Td corrigé Résumé du cours de sémantique du 23/02/2010 pdf

Résumé du cours de sémantique du 23/02/2010

Le contexte naturel permet d'identifier les relations taxinomiques, notamment quand on corrige quelqu'un en disant : ¤¤ Ceci n'est pas X, c'est Y => ce sont des  ...




part of the document



Résumé du cours de sémantique du 23/02/2010



LISETTE Anaïs 259 195
MICO Marine 255 423



1.Le Dictionnaire :

Dans le dictionnaire il existe deux sortes de définition : une définition par synonymes, et une définition qui donne d’abord la catégorie plus générale et après les propriétés spécifiques du terme. Ce dernier type de définition existe depuis l’antiquité gréco-latine et a été nommé : La définition
par genus proximum et differentiam specificam
Ex : chaise : meuble pour s’asseoir avec dossier, pour une personne….



2. Les Relations taxinomiques :

il existe entre chaise et meuble une relation classificatoire : une relation d'inclusion








=> [ Chaise ] C [ Meuble ]


La relation sémantique se retrouve au niveau des lexèmes chaise / meuble : c'est une relation taxinomique :
hyponymie : Chaise est un hyponyme de Meuble
hyperonymie : Meuble est l’hyperonyme de Chaise


La relation entre classes induit des conséquences sémantiques, ce qui sous entend une inférence valide, et une implication de l'un par rapport à l'autre :

¤ il y avait au moins 4 chaises dans le salon (1)
¤ il y avait au moins 4 meubles dans le salon (2)

si (1) est vrai, alors (2) est toujours vrai, étant donné qu'une chaise est un meuble

On peut dire ainsi :
(2) est la conséquence sémantique de l'énoncé (1)
(1) entraine (2)
(1) implique (2)


Dans une relation de conséquence sémantique :

=> toute l'information contenue dans (2) est déjà contenue dans (1)
=> toute situation que je peux décrire comme (1) je peux la décrire aussi comme (2), et non l'inverse.
=> lorsque (1) entraine (2), la conjonction de (1) avec la négation de (2) donne l'impression d'une contradiction.
La relation sémantique entre lexèmes : elle est détectée par la conséquence de la relation sémantique, c'est une relation constante, on ne peut pas imaginer des cas où elle serait suspendue.

Comment le lexique classifie-t-il la réalité ?

A travers des relations taxinomiques dans le lexique, à savoir :
l'hyponymie / hyperonymie
co-hyponymie (ce sont les hyponymes du même hyperonyme)
synonymie



Exemple :

Un Pigeon est un oiseau
Une Autruche est un oiseau






Ainsi différentes relations définissent les relations taxinomiques :

La relation d'inclusion définit l'hyponymie / l'hyperonymie (implication)
une autruche est un oiseau = oiseau inclut l'autruche

La relation de disjonction définit la co-hyponymie (incompatibilité)
ceci une autruche, ceci est un pigeon = mais l'un n'est pas l'autre

la relation d'identité définit la synonymie (équivalence)


La synonymie :

Il existe deux types de synonymie :
=> la synonymie dénotationnelle (ou cognitive), où il y a entre les termes des différences de connotation












il existe aussi une synonymie partielle : on considère deux mots comme synonymes, pourtant ils ne sont pas totalement identiques, ce qui veut dire qu'il y a un recouvrement important des zones de chacun mais pas totale.



Il a dominé son adversaire
Il a maitrisé son adversaire

Le château domine la ville
Le château maitrise la ville = impossible

En revanche, la synonymie parfaite n'existe pas. Il y a toujours, même très légère, une différence de sens, un cas dans lequel les mots ne pourront se substituer, ou de connotation.


Quels critères nous permettent d'identifier le type de classification ?

Le contexte naturel permet d'identifier les relations taxinomiques, notamment quand on corrige quelqu'un en disant :

¤¤ Ceci n'est pas X, c'est Y => ce sont des co-hyponymes
Ceci n'est pas une chaise, c'est un tabouret

¤¤ X est une sorte de Y ou (pour les verbes) X est une façon de Y => ce sont des hyponymes / hyperonymes
La banane est un type de fruit
Poignarder est une façon de tuer

¤¤ A travers des relations transitive (par déduction) : si A est B et B est C, alors A est C => ce sont des hyponymes / hyperonymes
si un chat est un félin, et un félin est un animal, alors un chat est un animal

¤¤ Par une anaphore : quand on reprend le même référent dans un discours, on se sert souvent d’un hyperonyme pour pouvoir établir le rapport de co-référence :
La voiture a eu un accident
Le véhicule roulait à 120 km

il y a toujours l'ordre : hyponyme puis hyperonyme, il est nécessaire pour comprendre que l'on parle du même objet dans les deux morceaux de phrases. Si jamais on fait l'inverse, alors on ne peut établir l'identité entre les deux.

¤¤ Par coordination : des X et des Y ou des X et d'autres Z => ce sont dans le premier cas des co-hyponymes et dans le second des hyponymes / hyperonymes
On a vu des pigeons et des pies
On a vu des pigeons et d'autres oiseaux

attention : on a vu des pigeons et des oiseaux => phrase fausse, car on ne peut pas établir une coordination directe entre un hyponyme et son hyperonyme






Correction de l'exercice : feuille : semlexe1, exercice 4


Déterminez quelles phrases du groupe B constituent des conséquences sémantiques de quelles phrases du groupe A. Et les lexèmes qui déclenchent ces conséquences.


1 ’! G (perroquet ’! un oiseau) 2 ’! E (sait ’! vole)

3 ’! F (des pommes ’! des fruits) 6 ’! B (sait ’! singe)

8 ’! J (enfin réussi ’! mort) 9 + 1 ’! H (déteste + perroquet ? ’! déteste)

4 / 5 / 7 et 10 n'ont pas de conséquence sémantique.


=> l'énoncé C ne peut pas être une conséquence sémantique de 4 car l'on peut insulter quelqu'un sans le détester mais juste pour rire,
=> de même A n'est pas une conséquence sémantique de 4 car on peut insulter quelqu'un par d'autres moyens que la parole.

=> Les verbes peuvent être ambigus :
Insulter : certains par la parole et d'autres par les gestes.
Étrangler : on peut étrangler un être et le tuer, mais l'étranglement ne mène pas dans tous les cas à la mort.

=> cas du 9 + 1 ’! H :
Pierre déteste tous les perroquets
Coco est un perroquet
- - - - - - - - - -
Pierre déteste Coco

c'est ce que l'on appelle un syllogisme : quand des deux premiers énoncés (les prémisses) en découle le troisième (la conclusion)
maitriser

dominer

Meuble

Chaise

Tabouret

SYNONYMIE DE DIFFERENCE DE CONNOTATION

Par REGION

septante

Par EPOQUE

palefroi

Par ATTITUDE

plouc

Par STYLE

mec
Un mot peut passer du vulgaire au familier mais rarement l’inverse

Oiseau

pigeon

autruche