fonte du réacteur RBMK à Tchernobyl, le 26 Avril 1986) ?
La Fédération Française des sociétés d’assurances s’alarme de ne “plus pouvoir accompagner les entreprises dans leur développement en matière de responsabilité”. En arrière-plan de cet euphémisme, on subodore les milliards que coûtent sur le long terme le virus Loveyou, le retrait de canettes de Coca Cola ou de pneux Firestone, le naufrage de l’Erika ou de l’Evoli Sun, la destruction massive de troupeaux ou de farines animales. Ayant rendu hommage aux quelques 3300 victimes recensées dans l’effondrement du World Trade Center, les assureurs rappelent discrètement que les tours étaient aussi garnies de milliers oeuvres d’art de valeur inestimable....
On se souvient que François Ewald présentait l’assurance comme une conquète sur les conflits judiciaires qui déchiraient le XIXe siècle, et une “garantie de la démocratie moderne”. Est-ce encore aussi vrai lorsque les assurés, contraints ou libres, atteignent leur limite de solvabilité ? Lorsqu’explosent les événements adverses dont l’opinion exige que les organisations en endossent la cause ?
Pour autant, l’imputation judiciaire n’est pas une panacée. Discerner les responsabilités a pu forcer bien des organisations à plus de transparence, mais le côté spectaculaire des mobilisations judiciaires se solde souvent par des condamnations sans proportion avec les immenses désastres possibles. Par ailleurs, la réponse juridique n’est pas toujours utile. Comme le dit Philippe Vesseron, directeur de la prévention des pollutions et des risques, délégué aux risques majeurs, “ceux qui sont chargés de la maîtrise des risques, élus, industriels, ou fonctionnaires, cherchent le plus souvent à agir en responsables, sans penser à tout moment à leur responsabilité pénale”. Pire, la menace judiciaire, désormais permanente, peut inciter à se prémunir de toute attaque future (telle la décharge signée par la personne hospitalisée), ou privilégier la manoeuvre médiatique, au détriment de l’éthique professionnelle. Nombre d’experts conseillent ainsi aux industriels d’explorer les obscurités de la loi pour échapper à la responsabilité civile.

L’extension des dangers attribuables aux hommes n’implique pas que nous devions passer au régime de vigilance réciproque sans trêve que M. Ulrich Beck nous propose en idéal futuriste. Le risque “sociétal” peut toujours être rapporté à l’organisation politique instituant une société humaine, et être alors maîtrisé dans ses grandes lignes... ou au contraire, déchaîné. De ce point de vue, quand la droite américaine décide de dissoudre l’agence des choix technologiques qui existait auprès du Congrès, elle choisit une déresponsabilisation collective dont elle devra être comptable, puisqu’elle autorise un déferlement incontrôlé de la dépense énergétique. Inversement, lorsque Pékin réduit la production de myriades de mines de charbon, il engage positivement la culture chinoise sur la question du risque sociétal. Lorsqu’en France rien n’est vraiment planifié d’un remplacement progressif du nucléaire ni du développement du ferroutage (malgré les sommes englouties dans le transport par camion, dangereux et polluant), les élites politiques s’engagent dans un refus de prévision dont on pourra leur tenir rigueur.. Les plus avisés des politiciens professionnels savent que, désormais, ils ne seront plus seulement redevables de leurs actes devant leurs électeurs du moment, mais aussi devant ceux.. qui ne sont pas encore nés.

Plus dangereux encore : le risque fantasmé

Le risque fantasmé n’est pas synonyme de faux risque. De ce dernier relèverait par exemple la peur absurde que l’ingestion d’OGM influe sur le patrimoine génétique du mangeur, ou encore la croyance qu’on risque davantage dans un vol suivant un accident, ou un détournement suicidaire : superstition qui explique pourtant la baisse durable de fréquentation des avions après les attentats du 11 septembre 2001. Pourtant, même ces faux risques indiquent -après décryptage- des inquiétudes légitimes : sur la manipulation généralisée du vivant; sur l’aggravation des techniques d’agression ou de tuerie.
Le risque fantasmé s’attaque souvent injustement à des “boucs émissaires”. Ainsi, la peur de l’agression par “les jeunes” cache-t-elle souvent une haine xénophobe et induit des mesures (fouilles à corps et incursions domiciliaires, arrestations et détentions arbitraires, contrôle des messages,etc.) dont les victimes seront, par facilité, toujours plus éloignées des vrais criminels.
Le fantasme d’un “climat terroriste mondial” (visant partout les maternelles, les universités comme les aéroports) nie que les attentats-suicide ne sont pas des risques statistiques, mais des menaces liées à des antagonismes précis, même si de grands groupes de personnes en sont otages. En fait, une guerre de kamikases est économe en sacrifices et vise des objectifs symboliques pertinents. Mais le terrorisme stimule tout ce qui, dans une société en crise diffuse, souhaite en découdre.Ce que, sur le mode ironique, Bertrand Poirot-Delpech appelle le “çavapétisme”.
Les vrais fantasmes s’habillent de vrais ou de faux événements : le souhait -inavouable- de voir éradiquer une surpopulation, abuse de la déploration du -trés réel- sida africain. Le refus de déverser l’intimité dans l’espace public se traduit, en revanche, en terreur d’affections bizarres (comme celles imputées aux portables). Rappelons ce que Véronique Campion-Vincent appelait “les terreurs urbaines” : mygales dans les yuccas, strychnine dans les boîtes de calmants, lames de rasoir dans les pommes distribuées à Halloween. Basées sur très peu de faits, elles camouflent de tout autres peurs : celles de voir la pauvreté surgir derrière le produit exotique, d’admettre que le médicament soit une drogue, ou que l’enfant quémandeur de Halloween (représentant le Mort “transi” réclamant son dû) attire en retour la haine des Vivants.
Sans remonter à la “rumeur d’Orléans” (la peur d’être violée dans une cabine d’habillage) étudiée par Edgar Morin dans les années soixante, évoquons encore la terreur, très en vogue en Inde, d’être enlevé dans une ambulance, celle d’être -en Chine et au Japon- vidé de sa substance par une sorcière déguisée en amante, ou en Amérique latine, de se réveiller privé d’un rein, emporté dans d’improbables circuits de greffes d’organes (rêve dont le symétrique “paysan” est d’être dévoré par un ogre ayant toute l’apparence d’un gringo... ou d’une prostituée rencontrée au bar !). Qui ne reconnaîtrait dans ces fantasmes des variantes de la frustration sexuelle ?

Du risque du risque : attention, fascime risquologique !

Dans les années vingts, la peur ethnique et sociale militarisa les peuples : dès l’âge tendre, chacun devait porter la chemise noire, rouge, kaki ou feldgrau. Or, on se soldatise désormais autour du risque, cet ennemi aux mille visages. Ainsi de la foule new-yorkaise -échantillon de la foule urbaine moderne- où prolifèrent les uniformes “de la liberté”. Grooms et gardiens, agents de contrôle, accompagnateurs, secouristes. Mais aussi : ouvriers des travaux publics, hôtesses ou standardistes, cadres badgés, serveurs de cafétérias, livreurs de pizzas ou de paquets-express... Et, derrière l’uniforme, consignes et réglements obligent chaque salarié à la vigilance. Chacun a en tête procédures d’urgence et d’alarme, aussi bien à la vue de comportements suspects que de défauts techniques. La tradition syndicaliste de whistleblowing, (“tir de sifflet”, pour dénoncer les conditions de travail) et celle des “survivalists” à l’entraînement convergent dans une inquiétante excitation .
Cette dérive s’est aggravée depuis l’entrée en scène du “terrorisme mondial” (anticipé ou forgé dans nombre de fictions et de sujets médiatiques). D’autant plus dangereuse qu’elle est alimentée de faits réels, elle s’est nourrie de l’apport insidieux du“discours risquologique” savant. Dans sa prétention à repenser les rapports sociaux dans la tonalité sécuritaire, la construction experte fabriquée depuis vingt ans autour du risque doit être désormais questionnée par les partisans de la liberté. Toute objective qu’elle se veuille, cette expertise a une saveur liberticide aussi problématique pour les sociétés libérales que ce qu’elle semble vouloir réguler. Il est temps de montrer les limites de validité d’une “discipline scientifique” du risque avant que la tendance autoritaire toujours insistante dans les périodes critiques n’y trouve sa caution, au grand dam de nos principes démocratiques. Ne serait-ce que pour sauver du désastre... les réels métiers de prévention et de sécurité, qui, à n’en pas douter, sont partie prenante du devenir moderne.

Entre calcul et aventure...

Depuis les études sur la perception des risques (par Paul Slovic B. Fischhoff ou en France, J.P. Pagès), nous savons que ce que les technocrates appellent “l’irrationalité populaire” est un jugement qui ne s’en prend pas à la compétence, mais à l’entreprise ou l’institution, dont la sagesse ancestrale nous avertit qu’elles abritent la passion du pouvoir. Or celle-ci peut aussi bien conduire aux sévères disciplines du nucléaire, qu’à la débandade accidentogène du ferroviaire privatisé. La démocratisation des politiques du risque ne nous libérera certes pas des problèmes, mais le croisement d’opinions sur le destin commun contrarie au moins le jeu autistique des pouvoirs face à un auditoire passif, promis par eux à la gamme des supplices de l’angoisse.
Dans le grand théâtre de l’incertitude, les experts se partagent en réalité selon les mêmes lignes d’opinion que le public. Les uns se demandent“qui est responsable et en appellent à la précaution. Les autres, forts de leur expérience industrielle, proposent des dispositifs de sûreté, mais les troisièmes, reconnaissant le droit des peuples à choisir leurs technologies, préfèrent construire des débats sur les questions ardues. Tandis que les derniers, plus aventureux que les autres devant l’événement catastrophique, sont retournés y voir, tels des vulcanologues adorant escalader un cratère en éruption. Ils rappellent que dans tout désastre, les communautés humaines retrouvent aussi festivité, solidarité et héroïsme.

Ainsi divisé entre les amoureux (avoués ou non) du danger, les véhéments accusateurs de la menace, les mesureurs invétérés des aléas, et les ardents organisateurs de débats de société, le risque ramené aux passions les mieux partagées peut paraître à jamais impensable. Mais ces différentes lignées constitutives de la risquologie contemporaine ne peuvent s’éliminer réciproquement sans erreur ni injustice. Ce n’est pas en délaissant le dialogue sur la valeur du risque, pour la seule poursuite du personnage diabolique menaçant l’humanité américanisée, que les disciplines “cindyniques” règleront les turbulences de l’époque, mais en acceptant la controverse civile qui les traverse.
Personne, en effet, n’est obligé d’envisager la vie sous le seul angle du risque, parce qu’on peut -tout aussi légitimement- la considérer comme une aventure, un champ de rencontres, ou l’occasion de créer des savoirs.


PARTIE II

Bibliographie commentée
sur les sciences sociales et le risque

Rappel sur l’origine de la bibliographie “sciences sociales et risques”

L’élaboration de cette approche bibliographique sur les sciences sociales et le risque technologique fut d’abord engagée dans le cadre d’une étude demandée par Electricité de France (Direction de la Sûreté Nucléaire et Direction des Etudes et Recherches) au quatrième trimestre 1997, à l’initiative d’Emmanuel Desmares et de Valérie Lagrange, qui furent alors de bienveillants mécènes. Elle était envisagée d’une part pour préparer et accompagner des actions de diffusion des approches d’analyse de risques pour la sûreté (ARs) chez les exploitants de centrales nucléaires, et d’autre part pour permettre à plusieurs interlocuteurs dans EDF (formateurs, chercheurs, responsables de la sûreté, de la qualité et de la sécurité) de disposer d’un moyen de réflexion pour des politiques et des projets de prévention du risque.

J’acceptai le travail en y voyant l’occasion d’utiliser, d’organiser et d’actualiser le vaste rassemblement de références sur le thème que j’avais engagé depuis plus de dix ans.

Au vu des premiers résultats (1998), il fut décidé de la mettre à jour régulièrement sur trois ans et de l’approfondir, dans une visée encore plus “ouverte” que lors du projet de départ. Mais l’objectif du travail ne changea pas : il s’agissait toujours de constituer un outil de “repérage d’ensemble” des champs abordés par les sciences sociales depuis une vingtaine d’années à propos des risques technologiques situés au carrefour des périls pour l’individu ou le collectif dans le travail (sécurité), et de ceux qui menacent à la fois l’installation et son environnement (sûreté). Cela impliquait un “balayage” large et une visée distanciée, non restreints au domaine spécial des méthodes d’analyse de risques sur les sites de production nucléaire (ce qui aurait réduit singulièrement la portée du propos !) ni même des grilles d’analyse des risques en général étant donné l’absence relative d’études de sciences sociales sur ce thème précis.

La recherche plus large participait d’ailleurs d’une “résistance à l’étroitesse” qui fait partie intégrante des démarches visant une vigilance (individuelle, collective ou organisationnelle) maintenue ou accrue, ou des capacités de diagnostic dans des domaines d’action où la routinisation (à laquelle vise toute formalisation méthodique) peut se révéler en elle-même factrice de danger.

La notion d’analyse (risk analysis, avancée à nouveau par rapport à celles de gestion (risk management), d’évaluation (risk assessment), de contrôle ou de réduction des risques, était intéressante en ce qu’elle remettait l’accent sur un moment réflexif , notamment susceptible de saisir les “signes précurseurs” de séquences accidentelles. Mais elle l’est beaucoup moins si elle se réduit à la mécanique d’une mise en “check-list”, dont l’apport est au minimum de constituer un moyen mnémotechnique face à des situations complexes face auxquelles le temps de méditation est bien court, mais au plus de permettre de transmettre aux équipes et à l’autorité de contrôle des fiches informatives homogènes et lisibles, éventuellement opposables au tiers en cas d’accident (et de ce fait, dissuasives de négligences ou de manques de précaution).
Il est cependant douteux que de telles grilles (variantes pour l’ingénieur de la liste des courses de la ménagère) puissent servir à des lecteurs hors situation, pour repérer les fameux signes précurseurs, qui ont précisément pour caractéristique d’échapper à la formalisation et à l’exhaustivité. L’objection n’est pas nouvelle : elle a été formulée par nombre de spécialistes de l’analyse des risques en sécurité (notamment pour les “analyses préalables des risques” utilisées dans les années soixante-dix.). Mais elle intervient dans un contexte où la bureaucratisation informatisée de l’environnement des pratiques atteint des sommets, les encadrements de plus en plus séparés du terrain exigeant avec de plus en plus d’angoisse des séries écrites permettant de “suivre” de loin l’activité matérielle.

Etendue et limites du champ étudié

Diversité des domaines couverts

Il n’est pas inutile de se situer au plan d’une culture de sûreté qui intégrerait une connaissance plus générale des rapports humains au risque technique. C’est à l’amorce d’une telle “base culturelle” que voudrait contribuer la présente bibliographie. Nous n’en avons exclu ni le thème de la sécurité au travail (et de l’accidentologie qui y est liée, dans le cadre d’approches plus ergonomiques), qui a souvent servi de premier laboratoire aux concepts de la sûreté, ni les risques technologiques envisagés dans leurs aspects environnemental et sanitaire, aussi bien diffus qu’accidentel, ni enfin les risques naturels considérés sous leur potentiel catastrophique ou désastreux, se prètant à de grandes efforts de prévention. L’expérience, notamment utilisée en formation, peut utilement trouver des analogies dans des situations très différentes, aussi bien internes qu’externes au fonctionnement de process ou à la maintenance en arrêt. Par ailleurs, l’évolution culturelle et réglementaire ou légale se réalise souvent en adaptant des mesures prises dans des domaines connexes, par diffusion terminologique ou par recherche de situations formellement homologues. Les disciplines du droit, par exemple, fonctionnent aujourd’hui sur ce type de comparaison (d’où a, par exemple, émergé la notion éthico-juridique de “précaution”.)

Enfin, pour une politique de prévention avisée, fondée sur la responsabilité des acteurs, la “pragmatique de la vigilance” (pour reprendre un terme de L Boltanski XE "Boltanski" ) doit porter sur l’ensemble des “modes communs” possibles (humains, sociaux aussi bien que techniques) et sur leurs conséquences, et non sur des objets artificiellement découpés pour des motivations administratives. La séparation artificielle de “l’interne” et de l’environnement” apparaît ainsi particulièrement spécieuse dans le cas du nucléaire, mais elle l’est aussi pour nombre d’installations industrielles dangereuses et davantage encore pour le transport.
Une division étanche entre le “social”, la “sécurité”, la “sûreté”, ou “le risque majeur” (environnemental) pourrait se révéler une des causes des accidents graves, et l’un des motifs d’amnésie ou de refoulement rétroactif des causes efficientes relativement extérieures au domaine technique (sociologie des emplois durables et négligences de la sécurité à Bhopal XE "Bhopal" , mécontentement des Routiers et incendie d’Eurotunnel, désorganisation politico-sociale et multiplication des risques par les exploitants de Tchernobyl, folie haineuse de groupes terroristes équipés de moyens militaires, etc.). On peut en dire autant du clivage entretenu entre l’accident technologique isolable (type TMI XE "TMI" ) et le risque sanitaire diffus (type SIDA, “vache folle” ou “poulet grippé”), dans la mesure où tout désastre sanitaire peut avoir pour origine un accident technologique limité, voire invisible, et qu’inversement, tout incident technique mineur peut se prolonger en situation de crise.
On ne se ralliera pas pour autant à la prétention un peu exorbitante d’une discipline “globale” du danger (selon l’ambition des “Cindyniques”) qui saurait par exemple mettre dans le même panier conceptuel la violence des jeunes, le tremblement de terre de Kobé, ou l’accident de centrale nucléaire.
La demande excessive de vigilance généralisée et son exploitation doivent aussi être expliquées comme faisant partie du problème.

Approches “sciences humaines”, et approches “techniques”

L’appellation “sciences sociales” n’a pas été prise en un sens restrictif, non seulement entre les diciplines académiques (qui, au fond, sont assez peu intervenues sur le thème du risque en tant que telles, sauf engouement très récent, tardif et maladroit), mais aussi entre celles-ci et les disciplines “de terrain”.
Certes, une division du champ sépare (de façon abyssale) les démarches techniques ou liées à la proposition d’une “méthodologie” (mot savant pour “recette”), et les approches théoriques plus clairement articulables aux disciplines “mères”, comme le droit, l’économie, la sociologie, la psychologie, l’ergonomie, ou à leurs surgeons et autres tentatives transdisciplinaires, comme la science des organisations, les disciplines de la cognition, etc. Mais les références plus techniques se présentent comme réponses à des objections diverses concernant l’évolution de la sûreté. Elles se positionnent donc idéologiquement et politiquement dans le champ et ne sont en rien “neutres” (comme l’avait prévu naguère Jacques Ellul). Elles portent souvent la marque des modes parcourant le vaste champ de la gestion (du management) et véhiculent les orientations prépondérantes du moment jusque dans les pratiques quotidiennes. En ce sens, les modalités techniques sont souvent des propositions sociales : elles sont des sociologies et des politologies qui s’ignorent (ou ne s’ignorent pas), et il n’est pas si difficile dès lors d’en souligner l’articulation avec les disciplines académiques correspondantes.

Limites de l’investigation

Ce qu’écrivaient M. Monteux et M. Favaro en 1990 semble toujours d’actualité : “le diagnostic a priori des risques recouvre des pratiques très variées et la littérature sur le sujet, elle-même d’une extrême diversité, se trouve dispersée au hasard des revues techniques, de brochures parfois spécialisées sur un risque donné, de manuels ou d’ouvrages pratiques... La disparité de ces documents, leur nombre et leur accessibilité parfois difficile, font qu’il n’est guère envisageable d’établir un catalogue des méthodes existantes comprenant une description opérationnelle des procédures à mettre en oeuvre”.
Ce propos est a fortiori valable pour l’ensemble disparate des études sur le risque, le danger ou la menace, la sécurité ou la sûreté : nous n’avons, je le répète, prétendu à aucune exhaustivité dans des domaines où les publications se chiffrent par centaines par an, en considérant seulement les revues spécialisées, et qui, pour une bonne part, appartiennent au genre routinisé (“XXV emes journées de la prévention du risque de la boîte de sardines”, “vingtième anniversaire des rencontres sur le risque de bureaucratisation du risque”, etc.). Le choix opéré n’offre donc aucune garantie contre l’oubli d’une contribution importante, mais celui-ci est d’autant moins probable qu’on s’intéresse aux auteurs ou aux équipes de préférence aux titres : lorsqu’un groupe institutionnel d’auteurs publie douze articles la même année sur la même étude dans autant de revues (dont trois en langue anglaise), le contenu de chacun des textes est peu différent : il ne s’agit que de modulations de la forme et parfois de la problématique, adaptée aux interlocuteurs. Dans de tels cas, on se contentera du ou des textes les plus percutants et les plus riches.

La référence aux institutions auxquelles appartiennent un grand nombre d’auteurs permet, certes, de recouvrir les constellations de positions, de thèmes, d’orientations, et celles de ces institutions, ce qui incline à penser que la controverse vis-à-vis du risque se ramène à la différence de places fonctionnelles (assureurs, médecins, ingénieurs, opérateurs, contrôleurs, administrations, médias, entreprises, sécurité civile, militaire, etc.). Cependant, il ne faut pas en déduire que le panorama des perceptions ou des opinions à propos des risques se réduise à la cartographie des dispositifs institutionnels.
Nous avons tenté de mettre en valeur la capacité des auteurs à échapper en partie à des programmes dogmatiques pour livrer aux lecteurs des informations ou des questions qui vont au delà des cadres attendus. Il faut bien avouer que cette autonomie relative, lorsqu’elle existe, a pour contrepartie l’engagement dans un “concept” qui sert d’emblème héraldique du chercheur dans la controverse incessante. C’est un marqueur bien plus fiable, à la fois de la position de chacun, et de la trajectoire qu’il décrit dans le champ. Il est intéressant par ailleurs de suivre l’apparition, le renforcement et l’affaiblissement de tels concepts (voir le guide analytique de la bibliographie en document annexe) : par exemple la notion d’acceptabilité des risques, promue par des économistes se sentant chargés de traduire en valeur le débat social semble avoir fait long feu depuis quelques années, probablement dépassée par le côté incalculable des risques épidémiques (type vache folle) ou catastrophiques (type accident nucléaire). En revanche la labilité des mots “sûreté” et “sécurité” que rien ne parvient à fixer au delà de certains domaines, ou l’ambiguité constante entre risques “industriels”, “techniques”, “professionnels”, le mouvement de bascule entre les notions de danger et de risque, les glissements sémantiques irrésistibles entre “défaillance”, “faute”, “erreur”, la dynamique contradictoire entre une tendance à exagérer les termes (accident majeur, désastre, catastrophe, etc.) et une tendance symétrique à les euphémiser (“incident” pour accident, “fortuit” pour incident, installations “classées” oubliant “classées... comme dangereuses”, “facteur humain”, oubliant la suite : “facteur humain... de risque”, etc.), ou même à les taire complètement, tout cela montre à l’envi qu’il est fort difficile en ces matières d’imposer un consensus autour des référentiels. Il faut se résoudre ici “au beau risque” : celui de travailler dans le combat intellectuel permanent entre protagonistes versatiles, tentant chacun d’imposer sa version du dictionnaire.
Enfin, faire de ce travail bibliographique l’occasion -dans une perspective pédagogique, et pour le compte d’un praticien éveillé- de réintroduire les liens segmentés ou refoulés dans la pratique professionnelle quotidienne (souvent pour des raisons de simple fonctionnement) n’est pas toujours des plus aisés : les contributions les plus passionnantes sont souvent rangées sur les étagères de l’expertise spécialisée (des rapports jalousement conservés par le commanditaire ne parviennent jamais aux plus concernés... du service voisin). Nous devons aussi tenir compte de la “privatisation” des thèses impliquant le secret (contre indemnisation des thésards), qui est une dérive mondiale inquiétante pour l’indépendance du travail scientifique et la consistance de la pensée universitaire. Une autre difficulté, il est vrai moins fréquente avec l’acculturation progressive des milieux techniques aux codes de la vie intellectuelle des pays démocratiques, est l’existence de textes non signés à l’intérieur d’organisations hiérarchiques qui effacent la responsabilité de l’auteur. Malgré leur intérêt parfois évident, il est difficile de citer ces textes au statut incertain (ne serait-ce que pour des raisons déontologiques de solidarité avec le droit des auteurs.)

Elements nouveaux par rapport aux deux édition de 1998 et de 2000.

-Toutes les références anciennes ou nouvelles ont été intégrées en un seul document.
Les références supplémentaires ont été consultées et intégrées à la base bibliographique (déjà enrichie l’année précédente de 600 références). Une centaine d’entre elles ont fait l’objet de fiches analytiques proposées dans le présent guide.
-Quelques éléments (tirés de la grande presse) ont été ajoutés à propos des événements du 11 septembre 2001 et de l’explosion de l’usine AZF à Toulouse, mais en général peu de données sur le terrorisme stricto-sensu ont été examinées dans cette base. En revanche, nous avions, dans la réunion de rendu d’une recherche sur l’analyse des risques, organisée par Emmanuel Desmares (en 1998) évoqué explicitement la “suicidance” comme un phénomène qu’il faudrait désormais prendre en compte dans le risque technologique (toujours d’abord risque humain et politique).

Références et fiches nouvelles sont intégrées dans le corps des textes déjà publiés, ce qui conduit à enrichir et réorganiser certaines rubriques, et à accentuer leur caractère de “forums” de discussion thématique.

Ces nouvelles études ont permis de renouveler et d’affiner notre approche du paysage du champ du risque. Malgré un “boom” de l’édition spécialisée sur le thème en 2000-2001 (surtout riche en manuels ou en descriptions factuelles), et un domaine qui, par définition, se nourrit constamment de l’actualité accidentelle, la structure n’en a guère changé depuis trois ans, mais quelques thèmes ont pris de l’ampleur par rapport à d’autres. Ce qui nous a conduit parfois à remanier la “mise en situation” des auteurs que nous avions pris en compte dans notre théorie du champ du risque.


Denis Duclos, Octobre 2001

I. GUIDE ANALYTIQUE DE REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
SUR LE THEME “SCIENCES SOCIALES
ET RISQUES”


Ce guide analytique appuie les lectures et recherches dans la bibliographie qui suit. Il est proposé en deux parties : l’analyse du champ (A)et un cahier de fiches (B).

Il contient en A une représentation synthétique problématisée des thèmes et des champs abordés par les sciences sociales à propos des risques technologiques (et de leur organisation dans le champ de la “risquologie”) en France et dans quelques pays actifs en la matière. Le cahier de “mini-fiches” (B) reprend un certain nombre d’auteurs cités dans la base bibliographique, le cas échéant en groupant plusieurs de leurs travaux, et en y attachant un commentaire plus ou moins bref. Dans le cahier de fiches, comme dans la bibliographie, nous avons recouru à la même grande partition en quatre domaines :

I. TYCHE : Pratiques de danger et de risque,
II. METIS : Imputation et jugement des actes risqués,
III. THEMIS : Choix collectifs de risques,
IV. EPÏSTEME : Contrôle du risque.

Cependant le lecteur ne doit pas nécessairement chercher à retrouver une référence fichée à un emplacement précis dans la bibliographie, les sous-catégories pouvant être différentes : la bibliographie est organisée de façon plus descriptive, notamment en rappel des événements auxquels la risquologie fait appel pour se constituer.

A Analyse du champ “sciences sociales et risques”

1. Rapppel de quelques préalables philosophiques et épistémologiques
à l’approche du risque.

Les commentaires de textes lus ont pour but de mieux situer les approches étudiées en rapport avec la “lecture épistémologique” que je propose, et que je résume dans l’expression “analyse tétralogique du risque” (dans les quatre domaines prédéfinis).

Cette tétralogie (quatre dimensions d’une même matrice) n’est pas un artifice de rangement : elle correspond à une “formule canonique” de l’action humaine (proche de celle utilisée par Lévi-Strauss pour décrire l’activité mythique) qu’on peut énoncer ainsi :
-pour toute action humaine, il existe une prise en charge culturelle qui lui donne sens, simultanément en désignant un acte, à définir à partir de changements matériels rassemblés sous l’étiquette de cet acte, (tyché), un sujet à cet acte (métis, apparition de “l’autre”, toujours plus ou moins menaçant, et en tout cas auquel on va imputer l’acte), un savoir permettant de référer cet acte et le langage de son expression (Epistémé), et un jugement collectif de cet acte, qui se partage sur une scène d’opinion et de choix (Thémis).
Le plan de consistance “ontologique” de cette tétralogie est donc celui où une nature (un événement adverse considéré comme réel) est introduite dans la culture, qui le “réinvente” aussitôt comme acte humain, dans un processus nécessairement -et uniquement- tétralogique, ce qui est une manière de représenter l’unité impossible à défaire de cet acte : c’est ce (1) dont on parle, en l’imputant (2) à quelqu’un, à l’aide (3) d’un référentiel, et qui du coup (et seulement à cause de ce “coup” culturel) émerge (4) du réel indifférencié des événements, comme un acte (de risque, par exemple).

Il faut avoir à l’esprit ce caractère canonique de la formule, pour faire preuve d’inventivité sans faire dériver les oppositions vers des quadratures qui n’ont rien à voir avec notre problème. En effet, il n’existe pas de signifiants ultimes des pôles (tyché, épistémé, métis, thémis), car leurs signifiés fonctionnent plutôt comme des constellations de sémantèmes. C’est pourquoi nous avions choisi (au début des années 1990) ces signifiants grecs qui échappent un peu aux dérives sémantiques du langage contemporain. Certes, on pourrait mettre “politique” à la place de thémis, mais alors il faudrait surmonter la différence anglo-saxonne entre “policy” et “politics”, et ensuite y adjoindre toutes sortes de débats sociaux ou professionnels qui échappent habituellement à la notion usuelle de politique.

On pourrait aussi remplacer “thémis” par la formule : “le risque tel qu’on en parle dans beaucoup de milieux et tel qu’on se divise à son propos”, mais n’est-ce pas un peu long ? On pourrait faire la même chose pour les autres pôles.
Le vrai nom de Métis serait alors : “l’auteur de la “chose” (de l’accident, du risque, de l’acte fatal) que l’on constitue comme acte en lui imputant un sujet.” Pour Tyché, ce serait : “la sélection dans le magma du réel d’un objet constitué en acte du fait de son imputation -discutée- à un sujet, et grâce à une logique formée pour cette constitution.” Quant à Epistémé, ce serait : “le système de signifiants et le lexique permettant de découper l’acte dans le réel, de l’imputer à un sujet, et d’en juger collectivement.”

Les quatre domaines sont donc ici bien davantage que des modes de rangement empiriques. Ils peuvent être interprétés comme les “quadrants” émergeant de deux dimensions croisées, dont nous proposons ci-dessous l’explication : la dimension du “point de vue” (centré sur le sujet ou sur l’objet du risque) et la dimension “situationnelle” (caractérisée par le caractère singulier ou collectif des événements néfastes, dramatiques ou tragiques). On y place les apports et les utilisations possibles quant à la problématique de l’analyse de risques, mais celles-ci ne portent pas tant sur les “ouvrages à lire absolument” que sur des exemples caractéristiques, significatifs du positionnement théorique que nous avons ainsi souhaité faire émerger. Cette analyse structurée du champ des sciences sociales (au sens large), est enfin illustrée par quelques “cartes” des “espaces” de débat des auteurs et des ouvrages face au risque, telle qu’ils apparaissent dans notre projection herméneutique..

En entrant maintenant sur le champ de bataille, n’oublions donc pas que nous incarnons des principes qui ne se combattent que pour “représenter” une impossible et pourtant réelle unité indissoluble du “risque d’être humain”, et du même coup incontrôlable par l’un quelconque de ses composants. S’en souvenir n’empêchera pas que nous tentions vigoureusement d’imposer nos vues (comme techniciens, experts, administrateurs, informateurs, négociateurs, etc.), mais cela permettra également que nous ne nous prenions pas trop au sérieux dans ce jeu de division des rôles. Ce qui est , paradoxalement, peut-être l’une des meilleures conditions pour ne pas trop aggraver le risque lui-même (qui est toujours d’une certaine manière... risque de guerre) !

2. Construction du modèle d’interprétation.

Sur la base de ces orientations générales, décrivons maintenant notre modèle du champ du risque en nous appuyant sur le schéma suivant.



Ce schéma croise deux dimensions où la discussion sur le risque s’étend presque toujours, et où les sciences sociales sont prises :
- celle qui oppose les gens aux choses (techniques ou naturelles), indiquée sur l’axe horizontal sujet-objet. Nous l’appelons celle du point de vue, car elle dépend de la préoccupation principale des acteurs : si ceux-ci sont préoccupés par leur propre intervention dans la production du risque, on dira qu’on est dans la moitié “sujet” de cette dimension; s’ils sont préoccupés davantage par la “réalité matérielle” des situations à risque, on dira qu’ils se portent vers la moitié “objet”. La préoccupation “sujet” (gauche du tableau) se manifeste quand on éprouve le besoin de rapporter le risque à une source d’intention (l’agent, l’ingénieur, l’autorité, etc.) ou à une société d’arbitrage acceptant plus ou moins tel ou tel risque, décidant et jugeant de la valeur des actes risqués. La préoccupation “objet” (gauche du tableau) est forte quand la question de l’homme est traitée en termes de dispositif, de système. Une préoccupation mixte, intermédiaire peut se centrer sur les notions d’organisation.

-La dimension situationnelle traite des rapports entre systèmes et événements (ici notés sur l’axe vertical collectivité-singularité). En gros, il semble que, pour aborder la question du risque, on a tantôt besoin de le distinguer comme singularité (événement pur, distingué d’un être, qui lui, serait -ou devrait demeurer- stable : la centrale nucléaire, par exemple), ou tantôt de le remettre dans l’ensemble des rencontres aléatoires (pas nécessairement calculables) qui constituent “un monde” évolutif et ouvert, mais momentanément pris -humains et non humains- dans le réseau des causes qui conduit peut-être à l’événement néfaste .

Formation du tétrapôle des positions sur le risque

Le croisement des deux dimensions donne quatre quadrants ou pôles :
le pôle “sujet/collectif” (nommé ici “pôle du danger”), le pôle “sujet/singulier” (nommé ici pôle de “la menace”), le pôle “objet/collectif”, nommé ici pôle de la “fortune”, et le pôle “objet/singulier”, nommé ici pôle du “risque”.
Le fait que l’ensemble du domaine du risque soit surtout épinglé à la tentative de l’ingénieur de le ramener à une événementialité calculable (pôle 4 du schéma), où à une logique linéaire en mode binaire déterminant “exactement” l’erreur” ou l’action correcte (oui/non) n’empêche absolument pas que tout débat (même hyper-spécialisé) autour de cette tentative présentera des variantes des “quatre sensibilités” majeures, sortes de choix obligés dans la nébuleuse des positions possibles. Cette nébuleuse elle-même n’est pas indépendante des dimensions anthropologiques plus générales qui sont au centre de toutes les sciences humaines (oppositions individu/collectif, monde des choses/monde humain).
Il est possible, nous le verrons plus loin, de trouver ces pôles à différents niveaux de l’action. Si l’on distingue par exemple trois niveaux (ou trois “syntagmes”, c’est-à-dire trois plans différents d’articulation des mêmes pôles) comme “la philosophie générale du risque”, “la politique technicienne du risque”, et “la pratique des situations à risque”, chacun de ces plans ou niveaux possédera son propre pôle “danger” (et bien sûr, les trois autres). C’est important à considérer car des auteurs, très proches en orientation problématique, peuvent très bien ne jamais se rencontrer, s’ils “naviguent” sur des plans différents.

-Le pôle “danger” (sujet/collectif), ou “thémis”

Partons, par convention, du pôle en bas et à gauche (sujet/collectif) : nous y trouvons toutes les approches qui “tirent” vers la désignation (et l’accusation) d’une intention (erreur, faute (plus ou moins excusable), d’une négligence, d’un manque de prudence ou de précaution, d’une malfaisance intentionnelle, etc.). Nous les avons regroupées sous l’étiquette “danger” car ce mot désigne, dans son étymologie, l’inéquité où se mis trouvent des sujets du fait d’autres : il signifiait en ancien français -dangier, dongier- être placé “à la merci de” (du maître, en particulier : c’est la racine “dan” “dam”, de dominus). A l’intérieur de cette pôlarité, il y a évidemment des nuances : on y peut opposer les approches qui sont attirées par la mise en cause d’un acteur (discours de jugement des personnes morales, des responsables, etc.), celles qui restent près du collectif (choix politique, acceptabilité des risques) et celles qui tendent à l’objet (organisation), rappelant les insuffisances du contexte social d’arbitrage et de communication. Mais, grosso-modo, c’est un monde où on discute davantage “loi”, “réglement”, “économie”, “social”, “norme”, que “technique” (c’est pourquoi nous choisissons le terme grec “thémis”, qui désigne la justice, pour en résumer l’orientation, du côté subjectif) .



-Le pôle “fortune” (Objet/collectif), ou “tychè”

Le mot “fortuna” désigne en latin le destin qui échoit du fait de la naissance plutôt que du tirage au sort (l’opposition fors/sors). Nous le reprenons ici pour désigner une situation donnée, irréductible au probabilisme (même si celui-ci peut en approcher certains aspects), et caractérisée par la “rencontre” (tychè en grec). Le “collectif”, ici, n’est pas subjectif : il est matériel. Un ensemble d’êtres (humains, non-humains) se rencontrent pour former un groupe se soumettant à des lois locales (ou les produisant, ce qui revient au même). Certains auteurs appellent cela “système”, ce qui est un concept descriptif qui n’épuise pas l’aléa (encore que ce dernier terme désignant le dé en latin, implique déjà trop de traduction probabiliste). En gros, nous pouvons placer à ce pôle les approches moins formalisées de l’événement, souvent rendues perplexes devant l’énormité de la tâche, qui tentent l’acrobatique défi d’une approche des contextes “réels”, “pragmatiques”, toujours opportunistes, collectifs, et pourtant rarement quantifiables. Ce côté énigmatique de l’événement adverse peut conduire, pour le “parler” à revenir dans le passé, pour étudier sans fin ce que nous avons nommés les “accidents canoniques”. A d’autres niveaux, ce pôle est la “niche écologique” de ceux qui allient la curiosité scientifique, technicienne ou active à la considération des situations “complexes” (que nous opposons, en suivant Bruno Latour, au “compliqué”, le second étant un dépliement linéaire du premier). Ce qui intéresse ou même fascine l’approche de la situation comme collectif-objet, c’est la simultanéité. L’objet idéal pour cette approche est “le chantier” plutôt que le “process”. Mais bien entendu, comme pour le pôle précédent, il y a des nuances. Les méthodologies quantifiées de déroulement de chantier, comme le classique PERTH des écoles d’ingénieurs, proviennent précisément des tentatives d’échapper à la simultanéité “vers le linéaire” (en tentant de le calculer, comme suite de singularités, ou d’états). Le probabilisme n’est pas non plus exclu de ce domaine. Vers le collectif au contraire, la rencontre fortuite (d’où “fortuna”) devient l’objet central des préoccupations. Du côté du sujet, c’est l’organisation, vue d’avantage comme ouverte ou souple que comme hiérarchie de décisions.






-Le pôle singulier/objet (“risque”,”épistémé”)

Nous trouvons ici les tentatives de détermination du risque. Elles ne sont pas plus “scientifiques” que les autres (contrairement à ce que croit mon ami le sociologue américain Eugene Rosa), mais elles correspondent au moment “formalisateur” (épi-stémé : découpage de l’objet). Ce moment a lui-même trois aspects, selon qu’il se situe en affinité avec la question des pratiques de l’événement réel (qui s’intéresse davantage à la mesure des fréquences d’occurrence, sachant ce qui est redouté pour un collectif), en correspondance avec la question du sujet (qui s’interroge sur la valeur de l’épreuve, la grandeur de sa “gravité” par exemple), ou enfin s’il se considère lui-même comme pure détermination, définition, découpage conceptuel du réel.




-Le pôle “menace” (sujet/singulier)

Ce dernier pôle concentre les approches qui sont intéressées à la cause des événements, en tant qu’elle pourrait être attribuée à un sujet en tant que source ponctuelle (ce qui ne veut pas dire un individu, mais une entité prise en soi comme unitaire : un système, une institution, un Etat, etc.). La notion d’intention est ici importante, car elle résume le côté homogène de l’entité agressive décidante. Toutefois, elle dévoile déjà une ouverture au collectif, puisque le sujet de l’intention est déjà inscrit dans l’idée de choix, et donc de débat, même si le choix est d’emblée marqué ici par son caractère négatif, néfaste, fondé sur la “malveillance” et donc sur une opposition au collectif. D’un autre côté, une intention vise une certaine “qualité” d’événement (ou plutôt de “gravité”) : elle s’intéresse (de l’incident au désastre en passant par toute la gamme des accidents) à un type d’effet. Le vrai centre “en soi” de cette pôlarité est simplement le refermement du sujet sur lui-même. “Métis” , qui désigne l’intelligence rusée chez les Grecs rend assez bien compte de cet effet de prestance agressive causée par cette comparaison de soi-à-soi, ce narcissisme impossible. Le sentiment obsidional, de peur, de panique, de “concernement” par la menace, provient des perspectives insondables qu’il suggère : et si l’événement “impossible” surgissait.. que se passerait-il ? (le seul événement impossible étant précisément l’unité du sujet et de l’événement). Cette réflexion peut sembler éloignée du risque : en fait, on se rend compte que les surenchères sécuritaires ou parfois paranoïdes sont très liées à ce thème de l’événement “insupportable”, qui paraissent les fasciner au point... de le faire advenir, pour mieux en réchapper.




-“Dynamisation” des approches, dans un dialogue en progression dramatique.

La numérotation proposée des pôles n’est pas gratuite. Elle correspond à un mouvement assez répandu des scénographies humaines :

1. d’abord, l’action, la rencontre avec la chose (aussi bien comme objet que comme cause, affaire humaine). Cette rencontre appelle l’interprétation, mais la déborde, la dépasse, puis se dépasse soi-même dans le temps. Un quart d’heure après l’accident, ce n’est déjà plus la même “chose”.

2.Pour la retenir, cette chose, il n’existe souvent qu’une solution : passer directement au quadrant 2 : le “res- pondere” (peser de la chose, évaluation) semble toujours passer d’abord par la saisie d’un acte imputé à une intention. C’est un être qui est cause de la chose, et cet être (opérateur fautif,”mauvais” gestionnaire, etc.) peut “en répondre”. La condition d’un premier discours organisé sur un fait, c’est que quelqu’un s’avance pour en endosser la cause.

3. La désignation d’un auteur à l’acte accidentogène dérive spontanément vers l’accusation, et la mise en procès, c’est-à-dire la discussion publique de la culpabilité. Celle-ci évolue aussi en fonction des choix de valeurs qui peuvent bouger pendant le procès lui-même. Déjà s’élèvent les voix qui soulignent que le problème dépasse le sujet accusé, qu’il s’agit de questions collectives, voire d’organisation. Il s’agit de “résoudre un problème”

4. Celui-ci est alors confié à des “spécialistes”, chargés de le formaliser, puis de le traiter , de le “réduire”, quand il s’agit de risque. En cela, le traitement formel ou quantifié est partie prenante d’une “gestion du risque”, dont il n’est qu’un aspect. Cette gestion a souvent tendance à passer de la bureautique à la bureaucratique, à remultiplier la production de papier et à finir par constater une certaine limite.

5 (retour à 1). C’est le nouvel événement, ou la nouvelle situation qui permet de se dégager des étouffements progressifs de la gestion, en montrant que le réel lui échappe en posant de nouvelles questions, etc, sans fin.




-L’intérêt de la formalisation dynamique à quatre pôles et la valeur métathéorique de la “position analytique” du risque.

Son intérêt principal (en tant que métathéorie, c’est-à-dire point de vue sur les points de vue) est de pouvoir refléter une certaine complexité sans s’y noyer, et de pouvoir envisager des cycles de durée variable. Au fond, son avantage est d’être supérieure sur le long terme, du point de vue heuristique, aux approches monopôlaires qu’elle décrit, et qui ne sont performantes que dans le cadre étroit de leur “moment”, et sans bien envisager le passage à d’autres discours.
Il est frappant que l’univers qui s’agence à partir d’un des quatre points de vue(ou théorie) étudiés comporte un nombre privilégié de “cases”, toujours moindre que la structure elle-même. Autrement dit, lorsqu’on se situe dans le carré des passions, on ne voit pas les trois autres, sinon déformées ou regroupées. C’est seulement à partir d’un point de vue analytique (qu’on peut situer en arrière d’Epistémé, sur un métaplan) qu’on voit distinctement se séparer les quatre dimensions de l’historicité humaine (du récit).

Donnons des exemples.

-du point de vue de “Tychè”, (la rencontre fortuite, mais sollicitée par l’action, l’événement réel, perçu dans sa pratique) le monde, potentiellement “inquiétant”, n’est pas encore séparé (ni déterminé, ni discriminé) . Il n’est ni un, ni tout, mais mélange chaotique innommé, voirs innommable : une “complexité” irréductible, une incertitude inéliminable, souvent ignorée dans des heuristiques de l’action (impliquant l’euphémisation, la minimisation du risque). Il se présente comme un chaos où l’intervention tentée ne réussit que par une chance imprévisible, par un élan hors de toute référence, et sans qu’on puisse réellement s’expliquer ce qui, dans l’acte, réussit. Dans sa version fatale, cette perception est celle du “trou noir”, à laquelle succède le choix d’une heuristique qui se voudrait tenir compte de l’aspect simultané des événements d’un monde hostile, et ne parvient qu’à une sorte d’épilepsie de la représentation, une mimésis absurde du monde lui-même. Même dans sa version positive (étiquettée “sixième sens” du héros de la sûreté) reste difficilement cernable, car elle déborde les états perceptuels descriptibles en termes de cognition, qui supposent des équivalences sous-jacente aux processus de dénomination, de cadrage et de comptage. Sur un mode moins effrayant, une situation non calibrée peut tout de même être maîtrisée par des “bricolages” et des conversations non méta-codifiées. Ce sont ces pratiques qui peuvent échapper par principe à la notion de “bonnes pratiques”, et suppose une part irréductible de “confiance” (Hériard-Dubreuil XE "Hériard-Dubreuil" ).

-Du point de vue de “Métis” (l’intention menaçante et rusée), l’attribution du destin à une volonté effrayante, avec lequel il s’agit de ruser pour en déjouer les manoeuvres destructrices, le monde devient ambivalent, toujours suspectable. On n’y discerne pas clairement de coupable, mais tout fait signe : tout montre que l’on concourt à la catastrophe.Très proche de la folie obsidionale lorsqu’elle ne parvient pas à s’articuler comme argumentaire partageable (tous contre un), cette perception présente aussi des analogies avec le rejet phobique de la masse. Si l’on adopte l’heuristique de la peur (Hans Jonas XE "Jonas"   ou sa forme euphémisée (“le souci”, “concern” en Anglais), on a tendance à construire l’image d’une majorité irresponsable et d’une minorité de “sages”, de “gens sûrs” liée par d’obscures connivences éthiques, mais intervenant au dessus du consensus démocratique par la place faite à un “droit au refus”, ou le droit de décider seuls en “cellules de crise”, au dessus des “civils” ou des collectifs habituels de professionnels, dont l’accès au “saint des saints” ne fonctionne plus en période critique. C’est le règne de la méfiance sans jugement.

-Du point de vue de la discussion publique des choix (Thémis), le monde est monovalent : Il soutient la présence du coupable (l’auteur du mauvais choix) éventuellement nettement déterminé dans les contours d’une personne morale ou même physique. La figure de l’accusation est toujours centrée sur un praticien (comme l’observait ironiquement J.C. Wanner XE "Wanner"  dans sa “lettre à un futur ami”): l’opérateur (insuffisant), le directeur (incompétent), le fonctionnaire (menteur), ou le capitaine (émêché). Il suffirait d’éradiquer une cause spéciale, et incarnée singulièrement d’événement négatif, pour, sinon régler définitivement tout problème, du moins réparer une injustice. L’erreur, lorsqu’elle roule vers la pente “faute”, tend toujours à se condenser, se simplifier, se canaliser en un acte attribuable à un “bouc émissaire” qui prend sur lui “les” péchés du monde. Cette tendance à l’accusation d’Un n’empêche pas, bien au contraire, la prolifération des coupables, mais toujours au un par un, comme représentants successifs du même péché. C’est le côté bouteur de feu de l’attitude accusatrice, ce qui lui sera d’ailleurs reproché par l’attitude gestionnaire : l’accusation risque de semer davantage le chaos qu’elle ne le limite. On pourrait penser que le monde de l’accusation oblige également l’accusateur, mais cela n’est pas exact : celui-ci cherche à apparaître comme un représentant banal, presque anonyme de la collectivité, un simple organe de la raison. En ce sens, il “n’existe pas” d’accusateur dans le monde de l’accusateur, comme cause d’événements, sauf lorsqu’il se produit un retournement, par exemple lorsque l’accusé se fait accusateur (l’opérateur de TMI se met à expliquer les carence organisationnelles, etc.).

-Du point de vue d’“Epistémé”, qui tend à ranger (par opposition au dérangé), le monde est plutôt binaire, comme en noir et blanc, couleurs à la fois opposées et équivalentes. Le noir, c’est quelque chose qui serait la production de mal en soi, la “perversion” (voire le côté diabolique de l’erreur humaine répétée ou systématique, comme à Tchernobyl) de l’acte disruptif, et le blanc, c’est ce qui s’y oppose d’un point de vue de justicier, et qui, du point de vue d’Epistémé, peut avoir des effets émotifs aussi dangereux. Il s’agit de trouver “ensemble”, aussi divers que soient les acteurs et désajustés les rapports entre gens et choses, une “solution” qui tienne compte de la “complexité”, mais la dépasse dans un rangement linéaire. Le choix binaire a deux avantages : il simplifie le monde réel (en le présentant à l’acteur comme succession de bifurcations ) mais conserve la complexité du monde virtuel, laquelle passe rapidement pour couvrir toutes les situations. C’est l’illusion d’un arbre de décisions qui cacherait d’autant plus la limite de la forêt des certitudes, qu’il se présenterait comme parfaitement instrumental.

Structure du monde dans les perceptions des quatre approches du risque



Mais, peut-on légitimement demander, où se situe notre position analytique ? Quel discours assume celui qui s’en fait le porte-parole ?
Je dirai qu’elle se situe sur un arrière-plan par rapport à tous les syntagmes (les carrés de pôles) qu’on peut produire. Non pas en arrière de tous ensemble, mais telle un effet d’arrière-plan de chacun. L’arrière-plan en question est celui des “interruptions” de la dynamique interdiscursive sur le risque. Il existe en effet quatre possibilités d’interruption de la scénographie du risque :
-la première est la catastrophe elle-même (en arrière plan du pôle “tychè”, ou rencontre événementielle réelle). On nommera cette forme d’interruption la disruption (néologisme inspiré du mot anglais, très suggestif).
-La seconde est la folie paranoïaque prenant les commandes du discours sur la menace et la faisant déraper dans la monstruosité sociale (arrière-plan du pôle “métis” ou “menace). On appelera cette forme d’interruption le délire (difficilement reconnaissable, il est probablement à l’oeuvre dans l’accident de Challenger ou celui de Tchernobyl).
-La troisième forme d’interruption, située en arrière-plan de l’accusation publique est l’expulsion (par laquelle un acteur condamné, critiqué ou “perdant” se trouve, arrêté, ou placé hors champ de fonctions, que ce soit le responsable mis en prison ou le système mis hors circuit -tel Super-Phénix).
-La quatrième est la suspension : c’est à ce niveau que nous situons la position analytique. Il ne s’agit pas nécessairement d’une suspension des processus en cours, mais d’une suspension de jugement, de calcul, etc. qui permette d’obtenir une vision plus complète et plus sereine des choses. Le plus grand ennemi de cette position est évidemment “l’attitude d’urgence” qui replonge les acteurs sans plus tarder dans un fonctionnement, quelque soit par ailleurs le caractère pathogène profond de ce fonctionnement.

Les quatres positions “interruptives” du débat sur le risque




3. Bref Panorama du débat sur le risque dans le monde anglo-saxon des sciences sociales : “Reconstructing Harry”.

Le lecteur peut maintenant s’armer du cadre ainsi décrit pour y situer divers auteurs mentionnés dans ce guide et dans la bibliographie jointe. Faute de place nous n’avons évidemment pas reporté sur les carrés tous les auteurs, mais seulement quelques noms significatifs (en en oubliant sans doute !). Il est toujours possible de discuter sur chaque auteur de la ou des positions qu’il peut prendre tour à tour. (Par exemple, l’auteur de ces lignes intervient ici comme analyste, mais il est intervenu dans d’autres travaux en position de “tychè”, dans la mesure où les mécanismes d’euphémisation du risque en situation qu’il a étudiés, appartiennent aux contraintes d’une rencontre concrète, avant que cette euphémisation ne se transforme en jugement, en détermination, ou en sentiment de menace.) Nous commencerons par une esquisse rapide sur le champ américain, à la fois proche et décalé du champ français, mais souvent constitué en “avant-première”, et observé de manière fascinée.

L’effet d’annonce précoce du discours de J. Short Jr XE "Short Jr" , lors de son passage à la présidence de l’association américaine de sociologie, en 1984 “ The social fabric at risk ; toward the transformation of risk analysis” (American Sociological Review, 49 1984, 711-725) ne fut pas suivi d’effets. Les sociologues américains ont peu quitté leurs domaines d’intérêt propres pour la “risquologie” : Seule une poignée de chercheurs travaillent depuis plus de dix ans à la frontière de l’environnement et du risque comme le britannique Bryan Wynne XE "Wynne"  (Risk and social learning : reification to engagement”, in S. Krimsky XE "Krimsky" , D. Goldin XE "Goldin"  (eds) “social theories of risk, Westport, 1992, pp 275-297, Eugene Rosa (qui a travaillé sur les comparaisons interculturelles en perception du risque -Japon -USA, voir infra.), ou T. Dietz (qui étudiait plutôt le “risk establishment” que le risque en soi. R Kasperson  XE "Kasperson " participa quelque peu à la revue Risk Analysis XE "Risk Analysis" , par exemple dans une discussion intéressante sur l’amplification sociale du risque. ( The social amplification of risk : a conceptual framework, R. Kasperson XE "Kasperson" , O. Renn  XE "Renn "  et alii, Risk Analysis, 8 , 1988, 177-197.) Ce petit monde se retrouva parfois dans l’association internationale de sociologie, comité de recherche “environnement et société” dont j’ai été un membre fondateur et secrétaire général pendant plusieurs années, la discussion portant bien davantage sur les paradigmes généraux en sociologie (constructionnisme, réalisme etc.) que sur le risque. C’est essentiellement en économie (les thèses “libérales” de Chauncey Starr XE "Starr"  sur le choix du risque), ou surtout en psychométrie (la fameuse école de P. Slovic XE "Slovic"  et Fischhoff XE "Fischhoff"  sur “l’anamorphose” de la perception des risques) que ce thème a été discuté, par extension, en sciences sociales. C. Perrow XE "Perrow"  occupe une place à part, et il est toujours cité pour son étude classique sur les accidents systémiques ou accidents “normaux”, qui se situe en sociologie des organisations. La discussion sur l’incertitude, à la limite de la philosophie, a également été riche (Kasperson XE "Kasperson" , Lowrance XE "Lowrance" , etc.).
Du point de vue problématique, une étrange guerre fait rage entre les “social-constructivists” perçus par leurs opposants comme des idéalistes niant la réalité du risque objectif, et les “réalistes” (ou “reconstructeurs du réel” -RR-) parmi lesquels Eugene Rosa XE "Rosa"  a pris un rôle militant. Jerry Ravetz XE "Ravetz"  et Silvio Funtowicz XE "Funtowicz"  discutent la limite de ce réalisme dans la mesure où pour les “sciences post-normales”, le degré d’incertitude est telle qu’il existe peu de prévention possible fondée sur un savoir positif (op.cit. Quant aux “social constructivists” qui ne sont appelés ainsi que par leurs ennemis, (rappelant un peu le polémiste Allan Sokal contre les “post-modernes”), ils ne nient pas la réalité, mais mettent en cause la manière dont le risque perçu est élaboré collectivement, ce qui n’a rien à voir. On assiste à la résurgence d’un positivisme naïf et quelque peu brutal venant en défense de méthodes déterministes ou statistiques supposées en difficulté. Le projet de Eugene Rosa de “connecter le cadre synoptique du RR (reconstructed realism)- à un cadre méthodologique pour conduire l’analyse de risque, dressant ainsi un pont entre la théorie et la pratique” (op.cit “abstract”) me semble donc un peu aventureux, mais significatif de la conjoncture. Cela nous aide en tout cas à organiser le champ intellectuel américain de façon plus lisible, à condition de retraduire sa tentative trop polémique, qu’on a envie de renvoyer au titre du dernier film de Wooddy Allen (“Deconstructing Harry”) .
Cette opposition (propre au monde binaire des passionnés de la calculabilité... et de la normativité) est en effet paradoxale dans la mesure où l’irréalisme de l’Autre est toujours son propre réalisme, et inversement : en effet, pour les sciences sociales (étudiant davantage le sujet), la réalité la plus prégnante est précisément le jeu social autour des savoirs et en eux-mêmes. Pour les sciences de la nature, l’objet le plus réel est ce qui semble résister aux mots. C’est donc une guerre intérieure à la science et qui ne peut avoir d’issue, sans demander à l’un des groupes de disciplines de renoncer à son objet par une sorte de coup de force inadmissible.
De surcroît; même si l’on considère que le peuple est plus irrationnel que le savant, le débat s’avère interminable car il est impossible de prouver que “le peuple souverain” commet une “erreur humaine” lorsqu’il décide, par exemple, de “surestimer” les risques catastrophiques du nucléaire, et de “sous-estimer” les risques d’accident de la route, voire ... du suicide ! La classique et honorable croisade de notre savant ami le professeur Tubiana XE "Tubiana"  contre “le refus du réel” risque d’être de longue haleine (surtout dans la variante agressive du type Parker XE "Parker" ,contre les “anti-nucléaires”, ou plus généralement sur le ton “allumé” de certains “Cindyniciens XE "Cindyniciens" ” ).

Notre position analytique permet de présenter le dialogue non pas dans les catégories “réel/idéal”, mais dans celles de différences d’objets et de situations choisis, dans une nécessaire pluralité de préoccupations.
On distinguera donc quatre tendances fortes :
-Au pôle “risque” (comme événement probable mesurable, soit dans notre langage comme “singularité objectivable”) on peut placer quelques auteurs classiques comme : Kates XE "Kates"  et Kasperson XE "Kasperson" , Starr XE "Starr" , Lowrance XE "Lowrance" , Inhaber XE "Inhaber" , Wilson XE "Wilson"  et Crouch XE "Crouch" , Whipple XE "Whipple" , Rosa XE "Rosa" , sans parler des auteurs se plaçant sur un plan plus technique comme les émules de Rasmussen. On y placera aussi le philosophe allemand Ulrich Beck XE "Beck" , qui a été largement pris en compte dans la communauté risquologique anglosaxonne (avec sa “Risk society”, supposée généraliser à tout individu l’effet de calcul rationnel dans la modernité “réflexive”).
-Au pôle “Menace” (comme imputation d’un fait singulier plausible à un sujet), on peut placer plutôt des auteurs ayant travaillé sur la sociologie des désastres et des crises, comme Quarantelli XE "Quarantelli"  ou Scanlon XE "Scanlon"  (proches de Lagadec XE "Lagadec"  en France)
-Au pôle “danger” (comme question de jugement social, politique ou organisationnel), on peut situer par exemple Mary Douglas XE "Douglas" , Bryann Wynne XE "Wynne" , Steve Rayner XE "Rayner" . On y placera aussi le philosophe social britannique Anthony Giddens XE "Giddens" , directeur; de la London School of Economics, qui met en garde contre “l’insignifiance” comme risque centrale d’ une culture technicienne invasive.
-Au pôle “Fortune” (comme rencontre pratique de collectifs et d’objets), on peut situer Perrow XE "Perrow" , en tant qu’il critique les limites de la rationalité instrumentale sans en nier l’importance. Slovic XE "Slovic" , Fischhoff XE "Fischhoff"  et alii, dans la mesure où ils sont systématiquement étudié les “déformations” de la perception par les contextes “heuristiques” (Lignée wittgensteinienne de critique des certitudes.) en sont aussi proches, bien que certains de ces contextes soient nettement du ressort du “social framing” de la perception. Il est possible qu’Elisabeth Paté-Cornell XE "Paté-Cornell"  puisse être située plutôt dans le quadrant des pratiques de rencontre, bien que logicienne et non sociologue, dans la mesure où elle intrevient sur la logique du management et ses effets sur l’analyse du risque. Elle vient en tout cas apporter le point de vue du calcul et de ses limites) dans le monde de la pratique.




Sur un plan, plus rapproché des pratiques du risque technologique, nous pouvons également situer quelques points de repères (présents en bibliographie) . Des travaux comme ceux de Taylor XE " Taylor"  (sur les situations excédant la cognition), de Van der Schaaf  XE "Van der Schaaf " (sur les presqu’accidents), de Frederick XE "Frederick"  (sur le rôle de la conduite), peuvent venir se placer autour du pôle “tyché).
Ceux de Diane Vaughan ou de Shrivastava (sur Bhopal) sont typiques de l’analyse des contextes institutionnels et politiques qui pèsent sur la technique (pôle “thémis”). L’équipe de T. La Porte XE "La Porte"  à Berkeley applique sa théorie des organisations molles au cas des risques (il se situe du côté de thémis, en interaction forte avec les “praticiens” du pôle “tyché”. Si Reason XE "Reason"  se caractérise par une insistance sur “l’erreur” au niveau d’un sujet singulier (pôle “métis”), ou la Royal Society XE "Royal Society"  en parfaite théoricienne du pôle “épistémé”, on note une attraction forte entre ce dernier pôle et celui de “thémis” à travers un débat soutenu sur cognitivisme et organisation (Rochlin XE "Rochlin" , Rousseau XE "Rousseau" , et surtout Perrow XE "Perrow" ), qui semble centrer toute la discussion à ce niveau. Les scénographies au plan des politiques sont plus floues : on placera Bishop XE "Bishop"  à l’intersection “imputation/accusation” sur le bord “sujet”, Weick XE "Weick"  à la croisée des quadrants, et Mintzberg  XE "Mintzberg " sur le bord “objet” sur la ligne “fors/sors” (c’est-à-dire une interprétation du domaine politque en termes calculables), ou Chisholm XE "Chisholm"  sur le “plancher” collectif, entre sujet et objet (théorie des organisations molles), etc.
Nous laissons au lecteur le loisir de préciser et de continuer l’exercice avec d’autres auteurs, l’intérêt heuristique de l’exercice étant moins de parvenir à “fixer” un nom sur un “topos”, que de réfléchir à l’occasion sur ce qui anime cet auteur, quitte à ne pouvoir parvenir à stéréotyper suffisammment sa pensée ! En toute état de cause, on trouvera ci-dessous la liste des membres du comité éditorial de la revue Risk Analysis, qui reflète bien à mon avis la communauté active sur ce sujet dans le monde anglo-américain (la prépondérance stratégique des ingénieurs du nucléaire -de Oak Ridge Laboratory- et la faiblesse des sciences humaines -hormis la psychologie expérimentale (Slovic XE "Slovic" ) et l’économie (Starr XE "Starr" )- me semblent particulièrement significatives).

4. Le panorama des sciences sociales
et de la question du risque technique, en France.



Disciplines universitaires et risque

La situation du thème “sciences sociales et risque” est, à l’automne 2001 celle d’une explosion de titres d’ouvrages généraux, de manuels universitaires, voire de dictionnaires, après près de 20 ans d’ignorance relative de la part des disciplines de référence.
Ainsi la “Sociologie du risque”.(de P. Peretti-Watel, travaillant À l’observatoire français des drogues et des toxicomanies) ou plusieurs ouvrages parus aux PUF sur la “précaution”, la “gestion de crise”, etc. Des philosophes connus, des sociologues et anthropologues de renom (tel Bruno Latour qui avait affiché dix ans avant une récusation du thème du risque) font irruption sur la scène et montent des opérations d’éloge réciproque (comme avec Ortwin Renn, le nouveau “risquologue” européen intronisé par la communauté internationale). Cette efflorescence entre en résonance avec les grandes “catastrophes” autour du changement de siècle : les intempéries de 98 et 99, la vache folle, et en septembre dernier la plus grande manifestation de terrorisme spectaculaire “de l’histoire” (?). Cette dernière n’a guère de signification si on la relie à l’évolution propre du champ, de sorte que nous n’en faisons ici que peu de cas.

Si l’on se contentait d’une lecture rapide et par disciplines académiques officielles du thème du risque technologique (industriel, systémique), de ses termes associés (événement, incident, accident, crise, etc.) ou de ses antonymes possibles (sécurité, sûreté), le recensement serait rapide : la sociologie, la psychosociologie, l’anthropologie ou la science politique françaises se sont en effet assez tardivement intéressées à ce domaine, considéré en soi. La tentative méritoire de Claude Gilbert XE "Gilbert" , inventeur et responsable du programme Risques Collectifs et situations de crise au CNRS XE "Risques Collectifs et situations de crise au CNRS" , de refléter l’état des recherches par un séminaire régulier aux compte-rendus systématiques et d’ailleurs significatif de cette relative pauvreté : sur les huit premières séances du séminaire entre 1994 et 1997, la dizaine de chercheurs invités témoigne d’incursions dans le champ du risque à partir de centres d’intérêts très différents (l’organisation, la faute, le collectif hybride, l’alerte, la crise politique, etc.), à portée beaucoup plus large et plus théorique. Ce qui interroge aussi bien sur la consistance sociologique du thème du risque, que sur la capacité de chercheurs à se porter sur des thèmes nouveaux et peut-être déstabilisants.

Par exemple, sur vingt ans de titres de la revue de sociologie “Actes de la recherche en sciences sociales XE "Actes de la recherche en sciences sociales" ” (dirigée par Pierre Bourdieu XE "Bourdieu" ), il n’existe que trois titres d’articles portant sur ce thème, dont un article sur l’industrie du plasma sanguin. Cette revue ne fait pas exception : la Revue Française de sciences politiques XE "la Revue Française de sciences politiques"  n’intervient pas directement sur la question depuis plusieurs décennies, non plus que d’autres revues classiques comme la Revue Française de Sociologie XE "Revue Française de Sociologie"  (sauf quelques rares exceptions, comme les articles de Nicolas Dodier XE "Nicolas Dodier"  ou Denis Duclos XE "Denis Duclos" ). L’Année sociologique XE "L’Année sociologique" , la plus ancienne revue de sociologie, crée par Durkheim il y a cent ans, n’aborde le thème qu’en 1996, avec un n° spécial sur le Risque. Je ne parle pas des revues d’anthropologie (comme L’Homme XE "L’Homme" ) qui n’abordent jamais le thème, sinon sous l’angle de la crainte sacrée, mais sans rapprochement avec la question des craintes contemporaines, comme ce fut le cas pour les travaux de la grande anthropologue britannique Mary Douglas XE "Mary Douglas" .

Le risque technologique s’est lentement introduit dans les sciences sociales -mais toujours de façon indirecte- par quatre entrées au début nettement séparées : l’organisation et le management (reliés à la foi cognitiviste et à ses incontournables papes, March et Simon); la science politique, et particulièrement celle qui s’attache aux questions stratégiques ainsi que de sécurité civile et militaire; le droit pénal et civil (d’abord celui des accidents, et plus récemment celui de l’environnement, encore embryonnaire); et enfin la sociologie et la psychologie du travail (plus ou moins émancipées de leurs sources d’inspiration travaillistes et syndicales). La recherche se concentre donc au pôle “thémis”, soit dans la société soit dans l’entreprise, avec des excursus importants dans le domaine de la “menace”. Peu de recherches portent au contraire sur le risque calculable proprement dit, sauf par le canal de l’ergonomie en dialogue avec laquelle la question du risque a été un peu abordée, peut-être par G. de Terssac  XE "G. de Terssac " par le biais du lien sciences cognitives/organisation du travail.

Le risque a pénétré indirectement le champ d’intérêt des sociologues français par le biais du travail, en liaison avec l’approche ergonomique. L’accident du travail est ainsi l’objet d’une assez riche tradition d’enquête, en rapport avec la question de la précarité sociale (au CNAM XE "CNAM" , notamment, dans la lignée ouverte par Jean Daniel Reynaud XE "Jean Daniel Reynaud" , avec des chercheurs comme Sami Dassa), et surtout par M. Thébaud (réseau Alert XE "Alert"  XE "Dassa), et surtout par M. Thébaud (réseau .i.Alert" ) ainsi qu’avec les aspects institutionnels du droit à la sécurité et du fonctionnement des CHSCT ou des groupes Auroux (étudiés Par Danièle Linhart XE "Danièle Linhart" , directrice du Laboratoire de sociologie du travail àUniversité de Paris X-Nanterre)
La deuxième lignée de recherches ayant des points de contact avec la question du risque, est celle de l’organisation. C’est d’ailleurs au Centre de sociologie des organisations fondé par Michel Crozier XE "Crozier"  que l’on retrouve des chercheurs comme Werner Ackermann XE "Ackermann" , ou plus récemment Mathilde Bourrier XE "Bourrier" , qui ont approché le risque industriel et notamment le risque dans les centrales nucléaires en France et aux Etats-Unis, et ont introduit la réflexion des chercheurs anglo-américains en organisation (La Porte XE "La Porte"  à Berkeley, Charles Perrow XE "Perrow"  à Yale).

C’est sous cette forme de risque diffus (mais néanmoins systémique lorsque l’on considère le rôle de la préparation par poolage dans les scandales du sang contaminé et des prions) que les sociologues ont surtout travaillé (Marie Angèle Hermitte XE "Hermitte" , Pierre Lascoumes XE "Lascoumes" , Jean Claude Thoenig XE "Thoenig"  ou Michel Setbon XE "Setbon" , tous liés d’ailleurs au même centre de recherche du CNRS, le GAPP XE "GAPP"  -Groupe d’analyse des politiques publiques).

Il est possible que certaines disciplines soient demeurées plus fidèles que d’autres à la thématique du risque, qui a connu son apogée à la fin des années quatre-vingts : le droit (la criminologie), le management, les sciences cognitives, ont sans doute continué à produire de nombreuses contributions sur le thème du risque, alors que la sociologie s’en est pratiquement retirée après de brèves incursions, en termes d’organisation. La sociologie du travail, plus à l’aise avec la question de la sécurité qu’avec celle de la sûreté, a fini par se rallier en partie à la proposition de Christophe Dejours d’une “psychodynamique” du travail, aujourd’hui très active. Dans son antagonisme avec le pôle cognitiviste se spécialisant sur la sûreté de fonctionnement des systèmes, en lien constant avec les inventeurs de logiciels d’expertise et de dispositifs informatisés “intelligents”, la “psychodynamique” penche plutôt vers une alliance avec les tenants de la posture juridique (autour du principe de précaution) et avec les philosophes d’une “morale de la peur”. Au contraire l’anthropologie de la technique (autour de M. Callon et de B. Latour à l’Ecole des Mines, ou de N. Dodier à l’INSERM) sont sensibles aux charmes d’un nouveau rêve sociotechnique. Entre ceux qui maintiennent l’angoisse du risque et ceux qui la gomment dans un fonctionnement idéalisé (et positif) où l’être humain se fond, semble se manifester la polarisation la plus significative : curieusement, cette polarisation tend à évacuer le risque, les uns se recentrant sur le danger, la souffrance, la responsabilité, le jugement, et les autres sur l’élimination des modes de défaillance. A tel point qu’on peut se demander si le risque n’est pas devenu un concept “ringard”, et si ce qu’il en reste (dans la vieille notion d’analyse de risque, relancée notamment en France par M. Monteau  XE "Monteau " à l’INRS à la fin des années soixante-dix, peut-être à partir notamment du concept allemand de “Gefährdungsanalyse”-exactement : analyse de mise en péril, ou d’exposition au danger- utilisé en 1972 ”) n’est pas un retour au niveau zéro, précritique et préconceptuel, du check-list, version technique de la liste de courses domestiques.


Institutions

Du point de vue institutionnel, le paysage est contrasté : dans les universités, tout d’abord, peu d’élément remarquable, sauf peut-être l’université de Bordeaux avec le juriste Hubert Seillan XE "Seillan" , qui tient à bout de bras la revue Préventique, dans un contexte où de Jacques Ellul XE "Ellul"  à Jean et Simon Charbonneau XE "Charbonneau" , ou D Cérézuelle XE "Cérézuelle" , il existe toute une tradition de critique de la technologie, bientôt prolongée dans la tonalité juridique. A la Sorbonne, Alain Gras XE "Gras"  dirige dans l’UFR de philosophie une entité “anthropologie et technique” où l’analyse des “grands systèmes techniques” comporte (notamment avec le CETCOPRA XE "CETCOPRA" , riches en étude sur l’aéronautique) un volet d’analyse du risque (mais là encore de façon indirecte, à travers quelques thèses sur le facteur humain, -pilotage- ou sur le progrès des dispositifs systémiques (surveillance aérienne).

Le risque (en objet des sciences sociales) est avant tout une affaire de grande école : Polytechnique, Mines, CNAM, Science Politique, HEC). Spécialisés en organisation, les chercheurs de ces écoles ont eu un rôle dans la propagation du thème du risque dans les sciences sociales, mais sans nette affiliation à des disciplines “mères” classiques : ce sera le cas de Patrick Lagadec XE "Lagadec"  (Ecole Polytechnique) qui introduira en France en 1980 le thème du risque majeur, en lien avec Claude Gilbert XE "Gilbert"  (CERAT/IEP Grenoble), ces deux chercheurs s’étant depuis spécialisés sur le rapport entre les pouvoirs politico-militaires et la situation de crise, plutôt que sur les questions internes à la production inndustrielle. A HEC, on trouve Romain Laufer XE "Laufer"  (auteur de rapports sur les industriels et le risque environnemental). A l’école des Mines, Bruno Latour XE "Latour"  et Michel Callon XE "Callon"  questionnent aussi bien la technique que la science, à partir d’approches expérimentales où sociologie et anthropologie se mèlent. L’approche de Bruno Latour, qui hésite entre la criminalisation nécessaire, inévitable dun bouc-émissaire, même innocent, et une “nouvelle constitution” articulant un collectif d’objets et de sujets, est encore assez ambiguë, bien qu’elle pointe l’un de problèmes les plus insistants : comment faire du “facteur humain” un facteur de sûreté, (même quand le “facteur” est ... général des pompiers, ou ... chef d’Etat : le Président Eltsine et le bouton de la dissuasion nucléaire russe).

Revues

Le risque au sens assurantiel a trouvé ses lettres de noblesse académique par la subvention soutenant la revue “Risques” animée d’abord par l’élève(relativement déviant) de M. Foucault, François Ewald XE "Ewald" , juriste et historien, auteur du livre “L’Etat Providence” (qui montre l’irrésistible passage de l’accident criminalisé à l’accident assuré), et propagateur du concept de “précaution”. Cependant, rares sont les articles de cette revue qui traitent du côté technique des dangers, alors que les interprétations économiques se multiplient, ce qui se conçoit en une période où les assurances tendent à devenir principalement des investisseurs financiers, dont la logique est davantage celle du risque capitaliste que du risque actuariel, ou a fortiori du danger systémique. Il est un peu dommage que la compétence “au feeling” des enquêteurs des assurances ou des contrôleurs techniques ne soit pas mis en valeur ici, alors que ces personnes sont les exemples mêmes d’un “sixième sens” qui ne s’embarrasse pas de laborieux “arbres des causes”, souvent plus utiles après coup que pour prévoir le prochain événement. (On devrait réfléchir plutôt sur la notion “d’installation sale”, terme utilisé par l’un de ces inspecteurs pour exprimer son intuition d’une usine à problèmes).


Deux revues apportent des contributions croisées, à la fois techniques et de sciences humaines : les Annales des Mines et Préventique-Sécurité .Les Annales des Mines, (et surtout leur supplément trimestriel “Responsabilité et Environnement” publié depuis 1996), caractérisées par leur hauteur de vue, la grande qualité des contributions, et l’accueil très large en matière disciplinaire, notamment en sociologie, sciences du droit, et sciences politiques. On regrettera parfois le côté guindé, un peu rigide des articles presentés “ex officio”. L’excellente analyse du livre de M. Llory (dans un n° de 1996) montre que la rédaction est sensible aux expériences proches du terrain.

Préventique-Sécurité (ex : Préventique, ex Revue générale de la sécurité.. et peut-être future Phoebus), dirigée par notre bouillant Gascon Hubert Seillan, juriste, professeur à l’université de Bordeaux, présente des intérêts multiples : il ne propose pas de doctrine unifiante ou standardisante, mais accueille sans discrimination aucune l’article plus philosophique (Simon Charbonneau XE "Charbonneau"  y écrit, ainsi que l’avait fait son père, le philosophe ascète protestant, critique de la civilisation technologique), la contribution la plus technique, l’état des lieux en droit et jurisprudence du danger, l’argus accidentologique, etc. et cela dans des domaines variés (ergonomie, conditions et droit du travail, emploi et précarité sociale, sûreté des installations et sécurité, analyse des risques, etc.) et de la part d’institutions variées (ce qui nous change du côté laborieux mais un peu étroit des brochures de l’INERIS ou de l’INRS, ou de la manie des grandeurs des Cyndinistes). Il fournit aussi des index commentés annuels systématiques fort utiles, ainsi que les coordonnées de la quasi-totalité des institutions intervenantes dans le champ. L’un des outils les plus précieux pour l’actuel et le futur “analyste de risques”. Hubert Seillan semble avoir fait sienne l’approche de l’évolution cyclique des concepts entre risque et danger (voir son éditorial du répertoire 1997 de Préventique-Sécurité “ Le danger, mot-clef de la prévention”, dans lequel il écrit par exemple : “la nature du débat a changé. Elle n’est plus privée mais publique.Plus indemnitaire mais répressive. Ce n’est plus le juge civil mais le juge pénal qui a vocation a dire le droit. On comprend que le risque ait dû laisser place au danger”. Ce propos d’Hubert Seillan devrait faire réfléchir ceux qui, à l’intérieur de secteurs encore relativement protégés, pensent avoir réussi à “dépasser” la notion d’erreur humaine. Inversement, je ne crois pas que l’approche sociotechnique (reprise constament sous de nouvelles appelations) soit vaincue par l’approche accusatrice. Je pencherai plutôt pour une sorte de guerre -parfois coopérative et amicale- sans conclusion possible. Il est cependant vraisemblable que la modalité répressive ne peut que l’emporter dans des périodes où la solution technique marque le pas ou connaît de graves échecs. Par ailleurs, il peut y avoir collaboration : tant que le même mot “erreur” est utilisé pour parler de l’opérateur humain ou d’une modification non souhaitée d’un script informatisé (collage de 0 et de 1), de même que le mot “faute”, il peut exister des tentatives de considérer l’humain comme responsable d’un refus de discipline cognitive. Il ne se comporte pas assez comme un logiciel, et peut s’en voir faire le reproche que, bien entendu l’ordinateur n’encourt pas.

Les revues spécialisées par domaine d’intervention : les fiches de l’INRS, précises et synthétiques sont des outils remarquables (notamment les présentations des méthodes d’analyse des risques), mais elles renvoient à des formalismes méthodologiques (d’ailleurs en compétition) qui me semblent manquer de souplesse. Les publications de l’INERIS, strictement techniques, sont également claires et bien faites, bien qu’elles sont marquées, au point de vue académique, par un défaut rédhibitoire : la plupart ne sont pas signées par leurs auteurs, ce qui les rend incitables, et renvoient à une image hiérarchique qu’on croyait révolue, même dans le monde discipliné de l’ingénieur.


Polarisation par problématiques


Pour résumer, l’ensemble français se structure aujourd’hui en quatre pôles assez analogues à ceux du champ anglo-américain, mais il est plus intéressant de moduler le syntagme général en quatre plans bien distincts :
a) celui de la philosophie générale des risques. b.) celui des politiques sociétales du risque. c. celui des politiques techniciennes du risque, et enfin d), celui des pratiques du risque.

a) philosophies du risque

Ce plan n’est pas homogène et il recèle une profondeur infinie. Il est préférable de limiter les références aux auteurs récents ayant parlé explicitement des risques technologiques. Quatre groupes de références apparaissent alors, que nous mentionnerons, pour mémoire, et sans nous attarder.
-Celle qu’on peut labéliser “herméneutique du souci ou de la peur”. Nous sommes dans une logique proche de celle des “lanceurs d’alerte” définie par L. Boltanski XE " Boltanski" , et ses émules (F. Chateauraynaud, D. Torny) mais que nous situerons en tant que telle dans le syntagme “politiques sociétales”. Nous y trouvons à n’en pas douter des auteurs cités en France comme Hans Jonas XE "Jonas"  (heuristique de la peur), Jacques Ellul XE " Ellul" , ou J. Charbonneau XE "Charbonneau" . La question de l’alerte n’est pas éloignée du tout des questions pratiques : pourquoi le lanceur d’alerte est-il respecté au plan écologique, alors que dans l’entreprise... il servira plutôt de bouc émissaire “placardisé” dans le meilleur des cas ? Plutôt que de chercher à vérifier chaque geste, il serait peut-être mieux de faire confiance à des fonctions indépendantes d’alerte, à l’intérieur de toute installation. Une sorte d’ombudsmen spécialisé sur les risque de sûreté et capable de recevoir les confidences sans “risques professionnels” pour ceux qui transmettent ainsi leurs craintes.
Au pôle collectif/subjectif, c’est certainement P. Ricoeur XE "Ricoeur"  qui, depuis quelques années, reçoit les hommages d’un grand nombre d’auteurs plus spécialisés (comme F. Dosse, C. Dejours XE "Dejours" , F. Ewald XE "F. Ewald" , ou L. Boltanski XE " Boltanski" ,
dont il a soutenu le travail sur la “justification”).
F. Chateauraynaud le cite, comme d’autres, sur la question de la responsabilité comme engagement actif dans le monde. Le problème est que cette sorte de captation immédiate par le rôle supposé “juste” n’est guère critiquée : Ne s’agit-il pas de l’adhésion à un idéal mettant au dessus de tout la participation au collectif ? On sait que dans certains cas, cette propension prévient le risque et l’accident. Dans d’autres au contraire, elle se contente d’un jugement vertueux sur le comportement d’autrui, lequel peut contribuer à faire flamber des haines. Il existe dans le consensus d’un certain nombre de chercheurs autour de “l’exigence morale” comme fait social , quelque chose qui pourrait vite déraper du côté de l’auxiliariat de justice (chose qu’on avait déjà pu percevoir chez des émules de Durkheim, comme P. Fauconnet).

Au pôle “cognitif”, on peut probablement placer J.Habermas XE "Habermas"  et son “agir communicationnel”, dans la mesure où procédures et cognition sont avancées par lui comme la seule méthode pour faire lien entre les systèmes et le “monde vécu”. Il y a en tout cas chez Habermas l’idée d’une “science de la morale” qu’on trouve un peu chez Kohlberg XE "Kohlberg" . Enfin, au pôle des pratiques, ce sont les références de la “post-modernité” qui apparaissent, et notamment celle de Deleuze XE "Deleuze"  et Guattari  XE "Guattari " ou de Lyotard XE "Lyotard" , de Derrida XE "Derrida"  enfin, dans la mesure où les diverses entreprises de “déconstruction” des discours rationnels ont pour objet de faire surgir l’événement et sa rencontre. Comme chez la plupart des auteurs occupant cette position, la notion de risque semble se dissoudre dans la situation aventureuse qui caractérise n’importe quel organisme vivant, ou même n’importe quelle existence qui prétend durer.
Là encore, le degré de généralité du propos n’est pas un obstacle à “penser pratiquement” : la question “post-moderne”, si souvent rejetée, est simplement celle de l’irréductibilité du complexe par le “linéaire” de la binarité numérique. Refouler avec violence (comme Sokal) cette évidence de l’approche des zones de paradoxe ne sert à rien. Au contraire, il vaut mieux se demander : puisque vouloir traiter du complexe avec du “check-file” revient à gonfler encore le complexe (ou à le rendre compliqué, comme dit B. Latour), pourquoi ne pas réfléchir aussi à côté en termes d’action “distribuée”, ou mieux d’engagements de confiance (ce qui nous ramène, par exemple, à l’idée d’un ombudsmen “confesseur”, capable d’entendre les paroles non codifiées).



b) politiques sociétales du risque

A ce niveau, les auteurs parlent déjà plus explicitement de tel ou tel risque technologique (environnement, transport, poolage sanguin, vache folle, déchets nucléaires, etc.) . C’est le plan où Claude Gilbert XE "Gilbert"  a rassemblés la plupart des auteurs à qui il donne la parole dans son séminaire sur le risque et la crise. Le pôle le plus “riche” en discours est ici certainement “thémis”, autour de la discussion sur les principes de précaution et de prudence (qui, en descendant de leur ciel philosophique où ils prenaient valeur dans un discours d’alerte, sont devenus politico-juridiques). On y retrouve M.A. Hermitte XE "Hermitte"  (sang contaminé), O. Godard XE "Godard"  (application du principe de précaution à l’écvonomie de l’environnement), P. Lascoumes XE "Lascoumes"  (réglementation de l’environnement industriel, sida), le travail plus juridique encore de S. Charbonneau XE "Charbonneau"  sur “la faute technologique”, ou la réflexion de F Chateauraynaud XE " Chateauraynaud"  sur “la faute” professionnelle en général (en dialogue critique avec F. Ewald XE "Ewald" ) (voir aussi Chevrillon XE "Chevrillon"  ou Bonnefous XE "Bonnefous" , en bibliographie). Au même pôle, mais plutôt tournés vers la critique de l’organisation et ses faiblesses cognitives, ce sont les travaux de J.C Thoenig XE "Thoenig" , de Laroche XE "Laroche" . Sur un mode différent (plus sémiologique, moins organisationnel) des sociologues comme P. Pharo XE "Pharo"  ou B.Conein XE "Conein" , fascinés par le cognitivisme, ont également tenté un rapprochement entre “société et socio-technique”.

Du côté de l’alerte (pôle “menace”) les travaux de P. Mann XE "Mann"  sur la mobilisation de crise. Du côté des solutions sociotechniques, la parole à ce niveau est prise par F. Ewald XE "Ewald"  (un peu en homologie au discours de U. Beck XE "Beck"  en Allemagne) sur la rationalité sociétale de la logique assurantielle, mais en débat avec le principe éventuellement judiciarisable de la précaution. Du côté des pratiques, la collecte est bien maigre, sauf si l’on considère que la critique de L. Boltanski  XE "Boltanski " vis-à-vis de la dénonciation et de l’alerte s’élabore à partir d’une modestie ethnométhodologique sur la possibilité d’un énoncé sur les pratiques. L. Boltanski XE "Boltanski"  n’est pas très clair sur ce point. On peut aussi décaler son propos dans l’arrière-plan analytique d’où plusieurs “cités” de référence apparaissent avec leurs logiques différentes.En tout état de cause, dans les CNPE, marqués par une très grande “phantasmatique” du risque, un peu de critique de la dénonciation ne serait pas nécessairement déplacée.




c) Politiques techniciennes du risque

La logique du débat pourrait être ici (un peu caricaturalement) réduite à un jeu de positions entre grandes écoles d’ingénieurs, ou plus exactement entre des professeurs de ces écoles ayant intérêt à montrer les différences entre elles. Mais après tout, il faut bien un motif pour “faire sens”.
Le pôle Latour XE "Latour" -Callon  XE "Callon "  au centre de sociologie de l’Innovation de l’Ecole des Mines de Paris XE "Ecole des Mines de Paris"  occupe nettement, dans ce plan, le pôle “post-moderne” qui met l’accent sur le collectif hybride hommes-machines dans les situations. Nous avons vu que cette position était en elle-même vectrice d’une négation de la spécificité du risque, ce qui se comprend quand ce qui préoccupe l’élite d’ingénieurs à laquelle ce discours s’adresse est d’avantage la recherche et l’innovation (et donc la prise de risque) que la défense contre le risque hérité de situations passées. En ce sens le discours post-moderne loin d’être antagonique avec la science, est plutôt situé à ses avant-postes pour l’encourager, alors que les garants métaphysiques de la “science dure” sont en train de s’éroder (notamment en physique quantique, dans les disciplines du chaos, etc.).
Nous pouvons placer à proximité de cette position, bien que sur le mode d’une reconnaissance du risque, les travaux de G. Hériard-Dubreuil XE "Hériard-Dubreuil"  sur la confiance et l’action distribuée, qui exploite le discours de la complexité (Varela) et relativise celui de l’erreur humaine. A Polytechnique, grand école militaire, c’est plutôt le discours de la menace qui prévaut, avec l’école fondée par Patrick Lagadec XE "Lagadec" , bientôt spécialisé dans les désastres, crises, et autres situations d’urgence qui sollicitent les “cellules de crise” ou leurs variantes. Le groupe des Cindyniques XE "Cindyniques"  (voir ci-dessous, lié au corps des Mines (mais aussi aux géographes et aux assurances -l’UAP-), relève également d’un discours d’alerte, d’urgence, de vigilance richement truffé de termes stratégiques globalitaires. L’urgence de l’information du public a aussi été traitée par Anne Lalo. Il y a là place pour une surenchère face aux “alerteurs” écologistes, et venant en renfort de l’image nucléaire fort écornée depuis Tchernobyl. Mais la montée en force des discours du “danger”, et de l’injustice face au risque, thèmes que sait fort bien rapprocher et combiner le professeur Christophe Dejours XE "Dejours" , titulaire de la chaire de psychologie du travail au CNAM XE "CNAM" , en écho aux “juristes” universitaires (comme H. Seillan XE "Seillan" ) a amené ces ingénieurs-croisés à tempérer leurs propos, voire à devenir timides dans la critique du principe de précaution. Ils y échappent difficilement pourtant car le langage de la culpabilité et de la responsabilité leur est tout de même familier (dans la tradition sécuritaire ancienne... appliquée aux subordonnés). C’est donc entre le pôle “menace” et le pôle “danger” que circulent des auteurs comme Mrs Turpin XE "Turpin" , Tanguy XE "Tanguy" , Kervern XE "Kervern"  ou Lavérie XE "Lavérie" . De même entre le pôle “danger” (thémis) et le pôle “rencontre” (tychè), N. Dodier XE "Dodier" , jeune sociologue de l’INSERM est amené à faire un lien. En réalité, il est plutôt un émule des idées de “collectif hybride (hommes-objets-machines”), s’opposant à la criminalisation par la recherche de l’erreur : c’est pourquoi nous pouvons comprendre que Y. Clot  XE "Clot " et C. Dejours XE "Dejours"  (théoriciens de la “la psychodynamique du travail” aient écrit un article élogieux sur l’oeuvre de N. Dodier, enjeu à la forntière entre cognitivisme et position “humaniste”.

On notera la position médiane de R.Amalberti XE "Amalberti" , spécialiste des risque dans l’aéronautique, qui plaide pour une limitation raisonnée de la culture sécuritaire.

Il reste le pôle “Epistémé”, plus défensif (moins offensif), où assez peu de noms émergent à ce niveau des politiques publiques (à moins de se spécialiser assez vite, tel le Pr Tubiana XE "Tubiana"  sur l’effet des rayonnements ionisants). On peut aussi retrouver les Cindyniques en position “pédagogique” d’une “science du danger” (tel les texte de P. Périlhon XE "Périlhon"  (CEA-INSTN-ISDF ou de Jean Studer XE "Studer"  (INRS)) dans “Risque et société” les minutes du 2e colloque international sur les sciences du danger, 16-18 novembre 1994, Grand amphithéâtre de la Sorbonne, Paris) .





d) pratiques du risque.

Nous sommes maintenant à un niveau où les techniciens prennent nécessairement les devants sur les autres disciplines plus distantes de leurs pratiques, mais sont confrontés au mystère résiduel des événements, qui défie en permanence le traitement technique. Cependant, la raréfaction des sciences humaines ne s’effectue pas symétriquement sur les quatre versants. Ils sont surtout plus rares au pôle “épistémé”, largement occupé par les fabricants de méthodes d’analyses des risques (modulations d’arbres de décisions), beaucoup à travers le filtre synthétique de l’INRS (Monteau XE "Monteau"  et Favaro XE "Favaro" , Vigneron XE "Vigneron" ) , ou l’INERIS (Pinon XE "Pinon" ), sans parler des apports de chercheurs de la DER d’EDF ou du CEA, mais assez peu sur les rapports cognition-organisation (Abramovici XE "Abramovici" )..
Les sociologues ont surtout travaillé dans le domaine de l’organisation (Ackermann XE "Ackermann" , Bourrier XE "Bourrier" , Osty  XE "Osty " et Uhalde XE "Uhalde" , Doniol-Shaw XE "Doniol-Shaw" , le CAPP XE "CAPP" ), en étude de la justification (Chateauraynaud XE "Chateauraynaud" ). Ils sont peu présents sur la question de la psychologie en situation de risque (Obertelli XE "Obertelli" , Duclos XE "Duclos" , Mendel XE "Mendel" ) des pratiques des métiers des situations à risque (Loriot XE "Loriot" , Llory XE "Llory" , Mendel XE "Mendel" , Dubreuil-Chambardel XE "Dubreuil-Chambardel" ). Le pôle “menace” est assez silencieux à ce niveau concret (sauf certaines techniques de chasse aux sorcières que nous ne citons pas, par pudeur).






En guise de synthèse

Il nous faut résister à une simplification du champ du risque, même si les “grandes manoeuvres” intellectuelles notamment centrées par les acteurs des grandes écoles d’ingénieurs consistent à donner à voir des rassemblements hégémoniques (de grands colloques où tout le monde est invité, sorte de fêtes de la risquologie établie). Je crois au contraire que les quatre sous-ensembles repérés sont en train de se durcir, de se fermer, malgré quelques tentatives de séduction frontalières. C’est en ayant bien à l’esprit cette tendance que nous pouvons néanmoins évoquer l’apparence d’une simplification du champ, réduit à deux grands superpôles que seraient d’une part le pôle “humain” (ou subjectif) et d’autre part le pôle “technique”. En apparence en effet, le post-modernisme de Callon-Latour et le cognitivisme binariste de l’INRS s’adossent au même “mur de la science”, cherchant seulement des variantes aux solutions : les uns favorisent une communication, les autres une méthodologie. En réalité, il suffit d’évoquer le rapprochement pour se rendre compte que ce qui les sépare est bien plus grand que ce qui les rapproche : entre la pédagogie du binaire (dont on peut craindre la régression du facteur humain au rang d’annexe de l’ordinateur et de l’imprimante) et le jeu de “happening” que produit la rencontre fortuite de vivants, de machines et d’hommes en situation innovante, il y a un véritable gouffre.
De même, on pourrait supposer qu’entre ceux qui traitent de l’homme “souffrant” et ceux qui observent l’homme “dangereux”, il y une certaine proximité : les deux s’occupent après tout... de l’homme. En réalité, nous voyons bien que la coupure vaut bien ici celle qui opposait Versaillais et Communards !
Et pourtant... et pourtant. Privilégier l’autre ligne de partage, celle qui isolerait radicalement le singulier du collectif est peut-être aussi factice et aussi trompeur. Il existe effectivement une affinité entre “ceux du jugement”, qu’ils s’attachent à critiquer l’organisation ou à criminaliser le responsable. Et il existe également une certaine familiarité inavouable entre ceux de la science, qu’ils se veuillent simplement modernes (binaires, arborescents) ou post-modernes (complexes, simultanés, situationnels). Dans les deux cas, il y a passion de savoir. C’est ce qu’avait vu Jacques Bouveresse (Rationalité et Cynisme, Minuit 1984), bien avant qu’Allan Sokal ne traite Bruno Latour d’imposteur au nom de la science physique incarnée.

Enfin, le thème du risque appartient plus globalement à la nébuleuse de l’inquiétude, dans laquelle les chercheurs se déplacent souvent du côté humain (et juridique ou policier) vers les aspects plus techniques , et réciproquement : ils circulent eux-mêmes entre les pôles. Ainsi au Canada, de J Scanlon XE "Scanlon"  qui a commencé avec les désastres techniques pour s’intéresser maintenant aux prises d’otage, ou de P. Lagadec XE "Lagadec"  débutant avec le risque industriel majeur pour se porter vers la situation de crise militaire; Werner Ackermann XE "Ackermann" , qui commença, avec Renaud Dulong XE "Dulong"  par travailler sur le sentiment d’insécurité dans les voisinages, pour se porter ensuite sur le risque accidentel dans l’organisation productive.P. Lascoumes XE "Lascoumes" , particulièrement actif sur la question du SIDA, s’est également fait remarquer sur les risques environnementaux aussi bien que sur les institutions de gestion du risque majeur. M.A. Hermitte XE "Hermitte"  s’est intéressée aussi bien aux biotechnologies qu’à la question du sang contaminé. Pour ne pas parler de D. Duclos XE "Duclos" ... qui s’intéresse simultanément aux risques techniques et aux violences criminelles ou haineuses, individuelles et collectives, ainsi qu’aux sectes suicidantes. Cette oscillation, cette simultanéité, existe aussi chez les Cindynistes XE "Cindynistes" , ou chez Hubert Seillan XE "Seillan" , proche aussi bien de S. Charbonneau XE "Charbonneau"  (droit de l’environnement) que de techniciens de la prévention ou d’ingénieurs de la sécurité sociale. La question est de savoir si cette dynamique interne aux auteurs doit faire l’objet d’une “méthodologie” (comme le proposent au fond les nouveaux tenants d’une approche sociotechnique peu à peu tissée autour du pôle du CSI à l’école des Mines) où si elle doit au contraire être laissée au vagabondage personnel et aux moments passionnels, qui sont d’ailleurs en eux-mêmes révélateurs d’un mouvement du débat.

Cette unité du champ du risque, à travers la circulation de ses membres fait subodorer une connivence possible là où l’on ne voyait qu’oppositions : nous avons plutôt considéré que la science et le procès en responsabilité se trouvent à une distance maximale dans notre topique. Mais ce n’est pas toujours exact : l’analyse de risque, ainsi, lorsqu’elle se réduit à la grille ou au système expert, tend au formel et donc au formellement jugeable, alors qu’elle s’éloigne du factuel et de l’identifiable. Alors, le fait concret disparaît sous la forme (ou la norme ISO) ainsi que la nature même d’un risque encore peu ou pas décelé, tandis que s’affichent ensemble l’événement formalisé ainsi que sa valeur a-posteriori de “preuve” éventuellement sanctionnable. L’analyse de risque suit ici une tendance plus générale -aussi bien idéologique et théorique, retrouvée dans des sciences humaines loin du domaine technique- qui privilégie formalisme et jugement, dans une sorte de retour au XIXe siècle, avant que les lois de l’assurance sociale n’inversent la charge de la preuve de la faute, dans l’accident du travail (voir F. Ewald), et ne conduisent à sa dépénalisation. Au contraire, la formalisation semble une voie royale pour la “sanction automatisée” des actes réduits à leur valeur binaire “vraie” ou “fausse”, ce qui implique, en amont, une “socialisation boolénne” des Humains, bien entamée avec l’apprentissage de l’ordinateur depuis le berceau. De là à ce que les “humanoïdes isonormés”... se mettent en boule ....

Interprétations “analytiques” du champ du risque.

Il existe quelques auteurs qui tentent, après Mary Douglas et ses émules (Michael Thompson), de se représenter le champ intellectuel du risque. Ainsi le sociologue américain Eugene Rosa  a, dans son schéma OREH (Ontological realism/epistemological hierarchicalism) opposé une dimension ontologique (entre réalisme et idéalisme) et une dimension sociétale (individualiste, socialisante) quelques intervenants importants : Ulrich Beck et Perrow s’y retrouvent dans un quadrant réalisme/socialisant, Wildavsky/dDouglas et Giddens dans un quadrant idéalisme socialisant, tandis qu’en “dessous”, il ne peut curieusement citer aucune personne, mais seulement des étiquettes globales comme “RAP : rational actor paradigm”), ou “construction sociale de la science, de la société, du risque”).Ici, le schéma de Rosa est très proche d’un schéma de Douglas, conscient ou non.

Il est gênant de ne pas se situer soi-même en rapport au cadre où l’on se hasarde à situer les autres, non seulement pour de motifs de politesse, mais aussi parce que le lieu d’où l’on parle est souvent le point le plus obscur du système que l’on propose comme base d’intelligibilité. Je me résoudrai donc à placer ma contribution à l’extérieur du champ décrit dans le schéma précédent, mais sur un plan sous-jacent (appelé “plan d’interruptions”, pour une raison expliquée plus haut) où elle se situerait en regard d”epistémé”, et que je nommerai le point de vue analytique.
Ce point de vue étant suspensif de l’interaction conflictuelle permanente entre les quatre pôles décrits ici, il est assez normal qu’il soit peu cité, même par la longue série d’auteurs que je connais personnellement et que j’ai invités à des séminaires de SORISTEC entre 1990 et 1995. La position analytique apparaît en effet à ceux qui sont sur scène soit silencieuse, soit incohérente ou ponctuelle. Elle n’a été remarquée que par des auteurs fortement liés au terrain et à ses dangers concrets (tel R. Amalberti XE "Amalberti"  ou M.Llory XE "Llory" ), ou sensibles à l’idée de “dérive folle” d’un groupe (Obertelli), d’une institution ou d’une organisation au delà, des surenchères sécuritaires, voire d’un champ culturel ou scientifique ou d’une société entière, pour des motifs d’institution sociale des sujets (thème légérement abordé par Erhard Friedberg XE "Friedberg" ) ou au contraire par des sociologues généralistes très éloignés de la thématique spécialisée (tel Jacques Lautman XE "Lautman" , qui a introduit mon article sur le risque auprès du comité de rédaction plutôt réservé de l’Année sociologique XE "Année sociologique" ). Je crois également que le peu de références faites en sciences sociales “classiques” aux livres et aux articles commis par ma modeste personne sur le thème du risque est dû au fait que pour des “militants de la sûreté”, l’espèce de retrait en creux de la position analytique est vécu comme une atteinte à l’engagement vers l’idéal. Or, beaucoup des auteurs cités sont, de mon point de vue, des “militants de l’idéal”, bien que leur militance s’exerce effectivement dans le cadre de la discussion scientifique admise, et soit parfaitement compétente et légitime. Par exemple, tous semblent convaincus qu’il “faut” conjuguer les efforts civiques pour empêcher l’accident, et interdire le désastre technologique. Je ne les contredirai certe pas sur ce point, mais seulement en tant que citoyen... pas en tant que sociologue. En tant que sociologue, je ne peux absolument pas me prononcer sur le caractère “néfaste” de l’accident, même du pire que l’on puisse imaginer, exactement comme Durkheim pouvait affirmer, aux débuts de la sociologie, que celle-ci n’avait pas à tenter d’éradiquer le crime ou le suicide. Je conçois que ce principe de retrait scientifique puisse paraître intolérable, et je ne le respecte d’ailleurs pas moi-même absolument. Mais je tente de ne pas perdre de vue que “la société” n’est pas pour le sociologue un fait accompli, une sorte de divinité laïcisée ou mécanisée, mais un phénomène évolutif et fragmentaire, et surtout une scène théatrale à laquelle chacun n’est tenu de participer que de son propre point de vue moral ou politique. Rien n’oblige le sociologue-politologue-juriste à prendre fait et cause “pour” l’autorité politico-militaire légitime du moment (comme Scanlon XE "Scanlon"  ou Lagadec XE "Lagadec"  le font en se dédiant corps et âme à la “cause” sécuriste... sans pour autant aller jusqu’à conseiller le pouvoir algérien contre les terroristes intégristes), pas plus d’ailleurs que d’opter pour une force de remplacement, “shadow cabinet” virtuel ou conspiration révolutionnaire. Rien ne l’oblige (sinon une certaine névrose) à désirer ardemment punir l’auteur (individuel ou collectif) d’une “erreur” d’un manque de précaution, voire d’un “mensonge”, à vouloir plus ardemment encore réunir tout le monde dans un forum ou un collectif quasi-fusionnel d’où disparaisse toute dénonciation ou toute alerte, à aspirer à la rationalisation la plus parfaite possible des procédures, ou à ajuster le plus exactement possible facteur humain et machine. Le zèle magnifique de promotion de la démocratie technologique par le biais de la bonne information ou de la communication équitable me semble aussi “engagé”, au fond, que la volonté inverse de conserver des poches d’obscurité et d’incertitude pour disposer de contre-pouvoirs. D’ailleurs, de tels zèles ne peuvent-ils pas être, au contraire de ce qu’ils affichent en objectif, vecteurs de risques aggravés ?
Je ne dis pas que ces engagements ne sont pas des stimulants puissants pour une recherche intéressante et vivante des enjeux humains réels. Je revendique cependant la place pour un discours un peu différent, en ce qu’il résiste aux injonctions d’urgence et d’utilité (auxquelles bien peu résistent, et parfois par obligation professionnelle sans échappatoire), pour laisser se dessiner toute la structure de l’échange et de l’action, et du même coup se dévoiler ce qui demeure invisible aux “militants” : à savoir, par exemple, que le secret des pratiques de sûreté se trouve... dans les pratiques, et non dans leur formalisation nécessairement limitée, évolutive, cyclique, toujours conflictuelle. Que l’accident, loin d’être toujours évité peut être recherché, non pas seulement par des individus déviants ou des petits groupes oppositionnels, mais par des organisations ou des sociétés entières, et cela pour une diversité de motifs qui vont du désir de suicide collectif à celui de débloquage d’une situation trop figée, de recherche desespérée d’un effet cathartique (la relation entre Tchernobyl et le changement de régime en union soviétique n’a peut-être pas été assez exploré); Ou encore que l’absence (ou la bénignité) de l’accident est peut être dûe non seulement au côté “faiblement couplé” des systèmes techniques étudiés, mais aussi à l’échec successif et tournant de toute orthodoxie, (de tout “cadre cognitif” dirait l’ergonomie en vogue) dont la pratique s’inspire, mais seulement jusqu’un certain point, avant de passer à autre chose. Ce qui est frappant dans les lignées d’auteurs que nous avons tenté de “ranger” en perspective, c’est qu’aucune ne prend réellement en compte l’impuissance de toute représentation à se prolonger au delà de son temps ou de son utilité propre, ni ne considère le destin qui la pousse, comme la succession des générations, à s’effacer devant celle qui la suit, ou se trouve mieux adaptée à une autre situation. Une question découle de ce constat : si la majorité des écoles de sciences sociales se regroupent aujourd’hui dans l’idéal d’une grande vague de gestion sociotechnique (du risque) engloutissant les objections phobiques (de la menace) et accusatrices (du danger), quelle sera la vague suivante ? Ou du moins, ou en sommes-nous du procès victorieux de cette “passion” gestionnaire, et quels symptômes d’un passage à “une autre scène” sont-ils déjà sensibles ?
Nous sommes avertis, par l’expérience de notre méthode (et par le simple bon sens), que tout plan d’action humaine tend à s’épuiser dans sa formalisation épistémique abstraite (quadrant 4 de nos tableaux). Je ne crois pas qu’il faut compter sur l’accident pour réveiller cette tendance à l’assoupissement numérique et paperassier, comme on compte encore parfois sur l’électrochoc pour contrarier la mélancolie en milieu psychiatrique. En ce sens je trouve plutôt inquiétante la “désinstitutionnalisation” du risque qui se poursuit en pratique, en même temps qu’il est proclamé “urgent” comme concept : ainsi de la disparition en 1996 de de l’office américain d’évaluation des choix technologiques, ou de celle, en France, du collège de la prévention des risques technologiques. En revanche, si l’action peut reprendre ses droits, c’est probablement dans d’autres lieux, et face à d’autres frontières (selon le thème américain récurrent depuis la conquète du far west). Il est possible que ces nouveaux départs intègrent la lancinante leçon du cycle précédent quant à la difficulté de maintenir de grands systèmes techniques hors risque majeur, et proposent donc des échelles d’action totalement différentes et des philosophies de la puissance et de son usage radicalement déplacées.
Nous n’en sommes pas encore là, et la “tâche de l’heure” paraît plutôt de limiter l’effet de champ culturel (qui renforce le conflit) et de freiner son évolution (qui hâte l’enfermement gestionnaire et son risque spécifique : la révolte contre l’état “d’humanoïdes associés” vers laquel il tend), en rendant un peu de vie à l’acte productif lui-même, un peu de force propre à la “conduite” de nos grands vaisseaux techniques dangereux, que cette conduite parle, ou qu’elle préfère garder une part de silence. La rançon de cette autonomie, c’est que, pour obsolètes qu’ils semblent, les critiques de cette conduite, accusateurs ou récusateurs, doivent être encore tolérés pour un temps. Mais ils sont peut-être moins difficiles à supporter que ceux qui font disparaître l’homme dans une spongieuse organicité, sans sujets pour répondre de leurs actes.


Proposition d’analyse du champ du risque organisationnel (ou de la fiabilité organisationnelle selon la mise en perspective “quadratiste”.






Eléments de conclusion provisoire sur notre approche épistémologique du champ du risque.

Bien entendu l’analyse réflexive du champ risquologique n’échappe pas à la polarisation que nous avons construite pour percevoir le champ lui-même, et qui tient sa validité d’une anthropologie générale .

On distinguera donc également -pour le niveau réflexif où nous nous situons nous-mêmes- quatre approches : une approche “thémistique” qu’incarne parfaitement en France Claude Gilbert qui “gère” le débat sans lui apporter lui-même aucune orientation particulière. Une approche épistémique que je crois assez bien incarner pour la France, avec M. Douglas en Grande Bretagne et O. Renn en Allemagne. Il s’agit de distribuer le risque dans un contexte extérieur à l’acte, contexte organisé pour servir de référence de savoir.

Une approche de type “Métis”, qui constitue le champ comme celui des sujets du risque (de sa perception comme de sa réalité). Ce pôle est sans doute occupé par l’Ecole des hautes études (Chateauraynaud, Barthe, Lemieux, Torny) ainsi que par Lagadec à Polytechnique, les uns s’appuyant sur les médias pour observer la mise en cause des acteurs, le second mettant en cause les médias.

Justifions cette dramaturgie au plan épistémologique : pa exemple, en tant que chercheurs “de terrain” les sus-cités s’intéressent surtout aux médias et donc au débat public de type “thémis”, mais, peut-être paradoxalement, en tant qu’épistémologues de leur propres champs, ces chercheurs semblent croire à la subjectivité politique “créatrice” d’imputations (comme la vigilance ou la déonotologie médiatique). C’est ainsi qu’ils s’intéressent à des “personnages” (le lanceur d’alerte, le journaliste, le secouriste, etc..) et à leurs effets de mobilisation, et beaucoup moins à la dissociation des discours sur la scène, à la refragmentation des mobilisations. On reste au fond dans une optique proche de l’analyse tourainienne subjectivisant les mouvements sociaux .
Aux USA, Diane Vaughan transforme l’organisation en personnage susceptible d’imputation collective (routinisation de la déviance). Elle me semble donc également produire une épistémologie implicite de sa propre pratique en tant que “traçeuse de responsabilités”.
Pour tout dire, nous sommes proches d’une situation où la tonalité accusatoire des argumentaires de recherche fait retour sur la scène intellectuelle vis-à-vis des organisations, là où elle avait quitté cette scène avec les relents d’hygiénisme et de positivisme scientiste, à l’encontre des individus (dont la position de M. Tubiana reste en France le paradigme, de plus en plus isolé). Ce retour- et ce retournement - accompagnent, à l’évidence, d’autres mouvements comme celui de la mise en cause de l’OMC ou de la mondialisation, succédant à la critique des “comportements archaïques” par les organismes internationaux. Le centrage actuel de toute la discussion du risque par les juristes (comme à la fin du XIXe siècle de libéralisme sauvage), prouve assez que la proposition conceptuelle ou fonctionnelle se trouve en situation défensive.
Si on le considère en soi comme tentative d’éviter l’affrontement incriminatoire ou l’emportement populaire, le moment “épistémique” aura peut-être d’ailleurs été un épisode et l’effort systémique apparaîtra, a posteriori, comme une tentative palliative ultime de construire un langage commun non conflictuel, mais peu sérieuse (malgré l’acharnement méritoire d’un Kervern et de sa très personnelle cindynique qui , trop technophile et trop désireuse d’embrasser toutes les pratiques humaines, n’a, visiblement, pas réussi à s’imposer comme métarisquologie...)

J’avoue que j’aimerais moi-même occuper en cette affaire la position passionnante de “tychè”, en tant qu’épistémologue de la risquologie. Mais on ne peut pas être au four et au moulin, construire des catégories d’observation et en même temps décréter qu’elles n’ont qu’une valeur précaire et qu’elles ne rendent pas compte de l’énigme constamment surgissante des pratiques. Je concluerai cependant en disant que si transformation il y a aujourd’hui, elle affecte certainement autant l’observation des observateurs, que ces derniers. Or que constatons-nous, en fin de compte (du moins en cette année 2000) ?

Que les corps constitués de la recherche ne bougent pas plus que ceux de la gestion du risque ! La modalité accusatrice qui semble devoir prévaloir (dans des formes plus modérées que la précédente) n’a rien de vraiment nouveau et vient à son temps dans la structure conversationnelle à propos du risque. Elle est conduite par les mêmes acteurs, à partir des mêmes institutions (en France, Ecole des Mines, CNAM, EHESS; CNRS. Aux Etats-Unis, dans les grandes universités, de Yale à Berkeley ou Stanford. En Allemagne, dans les Universités de technologie). Ses règles sont bien établies (habile usage médiatique de la victimation, par exemple) dans la paix comme dans la guerre, depuis fort longtemps. Elle a l’intérêt de raviver l’implication des participants et le désagrément de faire reculer la réflexion raisonnable. C’est une phase appelée à se déployer... et à passer, elle aussi.

C’est à l’intérieur d’un mouvement de plus longue durée que s’explique un caractère prédominant des travaux explorés ici cette année : leur qualité rétrospective, leur style de “bilan” de décennies de recherche (C’est le côté le plus intéressant des interventions de tous les “papys” risquologues invités par C. Gilbert ou par M. Tubiana...ou non invités, comme moi-même). En un sens, on peut se demander si ce n’est pas dans ce style rétrospectif qui s’impose à tous (et à moi-même ici), que se révèle le plus sûrement l’accès de la risquologie au statut de.. science (ou en tout cas de discipline académique légitime) d’une activité humaine suffisamment spécifique pour être désormais reconnue (sur le même rang, sans doute que l’ergonomie, ou que la médiologie, mais évidemment “au dessous” des grandes disciplines-mères, décrivant des totalités et non des moments (comme l’anthropologie, la sociologie ou l’histoire) ou même de celles qui sont centrées sur des segments (comme le droit, la politique ou l’économie).
Je crois que les diverses rétrospectives et mises en perspectives auxquelles les acteurs les plus mûrs du champ se livrent en ce moment sont des précurseurs d’une telle prétention. Il reste que pour se réaliser, la gestion du débat ne suffira pas. Il faudra que certains se lancent dans une auto-affirmation plus ambitieuse, mais en même temps assez consensuelle pour s’imposer . On peut leur souhaiter bien du courage et une peau assez dure pour résister aux griffes acérées des collègues.

Mais... n’est-ce pas le beau risque de la science ?


D. Duclos, le 8 Octobre 2001






































B. Références commentées

Bibliographie thématique établie et commentée par Denis Duclos sur certains ouvrages et articles choisis dans le champ des sciences sociales et humaines sur le thème du risque. (1998-2001)



I. (Tychè) Pratiques du danger et du risque, événements accidentels


Faits

.i.Barthélémy F.;, (.i.mission du transport des matières dangereuses;, Ministère de l’Equipement) “Rapport d’enquête du comité de sécurité sur l’accident survenu le 18 Novembre 1996, dans le tunnel sous la manche, Annales des Mines, Avril 1997, pp 23-26. Dans ce récit d’accident, apparaissent de façon frappante les caractères déclenchants et aggravants : 1. les défaillances systèmes de fermetures de portes. 2. L’aggravation de l’incendie par la ventilation. 3. Le caractère “pousse à l’erreur” d’une centralisation à distance des décisions (retard à l’annonce de l’incendie, effets aggravants de certaines décisions; interprétation des faits rendue difficile). Mais aussi le caractère positif de la situation en contact réel : sang-froid du public; bon comportement des agents des trains, etc. En revanche rien sur le rapport grève des Routiers, camion incendié.

Belotti J. XE "Belotti J." , Les accidents aériens XE "accidents aériens" , Éditions Frédéric Couffy, Aix en Provence, 1998.

Department of Transport XE "Department of Transport" , The roll on/roll off passenger and freight ferry Herald of Free Enterprise XE "Herald of Free Enterprise" , Report of Court n° 8074 formal investigation, Her Majesty’s Stationary Office, Londres, 1987. L’accident le plus stupide du siècle : la porte avant du bateau n’était pas fermée (188 morts). La rupture de la même porte entraîna aussi l’accident de l’Estonia en 1994 (852 morts)

Estonia XE "Estonia" , (Government of the Republic of Estonia), The Joint accident investigation commission, M/S Estonia, 28 septembre 1994, The final report.  XE "Estonia), The Joint accident investigation commission, M/S Estonia, 28 septembre 1994, The final report. " , 1997.

Andurand R. XE "Andurand R."  L’accident de Tokai-Mura XE "Tokai-Mura" . Un risque peu connu : la critcité. (2 parties) : Préventique-sécurité, n° 50, Mars 2000, n° 51, Mai-juin 2000, pp 71-77.
Notre meilleur (et plus modeste) accidentologue n’isole jamais un événement mais le remet en perspective historique. (tel l‘accident de criticité est produit expérimentalement à la station de criticité de Valduc depuis 1967, notamment par le réacteur Silène (2000 expériences depuis 1974). Notamment sont étudiées la formation de bulles d’hydrogène et d’oxyène formées par radiolyse de l’eau, bulles faisant baisser la puissance momentanément Depuis 1958 (Oak Rige) jusqu’à Novosibirsk (1997) 20 accidents ont eu lieu sur des installations du cycle du combustible, dont 7 dans la seule centrale “mayak” (russe). et 38, depuis 1945, dans des réacteurs de recherche ou des laboratoires travaillant sur des assemblages critiques- dont dix à Los Alamos. (le tout totalise 17 morts.)

Andurand R. XE "Andurand R." , “De l’origine de la chimie XE "chimie"  à l’époque moderne”, “prise de conscience des risques majeurs”, “Les grands accidents chimiques XE "accidents chimiques"  modernes, “regard critique sur la sûreté chimique”, dossier, Préventique-Sécurité, n° 46, Juillet- Août 1999, pp. 1-31.

Montre bien le rôle de “déclencheur” d’un accident canonique par pays ou unité culturelle : pour la France, ce fut Feysin, en 1966, Pour l’angleterre, ce fut l’explosion de l’usine chimique de Nypro, Flixborough, au nord de Londres, le 1er juin 1974 (nuage de cyclohexane libéré dans l’atmosphère et venant s’allumer à un point chaud de tour de reforming d’hydrogène : 28 morts, 53 blessés. “En semaine, il y aurait eu 550 morts”.
On assiste alors à des “coups de balais” dans les reglementations et les lois, et l’organisation d’une “police de l’industrie”. En réalité l’auteur n’explique pas pourquoi des accidents bien plus graves avant (Ludwigshaffen, 1948, 245 morts, ou après -Dakar, 129 morts, ou même Mexico, 1984, 574 morts) , n’eurent pratiquement pas d’impact direct. En revanche, Bhopal n’est pas cité, dont la répercussion a été immense (il est vrai qu’il y a eu plusieurs milliers de victimes). Le problème de l’histoire événementielle est qu’elle tend à sous-estimer les contextes politico-culturels qui lui apparaissent dès lors comme des étapes, et non comme des “dispositifs conversationnels” et culturels où une position domine par rapport aux autres.
Il ne s’agit pas d’une simple succssion : ainsi , la sensibilité écologique qui, dans le contexte de la révolte de la jeunesse américaine contre la guerre au Vietnam, a donné une impulsion magistrale à toutes les réglementations anti-risques majeurs dans les années 70, s’est considérablement affaiblie aujourd’hui dans ce même pays. Or la “directive Seveso” a eu pour vériable origine le procès-monstre intenté par les vétérans américains de la guerre du Vietnam.. Aujourd’hui, la mobilisation ne s’effectue plus autour des accidents chimiques, mais plutôt des pollutions diffuses (vache folle, OGM, et... nucléaire, puisque celui-ci a le grand tort d’occuper les créneaux du grand accident et des pollutions potentiellement désastreuses, immédiates ou prolongées dans l’avenir.) L’évolution des sensibilités anti-risques majeurs n’est plus étayée sur d’autres sujets de récusation forte (voir les travaux de J.P. Pagès ou de J. Brenot au CEA, qui mettent bien ce point en évidence).

Andurand R. XE "Andurand R." , “Ammoniac, dangereux, mais si utile. Accidents, incendies et explosions”, Préventique-Sécurité, Préventique-Sécurité, I, II. n° 46, Juillet-Août 1999, pp. 56, 62) n° 47, Septembre-Octobre 1999, pp. 55-61.

L’auteur poursuit son projet d’une constitution de lignées d’accidents didactiques. les accidents liés à l’ammoniac sont de plus en plus nombreux du fait de l’abandon des CFC ( 44 cas recensés entre 58 à 92, 129 cas depuis 1995. Ce sont surtout des accidents dans les installations frigorigènes d’abattoirs, d’entrepôts frigorifiques de laiteries et fromageries, etc.

Ministère de l’Équipement, du transport et du logement XE "Ministère de l’Équipement, du transport et du logement" , “Les accidents de transport de marchandises dangereuses XE "transport de marchandises dangereuses"  par voies routière et ferroviaire en France, bilan 1997”, Préventique-Sécurité, n° 47, Septembre-Octobre 1999, pp. 46-54.

La moyenne annuelle des accidents de ce type entre 89/93 était de 181, avec un taux de 21% de tués. En 1996-97, on passe à une moyenne de 230, avec un taux de mortalité de 30 %. Est ce le problème du contenu des transports ? Non , c’et essentiellement l’augmentation démentielle du trafic par poids lourds qui en est cause. (plus du double du taux d’accidents mortels que dans la circulation générale, ceci étant alors aggravé par la présence de marchandise dangereuses (on double encore le taux).. Ceci se montre au fait que la moitié des accidents de VTMD sont imputables aux conducteurs.

Lagadec P. XE "Lagadec P." , Ruptures créatrices, Éditions d’organisation et les Échos éditions, Paris, 2000.

Un thème intéressant et assez nouveau. Un système stable revient à l’équilibre après un accident. Pas après une “rupture” (une catastrophe comme attracteur étrange dirait René Thom).. Mais on ne la traite de crise que si le système éprouve encore des difficultés à s’adapter. Si le changement devient la règle, la crise se perd dans la mutation. Ne faut-il pas “chevaucher la discontinuité”, plutôt que de demeurer sur une défensive butée. Certes. Mais dites cela à un défenseur de chateau fort... ou à un manager de centrale nucléaire datant de vingt ou trente ans... Et pourtant, quand on reprend les accidents industriels, la plupart sont dus à des assomptions de continuité, et à des assomptions de rappel de l’événement disruptif dans le filet de la continuité (via la défense en profondeur ou autres méthodes). L’idée lagadecienne est donc à retenir (elle est plus intéressante que ses critiques des médias).

Lagadec P. XE "Lagadec P." , Tempête de verglas XE "Tempête de verglas" , Québec, Janvier 1998, Préventique-Sécurité, n° 49, Janvier-Février 2000, pp. 38-39.

Excellente description de cette longue crise d’amplitude catastrophique . Met bien l’accent sur la question de l’épuisement des organisations en cas d’effest prologés et multipliés. Position problématique sur le point de savoir si on devait informer sur les risques de défaut d’approvisonnement de Montréeal (qui aurait pu conduire au stockage et au marché noir) La solidarité très active et le sens des responsabilités des Québécois face au froid a été, il me semble, sous-estimé par l’auteur. Il est possible qu’en France (le froid n’étant pas une “valeur nationale”), la participation des gens aurait été plus ambigue. La tentation des institutions et organisations de jouer sur le “victimaire” aurait donc été peut-être plus forte.

Pratiques individuelles passives (données sanitaires, épidémiologiques, situationnelles, descriptions de postes, etc.)

Caillard J-F, XE "Caillard J-F,"  « L’évaluation des risques : un nouveau concept en médecine du travail  ?, Préventique-Sécurité, n°61, Janvier-Février 2002, pp 12-15

Un contraste apparaît entre les intérêts des médecins du travail (comme étudiant les effets du risque à partir de symptomes) et les ingénieurs « préventistes ».



Kjellen U. XE "Kjellen U." , “the deviation concept in Occupational Accident” Control, Accident control, accident analysis and prevention,, 16, pp 289-306, 1984.

La théorie de la “délinquance accidentelle” encore vive au milieu des années 80.

Confédération Internationale des syndicats libres XE "Confédération Internationale des syndicats libres"  (CISL XE "CISL" ), fédération Internationale des syndicats des travailleurs de la chimie, de l’énergie et des industries diverses, “le rapport syndical sur Bhopal”, rapport de la commission CISL/ICEF  XE "ICEF " sur les causes et les effets de la fuite de gaz d’isocyanate de méthyle à l’usine de pesticides d’Union Carbide XE "Union Carbide"  à Bhopal, Inde, 2 et 3 décembre 1984, Genève, 1985. Le rapport met bien en scène le contraste entre l’état de déréliction technique de Bhopal et l’héroisme des opérateurs tentant en vain de noyer la fuite de gaz mortel. souligne le mépris des travailleurs (les instructions sont rédigées en anglais, ceux-ci ne parlent qu’hindi.

Médecine du travail XE "Médecine du travail" , 25e journées nationales de médecine du travail, Strasbourg, 23-28 juin 1998, Evaluation du risque chimique XE "Evaluation du risque chimique"  XE "médecine du travail, Strasbourg, 23-28 juin 1998, .i.Evaluation du risque chimique"  en milieu de travail (Thème n° 1), Archives des maladies professionnelles, vol. 60, n° 5, Septembre 1999, pp 391-516.

Gros rapport très détaillé qui fait le point par type d’expositions (fumée de diésel, benzène, glutaraldéhyde, solvants, silice, oxyde d’éthylène, peintures, fumées de soudage, hydroxypyrène, monxyde de carbone, etc...) dans des professions très variées. Il détaille aussi les nouvelles méthodes de dépistage et de surveillance biologique. Montre comment la médecine du travail devient de plus en plus une annexe de la mesure de laboratoire et des “kits” de tests et de traçage.

i.Narbonne J-F.;, “Risque alimentaire XE "Risque alimentaire" , creusons nous notre tombe... en mangeant ?”, Préventique-Sécurité, n° 46, Juillet- Août 1999, Préventique-Sécurité, n° 46, Juillet- Août 1999, pp. 33-37.

Ce professeur de toxicologie de renommée internationale, a participé à l’expertise sur la dioxine dans le coca cola, et bien d’autres . Il siège au conseil supérieur d’hygiène publique de la France( rattaché à l’agence française sanitaire des aliments), ainsi qu’au Comité Santé publique du conseil de l’Europe pour l(“valuation des contaminants dens les aliments. Il estime que plus de la moitié des cas d’intoxication des cannettes sont liés à des distributeurs automatiques importés directement des USA : les produits de nettoyage de ces distributeurs ont pu contaminer les canettes (refus de l’hypothèse des films des palettes déchirés, et laissant pénétrer des produits de nettoyage des lieux de stockage.

Monter ainsi le caractère hautement “arbitraire” des jugements experts selon les intérêts économiques et politiques (On ne peut s’interdire de penser que cette “affaire” était une bonne occasion de revanche des Français par rapport à la mise en cause de Perrier, quelques années auparavant). On tente de “coincer” la marque de renommée internationale et toute l’habileté consiste à prévoir les points où l’on pourra monter une accusation difficile à mettre en cause par l’adversaire.

Autre question problématique : la logique de l’HACCP (système de responsbilité de l’industriel, établi lors du GATT) va “certifier les sols” garantis en teneurs minimales de dioxine et d’autres contaminants. C’est certainement un progrès pour la sûreté, mais n’est-ce pas aussi un progrès de la bureaucratisation générale du rapport aux espaces ? Certification et traçabilité semblent les maitre mots d’une emprise galopante de la gestion sur le monde.

Jusqu’à quand ces aspects pourront-ile être ignorés comme participant au problème qu’ils dénoncent XE "participant au problème qu’ils dénoncent"  ? (la sursécurisation, dénoncée par Amalberti, par exemple,pour les grands systèmes techniques.).

Jacquemin J.M., XE "Jacquemin J.M.,"  Ce fameux nuage de Tchernobyl XE "Tchernobyl" , la France contaminée, Sang de la terre, Paris, 1999.

Au mensonge sur l’absence de nuage correspondrait aujourd’hui un mensonge par silence médiatique sur les effets santiares en France : entre 9% et 11% de plus de cancers de la thyroïde, attestés par le ministère de la santé et de l’Assurance-maladie. le lien est cependant impossible à établir en l’état actuel de l’épidémiologie.

Baillargeon J. XE "Baillargeon J." , Wilkinson G.S. XE "Wilkinson G.S." , Characteristics of the healthy survivor effect among male and female Hanford  XE "Hanford " Workers, American Journal of Industrial Medicine, Vol 35., n° 34, Avril 1999, pp. 343-347.

Une cohorte de 44154 personnes ayant travaillé à la centrale nucléaire de Hanford entre 1944 et 1986 est suivie médicalement et sa mortalité étudiée, notamment à partir de la définition-repère du “travailleur bien portant”.

i.AMTSN,; “Fichier d’activité en centrale nucléaire” (FACN XE "FACN" ) 1998.

Outil indispensable pour les médecins du travail, peut aussi servir à une réflexion sociologique et ergonomique : chaque fiche présente de façon homogène les activités concernant la cuve du réacteur, les générateurs de vapeur, le pressuriseur, les circuits et les pompes primaires, d’une part (comme l’ouverture et la fermeture de cuve, la robinetterie primaire, la pose et dépose des tapes du gv, le lançage et nettoyage du gv, les travaux sur partie secondaire du gv, les contrôles non destructifs sur le primaire (contrôle des tubes de gv par courant de Foucault), extraction des doigts de gants de l’instrumentation interne de coeur (RIC), requalification, entretien, mise en service des ponts du bâtiment réacteur ( BR), maintenance des pompes primaires, essais à chaud (EAC) essais précritiques à chaud (EPAC) etc..... D’autre part les chantiers de préparation et d’encadrement : tel le calorifugeur, l’échafaudeur, l’assistant de chantier en radioprotection, le décontamineur, le monteur de sas, l’agent de nettoyage, le conducteur d’engins de levage, l’opérateur en laverie, le manutentionnaire de linge et le gardien en zone contrôlée, le collecteur et le conditionneur de déchets nucléaires, etc.
On y définit notamment l’activité et les gestes professionnels, les lieux d’intervention, les risques d’accidents du travail, les contraintes, les nuisances, les expositions radiologiques, la pathologie professionnelle associée à ces postes. On décrit aussi le vocabulaire utilisé dans les centrales .

Gout D XE "Gout D" ., “Plongée dans le risque hyperbare”, Travail et sécurité, n° 586, Juillet-Août 1999, pp. 18-31.

Les accidents de plongée professionnelle sont de nature analogue à ceux encourus en hyperbarie sèche. Ils concernent des métiers plus variés qu’auparavant, et notamment le personnel de maintenance des centrales nucléaires lors de la détection des fuites, celui des avions (et les passagers) lors de la mise sous pression, le personnel médical lors de traitement en caissons, les ouvriers tubistes, la maintenance des t êtes de tunneliers à pression de boue, etc..

Cuny X. XE "Cuny X."  , Lejeune M. XE "Lejeune M." , “Propositions pour l’évaluation de la composante gravité en vue de la gestion des risques professionnels”, Archives des maladies professionnelles, vol 60, n°2, Mai 1999.

Propose une quantification des divers aspects de la “gravité” associée au risque professionnel. Un tel projet rassemble des séries statistiques et des données variées. N’est-ce pas un peu lourd ? Par ailleurs peut-on traiter du risque professionnel comme une variante de la fiabilité des composants d’un système ?

Avear-Galindo M.G. XE "Avear-Galindo M.G." , Mendez-Raminez I. XE "Mendez-Raminez I." , Villegas-Rodriguez J.A. XE "Villegas-Rodriguez J.A." , Chapela-Mendoza R. XE "Chapela-Mendoza R." , et alii,“Risk indicator of dust exposure XE "Risk indicator of dust exposure"  and health effects in cement plant workers XE "cement plant workers" ”, Journal of Occupational and Environmental Medicine, Vol 41, n° 8, Août 1999, pp 654-661.

SEW USOCOME, XE " SEW USOCOME,"  “Analyse préventive des accidents. La chasse aux “Pannous” (potentialités-d’accidents-neutralisés-par-nous), Travail et Sécurité, n° 566, Novembre 1997, p 37.La démarche systématique de cete entreprise leader de motoréducteurs et de variateurs électroniques, dans la détection et le suivi des situations accidentogènes : analyse vidéo et photo d’un poste de travail par un groupe de travail chargé de détecter ces potentialités.

La controverse sur les effets de la radioactivité

Oudiz A. XE "Oudiz A."  , La dosimétrie opérationnelle : quels enjeux ? Journées de la Société française de radioprotection (SFRP) XE "Société française de radioprotection (SFRP)" , Paris, 29-30 avril 1997.

La dosimétrie électronique : avantages et limites actuelles.


Abele J. XE "Abele J." , “The sense of radioactivity. Geiger Counters in the history of perception 1908-1942”, in Radioactivité XE "Radioactivité"  : histoire et culture (de 1896 aux années trente), Colloque Iternational d’histoire des sciences, Institut Curie XE " Institut Curie" , 7-9 Juillet 1997.

Boudia S XE "Boudia S" ., Roqué X. XE "Roqué X." , eds, “Science, Medecine and industry : the Curie XE "Curie"  and Joliot-Curie XE "Joliot-Curie"  Laboratories, History and Technology, 13 (4), 1997

La mise en garde contre les dangers du radium et les premières normes internationales de radioprotection remontent aux années 30 (comme la  XE "CIPR" )
CIPR XE "CIPR"  “Recommendations of the international commission on radiological protection”, Oxford, Pergamon Press, 1991.

depuis 90, la limite maximale annuelle d’exposition d’un individu adulte du public est abaissée à 1 millisievert, reprise par la directive Euratom de 1996, et aurait dû être transposé à la réglementation française au plus tard le 13 mai 2000 (Euratom 96/29, du 13 mai 1996).

Hatchouel J.M., XE "Hatchouel J.M.,"  Laplanche A XE "Laplanche A" , Hill C. XE " Hill C." , Mortalité par cancer autour d’installations nucléaires françaises, Paris, les Editions INSERM, 1995.

La gazette nucléaire XE "La gazette nucléaire" , “rejets thermiques XE "rejets thermiques"  et chimiques d’EDF”, n° 143, Juillet 1995.
(l’accroissement des doses d’irradiation des personnels ,de la Hague)

.i.Schapira J-P;, “Le combustibles irradiés”, Science et Vie, Janvier 1977.
(met l’accent sur l’irradiation des peronnels intérimaires : la “viande à rems”)
Viel J.F. XE "Viel J.F." , Pobel D., XE "Pobel D.,"  “Incidence of leukaemia in young people around La Hague nuclear waste reprocessing plant : a sensitivity analysis”, Statistics in Medicine, vol 14, 1995, pp 2459-2472.
Les travaux de Viel démontrent surtout que les autorités de sûreté et sanitaires n’ont pas construit des cadres de références permettant de tester l’évolution des leucémies (et a fortiori des autres cancers entraînés par exposition à la radioactivité). Mais l’épidémiologie fonctionne-t-elle sur des chiffres qui diffèrent seulement de fractions de pourcentages par rapport aux incidences naturelles ?
Schubert J XE "Schubert J" ., Lapp R.E. XE "Lapp R.E." , Le grand péril des radiations, Paris, Payot, 1958

Doniol-Shaw G XE "Doniol-Shaw G" ; Travail et vie des sous-traitants dans la maintenance du nucléaire, et sécurité des installations, in Appay B; XE "Appay B\;" , Thébaud-Mony, A. XE "Thébaud-Mony, A."  (ed.), Précarisation sociale, travail et santé, IRESCO, Paris, 1997

Doniol-Shaw, G. XE "Doniol-Shaw, G." , Huez D XE " Huez D" , Sandret N. XE "Sandret N." , Les intermittents du nucléaire, Toulouse, Octarès, 1995

Doniol-Shaw, G. XE "Doniol-Shaw, G." , Huez D XE " Huez D" , Sandret N. XE "Sandret N." , Les intermittents du nucléaire, Toulouse, Octarès, 1995

(étude STED-DATR de 1993 sur les “travailleurs directement affectés aux travaux sous rayonnements” : (2500 questionnaires, participation de 140 médecins u travail. Enquête reprise en 1998) : montre une précarisation plus forte que dans le secteur privé (concerne 25 à 30 000 personnes); nomadisme et contraintes de sécurité se cumulent pour former des conditions de travail plus dures, avec des répercussions sanitaires plus grandes). Martine Aubry interdira le recours à l’intérim sur certains sites nucléaires.)

.i.Doniol-Shaw G.; (.i.CNRS;LATTS XE "LATTS" ) Sûreté et Organisation du Travail en centrale nucléaire, Enquête auprès des agents des services conduite, maintenance et mission sûreté qualité du centre nucléaire de production électrique de Chinon.,.i.Syndicat CGT du CNPE de Chinon;, Avoine, 1995 . Cette enquête par questionnaire fait apparaître que les personnels sont en grande majorité (plus de 70% ) convaincus que le critère le plus important de réalisation des conditions de sûreté est le savoir faire ainsi que les conditions de travail ((63%) ou l’organisation du travail (58%), suivies de la part majoritaire du travail par EDF (52%) et enfin du respect de la réglementation d’exploitation (49%) et de la motivation de chacun (47%). Le reste est plutôt secondaire (telle “la culture nucléaire”, “le rôle d’EDF en matière de sûreté -en comparaison de la sous traitance-, les salaires, les contrôles, l’organisation de la qualité, les améliorations technologiques, la transparence des informations, etc.)

Thébaud-Mony A XE "Thébaud-Mony A" ., L’industrie nucléaire XE "nucléaire" , sous-traitance XE "sous-traitance"  et servitude, EDK/INSERM, Paris, 2000

Thébaud-Mony A. XE "Thébaud-Mony A." , “Rationalité instrumentale et santé au travail. Le cas de l’Industrie nucléaire., Revue Internationale de Psychosociologie XE "Psychosociologie" , vol 4., n° 8, Automne 1997, pp 105-117.
Contrainte de temps et risque de surexposition à la radioactivité sont liés dans les chantiers de maintenance du nucléaire : le recours à la main d’oeuvre temporaire est une solution organisationnelle logique, mais qui contribue à créer une catégorie de travailleurs cumulant les problèmes.

Thébaud-Mony A. XE "Thébaud-Mony A." , conclusions partielles de l’enquête sur les conditions de travail et de vie des intérimaires du nucléaire, XXIII e journées de médecine du travail, Besançon, 8 Juin 1994.

Thébaud-Mony A. XE "Thébaud-Mony A." , “Rationalité instrumentale et santé au travail. Le cas de l’industrie nucléaire, “ Revue internationale de psychosociologie, III, 8, 1997, pp. 105-117.

Approche typiquement “thémistique” (au sens d’une demande de justice), créant une catégorie (les intérimaires parce que maltraités, les maltraités parce qu’intérimaires) à la façon dont les “anciens combattants” se constituent comme tels après le conflit via la victimisation par des maladies mystérieuses. Rappelle que la sous-déclaration des situations de “prise de rem” est la règle... Suscite la réaction viscéralement hostile de ceux qui s’investissent dans la réponse “épistémique” (dans la lignée du Pr Tubiana), comme s’il s’agissait d’une invention purement arbitraire. Or il n’existe aucun moyen pour des acteurs sociaux de venir à l’existence (y compris les scientifiques) sans prendre place “arbitrairement” dans le concert social, par une autoaffirmation très heideggerienne (ou sartrienne). Après quoi, l’on peut certes porter un jugement “factuel” sur les arguments avancés pour parvenir à cette existence. Mais l’on s’apercevra vite qu’il est vain de nier la factualité même problématique suscitée par une volonté d’information. Ainsi, on aura beau prétendre que les travaux de M. Viel n’ont aucune consistance “scientifique”, il demeurera toujours scientifiquement impossible de démontrer que la recherche sur l’effet des faibles doses n’a pas de validité. Excellent exemple de l’irréductibilité du débat social entre polarités peut-être indestructibles, parce qu’elles sont des modalités logiquement différentes de la condition humaine.

Birraux C XE "Birraux C" . “ Rapport annuel de l’Office parlementaire de choix scientifiques et technologiques, 1997, chapitre sur la “protection des personnels intérimaires”.
(La carte de suivi médical instituée le 31 juillet 1991 devrait permettre la “traçabilité” de ce suivi, à partir de l’enregistrement à l’OPRI).
(met l’accent sur les lacunes du suivi médical des personnels “nomades” travaillant dans les secteurs irradiés des centrales nucléaires)


Doniol-shaw, G. XE "Doniol-shaw, G." , Contraintes temporelles et effets sur la santé physique et psychique. Le cas des sous-traitants de la maintenance des centrales nucléaires. Intervention au 33e congrès de la société française d’ergonomie de langue française (SELF XE "SELF" ), Paris, 16-18 septemvre 1998, Laboratoire d’Ergonomie XE "Laboratoire d’Ergonomie" , CNAM, XE "CNAM,"  1998.

d’après l’étude STED-DATR (directement affecté aux travaux sous rayonnements) XE "DATR (directement affecté aux travaux sous rayonnements)" , il existe un lien statistique significatif entre les contraintes de temps des intérimaires et l’état de santé déclaré par ces salariés : affections digestives et rachidiennes, troubles du sommeil, fatigue mentale et nerveuse, dépressivité.

Imbernon E. XE "Imbernon E." , Rosselli F. XE "Rosselli F." , Abecassis J.C  XE "Abecassis J.C " et alii, journée du 15 mai 1998 de l’AMTSN (Association des médecins du travail des salariés du nucléaire). Revue de médecine du travail, vol 25, n°5, novembre-décembre 1998, pp 267-289. XE "AMTSN (Association des médecins du travail des salariés du nucléaire). Revue de médecine du travail, vol 25, n°5, novembre-décembre 1998, pp 267-289." 

Présentation des apports d l’enquête STED XE "STED" . Nouvelle organisation de la surveillance des salariés intervenant dans les INB  XE "INB " de la COGEMA  XE "COGEMA " à la Hague XE "la Hague" . contrôle génétique de la réponse biologique aux radiations ionisantes, et de la radiosensibilité. Présentation des réponses au questionnaire de l’AMTSN sur l’application du décret du 13 février 1997.
La question de la déontologie du dépistage (tentation de dépister un grand nombre de choses par la même démarche de traçage, et de mélanger épidémiologie et chasse aux toxicomanies) me semble posée par ce type de recherche par ailleurs passionnante. Là encore, on observe les effets ambivalents d’un statut ou l’on est observateur (scientifique) et partie prenante (médecin du travail). Question à suivre, d’autant qu’on sait les conditions dans lesquelles cette recherche a donné lieu à une véritable guerre contre Mme Imbernon.

IPSN, XE "IPSN,"  Tchernoby XE "Tchernoby" l, Les livrets de l’IPSN, 1998, 21 p.
Le point sur les dépots et la contamination dans l’ex URSS, en Europe et en France, ainsi que l’impact sanitaire et l’état actuel du site.

Cavada J.M XE "Cavada J.M" , (animateur), émission télévisée La marche du siècle : “Le nucléaire, des questions de sécurité”, 18 juin 1997 (avec la participation de Lallier M. XE "Lallier M." , (CGT), Thébaud-Mony A XE "Thébaud-Mony A" , INSERM, Lacoste A.C, (DSIN)  XE "Lacoste A.C, (DSIN) "  Birraux C.  XE " Birraux C. " (OPFST) (émission houleuse, Cavada disant qu’EDF lui “a mis plus de pression que la Scientologie” ...).

ALERT XE "ALERT" , Syndicat CGT de Chinon XE "Syndicat CGT de Chinon" , Association Santé et Médecine du Travail XE "Association Santé et Médecine du Travail" , Syndicat National des Médecins EDF-GDF(GNC-CGT XE "Syndicat National des Médecins EDF-GDF(GNC-CGT" , GSIEN XE "GSIEN" , ACRO XE "ACRO" , Comité Stop Nogent XE " Comité Stop Nogent"  , “La précarisation du travail XE "précarisation du travail"  dans le nucléaire : inhumaine pour les travailleurs, dangereuse pour la sûreté” (polycopié, avril 1996).

Dab W. XE "Dab W." , “Précaution et santé publique. le cas des champas électriques et magnétiques de basse fréquence.” in Godard O, Le principe de précaution dans la conduite des affaires humaines, Paris, MSH-INRA, 1997, pp 192-212.
(insiste sur la majoration des craintes par rapport à la réalité des dangers. Mais le cas particulier sur lequel travaille l’auteur peut voir ce rapport s’inverser dans d’autres cas)

Pozzo di Borgo C XE "Pozzo di Borgo C" . “Arrêt de tranche, les trimardeurs du nucléaire”, 1996.

Académie des sciences XE "Académie des sciences" , Problems associated with the effects of low doses of ionizing radiation XE "low doses of ionizing radiation"  (rapport n° 34 , 1995, traduit en anglais en 1997).

Comittee on medical aspects of radiation in the environment (COMARE) XE "Comittee on medical aspects of radiation in the environment (COMARE)" , “The incidence of cancer and leukaemia in young peopole in the vicinity of Sallafield site , West Cumbria : further studies and an update of the situation sinc ethe publication of the report of the Black Advisory group in 1984 : Fourth Report, department of Health, Londres 1996.

Dousset M. XE "Dousset M." , Cancer mortality around La Hague nuclear facilities, Health Phys. 1989, n° 56, pp 875-884.

Hatchouel J.M. XE "Hatchouel J.M." , Laplanche A. XE "Laplanche A." , Hill C., Leukaemia mortality around french nuclear sites XE "french nuclear sites" , British journal on Cancer, 1995, n° 71, 3.

Hill C. XE "Hill C." , Laplanche A. XE "Laplanche A." , Overall mortality and cancer mortality XE "cancer mortality"  around french nuclear sites, Nature, 1990, n° 347, pp 755-757.

Jablon S. XE "Jablon S." , Hrubec Z. XE "Hrubec Z." , Boice J.D. XE "Boice J.D." , “Cancer in pôpulation living near nuclear facilities. A survey of mortality nationwide and incidence in two states, Journal of American medicine association, 1991, n° 265, pp 1403-1408.

Haut Comité à la Santé Publique XE "Haut Comité à la Santé Publique" , La santé en France, Paris, 1998.

Pobel D. XE "Pobel D." , Viel J.F. XE "Viel J.F." , “Case-control study of leukaemia among young people near La Hague XE "La Hague"  nuclear reprocessing plant : the environmental hypothesis revisited. British Medical Journal, 1997, n° 71, pp 1 à 5.

Souleau Ch XE "Souleau Ch"  (président), Rapport du Comité Scientifique pour une nouvelle étude épidémiologique des leucémies XE "étude épidémiologique des leucémies"  dans le Nord Cotentin (la hague XE "la hague" ), Juillet 1997.

Spira A. XE "Spira A." , Rayonnements ionisants XE "Rayonnements ionisants"  et santé, INSERM, Paris, Juillet 1998.


Pratiques individuelles actives

Favaro M, XE "Favaro M,"  Davillerd C. XE "Davillerd C." , Safety practices and risk attitudes in french small companies, in Advances in safety and reliability, Oxford, Elsevier, 1997 Vol 1, pp 105-113.

L’abandon de l’approche classique de l’erreur individuelle (position associée à des fonctions hiérarchiques jugeant des subodonnés) se confirme au fil des années, mais se produit progressivement selon plusieurs axes, dont un consiste à penser l’opérateur comme “auto-réparateur”, et l’autre (souvent lié) comme “coopérateur”. L’agent coopérateur-autocorrecteur remplace donc dans l’idéologie de l’observation “scientifique” le personnage plus solitaire et plus robotisé des approches précédentes.
Les sociologues diraient que “du mouvement social” a dû passer par là, pour expliquer un tel changement d’optique. Faudrait-il toujours placer un sociologue derrière chaque ergonome, où ce dernier peut-il s’autocorriger, notamment en partageant avec d’autres l’outil “organisation” ? A moins qu’il ne préfère, avec la psychologie selon Y. Clot, substituer au “travail” (d’origine mécanique) la notion d’activité (qui n’est pas déshumanisable) ?

SELF XE "SELF" , Actes du 32e congrès de la société d’ergonomie de langue française (SELF), Lyon, 17-19 septembre 1997, INRETS-LESCO, Lyon, 1997.

Amalberti R. XE "Amalberti R." , Mosneron-Dupin F. XE "Mosneron-Dupin F." , Ackermann W. XE "Ackermann W." , Christol J. XE "Christol J."  et alii, Facteurs humains XE "Facteurs humains"  et fiabilité XE "fiabilité" , Quelles démarches pratiques ? Octarès, Toulouse, 1997.

Le livre rend compte de l’évolution de la notion de fiabilité du facteur humain vers la prise en compte des situations et des chaînes d’événements préalables qui ont pu conduire à l’erreur humaine. Ouvert aux demandes des entreprises, l’ouvrage, ou s retrouvent sociologues et ergonomes, chercheurs universitaires et membres de grandes entreprises s’interroge sur les conditions d’interventions d’experts du facteur humain.
Je me demande si cette approche compétente et très sympathique n’est pas aujourd’hui un peu dépassée par une franche mise en cause de la notion d’erreur et de celle de facteur humain, et la mise en avant du facteur organisationnel et de ses dérives vers la dysfonction. Un changement de paradigme, dirait M. Llory. Au détriment de l’ergonomie (comme semble parfois le penser Amalberti) ? Rien n’est moins sûr. A noter que la sociologie ne tirera pas les marrons du feu, ni la psychologie : l’organisation peut, étrangement faire le bonheur de deux disciplines de l’approfondissement spatio-temporel : l’ethnologie et l’histoire.


Andurand R. XE "Andurand R." , "Dix ans d'expérience en sûreté chimique," Informations Chimie, n°264/265, Aout-Septembre 1985. Andurand R., “Accidentologie”, Préventique-Sécurité,.n° n°19, 1996 p 55. Notre pionnier chenu de l’accidentologie française se rend compte que l’expérience “non dite” des acteurs d’un accident s’efface avec leur disparition : n’est il pas temps de constituer un conservatoire de la mémoire des accidents et incidents, pour aider au métier (relativement nouveau) d’”analyste du risque” ?


Fadier E. XE "Fadier E." , “The integration of human factors in dependability : a vital aspect for risk management”, International Conference on safety and reliability. Lisbonne, 17-20 Juin 1997, Centre de recherche et de formation de l’INRS, 1997.

Fadier E. XE "Fadier E." , Amalberti R XE "Amalberti R" , Lagrange V. XE "Lagrange V." , et alii, La facteur humain, Phoebus, n° spécial, 1998, pp. 1-78.

La notion de facteur humain joue comme une figure de style élidant une partie non prononcée d’un énoncé implicite : la formule complète n’a guère le choix qu’entre des expressions de l’impondérable amplifiée par la particularité humaine de pouvoir associer arbitraire et erreur. “facteur humain...de danger”, facteur humain... de risque”. C’est cette signification implicitement négative ou réductrice qui contraint à dépenser une certaine énergie intellectuelle à “défendre” le facteur humain, et cela tout spécialement dans les entreprises publiques où l’acteur au travail n’est jamais seulement un rouage ou un élément, mais aussi un “citoyen en service” (EDF, RATP, etc.).
Les principaux auteurs de cette petite somme donnent beaucoup dans cette orientation intéressante mais un peu défensive, en démontrant de façon convaincante à la fois le rôle positif du facteur humain dans la promotion de la sûreté et la possibilité d’organiser les systèmes de travail en fonction de ce fameux facteur.
A la réflexion, ne serait-il pas plus simple de contester frontalement ce donné conceptuel proposé par l’ingénieur pour parler (avec quelque amertume cachée) de ce qu’il ne peut pas contrôler ? L’ergonomie, la psychologie du travail, et la sociologie n’ont que faire de cette notion -partiale dans le mot même-. Il faudrait jouer carte sur table avec l’ingénieur, non seulement autour de concepts rassembleurs (comme l’organisation, qui a l’immense avantage de faire réfléchir presque toutes les spécialités autour de quiproquos heuristiques), mais en faisant preuve de créativité. bien entendu, on ne tombera pas dans le piège trop évident que les économistes tendent avec l’idée de “capital humain”, ou les gestionnaires (leurs proches parents sans le calcul monétaire) avec celle de “ressources humaines”. Pourquoi pas celle de “composante humaine” ?, ou de “moment humain ?” etc.... Au moins ces mots appellent-ils des compléments moins dépréciés a priori dans le non dit...

Larane A. XE "Larane A." , Systèmes complexes ; pas de sécurité sans hommes, Travail et sécurité, n° 583, Avril 1999, pp. 2-9.

Le paradoxe de l’évolution technologique actuelle peut -être ainsi résumé : plus la machine devient performante et complexe, plus l’homme devient central dans le dispositif. Plus ses qualités propres (d’adaptation, d’innovation, de réinterprétation hors procédures) deviennent indispensables. Plus l’écart entre la codification rigide inscrite dans la programmation et la souplesse de la conduite humaine se révèle. Plutôt que de nier ce paradoxe, mieux vaudrait en assumer les conséquences .

Commission fédérale de coordination pour la sécurité au travail  XE "Commission fédérale de coordination pour la sécurité au travail " (CFST XE "CFST" ), Autoévaluation XE "Autoévaluation" . Sécurité et protection de la santé au poste de travail XE "poste de travail" , Lucerne, 1998.

Brunet R. XE "Brunet R."  Entre didactique professionnelle et autoformation : formation des praticiens en prévention des risques professionnels, cas d’un chantier de compost en Maine et Loire, DEA, Université François Rabelais, Tours, 1999

La question de l’application des normes de sécurité est une approche “contrôlante” qui ne tient pas compte du fait que les acteurs réfléchissent sur leur action en cours d’action et produisent dans ce contexte pratique les règles de métier et de savoir faire de prudence. DEA très intéressant s’inspirant des approches pragmatistes récentes, et n’étant pas noyé par la langue de bois de la gestion des risques. (approche “Tychè” : le donné direct enseigne et produit les savoirs. )

Cormier B XE "Cormier B" , Grandjacques B XE "Grandjacques B" , Nanteuil de M. XE "Nanteuil de M." , et alii, “Conduite d’installations à hauts risques XE "Conduite d’installations à hauts risques" , la face cachée de la surveillance XE "surveillance" . Travail et Changement, n° 229, septembre 1997, pp. 9-16.

L’organisation du travail explique la persistance de défauts et la récurrence de défaillances, en dépit de toutes les stratégies anticipatives du dysfonctionnement. La surveillance systématique que permet la console informatique prive l’opérateur d’une vision globale du processus, vision qu’il récupère en reprenant le contrôle manuel de l’affaire, ce qui évite souvent l’arrêt d’urgence et le redémarrage coûteux.


Baccus M.D. XE "Baccus M.D."  Multipiece truck wheel accidents and their regulation, in Garfinkel H. XE "Garfinkel H."  (ed.) Ethnomethodological studies of work, Routledge and kegan Paul, Londres 1986.
Étude sociologique (approche ethnométhodologique) de certains accidents de camions. Développe la complexité des pratiques interactives qui font apparaître l’objet (l’accident dû à tel organe), tout en désignant les acteurs appelés à le réguler.


Charpentier P. XE "Charpentier P." , Menager P. XE "Menager P." , “L’évitement des fautes logicielles XE "fautes logicielles"  par la qualité. XE "qualité." ” Note documentaire INRS, Cahier de notes documentaires, n° 167, 2e trim 1997, pp 249-259.

Epstein S XE "Epstein S" , “The construction of lay expertise : AIDS activism and the forging of of credibility in the reform of clinical trials”, Science, Technology and Human Values, 20 (4), 1995.

i.Dreyfus H.L.;, Dreyfus S.E. XE "Dreyfus S.E." , Mind over Machine : The power of Human intuition XE "intuition"  and expertise in the era of the Computer, Oxford, Blackwell, 1986
Etudie le rapport entre les connaissances formelles, les normes, les connaissances informelles, et la place des inititiatives spontanées. Décrit la vigilance comme une conduite intermédiaire, évitant les basculements entre panique et insouciance, entre appui non critique sur les règles et déclenchement de computations individuelles sans références collectives


Fortune J XE "Fortune J" ;, Peters G XE "Peters G" , Learning from failure. The systems approach, John Wiley and sons, Chichester, 1995 XE "" 

Frederick E.R. XE "Frederick E.R." , “The first few minutes and the last ten years. An operator’s perspective of the events during and following the TMI-2 accident”. In : Société Française d’Énergie Nucléaire XE "Société Française d’Énergie Nucléaire"  (SFEN XE "SFEN" ), “sûreté, protection de l’environnement”, Paris, 30 mai 1989.

Un classique indispensable sur l’expérience de l’opérateur de TMI, et notamment sur sa propre constitution en expert analysant et situant son propre témoignage.

Frederick E.R. XE "Frederick E.R." , “Design, training, operation : the critical links, an operator’s perspective” Congrès IAEA-SM-296/91 : Severe accidents in nuclear power plants, Sorrente, 21-25 Mars 1988, pp 643-652 (traduction par le CEA : “conception, formation, fonctionnement : les principaux maillons de la chaîne. Analyse d’un opérateur”). Le témoignage quasi-unique d’un des principaux opérateurs de conduite de TMI au moment de l’accident. Explique l’irréductibilité du point de vue de l’opérateur à celui de l’ingénieur de conception. Montre bien le “piège” cognitif organisé par la combinaison des défaillances techniques (vanne de décharge non refermée , signalisation fausse), des entraînements mal orientés (polarisation des équipages de conduite sur le risque de “solid state” du pressurisateur, surestimation de la plausibilité d’un enclanchement intempestif des pompes d’injection de sécurité , négligence de la vanne connue comme faiblement fuyarde et donc sous-estimation du risque de fuite significative du circuit primaire, ignorance de l’effet de surpression dans le pressurisateur consécutive à un vidage du circuit primaire, rabattement en dernier recours sur une logique de procédure, etc.), des contraintes organisationnelles (distance aux points de défaillance, médiation insuffisante des instruments d’information ) et des caractéristiques propres de la situation accidentelle (emballement temporel, effet de trou noir logique lié à la quasi-simultanéité des alarmes contradictoires , etc). On voit bien que le “facteur humain” ne devient facteur supplémentaire de risque que lorsqu’il est poussé, par “privation perceptive” au choix absurde, et s’en remet finalement, moins à une représentation-écran (Daniellou XE "Daniellou" , Carnino XE "Carnino" ) qu’à une heuristique de l’acte “impensé” (fermeture des pompes d’injection de sécurité, etc.), heuristique qui sera nommée “erreur” a posteriori (Reason).


Grusenmeyer C. XE "Grusenmeyer C." , “Analyse des dialogues coopératifs lors de la relève de poste, revue de l’Electricité et de l’électronique, n° 2, Février 1997, pp 82-87.

Les échanges verbaux sont essentiels pour la fiabilityé et la sécurité des systèmes comme le montre cette étude des dialogues d’opérateurs intervenant successivement sur la même opération. Ons’en doutait. Cela va mieux en le démontrant (ce qui est assez bien fait).
Picard J.M XE "Picard J.M" , CEA XE "CEA"  EPN XE "EPN" , DSRE XE "DSRE" , note du 28 01 1997 “L’analyse préalable à une intervention.”Cette courte note concernant l’analyse des risques en centrales nucléaires est significative : elle montre que l’analyse des risques tend à se réduire à l’alimentation écrite des documents nécessaires aux PQS XE "PQS"  (plans qualité sûreté) et aux PDP XE "PDP"  (plans de prévention) mais ne sert pas vraiment à cette “attitude interrogative” non prescriptive sur laquelle insistait déjà l’INSAG4 XE "INSAG4" . Et qu’elle contribue finalement à une minimisation des risques par excès de confiance. N’est-ce pas un paradoxe indépassable ?

Piette A. XE "Piette A." , Ethnographie de l’action, L’observation des détails, Paris, A.M Métailé, 1996
Etude intéressante des formes de non vigilance, liées au bombardement des situations de travail par des flux de variations mineures de l’environnement. Les micro-variances régulières tendent à être interprétées comme des événements insignifiants. Il faudrait relier ce phénomène à la tendance psychologique à l’euphémisation des risques de ses propres pratiques.

Swezey R.W XE "Swezey R.W" ., Salas E. XE "Salas E." , Teams, their training XE "training"  and performance, Ablex Publishers, Norwood, 1992.

Taylor D.H  XE "Taylor D.H " , “The Hermeneutics of accidents and safety”, Ergonomics, vol. 24, n° 6, 1981, pp. 487-495, l’effet “trou noir”, mise en équivalence absurde des informations lors d’une séquence accidentelle.

Pratiques d’organisation

Bourrier M. XE "Bourrier M." , (sous la direction d’Ackermann W. XE "Ackermann W."  CSO XE "CSO" ) “Etude d’une structure d’arrêt au centre de production nucléaire du Bugey”, Institut d’Etudes Politiques de Paris XE " Institut d’Etudes Politiques de Paris" , DEA de sociologie des organisations, 15 Octobre 1991 Bourrier M. XE "Bourrier M."  (CEA XE "CEA" , DES XE "DES" , SACFH XE "SACFH" ) Maintenance et conduite d’un arrêt de tranche dans une centrale nucléaire américaine, le cas de la centrale d’Adobe, Mars 1993
Bonnes études descriptives de l’organisation du point de vue classique d’une sociologie des organisations. Mathilde Bourrier, émule de W. Ackermann, a l’originalité de connaître aussi bien les centrales nucléaires américaines que françaises. Sa focalisation sur l’arrêt de tranche a le mérite d’être au centre de la question de l’analyse des risques (non abordée en tant que telle), dont on sait qu’elle pourrait être surtout employée utilement pour ces situations où le “complexe” ne se réduit pas facilement au “compliqué.”, à cause de la dimension “simultanéité” et de régressions à l’infini qu’impliquent les emboîtements de contextes à des niveaux très différents de références.


Heimer C. XE "Heimer C." , “Social structure, Pyschology, and the estimation of Risk”, Annual review of Sociology, 14, 1988.

Weick K.E XE "Weick K.E" ., Sensemaking in organizations, Thousand Oaks, Sage, 1995.

Freudenberg W.R. XE "Freudenberg W.R." , “Nothing recedes like success ? Risk analysis and the organizational amplification of risk.” Risk, vol 3, n° 1, 1992.

Freudenberg W.R XE "Freudenberg W.R" ., “Risk and recreancy : Weber, the division of labor and the rationality of risk perception.” Social Forces, 71 (4), 1993.

Etudes sur le penchant irrationnel de l’organisation et sur les déterminants des “anamorphoses” de la perception, notamment en contexte de succès “euphorisant”.

.i.Clarke L;, .i.Short J.F.;, Social organization at risk : some current controversies, Annual review of Sociology, Vol 19, 1993.

Ces sociologues montrent la notion d’erreur humaine obscurcit la réalité, ne permettant plus de voir la colplexité des interactions entre organisation, machines et hommes. Le “facteur organisationnel” est bien plus important et significatif.

.i.Clarke L.;, Drs Pangloss and Strangelove meet organizational theory XE "organizational theory" . High Reliability Organizations and nuclear weapons accidents. Sociological Forum, vol.8, n°4, 1993.

Amusante mise en scène du triangle problématique animant la discussion américaine sur le risque majeur : Dr Pangloss (je sais tout), et Strangelove (Folamour), rencontrent la théorie des organisations à haute fiabilité. Si l’on remplace Pangloss par Perrow et Folamour par Vaughan (avec certes un peu d’impertinence), on fait la place pour La Porte, qui réaffirme la pragmatique de l’adaptation organisationnelle à des buts spécifiques. Cette visée “optimiste” , qui mise à nouveau (dans la perspective du gambler), récuse les fatalités psycho-sociologique ou logiques. Certes, mais en incitant l’organisation à répondre à l’enjeu, cette position conduit également à prendre des risques plus grands. Pourquoi pas ? Il suffit de le savoir.

.i.Clegg S.R.;, .i.Hardy C.;, .i.Nord W/R;., Handbook of organization studies. Sage Publications, London, 1997.

.i.Crozier M.;, .i.Friedberg E.;, L’acteur et le système : les contraintes de l’action collective, Seuil, Paris, 1977.
(Rappel) un grand classique montrant l’hétérogénéité des intérêts des acteurs d’un même système, et la production de non-savoir comme enjeu de pouvoir.

Kouabenan D.R. XE "Kouabenan D.R." , “Explication naïve de l’accident” et prévention, Le travail humain, Paris, PUF 1999.

L’explication naïve des accidents est intéressante précisément par le type d’erreur qu’elle représente, et qui appartient finalement au contexte culturel qui a peut-être permis l’événement non souhaitable. (Un peu comme les “romans familiaux” appartiennent à la pathologie psychique qu’il s’agit d’analyser).

Kouabenan rappelle des recherches qu’il a conduites dans les années 80 montrant que les cadres supérieurs et intermédiaires avaient une grande tendance à imputer les accidents aux opérateurs, alors que ceux-ci incriminent au contraire des causes extérieures. D’autres études plus récentes ont confirmé ce diagnostic. Si on le couple avec celles qui montrent que les experts et les non-experts ont des jugements différents, que tous ont tendance à agir selon les inférences causales qu’ils développent, et qu’enfin l’action de terrain est le contexte d’une autoformation de réferentiels logiques, on obtient un ensemble de “biais” (de déformations possibles de la perception) plus ou moins fort. Dans Challenger, on voit en effet avec Vaughan le cumul de ces effets de non perception. La conclusion en découle naturellement : associez experts et non experts, cadres et opérateurs, et cela dans l’action !

Demor S. XE "Demor S." , “Prévention des risques d’accident liés aux acrtivités de récupération dans un système automatisé de production séquentielle (SAPS), 32e congrès de la société d’ergonomie de langue française (SELF), Lyon, 17-19 septembre 1997, INRETS-LESCO, Lyon, 1997. XE "système automatisé de production séquentielle (SAPS), 32e congrès de la société d’ergonomie de langue française (SELF), Lyon, 17-19 septembre 1997, INRETS-LESCO, Lyon, 1997." 

D’après une étude de diagnostic menée dans une tôlerie industrielle, les accidents sont toujours plus fréquents dans les activités de dépannage et de maintenance. Pourquoi ? La réponse donnée est loin d’être claire, mais il ressort que l’organisation de ces secteurs qui ne sont pas directement liés à la productivité est moins soignée que les autres et que les agents compensent ce défaut par des conduites collectives pouvant présenter des risques.

Hirschhorn L. XE "Hirschhorn L." , Hierarchy versus Bureaucracy : the case of a nuclear reactor, in Roberts K (ed.), New Challenges to understanding organizations, Macmillan Pub., New York, 1993.

montre que le turnover, le stress du travail, la pression pour achever une tâche de maintenance et remettre le système en service (etc), bref l’organisation socilae concrète des taches est un facteur majeur poussant les individus à la conduite accidentelle.
Montre aussi que les systèmes rigides de rapports entre services paralysent les agents. On devrait parler de “facteur organisationnel” plutôt que de facteur humain.

Mintzberg H. XE "Mintzberg H."  “L’organisation comme un système de flux”, in Structure et dynamique des organisations, les éditions d’organisation, Paris, 1991.Cette référence américaine classique en organisation, présente plusieurs modèles en concurrence : bureaucratie mécaniste, bureaucratie professionnelle, structure divisionnalisée, adhocratie. Ces catégories tendent à fondre comme neige au soleil, lorsqu’elles sont confrontées sur le terrain aux concepts pratiques des opérationnels : “confiance”, “entente”, “solutions astucieuses”, “on résoud le problème d’abord, on le met dans l’ordinateur ensuite”, etc..

L’approche “ethno-historique” américaine (Diane Vaughan)

Vaughan D XE "Vaughan D" ., “The dark side of organizations : mistake, misconduct and disaster”, Annual Review of Sociology, n° 25, 1999, pp 271-305.

Vaughan D XE "Vaughan D" , “The role of organization in the production of technoscientific knowledge”, Social Studies of Science, vol 29, n° 6, 1999.

Vaughan D XE "Vaughan D" , “Rational Choice, situated action and the social control of organizations”, Law and Society review, n° 32, 1998.

Vaughan D XE "Vaughan D" , Controlling unlawful organizational behavior : social structure and corporate misconduct, University of Chicago press, Chicago, 1983.

Vaughan D. XE "Vaughan D." , The Challenger XE "Challenger"  launch decision.Risky technology, culture and deviance at NASA, The University of Chicago Press, Chicago, 1996.

Vaughan D. XE "Vaughan D." , “The trickle-down effect : Policy decisions, risky work and the Challenger tragedy, California Management Review, vol 39, n°2, 1997.

Vaughan D. XE "Vaughan D." , “technologies à hauts risques, organisation et culture : le cas de Challenger”, Actes de la quinzième séance du séminaire du programme Risques Collectifs et situations de Crise, CNRS, Paris, 11 Octobre 1999.

Depuis près de vingt ans Diane Vaughan s’est imposée comme la commentatrice attitrée de l’accident de Challenger, centrée sur la défaillance organisationnelle interprétée en termes d’aberration collective. Vaughan, de ce point de vue, forme avec Perrow d’une part et La Porte d’autre part un champ de débat triangulaire déclinant trois positions possibles :
-l’organisation est d’autant plus rationnelle qu’elle est consacrée au risque majeur, (l’accident s’explique par un défaut d’organisation adaptée au but, lui-même spécifique) :
La Porte.
-L’organisation est, dans sa complexité même, nécessairement confrontée à l’accident normal (à la façon dont un modèle de prévision climatique s’approche de l’incertitude de la réalité lorsqu’il devient trop complexe) :
Perrow.

-L’organisation répercute les formes d’irrationalité présentes dans toute culture humaine. Il y a toujours la place pour une organisation “désirant l’accident”, alors que les individus qui la composent demeurent rationnels.

C’est dans ce troisieme “locus” que je situerai Vaughan, même si elle ne parle pas explicitement de désir collectif d’accident. Elle se positionne elle-même comme “ethnohistorienne” (sur cette affaire, alors qu’elle est à l’origine, spécialiste de l’organisation), parce qu’il n’existe aucun autre moyen d’approcher un tel accident, noyé sous la paperasse et les documents de la commission d’enquête. En fait, Vaughan n’est pas une théoricienne, mais elle apporte trois outils assez solides et forts : production de la culture (constitution de la redondance comme critère suffisant de sûreté) , culture de production (productivisme, à la fois dans l’impatience politico-médiatique, et dans la volonté de “faire des économies sur tout”), culture du secret (qui détruit, au plan social, les effets de la redondance technique, en interdisant aux membres des diverses organisations coopérantes de repérer chez autrui ses propres inquiétudes, et réciproquement). Le tout se combinant pour donner ce qu’elle appelle une “normalisation de la déviance”, concept fort intéressant, car il n’est pas en soi lié au fait organisationnel, mais plutôt à un comportement collectif soutenu et renforcé par l’organisation. Il ne s’agit donc pas du comportement de catégories (ingénieurs contre managers, par exemple, puisque les deux se sont partagés sur l’avis favorable pour le vol), mais bien d’en engagement progessif d’une institution qui “dérive” progressivement, tous ses processus garantissant habituellement son efficacité devenant pathogènes (procédures, suivis, respect scrupuleux des check lists et des filières hiérarchiques, etc.). L’organisation devient alors temporairement l’obstacle principal aux individus “rationnels”, car elle oblitère leurs catégories de rationalité.

Chacun de ces éléments peut être retrouvé seul ou lié à d’autres, dans la causation de grands accidents ou de prodromes significatifs :
L’incident du Blayais (en décembre 1999) a montré que la défense en profondeur et son principe de redondance pouvait être pris en défaut (surtout lorsqu’on s’en remet à elle entièrement (c’est le syndrome “ligne Maginot”), tout comme l’idéologie du profit a été intériorisée par le capitaine de l’Amoco Cadiz. Quant à la culture du secret, elle revient en force paradoxalement à toute période où l’organisation laisse empiéter sur ses raisons d’agir des motifs d’image publique .

Cependant, pourquoi ces dérives ? La réponse de Vaughan est implicite. Comme elle ne réside pas dans la normalité de l’accident, ni dans le défaut organisateur, il reste donc qu’elle se situe (c’est moi qui interprête), dans la possibilité toujours ouverte que l’organisation exprime ce que l’individu qu’elle met “sous pression” ne peut faire. Ce dernier transmet, délègue à l’organisation le rôle de parvenir à l’accident comme “rupture créatrice” (dirait Lagadec) ou comme “passage à l’acte” diraient les psychanalystes. Il la met en charge d’une déviance qui répond sans doute à bien des motifs. Ainsi peut-on soutenir que Tchernobyl découle d’une volonté de mettre l’organisation dans un état extrême.

La conclusion -de sociologue- que je tire de cette étude magistrale, est que le grand accident peut être l’effet d’une “délégation de stress” sur l’organisation qui prend en charge la “déviance” de manière collectivement “suicidaire”.

Lire aussi, dans des optiques proches de D. Vaughan :

Herndl C.G XE "Herndl C.G" , Fennell B.A. XE "Fennell B.A." , Miller C.R XE "Miller C.R" .,“Understanding failures in organizational discourse”, in Bazerman C., Paradis J., es, Textual dynamics of the professions. Historical and contemporary studies in professionnal communities, The University of Wisconsin Press, 1991.

Pauchant T.C. XE "Pauchant T.C." , Mitroff I.I XE "Mitroff I.I" ., Transforming the crisis-prone organization XE "crisis-prone organization" . Preventing individual, organizational, and environmental tragedies, Jossey-Bass Publishers, San Francisco, 1992.

Schwartz H.S. XE "Schwartz H.S." , Anti-social actions of committed organizational participants : an existential psychanalytic perspective. Organization Studies, Vol 8, n°4, 1987.

Sutherland V.J XE "Sutherland V.J" , .i.Cooper C.L.;, “Man and Accidents offshore. An examination of .i.stress; among workers on oil and gas rigs, Lloyd’s of London Press, Colchester, 1986.
Le stress, facteur majeur d’erreur, provient du management autoritaire et bureaucratique, de la rigidification des procédures de plus en plus formelles, dfr l’absence de concertation et de délibération sur la préparation, l’organisation et la réalisation du travail.

Tombs S., “Piper Alpha, A case Study in distorted communication”, in “Piper Alpha lessons for life cycle safety management, London, 26-27 septembre 1990, Institution of Chemical Engineers Symposium Séries, n° 122, 1990, pp. 99-111.

Tombs S. XE "Tombs S." , “.i.Piper Alpha; and the Culent Inquiry. Beyond “distorted communication” ? .i.Safety and Reliability Society Symposium; Conference (SARSS) Sutton, 1991.
Ostberg G XE "Ostberg G" ., Evaluation of a design for inconceivable event XE "inconceivable event"  occurrence, Materials and designs, Vol 5., 1984.
Ce professeur suédois a analysé l’énoncé “c’est inconcevable” prononcé -souvent par les représentants d’un collectif, pour parler de la défaillance d’éléments tenus pour absolument fiables. Il montre qu’il existe ainsi une limite cognitive au delà de laquelle l’agent d’un système “confie” nécesairement son sort au jugement e à l’action d’autrui. Complète assez bien le paradigme de l’accident normal (sur la limite des systèmes).
Lire aussi :

Holm G. XE "Holm G." , Inconceivable events XE "Inconceivable events"  in handling material in a heavy mechanical engineering industry. Proceedings of the second national reliability conference, Birmingham, Vol 2, p 4A/1/1-9, 1979.

Girard J-F XE "Girard J-F" , Risque et santé publique, in Tubiana M., Vrousos C., Carde C., Pagès J.P., (eds) Risque et Société, Nucléon, Paris, 1998 pp 23-38. (Actes du colloque Risque et société XE "Risque et société" , réalisé sous l’égide de l’Académie des sciences, dans le cadre du centenaire de la découverte de la radioactivité XE "radioactivité" , Cité des sciences et de l’industrie de Paris-la Villette, 18-20 Novembre 1998. Publié à la demande du centre Antoine-Béclère, pp.171-180.

Il est étonnant que J.F. Girard reproche au médecin de ne pas avoir intégré le raisonnement probabiliste dans le cas de l’évaluation du risque transfusionnel : c’est précisément parce qu’un certain “pourcentage” de contamination a été accepté plus ou moins explicitement par les acteurs du drame de la transfusion en France que celui-ci a eu lieu. Nous sommes exactement dans le cas de la “routinisation de la déviance” étudiée par D. Vaughan, dont on sait qu’elle a pris précisément la voie d’une acceptation de chiffres de risques de plus en plus déconnectés de la réalité technique défaillante. Le déficit fondamental (pour reprendre la terminologie cyndiniste) n’a pas été technique mais proprement déontologique. On a “relativisé” ce qui ne l’était pas moralement. La “communication” et la “négociation” (nôtre pôle “thémis”) ne remplacent en aucun cas la capacité de certains acteurs à s’auto définir comme sujets de leurs actes. La question éthique ne disparaît pas de la société technologique et de gestion.

Medvedev  XE "Medvedev " Gregori, La vérité sur Tchernobyl, 4 ans après, les révélations d'un grand scientifique russe, Albin Michel, Paris, 1990. On y voit l’effet “challenger”, au sens d’une obéissance finale des subordonnés à un objectif relevant d’un “hubris” de prouesse (réalisation expérimentale dangereuse dans un créneau temporel étroit et inadapté) : l’urgence d’un but decidé en haut lieu pour des motifs de prestance politico-bureaucratique entraîne la “déconnection” des structures de responsabilité des opérateurs. Ils se laissent conduire, en substituant à leurs habituels ensembles heuristiques procédures/initiative/ivigilance, une heuristique “disciplinaire” hiérarchique : le supérieur a raison, l’ingénieur moscovite sait ce qu’il fait. (voir aussi le rapport de la délégation parlementaire française -dit rapport Rausch XE "Rausch" - qui fait allusion au caractère militaire de l’expérimentation.) D’où la totale incrédulité des opérateurs après l’accident : alors même qu’ils subissent le bronzage nucléaire, ils demeurent incapables de “voir” le combustible répandu autour d’eux tant est pour eux impensable l’idée même d’explosion du coeur. Signe également du caractère dysfonctionnel des repères conventionnels : la butée de l’échelle de lecture des enregistreurs de radiations en position extrême est interprétée comme maximum possible, alors que les doses alors reçues sont cent fois supérieures ! Euphémisation qui rend possible le caractère héroïque des actions “suicidaires-altruistes” des opérateurs après l’explosion.

Obertelli P. XE "Obertelli P."  (Ecole Centrale XE "Ecole Centrale" ), “Effets des mouvements psycho-émotionnels sur l’organisation de la pensée face à une situation de risque”, Revue Internationale de Psychologie, vol III, n° 4, 1996, pp 163-178. Confirme les travaux de P.Sivadon P. XE "Sivadon P." , et de A.Fernandez A XE "Fernandez A"  ainsi que celles de D. Duclos XE "Duclos"  sur le mécanisme d’euphémisation, (de sous-estimation structurale) des risques encourus par une population de professionnels, et met cela en relation avec la tendance bien plus inquiétante du joueur dostoïevskien et avec celle des groupes à aggraver la propension au risque. Cette analyse s’applique singulièrement au processus “Challenger”, bien qu’elle n’y ait pas été appliquée sérieusement.

Schön D XE "Schön D" ., The reflexive praticioner, How Professionals think in action, Basic Books, 1983
L’approche pratico-organisationnelle française (M. LLory)

LLory M. XE "LLory M." , “La sûreté au quotidien et le spectre de accidents”, Conférence thématique au XXIX Congrès de la SELF (Société d’Ergonomie de Langue Française), Ergonomie et Ingéniérie, Paris, 21-23 eptembre 1994, Eyrolles, Paris, vol 1, n° 88, 1994, pp. 49-62

LLory M., “Human reliability and human factors in complex organization, epistemological and critical analysis : practical avenues to action” : reliability engineering and system safety, vol 38. 1992, pp. 109-117.  XE "LLory M., “Human reliability and human factors in complex organization, epistemological and critical analysis : practical avenues to action” : reliability engineering and system safety, vol 38. 1992, pp. 109-117. " 

LLory M. XE "LLory M." , Llory A XE "Llory A" , (ITH XE "ITH" , Montpellier), “Psychodynamique du travail et prévention de accidents du travail : vers un renouvellement des analyses et des pratiques de sécurité”, in Colloque international de psychodynamique et psychopathologie du travail, CNAM, Paris, 30-31 Janvier 1997.. Llory M. XE "Llory M." , “De l’erreur humaine à : l’erreur est humaine” , note 27 de l’Institut du Travail Humain, Aout 1994. Llory A XE "Llory A" .,

Llory M. XE "Llory M." , Barraban P. XE "Barraban P." , “La mise en évidence des savoir-faire de prudence lors d’une enquête sur la sécurité”, XXIXeme congrès de la SELF, Ergonomie et Ingéniérie, 21-23 septembre 1994, Eyrolles , Paris, 1994, Vol 1, n° 88, pp 403-410,Llory M. XE "Llory M." , Accidents industriels : le coût du silence (opérateur privé de parole et cadres introuvables), L’Harmattan, Paris, 1996.

Llory M. XE "Llory M." , “In-depth analysis of organizational factors XE "organizational factors" . The need for field inquiries. In C. Guedes Soares (ed), Advances in Safety and Reliability, ESREL’97, Pergamon Press, Lisbonne, 1997.

Llory M XE "Llory M" , “Description gestionnaire et description subjective du travail : des discordances; Le cas d’une usine de montage d’automobiles, Revue Internationale de psychosociologie, vol 3 1996.

LLory M. XE "LLory M." , Sécurité, prévention des accidents : les cadres entre “l’assistance à personne en danger”, et “l’héroisme de la perfection”, Performances humaines et technique, n° hors série, 1998.

LLory M XE "LLory M" , Sécurité des systèmes sociotechniques à risque : des ingénieurs confrontés à des questions éthiques. The European Ethics Network, 1999.

.i.LLory M.;, Les procédures et le débat sur la sécurité. Performances humaies et techniques, n° 95, 1998.

LLory M., XE "LLory M.,"  Ce que nous apprennent les accidents industriels, Revue Générale Nucléaire, n ° 1, 1998.

Llory M. XE "Llory M." , L’accident de la centrale nucléaire de Three Mile Island XE "Three Mile Island" , L’Harmattan, Paris, 1999.
Le meilleur ouvrage à ce jour pour toute pédagogie ouverte sur les accidents nucléaires. Analyse de près les pratiques et les situations, sans a priori conceptuel. Évite l’écueil traditionnel des manuels présentant comme des catégories évidente ce qui fait justement discussion et problème. Évite aussi la dérive empiriste qui rend souvent inconsistant le retour d’expérience, et pourtant ne cesse de “raconter” des histoires d’accidents, en montrant toujours la diversité des interprétations possibles à partir de “l’énigme” des pratiques, dont les “faits” émergent toujours avec difficulté et controverse. Est à mon avis l’un des meilleurs “narrateurs” d’accidents, sans a priori théorique, mais sans méconnaître le choc des théories. N’évite pas toujours le danger inhérent au genre : se perdre dans les détails d’une plongée dans l’événement, ce qui tend à le rendre “spécifique”, plutôt qsue “générique”. Toute la question de la bonne distance est posée, pour l’objectif essentiellement pédagogique qui demeure la fonction de ce texte de transmission. TMI montre en tout cas sa portée permanente d’accident “intéressant”, alors que sa portée réelle n’en a pas encore été reconnue (un accident de l’organisation et du management, et non une erreur humaine).

Llory est un tenant de l’école française s’opposant à l’erreur humaine (dans la lignée d F. Daniellou et son article de 1989 “enfinir avec l’erreur humaine ?) , qui continue de centrer la tradition sécuriste en France, comme les milieux anglo-saxons spécialisés, malgré les fortes critiques de Hirschhorn, Heimer ou de Clarke et Shor, et le recentrage puissant réalisé par l’ensemble du champ américain par l’analyse organisationnelle.

L’apport le plus important de LLory me semble être la notion de situation pré-accidentelle caractérisée comme suit : “la répétitivité des signaux de dysfonctionnement organisationnel constitue l’un des indices majeurs de détection précoce d’événements potentiels graves.”
Pour être encore plus clair, Llory aurait peut-être dû préciser que les signaux de dysfonctionnement peuvent porter sur bien autre chose que les fonctions de sûreté et de sécurité...

Llory M. XE "Llory M." , Accidents industriels : le coût du silence (opérateur privé de parole et cadres introuvables), L’Harmattan, Paris, 1996.
“Il s’agissait toujours de renforcer les procédures, d’entraîner les hommes à acquérir es réflexes, de contrôler ceux-ci étroitement, et autant qu’il était possible : automatiser, ou à la rigueur informatiser les tâches, c’est-à-dire le plus souvent supprimer l’homme ou réduire son rôle à la plus simple expression, 5..° réduire le plus possible la part d’autonomie des opérateurs.”M. LLory, p 32. La meilleure étude synthétique en langue française, du point de vue des sciences sociales de certains accidents canoniques (TMI, Tchernobyl,Farmsum, plateforme Piper Alpha, etc.) revisités, qui met l’accent sur la nécessité de rendre la parole aux opérateurs comme “égaux” aux ingénieurs concepteurs. Exploite au mieux le témoignage de E. Frederick, l’agent de conduite de TMI. On y trouve aussi une analyse aigue de la notion de signe précurseur. (les 170 incidents de portes de soutes du DC 10 avant l’accident d’Ermenonville, les centaines de fuites de gaz recensées dans l’usine américaine (Virginie) prototype de celle de Bhopal; les incidents de Davis Besse et d’Oconee préfigurant TMI XE "TMI" , La multiplication des mises en garde contre le comportement des joints des boosters de Challenger à l’intérieur de l’entreprise Morton Thiokol XE "Morton Thiokol" , ou à la Nasa -jusqu’à la dernière minute, comme Mac Donald-, notes des CHSCT XE "CHSCT"  de la SNCF XE "SNCF"  sur la voie unique Gramat-Assier avant la collision de Flaugeac, avertissements des représentants du personnel dela plateforme pétrolière Piper Alpha, etc.). Ces signes précurseurs sont mis en relation avec les situations elles-mêmes, généralement enveloppées dans des contextes sociotechniques défavorables (rétrogradation du projet industriel de Bhopal dans un contexte indien de recherche de l’emploi à vie, stress des expérimentations d’urgence à Tchernobyl, accumulation des effets de non communication dans le cas du Farmsum, etc.). M. Llory met en garde contre le effets accidentogènes d’un clivage de plus en plus grand entre les opérateurs ou praticiens, placés dans des contraintes productives toujours plus pressantes, et l’encadrement, cherchant avec toujours plus d’angoisse à saisir ce qui se passe sur un terrain plus éloigné que jamais, et filtré par une abstraction instrumentale toujours plus sophistiquée. Le problème essentiel sur lequel met l’accent M. Llory, et que nous avons pu vérifier plusieurs fois par ailleurs, c’est que les opérateurs sont de plus en plus amenés à distinguer la réalité de leurs pratiques et la fiction des codifications.Une situation courante sera caractérisée par le paradoxe suivant : ou bien j’effectue l’action nécessaire (non réglementaire) pour éviter l’arrêt d’urgence, -et je me mets en situation illégale, encourant de graves sanctions, ou bien j’obéis aux règles et je fais apparaître l’incident, ce qu’’on peut me reprocher ensuite. Notons que ce paradoxe de la sûreté est déjà présent dans la sécurité, face au “dilemme” de la déclaration des accidents.

Mazeau M. XE "Mazeau M." , Minzoni-Deroche A. XE "Minzoni-Deroche A." , Llory M. XE "Llory M." , Llory A. XE "Llory A." , et alii, Les procédures, Performances humaines et techniques, n° 95, Juillet Août 1998, pp 7-44.

Cahuzac P. XE "Cahuzac P."  , Llory M. XE "Llory M." , Morlat G. XE "Morlat G." , “Quantification des erreurs humaines : nécessité d’une nouvelle approche”, Colloque Fiabilité et Maintenabilité, Toulouse, 1982.
Le côté “diabolique “ des erreurs humaines n’est-il pas d’abord le côté diabolique, piégeant, des situations techniques “stupéfiantes” ?.

Pratiques, savoirs, apprentissages autonomes de la prudence (D. Loriot)

Loriot D. XE "Loriot D."  “Accident et organisation, savoirs faire de prudence en travaux souterrains : projet d’initiation à la sociologie des organisations à travers une application à la prévention des accidents du travail”, Mars 1996.Ce texte d’un “préventeur” des chantiers du BTP (Météor) (qui a soutenu une maîtrise de sociologie à Paris V La Sorbonne en 1994, “les mineurs sous la ville : essai de sociologie du grand déplacement”) est très intéressant parce qu’il tente d’offrir un passage entre réflexions des sciences sociales sur l’organisation (limites de la rationalité, évolution de la faute professionnelle, partage des règles, etc.), et la spécificité des logiques de chantiers s’opposant à une normalisation générale trop formelle. Quelques rappels d’études classiques de M. Crozier : “le jugement sur les personnes et les groupes n’est pas opératoire”; “les relations humaines ne sont pas la structure du système”, “ ce n’est pas une formation qui changera le profil du groupe”. “on ne peut agir que sur l’ensemble du système pour redéfinir des règles du jeu, un partage des rôles et des tâches, une redistribution des contraintes”. Ces adaptations semblent plus aisées dans un contexte où la “gouvernance de chantier” est ouverte sur “l’autonomie au travail”. Bon exemple d’enquête et témoignage sur la difficulté et les résistances aux entretiens sociologiques portant sur la sécurité. D. Loriot prône une métode de reconnaissance des relations formelles et informelles entre les acteurs, de distinguer les relations coopératives, conflictuelles, d’indifférence, d’indentifier les problèmes qui, créant l’interdépendance, obligent à trouver des solutions ensemble. Certaines de ses formules font mouche : “ “le foisonnement réglementaire édité par l’encadrement, qui tente maladroitement de contenir l’activité inventive du chantier”..? ( p 64), ou : “ne pas faire un catalogue des risques. Le risque est une catégorie de l’assurance, pas du travail”, mais : “ Nous proposerons nos observations sous forme de constats. Ce sont des faits. Ils sont peut-être propres à un contexte, mais ce n’est que par l’analyse que nous pourrons reconstituer les changements qu’apporte un contexte plus favorable ou plus défavorable. Ne portons pas de jugement sur les faits, cela n’est pas opératoire”.

Fadier E XE "Fadier E" ., Guillermain H. XE "Guillermain H." , "Fiabilité humaine, aspects qualitatifs et /ou quantitatifs , Préventique, n° 14 ,Mai 1987., Fadier E. XE "Fadier E." , Artigny B, XE "Artigny B,"  Chollet M.G. XE "Chollet M.G." , Poyet C XE "Poyet C" ., L’état de l’art dans le domaine de la fiabilité humaine, Editions Octarès, Toulouse, 1994. Un bilan théorique et historique des termes utilisés en fiabilité humaine, ainsi que des pratiques existantes dans divers sites industriels en France (résultats d’une enquête sur les pratiques de prévention et de correction des situations de risques dues à l’intervention humaine.)

Osty F. XE "Osty F." , Uhalde M XE "Uhalde M" , (LSCI XE "LSCI" , CNRS XE "CNRS" ), La régulation sociale en centrale nucléaire, les conditions sociales de l’extension des centrales deux tranches : le cas de Flamanville, travaux sociologiques du LSCI, n° 26, IRESCO XE "IRESCO" , 1993. La plus claire des présentations de l’organigramme d’une centrale française 2 tranches (Flamanville XE "Flamanville" ) En comparaison de Paluel XE "Paluel" , Met bien en évidence, sans jargon spécialisé, le mode d’ajustements informels, la culture orale, le management participatif et la convivialité qui seraient les secrets de la réussite de cette centrale.

Rousseau C. XE "Rousseau C."  “Gestion de la sécurité par l’opérateur. Mise en évidence de conduites sécuritaires au cours d’ une activité de chantier. ND 1929-151-93,Il faudrait développer la capacité d’anticipation des opérateurs pour une meilleure gestion des aléas.

Journé B. XE "Journé B." , Les organisations complexes à risques : gérer la sûreté par les ressources, étude de situations de conduite de centrales nucléaires. Thèse de l’Ecole polytechnique, Janvier 1999. C’est un des premiers travaux “universitaires” acceptés par l’establishment nucléaire qui prend officiellement en compte la thèse de “l’homme, facteur de sûreté XE "l’homme, facteur de sûreté" ”, en rappelant par exemple que la désobéissance aux consignes (injecter du bore en manuel pour faire remonter des barres de régulation de puissance au cours d’un essai périodiqe en réacteur nucléaire) a pu être la condition d’un redressement de situation dangereuse). Un long compte rendu en est fait dans le n° 7 du supplément des Annales des Mines (La gazette de la société et des techniques XE "La gazette de la société et des techniques" ”, n, Mars 2001

(A ce propos, relire les travaux de D. Roy  XE "Roy " (1954), qui montrait que pour tenir les objectifs économiques d’un groupe de production industriel, les agents étaient contraints de ne pas respecter les consignes : D. Roy, Efficiency and the “fix”, informal intergroup relations in a piecework machine shop”, in American Journal of Sociology, n° 60, 1954
La théorie des organisations de haute fiabilité (Ted La Porte)

La Porte T.R. XE "La Porte T.R." , Consolini P.M XE "Consolini P.M" . (Université de Californie à Berkeley) , “Working in practice but not in theory : theorteical challenges of high reliability organizations”, Journal of Public Administration Research and Theory, Vol 1., n° 1, 1991, pp. 19-47. L’équipe de T.R. Laporte travaille sur les changements de mode de fonctionnement des organisations en état normal et en état de crise (et retour) : le passage d’un état réglé par des procédures bureaucratiques à un état réglé par des normes convenues d’une commun accord en pleine action et sans préalable.

La Porte T.R. XE "La Porte T.R." , On the design and management of nearly error-free organizational control systems”, in Sills D. XE "Sills D." , Wolf C. XE " Wolf C." , Shelanski V.  XE "Shelanski V. " (eds) Accident at Three Mile Island : The Human Dimensions, Westview Press, Boulder, 1982.

La Porte T.R. XE "La Porte T.R."  ed, social responses to large Technical systems. Control or Anticipation XE "Anticipation" . NATO-ASI series, Kluwer Academic Publishers, Dordrecht, 1991.

Comme la plupart des “experts du risque majeur”, Todd La Porte commencé sa carrière par une étude de TMI (comme Perrow et bien d’autres, convoqués par l’industrie nucléaire).

Lire aussi dans des optiques proches de celle de La Porte :

Chisholm D. XE "Chisholm D."  Coordination without hierarchy. Informal structures in multiorganizational systems, University of California Press, Berkeley, 1989. L’intéret des travaux de l’école de Berkeley XE "école de Berkeley"  sur les systèmes faiblement couplés est de rappeler, par exemple qu’en tant que système, l’agglomération de San Francisco produit infiniment peu d’accidents, alors qu’un système bien plus contrôlé et bien plus hiérarchique en produirait sans doute comparativement plus.

Hofman D.A. XE "Hofman D.A." , Jacobs R. XE "Jacobs R." , Landy F. XE "Landy F." , High reliability process industries : individual micro and macro organizational influences on safety performances, Journal of Safety research XE " Journal of Safety research" , vol 26, n°3 1995.

Pinch T.J. XE "Pinch T.J." , How do we treat technical uncertainty in system failures ? The case of the space shuttle Challenger XE "Challenger" , in La Porte T.R. XE "La Porte T.R."  ed, social responses to large Technical systems. Control or Anticipation XE "Anticipation" . NATO-ASI series, Kluwer Academic Publishers, Dordrecht, 1991.

Rijpma J.A XE "Rijpma J.A" ., “Complexity, tight-coupling and reliability : connecting normal accidents theory and high reliability theory.” Journal of Conbtingencies and crisis management, vol 5, n° 1, 1997.

Roberts K.H. XE "Roberts K.H."  (ed.), New Challenges to understanding organizations, Macmillan, New York, 1993.

Roberts K.H. XE "Roberts K.H." , Managing High reliability Organizations, California Management Review, Vol. 32, n°4, 1990.

Roberts K.H. XE "Roberts K.H." , Moore W.H. XE " Moore W.H." , “Bligh reef dead ahead : the grounding of the Exxon Valdez, in Roberts K.H., (ed), New Challenges to understanding organizations, Macmillan Pub., New York, 1993.

Rousseau D.M XE "Rousseau D.M" ., The Price of Success ?, Security Oriented Cultures and High reliability Organizations, Industrial Crisis Quarterly, vol 3, 1989.

Orton J.D. XE "Orton J.D." , Weick K.E. XE "Weick K.E." , “Loosely Coupled Systems, a Reconceptualization, Academy of Management Review, vol 15, n° 2, 1990, pp 203-223. Bendor J. XE "Bendor J." , Parallel Systems, Redundancy in Government, University of California Press, Berkeley, 1985Weick K.E. XE "Weick K.E." , “Mental Models of High Reliability Systems”, Industrial Crisis Quarterly 3, pp 127-132., 1987Weick K.E. XE "Weick K.E." , “The collapse of Sensemaking in Organizations : The Mann Gulch Disaster”, Administrative Science Quarterly, vol 38, 1993, pp. 628-652.Weick K.E., XE "Weick K.E.,"  “Organizational Culture as as source of high reliability”, California Management Review, Vol. 29, n° 2, 1987 Karl Weick a tenté de rendre compte d’un genre particulier d’erreurs liées à l’interprétation, à la traduction. Ainsi, lorsque des situations présentent des paramètres nombreux et des causalités floues, l’opérateur peut être conduit à leur substituer des cadres d’analyse qui s’avèrent porteurs d’incorrections. Weick, comme d’autres chercheurs de Berkeley insiste sur la différence conceptuelle entre l’organisation managériale formalisée, formalisante, et le système, notamment le système faiblement couplé, qui peut produire extrêmement peu d’accidents sans être pour autant “maîtrisé” par une vue d’ensemble hiérarchique centralisée.

Van Gigch J.P. XE "Van Gigch J.P."  et alii, “A meta-systemic view of a disaster : example of the Space Shuttle Challenge Failure”, Human Systems Management, vol 7, 1988, pp. 259-264. L’auteur décrit bien la façon dont l’accident peut résulter non d’un système défaillant, mais des relations non systémisées entre des systèmes : or ces relations sont-elles elles-mêmes systémiques ? Peut-on tout contrôler à travers la même métaphore systémique ? N’y-a-t-il pas là une illusion qui peut générer un simple déplacement du risque à des niveauxx plus élevés ?

Roberts K. XE "Roberts K."  (dir), New Challenges to Understanding Organizations XE "Organizations" , New York, Macmillan, 1993

Contrôle culturel
.
i.Hale A.R.; (ed.), Safety culture and climate, Safety science, Vol 34 , n° 1-3, Février-Avril 2000, pp. 1-257.

Numéro spécial “culture de sûreté” d’une revue hollandaise.
traite surtout des causes d’accidents dans le secteur pétrolier et les plates-formes de forage (Norsk Hydro), du climat de sûreté dans les centrales nucléaires, ainsi que des systèmes de management de la sûreté dans la maintenance en aéronautique. Comporte une bibliographie sur la théorie de la culture de sûreté

Fournier P. XE "Fournier P."  Mobilisation industrielle et position sociale. Deux générations de travailleurs du nucléaire, Thhèse de sociologie de l’EHESS, Marseille, 1996

Fournier P XE "Fournier P" ., “Des observations sous surveillance”, Genèses, Sciences sociales et histoire, n° 24 pp 103-119

Fournier P. , Attention , dangers ! Enquête sur le rtravail dans le nucléaire, Ethnologie française, n° 1, pp 69-80

Fournier Pierre XE "Fournier Pierre" , “Les kamikases du nucléaire : un même mot pour une réalité qui change, Sociétés contemporaines, (2000) n° 39 (pp 135-152)

Fournier est probablement l’un des rares “bons” sociologues français du risque,modeste, pétri d’anthropologie sans avoir peur de l’histoire des métiers, à la fois bon théoricien et sur les terrains, décryptant les conceptions du monde “indigènes”... Familier du monde nucléaire, ses histoires de kamikases sont précises, claires, sans jargon, et de haut enseignement. Avec en prime, ce qui n’est pas fréquent : une capacité critique sur la risquologie ! A suivre !

La limite externe de l’action (limites cognitives, limites organisationnelles.

Abramovici M. XE "Abramovici M."  (GRID XE "GRID"  Ecole Normale Supérieure de Cachan, XE "Ecole Normale Supérieure de Cachan,"  IPSN XE "IPSN" ) La prise en compte des facteurs organisationnels dans les méthodes d’analyse des risques. Note de recherche GRID XE "GRID"  (Groupe de recherche sur le risque, l’information et la décision XE "Groupe de recherche sur le risque, l’information et la décision" ), n° 96-07, Mars 1997

Bieder C. XE "Bieder C."  Barber J.F XE "Barber J.F"  (SECTOR XE "SECTOR" ), “Voies de réflexion sur la collaboration de la systémique, l’analyse des risques et l’ergonomie”, Phoebus, la revue de la sûreté de fonctionnement, n° 2, 1997 Les auteurs appellent à la complémentarité d’approches jusqu’ici séparées. Ensemble, elles pourraient “compléter le domaine du déterminé en permettant au concepteur et à l’exploitant de mieux formaliser leurs exigences et d’envisager les modes opératoires, de réduire le domaine du non envisagé, en révélant des situations non prises en compte à priori, d’aider à la décision dans l’acceptabilité du risque pris à considérer une situation envisagée comme ne justifiant pas d’être pris e en compte par lma conception (parce que jugée suffisamment improbable, ou présentant des conséquences suiffisamment peu graves, ou parfaitement maîtrisables par l’opérateur.”

.Amalberti R XE "Amalberti R" , (Hôpital du Val de Grâce XE "(Hôpital du Val de Grâce" , IMASSA XE "IMASSA" , DGAC XE "DGAC" -SFACT XE "SFACT" ), “Paradoxes aux confins de la sécurité absolue”, Annales des Mines, pp 1-10, 1997.Cet article rafraîchissant d’un de nos plus grands spécialistes du risque professionnel pointe (enfin) l’un des risques principaux : celui d’augmenter sans fin la pression pour une sécurité parfaite, dans de grands systèmes où la sécurité a déjà atteint des niveaux exceptionnels . Cure contre les côtés obsessionnel et obsidional de l’analyse, qui peuvent finir par être plus dangereux que ce qu’ils prétendent guérir. Il faut sans doute se contenter d’un certain niveau de vigilance, d’un risque inéliminable dont la quête incessante peut casser le caractère spontané.

Colas A. XE "Colas A."  “gestion des risques industriels”, Euroforum du 267/11 1996.Observe que risques et difficultés sont sous-estimés, qu’il y a rarement organisation pour la détection, ni de parade pour l’imprévu, les diagnostics sont improvisés, la préparation à l’activité est réduite, et réalisée à l’économie, les vérifications préalables sont omises ou simplifiées, les contrôles a posteriori rarement réalisés, la gestion des interactions avec d’autres acteurs rarement prises en charge; les échanges d’information, avertissements, concertations réduits au minimum, compte rendus et alertes peu fréquents et mal reçus.

Goffmann E. XE "Goffmann E."  “Les cadres de l’expérience” Paris, Minuit, 1991 (Frame analysis : an essay on the organization of experience, 1971). Tout individu tente de donner sens à son expérience et tente de la référe à un “cadre” où se trouvent associés divers éléments, autour d’une orientation sémantique qu colore toute la perception dans le contexte de l’action.

Laroche H. XE "Laroche H."  (ESCP XE "ESCP" ) “Risques, crises et problématique de la décision dans les organisations.”, Actes de la quatrième séance du Séminaire du programme Risques collectifs et Situations de crise du CNRS. Marque les avancées d’un cognitivisme nuancé partant des théories et non des données, ainsi que des cartes, des logiques et des champs d’interprétation, eux-mêmes différenciés selon les contextes individuels et collectifs. Aborde “enfin” (quatre vingt ans après la psychanalyse) la question de la production de sens par et pour des acteurs. Permet de se libérer de la dictature intellectuelle de March XE "March"  XE "CNRS. Marque les avancées d’un cognitivisme nuancé partant des théories et non des données, ainsi que des cartes, des logiques et des champs d’interprétation, eux-mêmes différenciés selon les contextes individuels et collectifs. Aborde “enfin” (quatre vingt ans après la psychanalyse) la question de la production de sens par et pour des acteurs. Permet de se libérer de la dictature intellectuelle de .i.March"  et Simon XE "Simon" . Hésite néanmoins à intégrer l’idée que ce qui commande ces schémas ou cadres d’attention, d’intérêt, de logique, est peut-être de l’ordre du désir inconscient et donc d’un fondement a-logique. On retrouve donc le projet cognitiviste classique qui prétend que le processus humain de connaissance, même collectif, est virtuellement transparent, et que ses paradoxes ne rejoignent pas le projet lui-même...dans son intention inconsciente.

Orton J.D. XE "Orton J.D." , Weick K.E. XE "Weick K.E." , “Loosely Coupled Systems, a Reconceptualization, Academy of Management Review, vol 15, n° 2, 1990, pp 203-223. Bendor J. XE "Bendor J." , Parallel Systems, Redundancy in Government, University of California Press, Berkeley, 1985Weick K.E. XE "Weick K.E." , “Mental Models of High Reliability Systems”, Industrial Crisis Quarterly 3, pp 127-132., 1987Weick K.E. XE "Weick K.E." , “The collapse of Sensemaking in Organizations : The Mann Gulch Disaster”, Administrative Science Quarterly, vol 38, 1993, pp. 628-652.Weick K.E., XE "Weick K.E.,"  “Organizational Culture as as source of high reliability”, California Management Review, Vol. 29, n° 2, 1987 Karl Weick a tenté de rendre compte d’un genre particulier d’erreurs liées à l’interprétation, à la traduction. Ainsi, lorsque des situations présentent des paramètres nombreux et des causalités floues, l’opérateur peut être conduit à leur substituer des cadres d’analyse qui s’avèrent porteurs d’incorrections. Weick, comme d’autres chercheurs de Berkeley insiste sur la différence conceptuelle entre l’organisation managériale formalisée, formalisante, et le système, notamment le système faiblement couplé, qui peut produire extrêmement peu d’accidents sans être pour autant “maîtrisé” par une vue d’ensemble hiérarchique centralisée.

L’approche à l’effet de droit de l’organisation (N.Dodier)

Dodier N. XE "Dodier N." , “Les accidents du travail : innovation technique et jugement moral.”, Revue Française de sociologie, vol XXXV-2, Avril-Juin 1994, pp. 251-281.

Dodier N. XE "Dodier N."  “Ce que provoquent les infractions XE "infractions" , étude sur le statut pragmatique des règles de sécurité XE "règles de sécurité" ”, in Michèle Grosjean XE "Grosjean"  et Jacques Girin XE "Girin" , (dirs.), Règles et transgressions, Paris, l’Harmattan, 1996.

Dodier N, XE "Dodier N,"  (CERMES XE "CERMES" ) “Remarques sur la conscience du collectif dans les réseaux sociotechniques”, Sociologie du travail, n° 2, 1997, pp. 131-148

Dodier N, XE "Dodier N,"  (CERMES XE "CERMES" ) “Remarques sur la conscience du collectif dans les réseaux sociotechniques”, Sociologie du travail, n° 2, 1997, pp. 131-148

L’auteur prend acte de l’alignement des humains et des non-humains par rapport à des “scripts” produits par les instances centrales. Il constate une érosion de la vie commune dans les organisations dites “flexibles” (surtout les organisations “ohnistes”, où l’opérateur doit répondre sans constitution de stock) par rapport à celles qui sont dites “planifiées”. On retrouve chez Dodier un thème (voire un idéal) récurrent chez Bruno Latour : comment se représenter, en sociologues, l’effet de droit que produit l’agencement technique complexe ? Comment, lorsque la complexité est nécessaire, mais qu’elle est toujours interdite par l’ordre social (qui la ramène a une attribution à quelques responsables), parvenir à faire coller l’un avec l’autre ?
L’imputation “morale” tend à nier la dissémination du réseau des causes, se clôt sur une interprétation réductrice, isole des causes, tandis que la démarche résolutoire, au contraire, relie les causes, élargit leur réseau, y situe le responsable dans un ensemble. Bref, de notre point de vue, à Métis, qui consiste toujours à isoler la source intentionnelle d’une menace, Epistémé consiste à envelopper l’objet de son contexte, à “regarder autour”. Deux autres dimensions sont moins présentes chez Dodier : la dimension politique (le débat sur l’organisation, qui ne forme pas réseau, mais forum), et la dimension pratique (l’émergence de réalités nouvelles non scriptées : ce que Luhmann appelle “le hors social”).


-L’approche à la “limite logique des organisations humaines” (C. Perrow, S.D. Sagan)

Perrow C XE "Perrow C" , “The President’s commission and the normal accident XE "normal accident" ”, in Sills D.L. XE "Sills D.L." , and alii (eds.), Accident at Three Mile Island XE "Three Mile Island" , The Human Dimensions; A Westview Special Study, Westview Press, Boulder, 1982.
L’article décisif d’où est issu la théorie des accidents normaux.
.i.Perrow C.;, “The organizational context of human factors engineering”, Administrative Science Quarterly, vol 28, 1983, pp 521-541.

.i.Perrow C.;, Guillen M, The AIDS disaster : the failure of organizations in New York and the Nation, Yale University Press, New Haven, 1990.

.i.Perrow C;., Complex organizations : a critical essay, McGraw-Hill New York, 1993.

Perrow C XE "Perrow C" ., “Accidents in High-risk systems” , Technology Studies, Vol 1; n° 1, 1994, pp 1-20.

Perrow C. XE "Perrow C." , “The limits of safety  XE "limits of safety " : the enhancement of a theory of accidents”, Journal of Contingencies and Crisi Management, Vol 2., n°4, 1994, pp 212-220.

.i.Perrow C.; “Organisations à hauts-risques et “accidents normaux”, (point de vue de) Actes de la quatorzième séance du séminaire du programme Risques collectifs et situations de crise, CNRS, Paris, 2 Juin 1999.

Professeur de sociologie des organisations , ce pionnier de l’analyse des risques tient, sur la côte Est, le drapeau de l’accident systémique “normal” face aux universitaires de la côte Ouest, qui à Berkeley, se situent sur le versant de ‘l’horganisation de haute fiabilité”. Venu présenter (en Anglais) ses travaux au séminaire de Claude Gilbert , Perrow n’a pas beaucoup évolué dans sa position, sauf pour se rendre à son “locus” épistémologique attendu : la question de la limite des organisations. C’est d’ailleurs exactement sur ce point qu’il s’oppose aux équipes de Berkeley (La Porte). Il maintient l’idée que les systèmes complexes (comme une Centrale nucléaire) produisent davantage de “couplages serrés”entre incidents mineurs (production de nouvelles chaînes causales, toujours plus graves) que les systèmes plus simples, et que dans cette “explosion en chaîne” possible des arborescences causales, on voit apparaître la limite de la rationalisation de ces systèmes.

Le succès de son interprétation (dans un fameux livre réalisé en 83 après TMI) fut beaucoup dû au fait qu’en 1984, il y eut Bhopal, Tchernobyl, Challenger et l’Exxon-Valdez ! L’accident normal semblait se multiplier à l’envi. Mais Perrow avait mal été compris : ce n’étaient pas des accidents normaux en son sens (celui d’une limite de la rationalité du complexe) mais de banales erreurs de gestion. En fait maintient-il, aussi prévenu soit-il, l’accident normal “ne peut pas être complètement anticipé”. C’est donc un concept-limite et c’est comme cela qu’il est intéressant, bien qu’en tant que tel, il n’ait pas été retenu par le débat intellectuel. Ce qui explique peut-être que Perrow n’ait pratiquement plus rien produit sur le sujet depuis vingt ans, sauf pour exprimer son désaccord (amical) avec D. Vaughan à propos de sa “routinisation de la déviance”, car pour lui les ingénieurs de Challenger ont simplement été dépassés par l’incertitude en contexte de stress politique.

Le champ semble ainsi bouclé entre les positions américaines dont nous sommes les spectateurs, comme à l’Opéra. L’un dit : “vous aurez toujours des accidents dans l’hypercomplexe, c’est une question de logique des couplages.” (Perrow) L’autre répond : “si c’est un défi, on le relève !” (La Porte), et la troisième intervient alors : “ Tout cela, c’est dû à la déviance collective !”. On ne peut alors que faire comme Alain Gras (Professeur à la Sorbonne, spécialiste des risques dans l’aéronautique) et dire d’un ton parfaitement sérieux : nous vivons tous les jours le “crash” de la Bibliothèque de France, où il n’est plus possible de retrouver un livre. Cette boutade est significative , car elle pose la question de sortir d’un champ d’idées verrouillé par l’attitude révérencieuse des spectateurs.
Il existe une porte de sortie : se rendre à la position “Tychè” qui consiste à revenir au donné émergent des situations, sans a priori épistémique ou thémistique. Tout dépendra alors du talent de narrateur et de metteur en scène de l’interprête de l’accident, de sa capacité à jouer entre les quatre grandes interprétations légitimes, d’en créer des interstitielles. Le problème de Perrow est qu’il n’est pas aussi intéressé par cette narrativité que D. Vaughan (temps long) ou Lagadec (temps court). Il lui reste la défense du principe de limite, qui a le tort de ne jamais pouvoir être démontré, et toujours défié (d’où la rareté des exemples qu’il impute précisément à ce principe).

Pour me faire comprendre sur la question de la limite du système, je voudrais évoquer sur ce point la défaite du joueur d’échecs humain devant “Big Blue”. Il semble que l’humain soit battu par sa piètre connaissance de l’ordinateur, qu’il remplace par un mythe impressionnant (équivalent aux mythes de “malfaisance médiumique” auxquels croient encore nombre de joueurs professionnels). S’il avait étudié assez longtemps le fonctionnement de l’ordinateur par épuisement de séries exhaustives par coup, il se serait rendu compte qu’il suffisait d’attendre -par des coups banals mais sûrs- le moment où la bibliothèque de cas intégrée est épuisée, et où l’on entre dans le domaine de la table de hasard. Alors Big Blue aurait commencé à produire des coups erratiques parfaitement aberrants. Certes, il aurait fallu attendre longtemps (et de plus en plus en plus longtemps avec les générations nouvelles à la mémoire toujours plus puissante), mais le principe de limite du système se situe là.

Encore le jeu d’échec constitue-t-il un système asses simple où il suffit de remplir la mémoire de couches suffisamment nombreuses pour reculer la limite (la défier). Le jeu de Go, offrant des combinaisons de début de jeu infiniment supérieures ne peut toujours pas être joué à un haut niveau par l’équivalent de Big Blue. C’est déjà un système plus complexe, mais encore défiable raisonnablement (avec les ordinateurs quantiques). Mais pour des systèmes “naturels” où des nombres absolument incalculables de paramètres entrent en jeu de façon chacun imprévisible, la combinaison des facteurs ne peut être prévenue que par une perception intuitive et empirique. Dans ces cas, la limite étant toujours dépassée, sa question même disparaît, tandis que son défi devient tendanciellement susceptible d’être directement mis en cause par le débat démocratique. Pour dire cela dans nos termes, quand Epistémé faiblit (car le savoir est inaccessible), Métis devient arrogant, et l’on va chercher à le brider par Thémis. L’acte lui-même (Tychè) se trouve alors réenfermé dans l’imputation morale et juridique.




Ce processus explique pourquoi Perrow reste en situation de position de “marquage du jeu” : évoquer la limite est important pour situer les enjeux. Mais on se hâte ensuite de l’oublier, car accepter que nous soyons en état de dépassement perpétuel des savoirs (ce qui est évidemment le cas) , obligerait à renforcer le caractère criminologique et répresseur du débat, ce que nombre d’entre nous -en situation de production- n’aiment pas.
On l’éludera cependant pas l’effet de “vérité” que contient la position de Perrow, qu’on peut appliquer à toute la société moderne : la science a soutenu le déploiement d’une société relativement pluraliste dans la division des postures, tant qu’elle a elle-même été essentiellement prévisible dans la positivité de ses apports (science qui fait vivre). Dès lors qu’elle approche la limite (science ambivalente voire mortifère), alors on s’inquiète pour la pluralité, puisque les tenants de l’imputation morale et judiciaire reprennent du pouvoir. On envisage donc alors nécessairement d’autres articulations pluralistes qui s’appuient moins sur Epistémé, ou remplacent son contenu de “science”, par un contenu plus large (“expertise”, gestion”, etc.)
Mais ce ne sont là encore que de légères inflexions (car gestion et expertise se veulent toujours indexées sur la science). Plus loin se profile un changement plus profond : désenchantée de la science elle-même, la société recherchera un nouveau principe d’équilibre pluraliste : pourquoi pas la cause psychologique collective du pluralisme lui-même ? (Mais c’est une autre histoire).

S. Sagan, comme héritier de C. Perrow :

Sagan S.D. XE "Sagan S.D."  Waltz K.N. XE "Waltz K.N." , The spread of nuclear weapons. A debate. WW Norton an cie, New York, 1995


Sagan S. D. XE "Sagan S. D." ., The limits of safety. Organizations, accidents and nuclear weapons, Princeton University Press, 1993.
Ce véritable héritier de Perrow dit les choses clairement : dans un monde occupé par la technique, les systèmes techniques sont mal décrits par les ingénieurs : ce ne sont pas des dispositifs mécaniques, mais des organisations complexes.
Sagan S.D. XE "Sagan S.D." , “When redundancy backfires : why organizations try harder and fail more often”, American Political Science Association Annual Meeting, San Francisco, 1996.

La côte Ouest se met elle-aussi au pessimisme de la côte Est et se met à parler de limite. Où allons-nous !

Redondance et amortisseurs mis en cause : la défense en profondeur a pris un coup au but !

Enfin quelqu’un qui a vraiment compris C. Perrow, et en a tiré une “théorie des accidents normaux”. Il met aussi de l’ordre dans le champ épistémologique en l’opposant à la théorie de Todd La Porte sur les organisations à haute fiabilité, cas particulier des “grands systèmes techniques.”

i.Thoenig J.C.;, Setbon M., XE " Setbon M.,"  “L’action collective organisée face au risque : d’un cadre conceptuel au cas du risque-sida”, Actes de la seconde séance du Séminaire du Programme Risques Collectifs et Situations de Crise XE "Séminaire du Programme Risques Collectifs et Situations de Crise"  du CNRS XE "CNRS" , Ecole des Mines de Paris XE "Ecole des Mines de Paris" , 5 Février 1995. J.C. Thoenig, politologue spécialiste d’administration publique, proche de l’école de M. Crozier rappelle que pour la sociologie des organisations, l’erreur cognitive est un effet nécessaire dans la dérive organisationnelle normale qui réoriente les buts des acteurs les uns par rapport aux autres en oubliant le “but universaliste” de l’organisation . Plus l’organisation est polarisée par le débat interne entre appropriation des normes et restauration normative par les dirigeants, et plus “ elle se coupe de son environnement dont elle n’intègre plus les exigences en termes de résolution des problèmes ni les évolutions. Elle devient rigide et elle n’apprend plus. “ Elle incite à l’erreur (Argyris), surtout quand elle supprime toutes le redondances (Landau). L’intérêt de cetta approche est d’admettre que les “frictions”, les contradictions ne peuvent être complètement éliminées de l’organisation sans produire des paradoxes fatals.

-La gestion de l’incertitude (Paté-Cornell)

Paté-Cornell E. (Society for Risk Analysis XE "Society for Risk Analysis"  XE "Paté-Cornell E. (.i.Society for Risk Analysis" ); Fischbeck P. XE "Fischbeck P." , “PRA as a management tool : organizational factors and risk-based priorities for the maintenance of the tiles of the space shutle orbiter”, Reliability Engineering and System Safety, vol 40.

Paté-Cornell M.E. XE "Paté-Cornell M.E." , “Risk analysis and risk management for offshore platforms : lessons from the Piper Alpha accident”, Journal of Offshore Mechanics and Artic Engineering, vol 115, 179, 1993

Paté-Cornell M.E. XE "Paté-Cornell M.E."  ““Learning from the Piper Alpha Accident ; a post-mortem analysis of technical and organizational factors”, Risk Analysis, Vol 13, n° 2 , pp 215-232, April 1993

Paté-Cornell M.E. XE "Paté-Cornell M.E."  “The SAM framework : a system analysis approach to modeling the effects of management on human behavior in risk analysis”, Risk Analysis, Vol. 16, n° 4, pp 501-515, 1996

Paté-Cornell M E XE "Paté-Cornell M E" , “Probabilistic Interpretation of command and control signals : bayesian updating of the probability of niclear attack”, Reliability Engineering and System Safety, Vol 47, n° 1, pp. 27-36, 1995.

Paté-Cornell .M.E. XE "Paté-Cornell .M.E." , Regan P XE "Regan P" ., “Dynamic Risk management systems : concepts and illustration”, in Applications of statistics and probability, Le maire, Fabre, Mébarki eds, 1995.

Paté-Cornell M.E. XE "Paté-Cornell M.E."  Murphy D.M., “Human and Management factors in probabilistic risk analysis : approach and observations from recent applications” , Reliability Engineering and System Safety, vol 53, pp. 115-126, 1996

Paté Cornell E. XE "Paté Cornell E."  Présidente de la “society for risk analysis” , professeur à l’université de Stanford pour une chaire d’analyse du risque (si l’on traduit ainsi risk analysis), elle a travaillé depuis une dizaine d’années sur le développement de méthodes d’analyse de risque qui rendent compte des actions et des décisions des opérateurs (y compris des erreurs), ainsi que des actions du management qui entraînent ces erreurs. Elle formule, construit et évalue des modèles (quantitatifs ou qualitatifs), basés sur l’information rassemblée , à travers l’opinion des experts ou les statistiques existantes. Elle a notamment produit des articles asez réputés sur les plateformes offshores ou sur le revêtement de la navette . Sa méthode d’analyse (le SAM), implique le management dans la déformation des heuristiques des opérateurs en situation d’incertitude.


Morgan M.G. XE "Morgan M.G." , Henrion M. XE "Henrion M." , Uncertainty XE "ncertainty" , a guide to dealing with uncertainty in quantitative risk and policy analysis. Cambridge University Press, New York, 1990.

Dourlens C. XE "Dourlens C." , Figures du pragmatisme, complexité, incertitude et prévention des risques, Institut Européen des Cindyniques, du danger au risque, économie des transactions dans la régulation sociale, Energies-Santé, 1996, vol 7, 2, pp 191-196.

Giarini O. XE "Giarini O." , Stahel W. XE "Stahel W." , les limites du certain, Presses polytechniques et universitaires romandes, Lausanne, 1990.

Funtowicz S. XE "Funtowicz S." , Ravetz J. XE "Ravetz J."  Uncertainty and quality in science. Kluwer, Dordrecht, 1990.

II.(Métis) L’imputation du danger à un sujet


Conformément à la nature holographique de tout genre d’actes humains (puisque dans chaque genre, la tendance est toujours à se diffracter selon les mêmes axes), le “monde de métis”, c’est-à-dire celui où l’on trouve des sujets qui l’on impute l’accident ou le risque, se divise en quatre aspects : soit on considère le sujet comme pur sujet d’un savoir entièrement descrpitible, et nous obtenons le sujet des cognitivistes. Soit nous l’accusons et nous en attendons de la culpabilité et de la responsabilité (nous retrouvons Métis propremen). Soit nous considérons le sujet du risque comme membre de la cité politique, qu’il fasse valoir des arguments pour prendre des risques, ou qu’au contraire il “tire l’alarme : ce sujet politique est celui du secteur “thémis”. Enfin, nous pouvons cosidérer avec le sujet de l’affect ou celui de l’activité, un personnage confronté à la perte de sa propre maîtrise dans l’action même (tychè).
Malgré cette division interne du champ, on ne perdra pas de vue qu’il est surdéterminé par une assomption préalable sur la consistance d’un sujet. Ainsi, les approches psychologiques de “l’homme aux risques” ne peuvent pas prendre en considération l’idée (qu’elles ont rejeté préalablement pour se constituer elles-mêmes) selon laquelle le sujet est une construction sociale qui situe d’emblée un individu ou un groupe dans un rapport d’accueil des événements, alors qu’une vision plus “tychéenne” admet que les sujets eux-mêmes font partie de l’émergence problématique des événements.

Attali J.  XE "Attali J. " , L’économie de l’apocalypse, trafic et prolifération nucléaires, Paris, Fayard, 1995.
Le ton apocalyptique de l’auteur est sans doute à mettre en rapport avec sa propre destinée politique dans le scandale de la BERD. Ce qui n’invalide pas le propos pour autant : n’est-ce pas lors d’épisodes de défensive personnelle aigue (paranoïdes dirait la psychiatrie) que se dévoile une menace réelle ?
Ce qu’on appelle état paranoïde n’est-il pas que la stigmatisation médicale d’un épisode de vigilance accrue, que la “raison” en soit bonne ou mauvaise pour autrui ? Ce qui pose un autre problème : peut-on être tous vigilants en même temps ? La vigilance n’est-elle pas nécessairement un état réservé à ceux qui en ressentent subjectivement la nécessité ? L’imputation d’un acte à un sujet n’a-t-il pas pour préalable.... l’imputation à soi-même, immédiatement repoussée vers l’autre ?
1 Imputation au sujet de savoir (approche cognitive)

Appel B.  XE "Appel B. " , Beltranda G. XE "Beltranda G." , “Acomputer based I and C to improve nuclear power plant operation and safety XE "nuclear power plant operation and safety" ”, Proceedings of the 1995 Instrumentation and Control in Nuclear Engineering, Icône 3.

Bretty Y. B. XE "Bretty Y. B." , “Psychologie de l’homme face au risque”, Face au risque, n° 278, décembre 1991, pp 34-45. présentation de la méthode SHERPA XE "SHERPA"  (systematic human error reduction and prediction approach, en réponse aux critiques faites aux AMDE XE "AMDE" , à l’ADC XE "ADC" , au Therp XE "Therp" .. Met l’accent sur la perception du temps et de l’information par les opérateurs, et sur la personnalité de l’opérateur dans la prise de risque, celle-ci comme dénotant des conditions de travail problématiques. Exemple de l’approche qui cherche à cerner le couple poste-opérateur comme idéal d’ajustement logique (voir aussi : Embrey D.E. XE "Embrey D.E." , “SHERPA : a systematic human error reduction and prediction approach”, proceedings of advances in human factors in nuclear power systems meeting, Knowville, 1986., et : Embrey D.E. XE "Embrey D.E." , Humphreys PC XE "Humphreys PC" , Rosa E.A. XE "Rosa E.A." , Kirwan B. XE "Kirwan B." , Rea K. XE "Rea K."  SLIM-MAUD XE "SLIM-MAUD"  , an approach to assessing human error probabilities using structured expert judgment, NUREG/CR 3518 (vol I et II).Embrey D.E. XE "Embrey D.E." , Reason J.T. XE "Reason J.T." , “The application of Cognitive Models to the Evaluation and Prediction of Human Reliability”, Proceedings of advances in human factors in nuclear power systems meeting, Knowville, 1986.)

Conein B. XE "Conein B." , Jacopin E. XE "Jacopin E." , “Action située et cognition ; le savoir en place”, Sociologie du Travail, n° 4, 1994, pp. 475-500. Conein B XE "Conein B" , Dodier N. XE "Dodier N." , Thévenot L. XE "Thévenot L."  (ed) “Les objets dans l’action. De la maison au laboratoire”, Coll Raisons pratiques, N° 4, EHESS, Paris, 1993.
Lorsque la sociologie s’intéresse à la cognition, elle a visiblement un problème de choix : ou bien c’est la relativité sociologique qui colore les “connaissances”, les mue en “savoirs”, ou bien c’est l’absoluité des situations logiques qui l’emporte, autour des dispositifs de saisie de l’erreur. Lier les deux, est manifestement une gageure.

.i.Duval R;., Temps et .i.vigilance;, Vrin, Paris, 1990
Ce livre de logique et de phénoménologie montre que la présence au monde qu’est la vigilance est un “se tenir prêt à réagir face à l’imprévisible et un se maintenir prêt contre toute défaillance.” Dans cette position existentielle “paranoïaque”, tout doute alimente l’éveil. l’inconnu et le suspens sont matière à conscience. La vigilance, contrairement à la prévision et à la prophétie suppose une continuité entre répétitions passées, présentes et futures. Ce qui surgit se prépare dans le passé. Ou plutôt il commence dans le passé et non dans le présent de la surprise.

Guesnier G XE "Guesnier G" . Hessler C. XE "Hessler C." , “Milestones in screen-based process control”, Kerntechnik, vol 60, n° 5-6, 1995, pp 225-231.

Hoffman R.R XE "Hoffman R.R" , Woods, D.D XE "Woods, D.D" . (eds), Cognitive tasks analysis, n° spécial de la revue Human Factors, vol 42, n° 1, Printemps 2000, pp 1-101.

Simulation de tâches cognitives complexes effectuées par offciers de sous-marin en situation de combat (projet Nemo XE "Nemo" ). Contrôles de processus par les opérateurs de centrales nucléaires en état non déterioré, etc. Certains articles portent sur la méthode “Event-Based Knowledge Elicitation”, favorisant l’étude des événements réels. (Ce qui se rapproche des options “situationnelles”, et s’éloigne d’un trop grand dogmatisme cognitiviste).
.
Jeffroy F. XE "Jeffroy F." , Charron S. XE "Charron S." , Theureau J,(C NRS XE "C NRS"  XE "Theureau J,(.i.C NRS" ); Vermersch P. (CNRS)  XE "Vermersch P. (CNRS) " , “De l’évaluation de sûreté” à la recherche dans le domaine des facteurs humains  XE "facteurs humains " : le cas de l’activité de conduite XE "conduite"  avec procédures informatisées.”, 6e conférence IEEE : Global Perspective of Human Factors, in Power Generation, Orlando, 8-12 Juin 1997.

L’article explicite les relations triangulaires EDF-IPSN-DSIN, dans la mise au point et l’autorisation d’une salle de commande de palier N4 XE "N4" ., hautement informatisée, avec conduite des situations d’urgence par APE (apprpche par états) XE "APE (apprpche par états)" . l’informatisation rend plus difficile la prise en compte de l’ensemble du chemin parcouru entre les procédures à haut niveau de guidage pas à pas. Certaines décisions de “forçage” sont donc nécessaires, “contre” l’avis de l’ordinateur. EDF modifie ces procédures (dans le simulateur S3C XE " simulateur S3C" ). Les auteurs se réfèrent au concept de “cognition située” et de “cours d’action”, qui n’isole pas chacune des séquences d’activité. Une analyse ergonomique est conduite avec enregistrement vidéo, en recourant à un principe “d’étonnement systématique”. C’est d’ailleurs la méthode utilisée également par l’opérateur étudié ! qui résiste aux procédures présentant des anomalies logiques avec la situation.
Notons que ce travail précis et intéressant prend néanmoins pour acquis comme “situation”, ce qui est prescrit dans la procédure. Question : que deviendrait le paradigme cognitiviste, sans ce point d’appui institué ?
Autrement dit : en cas de crise grave quand l’ensemble de la procédure est remis en cause, peut-on encore décrire les activités des opérateurs en termes cognitifs ?

Cuny X XE "Cuny X" , Daujard E. XE "Daujard E." , July JP. XE "July JP." , Lagabrielle C. XE "Lagabrielle C." , Marimbert J. XE "Marimbert J." , Martin D. XE " Martin D." , Richard Molard M. XE "Richard Molard M." , Morvan J XE "Morvan J" .Seillan H XE "Seillan H" , Vannereau J XE "Vannereau J" ., L’évaluation des risques XE "évaluation des risques" , Cahiers n° 1 de Préventique, Editions Préventique, Bordeaux, 2001.

i.Hutchins E,; Cognition in the Wild, Cambridge, MIT Press, 1994. tente de répondre à la question de la validité de l’approche cognitiviste en situation “sauvage”. Mais l’orientation de l’auteur est passablement tautologique : isolant des problèmes clairs (chasse, objectif militaire), il préconstruit ses réponses. La question de l’ambiguité fondamentale (du non sens, du silence d’autrui) précédant l’instauration des cadres de référence n’est pas soulevée. Du même coup apparaît, par contraste, que le problème essentiel en situation sauvage n’est pas l’erreur, mais la “solitude symbolique” de l’acteur qui doit vraiment construire lui-même le cadre à partir duquel on peut parler de processus cognitif.

Le Blaye P.  XE "Le Blaye P. " , Les méthodes d’analyse des rapports d’incidents aéronautiques (“ONERA XE "ONERA" -NASA XE "NASA" -ASRS XE "ASRS" ”) Colloque du GIS,-sciences de la cognition, Paris, 16-17 septembre 1997, in Sécurité et Cognition, Paris, Hermès, 1999.

La NASA contrôle le système “aviation safety reporting system” (ASRS XE "ASRS" ) qui rend compte des incidents et accidents aéronautiques, en collaboration avec l’ONERA. On présente une méthode d’analyse de scénarios d’incidents (Cinq-demi) en arbre des causes, en 5 branches ou grilles d’analyse XE "grilles d’analyse"  aux noms barbares : la” raft” isole un défaut opérationnel du système susceptible de faire apparaître l’erreur; le “gare”, concerne un facteur d’augmentation du risque d’erreur, le “goof” décrit les erreurs humaines , la “gasp” décrit les événements de sensibilité modifiant l’état du système, et la “game”, liste les événements de manoeuvrabilité.
Méthode permettant de mieux accorder les analyses opérationnelles d’un système et l’étude du facteur humain.

Lhote F. XE "Lhote F." , Dulmet M. XE "Dulmet M." , Ortiz-Hernandez J. XE " Ortiz-Hernandez J." ,(Laboratoire d’automatique de Besançon XE "Laboratoire d’automatique de Besançon" ) “Sciences de l’Ingénieur et sciences du travail”, Sociologie du travail, n° 26, hors série, 1994, Des ingénieurs automaticiens “découvrent” les sciences sociales, dont l’objet apparaît au lieu de l’énigme que représente leur propre objet disciplinaire (la productique)

Theureau J XE "Theureau J" , Jeffroy F. XE "Jeffroy F."  (eds) Ergonomie XE "Ergonomie"  des situations informatisées. La conception centrée sur le cours d’action des utilisateurs, Toulouse, Octares, 1994.

Ces auteurs se distinguent du cognitivisme anglo-saxon par l’ouverture d’esprit aux contextes imprévus, extérieurs aux cadres tant conceptuels que procéduraux d’une situation et sur la capacité de “forçage” inhérent à la bonne conduite d’opérations.

La désimputation de l’erreur selon J.T. Reason
.
i.Reason J.T. ;“The age of the organizational accident”, Nuclear Engineering International, July 1990, pp. 18-19. Embrey D.E. XE "Embrey D.E." ,

Reason J.T. XE "Reason J.T." , “The application of Cognitive Models to the Evaluation and Prediction of Human Reliability”, Proceedings of advances in human factors in nuclear power systems meeting, Knowville, 1986.Mycielska H. XE "Mycielska H."  ,

Reason J.T. XE "Reason J.T." , Absent-Minded, the psychology of mental lapses and every day errors, Englewood cliffs, N.J. Prentice Hall.Reason J.T. XE "Reason J.T."  L’erreur humaine, PUF, col “le travail humain”, Paris, mai 1993. (Human error, Cambridge University Press, 1988.)

Reason J XE "Reason J" , (Université de Manchester XE "Université de Manchester" ) Reducing the risk of organisational accident in complex systems”, Colloque “Facteurs humains de la fiabilité et de la sécurité des systèmes complexes”, INRS, Vandoeuvre, 17-18 Avril 1991.

J.T. Reason peut être considéré comme un psychologue “cognitiviste” qui travaille essentiellement autour du concept d’erreur. Nous plaçons ses approches ici dans la rubrique “jugement”, dans la mesure où le choix du label “erreur” implique une conception du sujet humain comme auteur d’un choix (intentionnel ou non) entre une “action correcte” et une action incorrecte ou “erreur”. Or si cette définition de l’humain fait de celui-ci le strict équivalent d’un composant binaire (où l’erreur peut se glisser en provoquant la mauvaise orientation dans la bifurcation logique), elle le fait en même temps comptable de cette erreur et responsable de son évitement et de sa réparation.Elle a aussi pour conséquence d’isoler l’opérateur ou le décideur comme unique occurrence du “facteur humain”, les autres, intégrées dans le système étant considérés “techniques”. J.T. Reason met l’accent sur l’accident “organisationnel” (en réponse à Perrow ayant évoqué l’accident normal, ou accident de fonctionnement).

Reason J.T. XE "Reason J.T." , “The Chernobyl Errors”, Bulletin of the British Psychological Society”, vol. 40, 1987, pp. 201-206. “Cela ne pouvait pas arriver ici” disent la plupart de responsables (car en un sens le rmbk est l’anti tmi : redondance et automatisme des sécurités, formation élevée des opérateurs, bon management...). Sauf si... l’on n’avait pas mis la centrale dans l’état le plus instable possible, et en déconnectant systématiquement tous les éléments de la défense en profondeur. C’est ce côté d’approche collective du mode le plus dangereux qui demeure énigmatique à Tchernobyl, et que Reason ne nous permet pas de saisir avec le concept d’erreur.

Sills D.L. XE "Sills D.L." , Wolf C.P. XE "Wolf C.P." , Shelanski V.B XE "Shelanski V.B" , (eds), Accident at Three Mile Island; The Human Dimensions, A Westview Special Study, Boulder, 1992.Ouvrage classique contenant d’importants articles de Reason.

Rochlin G.I. XE "Rochlin G.I." , “Iran Air flight 655 and the USS Vincennes. Complex, large scale military systems and the failure of control. In : La Porte T.R., ed : social responses to large technical systems. Control or Anticipation, NATO-ASI Series, Kluwer Academic Publishers, Dordrecht 1991.

Rochlin G.I XE "Rochlin G.I" , “High-Reliability” organizations and technical change : some ethical problems and dilemnas, IEEE, Technology and Society Magazine, 1986.

Rochlin G.I. XE "Rochlin G.I." , “Broken Plowshare, System Failure and the system failure and the nuclear power industry” : présentation au 4eme symposium “Dynamiques de grands systèmes techniques, Vadstena, Suède, 8-12 Août 1992.

Gene Rochlin XE "Rochlin"  s’est fait une spécialité de l’erreur systémique, c’est-à-dire de l’erreur entraînée chez l’opérateur par la gestion de l’information réalisée par des systèmes complexes. Ce fut ainsi le cas du porte-avions américain qui abattit par erreur un airbus civil iranien dans le golfe persique en 1988. Rochlin étend son analyse à l’industrie nucléaire considérée comme système.


2. Imputation des actes risqués au sujet de morale et de droit

Bishop John D.  XE "Bishop John D. " , “The moral responsability of corporate executive for disasters”, Journal of Business Ethics, Vol. 10, 1991, pp 377-383. Le manager a le devoir de veiller à ce que l’information remonte jusqu’à lui.

Charbonneau S. XE "Charbonneau S." , La gestion de l’impossible : essai sur la gestion des risques d’origine techno-scientifique. Economica, Paris, 1992. Se situant dans la lignée du “principe responsabilité” de Hans Jonas (dont il reprend “l’éthique de la peur”), et de son père, philosophe de l’environnement ami de J. Ellul (Bernard Charbonneau) Simon Charbonneau plaide pour l’introduction d’une “faute pour défaut de maîtrise de la technique” dans le droit, et s’oppose, en tant que philosophe et juriste à l’optique “sociologisante” de la responsabilité, identifiée par lui à la gestion technique et au delà, à l’évidence d’une souveraineté sans critique du consensus technophile dans la société moderne. Ainsi, “l’acceptabilité sociale” d’un risque lui semble insuffisante, dans la mesure où une opinion majoritaire ou consensuelle peut demeurer parfaitement injuste au regard de l’éthique.Charbonneau y oppose un principe “plus dur” que la précaution : un droit au moratoire sur les risques de développement.

Charbonneau S. XE "Charbonneau S."  Forces et faiblesses de l’hygiénisme XE "hygiénisme" , Préventique-Sécurité, n° 57, Mai-Juin 2001.

Critique l’excès d’hygiénisme qui, propulsé au niveau europée,, revient souvent à détruire les petites structures artisanales dont dépend la qualité de nos productions.

Chateauraynaud F XE "Chateauraynaud F" , La faute professionnelle, une sociologie des conflits de responsabilité, Paris, Métailié, 1992. Chateauraynaud est en désaccord avec F. Ewald (lorsqu’il suppose que l’abolition de la faute, fondant le lien assurantiel dépénalisant, implique le jugement sur la limite haute (faute inexcusable) et la limite basse (droit à l’erreur) ou encore avec Boltanski et Thévenot (qui supposent la présence d’un témoin impartial extérieur : pour l’auteur, ceci n’est possible que si les acteurs concernés acceptent l’expertise, ce qui suppose une élaboration collective des règles, un partage et une intériorisation avant appel à arbitrage. Ainsi seul le contexte d’action va définir ce qui est du ressort de la faute, et sera proposé ainsi à l’inspecteur du travail.


Chevrillon Hedwige XE "Chevrillon Hedwige"  (animé par), “L’éthique comme l’économie peuvent-elles orienter notre société vers des choix collectifs plus homogènes pour la maîtrise des risques ? “ (Forums de l’Expansion XE "l’Expansion" ) in : colloque organisé par l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques XE "Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques"  avec le concours de l’institut européen des cindyniques XE "institut européen des cindyniques" , le 28 Mars 1996, Annales des Mines, Supplément “Responsabilité et Environnement”, Octobre 1996, pp. 57-67.“15 000 emplois à créer en substituant l’analyse de risques à la compensation postcatastrophe” ( ?) “vers une culture de l’analyse de risque, ou passage d’une mode antiréglementaire ?” “transaction sociale contre analyse de risque ou bien analyse de risque puis transaction sociale entre citoyens éclairés er responsables ?”



Nicolet J. XE "Nicolet J." Carnino L.A. XE "Carnino L.A." , Wanner J.C. XE "Wanner J.C." , Catastrophes? non merci!, la prévention des risques technologiques et humains. Masson, Le Nouvel Ordre Economique, Paris, 1989.
Discours caractéristique du : “il faut”, “on doit”, très proche du : “certains ne font pas ce qu’il faut”. précurseur du discours de faute et de responsabilité; jouxte le discours d’accusation sur fond d’angoisse mobilisatrice.

Saader de N. XE "Saader de N." , Les principes du pollueur-payeur, de prévention et de précaution, Bruylant, Bruxelles, 1999.

Très intéressant livre de droit de l’environnement qui per met d’aller plus loin que le tapage autour de ces “principes”, “idéaux régulateurs” à mi chemin “entre le slogan politique et la norme technique”.
D’abord en montrant qu’ils sont trop eu dégrossis pour faire droit, ensuite qu’ils sont contradictoires avec d’autres, ce qui rend très facile pour les tribunaux et les décideurs de les écarter.

Qu’est-ce qui fait l’essence de ces principes ?

Ils ont en commun de permettre la mise en cause de comportements collectifs ayant des conséquences collectivement négatives, et de les infléchir du même coup vers des comportements collectifs amendés. C’est ce en quoi ils glissent en eux-mêmes directement de l’idéal à la normalité technique, parfois paradoxale :
Ainsi le pollueur-payeur ... paie pour continuer à polluer (cas renforcé dans le marché des pollutions.)
Le préventeur prévoit et prévient... sauf ce qu’il n’a pas prévu.
Le précautionneux .. s’entoure de précautions, mais il n’y en a jamais assez (au regard de l’accident survenu).

Ils ne font donc pas fondements d’un droit nouveau, lequel a besoin d’un principe absolument performatif, qui ne saurait être démenti a posteriori. La prudence, d’après Marie Angèle Hermitte, remplit cette condition. Elle n’est pas conditionnelle.

Dans le cas de l’accident de Challenger, on ne peut pas dire qu’il n’y ait pas eu de prévention, ni qu’il n’y ait pas eu de précaution (la défense en profondeur était appliquée, etc..). En revanche, s’il y a bien une évidence cachée par toutes ces abondances, c’est que les gens de la Nasa et de Morton Thiokol ont été, tout bonnement, extrêmement imprudents...! (à la fois individuellement et collectivement).
Hervé C. XE "Hervé C." , “médecine et société : risques et dangers, in Tubiana M., Vrousos C., Carde C., Pagès J.P., (eds) Risque et Société, Nucléon, Paris, 1998 pp 23-38. (Actes du colloque Risque et société XE "Risque et société" , réalisé sous l’égide de l’académie des sciences, dans le cadre du centenaire de la découverte de la radioactivité XE "radioactivité" , Cité des sciences et de l’industrie de Paris-la Villette, 18-20 Novembre 1998. Publié à la demande du centre Antoine-Béclère, pp. 55-61.

L’auteur rappelle que la médecine validée scientifiquement ne représente de 50 % des pratiques médicales, ce qui nous fait réfléchir sur la prétention actuelle à exiger (par l’assurance ou la justice) des protocoles vérifiables de l’extérieur. Ainsi justice et assurance poussent la médecine vers une image technoscientifique qui ne correspond pas à la réalité, là où la loi commune institue le médecin comme libre de ses moyens, à l’intérieur de principes publics connus de tous . Là où le droit romain affirme indiscutable le principe de non-patrimonialité du corps humain, ce principe devient négociable dans les pays de droit anglo-saxon, dans la mesure des arbitrages judiciaires. Ceux-ci sont donc davantage amenés, au fil des temps, à admettre des formes d’eugénisme ou d’utilisation du corps obéissant aux idéaux de santé garantie scientifiquement. C’est dans cette perspective que le risque s’établit comme concept-clef, comme il l’a été depuis longtemps dans le monde de l’ingénieur.
En un sens, l’auteur nous invite à se défier de cette incursion d’un concept technique dans un domaine normalement organisé par le respect de principes légaux, fondés sur la bioéthique.
Les orientations du médecin sont intéressantes, mais, fondées un peu trop ouvertement sur des choix religieux, elles prêtent à leur tour à discussion. Quelques questions seulement : qui définit “l’humain non patrimonialisable” ? N’est-ce pas là un pouvoir exhorbitant confié aux moralistes patentés ? Et pourquoi la loi serait-elle plus apte à le faire que d’autres instances ?
-la lutte contre l’invasion de la risquologie utilitariste dans le domaine médical (qui fait effectivement des ravages lorsque par exemple l’OMS décide de ne pas faire soigner des populations dont lers autorités n’ont pas accepté les protocoles “coût-avantages” des campagnes de vaccination) est-elle transposable telle quelle... dans un colloque dédié à la minimisation du risque radiologique dans le monde nucléaire ?

- Principes d’imputation au sujet de droit : responsabilité, précaution, prudence.

Code Pénal XE "Code Pénal" , art 121-3 (rédaction 1993)
“ Il n’y a point de crime ou de délit sans intention de le commettre. Toutefois, lorsque la loi le prévoit, il y a délit en cas de mise en danger délibéré de la personne d’autrui. Il y a également délit, lorsque la loi le prévoit, en cas d’imprudence XE "imprudence" , de négligence XE "négligence" , ou de manquement à une obligation de sécurité XE "sécurité"  ou de prudence XE "prudence"  prévue par la loi ou les réglements; sauf si l’auteur des faits a accompli les diligences normales compte tenu, les cas échéant, de la nature de ses missions ou de ses fonctions, de ses compétences ainsi que du pouvoir et des moyens dont il disposait.”

.; XE "Laverie M."  “Principe de précaution dans le domaine de la sécurité industrielle”, in “Le principe de précaution dans la conduite de affaires humaines. Sous la direction de .i.Godard O.; , Paris, Editions de la .i.maison des sciences de l’homme;, .i.INRA;, 1997, pp 141-148. M.  XE "Laverie"  est précautionneux avec le principe de précaution, qui selon lui, n’et pas mûr ans son application industrielle, où il risquerait d’entraîner des polémiques. Dans sa résistance élastique au progrès de l’attitude imputatoire dans l’activité opérationnelle, il propose la création d’un “comité d’éthique du doute”, qui décidera d’une règle du jeu quant au niveau de doute qu’il est moralement ou socialement normal de prendre en compte.
Schneider-Maunoury G. XE "Schneider-Maunoury G." , La responsabilité environnementale XE "responsabilité environnementale" , l’Harmattan, Paris, 1999.

Centrée sur trois pays européens, prône pour une gestion intégrée, dans l’entreprise, plutôt qu’une spécialisation (car ce domaine de délégation de la responsabilité en recoupe bien d‘autres).

i.Turner B.A.;, Pidgeon N.F. XE "Pidgeon N.F." , Man-made disasters, Butterworth Heinemann, Oxford, 1997.
Le livre travaille l’idée qu’il existe des désastres imputables, bien qu’ils puissent apparaître naturels. On entre dans la spirale de responsabilisation conduite par l’imputation judiciaire.


Seillan H XE "Seillan H" , Du droit du sang au droit du danger XE "droit du danger" , Préventique-Sécurité, n° 46, Juillet- Août 1999, pp. 51-55.
Dans ce cours, le pr Seillan note que la “pensée préventive” se trouve encore “en tutelle du curatif”, mais le “délit de mise en danger de la personne d’autrui” prévu par le nouveau code pénal ouvre un champ de “droit du danger”.

Seillan H., XE "Seillan H.,"  Le crime et l’accident, Préventique-Sécurité, n° 57, Mai-juin 2000

Seillan H. XE "Seillan H." , Dangers, accidents, maladies, catastrophe et la responsabilité pénale XE "responsabilité pénale" , Éditions P, Bordeaux, 1999.
on sse situe dans le domaine de l’infraction non intentionnelle, qui inclut par exemple le manquement fautif aux diligences normales, et la délégation de responsabilité. On se situe aussi dans l’influence plus grande que la justice subit de ce que l’on nomme “perception sociale” des risques et des accidents, et notamment de la constitution plus systématiques des victimes en partie civile. Face à cela, les “règles” admises sont de peu de poids. Certes. Mais n’y-a-t-il pas aussi danger lorsque ce poids de l’opinion publique et des industries juridiques qui s’en font les clientes s’attaque à certaines prérogatives du secret professionnel ? le danger ne semble pas, dans ce cas directement lié aux métiers hautement organisés collectivement (comme les industries de process ou le nucléaire), mais il se décale vers les métiers plus “individualistes” où l’appel à dénonciation automatique peut poser problème. Autrement dit comment limiter aux secteurs indispensables l’effet “peur du public”, là ou dans d’autres le principe d’indépendance de la justice est peut être crucial ? on ne répondra pas à cela en disant que “çà n’a rien à voir”. Nous savons, hélas, que dans une société segmentaire moderne, ce sont justement les “modes communs” qui produisent des accident normaux, dont le moindre n’est pas, par exemple, une montée du côté sécuritaire dans tous les domaines de la vie. De ce point de vue, la diminution des tendances à la judiciarisation des question techologiques (peut-être en augmentant le côté “thémis” du débat et de l’information) peut éviter des excès flagrants dans d’autres domaines.
Fort M. Miri N. XE "Fort M. Miri N." , “Attention, dangers, la sécurité, parlons en, Belin, Paris, 1999, (2 tomes).

Aie : quand on commence à faire des manuels à usage des enfants, c’est qu’on n’est pas loin du catéchisme. Là encore bon symptôme des succès de l’idéologie sécuritaire, absolument sans rapport avec la gestion professionnelle du risque. Curieux dogme que celui du pédagogisme qui institue le discours sur le savoir à la place du savoir.

Pose aussi le problème d’une certaine niaiserie (qui se rencontre aussi dans toutes les injonctions sécuristes, et même dans le code de la route ou les permis de chasse ou de navigation), et qui élude (tout en s’en rapprochant dangereusement) la question, pour tout être humain, des possibles attractions entre accident et crime ou autoagression : qui dira la part de suicides -conscients ou non- dans les accidents de voitures ? Qui dira la part de l’agression dans l’accident domestique survenu à l’enfant (ou du fait d’un autre enfant) ? Autrement dit : à qui s’adresse-t-on ? à la maladresse ou l’ignorance chez des enfants aimant la sécurité ? Ou à ceux qui recherchent l’insécurité ? Dans les deux cas, l’objet de la démarche est douteux : dans le premier, il est improbable que l’amour de la sécurité ne rende pas le petit humain habile, prudent et plein de discernement (il n’est que de voir comment il évite les prises électriques avant de pouvoir lire aucun manuel). Dans le second, le manuel servira à mettre le feu à l’école, voire à le petite soeur dont on est jaloux.
Il faudrait transposer cela aux adultes, face à toute tentative de les infantiliser dans le pédagogisme.

Ecury P.J. XE "Ecury P.J." , L’ingéniérie de sécurité, Les Editions d’Ergonomie, Marseille, 1999.

Le contraire du “manager intégré” : l’auteur défend une conception plus traditionnelle et plus isolée de l’ingénieur de sécurité, qui me fait penser au Commissaire des “Rivières Pourpres” (Jean Reno) affirmant : “je travaille seul !”. Et pourquoi pas ? La logique du métier conserve un atout : à ne pas se fondre dans le “global”, il sait encore qui il est, et quelle est sa part de responsabilité morale.

-La responsabilité : pour bien situer le problème

Ost F. XE "Ost F." , “La responsabilité, fil d’Ariane du droit de l’environnement”, Droit et Société, 1995, n° 30, pp 281-322. Il faut au moins quatre types de responsabilité : de la faute pénale ou civile, du risque-assurance, de la prévention, et de la participation (concertation et information sans lesquelles le reste trouve vite sa limite)

Santi P. XE "Santi P."  “Les assureurs XE "assureurs"  dénoncent les dérives de la responsabilité civile XE "responsabilité civile" ”, Le Monde, 6 Octobre 2000, p 1 et 20

(virus ILOVEYOU), Canettes Coca Cola ou pneus Firestone retirés, Listeria, Erika, Creutzfeld-Jacob) : “Les assureurs s’alarment. Ils dénoncent dans un livre blanc présenté mercredi 4 Octobre la dérive de l’assurance de responsabilité civile et réclament un cadre légal : “Nous ne pouvons plus accompagner les entreprises dans leur développement en matière de rresponsabilité”, affirme la Fédération Française des sociétés d’assurances.”

Bishop J-D;, “The moral responsability of corporative executives for disasters”, Journal of Business Ethics, Vol 10, 1991.

Chiappori P.A. XE "Chiappori P.A." , Risque et assurance XE "assurance" , Flammarion, Paris, 1996.

Engel L. XE "Engel L." , La responsabilité en crise, Hachette, Paris, 1995.

Conseil d’Etat XE "Conseil d’Etat" , “La responsabilité des agents publics XE "responsabilité des agents publics"  en cas d’infraction non intentionnelle”, Paris, la Documentation Française, 1996.

Hermon C. XE "Hermon C." , “Le risque, la faute, et la responsabilité administrative”, Actes de la XIe séance du séminaire du programme “Risques collectifs et situations de crise”, CNRS, Grenoble, 1998.
La faute n’est pas supprimée par l’assurantiel, mais au contraire rebondit à partir d’elle.


.i.Hermon C.;, .i.Gaurier D.;, “.i.Responsabilité;, exercice des compétences et démocratie”, onzième séminaire du programme “Risques Collectifs et situations de crise”, CNRS, Grenoble, 1998.


Leiss W. XE "Leiss W." , Chociolko C. XE "Chociolko C." , Risk and responsability, McGill University Press, Montréal 1994.

Reyners, P. XE "Reyners, P."  Modernisation du régime de responsabilité civile pour les dommages nucléaires XE "responsabilité civile pour les dommages nucléaires"  : révision de la Convention de Vienne et nouvelle Convention sur la réparation complémentaire des dommages nucléaires. Revue générale de droit international public, (1998)t.102:n°3, p.747-763.

Reyners, p. XE "Reyners, p."  La Convention de 1994 sur la sûreté nucléaire. Revue générale de droit international public, (1995)t.99:n°3, p.605-621.

Steine-Feuerbach M.F XE "Steine-Feuerbach M.F" , “La responsabilité pénale des maires en cas de catastrophe”, La Semaine Juridique, No 43, 1997.

Lascoumes P. XE "Lascoumes P." , “La précaution comme anticipation des risques résiduels et hybridation de la responsabilité.” L’année sociologique, 46, 2, 1996.

Chateauraynaud F XE "Chateauraynaud F" , La faute professionnelle, une sociologie des conflits de responsabilité, Paris, Métailié, 1992.
L’auteur rappelle de façon judicieuse que la conquète dépénalisante de la faute par l’assurance n’est pas aussi définitive et irréversible que l’on pense (comme F. Ewald). La faute fait retour si l’on établit une responsabilité administrative pour prise excessive de risque. Alors qu’en l’an 2000, les assurances déclarent ne plus pouvoir suivre les entreprises dans le développement de leur responsabilité (cause de la multiplication des risques endogènes” selon Denis Kessler XE " Kessler" ) , la question se révèle d’actualité. (Cf également C. Hermon XE "Hermon" )

Musso-Gabai S. XE "Musso-Gabai S." , Amiante XE "Amiante" , obligations et responsabilités XE "responsabilités" , Sapr, Grenoble, 2000.

Des milliers de morts sont dûs à cette substance : le problème est celui de la réparation, et de l’indemnisation, plus que celle du contentieux pénal.
Sur le principe de précaution

Kourilsky P. XE "Kourilsky P." , Viney G. XE "Viney G." , Le principe de précaution, Paris, Odile Jacob, 1999
rapport au premier ministre. admet que la précaution peut constituer un véritable principe de droit.

Une chose pose problème cependant à la lecture du rapport : la dimension normative attribuée à la nouvelle perception de l’acceptabilité des risques. Il me semble en effet contradictoire de mettre l’accent sur la responsabilité précisée à la source même de toute prévention, et de faire varier cette responsabilité selon les degrés de sensibilité au risque. L’acceptabilité ne peut dire augmenter ou faiblir parce qu’en général les objets du risque changent dans le temps. Même les baromètres ou panels de perception articulent seulement des hiérarchies choisies selon le moment par le commanditaire et le publicateur du sondage.
D’où toutes les difficultés et conjectures qui se multiplient autour de l’oscillation des opinions sur le nucléaire, par exemple. N’est-il pas définitivement plus simple de considérer le vieux principe “en âme et conscience” (celui qui instruit la notion de prudence, préférée par la grande juriste Marie Angèle Hermitte à la “précaution” qui infère immédiatement un dispositif pratique, toujours sujet... à caution) ? Faire encourir un danger catastrophique ou désastreux “doit” être considéré comme délit, s’il n’est pas pris en compte par un sujet responsable. Cette prise en compte se fonde sur une évaluation en dernier recours personnelle. On ne peut en effet finalement fonder la sûreté sur un dispositif admis par consensus (voir accident de Challenger), mais sur l’intime conviction, reconnue, des professionnels. Le procès établi pour juger de la prudence suffisante fera bien sûr appel à la connaissance des experts sur les dispositifs suffisants de précaution, mais il n’en restera pas là car c’est finalement le sujet qui sera jugé sur son engagement dans une attitude générale. Dans Challenger, un procès selon ce principe aurait pu condamner les ingénieurs ou managers pour ne pas avoir transgressé les procédures limitant l’information mutuelle, afin de faire valoir leur inquiétude personnelle sur la faiblesse des joints des boosters en température trop basse.
(La question de savoir si des procès pénaux doivent avoir lieu pour de tels manquements est une autre question. De simples procès d’honneur pourraient suffire, a posteriori, mais il faudrait qu’ils soient libérés de l’a priori sur la précaution suffisante.)


Boehler M.C. XE "Boehler M.C." , “A propos du principe d’optimisation de la protection radiologique et du principe de précaution’, revue Générale Nucléaire, Vol 6, 1996, pp 15-21.

Boehler MC. XE "Boehler MC." , “Le principe de précaution pour une responsabilisation dans la prise de risque”, in Tubiana M., Vrousos C., Carde C., Pagès J.P., (eds) Risque et Société, Nucléon, Paris, 1998 pp 23-38. (Actes du colloque Risque et société XE "Risque et société" , réalisé sous l’égide de l’Académie des sciences, dans le cadre du centenaire de la découverte de la radioactivité XE "radioactivité" , Cité des sciences et de l’industrie de Paris-la Villette, 18-20 Novembre 1998. Publié à la demande du centre Antoine-Béclère, pp.153-167, 278-288.

“Le plus inacceptable n’est pas que le décideur se trompe alors qu’il fait face à l’incertain, mais que sa démarche décisionnelle ne soit ni transparente ni cohérente, ni explicite. Il est désormais crucial d’explicite les critères quantitatifs et qualitatifs utilisés pour asseoir les décisions , organiser les débats et accroître leur lisiblité “ (W. Dab, art. cit infra.)

Bref , pas de risque zéro mais de la zéropacité...

Galland J-P. XE "Galland J-P." , La responsabilité et la précaution, in Tubiana M., Vrousos C., Carde C., Pagès J.P., (eds) Risque et Société, Nucléon, Paris, 1998 pp 23-38. (Actes du colloque Risque et société XE "Risque et société" , réalisé sous l’égide de l’Académie des sciences, dans le cadre du centenaire de la découverte de la radioactivité XE "radioactivité" , Cité des sciences et de l’industrie de Paris-la Villette, 18-20 Novembre 1998. Publié à la demande du centre Antoine-Béclère, pp.289-292.

Decrop G XE "Decrop G" , Galland J.P XE " Galland J.P"  (dir), Prévenir les Risques : de quoi les experts sont-ils responsables ?” La Tour d’Aigues, Editions de l’Aube, 1998.

Godard O. XE "Godard O." , Le principe de précaution, une règle d’abstention ? in Tubiana M., Vrousos C., Carde C., Pagès J.P., (eds) Risque et Société, Nucléon, Paris, 1998 pp 23-38. (Actes du colloque Risque et société XE "Risque et société" , réalisé sous l’égide de l’Académie des sciences, dans le cadre du centenaire de la découverte de la radioactivité XE "radioactivité" , Cité des sciences et de l’industrie de Paris-la Villette, 18-20 Novembre 1998. Publié à la demande du centre Antoine-Béclère, pp.293-299.

Le principe de précaution fut semble-t-il introduit en France sous forme d’un amendement au code rural, dans la loi Barnier de protection de la nature de 1995. IL n’est en aucun cas une règle impérative d’abstention, mais un principe selon lequel “ l’absence de certitudes, compte tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment, ne doit pas retarde l’adoption de mesures effectives et proportionnées visant à prévenir un risque de domages graves et irréversibles à l’environnement à un coût économique acceptable.”
or les journalistes (ces pelés, ces galeux) tou comme le bon peuple, toujours trompé, ont compris qu’il s’agissait d’une obligation de risque zéro, de dommage zéro.

On ne pouvait attendre moins de surdité de la part de sourds professionnels et populaires. Mais l’auteur ne s’interroge guère sur cette surdité persistante qui fait que lorsque l’expert dit : “faisons attention, même et surtout avant de savoir”, le peuple entend : “ne faites rien. Ne faites plus rien !”. Est-ce un appel à la sécurité absolue ? Non : je l’entend personnellement comme l’intuition que de petits actes plus ou moins anodins de la part de tel ou tel spécaliste risquent de se transformer en catastrophe générale du fait de l’irresponsabilité civique des organisations.
Le “ne faites plus rien” qu’on entend très clairement derrière les interprétations populaires du principe de précaution vise ce sentiment d’impuissance devant la machine technoscientifique prise collectivement, et non pas invention par invention.
Ne répondrons-nous pas à cette demande mal formulée d’un “moratoire sociétal” portant sur les modalités générales du mouvement technoscientifique dans la société ?

Rémond-Gouilloud M. XE "Rémond-Gouilloud M." , La précaution, art de la décision en univers incertain, in Tubiana M., Vrousos C., Carde C., Pagès J.P., (eds) Risque et Société, Nucléon, Paris, 1998 pp 23-38. (Actes du colloque Risque et société XE "Risque et société" , réalisé sous l’égide de l’Académie des sciences, dans le cadre du centenaire de la découverte de la radioactivité XE "radioactivité" , Cité des sciences et de l’industrie de Paris-la Villette, 18-20 Novembre 1998. Publié à la demande du centre Antoine-Béclère, pp.301-306.

Cette juriste nous rappelle que l’histoire du principe de précaution est moins franco-française que nous le croyons : elle s’origine dans le principe allemand de “vorsorgeprinzip” et “gefahrenvorsorge”, puis apparaît légalement dans le programme fédéral américain de l’environnement (Rehbinder). En 1972, il prend consistance dans l’accord instituant la Commission d’Oslo sur la pollution marine par les immersions, et en 1987, dans la déclaration finale de Londres à l’issue de la deuxième conférence des Etats sur la mer du Nord. Puis il est affirmé solennellement en 191 par lesministres de l’environnement de l’OCDE, consacré par la déclaration de Rio en Juin 1992 (Principe 15), dans le traité de Maastricht comme fondement de la politique communaautaire sur l’environnement. (Article 130 R) etc... En France il est cité dans le procès du sang contaminé, est référé dans la loi Barnier, et enfin il y est fait explicitement référence dans la décision relativer aux OGM, le 25 sept 1998.
Holtzman N.A. XE "Holtzman N.A." , Proceed with caution XE "caution"  : predicting XE "predicting"  genetic risks in the recombinant DNA era. John Hopkins University Press, Baltimore, 1989.

Tanguy Pierre, “Les accidents techniques, facteur humain et responsabilité pénale”, Annales des Mines, Octobre 1997, pp 57-59. Le principe de précaution devriendrait principe pénal au delà de toute obéissance procédurale. XE "Tanguy Pierre, “Les accidents techniques, facteur humain et responsabilité pénale”, Annales des Mines, Octobre 1997, pp 57-59. Le principe de précaution devriendrait principe pénal au delà de toute obéissance procédurale." 
Tanguy P XE "Tanguy P" , “Engagement des responsables et culture de sûreté”, (INSAG-3 XE "INSAG-3" , INSAG-4 XE "INSAG-4" ), Préventique-Sécurité, N° 19, février 1995, pp. 34-36. Ce court article fait bien le point sur les approches des rapports de l’AIEA nommés INSAG 3 et 4 en matière de culture de sûreté. L’auteur rappelle que le facteur humain existe toujours sous ses deux faces : “d’un côté l’erreur humaine qui peut initier ou aggraver un incident, et de l’autre l’aptitude humaine à déceler et éliminer les problèmes potentiels”. Il donne une définition de la culture de sûreté : “l’ensemble des caractéristiques et des attitudes qui, dans le organismes et chez les individus, font que les questions relatives à la sûreté des centrales nucléaires, bénéficient, en priorité, de l’attention qu’elles méritent en fonction de leur importance”. Il distingue engagement des responsables et engagement des individus (attitude interrogative, démarche rigoureuse et prudente, etc..)

Vilain J.P XE "Vilain J.P" ., Lemieux Cyril XE "Lemieux Cyril" , “La mobilisation des victimes d’accidents collectifs XE "victimes d’accidents collectifs" , vers la notion de “groupe circonstanciel”, in “Politiques du Risque, dossier coordonné par Cyril Lemieux, Politix, l’Harmattan, n° 44, 4e trimestre 1998, pp135-160.
Bonne revue des arrêts de justice pour plusieurs accidents canoniques : L’incendie du Sélect, 89 morts en 1947. (Un seul inculpé, le propriétaire-gérant du cinéma. Incendie du collège Pailleron (1973) XE "collège Pailleron (1973)" , l’incendie des thermes de Barbotan (1991) XE "Barbotan (1991)"  Dans ce cas, et pour la première fois, plusieurs “administratifs” seront inculpés jusqu’au préfet (mais relaxés). Met en évidence la division entre “blocs d’Etat”, Etudie la formation et de développement des associations de victimes de plus en plus actives et efficaces. Elabore à ce propos de la notion de “groupe circonstanciel XE "groupe circonstanciel" ”, à partir duquel les victimes se muent en experts (le phénomène de l’”advocacy” aux Etats-unis).

Lire aussi

Jonas H. XE "Jonas H." , Le Principe “Responsabilité”. Une éthique pour la civilisation technologique, Cerf, Paris, 1995.

Lanoy L. XE "Lanoy L." , Réflexions sur la place et la portée des principes généraux du droit de l’environnement. Bulletin du droit de l’environnement industriel, 2/96, pp 2-8/

Lascoumes M. XE "Lascoumes M." , transactions sociales et modalités d’objectivation du nouveau principe de précaution”, Institut Européen des Cindyniques, du danger au risque, économie des transactions dans la régulation sociale, Energies-Santé, 1996, vol 7, 2, pp 66-77.

Martin G. XE "Martin G." , “Précaution  XE "Précaution " et évolution du droit, Responsabilité et Environnement, Dalloz-Sirey, 1995, 39e cahier, pp 299-306.

Galland J.P. XE "Galland J.P." , Decrop G. XE "Decrop G." , Prévenir les risques : de quoi les experts XE "experts"  sont-ils responsables ?, Editions de l’Aube, Paris, 1998.

Cameron J. XE "Cameron J."  , Wade-Gery W , XE "Wade-Gery W ,"  “addressing uncertainty. Law, policy, and the development of the precautionary principle XE "precautionary principle" ”, in Dente B., (ed), Environmental policy in search of new instruents. Fordrecht, Kluwer Academics, pp 95-142.

Godard O. XE "Godard O." , “le principe de précaution XE "principe de précaution"  : renégocier les conditions de l’agir en univers controversé, Natures, Sciences, Sociétés, 6 (1), pp 41-45.

Godard O. XE "Godard O." , “Sur la nature du principe de précaution XE "principe de précaution"  et ses effets sur la responsabilité”, Esprit, Juin, pp. 185-189.

Hermitte M.A. XE "Hermitte M.A." , Noiville C. XE "Noiville C." , “La dissémination volontaire d’organismes génétiquement modifiés dans l’environnement. Une première application du principe de prudence XE "principe de prudence" .”, Revue juridique de l’environnement, (3), pp 391-417.

Lascoumes P. XE "Lascoumes P." , “La précaution XE "précaution" , un nouveau standard du jugement”, Esprit, Novembre 1997.

O’Riordan T XE "O’Riordan T" , Cameron J. XE "Cameron J."  eds, Interpreting the precautionary Principle XE " precautionary Principle" , London, Earthscan, 1994.

Setbon M. XE "Setbon M." , “Le principe de précaution XE "principe de précaution"  en questions”, Revue française des affaires sociales, (3-4), décembre 1997, pp 201-207.

Foyer J XE "Foyer J" , “Autour de la responsabilité et de la précaution”, in Tubiana M., Vrousos C., Carde C., Pagès J.P., (eds) Risque et Société, Nucléon, Paris, 1998 pp 23-38. (Actes du colloque Risque et société XE "Risque et société" , réalisé sous l’égide de l’Académie des sciences, dans le cadre du centenaire de la découverte de la radioactivité XE "radioactivité" , Cité des sciences et de l’industrie de Paris-la Villette, 18-20 Novembre 1998. Publié à la demande du centre Antoine-Béclère, pp.276-277.

3. Imputations au sujet “psychique” (sujet de l’affect)

CAPP XE "CAPP"  (Centre d’Analyse des Pratiques Professionnelles XE "Centre d’Analyse des Pratiques Professionnelles" ), (Fillion Fabienne XE "Fillion Fabienne" , Gilon Christiane XE "Gilon Christiane" , Jaillon Dominique XE "Jaillon Dominique" , Ville Patrice XE "Ville Patrice" , Blique J XE "Blique J" , Giust Desprairies F XE "Giust Desprairies F" , Weber L. XE "Weber L." ) Critique de la vie quotidienne dans les centrales nucléaires, rapport d’enquête de Juillet 1989, paris, Ronéo, 83 pp.Ce rapport d’enquête est précis et vivant, concernant les attitudes des personnels de conduite (du Bugey XE "Bugey"  , de Gravelines XE "Gravelines" , de Belleville XE "Belleville"  et de St Alban XE "St Alban" ), et notamment leur sentiment général de “ne pas être reconnus” (que l’on retrouve dans le livre de M. Llory XE "Llory"  sur le silence des opérateurs). Il montre aussi fort bien l’angoisse devant la combinaison écriture-informatique, fatale pour la connivence essentielle dans le maintien actif de la sûreté, la noyade sous les formulaires, qui déplace le contrôle vers l’extérieur. En revanche, en jouant sur les concepts identitaires, il tend à trop conflictualiser la relation entre les groupes ou les équipes, et à sous-estimer les réseaux interindividuels qui cimentent la diversité fonctionnelle.

Maher BA XE "Maher BA" , “Pensée délirante et désordre perceptif”,Raisons pratiques, n° 7, 1999, La folie dans la place, Joseph I, Proust J., dir., pp 85 -101.

Que la pensée délirante entraîne un défaut de perception, voila qui est une position psychiatrique classique. Le problème devient plus complexe quand l’on admet (ce que ne fait pas l’auteur) que les pensées n’ont jamais de rapport direct au réel, sinon par le biais du fait qu’elles sont adressées “à un autre”. C’est par cette relation indirecte que nous finissons par savoir si nos actions auront des effets attendus, parce que fondées sur des perceptions correctes. La psychologie naïve (inspirant le cognitivisme) selon laquelle la pensée se trouve “dans le cerveau” (alors qu’elle est échange de symboles construits dans le social) montre ici son insuffisance radicale. L’hallucination est constitutive de nos perceptions, et seule la capture sociale de cette hallucination produit un effet de “réalisme”. C’est pourquoi chaque individu peut si facilement basculer dans l’hallucination dès lors que le milieu social où il se déplace lui renvoie un imaginaire homogène (ainsi dans la convergence organisationnelle de la NASA produisant l’imaginaire de la défense en profondeur sur les joints des boosters de Challenger. Le sujet psychique, s’il existe, est donc d’abord celui qui est affecté... par la pensée des autres.

International Ergonomics Association XE "International Ergonomics Association" , “stress and mental load”, From experience to Innovation, Proceedings of the 13th triennial Congress of the IEA, Tempere (Finlande) 29 juin-4 Juillet 1997

La charge mentale (indicateurs de fatigue mentale face aux prises de décision ou aux anticipations)

.i.Duval R;., Temps et .i.vigilance;, Vrin, Paris, 1990
Ce livre de logique et de phénoménologie montre que la présence au monde qu’est la vigilance est un “se tenir prêt à réagir face à l’imprévisible et un se maintenir prêt contre toute défaillance.” Dans cette position existentielle “paranoïaque”, tout doute alimente l’éveil. l’inconnu et le suspens sont matière à conscience. La vigilance, contrairement à la prévision et à la prophétie suppose une continuité entre répétitions passées, présentes et futures. Ce qui surgit se prépare dans le passé. Ou plutôt il commence dans le passé et non dans le présent de la surprise. Cette référence utilisée par l’équipe des “médiologues” du risque de l’EHESS (ils me haïront à vie pour cette étiquette) signe pour moi l’affinité de leur approche avec le pôle “métis” de l’imputation subjective. Ces chercheurs concoivent fondamentalement les mobilisations et les alertes comme des phénomènes de constitution de la subjectivité politique. Nous restons donc dans le domaine phénoménologiste de l’intention. Et nous sommes du même coup évidemment amenés à y répondre par la nôtre, plus ou moins cachée par l’objectivité “neutre” de l’analyste.

Haas J XE "Haas J" , “Learning real feelings : a study of high steel iron worker’s reaction to fear and danger XE "worker’s reaction to fear and danger" . “ Sociology of Work and Occupations, n°4, 1977.

Carpentier-Roy M.C. XE "Carpentier-Roy M.C." , Trémolières-Revuz C. XE "Trémolières-Revuz C." , Maranda M.F. XE "Maranda M.F." , et alii, Évolution de la demande dans le champ de la santé mentale, travail, nouvelles formes de pathologies, pathologies de l’exclusion XE "pathologies de l’exclusion"  et pathologies de l’excellence XE "pathologies de l’excellence" , Colloque International de psychodynamique et de psychopathologie du travail, Laboratoire de psychologie du travail, CNAM, vol 1, Paris1997.

Inspirés pour nombre d’entre eux par les travaux de C. Dejours, ces approches traduisent en termes de psychologie les questions du travail : décompensation , idéologies défensives (dans le nucléaire), reconnaissance et valorisation, subjectivité, affectivité, souffrance, pouvoir, “passage à l’acte criminel”. L’affinité de ces approches avec l’imputation des actes juridiques à la personne est flagrante (c’est le cas de le dire...). Dans les deux cas, un sujet “responsable” (ou non, ce qui relève de la même logique) est tenu pour cause d’actes. On est donc dans le pôle “métis”. La bifurcation essentielle avec les approches à la responsabilité juridique tient ici à ce qu’on s’intéresse à “ce qui arrive” au sujet (en collectif), pris comme patient d’affects (souffrance, stress, etc.). La question se déplace alors pour savoir qui décide de l’objectivité de ce qui occupe ainsi un sujet en creux. Serait-ce l’autorité de la “science” psychiatrique ? L’interprétation psychologique, rappelons-le, n’est pas différente de l’imputation juridique en cela qu’elle est arbitraire et arbitrale. Mais pour cette dernière, le caractère “fictionnel” du procès est connu et assumé comme tel, alors que dans le cas de l’interprétation psychiatrique, ce caractère se cache derrière le statut d’expert. Qu’il s’agisse de soutenir des “victimes” ou d’interpréter des “passages à l’acte”, la position d’expertise demeure problématique dans son “excès d’autorité” possible par rapport à d’autres approches.
Par exemple, faut-il rappeler que le fameux “passage à l’acte”, est , bien avant de s’expliquer psychiquement, l’effet de toute l’action sociale. En préjuger ainsi dans une locution dépréciative implicite est une manière de ne pas recevoir “tychè” dans sa nature d’expérience du réel, originelle et sans doute irremplaçable pour construire ensuite autour les trois dimensions du jugement (qui n’est que parole sur le réel) : épistémé (savoir contextuel), métis (imputation subjective), thémis (évaluation collective de l’acte). Pour le dire de façon abrupte : le “crime” est premier. Sans erreur dans l’acte, sans accident, sans événement issu de la pratique, sans expérience d’une traversée du danger, aucune des disciplines qui en font leur miel n’existeraient... L’interprétation est toujours seconde et toujours incomplète (sans cela on ne republierait pas le 76e article sur TMI...)

Goguelin P. XE "Goguelin P." , L’homme et la prévention des risques, Humanisme et Entreprise, n° 223, Juin 1997, pp. 37-49.

Approche intéressante de l’accident comme conduite rationnelle, ce qui nous change des scies sur l’erreur humaine, cette notion cognitivo-criminologique. En effet, une bonne partie de l’événement nommé (accident) est constitué des tentatives de normaliser un cours événementiel non maîtrisé, ou en minimiser les effets. On pourrait ainsi opposer à l’arbre des causes (qui ignore la tentative de réparation en tant qu’elle n’a pas conduit à l’aggravation de l’état), une description par séquences de choix possibles, avec émergence d’un jeu de hasard. L’erreur apparaît ainsi seulement a posteriori. Maximiser les chances de chaque jeu (dans chaque état) implique moins de “rationaliser la joueur” (qui est présupposé l’être), mais de diminuer ses marges d’incertitude.

Kontogiannis T. XE "Kontogiannis T."  User’s strategies in recovering from errors in man-machine systems XE "errors in man-machine systems" , Safety Science, Vol 32, n° 1, Juin 1999, pp. 49-68.

La correction des erreurs par leurs propres auteurs.


-L’approche “au sujet souffrant de la culture comme contrainte”
(C. Dejours.)


Dejours C. XE "Dejours C." , Travail, Usure mentale : essai de psychopathologie du travail, nouvelle édition augmentée “de la psychopathologie à la psychodynamique du travail”, Bayard Editions, Paris, 1993. (1980.)

Dejours C.  XE "Dejours C. " (Sous la direction de) Plaisir et souffrance dans le travail (T., I et 2), Editions de l'AOCIP, Paris 1988, 208 pp.

Dejours C. XE "Dejours C." , "Travail et santé mentale : de l'enquête à l'action", in Prévenir, Vol II, Cahier 19, 2ème sem. 1989

Dejours C.  XE "Dejours C. " , "Psychopathologie et rapports sociaux au travail", Revue de médecine psychosomatique, n°20 Décembre 1989.

Dejours C. XE "Dejours C." , Jayet C XE "Jayet C" , Rapport d’enquête sur le rapport santé mentale dans une industrie de process, Ministère de la recherche, n ° 88 D 1125, AOCIP XE "AOCIP" , Laboratoire de psychologie du travail XE "Laboratoire de psychologie du travail"  du CNAM, 1991

Dejours C. XE "Dejours C."  “Pour une psychologie dynamique du travail”, in n° Spécial “ Organisation et risques du travail,CFDT XE "CFDT"  Aujourd’hui, n° 104, Février 1992, pp. 15-29

Dejours C. XE "Dejours C."  “Pathologie de la communication. Situation de travail et espace public : le cas du nucléaire.” Raisons pratiques, editions de l’EHESS, Paris, n° 3, “Pouvoir et légitimité-figures de l’espace public”. 1992, pp 177-201.

Dejours C. XE "Dejours C." , Dessors D. XE "Dessors D." , Billiard I. XE "Billiard I." , Molinier P. XE "Molinier P." , Davezies P. XE "Davezies P." , Bensaid A. XE "Bensaid A." , Canino R. (Laboratoire de psychologie du travail, CNAM XE "Laboratoire de psychologie du travail, CNAM"  XE "Canino R. (.i.Laboratoire de psychologie du travail, CNAM" );, “Rapports nationaux des enquêtes de psyvhodynamique du travail”, Procès verbaux du Comité National d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail XE "Comité National d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail" , EDF XE "EDF" -GDF XE "GDF" , n° 182 et 184, 1993.

Dejours C. (professeur auCNAM XE "CNAM"  laboratoire de psychologie du travail), organisation et présidence, introduction au Colloque international de psychodynamique et psychopathologie du travail, CNAM, Paris, 30-31 Janvier 1997.

Dejours C. Souffrance en France, Seuil, paris, 1998.

Christophe Dejours représente incontestablement l’un des grands pôles de la discussion en sciences humaines sur les risques de sécurité et de sûreté en France, à l’égal de Lagadec, du pôle Callon-Latour, de l’Assurantiel Ewald, de M. A. Hermitte, des Cindyniques, etc.
Il représente d’abord un discours de résistance humaine, ou plutôt “corporelle” (en y incluant le psychisme) à la situation de production considérée comme essentiellement contraignante et inductrice de souffrance. Il n’y a pas de dénonciation du risque ou d’alerte du danger, ni de solution organisationnelle, mais essentiellement la parole donnée au vécu des stress, des difficultés, des douleurs morales ou physiques de la situation individuelle et collective. Il y a aussi chez Dejours un aspect analytique, au sens où des comportements collectifs et organisationnels en apparence rationnels (ou en réalité), sont considérés comme remaniements inconscients de perceptions insupportables par les sujets.En un sens, cela se rapproche des études de D. Duclos sur l’euphémisation fonctionnelle (la non-perception) de certains risques. Mais à la différence de ce que nous nommons ici l’approche analytique, la démarche de C. Dejours est presque toujours insérée dans un discours de jugement implicite, de dénonciation d’intentions pathogènes . Ces intentions seraient inscrites dans l’action productive au titre de plaisir recherché, y compris de masochisme d’un plaisir inscrit comme souffrance. Ce choix n’est en rien criticable, et est probablement indispensable au débat et au fonctionnement du champ. Mais il demeure une sorte d’éloge du “cri” (qu’on retrouve par exemple chez : Cru D. XE "Cru D."  “La paradoxale éloquence sur la peur des agents de conduite de train : clamer la peur pour calmer l’angoisse”, in Colloque international de psychodynamique et psychopathologie du travail, CNAM, Paris, 30-31 Janvier 1997.), qui relève d’une rhétorique de la résistance à la logique productive. Il y a là de quoi décontenancer les managers, alors que le propos en reste légitime pour le citoyen : après tout, pourquoi produire, si cela doit entraîner tant de stress ou de souffrance pour les agents de production ? Paradoxalement ce “cri” peut être plaidoyer à son corps défendant pour une plus grande automatisation de la production, et le passage à des systèmes passifs qui ne dépendraient pas du facteur humain.

Cru D. XE "Cru D." , Dejours C. XE "Dejours C." , “les savoir-faire de prudence dans les métiers du bâtiment. Nouvelle contribution de la psychopathologie du travail à l’analyse des accidents et de la prévention dans le bâtiment”, Les Cahiers médico-sociaux, Genève, 27e année, n° 3, 1983, pp 239-247.Dejours C. XE "Dejours C."  “Intelligence pratique et sagesse pratique : deux dimensions méconnues du travail réel”, Revue Education permanente, Comprendre le travail, première partie, N° 116, 3e trimestre 1993, pp 47-70C. Dejours (abordé par ailleurs comme “leader” dans le domaine de la dénonciation des inducteurs de “souffrance” en situation de travail à risque) est aussi (lorsqu’il travaille avec Daniel Loriot, Damien Cru ou Michel LLory) attentif aux pratiques effectives des opérateurs. C’est probablement à Damien Cru, inspecteur du bâtiment, qu’il faut probablement attribuer l’interessant concept de “pratiques de savoir de prudence”.

Dejours C. XE "Dejours C." , “Pathologie de la communication, Situations de travail et espace public : le cas du nucléaire”; in : Cottereau A., Ladrière P. (dir), Pouvoir et légitimité. Figures de l’Espace Public, Raisons Pratiques, 3, 1992.

Dessors D XE "Dessors D" , Limoge F XE "Limoge F" , Davezies P. XE "Davezies P." , et alii. “Dossier : vous avez dit stress ?”, Santé et Travail, n° 19, avril 1997, pp. 27-53.

Dossier centré sur les récits d’expériences personnelles en termes de souffrance psychique XE "souffrance psychique"  (conduite de trains, vendeuse, opérateur télématique, opérateur centrale nucléaire, etc..).
L’éclatement des collectifs de travail dans le nucléaire et la socialisation de la souffrance psychique.
On est dans le registre dont le chef d’orchestre est C. Dejours, professeur de psychologie du travail au CNAM.

Davezies P. XE "Davezies P." , Torrente J. XE "Torrente J." , Dessors D. XE "Dessors D." , Motte B. XE " Motte B." , et alii, Psychodynamique du travail et évolution des pratiques; perspectives et difficultés, Colloque international de psychodynamique et de psychopathologie du travail, Paris, 30 Janvier 1997, Vol 2, 402 p. Laboratoire de psychologie du travail, CNAM, Paris, 1997.

S’est déployée à cette occasion la démarche dejoursienne, utilisée par de nombreux chercheurs, autour des thèmes de la subjectivité, de la souffrance, des stratégies défensives pour éviter collectivement l’expression de la souffrance “normale” et individuelle, du maniement et du management de la subjectivité, etc. Ceci dans des secteurs fort variés.

Dwyer T. XE "Dwyer T." ;, Life and Death at work, Industrial Accidents XE "Industrial Accidents"  as a case of socially produced error, Plenum Studies in Work and industry, 1991.

C’est le style de management froid, impersonnel, sadique, “abrasif” au productivisme et au “rentabilisme” systématique qui induit le plus fortement l’erreur humaine des opérateurs.

Juffé M., XE "Juffé M.,"  A Corps perdu,:L'accident du travail existe-t-il ?, Le Seuil, Paris, 1980. Classique ancien mais de plus en plus actuel : l’auteur y évoque déjà ce qui deviendra endémique aujourd’hui avec les systèmes de primes au “zéro accident” : la non déclaration d’accident ou d’incident par les intéressés. Les statistiques baissent donc, mais en discordance avec la réalité. Part du phénomène plus général du “silence des opérateurs” étudié par M. Llory.

Molinier P. XE "Molinier P."  (ed), Werber-Hervé, V. XE " Werber-Hervé, V." , (ed), Colloque international de psychodynamique et de psychopathologie du travail, Paris, 30 Janvier 1997, Vol 2, 402 p. Laboratoire de psychologie du travail, CNAM, Paris, 1997.

Les nouvelles pathologies d’exclusion et d’excellence, la question de la parité des sexes. Au fond, la pathologie du travail en soi, dans sa forme toujours plus sédentaire et répétitive.


-Le sujet de l’activité

Clot Y XE "Clot Y"  (dir), Les histoires de la psychologie du travail XE "psychologie du travail" , Octarès, Toulouse, 2000.

Tout vient de l’histoire et du laboratoire de psychotechnique de la société de transports en commun de la région parisienne en 1925

Clot Y , La fonction psychologique du travail, PUF, coll le travail humain, Decembre 1999, Paris, PUF

Depuis qu’il est devenu professeur au CNAM, Y. Clot tente de se démarquer un peu de son ami et collègue, C.Dejours, en insistant sur l’épistémologie intérieure de la psychologie du travail (dont on sent qu’il aimerait bien la rebaptiser “psychologie de l’activité”). Il a critiqué la thèse de l’idéologie défensive du métier, et tourne beaucoup moins autour de la question de la souffrance que C. Dejours. Il insiste davantage sur la question de l’autoproduction des savoirs et des pratiques à l’intérieur d’un espace situé entre genres professionnels, et styles d’action. ( ses auteurs fétiches sont sur ce point Bakhtine XE "Bakhtine" , et Vygotski XE "Vygotski" ) .

Il est certainement utile de “normaliser” la question des fonctions psychologiques du travail, dans la lignée de Freud affirmant son côté salvateur. Ira-t-on jusqu’à nier sa nature très largement névrotique, sur laquelle, précisément, insistait Christophe Dejours ? (Tout un débat !). Il ne faudrait pas que nous assistions ainsi à la “clôture” d’un refoulement si fondamental pour nos sociétés.

Ross J. XE "Ross J."  et Staw B.M XE "Staw B.M" , “Organizational Escalation and Exit : Lessons from the Shoreham Nuclear power Plant”, Academy of Management Journal, vol 36, n° 4, 1993 La centrale américaine de Shoreham, qui a été démantelée sans avoir jamais fonctionné : les auteurs analysent le phénomène de l’irréversibilité psychosociologique, l’engagement sans retour imaginaire qui induit qu’on va jusqu’au bout d’un projet qui ne marchera pas (mais cette heuristique peut fonctionner dans certaines actions sportives ou expérimentales).

.i.Starbuck W.H.; .i.Milliken F.J.;, “Challenger : fine tuning the odds until something breaks”, Journal of Management Studies, vol. 25, 1988, pp. 319-340 Il y a trois cartes cognitives, trois logiques dominantes : “le succès entraîne le succès”, “le succès entraîne l’échec”, et “on doit toujours douter méthodiquement, à chaque coup tiré”. C’est la première heuristique qui a été suivie, au fond tout à fait dans le schéma américain culturel du “gambler” (sur le joueur pathologique : voir Valleur XE "Valleur"  et Bucher XE "Bucher" , le jeu pathologique, Que sais-je ?, Paris, 1997). On peut aussi interpréter Challenger comme apprentissage excessif : ce sont les tests sous pression supérieure qui ont rendu les joints des boosters plus fragiles.


4. Imputation au sujet politique (et économique)

Choix collectifs de risque

Rivasi M. XE "Rivasi M." , Crié H. XE "Crié H."  , Ce nucléaire XE "nucléaire"  qu’on nous cache, Paris, Albin Michel, 1998.

Rivasi M. XE "Rivasi M." , “Les conséquences des installations de stockage des déchets nucléaires XE "stockage des déchets nucléaires"  sur la santé publique et l’environnement (Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et techniques XE "Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et techniques" , Rapport n° 2257 de l’Assemblée nationale et du sénat.), Paris, 2000.

Cette députée note que le CEA ne doit pas trop être chargé de la fonction “déchets”, car la fonction recherche pourrait en souffrir.
Elle note que l’innocuité des faibles doses à long terme n’est pas suffisamment démontrée, et que le principe de précaution implique de ne plus diluer les déchets dans l’environnement mais de les reconvertir en déchets solides. Il faut légitimer l’ANDRA et lui faire intégrer la radioprotection. La réglementation française doit rejoindre le niveau européen.

Gilbert C. XE "Gilbert C."  Le pouvoir en situation extrême, L’Harmattan, Paris, 1992.
La situation extrème crée une temporalité spécifique, plus homogène (l’urgence, l’opération) , qui n’est pas celle des alternances de temps morts et de temps forts d’une situation “ chronique”. Laquelle a besoin “d’attracteurs temporels” pour se soutenir (dates de remise de rapports, inspections, etc.)

Pézerat H. XE "Pézerat H." , “Recherche, expertise XE "expertise"  et veille sanitaire XE "veille sanitaire" ”Préventique-Sécurité, n° 49, Janvier-Février 2000, pp. 49-53.

. “Pour une nouvelle prévention en santé au travail, l’exemple de l’affaire de l’ XE "amiante" ”,Préventique-Sécurité, n° 57, juin 2001. XE "Pézerat H. “Pour une nouvelle prévention en santé au travail, l’exemple de l’affaire de l’.i.amiante\;”,Préventique-Sécurité, n° 57, juin 2001." 
D’après l’auteur, -vieux baroudeur de la lutte contre les pathologies de l’amiante les employeurs et les pollueurs ne doivent plus continuer à gérer les institutions de santé travail et santé environnement, ce qui a mène systématiquement à retarder ou rendre impossible les décisions (comme le refus pur et simple de l’amiante). L’Etat doit prendre le relais d’un paritarisme démagogique.

.i.Barthe Y;, “Les déchets radioactifs sont-ils gouvernables ?”, Annales des Mines, n°10, 1998.

Illustre bien les nouvelles formes de légitimation des pouvoirs et de l’expertise : observatoires divers, auditions publiques, conférences de citoyens, commissions locales d’information. Il n’est pas évident que ces efforts dans les formes changent vraiment le fond des pratiques classiques : secret, décision préalable à la consultation, manipulation communicationnelle substituée au débat de fond, etc. Cela mettrait plutôt pour moi la “duplicité” au rang de méthode systématique, en imitant en cela des sociétés plus avancées que la nôtre dans cet art.

(voir aussi, de Christian  XE "Valléry" , “L’épineuse question des  XE "déchets" ”,  XE "CCAS"  Info, n° 213, mai 2001, qui fait le point sur les solutions de rechange envisagées par le CEA, et P. le Hir, “Les recherches sur les déchets radioactifs progressent lentement”, Le Monde, 20 Mai 2000, ainsi que “Tchernobyl, la radiactivité contaminera lontemps la chaîne alimentaire” -étude de la revue Nature sur le césium 137 disséminé en Europe, Le Monde 19 mai 2000)

Leparmentier XE "Leparmentier"  Arnaud, Gallois XE "Gallois"  Dominique, “le consensus antinucléaire allemand à l’épreuve du transport des déchets”, Le Monde; 28 Mars 2001

Despic-Popovic H. XE "Despic-Popovic H."  “Le parlement russe veut atomiser l’Oural : une région irradiée veut importer des déchets nucléaires” XE "déchets nucléaires”" . Libération, 29 Mai 2001.

Rebelle B  XE "Rebelle B " (Greenpeace france), Thierry J.L, XE "Thierry J.L,"  (Greenpeace France),
“Stop, la poubelle nucléaire est pleine !, Le Monde, 14 Mars, 2001

Birraux C. XE "Birraux C."  (Député, membre de l’OPECST XE "OPECST" ), “pour plus de sûreté et de sécurité des centrales nucléaires” (incident du Blayais XE "Blayais" - 27-28 décembre 1999), la communication d’EDF, la communication entre pouvoirs publics, gestion de la crise, les actions de l’IPSN, Préventique-Sécurité, n° 51, Mai-Juin 2000, pp. 59-70.

Un député “spécialisé” nous informe à chaud de cet “incident” -classé 1 sur l’échelle de l’INES, qui aurait pu être gravissime (inondation pendant trois jours des sous-sols, mise hors d’usage de pompes de réfigération, coupure de la route d’acès au site, coupure des téléphones permettantde joindre les personnes d’astreinte, etc.). L’amplitude des vagues de la Gironde consécutives à la tempête de décembre 1999 n’a pas été prévue. Les exercices de crise n’avaient été exécutés que sur des “parties ensibles”, et non sur une myse en cause générale du système par l’inondation.
Le député met l’accent sur l’insuffisance de la communication d’EDF (pourtant simple et claire “il y a de l’eau dans tel bâtiment”.), et sur les problèmes de transmission de l’information aux autorités centrales (ce qui montre le biais du “politique” et de son souçi médiatique), car une crise de ce type mobilise surtout les acteurs locaux et régionaux (moyens de pompage des pompiers). La critique d’une information “précoce” du ministre de l’environnement peut sembler déplacée : elle est significative du caractère politique de ce type d’incident. Le motif d’inquiétude premier me semble plutôt le désarroi des personnels devant la multiplication ds signaux d’indisponibilité ou de défaillance de dispositifs redondants invalidant la défense en profondeur. Ensuite la situation sera récupérée assez vite. (selon l’IPSN, la tranche 1 aurait encore disposé d’une dizaine d’heure pour agir avant la fusion du réacteur en cas de défaillance du système d’alimentation en eau de secours des générateurs de vapeur assurant la puissance résiduelle )-Le dispositif de création d’une équipe de crise au CTC de l’IPSN semble intéressant mais, en cas de “noyade” du système (et des “senseurs” informatisés) dans un désastre naturel, ne peut-on pas envisager des effets contre-productifs de faux diagnostic ?
Au reste a-t-on assez dit que le système s’est plutôt bien comporté, que les eaux pompées ne comportaient que très peu de radioctivité…? Le véritable “accident médiatique” a sans doute été évité là (répercussions d’amplitude mondiale assurées).
Excellent dossier précis, au demeurant. Rappelle par exemple que Belleville, Chinon, Dampierre, Gravelines, et Saint Laurent, -et aussi de Fessenheim et du Tricastin (canaux)- ont des late-forme d’îlot nucléaire calées au dessous de la côte de sécurité (CMS).
A noter : l’intervention directe d’un politique dans une revue technique à titre d’expert. Signale probablement le changement de statut des “tireurs d’alarme” dans la société (voir infra.).

Kert C. XE "Kert C."  (député, OPECST), “La sécurité des tunnels XE "sécurité des tunnels"  en France (dossier),Préventique-Sécurité, n° 51, Mai-Juin 2000, pp. 5-45.

Sur 23 incendies de tunnels recensés depuis 1949 (en y incluant l’incendie du tunnel du mont blanc, qui, le 24 mars 1999 a tué 39 personne, puis celui du 23 mai1999 en Autriche, à Tauern), tous impliquent au moins une collision ou incidant matériel avec un poids lourd, pour la plupart sans transport de matières dangereuses, mais seulement facilement liquiéfiables (graisses, huiles, margarine..). L’auteur envisage le ferroutage comme une des réponses, et des péages plus élevés (mais la capacité de grêve bloquante des routiers tient en respect cette deuxième solution).
Il cite l’exemple du tunnel “maurice Lemaire” (vétuste et étroit) de Sainte Marie aux Mines, qui reçoit,sur ses 7 km, un trafic journalier de 1000 poids lourds. (on récemment interdit les plus de 3,5 tonnes.). D’autres tunnels (du chat, du lioran, etc) sont aussi fustigés. Mais la question est-elle de recreuser des tunnels un peu partout. (Foix, Orelle, Toulon, Somport, A 86 ouest, Roissy TTC), de les réaliser tous avec deux tubes unidirectionnels, de contraindre les conducteurs à des comportements prudents (et d’installer des relais de CB dans les tunnels) .. ou d’envisager une limitation du trafic par poids lourds, cette plaie du transport contemporain ?
Même remarque que précédemment : les politiques cherhent à s’imposer directement comme experts, par le biais de l’expertise accumulée à l’Office Parlementaire des Choix Technologiques et Scientifiques. C’est probablement significatif d’un attrait plus grand de la position de “tireur d’alarme” dans le débat social contemporain.

Guéguen M. XE "Guéguen M." , La marée noire de l’Amoco Cadiz XE "Amoco Cadiz" , CMD éditions, Montreuil-Bellay, 1999.

La marée noire ayant eu lieu le 16 mars 1978 répandant 220 000 tonnes de pétrole sur les côtes bretonnes
-Cause 1., la technique : le gouvernail du bateau montre des signes de faiblesse depuis 4 ans, depuis les premiers essais du bateau, rappelle Guégen, et ne tarde plus à ne plus fonctionner.
-Cause : 2. la volonté de profit : le capitaine négocie pendant des heures un contrat de remorquage avec une compagnie allemande, alors que le navire dérive sur des hauts fonds. Le remorquage aura lieu trop tard. L’information sera clarifiée par un procès-monstre, dont Amoco se tira à relativement peu de frais.

Le Déaut J.Y. XE "Le Déaut J.Y." , Le responsable politique face à la gestion des risques, in Tubiana M., Vrousos C., Carde C., Pagès J.P., (eds) Risque et Société, Nucléon, Paris, 1998 pp 23-38. (Actes du colloque Risque et société XE "Risque et société" , réalisé sous l’égide de l’Académie des sciences, dans le cadre du centenaire de la découverte de la radioactivité XE "radioactivité" , Cité des sciences et de l’industrie de Paris-la Villette, 18-20 Novembre 1998. Publié à la demande du centre Antoine-Béclère, pp.263-273.

“La banalisation du principe de précaution risquerait de devenir un obstacle au progrès scientifique et à la recherche.”

“De nombreux experts pensent que les catastrophes naturelles des régions tropicales comme le cyclone Mitch, ou El Nino, sont des conséquences directes du réchauffement climatique.”

Entre ces deux assertions assumées par l’auteur, toute l’amplitude du désarroi d’un élu fort compétent de notre Assemblée Nationale.

La vigilance et L’alerte : les “siffleurs” ou “tireurs d’alarme” (F.Chateauraynaud )

Belbéo’ch Roger XE "Belbéo’ch Roger"  « Technoblues, De la servitude volontaire à la nécessité de la servitude, L’esprit frappeur, 2001.

Avec la montée des périls, monte aussi, c’est inévitable, la montée des angoisses, des cris de révolte, des condamnations tous azimuts. Typique est ce petit livre effusif et assez mal fait, construit de collages (parfois répétés) qui s’en prend à tout le monde sur le ton de la hargne ironique : menteurs sont les experts, complices sont les médias. On noux cache tout.. On est dans la dénonciation paranoïde et provocatrice qui joue sur les ressorts de la haine. Dangereux type de premier pas vers un ressentiment généralisé qui ne réglerait strictement rien et ajoute au risque sa dimension la plus effrayante.

Boltanski L. XE "Boltanski L."  “Alertes, affaires et catastrophes, logique de l’accusation et pragmatique de la vigilance”, Actes de la cinquième séance du séminaire du programme Risques collectifs et Situations de Crise XE "séminaire du programme Risques collectifs et Situations de Crise" , Département des sciences de l’homme et de la société, XE " Département des sciences de l’homme et de la société,"  CNRS XE "CNRS" , 15 Février 1996, Ecole des Mines de Paris XE "Ecole des Mines de Paris" .
Grand sociologue, élève de P. Bourdieu, Boltanski s’est peu à peu éloigné de la “dénociation” en sociologie, pour y substituer un mode plus distancié, plus analytique. Mais, cette position est un peu affaiblie par le fait même qu’il reste pour ainsi dire fasciné par l’attitude dénociative et d’alerte. Il voit nettement la distinction à faire avec la pragmatique de la vigilance : ce que nous avons classé dans les “pratiques” (domaine I), mais ne perçoit pas sa propre position comme très proche d’un troisième pôle : celui de l’organisation extra-subjective proposée par Callon et Latour pour réinstaller la notion de continuum homme-machine. En ce sens, la position de L. Boltantski est un peu à la lisière de l’analyse.

Cicolella A XE "Cicolella A" . Evaluation des risques sanitaires et environnementaux résultant du naufrage de l’Erika XE "Erika"  et des opérations de nettoyage des côtes, rapport de synthèse et sept rapports sectoriels, INERIS, 2001

Cicolella A, XE "Cicolella A,"  Bonnard R XE "Bonnard R" , Dujardin R XE " Dujardin R" , Dor F XE "Dor F" , Gourier-Fréry C XE "Gourier-Fréry C" , Zmirou D XE "mirou D" , Evaluation du risque sanitaire par le fioul XE "fioul"  rejeté par l’Erika XE "Erika"  après dépollution XE "dépollution" , INERIS XE "NERIS" , 2001,

Boudet C. XE "Boudet C."  , Chemin, F XE "Chemin, F" , Bois F. XE "Bois F." , Cicolella A. XE "Cicolella A." , The Erika Oil Spill : a health risk assessment case study in an evolving french environmental health context, 10 th Annual Conference of the international society of exposure analysis, Monterey, 24 27 Octobre 2000.

Cicolella A. XE "Cicolella A."  “Santé au travail, un problème syndical aussi. Bilan de dix ans d’action de la CFDT XE "CFDT" -Lorraine, in n° Spécial “ Organisation et risques du travail,CFDT XE "CFDT"  Aujourd’hui, n° 104, Février 1992, pp. 61-68 Cicolella A. XE "Cicolella A." , “L’évaluation des risques, base pour une politique de substitution : application au cas des éthers de glycol, 6e journées d’information : le remplacement des solvants dangereux : quelles alternatives ?” Paris, 5-6 Décembre 1996
Cicolella XE "Cicolella"  est un “enfant terrible” de l’épidémiologie en santé au travail. On sait qu’il a dû démissionner de l’INRS pour ses travaux sur le danger des éthers de glycol, et qu’il travaille maintenant comme chercheur à l’INERIS XE "INERIS" . Exemple de résistance à l’environnement hiérarchique faisant pression pour limiter les protocoles de reconnaissance des risques gênants. Posture de “héros de l’alerte”. Peut-on s’en passer , même si c’est une position parfois irritante pour le groupe ou l’organisation ? (On peut se poser la même question pour la liberté de recherche en entreprise avec Marcel Goldberg XE "Goldberg"  ou Irène Imbernon XE "Imbernon" , à propos des effets des rayonnements électro-magnétiques, ou de l’exposition des personnels à l’amiante).

i.Derouet J.L;, (“la sécurité des établissements scolaires et universitaires : la constitution d’un domaine de risque) Torny D. XE "Torny D."  (“Vaches folles et maladie de Creutzfeldt-Jakob : dissémination des réseaux et protection du territoire), Lemieux C. XE " Lemieux C." , ( “Alerte et médias“) in “Quelques figures de l’alerte”, Actes de la 5e séance du Séminaire du Programme Risques Collectifs et Situations de Crise (SHS XE "SHS" , CNRS XE "CNRS" ), 5 février 1996.

Jasper J.M., XE "Jasper J.M.,"  “avoiding technological disasters : skepticism and belief in technical organizations”, Communication au contrès de l’ American sociological Association, Chicago, Août 1987.

Bernstein M XE "Bernstein M" , Jasper J.M XE "Jasper J.M" ., “les tireurs d’alarme XE "tireurs d’alarme"  dans les conflits sur les risques technologiques”, Politix, n° 44, 1998 (traduit de : “Interests and credibility, whistleblowers XE "whistleblowers"  in technological conflicts), Social Science Information, 35(3) 1996.).
Les auteurs montrent comment les “siffleurs” sont souvent des personnalités de grande probité professionnelle, qui sont déçus par les pratiques réellement en vigueur au sein de leurs institutions et finissent par les dénoncer publiquement. La mobilisation qu’ils tentent d’opérer recourt souvent à l’argument éthique et à la victimation. Ces démarches sont désormais protégées par la loi américaine.

Bonniot R. XE "Bonniot R."  “Danger de radiations ionisantes pour l’homme”, in Folie nucléaire, Editions de l’Epi, 1966.
Typique “lanceur d’alerte” à l’origine de l’option antinucléaire de certaines composantes écologistes, asez spécifiquement françaises (le nucléaire civil américain a été contesté pour ses implantations, pas pour la radioactivité en général)

Chateauraynaud F XE "Chateauraynaud F" , Essai sur le tangible, ronéo, EHESS, 1996.

Chateauraynaud F. XE "Chateauraynaud F."  Hélou C. XE "Hélou C." , Lemieux C. XE "Lemieux C." , Torny D. XE "Torny D." , . Alertes XE "Alertes"  et Prophéties, les risques collectifs entre vigilance XE "vigilance" , controverse XE "controverse"  et critique, rapport du programme risques collectifs et situations de crise du CNRS, 2 tomes, Paris, Décembre 1997.

Chateauraynaud F. XE "Chateauraynaud F." , Lemieux C. XE "Lemieux C." , Torny D. XE "Torny D." , “De l’alerte à la crise sanitaire : un modèle de transformation”, Actes de la onzième séance du séminaireu programme “Risques collectifs et situations de crise”, CNRS, Grenoble, 1998.

Chateauraynaud F. XE "Chateauraynaud F."  (entretien avec), “ Le lanceur d’alerte : paranoïa et vigilance démocratique ”, in Politique Santé n°1, décembre 1997.

Chateauraynaud F XE "Chateauraynaud F" , “la sociologie pragmatique à l’épreuve des risques : exercice de crise sur le dossier nucléaire”, in Politix n° 44, 1998, pp 76-108.

L’auteur va analyser finement les formes de l’argumentation qui est utilisée pour faire venir au jour des alertes publiques (spécialement autour des données présentées par J.F. Viel sur les leucémies autour de La Hague). Le dispositif stratégique est bien décrit, mais la fameuse “théorie pragmatique” des transformations dans le style d’action n’est guère convaincante pour une raison simple : Chateauréaynaud élimine d’emblée de son analyse les conditions globales du débat politique et l’évolution des rapports entre monde anglo-saxon et monde européen depuis la chute du mur de Berlin. Je ne suis pas sûr, par exemple, que l’article de Vieil aurait été publié par une revue scientifique britannique de renom avant 1989. Comment comprendre pourtant la “transformation” sans prendre en compte l’apparition d’une conflictualité culturelle et politique générale ?
D’une façon générale, le parti-pris événementialiste est utile comme narrativité indispensable, mais asez inutile comme source de théorisation, car il induit une forme de paraphrase de la mise en scène sociale. On n’apprend guère plus en lisant Chateauraynaud sur l’affaire Viel qu’en étant soi même plongé dans cette actualité, sinon qu’il s’en fait un narrateur de second degré, un peu comme une grande enquête de la BBC est plus “réflexive” qu’un plateau de 20h. Mais on reste entre journalistes..., même si il existe désormais une sous-espèce de sociologues-journalistes. Or je crois que les deux métiers, fort honorables chacun, ne peuvent s’exercer en même temps sur le même objet.

Chateauraynaud F XE "Chateauraynaud F" . , Torny D. XE "Torny D." , Les sombres précurseurs, un sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, EHESS, 1999.

Classique du genre, ce travail reprend les thèses de L. Boltanski, et plus largement de l’école du pragmatisme social , selon lesquelles l’action humaine ne peut s’interpréter hors de la double contrainte de la mise en scène (qui font exister les faits pour ceux qui ne sont pas concernés immédiatement), et de la stratégie des acteurs pour trouver emploi dans cette mise en scène. La “réalité” des faits -qui inclut évidemment un substrat irréductible) n’existe ainsi jamais sans une construction collective, elle-même complexe, contradictoire et politique. Ainsi l’alerte sur des faits dangereux ou accidentels est-elle d’abord l’effet d’un jeu pour se faire comprendre et entendre, parmi des acteurs qui, le cas échéant, ne le peuvent ni ne le veulent. La pragmatique symbolique (proche des thèses anglo-saxonnes, ou de la philosophie d’un R. Rorty) admet que les buts de l’action sont centrés par la position acquise ou désirée dans le jeu social et que que ses conditions de formalisation dépendent complètement du succès des “symboles” lancés, lesquels varieront à la fois selon le type de fait ( diffus ou précis, répétitif ou extensif, etc.) et selon les interlocuteurs choisis pour “constituer” ensemble la preuve (et notamment les médias). Dans ce procès de constitution du fait, bien des éléments resteront dans l’ombre, tandis que d’autres, apparemment mineurs, seron mis en exergue.
La multiplicité des exemples choisis et leur structuration dans le temps est intéressante, mais il y a risque d’une certaine trivialité tautologique, car, à étudier la dramatisation inévitable de tout fait entrant dans le monde social (par la double voie de l’argumentation et de l’évocation, l’une étant la limite de l’autre), on laisse dans l’ombre un problème majeur : quand les enjeux de la dramatisation sociale occultent la matérialité des dangers pour la société, comment le sait-on ? Si tout est intérieur au jeu des positions réciproques influençant la mobilisation en faveur de l’un ou de l’autre, quid d’une menace concernant tout le monde ? En se contentant de replacer les “dénonciateurs”, et les “lanceurs d’alerte” (traduction de la vieille notion américaine de “whistleblowers”, ceux qui donnent un coup de sifflet), dans la dramaturgie sociale, (à l’instar des sectes catastrophistes, par exemple), les auteurs veulent ignorer qu’un groupe humain entier -alerteurs inclus- peut décider de ne pas savoir quelle destinée il se promet en s’engageant massivement dans une technologie ou un mode de consommation énergétique. Comment le réel est nécessairement mis en forme sociale, c’est l’apport incontestable du constructionnisme. Comment cette mise en forme exclut d’autres représentations et donc d’autres savoirs, cette exclusion étant parfois un objectif intentionnel -même inconscient-, voila qui échappe à la sociologie “pragmatiste”, qui s’enferme elle-même dans le monde symbolique et imaginaire des enjeux, sans voir que le “réel” en fait aussi partie, précisément parce qu’on peut lui imputer de se comporter différemment de ce qui est discuté.
Exemple du “non dit” qui se produit sur l’envers même du “dévoilement des enjeux” : un bon tiers du livre est consacré à une histoire du scandale de l’amiante en France. Assez scrupuleuse cette chronologie “encadrée” par les concepts de la pragmatique oublie comme par hasard l’essentiel de la conjoncture américaine des année 60-70, sans laquelle jamais les militants français n’auraient pu ou voulu “s’autoriser”. Le cas de l’amiante est ainsi surtout paradigmatique de la dépendance de la société française aux “bonnes mises en scène” élaborées ailleurs, et surtout aux USA (comme le confirmèrent également l’affaire de la dioxine, celles des maladies des “vétérans” (guerre du Golfe incluse), . On pourrait dire la même chose de la thématique du whistleblowing comme objet sociologique, qui n’aurait jamais existé sans le développement académique du sujet aux USA. Cela, bien sûr, les auteurs ne le disent pas, car ce serait apparaître es comme des épigones sans originalité d’une “science sociale” entièrement impulsée d’ailleurs. (Au moins tant que les USA restèrent le lieu d’une très importante contestation, qui se marginalisa vers la fin des années 80).
Notons encore que dès que l’on passe de l’analyse critique d’un problème à l’étude des “dénonciateurs” de ce problème, on contribue à l’unification de la sociologie autour de la vague notion “d’acteurs”. La description des “lanceurs d’alerte” n’est pas conceptuellement différente de celle des “prophètes antinucléaires” selon l’équipe tourainienne. C’est un symptôme de l’apparition d’un vaste “marais” théorique situé au centre idéologique, mais couvrant droite et gauche du champ. Un équivalent académique de la “gauche plurielle”.

Lenglet R XE "Lenglet R" ., L’affaire de l’amiante XE "amiante" , Paris, La découverte, 1996.

Malye F. XE "Malye F." , Amiante XE "Amiante" , le dossier de l’air contaminé, Paris, le Pré-aux-clercs, 1996.

Torny D. XE "Torny D." , “Vaches folles et maladie de Creutzfeld-jakob : dissémination des réseaux et protection du territoire”

Programme Risques Collectifs et Situations de Crise (CNRS) XE "Programme Risques Collectifs et Situations de Crise (CNRS)" , Actes de la 5e séance du Séminaire du Programme Risques Collectifs et Situations de Crise (.i.SHS;, .i.CNRS;), 15 février 1996, .i.Ecole des Mines de Paris;, pp. 111-161.
montre comments les enjeux apparaissent à tel moment un mot attracteur comme “traçabilité.

Hirsch M XE "Hirsch M" , Duneton P XE "Duneton P" , Baralon P XE "Baralon P" , Noivelle F XE "Noivelle F" , L’affolante affaire de la vache folle, Paris, Balland 1996.

Conway J.H. XE "Conway J.H." , “Protecting the private sector at will employee who blows the whistle: a cause of action based upon determinants of public policy”, Wisconsin Law Review, 77, 1977.

Elliston F XE "Elliston F"  et alii, Whistleblowing XE "Whistleblowing"  research, Praeger, New York, 1985.

Glazer M XE "Glazer M" , Glazer P XE "Glazer P" , The Whistleblowers XE "Whistleblowers" , Basic Books, New York, 1989.

Greenberger D B XE "Greenberger D B"  et alii, “Oppositionists and group norms : the reciprocal influence of Whistle-blowers XE "Whistle-blowers"  and co-workers”, Journal of Business Ethics, 6 (1), 1987.

Jasper J.M. XE "Jasper J.M." , “Interests and credibility : whistleblowers in technological conflicts”, Social Science Information, 35(3) 1996, pp 565-589.

Ce qui a assuré l’efficacité des ingénieurs nucléaristes critiquant certains risques du nucléaire, a été qu’ils ne s’affichent en rien antinucléaires, mais au contraire comme des professionnels convaincus de l’intérêt de leur métier.

Jensen J.V. XE "Jensen J.V." , “Ethical Tension Points in WhistleBlowing XE "WhistleBlowing" ”, Journal of Business Ethics, 6, 1980.

Parmelee M.A XE "Parmelee M.A"  et alii, “Correlates of Whistleblowers XE "Whistleblowers" ’ perceptions of organizational retaliation, Administrative Science Quarterly, 27, 1982.

Perucci R XE "Perucci R"  et alii, “Whistle Blowing Professionnal’s resistance to organizational authority”, Social Problems, 28.2. 1980.

Westin A.F. XE "Westin A.F." , “Whistle Blowing XE "Whistle Blowing"  !”, McGraw-Hill, New York, 1981.

MHB associates XE "MHB associates"  (pour le compte de “Union of Concerned scientist XE "Union of Concerned scientist" s), Advanced Reactor Study; Washington DC, 1990.
Pavé A. XE "Pavé A." , Courtet C. XE "Courtet C." , Volatier J. L. XE "Volatier J. L." , “ Environnement : mille chercheurs hiérarchisent les urgences ”, La Recherche, n°306, 1998.

Dowie M. XE "Dowie M." , “Pinto madness”, in Baum R.J., ed, Ethical Problems in engineering, Troy, Rensselaer, Polytechnic, 1980.

Anger D XE "Anger D" ., Chronique d’une lutte. Le combat anti-nucléaire à Flamanville XE "Flamanville"  et dans La Hague XE "La Hague" , J.C. Simoën, Paris, 1977.

Mann P. XE "Mann P." , “Théories de la mobilisation, risques et crises, Séminaire du programme Risques Collectifs et Situations de Crise, Actes de la septième séance, 12 Décembre 1996. Bonne revue des approches sociologiques classiques (surtout américaines) du mouvement social et de la mobilisation autour d’objectifs comme l’organisation en temps de crise. Met en évidence la notion de cadre conceptuel (tiré notamment des travaux d’E. Goffmann XE "E. Goffmann"  et de l’école interactionniste de Chicago. Montre également que le thème du risque est peu abordé par la sociologie classique.

La “victimation” et la “secourismisation”

Dulong R XE "Dulong R" , Ackermann W. XE "Ackermann W." , l’aide aux victimes, premières initiatives, premières évaluations, Paris, Editions de la MSH, Paris, 1984.

Zaubermann R XE "Zaubermann R" , Robert P XE "Robert P" , Perez-Diaz C. XE "Perez-Diaz C." , Levy R. XE "Levy R." , “Les victimes XE "victimes" , comportements et attitudes, Déviance et contrôle social, CESDIP, 52, (1), 1990.


Caille F. XE "Caille F." , La politique française de protection civile XE "protection civile" . Secourisme XE "Secourisme" , idée de défense et forme militaire dans un Etat républicain, mémoire de DEA, IEP Grenoble, 1989.

Caille F XE "Caille F" , “Le citoyen secoureur, secours publics, sauveteurs et secouristes en France au XIXe siècle, Politix, n° 44, 1998.

sauvetage et défense passive sont associés jusqu’en 75 ou la sécurité civile prend le pas, en séparant l’image du soldat de celle du citoyen-sauveteur, lui-même de plus en plus professionnalisé.


Mères en colère XE "Mères en colère" , “manifeste pour une information objective et transparente” (lettre ouverte aux élus de la Manche) 14 février 1997.

Birkland, Thomas XE "Birkland, Thomas" . Focusing events, mobilization, and agenda setting. Journal of Public Policy, (1998-01/04)vol.18: n°1, p.53-74.

Mann P. XE "Mann P." , “Théories de la mobilisation, risques et crises, Séminaire du programme Risques Collectifs et Situations de Crise”, Actes de la septième séance, 12 Décembre 1996.

Vilain J.P XE "Vilain J.P" ., Lemieux Cyril XE "Lemieux Cyril" , “La mobilisation des victimes d’accidents collectifs XE "victimes d’accidents collectifs" , vers la notion de “groupe circonstanciel”, in “Politiques du Risque, dossier coordonné par Cyril Lemieux, Politix, l’Harmattan, n° 44, 4e trimestre 1998, pp135-160.

Bonne revue des arrêts de justice pour plusieurs accidents canoniques : L’incendie du Sélect, 89 morts en 1947. (Un seul inculpé, le propriétaire-gérant du cinéma. Incendie du collège Pailleron (1973) XE "collège Pailleron (1973)" , l’incendie des thermes de Barbotan (1991) XE "Barbotan (1991)"  Dans ce cas, et pour la première fois, plusieurs “administratifs” seront inculpés jusqu’au préfet (mais relaxés). Met en évidence la division entre “blocs d’Etat”, Etudie la formation et de développement des associations de victimes de plus en plus actives et efficaces. Elabore à ce propos de la notion de “groupe circonstanciel XE "groupe circonstanciel" ”, à partir duquel les victimes se muent en experts (C’est le phénomène de l’”advocacy” aux Etats-unis). En règle générale les auteurs membres du groupe de sociologie politique et morale de l’Ecole des hautes études tendent à découvrir comme “transformations radicales” de la mobilisation politique sur le risque des formes déjà fort anciennes aux Etats-Unis et qui se propagent éventuellement aujourd’hui en Europe, du fait de l’imitation du modèle dit libéral. Appartient à cette propagation, l’analyse de celle-ci, qui se manifeste ainsi comme “wishful thinking”, d’ailleurs efficace. Ce que disent d’ailleurs clairement F. Chateauraynaud et D. Torny dans leur livre sur les sombres précurseurs, quand ils se déclarent”partisans de la vigilance”.
je crois qu’une position plus distanciée aurait plus d’effets heuristiques en matière de théorie (ce qui ne veut pas dire qu’elle saurait mieux raconter les histoires que Lemieux, Barthe, Torny ou Chateauraynaud.

-Contre-imputations (parole à la défense)

Sonigo P. XE "Sonigo P."  (directeur de l’environnement et de la gestion des  XE "(directeur de l’environnement et de la gestion des " risques industriels, Pechiney) “Autour des notions de danger et de risques : le point de vue de l’industriel”, in Tubiana M. XE "Tubiana M." , Vrousos C. XE "Vrousos C." , Carde C. XE "Carde C." , Pagès J.P. XE " Pagès J.P." , (eds) Risque et Société, Nucléon, Paris, 1998 pp 23-38. (Actes du colloque Risque et société XE "Risque et société" , réalisé sous l’égide de l’académie des sciences, dans le cadre du centenaire de la découverte de la radioactivité XE "radioactivité" , Cité des sciences et de l’industrie de Paris-la Villette, 18-20 Novembre 1998. Publié à la demande du centre Antoine-Béclère, pp 63-76.

P. Sonigo trouve que le poids de la régulation des risques de l’entreprise atteint les limites du supportable : 65 millions de dollars pour réhabiliter un site minier dans l’état de Washington pour rendre possible l’habitat des saumons.
Question : que va faire Péchiney dans l’Etat de Washington ? Pourquoi a-t-il racheté l’un des sites les plus pollués d’une entreprise américaine célèbre pour ses négligences environnementales, sans tenir compte de ces aspects ? Peut-être justement parce que le rachat s’est fait à bas prix parce qu’aucun capital américain n’en voulait. Quant aux saumons sauvages, est-il si négligable que cela de permettre leur survie ?

Pour moi qui ai interrogé il y a douze ansl es industriels sur l’environnement, je suis frappé de constater que leur discours, contrairement à tout ce qui a été dit depuis, n’a pas changé sur le fond : il est toujours marqué par la réticence et la tendance à minimiser les risques environnementaux..

P. Sonigo se rassure de ce que “nos experts internationaux” n’ont jamais trouvé aucune validation du lien présumé entre aluminium et Alzheimer. De quels experts s’agit-il ? Certains liens ont été montrés, la relation de causalité restant problématique (aluminium comme cause ou comme effet de l’Alzheimer). Pourquoi donc tout nier en bloc ? Pourquoi cette attitude systématiquement négative vis-à-vis des inquiétudes publiques ? Rien n’a été appris !
On sait que le risque pour l’entreprise d’une telle attitude négative inconditionnelle est probablement plus grand à terme, alors même que son produit est bon, de qualité, beaucoup moins polluant que d’autres, et probablement irremplaçable. Il y a là manifestation d’une irrationalité de l’industriel en tant qu’identité aspirant à l’incontestabilité, à une forme de pouvoir symbolique aujourd’hui mis en échec par les méthodes les plus modernes de “gouvernance”.

En perspective, tous les efforts pour évoquer le management des risques et leur hiérarchisation, apparaissent faibles, dès lors que l’on commence par traiter l’inquiétude publique par le mépris.

Tubiana M. XE "Tubiana M." , Pélicier Y XE "Pélicier Y"  (eds.), Colloque sur les implications psychosociologiques du dévelloppement de l’industrie nucléaire, SFEN, Paris, 1977.

Tubiana M. XE "Tubiana M." , L’éducation et la vie, Odile Jacob, Paris, 1999.

Tubiana M. XE "Tubiana M." , Health risks data and perceptions, pp 113-123, in Science and Technology Awareness in Europe : New Insights (Vitale M. XE "Vitale M."  ed.) Communautés Européennes, Bruxelles, 1998.

Tubiana M.  XE "Tubiana M. " (pdt du centre Antoine-Béclère, membre de l’Académie des sciences et de l’Académie de médecine), “Le risque et la santé” in Tubiana M. XE "Tubiana M." , Vrousos C. XE "Vrousos C." , Carde C. XE "Carde C." , Pagès J.P. XE "Pagès J.P." , (eds) Risque et Société, Nucléon, Paris, 1998 pp 23-38. (Actes du colloque Risque et société XE "Risque et société" , réalisé sous l’égide de l’académie des sciences, dans le cadre du centenaire de la découverte de la radioactivité XE "radioactivité" , Cité des sciences et de l’industrie de Paris-la Villette, 18-20 Novembre 1998. Publié à la demande du centre Antoine-Béclère.).

Maurice Tubiana est un irréductible de la vieille école de la comparaison des risques : le risque essentiel est selon lui celui du mode de vie choisi ou influencé, du comportement (des hommes par rapport aux femmes, par exemple) et non celui de l’environnement. 55% des décès entre 25 et 65 ans sont, selon lui, dus “aux comportements”. Impossible de faire comprendre à M. Tubiana que la comparaison entre risques collectifs et risques individuels n’a strictement aucun sens, car le choix politique qui préside à leur distinction suppose qu’une action est souhaitable dans le second cas, et non dans le premier. On pourrait (comme Claude Got) en décider autrement et mettre unpolicier ou un médecin derrière chaque homme risquant la maladie cardio-vasculaire ou le suicide par accident, mais la société libérale, n’en déplaise à ce personnage à la propension à l’autoritarisme exagéré, en décide autrement.
Dès lors il s’agit de définir quels sont les risques collectifs sur lesquels la collectivité peut agir, et c’est bien ce que l’opinion publique malgré la structure des sondages qui force constamment la conparaison entre risques incomparables et suscite une chimère-opinion, qui ne se produit jamais dans la réalité des expressions spontanées ou citoyennes.
Les conditions collectives à l’acte individuel font, bien sûr, partie des interventions publiques possibles, telles celles qui aggravent ou amendent l’accident individuel (ainsi la mauvaise tenue des voiries secondaires est un élément essentiel de l’accidentologie routière français; l’occupation du réseau par le camion en est un autre, largement du au choix politique pour le transport routier). Il est également possible que la limitation de la publicité pour le tabac fasse partie du registre de l’action publique, mais ce registre autoritaire doit-il faire oublier que la pollution ambiante des régions urbaines est pour beaucoup dans les dizaines de milliers de morts dues aux maladies respiratoires, habituellement non prises en compte, ou les affections nosocomiales qui tuent dans le même ordre de grandeur (le chiffre de morts par cause environnementale retenu par M.Tubiana pour la France est de 3000, ce qui est une affirmation parfaitement ridicule de la part d’un membre de l’Académie des sciences, qui devrait se tenir au courant des recherches les plus récentes).

Tout cela n’a, de toute façon rien à voir avec le risque radiologique, et spécialement avec l’effet de long terme des faibles doses, dont personne à ce jour, dans les milieux les plus spécialisés, n’a réussi à prouver l’innocuité ou même la nature précise des effets pathogènes, et spécialement dans des conditions de synergies avec d’autres polluants environnements ou avec des conditions stressantes.
Si une comparaison était pertinente pour le risque radiologique, ce serait avec les autres causes d’épidémies à effet très retardé (comme l’amiante ou le prion), comparaison que notre académicien partial se garde bien de faire. Suggérer que l’émotion causée par l’article de Viel et Pobel sur l’accroissement des leucémies autour de la Hague a produit plus de dommages que le fait incriminé, est d’aussi mauvaise foi que, dans l’autre sens, affirmer des résultats de valeur statistique tout-à-fait problématique (mais néanmoins discutée mondialement dans des dizaines d’articles publiés dans les meilleures revues scientifiques, peu suspectes de manipulation démagogique). Ce n’est pas avec ce militantisme où tous les arguments sont permis qu’on “servira” la cause du nucléaire, par ailleurs aussi respectable q’une autre.
Cet engagement forcé nuit à un argumentaire par ailleurs judicieux sur les effets pervers de la quète du risque zéro ou des mesures de surprotection.

Cette position d’interventionisme moraliste sur les “comportements” -pour faire taire toute analyse critique des risques propres du domaine nucléaire- devient de moins acceptable socialement, et peut-être avec elle le statut de pouvoir transcendant de la “parole scientifique”, lorsque, comme le disait J. Theys dans l’organisation d’un fameux colloque, cette parole s’affiche d’autant plus tranchante et formelle qu’en se posant en vérité de l’expert, elle intervient en réalité hors de son champ. Au moins M. Tubiana accepte-t-il désormais d’inviter dans ses colloques des chercheurs qui défendent des positions radicalement opposées, tels Mrs SLovic ou Fischhoff qui ont construit leurs remarquables carrières -avec l’aide des nucléaristes américains- sur le respect a priori du public et sur la reconnaissance de la rationalité propre au champ des opinions.

III. (Thémis) Prise en charge collective du risque

Notion de débat public (et de scène publique)


Baisnée Olivier XE "Baisnée Olivier" , “Publiciser le risque nucléaire : la polémique autour de la conduite des rejets en mer XE "rejets en mer"  de l’usine de La Hague XE "La Hague" ”, Politix, n° 54; vol 14, 2001.

Cette synthèse d’un DEA (polémiques autour de la Hague, construire un problème public en matière de nucléaire, IEP de Rennes, 1998) montre comment la construction sociale d’un problème n’a que peu à voir avec la gravité ou le caactère scandaleux d’une situation et beaucoup plus à la stratégie de communication des acteurs, en fonction de calendriers politiques de plus en plus professionalisés. On s’y attendait un peu...

Rémy E XE "Rémy E" , “Apprivoiser la technique : un débat public autour d’une ligne à haute tension”, Politix, n° 31, 1995.

Decrop G. XE "Decrop G." ., Le risque nucléaire : objet de “ négociation ” ?, Préface de C. Gilbert, Crise/ Futur Antérieur, Grenoble, 1994, 97 p.

Decrop G. XE "Decrop G." ., Charlier C., De l’expertise scientifique au risque négocié - Le cas du risque en montagne, Préface de C. Charlier, Cemagref Editions, 1997.

De Vanssay B XE "De Vanssay B" .. (Association UATI, UNESCO), Articulations Scientifiques-Responsables en matière de risques naturels, Rapport IIème phase “ Construction de savoirs et de langages communs en matière de risques naturels ” pour le Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement/ DPPR/ SDPRM, décembre 1997.

Lascoumes P. XE "Lascoumes P." , Callon M. XE "Callon M." , Barthe Y XE "Barthe Y" ., “Information, consultation, expérimentation XE "expérimentation"  : les activités et les formes d’organisation au sein des forums hybrides”, Actes de la huitième séance du Séminaire du programme “Risques collectifs et situations de crise”, CNRS, Grenoble, 1997.

.i.Callon M.;, “Des différentes formes de démocratie technique”, Annales des Mines, 8, 1998.
Callon M. XE "Callon M."  (CSI XE "CSI" , Ecole des Mines de Paris XE "Ecole des Mines de Paris" ) “Irrésistible ascension et limite de la science”, inTubiana M., XE "Tubiana M.,"  Pélicier Y. XE "Pélicier Y."  (dirs.) Atome et Société, actes du colloque des 30-31 Mai 1996, palais du Luxembourg, Paris, pp 61-65.Bon résumé des positions de M. Callon sur les “forums hybrides”, tentative louable de démocratie technologique ouverte, où les “spécialistes” ne s’isolent plus des “profanes” pour la discussion des risques et des enjeux sociétaux des techniques.

Blancher P XE "Blancher P" ., Vallet B. XE "Vallet B." , “Gestion concertée des risques” (à propos des commissions locales d’information autour des sites nucléaires), in Actes de la dixième séance du séminaire du programme “Risques collectifs et situations de crise”, CNRS, Grenoble, 1998.

Descloux M. XE "Descloux M." , “Valeurs limites d’émission : choix politiques ou déterminations scientifiques ?” in Theys J.,dir, Environnement, science et politique, Tome I, GERMES, 13, 1991.
Lascoumes P. XE "Lascoumes P." , “la scène publique, nouveau passage obligé dez décisions en matière de risques ?”, in Tubiana M., Vrousos C., Carde C., Pagès J.P., (eds) Risque et Société, Nucléon, Paris, 1998 pp 23-38. (Actes du colloque Risque et société XE "Risque et société" , réalisé sous l’égide de l’Académie des sciences, dans le cadre du centenaire de la découverte de la radioactivité XE "radioactivité" , Cité des sciences et de l’industrie de Paris-la Villette, 18-20 Novembre 1998. Publié à la demande du centre Antoine-Béclère, pp.324-326.

Roqueplo P XE "Roqueplo P" . “Les scientifiques face aux politiques dans les affaires de risque”, in Tubiana M., Vrousos C., Carde C., Pagès J.P. XE "Pagès J.P." , (eds) Risque et Société, Nucléon, Paris, 1998 pp 23-38. (Actes du colloque Risque et société XE "Risque et société" , réalisé sous l’égide de l’Académie des sciences, dans le cadre du centenaire de la découverte de la radioactivité XE "radioactivité" , Cité des sciences et de l’industrie de Paris-la Villette, 18-20 Novembre 1998. Publié à la demande du centre Antoine-Béclère, pp.327-331.

Si chaque expert convoqué séparément est formel (mais formellement contradictoire avec son collègue), il peut ausi participer à la communauté de constitution de la scène du risque avec les politiques. Alors quelque chose peut émerger de suffisamment crédible pour le jugement public.

Vrousos C. XE "Vrousos C." , Pagès J.P. XE "Pagès J.P." , “Science, gestion des risques et débat public, les controverses autour de la radioactivité et de la santé”, in Tubiana M., Vrousos C., Carde C., Pagès J.P., (eds) Risque et Société, Nucléon, Paris, 1998 pp 23-38. (Actes du colloque Risque et société XE "Risque et société" , réalisé sous l’égide de l’Académie des sciences, dans le cadre du centenaire de la découverte de la radioactivité XE "radioactivité" , Cité des sciences et de l’industrie de Paris-la Villette, 18-20 Novembre 1998. Publié à la demande du centre Antoine-Béclère, pp.153-167.

Il s’agit d’un débat, ce qui présente immédiatement la pensée de l’interlocuteur comme ouverte à celle de l’autre.
C. Vrousos rappelle que les conséquences sanitaires de la radioactivité ont été mises en évidence dès 1902 (cancers cutanés radio-induits)) et les altérations génétiques dès 1927. Antoine Béclère a décrit les premières mesures de radioprotecion dès 1904. Les premières recommandations pour des doses limites sont formulées en 34 (60 rems âr an pour les travailleurs, soit 0,2 roentgen par jour). la CIPR formée en 52 est une référence internationale reconnue par l’ONU. Dès 59 elle fixe les doses limites à 50 mini sievert pour les travailleurs, et 5 pour la population, des limites qui vont perdurer jusqu’en 1990. En 1977, le principe ALARA (as low as reasonably achievable) est adopté, qui sera précisé après Tchernobyl dans la publication CIPR 60 autoour de trois principes : absence de seuil pour les effets stochastiques, proportionnalité entre doses reçues cumulées et risque collectif. linéarité de lma relation dos/probabilité de l’effet aux faibles doses. Ceci a eu pour effet de réduire les doses respectivement à 20 mSv et 1 mSv, relayée par EURATOM 29 du 13 mai 89, et en France à partir du 13 mai 2000. Ce qui a entraîné une violente controverse, de la part de plusieurs sociétés savantes, au motif qu’il n’y avait pas de fondement scientifique à d’aussi faibles doses, et que la CIPR ne tenait pas compte de l’autoréparation cellulaire (l’hormésis).

JP. Pagès rappelle que les écologistes ne visent pas tant les faits que le symbole du pouvoir de la science, et que la controverse dont ils ont été les acteurs a permis le progrès des débats et des connaissance, ainsi que de la question de l’accès du citoyen aux savoirs techniques. Ce à quoi C Vrousos répond que le “monde à l’envers” serait celui où “ceux qui ne disposent pas du savoir indiqueraient la voie.”
Décidément, le débat en lui-même ne corrige pas l’incorrigible suffisance de ceux qui croient détenir le savoir.
lire aussi :

Sjöberg L. XE "Sjöberg L." , Jansson B. XE "Jansson B."  Brenot B. XE "Brenot B." , Frewer L. XE "Frewer L." , Prades A. XE "Prades A." , et alii, “Radiation risk perception in commemoration of Chernobyl : a cross national study in three waves. Center for Risk research, Stockholm, 1999.

Académie des sciences XE "Académie des sciences" , “Problèmes liés aux effets des faibles doses des radiations ionisantes, rapport n° 34, Octobre 1995.

Dufour A. XE "Dufour A." , La dégradation de l’environnement : des opinions aux actions, CREDOC, Collection des rapports, n° 107, 1991.

Dunlap R.E. XE "Dunlap R.E." , Health of the Planet Survey, Gallup International Institute, enquête préalable à la conférence de Rio auprès de 22 pays, 1992.

EDF-DER XE "EDF-DER" , Enquête du Baromètre environnement, 1994.

Durant John, XE "Durant John,"  (ed), Biotechnology XE "Biotechnology"  in Public. A review of Recent Research, Science Museum, London, 1992.


Hatchuel G. XE "Hatchuel G." , Janvier 1998 : le corps social se fragmente, pris entre espoirs individuels et pessimisme collectif, CREDOC, Enquête Conditions de Vie et Aspirations des Français, mars 1998.

Inglehart, R. XE "Inglehart, R."  "The Fear of Living Dangerously: Public Attitudes toward Nuclear power", in: Public Opinion, 7(1), 1984, pp. 41-44.

Mays C. XE "Mays C." ., Marris C. XE "Marris C." , Bonnefous S. XE "Bonnefous S." , Brenot J. XE " Brenot J." , Perceptions of risks in France XE "Perceptions of risks in France"  in 1996 : Before, during and after Chernobyl XE "Chernobyl" ’s tenth anniversary - Riskpercom cross-cultural survey (CEC Contract n°F14P-CT95-0016/DG12/WSME), Note technique SEGR-97-n°93, novembre 1997, IPSN- Fontenay aux Roses.
Kasperson R.E. XE "Kasperson R.E." , Renn O XE "Renn O" , Slovic P. XE "Slovic P." , et alii, “Social amplification of risk : a conceptual framework, Risk Analysis, 1988, pp 177-187.

Kasperson R.E. XE "Kasperson R.E."  (Clark University, Worchester, Massachusetts, “The social attenuation and amplification of risk”, in Tubiana M., Vrousos C., Carde C., Pagès J.P., (eds) Risque et Société, Nucléon, Paris, 1998 pp 23-38. (Actes du colloque Risque et société XE "Risque et société" , réalisé sous l’égide de l’académie des sciences, dans le cadre du centenaire de la découverte de la radioactivité XE "radioactivité" , Cité des sciences et de l’industrie de Paris-la Villette, 18-20 Novembre 1998. Publié à la demande du centre Antoine-Béclère, pp.11-121.

En débat avec l’équipe de P. Slovic, Roger Kasperson (qui cite davantage la théorie culturelle) s’est plutôt centré sur le phénomène de la “prise de sens” socio-culturelle de l’événement a priori sans aucune signification particulière que nous appelons ‘accident”. Est-ce d’ailleurs un événement ? pour le constituer ainsi rétrospectivement, il faut l’encadrer dans un commentaire en apparence neutre qui en rend évident les caractéristiques, puis le cerner dans un “portrait” utilisant les outils symboliques, les signaux et les stigmates. Ensuite seulement apparaît l’interprétation en tant que telle (qui démarre en réalité sur de l’implicite déjà cadré), variant selon le groupe et l’individu. Puis démarre “l’impact social” au travers des représentants des forces en présence (compagnie, industrie, victimes, média), lequel va prendre des formes socialement perscrites : la contestation par une communauté, le procès, le comportement de retrait de l’investisseur, les contraintes réglementaires etc..
Chaque niveau sert de véhicule au suivant : par exemple, l’attestation d’une maladie post-accidentelle poursuit une carrière autonome, soit isolément, soit dans un appareil de recensement de données. une affection “réelle”, mais non catégorisée, conserve des significations variées, mais, même pour la “victime”, elle ne prend un sens strict que dans le débat organisé et ses véhicules sémantiques “tout prêts”.

Cette visée “épistémique” sur la construction progressive par emboîtements de sens considérés après coup comme signes du réel, est assez compatible avec la théorie luhmanienne de l’apparition sociale de faits de sens, opposée au “réel” inaccessible à jamais (et pour cela toujours susceptible d’endosser de nouvelles interprétations , même scientifiques.). Elle est décalée par rapport à l’approche slovicienne qui se situe d’emblée à l’intérieur XE "à l’intérieur"  des contenus sémantiques (on pourrait dire des choix politiques : ou thémistiques), et ne considère pas la dramaturgie générale qui inclut les divers choix politiques possibles. Par exemple Slovic dira : “les gens minimisent tel risque et dramatisent tel autre”. Ce à qui Kasperson répondrait : “quel est le champ d’opposition qui est ainsi créé ? Comment s’est-il constitué entre le fait “réel” et le sens commun ?” Il tentera de répondre à ces questions (que je lui impute, mais qui sont moins claires dans sa propre démarche), notamment à partir de l’exemple de l’accident radiologique canonique de Goiânia (1987, Brésil). Il montre que les médias supportent l’essentiel du travail de dramatisation et de stigmatisation.

Le problème d’une telle approche est qu’elle est facilement mobilisable par les partisans d’une minimisation du risque“réel”.
Or même ceux-ci doivent admettre que sans “représentation fictive” d’une séquence du réel, celui-ci ne prendrait jamais sens humain. C’est la raison pour laquelle le procès judiciaire comme la controverse scientifique sont toujours constitués et clos à partir de jugements institués comme définitifs, au moins pour chaque séquence de débat. Goïana n’est donc pas seulement l’exemple type d’une mobilisation médiatique, mais aussi d’une mauvaise gestion du nucléaire. La question se dépnace alors ? Sommes-”nous” de bons gestionnaires (par rapport au jugement implicite porté sur un pays technologiquement moins “avancé” ?). Ce qui revient à demander si c’est bien Goiânia qu’il faut prendre en accident canonique pour construire la controverse sur le risque...

Tanguy P XE "Tanguy P" , la négociation autour des risques, in Tubiana M., Vrousos C., Carde C., Pagès J.P., (eds) Risque et Société, Nucléon, Paris, 1998 pp 23-38. (Actes du colloque Risque et société XE "Risque et société" , réalisé sous l’égide de l’Académie des sciences, dans le cadre du centenaire de la découverte de la radioactivité XE "radioactivité" , Cité des sciences et de l’industrie de Paris-la Villette, 18-20 Novembre 1998. Publié à la demande du centre Antoine-Béclère, pp.181-186.

Cet ancien inspecteur général pour la sûreté nucléaire à EDF est.. l’expert par excellence. Il semble avoir parfaitement compris l’évolution du sens du débat public sur le nucléaire depuis les années 70, dans le sens d’un dépassement de la seule manière “de communiquer à sens unique”, vers le partage des préoccupations, englobant finalement le grand public, même si cela passe par un meilleur partage entre les institutions responsables (dont le Parlement). Rien ne vaut, pour prendre une position modeste et ouverte, (qui est aussi une position d’apprentissage de nouveaux principes politiques) que de se situer en position de négocier. C’est rarement le cas de l’académisme, qui peut parfois se permettre le luxe de la position tranchée, et d’une assurance sans faille.

Perceptions collectives

Bonnefous S. XE "Bonnefous S." , Brenot J. XE "Brenot J." , Pommier S. XE "Pommier S." , Perception des risques et de la sécurité - Résultats du sondage de janvier 1995, IPSN, Laboratoire de Statistiques et d’Etudes Economiques et Sociales, Note SEGR 95/03, janvier 1995.

Coste Lucien XE "Coste Lucien" , Aliaga Jacques XE "Aliaga Jacques" . « Inondations XE "Inondations"  méridionales ; de l’inquiétante vidourlade à la tragédie », Préventique-Sécurité, no 65, Septembre 2002.

Les auteurs montrent bien que le thème même du changement climatique a l’inconvénient de cacher la répétition à l’identique des anciennes crues (pour la Vidourle, celles de 1933 et de 1958 n’ont pas été dépassé par celle de 2001).

Duclos D., "Unemployment or Pollution? : Attitudes of the French Working Class to Environmental Issues,", International Journal of Urban and Regional Research, vol 5, n°1, 1981.

Duclos D., "la construction sociale du risque : le cas des ouvriers de la chimie face aux dangers industriels, Revue Française de sociologie, XXVIII, 1987, 17-42.

Duclos D. Thèse pour le Doctorat d'Etat déposée auprès de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris, sous la direction du professeur R.Sainsaulieu, et soutenue le 3 décembre 1987, sous le titre: "le risque industriel: De l'identité institutionnelle au sujet civil: les acteurs sociaux face aux impacts des activités industrielles sur l'environnement naturel et humain.", devant un jury composé de Madame le Professeur Mary Douglas, et Mrs les Professeurs Jean Leca, Jacques Lautman, Renaud Sainsaulieu et Pierre Tripier.

Dupont R.L. XE "Dupont R.L." , Nuclear phobia  XE "Nuclear phobia " : phobic thinking about nuclear power, The Media Institute, Washington D.C., 1980.

La montée des “psychoses”

Dubois-Maury Jocelyne XE "Dubois-Maury Jocelyne" , Les risques naturels, quelle réponse ? La Documentation française, Problèmes politiques et sociaux, 2001, n° 863.
Le fait même de considérer les risque snaturels comme relevant de l’homme entraîne toute une problématique du risque d’artificialisation. On en vient à se demander si le désastre naturel n’est pas plutût un désastre humain fait à la nature. La perception de l’événement adverse change complètement et rien n’est plus acceptable.

Duclos D. XE "Duclos D."  ““Raisons et déraisons d’une psychose”, (la grande peur de la vache folle XE " vache folle" ”, Le Monde Diplomatique, Décembre 2000, p 28

La raison des “psychoses” n’est pas à rechercher dans les faits, mais dans le sentiment de méfiance ou de défiance des publics vis à vis des “corps séparés” de la société que sont la plupart des grands groupes professionnels, puiblic sou privés; capables de créer det de manipuler l’actualité. Leur forme “irrationnelle” n’est qu’apparente : elle vise à dire ce qui est interdit par le débat technico-politique. ¨Par exemple que le franchissement de la barrière des espèces est probablement transgression d’un tabou culturel transhistorique. Ce tabou lui-même est-il irationnel ? L’expert “rationnel” qui prendrait le risque de l’affirmer se heurterait sans doute aux anthropologues.

Garel JP. XE "Garel JP."  (dir de rech au CNRS XE "CNRS" ) L’horreur génétique XE "génétique" , Jouvence, 2001

critique de l’arrogance du contemporain s’attribuant le droit de changer les conditions de la vie pour nos descendants, sur la base de postulats infantiles du type “nous sommes nos gènes”.

Hirsch M XE "Hirsch M" , Duneton P XE "Duneton P" , Baralon P XE "Baralon P" , Noivelle F XE "Noivelle F" , L’affolante affaire de la vache folle XE "vache folle" , Paris, Balland 1996.

Lagadec P. “Retour d’expérience, : théorie et pratique, le rapport de la commission d’enquête britannique sur l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) au royaume uni entre 1986 et 1996., Cahiers du GIS risques collectifs et situations de crise, MSH Alpes, N° 1, Juillet 2001.

Il s’agit de la présentation du rapport britannique dit “¨Phillips” (3 ans d’enquête 3000 dossiers, 745000 pages de documents, 630 témoins, 11 700 lettres, 1, 5 millions de consultations sur le sit internet, etc.. : bref, une légitimité “au poids”), et d’un “hypertexte” de commentaires de notre Lagadec national, auxquels je me permettrai de rajouter, en souris rongeuse des édifices les plus altiers (et fort intéressants par ailleurs), ceci :

1. Le peu d’éclaircissements apportés par le rapport sur le processus de “freinage de la vérité” possède une valeur en soi, mais essentiellement historique et d’archive, auquel le commentaire d’offre qu’un effet de redondance ou d’indexation .

2. Absolument rien de ce rapport et du commentaire de ce rapport ne sera utile pour la prochaine occurrence stratégique (par exemple concernant une épidémie d’origine terroriste), car Etats, institutions , entreprises et individus étant en guerre totale et réciproque (sauf trèves relatives et temporaires), elles joueront évidemment à nouveau de l’obscurité, du cynisme et de toutes les manoeuvres possibles. Le recensement des manoeuvres imaginables par l’homme pour cacher la vérité ou l’utiliser à ses fins n’a pas grand sens. Pas plus en tout cas que l’étude de la guerre des gaules ou du conflit du vietnam pour la guerre d’Afghanistan.
3. L’effet d’autorité attendu de la masse gigantesque d’information remuée est analogue à celui attendu des “votes de paille”, dont on sait la nullité statistique. En réalité, plus la consultation est gigantesque, plus l’affabulation l’est aussi. La reconstruction du passé fait intégralement partie des enjeux du présent et dépend des rapports de force politiques (par exemple entre administration de Blair et conservateurs auxquels apartenait J. Major), qui ne sont pas évoqués par Lagadec comme contexte explicatif de la publication du rapport.

4. Les seuls acteurs intéressés à l’argumentation “distanciée” et “objective” de leurs propres agissements stratégiques ne sont pas les experts, ou les fonctionnaires, les agriculteurs, les ministères, les médecins, les journalistes, etc... mais les risquologues eux-mêmes, la question ne se posant pas de savoir au service de qui ils mettent leur argumentation : ce ne peut être qu’à celui d’un pouvoir fort, surplombant et résolutoire, lequel ne se constitue qu’au passé sur des acteurs devenus à leur tour accusés.

5. La conduite de crise est un concept faible, car il n’y a de crise lorsqu’il n’y a pas conduite, et conduite que si la crise est devenue objet fonctionnel d’une stratégie, que s’il y a exploitation méthodique de la peur. Il faut alors reconnaître au moins deux types d’exploitation (entre les deux protagonistes principaux, par exemple). Or si l’on admet, par hypothèse -fort plausible-, que le travail de Patrick Lagadec ne servira de conseil qu’aux Etats légitimes et démocratiques (et pas aux “forces du Mal”, comme Al Qaida ou je ne sais quel concocteur de nouvelle bactérie), on se trouve alors devant un paradoxe : comment peut être objective une position de conseil qui est systématiquement en faveur de l’ordre établi ? , du sociétal convenu et réglé techniquement ? Autrement dit, comment peut-on simplement dire la liberté du jeu des acteurs au moment de l’action, si on s’est d’emblée lié au discours du “bien” (assimilé ici à la disparition de la crise) ? On pourrait le dire autrement : P. Lagadec a-t-il jamais pronostiqué qu’un simple cutter et quelques cours sur simulateur pourrait permettre à des personnes résolues de dévier des avions sur le pentagone ? Ou que quelques sourates peuvent suffire à fixer la résolution suicidaire d’opposants ? Nous sommes loin, en apparence de la vache folle, et pourtant : le modèle Phillips et celui sous-jacent à la démarche de Lagadec suffisent-ils à rendre compte de l’intentionalité usant consciemment ou non d’un trait morbide, pathogène ou mortel se répandant dans le social ?
Je crois que tant que nous n’osons pas admettre qu’il existe, individuellement ou collectivement, de véritables “voeux de mort” envers l’autre ou l’étranger, nous ne discutons pas des véritables problèmes. Nous glissons à la surface dans l’apparence convenue d’un commun accord entre antagonistes .

Loisel J.P. XE "Loisel J.P."  “Manger est perçu comme présentant davantage de risques”, CREDOC consommation et modes de vie, n° 148, avril 2001.

Green J. XE "Green J." , Risk and Misfortune. The social construction of accidents, UCL Press, Londres, 1997.

Lhuilier D. XE "Lhuilier D." , Perception des changements par les personnels de conduite des centrales nucléaires : le cas de l’APE et de la fonction de chef d’exploitation, rapport EDF XE " EDF" , DER XE "DER" , Service RNE XE "RNE" , DESF XE "DESF" , groupe facteurs humains XE "groupe facteurs humains" , 1992. Les consignes APE (approche par état) ont été conçues pour répondre spécialement aux situations où les incidents nombreux se cumulent, en substituant un diagnostic permanent . S’il diminue la contradiction entre règle et conduite, le passage de la conduite événementielle à la conduite par état (APE) a pour conséquence une diminution de la communication (mais aussi les conflits et le stress), réduit la marge de manoeuvre et d’initiative des opérateurs, et permet moins la compréhension des actions demandées. Il met l’accent sur l’apprentissage des consignes au détriment de la préparation à la gestion des situations.

Münch, R. XE "Münch, R." . The political regulation of technological risks XE "political regulation of technological risks"  : a theoretical and comparative analysis. International Journal of Comparative Sociology, (1995-12)vol.36:n°3/4, p.109-130.


Autour de Paul Slovic

Slovic P. XE "Slovic P." , Peters E. XE "Peters E." , “The importance of world views in risk perception”, Risk decision and policy, 3, 2, pp 165-170, 1998.

Slovic P. XE "Slovic P." , “Perceptions of risk XE "Perceptions of risk"  : reflexions on the psychometric paradigm “, in Krimsky S. et Golding D. (eds), Social Theories of Risk, Westport, Praeger, 1992.

Slovic P. XE "Slovic P." , Malmfors T. XE "Malmfors T." , Mertz C.K. XE "Mertz C.K." , et alii, “Evaluating chemical risks, results of a survey of the british toxicology society”, Human and experimental toxicology, 16, 289-304, 1997.

Slovic P XE "Slovic P" , Flynn J. XE "Flynn J." , Layman M. XE "Layman M." , “Perceived risk, trust and the politics of nuclear waste XE "nuclear waste" , Science, n° 254, 1603, 1607 1991.

Slovic P. XE "Slovic P." , Layman M. XE "Layman M." , Kraus N. XE "Kraus N." , Flynn J. XE "Flynn J."  and alii, “Perceived Risk, stigma and potential economic impacts oof a high level nuclear waste repository in Nevada, XE "high level nuclear waste repository in Nevada,"  Risk Analysis, 11, 683-696 1991.

Slovic P. XE "Slovic P."  “Perceived risk, XE "Perceived risk,"  trust, and democracy”, Risk Analysis, 13, 675-682, 1993.

Flynn J. XE "Flynn J." , Slovic P. XE "Slovic P." , Mertz C.K. XE "Mertz C.K."  “Gender, race, and perception of environmental health risks, Risk Analysis, 14, 6, pp 1101-1108, 1994.

Peters E. XE "Peters E." , Slovic P. XE "Slovic P."  “The role of affects and world views as orienting dispositions in the perception and acceptance of nuclear power, Journal of Applied social psychology, 26, 1427-1453, pp 1996.

Kraus N. XE "Kraus N." , Malmfors T. XE "Malmfors T." , Slovic P. XE "Slovic P." , “Intuitive toxicology : expert and lay judgments of chemical risks, risk analysis, 11, 683-696 1991.

MacGregor D XE "MacGregor D" ., Slovic P. XE "Slovic P." , Nair I. XE "Nair I."  and alii, “Powerline frequency electric and magnetic fields : a pilot study of risk perception. Risk Analysis, 5, 139-149.

Sandman P. XE "Sandman P." , Covello V. XE "Covello V." , Slovic P. XE "Slovic P." , “Risk communication, risk statistics XE "risk statistics" , and risk comparisons; a manual for plant managers. Chemical Manufacturers Association XE "Chemical Manufacturers Association" , Washington DC, 1 1995.

Slovic P. XE "Slovic P." , Fischhoff B. XE "Fischhoff B." , Lichtenstein S. XE "Lichtenstein S." , “Rating the risks”, Environment, 1979, 21 (4), 14-20, pp 36-29.

Slovic P. XE "Slovic P."  Fischhoff B XE "Fischhoff B" , Lichtenstein S. XE "Lichtenstein S." , “Modeling the societal impact of fatal accidents XE "societal impact of fatal accidents" . Management Science, 1984, 30, pp 464-474.

Barke R. XE "Barke R." , Jenkins-Smith H. XE "Jenkins-Smith H."  , Slovic P. XE "Slovic P." , “Risk perceptions of Men and Women scientists”, Risk Analysis, 14, (6).

Alhakami A.S. XE "Alhakami A.S." , Slovic P. XE "Slovic P." , “ APsychological study of the inverse relationship between perceived risk and perceived benefit, Risk Analysis, 14, 6, pp 1085-1096 1994.

Finucane M.L. XE "Finucane M.L." , Alhakami A., XE "Alhakami A.,"  Slovic P. XE "Slovic P." , Johnson S.M. XE "Johnson S.M." , The Affect heuristic in judgments of risks and Benefits, Report n° 98-7, Decision Research Eugene, 1998.
Gregory R. XE "Gregory R." , Flynn J XE "Flynn J" , Slovic P. XE "Slovic P." , “Technological stigma”, American Scientist, 220-223 1995.

Slovic P.  XE "Slovic P. " (decision research, Eugene, Oregon, USA), “trust, emotion, sex, politics ans science, surveying the risk-assessment battlefield). Tubiana M. XE "Tubiana M." , Vrousos C. XE "Vrousos C." , Carde C. XE "Carde C." , Pagès J.P. XE " Pagès J.P." , (eds) Risque et Société, Nucléon, Paris, 1998 pp 23-38. (Actes du colloque Risque et société XE "Risque et société" , réalisé sous l’égide de l’académie des sciences, dans le cadre du centenaire de la découverte de la radioactivité XE "radioactivité" , Cité des sciences et de l’industrie de Paris-la Villette, 18-20 Novembre 1998. Publié à la demande du centre Antoine-Béclère, pp. 85 à 110. (première publication dans Environment, ethics and behavior Bazerman M.H. XE "Bazerman M.H." , Messick D.M.  XE "Messick D.M. " Tenbrunsel A.E. XE "Tenbrunsel A.E." , Wade-Benzoni K.A. XE "Wade-Benzoni K.A." , (eds) , San Francisco, New Lexington, 1997).

Invité en France Par Claude Gilbert puis Jean Pierre Pagès (à l’occasion du colloque “risque et société présidé par le pr Tubiana), Paul Slovic apparaît comme une vétéran des recherches sur la perception des risques, considérée fondamentalement organisée par les conceptions politiques et sociales du monde, et non par de purs déterminants “psychologiques”. Il s’est plus récemment spécialisé sur la perception du nucléaire (notamment des risques liés aux déchets, et à ceux inhérents aux lignes électriques). Dans les années 80, ses affirmations du biais culturel et politique de la perception semblaient courageuses face à la domination des interprétations “à l’irrationnalité des gens sous-informés” (interprétations encore fortes en France, notamment en la personne même du Pr Tubiana et de quelques autres personnalités irréductiblement attachées à l’idée d’une science “totisapiente”, et naturellement raisonnable, à l’encontre des “peurs irraisonnées” de l’obscurantisme populaire). Au contraire, l’équipe de Slovic a bien montré, à de multiples occasions, que le mépris du “lay people” était à son tour plutôt infondé, et biaisé par les intérêts propres de l’expertise ou du métier (du “lobby”). Les citoyens non spécialisés organisent en effet assez raisonnablement leurs évaluations des risques technologiques non pas directement (ce que l’incompétence leur interdit de faire) mais indirectement, par l’appréciation de la confiance (trust) qu’on peut établir dans les comportements des agents techniques et de leurs organisations. Des comportements jugés arrogants ou solipsistes (routinisation des habitus d’activités hors contrôle social) sont souvent traités par eux comme des indicateurs de pathologies sociales pouvant un jour ou l’autre se traduire en actions techniquement irrationnelles. Il semble que de ce point de vue, le public général juge des affirmations péremptoires de “réalité”, un peu comme il juge du style de certaines religions ou sectes lorsqu’elles prétendent influer sur les moeurs au nom de la “vérité”.
La description des systèmes de sûreté est souvent trop complexe pour convaincre (même des élus spécialisés), mais l’amplitude catastrophique du risque (située au delà de toute mesure raisonnable de sa criticité ou de sa gravité) est, elle, assez correctement cernée : la variation de ses interprétations n’excède en fait pas celle des experts (ce qui se vérifie aussi, par exemple, quant aux effets attendus du réchauffement climatique).
Plus récemment, les études statistiques produites ou interprétées par l’équipe de Paul Slovic ont apporté d’importantes nuances dans ce cadre général : ainsi les femmes appartenant à de minorités ethniques et de niveau culturel moins élevé, semblent plus inquiètes face aux risques d’origine humaine que les hommes “blancs” de niveau socio-culturel élevé.
Mais peut-on en déduire que les “Plus pauvres des pauvres” non éduqués sont plus sensibles au risque ? Cela semble contrarié par le fait que les toxicologues femmes semblent plus sensibles à un risque incertain que les toxicologues hommes. Les femmes seraient-elles, dans une spécialité donnée, plus “ignardes” que les hommes, et donc plus inquiètes ? Cela semble improbable.
Il faut donc accepter l’idée que, dans l’expertise même, la femme est “en charge” d’une attitude sociale de prudence plus grande.
Certes, dans un tel cas, les experts (femmes et hommes confondus) sont moins inquiets que les non experts, sauf dans les cas où ... les experts eux-mêmes ne font pas confiance dans les managers du risque, auquel cas ils deviennent encore plus inquiet que le large public ! La question de la “confiance” (trust) semble si importante dans toutes les catégories interrogées qu’on peut en conclure que les experts, in fine, réagissent aux mêmes critères d’évaluation que le public général, même si, en apparence, ces critères semblent plus techniques. La grille technique qui sépare l’expert du non-expert sert simplement au premier à déplacer la confiance. Ainsi du nombre d’événements incidentels “prodromiques” : ils n’ont aucune valeur en termes de pure probabilité. Ils servent cependant d’indices de confiance dans le management du risque de la part de gens “avertis” du débat sur les risques (que sont précisément... les experts..).

Il demeure que les experts d’un champ précis tendent à considérer davantage celui-ci en termes “néo-classiques” de coût-avantages, ce qui les conduit à “réciter” des statistiques probabilistes minimisant l’occurrence et la gravité dans leur champ professionnel (morts par millions de gens dans une population, part unité sde concentration, par tonne relâchée dans l’atmosphère, par kilomètre parcouru, etc...).
Mais cette “idéologie défensive de métier” pour reprendre un bon concept de C. Dejours XE "Dejours"  n’est pas reprise par l’expert adverse, dès qu’une perspective de mise en scène comme procès se dessine : on trouve toujours un expert de la partie adverse pour dramatiser et criminaliser le risque encouru, indépendamment du cadre des probabilités utilisées. La virulence de l’expert pour minimiser statistiquement les risques de son propre métier a donc une portée limitée ; elle est destinée à “regonfler le moral des troupes”, bien plus qu’à convaincre dans le débat public, où elle obtient souvent des résultats contraires aux attentes de l’argumentation.

Curiosité : les catégories de Mary Douglas XE "Douglas"  sur les “visions du monde” (fatalisme, hiérarchie, individualisme, égalitarisme), instruisant l’attitude face au risque comme variables indépendantes, elles-mêmes inspirées directement de Durkheim XE "Durkheim" , font leur entrée dans “le monde de Slovic XE "Slovic" ” (via des auteurs comme Peters XE "Peters" , Dake XE "Dake"  ou Jenkins-Smith XE "Jenkins-Smith" ), sans être citées une seule fois dans leur source théorique ! (ah la guerre académique !).
Il est donc assez intéressant que les travaux multiples de cette équipe parviennent enfin en France -après 20 ans !-, et soient accueillis par des instances jusque là plutôt militantes d’un positivisme technique sans concession.
On regrettera cependant que les puissances invitantes françaises n’aient -ni dans un cas ni dans l’autre- pris soin de faire traduire en français des interventions intéressant un plus large public. Comme s’il était acquis que la langue de travail des sciences humaines du risque était désormais l’anglo-américain, ce qui est très contestable. Pour des personnes qui, par ailleurs, défendent le nucléaire comme élément de l’indépendance nationale ou régionale, c’est assez paradoxal !

Lire aussi :

Cohen B.L XE "Cohen B.L" ., “Criteria for technology acceptability”, Risk Analysis, 5, 1-2 (1985).

Shrader-Frechette K.S. XE "Shrader-Frechette K.S." , Risk and rationality : philosophical foundations for populist reforms, Berkeley University of California, 1991.

Kunreuther H. XE "Kunreuther H." , Fitzgerald K. XE "Fitzgerald K." , Aarts T.D. XE "Aarts T.D." , “Siting noxioux facilities : a test of the facility siting credo”, Risk Analysis, 13, pp 301-318, 1993.

Kunreuther H. XE "Kunreuther H."  Slovic P. XE "Slovic P." , (eds) Challenges in risk assessment and risk management. The Annals of the American Academy of Political and Social Science, Vol 545, 1996, pp 1-183.

Schneider T, XE "Schneider T,"  Weber K XE "Weber K" , Locher R. XE " Locher R." , Renn O XE " Renn O" . Acceptation des risques du point de vue technique et sociologique, approche du dialogue sur les risques, Etude SUVA/CNA (Caisse nationale suisse d’assurance en cas d’accidents XE "CNA (Caisse nationale suisse d’assurance en cas d’accidents" /INSAI XE "INSAI" , 1995. Réflexion synthétique intéressante sur la “densité de risque” en Suisse. Synthèse systématique entre les approches techniques (normes techniques, approche de l’ingénieur, et les approches externes (socioculturelles, psychologiques). Pose le problème des acteurs de la “constitution du risque”; détaille les différences de positionnement entre la fonction symbolique du risque, l’acceptabilité, les modes de reconnaisssance et d’évaluation “cognitifs”. Prône l’émergence d’une “culture du risque”.

Baruch Fischhoff et la perception des risques

Fischhoff B. XE "Fischhoff B." , Watson S., Hope C., “Defining Risk”, Policy Sciences 17, 123-139, 1984.

Fischhoff B. XE "Fischhoff B."  “cost-benefit analysis and the art of motorcycle maintenance, policy sciences, 1977, 8, pp 177-202.

Fischhoff B. XE "Fischhoff B."  “Eliciting knowledge for analytical representation. IEEE transactions on systems, man and cybernetics XE "cybernetics" , 1989, 13, 448-461.

Fischhoff B. XE "Fischhoff B."  Value Elicitation : is there anything in there ? American Psychologist, 1991, 1992, 47, 577-588.

Fischhoff B. XE "Fischhoff B."  .i.Acceptable risk; : a conceptual proposal. Risk, Health, safety and environment, 1994, 1, 1-28.

Fischhoff B. XE "Fischhoff B."  “What forecasts  XE "forecasts " (seems to) mean . International of forecasting, 1994, 10, 387-403.

Fischhoff B. XE "Fischhoff B."  , risk perception XE "risk perception"  and communication unplugged : twenty years of process, Risk Analysis, 1995, 15, 137-145.

Fischhoff B. XE "Fischhoff B."  The real world : what good is it ?n Organization behavior XE "Organization behavior"  and human decision processes XE "human decision processes" , 196, 65, 232-248.

Fischhoff B. XE "Fischhoff B." , Public values in risk XE "Public values in risk"  research, Annals of the American Academy of political and social Science, 1996, 65, pp 232-248.

Fischhoff B. XE "Fischhoff B." , Communicate unto others... Reliability engineering and system safety XE "system safety" , 1998, 59-63-72.

Fischhoff B. XE "Fischhoff B."  MacGregor D. Judged lethality, how much people seem to know depend upon how they are asked, Risk Analysis, 1983, 229-236.

Fischhoff B. XE "Fischhoff B."  Lichtenstein S, “Knowing what you want : measuring labile values, in Wallsten T. (ed), Cognitive processes XE "Cognitive processes"  in choice and decision behavior, 1980 (pp 117-141, Erlbaum, Hillsdale, 1980.

Fischhoff B. XE "Fischhoff B."  Slovic P. XE "Slovic P." , Lichtenstein S. XE "Lichtenstein S." , “Weighing the risks. Environment, 1979, 21, n°5, 17-20, 32-38.

Fischhoff B. XE "Fischhoff B."  Ordinary Housewives ; women activists in the grassroots toxic movement. Unpublished Honors thesis, Department of social studies, Harvard University, 1993.

Fischhoff B. XE "Fischhoff B." , “The evolution of risk communication”, in Tubiana M., Vrousos C., Carde C., Pagès J.P., (eds) Risque et Société, Nucléon, Paris, 1998 pp 23-38. (Actes du colloque Risque et société XE "Risque et société" , réalisé sous l’égide de l’Académie des sciences, dans le cadre du centenaire de la découverte de la radioactivité XE "radioactivité" , Cité des sciences et de l’industrie de Paris-la Villette, 18-20 Novembre 1998. Publié à la demande du centre Antoine-Béclère, 1999 pp.207-222.

“Taking the public seriously poses a short-term threat to the normal operation of science. It threatens the products of science by acknowledging that people don’t value our work and want us to do our both better and differently (by acknowledging their concerns). It threatens the process of science by asserting the public’s right to participate in it.”

“Prendre le public au sérieux menace à court terme l’activité normale de la science. Cela menace les productions scientifiques en reconnaissant que les gens n’apprécient pas notre travail et veulent que nous le fassions mieux et différemment, en reconnaissant leurs préoccupations. Cela menace le processus de science en affirmant le droit du public à y participer.”

Tout le travail de Fischhoff , vieux comparse de Paul Slovic, mais qui s’en est séparé ensuite, tient dans cette position qui a, à mon avis, assuré la longévité et le succès de ce type de recherche dont le départ a été, ne l’oublions pas, la demande d’un acteur du nucléaire civil américain dans les années 60.

Moins subtil et moins évolutif que le travail de Slovic, celui de Baruch Fischhoff est davantage centré sur ce qui rend difficile la confiance du public dans les analyses du risque et dans les experts (qui sont, à juste titre, aussi pour le public “des gens”). Il montre les réticences successives des acteurs techniques, scientifiques et industriels soucieux de progresser vers le public, mais toujours par étapes conceptuelles limitatives (avoir les bons chiffres, les dire, les expliquer, montrer au public qu’il en accepté de semblables dans le passé, le convaincre que c’est un bon “rapport qualité-prix”, le traiter dignement, et en faire, finalement un partenaire...) Alors que la question est bien plutôt de constituer un “langage” qui ouvre les portes du côté scientifique (accès aux données sensibles, abilité à recoupement de vérifications, familiarité avec modèles spécifiques), et du côté “public” (familiarité avec le process, comme avec ses analystes et leur communauté, traitement respecteux et valorisation de laparticipation du public aux analyses, influence admise sur le processus de régulation de long terme.)

Tout ceci semble de bon sens. Alors... qu’est-ce qu’on attend ?

Avec 25 ans de recul, on a tout de même affaire ici à un expert classique, pilier du “risk establishment”, lequel, un peu comme Lagadec en France, vient prendre une place intermédiaire de “go between” entre managers et public (médias), et doit son succès à sa remarquable capacité à traduire les attentes réciproques en ... questions d’enquêtes. Comme si l’expert en question devait sa fonction à son habileté à projeter les motivations de ses interlocuteurs sous forme de thèmes d’opinion, comme si ceux-ci sortaient directement du réel. Cette capacité est peut-être la forme actuelle de la médiation politique, dans une “démocratie technologique”.

Furby L. XE "Furby L." , Slovic P. XE "Slovic P."  , Fischoff B. XE " Fischoff B." , Gregory R. XE "Gregory R." , Public perceptions of electric power transmission lines, Journal of Environmental psychology, 1988, 8, pp 19-43.

Freudenberg W.R. XE "Freudenberg W.R." , Pastor SK, NIMBY XE "NIMBY" s and LULUs : stalking the syndromes, Journal of Social Issues, 1992, 48, 39-62.

Hallman WK XE "Hallman WK" , Wandersman A. XE "Wandersman A." , “Attribution of responsability XE "responsability"  XE ".i.responsability"  and individual and collective coping wirh environmental threats;, Journal of Social Issues, 1992, 48, 4, pp 101-118.

Jasanoff S XE "Jasanoff S" . , Risk management XE "Risk management"  and political culture , Russel Sage, New York, 1986.

Gerrard M. XE "Gerrard M." , Gibbons FX. XE "Gibbons FX." , , Bushman B.J. XE "Bushman B.J." , “Relation between perceived vulnerability XE "perceived vulnerability"  to HIV and precautionary sexual behavior. Psychological Bulletin, 1996, pp 390-409.

Linville PW. XE "Linville PW." , Fischer GW. XE "Fischer GW." , Fischhoff B. XE "Fischhoff B." , “ AIDS risk perception and decision biaises, in Pryor J.B; , Reeder G.D., “The social psychology of HIV Infection, Hillsdale, Elbaum, 1993, pp 5-38.

Maharik M. XE "Maharik M." , Fischoff B. XE "Fischoff B." , Contrasting perceptions of risk of using nuclear energy in space, Journal of Environmental Psychology, 1993, 13, 243-250.
Covello V.T., XE "Covello V.T.,"  Flamm W.G. XE "Flamm W.G." , Rodricks J.V. XE "Rodricks J.V." , Tardiff R.G. XE "Tardiff R.G." , The analysis of actual versus perceived risks XE "perceived risks" , Plenum, New York, 1983.

Covello V. XE "Covello V." , “Comparison between american and european approaches to risk communication”, in Tubiana M., Vrousos C., Carde C., Pagès J.P., (eds) Risque et Société, Nucléon, Paris, 1998 pp 23-38. (Actes du colloque Risque et société XE "Risque et société" , réalisé sous l’égide de l’Académie des sciences, dans le cadre du centenaire de la découverte de la radioactivité XE "radioactivité" , Cité des sciences et de l’industrie de Paris-la Villette, 18-20 Novembre 1998. Publié à la demande du centre Antoine-Béclère, pp.153-167, pp 226-232.

Covello VT, Merkhofer MW, Risk Assessment Methods, Plenum Publishing Corporation, New York, 1993

Vincent Covello est spécialisé dans la “communication risquologique”, et bien connu des experts du domaine pour avoir organisé des conférences et des publications collectives “constiturices” du champ, qui ont fait date aux Etats-Unis en en rassemblant les principaux acteurs dans les années 80.
Il développe ici une théorie de la communication centrée sur quatre lois :
- celle du “bruit mental”, selon laquelle les gens sont tellement surinformés qu’ils ont du mal à comprendre ce qu’on leur dit.
-celle de la perception des risques (variant selon les divers paramètres étudiés par Slovic, Fischhoff, bien d’autres).
-celle de la détermination de la confiance, selon laquelle les gens n’accordent pas leurs jugements de confiance selon n’importe quel critère de rationnalité.
-celle,enfin, de la dominance négative, laquelle, associée au “bruit mental” indique que les gens prononcent des jugements d’autant plus négatifs qu’ils sont submergés par l’information. Bien sûr, ces quatre “lois” me rappellent immédiatement mes carrés favoris. Miracle, elles coïncident : la détermination de la confiance (trust) est de l’ordre très précis de Thémis. La dominance négative relève de “métis”, la réaction paranoïaque imputatrice. La perception des risques est le domaine d’épistémé appliqué à l’opinion.
Quant au bruit... c’est justement “Tychè”, la rencontre parfois angoissante avec une réalité non encore nommée, pas clairement élucidée, mouvante et ambigue.




Problèmes d’information et de communication (sens unique)
-La médiologie des risques

Mazur A. XE "Mazur A." , “le rôle des médias : l’inscription du radon XE "radon"  et de Love Canal à l’ordre du jour des dangers menaçant le public”, in Theys J., dir, Environnement, Science et politique, GERMES, 1991.
Mazur A, XE "Mazur A,"  A hazardous inquiry : The Rashomon effect at Love Canal XE "Love Canal" , Harvard University Press, 1998.

Cela fait 22 ans que A. Mazur s’intéresse au scandale de Love canal, ce lieu d’enfouissement de déchets chimiques sur lequel la population de lotissements construits plus tard n’a cessé de se plaindre de maladies étranges. Le problème est qu’A. Mazur se centre trop sur la “création ex nihilo” d’un événement par les médias, ce qui occulte complètement la “necessité sociale” de la construction dramaturgique, qu’elle qu’en soit l’origine. On peut, par exemple, supposer, que si le média ne prend pas en charge un événement quelconque, le problème posé par celui-ci se diffuse souterrainement pendant une période plus longue par des relais “privés” (associations de victimes, et à l’extrême, mafias vengeresses, avant de venir au jour dans des formes peut-être plus explosives. L’idée -implicite dans la critique du média- qu’on puisse “éradiquer” l’expression d’un problème social en le “taisant” (au motif que la réalité en est insignifiante) relève d’une vision autoritaire du monde (celle que M. Douglas  XE "Douglas " nommerait “hiérarchique”.) La supposition qu’il serait possible de ne faire émerger que les faits “réels” est absurde : il s’agirait en fait d’une mise en scène alternative et concurrente. Bien entendu, la réalité...de la réalité n’est pas en cause. Seule l’est l’idée autoritaire selon laquelle il n ‘existe qu’un seul canal d’expression légitime et fondée de la vérité. Exemple : les vétérans américains des dernières guerres parviennent souvent, aidés par l’industrie juridique, à entraîner des centaines de milliers d’entre eux dans des revendications sur des affections non prouvables. Mais le fait important n’est-il pas que le malaise de l’ancien combattant (dans des conflits où il ne se sent peut-être pas tout à fait dans son droit) cherche à s’exprimer ? Contre ce “fait” là , quelle “autorité scientifique” peut prévaloir ? La question mérite d’être traduite dans le domaine nuclaire : que celui-ci serve d’exutoire aux angoisses les moins contrôlables est un fait. Est-ce tout à fait un hasard ? Toute position de “lobby” face à cette réalité là ne peut prendre qu’un sens d’affrontement avec le public, ce qui est parfaitement irrationnel également.

Disasters;The fate of information in the disaster zone. Disasters XE "Disasters" , (1996-09) vol.20:n°3, p.169-215.
Suite d'articles montrant la déformation systématique des informations concernant des faits de désastres selon les réseaux d’acteurs.

Comité national d’éthique  XE "Comité national d’éthique " : avis sur l’information à donner aux patients à propos de la possibilité de transmission de l’agent de la maladie de Kreutzfeld-Jacob par des composants du sang”, 55, 1er oct 1997.

Morgan M.G. XE "Morgan M.G." , Fischoff B. XE "Fischoff B." , Bostrom A. XE "Bostrom A." , and alii, Communicating risk XE "Communicating risk"  to the public, Environmental science and technology, 1992, 26, pp 2048-2056.

Salomon J.J., XE "Salomon J.J.,"  de la transparence, i, Le risque technologique et la démocratie, rapport du collège de la Prévention des Risques Technologiques, Paris, La Documentation française, 1994.

Merz J.F. XE "Merz J.F." , Fischhoff B. XE " Fischhoff B." , Mazur D.J. XE "Mazur D.J." , Fischbeck P.S. XE "Fischbeck P.S." , “Decision analytic approach to developping standards of disclosure for medical informed consent. Journal of Toxics and Liability, 1993, 15, pp 191-215.

Il est de plus en plus évident que l’information se substitue à la “communication”, en termes de “vérité” à transmettre, et non de message à faire passer. Les “risquologues” sont convoqués pour étudier ce délicat passage, supposant le respect d’un public tenu pour mieux éduqué (même si c’est faux.)

Lalo A. XE "Lalo A." , “la directive “Seveso” à l’épreuve des faits, la politique de transparence sur les dangers de l’industrie comme facteur de légitimité de l’action publique.”, in Tubiana M., Vrousos C., Carde C., Pagès J.P., (eds) Risque et Société, Nucléon, Paris, 1998 pp 23-38. (Actes du colloque Risque et société XE "Risque et société" , réalisé sous l’égide de l’Académie des sciences, dans le cadre du centenaire de la découverte de la radioactivité XE "radioactivité" , Cité des sciences et de l’industrie de Paris-la Villette, 18-20 Novembre 1998. Publié à la demande du centre Antoine-Béclère, pp.233-255.

La directive Seveso oblige à informer le public au voisinage des installations dangereuses (sauf les installations nucléaires). Après Tchernobyl, la directive fut enrichie d’une annexe VII élargissant l’obligation d’information sur les consignes de sécurité à celle sur les risques eux-mêmes et sur les dommages qu’ils pourraient provoquer, ainsi que du dispositif administratif de contrôle. Cette deuxième mouture est applicable en France depuis le 9 décembre 1996. A travers cette évolution peut se lire l’accès la production industrielle dangereuse au statut de cause publique, créant un espace public qui lui est propre.

Anne Lalo s’appuie sur Habermas dont on sait qu’il utilise un univers conceptuel hybride, formé à la fois de système et de monde vécu, ler système connaissant des crises de type rupture entropique ou saturation, et le monde vécu connaissant des crises d’anomie et de perte d’identité.
Lorsque le mopnde vécu connaît une crise (ici la perte identitaire liée au cloisonnement des industries par rapport à la société) se déclenche une relation bijective dans le système : c’est l’accident majeur.

Pour guérir tout cela, le docteur Lalo (notre médecin politique spécialisé en thémistique) nous propose d’abord de traiter le monde vécu : il faut reconstituer le réferentiel de la politique publique (Mény, Thoenig, Jones), fabriquer un espace public de débat, ce que le recours aux sondages d’opinion sur le sujet permettra de commencer à établir (en créant une “formation discursive” à la Foucault). Ensuite on constitue le champ des enjeux, puis on met en oeuvre les décisions prises à partir des choix émergents, et enfin on évalue la “policy” ainsi constituée.

Anne Lalo utilise ces représentations pour construire le cadre de grandes enquêtes d’opinion auprès des populations vivant près d’installations dangereuse en France (Etange de Berre, Isère, Lyon, Corse, Le Havre), afin de déterminer quels sont les acteurs en qui les gens ont confiance ou non pour produire l’information de type Seveso II. Il s’avère que ce sont les pompiers, les inspecteurs et les scientifiques, et non les élus qui seront pourant vécus comme l’ayant réalisée. La rupture continue donc entre monde vécu (politiques) et système (expertise technique) alors qu’elle aurait été diminuée par un certain croisement de fonctions, tel l’apparition des experts techniques en position d’informateurs sur la scène publique.
Résultats intéressants mais un peu angoissants concernant l’avenir du politique dans l’interface entre technique et public.

Nous ne pouvons résister à emprunter à Anne Lalo son carré magique, puisque, comme de bien entendu, il s’inscrit dans nos préoccupations. Elle oppose quatre enjeux constitué par le champ de l’action d’information publique : l’enjeu local (l’industrie dangereuse comme ma voisine). L’enjeu sectoriel ( la question générale du risque technologique dans la société), L’enjeu de procédure (la légitimité des autorités publiques), et l’enjeu institutionnel lié àla rationalité du dispositif de sécurité publique. Il est aisé de situer ces quatre enjeux dans notre carré :
Métis concerne l’enjeu local où l’industriel apparaît l’acteur personnalisé, le sujet d’une imputation directe. Thémis concerne l’enjeu de procédure légitime. L’enjeu qu’Anne Lalo appelle institutionnel et que je nommerai plutôt organisationnel est ici “épistémé”. Quant à la vaste question du risque technologique, il est évidemment une question ouverte à tous les membres de la société, l’enjeu le plus ouvert, le plus problématique car le plus fondamental : c’est bien “tychè”, la véritable rencontre entre le citoyen et l’essence de la modernité technologique, qu’il l’ait ou non voulu.


Wynne B. XE "Wynne B." , “Risk and social learning ; reification to engagement”in Krimsky S. et Golding D. (eds), Social Theories of Risk, Westport, Praeger, 1992.

Fessenden-Raden J. XE "Fessenden-Raden J." , Firchen J.M. XE "Firchen J.M." , Heath J.S. XE "Heath J.S." , “Providing risk information in communities : factors influencing what is heard and accepted.” Science, technology and human values, 12, 94-101.

Koren G. XE "Koren G." , Klein N. XE "Klein N." , “Bias against negative studies in newspaper reports of medical research, Journal of the american medical association, , 266, pp 1824-1826, 1991.

Lichtenberg J. XE "Lichtenberg J." , MacLean D. XE "MacLean D." , “Is Good News no news ?” The Geneva Papers on Risk and Insurance, 17, pp 362-365 1992.

Stern P.C. XE "Stern P.C." , Fineberg H.B. XE "Fineberg H.B." . (eds), Understanding risk : informing decisions in a democratic society, National Research Council, Committee on risk characterization, National Academy Press, Washington D.C., 1996.

Johnson B. XE "Johnson B." , “Advancing understanding of knowledge’s role in lay risk perception, Risk, 1993, 3, pp 189-212.


L’école bourdieusienne de sociologie des médias

Champagne P XE "Champagne P" , Marchetti D XE "Marchetti D" , “L’information médicale sous contrainte. A propos du “scandale du sang contaminé”, Actes de la Recherche en Sciences Sociales, pp 101-102, 1994 .

Champagne P. XE "Champagne P." , “L’environnement, les risques, et le champ journalistique.” Regards Sociologiques, 14, 1997.

Champagne P. XE "Champagne P." , “L’information médicale sous contrainte. A propos du scandale du sang contaminé.”, Actes de la recherche en sciences sociales, n°101-102; 1994, pp 40-62.

Champagne P. XE "Champagne P." , “Les transformations du journalisme XE "journalisme"  scientifique et médical”, in Mathien M., Médias-Santé-Politique, L’Harmattan, Paris, 1999.

Champagne P. XE "Champagne P."  “Risques et médiatisation du débat public”, in Tubiana M., Vrousos C., Carde C., Pagès J.P., (eds) Risque et Société, Nucléon, Paris, 1998 pp 23-38. (Actes du colloque Risque et société XE "Risque et société" , réalisé sous l’égide de l’Académie des sciences, dans le cadre du centenaire de la découverte de la radioactivité XE "radioactivité" , Cité des sciences et de l’industrie de Paris-la Villette, 18-20 Novembre 1998. Publié à la demande du centre Antoine-Béclère, pp.187-195.

Champagne P. XE "Champagne P." , “Les médias et les risques, Point de vue de Patrick Champagne, Séminaire du Programme Risques collectifs et situations de crise (Gilbert C., dir.), Actes de la treizième séance, Ecole des Mines,Paris, 1er Avril 1999.

P. Champagne est un sociologue des médias, qui se situe dans l’optique bourdieusienne. C’est à ce titre qu’il s’intéresse à la “crise médiatique” (que constituent les affaires du sang contaminé ou de la vache folle, et par extension des grands accidents), qu’il considère comme “événement analyseur” du journalisme. Il observe ainsi la mise en place d’un nouveau régime de l’information scientifique qui n’est plus réservée aux journalistes spécialisés. Le spectaculaire,n le suggestif, et le conflictuel sont privilégiés désormais dans la constitution même des “affaires” liées à la technique et à la science (mise en accusation, ou en position de diagnostic).

Notons que les sociologues des médias (P. Champagne, Torny, ou d’autres) restents dans leur champ en prenant l’accident en prétexte, alors que des spécialistes du risque (comme P. Lagadec, mais ausi nombre de chercheurs travaillant sur la perception des risques, tels J. Brenot, J.P. Pagès, P. Slovic, Kasperson, Mazur, etc.) “vont aux médias” en délaissant quelque peu la spécificité de leur propre champ. Conclusion : le thème du média est un “attracteur” puissant, parce qu’il mèle étroitement plusieurs questions : l’information, la prise de position du public et son dévoilement par sondage, le commentaire et la formation des opinions, etc. Le thème des médias semble également central pour tout ce qui concerne la construction sociale des réalités. C’est une sorte “d’entonnoir à sociologues”, dans la mesure où ceux-ci travaillent précisément sur les dramaturgies collectives. Le risque... est de prêter à la manipulation par ceux qui ont intérêt à “dénoncer les médias”, par exemple dans l’hypertrophie d’un risque. Ce n’est donc pas un hasard si, sans prendre en compte leurs positions “de gauche” dans le champ théorique, de puissants lobbies invitent facilement de tels sociologues, précisément dans la mesure où ceux-ci “dénoncent les dénonciateurs”, ou, à tout le moins, relativisent le point de vue médiatique. C’est évidemment de bonne guerre, mais autant en être conscients.

Quant à la guerre entre paroles légitimes (discours autolégitimants, contre “science” légitimée par la méthode objective), elle est loin d’être terminée. Et de dire que le sociologue dispose du “point de vue sur les points de vue” ne règle rien : car qui disposera du point de vue sur le point de vue sur le point de vue, etc ? Question fort sérieuse, qui signe simplement que la science, fût-elle sociologique, ne peut clore aucune controverse à elle seule. Le problème est que le média est devenu un “fait objectif” absolument consubstantiel de la société contemporaine (avec la science, d’ailleurs), et que constater qu’il “construit la réalité” est une tautologie qui pourrait s’adresser à tout pouvoir construit sur cette fonction. La position des émules de Boltanski (Torny) est plus nuancée, moins critique, plus relativiste mais tout aussi attirée par la tautologie : les mes médias mettent en scène le réel... Evidemment, puisque c’est ... leur fonction !
La façon des pouvoirs techniques traditionnels de construire la réalité (nous savons ce qui fait votre bien) n’était pas non plus dépourvue d’effets de “distorsion”.

Ma position est celle-ci : critiquons les médias lorsque leur construction monopolise toute perception du réel, et surtout lorsque leur jugement interdit de parole des personnes. Quant aux grandes organisations, je ne vois pas comment elles pourraient éviter de considérer que la démocratie actuelle passe nécessairement par le média. Chercher à ruser et à distiller l’information en fonction d’intérêts purement stratégiques revient au fond, philosophiquement, à nier la fonction démocratique du média. Ce qui peut se concevoir, à condition de voir aussi les implications d’une telle position. Que les grandes entreprises aient acheté les médias ne change strictement rien à l’affaire, car -dedans ou dehors- il s’agit de savoir qui va remplir cette fonction du construction du champ “thémistique”, lui-même miniature holographique du champ sociétal.

L’école “boltanskienne” de la dénonciation

Lemieux C. XE "Lemieux C." , “Comment naît l’intérêt des médias pour les alertes sanitaires ?” in Chateauraynaud F. et alii, De l’alerte à la crise sanitaire, un modèle de transformation, Actes de la 11e séance du séminaire du programme “risques collectifs et situations de crise, CNRS, 1998

Lemieux C. XE "Lemieux C." , Barthe Y XE " Barthe Y" , “les risques collectifs sous le regard des sciences du politique”, Politix n° 44, 4e trimestre 1998.

Cet article introduit un n° spécial qui met en scène la “nouvelle école française” de risquologie (Chateauraynaud, Torny, Lemieux, Barthe, Vilain, Caille) avec “son” invité américain, J. Jasper, un moment assistant à l’université de New York et qui vint jadis m’interviewer dans un travail de comparaison des politiques du nucléaire. Il montre bien que l’objet essentiel de cet école n’est pas le risque, mais le média comme centre des “nouvelles technologies de surveillance. “

Patrick Lagadec “contre” les médias.

Bien connu, le politologue de l’école polytechnique a un discours aussi passionnant et “allumé” que son homologue de l’école des Mines (B. Latour XE "Latour" ), mais dans le genre opposé : c’est un avocat de l’alerte dans tous ses états. Il représente le paradigme du discours identifiant l’événement stochastique à une intolérable irruption d’incertitude et de chaos. Il milite depuis déjà trente dans pour obtenir une mobilisation des élites, de l’organisation, de chacun, dans une véritable préparation militaire à la crise, un entraînement intensif contre l’événement fortuit. On peut se demander si, à un certain point, ce qu’il réclame n’est pas de se préparer militairement au risque... de vivre. Sa grande invention : “la cellule de crise” plaît cependant beaucoup aux responsables en mal de coordination et d’ajustement communicationnel, en période de mouvement. Il est possible que certains responsables aient besoin de se vivre en contrôleurs de tempêtes humaines. Mais il ne faut pas oublier que pour les poissons, la tempête n’en est pas une, et que pour les guerriers ou les sauveteurs.. elle est parfois une fête (en tout cas un temps de recul des enfers bureaucratiques ordinaires). D’autre part, une cellule de crise n’aurait sans doute pas empêché les 3000 morts de Bophal, dûs aux effets imparables d’une imbrication de causes de défaillances structurales, techniques et humaines, préparées de longue date.

Lagadec P. XE "Lagadec P." , Le risque technologique majeur, Paris , Institut d'Etudes Politiques, Paris 1979, publiée chez Pergamon, Collection Futuribles, Paris 1981.

Lagadec P. XE "Lagadec P." , La civilisation du risque : catastrophes technologiques et responsabilité sociale. Paris, le Seuil, 1981.Lagadec P. XE "Lagadec P." , "Le risque technologique majeur et les situations de crise", Annales des Mines, Aout 1984.

Lagadec P.  XE " Lagadec P. "  Etats d'Urgence, Seuil, Paris, 1988. Lagadec P. XE "Lagadec P." , Défaillances technologiques et situations de crise: la catastrophe de San Juan Ixhuatepec, Mexico, 19 décembre 1984, Laboratoire d'Econométrie de l'Ecole Polytechnique, Paris, 1985.

Lagadec P. XE "Lagadec P." , “Communication de crise, communication en crise, in Tubiana M., Vrousos C., Carde C., Pagès J.P., (eds) Risque et Société, Nucléon, Paris, 1998 pp 23-38. (Actes du colloque Risque et société XE "Risque et société" , réalisé sous l’égide de l’Académie des sciences, dans le cadre du centenaire de la découverte de la radioactivité XE "radioactivité" , Cité des sciences et de l’industrie de Paris-la Villette, 18-20 Novembre 1998. Publié à la demande du centre Antoine-Béclère, pp.196-206.

Il est significatif que lorsqu’un chercheur en science sociale veut parler des pathologies des médias, il en vienne à utiliser des métaphores physiques : effet masse, effet en chaîne, effet Larsen, effet canal, etc.

De quoi s’agit-il ?
-masse : un incident minime peut être promu en un instant événement mondial.
-en chaîne : la présence des médias déclenche de nouvelles alertes.
-effet Larsen : la réaction d’un responsable est réinjectée dans l’information sur l’existence même du fait.
-canal : avoir 10 secondes pour parler.

Tout ceci s’habille de métaphores “radio”, mais peut se dire en termes différents : les médias sont une mise en scène immédiate et dramatisante de l’événement, utilisant l’image et la parole de chacun dans un même “effet de montage”. Bien, c’est de la médiologie. Mais c’est aussi le simple constat que la seule façon d’évoquer un fait évanescent de manière construite oblige à ces méthodes. Vouloir les “moraliser” est bien, mais sans doute un peu vain. L’équilibre tend à se constituer de lui-même par auto-discipline des milieux médiatiques lorsque certaines limites franchies obligent à d’humiliantes mises en causes a posteriori (fausses photos, commentaires fallacieux, etc.) . Les médias n’on pas à être sauvés.

Lagadec P. XE "Lagadec P."  “ maternelle de Neuilly, Laurence Dreyfus et les médias”, Administration, n° 175, avril-juin 1997, pp 145-148.

i.Lagadec P.; “Sauvons les médias”, Préventique-sécurité, n° 31, Janvier 1997, pp 3-5.

Lagadec P XE "Lagadec P" , Scanlon J XE "Scanlon J" , (école de journalisme de l’Université de Carleton, Ottawa)“Responsables et médias lors des grandes situations de crise : des mutations à étudier -réflexions sur l’affaire de l’Airbus Alger-Marseille (24-26 décembre 1994, Administration, n° 168, juillet-septembre 1995, pp 197-210.

Lagadec est aussi devenu un “critique littéraire” au sens de critique de la construction textuelle et dramaturgique des médias. Mais il risque aussi de tomber dans le piège de croire que c’est la nécessité médiatique qui organise le fait (comme par exemple la mise en scène du preneur d’otages de la maternelle de Neuilly.). On peut certes concevoir que le ministère de l’Intérieur avait décidé a priori de tuer le preneur, même s’il ne présentait plus de danger (comme cela a été avéré). Mais est-ce en fonction d’une logique médiatique ? L’opacité aurait été un tout aussi bon stimulant pour la volonté de “faire un exemple” tout en démontrant la sophistication des moyens de surveillance et d’intervention.

Je ne nie pas l’intérêt de la critique acerbe de la déontologie des journalistes, de l’existence de “tchernobyls médiatiques”, mais je trouve que cela fait parfois diversion par rapport au champ du danger. C’est aussi un sujet un peu facile, et d’ailleurs très répandue parmi les médias eux-mêmes... (qui adorent l’autoanalyse).

Question : finalement, P. Lagadec n’aurait-il pas fait un excellent grand reporter, spécialisé dans les catastrophes ? (Ceci n’est pas seulement une boutade : la description intéressante et utile d’une crise ou d’un accident est un “art” qui dépasse la simple méthodologie. C’est absolument flagrant pour les “bons” descripteurs, quelle que soit leur optique (“événementielle”, pour Lagadec, rétrospective pour Vaughan, comparative pour Andurand, etc.). Un narrativité de talent est indispensable... dès lors qu’on veut évoquer pour d’autres la singularité indicible qu’est au fond, en vérité, tout événement.

Shrivastava Paul XE "Shrivastava Paul" , Bhopal : Anatomy of a crisis, Paul Chapman Publishing, London, 1992 (2e ed.) La plus complète des études des causes de l’accident : cause “humaines” : appartenance de l’usine à un système de promotion de prestance de cadres indiens de haut niveau, se retournant en négligence dans le contexte d’une prévision de fermeture . Turn over élevé, suppression de postes de maintenance et de surveillance, non suivi de formation par les opérateurs, non information sur les dangers réels du MIC, changements fréquents de procédures, etc. Causes “techniques” (en fait effets de causes humaines variées, directes ou indirectes) : absence de détecteurs automatiques, absence ou sous-dimensionnement de sytèmes de pulvérisation d’eau (dissolvant gaz toxiques), dégradation des dispositifs techniques (épurateur de gaz en panne, panne du refroidissement des cuves de stockage du MIC, vannes défaillantes non réparées, impuretés dans les circuits, et blocage de barrières de sécurité, etc. examine aussi comment l’hypothèse du sabotage, favorisée par la direction, n’a été que progressivement évincée, malgré son irréalisme.

Dreyfus L. XE "Dreyfus L."  , Casanova B XE "Casanova B" , Chroniques d’une prise d’otages, Flammarion, Paris, 1997.

Fink S. XE "Fink S." , Crisis Management, Planning for the inevitable, AMACOM, American Management Communication, 1986.

Scanlon J. XE "Scanlon J." , Alldred S. XE "Alldred S." , “Media coverage of disasters : the same old story”, Emergence Planning Digest, 1982, pp 13-19.

Scott J.C. XE "Scott J.C." , Freibaum J. XE "Freibaum J." , “A review of the effectiveness of communication XE "communication"  during and shortly after the Loma Prieta California Earthquake XE "Earthquake" , Public Service Satellite Consortium, 1990.

Ten Berge D. XE "Ten Berge D." , “The first 24 hours, a comprehensive guide to successful crisis communication, B. Blackwell, Oxford, 1990.

Tixier M. XE "Tixier M." , La communication de crise, Paris, Mc Grauwhill, 1991.

Volkman E. XE "Volkman E." , “How they brought the News from Harrisburg XE "Harrisburg"  to the World”, Media XE "Media"  People, Novembre 1979, pp 80-90.

Wolton D., XE "Wolton D.,"  Weviorka M. XE "Weviorka M." , Terrorisme à la une, médias, terrorisme et démocratie, Gallimard, Paris, 1987.

Woodrow A. XE "Woodrow A." , Information-manipulation, Editions du Félin, Paris, 1990.

Application et contrôle

Contrôle “politique”

i.Galle Raymond;, L’opérateur-catastrophe XE "opérateur-catastrophe"  (roman)
Dans ce roman vivant, l’auteur montre que l’opérateur dans une raffinerie est progressivement mis en périphérie au nom de le la “catastrophe” par l’ensemble des politiques : cla politique urbaine qui périphérise l’installation à risque, la politique du profit, qui automatise, la politique de l’organisation qui crée le désert humain à la place d’un milieu professionnel toujours turbulent et contestataire, etc.. Or c’est sur cette “désertification XE "désertification" ” que l’accident prend place : on pourrait penser à l’explosion d’AZF probablement due au contact “oublié (par amnésie organisationnelle” XE "amnésie organisationnelle”" ) du produit dangereux avec le bitume d’anciens hangars... Or l’amnésie est une des formes de la périphérisation de l’humain.

Walker J.S. XE "Walker J.S." , Containing the Atom : Nuclear Regulation in a changing environment, (1963-1971), UCLA Press, Berkeley, 1992.

Vesseron Ph XE "Vesseron Ph" , directeur de la prévention des pollutions et des risques, délégué aux risques majeurs, “La prévention nécessite des efforts très en amont”, et “Installations classées XE "Installations classées" , Circulaire du 15 décembre 2000” (Préventique-Sécurité, n° 55, Janvier-Février 2001,
Ce baroudeur de... tous les postes de responsabilité centrale sur les risques (IPSN, conseiller technique de ministres successifs, etc.) , insiste sur les signaux précurseurs, l’ensemble des indices qui auraient du alerter, ainsi que le caractère global et souvent politique des solutions de long terme. Met l’accent sur les enquêtes publiques précoces, et sur les “lignes de défense” en profondeur, dans l’entreprise même. se défie de la “criminalisation” des responsabilités Exemple typique des positions de bon sens du haut fonctionnaire à compétence technique. Ph Vesseron est l’archétype même du responsable public français dans le domaine (polytechnicien, ingénieur des mines, et j’en passe). Absolument impossible à coincer dans un interview !

Decrop G XE "Decrop G" , Touron M.P XE "Touron M.P" , Les risques majeurs, un nouveau champ de l’administration publique, GDR-CRISE XE "GDR-CRISE" , Grenoble-Paris, 1991.

Gilbert C. XE "Gilbert C." , “Objets flous” et action publique. A propos des risques majeurs. “, CERAT-IEP, Grenoble, 1995.

Boix P. XE "Boix P." , Vogel L. XE "Vogel L." , L’évaluation des risques sur les lieux de travail. Guide pour une intervention syndicale, Bureau technique syndical européen pour la santé et la sécurité XE "Bureau technique syndical européen pour la santé et la sécurité"  (BTSE XE "BTSE" ), Bruxelles, 1999.

La directive-cadre CEE de 1989 rend obligatoire pour tout employeur l’évaluation des risques , en y associant les représentants des travailleurs.

Fuentes C. XE "Fuentes C." , Meyer F. XE "Meyer F." , Evaluer les risques au travail, Guide pratique, Presses Universitaires de Strasbourg, 1999.

Dirigé vers le CHSCT pour lui permettre d’évaluer correctement les risques dans l’entreprise, en tant qu’acteur privilégié.

INRS XE "INRS" , Guide d’évaluation des risques XE "évaluation des risques" , Paris, 1999.
Guide classique pour aider les entreprises à organiser leur démarche de prévention des risques professionnels... Est-ce bien la fonction d’un organisme de recherche ? Une preuve supplémentaire de l’applatissement des potentiels d’analyse des risques par la structure paritariste.

Berthet M. XE "Berthet M."  (ed), Gautier A.A. XE "Gautier A.A." , (ed) , L’exposition aux risques professionnels, Intégrer organisation et prévention.
Liaisons (ANACT), Paris, 2000.
Comment faire passer l’esprit de coopération prônée par la directive européenne dans l’entreprise ?

Organisation, planification, politique publique (P. Lascoumes)


Lascoumes P. (GAPP XE "GAPP"  XE "Lascoumes P. (.i.GAPP" );, Callon M. XE "Callon M." , Barthe Y. (CSI XE "CSI"  XE "Barthe Y. (.i.CSI" , Ecoles des Mines de Paris XE "Ecoles des Mines de Paris" );, Information, consultation, expérimentation : les activités et les formes d’organisation au sein des forums hybrides, Séminaire du Programme Risques Collectifs et Situations de Crise, CNRS XE "CNRS"  (département SHS), Ecole des mines de Paris, 12 Juin 1997.

Lascoumes P. XE "Lascoumes P." , “La précaution comme anticipation des risques résiduels et hybridation de la responsabilité”, L’Année sociologique, vol 46, n° 2, 1996, pp 359-382..

i.Lascoumes P.;, “Rendre gouvernable : de la “traduction” au “transcodage”. L’analyse des processus de changements dans les réseaux d’action publique”, in CURAPP XE "CURAPP" , la gouvernabilité, Paris, PUF, 1996, pp. 326-338. Dans la lignée de Michel Foucault, mais récemment converti aux arcanes du “transcodage” et autre “forum hybride”, le juriste Pierre Lascoumes montre trois lignes d’évolution dans la politique publique d’information sur les risques : une tendance au contrôle de la précision et de la validation des informations : on passe d’une information-communication (tout est sous contrôle) à une information problématisée présentant risques et solutions partielles.-une tendance “planification des informations obligatoires”, (type plans).-Une tendance “ instances délibératives en confrontation sur les informations pertinentes”, type CARIP XE "CARIP"  (cellules d’analyse des risques et d’information préventive XE "cellules d’analyse des risques et d’information préventive" ” mises en place en 1993 pour la gestion des risques majeurs. (ou les SPPPI XE "SPPPI" , secrétariats permanents pour la prévention des pollutions industrielles XE "secrétariats permanents pour la prévention des pollutions industrielles" , mis en place à partir de 1971, à partir de Fos -voir articles de R. Andurand, ou encore les CLI  XE "CLI "  (Commissions locales d’information XE "Commissions locales d’information" ) auprès des laboratoires préfigurant les sites d’enfouissement des déchets nucléaires ou d’autres déchets industriels, à; partir de 1991.

Chaumette L XE "Chaumette L" , “Le contrôle de la sûreté du transport des matières radioactives en France”, Editions IPSN, Paris 2000 (Thèse de doctorat).
Ces trois cent mille envois annuels en France ne sont guère régulés que par une loi sur les pollutions atmosphériques, et non sur les transports de matières nucléaires. Le domaine ets opaque, le contrôle administratif difficile. Un véritable gisement pour des accidents futurs ?

IHESI, (Institut des hautes études de sécurité intérieure), XE "IHESI, (Institut des hautes études de sécurité intérieure)"  2001
« Les politiques publiques prennent-elles suffisamment en compte les nouveaux risques environnementaux ? »

Avec les interrogations rassemblée par cet institut de recherche « de la police » (au sens large), se précise le risque pointé dans le présent ouvrage : le basculement progressif et parfaitement prévisible du « risque » vers le traitement de la « menace » humaine.

Seillan H. XE "Seillan H."  (directeur du dossier), Les services départementaux d’incendie et de secours, (SDIS XE "SDIS" ), Préventique sécurité, n° 57 mai-Juin 2000.
Le grand thème est le resserrement des missions aux seules actions de service public (débordement par le “stress” des populations qui font appel aux pompiers pour n’importe quel “mal au ventre”.) Vient ensuite la question de l’indépendance (Fournier J, XE "Fournier J,"  président du SDIS 74, Laurent J.G XE "Laurent J.G" , Colonel directeur du sdis 74) voire de son étatisation (rapport Mauroy au Ier ministre),

Contrôle stratégique (identification)

.; XE "Favaro M." , “Evaluer les  XE "risques professionels"  : aperçu de la complexité des problèmes pour le  XE "préventeur" , Préventique sécurité, N° 56, Mars-Avril 2001.

Bonnin D. XE "Bonnin D." , Brunet JP XE "Brunet JP" , Favaro, M. XE "Favaro, M."  et alii, L’anticipation des risques XE "anticipation des risques" , Performances humaines et techniques, n° 98, Janvier-Février 1999, pp. 5-57.
Qui doit anticiper le risque et selon quelles modalités ? Questions cruciales que de savoir qui peut pratiquer une “prophétie” légitime dans l’organisation. Pour n’avoir pas été posées avec suffisamment de clarté dans le passé, (en renvoyant la charge à des “lanceurs d’alerte” non légitimes), elles expliquent la difficulté des acteurs à s’y engager.
(exemple de Three Mile Island XE "Three Mile Island" ) L’anticipation précise certains aspects de la notion de précaution et peut donc être opposable au tiers dans un contexte juridique.

Contrôle techno-juridique

Charbonneau S XE "Charbonneau S" ., “Santé et environnement, l’acceptabilité sociale du risque XE "acceptabilité sociale du risque"  au plan communautaire”, Préventique-Sécurité, Préventique-Sécurité, n° 46, Juillet- Août 1999, pp. 41-49.
Article centré sur l’appareil de directives et de réglementations du droit communautaire, souvent enfouies dans un fouillis confidentiel, et largement tenu en respect par les lobbies..

i.Bernie P.;, Casteras G, XE "Casteras G,"  Pitt Ch XE "Pitt Ch" , Spieser J.P. XE "Spieser J.P." , Droits de l’hygiène et de la sécurité, Editions le génie des glaciers, Chambéry, 1997.
Manuel de prévention davantage technique que juridique. Appartient au genre qui liste les catégories de problèmes et de réponses sans remettre en cause aucunement le “champ” ainsi considéré scolairement comme toujours déjà ordonné. Ets-ce le malheur de la pédagogie que de ne pas pouvoir transmettre ? Illustre la tendance à confondre dans la gestion le juridique et le technique, ce qui reflète une tendance plus générale du jugement judiciaire à relayer le réglementaire et l’expertise technique.
Problématique ! (Dans nos catégories théoriques, tout “gonflement” d’un quadrant au détriment d’un autre -que ce soit par absorption ou par renforcement propre, conduit à un effet de “retour-retournement” : on peut par exemple s’attendre qu’à une phase de technicisation du droit succède une phase d’intense criminalisation de la technique...”).

Morvan J. XE "Morvan J."  “Des missions et des pouvoirs de la fonction sécurité au travail XE "fonction sécurité au travail" ”, Préventique-Sécurité, n° 47, Septembre-Octobre 1999, pp. 35-40.

Morvan J. XE "Morvan J." , “Des retours d’expérience et de veille du fonctionnement d’un système de production.”, Préventique-sécurité, n° 50, Mars 2000, pp 14-18.

Morvan J. XE "Morvan J." , Management de la sécurité XE "Management de la sécurité" , direction et contrôle, Editions Préventique, 2e édition, 2001.

Ces articles et ouvrages utiles vont le point sur les évolutions sociales, juridiques et réglementaires sur les questions de santé-sécurité au travail. Préfère l’expression “retour de surveillance”, à “retour d’expérience” qui implique une dimension expérimentale absente. Je me demande si cette restriction de la notion d’expérience à son acception scientifique n’est pas un peu régressive.

Contrôle organisationnel (complexité)

Lagrange V. XE "Lagrange V." , Cara F. XE "Cara F." , Une perspective ergonomique de l’automatisation, Epure, n° 56, Octobre 1997, pp 75-87
Peut-on atteindre un degré “optimal” d’automatisation ? A condition de connaître le rôle des opérateurs et de pouvoir jouer sur les adaptations techniques possibles, dans une visée ergonomique “relativiste”.

Papp R XE "Papp R" ., La sécurité dans l’industrie des procédés, Editions P, Bordeaux, 2000.
J. Papp a été Directeur de la sécurité et de l’environnement d’Elf-Atochem; et président du groupement de l’industrie chimique pour l’industrie et la recherche. . Il recense les causes d’accidents fréquents, étudie la conception des unités sécurité des procédés, §chlorure de vinyle, industrie du chlore).

Joice P. XE "Joice P." , Hanna G.B. XE "Hanna G.B." , Cuschieri A.  XE "Cuschieri A. " ; Errors enacted during endoscopic surgery : a human reliability analysis, Applied Ergonomics, vol 29, n° 6, Décembre 1998, pp. 409-414.
L’étude du travail d’un chirurgien pendant une laparoscopie. Une “méthode d’observation directe” aboutit à une sorte d’évidence triviale : deux facteurs sont indissolublement liés : la nature de la technologie (endoscopie) et de l’instrumentation nouvelle, la formation des chirurgiens à cette instrumentation. Ensuite, on a le choix entre le versant “adaptation de l’homme” (qui vaut pour l’instrumentation en question”, et le versant “amélioration de l’instrument”, qui nécessite une approche différente, beaucoup plus prospective. Cet article ne se pose pas la deuxième question, et montre ainsi (à son corps défendant) le biais extrêmement fort par lequel une certaine ergonomie construit le caractère supposé “donné” des environnements de travail.

Cara F. XE "Cara F." , Bieder C XE "Bieder C" , Desmares E. XE "Desmares E." , Lagrange V. XE "Lagrange V."  et alii, “Nouvelles perspectives sur la fiabilité de la conduite des centrales nucléaires XE "fiabilité de la conduite des centrales nucléaires" ”, Ergonomie XE ", Ergonomie"  et relations santé-travail, fiabilité des systèmes et des organisations, critères de gestion des entreprises. Actes du 34e congrès de la société d’ergonomie de langue française (SELF XE "SELF" ), Caen, 15-17 septembre 1999.
Les auteurs présentent la méthode MERMOS qui évalue de manière probabiliste la fiabilité humaine dans la conduite accidentelle des tranches nucléaires de palier N4. Ils montrent comment cette méthode tente de dépasser la dichotomie classique entre facteur humain et systèmes techniques. (Analyse de l’échec du système de conduite de Three-Mile Island).

Reason J.T. XE "Reason J.T." , Managing the risks of organizational accidents XE "organizational accidents" , Ashgate, Aldershot, 1997.

Reason J.T., XE "Reason J.T.,"  understanding adverse events : human factors : quality in health care, 1995, 4, 80/89

Où l’on voit que l’argument « anti-imputation» de Reason, tourne finalement, comme l’argument taylorien, au contrôle socio-technique du sujet. Sous prétexte d’humanisme on robotise la médecine, qui sera finalement dirigée (dans l’idéal impossible) à partir d’un contrôleur externe et « conceptuel ».

Maurino D.E. XE "Maurino D.E." , Reason J.T XE "Reason J.T"  et alii, Beyond aviation human factors. Safety in high technology systems. Avebury Aviation Ashgate Publishers, Aldershot, 1997.
Le travail de Reason, visiblement influencé par nombre de travaux récents sur l’organisation, commence à s’émanciper du concept-attracteur d’erreur, qui reste cependant lié à l’approche cognitiviste (par définition). L’organisation ne peut, en effet, être traité comme un sujet singulier en pure source de bonne ou mauvaise réponse à un problème, puisqu’on admet davantage qu’elle est source à la fois des problèmes et des solutions.
La notion d’organisation montre ainsi sa capacité à remanier le champ du risque, et à rapprocher des points de vue autrefois distants.

Perilhon P. XE "Perilhon P." , Grandamas O. XE "Grandamas O." , MOSAR  XE "MOSAR " : une méthode pour l’analyse des risques XE "analyse des risques" , La Lettre de la sûreté de fonctionnement, n° 48-49, mai-juillet 1997, pp 3-6.
Vous avez dit module ? Oui ; module A : analyse préliminaire des risques. Module B : analyse de sûreté de fonctionnement. Et Mosar de déployer ses notes sur cette mesure à deux temps. Dans le module A, on joue sur une portée à cinq notes, toutes en “ion” : modélisation, identification, évaluation, négociation, définition. La question que j’ai déjà posée à des techniciens et des gestionnaires est : à quoi servent vraiment ce type de solfèges ? je n’ai jamais obtenu une réponse probante. Pour une raison simple : ils ne servent jamais à ce à quoi on croit qu’ils servent. De toute manière, ils ne sont utiles.. qu’à ceux qui connaissent la musique.

Contrôle gestionnaire ou techno-administratif

Amalberti René, « Une vision systémique des risques à l’hôpital : rencontre de l’AP-HP : vers une meilleure maîtrise des risques à l’hôpital », 26 27 mars 2002, dossier documentaire.

i.Durand Claude;,  XE "Koléva S" ., “La réhabilitation de la centrale nucléaire de  XE "Kozloduy"  en Bulgarie”, in Sociologie du travail”, Editions Octares, 2000.
Cet article relate en détail les avatrs de la coopération conflictuelle entre EDF et agents bulgares de la centrale de Kozloduy. Il ressort clairement de l’étude que le passage entre une forme de gestion militaire (à la hiérarchie autoritaire et au secret) et le management moderne est plus difficile que l’on pense, car les agents de base trouvent des avantages au système militaire (le secret permet aussi à la base de créer ses propres aires d’autonomie -cf Crozier-, et d’éviter la responsabilité précise). le management moderne dépasse le management militaire en “piégeant” les agents dans l’écrit et la procédure rigoureusement contrôlée. C’est en quelque sorte une “surmilitarisation”, où la sanction est immédiatement liée au non respect d’une procédure, et non à l’arbitraire du commandement.

-“Euro-américanisation” des institutions de contrôles : le passage aux agences (AFSSAPS., etc.

Gey Jean Marc , Courdeau Daniel « Pratiquer le management de la santé et de la sécurité au travail, Ed AFNOR, pratique, 2002, 165 pp


Typique exemple de la « littérature grise » qui prolifère pour rassurer les « responsables » et leur faire croire que la « méthodologie » est la panacée du traitement du risque, surtout si elle devient mesurable et comparable en termes de normes ISO. La catastrophe mentale que représente cette approche n’est pas assez preise en compte dans les analyses du risque : mécanisation de la pensée, automatisation des comportements, total désengagement moral et intellectuel dans les situations réelles, déshumanisation du questionnement sur le risque, déresponsabilisation derrière des systèmes de mots vides et des procédures insignifiantes ou oppressantes dans leur abstraction bureaucratique visant au contrôle. Participe de fait au harcèlement moral contre les personnels..

.i.Hubert Ph.;, Approche comparée de quelques évolutions de la .i.gestion des risques ;en France à travers l’organisation des Agences. Actes de la dix-septième séance , 27 Avril 2000, Ecole Nationale Supérieure des Mines de Paris, Séminaire du Programme Risques Collectifs et Situations de Crise.

.i.Urfalino Ph;. L’apport de la .i.sociologie des décisions; à l’analyse de l’agence française des produits de santé,
Actes de la dix-septième séance , 27 Avril 2000, Ecole Nationale Supérieure des Mines de Paris, Séminaire du Programme Risques Collectifs et Situations de Crise.
Ces interventions font le point d’une évolution en cours où la logique du service public à la française est en train, comme dans d’autre secteurs, d’être détruite par celle, présumée plus juste, d’une séparation des instances d’évaluation et de pratique. Il est vrai que l’Etat de type français a longtemps pratiqué la confusion juge-partie, mais celle-ci était limitée dans ses effets par la commune référence au devoir civique. D’autre part, les agences à l’américaine ou à l’anglaise, pour éloignées qu’elles sont supposées être de leurs objets d’étude et d’évaluation, ne sont pas pour autant objectives. D’autres modes de collusion, plus sournois, y prévalent, comme on l’a vu dans le cas britannique. Dans le cas d’un risque majeur (comme celui du nucléaire), il n’est pas évident qu’il faille éloigner totalement l’instance de surveillance de l’instance de production. Je crois au contraire que c’est à cause de cette proximité stratégique que l’IPSN a été jusqu’ici une institution extrémement rigoureuse. Mais allez convaincre les cadres français (ou européens) fascinés par l’euro-américanisation et conseillés par des intervenants américains (qui eux, n’ont pas perdu leur boussole stratégique dans la conduite de leurs opérations en Europe !) de lutter contre la mode et l’intoxication propagandiste !

Marck T., “Dampierre à l’épreuve du management”, CCAS infgos, n° 207, 57, Novembre 2000
une réflexion sur la compatibilité entre course à la productivité et sûreté” (pourquoi tant d’incidents répertoriés en 1999 et 2000 ?) . En réalité, cela semble signaler surtout... un état des relations humaines et sociales... mauvais. Un certain rapport Capdevielle-Chély-Duclos avait déjà mis le doigt dessus ...

Pibarot Marie Laure XE "Pibarot Marie Laure" , « Manager les risques à l’hôpital, pour une meilleure sécurité des patients », Préventique-Sécurité, n° 64 Juilet-Août 2002.

L’auteure, pleine de bonne volonté, réussiit le tour de force de nous présenter en idéal les méthodes de gestions des risques hospitaliers américaines, sans dire à aucun moment que les performances globales du système français sont bien supérieures au système américain, notamment en termes d’espérance de vie. La fascination des logiques du management systémique est telle (probablement par l’enjeu de pouvoir qu’elle représente sur les médecins) qu’elle présente comme supérieure une logique qui a conduit à de véritables catastrophes en cascade, à partir notamment de l’explosion des contentieux dans une perspective d’un « marché de la santé ». Il est assez étrange que ce type de discours continue imperturbablement, comme si la crise du système hospitalier américain n’existait pas. Selon les mots de l’auteure « le patient est un levier pour le développement de la gestion des risques ». Franc et révélateur : en revanche, la gestion des risques est-elle bonne pour les patients ? Ce n’est absoulment pas évident.



Contrôle logique statistique et déterministe (complication )

Abribat J.C  XE "Abribat J.C " (CRAM Midi-Pyrénées XE "CRAM Midi-Pyrénées" ), Aussel H. XE "Aussel H."  (INRS XE "INRS" ), Avignon M.  XE "Avignon M. " (CRAM Normandie XE "CRAM Normandie" ), Hou H XE "Hou H" , (CRAM Aquitaine XE "CRAM Aquitaine" ), Huré P. XE " Huré P."  (INRS XE "INRS" ), Laforest J.C. XE "Laforest J.C."  (INRS), Lardeux P. XE "Lardeux P."  (CNAMTS XE "CNAMTS" ), Millet B. XE "Millet B."  (CRAM Rhône-Alpes XE "CRAM Rhône-Alpes" ) Introduction à l’analyse des risques technologiques dans les procédés chimiques, INRS, Paris, 1988. Cette bonne note synthétique (classique) fut établie il y a dix ans pour aider à la réalisation des études de sûreté demandées par les directions régionales de l’industrie et de la recherche (DRIR XE "DRIR" ), en insistant sur le caractère spécifique de l’installation (aspect non extrapolable à partir d’autres installations ou d’autres expériences) ainsi que sur le danger potentiel de tout fonctionnement inhabituel.Elle pose l’analyse comme phase d’évaluation systématique des dangers, de prévision de leurs conséquences, de mise en place de mesures de prévention et de sécurité. Elle indique que l’analyse peut être réalisée conjointement par concepteurs et exploitants, sans nécessité d’ intervention extérieure, mais implique d’être menée à terme et d’être ensuite “opposable au tiers”. L’analyse visera à “dégager les éléments propres à maintenir à tout moment l’installation en sécurité tant en fonctionnement de routine que lors de déviations prévisibles”. Elle se concentre sur les procédés (réactions, broyages, mélanges compressions), des équipements (stockages, réacteurs, canalisations, fours, mélangeurs, broyeurs), des fluides (eau, vapeur, gaz, air comprimé, électricité), des interfaces équipements-opérateurs (logiciels, écrans synoptiques, signaux, commandes, consignes, procédures.), des “facteurs humains” (charge de travail, état physique des opérateurs, formation), des facteurs externes (intempéries, climat, etc.) La démarche comprend le recueil des données de base (chimie, toxicité, équipement, réglementation), la définition des conditions sûres du système en marche normale, le classement des dangers selon les niveaux de gravité/fréquence probable (risk assessment), et enfin le choix de mesures de prévention. Elle propose en annexe la méthode de l’arbre des défauts (AMDE XE "AMDE" , analyse des modes de défaillances et de leurs effets), l’analyse des modes de défaillance basée sur les mots-guides ou HAZOP XE "HAZOP"  (non/pas, plus, moins, en même temps que, partie de, inverse autre que) avec leurs cause et leurs conséquences, ainsi que l’arbre des défaillances “pas à pas” (phases du déroulement normal d’un processus).

Caruette J.P XE "Caruette J.P" , (Total, direction sécurité-environnement XE "Total, direction sécurité-environnement" ) “L’appréciation du risque et les outils de management de l’environnement”, Annales des Mines, Responsabilité et Environnement, Avril 1997, pp 55-62.Présentation de l’échelle de gravité des accidents élaborée par le BARPI ( bureau d’analyse des risques et des pollutions industrielles du service de l’environnement industriel du ministère de l’environnement); La notion de “presqu’accident” comme essentielle au “retour d’expérience”. Citation de l’HAZOP XE "HAZOP"  XE "BARPI ( bureau d’analyse des risques et des pollutions industrielles du service de l’environnement industriel du ministère de l’environnement)\; La notion de “presqu’accident” comme essentielle au “retour d’expérience”. Citation de l’.i.HAZOP"  ( hazard and opeability study) pour les procédés continus et de l’AMDEC XE "AMDEC"  (analyse des modes de défaillance et de leurs effets de criticité), machines et procédés discontinus.

Adams J. XE "Adams J."  “A Richter scale for risk ? The scientific management XE "management"  of Uncertainty XE "Uncertainty"  versus the Management of Scientific Uncertainty, pp 93-111, in Science and Technology Awareness in Europe : New Insights (Vitale M. XE "Vitale M."  ed.) Communautés Européennes, Bruxelles, 1998.
André P. XE "André P." , Delisle C.E. XE "Delisle C.E." , Revéret J.P XE "Revéret J.P" , Sène A XE " Sène A" , Presses internationales polytechniques, Montréal, 1999
Les études administratives d’impact sont anciennes (mais très discutables) en France. Du point de vue de ces Québecois, c’est toute la tradition américaine d’évaluation qui est mise en avant. Ils parviennent à une intéressante fusion des concepts, applicables à des situations très diverses, dans le monde entier.

Caille F. XE "Caille F."  , Institutions au péril de l’eau : approche du système d’acteurs de la politique de prévention du risque inondation, Commissariat Général du Plan, Instance d’évaluation de la Politique Publique de Prévention des risques Naturels, Futuribles, 1994 L’auteur montre le décalage considérable entre le formalisme du traitement du risque théorique et le pragmatisme des réactions réelles en cas de crise.

Monteau M XE "Monteau M" . , Hasard et perplexité, les limites de l’nalyse de l’accident, ,Sécurité, 4, pp 35-36, 1993
&&                             
Monteau M. XE "Monteau M." , Favaro M. XE "Favaro M." , “Bilan des méthodes d’analyse a priori des risques, 1. Des contrôles à l’ergonomie des systèmes. 2. principales méthodes de la sécurité des systèmes. “ (ND 1768-138-90, ND 1779-139-90) INRS XE "INRS" , Paris, 1990 Ce document , qui date de dix ans, est probablement encore l’un des outils synthétiques les plus utiles pour réfléchir à une stratégie d’analyse des risques. Les auteurs déterminent le champ des méthodes “a priori” (c’est-à-dire qu ne reviennent pas à l’accident passé) comme découlant de quatre pôles (organisation, conception , exploitation et technique). Conception et exploitation s’opposent sur le même axe allant de la pensée prévisionnelle à la pratique actuelle. Organisation et technique s’opposent sur le même axe allant de l’humain au machinique.On peut ensuite représenter la plupart des disciplines du risque venant se situer entre ces pôles. Ainsi, la sécurité des systèmes (la systémique) est entre conception et technique, les systèmes experts entre technique et exploitation, l’ergonomie entre exploitation et organisation (mais très proche de l’exploitation), ainsi que les contrôles, vérifications et approches socio-techniques entre les deux mêmes pôles, ainsi que la gestion de la sécurité, mais plus proches du pôle organisation. Classiquement c’est autour de la vérification et du contrôle de l’application des règles que se situe l’analyse de risque (ou plutôt du danger). On trouve à partir de ces démarches la plupart des grilles et des questionnaires existants en sécurité, recommandées pour et par les CHSCT . Les limites de cette approche sont doubles : en cas de nécessité d’abaissement rapide d’un risque; en cas de maintien d’un risque au niveau “aussi bas que possible”, ou seulement “très bas”. Par ailleurs, l’approche au contrôle est “conservatrice” et finit par s’opposer aux innovations. Deuxième approche : à l’Organisation scientifique du travail (ou dans sa tradition) qui établit un parallèle entre poste ou installation dangereuses, et l’erreur humaine chargée d’un potentiel dangereux (action dangereuse), ce qui implique une normativité et une sanction des écarts (sanction au besoin a priori, comme la sélection psychotechnique du personnel, qui fait inlassablement retour, par exemple avec le logiciel Performanse). Troisième approche : au système homme/système dont on cherche à optimiser les performances en matière d’innocuité (compte tenu des exigences productives), et cela à partir d’analyses globales du fonctionnement. On cherche de plus en plus, par des méthodes formelles sophistiquées, à dépister des risques sporadiques et inobservables, on introduit de plus en plus dans la sécurité des systèmes la question de la “fiabilité humaine”. Ce serait une victoire de l’ergonomie sur des approches plus techniques.

Pham D XE "Pham D" ., “Quelques facteurs de réussite ou d’échec dans l’entreprise de la méthode “arbre des causes” (ADC) de l’INRS XE "INRS" . Etude comparative dans deux établissements d’un groupe industriel.” Note Documentaire 1736-135-89. INRS, 1989. l’ADC  XE "ADC " (arbre des causes XE "arbre des causes" ) ne fonctionne bien que si intégrée à une démarche de prévention planifiée, elle-même partie de la gestion d’une entreprise.

i.Pineau J.P.;, Keller A.Z XE "Keller A.Z" , Initial assessment of strengths and weaknesses of current accident data bases (ARIA XE "ARIA" , MHIDAS XE "MHIDAS" , FACTS XE "FACTS" , MARS XE "MARS" ), séminaire ESReDA XE "ESReDA" , JRC ISPRA (Italie), 13-14 Oct 1994.Ce travail d’évaluation des bases de données existantes sur les accidents industriels montre bien qu’en l’absence de résumé qualitatif, le “retour d’expérience” ne peut être vraiment opéré à large échelle car la codification formelle des accidents est extrémement réductrice en termes d’informations pertinentes. L’intérêt de certaines bases comme FACTS est de ne pas faire de différence entre l’installation dangereuse et les autres, ou les transports : ceux-ci apparaissent alors pour près de la moitié des accidents.

Porte C.  XE "Porte C. " (Laboratoire de chimie industrielle XE "Laboratoire de chimie industrielle" ) Delacroix A. XE " Delacroix A."  , Cuny X, (Chaire d’hygiène et de sécurité du travail XE "Chaire d’hygiène et de sécurité du travail" , Conservatoire National des Arts et Métiers XE "Conservatoire National des Arts et Métiers" , CNAM XE "CNAM" ), “Gestion de la sécurité des pilotes chimiques polyvalents automatisés”, INRS, Note documentaire n° 148, 1992.S’appuyant sur les méthodes classiques (analyse fonctionnelle- de description des fonctions d’un système-, méthodes HAZOP, AMDE, arbres de défaillances), On y divise l’analyse de dysfonctionnements d’un processus discontinu en trois phases : le constat, le diagnostic, la thérapie (modification , compte tenus d’impératifs de productivité et de coûts).

The Royal Society  XE "The Royal Society " : Risk Assessment. A study group report, London, 1983 “Bien que toutes ces méthodes d’évaluation du risque diffèrent dans leurs particularités, elles sont toutes des tentatives de définir et de rendre traitable un sous-ensemble significatif de cet énorme et complexe labyrinthe de séquences potentielles d’accident et d’interactions que le système réel représente” (cité par M. Llory, op. cit., p. 253).

Secrétariat général d’iSIS, XE "Secrétariat général d’iSIS,"  agence Monceau-Murat-Messine, EDF, modèle de bordereau d’exploitation “Analyse des risques”. Cette grille classique précise le lieu d’intervention, le demandeur des travaux, les dates de l’opération, l’inspection avant le début d’opération, puis, sur trois colonnes (domaine des risques, nature du risque, mesures de prévention) elle définit les phases d’’activité, des installations et matériels danngereux et moyens de prévention spécifiques correspondant. Alors que la nature des risques est laissée à interprétation, domaines et mesures sont pré-codées, mais beaucoup de catégories proposées se terminent par “etc” (laissé à l’imagination du rédacteur).

i.Van der Schaaf TW.; (ed) Lucas D;A XE " Lucas D\;A" . (ed), Hale A. R. XE "Hale A. R."  (ed)“Near miss reporting as a safety tool”. Butterworth-Heinemann, Linacre House, Jordan Hill, Oxford , OX2 8DP, 1991. Le presqu’accident pourrait éviter les accidents réels s’il était rapporté comme tel . L’ouvrage propose un schéma de gestion de ces “presqu’accidents”. Les exemples et les conclusions concernent aussi bien le nucléaire que la chimie ou le domaine des transports.

Villatte R. XE "Villatte R."  Chesnais M. XE " Chesnais M."  Méthode de l’arbre des causes, INPACT XE "INPACT" , Paris, 1986.
Exemple, parmi d’autres, de formalisation linéaire pouvant aussi bien servir à l’induction des cause qu’à la déduction des effets. Noter la possibilité de passer à un “labyrinthe” bridé par une logique booléenne oui/non, directement traductible pour un logiciel d’ordinateur. Observer que ces méthodes ont également été utilisées dans des domaines radicalement étrangers, telle le diagnostic de psychiatrie : on sait que la psychiatrie américaine (et pratiquement mondiale sauf la France et quelques autres exceptions) fonctionne sur le DSM 4, méthodologie générale de diagnostic des affections mentales construite partir d’arbres de décision qui permettent de classer les symptômes (en ouvrant ou fermant des “portes” d’élément diagnostics présents ou absents).

Vigneron C. XE "Vigneron C."  , Analyse des automates dédiés à la sécurité, Eléments méthodologiques, Cahiers de notes documentaires de l’INRS XE "INRS" , 1997, 166, pp. 37-42 (tiré à part ND 2039), et “DEs automates pour la sécurité ?” travail et sécurité, n)° 567, décembre 1997, PP (en relation avec le CETIM, EDF les Renardières, INERIS, LCIE Les automates vont-ils remplacer les hommes dans la prévention des risques ? les api (automates programmables industriels) envahissent l’industrie : ils remplacent les armoires de commande servomécanique. Va-t-on voir se multiplier les api-ds ? (premier apids de process; le tricon, de la société amricaine Triconex. La Télémécanique a développé la sérieApril 5000 S, Piltz, Hima, Siemens, : çà gère les fonctions de sécurité de process.

i.Vigneron C;, INRS XE "INRS" , “L’injection des fautes. méthodes et outils existants pour la validation des dispositifs électroniques à vocation sécuritaire. Cahiers de notes documentaires, hygiène et sécurité du travail, n° 169, 4e trimestre 1997. Significatif de la formalisation en cours de la “sûreté de fonctionnement”, via la programmation des simulateurs de fautes pouvant enrayer le fonctionnement des ordinateurs utilisés dans la sécurité et la sûreté. On trouve part exemple une chaîne de définitions : la faute entraîne l’erreur qui entraîne la défaillance. La faute systématique est par exemple une mauvaise instruction (script faux), la faute aléatoire pouvant provenir d’un composant ou d’un parasitage mécano-climatique, etc. L’ordinateur comme maillon d’un dispositif complexe devient ainsi le point d’amorçage d’une logique rigoureuse que certains voudraient pouvoir retrouver en amont et en aval, notamment en obtenant du facteur humain un apprentissage d’un codage causal. C’est au fond l’une des nombreuses moutures du “il faut que l’homme fonctionne “comme” un ordinateur” (ou en termes euphémisés : il doit devenir “cognitif”).

Chaboud J. XE "Chaboud J." , Mouton J.P. XE "Mouton J.P." , La sécurité en entreprise, éditions JVEDS, Paris, 1999.
L’expérience de deux anciens de l’entreprise Esso-France proposant des recettes pour un management “humaniste et performant” de la sécurité. “autoaffirmations” peu originales mais sans doute efficaces dans un contexte d’organisation “bienveillante”.

Guérin-Talpin G XE "Guérin-Talpin G" ., Qualité du travail-sécurité XE "Qualité du travail-sécurité" , L’expérience d’une base aérienne, Préventique-Sécurité, n° 49, Janvier-Février 2000, pp. 23-24.
Paradoxalement peut-être, c’est encore dans le contexte militaire que la langue du management (la discipline concurrente) accepte de s’écarter des abstractions vides les plus coutumières pour parler des “hommes et des femmes”, des “gens”, de leur “savoir”, de leur “savoir-être”, et aussi de “solidarité”, de “cohésion”, “d’exemple”, d’esprit de corps, de “sentiment de confiance”, “d’épanouissement individuel”, et même, tenons nous bien, de “bonheur au travail”. Un peu ambitieux peut-être, mais touchant. Serait-ce parce que dans l’Armée on est encore assez bien placés pour savoir que l’évitement de la catastrophe (la défaite, la perte humaine), est toujours largement du non au “facteur humain”, ou autres “personnes-ressources”, mais aux “rapports humains” ?

Levy P. XE "Levy P." , “Management global  XE "Management global " : l’expérience d’une grande entreprise industrielle (SOLVAY)”, Préventique-Sécurité, n° 49, Janvier-Février 2000, pp. 20-21.
Tout savoir sur l’ISO 14000, HAZOP, AMDEC, EMAS, EFQM, HSEQ, TMS ou ANAES ? CQFD !

Maillard C. XE "Maillard C."  (EDF, service prévention-sécurité XE "EDF, service prévention-sécurité" ), “L’approche système de management XE "système de management" , travailler en amont des décisions et non plus en aval pour panser les plaies.”Préventique-Sécurité, n° 49, Janvier-Février 2000, pp. 14-16.
L’auteur, qui a un usage intéressant de la majuscule “S” au mot société (pour désigner la société globale), l’oppose au pauvre “organisme” qui devient du même coup passible d’une évaluation dans tous les domaines. Ceci entraîne pour lui la nécessité de se confier à des systèmes de management certifiés ou approuvés, comme les normes ISO visant la globalisation de l’excellence.
Rassurant... et assez effrayant (surtout le diagramme en forme d’entonnoir par lequel l’opérateur est invité à avaler dans une procédure unique l’ensemble des politiques qualité, environnement, sûreté et sécurité au travail. Existe-t-il une norme ISO pour la nouvelle langue de bois ? Faudrait-il un peu plus de sociologie dans les services de prévention pour démystifier la “Société”, et rendre un peu de jeu aux acteurs, surtout si l’on en n’attend pas une attitude hébétée en cas de crise ?

Coudrier C. XE "Coudrier C." , “Urgence et qualité, la démarche d’un hôpital”, Préventique-Sécurité, n° 49, Janvier-Février 2000; pp. 27-29.
Dans cet article, on cherchera en vain le mot “médecin”. Il n’existe que des “professionnels soignants”, des “groupes de projet”, des “experts ressources”, des “orientations stratégiques, des “politiques qualité”, des “baromètres de suivi”, etc. Article-symptôme de la lutte entre catégories de métiers dans l’hôpital et de sa maîtrise définitive par une direction administrative de plus en plus formée au langage et à la “religion” du management moderne, dont la langue de bois est exceptionnellement verrouillée.
D’autant plus étrange que c’est précisément autour du “risque” que se produit ce phénomène d’évacuation systématique du sens humain, notamment du risque d’infections nosocomiales (dont on sait par ailleurs qu’il fait plus de morts que les accidents de la route). Or ce “risque” découle de “faits” qui ne sont jamais cités dans l’article : concentration et promiscuité des malades, suppression des unités, personnel trop peu nombreux, etc.
Dès lors la technicité verbale de ce type de contribution, si elle permet aux pairs d’évaluer mutuellement d’une institution à l’autre...leur propre progrès dans l’emploi de cette langue, s’éloigne du réel des choses, et de celui des gens. Elle s’avérera sans doute aussi inutile en cas de grave épidémie d’origine médicale que le marxisme le fut pour empêcher Tchernobyl ! (si l’on permet cette comparaison osée).

Zwingelstein G. XE "Zwingelstein G." , La sûreté de fonctionnement des systèmes industriels complexes, Les techniques de l’ingénieur, Informatique industrielle, Paris, 1999.
Type de manuel de gestion qui montre où “tombent” toutes les théorisations et complexités de la recherche, une fois reprises dans un but pratique, notamment celui de l’ingénieur de sûreté : il en reste des méthodologies simples de calcul des paramètres de sûreté de fonctionnement, et d’analyse des arbres des causes. Le “fonctionnement” quasi automatique (et souvent acritique) de certains concepts à la valeur pourtant discutée est là pour rappeler que la “machine sociale” ne se positionne pas comme un congrès de chercheurs.

Torny D XE "Torny D" ., “La traçabilité comme technique de gouvernement des hommes et des choses”, Politix, n° 44, 1998.
Article intéressant qui montre que la traçabilité est loin de ne servir qu’à répérer les “illicéités d’usage”, mais qu’elle est surtout envisagée et établie comme mode de “gouvernementabilité”, pour rendre illicite a priori des circulations non maîtrisables, ou pour retrouver des objets dangereux déjà commercialisés. Il faut constituer des réseaux de contrôle, là où il y a par exemple peu de conséquences directes entre cause et effet (faibles doses, etc.). Ceci est à mettre en rapport avec ce que dit O. Renn des risques de type “Cassandre”, et avec ce que j’en dis comme objets intermédiaires entre les 4 polarités du champ social du risque : le temps de latence est équivalent dans la théorie des réseaux à une absence de réseau, mais celui-ci devra être en même temps réseau de savoir et réseau d’agents sociaux (Thémis). Le problème est que cela déclenche une sorte de dérive à l’infini de l’action politique et une tranformation du monde en “laboratoire”, lequel risque de devenir, paradoxalement, bien moins gouvernable.
Nous avons là un cas exemplaire de ce qui se passe lorsqu’un des quadrants progresse vers l’infini par rapport aux autres : l’aporie dramaturgique qui en découle déclenche alors le passage aux autres. En termes simples : quand vous vous rendez compte que la traçabilité de la maladie de Creutzfeld Jacob est presque impossible à établir, vous renforcez du même coup le traitement politique et juridique a priori, et brutal : la quarantaine de toute une économie nationale par rapport à une autre, voire pire (le refus d’accorde des visas aux personnes ayant séjourné en Grande Bretagne ou en France... etc).
L’article de Torny est une excellente description de ces difficultés, dont le résultat est sans doute la réticence nouvelle affichée par l’assurance à couvrir les nouveaux risques technologiques. (lire l’article significatif paru dans le monde du 6 Octobre 2000)

Lepage C. XE "Lepage C."  XE "" , La politique de précaution XE "précaution" , PUF, Paris 2000

Marie G. XE "Marie G." , La solution passe par l”erreur, L’Harmattan, 2000

Roux-Dufort C XE "Roux-Dufort C" , Gérer et décider en situation de crise, Dunod, 2000


Sur des sujets contigus :

Conseil supérieur d’hygiène publique en France XE "Conseil supérieur d’hygiène publique en France" , Etude de l’impact radiologique sur le public des installations nucléaires en fonctionnement normal, Tec et doc, Paris, 1999.

Il faut tracer, il faut imputer. Oui. Encore faut-il : que le public accepte d’être étudié, suivi, retrouvé, réétudié...

Huriet C. XE "Huriet C."  “Commission des affaires sociales du Sénat”, “Les conditions du renforcement de la veille sanitaire et du contrôle de la sécurité sanitaire de produits destinés à l’homme en France”, Rapport d’information, n° 196, 1997.

Frankael B. XE "Frankael B." , “La traçabilité, une fonction caractéristique des écrits de travail”, Connexions, 65, (1), pp 63-75.

i.Martin D.; “Approches fonctionnelles systémiques (de l’évaluation des risques environnementaux) Préventique-sécurité, n° 50, Mars 2000, pp 27-31.

montre, à propos de l’évolution de la médecine du travail, comment celle-ci tourne de plus en plus autour de la “biométrologie” qui va tester les niveaux d’exposition “in situ”, permettant ainsi d’une part de vérifier si les doses reçuessont compatibles avec les lois, et d’autre part d’initier des traçages qui serviront éventuellement pour démontrer un rapport causal entre exposition et maladie.

Bloch T. XE "Bloch T." , Etievant P. XE "Etievant P." , “Systèmes de production automatisés. La maîtrise du risque dans les installations chimiques XE "installations chimiques" , Informations Chimie XE "Chimie" , vol 34, n° 394, décembre 1997-Janvier 1998.

D’autres fonctionnent en “ion”, ces auteurs, eux préfèrent les “t锒 : sécurité (norme IEC 1508), disponibilité (rendement de l’installation), capacité (obligations de moyens et de résultats). Il s’agit d’obtenir, en bref la “conformité” pour établir criticité, probabilité et gravité. On cherche ainsi par le langage qui stipule des idéaux réalisés (mots en “té”, définissant un état achevé et plein) et leur adjoint des méthodes d’accomplissement, de contrainte ou de contrôle. C’est le langage “de l’autorité”. Est-ce vraiment celui de la réduction des risques ? Il faudrait, là encore, prouver que ces “linguistic framaworks” entraînent des démarches réelles, et ne forment pas un pur décorum davantage destiné à impressionner les personnels (voir livre de Hirschhorn) qu’à les associer à des pratiques de contrôle du risque.

Guillermain H. XE "Guillermain H."  , Salazar-Ferrer P. XE "Salazar-Ferrer P." , “Contribution à l’identification des risques “facteurs humains” XE "identification des risques “facteurs humains”"  dans la conduite des processus à haut niveau de sûreté de fonctionnement XE "processus à haut niveau de sûreté de fonctionnement" ”, Colloque sécurité et Cognition du GIS “sciences de la cognition”, Paris, 16-17 septembre 1997, Hemèrs, Paris, 1999.

Technicatome conçoit les chaufferies nucléaires pour la propulsion des sous-marins, et les améliore en tenant compte des retours d’expériences. Article trop emmuré dans la langue de bois cognitiviste et dans celle de la risquologie traditionnelle (facteur humain, risque générique, etc.)

Girard J. XE "Girard J." , Lannoy A. XE "Lannoy A." , Bailly J.P. XE "Bailly J.P." , et alii, “Sûreté de fonctionnement”, Revue de l’électricité et de l’électronique, N° 8, Septembre 1998, pp 28-76.

La SdF à la SNCF... Est-ce un article sur les passagères clandestines ? Non , sur la “sûreté de fonctionnement.” Est-ce de l’humour ? Même pas : toute est à l’avenant : “approche-système d’un véhicule”, “optimiser la maintenance”, “maîtrise globale des risques”, tout l’attirail des manageriarques décidés à ne rien partager de leur souci, en dehors de leurs pairs, et imposer leur langage à tous, au nom de “la compétitivité” et de l’efficacité. Exaspérant dans la neutralité bienveillante et dynamique du ton (hélas, très répandu et probablement parfaitement inconscient : les auteurs ne sont pas particulièrement agressifs.)

Boya D. XE "Boya D." , Dutuit Y., Application de la méthode de l’arbre des défaillances à l’analyse des activités de démantèlement d’une INB (installation nucléaire de base)., Phoebus, n°2, 1998, pp 22-39. XE "Dutuit Y., Application de la méthode de l’arbre des défaillances à l’analyse des activités de démantèlement d’une INB (installation nucléaire de base)., Phoebus, n°2, 1998, pp 22-39." 
Tout comme EDF, le CEA ne parle que par trilitères (ou trigrammes): après le MAD (arrêt définitif ) d’une INB (installation nucléaire), on fait appel à des entreprises de démantèlement, qui font alors face à des défaillances possibles, formalisées dans des AdD (arbres de défaillances) voire dans une approche systémique par processus de danger et espaces emboîtés, judicieusement nommée MADS.
Je propose que nous ajoutions le verlan au trilitérisme, afin de rendre les choses encore plus difficilement décryptables pour les amis de Ben Laden !
Au delà de la (mauvaise) plaisanterie, l’un des problèmes posés par ces tendances au réductionnisme verbal est qu’il symptômatise un idéal d’automatisation des pensées et des actes, dans la formation de séquences reproductibles. On sait qu’en réalité la fonction de ces méthodologies est de “se couvrir”, et qu’en parallèle les pratiques de prévention obéissent à une logique très différente. A-t-on vraiment besoin de se couvrir par des méthodes procéduralisées ? Sans doute. Mais...

Cloarec J.M. XE "Cloarec J.M." , “Vous avez dit AMDEC (Analyse des modes de défaillance, de leurs effets et de leur criticité) XE "AMDEC (Analyse des modes de défaillance, de leurs effets et de leur criticité)" ? Y-a-t-il une vie avant et après l’AMDEC ?” Phoebus, N° 10, 1999, pp 14-20.

Une critique personnalisée de la banalisation d’une méthode répandue d’analyse des risques. Revigorant. Mais ne sse demande guère pourquoi cette banalisation est inéluctable !

Jacquemond V. XE "Jacquemond V." , Lyonnet P. XE "Lyonnet P." , “L’indisponibilité d’un système de sécurité. une méthode originale d’évaluation”, Phoebus, n° 8, 1999, pp 16-23.

Un système de sécurité ne fonctionnant que très peu, les défaillances sont difficilement prévisibles, et les méthodes stochastiques sont impressionnantes, mais néanmoins fragiles. Une chose est sûre : quand des générations d’araignées se succèdent dans certains lieux des centrales nucléaires voués à l’attente de la dysfonction, on a une démonstration claire de la tendance à les oublier.

Commission européenne XE "Commission européenne"  (Direction générale de l’emploi, direction “santé publique et sécurité au travail”), Mémento pour l’évaluation des risques professionnels XE "évaluation des risques professionnels" , Luxembourg, 1996.Molard M.R. XE "Molard M.R." , “Le contrôle de l’évaluation des risques, pour une démarche globale de prévention et d’évaluation des risques”, Préventique-sécurité, n° 50, Mars 2000, pp 36-38.
Autre chef d’oeuvre du genre “langue de bois”.

Jouffroy D. XE "Jouffroy D." , “Vers une démarche d’intégration de la sécurité à la conception  XE "intégration de la sécurité à la conception " des machines à bois semi-automatisées. Application au développement d’un système de captage des poussières XE "captage des poussières"  pour défonçeuse à commande numérique.” (Thèse pour le doctorat en technologies industrielles, Université de Nancy I, Mars 1999), Note scientifique et technique de l’INRS, Paris, 1999.
Thèse parfaitement dépoussiérée. Mais que reste-t-il de la problématique générale d’application de la démarche de sécurité ? .

Chaabane S. XE "Chaabane S." , Barbet J.F., Perilhon P XE "Perilhon P" . et alii, L’analyse des risques XE "analyse des risques" , Phoebus, n° 12, Janvier-Février 2000, pp 40-70.

Dossier de 5 articles ssentiellement axés sur les méthodologies (telle MOSAR). Ne soulève pas passez la question cruciale de la routinisation de la déviance que permettent, par définition, ces méthodologies, en éliminant la capacité d’investigation spontanée, ou disciplinée par transmission informelle.

Buchweiller J.P. XE "Buchweiller J.P." , Mayer A. XE "Mayer A." , Klein R. XE "Klein R." , et alii, Equipements de protection individuelle comportant des circuits électroniques. Sûreté de fonctionnement, Note Documentaire INRS, cahier de notes documentaires, n° 179, 2000.

Il semble qu’il y ait un problème de comparaison entre la fiabilité des dispositifs classiques et des équipements électroniques, en vue de leur mise en conformité aux normes EN 954-1.
Où comment le critère juridique et réglementaire rattrape la technique ...

Barnier A. XE "Barnier A."  L’évaluation des risques, la lettre EHST, n° 14, Février 1999.

Barnier A. XE "Barnier A." , , La méthode d’analyse et d’évaluation des conditions de travail XE "conditions de travail"  (MAECT XE "MAECT" ) de l OPPBTP XE "OPPBTP" , La lettre EHST, n° 18, Décembre 1999.

La directive-cadre Santé-sécurité du 12 Juin 89 invite à une évaluation générale des risques en y faisant participer les salariés. La transcription française de cette directive est la loi 91-1414 duu 31 décembre 1991.
3 méthodes distinguées : audit de conformité, approche ergonomique , analyse systémique.
Dans ce ternaire, on distingue trois de nos dimensions : l’audit vient à la place de l’imputation (métis), l’analyse systémique vient à celle du savoir exhaustif sur le contexte socio-technique (Thémis). Quant à l’ergonomie, elle occupe une place double : sur le versant du rapport du travailleur à son objet, elle observe l’émergence des pratiques (Tychè), mais sur le versant de l’étude du travailleur lui-même comme objet, elle se fait “épistémé”. Le problème de cette vision de la pluralité des” outils” d’analyse, c’est qu’elle est moins une “mise en débat” qu’une façon de “coincer” sinon les gens, du moins les situations. Ce n’est donc pas l’exemple de création d’un champ, mais plutôt de l’absoption de celui-ci dans le contrôle.

De Greef M, XE "De Greef M,"  De Gruyter R. XE "De Gruyter R." , Gebruers B. XE "Gebruers B." , et alii, Evaluation du risque, Législation et pratique no 7, Institut pour la prévention, la protection et le bien-être au travail, (PREVENT XE "PREVENT" ), Bruxelles, 1999.

L’évaluation des risques, telle qu’elle découle de la directive 89/391/CEE. Guide pour l’entreprise.

Fabregas B. XE "Fabregas B."  (ed), Anhoury P. XE "Anhoury P." ; Hesbeen W., et alii, “Les soignants et la gestion des risques”, Soins, n° 642, jenvier-février 2000, pp 27-54.

Cet article est significatif parce qu’il témoigne de l’introduction des concepts du risque dans l’hôpîtal qui semble moins armé pour y “résister” que le monde militaire (centré sur la menace : métis oppose la discipline de la guerre à celle de la gestion), alors que le soin hospitalier qui devient le service d’une machine complexe plutôt que des conséquences de l’acte médical hésite entre les impératifs déontologiques de cette pratique de métier classique, relativement individualiste, et les nouveaux paradigmes de la gestion intégrée (par le gestionnaire...).

Vincent R. XE "Vincent R." , Bonthoux F. XE "Bonthoux F." , Lamoise C. XE "Lamoise C." , “Méthodologie de hiérarchisation du risque chimique”, in “Evaluation du risque chimique en milieu de travail, 25e journées nationales de médecine du travail, 23-26 juin 1998, Archives des maladies professionnelles, vol 60, n° 5, septembre 1999, pp 411-414.

Vincent R. XE "Vincent R." , Bonthoux F. XE "Bonthoux F." , Lamoise C. XE "Lamoise C." , “Evaluation deu risque chimique XE "risque chimique" , hiérarchisation des risques potentiels”, INRS XE "INRS" , Cahier de notes documentaires, n ° 178, 1er trimestre 2000, pp 29-34.

Présente une méthode de hiérarchisation des risques chimiques potentiels susceptible d’aider les décideurs à définir une politique de prévention. Ce type de travaux n’est pas inintéressant mais son succès à l’INRS montre aussi l’effet d’ambition limitée que produit la structure de recherche paritaire en France.
Artagnan S. XE "Artagnan S." , Sandret N. XE "Sandret N." , “Evaluation des risques, suivez les décrets !”

La loi du 31 décembre 1991 oblige l’employeur à évaluer les risques, dans le cadre des principes de prévention relevant de l’obligation de sécurité. Mais il n’y a pas de décrets d’application clairs... Il existe essentiellement 14 décrets spécifiques attachés à des risques particuliers... Encore cette difficulté des nuisance potentielles (risque, danger) à faire Droit dans un système légal occidental qui privilégie l’acte réalisé et ne s’intéresse à l’intention qu’une fois le fait accompli.
Larane A. XE "Larane A." , Chimie XE "Chimie"  : l’industrie évalue ses risques. Travail et sécurité, n° 593 , Février 2000, pp 28-35.
Solvay XE "Solvay"  (Tavaux, Jura) fabrique du chlorure de vinyle et applique, en suivant la charte d’engagement de progrès élaborée par l’UIC (union des industries chimiques) XE "UIC (union des industries chimiques)" , la méthode ISRS (International Safety Rating System) XE "ISRS (International Safety Rating System)"  . Il existe aussi une méthode CNAM-INRS plus adaptée aux PMI-PME.

Contrôle des traits actifs (erreurs, accidents)

Cusey R XE "Cusey R" . Zéro accident : comment lutter contre les accidents du travail, Paris, Odilon-Média, 1996.

Approche pédagogique recensant les diverses dimensions d’une “régie des risques”. On y sent (dès le titre) un penchant à l’exagération sécuritaire, assez en vogue depuis les années 90. On pense au Dr Claude Got qui veut mettre des enregistreurs de conduite dans les automobiles (l’instar des boîtes noires des avions) pour retracer les causes réelles des accidents.

i.Dubreuil-Chambardel A.;, François P. XE "François P." , Maliverney B. XE "Maliverney B."  , “Centrales nucléaires : prévenir l’accident en étudiant les conséquences des incidents mineurs”, (les EPS XE "EPS" ) Epure, n° 50, Avril 1996, pp. 5-17. Cette analyse de certaines études probabilistes de sûreté récentes montre qu’elles sont capables de mettre en évidence des scénarios graves englobant l’ensemble des installations et le facteur humain, ce que d’autres techniques font difficilement.

Kirwan B XE "Kirwan B" , Human error identification techniques for risk assessment of high risk systems XE "high risk systems" . Part 1 : review and evaluation of techniques, Applied Ergonomics, vol 29, n°3, Juin 1998, pp. 157-177.

Présentation de la modélisation Hazop. Exemple de l’ étroitesse tendancielle des “méthodologies” purement techniques qui refusent de reconsidérer la place spécifique de la composante humaine dans l’organisation technique, et préfèrent le concept “d’erreur”, avec son double tranchant de défaillance cognitive et de responsabilité juridique immédiate de l’opérateur.

Sundstrom-Frisk, C. XE "Sundstrom-Frisk, C." , Understanding human behaviour : a necessity in improving safety and health performance, Journal of Occupational Health and Safety, Australia and New Zealand, Vol 15, n°1, Février 1999.
étude classique, -pour ne pas dire désuète- sur le “comportement” des travailleurs et managers induisant le risque ou le recherchant.
Le problème n’est cependant pas éliminé par une conception naïve de la sensibilisation et de la motivation à la sûreté. D’autres auteurs vont plus loin (bien que généralement dans le cadre de limites convenables) en admettant qu’une organisation entière peut se donner pour but le risque voire la conduite collective suicidaire. Quelle politique de “prévention” peut alors aller à l’encontre ? Entre répression et nouveau “sens” à donner à l’action, les organisations humaines sont bien vulnérables... face à leurs propres pulsions.

Ballard G.M. XE "Ballard G.M." , “Small Incidents : precursors to disaster, or aids to safe operations ?” Proceedings of the conference : Nuclear Risks. Reassessing the principles and practice after Tchernobyl”, IBC technical service publication, Londres, 1986.

Cette incitation à la vigilance épargne curieusement les “grands accidents”. Les précurseurs (ou prodromes XE "prodromes" ) semblent devoir être presque insignifiants pour que joue la fonction d’alerte (décrite par Chateauraynaud), précisément mise en scène comme découverte de l’inaperçu, du non encore tangible. Le personnage-clef du “tireur d’alarme” ne peut pas mettre en place sa mise en scène lorsque le fait est trop massif, trop évident.

Dagorne A. XE "Dagorne A."  Dars R. XE "Dars R." , Les risques naturels, PUF (Que sais-je ?) Paris, 1999.

Combien faut il de P pour arriver à C ?
Prédiction, prévention, précaution, prudence donnent... cindynologie (ou, dans les termes plus crus de notre Académicien, Bertrand Poirot-Delpech, le “çavapétisme”, où la çavapétologie, dont je concéderai que c’est un meilleur néologisme que “risquologie”.) Tout cela, accessoirement appliqué au zonage des risques de géodynamique interne (volcaniques et sismiques), et externe (érosions, avalanche mouvements de terrain, inondations, littoraux).

Ciccotelli J. XE "Ciccotelli J." , “Vers des machines et systèmes plus sûrs. Quelques perspectives de recherche et de développement”, Cahier de notes documentaires de l’INRS, n° 166, 1997, pp 189-20.

La machine doit mieux “détecter l’homme” et devenir système pardonnant. Il est vrai qu’humaniser le robot est un objectif plus intéressant -mais plus difficile- que celui, dominant jusqu’à aujourd’hui, de robotiser l’humain.


Leape Lucian L XE "Leape Lucian L" ., « Error in medicine », Journal of American medical association, 1994, 21 déceùmbre, vol 272, 23 1851-1857

i.Leplat J;., Veyrach H. XE "Veyrach H." , Domenc M. XE "Domenc M." , “Les procédures”, Performances humaines et techniques, n° 94, Mai-Juin 1998, pp. 5-45.

Les procédures doivent être évaluées notamment sur le caractère d’aide que présente la consigne. En tout état de cause doit être pris en considération son impact en termes de responsabilités judiciaires.
Les deux aspects ne sont-ils pas contradictoires ?

Hasegawa N. XE "Hasegawa N." , Yosimura S. XE "Yosimura S." , Human-Machine cooperation for emotion support. Study using a simulation model, Le travail humain, vol 62., n°3, Septembre 1999, pp. 247-272.

Développe l’idée d’une assistance “à la réaction émotionnelle” des opérateurs d’une centrale nucléaire en cas de situation de crise, à partir d’une simulation d’états émotionnels imaginés.

Ragage H, XE "Ragage H,"  Pesenti J.C.  XE "Pesenti J.C. " ,Lejon C.J. XE "Lejon C.J."  et alii, Les apports de l’ergonomie dans les projets d’automatisation, Revue de l’Electricité et de l’électronique, n° 2 février 1999.
Apports de l’ergonomie dans la maîtrise des risques de la manutention du combustible nucléaire.

Gele C. XE "Gele C." , “prévention des risques : “Nuclear Game” en Europe Travail et sécurité, n° 582, Mars 1999, pp. 18-22.

On met en scène régulièrement un accident nucléaire survenant en Europe au centre de crise de l’IPSN.

Contrôle des traits passifs (sanitaires, environnementaux)

Favrot G. XE "Favrot G."  “Analyse des causes d’accident et organisation de la prévention, à l’aide de l’arbre des causes”. CEA  XE " CEA " (Commissariat à l’énergie atomique XE "Commissariat à l’énergie atomique" , Service central de la formation du CEA XE "Service central de la formation du CEA" , Novembre 1984.

Francis R.T.;, National Transportation Safety Board XE "National Transportation Safety Board"  XE "Francis R.T.\;, .i.National Transportation Safety Board" , “L’Analyse des causes d’accidents, base de la réglementation des risques aériens”, in : colloque organisé par l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques XE "Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques"  avec le concours de l’institut européen des cindyniques XE "institut européen des cindyniques" , le 28 Mars 1996, Annales des Mines, Supplément “Responsabilité et Environnement”, Octobre 1996, pp. 43-46.. Il félicite l’aéronautique européenne. les autorités conjointes de l’aéronautique européennes (JAA) qui ont inscrit dans leur réglement commun “jar-ops” l’obligation pour les compagnies de disposer d’un système d’analyse des vols et d’assurance de la qualité opérationnelle. Les gains de sécurité dans le proche avenir proviendront de programmes de partage d’informations, et d’analyse des données d’entretien et de vols. l’ATR qui s’est écrasé en 1995 à Roselawn dans l’Indiana disposait d’un enregistreur de vol à 110 paramètres, alors que le Boing 737 écrasé à Pittsburgh, ne disposait que de 11 paramètres enregistrés. Les progrès des sciences de la sûreté industrielle semblent avoir atteint un palier asymptotique depuis la fin des années soixante-dix : davantage d’efforts et de coûts ne semblent pas faire diminuer les accidents (ni leur gravité) en proportion. Cela semble particulièrement vrai pour la sûreté aérienne.

.Johnson W.G. XE "Johnson W.G." , “Sequences in accident causation”, Journal of Safety Research, 1973, 5.2; pp. 54-57.Tuominen R XE "Tuominen R" , Saari J. XE " Saari J."  “A model for analysis of accidents and its application”, Journal of Occupational Accidents, n° 4, 1982, pp. 263-273.

Guillermain H. XE "Guillermain H."  Favaro M. XE " Favaro M." , Guyon C. XE " Guyon C."  “Identification, estimation et représentation des risques dans un atelier de centrifugation. Note scientifiques et techniuqes de l’INRS XE "INRS" , NS 79, 1991. Dans la compétition des ergonomes pour les meilleurs méthodes de représentation des risques, un apport qui relativise la perception (selon scénarios) et selon l’appartenance et l’ancienneté des opérateurs.

INERIS XE "INERIS"  (Herpin T. XE "Herpin T." , Bigot M.P XE "Bigot M.P" , Labroye G. XE "Labroye G." ), “Poussières, quels risques pour l’entreprise ?” (L’analyse du risque : “comment survientt l’explosion de poussières ?, “identifier et évaluer”, “prévenir le risque”, Références, n° 18, Juin 1997.Ces courts articles techniques ont l’intérêt de montrer une évaluation synthétique d’un risque explosif (celui des silos) en proposant des “raccourcis heuristiques” comme l’image d’un hexagone de l’explosion de poussière (suspension, source d’inflammation, domaine d’explosibilité, oxygène, confinement, poussières combustibles).

INRS L’INRS est le principal producteur français d’études et de documents synthétiques de la gestion des risques professionnels. Référencée dans EDF doc XE "EDF doc"  XE "INRS L’INRS est le principal producteur français d’études et de documents synthétiques de la gestion des risques professionnels. Référencée dans .i.EDF doc" , sa liste d’articles disponibles en tirés à part est considérable. En nous contentant du risque accidentel important, citons pour mémoire : Laforest J.C XE "Laforest J.C" ., Leleu J. XE " Leleu J." , “réactions chimiques dangereuses, Essai de prévision des risque s(ND 1343-105 81), Gros P. XE "Gros P."  “projections explosives de métal liquide dans les fonderies d’aluminium; causes et prévention” (ND 1567-86); Pham D XE "Pham D" ., “Quelques facteurs de réussite ou d’échec dans l’entreprise de la méthode “arbre des causes” de l’INRS XE "INRS" . Etude comparative dans deux établissements d’un groupe industriel.” ND 1736-135-89.Monteau M. XE "Monteau M." , Favaro M. XE "Favaro M." , “Bilan des méthodes d’analyse a priori des risques, 1. D es contrôles à l’ergonomie des systèmes. 2. principales méthodes de la sécurité des systèmes. (ND 1768-138-90, ND 1779-139-90) INRS XE "INRS" , Paris, 1990

.i.Collectif;. “Risques professionnels, les nouvelles méthodes en médecine du travail”, thème n° 2, 24e journées nationales de .i.médecine du travail;, Paris, 11-14 juillet 1996, Archives des maladies professionnelles, vol 58, n°3, mai 1997, pp. 195-294.

Le point sur les méthodes de dépistage des maladies du travail (exposition aux radiations ionisantes, à l’amiante, diagnostics de cancérogenèse dans divers domaines), .i.SNCF;, .i.EDF; (enquête .i.STED;), Mines de charbon; .i.AGF;,

Lefeuvre B. XE "Lefeuvre B." , “Le post-accidentel XE " post-accidentel" ”, Les semaines après un accident nucléaire XE " accident nucléaire" . Revue Générale Nucléaire, n° 1, Janvier 2000, pp 57-62.

L’auteur décline l’ensemble des actions et dispositions à mettre en oeuvre après un accident (ou pourrait dire après la phase accidentelle d’un événement) : recensement, information, estimation et mesure de la radioactivité, réhabilitation, évaluation de la sensibilité sociale etc. Un oubli, cependant : l’accident peut être à nouveau considéré comme source d’expérience pour l’avenir et certaines des dispositions précédentes peuvent bloquer cette dimension. Mais comment “penser à tout à la fois ?”

Contrôle économique de la responsabilité (l’assurance)

Castel R. XE "Castel R."  “Risquophiles, risquophobes” : l’individu selon le MEDEF, Le Monde, Horizons-débats, 21 Avril 2001 XE "MEDEF, Le Monde, Horizons-débats, 21 Avril 2001" 

Dans cet article de fond, le sociologue Robert Castel (qui avait déjà écrit il y a vingt ans un livre sur la “gestion des risques” psychiatriques” analyse de façon critique la conception générale de la “refondation sociale” selon le patronat, et notamment M. Seillières (fortement inspiré par les assureurs Denis Kessler  XE "Kessler " et François Ewald) XE "Ewald)" . Selon ces théoriciens du Medef, l’individu moderne doit apprendre à affronter le risque de la vie, devenir mobile, flexible, adaptable, polyvalent, performant, etc... ce qui en fait alors un “gagnant”, un “animal voué au risque”, un courageux (opposé au frileux, passéiste, etc). R. Castel pense que ce discours est un discours de dominants adressé aux dominants. Lors de la parution de l’article, Swissair n’a pas encore racheté les entreprises de M. Seillières XE "Seillières" , lesquelles voueront l’entreprises suisse à la faillite, contraignant en cascade la banque helvétique à voler (tardivement) au secours de l’entreprise nationale. Peut-être cette dernière institution n’était-elle pas assez “risquophile ?”

Responsabilité et précaution : intérêt et limites de la logique assurantielle du risque

« Pour une autre culture de la route », Tandem XE "Tandem"  n° 6, Janvier 2003.

L’article de cette revue de la macif est intéressant comme signe de la logique assurantielle : fondée sur le chiffre absolu (des accidents d’assurés), elle doit cependant (à l’inverse de la « doctrinalité » des gestionnaires, être très souple sur l’intuition des causes. Par exemple, comment chiffrer l’effet que la France compte près d’un million de km de routes secondaires sur le surnombre de tués  dans ce pays ? Ce que l’on sait en tout cas c’est que la France comporte un ratio entre routes secondaires et sous-population (entraînant pluys de vitesse) qui entraîne plus de la moitié des morts en routes secondaires. Ces routes sont aussi mal entretenues et mal revêtues. L’idée retenue par l’assureur c’est qu’il y « a rarement une cause unique » , mais un entrelacs (fatigue, vitesse, alcool, chaussée déformée, étroite avec arbres ou sinueuse, pas de rencontre avec d’autres usagers, mauvaise météo). Un accident mortel typique ne comprend pas qu’un seul véhicule et a lieu sur une petite route en ligne droite.

Ewald F. XE "Ewald F."  , “Responsabilité, solidarité, sécurité, la crise de la responsabilité en France à la fin du XXe siècle”, Risques, 10, 1992.

Ewald F. XE "Ewald F." , Philosophie de la précaution, L’Année sociologique, 46, N°2, 1996.

Chaumet F. XE "Chaumet F." , Ewald F. XE "Ewald F." , “Autour de la précaution”, Risques, n° 11, Environnement : le temps de la précaution, 1992, pp 99-104.

Ewald F. XE "Ewald F."  , “La véritable nature du risque de développement et sa garantie, n° 14, Avril-Juin 1993, pp 9-47.

Ewald F. XE "Ewald F." , “Le risque dans la société contemporaine”, Agir, revue générale de stratégie, Mars 2000.

Ewald F. XE "Ewald F."  (professeur au CNAM), “Le risque dans la société contemporaine”, in Tubiana M., Vrousos C., Carde C., Pagès J.P., (eds) Risque et Société, Nucléon, Paris, 1998 pp 23-38. (Actes du colloque Risque et société XE "Risque et société" , réalisé sous l’égide de l’académie des sciences, dans le cadre du centenaire de la découverte de la radioactivité XE "radioactivité" , Cité des sciences et de l’industrie de Paris-la Villette, 18-20 Novembre 1998. Publié à la demande du centre Antoine-Béclère, pp 41-54.

Selon F. Ewald (qui partage ce point de vue avec Ulrich Beck en Allemagne), le risque et sécurité sont les deux faces de la même mesure de la valeur que nos sociétés libérales et démocratiques, donc assurantielles, accordent à l’action. Le risque zéro tuerait l’assurance aussi bien que la prolifération de risques majeurs, individuels et collectifs. L’assurance marque donc en fait le degré de liberté qu’une société s’accorde, et que chacun s’acorde “mutuellement”, en en sachant, à tout moment, le prix.
C’est la mesure de l’utilité (selon Bernouilli) mais aussi une mesure budgétaire (selon A. Quételet). Il est vrai que l’accident nourrit l’assurance, tout comme il fait vivre la chirurgie et la greffe d’organes en tuant beaucoup d’organismes sains et jeunes participant à ce sacrifice social, utile donc, s’il reste dans certaines proportions. Il est vrai (spécialement depuis la fin du siècle dernier qui vit la substitution du raisonnement assurantiel des risques du travail au point de vue pénal), que l’employeur a intérêt jusqu’à un certain point à ce que la salarié mette sa vie en jeu dans la production (sa peine, son stress, sa souffrance, sa prise de risques). Surtout si l’on considère désormais non pas tel accident mais une statistique accidentelle concernant une population.
On pourrait continuer ce raisonnement, passablement cynique : le déficit de la sécurité sociale, en revanche serait une mesure de ce que la population est prête à encourir comme risque... sans le payer. Une sorte de don, de soutien social à l’accident ou à la maladie.

Tout cela apporte beaucoup d’eau au moulin de M. Tubiana qui milite pour faire payer le juste prix aux “vrais” preneurs de risques, en plaçant un service d’assistance médicale pour sevrer les tabagiques et les buveurs, ou empêcher les suicides.
La société d’assurance est-elle donc si libérale ?
Rien n’est moins évident, car elle contribue à substituer la gestion experte des populations aux choix des “‘peuples”.

Ewald se réfère à la prudence aristotélicienne (la phronésis) pour la traduire dans le concept moderne de responsabilité. Mais, à la différence de celle-ci qui peut donne lieu à l’étrange concept économique de “responsabilité limitée”, la prudence n’est pas une notion conditionnelle. Elle ne se réfère pas à un calcul d’utilité, ni même à un registre actuarial dénotant le prix collectif d’un sinistre. C’est une vertu non marchande : elle se situe à l’opposé de l’assurance qui suppose au contraire l’imprudence inhérente à l’homme, tout en la sanctionnant par des variations du coût de la police. Plus il y aura d’assurance (par exemple des risques majeurs), et moins, probablement, la prudence sera cultivée comme -non pas valeur mais vertu-.

F. Ewald, pour avoir été disciple de M. Foucault, n’en est pas moins un auteur bien de son temps, parfaitement à l’aise dans les mécanismes qui assurent, sans critique aucune, le fonctionnement de la machine sociale.

Toutefois la crise actuelle et à venir de l’assurance face à la “montée de la responsabilité” pourrait assez vite remettre en cause l’idéal d’une société de “risque modéré” dont l’assurance serait la clef de voûte. De même, on peut penser que la “modernité réflexive” qui serait aussi une modernité capable d’épargner dans l’assurance pour assumes ses enjeux (la théorie de Beck), pourrait souffrir de la croissance vertigineuse des risques environnementaux, désormais imputés, et donc “responsabilisés”.

Saleilles R. XE "Saleilles R." ; Les accidents du travail et la responsabilité civile, 1897.

Un des auteurs ayant accompagné la “révolution assurantielle” ayant dépénalisé les accidents et les maladies du travail, en dissociant responsabilités “technique”, civile et pénale.

Beck U. XE "Beck U." , Ecological enlightment : essays on the politics of the risk society; Atlantic Highlands, Humanity Press, 1995.

IV. (Epistémé) Champ analytique du risque (épistémologie des positions des discours du risque)

Ces dernières années, les chercheurs ont commencé à publier leurs réflexions sur le hamp lui-même. Cette réflexivité fait apparaître un secteur épistémologique dans la risquologie. Il est possible qu’elle soit une condition pour la constitution du champ en “science”.

Bourrier M XE "Bourrier M" ., “Approches organisationnelles de la fiabilité : dialogue avec les ergonomes”, Ergonomie; et relations santé-travail, fiabilité des systèmes et des organisations, critères de gestion des entreprises. Actes du 34e congrès de la société d’ergonomie de langue française (SELF XE "SELF" ), Caen, 15-17 septembre 1999.

La sociologue, spécialiste du risque organisationnel dans le nucléaire propose un agencement épistémologique du champ de la fiabilité des organisations, assez proche de celui utilisé ici.
Quatre théories se partagent, selon elle, ce champ : la notion d’accident normal (que nous réferrons à Perrow), l’organisation hautement fiable (La Porte et autres), le “faire sens” (approche socio-psychique selon Vaughan ou Freudenberg), et la routinisation de la déviance (approche tendanciellement imputatrice ou “judiciaire”).
Discutant ces deux dernières catégories, j’admets qu’on distingue une tendance collectivbe criminelle et une tendance “folle” dans l’organisation. Je préfère les réunir dans une même dimension : celle de “métis”, c’est-à-dire de l’acteur interpelé dans sa “responsabilité”, dans sa capacité de réponse aux attentes et aux défis, son incapacité pouvant prendre des formes aussi bien mentales que délictueuses, les mêmes conduites pouvant être d’ailleurs interprétées aussi bien sur le versant judiciaire que sur le versant “psychique”, dépendant des instances interprétatrices.
Il resterait alors une quatrième polarité : celle d’une approche “situationnelle” centrée sur les contextes précis, ethnologiques, pourrait-on dire, à partir desquels des caractéristiques organisationnelles générales se spécifient pour produire des événements toujours singuliers, toujours “expérimentaux”.

Bourrier M. XE "Bourrier M." , Le nucléaire à l’épreuve de l’organisation”, PUF, 1999.

Mathilde Bourrier résume ici de longues enquêtes sociologiques dans le nucléaire en France et aux Etats Unis. Son travail passionnant prend place dans la discussion en cours en rappelant le caractère foncièrement banal des organisations spécialisées. C’est bien cette banalité de l’organisation (ignorée autant par La Porte et les théoriciens des organisations à haute fiabilité, que par C. Perrow ou par D. Vaughan), qui pose au fond problème, lorsque les situation, sont, elles, exceptionnelles, ou potentiellement catastrophiques, et incite à trouver des solutions toujours “ad hoc”, en liant au maximum approches organisationnelles et souci de la fiabilité. Un exemple flagrant est le traitement des chantiers et des structures d’arrêt.

Lagabrielle C. XE "Lagabrielle C." , Vannereau J. XE "Vannereau J." , “Psychologie du travail, évaluation des risques et management.”, Préventique-sécurité, n° 50, Mars 2000, pp 27-31. pp 32-35.
Bonne revue des approches anciennes et actuelles de la causalité des accidents, et des différences sociales dans sa perception. Prône un renouveau plus participatif (approche “thémistique”, se présentant comme évoluant par rapport aux anciennes visées imputatrices de type “métis”).

Bieder C. XE "Bieder C."  , Barbet J.F. XE "Barbet J.F." , “Voies de réflexion sur la collaboration de la systémique, l’analyse des risques XE "analyse des risques"  et l’ergonomie.”, Phoebus n° 2, 2e trimestre 1997.

Intéressante -et habile- façon de prendre ses marques pour situer l’analyse des risques comme discipline à part entière entre ergonomie et systémique. Comme il est touchant de voir naître une nouvelle pousse dans le jardin académique !
Sans vouloir désherber sauvagement, il nous faut cependant décevoir les auteurs : la “risk analysis” (ou sa proche parente francophone, la “cindynique”) est appelée à devenir un baobab parmi les

Lagrange V. XE "Lagrange V." , Desmares E. XE "Desmares E."  “De l’erreur humaine au management de la sûreté, l’ergonomie est-elle encore légitime face aux nouveaux enjeux de la sûreté ?”Ergonomie et relations santé-travail, fiabilité des systèmes et des organisations, critères de gestionndese entreprises. Cates du 34e congrès de la société d’ergonomie de langue grançaise ( SELF), Caen, 15-17 Septembre 1999.

Les auteurs critiquent une conception a priori de la sûreté, et mettent en évidence l’implication de l’organisation et de son rapport à la société dans le management de la sûreté. Ils montrent la contribution de l’ergonomie au management de la sûreté dans une centrale nucléaire (lors d’une intervention sur l’analyse des risques). Ils utilisent pour ce faire quatre aspects fondamentaux : processus organisationnels, rôle du manager; concepts de la culture de sûreté; relations avec la société. Ces quatre aspects ne semblent pas étrangers aux quatre pôles de métis (figure du manager), épistémé (concepts), thémis (société)... à condition de lire dans le processus organisationnel lui-même une dimension d’activité pratique toujours adaptée en fonction des situations et des événements réels (il vient alors à la place de tychè.).
Une discussion possible de ce point de vue : peut-on à la fois se situer dans l’analyse du champ et dans sa pratique ? Si l’analyse du champ de la sûreté peut être conduite à partir de sa diffraction interne, assumer la pratique organisationnelle, même ainsi mise en perspective ouverte, n’implique-t-il pas de mettre dans une certaine mesure de côté management, culture et société, pour se concentrer sur l’organisation “in se” ? Dans ce cas, on souhaiterait que se développe stratégiquement la visée “situationnelle” qui pourrait lier ergonomes et organisationnalistes. Pour le moment, il me semble qu’elle n’échappe pas à un certain empirisme, un peu fragmentaire. Mais des ferments de convergences théoriques existent (Bourrier, Dejours, Amalberti, LLory, etc..) : il serait peut-être intéressant de mettre en évidence et de cristalliser ces convergences pour imposer la figure d’une polarité française bien spécifique face aux trois positions américaines “installées” : (organisation folle ou déliquante-Vaughan- , organisation indéfiniment adaptable -Laporte-, organisation logiquement impossible -Perrow-).

Le champ risquologique “géré”

Muller, P. XE "Muller, P." , Politiques publiques  XE "Politiques publiques " et risques collectifs in Actes de la douzième séance du séminaire du programme “Risques collectifs et situations de crise”, Paris, CNRS- Grenoble, 1998.

“Qu’est ce que “l’hyperespace cindynique” ? (Ce que la présente bibliographie représente, sur le mode analytique et documentaire, probabalement). Attention aux synthèses “politiques” : elles conduisent, sous couvert de réflexivité sociétale (Ulrick Beck), ou politique, à imposer comme apodictique (de l’ordre de la vérité de fait), ce qui n’est que collecte, collection et conceptualisation stratégique. Il existe certes un champ global du risque : peut-être l’auteur ne souligne-t-il pas assez à quel point cette globalisation même nous fait courir un risque de totalisation mentale (et donc politico-admnistrative). Mais comment penser le tout sans qu’immédiatement, dans la foulée, on ne désire maîtriser ce tout ?

Ce défaut de vision (de réflexivité à la fois épiméthéenne et prométhéenne) est partagé par la plupart de ceux qui sont en charge du champ depuis une vingtaine d’année. Comme se le demande assez drôlement B. Poirot Delpech dans un éditorial du Monde : d’où vient tout ce “çà-va-pétisme ?”. D’après lui , du manque de conflit politique réel. Où l’on retrouve une distinction anglosaxonne entre “politics” (le débat) , et “policy” (l’administration des choix), que Muller ne fait pas assez quand il parle “d’approche cognitive des politiques publiques”. Il peut en effet parler éventuellement de “cognitive policy”, mais pas de “cognitive politics”. Or c’est justement du défaut de la seconde que découle le caractère éventuellement totalisant et étouffant de la première, tout cela entre experts démocrates et de bonne compagnie, et qui jureraient leurs grands dieux qu’ils détestent toute forme de fascisme....

.i.Gilbert C.; (Entretien avec), “Des objets à géométrie très variable”, Politix, n° 44, 1998. (propos recueillis par F. .i.Caille ;et C. .i.Lemieux;).
Déjà considéré comme aïeul du milieu risquologique français, C.Gilbert est invité par les “jeunes” risquologues de l’école des hautes études à décrire le champ. Il est très fier de la notion de “risque collectif” qui lui a permis de s’emparer de positions institutionnelles, là où le “risque majeur” aurait trop fait peur aux acteurs. Ses interlocuteurs, gentiment corrosifs, l’attaquent sur le côté hétéroclite et passif des séminaires successifs qu’il organise depuis 10 ans. Ses réponses sont celles d’un démocrate sincère. (décloisonnement, participation, la parole aux savoirs profanes, etc.)
Mais ses interlocuteurs sont-ils bien placés pour revendiquer la cohérence d’un champ, puisqu’ils vont surtout l’occuper à partir et autour de la question des médias ? Or le fait que le média fonctionne de plus en plus sur la question du risque n’entraîne pas que ce dernier soit devenu un phénomène d’essence médiatique.
L’approche multidimensionaliste allemande (0. Renn)

Renn O. XE "Renn O."  , Webler T. XE "Webler T." , Johnson B.B. XE "Johnson B.B." , “Public participation in hazard management : the use of citizen panels in the US” Risk issues in health and sefety, 2, 3, pp 197-226, 1991.

Renn O., XE "Renn O.,"  Webler T. XE "Webler T." , Wiedermann P. XE "Wiedermann P." , Fairness and competence in citizen participation, Dordrecht, Kluwer, 1995.

Renn O XE "Renn O" ., “Concepts of risk : a classification”, in Krimsky S. XE "Krimsky S."  et Golding D. XE "Golding D." , Social Theories of Risk, Westport, Praeger 1992.

Renn O XE "Renn O" , “Three decades of risk research XE "risk research" , accomplishments and new challenges, Journal of Risk Research, 1(1) 1998.

Renn 0 XE "Renn 0" ., Klinke A.  XE "Klinke A. "  Prometheus Unbound, Challenges of Risk evaluation , Risk Management and Risk Classification, Akademie für technik folgenabschätzung, Bade Wurtemberg, n° 153, Nov 1999.

Ortwin Renn est l’un des meilleurs chercheurs allemands en théorie du risque. Il a sans doute débattu avec mon ami Niels Beckenbach (Université de technologie de Kassel), et n’a pas ig,oré mon article paru en Français dans la revue allemande Soziale Welt, “Etymologies du risque”, in “Umbrüche Gesellschaftlicher Arbeit”, Niels Beckenback, Werner Van Treeck eds., Soziale Welt, Sonderband 9, VIII/664, 1994. S’en est en effet déduit un débat qui a mis l’antiquité à l’honneur pour métaphoriser le champ : Renn utilise ainsi depuis quelques années un système à six catégories : “épée de Damoclès”, “Tête de méduse”, “Cassandre”, “Cyclope”, “Pythie”, boîte de Pandore”, là où D. Duclos parlait de “Epistémé (risque calculé), Thémis, (risque discuté), Tyche (risque indéfini de la rencontre ou de l’événement), et Métis (risque imputé, menace) .
Voyons comment les six catégories renniennes discriminent les risques :
Damoclès : c’est le risque type centrale nucléaire : très peu probable, mais dévastateur.

Tête de Méduse : c’est la radiation de bas niveau (téléphone mobile ou ligne à haute tension). On ne détecte pas ses effets, mais çà fascine. C’est peut-être le lieu précis de l’irrationnel tant décrié par M. Tubiana (qui ne concernerait, en revanche, pas le risque de fonte d’un réacteur ou le changement climatique). D’aucuns (Gérard Pommier) diraient que les maladies de l’oreille expriment simplement le désagrément d’entendre les conversations privées dans l’espace public. Je me demande si on n’est pas ici dans un cas jouxtant le risque fantasmé

Cassandre : c’est le changement climatique. conséquence terrible mais incertitude très grande et délai énorme entre cause et effet.

Boîte de Pandore : risque de dissémination chimique aux effets persistants et peu indemnisables.

Pythie : type génie génétique. On ne connaît pas les effets, qui peuvent être ambigus, mais une fois déclenchés, irréversibles, imprévisibles.

Cyclope : accident industriel classique très meurtrier sur place,mais normalement domptable par la prévention de sûreté traditionnelle. 
Classification des risques par O. Renn.


Comme le note Bruno Latour XE "Latour"  (“Epée de Damoclès, Cassandre et Pythie, La Recherche, Octobre 2000, p 106), “on est loin de la stérile opposition entre risques perçus et risques réels”.

J’ai tout de même envie de mettre ces six catégories -ci (qui rappellent les différents monstres d’un jeu vidéo, dotés de paramètres quantitatifs différents) en rapport avec notre tétralogie de l’acte humain.

Notons que certaines des catégories se réfèrent au savoir ou à son absence (ou sa difficulté) : calculabilité ou non, prévisibilité ou non.
D’autres à l’acceptabilité sociale : diffusion, amplitude de l’impact, caractère dévastatateur ou non.

D’autres permettent de situer la cause ou de la diluer : caractère ponctuel ou traçable de la source du risque.

Enfin d’autres ont à voir avec l’incertitude sur la nature même du risque. On ne sait même pas de quoi il s’agit et si c’est un risque.

Si l’on recalibre donc les 6 catégories renniennes à la lumière de nos oppositions structurales et anthropologiques, nous observons que “cyclope”, “Pandore”, “Damoclès” et “Méduse” ont en commun de pouvoir être facilement situés dans leur source (tel industriel , par exemple). Nous pouvons les situer au pôle “métis”, caractérisé par cette identification d’un sujet de fait.
Mais nous pouvons aussi composer un pôle “Epistémé” composé de Damoclès, Pandore et Cyclope, pour lesquels, au fond, la question du savoir n’est pas posé (on sait les effets du chimique ou du nucléaire -dans une large mesure-, et ceux d’un accident industriel).
Le pôle “Tyché” regroupe les trois femmes du panthéon rennien : Cassandre, Pythie, et Pandore, toute caractérisées par la grande incertitude des savoirs et des occurrences réelles.

Quant à “Thémis”, le pôle de la discussion publique, force est de constater que seuls Cyclope (trop classique et situé) et Pandore (accusée jadis de tous les maux mais abandonnée pour de nouveaux accusés) échappent un peu plus à la mise en cause socio-politique, qui se trouve donc centrée par l’incertitude.

Quel est, finalement, l’intérêt d’une telle comparaison ?

On pourrait par exemple, observer que “le temps de latence” est une variable intermédiaire entre une question de savoir et une question d’acceptabilité, de même que la “diffusion”. D’où la manière dont les figures emblématiques de Renn se retrouvent dans plusieurs cadrants de notre grille. Ces éléments ambigus ou intermédiaires sont très importants, car ils illustrent la dynamique du champ : certains élements sont déjà sortis de “Tyché”, mais ne sont pas encore placés dans la dramaturgie sociale du risque de façon bien tranchée.

Autour de ce sujet :

Coste, L. XE " Coste, L." , Vanssay, B. de. XE "Vanssay, B. de."  Controverse sur la prévision et l'incidence des catastrophes. Futuribles (Paris), (1997-12)n°226, p.67-77.

Rémy E. XE "Rémy E." , “ Comment dépasser l’alternative risque réel, risque perçu ? ”, in Responsabilité et environnement, revue des Annales des Mines, n°5, janvier 1997, pp.27-34.

Funtowicz S.O. XE "Funtowicz S.O." , Ravetz J.R. XE "Ravetz J.R." , "Three types of risk assessment, and the emergence of post-normal science, in Social theories of Risk, Krimsky S., Golding D. XE "Golding D." , (eds) Praeger, Westport, 1992, pp 251-273.

Otway H. XE "Otway H." , “Public wisdom, Expert faillibility : toward a contextual theory of risk”, in “Concepts of risk : a classification”, in Krimsky S. et Golding D. (eds), Social Theories of Risk, Westport, Praeger, 1992., pp 215-228.

la société du risque (Beck)
.
i.Beck U.; , Risiko Gesellschaft, Auf dem Weg in eine andere Moderne, Frankfurt : Suhrkamp , 1986. (Risk society, Oxford university Press, 1990)
Il n’existe pas à proprement parler de sociologie de la rationalisation du risque. Mais Ulrich Beck a l’intérêt d’avoir construit une sorte de modèle de société où l’ensemble des individus comme des organisations seraient conduit à calculer les risques de toute action. C’est la “société du risque”, qui implique une intériorisation de la logique du système par rapport au monde vécu (pour reprendre les concepts d’Habermas : .i.Habermas J. ; Théorie de l'Agir Communicationnel, T I et II, Fayard, Paris 1987.) Intéressant à comparer aux processus d’intériorisation des démarches préventives dans l’entreprise par les individus. La question demeure de savoir si ce dressage à la pensée instrumentale est simplement l’apprentissage d’un autre solfège, ou si son artificialité n’en fait pas un “guindage” confus et a-logique, finalement plus dangereux qu’utile (fonctionnant en “humanoïdes calculateurs”, les individus seraient en fait désarçonnés par le moindre événement fortuit, ne rentrant pas dans la sémantique apprise).

L’approche systémique et “cindyniste”

Kervern G.Y XE "Kervern G.Y" , La culture réseau, ed Eska, Paris, , 1993.
Kervern G.Y, “autour des notions de danger et de risques, le point de vue scientifique et technique, in Tubiana M. XE "Tubiana M." , Vrousos C. XE "Vrousos C." , Carde C. XE "Carde C." , Pagès J.P. XE " Pagès J.P." , (eds) Risque et Société, Nucléon, Paris, 1998 pp 23-38. (Actes du colloque Risque et société XE "Risque et société" , réalisé sous l’égide de l’académie des sciences, dans le cadre du centenaire de la découverte de la radioactivité XE "radioactivité" , Cité des sciences et de l’industrie de Paris-la Villette, 18-20 Novembre 1998. Publié à la demande du centre Antoine-Béclère, pp. 69-76.

Cet heureux père se penche sur la naissance de “la science du danger” à l’UNESCO, les 7 et 8 décembre 1987, variante française de la “Risk Analysis” américaine, en plus ambitieux. Elle part en effet d’emblée d’une visée globale destinée à cerner l’ensemble des dimensions attribuables a priori à une telle discipline (faits de mémoire et statistiques, représentations et modèles, objectifs, normes systèmes de valeurs. Cette visée est “systémique” en ce sens qu’elle cherche (comme la thérapie systémique familiale) à se situer dans la dissonnance entre différents réseaux d’acteurs. Il s’agit d’assurer une certaine harmonie, un certain équilibre entre ces réseaux, sans quoi les dissonances explosent.

Les déficits et dissonnances relèvent de sept grands principes dont le traitement permet de relever ou d’abaisser le seuil cindynique (comme on relève ou abaisse des barres dans un coeur nucléaire ?) : la relativité des perceptions sociales du danger, la conventionnalité de l’estimation des risques, la contradiction entre finalités de sa réduction, l’ambiguité enveloppant ces dimensions, l’accident comme réduction brutale des ambiguités, (ruptures créatrices de Lagadec, chaos de Lorenz, Bifurcations de Prigogine ou Thom), la crise comme déchirure des tissus sociaux, la nocivité propre à toute thérapeutique.

Cette vision systémique permet de prendre en compte (dans une métaphore machinique appliquée au social) les différences de points de vue et “d’en finir avec les discussions sans fin sur l’exactitude des données quantitatives”.

Le paradoxe inhérent à ce genre d’approche oecuménique est qu’elle prétend se situer au dessus ou au carrefour de réseaux considérés chacun comme partiels, tout en décidant théoriquement de l’impossibilité d’une telle position (puisque tout réseau est à la fois centre et périphérie.)

La façon de résoudre le problème (l’adoption d’une symbolique de référence physico-mathématique) me fait penser à ces enfants autistes qui ne peuvent parler aux autres qu’en se prenant pour des robots. En prenant une voix robotique, ils peuvent parler de leurs sentiments. Sans cela, ils pensent qu’ils entreraient dans la guerre sociale sans aucune chance de faire valoir un point de vue pacifiant pour eux et autrui.

Après tout, pourquoi pas, si cela peut rassurer certains ? L’essentiel n’est-il pas en effet que la parole circule entre les points de vue irréductibles ? La référence à la thérapie familiale n’est pas un hasard : la destinée de telles propositions de mise en scène est sans doute de se constituer finalement comme un discours psychologique.

Nicolet J.L XE "Nicolet J.L" , Erreurs humaines ou défaillances systémiques ? “ Phoebus, n° 8, 1999, pp. 24-30.

Cet article qui tente de “dissoudre” l’erreur humaine dans le contexte systémique utilise également un quadripode pour montrer comment un tel contexte se décline : technologie, documentation-réglement, lien neuronal, produit ou service.
Peu importe que la métaphore biologique entraîne ici la pensée (l’organisation comme cerveau) : il reste la diffraction d’un acte réel en interprétations différentes, elles-mêmes liées à la formation d’un champ d’interprétation. Dès lors, nous pouvons assez aisément traduire chaque polarité : la documentation ou le règlement servent d’appuis cognitifs (que nous avons signalé comme pôle “épistémique”). Le lien “neuronal” sera mieux et plus simplement nommé “relations sociales ou politiques” (que nous avons épinglé comme “thémis”, la justice en grec ancien). La technologie peut certainement être envisagée du côté du cognitif, mais, si on l’en distingue (puisqu’il existe déjà une catégorie “documentation”), alors elle ne peut que désigner le rapport de maîtrise des objets et du monde qu’implique le moyen technique en vigueur. Dans ce cas, il s’agit toujours de “métis”, qui désigne un rapport de pouvoir, avec autrui ou avec les choses. Enfin le “service” ou le “produit” désigne très clairement la pratique elle-même, toujours problématique, puisque toujours amenée à varier selon les trois autres dimensions. (Nous l’avons épinglée comme “Tychè”).
La similarité de ce tétrapode avec celui que nous utilisons comme référentiel n’est pas un hasard. Elle découle du fait que, quelles que soient les étiquettes placées à chaque pôle, celui-ci est relié aux autres par une structure homologue. Cette structure pourrait être énoncée d’une phrase : toute action pratique (Tychè) se trouve interprétée comme provenant d’un sujet (métis), lequel va en même temps se trouver discuté (thémis), et situé (épistémé). Il est impossible de ne pas mobiliser toutes ces dimensions à partir de l’acte, parce qu’elles sont logiquement solidaires : il n’y a pas d’imputation sans savoir, pas de savoir sans imputation (et donc sans délimitation d’une fraction du réel à un sujet qui en serait la cause), pas d’imputation ni de savoir sans discussion collectives des catégories du jugement et du savoir, et tout cela n’existerait pas... sans le passage à l’acte !
Toutefois, l’option systémiste semble marquée par une certaine peur de cette cohérence de l’acte : elle recourt à la métaphore organique pour “fondre” celui-ci dans quelque chose de plus vaste et de plus anonyme. C’est la raison pour laquelle le systémisme connaît une certaine limite d’application au facteur humain. Il vient en réalité lui-même se situer du côté “épistémé”, car il ne peut pas, dans ses catégories, affronter directement l’imputation judiciaire ou le débat démocratique sur la technologie. A moins de traiter les gens (députés ou concepteurs, managers ou partenaires) de “neurones”... ce qui n’est pas nécessairement opportun, sinon réaliste...

Turpin M. XE "Turpin M."  “le tremblement de terre de Kobé : analyse cindynique”, La Lettre des Cindyniques, n° 15, Mai 1995.Ce cyndinicien militant montre et dénonce les traits culturels agravant la catastrophe (100 milliards de dollars, 6000 morts; 80 000 bâtiments détruits) : conviction d’absence de péril, culture de simplicité de chaque système déniant les modes communs, culture “nombriliste” nipponne, dilution des responsabilités, absence d’un programme de formation, de planbification des situations de crise, d’une “méthode cindynique” dans l’organisation. Certes, mais le cindynicien ne se prend-il pas pour Dieu ?

Hériard-Dubreuil G XE "Hériard-Dubreuil G" ., “Action distribuée et risque”, 4 e rencontres du programme “modélisation de la complexité, les 9 et 10 Juin 1994, Aix en Provence. (repris dans Les cahiers du groupe d’épistémologie des Cindyniques, n°1, Janvier 1995 “la fonction sociale de la confiance : action collective et délégation de responsbilité face au risque”.)
Proche du groupe des Cindyniques et de G.Y. Kervern XE "G.Y. Kervern" , G. Hériard-Dubreuil  XE " Hériard-Dubreuil " met pourtant l’accent sur la confiance et non sur l’alerte. Il promeut de façon intéressante dans le champ du risque la “pensée-varela”, et montre bien que la complexité, acceptée comme telle (ce qui devient incontournable), implique un nouveau mode d’alliance entre cognition et action. Il prône un passage de la modélisation à la distribution de l’action. Certainement un des apports français les plus subtils à un cognitivisme “rénové”, pas très éloigné non plus des idées du pôle Callon-Latour. (Remarque amusante : le titre du colloque des Cindyniques de juin 1994 : “la fonction sociale de la confiance” fut sans doute directement inspiré du titre du colloque “la fonction sociale de la nature” organisé par D. Duclos à Chantilly en 1993. Cas classique de circulation fortuite des concepts !

Autour de la “Cultural theory” et de la division sociale
des conceptions du risque

Douglas M. XE "Douglas M."  , Risk acceptability according to the social sciences, Russel Sage Foundation, 1985.

Rappelle comment les vastes mouvements de protestation dans les années soixante-dix ont amené les groupes industriels à prendre conseil auprès de spécialistes dd l’opinion, des psychosociologues, qui seront ainsi à l’origine du champ de l’analyse du risque.

Thompson P.B. XE "Thompson P.B." , Dean W.R. XE "Dean W.R." , “Competing conceptions of Risk”, Risk : Health, Safety Environment 7, 361-384, 1996.

Dake K. XE "Dake K." , “Orienting dispositions in the perception of risk : an analysis of contemporary worldviews and cultural biases”, journal of Cross Cultural Psychology, 22, 61-82 (1991).

Dake K. XE "Dake K." , Myths of nature : culture and the social construction of risk, Journal of social issues, 48, pp 21-27, 1992.

Thompson M. XE "Thompson M."  , Ellis R XE "Ellis R" . , Wildavski A. XE " Wildavski A." , Cultural Theory, Westview Press, Boulder, 1990.C’est peut-être dans ces livre que l’on trouve la présentation la plus explicite des modèles tétrapolaires de l’action sociale, selon l’école de Mary Douglas. La différence entre ceux-ci et l’approche de D. Duclos est que ce dernier transforme les matrices descriptives en dynamique explicative, fondée sur l’action humaine comme scénographie des quatre grandes orientations passionnelles (agir, vouloir,devoir, savoir).
Latour B., XE "Latour B.,"  “Suivi d’expérimentation collective : prise en compte et définition”, Annales des Mines, Responsabilité et environnement, Juillet 1997, pp. 47-52.

Latour B. XE "Latour B." , “Mixing humans and non humans together : the sociology of a door-closer”, Social Problems, 35 (3), 1993, 298-310.,

Latour B. XE "Latour B."  (Point de vue de) “Sociologie de sciences, analyse des risques collectifs et des situations de crise. Séminaire du programme Risques Collectifs et Situations de Crise, Actes de la première séance, Ecole des Mines de Paris XE "Ecole des Mines de Paris" , 15 Novembre 1994.

La position du sociologue-anthropologue des sciences, professeur à l’école des Mines est, jusqu’à sa rencontre avec O.Renn, en 1998, le mérite d’être claire et entière : pour lui, le risque n’est pas alors un concept parce qu’il ne s’oppose à rien (il n’a pas de contraire, car la sûreté n’existe pas : elle n’est que repport et déplacement de la rencontre fortuite), et la crise a pour contrepartie non pas la maîtrise, comme le pense son collègue et concurrent Patrick Lagadec, politologue de l’école polytechnique, mais la routine. Pour Latour, la vie entière n’est faite que de risque, d’intervention, d’avancée des acteurs dans l’indéterminé, et la position moderne (qu’il attribue par exemple à Philippe Roqueplo XE "Roqueplo" ) en cherchant désespérément à séparer le fait du jugement, la nature de la décision humaine, a pour très grand inconvénient de durcir des antagonismes, et certes pas à faire progresser le collectif humain-non humain. Latour se réclame explicitement d’une position sociotechnique, mais dans un monde où la complexité est exactement l’envers du “compliqué”, c’est-à-dire, de l’effet de la position moderne qui consiste à linéariser dans le temps les difficultés, à débobiner la complexité (dand laquelle une population de babouins se débrouille mieux que nous) pour en faire un labyrinthe de situations simples successives. Latour s’intéresse aux “symétries”, c’est-à-dire aux heuristiques en débat concret autour d’une controverse (par exemple : utiliser un code ou recourir à une clef matérielle). Dans toute symétrie de ce type il n’y a pas moins de risques (par exemple d’oubli) d’un côté que de l’autre, mais ce sont à chaque fois des genres différents de risques. Pour lui “la séparation entre la sûreté qui serait du côté des objets, et l’incertitude -ou la représentation, l’imaginaire- qui serait du côté des humains ne tient pas. Finalement, on peut considérer que la sociologie des sciences et des techniques, c’est vingt ans d’activité pour “bulldozer” cette oppposition classique entre risque en soi et risque représenté.” (p 22). Latour explicite aussi la stratégie offensive de son point de vue à propos des recherches sur la “construction sociale du risque”, qu’il considère comme trop timides : “la construction sociale, n’est jamais que la moitié , plutôt la quatre-vingt-douzième partie des projets techniques. C’est la position des sciences humaines telle que les ingénieurs l’imaginent. C’est-à-dire la couleur du téléphone, une fois que tout est en place ! Cette situation de strapontin de la sociologie m’a toujours paru indigne des sciences sociales. Nous avons donc développé comme méthode, comme déontologie, l’idée que, puisqu’on veut nous limiter au strapontin, nous allons étudier le centre !” (p. 30.)












II. BIBLIOGRAPHIE SUR
LES SCIENCES SOCIALES
ET LE RISQUE TECHNOLOGIQUE

Bibliographie thématique,

Liste des ouvrages par ordre alphabétique d’auteurs

et Index

Préambule à la troisième édition


Structure de la bibliographie



Cette bibliographie générale actualisée sur les sciences sociales et le risque industriel est structurée en quatre domaines que nous avons nommés :
I. les pratiques de danger et de risque,
II. Imputation et jugement des actes risqués,
III. les choix collectifs de risque,
IV. Contrôle du risque.

La justification de cette partition est à la fois empirique et théorique : empiriquement, on constate que les ouvrages et articles tendent à se regrouper en “débats” dans l’espace et le temps. Leurs titres et leurs problématiques se répondent autour d’objets privilégiés.
Pour la justification théorique de ce classement, nous renvoyons le lecteur au guide analytique joint au présent document. Disons seulement ici que les mots-clefs sont choisis d’une part en fonction de leurs relations mutuelles (voir schéma ci-dessous), et d’autre part en sélectionnant des concepts qui ne sont pas trop détournés par l’usage dominant chez les acteurs : nous avons préféré “contrôle” à “gestion” ou à “politique”, qui apparaissent des sous-ensembles du contrôle; nous avons préféré “choix collectifs de risque” à “perception”, car celle-ci nous paraît être un sous-ensemble des choix exercés dans le cadre des débats collectifs, et nous avons préféré “imputation et jugement” plutôt que “responsabilité” qui est déjà un concept moral et juridique, etc. C’est au prix d’un tel travail de distanciation sur les mots-clefs, qu’une bibliographie échappe à la compilation plate, au pire insignifiante et au mieux vectrice de l’idéologie commune en vigueur.





L’ordre de présentation des domaines (symbolisé par les flèches, sur le schéma) n’est pas tout-à-fait arbitraire, si l’on prend au sérieux l’idée d’une dynamique historique (récurrente) du débat humain sur le risque :
I. Les pratiques reviennent toujours en tête parce qu’elles ont directement rapport avec le côté énigmatique du fait, jamais épuisable et toujours “perdu”, même pour le plus scrupuleux des REX (“retours d’expérience”).
II. Ensuite, on cherche généralement (c’est toute la tradition de “la faute”) à trouver un agent (individuel ou collectif, voir humain ou matériel) auquel imputer un “acte” (le risque comme acte).
III. Puis, devant les excès de la dénonciation d’une menace ou de son auteur, on met la chose en débat politique (cette politique pouvant être celle des acteurs internes d’un CNPE, par exemple), et l’on s’aperçoit que le risque dépend en partie de la façon dont on le “construit” collectivement, ainsi que la définition des rôles qui en découlent.
IV. Enfin, le débat s’avérant interminable, on passe la main à ceux qui, s’appuyant sur un certain refus partagé de l’angoisse, prétendent “solder l’affaire” par des méthodes contrôlant aussi bien le fait que l’acte et que le débat lui-même.

On peut supposer que la gestion étant toujours décalée par rapport à l’action, cette dernière fait à nouveau irruption (IV vers I), bouclant ainsi un cycle de sens. Bien entendu le débat réel ne se réduit pas à une simple rotation entre ces quatre moments : il est permanent et fonctionne par chassés-croisés multiples entre les domaines. Mais il est bon de garder à l’esprit que les “cadres sociaux” du sens visant à la simplicité, le scénario décrit ci-dessus peut être assez souvent vérifié.

Domaine I : Pratique des dangers et des risques.

Nous partons de études a posteriori XE "a posteriori"  de l’accident réellement survenu (aussi bien celui du travail -aux références plus classiques- que celui du fonctionnement, de l’accident individuel que de l’accident organisationnel ou systémique, majeur, catastrophique ou désastreux) et de l’accidentologie (registre commenté des accidents technologiques importants), qui est l’ancêtre de l’analyse des accidents. Nous avons ensuite accordé une large place à la description de ce que nous nommons les “accidents canoniques”, devenus références universellement citées, parce que leurs leçons n’en sont toujours pas épuisées, et que le nombre d’ouvrages et d’articles qui leur ont été consacrés, parfois d’une manière rituelle ou dans un but médiatique, ne préjuge pas de l’émergence tardive d’une bonne interprétation rétroactive. L’intérêt de cette mémoire des accidents est de conserver l’état de perplexité native face à l’événement, avant toute réduction herméneutique, judiciaire ou technique. Son inconvénient est de ritualiser la remémoration, ce qui empêche à l’évidence d’être disponible à l’accueil d’événements nouveaux, dont la survenue se frayera un chemin par des voies inédites.

Nous déplaçant du passé vers l’avenir possible, nous passons ensuite à l’analyse des dangers et des risques a priori : celle-ci se groupe spontanément en deux grandes rubriques : le risque pour l’homme au travail (sécurité). La catégorie semble tenir le coup malgré les langages gestionnaires qui déconstruisent le concept de travail et celui de métier, pour y substituer des lexiques de la liturgie (la “charge” d’affaire correspond à la “liturgia” romaine) et de la croyance (“projet”, etc.) Il se distingue en tout cas nettement du risque pour les choses, et surtout pour les choses dont le danger peut devenir catastrophique (pour l’homme en général) si elles sont mal contrôlées, telles les installations industrielles. C’est le risque “sûreté”.

A l’intérieur de cette importante rubrique, on observe un “hologramme” de la structure globale de la bibliographie : en effet, le champ des études de risque se diffracte nettement en quatre pôles “homotopiques” des quatre domaines : celui des pratiques de risque ou de sûreté (culture de sûreté, savoir-faire de prudence, etc.) part des situations concrètes sans recherche de moralisation. Autant que faire ce peut, on y évite de recourir au concept de “fiabilité” (qui suscite immanquablement la suspicion d’une “défaillance”) ou a fortiori à la notion euphémisée et statistifiable de “facteur humain” (facteur de quoi ?). Un second domaine, massif, est celui des imputations à l’homme du risque par “erreur”, par émotion, par intention négative, etc. Dans un troisième pôle, on tente de moduler cette imputation au fond accusatrice (même sous les formes les plus techniques) en l’élargissant à l’organisation et au management (la méthode M.O.R.T en est un exemple au niveau des méthodes logiques d’analyse), voire à la politique. Enfin, un dernier pôle correspond au gommage des oppositions homme-machine à travers l’idéal de l’ajustement systémique, ou du collectif hybride .

On distingue certes, trop aisément d’ailleurs, les méthodes quantitatives probabilistes, et les méthodes qualitatives, et parmi ces dernières, on peut encore opposer les orientations formalisantes (guides mnémotechniques ou check-lists, systèmes experts, manuels) aux orientations “herméneutiques” (interprétatives) des situations. Mais cette opposition simple (mais intellectualisante) formel-herméneutique (ou système-monde vécu, pour reprendre les catégories de Habermas) n’a pas de réelle autonomie : loin de dominer tout le champ (sauf superficiellement), elle semble toujours “au service” de la dynamique à quatre pôles : pratique, jugement, organisation, système.

Domaine II. Imputation et jugement des actes risqués.

Nous passons ensuite au deuxième domaine : celui de la constitution du risque en acte imputable et jugeable (“risk as a forensic resource”, comme le dit Mary Douglas). Nous nous sommes contentés ici de quelques lectures significatives ou symptômatiques, car les sciences juridiques sont intarissables sur la question de la faute et de la responsabilité, et semblent se vouer à l’être tout autant quant aux “nouveaux” principes de précaution et de prudence, et à la possibilité de pénaliser la personne morale. C’est cependant un domaine indispensable pour comprendre l’évolution actuelle de la logique globale du traitement du risque, et nous n’oublierons pas qu’il manifeste son influence sur notre champ par le biais des rubriques précédentes sur le facteur humain et sa “faute” originelle. L’importance du côté judiciaire voire pénal reviendrait aujourd’hui au premier plan, via un symptôme repéré par Hubert Seillan : l’emploi du mot “danger” fait retour en force, laissant le “risque” en second rôle. (A la différence du risque, le danger ne se calcule pas ; il est de l’ordre d’une menace existante ou non; si elle existe, le droit à l’erreur n’a pas de sens. Une fois perçu, le danger met celui qui s’y expose en situation fautive, alors que le risque “perçu” laisse de la place à l’évaluation des chances de réussite).

Domaine III : Choix collectifs du risque.

Ensuite, intervient le débat public au cours duquel, en modifiant la représentation du monde des citoyens (ou des jurés, si on se représente ce débat comme un procès), on parvient à des conceptions radicalement différentes de l’acte risqué, de sa “justiciabilité”, mais d’abord de sa consistance, et de sa réalité. On pourrait croire ce domaine extérieur au champ des pratiques du risque de sûreté. Il est vrai que nombre d’exemples sont pris dans l’actualité politique, à propos de problèmes d’environnement, et mettant aux prises des acteurs comme les médias ou les mouvements écologistes. Mais l’effort de transposition dans l’entreprise peut être utile : même si la prévalence hiérarchique y brouille passablement la question de la démocratie, il n’en demeure pas moins que dans des collectifs d’échange, de délibération, de décision, de coordination, de travail, s’y forment ou s’y maintiennent constamment. Dès que ces collectifs (même éphémères) se constituent, ils ont affaire à tous les problèmes des choix publics : publicité des informations, transposition de “la réalité” dans des cadres conventionnels organisant la perception, négociation de ces cadres perceptifs, modification des critères de jugement des actes, etc.

Nous avons également structuré ce domaine en quatre rubriques principales, réflétant une dynamique homologue :

- Construction sociale du risque

La construction sociale du risque est le concept “réaliste” du point de vue du sociologue, car le relativisme n’est pas sa philosophie mais son objet. Cette construction est caractérisée par des pratiques d’élaboration et de changement de “scénographies” collectives (Ce que les gens perçoivent très bien quand ils disent “le climat de l’entreprise a beaucoup changé”, ou : “ce n’est plus dans l’air du temps”). Or c’est seulement une fois installées ces scénographies que l’on peut, par exemple, parler de “perceptions”.

-Identification/ imputation des risques
Ces perceptions semblent être mieux cernées à l’intérieur de la catégorie : “identification-imputation” des risques. On ne perçoit en fait que ce que l’on désigne, et cette action de désignation n’est pas séparée d’une imputation (pas de risque sans acte risqué, et pas d’acte sans acteur). L’impression de réel se déploie à l’intérieur de ce découpage et de cette “mise en sens”.

-Débat public et controverse sur le risque.

Cette troisième rubrique est la mise en discussion des identifications et des imputations. S’y rajoute le volet très important de l’acceptation ou du refus du risque. Il s’agit bien ici de positions irréductibles de l’opinion (comme on dit des membres d’un jury populaire qu’ils jugent en “leur âme et conscience”) . Bien évidemment, parmi ces positions irréductibles figure en bonne place celle qui considère que la science doit fonder la base des jugements, au delà de “l’âme et conscience”. Mais, tant que le débat public n’est pas déligitimé en lui-même, c’est bien ce principe qui continue à prévaloir.

-Appréciation/évaluation

Ce que les économistes du risques (tels en France J.Lochard XE "Lochard"  et J.P.Moatti XE "Moatti" ) avaient appelé “l’acceptabilité” ne relève d’après nous que d’une appréciation-évaluation au sens strict, c’est -à-dire de la “mise à prix” ou de la “mise en valeur” du risque, celles-ci apparaissant dans le champ du débat public l’équivalent de la formalisation de contrôle dans les études techniques. On propose, dans les deux cas, de passer d’un débat interminable à un “solde”, définitivement réglé. Cette conviction s’avance vers une déception probable, car il est hasardeux de penser qu’on peut imposer au débat une “pensée unique” ou un métalangage économique englobant toutes ses divisions (le pendant “coût/avantage du “oui/non” des arbres de décision).

Domaine IV. Contrôle du risque

Le quatrième domaine, celui du contrôle du risque proprement dit, est caractérisé par l’approche normative et prescriptive : tout ce qui y est énoncé l’est dans un projet positif, voire combatif, mais englobant, anticonflictuel et résolutif. On y retrouve cependant la modulation de nuances qui permet d’y retrouver le tétrapôle structurel (du schéma précédent).

-Le savoir (risque comme information)

Il faut partir, cette fois, non de l’action elle-même, mais du savoir qui permet l’efficacité et la fiabilité. D’où la première rubrique : le savoir (le risque comme information) qui porte aussi bien sur le passé, le présent et l’avenir (savoir dont le système expert serait en fin de compte garant, par sa capacité d’autoalimentation, et de correction).

-Constituer l’acteur rationnel (le risque comme conduite modifiable)

Dans cette deuxième rubrique du contrôle, on vise à discipliner le “facteur humain” dans le modelage des conduites individuelles et collectives sur les grilles logiques et terminologiques soutenant le savoir : on cherche à obtenir que les agents se comportent en virtuoses d’un solfège valant aussi bien pour le diagnostic que pour l’activité de fonctionnement, solfège directement traductible en langage-machine (celui des systèmes experts “d’aide” à la décision ou à l’opération, par exemple).

-Maîtriser, gérer les risques (le risque comme problème)

La troisième rubrique est l’action organisée et dirigée sous l’égide de la gestion (Gérer, Maîtriser : le risque comme problème) Celle-ci se présente comme simple orchestration (pour rester dans la métaphore musicale) et jamais comme domination. Il s’agit pourtant d’une position de “gouvernance” de plus en plus incontestable, à partir de laquelle “scripts” et “procédures” tendent à s’équivaloir, la frontière entre le prescriptif et le cognitif tendant à s’effacer.

-Légitimer la gouvernance : le risque comme justification

La quatrième et dernière rubrique rassemble des contributions ayant pour objet commun de légitimer a posteriori savoir, constitution des agents et gouvernement d’activités (et non a priori comme dans les jugements kantiens fondant la politique). Il ne s’agit plus de débat public mais de “communication”, plus d’échange d’opinions mais de “style de management participatif”.

En fin de bibliographie, le lecteur pourra trouver, sous l’intitulé “approches de dynamique culturelle du risque” les travaux de l’auteur de la présente bibliographie, rendant compte de la problématique utilisée pour la présentation des domaines du risque. Les travaux de la “Cultural Theory” anglo-saxonne, autour de Mary Douglas XE "Douglas" , y sont également mentionnés car elles sont les plus proches de notre démarche (recours à des topiques tétralogiques de la dynamique culturelle) et nous travaillons en dialogue constant.

Mode d’utilisation de la base bibliographique

La base peut être utilisée de façon classique :
-par le classement alphabétique des auteurs à l’intérieur de chapitres thématiques généraux ou des sous-thèmes (voir sommaire)
-par les index situés en fin :
1. Noms d’auteurs et d’institutions.
2. Matières.

(Dans la version électronique, tous les noms d’auteurs et d’organismes sont indexés. L’index “matières” n’est pas superposable car il a nécessité la copie d’une seconde version).

Pour explorer la base de manière raisonnée, il a été par ailleurs construit un système de repérage problématique (par équipe ou école, par angle d’approche théorique, choix de méthode, etc.) que nous avons appliqué aux principaux auteurs, ouvrages et articles. Ce cadre, déjà testé dans plusieurs travaux sur le risque technologique, est présenté -ainsi que son mode d’emploi- dans le “guide analytique” joint à la base bibliographique. La “cartographie” des problématiques ainsi proposée (sans préjuger d’autres lectures possibles) est formée par un espace tétrapolaire sous-jacent à celui utilisé pour le sommaire bibliographique, et où les discours de “risquologie” tendent le plus souvent à se situer : le factualisable, l’identifiable, le jugeable, le formalisable. Cet espace de concepts philosophiques simples permet de rendre compte d’une “dynamique culturelle” des rapports au risque.

Evolution de la bibliographie et relation aux autres bases

Chaque mois apportant sa moisson de nouveautés, le travail bibliographique proposé ici ne vivra que s’il est constamment réenrichi et élargi aux littératures étrangères, certainement moins systématiquement exploitées au départ.

S’il devait constituer l’amorce d’une base entretenue, je conseille de se référer, pour en prendre modèle, à l’excellent outil multi-entrées créé par Alexandre Nicolon XE "Nicolon" , la “Revue bibliographique : Environnement/Sciences sociales”, produit par l’unité de documentation et de liaison sur l’écodéveloppement (UDLE XE "UDLE" ) du CNRS XE "CNRS" , qui tient d’ailleurs compte assez fidèdlement des entrées “risque”, et “risque technologique” (43 entrées pour le seul n° 16-17 de juin-décembre 1997) . Il est aussi important de se nourrir des apports bibliographiques réguliers de la revue Préventique-Sécurité, publiée par Hubert Seillan XE " Seillan"  à Bordeaux.

Denis Duclos

DOMAINE I (Tychè): PRATIQUES DE DANGER ET DE RISQUE, FAITS ACCIDENTELS

Le risque “au passé” : Accidents et catastrophes
Incidents, presqu’accidents (“near miss”) et précurseurs

Cooke R.M XE "Cooke R.M"  et alii, Accident sequence precursor methodology, Technische Universiteit, Delft XE "Technische Universiteit, Delft" , 1987.

Dumaine J. XE "Dumaine J."  “Analyse des “quasi-accidents”, Méthode Usinor XE "Usinor" -INRS XE "INRS" , Informations Sécurité-Usinor, Octobre 1977.

Van der Schaaf TW XE "Van der Schaaf TW" . (ed) Lucas D XE "Lucas D" A.; (ed), Hale A. R. XE "Hale A. R."  (ed) Near miss reporting as a safety tool. Butterworth-Heinemann, Oxford, 1991.

Mathieu D. XE "Mathieu D." , “Accident ferroviaire XE "Accident ferroviaire"  impliquant un wagon de 50 tonnes de propane commercial XE "propane commercial"  (Lavera XE "Lavera" , 28 Nov 2000, (déraillement, renversement, pas de fuite, évacuation de 700 personnes); Préventique-sécurité, n° 57 Juin 2001; pp 24 -30


Accidents du travail

Canoui P XE "Canoui P" , Mauranges, A. XE "Mauranges, A." , Le syndrome d’épuisement professionnel XE "épuisement professionnel"  des soignants, Masson, 2001.

Charbonnier J. XE "Charbonnier J." ,L'accident du travail, et le management de la prévention, Editions Hommes et techniques, 1980.

Cheysson E. XE "Cheysson E." , "Les accidents du travail", Revue de prévoyance, 1899.

CNAMTS XE "CNAMTS" ," Statistiques nationales d'accidents du travail, 1980, à 1995.

CNPF XE "CNPF" , 1972-1982: les accidents du travail, Paris, 1984, pp. 41-44.

Cusey R. XE "Cusey R." , Zéro accident, comment lutter contre les accidents de travail, ed Odilon Média, 127 rue Amelot, 75011 Paris, 1996.

Dassa S. XE "Dassa S." , Maclouf P. XE "Maclouf P." , Sociologie des accidents du travail, rapport CNAM XE "CNAM" , Paris, 1978. 183 p.

Defert D XE "Defert D" ., Donzelot J. XE "Donzelot J." , Ewald F. XE " Ewald F." , Histoire des transformations politiques et juridiques qui ont permis la législation du risque professionnel, Travaux du Collège de France, Paris, 1977.

Dodier N. XE "Dodier N." , “Les accidents du travail : innovation technique et jugement moral.”, Revue Française de sociologie, vol XXXV-2, Avril-Juin 1994, pp. 251-281.

Faverge J.M XE "Faverge J.M" ., Les accidents du travail”, in Traité de pychologie appliquée XE "Traité de pychologie appliquée" , tome 3, Paris, PUF, 1972.

François M. XE "François M."  Liévin D. XE "Liévin D."  “Approche des risques professionnels des travailleurs intérimaires”, ND 1588-124 1986, INRS XE "INRS" , Paris.
François M. XE "François M." , Liévin D. XE " Liévin D." , “Politique d’accueil et accidentabilité des salariés intérimaires, Etude dans trois entreprises, Performances humaines et techniques, sptembre 1995, n° 78, pp. 5-14.

Gardin B. XE "Gardin B." , "Comment dire la mort d'un travailleur?," Mots, n°14, 1987, p 149-169.

Hélis P., “La sécurité et la rupture du contrat de travail, Préventique sécurité, n° 57 juin 2001, pp 31-35

Juffé M., XE "Juffé M.,"  A Corps perdu,: L'accident du travail existe-t-il ?, Le Seuil, Paris, 1980.

Lenoir R. XE "Lenoir R." ,"La notion d'accident de travail, un enjeu de luttes", Actes de la recherche en Sciences Sociales, N° 32-33, Avril-Juin 1980, pp. 77-88.

Lert F. XE "Lert F." , Thebaud A XE "Thebaud A" ., Dassa S. XE "Dassa S." , Goldberg M. XE "Goldberg M."  ( XE "INSERM" ), "La pluridisciplinarité dans la recherche en santé publique.L'exemple de l'accident et de la sécurité au travail." Revue d'épidémiologie et de santé publique, Vol 30, n° 4, 1982.

Mancy J.P. XE "Mancy J.P." , "Interventions extérieures sur un site industriel et accidents du travail. Etude comparative des accidents survenus aux différentes catégories de travailleurs intervenus sur un même site". Travail et emploi, 18 déc 1982, pp. 71-81.

Monteau M. XE "Monteau M." , Pham D., XE "Pham D.,"  (INRS)"L'accident du travail: évolutions des conceptions", in C.Levy-Leboyer C., Spérandio J.C., Traité de psychologie du travail, Paris, PUF, 1987, pp. 703-727.

Patureaux B. XE "Patureaux B." , Les accidents douteux ou abusifs, Aerospatiale, Marignane, (polygraphié), 1977.

Plawner M. XE "Plawner M." , Les accidents du travail de la main d'oeuvre féminine dans diverses branches d'activité économique, Thèse de Troisième cycle, Paris VIII, 1982.

Rohan P.C. XE "Rohan P.C." , Brody P. XE "Brody P." , "Fréquence et coûts des accidents du travail en Amérique du Nord, entre 1971 et 1980," Travail et Société, vol 9 n°2, avril 1984, p. 179.

Sinclair U. XE "Sinclair U."  ,The Jungle, Bentley, Cambridge, 1971 (première édition, 1904).


Défaillances de systèmes

Bigneil V. XE "Bigneil V." , Fortune J. XE "Fortune J." , Understanding Systems Failures, Manchester University Press, The Open University, Manchester, 1984.

CNPP XE "CNPP" -AFNOR XE "AFNOR" , Les accidents technologiques, Paris, 1988.

Drabek T.E. XE "Drabek T.E." , Human System XE "System"  Responses to disasters XE "disasters" , an inventory of sociological findings, New York, Springer-Verlag, 1986

Hoffman F.L. XE "Hoffman F.L." , "Industrial accidents", Bulletin of the Bureau of Labor, Septembre 1908.

Maes. M XE "Maes. M" ,"Le risque industriel majeur", C.P.E. Cahier n°72, Juillet 1986.

Perrow C.  XE "Perrow C. " “Accidents in High-Risk Systems”, Technology Studies, Vol. 1, N° 1, 1994, pp. 1-20.

Perrow C. XE "Perrow C."  “The limits of safety : the enhancement of a theory of Accidents”, Journal of Contingencies and Crisis Management, Vo. 2., n° 4, pp. 212-220.

Perrow C XE "Perrow C" .,Normal Accidents, Basic Books, New York,1984.

Reason J.T.  XE "Reason J.T. " “The age of the organizational accident”, Nuclear Engineering International, July 1990, pp. 18-19.

Rochlin G XE ""  XE "Rochlin G.i." , “Iran Air Flight 655 and the USS Vincennes : complex, large-scale military systems and the failure of control”, in La Porte T.D., (ed.) Social response to large technological systems : control or anticipation, Norwell, Kluwer Academic Publishers, 1991.

Rochlin G XE ""  XE "Rochlin G.i." , “Broken Plowshare, System Failure and the system failure and the nuclear power industry”, 4e symposium “Dynamiques de grands systèmes techniques, Vadstena, Suède, 8-12 Août 1992.

Catastrophes, désastres

i.Anderson Mary B.; et Peter J. Woodrow XE "Woodrow" . Rising from the ashes : Development strategies in times of disasters. Westview Press, UNESCO, 1989.

Beck, U.  XE "Beck, U. " «Le conflit des deux modernités et la question de la disparition des solidarités » dans Lien social et Politique -RIAC, 39/79,1998, p. 15-26.

Bolin, R XE "Bolin, R" . «Postdisaster sheltering and housing : social processes in response and recovery » dans Disasters, Collective Behaviour and Social Organisation, R.R. DYNES et K.J. Tierney (dir.), Newark, UDP, 1994.

Butler, David.  XE "Butler, David. " «Selected Internet Sites on Natural Hazards and Disasters » dans International Journal of Mass Emergencies and Disasters, vol. 15, n o 1 (1997), p. 197-215.

Butlon, Gregory V. XE "Butlon, Gregory V."  «What you don’t know can’t hurt you » dans Human Ecology, vol. 23, n o 2 (1995), p. 241-257.

Chaney, David XE "Chaney, David" . Fictions of Collective Life. Public Drama in Late Modern Culture. New York, Routledge, 1993.

Cohen, R. E XE "Cohen, R. E" . et F. L. ahearn. Handbook for Mental Health Care of Disaster Victims. The Johns Hopkins University Press, 1980.

Fischer, Henry W.  XE "Fischer, Henry W. " Response to Disaster : Fact Versus Fiction & Its Perpetuation : The Sociology of Disaster. Lanham, Maryland, University Press of America, 1994, 143 pages.

Green, B.L. XE "Green, B.L."  et J.D. Lindy. «Post-traumatic stress disorder in victims of disasters » dans Psychiatric clinics of North-America, vol 17, n o 2 (juin 1994), p. 301-309.

Leach, J. XE "Leach, J."  Survival Psychology. New York University Press, 1994.

Maida, XE "Maida,"  C. A. et al «Psychosocial Impact of Disasters : Victims of the Baldwin Hills Fire » dans Journal of Traumatic Stress, vol. 2, n o 1 (1983), p. 37-47.

Marx, G.T XE "Marx, G.T" . «Fragmentation and cohesion in american society » dans Disasters, Collective Behaviour and Social Organisation, R. R. Dynes et K. J. Tierney (dir.), Newark, UDP, 1994.

Neal, D. M. XE "Neal, D. M."  «Reconsidering the Phases of Disaster » dans International Journal of Mass Emergencies and Disasters, vol. 15, n" 2 (1997), p. 239-264.

Newburn, T XE "Newburn, T" . Disaster and after. London et Philadelphia, Jessica Kingsley Pub, 1996.

Oliver-Smith, A. XE "Oliver-Smith, A."  «Anthropological research on hasards and disasters » dans Annual Review of Anthropology, vol. 25 (1996), p. 303-328.

Quarantelli, E.L. XE "Quarantelli, E.L." . Disasters : Theory and Research. London, Sage Publications, 1978.

Quarantelli, E.L XE "Quarantelli, E.L" . «Basic themes derived from survey findings on human behavior in the Mexico city earthquake » dans International Sociology, vol.11, n o 4 (décembre 1996), p. 481-499.

Quarantelli, E.L XE "Quarantelli, E.L" .. Sheltering and Housing after Major Community Disasters : Case Studies and General Observations. Report presented to the Federal Emergency Management Agency, Washington D.C., janvier 1982.

Smith, S.M. XE "Smith, S.M."  «Disaster : Family Disruption in the Wake of Natural Disaster » dans Stress and the Family Volume II : Coping with Catastrophe, C. R. FIGLEY et H. I. McCUBBIN (dir.), New York , Brunner-Mazel inc, 1983.
Tienney, K.J XE "Tienney, K.J" . Crisis Intervention Programs for Disaster Victims in Smaller Communities. Washington, National Institute of Mental Health, 1979.

Ursano, R.J. XE "Ursano, R.J."  & al. Individual and Community Responses to Trauma and Disaster : The Structure of Human Chaos. Cambridge University Press, 1994.

Warheit, Georges J. XE "Warheit, Georges J."  «Proposition d’un paradigme pour estimer l’impact d’un désastre sur la santé mentale » dans L’intervention sociosanitaire dans le cadre des mesures d’urgence, volet psychosocial, Guide de formation, G. Mercier-Leblond(dir.), Québec, ministère de la Santé et des services sociaux.

Plans et situations d’urgence

Amoudru C. XE "Amoudru C." ,Pot F. XE "Pot F." , "Sécurité et catastrophes minières", Culture technique, n°11, septembre 1983, pp. 174- 187.

Bigneil V. XE "Bigneil V." , Pym. C XE "Pym. C" , Peters G. XE "Peters G." , Catastrophic failures, The Open University press, Londres, 1977.

Cazalis, Pierre XE "Cazalis, Pierre" . Quelques modèles d’organisation de la sécurité civile, analyse comparée réalisée à la demande du ministère de la Sécurité publique. Québec, ENAP, 13 avril 1998.
Chowdury, Subrata Roy XE "Chowdury, Subrata Roy" . Rule of Law in a State of Emergency. London, Pinter Publishers, 1989.

Deschênes, Michel XE "Deschênes, Michel" . Le cadre juridique applicable à l’intervention des pouvoirs publics pour la protection de la santé et de la sécurité de la population lors d’un sinistre ou d’une crise grave. Essai présenté pour l’obtention du grade de maîtrise en droit, Québec, Université Laval, Faculté de droit, décembre 1991.


i.Ercole (d’) R.;, Dollfus O. XE "Dollfus O." , “Mémoire des catastrophes et prévention des risques”, Natures, Sciences, Sociétés, vol 4, pp. 381-392.

Frier, Pierre-Laurent.  XE "Frier, Pierre-Laurent. " L’urgence. Paris, LGDJ, 1987.

Fritz C.E. XE "Fritz C.E." , "Disaster", in: Merton et Nisbet (eds.), Contemporary social problems, Harcourt, New York, 1961.

Gilbert , Claude. XE "Gilbert , Claude."  Le pouvoir en situation extrême. Paris, L’Harmattan, 1992.

Lagadec P. XE "Lagadec P." , La civilisation du risque : catastrophes technologiques et responsabilité sociale. Paris, le Seuil, 1981.

Lagadec P. XE "Lagadec P." , Le risque technologique majeur, Paris , Institut d'Etudes Politiques, Paris 1979, publiée chez Pergamon, Collection Futuribles, Paris 1981.

Lagadec P. XE "Lagadec P." , "Le risque technologique majeur et les situations de crise", Annales des Mines, Aout 1984.

Lagadec P. XE "Lagadec P." , Défaillances technologiques et situations de crise: la catastrophe de San Juan Ixhuatepec, Mexico, 19 décembre 1984, Laboratoire d'Econométrie de l'Ecole Polytechnique, Paris, 1985.

Lagadec P.  XE "Lagadec P. "  Etats d'Urgence, Seuil, Paris, 1988.

Medvedev Jaurès XE "Medvedev Jaurès" , Désastre Nucléaire en Oural, ISOETE Document, Paris, 1988.

Nicolet J. XE "Nicolet J." Carnino L.A. XE "Carnino L.A." , Wanner J.C. XE "Wanner J.C." , Catastrophes? non merci !, la prévention des risques technologiques et humains. Masson, Le Nouvel Ordre Economique, Paris, 1989.

Ora Jaime XE "Ora Jaime" . Human Rights in State of Emergency in International Law. Oxford, Clarendon Press, 1992.

Quarantelli E.L. XE "Quarantelli E.L." , Evacuation behavior, case study of the Taft, Lousiana, Chemical tank explosion incident, final report for the Federal Emergency Management Agency, Disaster Research Center, Ohio State University, 1984.

Questiaux, N XE "Questiaux, N" . Study of the Implications for Human Rights of Recent Developments Concerning Situations known as State of Siege of Emergency. UN Doc E/CN 4/Sub 2/1982/15, 27 July 1982.

Rosenthal, Peter XE "Rosenthal, Peter" . «The New Emergency Act : Four Times the War Measures Act “ (1991) 20 Man. L.J. 563.

Stemmelen H. XE "Stemmelen H." , "Une catastrophe technologique au XIX e siècle à travers le journal "Le Temps", Culture technique, n° 11, septembre 1983, pp. 309-315.

Turner B.A XE "Turner B.A" , Pidgeon N.F XE "Pidgeon N.F" ., Man-made disatsters, Butterworth Heinemann, Oxford, 1997

Weinrib, Lorraine E XE "Weinrib, Lorraine E" . «Situations of Emergency in Canadian Constitutional Law» dans Rapports canadiens au congrè international de droit comparé ñ Montréal. Cowansville, Editions Yvon Blais inc., 1990.


Le verglas de 1998 au Québec


Admirat, P.  XE "Admirat, P. " and Lapeyre J.L. XE "Lapeyre J.L." , 1988. Theoretical Study and Experimental Verification of the Torsion of Cables Subjected to Moment Densities. Proceedings of the 4 th International; Workshop on Atmospheric Icing of Structures, Paris, Electricité de France (EDF), pp. 324-329.

Comité d’esperts mandatés par le conseil d’administration d’Hdro-Québec XE "Comité d’esperts mandatés par le conseil d’administration d’Hdro-Québec"  Comité Warren). Rapport sur la tempête de verglas de janvier 1998. juillet 1998, 39 pages.

Communauté urbaine de Montréal XE "Communauté urbaine de Montréal" , Rapport sur les mesures de sécurité civile de la communauté urbaine de Montréal face à la tempête de verglas de janvier 1998. 1998, 36 pages.

Denault, Pierre M XE "Denault, Pierre M" . Lettre envoyée à la Commission, 28 août 1998. Galiana, F.D., Y. Gervais et T. Wildi. Rapport sur le réseau de transport d’Hydro-Québec. Hydro-Québec, avril 1989.

Ecole nationale d’administration publique., XE "Ecole nationale d’administration publique.,"  Québec, Rapport de debriefing de l’Organisation de Sécurité civile du Québec suite à la tempête de verglas de janvier 1998. Québec, 1998, 66 pages.

Eliasson, A.J XE "Eliasson, A.J" . et E. Thorstein. Wet snow icing combined with strong wind ñ field inspections and field measurements. Comptes rendus du 7 e Congrès international sur le givrage atmosphérique des structures, Université du Québec à Chicoutimi,1996, p. 131-136.

Hogue, Clarence XE "Hogue, Clarence" , André Bolduc et Daniel Larouche XE "Larouche"  XE "Bolduc et Daniel .i.Larouche" . Québec, Un siècle d’électricité. Montréal, Editions Libre Expression, 1979, 406 pages.

Jones, K. XE "Jones, K."  et N.D. Mulherin. An Evaluation of the Severity of the January 1998 Ice Storm in Northern New England. Report to FEMA Region 1, Cold Regions Research and Engineering Laboratory, New Hampshire, 1998, 67 pages.

Laflamme, J.N.  XE "Laflamme, J.N. " et G. Periard. The climate of freezing rain over the Province of Québec in Canada : a preliminary analysis. Comptes rendus du 7 e Congrès international sur le givrage atmosphérique des structures, Université du Québec ‡ Chicoutimi, 1996.

Laforte, J XE "Laforte, J" .L., M.A. Allaire XE "Allaire"  et J. Laflamme. XE "Laflamme."  «State-of-the-art on power line de-icing » dans Atmospheric Research,

Milton, J XE "Milton, J" . et A. Bourque. Compte-rendu climatologique de la tempête de verglas de janvier 1998 au Québec. Environnement Canada, Division des sciences atmosphériques et enjeux environnementaux, Région du Québec, septembre 1998, 87 pages.

Régie régionale de santé et des services sociaux de la Monteregie.  XE "Régie régionale de santé et des services sociaux de la Monteregie. " Rapport d’intervention : Opération Verglas/janvier 1998. Régie régionale de la santé et des services sociaux de la Montérégie, mai 1998.

Standard & Poor’s DRI XE "Standard & Poor’s DRI" . La tempête de verglas de 1998 : l’incidence économique des règlements de sinistres par l’assurance incendie, accidents, risques divers. Etude préparée pour le Bureau d’assurance du Canada, septembre 1998, 16 pages.

Conseil canadien des accidents industriels majeurs. XE "Conseil canadien des accidents industriels majeurs."  Principes directeurs pour un processus conjoint municipal et industriel de préparation aux mesures d’urgence. Ottawa, 1993.

Ministère de la Sécurité publique XE "Ministère de la Sécurité publique" , direction de la Sécurité civile, “ Opération verglas XE "verglas" , chronologie des événements relatifs à la tempête de verglas survenue du 5 au 9 janvier 1998”. Québec, , 1998, 53 pages.

La tempête XE "tempête"  de Décembre 1999 en France
.
i.IFOP; pour EDF XE "EDF"  : Les français jugent EDF après les intempéries XE " intempéries" . 3 vagues d’enquête, 2000 (Etude à demander auprès du client)
Dupont Gaëlle XE "Dupont Gaëlle" , “Tempêtes de 1999 : un rapport ppointe les insuffisances du système de secours. “, Le Monde 20 Décembre 2000

Gallois D. XE "Gallois D."  “ Pour EDF, au delà des urgences, l’ensemble du réseau est à réorganiser”, le Monde, 13 Janvier 2000.

Brugidou M. XE "Brugidou M." , Cihuelo J, XE "Cihuelo J,"  Meynaud H.Y, XE "Meynaud H.Y,"  Tempête sur le réseau : les électricien(ne)s en 1999, L’Harmattan Paris, 2001

Bourdier J.P. XE "Bourdier J.P." , Bilan Intempérie, Rapport d’expérience, EDF, Juin 2000

EDF-GRETS  XE "EDF-GRETS " “Séminaire du GRETS, journée du Vendredi 26 Janvier 2001 à l’hôtel de l’Industrie, Paris, (document de présentation des conférences).

Hedera XE "Hedera"  , Les tempêtes de décembre 1999, Enquête auprès des élus, des professionnels et des particuliers, EDF direction de la communication, 2000

Rodulfo J., XE "Rodulfo J.,"  Etude qualitative EDF Tempêtes, 18 janvier 2000 (doc interne)
L’Erika ( 11 Décembre 1999)
Le Corre J, XE "Le Corre J,"  Chronique d’un désastre annoncé, Apogée, Rennes, 2000

Lille F. XE "Lille F."  Pourquoi l’Erika a coulé, L’esprit Frappeur, Paris, 2000

Grosrichard F. XE "Grosrichard F."  “La corrosion généralisée de l’Erika a provoqué son inéluctable cassure et son naufrage”, Le Monde, 19-12-2000.

Après l’urgence

Lochard J. XE "Lochard J." , Pretre S. XE "Pretre S." , “Return to normality after a radiological emergency”, Health Physics, vol 68, n° 1, 1995.

Accidentologie : bases de données, et typologies

Andurand R. XE "Andurand R." , “accidentologie”, Préventique-Sécurité,.n° n°19, 1996 p 55.

Andurand R. XE "Andurand R." , "Dix ans d'expérience en sûreté chimique," Informations Chimie, n°264/265, Aout-Septembre 1985.

Andurand R XE "Andurand R"  (IPSN XE "IPSN" ), “Mémorial de accidents”, Préventique-sécurité, n° 19, Février 1995.

Callens S. XE "Callens S." , “Un siècle d’accidents d’automobile”, Risques, n° 20, Octobre-Décembre 1994, pp. 101-112.

Dumaine XE "Dumaine"  J, Fiabilité globale, accidentologie et ergonomie dans la gestion de production, Usinor XE "Usinor" , document technique, 1981.

Fleury D XE "Fleury D" , Fline C. XE "Fline C." , Peytavin J.F. XE "Peytavin J.F." , Les accidents de poids lourds : analyse du dossier de l’EDA, Recherche, transport et sécurité, juin 1987, pp31-39.

Pineau J.P. XE "Pineau J.P." , Keller A.Z XE "Keller A.Z" , Initial assessment of strengths and weaknesses of current accident data bases (ARIA XE "ARIA" , MHIDAS XE "MHIDAS" , FACTS XE "FACTS" , MARS XE "MARS" ), séminaire ESReDA XE "ESReDA" , JRC ISPRA (Italie), 13-14 Oct 1994.

Enquêtes d’accidents, cas d’analyse d’accidents

INERIS XE "INERIS" .Michaëlis P. XE "Michaëlis P." , Hodin A. XE "Hodin A." , Lechaudel J.F. XE "Lechaudel J.F." , Etudes de VCE (Vapour Cloud Explosions) sur St Herblain (1991), Brenham (1992, La Mède (1992). XE "VCE (Vapour Cloud Explosions) sur St Herblain (1991), Brenham (1992, La Mède (1992)." 

Lechaudel J.F. XE "Lechaudel J.F." , Mouilleau Y XE " Mouilleau Y" ., “Assessment of an accidental Vapour Cloud Explosion. A Case Study : St Herblain, 7 Octobre 1991, France, Loss prevention and safety promotion in the process industries, 6-9 Juin 1995.

Mavrothalassistis G. XE "Mavrothalassistis G." , Mejean P. XE "Mejean P." , “Methods applied to investigate the major UVFC that occured in the TOTAL refinery’s fluid catalytic cracking unit at La Mède”, France, Loss Prevention and Safety Promotion in the Process industries, Anvers, 6-9 Juin 1995.

Fagot-Largeault A. XE "Fagot-Largeault A."  Les causes de la mort; histoire naturelle de facteurs de risque, Librairie philosophique J. Vrin, Paris, 1989.

Noc XE "Noc"  Rapport sur des incidents de l’été 1989 à Dampierre et à Gravelines, Juin 1990.

Wagenaar W.A XE "Wagenaar W.A" ., Groeneweg J. XE "Groeneweg J."  “Accidents at sea : multiple causes and impossible consequences”, International journal of Man-Machines Studies, vol. 27, 1987, pp. 587-598.


Mémorial accidentologique : récits sur les accidents “canoniques” et scénarios de référence

Crash du DC 10 de la Turkish Airlines (Ermenonville, 1976.

Boisjoly R.M. XE "Boisjoly R.M." , “Ethical decisions. Morton Thiokol and the space shuttle Challenger disaster”, conférence de l ‘ASME (winter annual meeting, Boston, 13-18 Décembre 1987, article 87-WA/TS-4.

Eddy P XE "Eddy P" ., Potter E. XE "Potter E." , Page B XE "Page B" , Destination désastre; Grasset, Paris, 1976.
TMI (28 mars 1979)

Bacher P. XE "Bacher P."  “EDF après Three Mile Island, communication au congrès ACADI XE "ACADI" , “La maîtrise des risques technologiques”, 7-8 Décembre 1987, Paris, les Actes du colloque international, Londez Conseil.

Electric Power Research Institute (EPRI) XE "Electric Power Research Institute (EPRI)" /National Safety Analysis Center (NSAC) XE "National Safety Analysis Center (NSAC)"  : “analysis of Three Mile Island Unit 2 Accident”, Rapport NSAC--80-1/NSAC 1- (révision), Palo Alto, 1980.

Frederick E.R. XE "Frederick E.R." , “Design, training, operation : the critical links, an operator’s perspective” Congrès IAEA-SM-296/91 : Severe accidents in nuclear power plants”, Sorrente, 21-25 Mars 1988, pp. 643-652 (traduction par le CEA : “conception, formation, fonctionnement : les principaux maillons de la chaîne. Analyse d’un opérateur”)

Kasl S.V XE "Kasl S.V"  et alii, “The impact of the accident at the Three Mile Island on the behavior and well-being of nuclear workers”, AJPH, vol 71, n° 5, mai 1981, pp. 472-495.

Okrent D. XE "Okrent D."  et alii, "Implications for reactor safety of the Accident at Three Mile Island, Unit 2, Annual Review of Energy 6 (1981) pp. 44-51.

Pignon D. XE "Pignon D."  “Pathologie d’un système technologique hypercomplexe. La crise de Three Mile Island”, Culture Technique, n° 11, Septembre 1983, pp. 79-81.

Rogovin M. XE "Rogovin M." , Three Mile island, a report to the commissioners and to the public, US Nuclear Regulatory Commission, Washington DC, 1980.

Sills D.L. XE "Sills D.L." , Wolf C.P. XE "Wolf C.P." , Shelanski V.B XE "Shelanski V.B" , (eds), Accident at Three Mile Island; The Human Dimensions, A Westview Special Study, Boulder, 1992.

Société Française d’Energie Nucléaire (SFEN) XE "Société Française d’Energie Nucléaire (SFEN)"  , Section “sûreté, protection de l’environnement”, TMI un an après, recueil des communications de 1980, Paris.

Société Française d’Energie Nucléaire XE "Société Française d’Energie Nucléaire"  (SFEN); , Section “sûreté, protection de l’environnement”, L’accident de TMI : un bilan, dix ans après, recueil des communications du 30 mai 1989, Paris.

La navette spatiale “Challenger”, 28 janvier 1986

Chenard S XE "Chenard S" ., “NASA XE "NASA"  : la dure crise qui dure”, Science et Vie, n° 852, september 1988, pp. 68-76, 160.

Dalal J.R XE "Dalal J.R"  et alii, “Risk Analysis of the space shuttle : pre-challenger prediction of failure”, Journal of the American Statistical Association, vol 84, n° 408, Application and case studies, décembre 1989, pp. 945-957.

Dombrowski P. XE "Dombrowski P."  “The lessons of the Challenger Investigations”, IEEE Transactions on Professional Communication, vol 43., n° 4, décembre 1991, pp. 211-216.

Feynman R.P. XE "Feynman R.P."  "An Outsider's inside view of the Challenger Inquiry", Physics Today, n° 8 1988, pp. 177-202.

Herndnl C.G XE "Herndnl C.G" . et alii “understanding failures in organizational discourse : the accidents at Three Mile Island and the Shuttle Challenger”, in Textual Dynamics of the professions : Historical and contemporary Studies of Writing in Professional Communities, Bazerman C XE "Bazerman C"  et alii (eds), University of Wisconsin Press, Madison, 1991.

Hirokawa R.Y. XE "Hirokawa R.Y." , et alii, “Understanding the sources of faulty group decision making”, Small Group Behavior, Vol 19. n° 4, Novembre 1988, pp. 411-433.

Laroche H. XE "Laroche H." , Saussois J.M. XE " Saussois J.M." , “The Politics of Labelling Organizational Problems : an Analysis of the Challenger Case”, Knowledge and Policy, The International Journal of Knowledge Transfer, Vol 4. n° 1-2, 1991, pp. 89-106.

Lighthall F.F.  XE "Lighthall F.F. " “Launching the space shuttle Challenger : disciplinary deficiencies in the analysis of engineeering data”, IEEE Transactions on Engineering Management, vol 38, n°1, Février 1991, pp. 63-74.

McCurdy H.E. XE "McCurdy H.E." , Inside NASA, Baltimore, The John Hopkins University Press, 1993.

Pace R.C. XE "Pace R.C."  , “Technical communication, group differentiation, and the decision to launch the Space Shuttle Challenger” Journal of technical Writing and Communication, vol 18, n°3, 1988, pp. 207-220.

Paté-Cornell E. (Society for Risk Analysis XE "Society for Risk Analysis"  XE "Paté-Cornell E. (.i.Society for Risk Analysis" ); Fischbeck P. XE "Fischbeck P." , “PRA as a management tool : organizational factors and risk-based priorities for the maintenance of the tiles of the space shuttle orbiter”, Reliability Engineering and System Safety, vol 40.

Postel-Vinay  XE "Postel-Vinay "  O., "L'amérique spatiale paralysée", Science et Vie, juillet 1986.

Rogers W.P XE "Rogers W.P" . (sous la direction de) “Report of the Presidential Commission on the Space Shuttle Challenger Accident XE "Presidential Commission on the Space Shuttle Challenger Accident" ”, Washington D.C, 6 Juin 1986.

Schwartz H.S. XE "Schwartz H.S." , “On the psychodynamics of organizational disaster : the case of the Space Shuttle Challenger”, Columbia Journal of World Business, 1987, pp. 59-67.

Starbuck W.H. XE "Starbuck W.H."  Milliken F.J. XE "Milliken F.J." , “Challenger, fine tuning the odds until something breaks, Journal of Management Studies, vol. 25, 1988, pp. 319-340

Van Gigch J.P. XE "Van Gigch J.P."  et alii, “A meta-systemic view of a disaster : example of the Space Shuttle Challenge Failure”, Human Systems Management, vol 7, 1988, pp. 259-264.

Vaughan D XE "Vaughan D" . “Autonomy, interdependence, and social control : NASA and the Space Shuttle Challenger”, Administration Science Quarterly, Vol 35, 1990, pp. 225-257.

Plate-forme pétrolière Piper-Alpha, 6 juillet 1988 (165 morts)

Cullen  XE "Cullen " (The Honorable Lord Cullen) “The Public Inquiry into the Piper Alpha Disaster”, Dept of Energy, HSMO, London, 1990.

Paté-Cornell M.E. XE "Paté-Cornell M.E." , “Risk analysis and risk management for offshore platforms : lessons from the Piper Alpha accident”, Journal of Offshore Mechanics and Artic Engineering, vol 115, 179, 1993.

Paté-Cornell M.E. XE "Paté-Cornell M.E." ” Learning from the Piper Alpha Accident ; a post-mortem analysis of technical and organizational factors”, Risk Analysis, Vol 13, n° 2 , pp. 215-232, April 1993.

Tombs S XE "Tombs S" ., “Piper Alpha, A case Study in distorted communication”, in “Piper Alpha lessons for life cycle safety management, London, 26-27 septembre 1990, Institution of Chemical Engineers Symposium Series, n° 122, 1990, pp. 99-111.

Bhopal, 2-4 décembre 1984 (3000 morts et 200 000 personnes intoxiquées)

Agarwal A. XE "Agarwal A." , Merrifield J. XE "Merrifield J." , Tandon R. XE "Tandon R." , “No place to run : local totalities and global issues of the Bhopal Disaster”, Highglander Research and Education Center, New Market, Tennessee, 1985.

Castleman P. XE "Castleman P." , Purka Vastha  XE "Purka Vastha " P., "The Bhopal disaster in double standards," in: The export of Hazard , J.H. Ives (ed.), Routledge and Kegan Paul, Boston, 1985.

Confédération Internationale des syndicats libres XE "Confédération Internationale des syndicats libres"  (CISL XE "CISL" ), fédération Internationale des syndicats des travailleurs de la chimie, de l’énergie et des industries diverses, “le rapport syndical sur Bhopal”, rapport de la commission CISL/ICEF  XE "ICEF " sur les causes et les effets de la fuite de gaz d’isocyanate de méthyle à l’usine de pesticides d’Union Carbide à Bhopal, Inde, 2 et 3 décembre 1984, Genève, 1985.

Denis-Lempereur J. XE "Denis-Lempereur J."  "Les risques d'un Bhopal Français," Science et Vie n° 823, Avril 1986.

Kasperson J, XE "Kasperson J,"  Kasperson R. XE "Kasperson R." , “L’accident de Bhopal : leçons pour la gestion du risque industriel”, in La Société Vulnérable, évaluer et maîtriser les risques, sous la direction de Fabiani J.L. XE "Fabiani J.L." , Theys J. XE "Theys J." , Presses de l’école Normale Supérieure, Paris, 1987, pp. 585-601.

Krishnan U. XE "Krishnan U."  “Ergonomics/human factors : engineering applications- a review”, cours pour le Center of Ergonomics of Developing Countries (CEDC) XE "Center of Ergonomics of Developing Countries (CEDC)" , Université de technologie de Lulea XE "Université de technologie de Lulea" , Suède, 2 juin 1987.

Meshkati N XE "Meshkati N" ., “An etiological investigation of micro- and macroergonomic factors in the Bhopal disaster : lessons for industries of both industralized and developping countries”, International Journal of Industrial Ergonomics, Vol. 4, 1989, pp. 161-175.

Picot A. XE "Picot A." , "Bhopal: les retombées d'une tragédie", La Recherche, N° 175, Mars 1986, volume 17, page 414.

Print Industrie XE "Print Industrie" , n° spécial 1997 : “Il y a dix ans, Bhopal, Mexico, nouveaux aspects de la prévention des risques technologiques.”

Société Union Carbide XE "Société Union Carbide" ,"L'accident de Bhopal", Les Annales des Mines, Octobre-Novembre 1986, pp.73-77.

Tchernobyl, 26 avril 1986

Bacher P. XE "Bacher P."  (Société française d’énergie nucléaire XE "Société française d’énergie nucléaire" ), Tchernobyl : le vrai, le faux et l’incertain, mise à jour, Avril 1996.

Baumann C. XE "Baumann C."  “L’impact de l’affaire de Tchernobyl sur la politique comunautaire de l’énergie”, Revue trimestrielle de droit européen, vol 25, n° 1, Janvier-mars 1989, pp. 71-86.

Bonnet F.  XE "Bonnet F. " “L’Ukraine s’aprête à fermer la centrale de Tchernobyl”, Le Monde 14 décembre 2000

Hériard-Dubreuil G. XE "Hériard-Dubreuil G."  et alii, “Confiance sociale et gestion post-accidentelle : les leçons de l’accident de Tchernobyl”, Annales des Mines, Responsabilité et Environnement, Juillet 1996.

Lecerf Y.  XE "Lecerf Y. " , Parker E XE "Parker E" , l'Affaire Tchernobyl, PUF, 1987.

Medvedev  XE "Medvedev " Gregori, La vérité sur Tchernobyl, 4 ans après, les révélations d'un grand scientifique russe, Albin Michel, Paris, 1990.

Nau J.Y XE "Nau J.Y" , “Tchernobyl, les risques sanitaires persisteront après la fermeture”, Le Monde 16 décembre 2000

Nenot J.C. XE "Nenot J.C." ;, Guimbail H. XE "Guimbail H."  , “L’analyse par la communauté scientifique internationale des accidents graves de réacteurs. La situation à Tchernobyl.” Revue Générale Nucléaire n° 2, mars-avril 1990, pp. 157-164.

Nougareyde N. XE "Nougareyde N." , “Gens de Tchernobyl”, 16 décembre 2000

Nougareyde N. XE "Nougareyde N." , “Les enfants de Tchernobyl, face à la “mort invisible”, Le Monde, 20 Mai 2000

Nuclear News XE "Nuclear News" , “Tchernobyl, the soviet report”, Nuclear news Special report, Octobre 1986, pp. 59-66.

Nucleonics Weeks XE "Nucleonics Weeks" , “West and east debate Chernobyl sequence at Sochi (mer noire) meeting, Nucleonics Weeks, vol 30, n°49, 7 septembre 1989, p 1, 11-12.

Pellerin P.  XE "Pellerin P. " “Retour à Tchernobyl”, Un entretien avec le professeur Pellerin, directeur du SCPRI XE "SCPRI" , Revue Générale Nucléaire, n° 4, Juillet-Août 1988, pp. 346-354.

Rausch J.M. XE "Rausch J.M."  , Pouille R. XE "Pouille R." , Office Parlementaire d’Evaluation des choix scientifiques et technologiques XE "Office Parlementaire d’Evaluation des choix scientifiques et technologiques" , “Rapport sur les conséquences de l’accident de la centrale nucléaire de Tchernobyl et sur la sûreté et la sécurité des installations nucléaires”, Assemblée nationale n° 1156, Sénat n° 179, 17 décembre 1987.

Reason J.T. XE "Reason J.T." , “The Chernobyl Errors”, Bulletin of the British Psychological Society, vol. 40, 1987, pp. 201-206.

Rippon S. XE "Rippon S." , “Mindset problems at Chernobyl”, Nuclear News, juin 1990, p. 62.

Tanguy P. XE "Tanguy P."  "La maîtrise des risques d'accidents pour l'exploitant d'une centrale nucléaire," Annales des Mines, n°spécial Tchernobyl, Novembre 1986, pp. 35-40.

Tanguy. P XE "Tanguy. P" , "Quelles leçons EDF a tirées?", Bulletin d'information des cadres EDF-GDF, Mars 1987, p 53.

Teillac J. XE "Teillac J."  “Il y a un an Tchernobyl”, Les nouvelles nucléaires, N° 9, Octobre 1987, pp. 1-18.

L’incendie du tunnel sous la Manche (18 Novembre 1996)

Barthélémy F.; XE "Barthélémy F." , (mission du transport des matières dangereuses XE "mission du transport des matières dangereuses" , Ministère de l’Equipement) “rapport d’enquête du comité de sécurité sur l’accident survenu le 18 Novembre 1996, dans le tunnel sous la manche, Annales des Mines, Avril 1997, pp. 23-26.

Deranlot J.C.  XE "Deranlot J.C. " (Eurotunnel XE "Eurotunnel" ), “L’incendie du tunnel sous la Manche”, Annales des Mines, Avril 1997, pp. 17-22.


Méthodes d’analyse d’accidents

Burgoyne J. XE "Burgoyne J." , “Reflections on accident investigation”, Safety Science, 16, 1993.

Cuny X XE "Cuny X" , Krawsky G. XE " Krawsky G."  (CNAM), “Pratiques de l’analyse d’accidents du travail dans la perspective socio-technique de l’ergonomie des systèmes. Le travail Humain, n° 33, 3-4, 1970, pp. 217-218.

Dubreuil-Chambardel A. XE "Dubreuil-Chambardel A." , François P. XE "François P." , Maliverney B. XE "Maliverney B."  , “Centrales nucléaires : prévenir l’accident en étudiant les conséquences des incidents mineurs”, (les EPS XE "EPS" ) Epure, n° 50, Avril 1996, pp. 5-17.

EDF XE "EDF" , “Guide d’analyse d’un événement , application à la sûreté”...

Favrot G. XE "Favrot G."  “Analyse des causes d’accident et organisation de la prévention, à l’aide de l’arbre des causes”. CEA  XE " CEA " (Commissariat à l’énergie atomique XE "Commissariat à l’énergie atomique" , Service central de la formation du CEA XE "Service central de la formation du CEA" , Novembre 1984.

Feggetter A. J. XE "Feggetter A. J." , “A method for investigating human factor aspects of aircraft accidents and incidents, Ergonomics, Vol.25, n° 11, 1982, pp. 1065-1075.

Ferry T.S.  XE "Ferry T.S. "  Modern accident investigation and analysis -an executive guide, Wiley, New York, 1988.

Forestier Jean XE "Forestier Jean" , “Complexité de l’approche des accidents aériens.” Annales des Mines, Responsabilité et environnement, Octobre 1997, pp. 99-102.

Francis R.T. XE "Francis R.T." , National Transportation Safety Board XE "National Transportation Safety Board" , “L’Analyse des causes d’accidents, base de la réglementation des risques aériens”, in : colloque organisé par l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques XE "Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques"  avec le concours de l’Institut Européen des Cindyniques XE "Institut Européen des Cindyniques" , le 28 Mars 1996, Annales des Mines, Supplément “Responsabilité et Environnement”, Octobre 1996, pp. 43-46.

Keyser (de) V. XE "Keyser (de) V." , L’apport de l’analyse pluridisciplinaire des accidents à l’action de prévention, Le travail humain, 47-3, 1984, pp. 244-247.

INERIS XE "INERIS"  (Herpin T. XE "Herpin T." , Bigot M.P XE "Bigot M.P" , Labroye G. XE "Labroye G." ), “Poussières, quels risques pour l’entreprise ?” (L’analyse du risque : “comment survient l’explosion de poussières ?, “identifier et évaluer”, “prévenir le risque”, Références, n° 18, Juin 1997.

Johnson W.G. XE "Johnson W.G." , “Sequences in accident causation”, Journal of Safety Research, 1973, 5.2; pp. 54-57.

Kimmel D. XE "Kimmel D." , “Méthodologie d’exploitation préventive des accidents” (MEPA XE "MEPA" ), p. 19, Préventique-Sécurité,.n° 21, 1996.

Kjellen U. XE "Kjellen U." , Larson T. XE "Larson T." , “Investigation accidents at reducing risks, a dynamic approach”, Journal of Occupational Accidents, 1981, 3, pp. 129-140.

Pineau J.P. XE "Pineau J.P." , Abiven F. XE "Abiven F." , Mavrothalassitis G. XE "Mavrothalassitis G." , “Accident analysis : a requirement for safety analysis and for emergency response.” Conférence Emergency response, St John , Nouveau Brunswick, Canada, 7-9 Septembre 1993.

Pineau J.P. XE "Pineau J.P." , Presentation of work performed by ESReDA XE "ESReDA" -Accident analysis, working group , and goals for the future. Learning from accident investigations and emergency responses, séminaire ESReDA XE "ESReDA" , JRC ISPRA (Italie), 15-16 Novembre 1995.

Taylor D.H. XE "Taylor D.H." , “The hermeneutics of accidents and safety”, Ergonomics, Vol. 24, n° 6, 1981, pp. 487-495.
Tuominen R XE "Tuominen R" , Saari J. XE " Saari J."  “A model for analysis of accidents and its application”, Journal of Occupational Accidents, n° 4, 1982, pp. 263-273.

Villatte R. XE "Villatte R."  Chesnais M. XE " Chesnais M."  Méthode de l’arbre des causes, INPACT XE "INPACT" , Paris, 1986.
Etude de risques a priori

Risques pour l’homme au travail (Sécurité)

“Aux frontières du risque.”, XE "“Aux frontières du risque.”,"  3e Forum Travail-Santé (FITS XE "FITS" ), Paris, 8-9 septembre 1992, Travail et sécurité, n° 507, déc. 1992, pp. 668-684.

Actes du Ve colloque international du comité international de l’AISS XE "AISS"  XE "Actes du Ve colloque international du comité international de l’.i.AISS"  pour la recherche.; Recherche interdisciplinaire au service de la santé et de la sécurité au travail, Bonn, 18-20 décembre 1995.

Anselme B. XE "Anselme B." , Abasini F XE "Abasini F" , Les risques professionnels, Nathan, 1994.

Ashford N. XE "Ashford N." , Crisis in the Workplace, occupational disease and injury, The MIT Press, Cambridge, 1976.

Barthod P. XE "Barthod P."  “Check List d’observation pour l’analyse d’un poste de travail. Une méthode de recherche des facteurs de risques a priori, Revue des Conditions de Travail, 1985, pp. 28-38

Cassou B., XE "Cassou B.,"  Huez D. XE "Huez D."  Mousel M.L XE "Mousel M.L" , Spitzer C. XE "Spitzer C." , Touranchet A XE "Touranchet A" . (sous la direction de) Les risques du travail, pour ne pas perdre sa vie à la gagner, Editions la Découverte, Paris, 1985.

Cuny X XE "Cuny X" , “Problèmes théoriques de l’évaluation des risques professionnels dans l’entreprise”, Préventique-Sécurité, n° 30, 1997, pp. 13-17.

Davoudian K. XE "Davoudian K." , Wu J. XE "Wu J." , Apostolakis G. XE "Apostolakis G." , “The work Process analysis model” (WPAM XE "WPAM" ), Reliability engineering and System Safety, vol 45., 1994.

Freyssenet M. XE "Freyssenet M." , “Les énigmes du travail, quelque pistes nouvelles de conceptualisation”, Colloque interdisciplinaire “Travail, recherche et prospective”, PIRTTEM-CNRS XE " PIRTTEM-CNRS" , Lyon 30 Novembre/2 Décembre 1992.

Grollier Baron R. XE "Grollier Baron R." , Les études de sécurité et de fiabilité. CERFA XE "CERFA" , Université de Haute-Alsace XE "Université de Haute-Alsace" , Mulhouse, 1986.

Hamilton A. XE "Hamilton A." , Exploring the dangerous trades, Little, Brown and company, Boston, 1943.

Kinnersly P. XE "Kinnersly P." ,The hazards of work? How to fight them, Pluto Press, London 1973.

Laflamme L XE "Laflamme L" , “A better understanding of occupational accident genesis to improve safety in the workplace, Journal of occupationnal accidents, 12, 1996.

Parant C XE "Parant C" ., Danger ou risque ? La notion de risque professionnel, Préventique, N° 42, 1991, pp. 56-60

Richez J.P. XE "Richez J.P." , “Usine Péchiney-Rhénalu de Neuf-Brisach XE "Usine Péchiney-Rhénalu de Neuf-Brisach" . Grand jeu pour études de postes, Travail et Sécurité n° 523, Avril 1994, pp. 288-291.

Sinclair U. XE "Sinclair U."  ,The Jungle, Bentley, Cambridge, 1971 (première édition, 1904).

Risques sanitaires

“Risques environnement-santé XE "“Risques environnement-santé" , Prévenir n° 24, 1993 (dossier), pp. 1-208

Dodier N. XE "Dodier N." , Une construction sociale précaire du biologique, maladie et vie quotidienne sur le lieu de travail, Thèse pour le doctorat de sociologie, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris, Mai 1985.

Duclos D. XE "Duclos D."  La santé et le travail, Editions La Découverte, "coll. Repères" Paris, 1984, 127 p.

Grmek M.D. XE "Grmek M.D." , Histoire du SIDA, Payot, Paris 1989, pp. 252-253.

Holtzman N.A. XE "Holtzman N.A." , Proceed with caution: predicting genetic risks in the recombinant DNA Era, John Hopkins University Press, Baltimore, 1989.

Schwartz D. XE "Schwartz D." , "Quelques réflexions sur la notion de risque et son utilisation en Santé Publique." Revue d'Epidémiologie et de Santé Publique, 1976 pp. 355-361.

Maladies du travail (classiques et controversées)

Bouville J.M. XE "Bouville J.M." , Les maladies liées au travail, Thèse de troisième cycle, Université des Sciences Sociales de Grenoble, 1980.

Brinton J. XE "Brinton J."  et alii, "Nasal Cancer in US Furniture Industry Countries," The Lancet ,18 septembre 1976, pp. 628-635 .

Caisse Nationale des Assurances Maladie des Travailleurs Salariés XE "Caisse Nationale des Assurances Maladie des Travailleurs Salariés"  (CNAMTS XE "CNAMTS" ), Statistiques nationales des accidents et maladies du travail, Paris, 1986.-1995.

Cicolella A. XE "Cicolella A."  “Santé au travail, un problème syndical aussi. Bilan de dix ans d’action de la CFDT XE "CFDT" -Lorraine, in n° Spécial “ Organisation et risques du travail,CFDT XE "CFDT"  Aujourd’hui, n° 104, Février 1992, pp. 61-68.

Cottereau A. XE "Cottereau A." , " La tuberculose, maladie urbaine ou maladie de l'usure au travail, Critique d'une épidémiologie officielle, le cas de Paris", Sociologie du travail, avril-juin 1978.

Cottereau A XE "Cottereau A" .(sous la direction de), "L'usure au travail", Le mouvement social, N°124, juillet-septembre 1983, (avec des articles de J.F. Chanlat, A Cottereau, F Cribier, M Ellerkamp, B Jungmann, P.B. Lécuyer, R. Trempé.)

Davis M.E. XE "Davis M.E." , "Occupational hazards and black workers", Urban Health, Aout 1977.

Epstein S. XE "Epstein S." , The politics of cancer, Anchor Books, Doubleday, New York,1979.

Goldberg M.  XE "Goldberg M. " , Hémon D. XE "Hémon D."  (INSERM XE "INSERM" , Unité 88), “L’expertise scientifique en épidémiologie des risques d’origine professionnelle et environnementale”, Annales de sMines, Responsabilité et Environnement, Avril 1997, pp. 35-43.

Goldberg M XE "Goldberg M" , "Cet obscur objet de l'épidémiologie". Sciences sociales et Santé, n°1, pp. 55-110, 1990.

Hémon D. XE "Hémon D." , "Stratégie d'identification des facteurs de risque, apport de l'épidémiologie", in: Evaluation des risques et des actions de prévention en milieu professionnel. Documentation française, 1987, pp.19 - 33.

Hernberg S. XE "Hernberg S." , Epidemiology in occupational health, in developments in occupational medicine, Year books medical publishers, Chicago, 1980.

Infante P.F. XE "Infante P.F." , "Oncogenic and mutagenic risks in communities with PVC production facilities", in Saffiotti et Wagoner (eds), Occupational Carcinogenesis, 1977, pp. 49-57.

Marcoux F. XE "Marcoux F." , Siebert A. XE "Siebert A." , Metz B. XE "Metz B." , "Les facteurs individuels et sociaux de l'alcoolisme dans les situations de travail," Revue de l'alcoolisme, vol. 6, n°4.

Office of Technology Assessment XE "Office of Technology Assessment" , Cancer risk, assessing and reducing the dangers in our society, West view press , Colorado, 1982.

Sterling T.D. XE "Sterling T.D." : "Does smoking kill workers, or working kill smokers?, or the medical relationship between smoking, occupation and respiratory disease," International journal of health services, 8, 1978, pp. 437-452.

Thériault  XE "Thériault " et alii, "Bladder cancer in the aluminium industry, " The Lancet, 28 Avril 1984, pp. 947-950.

Wagoner J.K. XE "Wagoner J.K."  et al., NIOSH investigation of cancer hazards, at E Du Pont de Nemours, Belle Plant, NIOSH, Février1977. XE " Du Pont de Nemours, Belle Plant, NIOSH, Février1977." 



Amiante

Castleman B. XE "Castleman B." ,"Asbestos, it's everywhere," Environmental action, 15 septembre 1973.

Collectif intersyndical sécurité des Universités Jussieu XE "Collectif intersyndical sécurité des Universités Jussieu" - CFDT XE "CFDT" , CGT XE "CGT" , FEN. XE "FEN." , Danger ! Amiante, Cahier libre n° 334, Maspéro, Paris ,1977.

Imbernon E. XE "Imbernon E."  et alii (INSERM XE "NSERM" -EDF XE "EDF" ), “Occupational Respiratory Cancer and exposure to asbestos : a case-control study in a cohort of workers in the electricity and gas industry”, American Journal of Industrial Medicine, 1995, 28, pp. 339-352.

Pézerat H. XE "Pézerat H." , “L’évaluation des risques dans les bâtiments floqués à l’amiante”, p. 26, Préventique-Sécurité,.n° 22, 1996.

Zurich N. XE "Zurich N." , “Tricastin, ce poison qu’on ne veut pas voir, CCAS Infos, n° 174, 24 Octobre 1997.

Ethers de glycol

Cicolella A. XE "Cicolella A." , “L’évaluation des risques, base pour une politique de substitution : application au cas des éthers de glycol, 6e journées d’information : le remplacement des solvants dangereux : quelles alternatives ?” Paris, 5-6 Décembre 1996.

Rayonnements ionisants

Carde C. XE "Carde C."  (EDF XE "EDF" -DER XE "DER" ), Masse R.  XE "Masse R. " (OPRI XE "OPRI" , Office de protection contre les rayonnements ionisants XE "Office de protection contre les rayonnements ionisants" ) “La controverse des faibles doses, in Callon M. XE "Callon M."  (CSI XE "CSI" , Ecole des Mines de Paris XE "Ecole des Mines de Paris" ) “Irrésistible ascension et limite de la science”, inTubiana M., XE "Tubiana M.,"  Pélicier Y. XE "Pélicier Y."  (dirs.) Atome et Société, actes du colloque des 30-31 Mai 1996, palais du Luxembourg, Paris, pp. 61-65.

Doniol-Shaw G. XE "Doniol-Shaw G." ,(Ergonome, LATTS-CNRS), “Emploi et dose-limite d’exposition : le dilemme des salariés de la sous-traitance nucléaire”, in Colloque international de psychodynamique et psychopathologie du travail, CNAM, Paris, 30-31 Janvier 1997.

Errera M. XE "Errera M." , "Les effets des radiations nucléaires à faibles doses", La Recherche, n° 168, Juillet Aout 1985, pp. 959-968.

Friedel J. XE "Friedel J." , Serres M. XE "Serres M."  , Dautray R XE "Dautray R" ., Curien H. XE "Curien H."  “introduction : radioactivité”, in Tubiana M., XE "Tubiana M.,"  Pélicier Y. XE "Pélicier Y."  (dirs.) Atome et Société, actes du colloque des 30-31 Mai 1996, Palais du Luxembourg, Paris.

Gofman J. XE "Gofman J." , Tamplin A. XE "Tamplin A." , "Epidemiological studies of carcinogenesis by ionizing radiations", proceedings of the sixth Berkeley symposium on mathematical statistics and probability, San Francisco, University of California Press, 1971.

Mancuso T.F. XE "Mancuso T.F." , Stewart A.M. XE "Stewart A.M." , Kneale G. XE "Kneale G." , "Radiation exposure of Hanford workers dying from cancer an,d other causes," Health physics, n°33, 1977, pp.369 à 385.

Meynaud H.Y. XE "Meynaud H.Y." , Carde C. XE "Carde C."  "Le travail sous rayonnement ionisant: l'insertion des femmes dans les centrales nucléaires d'EDF." Sciences Sociales et Santé, Décembre 1987.

Taylor L.S. XE "Taylor L.S." ,"Ce que nous savons vraiment sur les effets des faibles doses d'irradiation", Groupe d'information nucléaire EDF, Août 1975, ref F/ 17.T.

Tubiana M. XE "Tubiana M."  (Académie des Sciences, Académie de Médecine) “Effets des faibles doses”, in Callon M. XE "Callon M."  (CSI XE "CSI" , Ecole des Mines de Paris XE "Ecole des Mines de Paris" ) “Irrésistible ascension et limite de la science”, inTubiana M., XE "Tubiana M.,"  Pélicier Y. XE "Pélicier Y."  (dirs.) Atome et Société, actes du colloque des 30-31 Mai 1996, Palais du Luxembourg, Paris, pp. 61-65.

Wolber G. XE "Wolber G." "irradiations des femmes enceintes travaillant sur terminal informatique à écran cathodique", Radioprotection, vol 20, n°3, 1985, pp. 239-244.

Pollution chimique

Cicolella A. XE "Cicolella A." , "Méthodologie des campagnes de cartographie de la pollution chimique en entreprise", in Evaluation des risques et des actions de prévention en milieu professionnel, INSERM, documentation française, 1987, pp. 89 à 106.

Pathologies comme sources de risques

André Ch XE "André Ch" ., Legeron P. XE "Legeron P." , Lelord F. XE "Lelord F." , La gestion du stress, Editions Morisset, 12 av de corbéra, 75012 Paris, 1996.

Bury M. XE "Bury M." , Chronic illness as a biographical disruption, Sociology of health and illness, vol 4, n° 2, 1982.

Neale A.V., XE "Neale A.V.,"  “Work stress in emergency medical technicians”, Journal of Occupational Medicine, Vol 33, n° 9, Sept 1991.

Radford L.R. XE "Radford L.R." , et alii.'Drug and alcohol abuse: the bases for employee assistance programs in the nuclear utility industry, Bettelle, Human affairs research centers for US. NRC. Washington, 1983.

Schepers N. XE "Schepers N."  “Evaluation du stress en entreprise, Point de vue du psychologue”. 35èmes journées de médecine du travail, Bruxelles, 21 Novembre 1996, Médecine du travail et ergonomie, Vol. 34, n°2, 1997, pp. 126-129,

Maladies post-accidentelles

Barrois C. XE "Barrois C."  Les névroses traumatiques, le psychothérapeute face aux détresses psychiques, Dunod, Paris, 1988.

BIT XE "BIT" , Annuaire des statistiques du travail, Genève, 1984- 1996.




Psychopathologie et souffrance au travail

Davezies P XE "Davezies P" ., « Bilans et défis », Préventique-Sécurité, n° 61, Janvier-Février 2002

Dejours C. XE "Dejours C." , Travail, Usure mentale : essai de psychopathologie du travail, nouvelle édition augmentée “de la psychopathologie à la psychodynamique du travail”, Bayard Editions, Paris, 1993. (1980.)

Dejours C.  XE "Dejours C. " (Sous la direction de) Plaisir et souffrance dans le travail (T., I et 2), Editions de l'AOCIP, Paris 1988, 208 pp.

Dejours C. XE "Dejours C." , "Travail et santé mentale : de l'enquête à l'action", in Prévenir, Vol II, Cahier 19, 2ème sem. 1989.

Dejours C.  XE "Dejours C. " , "psychopathologie et rapports sociaux au travail", Revue de médecine psychosomatique, n°20 Décembre 1989.

Dejours C. XE "Dejours C." , Jayet C XE "Jayet C" , Rapport d’enquête sur le rapport santé mentale dans une industrie de process, Ministère de la recherche, n° 88 D 1125, AOCIP XE "AOCIP" , Laboratoire de psychologie du travail XE "Laboratoire de psychologie du travail"  du CNAM, 1991.

Dejours C. XE "Dejours C."  “Pour une psychologie dynamique du travail”, in n° Spécial “ Organisation et risques du travail,CFDT XE "CFDT"  Aujourd’hui, n° 104, Février 1992, pp. 15-29.

Dejours C. XE "Dejours C."  “Pathologie de la communication. Situation de travail et espace public : le cas du nucléaire.” Raisons pratiques, editions de l’EHESS, Paris, n° 3, “Pouvoir et légitimité-figures de l’espace public”. 1992, pp. 177-201.

Dejours C. XE "Dejours C." , Dessors D. XE "Dessors D." , Billiard I. XE "Billiard I." , Molinier P. XE "Molinier P." , Davezies P. XE "Davezies P." , Bensaid A. XE "Bensaid A." , Canino R. (Laboratoire de psychologie du travail, CNAM XE "Laboratoire de psychologie du travail, CNAM"  XE "Canino R. (.i.Laboratoire de psychologie du travail, CNAM" );, “Rapports nationaux des enquêtes de psyvhodynamique du travail”, Procès verbaux du Comité National d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail XE "Comité National d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail" , EDF XE "EDF" -GDF XE "GDF" , n° 182 et 184, 1993.

Dejours C. professeur auCNAM XE "CNAM" Laboratoire de psychologie du travail), organisation et présidence, introduction au Colloque de psychodynamique et psychopathologie du travail, CNAM, Paris, 30-31 Janvier 1997.

Derrienic F  XE "Derrienic F " (INSERM), Pezé M. XE "Pezé M." , Davezies P. XE "Davezies P." , “analyses de la souffrance dans les pathologies d’hypersollicitation”, in Colloque international de psychodynamique et psychopathologie du travail, CNAM, Paris, 30-31 Janvier 1997.

Duclos D. XE "Duclos D." "La Santé au travail comme thème d'action militante: l'expérience des groupes C.O.S.H. aux Etats-Unis," Sociologie du Travail, n°2-1984, pp. 177-193.

Duclos D XE "Duclos D" ."A propos de la construction sociale de la souffrance et de la peur au travail: l'implication subjective dans le lien social." in: Plaisir et souffrance dans le travail (T.2), sous la direction de C.Dejours XE "Dejours" , Editions de l'AOCIP XE "AOCIP" , Paris 1988, 208 pp.

Guiho-Bailly M.P. XE "Guiho-Bailly M.P." , Canino R. XE "Canino R." , Fernandez-Zoïla A XE "Fernandez-Zoïla A" ., Torrente J. XE "Torrente J." , “subjectivité et travail : entre clinique et concept. in Colloque international de psychodynamique et psychopathologie du travail, CNAM XE "CNAM" , Paris, 30-31 Janvier 1997.

Huez D XE "Huez D" , “ Approche psychopathologique en médecine du travail chez les agents de maintenance et de conduite d’une industrie de process”, Ergonomie et Santé, Coordination Ramacioti D., Bousquet A, Genève 1993, pp. 356-359.

Jayet C. XE "Jayet C." , “Fiabilité humaine et aspects collectifs du travail : le point de vue de la psychopathologie du travail”, Performances Humaines et Techniques, n° 66, 1993.

Jayet C. XE "Jayet C."  “ Psychodynamique du travail au quotidien”, Service Général de Médecine du Travail EDF-GDF XE "Service Général de Médecine du Travail EDF-GDF" , Alexitère, Onet le château, 1994.

Teiger C XE "Teiger C" . (CNAM XE "CNAM" ), Kergoat D. XE "Kergoat D."  (GEDISST, CNRS), Welzer-Lang D. (GEDISST XE "GEDISST" , CNRS XE "CNRS" , Université de Toulouse le Mirail XE "Université de Toulouse le Mirail" ), Hommes et femmes : souffrance, travail, violence, in Colloque international de psychodynamique et psychopathologie du travail, CNAM XE "CNAM" , Paris, 30-31 Janvier 1997.

Wisner A. XE "Wisner A." , Clot Y XE "Clot Y" ., Doray B XE "Doray B" , Fernandez-Zoïla A. XE "Fernandez-Zoïla A." , Veil C. XE " Veil C." , “Psychopathologie du travail : une histoire controversée” in Colloque international de psychodynamique et psychopathologie du travail, CNAM XE "CNAM" , Paris, 30-31 Janvier 1997.

Mouvements sociaux et risques au travail

Duclos D. XE "Duclos D." ," Syndicalisme et risque industriel : entre le militantisme et l'expertise, le cas du groupe produits toxiques de la CFDT, Culture Technique, n° 11 septembre 1983, pp. 218-229.

Stellman J. XE "Stellman J." , Daum S. XE "Daum S." , Work is dangerous to your health, a handbook of health hazards in the workplace, and what you can do about them, Random Books, New York, 1973.

Villatte R. XE "Villatte R." , “Les représentants du personnel ont-ils besoin de l’ergonomie pour négocier les modernisations ?”in n° Spécial “ Organisation et risques du travail,CFDT XE "CFDT"  Aujourd’hui, n° 104, Février 1992, pp. 41-49.


Risques pour la sûreté d’un système technique ou industriel

-Approches centrées sur les acteurs du risque

Jaeger, Carlo, Ortwin Renn, Eugene A. Rosa, and Thomas Webler. 2001. Risk, Uncertainty, and Rational Action. London: Earthscan.

Jaeger, Carlo, Ortwin Renn, Eugene A. Rosa, and Tom Webler. 1999. "Decision Analysis and Rational Action." Pp. 141-215 in Steve Rayner and Elizabeth L. Malone (eds.), Human Choice and Climate Change, Vol. 3, Tools for Policy Analysis. Columbus, OH: Batelle Press.


L’action humaine à risque comme complexe pratique
.
Bourrier M. XE "Bourrier M."  (CEA XE "CEA" , DES XE "DES" , SACFH XE "SACFH" ) Maintenance et conduite d’un arrêt de tranche dans une centrale nucléaire américaine, le cas de la centrale d’Adobe, Mars 1993.
Bourrier M. XE "Bourrier M." , (sous la direction d’Ackermann W. XE "Ackermann W."  CSO XE "CSO" ) “Etude d’une structure d’arrêt au centre de production nucléaire du Bugey”, Institut d’Etudes Politiques de Paris XE " Institut d’Etudes Politiques de Paris" , DEA de sociologie des organisations, 15 Octobre 1991.

Burtaud G. XE "Burtaud G." et alii, "Les funambules du travail : pratiques de l'inspection du travail", Droit Social,(4) Année 1985, pp. 271-280.

De Terssac G. XE "De Terssac G."  Autonomie dans le travail, PUF, Paris, 1992.

De Terssac G. XE "De Terssac G." , et Leplat J. XE "Leplat J." , "La fiabilité et l'ergonomie: spécificité et complémentarité", La Psychologie appliquée, Septembre 1990.

Dien Y. XE "Dien Y."  “De l’utilisation des consignes de conduite accidentelle à leur conception”, EDF XE "EDF" -DER XE "DER" , Service Réacteurs nucléaires et échangeurs XE "Service Réacteurs nucléaires et échangeurs" , Département Etudes de sûreté et de fiabilité XE "Département Etudes de sûreté et de fiabilité" , Groupe Facteurs Humains XE "Groupe Facteurs Humains" , Clamart, 1994.

Dien Y. XE "Dien Y."  , Llory M XE "Llory M" , Montmayeul R. XE "Montmayeul R." , Connaissances, habilités et savoir-faire des opérateurs pendant l’utilisation des consignes accidentelles : conception, formation et aspects culturels., Note DER HT, 54/92-30A, EDF DER, 1992.

Dien Y. XE "Dien Y." , “Consignes APE XE "APE"  (Approche par Etats, Consignes événementielles : une période de transition à gérer”., Note DER XE "DER"  XE ".i.DER"  ;HT 54/91-47A, EDF XE " EDF" , 1991.

Dien Y XE "Dien Y" , Peresson H. XE "Peresson H." , “Réflexions sur l’utilisation des consignes incidentelles, études d’un cas : Chinon B2,” Note DER XE "DER"  HT, 54/90-48 A, EDF XE "EDF" -DER, 1990.

EDF-GDF XE "EDF-GDF" , Service Général de la Médecine du Travail XE "Service Général de la Médecine du Travail" , “Enquête épidémiologique et arrêt de tranche en centrale nucléaire”, services locaux de médecine du travail des centrales nucléaires du Val de Loire-Gironde, et Division Epidémiologie, Paris, 1992.

Grosdeva T XE "Grosdeva T" ., Bonneau A. XE "Bonneau A." , “L’étude des activités d’opérateurs en situations accidentelles simulées”, note DER HT 54/90-13-A, EDF XE "EDF" -DER, 1990.

Lemaître P. XE "Lemaître P." , Grosdeva T. XE "Grosdeva T." , Bonneau A. XE "Bonneau A." , (DER XE "DER" -EDF XE "EDF" ) “l’opérateur, le simulateur, l’accident, Epure n° 26, EDF, 1990.

LLory M., “Human reliability and human factors in complex organization, epistemological and critical analysis : practical avenues to action”, Reliability engineering and system safety, vol 38. 1992, pp. 109-117. XE "LLory M., “Human reliability and human factors in complex organization, epistemological and critical analysis : practical avenues to action”, Reliability engineering and system safety, vol 38. 1992, pp. 109-117." 

LLory M. XE "LLory M." , “La sûreté au quotidien et le spectre de accidents”, Conférence thématique au XXIX Congrès de la SELF (Société d’Ergonomie de Langue Française), Ergonomie et Ingéniérie, Paris, 21-23 eptembre 1994, Eyrolles, Paris, vol 1, n° 88, 1994, pp. 49-62.

LLory M. XE "LLory M." , Llory A XE "Llory A" , (ITH XE "ITH" , Montpellier), “Psychodynamique du travail et prévention de accidents du travail : vers un renouvellement des analyses et des pratiques de sécurité”, in Colloque international de psychodynamique et psychopathologie du travail, CNAM, Paris, 30-31 Janvier 1997.


Montmayeul R. XE "Montmayeul R." , “Le facteur humain est-il un objet de recherche ? “Epure, n° 35, EDF, Direction des Etudes et Recherches, , Juillet 1992, pp. 3-13

Mosneron-Dupin F XE "Mosneron-Dupin F" , Indicateurs de sûreté et facteurs humains : quel est le problème ? note NIT T54-92-26, EDF XE "EDF" -DER XE "DER"  Juin 1992.

Pignon D. XE "Pignon D." , Enquête au coeur des centrales nucléaires, Fernand Nathan, Paris, 1981. pp. 166-167.

Rousseau C. XE "Rousseau C."  “Gestion de la sécurité par l’opérateur. Mise en évidence de conduits sécuritaires au cours d’ une activité de chantier”. ND 1929-151-93, INRS, Paris, 1993.

i.Journé B.;, Les organisations complexes à risques : gérer la sûreté par les ressources, étude de situations de conduite de centrales nucléaires. Thèse de l’Ecole polytechnique, Janvier 1999

Etude de postes

“Maîtriser le risque au poste de travail” XE "“Maîtriser le risque au poste de travail”" , 4e colloque du comité AISS XE "AISS"  Recherche, Strasbourg, 22-23 Octobre 1992. Lettre d’information sur la recherche, Vol 10, n° 1, 1993 pp. 1-12.

Llory M. XE "Llory M."  et Alii, "Un poste de travail basé sur l'intelligence artificielle pour les études de fiabilité". Communication aux Journées SFEN, "Systèmes experts", Paris, 6-7 Décembre 1989.

Thony C., XE "Thony C.,"  Vieux N., XE "Vieux N.,"  Pratique des visites d’entreprise et des études de postes, France-Sélection, Paris, 1986.

Fiabilité humaine et savoirs (savoirs-faire)

Chalons P. XE "Chalons P." , “Améliorer la fiabilité d’un système par la valorisation des savoir-faire sécuritaires”, Performances humaines et techniques, n° 78, dossier “sécurité et ergonomie”, septembre 1995.

Cru D. XE "Cru D." , Dejours C. XE "Dejours C." , “les savoir-faire de prudence dans les métiers du bâtiment. Nouvelle contribution de la psychopathologie du travail à l’analyse des accidents et de la prévention dans le bâtiment”, Les Cahiers médico-sociaux, Genève, 27e année, n° 3, 1983, pp. 239-247.

Dejours C. XE "Dejours C."  “Intelligence pratique et sagesse pratique : deux dimensions méconnues du travail réel”, Revue Education permanente, Comprendre le travail, première partie, N° 116, 3e trimestre 1993, pp. 47-70.

Lescot Y. XE "Lescot Y." ,Menahem G. XE "Menahem G." , Pharo P. XE "Pharo P." , Savoirs ouvriers, normes de production et représentations, CORDES, ACT, Paris, 1980.

Llory A XE "Llory A" ., Llory M. XE "Llory M." , Barraban P. XE "Barraban P." , “La mise en évidence des savoir-faire de prudence lors d’une enquête sur la sécurité”, XXIXeme congrès de la SELF, Ergonomie et Ingéniérie, 21-23 septembre 1994, Eyrolles , Paris, 1994, Vol 1, n° 88, pp. 403-410.

Saglio J. XE "Saglio J." , "La matière et les signes : les ouvriers face au savoir"; Sociologie du travail, 4.1972, pp. 437-457.

Approches centrées sur le facteur humain comme cause possible de défaillance et source de risque .

Campbell R.D. XE "Campbell R.D." , .i.Bagshaw M;, “Facteurs humains en aéronautique, Cepaduès ed, (11 rue N. Vauquelin, 31000 Toulouse), 1995.

CECA XE "CECA"  “Les facteurs humains et la sécurité”, Etudes de physiologie et de psychologie, 1, Luxembourg,1967.

Démarches XE "Démarches"  Facteurs Humains dans l’entreprise, Octarès-Entreprises, Marseille, 1997.

Dueker et alii XE "Dueker et alii" , "Les facteurs humains et la sécurité dans les mines et la sidérurgie," Etudes de physiologie et de psychologie du travail, 2, CECA, Luxembourg, 1967.

Fadier E. XE "Fadier E." , Artigny B, XE "Artigny B,"  Chollet M.G. XE "Chollet M.G." , Poyet C XE "Poyet C" ., L’état de l’art dans le domaine de la fiabilité humaine, Editions Octarès, Toulouse, 1994.

Fadier E XE "Fadier E" ., Guillermain H. XE "Guillermain H." , "Fiabilité humaine, aspects qualitatifs et /ou quantitatifs , Préventique, n° 14 ,Mai 1987.

Faverge J.M. XE "Faverge J.M." , "L'homme, agent d'infiabilité et de fiabilité du processus industriel", Ergonomics, 13,2, pp. 301-327.

Faverge J.M. XE "Faverge J.M." , Psychosociologie des accidents du travail,PUF, Paris,1967.

Faverge J.M XE "Faverge J.M" ., “Analyse de la sécurité du travail en termes de facteurs de risque”, Revue d’Epidémiologie et Santé Publique, n° 25, pp. 229-241.

Goguelin P.  XE "Goguelin P. " “L’homme et la prévention des risques”, Humanisme et Entreprise, n° 223, Juin 1997, pp. 37-49.

Griffon-Fouco M. XE "Griffon-Fouco M." , Gagnolet, XE "Gagnolet,"  "Prise en compte du facteur humain dans la sûreté des installations nucléaires."Revue Générale Nucléaire, septembre 1981.

Lamonde F. XE "Lamonde F."  “Les accidents liés au facteur humain : à classer parmi les frais fixes ? “ Travail et Santé, Canada XE " Canada" , vol 10. n° 2, Juin 1994, pp. 16-20.

Nicolet J.L. XE "Nicolet J.L." , Celier J. XE "Celier J."  , La fiabilité humaine dans l'entreprise, Masson/Le nouvel ordre économique, Paris, 1985.

Swain A. XE "Swain A." , H. Guttmann, Handbook of human reliability with emphasis on nuclear power plant application, Nureg, /CR 1278,1980.

Toulouse P. XE "Toulouse P." , "Prise en compte de la fiabilité humaine dans la conception des avions civils." Revue Générale Nucléaire, septembre 1981.

Wisner A. XE "Wisner A." , “Arrêtons d’opposer cause technique et cause humaine” (entretien) Santé et Travail, N° 2, pp. 29-35.

Fiabilité humaine et cognition

Axelrod R.M XE "Axelrod R.M" ., The structure of decision : cognitive maps of political Elites, Princeton University Press, 1976.

Bonnet A XE "Bonnet A"  XE ".i.Bonnet A" .;, Haton J.P. XE "Haton J.P." , Truong-Ngoc J.M. XE "Truong-Ngoc J.M."  , Systèmes experts : vers la maîtrise technique, Interéditions, 1986.

Bagnara S. XE "Bagnara S."  et alii, “Active and latent failures : how counterfactual thinking shifts the focus in causal assessment”, in Human Computer Interaction : tasks and organization. Proceedings of the 6th European Conference on Cognitive Ergonomics, BalatonFured Hongrie, 6-11 sept 1992.

Bainbridge L XE "Bainbridge L"  (University College, Londres), “Will expert systems solve the operators’ problems ?” Colloque “Facteurs humains de la fiabilité et de la sécurité des systèmes complexes”, INRS, Vandoeuvre, 17-18 Avril 1991.

Besnier J.M.. XE "Besnier J.M.."  "Les sciences cognitives ont-elles une âme?" Esprit, Mai 1990.

Bonneau A. XE "Bonneau A." , Clement D., XE "Clement D.,"  Colas A. XE "Colas A." , Depigny C. XE "Depigny C." , Guillaume E. XE "Guillaume E." , Lamarre J.C. XE "Lamarre J.C." , Leckner JM XE "Leckner JM" , Peresson H XE "Peresson H" ., EDF, XE "EDF,"  service de la production thermique XE "service de la production thermique"  (SPT XE "SPT" ), division facteurs humains : “critériologie et analyse des défaillances de fonctionnement”, Colloque “Facteurs humains de la fiabilité et de la sécurité des systèmes complexes”, INRS, Vandoeuvre.17-18 Avril 1991.

Breton B XE "Breton B" ., "La cybernétique et les ingénieurs dans les années cinquante", Culture technique n°12, mai 1984, pp. 155 - 162.

Cahuzac A. XE "Cahuzac A."  , Llory M. XE "Llory M." , Morlat G. XE "Morlat G." , “Quantification des erreurs humaines : nécessité d’une nouvelle approche”, Colloque Fiabilité et Maintenabilité, Toulouse, 1982.

Cambon de Lavalette B. XE "Cambon de Lavalette B." , Neboit M XE "Neboit M" , L’erreur humaine : question de points de vue ? , Octarès, Toulouse, 1996.

Carnino A. XE "Carnino A." , Idée E. XE "Idée E." , Larchier-Boulanger J. XE "Larchier-Boulanger J." , Morlat G. XE "Morlat G." , “Representational errors : why some may be termed diabolical”, in Tasks, Errors and Mental models, Taylor and Francis, 1988, pp. 240-250.

Chesnais XE "Chesnais"  M, “Erreur, facteur de risque ou prise de risque facteur d’erreur. In Leplat J, De Tessac G (ed), Les facteurs humains de la fiabilité dans les systèmes complexes, pp. 211-221, Octarès, Marseille, 1990.

Conein B. XE "Conein B." , Jacopin E. XE "Jacopin E." , “Action située et cognition ; le savoir en place”, Sociologie du Travail, n° 4, 1994, pp. 475-500.

Cossette P.  XE "Cossette P. " (dir) Cartes cognitives et organisations, Presses de l’Université Laval, Québec, 1994.

Daniellou F XE "Daniellou F" , “les sources d’erreurs”, Santé et Travail, n° 2, 1991, pp. 37-37.

Embrey D.E. XE "Embrey D.E." , “SHERPA : a systematic human error reduction and prediction approach”, proceedings of advances in human factors in nuclear power systems meeting, Knowville, 1986.

Embrey D.E. XE "Embrey D.E." , Humphreys PC XE "Humphreys PC" , Rosa E.A. XE "Rosa E.A." , Kirwan B. XE "Kirwan B." , Rea K. XE "Rea K."  SLIM-MAUD XE "SLIM-MAUD"  , an approach to assessing human error probabilities using structured expert judgment, NUREG/CR 3518 (vol I et II).

Embrey D.E. XE "Embrey D.E." , Reason J.T. XE "Reason J.T." , “The application of Cognitive Models to the Evaluation and Prediction of Human Reliability”, Proceedings of advances in human factors in nuclear power systems meeting, Knowville, 1986.

Hollnagel E. XE "Hollnagel E."  Human reliability analysis context and Control, Academic Press, New York, 1993.

Keyser (de) V. XE "Keyser (de) V." , "L'erreur humaine", La recherche, 216, 1989, pp. 1444-1455.

Landau M. XE "Landau M."  “Redundancy, Rationality and the problem of Duplication and Overlap”, Public Administration Review, N° 29, 1969, pp. 346-358.

Leplat J. XE "Leplat J." , Rasmussen J. XE "Rasmussen J."  ,Duncan K. XE "Duncan K." , (eds) New Technology and human error, J.Wiley, 1987.

Leplat J. XE "Leplat J." , Erreur humaine, fiabilité humaine dans le travail., Armand Colin, Collection U., Paris 1985.

Levinthal D.A. XE "Levinthal D.A." , March J.G. XE " March J.G." , “The myopia of learning, Strategic Management Journal, Vol 14, 1993, pp. 95-112.

Livet P. XE "Livet P."  “Conventions et limites de la communication”, Hermès, Cognition, Communication, Politique, n° 1, 1988, pp. 121-142.

Menkes J. XE "Menkes J." ,"limits of rationality" pp. 811-829, in: Covello VT XE "Covello VT" et alii (eds.) Environmental impact assessment, technology assessment, and risk analysis, NATO XE "NATO"  ASI series, . G Ecological sciences, vol 4, Springer Verlag, Berlin, Allemagne XE "Allemagne" , 1985.

Montmollin M. (de) XE "Montmollin M. (de)" , L’intelligence de la tâche, Elements d’ergonomie cognitive, Peter lang, Berne,(col Sciences de la communication) 1986.

Morlat G. XE "Morlat G." , Cahuzac A. XE "Cahuzac A."  (EDF-DER XE "EDF-DER" ), "Quantification des erreurs humaines : nécessité d'une nouvelle approche". Congrès de fiabilité et de maintenabilité, Toulouse, Octobre 1982.

Mycielska H. XE "Mycielska H."  , Reason J.T. XE "Reason J.T." , Absent-Minded, the psychology of mental lapses and every day errors, Englewood cliffs, N.J. Prentice Hall.

Norman D.A. XE "Norman D.A." , Cognitive engineers, "User centered system design", Laurence Erlbaum, 1987.

Palmarini Piatelli XE "Palmarini Piatelli" , La réforme du jugement, Odile Jacob, Paris, 1995.

Rasmussen J. XE "Rasmussen J."  , Information processing and human-machine interaction, New York, North Holland, 1986.

Rasmussen J. XE "Rasmussen J." , “Skills, Rules and Knowledge, signals, signs and symbols, and other distinctions in human performance models”, IEEE Transactions on Systems, Man, and Cybernetics, Vol. SMC-13, 1983, pp. 257-266.

Reason J.T. XE "Reason J.T."  L’erreur humaine, PUF, col “le travail humain”, Paris, mai 1993. (Human error, Cambridge University Press, 1988.)

Simon H.A. XE "Simon H.A." , “Information Processing Models of Cognition”, Annual Review of
Psychology, n° 30, 1979, pp. 363-369.

Simon H.A. XE "Simon H.A." , Models of Man, Bailey, New York,1957.

Simon H.A. XE "Simon H.A." ,Newell A XE "Newell A" , Human Problem Solving, Englwood Cliffs, Prentis Hall, 1972.

Tversky A. Kahneman XE "Tversky A. Kahneman" , "Judgment Under Uncertainty : Heuristics and Biases", Science, 185, 1974, pp. 1124-31.

Van Daele A. XE "Van Daele A."  “Complexité des systèmes et erreur humaine”, Sécurité, Vol 1,; n° 6, Août 1993, pp. 25-32.

Vergnaud G. XE "Vergnaud G." : "sciences cognitives, neurosciences , communication", pp. 143-156, in Actes du colloque “ Carrefour des sciences”, séance plénière du CNRS: l'interdisciplinarité, 12-13 Février, 1990, Palais de l'UNESCO.

Wanner J.C XE "Wanner J.C" . “Comment combattre les erreurs ?”, Annales des Mines, Octobre 1997, pp. 93-96.
Weick K.E. XE "Weick K.E." , “Mental Models of High Reliability Systems”, Industrial Crisis Quarterly 3, pp. 127-132., 1987.

Weinstein C.N. XE "Weinstein C.N." , "It won't happen to me: cognitive and motivational sources of unrealistic optimism". Department of Psychology, Rutgers University, 1970 (polygraphié).

Wisner A. XE "Wisner A." , Les travailleurs face aux systèmes complexes et dangereux”, INTEFP XE " INTEFP" , Marcy l’Etoile, 1988, pp. 197-228.

Wisner A XE "Wisner A" ., Ergonomie et neurophysiologie du travail, analyse de la situation de travail, méthode et techniques, cours du CNAM XE "CNAM" , Edition 1990-1991.

Wittgenstein L. XE "Wittgenstein L." , De la Certitude, Paris, Gallimard, 1965.


Fiabilité humaine et émotion

Assailly J.P XE "Assailly J.P" , “Enfance, adolescence et peur de l’accident, Une approche psychogénétique en sécurité routière”, Recherche Transports Sécurité XE "Recherche Transports Sécurité" , n°22, Juin 1989, pp. 49-54.

Bernhardt V. XE "Bernhardt V." , Hoyos C.G. XE "Hoyos C.G." , Hauke G. XE " Hauke G."  “Psychological Safety Diagnosis”, Journal of Occupational Accidents, 1984, n° 6, pp. 61-70.

Bretty Y. B. XE "Bretty Y. B." , “Psychologie de l’homme face au risque”, Face au risque, n° 278, décembre 1991, pp. 34-45.

Chanlat B. XE "Chanlat B." , “Psychopathologie du travail et management” Revue Prévenir, “Travail et santé mentale”, n° 20, 1er semestre 1990, pp. 89-94.

Cru D. XE "Cru D."  “La paradoxale éloquence sur la peur des agents de conduite de train : clamer la peur pour calmer l’angoisse”, in in Colloque international de psychodynamique et psychopathologie du travail, CNAM, Paris, 30-31 Janvier 1997.

Cuny X XE "Cuny X" , “Le comportement de prise de risque dans le travail”, Revue de psychologie appliquée, 1987 a, 37, 1, pp. 1-11.

Daujard E. XE "Daujard E." , “La prise de risque chez les sapeurs-pompiers”, Préventique-Sécurité, N° 23, 1996 p 14.

Dejours C. XE "Dejours C."  Le facteur humain, PF, Que-sais-je ? Paris, 1995.

Derouet J.L XE "Derouet J.L" , Torny D. XE "Torny D." , Lemieux C. XE " Lemieux C." , “Quelques figures de l’alerte”, Actes de la 5e séance du Séminaire du Programme Risques Collectifs et Situations de Crise (SHS XE "SHS" , CNRS XE "CNRS" ), 5 février 1996, Ecole des Mines de Paris XE "Ecole des Mines de Paris" , pp. 111-161.

Dessors D. XE "Dessors D."  Schram J. XE "Schram J."  “La peur au coeur”, Enquêtes sur la peur Informations sociales, , n° 24, 1992, pp. 80-90.

Drake C.A. XE "Drake C.A." , "Accidents proneness, a hypothesis", Character and personnality, Vol.IOII pp.335-341.

Dupuy Jean Pierre XE "Dupuy Jean Pierre" , La Panique, Delagrange, Paris,1991.

Goguelin P. XE "Goguelin P." , Cuny X. XE " Cuny X." , La prise de risque dans le travail, Octares/Entreprises, Marseille, 1988.

Guitton C. XE "Guitton C."  (Espace famille 92 XE "Espace famille 92" ), Monroy M. XE "Monroy M." ,(psychiatre) Fournier A. XE "Fournier A." , Kervern G. XE "Kervern G." , Le risque psychologique majeur, Institut des cindyniques-ESKA, Paris, 1996.

Ludborzs B. XE "Ludborzs B."  (ed), Nold H. XE " Nold H."  (ed), Ruttinger B XE "Ruttinger B"  (ed), Psychologie de la sécurité au travail 8 et atelier, 1995, Laubach, (RFA) 22-24 mai 1995, Roland Asanger Verlag, Heidelberg, Allemagne XE "Allemagne" 1996.

Mendel G.  XE "Mendel G. " , La conduite des tranches nucléaires. La dimension des facteurs humains et son incidence sur la sûreté. Rapport d’étude pour EDF-DER XE "EDF-DER" , département ESF XE "ESF" , novembre 1989.

Obertelli P. XE "Obertelli P."  (Ecole Centrale XE "Ecole Centrale" ), “Effets des mouvements psycho-émotionnels sur l’organisation de la pensée face à une situation de risque”, Revue Internationale de Psychologie, vol III, n° 4, 1996, pp. 163-178.

Obertelli P. XE "Obertelli P."  Attitudes et conduites face au risque, deux études en milieu technologique nucléaire et en milieu technologique classique, thèse de doctorat de Psychologie, Université de Paris X-Nanterre XE "Université de Paris X-Nanterre" , Nanterre, 1993.

Sivadon P. XE "Sivadon P." , Fernandez A., XE "Fernandez A.,"  L'étude des attitudes psychologiques des travailleurs nucléaires vis-à-vis du risque radio-actif. Rapport Euratom, ref Eur. 419 8 F, Bruxelles 1968.

Svenson O. XE "Svenson O." ,"Are we all among better drivers ?" Université de Stockholm, (polygraphié) 1979.

Approches du groupe

SEW USOCOME, XE " SEW USOCOME,"  “Analyse préventive des accidents. La chasse aux “Pannous” (potentialités d’accidents neutralisés par nous), Travail et Sécurité, n° 566, Novembre 1997, p 37.

Barton A., XE "Barton A.,"  Communities in disaster, Anchor Books, New York, 1969.

Becker XE "Becker" , Outsiders, studies in the sociology of deviance, The Free Press, New York, 1973.

Bondu D. XE "Bondu D." , De l'usine à la communauté: l'institution du lien social dans le monde de l'usine, 3ème cycle EHESS,1981.

CAPP XE "CAPP"  (Centre d’analyse des pratiques professionnelles XE "Centre d’analyse des pratiques professionnelles" ) (Fillion Fabienne XE "Fillion Fabienne" , Gilon Christiane XE "Gilon Christiane" , Jaillon Dominique XE "Jaillon Dominique" , Ville Patrice XE "Ville Patrice" , Blique J XE "Blique J" , Giust Desprairies F XE "Giust Desprairies F" , Weber L. XE "Weber L." ), Critique de la vie quotidienne dans les centrales nucléaires, rapport d’enquête de Juillet 1989, Paris, Ronéo, 83 pp.

Chabaud C. XE "Chabaud C."  et alii, "Etude sur l'organisation des équipes de conduite, dans les industries à haut risque", Rapport de fin d'étude, Toulouse, Université Toulouse le Mirail, 1987, 120 p.

Doise W XE "Doise W" , “l’importance d’une dimension principale dans les jugements collectifs”, L’année Psychologique, Fascicule I, 1970, pp. 151-159.

Janis I.L. XE "Janis I.L." , Victims of groupthink, Houghton Mifflin, Boston, 1972.

Kandaroun R. XE "Kandaroun R." , Huez D. XE "Huez D." , “Le collectif dans les activités de consignation en centrale nucléaire, Actes du Congrès de la Société d’Ergonomie de Langue Française, Lille, 1992.

Milgram S. XE "Milgram S." , Soumission à l'autorité, Calmann Lévy, Paris, 1974 .

Moscovici S., XE ""  XE "Moscovici S.,.i."  Zavalloni M.;, “The group as a polarizer of attitude”, Journal of Personnality and Social Psychology, n° 12, 1969, pp;. 125-135.

Moscovici S. XE "Moscovici S."  ,Mugny G. XE "Mugny G." , Papastamou S. XE "Papastamou S." , "sleeper effect", ou effet minoritaire ?, Etude théorique et expérimentale de l'influence sociale à retardement." Cahiers de psychologie cognitive. Vol 1 n°2, Juin 1981, 199-221.)

Moscovici S. XE "Moscovici S." , Psychologie des minorités actives, PUF, Paris, 1979.

Obertelli P. XE "Obertelli P."  (Ecole Centrale) “Le groupe de travail face aux risques en milieux industriels”, Paris, 1995.

Porac J.F. XE "Porac J.F."  Thomas H. XE "Thomas H."  Baden-Fuller C. XE "Baden-Fuller C."  “Competitive Groups as Cognitive communities : The case of Scottish Knitwear Manufacturers”, Journal of Management Studies, Vol. 26, 1989, pp. 397-416.

Teger A. XE "Teger A." , Pruitt D. XE "Pruitt D."  , “Components of Group Risk Taking”, Journal of Experimental Social Psychology, 1967, pp. 189-205.

Stoner J.  XE "Stoner J. " “Risky and cautious shifs in group decisions : the influence of widely held values”, Journal of Experimental Social Psychology, 1968, pp. 442-459.

Wallach M.A. XE "Wallach M.A." , Kogan N. XE "Kogan N." , et alii, "Group influence on individual risk taking," Journal of abnormal and social psychology, 65/2, Août 1962, pp. 75-86.

Approches du risque à la règle et à la procédure

Perusse M. XE "Perusse M."  “Les normes du comportement. Les méthodes et les procédures sécuritaires”, Travail et Santé, vol 7, n° 4, 1991, pp. 35-39.

SORISTEC  XE "SORISTEC " , GDR 949 du CNRS XE "GDR 949 du CNRS"  : atelier “facteur humain et procédures”, compte rendu des sessions de Chantilly et de Draveil
(Mars 1990 et Novembre 1990).

Approches du risque organisationnel et social

Difficultés de l’organisation face au risque

Abramovici M. XE "Abramovici M."  (GRID XE "GRID"  Ecole Normale Supérieure de Cachan, XE "Ecole Normale Supérieure de Cachan,"  IPSN XE "IPSN" ) La prise en compte des facteurs organisationnels dans les méthodes d’analyse des risques. Note de recherche GRID XE "GRID"  (Groupe de recherche sur le risque, l’information et la décision XE "Groupe de recherche sur le risque, l’information et la décision" ), n° 96-07, Mars 1997.

Bovens M. XE "Bovens M." , Thart P. XE "Thart P." , Understanding policy fiascoes, Transaction Publishers, London, 1996.

Charbonneau S. (Université de Bordeaux) XE "Charbonneau S. (Université de Bordeaux)" , “Pour une analyse des défaillances institutionnelles”, Sécurité-revue de préventique, N° 7, Octobre 1993.

Dupuy F. XE "Dupuy F." , Thoenig J.C. XE "Thoenig J.C." , “Public Transportation policy making in France as an implementation problem, Policy Sciences, Vol 11, n 1, 1979, pp. 1-18.

Dwyer T. XE "Dwyer T." , Life and Death at work. Industrial accidents as a case of socially produced error, New York, Plenum Press, 1991.

Dynes R. XE "Dynes R." , Organized behavior in disaster, Heath, Lexington, 1970.

Embrey D.E. XE "Embrey D.E." , “Incorporating management and organisational factors into probabilistic safety assessment”, Reliability Engineering and System Safety, vol 38, 1992.

Haber S.B. XE "Haber S.B." , O’Brien J.N. XE "O’Brien J.N." , Metlay D.S. XE "Metlay D.S." , Crouch D.A. XE "Crouch D.A." , “Influence of organizational factors in performance reliability”, Vol 1 : overview and detailed methodological development” Report to the U.S. Nuclear Regulatory Commission XE "U.S. Nuclear Regulatory Commission" , NUREG XE "NUREG" /CR-5538, BNL NUREG-52301, 1996.

Hollnagel E. XE "Hollnagel E." , “Latent Failure Conditions and Safety Barriers Integrity”, Joint EECD XE "EECD" /NEA XE "NEA" /IAEA XE "IAEA"  Symposium on Human Factors and Organisation in NPP Outages : impact on Safety, Stockholm, 1995.

Jacobs R. XE "Jacobs R." , Haber S.B. XE "Haber S.B." , “Organizational processes and Nuclear Power Plant Safety”, Reliability Engineering and System Safety, vol 45, 1994.

i.Kendall H. W.; "The Failure of Nuclear Power", in M. Shubik. ed , Risk, Organizations and Society, Kluwer Academic Publications, 1991.

La Porte T.R. XE "La Porte T.R." , Consolini P.M. XE "Consolini P.M." , “Working in practice but not in theory : theoretical challenges of high reliability organizations”, Journal of Public Administration Research and Theory, Vol 1., n° 1, 1991, pp. 19-47.

Laufer R. XE "Laufer R."  L'entreprise face aux risques majeurs. Ministère de l'Environnement 1989.

March J.G.,  XE ""  XE "March J.G., .i." Simon H.A., Organizations;, New York, Wiley, 1958 (trad. Les organisations, Paris, Dunod, 1991.)

Mays C. XE "Mays C."  Poumadère M, XE "Poumadère M,"  “Decentralizing Risk Analysis in Large Engineered Systemes : an approach to articulating technical and socio-organizational dimensions of system performance, Risk Analysis XE "Risk Analysis" , 9-4, 1989.

Mintzberg H. XE "Mintzberg H."  “L’organisation comme un système de flux”, in Structure et dynamique des organisations, les éditions d’organisation, Paris, 1991.

Mintzberg H. XE "Mintzberg H." , The structuring of organizations, a synthesis of the research, Prentice Hall, New York,1981.

Modaress M XE "Modaress M" , Wreathhall A XE "Wreathhall A" , “A framework for assessing influence of organization on plant safety,” Reliability Engineering and System Safety, vol 38., 1992.

Morvan J. XE "Morvan J."  (Inspecteur général de l’armement, CR), “Effet de taille et niveau de sécurité de l’entreprise”, Préventique-Sécurité, n° 30, 1997, p 6.

Osty F. XE "Osty F." , Uhalde M XE "Uhalde M" , (LSCI XE "LSCI" , CNRS XE "CNRS" ), La régulation sociale en centrale nucléaire, les conditions sociales de l’extension des centrales deux tranches : le cas de Flamanville, travaux sociologiques du LSCI, n° 26, IRESCO XE "IRESCO" , 1993.

i. Pearson J.S.; : "Organizational response to occupational injury and disease: the case of the uranium industry, Social forces, 57 (1) septembre 1978..

Ross J. XE "Ross J."  et Staw B.M XE "Staw B.M" , “Organizational Escalation and Exit : Lessons from the Shoreham Nuclear power Plant”, Academy of Management Journal, vol 36, n° 4, 1993.

Thoenig J.C. XE "Thoenig J.C." , Setbon M., XE " Setbon M.,"  “L’action collective organisée face au risque : d’un cadre conceptuel au cas du risque-sida”, Actes de la seconde séance du Séminaire du Programme Risques Collectifs et Situations de Crise XE "Séminaire du Programme Risques Collectifs et Situations de Crise"  du CNRS XE "CNRS" , Ecole des Mines de Paris XE "Ecole des Mines de Paris" , 5 Février 1995.

Shubik M  XE "Shubik M " (ed) Risk, Organizations and Society, (Studies in Risk and Uncertainty), Kluwer Academic Publishers, Boston, 1991.

Organisation industrielle comme facteur de risque environnemental

CNPF-AFITE APCCI XE "CNPF-AFITE APCCI" , Ministère de l'Environnement, Comité Français pour l'année européenne de l'environnement, L'environnement et l'entreprise: la France au sein de l'Europe de 1992., Paris, 1988.

Constanty H. XE "Constanty H." , A.Gillet et A.Vidalie, "Patrons et riverains, in A pour Affaires économiques, N° 8, Mai 1990.

Duclos D. XE "Duclos D."  (dir.), De l'Usine, On peut voir la Ville, Echanges Sciences sociales, Paris, 1981.

Duclos D. XE "Duclos D."  "National report on Industrial relations and the Environment : the case of France", European Foundation For The Improvement of Living and Working Conditions, Dublin, 5-6 Nov 1990.

Duclos D. XE "Duclos D."  Thèse pour le Doctorat d'Etat déposée auprès de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris XE "Institut d'Etudes Politiques de Paris" , sous la direction du professeur R.Sainsaulieu, et soutenue le 3 décembre 1987, sous le titre: "le risque industriel: De l'identité institutionnelle au sujet civil: les acteurs sociaux face aux impacts des activités industrielles sur l'environnement naturel et humain.", devant un jury composé de Madame le Professeur Mary Douglas, et Mrs les Professeurs Jean Leca, Jacques Lautman, Renaud Sainsaulieu et Pierre Tripier.

Duclos D. XE "Duclos D." , Les Industriels face aux impacts de leur activité sur l'environnement naturel et social. Editions l'Harmattan, Paris, Décembre 1991, Paris, 250 pp.+ bibl.

Duclos D. XE "Duclos D." La civilité industrielle : les dirigeants des grandes entreprises face aux risques pour l'environnement. LSCI-Ministère de l'environnement, Paris Juin 1990.

Duclos D. XE "Duclos D." , “L’industrie se met au vert ? des Patrons répondent”, Préventique N° 37 Janvier 1991.

Engler R. XE "Engler R." , The politics of Oil, University of Chicago  XE "University of Chicago " Press, Chicago, 1961.

Entreprise et progrès XE "Entreprise et progrès" , L'entreprise et l'Environnement, Janvier 1990.

Eurochambres XE "Eurochambres" , colloque "les Petites et moyennes Entreprises face aux exigences de la protection de l'environnement", Eurochambres XE "Eurochambres" , Bruxelles, 4 et 5 Février 1988.

Guérin-Henni A. XE "Guérin-Henni A." , Avec la collaboration de D. Paty, Les pollueurs, luttes sociales et pollutions industrielles, Seuil, Paris, 1980.

Lény J.C. XE "Lény J.C." , PDG de Framatome XE "Framatome" , au Congrès de l'ENS XE "ENS"  à Karlsruhe sur l'énergie nucléaire, 6 Juin 1989.

Maes. M XE "Maes. M" ," Le risque industriel majeur", C.P.E. cahier n°72, Juillet 1986.

Martinet A. XE "Martinet A."  "Le cheval de Troie, ou externalités et comportement stratégique de l'entreprise". Les cahiers lyonnais de recherche en gestion, 1980, n°3, 18 p.

Marvillet J. XE "Marvillet J." , Coordinateur environnement du groupe Total, "Environnement et raffinage" Total Information, n°112 1989, "Environnement".

Société Union Carbide XE "Société Union Carbide" ,"L'accident de Bhopal", Les Annales des Mines, Octobre-Novembre 1986., pp.73-77.

Tramier B. XE "Tramier B." , Conjuguer Industrie et Environnement, Elf Aquitaine, Brochure 1989.

TRES (Touche Ross Europe Service) XE "TRES (Touche Ross Europe Service)" , enquête sur les entreprises et l'environnement, 1989.

Turner J.S. XE "Turner J.S." , The Chemical Feast, Grossman, New York, 1972.

i.Vietor R.;, Environmental politics and the Coal Coalition, College Station, A. and M. University, 1980, 285 p.

Winter G. XE "Winter G." , Entreprise et Environnement, une synergie nouvelle, analyse et guide en 28 modules-pilotes avec un exemple concret du système de gestion écologique intégrée (le modèle Winter) , McGraw-Hill, Paris, 1989.

Irrationnel et logique passionnelle dans les organisations

Ackermann W.  XE "Ackermann W. " Carpentier-Roy M.C. XE "Carpentier-Roy M.C." , Mendel G. XE "Mendel G." , Reicher-Brouard V. XE "Reicher-Brouard V." , Torrente J. XE "Torrente J." , “Psychodynamique du travail et théories du pouvoir”, in Colloque international de psychodynamique et psychopathologie du travail, CNAM, Paris, 30-31 Janvier 1997.

Adorno T.W. XE "Adorno T.W." , E.Frenkel-Brunswik et alii, The Authoritarian Personality, Harper and Row, New York, 1950.

Asch S.E. XE "Asch S.E." , "Independance and conformity in the Asch experiment as a reflexion of cultural and situational factors : a comment on Perrin and Spencer". British Journal of Social Psychology, n° 20, 1981, pp. 223-235.

Brockner J. XE "Brockner J." , Entrapment in escalating conflicts. , Springer, New York, 1985.

Brunsson N. XE "Brunsson N." , The irrational Organization, Chichester, Wiley, 1985.

Dejours C. XE "Dejours C."  “La communication dans les organisations : de la pathologie à la distorsion intentionnelle”, pp. 247-262 in Les sciences sociales et l’entreprise, cinquante ans de recherches à EDF XE "EDF" , préface de Marcel Boiteux XE "Boiteux" , (sous la direction de Meynaud H.Y. XE "Meynaud H.Y." ), Editions La Découverte, Paris, 1996.

Devereux G XE "Devereux G" ., Essais d'ethnopsychiatrie générale, Gallimard, Paris, 1970.

Doray B XE "Doray B" , Le taylorisme, une folie rationnelle ?, Dunod, Paris, 1981.

Enriquez E. XE "Enriquez E." , De la horde à l'Etat, Essai de psychanalyse du lien social., Gallimard, Paris, 1983.

Enriquez E. XE "Enriquez E." ,"Imaginaire social, refoulement et répression dans les organisations", Connexions, n° 3, 1972.

Freud S. XE "Freud S." , Malaise dans la civilisation, PUF, Paris, (première édition en Français, 1971).

Girard R. XE "Girard R."  Le bouc émissaire, Grasset, 1982.

Landau M., XE "Landau M.,"  Stout R XE " Stout R" , “To manage is not to control : or the folly of type II errors”, Public Administration Review, 39.1, Janvier-Février 1979, pp. 148-156.

March J.G XE "March J.G" , “For a technology of Foolishness”, in Leavitt H XE " Leavitt H" . et al., Organizations in the future, Praeger Publishers, New York, 1974.

Weick K.E. XE "Weick K.E." , “The collapse of Sensemaking in Organizations : The Mann Gulch Disaster”, Administrative Science Quarterly, vol 38, 1993, pp. 628-652.

Limites et distorsions de l’expertise scientifique des risques

Amalberti R. XE "Amalberti R." , La conduite des systèmes à risque, PUF, Paris.

Amalberti R XE "Amalberti R" , “Paradoxes de la sécurité des grands systèmes à risques”, Performances humaines et techniques, n° 78, septembre 1995 pp. 45-55.

Amalberti R XE "Amalberti R" , (Hôpital du Val de Grâce XE "Hôpital du Val de Grâce" , IMASSA XE "IMASSA" , DGAC-SFACT XE "DGAC-SFACT" ), “paradoxes aux confins de la sécurité absolue”, Annales des Mines, pp. 1-10, 1997.

Barel Y. XE "Barel Y." , Le paradoxe et le système, Presses universitaires de Grenoble, Grenoble, 1979.

Callon M. XE "Callon M."  (CSI XE "CSI" , Ecole des Mines de Paris XE "Ecole des Mines de Paris" ) “Irrésistible ascension et limite de la science”, inTubiana M., XE "Tubiana M.,"  Pélicier Y. XE "Pélicier Y."  (dirs.) Atome et Société, actes du colloque des 30-31 Mai 1996, Palais du Luxembourg, Paris, pp. 61-65.
Charbonneau S. XE "Charbonneau S." , “La capture des experts”, Préventique-Sécurité, n° 28, 1997, p 7.

Duclos D. XE "Duclos D."  "L'expertise du risque: ou la science saisie par la raison d'Etat", Revue Autrement, Novembre 1991.

Duclos D. XE "Duclos D."  L'expertise modifiée par la demande, une approche sociologique de l'expertise des risques pour l'environnement, Ministère de l'Environnement,-SRETIE, 1989.

Fischbeck P. XE "Fischbeck P." , “Epistemic Uncertainty in Rational Decisions”, PHD Standford University XE " Standford University" , Décembre 1990.

Habermas J. XE "Habermas J." , La technique et la science comme idéologie, Gallimard, Paris,1973.

Menkes J. XE "Menkes J." ,"Limits of rationality" pp. 811-829, in: Covello et alii (eds.) Environmental impact assessment, technology assessment, and risk analysis, NATO ASI series. Ecological sciences, vol 4, Springer Verlag, Berlin, 1985.

O'Riordan T. XE "O'Riordan T." , "Political decision making and scientific indeterminacy", in: Environmental Impact Assessment, NATO ASI series, vol G4, Springer-Verlag, Berlin, 1985.

Approches sociologiques (les acteurs comme catégories et identités)

Crozier M. XE "Crozier M." , Friedberg E. XE "Friedberg E." , L'acteur et le système, Seuil, 1977.

Desmarez P XE "Desmarez P" ., La sociologie industrielle aux Etats-Unis, Armand Colin, Paris, 1986.

Duclos D. XE "Duclos D." , "L'ingénieur face au risque", Sociologie du Travail , XXXI-3 1989.

Duclos D. XE "Duclos D."  Civilité, Risque technologique, Nature : de nouveaux objets pour la sociologie, intervention au Séminaire "Social Order and Civilizing Process", organisé par le ESRC XE "ESRC"  et le Secteur SHS du CNRS XE "CNRS"  à Cumberland Lodge, Windsor, 3-5 Septembre 1990.

Duclos D. XE "Duclos D." , “la sociologie des risques technologiques”, Colloque “Facteurs humains de la fiabilité et de la sécurité des systèmes complexes”, INRS, Vandoeuvre.17-18 Avril 1991.

Duclos D., XE " Duclos D.,"  La peur et le savoir, la société face à la science, la technique et leurs dangers, La Découverte, coll. "science et société", Paris, 1989, 320 pp.

Gras A. XE "Gras A." , Grandeur et dépendance. Sociologie des macro-systèmes techniques, PUF, 1993.

Kreps G. XE "Kreps G." , "Sociological inquiry and disaster Research," Annual Review of Sociology, vol. 10, Palo Alto, 1984.

Latour B  XE "Latour B " : cf. "Note sur l'anthropologie de la raison", in les pouvoirs de la science, un siècle de prise de conscience, textes présentés et recueillis par D. Janicaud, Paris, Librairie philosophique J.Vrin, 1987.

Latour B. XE "Latour B." , "Le chercheur aussi est un négociateur rusé: sciences et technologies, des produits sociaux." Economie et Humanisme, N° 262, 1981.

Mendel G.  XE "Mendel G. " “Une observation de terrain : les opérateurs de conduite des tranches nucléaires”, 1988-1989, , in La société n’est pas une famille, de la psychanalyse à la socio-psychanalyse, La Découverte, Paris, 1993, pp. 113-132.

Meynaud H.Y XE "Meynaud H.Y" , l'insertion des femmes dans le secteur nucléaire à EDF-GDF, GRETS XE "GRETS" , Paris, juin 1985.

Pestre D. XE "Pestre D." , Jacq F. XE " Jacq F." , Une recomposition de la recherche académique et industrielle en France dans l’après-guerre, 1945-1970, nouvelles pratiques, formes d’organisation et conceptions politiques, Sociologie du Travail, n ° 3, 96, vol 38, 1996, pp. 276-277.

Sainsaulieu R. XE "Sainsaulieu R." ,L'identité au travail, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, coll. références, seconde édition 1985.

Approches centrées sur le système

Amalberti R. XE "Amalberti R."  La conduite des systèmes à risques, Le Travail Humain, PUF, Paris, 1996.

Bertalanfy L (Von) XE "Bertalanfy L (Von)" , théorie générale des systèmes, Paris, Dunod, 1973.

Bieder C. XE "Bieder C."  Barbet J.F XE "Barbet J.F"  (SECTOR XE "SECTOR" ), “Voies de réflexion sur la collaboration de la systémique, l’analyse des risques et l’ergonomie”, Phoebus, la revue de la sûreté de fonctionnement, n° 2, 1997.

Courrèges M. XE "Courrèges M." , Azevedo C. XE "Azevedo C."  “La systémique appliquée à la maintenance industrielle”, Maintenance et Entreprise, 1995.

Dazord N XE "Dazord N" , “Ergonomie et méthodologie, illustration de délimitation de systèmes”, Préventique-Sécurité, supplément Sciences et techniques, N° 19, Février 1995.

Lapierre W. XE "Lapierre W."  L’analyse des systèmes. L’application aux sciences sociales, Syros, Paris, 1992.

Hériard-Dubreuil G XE "Hériard-Dubreuil G" ., “Action distribuée et risque”, 4 e rencontres du programme “Modélisation de la complexité, les 9 et 10 Juin 1994, Aix en Provence. (repris dans Les cahiers du groupe d’épistémologie des Cindyniques, n°1, Janvier 1995 “la fonction sociale de la confiance : action collective et délégation de responsbilité face au risque”.

Kervern G.Y. XE "Kervern G.Y." , “Généralisation du concept de déficit systémique cindynogène”, Groupe Epistémologie, Institut Européen des Cindyniques, Février 1993.

Lemoigne J.L XE "Lemoigne J.L" . , La modélisation des systèmes complexes, Dunod, Paris, 1991.

Luhmann Niklas XE "Luhmann Niklas" , Ecological Communication, The University of Chicago Press, Polity Press, Cambridge, 1989. (Ökologische Kommunikation : Kann die moderne Gesellschaft sich auf ökologische Gefährdungen einstellen ?, 1986, West deutsches Verlag GmbH, Opladen.

Montmollin M (de) XE "Montmollin M (de)"  Les systèmes hommes-machines, PUF, Paris, 1967.

Norman D.A. XE "Norman D.A." , “Cognitive engineers : user centered system design", Laurence Erlbaum, 1987.

Orton J.D. XE "Orton J.D." , Weick K.E. XE "Weick K.E." , “Loosely Coupled Systems, a Reconceptualization, Academy of Management Review, vol 15, n° 2, 1990, pp. 203-223.

Paté-Cornell M.E. XE "Paté-Cornell M.E."  “The SAM framework : a system analysis approach to modeling the effects of management on human behavior in risk analysis”, Risk Analysis, Vol. 16, n° 4, pp. 501-515, 1996.

Simon H. XE "Simon H."  Sciences des systèmes, sciences de l’artificiel, Dunod, Paris, 1991.

Vallée F. XE "Vallée F." ,(GLYSI XE "GLYSI" ) Barbet J.F. XE " Barbet J.F."  (.i.SECTOR;), “Sûreté de fonctionnement des systèmes programmés”, Maintenance et Entreprise, 1996.

Varela F. XE "Varela F."  Connaître les sciences cognitives, Seuil, Paris , 1989.

Villemeur XE "Villemeur" , Sûreté de fonctionnement des systèmes industriels, Eyrolles, Paris, 1988.

Approches par activité (type de système)

Dumitru-Stan R. XE "Dumitru-Stan R." , Détection et diagnostic des défaillances des installations de climatisation, ENSMP XE "ENSMP" , Paris, 1996.

Abribat J.C  XE "Abribat J.C " (CRAM Midi-Pyrénées XE "CRAM Midi-Pyrénées" ), Aussel H. XE "Aussel H."  (INRS XE "INRS" ), Avignon M.  XE "Avignon M. " (CRAM Normandie XE "CRAM Normandie" ), Hou H XE "Hou H" , (CRAM Aquitaine XE "CRAM Aquitaine" ), Huré P. XE " Huré P."  (INRS XE "INRS" ), Laforest J.C. XE "Laforest J.C."  (INRS), Lardeux P. XE "Lardeux P."  (CNAMTS XE "CNAMTS" ), Millet B. XE "Millet B."  (CRAM Rhône-Alpes XE "CRAM Rhône-Alpes" ) Introduction à l’analyse des risques technologiques dans les procédés chimiques, INRS, Paris, 1988.

Dubier P. XE "Dubier P."  Majot B. XE "Majot B." , “Recherche des dangers et des risques dans la mise en oeuvre de d’essais de laboratoire ou de site”, p. 24, Préventique-Sécurité,.n° 22, 1996.

Escande J. XE "Escande J." , Lannoy A XE "Lannoy A" . “Les risques chimiques industriels”, La Recherche, n° 207, 1989, pp. 280-290.

Niskanen T. XE "Niskanen T."  Accident risks and preventive measures in materials handling at construction sites. Labour Policies Studies 46, Työ misteriö (PL 524, 00101Helsinki), 1993.

Porte C.  XE "Porte C. " (Laboratoire de chimie industrielle XE "Laboratoire de chimie industrielle" ) Delacroix A. XE " Delacroix A."  , Cuny X, (Chaire d’hygiène et de sécurité du travail XE "Chaire d’hygiène et de sécurité du travail" , Conservatoire National des Arts et Métiers XE "Conservatoire National des Arts et Métiers" , CNAM XE "CNAM" ), “Gestion de la sécurité des pilotes chimiques polyvalents automatisés”, INRS, Note documentaire n° 148, 1992.

"Accident nucléaire : prévention, mesures d'urgence, réparation", Problèmes politiques et sociaux, dossiers d'actualité mondiale, N° 5 52-553, La Documentation Française, Paris, Janvier-Février 1987.


Approches probabilistes du risque

American Nuclear Society XE "American Nuclear Society" , “One search for measures of maintenance effectiveness in Safety”, Proceedings of Probabilistic Assessment and Management Conference, 1991.

Berger J.P. XE "Berger J.P." , “Evaluation probabiliste de la fiabilité humaine et essais sur simulateur”, communication présentée au colloque : “Facteurs Humains de la fiabilité et de la sécurité des systèmes complexes”, INRS, Nancy, 17-18 Avril 1991.

Bessis J. XE "Bessis J."  La probabilité et l'évaluation des risques. Masson, Paris, 1984.

Brisbois J. XE "Brisbois J."  Lanore J.M. XE "Lanore J.M." , Villemeur A. XE "Villemeur A."  , Berger J.P. XE "Berger J.P." , De Guio J.M. XE "Guio J.M." , “Les études probabilistiques de sûreté des centrales nucléaires françaises de 900 et 1300 MW”, Revue générale Nucléaire, N° 6, 1990.

Carle R.  XE "Carle R. "  (WANO XE "WANO" - World association of Nuclear operators XE "World association of Nuclear operators"  (entretien avec) “je reste optimiste pour le nucléaire”, Revue Générale Nucléaire, n° 1, Janvier 1997, “Sûreté des réacteurs nucléaires : mieux connaître les accidents improbables”, pp. 72-73.

Carnino A XE "Carnino A" ., Cours de Fiabilité, Etudes probabilistes de sûreté, Institut National des Sciences et Techniques Nucléaires, Paris, 1976.

Desroches A. XE "Desroches A." (CNES XE "CNES" ), Concepts et méthodes probabilistes de la sécurité, Lavoisier-Tech,Doc, Paris, 1995.

Evrard JM XE "Evrard JM"  et alii (IPSN XE "IPSN" , EDF XE "EDF" /SEPTEN XE "SEPTEN" ), “Les études probabilistes de sûreté de niveau 2”,Revue Générale Nucléaire, n° 1, Janvier 1997, “Sûreté des réacteurs nucléaires : mieux connaître les accidents improbables”, pp. 18- 20.

Kuzmack A.M. XE "Kuzmack A.M." , McGaughy R.E. XE "McGaughy R.E." , "Quantitative risk assessment for community exposure to vinyl-chloride", Washington D.C., EPA, 5 décembre 1976.

Maigne J.L. XE "Maigne J.L." , La modélisation des systèmes complexes, Dunod, Paris, 1990.

Morlat G.  XE "Morlat G. " "Introduction à l'emploi des méthodes bayesiennes pour l'étude des événements rares", polycop. EDF. 18.4.1978.

Morlat G. XE "Morlat G."  “Grands risques et probabilités”, Culture Technique, n° 11, 1983, pp. 103-107.

Morlat G. XE "Morlat G." , "Un modèle pour certaines décisions médicales," Cahiers du séminaire d'économétrie, Paris VII, Jussieu, 1975.

Nijkamp P. XE "Nijkamp P." et alii , Measuring the unmeasurable, NATO ASI Series, Martinus Nijhoff, Boston, 1985.

Paté-Cornell M E XE "Paté-Cornell M E" , “Probabilistic interpretation of command and control signals : bayesian updating of the probability of nuclear attack”, Reliability Engineering and System Safety, Vol 47, n° 1, pp. 27-36, 1995.

Paté-Cornell .M.E. XE "Paté-Cornell .M.E." , Regan P XE "Regan P" ., “Dynamic risk management systems : concepts and illustration”, in Applications of statistics and probability, Le maire, Fabre, Mébarki eds, 1995.

Paté-Cornell M.E. XE "Paté-Cornell M.E."  Murphy D.M., “Human and management factors in probabilistic risk analysis : approach and observations from recent applications” , Reliability Engineering and System Safety, vol 53, pp. 115-126, 1996.

Rasmussen J. XE "Rasmussen J."  et alii, Reactor Safety Study, Springfield, US-NRC, Wash-1400, NUREG 75 10 14, 1975.

UIC XE "UIC"  (Union des Industries Chimiques XE "Union des Industries Chimiques" ), Cahier des sécurité n° 1, “L’analyse préliminaire des risques.” Cahier de sécurité n° 4, “L’analyse des modes de défaillance des effets et des probabilités”, UIC, Paris, 1981.

Vigneron C XE "Vigneron C" , INRS XE "INRS" , “L’injection des fautes. méthodes et outils existants pour la validation des dispositifs électroniques à vocation sécuritaire. Cahiers de notes documentaires, hygiène et sécurité du travail, n° 169, 4e trimestre 1997.

Approches déductives

Chesnais M XE "Chesnais M" , “Construire et exploiter un arbre des causes, “ Cahiers de la mutualité dans l’entreprise, n° 28-29, pp. 29-45.

Damien M XE "Damien M" . “Analyse des modes de défaillance des installations pyrotechniques.” Revue générale de sécurité, N° 48, 1985, pp. 46-52.

Gautier-Gaillard S.  XE "Gautier-Gaillard S. " “Arbres, graphes, diagrammes et analyses logiques”, GRID, ENS de Cachan, Note de recherche n° 95-06., 1995.

Hendrick K. XE "Hendrick K." , Benner L. XE "Benner L."  Investigating accidents with STEP. M Dekker, New York, 1987.

Ho M.T. XE "Ho M.T."  “Réflexions sur l’analyse de la sécurité des systèmes, Ses méthodes et ses problèmes”, Cahiers de notes documentaires, INRS XE "INRS" , 1976.

Ho M.T. XE "Ho M.T." , La sécurité des systèmes : aperçu sur les principales méthodes d’analyse-application à l’étude des possibilités d’occurrence d’événements non désirés et leur prévention, INRS XE "INRS" , rapport n° 154/RI, 1974.

INPACT XE "INPACT" , La méthode de l’arbre des causes, Paris, INPACT, 1986.

Johnson W.G. XE "Johnson W.G." , “MORT : Management oversight and risk tree XE "MORT : Management oversight and risk tree" ” Journal of Safety Research, 1975, 7, 1, pp. 4-15.

Locks M.O.  XE "Locks M.O. " “Fault tree, prime implicants and noncoherence, IEEE Transactions on Reliability, 1980, R 29, 2, pp. 130-135.

Lodel R. XE "Lodel R." , “Analyse des risques d’incendie et d’explosion dans l’industrie du bois, Préventique-Sécurité,.n° 21, 1996, pp. 3-8.

Monteau M. XE "Monteau M." , Favaro M. XE "Favaro M." , “Bilan des méthodes d’analyse a priori des risques, 1. Des contrôles à l’ergonomie des systèmes. 2. principales méthodes de la sécurité des systèmes.” (ND 1768-138-90, ND 1779-139-90) INRS XE "INRS" , Paris, 1990.

Murat T. XE "Murat T."  “Méthode d’évaluation et de lutte contre le risque chimique dans l’industrie”, Préventique-Sécurité,.n° 21, 1996, pp. 8-19.

Pham D XE "Pham D" ., “Quelques facteurs de réussite ou d’échec dans l’entreprise de la méthode “arbre des causes” de l’INRS XE "INRS" . Etude comparative dans deux établissements d’un groupe industriel.” Note Documentaire 1736-135-89. INRS, 1989.


DOMAINE II (Métis) : IMPUTATION ET JUGEMENT DES ACTES RISQUES

Responsabilité

Collège de la Prévention des Risques Technologiques XE "Collège de la Prévention des Risques Technologiques" 
(Avis n° 19 du 31 Mars 1995) “responsabilité et prévention des risques technologiques”. Préventique-Sécurité,.n° 21, 1996, p 73.

Engel L. XE "Engel L." , La responsabilité en crise, Hachette, Paris, 1995.

Institut Européen des Cindyniques XE "Institut Européen des Cindyniques" “La fonction sociale de la confiance : action collective et délégation de responsabilité face au risque”, Les Cahiers du groupe épistémologie des Cindyniques, n° 1, Janvier 1995.

Lagadec P. XE "Lagadec P." , La civilisation du risque : catastrophes technologiques et responsabilité sociale. Paris, le Seuil, 1981.

Leduc X. XE "Leduc X." , (Université René Descartes Paris V XE "Université René Descartes Paris V" , AXA XE "AXA" ) “La responsabilité du fait des produits défectueux : les règles en vigueur en droit interne français, et les règles européennes, in Annales des Mines, Responsabilité et Environnement, juillet 1997.

“Métamorphoses de la responsabilité,” Droit et Culture, n° 31, L’Harmattan, Paris, 1991 .

Nadaud M., XE "Nadaud M.,"  "Proposition de loi sur les responsabilités des accidents dont les ouvriers sont victimes dans l'exercice de leur travail", Chambre des députés, document n°26.60. 1892.

Ost F. XE "Ost F." , “La responsabilité, fil d’Ariane du droit de l’environnement”, Droit et Société, 1995, n° 30, pp. 281-322.

Ricoeur P. XE "Ricoeur P."  “Le concept de responsabilité. Essai d’analyse sémantique”, Esprit, n° 206, 1994, pp. 28-48.

Robin Brice, XE "Robin Brice,"  “systèmes complexes et responsabilité”, Annales des Mines, Octobre 1997, pp. 103-106.

Ethique, Principes de prudence et de précaution

.Agazzi E. XE ".Agazzi E." , Le bien, le mal et la science : les dimensions éthiques de l’entreprise techno-scientifique, PUF, 1996.

i.Bishop John D. ;, “The moral responsability of corporate executive for disasters”, Journal of Business Ethics, Vol. 10, 1991, pp. 377-383.

Cérézuelle D XE "Cérézuelle D" . “De l’ingéniérie du risque à la philosophie de la technique”, Préventique-Sécurité, n° n°19, 1996 p 12.

Chevrillon Hedwige XE "Chevrillon Hedwige"  (animé par), “L’éthique comme l’économie peuvent-elles orienter notre société vers des choix collectifs plus homogènes pour la maîtrise des risques ? “ (Forums de l’Expansion XE "l’Expansion" ) in : colloque organisé par l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques XE "Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques"  avec le concours de l’Institut Européen des Cindyniques XE "Institut Européen des Cindyniques" , le 28 Mars 1996, Annales des Mines, Supplément “Responsabilité et Environnement”, Octobre 1996, pp. 57-67.

.; XE "Godard O."  (dir.), Le principe de précaution dans la conduite de affaires humaines., Paris, Editions de la maison des sciences de l’homme XE "maison des sciences de l’homme" , INRA XE "INRA" , 1997.

Kohlberg L XE "Kohlberg L" . "From Is to Ought," in Mishel T.(ed.), Cognitive Development and Epistemology, 1971, pp. 151-236.

Laverie M.; XE "Laverie M."  “principe de précaution dans le domaine de la sécurité industrielle”, in “Le principe de précaution dans la conduite de affaires humaines. Sous la direction de Godard O. XE "Godard O."  , Paris, Editions de la maison des sciences de l’homme XE "maison des sciences de l’homme" , INRA XE "INRA" , 1997, pp. 141-148.

OPCST XE "OPCST" , IEC XE "IEC" , “Le principe de précaution, le cas des faibles doses”, Annales des Mines, Responsabilité et Environnement, n°2, Avril 1996, n° 3, Juillet 1996.

Rémond-Gouilloud M. XE "Rémond-Gouilloud M."  (Université de Marne-la-vallée XE "Université de Marne-la-vallée" ) “L’incertitude et le droit, dossier “Le principe de précaution”, Annales des Mines, responsabilité et Environnement, avril 1996, pp. 101-106.

Shaw Daniel XE "Shaw Daniel" , "After Tchernobyl, The Ethics of Risk Taking, in :Dower Nigel, Ethics and Environmental responsibility, Averbury Series in Philosophy, Vermont, 1989.

Turpin M.  XE "Turpin M. " (Institut Européen des Cindyniques XE "Institut Européen des Cindyniques" ”), “propos introductifs”, au dossier “Le principe de précaution”, Annales des Mines, responsabilité et Environnement, avril 1996, pp. 99 100.

L’agent du danger entre loi et réglement

Charbonneau S. XE "Charbonneau S."  L’étude de danger des installations classées, Actes du colloque AITASA, IUT de Bordeaux, 1987.

Freyssenet M  XE "Freyssenet M " et alii ;"les techniques productives sont-elles prescriptives?" Cahier du GIP, n°45, 23 Mai 1990.

Gousset P., XE "Gousset P.,"  Le droit des établissements classés, Dunod, Paris, 1968.

Greenhouse L. XE "Greenhouse L." , "Supreme Court rules U.S. must protect workers from toxicants despite costs." Herald Tribune, 19 juin 1981.

Guenther G.C. XE "Guenther G.C."  "la signification pour le salarié aux Etats Unis, de la loi sur la sécurité et l'hygiène au travail," Revue internationale du travail, 105, janvier 1972, pp.67-76.

Hermitte M.A XE "Hermitte M.A" (en coll. avec B.Edelman), L'homme, la nature et le droit, C.Bourgois, 1988 .

Kervern G-Y XE "Kervern G-Y" , L’archipel du danger, introduction aux cindyniques, Economica, Paris, 1994.

Kervern G-Y XE "Kervern G-Y" , Pateyron E.A XE " Pateyron E.A" , “Quelques outils de cindynique urbaine,” Revue de l’Association des Géographes français, Mars 1995.

Kervern G.Y. XE "Kervern G.Y." , Rubise P. XE "Rubise P." Eléments fondamentaux des cindyniques, Editions Economica, Paris, 1991.

Seillan H. XE "Seillan H." , “Le droit comme outil de gestion de la sécurité des systèmes, Préventique, n° 30, Décembre 1989.

Wanner J.C. XE "Wanner J.C." , (3 SF XE "3 SF" , société pour l’avancement de la sécurité et de la sûreté des systèmes de fonctionnement XE "société pour l’avancement de la sécurité et de la sûreté des systèmes de fonctionnement" ), “lettre à un futur ami”, Préventique, n° 23, nov 1988.

Charbonneau S., “De l’inexistence des principes juridiques en droit de l’environnement”, Préventique-Sécurité, n° n°23, 1996.

Criminaliser ou décriminaliser le risque ?

Bessy C. XE "Bessy C."  Chateauraynaud F. XE "Chateauraynaud F." , Experts et faussaires. Pour une sociologie de la perception, Paris, Métailé, 1995.

Boltanski L. XE "Boltanski L."  “Alertes, affaires et catastrophes, logique de l’accusation et pragmatique de la vigilance”, Actes de la cinquième séance du séminaire du programme Risques collectifs et Situations de Crise XE "séminaire du programme Risques collectifs et Situations de Crise" , Département des sciences de l’homme et de la société, XE " Département des sciences de l’homme et de la société,"  CNRS XE "CNRS" , 15 Février 1996, Ecole des Mines de Paris XE "Ecole des Mines de Paris" .

Cabalerro F. XE "Cabalerro F." , Essai sur la notion juridique de nuisance ,Eds LGDS, Paris, 1981.

Cantin R. XE "Cantin R." , Robin B XE "Robin B" , “discussion juridique et technicienne sur un accident”, Préventique-Sécurité, N° 21, 1996, p 28.

Chateauraynaud F XE "Chateauraynaud F" , La faute professionnelle, une sociologie des conflits de responsabilité, Paris, Métailié, 1992.

Conseil d’Etat XE "Conseil d’Etat" , La responsabilité pénale des agents publics en cas d’infractions non intentionnelles, Documentation française, 1996.

Douglas M. XE "Douglas M."  "Risk as a forensic resource", Daedalus, 1990.

Hermitte M.A., XE "Hermitte M.A.,"  “le rôle du droit dans les phénomènes de crise. l’expérience de la transfusion sanguine”, Séminaire du programme Risques Collectifs et Situations de Crise, (Département SHS, CNRS), Actes de la sixième séance, Paris, Ecole des Mines, 6 Juin 1996.

Howel W.C. XE "Howel W.C." , “Toward the descriminalization of error” Contemporary Psychology, Vol 35, n° 3, 1990, pp. 241-242.

Institut européen des Cindyniques XE "Institut européen des Cindyniques"  “Du danger au risque”, Les cahiers du groupe épistémologie des cindyniques, n° 2, Paris, Janvier 1996.

Jaillet R. XE "Jaillet R." , La Faute inexcusable en matière d'accident du travail et de maladie professionnelle, Librairie générae de droit et de jursiprudence, Paris,1980. -260p.

.; XE "Lopez G."  Victimologie, Dalloz, 1997.

Maréchal J.P. XE "Maréchal J.P."  “L’assurance du risque technologique majeur : nécessités et limites”, Ecologie et Politique, Hiver 1996, n° 18-19, pp. 47-65.

Saint Jours Y. XE "Saint Jours Y." , "une innovation en matière de prévention des accidents du travail: la faute inexcusable de droit", Recueil Dalloz (37) 8 novembre 1984.

Schuck P.H. XE "Schuck P.H." , Agent Orange on trial, Mass toxic disasters in the courts., Belknap Press, Harvard University press, Cambridge, Mas, 1987.

Tanguy Pierre XE "Tanguy Pierre"  “Les accidents techniques, facteur humain et responsabilité pénale”, Annales des Mines, Octobre 1997, pp. 57-59.

Wanner Nicole XE "Wanner Nicole" , Mondon Denis XE "Mondon Denis" , “Les acquis des précédents colloques sur le facteur humain et la responsabilité pénale” Annales des Mines, Octobre 1997, pp. 61-64.

Inculpation de l’irrationnalité populaire ou culturelle

Kerven, G.Y. XE "Kerven, G.Y." , “Les cindyniques XE "cindyniques" , un champ d’expérimentation immense”, Travail et Sécurité, n° 549, Juin 1996, pp. 42-44.

Institut Européen des cindyniques XE "Institut Européen des cindyniques" , “La violence est-elle un accident ?” Colloque des 20-21 Novembre 1997, Paris, Université de la Sorbonne.

Turpin M. XE "Turpin M."  “le tremblement de terre de Kobé : analyse cindynique”, La Lettre des Cindyniques, n° 15, Mai 1995.

DOMAINE III : (Thémis) CHOIX COLLECTIFS
DE RISQUE


Construction sociale du risque

Beck U. XE "Beck U."  , Risiko Gesellschaft, Auf dem Weg in eine andere Moderne, Frankfurt : Suhrkamp , 1986.

Berger P. XE "Berger P."  et Luckmann T. XE "Luckmann T."  , The social construction of reality, A treatise in the sociology of knowledge, Doubleday, New York, 1966.

Callon M. XE "Callon M." , "Society in the making, the study of technology as a tool for sociological analysis (p 83 à 103), in H.T. Engelhardt et A.L. Caplan (eds) Scientific Controversies, Cambridge University Press, 1987.

Cicourel A.V. XE "Cicourel A.V." , "The reproduction of objective knowledge; common sense reasoning in medical decision making", multigraphié, UCSD, 1984.

Decrop G.  XE "Decrop G. " “Le risque nucléaire : objet de négociation ?, rapport GDR CRISE/IPSN, 1994.

Dodier N XE "Dodier N" ., "Constructions des risques et contrôles de sécurité: les inspecteurs du travail sur les chantiers du bâtiment," in: La société vulnérable, Presses de l'Ecole Normale Supérieure, Paris, 1987.

Douglas M. XE "Douglas M." , Wildavsky A. XE "Wildavsky A." , Risk and culture, an essay on the selection of technical and environmental dangers, University of California Press, Berkeley,1983.

Duclos D. XE "Duclos D." , L'Homme face au risque technique: praticiens et experts face aux périls d'origine humaine, Editions l'Harmattan, Paris, Décembre 1991, 275 pp. + bibl.

Duclos D. XE "Duclos D." , "L'individu et les risques de la techno-science", Les Annales de la recherche Urbaine, 1. 1989.

Duclos D. XE "Duclos D." , "La construction sociale du risque : le cas des ouvriers de la chimie face aux dangers industriels," Revue Française de Sociologie, vol. XXVIII, 1987, pp. 17-42.

Duclos D. XE "Duclos D." "Unemployment or Pollution? : Attitudes of the French Working Class to Environmental Issues,", International Journal of Urban and Regional Research, vol 5, n°1, 1981.

Fagnani F. XE "Fagnani F." , Nicolon A. XE "Nicolon A." , Nucléopolis, Matériaux pour l'analyse d'une société nucléaire, Presses universitaires de Grenoble, 1979.

Ferguson E.S. XE "Ferguson E.S." , "Risk and the American Engineering Profession: the ASME Boiler Code and American Industrial Safety Standards",in Johnson B.B. XE "Johnson B.B."  and Covello V.T. XE "Covello V.T." (eds), The social and cultural construction of risk, D. Reidel Publishing co. 1987.

Goudsblom J. XE "Goudsblom J." , "Les grandes épidémies et la civilisation des moeurs," Actes de la recherche en Sciences sociales, n°68, Juin 1987, pp. 3 à 14.

Gusfield J.R. XE "Gusfield J.R." , "Symbolic aspects of societal risk food and drink as sources of danger," in: La société Vulnérable, Presses de l'Ecole Normale Supérieure, Paris, 1987.

Gusfield J.R. XE "Gusfield J.R." , The culture of public problems. Drinking-driving and the symbolic order, The University of Chicago Press, Chicago, 1981.

Hohenemser et Kasperson eds XE "Hohenemser et Kasperson eds" , Risk in the technological society, Boulder, Westview Press, 1982.

Jasanoff S. XE "Jasanoff S." , "Cultural aspects of risk Assessment in Britain and the United -States, p 359-397, in B.B. Johnson and V.T Covello (eds), The social and Cultural Construction of risk, D. Reidel Publishing co., 1987.

Jaspers J. XE "Jaspers J." , "Nuclear energy and attitudes to risk : the cultural approach." Colloque international de recherche : Evaluer et maîtriser les risques . 20 22 janvier 1986.

Johnson B.B.  XE "Johnson B.B. " and Covello XE "Covello"  V.T(eds), The social and cultural construction of risk, D. Reidel Publishing co., 1987.

Kouabenan D. R. XE "Kouabenan D. R." , “rôle du statut social dans l’identification des causes d’accidents, Psychologie du travail et des organisations, vol 2, n° 3, 1996, pp. 35-48.

Lakoff G. XE "Lakoff G." , Johnson M. XE "Johnson M." , Metaphors we live by, Chicago, University of Chicago Press, Chicago, 1980.

Lavigne J.C. XE "Lavigne J.C." , Blancher Ph. XE "Blancher Ph." , Peguet P XE "Peguet P" , Maccio N XE "Maccio N" , Caillot R. XE "Caillot R."  (Economie et Humanisme, Lyon) “L’univers sémantique du risque”, Préventique n° 25, Février 1989.

Pollak M. XE "Pollak M."  avec Schiltz M.A. XE "Schiltz M.A." , "Identité sociale et gestion du risque de santé: les homosexuels face au sida", Actes de la recherche en sciences sociales, n°68, Juin 1987, pp.77-102.

Rayner S. XE "Rayner S." Oakridge laboratory, "How fair is fair enough? The cultural approach to societal technology choice," in La société vulnérable, Presses de l'Ecole Normale Supérieure, Paris, 1987.

Rayner S. XE "Rayner S." , "Sécurité et équité", in La société vulnérable, Presses de l'Ecole Normale Supérieure, Paris, 1987.

Spector XE "Spector"  et Kitsuse XE "Kitsuse" , Constructing social problems, Cummings. Memlo Park, 1980.

Turner R. XE "Turner R." , "Waiting for disaster," Communication au Congrès International de Sociologie, Mexico, 1982, Mexique XE " Mexique" .

Velimirovic H. XE "Velimirovic H." , An Anthropological View of Risk Phenomena, IIASA proceedings, Laxenburg, Autriche, 1975.

Perception/identification/Imputation des risques


i.Bonnefous S. ;“perception des risques et de la sécurité : sondage IPSN de septembre 1995” (Institut de Protection et de Sûreté nucléaire (IPSN XE "IPSN" ), Observatoire de l’Opinion sur les Risques et la sécurité, Fontenay aux Roses, 1995.

Brenot J. XE "Brenot J." , Bonnefous S, XE "Bonnefous S,"  Hubert Ph XE "Hubert Ph" , (CEA XE "CEA" , DPSHD XE "DPSHD" , service d’évaluation et de gestion des risques XE " service d’évaluation et de gestion des risques" , laboratoire de statistique et d’études économiques et sociales XE "laboratoire de statistique et d’études économiques et sociales" ) “Perception des risques nucléaires et information”, Conférence internationale de l’AIEA XE "AIEA"  , rayonnement et société : comment appréhender le risque radiologique, Paris, 24-28 oct 1994.

Chiva I. XE "Chiva I." , "Perception du risque autour de quelques centrales nucléaires", Colloque sur les risques de différentes sources d'énergie, Paris, 24 Janvier 1980.

Douglas M. XE "Douglas M." ,"The state of the art in risk perception studies." Colloque international de recherche. Evaluer et maîtriser les risques. Chantilly ,Janvier 1986.

Dunlap, Riley E., Michael E. Kraft, and Eugene A. Rosa (eds.). 1993. Public Reactions to Nuclear Waste: Citizens' Views of Repository Siting. Durham, NC: Duke University Press.

Escudié M  XE "Escudié M "  Fichet P.Y. XE "Fichet P.Y." - Clairefontaine XE "Clairefontaine" , La perception du risque par les travailleurs nucléaires, hypothèses de travail), CEA XE "CEA"  Action 4407, Sept 1984.

Fischhoff P XE "Fischhoff P" ., Slovic P. XE "Slovic P." , et alii, "Facts and fears: understanding perceived risk", in: R.C.Schwing et W.A. Albers (eds.), Societal risk taking: how safe is safe enough?, PlenumPress, New York, 1980.

Flin R. XE "Flin R."  Mearns K. XE "Mearns K." , Gordon R. XE "Gordon R." , Flemming M XE "Flemming M" , “Risk Perception by Offshore Workers on UK Oil and Gas Platforms”, Safety Science, 22/1-3, 1996, pp. 131-145.

Freudenburg, William R. and Eugene A. Rosa (eds.). 1984. Public Reactions to Nuclear Power: Are There Critical Masses? Boulder, CO: Westview/AAAS.

Freudenburg W.R. XE " Freudenburg W.R." , “Perceived risk, real risk : social science and the art of probabilistic risk assessment”, Science, vol 242, 7 Oct 1988, pp. 44-49 (à propos de Goïana XE "Goïana" )

GSIEN XE "GSIEN" , Electronucléaire: danger, Seuil, 1978.

Guedeney G. XE "Guedeney G."  et Mendel G. XE "Mendel G." , L'angoisse atomique et les centrales nucléaires, Payot, Paris, 1973.

Guillermain H. XE "Guillermain H."  Favaro M. XE " Favaro M." , Guyon C. XE " Guyon C."  “Identification, estimation et représentation des risques dans un atelier de centrifugation. Note scientifiques et techniques de l’INRS XE "INRS" , NS 79, 1991.

Juillard Odile XE "Juillard Odile" , “Etat des lieux théoriques du concept d’imaginaire corrélé à celui de risque, dans leurs perceptions, dimensionnement et acceptabilité”. Etude pour le GRETS XE "GRETS" , EDF XE "EDF" -DER XE "DER" , Juillet 1992, 36 p.

Hinman, George W., Eugene A. Rosa, Randall Kleinhesselink, and Thomas
Lowinger. 1993. "Perceptions of Nuclear and Other Risks in the U.S. and
Japan." Risk Analysis 13:449-455.

Hiroi O. XE "Hiroi O." , Matsumara T. XE "Matsumara T." , "Attitudes of the Japanese toward disaster," communication pour le 10ème Congrès mondial de Sociologie, Mexico, 1982 (ronéo, 15 pp.).

Kleinhesselink, Randall R., and Eugene A. Rosa. 1991. "Cognitive
Representations of Risk Perceptions: A Comparison of Japan and the United States." Journal of Cross-Cultural Psychology. 22:11-28.



Kleinhesselink, Randall R. and Eugene A. Rosa. 1994. "Nuclear Trees in a Forest of Hazards: A Comparison of Risk Perceptions Between Americans and Japanese University Students. Chapter 5 in G.W. Hinman, S. Kondo; T. C. Lowinger, and K. Matsui (eds.), Nuclear Power at the Crossroads. Boulder, CO: International Research Center for Energy and Economic Development, University of Colorado.

Laumont B. XE "Laumont B." , Crevier H. XE "Crevier H." , “Perception des risques dans une entreprise de chaudronnerie industrielle.” Archives des maladies professionnelles, n° 47; 6, 1986, pp. 550-551.

Lhuilier D. XE "Lhuilier D." , Perception des changements par les personnels de conduite des centrales nucléaires : le cas de l’APE et de la fonction de chef d’exploitation, rapport EDF XE " EDF" , DER XE "DER" , Service RNE XE "RNE" , DESF XE "DESF" , Groupe facteurs humains XE "Groupe facteurs humains" , 1992.

Lichtenstein S. XE "Lichtenstein S." , Slovic P. XE "Slovic P." , Fischhoff B.  XE "Fischhoff B. " et alii, "Judged frequency of lethal events," Journal of experimental psychology,n°4, 1978.

Machlis, Gary and Eugene A. Rosa. 1990. "Desired Risk: Broadening the
Social Amplifcation of Risk Fremework," Risk Analysis 10:161-168.
 XE "" 
Nelkin D.;, Brown, M. XE "Brown, M." , Workers at risk: voices from the workplace, University of Chicago Press, Chicago, 1984.

Loisel J.P. XE "Loisel J.P."  “Manger est perçu comme présentant davantage de risques”, CREDOC consommation et modes de vie, n° 148, avril 2001.

Renn, Ortwin, Carlo Jaeger, Eugene Rosa, and Thomas Webler. 1999. "The Rational Actor Paradigm in Risk Theories: Analysis and Critique." Pp. 35-61 in Maurie J. Cohen (ed.), Risk in the Modern Age: Social Theory, Science, and the Environment. London: Macmillan.

Roh S., XE "Roh S.,"  Zehner R. XE "Zehner R."  Perceived risks : "Living near petrochemical complexes in Australia, Japan and Corea," presentation at the world congress of sociology, research committee on disasters, New Delhi, Inde XE "Inde" , 18-23 Août 1986.

Rosa, Eugene A. and William R. Freudenburg. 2002 (forthcoming). "Risk:The Sociology of." In Neil J. Smelser and Paul B. Baltes, International Encycolpedia of the Social and Behavioral Sciences. New York: Pergamon.

Rundmo T. XE "Rundmo T." , “Changes in Risk Perception among North Sea Offshore Personnel in the period 1990 to 1994,” Safety Science n° 21/3, 1996, pp. 205-221.

Slovic P. XE "Slovic P."  "Perception of Risk", Science, 1987, n°236, pp. 280-285.

Stoljwijk J. XE "Stoljwijk J."  et alii, "Public Perception of technological risk, in Homberger (ed.) Safety Evaluation and regulation of Chemicals, 2, 2nd International Conference, Cambridge, Mass. (Karger and Basel), 1994.


Risques tenus pour hallucinés ou “non réels”

Allan-Michaud D. XE "Allan-Michaud D." , "Ecologisme et catastrophisme en France, l'idéologisation du risque industriel." Colloque international de recherche "Evaluer et maîtriser les risques”., Chantilly, Janvier 1986.

Boia L. XE "Boia L." , La fin du monde, une histoire sans fin, La Découverte, Paris, 1989.

Campion-Vincent V. XE "Campion-Vincent V." , "Situations d'incertitude et rumeurs : disparitions et meurtres d'enfants", Communications, 1990, N° spécial : "Rumeurs et Légendes contemporaines".

Covello V. T. et al. XE "Covello V. T. et al."  The Analysis of Actual versus perceived Risks, Plenum, New York, 1983.

Lagrange P.  XE "Lagrange P. " “Enquête sur les soucoupes volantes : la construction d’un fait aux Etats-Unis (1947) et en France (1951-54), Terrains, n° 14, Mars 1990, pp. 92-112.

Nelkin D XE "Nelkin D" ., "La crainte du nucléaire, images populaires de l'atome," Culture technique, n°11, Septembre 1983, pp. 108-117.

Tubiana J. XE "Tubiana J." , Le refus du réel, Laffont, 1976.

Débat public et controverses sur le risque

L’alerte scientifique

i.Carson R.;, Silent Spring, Houghton-Mifflin , Boston, 1962.

Crutzen P.J. XE "Crutzen P.J." , Birks J.W. XE "Birks J.W." , "The atmosphere after a nuclear war : twilight at noon", Ambio, 11, n° 2-3, 1982, p 114-125.

.Curtis F. XE "Curtis F." ,Hogan J. XE "Hogan J." ,Perils of the peaceful atom, Ballantine Books, New York, 1970.

Davis C.E XE "Davis C.E" .,"The exports of hazardous waste, issues and policy implications," International Journal of Public Administration, 8 (4) 1986, 409-427.

Dunlap R. XE "Dunlap R." , DDT, scientists and public policy, Princeton University XE "Princeton University"  Press, Princeton, 1982.

Efron E. XE "Efron E." , Cancer and the Big Lie : how Environmental Politics Controls what we know about Cancer.", Simon and Schuster, New York, 1984.

Ehrlich XE "Ehrlich"  et alii : "Long term biological consequence of Nuclear War", Science , n°4630, 1983, pp.1293-1300.

EPA XE "EPA" , Report of the Global Change Climate Subcommittee XE "Global Change Climate Subcommittee" , Review of the Report to Congress: the potential effects of Global Climate Change on the United States, Office of the Administrator Science Advisory Board, Washington DC. April 1989.

Gibbons J.H. XE "Gibbons J.H." , "Science and environmental risk," Proceedings of a workshop at the Brookings Institution XE "Brookings Institution" , Washington D.C., 28 fevrier 1983.

Highland J.M.  XE "Highland J.M. " Boyle R.H., "PCB an environmental catastrophe", Conference on environmental cancer, Panamerican Health Organization XE "Panamerican Health Organization" , Washington DC, 22 Mars 1977.

Kriebel D. XE "Kriebel D." , "The dioxins: toxic and still troublesome", Environment January February 1981.

Laubier XE "Laubier" , Maestrini S. XE "Maestrini S."  , "l'algue envahissante de la mer du nord, La Recherche, n°202, sept 1988.

Le Baill G. XE "Le Baill G." , Rapport sur les formes de pollution à longue distance dites "pluies acides, Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et techniques, Assemblée Nationale XE "Assemblée Nationale" , Paris, 13 décembre 1985.

Lefol E. XE "Lefol E." , Risques de transfert interspécifique d’un gène de colza transgénique -Thèse Université Paris-Sud Orsay XE "Université Paris-Sud Orsay" ,1994

Mégie G. XE "Mégie G." , L'Ozone: l'équilibre rompu. Editions Les Presses du CNRS, 1989.

Molina M.J. XE "Molina M.J." , Rowland F.S. XE "Rowland F.S." , "Some unmeasured chlorine reaction rates important for stratospheric modeling of chlorine atome catalysed destruction of ozone", Journal of Physical Chemistry, 79, n° 6, 1975, pp. 667-669.

Mukerji C.A  XE "Mukerji C.A " Fragile Power: Scientists and the State, Princeton University Press, Princeton NJ, 1989.

Oden S. XE "Oden S." , "The acidification of air precipitations and its consequences in the material environment." Ecology Committee Bulletin, Sweedish National Research Council, Stockholm, 1968.

Parish A. XE "Parish A." , et alii, "Extremely Low N02 Concentrations in the Springtime Stratosphere at Mc Murdo Station, Antarctica"; Nature, vol. 332, 3 mars 1988, pp. 53-55.

Pignéro J. XE "Pignéro J." , "Nous allons tous crever", Protection contre les rayonnements ionisants, n° spécial, avril 1974, pp. 48-49.

Ramade F. XE "Ramade F." , Les catastrophes écologiques, McGraw-Hill, Paris, 1987, pp. 210-235.

Raskoff R. XE "Raskoff R." , "Les variations du niveau des mers", La Recherche, N° 191, Septembre 1987.

Roqueplo P XE "Roqueplo P" , Pluies acides, menaces pour l'Europe, Economica, Paris, 1988.

Rotblat J. XE "Rotblat J." , Scientists in the quest of peace- a history of the Pugwash Conference, MIT Press, Cambridge, 1972.

Rubise P. XE "Rubise P."  (INSERM XE "INSERM" ), Gautier Y XE "Gautier Y" , “les risques technologiques, Presses Pocket Explora, Cité des sciences et de l’industrie XE "Cité des sciences et de l’industrie" , Paris, 1995.

Tuchmann-Duplessis H. XE "Tuchmann-Duplessis H." , Pollution de l'environnement et descendance, A propos de l'accident de Seveso, laboratoire d'embryologie, Université René Descartes, mai 1978, polygraphié, 11 pages.

Mobilisation et risque technologique

Bosso C.J. XE "Bosso C.J." , Pesticides and politics, the life cycle of a public issue, University of Pittsburg XE "University of Pittsburg"  Press, 1987, pp. 117, 118.

Boyle R.H. XE "Boyle R.H." , Malignant neglect, Environmental Defense Fund XE "Environmental Defense Fund" /Random Books, New York, 1980.

Carré D. XE "Carré D." , Valenduc G XE "Valenduc G" , “Un nouveau champ d’intervention pour l’acteur syndical : l’évaluation sociétale de la technologie”, in N° Spécial “ Organisation et risques du travail,CFDT XE "CFDT"  Aujourd’hui, n° 104, Février 1992, pp. 85-97.

CFDT XE "CFDT" , Les dégâts du progrès, les travailleurs face au changement technique, Seuil, 1978. - 225p.

CFDT XE "CFDT" , Syndicat de l'Energie Atomique, L'électronucléaire en France. , Paris, Le seuil, 1975.

Cutter S.L. XE "Cutter S.L." , “Les réactions des sociétés aux risques écologiques”, Revue Internationale des Sciences sociales, vol 12 n° 150, 1996, n° Spécial “Géographie, Etat des lieux, 1; la dimension environnementale” pp. 603-615.

Daniel Y. XE "Daniel Y." , Nucléaire : nous sommes tous en danger de mort, Le Rocher, Paris, 1987.

Duclos D. XE "Duclos D." , Smadja J. XE "Smadja J." , "Culture and the environment in France."Environmental Management, vol 9, N° 2. pp. 134-140 1985.

Duclos D. XE "Duclos D." , L'Action syndicale-consumériste: ses paradoxes et ses perspectives, approche sociologique,(convention 83.D 0229) C.S.U/CNRS, Paris, 1984.

Duclos D. XE "Duclos D." ," Syndicalisme et risque industriel: entre le militantisme et l'expertise, le cas du groupe produits toxiques de la CFDT, Culture Technique, n° 11 septembre 1983, pp. 218-229.

Duclos D. XE "Duclos D." "Classe ouvrière et environnement; les travailleurs et l'impact de l'activité industrielle sur les milieux naturels et urbains,"Sociologie du Travail, 22, n°3, 1980, pp. 324-345.

Grayson J. XE "Grayson J." , Godard C.H XE "Godard C.H" , "Industrial safety and the trade union movement," Studies for trade unionists, vol 1, n° 4, 1983.

Grumbach T. XE "Grumbach T."  , "L'interruption du travail et les droits des salariés", Le Droit ouvrier, 439, février 1985, pp.39-44.

Gyorgy A. XE "Gyorgy A." , No nukes,: everyone guide to nuclear power, Boston, South End press, 1979, p. 395.

Levine A.G. XE "Levine A.G." , Love Canal, Science , politics and people, Lexington Books, 1982.

Lewis R. XE "Lewis R." ,The nuclear power rebellion ; Citizen versus the atomic industrial Establishment, Viking Press, New York, 1972.

Mann P. XE "Mann P." , “Théories de la mobilisation, risques et crises, Séminaire du programme Risques Collectifs et Situations de Crise”, Actes de la septième séance, 12 Décembre 1996.

Nicolon A. XE "Nicolon A." , Carrieu-Costa M.J. XE "Carrieu-Costa M.J."  , Les partis et syndicats face au programme électro-nucléaire et à la contestation, rapport ADISH/IREP, 1981.

Olson M. XE "Olson M."  , Logique de l'action collective, PUF/sociologies, Paris, 1978, page 17.

Theys J. XE "Theys J." , "Evolution des problèmes et de la demande d'environnement", in: Les politiques de l'environnement face à la crise, Cahiers du Germes, n° 9, décembre 1984, pp. 122-167.

Touraine A., Hegedus Z., Dubet F., Wieviorka M., La prophétie anti-nucléaire, Sociologie permanente 3, Le Seuil, Paris, 1980.

Tucker W. XE "Tucker W." , "Environmentalism and the leisure class," Harper's Magazine, n°1531, décembre 1977, pp.49-80.

Turner J.S. XE "Turner J.S." , The Chemical Feast, Grossman, New York, 1972.

Zinger C. XE "Zinger C." et alii, "Environmental volunteers in America", Washington DC, NTIS PB 214 186, 1972.

Les controverses

Bupp I.C. XE "Bupp I.C." , Derian J.C. XE "Derian J.C." , Light Water : how the Nuclear Dream Dissoved, Basic Books, New York, 1978.

Campbell J.L. XE "Campbell J.L." , Collapse of an Industry, Nuclear Power and the contradictions of U.S. policy, Cornell University Press, Ithaca,1988.

Cohen B.J., XE "Cohen B.J.,"  Nuclear science and society, Doubleday, New York, 1974.

Faulkner P.  XE "Faulkner P. " (ed.), The silent bomb : a guide to the nuclear energy controversy , New York, Vintage Books, 1977, p. 224.

Garland E. Allen XE "Garland E. Allen" , "The Role of Experts in the Scientific Controversy", p.169 in H.T. Engelhardt et A.L. Caplan (eds) Scientific Controversies, Cambridge University Press, 1987.

Goldschmidt B. XE "Goldschmidt B." , Le complexe atomique, histoire politique de l'énergie nucléaire, Fayard,Paris, 1980.

Handler P. XE "Handler P." , "Public doubts about science", Science, n° 208, 1980 pp. 1093-1099.

Jasper J. M. XE "Jasper J. M."  Nuclear Politics, Energy and the State in the United States, Sweden, and France. Princeton University Press, 1990.

Jasper J.J. XE "Jasper J.J." , "The political Life Cycle of Technological Controversies", Social Forces, Vol 67:2,Décembre 1988.

Kendall H. W. XE "Kendall H. W."  "The Failure of Nuclear Power", in M. Shubik. ed , Risk, Organizations and Society, Kluwer Academic Publications, 1991.

Lovins A XE "Lovins A" ., Is nuclear power necessary?, London, Friends of the Earth, 1979.

Mazur A. XE "Mazur A." ,The dynamics of technical controversy, Communication Press, Washington D.C, 1981.

Moatti J.P. XE "Moatti J.P." , "Scandales et controverses aux Etats-Unis à propos d'une campagne de déreglementation", Le Monde diplomatique, Avril 1983.

Nader R., Abbotts J. XE "Nader R., Abbotts J." , The menace of atomic energy, WW Norton, New York, 1977.

Nelkin D. XE "Nelkin D." , Hilgartner S XE "Hilgartner S" ., "Disputed dimensions of risk : a public school controversy over AIDS", The Milbank quarterly, vol. 64, suppl. 1, 1986.

Nelkin D. XE "Nelkin D." , Pollak M. XE "Pollak M." ,The Atom besieged, MIT Press, Cambridge, 1981.

Nelkin D. XE "Nelkin D." , "Public attitudes and the control of research", in John M. Logdson, ed. The research system in the 1980s: public policy issues, Philadelphia, Franklin Institute Press.

Nelkin D XE "Nelkin D" , "Controversies and the authorities of Science", p.283, in H.T.Engelhardt et A.L. Caplan (eds), Scientific Controversies, Cambridge University Press, 1987.

Nelkin D XE "Nelkin D" , Nuclear Power and its Critics: The Cayuga Lake Controversy, Cornell University press, Ithaca, 1971.

Lecerf Y XE " Lecerf Y" . et Parker E. XE "Parker E." , l'Affaire Tchernobyl, PUF, Paris, 1987.

Price J. XE "Price J." , The anti-nuclear movement, Twayne Publishers (G.K.Hall), Boston, 1982.

Puiseux L. XE "Puiseux L." , Crépuscule des atomes, Hachette, Paris 1986.

Regens J. XE "Regens J." , Robert J. XE "Robert J."  Rycroft W., XE "Rycroft W.,"  The Acid rain controversy, University of Pittsburgh Press, Pittsburgh, 1988.

Rémy E. XE "Rémy E."  “Apprivoiser la technique. Un débat public autour d’une ligne à haute tension”, Politix, n° 31, 1995, pp. 136-144.


Opinion publique et risques (les différences de points de vue)

Ansel P. XE "Ansel P."  (EDF XE "EDF" , direction de la communication), Pagès J.P. XE "Pagès J.P." , “Démocratie, scène médiatique et mesure des opinions”, in Tubiana M., XE "Tubiana M.,"  Pélicier Y. XE "Pélicier Y."  (dirs.) Atome et Société, actes du colloque des 30-31 Mai 1996, palais du Luxembourg, Paris, pp. 113-124.

Pagès J.P. XE "Pagès J.P."  et alii. "Les structures de l'opinion publique en 1982," note LSEES 82/07, CEA, 1982.

Pagès J.P. XE "Pagès J.P." , Morlat G XE "Morlat G" ., Stemmelen E. XE "Stemmelen E." , "Structures de l'opinion publique et débat nucléaire dans la société française contemporaine," Revue Générale Nucléaire, n°2, 1982, pp. 140-149.

Stemmelen E. XE "Stemmelen E." ,Fagnani F., XE "Fagnani F.,"  Brenot J.L. XE "Brenot J.L." ,Pagès J.P. XE "Pagès J.P." , "Structure of public opinion, nuclear debate and risk assessment: a french survey," in : Covello V.T. et alii (eds.) Environmental impact assessment, technology assessment and risk analysis, Springer Verlag berlin, 1985.

Tanguy P XE "Tanguy P"  (EDF XE "EDF" ), “Sûreté nucléaire et débat public”, in Tubiana M., XE "Tubiana M.,"  Pélicier Y. XE "Pélicier Y."  (dirs.) Atome et Société, actes du colloque des 30-31 Mai 1996, Palais du Luxembourg, Paris. pp. 125-129.

Touraine A. XE "Touraine A." , “Rupture des année soixante-dix, évolution de la société française”, in Tubiana M., XE "Tubiana M.,"  Pélicier Y. XE "Pélicier Y."  (dirs.) Atome et Société, Actes du colloque des 30-31 Mai 1996, Palais du Luxembourg, Paris.

Débat social et médias

Ladrière P XE "Ladrière P" . (CNRS, XE "CNRS,"  Centre de sociologie de l’éthique XE "Centre de sociologie de l’éthique" )“L’espace Public en démocratie”, in Tubiana M., XE "Tubiana M.,"  Pélicier Y. XE "Pélicier Y."  (dirs.) Atome et Société, actes du colloque des 30-31 Mai 1996, Palais du Luxembourg, Paris.

Mazur A. XE "Mazur A." , "The journalists and technology : reporting about TMI and Love Canal", Minerva, vol 22, n°1, 1984.

Acceptabilité, choix de principe

Castel R. XE "Castel R."  “Rusquophiles, risquophobes” : l’individu selon le MEDEF, Le Monde, Horizons-débats,  XE "MEDEF, Le Monde, Horizons-débats, " 

Cantin R. XE "Cantin R." , EPHIDERME XE "EPHIDERME" , Une démarche de hiérarchisation des risques et des stratégies d’actions de prévention. ND 1991-159-95, INRS XE " INRS"  1995.

Chich Y. XE "Chich Y." , "L'Etat et la demande sociale de sécurité," Culture technique, n° 11, septembre 1983.

Clark Lee  XE "Clark Lee " (Chip), Acceptable Risk? Making Decisions in a Toxic Environment. University of California Press, Berkeley, 1990.

Coanus T. XE "Coanus T."  La thématique contemporaine du risque : entre demande sociale et réalité scientifique, le risque en montagne, les réalités et les images. Editions du CTHS, 1992, pp. 13-19.

Fischhoff B. XE "Fischhoff B." , Slovic P. XE "Slovic P." , Lichtenstein S. XE "Lichtenstein S." , Acceptable risk, Cambridge University Press, Boston, 1981.

Frantzen Claude XE "Frantzen Claude" , “Risques : choix politiques, évaluations économiques et sociales” Présentation pour le colloque organisé par l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques XE "Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques"  avec le concours de l’Institut Européen des Cindyniques XE "Institut Européen des Cindyniques" , le 28 Mars 1996, Annales des Mines, Supplément “Responsabilité et Environnement”, Octobre 1996, pp. 31-32

Funtowicz S. XE "Funtowicz S." ,Ravetz J. XE "Ravetz J." ,"Three types of risk assessment : a methodological analysis", in NATO XE "NATO"  ASI XE "ASI"  vol G4, op. cit. pp. 832-847.

Hubert P. XE "Hubert P."  ( XE "CEA" ), "A la recherche du risque acceptable, enjeu autour d'une relation dose-effet, in La société Vulnérable, Presses de l'Ecole Normale Supérieure, Paris,1987.

Kahneman D. XE "Kahneman D." , Slovic P. XE "Slovic P." , Tversky A. XE "Tversky A." , Judgement under uncertainty : heuristics and biasis, Cambridge University Press, 1982.

Kahneman D. XE "Kahneman D." , Tversky D. XE "Tversky D." , "Choices, values and Frames", American Psychologist, n°39, 1984.

Lecomte P. XE "Lecomte P."  “La notion de risque admissible”, Annales des mines, Octobre 1997, pp. 85-91.

Lefaure C. XE "Lefaure C." , Moatti J.P. XE "Moatti J.P." , “Les ambiguités de l’acceptable. Perceptions des risques et controverses sur les technologies, Culture Technique n° 11, 1983

Lowrance W. XE "Lowrance W." ,. Of acceptable risk, Los altos, California, William Kaufmann, 1974.

Mc Lean D XE "Mc Lean D" ., Risk and consent, Centre for philosophy and public policy, University of Maryland, College park, 1981.

Otway H.J.  XE "Otway H.J. " et alii, Social values in risk acceptance, RM.75-54, IIASA,Laxenburg, 1975.

Schwing R.C. XE "Schwing R.C."  ,Albers W.A. XE "Albers W.A." (eds.), Societal risk taking : how safe is safe enough ?,Plenum Press, New York,1980, Etats-Unis XE "Etats-Unis" .

Slovic P. XE "Slovic P." , Fischhoff B. XE "Fischhoff B." , Lichtenstein S. XE "Lichtenstein S." , “Behavioral Decision theory Perspectives on risk and Safety”, Acta Psychologica, n° 56, 1984, pp. 183-203.

Wildavsky A. XE "Wildavsky A." , "No risk is the highest risk of all," American scientific, n° 67, janvier 1979.


Estimation (évaluation factuelle)

Hubert P. XE "Hubert P."  "l'évaluation du risque dû au transport de matières dangereuses", in: Politiques de l'Environnement face à la Crise, T 3, Paris, Ministère de l’Environnement XE "Ministère de l’Environnement" .

Lave L.B. XE "Lave L.B." (ed) Risk Assessment and Management (Advances in Risk Analysis) Plenum Press, New York, 1987.

National Research Council XE "National Research Council" , Committee on the institutionnal means for assessment of risks to public health, Risk assessment in the Federal Government: managing the process, National Academy Press, Washington D.C, 1983.

Nominé M. XE "Nominé M." , Auburtin G. XE "Auburtin G." , Baroudi H. XE "Baroudi H." , Thybaud E. XE "Thybaud E." , Le Calvez J.P. XE "Le Calvez J.P." , “L’évaluation des risques pour l’homme et l’environnement : une approche méthodologique en pleine évolution, deuxièmes rencontres internationales “Environnement et technologies”, Bordeaux, 18-20 Septembre 1996.

Office of Technology Assessment of Congress of the US XE "Office of Technology Assessment of Congress of the US" , What OTA is, What it does, How OTA works,Washington DC, Mars 1989.

Trenton N.J. XE "Trenton N.J." , Everything you wanted to know about nuclear power but wer afraid to find out, New Jersey PIRG,1976.

Lewis H.W XE "Lewis H.W"  et al, “Risk Assessment review group. Springfield, US NRC, National Technical Information Serie, NUREG/CR-O400 1978.


Appréciation, évaluation (prix/valeur du risque)

Allais M. XE "Allais M." , "Le comportement de l'homme rationnel devant le risque : critique des postulats et axiomes de l'école américaine", Econométrica, 21, 1953, pp. 503-546.

Cantin R. XE "Cantin R."  Pour une écologie industrielle. Risques majeurs industriels internes : enjeux sociaux et enjeux économiques. Thèse pour le doctorat de sciences économiques, économie de la production, Université Lumière Lyon 2 XE "Université Lumière Lyon 2" , 1992.

Coase R XE "Coase R" .,"The problem of social cost", Journal of Law and Economics, Octobre 1960.

Gordon J.B. XE "Gordon J.B." ,Akman A XE "Akman A" ,. Brooke M. XE "Brooke M." , An evaluation of the national industrial safety statistics program, Delphic systems and research corporation, contrat du "Department of Labor", L.69.87, Septembre 1970.

Graham J. XE "Graham J." , Waupel J. XE "Waupel J." , "Value of life, what differences does-it make ?", Risk Analysis, 1.1.1981.

Hériard Dubreuil G. XE "Hériard Dubreuil G."  “L’acceptabilité du risque : entre choix individuel et construction sociale”, Annales des Mines XE "Annales des Mines" , Octobre 1997, pp. 67-75.

Kates R. XE "Kates R." , Kasperson J.X. XE "Kasperson J.X." , "Comparative risk analysis of technological hazards (a review)," Proceedings of National Academy of Science XE "National Academy of Science" , N.A.S, 1980, pp. 7027-7038.

Knight F.H. XE "Knight F.H." , Risk, Uncertainty and Profit , Houghton Mifflin, Boston, 1921.

Kunreuther XE "Kunreuther"  et alii, Disaster insurance protection: public policy lessons, Wiley, New York, 1978.

Linneroth J. XE "Linneroth J." , The evaluation of life saving, IIASA XE "IIASA" , 1975.

Lombard J. XE "Lombard J." , Houdiz A. XE "Houdiz A." , Lochard J. XE "Lochard J." , L'analyse des déterminants du coût du risque du détriment radiologique, rapport CEPN XE "CEPN" , n° 78, Décembre 1984.

Moatti J.P. XE "Moatti J.P." , Lochard J. XE "Lochard J." , "L'évaluation formalisée des risques technologiques : entre connaissance et légitimation." in: La société vulnérable, Ecole Normale Supérieure, Paris, 1987.

Moatti J.P. XE "Moatti J.P." , Economie de la Sécurité, Thèse d'Etat d'Economie, Université de Paris I, 1986.

Nichols T. XE "Nichols T." , Armstrong P. XE "Armstrong P." , Safety or profit, industrial accidents and the conventional wisdom Falling wall press ( 1973)

Starr C. XE "Starr C." , "Benefit-cost studies in socio-technical systems," in: National Academy of Engineering, report and colloquium on benefit-risk relationships for decision making, Washington D.C, 1971, pp. 17-42.

Starr C. XE "Starr C." , "General philosophy of risk-benefit analysis," in: H. Ashley et alii, Energy and the environment: a risk-benefit approach,Pergamon, New York, 1976.

Starr C. XE "Starr C." , "Risk management, assessment, acceptability," Risk Analysis, n°5, 1985, pp. 97-102.

Viscusi W.K. XE "Viscusi W.K." , Risk by choice, regulating health and safety in the workplace. Cambridge University Press, 1983.

Viscusi W.K. XE "Viscusi W.K." ,"Job hazards and worker quit rates: an analysis of adaptative worker behavior,"International Economic Review, vol 20, n° 1, Février 1979.


DOMAINE IV : (Epistémé)
CONTROLE DU RISQUE

Savoir positif (le risque comme information)

Observer, supposer, définir

Savoir et accident hypothétique anticipé

"Accident nucléaire : prévention, mesures d'urgence, réparation", Problèmes politiques et sociaux, dossiers d'actualité mondiale, N° 5 52-553, La Documentation Française, Paris, Janvier-Février 1987.

Appasamy P. XE "Appasamy P." , "Anticipatory strategies in managing the production and use of hazardous substances", Sociology of Disasters, XIIe Congrès mondial de Sociologie, 1986, New Delhi.

Berthoud G XE "Berthoud G" , Petit M. XE "Petit M." , (CEA XE "CEA" , DRN XE " DRN" , IPSN XE "IPSN" ), “le risque d’explosion de vapeur”, Revue Générale Nucléaire, n° 1, Janvier 1997, “Sûreté des réacteurs nucléaires : mieux connaître les accidents improbables”, pp. 49-51.

Cognet G XE "Cognet G" , Seiler J.M. XE "Seiler J.M." , et alii, (DRN/ XE "DRN/" DER XE "DER" , IPSN XE "IPSN" ) “La récupération du corium hors cuve”, Revue Générale Nucléaire, n° 1, Janvier 1997, “Sûreté des réacteurs nucléaires : mieux connaître les accidents improbables”, pp. 38-44.

Lacoste A-D XE "Lacoste A-D"  (Direction de la sûreté des installations nucléaires XE "Direction de la sûreté des installations nucléaires" , DSIN XE "DSIN" ), éditorial du n°1, de la Revue Générale Nucléaire, 1997, “Sûreté des réacteurs nucléaires : mieux connaître les accidents improbables”.

Lascoumes P. XE "Lascoumes P." , “La précaution comme anticipation des risques résiduels et hybridation de la responsabilité”, L’Année sociologique, vol 46, n° 2, 1996, pp. 359-382.

Lauret P XE "Lauret P" , Yvon M. XE "Yvon M."  (Framatome XE "Framatome" , NPI XE "NPI" ), “La prise en compte des accidents graves dans la conception du réacteur européen à eau sous pression (EPR), Revue Générale Nucléaire, n° 1, Janvier 1997, “Sûreté des réacteurs nucléaires : mieux connaître les accidents improbables”, pp. 12-17.

Quarantelli E. XE "Quarantelli E."  “The future is not repeated : projecting disasters in the 21st century from the current trends”, Journal of Contingencies and Crisis Management, Blackwell, vol 4, n° 4, Décembre 1996, pp. 228-240.

Quéniart D. XE "Quéniart D."  (Institut de protection et de sûreté nucléaire XE "Institut de protection et de sûreté nucléaire" , IPSN XE "IPSN" ), “Sûreté des réacteurs à eau et accidents graves”, Revue Générale Nucléaire, Janvier 1997, “Sûreté des réacteurs nucléaires : mieux connaître les accidents improbables”, pp. 6 à 11.

Schwartz M. XE "Schwartz M."  et alii (IPSN XE "IPSN" ) Von der Hardt XE "Von der Hardt"  (CE, Joint research Center, Cadarache XE "Cadarache" ) “un grand programme international - Phebus PF” Revue Générale Nucléaire, n° 1, Janvier 1997, “Sûreté des réacteurs nucléaires : mieux connaître les accidents improbables”, pp. 27- 31.

Seiler J.M XE "Seiler J.M" , Devos J XE " Devos J" , Gonzalez R. XE "Gonzalez R."  (CEA XE "CEA" ,IPSN XE "IPSN" ) “Les possibilités de maintien du corium en cuve”, Revue Générale Nucléaire, n° 1, Janvier 1997, “Sûreté des réacteurs nucléaires : mieux connaître les accidents improbables”, pp. 33-37.

Vendel J. XE "Vendel J."  Studer E. XE "Studer E."  , Gauvain J.  XE "Gauvain J. " (CEA/DRN,IPSN), “le risque hydrogène”, Revue Générale Nucléaire, n° 1, Janvier 1997, “Sûreté des réacteurs nucléaires : mieux connaître les accidents improbables”, pp. 44-48.

Vesseron P. XE "Vesseron P."  (Institut de protection et de sûreté nucléaire XE "Institut de protection et de sûreté nucléaire" , IPSN XE "IPSN" )“séismes et sûreté nucléaire” Annales des Mines, Responsabilité et Environnement, Avril 1996, pp. 36-38.

Indicateurs, buts quantifiés, dispositifs de savoir

Benoît V. XE "Benoît V." , Pré-enquête de l’étude “les facteurs humains de la sûreté : analyse et recherche d‘indicateurs” (l’exemple de la centrale de Fesssenheim XE "Fesssenheim" ), Université de Paris V XE "Université de Paris V" -IRAP XE "IRAP" / EDF XE "EDF" , Département Etudes de sûreté et de fiabilité XE "Département Etudes de sûreté et de fiabilité" , Groupe Facteurs Humains XE "Groupe Facteurs Humains" , 23 Novembre 1993.

Coste L XE "Coste L" ., “Définissons le risque”, Préventique-Sécurité, n° 29, 1997, pp. 22-26.

Favaro M. XE "Favaro M." , “La gestion prévisionnelle des risques : étude exploratoire pour l’élaboration d’indicateurs de sécurité. dépouillement et analyse des résultats”, Notes scientifiques et techniques de l’INRS XE "INRS" , Paris, 1989.

Paté-Cornell M.E XE "Paté-Cornell M.E" ., “Engineering risk analysis and risk management”, One-Day Video Course, Stanford Instructional Television Network, Stanford University, 1994.

Paté-Cornell M.E. XE "Paté-Cornell M.E."  “Quantitative Goals for Risk Management of Industrial facilities”, Structural Safety, Vol. 13, n°3, pp. 145-157, 1994.


Inspections, contrôles, vérifications (approche normative)

Guillerme J. XE "Guillerme J." , "Roland de la Platière et les patiences de l'inspection méthodique" in : L'ingénieur dans la société française, les Editions Ouvrières, 1985.

Lelièvre A. XE "Lelièvre A." , “Méthode de traitement du retour d’expérience”, Préventique-Sécurité, , n° 19, 1996, p 14.

Long S. B. XE "Long S. B." , Maurer S. XE "Maurer S." , Burnham D. XE "Burnham D." , Nuclear Regulatory Commission XE "Nuclear Regulatory Commission"  : inspections, violations and penalties, US Commercial Nuclear Power Plants, Introductory Volume, TRAC., 1992.

Mansot J. XE "Mansot J." , “Retour d’expérience”, Préventique-Sécurité, n° 2, 1996, p 24.

Morvan J. XE "Morvan J."  “Les mesures de sécurité du chef d’établissement, Préventique et Sécurité, n° 29, sept 1996, pp. 17-21.

Morvan J. XE "Morvan J." , “Evaluer périodiquement les activités des opérateurs”, Préventique-Sécurité n° 19, Février 1995.

Paté-Cornell M.E. XE "Paté-Cornell M.E." , Normative Engineering Risk Management Systems”, Communication of the Association for Computing Machines, 1994.

Smith. R S XE "Smith. R S"  "The impact of OSHA inspections on manufacturing injury rates, The Journal of Human Resources, 1' (2) 1979, 145-170.

Méthodologies d’analyse d’évaluation et de diagnostic

Caillard J-F, XE "Caillard J-F,"  « L’évaluation des risques : un nouveau concept en médecine du travail  ?, Préventique-Sécurité, n°61, Janvier-Février 2002, pp 12-15

Le Saux A. XE "Le Saux A." , "Analyse des risques dans une zone industrielle, le cas de Notre Dame de Gravenchon", Annales des Mines, n°10-11, Octobre 1986.

Ministère de l’Environnement XE "Ministère de l’Environnement" , Direction de la prévention des pollutions et des risques XE "Direction de la prévention des pollutions et des risques"  “Etude de danger d’une installation industrielle, guide méthodologique”, M.E., 1995.

Monteau M. XE "Monteau M."  “quelques problèmes méthodologiques posés par le diagnostic de sécurité en entreprise”, Psychologie du travail, perspective 1990, Paris EAP, 1983.

Picard J.M XE "Picard J.M" , CEA XE "CEA"  EPN XE "EPN" , DSRE XE "DSRE" , “L’analyse préalable à une intervention.”note du 28 01 1997.

Secrétariat général d’iSIS XE "Secrétariat général d’iSIS" , agence Monceau-Murat-Messine, EDF XE "EDF" , modèle de bordereau d’exploitation “Analyse des risques” (chantier “pose de moquettes”), 1997.

Suokas J. XE "Suokas J." , “The role of safety analysis in accident prevention”, Accident, Analysis, Prevention, n° 20, 1, 1988, pp. 67-85.

Prévenir

Andurand R.  XE "Andurand R. " Saga des secrétariats permanents de prévention des problèmes industriels XE "secrétariats permanents de prévention des problèmes industriels" , Editions Préventique, Bordeaux, 1997.

Andurand R. XE "Andurand R."  les SPPPI XE "SPPPI"  de Baie de Seine, de Toulouse, de Dunkerque, etc, Préventique-Sécurité n°s 26 à 30, 1997.

Caille F. XE "Caille F."  , Institutions au péril de l’eau : approche du système d’acteurs de la politique de prévention du risque inondation, Commissariat Général du Plan, Instance d’évaluation de la Politique Publique de Prévention des risques Naturels, Futuribles, 1994.

Dourlens C. XE "Dourlens C." , Figures du pragmatisme. Complexité, incertitude et prévention des risques, CERPE XE "CERPE" , Ministère de l’Equipement, DRAST, 1994.

Denis, Hélène.  XE "Denis, Hélène. " Gérer les catastrophe, l’incertitude à apprivoiser, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 1993, 248 pages.

Dumaine J. XE "Dumaine J."  “La stratégie de prévention, diagnostic de sécurité et plan à long terme”, Sécurité et médecine du travail, N° 73, 1986, pp. 24-27

Férauge C. XE "Férauge C."  Rapport au ministère de l'environnement du groupe de travail sur la prévention des risques industriels, Conseil Supérieur des Installations Classées XE "Conseil Supérieur des Installations Classées" , 1984.

Foucher N. XE "Foucher N."  “Un “charte de progrès pour la maintenance des centrales”, Revue Générale Nucléaire, n° 1, Janvier 1997, “Sûreté des réacteurs nucléaires : mieux connaître les accidents improbables”, p 75.

Houdiz A. XE "Houdiz A." , Hémon D. XE "Hémon D." , évaluation des risques et des actions de prévention en milieu professionnel, INSERM/La Documentation Française, Paris, 1987.

Kert C. XE "Kert C."  (Député des Bouches du Rhône), “La prévision reste un mystère, la prévention une nécessité”, Annales des Mines, Responsabilité et Environnement, N° 1, Février 1996, pp. 45-53.

Legrand-Escure L. XE "Legrand-Escure L." , “Prévention et gestion des risques majeurs”, Préventique-Sécurité, n° 29, 1997, pp. 110-112.

Leroy A. XE "Leroy A." , Signoret JP XE "Signoret JP" , Le risque technologique, PUF 1992.

Monteau M. XE "Monteau M."  Favaro M. XE "Favaro M." , “Technologies nouvelles et prévention”, Sécurité, Vol 2., n° 16 Octobre 1994.

Pinon U. XE "Pinon U." , "Prévention des risques industriels," Annales des Mines, octobre-novembre 1986, p.177.

Service de l'Environnement Industriel XE "Service de l'Environnement Industriel" , La prévention des risques industriels, Ministère de l'Environnement, Paris, Septembre 1985.

Signoret J.P. XE "Signoret J.P."  , Leroy A. XE " Leroy A."  “La prévision du risque technologique”, La Recherche, Décembre 1986, 17, 183, pp. 1596-1607.

Teisset J.M. XE "Teisset J.M." , “Quelques pistes à explorer pour améliorer la prévention des risques dans les activités de maintenance des installations de l’EPN XE "EPN"  (techniques ALARA XE "ALARA"  : as low as possibly achievable”. EDF XE " EDF"  note du 31 Mai 1994.

Tissot C. XE "Tissot C." , Rousseau C. XE "Rousseau C." , Lievin D XE "Lievin D" , “Présentation de 54 logiciels de prévention en fiches”, Travail et Sécurité XE "Travail et Sécurité" , N° 558, Mars 1997, pp. 31-60.

Vanssay (de) B. XE " Vanssay (de) B." , “Risques naturels et planification préventive” (les cas de la Grande Bretagne, de la Suisse, de la Suède, des Etats-Unis et du Japon), N°s 24, 28, 29 30 de la revue Préventique-Sécurité, 1997.

Weiss N XE "Weiss N" , “Maîtriser les risques dès la conception du projet”, Préventique-Sécurité, n° 28, 1997, p 22-26.

Sécurité

Boisselier J. XE "Boisselier J." , "La fonction sécurité dans l'entreprise face au changement technique", Culture Technique, septembre 1983, n° 1, p 195.

Boisselier J. XE "Boisselier J." , Boué G. XE " Boué G." , Guide des comités d’hygiène, de sécurité et des conditions du travail, Les éditions d’organisation, Paris, 1980.

Bruneau J.M. XE "Bruneau J.M." , Debiar F. XE "Debiar F." , Entreprise, les nouveaux enjeux de la sécurité, Préventique, n° 30,, Décembre 1989.

Cave J.M. XE "Cave J.M." , “Le patronat et la prévention des accidents du travail, La sécurité intégrée”, Arts et Manufactures, 1977, pp. 11-20.

Cazamian P. XE "Cazamian P."  et alii, Le problème du critère de sécurité, Charbonnages de France XE " Charbonnages de France" , Paris, 1963.

Cohen A. XE "Cohen A."  “Factors in successful occupational safety programs. Journal of Safety Research, National Safety Council, N° 9, 4, pp. 168-175.

Couzinet J.P. XE "Couzinet J.P." , Lesage J. XE "Lesage J."  (ESSO XE "ESSO" ), “La performance sécurité des entreprises sous-traitantes d’ESSO”, Préventique-Sécurité n° 29, 1997, p. 112.

Cowee G.A. XE "Cowee G.A." ,Practical safety methods and devices, Van Nostrand, New York, 1916.

De la Garza C. XE "De la Garza C." , “Modes de gestion collective du travail et de la sécurité dans les chantiers d’entretien des voies ferrées”, Performances humaines et techniques, n° 78, septembre 1995, pp. 22-27.

Demiville Y. XE "Demiville Y."  Vuillemin P. XE "Vuillemin P."  (chef de division accidentologie, EDF; direction affaires générales XE "direction affaires générales" , service prévention et sécurité XE "service prévention et sécurité" ), “prévention et management décentralisé de la sécurité, “l’implication de la hiérarchie pour élaborer une stratégie et mettre en oeuvre des actions de prévention, note du 11 mai 1994, 15 p.

Fagnani F. XE "Fagnani F." , Fagnani J.  XE "Fagnani J. " , Lochard J.  XE "Lochard J. " , Oudiz A. XE "Oudiz A." , Gestion des risques, milieu de travail et environnement : éléments de convergence, CEPN, rapport n° 83, Janvier 1985.

Gondrand F.  XE "Gondrand F. " "Sécurité, pour une politique intégrée", CNPF la revue des entreprises, Avril 1984, pp. 70-74.

Pannetier R XE "Pannetier R" , Dictionnaire thématique de la sécurité d’entreprise, .i.AQS;, 1996.

Rockwell T.H. XE "Rockwell T.H." , Comment apprécier les résultats parus en matière de sécurité, INRS,Nancy, 1961.

Seillan H. XE "Seillan H." ,"L'entreprise et la sécurité du travail", Revue Française des Affaires sociales, 38(1) Mars 1984 pp. 77 -102.

Total, Direction sécurité-environnement XE "Total, Direction sécurité-environnement"  “G d’évaluation du management de la sécurité”. (1996)

Van Daele A XE "Van Daele A" . “Les politiques de sécurité des entreprises : réflexion sur quelques influences heuristiques, organisationnelles, stratégiques et idéologiques, Revue des Conditions de Travail, n° 29, 1987, pp. 20-33.

AQS XE "AQS"  (Association Qualité-Sécurité), Vade Mecum Qualité sécurité, Grenoble, 1989.

Colloque sur la sécurité dans l'industrie chimique, 27-29 septembre1978. Ecole supérieure de Chimie de Mulhouse XE "Ecole supérieure de Chimie de Mulhouse" , Mulhouse, 1978.

Constituer l’acteur rationnel (le risque comme conduite éduquable)

Formation, apprentissage

Colis T. XE "Colis T."  et alii (SFP d’EDF, Centre ESTA), “Panser ou penser la prévention ? Sept opportunités pour appréhender la complexité de la prévention des risques professionnels”, Préventique-Sécurité, n° 36, Décembre 1997.

Lagadec P., Apprendre à gérer les crises, Les Editions d’organisation, Paris, 1993. XE "Lagadec P., Apprendre à gérer les crises, Les Editions d’organisation, Paris, 1993." 

INRS XE "INRS"  Maintenance et maîtrise du risque, enseigner la prévention des risques professionnels, Editions INRS XE "INRS" , Paris, 1996 (1994.)

Blain C. XE "Blain C."  “Assurance-qualité (normes ISO XE "ISO" ) et autonomie au travail, une étude de cas dans l’industrie chimique(GIP Mutations industrielles XE "GIP Mutations industrielles" ), Formation-Emploi, n° 48, Octobre 1994, pp. 55-63.

Grollier Baron R. XE "Grollier Baron R."  (Institut Français du Pétrole XE "Institut Français du Pétrole" , IFP XE "IFP" ), “techniques améliorant le comportement humain vis-à-vis de la sécurité et de la qualité”, Revue Générale de Sécurité, pp. 41-48, Avril 1991.

Triby E. XE "Triby E." , (CRA-CEREQ, ULP Strasbourg) “Former au risque ? “ Colloque l’évaluation des risques professionnels, GEIST, Strasbourg, 12-13 Janvier 1995.

Rousseau C. XE "Rousseau C."  Benoît M. XE " Benoît M."  “La prévention des risques d’accidents dans les formations professionnelles. Représentation et pratiques de Lycéens”. Communication présentée au 8e congrès international de Psychologie du travail de langue française, Neuchâtel, 31 Août-2 septembre 1994, INRS, Vandoeuvre.

Bosquet R XE "Bosquet R" , Fondements de la performance humaine dans l’entreprise, Editions d’organisation, Paris, 1989.

Lagadec P. XE "Lagadec P."  “De l’urgence localisée à la crise déstabilisatrice : des démarches collectives d’apprentissage à engager”, Annales des Mines, Responsabilité et Environnement, Avril 1996, pp. 47-52.

Tuttle T. XE "Tuttle T."  , Wood G XE "Wood G"  et alii, Psychological-behavioral strategies for accident control. A system for diagnosis and intervention. Behavioral Safety centerWhestingouse Electric Corporation XE "Whestingouse Electric Corporation" , Technical Report, BSC-3, 1974.

Professionnalisation (risk manager, préventeur, analyste des risques)

Bugliarello G. XE "Bugliarello G." , "A technical magistrature", Bulletin of the atomic scientists, 1. 1977.

Charbonnier J. XE "Charbonnier J."  “Situation du risk management français”, Sécurité-revue de préventique, n° 7, Octobre 1993, pp. 15-21.

Dietz T.D. XE "Dietz T.D." , Rycroft R.W XE "Rycroft R.W" , "The Washington Danger Establishment: a Theoretical Framework", A.S.A. Meeting, San Antonio, 1984, (mimeo)

Dietz T.D XE "Dietz T.D" ., Rycroft R.W. XE "Rycroft R.W." , The Risk Professionals, Social Research Perspectives n° 14, Russell Sage Foundation, 1987.

Dietz, Thomas, R. Scott Frey, and Eugene A. Rosa. 2001. "Risk, Technology, and Society." Pp. 329-369 in Riley E. Dunlap and William Michelson (eds.), Handbook of Environmental Sociology. Westport, CT: Greenwood Press.

Goguelin P. XE "Goguelin P." , Cuny X XE "Cuny X" , “La prévention, réflexion sur la fonction et sur l’intérêt d’une profession de préventeur”, Préventique, n° 39, Juin 1991.

IHESI XE "IHESI" , (institut des hautes études de la sécurité intérieure XE "institut des hautes études de la sécurité intérieure" ), “Les métiers de l’urgence”, Ouvrage collectif, Cahiers de la sécurité intérieure, N° 22, 1995.

Culture de sûreté/ Culture du risque

AUVA XE "AUVA"  “Ensemble, la sécurité, Risques, limites, tendances”, Actes du Congrès, Vienne, 1-3 décembre 1993, Allgemeine Unfallversicherungsanstalt (AUVA XE "AUVA" ), Vienne 1994.

Culture de sûreté, une maîtrise collective des risques par des professionnels du nucléaire XE "Culture de sûreté, une maîtrise collective des risques par des professionnels du nucléaire" , EDF XE "EDF"  DER XE "DER"  (anonyme), 2 Mai 1995, 12 p.

Dobré M XE "Dobré M" , Duclos D. XE "Duclos D." , Culture de sûreté, ou risque pour la culture ? (“L’apport de la sociologie à la compréhension des problèmes de fiabilité humaine en contexte de risque technologique”) Contrat EDF n° T54 1 F5706/ N° 0T : T5424. pour le compte du Département des Etudes de Sûreté et de Fiabilité, Service RNE, Direction des Etudes et Recherches, Electricité de France, Octobre 1992.

Groupe Consultatif International pour la sûreté nucléaire, Rapport sur la “culture de sûreté”, Collection Sécurité n° 75, INSAG-4, AIEA, Vienne, Autriche, 1991.  XE "Groupe Consultatif International pour la sûreté nucléaire, Rapport sur la “culture de sûreté”, Collection Sécurité n° 75, INSAG-4, AIEA, Vienne, Autriche, 1991. " 

Fagnani F. XE "Fagnani F." , Fagnani J. XE "Fagnani J."  Lochard J.  XE "Lochard J. "  Houdiz, XE "Houdiz,"  Gestion des risques, milieu de travail et environnement : éléments de convergence, CEPN, rapport n° 83, Janvier 1985.

Habermas J.  XE "Habermas J. "  Théorie de l'Agir Communicationnel, T I et II, Fayard, Paris 1987.

Pateyron E-A XE "Pateyron E-A" , “Le risque ne doit pas être tabou”, Revue BIC XE "BIC"  (Bulletin intérieur des Cadres d’EDF XE "EDF"  XE "Bulletin intérieur des Cadres d’.i.EDF" ;) pp. 99-105.

Tanguy P XE "Tanguy P" , “engagement des responsables et culture de sûreté”, (INSAG-3 XE "INSAG-3" , INSAG-4 XE "INSAG-4" ), Préventique-Sécurité, N° 19, février 1995, pp. 34-36.

Weick K.E., XE "Weick K.E.,"  “Organizational Culture as as source of high reliability”, California Management Review, Vol. 29, n° 2, 1987.

Maîtriser, gérer les risques (le risque comme problème)

Management, gestion, maîtrise

ACADI XE "ACADI" , Colloque international, "la maîtrise des risques technologiques” XE "risques technologiques”" , 7-8 décembre 1987, Unesco, Paris.

Barbet J.F(SECTOR XE "SECTOR"  XE "Barbet J.F(.i.SECTOR" ).;, “Maîtriser les risques”, Préventique-Sécurité, n° 26, 1997, p 21.

Caruette J.P XE "Caruette J.P" , (Total, direction sécurité-environnement XE "Total, direction sécurité-environnement" ) “L’appréciation du risque et les outils de management de l’environnement”, Annales des Mines, Responsabilité et Environnement, Avril 1997, pp. 55-62.

Castel R. XE "Castel R." , La gestion des risques, Minuit, Paris, 1982.

CEA XE "CEA" , Actes du Colloque énergie et société, Paris, 16-18 septembre 1981.

Charbonneau S. XE "Charbonneau S." , La gestion de l’impossible : essai sur la gestion des risques d’origine techno-scientifique, Economica, Paris, 1992.

Colas A. XE "Colas A."  “Gestion des risques industriels”, Euroforum du 267/11 1996.

Denis H.  XE "Denis H. " (Ecole Polytechnique de Montréal XE "Ecole Polytechnique de Montréal" ), Gérer les catastrophes, l’incertitude à apprivoiser, Gaétan Morin, Presses de l’Université de Montréal, Montréal 1993.

Denis, Hélène. XE "Denis, Hélène."  Comprendre et gérer les risques sociotechniques majeurs. Montréal, Editions de l’Ecole Polytechnique de Montréal, 1998, 342 pages.

Duchêne F. XE "Duchêne F." , Martinais E. XE "Martinais E." , “Gestion industrielle des risques : vers une autre prise en compte des habitants ? Annales des Mines , supplément Responsabilité et Environnement, n° 4, Octobre 1996. pp. 5 à 9.

Duclos D. XE "Duclos D." , “La gestion des risques ne doit pas être l’apanage des ingénieurs”, Les Echos, 12 Sept. 1990.

Lagadec P.  XE "Lagadec P. " Etats d'Urgence, Seuil, Paris, 1988.

Lagadec P. XE "Lagadec P."  Gestion des crises, McGrawhill, 1990, Edisciences, Paris, 1993.

Nodé-Langlois P. XE "Nodé-Langlois P."  (Lafarge XE "Lafarge" ) “Un exemple de management du risque environnemental : le changement de climat.”, Annales des Mines, Responsabilité et Environnement, Avril 1997, pp. 51-54.

Paté-Cornell M.E XE "Paté-Cornell M.E" , “Global Risk Management”, Journal of Risk and Uncertainty, Vol 12, pp. 239-255, 1996.

Pauchant, Thierry XE "Pauchant, Thierry"  et Ian Mitroff. La gestion des crises et des paradoxes : prévenir les effets destructeurs. Montréal, Editions Québec/Amérique, Presses des Hautes études commerciales, 1995, 332 pages.

Revue Générale du Nucléaire XE "Revue Générale du Nucléaire" , Mars-Avril 1997, n° 2, “Les arrêts de tranche des centrales nucléaires. Sûreté, Disponibilité, Maîtrise des coûts”.

Rosenthal U. XE "Rosenthal U."  Michael T  XE "Michael T " et alii, Coping with crises, the management of disasters, riots and terrorism, C.C., Thomas pub. Springfield, 1989.

Vallet B. XE "Vallet B." , La sûreté des réacteurs nucléaires en France, un cas de gestion des risques, Mémoire de DEA, Centre Science Technologie et Société, Université de Paris I/CNAM, 1985.

Gestion de crise et conduite accidentelle

Cazalis, Pierre XE "Cazalis, Pierre" , A. Ouellet XE "Ouellet"  et T. Pauchant XE "Pauchant" . Evaluation de l’intervention de l’organisation de Sécurité civile du Québec lors des inondations du Saguenay en juillet 1996. 1996, 95 pages

Lagadec P. XE "Lagadec P." , “Urgences, Crises, Ruptures : des théâtres de vulnérabilité en mutation”, Préventique-Sécurité, N° 36, Décembre 1997.

Ministère de la Sécurité publique, Québec, La gestion de catastrophe : le cas d’un incendie dans un entrepôt de BPC à Saint-Basile-le-Grand. , 1990, 115 pages.

Rayer Janeck XE "Rayer Janeck" , “Crises, Ruptures et Stratégies”, Management et Conjoncture Sociale, Juin 1997, n° 511 pp. 14,19.

Therrien, M.-C.  XE "Therrien, M.-C. " Pragmatisme et modèles systémiques pour la compréhension des processus de gestion des feux de forêts : apprentissage et expérience lors d’événements complexes. Thèse de doctorat, Ecole des Mines de Paris, 1998, 155 pages.

Dispositifs de sûreté

Bataille C. XE "Bataille C."  Rapport dur la gestion des déchets nucléaires à haute activité, Office Parlementaire d’évaluation des Choix technologiques, Assemblée nationale, n° 1839, 1990.

Bataille C XE "Bataille C" ., (député du Nord, Rapporteur de l’Office Parlementaire d’Evaluation des Choix Technologiques), “déchets radio-actifs : l’implantation des laboratoires souterrains, inTubiana M., XE "Tubiana M.,"  Pélicier Y. XE "Pélicier Y."  (dirs.) Atome et Société, actes du colloque des 30-31 Mai 1996, Palais du Luxembourg, Paris, pp. 189-192.

Blancher P. XE "Blancher P." , Paquiet P. XE "Paquiet P." , Zampa C XE "Zampa C" . (GLYSI XE "GLYSI" ), “Industries chimiques et territoires, contraintes et opportunités de développement.” in n° Spécial : Revue de Géographie de Lyon, vol 71, n° 1, 1996.

Fornage P. XE "Fornage P." , Raffoux J.F. XE "Raffoux J.F." , Tritsch J.J. XE "Tritsch J.J."  (INERIS XE "INERIS" ), “ La protection des installations industrielles contre le risque sismique. Annales des Mines, Responsabilité et Environnement, N° 1, Février 1996, pp. 37-43

Grandamas O. XE "Grandamas O." , “La maîtrise des risques sur un site industriel : la méthode MOSAR”, Préventique-Sécurité, n° 28, 1997, p. 26.

Mailliat A. XE "Mailliat A."  et alii (IPSN XE "IPSN" , CEA XE "CEA" ), “le terme-source : le confinement des produits de fission”.

Pottier M.  XE "Pottier M. "  “approche globale de sécurité; développement en matière de sécurité incendie : Esso XE "Esso" ”, Préventique, n° 30, Décembre 1989.

Queniart D. XE "Queniart D." , "L'expérience du CEA en matière de sûreté des installations chimiques. le cas de l'usine de La Littorale à Béziers," Annales des Mines, n°10-11, Octobre-Novembre 1986, pp. 38-44.

Hergon E. XE "Hergon E." , Doinel C. XE "Doinel C." , “la sûreté de fonctionnement, une nouvelle exigence”, Préventique-Sécurité,.n° 21, 1996, p 10


Organisation humaine

Baron. M  XE "Baron. M " “Managing the tradeoff between productivity and safety : the case of nuclear reactors outages”, PHD, Standford University, Janvier 1996 (sous la direction de M.E. Paté-Cornell.

Doniol-Shaw G. XE "Doniol-Shaw G."  (CNRS XE "CNRS"  XE "LATTS" ) Sûreté et organisation du travail en centrale nucléaire, Enquête auprès des agents des services conduite, maintenance et mission sûreté qualité du centre nucléaire de production électrique de Chinon.,Syndicat CGT du CNPE de Chinon XE "Syndicat CGT du CNPE de Chinon" , Avoine, 1995.

Morvan J. XE "Morvan J." , Organisation et sécurité, Editions Préventique, Bordeaux, 1996

Murphy D. XE "Murphy D." , “Organizational Aspects of engineering system safety”, PHD., Stanford University, Octobre 1994.

Seillan H XE "Seillan H" , Morvan J. XE "Morvan J."  “Gestion du risque/evaluation des risques : les mots des cindyniques : coactivité-coordination”, Préventique-Sécurité, N° 31, Février 1997.

Lagadec P., Les cellules de crise, Les éditions d’organisation, Paris, 1995. XE "Lagadec P., Les cellules de crise, Les éditions d’organisation, Paris, 1995." 

Weaver K.R. XE "Weaver K.R." , Mosey D.G. XE "Mosey D.G." , “institutionnal support for nuclear plant operators”, ANS 1990, Winter Meeting, Washington, 11-15 Novembre 1990, Transactions of the American Nuclear Society XE "American Nuclear Society" , vol 62, p 132.

Geneix G. XE "Geneix G." , Samir E. XE "Samir E." , Coulondre J.M. XE "Coulondre J.M." , “les trois volets de la coopération d’EDF en Russie: 1er volet : coopération en faveur de la sûreté nucléaire (les jumelages Penly-Novovoronej, Paluel-Balakovo)”, in note IMC/COOPRUS, 25/09/1997.

Cook B.J. XE "Cook B.J." , Amel J.L.; XE "Amel J.L." , Kasperson R.E. XE "Kasperson R.E." , “Organizing and managing Radioactive Waste Disposal as an Experiment”, Journal of Policy Analysis and Management, vol 9, n° 3, 1990, pp. 339-366.

La Porte T.R. XE "La Porte T.R." , On the design and management of nearly error-free organizational control systems”, in Sills D. XE "Sills D." , Wolf C. XE " Wolf C." , Shelanski V.  XE "Shelanski V. " (eds) Accident at Three Mile Island : The Human Dimensions, Westview Press, Boulder, 1982.

Reason J XE "Reason J" , (Université de Manchester XE "Université de Manchester" ) Reducing the risk of organisational accident in complex systems”, Colloque “Facteurs humains de la fiabilité et de la sécurité des systèmes complexes”, INRS, Vandoeuvre, 17-18 Avril 1991.

.C.; XE "Pauchant T.C." ,  XE ""  XE "Mitroff I.i." , La gestion des crises et des paradoxes, prévenir les effets destructeurs de nos organisations., Québec, 425 rue st jean Baptiste, Montréal, 1995.

Gestion par missions, projets et contrats

Lanoë D XE "Lanoë D" , Loriot D. XE "Loriot D." , Paulet L. XE "Paulet L." , Benkara L.R XE "Benkara L.R" ., “Coordination Sécurité, Santé au travail : délégation de pouvoir ou contrat de mission, une étude de l’application de la loi de 1993 auprès des Agents techniques d’un Centre EDF-GDF Services, Emergences, rapport d’expertise pour le CLC CHSCT, centre EDF-GDF Services Béarn-Bigorre, Novembre 1996.

Lanoë D XE "Lanoë D" , Loriot D. XE "Loriot D." , Paulet L. XE "Paulet L." , Benkara L.R XE "Benkara L.R" ., “Coordination Sécurité, Santé au travail : délégation de pouvoir ou contrat de mission, une étude de l’application de la loi de 1993 auprès des Agents techniques d’un Centre EDF-GDF Services”, Emergences, rapport d’expertise pour le CLC CHSCT, centre EDF-GDF Services, Yonne, décembre 1996.

Moisdon J.C. XE "Moisdon J.C." , Weill B. XE "Weill B." , ENSMP  XE "ENSMP " CGS XE "CGS" , Dynamique des savoirs dans les activités de conception : faut-il compéter la gestion de projet ?, Actes du 5e Congrès international de génie industriel, G15, Grenoble, avril 1996.

Nakhla M.M XE "Nakhla M.M" , Soler L.J. XE "Soler L.J." , “Pilotage de projet et contrats internes”, Revue Française de Gestion, sept. 1996, pp. 17-29.

Perchet F. XE "Perchet F."  (EDF-Maintenance), Marcade A. XE "Marcade A." , “Management des arrêts de tranche au CNPE de Chinon”, Revue Générale Nucléaire, n° 2, Mars-Avril 1997.

Consignes, Recommandations

Girod G. XE "Girod G." , “Comment améliorer la sécurité et réduire les risques dans les manipulations de produits chimiques dangereux”, Préventique-Sécurité, N° 27, 1997, p. 10.

Lafon D. XE "Lafon D."  “Conduite à tenir face à l’amiante”, Colloque des technologies pour l’environnement, Metz, 23-25 Avril 1996.

Procédures

INEX1 XE "INEX1" , Exercice international d’urgence en cas d’accident nucléaire, Agence pour l’Energie Nucléaire XE "Agence pour l’Energie Nucléaire" , 1997

Morvan J. XE "Morvan J." , Le procédures générales en sécurité, Préventique-Sécurité; n° 26, p 18, n° 27, p 24, 1997.

0rganisation sociotechnique (interfaces)

Bruno M. XE "Bruno M." , Création d’un outil méthodologique d’aide à la décision d’intervention programmée sur ouvrage en fonction des facteurs de risque, Mastère en Ingéniérie gazière, Thèse professionnelle de l’Ecole des Mines de Paris XE "Ecole des Mines de Paris" , Octobre 1996.

Clot Y, XE "Clot Y,"  Dejours C. XE "Dejours C."  ( XE "CNAM" ), “Des hommes et des machines : sociologie et psychologie, Sciences sociales et santé, vol 15, n° 2, Juin 1997.

Conein B XE "Conein B" , Dodier N. XE "Dodier N." , Thévenot L. XE "Thévenot L."  (ed) “Les objets dans l’action. De la maison au laboratoire”, Coll. Raisons pratiques, N° 4, EHESS, Paris, 1993.

Crauet L XE "Crauet L" , Aoussat A XE "Aoussat A" , Moureau R. XE "Moureau R." , “Sûreté de fonctionnement et informatique, intégration pour une aide à la conception de système de traitement des fluides”, Préventique-Sécurité, n° 29, 1997, pp. 61-68.

Daniellou F. XE "Daniellou F."  L’opérateur la vanne l’écran. L’ergonomie des salles de contrôle, Editions de l’ANACT XE "ANACT" , coll. Outils et Méthodes, Avril 1986.

Gras A., XE "Gras A.,"  Moricot C XE "Moricot C" , Poirot-Delpech S.L. XE "Poirot-Delpech S.L." , Scadigli V XE " Scadigli V" , Le pilote, le contrôleur et l’automate, IRIS, Paris, 1991.

Latour B. XE "Latour B." , “Mixing humans and non humans together : the sociology of a door-closer”, Social Problems, 35 (3), 1993, 298-310.

Lhote F. XE "Lhote F." , Dulmet M. XE "Dulmet M." , Ortiz-Hernandez J. XE " Ortiz-Hernandez J." , “Sciences de l’Ingénieur et sciences du travail”, Sociologie du travail, n° 26, hors série, 1994.

Llory M. XE "Llory M." , “Le système, l'Homme, le modèle”, DCN-DGA Journée régionale "Science et Défense", Toulon 20 Avril 1989. (note EDF-DER HT-50/89-431.)

Paté-Cornell M.E XE "Paté-Cornell M.E" ., Lee, H. XE " Lee, H." , “Hybrid Systems for Failure Diagnosis, in Operation Research and Artificial intelligence”, Brown D.E.n ed., The Integration of problem solving strategies, Kluwer Academic Pub, 1990.

Vigneron C. XE "Vigneron C."  , Analyse des automates dédiés à la sécurité, Eléments méthodologiques, Cahiers de notes documentaires de l’INRS XE "INRS" , 1997, 166, pp. 37-42 (tiré à part ND 2039.)

Légitimer la gouvernance (le risque comme justification)

Informer

Barthe Y XE "Barthe Y" ., “l’information et l’expérimentation comme modes de gouvernement : l’exemple de la gestion des déchets radioactifs à vie longue”, Séminaire du programme Risques collectifs et situations de crise “information,consultation, expérimentation : les activités et les forme d’organisation au sein des forums hybrides. Point de vue de Pierre Lascoumes XE "Lascoumes" , Michel Callon XE "Callon" , Yannick Barthe XE "Barthe" , Actes de la huitième séance, 12 Juin 1997, Ecole des Mines de Paris XE " Ecole des Mines de Paris" .

Blancher P XE "Blancher P" , Vallet B. XE "Vallet B." , Decourt J. XE "Decourt J." , Paquiet P. XE "Paquiet P." , “La gestion des risques industriels aux prises avec le territoire : réflexion à partir de l’analyse des dispositifs d’information et de concertation , Glysi XE "Glysi" , Lyon, 1997.

Cardon A. XE "Cardon A." , “Modéliser les systèmes d’information et de communication de gestion des crises”, Préventique-Sécurité, n° 30, 1997, p 75.

CEFIC XE "CEFIC" , CEFIC guidelines for the Communication of Environmental Information to the Public. D.1989/3158.
Champagne P. XE "Champagne P."  (INRA XE "INRA" ), “L’emprise des médias et le nucléaire”, in Tubiana M., XE "Tubiana M.,"  Pélicier Y. XE "Pélicier Y."  (dirs.) Atome et Société, actes du colloque des 30-31 Mai 1996, Palais du Luxembourg, Paris, pp. 105-112.

Freudenburg, William R. XE "Freudenburg, William R."  et al. «Media Coverage of Hazard Events : Analyzing the Assumptions » dans Risk Analysis, vol 16, n o 1 (1996), p. 31-42.

Garner, Ana C XE "Garner, Ana C" . et al., «The Wreck of Amtrak’s Sunset Limited : News Coverage of a Mass Transport Disaster » dans Disasters, vol. 1 n o 1 (1997), p. 4-19.

Gregory, Geoff XE "Gregory, Geoff"  «Persuading the public to make better use of natural hazards information » dans Prometheus, vol. 13, n o 1 (1995), p. 61-71.

Guinier D. XE "Guinier D." , Sécurité et qualité des systèmes d’information, Masson, Paris, 1991.

Lacoste A.C. XE "Lacoste A.C." , “La communication en matière de sûreté nucléaire”, in Tubiana M., XE "Tubiana M.,"  Pélicier Y. XE "Pélicier Y."  (dirs.) Atome et Société, actes du colloque des 30-31 Mai 1996, Palais du Luxembourg, Paris.


Lagadec P., XE "Lagadec P.,"  "Stratégies de communication en situation de crise," Annales des Mines, Octobre-Novembre 1986.

Lagadec P. XE "Lagadec P." , Rudetzky F. XE "Rudetzky F." , “les victimes d’attentats et les médias”, Administration, n° 171, Juin 1996, pp. 197-207

Lalo A. XE "Lalo A." , “L’information du public sur les risques technologiques majeurs, Les Cahiers du Centre National de la Fonction Publique, n° 39, Août 1993, pp. 46-66.

Lalo A. XE "Lalo A." , “Les leçons à tirer pour l’information du public”, Préventique-Sécurité, n° 25, 1997, p 54.

.i.Lascoumes P.;, .i.Callon M.;, .i.Barthe Y.;, Information, consultation, expérimentation : les activités et les formes d’organisation au sein des forums hybrides, Séminaire du Programme Risques Collectifs et Situations de Crise, CNRS XE "CNRS"  (département SHS), Ecole des Mines de Paris, 12 Juin 1997.

Mazur A. XE "Mazur A." , "The journalists and technology : reporting about TMI and Love Canal", Minerva, vol 22, n°1, 1984.

Mileti, Dennis S XE "Mileti, Dennis S" . et Joanne D. Darlington. «The role of searching in shaping reactions to earthquake risk information » dans Social Problems, vol. 44, n o 1 (1997),

Monde XE "Monde"  (le), “EDF révèle des défauts de soupapes dans ses centrales nucléaires”, 5 Mars 1991.

Morin A. XE "Morin A."  (CEA), “Facteurs humains en sécurité; management et communication”, Préventique n° 39, Juin 1991.

Ogrizek, M. XE "Ogrizek, M."  et Jean-Michel Guillery. La communication de crise.Paris, Presses universitaires de France, 1997.

Reveret, Régis XE "Reveret, Régis"  et Jean-Nicolas Moreau. Les médias et la communication de crise. Paris, Economica, 1997.

Scanlon J. XE "Scanlon J." , "Crisis communication, the ever present gremlins", Emergency communication unit, Reference to COMCON 82, Arnprior, Ontario, 26 mai 1982.

Scanlon J XE "Scanlon J" , Potier D. XE "Potier D." , “Quand les mots peuvent tuer : communication en situation de prise d’otage”, Préventique-Sécurité,.n° 19, p 15, 1996.

Tixier, Maud  XE "Tixier, Maud " (dir.). La communication de crise. Enjeux et stratégies. Paris, McGraw-Hill, 1991.

Triandafyllidon, Anna. XE "Triandafyllidon, Anna."  The Accident of Chernobyl in the Italian Press. A Media Story Line, communication présentée au congrès de l’American Sociological Association, 1995.

Veron, E. XE "Veron, E."  Construire l’événement. Les médias et l’accident de Three Mile Island. Paris, Editions de Minuit, 1981.


Délibérer/Décider

Aggeri F. XE "Aggeri F." , Hatchuel A. XE " Hatchuel A." , “La formation de la stratégie dans l’incertain : le cas du recyclage automobile chez Renault”, Conférence internationale de management stratégique, Lille, 13-15 Mai 1996.

Birraux C. (Député de Haute Savoie) XE "Birraux C. (Député de Haute Savoie)"  “Le dilemme des Politiques” . in Colloque organisé par l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques XE "Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques"  avec le concours de l’Institut Européen des Cindyniques XE "Institut Européen des Cindyniques" , le 28 Mars 1996, Annales des Mines, Supplément “Responsabilité et Environnement”, Octobre 1996, pp. 33-36.

Duclos D. XE "Duclos D." , “La démocratie du risque est-elle possible ? (Office parlementaire et évaluation du risque technologique)”, Environnement et sécurité/Environment and security, Québec, vol 1, 1996.

Gilbert C. XE "Gilbert C."  Le pouvoir en situation extrême, L’Harmattan, Paris, 1992.

Gilbert C XE "Gilbert C" . Ed. La catastrophe, l'élu et le préfet, PUG, Grenoble, 1990.

Hecht G. XE "Hecht G." , “Political designs : nuclear reactors and national policy in postwar France”, Technology and Culture, 35, N° 4, 1994, pp. 657-685.

Martinais E. XE "Martinais E." , Gestion du risque et conflits territoriaux, le cas de St Fons, in n° Spécial : “Revue de Géographie de Lyon, vol 71, n° 1, 1996.

Puiseux L. XE "Puiseux L." , "EDF et la politique énergétique", les entreprises publiques, Mars-Avril, 1978.

Roqueplo P. XE "Roqueplo P." , "Cabinet ministériel", Les Annales des Mines, Décembre 1986, pp. 7 -18.

“Faire participer”
.
i.Bendor J.;, Parallel Systems, Redundancy in Government, University of California Press, Berkeley, 1985.

Callon M. XE "Callon M." , “Exploration des débordements et cadrage des interactions : la dynamique de l’expérimentation collective dans les forums hybrides”, in : Lascoumes P. XE "Lascoumes P." , Callon M. XE "Callon M." , Barthe Y. XE "Barthe Y." , “Information, consultation, expérimentation : les activités et les formes d’organisation au sein des forums hybrides”, Séminaire du Programme Risques Collectifs et Situations de Crise, CNRS XE "CNRS"  (département SHS), Ecole des mines de Paris, 12 Juin 1997.

Chisholm D. XE "Chisholm D."  Coordination without hierarchy. Informal structures in multiorganizational systems, University of California Press, Berkeley, 1989.

Daniellou F.  XE "Daniellou F. " “Que peut-on prévoir du travail futur ?” Revue Education permanente, “comprendre le travail”, 2e partie, n° 117, 4 e trimestre 1993, pp. 7-17.

Dodier N. XE "Dodier N."  (CERMES XE "CERMES" ) “Remarques sur la conscience du collectif dans les réseaux sociotechniques”, Sociologie du travail, n° 2, 1997, pp. 131-148.

Dodier N. XE "Dodier N." , Les hommes et les machines, Editions Métailé, Paris, 1996, 282 p.

Jarniou P. XE "Jarniou P." , L'entreprise comme système politique, PUF, Paris, 1981.

Keyser (de) V. XE "Keyser (de) V."  “La démarche participative en sécurité”, Bulletin de psychologie, 1979, 33, 334, pp. 479-491.

Lascoumes P. XE "Lascoumes P."  (CNRS XE "CNRS" ,GAPP XE "GAPP" ), Barthe Y. XE "Barthe Y."   XE "CSI" ,  XE "Ecole des Mines de Paris" , “Entre la banalisation, l’exception et l’expérimentation : l’évolution des débats politiques sur le nucléaire”,in Tubiana M., XE "Tubiana M.,"  Pélicier Y. XE "Pélicier Y."  (dirs.) Atome et Société, Actes du colloque des 30-31 Mai 1996, palais du Luxembourg, Paris., pp. 149-165.

Lascoumes P. XE "Lascoumes P." , “Rendre gouvernable : de la “traduction” au “transcodage”. L’analyse des processus de changements dans les réseaux d’action publique”, in CURAPP XE "CURAPP" , la gouvernabilité, Paris, PUF, 1996, pp. 326-338.

Latour B., XE "Latour B.,"  “Suivi d’expérimentation collective : prise en compte et définition”, Annales des Mines, Responsabilité et environnement, Juillet 1997, pp. 47-52.

Loriot D. XE "Loriot D."  Accident et organisation, “savoirs faire de prudence en travaux souterrains : projet d’initiation à la sociologie des organisations à travers une application à la prévention des accidents du travail, Texte ronéoté Mars 1996.

Wynne B. XE "Wynne B." , Risk management and hazardous waste, implementation and the dialectics of credibility, Springer Verlag, Laxenburg, 1987.

Réglementer/déréglementer

Alford J.R. XE "Alford J.R." , "Can government regulate safety ? The Coal Mine example". The American Political Science Review, 74 (3) Septembre 1980, pp. 745-756.

Cartron J. XE "Cartron J."  “Les plans de prévention des risques naturels prévisibles (PRP) : quelles amélioration du dispositif juridique de prévention ?”, Revue juridique de l’Environnement, n° 2, 1995, pp. 247-264.

Colson J.P. XE "Colson J.P." , Shapira J.P. XE "Shapira J.P." , Les enjeux d’une loi nucléaire en France, Rapport au ministère de l’environnement, SRETIE, Paris, 1994.

Crandall R.W.  XE "Crandall R.W. " , L.B.Lave, The Scientific Basis of Health and Safety Regulation, Washington D.C., Brookings, 1981.

Cuvillier T. XE "Cuvillier T." , Législation et contrôle des machines à vapeur, P.Vicq-Dunod, Bibliothèque des constructeurs de travaux publics, Paris, 1897.

Durousseau M. XE "Durousseau M." , Installations classées déclarées : nouvelle donne pour la prévention des pollutions ? Revue juridique de l’Environnement, n° 2 pp. 287-298, 1995.

Gail de Planque E. XE "Gail de Planque E."  “Bon sens, Analyse de risques et réglementation” (ancien commissaire de la NRC XE "NRC" ) in : colloque organisé par l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques XE "Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques"  avec le concours de l’Institut Européen des Cindyniques XE "Institut Européen des Cindyniques" , le 28 Mars 1996, Annales des Mines, Supplément “Responsabilité et Environnement”, Octobre 1996, pp. 47-50.

Graham J. XE "Graham J." , Harvard School of Public Health XE "Harvard School of Public Health" , “Politique de réglementation pour la maîtrise des risques et des coûts associés”, in colloque organisé par l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques XE "Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques"  avec le concours de l’Institut Européen des Cindyniques XE "Institut Européen des Cindyniques" , le 28 Mars 1996, Annales des Mines, Supplément “Responsabilité et Environnement”, Octobre 1996, pp. 37-42.

Hoel R. XE "Hoel R."  Merrill F. XE "Merrill F."  Perera, eds. Risk Quantitation and Regulatory Policy , Cold Spring Harbor Laboratory, 1985.

Kunreuther  XE "Kunreuther "  et alii, Disaster insurance protection: public policy lessons, Wiley, New York, 1978.

Mayer Paul XE "Mayer Paul" , Les réglements de sécurité XE "réglements de sécurité"  dans une industrie àn risques, recherche sur l’atmosphère subjective dans la gestion de la sécurité XE "gestion de la sécurité" ”, publication du Centre de recherche en gestion de l’école polytechnique, 1982

Moatti J.P. XE "Moatti J.P." , "Scandales et controverses aux Etats-Unis à propos d'une campagne de dérèglementation", Le Monde diplomatique, Avril 1983.

Nichols E. XE "Nichols E."  Wildavky A. XE "Wildavky A." , “Nuclear Power Regulation, Seeking Safety, Doing Harm ?”, Regulation, vol 11, 1987.

Pollak M. XE "Pollak M." , Les pratiques réglementaires en matière de pollution et nuisances industrielles en France , Ministère de l'Environnement, Paris,1979.

Szasz A. XE "Szasz A."  "The reversal of Federal policy toward worker safety and health", Science and society, 1986, vol 1 n°1.

Szasz A XE "Szasz A" . "Industrial resistance to occupational safety and health legislation, 1971-1981," Social Problems, vol 32, 2, décembre 1982.

Yergin D. XE "Yergin D." , Gustafson T. XE "Gustafson T." , Eskin V. XE "Eskin V." , Knight K. XE "Knight K." , “High tension politics : reforming the russian power sector”, Cambridge Energy Research Associates, Private Report, (20 University Road, Cambridge, Massachusetts, 02138, USA) Decembre 1997.

Williams M. XE "Williams M." ,"Overregulation ?" Saturday Review, 20 Janvier 1979.

Assurer

Bergeron, Jean-Guy. XE "Bergeron, Jean-Guy."  «Les catastrophes naturelles sous l’oeil de l’assurance » conférence prononcée lors du colloque “Les catastrophes naturelles et le droit”, service de la formation permanente du Barreau du Québec, (Longueuil, 4 décembre 1998), p. 3.

Burby, R. XE "Burby, R."  Sharing environmental risk. Boulder, Colorado, Westview Press, 1992.

French, S. XE "French, S."  et Gary Rudholm XE "Rudholm" . «Damage to public property in the Whittier Narrows earthquake : Implication for earthquake insurance » dans Earthquake spectra, vol. 6 (1990), p. 105-123.

Klein, Robert. XE "Klein, Robert."  «Regulation and catastrophe insurance » dans Paying the Price : The Status and Role of Insurance Against Natural Disasters in the United States, Howard Kunreuther et Richard J. Roth, (dir.), Washington, D.C, Joseph Henry Press, 1998, p. 171-207.

Kunreuther, Howard. XE "Kunreuther, Howard."  «Rethinking Society’s Management of Catastrophic Risks » dans Geneva Papers on Risk and Insurance, vol. 22, no 83 (avril 1997), 163 pages.

Lecomte, Eugène XE "Lecomte, Eugène"  et Karen Gahagan. «Hurricane Insurance protection in Florida » dans Paying the price : The Status and Role of Insurance Against Natural Disasters in the United States, Howard Kunreuther et Richard J. Roth (dir.), Washington D.C, Joseph Henry Press, 1998, p. 97-123.

Magnan, Serge XE "Magnan, Serge" . «Catastrophe Insurance System in France » dans The Geneva Papers on Risk and Insurance, vol. 20, n 77 (octobre 1995), p. 474-480.

Michel-Kerjean, Erwann. XE "Michel-Kerjean, Erwann."  L’assurance des catastrophes naturelles. Marseille, GREQAM, 1998.

Pasterick, Edward T. XE "Pasterick, Edward T."  «The National Flood Insurance Program » dans Paying the price : The Status and Role of Insurance Against Natural Disasters in the United States, Howard Kunreuther et Richard J. Roth (dir.), Washington D.C, Joseph Henry Press, 1998, p. 125-154.

Roth, Richard J.  XE "Roth, Richard J. " «Earthquake insurance Protection in California “ dans Paying the price : The Status and Role of Insurance Against Natural Disasters in the United States, Howard Kunreuther et Richard J. Roth (dir.), Washington D.C, Joseph Henry Press, 1998, p. 67-95.

Standard & Poor’s DRI XE "Standard & Poor’s DRI" . La tempête de verglas de 1998 : l’incidence économique des règlements de sinistres par l’assurance incendie, accidents, risques divers. Etude préparée pour le Bureau d’assurance du Canada, septembre 1998, 16 pages.

Van Schoubroeck, C. XE "Van Schoubroeck, C."  ´Legislation and practice concerning natural disasters and insurance in a number of European Countries » dans The Geneva Papers on Risk and Insurance, vol. 22, n "83 (avril 1997), p. 238-267.


Administrer

Bugge H.G. XE "Bugge H.G." ,La pollution Industrielle, problèmes administratifs et juridiques, PUF, Paris, 1976.

Decrop G. XE "Decrop G." , Gilbert C. XE "Gilbert C." ,(CRISE XE "CRISE" /CNRS XE "CNRS" -Grenoble) L’usage des politiques de transition : le cas des risques majeurs, Politique et Management Public, vol 11, n° 2, Juin 1993, pp. 142-158.

Hubert Ph XE "Hubert Ph" , Approche comparée de quelques évolutions de la .i.gestion des risques ;en France à travers l’organisation des Agences. Actes de la dix-septième séance , 27 Avril 2000, Ecole Nationale Supérieure des Mines de Paris, Séminaire du Programme Risques Collectifs et Situations de Crise.

Lascoumes P. XE "Lascoumes P." , Joly-Sibuet E XE "Joly-Sibuet E" ., Boudry, P XE "Boudry, P" . Administrer les pollutions et nuisances, Etude des pratiques sociales sur deux terrains régionaux, Rhône Alpes, Languedoc-Roussillon, Ministère de l'Environnement, septembre 1985.

Poujade R. XE "Poujade R." , Le ministère de l'impossible, Calmann-Lévy, Paris, 1975.

Urfalino Ph XE "Urfalino Ph" . L’apport de la sociologie des décisions XE "sociologie des décisions"  à l’analyse de l’agence française des produits de santé, Actes de la dix-septième séance , 27 Avril 2000. Ecole Nationale Supérieure des Mines de Paris, Séminaire du Programme Risques Collectifs et Situations de Crise.
Approches de dynamique culturelle du risque

Duclos D. XE " Duclos D." , La peur et le savoir, la société face à la science, la technique et leurs dangers, La Découverte, coll "science et société", Paris, 1989, 320 pp.

Douglas M. XE "Douglas M." , A. Wildavsky XE " Wildavsky" , Risk and Culture, an Essay on the Selection of Technical and Environmental Dangers, University of California Press, Berkeley,1983.

Douglas M. XE "Douglas M." , Ainsi pensent les institutions, Usher, Paris, 1989.

Douglas M. XE "Douglas M." , "Introduction to grid/group analysis," in: M. Douglas (ed.) XE "Douglas (ed.)"  Essays in the sociology of perception, Routledge and Kegan Paul, Londres, 1982.

Douglas M. XE "Douglas M." ,"The State of the Art in Risk Perception Studies." Colloque international de recherche. Evaluer et maîtriser les risques. Chantilly, Janvier 1986.

Duclos D. XE "Duclos D." , “Etymologies du risque”, in “Umbrüche Gesellschaftlicher Arbeit”, Niels Beckenback, Werner Van Treeck eds., Soziale Welt, Sonderband 9, VIII/664, 1994.

Duclos D. XE "Duclos D." , “L’anthropologie culturelle de Mary Douglas et le concept de risque”, Revue Risques, Mai 1994.

Duclos D. XE "Duclos D." , “Risque, Menace, Danger, Fortune”, Préventique, n° 42, Novembre-Décembre 1991.

Duclos D. XE "Duclos D." , "Redéfinir les objets de la sociologie," Esprit, n° 8-9 1986, pp.102-116.

Duclos. D. XE "Duclos. D." , “Puissance et faiblesse du concept de risque, L’Année sociologique, 46, n°2, 1996.

Thompson M. XE "Thompson M."  , Ellis R XE "Ellis R" . , Wildavski A. XE " Wildavski A." , Cultural Theory, Westview Press, Boulder, 1990.

Thompson M. XE "Thompson M." , " A cultural basis for comparison", in Kunreuther H.C. XE "Kunreuther H.C."  et Linneroth J. XE "Linneroth J."  (eds.), Risk analysis and decision processes, Springer-Verlag, Berlin, 1983.



Parmi les bibliographies existantes



Benoît V. XE "Benoît V."  Analyse bibliographique de l’étude “les facteurs humains de la sûreté : analyse et recherche d’indicateurs”, note NIT T54-93-40, EDF XE "EDF" -DER XE "DER" - département ESF XE "ESF" , novembre 1993.

Donze J. XE "Donze J."  “Etat de la bibliographie sur les risques technologiques majeurs”, in n° Spécial : Revue de Géographie de Lyon, vol 71, n° 1, 1996.

EDF, Pôle Industrie, Division recherche et développement, CIVAP, 6 quai Watier, BP 49, 78401 Chatou Rodolphe Eustache XE "Eustache"  et Pascal Billard  XE "Billard " : suivi de l’actualité “sureté, sécurité et prévention des accidents du travail” (revue pluriannuelle de la presse sur ces sujets. Très utile).

LLory M XE "LLory M" , Bibliographie proposée dans son ouvrage : Accidents industriels : le coût du silence (opérateurs privés de parole et cadres introuvables), L’Harmattan, Paris, 1996.

Préventique-Sécurité XE "Préventique-Sécurité" , Catalogues 1996-1997, rubrique “bibliothèque”.
Unité de documentation et de liaison sur l’écodéveloppement XE "Unité de documentation et de liaison sur l’écodéveloppement"  (UDLE XE "UDLE" ) du CNRS, Revue bibliographique : Environnement/Sciences sociales, produit  XE "CNRS, Revue bibliographique : Environnement/Sciences sociales, produit "  (entrées “risque” et “risque technologique”.) 1992-1998.





-Plusieurs auteurs préparent, en 2001 des “dictionnaires du risque” : notamment D. Kessler et F. Ewald, et pour les PUF : Salvador Juan (quand une discipline se change en dictionnaires, on peut soit penser qu’elle a atteint la maturité, soit qu’elle est bel et bien... finie ! Ouf !)



Liste alphabétique (par noms d’auteurs)
des références consultées pour la base bibliographique

Abele J. XE "Abele J." , “The sense of radioactivity. Geiger Counters in the history of perception 1908-1942”, in Radioactivité XE "Radioactivité"  : histoire et culture (de 1896 aux années trente), Colloque Iternational d’histoire des sciences, Institut Curie XE " Institut Curie" , 7-9 Juillet 1997.

Académie des sciences XE "Académie des sciences" , “Problèmes liés aux effets des faibles doses des radiations ionisantes, rapport n° 34, Octobre 1995.

Académie des sciences XE "Académie des sciences" , Problems associated with the effects of low doses of ionizing radiation XE "low doses of ionizing radiation"  (rapport n° 34 , 1995, traduit en anglais en 1997).

Adams J. XE "Adams J."  “A Richter scale for risk ? The scientific management XE "management"  of Uncertainty XE "Uncertainty"  versus the Management of Scientific Uncertainty, pp 93-111, in Science and Technology Awareness in Europe : New Insights (Vitale M. XE "Vitale M."  ed.) Communautés Européennes, Bruxelles, 1998.

Adams J. XE "Adams J." , Risk, UCL Press, Londres, 1995.

Agence de l'OCDE XE "Agence de l'OCDE"  pour l’énergie nucléaire XE "nucléaire" . Le point sur la gestion des déchets radioactifs. Paris, : OCDE XE "OCDE" , 1996. 152 p.

AIEA XE "AIEA" , Groupe Consultatif International pour la Sûreté Nucléaire XE "Sûreté Nucléaire" ; “Culture de sûreté XE "Culture de sûreté" , coll sécurité n° 75-INSAG-4  XE "NSAG-4 " AIEA, Vienne, 1991.

ALERT XE "ALERT" , Syndicat CGT de Chinon XE "Syndicat CGT de Chinon" , Association Santé et Médecine du Travail XE "Association Santé et Médecine du Travail" , Syndicat National des Médecins EDF-GDF(GNC-CGT XE "Syndicat National des Médecins EDF-GDF(GNC-CGT" , GSIEN XE "GSIEN" , ACRO XE "ACRO" , Comité Stop Nogent XE " Comité Stop Nogent"  , “La précarisation du travail XE "précarisation du travail"  dans le nucléaire : inhumaine pour les travailleurs, dangereuse pour la sûreté” (polycopié, avril 1996).

Alexander, David XE "Alexander, David" . The study of natural disasters XE "disasters" , 1977-1997 : some reflections on a changing field of knowledge. Disasters, (1997-12)vol.21:n°4, p.284-304.

Alhakami A.S. XE "Alhakami A.S." , Slovic P. XE "Slovic P." , “ A psychological study of the inverse relationship between perceived risk XE "perceived risk"  and perceived benefit, Risk Analysis, 14, 6, pp 1085-1096 1994.

.i.Allan J.M.; et alii, Investigation into the March 28, 1979, .i.Three Mile Island; accident by Office of Inspection and Enforcement, Investigative Report n° 50-320/79-10, rapport NUREG-0600, .i.US Nuclear Regulatory Commission;, Washington DC, 1979.

Amalberti R. XE "Amalberti R." , Mosneron-Dupin F. XE "Mosneron-Dupin F." , Ackermann W. XE "Ackermann W." , Christol J. XE "Christol J."  et alii, Facteurs humains XE "Facteurs humains"  et fiabilité XE "fiabilité" , Quelles démarches pratiques ? Octarès, Toulouse, 1997.

American Academy of Political and Social Science XE "American Academy of Political and Social Science" , Challenges in risk assessment XE "risk assessment"  and risk management XE "risk management" , The Annals of the American Academy of Political and Social Science XE "American Academy of Political and Social Science" , mai 1996.

i.AMTSN,; “Fichier d’activité en centrale nucléaire” (FACN XE "FACN" ) 1998.

André P. XE "André P." , Delisle C.E. XE "Delisle C.E." , Revéret J.P XE "Revéret J.P" , Sène A XE " Sène A" , Presses internationales polytechniques, Montréal, 1999

Andurand R. XE "Andurand R." , "Dix ans d'expérience en sûreté chimique," Informations Chimie, n°264/265, Aout-Septembre 1985. Andurand R., “Accidentologie”, Préventique-Sécurité,.n° n°19, 1996 p 55.

Andurand R. XE "Andurand R." , “De l’origine de la chimie XE "chimie"  à l’époque moderne”, “prise de conscience des risques majeurs”, “Les grands accidents chimiques XE "accidents chimiques"  modernes, “regard critique sur la sûreté chimique”, dossier, Préventique-Sécurité, n° 46, Juillet- Août 1999, pp. 1-31.

Andurand R. XE "Andurand R." , “Ammoniac XE "Ammoniac" , dangereux, mais si utile. Accidents, incendies et explosions”, Préventique-Sécurité, Préventique-Sécurité, I, II. n° 46, Juillet-Août 1999, pp. 56, 62) n° 47, Septembre-Octobre 1999, pp. 55-61.

Andurand R. XE "Andurand R."  L’accident de Tokai-Mura XE "Tokai-Mura" . Un risque peu connu : la criticité XE "criticité" . (2 parties) : Préventique-sécurité, n° 50, Mars 2000, n° 51, Mai-juin 2000, pp 71-77.

Anger D XE "Anger D" ., Chronique d’une lutte. Le combat anti-nucléaire XE "anti-nucléaire"  à Flamanville XE "Flamanville"  et dans La Hague XE "La Hague" , J.C. Simoën, Paris, 1977.

.i.Antoine J.;, Veille Opinion et Société - Perception des risques XE "Perception des risques"  et de l’environnement, Chronique 1997 des sources et des recherches, Bulletin de l’Observatoire Santé Environnement, CESEM, 1997/3.

.i.Apfelbaum M.; . (dir.), Risques et peurs alimentaires, Odile Jacob, 1998, 284 p.

Appel B.  XE "Appel B. " , Beltranda G. XE "Beltranda G." , “A computer based I and C to improve nuclear power plant operation and safety XE "nuclear power plant operation and safety" ”, Proceedings of the 1995 Instrumentation and Control in Nuclear Engineering, Icône 3.

Après-demain XE "Après-demain" , Le traitement des déchets XE "déchets" . , Mars 1993, n°352, p.3-35. Numéro spécial.

.i.Armour A.;, The “Not In My BackYard” Syndrom, York University Press, 1985.

Arrow K.J. XE "Arrow K.J." , Cropper M.L. XE "Cropper M.L." , Eads GC. XE "Eads GC." , et alii, “Is there a role for benefit-cost analysis in environmental, health and safety regulations, Science 1996, n° 272, pp 221-222.

Artagnan S. XE "Artagnan S." , Sandret N. XE "Sandret N." , “Evauation des risques XE "Evauation des risques" , suivez les décrets !”

Asante-duah, D. K. XE "Asante-duah, D. K." , Nagy, I.V. XE "Nagy, I.V."  International trade in hazardous waste XE "hazardous waste" . London : Spon, 1998. XI-189 p. Bibliogr. Index

Association des géographes français XE "Association des géographes français" , Risques naturels XE "Risques naturels" , risques urbains XE "risques urbains" . Bulletin de l'Association des géographes français, (1995-03)72e année : n°2, p.111-192. Cartes. Numéro spécial.

Association francophone de management de projet (AFITEP) XE "Association francophone de management de projet (AFITEP)" , Congrès francophone de management de projet, Paris, 26, 27 Octobre 1999, “Maîtriser les risques”, 1999, 358 pp.

Attali J.  XE "Attali J. " , L’économie de l’apocalypse, trafic et prolifération nucléaires, Paris, Fayard, 1995.

Avear-Galindo M.G. XE "Avear-Galindo M.G." , Mendez-Raminez I. XE "Mendez-Raminez I." , Villegas-Rodriguez J.A. XE "Villegas-Rodriguez J.A." , Chapela-Mendoza R. XE "Chapela-Mendoza R." , et alii,“Risk indicator of dust exposure XE "Risk indicator of dust exposure"  and health effects in cement plant workers XE "cement plant workers" ”, Journal of Occupational and Environmental Medicine, Vol 41, n° 8, Août 1999, pp 654-661.

Baccus M.D. XE "Baccus M.D."  Multipiece truck wheel accidents and their regulation, in Garfinkel H. XE "Garfinkel H."  (ed.) Ethnomethodological studies of work, Routledge and kegan Paul, Londres 1986.

Bach, Ph. XE "Bach, Ph."  (éd.). Le dossier Creys-Malville. Paris, : Atlantic ; Genève : Slatkine, 1990. 199 p. Cartes. Bibliogr.

Baillargeon J. XE "Baillargeon J." , Wilkinson G.S. XE "Wilkinson G.S." , Characteristics of the healthy survivor effect among male and female Hanford  XE "Hanford " Workers, American Journal of Industrial Medicine, Vol 35., n° 34, Avril 1999, pp. 343-347.

Baisnée Olivier XE "Baisnée Olivier" , “Publiciser le risque nucléaire : la polémique autour de la conduite des rejets en mer XE "rejets en mer"  de l’usine de La Hague XE "La Hague" ”, Politix, n° 54; vol 14, 2001.

Ballard G.M. XE "Ballard G.M." , “Small Incidents : precursors to disaster, or aids to safe operations ?” Proceedings of the conference : Nuclear Risks. Reassessing the principles and practice after Tchernobyl”, IBC technical service publication, Londres, 1986.

Barathieu M. XE "Barathieu M." , Barnet M XE "Barnet M" , Saitta M XE "Saitta M" . et alii, L’évaluation des risques XE "évaluation des risques"  et le chef d’entreprise XE "chef d’entreprise" , apports de l’équipe pluridisciplinaire. Actes du forum Midi-Pyrénées. Sécurité et Médecine du travail XE "Médecine du travail" , février-mars 1999, pp 20-28.

Barillot, Bruno XE "Barillot, Bruno" , Davis, Mary D XE "Davis, Mary D" . Les déchets nucléaires militaires XE "déchets nucléaires militaires"  français. Lyon : Centre de documentation et de recherche sur la paix et les conflits, 1994. 383 p. Cartes. (Etudes du CDRPC). Bibliogr. Index.

Barke R. XE "Barke R." , Jenkins-Smith H. XE "Jenkins-Smith H."  , Slovic P. XE "Slovic P." , “Risk perceptions XE "Risk perceptions"  of Men and Women scientists”, Risk Analysis, 14, (6).

Barnier A. XE "Barnier A."  L’évaluation des risques, la lettre EHST, n° 14, Février 1999.

Barnier A. XE "Barnier A." , , La méthode d’analyse et d’évaluation des conditions de travail XE "conditions de travail"  (MAECT XE "MAECT" ) de l OPPBTP XE "OPPBTP" , La lettre EHST, n° 18, Décembre 1999.

Barrett R.S. XE "Barrett R.S."  “The Human equation in operating a nuclear power plant”, in Sills D. XE "Sills D." , Wolf C. XE " Wolf C." , Shelanski V.  XE "Shelanski V. " (eds) Accident at Three Mile Island : The Human Dimensions, Westview Press, Boulder, 1982.

Barthe Y XE "Barthe Y" , “Les déchets radioactifs sont-ils gouvernables ?”, Annales des Mines, n°10, 1998.

Bataille C. XE "Bataille C."  (rapp.). Commission de la production et des échanges, Rapport sur le projet de loi relatif aux recherches sur l'élimination des déchets radioactifs. France. Assemblée Nationale XE "Assemblée Nationale"  [1958-….].Paris, : Impr. de l'Assemblée nationale, 1991. 119 p. (Impressions. 09e législature / Assemblée nationale ; 2115).

Bataille, C.; (rapp.). Mission de médiation sur l'implantation de laboratoires de recherche souterrains XE "implantation de laboratoires de recherche souterrains"  : rapport au Premier ministre. Paris, : Documentation française, 1994. 169 p. (Collection des rapports officiels).

Bataille, C. XE "Bataille, C."  (rapp.). Rapport sur la gestion des déchets nucléaires à haute activité. Office parlementaire d'evaluation des choix scientifiques et technologiques XE "Office parlementaire d'evaluation des choix scientifiques et technologiques" , Paris, : Impr. de l'Assemblée nationale, 1990. 367 p. (Impressions. 1990-1991 / Sénat ; 184 / (Impressions. 09e législature / Assemblée nationale ; 1839).

Beck U. XE "Beck U." , Ecological enlightment : essays on the politics of the risk society; Atlantic Highlands, Humanity Press, 1995.

Belbéoch B XE "Belbéoch B" , Belbéoch R XE "Belbéoch R" , “Sortir du nucléaire avant la catastrophe”, lettre d’information du Comité “Stop Nogent”, n° 76, juin 1997, 2è p.

Belotti J. XE "Belotti J." , Les accidents aériens XE "accidents aériens" , Éditions Frédéric Couffy, Aix en Provence, 1998.

Benhamou, Abdallah XE "Benhamou, Abdallah" . Diplomatie et coopération internationales et régionales à l'occasion de catastrophes. Idara (Alger), (1996)vol.6:n°2, p.43-66.


Berlivet L. XE "Berlivet L."  “Controverses en épidémiologie XE "épidémiologie" . Production et circulation de statistiques médicales. Rapport de recherche pour le programme “Epidémiologie, gestion des risques, gestion des services”, MIRE, CRAP-IEP, Rennes, 1995.

Bernie P. XE "Bernie P." , Casteras G, XE "Casteras G,"  Pitt Ch XE "Pitt Ch" , Spieser J.P. XE "Spieser J.P." , Droits de l’hygiène et de la sécurité, Editions le génie des glaciers, Chambéry, 1997.

Bernouilli D. XE "Bernouilli D." , De mensura sortis, (trad. N. Delaunay et F. Bourguignon), Risques n° 31, 1999.

Bernstein M XE "Bernstein M" , Jasper J.M XE "Jasper J.M" ., “les tireurs d’alarme XE "tireurs d’alarme"  dans les conflits sur les risques technologiques”, Politix, n° 44, 1998 (traduit de : “Interests and credibility, whistleblowers XE "whistleblowers"  in technological conflicts), Social Science Information, 35(3) 1996.).

Berthet M. XE "Berthet M."  (ed), Gautier A.A. XE "Gautier A.A." , (ed) , L’exposition aux risques professionnels, Intégrer organisation et prévention.Liaisons (ANACT), Paris, 2000.

Bieder C. XE "Bieder C."  , Barbet J.F. XE "Barbet J.F." , “Voies de réflexion sur la collaboration de la systémique, l’analyse des risques XE "analyse des risques"  et l’ergonomie.”, Phoebus n° 2, 2e trimestre 1997.

Birkland, Thomas XE "Birkland, Thomas" . Focusing events, mobilization, and agenda setting. Journal of Public Policy, (1998-01/04)vol.18: n°1, p.53-74.

Birraux C. XE "Birraux C."  (Député, membre de l’OPECST XE "OPECST" ), “pour plus de sûreté et de sécurité des centrales nucléaires” (incident du Blayais XE "Blayais" - 27-28 décembre 1999), la communication d’EDF, la communication entre pouvoirs publics, gestion de la crise, les actions de l’IPSN, Préventique-Sécurité, n° 51, Mai-Juin 2000, pp. 59-70.

BIT XE "BIT" , Conférence internationale du travail. Session (79 ; 1992 ; Genève). Prévention des catastrophes industrielles XE "Prévention des catastrophes industrielles" . Genève : BIT, 1992.2 vol.
.
i.Bishop J-D;;, “The moral responsability XE "responsability"  of corporative executives for disasters”, Journal of Business Ethics, Vol 10, 1991.

Bitar, F. XE "Bitar, F." ; Les mouvements transfrontières de déchets dangereux XE "déchets dangereux"  selon la convention de Bâle : étude des régimes de responsabilité. Paris, : Pedone, 1997. 275 p. (Publication de la Revue générale de droit international public. Nouvelles série ; 49). Bibliogr.

Blancher P XE "Blancher P" ., Vallet B. XE "Vallet B." , “Gestion concertée des risques” (à propos des commissions locales d’information autour des sites nucléaires), in Actes de la dixième séance du séminaire du programme “Risques collectifs et situations de crise”, CNRS, Grenoble, 1998.

Bloch T. XE "Bloch T." , Etievant P. XE "Etievant P." , “Systèmes de production automatisés. La maîtrise du risque dans les installations chimiques XE "installations chimiques" , Informations Chimie XE "Chimie" , vol 34, n° 394, décembre 1997-Janvier 1998.

Blowers, Andrew XE "Blowers, Andrew" , Lowry, David XE "Lowry, David" , Solomon, B. D. XE "Solomon, B. D." . The international politics of nuclear waste XE "nuclear waste" . Basingstoke : Macmillan, 1991, XXII-362 p. Cartes. Bibliogr. Index.

Boehler M.C. XE "Boehler M.C." , “A propos du principe d’optimisation de la protection radiologique XE "protection radiologique"  et du principe de précaution’, revue Générale Nucléaire, Vol 6, 1996, pp 15-21.

Boehler MC. XE "Boehler MC." , “Le principe de précaution pour une responsabilisation dans la prise de risque”, in Tubiana M., Vrousos C., Carde C., Pagès J.P., (eds) Risque et Société, Nucléon, Paris, 1998 pp 23-38. (Actes du colloque Risque et société XE "Risque et société" , réalisé sous l’égide de l’Académie des sciences, dans le cadre du centenaire de la découverte de la radioactivité XE "radioactivité" , Cité des sciences et de l’industrie de Paris-la Villette, 18-20 Novembre 1998. Publié à la demande du centre Antoine-Béclère, pp.153-167, 278-288.

Boholm A. XE "Boholm A." , “comparative studies of risk perception XE "risk perception" , a review of twenty years of research.”, Journal of risk research, 1, 135-164.

Boix P. XE "Boix P." , Vogel L. XE "Vogel L." , L’évaluation des risques sur les lieux de travail XE "évaluation des risques sur les lieux de travail" . Guide pour une intervention syndicale, Bureau technique syndical européen pour la santé et la sécurité XE "Bureau technique syndical européen pour la santé et la sécurité"  (BTSE XE "BTSE" ), Bruxelles, 1999.

Bonardi, J.-Ph XE "Bonardi, J.-Ph" ;., Delmas, M. XE " Delmas, M." . Incertitude réglementaire et stratégies de traitement des déchets spéciaux XE "déchets spéciaux"  : l'exemple de l'industrie chimique. Annales des mines. Gérer et comprendre, (1996-12)n°46, p.4-15. Résumés en anglais, allemand, espagnol et russe. Bibliogr.

Bonet-Maury P. XE "Bonet-Maury P." , la radioprotection XE " radioprotection" , PUF (que sais-je ?, n° 1347 , Paris, 1969.

Bonnefous S. XE "Bonnefous S." , Brenot J. XE "Brenot J." , Pommier S. XE "Pommier S." , Perception des risques et de la sécurité - Résultats du sondage de janvier 1995, IPSN, Laboratoire de Statistiques et d’Etudes Economiques et Sociales, Note SEGR 95/03, janvier 1995.

Bonnin D. XE "Bonnin D." , Brunet JP XE "Brunet JP" , Favaro, M. XE "Favaro, M."  et alii, L’anticipation des risques XE "anticipation des risques" , Performances humaines et techniques, n° 98, Janvier-Février 1999, pp. 5-57.

Bonniot R. XE "Bonniot R."  “Danger de radiations ionisantes  XE "radiations ionisantes " pour l’homme”, in Folie nucléaire, Editions de l’Epi, 1966.

Boudia S XE "Boudia S" ., Roqué X. XE "Roqué X." , eds, “Science, Medecine and industry : the Curie XE "Curie"  and Joliot-Curie XE "Joliot-Curie"  Laboratories, History and Technology, 13 (4), 1997

Bourrier M. XE "Bourrier M." , Le nucléaire XE "nucléaire"  à l’épreuve de l’organisation XE "organisation" ”, PUF, 1999.

Bourrier M XE "Bourrier M" ., “Approches organisationnelles de la fiabilité : dialogue avec les ergonomes”, Ergonomie; et relations santé-travail, fiabilité des systèmes et des organisations, critères de gestion des entreprises. Actes du 34e congrès de la société d’ergonomie de langue française (SELF XE "SELF" ), Caen, 15-17 septembre 1999.

Boya D. XE "Boya D." , Dutuit Y., Application de la méthode de l’arbre des défaillances à l’analyse des activités de démantèlement d’une INB (installation nucléaire de base)., Phoebus, n°2, 1998, pp 22-39. XE "Dutuit Y., Application de la méthode de l’arbre des défaillances à l’analyse des activités de démantèlement d’une INB (installation nucléaire de base)., Phoebus, n°2, 1998, pp 22-39." 

Bradbury J. A. XE "Bradbury J. A." , “The policy implications of Differing Concepts of Risk XE "Concepts of Risk" .”, Science, Technology and Human Values, 14 (1), 1989.

Brenot J. XE "Brenot J."  (IPSN), Sur la perception des risques en Europe XE "perception des risques en Europe" , in Tubiana M., Vrousos C., Carde C., Pagès J.P., (eds) Risque et Société, Nucléon, Paris, 1998 pp 23-38. (Actes du colloque Risque et société XE "Risque et société" , réalisé sous l’égide de l’académie des sciences, dans le cadre du centenaire de la découverte de la radioactivité XE "radioactivité" , Cité des sciences et de l’industrie de Paris-la Villette, 18-20 Novembre 1998. Publié à la demande du centre Antoine-Béclère, pp.124-132.

Breyer S. XE "Breyer S." , Breaking the vicious circle : towards effective risk regulation XE "risk regulation" , Harvard university press, 1993.

Buchweiller J.P. XE "Buchweiller J.P." , Mayer A. XE "Mayer A." , Klein R. XE "Klein R." , et alii, Equipements de protection individuelle comportant des circuits électroniques. Sûreté de fonctionnement, Note Documentaire INRS, cahier de notes documentaires, n° 179, 2000.

Busby, R. XE "Busby, R."  “The United States's failure to establish a high-level nuclear waste storage facility XE "nuclear waste storage facility"  is threatening its ability to effectively support nuclear nonproliferation.” George Washington Journal of International Law and Economics XE "George Washington Journal of International Law and Economics" , (1996/1997) vol.30 : n°2/3, p.449-480.

BVA-IPSN, XE "BVA-IPSN,"  sondage sur la perception des risques de la sécurité XE "perception des risques de la sécurité" , Préventique-Sécurité, n° 49, Janvier-Février 2000, pp. 46-47.

Caillard J-F, XE "Caillard J-F,"  « L’évaluation des risques : un nouveau concept en médecine du travail  ?, Préventique-Sécurité, n°61, Janvier-F&évrier 2002, pp 12-15

Caille F. XE "Caille F." , La politique française de protection civile XE "protection civile" . Secourisme XE "Secourisme" , idée de défense et forme militaire dans un Etat républicain, mémoire de DEA, IEP Grenoble, 1989.

Caille F XE "Caille F" , “Le citoyen secoureur, secours publics, sauveteurs et secouristes XE "sauveteurs et secouristes"  en France au XIXe siècle, Politix, n° 44, 1998.

.i.Callon M.;, “Des différentes formes de démocratie technique”, Annales des Mines, 8, 1998.

Calmet, D. P XE "Calmet, D. P" ., Bewers, I. M. XE " Bewers, I. M."  “Radioactive waste and ocean dumping : the role of the IAEA XE "IAEA" .” Marine Policy, (1991-11)vol.15:n°6, p.413-430. Tabl., graph., cartes.

Cameron J. XE "Cameron J."  , Wade-Gery W , XE "Wade-Gery W ,"  “addressing uncertainty. Law, policy, and the development of the precautionary principle XE "precautionary principle" ”, in Dente B., (ed), Environmental policy in search of new instruments. Fordrecht, Kluwer Academics, pp 95-142.

Canoui P XE "Canoui P" , Mauranges, A. XE "Mauranges, A." , Le syndrome d’épuisement professionnel XE "épuisement professionnel"  des soignants, Masson, 2001.

Cara F. XE "Cara F." , Bieder C XE "Bieder C" , Desmares E. XE "Desmares E." , Lagrange V. XE "Lagrange V."  et alii, “Nouvelles perspectives sur la fiabilité de la conduite des centrales nucléaires XE "fiabilité de la conduite des centrales nucléaires" ”, Ergonomie XE ", Ergonomie"  et relations santé-travail, fiabilité des systèmes et des organisations, critères de gestion des entreprises. Actes du 34e congrès de la société d’ergonomie de langue française (SELF XE "SELF" ), Caen, 15-17 septembre 1999.

Carpentier-Roy M.C. XE "Carpentier-Roy M.C." , Trémolières-Revuz C. XE "Trémolières-Revuz C." , Maranda M.F. XE "Maranda M.F." , et alii, Évolution de la demande dans le champ de la santé mentale, travail, nouvelles formes de pathologies, pathologies de l’exclusion XE "pathologies de l’exclusion"  et pathologies de l’excellence XE "pathologies de l’excellence" , Colloque International de psychodynamique et de psychopathologie du travail, Laboratoire de psychologie du travail, CNAM, , vol 1,, Paris1997.

Castel R. , La gestion des risques, Editions de Minuit, Paris, 1982

Castel R. XE "Castel R."  “Risquophiles, risquophobes” : l’individu selon le MEDEF, Le Monde, Horizons-débats,  XE "MEDEF, Le Monde, Horizons-débats, " 

Cavada J.M XE "Cavada J.M" , émission télévisée La marche du siècle : “Le nucléaire, des questions de sécurité”, 18 juin 1997 (avec la participation de Lallier M. XE "Lallier M." , (CGT), Thébaud-Mony A XE "Thébaud-Mony A" , INSERM, Lacoste A.C, (DSIN)  XE "Lacoste A.C, (DSIN) "  Birraux C.  XE " Birraux C. " (OPFST)
(émission houleuse, cavada disant qu’EDF lui a mis la pression, comme la scientologie ...).

Cavaillé P. XE "Cavaillé P."  “Prévention des risques XE "Prévention des risques"  : management de la qualité XE "management de la qualité" ”, Préventique-Sécurité, Préventique-Sécurité, n° 46, Juillet- Août 1999, pp. 39-40.

Cazals Véronique, MEDEF-Doubs, Mettre en place des plans triennaux ee prévention.

Centre d'activité du programme industrie et environnement XE "Centre d'activité du programme industrie et environnement" , ONUDI XE "ONUDI" . Programme des Nations Unies pour l'environnement. Monitoring industrial emissions and wastes : a manual. Vienna : UNIDO ; Paris, : United Nations Environment Programme, Industry and Environment Office, 1996. V-131 p. (Technical report series ; 27). Bibliogr.

Centre des Nations Unies pour les établissements humains XE "Centre des Nations Unies pour les établissements humains" .; Human settlements and natural disasters XE "natural disasters" . Nairobi : United Nations. Centre for Human Settlements, 1989. 40 p.

Centre technique des industries mécaniques (CETIM) XE "Centre technique des industries mécaniques (CETIM)" , la maîtrise des risques dans les PME XE "maîtrise des risques dans les PME" ; Dix exemples d’applications pratiques de la sûreté de fonctionnement, CETIM XE "CETIM" , Senlis 1997.

.i.CFDT-SNPEA;, “L’électronucléaire en France”, Avril 1975.

Chaabane S. XE "Chaabane S." , Barbet J.F., Perilhon P XE "Perilhon P" . et alii, L’analyse des risques XE "analyse des risques" , Phoebus, n° 12, Janvier-Février 2000, pp 40-70.

Chaboud J. XE "Chaboud J." , Mouton J.P. XE "Mouton J.P." , La sécurité en entreprise, éditions JVEDS, Paris, 1999.

Champagne P. XE "Champagne P."  “Risques et médiatisation du débat public”, in Tubiana M., Vrousos C., Carde C., Pagès J.P., (eds) Risque et Société, Nucléon, Paris, 1998 pp 23-38. (Actes du colloque Risque et société XE "Risque et société" , réalisé sous l’égide de l’Académie des sciences, dans le cadre du centenaire de la découverte de la radioactivité XE "radioactivité" , Cité des sciences et de l’industrie de Paris-la Villette, 18-20 Novembre 1998. Publié à la demande du centre Antoine-Béclère, pp.187-195.

Champagne P. XE "Champagne P." , “L’environnement, les risques, et le champ journalistique.” Regards Sociologiques, 14, 1997.

Champagne P. XE "Champagne P." , “Les transformations du journalisme XE "journalisme"  scientifique et médical”, in Mathien M., Médias-Santé-Politique, L’Harmattan, Paris, 1999.

Champagne P XE "Champagne P" , Marchetti D XE "Marchetti D" , “L’information médicale sous contrainte. A propos du “scandale du sang contaminé”, Actes de la Recherche en Sciences Sociales, pp 101-102, 1994 .

Champagne P. XE "Champagne P." , “Les médias et les risques, Point de vue de Patrick Champagne, Séminaire du Programme Risques collectifs et situations de crise (Gilbert C., dir.), Actes de la treizième séance, Ecole des Mines,Paris, 1er Avril 1999.

Charbonneau S XE "Charbonneau S" ., “Santé et environnement, l’acceptabilité sociale du risque XE "acceptabilité sociale du risque"  au plan communautaire”, Préventique-Sécurité, Préventique-Sécurité, n° 46, Juillet- Août 1999, pp. 41-49.

Charpentier P. XE "Charpentier P." , Menager P. XE "Menager P." , “L’évitement des fautes logicielles XE "fautes logicielles"  par la qualité. XE "qualité." ” Note documentaire INRS, Cahier de notes documentaires, n° 167, 2e trim 1997, pp 249-259.

Chateauraynaud F. XE "Chateauraynaud F."  (entretien avec), “ Le lanceur d’alerte : paranoïa et vigilance démocratique ”, in Politique Santé n°1, décembre 1997.

Chateauraynaud F. XE "Chateauraynaud F."  Hélou C. XE "Hélou C." , Lemieux C. XE "Lemieux C." , Torny D. XE "Torny D." , . Alertes XE "Alertes"  et Prophéties, les risques collectifs entre vigilance XE "vigilance" , controverse XE "controverse"  et critique, rapport du programme risques collectifs et situations de crise du CNRS, 2 tomes, Paris, Décembre 1997.

Chateauraynaud F. XE "Chateauraynaud F." , Lemieux C. XE "Lemieux C." , Torny D. XE "Torny D." , “De l’alerte à la crise sanitaire : un modèle de transformation”, Actes de la onzième séance du séminaireu programme “Risques collectifs et situations de crise”, CNRS, Grenoble, 1998.

Chateauraynaud F XE "Chateauraynaud F" , “la sociologie pragmatique à l’épreuve des risques : exercice de crise sur le dossier nucléaire”, in Politix n° 44, 1998, pp 76-108.

Chateauraynaud F XE "Chateauraynaud F" , Essai sur le tangible, ronéo, EHESS, 1996.

Chaumet F. XE "Chaumet F." , Ewald F. XE "Ewald F." , “Autour de la précaution”, Risques, n° 11, Environnement : le temps de la précaution, 1992, pp 99-104.

Chaumette L XE "Chaumette L" , “Le contrôle de la sûreté du transport des matières radioactives en France”, Editions IPSN, Paris 2000 (Thèse de doctorat).

Chiappori P.A. XE "Chiappori P.A." , Risque et assurance XE "assurance" , Flammarion, Paris, 1996.

Ciccotelli J. XE "Ciccotelli J." , “Vers des machines et systèmes plus sûrs. Quelques perspecctives de recherche et de développement”, Cahier de notes documentaires de l’INRS, n° 166, 1997, pp 189-20.

CIPR XE "CIPR"  “Recommendations of the international commission on radiological protection”, Oxford, Pergamon Press, 1991.

.i.Clarke L.;, Drs Pangloss and Strangelove meet organizational theory XE "organizational theory" . High Reliability Organizations and nuclear weapons accidents. Sociological Forum, vol.8, n°4, 1993.

Clarke L XE "Clarke L" , “The wreck of the Exxon Valdez XE "Exxon Valdez"  in : Nelkin D., ed “Controversy, Politics of technical decisions, Sage focus, Newbury park, 1992.

.i.Clarke L;, .i.Short J.F.;, Social organization at risk XE "organization at risk"  : some current controversies, Annual review of Sociology, Vol 19, 1993.

.i.Clegg S.R.;, .i.Hardy C.;, .i.Nord W/R;., Handbook of organization studies XE "organization studies" . Sage Publications, London, 1997.

Cloarec J.M. XE "Cloarec J.M." , “Vous avez dit AMDEC (Analyse des modes de défaillance, de leurs effets et de leur criticité XE "criticité"  XE "AMDEC (Analyse des modes de défaillance, de leurs effets et de leur .i.criticité" );? Y-a-t-il une vie avant et après l’AMDEC ?” Phoebus, N° 10, 1999, pp 14-20.

Clot Y XE "Clot Y" , Une discipline, une histoire, un chantier », Le journal des psychologues, n° 155, 25-27, 1998

Clot Y XE "Clot Y"  (dir), Les histoires de la psychologie du travail XE "psychologie du travail" , Octarès, Toulouse, 2000.

Clot Y , La fonction psychologique du travail, PUF, coll le travail humain, Decembre 1999, Paris, PUF

Cohen B.L XE "Cohen B.L" ., “Criteria for technology acceptability”, Risk Analysis, 5, 1-2 (1985).

Collectif XE "Collectif" . “Risques professionnels, les nouvelles méthodes en médecine du travail”, thème n° 2, 24e journées nationales de médecine du travail XE "médecine du travail" , Paris, 11-14 juillet 1996, Archives des maladies professionnelles, vol 58, n°3, mai 1997, pp. 195-294.

Colson, J-P XE "Colson, J-P" .. Superphénix  XE "Superphénix " et le droit. Revue juridique de l'environnement, (1998)n°2, p.157-169. Résumé en anglais.

Colson, J.P. XE "Colson, J.P." , Schapira, J.P. XE "Schapira, J.P." . La gestion des déchets radioactifs XE "gestion des déchets radioactifs"  et la nécessité d'une loi nucléaire en France. Revue juridique de l'environnement, (1996)n°3, p.247-260. Résumé en anglais.

Comité national d’éthique  XE "Comité national d’éthique " : avis sur l’information XE "information"  à donner aux patients à propos de la possibilité de transmission de l’agent de la maladie de Kreutzfeld-Jacob par des composants du sang”, 55, 1er oct 1997.

Comité Stop Nogent XE "Comité Stop Nogent" , “L’incident de Civaux XE "incident de Civaux" , ou quand EDF patauge”, Lettre d’information du Comité Stop Nogent, juin 1998.

Comittee on medical aspects of radiation in the environment (COMARE) XE "Comittee on medical aspects of radiation in the environment (COMARE)" , “The incidence of cancer and leukaemia in young peopole in the vicinity of Sallafield site , West Cumbria : further studies and an update of the situation sinc ethe publication of the report of the Black Advisory group in 1984 : Fourth Report, department of Health, Londres 1996.

Commission européenne XE "Commission européenne"  (Direction générale de l’emploi, direction “santé publique et sécurité au travail”), Mémento pour l’évaluation des risques professionnels XE "évaluation des risques professionnels" , Luxembourg, 1996.

Commission fédérale de coordination pour la sécurité au travail  XE "Commission fédérale de coordination pour la sécurité au travail " (CFST XE "CFST" ), Autoévaluation XE "Autoévaluation" . Sécurité et protection de las santé au poste de travail XE "poste de travail" , Lucerne, 1998.

Conseil d’Etat XE "Conseil d’Etat" , “La responsabilité des agents publics XE "responsabilité des agents publics"  en cas d’infraction non intentionnelle”, Paris, la Documentation Française, 1996.

Conseil supérieur d’hygiène publique en France XE "Conseil supérieur d’hygiène publique en France" , Etude de l’impact radiologique sur le public des installations nucléaires en fonctionnement normal, Tec et doc, Paris, 1999.

Conway J.H. XE "Conway J.H." , “Protecting the private sector at will employee who blows the whistle: a cause of action based upon determinants of public policy XE "public policy" ”, Wisconsin Law Review, 77, 1977.

Copel, E XE "Copel, E" .. Le nécessaire et l'inacceptable : centrale nucléaires, terrorisme XE "terrorisme" . Paris, : Balland, 1991. 235 p.

Corcuff P XE "Corcuff P"  : “Sécurité et expertise psychologique dans les chemins de fer”, in Boltanski L, Thévenot L, Justess eet Justice dans le travail, Paris, PUF, Cahiers du CEE, 1989.

Cormier B XE "Cormier B" , Grandjacques B XE "Grandjacques B" , Nanteuil de M. XE "Nanteuil de M." , et alii, “Conduite d’installations à hauts risques XE "Conduite d’installations à hauts risques" , la face cachée de la surveillance XE "surveillance" . Travail et Changement, n° 229, septembre 1997, pp. 9-16.

Coste, L.;, Vanssay, B. de. XE "Vanssay, B. de."  Controverse sur la prévision  XE "prévision " et l'incidence des catastrophes XE "catastrophes" . Futuribles (Paris), (1997-12)n°226, p.67-77.

Coudrier C. XE "Coudrier C." , “Urgence XE "Urgence"  et qualité, la démarche d’un hôpital”, Préventique-Sécurité, n° 49, Janvier-Février 2000; pp. 27-29.

Covello V. XE "Covello V." , “Comparison between american and european approaches to risk communication XE " risk communication" ”, in Tubiana M., Vrousos C., Carde C., Pagès J.P., (eds) Risque et Société, Nucléon, Paris, 1998 pp 23-38. (Actes du colloque Risque et société XE "Risque et société" , réalisé sous l’égide de l’Académie des sciences, dans le cadre du centenaire de la découverte de la radioactivité XE "radioactivité" , Cité des sciences et de l’industrie de Paris-la Villette, 18-20 Novembre 1998. Publié à la demande du centre Antoine-Béclère, pp.153-167, pp 226-232.

Covello V.T., XE "Covello V.T.,"  Flamm W.G. XE "Flamm W.G." , Rodricks J.V. XE "Rodricks J.V." , Tardiff R.G. XE "Tardiff R.G." , The analysis of actual versus perceived risks XE "perceived risks" , Plenum, New York, 1983.

.i.Crozier M.;, .i.Friedberg E.;, L’acteur et le système : les contraintes de l’action collective, Seuil, Paris, 1977.

Crozier M. XE "Crozier M." , La crise de l’intelligence. Essai sur l’impuissance des élites à se réformer. Interéditions, Paris, 1995.

Cuny X. XE "Cuny X."  , Lejeune M. XE "Lejeune M." , “Propositions pour l’évaluation de la composante gravité en vue de la gestion des risques professionnels”, Archives des maladies professionnelles, vol 60, n°2, Mai 1999.

Cusey R XE "Cusey R" . Zéro accident : comment lutter contre les accidents du travail XE "accidents du travail" , Paris, Odilon-Média, 1996.

Cushing S. XE "Cushing S."  Fatal Words. Communication XE "Communication"  clashes and aircraft crashes XE "aircraft crashes" , The University of Chicago Press, Chicago, 1997.

Dab W. XE "Dab W." , “Précaution et santé publique. le cas des champs électriques et magnétiques de basse fréquence.” in Godard O, Le principe de précaution XE "principe de précaution"  dans la conduite des affaires humaines, Paris, MSH-INRA, 1997, pp 192-212.

Dagorne A. XE "Dagorne A."  Dars R. XE "Dars R." , Les risques naturels XE "risques naturels" , PUF (ques sais-je) Paris, 1999.

Dake K. XE "Dake K." , “Orienting dispositions in the perception of risk XE "perception of risk"  : an analysis of contemporary worldviews and cultural biases”, journal of Cross Cultural Psychology, 22, 61-82 (1991).

Dake K. XE "Dake K." , Myths of nature : culture and the social construction of risk XE "social construction of risk" , Journal of social issues, 48, pp 21-27, 1992.

Damoclès XE "Damoclès" , Les déchets nucléaires militaires XE "déchets nucléaires militaires"  français. Damoclès, (1994-01/03)n°60, p.5-33. Suite d'articles.

Daniel Y XE "Daniel Y" , Nous sommes tous en danger de mort, Le Rocher, Monaco, 1987.

Dassier B. XE "Dassier B." , “Évolution de la médecine du travail XE "médecine du travail" ”, Préventique-Sécurité, n° 49, Janvier-Février 2000, pp. 54-55.

Davezies P. XE "Davezies P." , Torrente J. XE "Torrente J." , Dessors D. XE "Dessors D." , Motte B. XE " Motte B." , et alii, Psychodynamique du travail et évolution des pratiques; perspectives et difficultés, Colloque international de psychodynamique et de psychopathologie du travail, Paris, 30 Janvier 1997, Vol 2, 402 p. Laboratoire de psychologie du travail, CNAM, Paris, 1997.

De Greef M, XE "De Greef M,"  De Gruyter R. XE "De Gruyter R." , Gebruers B. XE "Gebruers B." , et alii, Evaluation du risque, Législation et pratique no 7, Institut pour la prévention, la protection et le bien-être au travail, (PREVENT XE "PREVENT" ), Bruxelles, 1999.

De Vanssay B XE "De Vanssay B" .. (Association UATI, UNESCO), Articulations Scientifiques-Responsables en matière de risques naturels, Rapport IIème phase “ Construction de savoirs et de langages communs en matière de risques naturels XE "risques naturels"  ” pour le Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement/ DPPR/ SDPRM, décembre 1997.

Debroux, X. XE "Debroux, X." . La réglementation des mouvements transfrontaliers de déchets XE "déchets" . Revue du Marché unique européen, (1997)n°1, p.69-105. Bibliogr.

Decrop G. XE "Decrop G." ., Charlier C., De l’expertise scientifique au risque négocié - Le cas du risque en montagne, Préface de C. Charlier, Cemagref Editions, 1997.

Decrop G. XE "Decrop G." ., Le risque nucléaire XE "risque nucléaire"  : objet de “ négociation ” ?, Préface de C. Gilbert, Crise/ Futur Antérieur, Grenoble, 1994, 97 p.

Decrop G XE "Decrop G" , Touron M.P XE "Touron M.P" , Les risques majeurs XE "risques majeurs" , un nouveau champ de l’administration publique, GDR-CRISE XE "GDR-CRISE" , Grenoble-Paris, 1991.

Decrop G XE "Decrop G" , Galland J.P XE " Galland J.P"  (dir), Prévenir XE "Prévenir"  les Risques : de quoi les experts XE "experts"  sont-ils responsables XE "responsables"  ?” La Tour d’Aigues, Editions de l’Aube, 1998.

Dejours C. XE "Dejours C." , “Pathologie de la communication XE "communication" , Situations de travail et espace public : le cas du nucléaire XE "nucléaire" ”; in : Cottereau A., Ladrière P. (dir), Pouvoir et légitimité. Figures de l’Espace Public, Raisons Pratiques, 3, 1992.


Demor S. XE "Demor S." , “Prévention des risques d’accident XE "risques d’accident"  liés aux activités de récupération dans un système automatisé de production séquentielle (SAPS), 32e congrès de la société d’ergonomie de langue française (SELF), Lyon, 17-19 septembre 1997, INRETS-LESCO, Lyon, 1997. XE "système automatisé de production séquentielle (SAPS), 32e congrès de la société d’ergonomie de langue française (SELF), Lyon, 17-19 septembre 1997, INRETS-LESCO, Lyon, 1997." 

Department of Transport XE "Department of Transport" , The roll on/roll off passenger and freight ferry Herald of Free Enterprise XE "Herald of Free Enterprise" , Report of Court n° 8074 formal investigation, Her Majesty’s Stationary Office, Londres, 1987.

Derouet J.L. XE "Derouet J.L." , “la sécurité des établissements scolaires et universitaires : la constitution d’un domaine du risque”, in Actes de la Cinquième séance du séminaire du programme Risques collectifs et situations de crise, CNRS, Grenoble, 1996.

Descloux M. XE "Descloux M." , “Valeurs limites d’émission : choix politiques ou déterminations scientifiques ?” in Theys J.,dir, Environnement, science et politique, Tome I, GERMES, 13, 1991.

Dessors D XE "Dessors D" , Limoge F XE "Limoge F" , Davezies P. XE "Davezies P." , et alii. “Dossier : vous avez dit stress ?”, Santé et Travail, n° 19, avril 1997, pp. 27-53.

Destot, M.  XE "Destot, M. " (rapp.) Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques XE "Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques" , . Rapport sur les problèmes posés par le traitement des déchets ménagers XE "déchets ménagers" , industriels et hospitaliers.1, Déchets industriels. Paris, : Impr. de l'Assemblée nationale, 1991. 164 p. (Impressions.1990-1991 / Sénat ; 415 / (Impressions. 09e législature / Assemblée nationale ; 2146).

Destot, M. XE "Destot, M." ,Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (éd.). Déchets industriels XE "Déchets industriels" . Paris, : Economica, 1993. 175 p.

Dodier N. XE "Dodier N." , “Les accidents du travail : innovation technique et jugement moral.”, Revue Française de sociologie, vol XXXV-2, Avril-Juin 1994, pp. 251-281.
.
i.Dodier N.; “Ce que provoquent les infractions XE "infractions" , étude sur le statut pragmatique des règles de sécurité XE "règles de sécurité" ”, in Michèle Grosjean XE "Grosjean"  et Jacques Girin XE "Girin" , (dirs.), Règles et transgressions, Paris, l’Harmattan, 1996.

Dodier N, XE "Dodier N,"  (CERMES XE "CERMES" ) “Remarques sur la conscience du collectif dans les réseaux sociotechniques”, Sociologie du travail, n° 2, 1997, pp. 131-148

Dodier N, XE "Dodier N,"  (CERMES XE "CERMES" ) “Remarques sur la conscience du collectif dans les réseaux sociotechniques”, Sociologie du travail, n° 2, 1997, pp. 131-148


i.Doniol-Shaw G;; Travail et vie des sous-traitants XE "sous-traitants"  dans la maintenance du nucléaire XE "maintenance du nucléaire" , et sécurité des installations, in Appay B; XE "Appay B\;" , Thebaud-Mony, A. XE "Thebaud-Mony, A."  (ed.), Précarisation sociale XE "Précarisation sociale" , travail et santé, IRESCO, Paris, 1997

Doniol-Shaw, G. XE "Doniol-Shaw, G." , Huez D XE " Huez D" , Sandret N. XE "Sandret N." , Les intermittents du nucléaire XE "intermittents du nucléaire" , Toulouse, Octarès, 1995.


Doniol-shaw, G. XE "Doniol-shaw, G." , Contraintes temporelles et effets sur la santé physique et psychique. Le cas des sous-traitants de la maintenance des centrales nucléaires XE "maintenance des centrales nucléaires" . Intervention au 33e congrès de la société française d’ergonomie de langue française (SELF XE "SELF" ), Paris, 16-18 septemvre 1998, Laboratoire d’Ergonomie XE "Laboratoire d’Ergonomie" , CNAM, XE "CNAM,"  1998.

Douglas M. XE "Douglas M."  , Risk acceptability XE "Risk acceptability"  according to the social sciences, Russel Sage Foundation, 1985.

Dourlens C. XE "Dourlens C." , Figures du pragmatisme, complexité XE "complexité" , incertitude XE "incertitude"  et prévention des risques XE "prévention des risques" , Institut Européen des Cindyniques, du danger au risque, économie des transactions dans la régulation sociale, Energies-Santé, 1996, vol 7, 2, pp 191-196.

Dousset M. XE "Dousset M." , Cancer mortality XE "Cancer mortality"  around La Hague nuclear facilities XE "La Hague nuclear facilities" , Health Phys. 1989, n° 56, pp 875-884.

Dowie M. XE "Dowie M." , “Pinto madness XE "Pinto madness" ”, in Baum R.J., ed, Ethical Problems XE "Ethical Problems"  in engineering, Troy, Rensselaer, Polytechnic, 1980.

Dreyfus L. XE "Dreyfus L."  , Casanova B XE "Casanova B" , Chroniques d’une prise d’otages XE "prise d’otages" , Flammarion, Paris, 1997.

Dubois-Maury Jocelyne XE "Dubois-Maury Jocelyne" , Les risques naturels, quelle réponse ? La Documentation française, Problèmes politiques et sociaux, 2001, n° 863.

Duby J-J XE "Duby J-J" , “les risques de l’expertise scientifique, in Tubiana M., Vrousos C., Carde C., Pagès J.P., (eds) Risque et Société, Nucléon, Paris, 1998 pp 23-38. (Actes du colloque Risque et société XE "Risque et société" , réalisé sous l’égide de l’Académie des sciences, dans le cadre du centenaire de la découverte de la radioactivité XE "radioactivité" , Cité des sciences et de l’industrie de Paris-la Villette, 18-20 Novembre 1998. Publié à la demande du centre Antoine-Béclère, pp.317-321.

Duclos D. XE "Duclos D."  “La peur et le savoir : la société face à la science, la technique et leurs dangers,” La découverte, Paris, 1991.

Duclos, D., “Les dirigeants des grandes entreprises face aux risques pour l’environnement”, in Préventique, Paris, Janvier 1991.

Duclos, Denis, “Présentation de SORISTEC, sociétés et risques scientifiques et technologiques”, in A chaud, Libération, Paris, Mercredi 11 Mars 1991.

Duclos D.;, “Risque, Menace, Danger, Fortune”, Préventique, n° 42, Novembre-Décembre 1991.

Duclos, D., Les industriels et les risques pour l’environnement, Paris, L'Harmattan, Mars 1991, 250 p.

Duclos, D., L’Homme face au risque technique, Paris, L'Harmattan, Juin 1991, 275 p.

Duclos, D., “Les vrais déplacements de la menace : La (fé-)néantisation du Nord par le Nord”, in Menaces du sud : images et réalités,
Revue Cultures et conflits, n° 2, Paris, Juin 1991, pp.163-177.

Duclos D. XE "Duclos D." ,“La construction sociale de la fiabilité”, in Actes du colloque Facteurs humains de la fiabilité et de la sécurité des systèmes complexes, Presses Universitaires de Nancy, Oct. 1991.

Duclos D.,“Risques technologiques et catastrophes industrielles”, “l’effet Tchernobyl”, in L’Etat des sciences et des techniques, La Découverte, 1991.

Duclos D.,“Modernité et contrôle des menaces”, (Chap. 13) in Sortie de Siècle (J.P.Durand, F.X Merrien ed.) Paris, Vigot, 1991, pp. 353-382.

Duclos D., “Qu’attend le monde politico-administratif de l’expertise ?”, (l’absorption de la science dans la logique de l’action”, in Environnement, Science et Politique, (Les experts sont formels), GERMES, Paris, 1991, pp. 323.380.

Duclos D., “A propos du colloque “les experts sont formels”, in Environnement, Science et Politique, (Les experts sont formels), GERMES, Paris, 1991, pp. 663-665.

Duclos D.,Industrial Relations and the Environment : the French Case, enlarged report to the European Foundation, 5-6 Novembre 1991, Brussels.

Duclos D., “Risque : le retour de Fortuna ?”, conférences au département de sociologie de l’Université Laval à Québec, Septembre-Octobre 1991, Bulletin du Gerpe, Université de Laval, Québec.

Duclos D.,Bibliographie sur les Sciences sociales et le risque technologique. Etablie par Denis Duclos (70 pp.) Departement de sociologie de l’Université de Laval, septembre 1991.
Duclos D. XE "Duclos D." ,i.Dobré M; Culture de sûreté, ou risque pour la culture ?. “L’apport de la sociologie à la compréhension des problèmes de fiabilité humaine en contexte de risque technologique”. Contrat EDF n° T54 1 F5706/ N° 0T : T5424. pour le compte du Département des Etudes de Sûreté et de Fiabilité, Service RNE, Direction des Etudes et Recherches, Electricité de France, Octobre 1992.

Duclos, D., “Civilité, risques technologiques, nature : des objets pour un changement de perspective sociologique”,in Les Archives Européennes de Sociologie, Paris, 1992.

Duclos, D., "L'expertise du risque : ou la science saisie par la raison d'Etat", in Autrement, n° “La terre outragée : les experts sont formels", Paris, Janvier 1992.

Duclos, D., “Les risques planétaires : de la technologie polluante à l’écologie”, inTerminal, Paris, Février 1992.

Duclos, D., “Environnement et Société”, in Bulletin des Sciences et des Techniques de la Villette, Paris, Avril 1992.

Duclos, D., “ Le risque nucléaire. La gestion politique du risque passe-t-elle par l’extinction de l’espèce des gestionnaires ?”, in Les Raisons de l’action Publique, entre expertise et débat, CRESAL-CNRS, mai 1992, pp. 263- 279, L’Harmattan, Paris, 1993.

Duclos D. XE " Duclos D." , in L’Etat de l’Environnement , La Découverte, Paris, 1992) :

articles : - “Le monde scientifique et l'environnement : pris entre la recherche hasardeuse et le diagnostic sur les nuisances.”
-”Ozone, pluies Acides, Effet de Serre : de l'alerte à la controverse.”
-”La grande presse et la montée des préoccupations environnementales.”
-”La tentation de la fuite en avant technologique .”
-”L’Hypothèse Gaïa : meilleure perception des interactions complexes de la biosphère..ou nouvelle religion ?”
-”De la futurologie au New Age : le rêve du mariage d’amour entre technologie et nature.”
-”Basculement à l'égard de la science : de la confiance à l’angoisse . “

Duclos, Denis, “Risque pour l'environnement ou pour la culture ?”, in Communications, Paris, Oct.1993.

Duclos, Denis, “Qu’attendons-nous de la nature ?”, in Rebonds, Libération, Paris, Mardi 18 Mai 1993.

Duclos, Denis, “Zamétchania na Projekt “zdorobie planeti” (réponse au projet “Santé de la planète” de Riley Dunlap", in Sotsiologischeskie Issledovania, 11, 1993, Moscou, pp. 67-70.

Duclos, Denis, “Etymologies du risque”, in Beckenback N., Van Treeck W., (Eds), inSoziale Welt, Umbrüche Gesellschaftlicher Arbeit, Sonderband 9, VIII/664, 1994.

Duclos, Denis, “Cultures, nature et risques technologiques : Le risque comme analyseur des mécanismes de civilisation selon Mary Douglas”, in Risques, Paris, Printemps 1994.

Duclos, Denis, “L’anthropologie culturelle de Mary Douglas et le concept de risque”, in Risques, Paris, Mai 1994.

Duclos, Denis, “Risque et contrôle social”, in Déviance et société, Juin 1994.

Duclos, Denis, “Topologie de la peur”, in Espaces et sociétés, Printemps 1994.

Duclos D., “La nature, de l’idéal holistique à la démocratie des passions”, (Teoria kai istoria tis Oikologias, Ta Séminaria tis Ermoupolis, 3, 6 Juillet1995)

Duclos D.,“ Idéologies folles et attentats de masse : quand la culture de la haine s’approprie les technologies de mort”, Le Monde diplomatique, Août 1995, pp. 22-23.

Duclos D., “La démocratie du risque est-elle possible ? (Office parlementaire et évaluation du risque technologique)”, Environnement et sécurité/ Environment and security, Québec, vol 1, 1996.

Duclos. D., “Puissance et faiblesse du concept de risque, L’Année sociologique, 46, n°2, 1996.

Duclos D., Sociétés et Dangers, (Rétrospective des travaux de SORISTEC, groupe de recherche 949 du CNRS, 1990-1995)

T I. Le risque technologique est-il maîtrisé par les procédures ? Rencontres Sciences sociales, Janv. 1996. (150 pp.)
T. II. Le risque est-il médiatisable ? (La construction des événements signifiants par les médias), Rencontres sciences sociales, Janvier 1996. (200 pp.)
T. III. La nature, au risque de l’ordre mondial (géopolitique de l’environnement).
compte-rendu et présentations du colloque international organisé par Denis Duclos, 6-9 Janvier 1993, Chantilly, les Fontaines, SORISTEC- CNRS 250 pp. ( angl. et fr.), Rencontres sciences sociales, Janvier 1995.
T. IV. Post-modernité : un système dangereux pour l’homme et la nature (incluant le compte-rendu et les présentations du colloque international organisé par Denis Duclos 9-12 Mars 1993, Chantilly, les Fontaines, SORISTEC-CNRS, 250 pp (angl et fr.). Rencontres sciences sociales, Janvier 1996.)

Duclos, D. (dir.), Capdevielle, J., Chelly, L., Rappport d’etude sur l’analyse des risques à la centrale nucleaire de Dampierre en Burly, 1er septembre 1998 (Document EDF-DER).

Duclos, D., "Point de vue d’un sociologue sur le risque en matière nucléaire", revue Contrôle, novembre 1998.

Duclos D., “Démocratie des techniques et choix énergétiques”, in L’énergie, des usages et des hommes, Editions du Cercle d’art, Paris ,1999.

Duclos D. “Collectif et Catastrophe”, communication au colloque “Nouvelles relations aux savoirs et aux pouvoirs”, Séminaire “l’Europe du Risque” Université de Strasbourg, 29 Janvier 1999, 24 p.

Duclos D. “Le collectif et la catastrophe”, revue Alliages, janvier 2000.

Duclos D, “Les quatre natures de l’homme”, in L’Environnement, question sociale, Odile Jacob, 2000, pp. 313-321.

Duclos D, “Vers la secte globale ?”, Le Monde Diplomatique, Août 2000.

Duclos D. “La pluralité dans un monde sans extériorité”, Agir, revue générale de stratégie, oct 2000.

Duclos D.; “Les militants écologistes”, Revue Pour, Octobre 2000

Duclos D., “La société-monde est-elle une secte suicidante ?”, Le Monde Diplomatique, Août 2000

D. Duclos, XE "D. Duclos,"  “Tempête : temps-fête ? De la réappropriation collective d’une intempérie”, in Brugidou M, Cihuelo J., Meynaud H., Tempête sur le réseau : les électricien(es) en 1999, L’Harmattan, Paris, 2001.

Dufour A. XE "Dufour A." , La dégradation de l’environnement : des opinions aux actions, CREDOC, Collection des rapports, n° 107, 1991.

Dulong R XE "Dulong R" , Ackermann W. XE "Ackermann W." , l’aide aux victimes, premières initiatives, premières évaluations, Paris, Editions de la MSH, Paris, 1984.

Dunlap R.E. XE "Dunlap R.E." , Catton W.R XE "Catton W.R" , “ Towards an Ecological Sociology: he Development, Current Status and Probable Future of Environmental Sociology ”, in The Annals of the International Institute of Sociology, 3, 1992, pp.263-284.

Dunlap R.E. XE "Dunlap R.E." , Health of the Planet Survey, Gallup International Institute, enquête préalable à la conférence de Rio auprès de 22 pays, 1992.

Dupont R.L. XE "Dupont R.L." , Nuclear phobia  XE "Nuclear phobia " : phobic thinking about nuclear power, The Media Institute, Washington D.C., 1980.

. ; XE "Durand C. " ,  XE "Koléva S" ., “La réhabilitation de la centrale nucléaire de  XE "Kozloduy"  en Bulgarie”, in Sociologie du travail”, Editions Octares, 2000.

Durant John, XE "Durant John,"  (ed), Biotechnology XE "Biotechnology"  in Public. A review of Recent Research, Science Museum, London, 1992.

Dwyer T. XE "Dwyer T." ;, Life and Death at work, Industrial Accidents XE "Industrial Accidents"  as a case of socially produced error XE "socially produced error" , Plenum Studies in Work and industry, 1991.

Ecury P.J. XE "Ecury P.J." , L’ingéniérie de sécurité XE "ingéniérie de sécurité" , Les Editions d’Ergonomie, Marseille, 1999.

Eddy P. XE "Eddy P." , Potter E XE "Potter E" , Page B XE "Page B" ., Destination désastre XE "désastre" , Grasset, Paris, 1976.

EDF-DER XE "EDF-DER" , Enquête du Baromètre environnement, 1994.

Eizner N. XE "Eizner N." , Aspe C. XE "Aspe C." , Picon B. XE "Picon B." , Pfirsch J.V. XE "Pfirsch J.V." , Woehl B., Représentations sociales de l’Environnement - Le cas de la France, Rapport pour le GRMSE (Groupe de recherche sur les mutations des sociétés européennes), janvier 1994.

Ekeland, Ivar XE "Ekeland, Ivar" . Le calcul, l'imprévu XE "imprévu"  : les figures du temps XE "temps"  de Kepler à Thom. Paris, : Seuil, 1984. 165 p. (Science ouverte). Bibliogr.

Elliston F XE "Elliston F"  et alii, Whistleblowing XE "Whistleblowing"  research, Praeger, New York, 1985.

Engel L. XE "Engel L." , La responsabilité XE "responsabilité"  en crise, Hachette, Paris, 1995.

English M.R. XE "English M.R." , ‘Siting low level radioactive waste disposal facilities XE "low level radioactive waste disposal facilities"  : the public policy dilemma (New York, Quroum, 1992).

EPA XE "EPA" , Office of policy analysis, “Unifinished business : a comparative assessment of environmental problems, Février 1987.

Epstein S XE "Epstein S" , “The construction of lay expertise : AIDS activism and the forging of of credibility in the reform of clinical trials”, Science, Technology and Human Values, 20 (4), 1995.

Esquissaud, P. XE "Esquissaud, P." , Vigneron, J. XE "Vigneron, J."  (éd.). Ecologie industrielle. Paris, : Hermann, 1990. XI-178 p. Carte. (Actualités scientifiques et industrielles ; 1425). Bibliogr.
Ester P. XE "Ester P." , Halman L. XE "Halman L." , Seuren B. XE "Seuren B." , “ Environmental Values in Europe and North America - a cross-national comparison ” in Ester P., Halman L., Moor. D.E., Value Change in Europe, Tilburg university Press, 1993.

Estonia XE "Estonia" , (Government of the Republic of Estonia), The Joint accident investigation commission, M/S Estonia, 28 septembre 1994, The final report.  XE "Estonia), The Joint accident investigation commission, M/S Estonia, 28 septembre 1994, The final report. " , 1997.

Eurogip XE "Eurogip"  Infos, “Evaluation des risques XE "Evaluation des risques"  : quelles pratiques ? , n° 27, mars 2000, pp 9-1.

European Commission, Directorate General XXIII XE "European Commission, Directorate General XXIII" , Facts and figures on The Europeans on Holidays 1997-1998- Executive Summary, A Eurobarometer Survey, March 1998.

European Commission,; Eurobarometer  XE "European Commission,\; Eurobarometer " - Public opinion in the european union, report Nr. 47, Office for official publications of the european communities, october 1997.

European Commission,; Eurobarometer XE "European Commission,\; Eurobarometer"  - Public opinion in the european union, report Nr. 50 – 25th Anniversary, Office for official publications of the european communities, march 1999.

European Commission;, Directorate General XXII XE "European Commission\;, Directorate General XXII"  (Science, Research and Development), - The Europeans and modern biotechnology - Eurobarometer 46.1, Office for official publications of the european communities, 1997.

European Foundation for the Improvement of Living and Working Conditions XE "European Foundation for the Improvement of Living and Working Conditions" , Environmental perspectives and quality of life, Dublin, 1995.

Ewald F. XE "Ewald F."  (professeur au CNAM), “Le risque dans la société contemporaine”, in Tubiana M., Vrousos C., Carde C., Pagès J.P., (eds) Risque et Société, Nucléon, Paris, 1998 pp 23-38. (Actes du colloque Risque et société XE "Risque et société" , réalisé sous l’égide de l’académie des sciences, dans le cadre du centenaire de la découverte de la radioactivité XE "radioactivité" , Cité des sciences et de l’industrie de Paris-la Villette, 18-20 Novembre 1998. Publié à la demande du centre Antoine-Béclère, pp 41-54.

Ewald F. XE "Ewald F."  , “La véritable nature du risque de développement et sa garantie, n° 14, Avril-Juin 1993, pp 9-47.

Ewald F. XE "Ewald F."  , “Responsabilité, solidarité, sécurité, la crise de la responsabilité en France à la fin du XXe siècle”, Risques, 10, 1992.

Ewald F. XE "Ewald F." , “Le risque dans la société contemporaine”, Agir, revue générale de tratégie, Mars 2000.

Ewald F. XE "Ewald F." , Philosophie de la précaution, L’Année sociologique, 46, N°2, 1996.

Faberon, J.-Y. XE "Faberon, J.-Y."  La loi du 30 décembre 1996 sur l'air et l'utilisation rationnelle de l'énergie. Revue juridique de l'environnement, (1997)n°2/3, p.133/155/p.355-378. Suite d'articles.


Fabregas B. XE "Fabregas B."  (ed), Anhoury P. XE "Anhoury P." ; Hesbeen W., et alii, “Les soignants et la gestion des risques”, Soins, n° 642, jenvier-février 2000, pp 27-54.

Fadier E. XE "Fadier E." , “The integration of human factors in dependability : a vital aspect for risk management”, International Conference on safety and reliability. Lisbonne, 17-20 Juin 1997, Centre de recherche et de formation de l’INRS, 1997.

Fadier E. XE "Fadier E." , Amalberti R XE "Amalberti R" , Lagrange V. XE "Lagrange V." , et alii, La facteur humain, Phoebus, n° spécial, 1998, pp. 1-78.

Fagnani F XE "Fagnani F" , “Acceptabilité des risques XE "Acceptabilité des risques"  et enjeux sociaux, le cas des normes radiololgiques XE "normes radiololgiques" , in Fagnani F. XE "Fagnani F." , Nicolon A. XE "Nicolon A." , Nucléopolis, Matériaux pour l'analyse d'une société nucléaire, Presses universitaires de Grenoble, 1979, pp 375-483.

FARPP XE "FARPP" , Nuclear waste's human dimension. Forum for Applied Research and Public Policy, (1994,Autumn), vol.9:n°3, p.90-121. Suite d'articles.

Faverge J.M. XE "Faverge J.M." , Psychosociologie des accidents du travail XE "accidents du travail" , PUF, Paris, 1967.

Fessenden-Raden J. XE "Fessenden-Raden J." , Firchen J.M. XE "Firchen J.M." , Heath J.S. XE "Heath J.S." , “Providing risk information in communities : factors influencing what is heard and accepted.” Science, technology and human values, 12, 94-101.

Fink S. XE "Fink S." , Crisis Management, Planning for the inevitable, AMACOM, American Management Communication, 1986.

Finucane M.L. XE "Finucane M.L." , Alhakami A., XE "Alhakami A.,"  Slovic P. XE "Slovic P." , Johnson S.M. XE "Johnson S.M." , The Affect heuristic in judgments of risks and Benefits, Report n° 98-7, Decision Research Eugene, 1998.

Fischhoff B. XE "Fischhoff B."  “cost-benefit analysis and the art of motorcycle maintenance, policy sciences, 1977, 8, pp 177-202.

Fischhoff B. XE "Fischhoff B."  “Eliciting knowledge for analytical representation. IEEE transactions on systems, man and cybernetics XE "cybernetics" , 1989, 13, 448-461.

Fischhoff B. XE "Fischhoff B."  “What forecasts  XE "forecasts " (seems to) mean . International of forecasting, 1994, 10, 387-403.

Fischhoff B. XE "Fischhoff B."  , risk perception XE "risk perception"  and communication unplugged : twenty years of process, Risk Analysis, 1995, 15, 137-145.

Fischhoff B. XE "Fischhoff B."   XE "Acceptable risk"  : a conceptual proposal. Risk, Health, safety and environment, 1994, 1, 1-28.

Fischhoff B. XE "Fischhoff B."  Slovic P. XE "Slovic P." , Lichtenstein S. XE "Lichtenstein S." , “Weighing the risks. Environment, 1979, 21, n°5, 17-20, 32-38.

Fischhoff B. XE "Fischhoff B."  Lichtenstein S, “Knowing what you want : measuring labile values, in Wallsten T. (ed), Cognitive processes XE "Cognitive processes"  in choice and decision behavior, 1980 (pp 117-141, Erlbaum, Hillsdale, 1980.

Fischhoff B. XE "Fischhoff B."  MacGregor D. Judged lethality, how much people seem to know depend upon how they are asked, Risk Analysis, 1983, 229-236.

Fischhoff B. XE "Fischhoff B."  Ordinary Housewives ; women activists in the grassroots toxic movement. Unpublished Honors thesis, Department of social studies, Harvard University, 1993.

Fischhoff B. XE "Fischhoff B."  The real world : what good is it ? Organization behavior XE "Organization behavior"  and human decision processes XE "human decision processes" , 196, 65, 232-248.

Fischhoff B. XE "Fischhoff B."  Value Elicitation : is there anything in there ? American Psychologist, 1991, 1992, 47, 577-588.

Fischhoff B. XE "Fischhoff B." , “The evolution of risk communication”, in Tubiana M., Vrousos C., Carde C., Pagès J.P., (eds) Risque et Société, Nucléon, Paris, 1998 pp 23-38. (Actes du colloque Risque et société XE "Risque et société" , réalisé sous l’égide de l’Académie des sciences, dans le cadre du centenaire de la découverte de la radioactivité XE "radioactivité" , Cité des sciences et de l’industrie de Paris-la Villette, 18-20 Novembre 1998. Publié à la demande du centre Antoine-Béclère, 1999 pp.207-222.

Fischhoff B. XE "Fischhoff B." , Public values in risk XE "Public values in risk"  research, Annals of the American Academy of political and social Science, 1996, 65, pp 232-248.

Fischhoff B. XE "Fischhoff B." , Communicate unto others... Reliability engineering and system safety XE "system safety" , 1998, 59-63-72.

Fischhoff B. XE "Fischhoff B." , Watson S., Hope C., “Defining Risk”, Policy Sciences 17, 123-139, 1984.

Flynn J. XE "Flynn J." , Slovic P. XE "Slovic P." , Mertz C.K. XE "Mertz C.K."  “Gender, race, and perception of environmental health risks, Risk Analysis, 14, 6, pp 1101-1108, 1994.

Flynn, J.  XE "Flynn, J. " (et al.). One hundred centuries of solitude : redirecting America's high-level nuclear waste policy XE "nuclear waste policy" . Boulder, Colo. : Westview, 1995. XII-129p. Bibliogr. Index.

Fondation européenne pour l’amélioration des conditions de vie et de travail. XE "Fondation européenne pour l’amélioration des conditions de vie et de travail."  La législation sur le transport des déchets dangereux : France. Luxembourg : Office des publications officielles des Communautés européennes, 1987. V-78 p. (Rapport de recherche /Fondation européenne pour l'amélioration des conditions de vie et de travail).

Fort M. Miri N. XE "Fort M. Miri N." , “Attention, dangers, la sécurité, parlons en, Belin, Paris, 1999, (2 tomes).

Fortune J XE "Fortune J" ;, Peters G XE "Peters G" , Learning from failure. The systems approach, John Wiley and sons, Chichester, 1995 XE "" 

Foyer J XE "Foyer J" , “Autour de la responsabilité et de la précaution”, in Tubiana M., Vrousos C., Carde C., Pagès J.P., (eds) Risque et Société, Nucléon, Paris, 1998 pp 23-38. (Actes du colloque Risque et société XE "Risque et société" , réalisé sous l’égide de l’Académie des sciences, dans le cadre du centenaire de la découverte de la radioactivité XE "radioactivité" , Cité des sciences et de l’industrie de Paris-la Villette, 18-20 Novembre 1998. Publié à la demande du centre Antoine-Béclère, pp.276-277.

Frankael B. XE "Frankael B." , “La traçabilité, une fonction caractéristique des écrits de travail”, Connexions, 65, (1), pp 63-75.

Frederick E.R. XE "Frederick E.R." , “The first few minutes and the last ten years. An operator’s perspective of the events during and following the TMI-2 accident”. In : Société Française d’Énergie Nucléaire XE "Société Française d’Énergie Nucléaire"  (SFEN XE "SFEN" ), “sûreté, protection de l’environnement”, Paris, 30 mai 1989.

Freudenberg W.R. XE "Freudenberg W.R." , “Nothing recedes like success ? Risk analysis and the organizational amplification of risk.” Risk, vol 3, n° 1, 1992.

Freudenberg W.R. XE "Freudenberg W.R." , Pastor SK, NIMBY XE "NIMBY" s and LULUs : stalking the syndromes, Journal of Social Issues, 1992, 48, 39-62.

Freudenberg W.R XE "Freudenberg W.R" ., “Risk and recreancy : Weber, the division of labor and the rationality of risk perception.” Social Forces, 71 (4), 1993.

Fuentes C. XE "Fuentes C." , Meyer F. XE "Meyer F." , Evaluer les risques au tarvail, Guide pratique, Presses universitaires de Strasbourg, 1999.

Funtowicz S. XE "Funtowicz S." , Ravetz J. XE "Ravetz J."  Uncertainty and quality in science. Kluwer, Dordrecht, 1990.

Funtowicz S.O. XE "Funtowicz S.O." , Ravetz J.R. XE "Ravetz J.R." , "Three types of risk assessment, and the emergence of post-normal science, in Social theories of Risk, Krimsky S., Golding D. XE "Golding D." , (eds) Praeger, Westport, 1992, pp 251-273.

Furby L. XE "Furby L." , Slovic P. XE "Slovic P."  , Fischoff B. XE " Fischoff B." , Gregory R. XE "Gregory R." , Public perceptions of electric power transmission lines, Journal of Environmental psychology, 1988, 8, pp 19-43.

Galland J-P. XE "Galland J-P." , La responsabilité et la précaution, in Tubiana M., Vrousos C., Carde C., Pagès J.P., (eds) Risque et Société, Nucléon, Paris, 1998 pp 23-38. (Actes du colloque Risque et société XE "Risque et société" , réalisé sous l’égide de l’Académie des sciences, dans le cadre du centenaire de la découverte de la radioactivité XE "radioactivité" , Cité des sciences et de l’industrie de Paris-la Villette, 18-20 Novembre 1998. Publié à la demande du centre Antoine-Béclère, pp.289-292.

Galland J.P. XE "Galland J.P." , Decrop G. XE "Decrop G." , Prévenir les risques : de quoi les experts XE "experts"  sont-ils responsables ?, Editions e l’Aube, Paris, 1998.

Galle Raymond XE "Galle Raymond" , L’opérateur-catastrophe (roman)

Ganascia J.G  XE "Ganascia J.G " (ed.), Sécurité et cognition, Colloque Sécurité et cognition du GIS sciences de la cognition, Paris, 16-17 septembre 1997, Hermès, Paris, 1997.

Garel JP. XE "Garel JP."  L’horreur génétique XE "génétique" , Jouvence, 2001

Gastaud A XE "Gastaud A" ., “Réglementation, qualité, progrès dans le transport terrestre des marchandises dangereuses”, Préventique-Sécurité, n° 49, Janvier-Février 2000 pp. 31-33.

;, Gautier A.M. XE "Gautier A.M." , Feminier C. XE "Feminier C." , Prévention des risques professionnels dans les PME, Faire d’une obligation légale, un projet. Travail et Changement, n° 251, Novembre 1999, pp 7-16.

Gauzit M. XE "Gauzit M." , Kahan T XE "Kahan T" , Contrôle et protection de réacteur nucléaires, Paris, Dunod, 1957.

Gele C. XE "Gele C." , “prévention des risques : “nuclear game” en Europe Travail et sécurité, n° 582, Mars 1999, pp. 18-22.

Gerrard M. XE "Gerrard M." , Gibbons FX. XE "Gibbons FX." , , Bushman B.J. XE "Bushman B.J." , “Relation between perceived vulnerability XE "perceived vulnerability"  to HIV and precautionary sexual behavior. Psychological Bulletin, 1996, pp 390-409.

Giarini O. XE "Giarini O." , Stahel W. XE "Stahel W." , les limites du certain, Presses polytechniques et universitaires romandes, Lausanne, 1990.

.i.Gilbert C.; (Entretien avec), “Des objets à géométrie très variable”, Politix, n° 44, 1998. (propos recueillis par F. .i.Caille ;et C. .i.Lemieux;).

Gilbert C. XE "Gilbert C."  Le pouvoir en situation extrême, L’Harmattan, Paris, 1992.

Gilbert C. XE "Gilbert C." , “Objets flous” et action publique. A propos des risques majeurs. “, CERAT-IEP, Grenoble, 1995.

Gilbert C XE "Gilbert C" , “Entre maîtrise et non-maîtrise des risques collectifs : propositions pour des analyses et politiques intermédiaires.” Communication au colloque de Fontevraud : “Quel environnement au XXI e siècle, Environnement, maîtrise de long terme XE "maîtrise de long terme"  et démocratie, Septembre 1996.

Gilbert C. XE "Gilbert C." , (dir (Retours d’expérience, apprentissages et vigilances organisationnelles. Approches croisées, in Actes de la 4e séance du séminaire du programme “Risques collectifs et situations de crise”, Paris, CNRS- Grenoble, 1999.

Girard J-F XE "Girard J-F" , Risque et santé publique, in Tubiana M., Vrousos C., Carde C., Pagès J.P., (eds) Risque et Société, Nucléon, Paris, 1998 pp 23-38. (Actes du colloque Risque et société XE "Risque et société" , réalisé sous l’égide de l’Académie des sciences, dans le cadre du centenaire de la découverte de la radioactivité XE "radioactivité" , Cité des sciences et de l’industrie de Paris-la Villette, 18-20 Novembre 1998. Publié à la demande du centre Antoine-Béclère, pp.171-180.

Girard J. XE "Girard J." , Lannoy A. XE "Lannoy A." , Bailly J.P. XE "Bailly J.P." , et alii, “Sûreté de fonctionnement”, Revue de l’électricité et de l’électronique, N° 8, Septembre 1998, pp 28-76.

Glazer M XE "Glazer M" , Glazer P XE "Glazer P" , The Whistleblowers XE "Whistleblowers" , Basic Books, New York, 1989.

Godard O. XE "Godard O." , “le principe de précaution XE "principe de précaution"  : renégocier les conditions de l’agir en univers controversé, Natures, Sciences, Sociétés, 6 (1), pp 41-45.

Godard O. XE "Godard O." , “Sur la nature du principe de précaution XE "principe de précaution"  et ses effets sur la responsabilité”, Esprit, Juin, pp. 185-189.

Godard O. XE "Godard O." , Le principe de précaution, une règle d’abstention ? in Tubiana M., Vrousos C., Carde C., Pagès J.P., (eds) Risque et Société, Nucléon, Paris, 1998 pp 23-38. (Actes du colloque Risque et société XE "Risque et société" , réalisé sous l’égide de l’Académie des sciences, dans le cadre du centenaire de la découverte de la radioactivité XE "radioactivité" , Cité des sciences et de l’industrie de Paris-la Villette, 18-20 Novembre 1998. Publié à la demande du centre Antoine-Béclère, pp.293-299.

Godwin, D. L. XE "Godwin, D. L."  The based convention on transboundary movements of hazardous waste : an opportunity for industrialized nations to clean up their acts ? Denver Journal of International Law and Policy, (1993,Autumn)vol.22:n°1, p.193-208.

Goguelin P. XE "Goguelin P." , L’homme et la prévention des risques, Humanisme et Entreprise, n° 223, Juin 1997, pp. 37-49.


Gout D XE "Gout D" ., “Plongée dans le risque hyperbare”, Travail et sécurité, n° 586, Juillet-Août 1999, pp. 18-31.

Green J. XE "Green J." , “Risk and Misfortune. The social construction of accidents, UCL Press, Londres, 1997.

Greenberger D B XE "Greenberger D B"  et alii, “Oppositionists and group norms : the reciprocal influence of Whistle-blowers XE "Whistle-blowers"  and co-workers”, Journal of Business Ethics, 6 (1), 1987.

Gregory R. XE "Gregory R." , Flynn J XE "Flynn J" , Slovic P. XE "Slovic P." , “Technological stigma”, American Scientist, 220-223 1995.

Grusenmeyer C. XE "Grusenmeyer C." , “Analyse des dialogues coopératifs lors de la relève de poste, revue de l’Electricité et de l’électronique, n° 2, Février 1997, pp 82-87.

Guastello S-J.; XE "Guastello S-J." , Catastrophe modelling of the accident process : evaluation of an accident reduction program using the Occupational hazards survey, Accident Analysis XE "Accident Analysis"  and Prevention, vol.21, n°1, pp. 61-77.

Guéguen M. XE "Guéguen M." , La marée noire de l’Amoco Cadiz XE "Amoco Cadiz" , CMD éditions, Montreuil-Bellay, 1999.

Guérin, A XE "Guérin, A" ;, “Amiante : enquête sur des assassinats au dessus de tout soupçon”, Les temps modernes, n°387, Octobre 1978, pp. 438-495.

Guérin-Talpin G XE "Guérin-Talpin G" ., Qualité du travail-sécurité XE "Qualité du travail-sécurité" , L’expérience d’une base aérienne, Préventique-Sécurité, n° 49, Janvier-Février 2000, pp. 23-24.

Guesnier G XE "Guesnier G" . Hessler C. XE "Hessler C." , “Milestones in screen-based process control”, Kerntechnik, vol 60, n° 5-6, 1995, pp 225-231.

Guillemin, C. XE "Guillemin, C." ; Les déchets radioactifs, pyramides des temps modernes. Futuribles (Paris), (1993-06)n°177, p.25-33.

Guillermain H. XE "Guillermain H."  , Salazar-Ferrer P. XE "Salazar-Ferrer P." , “Contribution à l’identification des risques “facteurs humains” XE "identification des risques “facteurs humains”"  dans la conduite des processus à haut niveau de sûreté de fonctionnement XE "processus à haut niveau de sûreté de fonctionnement" ”, Colloque sécurité et Cognition du GIS “sciences de la cognition”, Paris, 16-17 septembre 1997, Hemèrs, Paris, 1999.

Haas J XE "Haas J" , “Learning real feelings : a study of high steel iron worker’s reaction to fear and danger XE "worker’s reaction to fear and danger" . “ Sociology of Work and Occupations, n°4, 1977.

Hacking I. XE "Hacking I." , The emergence of probability, Cambridge University Press, Cambridge, 1975.

Hale A.R. XE "Hale A.R."  (ed.), Safety culture and climate, Safety science, Vol 34 , n° 1-3, Février-Avril 2000, pp. 1-257.

i.Hallman WK;, Wandersman A. XE "Wandersman A." , “Attribution of responsability XE "responsability"  XE ".i.responsability"  and individual and collective coping wirh environmental threats;, Journal of Social Issues, 1992, 48, 4, pp 101-118.

Hancher, L. XE "Hancher, L." . 1992 and accountability gaps : the Transnuclear scandal, a case study in European regulation. Modern Law Review, (1990-09)vol.53:n°5, p.669-684.

Hasegawa N. XE "Hasegawa N." , Yosimura S. XE "Yosimura S." , Human-Machine cooperation for emotion support. Study using a simulation model, Le travail humain, vol 62., n°3, Septembre 1999, pp. 247-272.

Hatchouel J.M., XE "Hatchouel J.M.,"  Laplanche A XE "Laplanche A" , Hill C. XE " Hill C." , Mortalité par cancer autour d’installations nucléaires françaises, Paris, les Editions INSERM, 1995.

Hatchouel J.M. XE "Hatchouel J.M." , Laplanche A. XE "Laplanche A." , Hill C., Leukaemia mortality around french nuclear sites XE "french nuclear sites" , British journal on Cancer, 1995, n° 71, 3.

Hatchuel G. XE "Hatchuel G." , Janvier 1998 : le corps social se fragmente, pris entre espoirs individuels et pessimisme collectif, CREDOC, Enquête Conditions de Vie et Aspirations des Français, mars 1998.

Haut Comité à la Santé Publique XE "Haut Comité à la Santé Publique" , La santé en France, Paris, 1998.

Heimer C. XE "Heimer C." , “Social structure, Pyschology, and the estimation of Risk”, Annual review of Sociology, 14, 1988.

Hermitte M.A. XE "Hermitte M.A." , Noiville C. XE "Noiville C." , “La dissémination volontaire d’organismes génétiquement modifiés dans l’environnement. Une première application du principe de prudence XE "principe de prudence" .”, Revue juridique de l’environnement, (3), pp 391-417.

Hermitte M.A. XE "Hermitte M.A." , Le sang et le droit. Essai sur la transfusion sanguine, Paris, Seuil, 1996.

Hermon C. XE "Hermon C." , “Le risque, la faute, et la responsabilité administrative”, Actes de la XIe séance du séminaire du programme “Risques collectifs et situations de crise”, CNRS, Grenoble, 1998.

.i.Hermon C.;, .i.Gaurier D.;, “.i.Responsabilité;, exercice des compétences et démocratie”, onzième séminaire du programme “Risques Collectifs et situations de crise”, CNRS, Grenoble, 1998.

Herndl C.G XE "Herndl C.G" , Fennell B.A. XE "Fennell B.A." , Miller C.R XE "Miller C.R" .,“Understanding failures in organizational discourse”, in Bazerman C., Paradis J., es, Textual dynamics of the professions. Hisorical and contemporary studies in professionnal communities, The University of Wisconsin Press, 1991.

Hervé C. XE "Hervé C." , “médecine et société : risques et dangers, in Tubiana M., Vrousos C., Carde C., Pagès J.P., (eds) Risque et Société, Nucléon, Paris, 1998 pp 23-38. (Actes du colloque Risque et société XE "Risque et société" , réalisé sous l’égide de l’académie des sciences, dans le cadre du centenaire de la découverte de la radioactivité XE "radioactivité" , Cité des sciences et de l’industrie de Paris-la Villette, 18-20 Novembre 1998. Publié à la demande du centre Antoine-Béclère, pp. 55-61.

Hill C. XE "Hill C." , Laplanche A. XE "Laplanche A." , Overall mortality and cancer mortality XE "cancer mortality"  around french nuclear sites, Nature, 1990, n° 347, pp 755-757.

Hilz, C. XE "Hilz, C." , Ehrenfeld, J. R XE "Ehrenfeld, J. R" . Transboundary movements of hazardous wastes : a comparative analysis of policy options to control the interventional waste trade. International Environmental Affairs, (1991,Winter)vol.3:n°1, p.26-43. Tabl., graph. cartes. Bibliogr.

Hirsch M XE "Hirsch M" , Duneton P XE "Duneton P" , Baralon P XE "Baralon P" , Noivelle F XE "Noivelle F" , L’affolante affaire de la vache folle, Paris, Balland 1996.

Hirschhorn L. XE "Hirschhorn L." , Hierarchy versus Bureaucracy : the case of a nuclear reactor, in Roberts K (ed.), New Challenges to understanding organizations, Macmillan Pub., New York, 1993.

Ho, M.T. XE "Ho, M.T." , Systems analysis XE "Systems analysis" , Encyclopaedia of occupational health and safety, International Labour Office (ILO), Genève, 1998.

Hoffman R.R XE "Hoffman R.R" , Woods, D.D XE "Woods, D.D" . (eds), Cognitive tasks analysis, n° spécial de la revue Human Factors, vol 42, n° 1, Printemps 2000, pp 1-101.

Hofman D.A. XE "Hofman D.A." , Jacobs R. XE "Jacobs R." , Landy F. XE "Landy F." , High reliability process idustries : individual micro and macro organizational influences on safety performances, Journal of Safety research XE " Journal of Safety research" , vol 26, n°3 1995.

Holm G. XE "Holm G." , Inconceivable events XE "Inconceivable events"  in handling material in a heavy mechanical engineering industry. Proceedings of the second national reliability conference, Birmingham, Vol 2, p 4A/1/1-9, 1979.

Holtzman N.A. XE "Holtzman N.A." , Proceed with caution XE "caution"  : predicting XE "predicting"  genetic risks in the recombinant DNA era. John Hopkins University Press, Baltimore, 1989.

Horlick-Jones T. XE "Horlick-Jones T." , The problem of blame, in Hood C. , Jones D.K.C., eds, Accident and design. Contemporary debates in risk management XE "risk management" , UCL Press, 1996.

Howard R.A. XE "Howard R.A." , Knowledge Maps XE "Knowledge Maps" , Management Science, 1989, pp 903-922.

Hubert Ph. XE "Hubert Ph." , Approche comparée de quelques évolutions de la gestion des risques  XE "gestion des risques " en France à travers l’organisation des Agences. Actes de la dix-septième séance , 27 Avril 2000, Ecole Nationale Supérieure des Mines de Paris, Séminaire du Programme Risques Collectifs et Situations de Crise.

Huglo, C. XE "Huglo, C."  Existe-t-il une définition et un régime juridique spéciaux pour les déchets dangereux : les enseignements du droit comparé. Petites affiches, (1992-08-12)381e année:n°97, p.5-11.

Huriet C. XE "Huriet C."  “Commission des affaires sociales du Sénat”, “Les conditions du renforcement de la veille sanitaire et du contrôle de la sécurité sanitaire de produits destinés à l’homme en France”, Rapport d’information, n° 196, 1997.

Hutchins E, XE "Hutchins E,"  Cognition in the Wild, Cambridge, MIT Press, 1994.
Imbernon E. XE "Imbernon E." , Rosseli F. XE "Rosseli F." , Abecassis J.C  XE "Abecassis J.C " et alii, journée du 15 mai 1998 de l’AMTSN (Association des médecins du travail des salariés du nucléaire). Revue de médecine du travail, vol 25, n°5, novembre-décembre 1998, pp 267-289. XE "AMTSN (Association des médecins du travail des salariés du nucléaire). Revue de médecine du travail, vol 25, n°5, novembre-décembre 1998, pp 267-289." 

Inglehart, R. XE "Inglehart, R."  "The Fear of Living Dangerously: Public Attitudes toward Nuclear power", in: Public Opinion, 7(1), 1984, pp. 41-44.

INPO XE "INPO"  (INPO letter blames corporate culture for Peach Bottom problems), Nuclear Engineering, Juin 1988.

INRS XE "INRS" , Guide d’évaluation des risques XE "évaluation des risques" , Paris, 1999.

Inspection du travail XE "Inspection du travail"  : l’évaluation des risques professionnels XE "évaluation des risques professionnels" , (circulaire du 23 février 2000), Préventique-sécurité, n° 50, Mars 2000, pp 39-41.

International Ergonomics Association XE "International Ergonomics Association" , “stress and mental load”, From experience to Innovation, Proceedings of the 13th triennial Congress of the IEA, Tempere (Finlande) 29 juin-4 Juillet 1997

IPSN, XE "IPSN,"  Tchernoby XE "Tchernoby" l, Les livrets de l’IPSN, 1998, 21 p.

Jablon S. XE "Jablon S." , Hrubec Z. XE "Hrubec Z." , Boice J.D. XE "Boice J.D." , “Cancer in population living near nuclear facilities. A survey of mortality nationwide and incidence in two states, Journal of American medicine association, 1991, n° 265, pp 1403-1408.

Jacquemin J.M., XE "Jacquemin J.M.,"  Ce fameux nuage de Tchernobyl XE "Tchernobyl" , la France contaminée, Sang de la terre, Paris, 1999.

Jacquemonde V. XE "Jacquemonde V." , Lyonnet P. XE "Lyonnet P." , “L’indisponibilité d’un système de sécurité. une méthode originale d’évaluation”, Phoebus, n° 8, 1999, pp 16-23.

Jasanoff S XE "Jasanoff S" . , Risk management XE "Risk management"  and political culture , Russel Sage, New York, 1986.

Jasper J.M., XE "Jasper J.M.,"  “avoiding technological disasters : skepticism and belief in technical organizations”, Communication au contrès de l’ American sociological Association, Chicago, Août 1987.

Jasper J.M. XE "Jasper J.M." , “Interests nd credibility : whistleblowers in technological conflicts”, Social Science Information, 35(3) 1996, pp 565-589.

Jeffroy F. XE "Jeffroy F." , Charron S. XE "Charron S." , Theureau J,(C NRS XE "C NRS"  XE "Theureau J,(.i.C NRS" ); Vermersch P. (CNRS)  XE "Vermersch P. (CNRS) " , “De l’évaluation de sûreté” à la recherche dans le domaine des facteurs humains  XE "facteurs humains " : le cas de l’activité de conduite XE "conduite"  avec procédures informatisées.”, in Sécurité et Cognition

Jenni K. XE "Jenni K." , Merkhofer M. XE "Merkhofer M." , Williams C XE "Williams C" ., The risk and fall of risk-based priority system. Risk Analysis, 1995, pp 397-410.

Jensen J.V. XE "Jensen J.V." , “Ethical Tension Points in WhistleBlowing XE "WhistleBlowing" ”, Journal of Business Ethics, 6, 1980.

Johnson B. XE "Johnson B." , “Advancing understanding of knowledge’s role in lay risk perception, Risk, 1993, 3, pp 189-212.

Johnston A.N. XE "Johnston A.N." , “Blame, Punishment and Risk Management”, in Hood C. , Jones D.K.C., eds, Accident and design. Contemporary debates in risk management XE "risk management" , UCL Press, 1996.

Joice P. XE "Joice P." , Hanna G.B. XE "Hanna G.B." , Cuschieri A.  XE "Cuschieri A. " ; Errors enacted during endoscopic surgery : a human reliability analysis, Applied Ergonomics, vol 29, n° 6, Décembre 1998, pp. 409-414.

Jonas H. XE "Jonas H." , Le Principe